Version classiqueVersion mobile

Chalcis/Qinnasrin (Syrie)

 | 
Marie-Odile Rousset

Deuxième partie. Les sources archéologiques, le terrain

Chapitre 11 – La nécropole médiévale de Qinnasrin (sondage B)

Rania Ali, Marie Rochette et Marie-Odile Rousset

Texte intégral

1Lors de la fouille du secteur B de Qinnasrin, au nord de la ville byzantine, en 2009 et 2010, plusieurs tombes ont été dégagées. Elles appartiennent aux phases IV et VII de l’occupation de ce secteur (Chapitre 10). Elles ont été perturbées d’une part par le prélèvement de certains murs pour en réutiliser les matériaux de construction (phase VIII), d’autre part, dans les années 2000, par des pillages au bulldozer et les labours.

2Ces quelques tombes appartenaient sans doute à une nécropole bien plus vaste, installée au-delà des murs de la ville. En effet, des fragments de pierres tombales inscrites, datées des alentours du xiie s. (Chapitre 5), ont été découverts en prospection sur une grande partie du secteur nord, sur le replat vers le secteur A (P22) et sur la pente à l’est de la piste actuelle (P34). À l’époque médiévale, cette grande butte allongée au nord de la ville de Qinnasrin a pu être une vaste zone funéraire (Chapitre 6, fig. 4), à moins qu’il ne s’agisse de plusieurs cimetières distincts ; un autre groupe de tombes a été mis en évidence à l’intérieur de la ville (Chapitre 5).

3L’ensemble des sépultures fouillées appartient au minimum à huit individus (fig. 1). Ces tombes ont, pour la plupart, été retrouvées dans la partie septentrionale du sondage, dans l’espace délimité par les arcs us 111 et la berme au nord. L’état de conservation général des squelettes est très dégradé à cause des perturbations postérieures à leur dépôt (fig. 2). Seulement cinq d’entre eux peuvent être considérés comme complets (us 105, 158, 163a et b, 164 et 186), deux sont partiels (us 122‑134 et 158) et deux autres sont représentés sous la forme d’un os épars (us 166) ou n’ont pas été fouillés (us 170).

Fig. 1 – Plan du secteur B avec la localisation des tombes (levé topographique : M.‑C. Bosert, M.‑O. Rousset ; infographie : M. Bovagne, M. Rochette).

Fig. 1 – Plan du secteur B avec la localisation des tombes (levé topographique : M.‑C. Bosert, M.‑O. Rousset ; infographie : M. Bovagne, M. Rochette).

Fig. 2 – Plan du secteur B avec la localisation des fosses contemporaines (levé topographique : M.‑C. Bosert, M.‑O. Rousset ; infographie : M. Bovagne, M. Rochette).

Fig. 2 – Plan du secteur B avec la localisation des fosses contemporaines (levé topographique : M.‑C. Bosert, M.‑O. Rousset ; infographie : M. Bovagne, M. Rochette).
  • 1 Nous remercions Valérie Bel (Inrap Méditerranée) qui a bien voulu relire cet article.

4L’étude archéologique de ces tombes, associée à la paléobiologie ainsi qu’à l’anthropologie, permet de reconstituer l’identité biologique et d’entrevoir le mode de vie d’un petit échantillon de la population ayant vécu dans cette agglomération au Moyen Âge 1.

Méthodes d’analyse anthropologique

  • 2 Les conditions de fouille de ces sépultures n’ont pas été idéales. Elles ont été contraintes par d (...)

