Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’empereur et le moine

 | 
Rosa Benoit-Meggenis

Introduction

Texte intégral

  • 1 Jean Chrysostome, Comparatio regis cum monacho, col. 387. Le titre grec de ce texte, traduit en fr (...)

On aime la richesse, la puissance, le pouvoir et la gloire, et la plupart des gens envient les princes, portés sur des chars magnifiques, qui bénéficient de la proclamation des hérauts et d’une garde nombreuse, tandis qu’on méprise le sort de ceux qui aiment la sagesse et qui ont choisi la vie monastique. Dès que les premiers paraissent, ils attirent sur eux les regards du peuple, alors que les seconds restent inaperçus ou n’attirent les regards que d’un petit nombre de personnes. Et personne ne souhaiterait ressembler aux moines, alors que tous aspirent à devenir semblables aux princes1.

  • 2 Ibid., col. 388‑390.

1Tout oppose, selon Jean Chrysostome, le prince et le solitaire, l’empereur et le moine. L’un gouverne les peuples, règne sur les cités, mais reste l’esclave de ses ambitions, tandis que l’autre « ne laisse pas les plaisirs assurer la domination de son âme », mais « s’entretient avec Dieu et jouit des biens célestes ». Cette Comparaison de l’empereur et du moine est à l’avantage du second dont les bienfaits sont plus nombreux et les victoires plus glorieuses. Jean Chrysostome développe ce qui oppose les rois et les moines pour mieux louer les mérites spirituels de ces derniers. Il n’oublie pas toutefois le rôle spirituel et social du moine, « le médecin des riches et des pauvres, qui libère les premiers de leurs péchés par ses pieuses exhortations et arrache les seconds à la misère »2. Pour l’auteur, les pauvres comme les riches ont recours aux prières du moine pour s’affranchir des démons, des maladies et des horreurs de la guerre.

  • 3 Brown 2002a, p. 73‑79, 84, 90‑93, et 2002b, p. 227‑228, 235.
  • 4 Les publications les plus importantes dans ce domaine ont été référencées par Cameron 1999, p. 28‑ (...)
  • 5 Brown 1998a, en particulier le chapitre 3. Voir aussi Brown 1998b, p. 353‑376, dans lequel l’auteu (...)
  • 6 Barsanuphe et Jean de Gaza, Correspondance, III, par exemple les lettres d’un professeur de philos (...)

2Plusieurs travaux sur le monachisme de la haute époque byzantine ont étudié le rôle social et spirituel des moines. Peter Brown, en 1971, a proposé que les moines assumaient certes une fonction d’intercession entre Dieu et les hommes, mais que ses activités de médiateur et d’arbitre en faisaient un « patron des villageois », doté de pouvoirs surnaturels3. Les moines assumaient également, selon lui, un rôle de médiation entre la population et les autorités, dans les campagnes comme dans les cités ; ils intervenaient par exemple auprès des gouverneurs afin de prendre la défense des paysans. Les travaux de Peter Brown ont renouvelé l’intérêt des historiens au sujet de l’ascétisme et de la sainteté dans l’Antiquité tardive, et plusieurs publications ont, ces dernières années, enrichi et nuancé ses conclusions ; des études récentes ont montré que les Vies de saints devaient être lues comme des modèles de vertu et de courage propres à exalter l’imagination de leurs auditeurs, plutôt que comme des biographies soucieuses de restituer les faits et geste de leur héros4. Avec L’Autorité et le Sacré, paru en 1995, Peter Brown a lui‑même pris un peu de distance par rapport aux sources hagiographiques, qui constituaient l’essentiel de sa documentation, et a admis avoir accordé trop de crédit à l’autorité supposée des saints hommes dans les campagnes byzantines5. L’étude de la correspondance de certains de ces moines confirme la diversité sociale de leurs relations ; les lettres de Barsanuphe, ermite de Gaza qui vécut au début du vie siècle, étaient adressées à des moines, des prêtres, des évêques, aussi bien qu’à des philosophes et des officiers de l’armée. Les moines étaient sollicités pour leur intercession et l’efficacité de leurs prières, le plus souvent en cas de maladie, mais ils donnaient également des conseils pour lutter contre les tentations et intervenaient dans les domaines les plus variés, tels que les récoltes, les transactions commerciales ou les dettes6.

  • 7 Voir notamment Patlagean 1968, p. 106‑126, et 2001d ; Déroche 1993 ; Flusin 1993 ; Morris 1995b ; (...)
  • 8 Kaplan 1992, p. 294‑310.

