Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’empereur et le moine

 | 
Rosa Benoit-Meggenis

Deuxième partie. Des monastères, alliés du pouvoir impérial

Deuxième partie. Introduction

Texte intégral

  • 1 Morris 1995b, p. 139‑142, 185‑189, 192, 194‑196 ; Angold 1995, p. 273‑276, 288‑291 ; Smyrlis 2006, (...)
  • 2 I Cor 3, 9. Chrysobulle d’Alexis Ier Comnène en faveur de Christodoulos de Patmos dans les Actes d (...)
  • 3 Parmi l’abondante bibliographie, voir en dernier lieu Bernhardt 1993, p. 27‑35 ; Wood 1994, p. 181 (...)

1Les ixexe siècles sont marqués par la fondation et le développement de grands centres monastiques dans des régions reculées, souvent montagneuses : le Kyminas en Bithynie, le Latros dans la région de Milet, l’Athos en Macédoine, le Mercourion en Italie méridionale. Des monastères isolés, tels que la Néa Monè de Chio et Saint‑Jean-le‑Théologien de Patmos, ont également prospéré aux xiexiie siècles malgré les difficultés militaires de l’Empire et les différentes menaces qui pesaient sur ces régions, notamment la piraterie. Les empereurs participaient à cette prospérité, par des donations et des exemptions fiscales. À Constantinople, les souverains ont de toujours veillé à conforter la prospérité des monastères, mais on observe à partir du ixe siècle une multiplication des fondations patronnées par le pouvoir impérial et la création de grands ensembles monastiques qui regroupaient diverses activités de charité et jouaient un rôle essentiel dans le développement de l’urbanisme de la capitale. Le patronage des monastères est un aspect bien connu de l’évergétisme impérial, et l’historiographie en a précisé le développement à partir du ixe siècle1. Il était motivé par des considérations spirituelles, car « aider [les moines] et tendre une main secourable lorsqu’ils en ont besoin contribue à coopérer à l’œuvre de Dieu, selon le grand et divin apôtre »2. La protection des églises et des monastères relevait en outre des prérogatives impériales ; dans cette fonction, l’empereur byzantin ne se distinguait pas des souverains d’Occident, également attentifs au développement des fondations pieuses de leur royaume3.

2La remarquable continuité du patronage impérial byzantin reste toutefois paradoxale. La générosité affichée par les empereurs dans leurs chrysobulles de donations et d’exemptions fiscales semble contredire les grandes lignes de la politique impériale. La dynastie des Comnènes porte à son comble cette contradiction : de 1081 à 1185, ces empereurs entreprennent de réaffirmer leur autorité et d’améliorer les revenus de l’Empire par une réorganisation importante des finances, de la justice et de l’Église, ainsi que par des mesures fiscales sévères. Ils font preuve, cependant, d’une grande indulgence à l’égard des monastères ; ils les dotent généreusement, multiplient les exemptions fiscales et encouragent les nouvelles fondations. Ils n’hésitent pas, quand cela est nécessaire, à s’opposer aux membres de leur propre administration, particulièrement aux fonctionnaires du fisc, afin de protéger les intérêts des institutions monastiques les plus vénérables.

3La lecture des actes diplomatiques et des chroniques suggère que l’empereur attendait des monastères qu’ils contribuent à la bonne marche de l’Empire en contrepartie de son patronage. Les monastères pouvaient en effet rendre certains services au souverain, des services qui rappellent les obligations des monastères impériaux carolingiens et des monastères royaux ottoniens, et dont nous devons préciser la teneur. Ces services étaient d’abord de nature spirituelle, et les moines étaient en particulier considérés comme des professionnels de la prière, mais nous verrons que leurs activités débordaient le cadre de leurs compétences spirituelles ; leurs relations avec les élites politiques de leur temps, leur connaissance des langues étrangères et leur discrétion leur permettaient notamment de rendre des services non négligeables en matière de renseignement. Au service de l’empereur, les monastères étaient aussi et surtout au service de l’Empire et de l’oikouménè byzantine ; l’isolement et la richesse de certaines fondations monastiques les désignaient notamment comme lieux de relégation pour les prisonniers politiques ou les candidats à l’usurpation. Nous verrons enfin que les monastères, surtout les plus prospères d’entre eux, contribuaient à l’affirmation et à la pérennité de l’autorité impériale jusqu’aux confins de l’Empire, dans la mesure où ils témoignaient de la générosité et de la piété du souverain et de la famille impériale. Il nous semble intéressant de souligner, là aussi, les comparaisons que les sources hagiographiques et diplomatiques nous permettent d’établir entre le monde byzantin, l’Empire carolingien et le royaume ottonien. Toutefois, la permanence à Byzance d’une administration centralisée et d’institutions politiques et fiscales stables pose nécessairement des limites à cette démarche comparatiste.

Notes

1 Morris 1995b, p. 139‑142, 185‑189, 192, 194‑196 ; Angold 1995, p. 273‑276, 288‑291 ; Smyrlis 2006, p. 134‑136, 156‑165.

2 I Cor 3, 9. Chrysobulle d’Alexis Ier Comnène en faveur de Christodoulos de Patmos dans les Actes de Patmos, n° 6, l. 3‑4 (1088), voir texte 7, p. 227.

3 Parmi l’abondante bibliographie, voir en dernier lieu Bernhardt 1993, p. 27‑35 ; Wood 1994, p. 181‑202 ; De Jong 1995, p. 622‑653 ; Milis 2002, p. 25‑27.