5L’étude d’un échantillon osseux implique l’étude de l’état sanitaire de la population par la paléopathologie, et notamment l’évaluation des enthésopathies (fibreuses et fibrocartilagineuses) qui permettent, dans une certaine mesure, d’appréhender les activités pratiquées par les populations du passé (Villotte 2006). De nos jours, la paléopathologie s’intéresse à la distribution et à la corrélation des cas de pathologie avec de nombreux autres facteurs influant sur l’état sanitaire des populations et ne se situe plus seulement dans un cadre descriptif individuel. L’idéal aurait été de pouvoir effectuer une analyse ostéoarchéologique (Thillaud 1994) accompagnée d’une approche globale, paléoécologique (Dutour 1989), fondée sur des collaborations entre anthropologues et paléopathologues. Malheureusement, cette étude n’a pu être conduite du fait de l’interruption brutale de nos travaux de terrain depuis 2011, et la présentation qui suit reste, de ce point de vue, incomplète. L’étude anthropologique a été développée de manière approfondie sur trois axes importants : l’état de conservation des ossements, surtout des squelettes d’enfants en bas âge 2, l’identité biologique de chaque individu et l’état sanitaire de cet échantillon (étude paléopathologique).

Estimation de l’âge au décès

6Une estimation fiable de l’âge d’un individu repose sur l’observation croisée de plusieurs critères, différents selon qu’il s’agit d’adultes ou d’enfants. L’estimation de l’âge au décès chez les adultes est beaucoup moins précise que celle des immatures et nous avons eu recours à plusieurs méthodes. Pour les adultes de 20 à 35 ans, nous avons compté sur l’évolution de la soudure de la crête iliaque, de la soudure de l’extrémité sternale de la clavicule entre 20 et 30 ans (Owings Webb, Suchey 1985) ou encore de certains points secondaires d’ossification, comme ceux des os des membres (Birkner 1980). La méthode de la synostose des sutures crâniennes (Masset 1982) permet de reconstituer des structures d’une population inhumée par grandes tranches d’âge : 18-29 ans, 30-39 ans, 40-49 ans, 50-59 ans, 60-69 ans, 70-79 ans et 80-84 ans. Actuellement, c’est une méthode considérée comme peu fiable. Nous l’appliquons en l’absence d’autres critères plus fiables à observer. Les méthodes de Schmitt (2005) et de Brooks et Suchey (1990) se basent sur l’examen de l’évolution morphologique de la surface sacro-pelvienne iliaque et la cotation de quatre de ses caractères, à savoir l’organisation transverse, la modification de la surface auriculaire, la modification de l’apex et la modification de la tubérosité iliaque. Celle de Lovejoy et al. (1985) repose sur l’observation morphologique des changements de la surface auriculaire de l’ilium. Brothwell (1981), quant à lui, a essayé de tirer profit de l’usure dentaire pour l’évaluation de l’âge. Actuellement, c’est l’approche la moins appropriée pour l’estimation de l’âge du décès, car les éléments à prendre en considération sont étroitement dépendants des paramètres culturels. Chaque population, actuelle ou ancienne, a des habitudes alimentaires spécifiques et l’abrasion dentaire est un processus mécanique d’usure, dû à la friction des faces masticatrices des dents lors de la mastication.

7Pour les individus décédés en période périnatale, nous avons utilisé les équations fournies par Fazekas et Kosa (1978) permettant d’attribuer un âge au décès, du début de la gestation au 9e mois lunaire de grossesse. Pour les individus décédés entre la période post-périnatale et 14 ans, nous avons étudié le développement dentaire décrit par Ubelaker (1984) qui sert de référence à la grande majorité des anthropologues malgré ses imperfections (Guillon 1997). En l’absence de dentition, il est possible d’estimer l’âge au décès par le biais de la longueur des os longs. Cela suppose une forte corrélation entre la stature et l’âge, indiquée par les tables de Stloukal et Hanakova (1978). Nous avons aussi utilisé la méthode de Gray (1967), basée sur le fait qu’à la naissance, les vertèbres se présentent subdivisées en un corps et deux hémi-arcs. Au cours des années, les deux hémi-arcs se soudent d’abord entre eux, puis l’arc ainsi formé se soude avec le corps. La soudure des hémi-arcs commence au niveau lombaire pour s’étendre ensuite aux régions thoracique et cervicale ; à 3 ans, elle est complète dans les trois secteurs. La soudure des arcs et des corps vertébraux commence également au niveau lombaire, mais elle s’étend d’abord à la région cervicale et ensuite à la région thoracique (Gray 1967).

