Version classiqueVersion mobile

Roman grec et poésie

 | 
Michel Briand
, 
Michèle Biraud

2. Références, lectures, réécritures

La poésie imitée des oracles de Delphes dans le roman d’Héliodore, les Éthiopiques

Gérard Rainart

Résumé

Le roman d’Héliodore présente dans sa trame narrative des textes poétiques variés, peu nombreux mais significatifs, répartis en deux catégories : citations exactes d’Homère et pastiches de la poésie oraculaire (spécialement en style delphique). Cette étude s’intéresse au second cas, pour comprendre comment et pourquoi le romancier imite des textes poétiques connus par la tradition oraculaire : quelles caractéristiques stylistiques, sémantiques et pragmatiques, propres au style apollinien de Delphes, sont-elles retenues par Héliodore et comment révèlent-elles son souci de création esthétique ? Cette présence d’une poésie oraculaire fictive renforce la crédibilité du récit romanesque par son insertion dans la progression narrative, ses effets sur le lecteur et la mise en scène des intentions érudites de l’auteur. Ce qui aide à systématiser les procédés de l’invention poétique chez Héliodore.

Texte intégral

1Comment situer les oracles dans la tradition de la divination inspirée, dite chresmologie, et dans le roman d’Héliodore lui-même ? Quels liens existent entre la tradition, la poésie des oracles et ce roman d’époque tardive ? Telles sont les questions qui se posent.

2Le roman des Éthiopiques, on le sait, est difficile à dater, et la datation oscille entre le dernier quart du iiie siècle et le dernier quart du ive siècle après J.‑C. ; c’est l’œuvre, semble-t‑il, d’un romancier, adepte du culte solaire, qui a bâti dans son roman une sorte d’itinéraire symbolique depuis le sanctuaire de Delphes, considéré depuis longtemps comme le cœur, le nombril plus exactement, du monde grec, jusqu’en Égypte et en Éthiopie.

3Tout est historiquement possible dans ce roman, du moins en ce qui concerne la vie du sanctuaire delphique et les consultations de la Pythie, mais le romancier choisit ce qui de l’histoire effective et de la tradition lui semble le mieux adapté pour orienter la trame de son récit, et pour ancrer cette narration dans le contexte de l’histoire du sanctuaire de Delphes. On retrouve ainsi deux passages dans le livre II où la consultation delphique devient un prétexte littéraire et romanesque, doublé d’une sorte d’idéalisation des temps de la splendeur de Delphes, l’action étant censée se passer aux alentours du milieu du ive siècle av. J.‑C.

  • 1 Cet oracle est rapporté par œnomaos cité par Eusèbe (PE 5.33).
  • 2 Le sigle employé PW correspond à un classement des oracles, d’après le corpus que les Anglais Park (...)
  • 3 Χρησμός, oraculum en latin, est le nom donné à la parole du dieu.
  • 4 Oracle rapporté par l'Anthologie Palatine XIV.113.

4La consultation d’un oracle était un moyen de tenter de pénétrer les intentions des dieux sur les hommes, car, comme l’affirme un oracle de Delphes1 : ἀνθρώπων θεὸν ὄντα δυσπαθέων ἀλεγίζειν, « Quand on est un dieu, on s’inquiète des hommes accablés de malheurs » (PW6152). Les Grecs considéraient que les dieux, invisibles, lointains, inaccessibles, étaient cependant présents au monde et se manifestaient par des signes extraordinaires (τέρατα) qu’il fallait déchiffrer, si on voulait accomplir leur βουλή. De tels signes pouvaient apparaître à tout instant de la vie quotidienne : éternuement, faux pas, rencontre imprévue, ou encore parole entendue par hasard et qui répondait à la question qu’on se posait, mais aussi dans certains sanctuaires spécialisés comme Claros, Didymes, Dodone et Delphes, la parole même du dieu rendue par l’oracle proprement dit3. Ainsi est‑il prédit à Télésiclès de Paros venu interroger le dieu de Delphes sur sa descendance (PW2314) : Ἀθάνατός σοι παῖς καὶ ἀοίδιμος, ὦ Τελεσίκλεις, / ἒσσετ’ ἐν ἀνθρώποισιν ὅς ἂν πρῶτός σε προσείπῃ / νηὸς σῆς ἀποβάντα φίλῃ ἐν πατρίδι γαίῃ, « Tu auras un fils immortel et digne d’être chanté, Télésiclès, parmi les hommes, celui qui le premier t’adressera la parole, quand tu seras descendu de ton bateau sur ta chère terre patrie. »

5Les prêtres étaient là pour expliciter la volonté du dieu. Mais on avait aussi ses exégètes, amateurs ou professionnels, qui se prétendaient capables d’interpréter ces divers signes et paroles. À l’âge classique, pour ceux qui ne pouvaient consulter l’oracle directement, des chresmologues fabriquaient des oracles sous forme de recueils de prophéties attribuées ou non à un grand sanctuaire, comme Delphes, ou à d’illustres devins venus d’un passé plus ou moins légendaire, comme les μαντεῖς héroïques, l’Argien Amphiaraos ou le petit-fils de Tirésias, Mopsos, les poètes Orphée ou Musée, le sage hyperboréen Abaris. Ces oracles du passé mythique restaient comme imprégnés de la force magique venue du dieu : et ils semblent pour ainsi dire avoir contaminé le roman d’Héliodore.

6La situation des oracles dans le roman est très réduite : seul le livre II et le dernier livre sont concernés, soit en tout deux oracles (puisque celui du dernier livre est le même que l’un des deux oracles du livre II) ; nous mettrons de côté les discours narrativisés qui rapportent d’autres types d’oracles pour nous en tenir aux oracles d’inspiration delphique. Sans doute beaucoup d’explications viennent à l’esprit pour justifier cette présence inattendue : est-ce d’abord la volonté de réagir contre l’opinion communément admise, que le recours aux oracles avait diminué sous l’Empire ? Cette désaffection est vraie pour certains oracles anciens en Grèce même, mais combien d’exemples manifestent que le goût général, loin de cesser, a été plutôt en augmentant ? D’autre part puisque l’action se passe à Delphes, comment ne pas concevoir la réalisation in situ d’un oracle ? Et c’est donc la volonté créatrice et omnisciente du romancier, qui remplace le dieu, de combler les attentes d’un public féru de recettes oraculaires, dans une époque troublée qui cherchait une voie spirituelle, pour se retrouver.

7Le problème est de comprendre les modes de fonctionnement de l’insertion du genre poétique oraculaire dans le roman et pour cela il s’agit d’envisager cinq pistes, celle d’abord qui explique pourquoi l’invraisemblance historique devient vraisemblance romanesque, puis celle du choix d’oracles vraiment spécifiques, les oracles dits spontanés, celle de constater aussi que le romancier insère des oracles versifiés, et donc qu’il pastiche un genre textuel connu ; enfin, les caractéristiques de la langue des oracles écrits dans le roman permettront de reconnaître la valeur de leur production et de comprendre que le lecteur peut se laisser émouvoir et persuader par leur vérité, pourtant toute artificielle.

L’invraisemblance historique devient vraisemblance romanesque et poétique

  • 5 Plutarque, Περὶ τοῦ μὴ χρᾶν ἔμμετρα νῦν τὴν Πυθίαν, texte établi et traduit par R. Flacelière, Les (...)

8Qu’entendons-nous par ce titre qui joue sur les mots ? Il s’agit de comprendre que le roman s’appuie sur une réalité historique, celle de la consultation des oracles à Delphes, mais une réalité qu’il idéalise ou du moins dont il conserve des éléments jugés spécifiques, propres à intéresser le public : ainsi en est‑il de la transe de la Pythie, qui, historiquement, reste à prouver, des réponses faites spontanément qui, historiquement, ne sont que des fables littéraires, des oracles prononcés d’emblée en vers, comme si la Pythie était elle-même une poétesse ou comme si Apollon par sa voix donnait le meilleur de lui-même, lui le dieu musagète, mais cela, Plutarque lui-même semble en partie le contester dans son essai sur la Pythie de Delphes5. Tous ces éléments plus ou moins devenus légendaires au fil du temps, Héliodore les rappelle dans les deux premiers livres et inscrit donc son récit dans un cadre à la fois historique et mythique. Ainsi le mythe de Delphes, né bien avant la création des Éthiopiques, dès le vie siècle av. J.‑C., s’inscrit‑il parfaitement bien dans le déroulement du roman et de son intrigue. Le roman grec transporte ses lecteurs dans des temps et des lieux anciens et donne satisfaction à des horizons d’attente probablement idéalisés : l’oracle de Delphes est le souvenir magnifié, embelli, paré de prestige, d’une culture grecque triomphante.

