Version classiqueVersion mobile

Chalcis/Qinnasrin (Syrie)

 | 
Marie-Odile Rousset

Deuxième partie. Les sources archéologiques, le terrain

Chapitre 14 – Les tombeaux rupestres antiques de Chalcis de Syrie

Marie-Odile Rousset, Marilyne Bovagne et Marie Rochette

Texte intégral

  • 1 Monceaux, Brossé 1925, p. 347‑350 ; Mouterde, Poidebard 1945, vol. II, pl. III.2. Von Oppenheim (1 (...)
  • 2 Dans la partie ouest, une telle étude n’est plus possible, car les constructions se sont fortement (...)

1On doit la description la plus complète de la nécropole antique de Chalcis, accompagnée du plan d’un tombeau (fig. 1), à Léonce Brossé qui a visité le site en 1919. Celle de Jean Lauffray, ainsi qu’il l’indique lui-même, n’ajoute rien sur ce point 1. Brossé indique que le sol de ce secteur « est troué comme une écumoire par d’innombrables entrées de caveaux souterrains » et que les habitants du village se sont livrés au pillage systématique des tombes. Lors de la prospection générale du site que nous avons réalisée entre 2008 et 2010, une observation rapide des nécropoles a été faite et quelques clichés ont été pris 2. Elles n’ont donc pas été l’objet d’une étude systématique alors que de nombreux vestiges en étaient encore conservés jusqu’en 2011. Même si cette documentation est très incomplète, nous avons jugé important de présenter dans cet article l’ensemble des informations en notre possession sur ce sujet. Par ailleurs, une tombe (P407) avait fait l’objet en 2010 d’un nettoyage partiel et d’une première analyse. Elle n’a pas été fouillée, car une campagne spécifique sur les installations funéraires antiques était prévue au cours d’un prochain volet du programme de recherche sur Qinnasrin. Nous en livrons une description de la partie visible et des reliefs sculptés.

Fig. 1 – Tombe relevée par L. Brossé (d’après Monceaux, Brossé 1925, p. 349, fig. 2).

Fig. 1 – Tombe relevée par L. Brossé (d’après Monceaux, Brossé 1925, p. 349, fig. 2).

Trois nécropoles antiques

2Les nécropoles antiques repérées par la prospection du site sont toutes localisées à l’extérieur de l’enceinte de la ville, au nord-ouest, sur les flancs sud et est du Jabal al‑‘Iss, la roche étant indispensable pour le creusement des salles rupestres (fig. 2). Trois ensembles ont été distingués : sur l’extrémité orientale du massif qui forme une avancée dans le secteur au nord du rempart byzantin (P19), sur le piémont de la colline au-delà de l’oued qui entaille le massif (nécropole septentrionale, P25 et P97) et dans le secteur des carrières au nord-ouest de la ville (P906).

Fig. 2 – Localisation des nécropoles sur la photographie aérienne de 1958 (M.‑O. Rousset).

Fig. 2 – Localisation des nécropoles sur la photographie aérienne de 1958 (M.‑O. Rousset).

La nécropole orientale

3Quelques tombes ont été observées sur le massif au nord-est du rempart byzantin, notamment dans le secteur P19. Dans cette zone, la roche affleure et forme, côté nord, une corniche dans laquelle ont été creusées les entrées d’au moins deux tombeaux rupestres. Pour le mieux conservé, l’ouverture donne sur un espace central qui distribue trois alcôves à arcosolium. Celle du fond ne comprenait qu’une tombe (fig. 34). Les déblais récents en contrebas contenaient des fragments d’ossements humains parmi lesquels une phalange qui portait des traces d’oxydations métalliques vertes et oranges, témoins d’une bague alliant métal cuivreux et ferreux. Les fragments de céramique associés dataient de l’époque byzantine (vie s.).

Fig. 3 – L’entrée de la tombe P19, vue depuis le nord (M.‑O. Rousset).

Fig. 3 – L’entrée de la tombe P19, vue depuis le nord (M.‑O. Rousset).

Fig. 4 – L’intérieur de la tombe P19, vue depuis le nord (M.‑O. Rousset).

Fig. 4 – L’intérieur de la tombe P19, vue depuis le nord (M.‑O. Rousset).

4Sur le dessus de l’affleurement, au moins une tombe à accès rectangulaire ouvrant au nord avait été partiellement dégagée par des pilleurs.

5D’autres cavités ont été observées sur la retombée sud de cette colline ; il pourrait s’agir de tombes, mais aussi de cavités sous roche associées à des maisons (Chapitre 6).

La nécropole septentrionale

  • 3 Leur pillage systématique produisant un relief de type « écumoire » pour reprendre l’image de L. B (...)

