Version classiqueVersion mobile

Chalcis/Qinnasrin (Syrie)

 | 
Marie-Odile Rousset

Troisième partie. Les sources archéologiques, les objets

Chapitre 16 – La céramique de l’âge du Bronze à Qinnasrin

Christine Kepinski

Texte intégral

  • 1 Rousset, al‑Youssef 2010 ; Rousset et al. 2011.

1La prospection menée en 2008 a permis de ramasser plusieurs lots de tessons à la surface du site de Qinnasrin ainsi que dans ses environs. Le matériel de l’âge du Bronze a fait l’objet d’une mission d’étude en 2009 1. Nous en publions maintenant les principaux résultats.

  • 2 Voir le plan des zones prospectées (Chapitre 6, fig. 4) et la carte de répartition des céramiques (...)

2La céramique de l’âge du Bronze est majoritaire dans les lots collectés sur la butte naturelle nord de Qinnasrin, au sommet ou sur ses pentes (P46, P47, P51, P66‑P69, P72, P75, P78‑P81, P400) 2, sur trois petits sites à proximité immédiate et sur la rive occidentale du Quwayq (P36, P42, P64) et à Tell Zaytan (P73), à 5 km au nord du village d’al‑‘Iss. Quelques rares tessons en ont été collectés au sud du tell (P3, P13), d’autres à la périphérie orientale du site (P16) ou bien au pied de la butte nord (P22, P74, P85). Quant aux tessons ramassés dans les déblais de pillage des tombes creusées sur les flancs de l’éminence nord ou au sommet de cette butte, ils appartiennent tous à cette période (P70, P76, P77, P79).

3Un premier examen indique très clairement une datation au Bronze moyen pour l’ensemble de ce matériel. Quelques lots toutefois de la butte nord, notamment ceux des tombes, ainsi que du site P42, comprennent plusieurs marqueurs de la transition entre le Bronze ancien et le Bronze moyen (P400, P67, P70, P77).

Brève description et datation

4Les pâtes communes sont beiges, rouges ou grises, à dégraissant mixte. Le dégraissant minéral est souvent assez grossier et les particules, essentiellement en calcaire, affleurent à la surface. Plusieurs tessons sont couverts d’une barbotine lissée au tour avec des effets de traces horizontales irrégulières. Certains portent des lignes horizontales et ondulées incisées sur la lèvre ou l’épaule. Un seul tesson était couvert de trois bandes horizontales peintes en rouge (voir plus loin fig. 6.4).

5Pâtes et formes indiquent une datation au Bronze moyen. Aucun critère diagnostique du Bronze ancien et notamment du Bronze ancien IV, période très répandue dans la région, n’est attesté, en dehors de la zone des tombes. La majorité des tessons sont concentrés au sommet et autour de la butte nord ou en périphérie du site à l’est comme au sud. En contrebas du tell sud, les tessons anciens sont très érodés et les traces d’usure indiquent une longue exposition extérieure de sorte qu’une occupation ancienne de cette éminence, entièrement recouverte par des niveaux plus récents, est tout à fait plausible.

L’occupation du Bronze moyen au sommet de la butte nord

6La butte nord quant à elle, où se trouve la majorité du matériel de l’âge du Bronze, est située à 100 m au-dessus de la plaine et à 2 km environ du cours actuel du Quwayq. Un établissement permanent, au sommet de cette éminence rocheuse, n’est pas vraiment attendu pour une si haute époque et, le cas échéant, il ne pourrait être dû qu’à des conditions très particulières. C’est la raison pour laquelle, étant donné par ailleurs l’absence de matériel domestique du type céramique de cuisine ou jarre de stockage dans les lots étudiés, nous avions conclu, à l’issue de la campagne d’études de 2009, que les tessons ramassés ne correspondaient probablement pas à une occupation permanente, mais bien plutôt à une utilisation temporaire des lieux, soit dans le cadre de pratiques funéraires soit par des groupes mobiles. On pouvait conjecturer également une occupation ponctuelle, due à des conditions remarquables telles des périodes de crues importantes ou de graves conflits qui induisent la nécessité de se mettre à l’abri en hauteur.

