Version classiqueVersion mobile

Chalcis/Qinnasrin (Syrie)

 | 
Marie-Odile Rousset

Synthèse. De Chalcis à Qinnasrin

Chapitre 20 – Morphologie historique de la ville de Qinnasrin

Marie-Odile Rousset

Texte intégral

1Tous les éléments présentés dans les chapitres qui précèdent, sources écrites ou matérielles, apparaissent à première vue plutôt épars, mais sont autant de pièces d’un puzzle qui ne demande qu’à être reconstitué, en proposant des restitutions pour les parties manquantes. C’est le but de ce chapitre qui tente, pour chaque période historique, de faire une synthèse des données disponibles et de proposer des hypothèses d’interprétation.

2Une découverte importante des campagnes de terrain à al‑‘Iss aura été de mettre en évidence la vaste étendue du site, qui s’étale sur plus de 2,7 km du nord au sud par 1,7 km d’est en ouest (Chapitre 6, fig. 3). Selon les périodes, différentes parties du site ont été investies.

Le site de l’âge du Bronze

  • 1 Ces tessons dateraient de la fin de l’âge du Bronze (Albright, Dougherty 1926, p. 8).

3La période la plus ancienne attestée archéologiquement est celle de la transition entre l’âge du Bronze ancien et l’âge du Bronze moyen (Chapitre 16 ; Chapitre 19, fig. 18a). Elle correspond à l’établissement d’une vaste nécropole, sur le sommet et les pentes du Jabal al‑‘Iss, notamment sur les flancs de l’oued nord (Chapitre 6, fig. 70‑77). D’autres tombes de cette époque ont être été réutilisées plus tard, par exemple comme citernes (Chapitre 6, fig. 69) ou cavités habitées, ou détruites par les carrières antiques et médiévales (Chapitre 13). Un édifice particulier a été mis en évidence par la prospection géophysique à l’extrémité nord-ouest du massif (Chapitre 6, fig. 64). De 15 x 12 m, cette construction ovale avec une ligne axiale recoupée par trois perpendiculaires pourrait être une tombe collective, à l’image des tombes royales de Bahreïn où sont inhumés des souverains d’origine amorrite (Laursen 2017, p. 132, fig. 180). Elle dominait toute la zone au nord et notamment les petits établissements en contrebas, au bord de la rivière. C’est sans doute dans ces petits hameaux qu’ont vécu les occupants de ces tombes et probablement aussi sur le tell. Lors d’expéditions anciennes, des fragments de céramique ont été ramassés près de la base du tell 1.

4L’âge du Bronze moyen pourrait avoir vu l’édification d’une première fortification sur le sommet de la montagne et la construction, à l’intérieur, de bâtiments. En effet, l’un des résultats les plus importants de nos travaux de terrain a été la découverte, sur cet emplacement stratégique majeur, d’une forteresse dont les vestiges font appel à plusieurs types d’appareils qui renvoient à différentes périodes de construction. La plus récente, édifiée au début de l’époque islamique (voir plus loin), pourrait s’appuyer sur des vestiges bien antérieurs. C’est ce que semblent indiquer deux coupes fortuites, sur le côté nord-ouest de la carrière moderne qui entaille la montagne (en P409 ; Chapitre 6, fig. 48‑49), ainsi qu’un autre mur mis au jour par des pilleurs, un peu plus loin vers l’ouest (P86). Cette première fortification, d’environ 700 m de largeur pour une surface intérieure d’environ 35 ha, aurait été édifiée en brique crue, renforcée par des massifs en moellons calibrés liés à la terre, pour les murs de barrage sur les oueds. La faille géologique qui entaille la colline du Jabal al‑‘Iss aurait été en partie comblée par d’énormes apports de remblai, pour pouvoir inclure son côté sud dans le périmètre fortifié et ainsi assurer pleinement le contrôle visuel de la région méridionale. Cela paraît plausible dans la mesure où de gigantesques travaux de terrassement ont été observés sur nombre de sites fortifiés à l’âge du Bronze moyen (Rousset et al. 2017). À l’intérieur de la forteresse, la prospection géomagnétique a mis en évidence plusieurs bâtiments bien distincts les uns des autres. Une partie d’entre eux au moins a été construite à l’âge du Bronze, car la céramique de cette période est abondante en surface et dans des trous de pilleurs qui longent deux murs (Chapitre 6, fig. 61). Un bâtiment se distingue nettement des autres, au centre de la fortification de Qinnasrin, sur le point culminant. La réponse magnétique à la prospection géophysique est très forte et pourrait suggérer une construction en blocs de basalte (Chapitre 6, fig. 62). Quelques-uns de ces blocs ont été observés en surface dans ce secteur. Pourrait-il s’agir, ainsi que le suggèrent Kohlmeyer et al. (2012, p. 6) d’un temple célébrant le culte du Wettergott, dans la même situation que celui d’Alep ?

  • 2 Mission de prospection géographique et archéologique dirigée par Bernard Geyer (CNRS, Archéorient) (...)

5La présence d’une grande forteresse du Bronze moyen à Qinnasrin correspond à un type d’implantation mis en évidence dans la région des Marges arides, au sud-est de ce site 2. Qinnasrin s’intègre parfaitement dans le réseau de défense de l’âge du Bronze moyen (1850‑1600 av. J.‑C.), observé à la lisière est du Jabal al‑‘Ala (Rousset et al. 2017). L’analyse du peuplement régional à l’âge du Bronze moyen permet de dire qu’au sein de ce réseau Qinnasrin occupe une position hiérarchique juste en dessous des capitales de royaume que sont Alep et Ebla, desquelles elle est située à égale distance. Une de ses fonctions était de surveiller un des grands axes militaires qui passait à ses pieds. En tout état de cause, l’identification du site dans la documentation écrite reste à faire. Ce travail nécessitera de considérer l’ensemble du réseau des agglomérations, leur fonction et leur hiérarchie, ce qui permettra de proposer une identification entre les toponymes qui apparaissent dans les textes et le site actuel de Qinnasrin. Le site étant inconnu pour cette période avant notre publication, il n’a pas encore été pris en compte dans les recherches de topographie historique. De plus, son nom aux IIIe et IIe millénaires est sans doute assez éloigné de celui qui apparaît dans les sources du Ier millénaire, car il semble n’y avoir aucune forme proche dans la documentation épigraphique de ces périodes (Bonechi 1993 ; Belmonte Marin 2001 ; Villard 1986).

La « qi‑na‑as‑ri‑na » araméenne

  • 3 Bagg 2007, p. 197‑198 ; Tadmor, Yamada, Novotny 2011 (Tiglath-Pileser III, 35, ii 8’).

6La mention la plus ancienne du toponyme « Qinnasrin » apparaît dans deux inscriptions de Tiglat-Pileser III, dans les annales gravées sur les murs de son palais de Nimroud et sur une stèle en Iran, qui relatent les expéditions qu’il a effectuées en Syrie durant son règne, entre 745 et 727 av. J.‑C. La stèle mentionne « la cité de Qinasrina [URU.qi‑na‑as‑ri‑na] qui est dans la steppe » 3. Comme dans de nombreux autres cas, ce nom, transmis de l’araméen à l’arabe, s’est perpétué jusqu’à l’époque moderne, avec ou sans continuité de l’occupation du site, en parallèle du nom grec.

7L’agglomération de Qinnasrin du viiie s. avant notre ère devait donc être considérée comme suffisamment importante pour être mentionnée dans une inscription commémorative. Néanmoins, nous n’avons découvert nulle part sur le site de céramique pouvant se rapporter à cette période. En admettant une continuité du toponyme sur le site de Qinnasrin, l’agglomération de l’âge du Fer pourrait correspondre à une phase ancienne du tell. En effet, il s’avère peu probable qu’une telle plateforme ait été érigée spécifiquement à l’époque hellénistique (voir infra) dans le but d’établir une installation fortifiée à son sommet ; rappelons que le tell mesure à sa base 500 x 350 m et s’élève jusqu’à un maximum de 34 m. Il est donc sans doute d’origine anthropique, comme tous les tells. Seuls de rares tessons antérieurs à l’époque hellénistique ont été découverts par nous dans cette zone. Il est fort possible qu’un glacis postérieur ait scellé les niveaux les plus anciens et que les occupations tardives aient masqué le peu d’artefacts de ces périodes. Dans l’état actuel des recherches, on peut proposer comme hypothèse de rattacher à cette phase d’occupation certaines traces perceptibles sur la carte issue de la prospection géophysique réalisée sur le sommet du tell (Chapitre 6, fig. 10f).

8Ce qui semble être un fragment d’inscription cunéiforme monumentale pourrait en être l’un des rares vestiges (Chapitre 15, fig. 3a). Il s’agit d’un bloc de calcaire taillé à l’époque byzantine, soit dans un bloc préexistant, soit dans les carrières du flanc sud de la montagne. Dans ce cas, l’inscription pourrait provenir de ce secteur.

Chalcis à l’époque hellénistique

  • 4 Si cette occupation était localisée uniquement sur le tell, elle pourrait, comme pour les périodes (...)

9Le nom même de Chalcis sous-entend une fondation grecque dans la mesure où il fait référence à la puissante cité de Chalcis en Eubée. Cependant, la thèse de la fondation de la ville par Séleucos ier (358‑281 av. J.‑C.), évoquée par Appien (Todt, Vest 2014, p. 1048), n’a pas été confirmée par le matériel céramique découvert 4. En revanche celui-ci atteste sans ambiguïté d’une occupation à la fin de l’époque hellénistique, au iie s. av. J.‑C. (Chapitre 18). Cette datation concorde avec l’attestation d’une agglomération à cette époque : en 145‑144 av. J.‑C., Diodote Tryphon, usurpateur se réclamant du roi séleucide Antiochos VI, est venu cantonner son armée près de Chalcis (Todt, Vest 2014, p. 1049). La cité aurait alors été au centre d’une principauté arabe (Chapitre 1).

  • 5 On ne peut cependant exclure que le matériel de cette époque ramassé au sud-ouest du tell correspo (...)

10Les observations effectuées sur le site permettent d’esquisser à gros traits une hypothèse sur la morphologie de l’agglomération à l’époque hellénistique (fig. 1). L’occupation est alors essentiellement localisée sur le tell et au sud-ouest de celui-ci (Chapitre 19, fig. 18c) 5. Les indices archéologiques montrent que l’occupation de cette période est de nature militaire et correspond à l’édification d’une forteresse sur le tell préexistant, avec la construction probable d’un glacis et, au sommet, d’un mur renforcé de tours muni d’une entrée au sud-ouest. Cette dernière pourrait avoir été située dans l’angle formé par un décrochement du mur du rempart tel qu’il est visible en surface. Un bloc de grande taille (un demi-seuil ou linteau), muni d’une crapaudine, est encore présent à cet endroit et provient sans doute d’une porte qui pourrait cependant également appartenir à des phases de fortification plus tardives. L’hypothèse de l’accès ancien à cet emplacement semble confirmée par les résultats de la prospection géophysique, qui montre des éléments de voirie et de bâtiments orientés selon un axe provenant de cette entrée (Chapitre 6, fig. 10e). Ce premier axe traverse le tell en oblique, jusqu’à son angle oriental. Il est recoupé par plusieurs axes orientés nord-ouest sud-est. Au croisement des deux axes principaux, dans la partie centrale du tell, se trouve une structure carrée de 10 m de côté avec une réponse magnétique forte. Ces axes structurent l’occupation du tell en reliant des points forts : porte, point central et peut-être déjà un édifice cultuel sous le bâtiment circulaire repéré par la prospection géophysique et que nous interprétons comme une église (Chapitre 6, fig. 9).