6La nécropole à hypogées la plus éloignée de la ville actuelle (P97) se trouve au nord, sur le piémont du massif, entre deux oueds. Elle s’étale sur une surface d’environ 280 m de côté et regroupe environ 300 tombeaux (fig. 53. La stratification horizontale de la roche est mise à profit et les ouvertures des tombes s’alignent selon les bancs de calcaire. La plupart des accès sont donc placés du côté est. Certains des linteaux qui les surmontent portent des croix, dont l’une semble recouvrir un motif de lignes verticales, peut-être la symbolisation d’un nefesh (fig. 6). Est-ce le signe d’une réoccupation des tombes à l’époque chrétienne ? D’autres portent des inscriptions (Chapitre 2). Dans la partie basse et presque plane (secteur P25), les accès sont verticaux ; la présence de sarcophages est attestée par un couvercle à acrotères, monolithique et en calcaire (mesures observées : 1,72 m de longueur par 0,62 m de largeur par 0,37 m d’épaisseur ; fig. 7). La céramique ramassée dans ce secteur date de l’époque romaine tardive à l’époque abbasside.

Fig. 5 – Image Google Earth du 22 octobre 2014 montrant l’étendue de la nécropole septentrionale avec sa partie haute (sur la gauche) récemment fouillée.

Fig. 5 – Image Google Earth du 22 octobre 2014 montrant l’étendue de la nécropole septentrionale avec sa partie haute (sur la gauche) récemment fouillée.

Fig. 6 – Entrée d’une tombe dans le secteur P97 (M.‑O. Rousset) ; le linteau portait un décor de lignes verticales gravées, sans doute un nefesh, recoupé par une croix pattée soulignée de points.

Fig. 6 – Entrée d’une tombe dans le secteur P97 (M.‑O. Rousset) ; le linteau portait un décor de lignes verticales gravées, sans doute un nefesh, recoupé par une croix pattée soulignée de points.

Fig. 7 – Couvercle de sarcophage en calcaire dans le secteur P25 (M.‑O. Rousset).

Fig. 7 – Couvercle de sarcophage en calcaire dans le secteur P25 (M.‑O. Rousset).

La nécropole des carrières

7La plus grande des nécropoles s’étend au nord des carrières qui ont servi pour la construction de la ville, sur une bande d’environ 1 km de longueur par environ 150 m de largeur. La photographie aérienne de 1958 montre que sa partie sud-ouest est maintenant recouverte par des constructions (fig. 2). Il semblerait, d’après la confrontation des images aériennes de différentes dates et nos observations de terrain (fig. 89), que les tombes les plus vastes, dont on perçoit le dromos et la salle intérieure rectangulaire, soient relativement espacées les unes des autres (entre 10 et 20 m entre deux tombes) alors que les tombes perceptibles sous la forme de trous (à puits vertical ?) suivent un maillage plus serré (entre 3 et 8 m entre deux tombes). Cela pourrait-il correspondre à une densification de la zone funéraire au cours de l’existence de la ville ? Les images aériennes montrent que tout le terrain entre les grandes carrières et le haut de la montagne est maintenant densément troué ; il a été l’objet de pillages systématiques qui se sont fortement multipliés ces dernières années. On ne peut pas dire s’il s’agit là de tombes de l’âge du Bronze, attestées ponctuellement en coupe, ou d’une nécropole plus récente, ce qui paraît cependant plus probable si l’on se base sur la morphologie des vestiges qui ont pu être étudiés. Les hypogées sont creusés dans la roche calcaire et accessibles par un dromos perpendiculaire à la pente, orienté est-ouest pour la partie orientale de cette nécropole et sud-nord pour sa partie occidentale. Les déblais de creusement des tombes n’ont pas été laissés à côté des hypogées, mais ont été évacués. Lorsque des déblais sont visibles, il s’agit avant tout de déblais des trous de pillages. Dans le cas de cette nécropole, les déblais ont pu être évacués dans les carrières en contrebas.

Fig. 8 – Image Google Earth du 22 mars 2010 avec les tombes repérées sur le terrain (points ronds) et d’après les images aériennes (losanges).

Fig. 8 – Image Google Earth du 22 mars 2010 avec les tombes repérées sur le terrain (points ronds) et d’après les images aériennes (losanges).

Fig. 9 – Image Google Earth du 22 octobre 2014 montrant le pillage de la grande nécropole au nord des carrières.

Fig. 9 – Image Google Earth du 22 octobre 2014 montrant le pillage de la grande nécropole au nord des carrières.
  • 4 Voir par exemple Egea Vivancos 2005.
  • 5 Un sanctuaire rupestre associé à une carrière et à une nécropole a été découvert à Perrhe en Comma (...)

8Comme pour d’autres établissements antiques de Syrie et d’Anatolie, les tombeaux rupestres sont nombreux dans le secteur des carrières, sans que l’on puisse déterminer de chronologie relative d’ensemble 4. En effet, comme nous l’avons observé dans le secteur oriental des carrières, si plusieurs de ces tombes ont été recoupées par l’exploitation de la pierre (fig. 1011), d’autres ont clairement été creusées à partir des fronts de taille (fig. 1214). De même, des aménagements rupestres qui ne sont pas forcément funéraires existent également dans cette zone (fig. 155.