Détermination du sexe

8L’os coxal est le seul os du squelette qui présente un dimorphisme sexuel identique dans toutes les populations actuelles (Bruzek 1991 ; Houët, Bruzek, Murail 1995, 1999), car ce dimorphisme est dû à des contraintes fonctionnelles. Nous avons utilisé la méthode de Bruzek (1991) dont le principe consiste à évaluer la forme sexuelle de chaque caractère selon des critères simples et proposer une estimation sexuelle à partir de combinaisons de différentes formes. La fiabilité de la méthode est de 95 %. La détermination du sexe peut aussi se faire d’après la morphologie du crâne (Ferembach, Schwidetzki, Stloukal 1979), mais la fiabilité de la méthode n’est que de 70 à 80 %. Il s’agit d’un ensemble de caractères morphologiques du bloc craniofacial et de la mandibule, caractères qui distinguent les hommes des femmes surtout à partir de leur aspect de robustesse. Dix points anatomiques sont pris en compte dans l’observation du bloc cranofacial et quatre dans celle de la mandibule. Une grande partie de ce dimorphisme sexuel n’apparaît qu’avec la puberté. C’est pourquoi la détermination du sexe n’est possible que sur les sujets adultes ou au-delà de 19 ans.

Stature et ostéométrie

9Le mauvais état de conservation des squelettes adultes n’a pas permis la prise de mesures crâniennes et postcrâniennes. En revanche, la mesure des os longs a été appliquée sur les squelettes d’enfants, afin d’estimer leur âge au décès.

Caractères discrets

10Les caractères discrets ou caractères non métriques (appelés aussi scopiques ou épigénétiques) sont des variantes anatomiques non mesurables et discontinues (Rösing 1984). Ils sont définis par leur absence ou leur présence chez un individu donné et correspondent à la variabilité du squelette. L’étude des caractères discrets a deux objectifs : le premier concerne l’approche populationnelle, où ils sont considérés comme des marqueurs, permettant de calculer des relations entre populations (Berry, Berry 1967). La caractérisation morphogénétique des populations et la comparaison entre populations sont ainsi devenues des objectifs classiques (Ossenberg 1976, 1981). Le deuxième est l’hypothèse d’un déterminisme « familial » des caractères discrets. Ces caractères peuvent être observés sur du matériel osseux fragmenté, ce qui présente un intérêt majeur pour les échantillons archéologiques restreints ou mal conservés.

Pathologies

11Afin de définir l’état sanitaire des populations anciennes, nous étudions les indicateurs de stress, les pathologies bucco-dentaires, les pathologies articulaires, ainsi que les traumatismes et les fractures.

12Parmi les indicateurs de stress spécifiques, les hypoplasies de l’émail dentaire (HED) sont des perturbations de la calcification dentaire résultant d’un trouble lors de la croissance (malnutrition, maladies infectieuses, parasitose ou traumatismes liés au sevrage). Les cribra orbitalia sont des porosités au niveau du plafond de l’orbite. Cette pathologie est une lésion qui touche les orbites, liée à une anémie (iron deficiency anaemia), à une inflammation et à l’érosion post-mortem (Wapler, Schultz 1996). De même, l’hyperostose est souvent considérée comme un indicateur d’anémie, à laquelle elle est associée directement ou indirectement (Stuart-Macadam 1985). L’anémie peut être provoquée par différents éléments extérieurs : l’alimentation (carence en fer ou en protéines), l’hygiène (par exemple vers parasitaires), les conditions géographiques (malaria)… Également, des facteurs inférieurs (génétiques, thalassémie ou autre) se manifestent fréquemment (Stuart-Macadam, Kent 1992 ; Brothwell 1981). Le spectre et la fréquence de maladie caractérisent les conditions de vie des populations historiques et anciennes.

13En anthropobiologie, l’état sanitaire bucco-dentaire fournit une source précieuse de renseignements, notamment sur la démographie, l’alimentation, la santé et les modes de vie des populations anciennes. Plusieurs types de lésions ont été observés : des caries dentaires, des abcès et des pertes de dents ante mortem, ainsi que des cas de dépôt de tartre. Le tartre reste difficile à évaluer sur le matériel ancien, car les nettoyages et autres manipulations subies par les ossements amènent très souvent à l’élimination de nombreux dépôts.

