Version classiqueVersion mobile

Chalcis/Qinnasrin (Syrie)

 | 
Marie-Odile Rousset

Troisième partie. Les sources archéologiques, les objets

Chapitre 19 – La céramique de l’Antiquité tardive et de l’époque islamique à Chalcis/Qinnasrin

Marie-Odile Rousset

Texte intégral

  • 1 Une prospection avec ramassage de céramique avait été réalisée par l’équipe internationale (Marian (...)
  • 2 Lors de la prospection conduite dans les Marges arides de Syrie du Nord (dirigée par Bernard Geyer (...)
  • 3 Voir la carte de localisation des secteurs (Chapitre 6, fig. 4).
  • 4 Les dessins ont été réalisés par Yassir Dallal, Virginie Decoupigny, Marion Rivoal, Marie Rochette (...)

1La céramique présentée dans ce chapitre est issue des ramassages effectués lors des prospections pédestres sur l’ensemble du site de Chalcis/Qinnasrin 1. L’objectif était avant tout de déterminer quelles étaient les différentes périodes chronologiques représentées dans chaque secteur prospecté pour pouvoir reconstituer l’évolution morphologique de la ville de Qinnasrin. C’est pourquoi nous avons choisi de ne pas ramasser la totalité du matériel visible en surface, mais de prélever un maximum d’échantillons différents, afin de couvrir la plus large représentation chronologique possible. L’établissement de proportions précises des différents types de céramique ne nous a pas paru pertinent dans la mesure où la quantité des tessons observés et prélevés varie en fonction de nombreux facteurs, parmi lesquels l’état des surfaces prospectées (labouré, avec ou sans végétation lors de notre passage, non perturbé depuis de nombreuses années comme sur le sommet du tell, etc.), la nature des vestiges archéologiques (habitat, nécropole, dépotoir, enclos agropastoral, etc.) et la période chronologique considérée 2. Nous avons préféré privilégier une analyse du matériel en rapport étroit avec les traces archéologiques observées. La méthode de prospection utilisée, à savoir délimiter les secteurs en fonction de la topographie et des images aériennes 3, a permis d’identifier plusieurs lots de céramique homogènes du point de vue de la datation. Ceux de l’âge du Bronze et des époques hellénistique et romaine ont été décrits dans les chapitres précédents par C. Kepinski et S. Élaigne (Chapitre 16 ; Chapitre 18). Le lecteur trouvera ci-dessous la présentation des céramiques des périodes plus récentes, avec des assemblages représentatifs identifiés sur des secteurs bien définis. Pour plus de clarté, les figures sont rassemblées par ordre chronologique et sous forme de catalogue en fin d’article 4. Enfin, la cartographie de ces informations permet de proposer une synthèse sur l’évolution spatiale de l’agglomération.

La céramique des iiie‑ive s.

  • 5 Par exemple en Palmyrène comme l’ont montré les découvertes dans le secteur sud-est de la zone de (...)
  • 6 Voir les références des comparaisons dans le catalogue.

2Dans les lots où elle a pu être identifiée, la céramique de l’époque romaine tardive est toujours mêlée à celle d’autres périodes. Il n’est donc pas possible de déterminer un assemblage représentatif de cette période. Cette difficulté est également due à l’absence des types de sigillée tardive les plus anciens, par exemple la forme de sigillée africaine Hayes 50 en circulation entre le milieu du iiie et la fin du ive s. (Hayes 1972, p. 68‑73 ; Hayes 1980, p. 495), très commune dans d’autres régions 5. La céramique culinaire de cette époque (la brittle ware) est mieux connue, notamment depuis les travaux d’Agnès Vokaer (2011 et 2014) et la publication du matériel de Zeugma (Abadie-Reynal, Martz, Cador 2007 ; Abadie-Reynal, Martz 2010 ; Kenrick 2013 ; Martz 2007) et de Resafa (Ulbert, Konrad 2016). Le problème auquel nous sommes confrontés, avec des tessons très fragmentés, est qu’il n’est pas toujours possible, pour les pots de cuisson les plus courants, à col court et évasé et lèvre ourlée (fig. 8, P34‑5 ; fig. 14, P46‑6 et P49‑5 ; fig. 16, P400‑31), de savoir si les anses sont fixées sur la lèvre ou sur une carène à la base du col, et par conséquent de préciser leur datation entre le iiie et la fin du ve s. Les casseroles ou poêles (fig. 11, P403‑26 et 27) trouvent des parallèles avec des formes connues plutôt dans les régions au nord et à l’est de Chalcis, à Doliché (Dülük Baba Tepesi), Zeugma, Dibsi Faraj et Tell Barri 6.

3Les types d’amphores qui pourraient dater de l’époque romaine tardive sont rares à Chalcis. Les importations occidentales sont absentes, ce qui peut apparaître comme normal pour du matériel de surface ; à Zeugma par exemple, les amphores témoignant du commerce à longue distance sont peu nombreuses dans les niveaux du iiie s. tandis que celles de Palestine sont quasiment absentes (Reynolds 2013, p. 98‑99). La plupart des amphores romaines tardives identifiées sur le site peuvent être rattachées à l’époque byzantine (Pieri 2005a). Cependant, avec seulement des fragments de bords et d’anses, il est difficile de dater plus précisément des types qui ont déjà pu être en circulation aux iiie et ive s.

  • 7 À propos des bassins hellénistiques et romains, S. Élaigne distingue trois fabriques différentes ( (...)

4La céramique commune est encore plus difficile à cerner. Il semblerait qu’au cours de cette période, on passe d’une pâte à couleur variant entre le jaune pâle, l’orangé et le gris, avec de grosses inclusions blanches 7, à une pâte plus dure et dense, brune, dans laquelle les inclusions sont beaucoup plus fines et qui deviendra la pâte typique de Chalcis à l’époque byzantine. C’est dans cette pâte que sont réalisés de grands bassins, à lèvre repliée sur l’extérieur avec la partie externe du bord convexe (fig. 14, P49‑15). Quelques fragments de bassins à lèvre infléchie sur l’extérieur à l’oblique se rapprochent des formes typiques de la première moitié du iiie s. à Zeugma (Kenrick 2013, pl. 20 ; fig. 10, P16‑21).

Assemblages céramiques des ve‑vie s.

5La céramique byzantine est largement représentée dans une grande majorité des secteurs prospectés. Comme la plupart d’entre eux comportent également des tessons de la fin de l’époque romaine ou du début de l’époque islamique, rares sont les secteurs qui ont livré des assemblages datés de cette seule période. En revanche, ce qui est particulièrement intéressant à Chalcis/Qinnasrin, c’est l’attestation d’ateliers de production de céramique au vie s. Comme indiqué plus haut (Chapitre 6), une vingtaine de fours ont été mis en évidence par les prospections pédestre et géophysique. En surface, ils se caractérisent par des zones cendreuses et la présence de nombreux fragments de parois, parfois complètement vitrifiés (fig. 1) et de rebuts de cuisson. Deux lots provenant de ces zones de rejet sont exposés ici (P24 et P29).

La céramique du secteur P29

6P29 est situé dans le secteur nord, au nord-est et à environ 200 m à l’extérieur du rempart byzantin. La céramique provient d’une zone cendreuse, plus sombre que le terrain environnant sur laquelle étaient concentrés de nombreux fragments de céramique ainsi que des scories, des briques cuites et recuites et des drapés de four.

7Plusieurs fragments de sigillée phocéenne de forme Hayes 3E et 3F permettent de situer cet ensemble au vie s. (fig. 2, P29‑1 à 4). Les fragments de brittle ware sont rares et seules deux anses ont été prélevées. Les productions de ce four étaient réalisées dans une pâte orangée à brune, assez fine, avec parfois des inclusions blanches et/ou noires très fines. Il s’agit du type de pâte le plus représenté sur le site et caractéristique des céramiques de l’Antiquité tardive et byzantines.

8Les rebuts de cuisson observés montrent que les formes cuites dans ce four étaient avant tout des bols à lèvre arrondie et pied annulaire (fig. 2, P29‑9 ; fig. 4, P29‑40 à 44) et des bassins avec une grande variété de bords : à lèvre à épaississement externe triangulaire ou arrondi ou replié à l’horizontale sur l’extérieur, avec le dessus orné d’un décor incisé (fig. 2, P29-35 à 37 ; fig. 3). Ceux à parois évasées et lèvre repliée sur l’extérieur à l’horizontale à profil anguleux sont bien représentés ailleurs sur le site (P24‑23 et 24, P20‑29, P40‑19, P47‑18, P403‑31 et 32). À Déhès, ils font partie de l’assemblage céramique entre deux sols de la salle est du bâtiment 104 (Sodini et al. 1980, p. 105, fig. 128.16). À Qsayr al‑Sayla, ils proviennent d’un contexte de la première moitié du vie s., mais sont habituels à l’époque romaine tardive et au début de l’époque byzantine (Konrad 2001, p. 81, pl. 92.5).

9L’assemblage comprend également le couvercle à tenon central et lèvre repliée sur l’intérieur ornée d’un décor au peigne (fig. 2, P29‑12 et 13) ainsi que des amphores (fig. 2, P29‑16 et 17). Ces dernières paraissent être des copies d’amphores LR4 et bag shaped.

10Les bords P29‑29 et P29‑31 appartiennent à la même forme de bassin que P17‑41 (fig. 5) qui a été utilisé pour un usage artisanal. Il contient des pigments rouges et gris-bleu, sur plusieurs couches de plâtre (?) d’environ 2 mm d’épaisseur chacune. La présence de plâtre (?) également à l’extérieur pourrait indiquer un remplissage par plongeon dans un grand récipient. Ce bassin pourrait avoir été utilisé lors de la confection d’un enduit de mur et de son décor peint.

La céramique du secteur P24

11La parcelle P24 correspond à une butte cendreuse avec de nombreux déchets de four et des rebuts de cuisson. Le matériel présente une bonne homogénéité chronologique, avec plusieurs fragments d’amphores et de sigillées tardives qui permettent de le dater entre le vie s. et la première moitié du viie s. Les sigillées tardives (fig. 6, P24‑1 à 7) sont représentées par des importations africaines (Hayes ARS 99B) et phocéennes (Hayes 3E, 3F, 10A et 10C) parmi les plus courantes (voir ci-dessous). Notons un fragment P24‑1 dont la pâte orangée très fine, avec de rares grains blancs, rappelle celle d’une sigillée tardive.

12Aux amphores romaines tardives appartiennent une panse de LR2 avec des stries profondes et des anses de LR1 et de bag shaped. Deux fragments de céramique culinaire, une casserole et un pot de cuisson à col cylindrique et lèvre en biseau (fig. 6, P24‑8 et 9) appartiennent au même horizon chronologique. Comme en P29, on retrouve le couvercle à tenon et le bassin à lèvre repliée sur l’extérieur à l’horizontale (fig. 6, P24‑23 et 24).

13Une des formes produites par ce four pourrait avoir été une petite bouteille à une anse, à base en bouton, corps étroit, carène sur l’épaule et bord à lèvre arrondie légèrement éversée (fig. 6, P24‑16, 18 et 20). Les six fragments observés présentent une grande variété de couleur de pâte (jaune pâle, rouge orangé, grise), sans doute due à une mauvaise maîtrise de la cuisson.

Remarques sur la céramique byzantine

  • 8 On rajoutera à la liste des sites publiés celui de Sergilla et les sites de la prospection des Mar (...)

14Les formes de sigillées tardives les mieux représentées à Chalcis sont les mêmes que sur les autres sites de Syrie du Nord et reflètent la tendance générale des importations méditerranéennes en Orient, c’est-à-dire que les sigillées phocéennes sont les plus nombreuses, suivies par les africaines et enfin les chypriotes 8. Les formes représentées à Chalcis/Qinnasrin correspondent aux plus répandues dans l’ensemble du bassin méditerranéen (Hayes 2001 ; Cau, Reynolds, Bonifay 2011), parmi lesquelles les phocéennes Hayes 3E (fig. 2, P29‑1 ; fig. 6, P24‑5 ; fig. 7, P20‑4 ; fig. 11, P403‑6), 3F (fig. 2, P29‑2 à 4 ; fig. 6, P24‑7 ; fig. 14, P46‑2 ; fig. 16, P72‑1 et P400‑28), 10A (fig. 6, P24‑3 ; fig. 7, P20‑6 ; fig. 10, P16‑3 ; fig. 11, P403‑5, 7 et 8 ; fig. 14, P46‑1 ; fig. 16, P400‑29) et 10C (fig. 6, P24‑6 ; fig. 7, P20‑5 ; fig. 15, P54‑1 ; fig. 17, P4‑9), les africaines Hayes 91 (fig. 11, P403‑3), 99A (fig. 11, P403‑2), 99B (fig. 6, P24‑2), 104 (fig. 14, P401‑5 ; fig. 15, P54‑3) et 105 (fig. 13, P40‑16) et la chypriote Hayes 2 (fig. 2, P29‑5 ; fig. 11, P403‑1). Ces constatations rejoignent les conclusions de l’étude des céramiques fines africaines importées à Zeugma (Abadie-Reynal 2005).

15Plusieurs imitations de sigillées tardives, découvertes notamment sur l’un des dépotoirs de four de potier du quartier nord (en P31), pourraient avoir été fabriquées à Chalcis/Qinnasrin même. En effet, leur pâte est similaire à celle des productions du secteur P29 : de couleur orangée à brune avec, dans certains cas, des inclusions blanches et noires très fines. Les plats sont recouverts d’un engobe intérieur et extérieur brun-rouge (fig. 4, P31). Les formes qui sont copiées appartiennent aux sigillées africaines, Hayes 104B (fig. 4, P31‑6 ; fig. 9, P39‑7) et 105 (fig. 4, P31‑9 ; fig. 13, P40‑16), et plus rarement aux sigillées phocéennes (fig. 4, P31‑8, avec un trait de peinture noire sur le bord). La fabrication de ces imitations pourrait avoir duré jusqu’au début de l’époque islamique (Viviers, Vokaer 2009, pl. IX, n° 3). Elles pourraient avoir été produites à Chalcis et semblent avoir été exportées jusque dans la moyenne vallée de l’Euphrate, à Halabiyya, où elles appartiennent à un assemblage de la première moitié du viie s. (Haïdar-Vela 2017, p. 768).

16La lampe moulée P135‑2 a été découverte dans une maison sur le côté nord du quartier H (Chapitre 15, fig. 1) soit dans la partie centrale de la ville antique. Avec un décor de bâtonnets radiaux et un tenon conique, elle est d’un type qui continue jusqu’au viiie s. (Rousset 2012b, p. 86, fig. 11).

17Les amphores tardives les plus communes sont les LR1 (fig. 6, P24‑11 ; fig. 7, P20‑16 ; fig. 12, P403‑42 ; P40‑18) et l’amphore palestinienne bag shaped de type 3 (Pieri 2005a, p. 114‑122), représentée par plusieurs formes de bords (fig. 8, P34‑12 ; fig. 12, P403‑41 ; fig. 10, P16‑16 ; fig. 17, P4‑19).

18À noter que l’amphore de Syrie du Nord (NSA1 ; Pieri 2005b ; Reynolds 2013), non illustrée dans les assemblages d’époque byzantine, est représentée par quelques tessons : trois attaches supérieures d’anses sur cols (P8‑11, P10‑16 et P17‑13), deux bords (P26‑19, P83‑14) et un tesson de panse à décor peint (P39‑16).

19Dans le secteur de la résidence P20, la céramique commune locale est illustrée par deux grands bassins à décor digité sur la partie anguleuse du bord (fig. 7, P20‑26 et 27). Ces formes sont relativement abondantes sur le site et ne trouvent pas de parallèles en dehors de Chalcis/Qinnasrin.

