Version classiqueVersion mobile

Chalcis/Qinnasrin (Syrie)

 | 
Marie-Odile Rousset

Deuxième partie. Les sources archéologiques, le terrain

Chapitre 13 – Expertise des carrières antiques de Chalcis/Qinnasrin

Jean-Claude Bessac

Texte intégral

Problématique générale

  • 1 Mission effectuée en août 2010 dans le cadre de mon affectation au CNRS‑MAE, SR3135, IFPO Damas av (...)
  • 2 Les synthèses sont rarissimes, citons celle de Arce 2014, p. 383‑427 qui révèle le caractère embry (...)
  • 3 Monceaux, Brossé 1925, p. 347‑350.

1À la suite d’une demande des responsables de la mission de Qinnasrin, une expertise préliminaire des anciennes exploitations locales de pierre a été effectuée 1. Ces carrières ont connu certainement diverses phases d’activité, de l’âge du Bronze au ixe s. de l’ère chrétienne. La problématique de l’exploitation de la pierre sur le site concerne en premier lieu la datation des activités extractives locales, mais aussi les stratégies techniques et économiques de cette production lapidaire. Par ailleurs, quelques précisions sont également nécessaires sur les pierres importées et sur les ressources de la proche région dans ce domaine. Très peu de publications abordent ce thème pour la Syrie et même pour l’ensemble du Proche-Orient 2. Les références sur les carrières seront donc rares et se limiteront pour l’essentiel aux quelques lignes que leur a consacrées Léonce Brossé 3 dans sa description de la nécropole antique de Chalcis. Il en sera de même pour les parallèles avec d’autres carrières antiques de Syrie qui se réduiront souvent à quelques observations personnelles inédites.

Des datations absolues hypothétiques

2Les recherches archéologiques et historiques de la présente mission et de nos prédécesseurs ont déjà permis de proposer différentes phases d’utilisation de ce matériau. Mais il s’agit surtout d’impressions chronologiques générales qu’il est souvent très difficile de transposer dans les carrières. On ne peut donc que les résumer brièvement ici.

3Les occupants de l’âge du Bronze ne semblent s’être servis de la roche locale que pour le creusement de tombeaux rupestres. Il s’agit d’ouvrages à ouverture en puits circulaire et à chambre en forme d’ampoule d’un diamètre maximal d’environ 3 m et d’une profondeur à peine supérieure. Ils se trouvent essentiellement près de la ligne sommitale de l’éminence rocheuse, mais plutôt au début de son versant nord (Chapitre 6).

4Pour ce qui concerne l’époque hellénistique, une forteresse a été probablement construite en pierre de taille, mais aucune fouille archéologique n’a mis au jour un tel ouvrage, ne serait-ce qu’en partie. De cette construction, il ne reste donc apparemment aucun vestige matériel ni même des indices sûrs dans les pierres en remploi.

  • 4 Pour l’analyse de ce tombeau, voir M.‑O. Rousset, M. Bovagne et M. Rochette dans ce volume (Chapit (...)

5L’époque romaine a marqué la roche de manière incontestable, surtout par des tombeaux rupestres à dromos et à chambre à un ou plusieurs arcosolia. Quelques exemplaires sont ornés de moulures et il en subsiste au moins un qui comporte des décors sculptés 4 (fig. 1). La plupart de ces ouvrages funéraires sont cependant très dépouillés, bien que taillés selon des volumes géométriques plus ou moins réguliers (fig. 2). Les caractères techniques et stylistiques de ces tombeaux semblent donc les rattacher principalement à la période romaine. Notons néanmoins qu’au Proche-Orient la longue tradition des techniques et des styles des tombeaux rupestres les plus rudimentaires n’exclut pas totalement la datation de certains exemplaires à l’époque protobyzantine.

Fig. 1 – Tombeau rupestre romain décoré de bas-reliefs à l’est des carrières (J.‑C. Bessac).

Fig. 1 – Tombeau rupestre romain décoré de bas-reliefs à l’est des carrières (J.‑C. Bessac).

Fig. 2 – Tombeau rupestre antique à arcosolium à l’ouest des carrières (J.‑C. Bessac).

Fig. 2 – Tombeau rupestre antique à arcosolium à l’ouest des carrières (J.‑C. Bessac).

6Faute d’inscriptions et d’indices techniques bien datables, la situation chronologique des chantiers d’extraction et de leurs fronts de carrière est un peu comparable. À priori, bien qu’une datation absolue de leur fonctionnement à l’époque hellénistique et même romaine soit quasi certaine, elle reste néanmoins hypothétique.

L’emploi des pierres dans la ville antique

7Mis à part les tombeaux rupestres romains taillés dans le massif calcaire en marge de la ville, il ne semble pas subsister en place, dans le site urbain actuel, de vestiges contemporains construits en pierre de taille locale. Il est possible, cependant, que des pierres de taille antiques aient été remployées, notamment dans les monuments protobyzantins, comme les fortifications de la ville ou dans d’autres constructions plus récentes. L’éventualité d’un emploi sur d’autres sites, plus ou moins éloignés du centre urbain, doit être également envisagée.

  • 5 Ballance 1970, p. 134‑136.
  • 6 L’exemple des spolia médiévaux de fûts de colonnes de marbre de plusieurs tonnes sur le théâtre ro (...)
  • 7 À l’époque de Nur al‑Din, les colonnes de Qinnasrin ont été également réutilisées pour restaurer l (...)

8Les recherches et prospections de la mission ont permis d’identifier quelques pierres locales vraisemblablement romaines. Parmi celles-ci, de nombreux exemplaires, notamment des fûts de colonne, paraissent provenir des parties les plus résistantes du calcaire en surface de l’affleurement. Plus sûrement attribuables à l’époque romaine, quelques fragments de pierres ornementales, parfois assez volumineux, sont visibles en remploi dans les murs des maisons traditionnelles de la ville et dans les vestiges de constructions protobyzantines et islamiques. Pour la plupart, il s’agit d’éléments architecturaux, souvent incomplets, issus essentiellement de colonnades et taillés en diverses roches dures polissables : granit gris de Troade, porphyre rouge égyptien, marbres gris et blancs divers, etc. Cette présence de roches ornementales importées est assez commune dans les villes de l’Empire romain d’une certaine importance. Ces pierres proviennent presque toutes de contrées assez éloignées (Turquie du Nord, Égypte, Grèce) et sont connues pour leur prix relativement élevé sur le marché romain du bâtiment 5. Par ailleurs, elles sont assez résistantes et ont été souvent l’objet de plusieurs remplois successifs dans divers bâtiments. La proximité relative d’une grande ville comme Alep 6 a pu accentuer leur pillage systématique pour orner ses riches constructions civiles et religieuses 7 et peut expliquer leur rareté actuelle. La récupération des pierres de taille ordinaires des ouvrages antiques de Chalcis pour les remployer à Alep est également envisageable, la distance à parcourir n’étant que de 25‑30 km. L’économie réalisée sur l’extraction et la taille des blocs devait être contrebalancée par les frais du transport par rapport à de la pierre équivalente extraite en bordure immédiate de cette ville. Mais le vrai gain d’une telle récupération concernait essentiellement les temps de production, dont la réduction devait être particulièrement appréciée surtout pour les constructions défensives, souvent élevées dans la hâte.

  • 8 Rapport et relevés photographiques de M. Bovagne et M. Rochette sur le secteur P408, que m’a aimab (...)
  • 9 J’ai pu observer ces blocs sur des clichés numériques d’excellente qualité qui permettaient d’iden (...)
  • 10 Il aurait été techniquement très difficile d’utiliser de tels blocs autrement que pour des ouvrage (...)

