Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Roman grec et poésie

 | 
Michel Briand
, 
Michèle Biraud

Introduction. Entre le roman grec et la poésie : rencontres, correspondances, tensions

Michèle Biraud et Michel Briand

Texte intégral

  • 1 Par exemple Whitmarsh 2008 et Cueva et Byrne 2014. Un rapide état des lieux montre que la relation (...)
  • 2 Brèthes et Guez 2016.
  • 3 Ainsi Pouderon 2001 ; 2004 ; Pouderon et Peigney 2006 ; Pouderon et Bost‑Pouderon 2009 ; 2012.

1Les études relatives au roman grec ancien ont connu une floraison remarquable, notamment ces deux dernières décennies, au niveau international, comme peuvent le montrer plusieurs Companions parus dernièrement1, et aussi dans la recherche en langue française, où le genre a connu une véritable réévaluation. Un dernier aboutissement de cette histoire récente de la critique et de la réception du genre est l’ensemble des nouvelles traductions et présentations publiées aux Belles Lettres, début 20162. Certaines questions ont donné lieu à de riches études thématiques, comme par exemple les actes des colloques de Tours publiés dans la Collection de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée3. Le volume présenté ici, fidèle à cette filiation éditoriale, est issu du colloque Roman grec et poésie, qui s’est tenu à l’université de Nice, du 21 au 23 mars 2013, et s’est concentré sur un point particulier, encore assez peu abordé en tant que tel, au-delà de la question des influences, des sources et intertextualités : les relations entre le roman grec ancien, en particulier ici dans les cinq récits intégralement transmis par la tradition, auxquels on ajoute parfois les Histoires vraies de Lucien, et la poésie, épique, « lyrique », dramatique, d’époque archaïque, classique, hellénistique. Quatre domaines complémentaires, essentiels à la dialectique entre prose narrative et poésie, surtout quand ils sont combinés, ont été abordés, constituant les quatre parties de l’ouvrage : les images et figures dites poétiques, intégrées dans la fiction narrative ; divers autres jeux de réécriture et de relecture ; les effets de rythme, prosodie et structures ; enfin, plus largement, la notion même de fiction, romanesque et poétique, en particulier épique et tragique. Chacun de ces aspects fait ici l’objet d’approches à la fois théoriques et appliquées, visant à présenter un état des lieux critique, tout en proposant des perspectives renouvelées, voire des interrogations et outils d’analyse originaux, par exemple l’évolution de la prononciation du grec à l’époque impériale, le rapport description/narration et l’ekphrasis, l’histoire des notions de métaphore et de fiction, la relation des romanciers anciens avec la tradition rhétorique, voire scolaire, notamment d’inspiration aristotélicienne, l’idée de roman épique ou tragique ou de poésie romanesque, ou encore les liens avec la littérature latine.

2La relation entre roman grec et poésie est un sujet complexe, lié à un contexte culturel particulier, dominé par la Seconde Sophistique – mais pas uniquement –, et au fait que la notion même de genre littéraire et discursif n’y est ni stable, ni simplement polaire. En effet, la poésie et le roman sont‑ils deux genres hétérogènes ? On tend ordinairement à penser que les Grecs auraient répondu qu’il existe des genres poétiques et que le roman est une pratique d’écriture sans dénomination générique établie qui associe une construction dramatique à une mise en forme narrative en prose. On a souvent insisté sur les caractéristiques rhétoriques de cette prose, et sur des réminiscences locales de textes poétiques, sous la forme soit d’une situation, d’un motif commun avec un poème des siècles passés, soit d’une citation enchâssée dans la trame du récit. Est-ce à dire que le roman est un analogue en prose de la poésie épique ou dramatique ? Et pourquoi s’est‑il créé et développé jusqu’à devenir un des principaux genres de fiction de l’époque impériale ?

  • 4 Voir par exemple Prioux et Rouveret (éd.) 2010 et les travaux de R. Webb, en particulier Webb 2009 (...)
  • 5 Voir aussi M. Briand (dir.) 2012a.

