Version classiqueVersion mobile

Roman grec et poésie

 | 
Michel Briand
, 
Michèle Biraud

2. Références, lectures, réécritures

Chairéas à la lumière d’Achille : Chariton lecteur d’Homère

Élodie Romieux‑Brun

Résumé

Parmi les nombreuses citations de l’Iliade chez Chariton, nous étudions surtout celles qui concernent le personnage de Chairéas, organisées autour d’Achille ainsi que d’Hector, plus discrètement. Ces références ont un rôle important dans la mise en scène de l’évolution morale de Chairéas. Alors que Chairéas perd Callirhoé, elles soulignent – parfois de façon comique – l’écart entre le comportement du jeune homme et son modèle épique. Par la suite, ces références mettent en valeur son héroïsme : il peut retrouver son épouse parce qu’il renoue avec les valeurs qu’il avait échoué à respecter. L’évolution d’Achille dans l’Iliade, liée à la mort de Patrocle et au retour du héros au combat, est un modèle littéraire sous-jacent : le romancier propose une lecture morale d’Homère, dans le prolongement d’autres auteurs d’époque impériale, et nous insistons sur ces modalités de l’interprétation d’Homère, pour comprendre quels moyens originaux offre la forme romanesque.

Texte intégral

  • 1 Voir Papanikolaou 1973, p. 14, qui établit une liste précise des citations empruntées à l’Iliade e (...)
  • 2 Brèthes 2004, p. 17. Celui-ci s’appuie sur Quintilien, Institution oratoire, I.8.10 : Credamus sum (...)
  • 3 Billault 1991, p. 116.
  • 4 Cf. Biraud 1985, qui étudie le jeu entre deux parallèles épiques, Hélène et Pénélope, dans la mise (...)
  • 5 Χαιρέας γάρ τις ἦν μειράκιον εὔφορμον, πάντων ὑπερέχον, οἷον Ἀχιλλέα καὶ Νιρέα καὶ Ἱππόλυτον καὶ Ἀ (...)
  • 6 Pour une analyse de la pratique de la citation dans les romans grecs, voir Fusillo 1990.
  • 7 Cf. notamment Kindstrand 1973, Zeitlin 2001, Kim 2010.

1L’importance d’Homère dans les romans grecs n’est plus à démontrer ; Chariton en particulier affirme sa connaissance du poète, considéré comme le modèle littéraire par excellence encore à l’époque impériale, à travers les citations de l’Iliade qui jalonnent le roman1. Si ces citations ont la double fonction traditionnelle d’« autorité et d’ornement »2, elles jouent également un rôle important dans l’intrigue, notamment à travers les « parallèles mythiques », selon l’expression d’A. Billault3. Ces parallèles font surgir, par le biais des jeux d’intertextualité, des héros homériques4, parmi lesquels Achille occupe une place prépondérante. C’est d’abord à lui qu’est d’emblée comparé le jeune Chairéas, en raison de sa beauté5. Par la suite, les jeux d’intertextualité permettent de créer des parallèles entre le couple formé par Achille et Patrocle et le jeune couple romanesque ainsi que le couple d’amis formé par Chairéas et Polycharme, mais aussi de mettre en valeur la différence entre Chairéas, héros romanesque, et les héros épiques. Épopée homérique et roman, valeurs épiques et romanesques, entrent ainsi en résonance. L’inscription des citations homériques dans la narration apparaît comme le fruit d’une lecture consciente des épopées homériques, voire d’une véritable interprétation de cette œuvre6. C’est cette interprétation que nous aimerions étudier ici, en nous concentrant essentiellement sur l’étude des liens entre la mise en scène de Chairéas et les références à Achille. Nous souhaitons montrer que Chariton, comme nombre de ses contemporains7, mais selon des modalités bien différentes, se réapproprie Homère, et révèle, par le biais de ce jeu d’intertextualité, certains enjeux novateurs de son œuvre. Il suggère ainsi une image ambiguë du poète, qui apparaît comme un modèle appelé à être dépassé.

2Nous verrons donc comment les références à Achille mettent en valeur une interprétation morale des poèmes homériques ; puis nous nous demanderons comment les citations de l’Iliade peuvent dessiner, à travers le texte, une utilisation méta-littéraire du poète.

3Chariton procède tout d’abord à une lecture morale d’Homère. Cette lecture est très fréquente à l’époque impériale. Elle est clairement revendiquée par Plutarque dans son traité Comment lire les poètes. Il recommande en effet de lire les poètes en ayant à l’esprit la volonté de juger les actions des héros chantés par les poètes, plutôt que de se laisser charmer par la poésie :

Ἡ γὰρ τοιαύτη παρασκευὴ τοῦ νέου καὶ διάνοια, τοῖς μὲν εὖ λεγομένοις καὶ πραττομένοις ἐπαιρομένου καὶ συνενθουσιῶντος, τὰ δὲ φαῦλα μὴ προσιεμένου καὶ δυσχεραίνοντος, ἀϐλαβῆ παρέξει τὴν ἀκρόασιν. […] Δεῖ δὲ μὴ δειλῶς μηδ’ ὥσπερ ὑπὸ δεισιδαιμονίας ἐν ἱερῷ φρίττειν ἅπαντα καὶ προσκυνεῖν, ἀλλὰ θαρραλέως ἐθιζόμενον ἐπιφωνεῖν μηδὲν ἦττον τοῦ ‘ὀρθῶς’ καὶ ‘πρεπόντως’ τὸ ‘οὐκ ὀρθῶς’ καὶ ‘οὐ προσηκόντως’.

  • 8 Plutarque, Comment lire les poètes 26A‑B, trad. A. Philippon, Les Belles Lettres, Paris, 1987.