Une théâtralisation des scènes

9Les deux oracles que rapporte le roman d’Héliodore sont historiquement invraisemblables, et pourtant on « y croit », comme au théâtre : tout est faux, mais cela dit la vérité, celle du roman et des aventures des personnages, celle de l’intrigue romanesque et de la psychologie des personnages, celle d’une culture qui a longtemps triomphé et qui perdure en cette période du Bas Empire. On y croit, d’une part parce qu’on est dans un roman, et que le roman se permet de plonger son lectorat dans un monde merveilleux, d’autre part parce que l’oracle delphique ou les oracles en général avaient encore du succès à cette époque de l’écriture du roman.

10Que nous disent ces oracles ? Le cadre posé par le premier oracle au chapitre 26 est très clair et l’intrigue est amorcée, jusqu’au second oracle du chapitre 35 – plus difficile à comprendre – qui la renforce et en devient le moteur, car la foule des visiteurs est incapable de l’interpréter correctement. Le premier oracle (II.26) est adressé à Calasiris qui, arrivé à Delphes après avoir quitté son Égypte natale, s’installe comme résident dans le sanctuaire d’Apollon, et devient l’ami, le confident, de Chariclès, père adoptif de l’héroïne Chariclée. Voici ce qu’il dit :

Ἴχνος ἀειράμενος ἀπ´ ἐυστάχυος παρὰ Νείλου
φεύγεις μοιράων νήματ´ ἐρισθενέων.
Τέτλαθι, σοὶ γὰρ ἐγὼ κυαναύλακος Αἰγύπτοιο
αἶψα πέδον δώσω· νῦν δ´ ἐμὸς ἔσσο φίλος.

  • 6 Les traductions des deux oracles sont personnelles. Jacques Amyot donne une traduction de ce même (...)

Tu as quitté, toute trace disparue, la terre du Nil chargée d’épis
et tu fuis les fils des Moires toutes puissantes.
Fais courage, car moi, de l’Égypte aux mottes noires, 
je te donnerai bientôt le sol ; maintenant sois mon ami6.

11Quelques chapitres plus loin, mais à peu de distance, le second oracle (II.35) s’adresse à Théagène, le jeune héros athénien, ami et futur amant (au sens classique du terme) de Chariclée :

Τὴν χάριν ἐν πρώτοις αὐτὰρ κλέος ὕστατ´ ἔχουσαν
φράζεσθ´, ὦ Δελφοί, τόν τε θεᾶς γενέτην·
οἳ νηὸν προλιπόντες ἐμὸν καὶ κῦμα τεμόντες
ἵξοντ´ ἠελίου πρὸς χθόνα κυανέην,
τῇ περ ἀριστοβίων μέγ´ ἀέθλιον ἐξάψονται
λευκὸν ἐπὶ κροτάφων στέμμα μελαινομένων.

  • 7 Traduction de J. Amyot : « Celle de qui par Charis se commence / Le nom, et fine en Cléos, et auss (...)

Pensez, ô Delphiens, à celle qui en tout premier possède la grâce,
et en dernier ressort la gloire, pensez à celui qui est né d’une déesse.
Ceux qui ont abandonné mon temple et fendu l’écume
s’en iront vers la terre du soleil aux couleurs sombres,
et là ils ajusteront, comme grande récompense des honnêtes gens,
une couronne blanche sur leurs tempes au teint hâlé7.

12Cet oracle est en partie repris en écho dans le dénouement du roman au livre X, et expliqué par rapport à ce qui s’est déroulé entre le livre II et le livre X.

13Le point commun des deux oracles complets est qu’ils appartiennent tous deux au deuxième livre (chapitres 26 et 35), qu’ils sont émis spontanément par la Pythie, avant même toute question posée, alors que toute consultation suppose un échange entre le consultant qui pose sa question et le dieu qui lui répond. La foule crée l’événement, pareille à un public de spectateurs qui attend de voir et qui essaie de comprendre ce que font les acteurs, la Pythie en premier, et les héros du roman ; l’oracle ne serait rien sans la présence de ces spectateurs qui jouent pour ainsi dire le rôle du chœur d’une tragédie, celui du public d’un spectacle de théâtre, ou du moins celui d’un auditoire attentif.

14Observons les scènes qui rapportent les deux oracles.

15Le décor grandiose de l’oracle 1 est celui de Delphes, décrit avec réalisme et comme si Héliodore avait parcouru la région avant d’écrire, tant les détails sont frappants de vérité et d’émotion poétique ; la géographie du lieu se met au service de l’inspiration romanesque, et le paysage se fait spectacle et scène de théâtre, réceptacle d’une atmosphère sacrée : le rapport entre la piété du personnage Calasiris, sa foi profonde et sa « prière intérieure », κατ’ ἐμαυτὸν ηὐχόμην, dit le texte grec, le passage sans transition entre tous ces éléments précédents et la parole de la Pythie, tout contribue à donner au passage en question son aspect sacré et solennel. L’oracle rendu est alors mis en valeur et reste présent dans la mémoire du lecteur.

16Le décor de l’oracle 2 est celui d’une procession, comme il devait y en avoir de solennelles et grandioses dans le τέμενος d’Apollon ; le signalement de la présence des autels, des actes rituels, des prières, suffit pour donner tout son caractère sacré à la chose ; l’élément spectaculaire est que tout se passe à la fois à l’extérieur du temple et à l’intérieur, ἐκ τῶν ἀδύτων, dit Héliodore, c’est-à‑dire du plus profond de l’antre sacré : la Pythie prophétise de son ἂδυτον, cet endroit interdit qui sous terre servait, semble-t‑il, de salle de consultation.

17Les éléments communs des deux oracles sont d’une part la présence d’un public qui réagit aux oracles entendus, d’autre part la marque poétique que la Pythie, ὂργανον du dieu Apollon, donne à toute la fin du livre II. La poésie se dégage non seulement de la présence des textes oraculaires, mais aussi de l’état d’esprit qui domine ici : magie et illumination.

Le classement des oracles

18Trois chercheurs ont publié des recueils d’oracles delphiques : deux Anglais, Parke et Wormell, en 1956, un Américain, Fontenrose, en 1978 ; ce sont deux catalogues suffisamment complets des oracles de Delphes, qui font en général loi et sont une référence première, presque infaillible, à toute étude sur ce corpus ; en se fondant sur ces catalogues, il faut repenser la présence de ces oracles en fonction de leur portée et de leurs enjeux et non plus seulement en fonction de leur présence dans un roman.

  • 8 Rappel : le classement de J. Fontenrose (1) : mode de fonctionnement A : simple commands and instr (...)

19L’oracle de II.26 est classé par Parke et Wormell sous le numéro 514 dans la rubrique « Oracles from the Greek Romances » ; Fontenrose le classe dans la catégorie « Fictional responses » et l’analyse selon ses propres procédés de classification en mode E2 ou A1 et en thème 3i ou 3j8. Cet oracle profère donc un commandement clair, qui concerne les tribulations malheureuses d’un personnage, passant sous la protection tutélaire d’Apollon.

  • 9 Rappel : le classement de J. Fontenrose (2) : E3 : ambiguous and obscure predictions. Thèmes : 3g  (...)

20L’oracle de II.35 est classé par Parke et Wormell sous le numéro 515 ; Fontenrose le signale dans sa catégorie : « Fictional responses » en mode E3 et en thème 3g ou 3f9. Cet oracle, plus ambigu que le précédent, donne donc aux lecteurs l’occasion de réfléchir sur les rebondissements de l’action et les aléas de la vie humaine, avec cependant la promesse d’une fin heureuse.

21Fiction, tel est le mot qui ressort de cette classification experte, mais les catalogues modernes reconnaissent pourtant leur existence en tant qu’oracles ; ce que l’on peut en tirer, c’est que ce sont des oracles détournés, c’est-à‑dire écrits à la manière des oracles authentiques, ce qui pose le problème du pastiche littéraire. Mais rien n’est dit de leur valeur poétique.

Le détournement des oracles

Un roman du sacré

  • 10 Merkelbach 1963.
  • 11 Pindare, l’Hymne homérique à Apollon, les tragiques grecs, Strabon, Pausanias, Plutarque, pour ne (...)
  • 12 Pouilloux 1983.

