Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’empereur et le moine

 | 
Rosa Benoit-Meggenis

Deuxième partie. Des monastères, alliés du pouvoir impérial

Chapitre IV. Des services pratiques

Texte intégral

1Les moines sont souvent présentés, dans les sources littéraires, comme les hommes de confiance de l’empereur sollicités pour représenter et défendre les intérêts byzantins lors des échanges diplomatiques avec le pape ou avec les souverains étrangers. Les Vies de saints suggèrent que certains de ces moines menaient des activités de renseignements et qu’ils étaient à même de mener de délicates négociations entre l’empereur et ses opposants politiques. Ces hommes de confiance étaient souvent des proches du souverain et ses conseillers spirituels, mais les sources citent un grand nombre de moines anonymes comme ambassadeurs, interprètes et espions. Nous verrons qu’ils disposaient en effet de plusieurs atouts qui leur permettaient de servir le pouvoir impérial ; les relations qu’ils entretenaient nécessairement avec les élites rurales et l’aristocratie locale leur permettaient d’apprendre des langues étrangères, l’arabe ou le latin, et d’avoir une bonne connaissance des réseaux de clientèle et des enjeux politiques locaux. Leur discrétion et la protection que leur assurait le plus souvent l’habit monastique leur permettaient en outre de mener à bien les missions les plus confidentielles.

  • 1 En 768, Constantin, élu au siège pontifical en 767 par l’aristocratie laïque de Rome, fut déposé e (...)
  • 2 Pour des exemples datant du règne de Justinien Ier, voir Vittore da Tunnuna, Chronica, p. 58 (anné (...)

2Nous savons par les sources narratives et les archives monastiques que les monastères pouvaient servir de prisons non seulement pour les moines, retenus contre leur gré dans leur monastère ou contraints d’y faire pénitence, mais également pour les laïcs. La détention de laïcs dans les monastères est attestée dès le vie siècle en Occident et en Orient ; à Rome notamment, les monastères grecs ont été à plusieurs reprises impliqués dans les conflits entre l’aristocratie et le clergé romain au cours du viiie siècle1. La détention de prisonniers dans les monastères de l’Empire est bien attestée dès le règne de Justinien Ier et pendant toute la période byzantine2. Ce mode de détention a connu un essor particulier pendant l’iconoclasme et est devenu, entre le ixe et le xiiie siècle, une sanction politique fréquente. Cette pratique n’était toutefois pas clairement prévue par les textes juridiques, si ce n’est pour les femmes accusées d’adultère ou de prostitution. Afin de saisir les contours et les modalités pratiques de cette sanction mal renseignée, nous avons choisi de tenter une approche exhaustive et de réunir dans l’exposé qui suit toutes les références qui nous sont connues au sujet de monastères ayant servi de prisons.

Diplomatie et espionnage

  • 3 Grégoire III : Fredegarii chronicarum libri IV cum continuationibus, chap. 22, p. 110. Zacharie : (...)
  • 4 Voir les exemples rassemblés par Sansterre 1982, p. 127, et p. 31, 90‑91 ; Dagron 1993d, p. 122‑12 (...)
  • 5 Giannini 1987, p. 13‑14 ; Sansterre 1985, p. 540‑542.
  • 6 Regesten, I, 2, n° 1146. Cf. Darrouzès 1965, p. 48 ; Tomassetti 1976, p. 286 ; Lounghis 1980, p. 2 (...)
  • 7 Roncaglia 1953, p. 72‑73 ; Hoeck et Loenertz 1965 ; Patlagean 1993c, p. 670 ; ODB 1, p. 254‑255, e (...)

3Les ambassades byzantines, notamment celles adressées au pape, étaient menées par des dignitaires de l’Empire et des évêques, mais il n’était pas inhabituel de voir des moines participer à ces échanges diplomatiques. L’empereur byzantin ne se distinguait pas en cela des autres souverains, car des moines sont également attestés dans des ambassades venues du royaume franc et de la papauté ; les moines grecs d’Italie, en particulier, jouissaient de la confiance du pape. L’étude de Daniel Nerlich sur les échanges diplomatiques entre Orient et Occident, entre 756 et 1002, montre que des supérieurs de grands monastères, tels les abbés de Saint‑Denis ou de Nonantola, ont participé à plusieurs ambassades ; des abbés sont notamment attestés dans les ambassades adressées par les souverains francs aux papes Grégoire III, en 739, Zacharie, en 750, et Hadrien Ier, en 7943. Aux viiieixe siècles, les papes confiaient également des missions diplomatiques aux supérieurs des grands monastères grecs de Rome et de Calabre4. Le monastère de Sainte‑Marie de Grottaferrata, fondé par Nil de Rossano au sud‑est de Rome, en 1004, entretenait également de bonnes relations avec la papauté. Sous l’higouménat de Barthélémy († v. 1050) en particulier, plusieurs papes successifs firent des donations importantes au monastère5. Grottaferrata, comme les autres institutions religieuses grecques d’Italie, suivait le rite byzantin qui était encore toléré malgré les dissensions grandissantes que suscitait alors la réforme de l’Église latine sous l’égide de Rome. L’higoumène de Grottaferrata, Nicolas (1085‑1121), bénéficiait de la confiance du pape Urbain II qui l’envoya auprès de l’empereur Alexis Ier, en 1088‑1089, afin d’aborder la question controversée du pain azyme6 ; cette confiance révèle que l’higoumène comme, sans doute la plupart des religieux grecs d’Italie, était capable de défendre les idées du pape sur le rapprochement des Églises grecque et latine. Les supérieurs des institutions grecques, bien qu’attachés au rite byzantin et à l’idée de l’Empire, étaient certainement conscients de la nécessité de maintenir avec l’accord et l’aide du pape l’Église grecque de Pouille et de Calabre. La carrière de Nicolas d’Otrante est de ce point de vue particulièrement significative. Moine puis higoumène du monastère de Saint‑Nicolas de Casole, près d’Otrante, Nicolas servit comme interprète de la curie romaine et accompagna à ce titre trois ambassades pontificales à Constantinople, en 1205‑1207, 1214‑1215 et 1225. Nicolas n’en défendait pas moins dans ses écrits la position de l’Église grecque concernant le Filioque et l’utilisation du pain azyme par les Latins. Il était en outre un ami de Georges Bardanès, collaborateur de Michel Chôniatès puis évêque de Corfou, connu pour ses écrits polémiques à l’égard des Latins7.

  • 8 Liber Pontificalis, II, chap. 106, p. 150 (voir les commentaires de R. Davis dans sa traduction en (...)
  • 9 Regesten, I, 1, n° 457 ; Regestes, I, 2, n° 467‑468. Cf. Dvornik 1966, p. 7‑22 ; Dagron 1993b, p.  (...)
  • 10 Grégoire VII, Das Register, n° 1.18, p. 29‑30 (Regesten, I, 2, n° 988). Voir aussi Théophylacte d’ (...)

4Jusqu’au xie siècle, la plupart des échanges de l’Empire byzantin avec la papauté concernaient l’attribution des sièges patriarcaux, et le pape jouait le rôle d’arbitre lors des nominations contestées. Ainsi, au cours du premier patriarcat d’Ignace Ier (847‑858), dont la nomination s’était faite sans consultation du synode, le pape Benoît III (855‑858) fut consulté par un certain moine Lazare, peut‑être Lazare, dit le Peintre, un moine qui avait été persécuté par Théophile (829‑842) et qui était proche de Théodora8. La date même de l’ambassade n’est pas précisée, mais le moine avait pour mission de solliciter l’accord du pape pour la révocation du patriarche Ignace. Cette démarche était probablement due à l’initiative du césar Bardas, frère de l’impératrice Théodora, qui, en 856, proclama son neveu Michel III seul empereur et entra en conflit ouvert avec Ignace. Ce dernier fut contraint d’abdiquer en 858 et, en 860, Michel III s’adressa de nouveau au pape, Nicolas Ier (858‑867), pour que soient entérinées la déposition d’Ignace et la nomination de Photius9. Toutefois, la confiance que témoignait le pape aux moines grecs d’Italie ne s’étendait pas aux moines envoyés par l’empereur byzantin, particulièrement au xie siècle. Les échanges diplomatiques entre Byzance et la papauté ont été particulièrement nombreux après 1054, alimentés par les contentieux dogmatiques et liturgiques qui séparaient les deux Églises, l’affirmation de l’autorité pontificale par Alexandre II (1061‑1073) et Grégoire VII (1073‑1085), et les menaces normandes et turques qui pesaient sur les territoires byzantins. Des moines grecs ne sont mentionnés que dans une seule de ces ambassades. En juillet 1073, Michel VII Doukas, qui espérait sans doute obtenir une aide militaire occidentale face aux Seldjoukides, adressa au pape Grégoire VII une lettre apportée par deux moines nommés Thomas et Nicolas. L’empereur avait fait part de ses projets aux deux moines, mais sa confiance n’était pas partagée par le pape qui ne les jugea pas capables de mener à bien les discussions sur des questions aussi délicates et qui préféra envoyer à Constantinople le patriarche de Grado, Dominique IV Cervoni (1073‑1084) ; ce dernier apporta à l’empereur une lettre du pape qui l’assurait de ses bonnes dispositions et fut chargé d’entamer au nom de Grégoire VII les négociations nécessaires au retour de la concorde entre l’Église romaine et l’Empire byzantin10.

Le Mont‑Cassin

  • 11 Syllabus Graecarum Membranarum, n° 1, p. 1 (883) et n° 3, p. 2 (891) ; Chronicon Vulturnense del m (...)
  • 12 Au printemps 915, par exemple, l’abbé, Jean, fut envoyé par le prince à Constantinople afin de con (...)
  • 13 Un acte attribué par le copiste à Léon VI, mais qui date de 951, confirme ainsi les biens du Mont‑ (...)

5Il nous faut faire une place à part au rôle capital que joua l’abbaye du Mont‑Cassin dans les relations diplomatiques de l’empereur byzantin avec la papauté, d’abord, puis avec les souverains qui s’imposèrent en Italie. Le Mont‑Cassin bénéficia de la sollicitude de plusieurs empereurs byzantins, de Léon VI à Alexis Ier, dont la bienfaisance était clairement motivée par des impératifs politiques et diplomatiques. Les relations de l’abbaye avec Constantinople étaient quasiment inexistantes avant la reconquête de l’Italie du Sud par Basile Ier, reconquête qui coïncida avec la destruction du Mont‑Cassin par les Sarrasins, en 883. Les moines de l’abbaye prirent contact à cette occasion avec le gouverneur byzantin, afin d’obtenir la protection de leurs biens situés en territoire grec. En 891, quand la Longobardie fut intégrée dans le territoire impérial, un acte du stratège confirma la possession ainsi que la protection impériale de tous les biens meubles et immeubles de l’abbaye. Le monastère de Saint‑Vincent du Volturne bénéficia de la même manière de la protection byzantine pour ses biens apuliens. À cette époque, et jusqu’à la reconquête du nord‑est de la principauté de Bénévent par les Lombards, en 895, l’abbaye du Mont‑Cassin et le monastère de Saint‑Vincent du Volturne relevaient du thème de Longobardie11. Ces bonnes relations se poursuivirent avec l’arrivée au pouvoir de la dynastie lombarde de Capoue, à la fin du ixe siècle ; l’abbaye, qui était sous la domination du prince de Capoue, participait aux relations diplomatiques de la principauté avec l’Empire byzantin12, et ses biens situés en terre byzantine étaient toujours sous protection impériale13.

  • 14 Syllabus Graecarum Membranarum, n° 19, p. 20. Cf. Bloch 1986, p. 14 ; Falkenhausen 1992, p. 80 ; T (...)
  • 15 Chronica Casinensis, II, § 39, p. 243.
  • 16 Ibid., § 56‑58, p. 274‑280 ; Bloch 1986, p. 31 ; Falkenhausen 1992, p. 80‑81, et 2003, p. 149 ; Ta (...)
  • 17 Ce sigillion du catépan répétait un acte précédent, délivré en 1011, voir le Syllabus Graecarum Me (...)
  • 18 Michel 1930, p. 320. Cf. Falkenhausen 1992, p. 86 et n. 88. Ce Dialogue a peut‑être été apporté pa (...)

6Ces relations diplomatiques furent interrompues par le règne de Nicéphore II Phocas (963‑969) qui adopta une politique agressive en Italie du Sud et en Sicile et étendit l’influence de l’Église grecque en Pouille et en Lucanie grâce à la création de l’évêché d’Otrante. La politique de Jean Ier Tzimiskès (969‑976) à l’égard de l’Italie fut plus modérée, mais les relations diplomatiques ne reprirent réellement qu’au début du xie siècle, avec le prince de Capoue Pandophe IV (1016‑1038). L’abbaye du Mont‑Cassin était alors dirigée par le frère du prince, Aténolfo (1011‑1022), et elle participa à la politique philo‑byzantine de Pandophe IV ; les moines obtinrent ainsi la protection du catépan d’Italie, Basile Boioannès, qui leur rendit notamment des biens situés en Pouille et perdus lors de la révolte de Maraldo de Trani14. Boioannès parvint à rétablir l’autorité byzantine en Italie du Sud pendant une brève période en s’alliant à la principauté de Capoue et en s’opposant à la pénétration normande. Quand l’empereur germanique Henri II (1014‑1024) voulut intégrer l’Italie méridionale à son Empire, l’abbé Aténolfo alla se réfugier à Otrante auprès de ses protecteurs byzantins, avec l’intention de fuir à Constantinople, mais son navire fit naufrage15. À la mort d’Henri II, Pandophe IV put reconquérir la principauté de Capoue et nomma un moine italo‑grec d’origine calabraise, Basile, à la tête de l’abbaye du Mont‑Cassin (1036‑1038)16. Basile entretenait de bonnes relations avec le pouvoir byzantin et obtint en 1032, du catépan Pothos Argyre, la confirmation de la possession des biens de l’abbaye situés en territoire byzantin17. Suite à quelques déboires politiques, Basile perdit l’abbatiat du Mont‑Cassin et dut se contenter de l’abbaye bénédictine de Salerne, mais il resta en relation avec l’Empire et accompagna Nicolas, archevêque latin de Bari, lors d’une mission auprès des autorités ecclésiastiques byzantines en 1053 ; cette mission était destinée à communiquer un traité d’Humbert de Moyenmoutier, le Dialogue, et à trouver une solution aux controverses qui séparaient les Églises d’Orient et d’Occident18.

  • 19 Cf. Bloch 1986, p. 40‑71, 110‑112 ; Falkenhausen 1992, p. 69‑107, et 1993, p. 111 ; Bayer 2002, p. (...)
  • 20 Chronica Casinensis, II, § 85, p. 334 (Regesten, I, 2, n° 915). Cf. Falkenhausen 1992, p. 88‑89 ; (...)

7Du fait de l’avancée des Normands en Italie du Sud, la papauté et l’empereur byzantin étaient en effet désireux de former une alliance malgré les problèmes suscités par la réforme ecclésiastique du pape Léon IX (1049‑1054) et les accusations du patriarche Michel Cérulaire (1043‑1059) à l’encontre des pratiques « judaïsantes » des Latins ; l’abbaye du Mont‑Cassin joua un rôle important après le schisme de 1054, car plusieurs de ses abbés participèrent aux légations pontificales et les textes et dialogues des controverses y étaient archivés19. À leur retour de Constantinople en 1054, les légats du pape, le cardinal Humbert, le chancelier de l’Église, Frédéric, et l’archevêque d’Amalfi, Pierre, firent une étape à l’abbaye et remirent à l’abbé un privilège de Constantin IX lui confirmant la possession de tous ses biens situés en terre byzantine et lui concédant une rente annuelle de deux livres d’or. Cette donation servait probablement à encourager le zèle anti‑normand des moines du Mont‑Cassin et à obtenir leur appui dans les négociations avec le pape. Par l’acte de 1054, l’empereur témoignait aussi de sa volonté de ne pas rompre avec l’Église de Rome, malgré l’échec des négociations de Constantinople. Le chroniqueur du Mont‑Cassin insiste d’ailleurs sur les relations amicales des légats avec l’empereur20.

  • 21 Syllabus Graecarum Membranarum, n° 47, p. 62 (Regesten, I, 2, n° 1006). Cet acte est mentionné par (...)
  • 22 Anne Comnène, livre I, chap. xii, § 2. Voir Théophylacte d’Achrida. Discours, traités, poésies, p. (...)
  • 23 Chronica Casinensis, III, § 18, 27 et 32. Cf. Belting 1974, p. 3‑4, 20, 27 ; Bloch 1986, p. 193 ; (...)

8L’empereur byzantin s’intéressa de nouveau au Mont‑Cassin quand, après la chute de Bari en 1071, il entreprit de trouver un accord avec les Normands : en 1076, Michel VII Doukas concéda à l’abbaye, alors dirigée par l’abbé Didier (1059‑1087), une rente annuelle de vingt‑quatre livres d’or et de quatre pallia21. La donation est importante et cette générosité s’explique par la politique d’alliance de Michel VII à l’égard des Normands ; un mariage fut en effet projeté en 1074 entre la fille de Robert Guiscard et le fils de Michel VII, et l’empereur concéda titres et rentes à de nombreux dignitaires normands22. Il est possible que cette donation résulte du rôle de Didier dans les tractations qui précédèrent le mariage. D’autre part, l’abbatiat de Didier coïncide avec une influence grandissante du style byzantin en Italie du Sud, précisément au moment où l’empereur ne dominait plus cette région. Didier fit venir des artistes de Constantinople pour réaliser le décor de la basilique de Saint‑Benoît et les fresques de Sant’Angelo in Formis, qui datent de son abbatiat, furent réalisées dans le style byzantin, un style naturaliste à l’antique, rappelant les décors des basiliques paléochrétiennes. Il commanda également des portes en bronze pour l’église, après avoir vu celles d’Amalfi réalisées par des artisans de Constantinople23.

  • 24 Cowdrey 1983, p. 69‑71 ; Loud 2000a, p. 45, et 2002, p. 163‑164.
  • 25 La première de ces lettres fut envoyée en août 1097 (Syllabus Graecarum Membranarum, n° 62, p. 79  (...)
  • 26 Syllabus Graecarum Membranarum, n° 61, p. 78, n° 86, p. 113 ; Chronica Casinensis, IV, § 17, p. 48 (...)
  • 27 Syllabus Graecarum Membranarum, n° 61, p. 78 (Regesten, I, 2, n° 1264). Cf. Falkenhausen 1992, p.  (...)
  • 28 Tabacco 1992, p. 52‑53 ; Falkenhausen 1992, p. 106‑107. Voir Loud 2002, p. 165‑166, pour les relat (...)

9Le poids de l’abbaye dans la politique pontificale était important : en 1088 huit moines du Mont‑Cassin appartiennent à la Curie et au collège des cardinaux24. Alexis Ier, conscient de ce fait, envoya aux abbés Odérisio Ier (1087‑1105) et Girardo (1112‑1123) cinq lettres dans lesquelles il exprimait le souhait de s’entretenir avec l’abbé au sujet des croisades et de rétablir des relations interrompues par l’avènement de Nicéphore III Botaniate, en 1078, et la campagne de Robert Guiscard dans les Balkans en 1081. Alexis Ier sollicitait surtout l’aide de l’abbé contre la politique de propagande de Bohémond d’Antioche, hostile à l’Empire25. L’empereur joignait à ses lettres de l’argent, des vêtements pour les moines et de riches étoffes pour l’autel de l’église26. La dernière lettre d’Alexis, en juin 1112, fait allusion à une maladie de l’empereur qui l’empêchait de se rendre à Dyrrachion pour mettre au point un traité avec le comte normand de Pouille ; après le décès des deux fils de Robert Guiscard en 1111, Alexis Ier préparait peut‑être un retour byzantin en Italie avec le soutien de la puissante abbaye27. Le Mont‑Cassin se plaça ensuite définitivement sous la protection de la papauté et surtout des comtes puis des rois normands, et il ne participa plus aux activités diplomatiques de l’Empire byzantin en Italie28.

  • 29 Théophane le Confesseur, p. 473, l. 7‑8 (Regesten, I, 1, n° 351). PMBZ, n° 1404. Au sujet du monas (...)
  • 30 Pour l’ambassade de 803, voir les Annales regni Francorum, année 803, et les Caroli Magni epistola (...)

10Les moines des monastères byzantins étaient fréquemment sollicités dans le cadre des relations de l’empereur avec les souverains étrangers. Certains de ces moines, qui nous sont connus grâce aux chroniques byzantines, arabes et franques, étaient les supérieurs d’institutions monastiques puissantes, fondées ou patronnées par l’empereur. Notons également que les figures spirituelles pouvaient mettre à profit leurs relations avec les membres de l’aristocratie locale, particulièrement dans les régions disputées par des puissances étrangères. D’autres moines, moins illustres, participaient à ces ambassades en qualité d’interprètes. L’impératrice Irène (797‑802) envoya en 798 l’higoumène d’un monastère de Chrysopolis, Dorothéos, auprès d’Abd al‑Malîk b. Salîh, gouverneur de Syrie. Le moine était accompagné du chartophylax de Sainte‑Sophie, Constantin, et devait essayer de mettre un terme aux raids menés par Abd al‑Malîk qui dévastait la Cappadoce et la Galatie depuis 790. La région de Chrysopolis, sur la rive asiatique du Bosphore, était un important centre monastique et le monastère le plus important était celui de Philippikos, fondé à la fin du vie siècle et dédié à la Théotokos29. En 803, un certain abbé Pierre accompagna également le métropolite Michel et le candidatos Kallistos dans une ambassade envoyée par Nicéphore Ier à Charlemagne, en 803 ; il s’agissait peut‑être de l’higoumène du monastère de Goulaion (Bithynie), dénommé Pierre et envoyé en ambassade auprès du calife Hârûn al‑Rashîd en 80630. Hormis les supérieurs de monastère, d’autres moines pouvaient participer aux échanges diplomatiques officiels, du fait de leur statut de conseillers spirituels ou encore des dignitaires importants de l’Empire devenus moines. Un ambassadeur nommé Jean et qualifié d’anthypatos, patrice, mystikos et moine, est ainsi mentionné dans un récit du géographe arabe al‑Mas’ûdî au xe siècle. Jean procéda, en 946 et au nom de l’empereur Constantin VII, au rachat de 2482 prisonniers chrétiens détenus par l’émir ikhshîdide d’Égypte et de Syrie :

  • 31 Vasiliev et Canard 1950, p. 407 (trad. M. Canard) ; Regesten, I, 1, n° 653. Le titre d’anthypatos (...)

[Abû ‘Umayr] était accompagné de Jean al‑Ansîbatûs [anthypathos] al‑Batrîqûs [patrice] al‑Misdiqûs [mystique], moine envoyé en ambassade par l’empereur pour traiter de ce rachat. Ce personnage avait une grande connaissance de l’histoire des rois de l’ancienne Grèce et de Rûm, et de celle des philosophes qui furent leurs contemporains ; il n’ignorait d’ailleurs pas leurs systèmes31.

  • 32 Vasiliev et Canard 1950, p. 316 (Regesten, I, 1, n° 653).
  • 33 Théophane Continué, p. 406, l. 2‑3 ; Jean Skylitzès, p. 219, l. 18 ; Pseudo‑Syméon, p. 735, l. 21‑ (...)
  • 34 Théophane Continué, p. 410, l. 5‑p. 411, l. 3 ; Jean Skylitzès, p. 221, l. 76‑77, 81‑89 ; Pseudo‑S (...)
  • 35 Épistoliers byzantins du xe siècle, p. 26‑29, lettre n° 2 et lettre n° 5, p. 77, qui évoque un cha (...)

11Il est tentant d’identifier ce Jean à Jean Kourkouas, domestique des scholes depuis 921 et responsable de la frontière orientale de l’Empire, mais aucune source n’indique que Kourkouas ait été mystikos sous le règne de l’empereur Constantin VII, et il est difficile de croire que al‑Mas’ûdî ait confondu le titre de mystikos avec celui de domestique des scholes, comme le suggère Franz Dölger32. L’ambassadeur mentionné à propos des négociations de 946 était plus probablement le mystikos et paradynasteuôn Jean, bien attesté comme principal ministre de Romain Ier Lécapène (920‑944), qui participa notamment à une ambassade envoyée à Syméon de Bulgarie, en 924, avec le patriarche Nicolas Mystikos et le patrice Michel Stypiotès33. À la suite de cette ambassade, Jean fut honoré des titres de patrice et d’anthypathos, mais peu après, en mai 925, il fut entraîné dans une conspiration par son beau‑père, le patrice Kosmas, et, découvert, dut quitter précipitamment le palais ; il se réfugia au monastère de Monokastanos et devint moine34. L’ambassade de 946 indique que Jean était revenu sur la scène politique en 944, à l’occasion de la chute de Romain Ier et du début du règne personnel de Constantin VII ; ce dernier récompensa en effet ceux qui lui étaient restés fidèles pendant le règne de Romain Ier, notamment les Phocas, et se montra sans doute bienveillant envers ceux qui avaient trahi son prédécesseur. Remarquons que Jean resta moine bien qu’il s’occupât désormais de politique, ce qui indique que l’habit monastique n’était pas nécessairement incompatible avec l’exercice de fonctions publiques. La place importante que détenait Jean dans l’entourage impérial est attestée par la correspondance d’Alexandre, métropolite de Nicée au milieu du xe siècle. Démis de ses fonctions et exilé sur décision du patriarche Théophylacte (933‑956), pour une raison que nous ignorons, Alexandre fit de nombreuses démarches auprès de ses connaissances pour obtenir la révision de son procès et sollicita notamment l’aide de Jean, patrice, mystikos et économe, pour plaider sa cause auprès de l’empereur. Plusieurs éléments suggèrent que les difficultés d’Alexandre avaient débuté sous le règne de Romain Ier ; l’auteur ne fait aucune allusion à l’état monastique de Jean et nous pouvons supposer que la lettre est antérieure à 94435.

