Version classiqueVersion mobile

Chalcis/Qinnasrin (Syrie)

 | 
Marie-Odile Rousset

Troisième partie. Les sources archéologiques, les objets

Chapitre 15 – Blocs architecturaux et mobilier lithique dans le village d’al‑‘Iss

Marie-Odile Rousset, Marilyne Bovagne et Marie Rochette

Texte intégral

  • 1 En 2008, l’inventaire a été fait par Virginie Decoupigny et Ahmad Othman (P100 à P228 et secteurs  (...)

1L’urbanisation d’une partie du site de Chalcis/Qinnasrin a rendu les parcelles construites inaccessibles à une prospection du même type que celle conduite dans les zones alentour (Chapitre 6). C’est pourquoi, dans ces secteurs de la petite ville d’al‑‘Iss, nous avons privilégié un inventaire des blocs, des éléments architecturaux et du mobilier lithique. Cet inventaire, qui s’est voulu le plus complet possible, a été réalisé au cours des missions 2008‑2010, dans les parties les plus anciennes du bourg. Il a permis de reconnaître les éléments lapidaires présents tant dans les maisons et jardins que sur les espaces publics. Les données recueillies (description, mesures, localisation, photographies) par les différents collaborateurs de la mission qui ont participé à ce travail 1 ont été rassemblées dans une base de données. Elles sont enregistrées par maison ; les blocs dans les rues ont été enregistrés avec la maison la plus proche. Chaque maison a été localisée d’après l’image Google Earth du 5 octobre 2007, superposée au plan cadastral vectorisé, dans 19 quartiers nommés de A à S (fig. 1). Certains éléments, dans le cimetière actuel ou dans le secteur des hypogées au nord du village ont été pointés au GPS et regroupés dans 7 secteurs extérieurs (P900 à P906). Les éléments inscrits et les petits objets (sceaux-cylindres, figurines…) sont décrits dans d’autres chapitres du présent ouvrage (Chapitre 2 ; Chapitre 3 ; Chapitre 5 ; Chapitre 17).

Fig. 1 – Localisation des maisons prospectées (en blanc, les maisons qui n’ont pu être visitées) et des quartiers (mission Qinnasrin).

Fig. 1 – Localisation des maisons prospectées (en blanc, les maisons qui n’ont pu être visitées) et des quartiers (mission Qinnasrin).

2Au total, 325 maisons ont été prospectées dans la moitié orientale d’al‑‘Iss, parmi lesquelles 240 contenaient au moins un objet archéologique ; 79 n’ont livré aucun bloc ; 13 étaient fermées lors de nos passages et leurs intérieurs n’ont pu être vus. Au total, 1 435 éléments en pierre ont été inventoriés, principalement dans la partie la plus ancienne du village. La très grande majorité des blocs inventoriés à al‑‘Iss sont en calcaire et ont été extraits des carrières du site (Chapitre 13). Le basalte, issu des massifs proches (par exemple le Jabal al‑Has à une quinzaine de kilomètres à l’est d’al‑‘Iss), est utilisé lorsqu’une plus grande résistance à l’usure est nécessaire, par exemple pour les seuils. Le marbre et certaines pierres importées comme le granit (Chapitre 13) sont également utilisés dans un but décoratif. L’état de conservation des blocs architecturaux et du mobilier lithique est variable ; certaines pièces sont entières, d’autres brisées, d’autres très érodées. Par ailleurs, leur remploi dans des maçonneries contemporaines n’a pas toujours permis de les observer dans leur entièreté.

  • 2 Nous remercions Gérard Charpentier (Maison de l’Orient et de la Méditerranée), Olivier Callot et P (...)

3Pour cet inventaire, nous présenterons d’abord les éléments de murs, de sols et de baies, puis les colonnes, les entablements, le mobilier religieux et funéraire, les aménagements hydrauliques et enfin le mobilier lithique 2.

Les éléments de murs et de sols

4Les blocs parallélépipédiques, ou dont au moins une face est rectangulaire, correspondent à des éléments de construction de murs ou de dallages. Les blocs calcaires sont répandus dans tout le village et nombre d’entre eux ont été réutilisés dans les constructions récentes, notamment à la base des murs d’enclos des maisons. Certains ont été identifiés au sein de tas de matériaux en attente d’être utilisés dans les constructions à venir. La répartition des blocs de basalte au cœur du village n’est peut-être pas significative, mais résulte plus probablement du remploi de ces blocs dans les maisons aux époques ottomane et moderne.

  • 3 La plupart du temps, ce sont les dimensions complètes qui ont suscité la création d’une occurrence (...)

5Ces blocs sont les plus nombreux : le recensement des blocs de pierre taillée à travers le village d’al-‘Iss regroupe 647 individus en calcaire, 209 en basalte et 14 pour lesquels le matériau n’a pas été spécifié 3.

Les blocs de construction des murs

  • 4 Malheureusement, lors de l’inventaire des blocs de la porte, en P289, les mesures de ces blocs ont (...)

6Les blocs les plus grands sont en calcaire, avec des dimensions supérieures à 0,45 m ; 74 % des blocs mesurés ont au moins une des dimensions comprise entre 0,45 et 0,55 m (et 97,5 % entre 0,40 et 0,60 m), dimension qui correspond à l’épaisseur des blocs utilisés dans la construction du rempart byzantin occidental. Les modules des blocs du rempart byzantin conservé à l’ouest (en P320, P321, P322, P327) sont de 1,10 x 0,80‑0,85 x 0,50 m (Chapitre 6). Pour pouvoir comparer avec les dimensions de ces blocs ainsi qu’avec ceux utilisés dans la construction de la porte datée par l’épigraphie de l’époque de Justinien (Chapitre 2), nous avons choisi d’établir un classement d’après leur plus grande dimension, par tranches de 5 cm (fig. 24. Il fait apparaître que les longueurs des blocs inventoriés dans le village correspondent dans une grande majorité à ceux du rempart et pourraient donc en provenir.

Fig. 2 – Répartition des blocs calcaires d’après leur plus grande dimension (mission Qinnasrin).

Fig. 2 – Répartition des blocs calcaires d’après leur plus grande dimension (mission Qinnasrin).
  • 5 Selon Philippe Abrahami (prof. d’assyriologie, université Lille 3), plusieurs arguments vont dans (...)

7Dans le secteur P408 (Chapitre 8), sur le plus ancien rempart de Chalcis, les blocs dans le mur (qui ne sont peut-être pas complets) mesurent 0,90 x 0,53 m et 0,78 x 0,58 m. Deux des pics du graphique, pour les tranches 0,75‑0,79 m et 0,85‑0,89 m correspondraient aux plus grandes longueurs de ces blocs en place. Par ailleurs, le bloc entier observé dans les déblais dans le même secteur mesure 1,20 x 0,45 x 0,40 m. Huit blocs de mêmes dimensions ont été inventoriés dans la partie sud de l’ancien village (quartiers H, J, K, N, O, R) ; deux entrent dans la construction de la porte. En outre, le nombre important de blocs pour la tranche 0,60‑0,64 m pourrait correspondre à des blocs de 1,20 m de longueur qui auraient été divisés en deux pour les besoins de la construction de la porte en P289. Ceci indiquerait une réutilisation de ces blocs du premier rempart dans les ouvrages du rempart tardif. Certains de ces blocs ont même pu être taillés dans des éléments encore plus anciens, comme P369‑4 (environ 0,60 x 0,40 m ; fig. 3a), observé dans la rue, qui porte un décor qui pourrait être une inscription cunéiforme 5.

Fig. 3 – a : Blocs de construction P369‑4, avec une inscription cunéiforme (?) ; b : Boutisse en basalte P132-1 ; c : Bloc en basalte décoré P198‑1 ; d : Grande dalle de basalte P125‑1 (mission Qinnasrin).

Fig. 3 – a : Blocs de construction P369‑4, avec une inscription cunéiforme (?) ; b : Boutisse en basalte P132-1 ; c : Bloc en basalte décoré P198‑1 ; d : Grande dalle de basalte P125‑1 (mission Qinnasrin).

8Les blocs architecturaux en basalte peuvent être répartis en deux catégories : les moellons (25 inventoriés), dont les dimensions sont inférieures à 0,40 m de côté, et les blocs à parement dressé, avec une face de parement travaillée et des faces de joint démaigries (31 blocs). Ils mesurent de 0,77 à 0,34 m de longueur par 0,50 à 0,28 m de largeur par 0,43 à 0,27 m de hauteur, sauf cinq blocs dont la forme générale est très étirée (0,75 à 0,64 m par 0,34 à 0,22 m par 0,16 à 0,23 m) avec les deux petites faces dressées ; ils devaient être employés en boutisse dans les murs (fig. 3b). Quelques blocs taillés sur deux faces devaient se situer dans un angle de mur.

9Parmi les blocs de basalte, 91 n’ont été ni décrits, ni photographiés, ou bien une face dressée a été observée tandis que les autres étaient invisibles, car prises dans une maçonnerie ou dans le sol. Pour ces éléments, il n’est pas possible de savoir s’ils sont taillés sur toutes leurs faces ou s’il s’agit de blocs à parement dressé. Cependant, leurs dimensions (0,40 à 0,67 m de longueur par 0,19 à 0,47 m de largeur par 0,20 à 0,30 m de hauteur) les rapprochent des blocs à parement dressé, qui sont les plus nombreux parmi les blocs entiers observés et sont aussi plus rapides à tailler. L’un de ces blocs porte un cercle gravé (P198‑1) : un décor ou une lettre inscrite (fig. 3c) ?

Les éléments de sols

10Les éléments de sols sont représentés essentiellement par des dalles de basalte (60 blocs), généralement lisses sur une grande face et peu épaisses, parfois remployées à l’heure actuelle dans un dessein similaire. Deux modules se dégagent, de 0,64 à 0,36 m de longueur par 0,45 à 0,22 m de largeur pour 0,18 à 0,08 m d’épaisseur d’une part, et de 1,66 à 0,70 m de longueur par 0,62 à 0,30 m de largeur par 0,30 à 0,15 m d’épaisseur d’autre part (fig. 3d). Si les plus petites ont pu être utilisées en pavement à l’intérieur d’un bâtiment, les plus grandes auraient pu être destinées à la voirie. Un certain nombre d’entre elles proviennent de secteurs où, même si elles ont été déplacées, elles sont associées à des éléments de grandes portes (fig. 4). Les éléments de pavement en calcaire sont plus petits et n’excèdent pas 0,30 m de côté.

Fig. 4 – Carte de répartition des blocs de construction les plus gros (mission Qinnasrin).

Fig. 4 – Carte de répartition des blocs de construction les plus gros (mission Qinnasrin).

Les éléments de baies et de grandes portes

11Les pierres taillées indubitablement associées à des baies sont les seuils, jambages, encadrements et linteaux. Cependant, d’autres éléments, notamment les blocs de très grande taille, peuvent avoir été utilisés dans leur construction. Dans la mesure où les blocs de basalte et de calcaire ne semblent pas appartenir aux mêmes constructions, nous les présentons par type de matériau.

Éléments de baies en basalte

12Les éléments de seuil en basalte sont au nombre de neuf. Deux sont entiers et permettent de restituer des ouvertures de 0,50 m (fig. 5a) et de 1,35 m (fig. 5b). Le premier est creusé dans un bloc épais (0,33 m) et une rigole de 0,20 m de largeur a été creusée sur l’un des côtés. Cinq fragments pourraient appartenir à un même type de seuil, de 0,60 à 0,75 m de largeur pour 0,30 à 0,42 m de hauteur, avec un pas d’environ 0,30 m de largeur. L’un d’eux comporte dans l’angle de la feuillure intérieure une mortaise de crapaudine circulaire de 10 cm de diamètre et une mortaise carrée de 0,12 x 0,12 m (fig. 5c). Un autre (211‑4) a un pas arrondi et sa feuillure intérieure porte une rainure de roulage et une gâche pour le verrou vertical à côté d’une mortaise carrée. Le fragment le plus long (P229‑3) mesure 1,43 m, ce qui correspond à moins de la moitié de la longueur totale probable. Il a été retaillé en montant de pressoir (voir plus loin fig. 38f). P260‑1 comporte également deux mortaises rectangulaires (fig. 5d). Plusieurs blocs, parfois remployés comme mortier, pourraient être des dés de crapaudine (fig. 5e, 5f).

Fig. 5 – Éléments de seuils en basalte ; seuils : a : P127‑1 ; b : P200‑10 ; c : P109 ; d : P260‑1 ; dés de crapaudine : e : P191‑3 ; f : P121‑2 (mission Qinnasrin).

