Version classiqueVersion mobile

Networked spaces

 | 
Caroline Durand
, 
Julie Marchand
, 
Bérangère Redon
, 
et al.

Archaeology of circulations

Zones de production de céramiques dans la péninsule Arabique entre le vie siècle av. J.‑C. et le xive siècle ap. J.‑C.

Fabien Lesguer

Résumé

Les études étaient jusqu’à présent lacunaires à propos des lieux de production de la céramique sur la péninsule Arabique et des outils de production de celle-ci. De nouvelles opportunités de recherche se sont cependant ouvertes dans la région depuis quelques années, facilitant l’accès à des sites abritant des ateliers de potier. Des ateliers ont ainsi été fouillés dans la ville caravanière de Thāj (du ive siècle av. J.‑C. au ive siècle ap. J.‑C.) proche des côtes du golfe Arabo-Persique, dans la ville d’al‑Yamāma de l’oasis d’al‑Kharj (ixexe siècles ap. J.‑C.) au centre de l’Arabie Saoudite ou sur le site portuaire de Qalhāt (xiiiexive siècles ap. J.‑C.) dans le sultanat d’Oman. De plus, d’autres zones de production ont été identifiées au Yémen, à Bahreïn, et aux Émirats arabes unis. Il s’agit donc de faire un premier état des lieux des zones de production sur la péninsule et des technologies de production qui y sont utilisées.

Texte intégral

Je remercie le CEFAS et la société EVEHA pour leurs financements, ainsi que le laboratoire ICARHuS (Interdisciplinary Center for Advanced Research In Humanities And Sciences) pour m’avoir accueilli dans ses locaux de Sorbonne University Abu Dhabi durant mon doctorat. Je remercie A. Rougeulle, J. Schiettecatte et J. Rohmer pour avoir accepté ma participation dans leurs équipes respectives dans le cadre de leurs missions, ainsi que l’ensemble des archéologues et des ouvriers participant à ces chantiers.

  • 1 Thèse en cours intitulée Étude fonctionnelle, spatiale et chronologique des ateliers de potier et (...)

1Jusqu’à présent, les études sur les lieux de production de la céramique et les outils de production de celle-ci étaient lacunaires concernant la péninsule Arabique entre le ive siècle av. J.‑C. et le xive siècle ap. J.‑C. De nouvelles opportunités de recherche se sont cependant ouvertes dans la région depuis quelques années notamment en Arabie Saoudite, facilitant l’accès à des sites présentant des ateliers de potier. Certains ont ainsi été fouillés sur les sites de Thāj (du ive siècle av. J.‑C. au ive siècle ap. J.‑C.) et al-Yamāma (ixe-xe siècles ap. J.‑C.) en Arabie Saoudite et sur le site de Qalhāt (xiiiexive siècles ap. J.‑C.) dans le sultanat d’Oman (fig. 1) dans le cadre du travail de thèse mené par F. Lesguer1. De plus, d’autres zones de production ont été identifiées. Ce premier inventaire permet dès lors également d’étudier les relations pouvant exister entre la péninsule et les régions voisines, notamment en ce qui concerne les transferts éventuels des technologies observables à ce stade de la recherche.

Fig. 1 – Carte de la péninsule Arabique et des principaux sites mentionnés (F. Lesguer).

Fig. 1 – Carte de la péninsule Arabique et des principaux sites mentionnés (F. Lesguer).
  • 2 Monteix 2018, p. 136.

2L’approche menée dans cette étude consiste à mettre en avant les différentes phases du processus technique de la fabrication de la céramique et ainsi à pouvoir identifier les technologies de production utilisées, l’organisation spatiale des espaces de travail, et l’intégration des ateliers dans un contexte socio-économique et environnemental donné. Les éléments préliminaires sont donnés ci-après. Les études des données archéologiques dans les espaces artisanaux sont fragmentaires : il est donc essentiel d’analyser les outils de production, les productions elles-mêmes et leurs déchets pour essayer d’établir le processus technique et ainsi de restituer la chaîne opératoire dans son ensemble2. Une attention particulière est apportée à l’analyse des ratés de cuissons. En effet, leur présence dans les couches archéologiques est un indice quant à une activité artisanale à proximité. Afin d’obtenir le maximum d’information sur la gestion spatiale des déchets des ateliers, ils ont été systématiquement comptés et positionnés sur les différents sites étudiés.

Thāj

Présentation du site

  • 3 Potts 1990, p. 31‑37.
  • 4 Carruthers 1922, p. 322.
  • 5 Bibby 1973.
  • 6 Gazdar, Potts, Livingstone 1984 ; Eskoubi, Abu al‑Aala 1985 ; al‑Hashash et al. 2001 ; al-Hashash (...)
  • 7 Rohmer 2019.

3La ville de Thāj est située dans la province orientale de l’Arabie Saoudite, à 90 km à l’est du port d’al‑Jubayl. Elle se trouve au croisement d’importants itinéraires caravaniers trans-arabiques, et à proximité immédiate des routes de cabotage du golfe. Thāj fut une plateforme commerciale majeure à partir du ive siècle av. J.‑C. et probablement jusqu’au ive siècle ap. J.‑C. Le site est connu des Occidentaux depuis le début du xxe siècle3, notamment à partir de la visite du capitaine W.H.I. Shakespear, un représentant britannique au Koweït4, mais c’est en 1968 que les premières fouilles archéologiques ont été menées par une équipe danoise du Musée Moesgård sous la direction de G. Bibby5. De nombreuses campagnes par différentes équipes6 ont ensuite été menées jusqu’à la mission franco-saoudienne de 2016, dirigée par J. Rohmer (CNRS) et I. al‑Mshabi (Saudi Commission for Tourism and National Heritage, SCTH)7.

  • 8 Rohmer 2020.
  • 9 Huth, Alfen 2010.
  • 10 Rohmer à paraître.

4La ville de Thāj se compose de trois secteurs principaux, d’une part une ville fortifiée de 40 ha contenant un ensemble d’îlots architecturaux au sud et des jardins au nord et, d’autre part, au sud-est du rempart un faubourg de 15 ha ainsi qu’une grande nécropole périphérique d’au moins 1 000 tertres funéraires8. À l’heure actuelle, deux zones de production de céramique ont été identifiées à l’extérieur des remparts : les zones 1 et 8 (fig. 2). La fortification de la ville, l’ampleur de la nécropole, la possibilité que l’on y ait frappé des imitations de monnaies d’Alexandre9, la présence sur le site de 35 inscriptions hasaïtiques sur les 61 connues dans la région10 démontrent l’importance politique et économique de cette cité sur le plan régional, en plus de l’existence de son centre important de production de céramique.

