Version classiqueVersion mobile

Roman grec et poésie

 | 
Michel Briand
, 
Michèle Biraud

3. Effets de rythme, jeux de structure

Rythme et concomitance dans les Éthiopiques d’Héliodore

Martin Steinrück

Résumé

Y a-t-il un rapport entre la figure de concomitance très marquée dans les Éthiopiques et le rythme de prose d’Héliodore ? Par une méthode contrastive des différents types de rythme (clausules quantitative et accentuelle, nombre de syllabes et de côla) les passages les plus importants sont analysés. On peut en dériver une définition du discours indirect libre en tant que phénomène de concomitance qui va volontiers de pair avec un rythme de côla sériel, en tant que phénomène stylistique de la norme.

Texte intégral

1Il a pu sembler hors de propos d’écrire un texte sur le rythme de la prose pour comparer la prose à la poésie, mais il y a trois raisons de voir le rythme de prose comme un héritage de la tradition poétique.

2A) Au iie siècle de notre ère, à une époque qui pousse Tacite à suggérer que faire des vers n’est plus digne d’un homme adulte, plus tard au ive siècle, lorsqu’Eunape affirme que seuls les Grecs d’Égypte aiment encore lire de la poésie, ou que l’empereur Julien ne craint pas de se montrer provocateur en faisant remarquer que la poésie est quasiment interdite par la loi, il n’y a plus de poésie dans la classe supérieure qui se détourne complètement de ce genre pour devenir une adepte de la prose rythmée : la norme de la prose rythmée a repris les deux rôles simultanément, tandis que la seule poésie qui subsiste encore est à chercher du côté des classes populaires.

3B) Revenons en arrière. Alors que Pindare affirmait que le « texte chanté » (traduction un peu osée de humnoi) était le « maître » de l’instrument musical (anaxiphormigges), ce qui signifie que la musique doit suivre les quantités de la langue, à la fin du ve siècle avant notre ère, l’ancienne mousiké a été détruite par les musiciens, qui considéraient que la mélodie pouvait imposer une durée musicale à n’importe quelle forme syllabique. Le musicien Damon, selon le témoignage de Platon dans la République, a défini le « nouveau rythme » par l’introduction d’un rapport d’égalité, d’une équivalence (que nous sommes enclins à accepter comme un « toujours déjà »), entre les deux parties d’un metron dactylique, le longum et le biceps : ἴσον ἄνω καὶ κάτω τιθέναι. L’ancien principe du rythme musical ne survivait donc qu’à travers la transposition, dans le rythme de prose, des différents types de rythmes de la poésie. Le rythme de prose antique est donc bien un héritage de la poésie archaïque et classique. Quand, au ve siècle de notre ère, ce système perd ses bases linguistiques par la disparition de l’accent musical et par l’introduction de la monochronie vocalique, la prose reprend à nouveau des forces dans la poésie, populaire cette fois-ci, en expérimentant le rythme accentuel qui s’est imposé.

4C) Les concepts de prose et de poésie, au début de l’époque impériale, ne s’inscrivaient déjà plus dans un système d’opposition du type des enantia qui caractérisent l’époque classique et archaïque, mais dans un schéma de norme et d’écart/supplément. Ce schéma s’applique aussi bien à l’intérieur de la prose, où la norme, du moins au premier siècle de notre ère, coïncide avec l’étiquette d’« atticisme », tandis que l’« asianisme » constitue un écart, presque inexistant officiellement, mais bien présent malgré tout sous d’autres étiquettes, qu’au couple « prose et poésie », où la prose figure la norme et la poésie l’écart. Or l’une des réalisations du schéma norme-supplément est la séquence série-vignette, une forme bien répandue et dont nous aimerions présenter ici deux exemples : la vignette est un résidu du style asianiste, une sorte de cerise sur le gâteau qui peut montrer comment la prose rythmée a englouti l’opposition prose- poésie. Mais passons à l’analyse même.

  • 1 Je distingue ici ce concept du simple phénomène de bivocalisme, cf. Mellet et Vuillaume 2000. Voir (...)
  • 2 À l’appui de cette thèse, cf. Steinrück 2009.

5Le but de ces pages est de comparer le discours indirect libre (ou ce qui peut y correspondre en grec tardif) au rythme de prose. Ce type de discours indirect libre se définit ici comme l’usage du vocabulaire ou du point de vue d’un personnage intégré au discours du narrateur. L’intérêt de cette superposition de deux voix est qu’elle demande au lecteur de percevoir deux choses différentes en même temps. Elle peut donc être considérée comme l’un des multiples phénomènes de concomitance1,si rares à l’époque archaïco-classique ou hellénistique, mais qui deviennent une marque caractéristique de l’époque impériale et, encore plus de l’Antiquité dite tardive. De façon générale, je pense que la concomitance dans le domaine de la littérature est plus prolifique à cette époque parce que, davantage que les époques précédentes, elle travaille avec le concept de norme2. Penser qu’une action continue pendant qu’une autre démarre est plus facile si l’on considère la nouvelle action comme l’écart d’une norme qui serait la première action.

  • 3 Denys d’Halicarnasse, dans l’introduction aux Orateurs anciens, cf. Hidber 1996, p. 30‑39. On trou (...)
  • 4 Rhétorique 1209a, sur les conséquences morales d’un tel style de vérité, voir Hermogène, Id. 306. (...)
  • 5 Démétrios, Du style 205, avec l’exemple du début de la République de Platon et d’un passage d’Esch (...)
  • 6 Rythme ne se définit pas par la répétition, mais est un vieux mot pour la forme de vases, d’objets (...)
  • 7 P. ex. Steinrück 2013a, p. 435.

6Or l’origine même de la norme impériale est la norma loquendi, le nom qu’Horace (Ars poetica 77) donne aux restrictions lexicales et rythmiques que César et son entourage ont introduites, et auxquelles Cicéron ou Denys d’Halicarnasse se réfèrent sous le nom d’atticisme, nom qu’ils nous ont transmis3. La tradition atticiste remonte, au niveau de la forme (et dans ce sens aussi au niveau du rythme), à la tradition hésiodique du catalogue, mais en prose à Lysias, ou, comme le dit Aristote dans la Rhétorique 1409a, à Hérodote : Aristote appelle cette tradition le style sériel, l’eiroméné, la tradition où le prosateur utilise le premier type de rythme dont on traitera ici, le rythme des côla, pour créer, par l’impression d’un numerus répété – pas forcément de syllabes, car c’est souvent un jeu rythmique local qui s’y lie – d’unités micro-syntaxiques, ce flux léger que l’on confond volontiers avec la clarté ou la sincérité, la vérité4. Il s’agit d’un rythme dit extérieur, la répétition du même nombre de côla. César joue par exemple au début du Bellum Gallicum sur les trois divisions de la Gaule avec une série ternaire, les trimetra côla, pour lesquels, selon Démétrios, Platon déjà était connu5. Après une série de phrases de ce type, on peut changer et glisser à une série de deux, trois, cinq côla. Depuis le Discours 7 de Dion de Pruse et jusqu’à l’époque byzantine, on peut trouver, mais uniquement à la fin d’une unité imposée par l’épuisement du sujet, comme écart, comme ornement, la forme qu’Aristote avait opposée à l’eiroménè : le style périodique, la katestramménè6. J’appelle cette fin la vignette7. Dans les deux passages des Éthiopiques que j’ai choisis, on trouve trois fois exactement cette forme, qui me rappelle un peu les basiliques :

Phrasegroupescôlaverbepdvforme
142impf.narr. (descr.)série
14impf.narr. (descr.)série
232impf.pers. narr.série
332aucunnarr.série
472impf/pqpfnarrsérie
532impf.narr.maisona
642impf.narr.maison
752impf.narr.série
831 = 2impf. aor.narr.série
924prés.descr.série
1014pqpfpers.série
22impf.pers.série
1124impf.narr.série
1214impf.narr.période
12
14
1325aor./impf.narr.série
1462impf.narr.série
1552impf. aor. pr.narr.série
1624aor.narr.série
1714pr.commentateursérie
1835aor.dial.série
1932pqpf. pr.dialsérie
2042impf.série
2112pr. impf.période
15
12
Note :
a
 : Le terme maison (emprunté au terme ikos ou bajt, une stance dans la poésie issue de Roman le Mélode, voire de la poésie arabe) désigne ici une forme qu’on trouve plus souvent à l’époque byzantine (Théodore Prodrome, Glycas) : plusieurs vers ou plusieurs côla de prose unis par la répétition, à la fin, d’un mot ou d’une clausule du début. Ce n’est ni une période aristotélicienne (le tournant au centre manque) ni une période tardive, hermogénique (le changement de discours, l’embolé, manque au centre).