Fig. 1 – Proposition de restitution de la morphologie de Chalcis à la fin de l’époque hellénistique (M.‑O. Rousset, mission Qinnasrin).

Fig. 1 – Proposition de restitution de la morphologie de Chalcis à la fin de l’époque hellénistique (M.‑O. Rousset, mission Qinnasrin).

11À environ 1 km à l’est du tell, au bord du Quwayq, le site P36 a également livré de la céramique de la fin de l’époque hellénistique, dont de nombreuses importations luxueuses (Chapitre 18). Il pourrait s’agir d’une résidence au bord de la rivière.

12Plusieurs voies de communication pourraient avoir été mises en place dès cette époque ; elles reprennent l’orientation des traces évoquées précédemment sur le tell. Elles sont perceptibles dans la trame actuelle du village et sur les images aériennes. Dans le prolongement de l’axe principal du tell, la première pourrait avoir relié Chalcis à Apamée. Parallèle à celle-ci et au sud du tell, la deuxième relierait le petit établissement au pied du tell au site P36 et, au-delà, rejoindrait Zeugma via Manbij. Enfin, une voie vers Alep et Antioche correspondrait à la route actuelle qui descend du Jabal al‑‘Iss, depuis le col, en droite ligne jusqu’au cimetière actuel, à l’ouest du tell. En effet, le prolongement de cette voie vers le sud s’oriente sur l’entrée de la fortification primitive. La ville des morts quant à elle pourrait s’être développée à l’est de cet axe, sur le piémont de la montagne.

13Ces résultats confirment le principe d’évolution mis en évidence ailleurs en Syrie (Will 1989 ; Leriche 2000) selon lequel les fondations hellénistiques seraient avant tout militaires. Il y aurait d’abord une citadelle-forteresse, puis dans un deuxième temps seulement, une ville de plan hippodamien.

L’urbanisme romain à Chalcis

14D’après J. Aliquot, c’est bien à Chalcis ad Belum, la Chalcis de Syrie du Nord, qu’il faut situer le royaume de Chalcis, attesté au moins à partir de 41 ap. J.‑C. jusqu’à la reprise en main et la réorganisation des territoires régionaux par Vespasien, au plus tard en 75 ap. J.‑C. L’administration de la cité aurait alors été confiée au gouverneur de la province romaine de Syrie. Le monnayage de Chalcis, avec une production particulière au nom de Flavia Chalcis, se poursuit jusqu’à 169 (Chapitre 1). Chalcis pourrait avoir eu le statut de colonie, à une époque postérieure à celle de ces dernières monnaies civiques, soit dans la première moitié du iiie s. ap. J.‑C., comme pourrait le suggérer le texte de la cuve inscrite étudiée par P.‑L. Gatier (Chapitre 2).

15Les éléments de compréhension de la structure urbaine à l’époque romaine reflètent l’importance de la ville : ils sont plus nombreux et recouvrent une surface bien plus importante qu’à l’époque hellénistique même s’ils s’inscrivent dans la continuité de cette occupation (fig. 2). La datation fournie par la céramique (45 % des secteurs prospectés présentent au moins un tesson attribuable à l’époque romaine) semble indiquer que le tell continue à être occupé, sans doute comme acropole de la ville, tandis que le quartier à ses pieds se développe (Chapitre 19, fig. 18d). Le tell a peut-être été réaménagé, avec la (re)construction du rempart sud. Les alignements repérés par la prospection géophysique qui ne sont liés ni aux traces visibles en surface ni à celles en rapport avec l’accès oriental suivent par contre la même orientation que ce rempart et que les axes principaux de la ville (Chapitre 6, fig. 10d).

Fig. 2 – Proposition de restitution de la morphologie de Chalcis à l’époque romaine (M.‑O. Rousset, mission Qinnasrin).

Fig. 2 – Proposition de restitution de la morphologie de Chalcis à l’époque romaine (M.‑O. Rousset, mission Qinnasrin).
  • 6 C’est le cas également à Baalbek, où les grands axes antiques sont encore conservés dans la voirie (...)

16La ville s’étend sous une grande partie du village actuel et des quartiers apparaissent, dans la partie ouest de la butte nord et en contrebas de celle-ci, à l’est. P36 continue à être occupé. Des vestiges d’une grande ville fortifiée semblent avoir été préservés dans les constructions postérieures et jusque dans la trame des rues actuelles 6 et le tracé des canaux récents.

17Un élément curieux du cadastre actuel est le plan de la cour de l’école, triangulaire. Le côté oriental est aligné sur le rempart byzantin, encore en élévation dans ce secteur. Le côté sud-ouest reprend le tracé d’une piste visible sur les images aériennes de la fin des années 1950 (Chapitre 6, fig. 1 et 2). Le troisième côté, au nord-ouest, est aligné sur une rue dans le prolongement du segment nord-ouest du rempart byzantin, qui est visible sur les photographies aériennes de 1958 et 1960, antérieures aux constructions, et correspond, sur les photographies de von Oppenheim (Introduction, fig. 4), à un relief du terrain. Cet alignement est quasiment perpendiculaire à la voie d’Antioche. Selon les photographies aériennes, avant de la rejoindre, il oblique vers le sud avec le même aspect de bourrelet. Ces éléments pourraient être les vestiges d’un grand rempart rectiligne et de son retour vers le sud.

18En P408, le creusement d’un canal, en 2010, a fait apparaître, à environ 1 m en dessous de la surface du sol, un mur de 2,70 m de largeur, alors qu’aucun relief n’était visible dans cette zone cultivée (Chapitre 8). En revanche, l’emplacement et l’orientation de ce mur correspondent à une ligne claire, bien visible sur les images aériennes, qui se prolonge de part et d’autre de ce sondage sur un total de 880 m environ (Chapitre 8, fig. 2). Ce mur est constitué de deux parements en grand appareil qui contiennent un blocage intérieur de petites pierres calibrées. Il a été arasé à une époque ancienne et était recouvert d’une couche de terre végétale contenant de la céramique attribuable au iiie s. ap. J.‑C. Il pourrait par conséquent s’agir d’un rempart de la ville romaine, détruit à un moment où la surface de cette dernière a été réduite.

19D’autres indices permettent de compléter le plan de la fortification : au sud-ouest, le site est limité par une légère différence de niveau et de nature du terrain (couleur, présence de matériel archéologique), parallèle à la voie d’Antioche. Sur les images aériennes satellitaires, elle correspond à une trace rectiligne, qui coupe perpendiculairement la voie d’Apamée, avec à cet endroit ce qui pourrait être une porte. Dans son prolongement, la trace d’un angle est bien visible, sur un grand nombre d’images, au sud du canal d’irrigation (Chapitre 6, fig. 1, par exemple) ; nous n’avons pas pu la repérer sur le terrain, ce secteur étant irrigué et cultivé chaque fois que nous y sommes allés. Le canal d’irrigation moderne suit la même orientation que la partie sud de l’angle sur 300 m ; son tracé a pu suivre une tranchée de prélèvement du mur ou un ancien fossé.

20Entre le village moderne et la montagne se trouve une vaste zone de carrières et de nécropoles, qui marque la limite nord de la ville antique. Les carrières ont été utilisées dès la fin de l’époque hellénistique et à l’époque romaine, comme en témoigne un fragment de tambour de colonne de 0,90 m de diamètre découvert sur le sol de l’une d’elles, sous des déblais anciens (Chapitre 13, fig. 18). Elles sont restées en activité jusqu’à l’époque islamique et ont fourni la pierre calcaire qui a servi à édifier les fortifications et monuments de la ville. Certaines carrières ont détruit des tombeaux rupestres antiques, dont quelques-uns portaient des inscriptions ou des décors sculptés, comme celui qui a été en partie dégagé en P407 (Chapitre 14). Là, les trois côtés visibles d’une salle rectangulaire ou d’un dromos sont décorés chacun d’une sculpture, encadrée d’un décor architectural ; elles représentent un aigle debout, un personnage masculin allongé sur un lit de banquet et, en face de ce dernier, un groupe composé d’une femme et d’un enfant. Les motifs et le style de la représentation sont très proches de l’art funéraire palmyrénien et aussi de celui du moyen Euphrate. Les tombeaux sont le plus souvent en forme d’hypogée, avec escalier d’accès et chambre centrale entourée de trois alcôves pourvues de loculi. L’un d’eux a été relevé par Léonce Brossé (Monceaux, Brossé 1925, fig. 2 ; Chapitre 14, fig. 1).

  • 7 Les vestiges de ce type d’édifice sont rares dans la région syrienne. En Palestine, seuls trois am (...)
  • 8 « Il est assez significatif que presque toutes les villes possédant des amphithéâtres, des stades (...)

21C’est dans ce même secteur, dans une de ces « grottes » non loin de l’angle nord-ouest du rempart, que Brossé avait trouvé en 1919 une statue fragmentaire en basalte, maintenant conservée au musée de Damas (fig. 3). Elle est datée entre le ier s. av. J.‑C. et l’époque de Claude (milieu du ier s. ap. J.‑C.), et représente un personnage cuirassé avec des houseaux à la palmyrénienne (Monceaux, Brossé 1925, p. 348 ; Seyrig 1934, pl. XXI ; Seyrig 1970, p. 94‑95). Plusieurs blocs antiques inventoriés dans le village actuel sont attribuables à cette phase de la ville de Chalcis, parmi lesquels un fragment de statue en porphyre, une colonne monolithe en granit de Troade (Chapitre 15, fig. 16a) et plusieurs autres fragments du même type dans les maisons proches. La présence de ces vestiges montre qu’au moins un grand monument a été édifié à l’époque romaine à Chalcis, peut-être un temple, dans la partie centrale de la ville. La base d’une colonne de grand diamètre ainsi que plusieurs fragments qui pourraient avoir appartenu à une grande colonne torse pourraient indiquer un monument qui marquait le croisement du cardo et du decumanus (Chapitre 15, fig. 14f, 20c et 20d), comme à Palmyre (Balty 2000, p. 228). Sur la photographie aérienne de 1960 (Chapitre 6, fig. 2), des tranchées de récupération de matériaux dessinent le plan d’une grande construction rectangulaire, à la lisière orientale du village. Pourrait-il s’agir du forum ? En P83, des murs arasés, construits en pierre taillée, pourraient appartenir à un grand bâtiment (Chapitre 6, fig. 18). La dépression ovale, de 118 x 86 m, dans l’angle sud-ouest de la ville (Chapitre 6, fig. 17), pourrait-elle correspondre aux vestiges d’un amphithéâtre ? Ses dimensions et sa disposition (en périphérie de la ville) sont comparables à celles des amphithéâtres de Anavarza/Anazarbus (Posamentir, Sayar 2006, p. 350‑351), Palmyre (Hammad 2006‑2007, p. 88), Bosra (Dentzer-Feydy 2007, p. 207) et Césarée (Weiss 2014, p. 112) 7. Enfin, il devait y avoir à Chalcis un ou des édifices suffisamment grands pour accueillir des concours : l’athlète de Laodicée sur mer (Lattaquié), Aurelius Septimius Irénaios y a concouru pour un talent en pugilat et à la course (IGLS IV, p. 26‑29, n° 1265). Une localisation possible pour un théâtre serait le flanc sud de la butte nord 8. La pente très marquée aurait fourni une bonne base pour l’installation d’un tel édifice.