Fig. 10 – Hypogée recoupé par l’exploitation de la carrière, dans sa partie nord-est (M.‑O. Rousset).

Fig. 10 – Hypogée recoupé par l’exploitation de la carrière, dans sa partie nord-est (M.‑O. Rousset).

Fig. 11 – Hypogée recoupé par l’exploitation de la carrière, dans la grande tranchée la plus orientale (M.‑O. Rousset).

Fig. 11 – Hypogée recoupé par l’exploitation de la carrière, dans la grande tranchée la plus orientale (M.‑O. Rousset).

Fig. 12 – Entrée d’un hypogée creusé dans le front de taille de la carrière, dans sa partie nord-est (M.‑O. Rousset).

Fig. 12 – Entrée d’un hypogée creusé dans le front de taille de la carrière, dans sa partie nord-est (M.‑O. Rousset).

Fig. 13 – A. Othman et A. al‑Youssef à l’intérieur de ce même hypogée, creusé dans le front de taille de la carrière, dans sa partie nord-est (M.‑O. Rousset).

Fig. 13 – A. Othman et A. al‑Youssef à l’intérieur de ce même hypogée, creusé dans le front de taille de la carrière, dans sa partie nord-est (M.‑O. Rousset).

Fig. 14 – Détail de l’intérieur de ce même hypogée, creusé dans le front de taille de la carrière, dans sa partie nord-est (A. Othman).

Fig. 14 – Détail de l’intérieur de ce même hypogée, creusé dans le front de taille de la carrière, dans sa partie nord-est (A. Othman).

Fig. 15 – Aménagements creusés dans le front de taille de la carrière, dans sa partie nord-est (M.‑O. Rousset).

Fig. 15 – Aménagements creusés dans le front de taille de la carrière, dans sa partie nord-est (M.‑O. Rousset).
  • 6 Les points notés sur le plan (fig. 2) ne traduisent qu’une partie des hypogées visibles sur le ter (...)

9Seul le secteur qui s’étend au nord du village, dans la partie ouest des anciennes carrières, a été réellement prospecté ; le plus grand nombre de tombeaux observés se situe donc là (fig. 2), mais seulement quelques-uns des très nombreux hypogées ont pu être visités 6. Ils correspondent en général au plan classique à dromos et à chambre à un ou plusieurs arcosolia (fig. 1, 16). Là aussi, ils ont parfois été détruits par l’extraction de la pierre : le tombeau rupestre n° 61 ne conserve que deux de ses niches voûtées qui mesurent environ 1,80 m de hauteur par 1,50 m de largeur (fig. 17). Ceux qui se trouvent à proximité des maisons ont été sommairement dégagés et transformés en cave, en grenier ou en étable. C’est le cas du n° 63 dont on devine encore le plan trilobé, avec l’espace central, la niche axiale et le départ des voûtes des niches latérales qui ont été retaillées (fig. 18). Pour le n° 64, le départ de voûte d’une niche latérale et de l’espace central sont encore visibles. La paroi de ce dernier est percée d’une ouverture où l’on a pu distinguer les marches d’un escalier ; il s’agit peut-être du dromos (fig. 19). Si c’est le cas, la tombe s’ouvrait à l’est.

Fig. 16 – Détail de l’intérieur d’un hypogée en 1994 (C. Saliou).

Fig. 16 – Détail de l’intérieur d’un hypogée en 1994 (C. Saliou).

Fig. 17 – Le tombeau n° 61 recoupé par le front de taille (V. Decoupigny).

Fig. 17 – Le tombeau n° 61 recoupé par le front de taille (V. Decoupigny).

Fig. 18 – Le tombeau n° 63 converti en étable (V. Decoupigny).

Fig. 18 – Le tombeau n° 63 converti en étable (V. Decoupigny).

Fig. 19 – Le tombeau n° 64 recoupé par le front de taille (V. Decoupigny).

Fig. 19 – Le tombeau n° 64 recoupé par le front de taille (V. Decoupigny).
  • 7 Pour Ronzevalle (1910, p. 208), le nefesh gravé sur la façade d’une tombe rupestre est une « repro (...)

10Dans les parties qui n’ont pas été touchées par l’extraction ancienne ou les réutilisations modernes, les dromos d’accès sont conservés. Comme dans la nécropole P97, certains comportent une gravure sur le linteau surmontant l’entrée représentant deux ou trois arcs, représentation schématique d’une stèle nefesh (fig. 20227. Dans un cas (tombe n° 69 ; fig. 22), les retombées de l’arc central sont beaucoup plus longues que celles des arcs latéraux, à moins qu’il ne s’agisse d’une bande verticale ou de deux nefesh superposés. Comme la précédente à 15 m au nord (n° 68 ; fig. 21), cette tombe semble avoir disposé d’une entrée coudée vers l’est. Un seul linteau inscrit a été vu dans ce secteur, sur l’entrée de la tombe n° 66 (la plus occidentale repérée dans le secteur) qui s’ouvre au sud. Il est gravé d’une inscription en grec surmontée d’une croix (fig. 23 ; voir l’étude de l’inscription par P.‑L. Gatier, Chapitre 2).