9En septembre 2010, après la fin de la présente expertise sur le terrain, la découverte fortuite de vestiges de la fondation d’un puissant rempart en grand appareil 8 a permis de conforter l’hypothèse présentée ci-dessus concernant les spolia systématiques de pierres de taille ordinaires. Ces vestiges de courtine étaient scellés par de la céramique du iiie s. et il ne restait plus en place que quelques boutisses en calcaire local de variétés assez hétérogènes, semble-t-il 9, le reste ayant été systématiquement pillé, certainement dès cette date. Cette récupération ancienne de blocs était peut-être destinée à des remplois locaux pour renforcer ou modifier dans l’urgence des défenses du Bas-Empire, face à la menace sassanide au cours de l’avancée de Shapur Ier vers Antioche en 260, mais ce n’est là qu’une hypothèse. Les nouvelles constructions défensives 10 locales qui ont probablement bénéficié de ces remplois ont été pillées à leur tour de la même manière, mais à une date indéterminée et en faveur de fortifications certainement plus éloignées parmi lesquelles celles d’Alep paraissent les mieux placées géographiquement. L’étude des traces d’outils sur ces blocs de fondation permet de proposer une date de construction de ce rempart local entre le début de l’occupation romaine et le milieu du iiie s. (voir plus bas l’étude des techniques d’extraction et de taille). Cette période correspond probablement aussi à une phase d’activité maximale des carrières de Chalcis.

La problématique particulière des carrières locales

10La durée de l’expertise sur le terrain ayant été très limitée, ma contribution ne propose que quelques éléments particuliers de réponse à une problématique de l’exploitation de la pierre locale qui s’avère relativement complexe. Il existe un plan altimétrique de l’éminence dans laquelle ont été ouvertes les anciennes carrières au nord de la ville que le lecteur pourra consulter dans la présentation générale des recherches (Chapitre 6, fig. 3). Mais l’absence de sondages et repérages précis des découpes de fronts rocheux ne lui donne pas la valeur archéologique d’un véritable relevé topographique des structures rocheuses. Le site des principales carrières ne sera donc présenté en plan que de manière très schématique et malheureusement lacunaire, ceci dans le seul but de situer les grandes lignes de ses fronts. En l’état actuel de la recherche, pour faciliter sa présentation, on peut diviser cet ensemble de chantiers d’extraction en trois grandes parties : orientale, centrale et occidentale (fig. 3). En dépit de leur nombre, les petits fronts de taille superficiels ne sont pas mentionnés du fait de leur dispersion sur une trop vaste surface. Aucune fouille n’ayant été réalisée, les observations ne concernent donc que des vestiges bien visibles en surface ou mis au jour ces dernières décennies lors de récupérations de déblais sans contrôle archéologique. En dépit de ces conditions d’étude un peu aléatoires, il est possible d’aborder quelques aspects essentiels de l’exploitation de la pierre à Chalcis/Qinnasrin, en particulier :

  • la situation des carrières de la ville par rapport aux ressources minérales de la proche région ;
  • les caractéristiques générales de la roche locale (caractères techniques et lithostratigraphie de l’affleurement) ;
  • l’implantation topographique des exploitations ;
  • les stratégies d’extraction locales et leur évolution en chronologie relative ;
  • les techniques d’extraction des blocs ;
  • les déblais d’extraction et les témoins de la production en carrière.

Fig. 3 – Schéma de répartition des trois grands groupes de chantiers d’extraction (J.‑C. Bessac).

Fig. 3 – Schéma de répartition des trois grands groupes de chantiers d’extraction (J.‑C. Bessac).

Aperçu des ressources en pierre de taille autour de Qinnasrin

  • 11 Vue générale fondée essentiellement sur la carte lithologique de Dubertret 1945 et sur des observa (...)

11D’un point de vue économique et même technique, il est indispensable d’aborder le fonctionnement et le développement de carrières locales en les situant préalablement par rapport aux possibilités de production de la proche région dans le même domaine 11. En effet, il est surprenant de constater le faible volume de pierre de taille qui subsiste dans la ville actuelle, même sous la forme de remplois, par rapport à l’importance des anciennes carrières qui jouxtent son côté nord. Il est possible qu’une forte récupération des pierres des ouvrages antiques locaux, surtout au bénéfice de la ville d’Alep, fausse notre vision actuelle. Mais ce n’est là qu’une éventualité : il faut également envisager la possibilité d’autres débouchés antiques des carrières locales dans un rayon relativement réduit autour du site.

  • 12 Pour une synthèse générale sur ces trois sites, voir Burns 1998, p. 48, 125‑127 et 212‑213.

12Au-delà de quelques kilomètres au nord et à l’ouest de Qinnasrin, il existe des roches comparables mentionnées comme calcaires poreux encroûtés sur les cartes lithologiques. Dans la même direction, mais dans un rayon de 20 à 40 km, au nord et au sud d’Idlib, en bordure orientale et méridionale du massif calcaire de Syrie du Nord, affleurent des calcaires dolomitiques fermes plus compacts et de meilleure qualité pour la taille de pierre que la roche tendre locale. Au sud et à l’est de Qinnasrin, les affleurements de calcaire sont plus marneux et les seules pierres de qualité vraiment utilisables pour la construction en pierre appareillée sont des basaltes comme ceux employés dans les villes protobyzantines d’Andarin, Qasr Ibn Wardan et aussi bien plus anciennement à Ebla dans sa porte sud 12 datée du Bronze moyen. À l’est, il faut s’éloigner beaucoup plus du site et ce n’est qu’aux abords de la vallée de l’Euphrate qu’affleurent du gypse ou de l’anhydrite pouvant servir de pierre de taille fine et assez facile à tailler, mais peu résistante aux intempéries. Par conséquent, hors de la ville antique de Chalcis, c’est principalement des côtés est et sud que le calcaire local pouvait éventuellement trouver des débouchés dans la proche région.

Les caractéristiques générales de la roche locale

  • 13 Échelle traditionnelle étalonnée de manière croissante de 1 à 14 par l’Association française de no (...)

13La roche locale est un calcaire de résistance et de dureté variables entre le sommet de l’affleurement et les secteurs les plus profonds de son exploitation. Au point le plus bas des chantiers d’extraction, elle peut être classée parmi les calcaires tendres avec un indice de difficulté de taille assez faible, évalué entre 3 et 4 dans l’échelle de référence de l’Afnor 13. En surface, son exposition à l’air et à la pluie, durant probablement plusieurs dizaines de millénaires, a produit peu à peu une forte induration. Mais celle-ci semble plus épaisse vers le sommet de l’éminence qu’à sa base, en particulier du côté de son flanc sud. À partir du sol naturel, sur 2 à 3 m en haut de l’affleurement et sur 1 à 2 m dans le bas de sa pente, il en résulte une roche ferme qui peut être ornée, comme le prouvent les sculptures du tombeau rupestre romain taillées à proximité de l’angle nord-est des carrières (fig. 1). À ce niveau superficiel de la roche, sa difficulté de taille se situe entre les indices 5 et 6.

  • 14 Croûte de calcaire pur (sorte de calcite) qui se concentre progressivement en surface de la pierre (...)

14En profondeur, le calcaire est donc beaucoup plus facile à extraire et à tailler, en contrepartie, il résiste mal aux remontées capillaires d’humidité qui le fragilisent et le désagrègent progressivement. Son altération se concrétise par sa déstructuration en nodules de 1 à 5 cm de diamètre. Cette variété inférieure a probablement servi à tailler des blocs de grand appareil sans décor ou des éléments d’architecture protégés de la pluie soit par leur position intérieure, soit par l’intermédiaire d’enduits de mortier de chaux ou de décors en stuc qui les imperméabilisaient. Mais, à l’instar de ce qui se passe en carrière, une fois transformé en pierre de taille, ce calcaire craint toujours les remontées capillaires d’humidité. Il est vrai, cependant, qu’entre son faciès très induré de surface et celui plutôt crayeux du fond, le niveau intermédiaire de la roche, une fois en œuvre à l’extérieur, mais hors d’atteinte des remontées capillaires, acquiert peu à peu un calcin 14 protecteur qui durcit son épiderme sur quelques millimètres et régule la pénétration de l’eau de pluie.