Fig. 3 – Vue du personnage cuirassé provenant du tell de Chalcis et conservé au musée de Damas (N. Awad, DGAMS).

Fig. 3 – Vue du personnage cuirassé provenant du tell de Chalcis et conservé au musée de Damas (N. Awad, DGAMS).

22L’analyse des coupes de la cour de l’école a montré qu’à l’époque romaine (la plus ancienne représentée là), il n’y avait pas, dans ce secteur, de construction, mais une occupation sous la forme de petites fosses (Chapitre 7). À l’intérieur des remparts, seule une partie du terrain aurait alors été bâtie. C’est peut-être ce qui a entraîné la réduction de la surface de la ville fortifiée à la phase suivante.

23Les grandes voies venant d’Antioche et Apamée ont été conservées et ce sont elles, dans une certaine mesure, qui ont conditionné l’emplacement des portes occidentales de la ville. À l’époque romaine, Chalcis est un nœud routier important : elle est citée dans la Table de Peutinger (entre 200 et 450) et dans l’Itinéraire d’Antonin (vers 300). La ville est au croisement des routes de Beroia/Alep à Apamée de Syrie, d’une part, et d’Antioche à Litarba/Atharib, Gabbula/Jabul/Zebed et Barbalissos/Balis sur l’Euphrate, d’autre part (Todt, Vest 2014, p. 1049). Sur le terrain, ces routes peuvent être localisées grâce aux portes urbaines, elles-mêmes localisables par la présence de gros dépotoirs extérieurs à la ville, auxquels il fallait pouvoir accéder facilement, et par celle des portes, avérées ou supposées, de la ville byzantine.

24Le decumanus se greffe sur la voie d’Antioche et traverse la ville de part en part pour se diriger vers le petit site P36 et au-delà vers Anasartha/Khanasir et Barbalissos/Balis. Un autre axe pourrait avoir dérivé de la voie d’Antioche en longeant la zone des nécropoles et des carrières. Il passe par une porte grossièrement au centre du rempart nord, à côté du dépotoir P91. Dans le quartier nord-est de la ville, il pourrait correspondre à une trace rectiligne visible sur les photographies aériennes (Chapitre 6, fig. 1 et 2). À l’est, le quartier extra-muros développé autour du secteur P16 pourrait correspondre à la suite de cet axe de circulation. Il se prolonge vers le nord-est et longe le bâtiment rectangulaire isolé P16. La direction générale est celle de Hiérapolis/Manbij. Une porte pourrait s’être trouvée dans la partie nord de la muraille orientale, près du gros dépotoir P406 ; elle aurait par la suite été conservée dans la fortification byzantine.

25À l’époque romaine, plusieurs quartiers pourraient déjà s’être développés hors les murs. Dans les secteurs à proximité de l’angle nord de la muraille, il est difficile de caractériser l’occupation dans la mesure où celle-ci, comme celle des nécropoles, est continue jusqu’à l’époque abbasside. Ceci renforce l’idée d’une voie nord-sud. L’orientation des constructions mises en évidence par la prospection géophysique, dans le secteur nord, à l’intérieur du rempart, s’accorde avec cet axe et non avec le tracé du rempart dans ce quartier (Chapitre 6, fig. 33a). Elle pourrait résulter de la trame antérieure sur laquelle elle s’aligne. Ce cardo pourrait correspondre à l’axe de circulation vers Beroia/Alep, passant par la porte à l’angle nord du rempart, mise en évidence par la prospection géophysique. La voie longe les nécropoles, puis traverse le secteur P42 jusqu’au petit site P96 au bord du Quwayq. Vers le sud, elle pourrait se poursuivre dans la même direction, longer la base de l’acropole et le bâtiment P83 et sortir par une porte qui se situerait au point d’inflexion du tracé du canal moderne. Passé le mur, ce cardo se dirigerait vers Epiphania/Hama et Émèse/Homs, en contournant les marais du Mateq par l’ouest.

  • 9 Tell al‑Halawa est le plus grand site daté de la fin de l’époque hellénistique et de l’époque roma (...)

26Au moins deux grandes artères de la ville seraient alignées avec le cardo et perpendiculaires au decumanus : l’une se situerait dans le prolongement de l’axe central sur le sommet du tell (Chapitre 6, fig. 10d) aboutissant à une porte, dans le milieu de son rempart nord, qui avait été signalée par Jean Lauffray (Mouterde, Poidebard 1945, p. 9). L’autre artère pourrait conduire de la porte de Manbij vers une seconde porte dans le rempart sud, qui correspond à un dépotoir (au nord de P89). La direction générale de cet axe est celle de la steppe et de Sabboura par Tell al‑Halawa 9.

27Les différents axes romains, ainsi que l’emplacement de certaines des portes, ont été repris dans la morphologie de la ville byzantine.

  • 10 Pourrait-il y avoir eu, comme dans le cas d’Apamée et Laodicé/Lattaquié, « des “villes-sœurs” (Str (...)

28Le plan de Chalcis à l’époque romaine, en fonction des éléments décrits plus haut, correspondrait à un rectangle légèrement déformé, d’environ 1 320 m par 1 200 m, avec les angles nord et ouest tronqués, percé de 8 portes. Du point de vue de sa morphologie, Chalcis serait relativement proche de Beroia/Alep 10. Sa surface correspondrait à environ 145 ha. Si l’on compare avec la superficie estimée des agglomérations qu’Ernest Will considérait comme des fondations hellénistiques qui se sont développées à l’époque romaine (Will 1989, p. 474), cela correspond aux plus grandes d’entre elles : plus vaste qu’Alep (Sauvaget 1941a, pl. LII : environ 110 ha) et Damas (135 ha), mais comparable à Antioche (150 ha). En revanche, elle serait nettement moins étendue qu’Apamée, avec ses 250 ha (Balty 1991, p. 16), Laodicée, estimée à 225 ha, mais réduite à 170 ha sans le port (Sauvaget 1934, p. 128), ou Baalbek dont la ville de l’époque impériale ancienne (de la fin du ier s. av. J.‑C. à la fin du ier s. ap. J.‑C.) recouvre également 170 ha (Lehmann 2015, fig. 154 et 156). Cette emprise n’est peut-être pas si inattendue qu’il y paraît pour une ville qui aurait eu le statut de colonie (voir plus haut). À Bosra (Dentzer 2007, p. 15 : 90 ha), la parure monumentale de la ville romaine a été datée de l’époque sévérienne et l’une des hypothèses formulées est que ces travaux auraient pu être effectués à la suite de l’obtention du titre et de la dignité de colonie (Dentzer, Blanc, Fournet 2007, p. 33 ; Dentzer et al. 2010, p. 145‑147). Pourrait-il en avoir été de même à Chalcis ?

  • 11 Elles sont bien datées par le matériel céramique et numismatique : par exemple à Zeugma (Aylward 2 (...)

29La fin de cette période pourrait se situer vers 253, après la prise de la ville et celle d’Antioche par les Perses sassanides de Shapur Ier (Todt, Vest 2014, p. 1049). Les ravages qu’ils ont causés dans toute la Syrie du Nord se manifestent, sur les sites fouillés, par des niveaux de destructions importants 11. Il pourrait en avoir été de même à Chalcis où il semble y avoir une déprise de la ville aux iiieive s. : seuls 30 % des secteurs ont livré au moins un tesson de céramique attribuable à cette période (Chapitre 19, fig. 19a). Cette déprise a pu durer environ un siècle. Sur la montagne, la présence humaine est alors attestée dans deux secteurs où se trouvent des cavités sous roche en partie détruites par des excavations postérieures (P49 et P54). La fin de cette période aurait correspondu au déplacement à Chalcis, par l’empereur Julien (360‑363), de l’ensemble des habitants d’Anatha, l’actuelle ‘Ana sur l’Euphrate (Bowersock 2002, p. 49). Cette soudaine augmentation démographique expliquerait la densité plus importante de la ville observée à partir de la fin du ive s.

La Chalcis byzantine

30À l’époque byzantine, Chalcis revêt une importance stratégique majeure dans le système de défense de la Syrie. Mais plusieurs récits hagiographiques indiquent qu’elle est également un centre d’hellénisme traditionnel qui joue un rôle fondamental dans l’émergence du christianisme (Gatier 1995 ; Bowersock 2002). D’après les travaux de terrain, la période des vevi  s. correspond à l’extension maximale de l’agglomération, attestée par l’abondance de la céramique : à la différence de toutes les autres périodes, 80 % des secteurs prospectés ont livré des tessons datables de l’époque byzantine (Chapitre 19, fig. 19b).

  • 12 Selon Pierre‑Louis Gatier (que je remercie pour cette information), dans le cas des églises jordan (...)

31Comme d’autres villes de Syrie du Nord, Chalcis a été refortifiée par Justinien, en 550‑551, après les destructions des Perses. La reconstruction de la muraille est documentée par les inscriptions sur les linteaux des portes urbaines, dont celui encore en place sur la porte ouest, ainsi que par Procope de Césarée (Fourdrin 1994, p. 305 ; Feissel 2009, p. 84 ; Chapitre 2). Nos observations permettent de compléter et d’interpréter le plan tel qu’il avait été relevé par J. Lauffray (Mouterde, Poidebard 1945, pl. I ; Introduction, fig. 6) et ainsi de préciser certains éléments des textes. Tout d’abord, toute la partie nord de la muraille, entre la porte nord-est et l’angle nord-ouest, pourrait n’être qu’une reconstruction sur le tracé du rempart romain, restauré ou servant de fondation au nouveau mur (fig. 4). Ceci expliquerait la mention par Procope (II, 11, 1 et 8) de la « rénovation des remparts mal construits au départ et tombés en ruines avec les années ». La seule partie du mur encore conservée en élévation se trouve à l’ouest, avec la porte au linteau inscrit et 4 tours, les deux tours au nord étant plus grandes que les tours de la partie médiane de ce rempart (Chapitre 6). Cette muraille occidentale et avec elle les murailles orientale et méridionale auraient été entièrement construites durant l’Antiquité tardive, c’est-à-dire « depuis les fondations » comme l’indiquent les textes des linteaux déjà connus (Feissel 2009, p. 84). Cependant, l’usage de la même formule, proposée dans la restitution du texte fragmentaire du troisième linteau qui correspondrait à la reconstruction du mur nord-ouest (Chapitre 2), pourrait ne pas totalement transcrire la réalité 12.

