Version classiqueVersion mobile

Chalcis/Qinnasrin (Syrie)

 | 
Marie-Odile Rousset

Deuxième partie. Les sources archéologiques, le terrain

Chapitre 12 – Le sondage C : la construction des remparts de la forteresse

Marie-Odile Rousset et Valentina Vezzoli

Texte intégral

  • 1 Rousset 2013a, 2015 ; Chapitre 6.

1La reconnaissance pédestre du sommet de la montagne qui domine la ville de Qinnasrin a conduit à la découverte d’une fortification attribuable au début de l’époque islamique 1. Celle-ci a presque complètement disparu, mais reste visible, dans certaines parties, sous la forme de longues buttes de pierre calcaire concassée, ou de terre crue, qui ceinturent le massif et s’étalent à un même niveau. Seuls de très rares secteurs montraient des pierres taillées encore en place, semblant appartenir au même bâti que ces remblais caillouteux. Dans le but de préciser la relation entre ces deux matériaux, le tracé de la fortification et sa datation, un sondage de 6 x 7 m a été implanté sur l’un des angles du système de franchissement de l’oued sud-est, à l’angle des murs n° 21 et 22 (fig. 14), englobant deux pierres taillées visibles à la faveur d’un trou de clandestins. Un second sondage, de 2 x 4 m, a été implanté au nord du premier, pour voir la suite du mur. Ces travaux ont permis de mettre en évidence la technique de construction des murs en gravier et de définir le tracé dans cette partie. La stratigraphie est relativement simple et comprend deux phases : construction et prélèvement (fig. 5‑6).

Fig. 1 – Localisation du sondage C sur le plan général du site, et par rapport à la carte géomagnétique et à l’image Google Earth (mission Qinnasrin).

Fig. 1 – Localisation du sondage C sur le plan général du site, et par rapport à la carte géomagnétique et à l’image Google Earth (mission Qinnasrin).

Fig. 2 – Localisation du secteur C par rapport à l’oued oriental et aux murs n° 22 et n° 24 (M.‑O. Rousset).

Fig. 2 – Localisation du secteur C par rapport à l’oued oriental et aux murs n° 22 et n° 24 (M.‑O. Rousset).

Fig. 3 – Vue générale des sondages C, depuis l’est (M.‑O. Rousset).

Fig. 3 – Vue générale des sondages C, depuis l’est (M.‑O. Rousset).

Fig. 4 – Vue générale des sondages C, depuis le sud ; en arrière-plan, la tour n° 20 (M.‑O. Rousset).

Fig. 4 – Vue générale des sondages C, depuis le sud ; en arrière-plan, la tour n° 20 (M.‑O. Rousset).

Fig. 5 – Plan général du sondage C (M.‑C. Bosert, M. Rochette, M.‑O. Rousset, V. Vezzoli).

Fig. 5 – Plan général du sondage C (M.‑C. Bosert, M. Rochette, M.‑O. Rousset, V. Vezzoli).

Fig. 6 – Diagramme stratigraphique du secteur C (M.‑O. Rousset).

Fig. 6 – Diagramme stratigraphique du secteur C (M.‑O. Rousset).

Phase I

  • 2 L’observation des techniques de taille a été effectuée par Jean-Claude Bessac (CNRS).

2La fondation du mur n° 21 repose sur des emmarchements horizontaux ; elle est bien plus profonde au sud, du côté de la pente, qu’au nord, où le rocher affleure en surface (fig. 3, 7). Un terrassement sommaire, pour la construction du mur, a été mis en évidence dans le petit sondage au nord. Là, le sol naturel a été aplani à l’aide d’un outil similaire à celui utilisé pour tailler les blocs, le marteau grain d’orge oriental (fig. 82. Le mur us 306 (n° 21, fig. 9), de 1,05 m de large, est construit en pierre calcaire taillée avec une alternance de carreaux et boutisses (dimensions, largeur, épaisseur, hauteur : 0,83 x 0,50 x 0,50 m ; 0,40 x 0,97 x 0,50 m ; 0,75 x 0,56 x 0,50 m ; 0,25 x 1,06 m) ; il est conservé sur une assise au-dessus de la fondation, elle-même en blocs calcaires de taille moyenne grossièrement équarris (sur sept assises). Il se poursuit vers le nord, ainsi que l’a montré le sondage réduit réalisé dans ce secteur. Dans cette partie, la fondation est beaucoup moins profonde ; elle a été installée sur le rocher, entaillé par une tranchée de fondation (us 324) à une vingtaine de centimètres du mur, lorsque nécessaire. Dans la partie sud, les fondations ont été remblayées avec du cailloutis blanc (us 307) jusqu’à une dizaine de centimètres au-dessus de la base des pierres taillées. Un sol de construction composé de terre argileuse brune tassée recouvre le niveau de cailloutis (us 303, côté est et us 304, côté sud).

Fig. 7 – Coupe ouest-est, secteur C (M. Rochette, V. Vezzoli).

Fig. 7 – Coupe ouest-est, secteur C (M. Rochette, V. Vezzoli).

Fig. 8 – Traces d’outils sur le rocher, au nord du petit sondage (V. Vezzoli).