La céramique de l’époque omeyyade (du viie au milieu du viiie s.)

  • 9 Malheureusement, les représentations des céramiques, dans cet article, sont souvent fantaisistes.

20Le travail réalisé à al‑Hadir, à 4 km d’al‑‘Iss a permis de mettre en évidence les spécificités de la céramique du tout début de la période islamique en Syrie du Nord (Rousset 2012b) et de compléter les résultats des travaux précurseurs réalisés sur le matériel de Déhès (Orssaud 1980 ; Bavant, Orssaud 2001) et de Qsayr al‑Sayla (Konrad 2001). L’étude de la Palmyrène, notamment les fouilles de Qasr al‑Hayr al‑Sharqi, a permis la publication d’assemblages omeyyades et abbassides, réduits mais bien stratifiés (Genequand 2012). Les parallèles les plus nombreux se font avec la céramique d’al‑Andarin pour laquelle, hélas, il est difficile d’avoir une idée précise de la stratigraphie (Ateş 2015 9 ; Knötzele 2015).

  • 10 P39 inclut en outre quelques tessons de glaçure abbasside : un fragment de yellow glazed de tell A (...)

21Les lots qui contiennent de bons assemblages de céramique omeyyade sont plutôt localisés dans la partie haute du secteur nord de la ville : P34, P39 10. Ils sont complémentaires et illustrent presque toutes les formes omeyyades identifiées à al‑Hadir, dans les phases I et II datées des viieviiie s. (Rousset 2012b, p. 75‑94).

22La brittle ware est bien représentée, avec deux formes de casseroles. La casserole à lèvre repliée sur l’intérieur à méplat et anses horizontales est bien attestée (fig. 8, P34‑10 ; fig. 9, P39‑13 ; fig. 15, P53‑4). Elle est très fréquente à Apamée, dans les dépotoirs de l’agora datés du vie à la première moitié du viie s., et dans la rue J au nord de l’église à atrium avec des monnaies et des sigillées du milieu ou de la fin du viie s. (Vokaer 2011, p. 16‑17, casserole B1a). On la rencontre sur de nombreux sites de Syrie du Nord, plutôt en contextes omeyyades ; la casserole à lèvre en biseau (fig. 15, P54‑6) serait plutôt byzantine. La casserole à lèvre en gouttière ou moulurée (fig. 9, P39‑14 ; fig. 11, P403‑14 et 28) est très souvent associée au pot de cuisson à haut col cylindrique (fig. 8, P34‑8 et 9 ; fig. 11, P403‑9 ; fig. 14, P46‑8 et 9, P49‑3). Si la première ne s’étend pas au-delà du milieu du viiie s., le second est toujours utilisé au ixe s. (Rousset 2012b, p. 104‑105). Un autre pot de cuisson utilisé à l’époque omeyyade a un col cylindrique ou légèrement évasé et une lèvre à trois bourrelets externes (fig. 8, P34‑6 et 7 ; fig. 9, P39‑9 et 10 ; fig. 14, P49‑6 ; fig. 15, P54‑7). Deux exemplaires complets de ce pot ont été découverts à Qasr al‑Hayr al‑Sharqi dans un contexte des premières décennies du viiie s. (Genequand 2012, p. 140, fig. 138). Des anses en ruban, très larges (presque 5 cm ; fig. 17, P2‑19) ont été découvertes dans plusieurs secteurs et semblent associées à ces pots de cuisson à col. Elles sont représentées avant tout dans les lots qui contiennent de la céramique abbasside et pourraient correspondre au développement tardif des anses. La brittle ware est également utilisée pour des petites cruches à bec pincé (fig. 9, P39‑11 et 12) décorées de motifs incisés, excisés ou d’impressions basculées (fig. 8, P34‑4 ; fig. 11, P403‑52 à 54). Ce type de décor existe aussi sur pâte calcaire (fig. 7, P20‑18).

23Du point de vue des pâtes communes, la particularité de l’époque omeyyade est la pâte commune orangée, avec des inclusions moyennement abondantes, grises et de taille moyenne et quelques grains de chaux. La surface apparaît lissée et de couleur plus claire ou au contraire plus orangée que la pâte. On retrouve sur le site de Qinnasrin presque toutes les formes identifiées à al‑Hadir : les petites jarres à lèvre en bandeau (fig. 9, P39‑21 et 23), les cruches à col droit (fig. 9, P39‑25 ; fig. 15, P53‑9 ; fig. 17, P4‑20), les jarres à lèvre à épaississement externe triangulaire (fig. 8, P34‑14 et 15 ; fig. 9, P39‑28) ou mouluré (fig. 12, P403‑38), le bol à carène (fig. 9, P39‑24), les couvercles-coupelles (fig. 12, P403‑45 et 47), les amphores sans col (fig. 7, P20‑17 ; fig. 9, P39‑18) et les gros bassins à lèvre en bandeau rainuré (fig. 8, P34‑20 à 22 ; fig. 9, P39‑32 ; fig. 12, P403‑49). Ces derniers, très abondants à Qinnasrin, sont quasiment inconnus ailleurs.

La céramique d’époque abbasside (de la fin du viiie au xe s.)

24Généralement, la céramique de prospection est considérée comme relevant de l’époque abbasside dès lors qu’elle comporte des fragments glaçurés. Ceci est à relativiser, car, d’une part, les glaçures monochromes turquoises sont déjà présentes à l’époque omeyyade et, d’autre part, la glaçure polychrome n’apparaît pas avant le milieu de la troisième décennie du ixe s. En revanche les types non glaçurés associés aux glaçures polychromes apparaissent dès la deuxième moitié du viiie s. (Rousset 2012b, p. 94‑109). À Qinnasrin, les secteurs du quartier nord sont occupés en continu depuis l’époque byzantine et la céramique abbasside est souvent mêlée à celle des périodes plus anciennes. Sur la montagne, où les céramiques byzantine et omeyyade sont peu nombreuses, l’assemblage abbasside est plus complet.

25Les glaçures polychromes les plus anciennes sont celles du type yellow glaze de tell Aswad (Watson 1999). Elles recouvrent deux formes principales, à base annulaire : bols à parois et à lèvre arrondie (fig. 10, P403‑18 ; fig. 16, P69‑1) ou en biseau (fig. 16, P400‑27) et plats à parois évasées (fig. 10, P403‑17 et 19).

26La marmite sans col en brittle ware est une marque indiscutable de l’époque abbasside et facilement identifiable par son bord légèrement épaissi en triangle, ses tenons triangulaires et son décor d’impressions basculées fréquent au niveau de l’épaule. L’évolution chronologique entre les formes à paroi droite, carénée ou globulaire ne peut être mise en évidence avec du matériel de prospection, trop fragmenté (Rousset 2012b, p. 77, fig. 4). Cette forme est relativement abondante (fig. 7, P20‑9 ; fig. 8, P34‑11 ; fig. 11, P403‑12 et 13 ; fig. 14, P401‑6 et 7 ; fig. 16, P69‑3, P71‑3, P400‑32 à 34 ; fig. 17, P2‑10 et 11, P4‑15).

27La lampe tournée en brittle ware, avec un réservoir fermé, est attestée dans plusieurs des lots de la montagne. Elle est répandue de la côte syrienne à la vallée de l’Euphrate (Becker 1999, pl. 90.d‑j ; Orssaud, Sodini 1997, p. 66 et fig. 1.6 ; Rousset 1996, n° 567 ; Rousset 2012b, p. 104‑105).

28Une forme rare, en brittle ware grossière, mais caractéristique de l’époque qui nous intéresse ici est celle d’une petite bouteille que l’on pourrait qualifier de proto-sphéroconique dont un exemple archéologiquement complet a été découvert dans le sondage B (Chapitre 10, fig. 27). Elle est globulaire, avec un fond arrondi et un goulot étroit (fig. 11, P403‑48). Elle est présente dans les contextes abbassides de Rahba‑Mayadin (Rousset 1996, pl. 63, n° 621 et 622), Raqqa (Miglus, Stepniowski 1999, p. 35 et pl. 24.t‑ag) et Kharab Sayyar (Falb 2012, pl. 20.8‑9), mais aussi à al‑Andarin (Ateş 2015, pl. 195.2003/229 ; Knötzele 2015, pl. 255.4).

29Les autres fragments que l’on peut rattacher à cette période sont : une base de petite cruche en pâte fine (fig. 7, P20‑20), un bord de grande jarre à eau en pâte sableuse (fig. 14, P47‑19) et un bassin à lèvre rainurée (fig. 15, P53‑12 et P54‑13) ; toutefois, celui-ci est déjà attesté à l’époque omeyyade (Rousset 2012b, p. 86‑88, fig. 12.3‑4).

30Notons que certaines formes de céramique commune des ateliers de Raqqa, comme le pot à base annulaire, bord évasé à lèvre dédoublée et petites anses sont totalement absentes de l’assemblage abbasside de Qinnasrin comme de celui d’al‑Hadir, alors qu’on les trouve dans les assemblages contemporains de la steppe au sud-est de Qinnasrin (Rasm Abu Miyal : Genequand, Rousset 2016, p. 244, fig. 45, n° 87‑89 et p. 246, fig. 46, n° 43‑44).

La céramique du xie au début du xiie s.

31Les assemblages céramiques du xie au début du xiie s. sont très peu nombreux et localisés essentiellement sur le tell (P2, P3 et P4) et sur le dépotoir correspondant à cette occupation, à 200 m en contrebas de l’accès au tell (P5).

32La pâte des céramiques glaçurées de l’époque seldjoukide est de couleur orangée, assez fine et supporte différents types de décors dont le plus fréquent est le décor intérieur incisé ou gougé dans un engobe clair, recouvert de glaçure monochrome, verte, jaune ou polychrome (fig. 17, P2‑6, P4‑1 et 2). Les formes à paroi évasée et lèvre simple perdurent tandis qu’apparaissent des coupes à bord vertical à lèvre arrondie soulignée à l’extérieur par une rainure (fig. 17, P2‑3). Plusieurs lieux de production ont été mis en évidence dans l’est de la Syrie, à Raqqa (Tonghini, Henderson 1998), Tell Shahin (Tonghini 1995) et Rahba‑Mayadin (Rousset 2017).

33La céramique culinaire est illustrée par un pot de cuisson sans col avec une lèvre repliée sur l’extérieur (fig. 17, P2‑14) qui, du point de vue morphologique, pourrait correspondre à une évolution de la forme sans col à lèvre épaissie typique de l’époque abbasside.

La céramique de l’époque ayyoubide à l’époque ottomane (du milieu du xiie au xixe s.)

34La céramique pouvant nous informer sur les périodes médiévale et moderne est peu abondante et concentrée dans quelques secteurs du quartier nord de la ville. À côté de catégories de vaisselle qui ont une durée de vie assez courte en apparaissent d’autres qui ont au contraire une longévité importante. Les contextes archéologiques bien stratifiés restent rares pour la céramique ayyoubide et concernent avant tout la moyenne vallée de l’Euphrate (Rousset 1996 ; Tonghini 1998). La céramique d’époque mamelouke est mieux connue depuis les travaux à Damas et Apamée (François 2008 ; Vezzoli 2016).

35Une des caractéristiques des céramiques glaçurées de l’époque ayyoubide est l’utilisation d’une pâte synthétique pour réaliser des formes standardisées issues de modèles chinois. Sont illustrés ici deux types de décors qui peuvent être datés de la première moitié du xiiie s. et pourraient être des productions de Raqqa (Jenkins‑Madina 2006) : un fragment à décor peint en noir sous glaçure turquoise et un autre au décor peint au cobalt sous glaçure transparente et rehaussé de lustre roux (fig. 13, P40‑12 et 14).

36Plusieurs fragments reflètent l’évolution des glaçures sur pâte argileuse, avec toujours des coupes à base annulaire et bord droit ou à marli recouvertes de glaçure monochrome verte (fig. 10, P403‑21, 22 et 24 ; fig. 13, P40‑1, 3, 5 et 8 ; fig. 17, P2‑2) et des formes aux parois plus épaisses à glaçure turquoise (fig. 10, P403‑25). Le sgraffito est illustré par un seul fragment (fig. 13, P40‑4).

37À partir de la fin du xiiie s. apparaît la catégorie des décors peints à l’engobe sur pâte rouge brique et recouverts de glaçure transparente jaune ou vert pâle, réservés à des récipients ouverts (fig. 10, P403‑15 et 16 ; fig. 13, P40‑10 et 11) ou à la lampe à réservoir presque inexistante (fig. 10, P16‑5). Ce type perdure pendant toute l’époque mamelouke et une partie de l’époque ottomane avec néanmoins un appauvrissement du décor. On le réalise aujourd’hui en plastique.

38Nous n’avons pas trouvé, à Qinnasrin, la marmite sans col en brittle ware avec le bord complètement replié sur l’extérieur et l’intérieur du fond glaçuré. En revanche, cette forme est réalisée dans une pâte brune avec un dégraissant minéral abondant (fig. 10, P16‑9).

39La pâte commune rouge brique apparaît dans la phase V d’al‑Hadir (Rousset 2012b, p. 113‑114). Différente de la brittle ware, elle est utilisée pour des cruches et jarres (fig. 17, P2‑16 et 20). La grande jarre de stockage en pâte commune brun clair (fig. 17, P4‑24) existe aussi dans les phases tardives d’al‑Hadir à partir de la fin du xiie s.

40Dans toute la Syrie de l’Ouest, la céramique modelée représente une grande partie de la vaisselle commune utilisée à partir de l’époque ayyoubide. Cette catégorie a une durée de vie parallèle à celle de la céramique à décor peint à l’engobe. Les formes sont peu nombreuses, plats à bords évasés ou plus profonds, jarres et cruches (fig. 10, P16‑10, 12 et 14 ; fig. 13, P40‑21 à 28). L’évolution de ce type tend vers une disparition du décor peint.

41La période ottomane est perceptible par la présence de pipes en terre cuite qui se répandent pour la consommation du tabac (non illustrées).

Répartition de la céramique et extension de la ville aux différentes périodes

42La reconnaissance morphologique et la datation des différents secteurs prospectés par le matériel conservé in situ permettent de proposer des cartes de répartition des secteurs occupés aux différentes périodes (fig. 18‑20).

  • 11 Chapitre 9 ; Chapitre 10 ; Chapitre 12.

43Les secteurs qui ont fait l’objet de fouilles ont confirmé les datations établies grâce au matériel collecté en surface (P22/sondage A, P20/sondage B, P47/sondage C) 11. On peut donc postuler que la céramique ramassée lors des prospections est représentative des périodes d’occupation, au moins dans la plupart des secteurs. Ce n’est pas le cas, en revanche, dans les secteurs avec une forte accumulation de phases stratigraphiques, comme le tell.

44L’étude présentée par C. Kepinski (Chapitre 16) montre que ce matériel est localisé dans certains secteurs bien distincts (fig. 18a). Plusieurs petits établissements s’échelonnent le long d’un affluent du Quwayq, P64, P42, P16 et P36, ce dernier non loin de sa confluence avec le Quwayq. Le sommet de la butte qui les domine, au nord du site, a livré du matériel de la période de transition entre l’âge du Bronze ancien et du Bronze moyen. Il pourrait d’abord y avoir eu une nécropole en liaison avec les petits établissements de la plaine, puis une fortification de hauteur, à l’âge du Bronze moyen. De rares tessons très érodés ont été découverts sur le tell et dans ses environs, mais leur état de conservation ne permet pas de les attribuer à une période plus précise dans l’âge du Bronze.

45L’étude de la céramique découverte montre ensuite un hiatus dans l’occupation, d’environ un millénaire et demi.