Fig. 20 – Entrée du tombeau n° 67 avec un décor de nefesh (V. Decoupigny).

Fig. 20 – Entrée du tombeau n° 67 avec un décor de nefesh (V. Decoupigny).

Fig. 21 – Entrée du tombeau n° 68 avec un décor de nefesh (V. Decoupigny).

Fig. 21 – Entrée du tombeau n° 68 avec un décor de nefesh (V. Decoupigny).

Fig. 22 – Entrée du tombeau n° 69 avec un décor de nefesh (V. Decoupigny).

Fig. 22 – Entrée du tombeau n° 69 avec un décor de nefesh (V. Decoupigny).

Fig. 23 – Entrée du tombeau n° 66 portant une inscription sur le linteau (V. Decoupigny).

Fig. 23 – Entrée du tombeau n° 66 portant une inscription sur le linteau (V. Decoupigny).
  • 8 Depuis 2011, cette façade fait partie du mur d’enclos d’un verger associé à une maison.
  • 9 Griesheimer 1997, p. 180, 200-201 et fig. 43.
  • 10 De Vogüe 1865-1877, II, pl. 79.2.

11Si la plupart des tombeaux répondent au schéma classique, quelques-uns diffèrent de ce modèle. Il n’est pas possible de savoir si le tombeau n° 62 avait un plan plus complexe et a été recoupé par le front de taille (d’orientation sud-ouest-nord-est), s’il a été creusé à partir de celui-ci ou s’il a été réaménagé après destruction partielle (fig. 24). Il en subsiste les restes d’un escalier qui mène à une suite de cinq niches de 1,40 m de hauteur par 0,80 m de largeur et environ 0,40 m de profondeur. Au niveau de la troisième, une ouverture étroite donne accès à ce qui pourrait être une citerne partiellement maçonnée. Le cas du grand tombeau n° 73, à une vingtaine de mètres de là, est différent. Localisé dans la partie la plus haute de la nécropole, il comprend un portique rupestre à trois arcs moulurés ouvrant vers l’est (fig. 25). À l’intérieur, les arcosolia sont encadrés par des pilastres à chapiteaux simples qui supportent un entablement horizontal 8. De fait, comme pour cet exemple, les constructions les plus grandes semblent les plus élevées alors que les hypogées des parties basses sont, extérieurement du moins, plus simples. L’architecture funéraire du iie s. en Syrie du Nord développe des portiques en façade ; à Urum al‑Jawz, des hypogées construits le long d’un front de carrière et ornés d’une façade à portiques sont datés du ive s. 9. Un portique avec des arcs en plein cintre est également connu à al‑Bara 10.

Fig. 24 – Vestiges du tombeau n° 62 vus depuis le sud (V. Decoupigny).

Fig. 24 – Vestiges du tombeau n° 62 vus depuis le sud (V. Decoupigny).

Fig. 25 – Entrée du tombeau n° 73 (V. Decoupigny).

Fig. 25 – Entrée du tombeau n° 73 (V. Decoupigny).

La tombe P407

  • 11 Cette tombe a été mise au jour par les habitants (?) avant 1994, ainsi que le montrent des photogr (...)

12Lors de notre premier passage à Qinnasrin, en 2007, nous avions pu observer des reliefs funéraires sculptés sur les parois d’une tombe. Elle avait été en partie dégagée à une période indéterminée et avait peu à peu été comblée par des détritus (fig. 2611. Après nettoyage, cet espace de plan rectangulaire mesure 3,77 m de longueur minimum (la paroi orientale n’a pas été dégagée) par 2 m de large, pour une profondeur observée de 1,55 m. La pièce est taillée dans le rocher calcaire suivant un axe est-ouest. Sa couverture n’est pas conservée, mais le départ d’une voûte est visible sur les longs côtés où le rocher a été taillé (fig. 27). Une corniche simple mais suivant un niveau irrégulier souligne le haut de la paroi. Sur les côtés ouest et sud, elle est entaillée par l’arc qui délimite le panneau sculpté.

Fig. 26 – Vue générale de la tombe P407 avant nettoyage (M.‑O. Rousset).

Fig. 26 – Vue générale de la tombe P407 avant nettoyage (M.‑O. Rousset).

Fig. 27 – Vue générale de la tombe P407 après nettoyage (M.‑O. Rousset).

Fig. 27 – Vue générale de la tombe P407 après nettoyage (M.‑O. Rousset).