Fig. 4 – Proposition de restitution de la morphologie de la Chalcis byzantine (M.‑O. Rousset, mission Qinnasrin).

Fig. 4 – Proposition de restitution de la morphologie de la Chalcis byzantine (M.‑O. Rousset, mission Qinnasrin).
  • 13 Elle est bien visible, par exemple, sur l’image Google Earth du 10 juillet 2010.
  • 14 On la voit très bien, par exemple, sur l’image Google Earth du 5 octobre 2007.

32Procope, dans sa description des travaux réalisés à Chalcis sous Justinien, mentionne également le renfort des remparts par des « constructions extérieures » (II, 11, 1 et 8). Que nous apprend la prospection de Chalcis sur ce proteichisma ? À plusieurs reprises, nous avons profité de notre présence sur le terrain pour suivre les travaux de terrassement récents et relever les coupes stratigraphiques ainsi réalisées. L’observation des coupes dans la cour de l’école, à l’ouest du rempart byzantin, nous apprend qu’une grande tranchée a été creusée à travers les couches romaines. Conservé sur une largeur de 6 m dans cette coupe fort opportune, son bord occidental est à 60 m de la muraille de Justinien. Si on suppose qu’elle suit le rempart, elle pourrait rejoindre en ligne droite les carrières au nord et le fossé au pied du tell (Chapitre 6, fig. 12). Dans le sondage A (Chapitre 9), nous avons dégagé 17 m d’une grande tranchée au profil en U à bord évasé, de plus de 5 m de largeur au sommet, qui correspond à une anomalie géomagnétique de 62 m de longueur et à une trace sur les images satellitaires longue d’environ 200 m (Chapitre 6, fig. 1) 13. Cette tranchée partirait de la falaise en bordure des carrières jusqu’au dénivelé qui correspond à la faille géologique de la montagne. Elle est parallèle au tracé du rempart nord-ouest, à environ 90 m de ce dernier. Son profil (Chapitre 9, fig. 22) est très proche de celui du fossé à l’extérieur du rempart de la ville de Soura (Othman 2018, p. 534‑535). Le tracé du mur nord de l’enceinte est parallèle à la faille qui entaille le Jabal al‑‘Iss (Chapitre 6, fig. 32a), à environ 50 m de cette dernière qui aurait donc pu jouer le rôle d’une fortification naturelle, sur environ 500 m. La défense aurait donc utilisé au maximum les reliefs existants, anthropiques ou naturels. Une légère bosse a été notée à environ 20 m du rempart, parallèle à ce dernier et à la faille. Cette ligne se suit dans l’angle nord-est, à la base du relief topographique très marqué, qui correspond à une anomalie magnétique courbe, d’environ 100 m par 4 m (Chapitre 6, fig. 34a et 41). Il pourrait s’agir d’un avant-mur, entre le rempart et la faille, qui suivrait ensuite le tracé du rempart vers le sud. Côté ouest, cet avant-mur aurait été localisé sous l’alignement des murs des maisons qui longent la rue à l’est de l’école. À l’est du village, une trace qui paraît plus humide que les terrains environnants est visible sur la plupart des images aériennes et semble correspondre à un ancien canal (Chapitre 6, fig. 1 et 2) 14. Elle n’est pas parallèle au tracé du rempart, mais débute à l’est du secteur P16, au niveau d’un canal actuel, et se poursuit sur plus d’un kilomètre, jusqu’à environ 100 m de l’angle sud-est de la ville byzantine. Elle interrompt la trace du rempart romain, à environ 75 m au nord de la route d’al‑Hadir. Ce canal, avec sa prise au pied du relief induit par la faille géologique, pourrait avoir joué le rôle de fossé de ce côté de la ville. Il pourrait avoir rejoint le fossé visible au pied sud du tell.

33Outre la porte occidentale encore conservée de nos jours, il y avait une autre porte, à l’angle nord, visible sur la carte géophysique (Chapitre 6, fig. 34a). Le fait que l’occupation médiévale dans cette partie de la ville semble se concentrer le long d’un axe qui passerait par cette porte (Chapitre 6, fig. 33a) incite à penser qu’elle existait déjà aux époques plus anciennes de la ville. Le demi-linteau inscrit découvert plus bas pourrait provenir de la reconstruction de cette porte sous Justinien. Ainsi les trois portes septentrionales pourraient être des portes romaines réaménagées, ce qui peut aisément s’expliquer par la pérennité de la muraille et de la voirie dans ce secteur. Par ailleurs, les dépotoirs permettent également de localiser des portes. En effet, à l’extérieur de l’enceinte et près de quatre des portes que nous restituons se trouve un gros dépotoir, repéré en prospection (portes nord-ouest, est et sud) et sur les photographies aériennes anciennes (porte ouest). Il s’agit là du lieu où étaient entreposés les détritus et rebuts des habitants, non loin de leur point de sortie, à l’extérieur de la cité. Ces décharges antiques étaient constituées de manière organisée, car elles ont été accumulées sur une seule grosse butte, disposée sur un seul côté de la voie d’accès, à l’ouest ou au sud de celle-ci. Les portes byzantines, dont j’estime le nombre à six au total, sont disposées le long des mêmes axes principaux qu’à l’époque précédente. Elles seraient espacées de 470 à 475 m pour les parties nouvellement édifiées et de 495 m pour les parties sur des bases romaines. Toutes ces constructions pourraient avoir été édifiées en réutilisant au maximum les matériaux de construction du rempart ancien.

  • 15 Niewöhner et al. 2013, p. 122 et 127. Je remercie Christophe Benech de m’avoir indiqué cette référ (...)

34Le tracé de la voirie pourrait avoir perduré, sauf au sud de la ville où il aurait été abandonné en même temps que ces quartiers. De nouvelles rues permettant l’accès à la citadelle ont sans doute été créées à l’est de celle-ci. L’aménagement le plus évident réalisé durant l’Antiquité tardive est en effet le remaniement de l’acropole, avec l’édification, à l’est, d’une entrée monumentale qui donne sur la ville. C’est peut-être également à cette même époque qu’un glacis a été installé ou rénové sur ses pentes. Les flancs du tell sont abrupts et très réguliers, y compris du côté sud-ouest, où se trouvait l’accès primitif qui a pu être alors transformé en poterne. La présence d’un long tas de déblais en contrebas, parallèle à la pente, indique qu’elle a très probablement été retaillée dans ce secteur pour aménager le glacis. Celui-ci a pu être édifié en même temps que les fortifications de la ville, c’est-à-dire, au plus tard, à l’époque de Justinien. La situation de l’acropole byzantine, dans un angle de la fortification urbaine, nécessitait le renforcement de ses défenses extérieures, sur les côtés sud et ouest. Un double mur, observé au sommet du tell sur ces deux côtés, pourrait correspondre à un état antérieur de la fortification, mais aussi à une défense supplémentaire, installée ou conservée au moment du retrait de la ville dans les remparts actuellement visibles. La carte géomagnétique du tell montre un réseau de voirie aligné avec l’axe qui conduit de la nouvelle porte à un édifice d’assez grande taille qui pourrait être un bâtiment officiel ou palatial (Chapitre 6, fig. 9 et 10c). Un autre axe, perpendiculaire au premier, mène à un édifice circulaire avec abside, dans l’angle sud-est du tell. Le plan se compose de deux cercles concentriques de 35 m et 22 m de diamètre et d’une abside orientale semi-circulaire, d’environ 14 m de largeur, le tout entouré d’un enclos rectangulaire de 150 x 80 m qui s’appuie contre les murailles sud et est ; il s’agit sans doute d’une église. En effet, bien que rare, ce plan circulaire est connu en Syrie au vie s. et serait lié au culte des martyrs (Lassus 1947, p. 150‑155). Encore plus rares sont les plans strictement comparables à celui de Chalcis : la « rotonde » d’Apamée et l’église de Beisan/Scythopolis sont plus grandes (Balty 2013, p. 204‑205) tandis que l’édifice découvert grâce à la prospection géomagnétique à Germia en Anatolie centrale reprend les mêmes proportions 15. C’est peut-être de cette construction sur l’acropole qu’il est question dans un épisode des vies des moines Alexandre (de la fin du ive au début du ve s.) et Rabboula (412‑435). Alexandre, après sa rencontre avec Rabboula à Chalcis, où ce dernier résidait, aurait incendié le temple des dieux ancestraux, sur une colline ou une montagne. Un autre texte mentionne, entre 373 et 431, une église nouvellement construite dans la ville de Qinnasrin, elle aussi sur une montagne, peut-être sur le même emplacement (Gatier 1995, p. 445‑446 ; Gatier, Rousset 2016).

35Les constructions à l’intérieur de la ville semblent avoir été assez denses, comme le montre la carte magnétique du secteur nord (Chapitre 6, fig. 38). Elles ne sont pas alignées sur le rempart nord, mais orientées selon une trame parallèle au rempart ouest, c’est-à-dire nord-sud. Un seul édifice monumental se laisse deviner dans la ville. L’inventaire des blocs architecturaux a permis de mettre en évidence une concentration de blocs de basalte taillés qui semble indiquer la présence d’une église au point central de la ville byzantine, blocs sur l’un desquels une inscription syriaque mentionne le nom d’un prêtre (Chapitre 3). S’agit-il de la cathédrale ? D’après le nombre de jeux de dés de chancel ou de clôtures, au moins trois autres églises pourraient également avoir existé intra-muros (Chapitre 15), même si seulement deux d’entre elles sont connues par la littérature (Todt, Vest 2014, p. 1056). Enfin, un bloc de basalte indique que des latrines publiques et sans doute des bains existaient dans la ville byzantine (Chapitre 15, fig. 34a).

