Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’empereur et le moine

 | 
Rosa Benoit-Meggenis

Troisième partie. Le patronage impérial

Chapitre V. Les monastères patronnés par l’empereur

Texte intégral

  • 1 Cette épithète, utilisée comme synonyme d’augustus, est attestée dans les inscriptions romaines ju (...)

1Les archives monastiques et les sources littéraires montrent que le patronage impérial pouvait s’exercer à des degrés divers. Les fondations monastiques impériales, les basilikai monai, étaient bien sûr les établissements les plus privilégiés par le souverain et sa famille dont la générosité s’exprimait à la fois par des donations importantes et par des exemptions fiscales. Ces fondations connaissent un essor particulier à partir du ixe siècle, surtout à Constantinople et en Bithynie, mais nous verrons également plusieurs exemples dans les provinces de l’Empire. Les sources littéraires, qui constituent ici notre principale documentation, ne nous permettent pas toujours de distinguer les fondations impériales des rénovations, car elles emploient souvent un vocabulaire peu précis. En outre, dans la tradition monastique byzantine, la rénovation d’un monastère était presque aussi estimable que la fondation d’un nouveau monastère, et cette pratique a été grandement encouragée au cours de la période par la législation impériale. Nous nous intéresserons également aux monastères patronnés par l’empereur, mais dont rien ne nous indique qu’ils étaient de statut impérial à l’époque considérée. Ces établissements monastiques sont les mieux documentés du fait de la conservation des archives des plus importants d’entre eux, en particulier des monastères athonites. L’épithète sébasmios, qui doit être traduite en français par l’adjectif « vénérable »1, servait parfois à distinguer ces monastères qui semblent avoir bénéficié d’une sorte de prééminence sur les autres fondations de leur région.

Les monastères de Constantinople et du Bosphore

  • 2 Le chroniqueur donne cette précision au sujet d’un épisode significatif de l’histoire de ce monast (...)
  • 3 Pseudo‑Syméon, p. 686. Voir aussi Théophane Continué, p. 353. Cf. Grierson 1962, p. 27. Au sujet d (...)
  • 4 Joseph Génésios, p. 59, l. 34‑35. Sur ce monastère, cf. Janin 1969, p. 451‑454 ; Majeska 1984, § 1 (...)
  • 5 Vie de Michel le Syncelle, p. 106, l. 1, p. 116, l. 22‑23. Cf. Hatlie 2007, p. 155‑158, 165, 335‑3 (...)
  • 6 Vie de Michel le Syncelle, p. 62 et 84‑100 sur les frères Graptoi. Voir aussi Théophane Continué, (...)
  • 7 Isaac avait choisi dans un premier temps d’y préparer sa sépulture avant de faire transporter son (...)

2Les chroniques du xe siècle nous permettent de retenir comme impériaux deux monastères qui figurent parmi les plus anciens de Constantinople et de ses environs. Le monastère de Philippikos, à Chrysopolis, est attesté comme monastère impérial au milieu du xe siècle par l’un des continuateurs de Théophane le Confesseur2. Le monastère servit notamment de sépulture temporaire à Michel III (842‑867) avant que le corps de ce dernier ne soit transporté aux Saints‑Apôtres par Léon VI3. Le monastère des Saints‑Serge‑et‑Bacchus, fondé par Justinien Ier avant 536 près du palais impérial, est qualifié de basilikè monè par le chroniqueur Génésios, au milieu du xe siècle, à propos de son higoumène, Jean le Grammairien4. Les plus anciennes mentions de monastères impériaux dans les sources concernent deux fondations de Constantinople, Saint‑Sauveur de Chôra et Saint‑Jean‑Prodrome de Stoudios. Fondé au début du viie siècle par un proche de l’empereur Phocas (602‑610), Saint‑Sauveur de Chôra est qualifié de basilikè monè dans la Vie de Michel le Syncelle († 846), écrite peu après la mort du saint, entre 846 et 8765. La position prééminente du monastère de Chôra parmi les fondations de Constantinople s’explique sans doute par sa résistance à l’iconoclasme. Plusieurs opposants aux empereurs iconoclastes s’y réfugièrent et y furent inhumés, dont les frères surnommés les Graptoi en raison du supplice que leur avait infligé Théophile (829‑842). L’établissement servait en effet de lieu de résidence pour les moines et les prêtres de Jérusalem, aux frais du Trésor impérial. Les moines de Chôra se soumirent ensuite aux directives de Léon V (813‑820), mais cette brève période iconoclaste ne semble pas avoir terni la réputation spirituelle de la fondation. En 843, Michel fut nommé syncelle du patriarcat de Constantinople par Méthode et fut récompensé de son zèle iconodoule par l’higouménat de Chôra6. Le monastère devint ainsi un haut lieu de l’orthodoxie et bénéficia de l’intérêt particulier de la famille impériale ; il fut rénové à la fin du xie siècle par Marie Doukas, mère de l’impératrice Irène Doukas, puis par le sébastokrator Isaac, le fils d’Alexis Ier Comnène7.

  • 8 Anastasius Bibliothecarius sermo Theodori Studitae de sancto Bartholomeo apostolo, p. 19, l. 15‑17 (...)
  • 9 Théodore Stoudite, Τοῦ ὁσίου Θεοδώρου Στουδίτου Μεγάλη Κατήχησις [Grandes Catéchèses, II], p. 136  (...)
  • 10 Jean Skylitzès Continué, p. 108, l. 23‑26, et p. 110, l. 6‑19 (voir la traduction de ce passage fa (...)

3Le monastère dit de Stoudios et dédié à saint Jean Prodrome fut fondé au milieu du ve siècle par le consul Stoudios au sud‑ouest de Constantinople, dans le quartier de Psamathia, et gagna en importance avec la restauration de Théodore, neveu de Platon de Sakkoudion, à la fin du viiie siècle. Les monastères de Stoudios et de Sakkoudion sont qualifiés d’impériaux par Anastase, bibliothécaire du pape Hadrien II (867‑872), puis émissaire de Louis II d’Italie (843‑875) auprès de Basile Ier dans les années 869‑870, auteur de plusieurs traductions des œuvres de Théodore Stoudite ; dans une lettre qu’il adressa entre 870 et 879 à Aion, évêque de Bénévent, ainsi que dans sa préface à la traduction du discours de Théodore sur l’apôtre Barthélémy, Anastase désigne Théodore comme « l’abbé de deux monastères impériaux remarquables, le Stoudios et le Sakkoudion »8. Le monastère semble avoir été l’un des plus riches de Constantinople à la fin du ixe siècle et a certainement bénéficié de la générosité impériale, mais nous en avons peu d’indices du fait de la perte des archives du monastère. Les sources littéraires fournissent néanmoins quelques informations : Théodore fait une allusion, dans l’une de ses Grandes Catéchèses, au soutien financier des empereurs et la Vie de Nicolas Stoudite mentionne l’arrivée d’un navire chargé de blé envoyé par Basile Ier pour remplir les réserves du monastère9. Deux empereurs lui ont ensuite témoigné une amitié particulière, Basile II (976‑1025) et Isaac Ier Comnène (1057‑1059). La Continuation de Jean Skylitzès nous apprend notamment qu’Isaac Ier et son épouse, Catherine de Bulgarie, avaient rénové l’église dédiée à saint Jean Baptiste et étaient commémorés par les moines de Stoudios comme les bienfaiteurs du monastère10.

  • 11 Théophane Continué, p. 156‑157, 340, l. 16‑21 ; Jean Skylitzès, p. 86, 165 ; Pseudo‑Kodinos, Scrip (...)
  • 12 Synaxaire de Constantinople, col. 159‑160, l. 42‑43. Cette précision figure dans un ajout au Synax (...)
  • 13 Notons également que sur un sceau de l’oikos du Pétrion, constitué autour du monastère de Sainte‑E (...)
  • 14 Selon les Patria de Constantinople et certains chroniqueurs du xe siècle, le futur empereur aurait (...)
  • 15 Théophane Continué, p. 327‑329 ; Jean Skylitzès, p. 163, l. 70‑72 ; Pseudo‑Kodinos, Scriptores ori (...)

4Dans la longue liste des rénovations et des constructions que les chroniqueurs attribuent à Basile Ier (867‑886), nous ne relevons qu’un seul monastère, Saint‑Phocas du Sténon, sur la rive européenne du Bosphore, situé à l’emplacement d’une propriété du patrice Arsabèr. Le Synaxaire de Constantinople nous apprend, au xe siècle, que l’empereur donna ce monastère à un ascète du Mont Olympe, Pierre de Galatie, qui en devint l’higoumène, et que le monastère aurait abrité jusqu’à cent cinquante moines. Un higoumène du nom de Paul nous est également connu par la Vie du patriarche Euthyme qui le mentionne au sujet de l’arrestation de Nicétas le Paphlagonien par Léon VI. Ce monastère est enfin mentionné par la Peira, au début du xie siècle, au sujet de l’un de ses domaines qui faisait l’objet de réclamations11. Basile Ier a sans doute fondé également le monastère de Sainte‑Euphémie du Pétrion, qui est qualifié de basilikè monè par le Synaxaire de Constantinople à propos de la fête de saint Aréthas, le 24 octobre12, et par des sceaux dont l’attribution pose problème ; trois sceaux des xe ou xie siècles comportent au droit un buste de saint Jean Prodrome et au revers une inscription désignant une basilikè monè d’Érèmias ou d’Éphèmis, selon les lectures des éditeurs. Nous pensons qu’il est possible d’identifier ce monastère d’Éphèmis avec Sainte‑Euphémie du Pétrion. Les deux fondations sont qualifiées d’impériales pour la même époque ; une chapelle de Sainte‑Euphémie était dédiée au Prodrome et servit à plusieurs reprises de sépulture aux membres de la famille impériale macédonienne13. Il est possible que le Prodrome ait été associé à la dédicace de sainte Euphémie au xie siècle. D’autres fondations ont des origines mal connues malgré leurs relations étroites avec Basile Ier, tel le monastère de Saint‑Diomède. Selon certaines sources, Saint‑Diomède était déjà un monastère avant que Basile Ier ne prenne le pouvoir, alors que d’autres lui attribuent cette fondation, ce qui nous semble plus probable14. Les sources ne nous permettent pas, en revanche, d’affirmer qu’un monastère était attaché à l’église de la Néa fondée par Basile Ier à l’intérieur du Palais, église pourtant bien documentée, notamment par la Vita Basilii de Constantin VII et par Nicétas Chôniatès au sujet d’Isaac II. Vitalien Laurent pensait que l’église de la Néa avait été associée à un monastère mentionné par Nicétas Chôniatès, à une date inconnue mais avant la fin du xiie siècle. Cependant, le terme de μονή ajouté par le chroniqueur provenait d’une paraphrase en grec vulgaire datant du xive siècle, qui contient de nombreuses erreurs et que Jan Louis Van Dieten n’a pas retenue pour sa nouvelle édition de l’Histoire de Nicétas Chôniatès15.

  • 16 Vie du patriarche Euthyme, p. 25‑29 (p. 29, l. 33, pour le monastère d’Agathos) ; Théodore Skoutar (...)
  • 17 Synaxaire de Constantinople, col. 146‑148, et 658‑659 ; Pseudo‑Kodinos, Scriptores originum Consta (...)
  • 18 Théophane Continué, p. 458‑459. Cf. Magdalino 1996, p. 65‑66 ; Malamut 2007, p. 183. Sur son amiti (...)

5Les fondations monastiques de Léon VI (886‑913) sont mieux documentées que celles de son père, et nous remarquons que l’empereur était souvent motivé par des considérations d’ordre personnel. Le monastère dit d’Euthyme, dans le quartier de Psamathia, fut fondé par l’empereur pour son père spirituel, le moine Euthyme, avant que ce dernier ne soit promu au patriarcat de Constantinople en 907. Consacrée par le patriarche Étienne (886‑893), peut‑être avant 890, aux Saints‑Anargyres Côme et Damien, cette fondation est désignée par Théodore Skoutariôtès sous le nom de « monastère de Marianos » pour une raison que nous ignorons. L’intérêt de l’empereur pour cette fondation est explicite dans la Vie du patriarche Euthyme, qui le montre choisissant le terrain, s’occupant activement de la construction des premiers bâtiments et participant à sa dédicace après une nuit de veille et de prières au monastère voisin de Stoudios. L’empereur dota la nouvelle fondation de nombreux biens et lui donna notamment le monastère d’Agathos, situé sur la côte asiatique du Bosphore16. Léon VI fonda également le monastère de Saint‑Lazare, près du Tzikanistèrion, à l’occasion du transfert des reliques de saint Lazare et de sa sœur, Marie‑Madeleine, reliques qui provenaient de Chypre et d’Éphèse. Les chroniqueurs précisent que ce monastère était réservé aux eunuques. Le monastère existait déjà avant 901, car Léon VI voulut à cette date y faire inhumer sa troisième épouse, Eudocie Baïanos, mais rencontra l’opposition de l’higoumène qui invoqua pour excuse la proximité de la fête de Pâques. L’église du monastère accueillit ensuite, à une date inconnue, les reliques de Lazare de Galèsion, moine du xie siècle qui avait fondé plusieurs monastères sur le Mont Galèsion, près d’Éphèse17. Bien que le fils de Léon VI, Constantin VII (913‑959), soit présenté par plusieurs sources narratives comme l’ami des moines, aucune fondation monastique ne peut lui être attribuée avec certitude. Il aurait en revanche développé le monastère du Pétrion, lui adjoignant un hôpital et un hospice, ainsi que des terres et des revenus18.

  • 19 Théophane Continué, notamment p. 441, l. 13‑14, p. 473, l. 14‑16, mais voir aussi p. 402‑404 et 42 (...)
  • 20 Le monastère devait distribuer chaque jour trente mille pains aux pauvres, ce qui témoigne de sa r (...)
  • 21 Pseudo‑Syméon, p. 757, l. 15‑17, mentionne le Kanikleiou comme lieu de relégation des sœurs de Rom (...)
  • 22 Novelles de Nicéphore Phocas, n° 9, p. 170, l. 15‑16 (Regesten, I, 1, n° 720, en 963‑964). Ce text (...)
  • 23 Théophane Continué, p. 433 (Regesten, I, 1, n° 648). Sur l’histoire du monastère de Manuel, voir J (...)

6Une des plus importantes fondations impériales du xe siècle est assurément le monastère du Myrélaion fondé par Romain Ier Lécapène entre 920 et 922 à l’ouest du forum de Théodose, à l’emplacement d’une propriété personnelle de l’empereur ; le Myrélaion n’est pas cité comme basilikè monè dans les nombreuses sources narratives qui mentionnent les épisodes les plus notoires de son histoire, mais il est désigné à plusieurs reprises comme « monastère de Romain » ou « monastère de l’empereur »19. Cet établissement faisait partie d’un vaste ensemble économique, un oikos impérial, qui comprenait un hospice et un hôpital, et dont les revenus servaient à financer les grands centres monastiques de l’Empire. Restaurée dans les années 1964‑1965, l’église du Myrélaion nous apporte aujourd’hui peu d’informations sur la construction originale de Romain Ier, mais le matériel découvert lors des fouilles du site révèle un décor luxueux composé de plaques de marbre, en particulier de marbre vert de Thessalie, et un pavement en opus sectile20. Romain Ier est peut‑être le fondateur du monastère du Kanikleiou, qui était également un oikos impérial et où Romain II, son petit‑fils, fit en 959 enfermer et tonsurer ses cinq sœurs21. Nous pouvons aussi lui attribuer le « monastère impérial de Lakapè », mentionné seulement par une novelle de Nicéphore II Phocas, vers 963‑964, et dont nous ignorons la localisation22. Romain Ier était particulièrement attaché à protéger les intérêts des moines et entreprit également de rénover des monastères déjà existants, tel le monastère de Manuel, situé au nord‑ouest de la capitale, près de la citerne d’Aspar. Cet établissement avait été fondé vers 830 par le magistre Manuel et rénové par le patriarche Photius après un tremblement de terre en 867. Il fut de nouveau rénové par Romain Ier qui l’associa à une nouvelle fondation, Saint‑Pantéléèmôn, à Ophrou Limèn, sur la rive asiatique du Bosphore ; de généreux solemnia leur étaient versés par l’intermédiaire du père spirituel de l’empereur, le moine Serge23.

  • 24 Cette fondation est étudiée en détail plus loin, voir p. 152-154.
  • 25 Novelles de Nicéphore Phocas, n° 8 (Regesten, I, 1, n° 699) ; Novelles de Basile II, n° 13 (Regest (...)

7Nicéphore II Phocas (963‑969) et Jean Ier Tzimiskès (969‑976), qui ont régné pendant la minorité de Basile II et de Constantin VIII, ne se sont pas illustrés par la fondation de nouveaux monastères, à l’exception notable de la Grande Lavra, au Mont Athos, dont on peut considérer Nicéphore II comme le cofondateur, avec Athanase de Lavra24. L’attitude de Nicéphore II à l’égard des monastères peut paraître paradoxale, car l’empereur est présenté par Léon le Diacre et Athanase de Lavra comme l’ami des moines, soucieux de leur bien‑être et particulièrement généreux avec la fondation de Lavra, alors qu’il promulgua en 964 une novelle qui semble aller à l’encontre des intérêts monastiques. Dans cette novelle, l’empereur encourageait les donateurs à doter en matériel et en animaux de labour des fondations déjà existantes afin d’aider les moines à exploiter les terres qu’ils possédaient déjà, plutôt que de leur attribuer de nouvelles terres qui finiraient par tomber en déshérence. Plusieurs études ont toutefois montré que la « novelle antimonastique » de Nicéphore II visait surtout à améliorer la gestion des monastères et à augmenter la superficie des terres exploitées. Ce texte ne constitua pas un frein à l’enrichissement des grandes fondations monastiques, en particulier Lavra, mais explique peut‑être que Nicéphore II ait été peu désireux de fonder lui‑même de nouveaux monastères. Sa novelle fut abrogée à une date incertaine par un texte attribué à Basile II et daté de 988, mais qui aurait été composé soit au début du règne de Jean Ier, qui annula plusieurs mesures de son prédécesseur, soit au cours du règne d’Isaac Ier Comnène (1057‑1059)25.

  • 26 Codex Markianos, p. 127‑128, n° 111 (trad. en anglais dans Mango 1972, p. 226‑227). Pour la rénova (...)
  • 27 Jean Mauropous, Iohannis Euchaitorum metropolitae quae in Codice Vaticano Graeco 676 supersunt, n° (...)
  • 28 Ce manuscrit est daté du xie siècle, mais le nom du monastère est d’une écriture différente et pou (...)
  • 29 Isaac II dépouilla le palais des Manganes, l’église Saint‑Georges des Manganes et le riche mobilie (...)
  • 30 Théophane Continué, p. 340, l. 4. L’Hebdomon était une région située au sud‑ouest de Constantinopl (...)
  • 31 Michel Psellos, Chronographie, I, p. 13, l. 11‑22 ; Théodore Skoutariôtès, p. 152, l. 21‑25. Sur c (...)

8Basile II participa en revanche à l’essor des grandes fondations impériales des xe et xie siècles, en particulier dans la capitale où trois grands monastères peuvent lui être attribués. La fondation du monastère de Saint‑Mokios, traditionnellement attribuée à Basile Ier, reviendrait plutôt à Basile II comme l’indique une épigramme honorifique du xiie siècle ; ce texte rend hommage à plusieurs empereurs qui ont développé le monastère, en particulier à « Basile le Bulgaroctone », qui y aurait installé les premiers moines, à Alexis Ier et à Manuel Ier, qui le rénova26. De même, si Basile Ier rénova l’église de Saint‑Michel de Sôsthènion, sur les rives du Bosphore, la fondation d’un monastère adjacent doit être attribuée à Basile II selon une épigramme du xie siècle de Jean Mauropous. Nicétas Chôniatès signale en outre que Basile II donna à Saint‑Michel un typikon, ce qui signifie que l’empereur joua un rôle déterminant dans la fondation du monastère et dans l’organisation de la communauté27. La fondation de Sôsthènion est peut‑être mentionnée et qualifiée de sébasmia basilikè monè dans le colophon d’un manuscrit de l’histoire ecclésiastique d’Évagre le Scolastique, manuscrit destiné au monastère « de l’archistratège des forces célestes Michel »28. L’expression « archistratège des forces célestes Michel » est précisément utilisée par Nicétas Chôniatès pour désigner le monastère de Sôsthènion, au sujet de sa rénovation par Isaac II29. Basile II fut inhumé, en 1025, dans l’église Saint‑Jean‑le‑Théologien du monastère de lHebdomon, mais la date de fondation de ce monastère n’est pas connue30. Ajoutons à ces grandes fondations impériales un dernier monastère qui fut peut‑être rénové par Basile II, le monastère de Saint‑Basile du Proèdre, dit aussi du Parakoimomène. Ce monastère dédié à saint Basile avait été fondé près de la porte Saint‑Romain par le parakoimomène Basile, fils naturel de Romain Ier Lécapène, sous le règne personnel de Constantin VII (944‑959), et était, selon les chroniqueurs, d’une grande splendeur. Basile administra l’Empire pendant la minorité de Basile II et acquit une grande fortune, mais l’empereur rejeta sa tutelle en 985, l’exila et confisqua ses propriétés. Basile II aurait également détruit, à cette occasion, le fastueux monastère du proèdre, mais un sceau du xie siècle atteste son existence et le qualifie de monastère impérial ; il est probable que Basile II ait préféré confisquer le monastère, avec ses domaines, plutôt que le détruire31.

  • 32 Corpus des sceaux de l’Empire byzantin, V, L’Église, 2, p. 98 ; Euthyme de la Péribleptos, p. 3 (t (...)
  • 33 Michel Psellos, Chronographie, I, p. 43‑44 ; Antoine de Novgorod, p. 60 (trad. M. Ehrhard). Cf. Ma (...)

9Au xie siècle sont fondés ou refondés trois monastères qui sont au cœur de grands domaines impériaux, la Théotokos Péribleptos, le Kosmidion et le monastère des Manganes. Le monastère de la Théotokos Péribleptos, fondé par Romain III Argyre entre 1030 et 1034, est bien documenté par les chroniques, qui décrivent avec détails la construction de l’église et les domaines donnés par l’empereur, et un sceau du xie siècle qualifie la fondation d’impériale. Ajoutons à ces témoignages celui du moine Euthyme de la Péribleptos qui, au milieu du xie siècle, dénonçait dans une lettre la présence de Phoundagiagites au sein de son monastère ; l’une des versions de cette lettre désigne le monastère comme basilikè monè32. Le témoignage des pèlerins et des voyageurs qui visitèrent Constantinople confirme la richesse de la fondation qui était « par ses jardins, ses champs et son or, plus riche que tous les autres monastères de Constantinople » selon Antoine de Novgorod, en 120033. L’ambassadeur castillan, Ruy González de Clavijo, que nous avons déjà cité, a laissé une description du somptueux décor du katholikon qu’il visita au début du xve siècle :

  • 34 Ruy González de Clavijo, Embajada a Tamorlán, p. 37‑38 (trad. L. Kehren, p. 110). Voir Mango 1972, (...)

Le corps de l’église, qui contient cinq autels, est constitué d’une salle circulaire vaste et haute montée sur des colonnes de jaspe de teintes variées. Ses murs sont aussi faits avec des plaques en jaspe, ainsi que le dallage du sol. Cette salle est entourée de trois nefs dont les plafonds rejoignent le sien, formant ainsi une voûte commune qui est abondamment décorée de mosaïques34.

  • 35 Le terme κτήτωρ provient du verbe κτάομαι, qui signifie acquérir ou posséder, et désigne le propri (...)
  • 36 Yahya ibn Sa‘id d’Antioche, III, p. 486. Au sujet de Nicéphore III Botaniate, voir Anne Comnène, l (...)

10Attesté jusqu’au xve siècle, le monastère fut restauré deux fois au cours de son histoire, par Nicéphore III Botaniate (1078‑1081), qui était considéré comme le « second ktètôr »35 de la Péribleptos, et par Michel VIII Paléologue (1259‑1282)36.

  • 37 Michel Psellos, Chronographie, I, p. 72, l. 5‑12, p. 83‑85 ; Théodore Skoutariôtès, p. 160, l. 20‑ (...)
  • 38 Corpus des sceaux de l’Empire byzantin, V, L’Église, 3, n° 1904‑1905 ; Catalogue of Byzantine Seal (...)
  • 39 Catalogue of Byzantine Seals, 5, n° 78.2 et 78.3. Les sceaux du curateur de l’oikos des Manganes e (...)
  • 40 Michel Psellos, Chronographie, II, p. 61‑62 ; Miguel Ataliates, Historia, p. 36, l. 14‑16 ; Jean S (...)

11Les restaurations ou refondations de monastères par l’empereur sont souvent présentées par les sources littéraires comme de nouvelles fondations. Ainsi, le monastère du Kosmidion, situé au nord‑ouest de Constantinople, à l’extérieur de la ville, est présenté par les chroniqueurs comme une fondation de Michel IV (1034‑1041) à partir, nous précise Michel Psellos, d’une église déjà existante. Or nous savons grâce à un sceau que le monastère existait déjà au ixe ou au xe siècle. La rénovation de Michel IV permit sans doute au monastère de connaître une plus grande prospérité. Ce monastère est également connu par un acte de vente conservé à Lavra, qui le qualifie de sébasmia monè37. La fondation du monastère de Saint‑Georges des Manganes est traditionnellement attribuée à Constantin IX Monomaque (1042‑1055), car les chroniqueurs relatent avec précision les différents projets de l’empereur pour l’église et les grandes dépenses occasionnées par sa construction, mais des sceaux, là encore, semblent indiquer que ce monastère existait déjà dès le milieu du xe ou au tout début du xie siècle ; il s’agit de six sceaux qui appartiennent à un monastère impérial (βασιλικὴ μονή) non nommé, et trois de ces sceaux sont ornés du buste de saint Georges38. L’identification avec les Manganes peut être confirmée par la titulature de l’un des propriétaires de ces sceaux, un certain Georges, « prôtospathaire, épi tou Chrysotriklinou et grand curateur du monastère impérial » ; l’ensemble des Manganes désignait en effet un oikos impérial constitué au début du ixe siècle et géré par son propre curateur à partir du règne de Basile Ier 39. Il est donc possible qu’un monastère ait été attaché à l’oikos des Manganes au moment de la réorganisation de cet ensemble par Basile Ier à la fin du ixe siècle. La fondation de Constantin IX pourrait n’être qu’une rénovation et un agrandissement de l’ensemble des Manganes autour d’une nouvelle église dédiée à saint Georges ; les chroniqueurs insistent surtout sur la construction de l’église et la fondation des établissements de charité qui composaient le sékréton du Tropaiophore, l’hôpital et les hospices pour les pauvres et les vieillards40.

  • 41 Par un acte de 1058, Isaac Ier Comnène attribuait à la Décapolitissa une rente annuelle de vingt‑q (...)

12Isaac Ier Comnène (1057‑1059) fonda un monastère qui nous est mal connu, la Théotokos Décapolitissa41, mais s’attacha surtout, selon Michel Psellos, à freiner l’essor des grandes fondations impériales :

  • 42 Michel Psellos, Chronographie, II, p. 120, l. 16‑20 (trad. E. Renauld, modifiée par l’auteure). Au (...)

D’une secousse en effet, il abat la plupart des donations faites [aux moines] et, faisant rentrer cela dans le domaine public, il calcule ce qui suffit à l’existence de ces gens, rendant exact pour eux le terme de « lieux d’ascèse ». Voilà ce qu’il fit, comme si quelqu’un enlevait du rivage de la mer un grain de sable42.

  • 43 Miguel Ataliates, Historia, p. 47, l. 12‑p. 48, l. 2. Voir aussi Jean Skylitzès Continué, p. 104, (...)
  • 44 Miguel Ataliates, Historia, p. 69, l. 10‑13 ; Jean Skylitzès Continué, p. 118, l. 4 ; Michel Glyka (...)
  • 45 Nicephori Bryennii historiarum, p. 141, l. 1 ; Miguel Ataliates, Historia, p. 132, l. 16‑20 ; Jean (...)
  • 46  Miguel Ataliates, Historia, p. 125, l. 15‑17 ; Jean Skylitzès Continué, p. 152, l. 19 (Pipéroudion (...)

13Michel Attaliate reconnaît que ces mesures de rigueur suscitèrent l’impopularité de l’empereur, mais estime qu’elles étaient profitables à la fois aux moines, ainsi contraints de revenir à leur vocation spirituelle, aux paysans qui échapperaient désormais à la pression exercée par ces grands monastères, et au fisc dont les revenus seraient augmentés43. Ces mesures étaient motivées par la nécessité d’augmenter les biens du fisc et s’inscrivaient dans le cadre général d’une politique d’austérité et de rigueur. Les fondations impériales de la deuxième moitié du xie siècle semblent de fait plus modestes et nous sont mal connues. Constantin X Doukas (1059‑1068), fonda ou rénova, près de la Porte Dorée, le monastère de Saint‑Nicolas de Molybôton, dans lequel il fut inhumé44. Hors de la capitale, Romain IV Diogène (1068‑1071) fonda un monastère probablement dédié à la Métamorphôsis sur l’île de Prôtè, dans l’archipel des Princes, où il mourut en 107245. Eudocie Makrembolitès, qui avait épousé Romain IV Diogène en secondes noces, avait fondé le monastère de Pipéroudè, sur le rivage du Bosphore, en face de la capitale, où elle fut contrainte de prendre l’habit monastique quand son fils, Michel VII, prit le pouvoir en 107146.