  • 3 Rousset 2013a, p. 319-320 ; Rousset 2015, p. 222, fig. 4.
  • 4 Rousset, Duvette 2015, p. 257‑259 ; Rousset et al. 2017.

7Lors de la campagne 2010, une tranchée fortuite faite au bulldozer au sommet de cette éminence a révélé, sous les vestiges de la période médiévale, la présence d’un puissant mur de fortification de plus de 10 m de large, construit en briques crues 3. Une occupation permanente ancienne semble maintenant indéniable. Elle fut probablement de courte durée et peut-être de nature non domestique comme nous l’avions supposé. Par ailleurs la mise en perspective dans le cadre de la prospection des Marges arides d’une série de forteresses, de fortins ou de tours laisse envisager la présence d’une place forte au sommet de la butte qui domine le site ancien de Qinnasrin 4.

La transition Bronze ancien/Bronze moyen à Qinnasrin et dans ses environs

  • 5 Rousset et al. 2011.
  • 6 Les comparanda cités dans la légende des figures rendent compte de cette dichotomie ; ils sont rep (...)
  • 7 Cooper 2006, p. 266 ; Kuzucuoglu, Marro 2007, p. 52 et suiv.

8Le cas des lots P67, P70, P77 et P400 collectés sur la butte nord, ainsi que du lot P42 provenant d’un petit site à l’ouest du Quwayq est particulier, comme nous l’avions dit précédemment 5, car ils renferment dans le même temps du matériel dont certains traits sont caractéristiques du Bronze ancien, notamment des formes et des pâtes bien cuites à dégraissant minéral plus fin et d’autres, très répandues au Bronze moyen : ce sont des assemblages typiques de la période de transition Bronze ancien/Bronze moyen que certains attribuent aussi au tout début du Bronze moyen 6. Le matériel de quelques tombes de Qinnasrin est donc à verser au dossier ouvert depuis des années sur cette période de grande instabilité, concernant l’ensemble du Proche-Orient, qui s’accompagne de l’abandon ou de la rétraction de nombreux sites archéologiques, de déplacements et de redistribution des zones d’occupation. Si on observe une variabilité des dynamiques selon les régions d’Orient, la plupart des sites de la vallée de l’Euphrate révèlent soit une occupation continue du Bronze ancien au Bronze moyen (p. ex. Tell Ahmar) soit un abandon au Bronze ancien IV B (p. ex. Jerablus Tahtani, Shiyukh Tahtani, Qara Quzaq, Tell Banat) ou au Bronze moyen (Tell Kabir, Selenkahiye) soit enfin une contraction de la surface occupée (Tell al‑Sweyhat) 7.

  • 8 Weiss, Courty 1993 ; Tainter 1987 ; Wilkinson 1997 ; Cooper 2006 ; Kuzucuoglu, Marro 2007.
  • 9 Toutefois, la contemporanéité de ces différentes traces d’inondation n’est pas assurée et, à Jerab (...)
  • 10 Peltenburg 2007, p. 261 ; Sertok, Kulakoglu, Squadrone 2007, p. 341.
  • 11 Cooper 2006, notamment p. 266 et 272 ; Sallaberger 2007 ; Geyer et al. 2010.

9Les raisons de ces bouleversements, modifications de l’environnement naturel ou crise économique et politique d’un système interdépendant, ont été abondamment commentées 8. Les changements climatiques seraient illustrés par une période d’aridité accompagnée par des inondations importantes. Celles-ci ont été mises en évidence le long de l’Euphrate, dans des régions proches de Qinnasrin, notamment en Syrie à Jerablus Tahtani 9, et en Anatolie à Sharaga et Zeytinli Bahçe 10. Rappelons enfin que l’importance du pastoralisme, la flexibilité des communautés pastorales et agricoles ainsi que les conflits qui les opposent ne sont plus à démontrer 11.