Si l’on donne en effet au jeune garçon ce genre de préparation et un tel état d’esprit, si, sachant s’exalter et s’enthousiasmer devant les discours et les actes moraux, il sait aussi éprouver de l’aversion et de l’indignation devant les actes pervers, alors il pourra lire sans dommage les poètes. […] Il faut, au lieu de frissonner et de se prosterner devant tout, peureusement et comme dans un temple par crainte superstitieuse, s’habituer à proclamer avec assurance « Ce n’est pas bien » et « C’est inconvenant » tout autant que « C’est bien » et « C’est convenable »8.

  • 9 Notons que cette conception morale de la poésie homérique se retrouve chez Dion Chrysostome, qui d (...)

4Plutarque prend alors l’exemple d’Achille, dont il analyse le comportement en termes moraux, définissant ses premières paroles comme correctes, mesurées, convenables (ὀρθῶς… καὶ μετρίως καὶ πρεπόντως, 26C), puis comme ne respectant pas ces valeurs (οὐκέτ’ ὀρθῶς οὐδὲ μετρίως ; οὔτε πρὸς τὸ καλὸν ὀρθῶς οὔτε πρὸς τὸ συμφέρον). Le but de Plutarque est en effet de débarrasser les poèmes de la fiction et du masque de théâtre (ἐξάγει τὰ ποιήματα τοῦ μύθου καὶ τοῦ προσωπείου, 36D), et de conférer du sérieux aux paroles qui sont utiles (σπουδὴν περιτίθησι τοῖς χρησίμως λεγομένοις, 36D). Ainsi, les poèmes deviennent une incitation à lire la philosophie : ἔτι δὲ προανοίγει καὶ προκινεῖ τὴν τοῦ νέου ψυχὴν τοῖς ἐν φιλοσοφίᾳ λόγοις, « de plus on ouvre par avance aux textes philosophiques l’esprit du jeune garçon, par avance on le pousse vers eux » (Plut., Comment lire les poètes, 36D, trad. A. Philippon). Pour Plutarque, le maître doit accompagner la lecture de la poésie, de telle façon que celle‑ci ne doit pas être lue pour le charme des mots, mais pour les idées morales qu’elle peut véhiculer, si bien qu’elle constitue une ouverture vers la philosophie9. Or nous retrouvons une lecture morale de l’Iliade dans le roman de Chariton, dans la mesure où le personnage d’Achille est utilisé comme référence, modèle sous-jacent du comportement de Chairéas. Cette lecture est cependant loin d’être sans ambivalence. En effet, le personnage d’Achille est présenté de façon implicite tour à tour comme un modèle négatif de Chairéas, puis comme un idéal vers lequel doit tendre le protagoniste. Le romancier révèle alors la richesse de sa lecture de l’épopée à travers le regard nuancé qu’il pose sur le héros épique.

5Le romancier crée tout d’abord un parallèle entre le héros romanesque et le héros épique, qui va au-delà de la référence explicite à Achille (I.5.2). Il utilise la référence à Achille de plusieurs manières, de façon à mettre en scène la faiblesse morale de Chairéas dans un premier temps, puis sa transformation en héros, qui va pouvoir retrouver Callirhoé et être digne d’elle. Il se sert à la fois de parallèles entre les deux personnages pour mettre en valeur le caractère impulsif de Chairéas, et d’oppositions, soulignant le manque d’héroïsme du jeune homme romanesque, avant sa transformation.

6Tout d’abord, le romancier suggère un parallèle entre héros épique et héros romanesque, lors de la scène entre Chairéas et le parasite, qui déclenche une colère non maîtrisée du jeune homme. La douleur de Chairéas apprenant la prétendue trahison de Callirhoé est exprimée par le truchement des vers homériques décrivant le geste de deuil d’Achille pleurant Patrocle :

Ὥς φάτο· τὸν δ’ ἄχεος νεφέλη ἐκάλυψε μέλαινα,
Ἀμφοτέρῃσι δὲ χερσὶν ἑλὼν κόνιν αἰθαλόεσσαν
Χεύατο κὰκ κεφαλῆς, χαρίεν δ’ ᾔσχυνε πρόσωπον.

Ainsi parla-t‑il ; et une noire nuée de douleur l’enveloppa.
De ses deux mains, prenant de la cendre noircie par le feu, il la
répandit sur sa tête et souilla son charmant visage. (Char. I.4.6 ; Iliade XVIII.22‑24)

7Or ce passage introduit la scène au cours de laquelle Chairéas va frapper son épouse, la laissant comme morte. Par ailleurs, le récit romanesque insiste sur le comportement colérique de Chairéas ; il est dominé par la colère (κρατούμενος δὲ ὑπὸ τῆς ὀργῆς, I.4.12) au moment de frapper Callirhoé ; il a le cœur bouillonnant (τῷ θυμῷ ζέων, I.5.1) lorsqu’il interroge les servantes de son épouse, avant de comprendre la vérité. Nous sommes tentés de voir dans ces expressions une transposition romanesque de la description épique du courroux d’Achille, qui débouchera sur la mort de Patrocle : Chairéas se rapproche d’Achille à ce moment par son impulsivité et sa colère. Chariton suggère alors un parallèle entre les deux héros : tous deux sont caractérisés par une colère destructrice, qui cause la perte de l’être aimé.

8À cette comparaison implicite s’articule la mise en scène d’une opposition entre les deux personnages, qui permet de mettre en valeur la difficulté qu’éprouve Chairéas à se hisser au rang du héros épique. Le romancier s’appuie alors sur l’ambivalence de la figure d’Achille, colérique mais également héros retournant au combat. Les citations homériques soulignent alors l’opposition entre les deux personnages, puisque Chairéas reste un protagoniste passif. Il est significatif que le romancier reprenne les vers de l’Iliade déjà cités au début du roman pour mettre en scène la douleur de Chairéas se lamentant sur la perte de Callirhoé :

ἀμφοτέραις χερσὶ περιελὼν κόνιν αἰθαλόεσσαν
χεύατο κὰκ κεφαλῆς, χαρίεν δ’ ᾔσχυνε πρόσωπον.