Fig. 5 – Éléments de seuils en basalte ; seuils : a : P127‑1 ; b : P200‑10 ; c : P109 ; d : P260‑1 ; dés de crapaudine : e : P191‑3 ; f : P121‑2 (mission Qinnasrin).

13Seuls deux jambages sont en basalte. L’un (1,40 x 0,47 x 0,38 m ; fig. 6a) est taillé sur les faces avant et latérale. Il comporte une feuillure intérieure et un piédroit de 0,19 m de largeur. Le second provient d’une baie beaucoup plus grande puisqu’il mesure 0,65 m de largeur pour 0,69 m d’épaisseur, avec un piédroit de 0,27 m de largeur (fig. 6b). Il a pu appartenir au même type de porte que les fragments de gros seuils. Pris dans des maçonneries modernes, cinq longs blocs de basalte avec une face large et lisse pourraient être des linteaux (fig. 6c). L’un d’entre eux (P200‑12), de 0,86 m de largeur et inventorié dans le même secteur que le seuil P200‑10 pourrait appartenir à la même baie, sans doute une fenêtre. Un seul claveau en basalte a été inventorié (fig. 6d).

Fig. 6 – a : Jambage en basalte P209‑9 ; b : Jambage en basalte P157‑9 ; c : Linteau moderne P149‑5 ; d : Claveau P225‑4 (mission Qinnasrin).

Fig. 6 – a : Jambage en basalte P209‑9 ; b : Jambage en basalte P157‑9 ; c : Linteau moderne P149‑5 ; d : Claveau P225‑4 (mission Qinnasrin).

Éléments de portes en calcaire

14Nous avons vu ci-dessus que des blocs calcaires de 1,20 m de longueur, de module similaire à celui retrouvé en P408, avaient été utilisés dans la construction de la porte urbaine en P289. Les blocs dont les longueurs sont supérieures à 1,25 m (22 blocs), pris dans des maçonneries ou disposés de telle manière que toutes leurs faces n’ont pu être observées, pourraient également être des linteaux, notamment ceux dont la longueur est supérieure à 1,50 m (7 blocs). Plusieurs de ces très gros blocs semblent regroupés dans certains secteurs, soit parce que les récupérateurs de pierres les ont délibérément choisis pour leurs constructions, soit parce qu’ils les ont prélevés dans un même endroit, soit parce qu’étant plus difficiles que les autres à déplacer, ils n’ont pas beaucoup bougé. Nous en avons noté trois dans le quartier R, en périphérie sud-est du village (en P122 et P215), cinq dans le quartier I, en périphérie orientale du village, au nord de la route d’al‑Hadir (en P110 à P113 et, en P126, un bloc de 2,20 x 0,65 m), trois dans le nord du quartier A (1,85 x 0,44 m et 1,70 x 0,70 m en P165 ; 1,27 x 0,75 x 0,50 m en P166), et surtout deux dans la construction de la porte de Justinien (quartier K, en P289 : 1,30 x 1 x 0,75 m et 1,35 x 0,70 x 0,50 m) (fig. 4 ; tabl. 1).

 

Tabl. 1 (1/2) – Dimensions des blocs calcaires utilisés dans les grandes portes. En gras, les dimensions complètes.

Tabl. 1 (1/2) – Dimensions des blocs calcaires utilisés dans les grandes portes. En gras, les dimensions complètes.

Tabl. 1 (2/2) – Dimensions des blocs calcaires utilisés dans les grandes portes. En gras, les dimensions complètes.

Tabl. 1 (2/2) – Dimensions des blocs calcaires utilisés dans les grandes portes. En gras, les dimensions complètes.

15Il n’est pas aisé de distinguer les seuils des linteaux en calcaire dans la mesure où la plupart des ces éléments sont fragmentaires. Si l’on en juge par l’état d’usure des surfaces, il semblerait que l’on soit essentiellement en présence de linteaux. Il s’agit de blocs avec une feuillure intérieure et des mortaises, carrées ou rectangulaires, pour verrou vertical dans la partie centrale et pour crapaudine dans l’angle de la feuillure. À cette catégorie appartiennent 17 blocs dont un est décoré (P200‑3, voir plus loin). Leurs dimensions complètes ne sont pas toujours estimables. Un seul linteau complet est conservé (P162‑1 ; 1,35 x 0,55 x 0,49 m) ; il surmontait la porte d’entrée d’une maison moderne. Deux fragments appartiennent à des baies de taille moyenne ; leur largeur seulement est conservée (0,32 et 0,40 m). Huit autres fragments appartiennent à de grandes ouvertures ; leur largeur est supérieure à 0,58 m (un incomplet, neuf fragments entre 0,58 et 0,72 m, un fragment de 0,90 m de largeur), avec un pas de 0,27 à 0,32 m et des mortaises pour crapaudine de 0,20 x 0,12 m, pour une hauteur comprise entre 0,50 et 0,55 m (fig. 7a, 7b). Ces dimensions correspondent à celles du linteau inscrit en place en P289 (1,91 x 0,56 x 0,90 m), à la hauteur restituée du linteau inscrit en P283 (0,67 m) et à celle du fragment, également inscrit, découvert en P412 (0,73 de longueur conservée x 0,70 x 0,60 m) ; le premier surmontait une baie de 1,26 m de largeur. Les fragments inventoriés pourraient donc provenir de la fortification byzantine et avoir été utilisés dans la maçonnerie des baies des tours, plutôt que comme linteau surmontant le passage principal des grandes portes urbaines (de 3,85 m de largeur ; Fourdrin 1994, p. 300).

Fig. 7 – Linteaux en calcaire : a : P101‑4 ; b : P146‑2 ; jambages : c : P128‑8 ; d : P167‑1 ; e : P123‑2 ; f : P157‑5 (mission Qinnasrin).

Fig. 7 – Linteaux en calcaire : a : P101‑4 ; b : P146‑2 ; jambages : c : P128‑8 ; d : P167‑1 ; e : P123‑2 ; f : P157‑5 (mission Qinnasrin).

16Les blocs de jambages sont au nombre de 18. Un seul appartient à une petite baie, avec un piédroit de 0,10 m de largeur pour une profondeur totale de 0,25 m. Les autres faisaient partie de murs de 0,42 à 1 m d’épaisseur (fig. 7c, 7d). Dans la maçonnerie, les blocs sont chaînés avec ceux du mur : il y a deux groupes de longueur (de 0,45 à 0,60 m et de 1 à 1,36 m) et de hauteur (de 0,45 à 0,64 m et de 0,72 à 1,05 m) selon l’utilisation du bloc, en panneresse ou en boutisse. La largeur des piédroits varie entre 0,17 et 0,32 m, avec une moyenne autour de 0,25 m. Une grande partie de ces jambages pourrait provenir des mêmes ouvertures que les linteaux ci-dessus, c’est-à-dire les portes des tours du rempart byzantin. Ils ont été observés en place dans la porte de la tour en P315 (Chapitre 6, fig. 21).

17Deux éléments sont particuliers. Le bloc P123‑2 est un jambage d’une grande porte avec feuillure intérieure à ébrasement (fig. 7e). Le bloc P157‑5 (fig. 7f) est entaillé d’une rainure longitudinale axiale large d’environ 20 cm. On peut le comparer au tableau nord de la porte urbaine, avec une rainure semblable, mais un peu plus large (0,32 m) pour le passage d’une herse (Fourdrin 1994, p. 300).

18Plusieurs éléments qui portent des décors de moulures ou rainures pourraient appartenir à des encadrements de baies. P141‑1 est un angle d’encadrement de baie orné de trois rainures (fig. 8e). P92‑1 pourrait être un bloc d’encadrement avec des moulures verticales sur un côté, et les restes d’un décor sculpté sur le côté opposé (fig. 8a, 8b). P902‑11 pourrait être une base de jambage, décoré de cannelures sur deux faces opposées (fig. 8c, 8d). Un meneau en marbre P200‑6 (1 x 0,53 x 0,16 cm ; fig. 8f), très érodé, porte les traces d’un décor sculpté sur les faces étroites. Ce type de meneau à double colonnette pourrait avoir été utilisé pour une fenêtre d’abside d’église.

Fig. 8 – Blocs d’encadrement de baies : a, b : P92‑1 ; c, d : P902‑11 ; e : P141‑1 ; meneau : f : P200‑6 (mission Qinnasrin).

Fig. 8 – Blocs d’encadrement de baies : a, b : P92‑1 ; c, d : P902‑11 ; e : P141‑1 ; meneau : f : P200‑6 (mission Qinnasrin).
  • 6 Je remercie G. Charpentier (architecte, MOM) pour cette observation.

19Deux blocs ont été identifiés comme des éléments d’escalier (fig. 9a, 9b). Le dernier, dans la maison en face de celle où se trouve la porte avec le linteau inscrit, en provient sans doute, car un bloc similaire y avait été observé en place par Jean‑Pascal Fourdrin (1994, fig. 4). Un troisième bloc appartient peut-être également à un escalier (fig. 9c) ; il présente sur l’arrière un joint évidé, particularité qui a été fréquemment observée en Syrie du Nord byzantine 6. De tels escaliers, attestés dans les tours de la porte, peuvent peut-être avoir été présents également dans les bastions du rempart.

Fig. 9 – Blocs d’escalier ; a : P127‑5 ; b : P220‑1 ; c : P200‑4 (mission Qinnasrin).

Fig. 9 – Blocs d’escalier ; a : P127‑5 ; b : P220‑1 ; c : P200‑4 (mission Qinnasrin).

20Le regroupement, dans certains quartiers, de très gros blocs parallélépipédiques, associés aux linteaux, aux gros jambages et aux escaliers (fig. 4), permet de supposer l’existence de quatre portes urbaines à l’époque byzantine. La première est encore en place à l’ouest, avec son inscription (quartier K), et la deuxième, au nord, est également associée à un linteau inscrit (quartier A ; Chapitre 2). Une troisième pourrait s’être trouvée dans la moitié nord du rempart oriental et ses blocs ont été réutilisés dans les maisons du quartier I. Les blocs de la quatrième, qui aurait été située dans l’angle sud-est du rempart, auraient été remployés dans les maisons proches du quartier R.

Les colonnes

21Les colonnes sont composées d’une base sur laquelle s’élève un fût qui supporte un chapiteau. Nous décrirons ces différents éléments dans cet ordre.

Bases de colonne

22Lors de la prospection dans l’ensemble du village, 46 bases de colonne ont été inventoriées. Les trois quarts sont en calcaire, 9 sont en marbre (7 complètes et 2 fragments) et une seule est en basalte. Cette dernière comporte une plinthe rectangulaire, surmontée d’une base à listel, scotie et tore souligné d’un filet (fig. 10a, 11a).

Fig. 10 – Bases de colonnes ; en basalte : a : P159‑2 ; en marbre : b : P247‑1 ; c : P315‑3 ; en calcaire : d : P269‑1 ; e : P218‑1 ; f : P299‑4 (mission Qinnasrin).

Fig. 10 – Bases de colonnes ; en basalte : a : P159‑2 ; en marbre : b : P247‑1 ; c : P315‑3 ; en calcaire : d : P269‑1 ; e : P218‑1 ; f : P299‑4 (mission Qinnasrin).

Fig. 11 – Bases de colonnes ; en basalte : a : P159‑2 ; en marbre : b : P247‑1 ; c : P260‑4 ; d : P904‑43 ; e : P217‑1 ; f : P315‑3 (mission Qinnasrin).

Fig. 11 – Bases de colonnes ; en basalte : a : P159‑2 ; en marbre : b : P247‑1 ; c : P260‑4 ; d : P904‑43 ; e : P217‑1 ; f : P315‑3 (mission Qinnasrin).

23Les bases de colonne en marbre correspondent à des colonnes de 0,30 à 0,50 m de diamètre inférieur et sont toutes du même type : avec une plinthe rectangulaire de hauteur variable (de 0,07 à 0,30 m) surmontée d’un tore inférieur séparé d’une scotie par un filet puis deux tores superposés (fig. 10b, 11bf). Le sommet est percé en son centre d’une mortaise pour goujon cylindrique. Plusieurs des bases présentent un creusement d’une dizaine de centimètres sous la plinthe : il a pu être réalisé dans le cas d’un remploi de la base renversée comme mortier ou pour récupérer le métal du goujon. Deux éléments diffèrent de ce profil dans leurs parties inférieures : P260‑4 (fig. 11c) qui comporte, à la place de la plinthe, une base en disque cylindrique et P315‑3 dont l’ensemble de la base surmonte un dé ouvragé (fig. 10c, 11f).