 

Phrasegroupescôlaverbepdvforme
123impf.narr./regardsérie(Calasiris dort)
243aor. impf.personnesérie
333impf.personnesérie
424impf.narr. écoutesérie
514ἦν /disc indsérie = 12
614aor.disc. ind, pers.maison
42impf. = 12
43impf.dial. disc. ind.série = 12
826ἔφηdisc. dir.série = 12
933disc. dir.série
1032disc. dir.série
11110disc. dir.série = 10
25disc. dirsérie = 10
1216impf. aor. plqpfnarr.période
15
14
  • 8 Von Arnim 1893‑1896. Petit 1902, p. 446‑463. Pour le Discours 13 de Thémistios, J. Schamp a mis à (...)
  • 9 Bally 1912, p. 549‑556, 597‑606.

7Il s’agit de trois séquences dont les unités augmentent peu à peu pour arriver à la taille d’une période. Thémistios fait exactement la même chose dans son Discours 13, Dion dans son Olympikos (Discours 12), Lucien dans son Peregrinus ou Eugénianos dans son Épitaphe pour Théodore8. J’ai choisi ces formes comme le cadre d’une recherche plutôt linguistique que poétique, parce que ce rythme de répétition subtile qu’est la série crée une norme en ce qu’elle n’est perceptible que comme une continuation, et joue sur la période comme une forme de l’écart. On s’attendrait donc à ce que le discours indirect libre, comme d’autres phénomènes de concomitance, y figure plus souvent que dans les périodes qui forment des vignettes finales, ce qui se vérifie à l’échelle du roman. Mais ce constat ne peut servir de base à l’analyse que dans les cas où il y a opposition, et c’est sur ce critère que le corpus présenté ici a été retenu : on peut montrer que le discours indirect libre tel que défini plus haut, et non dans le sens large que proposent M. Biraud et S. Mellet (2000), est présent dans les séries qui précèdent les vignettes, mais pas dans les périodes finales. Face à la guerre des philologues selon leur appartenance à une tradition linguistique et littéraire, j’ai choisi deux passages qui permettent de définir ce que nous voulons entendre par discours indirect libre : il s’agit d’une sorte de mise en abyme de la lecture, qu’Héliodore propose une fois dans son fameux début et une fois en 6.14.2, la fin du livre 6, où Chariclée et Calasiris deviennent les témoins involontaires d’une théurgie, d’un prodige magique, mais selon le néoplatonisme, interdit. On trouve dans ces deux passages deux cas de figure distincts : le premier cas serait un discours indirect libre selon la définition traditionnelle, mais je ne choisis pas de le traiter comme tel. Il s’agit de situations dans lesquels un lecteur I (nous) regarde la même image qu’un lecteur II, un lector in fabula. Les brigands, au début du texte, regardent le même spectacle que le lecteur, sont une image du lecteur, tout comme, à la fin du livre 6, Calasiris et Chariclée sont l’image du lecteur, de sorte que leur découverte devient une découverte du lecteur I, et finit en autoréférence. Ce sont des cas de concomitance où la superposition des regards est parfaite. Mais quand l’observation est clairement celle du lecteur II, je parle d’un discours indirect libre sans tenir compte de la définition de Bally9.

81 (Hél. 1.1)

Acc.syll.quant.
Ἡμέρας ἄρτι διαγελώσης4110υυ – –
καὶ ἡλίου τὰς ἀκρωρείας καταυγάζοντος,
 
3214– – – –
ἄνδρες ἐν ὅπλοις λῃστρικοῖς308– – υ –
ὄρους ὑπερκύψαντες,
 
327– – – –
ὃ δὴ κατ’ ἐκβολὰς τοῦ Νείλου119– – – –
καὶ στόμα τὸ καλούμενον Ἡρακλεωτικὸν ὑπερτείνει
 
2118υ – – –
μικρὸν ἐπιστάντες216υ – – –
τὴν ὑποκειμένην θάλατταν ὀφθαλμοῖς ἐπήρχοντο
 
1216υ – – –
καὶ τῷ πελάγει τὸ πρῶτον τὰς ὄψεις ἐπαφέντες,3115υ υ – –
ὡς οὐδὲν ἄγρας λῃστρικῆς ἐπηγγέλλετο2213– – υ –
μὴ πλεόμενον125υ υ υ –
ἐπὶ τὸν πλησίον αἰγιαλὸν τῇ θέᾳ κατήγοντο.2217υ – – –
  • 10 Le terme d’épiploké désigne chez Cole 1988 une réinterprétation rythmique, mais a été appliqué par (...)
  • 11 Meyer 1891.
  • 12 Barheer 1999. La proposition de la seconde moitié du iiie siècle (Rohde 1914, Rattenbury, Lumb et (...)

9On y voit un rythme binaire, 4 groupes de 2 côla avec une petite clausule de 4 côla, donc une sorte d’épiploké qui reprend les deux derniers groupes de 2 par un seul de 410. J’ai ajouté au rythme du nombre des côla les critères du rythme accentuel selon la théorie de Meyer11, en indiquant le nombre des syllabes non accentuées entre les deux derniers accents d’un côlon (pemier chiffre) plus le nombre des syllabes qui suivent la dernière syllabe accentuée (second chiffre). Dans la troisième colonne, on trouve le critère gorgien du nombre de syllabes, et dans la dernière colonne celui des clausules dites quantitatives, limitées à quatre éléments pour que la chance statistique soit égale. Sur l’ensemble du corpus, l’interaction quantitative (c’est-à‑dire la répétition de clausules du même type) l’emporte si nettement sur l’interaction accentuelle que j’ai de la peine à situer ce texte au ve siècle, qui privilégie le rythme accentuel. Les résultats vont mieux avec la thèse de R. Barheer qui place ce texte au milieu du ive siècle, c’est-à‑dire à l’époque du culte solaire de Julien12.

  • 13 Ruiperez 1954 (trad. fr. 1979).

10Dans ce premier passage, nous trouvons donc une série d’imparfaits (ἐπήρχοντο et ἐπηγγέλλετο), déjà présents dans la description des lecteurs in fabula, comparés à des brigands, donc avec une fonction expressive et pour présenter un état. Ce qui les marque, c’est l’usage aspectuel : ces verbes ont un mode d’action transformatif (désignent une activité qui consiste à passer d’un état à un autre) et la situation demanderait donc l’aspect perfectif, non marqué, si le discours était narratif et le point de vue celui du narrateur parlant au lecteur I. Mais l’imparfait, l’aspect marqué selon Ruiperez13, peut mettre le focus sur la qualité de l’activité plutôt que sur le fait lui-même, brosser une sorte de tableau ; par ailleurs, le choix du vocabulaire annoncer, promettre, qui implique un datif non exprimé (se promettait à eux), sort de la simple vision du lecteur I et entre dans celle du lecteur II. On voit que le contexte des imparfaits descriptifs permet ce glissement, tout comme le rythme sériel, mais à la fin de la phrase nous sommes ramenés au point de vue du lecteur I. Toutefois, il s’agit encore de la description, puisque dans une narration, l’aspect de κατήγοντο serait l’aoriste κατηγάγοντο. De même que dans les structures annulaires homériques, on peut observer la progression suivante : narratif – descriptif – regard du lecteur II – descriptif – narratif. De même dans la suite du texte :

112 (Hél. 1.2)

Acc.syll.quant.
καὶ ἦν τὰ ἐν αὐτῷ τοιάδε·119– – υ –
ὁλκὰς ἀπὸ πρυμνησίων ὥρμει
 
1110υ – – –
τῶν μὲν ἐμπλεόντων χηρεύουσα,2210– – – –
φόρτου δὲ πλήθουσα·
 
226υ – – –
καὶ τοῦτο παρῆν συμβάλλειν καὶ τοῖς πόρρωθεν·32a13– – – –
τὸ γὰρ ἄχθος ἄχρι καὶ ἐπὶ τρίτου ζωστῆρος
   τῆς νεὼς τὸ ὕδωρ ἀνέθλιβεν.
 