Les reliefs sculptés

13Les reliefs funéraires, plus ou moins saillants par rapport à la surface de la paroi, ornent chacune des faces de la pièce. Ils s’inscrivent dans une niche arrondie, plus ou moins profonde selon les reliefs, surmontée d’un arc dont la forme se situe entre plein cintre et surbaissé. Celui-ci se compose d’un ou deux bandeaux extérieurs lisses et d’un bandeau intérieur orné d’une frise à rinceau végétal dont l’exécution varie d’un arc à l’autre. Il est supporté par deux pilastres latéraux surmontés de chapiteaux corinthiens à feuilles lisses. Leur base à degrés est de hauteur inégale et repose, pour les sculptures des longs côtés au moins, sur le couronnement d’un piédestal. Le premier relief, représentant un aigle, se trouve sur la face ouest de la construction, placé en position centrale. Les deuxième et troisième, montrant respectivement un homme allongé sur un lit et un couple de personnages, occupent les faces latérales, au nord et au sud. Les figures, ainsi qu’une partie des mains, des pieds et des attributs des personnages ont été martelés. On peut néanmoins en proposer une description relativement complète.

  • 12 Est-ce parce qu’il a été dégagé bien avant les autres ? Pourrait-il s’agir du relief vu par Pocock (...)

14Le relief ouest est le moins bien conservé (fig. 2812. Il mesure 1,02 m de large par 0,76 m de haut. Au centre du bas-relief a été sculpté un aigle vu de face dont la tête se plaque contre l’arc. La sculpture est altérée au niveau de la tête de l’animal, du détail des ailes et de la partie inférieure. Les plumes sont figurées sur les ailes ; la queue est large et étalée derrière des pattes massives où les serres sont absentes.

Fig. 28 – Vue du relief ouest (M. Bovagne, M. Rochette).

Fig. 28 – Vue du relief ouest (M. Bovagne, M. Rochette).
  • 13 D’après, par exemple, Sadurska, Bounni 1994.

15Le relief nord est cassé dans l’angle inférieur gauche et dans la partie médiane du pilastre droit (fig. 29). Il est situé à l’est du panneau, décentré par rapport à la surface visible de la paroi. Il mesure 1,14 m de haut par 1,28 m de large. À l’intérieur du cadre architectural a été sculpté un personnage masculin allongé sur un matelas décoré de trois bandes lisses, installé sur le côté gauche, sa jambe gauche étendue sur le matelas et sa jambe droite repliée, le pied droit posé sur le matelas (détail mal conservé). Les jambes sont disproportionnées par rapport au reste du corps. Le personnage est couvert d’un vêtement, le drapant des épaules à la cheville, probablement le costume grec composé du chiton à manches courtes et de l’himation qui couvre l’épaule gauche et entoure le corps jusqu’à la taille, laissant les pieds libres. Le visage est très altéré, il présente des cheveux courts et une nuque dégagée. Les mains sont également abîmées, la gauche, dont certains détails des doigts subsistent, tient un vase et la droite un objet piriforme qui comportait deux petits trous. Selon les modèles palmyréniens, il pourrait s’agir d’une pomme de pin, d’une grappe de raisin, d’un rameau d’olivier, d’une cruche 13

Fig. 29 – Vue du relief nord (M. Bovagne, M. Rochette).

Fig. 29 – Vue du relief nord (M. Bovagne, M. Rochette).

16Le relief sud est dans un très bon état de conservation (fig. 30). Il est situé à l’est du panneau, décentré par rapport à la surface visible de la paroi. Il mesure 1,30 m de haut par 1,20 m de large. Il représente deux personnages, un enfant debout à gauche et une femme assise à droite. Le personnage debout mesure 0,88 m de hauteur conservée par 0,28 m de large. Il est présenté de face, vêtu du chiton et drapé de l’himation dont un pan enveloppe le bras droit et traverse la poitrine vers l’épaule gauche. La tête et les pieds sont mal conservés. La main gauche maintient le manteau dont l’angle est marqué par un pompon. La main droite du personnage tient ce qui a pu être une colombe ; il pourrait s’agir d’un jeune homme.

Fig. 30 – Vue du relief sud (M. Bovagne, M. Rochette).

Fig. 30 – Vue du relief sud (M. Bovagne, M. Rochette).
  • 14 Sadurska, Bounni 1994, p. 189.

17Le personnage assis mesure 0,94 m de haut par 0,35 m de large. Il s’agit manifestement d’une femme, drapée d’un vêtement long jusqu’aux chevilles, un himation dont l’encolure est ornée de perles. Un voile retombe de la tête sur les épaules, couvrant les bras. Comme pour l’enfant, l’angle inférieur est marqué par un pompon. Elle le tient entre les jambes dans sa main gauche, le bras posé sur la cuisse. Le bras droit est replié sur le ventre et la main tient la quenouille et le fuseau signalant sa condition de mère de famille 14. Elle est assise sur un rondin de bois dont on voit l’écorce. Sa tête est mal conservée, mais il semble qu’elle ait porté des pendants d’oreilles. Ses mains et ses pieds sont également altérés. Le pied gauche repose sur un petit support, à moins qu’il ne s’agisse de la semelle de sa chaussure.