22Le roman grec est souvent considéré comme un livre initiatique, un « Entwicklungsroman », selon Merkelbach10, construit à la gloire du culte syncrétiste d’Hélios-Apollon. Le roman d’Héliodore, par la présence de cette poésie des oracles, revêt une dimension religieuse : est‑il alors, pour reprendre l’expression de Merkelbach, un « Mysterientext » ou pas ? Les dieux sont présents dès le début du roman, de diverses manières, et notamment par le rêve ; signalons que le rêve est le pendant de l’oracle, pour établir cette relation privilégiée entre les dieux et les hommes ; ainsi on pense au rêve de Thyamis en I.18, au songe de Chariclée en II.16 ; le dieu Apollon, bien sûr, est omniprésent : sa première apparition a lieu en I.8 dans l’invocation de Chariclée, puis une deuxième allusion à Delphes se situe en II.11, allusion faite aux grottes inspiratrices de Pythô et de Trophonios, deux des sanctuaires les plus réputés et les plus renommés de la Grèce antique dans le domaine de la divination inspirée ; sont mentionnées aussi les offrandes à Apollon Pythien en II.23, puis apparaît une nouvelle désignation de Delphes en II.26, suivie de l’allusion à l’inspiration pythique : « Tu as raison, dit Cnémon, et tu parles comme quelqu’un qui a été véritablement touché par l’inspiration pythique (ὡς ἂν τις ἐπιπνοίας ὡς ἀληθῶς Πυθικῆς ἐπῃσθήμενος). On sait que l’évocation de Delphes dans la littérature grecque est une tradition ancienne11. J. Pouilloux déclare12 : « Le monde de Delphes où se situe l’action du roman demeure constamment à l’image de la réalité, et, si d’aventure il s’en écarte pour la nécessité du récit, l’auteur se hâte de corriger sa fantaisie. »

23Or la portée oraculaire traditionnelle est ici détournée vers des fins littéraires, et peu importe car elle demeure aussi forte que peut l’être celle d’un oracle authentique ; tout le monde, la foule du roman, les héros du roman et nous autres lecteurs, tous nous y croyons : alors que dans la tradition classique, un oracle justifiait, par exemple, le destin des héritiers d’Érechthée en Europe et en Asie (c’est le cas de l’Ion d’Euripide), ou encore celui de la descendance de Laïos (c’est le cas de l’Œdipe Roi de Sophocle), ici, il justifie une intrigue romanesque qui rend à la jeune Chariclée son royaume perdu, donne au jeune Théagène son amour pour Chariclée, et aux deux jeunes gens la sainteté de la prêtrise d’Hélios. Il institue aussi le caractère moral des protagonistes : l’honnêteté et la sagesse de Calasiris récompensées par l’amitié que lui accorde Apollon (c’est le premier oracle), la pureté et la sagesse des jeunes héros encensés par l’éloge qu’en fait le second oracle.

Définition de l’oracle et du texte oraculaire

  • 13 Nilsson 1941.

24L’oracle est un texte ambivalent qui tient à la fois de l’écriture sacrée et de l’écriture littéraire, donc qui a sa place dans ce genre littéraire, d’autant plus qu’il a déjà fait ses preuves ; on le voit dans les Éphésiaques de Xénophon d’Éphèse : il s’agit dans ce roman de l’oracle de Claros sur le territoire de Colophon, près d’Éphèse ; les deux jeunes héros Habrocomès et Xanthia qui se meurent d’amour se mettent sous la protection d’Isis, et l’oracle de I.16 commande toute la suite du récit, puis arrive une nouvelle consultation à l’oracle d’Apis à Memphis en V.4 ; comme dans le roman d’Héliodore, il est utilisé « als Hebel der Handlung », selon l’expression de Nilsson13. On y réclame ce qui fait la force de l’art oraculaire : un « oracle véridique », δέονται τοῦ θεοῦ ἀληθῆ μαντεύεσθαι ; chez Héliodore, Calasiris, Chariclée et Théagène, par les deux oracles du livre II, sont mis sous la protection du dieu Apollon. La science des oracles affirme la transcendance de la divinité, la situe dans un espace à part, dans une sorte d’éternité, la purifie de tout contact avec la matière, mais laisse à l’homme la possibilité de s’adresser à la divinité, de recevoir d’elle des messages. Et c’est sans doute parce qu’il est ambivalent, ambigu qu’il s’est forgé une carrière de texte dont l’exploitation littéraire devient intéressante : n’oublions pas le surnom très ancien du dieu Apollon, Λοξίας, que Marguerite Yourcenar, dans La couronne et la lyre, traduit par le Biaiseur, celui qui contourne et ne s’affiche pas clairement. En effet, les oracles passaient pour des textes difficiles à comprendre, faits d’énigmes et de devinettes, au point que le livre XIV de l’Anthologie Palatine rassemble quelques quarante-cinq oracles, delphiques ou non, mêlés de problèmes mathématiques et de devinettes, sous le titre γρῖφοι, c’est-à‑dire « énigmes » : l’oracle avait donc perdu ses origines chresmologiques, rendu au stade d’un texte qui fait obstacle ; et on sait le goût des Grecs pour les devinettes, et pour les jeux d’esprit.

La question des réponses spontanées

Justification du choix de la parole spontanée

25Héliodore a-t‑il connu, vu, visité Delphes ? On ne peut le dire, étant donné le peu d’informations que l’on a sur sa vie, mais ce qui est sûr, c’est qu’il a dû lire les textes de Plutarque et de Pausanias, et qu’il est, ce qui est compréhensible dans un roman, plus idéaliste que Plutarque : il idéalise ce lieu de Delphes comme centre d’une sagesse, éloignée du trouble, alors qu’on se souvient des critiques de Plutarque sur les guides qui importunent les visiteurs. Il célèbre Delphes comme une sorte de musée habité par un dieu musagète, ce qui n’est pas contredit par les découvertes épigraphiques et la renaissance de Delphes au iie siècle de notre ère : ainsi décrit‑il la splendeur du site (II.26) : Ἐπαινέσας οὖν τῶν τε δρόμων καὶ ἀγορῶν καὶ κρηνῶν τὸ ἄστυ καὶ Κασταλίαν αὐτήν, ἣν δὴ καὶ περιρραντήριον ἐποιησάμην, ἐπὶ τὸν νεὼν ἔσπευδον… « Alors, après avoir loué la ville pour ses esplanades, ses places, ses fontaines, et notamment Castalie elle-même, que je fis source d’ablution, je me hâtai d’aller au temple… »

26En tout cas on peut certifier qu’il connaît bien ce qu’est la divination inspirée, cette divination qui établit une communication du divin vers les hommes, par un procédé de consultation directe, instaurant ainsi une relation intime entre le dieu et les hommes, par le truchement d’un médium, la Pythie.

27Les deux oracles écrits par Héliodore sont censés avoir été prononcés spontanément ; certes il y a des cas de ce genre déjà signalés par Hérodote. La littérature en est friande et nous rapporte des exemples où la Pythie prophétise, avant même que le consultant ait posé sa question, dès son entrée dans l’ἄδυτον. Le catalogue de Parke et Wormell recense un nombre restreint d’oracles comme réponses spontanées, sans la question, environ une trentaine sur les 615 répertoriés, mais suffisamment édifiants. Après tout, quoi de plus compréhensible, si le dieu peut se satisfaire d’une question intérieure, que seule la pensée intime permet de poser, sans passer par l’entremise d’une parole explicite ? Ce phénomène se produirait donc pour la plus grande gloire d’un dieu qui se dit omniscient et maître d’une parfaite divination. Par exemple, quand un criminel entre dans le sanctuaire, il est immédiatement perçu comme un impur et de ce fait rejeté avant même qu’il ait pu s’adresser à l’oracle : Μουσάων θεράποντα κατέκτανες· ἔξιθι νηοῦ, « Tu as tué le serviteur des Muses : sors de mon temple » (PW4).

28Si Héliodore a choisi la réponse spontanée, c’est que cela donne plus d’éclat à la scène, c’est que la Pythie, digne ὄργανον de son dieu, est capable d’intuitions révélatrices de ce qu’est la divination chresmologique ; elle est digne de ce dieu qui sait tout, même le nombre des grains de sable d’une plage (PW52, v. 1‑2) :

Οἴδα δ’ ἐγὼ ψάμμου τ’ ἀριθμὸν καὶ μέτρα θαλάσσης
καὶ κωφοῦ συνίημι καὶ οὐ φωνεῦντος ἀκούω.

Je connais quant à moi la quantité des grains de sable et les mesures de la mer
et je comprends le sourd, et j’entends le muet.

29On ne peut qu’être prudent quand il s’agit de définir ces réponses dites spontanées, c’est-à‑dire des paroles prononcées par la Pythie sans que la question lui ait été posée. Si l’on observe les quelques oracles dont Parke et Wormell supposent qu’ils ont été « spontaneous », on doit tenir compte de la théâtralisation qui entoure la consultation : quoi de plus spectaculaire, et de plus convaincant que de tenir la Pythie pour une prophétesse qui devine ce que va lui demander le consultant, comme si elle lisait dans ses pensées ?