Fig. 2 – Carte de localisation des ateliers de potier du site de Thāj (F. Lesguer / Thaj Archaeological Project).

Fig. 2 – Carte de localisation des ateliers de potier du site de Thāj (F. Lesguer / Thaj Archaeological Project).
  • 11 Rohmer et al. 2018a, p. 190.

5L’environnement associé au site semble inhospitalier et aride avec la présence de dunes de sable et de mesas, petits plateaux rocheux de 50 m de haut, et de deux sebkhas, des bassins karstiques salins de milieu aride ou semi-aride. Mais la présence d’un réseau d’eau souterraine alimenté par deux sources, les très grands réseaux aquifères d’Umm‑er‑Radhuma, d’Aruma, de Rus, et de Dammam et par les précipitations annuelles permet de dénombrer 53 puits anciens et modernes autour du site selon la prospection de C. Marquaire11.

Le four du faubourg est (zone 8)

  • 12 Alsuhaibani 2010, p. 43.
  • 13 Ghabbân, André-Salvini, Demange 2010, p. 387‑391.
  • 14 Il est identifié comme le four 4.
  • 15 Ce secteur est défini comme la zone 8 dans le cadre de la mission franco-saoudienne.

6En 2003, lors des fouilles du Département des antiquités saoudiennes du grand tumulus « Tall al‑Zāyir »12, à 150 m à l’est des remparts où une tombe princière a été découverte en 199813, un four de potier a été mis au jour immédiatement au nord14. En 2018, la mission franco-saoudienne a fini de documenter ce four15, ce qui a permis de comprendre l’évolution fonctionnelle de la partie ouest de la cité au cours de son occupation. Dans un premier temps, cet espace a une vocation artisanale comme le montre la présence de l’atelier de potier daté des iveiiie siècles av. J.‑C. Par la suite, il devient une nécropole à partir du ier ou du iie siècle ap. J.‑C.

  • 16 Pour le vocabulaire technique et constructif des fours, voir Thiriot 2015.

7La fouille s’étant concentrée sur la nécropole, l’activité de production est simplement identifiée par la présence du four : les informations obtenues sont donc purement architecturales et fonctionnelles pour les iveiiie siècles av. J.‑C. Ce four en pierres, piriforme, orienté nord-sud, vient s’installer dans une butte initiale (fig. 3). Seuls sa chambre de combustion et son alandier sont conservés16. Cependant, les départs de quatre arcades observés dans la chambre de combustion et la présence de fragments de carneaux dans les niveaux de démolition permettent de restituer une sole et une chambre de cuisson. Les dimensions extérieures du four sont de 4,50 m de long sur 2,76 m de large. Sa chambre de cuisson ovoïde est conservée sur une hauteur de 2,40 m pour 2,38 m de long et 2,30 m de large. La production n’a pas été formellement identifiée. Dans une réfection de la paroi de la chambre de combustion, on peut néanmoins observer des fragments de grandes jarres : elles ont été agencées dans la paroi pour boucher un trou après un probable accident de cuisson qui aurait endommagé la chambre. Ces fragments de grandes jarres pourraient être des ratés de cuissons qui se trouvaient donc à proximité lors de la réparation. Il est donc envisageable que ce four ait servi, entre autres, à la cuisson de grandes jarres.

Fig. 3 – Four 4 daté des iveiiie siècles av. J.‑C. sur le Tall al‑Zāyir (F. Lesguer / Thaj Archaeological Project).

Fig. 3 – Four 4 daté des ive‑iiie siècles av. J.‑C. sur le Tall al‑Zāyir (F. Lesguer / Thaj Archaeological Project).

Les ateliers du faubourg sud-est (zone 1)

  • 17 Rohmer et al. 2018b, p. 295.
  • 18 Il est identifié comme le four 348.

8Lors de la mission franco-saoudienne de 2016, à environ 200 m au sud-est du rempart, un quartier comprenant plusieurs unités architecturales a été décapé et sondé17. Dans le sondage de l’angle nord-est de l’unité architecturale 4 (UA 4), un premier four de potier a été identifié18. Durant les trois campagnes suivantes, entre 2017 et 2019, cet espace a été étudié afin de comprendre l’évolution de l’îlot dans le temps et l’organisation spatiale de ses ateliers sur une période d’occupation allant du ive siècle av. J.‑C. au ive siècle ap. J.‑C.

9La nature de l’îlot a elle aussi fortement changé à travers le temps, comme dans la zone 8. Dans son premier état, autour du ive ou du iiie siècle av. J.‑C., un bâtiment monumental y fut construit. Celui-ci a été probablement en partie récupéré lors de la construction du rempart de la cité durant le iie siècle av. J.‑C. Par la suite, au moins deux phases d’ateliers ont été clairement identifiées. Le premier atelier est en activité entre la fin du ier et le iie siècle ap. J.‑C. (il s’agit de la phase 4 ; fig. 4). Il est identifié, dans l’UA 4, par la découverte du four 348 dans la cour est 415, mais aussi par la présence plus significative de ratés de cuisson (plus de 10 %, dans les niveaux associés à cette phase). L’UA 4 a été complètement remaniée pour devenir un espace domestique durant les iie et iiie siècles ap. J.‑C., ce qui a entraîné le nettoyage de la cour et probablement la destruction d’autres structures associées à cet atelier.

Fig. 4 – Plan phasé de la zone 1 du faubourg de Thāj (F. Lesguer / Thaj Archaeological Project).

Fig. 4 – Plan phasé de la zone 1 du faubourg de Thāj (F. Lesguer / Thaj Archaeological Project).

10Le four 348 a été fortement endommagé durant les phases les plus récentes, notamment par une très grande fosse, 314, qui l’a pratiquement coupé en deux. Cependant, son architecture et son fonctionnement ont pu être déterminés. D’un point de vue typologique, c’est un four ovoïde en pierres, à deux chambres mesurant 1,4 m de long et 1,1 m de large. La chambre de chauffe est semi-enterrée ; son ouverture est par conséquent au niveau du sol de l’atelier. Un seul arc est conservé, mais de nombreux fragments de la sole perforée de carneaux ont été mis au jour.