3La composante poétique du genre romanesque doit-elle son émergence au dialogue des arts, tel qu’il s’est développé, dès l’époque hellénistique, entre les différents genres poétiques, entre poésie et musique, poésie et arts plastiques, histoire et fiction tragique ou épique, musique et arts du spectacle ? L’étude du roman ancien a certainement tout à gagner à s’inspirer des travaux récents sur les relations entre poésie ou rhétorique et arts du temps (musique notamment), de l’espace (peinture et sculpture surtout) et du spectacle (art oratoire, théâtre et danse)4 : le genre littéraire étudié ici, soit la fiction narrative, ne dialogue en effet pas avec la seule poésie, mais s’intègre dans un système où poésie et prose, romanesque mais aussi historique, en tant qu’arts de la parole, sont en rapport d’émulation entre elles mais aussi avec les autres arts, en particulier en ce qui concerne leurs effets sensoriels les plus efficacement synesthésiques et la réception active qu’impliquent l’empathie visuelle, sonore, kinesthésique, ainsi provoquée et les jeux de katharsis qui en découlent5. Sur ces questions, l’histoire des arts et l’esthétique, telles qu’elles se développent chez Philostrate, Lucien ou Plutarque, ou auparavant dans le Traité du Sublime, dans diverses écoles philosophiques comme l’épicurisme ou le stoïcisme, comme dans la littérature critique ancienne, traités rhétoriques, scholies et commentaires, deviennent des modes de comparaison transmédiale du plus grand intérêt pour l’étude du roman.

  • 6 On renvoie notamment à Guez et Kasprzyk (éd.) 2016.

4Par ailleurs, le brouillage des frontières génériques que l’époque hellénistique avait réalisé entre les différents genres poétiques s’étend à l’époque impériale entre ceux de la poésie et ceux de la prose6. Le constat de Denys d’Halicarnasse qu’une ode de Simonide est de la belle prose (La composition stylistique, VI.26.16) et le déclin des genres métriques traditionnels doivent être rapprochés du fait que la prononciation du grec a évolué à partir du début de l’époque hellénistique : la perte progressive des oppositions de quantité dans la pratique ordinaire de la langue a fait reposer la possibilité d’une lecture métrique sur une diction de plus en plus surannée. Pour la masse des lecteurs, la spécificité de la poésie ne repose plus sur sa base traditionnelle, le mètre, mais sur des figures, les images, les assonances et allitérations… Autant de procédés que l’on retrouve dans la prose gorgianique, qui s’épanouit précisément à cette époque dans l’asianisme et dans les textes épidéictiques de la Seconde Sophistique. De telles mutations n’ont pu qu’aboutir à une différenciation de la poésie et du poétique, dont il est intéressant d’examiner les modalités d’application dans les romans.

5Telles sont, à grands traits, quelques-unes des questions abordées dans ce volume, selon trois objectifs principaux d’investigation :

  • 7 Voir à la fin de ce volume l’index des textes poétiques commentés.

6– Repérer les affleurements des intertextualités formulaires, thématiques et génériques, et étudier leurs usages. Il est déjà apparu que tel ou tel romancier pratique les citations exactes (notamment celles d’Homère dans le roman de Chariton), les adaptations (de Sapho, d’Euripide…), les allusions à des poèmes précis, à des mythes poétiques, utilise l’onomastique d’une façon qui reste encore en partie à décoder. On n’a pas manqué de noter également, ici ou là, des thèmes ou des situations partagées entre tel ou tel roman et différents genres poétiques : l’épigramme érotique, l’épigramme satirique, la poésie mythologique alexandrine, la poésie lyrique ou mélique, l’épopée, la comédie ou la tragédie7. Mais comment fonctionnent‑ils dans l’économie d’un roman ? L’expression des émotions est un point commun entre ces deux domaines textuels, mais les formes de son énonciation sont‑elles similaires ? Est-ce le même lyrisme ? De quelle façon plus ou moins détournée une situation typique de la comédie ou de l’élégie est-elle réemployée (par exemple le paraklausithyron, par Chariton en I.3) ? Un inventaire de ces récurrences, en rapport avec leur mode d’utilisation (imitation/confrontation/transposition…) et avec l’observation des lieux narratifs, descriptifs ou discursifs où elles se produisent, révèle des réseaux de signification méconnus, liés à des perspectives énonciatives particularisées. Par ailleurs, dans les romans qui peuvent avoir une visée au moins en partie ludique ou ironique, comme ceux d’Achille Tatius et de Lucien, n’y a-t‑il pas des reprises de thèmes, de situations, de principes d’écriture, faisant écho à des genres poétiques pratiquant l’ironie ou la satire, tels que le mime, l’épigramme satirique, les iambes ? N’y a-t‑il pas dans ces œuvres également de la parodie poétique ? Par exemple, la description du jardin de Clitophon est‑elle une ekphrasis poétique ou une parodie d’ekphrasis poétique ? Et même dans le roman de Longus, l’adaptation poétique est‑elle sérieuse, ou ludique, ou ironique ?