De ses deux mains, prenant de la cendre noircie par le feu,
il la répandit sur sa tête, et souilla son charmant visage. (Char. V.2.4 ; Iliade XVIII.22‑24)

9Mais dans ce passage, la citation semble mettre en scène l’opposition entre Achille et Chairéas. En effet, alors que la douleur pousse Achille à retourner au combat, Chairéas se lamente sur sa propre inaction, son manque d’héroïsme, se qualifiant de ἀσεβέστατος, « sacrilège », δειλός, « lâche », φιλόζωος « attaché à sa vie » (V.2.5). Il montre alors lui-même qu’il ne parvient pas à respecter les valeurs héroïques (piété, respect des dieux, courage, acceptation de la mort plutôt que déshonneur). Le portrait qu’il dresse de lui-même s’oppose alors au comportement d’Achille, et notamment à son discours à Thétis, au chant XVIII de l’Iliade. Achille affirme ne plus tenir à la vie et désirer la gloire :

κῆρα δ’ ἐγὼ τότε δέξομαι, ὁππότε κεν δὴ
Ζεὺς ἐθέλῃ τελέσαι ἠδ’ ἀθάνατοι θεοὶ ἄλλοι.

Et le trépas, moi je le recevrai le jour où
Zeus et les autres dieux immortels désireront me le donner. (Iliade XVIII.115‑116)

νῦν δὲ κλέος ἐσθλὸν ἀροίμην

Je souhaite maintenant remporter une noble gloire. (Iliade XVIII.121)

10La répétition de la citation épique permet alors de bien mettre en valeur la passivité de Chairéas ; au contraire, Achille est alors présenté implicitement comme un héros positif, capable d’agir.

11Ce procédé d’opposition est à nouveau utilisé lors de la tentative de suicide du jeune homme. Alors qu’il est prêt à se pendre, Chairéas se remémore Callirhoé :

Εἰ δὲ θανόντων περ καταλήθοντ’ εἰν Ἀΐδαο
αὐτὰρ ἐγὼ καὶ κεῖθι φίλης μεμνήσομαί σου.

Et même au cas où on pourrait, dans l’Hadès, oublier les morts,
moi, du moins, même là, je me souviendrai de ton amour. (Char. V.10.9)

12Or ces vers sont très proches de ceux qu’Achille prononce après la mort d’Hector :

Εἰ δὲ θανόντων περ καταλήθοντ’ εἰν Ἀΐδαο
αὐτὰρ ἐγὼ καὶ κεῖθι φίλου μεμνήσομ’ ἑταίρου.

Et même au cas où on pourrait, dans l’Hadès, oublier les morts,
moi, du moins, même là, je me souviendrai de mon compagnon. (Iliade XXII.389‑390)

  • 10 Cet écart entre les deux situations est bien mis en valeur par Fusillo 1990, p. 35‑37, qui insiste (...)

13Le contexte dans lequel est ancrée la citation permet encore une fois de mesurer l’écart entre les deux personnages10 : Chairéas est prêt à se tuer, alors qu’Achille vient de tuer Hector. Ce contraste est mis en valeur par la suite du discours de Chairéas. Il s’adresse en effet au nœud de la corde avec laquelle il souhaite se pendre. Il le considère comme son moyen de triompher : διὰ σε νικῶ (V.10.9). Il montre ainsi son incapacité à suivre le modèle épique qui lui est proposé : si Achille court au-devant de la mort au combat pour acquérir la gloire et triompher d’Hector, Chairéas souhaite se réfugier dans le suicide sans chercher à combattre, sans rechercher cette gloire.

14Nous pouvons noter que cette opposition fait par ailleurs écho au contraste entre Chairéas et Hector, alors que Chairéas s’apprête à partir à la recherche de Callirhoé. La mère de Chairéas reprend en effet les vers d’Hécube à Hector :

Τάδ’ αἴδεο καί μ’ ἐλέησον
αὐτήν, εἴ ποτέ τοι λαθικηδέα μαζὸν ἐπέσχον.

Respecte-les, et prends pitié de moi-même,
si un jour je t’ai donné le sein qui fait oublier les chagrins. (Char. III.5.6 ; Iliade XXII.82‑83)

  • 11 Brèthes 2007, p. 96.

15Mais alors que les lamentations d’Hécube n’émeuvent pas Hector qui part vaillamment au combat contre Achille, les propos de la mère de Chairéas plongent ce dernier dans le désespoir, et le jeune homme pense se suicider. La citation permet de faire ressortir le décalage entre le modèle épique, Hector, et Chairéas, comme l’analyse R. Brèthes11 : « Cette mort est bien évidemment à mille lieues de la geste épique et ses conséquences logiques seraient d’imposer cette absence aux deux parties. Chairéas n’est pas Hector et apporte une réponse romanesque, la tentative de suicide immédiate, à la tournure épique proposée par sa mère. Le poids de la référence est l’objet d’un double enjeu : il écrase quelque peu le texte de Chariton et les épaules du héros de roman, qui ne peut endosser le rôle que lui assigne de fait le modèle de l’Iliade. »

  • 12 La portée comique de cette opposition a été bien mise en valeur dans Robiano 2000, p. 525 : « C’es (...)

16Ces emprunts à l’Iliade permettent de construire l’opposition entre le héros épique, modèle sous-jacent, et le héros romanesque, et mettent en valeur la difficulté de l’élaboration d’un comportement épique de la part de Chairéas12.

17Enfin, la mise en scène des ambivalences de Chairéas s’appuie sur une assimilation, non plus au personnage d’Achille, mais à celui de Patrocle, dans la scène au cours de laquelle Callirhoé détermine si elle va ou non garder l’enfant qu’elle attend. L’apparition de Chairéas à Callirhoé est en effet évoquée par les vers qui décrivent, dans l’Iliade, l’apparition de Patrocle mort à Achille :

Μέγεθός τε καὶ ὄμματα κάλ’ ἐϊκυῖα,
καὶ φωνήν, καὶ τοῖα περὶ χροΐ εἵματα.