  • 19 Des études complémentaires sont en cours : S. Priestman s’occupe de l’étude céramologique des atel (...)

11Le deuxième atelier se trouve dans l’unité architecturale 3 (UA 3) au sud de l’UA 4 (fig. 4). Daté du iiie ou du ive siècle ap. J.‑C., soit la phase 7 d’occupation du site, il se trouve directement sous la surface, ce qui a permis de retrouver une grande partie de l’atelier. Plusieurs espaces associés à la chaîne opératoire de la fabrication de la céramique ont pu être identifiés. Une zone de foulage et de stockage de l’argile a été localisée dans la pièce 574. Dans la pièce 814, de nombreux outils en pierre, des stocks d’argile, des tessons en céramique crue et une plateforme centrale pourraient indiquer la présence d’un tour de potier. Enfin, dans l’angle nord-ouest de la cour 531, deux fours de potier ont été installés. Le mieux conservé est le four 521. De forme pseudo-rectangulaire, il est constitué de deux chambres construites en pierres séparées par une sole perforée de carneaux. Les dimensions externes du four sont de 3,12 m de long pour 1,63 m de large, ce qui en fait le plus grand de la zone 1. À l’est de celui-ci, la chambre de combustion arasée du four 44 a été découverte. De taille plus modeste, elle mesure 2,15 m de long pour 0,96 m de large. En outre, la pièce 584 qui jouxte à l’ouest la pièce 574, pourrait avoir eu une fonction domestique, sans doute associée à l’activité de l’atelier19.

Ateliers comparables

  • 20 Dentzer et al. 2005.
  • 21 Amr, al‑Mumani 1999.
  • 22 Alden, Balcer 1978.

12Dans cette période chronologique des ier au ive siècles ap. J.‑C., peu d’ateliers de potier sont connus dans la péninsule Arabique. Le four des iveiiie siècles av. J.‑C. a été exclu du comparatif, car sa fouille a été restreinte seulement à sa moitié. À l’heure actuelle, le site de Hégra présente d’importantes possibilités de découvertes en ce qui concerne la présence d’ateliers de potier. En effet, lors de prospections, des ratés de cuissons et des fragments de parois de four ont été identifiés, ce qui laisse envisager la présence d’un atelier20. Plus au nord en Jordanie, les fours de Zurrabeh près de Pétra datés des ier au vie siècles ap. J.‑C. ont été fouillés21, cependant les ateliers n’ont pas été identifiés dans leur totalité. C’est aussi le cas des fours de Tell‑e Malyan en Iran, datés des iiie-ive siècles ap. J.‑C.22. Du point de vue de l’architecture des fours, ceux de Thāj sont plus proches de ceux de Zurrabeh. En effet, sur les deux sites ils sont construits avec une chambre de combustion à arcades soutenant la chambre de cuisson. Le four de Tell‑e Maylan a lui un pilier central au milieu de la chambre de cuisson servant à soutenir la sole de la chambre de cuisson.

Al‑Yamāma

Présentation du site

  • 23 Philby 1922.
  • 24 Al‑Ghazzi 2010.
  • 25 Schiettecatte, al‑Ghazzi 2016.

13Al‑Yamāma est le plus grand site d’habitat répertorié au centre de l’oasis d’al‑Kharj, au sud de Riyad, au centre de l’Arabie Saoudite. La première mention historique du site apparaît dans les textes préislamiques des iiieive siècles au Yémen. Par la suite, il apparaît fréquemment chez les auteurs arabes et perses (Balādhurī, Yāqūt, Ibn Khordadhbeh, al‑Hamdānī, etc.). Comme la ville de Thāj, le site d’al‑Yamāma a été visité par des voyageurs occidentaux au début du xxe siècle, notamment par l’explorateur britannique H.St J.B. Philby23. Le site a été sondé par une équipe saoudienne dirigée par A. al‑Ghazzi (SCTH)24. De 2011 à 2016, une mission franco-saoudienne codirigée par J. Schiettecatte (CNRS) et A. al‑Ghazzi (SCTH) a repris la fouille de la ville25. Sur la base des résultats obtenus lors des sondages profonds 1 et 4, ainsi que lors de la fouille de la grande mosquée et de ses environs (bâtiment 1 ; fig. 5), l’occupation du site a été caractérisée en trois périodes : veiiie siècles av. J.‑C., viiiexie siècles ap. J.‑C. et xvexviiie siècles ap. J.‑C.

Fig. 5 – Plan du site d’al‑Yamāma et de la localisation des sondages (M. Niveleau, J. Schiettecatte / Mission archéologique franco-saoudienne dans l’oasis d’al‑Kharj).

Fig. 5 – Plan du site d’al‑Yamāma et de la localisation des sondages (M. Niveleau, J. Schiettecatte / Mission archéologique franco-saoudienne dans l’oasis d’al‑Kharj).

La zone artisanale

  • 26 Lesguer, Schiettecatte 2020.

14En 2012, sous la direction de M. Mouton, une tranchée de sondage (« sondage 3 ») a été réalisée au sud du site sur un secteur ayant des types de céramiques particuliers. Il s’est avéré que deux fours ont été découverts immédiatement sous la surface. En 2016, le sondage a été élargi afin de déterminer la fonction de ces fours et d’étudier leur environnement26 : cette campagne de fouille a permis de confirmer la présence d’un atelier de potier.

  • 27 La brique crue est constituée de terre à bâtir moulée ou modelée sous une forme de pavé, alors que (...)
  • 28 Desbat 2004, p. 150.
  • 29 Outil dont le potier se sert pour terminer ses ébauches de poteries.