2224υ υ υ υ
Note :
a
 : La leçon de l’infinitif non marqué συμβαλεῖν est moins adaptée à une expression signifiant « il était possible ». Nous gardons donc la notation 32 au lieu de 22.

 

Voici le spectacle qu’il présentait : un navire était amarré avec des câbles ; nulle trace d’équipage, et pourtant on pouvait aisément juger, même de loin, qu’il avait son chargement complet ; car le poids le faisait enfoncer dans l’eau jusqu’au troisième bordage. (trad. Zevort)

12On peut lier ce ἦν, avec ses perspectives multiples, au premier et au second lecteur, et sous son égide, l’imparfait descriptif ὤρμει peut peindre ce que voient les seconds lecteurs, de leur propre point de vue. Dans la troisième partie, l’imparfait παρῆν réinterprète non pas ce que ressentent les lecteurs II, mais ce que tout le monde aurait pu voir à partir des indices. La forme ἀνέθλιβεν ferme cette petite excursion risquée dans le point de vue des brigands par une description par le narrateur.

13L’imparfait est, en français, une condition du discours indirect libre, parce que la concomitance du discours indirect au passé s’y exprime par un imparfait, mais tel n’est pas le cas dans la syntaxe atticiste où un présent serait de mise. Pourtant, les exemples, notamment impériaux, que M. Biraud a amenés, ceux de Lucien (δῆλον ἦν), ceux d’Ovide, d’Eunape ou d’Héliodore impliquent un imparfait et en général celui du verbe être.

14Ovide, Met. 10.289

Rursus amans rursusque manu sua vota retractat.
corpus erat ! saliunt temptatae pollice venae.

15Eunape 6.8.3

Ἔδοξε γοῦν αὐτῇ καὶ ἀνδρὶ συνελθεῖν. καὶ ἀναμφίλεκτον ἦν
ὅτι ἐξ ἁπάντων ἀνδρῶν μόνος Εὐστάθιος ἄξιος ἦν τοῦ γάμου.

  • 14 Hamburger 1977 (trad. fr. 1986).
  • 15 Hirschig 1885.

16Si donc Héliodore introduit un autre verbe, c’est une innovation ; mais comme dans tous les phénomènes antiques de ce genre, le point de vue n’est pas individuel, il émane d’un groupe. Ce n’est pas l’exemple de Käte Hamburger : « Elle avait encore beaucoup à faire, demain c’était Noël », et pas non plus le « Elle ne l’aimait pas » tiré par Bally de Madame Bovary14. Au xxe siècle, c’est surtout la littérature pour enfants, comme Heidi ou Harry Potter, qui en livre des exemples, et quand on fait les thèmes latin et grec, on se rend compte qu’il faut les traduire en insérant une focalisation comme « il lui semblait que ». L’éditeur et traducteur Hirschig traduit correctement en latin classique le passage Héliodore 2.16.10 ὡς δ’ ὄναρ ἦν par ut vero somnium fuisse intellexit15. Les séries interminables de propositions infinitives dépendant d’un seul verbe conjugué presque déjà oublié, chez Platon et César, seraient donc l’équivalent du stream of consciousness. On trouve effectivement ce procédé‑là chez Héliodore, où le discours indirect libre est exclu :

1713 (Hél. 2.5)

Acc.syll.quant.
Kαὶ ἅμα λέγουσα126υ υ – –
ἡ μὲν τῆς πέτρας ἀνέθορεν,229υ υ υ –
οἱ δὲ ἐπὶ τοῦ ὄρους317υ – υ –
ὑπὸ θαύματος ἄμα καὶ ἐκπλήξεως ὥσπερ ὑπὸ πρηστῆρος
τῆς ὄψεως βληθέντες
3126– – – –
ἄλλος ἄλλον ὑπεδύετο θάμνον·
 
2110υ υ – –
μεῖζον γάρ τι καὶ θειότερον αὐτοῖς ὀρθωθεῖσα ἔδοξε,1218υ υ – –
τῶν μὲν βελῶν τῇ ἀθρόᾳ κινήσει κλαγξάντων,2114– – – –
χρυσοϋφοῦς δὲ τῆς ἐσθῆτος πρὸς τὸν ἥλιον ἀνταυγαζούσης,5118– – – –
καὶ τῆς κόμης ὑπὸ τῷ στεφάνῳ βακχεῖον σοβουμένης2217υ – υ –
καὶ τοῖς νώτοις πλεῖστον ὅσον ἐπιτρεχούσης.4113υ υ – –

 

Elle dit, et déjà elle a quitté son siège de pierre ; elle est debout. À cet aspect, les brigands qui la contemplaient du penchant de la montagne, avec un étonnement mêlé d’effroi, se précipitèrent çà et là sous les buissons, comme si un éclair eût ébloui leur vue ; car debout, elle avait quelque chose de plus grand, de plus divin encore. La rapidité du mouvement faisait résonner ses flèches ; sa robe, tissue d’or, resplendissait aux rayons du soleil ; ses cheveux flottaient à la manière des Bacchantes sous sa couronne de laurier et retombaient bien avant sur son dos. (trad. Zevort)

  • 16 On remarquera le rôle des ioniques, plus important que celui des clausules accentuelles 31 que Mey (...)

18Dans cette phrase, qui introduit la seconde séquence, le rythme passe des groupes de quatre côla à deux groupes de cinq côla16. Le regard passe de l’imparfait d’un verbe transformatif, ὑπεδύετο, « plonger sous » – donc dans un usage itératif (ἄλλος ἄλλον ὑπεδύετο θάμνον) qui implique encore la description, mais aussi le lecteur I – à la narration, avec l’aoriste ἔδοξε, bien que ce verbe introduise une ekphrasis de Charikleia, l’ensoleillée : même si les brigands voient ce que voit le lecteur I, le regard des lecteurs II passe par le lecteur I. Dans cette phrase, Héliodore utilise donc le moyen traditionnel pour ancrer un point de vue, mais toujours un point de vue de groupe.

19À la fin du livre 6 en revanche, les lecteurs II ne sont pas un groupe. Au début de ce passage, ce n’est que Chariclée qui, dans le buisson du voyeur, observe un rite interdit de magie noire, alors que le prêtre Calasiris dort :

202 (6.14.3)

Acc.syll.quant.
Ἡ γὰρ πρεσβῦτις καὶ ἀκατόπτου σχολῆς ἐπειλῆφθαι νομίσασα2225υ υ – –
πρῶτα μὲν βόθρον ρύξατο,229– – υ –
ἔπειτα πυρκαϊὰν ἐκ θατέρου μέρους ξψε
 
2116– – – –
καὶ μέσον ἀμφοῖν τὸν νεκρὸν τοῦ παιδὸς προθεμένη2115υ υ υ –
κρατῆρά τε ὀστρακοῦν /307υ – υ –
ἔκ τινος παρακειμένου τρίποδος ἀνελομένη
 
5116υ υ υ –
μέλιτος πέχει τ βόθρ219– – – –
καὶ αὖθις ἐξ ἑτέρου γάλακτος,1210– υ – –
καὶ οἶνον ἐκ τρίτων πέσπενδεν·
 
2210υ – – –
εἶτα πέμμα στεάτινον εἰς ἀνδρὸς μίμημα πεπλασμένον4118υ – υ –
δάφνῃ καὶ μαράθῳ καταστέψασα /3211– – – –
εἰς τὸν βόθρον νέβαλλεν.228υ υ – –
  • 17 Les séries de trois côla jouent un peu plus sur le rythme de Gorgias (25 = 9 + 16) que sur les aut (...)
  • 18 Halleux 1981.
  • 19 Jacquinod et al. 2000.

