Version classiqueVersion mobile

Roman grec et poésie

 | 
Michel Briand
, 
Michèle Biraud

4. Le roman comme poésie, la poésie comme roman.

Les Éthiopiques, roman homérique ?

Jocelyne Peigney

Résumé

L’analyse porte sur les deux comparaisons animales des Éthiopiques (II.19.5-9 et II.22.4), l’une qui montre Cnémon et le brigand Thermouthis à un repas demi-sauvage, l’autre où Calasiris évoque l’enlèvement de ses enfants en des termes qui rappellent le présage fameux de l’Iliade (II.308-316) ; elle permet d’étudier à la fois la manière dont le roman recompose les éléments épiques, soit aussi la manière dont se constitue l’originalité de la prose romanesque, et les correspondances que les deux images établissent. Il se dessine ainsi des échos entre les personnages de Cnémon et de Calasiris, et le schéma d’une structure qui fait voyager les héros Théagène et Chariclée jusqu’aux confins du monde dans les cercles du texte, dans ceux de la sauvagerie qu’ils quittent, sauvagerie barbare, sauvagerie des brigands et sauvagerie de la passion destructrice, et dans ceux des histoires d’amour.

Texte intégral

  • 1 Les citations sont ici entendues comme texte emprunté et reproduit, par opposition à « l’allusion, (...)
  • 2 Robiano 2000, p. 523, pour les deux citations.
  • 3 Robiano 2000, p. 526.

1À l’occasion d’une étude consacrée aux citations poétiques dans les romans grecs, en 2000, P. Robiano a relevé dix-huit citations homériques1 dans les Éthiopiques – qui ne citent par ailleurs qu’Euripide, trois fois. En observant que les citations sont mises dans la bouche des personnages, et la plupart du temps dans la bouche de personnages secondaires « falots ou rusés » – Cnémon et Calasiris surtout –, il souligne un jeu peu sérieux de l’auteur par qui « les nobles vers d’Homère sont détournés vers un usage trivial »2. Dans ce jeu permanent, une exception : la citation de l’Odyssée IX.39, Ἰλιόθεν με φέρων (Ἰλιόθεν με φέρεις…, II.21.5) que fait Calasiris pour introduire son récit et qui « place », écrit P. Robiano, « la construction des Éthiopiques dans la perspective de l’Odyssée »3.

  • 4 Pour « the art of allusion » et l’étude des phénomènes d’intertextualité dans le roman grec, voir, (...)
  • 5 Voir aussi Garson 1975.
  • 6 Sandy 1982, p. 157 et 165‑167 ; Morgan 2009, p. 271.
  • 7 Scholies bT à Il. XIII.71‑72, ἴχνια γὰρ μετόπισθε ποδῶν ἠδὲ κνημάων / ῥεῖ’ ἔγνων ἀπιόντος… : Τὸ δὲ (...)
  • 8 Voir Winckler 1982, p. 102 ; Sandy 1982, p. 155‑156 ; Whitmarsh 1998, p. 104‑107.
  • 9 L’importance de ce point a été soulignée par Winckler 1982, p. 102.
  • 10 Voir Whitmarsh 1998, p. 96‑99 ; 1999, p. 23‑32. Voir en outre, avec des approches diverses, Dowden (...)
  • 11 Voir Létoublon 1993, p. 126‑136 ; Dowden, 1996 ; Hunter 1998b, p. 44‑48 ; Whitmarsh 1998, p. 122‑12 (...)

2Mais les réminiscences homériques ne se réduisent pas aux citations, on le sait, et elles jouent un rôle complexe dans l’écriture même du roman. Il n’est plus besoin de rappeler le nombre considérable des références aux épopées qui se trouvent dans les Éthiopiques sous des formes variées4 et qui ont été répertoriées depuis longtemps par les éditeurs de la CUF et dans un chapitre d’É. Feuillâtre principalement5 ; mais il faut sans doute redire qu’Héliodore use non seulement d’Homère mais encore des commentaires savants, en lisant un Homère énigmatique (III.12) comme le roman6. Ainsi dans la lecture alternative de l’Iliade XIII.71‑72, que fait Calasiris, prêtre d’Isis originaire de Memphis, le rapprochement de ῥεῖ’ et d’ ἀπιόντος, image de la marche des dieux (III.12.2), est connu dans les scholies au passage7. Et l’auteur compose une véritable Vie d’Homère, où le poète est égyptien (II.34.5, III.14.2‑4)8, né d’Hermès et d’une mortelle, dissimulant son origine à cause d’une cuisse à la pilosité remarquable, c’est-à‑dire à cause d’un caractère physique discriminant… comme Chariclée9. Enfin, la critique remet désormais en question les rapports à établir entre les schémas odysséens et le sens du roman, parce que l’histoire des personnages n’est pas celle d’un retour à soi ou chez soi (le fait est clair pour Théagène)10, et parce que le monde des Éthiopiques, dont la fiction veut qu’il soit celui du ve siècle av. J.‑C., n’est plus organisé par l’hellénocentrisme11.

  • 12 La critique se partage entre une datation au iieiiie siècle ap. J.‑C. (Robiano 2009, par exemple), (...)
  • 13 Voir par exemple Whitmarsh 1998, p. 99.

3Ainsi, chaque réminiscence homérique mériterait d’être étudiée pour sa forme, dans la manière dont le souvenir du texte épique est intégré au texte d’Héliodore, et pour le fond, avec le rôle qu’elle joue dans la construction de l’œuvre. Mais deux passages se distinguent dans les Éthiopiques, parce qu’ils consistent en deux comparaisons « homériques », deux comparaisons animales, et qu’ils sont les seuls exemples qu’en offre le roman. Rapprochées et étudiées en couple, ces comparaisons paraissent donner sens à la narration et plus profondément au dessein d’un auteur pour la datation duquel le débat reste ouvert12 : les deux passages se trouvent au livre II (II.19.5‑9 et II.22.4) ; ils réunissent Cnémon et Calasiris en des annonces qui s’analysent sur plusieurs plans ; ils jouent de multiples façons des écarts entre prose et poésie, pour en brouiller les frontières, dans une écriture qui est aussi auto-représentation13.

  • 14 Feuillâtre 1966, p. 108, renvoie à Iliade XVI.156‑159 (comme CUF, I, p. 69, n. 4), cf. aussi p. 79 (...)
  • 15 Voir Morgan 1998, p. 61‑62, qui évoque l’hétéroglossie bakhtinienne à propos du vulgarisme possible (...)

4La première comparaison (II.19.5‑6)14 s’applique à deux personnages : Cnémon et Thermouthis, pris dans le récit d’une aventure où les décalages comiques ont été soulignés15. Cnémon, Athénien, est parti à la recherche de Thisbé, la servante de la seconde épouse de son père, responsable du malheur d’Aristippe comme de celui de son fils ; il est lui-même prisonnier des brigands en Égypte, et Thyamis, leur chef, lui a confié Théagène et Chariclée, qu’il aime, une partie de son nouveau butin ; Thermouthis, brigand égyptien, est l’écuyer de Thyamis. Thermouthis et Cnémon, comme Thyamis et les deux jeunes gens, ont échappé à l’attaque d’une troupe de brigands rivale et à l’incendie qui a ravagé l’île du lac des Pasteurs où ils s’abritent habituellement, à l’embouchure du Nil. Le couple formé par Cnémon et Thermouthis a cette particularité que chacun veut se débarrasser de l’autre. Selon le plan de Théagène, Cnémon – jeune homme sans grand courage – a dû malgré sa peur accompagner Thermouthis lancé par ruse à la recherche de Thyamis, dans le but de l’éloigner de Théagène et de Chariclée qui doivent attendre dans un village sûr au‑delà du marais, en le perdant en chemin ; Thermouthis de son côté veut la mort de celui qu’il soupçonne d’avoir tué Thisbé, dont il était amoureux, comme il brûle de tuer Théagène (II.13.2, 20.1).