24Le type de base de colonne décrit ci-dessus est également bien représenté parmi les bases en calcaire (13 sur 36). Comme pour les bases en marbre, les hauteurs des plinthes varient de 0,07 à 0,35 m pour des hauteurs totales comprises entre 0,19 et 0,60 m. Ces bases correspondent à des diamètres de colonne qui vont de 0,26 à 0,60 m, avec une moyenne à 0,42 m (fig. 10d, 12a, 12b). On note également deux dés ouvragés (fig. 10f, 12c, 12d), le second sous une base correspondant à une colonne de grand diamètre (0,72 m). Une seule mortaise pour goujon circulaire a été observée, sur un bloc en calcaire fin ; les bases de ce type réalisées dans un calcaire plus grossier n’en comportent pas. La base P218‑1 présente le même profil, mais se prolonge par un tambour tronconique (fig. 10e, 12e). P337‑4 dispose de rainures latérales afin d’encastrer une plaque de type chancel ou parapet.

Fig. 12 – Bases de colonnes en calcaire ; a : P269‑1 ; b : P276‑5 ; c : P383‑3 ; d : P299‑4 ; e : P218‑1 ; f : P128‑10 (mission Qinnasrin).

Fig. 12 – Bases de colonnes en calcaire ; a : P269‑1 ; b : P276‑5 ; c : P383‑3 ; d : P299‑4 ; e : P218‑1 ; f : P128‑10 (mission Qinnasrin).

25Une douzaine de bases appartiennent à un type plus simple, avec une plinthe rectangulaire surmontée d’un tambour cylindrique (3 exemples ; fig. 12f), avec une plinthe rectangulaire surmontée d’une doucine sous tambour cylindrique (8 bases ; fig. 13a, 14a, 14b) ou, dans un cas, de deux doucines sous tambour (P128‑5 ; fig. 13b). Elles soutenaient des colonnes d’un diamètre inférieur compris entre 0,28 et 0,65 m.

Fig. 13 – Bases de colonnes en calcaire ; a : P149‑1 ; b : P128‑5 ; c : P148‑1 (mission Qinnasrin).

Fig. 13 – Bases de colonnes en calcaire ; a : P149‑1 ; b : P128‑5 ; c : P148‑1 (mission Qinnasrin).

Fig. 14 – Bases de colonnes en calcaire ; a : P144‑2 ; b : P215‑6 ; c : P148‑1 ; d : P160‑1 ; e : P129‑3 ; f : P174‑2 (mission Qinnasrin).

Fig. 14 – Bases de colonnes en calcaire ; a : P144‑2 ; b : P215‑6 ; c : P148‑1 ; d : P160‑1 ; e : P129‑3 ; f : P174‑2 (mission Qinnasrin).

26Deux exemplaires illustrent un type avec une base en disque cylindrique, listel, scotie et tore pour des colonnes de grand diamètre (0,72 et 0,82 m ; P186‑3 et P148‑1 ; fig. 13c, 14c). La base P160‑1 présente la même succession de moulures avec une plinthe rectangulaire et un diamètre inférieur de colonne de 0,38 m. Les côtés comportent une rainure pour encastrement d’une plaque de chancel ou d’un parapet de 0,03 m d’épaisseur (fig. 14d).

27La base ionique-attique, composée d’une plinthe et de deux tores séparés par une scotie entre deux filets est représentée par trois exemplaires (fig. 14e). Il s’agit d’une forme romaine (Ginouvès, Martin 1992, pl. 37, n° 4).

28La base très érodée P174‑2 portait une colonne de 1 m de diamètre. Elle seule comporte un tel profil, avec un listel ou un tore, une scotie, un double tore, un filet et un tambour cylindrique (fig. 14f). Quatre des bases de colonnes en calcaire sont dans un état de conservation tel qu’il n’est pas possible d’observer leur profil.

Tambours et fûts

29Lors de l’inventaire, 208 fûts ou fragments de fûts de colonne ont été observés. La majorité est en calcaire (86,5 %), 6,5 % sont en marbre, 5 % en granit, 2 % en basalte. Ces derniers sont représentés par deux colonnettes de 0,18 et 0,20 m de diamètre, une colonne de 0,34 m de diamètre transformée en mortier par un creusement axial (un remploi donc) et un fragment de fût de 0,42 m de diamètre.

30Le granit est réservé uniquement aux colonnes (11 fragments, parmi lesquels deux extrémités inférieures et deux extrémités supérieures et une forme complète, soit un nombre minimum de 1 colonnette et de 4 colonnes ; tabl. 2). Située devant la mosquée du vendredi et maintenant utilisée comme banc sur la place, la colonne entièrement conservée, en granit de Troade (Chapitre 13) mesure 0,57 m de diamètre pour 4,71 m de hauteur (fig. 15a, 16a, 16b). Sa base est légèrement épaissie (0,61 m de diamètre) ; son extrémité supérieure est ornée d’une doucine et d’un tore. Aucun système de fixation n’est visible. Ce n’est pas le cas des colonnes plus petites (3), car nous avons observé des mortaises pour goujon cylindrique sur une colonnette (entre 0,29 et 0,24 m de diamètre) et sur deux fûts de colonne de 0,34 à 0,38 m de diamètre dont l’extrémité se terminait par un congé (P385‑1) et un tore (P189‑1). Toutes ces colonnes reposaient sans doute sur des bases en calcaire.

ID Quartier Type Hauteur Diamètre ext. Diamètre int.
P904.36   colonnette 31 24  
P904.54   colonnette 23 26  
P904.35   colonnette 28 29  
P385.1 E colonne 70 34  
P189.1 O colonne 83 38 35
P256.1 N colonne 40 40  
P317.5 C colonne 95 40  
P355.1 D colonne 74 40  
P317.4 C colonne 135 43  
P229.7 M colonne 105 56  
P218.2 K colonne 471 61 57

Tabl. 2 – Dimensions des colonnes en granit, en cm. En gras, les dimensions complètes.

Fig. 15 – Colonnes ; en granit : a : P218 2 ; en marbre : b : P198 2 ; c : P904 50 ; en calcaire : d : P283 7 ; e : P229 4 (mission Qinnasrin).

Fig. 15 – Colonnes ; en granit : a : P218 2 ; en marbre : b : P198 2 ; c : P904 50 ; en calcaire : d : P283 7 ; e : P229 4 (mission Qinnasrin).

Fig. 16 – Colonnes ; en granit : a, b : P218‑2 ; en marbre : c : P904‑55 ; d : P904‑50 ; e : P198‑2 (mission Qinnasrin).

Fig. 16 – Colonnes ; en granit : a, b : P218‑2 ; en marbre : c : P904‑55 ; d : P904‑50 ; e : P198‑2 (mission Qinnasrin).

31Les colonnes en marbre (13) ont des diamètres inférieurs à 0,48 m, dont plus de la moitié inférieurs à 0,20 m. Les colonnettes ont très souvent été remployées comme marqueurs de tombes dans le cimetière (fig. 4). La plupart des fûts sont lisses, mais trois colonnettes ont des cannelures torsadées (P63‑5, P904‑53 et P904‑55 ; 0,16 m de diamètre ; fig. 16c). Les extrémités des fûts sont ornées : P904‑50 a une base décorée de trois filets (fig. 15c, 16d), les extrémités supérieures de P198‑2 et P174‑4 se terminent par un tore (fig. 15b, 16e) et la partie supérieure de P322‑2 porte congé et listel. Elles sont fréquemment percées d’une mortaise pour goujon cylindrique, comme les bases de colonnes dans ce même matériau auxquelles elles étaient fixées.

32Si l’on retient le diamètre comme critère comparatif lorsqu’il a pu être mesuré (pour 18 % des individus, la mesure n’a pas été relevée), il est possible de classer les colonnes et fragments en calcaire en trois catégories (fig. 17). Les colonnes dont le diamètre est inférieur à 0,40 m représentent 25 %. Les colonnes et fragments dont le diamètre se situe entre 0,40 et 0,60 m représentent 48 % soit près de la moitié. Les diamètres supérieurs à 0,61 m ne représentent que 9 %. Pour la plupart des pièces, il s’agit de fragments qui appartiennent soit à des fûts monolithiques, soit à des fûts à tambours, notamment pour les colonnes d’un diamètre supérieur à 0,80 m. Dans ce cas, les tambours sont d’une hauteur d’environ 0,58 m. Un tel tambour, d’environ 0,90 m de diamètre, a été découvert sur le fond de la carrière ; ces tambours sont typiques des colonnes romaines (Chapitre 13).

Fig. 17 – Nombre de bases et de colonnes en calcaire, par diamètres, en cm (mission Qinnasrin).

Fig. 17 – Nombre de bases et de colonnes en calcaire, par diamètres, en cm (mission Qinnasrin).

33Plusieurs colonnes monolithes sont conservées. La plus haute d’entre elles (P283‑7 ; fig. 15d, 18a ; 2,62 m de hauteur, diamètre inférieur de 0,50 m, diamètre supérieur de 0,48 m) est terminée par un congé et listel à l’extrémité inférieure et un double tore au sommet. Six colonnes mesurent entre 2,30 et 2,42 m de hauteur ; P202‑1 (2,38 m de hauteur, diamètre inférieur de 0,47 m, diamètre supérieur de 0,40 m) porte un léger congé à l’extrémité supérieure et une mortaise rectangulaire à 0,65 m de sa base (fig. 18b) ; P139‑2 (2,30 m de hauteur et 0,47 m de diamètre supérieur) est un fût complet, légèrement galbé, sans finition particulière aux extrémités. Cinq colonnes ont une hauteur comprise entre 1,71 et 1,77 m. L’extrémité inférieure de P129‑2 (fig. 18c ; 1,71 m de hauteur, diamètre inférieur de 0,47 m, diamètre supérieur de 0,42 m) a un congé ; une mortaise pour goujon triangulaire est présente sous la base. Le fût P129‑4 (1,66 m de hauteur, diamètre inférieur de 0,41 m, diamètre supérieur de 0,36 m) porte une mortaise carrée sur le côté, à 1,35 m de hauteur, et une mortaise pour goujon cylindrique sous sa base. On notera que la présence de mortaise pour goujon est beaucoup plus rare que pour les colonnes en marbre et souvent réservée aux fûts taillés dans les calcaires les plus fins. Les extrémités des fûts présentent différents types de moulures : avec congé et listel (fig. 19a), avec congé et tore (P229‑4, fig. 15e, 19 b ; P154‑1, fig. 19c), avec double filet (P301‑1), avec double tore (P131‑1, fig. 19d ; P283‑2), ou tore simple plus ou moins marqué (P230‑3 ; fig. 19e), parfois souligné d’une gorge (P337‑1). Certaines sont plus élaborées, comme pour P246‑1, avec un tore surmonté d’une scotie entre deux filets, ou pour P168‑1, avec tore, astragale et listel (fig. 20a) ou encore pour P138‑2, avec listel orné de croisillons (fig. 19f). Une seule marque de tailleur de pierre a été observée sur une colonne de 0,70 m de diamètre (fig. 20b).

Fig. 18 – Colonnes en calcaire complètes ; a : P283‑7 ; b : P202‑1 ; c : P129‑2 (mission Qinnasrin).

Fig. 18 – Colonnes en calcaire complètes ; a : P283‑7 ; b : P202‑1 ; c : P129‑2 (mission Qinnasrin).

Fig. 19 – Extrémités de colonnes en calcaire ; a : P215‑3 ; b : P229‑4 ; c : P154‑1 ; d : P131‑1 ; e : P230‑3 ; f : P138‑2 (mission Qinnasrin).

Fig. 19 – Extrémités de colonnes en calcaire ; a : P215‑3 ; b : P229‑4 ; c : P154‑1 ; d : P131‑1 ; e : P230‑3 ; f : P138‑2 (mission Qinnasrin).

Fig. 20 – a : Extrémité de colonne P168‑1 ; b : Lit de pose d’un fût de colonne avec marque de tailleur de pierre P145‑6 ; c, d : Fragments de colonne torsadée (?) P205‑2, P203‑1 ; e : Piédestal P229‑6 ; f : Pilastre P316‑2 (mission Qinnasrin).

Fig. 20 – a : Extrémité de colonne P168‑1 ; b : Lit de pose d’un fût de colonne avec marque de tailleur de pierre P145‑6 ; c, d : Fragments de colonne torsadée (?) P205‑2, P203‑1 ; e : Piédestal P229‑6 ; f : Pilastre P316‑2 (mission Qinnasrin).