10La première occupation de Qinnasrin pourrait être envisagée à la lumière de ces événements. L’implantation humaine à l’âge du Bronze aurait d’abord eu lieu à proximité immédiate du Quwayq sur des sites tels que le P42. Une période de fortes pluies et d’inondations induirait la recherche de lieux d’implantation en hauteur ; à cet égard, les reliefs de Qinnasrin auraient été propices à une installation à l’abri des risques dus aux crues des cours d’eau. Par ailleurs, un contexte d’instabilité pourrait justifier une implantation fortifiée dans une position stratégique dominante à Qinnasrin. Quoi qu’il en soit, la région globalement n’est jamais abandonnée comme d’autres le sont, mais des modifications de l’occupation de l’espace et des modes de vie ainsi que des déplacements de groupes humains caractérisent la transition entre le Bronze ancien et le Bronze moyen ainsi qu’en témoignent les premières occupations sur le site de Qinnasrin et à proximité.

Conclusion

11La prospection de 2008 révèle quelques occupations datant de l’âge du Bronze, à Qinnasrin et dans ses environs immédiats. Les plus anciens témoins remontent à la transition entre le Bronze ancien et le Bronze moyen et consistent essentiellement en une partie du matériel de tombes ensevelies sur les flancs de la butte nord, tandis que l’occupation au sommet de cette éminence et sur le tell sud demeure conjecturale. Par la suite, une petite implantation domestique se développerait à plusieurs endroits du site dès le Bronze moyen I et durant le Bronze moyen II alors qu’au sommet de la butte nord, une place forte contrôlerait la vallée. Ainsi au Bronze moyen ou peu de temps avant, tout comme au début de la période islamique, la butte nord de Qinnasrin aurait abrité un établissement fortifié, dans une position dominante, à la frontière des mondes sédentaires et nomades. Pour conclure, l’occupation de la vallée du Quwayq, tout comme celle de l’Euphrate, donne un bon aperçu des fluctuations qui marquent la transition entre le Bronze ancien et le Bronze moyen. Ces conclusions sont bien évidemment provisoires et seules des fouilles pourront valider ou non les hypothèses émises sur l’occupation de Qinnasrin à l’âge du Bronze.

Catalogue

Bols carénés (fig. 1)

Fig. 1 – Bols carénés (mission Qinnasrin).

Fig. 1 – Bols carénés (mission Qinnasrin).

Description

121. P400‑17, gris/beige, barbotine beige, mixte, paille en surface.

2. P79‑5, gris, barbotine beige/marron, mixte.

3. P400‑5, beige rosé, barbotine beige, mixte, minéral calcaire abondant.

4. P77‑31, beige, barbotine beige, mixte.

5. P42‑39, beige rosé, barbotine beige, mixte, minéral fin.

6. P77‑36, beige rosé, barbotine beige, mixte, calcaire abondant.

7. P77‑29, beige rosé à rouge, barbotine beige, mixte, essentiellement minéral fin.

8. P70‑22, gris beige, barbotine beige, mixte.

9. P400‑24, beige rose, barbotine beige, mixte, surtout minéral fin.

10. P70‑17, beige rosé, barbotine beige, mixte.

11. P70‑18, beige rose, barbotine beige, mixte, essentiellement minéral fin.

12. P70‑23, gris rosé, barbotine rose/marron, mixte, minéral fin.

Comparanda

131. Sweyhat, EME 6 (Sconzo 2015, p. 193, n° 10).

2. Umm al‑Marra, Bronze moyen I (Schwartz, Miller 2007, p. 184, fig. 2.7).

3. Ebla et Tell Kabir (Porter 2007, p. 76, fig. 3.11 et 16).

4. Tell Kabir, niveau 6a (Porter 2007, p. 75, fig. 2.25).

5. Umm al‑Marra, Bronze moyen I (Schwartz, Miller 2007, p. 184, fig. 2.2).

6. Tilbeshar, niveau IV A, Bronze moyen (Kepinski 2005, p. 158, fig. 6.1) ; Umm al‑Marra, Bronze moyen I (Schwartz, Miller 2007, p. 184, fig. 2.5).