Fig. 8 – Traces d’outils sur le rocher, au nord du petit sondage (V. Vezzoli).

Fig. 9 – Mur us 306 vu depuis le sud (V. Vezzoli).

Fig. 9 – Mur us 306 vu depuis le sud (V. Vezzoli).

3Le mur us 305 (n° 22, fig. 1012) est lié au mur us 306, mais il est construit en blocs de calcaire moyens non taillés qui recouvrent, dans sa partie est, des pierres taillées liées à celles du mur us 306 (dont la plus grande est de 1,18 x 0,36 m d’épaisseur). Sa largeur est comprise entre 1 m et 1,25 m suivant les endroits.

Fig. 10 – Mur us 305 vu depuis l’est (V. Vezzoli).

Fig. 10 – Mur us 305 vu depuis l’est (V. Vezzoli).

Fig. 11 – Vue générale du sondage sud, depuis le sud (V. Vezzoli).

Fig. 11 – Vue générale du sondage sud, depuis le sud (V. Vezzoli).

Fig. 12 – Traces d’outils sur le parement nord du mur us 305 (M.‑O. Rousset).

Fig. 12 – Traces d’outils sur le parement nord du mur us 305 (M.‑O. Rousset).

4Ces deux murs forment un angle du mur d’enceinte, probablement renforcé par un chaînage, qui maintenait un blocage intérieur, composé de petites pierres calcaires plus ou moins concassées (fig. 13). Ce matériau, disposé en strates subhorizontales, est conservé sur une épaisseur de 3,20 m, à l’intérieur de la construction, à laquelle s’ajoute environ 1 m de comblement non fouillé, dans la partie au-dessus du sondage (us 301).

Fig. 13 – Vue générale du sondage sud, depuis l’ouest (V. Vezzoli).

Fig. 13 – Vue générale du sondage sud, depuis l’ouest (V. Vezzoli).

5Seuls 25 tessons (datés de l’âge du Bronze) ont été retrouvés dans la partie fouillée de l’amas de pierres us 301. Celui-ci repose sur un sol de construction composé de sédiment brun peu épais, tassé, à la surface d’un niveau de cailloutis blanc (us 308), similaire et au même niveau que les sols extérieurs (us 303 et us 304). Quelques rares fragments de céramique de l’âge du Bronze étaient inclus dans ce sol. Il n’a pas été possible de déterminer si ce blocage était maintenu par deux murs à double parement ou si l’angle de mur fouillé faisait office de mur de terrasse avec un comblement interne pour constituer une surface plane à l’intérieur.

6À 4 m en contrebas et dans le même alignement que le mur us 305, on peut suivre parallèlement à la pente un mur qui se poursuit sur au moins 14,50 m en direction de l’ouest. Il bifurque ensuite vers le nord sur 4,50 m puis oblique de nouveau vers l’ouest. Dans cette partie, la largeur observée est de 0,80 m. Il est visible en surface sous la forme d’un mur en moellons de calcaire non taillés mais calibrés (entre 0,12 et 0,25 m de côté) à double parement. Il pourrait s’agir soit du mur us 305, qui aurait en partie basculé dans la pente, en admettant que son élévation ait été en moellons et non en blocs taillés, soit d’un chemisage, glacis ou renfort dans l’angle et le long du rempart n° 22.

Phase II

7Les murs ont été prélevés à une époque indéterminée, pour remploi de la pierre taillée. De larges tranchées ont été creusées dans ce but, lorsque nécessaire (fig. 7). Leur remplissage est composé de terre argileuse, de pierre et de gravier (us 302, us 322). Un fragment de pierre taillée a été retrouvé dans le comblement ainsi que des fragments de céramique fortement morcelés qui datent tous de l’âge du Bronze. Ces tessons proviennent de l’installation ancienne sur le sommet de la montagne et ont été inclus, au moment de la construction, dans le mortier de terre qui liait les pierres. Si quelques pierres du mur subsistent dans le sondage principal, en revanche celui-ci a été presque totalement prélevé dans sa partie nord. Seule la pierre us 326 (0,80 x 0,64 x 0,42 m de haut), brisée, a été laissée en place. À la suite du prélèvement, la masse de gravier s’est affaissée sur ce qui restait du mur, ce qui explique que seuls quelques rares blocs taillés soient visibles ailleurs, sur le tracé des murailles de la forteresse.

Interprétation

8La hauteur totale de la construction, depuis le point le plus bas des fondations jusqu’au sommet du cailloutis conservé, est d’environ 5,70 m. Elle devait être beaucoup plus importante à l’origine. Ces murailles, juchées sur le bord d’un oued profond, devaient avoir un aspect monumental, renforcé par l’usage de la pierre taillée. L’extraction de cette dernière a laissé des traces sur la roche alentour, notamment le long du côté nord de la terrasse parallèle au mur us 305 et à son prolongement vers l’ouest (mur n° 22). Le gravier a pu être prélevé au moment de l’édification de cette terrasse, sous les bancs de roche dure utilisés pour les blocs. Le matériau aurait été exploité de manière très rationnelle, en limitant au maximum les transports de pierres.