34Enfin, quatre blocs présentent une face avec des rainures profondes et sont difficilement attribuables à un élément architectural en particulier ou à un type de décor : P158‑1, P205‑2, P904‑29, P203‑1 (fig. 20c, 20d). Cette dernière évoque une colonne torsadée d’environ 1 m de diamètre, retaillée en bloc parallélépipédique. Elle pourrait correspondre à la base P174‑2. À Apamée, des colonnes torsadées d’un diamètre similaire ornent la grande colonnade. À Palmyre, une telle colonne marquait l’articulation entre la grande colonnade et la colonnade transversale (Balty 2000, p. 228).

Pilastres

35Plusieurs blocs ornés de rainures verticales ont pu appartenir à des pilastres. P229‑6, de 0,73 m de hauteur totale, est surmonté d’un piédestal (fig. 20e). La largeur de P316-2 est d’environ 0,80 m (fig. 20f).

Chapiteaux

  • 7 Trois chapiteaux semblables ont été découverts à al‑Hadir (Rousset, Bovagne, Rochette 2012, p. 39, (...)

36Dans le village d’al-‘Iss, 35 chapiteaux, entiers ou fragmentaires, ont été inventoriés. Leur état de conservation est variable : certains sont complets, d’autres brisés, retaillés, voire très érodés en fonction de leur histoire et de leur usage actuel (support, ornement, mortier, matériau de construction…). La majorité est en calcaire local (23 chapiteaux et 2 fragments). Les autres, avérés (8) ou probables (2), sont en basalte ; ils sont plus nombreux que les colonnes dans ce même matériau (tabl. 3). Trois sont des chapiteaux de piliers (P280‑2, inscrit – voir Chapitre 2 –, P147‑5 et P159‑6 ; fig. 217 et trois ont été transformés en mortiers. La forme du premier n’a pu être observée, car il était pris dans un sol. P138‑1 est un chapiteau tronconique simple (fig. 22a). P174‑1 est un chapiteau toscan : sa partie inférieure appartient formellement au fût de la colonne ; elle est surmontée d’un astragale puis d’une échine en quart-de-rond qui supporte l’abaque rectangulaire (fig. 22b). Les autres chapiteaux toscans en basalte sont différents, avec une échine en tore (P246‑2 ; fig. 22c) ou à astragale et collet tronconique (P344‑4 ; fig. 22d).

ID Quartier Type Matériau Longueur Largeur Hauteur Diamètre
Q.159.2 A base de colonne Pierre, basalte 64 64 56 47
Q.280.2 K chapiteau inscrit Pierre, basalte 74 75 20  
Q.159.6 A chapiteau de pilier Pierre, basalte 55 54 45  
Q.147.5 B chapiteau de pilier Pierre, basalte 64 46 50  
Q.138.1 H chapiteau simple Pierre, basalte 71 62 60 50
Q.344.4 D chapiteau toscan Pierre, basalte 43 42 34 28
Q.246.2 N chapiteau toscan Pierre, basalte     50 42
Q.174.1 P chapiteau toscan Pierre, basalte 55 53 53 45
Q.260.3 N chapiteau ionique Pierre, basalte 45 45 36 44
Q.280.3 K chapiteau ? Pierre, basalte 74 70    
Q.289.4 K chapiteau ? Pierre, basalte 40 38    
Q.108.1 I colonne Pierre, basalte       42
Q.313.1 C colonne Pierre, basalte     46 34
Q.904.46 cimetière colonnette Pierre, basalte     27 18
Q.320.1 C colonnette Pierre, basalte     40 20

Tabl. 3 – Dimensions des éléments de colonnes en basalte. En gras, les dimensions complètes.

Fig. 21 – Chapiteaux de piliers en basalte ; a : P147‑5 ; b : P159‑6 (mission Qinnasrin).

Fig. 21 – Chapiteaux de piliers en basalte ; a : P147‑5 ; b : P159‑6 (mission Qinnasrin).

Fig. 22 – Chapiteaux en basalte : a : P138‑1 ; b : P174‑1 ; c : P246‑2 ; d : P344‑4 ; e : P260‑3 ; chapiteau de pilastre en calcaire : f : P161‑1 (mission Qinnasrin).

Fig. 22 – Chapiteaux en basalte : a : P138‑1 ; b : P174‑1 ; c : P246‑2 ; d : P344‑4 ; e : P260‑3 ; chapiteau de pilastre en calcaire : f : P161‑1 (mission Qinnasrin).

37P260‑3 est un chapiteau ionique, avec le haut du fût marqué par un astragale, une échine simple et de petites volutes (fig. 22e). Excepté un chapiteau de pilastre décoré de rosettes et d’une croix (P161‑1 ; fig. 22f), les chapiteaux en calcaire surmontaient, à l’origine, des colonnes (tabl. 4).

ID Quartier Type Matériau Longueur Largeur Hauteur Diamètre col
Q.20.1   fragment de chapiteau Pierre, calcaire   10 11  
Q.224.1 L fragment de chapiteau Pierre, calcaire 40 25 24  
Q.161.1 G chapiteau de pilier Pierre, calcaire 63 58 38  
Q.126.10 I chapiteau dorique Pierre, calcaire 54   35 35
Q.315.1 C chapiteau dorique Pierre, calcaire 67 60 43 48
Q.337.2 D chapiteau dorique Pierre, calcaire 68 56 50 46
Q.216.1 R chapiteau dorique à consoles Pierre, calcaire 76 60 37 60
Q.272.3 L chapiteau toscan Pierre, calcaire   60 40 45
Q.277.1 L chapiteau toscan Pierre, calcaire 60 60 44 37
Q.214.1 Q chapiteau toscan Pierre, calcaire     45 45
Q.142.3 G chapiteau toscan Pierre, calcaire     55 55
Q.357.3 D chapiteau ionique Pierre, calcaire 57 56 42  
Q.122.15 R chapiteau ionique à consoles Pierre, calcaire     55 55
Q.191.5 O chapiteau corinthien Pierre, calcaire 58 55 30  
Q.147.7 B chapiteau corinthien Pierre, calcaire 65   32  
Q.178.1 P chapiteau corinthien Pierre, calcaire   78 45 37
Q.126.12 I chapiteau corinthien Pierre, calcaire     45 65
Q.126.8 I chapiteau corinthien Pierre, calcaire     50 60
Q.348.1 D chapiteau corinthien Pierre, calcaire     56 45
Q.133.1 H chapiteau corinthien Pierre, calcaire     65 35
Q.273.3 L chapiteau corinthien Pierre, calcaire   55 66 env. 40
Q.159.3 A chapiteau à feuilles lisses Pierre, calcaire     40 37
Q.390.5 E chapiteau à feuilles lisses Pierre, calcaire 55 55 41  
Q.390.1 E chapiteau à feuilles lisses Pierre, calcaire 70   50  

Tabl. 4 – Dimensions des chapiteaux en calcaire. En gras, les dimensions complètes.

38L’ordre dorique est représenté par quatre chapiteaux dont trois avec collet, échine et abaque simples et lisses (fig. 23a) qui correspondaient à des diamètres de colonnes de 0,35 et 0,46 m. Le quatrième, très érodé et à consoles porte deux lettres inscrites (Chapitre 2 ; P216‑1 ; fig 23b). De 0,37 m de hauteur conservée, il reposait sur une colonne de 0,60 m de diamètre.

Fig. 23 – Chapiteaux en calcaire ; doriques : a : P337‑2 ; b : P216‑1 ; toscans : c : P272-3 ; d : P277‑1 ; ioniques : e : P122‑15 ; f : P357‑3 (mission Qinnasrin).

Fig. 23 – Chapiteaux en calcaire ; doriques : a : P337‑2 ; b : P216‑1 ; toscans : c : P272-3 ; d : P277‑1 ; ioniques : e : P122‑15 ; f : P357‑3 (mission Qinnasrin).
  • 8 Communication de G. Charpentier.

39Quatre chapiteaux sont toscans et présentent autant de profils différents. Le plus simple (P214‑1), qui intègre à sa base l’astragale de la colonne, est sans doute byzantin 8. L’un, très érodé, présente sur l’échine un décor qui pourrait être composé d’oves (P142‑3). Un autre a pour moulures un double astragale, un cavet, un astragale et un tore (P272‑3 ; fig. 23c). Le dernier a un collet couronné par deux filets, une échine à deux tores et une fine gorge sur l’abaque (P277‑1). Il est taillé dans un calcaire fin à surface orangée (fig. 23d).

40Les trois chapiteaux ioniques sont aussi variés. Celui publié dans Mouterde, Poidebard (1945, pl. CXVIII, fig. 2) n’a pas été retrouvé. Son abaque est très peu épais. Les deux autres sont à consoles. Les volutes de P122‑15 sont très simples (fig. 23e). Celles de P357‑3 encadrent une large rosette sur la face avant tandis qu’elles ne sont qu’esquissées à l’arrière (fig. 23f).

  • 9 Un tel tambour a été découvert à al‑Hadir (Rousset, Bovagne, Rochette 2012, p. 39, fig. 15‑4).

41Les chapiteaux à feuilles d’acanthe découpées sont bien représentés (8). Pour les trois d’entre eux dont la hauteur totale est conservée, comprise entre 0,56 m pour P348‑1 (Mouterde, Poidebard 1945, II, pl. CXVIII, fig. 4 ; fig. 24a), et 0,66 m pour P273‑3 (fig. 24b) et 0,65 m pour P133‑1 (fig. 24c), la corbeille est ornée de trois registres : deux couronnes de feuilles surmontées d’une couronne de crosses. Ces chapiteaux ornaient des colonnes avec des diamètres compris entre 0,35 et 0,45 m. Trois autres fragments sont des tambours de chapiteaux en deux parties qui surmontaient des colonnes de plus grands diamètres (de 0,60 à 0,65 m ; P126‑8, P126‑12, P147‑7 ; fig. 24d, 24f9. P191-5 est en partie enterré ; seule est visible sa couronne de crosses (fig. 25a). P178‑1 est très mal conservé et comportait peut-être des consoles (fig. 25b). Enfin, deux fragments de crosses peuvent avoir appartenu à des chapiteaux à feuilles d’acanthe découpées ou à feuilles lisses (fig. 25c).

Fig. 24 – Chapiteaux corinthiens en calcaire ; monolithes : a : P348‑1 ; b : P273‑3 ; c : P133‑1 ; tambours : d : P126‑8 ; e : P126‑12 ; f : P147‑7 (mission Qinnasrin).

Fig. 24 – Chapiteaux corinthiens en calcaire ; monolithes : a : P348‑1 ; b : P273‑3 ; c : P133‑1 ; tambours : d : P126‑8 ; e : P126‑12 ; f : P147‑7 (mission Qinnasrin).

Fig. 25 – Fragments de chapiteaux corinthiens en calcaire : a : P191‑5 ; b : P178‑1 ; c : P224‑1 ; chapiteaux à feuilles lisses : d : P159‑3 ; e : P390‑5 ; f : P390‑1 (mission Qinnasrin).

Fig. 25 – Fragments de chapiteaux corinthiens en calcaire : a : P191‑5 ; b : P178‑1 ; c : P224‑1 ; chapiteaux à feuilles lisses : d : P159‑3 ; e : P390‑5 ; f : P390‑1 (mission Qinnasrin).

42Les chapiteaux à double couronne de feuilles lisses sont illustrés par trois exemplaires (P159‑3, P390‑5 et P390‑1 ; fig. 25d, 25f). Le dernier pourrait être le même chapiteau que celui publié par Lauffray (Mouterde, Poidebard 1945, II, pl. CXVIII, fig. 3). Ils sont très proches, par leurs types de feuilles et de nervures, d’un chapiteau de l’église de Khirbat al‑Khatib, datée de 473‑474 ap. J.‑C. (Strube 1993, pl. 49d).

43Jean Lauffray avait localisé 13 chapiteaux sur son plan (Mouterde, Poidebard 1945, pl. I). Seul le chapiteau ionique en basalte P260‑3 pourrait être resté dans la même maison. Les autres ont été déplacés dans le village (comme P390‑1, P348‑1, P280‑2) ou ont disparu. Le nombre de chapiteaux inventoriés à al‑‘Iss est beaucoup moins important que celui des bases de colonnes ; cela peut s’expliquer par les remplois. Placés plus haut dans les constructions, ils étaient, après effondrement de ces dernières, plus accessibles aux recycleurs de matériaux que les bases qui, elles, ont eu plus de chances de rester enterrées. À al‑Hadir, où ont été découverts des blocs en remploi, provenant sans doute d’al‑‘Iss, les chapiteaux sont deux fois plus nombreux que les bases de colonnes (Rousset, Bovagne, Rochette 2012, p. 31‑39).

