Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’empereur et le moine

 | 
Rosa Benoit-Meggenis

Troisième partie. Le patronage impérial

Troisième partie. Introduction

Texte intégral

  • 1 Actes de Lavra, I, n° 5, l. 59‑62 (Regesten, I, 1, n° 706). Voir texte 2, p. 221.

Notre Pouvoir [impérial] n’a pas d’autre souci que la croissance, le développement et les progrès spirituels de notre pieuse, nouvelle et sainte laure. Il n’est permis à personne, si ce n’est au seul pieux Pouvoir [impérial], de mener les enquêtes et de prendre les décisions judiciaires qui concernent cette laure1.

  • 2 Voir notamment les avis de J. Bompaire, dans les Actes de Xéropotamou, p. 23, en 1964, et de N. Oi (...)

1Dans un chrysobulle délivré en 964 à la Grande Lavra, au Mont Athos, Nicéphore II Phocas résume ainsi la nature de ses relations avec le monastère, qui bénéficiait de son patronage, et définit en quelques mots les basilikai monai. Les monastères impériaux ont suscité dans l’historiographie de nombreuses questions, du fait de la rareté et de l’ambiguïté des sources. Les mentions de basilikè monè dans les actes de la pratique et sur les sceaux sont rares. Les typika n’emploient presque jamais cette expression et les sources juridiques sont le plus souvent allusives. Les actes de la pratique n’utilisent pas de manière systématique cette terminologie et on a pu penser qu’il s’agissait d’un titre honorifique qui visait principalement à distinguer les monastères les plus vénérables2.

  • 3 Theophanis Chronographia, p. 486, l. 30‑p. 487, l. 1 (voir la traduction de Giros dans Métivier 20 (...)
  • 4 Le jour de Noël, le jeudi de la Tyrophagie et le cinquième jour après Pâques. Les atriklinai, qui (...)
  • 5 Constantin Porphyrogénète, De Administrando Imperio, chap. 52, p. 256, l. 7‑9. Cf. Herman 1940, p. (...)

2Plusieurs éléments indiquent toutefois que ce titre désignait bien un statut juridique propre qui semble avoir été défini au ixe siècle. La plus ancienne référence à des monastères impériaux en tant que catégorie distincte de fondations pieuses se trouve dans la Chronographie de Théophane le Confesseur, écrite avant 817, qui mentionne une mesure de vexation prise par l’empereur Nicéphore Ier, en 809‑810, à l’encontre des institutions charitables, des églises et des monastères impériaux (μοναστηρίων βασιλικῶν)3. Une liste de préséance de 899, le Traité de Philothée, mentionne les higoumènes des monastères impériaux (βασιλικὰ μοναστήρια) de la capitale parmi les dignitaires invités à la table impériale lors des plus importantes fêtes religieuses. Les higoumènes des monastères impériaux étaient également invités à la table impériale, avec le patriarche4. Dans son De Administrando Imperio, Constantin VII (944‑959) énumère six catégories de monastères en fonction de leurs moyens : les monastères impériaux (βασιλικά), patriarcaux (πατριαρχικά), archiépiscopaux (τὰ τῶν ἀρχιεπισκοπῶν), métropolitains (τὰ τῶν μητροπόλεων), épiscopaux (τὰ τῶν ἐπισκοπῶν) et les monastères « sans ressources » (ἄπορα)5.

  • 6 Rallès‑Potlès, V, p. 29 (Regestes, I, 2, n° 835). Cf. Ahrweiler 1967, p. 19‑20 ; Thomas 1987, p. 1 (...)
  • 7 JGR, I, p. 347, l. 9‑11 (Regesten, I, 2, n° 1187a). Voir texte 8, p. 229-230. Cf. Lemerle 1967b, p (...)
  • 8 Rallès‑Potlès, II, p. 236, l. 24‑26, voir p. 262 dans le même volume.

3Les références à un statut monastique impérial sont plus nombreuses dans les sources juridiques à partir du xie siècle, en particulier dans les textes qui précisent les droits de juridiction des évêques et du patriarche de Constantinople, ainsi en 1028 dans un hypomnèma du patriarche Alexis Stoudite (1025‑1043)6, en 1096 dans une prostaxis d’Alexis Ier Comnène7 et, à la fin du xiie siècle, dans un commentaire du concile de Chalcédoine par Théodore Balsamon8.