15La fouille s’étant concentrée sur la zone des fours, l’ensemble du plan de l’atelier n’a pas été dégagé. Néanmoins, la moitié de la cour et des pièces annexes construites en briques crues ou en bauge ont été dégagées27, ce qui a permis de localiser une partie des espaces associés au processus de fabrication (fig. 6). Trois étapes de ce processus technique ont été identifiées dans trois aires associées : le stockage de l’argile dans la pièce R 071, le façonnage de la céramique avec la découverte d’une girelle ou d’un rondeau en plâtre et d’outils en pierre28, dont des estèques29, et enfin la zone de cuisson avec une aire de chauffe dans la cour R 316 contenant trois fours (H 320, H 068 et H 069). Durant sa phase d’activité entre les ixe et xe siècles ap. J.‑C., l’organisation spatiale a été modifiée notamment dans la cour R 031. Celle-ci a été séparée en deux lors de l’arasement du four H 320 et de la construction de H 069.

Fig. 6 – Plan phasé de l’atelier de potier du sondage 3 d’al‑Yamāma (F. Lesguer / Mission archéologique franco-saoudienne dans l’oasis d’al‑Kharj).

Fig. 6 – Plan phasé de l’atelier de potier du sondage 3 d’al‑Yamāma (F. Lesguer / Mission archéologique franco-saoudienne dans l’oasis d’al‑Kharj).
  • 30 L’étude de la céramique produite dans l’atelier est publiée dans Lesguer, Schiettecatte 2020.

16Des fours de potier de deux tailles différentes sont présents dans cet atelier, ce qui permet aux potiers de varier le volume de production selon la demande30. Le four ovale H 068 est le plus grand et semble avoir fonctionné durant les deux phases d’activité de l’atelier. C’est un four à deux chambres mesurant 3,1 m de long pour 1,80 m de large, séparées par une sole perforée de carneaux. Cette dernière est soutenue par cinq arches de briques crues complètement vitrifiées par les différentes cuissons. Il ne reste qu’une partie de la chambre de chauffe du four H 320, mais ses dimensions (1,18 m de long pour 0,68 m de large) sont très proches de celles du four H 069, qui mesure 1,26 m de long pour 0,83 m de large. Ce dernier présente lui aussi deux chambres séparées par une sole.

17Un fait intéressant est la très faible concentration de ratés de cuisson retrouvés (moins de 7 %) dans les niveaux de fonctionnement de l’atelier. En comparaison, dans la cour de l’atelier du ive siècle ap. J.‑C. de Thāj, les concentrations de ratés de cuissons dépassent facilement les 30 % dans les niveaux associés au fonctionnement de l’atelier, voire 58 % dans les niveaux de dépotoirs. Plusieurs hypothèses peuvent se formuler à partir de ce constat. Tout d’abord, les niveaux de dépotoirs n’ont probablement pas été fouillés. Le faible pourcentage de ratés pourrait aussi indiquer une bonne maîtrise de la part des artisans des techniques de cuisson, mais aussi un nettoyage régulier des espaces de travail. Enfin, l’abandon de l’atelier n’a pas marqué la fin de la production de céramique au sud de la ville, car on retrouve 9 % de ratés dans les niveaux recouvrant la destruction partielle du four H 068.

Ateliers comparables

  • 31 Ghabbân, André‑Salvini, Demange 2010, p. 438 ; Morony 2016, p. 15 ; Yule 2018, p. 1717.
  • 32 Al‑Rashid 1986, p. 75.
  • 33 Almaiql 2011 ; Ghabbân, André‑Salvini, Demange 2010, p. 463 ; Gilmore et al. 1985.

18Pour la période abbasside, les ateliers connus et probables sont un peu plus nombreux dans la péninsule Arabique. En Arabie Saoudite, les équipes saoudiennes en signalent sur deux sites fouillés. Sur le site d’al‑Rabadhah, à l’est de Médine, on mentionne des fours artisanaux qui pourraient être des fours de potier ou de verrier31. Seule une photo de paroi de four vitrifiée est publiée32, ce qui ne permet pas d’identifier la fonction de la structure. Sur le site d’al‑Mabiyat, des observations de surface font référence à des fours et des ratés de cuisson, mais pour l’instant aucune fouille n’y a été effectuée33.

  • 34 Keall 1989.
  • 35 Rougeulle 2007.

19Au Yémen, deux sites de production sont attestés pour cette période. À Zabid, au sud-ouest de Sanaa, près de la mer Rouge, différents fours de potier des ixexe siècles ap. J.‑C. localisés à l’extérieur de la ville ont été brièvement décrits34. Sur le site de Yadghat, daté des xexiiie siècles ap. J.‑C. et situé près du port de Sharma, seul un niveau de dépotoir a été fouillé35. Il est probable que la technique de la cuisson du four en meule ait été utilisée sur ce site. Cette technique est très éloignée de celle utilisée sur le site d’al‑Yamāma.

  • 36 Whitehouse 1972.
  • 37 Thiriot 1997.
  • 38 François, Shaddoud 2013.

20Pour trouver des sites d’ateliers comparables à celui d’al‑Yamāma, il faut sortir de la péninsule Arabique. Sur le littoral oriental du golfe Arabo-Persique, à Siraf en Iran, plusieurs ateliers du xe siècle ont été fouillés dans un quartier périphérique du port36. Du point de vue de leur organisation spatiale, on constate que les fours se situent globalement dans les cours des unités architecturales que sont les ateliers, et qu’ils s’y accumulent pendant la durée d’activité, comme cela a été aussi observé à al‑Yamāma. Cependant, les fours de Siraf ne sont pas du même type architectural. En effet, ce sont des fours en pierre à deux chambres avec un pilier central dans la chambre de combustion, ou des fours à barres à une seule chambre37. Pour retrouver une architecture en briques crues similaire, il faut se tourner vers la Syrie et les ateliers de la ville de Raqqa. Dans un atelier daté des viiieixe siècles ap. J.‑C., au sud de Tell Abou Ali et fouillé en 2009, des fours rectangulaires à arcades, construits en briques crues, et des fours à barres ont été mis au jour38. Les fours rectangulaires en briques crues sont, technologiquement parlant, très proches de ceux d’al‑Yamāma. En revanche, la technologie des fours à barres n’y a pas été observée, à la différence des sites de Siraf ou de Raqqa. La technologie de ce type de four est souvent associée à la production de céramiques glaçurées. Puisque cette production n’est pas attestée à al‑Yamāma, il semble logique de ne pas y trouver ces fours.

Qalhāt

Présentation du site

  • 39 Rougeulle 2017.
  • 40 Vosmer 2004.
  • 41 Vosmer et al. 1999 ; Ibrahim, ElMahi 2000 ; Costa 2002.
  • 42 Rougeulle 2010.