  • 47 Éloge de Jean le Jeûneur, p. 59‑77 ; Antoine de Novgorod, p. 60 ; Ruy González de Clavijo, Embajad (...)
  • 48 Anne Comnène, livre XV, chap. vii, § 8‑9. Sur l’Orphanotropheion, voir Janin 1969, p. 568 ; Lemerl (...)
  • 49 Selon Pseudo‑Kodinos, Scriptores originum Constantinopolitanarum, p. 223, l’église aurait été édif (...)
  • 50 L’icône était apportée en procession la veille, le service durait toute la nuit et, le lendemain m (...)
  • 51 La fondation de ce monastère est attribuée à Maurice (582‑602) selon la Vie de Syméon le Nouveau T (...)

14Ces considérations d’ordre fiscal ont sans doute incité les Comnènes à rénover plusieurs grandes fondations au passé prestigieux. Le monastère de Saint‑Jean‑Prodrome de Pétra, fondé à la fin du ve siècle ou au début du vie siècle, fut rénové par un moine, Jean le Jeûneur, avec l’aide d’Anne Dalassène. Situés dans le quartier de Pétra, près du palais des Blachernes, l’église et le monastère furent magnifiquement restaurés ; une nouvelle église fut construite, ornée de mosaïques qui firent l’admiration des voyageurs et des pèlerins, et des travaux d’adduction d’eau permirent la plantation de vergers et de vignes. Selon le pèlerin russe Antoine de Novgorod, le monastère abritait deux cents moines au début du xiiie siècle et pouvait, trois fois par an, aux deux fêtes majeures de saint Jean Baptiste et à Pâques, nourrir tous les pauvres et les visiteurs qui se présentaient aux portes de l’église47. Alexis Ier rénova l’orphelinat de Constantinople, l’Orphanotropheion, et fonda à cette occasion plusieurs monastères selon Anne Comnène, notre seule source à ce sujet ; parmi ces fondations, un monastère était réservé aux femmes géorgiennes qui s’étaient réfugiées dans la capitale48. Jean II s’attacha particulièrement à la prestigieuse fondation des Hodègôn. Ce monastère avait été fondé à l’emplacement d’une source miraculeuse qui avait le pouvoir de rendre la vue aux aveugles, et son nom proviendrait des moines qui guidaient les pèlerins vers cette source (ὁδηγοί). Une icône de la Vierge Hodègètria, attribuée à saint Luc, y faisait l’objet d’une vénération particulière, notamment de la part des empereurs, qui en firent leur palladium à partir du viie siècle ; en cas de siège ou de menace d’invasion, l’icône était portée en procession sur les remparts de la capitale, dont la Vierge était la protectrice attitrée, et l’icône était parfois transportée à Sainte‑Sophie afin d’y recevoir les témoignages de la ferveur populaire49. Jean II fit exécuter une reproduction de l’icône afin de l’emporter avec lui lors de ses expéditions militaires et, chaque année, au jour anniversaire de son décès, de ceux de sa femme et de leur fils Alexis, l’icône de la Vierge devait être transportée du monastère des Hodègôn à celui du Pantocrator pour être placée près des tombeaux impériaux, dans l’église Saint‑Michel. L’empereur avait ainsi transformé un culte populaire et commun à tous les habitants de la capitale en un culte personnel et familial, selon une démarche qui n’est pas sans rappeler le « système comnénien », la gestion de l’Empire comme un domaine patrimonial et l’attribution des postes les plus importants aux membres de la famille50. Manuel Ier rénova le monastère de Saint‑Mokios, comme nous l’avons vu précédemment, ainsi que le monastère de Saint‑Mamas, à l’ouest de la capitale, près de la porte de Xylokerkos. Ce monastère, pourtant fréquemment mentionné par les chroniqueurs en raison de son usage à la fois comme prison et comme sépulture impériale, a toutes les caractéristiques des monastères impériaux, mais n’est pas qualifié de tel par les sources dont nous disposons. Il fut encore une fois rénové par Isaac II Ange lors de son premier règne (1185‑1195) : il construisit une nouvelle église à l’occasion de la translation du chef du saint retrouvé en Cappadoce par un moine51.

  • 52 Jean Zonaras, p. 746 ; Actes de Patmos, I, n° 5, p. 44, l. 15‑20, n° 47, p. 333, l. 9 (Regesten, I (...)
  • 53 Typikon du Philanthropos, n° 33 et p. 46 ; Typikon de Saint‑Mamas, prologue, p. 259. Sur cette dou (...)
  • 54 Typikon du Pantocrator (Regesten, I, 2, n° 1311), p. 27‑31 et p. 131, l. 1670‑1671 ; Jean Kinnamos (...)
  • 55 Voir la Dédicace du monastère du Pantocrator, p. 213 (cf. titre), poème récité lors de la cérémoni (...)
  • 56 Théotokos Pammakaristos : Janin 1969, p. 208‑213 ; Müller‑Wiener 1977 (Fethiye Camii), p. 132‑135  (...)
  • 57 L’église était au centre d’un vaste ensemble comprenant un bain, une école et un bureau de notaire (...)

15Alexis Ier et Jean II ne négligèrent pas pour autant de fonder de nouveaux monastères, qui étaient destinés à servir de lieux de retraite et de sépulture aux membres de leur famille. Ces monastères étaient définis et gérés comme des institutions familiales, et leur fondation même était le résultat d’une étroite collaboration au sein du couple impérial. Seules certaines de ces fondations peuvent être considérées comme impériales avec quelque certitude ; les autres ne seront mentionnées dans ce chapitre qu’au titre de fondations dynastiques, témoignages de l’intérêt des Comnènes pour la vie monastique. Anne Dalassène, la mère d’Alexis Ier Comnène, initia ce mouvement avec la construction du monastère du Christ Pantépopte sur la quatrième colline de Constantinople, en surplomb de la Corne d’Or. Cette fondation fut dotée dès ses origines de trois îles situées près de Cos, Léipsô, Léros et Pharmakos, mais nous ne savons rien de son statut52. Irène Doukas et Alexis Ier fondèrent ensemble les monastères contigus du Christ Philanthropos et de la Théotokos Kécharitoménè, entre 1100 et 1107. Le typikon du Christ Philanthropos a été perdu, mais la fondation est qualifiée d’impériale par le typikon de Saint‑Mamas, qui eut pour higoumène Athanase, anciennement économe du « monastère impérial Christ Philanthropos »53. Le monastère du Christ Pantocrator, fondé par Jean II Comnène et Irène de Hongrie en 1136, est assurément le mieux documenté de ces fondations impériales, à la fois par son typikon et par les chroniques, qui relatent avec détails sa fondation par le couple impérial et son usage comme lieu de sépulture par les membres de la famille. L’empereur, qui est l’auteur du typikon du Christ Pantocrator, le désigne comme son « monastère personnel » (τὸ παρὸν τυπικὸν τῆς ἰδιοκτήτου μου μονῆς τοῦ Παντοκράτορος)54. Deux textes légèrement postérieurs à la fondation et qui célèbrent l’œuvre d’Irène de Hongrie, considérée comme la véritable fondatrice du monastère, qualifient clairement cette fondation de basilikè monè55. D’autres monastères, moins bien connus, furent fondés par des membres de la famille impériale, mais, à l’instar du monastère du Christ Pantépopte fondé par Anne Dalassène, nous ne pouvons dire s’ils ont bénéficié du statut impérial. Il s’agit des monastères de la Théotokos Pammakaristos, fondé par un frère d’Alexis Ier, le grand domestique d’Occident Adrien Comnène, et du Christ Évergétis, fondé probablement par un neveu d’Alexis Ier, Jean Comnène, duc de Dyrrachion56. Ces fondations étaient toutes situées dans la partie nord‑ouest de la ville, près des citernes d’Aétius et d’Aspar, dans le quartier du palais des Blachernes qu’occupaient les empereurs depuis l’avènement des Comnènes. À l’extrémité nord de ce quartier, près des remparts, était située l’église de la Théotokos des Blachernes, une fondation impériale du ve siècle, plusieurs fois rénovée, notamment par Basile II et Romain III Argyre57.

  • 58 Anselme de Havelberg, Dialogues, p. 100‑102 ; Typikon du Pantocrator, p. 61, l. 535‑537 ; Typikon (...)
  • 59 Typikon du Pantocrator, p. 69‑73, 83‑107, 109‑125. Au sujet des établissements de charité du Panto (...)

16Ces monastères étaient sans doute de taille importante. Selon Anselme de Havelberg, envoyé en ambassade à Constantinople en 1136 par l’empereur germanique Lothaire III (1133‑1137), le monastère du Philanthropos abritait cinq cents moines et celui du Pantocrator sept cents moines. Notons, car nous avons rarement l’occasion de croiser nos sources, que le typikon du Pantocrator, composé précisément en 1136, fixait à quatre‑vingt le nombre de religieux, dont cinquante moines d’église. Le typikon du Philanthropos n’a pas été conservé, mais Irène Doukas avait prescrit que celui de la Kécharitoménè, qui lui était contigu, accueille au mieux quarante religieuses, si les ressources du monastère le permettaient. Peut‑être Anselme de Havelberg tenait‑il compte des moines qui vivaient dans les dépendances de ces deux grandes maisons, mais, si ces chiffres sont exagérés, la prospérité de ces monastères est certaine pour le xiie siècle ils sont attestés jusqu’au xve siècle, avec des fortunes diverses58. Au monastère du Pantocrator étaient attachés un hôpital de cinquante lits, une léproserie et un hospice qui pouvait accueillir vingt‑quatre personnes âgées, institutions coûteuses desservies par un nombreux personnel. L’empereur avait doté le monastère de nombreux domaines fonciers en Thrace, en Macédoine, dans le Péloponnèse et en Asie Mineure, et lui avait également subordonné six monastères de Bithynie. Les restes archéologiques des trois églises du monastère, en particulier le pavement en opus sectile de l’église située au sud et dédiée au Christ Pantocrator, témoignent en outre de la richesse de la construction et de l’ornementation des fondations des Comnènes. Ajoutons enfin que ces fondations comprenaient de vastes demeures impériales qu’Irène Doukas qualifiait de « somptueuses »59.

  • 60 L’empereur promulgua à ce sujet un chrysobulle en 1158 (JGR, I, p. 381‑385 ; Regesten, I, 2, n° 14 (...)
  • 61 Nicétas Chôniatès, p. 206, l. 71‑p. 208, l. 15 ; Théodore Skoutariôtès, p. 301, l. 8‑13. Voir auss (...)

17Manuel Ier Comnène (1143‑1180) voulut interdire aux monastères de Constantinople et de la Propontide d’acquérir de nouvelles terres et tenta de nouveau de limiter les donations de biens fonciers aux monastères. Ses mesures furent abrogées par Alexis II Comnène en 1181‑1182, mais elles témoignent d’une certaine continuité dans la politique monastique des Comnènes, sensibles à la nécessité d’augmenter les revenus du fisc en limitant les donations de biens fonciers exemptés d’impôts60. L’empereur fonda néanmoins le monastère de Saint‑Michel de Katasképè dans la partie septentrionale de la rive occidentale du Bosphore, afin d’y rassembler l’élite spirituelle des moines de son temps selon Nicétas Chôniatès. La nouvelle fondation incarnait les principes d’économie et de rigueur voulus par l’empereur ; le monastère était doté non pas en terres, qui auraient échappé au fisc et détourné les moines de leurs activités spirituelles, mais en rentes monétaires annuelles destinées à couvrir exactement les besoins des moines61.

  • 62 Typikon de Phobéros, chap. 42, p. 57‑58, chap. 50, p. 62‑63. Sur ce monastère, voir p. 122. Le typ (...)
  • 63 La Vie de Cyrille le Philéote, chap. 47, § 8, mentionne un chrysobulle qui n’a pas été conservé. L (...)

18Les Comnènes ont également patronné des monastères situés à proximité de Constantinople, en particulier Saint‑Jean‑Prodrome de Phobéros, sur les rives asiatiques du Bosphore, connu surtout pour avoir servi de lieu de relégation et de torture des moines iconodoules. Selon son typikon composé par le moine Jean, le monastère, ruiné par les charisticaires qui en avaient la charge, fut restauré par Jean avec l’aide de ses illustres protecteurs : la despoina Marie d’Alanie, épouse de Michel VII Doukas (1071‑1078) puis de Nicéphore III Botaniate (1078‑1081), le sébaste Nicéphore Botaniate dont le lien de parenté avec l’empereur homonyme est incertain, et surtout l’épouse du sébaste, Eudocie Comnène, nièce d’Alexis Ier, devenue moniale sous le nom de Xénè, qui était célébrée comme « seconde ktètorissa » du monastère en raison de ses importants dons62. Alexis Ier Comnène fut particulièrement proche de Cyrille († 1110), moine de Saint‑Sauveur de Philéa, à quelques kilomètres de Constantinople, en Thrace orientale. Lors de l’une de ses visites au saint, l’empereur exempta de l’impôt foncier la terre sur laquelle était construit le monastère et qui appartenait à la famille de Cyrille. Lors d’une seconde visite, l’empereur ordonna que soit reconstruite l’église du monastère qui était en piteux état ; la nouvelle église perpétuait, nous dit Nicolas Katasképènos, « la mémoire du règne béni d’Alexis63.

Les monastères de l’Athos

  • 64 Actes du Prôtaton, n° 1 (Regesten, I, 1, n° 492), p. 47‑48, n° 4 (942), n° 5 (943), et p. 56‑59. S (...)
  • 65 Théophane Continué, p. 429‑430 (Regesten, I, 1, n° 620) ; Vie d’Athanase de Lavra, version A, chap (...)

19Les monastères de l’Athos, dans leur ensemble, ont bénéficié d’une remarquable continuité du patronage impérial, de Basile Ier aux Comnènes. La plus grande partie de la presqu’île était composée de terres klasmatiques, mais ces terres étaient en principe soumises au libellikon télos, qui correspondait au 1/12e de l’impôt foncier normal ; le sigillion de Basile Ier en 883, repris et confirmé par ses successeurs, libérait les moines de l’Athos de l’impôt foncier en interdisant l’accès de la presqu’île aux agents du fisc. Ce privilège concernait sans doute l’ensemble de la Sainte Montagne selon les limites définies en 942 et en 94364. Romain Ier Lécapène institua le versement d’une rente annuelle prise sur les revenus de sa fondation du Myrélaion. Selon la Vie d’Athanase de Lavra, Nicéphore II Phocas porta cette rente de trois à sept livres d’or, soit cinq cent quatre nomismata, et Michel VI (1056‑1057) la porta à dix livres, soit sept cent vingt nomismata ; les actes de l’Athos montrent qu’elle fut versée annuellement tout au long de la période considérée65.

  • 66 Typikon de Lavra, p. 104‑105 ; Vie d’Athanase de Lavra, version A, chap. 71‑73, p. 33‑35 (version  (...)
  • 67 Typikon de Lavra, p. 114‑115 ; Vie d’Athanase de Lavra, version A, chap. 103, p. 50, chap. 116, p. (...)
  • 68 Rentes annuelles : Actes de Lavra, I, n° 7 (Regesten, I, 1, n° 760, en 978), n° 32 (Regesten, I, 2 (...)
  • 69 Actes de Lavra, I, n° 31 (Regesten, I, 2, n° 907, en 1052), n° 33 (Regesten, I, 2, n° 946, en 1060 (...)
  • 70 Typikon de Lavra, p. 106 (972), l. 33‑37, p. 114, l. 28‑33, p. 115, l. 7 ; Actes du Prôtaton, n° 7 (...)

20La Grande Lavra a bénéficié dès ses origines d’une aide impériale importante du fait des relations privilégiées d’Athanase de Lavra avec Nicéphore II Phocas. Celui‑ci n’était encore qu’un général lorsque Athanase, son père spirituel, fonda un nouveau monastère sur la Sainte Montagne en 962‑963, mais son élévation au trône impérial, en 963, lui permit de doter richement la jeune fondation : l’empereur donna à Athanase six livres d’or pour la construction de l’église et des premières cellules, ainsi que le monastère de Saint‑André de Péristéra, avec ses dépendances et ses terres. Dans une notice d’époque médiévale, qui se trouve au verso d’un acte de 952 conservé à Lavra, Nicéphore II Phocas est mentionné comme le fondateur du monastère : « le chrysobulle et la copie du chrysobulle du plus regretté des empereurs, kyr Nicéphore, le ktètôr de notre monastère, à propos de l’obéissance des moines »66. Nicéphore II ordonna ensuite le versement d’un solemnion de deux cent quarante‑quatre nomismata que son successeur, Jean Ier Tzimiskès (969‑976), doubla avant 97267. Basile II, en 978, et Michel VI, en 1057, augmentèrent encore cette rente annuelle qui atteignit plus de sept cents nomismata. À ces rentes annuelles se sont ajoutées des donations de terres et de parèques qui ont contribué à faire de Lavra l’un de plus riches établissements de l’Athos. La sollicitude impériale s’est aussi manifestée par des exemptions fiscales sur des bateaux de commerce. La possession de bateaux de fort tonnage n’est attestée que pour l’Athos et Patmos, et Lavra détenait, au xie siècle, l’exemption pour sept bateaux d’un tonnage total de 16 000 modioi, ce qui était exceptionnel par rapport au tonnage exempté des autres fondations de l’Athos et de Patmos68. Le monastère de Lavra a également obtenu, au cours du xie siècle, huit listes d’exemptions portant sur les charges de ses parèques, ainsi que sur les taxes et les corvées auxquelles les moines auraient pu être soumis69. Les typika de Jean Ier et de Constantin IX Monomaque, adressés à l’ensemble de la communauté athonite en 972 et en 1045, favorisaient clairement les intérêts de Lavra sous prétexte que ce monastère était très peuplé. Alors que la fondation d’Athanase était prévue pour quatre‑vingts moines, le typikon de Tzimiskès, dit le Tragos, invoquait le grand nombre des moines de Lavra pour les autoriser à posséder une paire de bœufs. Dans son propre typikon qu’il composa dans les années 973‑975, Athanase prescrivait que le nombre de moines soit porté à cent vingt, et leur nombre grandissant rendit nécessaire l’agrandissement du katholikon vers 997‑1001 ; en 1045, le typikon de Constantin IX mentionne, pour le seul monastère de Lavra, sept cents moines. Ce chiffre justifiait, comme en 972, la concession de privilèges particuliers : le monastère avait droit à quatre paires de bœufs et son higoumène pouvait être accompagné, lors des assemblées à Karyés, de six serviteurs, alors que les supérieurs des autres fondations, à l’exception de Vatopédi et Iviron, n’avaient droit qu’à un seul serviteur. Bien qu’important, le chiffre avancé par le typikon Constantin IX est sans doute fiable, car il résulte de l’enquête menée par Kosmas Tzintziloukès, un familier de l’empereur envoyé à l’Athos pour régler les dissensions qui régnaient alors sur la Sainte Montagne70.

  • 71 Actes de Lavra, I, n° 1, l. 12 (897), et n° 33, l. 25‑42 (Regesten, I, 2, n° 946, en 1060). Voir a (...)
  • 72 Actes de Lavra, I, n° 5 (964), l. 46, 53, 57, 60 (Regesten, I, 1, n° 706), n° 7 (972), l. 4, et p. (...)
  • 73 Basilikè monè : Actes de Lavra, I, n° 9, l. d (991, acte du prôtos), n° 10, l. 7‑8 (993, acte de v (...)

21La Grande Lavra est qualifiée de monastère impérial dès ses origines et à plusieurs reprises au cours des xe et xie siècles. Notons toutefois que la plus ancienne mention du titre de basilikè monè dans ses archives concerne un autre monastère, Saint‑André de Péristéra, qualifié d’impérial par un acte privé de 897 et par un chrysobulle de Constantin IX qui reprend, en 1060, les termes d’un acte plus ancien, un chrysobulle de Constantin VII (944‑959) aujourd’hui perdu. Fondé à une trentaine de kilomètres à l’est de Thessalonique par Euthyme le Jeune († 898) vers 871, ce monastère possédait d’importants biens dans la région d’Hiérissos et fut absorbé par Lavra avant 96971. Dans un des chrysobulles concédés en 964, Nicéphore II souligne ses relations étroites avec Lavra, qu’il désigne comme étant la « laure de ma Majesté » ; si l’empereur témoigne ainsi de son intérêt personnel pour le monastère qu’il entend protéger, cette expression n’en suggère pas moins un rapport de propriété sur lequel nous reviendrons. La fondation est reconnue comme basilikè monè en 972, dans le typikon délivré par Jean Ier Tzimiskès72. Cette deuxième occurrence, dans un texte réglementaire émanant de l’empereur, témoigne de la prééminence de Lavra sur la Sainte Montagne, une prééminence que le monastère parvint à maintenir jusqu’au xiiie siècle. Le typikon de Tzimiskès visait en outre à mettre un terme au conflit qui opposait Athanase aux ermites de l’Athos, conflit qui fut précisément tranché en faveur de Lavra. Le monastère est désigné sous ce titre impérial dans plusieurs actes privés ou émanant du prôtos, et est également qualifié de sébasmia monè dans deux actes privés de 1016 et de 1018. Citons enfin l’apparition précoce d’une expression attestée surtout au xiiie siècle : Lavra est désignée par le titre de « vénérable monastère de notre Majesté » (σεβασμία μονὴ τῆς βασιλείας ἡμῶν) dans un chrysobulle de 1104 concédé par Alexis Ier. Cette expression n’apparaît qu’une seule fois, dans l’apparat critique qui résulte de la lecture du manuscrit par Théodoret, higoumène de Lavra au début du xixe siècle. Bien que sa lecture soit jugée fiable par les éditeurs de l’acte, l’expression surprend, pour le début du xiie siècle, et résulte sans doute d’une initiative de Théodoret, le début de l’original étant mutilé et presque illisible73.

  • 74 Actes de Xénophon, n° 1 (1089), l. 68 (Regesten, I, 2, n° 1090) ; Actes de Chilandar, I, n° 3 (119 (...)

22Le monastère de Vatopédi, fondé par de riches aristocrates peut‑être originaires d’Andrinople et attesté pour la première fois en 985, est qualifié d’impérial par un acte du prôtos de 1089, qui comporte l’insertion d’une ordonnance d’Alexis Ier qualifiant le monastère de monè tès basileias mou. Le titre de basilikè monè est associé à Vatopédi dans la requête que nous avons mentionnée plus haut des moines de Chilandar à Alexis III, en 1198. Vatopédi n’est qualifié, pour notre période, qu’une seule fois de sébasmia monè, dans un chrysobulle concédé par Nicéphore III Botaniate en 1080 ; l’empereur utilise ce qualificatif pour désigner le monastère au début du dispositif74. Vatopédi a bénéficié du soutien impérial, mais dans une moindre mesure que Lavra. Les moines de Vatopédi avaient obtenu une rente annuelle de quatre‑vingts nomismata de Constantin IX et Michel VI, au milieu du xie siècle, somme qui fut divisée de moitié par Isaac Ier Comnène puis augmentée de trente‑deux nomismata avant 1082. À la requête du moine Serge Tourkopoulos, dont nous ne savons pas s’il était l’higoumène de l’établissement, cette rente fut échangée par Alexis Ier contre l’exemption de l’impôt foncier qui grevait deux domaines de Vatopédi hors de l’Athos, opération avantageuse en raison de la dévaluation de la monnaie à la fin du xie siècle. Les moines obtinrent également à cette occasion le droit de faire paître sur la Sainte Montagne le bétail du monastère et ses deux attelages de bœufs, en avançant que ce droit avait été préalablement concédé à Lavra ; la réponse de l’empereur à leur requête montre clairement sa volonté de s’inscrire dans la continuité des décisions prises par ses prédécesseurs, même si Alexis Ier n’entretenait pas avec Vatopédi des relations aussi étroites qu’avec le monastère de Lavra :

  • 75 Actes de Vatopédi, I, n° 11, l. 30‑33 pour la citation, et p. 11‑13 (Regesten, I, 2, n° 1077a, en (...)

Ma Majesté ordonne que les deux attelages et les bœufs de pâture du monastère puissent paître librement sur la Sainte Montagne, tant que le monastère de saint Athanase y fera paître son bétail ; dès que le bétail d’un autre monastère n’ira plus paître sur la Sainte Montagne, celui de Vatopédi ne pourra plus y aller. Ma Majesté déteste les nouveaux règlements, surtout ceux qui peuvent nuire75.

  • 76 Actes du Prôtaton, n° 8 (1045), l. 75‑77, 97‑99, et p. 106 ; Actes de Vatopédi, I, n° 10 (Regesten(...)

23Les moines de Vatopédi obtinrent aussi en 1045 au moins un bateau de plus de trois cents modioi exemptés. À ces rentes et exemptions se sont ajoutées des donations de terres et de parèques, et les possessions du monastère se sont considérablement développées à partir de la fin du xie siècle en partie grâce aux empereurs. Vatopédi comprenait dès 1045 suffisamment de moines pour justifier que l’empereur lui concède le droit de posséder une paire de bœufs pour le service de la boulangerie, et le katholikon fut agrandi vers le milieu du xie siècle par l’adjonction de chapelles, au nord et au sud, ainsi que d’un exonarthex76.

  • 77 Actes d’Iviron, II, n° 41, l. 45‑54 (Regesten, I, 2, n° 1044a, en 1079). Sur ce privilège, voir Oi (...)

24Les monastères fondés par des communautés étrangères, les Géorgiens, les Amalfitains et les Serbes, ont sans doute obtenu la protection de l’empereur dès leurs origines, ou du moins assez rapidement, bien que cela ne soit attesté clairement que pour le monastère serbe de Chilandar. La protection impériale leur permettait de défendre leurs intérêts face aux autres communautés de l’Athos. L’empereur devait craindre, en effet, que les moines étrangers ne soient lésés par les autres communautés de l’Athos en raison de leur méconnaissance de la langue grecque, et c’est pourquoi Nicéphore III Botaniate plaça en 1079 le monastère d’Iviron sous l’autorité directe du seul juge de Thessalonique pour toutes ses affaires judiciaires77. Nous pouvons supposer que le pouvoir impérial avait aussi à cœur de garantir la tranquillité et la prospérité des communautés monastiques issues de royaumes ou de régions avec lesquelles les relations diplomatiques étaient importantes et utiles à l’Empire.

  • 78 Actes du Prôtaton, n° 2, l. 4 (908), et p. 36‑40 ; Actes d’Iviron, I, n° 7 (985), et p. 15‑16, 28‑ (...)
  • 79 Actes d’Iviron, II, n° 32 (1059), n° 33 (1061), n° 38 (Regesten, I, 2, n° 961a, en 1065), n° 41 (R (...)

25Le monastère d’Iviron fut fondé vers 979‑980 par un général d’origine géorgienne, Jean Tornikios, qui était proche de la famille royale des Bagratides et disposait d’une importante fortune personnelle. La fondation fut ainsi dotée dès ses origines d’une considérable fortune foncière, qui dépassait celle de Lavra, et s’appropria rapidement, en 979‑980, le monastère de Kolobou, fondé par Jean Kolobos à la fin du ixe siècle, avant 883, près d’Hiérissos, sur l’isthme reliant la péninsule de l’Athos au reste de la Chalcidique. Grâce à la protection de Basile Ier puis de Léon VI, le monastère de Kolobou était longtemps resté le plus grand de la région d’Hiérissos, accumulant de nombreuses terres, en partie klasmatiques, dans la vallée du Strymon et dans la presqu’île athonite ; les moines de Kolobou étaient fréquemment en conflit avec les moines de l’Athos, au sujet notamment des terres de la presqu’île qu’ils exploitaient comme un terrain de pâture et, en 908, Léon VI porta finalement un coup d’arrêt à son expansion en annulant les donations qu’il avait faites précédemment78. La fondation d’Iviron a également obtenu de l’empereur, entre le xe et le xiie siècle, des donations de terres et de parèques, la concession de rentes annuelles importantes, l’exemption d’au moins deux bateaux de commerce d’un tonnage total de 6400 modioi et l’exemption de nombreuses corvées et taxes secondaires. Dès le début du xie siècle, le monastère d’Iviron comprenait trois cents moines, un chiffre attesté encore vers 1062‑1064, et le katholikon fut probablement rénové et agrandi au milieu du xie siècle79.

  • 80 Actes d’Iviron, I, p. 29, actes n° 1, l. 2‑3 (927, juge), n° 4, l. 22 (982, garantie des habitants (...)
  • 81 Actes d’Iviron, II, n° 42 (1180), l. 1 ; Actes de Chilandar, I, n° 3 (1198), l. 10 ; Actes d’Iviro (...)

26La plus ancienne mention, dans les archives d’Iviron, d’une basilikè monè concerne cependant le monastère de Kolobou qualifié de basilikè monè ou de basilikon monastèrion dans cinq documents des xe et xie siècles, deux actes du juge de Thessalonique, deux actes privés et un acte du prôtos de l’Athos. Il est possible que le statut impérial, attesté dès 927, ait été obtenu par Jean Kolobos dès la fondation du monastère, mais rien ne permet de l’affirmer et nous ne savons pas si le moine était un proche de Basile Ier ; il ne nous est connu, dans les sources, que comme compagnon d’Euthyme le Jeune80. Le titre impérial du monastère d’Iviron n’est pas attesté avant 1080 ; à cette date, il est mentionné comme tel dans un acte du prôtos. La deuxième occurrence de ce titre pour Iviron figure dans une requête des moines de Chilandar adressée à l’empereur Alexis III en 1198 : les moines serbes exprimaient le souhait de voir le statut de leur fondation assimilé à celui des « monastères impériaux de la Sainte Montagne qui sont d’une autre langue », celui des Amalfitains et celui d’Iviron. Pour notre période, Iviron est également qualifié de sébasmia monè à deux reprises, dans le testament de Symbatios Pakourianos qui légua divers biens au monastère en 1090, et dans un praktikon dressé en 110481.