14La pathologie articulaire étudie un phénomène dégénératif des articulations (Pálfi 1997). C’est l’atteinte non inflammatoire, chronique et déformante d’une articulation par une production osseuse périphérique (ostéophyte), à l’endroit de la zone érodée où s’exerce l’excès de pression, associée à des destructions articulaires et des modifications de l’os. Dans ce cas de destruction, la surface se dégénère en présentant des éburnations et des nodules de Schmorl (Roberts, Manchester 1995). Les articulations les plus touchées sont les plus actives : la hanche, le genou, la cheville. Le même type de modification est visible sur la colonne vertébrale (Pálfi 1997). Nous distinguons deux sortes d’arthrose, rachidienne et extrarachidienne. Les marqueurs osseux d’activité (MOA) sont définis, au sens strict, d’après les données de la médecine du travail et du sport ; celles-ci indiquent qu’une activité physique impliquant des gestes répétitifs est susceptible d’entraîner à terme des lésions au niveau d’une enthèse, appelées enthésopathies microtraumatiques. Les enthésopathies sont corrélées au sexe : les hommes sont plus atteints et la fréquence augmente avec l’âge (Rogers, Shepstone, Dieppe 1997). Elles peuvent apporter des informations sur les comportements des populations du passé et leurs activités et sont considérées comme des « marqueurs d’activité » (Rogers, Waldron 1989 ; Pálfi 1997 ; Villotte 2009). Des contraintes mécaniques exagérées en fréquence, en vitesse et/ou en intensité peuvent entraîner une succession de microtraumatismes fragilisant l’enthèse et désorganisant sa structure tissulaire (Husson et al. 1991).

Catalogue des tombes

La sépulture 105 (fig. 3)

Fig. 3 – Vue de la tombe us 105 creusée dans la couche us 119 (M.‑O. Rousset).

Fig. 3 – Vue de la tombe us 105 creusée dans la couche us 119 (M.‑O. Rousset).

15Cette petite sépulture d’enfant s’ouvre directement sous la couche de surface us 101 et sous la couche de terre briqueteuse us 113 (démolition), soit à 0,35 m sous le niveau de sol actuel, à une altitude de 278,29 m. L’encaissant de la fosse est avec certitude la couche us 119, il s’agit d’un niveau de calcaire blanc, épais de quelques centimètres, qui recouvre la couche de démolition us 120. Mais peut-être s’ouvre-t-elle dès la couche us 113 sans que les limites aient été perçues dans ce sédiment rougeâtre. La fosse devait être très peu profonde. Si les limites du creusement sont mal connues en surface, le fond de la fosse a été reconnu sur une dizaine de centimètres, mesurant 0,56 m de longueur d’est en ouest par 0,32 m de largeur. Le comblement de la structure est caractérisé par le dépôt progressif d’un sédiment granuleux brun rougeâtre contenant des graviers et quelques tesselles de couleur.

16Le corps du jeune enfant a été disposé sur le côté gauche, selon une orientation est-ouest, crâne à l’ouest. Le creusement peu profond de la fosse et son faible recouvrement situent le squelette à proximité de la surface, ce qui a pu entraîner la perte d’une partie des ossements à cause des labours. La situation relative des os conservés est cohérente du point de vue anatomique. Il s’agit donc d’un dépôt primaire à inhumation individuelle, avec quelques connexions anatomiques en place. Les membres supérieurs ont une position indéterminée alors que les membres inférieurs sont fléchis.