[Apparition] semblable par la taille, les beaux yeux,
la voix, et son corps était vêtu des mêmes vêtements. (Char. II.9.6 ; Iliade XXIII.66‑67)

  • 13 Ce brouillage de piste a bien été mis en valeur dans Brèthes 2004, p. 22‑23.

18Le narrateur joue sur un effet de variation et brouille les pistes de lecture qu’il avait suggérées précédemment en proposant un parallèle entre Chairéas et Patrocle13. De plus, cette évocation est particulièrement ambiguë. Elle peut mettre en valeur l’autorité de Chairéas, dont la parole est écoutée par Callirhoé ; cependant, nous aimerions suggérer qu’ici encore, la citation homérique permet de mettre en valeur la faiblesse de Chairéas, en opposition, cette fois, au fils de Callirhoé, qui apparaît, lui, comme un héros épique en devenir. En effet, le narrateur semble opposer ici la présence fantomatique de Chairéas, apparaissant comme une ombre venant du royaume des morts, tel Patrocle apparaissant à Achille, à l’évocation du fils à naître de Callirhoé, qui est présenté comme un futur héros à l’avenir glorieux :

Πόσων ἀκούομεν θεῶν παῖδας καὶ βασιλέων ἐν δουλείᾳ γεννηθέντας ὕστερον ἀπολαϐόντας τὸ τῶν πατέρων ἀξίωμα, τὸν Ζῆθον καὶ τὸν Ἀμφίονα καὶ Κῦρον ; Πλεύσῃ μοι καὶ σύ, τέκνον, εἰς Σικελίαν· ζητήσεις πατέρα καὶ πάππον, καὶ τὰ τῆς μητρὸς αὐτοῖς διηγήσῃ. Ἀναχθήσεται στόλος ἐκεῖθεν ἐμοὶ βοηθῶν. Σύ, τέκνον, ἀλλήλοις ἀποδώσεις τοὺς γονεῖς.

Combien d’enfants de dieux et de rois connaissons-nous par les récits, qui sont nés en esclavage et ont retrouvé le haut rang de leur père par la suite : Zéthos et Amphion, ainsi que Cyrus ? Pour me sauver, toi aussi, mon enfant, tu navigueras vers la Sicile : tu chercheras ton père et ton grand-père, et tu leur raconteras ce qui est arrivé à ta mère. On enverra de là-bas une flotte à mon secours. C’est toi, mon enfant, qui rendras tes parents l’un à l’autre. (Char. II.9.5)

  • 14 Le personnage de Cyrus le Grand est par ailleurs évoqué directement dans un autre passage du roman (...)

19Le romancier a recours ici à un nouveau procédé : il crée une opposition entre plusieurs modèles littéraires. Si Chairéas est assimilé à un personnage de l’épopée homérique, Patrocle dans ce cas, son fils à venir est comparé à des héros mythologiques, ainsi qu’à un personnage historique, Cyrus, devenu une figure littéraire très importante à travers la Cyropédie, dont le souvenir occupe une place non négligeable dans le roman14. De plus, les verbes au futur employés par Callirhoé dépeignent l’avenir glorieux de ce fils. L’insistance sur la deuxième personne du singulier est significative : c’est sur l’enfant à venir que compte Callirhoé pour la sauver, et non sur Chairéas, qui se trouve relégué au rang d’ombre, de fantôme appartenant déjà au passé, ne pouvant agir pour sauver Callirhoé. Le discours de Callirhoé transforme l’enfant à venir en héros, qui accomplira des exploits dans la lignée d’Hermocrate. La citation homérique semble ici suggérer que le rôle de héros épique, sauveur de Callirhoé, ne sera pas joué par Chairéas, comme on pourrait l’attendre, mais par son fils, dans une épopée à venir. La référence à l’Iliade consacre alors l’image d’un Chairéas incapable d’assumer le rôle épique qu’il devrait jouer.

20Chairéas n’est plus comparé directement à Achille ; mais l’image d’Achille et de Patrocle est toujours présente et joue encore un rôle dans la mise en scène morale de Chairéas. La référence à Patrocle semble entériner la disparition des héros épiques tels qu’Achille et Patrocle, au profit d’un nouveau type de héros, dont le roman pourra peut-être raconter les exploits. Le romancier ne se contente pas de dresser un simple parallèle entre Achille et Chairéas : il suggère par le biais des citations qui se font écho une image ambivalente d’Achille, dont il rappelle de façon indirecte la colère mais aussi le courage guerrier, que Chairéas ne parvient pas à égaler dans un premier temps ; enfin, le romancier esquisse l’idée d’un certain dépassement du modèle de héros épique, qui entre en concurrence avec des modèles puisés dans d’autres genres littéraires, et notamment dans l’historiographie.

  • 15 Le brusque revirement de Chairéas, difficilement explicable sur le plan psychologique, est mis en (...)

21Le romancier part donc d’un parallèle simple entre deux personnages, et le complexifie peu à peu, de façon à mettre en évidence les failles de Chairéas, son incapacité à se hisser au niveau d’un héros épique, jusqu’au renversement15, mis en évidence à nouveau par des citations épiques (VII.2.4). Chairéas emprunte alors les mots d’Hector partant au combat contre Achille (Iliade XXII.304‑305) ; le registre épique devient particulièrement prégnant dans le roman, puisque la prise de Tyr est décrite à l’aide de nombreuses citations tirées de l’Iliade (VII.4.3, VII.4.6).

22Le romancier se livre alors à une véritable relecture de l’Iliade et de ses valeurs, brossant un portrait nuancé d’Achille. Si les citations de l’Iliade apparaissent comme un élément structurant du texte, permettant d’enrichir la lecture du personnage de Chairéas, nous pouvons également souligner que le romancier se livre également à une relecture du personnage d’Achille à travers le roman. Il apporte alors une contribution originale à la réinterprétation de cette figure littéraire à l’époque impériale.