3Des éléments propres à la période qui forme le cadre de notre étude, du ixe au début du xiiie siècle, ont modifié les fonctions spirituelles et sociales des moines dans l’Empire byzantin : leur rôle croissant au sein de l’Église, selon un processus qui s’accélère après la période iconoclaste, leur insertion dans les réseaux d’amitiés des élites et de l’aristocratie locales, et une modification de leurs fonctions spirituelles auprès des laïcs. L’historiographie s’est récemment attachée à redéfinir la place du moine dans la société byzantine. Les travaux d’Évelyne Patlagean, de Bernard Flusin, de Vincent Déroche, de Rosemary Morris et de Michael Angold ont bien montré que les moines étaient désormais intégrés à la société byzantine et qu’ils entretenaient des relations nombreuses avec les laïcs, des relations à la fois spirituelles et économiques, fondées sur le patronage aristocratique des fondations monastiques7. L’enrichissement et le développement des monastères, à partir du xe siècle, ont également fait l’objet d’études spécifiques, notamment de la part de Michel Kaplan qui a souligné que certaines de ces grandes fondations faisaient désormais partie des plus riches propriétaires fonciers de l’Empire, dans les provinces comme à Constantinople8.

L’empereur et les moines

4Les relations du pouvoir impérial avec les moines restent toutefois mal connues. Nous devinons, à la lecture des actes de la pratique, que les moines avaient besoin des empereurs pour obtenir l’octroi et la confirmation de privilèges fiscaux, une protection contre les empiétements des grands propriétaires voisins ou contre l’ingérence de l’évêque du lieu. Ils obtenaient du pouvoir impérial divers bienfaits, tels que des offrandes de reliques et des rentes annuelles. Dans un chrysobulle concédé par Basile II et Constantin VIII au monastère de Lavra, en 978, les empereurs rappellent tout à la fois la constance de la protection impériale et l’espoir d’une récompense divine en ces termes :

  • 9 Actes de Lavra, I, n° 7, l. 27‑31. Voir texte 3, p. 221.

[Athanase] a été, comme c’est naturel, également traité avec bienveillance par les deux empereurs qui nous ont précédés [Nicéphore Phocas et Jean Tzimiskès], si bien qu’il bénéficia d’une grande dépense en vue de la construction de la pieuse nouvelle Laure au saint nom. La requête d’Athanase, très souhaitable et agréable à Dieu, qui nous a été faite à nous qui imitons notre père [Romain II], en vue d’obtenir une importante somme en or et des pierres précieuses est jugée opportune, car elle peut [nous rapporter] bien plus que cela en cas de besoin9.

5Le patronage impérial est au cœur d’un paradoxe : entre le ixe et le début du xiiie siècle, les monastères ont été de plus en plus nombreux à bénéficier de privilèges importants, alors même que les empereurs cherchaient à limiter l’emprise des puissants sur les terres, principalement pour des raisons fiscales. Plusieurs hypothèses peuvent expliquer ce paradoxe et constitueront le canevas de notre réflexion.

  • 10 Jean Chrysostome, Comparatio regis cum monacho, col. 392.

6L’amitié de l’empereur pour les moines et sa bienveillance continue à l’égard des fondations monastiques suggèrent d’abord que le basileus obéissait à des intérêts supérieurs à ceux des bureaux du fisc et que la protection des moines répondait à des préoccupations spirituelles et politiques. Nous verrons que les sources littéraires des ixexiie siècles se plaisent à souligner le dédain des empereurs pour la pourpre et l’or, leur préférence pour le noir habit des moines et leur vénération marquée à l’égard des ascètes. Les souverains paraissent en cela suivre les exhortations de Jean Chrysostome à envier le sort des moines plutôt que celui des hommes « riches, magnifiquement vêtus et ornés d’or »10. Dans un éloge de Constantin IX Monomaque prononcé en 1053‑1054, Michel Psellos exprime ainsi l’affection impériale pour les moines :

  • 11 Michel Psellos, Orationes panegyricae, n° 1, p. 15‑16, l. 327‑336.

Pourquoi donc, vous qui dirigez les chemins de l’ascèse vers Dieu, ne prendriez‑vous pas part vous aussi, avec moi, à la panégyrie, et ne seriez‑vous pas les auxiliaires de ce nouveau discours ? N’est‑ce pas lui, l’empereur, qui vous incite à la pratique de la vie monastique, qui vous élève à la contemplation de Dieu, qui baise tendrement votre chevelure crasseuse et qui recevra, au lieu de la pourpre, des manteaux grossiers ? Confirmez mon discours, Mont Sinaï […], Athos très élevé et Olympe septentrional, parce qu’il ne se contente pas d’accueillir ceux qui parmi vous ne sont pas lavés et qui couchent par terre, mais il leur offre l’hospitalité dans le palais11.

7Certains moines ont pu faire partie des familiers de l’empereur et exercer une influence sur la piété impériale, qui prend précisément des accents monastiques au cours de la période considérée. L’attachement des chroniqueurs à décrire l’amitié des empereurs pour les moines et leur vénération de la condition monastique montre, selon nous, que la présence des moines contribuait à affermir l’autorité du souverain selon des modalités qui restent à définir, mais que nous pouvons probablement relier à l’autorité charismatique des moines dans la société byzantine.

