Version classiqueVersion mobile

Kition-Bamboula VIII

 | 
Olivier Callot
, 
Sabine Fourrier
, 
Marguerite Yon

Troisième partie. Le comblement portuaire d’époque impériale

Chapitre 6. Le contexte

Sabine Fourrier et Sandrine Marquié

Texte intégral

1Comme on l’a vu dans le chapitre 3, l’extension de l’exploration vers le nord, qui visait à déterminer la longueur des loges, a procédé par sondages profonds mais d’emprise réduite, afin de permettre un pompage efficace et de ralentir l’ennoiement des carrés de fouille. Ces sondages, qui ont révélé, entre 1995 et 1998, l’existence d’une sixième puis d’une septième rangée de piliers, ont également mis en évidence un épais dépôt recouvrant le niveau des rampes des neosoikoi, à leur extrémité nord (chap. 3, fig. 63). En 1995 a ainsi été découvert le pilier 764 (6e rangée) ; en 1996 le pilier 780 (6e rangée) ; en 1996‑1997, dans le sondage 15, le pilier 801 (7e rangée) ; en 1998, dans le sondage 16, le pilier 818 (7e rangée).

  • 1 Mobilier associé : UF 102‑103 (1996) : K96‑259‑348 ; UF 113 (1996) : K96‑1762‑1978 ; UF 114 (1996) (...)
  • 2 Mobilier associé : UF 112 (1996) : K96‑1567‑1761 ; UF 102 (1997) : K97‑3015‑3482 ; UF 105 (1997) : (...)
  • 3 Matériel associé : UF 9 (1995) : K95‑439‑447, K95‑501‑561, K95‑811‑818 et K95‑946‑993 ; UF 101 (19 (...)

2Le dépôt, d’environ 1 m d’épaisseur, était constitué de tessons et de matériaux divers, la majorité du mobilier datant de l’époque impériale. Deux niveaux de comblement ont été distingués dans les sondages 15‑16. Le niveau inférieur comprend les UF 102, 103, 113 et 114 (1996), UF 103, 108, 112 à 115 (1997) et l’UF 105 (1998)1 ; le comblement supérieur les UF 112 (1996), UF 102, 105 et 106 (1997) et UF 101 (1998)2. Dans les autres sondages, en revanche, le dépôt a été fouillé avec les UF 9 (1995) et 101 (1996)3 sans qu’on puisse distinguer de phases de remplissage.

3Cet ensemble, outre l’intérêt qu’il présente pour étudier le répertoire du mobilier céramique de Kition à l’époque impériale et l’insertion de la ville dans le réseau des échanges commerciaux méditerranéens (infra, chap. 7), offre des indices intéressants concernant l’histoire du port de Bamboula après l’abandon des docks militaires et l’occupation de cette zone de la ville à l’époque impériale.

La constitution du comblement

  • 4 Djaoui 2019.

4Les recherches effectuées dans la zone portuaire d’Arles ont montré la difficulté d’identifier l’origine des céramiques découvertes dans le Rhône4. En effet, ces dernières peuvent tout aussi bien être le témoignage de rejets liés aux activités commerciales (ratés de transbordements, rejet de vaisselle de bord ou de vases marchandises, erreur de manutention des dockers, etc.), que de rejets de consommation (déchets alimentaires), de rejets d’ateliers ou de matériaux de construction provenant de démolitions. Il en est de même dans un bassin portuaire, qui, après l’abandon de sa fonction de port militaire (d’accès réglementé), a continué d’être fréquenté pour l’acheminement de marchandises. La configuration particulière du bassin (seulement accessible depuis le nord‑est), sa faible profondeur et l’absence de môles construits indiquent que les navires marchands stationnaient au large, et que les cargaisons étaient transbordées sur des navires plus légers pour atteindre Bamboula.