  • 36 Vie de Sabas de Collesano, chap. 22, p. 148, chap. 50, p. 321‑322. Cf. Da Costa‑Louillet 1959‑1960 (...)
  • 37 Vie de Sabas de Collesano, chap. 7 et chap. 24 ; Vie de Christophe et Macaire, chap. 10, 16. Cf. D (...)
  • 38 Vie de Sabas de Collesano, chap. 1. Cf. Gay 1970, I, p. 263.
  • 39 Vie de Sabas de Collesano, chap. 7 et chap. 14. Cf. Da Costa‑Louillet 1959‑1960, p. 135‑136. Cet é (...)
  • 40 Vie de Sabas de Collesano, chap. 46 et chap. 49. Cf. Gay 1970, II, p. 379‑380.
  • 41 Vitolo 1996, p. 104 ; Follieri 2006, p. 110‑111.
  • 42 Da Costa‑Louillet 1959‑1960, p. 138‑139 ; Gay 1970, II, p. 331‑332 ; ODB 3, p. 1831.

12Dans les régions frontalières ou disputées par des puissances étrangères, les moines grecs pouvaient devenir de précieux auxiliaires des fonctionnaires impériaux en mettant à profit leurs relations avec l’aristocratie locale. L’exemple de Sabas de Collesano († 990‑991), moine de Calabre, est caractéristique de la situation ambivalente des moines italo‑grecs qui maintenaient un lien théorique et idéologique avec l’Empire byzantin, mais entretenaient des relations de patronage et de direction spirituelle avec l’aristocratie lombarde et normande, ainsi qu’avec les dignitaires de l’Empire germanique. Sabas était originaire de Collesano, en Sicile, et s’était réfugié, avec son père, Christophe, et son frère, Macaire, en Calabre, dans la région du Mercourion où se développaient alors de nombreux petits monastères sous la forme de laures ou d’ermitages. Il aurait été choisi par le catépan d’Italie et de Calabre, le patrice Romain, pour se rendre auprès de l’empereur germanique Otton II (973‑983), à Rome, afin de le dissuader d’entreprendre la grande offensive qu’il préparait en Italie méridionale. Le choix de Sabas est justifié, selon la Vie du saint, par la réputation de ses miracles, et l’hagiographe insiste sur les liens d’amitié qui unissent l’empereur germanique, Otton II, et son épouse Théophanô, au moine sicilien36. Si nous admettons que cette ambassade fut réellement adressée par le catépan à Otton II, ce que la situation militaire de l’Italie méridionale en 980‑982 rend tout à fait plausible, le choix de Sabas comme ambassadeur avait certainement d’autres motifs. Son père Christophe et ses deux fils étaient des figures spirituelles connues en Calabre, car ils avaient fondé deux monastères, l’un dans la région du Mercourion, autour de l’église Saint‑Michel, l’autre dans le Latinianon, autour de l’église de Saint‑Laurent. Après le décès de ses parents, Sabas avait fondé un monastère à Lagonégro, près de l’église de Saint‑Philippe37. Les Vies de Christophe et de Sabas ne précisent pas de quels moyens financiers disposaient les moines siciliens à leur arrivée en Calabre ; la Vie de Sabas de Collesano nous informe que le saint était issu d’une bonne famille particulièrement pieuse, mais il s’agit là d’un lieu commun de l’hagiographie peu significatif38. La fondation de plusieurs monastères suggère cependant qu’ils n’étaient pas totalement dépourvus de biens, et en arrivant en Calabre Christophe et ses deux fils auraient retrouvé des parents qui y étaient établis. Plus loin, au sujet d’une incursion arabe que subirent les habitants du Mercourion, l’hagiographe ajoute que Sabas vint en aide à la population qui souffrait de famine, en faisant servir de grandes quantités de nourriture à la table du monastère39. Ces éléments suggèrent que Sabas et ses parents faisaient partie des élites rurales de Calabre, peut‑être même de l’aristocratie grecque d’Italie méridionale, et nous pouvons penser que Sabas était inséré dans les réseaux aristocratiques locaux. Deux épisodes de sa Vie semblent le confirmer. Après l’échec de sa première ambassade, Sabas se rendit de nouveau auprès d’Otton II, à Rome, sur la demande du « prince de Salerne », qui l’avait imploré d’user de son autorité spirituelle pour obtenir la libération de son fils, détenu par l’empereur comme otage. L’hagiographe décrit la rencontre du moine et de l’empereur en insistant sur la déférence marquée du souverain qui aurait consenti immédiatement à libérer le fils du prince. Le moine fut ensuite l’hôte du prince de Salerne et fit chez lui la connaissance du « patrice d’Amalfi » qui le supplia d’intercéder en faveur de son fils, détenu également par Otton II. Sabas se rendit une nouvelle fois à Rome où il obtint la libération du fils du patrice avec le concours d’un évêque nommé Jean, familier d’Otton II40. L’hagiographe se trompe d’empereur, car ces deux otages ne furent libérés qu’après la mort d’Otton II par l’impératrice Théophanô, et ces épisodes doivent donc être datés du règne d’Otton III (983‑1002)41. Néanmoins, on sait qu’Otton II avait pris comme otages les fils de Manso, duc d’Amalfi, qui s’était imposé à Salerne en 981, et de Jean, un comte lombard qui s’était proclamé prince de Salerne42. Ces démarches de Sabas auprès d’Otton III nous semblent vraisemblables et montrent les liens qui unissaient le moine à l’aristocratie lombarde dans un contexte politique particulièrement tendu : les autorités byzantines tentaient en effet, depuis la fin du ixe siècle, d’affirmer l’autorité de Constantinople sur la Campanie et ont soutenu, dans les années 980, la principauté de Salerne et le duc d’Amalfi dans leur résistance à Otton II.

13D’autres moines, moins bien connus, participaient aux échanges diplomatiques officiels en qualité d’interprètes. Selon Ibn Abî Usaybî’a (décédé en 1270), médecin qui composa un Livre des sources de la connaissance sur les catégories des médecins, l’empereur byzantin aurait envoyé au calife de Cordoue Abd al‑Rahmân III (912‑961), parmi d’autres cadeaux, le traité écrit en grec de Dioscoride, Sur la matière médicale. Cette ambassade, arrivée à Cordoue en septembre 947, avait pour but d’obtenir la neutralité du califat omeyyade au moment où l’empereur projetait la reconquête de la Crète. Les ambassadeurs furent reçus avec beaucoup d’égards, et le calife consentit à conclure un pacte d’amitié, mais il demanda, par retour d’ambassade, que lui soit envoyé quelqu’un sachant lire le grec et le latin, afin de traduire l’ouvrage de Dioscoride et de former des traducteurs :

  • 43 Il s’agit en fait de Constantin VII Porphyrogénète (944‑959).
  • 44 Ibn Abi Usaybi’a, ‘Uyun al‑Anba’ fı tabaqat al‑atibba’, II, p. 47 (trad. Jahier et Noureddine 1958 (...)

L’empereur Romain43 lui adressa alors un moine, nommé Nicolas, qui arriva à Cordoue en 340 (951‑952). Il y avait dans cette ville des médecins qui s’occupaient diligemment de reconnaître les noms des simples restés inconnus en arabe dans le traité de Dioscoride et à les déterminer. Parmi ces médecins nul ne mettait plus d’ardeur à cette recherche, et dans le but de s’attirer la faveur du Prince, que Hasday Ibn Shaprt al‑Isra’ili. Le moine Nicolas devint son intime et Hasday nourrissait à son égard une grande amitié. Il interpréta donc les noms des plantes demeurées inconnues du livre de Dioscoride44.

  • 45 Vasiliev et Canard 1950, p. 224 (sur la datation de cette chronique, voir p. 220‑221) ; Regesten, (...)

14L’amitié du calife et de ses familiers pour Nicolas permet, selon ce récit, de souligner l’activité culturelle dans le califat de Cordoue et les relations pacifiques qu’il entretenait avec l’Empire byzantin. Un moine grec est également cité au sujet d’une autre ambassade, adressée, cette fois, au calife fatimide Ismâ’îl al‑Mansûr (946‑953), en 953. Là aussi, l’auteur anonyme de cette chronique arabe fait l’éloge du souverain musulman et surtout de sa puissance qui incite les Byzantins à solliciter une trêve45.

  • 46 Georges Pachymère, I, p. 235, 513‑515. Voir le Typikon du Pantocrator, p. 23.
  • 47 Georges Pachymère, II, chap. 21, p. 391, chap. 28, p. 411, chap. 29, p. 411‑413. Cf. Failler 2001, (...)
  • 48 Georges Pachymère, II, chap. 17, p. 493. Sur la politique de Michel VIII en faveur de l’Union des (...)

15Le recours des empereurs à des moines ambassadeurs est une pratique qui s’inscrit dans la durée. En 1265 par exemple, l’higoumène du Pantocrator, Théodose de Villehardouin, fut envoyé en ambassade prolongée auprès du khan des Mongols46. Le patriarche de Constantinople Germain III (1265‑1266), qui prit l’habit monastique au monastère de la Montagne Noire, au nord d’Antioche, après sa disgrâce, resta le père spirituel de Michel VIII (1259‑1282), et l’empereur fit appel à lui pour mener à terme le mariage de son fils Andronic avec Anne de Hongrie47. Il fut ensuite envoyé avec plusieurs dignitaires au concile de Lyon, en 1274, et chargé d’y mener les discussions au nom de l’empereur48.

  • 49 Voir des exemples similaires dans l’Occident carolingien avec Brunterc’h 1986, p. 79‑84 ; Cartron (...)
  • 50 Léon le Diacre, p. 112‑126, 170 ; Yahya ibn Sa‘id d’Antioche, I, p. 831, II, p. 374‑375 ; Jean Sky (...)
  • 51 Actes de Lavra, I, n° 7, l. 34‑38 (Regesten, I, 1, n° 760). Voir texte 3, p. 221.
  • 52 Testament d’Athanase de Lavra, p. 125, l. 8‑21. Cf. Actes de Lavra, I, p. 19‑20, 46. Un seul chrys (...)
  • 53 Vie d’Athanase de Lavra, version A, chap. 209‑210, p. 100‑102 (version B, chap. 58, p. 194‑195). A (...)
  • 54 Vie de Jean et Euthyme, chap. 9‑10 (voir aussi le chap. 6) ; Regesten, I, 1, n° 761 (lettre des em (...)
  • 55 Vie de Jean et Euthyme, chap. 9, l. 169.

16Les moines les plus proches du souverain, ses conseillers spirituels ou d’anciens dignitaires connus de l’empereur, pouvaient être chargés de missions confidentielles dans les moments de crise ; leur rôle important lors des négociations avec les conjurés et les conspirateurs témoigne de la confiance de l’empereur à leur égard49. Il est possible qu’Athanase de Lavra, le père spirituel de Nicéphore II Phocas, ait servi d’intermédiaire, d’une part, entre les empereurs Basile II (976‑1025) et Constantin VIII (976‑1028) et, d’autre part, Bardas Phocas, neveu de Nicéphore II, au cours du printemps 978. Basile II sollicita à cette date l’aide de Bardas Phocas pour mettre un terme à la révolte de Bardas Skléros. Bardas Phocas avait été exilé à Chio par Jean Ier Tzimiskès à la suite de sa tentative d’usurpation du trône, en 970, mais Basile II, pour obtenir son aide, lui conféra le rang de magistre et le nomma domestique des scholes au printemps 978. Bardas Phocas accepta de mettre ses troupes à la disposition de l’empereur, mais fut défait par Skléros à Pankalia, dans le thème des Anatoliques, le 19 juin 978, et à Basilika Thermè, en automne 978 ; il parvint à vaincre Skléros le 24 mars 979 à Sarvénisni (Aquae Saravenae) entre Césarée et Ancyre50. En juillet 978, Basile II et Constantin VIII délivrèrent à Athanase un chrysobulle par lequel ils concédaient à son monastère une rente annuelle de dix talents d’argent et lui faisaient don de trois reliques. Selon ce texte, les empereurs auraient fait venir Athanase à Constantinople à un moment où ils se trouvaient dans de sérieuses difficultés et auraient tiré un grand bénéfice de cette rencontre51. Les difficultés évoquées renvoient sans doute aux menées des Bulgares et à la révolte de Skléros. L’aide apportée par Athanase est décrite dans un registre purement spirituel, mais les liens étroits qu’entretenait le moine avec la famille des Phocas suggère qu’Athanase a rendu aux empereurs des services plus concrets ; nous pouvons supposer que le moine a contribué au rapprochement de l’empereur avec Bardas Phocas. Nous savons par ailleurs qu’Athanase avait de bonnes relations avec les empereurs et particulièrement avec Basile II, qu’il avait pensé désigner comme épitrope de son monastère et dont il évoque, dans son testament, la générosité et la bienveillance52. Un épisode de la Vie du saint confirme ces relations : alors que Basile II se préparait à une nouvelle campagne contre les Bulgares et avait installé ses troupes en Macédoine, les supérieurs de plusieurs monastères de l’Athos, accompagnés du prôtos, voulurent profiter de la proximité de l’empereur pour se plaindre de la prééminence d’Athanase sur la Sainte Montagne. En chemin, ils rencontrèrent Athanase qui revenait précisément du camp de Basile II. Cet épisode doit être daté des dernières années du xe siècle, au moment où l’empereur menait presque chaque année des campagnes contre le tsar de Bulgarie, Samuel ; les troupes byzantines étaient établies à Mosynoupolis ou à Philippoupolis, en Thrace. Nous ne savons rien de l’entrevue du moine avec l’empereur, mais elle avait probablement pour objet la confirmation d’une exemption fiscale ou la mise en possession d’un nouveau domaine. Retenons qu’Athanase ne semble pas inquiet de la démarche des Athonites auprès de l’empereur, car il savait probablement que les plaignants ne seraient pas entendus et que Basile II resterait bienveillant à son égard53. Dans sa lutte contre Bardas Skléros, Basile II bénéficia aussi de l’aide d’un illustre moine de l’Athos, Jean Tornikios, général géorgien devenu moine qui avait rejoint le monastère de Lavra au début des années 970, sous le règne de Jean Ier Tzimiskès (969‑976). Selon la Vie de Jean et Euthyme écrite au milieu du xie siècle par un moine d’Iviron, au Mont Athos, Tornikios fut convoqué en 979 à Constantinople par Basile II et Constantin VIII ; les empereurs espéraient obtenir par son intermédiaire l’aide militaire du curopalate David qui régnait alors sur le sud‑ouest de la Géorgie, car Tornikios avait servi naguère sous les ordres de David et les deux hommes étaient restés liés d’amitié54. Remarquons que le sébastophore qui apporta à Jean Tornikios le courrier des empereurs avait également sur lui une lettre adressée à Athanase de Lavra, lettre dont le contenu n’est pas précisé par la Vie de Jean et Euthyme55. L’intervention de Jean Tornikios fut décisive, car il obtint le ralliement de David, qui était lui‑même menacé par les succès de Bardas Skléros, et prit lui‑même la tête des troupes mises à disposition par le curopalate :

  • 56 Vie de Jean et Euthyme, chap. 11, p. 91 (trad. B. Martin‑Hisard).

Alors le curopalate confia douze mille cavaliers d’élite à Tornik’. Avec l’aide du Christ, il mit en fuite Skléros et le repoussa dans sa fuite jusqu’en Perse. Puis il revint, il fit prisonniers tous les grands de Grèce et prit leurs biens comme butin, ainsi que les rois [les empereurs Basile II et Constantin VIII] l’avaient dit. Il en distribua une partie aux troupes et garda l’autre pour lui ; c’était un très riche butin d’or, d’argent, de tissus précieux, etc. Il revint, salua le curopalate, qui le récompensa largement, et il le quitta pour retourner auprès des rois56.

  • 57 Vie de Jean et Euthyme, chap. 12, l. 244‑247, chap. 14. Cf. Actes d’Iviron, I, p. 22‑31 ; Morris 1 (...)

17Le butin gagné lors de la bataille de Sarvénisni, le 24 mars 979, ajouté aux récompenses du curopalate et des empereurs byzantins, permit à Jean Tornikios de fonder le monastère d’Iviron et de le doter généreusement57.

  • 58 Anne Comnène, livre I, chap. viii, § 2 ; Nicephori Bryennii historiarum, p. 289. Cf. Cheynet 1990, (...)
  • 59 Anne Comnène, livre I, chap. ix, § 3.
  • 60 Nicephori Bryennii historiarum, p. 295. Cf. Actes de Xénophon, p. 13‑15 ; Morris 1995b, p. 86, 100 (...)
  • 61 Théophylacte d’Achrida. Discours, traités, poésies, p. 115‑116, p. 329, l. 3‑7. Cf. Actes de Xénop (...)

18Nicéphore III Botaniate (1078‑1081) fut, comme Basile II, confronté à plusieurs révoltes, dont celle de Nicéphore Basilakios, duc de Dyrrachion, vaincu en 1078 par le domestique des scholes d’Occident, Alexis Comnène. Celui‑ci était accompagné du moine Iôannikios qui partageait sa tente et lui servait d’aide de camp ; lorsque le camp fut attaqué par Basilakios, le moine aurait protégé la fuite d’Alexis et de ses hommes, aux dépens de sa propre sécurité58. Alexis Comnène aurait aussi eu recours à ses services pour proposer la paix à Basilakios, mais en vain, car ce dernier, maître de Thessalonique, ne voulut rien entendre59. Un autre moine proche d’Alexis Comnène rendit d’estimables services à Nicéphore III au moment de la révolte de Basilakios. Il s’agit de Syméon, higoumène du monastère de Xénophon, sur le mont Athos, également présent aux côtés d’Alexis lors de ses tractations avec Basilakios. Si l’intervention de Iôannikios ne s’explique que par sa familiarité avec Alexis Comnène dont il était le père spirituel, Syméon, comme Jean Tornikios, faisait partie des grands personnages de l’Empire et était connu de l’empereur avant de prendre l’habit monastique ; il était devenu moine sur le tard, après une belle carrière administrative et alors qu’il avait obtenu de Michel VII (1071‑1078) la charge de grand drongaire de la Veille. Il est possible que Syméon, dont le nom de baptême était Stéphane, ait été contraint de prendre l’habit et de se retirer au Mont Athos, en 1078, en raison de la chute de Michel VII et de l’avènement de Nicéphore III60. Sa participation aux négociations d’Alexis Comnène avec Nicéphore Basilakios serait, dans ce cas, une forme de réhabilitation et témoignerait de la clémence du Nicéphore III à son égard. Syméon ne renia pas pour autant son nouvel état monastique et resta au monastère de Xénophon qu’il rénova et dota généreusement grâce à sa fortune. Il fonda peut‑être un autre monastère, réservé aux eunuques, à Thessalonique à la fin du xie siècle ou au début du xiie siècle ; Théophylacte d’Ochrid, qui mentionne ce monastère, décrit Syméon comme étant un moine originaire d’Athènes et qui avait en charge les moines du Mont Athos, description qui peut désigner l’higoumène de Xénophon61.

  • 62 Vie de Basile le Jeune, chap. 2‑7, p. *20‑*21. Cf. Angélidi 1980, p. 72‑74. Au sujet de Samônas, e (...)

19Les moines étaient fréquemment accusés d’espionnage du fait de leur vie errante et de leurs pérégrinations aux marges de l’Empire et dans les régions reculées. Leurs hagiographes dénoncent ces accusations et les mettent au compte de l’excessive humilité de leur héros, humilité qui leur interdisait de décliner leur identité véritable. Ces récits restent cependant ambigus et n’interdisent pas de supposer que les moines pouvaient effectivement mettre à profit leurs contacts avec les populations locales pour obtenir des renseignements susceptibles d’intéresser l’empereur et ses fonctionnaires. Le silence obstiné des moines est souvent à l’origine des soupçons des fonctionnaires impériaux. Basile le Jeune († 944) aurait ainsi été soupçonné d’espionnage parce qu’il errait dans les montagnes de Bithynie et refusait de donner son nom ou les raisons de sa présence en Bithynie ; il fut arrêté, amené à Constantinople et confié à Samônas, alors principal conseiller de Léon VI, mais il persista dans son refus et resta muet sous la torture62. Cette excessive humilité est aussi bien illustrée par un épisode de Vie de Cyrille le Philéote qui met en scène le saint aux prises avec le curateur de Néapolis, sur la côte européenne du Bosphore. Cyrille avait pris l’habitude de se rendre chaque vendredi à Constantinople, afin de vénérer l’icône miraculeuse de la Théotokos des Blachernes. À l’occasion de l’une de ces visites, il aurait été arrêté par le curateur de Néapolis, qui trouvait suspects les déplacements du saint et voulut l’interroger :

  • 63 Vie de Cyrille le Philéote, chap. 15, § 2, p. 86 (trad. E. Sargologos). Le curateur désigne un fon (...)

Quand le curateur lui demanda : « qui es‑tu et d’où viens‑tu ? », [Cyrille] garda le silence, feignant d’être muet. L’ayant questionné une fois, puis deux, sans recevoir aucune réponse, [le curateur] le frappa en disant : « dis‑moi qui tu es ». Mais [Cyrille] montrait le ciel tantôt de la tête, tantôt de la main. Le saint ayant fait cela deux ou trois fois, le curateur se fâcha, le frappa de nouveau et, le prenant pour un espion, le mit aux entraves63.

  • 64 Vie de Basile le Jeune, chap. 6, p. *20 : « Ὅ ἰδὼν ὁ λέων ἔντρομος γέγονε, καὶ προσελθὼν ἠρέμα ἐκυ (...)

20L’entêtement de Basile le Jeune et de Cyrille le Philéote permet d’introduire un lieu commun hagiographique : injustement emprisonnés, humiliés, torturés, les saints moines supportent avec courage et reconnaissance les épreuves envoyées par Dieu, et leur résistance héroïque évoque le martyre des premiers chrétiens. Cette analogie est clairement exprimée par la Vie de Basile le Jeune : avant de réussir à s’enfuir de façon miraculeuse, Basile le Jeune est emmené à l’hippodrome et jeté à un lion affamé, mais il parvient à calmer la bête qui vient se mettre à ses pieds64.

  • 65 Vie de Grégoire le Décapolite, chap. 33, p. 96 : « Ὃν οἱ ἐν αὐτῇ κακοδαίμονες οἰκήτορες ὡς ἐπὶ προ (...)
  • 66 Vie d’Élie le Jeune, chap. 17‑18, p. 24‑28 (Jérusalem), chap. 19‑20, p. 28‑30 (Mont Sinaï), chap.  (...)
  • 67 Vie d’Élie le Jeune, chap. 28, chap. 42‑44. Cf. Koutrakou 1999‑2000, p. 264 ; Yannopoulos 1994, p. (...)
  • 68 Vie d’Élie le Jeune, chap. 9, p. 14, chap. 15‑16, p. 22‑24, chap. 55, p. 84, l. 1134‑1143. Cf. Yan (...)
  • 69 Yannopoulos 1994, p. 206 ; Hodges, Bowden et Lako 2004, p. 22. Sur la conquête arabe de la Sicile (...)
  • 70 Vie d’Élie le Jeune, chap. 66, p. 104‑106, chap. 70, p. 112‑114. Cf. Gay 1970, p. 259 ; Da Costa‑L (...)

21Les voyages, en particulier dans les marges de l’Empire, étaient également un motif d’inquiétude pour les fonctionnaires impériaux. Les pérégrinations des moines les menaient notamment en Italie du Sud et dans les régions progressivement conquises par les Arabes ; les moines italo‑grecs, tels Élie le Jeune († 903‑904), Élie le Spéléote († 960) et Fantin le Jeune († 974) furent de grands voyageurs, car ils fuyaient à la fois la foule de leurs disciples et la menace arabe. Leur caractère étranger suscitait souvent la suspicion des habitants, surtout dans les régions frontalières. Grégoire le Décapolite († 841‑842), faillit ainsi être assassiné par les habitants de la ville d’Otrante qui le soupçonnaient de vouloir « trahir les chrétiens », c’est‑à‑dire d’avoir des sympathies à l’égard des Arabes qui menaient fréquemment des raids dans cette région de la Pouille65. À l’issue de sa longue captivité en Afrique au milieu du ixe siècle, Élie le Jeune voyagea plusieurs années en Orient. Après un pèlerinage à Jérusalem où il devint moine, il vécut trois ans au Mont Sinaï, puis se rendit à Alexandrie, voyagea à travers le territoire perse et alla à Antioche, avant de rentrer en Sicile où il vécut quelque temps avec sa mère. Les raids arabes le décidèrent à partir une première fois pour la Grèce, accompagné de son disciple Daniel, et il se rendit à Sparte, dans le Péloponnèse en 880‑881, puis en Épire en 883. De Bouthrote, ville côtière d’Épire, les deux moines se rendirent à Rome puis retournèrent en Calabre où Élie avait fondé le monastère des Salines, au nord de Reggio ; ils repartirent ensuite pour Patras et enfin pour Thessalonique, où Élie mourut probablement en 904, après le sac de la ville par les Arabes en juillet 90466. À Bouthrote, Élie et Daniel furent accusés d’espionnage au profit des Arabes par le commandant en second du stratège Barsakios, et les deux moines furent emprisonnés. Précisons que si Barsakios est qualifié de stratèlate dans ce passage, il s’agit en fait du stratège de Sicile attesté en 881 pour avoir été vaincu par Hasan ibn ‘Abbas dans la défense de Taormina. Le décès providentiel du commandant permit aux moines de sortir rapidement de prison et ils partirent pour Rome67. L’accusation n’était cependant pas dénuée de tout fondement, car la Vie présente Élie comme étant bien disposé à l’égard des Arabes dont il connaissait la langue et la culture ; il admirait leur sens de la justice et leur tolérance à l’égard des chrétiens68. Par ailleurs, Bouthrote était un port stratégique important pour la défense de la côte adriatique et la présence du commandant en second du stratège de Sicile pourrait être liée à la conquête de la Sicile par les Arabes, dans la deuxième moitié du ixe siècle, et à la nécessité d’établir un nouveau plan de défense des côtes69. Les conditions du décès d’Élie semblent confirmer que le moine pouvait rendre des services non négligeables à l’empereur : Élie mourut en effet dans un village des environs de Thessalonique alors qu’il se rendait à Constantinople, convoqué par l’empereur Léon VI70. Si l’épisode est véridique, celui‑ci savait probablement qu’Élie connaissait bien les Arabes et devait espérer que le moine pourrait le renseigner sur les mouvements arabes d’Italie du Sud.