8Il nous a semblé intéressant de poursuivre ensuite cette réflexion sur les relations de l’empereur avec les moines au niveau institutionnel et non plus seulement au niveau personnel. Nous nous intéresserons en particulier aux monastères qui ont pu servir de prisons politiques, car les modalités juridiques et pratiques de ce type de détention ont besoin d’être précisées. À ces services pratiques s’ajoutaient sans doute des considérations idéologiques, car les fondations patronnées par le pouvoir étaient acquises aux intérêts du souverain et de sa famille, et participaient au maintien de l’autorité impériale. Particulièrement significatives, de ce point de vue, nous semblent les commémorations liturgiques qui entretenaient la mémoire du basileus et de la dynastie impériale jusqu’aux confins de l’oikouménè byzantine.

9L’étude des sources littéraires et des archives diplomatiques nous permettra enfin de distinguer plusieurs catégories de monastères patronnés par l’empereur et dont les liens avec le pouvoir, soit au moment de leur fondation, soit au cours de leur histoire, méritent d’être relevés. Nous tenterons notamment de préciser le statut de basilikè monè, un statut d’interprétation difficile du fait du silence des textes juridiques. Un détour par l’historiographie des monastères impériaux carolingiens et des monastères royaux ottoniens nous aidera à en saisir les implications ; ce statut était certainement favorable aux monastères qui, protégés par l’empereur, bénéficiaient d’une autonomie importante à l’égard des autorités laïques et ecclésiastiques locales, mais il nous faut également déterminer si le souverain n’y exerçait pas en contrepartie une autorité directe et peut‑être contraignante. L’approche volontairement systématique que nous adoptons pour présenter les monastères liés à l’empereur à des degrés divers devrait nous conduire à préciser les enjeux et la portée du patronage impérial dans l’Empire byzantin. Tel est, sommairement résumé, le plan de ce travail dont l’objet est de montrer que les moines participaient à la légitimité et à la pérennité du pouvoir impérial.

  • 12 Nous empruntons cette expression à Dagron 1996, p. 57, 77, 79‑88, 91‑95.

10La période choisie pour cette étude, du ixe siècle au début du xiiie siècle, est marquée par l’avènement d’empereurs qui sont parvenus à établir des dynasties impériales, mais qui ont perçu la nécessité d’affermir leur légitimité par l’expression d’une piété ostentatoire et de s’assurer des soutiens auprès des grands monastères de l’Empire. Les dynasties des Macédoniens (867‑1057), des Comnènes (1081‑1185) et des Anges (1185‑1204) ont été, en outre, ponctuées de règnes courts d’« hommes nouveaux »12, parvenus à imposer leur autorité aux représentants de la dynastie régnante et dont la légitimité pouvait être contestée. La période voit également l’hagiographie iconodoule magnifier le rôle des moines dans la résistance à l’iconoclasme des Isauriens et des Amoriens, ce qui contribua au prestige moral et spirituel du tagma monastique. Le synode de Constantinople, qui rétablit le culte des images en 843, inaugure une ère nouvelle, celle de la participation des moines aux affaires de l’Empire et de l’Église. La prise de Constantinople, en 1204, et la division de l’Empire byzantin en principautés suscitent l’émergence de nouveaux équilibres politiques, qui restent favorables aux monastères d’un point de vue économique, mais qui justifient les limites de notre enquête.

Nos sources

  • 13 Théophane Continué, p. 1‑481 ; Symeonis Magistri et Logothetae Chronicon ; Léon le Diacre. Cf. Pan (...)
  • 14 Miguel Ataliates, Historia ; Michel Psellos, Chronographie. Cf. Hunger 1978, I, p. 372‑389 ; Kazhd (...)
  • 15 Matthieu d’Édesse ; Yahya ibn Sa‘id d’Antioche, I, II et III. Cf. Vasiliev et Canard 1950, p. 80‑9 (...)
  • 16 Nicephori Bryennii historiarum ; Anne Comnène. Cf. Hunger 1978, I, p. 394‑409 ; Rosenqvist 2007, p (...)
  • 17 Jean Kinnamos ; Nicétas Chôniatès. Cf. Hunger 1978, I, p. 409‑415, 429‑441 ; Rosenqvist 2007, p. 1 (...)