5Toutefois, le port de Bamboula était‑il encore utilisable à l’époque impériale ? C’était sans doute le cas quand Strabon (XIV, 6, 3) décrivait un « port fermé », mais on peut en douter pour les époques postérieures. Rappelons d’abord que l’analyse géomorphologique a démontré que la zone portuaire se situait à cette époque dans une lagune semi‑fermée en connexion avec la mer, qui s’est progressivement ensablée (chap. 1, fig. 10.5). L’étude archéologique, quant à elle, a montré l’existence de raccords entre les tessons des sondages 15‑16, y compris entre les deux niveaux de comblement. Ainsi, pour ne citer que quelques exemples, plusieurs amphores Agora M54 et Agora G198 ont été reconstituées à partir de fragments issus du comblement inférieur du sondage 15 qui recollent avec des tessons retrouvés dans le comblement supérieur du sondage 16. De même, un fragment de bol caréné P40 en CS, découvert dans le comblement inférieur du sondage 15, recolle avec d’autres tessons trouvés en surface. Enfin, l’examen du mobilier de chaque niveau de comblement ne permet pas de distinguer de différence chronologique puisque les types les plus récents sont attestés aussi bien en surface que dans la partie inférieure du comblement (ES A type 56 et 64, CS P11/12 et P40, imitation de CS, dérivé du type P40, mortier et cruche de Ras el‑Bassit, etc.). Il s’agit donc d’un dépôt qui a été brassé, contenant un mobilier qui s’étend sur plusieurs siècles : l’étude (chap. 7, infra) montre que la plupart des fragments datent de la période allant du ier au iiie s. ap. J.‑C., les éléments les plus récents étant sans doute à placer au ive. On dénombre également des tessons appartenant aux périodes antérieures, qui documentent toute la chronologie d’occupation de la Bamboula, du Bronze récent (xiiie s. av. J.‑C.) à la fin de l’époque hellénistique. Ce mobilier est, en outre, assez fragmentaire ; les profils complets sont rares et aucune forme entière n’a été retrouvée. Par ailleurs, si les récipients en céramique constituent l’essentiel du matériel découvert dans ce comblement, on dénombre également des matériaux de construction (74 fragments de terres cuites architecturales dont des tegulae, des couvre‑joints et des canalisations), des déchets alimentaires (faune et coquillages), plusieurs objets en alliage cuivreux, des figurines et du lapidaire (vasques, placages de marbre, brûle‑parfum et cippe).

6L’état de fragmentation du mobilier, sa nature hétérogène (céramique, faune, coquillages, lapidaire, matériaux de construction, etc.) et la répartition des éléments dans le comblement suggèrent donc qu’il s’agit d’un dépôt secondaire plutôt que d’un témoignage direct d’une activité commerciale. Cette lagune semi‑fermée, probablement déjà partiellement ensablée, a servi de lieu de décharge plutôt que de lieu d’accostage pour des bateaux de commerce.

La Bamboula à l’époque impériale

  • 5 KB IV, p. 30‑31.
  • 6 KB IV, p. 304‑305.
  • 7 Callot 2016.

7Il est alors intéressant d’exploiter le témoignage de ce comblement pour mieux appréhender le paysage de cette zone de la ville de Kition à l’époque impériale. Comme on l’a vu (chap. 2, supra), les restes d’occupation découverts à Bamboula sont bien maigres à partir du iie s. av. J.‑C. : quelques fragments de murs mis au jour lors des fouilles suédoises, quelques traces de sols. « Le site de la Bamboula paraît ne plus avoir été occupé de manière régulière jusqu’à l’établissement du “fortin” médiéval »5. La fouille n’a livré que très peu de céramique d’époque impériale. Les autres types de mobilier (lampes6 et monnaies7) sont tout aussi rares. Quelle qu’ait été l’ampleur des travaux de terrassement britanniques de 1879, elle ne peut suffire à expliquer ce déficit. Il faut raisonnablement en déduire une déprise urbaine, sans doute à partir de la fin du ier s. ap. J.‑C.

  • 8 Karageorghis 2005, p. 94 et 101.
  • 9 Marquié 2003b.
  • 10 Comme l’indiquent les nombreux cippes découverts lors des fouilles de Cesnola : KB V, p. 166‑167 e (...)