  • 9 Chrysobulle d’Alexis Ier Comnène en faveur de Christodoulos, voir les Actes de Patmos, I, n° 6, l. (...)
  • 10 Kaplan 1992, p. 297‑310 ; Angold 1995, p. 273‑276, 288‑291 ; Morris 1995b, p. 139‑142, 185‑189, 19 (...)

4La plupart des monastères patronnés par l’empereur n’étaient ni des fondations ni des rénovations impériales, mais des fondations privées qui ont bénéficié de la sollicitude particulière d’un ou de plusieurs souverains. « L’aide compatissante »9 de l’empereur a favorisé l’apparition et le développement de grandes fortunes monastiques qui ont déjà fait l’objet de plusieurs études récentes10. Il nous semble néanmoins utile de préciser le rôle du pouvoir impérial dans la constitution des fortunes monastiques les plus importantes. Dans le cadre de notre réflexion sur les liens du pouvoir impérial avec les monastères, nous devons en particulier revenir sur la situation exceptionnelle de la communauté athonite pourvue d’un statut privilégié unique et propre à toutes les fondations de la Sainte Montagne.

5Cette présentation volontairement systématique des monastères reliés à l’empereur à des degrés divers nous permettra de nous interroger dans un deuxième temps sur les enjeux et les conséquences du patronage impérial. Les sources littéraires et les actes diplomatiques, en particulier les chrysobulles, peuvent en effet apporter des éléments nouveaux à l’histoire de ces établissements. S’ils étaient sans conteste favorisés par les souverains, il est nécessaire de déterminer la portée exacte des privilèges qui leur étaient concédés. La protection de l’empereur permettait à ces établissements de garantir leur autonomie face aux droits de l’évêque du lieu, mais les sources monastiques entretiennent l’ambiguïté au sujet de cette autonomie dont il faut saisir plus précisément les contours. Enfin, les actes diplomatiques suggèrent que le patronage impérial se traduisait dans ces monastères par l’exercice de certains droits, de la part du souverain, droits qui posent la question du mode de gestion de ces établissements au sein de l’administration impériale.

Notes

1 Actes de Lavra, I, n° 5, l. 59‑62 (Regesten, I, 1, n° 706). Voir texte 2, p. 221.

2 Voir notamment les avis de J. Bompaire, dans les Actes de Xéropotamou, p. 23, en 1964, et de N. Oikonomidès dans les Actes de Docheiariou, p. 13, en 1984.

3 Theophanis Chronographia, p. 486, l. 30‑p. 487, l. 1 (voir la traduction de Giros dans Métivier 2007, p. 106).

4 Le jour de Noël, le jeudi de la Tyrophagie et le cinquième jour après Pâques. Les atriklinai, qui étaient chargés du service des banquets impériaux, possédaient une liste de ces monastères, voir les Listes de préséance byzantines des ixe et xe siècles, p. 175‑179 (surtout p. 175, l. 19, et n. 161), p. 193‑195, 206‑207.

5 Constantin Porphyrogénète, De Administrando Imperio, chap. 52, p. 256, l. 7‑9. Cf. Herman 1940, p. 348. La catégorie des monastères pauvres a été assimilée avec celle des monastères indépendants (αὐτοδέσποτα) par Thomas 1987, p. 144. Le texte ne nous autorise pas un tel raccourci, et nous verrons que les monastères indépendants étaient rarement « sans ressources ».

6 Rallès‑Potlès, V, p. 29 (Regestes, I, 2, n° 835). Cf. Ahrweiler 1967, p. 19‑20 ; Thomas 1987, p. 169‑170 ; Morris 1995b, p. 152‑153.

7 JGR, I, p. 347, l. 9‑11 (Regesten, I, 2, n° 1187a). Voir texte 8, p. 229-230. Cf. Lemerle 1967b, p. 20 et n. 3 ; Thomas 1987, p. 207‑208 ; Malamut 2007, p. 261‑262.

8 Rallès‑Potlès, II, p. 236, l. 24‑26, voir p. 262 dans le même volume.

9 Chrysobulle d’Alexis Ier Comnène en faveur de Christodoulos, voir les Actes de Patmos, I, n° 6, l. ιζ (Regesten, I, 2, n° 1147, en 1088).

10 Kaplan 1992, p. 297‑310 ; Angold 1995, p. 273‑276, 288‑291 ; Morris 1995b, p. 139‑142, 185‑189, 192, 194‑196 ; Smyrlis 2006, surtout les p. 134‑136, 156‑165.