11Les relations personnelles des empereurs avec les moines et l’histoire des monastères les plus illustres de Constantinople sont bien documentées par les chroniques et les histoires dont la composition est relativement proche des événements relatés. Ces textes fournissent de nombreux exemples de la participation des moines aux affaires de l’Empire. Pour les ixexe siècles, nous disposons ainsi de la continuation de la Chronique de Théophane le Confesseur, entreprise sous le règne de Constantin VII (944‑959) et terminée peu avant 963, qui intéresse les années 813‑961, de la Chronique de Syméon, magistre et logothète du drome, composée au milieu du xe siècle et qui couvre les années 842‑948, et de l’Histoire de Léon, diacre du Palais impérial, composée à la fin du xe siècle, qui concerne les années 959‑976 et qui mentionne quelques épisodes du début du règne de Basile II (976‑1025)13. Le xie siècle est également bien documenté grâce à l’Histoire de Michel Attaliate, juge et proèdre dans la deuxième moitié du xie siècle, et à la Chronographie de Michel Psellos, proche conseiller politique de plusieurs empereurs, de Constantin IX Monomaque (1042‑1055) à Michel VII Doukas (1071‑1078)14. Nous disposons aussi des chroniques écrites dans d’autres langues que le grec, pour la fin du xe siècle et le xie siècle, en particulier la Chronique arménienne de Matthieu d’Édesse qui couvre les années 952‑1136 et dont l’auteur a été contemporain des événements relatés pour le xiie siècle, et l’Histoire de Yahya d’Antioche, Arabe melkite qui vécut en Égypte puis à Antioche au xie siècle15. Le règne d’Alexis Ier Comnène (1081‑1118) nous est bien connu grâce au récit composé par son gendre, Nicéphore Bryennios, repris et complété par sa fille, Anne Comnène, dans l’éloge de son père intitulé l’Alexiade, composé alors qu’elle s’était retirée au monastère de la Théotokos Kécharitoménè, à Constantinople16. Mentionnons, pour le xiie siècle et le début du xiiie, la Chronique de Jean Kinnamos, qui fut un contemporain de Jean II Comnène (1118‑1143) et de Manuel Ier Comnène (1143‑1180), et Nicétas Chôniatès, dont l’Histoire couvre les années 1118‑120617.

  • 18 Markopoulos 1983, p. 279‑284, et 1988, p. 225‑233 ; Karpozilos 2002, p. 358‑360, 391‑400.
  • 19 Hunger 1978, I, p. 342‑343 ; Signes Codoner 1989, p. 17‑28 ; Sevcenko 1992, p. 184‑185 ; Karpozilo (...)
  • 20 Panagiotakis 1965, p. 25‑26 ; Tinnefeld 1971, p. 108‑110 ; Morris 1988, p. 85‑86 ; ODB 2, p. 1217. (...)
  • 21 Michel Psellos, Chronographie, II, p. 138‑152, 172‑185, et p. xlix‑l ; voir aussi les Éloges de Mi (...)
  • 22 Kazhdan et Franklin 1984, p. 23‑86 ; Miguel Ataliates, Historia, p. xxv‑xlvii.
  • 23 Jean le Géomètre, éd. J. A. Cramer et éd. E. M. Van Opstall. Cf. Hunger 1978, II, p. 169 ; Lauxter (...)
  • 24 Nicola Callicle, Carmi. Cf. ODB 2, p. 1093.
  • 25 Théophylacte d’Achrida. Discours, traités, poésies. Cf. Hunger 1978, I, p. 123 ; Malamut 2007, p.  (...)

12Cette présentation détaillée des sources narratives n’est cependant pas exhaustive et nous citerons, au cours du développement, d’autres auteurs que nous avons utilisés de façon plus ponctuelle, mais nous voudrions souligner ici que ces auteurs, proches des personnages et des événements qui composaient leurs récits, expriment souvent des opinions favorables ou défavorables au sujet des empereurs ; nous verrons que ces partis pris peuvent avoir une importance considérable au regard des relations des empereurs avec les moines, présentées comme des gages de la piété impériale ou, au contraire, de la crédulité et de la naïveté des empereurs. La Chronique de Syméon, magistre et logothète, est ainsi plutôt défavorable à la dynastie macédonienne et présente avec sympathie Romain Ier Lécapène (920‑944), qui exerça la réalité du pouvoir au début du règne de Constantin VII, et l’une des continuations de la Chronique de Syméon aurait été composée au sein d’un cercle favorable à Nicéphore II Phocas (963‑969)18. La Chronique de Syméon a été partiellement utilisée par les auteurs de la Continuation de Théophane, notamment pour la première moitié du livre VI, qui couvre les années 886‑948 et contient par conséquent des éléments clairement favorables à Romain Ier et aux Phocas. Le livre V est au contraire un éloge, proche de l’hagiographie, de la vie de Basile Ier, le fondateur de la dynastie macédonienne, et aurait été composé soit par Constantin VII lui‑même, son petit‑fils, soit par un auteur anonyme mais sous la surveillance de l’empereur19. Léon le Diacre ne cache pas sa sympathie pour Nicéphore II Phocas, sur lequel il était bien renseigné, et il est possible qu’il ait utilisé une chronique familiale consacrée aux Phocas comme l’une des sources de son récit20. Si Michel Psellos est assez neutre dans la première partie de son récit, ses portraits de Constantin X Doukas (1059‑1068) et du fils de celui‑ci, Michel VII Doukas (1071‑1078), dont l’éducation lui avait été confiée, sont plus proches de l’éloge que de l’histoire21. Michel Attaliate était un fervent partisan des empereurs issus des familles militaires d’Asie Mineure, Isaac Ier Comnène (1057‑1059), Romain IV Diogène (1068‑1071) et surtout Nicéphore III Botaniate (1078‑1081)22. Le caractère élogieux de certains de ces textes se retrouve dans les poèmes de Jean le Géomètre (deuxième moitié du xe siècle), particulièrement favorable à l’égard de Nicéphore II Phocas et de Jean Ier Tzimiskès (969‑976)23, dans les panégyriques d’Alexis Ier Comnène et de Jean II Comnène par le poète Nicolas Calliclès24 et dans les éloges de Théophylacte, évêque d’Ochrid, adressés également aux membres de la famille des Comnènes25.