44Le déplacement des blocs tels que les chapiteaux peut s’expliquer par leur réutilisation comme supports, mais aussi par leur recyclage dans la fabrication d’objets ayant une autre destination. Dans la région des Marges arides, la prospection a montré que des artisans de Hama venaient chercher des chapiteaux en basalte dans les ruines antiques de la steppe pour les transformer en mortiers et ensuite les revendre aux villageois de la région. Les trois objets de ce type (P289‑4, P174‑1 et P138‑1 ; fig. 22a, 22b) pourraient donc ne pas être originaires d’al‑‘Iss.

  • 10 Nous excluons de cette réflexion les objets réutilisés comme marqueurs de tombes dans le cimetière (...)

45L’analyse des éléments de colonnes fait ressortir plusieurs indices pour la reconstitution du paysage urbain des époques romaine et byzantine 10. Les colonnes en granit de Troade se trouvent dans la partie centrale du village ancien, de part et d’autre de la mosquée actuelle et, pour les colonnettes, dans le cimetière (tabl. 2 ; fig. 26). Le nombre minimal de colonnes estimé est de trois, ce qui est peu et pourrait s’expliquer par la récupération de ces objets après l’abandon de la ville, à partir de l’époque médiévale. Ces objets pourraient témoigner de la présence d’un édifice monumental ou d’un monument de carrefour, au centre de la ville antique et au croisement de ses avenues à colonnades, comme à Palmyre (à l’époque de Justinien), Apamée, Jérash, Shahba, Bosra, Éphèse ou Ptolémaïs (Balty 2000). Les éléments en basalte, également peu nombreux, sont dispersés (tabl. 3).

Fig. 26 – Carte de répartition des colonnes en granit, calcaire et marbre (infographie : M. Bovagne).

Fig. 26 – Carte de répartition des colonnes en granit, calcaire et marbre (infographie : M. Bovagne).

46Les fûts et bases en marbre semblent concentrés dans la moitié orientale du village ancien (fig. 26). Le fait que trois bases dans ce même matériau se trouvent dans le secteur N pourrait indiquer la présence d’un bâtiment avec ce type de supports à cet emplacement.

47Les colonnes en calcaire se répartissent sur l’ensemble des secteurs prospectés. Les bases et fûts d’un diamètre de colonne supérieur à 0,60 m sont beaucoup plus abondants dans la partie orientale du village, dans les quartiers B, H, I et Q qui se sont développés à partir des années 1970‑1980. La majorité des colonnes d’un diamètre inférieur à 0,58 m pourrait provenir des portiques des maisons. Les colonnes d’un diamètre plus important pourraient-elles avoir appartenu à des édifices publics ou à une voie à colonnade ?

Entablements et bandeaux

48Par rapport au nombre de colonnes, la quantité de blocs pouvant être attribués à des entablements est très faible. Cela peut s’expliquer par le fait que ces blocs étaient situés dans le haut des constructions : ils auraient été remployés en priorité ; mais il est plus probable que la plupart de ces blocs n’étant pas décorés, ils n’ont pu être distingués des blocs parallélépipédiques.

49Deux blocs seulement sont en basalte : un angle de couronnement de mur avec une moulure en quart-de-rond (P196‑1) et un bloc avec un chanfrein souligné d’une fine rainure (P171‑6, une plinthe ?).

  • 11 Information de G. Charpentier.

50Cinq blocs d’architrave en calcaire ont été identifiés, parmi lesquels un seul est une architrave à trois fasces (P186‑1 ; 1,35 x 0,45 x 0,85 m). Les autres intègrent la corniche et sont représentatifs d’une forme fréquente en Syrie du Nord byzantine (fig. 2711. La hauteur est le plus souvent de 0,43 à 0,45 m ; un seul bloc est moins haut (0,27 m pour P134‑1, angle d’architrave-corniche ; fig. 27c). P166‑1 (fig. 27b) est une extrémité d’architrave-corniche et P200‑3 pourrait être un angle interne de portique (fig. 27d, 28a).

Fig. 27 – Profil des corniches ; a : P122‑4 ; b : P166‑1 ; c : P134‑1 ; d : P200‑3 ; e : P373‑1 ; f : P146‑1 (mission Qinnasrin).

Fig. 27 – Profil des corniches ; a : P122‑4 ; b : P166‑1 ; c : P134‑1 ; d : P200‑3 ; e : P373‑1 ; f : P146‑1 (mission Qinnasrin).

Fig. 28 – Blocs moulurés en calcaire ; a : P200‑3 ; b : P181‑2 ; c : P146‑1 (mission Qinnasrin).

Fig. 28 – Blocs moulurés en calcaire ; a : P200‑3 ; b : P181‑2 ; c : P146‑1 (mission Qinnasrin).

51Plusieurs blocs (3) peuvent être identifiés comme des corniches, mais ils sont tous soit très érodés, soit conservés de manière incomplète, ainsi les parties supérieures de corniches P181‑2 (fig. 28b) à ovolo et P373‑1 à doucine et quart-de-rond (fig. 27e).

52Trois blocs seraient des bandeaux : P154‑2 offre une moulure en quart-de-rond surmonté d’un boudin, P190‑1 est un bloc avec un boudin le long de l’arête supérieure et P146‑1 est un bandeau de parement de façade conservé sur 0,47 m de hauteur, avec deux quarts-de-rond séparés par une baguette (fig. 27f, 28c).

Le mobilier religieux et funéraire

53Nous avons regroupé dans cette catégorie les éléments de chancel ainsi que d’autres objets utilisés, dans leur fonction primaire, en contexte religieux. En sont exclues des cuves de facture soignée qui auraient pu avoir leur place ici, mais qui sont présentées dans la partie suivante.

Le mobilier d’édifices religieux

54Les éléments de chancel sont presque exclusivement représentés par des dés en marbre (6), et plus rarement en basalte (1) et en calcaire (1). Ils sont les plus nombreux dans le cimetière actuel ; les autres ont été observés sur une zone restreinte, dans le cœur du village. Les spécimens mis en évidence dans le cimetière ont été remployés comme marqueurs de tombes, comme un certain nombre de colonnettes ou autres blocs particuliers (tabl. 5). D’après les matériaux utilisés et les dimensions, ces éléments peuvent être rattachés à au moins quatre chancels.

ID Quartier Type Matériau Hauteur Largeur Épaisseur
P904‑38 cimetière pilier de chancel Pierre, marbre 30 14 15
P172‑10 G pilier de chancel Pierre, marbre 24 18 18
P904‑23 cimetière pilier de chancel Pierre, marbre 34 18 20
P220‑6 L pilier de chancel Pierre, marbre 26 23  
P904‑40 cimetière pilier de chancel Pierre, marbre 78 25 26
P904‑31 cimetière pilier de chancel Pierre, basalte 49 24 16
P383‑2 E pilier de chancel Pierre, calcaire 126 26 30
P904‑34 cimetière pilier de chancel Pierre, calcaire 123 27 27
P253‑3 D plaque de chancel Pierre, calcaire 53 47 16

Tabl. 5 – Dimensions des éléments de chancel, en cm. En gras, les dimensions complètes.

55Les dés en marbre ont des rainures latérales axiales, comme pour les dés P904‑38, P904‑40 (fig. 29a, 29b), et P172‑10 (fig. 29c, 29d). Ce dernier, avec une seule rainure, devait former le piédroit de l’accès au chœur. Cette partie basse est identique et porte le même décor qu’un autre dé (P904‑23 ; fig. 29e). On relève deux modules pour les sections, de 0,14 et 0,20 m et de 0,25 et 0,27 m. Le dé de chancel en basalte (P904‑31) porte lui aussi une rainure axiale sur le côté, de 0,05 m de largeur, pour l’encastrement d’une plaque.

Fig. 29 – Dés de chancel en marbre ; a, b : P904‑40 ; c, d : P172‑10 ; e : P904‑23 ; f : P904‑34 (mission Qinnasrin).

Fig. 29 – Dés de chancel en marbre ; a, b : P904‑40 ; c, d : P172‑10 ; e : P904‑23 ; f : P904‑34 (mission Qinnasrin).

56Le dé P904‑34 (fig. 29f) est presque complet : il mesure 1,23 m de hauteur, avec une section carrée de 0,27 m de côté. Une seule face est décorée d’un panneau ; les faces latérales sont creusées d’une rainure longitudinale de quelques centimètres de largeur, décentrée du côté de la face décorée. L’extrémité supérieure de cette rainure se termine par une mortaise rectangulaire. La base et le lit d’attente portent chacun une mortaise pour goujon circulaire. Deux éléments en calcaire pourraient avoir appartenu à un même chancel : une plaque de 0,16 m d’épaisseur (P253‑3 ; fig. 30a) et un dé (P383‑2), avec une rainure large et peu profonde de même largeur. Quant aux dés de chancel en marbre ou basalte, il est plus probable qu’ils aient été associés à des plaques en bois, insérées dans les rainures latérales et surmontées d’un appui plus large. À noter que la base de colonne P160‑1, avec sa rainure étroite, était sans doute, elle aussi, associée à un parapet en bois. Elle pourrait également avoir appartenu à un chancel ou à l’étage d’un bâtiment.

Fig. 30 – Blocs en marbre, à moulures : a : P253‑3 ; b : P258‑3 ; c : P194‑1 ; encadrement en basalte : d : P184‑2 ; pied de table : e : P266‑4 (mission Qinnasrin).

Fig. 30 – Blocs en marbre, à moulures : a : P253‑3 ; b : P258‑3 ; c : P194‑1 ; encadrement en basalte : d : P184‑2 ; pied de table : e : P266‑4 (mission Qinnasrin).

57De nombreux fragments en marbre sont des éléments de placage qui ont été découverts dans les champs prospectés autour du village actuel. Ceux qui ont été répertoriés dans les maisons se présentent sous forme de fragments de cadres moulurés. P258‑3 (fig. 30b) pourrait être un angle de table d’autel en fer à cheval (Roux 1973).

58Le bloc de plan rectangulaire décoré de moulures (P194‑1 ; fig. 30c ; 0,37 x 0,24 x 0,22 m), avec un évidement peu profond du lit d’attente, pourrait être un support de reliquaire, similaire à celui de Sergilla(Charpentier 2013b, I, p. 549 et II, p. 236, pl. F26).

59Le bloc P184‑2 (fig. 30d) est un encadrement en basalte de 0,61 x 0,64 m de côté pour 0,26 m de hauteur. L’espace intérieur, après un rebord de 0,06 m, mesure 0,34 x 0,37 m. Pourrait-il s’agir d’un objet liturgique ? Il se trouvait dans la même maison que l’inscription syriaque (Chapitre 3).

  • 12 Identification de P.‑L. Gatier.

60L’objet P266‑4, réalisé dans une pierre blanche veinée de rouge, mesure 0,55 m de hauteur pour un diamètre maximal de 0,17 m. De forme générale légèrement conique, il est orné à la base de plusieurs tores. Il pourrait s’agir d’un pied d’une petite table liturgique (fig. 30e12.

Le mobilier funéraire

61Une porte en basalte décorée a été mise en évidence en remploi dans le mur d’une maison, P367‑3 (1,08 x 0,72 m ; fig. 31a), elle présente quatre rangées de deux caissons moulurés séparées par un encadrement en bandeaux avec 31 boutons circulaires figurant les clous. La première ligne présente des caissons plus ou moins carrés à triple moulure, la seconde des caissons rectangulaires à double moulure, les troisième et quatrième lignes répétant les deux premières. Ce décor imite celui des portes en bois. Il s’agit d’un type de porte de tombeau fréquent en Syrie du Nord byzantine qui peut être attribué au ive s. (Griesheimer 1997, p. 166‑169 ; Falconi, Severini 2006) ; elle est ici remployée pour un usage décoratif. Un grand bloc parallélépipédique en basalte, P317‑3 (2,10 x 0,58 x 0,20 m), remployé comme chambranle dans une maison moderne, pourrait être un vantail de porte de tombeau.

Fig. 31 – Mobilier funéraire ; porte : a : P367-3 ; cuve de sarcophage : b : P257‑5 ; couvercles de sarcophage : c : P228-1 ; d : P25‑1 ; bases de stèles : e : P318‑1 ; f : P122‑6 (mission Qinnasrin).

Fig. 31 – Mobilier funéraire ; porte : a : P367-3 ; cuve de sarcophage : b : P257‑5 ; couvercles de sarcophage : c : P228-1 ; d : P25‑1 ; bases de stèles : e : P318‑1 ; f : P122‑6 (mission Qinnasrin).