Étude anthropologique biologique

17Le squelette est en mauvais état de conservation et incomplet. Les membres supérieurs et inférieurs sont fragmentés, le crâne est en fragments, ainsi que le reste du squelette. Il s’agit d’un nouveau-né (NN ± 2 mois). L’observation à la loupe binoculaire montre de l’hyperostose sur la plupart des membres longs, surtout au niveau de l’humérus. Au niveau du crâne, présence d’une sévère hyperostose sur la face endocrânienne de l’occipital, et de moyenne hyperostose sur la face exocrânienne des pariétaux. Au niveau des orbites, cribra orbitalia bien marquée. De plus, la face interne de l’ilium droit montre une hyperostose très sévère. Absence de caractères discrets sur les parties conservées.

La sépulture 122‑134 (fig. 4)

Fig. 4 – Vue de la tombe us 122‑134, entre les départs d’arc us 111b et 111c ; au nord, l’aménagement de tuiles de la tombe est conservé (M. Rochette).

Fig. 4 – Vue de la tombe us 122‑134, entre les départs d’arc us 111b et 111c ; au nord, l’aménagement de tuiles de la tombe est conservé (M. Rochette).

18Cette sépulture est située contre le côté nord des deux piles orientales des arcades us 111, sous une couche us 120, faite de limon granuleux brun rougeâtre et contenant des nodules de mortier de petites dimensions et des gravillons. Cette couche us 120 se situe stratigraphiquement sous la couche us 119 dans laquelle était creusée la tombe voisine, au nord-est, us 105 (ci-dessus). L’ouverture de la fosse n’a pas été distinguée ; en tout cas son creusement, qui mesure environ 0,60 m de long d’ouest en est et 0,30 m de large, est postérieur à l’abandon du secteur et prend place sur la couche de démolition us 146 (dont l’altitude supérieure conservée se situe approximativement autour de 277,75 m). Au nord-ouest de la tombe, près de la tête, des tuiles plates indiquent vraisemblablement que le corps était protégé par un aménagement, partiellement conservé au moment de la fouille. La fosse a été colmatée progressivement par un sédiment limoneux brun clair, assez homogène. Un tesson de céramique glaçurée abbasside est piégé dans ce comblement.

19La tombe us 122‑134 est conservée partiellement en raison des fortes perturbations contemporaines, elle a été fouillée en deux parties : à l’est, us 122 et, à l’ouest, us 134. Il s’agit cependant d’un dépôt primaire à inhumation individuelle. Le corps a été déposé au fond de la fosse à une altitude de 277,51 m, en décubitus dorsal, orienté est-ouest, crâne à l’ouest. Le squelette est assez mal conservé, mais les connexions anatomiques sont en place, dans les parties non perturbées. Seuls quelques fragments de crâne ont été retrouvés dans la partie ouest. Du côté oriental étaient conservés le bassin et une partie des membres inférieurs. Les membres supérieurs ont une position indéterminée. Les fémurs sont en extension, tibias et fibulas absents.

Étude anthropologique biologique de la sépulture 122

20Il s’agit d’un squelette en mauvais état de conservation et incomplet, d’un enfant de 5 ans (± 16 mois) : hyperostose très nette sur les extrémités des membres inférieurs, absence d’éventuels caractères discrets sur les parties conservées.

Étude anthropologique biologique de la sépulture 134

21Le squelette est nettement incomplet : crâne en fragments, quelques côtes fragmentées, humérus gauche sans la partie distale et quelques vertèbres.

22D’après le degré de l’éruption dentaire, il s’agit d’un enfant de 5 ans (± 16 mois) qui porte de l’hyperostose sur les membres supérieurs, surtout sur l’humérus, ainsi que sur la diaphyse du tibia. Présence d’une hypervascularisation très nette sur trois corps vertébraux lombaires et deux thoraciques. Un foramen transverse dédoublé sur une vertèbre cervicale.

23L’hypervascularisation des vertèbres peut attester une évolution courte de la tuberculose. Comme il s’agit d’une maladie chronique survenant principalement durant l’enfance, les lésions osseuses caractéristiques n’ont fréquemment pas le temps de se développer en cas de décès du jeune adulte ou de contamination tardive, responsable d’une mort rapide. Cependant, il est possible d’observer des lésions moins sévères, attestant une évolution plus courte de l’infection, comme des lésions sur les surfaces costales internes et de multiples orifices localisés sur la face antérieure du corps des vertèbres thoraciques et lombaires (Baker 1999). On peut suggérer, à titre d’hypothèse, que cet enfant souffrait de tuberculose.