23À cette lecture morale d’Homère s’articule une utilisation méta-poétique des citations homériques. Dans son ouvrage Homer between History and Fiction in Imperial Greek Literature, L. Kim (2010) montre en effet comment les références à Homère peuvent être utilisées, chez des auteurs de l’époque impériale tels que Dion Chrysostome, Lucien, Philostrate, pour mettre en avant une réflexion sur la mise en scène de la fiction. Or il semble que nous trouvions en filigrane chez Chariton une démarche similaire : les citations homériques évoquant Achille, dans les liens qu’elles entretiennent entre elles, permettent de mettre en scène la progression de Chairéas dans sa maîtrise de la parole, et suggèrent ainsi l’essor de la parole romanesque.

  • 16 Voir sur ce point Billault 1991, p. 79‑85. S’interrogeant, à la suite de Hägg 1971 (p. 246‑267), i (...)
  • 17 Brèthes 2004, p. 38.

24Comme l’a bien montré D. Kasprzyk (2007), la maîtrise de la parole est en effet au centre du roman. C’est parce qu’il ne sait pas déjouer les mensonges du parasite, et qu’il ne sait pas communiquer avec son épouse, préférant la frapper, que Chairéas perd Callirhoé. Au contraire, il affirme son autorité sur le peuple syracusain en faisant le récit de ses aventures ; le romancier choisit de clore son roman avec un épisode qui peut paraître quelque peu étrange dans l’économie de l’œuvre, puisque le récit de Chairéas permet de redoubler, en miniature, le déroulé du roman16. Ce résumé de l’œuvre que vient de conter Chariton semble mettre en évidence le rôle de conteur de Chairéas, comme l’a bien souligné R. Brèthes, qui note que « Chairéas se mue en créateur d’histoire et en metteur en scène »17. C’est ce statut de narrateur qui marque l’accomplissement complet du jeune homme : la foule souhaite entendre tout le récit des aventures de Chairéas et Callirhoé (ἀκοῦσαι βουλόμενον πάντα τὰ τῆς ἀποδημίας διηγήματα, VIII.7.3). Le narrateur semble montrer que l’art du récit constitue le sommet de la formation de Chairéas, et fait du jeune homme qui a traversé de nombreuses épreuves un héros et un conteur. Or, les citations homériques, de même qu’elles permettent de mettre en évidence les failles morales de Chairéas dans un premier temps, sont aussi utilisées par le romancier pour souligner comment Chairéas acquiert peu à peu le statut de conteur.

25La première référence à Achille met en évidence la passivité de Chairéas devant la manipulation du parasite. Celui-ci est présenté, comme l’a souligné D. Kasprzyk, comme un acteur jouant la comédie ; le narrateur le qualifie d’acteur envoyé par le metteur en scène : ὁ δημιουργὸς τοῦ δράματος ὑποκριτὴν ἕτερον ἐξηῦρεν, « le metteur en scène du drame trouva un autre acteur » (I.4.2). Il souligne son jeu d’acteur : συναγαγὼν τὰς ὀφρῦς καὶ ὅμοιος γενόμενος λυπουμένῳ, μικρὸν δέ τι καὶ δακρύσας, « fronçant les sourcils, prenant l’apparence d’un homme affligé, pleurant même un peu » (I.4.5). De même, par la suite, il est présenté comme un metteur en scène, préparant la scène : συνέταττε τὴν σκηνήν, « il préparait la scène » (I.4.8) ; ὑποκρινόμενος μὲν […] πάντα δἑ μηχανώμενος […] (I.4.9), « jouant […] et tramant […] ». Au contraire, Chairéas est décrit comme un innocent, trompé par la parole mensongère ; le narrateur décrit l’expression figée de son visage, sa difficulté à maîtriser sa voix : Ἐπὶ πολὺ μὲν οὖν ἀχανὴς ἔκειτο, μήτε τὸ στόμα μήτε τοὺς ὀφθαλμοὺς ἐπᾶραι δυνάμενος· ἐπεὶ δὲ φωνὴν οὐχ ὁμοίαν μὲν ὀλίγην δὲ συνελέξατο… « Il resta donc longtemps la bouche bée, incapable de bouger la bouche ou les yeux ; puis quand il se reforma une voix qui n’était pas sa voix normale, mais un simple filet… » (I.4.7). Le jeune homme est alors présenté comme incapable d’interpréter la scène de théâtre qui se joue devant lui. Il est dupe de la parole mensongère qui lui est adressée. Cette incapacité à maîtriser les codes de la parole se manifeste ensuite dans sa confrontation avec Callirhoé : le narrateur insiste à nouveau sur le silence de Chairéas. Ce silence est alors associé directement à la violence du coup qu’il assène à Callirhoé, la plongeant dans un coma qui est pris pour la mort : ὁ δὲ φωνὴν μὲν οὐκ ἔσχεν ὥστε λοιδορήσασθαι, κρατούμενος δὲ ὑπὸ τῆς ὀργῆς ἐλάκτισε προσιοῦσαν, « mais il n’eut pas de voix pour lui faire des reproches, mais, dominé par la colère, il lui donna un coup de pied quand elle s’avança » (I.4.12).

26Dans ce contexte, la citation homérique évoquant le deuil d’Achille prend un sens chargé d’ironie tragique. Lorsque Chairéas pleure la perte de Callirhoé, celle-ci n’est pas encore perdue ; elle ne l’est véritablement qu’au moment où Chairéas cède à la colère ; nous trouvons là l’expression κρατούμενος δὲ ὑπὸ τῆς ὀργῆς. Il se comporte alors comme Achille, auquel il vient d’être comparé implicitement. La citation prend alors un relief particulier, mettant en valeur le lien entre la mauvaise maîtrise de la parole de Chairéas et la séparation entre les jeunes gens.

  • 18 Char. IV.4.1 : Μιθριδάτης δὲ ἔχαιρεν ἐλπίζων ὅτι καθάπερ ἐν τοῖς ἀγῶσι τοῖς γυμνικοῖς ἔφεδρος μένω (...)