7– Établir quelques principes d’une poétique formelle de la prose. Certains passages de ces romans font‑ils un usage des sonorités (assonances, allitérations) et des rythmes (notamment des isosyllabies et des clausules) qui les apparente à la poésie ? Et de quels échos rythmiques le poète entend‑il jouer ? Ceux de la métrique traditionnelle ? Ou ceux qui sont liés à la primauté de l’accent d’intensité qui est apparu par évolution phonétique, au moins dans la langue populaire, à la fin de l’époque hellénistique ? Le rapprochement s’établit‑il plutôt avec la poésie ou avec la rhétorique ? Cela conduit à s’interroger sur les finalités des auteurs de ces romans. Écrire une narration en prose ? Ou un poème narratif en prose ? Ou une prose où la rhétorique s’élève par moments, pour accompagner un thème spécifiquement poétique, que ce soit dans le registre de l’élégie amoureuse ou dans celui de la satire morale ou sociale, à un niveau d’élaboration proprement poétique ?

8– Envisager la poésie comme fiction et la fiction romanesque comme poésie. Tout en entretenant avec le récit historique des relations complexes, en particulier quand le discours d’enquête, d’abord perçu comme sérieux et référentiel, s’intéresse à l’exploration du paradoxal ou du merveilleux, et fait œuvre de fiction, ou quand, à l’inverse, le roman s’appuie sur de forts effets de réel, historiques ou contemporains, la narration romanesque est aussi, par certains aspects, un analogue en prose de la poésie épique ou dramatique d’époque archaïque, classique ou hellénistique, soumis au contexte social et culturel très différent qu’est celui de l’empire gréco-romain, en particulier dans le cadre de la seconde sophistique, puis dans la première prose chrétienne. À cet effet de recomposition générique (ou de transgénéricité) s’ajoutent les liens tendus de cette littérature grecque avec la poésie et le roman latins. Enfin, la relation entre le roman ancien et la poésie dépend de ce que l’on désigne comme poésie, et on peut insister : d’une part sur la poésie comme création artistique et artisanale (figurée comme tissage, orfèvrerie, architecture, ou encore danse, spectacle, chant, rituel, thérapie…) et sur les usages que peut faire le roman grec ancien de ces figures, intégrées dans la trame du récit ou, à un niveau supérieur, définissant le fonctionnement général du récit en prose, sa production et sa réception, en termes d’intensité sensorielle ou imaginative, par exemple ; d’autre part sur la poésie comme invention et fabrication de mondes possibles, fictionnels (ou encore celui de la pastorale, de l’utopie, de l’histoire stylisée), avec lesquels les mondes du roman sont en rapport d’émulation explicite. Pour résumer, il s’agit de s’intéresser aux relations de la poésie comme fiction, aux deux sens principaux du terme, et de la fiction (romanesque) comme poésie. Et dans ce cadre les apports de la pragmatique textuelle et spectaculaire, de l’anthropologie culturelle, de la poétique cognitive ou logique et, enfin, de la rhétorique/stylistique contemporaine, sont des plus utiles.