21Le jeu des aoristes ὠρύξατο et ἐξῆψε est considéré comme apodose du participe aoriste selon cette figure gorgienne17. Or il s’agit d’un discours de recette, et d’habitude l’aspect verbal d’une recette (par exemple dans les papyrus dits alchimiques18) est très clair : impératif aoriste si le verbe met en évidence le complément d’objet, impératif présent si le focus porte sur l’activité (remuer, etc.). Ces règles ne sont pas appliquées ici, il ne s’agit pas de l’aspect de protocole, comme disait B. Jacquinod19. L’aoriste semble être à traduire par un plus-que‑parfait français, et les activités qui suivent, étant ponctuelles, devraient se trouver à l’aoriste selon les théories sémantiques de l’aspect (εἶτα), mais se trouvent à l’imparfait : ἐπέχει, ἐπέσπενδεν, ἐνέβαλλεν. On peut donc les interpréter comme le spectacle qui se prête à Chariclée, sans qu’il soit entièrement détaché du lecteur I.

Conclusion

22Ces deux longs passages constituent un matériau privilégié pour étudier les rapports entre discours indirect libre comme marques de la voix du personnage dans le discours du narrateur : ils se démarquent du reste du roman par des situations de regards enchâssés et permettent de mettre à l’épreuve l’hypothèse énoncée au début selon laquelle l’émergence d’un phénomène de concomitance tel que le discours indirect libre (selon la définition proposée de superposition de voix) devrait se trouver en relation avec l’émergence d’un modèle normatif à l’époque impériale. Comme le rythme de la série est historiquement lié (par Auguste) à l’introduction de la norme atticiste et la représente, dans la forme série-vignette, comme opposée au style de la période traité, lui, comme un écart, la présence de ce discours indirect libre dans les séries (peut-être une sorte de contrat avec le lecteur qui lie la partie sérielle à un regard de deux lecteurs, principalement le lecteur I, mais notamment au début, aussi, le lecteur II) peut être considérée comme une certaine confirmation de l’hypothèse de départ. De surcroît, cette analyse, dont nous n’avons présenté que des exemples, montre aussi le statut d’écart ou de supplément du style qui correspond, à l’intérieur de la prose, à la poésie, la période.

Corpus 

Côlaacc.syll.quant.épipl.
1 (Hél. 1.1) Ἡμέρας ἄρτι διαγελώσης4110υ υ – –
καὶ ἡλίου τὰς ἀκρωρείας καταυγάζοντος,
 
32
 
14– – – –
ἄνδρες ἐν ὅπλοις λῃστρικοῖς308– – υ –
ὄρους ὑπερκύψαντες,
 
32
 
7– – – –
ὃ δὴ κατ’ ἐκβολὰς τοῦ Νείλου119– – – –
καὶ στόμα τὸ καλούμενον Ἡρακλεωτικὸν ὑπερτείνει,
 
21
 
18υ – – –
μικρὸν ἐπιστάντες216υ – – –
τὴν ὑποκειμένην θάλατταν ὀφθαλμοῖς ἐπήρχοντο
 
12
 
16υ – – –
καὶ τῷ πελάγει τὸ πρῶτον τὰς ὄψεις ἐπαφέντες,3115υ υ – –
ὡς οὐδὲν ἄγρας λῃστρικῆς ἐπηγγέλλετο2213– – υ –
μὴ πλεόμενον
 
125υ υ υ –
ἐπὶ τὸν πλησίον αἰγιαλὸν τῇ θέᾳ κατήγοντο.
 
2217υ – – –
2 (1.2) καὶ ἦν τὰ ἐν αὐτῷ τοιάδε·119– – υ –
ὁλκὰς ἀπὸ πρυμνησίων ὥρμει
 
1110υ – – –
τῶν μὲν ἐμπλεόντων χηρεύουσα,2210– – – –
φόρτου δὲ πλήθουσα·
 
226υ – – –
καὶ τοῦτο παρῆν συμβάλλειν καὶ τοῖς πόρρωθεν·3213– – – –
τὸ γὰρ ἄχθος ἄχρι καὶ ἐπὶ τρίτου ζωστῆρος τῆς νεὼς
τὸ ὕδωρ ἀνέθλιβεν.
 
2224υ υ – –
3 (1.3) Ὁ δὲ αἰγιαλός,406– υ υ –
μεστὰ πάντα σωμάτων νεοσφαγῶν,
 
4011υ – υ –
τν μὲν ἄρδην ἀπολωλότων,429υ – υ –
τν δὲ ἡμιθνήτων
 
426– υ – –
καὶ μέρεσι τῶν σωμάτων ἔτι σπαιρόντων,2113– – – –
ἄρτι πεπαῦσθαι τὸν πόλεμον κατηγορούντων.
 
5114– υ – –
4 (1.4) ῏Ην δὲ οὐ πολέμου καθαρο τὰ φαινόμενα σύμβολα,2217υ – υ x
ἀλλ’ ἀναμέμικτο
 
226υ υ – – = 23
καὶ εὐωχίας οὐκ εὐτυχοῦς409– – υ –
ἀλλ’ εἰς τοῦτο ληξάσης ἐλεεινὰ λείψανα,
 
0214υ – υ x = 23
τράπεζαι τῶν ἐδεσμάτων ἔτι πλήθουσαι1213υ – – –
καὶ ἄλλαι πρὸς τῇ γῇ τῶν κειμένων ἐν χερσὶν
ἀνθ’ ὅπλων ἐνίοις παρὰ τὴν μάχην γεγενημέναι
 
4129υ – υ –
ὁ γὰρ πόλεμος ἐσχεδίαστο·4210υ υ – x
ἕτεραι δὲ ἄλλους ἔκρυπτον, ὡς ᾤοντο, ὑπελθόντας·
 
4117υ – – –
κρατῆρες ἀνατετραμμένοι519υ – υ –
καὶ χειρῶν ἔνιοι τῶν ἐσχηκότων ἀπορρέοντες
 
3216– υ – –
τῶν μὲν πινόντων315– – – –
τῶν δὲ ἀντὶ λίθων κεχρημένων·
 
3110υ – υ –
τὸ γὰρ αἰφνίδιον τοῦ κακοῦ τὰς χρείας ἐκαινοτόμει4117– υ υ –
καὶ βλεσι κεχρῆσθαι τοῖς ἐκπώμασιν ἐδίδασκεν. 
 
3216υ υ – –
5 (1.5) ῎Eκειντο δὲ ὁ μὲν πελέκει τετρωμένος,3113υ – υ x
ὁ δὲ κάχληκι βεβλημνος
αὐτόθεν ἀπὸ τῆς ῥαχίας πεπορισμένῳ,
 
4123υ – υ –
ἕτερος ξύλῳ κατεαγώς,409υ υ – –
ὁ δὲ δαλῷ κατάφλεκτος,
 
128υ – – –
καὶ ἄλλος ἄλλως,115– υ – –
οἱ δὲ πλεῖστοι βελν ἔργον καὶ τοξείας γεγενημένοι.
 
4117υ – υ –
6 (1.6) Kαὶ μυρίον εἶδος ὁ δαίμων219υ υ – –
ἐπὶ μικροῦ τοῦ χωρίου διεσκεύαστο,
 
3212– – – –
οἶνον αἵματι μιάνας,318υ υ – –
καὶ συμποσίοις πόλεμον ἐπιστήσας,
 
4112υ – – –
φόνους καὶ πότους,215– – υ –
σπονδὰς καὶ σφαγὰς ἐπισυνάψας,
 
3110υ υ – –
καὶ τοιοῦτον θέατρον127– υ – –
λῃσταῖς Aἰγυπτίοις ἐπιδείξας.
 
3110υ υ – –
7 (1.7) Oἱ γὰρ δὴ κατὰ τὸ ὄρος θεωροὺς ἑαυτοὺς τῶνδε καθίσαντες2220υ υ – –
οὐδὲ συνιέναι τὴν σκηνὴν ἐδύναντο,1213υ υ – –
τοὺς μὲν ἑαλωκότας ἔχοντες,1210υ υ – –
οὐδαμοῦ δὲ τοὺς κεκρατηκότας ὁρῶντες,
 
2113υ υ – –
καὶ τὴν μὲν νίκην λαμπράν,207– – – –
τὰ λάφυρα δὲ ἀσκύλευτα,
 
429– υ – υ
καὶ τὴν ναῦν μόνην ἀνδρῶν μὲν ἔρημον1211υ υ – –
τἄλλα δὲ ἄσυλον
 
226υ υ – –
ὥσπερ ὑπὸ πολλῶν φρουρουμένην2110– – υ –
καὶ ὥσπερ ἐν εἰρήνῃ σαλεύουσαν. 
 