  • 82 Actes d’Iviron, I, n° 6 (984), l. 60, n° 7 (985), p. 147‑151 ; Actes de Lavra, I, n° 9 (991), l. 5 (...)
  • 83 Actes de Lavra, I, n° 23 (1018‑1019), p. 168‑170 ; Actes du Prôtaton, n° 8 (1045), clause V, l. 99 (...)
  • 84 Actes de Philothée, n° 1 (1087), p. 6, l. 154‑155, voir aussi p. 4, l. 73, 78 ; Actes de Xénophon, (...)

27Le monastère des Amalfitains fut fondé peut‑être par le frère du duc de Bénévent, Léon, accompagné de six disciples, alors que le monastère d’Iviron existait déjà, c’est‑à‑dire au plus tôt en 979‑980. La présence de moines latins sur l’Athos est attestée en 984. Accueillis d’abord par les moines géorgiens, les moines latins construisirent rapidement leur propre monastère dans le lieu‑dit tôn Apothèkôn, à l’est de la presqu’île, près de Lavra ; le monastère est cité en 985 et son higoumène, Jean, est mentionné en 991. En 1010, apparut pour la première fois la dénomination « des Amalfitains » pour ce monastère latin, dans les signatures d’un acte du prôtos Nicéphore qui fixait les bornes entre plusieurs monastères de l’Athos82. Un acte de 1018‑1019 délimite le domaine des Amalfitains face aux empiétements de Lavra et de Karakalou et, en 1045, le typikon de Constantin IX Monomaque accorda aux Amalfitains un bateau de fort tonnage pour transporter de la capitale tout ce dont le monastère avait besoin et qu’il se procurait auprès des fidèles. Seuls les monastères de Lavra, de Vatopédi et d’Iviron bénéficiaient alors d’un tel privilège, en vertu des chrysobulles précédemment accordés, les autres monastères n’ayant droit qu’à de petits bateaux. Le monastère fut prospère tout au long des xie et xiie siècles et put notamment, en 1081, acheter le domaine de Platanos qui appartenait au Kosmidion, à Constantinople, pour vingt‑quatre livres d’or83. Les Amalfitains s’imposèrent peu à peu à l’Athos ; en 1087, dans un acte de bornage du prôtos de l’Athos, l’higoumène des Amalfitains signe en deuxième position, juste après Lavra, et en 1089, il figure au quatrième rang des signataires. Leur monastère est qualifié de basilikè monè dans l’acte de garantie des moines du Kosmidion et surtout par un chrysobulle d’Alexis Ier, en 1081, qui confirmait aux Amalfitains ses possessions et ses exemptions fiscales. Cet acte d’Alexis Ier, qui confirme des dispositions antérieures d’Isaac Ier Comnène et de Nicéphore III Botaniate, montre que le monastère latin entretenait de bonnes relations avec le pouvoir byzantin à la veille de l’offensive normande contre Constantinople. Un chrysobulle de Jean II Comnène (1118‑1143), aujourd’hui perdu, témoigne de la pérennité de la faveur impériale et la fondation des Amalfitains était encore l’une des plus importantes de l’Athos en 1198, date à laquelle elle est mentionnée comme basilikè monè par les moines de Chilandar. Son histoire est ensuite mal connue, et la fondation semble ruinée quand, en 1287, le prôtos de l’Athos donna au monastère de Lavra, sur sa demande, le monastère tôn Molphinéôn et tous ses biens84.

  • 85 Actes de Chilandar, I, n° 3 (1198), l. 1‑10 (Regesten, I, 2, n° 1644), et p. 23‑26. Le résultat de (...)
  • 86 Actes de Chilandar, I, n° 4 (1198), n° 5 (1199, voir la traduction d’Estangüi Gómez, dans Métivier (...)
  • 87 Actes de Chilandar, I, p. 39, 44‑52 ; n° 24 (1308), l. 4, et App. II (1300), p. 290, 296. L’import (...)

28L’acte des archives de Chilandar de 1198 qualifie d’impériaux les monastères de Vatopédi, d’Iviron et des Amalfitains, mais également le monastère serbe de Chilandar, concerné au premier chef par la décision d’Alexis III. Ce monastère a été fondé précisément en 1198 par le grand joupan de Serbie Stephan Nemanja (1168‑1196) devenu le moine Syméon, avec la protection de l’empereur Alexis III (1195‑1203), sur l’emplacement d’une fondation grecque de Georges Chélandaris, en 982, désertée en 1015. La nouvelle fondation avait été donnée dans un premier temps à Vatopédi par un chrysobulle aujourd’hui perdu et, en 1198, Syméon et son fils, Sava, voulurent détacher Chilandar de Vatopédi afin de fonder un monastère autonome ; ils envoyèrent une requête à l’empereur dans laquelle ils rappelaient ces événements. Dans cette requête, les moines exprimaient le souhait de voir s’établir un monastère identique aux autres monastères étrangers, les monastères impériaux des Amalfitains et d’Iviron85. La prospérité de Chilandar résultait principalement de la dotation de départ apportée par le grand joupan de Serbie, mais les moines serbes obtinrent également deux chrysobulles d’Alexis III, en 1198 et 1199, qui leur assuraient la possession de la petite fondation de Georges Chélandaris ainsi que des établissements qui y étaient associés, dans la région de Mèléai, l’autonomie par rapport au prôtos de l’Athos, le monastère athonite de Zygou qui devint une dépendance de Chilandar et une exemption fiscale pour un bateau de mille modioi. Le monastère fit, au xiiie siècle, l’acquisition de nombreux biens hors de la presqu’île athonite, à Thessalonique, dans la région du delta du Vardar, dans la région des Lacs, au nord de la Chalcidique, et dans la vallée du Strymon ; Michel VIII Paléologue (1259‑1282) participa à cette expansion par la protection des intérêts du monastère et la donation de nouvelles terres86. La plus grande période de prospérité de Chilandar débuta cependant à la fin du xiiie siècle, avec l’avènement d’Andronic II Paléologue (1282‑1328) qui, en raison de son alliance avec le roi serbe, eut particulièrement à cœur de se montrer généreux avec ce monastère. La fondation serbe reçut alors des métoques, des terres et des parèques dans les régions d’Hiérissos, de Kassandra, de Serrès et de Melnik, ainsi que dans la vallée du Strymon ; au milieu du xive siècle, Chilandar possédait plus de 24 000 modioi de terres et était l’un des plus riches de l’Athos. Au cours de cette période, le monastère est qualifié d’impérial dans deux actes, un acte de vente de 1308 et un praktikon traduit en slave du recenseur de Thessalonique, en 130087.

  • 88 Actes de Chilandar, I, n° 3, l. 18‑21 (Regesten, I, 2, n° 1644).

29La requête présentée par les moines de Chilandar à l’empereur en 1198, que nous avons mentionnée plus haut, fut signée par plusieurs supérieurs athonites. Les monastères des premiers signataires sont qualifiés de sébasmiai monai ; il s’agit de Docheiariou, de Xéropotamou, de Dorothéou, de Xénophon et de Dométiou pour lesquels nous sommes assez mal documentés pour notre période88. Des sources plus tardives nous permettent d’estimer l’importance de ces fondations parmi les établissements de l’Athos ; plusieurs sont qualifiées de basilikai monai à la fin du xiiie siècle, au moment où ce titre connaît une importante inflation dans les archives monastiques, mais nous ne pouvons pas préciser leur statut pour l’époque précédente. Notons l’absence de la signature du monastère de Lavra qui n’était sans doute pas concerné par cette affaire et, de ce fait, absent des délibérations qui aboutirent à l’envoi de la requête des moines à Alexis III.

  • 89 Actes de Xénophon, n° 2 (Regesten, I, 2, n° 1153g, en 1089), et p. 12‑15 ; Actes de Kutlumus, n° 3 (...)
  • 90 Actes de Docheiariou, n° 2 (Regesten, I, 2, n° 1152b, en 1089) et p. 5‑8 ; Actes de Lavra, II, n°  (...)
  • 91 Trois ordonnances d’Andronic II en 1295 qualifient le monastère de sébasmia basilikè monè (Actes d (...)
  • 92 Actes du Pantocrator, p. 4‑5 (Dorothéou) et p. 69‑70 (Dométiou) ; Actes de Vatopédi, I, n° 5 (Doro (...)

30Le monastère de Xénophon figurait parmi les monastères les plus prospères de l’Athos ; fondé une première fois à la fin du xe siècle, il fut rénové en 1078 par le grand drongaire Stéphane qui le hissa au rang des grands monastères athonites. Les moines obtinrent d’Alexis Ier, en 1089, une terre de cinq cents modioi à Stomion ainsi que l’exemption de toutes les charges et les corvées qui grevaient leur domaine. L’histoire du monastère aux xiie et xiiie siècles est mal documentée ; nous ne rencontrons l’épithète impériale qu’en 1287, dans un acte du prôtos, et plus fréquemment à partir de 130089. Le monastère de Docheiariou, fondé avant 1013 par un certain Jean Docheiarios, connut une fortune similaire à celui de Xénophon, car les moines obtinrent d’Alexis Ier, en 1089, une diminution importante de leurs charges fiscales et le monastère fut rénové au début du xiie siècle par l’higoumène Néophytos, certainement un proche de l’empereur. La fondation n’est toutefois régulièrement qualifiée d’impériale qu’à partir de la fin du xiiie siècle, dans les signatures des actes du prôtos, et au xive siècle, dans les actes privés principalement. L’importance du monastère de Docheiariou, à la fin du xiiie siècle, s’explique sans doute par la générosité particulière d’Andronic II Paléologue (1282‑1328), célébré par les moines comme le mégas ktètor du monastère90. Andronic II était également commémoré par les moines de Xéropotamou. Fondé au milieu du xe siècle, peut‑être pendant le règne de Constantin VII, ce monastère avait été l’un des premiers de l’Athos à bénéficier des faveurs impériales. Andronic II était considéré comme le second fondateur du monastère en raison de sa générosité et la fondation est fréquemment qualifiée de basilikè monè sous son règne91. Les monastères de Dorothéou et de Dométiou sont moins connus et aucun autre élément de leur histoire n’indique qu’ils figuraient, à la fin du xiie siècle, parmi les monastères les plus vénérables de l’Athos. Le monastère de Dorothéou existait avant 1018 et fut sûrement absorbé par le Pantocrator au milieu du xive siècle. Le monastère de Dométiou est attesté entre 1066 et 1288 et devint également la propriété de Vatopédi au début du xive siècle92.

  • 93 Actes de Kutlumus, n° 3 (1287), l. 24‑28 ; Actes de Lavra, II, n° 79 (1287), l. 25‑29 ; Actes de X (...)
  • 94 Actes d’Esphigménou, p. 20, n° 6, l. 21, et App. A, l. 14‑15 ; Regesten, I, 3, n° 2067 (2078) et 1 (...)

31La sollicitude impériale à l’égard des monastères de l’Athos est mal documentée pour la fin du xiie siècle et le début du xiiie siècle, du fait de l’absence ou de la perte d’actes impériaux entre le règne d’Alexis Ier et celui de Michel VIII ; cette situation s’explique sans doute par la conquête latine à partir de 1204, mais il semblerait aussi que les Comnènes aient privilégié les monastères de Constantinople et des environs immédiats, comme nous l’avons vu plus haut, par rapport aux grands centres monastiques plus éloignés. Cette préférence s’inscrivait dans une réflexion plus générale sur les biens monastiques et leur expansion foncière, expansion que les Comnènes ont cherché à limiter au xiie siècle. Les Paléologues, notamment Michel VIII et Andronic II, ont renoué avec la tradition du patronage impérial et les signatures des actes du prôtos et du conseil de Karyés témoignent de la prééminence, au sein de la hiérarchie athonite, des monastères particulièrement favorisés par l’empereur. Ainsi, en 1287, les monastères de Lavra, Vatopédi et Esphigménou sont qualifiés de sébasmiai basilikai monai dans deux actes du prôtos et ce sont sensiblement les mêmes monastères que nous retrouvons dans des actes de 1316 ou de 1322, avec ceux de Xéropotamou, de Xénophon et de Docheiariou, déjà cités93. Le monastère d’Esphigménou, un des plus anciens de la Sainte Montagne, semble avoir acquis une place éminente sur l’Athos dès le xie siècle, mais a surtout bénéficié de la sollicitude de Michel VIII qui lui concéda deux chrysobulles en 1258‑1259 ; dans ces actes, le monastère est qualifié de sébasmia et de sébasmia monè tès basileias mou94.

  • 95 Actes de Lavra, I, n° 7, l. 23, 28, 39, 45, 56‑57, 60 (Regesten, I, 1, n° 760).
  • 96 Actes de Lavra, I, n° 5 (Regesten, I, 1, n° 706, en 964) ; Actes de Chilandar, I, n° 4 (1198). Pou (...)

32Pour les monastères impériaux de l’Athos, comme pour les fondations impériales de Constantinople, le titre de basilikè monè n’est pas systématiquement mentionné après sa première apparition, sans qu’il soit possible de déterminer les raisons de sa présence ou de son absence. Si, en 964, Nicéphore II Phocas s’attache à désigner Lavra comme étant son monastère personnel, Basile II et Constantin VIII, dans un contexte pourtant similaire, préfèrent insister sur le caractère nouveau de cette fondation qu’ils qualifient systématiquement de « nouvelle Laure »95. L’état de la documentation explique en grande partie ce constat ; pour Iviron, peu d’actes du xiie siècle et du début du xiiie siècle ont été conservés et aucun acte du xiie siècle n’a été conservé pour le monastère de Vatopédi. Enfin, nous ne retrouvons le titre de basilikè monè que dans les actes les plus solennels, les chrysobulles de fondation notamment, tels ceux de Nicéphore II pour Lavra en 964 et d’Alexis III pour Chilandar en 1198. Pour l’Athos toujours, parmi les actes du prôtos, seuls les plus importants précisent le statut des monastères impériaux96.

Les monastères de province

33En dehors de l’Athos, quelques grands monastères nous sont bien connus grâce à la conservation de leurs archives. Ces archives témoignent de la continuité et de l’importance de la sollicitude impériale à leur égard, et nous seront d’une aide précieuse pour éclairer, dans le chapitre suivant, les enjeux du patronage impérial, notamment la difficile question de l’immunité byzantine. L’intérêt des souverains se portait également vers des fondations plus modestes, du fait, le plus souvent, de leurs relations personnelles et spirituelles avec les moines qui les avaient fondés. Il était également dans l’intérêt du pouvoir impérial de rappeler son autorité dans les régions situées aux marges de l’Empire, en Italie et à Chypre, par l’intermédiaire d’une sollicitude particulière à l’égard des fondations grecques de ces régions.

  • 97 Selon Michel le Syrien, l’empereur « bâtit quatre‑vingt‑seize églises, douze monastères et quatre (...)
  • 98 Théophane Continué, p. 430 (Regesten, I, 1, n° 620). Sur cette Sainte Montagne, voir Janin 1975, p (...)
  • 99 Vie de Paul le Jeune, chap. 28, p. 122, l. 10‑16, chap. 37, p. 127 ; Épistoliers byzantins du xe s (...)
  • 100 Actes du Latros, p. 290‑329 (voir notamment l’acte de 1196, p. 305‑307) ; MM, 6, p. 30‑32 (1087), (...)
  • 101 Actes du Latros, p. 323, l. 1‑8, p. 324, l. 14, p. 326, l. 26‑29, p. 327, l. 19‑21 (Regesten, I, 1 (...)
  • 102 Vie de Paul le Jeune, chap. 30, p. 123. Cf. Janin 1975, p. 442, n° 5.
  • 103 L’échange de terres intervint dès avant 955 (Actes du Latros, p. 307‑309), mais suscita plusieurs (...)
  • 104 Actes du Latros, p. 329 (1143 ?), p. 319, l. 17‑19 (1189), p. 320‑322 (Regesten, I, 2, n° 1633, en (...)

34En Asie Mineure, des fondations monastiques impériales sont attestées en Asie Mineure dès les ivevie siècles, notamment sous le règne de Justinien Ier (527‑565), mais leur statut juridique est alors difficile à saisir en raison du silence de la documentation97. Deux grands centres monastiques sont en revanche bien documentés, le massif du Latros (ou Latmos), en Carie, et le Mont Galèsion, au nord d’Éphèse. Le massif du Latros, au nord‑ouest de Milet, bénéficia de la générosité de plusieurs empereurs à partir du xe siècle. Refuge d’ermites, cette Sainte Montagne abritait plusieurs monastères et figure dans la liste des centres monastiques importants auxquels Romain Ier Lécapène concéda, peu avant sa mort en 944, un solemnion destiné à couvrir les besoins des moines98. Plusieurs éléments nous invitent à considérer la laure de Stylos comme une basilikè monè et à proposer une comparaison entre le Latros et l’Athos, dans les limites que nous imposent les sources. La réputation spirituelle du Latros fut surtout le fait de Paul le Jeune († 955), qui fonda la laure de Stylos dans les années 920 et devint l’un des directeurs spirituels de Constantin VII (913‑959) ; l’empereur sollicita son avis au sujet d’une expédition en Crète, en 948, et lui demanda à plusieurs reprises de prier pour le succès des armées byzantines99. Les actes conservés montrent que le monastère a étendu son domaine foncier entre le xe et le xiiie siècle, principalement dans la région du Latros, et possédait à Constantinople des immeubles de rapport et un terrain à bâtir. Il est possible également que le monastère ait possédé un ou plusieurs bateaux à la fin du xie siècle, du temps de l’higouménat de Christodoulos, qui fonda plus tard le monastère de Patmos100. L’origine de ces divers biens n’est que rarement précisée, mais nous pouvons réunir les informations suivantes qui soulignent le rôle de l’empereur dans la constitution des biens de Stylos. Au début du xiie siècle, les moines affirmaient détenir une oliveraie située à Mesingoumion, près de Larymon, par donation de Léon VI (886‑913) ; cette datation est erronée, car la laure n’a été fondée que dans les années 920101. En outre, l’auteur de la Vie de Paul le Jeune n’aurait pas manqué de souligner les relations du saint avec Léon VI. Nous pouvons toutefois supposer que les moines gardaient le souvenir d’une donation impériale, même si celle‑ci ne remontait pas au règne de Léon VI ; les relations de Paul le Jeune avec Constantin VII indiqueraient plutôt le milieu du xe siècle. Avant le décès de Paul, en 955, les relations personnelles du moine avec un certain Michel, pronoète des domaines impériaux du thème des Thracésiens, valurent à la laure d’être dotée en terres impériales, mais nous n’en connaissons pas précisément la localisation102. Avant 955 également, les moines de Stylos obtinrent cent nomismata des moines de Lamponion‑Kellibara, monastère voisin du Latros, dans le cadre d’un échange de terres, somme qu’ils investirent dans l’achat de bufflesses. L’empereur Basile II dut intervenir à la suite de cet échange qui ne mettait pas fin aux problèmes de voisinage et ordonna, en 985, que les limites de propriété entre les deux monastères soient respectées. Un chrysobulle de la fin du xie siècle, probablement de Michel VII (1071‑1078), confirma au monastère la possession de ses divers biens103. Un raid effectué avant 1127 provoqua la perte de plusieurs biens, dont l’oliveraie de Mesingoumion, mais les moines obtinrent la restitution de leurs terres occupées par les paysans au cours du xiie siècle ; en 1189, dans un acte de confirmation des droits du monastère, le duc du thème de Mylassa et de Mélanoudion cite des proasteia, des métoques, des parèques et des salariés qui lui ont été donnés par le « saint empereur » pour le salut de son âme. En 1195, sur requête des moines, l’empereur (Isaac II ou Alexis III) confirma les droits du monastère sur l’oliveraie de Mesingoumion et sur un domaine situé à Kyparission, et intervint à plusieurs reprises pour rappeler les droits des moines, en particulier sur un domaine nommé Alexandreion, dans le thème de Mylasa, qui provenait des terres du fisc104.

  • 105 Actes du Latros, p. 329, l. 6 (1143 ?), p. 317, l. 7 (1175), p. 319, l. 7‑8, 20‑21 (1189), p. 323, (...)
  • 106 Ce titre avait été porté déjà par Christodoulos, désigné par le patriarcke Kosmas Ier (1075‑1081) (...)

35Dans les actes de cette période, la fondation de Stylos est fréquemment qualifiée de sébasmia monè par les moines, les fonctionnaires du thème, le patriarche de Constantinople et l’empereur, mais une seule fois de sébasmia basilikè monè, dans un acte de 1189 du duc du thème, Basile Vatatzès105. Le monastère de Stylos détenait une position éminente au sein des monastères du Latros, et son higoumène était, en 1222, l’archimandrite des communautés de la montagne, mais cette position fut contestée par le monastère de Lamponion‑Kellibara, et l’empereur dut, à la fin du xiiie siècle, imposer la candidature de l’higoumène de Stylos comme archimandrite du Latros ; les deux ordonnances impériales qui ont trait à cette affaire qualifient le monastère de sébasmia monè afin, sans doute, d’en affirmer la prééminence sur le monastère de Lamponion‑Kellibara106. Comme nous le verrons plus loin avec les monastères de l’Athos, l’intervention de l’empereur dans les affaires du Latros est un indice supplémentaire du statut impérial de la laure de Stylos.

  • 107 Vie de Lazare de Galèsion, chap. 47, p. 524, chap. 49‑50, p. 524‑525, chap. 52‑58, p. 525‑528, cha (...)
  • 108 Vie de Lazare de Galèsion, chap. 217, p. 574, chap. 245, p. 584‑585, chap. 253, p. 588. Voir les c (...)
  • 109 Vie de Lazare de Galèsion, chap. 230, p. 579, chap. 245, p. 584‑585, chap. 248, p. 586. Cf. Bouras (...)

36Au nord d’Éphèse, sur le Mont Galèsion, se trouvaient les fondations de Lazare le Stylite († 1053) : le monastère du Sauveur, réservé aux eunuques, le monastère de la Théotokos et le monastère de la Résurrection, qui était l’établissement principal de ce centre monastique. Lazare avait également fondé un couvent de femmes, Eupraxia, au pied de la montagne et contrôlait plusieurs petites fondations disséminées dans les environs du Galèsion, dont le monastère de Pausolypè, probablement un monastère de femmes, financé par la maîtresse de Constantin IX (1042‑1055), Marie Skléros, qui donna sept cent vingt nomismata pour sa construction107. Dans les années 1040, Lazare associa au Galèsion un nouveau monastère, la Théotokos de Bessai, fondé sur un domaine impérial donné par Constantin IX Monomaque et, à la fin de sa vie, Lazare donna à Bessai le premier rang parmi ses fondations, de façon à soustraire les revenus des monastères du Galèsion de la métropole d’Éphèse ; ce procédé lui aurait été suggéré de façon autoritaire par l’empereur lui‑même qui, appuyé par une partie des moines de Bessai, voulait ainsi assurer la pérennité des fondations de Lazare108. Le monastère de Bessai n’est jamais qualifié de basilikè monè par les sources, mais son statut impérial est possible du fait de la donation par Constantin IX d’une terre impériale pour la nouvelle fondation et en raison du rôle déterminant de l’empereur dans son développement. Selon la Vie de Lazare de Galèsion, le monastère de la Résurrection aurait aussi bénéficié de l’aide de Constantin IX sous la forme d’une importante quantité d’or. Il semblerait toutefois que cet épisode ait été inventé par les moines de la Résurrection, dont faisait partie l’hagiographe de Lazare, afin d’affirmer leurs droits face au monastère de Bessai dont ils contestaient la prééminence109. Retenons que le souvenir d’un financement impérial était suffisamment diffus au sein des communautés du Galèsion pour permettre aux moines de la Résurrection de s’en prévaloir.

  • 110 Synaxaire de Constantinople, col. 724, l. 41‑45 ; Pseudo‑Syméon, p. 713‑715 (voir la traduction de (...)
  • 111  Typikon d’Élegmoi, prologue, p. 716‑717, chap. 4, p. 724, chap. 5, p. 725‑726, chap. 37, p. 752 (R (...)
  • 112 De Meester 1949, p. 119 ; Mango 1966, p. 175‑176 ; Angold 1995, p. 300 ; Tunay et al. 1998, p. 67‑ (...)
  • 113 Georges Pachymère, IV, p. 657, l. 1‑3.

37En Bithynie, les monastères des Nossioi et d’Élegmoi peuvent être considérés comme impériaux du fait du rôle de l’empereur dans leur fondation ou leur rénovation. Le monastère des Nossioi (ou Nossiai), en Bithynie, fut fondé par Léon VI en 912 pour son parakoimomène, l’eunuque Constantin. Nous savons peu de chose sur cet établissement qui fut donné à la grande fondation impériale du Pantocrator, à Constantinople, en 1136, mais un sceau du xie siècle confirme qu’il était de statut impérial110. Le monastère d’Élegmoi ou d’Héliou Bômôn, dont les origines remontent au ixe siècle et qui a servi à plusieurs reprises de prison sous le règne des empereurs macédoniens, a bénéficié du patronage des Comnènes, en particulier de Manuel Ier Comnène. L’histoire du monastère avant le xiie siècle est mal connue, mais son typikon nous apprend qu’il fut rénové en 1162 par le mystikos Nicéphore avec l’aide de Manuel Ier ; l’empereur octroya à cette occasion une rente annuelle de cent nomismata pour les travaux de restauration et l’entretien des moines. Manuel Ier autorisa également Nicéphore à récupérer des biens perdus par le monastère à une date inconnue, notamment des livres et de la vaisselle sacrée qui appartenaient aux moines avant la ruine de leur maison et qui étaient conservés à Sainte‑Sophie. Le rôle de Nicéphore dans la restauration du monastère d’Élegmoi n’est pas anodin, car le mystikos semble avoir été, au xiie siècle, le responsable du patronage impérial des institutions ecclésiastiques et monastiques. Le typikon mentionne la présence de vingt moines, mais n’exclut pas une augmentation conséquente grâce à une amélioration des revenus du monastère111. D’autres éléments indiquent que le monastère possédait une position éminente dans sa région et qu’il bénéficiait de l’attention particulière de l’empereur. Une épitaphe de 1196 désigne le supérieur du monastère, Jean (ou Joachim), comme l’archimandrite du Mont Olympe, et une épitaphe de 1209 mentionne un moine Antoine, Andronic Kontostéphanos dans le monde, membre de l’une des plus éminentes familles de l’Empire, apparentée à la dynastie impériale depuis Manuel Ier Comnène112. La présence de l’un de ses membres au monastère d’Élegmoi suggère que cette famille faisait partie de ses protecteurs et qu’elle pouvait intercéder en sa faveur auprès de l’empereur. Malgré ce puissant soutien, le monastère d’Élegmoi semble avoir décliné au cours du xiiie siècle, car il apparaît au xive siècle comme métoque du monastère de la Théotokos Péribleptos, à Constantinople113.

  • 114 La générosité des impératrices est rappelée par deux chrysobulles de 1048 et de 1079, voir MM, 5, (...)
  • 115 JGR, I, p. 615‑618 (Regesten, I, 2, n° 861‑862, en 1044), p. 628 (Regesten, I, 2, n° 865, en 1045) (...)
  • 116 La tradition monastique au sujet du katholikon est rapportée par Nicéphore de Chio 1804, p. 87, vo (...)

38Les monastères de Chio, dit la Néa Monè, et de Patmos, dédié à saint Jean le Théologien, font partie des établissements monastiques byzantins les mieux documentés. Fondé peu avant 1042 par deux moines, Nicétas et Jean, grâce à la générosité des impératrices Zoé et Théodora114, la Néa Monè de Chio a été protégée en particulier par Constantin IX Monomaque (1042‑1055). L’empereur versa aux moines de Chio soixante livres d’or, une somme considérable destinée à acquérir le vaste domaine de Kalothèkia en Asie Mineure, dans la région de Smyrne, dont la superficie a été évaluée à près de 20 000 modioi de terres de qualité variable. L’empereur ajouta à ce domaine une terre du fisc, le chôrion d’Eucheia, une rente annuelle d’une livre d’or, soit soixante‑douze nomismata, plusieurs exemptions fiscales, des parèques et divers privilèges. En 1054, il accorda au monastère une rente annuelle de mille modioi de blé prélevés sur les biens de Bessai, près d’Éphèse, somme qui nous permet d’évaluer approximativement le nombre de moines à soixante‑six, au milieu du xie siècle, sur la base de quinze modioi de blé par an et par moine115. Le katholikon que l’on peut admirer encore aujourd’hui fut construit durant le règne de Constantin IX ; selon la tradition monastique, le plan était inspiré d’une église de la capitale et elle aurait été construite par des architectes de Constantinople. S’il est difficile de reconnaître un style spécifiquement constantinopolitain dans son architecture, la qualité de son décor et surtout de ses mosaïques est sans doute due à des artistes venus de la capitale sous le règne de Constantin IX. L’empereur lui‑même serait peut‑être représenté dans une mosaïque du naos, sous les traits de Salomon, avec une courte barbe noire. Le réfectoire date également de cette première période de l’histoire du monastère, ainsi que la tour défensive, la citerne et le cimetière des moines ; le réfectoire pouvait accueillir une cinquantaine de moines. Les cellules des moines, plusieurs fois restaurées ou même reconstruites, n’apportent aucun indice supplémentaire au sujet du nombre de moines à l’époque byzantine116.

  • 117 Michel Psellos, Orationes forenses et acta, p. 18‑22. Sur cette affaire, voir p. 79.
  • 118 MM, 5, p. 447‑448 (Regesten, I, 2, n° 939b) ; JGR, I, p. 638‑639 (Regesten, I, 2, n° 947, en 1060) (...)
  • 119 Chrysobulle de Michel VII Doukas, JGR, I, p. 642 (Regesten, I, 2, n° 987, en 1072) ; chrysobulle d (...)