L’implantation des exploitations de pierre

  • 15 Les roches sédimentaires s’étant formées horizontalement, leur pendage correspond à la pente acqui (...)

15Les carrières ont été ouvertes dans une éminence rocheuse déjà naturellement façonnée par des plissements géologiques et par l’érosion, surtout vers le sud, au contact de la ville (voir le relevé altimétrique général, Chapitre 6, fig. 3). Cette direction méridionale correspond aussi au sens du pendage géologique 15 général de ce calcaire. En partant de la ligne sommitale de l’éminence, le creux du plissement principal est marqué par deux petits wadis, dont l’orientation dominante et la pente sont d’est en ouest. Ils ont creusé leur lit dans une partie plus crayeuse du substrat rocheux, trop tendre ici pour servir de pierre de taille. Ce flanc de l’affleurement a donc été exploité uniquement pour fournir du gravier et comme matériau de tout-venant pour l’enceinte islamique. Il s’agit d’exploitations souterraines, creusées de salles auxquelles on accédait par l’intermédiaire d’un court tunnel en pente (fig. 4).

Fig. 4 – Carrière souterraine de gravier sur le versant nord-est de l’éminence, secteur P67 (M.‑O. Rousset).

Fig. 4 – Carrière souterraine de gravier sur le versant nord-est de l’éminence, secteur P67 (M.‑O. Rousset).

16Seul le versant méridional de l’éminence calcaire a été l’objet d’une exploitation intensive pour produire de la pierre de taille. Mais les déchets d’extraction anciens et les fronts de taille ont été souvent remaniés et modifiés par les activités anthropiques postérieures qui n’ont pas cessé depuis l’abandon de l’exploitation de la pierre et l’urbanisme actuel qui a progressé vers la zone de carrières (fig. 5). Plusieurs chantiers d’extraction, notamment dans la partie centrale, ont été transformés en enclos pour les animaux, compliquant ainsi la lecture de la disposition originelle de leurs fronts. Le calcaire superficiel induré du sommet de l’éminence a été exploité essentiellement de manière très extensive et à faible profondeur, moins d’un mètre en général. Sa bonne résistance a été mise à profit pour la taille de la majorité des tombeaux rupestres, en particulier pour leur plafond qui est souvent en forme de voûte en berceau. Ceci explique la position souvent assez haute des tombeaux tranchés par les fronts de carrière postérieurs. Les grands chantiers d’extraction de pierre de taille se sont développés essentiellement sur le flanc méridional du site en s’adaptant au pendage de la roche. Du côté nord, leur progression s’est arrêtée environ à mi-hauteur de l’éminence.

Fig. 5 – Vue générale d’ouest en est des carrières ouvertes sur le flanc sud du site (J.‑C. Bessac).

Fig. 5 – Vue générale d’ouest en est des carrières ouvertes sur le flanc sud du site (J.‑C. Bessac).

Les stratégies d’extraction locales et leur chronologie relative

La prédominance des extractions intensives en tranchée

  • 16 Type d’exploitation étroite et longue, voir Bessac 1986a, p. 169, fig. 13, n° 2 ; Bessac 2003, p.  (...)
  • 17 Tel est le cas, notamment, des nécropoles rupestres nabatéennes (Bessac 2007, p. 137‑138).

17D’une manière générale et en dépit de leur apparence actuelle qui résulte de leur comblement, surtout dans la partie centrale, les chantiers d’extraction des pierres de taille se sont plus étendus en profondeur qu’en surface. Ils sont donc de type intensif et se développent principalement à ciel ouvert en tranchées 16, larges de 4 à 10 m. Localement, ils se caractérisent par une progression interne orientée majoritairement du sud vers le nord, leur accès principal originel étant vertical et situé à la base de l’éminence (fig. 6). Pour l’essentiel, ils semblent donc avoir été ouverts en premier lieu au pied du versant sud de l’éminence et s’être étendus surtout vers le haut, à contresens du pendage géologique. Ce sens de progression s’avère techniquement le mieux adapté à une extraction fonctionnelle du fait que l’évacuation des blocs séparés du substrat s’effectue ainsi dans le sens de la pente. Le démarrage des chantiers au pied de l’éminence a certainement nécessité une amorce de la tranchée par une petite extraction en fosse avec une sortie verticale de la production à l’aide d’engins de levage placés au sommet des fronts. Le principe d’exploitation de la fosse initiale est tout à fait semblable au creusement d’un tombeau rupestre à cour comme l’exemplaire orné de sculptures à l’extrémité orientale des carrières (fig. 1). Précisons que l’économie des nécropoles rupestres des villes antiques est étroitement liée à la fourniture de pierre de taille des constructions voisines lorsque la bonne qualité de la roche le permet 17.

Fig. 6 – Extraction en tranchée dans le secteur ouest des carrières (J.‑C. Bessac).

Fig. 6 – Extraction en tranchée dans le secteur ouest des carrières (J.‑C. Bessac).
  • 18 Bessac 2003, p. 26, fig. 7a.

18Au cours de l’avancée du chantier, le comblement partiel avec des déchets d’extraction des secteurs les plus profonds des carrières en tranchée a probablement permis l’aménagement de rampes pour l’évacuation des blocs. À l’extrémité des tranchées, du côté de leur progression, la faible surface disponible pour l’exploitation frontale permet de proposer un fonctionnement avec une équipe composée de quatre à huit carriers dans chaque chantier. Pour éviter de se gêner mutuellement, ces spécialistes devaient même décaler leur niveau de travail au moins d’une hauteur de bloc, de façon à disposer leur front de taille respectif en gradins. Ce dispositif de progression, limité à deux ou trois degrés, est assez commun dans les carrières en tranchée et ne peut être assimilé aux véritables exploitations en paliers (ou en gradins) qui sont d’habitude beaucoup plus extensives 18.

  • 19 Röder 1993, p. 23, fig. 5; Röder 1971, p. 272‑273, fig. 14‑15.
  • 20 Constat vérifié dans des carrières modernes (Bessac 2000, p. 10), mais qui est également applicabl (...)
  • 21 Bessac 1999, p. 42, fig. 31.

19À l’instar d’autres exploitations du même type, notamment en Turquie 19, il existe dans les grandes tranchées des extractions transversales secondaires, surtout du côté ouest de l’affleurement. Elles forment des branches annexes au chantier principal et sont matérialisées par des redans ou, plus fréquemment, par des ouvertures de diverses largeurs dans les parois rocheuses qui bordent les tranchées. Elles constituent accessoirement des passages entre plusieurs grands chantiers dans les secteurs de tranchées où l’extraction principale est terminée. Ces extractions marginales correspondent vraisemblablement aux dernières phases d’exploitation de cette catégorie de chantier. Cette extension finale a parfois été poussée à l’extrême au point de faire disparaître presque tous les cloisonnements rupestres de séparation entre les diverses unités d’exploitation. En plusieurs points, on remarque cependant que des chicots de roche constituant des « laisses de carrière », témoins vraisemblables de limites d’exploitation propres à chaque chantier 20, ont été volontairement conservés, souvent sur toute la hauteur de l’affleurement dans son état initial (fig. 7). C’est là une pratique assez commune dans les carrières du monde antique méditerranéen qui s’est également poursuivie plus tard dans les exploitations traditionnelles 21. Cette forme d’exploitation permettait de bien délimiter l’emplacement de chaque équipe de carriers et pouvait aussi servir à mieux contrôler leur production.

Fig. 7 – Laisse de carrière entre deux exploitations en tranchée de la partie centrale du site (J.‑C. Bessac).

Fig. 7 – Laisse de carrière entre deux exploitations en tranchée de la partie centrale du site (J.‑C. Bessac).