36Si l’on émet l’hypothèse que les similitudes d’orientation des constructions repérées par les prospections géophysiques du tell et du secteur nord correspondent à une même période chronologique (Chapitre 6, fig. 10c et 34a), alors il est possible de proposer un plan pour l’occupation du secteur nord à l’époque byzantine (fig. 4). Il apparaît que l’espace entre le fossé et le rempart, au nord, était vide de constructions, sauf à proximité de la voie qui conduit à Alep. Tout le quartier au nord de la faille, jusqu’à la plaine au nord-est, a été occupé, mais de manière plus extensive qu’à l’intérieur. Les constructions repérées sont regroupées dans un espace triangulaire limité à l’ouest par la voie d’Alep et à l’est par une autre voie et/ou un mur. Elles correspondent à de grands édifices qu’il reste difficile d’attribuer à la seule Antiquité tardive, dans la mesure où les périodes omeyyade et abbasside sont elles aussi bien représentées dans ce secteur. Cependant, la présence, dans le sondage A, de murs associés à des niveaux byzantins (Chapitre 9) et, dans le secteur B (Chapitre 10), d’un état antérieur au bain du début de l’époque islamique atteste de constructions de cette période. Des éléments de voirie, alignés avec les rues intérieures de la ville, découpent ce quartier en trois parties.

  • 16 C’est ce terme qui a pu glisser de ce lieu jusqu’à l’établissement connu sous le nom moderne d’al‑ (...)

37De part et d’autre de la zone triangulaire, une occupation de nature artisanale est attestée par la présence d’édifices de plus petite taille et, en surface et sur la carte géomagnétique, de plusieurs groupes représentant en tout plus d’une centaine de fours, la plupart de potiers (Chapitre 6, fig. 34a). Certains d’entre eux produisaient des imitations de sigillées tardives phocéennes et d’amphores importées (Chapitre 19). Le sondage A, implanté dans une zone recouverte de nombreuses scories vitreuses (Chapitre 9), témoigne, quant à lui, d’une industrie liée à l’exploitation de la soude végétale, production de cendres pour savonneries (ou autres) ou fabrication de verre primaire aux cendres. Cette activité est attestée à l’époque byzantine et au début de l’époque islamique. Ces quartiers hors les murs, au nord, mais aussi au sud de la ville, ont pu avoir également une vocation économique, en tant que lieu de déchargement des marchandises issues du commerce caravanier (des hadir‑s 16).

38Extra-muros, en dehors des hadir-s et des gros dépotoirs, nous avons observé un bâtiment isolé (P63), visible sur les photographies de 1958 (Chapitre 6, fig. 1). Il comportait un tapis de mosaïque, avec un fragment polychrome en place, lié à une cuve rectangulaire en calcaire enterrée (Chapitre 6, fig. 13‑16). Le décor de la mosaïque est composé d’une coupe avec un pain et d’une corbeille. Une autre cuve de dimensions proches, en remploi, a été observée à quelques dizaines de mètres de la première. L’intérieur était recouvert de plaques de marbre. L’abondance des amphores importées dans ce secteur laisse penser que les habitants du lieu étaient prospères (Chapitre 19). Isolé, mais à proximité de la voie d’Antioche, avec un matériel riche et une mosaïque à caractère religieux, cet édifice pourrait correspondre à un monastère. En effet, on sait que certains monastères s’installaient non loin des agglomérations pour bénéficier d’un approvisionnement par les fidèles (Patrich 1994, p. 24). Georges Tchalenko (1953‑1958, III, p. 103) mentionne un monastère de Mar David à Chalcis ainsi que cinq autres couvents monophysites. Pourrait-on identifier le monastère supposé en P63 à celui de Mar ‘Aqiba, situé à la périphérie de la ville et mentionné à partir de 475 (Todt, Vest 2014, p. 1055) ?

39Les nécropoles romaines continuent à être utilisées, comme en P25 et P97, sur le piémont de la montagne, le long de la voie vers Alep. D’autres se développent à cette époque, comme la petite nécropole à hypogées en P19, creusée dans la pointe rocheuse qui surplombe la voie vers Manbij.

  • 17 Les constructions de ce genre, dans les Marges arides, sont des bâtiments rectangulaires de 25 m à (...)

40À côté des aménagements urbains précédemment décrits, sur la colline qui surplombe le site au nord, au-delà des carrières et nécropoles se trouvent des vestiges d’un établissement sous forme de cavités sous roche (Chapitre 6) dont certaines pouvant réutiliser des tombes creusées à l’âge du Bronze. J’avais, dans un précédent article, comparé ces cavités à celles mises en évidence dans la zone des Marges arides au sud-est de Chalcis (Rousset 2011, p. 127‑129), où de tels aménagements troglodytes, associés ou non à un bâtiment en surface ou à une tente, sont caractéristiques de sites de nomades éleveurs. Je vois aujourd’hui que cette interprétation pose problème. D’une part, Chalcis est située en dehors de la zone réservée au nomadisme à l’époque byzantine (Geyer, Rousset 2001 ; Rivoal, Rousset 2019). D’autre part, la présence d’éleveurs et de leurs animaux est généralement associée à celle de citernes (Geyer, Rousset, Besançon 2016) ; or nous n’en avons repéré qu’une seule sur le sommet, de petite taille. La cavité, en dehors des zones les plus arides, est généralement associée à un bâtiment ; ici, nous n’en avons pas. Enfin, la présence de croix sur une entrée de cavité (P52) est généralement associée à un contexte funéraire. L’hypothèse que je privilégie désormais est celle d’un groupe d’ermites vivant dans ces « grottes » liées à un monastère qui se trouverait sur la montagne. Ce type d’établissement est connu, par exemple, dans la région de Jérusalem, avec des monastères aux cellules dispersées le long des oueds (Patrich 1994). À Qinnasrin, l’édifice religieux et les pièces de stockage pourraient s’être trouvés à l’emplacement de l’actuelle antenne de télécommunication ou de l’un des bâtiments révélés par la prospection géophysique au sommet du Jabal al‑‘Iss 17. L’attestation de la présence de moines vivant dans des grottes dans le « désert de Chalcis », dès la fin du ive s., et de plusieurs monastères à Chalcis même, étaye cette nouvelle hypothèse. S’il s’agissait bien là d’un monastère, il pourrait être représentatif de la période du développement du cénobitisme en Syrie.

41La morphologie de la ville de Chalcis à l’époque de Justinien présente des parallèles forts avec plusieurs autres villes contemporaines. Comme à Cyrrhus et Dibsi Faraj, les remparts reprennent en partie le tracé des remparts antérieurs (Abdul Massih 2018 ; Harper 1980, p. 328 et fig. F). Les tours en saillie carrée sur l’extérieur et leur espacement, le système de portes, la citadelle pourvue d’une porte monumentale sur la ville et d’une poterne ouvrant directement sur l’extérieur et sa disposition sur un côté de la fortification urbaine, ainsi que le profil du fossé semblent représentatifs du standard de la fortification justinienne (Feissel 2000b ; Ulbert 2000).

  • 18 18 ha d’après Gaborit 2012, II, p. 172.
  • 19 35 ha d’après Gaborit 2012, II, p. 180.
  • 20 Pour être comparables, les surfaces ont été déterminées à l’intérieur des remparts et calculées gr (...)
  • 21 Strube 2015, p. 22, fig. 9. La construction de ce mur de basalte est datée de la fin du ve et du d (...)

42La surface enclose par les remparts est de 78 ha, soit la moitié de la ville antique (fig. 2). Elle est équivalente à celle de Cyrrhus à la même époque (72 ha ; Abdul Massih 2018, p. 399), mais plus importante que celles des villes de l’Euphrate restaurées par Justinien : Balis/Barbalissos (13 ha 18), Dibsi Faraj/Neocaesaria (27 ha 19), Soura (43 ha), Resafa/Sergiopolis (21 ha), Raqqa/Callinicum (55 ha d’après Gaborit 2012, II, p. 445 ; al‑Khalaf, Kohlmeyer 1985), Halabiyya/Zenobia (10 ha) 20. En revanche, la surface de la ville d’Andarin, délimitée par le rempart intérieur, est sensiblement plus grande (90 ha 21).

Qinnasrin au début de l’époque islamique

  • 22 Album, Goodwin 2002, p. 99.

43Il ne semble pas y avoir eu de changement radical de la morphologie de la ville à partir de la conquête musulmane. Les récits relatifs à la conquête insistent sur le traité de Chalcis, signé en 636‑637 ; une partie des habitants se serait alors réfugiée à Antioche. Seul al‑Tabari (mort en 923) mentionne que la ville aurait été entièrement détruite à ce moment-là alors que les auteurs plus anciens n’en font pas état (Chapitre 4). Les résultats de la prospection tendent également à infirmer l’assertion d’al‑Tabari, car une partie au moins des remparts, le front occidental, est toujours en élévation de nos jours. D’autre part, d’après al‑Sarakhsi (mort en 899), les fortifications de Qinnasrin, à la fin du ixe s., suivaient encore le même plan qu’à l’époque byzantine (Eddé 1984, p. 26). La morphologie de la ville n’aurait donc pas été affectée par le changement politique. De fait, elle continue à jouer un rôle militaire important, en tant que ville de garnison et, à partir du règne de Yazid b. Mu‘awiyya (680‑684), comme capitale du « jund de Qinnasrin », gouvernorat de Syrie du Nord nouvellement créé. Certains des califes omeyyades ont pu y résider, tel Marwan II (744‑750). La ville est alors le siège d’un atelier monétaire 22. Elle est prospère et gère une riche région agricole ; elle était alimentée en eau par un aqueduc (Chapitre 4).

44L’occupation de Qinnasrin au début de l’époque islamique semble se concentrer à l’intérieur des remparts byzantins, avec un abandon de la plupart des zones à l’ouest et au sud du tell et dans les parties les plus septentrionales du secteur nord et de la montagne (Chapitre 19, fig. 19c ; 36 % des secteurs prospectés ont livré de la céramique omeyyade). La datation des dépotoirs semble indiquer que la partie sud de la ville (hors tell) est moins densément occupée que la partie nord : les deux dépotoirs dans le quartier en contrebas de la porte du tell (P5 et P6) se sont constitués sur les vestiges antérieurs et pourraient marquer l’abandon d’une partie des maisons de ce quartier (fig. 5).

Fig. 5 – Proposition de restitution de la morphologie de Qinnasrin au début de l’époque islamique (M.‑O. Rousset, mission Qinnasrin).

Fig. 5 – Proposition de restitution de la morphologie de Qinnasrin au début de l’époque islamique (M.‑O. Rousset, mission Qinnasrin).

45Seuls quelques indices nous renseignent, pour l’instant, quant à la nature de l’occupation sur l’ancienne acropole ; il semblerait que celle-ci s’inscrive dans la continuité de l’occupation précédente. Le bâtiment rectangulaire, d’environ 140 x 40 m, plaqué contre le parement intérieur du rempart occidental du tell, pourrait néanmoins avoir été construit à cette époque (P4). Il est en tout cas contemporain ou postérieur à l’édification de la fortification, car il lui est adossé et suit la même orientation, qui est aussi celle du rempart occidental de la ville ; or, un nouvel axe, dérivant de la voie principale liée à la porte et établie à l’époque précédente, conduit depuis la partie centrale du tell jusqu’à ce bâtiment qui se situe sur la partie la plus élevée de l’acropole (Chapitre 6, fig. 10b). Pourrait-il s’agir d’un bâtiment officiel ou de la résidence du gouverneur de la ville ? La prospection géophysique a révélé un autre bâtiment, décalé vers le sud-est par rapport au centre du tell (P2), d’environ 25 m de côté, qui semble avoir une excroissance rectangulaire dans la partie centrale de son mur sud. Pourrait-il s’agir d’une mosquée (Chapitre 6, fig. 10b) ? Si une mosquée existait sur l’acropole, elle n’excluait pas la présence d’une mosquée congrégationnelle en ville, édifice dont les colonnes ont été réutilisées pour réparer la mosquée d’Alep sous Nur al‑Din. Cette mosquée devait être bien construite, avec des blocs de qualité, dont sans doute une bonne part de remplois, et située au centre de l’agglomération, peut-être à proximité de l’ancienne cathédrale. Enfin, où situer le bâtiment servant de prison dans la citadelle (Chapitre 4) ?