7. Tilbeshar, niveau III C, Bronze ancien (Kepinski 2005, p. 156, fig. 4.2) ; Syrie, phase 5 (2300‑2100) et phase 6 (2100‑1900) (Cooper 2006, p. 17, fig. 1.7b et 1.9h) ; Tell Kabir, EME 6 (Sconzo 2015, p. 193, n° 11).

10. Shiyukh Tahtani, phase 9 (Sconzo 2007, p. 291, fig. 20.14) et phase 10 (Sconzo 2007, p. 281, fig. 11.7) ; Umm al‑Marra, Bronze moyen I (Schwartz, Miller 2007, p. 184, fig. 2.1).

11. Tell Kabir, niveau 6a (Porter 2007, p. 75, fig. 2.17).

12. Tilbeshar, niveau III C (Bronze ancien) (Kepinski 2005, p. 156, fig. 4.4).

Assiettes (fig. 2)

Fig. 2 – Assiettes (mission Qinnasrin).

Fig. 2 – Assiettes (mission Qinnasrin).

Description

141. P77‑54, gris, barbotine rose orangé, mixte, calcaire fin.

2. P77‑41, beige rosé, barbotine beige, mixte.

3. P42‑31, rose orangé à cœur gris, barbotine beige rosé, mixte minéral fin.

4. P77‑8, beige rosé, mixte.

5. P70‑1, gris, barbotine gris poli, traces lissage.

6. P79‑4, intérieur gris, bords roses à rouges, mixte, calcaire abondant.

7. P400‑18, rose orangé à cœur gris, barbotine gris poli, mixte, minéral calcaire abondant.

8. P70‑25, beige rosé à cœur gris, barbotine beige rosé, mixte.

9. P400‑26, rose orangé, barbotine gris/beige, mixte, minéral calcaire abondant, fines lignes incisées sur lèvre.

10. P42‑46, rose orangé à cœur gris, barbotine beige rosé, mixte, particules minérales grises et blanches.

Comparanda

154. Blaubeuren type 21 (Finkbeiner 2007, p. 120, fig. 1).

5. Tilbeshar, niveau IV B, Bronze moyen (Kepinski 2005, p. 159, fig. 7.2).

6. Shiyukh Tahtani (Sconzo 2007, p. 295, fig. 22.1‑2).

7. Tilbeshar, niveau IV A, Bronze moyen (Kepinski 2005, p. 158, fig. 6.5).

8. Syrie, phase 4 (2450‑2300) (Cooper 2006, p. 17, fig. 1.5m) ; Blaubeuren, type 21 (Finkbeiner 2007, p. 120, fig. 1).

9. Qara Quzaq, niveau III‑2 (Valdès Pereiro 2007, p. 321, fig. 5.5).

10. Shiyukh Tahtani, phase 10 (Sconzo 2007, p. 281, fig. 11.14‑17) ; Qara Quzaq, EME 5 (Sconzo 2015, p. 181, n° 10) ; Tilbeshar, EME 6 (Sconzo 2015, p. 193, n° 13).

Formes ouvertes (fig. 3)

Fig. 3 – Formes ouvertes (mission Qinnasrin).

Fig. 3 – Formes ouvertes (mission Qinnasrin).

Description

161. P42‑41, gris beige, minéral fin.

2. P42‑37, beige rosé, barbotine beige, mixte, minéral fin.

3. P70‑20, beige, barbotine beige, mixte.

4. P70‑9, beige rosé à cœur gris, barbotine rose/rouge, mixte, lignes incisées sur lèvre.

5. P70‑14, beige rosé à cœur gris, barbotine beige rosé, mixte barbotine.

Comparanda

171. Sweyhat, EME 6 (Sconzo 2015, p. 193, n° 8).

2. Tilbeshar, niveau III D, Bronze ancien (Kepinski 2005, p. 157, fig. 5.11) ; Tell Kabir, niveau 6B (Porter 2007, p. 75, fig. 2.36) ; Shiyukh Tahtani (Sconzo 2007, p. 281, fig. 11.28‑29).