9Certaines de ces questions restent ouvertes, pour des études ultérieures, mais les dix-sept chapitres ici rassemblés apportent, nous l’espérons, quelques réponses utiles, réparties en quatre ensembles. La première partie (Images et figures poétiques/romanesques) comprend quatre propositions, centrées sur le rôle crucial que jouent la métaphore et l’image, visuelle et auditive, dans le caractère « poétique » d’un roman. Jean‑Philippe Guez développe une réflexion, fondée sur les théories anciennes de la métaphore et de la comparaison, à partir d’Aristote, propre à caractériser le style de Chariton, tangent à la poésie par son emploi spécifique de la comparaison, et d’Achille Tatius, baroque et volontiers énigmatique, plus radicalement poétique donc. Christophe Cusset et Claire Vieilleville se concentrent sur la représentation, dans la poésie et dans le roman, d’un épisode mythologique caractéristique d’une diction artistique complexe, empreinte de fines intertextualités : c’est exemplairement par l’influence de l’epyllion hellénistique sur l’ekphrasis que le roman peut être poétique. Magdeleine Clo montre comment l’évocation de la musique instrumentale dans les romans, en particulier celle de l’aulos, de la trompette et de la syrinx, est à la fois structurante pour le récit et les descriptions, et propre à faire de la voix du narrateur général ou des personnages, voire des éléments de la nature, une parole proprement poétique, autrement dit expressive et suggestive. Enfin Françoise Létoublon rouvre le dossier riche, et double, des récits mythologiques et des champs métaphoriques que les romans reprennent de la tradition poétique, surtout lyrique, préférant la notion d’allusion, à celle d’intertextualité, plus écrite.

10La deuxième partie (Références, lectures, réécritures), dans six études, s’intéresse à d’autres multiples effets de similarité et dissemblance entre roman et poésie, le plus souvent entre un romancier particulier et un ou des poètes (ou un genre) spécifique(s), au niveau lexical, syntaxique, stylistique, et pragmatique. Ewen Bowie analyse en grand détail un système complexe de correspondances et d’emprunts lexicaux, non métaphoriques, qui relie constamment tous les romans, selon des modalités différentes, avec l’ensemble de la poésie antérieure, archaïque, classique et hellénistique, de genre notamment épique, mélique, épigrammatique. Romain Brèthes, suivant une approche cette fois structurale, thématique et culturelle, centrée sur les aspects érotiques, observe les liens originaux, désormais établis, d’un romancier grec, ou mieux de son personnage-narrateur, avec un poète latin qu’il a pu lire. Alain Billault repart de l’ekphrasis initiale sur l’enlèvement d’Europe et de l’influence de Moschos qui s’y fait sentir, pour déceler dans tout le roman d’Achille Tatius les références à la poésie des épigrammes, de Théocrite, d’Apollonios de Rhodes ou encore de Posidippe. Christine Kossaifi présente une synthèse particulière en rapprochant un romancier grec à la fois d’un poète alexandrin et d’un poète latin très au fait de la poésie hellénistique : les notions d’anamorphose et de métamorphose, visuelle et musicale, permettent de relier notamment les deux modalités poétique et romanesque de la fiction bucolique. Élodie Romieux‑Brun s’intéresse aux liens d’un roman grec avec cette fois la poésie épique, par le biais de citations et « parallèles mythiques » suggestifs entre personnages et événements homériques et romanesques, tandis qu’enfin Gérard Rainart analyse, sur le plan surtout pragmatique et stylistique (en particulier par l’idée de pastiche) l’influence d’une pratique discursive spécifique, la poésie oraculaire, sur le roman le plus explicitement susceptible d’interprétations religieuses.

11La troisième partie (Effets de rythme, jeux de structure) se consacre entièrement, dans trois études, à la prose romanesque comme le lieu privilégié d’une création formelle virtuose, quasi-musicale. Michèle Biraud, par une analyse détaillée, en particulier des effets de clausule, montre comment un passage développé de Longus peut être la réécriture en prose rythmique d’un énoncé typique de la poésie bucolique hellénistique. Martin Steinrück se concentre sur le discours indirect libre, associant valeurs aspectuelles des verbes et effets rythmiques, vus comme poétiques. Anne‑Iris Muñoz, dans une double perspective, rythmique et narratologique, rapproche, en particulier par le prisme de l’atticisme et du gorgianisme, le roman de la tragédie, de la comédie ancienne et du drame satyrique, en relation avec un renouvellement de la notion de katharsis.