22La notice du Synaxaire de Constantinople sur le « roi » Dounala, d’origine mozarabe, devenu le moine Étienne au milieu du xe siècle, fournit un autre exemple de l’importance des voyages dans les récits hagiographiques. Dounala‑Étienne eut également l’occasion d’entrer en contact avec les Arabes :

  • 71 Synaxaire de Constantinople, col. 319‑320, l. 41‑52 : « Ἀντ' ἄλλου δὲ παντὸς τοῦτο ὑπερησπάζετο τὰ (...)

Plus que tout autre chose, il aspirait à se rendre à Jérusalem pour devenir pèlerin du saint et vivifiant Sépulcre, ce qui advint. Sur l’ordre des empereurs, il se rendit à Jérusalem et obtint ce qu’il désirait : il fut revêtu du grand habit par l’archevêque Christodoulos, et prit le nom d’Étienne. Il fit le tour complet du saint lieu et, après l’avoir vénéré, il fit monter à Dieu des prières d’actions de grâce. Le peuple athée et impur des Agarènes, le voyant tonsuré et la barbe rasée, lui fit des choses inconvenantes qu’il n’est pas possible de dire oralement ou par écrit. Il décrivit une partie des méfaits qu’il avait subis dans une lettre [qu’il envoya] aux pieux empereurs. Après cela, il eut le projet de descendre en Égypte pour y voir le vénérable lieu où la Mère de Dieu avait séjourné avec son enfant et Joseph. Près de la côte de Tabaria, il advint qu’il fut capturé et enfermé avec les deux prêtres qui l’accompagnaient. Ils résistèrent durant six mois à la faim, à la soif et aux autres mauvais traitements. Ils furent ensuite envoyés par celui qui gouvernait l’endroit à l’émir d’Égypte71.

  • 72 Synaxaire de Constantinople, col. 319‑320, l. 52‑56.
  • 73 Voir p. 30.

23La suite du récit porte sur les souffrances encore endurées par Étienne en raison de sa foi qu’il refusa de renier72. Retenons que le moine se rendit à Jérusalem « sur l’ordre des empereurs » et qu’il fut systématiquement tourmenté par les Arabes dans chaque région qu’il traversa ; si l’hagiographe veut ainsi souligner la similitude du martyre d’Étienne avec celui des premiers chrétiens, pourquoi ne pas admettre qu’Étienne et ses compagnons avaient un comportement ambigu qui suscita l’hostilité et la méfiance des populations et des autorités locales. L’amitié de Constantin VII et de Romain II à l’égard du moine, qui était devenu leur commensal lors de son séjour à Constantinople73, permet de faire l’hypothèse qu’Étienne avait été envoyé par les empereurs à Jérusalem puis en Égypte comme espion.

  • 74 Règle de saint Benoît, II, p. 608, 662 et surtout 638, l. 4. Cf. Leclercq 1963, p. 61‑62.
  • 75 Yahya ibn Sa‘id d’Antioche, II, p. 375‑377. Sur cette première révolte de Bardas Skléros, entre 97 (...)
  • 76 Jean Kinnamos, p. 140, l. 9‑14. Au sujet de la campagne de Manuel Ier en Pouille, en 1155‑1156, vo (...)

24Les moines parvenaient à circuler discrètement grâce à leur habit et pouvaient trouver aisément des prétextes à leurs déplacements : la menace des raids arabes, omniprésente dans les Vies de saints moines italo‑grecs, le désir de se rendre en pèlerinage à Rome ou en terre sainte, invoqué notamment par les Vies d’Élie le Spéléote, de Blaise d’Amorion ou de Sabas de Collesano, ou encore le désir de rejoindre un lieu d’ascèse réputé, la Bithynie, l’Athos, le Latros, Chrysè Pétra, en Paphlagonie, et le Mont Sinaï. Le voyage, le pèlerinage ou la retraite dans la solitude constituent un thème essentiel de la littérature hagiographique, celui de la xéniteia, le dépaysement. La Règle de saint Benoît consacre ses chapitres 50, 51 et 67 aux moines voyageurs et nous apprend, chapitre 61, que l’abbé pouvait tirer profit des remarques faites par les moines de passage sur l’observance au sein de sa communauté74. Il était habituel de rencontrer des moines voyageurs et nous remarquons, dans les chroniques, que l’habit monastique pouvait être revêtu à seule fin de passer inaperçu. En 976, l’évêque melkite d’Alep, Agapios, se rendit à Constantinople afin de demander à Basile II que soit nommé un nouveau patriarche pour Antioche. Défendant sa propre candidature, il promit de retourner la ville d’Antioche en faveur de Basile II contre Bardas Skléros qui avait réussi à s’y imposer. Il réussit sa mission en apportant une lettre de l’empereur au magistre de la ville, qui en avait la garde ; la lettre était cachée dans un livre sacré et lui‑même avait revêtu un habit de moine pour entrer discrètement dans la ville d’Antioche75. Cette ruse est également attestée en 1155, lors de la campagne d’Italie par les armées de Manuel Ier Comnène (1143‑1180) : la prise de la ville de Bari par Michel Paléologue fut facilitée par des soldats qui, passant des vêtements noirs sur leur armure, se firent passer pour des moines et obtinrent des gardes que leur soient ouvertes les portes de la seconde forteresse de la ville, qui leur résistait depuis sept jours76.

  • 77 Néophytos le Reclus, Βιβλίον πενηντακοντακέφαλον, chap. 31 (défaite de Myrioképhalon), Περὶ τῶν κα (...)
  • 78 Testament de Néophytos le Reclus, chap. 5, p. 78, l. 2‑13, chap. 10, p. 80, l. 23‑24 ; Néophytos l (...)
  • 79 Vie d’Élie le Jeune, chap. 26, p. 38, l. 509‑512, chap. 32, p. 48, l. 634‑644.
  • 80 Vie d’Élie le Jeune, chap. 43, p. 64, l. 876. Cf. Da Costa‑Louillet 1959‑1960, p. 104 ; Falkenhaus (...)
  • 81 Vie d’Élie le Jeune, chap. 49‑50, p. 74‑78, chap. 53, p. 80‑82. Sur ces événements, voir aussi Thé (...)
  • 82 Vie de Lazare de Galèsion, chap. 118, p. 544.
  • 83 Vie de Luc le Jeune, chap. 70, p. 199‑201 ; Vie de Lazare de Galèsion, chap. 106, p. 541. Cf. Morr (...)

25Les voyages nombreux, les contacts avec des populations diverses et les relations souvent cordiales avec les élites rurales et l’aristocratie locale permettaient certainement aux moines d’être informés des affaires politiques et militaires de l’Empire. Sans même quitter leur monastère, les moines pouvaient entendre la rumeur du monde, tel Néophytos le Reclus, qui ne sortait que rarement de son ermitage, mais était au fait des grands événements politiques de son temps, la bataille de Myrioképhalon, en 1176, l’assassinat d’Alexis II Comnène par Andronic Ier en 1183 et bien sûr la chute de Jérusalem, en 118777. Néophytos tenait ses informations de l’évêque de Paphos, des aristocrates de l’île et des voyageurs qui montaient jusqu’à son ermitage pour lui rendre visite et l’entretenir des sujets qui les préoccupaient78. Dans les récits hagiographiques, les moines semblent souvent bien renseignés. Les auteurs de ces textes cherchent surtout à souligner le don dioratique de leur héros en citant des événements politiques et militaires marquants et des personnages connus. Élie le Jeune était crédité par sa Vie de la capacité de prédire les raids arabes, ce qui lui permettait de fuir à temps ; il était suivi des villageois qui couraient après lui dans l’espoir d’échapper aux Arabes, et il prédit ainsi la défaite du stratège Barsakios à Taormina contre Hasan ibn ‘Abbâs, en 88179. Le commandant de la flotte byzantine, Michel, qui devint ensuite stratège de la Calabre, se rendit au monastère des Salines demander conseil à Élie sur le moyen de vaincre les Arabes ; cet épisode se situe probablement un peu avant l’éphémère victoire byzantine de Reggio, en 901. Selon le récit de cette entrevue, Élie ne lui donna que quelques conseils de moralité, l’invitant en particulier à « purifier son peuple »80, mais il lui fit peut‑être part d’informations plus concrètes que l’hagiographe ne jugea pas utile de rapporter. Le moine prédit enfin la grande offensive de l’émir aghlabide Ibrâhîm II (875‑902) contre Taormina et Amalfi et annonça aux populations incrédules le massacre qui suivrait ces conquêtes81. Les prophéties rapportées par les hagiographes afin de souligner la renommée spérituelle de leur héros peuvent toutefois témoigner de la bonne connaissance, de la part des moines, des événements politiques et militaires de leur temps. Comptant parmi leurs disciples des évêques, des gouverneurs de villes, des juges et des stratèges de thèmes, ainsi que de hauts dignitaires de Constantinople, et pouvaient suivre de près, par leur intermédiaire, la vie politique de l’Empire. Leurs conversations touchaient probablement à tous les sujets et ne se limitaient pas à des questions spirituelles ; Lazare de Galèsion aurait ainsi reproché à l’un de ses disciples d’être venu le voir pour s’entretenir de « guerres et de choses du monde » et non pour solliciter son aide spirituelle82. Cependant, ce même Lazare entretenait une correspondance avec l’un de ses disciples devenu éparque de la capitale, Nicéphore Kampanarios, et l’aurait prévenu de l’imminence de la révolte de Michel V contre Zoé, en 1042, et il aurait prédit que le juge du thème de Thracésiens, Nicéphore Kampanarios, serait rappelé d’exil et pardonné par Constantin IX Monomaque83.

  • 84 Léon le Diacre, p. 83. Au sujet de ce complot, voir Jean Skylitzès, p. 279‑280 ; Matthieu d’Édesse (...)
  • 85 Anne Comnène, livre IX, chap. iv, § 5‑6. Bolkan était le joupan de la ville de Razhan, voir Chalan (...)
  • 86 Jean Kinnamos, p. 15, l. 3‑5 (trad. J. Rosenblum). Sur cette victoire, voir Chalandon 1960, II.1, (...)

26Les chroniques confirment que les moines disposaient parfois d’informations à l’usage de l’empereur. Ainsi d’après la chronique de Léon le Diacre, favorable à Nicéphore II Phocas, c’est un moine qui aurait prévenu l’empereur de sa mort prochaine, par une lettre remise au cours d’une cérémonie religieuse. Selon cette lettre, la Providence avait révélé au moine que l’empereur allait mourir trois mois plus tard, en décembre 969, ce qui se révéla exact malgré toutes les dispositions prises par Nicéphore II pour accroître la sécurité du Palais. Si l’épisode est véridique, il est possible que ce moine ait eu connaissance du complot du général Jean Tzimiskès pour s’emparer du pouvoir avec l’aide de l’impératrice Théophanô, de quelques dignitaires et de plusieurs officiers de l’armée d’Orient84. D’autres exemples concernent les opérations militaires de l’Empire. Nous apprenons dans l’Alexiade qu’en 1093, alors que le duc de Dyrrachion, Jean Comnène, songeait à accepter les propositions de paix du chef serbe Bolkan, un moine vint le prévenir que le joupan avait mis son armée en route afin de prendre les troupes byzantines par surprise ; cet informateur inespéré ne fut pas pris au sérieux par Jean Comnène, qui le chassa du camp avec colère. Ce moine était pourtant bien renseigné puisque les troupes de Jean subirent ensuite une cuisante défaite85. Surtout, l’échec de sa démarche et l’attitude peu amène de Jean Comnène témoignent de la véracité de cette anecdote, car il paraît peu probable qu’Anne Comnène, pourtant si élogieuse à l’égard des membres de sa famille, ait inventé cet épisode qui ne mettait pas en valeur la piété de Jean. Le dernier récit que nous pouvons citer en exemple concerne le siège de la ville de Gangra, en Galatie, par Jean II Comnène, au cours de l’hiver 1133‑1134. Les moines de la région seraient parvenus à convaincre l’empereur de poursuivre le siège en dépit de la trahison des troupes alliées envoyées par le sultan d’Iconium, Masud. La victoire de Jean II indique, là encore, qu’ils étaient de bon conseil aux yeux du chroniqueur86.

Des monastères utilisés comme prisons politiques

  • 87 Vie de Théodore Stoudite, version B, col. 253D ; Théodore Stoudite, Laudatio sancti Platonis hegum (...)
  • 88 Hilarion († 845), higoumène du monastère de Dalmatos de 807 à 815, fut enfermé dans ces deux monas (...)
  • 89 Auteur de plusieurs Vies de saints, dont la Vie de Grégoire le Décapolite que nous avons déjà ment (...)
  • 90 Rallès‑Potlès, V, p. 88‑90 (Regestes, I, 3, n° 1013). Cf. Magdalino 1993, p. 277 ; Angold 1995, p. (...)
  • 91 Étienne le Jeune († 765) y fut enfermé quelques jours sur ordre de Constantin V (741‑775), avant d (...)
  • 92 Théophane Continué, p. 103, l. 15‑18 (voir aussi p. 101, l. 15‑22) ; Jean Skylitzès, p. 61, l. 35‑ (...)

27À Constantinople, plusieurs monastères sont mentionnés dans les Vies de saints pour avoir servi de prisons à des moines, tel le monastère des Saints‑Serge‑et‑Bacchus, fondé par Justinien Ier, où Platon de Sakkoudion fut détenu deux fois, en 797 en raison de son opposition au second mariage de l’empereur, et en 808, lors de la reprise de l’affaire moechienne. Sous le règne de Léon V (813‑820), Jean le Grammairien y fut élevé à l’higouménat, et le monastère des Saints‑Serge‑et‑Bacchus devint un centre de « correction » des iconodoules récalcitrants87. Les monastères tou Phonéôs, sur le Bosphore, et de Kyklovion, à l’est de l’Hebdomon, sont également cités comme lieux de détention de moines iconodoules88. Les moines iconoclastes connurent, après 843, un sort similaire, et Ignace le Diacre, par exemple, fut enfermé au monastère de Pikridion à l’extrémité de la Corne d’Or, en raison de sa collaboration avec la hiérarchie ecclésiastique iconoclaste89. Cette pratique est également attestée après l’iconoclasme, en particulier pour les moines soupçonnés d’hérésie ; le moine Niphon, convaincu de professer l’hérésie dualiste bogomile, fut enfermé en 1143 dans une cellule du monastère de la Théotokos Péribleptos, fondé à Constantinople par Romain III Argyre (1028‑1034)90. En raison de sa proximité avec la capitale, la Bithynie abritait de nombreuses fondations monastiques, qui servirent de refuges ou au contraire de prisons au cours de la période iconoclaste, en particulier le monastère de Philippikos fondé à la fin du vie siècle91. Sous le règne de Théophile (829‑842), le monastère de Saint‑Jean‑Prodrome de Phobéros, sur la côte asiatique du Bosphore, servit à plusieurs reprises de prison aux moines iconodoules, notamment à Lazare dit le Peintre († 860) qui, mis « au secret dans l’église du Prodrome », y aurait façonné une image miraculeuse du saint92.

  • 93 Mentionnons en particulier en particulier l’empereur Léonce (695‑698), qui fut amputé du nez et en (...)
  • 94 Sous les règnes de Léon VI (886‑912) et d’Alexandre (912‑913) en particulier, plusieurs dignitaire (...)
  • 95 L’empereur y fit en 908 enfermer le parakoimomène Samônas, son principal conseiller, qu’il soupçon (...)
  • 96 Zoé Karbônopsina : Théophane Continué, p. 397, l. 10‑14 ; Pseudo‑Syméon, p. 731, l. 1‑4 ; Georges (...)
  • 97 Selon Matthieu d’Édesse, Nicéphore III aurait eu une crise de conscience et se serait retiré volon (...)
  • 98 Euthyme, alors syncelle du patriarcat, s’était opposé au second mariage de l’empereur, voir la Vie (...)
  • 99 Prousianos avait participé, en 1028‑1029, à une conspiration de Théodora contre Romain III et Zoé, (...)
  • 100 Le patriarche était soupçonné de comploter contre l’impératrice Marie d’Antioche, régente d’Alexis (...)
  • 101 Andronic Lapardas était accusé d’avoir comploté contre Andronic Ier Comnène, voir Nicétas Chôniatè (...)
  • 102 Tou Palatiou : Théophane Continué, p. 379, l. 22‑p. 380, l. 1, Pseudo‑Syméon, p. 717, l. 8‑10, et (...)
  • 103 Théophane Continué, p. 379, l. 23‑p. 380, l. 1 : « […] ἀποστείλας περιώρισεν ἀυτὸν ἐν τῇ μονῇ τοῦ (...)

28Les monastères de Constantinople et de ses environs immédiats ont été également les lieux privilégiés des empereurs pour les emprisonnements politiques entre le viiie et le xie siècle, en particulier Dalmatos93 et le Stoudios94. D’autres monastères servirent ponctuellement de prisons, tel le monastère de Marianos, à Psamathia95, et le monastère de Sainte‑Euphémie du Pétrion, où furent notamment détenues la mère de Constantin VII, Zoé Karbônopsina, en 919, et Anne Dalassène, ses filles et ses belles‑filles, lors de la révolte d’Alexis et d’Isaac Ier Comnène contre Nicéphore III Botaniate, en 108196. Nicéphore III Botaniate fut lui‑même contraint par les Comnènes de revêtir l’habit monastique, en 1081, au monastère de la Théotokos Péribleptos où il mourut peu après97. Le monastère de Saint‑Diomède, situé à l’ouest de la capitale, servit également à plusieurs reprises de prison, en particulier pour le père spirituel de Léon VI, Euthyme, en 89498. Citons encore le monastère de Manuel, au nord‑ouest de la capitale, où fut détenu le magistre Prousianos99, et le monastère du Christ Pantépopte fondé par Anne Dalassène, qui servit de prison au moins à deux reprises, pour le patriarche Théodose Ier (1179‑1183) en 1181100 et pour le sébaste Andronic Lapardas en 1183101. Enfin, pour être exhaustif, un monastère tou palatiou ou tou Palatinou est mentionné au sujet de l’exil du logothète Himérios défait par les Arabes sous le règne d’Alexandre (912‑913) et soupçonné de conspiration. Ce monastère, inconnu par ailleurs, est aussi nommé selon les versions monastère des Kampa, des Kalypa ou des Kalypoi. Raymond Janin avait fait l’hypothèse que ce monastère était situé à l’intérieur du Palais de Constantinople102. Cependant, mis à part le fait qu’une telle fondation aurait vraisemblablement laissé plus de traces dans les sources, le passage sur l’exil d’Himérios mentionne expressément un bannissement et suggère que ce monastère se trouvait hors de la ville103. Il ne nous est pas possible d’en préciser la localisation.

  • 104 Vie du patriarche Nicéphore, p. 201 ; Vie du patriarche Euthyme, p. 29, l. 33, p. 120‑122, l. 19, (...)
  • 105 Théophane Continué, p. 371, l. 5 ; Pseudo‑Syméon, p. 709, l. 15‑16, p. 715, l. 22 ; Symeonis Magis (...)
  • 106 Le patriarche avait suscité l’hostilité de l’évêque Léon de Chalcédoine, d’une partie du clergé et (...)
  • 107 Le sacellaire Anastase, qui contrôlait les services financiers de l’État et était responsable du c (...)
  • 108 Michel Psellos, Chronographie, II, p. 166, l. 5‑7 ; Miguel Ataliates, Historia, p. 125, l. 15‑17 ; (...)

29Les monastères de la rive asiatique du Bosphore et de la mer de Marmara sont fréquemment attestés dans les sources comme prisons, en particulier pour les patriarches déchus de Constantinople. Les sources sont parfois ambiguës et préfèrent, pour certaines, parler de retraites volontaires, mais le caractère contraint de ces séjours les apparente plutôt à des relégations. Le monastère d’Agathos, élevé par le patriarche Nicéphore (806‑815), servit de prison pour ce dernier puis pour le patriarche Euthyme écarté en 912 par Alexandre104. En 907, Nicolas Mystikos, déposé par Léon VI, avait été banni dans le monastère qu’il avait fondé à Galakrènai ; les indications données par les chroniqueurs sur le périple difficile imposé au vieil homme, qui dut rejoindre le monastère à pied en plein hiver, permettent de préciser la localisation de ce monastère au sud de Hiéreia, ce que confirme par ailleurs une épitaphe du début du xe siècle105. Le monastère de Rouphinianai, au sud de Chalcédoine, fondé par le préfet du prétoire Rufin à la fin du ive siècle, devint le lieu de détention du patriarche Eustratios Garidas (1081‑1084) à la fin de sa vie106. Le monastère d’Élegmoi, situé au nord de Brousse, reçut plusieurs prisonniers politiques107, ainsi que le monastère de Pipéroudè fondé sur les rives du Bosphore par l’impératrice Eudocie Makrembolitès, qui y fut détenue sur ordre du césar Jean Doukas après la défaite de Romain IV à Mantzikert, en 1071108.

  • 109 Citons notamment le patriarche Eutychios (552‑565, 577‑582), en janvier 565 (Vie du patriarche Eut (...)
  • 110 Irène : Théophane le Confesseur, p. 480. Zoé : Michel Psellos, Chronographie, I, p. 9 ; Jean Skyli (...)
  • 111 Théophane Continué, p. 398 ; Jean Skylitzès, p. 213. Méthode († 847), higoumène de Chénolakkos en (...)
  • 112 L’oncle de Théodore Stoudite, Platon de Sakkoudion, de janvier 809 à août 811 (Théodore Stoudite, (...)
  • 113 Le patriarche d’Antioche Jean V (1089‑1100) fut moine à Oxeia, voir Gautier 1964, p. 128‑135. Le p (...)
  • 114 Théodore Stoudite, Epistulae, n° 76, et Theodoros Studites, Jamben auf verschiedene Gegenstände, n (...)
  • 115 Théophane Continué, p. 435, l. 20‑21, p. 437, l. 11‑13, p. 441 ; Pseudo‑Syméon, p. 752, l. 19‑20, (...)
  • 116 Voir p. 64-65.
  • 117 Citons notamment Bardanès Tourkos, qui fut proclamé empereur en 803, mais ne parvint pas à s’impos (...)
  • 118 Vie du patriarche Ignace, col. 516C. Sur sa déposition, voir Théophane Continué, p. 193‑196, Jean (...)
  • 119 Vie du patriarche Ignace, col. 496D, 532BC. Cf. Janin 1975, p. 67.
  • 120 Michel Psellos, Chronographie, I, p. 122‑123, surtout p. 123, l. 14‑17 ; Jean Skylitzès, p. 373‑37 (...)

30Situées à une vingtaine de kilomètres au sud de la capitale, dans la mer de Marmara, les Îles des Princes furent très tôt occupées par des fondations monastiques, qui servirent de lieux d’exil et de détention pour les plus hautes personnalités de l’Empire. La plus grande de ces îles, Prinkipô, reçut plusieurs exilés célèbres au cours des vieviiie siècles109. Irène (797‑802) y fonda un monastère féminin et y fut enfermée en 802, puis plusieurs impératrices y furent recluses, dont la porphyrogénète Zoé, en 1042110. L’île d’Antigoni possédait un monastère dédié à la Métamorphôsis et situé au sommet de l’île. Sous le règne de Romain Ier Lécapène, trois personnages de haut rang qui avaient comploté contre l’empereur en 921 y furent détenus : le magistre Étienne, le comte des Murs chargé de l’entretien des murailles du Palais, Théophane Teichiôtès et Paul l’Orphanotrophe111. L’île d’Oxeia, la plus occidentale de l’archipel, reçut aussi de nombreux exilés112. Les sources ne précisent pas si ces exilés étaient détenus dans un monastère, et la vie monastique n’y est pas attestée avant la seconde moitié du xie siècle113. Un monastère fondé par un certain Jean, sur l’île de Chalkè, est connu pour avoir servi momentanément de prison à Théodore Stoudite ; le vocable de cette fondation n’est pas connu, mais deux monastères au moins sont attestés plus tard, au xie siècle, l’un dédié à la Sainte‑Trinité et l’autre à la Théotokos114. L’île de Prôtè, la première des îles des Princes en venant de Constantinople, est bien connue pour avoir reçu les empereurs Michel Ier Rangabè en 813 et Romain Ier en 944, exilés dans le monastère de la Théotokos115, et Romain IV Diogène en 1071, détenu dans le monastère de la Métamorphôsis qu’il avait lui‑même fondé ; les circonstances de l’exil de Romain IV sont longuement décrites par Michel Attaliate, car elles suscitèrent sa vive désapprobation116. Cette île accueillit d’autres exilés moins célèbres117. L’îlot de Térébinthe appartenait intégralement au monastère qu’y avait fondé le patriarche Ignace Ier (847‑858, 867‑877) avant son élévation au patriarcat. Il s’y retira après sa déposition, en 858, puis y fut détenu sur décision impériale en 860 ou 861, après être passé, nous précise son hagiographe, par plusieurs prisons. Ignace avait en effet provoqué la colère du puissant césar Bardas, oncle et tuteur de Michel III, en lui reprochant sa relation amoureuse avec sa bru, la veuve de son fils, et il fut officiellement déposé lors d’un synode qui se tint dans l’église des Saints‑Apôtres au cours de l’hiver 860‑861118. Ignace fonda un autre monastère dans l’archipel des Princes, sur l’île de Platè, et le dédia probablement aux Quarante‑Martyrs de Sébaste119. Nous pouvons faire l’hypothèse que les exilés qui nous sont connus par la suite furent détenus dans ce monastère, en particulier le patrice Constantin Dalassène, candidat à la succession de Constantin VIII en 1028 et finalement écarté au profit de Romain Argyre120.