9Aucun niveau d’utilisation n’a été observé et aucun matériel ne permet de dater cette construction. Toutes les céramiques retrouvées sont résiduelles alors que la datation des céramiques ramassées en prospection sur ce secteur (P47) s’étale entre le ve et le ixe s. (Chapitre 19). L’observation des techniques de taille et de mise en œuvre des pierres, réalisée en 2010 par Jean-Claude Bessac, a cependant permis d’apporter des éléments de datation. Pour lui, l’utilisation systématique du marteau grain d’orge oriental, à la fois pour la taille des pierres et pour l’aménagement du rocher, ainsi que la technique de pose sans mortier de chaux ni ajustage à la scie à joints, sont deux arguments déterminants, en Syrie du Nord, pour l’attribution de cette construction au début de l’époque islamique. Les blocs proviennent d’une extraction extensive diffuse, dans les environs immédiats en surplomb du mur. Les blocs sont ajustés selon la taille en œuvre, c’est-à-dire que le lit d’attente n’est taillé qu’une fois posé.

10Une hypothèse de datation peut cependant être proposée à partir de la stratigraphie relative. La fouille du secteur C et la prospection géomagnétique montrent que les divers éléments observés sur le pourtour de la montagne peuvent être rattachés à un même ensemble : les petits tells de gravier blanc, mais aussi l’angle de rempart du secteur C, ainsi sans doute que son parallèle de l’autre côté de l’oued. La construction des murs et, surtout, le creusement des grandes fosses pour l’extraction du gravier ont détruit à plusieurs reprises (tells nord, sud et ouest et « barrage ») des cavités creusées sous la roche dure, dans les sédiments meubles. Cette occupation troglodyte a pu être datée, par la céramique et la présence d’une croix gravée sur une entrée, de l’époque byzantine (du ve au début du viie s.). Par conséquent, l’édification de la forteresse doit être postérieure au milieu du viie s. L’hypothèse est que cette forteresse a pu être construite au début de l’époque islamique, le plus rapidement possible, en cherchant à donner une impression de grande puissance. Elle aurait ainsi pu être réalisée, au plus tôt, au moment du traité de Chalcis, entre les Byzantins et les musulmans, en 637, dans le but de protéger les troupes cantonnées au-dessus de la ville byzantine, et pour intimider les Byzantins en attendant la prise effective de l’agglomération. Cependant, la céramique d’époque omeyyade semblant avant tout liée à une occupation continue des cavités et celle de la fin du viiie et du début du ixe s. étant plus largement répartie sur le sommet de la montagne (Chapitre 19), il se pourrait plutôt que cette fortification ait été érigée à cette période-là. La fouille du secteur C n’a pas permis non plus de mettre au jour des éléments pour dater le prélèvement des pierres taillées. La ville ayant été largement abandonnée à partir du milieu du xe s. et les besoins en matériaux de construction pour la ville proche d’Alep à l’époque médiévale étant énormes, on peut émettre l’hypothèse que ces murs ont été démantelés entre le milieu du xe et le xiiie s.

Notes

1 Rousset 2013a, 2015 ; Chapitre 6.

2 L’observation des techniques de taille a été effectuée par Jean-Claude Bessac (CNRS).

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Localisation du sondage C sur le plan général du site, et par rapport à la carte géomagnétique et à l’image Google Earth (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13542/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 393k
Titre Fig. 2 – Localisation du secteur C par rapport à l’oued oriental et aux murs n° 22 et n° 24 (M.‑O. Rousset).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13542/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 3 – Vue générale des sondages C, depuis l’est (M.‑O. Rousset).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13542/img-3.JPG
Fichier image/jpeg, 189k
Titre Fig. 4 – Vue générale des sondages C, depuis le sud ; en arrière-plan, la tour n° 20 (M.‑O. Rousset).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13542/img-4.JPG
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Fig. 5 – Plan général du sondage C (M.‑C. Bosert, M. Rochette, M.‑O. Rousset, V. Vezzoli).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13542/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 589k
Titre Fig. 6 – Diagramme stratigraphique du secteur C (M.‑O. Rousset).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13542/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Fig. 7 – Coupe ouest-est, secteur C (M. Rochette, V. Vezzoli).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13542/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Titre Fig. 8 – Traces d’outils sur le rocher, au nord du petit sondage (V. Vezzoli).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13542/img-8.JPG
Fichier image/jpeg, 306k
Titre Fig. 9 – Mur us 306 vu depuis le sud (V. Vezzoli).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13542/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 10 – Mur us 305 vu depuis l’est (V. Vezzoli).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13542/img-10.JPG
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Fig. 11 – Vue générale du sondage sud, depuis le sud (V. Vezzoli).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13542/img-11.JPG
Fichier image/jpeg, 310k
Titre Fig. 12 – Traces d’outils sur le parement nord du mur us 305 (M.‑O. Rousset).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13542/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 918k
Titre Fig. 13 – Vue générale du sondage sud, depuis l’ouest (V. Vezzoli).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13542/img-13.JPG
Fichier image/jpeg, 319k

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search