46L’analyse de la céramique des époques hellénistique et romaine par S. Élaigne (Chapitre 18) a mis en évidence, pour l’époque hellénistique, deux implantations différentes (fig. 18b). La plus ancienne s’est installée sur l’établissement de l’âge du Bronze P36 à partir du milieu du iiie s. av. J.‑C. et a duré jusqu’au ier s. ap. J.‑C. La richesse de l’assemblage de céramiques fines importées pourrait être le signe d’une occupation à caractère plus résidentiel que militaire. La deuxième zone occupée à l’époque hellénistique correspond au sommet du tell et à deux secteurs en contrebas : P57 et P59. Elle présente une occupation continue depuis le iie s. av. J.‑C. jusqu’au début de l’époque impériale. S’il reste difficile de déterminer, avec les seules données de la prospection pédestre et de la céramique, si l’occupation des secteurs au pied du tell correspond à des constructions ou à une zone de rejet, on peut en revanche supposer que le tell était le siège d’une installation fortifiée.

47Les céramiques du Haut-Empire (ieriie s. ap. J.‑C. ; fig. 18c) sont réparties sur des zones nettement plus étendues. Presque tous les secteurs de la partie sud du site ont fourni de la céramique romaine, qui montre que le sommet du tell (P1 à P4) est toujours occupé et que l’agglomération s’étend désormais à ses pieds. De nombreux secteurs à l’est de la montagne présentent une occupation romaine, répartie en deux grandes zones, la première au pied de la butte nord-est, à l’est (P15 à P17, P404 à P406) et la seconde dans la partie ouest de cette butte (P22-P23, P33-P34, P43, P403). À l’ouest et au nord de cette dernière zone s’étendent des nécropoles avec une occupation romaine (P25, P65, P97, P407). Enfin, une occupation romaine est attestée sur deux secteurs sur les rives de la rivière, déjà occupés à l’âge du Bronze, P36 et P42.

48L’occupation du site aux iiie et ive s. est plus difficile à cerner, car la céramique de ces périodes est moins bien connue que celles des périodes antérieures et postérieures, notamment du fait de l’absence de céramique fine d’importation. Néanmoins, on peut considérer que l’agglomération recouvrait la même superficie (fig. 18d), avec deux changements : d’une part l’abandon de certains sites le long de la rivière (P36 et P42) et la réoccupation d’autres, comme P64, d’autre part un retour timide sur la montagne, dans deux secteurs périphériques, en P54 et en P49. Il s’agit dans ces deux cas d’une zone d’extraction de gravier pour l’édification d’une butte artificielle au début de l’époque islamique qui a recoupé des cavités plus anciennes.

49Du ve au début du viie s., l’agglomération atteint sa taille maximale et s’étend bien au-delà des murailles de la ville reconstruites par Justinien (fig. 19b). Une occupation du quart sud-est de la montagne est bien attestée. Pour le reste du massif, elle se concentre autour des cavités sous roche, en P44, P52, P54 et P79.

50L’occupation des viieviiie s. s’inscrit dans la continuité de l’occupation byzantine, mais se réduit (fig. 19c). Dans la zone du tell, la céramique omeyyade est concentrée à la surface de la butte et dans ses abords immédiats, à l’est (P5 à P8). Elle a été identifiée sur deux secteurs au sud de l’enceinte byzantine, en P10 et P57 quoique en très faible quantité. Dans le quartier nord-est, les secteurs qui ont livré de la céramique omeyyade n’occupent plus que les parties les plus élevées de la colline (P20-P23, P33-P34) ou son pied est (P17-P18, P404, P406). Sur la montagne, l’utilisation des cavités sous roche septentrionales et orientales semble se poursuivre à l’époque omeyyade (P44, P49, P53, P54).

51La céramique de la fin du viiie au xe s. est attestée dans les mêmes grands quartiers qu’à l’époque omeyyade, autour du tell et dans le quartier nord-est (fig. 19d). Mais un changement intervient dans la proportion des secteurs occupés à cette époque sur le sommet de la montagne : une très grande partie d’entre eux a livré de la céramique abbasside. Il s’agit de la période la plus représentée sur le sommet de la montagne qui pourrait correspondre à la fortification tardive installée sur les murailles de l’âge du Bronze.

52L’occupation de l’époque seldjoukide est concentrée sur le tell (secteurs P2 à P4), ce qui permet d’envisager dans cet espace fortifié une continuité de l’occupation depuis l’époque hellénistique (fig. 20a). La céramique ramassée sur P5 est attribuable à la période du viie au xie s. Il pourrait s’agir d’un dépotoir constitué au cours de cette dernière période, par l’accumulation de déblais des occupations omeyyade et abbasside, évacués du sommet du tell. C’est le seul dépotoir avec de la céramique de l’époque fatimide/seldjoukide, en contrebas et à 250 m environ de l’accès à la citadelle. Quelques rares fragments de céramique, la fouille de la petite nécropole dans le secteur B (Chapitre 11) et la découverte de fragments de stèles funéraires (Chapitre 5) permettent de reconstituer un vaste espace funéraire associé à l’occupation de la citadelle, au-delà des murs de la ville, sur la butte qui longe le rempart byzantin.

53La céramique du xiie au milieu du xiiie s. est surtout localisée dans la partie haute de la ville byzantine, contre le rempart nord (P26, P35, P39-P40, P403 ; fig. 20b). Il s’agit tout au plus de quelques maisons, associées à des cavités. L’utilisation de la cavité P44, sur le flanc de la montagne, est également attestée à cette période. Quelques tessons sont présents dans d’autres secteurs à l’extérieur des murailles byzantines ; leur rareté pourrait être le signe d’une occupation de type temporaire. La céramique tendrait à confirmer l’attribution de la construction du petit sanctuaire sur la butte artificielle P41 à l’époque ayyoubide.

54Une occupation non sédentaire se poursuit après le milieu du xiiie s. tant sur la montagne (P402) que dans le nord de la ville byzantine (P35), mais plus réduite qu’à l’époque précédente (fig. 20c). Ces mêmes secteurs sont occupés par des nomades à l’époque ottomane (fig. 20d) et au début du xxie s. Une occupation sédentaire est néanmoins attestée à l’époque mamelouke, car un assemblage céramique de cette période a été identifié sur plusieurs reliefs quadrangulaires qui pourraient correspondre à des bâtiments, en P16, P40 et P42.

Catalogue

Fig. 1 – Masses céramiques fondues et vitrifiées provenant du secteur P30 (M.‑O. Rousset).

Fig. 1 – Masses céramiques fondues et vitrifiées provenant du secteur P30 (M.‑O. Rousset).

Fig. 2 – Céramique du secteur P29, dépotoir d’atelier (mission Qinnasrin).

Fig. 2 – Céramique du secteur P29, dépotoir d’atelier (mission Qinnasrin).

Fig. 3 – Bassins du secteur P29, dépotoir d’atelier (mission Qinnasrin).

Fig. 3 – Bassins du secteur P29, dépotoir d’atelier (mission Qinnasrin).

Fig. 4 – Céramique des secteurs P29 et P31, dépotoirs d’ateliers (mission Qinnasrin).

Fig. 4 – Céramique des secteurs P29 et P31, dépotoirs d’ateliers (mission Qinnasrin).

Fig. 5 – Bassin du secteur P17 (mission Qinnasrin).

Fig. 5 – Bassin du secteur P17 (mission Qinnasrin).

Fig. 6 – Céramique du secteur P24, dépotoir d’atelier (mission Qinnasrin).

Fig. 6 – Céramique du secteur P24, dépotoir d’atelier (mission Qinnasrin).

Fig. 7 – Céramique du secteur P20 (mission Qinnasrin).

Fig. 7 – Céramique du secteur P20 (mission Qinnasrin).

Fig. 8 – Céramique du secteur P34 (mission Qinnasrin).

Fig. 8 – Céramique du secteur P34 (mission Qinnasrin).

Fig. 9 – Céramique du secteur P39 (mission Qinnasrin).

Fig. 9 – Céramique du secteur P39 (mission Qinnasrin).

Fig. 10 – Céramique des secteurs P16 et P403 (mission Qinnasrin).

Fig. 10 – Céramique des secteurs P16 et P403 (mission Qinnasrin).

Fig. 11 – Céramique du secteur P403 (mission Qinnasrin).

Fig. 11 – Céramique du secteur P403 (mission Qinnasrin).

Fig. 12 – Céramique du secteur P403 (mission Qinnasrin).

Fig. 12 – Céramique du secteur P403 (mission Qinnasrin).

Fig. 13 – Céramique du secteur P40 (mission Qinnasrin).

Fig. 13 – Céramique du secteur P40 (mission Qinnasrin).

Fig. 14 – Céramique des secteurs sud-est de la montagne : P46, P47, P49, P401 (mission Qinnasrin).

Fig. 14 – Céramique des secteurs sud-est de la montagne : P46, P47, P49, P401 (mission Qinnasrin).

Fig. 15 – Céramique des secteurs sud-ouest de la montagne : P53, P54 (mission Qinnasrin).

Fig. 15 – Céramique des secteurs sud-ouest de la montagne : P53, P54 (mission Qinnasrin).

Fig. 16 – Céramique des secteurs sur le sommet de la montagne : P69, P71, P72, P80, P86, P400 (mission Qinnasrin).

Fig. 16 – Céramique des secteurs sur le sommet de la montagne : P69, P71, P72, P80, P86, P400 (mission Qinnasrin).

Fig. 17 – Céramique des secteurs sur le sommet du tell : P2, P4 (mission Qinnasrin).

Fig. 17 – Céramique des secteurs sur le sommet du tell : P2, P4 (mission Qinnasrin).

Fig. 18 – Carte de répartition de la céramique ramassée, par périodes chronologiques ; a : âge du Bronze ; b : localisation des secteurs ; c : époque hellénistique ; d : époque romaine (M. Rochette, M.‑O. Rousset).

Fig. 18 – Carte de répartition de la céramique ramassée, par périodes chronologiques ; a : âge du Bronze ; b : localisation des secteurs ; c : époque hellénistique ; d : époque romaine (M. Rochette, M.‑O. Rousset).

Fig. 19 – Carte de répartition de la céramique ramassée, par périodes chronologiques ; a : époque romaine tardive ; b : époque byzantine ; c : époque omeyyade ; d : époque abbasside (M. Rochette, M.‑O. Rousset).

Fig. 19 – Carte de répartition de la céramique ramassée, par périodes chronologiques ; a : époque romaine tardive ; b : époque byzantine ; c : époque omeyyade ; d : époque abbasside (M. Rochette, M.‑O. Rousset).

Fig. 20 – Carte de répartition de la céramique ramassée, par périodes chronologiques ; a : époque seldjoukide ; b : époque ayyoubide ; c : époque mamelouke ; d : époque ottomane (M. Rochette, M.‑O. Rousset).

Fig. 20 – Carte de répartition de la céramique ramassée, par périodes chronologiques ; a : époque seldjoukide ; b : époque ayyoubide ; c : époque mamelouke ; d : époque ottomane (M. Rochette, M.‑O. Rousset).

55La numérotation des tessons est celle donnée sur le terrain, d’où des numéros qui ne se suivent pas. Pour alléger la liste des comparaisons et dans la mesure où le matériel du début de l’époque islamique a déjà été publié pour les contextes en stratigraphie d’al‑Hadir, j’ai choisi de n’indiquer que la référence à cette publication (Rousset 2012b). Le lecteur y trouvera les comparaisons détaillées. Ne sont indiqués ici que les ouvrages non consultés auparavant ou publiés après la publication d’al‑Hadir.

56Les céramiques sont présentées par secteurs de prospection regroupés en grandes zones : le quartier nord (au nord-est du village actuel), le sommet de la montagne puis celui du tell.

57P29‑1 sigillée phocéenne. Hayes 1972, p. 329‑338 et fig. 68‑16 ; PRS forme 3E, autour de ou juste après 500, Hayes 1980, p. 526 ; Gindaros : Kramer 2004, p. 207, pl. 96.PRS5‑7 ; Qsayr al‑Sayla : Konrad 2001, p. 70, pl. 82.6‑8, du dernier tiers du ve au début du vie s. (avant 518 d’après Resafa).

58P29‑2 sigillée phocéenne. Hayes 1972, p. 329‑338 et fig. 69 ; PRS forme 3F, vie s., Hayes 1980, p. 526 ; Gindaros : Kramer 2004, p. 208, pl. 96‑97.PRS8‑15 ; Qsayr al‑Sayla : Konrad 2001, p. 70‑71, pl. 82.9‑11, première moitié du vie s. ; Resafa : Ulbert, Konrad 2016, p. 60 et pl. 68.1, deuxième moitié du vie s.

59P29‑3 sigillée phocéenne. Voir P29‑2.

60P29‑4 sigillée phocéenne. Voir P29‑2.

61P29‑5 sigillée chypriote.

62P29‑6 brittle ware fine, rouge. Anse verticale plate large, largeur de 3,2 cm, écrasée sur les côtés.

63P29‑7 brittle ware fine, rouge. Anse verticale en amande, largeur de 2,2 cm, attache supérieure sur épaule.

64P29‑9 pâte sableuse, rose orangé, extérieur jaune pâle.

65P29‑10 pâte fine beige avec des inclusions blanches de grande taille ; tesson déformé.

66P29‑11 pâte orangée ou brune, avec des inclusions blanches et noires très fines. Dülük Baba Tepesi : Strothenke 2016, pl. 26, GbK R125, ivexie s. ; Qsayr al‑Sayla : Konrad 2001, p. 83, pl. 97.8 et 14, omeyyade.

67P29‑12 pâte orangée ou beige, avec des inclusions blanches et noires très fines ; fond très irrégulier réalisé très rapidement par découpage au couteau. Apamée : Viviers, Vokaer 2009, pl. IX, n° 6, fin byzantin à omeyyade ; Déhès : Orssaud 1980, p. 251‑254, couvercle type 2 à partir du milieu du viie s. ; Bavant, Orssaud 2001, p. 37‑38 et fig. 8.36‑37, byzantin, omeyyade ; Gindaros : Kramer 2004, p. 233, pl. 139.EK170‑172 ; Qsayr al‑Sayla : Konrad 2001, p. 80, pl. 90.26‑28, du romain tardif au début de l’islam.

68P29‑13 pâte orangée ou brune, avec des inclusions blanches et noires très fines ; raté de cuisson ?

69P29‑15 pâte brun clair, nombreuses inclusions blanches, petites, moyennes et grosses. Hadir : Rousset 2012b, p. 96‑97, fig. 18.19 ; phase III, de la fin du viiie au début du ixe s.

70P29‑16 pâte brune, dense, avec des inclusions noires très fines. Imitation d’amphore LR4 ?

71P29‑17 pâte brune, dense, avec des inclusions noires très fines ; tesson déformé. Imitation d’amphore palestinienne bag shaped ?

72P29‑19 pâte brune, dense, avec des inclusions noires très fines ; tesson déformé ?

73P29‑22 pâte orangée ou beige, avec des inclusions blanches et noires très fines.

74P29‑23 pâte orangée ou brune, avec des inclusions blanches et noires très fines. Déhès : Sodini et al. 1980, p. 109, fig. 129.9 (bâtiment 104, avec céramiques fin vie-omeyyade) ; Bavant, Orssaud 2001, p. 37 et fig. 7.33, byzantin.

75P29‑24 pâte orangée ou brune, avec des inclusions blanches et noires très fines.

76P29‑25 pâte orangée ou beige, avec des inclusions blanches et noires très fines. Déhès : Orssaud 1980, p. 242‑243, jatte et plat type 3, non daté.

77P29‑26 pâte orangée ou brune, avec des inclusions blanches et noires très fines. Voir P29‑25.