La sépulture 158 (fig. 56)

Fig. 5 – Vue des squelettes us 158 et us 166 (M. Rochette).

Fig. 5 – Vue des squelettes us 158 et us 166 (M. Rochette).

Fig. 6 – Vue de la partie supérieure du squelette us 158 perturbé à l’est par un creusement contemporain (M. Rochette).

Fig. 6 – Vue de la partie supérieure du squelette us 158 perturbé à l’est par un creusement contemporain (M. Rochette).

24Cette sépulture a été mise au jour directement sous la fosse us 110 résultant d’un creusement à la pelle mécanique, ne permettant pas de connaître précisément sa situation stratigraphique. Un autre coup de godet a emporté, à l’est, une grande partie du squelette et du coffre en tuiles qui le contenait ; des tuiles plates ont en effet été mises au jour au-dessus de la partie conservée du squelette, mais leur aménagement a été très perturbé par le creusement de la fosse contemporaine. Seule une tuile est restée dans sa position d’origine, verticalement sur le côté de la tête. Deux grands clous en métal ont été retrouvés à proximité, évoquant peut-être un dépôt en cercueil. Le colmatage du coffre est caractérisé par un sédiment limono-sableux brun clair, meuble, contenant quelques tessons de céramique. L’ensemble est disposé sur un horizon de terre briqueteuse rougeâtre.

25Dans ce dépôt primaire à inhumation individuelle, seule la partie supérieure est conservée, avec des connexions anatomiques en place. Le niveau de pose se trouve à une altitude de 277,17 m. L’ensemble mesure 0,55 m de long par 0,34 m de large. Une partie de la calotte crânienne a été déplacée et retournée sur le reste du crâne. Position en décubitus dorsal, orientée est-ouest, crâne à l’ouest, tête tournée vers le nord, regard vers le haut. Relâchement des articulations temporo-mandibulaires peut-être dû à un colmatage différé. Les deux humérus sont le long du corps, les avant-bras ne sont pas conservés ni les membres inférieurs.

Étude anthropologique biologique

26Le squelette est incomplet et en mauvais état de conservation. Les os sont friables et abîmés ; certains visiblement cassés par le coup de pelle (crâne, côtes…). Le crâne se présente sous forme de plusieurs fragments bien épais. Seule une partie de l’orbite droite est présente, les deux scapulas sont entières, mais fragmentées, la colonne vertébrale est assez incomplète. Quelques os d’animaux ont été prélevés avec ces ossements.

27Vu l’absence complète des os coxaux, la détermination du sexe de cet individu a été faite d’après la morphologie crânienne. Le relief du planum nichale est grand et bien formé, le margo supra orbitale est légèrement arrondi. L’épaisseur de la boîte crânienne est bien nette. La mandibule a l’aspect robuste, l’angle mandibulaire porte des saillies très nettes et le margo inferior est épais. Au niveau du squelette post-crânien, les insertions musculaires sont fortement marquées (les côtes et la colonne vertébrale). Avec précaution, nous pouvons dire qu’il pourrait s’agir d’un individu du sexe masculin.

28Selon le degré de soudure des sutures crâniennes et l’usure dentaire, il peut s’agir d’un homme âgé de plus de 50 ans (50‑60 ans).

29Quelques éléments pathologiques ont été relevés. Ainsi, la majorité des vertèbres thoraciques montrent de l’asymétrie des processus épineux ainsi que de l’ostéoarthrose sur les surfaces articulaires supérieures et inférieures et aussi sur les plateaux vertébraux. Cela traduit peut-être une surcharge de la colonne vertébrale et pourrait être lié à l’âge de cet individu. De même, le corps supérieur et inférieur de deux vertèbres cervicales porte de l’ostéoarthrose bien nette. Enfin, le processus condyloïde de la mandibule montre de l’arthrose bilatérale moyennement avancée.