  • 121 L’expression est d’Alexandre de Nicée, détenu au milieu du xe siècle au monastère de Monobata, voi (...)
  • 122 Nous sont connus le curopalate Léon Phocas, père du rebelle Bardas Phocas, en 969‑971 (Léon le Dia (...)
  • 123 Vie d’Euthyme de Sardes, chap. 5, p. 25‑27, l. 67‑72. PMBZ, n° 1838 (Euthyme de Sardes), 8295 (Thé (...)

31Des monastères plus difficiles d’accès, « à l’extrémité de la terre de l’Empire »121, situés sur des îles ou sur des montagnes, pouvaient aussi servir de lieux de détention. Leur éloignement et leur isolement rendaient les conditions de détention plus éprouvantes et limitaient sans doute les contacts des exilés avec leurs proches et leurs partisans. Plusieurs îles sont mentionnées par les chroniqueurs comme lieux d’exil, sans qu’il nous soit toujours possible de savoir si les exilés étaient enfermés dans des monastères, notamment les îles de Lesbos et de Samos122. Le monastère Saint‑Jean‑Prodrome de l’île de Pantelléria (ou Patellaria), une île volcanique située à cent kilomètres au sud‑ouest de la Sicile, servit de lieu d’exil au ixe siècle. L’île reçut dans les années 803‑806 Euthyme de Sardes, Théophylacte de Nicomédie et Eudoxios d’Amorion, trois évêques accusés par Nicéphore Ier d’avoir reconnu comme empereur l’usurpateur Bardanès Tourkos, en 803. L’île de Pantelléria avait été conquise par les Arabes vers 700, mais elle était sous le contrôle des Byzantins au début du ixe siècle, avant la conquête de la Sicile. Le monastère aurait été fondé dans la deuxième moitié du viiie siècle123.

  • 124 Néa Monè : JGR, I, p. 636‑637 (Regesten, I, 2, n° 910). Patmos : Actes de Patmos, I, n° 6, l. 35 ((...)
  • 125 Actes de Patmos, I, n° 1, l. 56. Andronic Doukas était le fils du césar Jean Doukas et le cousin g (...)
  • 126 Ces deux monastères possédaient des métoques en Asie Mineure ainsi que des bateaux de commerce, vo (...)
  • 127 Léon le Diacre, p. 126 ; Jean Skylitzès, p. 294, l. 91 ; Regesten, I, 1, n° 735. Asolik de Taron, (...)
  • 128 Jean Skylitzès, p. 423, l. 56 ; Jean Zonaras, p. 624. Au sujet de la déposition de Michel V, voir (...)
  • 129 Ce chrysobulle est en partie édité par JGR, I, p. 644‑645, sur la base d’une copie, mais la clause (...)
  • 130 Actes de Patmos, II, n° 51, p. 39 (praktikon de Nicolas Tzanzès, 1088), et n° 54 (praktikon de Chr (...)

32La pratique qui consistait à exiler des prisonniers politiques dans les monastères des îles nous est également connue de façon indirecte par les chrysobulles. Certaines fondations monastiques ont en effet obtenu de l’empereur le privilège d’être exemptées de cette obligation qui devait être une source de dépenses et de gêne pour les moines. La Néa Monè de Chio obtint un tel privilège de Constantin IX en 1053, et Alexis Ier le concéda à Christodoulos de Patmos en 1088124. Assez rare, ce privilège fut également concédé à de grands propriétaires laïcs proches de l’empereur, tel Andronic Doukas en 1073 pour des biens issus de terres publiques de la région de Milet125. Les îles de Chio et de Patmos présentaient a priori les conditions idéales pour recevoir des exilés car elles étaient à la fois éloignées de la capitale et accessibles sans trop de difficultés par la côte asiatique126. Le chrysobulle délivré à la Néa Monè en 1053 précise que les moines de Chio étaient souvent gênés par la présence d’exilés, mais nous ne connaissons aucun personnage banni à la Néa Monè. Les chroniqueurs rapportent que Bardas Phocas, révolté contre Jean Ier Tzimiskès (969‑976), fut vaincu et exilé avec sa famille sur l’île de Chio127. Bardas Phocas aurait reçu à cette occasion la tonsure de clerc. La Néa Monè n’existait pas encore, mais cet épisode prouve que l’envoi d’exilés politiques à Chio était un usage bien attesté. En 1042, l’île de Chio reçut un exilé plus prestigieux encore, l’empereur Michel V, détrôné par une révolte populaire et aveuglé sur les ordres de Théodora. L’empereur déposé avait été dans un premier temps tonsuré et enfermé au monastère d’Élegmoi en Bithynie, mais il fut transféré à Chio par Constantin IX Monomaque à son arrivée au pouvoir128. Un chrysobulle de Nicéphore III, datant de 1080, nous apprend que malgré l’exemption accordée à la Néa Monè par Constantin IX en 1053, le monastère avait été contraint d’accueillir des exilés envoyés par l’empereur ; les moines s’en plaignirent à Nicéphore III et obtinrent la confirmation de la disposition prise par son prédécesseur129. Aucun exemple d’emprisonnement sur l’île de Patmos n’est rapporté par les sources, mais cette île, plus petite et moins fertile que Chio, était peu exploitée et peu habitée quand Christodoulos s’y installa130. La construction par celui‑ci de bâtiments monastiques entourés de remparts aurait permis d’y exiler des prisonniers politiques si le moine n’avait réussi à obtenir l’exemption de cette obligation dès la fondation du monastère.

  • 131 Épistoliers byzantins du xe siècle, p. 69, l. 45‑46 : « ἐν τῷ πέρατι τῆς βασιλέως γῆς ». Cf. Marko (...)
  • 132 Vie de Jean et Euthyme, chap. 81 ; Jean Skylitzès, p. 377, l. 95‑96 ; Jean Zonaras, III, p. 575. C (...)
  • 133 Michel Psellos, Chronographie, I, p. 44, l. 3‑8, p. 54, l. 7‑8, p. 58, l. 18‑22, p. 59‑61, p. 64, (...)

33D’autres monastères situés non pas sur des îles, mais dans des régions éloignées de Constantinople pouvaient servir de lieux d’exil, tel le monastère de Monobata dont nous ne connaissons pas la localisation exacte, mais qui se trouvait, selon plusieurs sources, à une grande distance de la capitale. Le métropolite de Nicée Alexandre y fut détenu vers 944 et, dans une de ses lettres adressées au métropolite de Sardes, il décrivit son lieu de réclusion comme étant situé « à l’extrémité de la terre de l’Empire » ; une localisation entre le Pont et l’Arménie a été proposée131. En 1029, le monastère de Monobata accueillit un autre exilé de marque, Georges Varasvatzé, higoumène d’Iviron (Georges Ier, 1019‑1029). Georges avait été l’un des partisans de Constantin Diogène, duc de Thessalonique puis stratège des Thracésiens, qui avait tenté de prendre le pouvoir sous le règne de Romain III Argyre (1028‑1034). La participation de Georges Ier à ce complot résulte probablement des liens étroits de famille et de solidarité qui unissaient la haute aristocratie géorgienne au monastère d’Iviron, et révèle des intérêts communs entre cette aristocratie et les grandes familles orientales de l’Empire, notamment les Diogènes et les Bourtzès132. Ce monastère est également mentionné par les chroniqueurs pour avoir reçu au printemps 1042 le prôtonotaire et préposite Jean, plus connu sous le nom de l’Orphanotrophe. Jean avait été l’homme de confiance de Basile II, puis le personnage le plus influent de la cour sous le règne de Romain III ; il avait pu porter au pouvoir d’abord son frère, Michel IV (1034‑1041), ensuite son neveu, Michel V (1041‑1042), qui décida cependant de se séparer de son trop puissant conseiller et l’exila à Monobata133.

  • 134 Alexis Axouch : Jean Kinnamos, p. 265, l. 14‑p. 269, l. 23 ; Nicétas Chôniatès, p. 144, l. 75‑76, (...)
  • 135 Typikon de Pakourianos, p. 129, l. 1833. Cf. Lemerle 1977, p. 135, 156, 178 ; Asdracha 1976, p. 48 (...)

34Les monastères fondés dans les montagnes offraient enfin des conditions de détention analogues à celles des monastères situés dans les îles. Le Mont Papikion, en Thrace, dans la province des Rhodopes, accueillit ainsi plusieurs exilés de haut rang, le protostratôr Alexis Axouch vers 1167, et Alexis Comnène, fils illégitime de Manuel Ier, en 1191. Alexis Axouch, lié à la famille impériale par son mariage, fut soupçonné de vouloir usurper le pouvoir ; ses biens furent confisqués et il fut exilé dans un monastère du Papikion. En 1191, Alexis Comnène participa à la révolte d’Andronic Comnène contre Isaac II Ange (1185‑1195, 1203‑1204). Andronic Comnène fut aveuglé et Alexis, déjà partiellement aveugle à la suite d’un précédent complot en 1185, fut exilé dans un monastère du Papikion, le même, précise Nicétas Chôniatès, que celui où avait été enfermé Alexis Axouch134. Le Mont Papikion abritait plusieurs monastères dont l’un, dédié à Saint‑Georges, devint un métoque du monastère fondé par Grégoire Pakourianos en 1083, à Bachkovo. Ce monastère de Saint‑Georges, situé à l’ouest de Mosynoupolis, pourrait bien être celui où furent enfermés Alexis Axouch et Alexis Comnène. La région montagneuse, aux pics élevés couverts d’une dense forêt, devait être difficile d’accès, mais la proximité de la ville de Mosynoupolis et de la Via Egnatia compensait cet isolement relatif et offrait des conditions favorables à la détention de prisonniers politiques135.

Modalités juridiques et pratiques de ce mode de détention

35Si des monastères ont pu servir de lieux de relégation dans l’Empire byzantin, à Constantinople comme dans les provinces les plus éloignées de la capitale, cette pratique n’était pas prévue dans les textes juridiques, hormis pour les femmes adultères. Il n’est pas aisé, par conséquent, d’en saisir les modalités concrètes et nous devons revenir sur les épisodes mentionnés par les chroniques ou les récits hagiographiques pour tenter de comprendre où étaient détenus les prisonniers et quelles étaient les conditions de leur détention.

  • 136 Listes de préséance byzantines des ixe et xe siècles, p. 320, 336‑337. Cf. Janin 1964, p. 164‑165  (...)
  • 137 Vie d’Étienne le Jeune, chap. 36, l. 9, voir le commentaire de M.‑F. Auzépy, p. 230, n. 142, p. 23 (...)
  • 138 Basiliques, 60. 55. Cf. Koukoulés et Guilland 1948, p. 127‑128. Les chroniques témoignent toutefoi (...)
  • 139 JGR, V, p. 154‑155 ; Novelles de Léon VI, n° 32. Cf. Koukoulès et Guilland 1948, p. 129‑130 ; Laio (...)

36La vie carcérale à Byzance a fait l’objet de plusieurs travaux. La prison du prétoire était la plus importante prison de Constantinople et était placée sous la responsabilité de l’éparque de la ville, assisté du logothète du prétoire136. Le Palais impérial comprenait également des prisons dont celle de la Phialè, ou de la Fontaine, attestée notamment dans la Vie d’Étienne le Jeune et dans la Vie du patriarche Euthyme137. Les prisons privées étaient interdites par la loi et les évêques possédaient le droit de libérer les prisonniers retenus dans des maisons privées et de punir les contrevenants138. Les femmes ne devaient pas être enfermées dans des prisons publiques, car elles risquaient d’y subir l’attitude outrageante des gardiens, mais dans des monastères. Une femme condamnée pour adultère devait être, après ablation de son nez, enfermée dans un monastère. Plusieurs cas du xie siècle témoignent de la permanence de ce châtiment139. Notons toutefois que la femme emprisonnée dans un monastère ne devait pas, en principe, être contrainte à la tonsure monastique :

  • 140 Novelles de Léon VI, n° 32, p. 128, l. 16‑22 (trad. P. Noailles et A. Dain). Voir aussi la Peira, (...)

Si elle est prise du désir monastique et en fait choix, sa fortune, abstraction faite de sa dot, sera partagée entre ses enfants et le monastère. […] Vient‑elle à mourir encore dans l’état laïque, comme elle est entièrement libre de tester, ses biens seront distribués selon ses dispositions140.

  • 141 Rallès‑Potlès, II, p. 419‑423 (trad. Laiou 1992, p. 134‑136). Cf. Abrahamse 1985, p. 52 ; Beaucamp (...)
  • 142 Voir les commentaires de Balsamon au canon 3 du concile d’Ancyre et au canon 48 du concile in Trul (...)
  • 143 Rallès‑Potlès, V, p. 57 (trad. Laiou 1992, p. 132‑133) ; Regestes, I, 3, n° 826a. Cf. Laiou 1992, (...)
  • 144 Novelles de Léon VI, n° 111, p. 367, l. 8. Cf. Talbot 1985, p. 115‑116.
  • 145 Novelles de Léon VI, n° 111, p. 365, l. 7‑9 et l. 15‑16.

37En principe, seules les épouses des prêtres ordonnés évêques pouvaient être contraintes à la tonsure, car, en ayant épousé un clerc, ces femmes savaient à l’avance qu’elles allaient devoir se retirer dans un monastère en cas d’une promotion de leur époux à l’épiscopat141. La vie monastique devait en effet être le résultat d’une conversion personnelle à Dieu et, selon Balsamon, la tonsure des épouses des prêtres permettait précisément de les distinguer des femmes enfermées dans les monastères à la suite d’une décision judiciaire142. Un jugement rendu par le patriarche Eustathe en 1023 indique cependant que la tonsure monastique pouvait être imposée à la femme adultère. Cette pratique est surtout attestée au sein de la haute aristocratie pour régler des questions de stratégie matrimoniale143. L’internement dans un monastère était prévu également pour les femmes convaincues de folie et dépourvues de parents, mais nous ne pouvons parler dans ce cas d’emprisonnement. Cette loi est attestée encore au xive siècle144. En revanche, l’époux qui aurait amené sa femme à la folie par ses « machinations » était « contraint de revêtir l’habit monastique et enfermé, même contre son gré, dans un couvent ». Ce châtiment était aussi prévu si l’époux n’était pas directement coupable de ces machinations, mais qu’il osait contracter un deuxième mariage145.

  • 146 Hypotypôsis de Stoudios, col. 1713A ; Hypotypôsis d’Athanase de Lavra (963), p. 136, l. 7‑10. Cf.  (...)
  • 147 Théophane Continué, p. 384, l. 10‑11 : « […] καὶ ἐν τῇ τοῦ Δαλμάτου ἀπαγαγόντες μονῇ ἐγκατάκλειστο (...)

38Les sources littéraires nous permettent de saisir toutefois quelques détails concernant les conditions de détention dans les monastères. Nous pouvons supposer que les moines enfermés dans un monastère sur décision impériale étaient gardés dans les cellules prévues pour punir les moines rétifs à la règle du monastère, cellules mentionnées notamment par l’hypotypôsis de Théodore Stoudite, au ixe siècle, et l’hypotypôsis d’Athanase de Lavra, au xe siècle146. Plusieurs textes indiquent par ailleurs que les monastères souvent utilisés comme prisons politiques possédaient des cellules prévues à cet effet, ainsi que d’un personnel qui en avait la charge. Deux monastères de Constantinople semblent avoir disposé de tels lieux : les monastères de Dalmatos et de Saint‑Diomède. Les chroniqueurs précisent, au sujet de l’emprisonnement de Constantin Élakikos, qu’il fut conduit au monastère de Dalmatos et enfermé dans la prison (καταδίκη), ce qui suggère un lieu réservé et séparé des bâtiments monastiques. Un fragment de la Vie de Nicétas le Paphlagonien, l’un des plus farouches opposants à Léon VI dans l’affaire de la tétragamie, mentionne également cette prison dans laquelle fut enfermé le saint ; le texte cite la « sainte prison de Dalmatos » et qualifie le lieu de cachot. La Vie du patriarche Euthyme indique que la prison du monastère était suffisamment connue au début du xe siècle pour être simplement désignée par l’expression de « prison de Dalmatos », sans qu’il soit fait mention du monastère147. Un épisode de l’histoire du monastère de Saint‑Diomède indique que ce monastère possédait également une prison séparée du monastère proprement dit et que les prisonniers éventuels n’étaient pas gardés par des moines. Cet épisode concerne l’emprisonnement de l’impératrice Marie d’Antioche, veuve de Manuel Ier Comnène (1143‑1180). Nous ne développerons pas ici les raisons de sa mise à l’écart et de son emprisonnement par Andronic Ier Comnène en 1183, mais la description de sa prison par Nicétas Chôniatès mérite d’être citée :

  • 148 Nicétas Chôniatès, p. 267, l. 54‑p. 268, l. 58 : « ὑποσχέσεσιν εἰς τὴν τοῦ ἁγίου Διομήδους μονὴν π (...)

[Marie d’Antioche] fut ignominieusement conduite dans le monastère de Saint‑Diomède, dans une prison (εἱρκτή) très étroite qui s’y trouvait. Elle y fut longtemps gardée par des gardiens aux manières outrageantes ; elle était insultée par leurs propos d’ivrognes, tourmentée par la faim et la soif148.

  • 149 Voir p. 188.

39Le monastère de Diomède était un monastère d’hommes et la prison réservée aux laïcs des deux sexes était probablement à l’écart des cellules monastiques et de l’église ; nous verrons plus loin que les appartements impériaux aménagés dans certains grands monastères de Constantinople étaient, de la même façon, séparés des bâtiments conventuels et pouvaient accueillir indifféremment des hommes ou des femmes149.

  • 150 Théodore Stoudite, Laudatio sancti Platonis hegumeni, col. 840C‑841A.
  • 151 Île de Saint‑André : Iosephi Genesii Regum libri quattuor, p. 35, l. 74‑75 ; Théophane Continué, p (...)
  • 152 Vie de David, Syméon et Georges de Lesbos, chap. 22, p. 237 ; Vie du patriarche Méthode, chap. 5‑9 (...)

40Certaines sources, principalement les textes hagiographiques, insistent sur les souffrances qu’entraînait la réclusion dans un monastère, en particulier pour les moines qui subirent la persécution iconoclaste ; Théodore Stoudite déplorait la brutalité des moines qui servaient de geôliers à Platon et à lui‑même150. Nous avons mentionné plus haut l’emprisonnement de Méthode par Théophile en 837, sur l’île d’Antigoni, mais le moine avait été une première fois emprisonné sous le règne de Michel II (820‑829) sur l’île de Saint‑André, près du cap Akritas, à l’entrée du golfe de Nicomédie. Les chroniqueurs font clairement état d’une prison (φυλακή) soit sur l’île de Saint‑André, soit sur « l’île d’Akritas » ou « près d’Akritas »151. Les sources hagiographiques mentionnent un cachot étroit, un « tombeau » (τάφος)152. Méthode lui‑même fait une terrible description de son cachot :

  • 153 Vie d’Euthyme de Sardes, chap. 16, p. 43‑45 (trad. J. Gouillard, p. 13). Sur la date de la mort d’ (...)

Un autre jour, un autre homme, mais non pas nous aujourd’hui, pourra décrire l’exiguité insupportable et immense quant à son extrême étroitesse, du cachot qui nous contient. Car elle est à ce point écrasée et ramassée dans toutes ses dimensions qu’il nous est absolument impossible de chanter ensemble un hymne à Dieu : l’air chaud sorti de la bouche rebrousse chemin et asphyxie celui qui tente de psalmodier. C’est peu dire que ne saurait contenir un autre homme un local qui n’admet même pas la parole. Comment pourrait‑on imaginer la chaleur et le froid glacial, l’abondance insupportable de bêtes rampantes et de mouches due à l’obscurité et à la saleté du lieu ? Aussi, les pauvres que nous étions nous sommes‑nous profondément lamentés sur nous‑même en apprenant l’adjonction d’un nouveau venu153.

  • 154 Vie d’Euthyme de Sardes, chap. 30, p. 65, l. 620.
  • 155 Vie d’Euthyme de Sardes, p. 43, l. 308, p. 49, l. 388‑389.
  • 156 Épistoliers byzantins du xe siècle, p. 69, l. 40‑59, p. 72, l. 1‑10, p. 75, l. 5‑17, p. 80, l. 9‑1 (...)

41Il ne faudrait toutefois pas accorder trop de crédit à ces récits, car leurs auteurs n’hésitaient pas à exagérer les difficultés de leur héros afin d’en souligner la patience et l’humilité. Les difficiles conditions de détention de Méthode semblent exclure toute forme de commodité et nous comprenons mal comment le moine a pu rédiger la Vie d’Euthyme de Sardes, comme il l’affirme, dans ce cachot aveugle et sans lumière154. La Vie d’Euthyme de Sardes indique que la prison de Méthode était située dans un monastère, car les prisonniers étaient gardés par des moines. Notons la présence d’un « exoriarque », également désigné sous le titre de « responsable de l’exil », qui avait à charge l’entretien des prisonniers ; nommé Konstantinakios, cet homme n’était sans doute pas un moine155. Nous possédons également quelques détails concernant la prison monastique de Monobata où fut enfermé Alexandre, métropolite de Nicée, vers 944. Alexandre fut gardé dans une grotte du monastère pendant cinq mois, sans avoir le droit de communiquer avec l’extérieur. Il put ensuite demander le secours de ses proches par lettres, mais il insiste, dans sa correspondance, sur la cruauté et la surveillance continuelle des moines qui le gardaient. Là encore, les conditions de détention d’Alexandre semblent difficiles, mais notons que le prisonnier noircit sans aucun doute l’exposé de sa situation puisque les fouilles des moines et la surveillance étroite dont il fit l’objet ne l’empêchèrent pas d’entretenir une intense correspondance et de parvenir à défendre sa cause156.

  • 157 Jean Skylitzès, p. 397, l. 46‑49 (trad. B. Flusin).
  • 158 Rallès‑Potlès, V, p. 88‑91 (trad. Hamilton et Hamilton 1998, p. 220‑221) ; Regestes, I, 3, n° 1013 (...)

42Les chroniques indiquent au contraire que les conditions de détention étaient moins pénibles dans les monastères que dans les autres prisons et plusieurs exemples suggèrent même que ce type de détention était parfois insuffisant. Ainsi, Constantin Dalassène, enfermé dans un monastère de l’île de Platè, dans l’archipel des Princes, fut transféré « dans une tour bien sûre » où il fut confié « à des gardiens triés sur le volet » pour empêcher toute nouvelle tentative de complot157. Citons également l’exemple du moine Niphon enfermé pour hérésie en 1143 dans le monastère de la Théotokos Péribleptos. Accusé de pratiquer l’hérésie dualiste bogomile qui, depuis le xie siècle, gagnait en importance dans l’Empire byzantin, le moine avait été, le 1er octobre 1143, confiné dans une cellule du monastère ; il continuait cependant d’y professer son hérésie, ce qui suggère que les conditions de sa détention n’étaient pas excessivement sévères. La session du synode du 22 février 1044 confirma sa condamnation et il fut transféré dans un endroit plus sûr, malheureusement non précisé par les sources, mais où il était plus sévèrement surveillé158.

  • 159 Georges Continué, p. 861, l. 3‑6 ; Symeonis Magistri et Logothetae Chronicon, p. 284, l. 245‑248. (...)

43La détention dans un monastère était finalement la sanction la moins sévère que pouvaient espérer les conjurés ; cette décision était souvent le signe de la clémence de l’empereur et résultait dans certains cas d’une faveur particulière. Eustathe, drongaire de la flotte, tenu responsable de la défaite byzantine à Taormina en 902, avait dans un premier temps été condamné à mort, car Léon VI le soupçonnait de trahison, mais l’intervention du patriarche lui permit d’être enfermé au Stoudios où il devint moine159. Au sujet de l’exil de Nicéphore Xiphias sur l’île d’Antigoni, dans l’archipel des Princes, Yahya d’Antioche précise que cette peine résultait d’une faveur impériale :

  • 160 Yahya ibn Sa‘id d’Antioche, III, p. 469, l. 62‑64 (trad. F. Micheau et G. Troupeau). De même, Nicé (...)

[Basile II] contraignit Xiphias à se faire moine dans un monastère à l’extérieur de Constantinople, eu égard aux services que celui‑ci lui avait rendus autrefois, à l’époque où il avait participé à ses expéditions en Bulgarie. C’est aussi parce que l’humeur noire, dominante chez Xiphias, l’exposait à certains moments à une sorte de mélancolie que l’empereur lui laissa la vie sauve. Il saisit ses richesses et ses biens, mais il ne cessa d’avoir des égards pour lui et de se préoccuper de ce dont il avait besoin160.

  • 161 Voir notamment les exemples proposés par Busch 1996, p. 561‑588 ; De Jong 2001, p. 291‑292, et 200 (...)
  • 162 Jean Skylitzès, p. 384, l. 12.
  • 163 Ibid., p. 376, l. 75‑76, et p. 384, l. 14‑15. Cf. Delouis 2005, p. 382‑383.
  • 164 Théodore Stoudite, Les grandes catéchèses (Livre I), 27, l. 24‑25. Analyse de cette catéchèse par (...)