20Du côté oriental de l’affleurement, il faut souligner que le tombeau rupestre romain décoré d’une sculpture n’a pas été entamé par l’extraction alors qu’il se trouve dans un secteur de très bonne roche en bordure orientale de la zone de carrière. Par ailleurs, de ce côté-là, le développement en longueur des grandes extractions en tranchée est plus réduit qu’à l’ouest. Ces particularités plaident donc en faveur de l’hypothèse d’une succession chronologique des ouvertures des tranchées d’ouest en est. Au contraire, du côté occidental, les tombeaux antiques à arcosolium sont presque tous tronqués par l’extension des chantiers d’extraction de pierre de taille (voir plus loin fig. 10) ; on peut donc en déduire que leurs dernières phases d’activité sont plus tardives qu’à l’est. À priori, il est vrai qu’on ne peut totalement exclure un fonctionnement quasi simultané de plusieurs chantiers d’extractions en tranchée, ouverts côte à côte, mais progressant de manière inégale. Toutefois, une autre particularité technique va à l’encontre de cette possibilité : initialement, chacun de ces chantiers en tranchée était séparé de son voisin par une épaisseur de roche variable de 1 à 4 m et la destruction de ces limites rupestres est prédominante à l’ouest du site.

Une extraction verticale évasée

21Dans ces vastes carrières, en marge des grands chantiers d’extraction ouverts en tranchées, on remarque deux autres types d’exploitation, et probablement un troisième, qui semblent correspondre chacun à une situation particulière. Tous sont situés dans le tiers occidental des carrières.

  • 22 Dénomination que je propose dans le cadre d’une nouvelle typologie des carrières en cours d’élabora (...)
  • 23 Bessac 1999, p. 28, fig. 11b ; Bessac 2007, p. 81‑82 et fig. 75d.
  • 24 Observations personnelles.

22Le premier se trouve au début de ce secteur, à peu près entre l’extrémité nord et sud de la tranchée la plus à l’ouest, sur son front oriental. Il s’agit d’une extraction à ciel ouvert que l’on peut qualifier de « verticale évasée 22 », mais qu’il ne faut pas confondre avec une extraction en puits pyramidal (voir plus bas) qui aurait été tronquée par la progression des tranchées. Ici la chronologie relative des traces est sans équivoque : la tranchée est bien antérieure. Ce type de chantier est donc de faible largeur et progresse presque verticalement à son démarrage au sommet des fronts de taille. Il s’élargit ensuite, au fur et à mesure qu’il s’approfondit (fig. 8). Ainsi, bien que commencée sur une petite surface, la production augmente de plus en plus en évasant peu à peu les fronts de taille vers le bas. Cette stratégie d’exploitation est connue sous une forme assez proche à Pétra dans les carrières en conque 23. Mais, plus près de Qinnasrin, à Palmyre, c’est tout à fait la même catégorie d’extraction verticale évasée en forme de trapèze qui occupe une large partie du sommet des grandes carrières du nord de la ville 24. Ces dernières exploitations ne peuvent être postérieures à la fin de la grande phase édilitaire de Palmyre, c’est-à-dire à la fin du iiie s. En dehors de cette région, il ne semble pas que d’autres exemplaires comparables aient été signalés. La possibilité d’une pratique antique spécifiquement syrienne est envisageable, mais il faut tenir compte des énormes lacunes qui existent dans les études typologiques des carrières de pierre de la région.

Fig. 8 – Extraction verticale évasée dans le secteur ouest des carrières (J.‑C. Bessac).

Fig. 8 – Extraction verticale évasée dans le secteur ouest des carrières (J.‑C. Bessac).

23À Qinnasrin, l’adoption isolée de cette technique paraît liée à une petite reprise de l’activité extractive, probablement par une équipe de carriers très réduite, voire un seul artisan, pour honorer une commande relativement modeste. Mais on ne peut écarter totalement l’hypothèse d’une concession d’extraction de surface très restreinte au sommet de l’affleurement que le carrier aurait progressivement agrandie à son avantage pour gagner un peu plus de volume de pierre que prévu initialement.

Une extraction en puits pyramidal dans un tombeau de l’âge du Bronze

24Encore plus atypique que le précédent dans le contexte local, ce second chantier est souterrain et s’est développé en puits pyramidal. Il est situé à l’extrémité nord de l’avant-dernière tranchée de la partie occidentale de l’affleurement. Les carriers ont profité ici de la présence d’un tombeau de l’âge du Bronze, creusé en ampoule, pour atteindre directement la couche de calcaire tendre sans avoir à traverser l’épaisseur de roche superficielle très indurée, donc plus résistante aux outils d’extraction (fig. 9). L’approfondissement de ce chantier a été poursuivi en élargissant progressivement la cavité, selon un volume en tronc de pyramide (fig. 10). Du côté ouest du puits, cet élargissement a tronqué un tombeau à arcosolium, et au sud, il a permis de rejoindre l’extrémité du chantier d’extraction en tranchée. Le faible diamètre du puits de l’âge du Bronze ne permettait de sortir que difficilement des pierres de volume assez réduit. La seule façon d’évacuer commodément la production de blocs de moyen ou grand appareil consistait donc à créer, aussi rapidement que possible, une ouverture au sud du puits. Mais le chantier d’extraction en tranchée ne pouvait être alors qu’abandonné puisque cette extrémité correspondait à son front d’avancement. Cette exploitation en puits lui est donc forcément postérieure.

Fig. 9 – Vue de bas en haut d’un tombeau en forme d’ampoule creusé à l’âge du Bronze puis réutilisé en carrière à partir de son sol (J.‑C. Bessac).

Fig. 9 – Vue de bas en haut d’un tombeau en forme d’ampoule creusé à l’âge du Bronze puis réutilisé en carrière à partir de son sol (J.‑C. Bessac).

Fig. 10 – Carrière en puits creusée à partir d’un tombeau de l’âge du Bronze ; son creusement a également tronqué un tombeau antique à arcosolium (J.‑C. Bessac).

Fig. 10 – Carrière en puits creusée à partir d’un tombeau de l’âge du Bronze ; son creusement a également tronqué un tombeau antique à arcosolium (J.‑C. Bessac).

25Cette chronologie relative entraîne toutefois une question concernant l’intérêt économique de l’adoption d’une telle extraction souterraine à cet emplacement si proche d’un chantier à ciel ouvert déjà existant et, à priori, plus facile à exploiter. L’existence d’un tombeau antérieur a été probablement déterminante puisqu’elle permettait d’économiser du travail dans la partie superficielle, la plus résistante, de la roche. Mais, à créer un chantier souterrain, il aurait été encore plus facile, semble-t-il, d’ouvrir une extraction en galerie comparable à l’exemplaire décrit ci-après, pour éviter la couche supérieure indurée. Il reste donc deux hypothèses : soit les carriers qui ont œuvré là ne maîtrisaient pas la technique d’extraction en galerie, laquelle exige beaucoup plus de rigueur et de dextérité, soit l’extraction en puits a été choisie par les mêmes carriers que le chantier en tranchée pour finir leur commande à moindres frais. Rappelons que l’exploitation en tranchée nécessite l’exploitation préalable de la totalité du volume supérieur de roche indurée, de plus en plus épais aux abords du sommet de l’éminence calcaire. Dans cette hypothèse, qui paraît la plus plausible, l’écart chronologique entre le fonctionnement de chacun de ces deux chantiers serait dérisoire.

  • 25 Des carrières de ce type se trouvent notamment au Liban, en Égypte près de Taposiris (observations (...)
  • 26 Exemplaires anciens, mais encore mal datés (en cours d’étude par J. Abdul Massih).