21Qalhāt est l’une des principales villes portuaires fortifiées du sultanat d’Oman au Moyen Âge, et est située près de la ville de Sūr, à environ 50 km au nord-ouest de Ra’s al‑Ḥadd dans la province d’al‑Sharqiya. Elle a probablement été fondée vers la fin du xie siècle, et est devenue la deuxième capitale du royaume d’Ormuz et l’un des principaux ports du commerce de l’océan Indien entre les xiiie et xve siècles ap. J.‑C. Elle a ensuite été mise à sac par les Portugais en 1508, et a finalement été totalement abandonnée dans la seconde moitié du xvie siècle39. Les premières fouilles archéologiques de la ville ont débuté seulement en 200340, après quelques prospections41. Cependant, les premières fouilles d’ampleur ont commencé en 2008 sous la direction d’A. Rougeulle (CNRS)42, en collaboration avec le Ministry of Heritage and Culture d’Oman et le Bureau d’archéologie préventive de la société EVEHA, jusqu’en 2016.

L’atelier de potier B41

  • 43 Rougeulle 2010, p. 312.
  • 44 Lesguer, Renel 2018.

22À la suite de la découverte, dans la partie occidentale de la ville de Qalhāt, de scories et de ratés de cuissons, deux séries de sondages ont été effectuées en 2008 et 2011, confirmant la présence d’un atelier de potier43. Cet atelier (B41 ; fig. 7) est situé à l’intérieur de l’enceinte urbaine au-dessus de l’un des deux ouadi qui traversent la ville d’ouest en est et non loin de la porte ouest (B31), permettant l’accès direct à une grande citerne (B2). Cet emplacement n’est pas anodin : il se situe à proximité d’une voie d’accès à la ville et d’un point d’eau, notamment la citerne B2, mais aussi en périphérie du centre urbain situé près du rivage autour de la grande mosquée (B12), plus densément construit. En 2016, une fouille extensive de l’atelier a été effectuée, ce qui a permis d’avoir une grande partie de son plan44. Entre la fin du xiiie siècle et le xive siècle ap. J.‑C., son organisation spatiale a régulièrement été modifiée : des pièces ont été ajoutées, d’autre abandonnées ; par exemple, le four B41‑11 a été construit dans les ruines du four B41‑10 (fig. 8).

Fig. 7 – Plan préliminaire de la ville médiévale de Qalhāt et localisation de l’atelier de potier B41 (O. Barge, E. Régagnon, F. Lesguer / Qalhāt Development Project).

Fig. 7 – Plan préliminaire de la ville médiévale de Qalhāt et localisation de l’atelier de potier B41 (O. Barge, E. Régagnon, F. Lesguer / Qalhāt Development Project).

Fig. 8 – Plan de l’atelier de potier B41 (F. Lesguer / Qalhāt Development Project).

Fig. 8 – Plan de l’atelier de potier B41 (F. Lesguer / Qalhāt Development Project).
  • 45 L’étude de la céramique produite dans l’atelier est publiée dans Lesguer, Renel 2018.

23La production de céramiques glaçurées dans cet atelier entraîne un processus technique de fabrication comportant de nouvelles d’étapes associées à la glaçure45. La fouille a mis en évidence différents espaces attribuables à des tâches spécifiques des potiers. Dans la cour G, dans la partie ouest de l’atelier, un espace de foulage et de stockage de l’argile est identifié par la présence de buttes de matière première contre les murs et des litages sur la plateforme B41‑17. Il a été observé que les potiers avaient deux sources d’argile différentes, une verdâtre et une rougeâtre, provenant de deux gisements différents. La pièce D a probablement servi au tournage de la céramique, comme le montre la présence d’un calage en pierres au milieu de la pièce, de lambeaux d’argile et des tessons de céramiques non cuits sur le sol. La présence de fragments de meules pouvant servir au broyage des oxydes de cuivre et de nappes verdâtres sur le sol indique que les étapes de glaçage ont été effectuées dans l’atelier.

  • 46 Rougeulle, Lesguer 2019, p. 190.

24La cuisson se tenait dans la cour E qui comprend trois fours ayant une double chambre construite en pierres. Les deux fours les mieux conservés n’ont pas d’arcade, mais une sole posée sur une grande voûte. Le four piriforme (B41‑03) mesure 1,90 m de long pour 1,24 m de large et a une hauteur de 1,14 m, avec un alandier partiellement détruit, comme la sole. Le four B41‑11 est le mieux conservé. La chambre de chauffe piriforme mesure 1,90 m de long pour 1,48 m de large et a une hauteur de 0,98 m. La chambre de cuisson pseudo-circulaire est séparée de la chambre de combustion par une sole perforée de 16 carneaux. Le combustible utilisé est d’origine végétale, mais aussi animale. En effet, de grandes quantités d’ossements de poissons brûlés ont été retrouvées sur les niveaux d’ateliers et dans les fours. L’utilisation du poisson comme combustible n’est pas un cas isolé dans la ville de Qalhāt, car il a aussi été utilisé dans le hammam46. On peut voir ici la volonté d’utiliser les déchets issus de la pêche par incinération, mais aussi un manque d’approvisionnement en végétaux dans le contexte aride du site de la région de Qalhāt.

25L’étude des ratés de cuisson a permis d’établir qu’après la fin de la production de l’atelier la ville de Qalhāt fabriquait encore de la céramique. En effet, l’atelier était recouvert d’un dépotoir datant du xve siècle ap. J.‑C. comprenant plus de 65 % de ratés de cuisson.

Ateliers comparables

  • 47 Carter 2005, p. 143.
  • 48 Mitsuishi, Kennet 2013.

26Peu d’ateliers sont connus et fouillés en péninsule Arabique pendant la période d’activité de ceux de Qalhāt. Sur l’île de Bahreïn, dans le site de Bilad al‑Qadīm, des niveaux archéologiques avec des parois de fours ont été retrouvés dans la tranchée « MOS », datant de la fin des xiiexiiie siècles ap. J.‑C.47. Un atelier peut donc être restitué à proximité. Dans l’émirat de Rās al‑Khaīmah, aux Émirats arabes unis, plusieurs sites de production de la « Julfar Ware » ont été découverts lors de prospections, comme ceux de Ghaylan ou de Shimal datant du xive siècle ap. J.‑C.48. Ces ateliers se situent dans un contexte différent de celui de Qalhāt : ils ne se trouvent pas dans un environnement urbain, mais à flanc de montagne dans des villages spécialisés dans la fabrication de la céramique.