62Certains bassins en calcaire, qui mesurent plus de 1,70 m par 0,80, pourraient avoir été des sarcophages remployés (6 complets et 2 fragments). P63‑3 (1,73 x 0,85 x 0,70 m), avait un placage de marbre à l’intérieur, fixé par un mortier charbonneux (Chapitre 6, fig. 14). Dans le même secteur, un autre bassin (P63‑4 ; 2,03 x 1 m) est enterré, associé à un sol de mosaïque (Chapitre 6, fig. 15). Plusieurs arguments laissent penser que ce secteur correspondrait à un monastère hors les murs (Chapitre 6). Pourrait-il avoir abrité un martyrium avec la tombe de son fondateur ? En P28, P21 et P20 (Chapitre 6, fig. 40) et P257 (fig. 31b), ces sarcophages ont pu être récupérés, à l’époque islamique, dans les nécropoles autour du secteur nord.

63Un couvercle en basalte P228‑1, à profil triangulaire, de 1,99 m de longueur (fig. 31c) a été découvert dans la cour d’une maison dans laquelle s’ouvraient trois hypogées, dans la partie sud-ouest des nécropoles. Deux couvercles de sarcophage en calcaire, dont l’un avec des acrotères d’angle, ont été observés dans le secteur oriental des nécropoles (P25‑1, 1,72 x 0,62 x 0,37 m, voir fig. 31d et Chapitre 14, fig. 7 ; P65). Il pourrait également s’agir, comme à Sergilla, de blocs de couverture d’hypogée qui reposaient directement sur le rocher (Charpentier 2013a, I, p. 454‑455).

64Des bases de stèles funéraires ont été reconnues, sous la forme de blocs parallélépipédiques creusés d’une mortaise carrée ou rectangulaire, décentrée vers l’un des petits côtés : P363‑2 (0,90 x 0,75 m avec une mortaise carrée de 0,23 m de côté), P318‑1 (fig. 31e ; une base de colonne remployée retournée, avec une mortaise d’environ 0,12 m de côté), et P122‑6 (fig. 31f ; 0,82 x 0,61 x 0,55 m, mortaise de 0,20 x 0,12 m). Ce dernier bloc dispose également d’une encoche oblique sur l’un des bords et il est difficile de déterminer si les deux encoches sont contemporaines ou pas.

  • 13 Voir les fragments de colonnettes inscrites publiés par F. Imbert (Chapitre 5).

65L’épigraphie des blocs funéraires inscrits en arabe fait l’objet d’un chapitre spécifique dans lequel sont décrites les plaques, stèles et colonnettes concernées (Chapitre 5). La grande majorité provient d’un petit cimetière, dans le secteur P156 et des blocs épars ont été enregistrés dans le cimetière moderne à l’ouest du tell (remployés comme marqueurs de tombes) et dans le secteur nord. À cet inventaire s’ajoutent plusieurs éléments illisibles (car effacés ou trop petits) ou décorés, essentiellement des fragments de stèles ne dépassant pas 0,30 m de largeur totale (P22‑4, P22‑5, P33‑1, P33‑2, P34‑1, P175‑1 ; fig. 32af) et un fragment de colonnette à section rectangulaire (P34‑2 ; fig. 32g13.

Fig. 32 – Fragments de décors funéraires ; stèles : a : P22‑4 ; b : P34‑1 ; c : P33‑1 ; d : P175‑1 ; e : P33‑2 ; f : P22‑5 ; colonnette : g : P34‑2 ; linteau (?) : h : P157‑2 (mission Qinnasrin).

Fig. 32 – Fragments de décors funéraires ; stèles : a : P22‑4 ; b : P34‑1 ; c : P33‑1 ; d : P175‑1 ; e : P33‑2 ; f : P22‑5 ; colonnette : g : P34‑2 ; linteau (?) : h : P157‑2 (mission Qinnasrin).

66Un fragment porte un décor de croix dans un médaillon entouré d’une double ligne de dents de scie (P157‑2 ; 0,30 x 0,17 m ; fig. 32h). Pris dans un mur de pierre sèche, son épaisseur n’a pu être mesurée ; il pourrait aussi s’agir d’un fragment de linteau de porte avec un décor central.

67Trois piédestaux ont été découverts, l’un en remploi dans le mur d’enclos d’une maison (P122‑3 ; fig. 33a ; 0,66 x 0,52 x 0,80 m) et deux autres à la périphérie occidentale du site, dans un secteur où les habitants auraient observé des tombes (secteur P61). Ils sont tous deux de section carrée (0,59 m de côté) et de même hauteur (1,05 et 1,07 m), mais de profil différent. P903‑58 (fig. 33b), dans sa partie la plus large, porte une fine rainure sur les quatre faces, à 0,48 m de la base. Sur l’une des faces, cette rainure forme la base d’un rectangle de 0,26 x 0,16 m. Le sommet du piédestal, assez érodé, est creusé d’une mortaise circulaire de 0,18 m de diamètre. P903‑59 (fig. 33c) ne comporte aucun décor. La partie inférieure est plus large, sur 0,30 m de hauteur ; ensuite elle se rétrécit en biseau pour atteindre 0,47 m de côté.

Fig. 33 – Piédestaux : a : P122‑3 ; b : P903‑58 ; c : P903‑59 ; blocs de basalte avec évidements circulaires : d : P149‑3 ; e : P149‑4 (mission Qinnasrin).

Fig. 33 – Piédestaux : a : P122‑3 ; b : P903‑58 ; c : P903‑59 ; blocs de basalte avec évidements circulaires : d : P149‑3 ; e : P149‑4 (mission Qinnasrin).

68Deux blocs de basalte avec des évidements circulaires sont utilisés en remploi, comme linteau de porte (P149‑3) ou comme décor au-dessus du mihrab (P149‑4) du mausolée ottoman au nord du cimetière moderne (fig. 33de).

Les aménagements hydrauliques

69Nous regroupons dans cette partie les blocs ou gros objets lithiques en relation avec l’adduction, le stockage ou l’utilisation de l’eau et, éventuellement, d’un autre type de liquide.

  • 14 Nous remercions G. Charpentier pour cette identification.

70Un seul bloc pourrait provenir d’un édifice lié à l’eau (P259‑2 ; fig. 34a). Mesurant 1,17 x 0,47 m, le bloc de basalte est partiellement enterré dans la cour d’une maison et seulement 0,20 m de sa hauteur est visible. Il est entaillé par deux rainures d’environ 0,05 m de profondeur, l’une d’environ 0,04 m de largeur et l’autre d’environ 0,10 m de largeur. La surface entre cette dernière et le bord du bloc porte des traces d’usure. Il pourrait s’agir d’une rigole de latrines avec la rainure pour l’encastrement de la partie verticale de la banquette 14.

Fig. 34 – Rigole de latrines : a : P259‑2 ; conduite : b : P147‑3 ; raccordements et répartiteurs : c, d : P345‑1 ; e : P311‑2 ; f : P193‑1 ; g : P311‑1 (mission Qinnasrin).

Fig. 34 – Rigole de latrines : a : P259‑2 ; conduite : b : P147‑3 ; raccordements et répartiteurs : c, d : P345‑1 ; e : P311‑2 ; f : P193‑1 ; g : P311‑1 (mission Qinnasrin).

Conduites

71Plusieurs éléments de conduites ont été identifiés. Le premier, en basalte, P147‑3 (fig. 34b), présente une forme longitudinale de 2,23 x 0,30 x 0,47 m, avec un profil en U. Il s’agit sans doute d’une canalisation d’adduction d’eau.

72Plusieurs blocs en calcaire pourraient être des raccordements de tuyaux. Le cylindre P345‑1 (0,47 m de diamètre extérieur pour 0,33 m de hauteur ; fig. 34c, 34d) est percé par un évidement circulaire coudé, de 0,12 à 0,16 m de diamètre. Celui-ci part, sur l’une des faces, du bord extérieur du cylindre, rejoint l’axe qu’il suit après un coude sur environ la moitié du bloc, puis ressort sur le côté opposé après un autre coude. Il pourrait s’agir d’un dispositif permettant le passage d’un écoulement direct, ou d’un raccord entre deux tuyaux qui se rejoignent à des niveaux différents. P311‑2 (fig. 34e) est un parallélépipède de 0,45 x 0,40 m, percé sur la face supérieure d’un orifice coudé qui ressort sur l’une des faces latérales. Il a pu raccorder deux tuyaux en terre cuite à angle droit.

73Deux autres blocs parallélépipédiques percés sur leurs longs côtés pourraient être des répartiteurs. P193‑1 (0,57 x 0,35 x 0,48 m ; fig. 34f) est percé, au centre d’un côté, d’un orifice de 0,20 m de diamètre et, sur le côté adjacent, de deux trous circulaires d’environ 0,13 m de diamètre qui rejoignent le premier. Il pourrait s’agir d’un bloc pour raccorder une adduction d’eau à deux tuyaux d’un diamètre inférieur. P311‑1 (0,80 x 0,75 x 0,44 m ; fig. 34g) est percé sur le plus grand côté de trois orifices d’environ 0,14 m de diamètre. L’autre côté n’a pu être observé.

Éléments de citernes et de puits

74Cette catégorie de blocs est représentée par deux fragments de margelles en calcaire. P296‑1 mesurait au total 0,58 m de largeur pour 0,45 m de hauteur. P127‑2 a été creusée dans un bloc de 0,88 m de côté et de 0,55 m de hauteur. L’ouverture du puits ou de la citerne était d’environ 0,50 m de diamètre. Deux mortaises circulaires d’environ 0,05 m, sur le bord, devaient permettre de fixer un dispositif pour hisser le seau.

Cuves

75On a repéré 21 cuves : 15 en calcaire et 7 en basalte qui peuvent être réparties en plusieurs types, indépendamment du matériau utilisé.

76Dans le premier, représenté par 8 individus, la forme générale est cylindrique, avec des parois extérieures lisses et on peut se demander dans quelle mesure ces objets n’ont pas été creusés dans des tambours de colonnes recyclés. L’évidement est lui aussi en cylindre (fig. 35a). Les diamètres externes oscillent entre 0,45 et 0,76 m pour les cuves en basalte et entre 0,67 et 0,87 m pour les cuves en calcaire.

Fig. 35 – Cuves ; a : P142‑1 ; b :  P179‑1 ; c : P122‑5 ; d : P320‑7 ; e : P139 ; f: P159‑11 (mission Qinnasrin).

Fig. 35 – Cuves ; a : P142‑1 ; b :  P179‑1 ; c : P122‑5 ; d : P320‑7 ; e : P139 ; f: P159‑11 (mission Qinnasrin).

77Les formes du deuxième type (9) sont tronconiques, avec en général des parois extérieures à peine dégrossies et un évidement en cuvette. Une seule est en basalte, de 0,55 m de diamètre externe ; les autres sont toutes en calcaire et leurs diamètres externes sont plus importants, compris entre 0,72 et 0,93 m (fig. 35b). Les parois internes de la cuve P122‑5 (fig. 35c) présentent une surface très lisse qui permet de supposer un usage autre que comme auge pour le bétail, peut-être artisanal.

78Plus rares sont les modèles hémisphériques qui sont généralement de fines pièces (5). Certains ont une base en bouton : P322‑1 (diamètre de 0,60 m, hauteur de 0,35 m), P320‑7 (fig. 35d ; diamètre d’environ 0,75 m). Les autres ont une base aplatie, comme la cuve en calcaire P139‑3 (fig. 35e ; diamètre de 1,10 m pour 0,49 m de hauteur). Deux fragments de la cuve P159‑11, mise au jour lors de travaux de voirie, permettent de reconstituer un diamètre de 1,92 m pour une hauteur de 0,65 m. La base en disque est percée d’un trou carré de 0,36 m de côté. Un autre trou rond de 0,10 m maximum se trouve à mi-panse (fig. 35f).

79Si les deux premiers types de cuves paraissent réservés à un usage artisanal ou comme auges pour les animaux, les formes plus régulières, à la taille très soignée, pourraient avoir été réservées à l’origine à un usage cultuel, telle par exemple la cuve inscrite P351‑1 (Chapitre 2).

Bassins

80On a enregistré 42 individus en tant que bassins ou fragments de bassin, dont 25 en calcaire et 17 en basalte. La forme est généralement parallélépipédique, à base plate, avec évidement rectangulaire à parois droites et fond plat (majoritairement ; tabl. 6). Des trous d’écoulement au travers des parois, parfois des rigoles sur les rebords ont pu être observés. Certains des bassins en basalte ont des parois extérieures arrondies, montrant qu’ils ont été taillés directement dans la boule de basalte issue de l’érosion naturelle (quatre cas ; les dimensions sont moins standardisées que pour les autres bassins ; fig. 36b). La plupart du temps, les observations ont été limitées par leur remploi en tant qu’auges, jardinières, etc. La majorité d’entre eux ont des longueurs supérieures à 0,80 m (fig. 36c, 36d). Cinq pièces seulement ont un gabarit plus petit (entre 0,56 et 0,48 m de longueur pour 0,45 à 0,33 m de largeur ; fig. 36a).