27Par la suite, les citations homériques semblent mettre en valeur la progression de Chairéas dans sa maîtrise de la parole ; elles soulignent comment, au fur et à mesure du roman, cette maîtrise de la parole est liée aux retrouvailles avec Callirhoé. Les citations homériques soulignent que le héros romanesque, pour aboutir à ses fins, retrouver son épouse, doit apprendre à maîtriser la parole, à l’unir à l’action. Au livre V, alors que les jeunes gens sont séparés, les vers de l’Iliade entérinent la séparation entre les deux jeunes gens ; les vers évoquant le deuil d’Achille, repris en écho de l’épisode étudié précédemment, sont associés à une lamentation de la part du jeune homme, qui se désole d’être séparé de Callirhoé : Ἐγγύς ἐσμεν, ὦ Καλλιρρόη, καὶ οὐχ ὁρῶμεν ἀλλήλους, « Nous sommes près l’un de l’autre, Callirhoé, et nous ne nous voyons pas » (V.2.4). De même, par la suite, Chairéas se lamente en évoquant les vers par lesquels Achille se remémore Patrocle (V.10.9). Dans ces deux épisodes, le deuil d’Achille pleurant Patrocle sert à évoquer la douleur de la séparation entre Chairéas et Callirhoé. Mais, plus profondément, les deux citations sanctionnent encore une fois la difficulté de Chairéas à bien discerner l’aspect mensonger de la parole. Il est en effet la dupe de Mithridate, qui le manipule en passant pour son allié alors qu’il espère en secret obtenir Callirhoé18.

  • 19 L’expression est répétée plus loin : τοῦτο προσέταξεν, V.II.5.

28En effet, dans le premier épisode, il subit, non pas un mensonge comme dans le texte étudié précédemment, mais les stratagèmes de Mithridate, qui espère en secret obtenir Callirhoé. Ce Perse a un comportement ambivalent : il semble être allié de Chairéas, tout en cherchant à obtenir l’amour de Callirhoé. Or son stratagème vise à empêcher la communication entre les deux époux et à entraver la parole de Chairéas. Ainsi, les vers de l’Iliade évoquant le deuil d’Achille sont précédés d’un dialogue entre Mithridate et Chairéas : Ἀπόκρυψον σεαυτόν· μήτε ἰδεῖν Καλλιρόην μήτ’ ἐξέτασαι τι περὶ αὐτῆς καρτέρησον, « Tiens-toi caché ; aie le courage de ne pas voir Callirhoé, ni de rechercher des informations à son sujet » (V.2.4). Le terme καρτέρησον est significatif ici : si Mithridate demande de la force d’âme, du courage, à Chairéas, c’est pour le réduire au silence et à l’inaction. Il détourne ainsi la notion d’héroïsme. Les propos de Chairéas témoignent d’une action qui se plie aux ordres donnés : Ποιήσω, δέσποτα, ἃ προστάττεις, « Je ferai, maître, ce que tu ordonnes » (V.2.4)19. Réduit au silence et à l’inaction, le jeune homme est condamné à la seule lamentation et à une action privée de liberté, qui se traduit par le geste de deuil imitant celui d’Achille.

29La deuxième citation relève elle aussi de ce contexte de manipulation, et d’un double aveuglement de Chairéas. Tout d’abord, le jeune homme est encore victime du stratagème de Mithridate. Le narrateur a de nouveau recours au champ lexical du théâtre pour évoquer la scène au cours de laquelle Chairéas suit les conseils de Mithridate pour se présenter à Callirhoé, et qui a été soigneusement organisée à l’avance (διατεταγμένον, V.8.1) :

Ποῖος ποιητὴς ἐπὶ σκηνῆς παράδοξον μῦθον οὕτως εἰσήγαγεν; Ἔδοξας ἂν ἐν θεάτρῳ παρεῖναι…

Quel poète a porté sur scène une intrigue aussi extraordinaire ? On se serait cru au théâtre… (V.8.2)

30D’une part, Chairéas est donc victime de la mise en scène de Mithridate ; d’autre part, il se révèle incapable d’interpréter les mots et gestes de Callirhoé, pensant avoir perdu l’amour de la jeune femme. La citation homérique, qui fait allusion à son suicide, souligne cette incompréhension de la scène qui s’est déroulée sous ses yeux, l’incapacité du jeune homme à comprendre l’intrigue, à se révéler un spectateur averti, et à s’affranchir de Mithridate.

31Dès lors, la seule parole qu’il peut prononcer est une parole de lamentation. Ses propos sont révélateurs de la disjonction qui s’opère entre parole et action : le jeune homme associe en effet le champ lexical de la victoire à celui de la mort, par l’expression διὰ σὲ νικῶ, « c’est par toi que je triomphe » (V.10.9). Le narrateur joue sur le contraste, ici, entre Achille prononçant les vers cités par Chairéas lors de son combat contre Hector, alors que Chairéas considère la mort seule, sans combat, comme une victoire.

  • 20 Notons que la scène de la rencontre entre les jeunes gens est une scène muette (I.1.6) ; les deux j (...)