  • 16 Le texte grec cité est celui de la CUF.

5Au matin, les deux hommes traversent le marais et atteignent une épaisse forêt ; affamés, ils mettent à rôtir un bélier volé aux bergers qui ont pris la fuite à leur vue, et le dévorent sans attendre la cuisson des viandes. Voici la première comparaison (II.19.5‑6)16 :

Οἷον οὖν λύκοι τινὲς ἢ θῶες ἐλάφυσσον τὰ ἀεὶ τετμημένα καὶ πρὸς ὀλίγον τῷ πυρὶ μεμολυσμένα, τὰ δὲ ἡμίοπτα ταῖς παρειαῖς ἐν τῇ βρώσει τοῦ αἵματος ἀπέσταζεν. Ὡς δὲ ἐνεφορήθησαν, γάλακτος ἐμπιόντες, ὁδοῦ τῆς προκειμένης εἴχοντο. 6. Καὶ ἦν μὲν ὥρα περὶ βουλυτὸν ἤδη·

Ainsi, comme des loups ou des chacals, ils dévoraient les morceaux qu’ils taillaient au fur et à mesure et qu’ils avaient à peine passés au feu, et le sang de la viande à demi-crue leur coulait sur les joues pendant qu’ils mangeaient. Quand ils furent rassasiés, après avoir bu du lait, ils reprirent la route, devant eux. Et c’était l’heure où l’on délie les bœufs…

  • 17 L’association des loups et des chacals, que fait par exemple Aristote (GA 742a9, 746a34, 774b16, H (...)
  • 18 Les relevés de vocabulaire ont été faits à partir du TLG informatisé (Irvine, University of Califo (...)

6Le texte du roman, où la comparaison est marquée par oἷον, n’a pas de modèle unique, mais est le résultat d’un montage17. Les chacals apparaissent deux fois dans l’Iliade18, jamais avec les loups seuls. Le chant XIII (101‑104) réunit loups, chacals et panthères, quand Poséidon compare les Troyens aux biches apeurées qu’ils poursuivent :

Τρῶας ἐφ’ ἡμετέρας ἰέναι νέας, οἳ τὸ πάρος περ
φυζακινῇς ἐλάφοισιν ἐοίκεσαν, αἵ τε καθ’ ὕλην
θώων πορδαλίων τε λύκων τ’ἤια πέλονται
αὔτως ἠλάσκουσαι ἀνάλκιδες, οὐδ’ἔπι χάρμη.

Les Troyens arrivent à nos nefs, eux qui auparavant étaient semblables aux biches craintives qui par la forêt sont la proie des chacals, des panthères et des loups, fuyant toujours en tous sens, lâches ; et elles ne connaissent pas l’amour du combat.

7On voit les chacals au chant XI (473‑481) à propos des Troyens qui entourent Ulysse blessé :

                ἀμφὶ δ’ ἄρ’ αὐτὸν
Τρῶες ἕπονθ’ ὡς εἴ τε δαφοινοὶ θῶες ὄρεσφιν
ἀμφ’ ἔλαφον κεραὸν βεβλημένον, ὅν τ’ ἔβαλ’ ἀνὴρ                   475
ἰῷ ἀπὸ νευρῆς· τὸν μέν τ’ ἤλυξε πόδεσσι
φεύγων, ὄφρ’ αἷμα λιαρὸν καὶ γούνατ’ ὀρώρῃ·
αὐτὰρ ἐπεὶ δὴ τόν γε δαμάσσεται ὠκὺς ὀϊστός,
ὠμοφάγοι μιν θῶες ἐν οὔρεσι δαρδάπτουσιν
ἐν νέμεϊ σκιερῷ· ἐπί τε λῖν ἤγαγε δαίμων                                480
σίντην· θῶες μέν τε διέτρεσαν, αὐτὰρ ὃ δάπτει.

Autour de lui, les Troyens s’avancent comme feraient dans la montagne des chacals roux autour d’un cerf à ramure blessé qu’a touché un homme d’une flèche tirée de son arc ; lui a échappé à l’homme grâce à ses pieds par la fuite, tant que son sang était chaud et que ses genoux se mouvaient ; mais quand le trait rapide le dompte, les chacals carnassiers dans la montagne le déchirent, à l’ombre de la forêt ; un dieu a fait survenir un lion voleur ; les chacals se dispersent en tremblant ; lui dévore…

  • 19 L’image est ici anticipation, puisque les Myrmidons se préparent au combat ; elle apparaît une sec (...)

8Le texte ne livre que la référence animale et l’épithète ὠμοφάγος « qui mange cru », « carnassier ». Dans un passage du chant XVI de l’Iliade (156‑163), où l’on a cette fois une comparaison avec les loups ὠμοφάγοι, se trouve l’image du sang qui souille leurs bajoues19.

                οἳ δὲ λύκοι ὣς
ὠμοφάγοι, τοῖσίν τε περὶ φρεσὶν ἄσπετος ἀλκή,
οἵ τ’ ἔλαφον κεραὸν μέγαν οὔρεσι δῃώσαντες
δάπτουσιν· πᾶσιν δὲ παρήϊον αἵματι φοινόν·
καί τ’ ἀγεληδὸν ἴασιν ἀπὸ κρήνης μελανύδρου                         160
λάψοντες γλώσσῃσιν ἀραιῇσιν μέλαν ὕδωρ
ἄκρον ἐρευγόμενοι φόνον αἵματος· ἐν δέ τε θυμὸς
στήθεσιν ἄτρομός ἐστι, περιστένεται δέ τε γαστήρ·

Eux étaient comme des loups, des loups carnassiers à qui une force indicible emplit le cœur et qui dans la montagne tuent un grand cerf à ramure et le dévorent ; leurs bajoues à tous sont rougies de sang, et en troupe ils s’en vont laper à une source aux ondes noires de leur langue fine l’eau noire, à sa surface, vomissant le sang répandu ; leur cœur ne tremble pas dans leur poitrine, tandis que leur ventre est oppressé.

9C’est ailleurs encore que l’on rencontre le verbe λαφύσσω, quand Agamemnon poursuit les Troyens (Iliade XI.172‑176) :

οἳ δ’ ἔτι κὰμ μέσσον πεδίον φοβέοντο βόες ὥς,
ἅς τε λέων ἐφόβησε μολὼν ἐν νυκτὸς ἀμολγῷ
πάσας· τῇ δέ τ’ ἰῇ ἀναφαίνεται αἰπὺς ὄλεθρος·
τῆς δ’ ἐξ αὐχέν’ ἔαξε λαβὼν κρατεροῖσιν ὀδοῦσι                        175
πρῶτον, ἔπειτα δέ θ’αἵμα καὶ ἔγκατα πάντα λαφύσσει·

les autres continuent à s’enfuir au milieu de la plaine, comme des vaches qu’un lion a toutes mises en déroute en venant au profond de la nuit ; pour l’une d’elles se montre la mort abrupte ; il lui brise le cou en la prenant dans sa puissante mâchoire d’abord ; ensuite, il se repaît avidement de son sang et de ses entrailles.