  • 3 La situation en Syrie et à Alep en particulier au moment de cette étude (en 2012) n’a pas permis d (...)

30L’analyse de l’état bucco-dentaire révèle une usure importante des faces occlusales des molaires et des canines, et la présence d’îlots de dentine très nets. Selon l’échelle de Brothwell 1963 (fig. 7), ces dents montrent une usure dentaire de degré 4‑5 ; ce sont des caries dentaires très sévères. La face linguale des dents antérieures est polie et l’émail a disparu au niveau des tubercules linguaux. L’activité du sujet a peut-être été à l’origine de cette abrasion ; une observation au microscope électronique à balayage (MEB) permettrait de le confirmer 3. La carie dentaire peut être expliquée par un régime alimentaire riche en sucres et faible en protéines. La présence de faible tartre dentaire est notée. Sur tous les maxillaires examinés dans cet échantillon, les dents présentent une usure de leur table occlusale plus ou moins importante, plus marquée sur les molaires que sur les incisives, ce qui peut être considéré comme normal postulant que les dents antérieures étaient rarement le siège de lésions carieuses, du fait de l’absence d’aliments acides, de sucre et de l’autonettoyage par les lèvres.

Fig. 7 – Us 158, caries dentaires très avancées, disparition de l’émail dentaire au niveau des tubercules linguaux et cassure des racines dentaires (cliché : R. Ali ; infographie : M. Rochette).

Fig. 7 – Us 158, caries dentaires très avancées, disparition de l’émail dentaire au niveau des tubercules linguaux et cassure des racines dentaires (cliché : R. Ali ; infographie : M. Rochette).

La sépulture 166 (fig. 5)

31On ne peut pas vraiment parler de sépulture pour ce lot, car il est composé essentiellement d’un fémur, retrouvé au même niveau que la sépulture 158 et au nord de celle-ci, dans un secteur fortement perturbé par des coups de godets de bulldozer. Aucune fosse d’installation n’a été reconnue, cet os reposant, à 277,20 m d’altitude, sous un sédiment limono-sableux brun clair assez meuble. Cet os pourrait être le seul vestige conservé d’un individu presque complètement détruit par les fouilles clandestines ou avoir appartenu à l’individu de la tombe 158, dans la mesure où les deux ont été fortement perturbés par les destructions récentes.

Étude anthropologique biologique

32Nous avons observé les éléments suivants : condyle distal du fémur gauche, fragments du fémur droit et gauche. Le sexe de cet individu adulte ne peut pas être déterminé. Pas de pathologies éventuelles observées vu l’état fortement incomplet du squelette et son mauvais état de conservation.

La sépulture 163

33Sous le creusement de la fosse de destruction us 110 creusée au bulldozer, a été mis au jour un niveau de terre briqueteuse, dans laquelle ont été reconnus les squelettes des tombes 163a, 163b et 164. La tombe 163 est une sépulture collective qui contient deux jeunes squelettes inhumés successivement. Cette sépulture est située au nord de l’emprise du sondage ; elle a été dégagée en plan, mais une partie est restée engagée dans la berme septentrionale. Les squelettes présentent un bon état de conservation et de représentation ; ils sont séparés par une mince couche de terre. Le premier squelette us 163a déposé dans la fosse, à une altitude de 277,44 m, est un nouveau-né (fig. 8). Il apparaît sous un aménagement de tuiles formant une bâtière, dont deux seulement sont conservées au nord. Leur module est en moyenne de 0,63 m par 0,20 m et de quelques centimètres d’épaisseur. Les tuiles placées latéralement au sud ont disparu, emportées dans les destructions récentes. Le second squelette us 163b est un jeune enfant (fig. 9). Sa tête, à l’ouest, repose sur une tuile qui fait office de coussin (altitude inférieure : 277,19 m). Le colmatage progressif de l’ensemble de la structure est caractérisé par un limon sableux brun clair assez meuble.

Fig. 8 – Vue du squelette us 163a (M. Rochette).

Fig. 8 – Vue du squelette us 163a (M. Rochette).