32Pourtant, Chairéas va peu à peu maîtriser l’usage de la parole, jusqu’à devenir conteur. Cette maîtrise de la parole, qui restaure la relation entre Chairéas et Callirhoé, et redonne de l’autorité au jeune héros, est exprimée également par les références à l’Iliade. Ainsi, lors du débat intérieur de Callirhoé, qui se demande si elle va garder ou non l’enfant à naître, nous avons vu que l’apparition de Chairéas est évoquée à travers une citation de l’Iliade, évoquant l’apparition de l’ombre de Patrocle à Achille. Cette apparition est accompagnée des paroles de l’image de Chairéas à son épouse ; ces paroles sont particulièrement efficaces, puisque Callirhoé décide aussitôt de suivre le conseil de son mari : Σύμϐουλον οὖν τὸν ἄνδρα νομίσασα θρέψαι τὸ παιδίον ἔκρινε, « Considérant son mari comme un conseiller, elle décida d’élever l’enfant » (II.9.6). Il s’agit d’une des rares communications réussies entre les deux jeunes gens avant leurs retrouvailles, puisque l’épisode syracusain, au début, avait surtout mis l’accent sur la rupture de la communication entre les deux époux20. Ce passage est donc particulièrement important dans les relations entre Chairéas et Callirhoé ; la citation vient souligner l’autorité de la parole de Chairéas. Cependant, cette communication entre les deux époux n’est encore qu’imparfaite, puisqu’elle se fait par le biais d’une apparition en rêve. De plus, il est significatif que la mise en relief du rôle à venir de l’enfant de Callirhoé, qui s’oppose à la passivité suggérée de Chairéas, insiste sur le récit que l’enfant fera à son père et son grand-père des aventures de Callirhoé. La jeune femme utilise le verbe διηγήσῃ (II.9.5). Or à la fin du roman, finalement, c’est Chairéas qui fera le récit (διηγήματα, VIII.7.3) des aventures de Callirhoé. À l’opposition morale entre le père et le fils, s’ajoute ici une autre opposition, qui révèle l’importance du rôle de conteur : Callirhoé insiste sur la nécessité de faire le récit de ses aventures, suggérant que si ce rôle ne peut être tenu par Chairéas, il le sera par le fils à naître. Ainsi ce passage permet de suggérer par anticipation la nécessité de faire le récit des aventures de Callirhoé, et met en doute la capacité de Chairéas à faire ce récit.

33La deuxième étape de l’évolution de Chairéas, de sa maîtrise de la parole, est marquée à nouveau par une citation homérique : alors que le jeune homme a décidé de combattre contre le Grand Roi, il emprunte à l’Iliade les vers prononcés par Hector pour montrer sa détermination :

Μὴ μὰν ἀσπουδί γε καὶ ἀκλειῶς ἀπολοίμην,
ἀλλὰ μέγα ῥέξας τι καὶ ἐσσομένοισι πυθέσθαι.

Je ne veux pas périr sans lutte ni sans gloire,
mais après avoir accompli de hauts faits, qu’apprendront les hommes à venir. (Char. VII.2.4 ; Iliade XXII.304‑305)

34Nous avons vu que jusque-là, Chairéas se caractérisait surtout par son silence et une prise de parole liée à la lamentation. Les références à l’Iliade, placées dans sa bouche, permettent de souligner la force de cette prise de parole, qui affirme aussi sa décision de combattre, d’agir (μέγα ῥέξας). La citation homérique permet de souligner le changement de Chairéas ; elle est renforcée plus loin par une autre citation, dans laquelle la parole de Chairéas s’affirme encore plus fortement, puisque le jeune homme cite l’Iliade en transformant le vers, y insérant le nom de son compagnon Polycharme, s’appropriant ainsi la parole poétique :

Νῶι δ’ ἐγὼ Πολύχαρμός τε μαχησόμεθα·
σὺν γὰρ θεῷ εἰλήλουθμεν.

  • 21 Ces vers sont inspirés de l’Iliade : Νῶι δ’, ἐγὼ Σθένελός τε, μαχησόμεθ’ εἰς ὅ κε τέκμωρ / Ἰλίου εὕ (...)

À nous deux, Polycharme et moi nous combattrons :
c’est avec un dieu que nous sommes venus. » (VII.3.5)21

  • 22 Nous pouvons suggérer que ce rôle de conteur de Chairéas peut expliquer le choix du romancier, qui (...)

35Ces deux citations consacrent le nouveau rôle de Chairéas, qui devient véritablement actif, et dont la prise de parole reflète cette transformation, puisqu’il s’approprie véritablement la parole poétique, au lieu d’en faire une lamentation, ou le reflet de la tromperie dont il est dupe. Les références à l’Iliade sont alors l’occasion pour le romancier de mettre en valeur l’évolution de Chairéas dans sa maîtrise de la parole, et de souligner l’aspect fondamental de cette progression, qui aboutit, à la fin du roman, à la longue prise de parole de Chairéas : celui-ci se fait conteur de ses propres exploits, racontant la trame du roman. Sans doute peut‑on suggérer ici que le lien entre cette maîtrise progressive de la parole par Chairéas et les références à l’Iliade n’est pas anodin : le romancier semble utiliser l’œuvre d’Homère, qui apparaît comme un modèle indépassable, figure d’autorité dans la littérature, pour mettre en évidence la nouveauté du roman, dont Chairéas est le premier conteur22. Le romancier propose alors une lecture d’Homère qui se rapproche de celle qu’a pu mettre en évidence L. Kim dans son ouvrage sur Homère à l’époque impériale : la naissance de la parole romanesque est mise en scène à travers des références à l’aède aveugle.

36Les références à Achille se font écho à travers le roman et permettent de mettre en valeur les tensions qui habitent la mise en scène de Chairéas, qui devient au fil du récit un héros et un conteur. Les références à Homère permettent au romancier de suggérer une évolution du personnage qui ne s’explique pas seulement sur le plan psychologique, mais est mise en scène à travers les références à un modèle littéraire, avec lequel le héros romanesque entretient des relations ambivalentes. De plus, la double utilisation, morale et méta-poétique, que le romancier fait de l’Iliade permet de souligner l’originalité du genre romanesque. En effet, ces citations, qui entrent en résonance les unes avec les autres, mettent en évidence les nouvelles valeurs promues par le roman, ainsi que les nouvelles modalités de récit que revendique le roman. Les évolutions et ambivalences inhérentes au personnage de Chairéas permettent alors de suggérer l’essor complexe du genre romanesque, dans lequel se déploient de nouvelles valeurs et un mode de récit novateur.

Notes

1 Voir Papanikolaou 1973, p. 14, qui établit une liste précise des citations empruntées à l’Iliade et l’Odyssée.

2 Brèthes 2004, p. 17. Celui-ci s’appuie sur Quintilien, Institution oratoire, I.8.10 : Credamus summis oratoribus, qui ueterum poemata uel ad fidem causarum uel ad ornamentum eloquentiae adsumunt, « Croyons‑en les plus grands orateurs, qui recourent aux poèmes des anciens pour soutenir leurs arguments ou parer leur éloquence » (trad. J. Cousin, Les Belles Lettres, Paris, 1975).