  • 26 Jean Skylitzès. Cf. Hunger 1978, I, p. 389‑393 ; Rosenqvist 2007, p. 107‑108 ; ODB 3, p. 1914. La (...)
  • 27 Jean Zonaras, éd. Th. Banchich et E. N. Lane, p. 2‑7. Cf. Hunger 1978, I, p. 416‑419 ; Rosenqvist (...)
  • 28 Théodore Skoutariôtès. Cf. Hunger 1978, I ; ODB 3, p. 1912‑1913. L’attribution de cette chronique (...)

13D’autres sources littéraires se présentent comme des compilations abrégées des auteurs qui les ont précédés et couvrent des périodes plus longues, telles que l’Abrégé historique du drongaire de la Veille Jean Skylitzès, composé à la fin du xie siècle26, ou l’Epitome historiarum du moine Jean Zonaras, auparavant drongaire de la Veille et prôtoasèkrètis sous le règne d’Alexis Ier Comnène27. Notons que Jean Zonaras adopte un ton critique à l’égard d’Alexis Ier afin de se distinguer du panégyrique d’Anne Comnène consacré à cet empereur. Nous utiliserons également une chronique attribuée à Théodore Skoutariôtès, métropolite de Cyzique de 1277 à 128328. Ce texte, dont le récit s’arrête en 1261, se présente comme une compilation des chroniques de Jean Zonaras, de Nicétas Chôniatès et de Georges Akropolitès, mais contient des éléments nouveaux qui proviennent d’une source aujourd’hui perdue et accorde un intérêt particulier à la piété des empereurs.

  • 29 Voir la liste des Vies de saints que nous utiliserons dans la bibliographie. Sur l’usage des récit (...)

14Les récits hagiographiques constituent une part importante de notre documentation et nous renseignent sur les circonstances de l’accès des moines à l’entourage impérial, ainsi que sur les relations spirituelles qu’ils pouvaient entretenir avec l’empereur29. Ces sources sont à utiliser avec précautions, car elles reflètent plus souvent les opinions de l’hagiographe que celles des saints moines, et nous verrons dans notre première partie que l’autorité spirituelle qu’exerçaient les moines sur l’empereur était en partie construite par ces récits. Les Vies de saints sont néanmoins un bon indice de l’importance grandissante de la figure du moine dans le cercle du pouvoir ; nous verrons notamment que le topos de la rencontre du moine et de l’empereur, topos qui se développe précisément à partir du ixe siècle, témoigne indirectement du rôle de la figure monastique dans les modes de légitimation du pouvoir impérial.

  • 30 Les archives de l’Athos sont en cours de publication depuis 1937, à Paris, et vingt‑deux volumes o (...)
  • 31 Regestes, I, 2‑4.

15Nous pouvons confronter les sources littéraires aux actes de la pratique, car nous disposons, pour les ixexiiie siècles, d’une relative abondance de documents et de cartulaires monastiques, notamment pour les monastères du Mont Athos, en Macédoine, du massif du Latros, en Asie Mineure, de Saint‑Jean‑le‑Théologien de Patmos et de la Néa Monè de Chio30. Ces sources nous permettent d’évaluer le rôle exact de l’empereur dans le développement des monastères et la portée concrète des nombreux privilèges qui leur ont été concédés entre le ixe et le xiiie siècle. Les préambules des actes impériaux nous apportent en outre de précieuses informations sur les motivations spirituelles et idéologiques qui fondaient la générosité et la protection impériales. Nous utiliserons également les actes du patriarcat afin de définir le statut des monastères et leurs relations avec la hiérarchie ecclésiastique31.

  • 32 BMFD 1‑5.

16Plusieurs textes réglementaires monastiques, des typika, ont été conservés pour la période allant du ixe au xiiie siècle et ont été récemment traduits en anglais32. Ces textes nous renseignent sur l’histoire des fondations monastiques ; ils nous permettront notamment de comprendre les relations des monastères impériaux avec l’administration impériale et les droits qu’exerçait l’empereur sur ces fondations.

  • 33 Cartulaire de Lembos, p. 1‑289.
  • 34 Nous analyserons notamment le Typikon d’Auxence (1261‑1280/1281), le Typikon de Saint‑Démétrios et (...)