78P29‑29 pâte orangée ou brune, avec des inclusions blanches et noires très fines. Déhès : Orssaud 1980, p. 242‑243, jatte et plat type 1, attesté aux viieviiies.

79P29‑31 pâte orangée ou brune, avec des inclusions blanches et noires très fines. Déhès : Orssaud 1980, p. 242‑243, jatte et plat type 1, attesté aux viieviiies.

80P29‑33 pâte orangée ou brune, avec des inclusions blanches et noires très fines. Déhès : Sodini et al. 1980, p. 105, fig. 128.16 ; Qsayr al‑Sayla : Konrad 2001, p. 81, pl. 92.5 et pl. 93.10, du romain tardif à la première moitié du vie s.

81P29‑34 pâte orangée ou brune, avec des inclusions blanches et noires très fines. Déhès : Sodini et al. 1980, p. 105, fig. 128.16 ; Qsayr al‑Sayla : Konrad 2001, p. 81, pl. 92.5 et pl. 93.10, du romain tardif à la première moitié du vie s.

82P29‑35 pâte orangée ou brune, avec des inclusions blanches et noires très fines ; rainures au peigne sur la lèvre. Déhès : Sodini et al. 1980, p. 105, fig. 128.16 ; Qsayr al‑Sayla : Konrad 2001, p. 81, pl. 92.5 et pl. 93.10, du romain tardif à la première moitié du vie s.

83P29‑36 pâte orangée ou brune, avec des inclusions blanches et noires très fines ; onde au peigne sur la lèvre. Déhès : Sodini et al. 1980, p. 105, fig. 128.16 ; Qsayr al‑Sayla : Konrad 2001, p. 81, pl. 92.5 et pl. 93.10, du romain tardif à la première moitié du vie s.

84P29‑37 pâte orangée ou brune, avec des inclusions blanches et noires très fines ; onde sur la lèvre. Déhès : Sodini et al. 1980, p. 105, fig. 128.16 ; Qsayr al‑Sayla : Konrad 2001, p. 81, pl. 92.5 et pl. 93.10, du romain tardif à la première moitié du vie s.

85P29‑40 pâte brune, dense, avec des inclusions noires très fines ; déformé, raté de cuisson. Qsayr al‑Sayla : Konrad 2001, p. 82, pl. 95.8‑12 ; attesté de la deuxième moitié du vie s. au début du viie s.

86P29‑41 pâte brune, dense, avec des inclusions noires très fines ; déformé, raté de cuisson. Qsayr al‑Sayla : Konrad 2001, p. 82, pl. 95.8‑12 ; attesté de la deuxième moitié du vie s. au début du viie s.

87P29‑42 pâte brune, dense, avec des inclusions noires très fines ; déformé, raté de cuisson. Hadir : Rousset 2012b, p. 110‑111, fig. 27, phases V‑VI, xiiexiiie s. ; Dülük Baba Tepesi : Strothenke 2017, p. 271, fig. 9 et pl. 24, n° 2.

88P29‑43 pâte brune, dense, avec des inclusions noires très fines.

89P29‑44 pâte brune, dense, avec des inclusions noires très fines.

 

90P31‑6 pâte orangée ou brune, avec des inclusions blanches et noires très fines ; engobe rouge intérieur et extérieur ; imitation de sigillée tardive ; diamètre de 36 cm.

91P31‑8 pâte commune orangée ; engobe rouge et peinture noire sur la lèvre ; une tache sous la lèvre, à l’extérieur ; imitation de sigillée phocéenne ?

92P31‑9 pâte commune orangée ; engobe intérieur et extérieur brun-rouge ; diamètre de 34 cm ; imitation de sigillée africaine ARS 105, Hayes 1972, 580‑660 ; Apamée : Viviers, Vokaer 2009, pl. IX, n° 3, niveaux d’abandon de la pièce 4, omeyyade.

 

93P135‑1 pâte fine beige.

 

94P17‑41 pâte brune, dense, avec des inclusions noires très fines ; un dépôt blanchâtre et plâtreux à l’intérieur. Déhès : Orssaud 1980, p. 242‑243, jatte et plat type 1, attesté aux viieviiie s.

 

95P24‑1 pâte orangée très fine, avec de rares grains blancs ; engobe externe brun clair partiel ; la pâte ressemble à celle d’une sigillée tardive.

96P24‑2 sigillée africaine. Hayes 1972, p. 152‑155, ARS forme 99B, fig. 28, n° 18 ; Hayes 1980, p. 506‑507 et 516‑517, du début du vie s. jusqu’à 580 ; Abadie-Reynal 2005, p. 531 et 546, n° 95, du milieu à la fin du vie s., voire au début du viie s.

97P24‑3 sigillée phocéenne. Hayes 1972, p. 344‑346, fig. 71‑1, 2 et 4 ; PRS forme 10A, fin viedébut viie s., Hayes 1980, p. 527 ; Gindaros : Kramer 2004, p. 208, pl. 97.PRS17‑19 ; Qsayr al‑Sayla : Konrad 2001, p. 71, pl. 82.21‑24, du dernier tiers du vie au début du viis. ; Resafa : Ulbert, Konrad 2016, p. 60 et pl. 68.2, de 570 jusqu’au début du viie s.

98P24‑4 sigillée phocéenne 10A ; voir P24‑3 ; bande brune sur l’extérieur de la lèvre.

99P24‑5 sigillée phocéenne. Hayes 1972, p. 329‑338 et fig. 68‑16 ; PRS forme 3E, autour de ou juste après 500, Hayes 1980, p. 526 ; Gindaros : Kramer 2004, p. 207, pl. 96.PRS5‑7 ; Qsayr al‑Sayla : Konrad 2001, p. 70, pl. 82.6‑8, du dernier tiers du ve au début du vie s. (avant 518 d’après Resafa).

100P24‑6 sigillée phocéenne. Hayes 1972, p. 344‑346, fig. 71‑11 à 15 ; PRS forme 10C, début-milieu viie s., Hayes 1980, p. 527 ; Déhès : Bavant, Orssaud 2001, p. 37 et fig. 4.23, début du viie s., fig. 6.30, après 558 ; Gindaros : Kramer 2004, p. 208‑209, pl. 97‑98.PRS20‑23 ; Resafa : Ulbert, Konrad 2016, p. 60 et pl. 68.3, 600 jusqu’à la première moitié du viie s.

101P24‑7 sigillée phocéenne. Hayes 1972, p. 329‑338 et fig. 69 ; PRS forme 3F, vie s., Hayes 1980, p. 526 ; Gindaros : Kramer 2004, p. 208, pl. 96‑97.PRS8‑15 ; Qsayr al‑Sayla : Konrad 2001, p. 70‑71, pl. 82.9‑11, première moitié du vie s ; Resafa : Ulbert, Konrad 2016, p. 60 et pl. 68.1, deuxième moitié du vie s.

102P24‑8 brittle ware avec des nodules ferreux parfois assez gros ; Qsayr al‑Sayla : Konrad 2001, p. 82, pl. 95.8‑12, de la deuxième moitié du vie au début du viie s.

103P24‑9 brittle ware fine, rouge, avec des inclusions blanches. Vokaer 2011, p. 29 et pl. 16, n° 3 et 4, pot à cuire C2 ; Apamée : Viviers, Vokaer 2009, pl. VII, n° 2, niveaux d’abandon de la citerne du vie au début du viie s. et fig. VIII.11, niveaux d’abandon de la pièce 7, du milieu du vie au milieu du viie s. ; Dülük Baba Tepesi : Strothenke 2016, pl. 35, BW R19 ; Halabiyya : Haïdar-Vela 2017, p. 777, fig. 4, n° 6‑7, viie s. ; Qsayr al‑Sayla : Konrad 2001, p. 76, pl. 84.27, première moitié du vie s. et pl. 84.28, première moitié du viie s. ; Resafa : Ulbert, Konrad 2016, p. 60 et pl. 68.5 ; Zeugma : Kenrick 2013, p. 65 et pl. 37, PT590, groupe F du début du viie s.

104P24‑10 brittle ware fine, rouge, avec des inclusions blanches ; anse verticale ovale, largeur de 1,8 cm.

105P24‑11 pâte orange clair ; anse verticale d’amphore LR1.

106P24‑14 pâte beige orangé très fine. Fragment d’épaule avec stries profondes. Amphore LR2 : Pieri 2005a, p. 86‑93, milieu viemilieu viie s.

107P24‑16 pâte orangée ou beige, avec des inclusions blanches et noires très fines.

108P24‑18 pâte orangée ou beige, avec des inclusions blanches et noires très fines.

109P24‑19 pâte orangée ou beige, avec des inclusions blanches et noires très fines.

110P24‑20 pâte orangée ou beige, avec des inclusions blanches et noires très fines ; anse verticale ovale, largeur de 1,4 cm.

111P24‑21 pâte sableuse, rose orangé, extérieur jaune pâle.

112P24‑22 pâte commune sableuse orangée. Hadir : Rousset 2012b, p. 88‑89, fig. 14, p. 96‑98, fig. 18 et fig. 19, phases I‑III, viieviiie s. ; Dülük Baba Tepesi : Strothenke 2016, pl. 23, GbK 107, ivexie s ; Kharab Sayyar : Falb 2012, pl. 1.4, du milieu du viiie à la fin du ixe s. ; Rasm Abu Miyal : Genequand, Rousset 2016, p. 242, fig. 44.

113P24‑23 pâte commune sableuse orangée avec quelques inclusions grises. Déhès : Sodini et al. 1980, p. 105, fig. 128.16 ; Qsayr al‑Sayla : Konrad 2001, p. 81, pl. 92.5 et pl. 93.10, du romain tardif à la première moitié du vie s.

114P24‑24 pâte commune sableuse orangée. Voir P24‑23.

115P24‑25 pâte commune sableuse orangée.

116P24‑26 pâte commune sableuse orangée avec quelques inclusions grises. Apamée : Viviers, Vokaer 2009, pl. IX, n° 6, fin byzantin à omeyyade ; Déhès : Orssaud 1980, p. 251‑254, couvercle type 2 à partir du milieu du viie s., Bavant, Orssaud 2001, p. 37‑38 et fig. 8.36‑37, byzantin, omeyyade ; Gindaros : Kramer 2004, p. 233, pl. 139.EK170‑172 ; Qsayr al‑Sayla : Konrad 2001, p. 80, pl. 90.26‑28, du romain tardif au début de l’islam.

117P24‑27 pâte commune sableuse orangée avec quelques inclusions grises ; fond de bassin du type P17‑41, avec le même type de dépôt blanc à l’intérieur.

 

118P20‑1 pâte calcaire orangée, glaçure intérieure verte.

119P20‑2 pâte calcaire orangée, engobe clair recouvert de glaçure verte ; décor incisé (lignes parallèles).

120P20‑3 fond de sigillée africaine.

121P20‑4 sigillée phocéenne. Hayes 1972, p. 329‑338 et fig. 68‑16 ; PRS forme 3E, autour de ou juste après 500, Hayes 1980, p. 526 ; Gindaros : Kramer 2004, p. 207, pl. 96.PRS5‑7 ; Qsayr al‑Sayla : Konrad 2001, p. 70, pl. 82.6‑8, du dernier tiers du ve au début du vie s. (avant 518 d’après Resafa).

122P20‑5 sigillée phocéenne. Hayes 1972, p. 344‑346, fig. 71‑11 à 15 ; PRS forme 10C, début-milieu viie s., Hayes 1980, p. 527 ; Déhès : Bavant, Orssaud 2001, p. 37 et fig. 4.23, début du viie s., fig. 6.30, après 558 ; Gindaros : Kramer 2004, p. 208‑209, pl. 97‑98.PRS20‑23 ; Resafa : Ulbert, Konrad 2016, p. 60 et pl. 68.3 : de 600 à la première moitié du viie s.

123P20‑6 sigillée phocéenne. Hayes 1972, p. 344‑346, fig. 71‑1, 2 et 4 ; PRS forme 10A, fin viedébut viie s., Hayes 1980, p. 527 ; Gindaros : Kramer 2004, p. 208, pl. 97.PRS17‑19 ; Qsayr al‑Sayla : Konrad 2001, p. 71, pl. 82.21‑24, du dernier tiers du vie au début du viie s. ; Resafa : Ulbert, Konrad 2016, p. 60 et pl. 68.2, de 570 jusqu’au début du viie s.

124P20‑7 sigillée phocéenne, fragment de fond avec un décor de croix avec doubles cercles.

125P20‑8 brittle ware rouge fine. Hadir : Rousset 2012b, p. 81‑82, fig. 8, phases I et II, viie‑viiie s.

126P20‑9 brittle ware fine, rouge, avec des inclusions blanches. Vokaer 2011, p. 31‑32, pl. 18, n° 3 et pl. 19 n° 1‑5, pot à cuire D3 ; Hadir : Rousset 2012b, p. 104‑105, fig. 24, phase IV, ixe s. (après 834) ; Dülük Baba Tepesi : Strothenke 2016, pl. 44, KTW R21 et pl. 46, n° 4 ; Kharab Sayyar (forme globulaire) : Falb 2012, pl. 19, du milieu du viiie à la fin du ixe s. ; Qasr al‑Hayr al‑Sharqi, maison A : Genequand 2012, p. 118, fig. 102 ; Rasm Abu Miyal : Genequand, Rousset 2016, p. 235, fig. 36 et p. 244‑246, fig. 45‑47 ; Birkat al‑Ghadamsa : Genequand, Rousset 2016, p. 254, fig. 56 ; Zeugma : Kenrick 2013, p. 73 et pl. 42, PT650 à PT653, groupe G.

127P20‑11 brittle ware avec des nodules ferreux parfois assez gros ; tenon triangulaire, largeur de 1,8 cm.

128P20‑16 pâte sableuse rousse. Amphore LR1 : Pieri 2005a, p. 75‑81, type B, début viemilieu viie s. ; Déhès : Bavant, Orssaud 2001, p. 37 et fig. 5.24, début du viie s. ; Sergilla et Qal‘at Sem‘an : Pieri 2005b, p. 12, fig. 7, fin viemilieu viie s.

129P20‑17 pâte commune sableuse orangée avec quelques inclusions grises. Hadir : Rousset 2012b, p. 91, fig. 15, phases I et II, viieviiie s.

130P20‑18 pâte sableuse, rose orangé, extérieur jaune pâle ; décor d’incisions simples : croisillons et chevrons.

131P20‑20 pâte très fine, jaune pâle. Hadir : Rousset 2012b, p. 106‑107, fig. 25.6, phase IV, ixe s. (après 834).

132P20‑20b pâte sableuse fine, verdâtre. Hadir : Rousset 2012b, p. 86‑88, fig. 12, phases I et II, viieviiie s.

133P20‑21 pâte fine beige avec des inclusions blanches de grande taille.

134P20‑23 pâte sableuse fine, verdâtre ; panse à décor d’annelure avec impressions digitées fines.

135P20‑24 pâte commune sableuse orangée ; panse à décor d’ondes et lignes au peigne à 6 dents.

136P20‑25 pâte commune sableuse orangée avec quelques inclusions grises ; décor d’annelures écrasées à l’estèque. Hadir : Rousset 2012b, p. 95‑96, fig. 18, phase III, de la fin du viiie au début du ixe s. ; Apamée : Viviers, Vokaer 2009, pl. X, n° 5, destruction pièce 4, omeyyade ; Halabiyya : Haïdar-Vela 2017, p. 774, fig. 1, n° 12, viie s. ; Zeugma : Kenrick 2013, groupe E, pl. 31, PT484 à 487, début du vie s.

137P20‑26 pâte orangée ou brune, avec des inclusions blanches et noires très fines ; décor digité sur l’arête de la lèvre.