  • 49 Bakhtiari 1979.

27Hors de la péninsule Arabique, douze fours ont été retrouvés sur l’île d’Ormuz, datés des xiiexive siècles ap. J.‑C.49. Parmi eux, un four à deux chambres pourrait être analogue à ceux de Qalhāt. Les relations très fortes entre les deux régions peuvent expliquer la similarité technique dans la construction des fours. Le manque de documentation ne permet pas de l’affirmer complètement cependant.

Conclusion

28La recherche sur les sites de production de la péninsule en est à ses débuts. Cependant, une diversité dans l’organisation du travail, les techniques de construction et l’adaptation à l’environnement semble déjà apparaître. Il est vrai que les techniques utilisées par les potiers peuvent paraître assez simples tant pour la production que pour les types de fours. Cependant, il n’est pas impossible que des technologies plus perfectionnées aient existé, comme celle des fours à barres, mais qu’elles n’aient pas encore été identifiées compte tenu du nombre restreint d’ateliers fouillés dans cet immense espace qu’est la péninsule Arabique.

Bibliographie

Alden, Balcer 1978 : J.R. Alden, J.M. Balcer, « Excavations at Tal‑i Malyan », Iran 16, 1978, p. 79‑92.

Almaiql 2011 : K. bin I. Almaiql, « Report on the excavation at Qurh site (Al-Mabiyyat). Second season, 1426/2005 », Atlal 21, 2011, p. 39‑62.

Alsuhaibani 2010 : A. Alsuhaibani, Thaj à l’époque hellénistique, mémoire de Master 2, Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2010 (inédit).

Amr, al‑Mumani 1999 : K. Amr, A. al‑Mumani, « The discovery of two additional pottery kilns at az‑Zurraba/Wadi Musa », Annual of the Department of Antiquities in Jordan 43, 1999, p. 175‑194, http://publication.doa.gov.jo/Publications/ViewChapterPublic/756 (consulté le 15/01/2021).

Bakhtiari 1979 : H. Bakhtiari, « Survey of excavations in Iran – 1978. Hormoz Island », Iran 17, 1979, p. 150‑152.

Bibby 1973 : G. Bibby, Preliminary survey in East Arabia 1968, Aarhus, Aarhus Universitetsforlag, 1973.

Carruthers 1922 : D. Carruthers, « Captain Shakespear’s last journey », The Geographical Journal 59/5, 1922, p. 321‑334.

Carter 2005 : R.A. Carter, « Chapter 4. The pottery », dans T. Insoll (dir.), The Land of Enki in the Islamic Era : pearls, palms, and religious identity in Bahrain, Londres, Routledge, 2005, p. 107‑451.

Costa 2002 : P. Costa, « The Great Mosque of Qalhāt », Journal of Oman Studies 12, 2002, p. 55‑70.

Dentzer et al. 2005 : J.‑M. Dentzer, A. Kermorvant, L. Nehmé, L. Tholbecq, H. Abu al‑Hassan, « Report on the 2002, second season of the Saudi-French archaeological project at Meda’in Saleh », Atlal 18, 2005, p. 61‑80.

Desbat 2004 : A. Desbat, « Les tours de potiers antiques », dans M. Feugère, J. C. Gerold (dir.), Le tournage, des origines à l’an mil. Actes du colloque de Niederbronn, octobre 2003, Montagnac, Monique Mergoil, 2004, p. 137‑154.

Eskoubi, Abu al‑Aala 1985 : K.M. Eskoubi, S.R. Abu al‑Aala, « Thaj excavations, second season 1404/1984 », Atlal 9, 1985, p. 37‑53.

François, Shaddoud 2013 : V. François, I. Shaddoud, « Nouvel atelier de potier d’époque abbasside au sud de Tell Abou Ali à Raqqa », Al‑Rāfidān 34, 2013, p. 21‑81, https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00941883/document (consulté le 15/01/2021).

Gazdar, Potts, Livingstone 1984 : M.S. Gazdar, D.T. Potts, A. Livingstone, « Excavations at Thaj », Atlal 8, 1984, p. 55‑108.

Ghabbân, André‑Salvini, Demange 2010 : A.I. Ghabbân, B. André‑Salvini, F. Demange (dir.), Roads of Arabia : archaeology and history of the kingdom of Saudi Arabia, cat. exp. (Paris, musée du Louvre, 14 juin‑27 septembre 2010), Paris, Somogy Art Publishers, 2010.

al‑Ghazzi 2010 : A.S. al‑Ghazzi, A comparative study of pottery from a site in the al‑Kharj Valley, Central Arabia, Riyadh, Saudi Commission for Tourism and Antiquities, 2010.

Gilmore et al. 1985 : M. Gilmore, M. Ibrahim, G. Mursi, D. al Talhi, « A preliminary report on the first season of excavations at al‑Mabiyat, an Early Islamic site in the northern Hijaz », Atlal 9, 1985, p. 109‑125.

al‑Hashash et al. 2001 : A.M. al‑Hashash, W.A. al‑Zayer, Z.A. al‑Saif, S.H. al‑Sanna, M.Y. al‑Hajrii, « Report on the archaeological excavations at Thaj », Atlal 16, 2001, p. 23‑26.

al‑Hashash et al. 2002 : A.M. al‑Hashash, Z.A. al‑Saif, S.H. al‑Sanna, N.H. al‑Abdaljabar, « Taqrīr hufriyat Thāj, Tall al‑Zāyir, li‑mawsim 1419/1998 », Atlal 17, 2002, p. 29‑41.

al‑Hashash et al. 2005 : A.M. al‑Hashash, Z.A. al‑Saif, S. al‑Hawiji, M. al‑Hamadi, S. al‑Turki, N. al‑Shaikh, « Report on the excavation of Thaj (1421 AH/2001 AD) », Atlal 18, 2005, p. 19‑21.

al‑Hashash et al. 2006 : A.M. al‑Hashash, Z.A. al‑Saif, S.H. al‑Sanna, N.H. al‑Abdaljabar, M. al‑Maliki, « Brief report on the excavations at Thaj », Atlal 19, 2006, p. 15‑19.