39Le développement de la Néa Monè fut freiné par une accusation de prophétisme, sous le règne de Théodora (1055‑1056) ; les moines fondateurs, Nicétas et Jean, furent accusés d’organiser des cérémonies divinatoires avec l’aide d’une femme, Dosithée, cérémonies auxquelles aurait également participé le patriarche Michel Cérulaire. L’impératrice ordonna la confiscation des biens du monastère, qui furent rattachés à un domaine impérial, et l’exil des moines117. Isaac Ier Comnène (1057‑1059), par un chrysobulle non daté, réhabilita les moines et ordonna la restitution de leurs biens. Son successeur, Constantin X Doukas (1059‑1068), confirma au monastère ses donations et privilèges et promulgua plusieurs actes afin de garantir les rentes et revenus de la Néa Monè118. Les empereurs suivants confirmèrent les chrysobulles de leurs prédécesseurs sans modifier de façon notable les possessions et les privilèges du monastère119. Dans son chrysobulle de confirmation, Nicéphore III soulignait qu’il s’inscrivait dans la continuité de ses prédécesseurs, Constantin IX Monomaque, Isaac Ier Comnène, Romain IV Diogène et Michel VII Doukas :

  • 120 MM, 5, p. 8, l. 1‑7, voir aussi les l. 10‑12. La situation de Nicéphore III n’était pas, en effet, (...)

Si ceux qui pratiquent la vie monastique dans l’île de Chio autour du saint monastère (phrontistèrion) appelé Néa Monè, qui est vénéré avec grande piété et foi au nom de notre très pure maîtresse la Mère de Dieu, ont reçu en quantité de magnifiques dons, des grâces et divers bienfaits des empereurs précédents, dignes de mémoire, et s’ils ont reçu ces grâces comme venant de quelque tribut de ces âmes vénérables et véritablement les plus impériales, ils sont beaucoup plus dignes d’obtenir aussi de notre Pouvoir des biens plus abondants et une aide plus importante120.

  • 121 MM, 5, p. 8, l. 15‑16. Sur les liens de Constantin IX avec les moines et en particulier avec la Né (...)
  • 122 Au sujet de la conquête des îles nord‑égéennes et de Rhodes par Tzachas, voir Anne Comnène, livre  (...)
  • 123 MM, 5, p. 10‑13 (Regesten, I, 3, n° 1870, en 1259) ; JGR, I, p. 667, l. 17, et p. 668, l. 51 (Rege (...)

40Selon Nicéphore Botaniate, les « divers bienfaits » accordés par les empereurs précédents, à savoir la rente annuelle, l’allocation de blé, les exemptions fiscales et la dévolution de la capitation des familles juives de Chio, avaient été « jetés au fond de l’oubli » du fait du passage du temps. L’état de la documentation suggère surtout que le monastère ne recouvra jamais totalement la prospérité qui était la sienne avant sa condamnation en 1056, sous le règne de Théodora, et que son destin était étroitement lié à la protection de Constantin IX Monomaque ; le décès de ce dernier, en 1055, semble avoir mis un coup d’arrêt à l’expansion de la Néa Monè. L’empereur, dont la piété et la générosité à l’égard des monastères sont soulignées par les chroniqueurs, était en effet proche des moines de Chio, en particulier des fondateurs du monastère, Nicétas et Jean qui, selon la tradition monastique, avait prédit à Constantin Monomaque son accession au trône121. L’histoire de l’île de Chio, qui fut conquise en 1089 par l’émir de Smyrne, Tzachas, puis par les Vénitiens en 1124‑1125 et de nouveau en 1171‑1172, explique sans doute l’absence de documentation pour la Néa Monè au xiie siècle122. Il est possible également que les Comnènes se soient peu intéressés à ce monastère, au contraire des Paléologues qui, dans leur reconquête de l’Empire byzantin, n’oublièrent pas de resserrer leurs liens avec les îles de l’Empire. Michel VIII (1259‑1282) promulgua ainsi un chrysobulle de confirmation des propriétés du monastère, en 1259 ; la liste des propriétés montre que le monastère détenait alors d’importants domaines dans l’île de Chio, ce qui n’est pas attesté pour le xie siècle, un métoque à Pérama, sur la côte de l’Asie Mineure, et des biens en Thessalie. Un chrysobulle d’Andronic II Paléologue en 1289, qui qualifie le monastère de sébasmia monè, célèbre la reconquête byzantine de l’île de Chio précisément par la confirmation des privilèges du monastère123.

  • 124 Hypotypôsis de Christodoulos de Patmos, chap. 6‑7, p. 62‑63 ; Actes de Patmos, I, n° 4 (Regesten, (...)
  • 125 Actes de Patmos, I, n° 6 (Regesten, I, 2, n° 1147, voir texte 7, p. 228), voir notamment les l. 23 (...)
  • 126 Actes de Patmos, I, n° 8 et p. *61 (Regesten, I, 2, n° 1296). En 1176, à la demande des moines de (...)
  • 127 Le chrysobulle d’Alexis Ier, perdu, est mentionné dans un inventaire de documents mis de côté par (...)
  • 128 Actes de Patmos, I, n° 18 (1099 ou 1114). Le recenseur des Cyclades, Christophoros Kopsènos, sur o (...)
  • 129 L’exemption portait initialement sur un tonnage modeste de cinq cents modioi en 1088 (Actes de Pat (...)
  • 130 Testament de Christodoulos de Patmos, p. 82, l. 6‑9, p. 84, l. 4‑6. Cf. Saint‑Guillain 2001, p. 16 (...)
  • 131 MM, 6, p. 144‑146. Ce texte, qui a été daté par les éditeurs de la fin du xiie siècle, mais qui a (...)
  • 132 Orlandos 1970, p. 92, 267, 317 ; Bouras 1988, p. 26‑29, et 1989, p. 139‑141 ; Mouriki 1980‑1981, p (...)

41La fondation de Saint‑Jean‑le‑Théologien de Patmos bénéficia d’un patronage continu de la part des Comnènes. Son fondateur, Christodoulos, un ancien moine du Latros, avait déjà fondé auparavant un monastère à Cos dédié à la Théotokos et doté par Nicéphore III Botaniate puis par Alexis Ier Comnène124. La fondation du monastère de Patmos, en 1088, fut également soutenue dès ses origines par l’empereur : Alexis Ier délivra au moine un chrysobulle qui lui concédait l’intégralité de l’île de Patmos et qui contenait une longue liste d’exemptions fiscales portant sur les terres, les parèques et les animaux du monastère. Dès sa fondation, le monastère de Saint‑Jean‑le‑Théologien possédait ainsi l’île de Patmos, l’îlot de Leipsô, deux domaines sur l’île de Léros, à proximité de Patmos, et peut‑être déjà quelques biens attestés dans le typikon de Christodoulos, en 1091, soit un total de 70 000 à 90 000 modioi de terres de qualité variable. Alexis Ier avait cependant interdit aux moines d’accroître leurs biens fonciers, et le monastère ne fit pas d’autres acquisitions avant 1196, date à laquelle les moines obtinrent d’Alexis III Ange (1195‑1203) le métoque de Saint‑Nicolas de Psychros, dans la région de Réthymnon, en Crète125. Peu après la mort de Christodoulos et à la demande de l’higoumène de Patmos, Joseph Iasitès, Alexis Ier avait ordonné aux ducs de Crète de fournir le monastère en blé. Ce chrysobulle est perdu, mais nous en avons connaissance par un chrysobulle de Jean II Comnène, en 1119 ; il s’agissait de trois cents modioi de blé, qui furent remplacés en 1176 par une rente en numéraire de cent quarante‑quatre nomismata par an126. Alexis Ier avait également attribué aux moines une rente annuelle de vingt‑quatre nomismata, qui fut augmentée par Jean II, portant le total à cinq cents modioi. Manuel Ier Comnène, sans doute en 1144 ou 1145, porta le total à sept cents modioi de blé et quarante‑huit nomismata127. Le monastère possédait en outre des parèques exemptés de toute taxe128 et des exemptions importantes pour ses bateaux, qui assuraient les liaisons avec les îles avoisinantes, les divers métoques et domaines disséminés en mer Égée et en Asie Mineure129. L’hypotypôsis de Christodoulos nous apprend que ces bateaux pouvaient être également prêtés à des capitaines auxquels les moines confiaient une somme d’argent à faire fructifier ; cet usage annonce les contrats de nolisement mentionnés, pour les bateaux de Patmos, par des actes vénitiens du xive siècle130. La quantité de blé et d’argent allouée chaque année au monastère de Patmos correspond approximativement au nombre de moines. Le premier écrit de Christodoulos, l’Entalma et parainésis, mentionne vingt‑deux moines pour les années 1088‑1093, mais nous pouvons penser que ces derniers étaient plus nombreux, car la liste de moines n’est pas exhaustive. En 1157, le testament de l’higoumène Théoktistos était signé par soixante‑seize moines et, à ce moment‑là, la rente frumentaire que recevaient les moines s’élevait à sept cents modioi, ce qui permettait de nourrir environ quarante‑six moines. Les quarante‑huit nomismata versés également par l’empereur chaque année permettaient probablement aux moines de compléter la quantité de blé nécessaire à leur entretien. En 1196, le monastère rassemblait cent cinquante moines et recevait cent quarante‑quatre nomismata à la place de la rente frumentaire, somme qui couvrait une bonne partie des besoins des moines131. À la fin du xiie siècle, sous l’higouménat d’Arsénios (1183/1186‑1203/1206), le katholikon et le réfectoire furent agrandis, et deux nouvelles chapelles furent construites, la chapelle de la Vierge et la chapelle de Christodoulos, accolées toutes deux au katholikon du côté sud ; la chapelle de la Vierge était dédiée à Léontios, le prédécesseur d’Arsénios, élevé au patriarcat de Jérusalem en 1176. La qualité des fresques peintes sous l’higouménat d’Arsénios, ainsi que leur style monumental et aristocratique, témoigne de la valeur des peintres qui les ont exécutées et qui venaient probablement des ateliers de Constantinople. Il est possible que les travaux aient été financés en partie par Léontios qui, ne pouvant occuper son siège de Jérusalem, résidait à Constantinople132.

  • 133 Pour les actes impériaux, voir les Actes de Patmos, I, n° 6, l. 27 (Regesten, I, 2, n° 1147, en 10 (...)
  • 134 Voir notamment les Actes de Patmos, I, n° 12 (1201), l. 16, n° 23, l. 1, n° 13 (1221), l. 6‑7, n°  (...)
  • 135 Actes de Patmos, I, n° 31 (vers 1259), l. 1, 11, n° 29 (1262), l. 1, n° 32 (1263), l. 3, n° 33 (12 (...)
  • 136 Actes de Patmos, II, n° 70, l. 37. Michel Basilikiôtès, « serviteur de l’impératrice » (l. 46), n’ (...)

42Les archives de Saint‑Jean‑le‑Théologien de Patmos contiennent les plus nombreuses et les plus précoces occurrences du qualificatif honorifique de sébasmia monè. À l’exception des rares exemples fournis par les monastères de Constantinople, nous avons vu en effet que ce qualificatif, comme celui de basilikè, est attesté surtout au xiiie siècle, en particulier dans les archives athonites. Le monastère de Patmos représente cependant un cas de figure exceptionnel, car il est qualifié de sébasmia monè dans quatorze de ses actes conservés, entre 1088 et 1203. La relative bonne conservation de ses archives explique en partie ce constat, mais cette expression est employée presque systématiquement pour désigner le monastère, aussi bien par les empereurs que par ses fonctionnaires et par le patriarche de Constantinople133. Le xiiie siècle fut une période d’expansion du monastère, qui acquit des biens sur l’île de Cos, en Crète et en Asie Mineure, dans la vallée du Méandre ; les empereurs ont soutenu activement ce développement par une série de donations de terres et de métoques, et la riche documentation du monastère le qualifie alors presque systématiquement de sébasmia monè134. La fréquence de ce qualificatif souligne l’importance de la fondation, mais le statut de monastère impérial n’est pas attesté avant le xiiie siècle ; la fondation est qualifiée de sébasmia monè tès basileias mou par Michel VIII (1259‑1282), par son épouse, Théodora, puis par son successeur, Andronic II (1282‑1328). Les actes émanant des fonctionnaires sanctionnent cet usage en désignant le monastère par l’expression de sébasmia basilikè monè135. Dans l’un de ces actes, en 1270, le monastère est qualifié de σεβασμία καὶ δεσποινικὴ μονή, expression dont nous n’avons pas d’autres occurrences et qui fait référence à l’impératrice, la despoina, Théodora, qui donna l’ordre à Michel Basilikiôtès de procéder à la confirmation des droits de Saint‑Jean-le-Théologien de Patmos sur certains biens de l’île de Cos136.

  • 137 Cartulaire de l’Éléousa, n° 1, p. 25‑27 (Regesten, I, 2, n° 1124), n° 2, p. 28‑30 (Regesten, I, 2, (...)
  • 138 Cartulaire de l’Éléousa, n° 3, p. 30, l. 25‑26 (au sujet de Jean II), n° 6, p. 32‑33 (Regesten, I, (...)
  • 139 Cartulaire de l’Éléousa, n° 5, p. 31, l. 4 ; Actes d’Iviron, III, n° 56, l. 7‑8.
  • 140 Cartulaire de l’Éléousa, n° 1, p. 27, l. 3‑8 ; Typikon de l’Éléousa, chap. 3, p. 71, l. 30‑p. 72, (...)
  • 141 Actes d’Iviron, III, n° 57, l. 24, et p. 6‑7.
  • 142 Corpus des sceaux de l’Empire byzantin, V, L’Église, 2, n° 1242, 3, n° 1936 ; A collection of Date (...)
  • 143 Actes de Vatopédi, I, n° 49 (1317), l. 78 ; Actes d’Iviron, III, n° 76 (1320), l. 1, 8‑9 ; Actes d (...)

43Nous connaissons assez bien les monastères du nord de la Grèce grâce aux archives de l’Athos. Le monastère d’Iviron possède plusieurs actes qui concernent le monastère de la Théotokos Éléousa fondé dans la région de Strumica, en Macédoine, en 1080. Nous reviendrons plus loin sur l’ambiguïté du statut de ce monastère qui, fondé par l’évêque de Strumica, n’en était pas moins une fondation privée et indépendante de toute autorité ecclésiastique. Retenons ici qu’en 1085 Alexis Ier donna à Manuel, le fondateur du monastère, cinq cents modioi de terres exemptées des taxes secondaires, ajoutant, en 1106, douze parèques, six attelages de bœufs et l’exemption de toute charge sur le cheptel possédé par le monastère137. Jean II aurait confirmé les privilèges concédés par son père, mais l’acte a été détruit lors de l’occupation latine de la Macédoine, au xiiie siècle. Manuel Ier renouvella les dispositions d’Alexis Ier en 1152 au sujet des parèques devenus entre‑temps des zeugaratoi, augmenta les possessions du monastère jusqu’à mille modioi, étendit les exemptions dont les parèques bénéficiaient à leurs descendants et, en 1160, octroya aux moines, qui étaient alors au nombre de vingt‑trois, une rente annuelle de trente nomismata pris sur les revenus du fisc138. Le praktikon dressé en 1152 qualifie le monastère de sébasmiotatè monè et le chrysobulle de 1160 de sébasmia monè, mais nous ne relevons pas d’autres indices de l’importance du monastère dans le cartulaire139. Dans le chrysobulle de 1085, Alexis Ier précisait que le monastère était construit sur une terre impériale et nous pouvons supposer que celle‑ci avait été cédée à Manuel au moment de la fondation du monastère, en 1080, par Nicéphore III Botaniate (1078‑1081). Pourtant, le typikon rédigé entre 1085 et 1106 n’est pas clair à ce sujet : Manuel souligne qu’il a édifié le monastère avec son argent personnel sur une terre achetée par lui, mais s’inquiète des droits que pourrait exercer l’empereur sur la communauté du fait de l’origine impériale du domaine140. Ces droits pourraient être le signe d’un statut impérial, mais, en l’absence d’autres indices, il est difficile de retenir la Théotokos Éléousa parmi les monastères impériaux. Le monastère semble avoir décliné entre 1160 et 1250, car il fut donné par chrysobulle, peu avant cette date, au monastère athonite d’Iviron dont il devint un métoque141. Le Mont Chortaïtès, à l’est de Thessalonique, était un refuge d’ermites au xe siècle. Un monastère y fut édifié à une date inconnue, mais il est attesté par des sceaux du xie ou du xiie siècle, ainsi que par un acte du monastère d’Iviron, en 1104. Un certain moine Jean, higoumène du monastère de Chortaïtès, est par ailleurs connu pour être intervenu lors d’une querelle entre le patriarche de Constantinople et les moines de l’Athos au sujet de la présence de bergers valaques sur la Sainte Montagne ; il aurait été chargé de cette mission par Alexis Ier et aurait assisté aux derniers moments du patriarche Nicolas III, ce qui permet de dater l’affaire de l’année 1111142. Ce monastère est surtout connu aux xiiie et xive siècles grâce aux archives athonites, car ses biens jouxtaient ceux des grands monastères de l’Athos, Vatopédi, Chilandar et Iviron ; le monastère de Chortaïtès est ainsi qualifié de basilikè monè en 1317 et en 1320, et de sébasmia basilikè monè en 1318 et en 1348143. Les relations familières de Jean avec Alexis Ier nous permettent de faire l’hypothèse que ce monastère était déjà de statut impérial au début du xiie siècle, mais l’état de la documentation ne nous permet pas de l’affirmer.

  • 144 Corpus des sceaux de l’Empire byzantin, V, L’Église, 2, n° 1270 et 1271 ; A collection of Dated By (...)
  • 145 Typikon de la Kosmosoteira, chap. 3, p. 21, chap. 48, p. 45. Voir aussi Nicétas Chôniatès, p. 280, (...)
  • 146 Typikon de la Kosmosoteira, chap. 54, p. 46, chap. 86, p. 61‑62, chap. 89, p. 63, chap. 107, p. 69 (...)
  • 147 Typikon de la Kosmosoteira, chap. 1, p. 20, chap. 89, p. 63. Cf. Orlandos 1933, p. 3‑29 ; Asdracha (...)

44Le massif des Rhodopes, dans les Balkans, abritait plusieurs ermitages et fondations monastiques pour lesquels le patronage impérial est attesté. La Théotokos Tzintziloukiôtissa, également nommée Néa Monè, a été fondée par le moine Kosmas Tzintziloukès, directeur spirituel et homme de confiance de deux empereurs successifs au milieu du xie siècle, Michel IV et Constantin IX. Trois sceaux du xie ou xiie siècle sont connus pour ce monastère, mais seul un acte contenu dans les archives d’Esphigménou nous renseigne de façon significative ; le monastère de la Tzintziloukiôtissa y est qualifié de σεβασμία αὐτοδέσποτος βασιλικὴ μονή par un accord de 1294 établi avec des villageois voisins144. Ce monastère était connu comme impérial par les villageois de la région à la fin du xiiie siècle, probablement du fait de l’aide apportée par les empereurs au moment de sa fondation. Le monastère de la Théotokos Kosmosoteira fut fondé en 1152 par le frère cadet de Jean II, le sébastokrator Isaac, près de Vèra, en Thrace. Le typikon composé par Isaac prévoyait que le monastère abrite quatre‑vingts religieux, dont cinquante moines d’église, et s’inquiétait, comme sa mère, Irène Doukas, des effets nocifs d’une trop grande augmentation des moines sur l’ordre et la discipline cénobitiques. Au monastère étaient attachés un hospice pour les moines âgés et un hôpital qui pouvait accueillir jusqu’à trente‑six malades. La fondation d’Isaac était dotée, dès ses origines, de nombreux domaines fonciers dans la région d’Ainos, et bénéficiait d’une exemption fiscale pour ses douze bateaux, soit une capacité totale de 4 000 modioi145. Le monastère servit en particulier de lieu d’inhumation pour le sébastokrator et reçut à ce titre la visite du fils de celui‑ci, Andronic Ier, qui tenait à rappeler, nous précise Nicétas Chôniatès, l’origine héréditaire de son pouvoir et sa proche parenté avec la grande famille des Comnènes. Isaac avait prévu que ses familiers soient également inhumés dans le monastère, dans l’église ou le cimetière des moines pour Michel et Léon Kastamonitès, et à « une place d’honneur » non spécifiée pour son fils adoptif, Konstitzès146. Notons que la conservation du typikon, intéressant à plus d’un titre, ne règle pas définitivement la question des origines du monastère ; l’auteur lui‑même présente la fondation du monastère comme une rénovation. Les fondations encore visibles de l’église datent toutefois du xiie siècle et aucune source littéraire ne mentionne un monastère antérieur à 1152147.

  • 148 Vie de Niphon, p. 13, l. 1‑2. Cf. Ducellier 1981, p. 43 et n. 267, et 1987, III, p. 188‑190 ; Sous (...)
  • 149 Bodnar 1960, p. 34. Cf. Stikas 1970, p. 13‑16 ; Mouriki 1980‑1981, p. 81, n. 13. L’hypothèse de P. (...)
  • 150 Pour la fondation du monastère, voir la Vie de Luc le Jeune, chap. 66‑67, p. 121‑122, chap. 77‑79, (...)
  • 151 Pour ces fresques, voir Millet 1899, p. 21‑22, et Janin 1975, p. 311. Voir p. 104.
  • 152 Vie de Mélétios le Jeune, p. 26‑27, et p. 49, l. 16‑22 ; Michaelis Choniatae Epistulae, n° 93, l.  (...)
  • 153 Michaelis Choniatae Epistulae, n° 53, l. 17, n° 80, l. 1, n° 165, l. 55, n° 166, l. 44‑46 (Saint‑N (...)

45D’autres monastères de Grèce ont été fondés ou soutenus ponctuellement par l’empereur et témoignent de la vitalité de l’évergétisme impérial même dans les régions éloignées de la capitale. Constantin IX Monomaque (1042‑1055) aurait ainsi fondé un monastère au sud de l’actuelle Albanie, en un lieu nommé Mésopotamon ou Mésopotam en albanais. Ce monastère est mentionné par une source de la fin du xive siècle, la Vie de saint Niphon, moine du Mont Athos né dans le despotat d’Épire en 1315 et qui commença sa carrière monastique au monastère Saint‑Nicolas de Mésopotamon, « fondé par Constantin Monomaque ». Ce monastère était situé entre Bouthrote et Delvina, et des vestiges du xiiie siècle sont encore visibles, mais rien ne subsiste du xie siècle148. Le monastère d’Hosios Loukas en Phocide, réputé pour le riche décor de son katholikon, aurait également été fondé par Constantin IX selon Cyriaque d’Ancône ; voyageant en Grèce dans les années 1435‑1437, ce dernier aurait trouvé cette information dans un « vieux livre » du monastère. L’historiographie du xixe siècle voyait dans les tombeaux de la crypte des sépultures impériales et, récemment encore, on a proposé d’attribuer la fondation du monastère à Constantin VIII (1025‑1028)149. Cependant, la Vie de Luc le Jeune, composée entre 961 et 1025, indique clairement que le monastère fut fondé avant la mort du saint, en 953, et aucun élément concret ne nous permet de considérer ce monastère comme impérial. Les études archéologiques ont montré que la fondation de Luc le Jeune a bénéficié d’un soutien local, surtout lors de l’higouménat de Théodosios Léobachos au milieu du xie siècle ; issu d’une illustre famille de Thèbes, Théodosios avait assumé dans le monde des fonctions importantes et nous pouvons seulement supposer qu’il obtint l’aide ponctuelle de Constantin IX pour la rénovation du katholikon150. Le monastère de Daphni, à l’ouest d’Athènes, attesté au milieu du xie siècle, est connu surtout pour la qualité de ses mosaïques ; le travail d’ornementation du katholikon, réalisé probablement par l’un des meilleurs ateliers de Constantinople pourrait suggérer un financement impérial de la fin du xie siècle. À l’exception de deux fresques aujourd’hui disparues qui représentaient dans le narthex des empereurs couronnés, aucun élément ne confirme cette hypothèse151. Le monastère fondé vers 1081 par Mélétios le Jeune à Myoupolis, sur le Mont Kithairon, au nord de l’Attique, et nommé du nom du saint, a ainsi été en grande partie soutenu par Alexis Ier Comnène. Mélétios le Jeune était de ces moines appréciés de l’aristocratie de Constantinople et de l’entourage impérial ; il conseilla notamment à Alexis Ier (1081‑1118) de ne pas mener une expédition qu’il jugeait vouée à l’échec contre les Coumans, et l’empereur le gratifia, en remerciement, d’une rente annuelle de quatre cent vingt‑deux (ou quatre cent trente‑deux) nomismata pris sur les revenus du fisc pour sa fondation du Mont Kithairon. Ajoutons que le monastère semble avoir connu une certaine renommée, car Michel Chôniatès, archevêque d’Athènes, le désigne comme le « monastère de kyr Mélétios » et le qualifie une fois de sébasmia monè, ce qui peut témoigner de son importance dans la région152. Alexis Ier est sans doute le fondateur du monastère de Saint‑Jean‑Prodrome de Mendénitsa (Boudonitza), à six kilomètres des Thermopyles. Désignée comme « monastère du Comnène », cette fondation nous est connue par la correspondance de Michel Chôniatès qui y séjourna à la fin de sa vie entre 1217 et 1222. Ce monastère relevait, au xiiie siècle, de la métropole d’Athènes et avait été pourvu d’un métoque exempté de toute charge, le monastère de Saint‑Nicolas tou Sôzontos, probablement par Manuel Ier Comnène. Cette fondation est qualifiée seulement de vénérable par une lettre de Michel Chôniatès, mais sa désignation comme « monastère du Comnène » suggère cependant un lien étroit avec Alexis Ier et ses successeurs et nous pouvons penser qu’il s’agissait d’un monastère impérial153.

  • 154 Hill 1972, 1, p. 302‑303, n. 3 ; Galatariotou 1991, p. 57, 173 ; Armstrong 1996, p. 219, 225, 230  (...)
  • 155 Typikon de Machairas, p. 9, l. 2‑3 (pour le titre de sébasmia monè), et chap. 9 (Regesten, I, 2, n (...)

46Les monastères grecs de Chypre bénéficièrent également de l’aide impériale, même quand l’île sortit de l’orbite byzantine après sa conquête par Richard Cœur de Lion, qui la vendit à Guy de Lusignan en 1192. Le monastère de la Théotokos de Kykkos aurait été fondé par un moine dénommé Isaïe, avec l’aide de Manuel Boutoumitès envoyé par Alexis Ier Comnène à Chypre pour mettre un terme à une révolte, en 1092. Boutoumitès aurait donné trois villages au monastère et introduit Isaïe auprès d’Alexis Ier ; le moine guérit miraculeusement la fille de l’empereur, qui lui donna de l’argent et une icône de la Vierge peinte par saint Luc154. Le monastère de la Théotokos de Machairas est mieux connu grâce à son typikon. Ce monastère fut fondé au milieu du xiie siècle par deux moines palestiniens, Néophytos et Ignace, avec l’aide de Manuel Ier Comnène. Malgré l’usurpation d’Isaac Comnène, en 1184, le monastère garda de bonnes relations avec le pouvoir impérial et obtint confirmation de ses privilèges d’Isaac II Ange (1185‑1195, 1203‑1204) puis d’Alexis III Ange (1195‑1203) ; le typikon du monastère qualifie la fondation de sébasmia monè155.

  • 156 Pour le patronage normand en général, voir les documents contenus dans les Actes normands de monas (...)
  • 157 Vie de Barthélémy de Siméri, chap. 25, p. 221‑222. Cf. Re 1998, p. 71‑76 ; Pertusi 1963, p. 241. S (...)
  • 158 Recueil des actes des ducs normands d’Italie (1056‑1127), I ; Les premiers ducs (1046‑1087), p. 44 (...)
  • 159 Syllabus Graecarum Membranarum, n° 27 (1033), p. 31, l. 7, 13‑14, n° 30 (1035), p. 35, l. 11, n° 7 (...)
  • 160 Syllabus Graecarum Membranarum, n° 7 (975), p. 5‑6, n° 10 (999), p. 9. Sur la population et l’orga (...)

47En Italie, les monastères grecs étaient principalement patronnés par l’aristocratie normande, dont la proximité constituait un avantage certain. Le monastère de Saint‑Philippe de Fragala, en Sicile, commémorait par d’« incessantes prières » le comte Roger Ier de Sicile (1062‑1101), et surtout son épouse Adélaïde, qui exerça la régence jusqu’en 1112156. Certains higoumènes de ces monastères grecs parvenaient cependant à susciter la générosité de l’empereur byzantin, tel Barthélémy de Siméri, qui se rendit à Constantinople entre 1110 et 1118 et reçut d’Alexis Ier Comnène des icônes, des manuscrits et de la vaisselle sacrée, pour sa fondation de Sainte‑Marie du Patir, près de Rossano157 ; ces objets, conservés et utilisés au monastère, étaient autant de témoignages de l’autorité théorique de l’empereur dans une région qui échappait alors à sa domination. Le monastère de Saint‑Élie des Salines fondé à la fin du ixe siècle par Élie le Jeune, en Calabre, est qualifié d’impérial en 1062 dans un diplôme de Robert Guiscard, duc de Pouille et de Calabre. Élie le Jeune était connu de Léon VI, selon la Vie du saint composée dans la première moitié du xe siècle, et l’empereur l’aurait notamment convoqué à Constantinople afin de solliciter ses prières dans la lutte contre les musulmans158. Ces relations suggèrent un statut impérial dès les origines du monastère, mais nous n’en avons aucun indice supplémentaire dans les sources grecques. Le monastère de Saint‑Pierre de Tarente, fondé avant 969, est qualifié d’impérial à partir de 1033, et cette épithète est employée systématiquement par les donateurs laïcs et par les moines pour désigner le monastère à partir de 1116 (τοῦ ἁγίου Πέτρου τοῦ βασιλικοῦ)159. Ce que nous savons de ce monastère permet de confirmer son statut impérial : un acte de 975 atteste qu’il était placé sous l’autorité directe du catépan d’Italie, ce qui témoigne de l’intérêt de l’empereur pour une fondation située dans une ville peuplée en partie par des Lombards et placée sous l’autorité ecclésiastique d’un évêque, puis d’un archevêque, latin. Un acte de 999 nous apprend que le monastère fut donné, probablement en charistikè, au spatharocandidat Christophe Bochomakè – et nous verrons plus loin que la concession de monastères à des laïcs en charistikè ou sous la forme d’une dévolution de revenus est un élément significatif du statut monastique impérial160.