Jarres sans col (fig. 4)

Fig. 4 – Jarres sans col (mission Qinnasrin).

Fig. 4 – Jarres sans col (mission Qinnasrin).

Description

181. P77‑7, beige rosé, minéral fin, barbotine beige.

2. P42‑51, beige, barbotine beige, mixte, minéral abondant, particules de calibre moyen, lignes horizontales et ondulées incisées.

3. P400‑1, gris rosé, barbotine beige/marron, mixte, minéral fin, lignes incisées sur lèvre et panse.

4. P400‑4, beige rosé, barbotine beige rosé, mixte, minéral fin.

5. P70‑30, rose orangé, barbotine rose orangé, mixte, minéral fin calcaire.

6. P400‑13, gris beige, barbotine beige, mixte, minéral abondant, particule de calibre moyen.

7. P81‑14, beige rosé, barbotine beige, mixte, minéral abondant et fin, lignes incisées sur lèvre.

Comparanda

192. Samsat Höyük, niveau XVI (Abay 2007, p. 409, fig. 4.2) ; Blaubeuren, types 26 et 27 (Finkbeiner 2007, p. 124, fig. 3) ; Umm al‑Marra, Bronze moyen I (Schwartz, Miller 2007, p. 184, fig. 2.13).

3.Tilbeshar, niveau III C, Bronze ancien (Kepinski 2005, p. 158, fig. 6.6) ; Shiyukh Tahtani, phase 9 (Sconzo 2007, p. 291, fig. 20.7) ; Blaubeuren, type 10 (Finkbeiner 2007, p. 124, fig. 3) ; Sweyhat, EME 6 (Sconzo 2015, p. 193, n° 10).

5. Umm al‑Marra, Bronze moyen I (Schwartz, Miller 2007, p. 185, fig. 3.3 et 7 et fig. 4.6) ; Shiyukh Tahtani, phase 7 (Sconzo 2007, p. 296, fig. 23.21 et 23).

7. Umm al‑Marra, Bronze moyen I (Schwartz, Miller 2007, p. 184, fig. 2.10) ; Shiyukh Tahtani, phase 7 (Sconzo 2007, p. 296, fig. 23.24).

Jarres (fig. 5)

Fig. 5 – Jarres (mission Qinnasrin).

Fig. 5 – Jarres (mission Qinnasrin).

Description

201. P77‑108, beige rosé, barbotine beige, minéral fin.

2. P77‑139, gris, minéral fin, lignes incisées sur le haut de la panse.

3. P77‑151, gris avec extérieur rose/rouge, mixte, lignes finement incisées.

4. P77‑67, rose orangé, intérieur gris extérieur rouge, barbotine beige, mixte calcaire.

5. P77‑91, gris, minéral fin.

6. P42‑49, beige rosé, barbotine beige irrégulier, mixte, particules minérales calcaires de calibre moyen.

7. P70‑15, beige/gris, barbotine beige, minéral fin.

8. P70‑42, beige rosé, barbotine beige, mixte, essentiellement minéral fin.

9. P79‑2, rose orangé, barbotine beige, mixte calcaire, particules de calibre moyen.

10. P70‑28, gris/beige, barbotine beige, mixte, calcaire abondant et de calibre moyen.

11. P42‑50, beige, barbotine beige irrégulier avec lignes horizontales, mixte, minéral abondant avec particules de calibre moyen.

12. P77‑38, beige rosé, barbotine beige, mixte.

13. P79‑3, beige rosé, barbotine beige/marron, mixte, minéral calcaire fin.

14. P42‑48, beige rosé, barbotine beige, mixte, minéral assez fin.

Comparanda

213. Tilbeshar, niveau IV A, Bronze moyen I (Kepinski 2007, p. 336, fig. 6.7).

4. Tell Kabir et Ebla (Porter 2007, p. 76, fig. 3.2, 4, 9 et 10) ; Tilbeshar, niveau IV A, Bronze moyen I (Kepinski 2007, p. 336, fig. 6.5) ; Syrie, phase 6 (2100‑1900) (Cooper 2006, p. 17, fig. 1.9a) ; Blaubeuren, type 7 (Finkbeiner 2007, p. 122, fig. 2).