26Les extractions en puits de forme en tronc de pyramide sont représentées dans le monde antique méditerranéen dans des affleurements de pierre tendre surtout dans les régions de tradition phénicienne 25 et plus à l’ouest, carthaginoise. Leur pratique paraît s’être prolongée au-delà de la fin de ces cultures dans la mesure où elle était bien adaptée aux roches tendres présentant des difficultés d’exploitation superficielle, soit du fait de leur altération, soit en raison de leur forte induration, comme à Qinnasrin. Les exemples les plus proches se trouvent près de Baalbek au Liban 26.

Une petite exploitation en galerie ou une grande chambre funéraire ?

27L’identification du troisième type de chantier, également inhabituel dans la proche région, prête à débat. Les vestiges rupestres visibles se réduisent à une découpe à peu près rectangulaire dans le front est de l’avant-dernier chantier en tranchée de la partie occidentale, près de son extrémité inférieure. Il pourrait s’agir d’une petite exploitation souterraine en galerie, peut-être limitée à une seule salle. À première vue, en ce lieu, il semblerait qu’il y ait eu une extraction en galerie commencée à partir du front latéral de cette extraction en tranchée (fig. 11). Mais ce n’est qu’une impression puisque cette cavité est presque entièrement comblée par des déchets d’extraction anciens, bien stratifiés horizontalement. Ce remplissage ne peut guère s’expliquer que par l’entassement progressif de déblais provenant de l’activité extractive du chantier en tranchée adjacent. Du fait de ce comblement, il est toutefois impossible de pénétrer à l’intérieur pour vérifier s’il s’agit bien de cette catégorie d’exploitation ou d’une très grande chambre rupestre funéraire antérieure à l’extraction en tranchée à ciel ouvert. Il faut donc étudier les deux hypothèses.

Fig. 11 – Extraction en galerie sectionnée par une exploitation en tranchée dans le secteur central des carrières (J.‑C. Bessac).

Fig. 11 – Extraction en galerie sectionnée par une exploitation en tranchée dans le secteur central des carrières (J.‑C. Bessac).
  • 27 Voir Bessac 2007, p. 326 et 340, fig. 168 et 182.
  • 28 Hammoud, Omeri 2009, passim.
  • 29 Blömer, Crowther 2014 : sur le sanctuaire de Perre, au nord de la ville actuelle d’Adıyaman en Com (...)

28Les grandes chambres funéraires rupestres à haut plafond correspondant à ce format d’ouverture sont attestées essentiellement dans le monde nabatéen, surtout à Pétra, par exemple dans le tombeau dit « au soldat romain » ou le tombeau n° 676 27. Il faudrait alors supposer une destruction totale de la façade par l’extraction postérieure en tranchée, facilitée ici par la présence d’une fissure naturelle quasi verticale et perpendiculaire aux parois de la salle. Par ailleurs, il ne pourrait s’agir que d’un ouvrage rupestre assez rudimentaire quant à la qualité du creusement de sa chambre. Hors de la zone nabatéenne, plus au nord, notamment en Syrie dans le Qalamoun 28, en Syrie du Nord et en Commagène 29, il existe aussi des chambres rupestres cultuelles d’époque romaine ; elles présentent parfois des proportions comparables ainsi qu’une absence de rigueur géométrique dans la taille de leur plafond et de leurs parois.

  • 30 Bessac 2007, p. 84 et 260, fig. 88.
  • 31 La mission australienne de l’université de Sydney s’est intéressée essentiellement au site intra-m (...)

29Quant aux extractions en galerie assez hautes ou en salle, elles sont rarissimes. Seule la cité nabatéenne de Pétra présente un unique exemplaire dans le Wadi al‑Siyyagh 30. Dans la haute vallée de l’Euphrate syrien, le site hellénistique et romain de Jabal Khalid possède également quelques carrières de ce type extra-muros, mais elles sont de faible hauteur et leur datation reste à définir 31. En l’absence d’étude archéologique détaillée de l’exemplaire de Qinnasrin, sa nature précise ne peut pas être définie avec certitude. Néanmoins, l’irrégularité géométrique de ses structures paraît plus compatible avec une extraction en galerie qu’avec un tombeau ou une salle cultuelle rupestre. Quant à sa position en chronologie relative, elle est obligatoirement antérieure aux extractions en tranchée et pourrait donc correspondre à l’activité extractive la plus ancienne du site.

L’extraction superficielle extensive dispersée

  • 32 Dans le vocabulaire des carriers, les mots « découvert », « découverte » ou « découverture » désig (...)

30Cette catégorie d’extraction très superficielle s’étend sur de vastes espaces principalement au sommet de l’éminence et dans les petits oueds. Elle concerne uniquement la couche de calcaire induré, là où l’érosion l’a mise au jour (fig. 12). C’est une stratégie de production qui profite de l’opportunité d’une évaluation qualitative et d’une exploitation de la roche sans terrassement préalable pour éliminer les terrains de découverte 32 inutilisables comme pierre de taille. Mais son adoption peut également tenir à la recherche de pierres plus résistantes. Elle se concrétise sur le terrain par de nombreux petits chantiers, plus ou moins indépendants et dispersés, dont la surface est fréquemment inférieure à une dizaine de mètres carrés.

Fig. 12 – Front d’extraction d’un chantier de carrière superficielle extensive dispersée, secteur P69 (M.‑O. Rousset).

Fig. 12 – Front d’extraction d’un chantier de carrière superficielle extensive dispersée, secteur P69 (M.‑O. Rousset).
  • 33 Observations effectuées en 2008, en collaboration avec J. Abdul Massih.
  • 34 Bessac 2003, p. 24‑25.
  • 35 Remarque émise par M.‑O. Rousset à la suite des prospections pédestres dans ce secteur du site (Ro (...)

31Dans les zones semi-arides ou arides du Proche-Orient, la rareté de la végétation accentue le lessivage des terres et favorise particulièrement cette pratique. En Syrie, elle est présente, entre autres, à Palmyre en marge des grandes carrières orientales situées à une quinzaine de kilomètres de la ville antique 33. Mais elle est encore plus fréquente plus au sud, principalement en Jordanie 34. À Qinnasrin, elle semble avoir été prisée par les Romains, surtout pour obtenir des pierres plus résistantes, notamment pour la taille de fûts de colonnes. Soulignons toutefois que la densité et l’extension de ce type d’extraction sont particulièrement marquées aux abords et à l’intérieur de la fortification islamique. Ce constat permet de supposer qu’elle a été développée assez fortement lors de la construction de cet ouvrage militaire 35.

Les techniques d’extraction et de taille des blocs

L’étude des traces d’outils en carrière

  • 36 Noël 1968, p. 196 ; Abdul Massih, Bessac 2009, p. 71 et fig. 77.

32L’essentiel de l’extraction locale étant intensive et pratiquée dans des chantiers en tranchée, elle commence toujours à partir de la surface naturelle du rocher sur une aire à peu près carrée, au moins égale à la largeur de la tranchée. Chaque nouvelle progression en profondeur dans la roche se fait par tranches de 40 à 70 cm de haut (fig. 13). Cette hauteur est naturellement limitée par la technique dite du « havage » qui consiste à isoler verticalement le bloc de la masse rocheuse par des tranchées étroites (de 12 à 15 cm) dans lesquelles le carrier ne peut introduire qu’une jambe à la fois 36. Cette contrainte physique limite la hauteur des blocs de grand appareil extraits sur leur lit de carrière à un maximum d’un mètre. Mais, dans le cadre d’une production optimale visant à réduire le temps de travail et la fatigue, les hauteurs indiquées ci-dessus sont les mieux adaptées.

Fig. 13 – Tranchées étroites (havage) sur un front d’extraction dans le secteur ouest des carrières (J.‑C. Bessac).

Fig. 13 – Tranchées étroites (havage) sur un front d’extraction dans le secteur ouest des carrières (J.‑C. Bessac).
  • 37 Pic traditionnel spécifique de l’extraction (Bessac 1996, p. 196‑201 ; Abdul Massih, Bessac 2009, (...)