8Or, une même observation ressort de l’examen des zones voisines, qui constituaient, avec Bamboula, le cœur de la ville de Kition du Bronze récent à la fin de la période hellénistique, autour des sites de la Chrysopolitissa et de Kathari (pour leur localisation, voir chap. 2, fig. 2). Les vestiges attribuables à l’époque impériale consistent pour l’essentiel en citernes et en puits8. Le seul ensemble mobilier cohérent, découvert dans l’Area I (zone de la Chrysopolitissa) provient d’une fosse9. Il est daté du iiie s. ap. J.‑C. Les tombes datables de l’époque impériale, localisées dans les anciennes nécropoles de l’âge du Fer, à l’ouest, sont aussi singulièrement peu nombreuses, alors qu’elles sont bien attestées dans la partie sud de la ville moderne de Larnaca10.

  • 11 Fourrier et Rabot 2020b.
  • 12 François 2017, p. 836‑837.

9Deux découvertes récentes permettent de compléter ce tableau. Les fouilles d’urgence du département des Antiquités ont ainsi partiellement dégagé, lors des travaux de mise en place du tout‑à‑l’égout (à partir de 2012), immédiatement à l’ouest de Bamboula, un sol mosaïqué qui appartenait probablement aux bains d’une villa. La fouille est inachevée (le pâté de maisons est en cours d’expropriation), les résultats inédits et la datation incertaine (ive s. ap. J.‑C. ?). L’autre découverte provient de nos fouilles à Bamboula : nous avons mis au jour un puits à roue élévatrice comblé au début du ive s. ap. J.‑C. (supra chap. 2, fig. 6)11. Ce type de puits est bien connu à Chypre, surtout à partir de l’époque médiévale. Ils servaient, en ville, à alimenter les fontaines ; à la campagne, à irriguer les jardins et les champs12. Ces quelques vestiges dessinent ainsi un paysage suburbain, fait de vergers et d’habitat lâche.

10C’est dans ce paysage qu’il faut replacer le comblement portuaire d’époque impériale. L’ancien port, alors envasé, ne sert plus au trafic marchand. Il borde une zone autrefois densément construite, qui sert désormais de carrière de récupération de blocs et de décharge. Des champs et des vergers ont remplacé la ville. Cette dernière s’est déplacée plus au sud, ne laissant subsister dans la zone que des constructions éparses, dont au moins une villa.

Notes

1 Mobilier associé : UF 102‑103 (1996) : K96‑259‑348 ; UF 113 (1996) : K96‑1762‑1978 ; UF 114 (1996) : K96‑1979‑2015 ; UF 103 (1997) : K97‑3488‑3519 et K97‑4039‑4056 ; UF 113 (1997) : K97‑4185 ; UF 114 (1997) : K97‑3483‑3487 ; UF 115 (1997) : K97‑3520‑3580 ; UF 105 (1998) : K98‑1655‑1707.

2 Mobilier associé : UF 112 (1996) : K96‑1567‑1761 ; UF 102 (1997) : K97‑3015‑3482 ; UF 105 (1997) : K97‑3581‑3654 et K97‑4086‑4183 ; UF 106 (1997) : K97‑3655‑4031 ; UF101 (1998) : K98‑1002‑1628.

3 Matériel associé : UF 9 (1995) : K95‑439‑447, K95‑501‑561, K95‑811‑818 et K95‑946‑993 ; UF 101 (1996) : K96‑1264‑1323.

4 Djaoui 2019.

5 KB IV, p. 30‑31.

6 KB IV, p. 304‑305.

7 Callot 2016.

8 Karageorghis 2005, p. 94 et 101.

9 Marquié 2003b.

10 Comme l’indiquent les nombreux cippes découverts lors des fouilles de Cesnola : KB V, p. 166‑167 et p. 278‑313.

11 Fourrier et Rabot 2020b.

12 François 2017, p. 836‑837.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search