Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’empereur et le moine

 | 
Rosa Benoit-Meggenis

Première partie. Des moines, familiers de l’empereur

Première partie. Introduction

Texte intégral

  • 1 Théophane Continué, p. 116, l. 10‑18. Méthode, né vers 785 et originaire de Syracuse, était higoum (...)

Alors que c’était à nouveau le début du printemps [832], au moment où les soldats s’équipaient pour le combat, Théophile réunit une grande armée contre les Sarrasins et partit en expédition, accompagné de saint Méthode, qu’il avait libéré de prison et emmené avec lui. Ce n’était pas la première et unique fois, mais il agissait toujours ainsi, tenant ce dernier à côté de lui, soit parce que Méthode, grâce à la science qu’il possédait, était capable de trancher les questions obscures, dont la plupart des gens ne voyaient pas la solution, et de les lui rendre compréhensibles (Théophile cherchait en effet beaucoup à connaître les choses cachées), soit parce que Théophile craignait que Méthode ne suscitât contre lui des rébellions à cause de la guerre que menait [Théophile] contre les images divines et vénérables. Car ce qu’il y avait de plus distingué et de plus pieux dans l’Empire tenait ce saint homme en grande révérence, et c’est pourquoi il semblait à l’empereur qu’il devait l’emmener avec lui, et qu’il n’était pas décent de le laisser derrière lui1.

1L’auteur de la continuation de Théophane résume ainsi les principaux traits qui fondent, selon lui, les relations personnelles de l’empereur avec les moines présents dans son entourage : leur « science » ou sagesse (σοφία), qui résulte de leurs charismes spirituels, et leur participation aux affaires de l’Empire du fait de leur insertion dans le cercle du pouvoir impérial. Une des particularités des sources littéraires des ixe-xiiie siècles réside précisément dans la place grandissante qu’elles donnent aux moines dans l’entourage du souverain et dans la politique impériale. À la fois directeurs spirituels et conseillers privilégiés de l’empereur, les moines semblent très présents à la cour, au sein de la famille impériale et sur les champs de bataille. Ils apparaissent comme des hommes d’influence, sollicités par les plus grands, et dont l’autorité n’était que rarement contestée.

2Plusieurs éléments nous invitent cependant à nuancer ce modèle idéal. L’influence des moines sur la politique impériale n’était pas sans limites et sans concurrences. Les empereurs pouvaient avoir recours à d’autres formes d’aide « surnaturelle », notamment celle des magiciens et des astrologues. L’attachement immodéré que certains d’entre eux témoignaient à leurs directeurs spirituels fait l’objet de critiques amères des chroniqueurs qui déploraient leur influence parfois nocive sur la politique impériale. Il nous faut donc comprendre les raisons qui ont amené les auteurs de la période à mettre en valeur l’amitié des empereurs pour les moines, même quand cette amitié suscitait leur désapprobation. Les relations privilégiées de l’empereur avec les moines, telles qu’elles sont décrites en particulier dans les chroniques, contribuaient certainement à justifier et à légitimer le pouvoir impérial. Il est nécessaire de déterminer les raisons pour lesquelles les moines étaient porteurs d’une si forte capacité de légitimation et selon quelles modalités certains d’entre eux sont parvenus à devenir les familiers de la cour.

3L’amitié des empereurs pour les moines, bien que fréquemment attestée dans les sources entre le ixe siècle et le début du xiiie siècle, est rarement expliquée autrement que par la réputation de sainteté des moines, mais nous verrons que les moines pouvaient accéder au souverain grâce à leur insertion dans les réseaux d’amitié et de clientèle des dignitaires et des officiers des thèmes et de la cour, qui étaient à la fois leurs disciples spirituels et les bienfaiteurs de leurs fondations monastiques. Dans les sources hagiographiques, nous voyons fréquemment les moines faire preuve d’audace et de franchise. Leur liberté de parole, leur parrèsia, est un lieu commun de l’hagiographie qui prend une importance nouvelle à partir du ixe siècle en raison de l’autorité spirituelle des moines après l’iconoclasme. Les textes témoignent également de l’influence de la spiritualité monastique sur la piété impériale, et il apparaît que le souverain pouvait trouver dans le modèle monastique une source d’inspiration à la fois spirituelle et politique. Selon certains chroniqueurs, la proximité de certains moines avec le pouvoir impérial leur permettait d’exercer une influence sur la politique impériale dans les domaines, ecclésiastique, politique et militaire. Il est souvent difficile de cerner les effets concrets de cette influence, et nous nous limiterons, dans cette première partie, à l’aspect charismatique de l’autorité des moines, plus particulièrement à leur don de prophétie. Nous soulignerons à plusieurs reprises les parallèles que les sources littéraires nous permettent d’établir avec le monde latin, en particulier avec la période carolingienne qui voit des moines devenir les familiers et les conseillers de l’empereur ; l’analogie des situations politiques entre l’Empire carolingien et l’Empire macédonien, ainsi que la nécessité commune d’assurer la légitimité de dynasties en construction justifient sans doute le même recours aux grandes figures spirituelles de leur temps.

Notes

1 Théophane Continué, p. 116, l. 10‑18. Méthode, né vers 785 et originaire de Syracuse, était higoumène du monastère de Chenolakkos, dans l’Olympe de Bithynie. Exilé à Rome en 815‑821, il fut ensuite emprisonné sur ordre de Michel II (821‑829) dans l’île de Saint‑André, à l’entrée du golfe de Nicomédie. Théophile (829‑842) le fit libérer en 832, et le moine fit alors partie de l’entourage de l’empereur. Cf. Zielke 1999, p. 183‑260 ; PMBZ, n° 4977.