44Cette attitude clémente était liée à des considérations politiques, car le souverain pouvait ainsi espérer s’assurer le soutien et la loyauté des groupes aristocratiques dominants. Les mêmes motifs amenaient les souverains d’Occident, et en particulier l’empereur carolingien, à préférer la relégation dans un monastère à d’autres châtiments, tels que l’exil ou l’aveuglement, pour les moins coupables de leurs opposants politiques161. Moins sévère que l’exil et les mutilations physiques, cette sanction présentait en outre l’avantage d’être facilement révocable et offrait à l’empereur la possibilité de se montrer clément. Prousianos, reconnu coupable d’un complot contre Romain III en 1028‑1029, eut ainsi la possibilité de devenir moine « de son plein gré » deux ans plus tard, ce qui témoigne assurément d’une amélioration de sa situation162. Le monastère de Stoudios, en particulier sous le règne de Romain III (1028‑1034), accueillit plusieurs de ces aristocrates reconnus coupables de conspirations contre l’empereur, tels Nicéphore Xiphias, rappelé de son exil sur l’île d’Antigoni, et Constantin Diogène, libéré de la tour où il avait été enfermé ; tous deux prirent l’habit monastique au Stoudios163. Cette pratique semble attestée dès le ixe siècle par une catéchèse de Théodore Stoudite qui enjoint aux moines de ne pas parler avec « ceux qui sortent de prison en temps voulu » et qui résident ensuite au monastère de Stoudios. Théodore Stoudite semble considérer ces hommes non comme des frères, membres à part entière de la communauté, mais comme des étrangers dont la présence pouvait nuire à la tranquillité des moines164.

  • 165 Théophane Continué, p. 375, l. 11‑18 ; Jean Skylitzès, p. 190, l. 56‑61 ; Pseudo‑Syméon, p. 712, l (...)

45Nous avons vu, au sujet de l’enfermement des femmes accusées d’adultère dans les monastères, que ce type de détention ne s’accompagnait pas en principe de la tonsure monastique. Les sources narratives que nous avons mentionnées plus haut indiquent cependant que la tonsure monastique faisait partie des châtiments politiques habituels, avec les confiscations des biens et l’exil. Cette pratique était une précaution supplémentaire destinée à rendre impossible le retour des opposants de l’empereur sur la scène politique ; elle permettait d’écarter un personnage jugé dangereux de la scène politique sans pour autant le mettre à mort ou le mutiler. La mutilation et en premier lieu l’aveuglement étaient des sanctions réservées aux candidats à l’Empire, mais la tonsure était un châtiment moins sévère et plus fréquent. Les eunuques, en particulier, déjà écartés du pouvoir du fait de leur état, mais nombreux parmi les hommes de confiance de l’empereur, pouvaient être tonsurés de force en cas de trahison. Constantin le Paphlagonien, qui était eunuque et l’un des favoris de Léon VI et de sa quatrième épouse Zoé, fut ainsi tonsuré et enfermé dans le monastère de Saint‑Taraise, à Constantinople, à la suite d’une fausse accusation du principal ministre de l’empereur, Samônas. Constantin fut ensuite réhabilité et Samônas, également eunuque, fut contraint de devenir moine ; la tonsure monastique fut faite chez lui, mais Samônas fut ensuite conduit dans le monastère de Marianos, à Psamathia, puis transféré au monastère de Martinakios165.

  • 166 Mousikos : Georges Continué, p. 857, l. 17‑21 ; Symeonis Magistri et Logothetae Chronicon, p. 280, (...)

46La tonsure monastique permettait surtout d’écarter un homme puissant de la tentation du pouvoir. La plupart des aristocrates et des dignitaires enfermés dans des monastères en raison de leur participation à des complots furent tonsurés de force, tels l’eunuque Mousikos en 899, le drongaire de la flotte Eustathe en 902, Léon Choirosphaktès et Grégoras Ibéritzès en 913166. Cette pratique est attestée pour toute la période et, sans reprendre les exemples que nous avons déjà cités, retenons notamment le sort du patrice Constantin Dalassène qui avait été pressenti pour succéder à Constantin VIII en épousant l’une de ses filles et qui fut finalement écarté au profit de Romain Argyre. Exilé à Platè par Michel IV en 1034, il fut contraint de prendre l’habit monastique par Michel V (1041‑1042) :

  • 167 Michel Psellos, Chronographie, I, p. 122, l. 8‑p. 123, l. 17 (trad. E. Renauld). Jean Skylitzès, p (...)

Pour sa part, le Paphlagonien Michel le tenait emprisonné par crainte moins de l’homme que de la sympathie qu’avait pour lui le peuple, car la capitale était en effervescence quand elle le voyait et elle était toute prête à faire aussitôt quelque chose de grave en sa faveur. Donc Michel le gardait enfermé dans une forteresse. Quant à son neveu qui lui succéda à l’Empire, à peine fût‑il assis sur le trône qu’il éteint en Constantin toute velléité de régner : il lui change, en effet, son habit, et le met avec ceux qui portent le vêtement noir, non en ami, pour le rapprocher de Dieu, mais en ennemi, pour l’écarter de son but présumé167.

47Le « vêtement noir » et la « tonsure des cheveux » sont les expressions littéraires les plus fréquemment utilisées par les chroniqueurs pour mentionner le changement d’état de ces prisonniers devenus moines.

  • 168 Théophane Continué, p. 10, l. 1‑6 ; Jean Skylitzès, p. 10, l. 53‑56. Pour Bardanès Tourkos, voir P (...)
  • 169 Jean Skylitzès, p. 375, l. 64 (trad. B. Flusin). Michel Psellos, Chronographie, I, p. 60, l. 9, et (...)
  • 170 Michel Psellos, Chronographie, I, p. 26‑27 ; Jean Skylitzès, p. 370.
  • 171 Michel Psellos, Chronographie, II, p. 66‑69 ; Michel Psellos, Ἐπιτάφιος εἰς τὸν μακαριώτατον πατρι (...)

48Les mêmes sources indiquent par ailleurs que les aristocrates prenaient spontanément l’habit monastique dans l’espoir de se protéger de sanctions plus sévères et de susciter ainsi le pardon de l’empereur. En 803, Bardanès Tourkos, exilé dans son monastère de Prôtè, espéra obtenir la clémence de Nicéphore Ier en devenant moine, mais l’empereur dépêcha ses hommes à Prôtè, avec pour ordres de confisquer les biens du moine et de l’aveugler168. Plusieurs dignitaires, particulièrement au cours du xie siècle, eurent recours à cette stratégie afin d’éviter des représailles trop sévères, notamment au moment des changements de règne. Nous avons mentionné plus haut la carrière de Jean l’Orphanotrophe qui, de 1029 à 1043, fit et défit plusieurs empereurs. Homme de confiance de Basile II, il fut rappelé par Romain III en 1028, alors qu’il avait « fait tonsurer sa chevelure de laïc »169. Jean avait en effet probablement été écarté à la mort de Basile II, en 1025, car Constantin VIII (1025‑1028) avait placé ses propres familiers aux postes clés de l’Empire170 ; nous pouvons supposer que Jean avait alors jugé plus prudent de se retirer dans un monastère et de devenir moine en attendant de pouvoir revenir sur la scène politique à l’occasion d’un prochain changement de règne. Deux conseillers bien connus de Constantin IX (1042‑1055), Michel Psellos et Jean Xiphilin, furent également contraints de prendre l’habit monastique quand ils perdirent la grâce de l’empereur, vers 1050 ; ils durent quitter la cour et partirent momentanément pour l’Olympe, en Bithynie, où ils devinrent tous deux moines. Cette stratégie leur réussit, car tous deux purent ensuite revenir à la vie politique ; Michel Psellos devint l’un des conseillers privilégiés d’Isaac Ier Comnène (1057‑1059), de Constantin X Doukas (1059‑1068) et de Michel VII Doukas (1071‑1078), et Jean Xiphilin accéda au patriarcat de Constantinople en 1064 (1064‑1075)171.

  • 172 Théodore Balsamon, p. 301‑303, commentaire de Th. Papazôtos, p. 298. Voir notamment p. 301, l. 23  (...)
  • 173 Sur ces emprisonnements, voir p. 127-128.
  • 174 Nicétas Chôniatès, p. 427, l. 16‑21.
  • 175 Théodore Balsamon, p. 303, 11‑14, p. 307‑310. Voir les Basiliques, IV, 1, 3 ; Rallès‑Potlès, II, p (...)

49La tonsure coercitive était contraire au principe, déjà évoqué, du libre choix de la vie monastique défendu par les canonistes et ne respectait pas non plus les règles du noviciat, puisque les prisonniers étaient soumis dès leur arrivée à la tonsure et au changement d’habit. Selon une lettre envoyée par le prôtos du Papikion à Théodore Balsamon, certains prisonniers qui avaient été contraints de prendre l’habit monastique au Papikion critiquèrent précisément cette pratique ; ils invoquèrent Basile de Césarée qui aurait conseillé que toute vocation monastique soit mise à l’essai pendant trois ans. Cette lettre n’est pas précisément datée, mais Balsamon était alors déjà patriarche d’Antioche et sa nomination remonte aux années 1185‑1190 († après 1195)172. Les problèmes rencontrés par le prôtos Théodose évoquent les emprisonnements, peut‑être dans le monastère de Saint‑Georges du Papikion, d’Alexis Axouch en 1167 et surtout d’Alexis Comnène en 1191173. Ce dernier aurait protesté contre la contrainte de prendre l’habit monastique et rappelé la citation de l’Évangile de Luc : « Quiconque met la main à la charrue, puis regarde en arrière, n’est pas fait pour le Royaume de Dieu » (Lc, 9, 62)174. Alexis signifiait ainsi qu’il devenait moine sans en avoir eu la vocation et présageait que ce changement d’état ne serait que provisoire. Dans sa réponse au prôtos du Papikion, Balsamon conteste l’existence de cette prescription de Basile de Césarée, mais confirme l’usage d’une telle période de noviciat exigée à la fois par les canons et la législation impériale. Cette période de trois ans était cependant rarement prescrite par les typika, les fondateurs de monastères lui préférant la période de six mois réservée, selon Balsamon, aux personnes particulièrement vertueuses et déjà éprouvées par la vie monastique175.

  • 176 Nicétas Chôniatès, p. 427, l. 37‑41.
  • 177 Basiliques, IV, 1, 14 ; Novelles de Léon VI, n° 8. Voir les lettres de Théodore Stoudite qui compa (...)
  • 178 Georges Continué, p. 861, l. 1‑6 ; Symeonis Magistri et Logothetae Chronicon, p. 284, l. 247‑248 ;(...)
  • 179 Théophane Continué, p. 376, l. 18‑19 ; Jean Skylitzès, p. 191, l. 91‑93 ; Pseudo‑Syméon, p. 713, l (...)

50En outre, pour beaucoup d’entre eux, la prise de l’habit monastique n’était que provisoire ; Alexis Comnène fut ainsi rappelé au bout de trois mois par Isaac II, et le chroniqueur signale qu’il mit fin à sa période monastique en mangeant de la viande dès qu’il rentra chez lui176. Les canons et la législation impériale interdisaient formellement aux moines de retourner à l’état laïc177. Cependant, le caractère éventuellement provisoire de la détention monastique constituait un atout non seulement pour le prisonnier, mais aussi pour le souverain qui ménageait ainsi une certaine souplesse dans la mise à l’écart de ses opposants. Relevons par exemple que le drongaire de la flotte Eustathe, enfermé et tonsuré au Stoudios après la défaite de Taormina, en 902, fut rétabli deux ans plus tard dans ses fonctions et chargé d’une nouvelle offensive contre Léon de Tripoli178. Constantin le Paphlagonien, accusé à tort de complot et détenu dans un monastère fut, de la même façon, rapidement réhabilité par Léon VI qui l’éleva à la dignité de parakoimomène179.

  • 180 Théophane Continué, p. 384, l. 9‑10 ; Jean Skylitzès, p. 198, l. 50 ; Tsamakda 2002, p. 154 et n°  (...)
  • 181 Théophane Continué, p. 436, l. 11‑12, et Symeonis Magistri et Logothetae Chronicon, p. 341, l. 7, (...)

51Notons enfin que l’habit monastique n’empêchait pas ces hommes puissants et soutenus par de solides réseaux d’amitié de continuer à conspirer contre l’empereur. Plusieurs dignitaires portant l’habit de moines nous sont ainsi connus pour avoir participé à des complots, tels Marianos Argyre et Constantin Éladikos. Constantin Éladikos, qualifié de moine et de patrice, fut l’un des partisans de Constantin Doukas lors de la tentative d’usurpation de ce dernier, en 913 ; il fut, en guise de sanction, fouetté puis enfermé au monastère de Dalmatos. Une miniature du manuscrit illustré de l’Abrégé historique de Jean Skylitzès le représente en moine avec des vêtements sombres et une longue barbe180. Constantin Éladikos était sans doute devenu moine sous la contrainte, soit pour échapper à la colère impériale, soit sur décision de l’empereur qui espérait ainsi l’écarter de la vie politique. Tel devait être le cas également de Marianos Argyre cité parmi les conjurés qui mirent fin au règne de Romain Ier, en 944. Marianos était le fils de Léon Argyre, domestique des scholes, et le beau‑frère de la fille de l’empereur, Agathe Lécapène. Plus chanceux que Constantin Éladikos, Marianos fut, en récompense de son soutien, promu patrice et comte de l’Étable par Constantin VII ; c’est alors qu’il quitta son habit monastique pour retrouver l’état laïc181.

  • 182 Jean Skylitzès, p. 385, l. 41‑49 ; Michel Psellos, Chronographie, II, p. 157, l. 3‑4 ; Jean Zonara (...)

52Condamnés à prendre l’habit monastique, certains dignitaires du xie siècle, tels Constantin Diogène et Léon Tornikios, ne s’avouèrent pas vaincus et poursuivirent leurs activités politiques. Devenu moine du monastère de Stoudios en 1031 suite à un complot contre Romain III Argyre, Constantin Diogène entra en contact en 1032 avec Théodora, la sœur de l’impératrice Zoé, et tenta de monter une nouvelle révolte ; cette deuxième tentative échoua comme la précédente et s’acheva par la mort de Constantin Diogène182. Le patrice Léon Tornikios, stratège en Ibérie, soupçonné à juste titre de préparer un complot contre Constantin IX, fut également contraint de prendre l’habit de moine :

  • 183 Michel Psellos, Chronographie, II, p. 16, l. 10‑19.

[Constantin IX] n’entreprit pas de supprimer Tornikios, mais, pensant lui couper sous le pied toute possibilité de tyrannie, en hâte il envoya des gens pour lui raser les cheveux et le revêtir du manteau noir. Et ainsi, avec ses espoirs coupés dans leur racine et soudain couvert de haillons, lui qui, autrefois, était habillé superbement, il revint vers l’empereur ; mais pas même ainsi l’empereur ne le reçut avec bienveillance et n’eut pitié de sa fortune qui, après l’avoir gonflé d’espérances, l’avait tout à coup jeté bas. Bien au contraire, souvent, quand il venait à lui, il le repoussait avec dureté et raillait son état pitoyable183.

  • 184 Ibid., II, p. 16‑29 ; Jean Skylitzès, p. 439‑442. Voir aussi Jean Zonaras, p. 625‑631. Cf. Cheynet (...)

53Nous voyons dans cet extrait de la Chronographie de Michel Psellos que la tonsure et l’habit monastiques étaient perçus comme des mesures susceptibles d’écarter un homme puissant de la tentation du pouvoir ; nécessaires, ces mesures n’en étaient pas pour autant suffisantes, car Léon Tornikios n’abandonna pas ses projets. Assigné à résidence à Andrinople, il parvint à rassembler quelques puissants partisans, principalement des stratèges et des soldats de Macédoine et de Thrace, et à se faire proclamer empereur. Après quelques succès, il fut capturé par les troupes impériales alors qu’il s’était réfugié dans une forteresse au sud‑ouest d’Andrinople, et il fut aveuglé le 25 décembre 1047184.

  • 185 Bernhardt 1993, p. 76 ; Wood 1994, p. 195 ; De Jong 2001, p. 291‑292, 306‑307, 318‑327.

54Le pouvoir impérial joua à Byzance, à partir du ixe siècle, un rôle déterminant dans l’apparition et l’enrichissement de grands monastères en accordant de nombreux privilèges fiscaux et sa protection constante face aux empiétements de l’administration fiscale et épiscopale. En contrepartie, il exigeait des moines des services spirituels rappelés dans les privilèges d’exemption et les actes de donation de l’empereur. La participation des moines à la politique missionnaire impériale et aux activités diplomatiques était réservée en priorité aux familiers de l’empereur, des hommes de confiance qui étaient à la fois ses conseillers et ses directeurs spirituels. Nous avons vu toutefois que l’empereur sollicitait également la collaboration de moines qui nous sont moins connus, mais qui participaient aux missions extérieures, à la protection des chrétiens dans les régions conquises et aux ambassades, grâce à leur connaissance des langues étrangères et à leurs contacts avec des élites locales. S’il est difficile de déterminer la part de réalité historique dans les récits hagiographiques, notons que les moines pouvaient aussi être de bons informateurs du fait de leurs voyages et, pour certains, de leurs relations amicales avec les membres de l’aristocratie. L’activité politique et diplomatique des moines, bien que circonscrite à certaines personnalités, montre que la condition monastique n’était pas incompatible avec l’exercice de fonctions publiques. Les monastères servaient également de lieux de relégation pour les opposants de l’empereur, dans des conditions qui étaient sans doute moins pénibles que dans les prisons publiques. Cet usage était cependant fort contraignant pour les moines, et les fondations monastiques qui y étaient soumises étaient sans doute liées au souverain par un statut particulier ; comme nous le verrons plus loin, cette pratique est l’un des critères retenus par les historiens du monachisme occidental pour reconnaître et définir les monastères impériaux carolingiens et les monastères royaux ottoniens185.

  • 186 Sur les nombreuses prérogatives de monastères carolingiens et ottoniens, voir Bernhardt 1993, p. 7 (...)

55Nous avons souligné à plusieurs reprises les similitudes qu’offraient les monastères byzantins avec les monastères occidentaux, mais nous devons rester attentifs aux particularismes byzantins. Contrairement à ce qui a pu être constaté dans les domaines carolingien et ottonien, les fondations byzantines ne faisaient pas partie intégrante du fonctionnement administratif et militaire de l’Empire186. En revanche, nous voyons qu’elles jouaient un rôle fondamental dans la commémoration de l’empereur et dans la défense de l’idée impériale. Le patronage impérial de monastères en marge de l’oikouménè byzantine témoigne de la conscience qu’avait le souverain de la nécessité de maintenir ces régions dans l’obédience théorique de l’Empire. Quant aux monastères sortis de l’orbite byzantine, leurs intérêts particuliers pouvaient rejoindre les intérêts de l’empereur, et des motifs politiques expliquent ainsi un attachement parfois inattendu de certaines de ces fondations à l’autorité byzantine.

Notes

1 En 768, Constantin, élu au siège pontifical en 767 par l’aristocratie laïque de Rome, fut déposé et emprisonné dans le monastère de Saint‑Sabas par le primicier Christophe, tandis que son frère, le duc Théodore, fut enfermé au monastère de Saint‑Sylvestre (Liber Pontificalis, I, chap. 96, p. 471, l. 25‑26). Le primicier fut lui‑même en 771 détenu à Sainte‑Agathe, alors que son fils, le secondicier Serge, était envoyé à Saint‑André in Clivo Scauri pour l’autre (Liber Pontificalis, I, chap. 96, p. 480, l. 4‑6). Le pape Léon III, en 799, fut enfermé au monastère de Saint‑Sylvestre, puis au monastère de Saint‑Érasme, à la suite de l’insurrection d’un parti aristocratique de la ville (Liber Pontificalis, I, chap. 98, p. 4, l. 8‑p. 5, l. 28). Au sujet du pape Constantin (767‑768), voir PMBZ, n° 1172. Pour le primicier Christophe, voir Cosentino 1996‑2000 p. 285‑290. Sur la fondation et l’histoire de ces monastères, voir Sansterre 1982, p. 32‑33, 35‑37, 98‑100. Pour l’Occident, voir Bernhardt 1993, p. 76 ; Wood 1994, p. 195 ; De Jong 2001, p. 291‑292, 306‑307, 318‑327 ; Helvétius et Kaplan 2008, p. 293. Les monastères étaient également utilisés comme prisons par les rois wisigoths, voir King 1972, p. 89‑90.

2 Pour des exemples datant du règne de Justinien Ier, voir Vittore da Tunnuna, Chronica, p. 58 (année 564‑565). Ces prisonniers étaient souvent des figures spirituelles gênantes dans le contexte troublé des querelles christologiques, tel Maxime le Confesseur, qui fut enfermé en 656 au monastère de Saint‑Théodore de Rèsion au sud‑ouest de la capitale, par Constant II (641‑668) – voir la Vie de Maxime le Confesseur, col. 169D (BHG 1233) et 101A (BHG 1231). Sur ce monastère – voir Janin 1969, p. 150‑151 ; TIB 12, p. 618‑619. Pour des exemples antérieurs, voir Hatlie 2007, p. 186, 201. Sur l’arrestation de Maxime le Confesseur et les différents interrogatoires qu’il subit entre 655 et 662, voir Dalmais, dans DSAM 10, col. 837‑838 ; Dagron 1993c, p. 44, 49‑50 ; Brandes 1998, p. 141‑212 ; Winkelmann 2001, surtout p. 238‑245 ; Louth 2008, p. 231‑232.

3 Grégoire III : Fredegarii chronicarum libri IV cum continuationibus, chap. 22, p. 110. Zacharie : Annales regni Francorum, année 749. Hadrien Ier : Alcuini epistolae, n° 33. Cf. Nerlich 1999, p. 127, 195, 221, 249, 260.

4 Voir les exemples rassemblés par Sansterre 1982, p. 127, et p. 31, 90‑91 ; Dagron 1993d, p. 122‑123 ; Nerlich 1999, p. 197, 222, 234.

5 Giannini 1987, p. 13‑14 ; Sansterre 1985, p. 540‑542.

6 Regesten, I, 2, n° 1146. Cf. Darrouzès 1965, p. 48 ; Tomassetti 1976, p. 286 ; Lounghis 1980, p. 249, 295‑296 ; Follieri 1988, p. 60, n. 57 ; Giannini, « Grottaferrata », dans DHGE 22, col. 394 ; ODB 2, p. 886.

7 Roncaglia 1953, p. 72‑73 ; Hoeck et Loenertz 1965 ; Patlagean 1993c, p. 670 ; ODB 1, p. 254‑255, et 2, p. 1470.

8 Liber Pontificalis, II, chap. 106, p. 150 (voir les commentaires de R. Davis dans sa traduction en anglais, vol. 2, p. 164) ; Regesten, I, 1, n° 450. Cf. Nerlich 1999, p. 224, 274. Au sujet de Lazare le Peintre (PMBZ, n° 4234 ; PBE, Lazaros 2), voir Théophane Continué, p. 103, l. 15‑18, Jean Skylitzès, p. 61, l. 35‑38, et le Typikon de Phobéros, chap. 3, p. 9‑10. Cf. Mango 1954, p. 395‑402.

9 Regesten, I, 1, n° 457 ; Regestes, I, 2, n° 467‑468. Cf. Dvornik 1966, p. 7‑22 ; Dagron 1993b, p. 169‑171.

10 Grégoire VII, Das Register, n° 1.18, p. 29‑30 (Regesten, I, 2, n° 988). Voir aussi Théophylacte d’Achrida. Discours, traités, poésies, p. 106‑112. Cf. Cowdrey 1983, p. 18, 34, et 1998, p. 482‑483, 608‑609 ; Falkenhausen 1992, p. 96 ; Magdalino 2004a, I, p. 19, 27‑28. Au sujet de la politique de pacification entreprise par Michel VII en Italie.

11 Syllabus Graecarum Membranarum, n° 1, p. 1 (883) et n° 3, p. 2 (891) ; Chronicon Vulturnense del monaco Giovanni, n° 76, p. 12‑14, n° 80, p. 21‑23. Cf. Falkenhausen 1978, p. 23‑27, 177‑179, 1992, p. 71‑73, et 1995, p. 143, 144‑145 ; Loud 2000a, p. 33. Sur le thème de Longobardie, voir Falkenhausen 1978, p. 31‑41, et 1992, p. 73.

12 Au printemps 915, par exemple, l’abbé, Jean, fut envoyé par le prince à Constantinople afin de conclure une alliance contre les Sarrasins (La pergamene di Conversano, I, n° 4, p. 9). Cf. Falkenhausen 1992, p. 75 ; Loud 2000a, p. 35.

13 Un acte attribué par le copiste à Léon VI, mais qui date de 951, confirme ainsi les biens du Mont‑Cassin en Longobardie, voir le Syllabus Graecarum Membranarum, n° 2, p. 2 (Regesten, I, 1, n° 555). Saint‑Vincent du Volturne avait obtenu en 927, de Romain Ier, un acte similaire qui protégeait l’ensemble de ses biens, voir le Chronicon Vulturnense del monaco Giovanni, II, n° 98, p. 77‑79 (Regesten, I, 1, n° 610). Cf. Falkenhausen 1992, p. 74 et n. 23, 75, et 1995, p. 147‑148.

14 Syllabus Graecarum Membranarum, n° 19, p. 20. Cf. Bloch 1986, p. 14 ; Falkenhausen 1992, p. 80 ; Tabacco 1992, p. 40‑41 ; Loud 2000a, p. 43. Sur le catépanat de Basile Boioannès (1017‑1028), voir Falkenhausen 2003, p. 147‑150.