9. Phase 6 (2100‑1900) (Cooper 2006, p. 17, fig. 1.9j).

10. Shiyukh Tahtani (Sconzo 2007, p. 296, fig. 23.2) ; Tell Kabir, EME 6 (Sconzo 2015, p. 195, n° 9).

11. Umm al‑Marra, Bronze moyen I (Schwartz, Miller 2007, fig. 2.12) ; Shiyukh Tahtani (Sconzo 2007, p. 282, fig. 12.10 et 15).

13. Selenkahiye, EME 5 (Sconzo 2015, p. 183, n° 8).

Divers (fig. 6, 7)

Fig. 6 – Divers (mission Qinnasrin).

Fig. 6 – Divers (mission Qinnasrin).

Description

221. P400‑21, beige blanchâtre, mixte, minéral fin.

2. P77‑153, beige, barbotine beige, minéral de calibre moyen.

3. P77‑154, beige rosé, barbotine beige, mixte.

4. P77‑150, rose orangé, minéral calcaire, trois lignes peintes en rouge.

5. P77‑158, beige, barbotine beige, minéral.

Comparanda

231. Tell Yelkhi, niveau 6 B, début Isin-Larsa (Gabutti 2002‑2003, p. 139, n° 2).

Fig. 7 – La céramique de l’âge du Bronze de Qinnasrin ; 1 : P47 ; 2 : P77 ; 3 : P42 ; 4 : P400 ; 5 : P70 ; 6 : P70 (C. Kepinski).

Fig. 7 – La céramique de l’âge du Bronze de Qinnasrin ; 1 : P47 ; 2 : P77 ; 3 : P42 ; 4 : P400 ; 5 : P70 ; 6 : P70 (C. Kepinski).

Notes

1 Rousset, al‑Youssef 2010 ; Rousset et al. 2011.

2 Voir le plan des zones prospectées (Chapitre 6, fig. 4) et la carte de répartition des céramiques de l’âge du Bronze (Chapitre 19, fig. 18a).

3 Rousset 2013a, p. 319-320 ; Rousset 2015, p. 222, fig. 4.

4 Rousset, Duvette 2015, p. 257‑259 ; Rousset et al. 2017.

5 Rousset et al. 2011.

6 Les comparanda cités dans la légende des figures rendent compte de cette dichotomie ; ils sont reportés à titre indicatif. Compte tenu du nombre important de sites fouillés dans les environs, l’exhaustivité était impossible.

7 Cooper 2006, p. 266 ; Kuzucuoglu, Marro 2007, p. 52 et suiv.

8 Weiss, Courty 1993 ; Tainter 1987 ; Wilkinson 1997 ; Cooper 2006 ; Kuzucuoglu, Marro 2007.

9 Toutefois, la contemporanéité de ces différentes traces d’inondation n’est pas assurée et, à Jerablus Tahtani, les grandes périodes de crues remonteraient, selon une étude récente, au milieu du troisième millénaire (Peltenburg 2016, p. 126‑127).

10 Peltenburg 2007, p. 261 ; Sertok, Kulakoglu, Squadrone 2007, p. 341.

11 Cooper 2006, notamment p. 266 et 272 ; Sallaberger 2007 ; Geyer et al. 2010.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Bols carénés (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13567/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 219k
Titre Fig. 2 – Assiettes (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13567/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Fig. 3 – Formes ouvertes (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13567/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
Titre Fig. 4 – Jarres sans col (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13567/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 223k
Titre Fig. 5 – Jarres (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13567/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Fig. 6 – Divers (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13567/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 235k
Titre Fig. 7 – La céramique de l’âge du Bronze de Qinnasrin ; 1 : P47 ; 2 : P77 ; 3 : P42 ; 4 : P400 ; 5 : P70 ; 6 : P70 (C. Kepinski).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13567/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search