33À Qinnasrin, quel que soit de type de chantier, le creusement des havages était pratiqué à l’aide d’un pic d’extraction (escoude 37) forgé, à chacune de ses deux extrémités, d’un petit tranchant perpendiculaire au manche de l’outil. Les quelques traces d’impacts de ce tranchant observées en carrière montrent que sa largeur est ici légèrement inférieure au centimètre. Mais des impacts résiduels du même outil visibles sur un lit d’attente d’un bloc du secteur oriental du rempart romain récemment mis au jour révèlent un tranchant de largeur légèrement supérieure (voir plus bas).

  • 38 Dworakowska 1988, p. 215‑238 ; Bessac 1996, passim.

34N’ayant pu observer les sols de carrière, il est difficile de décrire le moyen précis employé pour fracturer les blocs à leur base. On peut seulement supposer que, comme presque partout ailleurs dans cette catégorie de pierre et à toutes les époques depuis la vulgarisation du fer, des coins forgés dans ce métal ont été employés 38. Cette hypothèse est d’ailleurs confirmée par l’observation des traces sur un bloc du secteur oriental du rempart antique (voir plus bas).

35À chaque nouvel approfondissement du sol de carrière correspondant à une hauteur de bloc, deux solutions se présentent au carrier : soit créer un ressaut de 4 à 5 cm tout le long des fronts pour éviter de s’accrocher les doigts, soit incliner sa tranchée et donc son pic dans le même but. La première solution est la plus facile, elle exige moins d’expérience professionnelle et diminue la fatigue du carrier. En contrepartie, elle réduit peu à peu la surface de roche exploitable au fond du chantier. Cette méthode est surtout identifiable dans la partie orientale des carrières qui correspond peut-être aux chantiers les plus récents de l’exploitation (fig. 14). La seconde méthode élargit la surface exploitable en profondeur pour augmenter la production, mais elle exige plus de métier et génère plus de fatigue. Elle est surtout visible dans les parties médiane et occidentale de l’exploitation, elle est fréquemment attachée à des fronts de carrière à redans (fig. 15). La différence entre les deux méthodes étant directement liée à la qualification ou à la rigueur du carrier, il serait hasardeux d’essayer d’utiliser ce critère comme indice chronologique.

Fig. 14 – Ressauts d’extraction dans le secteur oriental des carrières (J.‑C. Bessac).

Fig. 14 – Ressauts d’extraction dans le secteur oriental des carrières (J.‑C. Bessac).

Fig. 15 – Fronts de carrière du secteur sud-ouest des carrières centrales creusés en dévers pour augmenter la production (J.‑C. Bessac).

Fig. 15 – Fronts de carrière du secteur sud-ouest des carrières centrales creusés en dévers pour augmenter la production (J.‑C. Bessac).

L’étude des traces d’outils sur le rempart oriental (secteur P408)

  • 39 Dans les affleurements de roches plus cassantes et divisées en bancs par des joints de stratificat (...)

36Hors des carrières, l’étude des blocs de fondation du secteur oriental du rempart romain nouvellement mis au jour permet de préciser certains aspects techniques du travail du calcaire local. Du fait de l’enfouissement de la fondation de ce rempart, les quelques blocs encore en place ont été protégés des altérations atmosphériques et ont conservé des traces très nettes des outils qui ont permis de les extraire et de les tailler. Parmi celles-ci, on observe sur un lit d’attente trois creux peu profonds et de plan trapézoïdal (fig. 16). Il s’agit de vestiges d’emboîtures, c’est-à-dire des trous étroits creusés à la base des blocs 39 pour placer des coins destinés à fracturer la roche pour la détacher du substrat. L’épaisseur très réduite de ces emboîtures prouve que seuls des coins de fer ont pu être employés efficacement dans ces creux. Ces lits d’attente comportent également des impacts d’un pic d’extraction du type escoude, c’est-à-dire étroit et muni à chacune de ses deux extrémités d’un étroit tranchant (environ 1,2 cm) un peu arrondi par l’usure.

Fig. 16 – Bloc issu des fondations du secteur oriental du rempart antique (P408) présentant diverses traces d’outils (M.‑O. Rousset).

Fig. 16 – Bloc issu des fondations du secteur oriental du rempart antique (P408) présentant diverses traces d’outils (M.‑O. Rousset).
  • 40 Bessac 1986b, p. 69‑75.
  • 41 Bessac 1986b, p. 60‑68.
  • 42 Bessac 1986b, p. 72.
  • 43 Bessac 1997, p. 186 et fig. 30, n° 1 (nom arabe : châhutâ).
  • 44 Bernard et al. 1998, p. 60‑61, fig. 5a‑c.
  • 45 En Gaule méditerranéenne, la diffusion générale des outils dentés pour le travail de la pierre com (...)
  • 46 Bessac 1997, t. 2, p. 125‑127.
  • 47 Observations personnelles sur des monuments de Jordanie, de Syrie et du Liban.
  • 48 La possibilité d’une introduction en Syrie par les Achéménides doit être envisagée puisque des cis (...)
  • 49 Observations personnelles.

37Les traces d’outils de taille sur ces mêmes blocs révèlent aussi l’usage très fréquent d’un marteau à deux tranchants forgés de dents pointues, mais plus ou moins usées selon les blocs. On distingue également des séries d’impacts de dents rectilignes correspondant à des tranchants divisés en dents rectangulaires. Il s’agit donc d’un marteau grain d’orge 40 pour les premiers et d’une bretture 41 pour les seconds. En outre, la répartition divergente, plutôt que rayonnante, des impacts de ces marteaux sur la pierre permet d’identifier des modèles particuliers encore utilisés traditionnellement, surtout en Méditerranée orientale 42 et au Proche-Orient 43 et qui se caractérisent par une disposition des tranchants perpendiculaire au manche. Dans l’Antiquité, cet outil était connu en Occident dès le règne de l’empereur Tibère 44 et peut-être antérieurement 45. L’étude des remparts hellénistiques de Doura-Europos 46 et les observations sur d’autres monuments de la région 47 indiquent que, d’une manière générale, les outils dentés ne deviennent communs dans les ouvrages en pierre syriens qu’à partir du règne de Trajan. On peut même affirmer qu’à partir de cette date ils acquièrent une certaine prédominance comme l’attestent localement les quelques témoins lapidaires incontestablement romains. Toutefois, ils étaient connus au Proche-Orient dès l’époque achéménide 48, mais leur usage avant la domination romaine se limitait aux œuvres très ornées ou sculptées. Les blocs ordinaires des remparts hellénistiques de la région, comme Doura-Europos, Jabal Khaled, Cyrrhus, Apamée de l’Oronte et Ras Ibn Hani, ne présentent d’habitude que des impacts d’outils à pointe unique ou à tranchants rectilignes, notamment de marteau taillant et de ciseau droit 49. La datation de cette partie du rempart de Chalcis se situe donc vraisemblablement entre le début de l’occupation romaine et le milieu du iiie s.

Les déblais d’extraction et les témoins de la production en carrière

38Si nous pouvons actuellement examiner des fronts et les structures générales rupestres de ces carrières, cela tient à un large dégagement mécanique, sans contrôle archéologique, des déblais qui y ont été accumulés depuis l’abandon des exploitations. Il s’agit de travaux relativement récents, probablement de moins d’une quinzaine d’années. Seuls quelques sommets de fronts de carrière présentant une patine grise étaient probablement restés à l’air libre depuis la fin de l’activité extractive de ces chantiers.

  • 50 Schmidt-Colinet 1995, p. 57, fig. 6‑7.