15 Chronica Casinensis, II, § 39, p. 243.

16 Ibid., § 56‑58, p. 274‑280 ; Bloch 1986, p. 31 ; Falkenhausen 1992, p. 80‑81, et 2003, p. 149 ; Tabacco 1992, p. 42 ; Loud 2000a, p. 44.

17 Ce sigillion du catépan répétait un acte précédent, délivré en 1011, voir le Syllabus Graecarum Membranarum, n° 14, p. 14 (1011), et n° 23, p. 24 (1032).

18 Michel 1930, p. 320. Cf. Falkenhausen 1992, p. 86 et n. 88. Ce Dialogue a peut‑être été apporté par Humbert lui‑même lorsqu’il arriva à Constantinople ; il est édité dans les Acta et scripta quae de controversiis Ecclesiae graecae et latinae seculo undecimo composita extant, p. 93‑126. Sur cette période précédant le schisme de 1054, voir Grumel 1952, p. 5‑23 ; Dagron 1993e, p. 339‑341 ; Bayer 2002, p. 63‑96, surtout p. 88‑90 au sujet du Dialogue.

19 Cf. Bloch 1986, p. 40‑71, 110‑112 ; Falkenhausen 1992, p. 69‑107, et 1993, p. 111 ; Bayer 2002, p. 120.

20 Chronica Casinensis, II, § 85, p. 334 (Regesten, I, 2, n° 915). Cf. Falkenhausen 1992, p. 88‑89 ; Loud 2000a, p. 45.

21 Syllabus Graecarum Membranarum, n° 47, p. 62 (Regesten, I, 2, n° 1006). Cet acte est mentionné par la Chronica Casinensis, III, § 39, p. 415. Cf. Bloch 1986, p. 20, 42, 135 ; Cowdrey 1983, p. 18, 34 ; Falkenhausen 1992, p. 92‑96 ; Tabacco 1992, p. 50.

22 Anne Comnène, livre I, chap. xii, § 2. Voir Théophylacte d’Achrida. Discours, traités, poésies, p. 50‑52 ; Falkenhausen 1982, p. 58, 65 ; Loud 2000b, p. 211‑212 ; Laiou 2002, p. 348‑351. Sur les rentes concédées par l’empereur, voir Lemerle 1967a, p. 92‑94. Voir Cowdrey 1998, p. 485‑486, au sujet de la politique de pacification de Michel VII en Italie du sud.

23 Chronica Casinensis, III, § 18, 27 et 32. Cf. Belting 1974, p. 3‑4, 20, 27 ; Bloch 1986, p. 193 ; Loud 2000a, p. 49, 52.

24 Cowdrey 1983, p. 69‑71 ; Loud 2000a, p. 45, et 2002, p. 163‑164.

25 La première de ces lettres fut envoyée en août 1097 (Syllabus Graecarum Membranarum, n° 62, p. 79 ; Regesten, I, 2, n° 1207), la deuxième date de juin 1098 (Syllabus Graecarum Membranarum, n° 66, p. 83 ; Regesten, I, 2, n° 1208), la troisième de 1106 (Chronica Casinensis, IV, § 27, p. 493 ; Regesten, I, 2, n° 1229), la quatrième de 1112 (Syllabus Graecarum Membranarum, n° 86, p. 113 ; Regesten, I, 2, n° 1262), et la cinquième de juin 1112 et non de juin 1097 (Syllabus Graecarum Membranarum, n° 61 ; Regesten, I, 2, n° 1264). Cf. Falkenhausen 1992, p. 99‑104 ; Loud 2000b, p. 216‑223. L’hostilité de Bohémond d’Antioche est aussi mentionnée par Anne Comnène, livre XII, chap. i, § 2. Voir Malamut 2007, p. 63‑83, pour la politique d’Alexis Ier face aux Normands.

26 Syllabus Graecarum Membranarum, n° 61, p. 78, n° 86, p. 113 ; Chronica Casinensis, IV, § 17, p. 486.

27 Syllabus Graecarum Membranarum, n° 61, p. 78 (Regesten, I, 2, n° 1264). Cf. Falkenhausen 1992, p. 103‑104.

28 Tabacco 1992, p. 52‑53 ; Falkenhausen 1992, p. 106‑107. Voir Loud 2002, p. 165‑166, pour les relations de la papauté avec les Normands à partir de 1118.

29 Théophane le Confesseur, p. 473, l. 7‑8 (Regesten, I, 1, n° 351). PMBZ, n° 1404. Au sujet du monastère de Chrysopolis, voir p. 139-140.

30 Pour l’ambassade de 803, voir les Annales regni Francorum, année 803, et les Caroli Magni epistolae, n° 32 (Regesten, I, 1, n° 361). Pour l’ambassade de 806, voir Théodore Stoudite, Epistulae, n° 222, 495 (Regesten, I, 1, n° 366). Au sujet de Pierre, voir PMBZ, n° 6066. Cf. Janin 1975, p. 141‑142 ; Lounghis 1980, p. 158 ; Pratsch 1998, p. 239, 245 ; Nerlich 1999, p. 39, 116, 263 ; McCormick 2001, p. 178. Le monastère de Goulaion a été localisé à Karaagaç, sur la rive nord du lac Apollônias, voir Auzépy 2003, p. 438, 446.

31 Vasiliev et Canard 1950, p. 407 (trad. M. Canard) ; Regesten, I, 1, n° 653. Le titre d’anthypatos ne désignait probablement, depuis le ixe siècle, qu’une dignité et ne recouvrait plus nécessairement les fonctions de gouverneur d’une province, voir les Listes de préséance byzantines des ixe et xe siècles, p. 287, 294 ; Guilland 1967, II, p. 68‑79 ; ODB 1, p. 111. Entre le viiie et le xe siècle, la dignité de patrice était octroyée aux gouverneurs des provinces et aux généraux ; dépréciée peu après, elle disparut au début du xiie siècle, voir Guilland 1967, II, p. 132‑169 ; ODB 3, p. 1600. Le mystikos était un proche de l’empereur, un secrétaire particulier aux fonctions judiciaires et administratives étendues, auxquelles s’ajoutèrent au xiie siècle le patronage des églises et des monastères et la responsabilité du Trésor impérial, voir les Listes de préséance byzantines des ixe et xe siècles, p. 324 ; Oikonomidès 1976a, p. 134 et n. 54 ; Magdalino 1984, p. 229‑240 ; ODB 2, p. 1431‑1432.

32 Vasiliev et Canard 1950, p. 316 (Regesten, I, 1, n° 653).

33 Théophane Continué, p. 406, l. 2‑3 ; Jean Skylitzès, p. 219, l. 18 ; Pseudo‑Syméon, p. 735, l. 21‑22 ; Georges Continué, p. 898, l. 11‑12 ; Symeonis Magistri et Logothetae Chronicon, p. 321, l. 227.

34 Théophane Continué, p. 410, l. 5‑p. 411, l. 3 ; Jean Skylitzès, p. 221, l. 76‑77, 81‑89 ; Pseudo‑Syméon, p. 739, l. 17‑19 ; Georges Continué, p. 902, l. 13‑14, p. 903, l. 1‑13 ; Symeonis Magistri et Logothetae Chronicon, p. 325. Le monastère de Monokastanos, situé en Bithynie, n’est pas précisément localisé, mais fut attribué par Jean II Comnène à sa fondation du Pantocrator en 1136, voir le Typikon du Pantocrator, p. 69, et les commentaires de P. Gautier, p. 68, n. 19 ; Janin 1975, p. 168‑169 ; Auzépy 2003, p. 442.

35 Épistoliers byzantins du xe siècle, p. 26‑29, lettre n° 2 et lettre n° 5, p. 77, qui évoque un changement de règne au cours de l’affaire d’Alexandre.

36 Vie de Sabas de Collesano, chap. 22, p. 148, chap. 50, p. 321‑322. Cf. Da Costa‑Louillet 1959‑1960, p. 138 ; Gay 1970, II, p. 330 ; Vitolo 1996, p. 103‑104 ; Follieri 2006, p. 109‑110. Un patrice et anthypatos Romain devint catépan d’Italie vers 984‑985, mais les événements relatés dans ce passage de la Vie de Sabas de Collesano se situent vers 981 ; l’hagiographe de Sabas, Oreste, patriarche de Jérusalem († 1005), a pu faire une confusion, car il ne connut pas personnellement le saint, mais il est possible aussi qu’il y ait eu deux catépans du même nom, l’un en 981 et l’autre en 984‑985, voir Falkenhausen 1967, p. 83‑84, n° 31 et 33, voir aussi p. 100, n° 77, p. 167‑168, 170. Voir Cappelli 1972, p. 1205‑1219, et Jacob et Martin 1993, p. 365‑367, pour les monastères grecs du Mercourion et du Latinianon.

37 Vie de Sabas de Collesano, chap. 7 et chap. 24 ; Vie de Christophe et Macaire, chap. 10, 16. Cf. Da Costa‑Louillet 1959‑1960, p. 141. Sur la situation militaire de l’Italie méridionale à la fin du xe siècle, voir Gay 1970, II, p. 327‑342, et Holmes 2005, p. 435‑437

38 Vie de Sabas de Collesano, chap. 1. Cf. Gay 1970, I, p. 263.

39 Vie de Sabas de Collesano, chap. 7 et chap. 14. Cf. Da Costa‑Louillet 1959‑1960, p. 135‑136. Cet épisode rappelle un passage de la Vie de Luc le Stylite (éd. H. Delehaye, chap. 6, p. 201, l. 16‑22) dans lequel le saint distribue du blé à la population affamée en puisant dans les réserves familiales.

40 Vie de Sabas de Collesano, chap. 46 et chap. 49. Cf. Gay 1970, II, p. 379‑380.

41 Vitolo 1996, p. 104 ; Follieri 2006, p. 110‑111.

42 Da Costa‑Louillet 1959‑1960, p. 138‑139 ; Gay 1970, II, p. 331‑332 ; ODB 3, p. 1831.

43 Il s’agit en fait de Constantin VII Porphyrogénète (944‑959).

44 Ibn Abi Usaybi’a, ‘Uyun al‑Anba’ fı tabaqat al‑atibba’, II, p. 47 (trad. Jahier et Noureddine 1958, p. 41) ; Regesten, I, 1, n° 657 et 659. Cf. Vasiliev 1968, p. 322‑331 ; Jacquart et Micheau 1990, p. 138‑139 ; El Cheik 2004, p. 110 ; Drocourt 2006, p. 122‑123.

45 Vasiliev et Canard 1950, p. 224 (sur la datation de cette chronique, voir p. 220‑221) ; Regesten, I, 1, n° 661.

46 Georges Pachymère, I, p. 235, 513‑515. Voir le Typikon du Pantocrator, p. 23.

47 Georges Pachymère, II, chap. 21, p. 391, chap. 28, p. 411, chap. 29, p. 411‑413. Cf. Failler 2001, p. 134‑135. Le monastère de la Montagne Noire était situé près de la rivière Amanos et fut fondé par Luc, métropolite d’Anazarbos, au début du xie siècle, voir Doens 1954, p. 131‑140 ; Grumel 1963, p. 270‑272 ; Solignac, « Nicon de la Montagne Noire », dans DSAM 11, col. 310‑320 ; ODB 3, p. 1484. Nous trouvons un épisode similaire dans le récit de la Vie de Georges l’Hagiorite, chap. 74‑75 : un moine connu du saint et proche du roi de Géorgie, Bagrat IV, fut choisi pour accompagner la princesse Marthe à Constantinople, sous le règne de Constantin X Doukas, en 1065, en vue de son mariage avec le fils de l’empereur.

48 Georges Pachymère, II, chap. 17, p. 493. Sur la politique de Michel VIII en faveur de l’Union des Églises, voir Dagron 1977, p. 191‑202 ; Patlagean 1993c, p. 697‑699.

49 Voir des exemples similaires dans l’Occident carolingien avec Brunterc’h 1986, p. 79‑84 ; Cartron 2009, p. 63.

50 Léon le Diacre, p. 112‑126, 170 ; Yahya ibn Sa‘id d’Antioche, I, p. 831, II, p. 374‑375 ; Jean Skylitzès, p. 291‑294, 324‑327 ; Michel Psellos, Chronographie, I, p. 5‑6, l. 17‑22 ; Jean Zonaras, p. 539‑546 ; Asolik de Taron, p. 44, 60. Cf. Cheynet 1990, p. 27‑29, n° 11.

51 Actes de Lavra, I, n° 7, l. 34‑38 (Regesten, I, 1, n° 760). Voir texte 3, p. 221.

52 Testament d’Athanase de Lavra, p. 125, l. 8‑21. Cf. Actes de Lavra, I, p. 19‑20, 46. Un seul chrysobulle de Basile II a été conservé, de juillet 978, évoqué plus haut, mais un autre, datant de 984, est connu grâce à la donation qu’en fit Athanase à Jean l’Ibère, voir les Actes d’Iviron, I, n° 6 et les Actes de Lavra, I, p. 43‑44.

53 Vie d’Athanase de Lavra, version A, chap. 209‑210, p. 100‑102 (version B, chap. 58, p. 194‑195). Au sujet du camp byzantin établi en Thrace, voir Jean Skylitzès, p. 339‑345. Sur les camps byzantins établis en Thrace, voir Asdracha 1976, p. 104‑109, 154‑162, 232‑236 ; ODB 2, p. 1418‑1419, 3, p. 1654‑1655.

54 Vie de Jean et Euthyme, chap. 9‑10 (voir aussi le chap. 6) ; Regesten, I, 1, n° 761 (lettre des empereurs au curopalate David), 762 (ambassade de Jean Tornikios). Voir aussi Asolik de Taron, p. 59‑60. Cf. Actes d’Iviron, I, p. 22‑24 ; Morris 1995b, p. 85‑86. Il est possible également que Tornikios soit intervenu sur la demande de Bardas Phocas, après le ralliement de ce dernier à l’empereur : selon Jean Skylitzès, p. 326, Bardas Phocas alla lui‑même solliciter l’aide de David car ils étaient amis ; il aurait reçu des troupes nombreuses et aurait vaincu Skléros à Aquae Saravanae

55 Vie de Jean et Euthyme, chap. 9, l. 169.

56 Vie de Jean et Euthyme, chap. 11, p. 91 (trad. B. Martin‑Hisard).

57 Vie de Jean et Euthyme, chap. 12, l. 244‑247, chap. 14. Cf. Actes d’Iviron, I, p. 22‑31 ; Morris 1995b, p. 86, 189.

58 Anne Comnène, livre I, chap. viii, § 2 ; Nicephori Bryennii historiarum, p. 289. Cf. Cheynet 1990, p. 86‑87, n° 108, et Malamut 2007, p. 49, au sujet de Nicéphore Basilakios.

59 Anne Comnène, livre I, chap. ix, § 3.

60 Nicephori Bryennii historiarum, p. 295. Cf. Actes de Xénophon, p. 13‑15 ; Morris 1995b, p. 86, 100‑101, 279, et 2007, p. 443‑464. L’empereur Nicéphore III lui donna une somme d’argent pour l’aider à reconstruire le monastère, voir les Actes de Xénophon, n° 1, l. 27‑28. Les fonctions du drongaire de la Veille changèrent radicalement au milieu du xie siècle pour devenir purement civiles : membres de l’aristocratie civile, ces hauts fonctionnaires avaient la charge des affaires judiciaires, voir les Listes de préséance byzantines des ixe et xe siècles, p. 331 ; Guilland 1967, I, p. 563‑587 ; Oikonomidès 1976a, p. 133‑134 ; ODB 1, p. 663.

61 Théophylacte d’Achrida. Discours, traités, poésies, p. 115‑116, p. 329, l. 3‑7. Cf. Actes de Xénophon, p. 13‑15 ; Tougher 2006, p. 241, 243‑244.

62 Vie de Basile le Jeune, chap. 2‑7, p. *20‑*21. Cf. Angélidi 1980, p. 72‑74. Au sujet de Samônas, eunuque arabe qui fut au service de Léon VI et fut promu parakoimomène après 907, voir Janin 1935, p. 307‑318 ; Jenkins 1948, p. 217‑235 ; ODB 3, p. 1835‑1836 ; Tougher 1997, p. 197‑202 ; Ringrose 2003, p. 124, 187‑189.

63 Vie de Cyrille le Philéote, chap. 15, § 2, p. 86 (trad. E. Sargologos). Le curateur désigne un fonctionnaire chargé de l’administration d’un domaine impérial, voir les Listes de préséance byzantines des ixe et xe siècles, p. 318 ; Kaplan 1992, p. 316‑317, 323, 325. La mention d’un curateur à Néapolis montre que cette localité, située près de Constantinople, faisait partie des domaines impériaux, voir TIB 12, p. 543‑544.

64 Vie de Basile le Jeune, chap. 6, p. *20 : « Ὅ ἰδὼν ὁ λέων ἔντρομος γέγονε, καὶ προσελθὼν ἠρέμα ἐκυλινδεῖτο πρὸς τοὺς πόδας αὐτοῦ ὡς ἀρνίον ». Sur l’analogie des saints moines avec les martyrs chrétiens, voir Pratsch 2005, p. 178‑180.

65 Vie de Grégoire le Décapolite, chap. 33, p. 96 : « Ὃν οἱ ἐν αὐτῇ κακοδαίμονες οἰκήτορες ὡς ἐπὶ προδοσίαν χριστιανῶν ἥκειν τὸν ἅγιον ἐπεκάλουν θάνατον αὐτῷ ἐπανατείνοντες, ὥστε καὶ τὴν κεφαλὴν αὐτοῦ σουδαρὶῳ δεσμήσαντες ἀποτυμπανίσαι διὰ σπουδῆς εἶχον ». Cf. Mango 1985, p. 637 ; Malamut 1993, p. 247‑248, 285 ; Koutrakou 1999‑2000, p. 264. Voir Gay 1970, I, p. 50‑53, au sujet des premiers raids arabes en Italie. Ce passage a été mal compris par Dvornik 1926a, p. 58, et Mango 1985, p. 637, pour qui le tissu, σουδαρὶῳ, qui était attaché autour de la tête du moine était une sorte de couvre‑chef qui ressemblait à un turban et suscitait la méfiance des habitants ; nous devons plutôt comprendre que ce sont les habitants d’Otrante qui attachèrent ce tissu autour de la tête du moine et tirèrent dessus afin, sans doute, de le mettre au supplice et de provoquer sa mort, mais Grégoire put échapper miraculeusement à ce funeste projet, voir la Vie de Grégoire le Décapolite, p. 97.

66 Vie d’Élie le Jeune, chap. 17‑18, p. 24‑28 (Jérusalem), chap. 19‑20, p. 28‑30 (Mont Sinaï), chap. 21, p. 30 (Alexandrie), chap. 22, p. 32 (Antioche), chap. 25‑26, p. 36‑40 (Sicile), chap. 26‑27, p. 38‑42 (Péloponnèse), chap. 28, p. 42‑44 (Épire), chap. 29, p. 44 (Rome), chap. 30, p. 44‑46 (Calabre), chap. 38, p. 56‑58 (Patras), chap. 69‑70, p. 110‑114 (Thessalonique). Sur les voyages d’Élie le Jeune, voir Gay 1970, p. 256‑258 ; Da Costa‑Louillet 1959‑1960, p. 99‑103 ; Malamut 1993, p. 256‑258 ; Yannopoulos 1994, p. 193‑202 ; Vitolo 1996, p. 102. La date du décès d’Élie le Jeune, traditionnellement placée en 903, a été corrigée récemment par Yannopoulos 1994, p. 215.

67 Vie d’Élie le Jeune, chap. 28, chap. 42‑44. Cf. Koutrakou 1999‑2000, p. 264 ; Yannopoulos 1994, p. 202‑204. La Vie d’Élie le Jeune, emploie indifférent les termes de stratèlate, chap. 28, p. 42, l. 545, 549‑550, et de stratège, chap. 26, p. 38, l. 512, pour désigner Barsakios. Cf. Falkenhausen 1967, p. 77, n° 10, et p. 96, n° 62 ; Ahmad 1990, p. 25. Le terme de stratèlate peut en effet être synonyme de celui de stratège, voir Guilland 1967, I, p. 390. Ce même Barsakios fut peut‑être promu stratège de Longobardie en 894, voir Falkenhausen 1967, p. 96, n° 62, et p. 30, 109 ; Gay 1970, I, p. 148.

68 Vie d’Élie le Jeune, chap. 9, p. 14, chap. 15‑16, p. 22‑24, chap. 55, p. 84, l. 1134‑1143. Cf. Yannopoulos 1994, p. 198‑202.

69 Yannopoulos 1994, p. 206 ; Hodges, Bowden et Lako 2004, p. 22. Sur la conquête arabe de la Sicile par les émirs aghlabides d’Ifrîqiya, voir Ahmad 1990, p. 17‑30.

70 Vie d’Élie le Jeune, chap. 66, p. 104‑106, chap. 70, p. 112‑114. Cf. Gay 1970, p. 259 ; Da Costa‑Louillet 1959‑1960, p. 107‑108 ; Malamut 1993, p. 162 ; Yannopoulos 1994, p. 202‑204.

71 Synaxaire de Constantinople, col. 319‑320, l. 41‑52 : « Ἀντ' ἄλλου δὲ παντὸς τοῦτο ὑπερησπάζετο τὰ Ἱεροσόλυμα καταλαβεῖν καὶ τοῦ θείου καὶ ζωοδόχου τάφου γενέσθαι προσκυνητής · καὶ γέγονεν. Συνταξάμενος γὰρ τοῖς βασιλεῦσι καταλαμβάνει τὰ Ἱεροσόλυμα καὶ τοῦ ποθουμένου τυχὼν τὸ μέγα σχῆμα ἀμφιέννυται παρὰ Χριστοδούλου τοῦ ἀρχιερέως, μετονομασθεὶς Στέφανος. Καὶ πάντα ἅγιον τόπον περιελθὼν καὶ προσκυνήσας, εὐχαριστηρίους φωνὰς τῷ Θεῷ ἀνέπεμπεν. Τὸ δὲ ἄθεον καὶ μιαρὸν γένος τῶν Ἀγαρηνῶν ἰδὼν τοῦτον περικεκαρμένον καὶ τὸν πώγωνα ξυρῷ περιῃρημένον, οὐκ ἔστιν εἰπεῖν διὰ γλώσσης ἢ γραφῆς, ὁπόσα εἰς αὐτὸν πεπαρῳνήκασιν · ἅπερ μερικῶς διὰ γραφῆς αὐτου τοῖς εὐσεβέσι βασιλεῦσι γεγράφηκεν. Μετὰ ταῦτα λογισμὸς αὐτῷ ἐπεισῆλθεν πρὸς τὸ κατελθεῖν εὶς Αἴγυπτον καὶ τὸν σεβάσμιον τόπον θεάσασθαι, ἐν ᾧ ἡ Θεοτόκος ηὐλίζετο ἅμα τῷ παιδὶ καὶ Ἰωσήφ. Ἐπεὶ δὲ πρὸς τὴν παράλιον Ταβαρίας ἐγένετο, κρατηθεὶς ἐφρουρήθη μετὰ καὶ τῶν συνεπομένων αὐτῷ δύο ἱερέων · καὶ ἓξ μηνᾶς ἐγκαρτερήσαντες λιμῷ καὶ δίψει καὶ λοιπῇ κακοπαθείᾳ αὖθις παρὰ τοῦ ἐκεῖσε προεστῶτος παραπέμπονται πρὸς τὸν τῆς Αἰγύπτου ἀμηρᾶν ». Christodoulos fut archevêque de Jérusalem de 937 à 951. Cf. Aillet 2010, p. 69, 226‑227.

72 Synaxaire de Constantinople, col. 319‑320, l. 52‑56.

73 Voir p. 30.

74 Règle de saint Benoît, II, p. 608, 662 et surtout 638, l. 4. Cf. Leclercq 1963, p. 61‑62.

75 Yahya ibn Sa‘id d’Antioche, II, p. 375‑377. Sur cette première révolte de Bardas Skléros, entre 976 et 979, voir aussi Léon le Diacre, p. 169‑170 ; Matthieu d’Édesse, p. 29‑30 ; Asolik de Taron, p. 56‑62 ; Michel Psellos, Chronographie, I, p. 4‑9 ; Jean Skylitzès, p. 314‑328 ; Jean Zonaras, p. 540‑546. Cf. Cheynet 1990, p. 27‑29, n° 11.

76 Jean Kinnamos, p. 140, l. 9‑14. Au sujet de la campagne de Manuel Ier en Pouille, en 1155‑1156, voir Chalandon 1960, II.1, p. 353‑370, surtout p. 356, n. 1 ; Magdalino 1993, p. 57‑61 ; Treadgold 1997, p. 642‑643.

77 Néophytos le Reclus, Βιβλίον πενηντακοντακέφαλον, chap. 31 (défaite de Myrioképhalon), Περὶ τῶν κατὰ χῶραν Κύπρον σκαιῶν, p. 11, l. 20‑12, l. 1 (assassinat d’Alexis II Comnène par Andronic Ier), Περί τινος μοναχοῦ ἐν τῇ Παλαιστίνῃ παρὰ δαιμόνων ἀπατηθέντος καὶ ἐκπεπτωκότος δείνῶς, p. 172‑173, et Περὶ τῶν κατὰ χῶραν Κύπρον σκαιῶν, p. 10, l. 4‑11 (chute de Jérusalem). Cf. Galatariotou 1991, p. 205‑207.