17Nous n’avons pas voulu exclure de notre enquête les données apportées par des sources postérieures à notre période d’étude et qui étaient susceptibles de compenser les lacunes de notre documentation. Nous serons ainsi amenés à consulter, par exemple, le cartulaire de Lembos, monastère situé près de Smyrne, en Asie Mineure, qui conserve des actes datant, pour la plupart, du xiiie siècle33, et les typika de monastères impériaux plus tardifs34. Il nous faut rappeler ici que ces sources sont inégalement réparties selon les époques et les monastères considérés ; les archives monastiques conservées ne concernent que les grands monastères de province que nous avons mentionnés, et nous ne disposons que des typika et des sources littéraires pour les monastères de Constantinople dont les relations avec le pouvoir impérial étaient sans doute très étroites.

  • 35 Basiliques. Cf. ODB 1, p. 265‑266.
  • 36 Novelles de Léon VI ; Novelles de Basile II. Nous utiliserons également les chrysobulles de portée (...)
  • 37 Rallès‑Potlès, II‑IV.
  • 38 Peira, p. 11‑260. Cf. Hunger 1978, II, p. 364‑365, 469 ; ODB 3, p. 1617 et 1793.

18Les sources juridiques et normatives nous seront utiles pour définir le statut des monastères impériaux et, plus généralement, la traduction institutionnelle des rapports privilégiés des monastères avec le pouvoir impérial. Citons ici la collection des Basiliques entreprise par Basile Ier (867‑886) et achevée par Léon VI (886‑913)35, les novelles impériales consacrées aux monastères36, qui traduisent les évolutions du patronage impérial au cours de notre période d’étude, les commentaires des canons des conciles œcuméniques37, qui présentent l’intérêt d’adapter des prescriptions anciennes aux préoccupations contemporaines, par exemple au sujet de l’autorité de l’évêque du lieu sur les monastères, et les décisions du juge de la cour impériale, Eustathe Rômaios, contenues dans la Peira, qui évoquent, pour le début du xie siècle, des cas concrets portant sur les monastères de Constantinople38. Parmi les sources susceptibles de nous éclairer au sujet du statut des monastères impériaux, mentionnons les sceaux des higoumènes de ces institutions, conservés en petit nombre, ainsi que les sceaux des domaines impériaux, les basilikoi oikoi, dont l’histoire et la gestion nous permettront de mieux comprendre le fonctionnement des fondations monastiques impériales.

  • 39 Spatharakis 1976, p. 107‑118 (pl. 69‑76), p. 123‑129 (pl. 79‑80) ; Parani 2003, p. 317, n° 20‑22, (...)
  • 40 Tsamakda 2002, p. 15‑19, 395‑396, pour la datation du manuscrit, et p. 373‑390, pour le style des (...)

19Les données archéologiques nous renseigneront sur l’importance des monastères et le nombre approximatif des moines qu’ils abritaient à l’époque byzantine, et nous aideront également à déterminer si les monastères impériaux situés en province étaient dotés d’une architecture spécifique. Certains éléments architecturaux, ainsi que les décors iconographiques de ces monastères révèlent une influence des techniques et des styles de la capitale, influence que nous pouvons relier au patronage impérial. Les portraits impériaux qui figuraient dans les narthex des églises monastiques ou dans le réfectoire des monastères et qui souvent ne nous sont connus que par des épigrammes honorifiques, sont également un bon témoignage du rôle de l’empereur dans le développement des monastères et de la volonté des moines de commémorer la générosité impériale. Nous mentionnerons aussi dans cette perspective les icônes et les objets liturgiques offerts par l’empereur. Les sources iconographiques que nous utiliserons seront principalement des miniatures de manuscrits, telles que celles représentant Nicéphore III Botaniate (1078‑1081) sur un manuscrit des Homélies de Jean Chrysostome, d’Alexis Ier Comnène sur un manuscrit de la Panoplie dogmatique d’Euthyme Zigabènos39 et, surtout, les miniatures du manuscrit de Madrid de l’Abrégé historique de Jean Skylitzès. Selon une étude récente qui s’appuie sur une critique des miniatures et de leur relation avec le texte, ce manuscrit daterait du troisième quart du xiie siècle et aurait été composé au monastère du Saint‑Sauveur, à Messine, peut‑être à la demande de l’archimandrite de Messine, Onofrius (1159‑1183)40. Ces miniatures montrent souvent les moines entourant et conseillant l’empereur, selon des règles iconographiques qui indiquent que leur état monastique n’était ni minimisé ni oublié.

20Il nous a paru nécessaire d’adopter une perspective géographique large et d’inclure dans notre étude les sources qui concernent l’Asie Mineure, la Grèce et l’Italie du Sud, dans les limites chronologiques de la domination byzantine sur ces régions, afin de mettre en valeur les données communes qui fondent les relations particulières du pouvoir impérial avec les moines et les monastères. Nous avons tenu en outre à établir, quand cela pouvait être instructif, des parallèles avec le monde latin, en particulier avec l’Empire carolingien et le Royaume ottonien dont l’idéologie politique était proche de celles de l’Empire byzantin. Cette démarche trouve ses limites dans la permanence à Byzance d’institutions politiques et fiscales centralisées, mais nous pourrons confronter aux réalités byzantines des modèles d’interprétation établis pour le domaine occidental, notamment au sujet du servitium regis et de l’immunité ; nous verrons que ces comparaisons apportent des éléments de réponse quant aux bénéfices attendus par l’empereur en contrepartie de sa bienveillance à l’égard des monastères.