39La superposition stratigraphique des dépôts d’éclats de diverses grosseurs et duretés de pierre révèle des alternances de phases de destruction (et/ou d’extraction) du calcaire induré superficiel lors des extensions du chantier et d’extraction en profondeur dans de la roche tendre (fig. 17). Aucun tesson de céramique n’est visible dans ces coupes. Cette absence plaide en faveur de l’hypothèse de carriers ayant leur logement et leur lieu de repos à l’extérieur de l’exploitation, probablement dans la ville antique adjacente aux carrières. Cette situation était beaucoup plus confortable pour les carriers antiques que les exploitations éloignées des habitats, comme les carrières orientales de Palmyre distantes d’une quinzaine de kilomètres de la ville et dans lesquelles des cabanes rudimentaires servaient d’abris 50. Il est donc impossible de dater les chantiers de Qinnasrin à partir des témoins archéologiques habituels de la vie domestique. Par ailleurs, l’absence de marques lapidaires sur les fronts pourrait révéler une main-d’œuvre locale et surtout un écoulement de la production à proximité des carrières. Il n’est pas nécessaire d’identifier par des marques la production de chaque équipe de carriers travaillant dans un chantier d’extraction si elle vit en permanence à proximité de celui-ci. En revanche, s’il s’agit d’équipes itinérantes, le marquage des blocs et des fronts devient indispensable. Notons que parmi les nombreux blocs examinés lors des prospections générales seulement deux exemplaires présentaient des marques lapidaires. L’une est double et gravée sur un lit d’attente d’un tronçon de fût de colonne romain pour indiquer la colonne à laquelle appartient cet élément et sa place exacte dans sa hauteur. La seconde se trouve sur un parement de calcaire induré dont la taille pointée correspond plus au traitement habituel des ouvrages défensifs islamiques qu’aux pratiques antiques. L’hypothèse d’équipes itinérantes de constructeurs est donc envisageable pour ces derniers ouvrages.

Fig. 17 – Coupe stratigraphique (fortuite) des déblais d’extraction du secteur oriental des carrières (J.‑C. Bessac).

Fig. 17 – Coupe stratigraphique (fortuite) des déblais d’extraction du secteur oriental des carrières (J.‑C. Bessac).

40Partout où les déchets d’extraction anciens qui comblent les carrières apparaissent en coupe, il y a très peu de gros déchets correspondant à des ratés d’extraction ou de taille. Pour l’instant, seule l’ébauche d’un grand tambour de colonne (environ 90 cm de diamètre) a été identifiée sur le côté sud, au point le plus bas du secteur occidental des carrières (fig. 18). Ce type de grande colonne divisée en tambours peu épais ne se trouve guère que dans les monuments hellénistiques et romains. Dès l’époque protobyzantine, les constructeurs écartent cette catégorie de colonnes au profit d’éléments monolithes ou composés de fûts divisés en deux ou trois parties. Notons également, dans les mêmes déchets de carrière que le tambour, la présence d’un bloc quadrangulaire de grand appareil abandonné en état d’ébauche.

Fig. 18 – Tambour de colonne et bloc de grand appareil, probablement romains, abandonnés dans les déblais de carrière (J.‑C. Bessac).

Fig. 18 – Tambour de colonne et bloc de grand appareil, probablement romains, abandonnés dans les déblais de carrière (J.‑C. Bessac).

Conclusion

41Il est difficile de proposer une conclusion générale sur un site d’extraction seulement à partir des données d’une expertise fondée sur une trop rapide visite des vestiges. Il ne sera donc question ici que de propositions provisoires qu’il conviendrait de préciser et d’approfondir en s’appuyant sur des relevés topographiques des vestiges rupestres après des fouilles et sur une lecture plus attentive de la stratigraphie des déchets d’extraction.

42Dans les carrières, le seul ancrage chronologique fiable, mais peu précis, est constitué par le tambour de colonne dont l’antiquité ne peut être mise en doute. La question des datations absolues des activités successives de ce grand ensemble de carrières reste néanmoins en large partie ouverte. Pour l’instant, c’est seulement par déductions historiques que l’on peut affirmer que leur fonctionnement s’étend entre l’époque hellénistique et la fin de l’époque protobyzantine. Toutefois, des extractions extensives plus tardives, puisque vraisemblablement d’époque islamique, ont été pratiquées sur le site, en particulier dans son secteur nord-est et surtout aux abords et à l’emplacement de la citadelle élevée durant cette période. On ne peut donc totalement écarter l’hypothèse d’une petite reprise ponctuelle de l’activité extractive également durant cette époque en quelques points des grandes carrières. Concernant les constructions de cette ultime phase de grandes constructions sur le site, il faut aussi tenir compte de l’apport majeur des spolia sur les ouvrages antérieurs.

43Les chantiers d’extraction en tranchée sont les plus nombreux et les plus importants. Ils correspondent à la phase d’exploitation la plus intensive alors que les autres types de carrières sont vraiment marginaux, mise à part l’extraction superficielle extensive dispersée qui se place probablement en deuxième position, mais assez loin derrière la première. L’arrêt successif d’ouest en est des grands chantiers d’extraction paraît tenir aux difficultés croissantes que présente l’exploitation vers le haut de l’éminence. Les écarts chronologiques entre les divers types de carrières semblent assez réduits. Le plus ancien de tous pourrait correspondre à de l’extraction en galeries, mais il faudrait confirmer cette hypothèse par des fouilles et des relevés à l’intérieur de cette structure rupestre. Le plus récent est certainement l’extraction superficielle extensive dispersée bien que cette pratique ait débuté certainement dès l’époque romaine, voire un peu avant.

44La présente expertise ouvre donc de larges perspectives d’études qu’il faudrait pouvoir engager dans le cadre plus large de l’établissement d’une typologie chronologique des techniques d’extraction au Proche-Orient. Parmi les sites d’extraction dont le fonctionnement antique est quasi certain, les carrières de Chalcis/Qinnasrin occupent une place de choix, notamment du fait de la grande proximité de la ville ainsi que de sa nécropole et de la relative diversité de ses types d’exploitation.

Notes

1 Mission effectuée en août 2010 dans le cadre de mon affectation au CNRS‑MAE, SR3135, IFPO Damas avec l’aide sur le terrain de Marie‑Odile Rousset et son équipe, ainsi que des responsables archéologiques syriens ; je tiens à tous les remercier ici.

2 Les synthèses sont rarissimes, citons celle de Arce 2014, p. 383‑427 qui révèle le caractère embryonnaire de cette recherche.

3 Monceaux, Brossé 1925, p. 347‑350.

4 Pour l’analyse de ce tombeau, voir M.‑O. Rousset, M. Bovagne et M. Rochette dans ce volume (Chapitre 14).

5 Ballance 1970, p. 134‑136.

6 L’exemple des spolia médiévaux de fûts de colonnes de marbre de plusieurs tonnes sur le théâtre romain de Cyrrhus, pourtant plus éloigné d’Alep que Qinnasrin et présentant un cheminement plus difficile, prouve qu’il s’agissait là de pratiques communes (Sauvaget 1941a, p. 49 ; Frézouls 1954‑1955, p. 119‑120).

7 À l’époque de Nur al‑Din, les colonnes de Qinnasrin ont été également réutilisées pour restaurer la mosquée omeyyade d’Alep après l’incendie du 24 juillet 1169 (d’après Ibn Shaddad, éd. Sourdel 1953, p. 32). La ville a aussi servi de carrière pour la construction d’un pont sur le Quwayq et d’un caravansérail, à al‑Funaydiq ou Tall al‑Sultan, au début du xiiie s. (Eddé 1999, p. 267 et 512 ; Rousset 2008, p. 366).

8 Rapport et relevés photographiques de M. Bovagne et M. Rochette sur le secteur P408, que m’a aimablement transmis M.‑O. Rousset.

9 J’ai pu observer ces blocs sur des clichés numériques d’excellente qualité qui permettaient d’identifier les nuances de grain et les impacts d’outils. Voir M. Bovagne et M. Rochette dans le présent ouvrage (Chapitre 8).