18Il ne s’agissait pas de la seule tombe portant des décors sculptés à Chalcis/Qinnasrin. En effet, lors d’une visite qu’elle a effectuée en 1994, C. Saliou a pu prendre des photographies de reliefs similaires, provenant d’une tombe elle aussi dans le secteur des carrières (fig. 3132). Ils paraissent avoir été placés sur l’intrados d’un ou de deux arcosolia, c’est-à-dire à l’origine à l’intérieur d’un caveau. Il s’agit de deux personnages isolés, l’un qui semble debout et pourrait être un enfant, et un personnage féminin assis. Les attitudes et l’exécution sont les mêmes que pour les reliefs de la tombe P407. Le drapé du vêtement de la femme est similaire, avec notamment la présence du pompon dans l’angle du manteau. Trois lettres d’une inscription subsistent en haut à droite de sa tête (Chapitre 2). Sur la paroi perpendiculaire au personnage masculin se devine un nefesh (fig. 31).

Fig. 31 – Relief funéraire d’un hypogée vu en 1994 (C. Saliou) ; noter le nefesh sur la paroi perpendiculaire à droite.

Fig. 31 – Relief funéraire d’un hypogée vu en 1994 (C. Saliou) ; noter le nefesh sur la paroi perpendiculaire à droite.

Fig. 32 – Relief funéraire d’un hypogée vu en 1994 portant une inscription à droite de la tête (C. Saliou).

Fig. 32 – Relief funéraire d’un hypogée vu en 1994 portant une inscription à droite de la tête (C. Saliou).

Interprétation

  • 15 La même datation est fournie par des critères typologiques de la taille de la pierre, cependant ce (...)
  • 16 Tanabe 1986, p. 222, 242, 271 et 277. Les objets datés du musée de Palmyre représentant des scènes (...)
  • 17 L’attitude des personnages et les vêtements sont à rapprocher d’une scène de l’hypogée de Zabda, d (...)

19Ces reliefs sont typiques des constructions funéraires romaines 15. Ils représentent un thème très classique : l’homme participant au banquet funéraire, accompagné de sa femme assise, en général à sa droite, et de ses enfants à l’arrière. Traditionnellement, le défunt et sa famille sont figurés sur un seul relief ; le motif est ici dissocié et les personnages se font face 16. La présence de plusieurs personnages figurés sur les parois du tombeau P407 semble bien caractériser un tombeau familial. Le traitement de la sculpture, la position de face des personnages, les gestes des mains, les vêtements et leurs ornements évoquent les sculptures funéraires d’époque romaine de Palmyre 17.

  • 18 Par exemple les pilastres et la voûte de l’hypogée de Bulha, construit en 89 ap. J.‑C. ou la célèb (...)

20Le cadre architectural est à Qinnasrin particulièrement soigné, très réaliste, avec colonnettes, chapiteaux végétaux et frises. Cet encadrement n’existe pas à proprement parler à Palmyre, mais évoque par sa forme les exèdres à l’intérieur du tombeau ou les niches décorées sur les façades des tombeaux-tours 18.

  • 19 Cumont 1910 ; Ronzevalle 1912 ; Blömer, Crowther 2014, p. 347.
  • 20 Wagner 1976, pl. 40‑44 et 50‑53.
  • 21 Tanabe 1986, p. 122, fig. 83.

21La représentation de l’aigle est fréquente dans l’art funéraire de Syrie, dans le sud de la Commagène, en Osrhoène et en Cyrrhestique 19. À Zeugma cependant, il est presque toujours figuré avec la tête de côté et un mouvement du corps 20. À Palmyre, un des exemples majeurs de cette iconographie est illustré par le linteau « aux aigles » du temple de Baalshamin, qui figure, au centre, un spécimen proche de celui du tombeau de Qinnasrin, bien qu’avec les ailes déployées : le rapace est figuré de face, sa large queue tombant à l’arrière des pattes dodues 21. Cependant, dans ce cas, il ne s’agit pas d’un relief funéraire.

  • 22 Pour Olivier Callot, il s’agit d’une tombe typique des iieiiie s.

22La partie dégagée de la tombe P407 pourrait être l’extrémité d’un dromos conduisant à une porte, probablement sous le relief de l’aigle, qui donnait accès à une chambre funéraire pas forcément très grande 22.

Conclusion

23Les nécropoles romaines de Chalcis/Qinnasrin, telles que définies d’après la prospection et l’étude des images aériennes, sont très étendues et représentent une surface considérable par rapport à la surface de la ville intra-muros aux époques romaine (165 hectares) et byzantine (77 hectares), soit environ 18 hectares au total pour la nécropole au nord des carrières et 7 hectares pour la nécropole septentrionale. Elles se situent en dehors des remparts et les tombes sont implantées dans tous les cas à au moins 200 m des murs. Bien que le type le plus répandu semble être l’hypogée à trois alcôves, il existe également des tombes plus complexes, avec un décor sculpté, mais aussi des tombes à puits vertical rectangulaire pour lesquelles l’observation, en l’absence de fouilles, s’est cantonnée à cette information, sans exclure la possibilité de tombes en ciste dans les secteurs non rocheux du site. Les tombes monumentales semblent plutôt localisées dans la nécropole au nord des carrières et dominent la ville.