  • 20 Voir Iliade XVII.64 (= XI.176), XVIII.583, au duel, avec la même mention des entrailles et du sang (...)
  • 21 Les attestations du thème à ‑ττ‑ commencent avec Philon d’Alexandrie, De fuga et inventione 28.4.
  • 22 Voir encore [Lucien] Lucius ou l’Âne, 27, Athénée, Épitomé II.40f ; Eunape I, p. 211.31 Dindorf.

10Λαφύσσω apparaît trois fois chez Homère, dans l’Iliade20. Il est un hapax chez Héliodore, comme la mention des loups et des chacals ; pour le thème du présent, λαφύττω et λαφύσσω se rencontrent en prose à l’époque impériale21, et la forme en – σσ – trois fois chez Philostrate, à propos de lions malades qui se repaissent de singes en Inde, ou du tyran qui dévore tout, dans la Vie d’Apollonios de Tyane (III.4, IV.38), et dans l’Héroïcos (57.15), à propos des juments des Amazones, affolées par Achille à Leukè, qui dévorent leurs cavalières, se repaissant de leurs entrailles, avant de parcourir l’île, couvertes de sang22.

  • 23 DÉLG, s.v. μῶλυς.
  • 24 Τὰ μεμολυσμένα (CUF), avec la variante μεμωλ‑, désigne « ce qui est échaudé » par opposition à la (...)
  • 25 La leçon variante ἡμίθαλπτος, hapax, n’est retenue ni par A. Colonna ni par les éditeurs de la CUF
  • 26 CH, Nat. Mul. 34.61 ; 67 ; Alexis frg. 180 KA ; Trag. Adesp. frg. 327f, 2, TrGF ; Galien, Comm. à (...)

11Dans la broderie homérique qu’il compose, Héliodore use encore d’autres hapax remarquables dans le roman, qui renvoient cette fois à la prose, souvent même à la prose technique, aussi bien qu’à la poésie. Ainsi μεμολυσμένα, de μολύνω, « salir, souiller », donné par les manuscrits, est employé avec le sens de « rôtir, cuire imparfaitement » qui est celui de μωλύω ou μωλύνω (A. Colonna corrige en μεμωλυσμένα), « spécialisé », dit P. Chantraine, « dans deux emplois particuliers : […] “chauffer doucement”, notamment chez Arist[ote] ; […] dans le vocabulaire médical, “mollir, avorter”, […] “rester mou, ne pas se cicatriser” »23 ; la forme μεμολυσμένα rappelle plusieurs textes aristotéliciens qui traitent de cuisson insuffisante, où la tradition hésite entre les deux verbes24. L’adjectif ἡμίοπτος25 « à demi cuit », que je rends par « à demi cru », se rencontre chez le comique Alexis, pour un ragoût mal cuit, dans un fragment de drame satyrique, peut-être, à propos d’un poisson et de son œil, mais aussi dans le Corpus Hippocratique, puis chez Galien ou Athénée26.

  • 27 Le nom est employé une seconde fois dans les Éthiopiques II.23.5. Il signifie « action de manger, p (...)
  • 28 Bρώσις et πόσις se trouvent neuf fois dans les épopées homériques (Il. XIX.210, Od. I.191, VI.209, (...)
  • 29 Voir Janko 1992, p. 410, et pour les témoignages anciens, par exemple, scholie bQV à l’Odyssée IX. (...)
  • 30 On trouve une fois la formule ἀγορὰ πλήθουσα, qui se réfère aussi à l’activité humaine, en IV.7.10

12Le jeu de tissage peut être plus subtil encore : βρώσις a dans notre passage des Éthiopiques le sens de « repas, action de se nourrir » que connaissent les textes de la prose classique à côté du sens de « nourriture »27, alors que le mot n’a chez Homère que la seconde signification « nourriture solide », par opposition à πόσις, « boisson »28. Et l’évocation se termine par l’indication du moment du jour au moyen du terme homérique βουλυτός, hapax encore chez Héliodore. L’Iliade (XVI.779) et l’Odyssée (IX.58) portent ἦμος δ’ἠέλιος μετενίσετο βουλυτόνδε, « mais quand le soleil se mit à tourner vers l’heure où l’on délie les bœufs ». On sait la difficulté qu’il y a à situer ce moment : l’épopée l’associe à la fin de la journée de travail du laboureur, pendant la période du jour où le soleil est visiblement déclinant, après les heures durant lesquelles il reste au haut du ciel et les combats indécis29, quand la prose impériale peut utiliser βουλυτός pour désigner la fin du jour, au coucher du soleil, chez Arrien (L’Inde 41.6), chez Lucien (La Traversée ou Le Tyran 1), ou chez Élien (Nature des Animaux XIII.1.6). Dans le récit des Éthiopiques, d’ordinaire très précis pour les indications temporelles30, la longue marche des deux personnages commence après le repas décrit ; « à l’heure où l’on délie les bœufs », ils gravissent une colline ; Cnémon feint plusieurs fois une diarrhée qui lui permet de fausser compagnie à Thermouthis (II.19.6). Et l’on voit celui-ci, arrivé au sommet, s’asseoir pour attendre « le soir et la nuit » (ἑσπέραν τε καὶ νύκτα ἀναμένων, II.20.1), avant d’entrer au village pour y chercher Thyamis. Le souvenir homérique semble donc bien l’emporter.

13Le tissu de la prose du roman est ainsi doublement marqué, par l’emprunt des éléments homériques, dans le montage qui se révèle à l’étude de détail, et par l’usage d’un vocabulaire auquel il est visiblement recouru pour l’occasion et qui mêle prose et poésie dans les termes mêmes ou dans la distribution des emplois.

  • 31 Pour les théories rhétoriques anciennes, voir J.‑Ph. Guez, au début du présent volume.
  • 32 Je renverrai, après Moulton 1977, à Bonnafé 1983, p. 79‑80 ; Edwards 1991, p. 25‑30.
  • 33 Bonnafé 1983, p. 79.
  • 34 Sur la distribution des comparaisons de l’Iliade et leur rôle dans l’épopée, voir Bonnafé 1983, p. (...)