Tabl. 6 (1/2) – Dimensions des bassins, en cm. En gras, les dimensions complètes.

Tabl. 6 (1/2) – Dimensions des bassins, en cm. En gras, les dimensions complètes.

Tabl. 6 (1/2) – Dimensions des bassins, en cm. En gras, les dimensions complètes.

Tabl. 6 (1/2) – Dimensions des bassins, en cm. En gras, les dimensions complètes.

Fig. 36 – Bassins ; a : P303‑2; b : P261‑2 ; c : P266‑1 ; d : P315‑2 (mission Qinnasrin).

Fig. 36 – Bassins ; a : P303‑2; b : P261‑2 ; c : P266‑1 ; d : P315‑2 (mission Qinnasrin).

81Un module majoritaire semble se dégager si l’on considère les formes complètes (tabl. 6) : 17 bassins mesurent de 0,90 à 1,20 m de longueur par 0,57 à 0,75 m de largeur. Parmi eux, 9 bassins en calcaire mesurent entre 0,90 et 1,15 m de longueur par 0,60 m de largeur ; ils sont creusés dans des blocs parallélépipédiques de mêmes dimensions que ceux du rempart byzantin (voir plus haut). Sur la citadelle, nous en avons observé plusieurs, creusés directement dans les blocs des murs encore en place qui affleurent au niveau du sol. Pour ceux-là, il s’agit évidemment de remploi. Trois bassins de plus grande taille correspondent également à des blocs de gros module (1,40 x 0,58 x 0,46 m ; 1,33 x 0,80 x 50 m ; 1,30 x 0,60 x 0,48 m). Cela pourrait signifier, s’il ne s’agit pas de remplois, que des blocs de même module étaient extraits des carrières, à la fois pour la construction du rempart et pour fabriquer des bassins ou auges pour les animaux. Ceux qui mesurent plus de 1,70 m sont sans doute des remplois de cuves de sarcophages (voir ci-dessus).

82Dans les Marges arides, ces bassins sont très fréquents de l’époque byzantine jusqu’à l’époque abbasside ; ils sont installés au centre de la cour, à proximité de l’ouverture de la citerne ou du puits (par exemple Genequand, Rousset 2016, p. 239 et 241, fig. 42). Ils sont faciles à réutiliser ; l’un d’eux a été découvert à al‑Hadir (Rousset, Bovagne, Rochette 2012, p. 39, fig. 16‑4).

Matériel de mouture et broyage

83Le corpus des éléments lithiques consacrés à la mouture (différents types de meules et moulins, pressoir, etc.) et au broyage (mortiers, pilons) comprend 92 individus. On a dénombré 80 éléments liés à la mouture, tous en basalte. Hormis une dalle apode (meule gisante), P903‑17, brisée dans la longueur et permettant la mouture par mouvement de va-et-vient (fig. 37a), toutes les pièces sont des éléments de meules à mouvement rotatif, se subdivisant en plusieurs catégories.

Fig. 37 – Meules et moulins ; a : P903‑17 ; b : P102‑1 ; c : P130‑2 ; d : P200‑5 ; e : P289‑5 ; f : P298‑8 (mission Qinnasrin).

Fig. 37 – Meules et moulins ; a : P903‑17 ; b : P102‑1 ; c : P130‑2 ; d : P200‑5 ; e : P289‑5 ; f : P298‑8 (mission Qinnasrin).

Moulins rotatifs bas

84Composés de deux pierres circulaires de 0,38 à 0,55 m de diamètre, qui devaient être réunies par un axe en bois, les moulins rotatifs bas sont représentés par 14 meules. Il s’agit de disques épais (entre 0,08 et 0,15 m) aux surfaces plus ou moins planes, percées le plus souvent d’un trou central. Ils correspondent aux parties mobiles ou gisantes de moulins circulaires à bras. L’état fragmentaire de certaines pièces n’a pas permis de les différencier en distinguant notamment l’emmanchement. Toutefois, quatre de ces pièces pourraient bien être des meules gisantes ou meta ; la pièce P102‑1 se distingue par une surface à moudre convexe (fig. 37b). Deux autres jouent sans doute ce rôle dans la mesure où elles sont scellées dans le sol de la cour. Deux autres individus ont été classés comme meules mobiles ou catillus, P292‑6 et P292‑2. Ce dernier, avec un manche vertical métallique scellé au mortier, a été utilisé à l’époque moderne.

Grands moulins

85Plusieurs fragments de meules circulaires, avec un orifice central, semblent de taille trop importante (diamètre supérieur à 0,68 m) pour avoir appartenu à une installation manipulée par une seule personne. Trois meules complètes (P200‑9, P139‑4, P130‑2) ont un diamètre d’environ 0,70 m. La surface de la dernière est légèrement conique (fig. 37c).

  • 15 Les dimensions sont similaires à celles des fragments de meules mis au jour dans le moulin de Qasr (...)

86Deux fragments d’une meule circulaire, peu épaisse (0,08‑0,09 m), mais d’un grand diamètre (1,04‑1,08 m), avec un trou central d’une dizaine de centimètres de diamètre, pourraient appartenir à un grand moulin actionné par un animal ou à une meule dormante de moulin hydraulique 15 (P200‑5, fig. 37d ; P209‑6).

Moulins rotatifs biconiques

87On rencontre majoritairement – plus des trois quarts – des moulins biconiques (fig. 37e), composés de deux parties : une meule dormante conique et une meule tournante de section intérieure biconique utilisable des deux côtés. Celle-ci possède deux saillies latérales avec mortaise carrée ou rectangulaire, pour emboîter les leviers, au niveau où les cônes sont jointifs (fig. 37f). Elles permettent un emmanchement parallèle au sol pour assurer une rotation suivant le même axe. Ces moulins étaient actionnés par deux personnes et servaient à transformer en farine les céréales et légumineuses.

88On dénombre 35 fragments ou pièces complètes de partie supérieure, de 0,28 à 0,45 m de hauteur pour un diamètre majoritairement compris entre 0,40 et 0,49 m. L’une d’elles (P159‑5), d’une hauteur plus importante (0,52 m), est asymétrique : son diamètre d’ouverture est également plus large que la moyenne (0,75 m). Deux meules tournantes ont un diamètre de 0,60 m pour une hauteur de 0,40 m (P298‑8 ; fig. 37f).

89On a repéré 26 bases coniques à socle plus ou moins épais et large (de 0,33 à 0,53 m de diamètre pour 0,30 à 0,70 m de hauteur) et cône plus ou moins fuselé (fig. 38a, 38b). Certaines de ces pièces passives ont pu être taillées dans des colonnes de basalte réutilisées si l’on en croit la régularité du cylindre sous la partie conique (7 pièces avec un diamètre compris entre 0,30 et 0,50 m) et la mortaise pour goujon carré sous deux d’entre elles (P904‑45, P129‑1).

Fig. 38 – Moulins : a : P159‑10 ; b : P178‑2 ; éléments de pressoirs : c : P367‑1 ; d : P147‑6 ; e : P318‑2 ; f : P229‑3 (mission Qinnasrin).

Fig. 38 – Moulins : a : P159‑10 ; b : P178‑2 ; éléments de pressoirs : c : P367‑1 ; d : P147‑6 ; e : P318‑2 ; f : P229‑3 (mission Qinnasrin).

Éléments de pressoirs

90Pour finir, il semble qu’une meule de pressoir, à rotation verticale, ait été mise en évidence (P367‑1 ; fig. 38c). Cette pièce présente des dimensions particulières : 76 cm de diamètre et 32 cm d’épaisseur. Une usure légèrement différentielle a laissé un poli s’affinant sur la tranche de l’objet. Une autre pièce pourrait être également une meule verticale de broyeur à olives, retaillée pour être utilisée comme pierre de construction (P147‑6 ; fig. 38d). Son diamètre d’origine atteignait 0,90 m pour une épaisseur égale ou supérieure à 0,20 m.

91Par ailleurs, on a dénombré deux autres fragments qui ont pu appartenir à un pressoir à huile : une pierre en basalte avec une rainure circulaire qui pourrait être un fragment de maie (P318‑2 ; fig. 38e) et un seuil transformé en montant pour guider un levier ou en jumelle (P229‑3 ; fig. 38f).

Mortiers

92Les outils de broyage sont représentés par 11 mortiers de formes diverses et un pilon (fig. 39), exclusivement en basalte. Leurs diamètres varient entre 13 et 45 cm. Les formes des mortiers, de dimensions variées, sont globalement tronconiques, avec des profils en U, assez massifs, avec évidement relativement profond (P194‑4, P201‑5). Dans trois cas, le bloc est parallélépipédique et il pourrait s’agir de dés de crapaudine remployés.

Fig. 39 – Pilon P292‑4 et mortier P292‑3 (mission Qinnasrin).

Fig. 39 – Pilon P292‑4 et mortier P292‑3 (mission Qinnasrin).

93Par ailleurs, plusieurs blocs ayant une fonction d’origine différente ont été transformés en mortier par le creusement d’une cavité, comme une meule dormante de moulin biconique (P130‑3), aménagée, semble-t-il, à l’époque moderne puisqu’un pilon a été enregistré à proximité, ainsi que plusieurs chapiteaux, des blocs parallélépipédiques et des colonnes, en basalte et plus rarement en calcaire.

Conclusion

94La quantité de blocs inventoriés à al‑‘Iss n’est somme toute pas très importante si l’on considère l’étendue restituée de la ville à l’époque romaine (Chapitre 20). L’abandon de la ville dès le milieu du xe s. et celui de l’acropole au xiiie s. ont laissé le champ libre aux récupérateurs de matériaux de construction. Plusieurs des blocs inventoriés lors de la prospection d’al‑Hadir sont identiques à ceux d’al‑‘Iss et pourraient en provenir (Rousset, Bovagne, Rochette 2012, p. 67‑72). Ceux découverts en remploi dans les fouilles de ce hameau nous enseignent que cette activité est attestée dès la fin du viiie s. (Rousset, Bovagne, Rochette 2012, p. 67‑72). Si, dès cette époque, la ville de Chalcis/Qinnasrin a servi de carrière pour les villages alentour, ainsi notamment qu’à l’époque ayyoubide pour les édifices d’Alep, alors il est envisageable que ses vestiges aient presque totalement disparu.

95Il n’est donc pas aisé de reconstituer les édifices dans lesquels ont pu se trouver ces différents blocs, dans la mesure où une partie d’entre eux ont aussi été remployés sur le site même, au cours des différentes périodes de l’histoire de Chalcis/Qinnasrin. Néanmoins, il est possible de proposer quelques pistes de réflexion.

96Sur la structure de la ville elle-même, la concentration de très gros blocs en calcaire (linteaux, jambages, seuils, blocs parallélépipédiques et blocs d’escalier) en quatre secteurs différents, dont celui de la porte encore en place sur le rempart ouest, permet d’envisager quatre grandes portes urbaines. Le carrefour entre les deux grands axes qui reliaient ces portes pourrait avoir été marqué d’une colonne torsadée de grand diamètre (côté nord-ouest du quartier Q). Un monument avec des colonnes de granit, peut-être un temple, pourrait avoir été édifié à proximité. Il est difficile d’être affirmatif sur la présence de portiques de part et d’autre de ces voies sur le seul argument des colonnes répertoriées, la grande majorité d’entre elles ayant dû faire l’objet de récupération dès l’époque médiévale.

97Les blocs inventoriés dans les champs loin du village et souvent utilisés comme repères de bornage n’ont pas forcément tous été apportés du centre-ville. Certains d’entre eux, comme le gros jambage observé au sud-ouest du site, pourraient être des vestiges de constructions anciennes au même emplacement, ici peut-être une porte romaine.

98Les maisons ont pu être construites en blocs de calcaire taillés, mais il est probable qu’elles étaient couvertes par des dômes en terre crue. C’était encore le cas des maisons les plus anciennes du village dans les années 2000. Ce type de couverture est attesté, dans les Marges arides de Syrie du Nord, depuis le iie s. av. J.‑C. (Duvette 2010).

99Il est difficile de dater individuellement chacun des blocs portant un décor, dans la mesure où ils ne sont pas toujours bien préservés. La seule remarque que l’on puisse faire est que le décor sculpté des chapiteaux, architraves et corniches s’inscrit bien dans le style des décors du Massif calcaire de l’époque romaine au début de l’époque islamique (Strube 1993, 2002).