  • 41 Patlagean 2007.

21Nous tenterons enfin d’insérer le monachisme byzantin dans l’histoire médiévale européenne en suivant l’exemple donné par Évelyne Patlagean dans son ouvrage sur le Moyen Âge grec41, et nous espérons ainsi apporter un élément d’analyse supplémentaire à la compréhension des modèles politiques médiévaux.

Notes

1 Jean Chrysostome, Comparatio regis cum monacho, col. 387. Le titre grec de ce texte, traduit en français, est le suivant : Comparaison de la puissance impériale, de la richesse et de la prééminence, avec la condition du moine assujetti à la véritable philosophie, conforme au Christ.

2 Ibid., col. 388‑390.

3 Brown 2002a, p. 73‑79, 84, 90‑93, et 2002b, p. 227‑228, 235.

4 Les publications les plus importantes dans ce domaine ont été référencées par Cameron 1999, p. 28‑38. Voir également Rousseau 1999, p. 45‑57, qui résume les divers problèmes posés par les conclusions de Peter Brown, Markus 2009, p. 1‑13, et Déroche 2011, p. 53‑62, qui renouvelle la question de la relation des moines considérés comme saints avec leur hiérarchie ecclésiastique.

5 Brown 1998a, en particulier le chapitre 3. Voir aussi Brown 1998b, p. 353‑376, dans lequel l’auteur revient sur le contexte intellectuel et scientifique, qui était celui de la fin des années soixante au Royaume‑Uni et qui a en grande partie influencé ses conclusions au sujet du rôle spirituel et social des saints hommes dans les campagnes byzantines.

6 Barsanuphe et Jean de Gaza, Correspondance, III, par exemple les lettres d’un professeur de philosophie (n° 664‑666), des « premiers » de la ville de Gaza (n° 831‑832), de plusieurs évêques (n° 788, 791‑792, 804‑812), notamment de l’évêque de Jérusalem (n° 813‑830), et de l’évêque de Gaza (n° 834‑837). Voir également les lettres n° 645, 647‑649, 665, 683‑685, 726, 756. Cf. Rapp 1999, p. 65‑73.

7 Voir notamment Patlagean 1968, p. 106‑126, et 2001d ; Déroche 1993 ; Flusin 1993 ; Morris 1995b ; Angold 1995.

8 Kaplan 1992, p. 294‑310.

9 Actes de Lavra, I, n° 7, l. 27‑31. Voir texte 3, p. 221.

10 Jean Chrysostome, Comparatio regis cum monacho, col. 392.

11 Michel Psellos, Orationes panegyricae, n° 1, p. 15‑16, l. 327‑336.

12 Nous empruntons cette expression à Dagron 1996, p. 57, 77, 79‑88, 91‑95.

13 Théophane Continué, p. 1‑481 ; Symeonis Magistri et Logothetae Chronicon ; Léon le Diacre. Cf. Panagiotakis 1965, p. 1‑138 ; Hunger 1978, I, p. 339‑343, 354‑357, 368‑369 ; Signes Codoner 1989, p. 17‑28 ; Karpozilos 2002, p. 345‑367, 391‑411, 475‑491 ; Rosenqvist 2007, p. 71‑74 ; ODB 2, p. 1217, ODB 3, p. 1982‑1983, 2061‑2062.

14 Miguel Ataliates, Historia ; Michel Psellos, Chronographie. Cf. Hunger 1978, I, p. 372‑389 ; Kazhdan et Franklin 1984, p. 23‑86 ; Rosenqvist 2007, p. 100‑107 ; ODB 1, p. 229, ODB 3, p. 1755.

15 Matthieu d’Édesse ; Yahya ibn Sa‘id d’Antioche, I, II et III. Cf. Vasiliev et Canard 1950, p. 80‑98 ; Adontz 1965, p. 141‑147 ; ODB 2, p. 1316‑1317, ODB 3, p. 2213.

16 Nicephori Bryennii historiarum ; Anne Comnène. Cf. Hunger 1978, I, p. 394‑409 ; Rosenqvist 2007, p. 127‑131 ; Malamut 2007, p. 9‑11 ; ODB 1, p. 331, ODB 2, p. 1142.

17 Jean Kinnamos ; Nicétas Chôniatès. Cf. Hunger 1978, I, p. 409‑415, 429‑441 ; Rosenqvist 2007, p. 135, 140‑143 ; Magdalino 1983, p. 326‑329 ; ODB 1, p. 428, ODB 2, p. 1130.