14Mais il faut encore observer la comparaison elle-même. Dans le roman, le comparant est bref : « Comme des loups et des chacals [ils dévoraient les morceaux qu’ils taillaient au fur et à mesure et qu’ils avaient à peine passés au feu…] », ce que réclame la prose31 et que peuvent offrir les comparaisons homériques, qui ont des formes variées32 : elles présentent un comparant bref, souvent une formule en fin d’hexamètre, ὄρνιθες ὥς (Iliade III.2), λύκοι ὥς (Iliade IV.471, XI.72), par exemple, ou tout aussi bien développé, on l’a vu (Iliade XVI.156‑163). Dans ce dernier cas, elles montrent un tableau qui, en jouant sur le temps à venir du combat, décrit l’univers de référence, pour emprunter à A. Bonnafé33 : des loups carnassiers (ὠμοφάγοι ouvre le vers 157) qui chassent en bande, dévorent, boivent en vomissant le sang, pour en rester au texte cité. Dans les Éthiopiques, l’analogie ne s’appuie à strictement parler que sur l’action de dévorer (ἐλαφύσσον), mais, dans l’univers du récit, pour le comparé, se trouve développée la description d’une pratique humaine dévoyée, le repas des personnages, faite en des termes qui ramènent à Homère et qui, par un effet de retour remarquable, associent pour le lecteur ce repas humain du récit avec les repas sanglants des bêtes féroces que décrivent les analogies de l’Iliade, et dont le roman fait l’économie. Notons que l’emploi, unique chez Héliodore, du pluriel παρειαί, joues des aigles dans l’Odyssée (II.153), joues des hommes dans l’épopée, dans la tragédie et en prose, chez Platon (Politique 270e) ou Xénophon (Cyropédie VI.4.3), achève l’effet de superposition. Ce déplacement est important pour la forme, puisque l’auteur joue de la référence épique pour construire une comparaison élargie en surimpression, pourrait‑on dire, par rapport à la comparaison explicite, imbriquant de plusieurs façons prose et poésie dans une construction étonnante ; il est important pour le fond, puisqu’à l’évidence la comparaison n’illustre pas la cruauté humaine ni la guerre héroïque dans cette scène faite de décalages, on l’a dit, sans pourtant être à dissocier du cheminement profond de l’œuvre, autre manière de reprise homérique34.

  • 35 Voir Morgan 1998, p. 61. Feuillâtre 1966, p. 108, évoque le Cyclope à propos du lait que boit Cnémo (...)

15Le tableau du repas de Cnémon et de Thermouthis évoque sans doute le repas de sauvagerie du Cyclope de l’Odyssée35 ; il peut rappeler aussi les loups de l’Iliade au ventre oppressé (XVI.163), ou, dans un contraste plaisant cette fois, le repas qu’Héraclès fait du bœuf volé à Théodamas – il est arrivé chez le laboureur à l’heure où l’on délie les bœufs –, qu’il cuit, lui, bien à point, en pestant contre la paresse du feu, dit Philostrate (Images II.24) en décrivant la peinture où la scène est figurée. Mais la comparaison des Éthiopiques offre plus exactement un tableau de demi-sauvagerie, puisqu’elle montre une cuisine humaine animalisée, si l’on peut dire, et que Cnémon est un sauvage de circonstance, quand Thyamis, brigand et en réalité le fils de Calasiris, est aussi « quelque peu civilisé », dit l’Athénien (ἔχειν τι καὶ ἥμερον, I.19.2), en somme un demi-sauvage. Et, le rôle de cette première comparaison « homérique » s’observe dans le contexte immédiat du récit, d’abord, puis dans la structure même du roman, en parallèle avec la seconde.

16Cnémon et Thermouthis vont tous deux connaître au bout de la route qu’ils reprennent, après leur repas ensauvagé, un changement d’état. Le second meurt, le premier se transforme. Le récit continue, immédiatement après le passage cité plus haut (Éthiopiques II.19.6‑21.1) :

…ils gravissaient une hauteur, au bout de laquelle se trouvait le village, où, suivant Thermouthis, on avait sans doute emmené Thyamis pour le mettre en prison et peut-être même pour l’exécuter. Cnémon se mit à se plaindre de fortes douleurs d’entrailles provoquées par l’excès de nourriture, et il prétendit que le lait lui avait donné un violent flux de ventre. Aussi priait‑il Thermouthis de prendre les devants ; il ne tarderait pas à le rejoindre. Il recommença son manège, et l’autre ne douta pas qu’il dît vrai […]. L’Égyptien, habitué à ces pauses et mis en confiance, ne s’aperçut pas que son compagnon, à la fin, au lieu de le rejoindre, s’était jeté au plus épais de la forêt et dévalait la pente à toute vitesse. XX. Thermouthis, arrivé au sommet de la colline, se reposa sur une pierre. […] Il ne laissait pas cependant de regarder de tous côtés si Cnémon ne venait pas, car il nourrissait contre lui de mauvais desseins […] Thermouthis s’endormit d’un sommeil de plomb (χάλκεόν τινα καὶ πύματον πνον) qui se prolongea pour lui jusqu’à l’éternité. Un aspic le mordit, ainsi l’avaient voulu sans doute les Moires pour qu’il eût une fin digne de sa vie. […] Cnémon […] n’arrêta pas sa fuite avant que les ténèbres de la nuit viennent interrompre sa course. À l’endroit même où elles le surprirent, il se cacha en amassant sur lui le plus de feuilles possibles (ἑαυτὸν ἐγκρύψας καὶ τῆς φυλλάδος ὅσον πλεῖστον ἠδύνατο ἐφ’ ἑαυτὸν παμήσας [codd. ἐφαμήσας]). Ainsi couché sous elles, il resta une bonne partie de la nuit sans dormir. […] Il vit le jour avec plaisir. Son premier soin fut de couper sa chevelure fort longue. Il l’avait à dessein laissé pousser, quand il était chez les pâtres, afin de ressembler à un brigand. Mais il ne voulait plus maintenant inspirer ni horreur ni défiance. […Les pâtres] savent que la chevelure, si elle donne plus de charme aux êtres d’amour, rend plus effrayants les hommes de proie. XXI. Cnémon retrancha donc de sa chevelure juste ce qu’il fallait pour changer une tête de brigand en une figure d’homme aimable et soigné (ὅσον εἰκὸς ἦν ἔλαττον κομᾶν τοῦ λῃστρικοῦ τὸν ἁβρότερον). (Trad. Maillon, CUF)

  • 36 Feuillâtre 1966, p. 108, renvoie à l’Iliade. La formule χάλκεόν τινα καὶ πύματον ὕπνον se trouve da (...)
  • 37 Élien, Histoire des Animaux X.31.1.

17Thermouthis s’endort d’un « sommeil de bronze » (χάλκεον ὕπνον) qui le promet à la mort que l’expression désigne quand il s’agit d’Amphidamas, tué par Agamemnon, au chant XI de l’Iliade (241)36. Ce sommeil est commenté après un jeu de mots savant : Thermouthis, la « vipère » en égyptien, comme l’atteste Élien37, meurt mordu par son homonyme. Barbare, brigand redoutable et en proie à une passion brutale (II.12.5), Thermouthis était en quelque sorte trois fois sauvage.

  • 38 Voir Feuillâtre 1966, p. 108 ; Nimis 2004, p. 64.

18Cnémon, la nuit venue, se cache sous un amas de feuilles pour y dormir, comme Ulysse à la fin du chant V de l’Odyssée, lorsqu’il est enfin parvenu chez les Phéaciens. La description des Éthiopiques elle-même et deux éléments du vocabulaire, deux hapax dans le roman, ἐγκρύψας et ἐπαμήσας, échos à l’Odyssée, V.482 et 488, assurent du rapprochement à faire38. Et, au matin, Cnémon subit une métamorphose : il coupe sa chevelure trop longue de brigand et adopte celle que porte un homme « plein de séduction, qui plaît » (ὁ ἁβρότερος), ne voulant plus « inspirer ni horreur ni soupçon » à qui le rencontrerait (II.20.5). Mais pour juger de la valeur de ce « retour » ou de cette métamorphose, il faut encore écouter la référence homérique en contraste : quand le sommeil profond d’Ulysse, au chant V de l’Odyssée, le fait renaître au monde mortel, Cnémon a passé une nuit éprouvante, tremblant dans les terreurs et les mauvais rêves. Et, juste après cette nuit, il rencontre Calasiris, un autre personnage à la chevelure longue (II.21.2), cette fois signe d’une fonction sacrée.