138P20‑27 pâte orangée ou brune, avec des inclusions blanches et noires très fines ; décor digité sur l’arête de la lèvre.

139P20‑28 pâte brune, dense, avec des inclusions noires très fines ; décor de pastille sur la lèvre. Umm al‑Marra : Curvers, Schwartz, Dunham 1997, p. 220, fig. 17.7, romain, ier s. ap. J.‑C.

140P20‑29 pâte orangée ou brune, avec des inclusions blanches et noires très fines. Déhès : Sodini et al. 1980, p. 105, fig. 128.16 ; Qsayr al‑Sayla : Konrad 2001, p. 81, pl. 92.5 et pl. 93.10, du romain tardif à la première moitié du vie s.

 

141P34‑1 yellow glaze de tell Aswad ; coulures vertes sur fond jaune ; abbasside, ixe s.

142P34‑3 yellow glaze de tell Aswad ; coulures vertes sur fond jaune ; abbasside, ixe s.

143P34‑4 brittle ware fine, rouge ; panse de cruche à décor d’incisions ovales verticales, réalisées à l’estèque.

144P34-5 brittle ware fine, rouge. Vokaer 2011, p. 26‑27, pl. 12, n° 10 et pl. 13, n° 1‑2, pot à cuire B1 ; Zeugma : Kenrick 2013, p. 55 et pl. 32, PT495, groupe E, début du vie s. ; Martz 2007, p. 742, fig. 6‑7, du début du ve au vie s.

145P34‑6 brittle ware fine, rouge. Vokaer 2011, p. 28 et pl. 15, n° 6 et 7, pot à cuire C1, vieviie s. ; Hadir : Rousset 2012b, p. 80‑81, fig. 7, phases I et II, viieviiie s.; Dülük Baba Tepesi : Strothenke 2016, pl. 37, BW R28; Qasr al‑Hayr al‑Sharqi : Genequand 2012, p. 120‑121, fig. 107 et p. 140, fig. 138, omeyyade.

146P34‑7 brittle ware fine, rouge. Voir P34‑6.

147P34‑8 brittle ware fine, rouge, avec des inclusions blanches.Vokaer 2011, p. 29‑30 et pl. 16, n° 7‑9, pot à cuire C3 ; Hadir : Rousset 2012b, p. 79‑81, fig. 6, phases I et II, viieviiie s., p. 104‑105, fig. 24, phase IV, ixe s. (après 834) ; Vokaer 2012, p. 122, fig. 1, n° 6 : forme qui appartient à l’atelier 1 ; Andarin : Knötzele 2015, pl. 239.189 ; Déhès : Bavant, Orssaud 2001, p. 36 et fig. 2, n° 7, dernier tiers du vie s., fig. 3, n° 15‑17, début du viie s., fig. 6.26, après 558, fig. 9.39, byzantin et omeyyade ; Dülük Baba Tepesi : Strothenke 2016, pl. 37, BW R26 ; Qsayr al‑Sayla : Konrad 2001, pl. 84.31, viie s. ; Zeugma : Kenrick 2013, p. 73 et pl. 42, PT649 et PT661, groupe G.

148P34‑9 brittle ware fine, rouge. Voir P34‑8.

149P34‑10 brittle ware fine, rouge, avec des inclusions blanches. Hadir : Rousset 2012b, p. 78‑80, fig. 5.10, phases I et II, viieviiie s. ; Raqqa : Miglus, Stepniowski 1999, p. 38 et pl. 32.t, du dernier quart du viiie au ixe s.

150P34‑11 brittle ware fine, rouge. Hadir : Rousset 2012b, p. 94‑95, fig. 17.4‑6, phase III, de la fin du viiie au début du ixe s.

151P34-12 pâte brune. Pieri 2005a, p. 114‑122, amphore palestinienne bag shaped, type 3, vieviie s.

152P34-14 pâte sableuse, rose orangé, extérieur jaune pâle. Hadir : Rousset 2012b, p. 84‑85, fig. 10, phases I et II, viieviiie s. ; Rasm Abu Miyal : Genequand, Rousset 2016, p. 238, fig. 39.

153P34‑15 pâte fine beige.

154P34‑16 pâte commune sableuse orangée avec quelques inclusions grises.

155P34‑19 pâte brune, dense, avec des inclusions noires très fines.

156P34‑20 pâte commune sableuse orangée avec quelques inclusions grises. Hadir : Rousset 2012b, p. 88‑90, fig. 14, phases I et II, viieviiie s.

157P34‑21 pâte commune sableuse orangée. Voir P34‑20.

158P34‑22 pâte commune sableuse orangée avec quelques inclusions grises. Voir P34‑20.

 

159P39‑1 pâte très fine, jaune pâle.

160P39‑6 sigillée phocéenne. Hayes 1972, p. 344‑346, fig. 71‑11 à 15 ; PRS forme 10C, début-milieu viie s., Hayes 1980, p. 527 ; Déhès : Bavant, Orssaud 2001, p. 37 et fig. 4.23, début du viie s., fig. 6.30, après 558 ; Gindaros : Kramer 2004, p. 208‑209, pl. 97‑98.PRS20‑23 ; Resafa : Ulbert, Konrad 2016, p. 60 et pl. 68.3, de 600 à la première moitié du viie s.

161P39‑7 pâte commune orangée ; engobe rouge ; imitation de sigillée tardive.

162P39‑9 brittle ware fine, rouge, avec des inclusions blanches.Vokaer 2011, p 28 et pl. 15, n° 6 et 7, pot à cuire C1, vieviie s. ; Hadir : Rousset 2012b, p. 80‑81, fig. 7, phases I et II, viieviiie s. ; Dülük Baba Tepesi : Strothenke 2016, pl. 37, BW R28 ; Qasr al‑Hayr al‑Sharqi : Genequand 2012, p. 120‑121, fig. 107 et p. 140, fig. 138, omeyyade.

163P39‑10 brittle ware fine, rouge, avec des inclusions blanches. Vokaer 2011, p. 28 et pl. 15, n° 6 et 7, pot à cuire C1 ; Hadir : Rousset 2012b, p. 80‑81, fig. 7, phases I et II, viieviiie s. ; Andarin : Knötzele 2015, pl. 239.193 ; Apamée : Viviers, Vokaer 2009, pl. IX, n° 1, niveaux d’abandon de la pièce 4, omeyyade ; Bakhra : Genequand 2012, p. 74, fig. 45 ; Déhès : Sodini et al. 1980, p. 121, fig. 141.14 (BX‑BXI), p. 167, fig. 219.2 ; Halabiyya : Haïdar-Vela 2017, p. 777, fig. 4, n° 5, viie s. ; Qasr al‑Hayr al‑Sharqi : Genequand 2012, p. 146‑147, fig. 145, omeyyade ; Qsayr al‑Sayla : Konrad 2001, p. 76, pl. 84.23 ; Qudaym : Genequand 2012, p. 179, fig. 176 ; Rasm Abu Miyal : Genequand, Rousset 2016, p. 238, fig. 39 et p. 246, fig. 47 ; Resafa : Ulbert, Konrad 2016, p. 60 et pl. 68.6 et 74.B2 ; Zeugma : Abadie-Reynal, Martz, Cador 2007, p. 187, fig. 22 (bord un peu plus ramassé), vie s., Martz 2007, p. 742, fig. 8‑9, vieviie s., Abadie-Reynal, Martz 2010, fig. 2, tessons C et D, marmite du type vieviie s., Kenrick 2013, p. 65 et pl. 37, PT589, groupe F, début du viie s.

164P39‑11 brittle ware fine, rouge. Hadir : Rousset 2012b, p. 81‑82, fig. 8, phases I et II, viieviiie s.; Dülük Baba Tepesi : Strothenke 2016, pl. 37, BW R34.

165P39‑12 brittle ware fine, rouge, avec des inclusions blanches. Hadir : Rousset 2012b, p. 81‑82, fig. 8, phases I et II, viieviiie s. ; Déhès : Sodini et al. 1980, p. 85, fig. 104.2 (bâtiment 103, intrusions vieviie s. dans romain) ; Dülük Baba Tepesi : Strothenke 2016, pl. 37, BW R35.

166P39‑13 brittle ware fine, rouge. Vokaer 2011, p. 16‑17, casserole B1a, pl. 6, fig.6 et 8 ; Apamée : Viviers, Vokaer 2009, pl. IX, n° 2, omeyyade ; Qsayr al‑Sayla : Konrad 2001, p. 76, pl. 84.14, omeyyade.

167P39‑14 brittle ware fine, rouge. Vokaer 2011, p. 17‑18, casserole B2, pl. 6, fig. 10 et pl. 7, fig.1 ; Hadir : Rousset 2012b, p. 78‑80, fig. 5, n° 4‑8, phases I et II omeyyade, viieviiie s. ; Déhès : Bavant, Orssaud 2001, p. 37‑38 et fig. 9.42, byzantin omeyyade ; Dülük Baba Tepesi : Strothenke 2016, pl. 40, KTW R6.

168P39‑16 pâte sableuse avec inclusions variées et décor extérieur peint en brun-roux ; panse d’amphore de Syrie du Nord.

169P39‑18 pâte commune orangée. Hadir : Rousset 2012b, p. 92‑94, fig. 16, phases I et II, viieviiie s.

170P39-20 pâte commune orangée. Hadir : Rousset 2012b, p. 91, fig. 15, phases I et II, viieviiie s.

171P39‑21 pâte commune orangée. Hadir : Rousset 2012b, p. 84‑85, fig. 10, phases I et II, viieviiie s. ; Dülük Baba Tepesi : Strothenke 2016, pl. 12, GbK R30, ivexie s. ; Rasm Abu Miyal : Genequand, Rousset 2016, p. 238, fig. 39, omeyyade.

172P39‑22 pâte commune orangée. Hadir : Rousset 2012b, p. 91, fig. 15, phases I et II, viieviiie s.

173P39‑23 pâte fine beige. Hadir : Rousset 2012b, p. 84‑85, fig. 10, phases I et II, viieviiie s. ; Dülük Baba Tepesi : Strothenke 2016, pl. 13, GbK R31, ivexie s. ; Qasr al‑Hayr al‑Sharqi : Genequand 2012, p. 146‑147, fig. 145, omeyyade.

174P39‑24 pâte fine beige. Hadir : Rousset 2012b, p. 83‑84, fig. 9, phases I et II, viieviiie s.

175P39‑25 pâte fine beige. Hadir : Rousset 2012b, p. 91, fig. 15, phases I et II, viieviiie s.

176P39‑26 pâte commune orangée.

177P39‑27 pâte commune orangée ; décor d’annelures recoupées par des impressions obliques. Déhès : Orssaud 1980, p. 238‑240, fig. 303, type 3, non daté ; Dülük Baba Tepesi : Strothenke 2016, pl. 16, GbK R54, ivexie s.

178P39‑28 pâte fine beige.

179P39‑31 pâte commune orangée. Hadir : Rousset 2012b, p. 88‑89, fig. 14, phases I et II, viieviiie s.

180P39‑32 pâte commune orangée. Hadir : Rousset 2012b, p. 88‑90, fig. 14, phases I et II, viieviiie s.

 

181P16‑3 sigillée phocéenne. Hayes 1972, p. 344‑346, fig. 71‑2 ; PRS forme 10A, fin viedébut viie s., Hayes 1980, p. 527 ; Gindaros : Kramer 2004, p. 208, pl. 97.PRS17‑19 ; Qsayr al‑Sayla : Konrad 2001, p. 71, pl. 82.21‑24, du dernier tiers du vie au début du viie s. ; Resafa : Ulbert, Konrad 2016, p. 60 et pl. 68.2, de 570 jusqu’au début du viie s.

182P16‑5 pâte rouge brique, décor peint à l’engobe sous glaçure intérieure jaune transparente. Hadir : Rousset 2012b, p. 113‑114, fig. 29, phases V et VI, xiiexiiie s. ; Apamée : Vezzoli 2016, p. 111‑113, pl. 19.9, LM01, type 1B, de la fin du xiie au xive s.

183P16‑9 pâte brune avec un dégraissant minéral noir (basalte) très abondant ; surface lissée. Apamée : Vezzoli 2016, pl. 33.4, p. 158, type C2, PC04, fin xiiexiiie s. ; Sergilla (observation personnelle).

184P16‑10 pâte sableuse, modelée ; décor peint : festons sur le bord. Hadir : Rousset 2012b, p. 116‑117, fig. 31 ; phases V et VI, xiiexiiie s. ; Sergilla (observation personnelle).

185P16‑12 pâte sableuse, modelée. Hadir : Rousset 2012b, p. 116‑117, fig. 31, phases V et VI, xiiexiiie s.

186P16‑14 pâte sableuse, modelée.

187P16‑16 pâte rose assez fine à surface beige. Pieri 2005a, p. 114‑122, amphore palestinienne bag shaped, type 3, vieviie s.

188P16‑21 pâte beige orangé fine. Apamée : Vokaer 2014, fig. 8, n° 6, bâtiment des eaux, iiieive s. ; Gindaros : Kramer 2004, pl. 118.EK31 ; Zeugma : Gschwind 2002, p. 341, n° 65‑72, Kenrick 2013, p. 32 et pl. 15, PT271 et pl. 20, iiie, typique impérial moyen.

 

189P403‑1 sigillée chypriote. Hayes 1972, p. 373‑376, CRS forme 2, fig. 80, n° 1‑2, autour de 450 ; Gindaros : Kramer 2004, p. 209, pl. 98.CRS4 ; Qsayr al‑Sayla : Konrad 2001, p. 71, pl. 82.28.

190P403‑2 sigillée africaine. Hayes 1972, p. 152‑155, ARS forme 99A, fig. 28, n° 17, 510‑540, Hayes 1980, p. 506‑507 et 516‑517, dès le début du vie s. ; Gindaros : Kramer 2004, p. 207, pl. 96.ARS7.

191P403‑3 sigillée africaine. Hayes 1972, p. 140‑144, forme 91A‑B, fig. 26, n° 1‑3, 450‑530, Hayes 1980, p. 486, 505 et 516‑517, dès le début du ve s. ; Gindaros : Kramer 2004, p. 206, pl. 95.ARS3‑4 ; Zeugma : Abadie-Reynal 2005, p. 529‑530 et 545, n° 78‑87, ve s.

192P403‑4 sigillée phocéenne. Hayes 1972, p. 329‑338 et fig. 69 ; PRS forme 3F, vie s., Hayes 1980, p. 526 ; Gindaros : Kramer 2004, p. 208, pl. 96‑97.PRS8‑15 ; Qsayr al‑Sayla : Konrad 2001, p. 70‑71, pl. 82.9‑11, première moitié du vie s. ; Resafa : Ulbert, Konrad 2016, p. 60 et pl. 68.1, deuxième moitié du vie s.

193P403‑5 sigillée phocéenne. Hayes 1972, p. 344‑346, fig. 71‑1, 2 et 4 ; PRS forme 10A, fin viedébut viie s., Hayes 1980, p. 527 ; Gindaros : Kramer 2004, p. 208, pl. 97.PRS17‑19 ; Qsayr al‑Sayla : Konrad 2001, p. 71, pl. 82.21‑24, du dernier tiers du vie au début du viie s. ; Resafa : Ulbert, Konrad 2016, p. 60 et pl. 68.2, de 570 jusqu’au début du viie s.

194P403‑6 sigillée phocéenne. Hayes 1972, p. 329‑338 et fig. 68‑16 ; PRS forme 3E, autour de ou juste après 500, Hayes 1980, p. 526 ; Gindaros : Kramer 2004, p. 207, pl. 96.PRS5‑7 ; Qsayr al‑Sayla : Konrad 2001, p. 70, pl. 82.6‑8, du dernier tiers du ve au début du vie s. (avant 518).