2211υ – – –
8 (1.8) Ἀλλὰ καίπερ τὸ γεγονὸς ὅ τι ποτέ ἐστιν2214υ υ – –
ἀποροῦντες214υ υ – –
εἰς τὸ κέρδος ἔβλεπον127υ υ υ –
καὶ τὴν λείαν·114– – – –
ἑαυτοὺς οὖν νικητὰς ἀποδείξαντες2212υ – – –
ὥρμησαν.
 
023– – –
9 (2.1) ῎Ηδη δὲ αὐτοῖς κεκινηκόσιν3110– – υ –
ἄποθεν μικρὸν τῆς τε νεὼς καὶ τῶν κειμένων21a14– – υ – =24
θέαμα προσπίπτει τῶν προτέρων ἀπορώτερον3215υ – υ –
κόρη καθῆστο ἐπὶ πέτρας319υ υ υ – =24
ἀμήχανόν τι κάλλος117– υ – –
καὶ θεὸς εἶναι ἀναπείθουσα,3210υ – – –
τοῖς μὲν παροῦσι περιαλγοῦσα4110υ – – –
φρονήματος δὲ εὐγενοῦς ἔτι πνέουσα.
 
1213– υ – –
10 (2.2) Δάφνῃ τὴν κεφαλὴν ἔστεπτο029– – – –
καὶ φαρέτραν τῶν ὤμων ἐξῆπτο2110– – – –
καὶ τῷ λαιῷ βραχίονι τὸ τόξον ὑπεστήρικτο·3216– – – –
ἡ λοιπὴ δὲ χεὶρ ἀφροντίστως ἀπῃώρητο.
 
3214– – – –
Mηρῷ δὲ τῷ δεξιῷ τὸν ἀγκῶνα θατέρας χειρὸς ἐφεδράζουσα2221υ – – –
καὶ τοῖς δακτύλοις τὴν παρειὰν ἐπιτρέψασα,
 
2214υ – – –
κάτω νεύουσα125– – – –
καί τινα προκείμενον ἔφηβον περισκοποῦσα τὴν κεφαλὴν ἀνεῖχεν.
 
1122– υ – –
11 (2.3) Ὁ δὲ τραύμασι μὲν κατῄκιστο4210υ – – –
καὶ μικρὸν ἀναφέρειν ὥσπερ ἐκ βαθέος ὕπνου
τοῦ παρ’ ὀλίγον θανάτου κατεφαίνετο,3228υ – υ –
ἤνθει δὲ καὶ ἐν τούτοις ἀνδρείῳ τῷ κάλλει2113– – – –
καὶ ἡ παρειὰ καταρρέοντι τῷ αἵματι φοινιττομένη
λευκότητι πλέον ἀντέλαμπεν. 
 
2229– υ – –
᾿Oφθαλμοὺς δὲ ἐκείνου οἱ μὲν πόνοι κατέσπων,2114– υ – –
ἡ δὲ ὄψις τῆς κόρης ἐφ’ ἑαυτὴν ἀνεῖλκε1114– υ – –
καὶ τοῦτο ὁρᾶν αὐτοὺς ἠνάγκαζεν,1211– – – –
ὅτι ἐκείνην ἑώρων.
 
218– υ – –
12 (2.4) Ὡς δὲ πνεμα συλλεξάμενος / καὶ βύθιόν τι ἀσθμήνας2117υ – – –
λεπτὸν πεφθγξατο 227– – υ –
καὶ ὦ γλυκεῖα, ἔφη σζ μοι ὡς ἀληθῶς,5013– υ – –
ἣ γέγονας καὶ αὐτὴ τοῦ πολέμου πάρεργον
 
1214– υ – –
οκ ἀνέχῃ δὲ ἄλλως οὐδὲ μετὰ θάνατον ἀποστατεῖν ἡμῶν,1020υ – – –
λλ φάσμα τὸ σὸν καὶ ψυχὴ τὰς ἐμὰς περιέπει τύχας;
 
1118υ – υ –
ἐν σοὶ ἔφη τὰ ἐμὰ ἡ κόρη σζεσθα τε καὶ μή·2016– υ – –
τοῦτο γοῦν ὁρᾷς;U – U –105υ – υ –
δείξασα ἐπὶ τῶν γονάτων ξίφος,1111υ – υ –
εἰς δεῦρο ἤργησεν ὑπὸ τῆς σῆς ναπνος ἐπεχόμενον.
 
2219υ υ υ –
13 (2.5) Kαὶ ἅμα λέγουσα126υ υ – –
ἡ μὲν τῆς πέτρας ἀνθορεν,229υ υ υ –
οἱ δὲ ἐπὶ τοῦ ὄρους317υ – υ –
ὑπὸ θαύματος ἅμα καὶ ἐκπλήξεως
ὥσπερ ὑπὸ πρηστῆρος τῆς ὄψεως βληθέντες3126– – – –
ἄλλος ἄλλον ὑπεδύετο θάμνον·
 
2110υ υ – –
μεῖζον γάρ τι καὶ θειότερον αὐτοῖς ὀρθωθεῖσα δοξε,1218υ υ – –
τῶν μὲν βελῶν τῇ ἀθρόᾳ κινήσει κλαγξάντων,2114– – – –
χρυσοϋφοῦς δὲ τῆς ἐσθῆτος πρὸς τὸν ἥλιον ἀνταυγαζούσης,5118– – – –
καὶ τῆς κόμης ὑπὸ τῷ στεφάνῳ βακχεῖον σοβουμένης2217υ – υ
καὶ τοῖς νώτοῖς πλεῖστον ὅσον ἐπιτρεχούσης.
 
4113υ υ – –
14 (2.6) Tοὺς μὲν ταῦτα ἐξεδειμάτου419υ – υ –
καὶ πλέον τῶν ὁρωμένων ἡ τῶν γινομένων ἄγνοια·
 
1217– – – –
οἱ μὲν γὰρ θεόν τινα λεγον,2210υ υ υ –
καὶ θεὸν ῎Aρτεμιν ἢ τὴν ἐγχώριον ῏Iσιν,
 
2114υ υ – –
οἱ δὲ ἱέρειαν ὑπό του θεῶν ἐκμεμηνυῖαν3116υ – – –
καὶ τὸν ὁρώμενον πολὺν φόνον ἐργασαμένην.
 
4115υ υ υ –
Kαὶ οἱ μὲν ταῦτα ἐγίνωσκον,229υ – – –
τὰ ὄντα δὲ οὔπω ἐγίνωσκον·
 
229υ – – –
ἡ δὲ ἀθρόον κατενεχθεῖσα ἐπὶ τὸν νεανίαν3117υ – υ –
καὶ πανταχόθεν αὐτῷ περιχυθεῖσα
 
3112υ υ – –
ἐδάκρυεν, ἐφίλει, κατέματτεν,2211υ υ – –
ἀνῴμωζεν, ἠπίστει κατέχουσα.
 
2211υ υ – –
15 (2.7) Tαῦτα ὁρῶντες οἱ Aἰγύπτιοι3210– – υ –
πρὸς ἑτέρας ἐννοίας τὴν γνώμην μετέβαλλον,
 
2214υ υ – –
καὶ ποῦ ταῦτ’ ἂν εἴη θεοῦ τὰ ἔργα, λέγοντες1214υ υ – –
ποῦ δ’ ἂν νεκρὸν σῶμα φιλοίη δαίμων
οὕτω περιπαθῶς;
 
4017υ υ υ –
τολμᾶν ἑαυτοῖς παρεκελεύοντο3211υ – – –
καὶ πορευθέντες ἐγγύθεν λαμβάνειν τὴν τῶν ἀληθῶν γνῶσιν.
 