  • 39 Voir déjà CUF, I, p. 74, n. 2 ; Feuillâtre 1966, p. 108 ; Garson 1975, p. 138 ; Morgan 2009, p. 271
  • 40 Cf. par exemple Moschos, Mégara 21‑28, Oppien, Halieutiques, V.579‑588 ou Philostrate, Vie d’Apoll (...)

19La seconde comparaison animale du roman (II.22.4) apparaît précisément quand Calasiris se présente à Cnémon et rappelle le malheur qui l’a séparé de ses enfants ; s’appuyant sur le passage célèbre du présage interprété par Calchas au chant II de l’Iliade39 dont la fortune a été grande40, elle témoigne aussi d’une reconstruction significative :

‘Παίδων’ ἔφη ‘πρὸς λῃστῶν ἀφαιρεθεὶς καὶ τοὺς μὲν ἀδικοῦντας γινώσκων ἐπαμῦναι δὲ οὐκ ἔχων εἰλοῦμαι περὶ τὸν τόπον καὶ θρήνοις παραπέμπω τὸ πάθος, ὥσπερ οἶμαί τις ὄρνις ὄφεως αὐτῇ τὴν καλιὰν πορθοῦντος ἐν ὀφθαλμοῖς τε τὴν γονὴν θοινωμένου προσελθεῖν μὲν ὀκνεῖ φεύγειν δὲ οὐ φέρει, πόθος γὰρ ἐν αὐτῇ καὶ πάθος ἀνταγωνίζεται, τετριγυῖα δὲ περιποτᾶται τὴν πολιορκίαν εἰς ὦτα ἀνήμερα καὶ οἷς ἔλεον οὐκ ἐγνώρισεν ἡ φύσις ἀνήνυτον ἱκετηρίαν τὸν μητρῷον προσάγουσα θρῆνον…’

Privé de mes enfants par des brigands, dit‑il, et alors que je connais les coupables, sans pouvoir les défendre, je tourne en rond et j’abandonne mon malheur à la plainte, comme, sans doute, un oiseau, quand un serpent lui ravage son nid et se régale sous ses yeux de sa couvée, hésite à s’en venir, mais répugne à s’enfuir – l’amour et le malheur se le disputent en lui – et piaillant voltige autour du nid investi pour faire résonner en vain à des oreilles sauvages, à qui la nature n’a pas appris la pitié, les plaintes d’une mère qui supplie.

20Deux termes rappellent le texte même de l’Iliade (II.308‑316) :

              δράκων ἐπὶ νῶτα δαφοινὸς
σμερδαλέος, τόν ῥ’ αὐτὸς Ὀλύμπιος ἧκε φόως δέ,
βωμοῦ ὑπαΐξας πρός ῥα πλατάνιστον ὄρουσεν.                     310
ἔνθα δ’ἔσαν στρουθοῖο νεοσσοί, νήπια τέκνα,
ὄζῳ ἐπ’ ἀκροτάτῳ πετάλοις ὑποπεπτηῶτες
ὀκτώ, ἀτὰρ μήτηρ ἐνάτη ἦν ἣ τέκε τέκνα·
ἔνθ’ ὅ γε τοὺς ἐλεεινὰ κατήσθιε τετριγῶτας·
μήτηρ δ’ ἀμφεποτᾶτο ὀδυρομένη φίλα τέκνα·                         315
τὴν δ’ ἐλελιξάμενος πτέρυγος λάβεν ἀμφιαχυῖαν.

un serpent au dos roux, affreux, que l’Olympien même avait fait venir à la lumière, s’élançant de sous l’autel monta vers le platane ; là, il y avait les petits d’un moineau, tout jeunes oisillons, sur la plus haute branche, blottis sous le feuillage ; ils étaient huit, neuf avec la mère qui les avait fait naître ; là, le serpent les mangea pitoyablement, piaillant, tandis que la mère voltigeait alentour pleurant ses petits ; elle, il la prit en s’enroulant, par l’aile, tandis qu’elle poussait des cris.

  • 41 Voir DÉLG s.v. πέτομαι.
  • 42 Le verbe n’est employé que dans le texte d’Homère et chez Sappho, frg. 22 LP.
  • 43 Vie d’Apollonios de Tyane II.4.12, II.11.67 ; Images I.4.3.
  • 44 Je renvoie sur ce point à J.‑Ph. Guez dans le présent volume.

21Philostrate exploite, comme Homère et en renvoyant à lui, l’idée de la figuration d’un nombre à travers le spectacle de huit lionceaux trouvés dans le ventre d’une lionne que les chasseurs ont tuée ; Apollonios estime la durée de son séjour auprès du Grand Roi en comptant les petits comme des mois et la mère comme une année, à la différence de ce que faisait Calchas, précise la Vie d’Apollonios de Tyane (I.22). Dans le texte d’Héliodore les points de contact avec l’Iliade sont aussi frappants que les différences. Au nombre des premiers, l’image même du serpent qui attaque les oiseaux et les formes de deux verbes hapax dans le roman, περιποτᾶται et τετριγυῖα. Le premier, composé de ποτάομαι « voleter »41, poétique, à côté de πέτομαι, comme ἀμφιποτάομαι42, rappelle Sophocle et l’emploi de l’Œdipe Roi (482), le second, le participe parfait féminin τετριγυῖα, répond au masculin du chant II de l’Iliade, mais évoque aussi les âmes qui poussent de petits cris dans l’épopée, celle de Patrocle (Iliade XXIII.101), ou celles que mène Hermès au chant XXIV.9 de l’Odyssée, ou bien les cris des dos d’Ajax et d’Ulysse dans le duel des Jeux du chant XXIII de l’Iliade (714) ; mais le verbe trouve des emplois variés en prose, et les cris des âmes figurent encore par exemple chez Philostrate43. Ces rappels enchâssés ne vont pas sans des différences notables : les enfants de Calasiris ne sont pas morts mais enlevés, lui-même est vivant, en proie à la douleur, partagé entre l’amour fidèle et la peur d’intervenir. Le désespoir et la peur sont déjà présents dans la Mégara de Moschos (21‑28), l’une des reprises connues de l’image de l’Iliade, où l’épouse d’Héraclès pleure ses enfants. Héliodore y trouve peut-être la structure de la comparaison, qui n’est pas homérique, et dont la marque d’atténuation qui l’accompagne (οἶμαι, « à mon avis, sans doute ») souligne probablement l’audace en prose44 ; il ajoute au tableau développé du comparant une notation d’importance : les plaintes de l’oiseau qui supplie sonnent à des oreilles « sauvages » (εἰς ἀνήμερα [ὦτα]).

  • 45 Voir Alaux et Létoublon 1998, p. 152‑160.
  • 46 Voir Létoublon 1993, p. 94‑95.