Huth, Alfen 2010 : M. Huth, P.G. van Alfen, Coinage of the caravan kingdoms : studies in ancient Arabian monetization, New York, American Numismatic Society, 2010.

Ibrahim, ElMahi 2000 : M. Ibrahim, A.T. ElMahi, « A survey between Quriyat and Sur in the Sultanate of Oman (1997) », Proceedings of the Seminar for Arabian Studies 30, 2000, p. 119‑136.

Keall 1989 : E.J. Keall, « A few facts about Zabid », Proceedings of the Seminar for Arabian Studies 19, 1989, p. 61‑69.

Lesguer, Renel 2018 : F. Lesguer, H. Renel, « Un atelier de potier de la période médiévale découvert à Qalhāt (Oman) », dans C. Hardy‑Guilbert, H. Renel, A. Rougeulle, E. Vallet (dir.), Sur les chemins d’Onagre. Histoire et archéologie orientales. Hommage à Monik Kervran, Oxford, Archaeopress, 2018, p. 85‑106.

Lesguer, Schiettecatte 2020 : F. Lesguer, J. Schiettecatte, « A ninth- to tenth-century pottery workshop at al‑Yamāmah, Central Arabia », Proceedings of the Seminar for Arabian Studies 50, 2020, p. 203‑224, https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-02924081/document (consulté le 15/01/2021).

Mitsuishi, Kennet 2013 : G. Mitsuishi, D. Kennet, « Kiln sites of the fourteenth-twentieth-century Julfar Ware pottery industry in Ras al‑Khaimah, UAE », Proceedings of the Seminar for Arabian Studies 43, 2013, p. 225‑238.

Monteix 2018 : N. Monteix, « Using the chaîne opératoire to interpret the layout of Roman workshops », dans M. Bentz, T. Helms (dir.), Craft production systems in a cross-cultural perspective, Bonn, R. Habelt, 2018, p. 133‑150.

Morony 2016 : M.G. Morony, Manufacturing and labour, s.l., Routledge, 2016 (1er tirage 2003).

Philby 1922 : H.St J.B. Philby, The heart of Arabia. A record of travel and exploration, 2 vol., Londres, Constable, 1922.

Potts 1990 : D.T. Potts, The Arabian Gulf in Antiquity 2. From Alexander to the coming of Islam, Oxford, Clarendon Press, 1990.

al‑Rashid 1986 : S.A. al‑Rashid, Al‑rabadhah : a portrait of Early Islamic civilisation in Saudi Arabia, Riyadh, King Saudi University, College of Arts, 1986.

Rohmer 2019 : J. Rohmer, « Aux marges des mondes hellénistique, parthe et sassanide : la ville caravanière de Thâj (Arabie orientale) », Revue archéologique 67/1, 2019, p. 167‑176.

Rohmer 2020 : J. Rohmer, « Mission archéologique de Thâj (Arabie Saoudite) », Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 2020, https://www.aibl.fr/fouilles-archeologiques/labels-archeologie-2020-2021/article/mission-archeologique-de-thaj-2744 (consulté le 16/07/2020).

Rohmer à paraître : J. Rohmer, « Thāj », Thematic dictionary of ancient Arabia, à paraître.

Rohmer et al. 2018a : J. Rohmer, R. al‑Katib Alkontar, M. Bano, P. Calou, A. Coudrin, R. Crassard, C. Durand, J.‑R. Dujardin, D. Gazagne, M. al‑Hajiri, J. Janky, M. Laguardia, F. Lesguer, C. Marquaire, O. Munoz, I. al‑Mshabi, Mission archéologique de Thaj. Rapport 2017/2018. Rapport de fouille archéologique, 2018 (inédit).

Rohmer et al. 2018b : J. Rohmer, A. al-Jallad, M. al-Hajiri, R. al-Katib Alkontar, T. Beuzen‑Waller, P. Calou, D. Gazagne, K. Pavlopoulos, « The Thāj Archaeological Project : results of the first field season », Proceedings of the Seminar for Arabian Studies 48, 2018, p. 287‑302.

Rougeulle 2007 : A. Rougeulle, « Ceramic production in mediaeval Yemen : the Yaḍḡaṭ kiln site », Proceedings of the Seminar for Arabian Studies 37, 2007, p. 239‑252.

Rougeulle 2010 : A. Rougeulle, « The Qalhât Project : new research at the medieval harbour site of Qalhāt, Oman », Proceedings of the Seminar for Arabian Studies 40, 2010, p. 303‑319.

Rougeulle 2017 : A. Rougeulle, « Medieval Qalhāt, historical vs archaeological data », Arabian Humanities 9, 2017, https://journals.openedition.org/cy/3442 (consulté le 15/01/2021).

Rougeulle, Lesguer 2019 : A. Rougeulle, F. Lesguer, « Public bathing in medieval Oman : the Qalhāt Hammām », The Journal of Oman Studies 20, 2019, p. 177‑200, https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-02316308/document (consulté le 15/01/2021).

Schiettecatte, al‑Ghazzi 2016 : J. Schiettecatte, A. al‑Ghazzi, Al‑Khardj I. Report on two excavation seasons in the oasis of al‑khardj, 2011‑2012, Saudi Arabia, Riyadh, Saudi Commission for Tourism and Antiquities, 2016.

Thiriot 1997 : J. Thiriot, « Géographie du four de potier à barres d’enfournement », dans H. Marchesi, J. Thiriot, L. Vallauri (dir.), Marseille, les ateliers de potiers du xiiie s. et le quartier Sainte-Barbe (vexviie s.), Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1997, p. 345‑372.

Thiriot 2015 : J. Thiriot, « Dire et redire encore des évidences à propos des tours et des fours de potiers », dans F. Thuillier, E. Louis (dir.), Tourner autour du pot… Les ateliers de potiers médiévaux du ve au xiie siècle dans l’espace européen. Actes du colloque international de Douai (5‑8 octobre 2010), Caen, Presses universitaires de Caen, 2015, p. 569‑582.