0118– – – –
᾿Aναλαβόντες οὖν ἑαυτοὺς καταθουσι2214υ υ – –
καὶ τὴν κόρην ἔτι πρὸς τοῖς τραύμασιν οὖσαν
τοῦ νεανίου καταλαμβάνουσι·
 
4224– υ – –
καὶ ἐπιστάντες ὄπισθεν εἶχον ἑαυτοὺς3013υ υ – –
οὔτε τι λέγειν οὔτε τι πράττειν ἀποθαρροῦντες.
 
4115υ – – –
16 (2.8) Kτύπου δὲ περιηχήσαντος429– – – –
καὶ τῆς ἐξ αὐτῶν σκιᾶς τοῖς ὀφθαλμοῖς παρεμπεσούσης3116– υ – –
ἀννευσεν ἡ κόρη317υ – υ –
καὶ ἰδοῦσα αὖθις ἐπνευσε,
 
2210υ υ – –
πρὸς μὲν τὸ ἄηθες τῆς χροιᾶς409– – – –
καὶ τὸ λῃστρικὸν τῆς ὄψεως ἐν ὅπλοις δεικνυμένης3116– – υ –
οὐδὲ κατὰ μικρὸν ἐκπλαγεῖσα,2110– υ – –
πρὸς δὲ τὴν θεραπείαν τοῦ κειμένου
πᾶσαν ἑαυτὴν τρέψασα.
 
0219– – – –
17 (2.9) Oὕτως ἄρα πόθος ἀκριβὴς309υ – υ –
καὶ ἔρως ἀκραιφνὴς306– υ – –
τῶν μὲν ἔξωθεν προσπιπτόντων ἀλγεινῶν τε
καὶ ἡδέων πάντων ὑπερφρονεῖ,4023υ – υ –
πρὸς ἓν δὲ τὸ φιλούμενον καὶ ὁρᾶν
καὶ συννεύειν τὸ φρόνημα καταναγκάζει.
 
5124υ – – –
18 (3.1) Ὡς δὲ παραμείψαντες327υ – – –
οἱ λστα κατὰ πρόσωπον στησαν2211υ – – –
καί τι καὶ μέλλειν ἐπιχειρεῖν ἐῴκεσαν,1213υ – υ –
αὖθις ἡ παῖς ἀννευσε,128υ υ – –
καὶ μέλανας ἰδοῦσα τὴν χροιὰν καὶ τὴν ὄψιν αὐχμηρούς,
 
3017υ – – –
εἰ μὲν εἴδωλα τῶν κειμένων ἐστέ, φησίν, 2213– υ – –
οὐκ ἐν δίκῃ παρενοχλεῖτε ἡμῖν·2011– υ – –
οἱ μὲν γὰρ πλεῖστοι χερσὶ ταῖς ἀλλήλων ἀνῄρησθε,2215υ – – –
ὅσοι δὲ πρὸς ἡμῶν,406– υ – –
ἀμύνης νόμῳ καὶ ἐκδικίας τῆς εἰς
σωφροσύνην ὕβρεως πεπόνθατε·
 
3223υ – υ –
εἰ δέ τινες τῶν ζώντων ἐστέ,209– – – –
λῃστρικὸς μὲν ὑμῖν ὡς ἔοικεν ὁ βίος,3113υ υ υ –
εἰς καιρὸν δὲ ἥκετε·127υ – υ –
λύσατε τῶν περιεστηκότων ἀλγεινῶν3013– – – –
φόνῳ τῷ καθ’ ἡμῶν δρᾶμα
τὸ περὶ ἡμᾶς καταστρψαντες.
 
2218– – – –
19 (3.2) ῾Η μὲν ταῦτα ἐπετραγῴδει,419– υ – –
οἱ δὲ οὐδὲν συνιέναι τῶν λεγομένων ἔχοντες
 
1216– υ – –
τοὺς μὲν αὐτοῦ καταλείπουσιν,229υ – – –
ἰσχυρὰν αὐτοῖς φυλακὴν τὴν ἀσθένειαν
αὐτῶν ἐπιστήσαντες,
 
2220– – – –
ἐπὶ δὲ τὴν ναῦν ὁρμήσαντες129– – – –
τὸν φόρτον ἐξήντλουν,
 
226υ – – –
τῶν μὲν ἄλλων ὑπερορῶντες419υ υ – –
(πολλὰ δὲ ἦν καὶ ποικίλα),218– – υ –
          καὶ σηρικὶ ἀργύρου117– – υ –
          καὶ λίθων πολυτίμων317υ υ – –
          καὶ σηρικῆς ἐσθῆτος,117– – – –
ὅση δύναμις ἑκάστοις, ἐκφοροῦντες. 
 
3111– υ – –
20 (3.3) ᾿Eπεὶ δὲ ἅλις ἔχειν ἐδόκει2110– υ υ –
(καὶ τοσαῦτα ἦν ὡς καὶ λῃστρικὴν
κορέσαι πλεονεξίαν),
 
4117υ – υ –
τὴν λείαν ἐπι τὸν αἰγιαλὸν καταθέντες2114υ υ – –
εἰς φορτία καὶ μοίρας κατενέμοντο,
 
3212υ υ – –
οὐ πρὸς τὴν ἑκάστου τῶν ληφθέντων ἀξίαν2113– – υ –
ἀλλὰ πρὸς τὸ ἴσον βάρος τὴν νέμησιν ποιούμενοι.
 
3216– – υ –
Tὰ δὲ περὶ τὴν κόρην καὶ τὸν νεανίαν5112υ – υ –
ἐν δευτέροις πράξειν ἔμελλον.
 
129– – – –
21 (3.4) Kατὰ τοῦτο πλθος ἕτερον ἐφίσταται λῃστρικόν,4016– – υ –
ἱππέων δύο τοῦ τάγματος ἡγουμένων·
 
4113– – υ –
ὅπερ ὡς εἶδον οἱ πρότεροι,229– υ υ –
οὔτε χεῖρας ἀνταράμενοι329– υ υ –
οὔτε τι τῶν σκύλων ἐπενεγκάμενοι,4212– υ υ –
τοῦ μὴ ἐπιδιωχθῆναι ἕνεκεν,1211– υ υ –
ὡς δρόμου εἶχον ἔφευγον,
 
128υ υ – –
αὐτοὶ μὲν εἰς δέκα τὸν ἀριθμὸν ὄντες, 0112υ υ – –
τρὶς δὲ τοσούτους τοὺς ἐπελθόντας θεασάμενοι. 3215– υ υ –
Note :
a
 : Selon les règles acceptées par les linguistes, le καὶ et l’article ne portent pas d’accent d’intensité (l’analyse est donc notée par 31), mais les vers politiques du Digenis Akritas et de Théodore Prodrome, qui présentent une distribution d’accents assez régulière, mettent souvent un καὶ en position accentuée.

 

Côlaacc.syll.quant.épipl.
1 (Hél. 6.14.2)
Ἄρτι δὲ τῆς σεληναίας ἀνισχούσης /3111υ – – –
καὶ φωτὶ λαμπρῷ τὰ πάντα καταυγαζούσης,4113– – – –
τρίτη γὰρ μετὰ πανσέληνον τύγχανεν,3213υ – υ –
ὁ μὲν Καλάσιρις /326υ υ υ –
οἷα δὴ πρεσβυτικός τε ἄλλως1110– υ – –
καὶ πρὸς τῆς ὁδοιπορίας κεκοπωμένος4113υ – υ –
ὕπνῳ κατείχετο,
 
226υ – υ –
ἡ Χαρίκλεια δὲ /206υ – υ –
ὑπὸ τῶν συνεχόντων φροντισμάτων διαγρυπνοῦσα4116– υ – –
σκηνῆς τινος οὐκ εὐαγοῦς μὲν /009– υ – –
ταῖς δὲ Αἰγυπτίαις ἐπιχωριαζούσης6113υ – – –
θεωρὸς γίνετο.
 