22Cela invite à dérouler plusieurs fils, alors que l’image est explicitée par Calasiris à la fin du récit fait à Cnémon, au livre V (33.3), où le narrateur réunit une dernière fois Cnémon et Thermouthis (V.4.3) en renvoyant au récit du livre II. Les deux comparaisons animales du livre II créent un parallèle formel entre Cnémon et Calasiris, comme les allusions tragiques émaillent les récits de leur sort à tous deux45. Et, détail remarquable encore, dans un effet de boucle, comme ἀμφὶ βουλυτόν marque le moment décisif où Cnémon reprend la route avec Thermouthis avant la nuit qui le transforme au livre II, au livre V, pour indiquer le moment où les pirates de Trachinos vont rattraper le cargo qui emmène Calasiris, Théagène et Chariclée de la Crète vers la Libye, Héliodore met ces mots dans la bouche de Calasiris (V.23.2) : ἦν μὲν ἤδη τῆς ἡμέρας ὅτε ἀρότρου βοῦν ἐλευθεροῖ γηπόνος, « c’était le moment du jour où le laboureur libère son bœuf de la charrue ». La formulation, à son tour unique dans le texte, semble traduire en prose une expression qui était dans son emploi un souvenir homérique – le vent se calme d’abord avant de tomber tout à fait avec la nuit ; et l’écho qui s’entend rapproche et éloigne à la fois l’aventure de Cnémon, roman d’amour dans le roman46, du voyage des jeunes gens et du prêtre de Memphis ; il invite aussi à revenir au thème de la sauvagerie et au sens de l’œuvre.

23Quand Héliodore ajoute, semble-t‑il, à l’image des oiseaux dévorés par le serpent dont Calasiris fait le début énigmatique de son récit la mention des plaintes qui sonnent εἰς ὦτα ἀνήμερα, « à des oreilles sauvages » (II.22.4), c’est précisément un voyage hors de la sauvagerie que font Théagène et Chariclée jusqu’aux confins du monde. Mais la sauvagerie que quittent les jeunes gens a plusieurs visages.

  • 47 L’adverbe est un hapax dans le roman, comme l’adjectif θηριώδης (I.15.5), voir infra.

24En Éthiopie règne Hydaspe, roi dont la vertu est précisément la bienveillance envers ses sujets (τὸ τοὺς ὑπηκόους […] ἥμερον, X.3.3), qui lui vaut de leur part « un amour filial » (πατρικόν τινα ἔρωτα) ; et Chariclée est amenée « à sa bienveillance » (πρὸς τὸ [σὸν] ἥμερον, X.34). Mais la jeune fille et Théagène, opposé à un Éthiopien « monstrueux et à la rudesse de bête brute » ([ὄγκον] … πελώριον καὶ θηριωδῶς47 τραχυνόμενον, X.31.5), sont menacés d’être sacrifiés. Les Gymnosophistes qu’Héliodore n’a pas voulus Indiens font cesser les sacrifices cruels, et les jeunes gens trouvent à Méroé l’union légitime (X.40), la reconnaissance de leur identité et l’accès à une condition supérieure, proche du divin, en devenant prêtre d’Hélios et de Séléné (X.41.1). Ainsi l’amour d’un couple « pour ainsi dire immortel » (III.4.8), la sagesse et la beauté adoucissent, civilisent les bouts du monde, qui restaient en partie marges sauvages, sous l’égide des dieux, comme la beauté retient la violence des barbares, et comme même l’œil d’un étranger se fait bienveillant (ἡμεροῦται) à la vue d’un spectacle qui charme (V.7.3).

  • 48 On trouve encore ἥμερος en I.19, à propos de Thyamis, à demi civilisé, on l’a vu ; en II.18, à pro (...)

25Mais la sauvagerie à laquelle Théagène et Chariclée échappent, c’est aussi celle des pirates, bien sûr, et celle de l’amour, du moins de la passion cruelle et illégitime, réunies dans Thermouthis, on l’a vu. Et les emplois d’ ἥμερος et d’ ἀνήμερος dans le roman48 imbriquent les formes du sauvage. Cnémon, en Grèce, est aimé par Démaenété, la seconde épouse de son père, cette passion lui vaut le faux amour de sa servante, Thisbé, au service de sa maîtresse, et les pièges d’une femme « brutale et sauvage » (θηριώδης καὶ ἀνήμερος, I.15.5) : Démaenété dit elle-même qu’elle regrette sa tyrannie ([ὥσπερ οὐκ ἐρῶσά τινος ἀλλ’] ἄρχουσα) et de ne pas avoir attendu que le temps et la persuasion amènent le jeune homme à être moins « sauvage », pour jouer du mot en français aussi (πρὸς τὸ ἡμερώτερον, I.15.5). À Memphis, Arsacé appelle ἄτεγκτος et ἀνήμερος Théagène qui refuse son amour (VII.20.5) ; ἡμέρως et φιλοφρόνως qualifient assez ironiquement, dans la bouche du jeune homme qui a compris la menace qui pèse sur lui, la manière dont la sœur du grand Roi, épouse du satrape Oroondatès, le traite d’abord (VII.24.5), avant de lui faire subir les pires souffrances.

  • 49 L’adjectif est employé sept fois dans le roman. Toutes les occurrences sont citées dans l’analyse.

26Parallèlement, il faut observer la distribution des emplois d’ ἅβρος49, « séduisant, propre à plaire ». Le demi-sauvage Cnémon dépouille son apparence de brigand en se donnant la chevelure qu’a l’homme qui plaît (τὸν ἁβρότερον, II.21.1), on l’a vu, et l’adjectif apparaît quand il est question d’amour humain, de désir et de passion, légitimes ou non. À Naucratis, le jeune Athénien, qui n’avait jamais aimé, dit Calasiris (VI.5.4), s’éprend de Nausiclée, comme le voulait le père de la jeune fille, le marchand de Naucratis, qui la pare et la fait apparaître « plus séduisante qu’à l’ordinaire » (ἁβροτέραν τοῦ εἰωθότος, VI.6.1). L’adjectif ἅβρος qualifie de même d’autres personnages parés pour plaire, Démaenété (I.17.1) qui veut séduire Cnémon, ou Alcamène, le neveu de Chariclès, présenté en vain à Chariclée, à Delphes (IV.7.11).

  • 50 L’épithète, hapax en grec, est évidemment à double entente pour une Perse dont les Grecs moquaient (...)

27Mais l’intéressant est qu’après le traitement « plus plaisant que son ordinaire » (δίαιταν…ἁβροτέραν τῆς οὔσης, I.24.2) que Thyamis réserve à ses captifs Grecs parce qu’il est amoureux de Chariclée qu’il veut épouser, après la métamorphose et le mariage impromptu de Cnémon avec Nausiclée, ἅβρος ne s’applique plus qu’à la séduction de ceux dont la passion cruelle fait le malheur de qui elle touche ; c’est la passion d’Arsacé, éperdument éprise d’abord de Thyamis : elle offre à Pétosiris l’occasion de dénoncer faussement son frère à Oroondatès ; elle lui permet de le spolier de la prêtrise qui lui revenait, et de le contraindre à se faire brigand, avant de devoir se livrer à un duel fratricide à Memphis, alors qu’il y était revenu en l’absence du satrape à la tête des Bessains, un duel que l’apparition de Calasiris évite finalement (VII.1‑11). Éprise ensuite jusqu’à la folie (VII.9.25) de Théagène, arrivé à Memphis aux côtés de Thyamis qui l’avait libéré de Mitranès, Arsacé est qualifiée par Cybèle, sa servante grecque chargée d’émouvoir le jeune homme, de φιλέλλην et φιλάβρος (VII.12.5), « qui aime les Grecs et la séduction »50 ; elle est femme « qui aime les jeunes gens séduisants et vigoureux », ajoute la vieille servante (χαίρουσα τοῖς ἁβροτεροῖς καὶ ἀγερωχοτέροις τῶν νέων, VII.19.7), et Arsacé se farde « pour se faire séduisante » (πρὸς τὸ ἁβρότερον, VII.19.1) devant Théagène insensible, qu’elle va ensuite persécuter.