30Le récit romanesque n’en devient que plus captivant, et la poésie oraculaire tient lieu à la fois d’ornement et de parade narrative. Parfois, et la mise en scène est là, encore une fois, spectaculaire, l’oracle s’adresse à des hommes illustres, auréolés d’une gloire et d’une vertu incontestées et donc reconnaissables entre tous : s’adresser à eux directement, sans passer par la question est donc une marque de respect et de reconnaissance de leur prestige : ainsi en est‑il de Lycurgue en PW29 et PW216, d’Hésiode en PW206, d’Homère en PW319, d’Héraclès en PW446, du philosophe Thémistocle en PW469. Et l’on remarque d’ailleurs que sitôt après le premier oracle du chapitre 26, Héliodore renvoie par intertextualité à l’un de ces oracles connus, celui de Lycurgue désigné comme l’ami du dieu Apollon.

Ἥκεις, ὦ Λυκόοργε, ἐμὸν ποτὶ πίονα νηὸν
ζηνὶ φίλος καὶ πᾶσιν Ὀλύμπια δώματ’ ἔχουσι.

Tu viens, Lycurgue, dans mon temple opulent
ami de Zeus et de tous ceux qui habitent l’Olympe.

31On ne peut donc tirer aucune conclusion définitive qui explique pourquoi dans certains cas la question est éludée ou plutôt inutile : question de compétence de la part d’un dieu qui, nous l’avons vu plus haut, connaît tout, de façon intuitive, question de présentation pour ainsi dire romancée d’une pratique qui suscite de l’intérêt, surtout quand elle est annexée par la littérature et qu’elle devient un ressort de la composition littéraire.

La consultation delphique

  • 14 Sans doute, leurs motifs de consultation, courants et peu extraordinaires, n’ont‑ils rien de spect (...)
  • 15 On peut cependant objecter à cette hypothèse le cas d’Alexandre qui se déplace personnellement à D (...)
  • 16 PW52, PW53, PW54, PW55, 250 pour Crésus ; PW94, PW95 pour le « mur de bois » ; PW420 pour Socrate.

32La consultation, en réalité, était plus complexe et la question était posée soit directement par le consultant, mais on n’en est pas sûr, soit par le prophète (προφητής) qui secondait la Pythie dans son travail de médium. Ce que l’on appelle un oracle delphique est le résultat d’une transformation progressive censée correspondre à la parole du dieu Apollon et rendue accessible aux hommes par la Pythie, le prophète et les poètes mis au service du temple. À l’origine de la question se trouve la raison qui a poussé les consultants à interroger l’oracle, consultants privés, sans conteste les plus nombreux, dont on n’a pratiquement rien conservé14, consultants officiels, c’est-à‑dire en somme les cités-États, dont on a conservé, par la littérature ou l’épigraphie, des traces plus connues. Elles se combinent le plus souvent avec ce que l’on peut appeler des consultations par correspondance15, puisque ce sont des messagers ou des ambassadeurs officiels qui portent au dieu la requête. Et puis, il y a ces consultants privés ou officiels, mais que la littérature a mis en avant, parce qu’ils sont célèbres, comme le roi Crésus, le général athénien Thémistocle, l’ami de Socrate Chaerephon, ou encore le sage Lycurgue et que leur notoriété, même si leur motif de consultation est ordinaire, rend crédibles, ou du moins intéressants à rappeler. Là se pose un sérieux problème qui dénature et peut-être déforme l’image que nous avons, nous modernes, de l’oracle et que les Anciens n’avaient certainement pas. On ne retient que la consultation du roi Crésus, celle du « mur de bois », celle de la sagesse de Socrate16, ou celle de l’amitié de Lycurgue, et l’on oublie que le sanctuaire devait être fréquenté par des consultants plus simples, posant des questions plus anodines. Delphes ne nous permet pas par son archéologie et son épigraphie de nous rendre compte de la chose, la littérature et entre autres celle du roman ne diffusant que l’image idéale d’un dieu dont la réputation s’est établie et s’établit toujours sur des questions cruciales : l’amitié, la pureté, la piété, la perte du pays natal ou de sa fortune et leur reconquête. Et c’est le cas des deux oracles du livre II.

La question des réponses versifiées

Une réponse d’emblée versifiée et construite

  • 17 Roux 1976.

33La Pythie énonce clairement, c’est-à‑dire de façon bien structurée, on parle ici de la forme, et non du sens qui reste énigmatique par endroits, une réponse qui est faite dès le début en vers, et pourtant Plutarque avait signalé l’origine modeste de la Pythie, incapable selon lui de proférer immédiatement une réponse de facture littéraire. Une Pythie « ignorante et sans expérience », ἄπειρος καὶ ἀδαὴς, dit Plutarque. Quoi qu’il en soit, l’oracle serait pour la gloire d’Apollon « revêtu d’un habit poétique »17, grâce aux « vers épiques et élégiaques », ἔπεσι καὶ ἐλεγείοις.

La place du prophète et des poètes dans la production de l’oracle

  • 18 McLeod 1961.

34Là interviennent les poètes, ces sortes de bardes18 qui vivaient aux crochets du sanctuaire, dans les parages du sanctuaire, à moins que ce ne fût le prophète lui-même qui mît en forme le texte incompréhensible, sorti de la bouche de la Pythie. On n’a aucune trace de l’existence de ces poètes : seules des hypothèses tirées de lectures, de comparaisons de témoignages permettent d’en donner une définition possible. Quel nom portent‑ils ? Comment vivent‑ils ? Nul ne le sait pleinement. Et pourtant la transcription des oracles en vers ne fait aucun doute et est assurée, ne serait-ce que par la tradition littéraire qui nous les rapporte soit sous forme de citations soit sous forme de recueils. Plutarque considère que les oracles en vers sont les modèles originels : dans un passage des Oracles de la Pythie (406B), il se plaît à rappeler par une comparaison que, comme la monnaie sert de diverses manières, les hommes font de même avec leur langage :

Ἦν οὖν ὅτε λόγου νομίσμασιν ἐχρῶντο μέτροις καὶ μέλεσι καὶ ᾠδαῖς, πᾶσαν μὲν ἱστορίαν καὶ φιλοσοφίαν πᾶν δὲ πάθος ὡς ἁπλῶς εἰπεῖν καὶ πρᾶγμα σεμνοτέρας φωνῆς δεόμενον εἰς ποιητικὴν καὶ μουσικὴν ἄγοντες.

Il était un temps où ce qui avait cours, en guise de monnaie de langage, c’étaient les vers, la musique et les chants ; l’histoire et la philosophie tout entières, et, en un mot, toute expression de sentiments et d’actions qui demandent un style un peu élevé, passaient dans le domaine de la poésie et de la musique.

  • 19 Burn 1960.
  • 20 Koch‑Piettre 2009.

35D’après Plutarque, en ces temps-là, que A. R. Burn appelle « The lyric Age of Greece »19, tout se disait donc en vers : écrire en vers des oracles, n’est-ce pas leur donner plus de crédibilité et rehausser le prestige de la Pythie, et de la parole d’Apollon ? Contrairement à cette image idéalisée de l’usage que l’on ferait de la langue, la critique contemporaine attribue les oracles en vers, non pas à un penchant noble et naturel vers le sublime, mais plutôt aux services de rimailleurs patentés qui offrent leurs services à la clientèle oraculaire20.

36On peut toutefois imaginer la présence de ces poètes dans l’enceinte du sanctuaire au même titre que les guides. Plutarque, dans un autre passage du même essai sur les oracles, apporte une preuve de leur existence (407B) :

Πολλῶν δ’ ἦν ἀκούειν ὅτι ποιητικοί τινες ἄνδρες ἐκδεχόμενοι τὰς φωνὰς καὶ ὑπολαμβάνοντες ἐπικάθηνται περὶ τὸ χρηστήριον, ἔπη καὶ μέτρα καὶ ῥυθμοὺς οἷον ἀγγεῖα τοῖς χρησμοῖς ἐκ τοῦ προστυχόντος περιπλέκοντες.

On pouvait entendre dire bien des gens que des versificateurs étaient établis auprès du sanctuaire prophétique, qui recueillaient les réponses, s’en emparaient et tressaient à l’instant même autour des oracles, pour les y enfermer comme en des vases, les mètres et les rythmes des vers.