10 Il aurait été techniquement très difficile d’utiliser de tels blocs autrement que pour des ouvrages assez sommaires (militaires ou de génie civil), sans ornement, du fait de la qualité hétérogène du calcaire employé dans ce rempart surtout après un premier remploi.

11 Vue générale fondée essentiellement sur la carte lithologique de Dubertret 1945 et sur des observations personnelles.

12 Pour une synthèse générale sur ces trois sites, voir Burns 1998, p. 48, 125‑127 et 212‑213.

13 Échelle traditionnelle étalonnée de manière croissante de 1 à 14 par l’Association française de normalisation (Noël 1968, p. 136).

14 Croûte de calcaire pur (sorte de calcite) qui se concentre progressivement en surface de la pierre lorsque celle-ci est exposée aux alternances pluie/ensoleillement (Noël 1968, p. 73‑75 ; Perrier 2004, p. 624 et 646).

15 Les roches sédimentaires s’étant formées horizontalement, leur pendage correspond à la pente acquise à la suite du basculement de la roche sous les poussées tectoniques.

16 Type d’exploitation étroite et longue, voir Bessac 1986a, p. 169, fig. 13, n° 2 ; Bessac 2003, p. 26‑27 et fig. 7c.

17 Tel est le cas, notamment, des nécropoles rupestres nabatéennes (Bessac 2007, p. 137‑138).

18 Bessac 2003, p. 26, fig. 7a.

19 Röder 1993, p. 23, fig. 5; Röder 1971, p. 272‑273, fig. 14‑15.

20 Constat vérifié dans des carrières modernes (Bessac 2000, p. 10), mais qui est également applicable aux chantiers antiques.

21 Bessac 1999, p. 42, fig. 31.

22 Dénomination que je propose dans le cadre d’une nouvelle typologie des carrières en cours d’élaboration.

23 Bessac 1999, p. 28, fig. 11b ; Bessac 2007, p. 81‑82 et fig. 75d.

24 Observations personnelles.

25 Des carrières de ce type se trouvent notamment au Liban, en Égypte près de Taposiris (observations personnelles) et en Tunisie au cap Bon (Rakob 1995, p. 62‑64 ; Paskoff, Trousset 1995, p. 57‑66).

26 Exemplaires anciens, mais encore mal datés (en cours d’étude par J. Abdul Massih).

27 Voir Bessac 2007, p. 326 et 340, fig. 168 et 182.

28 Hammoud, Omeri 2009, passim.

29 Blömer, Crowther 2014 : sur le sanctuaire de Perre, au nord de la ville actuelle d’Adıyaman en Commagène. Voir aussi les n. 106 et 107, p. 362, qui mentionnent d’autres installations similaires, dont certaines inédites à Damlica, Kelefis et Khirbet Khalid.

30 Bessac 2007, p. 84 et 260, fig. 88.

31 La mission australienne de l’université de Sydney s’est intéressée essentiellement au site intra-muros, voir Clarke et al. 2002.

32 Dans le vocabulaire des carriers, les mots « découvert », « découverte » ou « découverture » désignent tous les matériaux géologiques superficiels qu’il faut dégager pour atteindre la roche saine (Noël 1968, p. 126 ; Perrier 2004, p. 435 et 440 ; Abdul Massih, Bessac 2009, p. 52).

33 Observations effectuées en 2008, en collaboration avec J. Abdul Massih.

34 Bessac 2003, p. 24‑25.

35 Remarque émise par M.‑O. Rousset à la suite des prospections pédestres dans ce secteur du site (Rousset 2013a, p. 70‑80).

36 Noël 1968, p. 196 ; Abdul Massih, Bessac 2009, p. 71 et fig. 77.

37 Pic traditionnel spécifique de l’extraction (Bessac 1996, p. 196‑201 ; Abdul Massih, Bessac 2009, p. 63).

38 Dworakowska 1988, p. 215‑238 ; Bessac 1996, passim.

39 Dans les affleurements de roches plus cassantes et divisées en bancs par des joints de stratification, les emboîtures sont souvent creusées sur le dessus du bloc afin de pouvoir le fracturer verticalement (Bessac 1999, p. 25‑26 et fig. 18).

40 Bessac 1986b, p. 69‑75.

41 Bessac 1986b, p. 60‑68.

42 Bessac 1986b, p. 72.

43 Bessac 1997, p. 186 et fig. 30, n° 1 (nom arabe : châhutâ).

44 Bernard et al. 1998, p. 60‑61, fig. 5a‑c.

45 En Gaule méditerranéenne, la diffusion générale des outils dentés pour le travail de la pierre commence durant le règne d’Auguste et semble tenir à des progrès sidérurgiques (Bessac 1988, p. 68‑70).

46 Bessac 1997, t. 2, p. 125‑127.

47 Observations personnelles sur des monuments de Jordanie, de Syrie et du Liban.

48 La possibilité d’une introduction en Syrie par les Achéménides doit être envisagée puisque des ciseaux dentés étaient employés déjà sous Cyrus à Pasargades (Nylander 1970, p. 53‑56).

49 Observations personnelles.

50 Schmidt-Colinet 1995, p. 57, fig. 6‑7.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Tombeau rupestre romain décoré de bas-reliefs à l’est des carrières (J.‑C. Bessac).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13547/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 2 – Tombeau rupestre antique à arcosolium à l’ouest des carrières (J.‑C. Bessac).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13547/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 3 – Schéma de répartition des trois grands groupes de chantiers d’extraction (J.‑C. Bessac).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13547/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Fig. 4 – Carrière souterraine de gravier sur le versant nord-est de l’éminence, secteur P67 (M.‑O. Rousset).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13547/img-4.JPG
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 5 – Vue générale d’ouest en est des carrières ouvertes sur le flanc sud du site (J.‑C. Bessac).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13547/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 769k
Titre Fig. 6 – Extraction en tranchée dans le secteur ouest des carrières (J.‑C. Bessac).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13547/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 7 – Laisse de carrière entre deux exploitations en tranchée de la partie centrale du site (J.‑C. Bessac).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13547/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 966k
Titre Fig. 8 – Extraction verticale évasée dans le secteur ouest des carrières (J.‑C. Bessac).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13547/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 991k
Titre Fig. 9 – Vue de bas en haut d’un tombeau en forme d’ampoule creusé à l’âge du Bronze puis réutilisé en carrière à partir de son sol (J.‑C. Bessac).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13547/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 966k
Titre Fig. 10 – Carrière en puits creusée à partir d’un tombeau de l’âge du Bronze ; son creusement a également tronqué un tombeau antique à arcosolium (J.‑C. Bessac).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13547/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 921k
Titre Fig. 11 – Extraction en galerie sectionnée par une exploitation en tranchée dans le secteur central des carrières (J.‑C. Bessac).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13547/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 12 – Front d’extraction d’un chantier de carrière superficielle extensive dispersée, secteur P69 (M.‑O. Rousset).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13547/img-12.JPG
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 13 – Tranchées étroites (havage) sur un front d’extraction dans le secteur ouest des carrières (J.‑C. Bessac).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13547/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 869k
Titre Fig. 14 – Ressauts d’extraction dans le secteur oriental des carrières (J.‑C. Bessac).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13547/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 15 – Fronts de carrière du secteur sud-ouest des carrières centrales creusés en dévers pour augmenter la production (J.‑C. Bessac).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13547/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 16 – Bloc issu des fondations du secteur oriental du rempart antique (P408) présentant diverses traces d’outils (M.‑O. Rousset).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13547/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Fig. 17 – Coupe stratigraphique (fortuite) des déblais d’extraction du secteur oriental des carrières (J.‑C. Bessac).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13547/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 1003k
Titre Fig. 18 – Tambour de colonne et bloc de grand appareil, probablement romains, abandonnés dans les déblais de carrière (J.‑C. Bessac).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13547/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 954k

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search