28Ces entrelacements de l’amour, du mariage et du sauvage dessinent aussi les cercles du roman, selon une image désormais connue, et comme des degrés dans les histoires d’amour. L’histoire de Cnémon le mène d’Athènes en Égypte, mais aussi des tribulations de la passion à l’amour dans l’union légitime, de la vie de brigand à la rencontre de Théagène et Chariclée et de Calasiris. Mais ce faux Ulysse, personnage bien éloigné du monde épique et de l’excellence héroïque, qui trouve au loin ce qu’il n’avait pas en Grèce, abandonne le voyage, trop heureux de saisir la chance qui lui est offerte par Nausiclès ; il abandonne avec lâcheté et mauvaise foi (VI.7‑11.2) Calasiris et Chariclée, qui ne regrette pas ce compagnon peu sûr (VI.7.8), à la recherche de Théagène, et disparaît de l’œuvre à leur départ (VI.11.1). Son roman n’unit que la Grèce et l’Égypte, et les jeux de la séduction, de l’amour et de la vengeance y demeurent tout humains. À l’opposé, l’histoire de Théagène et de Chariclée, contemplés à Delphes par le Soleil et par la Grèce dans une beauté bien au‑delà de la séduction (III.4.8) et qui unissent par leur mariage la Grèce et l’Éthiopie, paraît bien être l’histoire plus élevée des vicissitudes humaines, de la souffrance et de la perte de soi résolues dans un monde des confins que l’excellence et la connaissance la plus haute gouvernent. En Égypte, intermédiaire et protéiforme comme Calasiris, où commencent les Éthiopiques, avec la vision du malheur et de la valeur des deux héros, où finit dans le texte le voyage de Cnémon, lieux et personnages sont un mélange à démêler : Thermouthis, barbare, brigand, en proie à la passion, meurt ; Arsacé, princesse perse, toute passion, mensonge et cruauté, privée de Thyamis et de Théagène, promise à une mort certaine, la devance et se pend (VIII.15.2) ; Thyamis, qui mesure son désir pour Chariclée et y pare (I.24.3), et Calasiris, que son seul désir pour Rhodopis avait poussé à s’exiler, qui a voulu d’abord fuir le destin de ses fils perdus (II.24.1‑6), aident au parcours des jeunes gens et retrouvent l’amour familial, leur rang et la proximité des dieux, échappant l’un à la brutalité et à l’injustice, l’autre à la pire des tragédies, avant sa mort (VII.7‑8, 11). Et l’on retrouve ainsi des schémas qui ont été mis en évidence dans la construction de l’œuvre.

29Homérique, le roman des Éthiopiques l’est à coup sûr si l’on considère la présence presque constante des allusions aux épopées dans le texte, sous des formes diverses. Homériques, les deux comparaisons animales du roman le sont évidemment aussi, selon un vocabulaire habituel. Énigmatiques, l’une et l’autre à des titres différents, elles s’intègrent dans le contexte immédiat du récit et dans l’intrigue, comme des annonces à lire en parallèle, éloignant finalement les personnages du monde épique en même temps qu’elles montrent les facettes sérieuses et plaisantes d’un thème qui organise aussi le roman.

  • 51 Pour d’autres exemples, voir J.‑Ph. Guez dans ce volume.

30Mais l’une et l’autre se détachent d’Homère par la manière dont le texte est fabriqué. Héliodore fait une broderie de contrastes et associe à plaisir termes ou formes poétiques et termes ou formes d’une prose souvent familière ou technique ; et le dialogue connu avec des auteurs du iie et du iiie siècle après J.‑C., que les rapprochements confirment, est peut-être à souligner de nouveau. Surtout, l’auteur emploie la structure de la comparaison en jouant visiblement du schéma épique et en paraissant, chaque fois, aller au plus loin des écarts possibles entre prose et poésie51 pour mieux les réunir ou même les confondre, et définir ou revendiquer une écriture nouvelle.

Notes

1 Les citations sont ici entendues comme texte emprunté et reproduit, par opposition à « l’allusion, la réminiscence, la paraphrase, le proverbe », Robiano 2000, p. 511.

2 Robiano 2000, p. 523, pour les deux citations.

3 Robiano 2000, p. 526.

4 Pour « the art of allusion » et l’étude des phénomènes d’intertextualité dans le roman grec, voir, par exemple, Alaux et Létoublon 1998 ; Létoublon 2008a.

5 Voir aussi Garson 1975.

6 Sandy 1982, p. 157 et 165‑167 ; Morgan 2009, p. 271.

7 Scholies bT à Il. XIII.71‑72, ἴχνια γὰρ μετόπισθε ποδῶν ἠδὲ κνημάων / ῥεῖ’ ἔγνων ἀπιόντος… : Τὸ δὲ ῥεῖα πρὸς τὸ ἀπιόντος· ῥᾳδίως γὰρ ἀπηλλάγη ὡς θεός. Calasiris ajoute un jeu sur ῥεῖ et ῥεῖ’ [α].

8 Voir Winckler 1982, p. 102 ; Sandy 1982, p. 155‑156 ; Whitmarsh 1998, p. 104‑107.

9 L’importance de ce point a été soulignée par Winckler 1982, p. 102.

10 Voir Whitmarsh 1998, p. 96‑99 ; 1999, p. 23‑32. Voir en outre, avec des approches diverses, Dowden 1996, p. 280‑282 ; Nimis 2004, p. 62‑65 ; Elmer 2008, p. 412‑416.

11 Voir Létoublon 1993, p. 126‑136 ; Dowden, 1996 ; Hunter 1998b, p. 44‑48 ; Whitmarsh 1998, p. 122‑124 ; 1999, p. 20‑26 ; Morgan 2009, p. 268‑280 ; 2012, p. 266.

12 La critique se partage entre une datation au iieiiie siècle ap. J.‑C. (Robiano 2009, par exemple), ou au ive siècle ap. J.‑C. (Morgan 2009, p. 280‑281 ; 2012 ; Malosse 2012).

13 Voir par exemple Whitmarsh 1998, p. 99.

14 Feuillâtre 1966, p. 108, renvoie à Iliade XVI.156‑159 (comme CUF, I, p. 69, n. 4), cf. aussi p. 79 et n. 14 ; Morgan 1998, p. 61‑62, renvoie à Iliade XI.474 sq. et XVI.158 sq.

15 Voir Morgan 1998, p. 61‑62, qui évoque l’hétéroglossie bakhtinienne à propos du vulgarisme possible qui désigne la diarrhée de Cnémon.

16 Le texte grec cité est celui de la CUF.

17 L’association des loups et des chacals, que fait par exemple Aristote (GA 742a9, 746a34, 774b16, HA 507b17) avec une tout autre préoccupation, n’a pas de parallèle exact dans la poésie hellénistique (cf. Théocrite, Id. I.71, 115).