12La quatrième et dernière partie (Le roman comme poésie, la poésie comme roman) revient à un niveau plus général, macrotextuel. Jocelyne Peigney étudie les réminiscences homériques du roman, quand elles sont à l’œuvre dans l’écriture même de la fiction narrative, par exemple dans des comparaisons développées, typiques d’une nouvelle écriture. À l’inverse, Hélène Frangoulis montre comment les Dionysiaques non seulement reprennent des procédés et références romanesques d’ordre narratif, gnomique, voire scientifique, par exemple zoologique, comme dans les notices digressives d’Achille Tatius, mais aussi les reformulent en les recontextualisant. Dimitri Kasprzyk présente un rapprochement assez inédit et suggestif, faisant des Éthiopiques, en particulier par l’étude de figures agonistiques, un héritier de la poésie épinicique, alors révolue. Enfin, comme en épilogue et ouverture vers de nouvelles interrogations, Michel Briand revient sur une distinction aristotélicienne fondatrice, en la rapprochant de définitions modernes de la fiction propres à faire du roman ancien un discours plus « poétique » et « philosophique » que simplement narratif, de ce fait distinct du roman moderne.

13Nous espérons que, dans cet ensemble d’études, le lecteur trouvera matière à penser une relation pour le moins complexe et changeante entre deux catégories qui relèvent du genre littéraire, mais aussi du registre, de la modalité rythmique, du style, de la figure, du genre discursif, c’est-à‑dire entre ce que, faute de mieux, on continuera de désigner comme « roman grec » et « poésie », tout en relevant que ces deux notions s’enrichissent réciproquement de cette comparaison. En 1700, dans ses Lettres à Charles Perrault, Nicolas Boileau comparait « ces poèmes en prose que nous appelons romans », typiques des Modernes, à la poésie, notamment épique et tragique, que nous ont transmise les Anciens. On a proposé ici de mettre à distance un temps cette opposition diachronique, qui, fondant la Querelle devenue classique, reporte sur les distinctions génériques une histoire littéraire conçue comme une tension vive entre tradition et innovation : il est de bonne méthode aussi de travailler, au moins dans un premier temps, dans une synchronie ancienne, d’ailleurs très large, d’Homère à Héliodore, par exemple, pour montrer la complexité de la création littéraire grecque ancienne, son évolution longue, stratifiée, ainsi que sa constante réflexivité. La distinction « roman »/« poésie » est ici à comprendre comme un jeu dynamique, pour lequel les textes anciens offrent un champ d’investigation différent, en fait paradoxalement nouveau, propre à troubler et modifier des catégories et oppositions modernes et contemporaines, qui ont été le plus souvent élaborées à propos de textes eux-mêmes modernes et contemporains. De ce fait, ce qui est donné à lire ici relève à la fois de la littérature générale et comparée et des études classiques, ou encore de la théorie littéraire et de la philologie, associées.

Notes

1 Par exemple Whitmarsh 2008 et Cueva et Byrne 2014. Un rapide état des lieux montre que la relation entre roman grec et poésie est un objet d’étude important, mais en général traité de manière annexe, à propos du roman comme genre, de diverses questions de style, d’intertextualité et de narration, ou encore du contexte culturel et de la réception. On pense aussi à l’évolution des International Conferences on Ancient Novel et aux derniers Ancient Narrative Supplementa, publiés chez Barkhuis, sur l’intertextualité, la réception, les frontières du genre romanesque ou le lien entre roman et philosophie.

2 Brèthes et Guez 2016.

3 Ainsi Pouderon 2001 ; 2004 ; Pouderon et Peigney 2006 ; Pouderon et Bost‑Pouderon 2009 ; 2012.

4 Voir par exemple Prioux et Rouveret (éd.) 2010 et les travaux de R. Webb, en particulier Webb 2009 et 2008.

5 Voir aussi M. Briand (dir.) 2012a.

6 On renvoie notamment à Guez et Kasprzyk (éd.) 2016.

7 Voir à la fin de ce volume l’index des textes poétiques commentés.