78 Testament de Néophytos le Reclus, chap. 5, p. 78, l. 2‑13, chap. 10, p. 80, l. 23‑24 ; Néophytos le Reclus, Περὶ τῶν κατὰ χῶραν Κύπρον σκαιῶν, p. 10, l. 15‑16, Περί τινος μοναχοῦ ἐν τῇ Παλαιστίνῃ παρὰ δαιμόνων ἀπατηθέντος καὶ ἐκπεπτωκότος δείνῶς, p. 162, l. 11‑p. 163, l. 1, et 6‑7 (moines de Palestine), Περὶ σεισμῶν διαφόρων, p. 211, l. 34‑212, l. 1 (moines d’Antioche), Εἰς τὸν ἅγιον Ἀνδρόνικον καὶ τὴν ὁσίαν Ἀθανασίαν, p. 180, l. 21‑22 (voyageurs d’Attaleia). Cf. Galatariotou 1991, p. 168‑170.

79 Vie d’Élie le Jeune, chap. 26, p. 38, l. 509‑512, chap. 32, p. 48, l. 634‑644.

80 Vie d’Élie le Jeune, chap. 43, p. 64, l. 876. Cf. Da Costa‑Louillet 1959‑1960, p. 104 ; Falkenhausen 1967, p. 97, n° 66 ; Ahmad 1990, p. 26.

81 Vie d’Élie le Jeune, chap. 49‑50, p. 74‑78, chap. 53, p. 80‑82. Sur ces événements, voir aussi Théophane Continué, p. 365, l. 3‑7, Jean Skylitzès, p. 181, l. 19‑22, et surtout Georges Continué, p. 860, l. 19‑p. 861, l. 7 (Symeonis Magistri et Logothetae Chronicon, p. 283‑284), qui fait état des représailles que subirent les principaux chefs de la flotte byzantine. Cf. Gay 1970, I, p. 156‑157 ; Ahmad 1990, p. 26.

82 Vie de Lazare de Galèsion, chap. 118, p. 544.

83 Vie de Luc le Jeune, chap. 70, p. 199‑201 ; Vie de Lazare de Galèsion, chap. 106, p. 541. Cf. Morris 1995b, p. 104‑105. Sur les diverses prophéties politiques de Lazare, voir p. 73.

84 Léon le Diacre, p. 83. Au sujet de ce complot, voir Jean Skylitzès, p. 279‑280 ; Matthieu d’Édesse, p. 21 ; Michel le Syrien, III, p. 128‑129 ; Yahya ibn Sa‘id d’Antioche, I, p. 829. Sur l’assassinat de Nicéphore II Phocas, voir Cheynet 1990, p. 22‑23, n° 5.

85 Anne Comnène, livre IX, chap. iv, § 5‑6. Bolkan était le joupan de la ville de Razhan, voir Chalandon 1960, I, p. 142‑145.

86 Jean Kinnamos, p. 15, l. 3‑5 (trad. J. Rosenblum). Sur cette victoire, voir Chalandon 1960, II.1, p. 89‑91 ; Treadgold 1997, p. 632.

87 Vie de Théodore Stoudite, version B, col. 253D ; Théodore Stoudite, Laudatio sancti Platonis hegumeni, col. 840D‑841C, et Epistulae, n° 48. Selon Théodore Stoudite, de nombreux moines, exilés en Crimée, furent alors enfermés dans des monastères de Constantinople (Epistulae, p. 131, l. 58‑61). Cf. Lemerle 1971, p. 135‑146 ; Majeska 1984, § 16, p. 264‑265 ; Dagron 1993d, p. 140‑145, 156, 159 ; Pratsch 1998, p. 107‑110, 173‑178 ; Delouis 2005, p. 381 ; Hatlie 2007, p. 371‑372. Pour ce monastère, voir p. 140, et au sujet de Jean le Grammairien, voir p. 78.

88 Hilarion († 845), higoumène du monastère de Dalmatos de 807 à 815, fut enfermé dans ces deux monastères avant d’être détenu dans la forteresse de Protilaion, dans le thème des Bucellaires, voir la Vie d’Hilarion de Dalmatos, col. 733‑734, l. 37‑40. Cf. PMBZ, n° 2584 ; Janin 1969, p. 290, 497 ; TIB 12, p. 484‑485 (n° 1).

89 Auteur de plusieurs Vies de saints, dont la Vie de Grégoire le Décapolite que nous avons déjà mentionnée, Ignace avait été ordonné diacre par le patriarche Taraise (784‑806) qui lui avait confié la charge de skévophylax ; il fut ensuite élu métropolite de Nicée, voir PMBZ, n° 2665 ; Mango 1981, p. 403‑410, et 1985, p. 633, 645 ; Zielke 1999, p. 257‑258.

90 Rallès‑Potlès, V, p. 88‑90 (Regestes, I, 3, n° 1013). Cf. Magdalino 1993, p. 277 ; Angold 1995, p. 78, 491. Sur la fondation de ce monastère, voir p. 145-146.

91 Étienne le Jeune († 765) y fut enfermé quelques jours sur ordre de Constantin V (741‑775), avant d’être exilé en Proconèse, voir la Vie d’Étienne le Jeune, chap. 41, p. 141. Cf. Auzépy 2007c, p. 46 ; Rochow 1994, p. 64, 67. Voir Déroche 2002, p. 182‑185, pour les problèmes chronologiques que posent les dernières années d’Étienne le Jeune. Sur le monastère de Philippikos à Chrysopolis, voir p. 139-140. Au sujet des monastères de Bithynie, voir Mango 1976b, p. 354 ; Kaplan 1992, p. 298‑300 ; Dagron 1993a, p. 257‑261 ; Sevcenko 1995, p. 94‑96 ; Kountoura‑Galakè 1996, p. 169‑173 ; Cheynet 2003b, p. 318‑320 ; Auzépy 2003, p. 433‑439, 454‑455 ; Caseau et Congourdeau 2006, p. 337 ; Hatlie 2007, p. 283, 313‑314 ; Helvétius et Kaplan 2008, p. 294.

92 Théophane Continué, p. 103, l. 15‑18 (voir aussi p. 101, l. 15‑22) ; Jean Skylitzès, p. 61, l. 35‑38 (voir aussi p. 60, l. 1) ; Typikon de Phobéros, chap. 3, p. 9‑10. PMBZ, n° 4234 ; PBE, Lazaros 2. Selon son typikon (p. 7‑8), le monastère aurait été fondé par un empereur non nommé, au ve siècle, peut‑être Léon Ier (457‑474). Cf. Janin 1975, p. 7‑8 ; BMFD 3, p. 872 ; Mullett 2007a, p. 16‑19 ; ODB 3, p. 1665.

93 Mentionnons en particulier en particulier l’empereur Léonce (695‑698), qui fut amputé du nez et enfermé dans le monastère par Tibère II (698‑705), voir Georgii Monachi chronicon, p. 732, l. 7‑8 ; Symeonis Magistri et Logothetae Chronicon, p. 173. C’est là également que fut enfermé le patrice Constantin Éladikos après l’échec de la tentative d’usurpation de Constantin Doukas à laquelle il avait participé, en 913 (Théophane Continué, p. 384, l. 7‑11 ; Georges Continué, p. 876, l. 16‑19 ; Symeonis Magistri et Logothetae Chronicon, p. 300, l. 51‑54 ; Jean Skylitzès, p. 199, l. 89‑91). Selon Théophane le Confesseur, p. 443, l. 3, le monastère de Dalmatos était le premier de Constantinople et daterait de la fin du ive siècle. Cf. Janin 1969, p. 82‑84 ; Dagron 1970, p. 231‑233, 237, n. 51, 240, 244 ; Berger 1988, p. 629‑631 ; Hatlie 2007, p. 68‑69, 91‑92. Au sujet de la révolte de Constantin Doukas, voir Polémis 1968, p. 21‑25 ; ODB 1, p. 657.

94 Sous les règnes de Léon VI (886‑912) et d’Alexandre (912‑913) en particulier, plusieurs dignitaires de l’Empire furent détenus au Stoudios : l’eunuque Mousikos, homme de confiance de Stylianos Zaoutzès, en 899, et Eustathe, drongaire de la flotte tenu responsable de la défaite de la flotte byzantine à Taormina, en 902 (Georges Continué, p. 857, l. 17‑21, p. 861, l. 1‑6 ; Symeonis Magistri et Logothetae Chronicon, p. 280, l. 176‑178, p. 284, l. 247‑248), et Léon Choirosphaktès et Grégoras Ibéritzès, partisans du coup d’État de Constantin Doukas en 913 (Théophane Continué, p. 384, l. 4‑7 ; Pseudo‑Syméon, p. 720, l. 17‑20 ; Georges Continué, p. 876, l. 12‑15 ; Symeonis Magistri et Logothetae Chronicon, p. 300, l. 50 ; Jean Skylitzès, p. 199, l. 85‑89). Cf. Vannier 1975, p. 23‑24 ; Magdalino 1997, p. 146‑147 ; Tougher 1997, p. 201, 212 ; Delouis 2005, p. 381‑382. Au xie siècle, sous le règne de Romain III (1028‑1034), le monastère servit encore de lieu de détention au moins à deux reprises, pour Nicéphore Xiphias, ancien stratège des Anatoliques (Yahya ibn Sa‘id d’Antioche, III, p. 469 ; Jean Skylitzès, p. 366‑367), et pour Constantin Diogène, duc de Thessalonique puis stratège des Thracésiens (Jean Skylitzès, p. 384, l. 10‑15). Cf. Cheynet 1990, p. 36‑37, n° 21, p. 42, n° 32, et 2008a, p. 567‑570 ; Delouis 2005, p. 382‑383.

95 L’empereur y fit en 908 enfermer le parakoimomène Samônas, son principal conseiller, qu’il soupçonnait de complot, avant de le transférer au monastère de Martinakios (Théophane Continué, p. 376, l. 18‑19 ; Jean Skylitzès, p. 191, l. 91‑93 ; Pseudo‑Syméon, p. 713, l. 7‑9 ; Georges Continué, p. 870, l. 7‑9 ; Symeonis Magistri et Logothetae Chronicon, p. 293, l. 429‑430). Sur le monastère de Martinakios fondé par un oncle de l’impératrice Théophanô ou un membre plus lointain de sa famille, voir Pseudo‑Kodinos, Scriptores originum Constantinopolitanarum, p. 249 ; Pseudo‑Syméon, p. 635, l. 18. Cf. Janin 1969, p. 328 ; Berger 1988, p. 669‑670. Pour le monastère d’Euthyme, voir p. 142-143.

96 Zoé Karbônopsina : Théophane Continué, p. 397, l. 10‑14 ; Pseudo‑Syméon, p. 731, l. 1‑4 ; Georges Continué, p. 889‑890 ; Symeonis Magistri et Logothetae Chronicon, p. 313 ; Jean Skylitzès, p. 211‑212 ; Jean Zonaras, p. 469. Anne Dalassène : Anne Comnène, livre II, chap. v, § 8 ; Jean Zonaras, p. 730. Cf. Grierson 1962, p. 59, n. 90 ; Janin 1969, p. 128 ; Abrahamse 1985, p. 38 ; Cheynet 2008e, p. 438‑447 ; Malamut 1999, p. 116‑119, et 2007, p. 57‑58. Anne Dalassène, ses filles et ses belles‑filles furent ensuite transférées au monastère du Kanikleiou, et c’est là qu’Alexis Comnène vint les chercher le jour où il entra dans la capitale, le 1er avril 1081. Pour les monastères de Pétrion et du Kanikleiou, voir p. 141-142 et p. 144.

97 Selon Matthieu d’Édesse, Nicéphore III aurait eu une crise de conscience et se serait retiré volontairement de la scène politique en prenant l’habit monastique, voir p. 64.

98 Euthyme, alors syncelle du patriarcat, s’était opposé au second mariage de l’empereur, voir la Vie du patriarche Euthyme, p. 47‑49. Le monastère est cité une deuxième fois dans les sources comme prison, au sujet de la détention en 1183 de Marie d’Antioche, veuve de Manuel Ier, par Andronic Ier Comnène (Nicétas Chôniatès, p. 268, l. 55‑57 ; Eustathe de Thessalonique, La espugnazione di Tessalonica, p. 277, l. 14‑15). Sur le complot de Marie d’Antioche, voir Cheynet 1990, p. 114‑115, n° 156 ; Garland 1999b, p. 208. Sur la fondation du monastère de Diomède, voir p. 142.

99 Prousianos avait participé, en 1028‑1029, à une conspiration de Théodora contre Romain III et Zoé, voir Jean Skylitzès, p. 376 ; Jean Zonaras, p. 574. Le texte de Skylitzès indique que Prousianos fut enfermé dans ce monastère le temps que l’accusation soit établie ; reconnu coupable, le magistre fut aveuglé, mais resta probablement dans le monastère de Manuel, tandis que sa mère, patricienne à la ceinture, était chassée de la ville. Sur la conspiration de Théodora et de Prousianos, voir Cheynet 1990, p. 41‑42, n° 31. Sur la fondation de ce monastère, voir p. 144.

100 Le patriarche était soupçonné de comploter contre l’impératrice Marie d’Antioche, régente d’Alexis II Comnène (1180‑1183) et de soutenir les intérêts de la fille de l’empereur, Marie Comnène, et de son époux, le césar Jean (Rénier de Montferrat). Voir Angold 1995, p. 116‑117, Cheynet 1990, p. 110, n° 150, p. 111‑112, n° 152, et Garland 1999b, p. 206‑207, au sujet du complot de Marie Comnène. Sur ce monastère situé dans le quartier des Blachernes, voir p. 149.

101 Andronic Lapardas était accusé d’avoir comploté contre Andronic Ier Comnène, voir Nicétas Chôniatès, p. 279, l. 91 ; Théodore Skoutariôtès, p. 336, l. 8. Cf. Cheynet 1990, p. 116, n° 158. Au sujet d’Andronic Lapardas dont la famille, peut‑être d’origine latine, était basée à Andrinople, voir Stiernon 1966, p. 89‑96.

102 Tou Palatiou : Théophane Continué, p. 379, l. 22‑p. 380, l. 1, Pseudo‑Syméon, p. 717, l. 8‑10, et Georges Continué, p. 873, l. 8‑10. Tou Palatinou ; Symeonis Magistri et Logothetae Chronicon, p. 296, l. 34‑36. Cf. Janin 1969, p. 276‑277.

103 Théophane Continué, p. 379, l. 23‑p. 380, l. 1 : « […] ἀποστείλας περιώρισεν ἀυτὸν ἐν τῇ μονῇ τοῦ παλατίου ῇ Ἐπώνυμον Καμπᾶ ».

104 Vie du patriarche Nicéphore, p. 201 ; Vie du patriarche Euthyme, p. 29, l. 33, p. 120‑122, l. 19, p. 109‑112, p. 143‑145. Cf. Jugie 1913, p. 482‑483 ; Stiernon, dans DSAM 11, col. 182‑186 ; Alexander 1958, p. 147‑148 ; Janin 1975, p. 23 ; Dagron 1993d, p. 142 ; Pratsch 1999, p. 143 ; Hatlie 2007, p. 321.

105 Théophane Continué, p. 371, l. 5 ; Pseudo‑Syméon, p. 709, l. 15‑16, p. 715, l. 22 ; Symeonis Magistri et Logothetae Chronicon, p. 289, l. 340, p. 294, l. 2 ; Jean Skylitzès, p. 185, l. 31‑34, p. 193, l. 44 ; Vie du patriarche Euthyme, p. 89, l. 2, p. 90‑93. Voir aussi la lettre adressée par Nicolas Mystikos au pape, lettre dans laquelle il mentionne son exil sans en préciser le lieu, Letters, n° 32, p. 224, l. 167‑172, et la Vie de Basile le Jeune, chap. 10, p. *22, au sujet des relations du patriarche avec le rebelle. Cf. Sevcenko 1987, p. 461‑468. Il est cependant difficile de distinguer ce monastère de deux autres fondations situées également à Galakrènai, voir Janin 1975, p. 40‑42. L’un de ces monastères devint un métoque du monastère de Christ Pantocrator, à Constantinople (Typikon du Pantocrator, p. 73).

106 Le patriarche avait suscité l’hostilité de l’évêque Léon de Chalcédoine, d’une partie du clergé et de membres influents de l’aristocratie pour avoir accepté qu’Alexis Ier, au début de son règne, saisisse des biens ecclésiastiques afin de faire face aux dépenses militaires croissantes. Accusé en outre de messalianisme, le patriarche, bien que finalement innocenté, fut déposé ou préféra démissionner, selon les sources, et fut enfermé au monastère de Rouphinianai (Théodore Skoutariôtès, p. 152, l. 30‑31, p. 182, l. 28 ; Jean Zonaras, p. 734). Cf. Janin 1975, p. 38‑40 ; ODB 3, p. 1814 ; Maraval 2009, p. 298. Sur cette affaire, voir Malamut 2007, p. 195, 457.

107 Le sacellaire Anastase, qui contrôlait les services financiers de l’État et était responsable du chrysocheion où étaient conservés les métaux précieux, y fut enfermé au début du règne de Romain Ier, après avoir comploté en faveur de Constantin VII Porphyrogénète (Théophane Continué, p. 400 ; Jean Skylitzès, p. 214). Voir le Corpus des sceaux de l’Empire byzantin, V, L’Église, 2, n° 663, au sujet d’Anastase. Le monastère accueillit aussi, en 960‑961, le gendre de Romain Ier, Romain Sarônitès, qui avait conspiré contre Romain II (Jean Skylitzès, p. 251). Une autre source, la Vie de Basile le Jeune, chap. 18, p. *23‑*24, réserve un plus triste sort à Romain Sarônitès qui ne voulut pas écouter les recommandations du saint et mourut subitement, non sans avoir obtenu, toutefois, le pardon de Basile. Sur l’histoire de ce monastère, voir p. 162.

108 Michel Psellos, Chronographie, II, p. 166, l. 5‑7 ; Miguel Ataliates, Historia, p. 125, l. 15‑17 ; Anne Comnène, livre IX, chap. vi, § 1 ; Jean Skylitzès Continué, p. 152, l. 19 ; Théodore Skoutariôtès, p. 168, l. 10‑15 ; Jean Zonaras, p. 704. Cf. Janin 1975, p. 28 ; Garland 1999b, p. 177.

109 Citons notamment le patriarche Eutychios (552‑565, 577‑582), en janvier 565 (Vie du patriarche Eutychios, col. 2321A, voir Evans 1996, p. 262, et Tate 2004, p. 814‑815), le fils naturel d’Héraclius, Atalarichos, en 637 (Nikephoros, Patriarch of Constantinople, Short History, chap. 25, p. 72), et le patriarche Constantin II (754‑766), en 766 (Théophane le Confesseur, p. 437‑438). Cf. Janin 1975, p. 68 ; Rochow 1999, p. 37‑43 ; Kaegi 2003, p. 260‑261 ; Auzépy 2007b.

110 Irène : Théophane le Confesseur, p. 480. Zoé : Michel Psellos, Chronographie, I, p. 9 ; Jean Skylitzès, p. 418 ; Jean Zonaras, p. 609. Cf. Janin 1975, p. 68‑69.

111 Théophane Continué, p. 398 ; Jean Skylitzès, p. 213. Méthode († 847), higoumène de Chénolakkos en Bithynie, y fut probablement enfermé lorsque Théophile (829‑842) le contraignit à l’exil en raison de sa résistance à l’iconoclasme ; les chroniqueurs précisent que le moine y resta sept ans (Pseudo‑Syméon, p. 642, l. 12 et p. 643, l. 19 ; Jean Zonaras, p. 374). Cf. Janin 1975, p. 63‑64 ; Cheynet 1990, p. 36‑37, n° 21 ; Zielke 1999, p. 210‑211 ; Delouis 2005, p. 382‑383.

112 L’oncle de Théodore Stoudite, Platon de Sakkoudion, de janvier 809 à août 811 (Théodore Stoudite, Laudatio sancti Platonis hegumeni, chap. 38, et voir Pratsch 1998, p. 173), un prétendant au trône malheureux, Gébôn, en 858 (Vie du patriarche Ignace, col. 505A, et PMBZ, n° 1942), Basile Skléros, entre 1026 et 1028 (Jean Skylitzès, p. 372, l. 84), et le principal ministre de Michel VII Doukas, Niképhoritzès, qui y fut exécuté en 1078 sur ordre de Nicéphore III Botaniate (Nicephori Bryennii historiarum, p. 255). Selon Jean Skylitzès Continué, p. 186, l. 7, Niképhoritzès mourut sur l’île de Prôtè et non sur l’île d’Oxeia. Jean Zonaras, p. 725‑726, ne nomme pas l’île. Sur la carrière de cet eunuque, voir Miguel Ataliates, Historia, p. 180‑182. Cf. Lemerle 1977, p. 300‑302 ; Cheynet 1990, p. 39‑40, n° 27, p. 349‑350, et n. 72.

113 Le patriarche d’Antioche Jean V (1089‑1100) fut moine à Oxeia, voir Gautier 1964, p. 128‑135. Le patriarche de Constantinople Michel II Kourkouas (1145‑1146) finit ses jours dans le monastère d’Oxeia dont il avait été l’higoumène (Jean Kinnamos, p. 33, l. 3‑9). Selon Nicétas Chôniatès, p. 51, l. 3‑7, et Théodore Skoutariôtès, p. 218, l. 22‑24, Michel était simple moine et non higoumène. Cf. Janin 1975, p. 65.

114 Théodore Stoudite, Epistulae, n° 76, et Theodoros Studites, Jamben auf verschiedene Gegenstände, n° 98‑101. Cf. Janin 1975, p. 73 ; Pratsch 1998, p. 173‑174.

115 Théophane Continué, p. 435, l. 20‑21, p. 437, l. 11‑13, p. 441 ; Pseudo‑Syméon, p. 752, l. 19‑20, p. 754, l. 16‑18 ; Georges Continué, p. 920, l. 14‑21, p. 921, l. 10‑11, p. 922, l. 14‑16, p. 924 ; Symeonis Magistri et Logothetae Chronicon, p. 339‑340, l. 655‑660, p. 341, l. 24‑26, p. 342‑343 ; Jean Skylitzès, p. 232, l. 83‑85, p. 235, l. 65‑67, p. 237, l. 1‑2 ; Yahya ibn Sa‘id d’Antioche, I, p. 738‑741. Voir Tsamakda 2002, p. 170 et fig. 315. Romain Ier y mourut en 948, mais sa dépouille fut ramenée à Constantinople et ensevelie dans son monastère du Myrélaion

116 Voir p. 64-65.

117 Citons notamment Bardanès Tourkos, qui fut proclamé empereur en 803, mais ne parvint pas à s’imposer à Constantinople. Après un passage au monastère d’Héraklion, à Kios (Bithynie), Bardanès fut détenu dans le monastère qu’il avait lui‑même fondé à Prôtè et qui était peut‑être celui dédié à la Théotokos où furent ensuite exilés Michel Ier et Romain Ier (Théophane le Confesseur, I, p. 479, l. 26‑30 ; Théophane Continué, p. 9, l. 22‑23 ; Jean Skylitzès, p. 9‑10). Cf. Janin 1975, p. 72, 74. Sur Bardanès Tourkos, stratège des thèmes d’Orient, voir PMBZ, n° 759, 760, 762, 766 et 771 ; PBE, Bardanes 3 ; Kaegi 1981, p. 245‑247 ; Kountoura‑Galakè 1983, p. 203‑215 ; ODB 1, p. 255.

118 Vie du patriarche Ignace, col. 516C. Sur sa déposition, voir Théophane Continué, p. 193‑196, Jean Skylitzès, p. 106‑107, et Jean Zonaras, p. 402‑404. Les autres prisons auxquelles la Vie fait allusion sont probablement le tombeau de Constantin V et l’île de Lesbos où Ignace fut enfermé avant d’être transféré à Térébinthe. Cf. Dvornik 1966, p. 7‑22 ; Janin 1975, p. 63 ; Dagron 1993b, p. 169‑171.

119 Vie du patriarche Ignace, col. 496D, 532BC. Cf. Janin 1975, p. 67.

120 Michel Psellos, Chronographie, I, p. 122‑123, surtout p. 123, l. 14‑17 ; Jean Skylitzès, p. 373‑374, p. 396, l. 22 ; Jean Zonaras, p. 572, 589. Au sujet de Constantin Dalassène, voir Cheynet 1990, p. 45‑46, n° 38, et 2008e, p. 417‑418.

121 L’expression est d’Alexandre de Nicée, détenu au milieu du xe siècle au monastère de Monobata, voir Épistoliers byzantins du xe siècle, p. 69, l. 45‑46.

122 Nous sont connus le curopalate Léon Phocas, père du rebelle Bardas Phocas, en 969‑971 (Léon le Diacre, p. 114 ; Jean Skylitzès, p. 284, l. 11‑12), Constantin Monomaque, qui était suspecté d’aspirer au pouvoir sous le règne de Michel IV (Vie de Lazare de Galèsion, p. 579 ; Miguel Ataliates, Historia, p. 1 ; Michel Psellos, Chronographie, I, p. 126 ; Jean Skylitzès, p. 423, l. 34‑35 ; Michel Glykas, Annales, p. 593 ; Jean Zonaras, p. 615 ; Théodore Skoutariôtès, p. 162, l. 17 ; Nicéphore de Chio 1804, p. 25‑26), et Jean l’Orphanotrophe, principal ministre de Michel IV, en 1042 (Jean Skylitzès, p. 423, l. 54‑55). Au sujet de la révolte de Bardas Phocas, voir aussi Léon le Diacre, p. 112‑126 ; Yahya ibn Sa‘id d’Antioche, I, p. 831 ; Jean Skylitzès, p. 291‑294. Cf. Cheynet 1990, p. 24‑25, n° 6, p. 46, n° 39 ; Ringrose 2003, p. 191‑193 ; Kaldellis et Efthymiadis 2010, p. 89, n° 96, p. 92‑93, n° 15, p. 104‑105, n° 131. Le nobélissime Constantin, oncle de Michel V, qui accompagna ce dernier dans sa chute en 1042, fut exilé sur l’île de Samos (Jean Skylitzès, p. 423, l. 56‑57 ; Jean Zonaras, p. 624). Cf. Cheynet 1990, p. 54‑55, n° 56. Concernant ces deux îles, voir Janin 1931, p. 431‑443 ; Malamut 1988, 1, p. 274‑277, 279‑280 ; TIB 10, p. 209‑210.