18 Markopoulos 1983, p. 279‑284, et 1988, p. 225‑233 ; Karpozilos 2002, p. 358‑360, 391‑400.

19 Hunger 1978, I, p. 342‑343 ; Signes Codoner 1989, p. 17‑28 ; Sevcenko 1992, p. 184‑185 ; Karpozilos 2002, p. 346, 352‑360.

20 Panagiotakis 1965, p. 25‑26 ; Tinnefeld 1971, p. 108‑110 ; Morris 1988, p. 85‑86 ; ODB 2, p. 1217. Voir aussi l’introduction de B. Flusin, dans l’édition de Jean Skylitzès, p. xiii‑xiv, et les remarques d’A.‑M. Talbot dans la traduction en anglais de Léon le Diacre, p. 14‑15.

21 Michel Psellos, Chronographie, II, p. 138‑152, 172‑185, et p. xlix‑l ; voir aussi les Éloges de Michel Psellos adressés à Constantin X et Michel VII, dans ses Orationes panegyricae, notamment n° 8, 13 et 14. Jeffreys 2010, p. 77‑91.

22 Kazhdan et Franklin 1984, p. 23‑86 ; Miguel Ataliates, Historia, p. xxv‑xlvii.

23 Jean le Géomètre, éd. J. A. Cramer et éd. E. M. Van Opstall. Cf. Hunger 1978, II, p. 169 ; Lauxtermann 1998, p. 356‑380 ; ODB 2, p. 1059.

24 Nicola Callicle, Carmi. Cf. ODB 2, p. 1093.

25 Théophylacte d’Achrida. Discours, traités, poésies. Cf. Hunger 1978, I, p. 123 ; Malamut 2007, p. 12 ; ODB 3, p. 2068.

26 Jean Skylitzès. Cf. Hunger 1978, I, p. 389‑393 ; Rosenqvist 2007, p. 107‑108 ; ODB 3, p. 1914. La chronique de Jean Skylitzès a été poursuivie par un auteur anonyme, que nous désignons conventionnellement sous le nom de Skylitzès Continué et qui pourrait être Jean Skylitzès lui‑même, voir Tsolakis 1964, p. 79‑83.

27 Jean Zonaras, éd. Th. Banchich et E. N. Lane, p. 2‑7. Cf. Hunger 1978, I, p. 416‑419 ; Rosenqvist 2007, p. 131‑132 ; Magdalino 1983, p. 329‑337 ; ODB 3, p. 2229.

28 Théodore Skoutariôtès. Cf. Hunger 1978, I ; ODB 3, p. 1912‑1913. L’attribution de cette chronique anonyme à Théodore Skoutariôtès reste incertaine, mais a été récemment argumentée par R. Macridès, dans son édition de l’Histoire de Georges Akropolite (George Akropolites, The History, p. 69‑71).

29 Voir la liste des Vies de saints que nous utiliserons dans la bibliographie. Sur l’usage des récits hagiographiques comme sources pour l’histoire sociale et politique de l’Empire byzantin, voir Morris 1995b, p. 86‑89 ; Mullett 2004, p. 387‑409 ; Kaplan 2006a, p. 252‑267.

30 Les archives de l’Athos sont en cours de publication depuis 1937, à Paris, et vingt‑deux volumes ont été édités à ce jour ; Actes du Latros, p. 290‑329 ; Actes de Patmos, I et II ; Actes de la Néa Monè de Chio, éd. JGR I, p. 615‑645, 653‑656, 667‑668.

31 Regestes, I, 2‑4.

32 BMFD 1‑5.

33 Cartulaire de Lembos, p. 1‑289.

34 Nous analyserons notamment le Typikon d’Auxence (1261‑1280/1281), le Typikon de Saint‑Démétrios et Kellibara (1282) et le Typikon de Lips (1283‑1294). La date de ce dernier texte a été corrigée récemment par Gkoutzioukostas 2009, p. 78‑85.

35 Basiliques. Cf. ODB 1, p. 265‑266.

36 Novelles de Léon VI ; Novelles de Basile II. Nous utiliserons également les chrysobulles de portée générale émis par Manuel Ier Comnène et édités dans JGR, I, p. 367‑425, notamment son rescrit de 1158 sur les propriétés des monastères de la région de Constantinople et de la Propontide, voir p. 381‑385, et le Rescrit de Manuel Ier (Regesten, I, 2, n° 1149). Cf. ODB 3, p. 1498 (au sujet des novelles de Léon VI).

37 Rallès‑Potlès, II‑IV.

38 Peira, p. 11‑260. Cf. Hunger 1978, II, p. 364‑365, 469 ; ODB 3, p. 1617 et 1793.

39 Spatharakis 1976, p. 107‑118 (pl. 69‑76), p. 123‑129 (pl. 79‑80) ; Parani 2003, p. 317, n° 20‑22, p. 318, n° 23‑25.

40 Tsamakda 2002, p. 15‑19, 395‑396, pour la datation du manuscrit, et p. 373‑390, pour le style des miniatures.

41 Patlagean 2007.