100Il paraît peu probable que des blocs de construction en basalte aient été apportés à l’époque moderne sur le site ; en effet, les blocs présents sur place devaient être suffisamment abondants pour répondre aux besoins constructifs, dans la mesure où de très nombreux blocs épars étaient encore visibles en 2010. À partir des différents blocs de basalte, il est possible de restituer au moins un bâtiment avec des murs d’environ 0,70 m d’épaisseur, construits en blocs à parement dressé et boutisses. Le sol en était dallé. Une ou plusieurs portes permettaient d’y entrer, dont une d’environ 2,80 m de largeur. Il était éclairé par au moins une fenêtre de 0,50 m de largeur. Il a pu comporter au moins un arc reposant sur des colonnes ou des piliers, par l’intermédiaire de chapiteaux dont l’un est inscrit. Il a pu abriter un chancel également en basalte, un encadrement ainsi qu’une inscription en syriaque, localisés dans la partie centrale de la ville byzantine (quartier O). Il pourrait s’agir d’une église, ce qui n’a rien d’original pour un site tel que Chalcis. D’après les éléments de chancel, et en admettant qu’un chancel soit construit avec des éléments de mêmes dimensions et matériaux, il serait possible de restituer au moins trois autres églises, construites en calcaire avec un mobilier intérieur en calcaire ou en marbre.

101Cuves, bassins et objets pour la mouture et le broyage sont facilement transportables et certains d’entre eux ont pu être apportés d’ailleurs à l’époque moderne. C’est ce que semble indiquer la variété des formes des moulins. C’est le cas des chapiteaux en basalte, transformés en mortiers. La présence d’un pressoir à huile en ville peut être plausible, quelle que soit l’époque. Cependant, l’utilisation d’un remploi pour la jumelle suggère une date tardive, postérieure à l’abandon du bâtiment dans lequel se trouvait à l’origine la pierre de seuil. Là encore, l’époque moderne n’est pas exclue.

Notes

1 En 2008, l’inventaire a été fait par Virginie Decoupigny et Ahmad Othman (P100 à P228 et secteurs P900 à P906) ; en 2009, par Abdallah Nasir et Muhammad Karo ; en juillet 2010 par Adnan Muhammad et Ahmad Muhammad Ali et en septembre 2010 par Marilyne Bovagne et Marie Rochette.

2 Nous remercions Gérard Charpentier (Maison de l’Orient et de la Méditerranée), Olivier Callot et Pierre-Louis Gatier (HiSoMA) pour leur aide dans l’identification de certains blocs. Les descriptions ont été réalisées en suivant le référentiel du Dictionnaire méthodique de l’architecture grecque et romaine (Ginouvès, Martin 1985‑1992).

3 La plupart du temps, ce sont les dimensions complètes qui ont suscité la création d’une occurrence, cependant, 70 des blocs inventoriés n’ont pas été mesurés.

4 Malheureusement, lors de l’inventaire des blocs de la porte, en P289, les mesures de ces blocs ont été arrondies à 0 ou à 5 cm.

5 Selon Philippe Abrahami (prof. d’assyriologie, université Lille 3), plusieurs arguments vont dans le sens d’une inscription cunéiforme, comme l’alignement des éléments, qui correspond à une lecture de gauche à droite (le sens de lecture cunéiforme), et certains signes qu’il est possible de reconnaître dans la séquence : on peut lire tout à gauche la syllabe ‑am et tout à la fin GAL (idéogramme pour « grand »).

6 Je remercie G. Charpentier (architecte, MOM) pour cette observation.

7 Trois chapiteaux semblables ont été découverts à al‑Hadir (Rousset, Bovagne, Rochette 2012, p. 39, fig. 15‑11 à 13).

8 Communication de G. Charpentier.

9 Un tel tambour a été découvert à al‑Hadir (Rousset, Bovagne, Rochette 2012, p. 39, fig. 15‑4).

10 Nous excluons de cette réflexion les objets réutilisés comme marqueurs de tombes dans le cimetière, dont le déplacement est indubitable.

11 Information de G. Charpentier.

12 Identification de P.‑L. Gatier.

13 Voir les fragments de colonnettes inscrites publiés par F. Imbert (Chapitre 5).

14 Nous remercions G. Charpentier pour cette identification.

15 Les dimensions sont similaires à celles des fragments de meules mis au jour dans le moulin de Qasr al‑Hayr al‑Sharqi (Genequand 2012, p. 341‑342).

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Localisation des maisons prospectées (en blanc, les maisons qui n’ont pu être visitées) et des quartiers (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13562/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Fig. 2 – Répartition des blocs calcaires d’après leur plus grande dimension (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13562/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Titre Fig. 3 – a : Blocs de construction P369‑4, avec une inscription cunéiforme (?) ; b : Boutisse en basalte P132-1 ; c : Bloc en basalte décoré P198‑1 ; d : Grande dalle de basalte P125‑1 (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13562/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 815k
Titre Fig. 4 – Carte de répartition des blocs de construction les plus gros (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13562/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 214k
Titre Fig. 5 – Éléments de seuils en basalte ; seuils : a : P127‑1 ; b : P200‑10 ; c : P109 ; d : P260‑1 ; dés de crapaudine : e : P191‑3 ; f : P121‑2 (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13562/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 6 – a : Jambage en basalte P209‑9 ; b : Jambage en basalte P157‑9 ; c : Linteau moderne P149‑5 ; d : Claveau P225‑4 (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13562/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Tabl. 1 (1/2) – Dimensions des blocs calcaires utilisés dans les grandes portes. En gras, les dimensions complètes.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13562/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 323k
Titre Tabl. 1 (2/2) – Dimensions des blocs calcaires utilisés dans les grandes portes. En gras, les dimensions complètes.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13562/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 263k
Titre Fig. 7 – Linteaux en calcaire : a : P101‑4 ; b : P146‑2 ; jambages : c : P128‑8 ; d : P167‑1 ; e : P123‑2 ; f : P157‑5 (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13562/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 8 – Blocs d’encadrement de baies : a, b : P92‑1 ; c, d : P902‑11 ; e : P141‑1 ; meneau : f : P200‑6 (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13562/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 9 – Blocs d’escalier ; a : P127‑5 ; b : P220‑1 ; c : P200‑4 (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13562/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 987k
Titre Fig. 10 – Bases de colonnes ; en basalte : a : P159‑2 ; en marbre : b : P247‑1 ; c : P315‑3 ; en calcaire : d : P269‑1 ; e : P218‑1 ; f : P299‑4 (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13562/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 330k
Titre Fig. 11 – Bases de colonnes ; en basalte : a : P159‑2 ; en marbre : b : P247‑1 ; c : P260‑4 ; d : P904‑43 ; e : P217‑1 ; f : P315‑3 (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13562/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 12 – Bases de colonnes en calcaire ; a : P269‑1 ; b : P276‑5 ; c : P383‑3 ; d : P299‑4 ; e : P218‑1 ; f : P128‑10 (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13562/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 13 – Bases de colonnes en calcaire ; a : P149‑1 ; b : P128‑5 ; c : P148‑1 (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13562/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
Titre Fig. 14 – Bases de colonnes en calcaire ; a : P144‑2 ; b : P215‑6 ; c : P148‑1 ; d : P160‑1 ; e : P129‑3 ; f : P174‑2 (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13562/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 967k
Titre Fig. 15 – Colonnes ; en granit : a : P218 2 ; en marbre : b : P198 2 ; c : P904 50 ; en calcaire : d : P283 7 ; e : P229 4 (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13562/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
Titre Fig. 16 – Colonnes ; en granit : a, b : P218‑2 ; en marbre : c : P904‑55 ; d : P904‑50 ; e : P198‑2 (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13562/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 17 – Nombre de bases et de colonnes en calcaire, par diamètres, en cm (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13562/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
Titre Fig. 18 – Colonnes en calcaire complètes ; a : P283‑7 ; b : P202‑1 ; c : P129‑2 (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13562/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 998k
Titre Fig. 19 – Extrémités de colonnes en calcaire ; a : P215‑3 ; b : P229‑4 ; c : P154‑1 ; d : P131‑1 ; e : P230‑3 ; f : P138‑2 (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13562/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 20 – a : Extrémité de colonne P168‑1 ; b : Lit de pose d’un fût de colonne avec marque de tailleur de pierre P145‑6 ; c, d : Fragments de colonne torsadée (?) P205‑2, P203‑1 ; e : Piédestal P229‑6 ; f : Pilastre P316‑2 (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13562/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 21 – Chapiteaux de piliers en basalte ; a : P147‑5 ; b : P159‑6 (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13562/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 527k
Titre Fig. 22 – Chapiteaux en basalte : a : P138‑1 ; b : P174‑1 ; c : P246‑2 ; d : P344‑4 ; e : P260‑3 ; chapiteau de pilastre en calcaire : f : P161‑1 (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13562/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 23 – Chapiteaux en calcaire ; doriques : a : P337‑2 ; b : P216‑1 ; toscans : c : P272-3 ; d : P277‑1 ; ioniques : e : P122‑15 ; f : P357‑3 (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13562/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 24 – Chapiteaux corinthiens en calcaire ; monolithes : a : P348‑1 ; b : P273‑3 ; c : P133‑1 ; tambours : d : P126‑8 ; e : P126‑12 ; f : P147‑7 (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13562/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 25 – Fragments de chapiteaux corinthiens en calcaire : a : P191‑5 ; b : P178‑1 ; c : P224‑1 ; chapiteaux à feuilles lisses : d : P159‑3 ; e : P390‑5 ; f : P390‑1 (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13562/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 26 – Carte de répartition des colonnes en granit, calcaire et marbre (infographie : M. Bovagne).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13562/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 225k
Titre Fig. 27 – Profil des corniches ; a : P122‑4 ; b : P166‑1 ; c : P134‑1 ; d : P200‑3 ; e : P373‑1 ; f : P146‑1 (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13562/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Titre Fig. 28 – Blocs moulurés en calcaire ; a : P200‑3 ; b : P181‑2 ; c : P146‑1 (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13562/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 733k
Titre Fig. 29 – Dés de chancel en marbre ; a, b : P904‑40 ; c, d : P172‑10 ; e : P904‑23 ; f : P904‑34 (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13562/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 30 – Blocs en marbre, à moulures : a : P253‑3 ; b : P258‑3 ; c : P194‑1 ; encadrement en basalte : d : P184‑2 ; pied de table : e : P266‑4 (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13562/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 31 – Mobilier funéraire ; porte : a : P367-3 ; cuve de sarcophage : b : P257‑5 ; couvercles de sarcophage : c : P228-1 ; d : P25‑1 ; bases de stèles : e : P318‑1 ; f : P122‑6 (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13562/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 32 – Fragments de décors funéraires ; stèles : a : P22‑4 ; b : P34‑1 ; c : P33‑1 ; d : P175‑1 ; e : P33‑2 ; f : P22‑5 ; colonnette : g : P34‑2 ; linteau (?) : h : P157‑2 (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13562/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 33 – Piédestaux : a : P122‑3 ; b : P903‑58 ; c : P903‑59 ; blocs de basalte avec évidements circulaires : d : P149‑3 ; e : P149‑4 (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13562/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 34 – Rigole de latrines : a : P259‑2 ; conduite : b : P147‑3 ; raccordements et répartiteurs : c, d : P345‑1 ; e : P311‑2 ; f : P193‑1 ; g : P311‑1 (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13562/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 35 – Cuves ; a : P142‑1 ; b :  P179‑1 ; c : P122‑5 ; d : P320‑7 ; e : P139 ; f: P159‑11 (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13562/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Tabl. 6 (1/2) – Dimensions des bassins, en cm. En gras, les dimensions complètes.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13562/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 219k
Titre Tabl. 6 (1/2) – Dimensions des bassins, en cm. En gras, les dimensions complètes.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13562/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Fig. 36 – Bassins ; a : P303‑2; b : P261‑2 ; c : P266‑1 ; d : P315‑2 (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13562/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 802k
Titre Fig. 37 – Meules et moulins ; a : P903‑17 ; b : P102‑1 ; c : P130‑2 ; d : P200‑5 ; e : P289‑5 ; f : P298‑8 (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13562/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 38 – Moulins : a : P159‑10 ; b : P178‑2 ; éléments de pressoirs : c : P367‑1 ; d : P147‑6 ; e : P318‑2 ; f : P229‑3 (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13562/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 39 – Pilon P292‑4 et mortier P292‑3 (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13562/img-43.JPG
Fichier image/jpeg, 1,1M

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search