  • 23 Griesheimer 1997 ; Egea Vivancos 2005 ; Gaborit 2012‑2015.

24Les hypogées offrent des parallèles avec les tombes romaines d’Antiochène, d’Euphratésie et d’Osrhoène 23 et les décors avec les thèmes funéraires classiques, connus notamment par la sculpture funéraire palmyrénienne.

Notes

1 Monceaux, Brossé 1925, p. 347‑350 ; Mouterde, Poidebard 1945, vol. II, pl. III.2. Von Oppenheim (1901, p. 78), qui a visité le site en 1899, mentionnait déjà de « grands tombeaux rupestres bien conservés ».

2 Dans la partie ouest, une telle étude n’est plus possible, car les constructions se sont fortement étendues depuis 2010. L’enregistrement des vestiges dans cette zone a été fait par Virginie Decoupigny au cours de la campagne 2008. Nous remercions Catherine Saliou qui a généreusement mis à notre disposition des photographies qu’elle avait prises lors d’une visite du site en 1994.

3 Leur pillage systématique produisant un relief de type « écumoire » pour reprendre l’image de L. Brossé, ils sont particulièrement bien visibles sur les images aériennes.

4 Voir par exemple Egea Vivancos 2005.

5 Un sanctuaire rupestre associé à une carrière et à une nécropole a été découvert à Perrhe en Commagène (Blömer, Crowther 2014).

6 Les points notés sur le plan (fig. 2) ne traduisent qu’une partie des hypogées visibles sur le terrain.

7 Pour Ronzevalle (1910, p. 208), le nefesh gravé sur la façade d’une tombe rupestre est une « reproduction symbolique de la personnalité du défunt ». Sur l’emploi et la signification de ce terme dans les inscriptions, voir Gawlikowski 1972. La représentation de nefesh en Syrie du Nord est connue notamment par le cimetière de Turin (Griesheimer 1997, p. 170) et à Mou’allaq (Mouterde, Poidebard 1945, I, p. 190 et II, pl. XLII.2).

8 Depuis 2011, cette façade fait partie du mur d’enclos d’un verger associé à une maison.

9 Griesheimer 1997, p. 180, 200-201 et fig. 43.

10 De Vogüe 1865-1877, II, pl. 79.2.

11 Cette tombe a été mise au jour par les habitants (?) avant 1994, ainsi que le montrent des photographies prises à cette date par C. Saliou.

12 Est-ce parce qu’il a été dégagé bien avant les autres ? Pourrait-il s’agir du relief vu par Pococke en 1738 (Pococke 1745, p. 148‑150) ?

13 D’après, par exemple, Sadurska, Bounni 1994.

14 Sadurska, Bounni 1994, p. 189.

15 La même datation est fournie par des critères typologiques de la taille de la pierre, cependant certaines sont peut-être d’époque protobyzantine (Chapitre 13).

16 Tanabe 1986, p. 222, 242, 271 et 277. Les objets datés du musée de Palmyre représentant des scènes de banquets se situent entre 89 et 239 ap. J.‑C. (Sadurska, Bounni 1994, p. 184).

17 L’attitude des personnages et les vêtements sont à rapprocher d’une scène de l’hypogée de Zabda, dans la vallée des tombeaux à Palmyre, qui comporte des éléments datés d’environ 150 ap. J.‑C. ou plus tôt (Sadurska, Bounni 1994, p. 138‑139, catalogue n° 184, fig. 221‑222).

18 Par exemple les pilastres et la voûte de l’hypogée de Bulha, construit en 89 ap. J.‑C. ou la célèbre exèdre de Iarḥai et le tombeau-tour de Kitot, bâti en 40 ap. J.‑C. (Gawlikowski 1970, p. 76, fig. 36 et p. 111‑112, fig. 63 ; Tanabe 1986, p. 210, fig. 177 et p. 270).