37La qualification de ces « poètes » est bien imprécise, et l’emploi d’une périphrase impersonnelle ποιητικοί τινες ἄνδρες montre en quoi ce métier, si c’était bien un métier, est tenu en déconsidération ; tout un système, qui n’est pas décrit, est cependant mis en place : l’oracle se transforme et en ressort tout artificiellement paré de vers ; plus de 600 réponses attribuées à Delphes nous sont parvenues, plus ou moins complètes, sur lesquelles environ 175 sont écrites en hexamètres (base de l’énoncé oraculaire) ; les autres sont en trimètres iambiques et très peu en distiques élégiaques, comme ceux du livre II.

La question du pastiche

La place du romancier dans le pastiche des oracles

38On sait qu’une vague de charlatanisme avait envahi la société du Haut-Empire et du Bas-Empire : les pseudo-prophètes sont décriés par Lucien de Samosate dans sa diatribe contre la fausse divination, dont le modèle est le personnage inspiré du mystique Alexandre d’Ἀβώνου τεῖχος, les astrologues occupent le Musée d’Alexandrie et vont jusqu’à remplacer les vrais physiciens : pseudo-science et pseudo-prophétie semblent triompher. Or les romanciers Xénophon d’Éphèse et Héliodore semblent prendre l’offensive en plaçant dans leur narration une vraie sagesse et proclament que « Non, la Pythie n’a pas disparu ! Non, Apollon n’est pas mort ! » Héliodore, dans le livre II, donne une place de choix à ce phénomène qu’est la consultation delphique :

  • 21 Marein 2001.

Le roman, œuvre de fiction par excellence, profite à la fois de cette ambiance surnaturelle procurée par le contact avec le divin et de cet ancrage historique et géographique, créant, à six siècles de distance, un lien évident avec la Grèce classique qui, dans cette koinê, prenait une dimension de point de référence. Sans doute, c’est un plaisir littéraire que de créer de toute pièce des oracles à la façon d’Apollon : Héliodore pastiche la langue oraculaire, cédant ainsi aux attentes des lecteurs : goûts archaïsants de l’époque, désir de redonner vie à des mythes anciens, de restaurer des traditions antiques, de rendre à la religion tout son éclat, volonté de revenir à la pureté des origines de la tradition21.

39Héliodore a été, semble-t‑il, formé à la culture classique, comme c’est le cas de bon nombre d’écrivains de l’époque tardive :

  • 22 Colonna 2006.

La cultura classica, che affiora in ogni episodio, e direi quasi in ogni capitolo del romanzo, va da Omero ai più tardi poeti ellenistici, da Erodoto a Strabone, alle varie redazioni del Physiologus, e non è limitata alle citazioni e alle imitazioni, ma si esplica in un vero e proprio lavoro di mosaico, dove spesso è arduo distinguere le espressioni dello scrittore da quelle prese a prestito da poeti e da scrittori precedenti di prosa22.

40Le premier oracle est ainsi mis en rapport en II.27 avec l’oracle bien connu adressé à Lycurgue ; d’autre part des correspondances entre Homère et l’oracle sont évidentes, car la plupart des expressions, voire certains vers, sont directement issus d’Homère (et d’Hésiode aussi) ; Homère et les oracles parlent par énigmes, échappant alors au vulgaire ; on peut rappeler l’allusion à la nécessité de rendre mystérieuse toute poésie en III.13 – comprendre la poésie se mérite –, ou encore renvoyer à l’éloge d’Homère en III.15 – pour le comprendre sont retenues une filiation divine et une haute nature.

41Observons ainsi l’oracle de II.26 : on remarquera l’abondance des épithètes homériques descriptives, mais sans être excessivement ekphrastiques ; ce sont plutôt des clichés qui se rapportent aux connaissances traditionnelles de l’Égypte, grenier à blé de l’Empire (ἐυστάχυος au vers 1), aux représentations de la destinée, supérieure à tout (μοιράων νήματ´ ἐρισθενέων au vers 2), de nouveau aux richesses agricoles de l’Égypte (κυαναύλακος au vers 3). Héliodore, qui pastiche et réécrit, semble avoir aussi adapté à son propre style les emprunts faits à la culture classique ; ainsi en est‑il de cet hymne à Thétis (III.2), copie de l’hymne à Thétis qui achève l’œuvre de son possible contemporain Philostrate dans l’Héroïque, « con la sola differenza del metro e della lingua, dacché egli usa i pentametri, come accede in alcuni inni cristiani, e una ibrida mescolenza di forme doriche e ioniche lontana da ogni realtà storica ».

42Et l’on voit ici que la marque d’Héliodore est d’avoir choisi une forme poétique très peu répandue dans le style oraculaire : le distique élégiaque, alors que la majorité des oracles sont écrits en hexamètres dactyliques ou en trimètres iambiques. Serait-ce un clin d’œil à la facture factice des oracles que les lecteurs retrouvent dans le cheminement de l’intrigue romanesque ? Héliodore est donc un faiseur d’oracles, sans doute parce qu’il est un lecteur des oracles dont on sait qu’il y avait des catalogues répandus depuis l’époque alexandrine, ceux d’Héraclide du Pont ou Mnaséas de Patras par exemple, mais aussi un lecteur de Plutarque dont il a tiré des leçons.

Les caractéristiques du pastiche des oracles en vers

43Qu’en est‑il réellement de nos deux oracles, quant à la qualité de leur versification ?

44On peut retenir quelques aspects qui font comprendre à quel point Héliodore est respectueux de cette poésie oraculaire, dont il essaie de comprendre l’intérêt. On sait que Plutarque émettait un jugement très réservé sur la qualité des vers oraculaires : Τοὺς δὲ πολλοὺς τῶν χρησμῶν ὁρῶμεν καὶ τοῖς μέτροις καὶ τοῖς ὀνόμασι πλημμελείας καὶ φαυλότητος ἀναπεπλησμένους, « Et cependant nous voyons que la plupart des oracles, pour la métrique comme pour l’expression, sont pleins de négligence et de médiocrité. » (396D) 

45Or, on ne peut affirmer qu’il y a ici, dans le roman, médiocrité et négligence ou que ce sont des vers fabriqués à la hâte, comme ce devait être le cas de nombre d’oracles dont la transcription en vers était à la charge des possibles poètes, officiels ou non, du sanctuaire delphique. Le romancier, sans doute en quête de particularité, de singularité, choisit une composition connue, mais très rare dans la poésie oraculaire, le distique élégiaque : les deux rythmes combinés, de l’hexamètre dactylique et du pentamètre dactylique, en font un ensemble certes assez monotone, qui permet à la pensée de se ramasser pour ainsi dire à l’intérieur d’une formule métrique avec contraintes, mais un ensemble que l’on pourrait dire de qualité.

46On ressent en tout cas une influence évidente de l’épos. Les études faites sur le vers oraculaire de Delphes montrent qu’ils sont influencés fortement par la poésie homérique, et il y a alors assez souvent confusion entre poésie épique, poésie didactique et poésie oraculaire. Mais la poésie oraculaire n’atteint pas la perfection de la poésie épique et didactique : elle semble sacrifier au caractère propre aux oracles, en tant que poésie orale, et la médiocrité prosodique des oracles serait, dit-on, la trace d’une poésie orale produite dans un contexte oraculaire, une sorte de poésie populaire improvisée. Est-ce le cas ici ? Plutôt non, car les réponses spontanées sont d’emblée versifiées : clin d’œil du romancier à la tradition du mythe de la Pythie, ou bien clin d’œil du romancier démiurge ? En tout cas, c’est une marque de la réécriture et une appropriation d’un genre qui s’insère dans un autre genre, l’oracle dans le roman.

47Intéressons-nous alors au rythme des vers. Il a tendance à se ralentir et l’on peut rajouter que la structure grammaticale accentue cette impression de ralentissement : une question, reprise de la demande du consultant, un point de vue qui répète le verbe interrogateur, une réponse qui semble définitive dans sa sécheresse. C’est un rythme régulier, sans effet extraordinaire ; on y lit une bonne poésie bien ordonnée et bien pensée, avec des mises en relief que la tradition confie aux coupes convenues, qui suivent soit l’ordre syntaxique de la phrase, soit la volonté de donner de l’ampleur à tel ou tel mot : le pronom personnel ἐγώ qui représente le dieu est ainsi sorti de son anonymat, de même pour le futur P1 δώσω ; ces effets sont augmentés par la présence répétitive d’une pause de ponctuation au vers 1 (coupe trihémimère), au vers 2 (coupe à la cinquième syllabe catalectique), au vers 3 (coupe trihémimère), au vers 4 (coupe à la cinquième syllabe catalectique) ; la scansion du vers 1 s’explique par un allongement de la syllabe finale à la coupe : -νος devient longue, fait rare, mais possible, qui crée un effet bancal, épousant la réalité visée, la fuite et la perte du pays natal.