  • 161 Voir le Testament de Grégoire de Fragala, version A, p. 191, version B, p. 197‑199, et version C, (...)
  • 162 Vie de Barthélémy de Siméri, chap. 30, p. 226 ; Typikon du Saint‑Sauveur de Messine, chap. 1‑3, p. (...)

48Le pouvoir normand exerçait également un patronage sur certains monastères grecs d’Italie dont le statut était analogue à celui des monastères impériaux byzantins. Le monastère de Saint‑Philippe de Fragala, situé dans le Val Demone, en Sicile, a probablement été fondé au début du xie siècle, alors que la Sicile était encore sous domination arabe. Peu après la conquête normande de la Sicile, le monastère fut restauré par Roger Ier, comte de Sicile (1062‑1101), puis par Adélaïde, son épouse, qui exerça la régence jusqu’en 1112 ; Grégoire, supérieur du monastère et auteur de trois testaments entre 1096 et 1105, put ainsi entreprendre plusieurs constructions et rénover le katholikon. Entre 1090 à 1192, les comtes et les rois de Sicile ont concédé plusieurs privilèges au monastère de Fragala qui était placé sous leur autorité directe161. En 1133, Saint‑Philippe, comme les autres monastères grecs de Sicile, fut subordonné au monastère du Saint‑Sauveur de Messine fondé par Roger II en 1122. La nouvelle fondation royale, confiée à Luc de Messine, disciple de Barthélémy de Siméri, avait pour fonction de regrouper et d’organiser les monastères grecs de Sicile sous l’autorité de son supérieur ; celui‑ci, élevé à la dignité d’archimandrite par le roi, était soustrait à la juridiction de l’évêque latin de Messine. Le monastère du Saint‑Sauveur de Messine fut doté de nombreuses propriétés foncières et obtint plusieurs privilèges qui en firent une institution économique de première importance en Sicile jusqu’au milieu du xiiie siècle162.

49Certains monastères privés ont ainsi pu prospérer grâce à la générosité particulière de l’empereur, en particulier à Constantinople, en Asie Mineure, à Chio et à Patmos. Si certains souverains ont cherché à limiter l’expansion domaniale des grands établissements monastiques, la sollicitude impériale s’est maintenue sur le long terme en empruntant différentes formes, notamment sous le règne des Comnènes qui ont préféré les dotations en numéraire à l’octroi de propriétés foncières. Les monastères patronnés par le pouvoir impérial n’étaient pas nécessairement de grande taille ; le nombre de moines, souvent difficile à évaluer en raison des contradictions entre les typika et les sources littéraires, ne saurait être un critère suffisant pour évaluer leurs dimensions. L’architecture et le décor des monastères dont les restes sont encore visibles ou qui sont encore en activité, tels les monastères d’Hosios Loukas et de Daphni, en Grèce continentale, peuvent témoigner en revanche de leur richesse et de leurs liens avec les artistes et artisans de la capitale.

50Nous constatons, à l’issue de cette étude, que le titre de basilikè monè n’est que rarement employé pour désigner les monastères fondés par l’empereur ou par un membre de la famille impériale. Ce constat s’explique en grande partie par la perte des archives de ces monastères et par la nature des sources conservées ; le statut impérial n’était pas mis en avant, dans les typika, par les fondateurs des monastères qui avaient plus à cœur de définir le mode de vie des moines, leurs devoirs liturgiques et leurs relations avec l’évêque du lieu, même quand ces fondateurs faisaient partie de la famille impériale. Les sources littéraires, poèmes et chroniques, ajoutent parfois le qualificatif d’impérial pour désigner certains monastères et cette précision accompagne le plus souvent le récit d’un épisode historique qui témoigne des liens particuliers de ces monastères avec le pouvoir impérial, emprisonnement des opposants politiques de l’empereur, retraite des princesses impériales ou inhumation des membres de la famille régnante. Nous verrons, dans le chapitre suivant, que ces liens particuliers sont les indices de l’exercice d’une autorité directe de l’empereur sur ces monastères, autorité qui caractérise précisément les monastères impériaux.

Notes

1 Cette épithète, utilisée comme synonyme d’augustus, est attestée dans les inscriptions romaines jusqu’au iie siècle, date à laquelle elle disparut au profit d’autokratôr, voir Mason 1974, p. 12, 83, 144. Le titre de Sébastos, équivalent grec d’Augustus, désigne l’empereur jusqu’au ive siècle dans les sources épistolaires ; Rösch 1978, p. 34‑35, p. 73, p. 159‑160, n° 3 et 4, p. 161, n° 12, 13a et 13b. Pour la période byzantine, cette épithète figure notamment dans des textes hagiographiques pour qualifier des saints moines, tel Christodoulos de Patmos, voir les Actes de Patmos, I, n° 8, l. 14 (chrysobulle de 1119). Georges Pachymère, I, p. 187, l. 17, p. 217, l. 12, l’emploie au sujet de « vénérables icônes ».

2 Le chroniqueur donne cette précision au sujet d’un épisode significatif de l’histoire de ce monastère : sa donation, en 840, par l’empereur Théophile (829‑842) au césar Alexis Môsèlé, son gendre devenu moine (Théophane Continué, p. 109, l. 3‑4 ; Jean Skylitzès, p. 65, l. 41‑43). Cet épisode indique que l’empereur exerçait des droits sur ce monastère, critère qui nous semble déterminant pour définir les monastères impériaux, voir plus bas p. 194. Sur la famille des Môsèlé, d’origine arménienne, voir le commentaire de N. Svoronos aux Novelles de Basile II, p. 196 ; Cheynet 1990, p. 356 ; ODB 2, p. 1416 ; PMBZ, n° 195. Ce monastère avait été fondé vers 594 par le beau‑frère de l’empereur Maurice (582‑602). Sur le monastère de Philippikos, voir Janin 1975, p. 24‑25 ; Thomas 1987, p. 116 ; Hatlie 2007, p. 188.

3 Pseudo‑Syméon, p. 686. Voir aussi Théophane Continué, p. 353. Cf. Grierson 1962, p. 27. Au sujet du transfert du corps de Michel III par Léon VI, transfert qui donna à penser que Léon VI était le fils de Michel III et non celui de Basile Ier, voir Karlin‑Hayter 1991b, p. 85‑111, et Tougher 1997, p. 62‑67.

4 Joseph Génésios, p. 59, l. 34‑35. Sur ce monastère, cf. Janin 1969, p. 451‑454 ; Majeska 1984, § 16, p. 264‑266 ; ODB 3, p. 1879 ; Hatlie 2007, p. 240, 374‑375, 378. Au sujet de Jean le Grammairien, élevé au patriarcat en 837 ou 838, voir p. 78.

5 Vie de Michel le Syncelle, p. 106, l. 1, p. 116, l. 22‑23. Cf. Hatlie 2007, p. 155‑158, 165, 335‑336. Sur les origines du monastère du Saint‑Sauveur de Chôra (Karye Camii), fondé probablement au viie siècle par Krispos, gendre de l’empereur Phocas (602‑610), voir Underwood 1966‑1975, p. 3‑7 ; Janin 1969, p. 531‑538 ; Müller‑Wiener 1977, p. 159‑163 ; Berger 1988, p. 660‑667 ; ODB 1, p. 428‑430. Des lettres de Maxime Planude (mort en 1305) précisent que son monastère, sans doute Saint‑Sauveur de Chôra, était un monastère impérial qui abritait une bibliothèque (Maximi monachi Planudis epistulae, n° 67, p. 100), voir Mergiali 1996, p. 35‑36 et n. 107, et Magdalino 2006, p. 150.

6 Vie de Michel le Syncelle, p. 62 et 84‑100 sur les frères Graptoi. Voir aussi Théophane Continué, p. 104‑106 ; Jean Skylitzès, p. 61‑63. Sur la position du monastère pendant l’iconoclasme, voir Sode 2004, p. 180‑189 ; Auzépy 2007a, p. 219‑222, 248‑251, et 2007d, p. 217‑219 ; Hatlie 2007, p. 267‑269, 322, 389‑392 ; ODB 2, p. 1369‑1370, et 3, p. 2042 et 2062. Le monastère comme lieu de résidence des prêtres de Jérusalem est mentionné par la Vie de Michel le Syncelle, p. 107‑109. Michel restaura le monastère, portant le nombre de moines à cent, et y fut inhumé, ainsi que Théophane Graptos, voir la Vie de Michel le Syncelle, p. 104‑108, 110‑112, 114‑118, 126.

7 Isaac avait choisi dans un premier temps d’y préparer sa sépulture avant de faire transporter son tombeau dans le monastère de la Kosmosoteira fondé à cet effet, voir Nicephori Gregorae Byzantina Historia, I, p. 459, l. 5‑9 (« ἡ τοῦ βασιλέως Ἀλεξίου τοῦ Κομνηνοῦ πενθερά ») au sujet de Marie Doukas et le Typikon de la Kosmosoteira, chap. 89, p. 63, chap. 90, p. 63‑64, pour la rénovation d’Isaac. Sur ce monastère, voir Underwood 1966‑1975, p. 7‑10 ; Müller‑Wiener 1977, p. 159‑163 ; Ousterhout 1987, p. 13‑20 ; Berger 1988, p. 660‑667 ; Malamut 2007, p. 180‑181 ; ODB 1, p. 428‑430. Au sujet de Marie de Bulgarie, épouse d’Andronic Doukas, voir p. 65.

8 Anastasius Bibliothecarius sermo Theodori Studitae de sancto Bartholomeo apostolo, p. 19, l. 15‑17, et p. 23, l. 10‑12. Cf. Herman 1940, p. 350‑351 ; Pratsch 1998, p. 312‑313 ; Neil 2006, p. 60 ; Hatlie 2007, p. 336‑337 ; ODB 1, p. 88‑89. Le monastère de Stoudios fait l’objet d’une importante bibliographie, mais voir maintenant la synthèse de Delouis 2005, chap. 4‑7, et 2008, p. 173‑190. Pour le Sakkoudion, dont la localisation reste incertaine, voir Janin 1975, p. 177‑181, 181‑183 ; Cheynet et Flusin 1990, p. 207‑209 ; Delouis 2005, p. 138‑152 ; Auzépy et al. 2005, p. 187‑194.

9 Théodore Stoudite, Τοῦ ὁσίου Θεοδώρου Στουδίτου Μεγάλη Κατήχησις [Grandes Catéchèses, II], p. 136 ; Vie de Nicolas Stoudite, col. 923D. Selon Théophane le Confesseur, le monastère aurait abrité environ sept cents moines au début du ixe siècle et les hagiographes de Théodore Stoudite évoquent mille moines pour la même époque (Theophanis Chronographia, p. 481, l. 26‑29 ; Vie de Théodore Stoudite, version A, col. 145B, 148C, version B, col. 260B‑C, version C, p. 272, l. 1‑2). Voir aussi la Vie de Nicolas Stoudite, col. 901D ; Pseudo‑Kodinos, Scriptores originum Constantinopolitanarum, p. 247. Ces chiffres sont cependant exagérés, car ces auteurs avaient le souci de souligner l’importance du monastère de Stoudios dans la vie religieuse et politique de l’Empire, au début du ixe siècle, et la portée des réformes entreprises par Théodore Stoudite. Cf. Pratsch 1998, p. 129‑131, 141 ; Delouis 2005, p. 232‑239 ; Hatlie 2007, p. 274, 320, 322‑326, 348‑349 ; Leroy 2007, p. 53‑54.

10 Jean Skylitzès Continué, p. 108, l. 23‑26, et p. 110, l. 6‑19 (voir la traduction de ce passage faite par Delouis 2005, p. 445). Au sujet de Catherine de Bulgarie, fille du tsar Jean Vladislav, voir p. 66. Le chroniqueur ne donne pas les détails de leurs travaux par souci de concision. Un témoignage de cette rénovation est peut‑être fourni par le pavement d’opus alexandrinum qui orne le sol de la nef centrale de l’église et qui peut être daté du milieu du xie siècle, voir Diehl 1922, p. 243‑248 ; Delouis 2005, p. 447‑450. Au sujet du patronage d’Isaac Ier Comnène, voir aussi Michel Psellos, Chronographie, II, p. 145 ; Miguel Ataliates, Historia, p. 52, l. 22‑p. 53, l. 5 ; Nicephori Bryennii historiarum, p. 83‑85 ; Théodore Skoutariôtès, p. 165, l. 9‑12. Au sujet des relations du monastère avec Basile II, voir Jean Skylitzès, p. 369 ; Yahya ibn Sa‘id d’Antioche, III, p. 480 ; Nicephori Bryennii historiarum, p. 77.

11 Théophane Continué, p. 156‑157, 340, l. 16‑21 ; Jean Skylitzès, p. 86, 165 ; Pseudo‑Kodinos, Scriptores originum Constantinopolitanarum, p. 267 ; Synaxaire de Constantinople, col. 123, l. 52‑55, col. 125‑126. Arsabèr (PMBZ, n° 602 ; PBE, Arsaber 5) était le frère de Jean le Grammairien, homme de confiance de l’empereur Théophile (829‑842) et patriarche de Constantinople (937‑838/843). Ce Paul était l’oncle de Nicétas et fut un temps détenu dans le monastère de Saint‑Phocas, voir la Vie du patriarche Euthyme, p. 105, l. 14‑16, p. 108, l. 10‑11, et commentaire p. 220. Voir aussi la Vie de Nicétas le Paphlagonien, p. 127, l. 53, 55‑56, 58. Sur Nicétas le Paphlagonien, opposant de l’empereur dans l’affaire de la tétragamie et auteur de la Vie du patriarche Ignace, voir Beck 1959, p. 548‑549 ; Solignac, dans DSAM 11, col. 221‑224 ; ODB 3, p. 1480. Pour la mention du monastère dans la Peira, voir p. 196. Sur cette fondation, voir Janin 1969, p. 498‑499 ; Berger 1988, p. 702 ; Krausmüller 2007, p. 358‑364 ; TIB 12, p. 590 (n° 1). Au sujet des constructions et rénovations de Basile Ier, voir Alexander 1962, p. 339‑357, Magdalino 1996, p. 27‑28, et Ousterhout 1998, p. 115‑130.

12 Synaxaire de Constantinople, col. 159‑160, l. 42‑43. Cette précision figure dans un ajout au Synaxaire de Constantinople, ajout provenant d’un codex du xiie siècle, voir les Prolegomena du Synaxaire, col. viii‑x. Sur ce monastère, voir Janin 1969, p. 127‑129, n° 10, p. 397 (monastère du Pétrion) ; Berger 1988, p. 490‑491 ; Magdalino 1996, p. 65, 75 ; ODB 3, p. 1643‑1644.

13 Notons également que sur un sceau de l’oikos du Pétrion, constitué autour du monastère de Sainte‑Euphémie et de ses biens au xie siècle, figure un buste de saint Jean Prodrome (Catalogue of Byzantine Seals, 5, n° 26.2, p. 67). Vitalien Laurent proposait de rattacher ces sceaux au monastère d’Érèmias, un monastère féminin situé au nord de Constantinople, voir son Corpus des sceaux de l’Empire byzantin, V, L’Église, 2, n° 1284‑1285, p. 202‑203, 3, n° 1944, p. 247‑248. Cette attribution a été reprise, pour deux de ces sceaux (les n° 1285 et 1944), dans les Sceaux byzantins de la collection Henri Seyrig, p. 191, et dans la réédition de l’un des trois sceaux (le n° 1944) par le Catalogue of Byzantine Seals, 5, n° 43.1, p. 103, avec quelques réserves. Les éditeurs du Catalogue of Byzantine Seals, 5, n° 81.1, p. 132‑133 (les n° 1285 et 1944 de Laurent) proposent cependant une nouvelle lecture de deux de ces sceaux et les attribuent à un monastère d’Éphèmis. Voir aussi le Recueil des inscriptions grecques médiévales d’Italie, n° 15, p. 16‑18 (la lecture εὐήθης faite par A. Guillou doit être corrigée par Εὐήμης, voir Rhoby 2010, p. 331‑334). Sur le monastère d’Érèmias, voir Janin 1964, p. 348, et 1969, p. 113.

14 Selon les Patria de Constantinople et certains chroniqueurs du xe siècle, le futur empereur aurait été hébergé, en arrivant près de la capitale, par Nicolas, higoumène de Saint‑Diomède, voir Pseudo‑Kodinos, Scriptores originum Constantinopolitanarum, p. 246‑247 ; Théophane Continué, p. 223, l. 11‑12, 15 ; Iosephi Genesii Regum libri quattuor, p. 76‑77 ; Jean Skylitzès, p. 120 ; Liutprand de Crémone, Antapodosis, livre I, p. 9, l. 199‑200. D’autres chroniqueurs (Georges Continué, p. 819, l. 18‑19 ; Symeonis Magistri et Logothetae Chronicon, p. 237, l. 116‑117 ; Pseudo‑Syméon, p. 656, l. 2‑3 ; Jean Zonaras, p. 409) ne mentionnent que l’église de Saint‑Diomède et précisent que c’est Basile Ier qui lui aurait adjoint un monastère. Cette version est aussi celle de Léon VI, dans son Oraison funèbre de Basile Ier, p. 50, l. 29‑p. 52, l. 3, et celle de la Vie du patriarche Euthyme, p. 47, l. 34, qui est bien renseigné sur la cour à l’époque des premiers Macédoniens. Cette hypothèse a été adoptée par Mango 1991, p. 299, et Tougher 1997, p. 27. Voir aussi Magdalino 1996, p. 62, 65, et Krausmüller 2007, p. 356‑357. Ajoutons que selon certains historiens, notamment Toynbee 1973, p. 585‑587, la version du règne de Basile Ier par Syméon Logothète est plus proche de la réalité et plus fiable que celle de la continuation de Théophane, commandée et peut‑être même rédigée par son petit‑fils, Constantin VII. Pour la localisation de ce monastère, voir Majeska 1984, p. 313‑314 et carte, n° 35.

15 Théophane Continué, p. 327‑329 ; Jean Skylitzès, p. 163, l. 70‑72 ; Pseudo‑Kodinos, Scriptores originum Constantinopolitanarum, p. 225. Cette église est mentionnée par Nicétas Chôniatès, p. 442, l. 48‑p. 443, l. 71, au sujet d’Isaac II qui, lors de son premier règne (1185‑1195), aurait dépouillé la Néa afin d’orner l’église de Saint‑Michel de Sôsthènion. Voir l’hypothèse de V. Laurent dans son Corpus des sceaux de l’Empire byzantin, V, L’Église, 2, p. 89. Cette hypothèse a été reprise par Majeska 1984, p. 250, et par ODB 2, p. 1146. Voir l’ancienne édition de Nicétas Chôniatès : Nicetae Choniatae Historiae par I. Bekker, Bonn, 1835, p. 582, l. 62‑64, et la nouvelle édition de J. L. Van Dieten, 1975, p. xxxiii et p. 443, l. 63. En revanche, nous savons qu’Andronic II (1282‑1328) construisit un monastère à côté de l’église de la Néa (Nicephori Gregorae Byzantina Historia, II, p. 737, l. 16). Étienne de Novgorod mentionne également ce monastère qu’il visita lors de son pèlerinage à Constantinople, en 1350, voir Majeska 1984, p. 37‑39, § 12, p. 247‑250 ; Kidonopoulos 1994, p. 56‑59 ; Talbot 2001a, p. 330, n. 5. L’auteur de la paraphrase de Nicétas Chôniatès, au xive siècle, a probablement été influencé par l’existence de ce monastère fondé par Andronic II, le citant, par erreur, à propos d’un événement antérieur à sa fondation.

16 Vie du patriarche Euthyme, p. 25‑29 (p. 29, l. 33, pour le monastère d’Agathos) ; Théodore Skoutariôtès, p. 147, l. 22. Voir aussi Regesten, I, 1, n° 535. L’higoumène de Psamathia était responsable des deux monastères, qui abritaient trente‑six moines au début du xe siècle. Sur le monastère d’Euthyme, voir Jugie 1913, p. 388‑389 ; Janin 1969, p. 116‑117, 326‑327 ; Majeska 1984, p. 287 ; Tougher 1997, p. 8‑9, 85‑86, 121 ; BMFD 1, n° 5, p. 120‑122.

17 Synaxaire de Constantinople, col. 146‑148, et 658‑659 ; Pseudo‑Kodinos, Scriptores originum Constantinopolitanarum, p. 288 ; Théophane Continué, p. 364‑365 ; Pseudo‑Syméon, p. 704 ; Georges Continué, p. 860, l. 14‑19 ; Symeonis Magistri et Logothetae Chronicon, p. 283, l. 234‑238 ; Jean Skylitzès, p. 180‑181 ; Théodore Skoutariôtès, p. 147, l. 6‑9 ; Vie du patriarche Euthyme, p. 63, l. 18‑24 (Eudocie Baïanos). Voir aussi la Vie de Nicétas le Paphlagonien, p. 131, l. 117‑118. Au sujet du transfert des reliques, voir Aréthas de Césarée, p. 20‑25. Sur ce monastère, voir Majeska 1984, § 65, p. 379‑381 ; Berger 1988, p. 383‑384 ; Magdalino 1988, p. 99, 112‑113, et 1996, p. 65 ; Failler 1998, p. 231‑238. Shaun Tougher a récemment suggéré que l’empereur avait ainsi prévu un lieu de retraite pour les eunuques qui avaient servi dans l’administration impériale et qui furent précisément assez nombreux pendant son propre règne (Tougher 1997, p. 201‑202, et 2006, p. 241‑243, 248). Janin 1969, p. 298, distingue par erreur deux monastères dédiés à saint Lazare, l’un au saint de Béthanie, et l’autre au saint du Galèsion, voir les corrections apportées par Majeska 1984, p. 381, et Failler 1998, p. 231‑238. Selon le Synaxaire de Constantinople, col. 826, l. 31‑32, les reliques de Lazare de Galèsion furent d’abord conservées dans l’un des monastères qu’il avait fondés, bien que cela ne soit pas mentionné par sa Vie, voir l’introduction à la Vie de Lazare de Galèsion par R. P. H. Greenfield, p. 63.

18 Théophane Continué, p. 458‑459. Cf. Magdalino 1996, p. 65‑66 ; Malamut 2007, p. 183. Sur son amitié pour les moines, voir notamment la Vie de Basile le Jeune, chap. 23‑34, p. *24‑*25 et Théophane Continué, p. 463‑464 (trad. Kravari 2003, p. 73).

19 Théophane Continué, notamment p. 441, l. 13‑14, p. 473, l. 14‑16, mais voir aussi p. 402‑404 et 420 ; Pseudo‑Syméon, p. 758, l. 8‑9, voir aussi p. 733, l. 18‑19, p. 757, l. 20‑21 ; Georges Continué, p. 896, p. 924, l. 3, voir aussi p. 894, l. 12‑13, p. 911, l. 20‑21 ; Symeonis Magistri et Logothetae Chronicon, p. 319, p. 343, l. 50, voir aussi p. 317, l. 154, p. 333, l. 495, p. 343, l. 50. Sur l’histoire de cette fondation, voir Mathews 1976, p. 209‑219 ; Müller‑Wiener 1977, p. 103‑107 (Bodrum Camii) ; Striker 1981, p. 6‑10 ; Berger 1988, p. 598‑601 ; Magdalino 1996, p. 24‑25, 65 ; Müller 1998, p. 49‑56 ; ODB 2, p. 1428‑1429.

20 Le monastère devait distribuer chaque jour trente mille pains aux pauvres, ce qui témoigne de sa richesse, voir Théophane Continué, p. 402, l. 10, p. 430, l. 18‑21 ; Peira, titre XV, § 12, p. 53 ; Regesten, I, 1, n° 618 ; Actes de Patmos, I, p. 334. Cf. Miller 1985, p. 113‑114, 180. Des rentes en numéraire étaient prélevées sur les revenus du Myrélaion pour être versées aux moines de l’Olympe et du Kyminas, en Bithynie, de l’Athos, de Chrysè Pétra, dans la région du Pont, du Mont Varachaios ou Mykalè, dans la région d’Éphèse, et du Latros, au nord‑ouest de Milet, voir p. 87. Voir Striker 1981, p. 16‑25, 28‑29, pour le décor du monastère.

21 Pseudo‑Syméon, p. 757, l. 15‑17, mentionne le Kanikleiou comme lieu de relégation des sœurs de Romain II et précise que vivait là, dans l’oikos du Kanikleiou, la veuve de Christophe, fils de Romain Ier, laquelle y avait pris l’habit (vraisemblablement à la mort de son époux en 931). Théophane Continué, p. 473, repris par Jean Skylitzès, p. 252, confirme que Romain II fit tonsurer ses sœurs, mais ne mentionne pas le Kanikleiou, ce qui rend la question un peu délicate. Nous pouvons en déduire que l’oikos du Kanikleiou a été transformé en monastère, mais à un moment qui nous échappe, peut‑être sous le règne de Romain Ier (920‑944) ; le caractère patrimonial de cette fondation justifierait le choix du Kanikleiou comme lieu de relégation pour les sœurs de Romain II. Nous donnons d’autres exemples de cette pratique plus bas, voir p. 189.

22 Novelles de Nicéphore Phocas, n° 9, p. 170, l. 15‑16 (Regesten, I, 1, n° 720, en 963‑964). Ce texte prescrit que les terres des stratiotes arméniens qui ont été données au monastère, à d’autres curatories ou à des puissants, soient rendues aux héritiers de ces stratiotes s’ils les réclamaient. Le nom de Lakapè renvoie sans doute au village dont l’empereur était originaire, entre Mélitène et Samosate. Cf. E. McGeer dans sa traduction anglaise des Novelles de Nicéphore Phocas, p. 88, n. 6.

23 Théophane Continué, p. 433 (Regesten, I, 1, n° 648). Sur l’histoire du monastère de Manuel, voir Janin 1969, p. 320‑321 ; Morris 1995b, p. 194 ; Magdalino 1996, p. 61‑67, 73‑75. Pour le magistre Manuel, voir ODB 2, p. 1289. Au sujet du monastère de Saint‑Pantéléèmôn, voir Janin 1975, p. 9.

24 Cette fondation est étudiée en détail plus loin, voir p. 152-154.

25 Novelles de Nicéphore Phocas, n° 8 (Regesten, I, 1, n° 699) ; Novelles de Basile II, n° 13 (Regesten, I, 1, n° 772, en 988), voir aussi p. 186‑187. Voir aussi les récits de Jean Skylitzès, p. 274, et de Jean Zonaras, p. 505), au sujet de l’impopularité que suscitèrent les diverses novelles de Nicéphore II Phocas. Au sujet de la politique monastique de cet empereur, voir Charanis 1948, p. 58‑62 ; Svoronos 1971, p. 357‑358 ; Lemerle 1979, p. 108‑112 ; Thomas 1983, p. 273‑283, et 1987, p. 149‑154 ; Morris 1988, p. 101‑106, et 1995b, p. 166‑168 ; Laiou 1994, p. 163‑164.

26 Codex Markianos, p. 127‑128, n° 111 (trad. en anglais dans Mango 1972, p. 226‑227). Pour la rénovation de l’église, qui date bien de Basile Ier, voir Théophane Continué, p. 323, l. 17‑21 (Jean Skylitzès, p. 163, l. 51‑54). Un attentat y fut perpétré en 903 contre Léon VI à Saint‑Mokios, voir Théophane Continué, p. 365‑366 ; Jean Skylitzès, p. 181‑182 ; Michel Glykas, Annales, p. 554, l. 19‑20. Sur ce monastère, voir Janin 1969, p. 355, 358 ; Berger 1988, p. 636 ; Magdalino 1996, p. 62 et n. 67.

27 Jean Mauropous, Iohannis Euchaitorum metropolitae quae in Codice Vaticano Graeco 676 supersunt, n° 80, p. 39 (trad. en anglais dans Mango 1972, p. 221) ; Nicétas Chôniatès, p. 373, l. 71‑72. Voir aussi Théodore Skoutariôtès, p. 373, l. 12‑13). Contrairement à ce que dit Janin 1969, p. 340, il faut identifier le monastère de Saint‑Michel d’Anaplous, rénové par Isaac II Ange, avec celui du Sôsthènion, voir Mango 1972, p. 221, n. 184, p. 236 ; Beaucamp 2006, p. 13‑15 ; TIB 12, p. 656‑659.