195P403-7 sigillée phocéenne 10A. Voir P403‑5.

196P403‑8 sigillée phocéenne 10A. Voir P403‑5.

197P403‑9 brittle ware fine, rouge, avec des inclusions blanches.Vokaer 2011, p. 29‑30 et pl. 16, n° 7‑9, pot à cuire C3 ; Hadir : Rousset 2012b, p. 79‑81, fig. 6, phases I et II, viieviiie s., p. 104‑105, fig. 24, phase IV, ixe s. (après 834), Vokaer 2012, p. 122, fig. 1, n° 6 : forme qui appartient à l’atelier 1 ; Andarin : Knötzele 2015, pl. 239.189 ; Déhès : Bavant, Orssaud 2001, p. 36 et fig. 2, n° 7, dernier tiers du vie s., fig. 3, n° 15‑17, début du viie s., fig. 6.26, après 558 et fig. 9.39, byzantin et omeyyade ; Dülük Baba Tepesi : Strothenke 2016, pl. 37, BW R26 ; Qsayr al‑Sayla : Konrad 2001, pl. 84.31, viie s. ; Zeugma : Kenrick 2013, p. 73 et pl. 42, PT649 et PT661, groupe G.

198P403‑10 brittle ware fine, rouge. Vokaer 2011, p. 28 et pl. 15, n° 6 et 7, pot à cuire C1, vieviie s. ; Hadir : Rousset 2012b, p. 80‑81, fig. 7, phases I et II, viieviiie s. ; Dülük Baba Tepesi : Strothenke 2016, pl. 37, BW R28 ; Qasr al‑Hayr al‑Sharqi : Genequand 2012, p. 120‑121, fig. 107 et p. 140, fig. 138, omeyyade.

199P403‑11 brittle ware fine, rouge ; décor d’impressions basculées, réalisé au peigne.

200P403‑12 brittle ware fine, rouge ; décor d’impressions basculées, réalisé au peigne. Vokaer 2011, p. 31‑32 et pl. 18, n° 3 et pl. 19, n° 1‑5, pot à cuire D3 ; Hadir : Rousset 2012b, p. 104‑105, fig. 24, phases IV, ixe s. (après 834) ; Dülük Baba Tepesi : Strothenke 2016, pl. 44, KTW R21 et pl. 46, n° 4 ; Kharab Sayyar (forme globulaire) : Falb 2012, pl. 19, du milieu du viiie à la fin du ixe s. ; Qasr al‑Hayr al‑Sharqi, maison A : Genequand 2012, p. 118, fig. 102 ; Rasm Abu Miyal : Genequand, Rousset 2016, p. 235, fig. 36, p. 244‑246, fig. 45‑47 ; Birkat al‑Ghadamsa : Genequand, Rousset 2016, p. 254, fig. 56 ; Zeugma : Kenrick 2013, p. 73 et pl. 42, PT650 à PT653, groupe G.

201P403‑13 brittle ware fine, rouge. Voir P403‑12.

202P403‑14 brittle ware fine, rouge. Vokaer 2011, p. 17‑18, casserole B2, pl. 6, fig. 10 et pl. 7, fig. 1 ; Hadir : Rousset 2012b, p. 78‑80, fig. 5, n° 4‑8, phases I et II, omeyyade, viieviiie s. ; Andarin : Knötzele 2015, pl. 240.199 ; Qasr al‑Hayr al‑Sharqi, maison B : Genequand 2012, p. 120‑121, fig. 107; Qsayr al‑Sayla : Konrad 2001, pl. 84.17, omeyyade ; Qudaym : Genequand 2012, p. 179, fig. 176 ; Rasm Abu Miyal : Genequand, Rousset 2016, p. 238, fig. 39, p. 244, fig. 45 et p. 245, fig. 46.

203P403‑15 pâte rouge brique, décor peint à l’engobe sous glaçure transparente. Apamée : Vezzoli 2016, pl. 19.3, type 1B, BL04 et p. 111‑112 (phases 3 à 5), de la fin du xiie au xiiie s.

204P403‑16 pâte rouge brique, décor peint à l’engobe sous glaçure transparente jaune.

205P403‑17 pâte calcaire beige rosé fine, engobe fin et glaçure polychrome. Hadir : Rousset 2012b, p. 100‑102, fig. 22, phases IV, ixe s. (après 834) ; Dülük Baba Tepesi : Strothenke 2017, p. 276, fig. 14 et pl. 25, n° 6.

206P403‑18 pâte calcaire orangée, engobe fin et glaçure polychrome. Hadir : Rousset 2012b, p. 102‑103, fig. 23, phase IV, ixe s. (après 834) ; Birkat al‑Ghadamsa : Genequand, Rousset 2016, p. 253, fig. 55 ; Zeugma : Kenrick 2013, p. 68 et pl. 38, PT610, pl. 39, PT612, groupe G.

207P403‑19 yellow glaze de tell Aswad. Hadir : Rousset 2012b, p. 100‑102, fig. 22, phase IV, ixe s. (après 834).

208P403‑20 pâte calcaire beige rosé fine, engobe fin et glaçure polychrome.

209P403‑21 pâte calcaire orangée, engobe clair et glaçure verte. Hadir : Rousset 2012b, p. 115, fig. 30, phases V et VI, xiiexiiie s. (en commune brun clair).

210P403‑22 pâte calcaire beige rosé sableuse, avec quelques points blancs ; engobe fin et glaçure verte.

211P403‑23 pâte calcaire beige rosé fine, engobe fin et glaçure polychrome altérée.

212P403‑24 pâte calcaire beige rosé fine, engobe fin et glaçure vert foncé brillante.

213P403‑25 pâte calcaire, glaçure bleu-vert. Mayadin : Rousset 1996, p.228, pl. 27.259, niveau IIIcd, première moitié du xiiie s.

214P403‑26 brittle ware fine, rouge, avec des inclusions blanches. Dülük Baba Tepesi : Strothenke 2016, pl. 45, KTW R29, viexe s. ; Zeugma : Kenrick 2013, p. 48 et pl. 26, PT424, groupe D, première moitié du iiie s.

215P403‑27 brittle ware fine, rouge. Vokaer 2011, p. 14‑15 et pl. 4, n° 4‑5, casserole A2 ; Dibsi Faraj : Vokaer 2014, fig. 6, n° 5, iiieive s. ; Tell Barri : Amodio 2007, p. 247, fig. 7, type IA1, iveve s. ; Zeugma : Abadie-Reynal, Martz, Cador 2007, p. 186‑187, fig. 17, iveve s.

216P403‑28 brittle ware fine, rouge. Voir P403‑14.

217P403‑29 pâte orangée ou beige, avec des inclusions blanches et noires très fines ; petit anneau en barbotine appliqué sur la lèvre. Même décor sur un bassin de Halabiyya : Haïdar-Vela 2017, p. 776, fig. 3, n° 7, viie s.

218P403‑30 pâte orangée ou beige, avec des inclusions blanches et noires très fines.

219P403‑31 pâte orangée ou beige, avec des inclusions blanches et noires très fines. Déhès : Sodini et al. 1980, p. 105, fig. 128.16 ; Qsayr al‑Sayla : Konrad 2001, p. 81, pl. 92.5 et pl. 93.10, du romain tardif à la première moitié du vie s.

220P403‑32 pâte orangée ou beige, avec des inclusions blanches et noires très fines. Déhès : Sodini et al. 1980, p. 105, fig. 128.16 ; Qsayr al‑Sayla : Konrad 2001, p. 81, pl. 92.5 et pl. 93.10, du romain tardif à la première moitié du vie s.

221P403‑37 pâte fine beige. Rasm Abu Miyal : Genequand, Rousset 2016, p. 238, fig. 39.

222P403‑38 pâte sableuse fine, verdâtre. Hadir : Rousset 2012b, p. 108‑109, fig. 26, phase IV, ixe s. (après 834) ; Dülük Baba Tepesi : Strothenke 2016, pl. 16, GbK R57, ivexie s. ; Rasm Abu Miyal : Genequand, Rousset 2016, p. 235, fig. 36 et p. 242, fig. 44 ; Zeugma : Kenrick 2013, p. 70 et pl. 41, PT631, groupe G.

223P403‑39 pâte sableuse, rose orangé, extérieur jaune pâle. Hadir : Rousset 2012b, p. 95‑96, fig. 18 ; phase III, de la fin du viiie au début du ixe s. ; Apamée : Viviers, Vokaer 2009, pl. X, n° 5, destruction pièce 4, omeyyade ; Halabiyya : Haïdar-Vela 2017, p. 774, fig. 1, n° 12, viie s. ; Zeugma : Kenrick 2013, groupe E, pl. 31, PT484 à 487, début du vie s.

224P403‑41 pâte brune. Pieri 2005a, p. 114‑122, amphore palestinienne bag shaped, type 3, vieviie s.

225P403‑42 pâte rosée avec des points noirs. Amphore LR1 : Pieri 2005a, p. 75‑81, type B, début vie-milieu viie s. ; Sergilla et Qal‘at Sem‘an : Pieri 2005b, p. 12, fig. 7, fin viemilieu viie s.

226P403‑43 pâte brun clair lourde, grosses inclusions de gravier et blanches. Hadir : Rousset 2012b, p. 116‑117, fig. 31, phases V et VI, xiiexiiie s.

227P403‑44 pâte orangée ou beige, avec des inclusions blanches et noires très fines.

228P403‑45 pâte orangée ou beige, avec des inclusions blanches et noires très fines. Hadir : Rousset 2012b, p. 88‑89, fig. 14, phases I et II, viieviiie s. ; Dülük Baba Tepesi : Höpken, Schimmer, Sieler 2008, p. 153, fig. 10.24 en pâte verdâtre ; Qsayr al‑Sayla : Konrad 2001, p. 99.7 ; Zeugma : Kenrick 2013, groupe E, pl. 30, PT480, début du vie s.

229P403‑46 pâte orangée ou beige, avec des inclusions blanches et noires très fines. Dülük Baba Tepesi : Höpken, Schimmer, Sieler 2008, p. 154, fig. 11.92 ; Gindaros : Kramer 2004, pl. 125.EK71.

230P403‑47 pâte orangée ou beige, avec des inclusions blanches et noires très fines. Kharab Sayyar : Falb 2012, pl. 1.3, du milieu du viiie à la fin du ixe s.

231P403‑48 brittle ware rouge grossière ; une bouteille de ce type dans le sondage B. Andarin : Ateş 2015, pl. 195.2003/229, Knötzele 2015, pl. 255.4 ; Kharab Sayyar : Falb 2012, pl. 20.8‑9, du milieu du viiie à la fin du ixe s. ; Raqqa : Miglus, Stepniowski 1999, p. 35 et pl. 24.t‑ag ; du dernier quart du viiie à la première moitié du ixe s.

232P403‑49 pâte commune orangée. Hadir : Rousset 2012b, p. 88‑90, fig. 14, phases I et II, viieviiie s.

233P403‑51 pâte sableuse, modelée. Hadir : Rousset 2012b, p. 116‑117, fig. 31, phases V et VI, xiiexiiie s.

234P403‑52 brittle ware rouge ; panse de cruche à décor de croisillons incisés. Déhès : Orssaud 1980, p. 262‑265, omeyyade.

235P403‑53 brittle ware rouge ; panse de cruche à décor incisé. Déhès : Orssaud 1980, p. 264‑265, fig. 341‑342, omeyyade.

236P403‑54 brittle ware rouge, sableuse, calcite et nodules ferreux rares ; décor d’impressions basculées ; anse verticale à section en amande et à petit poucier conique. Déhès : Orssaud 1980, p. 262‑265, fig. 335, omeyyade.

237P403‑55 pâte marron clair, sableuse ; surface beige ; décor de lignes incisées et d’impressions basculées. Déhès : Orssaud 1980, p. 262‑265, fig. 333‑334, omeyyade.

 

238P40‑1 pâte beige à points blancs, glaçure intérieure verte sans engobe. Apamée : Vezzoli 2016, pl. 26.4, type 4A, BL07, xiiexiiie s.

239P40‑2 pâte beige à points blancs, glaçure intérieure verte sans engobe. Hadir : Rousset 2012b, p. 96, fig. 18, phase III, de la fin du viiie au début du ixe s. ; Zeugma : Kenrick 2013, p. 71 et pl. 41, PT634, groupe G.

240P40‑3 pâte beige à points blancs, glaçure intérieure verte sans engobe. Hadir : Rousset 2012b, p. 112‑113, fig. 28, phases V et VI, xiiexiiie s.

241P40‑4 pâte orange ; engobe blanc ; décor incisé recouvert d’une tache brune et glaçure transparente vert pâle brillante.

242P40‑5 pâte beige à points blancs ; glaçure intérieure verte sans engobe. Apamée : Vezzoli 2016, pl. 26.3, p. 128‑130, xiiexiiie s.

243P40‑8 pâte beige à points blancs ; glaçure intérieure verte sans engobe. Apamée : Vezzoli 2016, pl. 26.3, p. 128‑130, xiiexiiie s.

244P40‑10 pâte rouge brique, décor peint à l’engobe sous glaçure transparente. Apamée : Vezzoli 2016, pl. 20.1‑2 (type 1B), p. 111‑112, de la fin du xiie au xiiie s.

245P40‑11 pâte rouge brique, décor peint à l’engobe sous glaçure transparente.

246P40‑12 pâte synthétique gris clair ; décor peint en noir sous glaçure turquoise ; fragment de panse.

247P40‑14 pâte synthétique grossière ; glaçure extérieure blanche ; décor intérieur peint au cobalt sous une glaçure transparente vert très pâle ; lustre chocolat ; fragment de marli.

248P40‑15 base de sigillée chypriote. Hayes 1972, p. 373‑376, CRS forme 2, fig. 80, n° 1‑2, autour de 450.

249P40‑16 pâte commune orangée ; imitation de sigillée africaine ARS 105, Hayes 1972, 580‑660. Apamée : Viviers, Vokaer 2009, pl. IX, n° 3, omeyyade.

250P40‑18 pâte beige rosé avec des points noirs ; anse verticale ronde d’amphore LR1.

251P40‑19 pâte brune, dense, avec des inclusions noires très fines. Déhès : Sodini et al. 1980, p. 105, fig. 128.16 ; Qsayr al‑Sayla : Konrad 2001, p. 81, pl. 92.5 et pl. 93.10, du romain tardif à la première moitié du vie s.

252P40‑21 pâte sableuse, modelée ; décor peint. Hadir : Rousset 2012b, p. 102‑103, fig. 23, phase IV, ixe s. (après 834) ; Qasr al‑Hayr al‑Sharqi : Genequand 2012, p. 118, fig. 102 ; Rasm Abu Miyal : Genequand, Rousset 2016, p. 235, fig. 36 et p. 246, fig. 47 ; Sergilla (observation personnelle) ; Zeugma : Kenrick 2013, p. 68 et pl. 39, PT613, groupe G.

253P40‑22 pâte sableuse, modelée. Hadir : Rousset 2012b, p. 116‑117, fig. 31, phases V et VI, xiiexiiie s. ; Apamée : Vezzoli 2016, p. 161‑163, type A3, pl. 43.3‑5, pl. 44.7‑9, xiiexive s.

254P40‑25 pâte sableuse, modelée. Hadir : Rousset 2012b, p. 116‑117, fig. 31, phases V et VI, xiiexiiie s.

255P40‑26 pâte sableuse, modelée. Apamée : Vezzoli 2016, p. 161‑163, type A3, pl. 34, xiiexive s. ; Hadir : Rousset 2012b, p. 116‑117, fig. 31, phases V et VI, xiiexiiie s.