Analyse des caractéristiques de la langue

  • 23 On sait qu’il y en a de bien plus complexes et résistants.

48Les deux oracles en question offrent toutes les caractéristiques de l’oracle delphique traditionnel connu depuis le vie siècle avant J.‑C. C’est avant tout comme un jeu de devinette, mais un jeu pas très compliqué : seule la foule dans le cas du roman ne comprend pas23 ; c’est aussi une structure argumentée et qui n’est pas laissée à la légère : on n’est plus dans l’improvisation, mais bien dans l’omniscience divine d’un Apollon qui sait et voit tout ; c’est aussi un lexique imagé et métaphorique, une versification, comme on l’a vu, suffisamment soignée, mais sans plus, un texte d’influence homérique, une langue qui ne semble pas figée, enfin une leçon de sagesse et de protection morale d’un dieu qui veille sur les intérêts des hommes, car comme il est dit au philosophe Thémistocle (PW469) : ἐσθλὸς ἀνὴρ μακάρεσσι τετιμένος ὀλβιοδαίμων, « Heureux et fortuné, l’homme honnête honoré des dieux. »

Le plan pragmatique

  • 24 Voici une partie de sa traduction : « … Zeus, à la voix qui porte, donne à Tritogénie un mur de bo (...)

49À quoi sert un oracle ? Non pas à prédire l’avenir, mais à donner des conseils, voire à prévenir des abus ou des obstacles ; il a donc avant tout une valeur morale et religieuse, soutenu par la présence du dieu garant du bon fonctionnement d’une société ; il pose cependant un problème d’interprétation : l’oracle peut être une énigme : ainsi en est‑il de bon nombre d’oracles delphiques dont l’un des plus célèbres est celui du « mur de bois », adressé à Thémistocle, le général athénien, peu avant la bataille de Salamine24. Comment expliquer cette propension à l’énigme ? La poésie elle-même est faite d’énigme et de mystère, sans quoi elle ne serait plus poésie, mais c’est bien sûr insuffisant ; car on sait que c’est le propre des oracles de laisser dans l’attente : l’oracle, qui s’adresse à un simple mortel et qui vient d’un dieu, se mérite : le roman s’empare alors de cette caractéristique pour satisfaire ce qui fait l’une de ses spécificités et en II.36, on suspend ainsi le jugement de la foule et donc des lecteurs en attendant les événements : Ταῦτα μὲν ὡς ἀνεῖπεν ὁ θεὸς ἀμηχανία πλείστη τοὺς περιεστῶτας εἰσεδύετο τὸν χρησμὸν ὅ τι βούλοιτο φράζειν ἀποροῦντας, « Lorsque le dieu eut parlé, un immense embarras s’empara des assistants qui ne savaient pas ce que voulait dire l’oracle. »

50L’idée clef est qu’entre cet oracle de la Pythie rapporté au début du roman (II.35) et son rappel par Chariclès dans les dernières lignes (X.41), le romancier réalise son œuvre : les manifestations de l’oracle constituent ainsi le fil directeur de tout le roman. Chariclée y reçoit son nom, « celle dont la gloire est due à la grâce », nom qui est symbole de son destin prédit par Apollon, c’est-à‑dire de son retour dans la patrie grâce au père de substitution que lui donne le dieu : elle tient à la fois son nom de Chariclès, son père adoptif (voir II.29 ; II.32 ; II.33) et de la protection du dieu, et la Pythie révèle la portée symbolique de ce nom dans l’oracle, avant la rencontre des deux héros ; elle deviendra plus tard en Éthiopie prêtresse de Séléné et d’Hélios.

Le plan syntaxique

51Dans l’oracle de II.26 on observe une structure argumentative savamment organisée par l’emploi des connecteurs ; le quatrain fonctionne par paires de vers : en effet les vers 1 et 2 mettent en valeur la protection du héros contre les malheurs du destin ; les vers 3 et 4 portent sur le conseil et les recommandations sereines et précieuses : l’amitié du dieu est acquise. Ainsi on table sur une structure très ordonnée : d’un côté le départ précipité d’Égypte, de l’autre la raison non élucidée de ce départ, mais clairement indiquée par la nécessité de fuir un destin malheureux ; ces vers 3 et 4 sont construits de façon à faire ressortir la bonne fortune du héros : le courage et la patience (τέτλαθι) seront récompensés par l’intervention du dieu en sa faveur (δώσω) et par son assistance amicale (φίλος).

52En II.35, on lit de nouveau une structure argumentative solide, les vers fonctionnant aussi deux par deux : les vers 1 et 2 sont une adresse aux Delphiens chargés de prendre conscience de la valeur des héros, elle-même agrémentée d’une devinette onomastique ; les vers 3 et 4 invitent les héros au départ et au voyage jusqu’en Égypte par la mer, on retrouve le topos du voyage dangereux, ce qui marque le retour sur la terre d’Égypte (avec une périphrase pour la désigner, χθόνα κυανέην) ; les vers 5 et 6 assurent la gloire des héros qui acquièrent bonheur et sérénité dans les valeurs gymnosophistiques ; là est la récompense des héros fidèles qui sont vertueux (notons l’importance de ces vertus que sont l’honnêteté et l’excellence morale), héros qui, d’autre part, ont foi en la sagesse du dieu : relevons ainsi l’importance de la piété. L’ἀριστεία, la vaillance, est un thème bien connu de la poésie homérique, principalement de l’Iliade. Elle était associée à la supériorité, aux hauts faits et aux exploits militaires. Ici, elle devient la marque des héros de la sagesse gymnosophiste. Que le dieu ait consenti à récompenser les exploits de ces valeureux héros d’un ἀέθλιον, comme le souligne le vers 5, d’un prix venant souligner le courage et la bravoure, paraît dans l’ordre naturel des choses. Rappelons simplement que le radical ἀρ- se retrouve aussi bien dans ἄριστος (ἀριστοβίων) que dans ἀρετή.

Le plan lexical

53L’influence homérique est incontestable, comme dans la majorité des oracles delphiques, et Héliodore reprend à son compte ici cette particularité ; d’autre part, mais ce serait une question à soulever et à traiter plus longuement, on pourrait observer tous les oracles conservés dans le catalogue Parke et Wormell et souligner à quel point le vocabulaire employé par Héliodore est bien celui de ces oracles : c’est là bien la preuve que le romancier a sans doute accompli une tâche de lecture assidue des catalogues d’oracles ; certes la mode ne date pas de son temps, et on sait qu’Aristophane dans ses comédies s’est déjà employé à pasticher ou plutôt à parodier les oracles qui circulaient. Nous avons ainsi fait un relevé de la fréquence oraculaire des principaux termes, que l’on retrouve dans d’autres oracles répertoriés :

  • ἀειράμενος se retrouve en PW163.5 ;

  • μοιράων, en PW318.4, PW319.2, PW539.1, PW577.1 ;

  • τέτλαθι en PW470.2, PW470.19 ;

  • κυαναύλακος : κυαν- en PW472.3, puis dans des composés comme κυανοχαίτης, -ου ou κυανῶπις en PW18.2, PW 407 ;

  • δώσω : le futur du verbe δίδωμι est souvent employé : PW31.1 et 4, PW43.2, PW68.2, PW94.8, PW129.2, PW148.2, PW169.2, PW216.6, PW338.11, et aussi à d’autres temps ;

  • φίλος en PW29.2, PW216.2, PW312, et à d’autres cas en PW92.1, PW110.1, PW148.2 et 5, PW228.1, PW231.3, PW376.2, PW377, PW473.2, PW575.1, sans compter les formes nominales comme φιλότης et des formes composées avec le radical φίλο- ;

  • φράζεσθε en PW7.3, PW181.3, PW229.3, PW487.3, et à d’autres personnes aussi ;

  • νηὸν en PW29.1, PW84.9, PW94.8, PW106.2, PW216.1, PW338.6, PW380.2, PW381.3, PW470.13, PW575.2 ;

  • κῦμα en PW18.3, PW112.4, PW357.4.

54On peut remarquer qu’il s’agit d’un lexique courant, sans prétention littéraire, mais qui est marqué par les connotations de valeurs morales comme la patience et l’endurance, l’amitié et la protection, la force du destin, la présence permanente de la divinité qui décide, qui donne, qui habite un sanctuaire, enfin l’appel à la médiation et à l’écoute, fondamentales pour pouvoir satisfaire un dieu et lui plaire.

Le plan stylistique

55Il existe une langue d’Apollon : codages, travail sur le signifiant pour mieux appréhender le signifié sont les signes de ces oracles qui ont besoin de spécialistes et d’exégètes, pour que celui auquel ils sont adressés puisse entrer dans leur signification : l’oracle, rappelons-le, est souvent une énigme.