28 Ce manuscrit est daté du xie siècle, mais le nom du monastère est d’une écriture différente et pourrait dater, selon nous, du xiiie siècle ; l’association des épithètes sébasmia et basilikè pour désigner les monastères est en effet attestée surtout à partir du xiiie siècle et nous en verrons plusieurs exemples pour les monastères de l’Athos, voir p. 154‑159. Voir la description de ce manuscrit dans Evagrius with the Scholia, The Ecclesiastical History, p. iv‑v. Les éditeurs d’Évagre le Scolastique estimaient que la fondation ainsi qualifiée pouvait être Saint‑Michel de Gargano, mais aucun monastère ne semble avoir été associé à la basilique, et cette hypothèse ne nous semble pas fondée. L’absence de toute précision géographique serait plutôt un indice de localisation à Constantinople.

29 Isaac II dépouilla le palais des Manganes, l’église Saint‑Georges des Manganes et le riche mobilier de l’église palatiale de la Néa afin d’orner l’église Saint‑Michel à laquelle il vouait une dévotion particulière, voir Nicétas Chôniatès, p. 442, l. 48‑p. 443, l. 71 ; Théodore Skoutariôtès, p. 409‑410. Son œuvre de rénovation était perçue par les pèlerins russes comme une fondation, ce qui témoigne, une fois encore, de la difficulté de distinguer le véritable fondateur d’un monastère d’un bienfaiteur postérieur (Antoine de Novgorod, p. 63).

30 Théophane Continué, p. 340, l. 4. L’Hebdomon était une région située au sud‑ouest de Constantinople, à l’extérieur des murs de la ville, sur la côte européenne de la mer de Marmara. Plusieurs églises y furent construites dès le vie siècle, et Basile Ier rénova les églises de Saint‑Jean‑Prodrome et de Saint‑Jean‑le‑Théologien, tombées en ruines. Voir Demangel 1945 ; Janin 1969, p. 267‑269, 413‑415 ; Magdalino 1996, p. 62 et n. 65. Pour la région de l’Hebdomon, voir TIB 12, p. 391‑395 ; ODB 2, p. 907. Au sujet de l’inhumation de Basile Ier dans le monastère de l’Hebdomon, voir p. 190.

31 Michel Psellos, Chronographie, I, p. 13, l. 11‑22 ; Théodore Skoutariôtès, p. 152, l. 21‑25. Sur ce monastère, voir Janin 1969, p. 58‑59, n° 1 ; Magdalino 1996, p. 62‑63, 66. Sur les confiscations et les destructions des grands domaines aristocratiques par Basile II, voir Michel Psellos, Chronographie, I, p. 12‑13 ; Jean Skylitzès, p. 335 ; Novelles de Basile II, n° 14 (996). Le sceau est édité par le Corpus des sceaux de l’Empire byzantin, V, L’Église, 2, n° 1187, et le Catalogue of Byzantine Seals, 5, n° 89.1, p. 136. Cf. Cheynet 1990, p. 331 ; Holmes 2005, p. 457‑458, 469‑475 ; ODB 1, p. 270. Le monastère est également attesté en 1148 et en 1200, voir Magdalino 1996, p. 62‑63.

32 Corpus des sceaux de l’Empire byzantin, V, L’Église, 2, p. 98 ; Euthyme de la Péribleptos, p. 3 (trad. Hamilton et Hamilton 1998, p. 143). Sur la fondation du monastère par Romain III, voir Michel Psellos, Chronographie, I, p. 41‑44 ; Jean Skylitzès, p. 384, 392 ; Théodore Skoutariôtès, p. 159, l. 22‑29 ; Yahya ibn Sa‘id d’Antioche, III, p. 486 ; Ruy González de Clavijo, Embajada a Tamorlán, p. 37‑38. Sur ce monastère, voir Müller‑Wiener 1977, p. 200‑201 (Sulu Manastir) ; Mango 1986b, p. 131, et 1992, p. 473‑493 ; Magdalino 1996, p. 64‑65 ; ODB 3, p. 1629. Au sujet d’Euthyme de la Péribleptos, p. 93.

33 Michel Psellos, Chronographie, I, p. 43‑44 ; Antoine de Novgorod, p. 60 (trad. M. Ehrhard). Cf. Majeska 1984, § 24, p. 277‑282.

34 Ruy González de Clavijo, Embajada a Tamorlán, p. 37‑38 (trad. L. Kehren, p. 110). Voir Mango 1972, p. 217, pour une traduction anglaise.

35 Le terme κτήτωρ provient du verbe κτάομαι, qui signifie acquérir ou posséder, et désigne le propriétaire d’un bien. Le ktètôr ne devrait pas être confondu avec le κτίστωρ ou κτίτωρ, qui vient du verbe κτίζω, construire ou fonder, et désigne le fondateur d’un bien. Sur ces deux termes, voir Chantraine 1999, p. 590 et 592. Nous remarquons cependant que les typika et les archives monastiques emploient indifféremment ces deux termes, ktètôr et ktitôr, dans des contextes qui peuvent renvoyer aussi bien à l’acte de fondation qu’à la propriété des monastères : Actes de Lavra, I, n° 31, l. 44‑45 (Regesten, I, 2, n° 907, en 1052), n° 57, l. 2 (1108), n° 70, l. 3 (1240) ; Actes d’Iviron, I, n° 10, l. 23, 24 (996), n° 25, l. 21, 34 (1036) ; Actes de Chilandar, I, n° 2, l. 22 (1076). La confusion de l’orthographe accompagne cette confusion sémantique, et nous pouvons retrouver dans un même texte, les termes κτήτωρ et κτίτωρ pour désigner le fondateur d’un monastère, voir notamment la Diataxis de Maxime de Boreinè, p. 136 (verso de l’original), et l. 1, 131.

36 Yahya ibn Sa‘id d’Antioche, III, p. 486. Au sujet de Nicéphore III Botaniate, voir Anne Comnène, livre III, chap. i, § 1 ; Jean Zonaras, p. 730 ; Théodore Skoutariôtès, p. 173, l. 6‑8. Voir Mango 1972, p. 217, n. 164, et 1992, p. 482‑483, au sujet de Michel VIII.

37 Michel Psellos, Chronographie, I, p. 72, l. 5‑12, p. 83‑85 ; Théodore Skoutariôtès, p. 160, l. 20‑21. Voir le sceau (ixe ou du xe siècle) dans le Corpus des sceaux de l’Empire byzantin, V, L’Église, 2, n° 1146. Le Kosmidion vendit en effet une terre au monastère des Amalfitains, le domaine de Platanos, situé dans la région de Chrysoupolis, à l’est du Strymon, en 1081, voir les Actes de Lavra, I, n° 42, l. 2. Sur ce monastère, voir Majeska 1984, § 45, p. 331‑333 ; Berger 1988, p. 670‑673 ; Mango 1994, p. 189 ; Magdalino 1996, p. 63‑64 (n° 63) ; ODB 2, p. 1151 ; TIB 12, p. 471‑473.

38 Corpus des sceaux de l’Empire byzantin, V, L’Église, 3, n° 1904‑1905 ; Catalogue of Byzantine Seals, 5, n° 78, p. 129‑131 (avec correction de la lecture du n° 1904 par V. Laurent), notamment les n° 78.2, 78.3 et 78.6 pour le buste de saint Georges. L’un de ces sceaux, daté du xie siècle, qualifie le monastère de despotikos, épithète faisant partie de la titulature impériale comme l’attestent de nombreux sceaux impériaux du xie siècle conservés, par exemple, dans les archives du monastère de Lavra, voir les Actes de Lavra, I, n° 31, n° 32, n° 41. Pour une liste plus complète de ce titre sur les monnaies et les sceaux byzantins entre le viiie et le xiiie siècle, voir les index du Catalogue des monnaies byzantines de la Bibliothèque nationale, II, p. 813‑814, 819‑825, et du Corpus des sceaux de l’Empire byzantin, V, L’Église, 2, p. 734.

39 Catalogue of Byzantine Seals, 5, n° 78.2 et 78.3. Les sceaux du curateur de l’oikos des Manganes et de l’économe du Tropaiophore qui, dans la seconde moitié du xie siècle, gérait le monastère de Saint‑Georges, comportent en outre fréquemment le buste de saint Georges, voir le Catalogue of Byzantine Seals, 5, n° 25, p. 59‑66. Voir aussi les Sceaux byzantins de la collection Henri Seyrig, n° 122 (mentionné par Lemerle 1977, p. 277 et Oikonomidès 1980‑1981, p. 242). Cf. Lemerle 1977, p. 273‑283 ; Listes de préséance byzantines des ixe et xe siècles, p. 318 ; Oikonomidès 1980‑1981, p. 241‑243 ; Malamut 1986, p. 129‑134 ; Kaplan 1992, p. 315‑316, 318‑319, et 2006j, p. 177‑178, 180‑183.

40 Michel Psellos, Chronographie, II, p. 61‑62 ; Miguel Ataliates, Historia, p. 36, l. 14‑16 ; Jean Skylitzès, p. 476‑477. Sur cette construction, voir aussi Anne Comnène, livre III, chap. iv, § 7, et Jean Zonaras, p. 619‑620. Au sujet des établissements de charité des Maganes, voir Oikonomidès 1976a, p. 138‑140. Les Monomaques vouaient un culte particulier à saint Georges, voir Cheynet 2008h, p. 290‑292. Sur ce monastère, voir Lefort 1976, p. 267, 278‑279 ; Lemerle 1977, p. 273‑283 ; Oikonomidès 1980‑1981, p. 241‑243 ; Majeska 1984, § 60, p. 366‑372 ; Mango 1986b, p. 131 ; Magdalino 1996, p. 64, 77‑78.

41 Par un acte de 1058, Isaac Ier Comnène attribuait à la Décapolitissa une rente annuelle de vingt‑quatre nomismata par an pour les commémoraisons de Jean l’Orphanotrophe qui y était inhumé (JGR, I, p. 638 ; Regesten, I, 2, n° 940). Cf. Lemerle 1967a, p. 95, n. 42 ; Janin 1969, p. 173 ; Bouras 1982, p. 31. Jean l’Orphanotrophe avait été exilé en 1042 par Constantin IX sur l’île de Lesbos (Jean Skylitzès, p. 423, l. 54‑55), mais le pittakion d’Isaac Ier indique qu’il fut inhumé à Constantinople.

42 Michel Psellos, Chronographie, II, p. 120, l. 16‑20 (trad. E. Renauld, modifiée par l’auteure). Au sujet de la politique d’austérité d’Isaac Ier, voir Stanescu 1966, p. 49‑50 ; Kaplan 1992, p. 299, et 2006c, p. 163 ; Laiou 1994, p. 177 ; Morris 1995b, p. 19, 284 ; BMFD II, p. 448‑449 ; Lounghis 2002, p. 383‑384.

43 Miguel Ataliates, Historia, p. 47, l. 12‑p. 48, l. 2. Voir aussi Jean Skylitzès Continué, p. 104, l. 8‑18, et Jean Zonaras, p. 667‑668.

44 Miguel Ataliates, Historia, p. 69, l. 10‑13 ; Jean Skylitzès Continué, p. 118, l. 4 ; Michel Glykas, Annales, p. 606 ; Théodore Skoutariôtès, p. 166, l. 27‑29. Cf. Janin 1969, p. 372‑373.

45 Nicephori Bryennii historiarum, p. 141, l. 1 ; Miguel Ataliates, Historia, p. 132, l. 16‑20 ; Jean Skylitzès Continué, p. 154, l. 20‑23 ; Jean Zonaras, p. 706 ; Théodore Skoutariôtès, p. 168, l. 22‑26.

46  Miguel Ataliates, Historia, p. 125, l. 15‑17 ; Jean Skylitzès Continué, p. 152, l. 19 (Pipéroudion). Anne Comnène, livre IX, chap. vi, § 1 et Théodore Skoutariôtès, p. 168, l. 10‑15, donnent le nom de Kypéroudè. Michel Psellos, Chronographie, II, p. 166, l. 5‑7, et Jean Zonaras, p. 704, ne précisent pas le nom du monastère. Cf. Janin 1975, p. 28 ; Darrouzès 1976, p. 160‑161 ; Garland 1999b, p. 177.

47 Éloge de Jean le Jeûneur, p. 59‑77 ; Antoine de Novgorod, p. 60 ; Ruy González de Clavijo, Embajada a Tamorlán, p. 35‑37, 51‑53 (trad. L. Kehren, p. 109‑110). Voir aussi Théophylacte d’Achrida. Discours, traités, poésies, p. 93‑94. Pour la fondation de ce monastère, voir Karpozilos 1982, p. 27, 46‑50, 137‑139 ; Majeska 1984, § 49, p. 339‑345 ; Magdalino 1996, p. 70, et 2001, p. 52, n. 10 ; Malamut 2001, p. 219‑225, et 2007 , p. 179‑180 ; ODB 3, p. 1643.

48 Anne Comnène, livre XV, chap. vii, § 8‑9. Sur l’Orphanotropheion, voir Janin 1969, p. 568 ; Lemerle 1977, p. 283‑284 ; Miller 2003, p. 176‑246 ; Malamut 2007, p. 182, 294‑297.

49 Selon Pseudo‑Kodinos, Scriptores originum Constantinopolitanarum, p. 223, l’église aurait été édifiée par Pulchérie, sœur de Théodose II (408‑450), et le monastère daterait de Michel III (842‑867). Le monastère est cependant attesté plus tôt, avant le règne de Léon V (813‑820) dont le règne aurait été prophétisé par Jean le Grammairien, alors moine dans cette maison avant d’être élevé au patriarcat par Théophile, voir The Letter of the Three Patriarchs to Emperor Theophilos and Related Texts, p. 110‑121, 176‑187. Une autre tradition fait remonter la fondation du monastère à Constantin VI, voir le Discours narratif sur les Hodègoi, p. 140‑147. Sur l’icône de la Vierge Hodègètria, voir aussi Ruy González de Clavijo, Embajada a Tamorlán, p. 54 (trad. L. Kehren, p. 123‑124). Sur ce monastère, voir Frolow 1941, p. 61‑127 ; Berger 1988, p. 376‑378 ; Magdalino 1996, p. 16, n. 29.

50 L’icône était apportée en procession la veille, le service durait toute la nuit et, le lendemain matin, la « divine liturgie était célébrée en présence de la sainte icône ». Des distributions d’argent étaient faites au nom de la Vierge au peuple rassemblé devant l’église à l’occasion de ces commémoraisons. Voir le Typikon du Pantocrator, p. 81, l. 883‑p. 83, l. 899. Cf. Janin 1969, p. 203 ; Congdon 1996, p. 178‑180. Michel VIII Paléologue (1259‑1282), qui n’eut de cesse de souligner qu’il était le successeur légitime des Comnènes, prit soin de faire précéder son entrée triomphale dans la capitale, en 1261, par une procession de l’icône de la Vierge Hodègètria, qui était alors conservée dans l’église du Pantocrator, église du podestat vénitien (Georges Pachymère, I, p. 217). Sur le mode de gouvernement des Comnènes, voir en dernier lieu Magdalino 1993, p. 180‑227 ; Malamut 2007, p. 272‑284.

51 La fondation de ce monastère est attribuée à Maurice (582‑602) selon la Vie de Syméon le Nouveau Théologien (Nicétas Stéthatos, chap. 34), ou à la sœur de l’empereur, Gordia, selon Pseudo‑Kodinos, Scriptores originum Constantinopolitanarum, p. 274, mais des chroniqueurs plus tardifs la datent du règne de Justinien et l’attribuent à l’épi tou koitônos de cet empereur (Théodore Skoutariôtès, p. 106, l. 16‑18). Voir le Typikon de Saint‑Mamas, prologue, p. 256‑260, chap. 40, p. 292, au sujet de la rénovation de Manuel Ier. Ce texte, composé en 1158 par son higoumène, Athanase, qualifie la fondation de sébasmia monè (p. 257), ainsi qu’une lettre patriarcale des années 1236‑1240 (Regestes, I, 4, n° 1287). La rénovation d’Isaac II est mentionnée dans les Exuviae sacrae Constantinopolitanae, p. 72, et l’Historia translationum sancti Mamantis, p. 444. Sur ce monastère, voir Janin 1969, p. 314‑315 ; Magdalino 1996, p. 106, n° 69 ; BMFD 1, p. 973 ; Hatlie 2007, p. 164 ; ODB 2, p. 1278 ; TIB 12, p. 512‑513 (n° 1).

52 Jean Zonaras, p. 746 ; Actes de Patmos, I, n° 5, p. 44, l. 15‑20, n° 47, p. 333, l. 9 (Regesten, I, 2, n° 1136‑1139). Sur ce monastère, voir Mathews 1976, p. 59‑70 ; Müller‑Wiener 1977 (Eski Imaret Camii), p. 120‑122 ; Morris 1995b, p. 282 ; Magdalino 1996, p. 70 ; Mango 1998, p. 87‑88 ; Malamut 2007, p. 178‑179 ; Stankovic et Berger 2013, p. 21‑22 ; ODB 3, p. 1574.

53 Typikon du Philanthropos, n° 33 et p. 46 ; Typikon de Saint‑Mamas, prologue, p. 259. Sur cette double fondation, voir aussi Nicétas Chôniatès, p. 8, l. 86 ; Théodore Skoutariôtès, p. 186, l. 26‑30. Le monastère de la Théotokos Kécharitoménè est qualifié de sébasmia monè par l’impératrice, qui en rédigea le typikon de fondation (Typikon de la Kécharitoménè, p. 19, dans le titre, chap. 77, p. 133, l. 2007, chap. 79, p. 137, l. 2092). Pour ces deux monastères, voir Janin 1969, p. 188‑191 (Kécharitoménè), p. 525‑527 (Philanthropos, n° 26) ; Majeska 1984, § 31, p. 298 ; Angold 1995, p. 274, 304 ; Armstrong 1996, p. 220‑221 ; Malamut 2007, p. 181, 250‑254, 263 ; Stankovic et Berger 2013, p. 25‑27 ; ODB 2, p. 1118 ; BMFD 2, p. 649. Des vestiges du monastère de Philanthropos ont été conservés, voir Müller‑Wiener 1977, p. 109.

54 Typikon du Pantocrator (Regesten, I, 2, n° 1311), p. 27‑31 et p. 131, l. 1670‑1671 ; Jean Kinnamos, p. 10, l. 6‑7 ; Nicétas Chôniatès, p. 115, l. 47‑50. Tout le texte du typikon témoigne par ailleurs du rôle apparemment exclusif de l’empereur dans la fondation de ce monastère, voir Krausmüller 2007, p. 347‑350. Ajoutons, à propos de ce typikon, que le texte édité par Paul Gautier a été reconstitué à partir de plusieurs manuscrits, dont l’un, daté de 1749, donne au texte le titre suivant : « Typikon du monastère impérial (basilikè monè) du Pantocrator », alors que l’original conservé est acéphale. Ce même manuscrit de 1749 qualifie le Pantocrator de basilikè monè une deuxième fois, dans la liste des biens donnés à la fondation par Jean II (Typikon du Pantocrator, p. 27 et p. 123, App. l. 1566). Il est possible que l’auteur du manuscrit de 1749 ait reporté des éléments du texte original, notamment pour le titre. Sur la fondation de ce monastère, voir Megaw 1963, p. 335‑364 ; Mathews 1976, p. 71‑101 ; Müller‑Wiener 1977, p. 209‑215 (Zeyrek Kilise Camii) ; Majeska 1984, § 28, p. 289‑295 ; Angold 1995, p. 276, 307‑310 ; BMFD 2, n° 28, p. 725‑726 ; Ousterhout 2001, p. 133‑150 ; Mullett 2007a, p. 19‑21 ; Magdalino 2013, p. 35‑48. Sur l’usage de l’église Saint‑Michel du Pantocrator comme lieu de sépultures impériales, voir p. 65-66, 97 et 191.

55 Voir la Dédicace du monastère du Pantocrator, p. 213 (cf. titre), poème récité lors de la cérémonie de la consécration des trois églises du monastère, et la Vie d’Irène de Hongrie, p. 173, l. 50, p. 175, l. 81 et 85. Cf. Moravcsik 1970, p. 73‑74 ; Ahunbay et Ahunbay 2001, p. 117. Sur cette impératrice, voir Garland 1999b, p. 199‑200 ; Mullett 2007a, p. 19‑20 ; Dimitropoulou 2007, p. 89‑90.

56 Théotokos Pammakaristos : Janin 1969, p. 208‑213 ; Müller‑Wiener 1977 (Fethiye Camii), p. 132‑135 ; Belting, Mango et Mouriki 1978 ; Mango 1995, p. 101‑102 ; Magdalino 1996, p. 70 ; Malamut 2007, p. 181 ; ODB 3, p. 1567‑1568. Au sujet d’Adrien Comnène, voir p. 65, n. 106. Christ Évergétis : Schäfer 1973, p. 83‑84 ; Müller‑Wiener 1977 (Gül Camii), p. 140‑143 ; Aran 1979, p. 211‑228 ; Magdalino 1996, p. 70 ; Malamut 2007, p. 181, 184. Sur Jean Comnène, neveu d’Alexis Ier, voir Varzos 1984, I, n° 23, II, p. 134‑144 ; Cheynet 1990, p. 96‑97, n° 125 ; Malamut 2007, p. 122, 307‑308.

57 L’église était au centre d’un vaste ensemble comprenant un bain, une école et un bureau de notaires, et faisait l’objet d’une vénération particulière de la part des empereurs depuis le viie siècle. Au sujet des rénovations de l’église des Blachernes, voir Pseudo‑Kodinos, Scriptores originum Constantinopolitanarum, p. 283 ; Jean Skylitzès, p. 384, l. 21 ; Michel Glykas, Annales, p. 583. Sur ce quartier et le palais des Comnènes, voir Janin 1964, p. 138‑145, et 1969, p. 161‑171 ; Majeska 1984, § 46, p. 333‑337 ; Magdalino 1993, p. 116‑118, et 1996, p. 28, 69‑75 ; Malamut 2007, p. 158‑162, 183‑184 ; Stankovic et Berger 2013, p. 19‑20.

58 Anselme de Havelberg, Dialogues, p. 100‑102 ; Typikon du Pantocrator, p. 61, l. 535‑537 ; Typikon de la Kécharitoménè, chap. 5, p. 41, l. 363‑367, 373‑376. Les observations d’Anselme de Havelberg au sujet des monastères de Constantinople furent reprises par Conrad d’Eberbach, dans Le Grand Exorde de Cîteaux, I, chap. 3, § 9‑10. Voir la traduction de Sansterre 2004, p. 289‑290. Au sujet d’Anselme de Havelberg et de ses activités diplomatiques, voir Drocourt 2006, p. 131. Voir Antoine de Novgorod, p. 59, 61, pour le xiiie siècle. Cf. Janin 1969, p. 190, 516‑518 ; Majeska 1984, p. 298 et § 28, p. 291‑295 ; Jeffreys 1994, p. 200 ; BMFD 2, n° 28, p. 725‑727.

59 Typikon du Pantocrator, p. 69‑73, 83‑107, 109‑125. Au sujet des établissements de charité du Pantocrator, voir Miller 1985, p. 12‑21 ; Congdon 1996, p. 168‑169 ; Magdalino 2013, p. 36‑38, 42. Au sujet des résidences impériales de ces deux monastères, voir p. 188-189.

60 L’empereur promulgua à ce sujet un chrysobulle en 1158 (JGR, I, p. 381‑385 ; Regesten, I, 2, n° 1419) et une ordonnance en 1176 (JGR, I, p. 425 ; Regesten, I, 2, n° 1523). Voir aussi Nicétas Chôniatès, p. 207, l. 85‑p. 208, l. 15, qui établit la comparaison avec la politique de Nicéphore II, le commentaire de Balsamon sur les diverses ordonnances de l’empereur, dans Rallès‑Potlès, II, p. 653 (Regesten, I, 2, n° 1553, et voir aussi n° 1550), et le Rescrit de Manuel Ier. Cf. Charanis 1948, p. 81‑92 ; Konidarès 1979, p. 129 ; Thomas 1987, p. 226‑228 ; Magdalino 1993, p. 163‑164, 285‑286, 303‑304 ; Cheynet 2003b, p. 328 ; Smyrlis 2006, p. 175‑176.

61 Nicétas Chôniatès, p. 206, l. 71‑p. 208, l. 15 ; Théodore Skoutariôtès, p. 301, l. 8‑13. Voir aussi Jean Kinnamos, p. 276. Sur cette fondation, voir Magdalino 1993, p. 119, 298‑299 ; Angold 1995, p. 355, 358‑359 ; BMFD 3, p. 870 ; TIB 12, p. 443 ; Smyrlis 2006, p. 161, 175‑176.

62 Typikon de Phobéros, chap. 42, p. 57‑58, chap. 50, p. 62‑63. Sur ce monastère, voir p. 122. Le typikon fut composé par le moine Jean après 1113 et complété après 1144. Au sujet de Marie d’Alanie, voir p. 62. Au sujet du sébaste Nicéphore Botaniate, voir Varzos 1984, I, p. 172‑174 ; Cheynet 1990, p. 282 ; Magdalino 1993, p. 206 ; ODB 1, p. 314‑315. Sur la dignité de sébaste accordée aux époux des princesses Comnènes, voir Stiernon 1965, p. 226‑232 ; Oikonomidès 1976a, p. 126‑127. Sur Eudocie‑Xénè Comnène, voir p. 66, n. 114.

63 La Vie de Cyrille le Philéote, chap. 47, § 8, mentionne un chrysobulle qui n’a pas été conservé. L’emploi, par l’auteur de la Vie de Cyrille le Philéote (chap. 47, § 8, p. 232, l. 1‑3), du verbe λογίζω suggère que l’exemption portait sur l’impôt foncier et pas seulement sur les corvées et les taxes secondaires : « καὶ εἴ τι δίκαιον κέκτηται ἐπ᾿αὐτῶ ὁ δημόσιος, αἴρω αὐτὸ ἀπ᾿αὐτοῦ, ὡς λογισθεντος τοῦ τοιούτου τόπου παρὰ τῆς βασιλείας μου » (Regesten, I, 2, n° 1295e). À cette occasion, l’empereur donna aux moines six livres d’or, soit quatre cent trente‑deux nomismata, dont cinq devaient être distribuées aux pauvres, voir le chap. 47, § 8, p. 232, l. 6‑7. La seconde visite de l’empereur est mentionnée chap. 51, § 2, p. 244, l. 6‑7. Sur la fondation de Cyrille le Philéote, voir Angold 1995, p. 268‑269, 283‑285, 372‑376 ; Morris 1995b, p. 105‑106, 178, 281 ; Kaplan 1995a, p. 193‑194, 199, 203, et 1997, p. 213‑214, 215‑221 ; Malamut 2007, p. 177‑178, 247‑248, 257‑258 ; Mullett 2007a, p. 13‑15 ; TIB 12, p. 585‑587.

64 Actes du Prôtaton, n° 1 (Regesten, I, 1, n° 492), p. 47‑48, n° 4 (942), n° 5 (943), et p. 56‑59. Sur les terres klasmatiques et le libellikon télos, voir Kaplan 1992, p. 402‑408, 532‑537, 551‑554, et Lefort 2003, p. 438‑439, 447‑449, 454.

65 Théophane Continué, p. 429‑430 (Regesten, I, 1, n° 620) ; Vie d’Athanase de Lavra, version A, chap. 104, p. 50 (version B, chap. 34, p. 166, l. 31‑36) ; Actes du Prôtaton, n° 7 (972), l. 26 ; Actes d’Iviron, I, n° 21 (1015), l. 33‑34 ; Actes d’Esphigménou, n° 2 (1037), l. 29 ; Actes de Lavra, I, n° 32 (1057), l. 30‑31 (Regesten, I, 2, n° 932) ; Actes de Lavra, II, n° 79 (1287), l. 20. Dans un passage précédent (p. 417‑419), Théophane Continué mentionne la générosité de Romain Ier sans citer l’Athos, de même que Georges Continué, p. 908‑910, et Symeonis Magistri et Logothetae Chronicon, p. 331‑332. Sur cette rente annuelle, voir les Actes du Prôtaton, p. 54‑55 ; Dagron 1993a, p. 270 ; Morris 1995b, p. 35‑40, 193.

66 Typikon de Lavra, p. 104‑105 ; Vie d’Athanase de Lavra, version A, chap. 71‑73, p. 33‑35 (version B, chap. 23, p. 149‑150) ; Regesten, I, 1, n° 704. Voir les Actes de Lavra, I, n° 4, p. 98, pour la notice dorsale au sujet de Nicéphore II. Sur le rôle de celui‑ci dans la fondation de la Grande Lavra, voir Lemerle 1963, p. 75‑78 ; Actes de Lavra, I, p. 14, 33‑43, 86 ; Actes du Prôtaton, p. 36, 72‑73, 85 ; Morris 1988, p. 103‑104, et 1995b, p. 46, 80‑83, 141, 189, 194. Voir p. 35 pour les relations spirituelles d’Athanase de Lavra avec Nicéphore II Phocas.

67 Typikon de Lavra, p. 114‑115 ; Vie d’Athanase de Lavra, version A, chap. 103, p. 50, chap. 116, p. 56 (version B, chap. 34, p. 166, chap. 36, p. 169) ; Actes d’Iviron, I, n° 6 (984) ; Vie de Jean et Euthyme, chap. 16 ; Regesten, I, 1, n° 704 et 744.

68 Rentes annuelles : Actes de Lavra, I, n° 7 (Regesten, I, 1, n° 760, en 978), n° 32 (Regesten, I, 2, n° 932, en 1057) et p. 46, 52‑53. Donations de terres et de parèques : Actes de Lavra, I, n° 38, 43‑46, 48‑52, 55‑56, 58, et p. 56‑77. Exemptions sur les bateaux : Actes de Lavra, I, n° 55 (1102), n° 67 (1196), n° 68 (1196) ; Actes du Prôtaton, n° 8 (1045), et p. 105‑106. Sur les possessions et la fortune du monastère de Lavra, voir surtout Morris 1995b, p. 187, 224‑229, 233‑234, 239, et 2000, p. 164‑165 ; Smyrlis 2006, p. 52‑55, 107‑108.