256P40‑28 pâte sableuse, modelée. Hadir : Rousset 2012b, p. 110‑111, fig. 27, phases V et VI, xiiexiiie s.

 

257P46‑1 sigillée phocéenne. Hayes 1972, p. 344‑346, fig. 71‑1, 2 et 4 ; PRS forme 10A, fin vie-début viie s., Hayes 1980, p. 527 ; Gindaros : Kramer 2004, p. 208, pl. 97.PRS17‑19 ; Qsayr al‑Sayla : Konrad 2001, p. 71, pl. 82.21‑24, du dernier tiers du vie au début du viie s. ; Resafa : Ulbert, Konrad 2016, p. 60 et pl. 68.2, de 570 jusqu’au début du viie s.

258P46‑2 sigillée phocéenne. Hayes 1972, p. 329‑338 et fig. 69 ; PRS forme 3F, vie s., Hayes 1980, p. 526 ; Gindaros : Kramer 2004, p. 208, pl. 96‑97.PRS8‑15 ; Qsayr al‑Sayla : Konrad 2001, p. 70‑71, pl. 82.9‑11, première moitié du vie s. ; Resafa : Ulbert, Konrad 2016, p. 60 et pl. 68.1, deuxième moitié du vie s.

259P46‑4 brittle ware fine, rouge.

260P46‑5 brittle ware grossière, rouge.

261P46‑6 brittle ware grossière, rouge. Vokaer 2011, p. 26‑27, pl. 12, n° 10 et pl. 13, n° 1‑2, pot à cuire B1 (anse qui s’attache sur l’épaule) ; Apamée : Viviers, Vokaer 2007, pl. XI, n° 5, forme avec carène et anses qui s’attachent sur la carène, Vokaer 2014, fig. 6, n° 2, iiieive/ve s. ; Resafa : Ulbert, Konrad 2016, p. 60 et pl. 68.7 (anses sur la lèvre), de la fin du iiie au ive s. ; Tell Barri : Amodio 2007, p. 244, fig. 2, type IVE1, à partir du ive s. ; Zeugma : Kenrick 2013, p. 55 et pl. 32, PT495, groupe E, début du vie s., Martz 2007, p. 742, fig. 6‑7, du début du ve au vie s.

262P46‑8 brittle ware fine, rouge. Vokaer 2011, p. 29‑30 et pl. 16, n° 7‑9, pot à cuire C3 ; Hadir : Rousset 2012b, p. 79‑81, fig. 6, phases I et II, viieviiie s., p. 104‑105, fig. 24, phase IV, ixe s. (après 834), Vokaer 2012, p. 122, fig. 1, n° 6 : forme qui appartient à l’atelier 1 ; Andarin : Knötzele 2015, pl. 239.189 ; Déhès : Bavant, Orssaud 2001, p. 36 et fig. 2, n° 7, dernier tiers du vie s., fig. 3, n° 15‑17, début du viie s., fig. 6.26, après 558 et fig. 9.39, byzantin et omeyyade ; Dülük Baba Tepesi : Strothenke 2016, pl. 37, BW R26 ; Qsayr al‑Sayla : Konrad 2001, pl. 84.31, viie s. ; Zeugma : Kenrick 2013, p. 73 et pl. 42, PT649 et PT661, groupe G.

263P46‑9 brittle ware fine, rouge. Hadir : Rousset 2012b, p. 79‑80, fig. 6 et p. 104‑105, fig. 24, phases I à IV, viie‑ixe s., Vokaer 2012, p. 122, fig. 1, n° 6, forme de l’atelier 1 ; Rasm Abu Miyal : Genequand, Rousset 2016, p. 235, fig. 36, p. 240, fig. 41 et p. 246, fig. 47, en contexte abbasside.

 

264P47‑18 pâte brune, dense, avec des inclusions noires très fines.

265P47‑19 pâte jaune claire, sableuse, à inclusions variées. Dülük Baba Tepesi : Strothenke 2016, pl. 22, GbK 93, ivexie s. ; Raqqa : Miglus, Stepniowski 1999, p. 42 et pl. 39.q‑s, de la fin du viiie au ixe s.

 

266P49‑1 pâte beige ; engobe clair ; décor de traits bruns et de pois verts sous glaçure transparente.

267P49‑3 brittle ware fine, rouge. Voir P46‑8.

268P49‑5 brittle ware fine, rouge. Vokaer 2011, p. 21 et pl. 9, n° 5, 7 et 8 ; Apamée : Vokaer 2014, fig. 4, n° 1 et 3, bâtiment des eaux, iiieive s. (anses sur le bord) ; Déhès : Orssaud 1980, p. 245‑248, pot à cuire type 3a (anses sur la lèvre), vevie s. ; Dibsi Faraj : Harper 1980, fig. C.58, Vokaer 2014, fig. 6, n° 5, iiieive s. ; Dülük Baba Tepesi : Strothenke 2016, pl. 32 ; Gindaros : Kramer 2004, p. 221, pl. 106‑107.KG35‑43, iiieve s. ; Tell Barri : Amodio 2007, p. 244, fig. 1, type IVF, à partir du iie jusqu’aux iveve s. ; Zeugma : Abadie-Reynal, Martz, Cador 2007, p. 186‑187, fig. 17 (avec anses sur le bord), romain moyen, Martz 2007, p. 742, fig. 1, iiie s., Abadie-Reynal, Martz 2010, p. 842, fig. 2, tesson B, milieu du iiie s., Kenrick 2013, p. 37‑38 et pl. 18, PT316, p. 49 et pl. 27, PT434‑PT435, groupe D, première moitié du iiie s.

269P49‑6 brittle ware fine, rouge, avec des inclusions blanches. Hadir : Rousset 2012b, p. 80‑81, fig. 7, phases I et II, viieviiie s.

270P49‑15 pâte brune, dense, avec des inclusions noires très fines. Dülük Baba Tepesi : Höpken, Schimmer, Sieler 2008, p. 154, fig. 11.92 ; Gindaros : Kramer 2004, pl. 125.EK71.

 

271P401‑5 sigillée africaine. Hayes 1972, p. 160‑166, ARS forme 104B, fig. 30, n° 15, de 570 à 600‑625, Hayes 1980, p. 507‑508 ; Qsayr al‑Sayla : Konrad 2001, p. 70, pl. 82.3, de 520‑530 à 600 ; Zeugma : Abadie-Reynal 2005, p. 532 et 546, n° 100‑101, du milieu à la fin du vie s.

272P401‑6 brittle ware fine, rouge, avec des inclusions blanches.

273P401‑7 brittle ware fine, rouge. Vokaer 2011, p. 31‑32 et pl. 18, n° 3 et pl. 19, n° 1‑5, pot à cuire D3 ; Hadir : Rousset 2012b, p. 104‑105, fig. 24, phase IV, ixe s. (après 834) ; Dülük Baba Tepesi : Strothenke 2016, pl. 44, KTW R21 et pl. 46, n° 4 ; Kharab Sayyar : Falb 2012, pl. 19, du milieu du viiie à la fin du ixe s. (forme globulaire) ; Qasr al‑Hayr al‑Sharqi : Genequand 2012, p. 118, fig. 102 ; Rasm Abu Miyal : Genequand, Rousset 2016, p. 235, fig. 36, p. 244‑246, fig. 45‑47 ; Birkat al‑Ghadamsa : Genequand, Rousset 2016, p. 254, fig. 56 ; Zeugma : Kenrick 2013, p. 73 et pl. 42, PT650 à PT653, groupe G.

274P401‑8 brittle ware grossière, rouge. Déhès : Sodini et al. 1980, p. 167, fig. 219.1 ; Zeugma : Kenrick 2013, p. 74 et pl. 42, PT63, groupe G, abbasside.

275P401‑9 brittle ware fine, rouge. Hadir : Rousset 2012b, p. 81‑82, fig. 8, phases I et II, viieviiie s.

 

276P53‑4 brittle ware grossière, rouge. Vokaer 2011, p. 16‑17, casserole B1a, pl. 6, fig. 9, omeyyade ; Hadir : Rousset 2012b, p. 78‑80, fig. 5, n° 10‑11, phases I et II, omeyyade, viieviiie s. ; Andarin : Knötzele 2015, pl. 240.201‑202 ; Birkat al‑Ghadamsa : Genequand, Rousset 2016, p. 253, fig. 55 ; Déhès : Bavant, Orssaud 2001, p. 37‑38 et fig. 8.41, byzantin omeyyade ; Dülük Baba Tepesi : Strothenke 2016, pl. 40, KTW R4 ; Raqqa : Miglus, Stepniowski 1999, p. 38 et pl. 32.t et v, de la fin du viiie à la première moitié du ixe s. ; Zeugma : Kenrick 2013, p. 74 et pl. 42, PT660, groupe G.

277P53‑9 pâte commune orangée ; anse, largeur de 2,4 cm. Hadir : Rousset 2012b, p. 91, fig. 15, phases I et II, viieviiie s.

278P53‑12 pâte sableuse fine, verdâtre. Hadir : Rousset 2012b, p. 87‑88, fig. 12, phases I et II, viieviiie s. et p. 108‑109, fig. 26, phase IV, ixe s. ; Andarin : Knötzele 2015, pl. 235.125­‑129 ; Déhès : Orssaud 1980, p. 242‑243, jatte et plat type 8 non daté ; Dülük Baba Tepesi : Strothenke 2016, pl. 26, GbK R128, ivexie s. ; Kharab Sayyar : Falb 2012, pl. 2.6 et 3.1, du milieu du viiie à la fin du ixe s. ; Qasr al‑Hayr al‑Sharqi : Genequand 2012, p. 118, fig. 102 ; Qudaym : Genequand 2012, p. 179, fig. 175 ; Rasm Abu Miyal : Genequand, Rousset 2016, p. 235, fig. 36, p. 238, fig. 39, p. 240, fig. 41, p. 242, fig. 44 et p. 244, fig. 45 ; Birkat al‑Ghadamsa : Genequand, Rousset 2016, p. 254, fig. 56 ; Zeugma : Kenrick 2013, p. 69 et pl. 41, PT627, groupe G.

279P53‑13 pâte commune orangée. Hadir : Rousset 2012b, p. 88‑90, fig. 14, phases I et II, viieviiie s. ; Déhès : Sodini et al. 1980, p. 121, fig. 141.23 et 25 (BX‑BXI, avec des céramiques omeyyades), Orssaud 1980, p. 242‑243, jatte et plat type 2 attesté aux viieviiie s.

 

280P54‑1 sigillée phocéenne. Hayes 1972, p. 344‑346, fig. 71‑11 à 15 ; PRS forme 10C, début-milieu viie s., Hayes 1980, p. 527 ; Déhès : Bavant, Orssaud 2001, p. 37 et fig. 4.23, début du viie s., fig. 6.30, après 558 ; Gindaros : Kramer 2004, p. 208‑209, pl. 97‑98.PRS20‑23 ; Resafa : Ulbert, Konrad 2016, p. 60 et pl. 68.3, de 600 à la première moitié du viie s.

281P54‑3 Sigillée africaine. Hayes 1972, p. 160‑166, ARS forme 104B, fig. 30, n° 16, de 570 à 600‑625, Hayes 1980, p. 507‑508 ; Qsayr al‑Sayla : Konrad 2001, p. 70, pl. 82.3, de 520‑530 à 600 ; Zeugma : Abadie-Reynal 2005, p. 532 et 546, n° 100‑101, du milieu à la fin du vie s.

282P54‑6 brittle ware fine, rouge. Vokaer 2011, p. 16‑17 et pl. 6, n° 7, casserole B1a. Très fréquente à Apamée (dépotoirs de l’agora datés du vie à la première moitié du viie s., dans la rue J au nord de l’église à atrium avec monnaies et sigillées du milieu à la fin du viies.).

283P54‑7 brittle ware fine, rouge.Vokaer 2011, p. 28 et pl. 15, n° 6 et 7, pot à cuire C1, vieviie s. ; Hadir : Rousset 2012b, p. 80‑81, fig. 7 ; phases I et II, viieviiie s. ; Dülük Baba Tepesi : Strothenke 2016, pl. 37, BW R28 ; Qasr al‑Hayr al‑Sharqi : Genequand 2012, p. 120‑121, fig. 107 et p. 140, fig. 138, omeyyade.

284P54‑9 pâte commune orangée.

285P54‑12 pâte commune orangée.

286P54‑13 pâte brune, dense, avec des inclusions noires très fines. Hadir : Rousset 2012b, p. 82‑84, fig. 9, p. 87‑88, fig. 12, phases I et II, viieviiis. ; Qasr al‑Hayr al‑Sharqi : Genequand 2012, p. 146‑147, fig. 145.

287P54‑14 pâte brune, dense, avec des inclusions noires très fines. Déhès : Sodini et al. 1980, p. 47, fig. 53.8 (réoccupation omeyyade dans la cour du bâtiment 101), Orssaud 1980, p. 242‑243, jatte et plat type 1, attesté aux viieviiie s.

 

288P69‑1 yellow glaze de tell Aswad. Hadir : Rousset 2012b, p. 102‑103, fig. 23, phase IV, ixe s. (après 834) ; Birkat al‑Ghadamsa : Genequand, Rousset 2016, p. 253, fig. 55 ; Zeugma : Kenrick 2013, p. 68 et pl. 38, PT610, pl. 39, PT612, groupe G.

289P69‑3 brittle ware fine, rouge. Vokaer 2011, p. 31‑32, pl. 18, n° 3 et pl. 19, n° 1‑5, pot à cuire D3 ; Hadir : Rousset 2012b, p. 104‑105, fig. 24, phase IV, ixe s. (après 834) ; Dülük Baba Tepesi : Strothenke 2016, pl. 44, KTW R21 et pl. 46, n° 4 ; Kharab Sayyar (forme globulaire) : Falb 2012, pl. 19, du milieu du viiie à la fin du ixe s. ; Qasr al‑Hayr al‑Sharqi, maison A : Genequand 2012, p. 118, fig. 102 ; Rasm Abu Miyal : Genequand, Rousset 2016, p. 235, fig. 36 et p. 244‑246, fig. 45‑47 ; Birkat al‑Ghadamsa : Genequand, Rousset 2016, p. 254, fig. 56. ; Zeugma : Kenrick 2013, p. 73 et pl. 42, PT650 à PT653, groupe G.

 

290P71‑1 yellow glaze de tell Aswad. Hadir : Rousset 2012b, p. 100‑102, fig. 22, phase IV, ixe s. (après 834).

291P71‑3 brittle ware fine, rouge, avec des inclusions blanches ; voir P69‑3 ; décor d’impressions basculées effectué au peigne.

 

292P72‑1 sigillée phocéenne. Hayes 1972, p. 329‑338 et fig. 69 ; PRS forme 3F, vie s., Hayes 1980, p. 526 ; Gindaros : Kramer 2004, p. 208, pl. 96‑97.PRS8‑15 ; Qsayr al‑Sayla : Konrad 2001, p. 70‑71, pl. 82.9‑11, première moitié du vie s. ; Resafa : Ulbert, Konrad 2016, p. 60 et pl. 68.1, deuxième moitié du vie s.

 

293P80‑8 brittle ware avec des nodules ferreux parfois assez gros (pâte d’Apamée). Hadir : Vokaer 2012, p. 125, fig. 4, n° 9, Rousset 2012b, p. 78‑80, fig. 5, n° 4‑8, phases I et II, omeyyade, viieviiie s.