127υ – υ –
2 (6.14.3) Ἡ γὰρ πρεσβῦτις ἀνενοχλήτου καὶ ἀκατόπτου σχολῆς ἐπειλῆφθαι νομίσασα2225υ υ – –
πρῶτα μὲν βόθρον ρύξατο,229– – υ –
ἔπειτα πυρκαϊὰν ἐκ θατέρου μέρους ξψε
 
2116– – – –
καὶ μέσον ἀμφοῖν τὸν νεκρὸν τοῦ παιδὸς προθεμένη2115υ υ υ –
κρατῆρά τε ὀστρακοῦν /307υ – υ –
ἔκ τινος παρακειμένου τρίποδος ἀνελομένη
 
5116υ υ υ s –
μέλιτος πέχει τ βόθρ219– – – –
καὶ αὖθις ἐξ ἑτέρου γάλακτος,1210– υ – –
καὶ οἶνον ἐκ τρίτων πέσπενδεν·
 
2210υ – – –
εἶτα πέμμα στεάτινον εἰς ἀνδρὸς μίμημα πεπλασμένον4118υ – υ –
δάφνῃ καὶ μαράθῳ καταστέψασα /3211– – – –
εἰς τὸν βόθρον νέβαλλεν.
 
228υ υ – –
3 (6.14.4) Ἐφ’ ἅπασι δὲ ξίφος ἀνελομένη4112υ υ υ –
καὶ πρὸς τὸ ἐνθουσιῶδες σοβηθεῖσα3112υ – – –
καὶ πολλὰ πρὸς τὴν σεληναίαν βαρβάροις τε καὶ ξενίζουσα τὴν ἀκοὴν ὀνόμασι κατευξαμένη
 
5131– υ υ –
τὸν βραχίονα ἐντεμοῦσα419– υ – –
καὶ δάφνης ἀκρέμονι τοῦ αἵματος ἀποψήσασα4216– – υ –
τὴν πυρκαϊὰν πεψέκαζεν,
 
2210– υ – –
ἄλλα τε ἄττα τερατευσαμένη πρὸς τούτοις2114– – – –
ἐπὶ τὸν νεκρὸν τοῦ παιδὸς προσκύψασα1212– – – –
καί τινα πρὸς τὸ οὖς ἐπᾴδουσα ξήγειρέ τε
καὶ ὀρθὸν ἑστάναι τῇ μαγγανείᾳ κατηνάγκαζεν.
 
3231– – – –
4 (6.14.5) Ἡ Χαρίκλεια δὴ οὖν οὐδὲ τὰ πρῶτα ἀδεῶς κατοπτεύουσα2220– – – –
τότε δὴ καὶ πέφριττε 428υ – – –
καὶ πρὸς τῶν γινομένων ἀήθων ἐκδειματωθεῖσα5116υ – – –
τὸν Καλάσιριν φύπνιζέ τε καὶ θεατὴν γενέσθαι
τῶν δρωμένων παρεσκεύαζεν.
 
3226– – – –
Αὐτοὶ μὲν οὖν ἅτε ἐν σκότῳ διάγοντες οχ ωρντο,5118υ – – –
κατώπτευον δὲ τὰ ἐν τῷ φωτὶ7010– – – –
καὶ πρὸς τῇ πυρκαϊᾷ ῥᾷον καὶ τῶν λεγομένων οὐ
πόρρωθεν ὄντες πηκροντο,
4126– υ – –
τῆς γραὸς ἤδη καὶ γεγωνότερον ἐκπυνθανομένης παρὰ τοῦ νεκροῦ·
 
5122υ – – –
5 (6.14.5) καὶ ν ἡ πεῦσις115– – – –
εἴπερ ὁ ἀδελφὸς μὲν ἐκείνου2110υ υ – –
παῖς δὲ αὐτῆς ὁ λειπόμενος229– υ υ –
ἐπανήξει περισωθείς.
 
408υ υ – –
Ὁ δὲ πεκρίνατο μὲν οὐδὲν4010υ υ – –
ἐπινεύσας δὲ μόνον217– υ υ –
καὶ τῇ μητρὶ τὰ κατὰ γνώμην ἐλπίζειν ἀμφιβόλως ἐνδοὺς2018υ – – –
κατηνέχθη τε ἀθρόον καὶ κειτο ἐπὶ πρόσωπον.
 
4217υ υ – –
6 (6.14.6) Ἡ δὲ πέστρεφέ τε τὸ σῶμα πρὸς τὸ ὕπτιον καὶ οὐκ νίει τὴν πεσιν2123– – – –
ἀλλὰ βιαιοτέραις, ὡς ἐῴκει, ταῖς κατανάγκαις
 
4116υ υ – –
πολλὰ τοῖς ὠσὶν αὖθις ἐπᾴδουσα2211υ – – –
καὶ μεθαλλομένη ξιφήρης
 
219– υ – –
ἄρτι μὲν πρὸς τὴν πυρκαϊὰν709– υ υ –
ἄρτι δὲ ἐπὶ τὸν βόθρον
 
518υ – – –
ξήγειρέ τε αὖθις καὶ ὀρθωθέντος περὶ τῶν αὐτῶν ξεπυνθάνετο,3223– υ υ –
μὴ νεύμασι μόνον ἀλλὰ καὶ φωνῇ τὴν μαντείαν ἀρισήμως δηλοῦν ἐπαναγκάζουσα.
 
3227– – – –
7 (6.14.7) Καὶ τῆς πρεσβύτιδος ἐν τούτοις οὔσης1111– – – –
ἡ Χαρίκλεια πολλὰ τὸν Καλάσιριν καθικέτευε 4216υ υ – –
τοῖς γινομένοις πλησιάσαντας πυνθάνεσθαί τι καὶ αὐτοὺς περὶ τοῦ Θεαγένους,
 
5125υ – υ –
ὁ δὲ παρτετο 416υ – – –
φάσκων καὶ τὴν θέαν οὐκ εὐαγῆ μὲν0011– υ – –
κατ’ ἀνάγκην δ’ οὖν ὅμως γενομένην ἀνέχεσθαι·
 
2215υ υ – –
εἶναι γὰρ οὐ προφητικὸν508υ – υ –
οὔτε ἐπιχειρεῖν406υ υ – –
οὔτε παρεῖναι ταῖς τοιαῖσδε πράξεσιν,
 
1212υ – υ –
ἀλλὰ τὸ μαντικὸν τούτοις μὲν ἐκ θυσιῶν ἐννόμων καὶ εὐχῶν καθαρῶν παραγίνεσθαι,2227υ – – –
τοῖς δὲ βεβήλοις καὶ περὶ γῆν τῷ ὄντι καὶ σώματα νεκρῶν εἰλουμένοις2122– – υ –
οὕτως ὡς τὴν Αἰγυπτίαν ὁρᾶν ἡ τοῦ καιροῦ περίπτωσις νδέδωκε.
 
3221– υ – –
8 (6.15.1) Καὶ ἔτι λέγοντος126υ υ – –
ὁ νεκρὸς203υ υ –
οἷον ἐκ μυχοῦ τινος327υ – υ –
ἢ σπηλαίου φαραγγώδους318υ – – –
βαρύ τι καὶ δυσηχὲς407– υ – –
ὑποτρύζων
 
214υ υ – –
« Ἐγὼ μὲν» ἔφη « σοῦ τὰ πρῶτα ἐφειδόμην, ὦ μῆτερ,0116– – – –
καὶ παρανομοῦσαν εἰς τὴν ἀνθρωπείαν φύσιν1114– – υ –
καὶ τοὺς ἐκ μοιρῶν θεσμοὺς ἐκβιαζομένην4113– υ υ –
καὶ τὰ ἀκίνητα μαγγανείαις κινοῦσαν ἠνειχόμην,3117– – υ –
σῴζεται γὰρ ἡ περὶ τοὺς φύντας αἰδὼς ἐφ’ ὅσον1114– υ υ –
οἷόν τε καὶ ἐν τοῖς ἀποιχομένοις.
 
7111– υ υ –
9 (6.15.2) Ἀλλ’ ἐπειδὴ καὶ ταύτην ἀναιρεῖς τὸ κατὰ σαυτὴν4015υ υ – –
καὶ ἐλαύνεις οὐκ ἀθεμίτοις μόνον τὴν ἀρχὴν ἐπιχειρήσασα3220– – – –
ἀλλ’ ἤδη καὶ εἰς ἄπειρον τὸ ἀθέμιτον ἐπεξάγουσα,
 
4218– υ – –
οὐκ ὀρθοῦσθαι μόνον καὶ νεύειν219– – – –
ἀλλὰ καὶ φθέγγεσθαι σῶμα νεκρὸν ἐκβιαζομένη4116– υ υ –
κηδείας μὲν τῆς ἐμῆς ἀμελοῦσα
 
2111υ υ – –
καὶ ταῖς λοιπαῖς ἐπιμίγνυσθαι ψυχαῖς ἐμποδίζουσα2216υ – – –
χρείας δὲ μόνης γενομένη τῆς σῆς,2011υ – – –
ἄκουε ταῦθ’ ἃ πάλαι σοι μηνύειν ἐφυλαττόμην.
 