19 Cumont 1910 ; Ronzevalle 1912 ; Blömer, Crowther 2014, p. 347.

20 Wagner 1976, pl. 40‑44 et 50‑53.

21 Tanabe 1986, p. 122, fig. 83.

22 Pour Olivier Callot, il s’agit d’une tombe typique des iieiiie s.

23 Griesheimer 1997 ; Egea Vivancos 2005 ; Gaborit 2012‑2015.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Tombe relevée par L. Brossé (d’après Monceaux, Brossé 1925, p. 349, fig. 2).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13552/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 926k
Titre Fig. 2 – Localisation des nécropoles sur la photographie aérienne de 1958 (M.‑O. Rousset).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13552/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 751k
Titre Fig. 3 – L’entrée de la tombe P19, vue depuis le nord (M.‑O. Rousset).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13552/img-3.JPG
Fichier image/jpeg, 854k
Titre Fig. 4 – L’intérieur de la tombe P19, vue depuis le nord (M.‑O. Rousset).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13552/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Titre Fig. 5 – Image Google Earth du 22 octobre 2014 montrant l’étendue de la nécropole septentrionale avec sa partie haute (sur la gauche) récemment fouillée.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13552/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 638k
Titre Fig. 6 – Entrée d’une tombe dans le secteur P97 (M.‑O. Rousset) ; le linteau portait un décor de lignes verticales gravées, sans doute un nefesh, recoupé par une croix pattée soulignée de points.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13552/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 923k
Titre Fig. 7 – Couvercle de sarcophage en calcaire dans le secteur P25 (M.‑O. Rousset).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13552/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 896k
Titre Fig. 8 – Image Google Earth du 22 mars 2010 avec les tombes repérées sur le terrain (points ronds) et d’après les images aériennes (losanges).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13552/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Titre Fig. 9 – Image Google Earth du 22 octobre 2014 montrant le pillage de la grande nécropole au nord des carrières.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13552/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Titre Fig. 10 – Hypogée recoupé par l’exploitation de la carrière, dans sa partie nord-est (M.‑O. Rousset).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13552/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 959k
Titre Fig. 11 – Hypogée recoupé par l’exploitation de la carrière, dans la grande tranchée la plus orientale (M.‑O. Rousset).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13552/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 860k
Titre Fig. 12 – Entrée d’un hypogée creusé dans le front de taille de la carrière, dans sa partie nord-est (M.‑O. Rousset).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13552/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 791k
Titre Fig. 13 – A. Othman et A. al‑Youssef à l’intérieur de ce même hypogée, creusé dans le front de taille de la carrière, dans sa partie nord-est (M.‑O. Rousset).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13552/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 628k
Titre Fig. 14 – Détail de l’intérieur de ce même hypogée, creusé dans le front de taille de la carrière, dans sa partie nord-est (A. Othman).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13552/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 770k
Titre Fig. 15 – Aménagements creusés dans le front de taille de la carrière, dans sa partie nord-est (M.‑O. Rousset).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13552/img-15.JPG
Fichier image/jpeg, 166k
Titre Fig. 16 – Détail de l’intérieur d’un hypogée en 1994 (C. Saliou).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13552/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 310k
Titre Fig. 17 – Le tombeau n° 61 recoupé par le front de taille (V. Decoupigny).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13552/img-17.JPG
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Fig. 18 – Le tombeau n° 63 converti en étable (V. Decoupigny).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13552/img-18.JPG
Fichier image/jpeg, 153k
Titre Fig. 19 – Le tombeau n° 64 recoupé par le front de taille (V. Decoupigny).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13552/img-19.JPG
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Fig. 20 – Entrée du tombeau n° 67 avec un décor de nefesh (V. Decoupigny).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13552/img-20.JPG
Fichier image/jpeg, 344k
Titre Fig. 21 – Entrée du tombeau n° 68 avec un décor de nefesh (V. Decoupigny).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13552/img-21.JPG
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Fig. 22 – Entrée du tombeau n° 69 avec un décor de nefesh (V. Decoupigny).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13552/img-22.JPG
Fichier image/jpeg, 221k
Titre Fig. 23 – Entrée du tombeau n° 66 portant une inscription sur le linteau (V. Decoupigny).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13552/img-23.JPG
Fichier image/jpeg, 257k
Titre Fig. 24 – Vestiges du tombeau n° 62 vus depuis le sud (V. Decoupigny).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13552/img-24.JPG
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Fig. 25 – Entrée du tombeau n° 73 (V. Decoupigny).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13552/img-25.JPG
Fichier image/jpeg, 189k
Titre Fig. 26 – Vue générale de la tombe P407 avant nettoyage (M.‑O. Rousset).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13552/img-26.JPG
Fichier image/jpeg, 439k
Titre Fig. 27 – Vue générale de la tombe P407 après nettoyage (M.‑O. Rousset).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13552/img-27.JPG
Fichier image/jpeg, 182k
Titre Fig. 28 – Vue du relief ouest (M. Bovagne, M. Rochette).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13552/img-28.JPG
Fichier image/jpeg, 303k
Titre Fig. 29 – Vue du relief nord (M. Bovagne, M. Rochette).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13552/img-29.JPG
Fichier image/jpeg, 234k
Titre Fig. 30 – Vue du relief sud (M. Bovagne, M. Rochette).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13552/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Fig. 31 – Relief funéraire d’un hypogée vu en 1994 (C. Saliou) ; noter le nefesh sur la paroi perpendiculaire à droite.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13552/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 32 – Relief funéraire d’un hypogée vu en 1994 portant une inscription à droite de la tête (C. Saliou).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13552/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 964k

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search