46La permanence de l’occupation de la partie nord de la ville est marquée par la poursuite de l’utilisation des dépotoirs P91 et P406. Les quartiers habités s’étalent à la fois à l’intérieur des fortifications, avec le rempart et le fossé toujours actifs, et à l’extérieur, dans le quartier nord, avec l’extension vers l’ouest de la zone résidentielle. Les bâtiments sont, cette fois-ci, orientés selon les courbes de niveau (Chapitre 6, fig. 33b). Le remaniement du quartier a entraîné la modification de la voirie dans cette zone. Dans la partie ouest de ce secteur, l’activité liée à l’exploitation de la soude végétale s’est poursuivie (Chapitre 9). L’utilisation de la cendre dans la fabrication des verres a été mise en évidence par les études de composition des verres omeyyades et abbassides d’al‑Hadir, à 4 km à l’est de Qinnasrin (Gratuze, Foy 2012). C’est également l’un des composants essentiels d’un produit traditionnel de la région : le savon d’Alep dont la production est attestée au début du Moyen Âge dans le quartier de Bab Qinnasrin, c’est-à-dire là où étaient déchargées les cendres produites dans la steppe (Grandin 1984, p. 145).

47Les nécropoles continuent à être utilisées, ce qui confirme les informations textuelles selon lesquelles les habitants de la ville sont restés chrétiens, car il n’y a pas eu de mouvement d’islamisation avant la fin du viiie s. (Chapitre 4). La cathédrale ainsi que la plupart des églises devaient également être restées en activité. La céramique omeyyade découverte sur la montagne est liée à des cavités déjà occupées à l’époque précédente ; on peut supposer, là aussi, qu’elle témoigne de la permanence du christianisme dans ce secteur.

48Le repli urbain relatif, observé aux viie et viiie s. pourrait avoir été amorcé plus tôt et être une des conséquences des crises du vie s. qui ont affecté l’ensemble de la Syrie du Nord avec, en dernier lieu, la prise de la ville par les Perses en 611 (Chapitre 4), mais cela reste difficile à déterminer sans fouilles. Autant que l’on puisse en juger par la seule prospection, et malgré la position importante de la ville dans la géopolitique de la Syrie du Nord à cette époque, le premier siècle de l’islam ne semble pas marqué par des modifications majeures de l’urbanisme de Qinnasrin.

Qinnasrin à l’époque abbasside

49La prospérité de Qinnasrin et de sa région, évoquée par les sources écrites, se poursuit au moins jusqu’à la fin du ixe s. La ville joue toujours un rôle économique et militaire important, avec des fortifications et un gouverneur mentionnés explicitement jusqu’au milieu du xe s. (Chapitre 4).

50Les travaux archéologiques confirment et complètent les textes et ont permis de découvrir une nouvelle forteresse (fig. 6). La période est bien représentée puisque 55 % des secteurs prospectés comportent de la céramique datée de l’époque abbasside. La répartition de la céramique montre une extension de l’occupation vers le nord-ouest et sur le sommet de la montagne (Chapitre 19, fig. 19d).

Fig. 6 – Proposition de restitution de la morphologie de Qinnasrin à l’époque abbasside (M.‑O. Rousset, mission Qinnasrin).

Fig. 6 – Proposition de restitution de la morphologie de Qinnasrin à l’époque abbasside (M.‑O. Rousset, mission Qinnasrin).

51La ville haute, sur le tell, est habitée, avec peut-être le rétablissement de l’utilisation de la poterne occidentale, car le quartier au pied ouest du tell, en dehors de la fortification byzantine, a livré quelques tessons abbassides. Cette faible quantité pourrait-elle signifier l’utilisation de ce secteur comme dépotoir ou une occupation temporaire ? Le quartier au pied oriental du tell en contrebas de la porte principale est encore habité, avec les dépotoirs constitués dès l’époque omeyyade qui sont toujours utilisés (P5 et P6).

52Le secteur P63 où pourrait s’être développé un monastère à partir du ve s. est de nouveau investi, à moins qu’il n’ait eu une occupation continue qui n’a pas été visible dans la céramique ramassée sur ce secteur.

53L’occupation de type résidentiel se poursuit dans le secteur nord, sous la forme de bâtiments associés à des enclos, formant des unités de grande taille. Le bain dégagé dans le sondage B (secteur P20), orné de mosaïques et de placages de marbre, avec une baignoire semi-circulaire, montre une dernière occupation au ixe s. (Rousset, Rochette 2014 ; Chapitre 10). Il pourrait s’agir plutôt d’un bain privé, associé à l’une des grandes résidences hors les murs, reconstruit sur un édifice antérieur byzantin. Le quartier se développe vers l’est : d’après la corrélation entre les orientations de la carte géophysique (Chapitre 6, fig. 33a) et le matériel récolté en surface, il est possible de restituer trois résidences sur la pointe orientale du massif (P18).

54Le fossé de la ville, au moins dans sa partie nord, n’est plus utilisé comme un élément de fortification, mais sert de dépotoir où les ordures sont régulièrement brûlées (Chapitre 9).

  • 23 Durant la guerre récente, cette position stratégique a été réutilisée comme base de combats, notam (...)

55Il est peu probable que la voirie de la ville ait subi des modifications majeures par rapport à la période omeyyade. Néanmoins, un axe a peut-être été aménagé pour rejoindre la partie haute de la montagne. Sur cette éminence qui domine la ville de plus d’une centaine de mètres, les travaux de prospection ont conduit à la découverte d’une forteresse qui permettait de surveiller toute la zone alentour (Rousset 2013a, 2015 ; Chapitre 6, fig. 44‑46) 23. Ses vestiges sont difficilement perceptibles, ce qui explique que personne n’ait remarqué cette construction depuis Richard Pococke (Introduction). En effet, les murs ont fait l’objet d’un prélèvement systématique des pierres taillées, sans doute au Moyen Âge, pour recycler ces matériaux de construction. Ils ne sont visibles que par leur fourrure qui a été laissée sur place : gravier blanc extrait localement, qui forme des buttes longilignes d’une dizaine de mètres de largeur ceignant le tiers supérieur du massif (Chapitre 6, fig. 50). La surface enclose est irrégulière, mesure environ 900 x 700 m et reprend en grande partie le plan de la forteresse de l’âge du Bronze moyen. Certaines parties reposent sur ses murs en brique crue ou les chemisent du côté extérieur (P409 et côté sud ; Chapitre 6, fig. 47‑49), tandis que d’autres, comme dans le sondage C, sont construites avec des murs à double parement, en pierre taillée ou moellons de calcaire, de 1 m de largeur, posés directement sur le rocher, retenant le remplissage en gravier (Chapitre 12). Dans l’angle où a été implanté le sondage C, l’intérieur du mur était conservé sur 5,70 m de hauteur pour au moins 5,50 m de largeur. La pierre taillée provient de la surface de la montagne et le gravier a été extrait d’au moins quatre grandes carrières en chambre, dans l’angle nord-est de la forteresse (Chapitre 6, fig. 51‑53 ; Chapitre 13). Trois ouvrages subsistent sous la forme d’un gros monticule de gravier qui jouxte la fosse d’extraction : au nord-ouest, au sud-est et au sud-ouest (Chapitre 6, fig. 54‑57). Ce dernier est surmonté d’un mausolée dont on reparlera plus loin. Les fosses de prélèvement à l’extérieur de ces buttes en accentuent l’aspect défensif. L’accès à la forteresse pourrait avoir été situé du côté de l’oued sud-est (Chapitre 6, fig. 58‑60), bien qu’une autre localisation pour une porte soit possible également au niveau de la piste actuelle, en contrebas de la plus grosse butte, au sud-ouest. D’après la chronologie relative (notamment la destruction de cavités attribuées aux veviie s.), la céramique et la technique de construction (taille de la pierre et mise en œuvre), l’édification de cette fortification peut être située entre la fin du viie et le ixe s. Sur le replat sommital, la prospection géophysique a mis en évidence une dizaine de bâtiments, dont le plus imposant, au centre et sur le point culminant de la fortification, mesure 80 m de côté (Chapitre 6, fig. 62). Si certains d’entre eux sont clairement attribuables à l’âge du Bronze par la céramique observée dans des trous de pillards, d’autres en revanche ne sont pas datés et pourraient être contemporains de la fortification islamique. Notre hypothèse est que cette forteresse a été construite rapidement, en limitant le transport des matériaux et en cherchant à donner une impression de grande puissance. Elle aurait réutilisé au maximum la fortification de l’âge du Bronze, les barrages qui subsistaient sur certains oueds (au nord et à l’ouest ; Chapitre 6, fig. 57), le rempart de brique crue, au besoin retaillé, au nord et au sud, les parties subsistant du barrage est, comme fondation du nouveau rempart et des tours. Seuls quelques bâtiments auraient existé à l’intérieur de cette fortification et le large espace laissé libre a pu être occupé de manière non permanente.

56Nous avions supposé qu’elle aurait été édifiée, au plus tôt, au moment du traité de Chalcis entre les Byzantins et les musulmans, en 637, dans le but de protéger des troupes cantonnées au-dessus de la ville byzantine et pour intimider les Byzantins en attendant la prise effective de l’agglomération (Rousset 2013a, 2015). Cependant, la datation et la répartition de la céramique de la prospection (Chapitre 19, fig. 19d) indiquent plutôt qu’elle pourrait appartenir au mouvement de refortification des zones de marches au contact des Byzantins, soit aux environs du milieu du viiie s. Elle pourrait avoir été édifiée par Salih b. ‘Ali (mort en 769), l’un des premiers gouverneurs abbassides de Syrie, chargé de la fortification de la frontière. Elle pourrait avoir été détruite, au plus tôt, par al‑Ma’mun (813‑833) ou abandonnée en même temps que la ville, au plus tard au milieu du xe s. (Chapitre 4). Indépendant de la cité, son souvenir aurait par la suite été complètement effacé.