L’énigme onomastique

56Revenons sur l’énigme des vers 1 et 2 : il faut rappeler le goût des Grecs pour les devinettes. Déjà Xénophon d’Éphèse dans son roman emploie cette technique, comme pour l’un de ses oracles apolliniens où il fait dire à ses personnages : « Quels étaient ces malheurs annoncés par l’oracle, ils n’en avaient aucune idée ; ils ne pouvaient s’expliquer les paroles du dieu (Συμβάλλειν δὲ τὰ τοῦ θεοῦ λόγια οὒκ ἐδύναντο) : qu’était-ce que cette maladie, cette fuite, ces chaînes, ce tombeau, ce fleuve, ce secours divin ? » Ainsi les effets d’accumulation rendent bien l’incompréhension immédiate de la réponse oraculaire.

57Chez Héliodore, la devinette simple, mais si difficile à comprendre en ce début de roman porte sur ce qui est révélateur des préoccupations à la fois religieuses et romanesques, l’onomastique, qui est bien significatrice des qualités ou des défauts des personnes portant tel ou tel nom : χάρις et κλέος comme dans Chariclée et θεᾶς γενέτην comme dans Théagène, vertu et grâce, gloire et origine divine, renom et renommée. Une autre énigme concerne le thème du voyage : les indications de transports, par mer, sont données par périphrase, ce qui permet d’accentuer en filigrane tous les dangers qui accompagnent ceux qui prennent la mer, tempêtes, naufrages, pirates, etc.

Autres caractères du style oraculaire

58Bien sûr d’autres éléments sont caractéristiques du style oraculaire : ainsi en est‑il de l’oracle du paragraphe 26 : on y observe des effets de chiasme : du vers 1 au vers 2 entre deux adjectifs qui s’opposent en connotations, « aux beaux épis / à la grande puissance » (ἐυστάχυος / ἐρισθενέων), et deux noms évocateurs l’un de la patrie, παρὰ Νείλου, l’autre de la suprématie du destin sur l’homme, μοιράων. On peut même aller plus loin en lisant simplement les premiers mots de chaque vers qui portent ainsi le message donné par le dieu : Ἴχνος ἀειράμενος, φεύγεις. Τέτλαθι, αἶψα πέδον δώσω. D’autre part une reprise anaphorique joue sur la variation et la variété : ἐυστάχυος παρὰ Νείλου devient κυαναύλακος Αἰγύπτοιο ; des effets stylistiques (du moins pour nous lecteurs du xxie siècle) dus à l’emploi d’hapax posent le problème de παρὰ Νείλου : tous les éditeurs signalent le groupe prépositionnel en deux mots, sauf l’édition italienne de 2006 (Aristide Colonna) qui, dans une note, explique préférer la graphie Παρανείλου en un seul mot, considéré comme un hapax, que l’on peut rapprocher, dit‑elle, de X.1, Παραποταμίας, avec sous-entendu le terme γῆ ; l’« emendamento » proposé « non è assolutamente necessario », dit l’auteur de cette édition récente. Le même problème se pose au vers 3 avec l’adjectif κυαναῦλαξ, signalé aussi comme un hapax par la même édition italienne de 2006.

Le plan générique

  • 25 Encylopédie, article « Delphes (oracle de), (mythologie, histoire, littérature) ».
  • 26 Le démon socratique est cette part divine qui accompagne sereinement et favorablement l’homme dans (...)
  • 27 « Eusèbe nous dit que six cents personnes d’entre les païens avaient écrit contre les oracles, et (...)
  • 28 On remarque que le verbe « habiller » reprend la métaphore artisanale de Plutarque, quand il évoqu (...)

59On trouve dans l’Encyclopédie25 du xviiie siècle un article sur les oracles, écrit par Jaucourt ; il signale que, parmi les ministres du dieu Apollon, à Delphes, « se distinguaient ceux qu’on nommait προφῆται. Ils avaient sous eux des poètes, qui mettaient les oracles en vers, car il n’y a eu que de courts intervalles de temps où on les rendit en prose ». Jaucourt qui définit d’abord l’oracle comme « la volonté des dieux annoncée par la bouche des hommes », s’engage ensuite dans un long commentaire sur la pertinence des oracles, sur leur caractère « démoniaque » au sens socratique du terme26, citant Eusèbe qui rapporte dans son œuvre les recherches et les commentaires d’Oenomaos27. Quand il en vient à évoquer les employés des sanctuaires, qu’il appelle les « officiers de l’oracle », il cite les poètes qui habillaient en vers les oracles rendus en prose28.

  • 29 Ce qui semble justifier pourquoi le terme de γρῖφος est aussi habilité à définir un oracle.

60Il fait aussi allusion à ce qui a, selon lui, assuré le succès des oracles, c’est-à‑dire l’ambiguïté des réponses, et l’art qu’on avait de les accommoder à tous les événements qu’on pouvait prévoir, autant dire que nous aurions affaire à des techniques de création artistique, la poésie, la devinette, les artifices divers qui permettent d’accorder aux oracles un statut d’œuvre littéraire et de les placer dans un genre particulier, fait de rencontres et d’oppositions avec d’autres genres comme la prédiction rituelle, la devinette29, le proverbe, la maxime philosophique, le portrait ironique, la sentence sapientiale, la parole poétique. Quand aujourd’hui on cite des oracles dans leur traduction française, on cite un texte fini, avec ses propres caractéristiques, qui se résument souvent à l’ambiguïté. On voit comment dépouillé de tout son contexte culturel, historique et religieux, l’oracle est réduit à peu de chose.

61Existe-t‑il alors un genre poétique oraculaire qui fonctionne de façon autonome ? On est tenté de répondre par l’affirmative, ce qui nous entraînerait dans des démonstrations dépassant largement la problématique actuelle ; disons que l’on reste dans le domaine de l’hypertextualité : les deux oracles d’Héliodore sont considérés comme des textes imitant ou hypertextes, dérivés d’oracles antérieurs dont ils sont une réécriture, copiant les mêmes réflexes linguistiques : s’ils sont ainsi considérés, c’est qu’ils obéissent à des lois formelles et sémantiques propres aux genres littéraires et capables de servir de liens avec les textes imités ou hypotextes créés antérieurement.

62Ainsi en est‑il de l’oracle du chapitre 26. Des éléments très caractéristiques du système de l’énonciation sont explicitement imités des oracles connus, comme :

  • l’emploi de la première personne qui désigne soit le dieu lui-même dont la Pythie n’est que l’instrument, le médium, soit la Pythie : ἐγὼ, δώσω, ἐμὸς ;

    • 30 Voir Syntaxe grecque de J. Humbert (1960).

    l’emploi du futur : c’est la toute-puissance du dieu qui décide ; on peut signaler les emplois d’un futur « volitif » et prospectif30 ;

  • l’emploi de l’impératif : l’oracle est un conseil, un avis, une recommandation faite au consultant : Τέτλαθι, ἔσσο ;

  • l’emploi de la deuxième personne qui rappelle la présence du consultant φεύγεις, Τέτλαθι, σοὶ, ἔσσο ;

  • une chute morale ou pleine d’autorité : l’assurance et la promesse d’une amitié avec le dieu.

63Il en est de même pour l’oracle du chapitre 35. Le système de l’énonciation est révélateur de ce genre qui s’apparente à une communication en direct avec un consultant :

  • l’invocation aux Delphiens est une reproduction de ce que l’on lit dans la majorité des oracles delphiques conservés, et surtout la formule employée : φράζεσθ᾿, ὦ Δελφοί, « soyez attentifs, Delphiens » (trad. J. Kasprzyk) ;

  • l’emploi de l’impératif, φράζεσθε, « soyez attentifs », et du futur ἵξονται, « ils parviendront », ἐξάψονται, « ils attacheront » ;

  • la formule morale qui clôt l’oracle, ici la promesse d’une fonction sacrée donnée aux deux héros : ἀριστοβίων μέγ´ ἀέθλιον ἐξάψονται λευκὸν  ἀριστοβίων μέγ´ ἀέθλιον ἐξάψονται / λευκὸν ἐπὶ κροτάφων στέμμα μελαινομένων, « récompense précieuse d'une vie vertueuse, ils attacheront / une blanche couronne à leurs tempes noircies » (trad. D. Kasprzyk).