Vosmer 2004 : T. Vosmer, « Qalhât, an ancient port of Oman : results of the first mission », Proceedings of the Seminar for Arabian Studies 34, 2004, p. 389‑404.

Vosmer et al. 1999 : T. Vosmer, D.A. Agius, P. Baker, J. Carpenter, S. Cave (dir.), Oman maritime heritage project field report 1998, Perth, Western Australian Maritime Museum, 1999.

Whitehouse 1972 : D. Whitehouse, « Excavations at Sīrāf : fifth interim report », Iran 10, 1972, p. 63‑87.

Yule 2018 : P.A. Yule, « Archaeology of the Arabian Peninsula in the late pre-Islamic and early Islamic periods (1st millennium CE) : background sketch to early falconry », dans K.‑H. Gersmann, O. Grimm (dir.), Raptor and human ‒ falconry and bird symbolism throughout the millennia on a global scale, 4 vol., Kiel/Hambourg, Wachholtz Verlag/Murmann Publishers, 2018, p. 1691‑1767.

Notes

1 Thèse en cours intitulée Étude fonctionnelle, spatiale et chronologique des ateliers de potier et de leurs productions dans la région du golfe Persique et de la péninsule Arabique au cours des périodes préislamique et islamique sous la direction de Dominique Pieri à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Seront présentées dans le présent article quelques données préliminaires quant aux lieux de production dans la péninsule. Les productions propres ont déjà été décrites dans plusieurs articles (Lesguer, Renel 2018 ; Lesguer, Schiettecatte 2020 notamment) ; il n’en sera pas question ici. Les conclusions générales quant aux réseaux et les influences relatives aux ateliers et aux productions relèveront donc de la synthèse de ce travail doctoral.

2 Monteix 2018, p. 136.

3 Potts 1990, p. 31‑37.

4 Carruthers 1922, p. 322.

5 Bibby 1973.

6 Gazdar, Potts, Livingstone 1984 ; Eskoubi, Abu al‑Aala 1985 ; al‑Hashash et al. 2001 ; al-Hashash et al. 2002 ; al‑Hashash et al. 2005 ; al‑Hashash et al. 2006.

7 Rohmer 2019.

8 Rohmer 2020.

9 Huth, Alfen 2010.

10 Rohmer à paraître.

11 Rohmer et al. 2018a, p. 190.

12 Alsuhaibani 2010, p. 43.

13 Ghabbân, André-Salvini, Demange 2010, p. 387‑391.

14 Il est identifié comme le four 4.

15 Ce secteur est défini comme la zone 8 dans le cadre de la mission franco-saoudienne.

16 Pour le vocabulaire technique et constructif des fours, voir Thiriot 2015.

17 Rohmer et al. 2018b, p. 295.

18 Il est identifié comme le four 348.

19 Des études complémentaires sont en cours : S. Priestman s’occupe de l’étude céramologique des ateliers, V. Dabrowski fait l’étude archéobotanique et J. Studer travaille sur l’étude archéozoologique.

20 Dentzer et al. 2005.

21 Amr, al‑Mumani 1999.

22 Alden, Balcer 1978.

23 Philby 1922.

24 Al‑Ghazzi 2010.

25 Schiettecatte, al‑Ghazzi 2016.

26 Lesguer, Schiettecatte 2020.

27 La brique crue est constituée de terre à bâtir moulée ou modelée sous une forme de pavé, alors que la bauge est de la terre à bâtir directement utilisée dans la construction avec ou sans coffrage.

28 Desbat 2004, p. 150.

29 Outil dont le potier se sert pour terminer ses ébauches de poteries.

30 L’étude de la céramique produite dans l’atelier est publiée dans Lesguer, Schiettecatte 2020.

31 Ghabbân, André‑Salvini, Demange 2010, p. 438 ; Morony 2016, p. 15 ; Yule 2018, p. 1717.

32 Al‑Rashid 1986, p. 75.

33 Almaiql 2011 ; Ghabbân, André‑Salvini, Demange 2010, p. 463 ; Gilmore et al. 1985.

34 Keall 1989.

35 Rougeulle 2007.

36 Whitehouse 1972.

37 Thiriot 1997.

38 François, Shaddoud 2013.

39 Rougeulle 2017.

40 Vosmer 2004.

41 Vosmer et al. 1999 ; Ibrahim, ElMahi 2000 ; Costa 2002.

42 Rougeulle 2010.

43 Rougeulle 2010, p. 312.

44 Lesguer, Renel 2018.

45 L’étude de la céramique produite dans l’atelier est publiée dans Lesguer, Renel 2018.

46 Rougeulle, Lesguer 2019, p. 190.

47 Carter 2005, p. 143.

48 Mitsuishi, Kennet 2013.

49 Bakhtiari 1979.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Carte de la péninsule Arabique et des principaux sites mentionnés (F. Lesguer).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/16451/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Fig. 2 – Carte de localisation des ateliers de potier du site de Thāj (F. Lesguer / Thaj Archaeological Project).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/16451/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 205k
Titre Fig. 3 – Four 4 daté des ive‑iiie siècles av. J.‑C. sur le Tall al‑Zāyir (F. Lesguer / Thaj Archaeological Project).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/16451/img-3.JPG
Fichier image/jpeg, 186k
Titre Fig. 4 – Plan phasé de la zone 1 du faubourg de Thāj (F. Lesguer / Thaj Archaeological Project).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/16451/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 206k
Titre Fig. 5 – Plan du site d’al‑Yamāma et de la localisation des sondages (M. Niveleau, J. Schiettecatte / Mission archéologique franco-saoudienne dans l’oasis d’al‑Kharj).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/16451/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 213k
Titre Fig. 6 – Plan phasé de l’atelier de potier du sondage 3 d’al‑Yamāma (F. Lesguer / Mission archéologique franco-saoudienne dans l’oasis d’al‑Kharj).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/16451/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 233k
Titre Fig. 7 – Plan préliminaire de la ville médiévale de Qalhāt et localisation de l’atelier de potier B41 (O. Barge, E. Régagnon, F. Lesguer / Qalhāt Development Project).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/16451/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 910k
Titre Fig. 8 – Plan de l’atelier de potier B41 (F. Lesguer / Qalhāt Development Project).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/16451/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 135k

Auteur

Université Paris 1, Orient & Méditerranée (UMR 8167)

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search