57Il n’existe pas de parallèle pour ce type d’établissement de hauteur en Syrie du Nord à l’époque abbasside. En revanche, nous avons découvert, avec la mission de prospection des Marges arides de Syrie du Nord, à 50 km au sud-est de Qinnasrin, le site contemporain d’Abu al‑Khanadiq que j’ai interprété comme un lieu de campement et de stationnement des troupes militaires (Rousset 2013a, 2015). Il s’agit d’un site de plaine très étendu (78 ha), entouré d’un double système de fortification formé d’un mur de brique crue et d’un fossé. Sa surface intérieure présente plusieurs gros dépotoirs qui jouxtent des zones sans construction apparente. À Qinnasrin également, l’espace intérieur était suffisamment vaste (40 ha) et libre de constructions pour accueillir hommes, animaux, matériel et provisions nécessaires aux campagnes annuelles lancées contre l’empire byzantin.

58La décadence de la ville elle-même aurait été progressive ; les mentions de Qinnasrin au début du xe s. rapportent sa grandeur déjà passée et signalent son déclin au profit d’Alep. En outre, plus aucun gouverneur n’y est mentionné après le milieu du xe s. qui correspond au moment où Sayf al‑Dawla pourchassait les tribus bédouines de la steppe environnante (Chapitre 4). La généralisation de la culture du blé dans la région d’Alep au détriment de la polyculture traditionnelle d’arbres fruitiers, d’oliviers et de vignes, pourtant mieux adaptée aux ressources des marges du Croissant fertile (Besançon, Geyer 2006) aurait contribué à l’abandon de la région et de la ville.

  • 24 On trouvera une synthèse sur les moulins hydrauliques omeyyades dans Genequand 2012, p. 339‑352.

59À l’époque fatimide, un moulin hydraulique est mentionné dans les environs de Qinnasrin (Chapitre 4) et des meules dormantes en basalte pouvant avoir été utilisées dans une telle installation ont été découvertes en ville 24 (Chapitre 15). La mention de ce moulin sous-entend une production de céréales à une échelle suffisamment importante pour l’alimenter. Son installation pourrait correspondre au moment où l’émir hamdanide d’Alep, Sayf al‑Dawla (944‑967), imposa la monoculture des céréales (Chapitre 4).

60Le fait qu’à la fin du xe s. et au début du xie s. la ville fut plusieurs fois dévastée par les Byzantins pourrait signifier que sa protection était affaiblie, mais son importance du point de vue militaire justifiait encore qu’elle fut citée dans les chroniques (Chapitre 4).

L’implantation médiévale

61À partir du xie s. et jusqu’au premier quart du xiie s., sous la domination des Mirdasides, Seldjoukides et Zenguides, la fonction de Qinnasrin apparaît essentiellement militaire. L’image qui se dégage des textes relatifs à cette époque est que le site avait encore un intérêt stratégique, puisqu’il est mentionné en tant que refuge (pour le Mirdaside Thimal en 1042 puis le Seldjoukide Sulayman b. Qutlumush qui le reconstruit en 1086), lieu de bataille (entre les émirs seldjoukides d’Alep et de Damas ; entre Francs et musulmans en 1132‑1133 et 1135) ou point d’appui des expéditions armées (notamment celle du Seldjoukide Ilghazi en 1119). Il semblerait que les fortifications de la ville aient été limitées à celles de l’ancienne acropole et plusieurs fois restaurées (Chapitre 4). Une partie de ces renseignements a été confirmée par l’enquête archéologique (fig. 7). En effet, la répartition des céramiques par période montre que l’occupation du xie et du début du xiie s. est essentiellement localisée sur le tell, ainsi que sur un gros dépotoir en contrebas, à 200 m à l’est de la porte (P5 ; Chapitre 19, fig. 20a). La présence d’un autre gros dépotoir avec de la céramique omeyyade et abbasside dans le quartier en contrebas de la porte du tell (P6) pourrait aussi être le signe d’un réaménagement de l’acropole à partir de cette époque, avec l’évacuation de déblais des occupations antérieures. Il pourrait y avoir eu une forteresse ou un village fortifié, à l’intérieur de la fortification préexistante. Les murs relevés par J. Lauffray (Mouterde, Poidebard 1945, pl. I) et une grande partie de ceux qui apparaissent sur la carte géomagnétique correspondent à cette installation, assez dense (Chapitre 6, fig. 10a). Le grand bâtiment rectangulaire contre le rempart occidental du tell pourrait avoir continué à être le siège du pouvoir. C’est donc peut-être là qu’il faudrait localiser le « pauvre village » visité par Nasir‑i‑Khusraw au milieu du xie s., mais aussi le souk et les artisans mentionnés par le géographe al‑Idrisi vers 1154 (Chapitre 4). La taille de la bourgade de Qinnasrin aurait alors été réduite à 8 ha.

Fig. 7 – Proposition de restitution de la morphologie de Qinnasrin à l’époque médiévale (M.‑O. Rousset, mission Qinnasrin).

Fig. 7 – Proposition de restitution de la morphologie de Qinnasrin à l’époque médiévale (M.‑O. Rousset, mission Qinnasrin).

62Il y avait peut-être également des installations temporaires, au pied est du tell, mais à l’intérieur des remparts byzantins. À environ 500 m au nord du tell, une nécropole, dont une partie a été dégagée lors du réaménagement de la route moderne, a livré des inscriptions contemporaines de l’occupation du tell, qui ont été remployées sur des tombes récentes (Chapitre 5). Rien ne permet de dire si l’établissement de l’époque seldjoukide s’étendait jusque là, car l’espace entre le tell et cet endroit est totalement construit et n’a pu faire l’objet de ramassage de céramique ; cela paraît cependant peu probable, car les cimetières islamiques sont toujours installés à l’écart des agglomérations. D’autres inscriptions funéraires ont été retrouvées plus au nord, dans les champs en P22 et P34 et une petite nécropole a été fouillée dans le secteur P20 (Chapitre 11). Pour le xie et le début du xiie s., la part du terrain occupé par des nécropoles par rapport aux espaces bâtis semble anormalement vaste. Ceci tendrait à confirmer l’utilisation du secteur comme lieu de campement militaire et également d’inhumation des soldats morts au combat ou peu après.

63Qinnasrin n’apparaît presque pas dans les textes d’époque ayyoubide (du milieu du xiie au milieu du xiiie s.), ce qui sous-entend que l’agglomération, si elle existait, devait être très réduite. De fait, la présence humaine est représentée sur 25 % des secteurs prospectés, dont un seul sur le tell (P2 ; Chapitre 19, fig. 20b). Quelques maisons pourraient avoir été construites vers le rempart nord de la ville, autour de cavités sous roche. Ce type de construction témoigne d’une occupation à caractère rural, plutôt tourné vers l’élevage ; il a été observé lors de l’étude des modes de peuplement dans le secteur des Marges arides, au sud-est de Qinnasrin (Rousset 2011, p. 127‑129) : un même bâtiment associe logement des hommes (généralement des pièces autour d’une cour) et abris pour les animaux (les cavités souterraines, accessibles à partir de la cour). Il n’est pas exclu qu’il s’agisse là de réoccupation de structures antérieures. Des tessons de céramique de cette époque ont également été retrouvés autour de certaines des cavités sous roche du sommet de la montagne, qui auraient elles aussi été réoccupées (P44, P45). L’abondance des céramiques ayyoubides dans les secteurs P35, P39, P40 et P403 pourrait également indiquer une zone de dépotoirs associée à la présence temporaire et récurrente de tentes sur le replat P403, à l’image de ce que l’on observe actuellement. La mention par Yaqut (mort en 1229) d’un petit troupeau soumis à la dîme confirme l’orientation pastorale du site à cette époque (Gaudefroy-Demombynes 1923, p. 30).

  • 25 Rousset, Bovagne, Rochette 2012, p. 66‑67 ; Chapitre 10 ; Chapitre 12.
  • 26 Ibn al‑‘Adim, Bughya, p. 12, www.alwaraq.net.

64Les témoignages des textes et du terrain montrent qu’une autre partie de l’activité économique d’alors était liée à la récupération de matériaux de construction (Chapitre 4). C’est ce que montrent les fouilles d’al‑Hadir et des secteurs B (P20) et C à al‑‘Iss, où les murs ont été prélevés 25. Cette utilisation des ruines de Qinnasrin comme carrière de pierre a été intense. Les matériaux ont servi à édifier les monuments et les fortifications d’Alep aux époques zankide et ayyoubide. La ville, en grande partie abandonnée, fournissait pierre taillée et colonnes qu’il suffisait de transporter sur 25 km, ce qui sous-entend que la voie entre les deux sites avait dû être entretenue pour pouvoir laisser passer les charrois. Dans son analyse des monuments d’Alep, Jean Sauvaget mentionne que, selon les marques de tailleurs de pierre découvertes sur les blocs, les pierres proviendraient d’un seul et même site (Sauvaget 1929, p. 88). Il pourrait donc s’agir de Qinnasrin en priorité, même s’il existe également des indices d’utilisation des pierres de Cyrrhus (Youssef 2012) pourtant beaucoup plus éloignée d’Alep (70 km). Malgré l’extension des démontages qui en auraient « effacé les ruines », Ibn al‑‘Adim visitant « le village de Qinnasrin habité par des paysans et des fermiers » se serait rendu compte qu’une grande partie des fortifications était encore debout vers le milieu du xiiie s. (Chapitre 4) 26.

  • 27 Une inscription a été observée dans ce monument : voir Chapitre 5 ; Al‑Harawi (trad. Sourdel 1957) (...)

65Enfin, l’occupation de la colline du Nabi ‘Iss (P54, P41) est attestée à la fois par l’archéologie et les textes, qui montrent une activité de pèlerinage autour du mausolée de Salih 27. Le petit bâtiment, au sommet d’une butte artificielle qui domine les environs, servait aussi probablement de repère dans le paysage (Chapitre 6, fig. 55).

  • 28 Il s’agit peut-être là du bâtiment signalé par Pococke à l’extérieur et au nord-est de la ville (v (...)

66L’occupation d’époque mamelouke (Chapitre 19, fig. 20c) n’a été mise en évidence qu’en de rares secteurs (5 %). Sur trois d’entre eux (P16, P40 et P42), elle correspond à des traces de bâtiments quadrangulaires isolés. D’origine romaine, P16 est situé à la lisière orientale du site, sur une piste qui correspond à l’un des axes de la ville antique. De plan rectangulaire de 35 x 70 m, les murs en pierre calcaire taillée (des remplois ?) dessinent des pièces organisées autour d’une cour 28. P42 est situé au-delà de la limite nord-est du site et forme une petite éminence de 125 x 150 m, au pied de la montagne et proche de la rivière, dont la formation remonte à l’âge du Bronze. P40 correspond à un petit bâtiment carré de 20 m de côté, avec des pièces autour d’une cour (céramique ayyoubide et mamelouke). Ces bâtiments isolés sont tous disposés sur des axes de circulation anciens et pourraient être liés au commerce caravanier. Ils auraient ainsi maintenu la mémoire de cette activité dans le quartier nord que l’on suppose avoir été un hadir depuis l’époque byzantine (voir plus haut). À l’époque médiévale, quelques mentions de l’endroit se réfèrent à cet aspect : au début du xiiie s., Yaqut n’y a trouvé qu’« un caravansérail où les caravanes font halte, avec un collecteur de la dîme pour le compte du sultan » (Gaudefroy-Demombynes 1923, p. 30). L’un des bâtiments repérés en prospection correspond peut-être à ce caravansérail.