64La reprise de la fin de l’oracle de II.35 dans le livre X se fait avec un changement grammatical : le futur moyen ἵξοντ´ passe au futur infinitif ἵξεσθ´, avec élision de la finale en –αι devant initiale vocalique, de façon à s’insérer comme citation dans le texte ; cela nous donne quelques renseignements supplémentaires sur la manière dont l’Antiquité pouvait considérer le texte oraculaire : [ἵξεσθ´] ἠελίου πρὸς χθόνα κυανέην, / Τῇ περ ἀριστοβίων μέγ´ ἀέθλιον ἐξάψονται / Λευκὸν ἐπὶ κροτάφων στέμμα μελαινομένων.

  • 31 Certains oracles sont dits post eventum quand ils sont écrits après l’événement qu’ils sont censés (...)

65La parole sacrée peut être sujette à variation, car ce qui compte dans l’esprit des Anciens, c’est moins la forme que le fond : c’est là une marque de bon nombre d’oracles cités dans la littérature antique depuis Hérodote. Le reste de l’oracle est identique et reprend les derniers mots comme les plus significatifs de la portée religieuse du roman, puisque ces couronnes blanches sont sans doute les mitres que portent les prêtres isiaques : c’est donc à la fois la preuve que l’oracle fonctionne comme un texte qu’il faut interpréter et justifier par l’événement qu’il annonce31. Le rythme n’en est aucunement modifié : la poésie n’est pas touchée dans ses éléments prosodiques et formels.

Conclusion

66Apparemment ce sont les oracles qui donnent sa structure et son sens au roman, et aux aventures des héros. L’oracle a une valeur romanesque et des fonctions bien précises dans le roman, puisqu’il informe le lecteur, fait avancer le récit, permet d’entretenir le « suspens », en insérant savamment ce problème d’interprétation qu’est le second oracle.

67Marguerite Yourcenar dans un chapitre de son Anthologie de la poésie grecque, La couronne et la lyre, consacre une réflexion sur ce qu’est la poésie des oracles. C’est le mystère du signe qui fit pour les Grecs la poésie de l’Oracle, mystère tantôt dû à l’ambivalente obliquité de la réponse, caractéristique d’Apollon Loxias, le Biaiseur, tantôt à une métaphore insolite, comme dans le conseil donné à Thémistocle avant Salamine, l’avis de s’abriter derrière des cloisons de bois, c’est-à‑dire dans des navires, tantôt encore à une sorte d’involution verbale qui drape et recouvre ce qui est signifié, donnant ainsi à l’oracle cette riche et déconcertante étrangeté qui est celle des songes. 

68Si le sanctuaire de Delphes a connu ses heures de gloire entre le vie et le début du ve siècle avant J.‑C., il est indéniable que dès le ve siècle, tout en conservant son prestige, l’oracle était dévalorisé aux yeux des gens perspicaces (comme un Thucydide par exemple). Mais tous ont continué à y croire : Alexandre consulte la Pythie, Auguste, Néron aussi ; Plutarque exerce à Delphes un sacerdoce de près de vingt ans. Hadrien essaie de faire de Delphes le centre d’une religion rénovée. Rien d’étonnant qu’un roman qui a été écrit à une époque où le culte solaire connaît une faveur considérable (la dynastie des Héliogabale au début du iiie siècle ; le culte remis en valeur par Aurélien, la vogue du culte solaire d’Hélios-Apollon) fasse allusion à Delphes, à une Delphes idéalisée, celle du ive siècle avant J.‑C., comme source d’une intrigue romanesque.

69On peut donc conclure sur trois points : la poésie d’Héliodore, quand il imite les oracles, conserve tout de la poésie oraculaire bien connue dans les recueils d’oracles qui circulaient encore à son époque. Elle est avant tout une poésie d’ornement, qui recueille les faveurs d’un romancier érudit et curieux des faits culturels propres à une Grèce triomphante, mais aussi celles des lecteurs habitués à des jeux de l’esprit. Enfin elle reste poésie en tant que production et création de forme, avec tout le respect qui se doit à la prosodie classique.

Notes

1 Cet oracle est rapporté par œnomaos cité par Eusèbe (PE 5.33).

2 Le sigle employé PW correspond à un classement des oracles, d’après le corpus que les Anglais Parke et Wormell ont publié en 1956.

3 Χρησμός, oraculum en latin, est le nom donné à la parole du dieu.

4 Oracle rapporté par l'Anthologie Palatine XIV.113.

5 Plutarque, Περὶ τοῦ μὴ χρᾶν ἔμμετρα νῦν τὴν Πυθίαν, texte établi et traduit par R. Flacelière, Les Belles Lettres, 2007.

6 Les traductions des deux oracles sont personnelles. Jacques Amyot donne une traduction de ce même oracle (Héliodore, L’Histoire aethiopique, éd. L. Plazenet, Textes de la Renaissance 136, Paris, 2008) ; on remarque la volonté de l’humaniste de respecter la versification et donc de considérer la qualité poétique de ce texte, avec une traduction en décasyllabes : « Homme étranger, qui as voulu quitter / Le gras pays du Nil, par là cuidant / Le fil des sœurs fatales éviter / Et leur décret, loin des tiens te rendant, / Aie bon cœur, et endure, attendant / Qu’en peu de temps par moi seras remis / En la fertile Égypte, et ce pendant. »

7 Traduction de J. Amyot : « Celle de qui par Charis se commence / Le nom, et fine en Cléos, et aussi / Cet dont le nom signifie en substance / Né de déesse, en peu de jours d’ici / Se partiront (Delphiens, oyez ci) / De mon saint temple, et après longuement / Avoir erré sur mer, finalement / La région du soleil noire et teinte / Ils atteindront là où de leur vie sainte / Se trouveront dignement guerdonnés : / Car leurs beaux chefs, tous deux de blanche enceinte, / Ils y auront à la fin couronnés. »

8 Rappel : le classement de J. Fontenrose (1) : mode de fonctionnement A : simple commands and instructions / A1 : clear commands // mode de fonctionnement E : simple statements of future events / E2 : clear predictions. Thèmes ou sujets : 1 res divinae, 2 res publicae et 3 res domesticae et profanae ; 3i = places, lands, indications of the country, city or other place to which the consultant should go to residence or fulfillment,… ; 3j = gnomic utterances (proverbes, sentences, etc.).

9 Rappel : le classement de J. Fontenrose (2) : E3 : ambiguous and obscure predictions. Thèmes : 3g = personnes, actions qui causent du bonheur ou du malheur aux consultants ; 3f = rewards and punishments.

10 Merkelbach 1963.

11 Pindare, l’Hymne homérique à Apollon, les tragiques grecs, Strabon, Pausanias, Plutarque, pour ne citer que les plus connus.

12 Pouilloux 1983.

13 Nilsson 1941.

14 Sans doute, leurs motifs de consultation, courants et peu extraordinaires, n’ont‑ils rien de spectaculaire, mais aussi, les consultations privées se font en direct, sans aucun intermédiaire.

15 On peut cependant objecter à cette hypothèse le cas d’Alexandre qui se déplace personnellement à Delphes, ce que rapporte Plutarque dans Alexandre 14.6‑7.

16 PW52, PW53, PW54, PW55, 250 pour Crésus ; PW94, PW95 pour le « mur de bois » ; PW420 pour Socrate.

17 Roux 1976.

18 McLeod 1961.

19 Burn 1960.

20 Koch‑Piettre 2009.

21 Marein 2001.

22 Colonna 2006.

23 On sait qu’il y en a de bien plus complexes et résistants.

24 Voici une partie de sa traduction : « … Zeus, à la voix qui porte, donne à Tritogénie un mur de bois (τεῖχος […] ξύλινον), un seul qui se trouve être inexpugnable, mur qui te sera utile à toi et à tes enfants » … et il faut comprendre qu’il s’agit d’une flotte.

25 Encylopédie, article « Delphes (oracle de), (mythologie, histoire, littérature) ».

26 Le démon socratique est cette part divine qui accompagne sereinement et favorablement l’homme dans ses démarches.

27 « Eusèbe nous dit que six cents personnes d’entre les païens avaient écrit contre les oracles, et nomme entre autres un certain Oenomaüs, dont il nous a conservé quelques fragments, dans lesquels on voit cet Oenomaüs argumenter sur chaque oracle, contre le dieu qui l’a rendu, et le prendre lui-même à partie. »

28 On remarque que le verbe « habiller » reprend la métaphore artisanale de Plutarque, quand il évoque l’habillage des oracles en vers et en rythmes.

29 Ce qui semble justifier pourquoi le terme de γρῖφος est aussi habilité à définir un oracle.

30 Voir Syntaxe grecque de J. Humbert (1960).

31 Certains oracles sont dits post eventum quand ils sont écrits après l’événement qu’ils sont censés annoncer.

Auteur

Université de Nice, CEPAM

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search