4116υ – υ –
10 (6.15.3) Οὔτε ὁ παῖς σοι περισωθεὶς ἐπανήξει2113υ υ – –
οὔτε αὐτὴ τὸν ἀπὸ ξίφους ἐκφεύξῃ θάνατον1215– υ υ –
ἀλλ’ ἀεὶ δὴ τὸν σαυτῆς βίον ἐν οὕτως ἀθέσμοις πράξεσι καταναλώσασα5224υ – – –
τὴν ἀποκεκληρωμένην πᾶσι τοῖς τοιούτοις βιαίαν οὐκ εἰς μακρὰν ὑποστήσῃ τελευτήν,3028– υ – –
ἥτις πρὸς τοῖς ἄλλοις οὐδὲ ἐπὶ σαυτῆς τὰ οὕτως ἀπόρρητα καὶ σιγῇ καὶ σκότῳ φυλαττόμενα μυστήρια δρᾶν ὑπέμεινας,1239υ υ – –
ἀλλ’ ἤδη καὶ ἐπὶ μάρτυσι τοιούτοις τὰς τῶν κειμένων ἐξορχῇ τύχας·
 
0122– – υ –
11 (6.15.4) ἑνὶ μὲν προφήτῃ216– υ – –
– καὶ τοῦτο μὲν ἔλαττον,227υ υ – –
σοφὸς γὰρ τὰ τοιαῦτα σιγῇ πρὸς τὸ ἀνεκλάλητον ἐπισφραγίσασθαι5222υ υ – –
καὶ ἄλλως θεοῖς φίλος·017υ – υ –
τοὺς γοῦν παῖδας214– – – –
εἰς τὸν δι’ αἵματος ἀγῶνα319υ υ – –
καὶ ξιφήρεις καθισταμένους419– υ υ –
καὶ μονομαχήσειν μέλλοντας129– – – –
ἀποκωλύσει τε καὶ παύσει φανείς,2011– – υ –
εἴπερ ἐπισπεύσειεν
 
327– – – –
ἀλλ’ ὃ δὴ βαρύτερον427υ υ υ –
ὅτι καὶ κόρη τις τῶν ἐπ’ ἐμοὶ γίνεται θεωρὸς4016– υ – –
καὶ πάντων ἐπακροᾶται,418– υ – –
γύναιον ὑπ’ ἔρωτος σεσοβημένον5112υ – υ –
καὶ πᾶσαν ὡς εἰπεῖν ἐπὶ γῆν ἐρωμένου τινὸς ἕνεκεν ἀλώμενον,
 
3222υ – υ –
ᾧ μετὰ μυρίους μὲν μόχθους219– – – –
μυρίους δὲ κινδύνους317υ – υ –
γῆς ἐπ’ ἐσχάτοις ὅροις117υ – υ –
τύχῃ σὺν λαμπρᾷ καὶ βασιλικῇ4010υ υ υ –
συμβιώσεται.»
 
225υ – υ –
12 (6.15.5) Τούτων εἰρημένων316– – υ –
ὁ μὲν κειτο καταρραγείς,509υ – υ – = 15
ἡ δὲ γραῦς συνεῖσα τοὺς ξένους εἶναι τοὺς κατασκόπους4115υ – υ – = 15
ὡς εἶχε σχήματος126– – υ –
ξιφήρης τε καὶ ἐμμανὴς508– – υ –
ἐπ’ αὐτοὺς εται
 
026– υ υ – = 14
καὶ κατὰ πᾶν μέρος τῶν κειμένων φέρετο,2214υ υ υ – = 14
τοῖς νεκροῖς ἐγκεκρύφθαι αὐτοὺς ὑποπτεύουσα2214– – – – = 14
γνώμην τε ποιουμένη διαχρήσασθαι3212– – – –
εἰ ἀνεύροι214– υ – –
ὡς ἐπιβούλως τε καὶ πρὸς ἐναντίου τοῖς αὐτῆς
   μαγγανεύμασι κατασκόπους γεγενημένους·
 
4129υ – υ –
ἕως ἀπερίσκεπτον ὑπὸ θυμοῦ τὴν κατὰ τοὺς νεκροὺς
   ἔρευναν ποιουμένη
4124– – υ – = 24
λαθεν ὠρθωμένῳ κλάσματι δόρατος κατὰ τοῦ βουβῶνος περιπαρεῖσα.4124υ υ – – = 24
Καὶ ἡ μὲν κειτο326υ υ – –
τὴν ἐκ τοῦ παιδὸς μαντείαν οὕτω παρὰ πόδας ἐν δίκῃ πληρώσασα.2221– – – –

Notes

1 Je distingue ici ce concept du simple phénomène de bivocalisme, cf. Mellet et Vuillaume 2000. Voir Steinrück 1999.

2 À l’appui de cette thèse, cf. Steinrück 2009.

3 Denys d’Halicarnasse, dans l’introduction aux Orateurs anciens, cf. Hidber 1996, p. 30‑39. On trouve chez Cicéron, Brutus 225 et De oratore 1.128 des références aux attici et dans l’Orator 79 un exemple quelque peu ironique de ce style sériel :

Sermo purus erit et Latinus,          10 syllabes
dilucide planeque dicetur,            10 syllabes
quid deceat circumspicietur ; //   10 syllabes
unum aberit,
quod quartum numerat Theophrastus in orationis laudibus :
ornatum illud, suave et adfluens. //

Acutae crebraeque sententiae ponentur
et, nescio unde,
ex abdito erutae ; //
ac – quod in hoc oratore dominabitur

verecundus erit usus
oratoriae quasi supellectilis
.

4 Rhétorique 1209a, sur les conséquences morales d’un tel style de vérité, voir Hermogène, Id. 306. Sur le problème, voir Steinrück 2004, p. 109‑135. Sur le concept moderne, privatif, normatif (une forme dépourvue de vices stylistiques), cf. Fowler 1982, p. 89‑99.

5 Démétrios, Du style 205, avec l’exemple du début de la République de Platon et d’un passage d’Eschine.

6 Rythme ne se définit pas par la répétition, mais est un vieux mot pour la forme de vases, d’objets ou du caractère d’un être humain. Le rythme d’une période se définit par une inversion au centre (par exemple le début d’une principale avec son intonation descendante après une subordonnée avec son intonation ascendante), mais aussi par la répétition du même rythme clausulaire au début et à la fin de la construction (cf. les termes mis en gras et italique à l’unité 12). Les côla y jouent également un rôle, souvent par le même nombre avant et après le centre.

7 P. ex. Steinrück 2013a, p. 435.

8 Von Arnim 1893‑1896. Petit 1902, p. 446‑463. Pour le Discours 13 de Thémistios, J. Schamp a mis à ma disposition son texte à paraître aux éditions Belles Lettres.

9 Bally 1912, p. 549‑556, 597‑606.

10 Le terme d’épiploké désigne chez Cole 1988 une réinterprétation rythmique, mais a été appliqué par Päll 2007 aux figures de Gorgias, où la somme des syllabes de deux côla précédents peut être reprise par le troisième côlon.

11 Meyer 1891.

12 Barheer 1999. La proposition de la seconde moitié du iiie siècle (Rohde 1914, Rattenbury, Lumb et Maillon 1934) ne serait pas à exclure par cet argument.

13 Ruiperez 1954 (trad. fr. 1979).

14 Hamburger 1977 (trad. fr. 1986).

15 Hirschig 1885.

16 On remarquera le rôle des ioniques, plus important que celui des clausules accentuelles 31 que Meyer considérait comme laides.

17 Les séries de trois côla jouent un peu plus sur le rythme de Gorgias (25 = 9 + 16) que sur les autres critères.

18 Halleux 1981.

19 Jacquinod et al. 2000.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search