123 Vie d’Euthyme de Sardes, chap. 5, p. 25‑27, l. 67‑72. PMBZ, n° 1838 (Euthyme de Sardes), 8295 (Théophylacte de Nicomédie), 1643 (Eudoxios d’Amorion), 766 (Bardanès Tourkos) ; PBE, Bardanes 3. Cf. ODB 2, p. 756. Au sujet de l’exil d’Euthyme de Sardes, voir aussi une lettre de Théodore Stoudite (Epistulae, n° 74), qui ne précise pas toutefois si le lieu d’exil auquel il fait allusion est Pantelléria ou Thasos, où Euthyme fut également exilé sous le règne de Léon V (voir la Vie d’Euthyme de Sardes, chap. 10, p. 35‑37). Cf. Scalia 1984, p. 65‑100 ; ODB 3, p. 1594 ; BMFD 1, n° 2, p. 59‑60.

124 Néa Monè : JGR, I, p. 636‑637 (Regesten, I, 2, n° 910). Patmos : Actes de Patmos, I, n° 6, l. 35 (Regesten, I, 2, n° 1147). Voir texte 7, p. 227-228. Cf. Oikonomidès 1996, p. 97, 203, 249.

125 Actes de Patmos, I, n° 1, l. 56. Andronic Doukas était le fils du césar Jean Doukas et le cousin germain de l’empereur Michel VII Doukas (1071‑1078). Il fut marié à Marie de Bulgarie avec laquelle il eut Irène Doukas, épouse d’Alexis Ier, voir Polémis 1968, n° 21, Cheynet 1990, p. 217, 279, 297, 311, 348‑349, et Malamut 2007, p. 51, 339‑340.

126 Ces deux monastères possédaient des métoques en Asie Mineure ainsi que des bateaux de commerce, voir Smyrlis 2006, p. 67‑68, 75, 77, 80‑82, 109‑115. Pour une histoire de ces îles, voir Malamut 1988, 1, p. 277‑279, 281, et TIB 10, p. 143‑150.

127 Léon le Diacre, p. 126 ; Jean Skylitzès, p. 294, l. 91 ; Regesten, I, 1, n° 735. Asolik de Taron, p. 44 et 60, mentionne l’exil de Bardas Phocas sur une île, sans préciser laquelle.

128 Jean Skylitzès, p. 423, l. 56 ; Jean Zonaras, p. 624. Au sujet de la déposition de Michel V, voir Cheynet 1990, p. 54‑55, n° 56 ; Delouis 2005, p. 431‑437.

129 Ce chrysobulle est en partie édité par JGR, I, p. 644‑645, sur la base d’une copie, mais la clause concernant les exilés ne figure pas dans cet extrait. Cette clause est en revanche citée par Nicéphore de Chio 1804, p. 81, voir MM, 5, p. 448, l. 13‑14 ; Regesten, I, 2, n° 1050 (correction de la date).

130 Actes de Patmos, II, n° 51, p. 39 (praktikon de Nicolas Tzanzès, 1088), et n° 54 (praktikon de Christophore Kopsènos, 1089). Cf. Lemerle 1959, p. 268‑269 ; Oikonomidès 1996, p. 231.

131 Épistoliers byzantins du xe siècle, p. 69, l. 45‑46 : « ἐν τῷ πέρατι τῆς βασιλέως γῆς ». Cf. Markopoulos 1994b, p. 315‑318 ; Sevcenko 1995, p. 100‑101.

132 Vie de Jean et Euthyme, chap. 81 ; Jean Skylitzès, p. 377, l. 95‑96 ; Jean Zonaras, III, p. 575. Cf. Actes d’Iviron, I, p. 18, 42 ; Morris 1995b, p. 87 ; Cheynet 1990, p. 42‑43, n° 32, et 2008a, p. 567. Constantin Diogène fut lui‑même enfermé au Stoudios et ses partisans furent exilés, voir p. 122, n. 94. Au sujet des confiscations des biens d’Iviron, voir les Actes d’Iviron, I, p. 45‑49, et Martin‑Hisard 2006‑2007, p. 132‑136, qui propose une nouvelle reconstitution chronologique des années de crise qui suivirent l’exil de Georges Ier. Sur les fondateurs du monastère d’Iviron et leurs liens avec les grandes familles orientales, voir les Actes d’Iviron, I, p. 13‑21, 52, 58, et II, p. 15, 23‑25, et Lefort et Papachryssanthou 1983, p. 27‑33. Sur ces familles, voir ODB 1, p. 317‑318, 627 ; Cheynet 1990, p. 194‑195, 219, 225‑226, 318, 2008a, p. 563‑581, et 2008b, p. 339‑376.

133 Michel Psellos, Chronographie, I, p. 44, l. 3‑8, p. 54, l. 7‑8, p. 58, l. 18‑22, p. 59‑61, p. 64, l. 15‑18, p. 65‑67, 86‑88 ; Jean Skylitzès, p. 367, l. 53, p. 390‑397, 416 ; Jean Zonaras, p. 607‑608. Michel Psellos, Chronographie, I, p. 92‑94, ne précise pas le lieu de l’exil de Jean, mentionnant seulement un « exil lointain » (p. 94, chap. xiv, l. 7).

134 Alexis Axouch : Jean Kinnamos, p. 265, l. 14‑p. 269, l. 23 ; Nicétas Chôniatès, p. 144, l. 75‑76, p. 427, l. 27‑28. Alexis Comnène : Nicétas Chôniatès, p. 425, l. 73, p. 426, l. 13‑14, p. 427, l. 27‑28. Sur Alexis Axouch et sa famille, d’origine turque, voir Varzos 1984, II, p. 132‑134, Cheynet 1990, p. 109, n° 148, et ODB 1, p. 239. Sur ces complots, voir Cheynet 1990, p. 117, n° 160 (complot de 1185) et p. 128, n° 178 (complot d’Andronic Comnène). Cf. TIB 6, p. 129.

135 Typikon de Pakourianos, p. 129, l. 1833. Cf. Lemerle 1977, p. 135, 156, 178 ; Asdracha 1976, p. 48‑49, 104‑109, 232‑236 ; Bakirtzis 1989, vol. 1, p. 48‑49 ; Zèkos 1989, 1, p. 675‑693, 2, pl. cclvi‑cclxxx, et 2001, p. 15‑31 (voir en particulier la carte p. 12) ; TIB 6, p. 386‑387.

136 Listes de préséance byzantines des ixe et xe siècles, p. 320, 336‑337. Cf. Janin 1964, p. 164‑165 ; ODB 2, p. 1248, 3, 1723.

137 Vie d’Étienne le Jeune, chap. 36, l. 9, voir le commentaire de M.‑F. Auzépy, p. 230, n. 142, p. 231, n. 245 ; Vie du patriarche Euthyme, p. 87, l. 33.

138 Basiliques, 60. 55. Cf. Koukoulés et Guilland 1948, p. 127‑128. Les chroniques témoignent toutefois de l’existence de petites prisons installées dans des maisons, voir notamment Miguel Ataliates, Historia, p. 57, l. 12. Le chroniqueur relate, dans cet épisode, une révolte de l’éparque de la ville et d’une partie des notables de Constantinople contre Constantin X, au début de son règne, vers 1060 (Cheynet 1990, p. 71, n° 83).

139 JGR, V, p. 154‑155 ; Novelles de Léon VI, n° 32. Cf. Koukoulès et Guilland 1948, p. 129‑130 ; Laiou 1992, p. 115‑116. Voir des exemples de ce châtiment dans Rallès‑Potlès, V, p. 57 (trad. Laiou 1992, p. 132‑133), et les Regestes, I, 3, n° 826a, 883. La date de 1023 pour le n° 826a a été proposée par Seibt 1973, p. 103‑115. Voir aussi la Peira d’Eustathe Rômaios, éd. JGR IV, titre XXV, § 23 et § 30‑32 (trad. Laiou 1992, p. 131‑132). Cf. Abrahamse 1985, p. 52 ; Herrin 1994, p. 193‑194.

140 Novelles de Léon VI, n° 32, p. 128, l. 16‑22 (trad. P. Noailles et A. Dain). Voir aussi la Peira, éd. JGR IV, titre XXIV, § 5, et titre XXV, § 23. Cf. Laiou 1992, p. 114, 117‑118, 131.

141 Rallès‑Potlès, II, p. 419‑423 (trad. Laiou 1992, p. 134‑136). Cf. Abrahamse 1985, p. 52 ; Beaucamp 2000, p. 95. Un clerc pouvait se marier tant qu’il ne faisait pas partie des « clercs du sanctuaire », c’est‑à‑dire jusqu’au rang de sous‑diacre exclu, mais une novelle de Léon VI (Novelles de Léon VI, n° 3) relève et condamne une pratique anticanonique autorisant les clercs à devenir prêtre avant leurs fiançailles, voir Dagron 1993a, p. 246.

142 Voir les commentaires de Balsamon au canon 3 du concile d’Ancyre et au canon 48 du concile in Trullo, dans Rallès‑Potlès, III, p. 27‑28, Rallès‑Potlès, II, p. 419‑423. Cf. Laiou 1992, p. 124‑126, 133‑136.

143 Rallès‑Potlès, V, p. 57 (trad. Laiou 1992, p. 132‑133) ; Regestes, I, 3, n° 826a. Cf. Laiou 1992, p. 119‑126 ; Herrin 1994, p. 193‑195.

144 Novelles de Léon VI, n° 111, p. 367, l. 8. Cf. Talbot 1985, p. 115‑116.

145 Novelles de Léon VI, n° 111, p. 365, l. 7‑9 et l. 15‑16.

146 Hypotypôsis de Stoudios, col. 1713A ; Hypotypôsis d’Athanase de Lavra (963), p. 136, l. 7‑10. Cf. Delouis 2005, p. 384. La Vie de Nicolas Stoudite, col. 913A, mentionne au Stoudios l’existence d’une étroite cellule où fut détenu Nicolas de 866 à 868 à son retour d’exil, sur ordre de Michel III.

147 Théophane Continué, p. 384, l. 10‑11 : « […] καὶ ἐν τῇ τοῦ Δαλμάτου ἀπαγαγόντες μονῇ ἐγκατάκλειστον τῇ καταδίκῃ πεποιήκασιν ». Voir aussi Georges Continué, p. 876, l. 18‑19 ; Symeonis Magistri et Logothetae Chronicon, p. 300, l. 53‑54. Vie de Nicétas le Paphlagonien, p. 127, l. 53, 55‑56, 58. Sur Nicétas le Paphlagonien, qui fut également l’auteur de la Vie du patriarche Ignace, voir Beck 1959, p. 548‑549 ; Solignac, dans DSAM 11, col. 221‑224 ; ODB 3, p. 1480. Vie du patriarche Euthyme, p. 9, l. 12‑13.

148 Nicétas Chôniatès, p. 267, l. 54‑p. 268, l. 58 : « ὑποσχέσεσιν εἰς τὴν τοῦ ἁγίου Διομήδους μονὴν περί τινα ἐκεῖ που στενοτάτην οὖσαν εἱρκτὴν ἀκλεῶς ἀπάγεται, ἔνθα καὶ ἐφ' ἱκανὸν παρὰ τῶν φυλάκων ἐρεσχελούντων παροινουμένη καὶ λιμῷ καὶ δίψει τετρυχωμένη ». Une autre source, le récit de la prise de Thessalonique par les Normands, d’Eustathe de Thessalonique (La espugnazione di Tessalonica, p. 277, l. 14‑15), mentionne également l’emprisonnement de l’impératrice dans le monastère de Diomède, sans donner les mêmes précisions sur la localisation exacte de sa prison. Sur Marie d’Antioche, voir Cheynet 1990, p. 114‑115, n° 156, et Garland 1999b, p. 208.

149 Voir p. 188.

150 Théodore Stoudite, Laudatio sancti Platonis hegumeni, col. 840C‑841A.

151 Île de Saint‑André : Iosephi Genesii Regum libri quattuor, p. 35, l. 74‑75 ; Théophane Continué, p. 48, l. 12‑13. Akritas : Jean Skylitzès, p. 28, l. 88‑89 ; Jean Zonaras, p. 339. Cf. Janin 1975, p. 53‑55 ; Zielke 1999, p. 211. Les différentes périodes d’emprisonnement de Méthode ont parfois été confondues par les chroniqueurs et nous retrouvons, probablement pour cette raison, la mention d’un « tombeau » dans lequel Méthode aurait été enfermé pour son second emprisonnement en 837, sur l’île d’Antigoni, au moment de la persécution des frères Graptoi, voir Pseudo‑Syméon, p. 742, l. 15, p. 743, l. 18, 20. Sur la persécution des frères Graptoi, voir la Vie de Michel le Syncelle, p. 84‑100 ; Théophane Continué, p. 104‑106 ; Jean Skylitzès, p. 61‑63.

152 Vie de David, Syméon et Georges de Lesbos, chap. 22, p. 237 ; Vie du patriarche Méthode, chap. 5‑9, col. 1248‑1252.

153 Vie d’Euthyme de Sardes, chap. 16, p. 43‑45 (trad. J. Gouillard, p. 13). Sur la date de la mort d’Euthyme, voir l’introduction de J. Gouillard à la Vie d’Euthyme de Sardes, p. 10 ; PMBZ, n° 1838. Cf. Zielke 1999, p. 211‑212.

154 Vie d’Euthyme de Sardes, chap. 30, p. 65, l. 620.

155 Vie d’Euthyme de Sardes, p. 43, l. 308, p. 49, l. 388‑389.

156 Épistoliers byzantins du xe siècle, p. 69, l. 40‑59, p. 72, l. 1‑10, p. 75, l. 5‑17, p. 80, l. 9‑17. Voir aussi l’analyse de Sevcenko 1995, p. 100‑101. La même prudence est de mise quant à l’étude de la correspondance du patriarche Nicolas Mystikos, déposé en 907 par Léon VI et enfermé dans le monastère de Galakrènai. Dans une lettre adressée au pape et dans laquelle il développe l’affront qui lui fut alors infligé par l’empereur, le patriarche réhabilité insiste sur les difficiles conditions de sa détention et mentionne en particulier la « violence de ses geôliers » (Nicolas Mystikos, Letters, n° 32, p. 224, l. 173).

157 Jean Skylitzès, p. 397, l. 46‑49 (trad. B. Flusin).

158 Rallès‑Potlès, V, p. 88‑91 (trad. Hamilton et Hamilton 1998, p. 220‑221) ; Regestes, I, 3, n° 1013 et 1015. Cf. Magdalino 1993, p. 277 ; Angold 1995, p. 78, 468‑501, 491 ; Malamut 2007, p. 212, 215, 220‑234. La Vie d’Étienne le Jeune semble également suggérer que la détention dans un monastère ne suffisait pas toujours à réduire le prisonnier au silence et au secret : constatant que l’assurance du moine ne faiblissait pas, Constantin V le fit exiler en Proconnèse puis enfermer dans la prison du prétoire où les conditions de détention étaient des plus pénibles (Vie d’Étienne le Jeune, chap. 41, 44, 46, 55‑56), voir Rochow 1994, p. 64, 67.

159 Georges Continué, p. 861, l. 3‑6 ; Symeonis Magistri et Logothetae Chronicon, p. 284, l. 245‑248. Cf. Vannier 1975, p. 23‑24 ; Delouis 2005, p. 381 ; Tougher 1997, p. 212.

160 Yahya ibn Sa‘id d’Antioche, III, p. 469, l. 62‑64 (trad. F. Micheau et G. Troupeau). De même, Nicéphore III répugna à emprisonner et à aveugler Konstantios, qui s’était révolté contre lui, et préféra le faire tonsurer et l’exiler sur une île des Princes (Miguel Ataliates, Historia, p. 220, l. 21‑27 ; Jean Skylitzès Continué, p. 185, l. 1‑9 ; Jean Zonaras, p. 724), voir Polémis 1968, p. 72‑73, et Cheynet 1990, p. 87, n. 110. L’exil du protostratôr Alexis Axouch dans un monastère du Papikion, en Thrace, résultait également d’une faveur de Manuel Ier qui l’avait pris en pitié (Jean Kinnamos, p. 269, l. 20‑23).

161 Voir notamment les exemples proposés par Busch 1996, p. 561‑588 ; De Jong 2001, p. 291‑292, et 2009, p. 21. Sur les motivations politiques de la relative clémence des souverains carolingiens, voir Fouracre 1998, p. 70 ; De Jong 2001, p. 296‑297.

162 Jean Skylitzès, p. 384, l. 12.

163 Ibid., p. 376, l. 75‑76, et p. 384, l. 14‑15. Cf. Delouis 2005, p. 382‑383.

164 Théodore Stoudite, Les grandes catéchèses (Livre I), 27, l. 24‑25. Analyse de cette catéchèse par Delouis 2005, p. 384.

165 Théophane Continué, p. 375, l. 11‑18 ; Jean Skylitzès, p. 190, l. 56‑61 ; Pseudo‑Syméon, p. 712, l. 5‑9 ; Georges Continué, p. 869, l. 3‑7 ; Symeonis Magistri et Logothetae Chronicon, p. 292, l. 405‑409. Les origines de Constantin sont exposées avec plus de détails par Pseudo‑Syméon, p. 713‑715. Au sujet de Constantin, voir Ringrose 2003, p. 124‑125, 188‑191. Le monastère de Saint‑Taraise fut fondé par le patriarche Taraise (784‑806) sur la côte européenne du Bosphore, voir Janin 1969, p. 481‑482 ; Hatlie 2007, p. 321. Au sujet du monastère de Martinakios, voir p. 123, n. 95.

166 Mousikos : Georges Continué, p. 857, l. 17‑21 ; Symeonis Magistri et Logothetae Chronicon, p. 280, l. 176‑178. Eustathe : Georges Continué, p. 861, l. 1‑6 ; Symeonis Magistri et Logothetae Chronicon, p. 284, l. 247‑248. Léon Choirosphaktès et Nicéphore Grégoras Ibéritzès : Théophane Continué, p. 384, l. 4‑7 ; Pseudo‑Syméon, p. 720 ; Georges Continué, p. 876 ; Symeonis Magistri et Logothetae Chronicon, p. 300, l. 50 ; Jean Skylitzès, p. 199, l. 85‑89. Cf. Vannier 1975, p. 23‑24 ; Tougher 1997, p. 201, 212 ; Delouis 2005, p. 381‑382.

167 Michel Psellos, Chronographie, I, p. 122, l. 8‑p. 123, l. 17 (trad. E. Renauld). Jean Skylitzès, p. 396, l. 18‑22, p. 397, l. 46‑48, et Jean Zonaras, p. 589, mentionnent aussi l’emprisonnement de Constantin Dalassène. Cf. Cheynet 1990, p. 40‑41, n° 29, p. 45‑46, n° 38, et 2008e, p. 417‑418.

168 Théophane Continué, p. 10, l. 1‑6 ; Jean Skylitzès, p. 10, l. 53‑56. Pour Bardanès Tourkos, voir PMBZ, n° 766, et PBE, Bardanes 3.

169 Jean Skylitzès, p. 375, l. 64 (trad. B. Flusin). Michel Psellos, Chronographie, I, p. 60, l. 9, et Miguel Ataliates, Historia, p. 10, l. 3‑4, mentionnent également le statut monacal de Jean. Sur la confiance que lui accordait Basile II, voir Michel Psellos, Chronographie, I, p. 44, l. 3‑8, et Jean Skylitzès, p. 367, l. 53. Sur ce personnage, voir aussi p. 127.

170 Michel Psellos, Chronographie, I, p. 26‑27 ; Jean Skylitzès, p. 370.

171 Michel Psellos, Chronographie, II, p. 66‑69 ; Michel Psellos, Ἐπιτάφιος εἰς τὸν μακαριώτατον πατριάρχην κῦρ Ἰωάννην τὸν Ξιφιλῖνον [Éloge funèbre de Jean Xiphilin], p. 435‑444 ; Miguel Ataliates, Historia, p. 70, l. 4‑11 (au sujet de Jean Xiphilin) ; Jean Mauropous, The Letters of Ioannes Mauropous Metropolitan of Euchaita, p. 17, 24‑27. Cf. Lemerle 1977, p. 205‑206 ; Karpozilos 1982, p. 36‑38, 45‑48 ; Angold 1994, p. 235‑236, et 2008, p. 599. Citons également l’exemple du césar Jean Doukas, frère de Constantin X Doukas et oncle de Michel VII, qui, après avoir brigué en vain le pouvoir, en 1073 ou en 1074, et craignant la colère de Michel VII, eut la prudence de prendre l’habit monastique avant de rejoindre l’empereur (Miguel Ataliates, Historia, p. 142, l. 19‑26 ; Nicephori Bryennii historiarum, p. 181, l. 19‑22 ; Anne Comnène, livre II, chap. ix, § 3). Sur la mauvaise opinion de Michel Attaliate à l’égard de Jean Doukas, voir Kazhdan et Franklin 1984, p. 36‑38. Cf. Cheynet 1990, p. 79‑80, n° 99, p. 84, 89, 355.

172 Théodore Balsamon, p. 301‑303, commentaire de Th. Papazôtos, p. 298. Voir notamment p. 301, l. 23 : « ἄναγκαζόμενοι τελειωθῆναι δι’ ἀποκάρσεως ».

173 Sur ces emprisonnements, voir p. 127-128.

174 Nicétas Chôniatès, p. 427, l. 16‑21.

175 Théodore Balsamon, p. 303, 11‑14, p. 307‑310. Voir les Basiliques, IV, 1, 3 ; Rallès‑Potlès, II, p. 662‑667, pour le 5e canon disciplinaire du synode de Constantinople, en 861 (Regestes, I, 2, n° 471). Les monastères fondés ou rénovés à la fin du xie siècle et au xiie siècle par la haute aristocratie de Constantinople établissaient une distinction entre les proches de la famille du fondateur et les membres de l’aristocratie qui pouvaient être tonsurés au bout de six mois, et les autres novices qui devaient témoigner de leur vocation pendant deux ou trois ans avant de devenir moine, voir les Typika : Typikon de Saint‑Mamas (p. 278‑279), Typikon d’Élegmoi (p. 739, 742‑743), et Typikon de la Kécharitoménè (p. 77). Cf. Hussey 1967, p. 172‑173 ; Galatariotou 1987, p. 99‑101 ; BMFD 1, p. xxi, et 3, p. 1096.

176 Nicétas Chôniatès, p. 427, l. 37‑41.

177 Basiliques, IV, 1, 14 ; Novelles de Léon VI, n° 8. Voir les lettres de Théodore Stoudite qui comparent la profession monastique au baptême et qui soulignent l’impossibilité, pour un moine, de revenir à la vie laïque (Théodore Stoudite, Epistulae, n° 486, 489 et 530).

178 Georges Continué, p. 861, l. 1‑6 ; Symeonis Magistri et Logothetae Chronicon, p. 284, l. 247‑248 ; Jean Skylitzès, p. 182. Sur cet avantage que présentait la détention dans un monastère, voir pour le domaine occidental : De Jong 2001, p. 293‑294, 318, et 2009, p. 21.

179 Théophane Continué, p. 376, l. 18‑19 ; Jean Skylitzès, p. 191, l. 91‑93 ; Pseudo‑Syméon, p. 713, l. 7‑9 ; Georges Continué, p. 870, l. 7‑9 ; Symeonis Magistri et Logothetae Chronicon, p. 293, l. 429‑430. Cf. Tougher 1997, p. 200‑201.

180 Théophane Continué, p. 384, l. 9‑10 ; Jean Skylitzès, p. 198, l. 50 ; Tsamakda 2002, p. 154 et n° 274. Au sujet de la révolte de Constantin Doukas, voir Polémis 1968, p. 21‑25 ; ODB 1, p. 657.

181 Théophane Continué, p. 436, l. 11‑12, et Symeonis Magistri et Logothetae Chronicon, p. 341, l. 7, précisent que Marianos « enleva ses habits de moine ». Voir aussi Jean Skylitzès, p. 238, l. 41‑42. Il est possible d’identifier ce Marianos Argyre avec son homonyme, patrice et domestique des Scholes, qui s’opposa à la prise de pouvoir de Nicéphore II, en 963 (Théophane Continué, p. 480, l. 14‑15 ; Jean Skylitzès, p. 267, l. 1 ; Asolik de Taron, p. 43). Cf. Cheynet 1990, p. 20, 326, et 2008d, p. 530‑531.

182 Jean Skylitzès, p. 385, l. 41‑49 ; Michel Psellos, Chronographie, II, p. 157, l. 3‑4 ; Jean Zonaras, p. 579. Voir aussi un discours de Jean Mauropous, évêque d’Euchaïta, à ce sujet, dans Lefort 1976, p. 268‑270. Cf. Cheynet 1990, p. 43‑44, n° 34, et 2008a, p. 567. Concernant Constantin Diogène, voir p. 127.

183 Michel Psellos, Chronographie, II, p. 16, l. 10‑19.

184 Ibid., II, p. 16‑29 ; Jean Skylitzès, p. 439‑442. Voir aussi Jean Zonaras, p. 625‑631. Cf. Cheynet 1990, p. 59‑60, n° 65.

185 Bernhardt 1993, p. 76 ; Wood 1994, p. 195 ; De Jong 2001, p. 291‑292, 306‑307, 318‑327.

186 Sur les nombreuses prérogatives de monastères carolingiens et ottoniens, voir Bernhardt 1993, p. 75‑84, De Jong 1995, p. 622‑623, et Cartron 2009, p. 293‑294.