69 Actes de Lavra, I, n° 31 (Regesten, I, 2, n° 907, en 1052), n° 33 (Regesten, I, 2, n° 946, en 1060), n° 36 (Regesten, I, 2, n° 997b, en 1074), n° 38 (Regesten, I, 2, n° 1044b, en 1079), n° 43 (Regesten, I, 2, n° 1071a, en 1081), n° 44 (Regesten, I, 2, n° 1077b, en 1082), n° 45 (Regesten, I, 2, n° 1115a, en 1084), n° 48 (Regesten, I, 2, n° 1130b, en 1086). Cf. Oikonomidès 1996, p. 198‑200, 237‑238, 239‑240, 242, 244, 246‑248.

70 Typikon de Lavra, p. 106 (972), l. 33‑37, p. 114, l. 28‑33, p. 115, l. 7 ; Actes du Prôtaton, n° 7, l. 137‑138, n° 8 (1045), l. 90‑99, et p. 104‑105. Athanase mourut d’une chute au cours de ces travaux, voir la Vie d’Athanase de Lavra, version A, chap. 234, p. 112, l. 1‑11 (version B, chap. 65, p. 200, l. 1‑6). Cf. Actes de Lavra, I, p. 40, 47, 50‑51 ; Actes du Prôtaton, p. 79‑80. Au sujet de Kosmas Tzintziloukès, voir p. 153 et 168.

71 Actes de Lavra, I, n° 1, l. 12 (897), et n° 33, l. 25‑42 (Regesten, I, 2, n° 946, en 1060). Voir aussi un acte de vente de 941, n° 2, l. 11‑12, et un acte du stratège de Thessalonique, en 943, dans les Actes du Prôtaton, n° 6, l. 15. Sur la fondation du monastère de Péristéra, voir la Vie d’Euthyme le Jeune, p. 41. Cf. Actes de Lavra, I, p. 86‑87 ; Actes du Prôtaton, p. 27‑36. Sur l’acquisition, par Lavra, du monastère de Péristéra, voir les Actes de Lavra, I, p. 38, 86, et les Actes du Prôtaton, p. 36.

72 Actes de Lavra, I, n° 5 (964), l. 46, 53, 57, 60 (Regesten, I, 1, n° 706), n° 7 (972), l. 4, et p. 95‑99 (Regesten, I, 1, n° 745). Voir texte 2, p. 220-221. Cf. Actes de Lavra, I, p. 39‑41.

73 Basilikè monè : Actes de Lavra, I, n° 9, l. d (991, acte du prôtos), n° 10, l. 7‑8 (993, acte de vente), n° 12, l. 3‑4 (99, acte du prôtos), n° 54, l. 4, 7 (1101‑1102, donation d’un moine). Sébasmia monè : Actes de Lavra, I, n° 20, l. 64 (acte de donation), et n° 24, l. 13 (acte d’échange). Sébasmia monè tès basileias èmôn : Actes de Lavra, I, n° 56, p. 296, voir aussi les l. 3‑7, p. 292. Sur Théodoret, voir les Actes de Lavra, I, p. 6‑7 et 288.

74 Actes de Xénophon, n° 1 (1089), l. 68 (Regesten, I, 2, n° 1090) ; Actes de Chilandar, I, n° 3 (1198), l. 5‑6, et p. 25‑26 ; Actes de Vatopédi, I, n° 10 (1080), l. 24‑25 (Regesten, I, 2, n° 1048a, en 1080). Sur les origines mal connues du monastère de Vatopédi, voir les Actes de Vatopédi, I, p. 3‑9.

75 Actes de Vatopédi, I, n° 11, l. 30‑33 pour la citation, et p. 11‑13 (Regesten, I, 2, n° 1077a, en 1082). Voir texte 5, p. 225. Sur cet échange, voir Hendy 1969, p. 50‑64 ; Morrisson 1976, p. 3‑47, et 2002, p. 931‑932, 944‑945 ; Oikonomidès 1996, p. 209, 244‑245 ; Morrisson et Cheynet 2002, p. 815‑831 ; Laiou et Morrisson 2007, p. 149‑154.

76 Actes du Prôtaton, n° 8 (1045), l. 75‑77, 97‑99, et p. 106 ; Actes de Vatopédi, I, n° 10 (Regesten, I, 2, n° 1048a, en 1080), n° 11 (Regesten, I, 2, n° 1077a, en 1082), et p. 11‑13, 39‑42. Cf. Morris 1995b, p. 187 ; Smyrlis 2006, p. 96‑97. Sur la fortune de Vatopédi, voir surtout Morris 1995b, p. 187, 233 ; Smyrlis 2006, p. 96‑97, 108.

77 Actes d’Iviron, II, n° 41, l. 45‑54 (Regesten, I, 2, n° 1044a, en 1079). Sur ce privilège, voir Oikonomidès 1996, p. 242, et 1997, p. 53‑54.

78 Actes du Prôtaton, n° 2, l. 4 (908), et p. 36‑40 ; Actes d’Iviron, I, n° 7 (985), et p. 15‑16, 28‑31 ; Vie de Jean et Euthyme, chap. 12, l. 244‑247, chap. 14. Voir aussi Regesten, I, 1, n° 512 (acte de Léon VI, perdu), n° 617 (confirmation de ses droits par Romain Ier), n° 687 (donation de Romain II). Sur les origines géorgiennes de la fondation et son patronage par l’aristocratie géorgienne, voir les Actes d’Iviron, I, p. 13‑21, 52, 58, II, p. 15, 25, 33‑35, et Lefort et Papachryssanthou 1983, p. 27‑33. Voir aussi la Vie de Georges l’Hagiorite, p. 124‑126, 144‑146. Pour Jean Tornikios, voir p. 116.

79 Actes d’Iviron, II, n° 32 (1059), n° 33 (1061), n° 38 (Regesten, I, 2, n° 961a, en 1065), n° 41 (Regesten, I, 2, n° 1044a, en 1079), n° 52 (Regesten, I, 2, n° 1214d‑h, en 1101) ; Vie de Georges l’Hagiorite, chap. 31‑32 ; Vie de Jean et Euthyme, chap. 26. Cf. Actes d’Iviron, I, p. 38‑39, 53‑59, 63‑68, II, p. 5 (n° 34), 22‑42. Sur la fortune et les propriétés d’Iviron, voir surtout Morris 1995b, p. 86, 170‑171, 187‑189, 195‑196, 233, et 2000, p. 165‑166 ; Oikonomidès 1996, p. 200‑202, 242 ; Lefort 2003, p. 453 ; Smyrlis 2006, p. 47‑48, 108.

80 Actes d’Iviron, I, p. 29, actes n° 1, l. 2‑3 (927, juge), n° 4, l. 22 (982, garantie des habitants d’Hiérissos), n° 7, l. 10 (985, prôtos), n° 9, l. 3 (995, juge), n° 16, l. 19 (1010, acte de vente). Ce monastère est également désigné par l’expression de mégalè monè dans le typikon de Jean Ier Tzimiskès, voir les Actes du Prôtaton, n° 7, l. 132‑134, et p. 27‑38. Sur le monastère de Kolobou, voir les Actes du Prôtaton, p. 38‑39, 52‑53.

81 Actes d’Iviron, II, n° 42 (1180), l. 1 ; Actes de Chilandar, I, n° 3 (1198), l. 10 ; Actes d’Iviron, II, n° 44 (1090), l. 14, n° 52 (1104), l. 624. Sur les liens de Symbatios Pakourianos et de sa femme, Kalè, devenue la moniale Marie, voir aussi les Actes d’Iviron, II, n° 46‑47.

82 Actes d’Iviron, I, n° 6 (984), l. 60, n° 7 (985), p. 147‑151 ; Actes de Lavra, I, n° 9 (991), l. 54, n° 15 (1010), l. 66‑67. Le frère du duc de Bénévent est cité par la Vie de Jean et Euthyme, chap. 27‑28. La Vie d’Athanase de Lavra (version A, chap. 158, p. 74, l. 6‑7 ; version B, chap. 43, p. 176‑177, l. 13‑17, 20‑24) cite des disciples venus « d’Italie, de Rome même, de Calabre, d’Amalfi, d’Ibérie, d’Arménie », attirés par la réputation d’Athanase, sans nommer explicitement le frère du duc de Bénévent. Sur ce monastère, voir Actes d’Iviron, I, p. 36, 137 ; Actes du Prôtaton, p. 86, 88 ; Lemerle 1953, p. 548‑554 ; Pertusi 1963, p. 220‑229 ; Bonsall 1968‑1969, p. 262‑267 ; Falkenhausen 1993, p. 89‑96.

83 Actes de Lavra, I, n° 23 (1018‑1019), p. 168‑170 ; Actes du Prôtaton, n° 8 (1045), clause V, l. 99‑101 (voir aussi la clause II, l. 62‑77, pour les autres monastères) ; Actes de Lavra, I, n° 42 (1081), p. 236‑240. Les Amalfitains du Mont Athos étaient sans doute en relations avec une autre communauté latine de Constantinople, la Théotokos tou Panagiou, connue des Latins comme Santa Maria de Latina ou monastère « des Amalfitains », voir Pertusi 1963, p. 218‑219, 236‑237 ; Magdalino 1996, p. 75‑76, 97‑98.

84 Actes de Philothée, n° 1 (1087), p. 6, l. 154‑155, voir aussi p. 4, l. 73, 78 ; Actes de Xénophon, n° 1 (1089), l. 207, et p. 24‑25 ; Actes de Lavra, I, n° 42 (1081), l. 10, 22‑23, 62, n° 43, l. 3‑4, 17, 57 (Regesten, I, 2, n° 1071a) ; Regesten, I, 2, n° 1329 (Jean II) ; Actes de Chilandar, I, n° 3 (1198), l. 10 (Regesten, I, 2, n° 1644) ; Actes de Lavra, II, n° 79 (1287), p. 46‑50. Cf. Lemerle 1953, p. 557‑561 ; Morris 1995b, p. 187 ; Oikonomidès 1996, p. 209, 244.

85 Actes de Chilandar, I, n° 3 (1198), l. 1‑10 (Regesten, I, 2, n° 1644), et p. 23‑26. Le résultat de cette démarche est le chrysobulle concédé la même année par Alexis III, voir les Actes de Chilandar, I, n° 4 (Regesten, I, 2, n° 1646). Sur les origines du monastère, voir les Actes de Chilandar, I, n° 5 (voir la traduction de Giros, dans Métivier 2007, p. 111‑113) et p. 18‑20 ; ODB 3, p. 931‑932. Nicétas Chôniatès situe par erreur la retraite de Stephan‑Syméon sur le Mont Papikion (Nicétas Chôniatès, p. 531, l. 75‑77), erreur reprise par l’historiographie grecque au sujet du Papikion, voir Zèkos 1989, vol. 1, p. 678.

86 Actes de Chilandar, I, n° 4 (1198), n° 5 (1199, voir la traduction d’Estangüi Gómez, dans Métivier 2007, p. 111‑113), n° 8 (1271), n° 9, l. 63‑67, n° 10 (1277), n° 17 (1299), l. 85, n° 34 (1317), l. 193‑196, et p. 17, 35‑36. Cf. Oikonomidès 2000 ; Smyrlis 2006, p. 38‑39, 109. Le monastère de Zygou, qui semble ruiné à la fin du xiie siècle selon les dires de Savas, détenait pourtant un rang élevé dans la hiérarchie athonite au milieu du xie siècle, voir les Actes du Prôtaton, n° 8, l. 183, 187 (1045) ; Actes d’Iviron, II, n° 31. Cf. Giros 2003, p. 272‑274.

87 Actes de Chilandar, I, p. 39, 44‑52 ; n° 24 (1308), l. 4, et App. II (1300), p. 290, 296. L’importance du monastère est soulignée également par l’expression de sébasmia monè que nous rencontrons fréquemment dans ses archives, voir notamment les chrysobulles de 1299 (n° 17, l. 83‑84, 104, 114), de 1300 (n° 19, l. 23, n° 20, l. 21‑22) et de 1317 (n° 34, l. 125‑126). La position éminente de Chilandar au sein des monastères athonites se traduit notamment par le rang de la signature de son higoumène dans les actes du prôtos du début du xive siècle, voir les Actes de Xéropotamou, n° 17 (1314), l. 43, et les Actes d’Esphigménou, n° 12 (1316), l. 135. Sur la fortune de Chilandar, voir Smyrlis 2006, p. 39‑42.

88 Actes de Chilandar, I, n° 3, l. 18‑21 (Regesten, I, 2, n° 1644).

89 Actes de Xénophon, n° 2 (Regesten, I, 2, n° 1153g, en 1089), et p. 12‑15 ; Actes de Kutlumus, n° 3 (1287) ; Actes de Xénophon, n° 3 (1300). Voir aussi les actes du prôtos de 1314 (Actes de Xéropotamou, n° 17, l. 48), de 1316 (Actes d’Esphigménou, n° 12, l. 136 ; Actes de Vatopédi, I, n° 46, l. 136), de 1345 (Actes de Docheiariou, n° 24, l. 83) et de 1363 (Actes de Saint‑Pantéléèmôn, n° 13, l. 29). Sur ce monastère, voir Morris 1995b, p. 86, 100‑101, et 2007, p. 443‑464. Au sujet de Stéphane‑Syméon, voir p. 116-117.

90 Actes de Docheiariou, n° 2 (Regesten, I, 2, n° 1152b, en 1089) et p. 5‑8 ; Actes de Lavra, II, n° 79 (1287), l. 29 ; Actes de Xéropotamou, n° 17 (1314), l. 47 ; Actes d’Esphigménou, n° 12 (1316), l. 137 ; Actes de Vatopédi, I, n° 46 (1316), l. 137 ; Actes de Saint‑Pantéléèmôn, n° 13 (1363), l. 30. Voir aussi, entre autres, Actes de Docheiariou, n° 11, l. 2, n° 19, l. 3, 47‑48, n° 20, l. 1, 3, 60, 63. La notice concernant Andronic II figure dans les Actes de Docheiariou, n° 20 (copie du xvie siècle, voir p. 149). Sur ce monastère, voir ODB 1, p. 642 ; Oikonomidès 1996, p. 209 ; BMFD 4, p. 1303 (n° 41).

91 Trois ordonnances d’Andronic II en 1295 qualifient le monastère de sébasmia basilikè monè (Actes de Xéropotamou, n° 13, l. 1‑3, n° 14, l. 1‑3 et n° 15, l. 1‑2). Cette position relativement éminente au sein des monastères de l’Athos se retrouve dans les signatures des actes du prôtos du début du xive siècle, voir les Actes de Docheiariou, n° 12 (1312), l. 32, les Actes d’Esphigménou, n° 12 (acte du prôtos, 1316), l. 133, et Actes de Xénophon, n° 18 (1322), l. 41. Un chrysobulle de Michel VII qualifie le monastère de sébasmia monè en 1275 (Actes de Xéropotamou, n° 10, l. 47‑48, 52‑53, 69), de même qu’un acte de l’évêque d’Hiérissos, en 1239‑1240 (Actes de Vatopédi, I, n° 14, l. 72) et un testament, vers 1270‑1274 (Actes de Xéropotamou, n° 9). Sur ce monastère, voir les Actes de Xéropotamou, p. 6‑10 ; Actes du Prôtaton, p. 65 ; ODB 3, p. 2209‑2210.

92 Actes du Pantocrator, p. 4‑5 (Dorothéou) et p. 69‑70 (Dométiou) ; Actes de Vatopédi, I, n° 5 (Dorothéou), et p. 11, 26 et n° 123 (Dométiou) ; Actes de Saint‑Pantéléèmôn, p. 41‑42.

93 Actes de Kutlumus, n° 3 (1287), l. 24‑28 ; Actes de Lavra, II, n° 79 (1287), l. 25‑29 ; Actes de Xéropotamou, n° 17 (1314), l. 39‑48 ; Actes d’Esphigménou, n° 12 (1316), l. 129‑139 ; Actes de Vatopédi, I, n° 46 (1316), l. 129‑139 ; Actes de Xénophon, n° 18 (1322), l. 37‑43. Sur le patronage des monastères par les Paléologues, voir Rouillard 1943, p. 73‑84 ; Charanis 1948, p. 100‑101 ; Giros 2006, p. 229‑231 ; Smyrlis 2006, p. 161.

94 Actes d’Esphigménou, p. 20, n° 6, l. 21, et App. A, l. 14‑15 ; Regesten, I, 3, n° 2067 (2078) et 1875. Cf. Actes d’Esphigménou, p. 18‑19 ; ODB 2, p. 729. Le monastère est également qualifié de sébasmia basilikè monè dans un acte suspect daté de 940, probablement forgé à une date beaucoup plus tardive (Actes de Lavra, I, p. 371, l. 7, 10) ; la présence de cette expression, qui n’est pas attestée avant le xiiie siècle dans les actes de l’Athos et de Patmos, ajoute selon nous aux soupçons des éditeurs, voir les Actes de Lavra, I, p. 370.

95 Actes de Lavra, I, n° 7, l. 23, 28, 39, 45, 56‑57, 60 (Regesten, I, 1, n° 760).

96 Actes de Lavra, I, n° 5 (Regesten, I, 1, n° 706, en 964) ; Actes de Chilandar, I, n° 4 (1198). Pour les actes du prôtos, voir par exemple les Actes de Lavra, I, n° 9 et 12, en comparaison avec les n° 15, 17, 21, 23, etc.

97 Selon Michel le Syrien, l’empereur « bâtit quatre‑vingt‑seize églises, douze monastères et quatre hospices en divers lieux d’Asie, de Carie, de Phrygie et de Lydie » (Michel le Syrien, III, p. 270). Le rôle important des moines palestiniens dans la défense de l’orthodoxie impériale a amené Kai Trampedach à faire l’hypothèse d’un monachisme impérial dès le vie siècle, ce qui n’est pas confirmé par les sources, voir Trampedach 2005, p. 271‑296.

98 Théophane Continué, p. 430 (Regesten, I, 1, n° 620). Sur cette Sainte Montagne, voir Janin 1975, p. 442, n° 3 ; Morris 1995b, p. 35, 37‑38, 194 ; ODB 2, p. 1188‑1189.

99 Vie de Paul le Jeune, chap. 28, p. 122, l. 10‑16, chap. 37, p. 127 ; Épistoliers byzantins du xe siècle, n° 83, p. 146, n° 88, p. 149. Cf. Vocotopoulos 1965‑1966, p. 80 ; Janin 1975, p. 442, n° 4 et 7 (les lettres de Nicéphore II doivent être datées du règne de Constantin VII, voir McGeer 2003, p. 124, n. 59, p. 132, n. 83). La Vie de Paul le Jeune nous apprend en outre qu’un certain Jean, disciple de Paul, servait d’intermédiaire avec la capitale et se chargeait d’y apporter les courriers importants ayant trait aux affaires de la laure de Stylos (p. 121, l. 1‑4, 13, p. 125, l. 25, p. 142, l. 29‑36, p. 144, l. 11, 21). Sur l’expédition et la défaite de la flotte byzantine menée par Constantin Gongylios, en Crète, voir Treadgold 1997, p. 489. Au sujet de la fondation et de l’histoire générale de la laure, voir Malamut 1993, p. 241‑242 ; Morris 1995b, p. 38‑39, 155, 138 (et tableau p. 297), 213‑214 ; BMFD 1, p. 135 ; ODB 3, p. 1608.

100 Actes du Latros, p. 290‑329 (voir notamment l’acte de 1196, p. 305‑307) ; MM, 6, p. 30‑32 (1087), et p. 146, l. 27‑33. Cf. Actes de Patmos, I, p. *48 ; Morris 1995b, p. 213‑214 ; Smyrlis 2006, p. 110, 120‑121. Au sujet de l’higouménat de Christodoulos (1076‑1079), voir l’Ηypotypôsis de Christodoulos de Patmos, chap. 4‑5, p. 61‑62, et la Vie de Christodoulos de Patmos, chap. 7‑9.

101 Actes du Latros, p. 323, l. 1‑8, p. 324, l. 14, p. 326, l. 26‑29, p. 327, l. 19‑21 (Regesten, I, 1, n° 566, et I, 2, n° 1668). Cf. Vocotopoulos 1966, p. 213‑216 ; Janin 1975, p. 441, n° 1, p. 447, n° 21, p. 449, n° 29.

102 Vie de Paul le Jeune, chap. 30, p. 123. Cf. Janin 1975, p. 442, n° 5.

103 L’échange de terres intervint dès avant 955 (Actes du Latros, p. 307‑309), mais suscita plusieurs problèmes de voisinage au cours des décennies suivantes et l’acte de garantie des moines de Lamponion, qui s’accompagnait du versement de cent nomismata, date de 987. La confirmation de Michel VII, voir p. 299, l. 24‑26 (Regesten, I, 2, n° 1026d). Sur cette affaire, voir les Actes du Latros, p. 308‑315. Cf. Janin 1975, p. 442, n° 6, 443‑445, n° 8‑13.

104 Actes du Latros, p. 329 (1143 ?), p. 319, l. 17‑19 (1189), p. 320‑322 (Regesten, I, 2, n° 1633, en 1195), et p. 323‑327 (1189‑1195). À la fin du xiie siècle, l’higoumène de Stylos dut aller plusieurs fois à Constantinople afin de défendre les intérêts du monastère, voir notamment les Actes du Latros, p. 305‑307 (1196). Pour les actes de Théodore Ier Lascaris voir p. 327‑329 (Regesten, I, 2, n° 1668, en 1204), et p. 290‑295 (1216). Sur les différentes étapes de la mise en possession de ce domaine au monastère de Stylos en 1215, voir Regesten, I, 3, n° 1693‑1697. Cf. Janin 1975, p. 447‑450, n° 22, 25‑27, 29‑30 ; Smyrlis 2006, p. 162‑164, 169‑170, 192, n. 58.

105 Actes du Latros, p. 329, l. 6 (1143 ?), p. 317, l. 7 (1175), p. 319, l. 7‑8, 20‑21 (1189), p. 323, l. 10, p. 324, l. 11, p. 326, l. 34‑35 (1189‑1195), p. 320, l. 5 (1195), p. 305, l. 13 (1196), p. 328, l. 25‑26 (1203), p. 290, l. 21 (1216), p. 295, l. 1‑2, p. 296, l. 9 (1222), p. 299, l. 35 (1222), p. 304, l. 6‑7 (1236), p. 302, l. 9‑10 (1247‑1254) ; Actes de Patmos, I, n° 37, l. 1 et n° 38, l. 1 (1225 selon Regesten, I, 866‑867 et 1712‑1712a). Pour une analyse de ces actes, voir Janin 1975, p. 447‑451, n° 22‑32, p. 453, n° 38.

106 Ce titre avait été porté déjà par Christodoulos, désigné par le patriarcke Kosmas Ier (1075‑1081) à la fois comme higoumène de Stylos et prôtos du Latros, voir MM, 6, p. 30‑32 (Regestes, I, 3, n° 942) ; Hypotypôsis de Christodoulos de Patmos, p. 62, l. 9‑10 ; Vie de Christodoulos de Patmos, chap. 9. L’higoumène de Stylos fut ensuite concurrencé par celui de Lamponion‑Kellibara, et en 1222 le patriarche ordonna que la prééminence revienne au monastère de Stylos, mais l’higoumène de Lamponion‑Kellibara est ensuite de nouveau attesté comme archimandrite, voir les Actes du Latros, p. 295‑298 (1222), p. 298‑300 et p. 429‑430 (1225) ; Regestes, I, 4, n° 1231, 1237, 1294‑1295. Les ordonnances impériales qui tranchent la question sont conservées dans les Actes de Patmos, I, n° 37, l. 1, et n° 38, l. 1 (actes pouvant être datés de 1270, 1285, 1300 ou 1315) ; Regesten, I, 2, n° 866‑867, 1712‑1712a (1225) ; Regestes, I, 4, n° 1237. Cf. Janin 1975, p. 445, n° 14, p. 450‑451, n° 31‑33 ; Actes de Patmos, I, p. *23, n. 3 ; BMFD 2, p. 564‑565.

107 Vie de Lazare de Galèsion, chap. 47, p. 524, chap. 49‑50, p. 524‑525, chap. 52‑58, p. 525‑528, chap. 64, p. 529‑530, chap. 100, p. 539, chap. 107, p. 541, chap. 229‑230, p. 578‑579, chap. 245, p. 584, chap. 246, p. 585. Sur les fondations de Lazare, voir l’introduction à la Vie de Lazare de Galèsion par R. P. H. Greenfield, p. 12‑14, 30‑39, et Greenfield 2009, p. 25‑40 ; Malamut 1985 ; Kaplan 1992, p. 106 ; Morris 1995b, p. 40‑42 et n. 28 ; BMFD 1, p. 148‑149 ; Whittow 2007, p. 251‑252, 265‑268 ; ODB 2, p. 817.

108 Vie de Lazare de Galèsion, chap. 217, p. 574, chap. 245, p. 584‑585, chap. 253, p. 588. Voir les chap. 238‑239, p. 582, au sujet des conflits des moines du Galèsion avec le métropolite d’Éphèse et les Regesten, I, 2, n° 911a, au sujet de la donation de Constantin IX.

109 Vie de Lazare de Galèsion, chap. 230, p. 579, chap. 245, p. 584‑585, chap. 248, p. 586. Cf. Bouras 1982, p. 28, n. 1.

110 Synaxaire de Constantinople, col. 724, l. 41‑45 ; Pseudo‑Syméon, p. 713‑715 (voir la traduction de Sidéris dans Métivier 2007, p. 41) ; Jean Skylitzès, p. 191, l. 95‑97 ; Typikon du Pantocrator, p. 69, l. 686, et n. 18 ; Corpus des sceaux de l’Empire byzantin, V, L’Église, 2, n° 1274, p. 191. Sur cette fondation, voir Janin 1975, p. 59 ; Tougher 1997, p. 201 ; Auzépy 2003, p. 439.

111  Typikon d’Élegmoi, prologue, p. 716‑717, chap. 4, p. 724, chap. 5, p. 725‑726, chap. 37, p. 752 (Regestes, I, 3, n° 1044 ; Regesten, I, 2, n° 1395b). Le typikon ne donne aucune indication quant au statut du monastère et qualifie la fondation de sébasmia monè, voir p. 715, l. 1, p. 716, l. 19. Une lettre du magistre Nicétas, datant du milieu du xie siècle, témoigne également de l’importance de cette fondation selon ces mêmes termes, voir les Lettres du Codex de Vienne, p. 176, l. 18. Sur le rôle du mystikos dans le patronage impérial, voir Magdalino 1984, p. 231‑240, et plus bas p. 179.

112 De Meester 1949, p. 119 ; Mango 1966, p. 175‑176 ; Angold 1995, p. 300 ; Tunay et al. 1998, p. 67‑68 ; Auzépy 2003, p. 444‑445 ; Kiourtzian 2003, p. 60. Sur l’existence d’un réseau monastique bithynien dès le ixe siècle, voir Dagron 1993a, p. 260‑261 ; Delouis 2005, p. 225‑229. Au sujet d’Andronic Kontostéphanos et de sa famille, voir Darrouzès 1970a, p. 57‑62 ; Varzos 1984, I, p. 304‑305 (tableau) ; Cheynet 1990, p. 129‑130, et 2003b, p. 328 ; Magdalino 1993, p. 207‑208, 210 ; Angold 1995, p. 177, 513‑514.

113 Georges Pachymère, IV, p. 657, l. 1‑3.

114 La générosité des impératrices est rappelée par deux chrysobulles de 1048 et de 1079, voir MM, 5, p. 6, l. 2 (Regesten, I, 2, n° 887, en 1048), p. 9, l. 32 (Regesten, I, 2, n° 1043a, en 1079). La tradition monastique mentionne un troisième fondateur, un certain Joseph, qui n’est pas attesté par les archives du monastère, voir les proskynètaria écrits au xixe siècle en l’honneur des fondateurs du monastère et consignés par Nicéphore, higoumène du monastère au début du xixe siècle (Nicéphore de Chio 1804, p. 25‑26, et Bouras 1982, p. 25). Sur cette fondation, voir Oikonomidès 1996, p. 202‑205 ; TIB 10, p. 237‑239 ; ODB 2, p. 1446‑1447.

115 JGR, I, p. 615‑618 (Regesten, I, 2, n° 861‑862, en 1044), p. 628 (Regesten, I, 2, n° 865, en 1045) ; MM, 5, p. 2‑5 (Regesten, I, 2, n° 868, en 1045), p. 5‑6 (Regesten, I, 2, n° 878, en 1046), p. 6‑7 (Regesten, I, 2, n° 887, en 1048) ; JGR, I, p. 633 (Regesten, I, 2, n° 892, en 1049) ; MM, 5, p. 7 (Regesten, I, 2, n° 902, en 1050) ; JGR, I, p. 636 (Regesten, I, 2, n° 910, en 1053) et p. 637 (Regesten, I, 2, n° 913, en 1054). Sur la fortune de la Néa Monè, voir Bouras 1982, p. 17, 25‑26, 30‑31 ; Malamut 1988, 2, p. 412‑413 ; Oikonomidès 1996, p. 202‑203, 234‑237 ; Smyrlis 2006, p. 67‑68. Sur les méthodes de calcul du nombre de moines à partir des modioi de blé consommés, voir Svoronos 1976, p. 60, n. 38.