18 Les relevés de vocabulaire ont été faits à partir du TLG informatisé (Irvine, University of California, 2000).

19 L’image est ici anticipation, puisque les Myrmidons se préparent au combat ; elle apparaît une seconde fois dans l’Odyssée XXII.404‑405, à propos d’Ulysse couvert de sang après le massacre des Prétendants.

20 Voir Iliade XVII.64 (= XI.176), XVIII.583, au duel, avec la même mention des entrailles et du sang, et en dehors de la poésie épique, Eupolis frg. 166 KA, Aristophane, Nuées 52.

21 Les attestations du thème à ‑ττ‑ commencent avec Philon d’Alexandrie, De fuga et inventione 28.4.

22 Voir encore [Lucien] Lucius ou l’Âne, 27, Athénée, Épitomé II.40f ; Eunape I, p. 211.31 Dindorf.

23 DÉLG, s.v. μῶλυς.

24 Τὰ μεμολυσμένα (CUF), avec la variante μεμωλ‑, désigne « ce qui est échaudé » par opposition à la nourriture bouillie, Météor. 381a21 ; cf. τὰ μολυνόμενα (codd., CUF), corr. en μωλ‑ par Peck, GA 776a1. Voir dans le Carmen De viribus herbarum la formule μωλυθεῖσα πυρί σμαλερῷ, « chauffée à feu vif », à propos d’une herbe (101, cf. 138). Μωλύω est majoritairement attesté dans les traités hippocratiques, chez Galien, parfois en composition, puis chez Oribase (XIII.6.2) ; mais Hésychius glose μεμωλυσμένη dans la Phèdre de Sophocle (frg. 693 TrGF) par παρειμένη, « épuisée, affaiblie ».

25 La leçon variante ἡμίθαλπτος, hapax, n’est retenue ni par A. Colonna ni par les éditeurs de la CUF.

26 CH, Nat. Mul. 34.61 ; 67 ; Alexis frg. 180 KA ; Trag. Adesp. frg. 327f, 2, TrGF ; Galien, Comm. à Épidémies I (vol. 17a, p. 235 Kühn) ; Athénée IX.381a. Voir aussi Socrate de Constantinople, Hist. Eccl. III.15 et Sozomène, Hist. Eccl. V.11.3, à propos du supplice du feu infligé à des Chrétiens.

27 Le nom est employé une seconde fois dans les Éthiopiques II.23.5. Il signifie « action de manger, prise de nourriture » dans les textes du ive siècle avant J.‑C., chez Platon, plusieurs fois, chez Xénophon (Mémorables I.3.15), et dans le Corpus Hippocratique, Épidémies V.6.1, par exemple.

28 Bρώσις et πόσις se trouvent neuf fois dans les épopées homériques (Il. XIX.210, Od. I.191, VI.209, 246, 248, X.176, XII.320, XIII.72, XV.490).

29 Voir Janko 1992, p. 410, et pour les témoignages anciens, par exemple, scholie bQV à l’Odyssée IX.58 à βουλυτόνδε· Λέγει δὲ τὴν κλίσιν τῆς ἡμέρας, ἑβδόμην ὥραν ; scholie D à Iliade XVI.779, Βουλυτόνδε. Ἐπὶ τὴν ἑσπέραν. Δείλης. Eustathe, Comm. ad Odysseam 1, p. 323, l.8, Τὸ δὲ μετενείσσετο βουλυτόνδε, οὐχ ὡς ἐπὶ τόπου νοητέον τοῦ βουλυτοῦ, ἀλλ’ ὅτι μετεπορεύετο μετὰ τὴν τῆς ἡμέρας αὔξησιν ὁ Ἥλιος κατὰ ὥραν βουλυτοῦ. ὃς ἢ μεσημβρία ἐστὶν, ἢ ὀλίγον τι μετὰ μεσημβρίαν, ὅτε βόες λύονται τοῦ κάμνειν ὡς καὶ ἐν Ἰλιάδι δεδήλωται. Pour les débats modernes, voir encore Aristophane, Oiseaux 1500, et Dunbar 1995, p. 696, ou Aratos, Phénomènes 583, 825, 1119, et Martin 1998 (CUF).

30 On trouve une fois la formule ἀγορὰ πλήθουσα, qui se réfère aussi à l’activité humaine, en IV.7.10.

31 Pour les théories rhétoriques anciennes, voir J.‑Ph. Guez, au début du présent volume.

32 Je renverrai, après Moulton 1977, à Bonnafé 1983, p. 79‑80 ; Edwards 1991, p. 25‑30.

33 Bonnafé 1983, p. 79.

34 Sur la distribution des comparaisons de l’Iliade et leur rôle dans l’épopée, voir Bonnafé 1983, p. 82‑92 ; Edwards 1991, p. 30‑34 ; Ready 2011.

35 Voir Morgan 1998, p. 61. Feuillâtre 1966, p. 108, évoque le Cyclope à propos du lait que boit Cnémon.

36 Feuillâtre 1966, p. 108, renvoie à l’Iliade. La formule χάλκεόν τινα καὶ πύματον ὕπνον se trouve dans l’Hymne à Hermès 289 (cf. CUF, I, p. 70, n. 2).

37 Élien, Histoire des Animaux X.31.1.

38 Voir Feuillâtre 1966, p. 108 ; Nimis 2004, p. 64.

39 Voir déjà CUF, I, p. 74, n. 2 ; Feuillâtre 1966, p. 108 ; Garson 1975, p. 138 ; Morgan 2009, p. 271.

40 Cf. par exemple Moschos, Mégara 21‑28, Oppien, Halieutiques, V.579‑588 ou Philostrate, Vie d’Apollonios de Tyane I.22, pour les auteurs non chrétiens.

41 Voir DÉLG s.v. πέτομαι.

42 Le verbe n’est employé que dans le texte d’Homère et chez Sappho, frg. 22 LP.

43 Vie d’Apollonios de Tyane II.4.12, II.11.67 ; Images I.4.3.

44 Je renvoie sur ce point à J.‑Ph. Guez dans le présent volume.

45 Voir Alaux et Létoublon 1998, p. 152‑160.

46 Voir Létoublon 1993, p. 94‑95.

47 L’adverbe est un hapax dans le roman, comme l’adjectif θηριώδης (I.15.5), voir infra.

48 On trouve encore ἥμερος en I.19, à propos de Thyamis, à demi civilisé, on l’a vu ; en II.18, à propos du village civilisé, c’est-à‑dire protégé des pâtres brigands, où attendront Théagène et Chariclée ; ἡμερόω (V.7.3) est un hapax dans le roman. Ἀνήμερος n’apparaît que trois fois (I.15.5, II.22.4 et VII.20.5).

49 L’adjectif est employé sept fois dans le roman. Toutes les occurrences sont citées dans l’analyse.

50 L’épithète, hapax en grec, est évidemment à double entente pour une Perse dont les Grecs moquaient la truphè, et le texte transmis doit être correct (pour la conjecture φιλάνθρωπος, cf. CUF, III, p. 135 et n. 2). Φιλλέλλην revient dans la bouche de Théagène qui ne veut pas pour un temps Cybèle ou sa maîtresse, en VII.19.8.

51 Pour d’autres exemples, voir J.‑Ph. Guez dans ce volume.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search