67Les autres secteurs avec quelques tessons mamelouks et ottomans (Chapitre 19, fig. 20d) montrent une continuité de l’occupation des cavités en rapport avec le pastoralisme.

  • 29 Rousseau 1814, p. 12.

68Au début du xixe s., les villages de Qinnasrin et de sa région sont quasi inexistants : « La plupart de ces endroits ne sont pas à beaucoup près aussi florissans, qu’ils l’étoient, il y a une douzaine d’années; plusieurs même n’existent, pour ainsi dire, que de nom 29. »

Conclusion

  • 30 Geyer, Rousset 2011 ; Rivoal 2010a, 2010b, 2011 ; Rivoal, Rousset 2019.

69Les travaux archéologiques à Chalcis/Qinnasrin/al‑‘Iss et la confrontation des résultats du terrain avec l’analyse des textes anciens ont permis d’esquisser pour chaque grande période une première image de l’étendue et de la nature de l’agglomération. L’importance de la ville, tout au long de son histoire et de celle de la région, est devenue ainsi plus concrète. L’évolution de la ville est étroitement liée à celle du territoire qu’elle administre, la Chalcidique, et qui correspond à une partie de la zone des Marges arides, connue par des prospections 30.

70Au point de contact entre nomades et sédentaires, l’agglomération est l’un des jalons du commerce caravanier. Là, les ressources et les matières premières issues de la steppe sont rassemblées et parfois transformées avant d’être expédiées vers les grandes métropoles comme Antioche ou Alep. C’est le cas de l’exploitation de la soude végétale (pour l’industrie du savon ou du verre primaire). Les céréales, les fruits dont le raisin, l’huile d’olive, les fromages, laines et viandes issus de l’élevage, qui s’est développé à partir de la fin de l’époque hellénistique (Rousset 2011), parvenaient de ses riches terres agricoles et terrains de parcours. À cette vocation économique s’ajoute, durant l’Antiquité tardive, une dimension culturelle et spirituelle, avec le développement d’ermitages et de monastères. Cette période, à Chalcis/Qinnasrin et dans sa région, correspond à l’apogée démographique et à la mise en valeur des terres (Geyer, Rousset 2001). Cependant, la principale raison d’être de Chalcis/Qinnasrin, entre la fin de l’époque hellénistique et la période des croisades, est son rôle militaire et stratégique, comme avant-poste face à la steppe jusqu’à l’Antiquité tardive, puis, après la conquête, comme base arrière de l’islam face aux Byzantins puis aux croisés.

71La prospection confirme la plupart des mentions textuelles et a permis de nombreuses découvertes : à la forteresse hellénistique succède une installation urbaine planifiée selon un maillage orthogonal, mais qui ne sera jamais totalement bâtie. En revanche, si les remparts reconstruits au milieu du vie s. enserrent une surface réduite de moitié, des faubourgs extérieurs se développent et la ville atteint alors son extension maximale. Les nouveaux maîtres de la ville, au début de l’époque islamique, installent le siège de leur pouvoir militaire sur une position fortifiée en haut de la montagne dominant l’agglomération, qui se replie vers le nord. La totalité de la ville est abandonnée vers le milieu du xe s. et Qinnasrin est supplantée par Alep. Seul son tell fortifié est encore habité jusqu’au xiiie s. Devenue une carrière de pierre, elle n’est plus alors qu’une étape sur les routes et un lieu de campement pour les nomades.

72Le conflit récent en Syrie n’a hélas pas épargné la petite ville d’al‑‘Iss, toujours carrefour stratégique, et ses habitants. Leur histoire reste à écrire.

Notes

1 Ces tessons dateraient de la fin de l’âge du Bronze (Albright, Dougherty 1926, p. 8).

2 Mission de prospection géographique et archéologique dirigée par Bernard Geyer (CNRS, Archéorient) et Nazir Awad (DGAMS), à laquelle j’ai participé en tant qu’archéologue, aux côtés d’Yves Calvet (CNRS, Archéorient). L’emprise de la région prospectée correspond à la carte de Salamya au 1/200 000, Qinnasrin se situant dans l’angle nord-ouest de cette carte.

3 Bagg 2007, p. 197‑198 ; Tadmor, Yamada, Novotny 2011 (Tiglath-Pileser III, 35, ii 8’).

4 Si cette occupation était localisée uniquement sur le tell, elle pourrait, comme pour les périodes plus anciennes, avoir été occultée par le glacis.

5 On ne peut cependant exclure que le matériel de cette époque ramassé au sud-ouest du tell corresponde à des dépotoirs plus tardifs formés par les détritus rejetés à l’extérieur de celui-ci.

6 C’est le cas également à Baalbek, où les grands axes antiques sont encore conservés dans la voirie actuelle malgré une déprise importante de la ville après l’époque médiévale (Lehmann 2015).

7 Les vestiges de ce type d’édifice sont rares dans la région syrienne. En Palestine, seuls trois amphithéâtres ovales sont connus par l’archéologie, construits à partir du milieu du iie s. ap. J.‑C., à Caesarea Maritima, Eleutheropolis et Legio (ces deux derniers, plus petits, mesurent 71 x 56/52 m ; Weiss 2014, p. 69 et 112‑120). L’amphithéâtre de Beyrouth aurait été construit par Agrippa Ier, frère d’Hérode V de Chalcis (Sartre 2001, p. 548 et 681‑682). On peut imaginer que ce dernier ait voulu construire un amphithéâtre à Chalcis dans un but ostentatoire, pour rivaliser avec son frère.

8 « Il est assez significatif que presque toutes les villes possédant des amphithéâtres, des stades ou des hippodromes aient aussi des théâtres. » (Frézouls 1961, p. 64).

9 Tell al‑Halawa est le plus grand site daté de la fin de l’époque hellénistique et de l’époque romaine prospecté par la mission Marges arides de Syrie du Nord (Rousset 2011, p. 130). Il est situé à proximité de la colonne de Halawa qui marquerait la limite entre les territoires d’Epiphania/Hama et de Chalcis (Gatier 2001, p. 93).

10 Pourrait-il y avoir eu, comme dans le cas d’Apamée et Laodicé/Lattaquié, « des “villes-sœurs” (Strabon, XVI, 2, 4), fondées à quelques semaines d’intervalle, et à peu de distance l’une de l’autre, pour répondre à un programme de colonisation systématique de la région » (Balty 1991, p. 17) ?

11 Elles sont bien datées par le matériel céramique et numismatique : par exemple à Zeugma (Aylward 2013, I, p. 29‑31) et Gindaros (Kramer 2004).

12 Selon Pierre‑Louis Gatier (que je remercie pour cette information), dans le cas des églises jordaniennes, cette formule « depuis les fondations » n’est pas toujours confirmée par les découvertes archéologiques et son interprétation reste ouverte. Elle n’est donc pas à comprendre comme « créé à partir de rien », mais « totalement construit ou reconstruit ».

13 Elle est bien visible, par exemple, sur l’image Google Earth du 10 juillet 2010.

14 On la voit très bien, par exemple, sur l’image Google Earth du 5 octobre 2007.

15 Niewöhner et al. 2013, p. 122 et 127. Je remercie Christophe Benech de m’avoir indiqué cette référence.

16 C’est ce terme qui a pu glisser de ce lieu jusqu’à l’établissement connu sous le nom moderne d’al‑Hadir, à 4 km à l’est d’al‑‘Iss (Rousset 2012).

17 Les constructions de ce genre, dans les Marges arides, sont des bâtiments rectangulaires de 25 m à 45 m de côté, sans abside (Rivoal 2011, p. 151‑155).

18 18 ha d’après Gaborit 2012, II, p. 172.

19 35 ha d’après Gaborit 2012, II, p. 180.

20 Pour être comparables, les surfaces ont été déterminées à l’intérieur des remparts et calculées grâce à l’outil de Google Earth.

21 Strube 2015, p. 22, fig. 9. La construction de ce mur de basalte est datée de la fin du ve et du début du vie s. (Strube 2015, p. 288‑290). Cependant, la céramique fine découverte dans les sondages sur les tours et les portes montre que l’occupation s’étale jusqu’au début du viie s. (Knötzele 2015, p. 360‑362). À Andarin, un autre rempart, le « mur extérieur », en brique crue sur fondation de basalte, enclot une surface de 155 ha ; il aurait été érigé entre la première moitié et la fin du vie s. et aurait été utilisé longtemps après le viie s. (Strube 2015, p. 292‑293).

22 Album, Goodwin 2002, p. 99.

23 Durant la guerre récente, cette position stratégique a été réutilisée comme base de combats, notamment en décembre 2015. La fortification réalisée à ce moment sur la montagne, à base de levées de terre effectuées au bulldozer, a fortement endommagé les vestiges anciens.

24 On trouvera une synthèse sur les moulins hydrauliques omeyyades dans Genequand 2012, p. 339‑352.

25 Rousset, Bovagne, Rochette 2012, p. 66‑67 ; Chapitre 10 ; Chapitre 12.

26 Ibn al‑‘Adim, Bughya, p. 12, www.alwaraq.net.

27 Une inscription a été observée dans ce monument : voir Chapitre 5 ; Al‑Harawi (trad. Sourdel 1957), p. 13‑14.

28 Il s’agit peut-être là du bâtiment signalé par Pococke à l’extérieur et au nord-est de la ville (voir plus haut).

29 Rousseau 1814, p. 12.

30 Geyer, Rousset 2011 ; Rivoal 2010a, 2010b, 2011 ; Rivoal, Rousset 2019.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Proposition de restitution de la morphologie de Chalcis à la fin de l’époque hellénistique (M.‑O. Rousset, mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13592/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 956k
Titre Fig. 2 – Proposition de restitution de la morphologie de Chalcis à l’époque romaine (M.‑O. Rousset, mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13592/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 3 – Vue du personnage cuirassé provenant du tell de Chalcis et conservé au musée de Damas (N. Awad, DGAMS).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13592/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 4 – Proposition de restitution de la morphologie de la Chalcis byzantine (M.‑O. Rousset, mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13592/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 5 – Proposition de restitution de la morphologie de Qinnasrin au début de l’époque islamique (M.‑O. Rousset, mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13592/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 6 – Proposition de restitution de la morphologie de Qinnasrin à l’époque abbasside (M.‑O. Rousset, mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13592/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 7 – Proposition de restitution de la morphologie de Qinnasrin à l’époque médiévale (M.‑O. Rousset, mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13592/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search