3 Billault 1991, p. 116.

4 Cf. Biraud 1985, qui étudie le jeu entre deux parallèles épiques, Hélène et Pénélope, dans la mise en scène de Callirhoé.

5 Χαιρέας γάρ τις ἦν μειράκιον εὔφορμον, πάντων ὑπερέχον, οἷον Ἀχιλλέα καὶ Νιρέα καὶ Ἱππόλυτον καὶ Ἀλκιϐιάδην πλάσται τε καὶ γραφεῖς ἀποδεικνύουσι, « Il y avait en effet un certain Chairéas, un beau jeune homme, qui surpassait tous les autres, tel que les sculpteurs et les peintres représentent Achille, Nirée, Hippolyte et Alcibiade » (Char. I.1.3).

6 Pour une analyse de la pratique de la citation dans les romans grecs, voir Fusillo 1990.

7 Cf. notamment Kindstrand 1973, Zeitlin 2001, Kim 2010.

8 Plutarque, Comment lire les poètes 26A‑B, trad. A. Philippon, Les Belles Lettres, Paris, 1987.

9 Notons que cette conception morale de la poésie homérique se retrouve chez Dion Chrysostome, qui définit comme utile et profitable ce qu’a écrit Homère (ὠφέλιμα […] καὶ χρήσιμα), et juge que le poète a beaucoup écrit concernant les vices et vertus (Dion Chrysostome, Discours 53, Sur Homère, 11).

10 Cet écart entre les deux situations est bien mis en valeur par Fusillo 1990, p. 35‑37, qui insiste sur l’opposition entre authenticité et apparence, public et privé, qui existe entre Achille et Chairéas, soulignant la dimension bourgeoise de Chairéas.

11 Brèthes 2007, p. 96.

12 La portée comique de cette opposition a été bien mise en valeur dans Robiano 2000, p. 525 : « C’est un signe qui creuse l’écart entre l’épopée et la réalité triviale, bourgeoise, du roman. »

13 Ce brouillage de piste a bien été mis en valeur dans Brèthes 2004, p. 22‑23.

14 Le personnage de Cyrus le Grand est par ailleurs évoqué directement dans un autre passage du roman, lors de la déclaration de guerre des Égyptiens contre les Perses. La mention de Cyrus permet alors de mettre en valeur l’organisation militaire de ce roi, qui contraste avec l’état d’esprit d’Artaxerxès, qui se soucie avant tout de Callirhoé dont il est amoureux (Char. VI.8.7).

15 Le brusque revirement de Chairéas, difficilement explicable sur le plan psychologique, est mis en évidence notamment par Perry 1930, p. 103.

16 Voir sur ce point Billault 1991, p. 79‑85. S’interrogeant, à la suite de Hägg 1971 (p. 246‑267), il met en valeur la valeur esthétique d’un tel procédé (p. 85) : « Récapituler, c’est arrêter le cours du récit, c’est interrompre le temps dramatique. Mais ici le temps dramatique est déjà arrivé à son terme. Quel est donc ce temps qui se déploie dans la récapitulation des événements ? C’est celui du pur agencement de la forme qui échappe à l’histoire parce qu’il la domine de toute sa sérénité. C’est le temps de l’Art. L’œuvre achevée s’offre encore une ultime parade. Dégagée des faits passés, elle s’affirme comme le fait fondamental et qui ne passera pas. Chariton manifeste ici avec éclat la nature esthétique de la récapitulation, alors même qu’il ne la prend pas à son compte, mais en confie le soin à ses personnages. »

17 Brèthes 2004, p. 38.

18 Char. IV.4.1 : Μιθριδάτης δὲ ἔχαιρεν ἐλπίζων ὅτι καθάπερ ἐν τοῖς ἀγῶσι τοῖς γυμνικοῖς ἔφεδρος μένων μεταξὺ Χαιρέου τε καὶ Διονυσίου αὐτὸς ἀκονιτὶ τὸ ἆθλον Καλλιρρόην ἀποίσεται, « Mithridate caressait l’agréable espoir de rester l’athlète de réserve, comme dans les concours gymniques, entre Chairéas et Dionysios, et de remporter, sans toucher la poussière, le prix, Callirhoé. » Notons que la métaphore du concours sportif, ainsi que l’expression ἀκονιτὶ et le terme τὸ ἆθλον, se retrouvent dans le discours du prétendant qui met en œuvre le premier stratagème visant à séparer les deux jeunes gens (I.2.3‑4). Ce jeu d’échos invite à rapprocher les deux stratagèmes et les deux réactions de Chairéas.

19 L’expression est répétée plus loin : τοῦτο προσέταξεν, V.II.5.

20 Notons que la scène de la rencontre entre les jeunes gens est une scène muette (I.1.6) ; les deux jeunes parviennent à se parler après la première mise en scène organisée par l’Agrigentin (I.3.6‑7), déjouant ainsi le piège tendu par les prétendants pour les séparer, mais ce type de discussion entre les époux reste rare dans le roman.

21 Ces vers sont inspirés de l’Iliade : Νῶι δ’, ἐγὼ Σθένελός τε, μαχησόμεθ’ εἰς ὅ κε τέκμωρ / Ἰλίου εὕρωμεν· σὺν γὰρ θεῷ εἰλήλουθμεν, « Tous deux, Sthénélos et moi, nous combattrons jusqu’au moment où nous trouverons le terme fixé à Troie ; en effet, c’est avec un dieu que nous sommes venus » (Iliade IX.48‑49).

22 Nous pouvons suggérer que ce rôle de conteur de Chairéas peut expliquer le choix du romancier, qui désigne le roman comme celui des aventures de Callirhoé seule (Τοσάδε περὶ Καλλιρρόης συνέγραψα, VIII.8.16).

Auteur

Université Paris IV-Sorbonne

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search