294P80‑9 brittle ware fine, rouge. Vokaer 2011, p. 27‑28 et pl. 14, n° 1, pot à cuire B3, abbasside ; Hadir : Rousset 2012b, p. 104‑105, fig. 24, phase IV, ixe s. (après 834) ; Birkat al‑Ghadamsa : Genequand, Rousset 2016, p. 253, fig. 55 ; Kharab Sayyar : Falb 2012, pl. 20.2, du milieu du viiie à la fin du ixe s.

 

295P86‑3 brittle ware fine, rouge. Hadir : Rousset 2012b, p. 79‑80, fig. 6 et p. 104‑105, fig. 24, phases I à IV, viieixe s., Vokaer 2012, p. 122, fig. 1, n° 6 : forme de l’atelier 1 ; Rasm Abu Miyal : Genequand, Rousset 2016, p. 235, fig. 36, p. 240, fig. 41 et p. 246, fig. 47.

 

296P400‑27 yellow glaze de tell Aswad. Hadir : Rousset 2012b, p. 102‑103, fig. 23, phase IV, ixe s. (après 834) ; Rasm Abu Miyal : Genequand, Rousset 2016, p. 235, fig. 36 et p. 246, fig. 47 ; Qasr al‑Hayr al‑Sharqi, maison A : Genequand 2012, p. 118, fig. 102 ; Zeugma : Kenrick 2013, p. 68 et pl. 39, PT613, groupe G.

297P400‑28 sigillée phocéenne. Voir P72‑1.

298P400‑29 sigillée phocéenne. Hayes 1972, p. 344‑346, fig. 71‑1, 2 et 4 ; PRS forme 10A, fin viedébut viie s., Hayes 1980, p. 527 ; Gindaros : Kramer 2004, p. 208, pl. 97.PRS17‑19 ; Qsayr al‑Sayla : Konrad 2001, p. 71, pl. 82.21‑24, du dernier tiers du vie au début du viie s. ; Resafa : Ulbert, Konrad 2016, p. 60 et pl. 68.2, de 570 jusqu’au début du viie s.

299P400‑30 brittle ware fine, rouge, avec des inclusions blanches. Vokaer 2011, p. 27‑28 et pl. 14, n° 1, pot à cuire B3 ; abbasside ; Hadir : Rousset 2012b, p. 104‑105, fig. 24, phase IV, ixe s. (après 834) ; Birkat al‑Ghadamsa : Genequand, Rousset 2016, p. 253, fig. 55 ; Kharab Sayyar : Falb 2012, pl. 20.2, du milieu du viiie à la fin du ixe s.

300P400‑31 brittle ware fine, rouge. Vokaer 2011, p. 26‑27 et pl. 12, n° 7, pot à cuire B1 (anse qui s’attache sur l’épaule), très fréquent à Apamée et Dibsi Faraj, du milieu du ive à la fin du ve s. ; Andarin : Knötzele 2015, pl. 239.184‑187 ; Apamée : Viviers, Vokaer 2007, pl. XI, n° 2, bâtiment des eaux, iiieive/ve s. (forme avec anses qui s’attachent sur le bord), Viviers Vokaer 2009, pl. VIII, n° 2, de la fin du ive au ve s. ; Dülük Baba Tepesi : Strothenke 2016, pl. 34, BW R15 ; Gindaros : Kramer 2004, p. 221, pl. 108.KG45‑47, ivevie s. ; Qsayr al‑Sayla : Konrad 2001, p. 76, pl. 84.4‑6, dans un contexte de la première moitié du vie s. (mais existe de la fin des iiieive s. jusqu’au vie s.) ; Tell Barri : Amodio 2007, p. 244, fig. 2, type IVE, à partir des iieiiie s. (anses sur le bord) ; Zeugma : Kenrick 2013, p. 55 et pl. 32, PT497, groupe E, début du vie s.

301P400‑32 brittle ware fine, rouge. Voir P69‑3.

302P400‑33 brittle ware fine, rouge. Voir P69‑3.

303P400‑34 brittle ware fine, rouge. Voir P69‑3.

 

304P2‑1 brûlé ; glaçure intérieure complètement dégradée, jaune.

305P2‑2 pâte calcaire orangée, décor incisé et peint à l’engobe clair sous glaçure verte transparente. Hadir : Rousset 2012b, p. 112‑113, fig. 28, phases V et VI, xiiexiiie s.

306P2‑3 pâte calcaire orangée, engobe beige clair, glaçure verte. Hadir : Rousset 2012b, p. 110‑111, fig. 27, phases V et VI, xiiexiiie s. ; Apamée : Vezzoli 2016, type 3A, BL13, p. 123‑126, pl. 24.1‑2 ; Dülük Baba Tepesi : Strothenke 2017, p. 279, fig. 18 et pl. 25, n° 6 ; Mayadin : Rousset 2017, deuxième moitié du xie s.

307P2‑4 pâte calcaire orangée, engobe clair ; à l’intérieur, décor gougé, sous glaçure jaune pâle à taches vertes ; à l’extérieur, glaçure verte.

308P2‑5 pâte calcaire orangée, engobe clair ; à l’intérieur, décor gougé, sous glaçure jaune pâle à taches vertes ; à l’extérieur, glaçure verte.

309P2‑6 pâte calcaire orangée, glaçure polychrome.

310P2‑9 brittle ware fine, noire. Zeugma : Kenrick 2013, p. 73 et pl. 27, PT434‑PT435, groupe D, première moitié du iiie s.

311P2‑10 brittle ware avec de grosses inclusions blanches et des nodules ferreux. Vokaer 2011, p. 31‑32, pl. 18, n° 3 et pl. 19, n° 1‑5, pot à cuire D3 ; Hadir : Rousset 2012b, p. 104‑105, fig. 24, phase IV, ixe s. (après 834) ; Dülük Baba Tepesi : Strothenke 2016, pl. 44, KTW R21 et pl. 46, n° 4 ; Kharab Sayyar (forme globulaire) : Falb 2012, pl. 19, du milieu du viiie à la fin du ixe s. ; Qasr al‑Hayr al‑Sharqi, maison A : Genequand 2012, p. 118, fig. 102 ; Rasm Abu Miyal : Genequand, Rousset 2016, p. 235, fig. 36 et p. 244‑246, fig. 45‑47 ; Birkat al‑Ghadamsa : Genequand, Rousset 2016, p. 254, fig. 56 ; Zeugma : Kenrick 2013, p. 73 et pl. 42, PT650 à PT653, groupe G.

312P2‑11 brittle ware fine, tesson brûlé. Voir P2‑10.

313P2‑14 brittle ware grossière, rouge. Apamée : Vezzoli 2016, p. 153‑158, type BW, PC09, pl. 30.7‑11, xiiexiiie s. ; Dülük Baba Tepesi : Strothenke 2016, pl. 44, KTW R23.

314P2‑16 pâte commune rouge dure. Hadir : Rousset 2012b, p. 113‑114, fig. 29.12, phases V et VI, xiiexiiie s.

315P2‑19 pâte commune rouge avec de grosses inclusions blanches et des nodules ferreux ; anse verticale plate et large.

316P2‑20 pâte commune orangée.

317P2‑22 pâte commune orangée. Hadir : Rousset 2012b, p. 88‑89, fig. 14, phases I et II, viieviiie s.

318P2‑23 pâte brune, dense, avec des inclusions noires très fines. Déhès : Sodini et al. 1980, p. 47, fig. 53.8 (réoccupation omeyyade dans la cour du bâtiment 101), Orssaud 1980, p. 242‑243, jatte et plat type 1, attesté aux viieviiie s.

 

319P4‑1 pâte orangée fine ; décor intérieur incisé dans engobe clair recouvert de glaçure verte ; glaçure externe verte. Mayadin : Rousset 2017, p. 213‑214, fig. 9e, à partir de la fin du xie s.

320P4‑2 pâte rose orangé fine ; décor intérieur incisé dans un engobe clair et recouvert de glaçure jaune pâle ; glaçure verte sur l’extérieur.

321P4‑3 pâte rose orangé fine ; engobe intérieur et extérieur recouvert de glaçure polychrome.

322P4‑4 pâte rose orangé fine ; à l’intérieur, engobe clair recouvert de glaçure transparente à taches vertes ; glaçure jaune à l’extérieur.

323P4‑8 sigillée phocéenne.

324P4‑9 sigillée phocéenne. Hayes 1972, p. 344‑346, fig. 71‑11 à 15 ; PRS forme 10C, début-milieu viie s., Hayes 1980, p. 527. Déhès : Bavant, Orssaud 2001, p. 37 et fig. 4.23, début du viie s., fig. 6.30, après 558 ; Gindaros : Kramer 2004, p. 208‑209, pl. 97‑98.PRS20‑23 ; Resafa : Ulbert, Konrad 2016, p. 60 et pl. 68.3, de 600 à la première moitié du viie s.

325P4‑10 brittle ware avec des nodules ferreux parfois assez gros. Hadir : Rousset 2012b, p. 84‑85, fig. 10, phases I et II, viieviiie s.

326P4‑11 brittle ware avec des nodules ferreux parfois assez gros. Vokaer 2011, p. 36‑37 et pl. 22, n° 5‑6, cruche 6 ; Hadir : Rousset 2012b, p. 81‑82, fig. 8, phases I et II, viieviiie s. ; Andarin : Knötzele 2015, pl. 240.205 ; Déhès : Bavant, Orssaud 2001, p. 36‑37 et fig. 4.20, début du viie s. ; Dülük Baba Tepesi : Strothenke 2016, pl. 37, BW R37 ; Qasr al‑Hayr al‑Sharqi, maison B : Genequand 2012, p. 120‑121, fig. 107, château sud, édifice nord : p. 146‑147, fig. 145 ; Rasm Abu Miyal : Genequand, Rousset 2016, p. 245, fig. 46, p. 246, fig. 47 ; Zeugma : Kenrick 2013, p. 65 et pl. 37, PT591, groupe F, début du viie s., forme complète.

327P4‑12 brittle ware rouge orangé avec de grosses inclusions blanches et des nodules ferreux.

328P4‑13 brittle ware avec de grosses inclusions blanches et des nodules ferreux. Hadir : Rousset 2012b, p. 79‑80, fig. 6, p. 104‑105, fig. 24, phases I à IV, viieixe s., Vokaer 2012, p. 122, fig. 1, n° 6 : forme de l’atelier 1 ; Rasm Abu Miyal : Genequand, Rousset 2016, p. 235, fig. 36, p. 240, fig. 41 et p. 246, fig. 47, en contexte abbasside.

329P4‑15 brittle ware fine, rouge, avec des inclusions blanches. Apamée : Vezzoli 2016, p. 153‑158, type BW, PC09, pl. 30.7‑11, xiiexiiie s. ; Dülük Baba Tepesi : Strothenke 2016, pl. 44, KTW R23.

330P4‑19 pâte brune, dense, avec des inclusions noires très fines. Pieri 2005a, p. 114‑122, amphore palestinienne bag shaped, type 3, vieviie s.

331P4‑20 pâte commune orangée brûlée et déformée. Hadir : Rousset 2012b, p. 91, fig. 15, phases I et II, viieviiie s.

332P4‑24 pâte commune orangée. Hadir : Rousset 2012b, p. 115, fig. 30.11, phases V et VI, xiiexiiie s.

Notes

1 Une prospection avec ramassage de céramique avait été réalisée par l’équipe internationale (Marianne Barrucand, Claus‑Peter Haase, Donald Whitcomb) en 1997. Malheureusement, les secteurs prospectés « autour du village d’al‑‘Iss, dans les champs avoisinant la zone du tell de Qinnasrin » n’ont pu être localisés précisément (zones de prospection appelées Q à V). Les tessons ont été étudiés par Cyril Achard dans le cadre d’un mémoire de Master à l’université Paris 4 (Achard 2000).

2 Lors de la prospection conduite dans les Marges arides de Syrie du Nord (dirigée par Bernard Geyer, Nazir Awad et Ronald Jaubert) nous avons observé que la quantité de céramique utilisée sur un même type de site peut varier fortement d’une période à une autre.

3 Voir la carte de localisation des secteurs (Chapitre 6, fig. 4).

4 Les dessins ont été réalisés par Yassir Dallal, Virginie Decoupigny, Marion Rivoal, Marie Rochette et moi-même. Ils ont été encrés par Marie Rochette et moi-même et j’ai réalisé le montage des figures.

5 Par exemple en Palmyrène comme l’ont montré les découvertes dans le secteur sud-est de la zone de prospection des « Marges arides » (observations personnelles).

6 Voir les références des comparaisons dans le catalogue.

7 À propos des bassins hellénistiques et romains, S. Élaigne distingue trois fabriques différentes (Chapitre 18).

8 On rajoutera à la liste des sites publiés celui de Sergilla et les sites de la prospection des Marges arides de Syrie du Nord (observations personnelles).

9 Malheureusement, les représentations des céramiques, dans cet article, sont souvent fantaisistes.

10 P39 inclut en outre quelques tessons de glaçure abbasside : un fragment de yellow glazed de tell Aswad, un fragment de panse de forme fermée à glaçure externe verte et interne turquoise sur pâte calcaire, un fragment à décor peint à l’engobe sous glaçure au plomb, sur pâte rouge orangé. Ces fragments n’ont pu être illustrés ; les photographies étaient trop mauvaises pour être publiées.

11 Chapitre 9 ; Chapitre 10 ; Chapitre 12.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Masses céramiques fondues et vitrifiées provenant du secteur P30 (M.‑O. Rousset).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13582/img-1.jpeg
Fichier image/jpeg, 305k
Titre Fig. 2 – Céramique du secteur P29, dépotoir d’atelier (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13582/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 390k
Titre Fig. 3 – Bassins du secteur P29, dépotoir d’atelier (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13582/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 297k
Titre Fig. 4 – Céramique des secteurs P29 et P31, dépotoirs d’ateliers (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13582/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 945k
Titre Fig. 5 – Bassin du secteur P17 (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13582/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 6 – Céramique du secteur P24, dépotoir d’atelier (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13582/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 339k
Titre Fig. 7 – Céramique du secteur P20 (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13582/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 557k
Titre Fig. 8 – Céramique du secteur P34 (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13582/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 458k
Titre Fig. 9 – Céramique du secteur P39 (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13582/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 397k
Titre Fig. 10 – Céramique des secteurs P16 et P403 (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13582/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 594k
Titre Fig. 11 – Céramique du secteur P403 (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13582/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 511k
Titre Fig. 12 – Céramique du secteur P403 (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13582/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 455k
Titre Fig. 13 – Céramique du secteur P40 (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13582/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 618k
Titre Fig. 14 – Céramique des secteurs sud-est de la montagne : P46, P47, P49, P401 (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13582/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 342k
Titre Fig. 15 – Céramique des secteurs sud-ouest de la montagne : P53, P54 (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13582/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 294k
Titre Fig. 16 – Céramique des secteurs sur le sommet de la montagne : P69, P71, P72, P80, P86, P400 (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13582/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Fig. 17 – Céramique des secteurs sur le sommet du tell : P2, P4 (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13582/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 815k
Titre Fig. 18 – Carte de répartition de la céramique ramassée, par périodes chronologiques ; a : âge du Bronze ; b : localisation des secteurs ; c : époque hellénistique ; d : époque romaine (M. Rochette, M.‑O. Rousset).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13582/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 654k
Titre Fig. 19 – Carte de répartition de la céramique ramassée, par périodes chronologiques ; a : époque romaine tardive ; b : époque byzantine ; c : époque omeyyade ; d : époque abbasside (M. Rochette, M.‑O. Rousset).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13582/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 463k
Titre Fig. 20 – Carte de répartition de la céramique ramassée, par périodes chronologiques ; a : époque seldjoukide ; b : époque ayyoubide ; c : époque mamelouke ; d : époque ottomane (M. Rochette, M.‑O. Rousset).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13582/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 410k

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search