116 La tradition monastique au sujet du katholikon est rapportée par Nicéphore de Chio 1804, p. 87, voir Bouras 1982, p. 53‑54, 139‑145. Sur ces éléments architecturaux, voir Mango 1976a, p. 216, 219 ; Mouriki 1980‑1981, p. 86‑92, et 1985, I, p. 29‑33, 102‑103, 211‑214, 260, 265‑269 ; Bouras 1982, p. 30‑32, 133‑148, 161‑164, 168‑177, 181‑189. Voir Mouriki 1985, I, p. 136‑139, II, fig. 189 et p. 336‑337 pour une comparaison de ce portrait avec le portrait de l’empereur qui figure à Sainte‑Sophie, dans la galerie sud.

117 Michel Psellos, Orationes forenses et acta, p. 18‑22. Sur cette affaire, voir p. 79.

118 MM, 5, p. 447‑448 (Regesten, I, 2, n° 939b) ; JGR, I, p. 638‑639 (Regesten, I, 2, n° 947, en 1060). Les actes de Constantin X portaient sur la rente annuelle de mille modioi de blé et la capitation des familles juives de Chio, voir JGR, I, p. 639‑640 (Regesten, I, 2, n° 949 et n° 950, en 1062). Au sujet des Juifs de Chio, voir Argenti 1966, p. 39‑68, et 1970, p. 63‑92 ; Linder 1997, p. 160‑165 ; Oikonomidès 1995b, p. 218‑225, et 1996, p. 204, 236‑237.

119 Chrysobulle de Michel VII Doukas, JGR, I, p. 642 (Regesten, I, 2, n° 987, en 1072) ; chrysobulle de Nicéphore III Botaniate, MM, 5, p. 8‑10 (Regesten, I, 2, n° 1043a, en 1079), qui porte la rente à deux livres d’or.

120 MM, 5, p. 8, l. 1‑7, voir aussi les l. 10‑12. La situation de Nicéphore III n’était pas, en effet, des plus stables, et son règne fut notamment contesté par le pape Grégoire VII qui lui resta hostile, car Nicéphore avait mis fin à l’ébauche d’alliance conclue entre son prédécesseur, Michel VII, et la papauté, voir Taft 1991b, p. 64, p. 171 ; Falkenhausen 1992, p. 88‑91, 97‑99 ; Cowdrey 1998, p. 434, 486 ; Loud 2000b, p. 213.

121 MM, 5, p. 8, l. 15‑16. Sur les liens de Constantin IX avec les moines et en particulier avec la Néa Monè, voir Miguel Ataliates, Historia, p. 36, l. 12‑20 ; Michel Psellos, Chronographie, II, p. 61‑63, et Orationes panegyricae, p. 15, l. 327‑p. 16, l. 334 ; Jean Skylitzès, p. 476 ; Théodore Skoutariôtès, p. 162, l. 24‑25 ; Nicéphore de Chio 1804, p. 25‑26. Sur le coup d’État de Constantin Monomaque, voir Cheynet 1990, p. 46, n° 39, p. 56‑57, n° 60.

122 Au sujet de la conquête des îles nord‑égéennes et de Rhodes par Tzachas, voir Anne Comnène, livre VII, chap. viii. Sur les différentes périodes d’occupation de l’île par les Vénitiens, voir Jean Kinnamos, p. 283, l. 24 ; Nicétas Chôniatès, p. 172, l. 83. Cf. Ahrweiler 1966, p. 184‑186 ; Malamut 1988, 1, p. 91‑94 ; Treadgold 1997, p. 617‑618 ; ODB 3, p. 2134.

123 MM, 5, p. 10‑13 (Regesten, I, 3, n° 1870, en 1259) ; JGR, I, p. 667, l. 17, et p. 668, l. 51 (Regesten, I, 4, n° 2133, en 1289). Sur les biens détenus par la Néa Monè, voir TIB 1, p. 181, et TIB 10, p. 238. Pour la reconquête en 1263 des îles du nord de la mer Égée, voir Nicephori Gregorae Byzantina Historia, I, p. 98, l. 17.

124 Hypotypôsis de Christodoulos de Patmos, chap. 6‑7, p. 62‑63 ; Actes de Patmos, I, n° 4 (Regesten, I, 2, n° 1123, en 1085), n° 5 (Regesten, I, 2, n° 1139, en 1087), et p. *29‑*31. Cf. Oikonomidès 1996, p. 205‑206, 243. Ce monastère est qualifié de sébasmia monè dans le chrysobulle d’Alexis Ier, en 1085 (Actes de Patmos, I, n° 4, l. 30).

125 Actes de Patmos, I, n° 6 (Regesten, I, 2, n° 1147, voir texte 7, p. 228), voir notamment les l. 23‑24 sur l’interdit contenu par le chrysobulle de 1088, et II, n° 51 ; Hypotypôsis de Christodoulos de Patmos, chap. 9‑10, p. 64‑66 ; Vie de Christodoulos de Patmos, chap. 11‑13. Sur la fondation et la fortune du monastère de Patmos, voir les Actes de Patmos, I, p. *35‑*49 ; Morris 1995b, p. 47‑48, 217 ; Angold 1995, p. 274‑276, 359‑361 ; Armstrong 1996, p. 223, 226 ; Oikonomidès 1996, p. 205‑207, 249‑250, et 2004b, p. 4‑7 ; BMFD 2, p. 564‑567 ; Smyrlis 2006, p. 73‑84, 175, 257, 274 (carte 10) ; Malamut 2007, p. 247, 254‑257.

126 Actes de Patmos, I, n° 8 et p. *61 (Regesten, I, 2, n° 1296). En 1176, à la demande des moines de Patmos qui ne parvenaient pas à obtenir du duc de Crète les modioi de blé qui leur étaient dus, Manuel Ier décida de remplacer cette rente frumentaire par une rente en numéraire de cent quarante‑quatre nomismata par an ; cette rente est attestée jusqu’en 1197, voir les Actes de Patmos, I, n° 22 (Regesten, I, 2, n° 1521a, en 1176), n° 21 (Regesten, I, 2, n° 1636, en 1196), et II, n° 57 (1197) ; Vie de Léontios de Jérusalem, chap. 31, p. 66, chap. 61, p. 102. Sur cette affaire, voir Oikonomidès 1968, p. 195‑201.

127 Le chrysobulle d’Alexis Ier, perdu, est mentionné dans un inventaire de documents mis de côté par les moines, voir MM, 6, p. 107, l. 2‑11. C’est ce même inventaire qui mentionne l’augmentation de la rente à cinq cents modioi, en citant un passage du testament de l’higoumène Théoktistos. Au sujet du testament de Théoktistos (1118‑1157), voir Vranoussi 1966a, p. 224‑225. Le chrysobulle de Manuel Ier n’a pas non plus été conservé, mais cette augmentation nous est connue grâce à une prostaxis de l’empereur, en 1176, voir les Actes de Patmos, I, n° 22, et p. *62‑*63 (Regesten, I, 2, n° 1339). Cf. Vranoussi 1964, p. 80‑84.

128 Actes de Patmos, I, n° 18 (1099 ou 1114). Le recenseur des Cyclades, Christophoros Kopsènos, sur ordre d’Alexis Ier, exempta de la strateia douze familles de paysans, qui vivaient à Patmos et qui avaient probablement été amenés par Christodoulos au moment de son installation sur l’île, voir les Actes de Patmos, II, n° 54 (1089), et p. *40‑*43 ; le monastère possédait sans doute douze parèques à Patmos, douze autres à Léros et à Leipsô, portés au nombre de dix‑huit avant 1145. En 1145, les moines obtinrent que les exemptions fiscales portant sur les parèques simples soient confirmées malgré l’acquisition de bœufs de labour et le changement de statut de ces parèques devenus des zeugaratoi, voir Actes de Patmos, I, n° 19 (Regesten, I, 2, n° 1340, en 1145), l. 6‑13. Au sujet des parèques de Patmos, voir Lemerle 1959, p. 268‑269, et 1979, p. 166‑188, 232‑248 ; Morris 1995b, p. 188 ; Oikonomidès 1996, p. 231 ; Kaplan 1992, p. 270‑272 ; Lefort 2003, p. 409‑410, 470‑473.

129 L’exemption portait initialement sur un tonnage modeste de cinq cents modioi en 1088 (Actes de Patmos, I, n° 7 ; Regesten, I, 2, n° 1150), porté à mille cinq cents modioi avant 1186 (Actes de Patmos, I, n° 8 et 9 ; Regesten, I, 2, n° 1296, en 1119, et n° 1570, en 1186), et à deux mille modioi en 1197 (Actes de Patmos, I, n° 11 ; Regesten, I, 2, n° 1641, en 1197). Voir les Actes de Patmos, I, p. *47‑*48, *63‑*64, *90, et II, n° 56 (1195), n° 59 (1199), n° 60 (1203). Cf. Nystazopoulou‑Pélékidou 1989, p. 93‑114 ; Morris 1995b, p. 220 ; Oikonomidès 2004b, p. 8‑10 ; Smyrlis 2006, p. 109‑111.

130 Testament de Christodoulos de Patmos, p. 82, l. 6‑9, p. 84, l. 4‑6. Cf. Saint‑Guillain 2001, p. 160, doc. n° 15, et 2004, p. 765‑790 ; Smyrlis 2006, p. 113‑114.

131 MM, 6, p. 144‑146. Ce texte, qui a été daté par les éditeurs de la fin du xiie siècle, mais qui a probablement été composé par Christodoulos, se présente comme une suite de conseils et d’exhortations adressée à ses moines, voir les Actes de Patmos, I, p. *34‑*35, *44‑*45. Voir le testament de Théoktistos dans MM, 5, p. 108‑110, et les Actes de Patmos, I, n° 21, l. 2 (1196). Cf. Malamut 1988, 1, p. 129.

132 Orlandos 1970, p. 92, 267, 317 ; Bouras 1988, p. 26‑29, et 1989, p. 139‑141 ; Mouriki 1980‑1981, p. 116‑117, et 1987‑1988, p. 257‑262. Pour la datation de l’exonarthex, voir aussi Kollias 1986, p. 57‑58. La date de la succession d’Arsénios est débattue. La date de 1183, sous‑entendue dans la Vie de Léontios de Jérusalem, chap. 92, p. 142, et qui a été adoptée par Vranoussi 1966c, p. 156‑157, a été contestée par D. Tsougarakis, qui propose la date de 1176 dans sa traduction de la Vie de Léontios de Jérusalem, p. 206‑208. Sur Léontios de Jérusalem, voir Kaplan 2004b, p. 295‑311.

133 Pour les actes impériaux, voir les Actes de Patmos, I, n° 6, l. 27 (Regesten, I, 2, n° 1147, en 1088), n° 19, l. 15 (Regesten, I, 2, n° 1340, en 1145), n° 20, l. 39 et 42 (Regesten, I, 2, n° 1423, en 1158), n° 22, l. 1 et 5 (Regesten, I, 2, n° 1521a, en 1176), n° 9, l. 5 (Regesten, I, 2, n° 1570, en 1186), n° 21, l. 16, 19, 21, 25 (Regesten, I, 2, n° 1636, en 1196), n° 11 (1197), l. 4, 6, 18. Pour les actes émanant des fonctionnaires impériaux, voir les Actes de Patmos, II, n° 55 (1097‑1109), l. 18, n° 56 (1195), l. 1, 7, 12, n° 57 (1197), l. 2, l. 8‑9, n° 58 (1197), l. 16, n° 59 (1199), l. 1, n° 60 (1203), l. 1. Pour les actes du patriarche, voir MM, 6, p. 102, l. 8 et p. 103 (1132), l. 2, p. 114, l. 18. Les moines de Patmos désignaient également leur monastère par ce qualificatif dans leurs requêtes à l’empereur, voir les Actes de Patmos, I, n° 20 (1158), l. 36 et n° 21, l. 12.

134 Voir notamment les Actes de Patmos, I, n° 12 (1201), l. 16, n° 23, l. 1, n° 13 (1221), l. 6‑7, n° 24 (1244), l. 1, n° 26 (1258), l. 2, n° 31 (après 1259), l. 11, n° 15 (1292), l. ια, ιη, 23, 29, et II, n° 61 (1216), l. 5, 38, n° 64 (1251), l. 43, n° 65 (1254), l. 2, 34, n° 68, l. 12, 14, 22, 47, 56, et n° 69 (1263), l. 2, 10, 36, 37, n° 75 (1288), l. 7, 31, et p. *86‑*90. Cf. Smyrlis 2006, p. 76‑77, 258‑260, 274 (carte 10).

135 Actes de Patmos, I, n° 31 (vers 1259), l. 1, 11, n° 29 (1262), l. 1, n° 32 (1263), l. 3, n° 33 (1264), l. 1, n° 39 (1271), l. 1, n° 40 (1280), l. 1, n° 41 (1283), l. 1, et II, n° 70 (1271), l. 2‑3, 12, 38‑39, 43, n° 71 (1273), l. 1, n° 72 (1273), l. 8.

136 Actes de Patmos, II, n° 70, l. 37. Michel Basilikiôtès, « serviteur de l’impératrice » (l. 46), n’est pas autrement connu, voir p. 203 et 205.

137 Cartulaire de l’Éléousa, n° 1, p. 25‑27 (Regesten, I, 2, n° 1124), n° 2, p. 28‑30 (Regesten, I, 2, n° 1231), et n° 3, p. 30 ; Actes d’Iviron, III, n° 56, l. 19‑23, 50‑69, 130‑131 ; Typikon de l’Éléousa, chap. 18, p. 90‑91. Cf. Morris 1995b, tableau p. 188 ; Oikonomidès 1996, p. 207‑208. Au sujet de ce monastère, voir Petit 1900, p. 6‑24 ; ODB 3, p. 2157 (Veljusa) ; Actes d’Iviron, III, p. 44‑46 (fig. 2 et 3) ; BMFD 1, p. 167. Au sujet du cartulaire du monastère, édité sur la base d’une copie de 1865, voir Petit 1900, p. 1‑4, et les Actes d’Iviron, III, p. 51.

138 Cartulaire de l’Éléousa, n° 3, p. 30, l. 25‑26 (au sujet de Jean II), n° 6, p. 32‑33 (Regesten, I, 2, n° 1409, en 1156) et n° 5, p. 31‑32 (Regesten, I, 2, n° 1437, en 1160), et p. 124, l. 22, p. 125, l. 3 pour le nombre de moines ; Actes d’Iviron, II, n° 56, l. 22‑27, 124‑125, et p. 74 (Regesten, I, 2, n° 1385, en 1152). Cf. Harvey 1989, p. 83 ; Oikonomidès 1996, p. 208 ; Smyrlis 2006, tableau 13 et p. 163.

139 Cartulaire de l’Éléousa, n° 5, p. 31, l. 4 ; Actes d’Iviron, III, n° 56, l. 7‑8.

140 Cartulaire de l’Éléousa, n° 1, p. 27, l. 3‑8 ; Typikon de l’Éléousa, chap. 3, p. 71, l. 30‑p. 72, l. 2, chap. 18, p. 90, l. 27‑28. Remarquons que la décision synodale qui entérine l’attribution du monastère de la Théotokos Éléousa à Iviron, en 1250 (Actes d’Iviron, III, n° 57), cite parmi les documents présentés des « chrysobulles des empereurs Nicéphore Botaniate et d’Alexis Comnène » (l. 12‑13) qui semblent concerner le monastère de l’Éléousa et non Iviron (l. 15‑16). Les éditeurs des Actes d’Iviron, III, p. 85, émettent l’hypothèse que le chrysobulle d’Alexis Ier cité par le texte soit l’un des deux chrysobulles conservés dans le cartulaire de l’Éléousa (Cartulaire de l’Éléousa, n° 1 et 2), mais renvoient, pour le chrysobulle de Nicéphore III Botaniate, à un chrysobulle de 1079 concernant Iviron (Actes d’Iviron, II, n° 41 ; Regesten, I, 2, n° 1044a). Il nous semble plus probable que ce chrysobulle soit un acte de donation, aujourd’hui perdu, en faveur de l’évêque de Strumica, Manuel ; l’acte daterait dans ce cas des années 1078‑1080 et pourrait concerner les 162 modioi de terre sur lesquels le monastère fut construit.

141 Actes d’Iviron, III, n° 57, l. 24, et p. 6‑7.

142 Corpus des sceaux de l’Empire byzantin, V, L’Église, 2, n° 1242, 3, n° 1936 ; A collection of Dated Byzantine Lead Seals, n° 27.1, p. 89 ; Catalogue of Byzantine Seals, 5, n° 120, p. 153 ; Actes d’Iviron, II, n° 52, l. 384, et p. 52. Voir aussi l’Éloge de Photios, p. 18, 27, qui mentionne le Chortaïtès comme un lieu d’érémitisme. L’affaire des bergers valaques est relatée par un ensemble de documents traitant du statut du Mont Athos et connu sous le nom de Diègèsis mérikè, p. 163‑184 (voir en particulier p. 173 et 177‑181). Sur le Chortaïtès, voir Mouriki 1980‑1981, p. 105‑106 ; Rautman 1991 ; Vie de Fantin le Jeune, p. 81 (éd. et trad. Follieri) ; Crostini 1996, p. 78 ; Bakirtzis 2003, p. 38 ; Morrisson 2003, p. 174‑175 ; Holmes 2005, p. 56, n. 93, p. 218, n. 114 ; ODB 1, p. 431.

143 Actes de Vatopédi, I, n° 49 (1317), l. 78 ; Actes d’Iviron, III, n° 76 (1320), l. 1, 8‑9 ; Actes de Chilandar, I, n° 38, l. 9, et n° 40 (1318), l. 130‑131, voir aussi p. 62‑63 et n. 533, p. 66, n. 569 ; Actes de Xénophon, n° 28 (1348), l. 16.

144 Corpus des sceaux de l’Empire byzantin, V, L’Église, 2, n° 1270 et 1271 ; A collection of Dated Byzantine Lead Seals, n° 60.1, p. 146 ; Actes d’Esphigménou, App. E, l. 5‑6. Le monastère est aussi qualifié de sébasmia monè l. 11. Sur ce monastère, voir Asdracha 1973, p. 285, et 1976, p. 109 ; TIB 6, p. 477. Au sujet de Kosmas Tzintziloukès, voir Jean Skylitzès, p. 415, l. 49‑50 ; Michel Psellos, Chronographie, I, p. 83‑84 ; Actes du Prôtaton, n° 8 (typikon de Monomaque), l. 1‑2, 35‑36, 172 ; Rescrit de Manuel Ier, p. 364‑365. Cf. Astruc 1959, p. 226‑227 ; Actes du Prôtaton, p. 221‑222 ; Lemerle 1979, p. 221 ; Cheynet 1990, p. 106, 256, 351.

145 Typikon de la Kosmosoteira, chap. 3, p. 21, chap. 48, p. 45. Voir aussi Nicétas Chôniatès, p. 280, l. 33‑34, p. 452, l. 2‑3 ; Regesten, I, 2, n° 1284. Pour l’hospice et l’hôpital, voir le Typikon de la Kosmosoteira, chap. 61, p. 48‑49, et chap. 70, p. 53‑56. Pour les dotations du monastère, voir chap. 69, p. 52‑53 (Regesten, I, 2, n° 1284). Sur ce monastère, voir Asdracha 1976, p. 120‑130, 193‑195, 199, 218‑222 ; Sinos 1985 ; Bakirtzis 1989, p. 49‑50 ; ODB 1, p. 282‑283 (Bera). Ce monastère était situé plus exactement à l’embouchure de l’Hèbre (Évros), près de l’actuelle Pherrai, voir TIB 6, p. 200‑201. Au sujet d’Isaac, troisième fils d’Alexis Ier, honoré du titre de sébastokrator par son frère, Jean II, voir Varzos 1984, I, p. 238‑254 ; Cheynet 1990, p. 105‑106, n° 139 ; ODB 2, p. 1146.

146 Typikon de la Kosmosoteira, chap. 54, p. 46, chap. 86, p. 61‑62, chap. 89, p. 63, chap. 107, p. 69‑70 ; Nicétas Chôniatès, p. 280, l. 30‑39.

147 Typikon de la Kosmosoteira, chap. 1, p. 20, chap. 89, p. 63. Cf. Orlandos 1933, p. 3‑29 ; Asdracha 1976, p. 125‑126 ; Sevcenko 1984, p. 135‑140 ; Bakirtzis 1989, p. 49‑50.

148 Vie de Niphon, p. 13, l. 1‑2. Cf. Ducellier 1981, p. 43 et n. 267, et 1987, III, p. 188‑190 ; Soustal 2004, p. 22, 25 ; ODB 3, p. 1485‑1486.

149 Bodnar 1960, p. 34. Cf. Stikas 1970, p. 13‑16 ; Mouriki 1980‑1981, p. 81, n. 13. L’hypothèse de P. Krèmos (Krèmos 1874, 2, p. 194), qui pensait que les tombeaux de la crypte avaient été aménagés pour Romain II et sa femme, a été abandonnée après un examen plus minutieux des tombeaux et des fresques de la crypte, voir Chatzidakis 1969, p. 140‑146, et Oikonomidès 1992, p. 250‑251. A. Schminck (Schminck 2003, p. 355, 370, 378‑379) voit dans un portrait de Constantin le Grand tenant la Croix avec sa mère Hélène, un portrait « caché » de Constantin VIII et de son épouse, Hélène, mais ses arguments nous semblent fragiles.

150 Pour la fondation du monastère, voir la Vie de Luc le Jeune, chap. 66‑67, p. 121‑122, chap. 77‑79, p. 133‑135. Au sujet de la Vie de Luc le Jeune, voir l’introduction à son édition de D. Z. Sophianos, p. 35‑56 ; Papadopoulos 1935, p. 193‑223 ; Da Costa‑Louillet 1961, p. 330‑343. Sur la fondation et l’histoire de ce monastère, voir Chatzidakis 1969, p. 130‑131, 140‑141, et 1972, p. 301‑309 ; Connor 1991, p. 48‑49 ; Oikonomidès 1992, p. 246‑251, et 2004a, p. 485 ; TIB 1, p. 263 (Steiri).

151 Pour ces fresques, voir Millet 1899, p. 21‑22, et Janin 1975, p. 311. Voir p. 104.

152 Vie de Mélétios le Jeune, p. 26‑27, et p. 49, l. 16‑22 ; Michaelis Choniatae Epistulae, n° 93, l. 1, n° 96, l. 1, n° 133, l. 1, n° 161, l. 1, n° 178, l. 1. Voir aussi la lettre n° 157, l. 1, pour le qualificatif de sébasmia monè. Harvey 1989, p. 83, propose la somme de 432 nomismata, car elle correspondrait exactement à 6 livres d’or, voir aussi à ce sujet Armstrong 1996, p. 219, 226 ; Messis 2004, p. 315, 325, 328, 335. Au sujet de ce monastère, voir Orlandos 1939‑1940, p. 34‑118 ; Angold 1995, p. 268, 378 ; ODB 2, p. 950‑951 ; TIB 1, p. 217‑218.

153 Michaelis Choniatae Epistulae, n° 53, l. 17, n° 80, l. 1, n° 165, l. 55, n° 166, l. 44‑46 (Saint‑Nicolas tou Sôzontos), n° 168, l. 1‑2 (sébasmia monè), et n° 179, l. 50‑52. Au sujet du séjour qu’y fit Michel Chôniatès, voir aussi la lettre n° 168. Pour l’identification du « monastère du Comnène » avec le monastère du Prodrome de Mendénitsa, voir Katsaros 1981, p. 101‑137, et 1982, p. 83‑91. Sur la ville de Mendénitsa, voir TIB 1, p. 221‑222. Au sujet de Saint‑Nicolas, voir Katsaros 1980, p. 11‑50 ; TIB 3, p. 210‑211.

154 Hill 1972, 1, p. 302‑303, n. 3 ; Galatariotou 1991, p. 57, 173 ; Armstrong 1996, p. 219, 225, 230 ; Couréas 2003, p. 41 ; Schabel 2005, p. 186 ; Malamut 2007, p. 258. Sur Boutoumitès, voir Savvidès 1995, p. 3‑7.

155 Typikon de Machairas, p. 9, l. 2‑3 (pour le titre de sébasmia monè), et chap. 9 (Regesten, I, 2, n° 1507a et 1507b). L’acte d’Isaac II est mentionné chap. 22‑23, p. 16‑17, chap. 47, p. 24 (Regesten, I, 2, n° 1627b et 1666b), et celui d’Alexis III chap. 23, p. 17 (Regesten, I, 2, n° 1666b). Sur ce monastère, voir Megaw 1964, p. 257 ; Hill 1972, 1, p. 310‑311 ; Galatariotou 1991, p. 58, 174 ; Angold 1995, p. 291‑292 ; Couréas 2003, p. 20‑22, 39‑40, 41‑42 ; Weyl Carr 2005, p. 290 ; Smyrlis 2006, p. 63‑65.

156 Pour le patronage normand en général, voir les documents contenus dans les Actes normands de monastères de Calabre, p. 333‑348, Les actes latins de S. Maria di Messina (1103‑1250), p. 12‑13, 16‑23, le Corpus des actes grecs d’Italie du Sud et de Sicile, V, Saint‑Jean Théristès, et les Tancredi et Willelmi III Regum Diplomata, n° 13, 14, 19, 30 ; Testament de Grégoire de Fragala, version A, p. 192, versions B et C, p. 198, p. 203, p. 211‑213 ; Typikon du Saint‑Sauveur de Messine, chap. 1 et 3, p. 121‑122. Cf. Guillou 1963, p. 87, 93‑96 ; Patlagean 1993b, p. 339‑340 ; Falkenhausen 1986, p. 162‑174 ; Giannini 1987, p. 9‑11 ; Vitolo 1996, p. 109‑111 ; Houben 2002, p. 58‑59. Au sujet de la conquête normande de l’Italie du sud, voir en dernier lieu la synthèse de Loud 2000b, p. 130‑145.

157 Vie de Barthélémy de Siméri, chap. 25, p. 221‑222. Cf. Re 1998, p. 71‑76 ; Pertusi 1963, p. 241. Sur ce monastère, voir Batiffol 1891, p. 2‑10 ; Giannini 1987, p. 9‑10 ; Patlagean 1993b, p. 339‑340 ; Armstrong 1996, p. 225, 230 ; Vitolo 1996, p. 110‑112 ; Follieri 2006, p. 122‑124.

158 Recueil des actes des ducs normands d’Italie (1056‑1127), I ; Les premiers ducs (1046‑1087), p. 44 ; Vie d’Élie le Jeune, chap. 48, p. 74, chap. 66, p. 104‑106. Cf. Peters‑Custot 2009, p. 180. À l’image d’Élie le Jeune qui décède à Thessalonique en se rendant à Constantinople sur la demande de Léon VI, les moines grecs d’Italie regardent souvent vers la capitale de l’Empire, mais s’y rendent rarement, soit qu’ils en sont empêchés, soit qu’ils s’y refusent, par crainte des honneurs selon leur hagiographe, voir Yannopoulos 1994, p. 193, 215 ; Vitolo 1996, p. 102 ; Follieri 2006, p. 105.

159 Syllabus Graecarum Membranarum, n° 27 (1033), p. 31, l. 7, 13‑14, n° 30 (1035), p. 35, l. 11, n° 79 (1116), p. 103, l. 5‑6, n° 109 (1134), p. 144, l. 6, n° 135 (1143), p. 178, l. 5‑6, n° 140 (1145), p. 186, l. 5, n° 269 (1217), p. 370, l. 7, n° 270 (1217), p. 371, l. 9‑10, n° 281 (1228), p. 387, l. 7, 10. Le monastère est également qualifié de sébasmia monè dans deux actes du xie siècle, voir Syllabus Graecarum Membranarum, n° 27 (1033), p. 31, l. 6, n° 50 (1087), p. 66, l. 18. Sur ce monastère, voir Falkenhausen 1977, p. 204 ; Lunardi, Houben et Spinelli 1986, p. 104‑105 ; Jacob et Martin 1993, p. 367 ; Vitolo 1996, p. 109 ; Peters‑Custot 2009, p. 199.

160 Syllabus Graecarum Membranarum, n° 7 (975), p. 5‑6, n° 10 (999), p. 9. Sur la population et l’organisation ecclésiastique du thème de Longobardie, voir Falkenhausen 1968, p. 133‑166 ; Jacob et Martin 1993, p. 357‑358 ; Martin 2006, p. 530‑535, 547‑552. Sur la charistikè, voir p. 177.

161 Voir le Testament de Grégoire de Fragala, version A, p. 191, version B, p. 197‑199, et version C, p. 211‑213, et les commentaires de V. von Falkenhausen, p. 177‑178, 183. Pour les privilèges concédés par les comtes et les rois de Sicile, voir les Actes de Sicile, p. 383‑467 ; Tabulario di San Filippo di Fragala e Santa Maria di Maniaci. Cf. Scaduto 1947, p. 102‑117 ; Falkenhausen 1986, p. 163‑164 ; Peters‑Custot 2009, p. 290‑291 ; BMFD 2, n° 25, p. 623‑626.

162 Vie de Barthélémy de Siméri, chap. 30, p. 226 ; Typikon du Saint‑Sauveur de Messine, chap. 1‑3, p. 121‑123. Sur la fondation et l’histoire de ce monastère, voir Batiffol 1891, p. 4‑9 ; Falkenhausen 1983, p. 782‑786, 1986, p. 171, et 1998, p. 103‑104 ; Giannini 1987, p. 9‑10 ; Vitolo 1996, p. 110‑112 ; Houben 2002, p. 58‑59 ; Metcalfe 2002, p. 298 ; Follieri 2006, p. 122‑124 ; Peters‑Custot 2009, p. 292‑293, 296‑303 ; BMFD 2, n° 26, p. 637‑638.