Fig. 9 – Vue du squelette us 163b protégé par deux tuiles aménageant une bâtière (M. Rochette).

Fig. 9 – Vue du squelette us 163b protégé par deux tuiles aménageant une bâtière (M. Rochette).

34Les ossements sont en bon état de conservation, mais friables, et ont tendance à se fragmenter au toucher. Il s’agit d’un dépôt primaire à inhumation double, superposé et successif.

Étude anthropologique biologique de la sépulture 163a

35La décomposition s’est faite avec une légère déconnexion du genou gauche et de l’avant-bras gauche, ce qui pourrait indiquer un possible espace vide. Les connexions anatomiques sont en place, dans une position en décubitus dorsal, orientée est-ouest. Les membres supérieurs sont de part et d’autre du corps, faiblement fléchis, les mains au niveau du bassin. Les deux fémurs sont en extension, les fibulas et tibias croisés. Il n’y a pas d’effet de contrainte.

36Le squelette us 163a est bien conservé et presque complet : un crâne fragmenté, des membres supérieurs moins bien conservés que les membres inférieurs, complets et en très bon état de conservation, les os coxaux présents et bien conservés (les trois pièces anatomiques sont bien conservées). Au niveau de la colonne vertébrale, les arcs vertébraux ne sont pas encore soudés et il n’y a pas de synostose entre les corps vertébraux et les arcs vertébraux. La hémi-mandibule gauche est bien conservée et les germes dentaires sont isolés. Les côtes sont fragmentées. Le bon état de conservation des os longs nous a permis de prendre des mesures (tabl. 1).

Tabl. 1 – Mesures des os longs de la sépulture 163a.

Os mesuré Mesure en mm
Humérus 65,64 mm
Ulna 58,83 mm
Radius 51,40 mm
Fémur 76,53 mm
Tibia 64,65 mm
Fibula 59,99 mm
Conclusion : la sépulture 163a concerne un NN ± 2 mois.

37La méthode d’Ubelaker (1984), basée sur l’éruption dentaire et la mesure des os, confirme que l’individu us 163a est un nouveau-né (NN ± 2 mois).

38L’examen du squelette au macroscope et à la loupe binoculaire montre plusieurs pathologies. Au niveau du crâne, une hyperostose porotique est bien marquée et avancée sur la face exocrânienne de l’os pariétal et occipital. L’hyperostose poreuse des pariétaux peut avoir comme origine un état anémique (Robledo, Trancho, Brothwell 1995) (fig. 10). De plus, les germes dentaires sont colorés en brunâtre foncé. Sur la face endocrânienne, des sillons ramifiés et sinueux sont visibles et bien nets. Cette observation correspond à la description des cas de serpens endocrania symmetrica (SES). Ces lésions sont attribuées à une réaction locale du périoste après un processus infectieux des voies respiratoires, y compris la tuberculose. Les enfants semblent être plus affectés que les adultes, parce qu’ils sont plus sensibles aux infections respiratoires et plus prédisposés à des hémorragies épidurales, du fait que la dure-mère, chez les enfants, adhère peu sur les surfaces endocrâniennes. Il pourrait s’agir d’une variété de modification de l’endocrâne, attribuée à des hématomes épiduraux, à une méningite ou à une anémie (Hershkovitz et al. 2002 ; Schultz 1990). L’observation de SES est plus courante sur les crânes d’individus morts de tuberculose (méningite tuberculeuse par exemple). Cependant, le SES peut être le résultat de maladies inflammatoires chroniques des poumons, autres que la tuberculose. Le fait que les cas de SES tuberculeux prédominent sur les cas de SES non tuberculeux, dans les populations humaines du début du xxe s., peut simplement refléter l’incidence élevée de cette maladie. Notons enfin que la diaphyse proximale et distale des membres inférieurs et supérieurs porte de l’hyperostose.

Fig. 10 – Us 163a ; hyperostose porotique de la face exocrânienne (cliché : R. Ali ; infographie : M. Rochette).

Fig. 10 – Us 163a ; hyperostose porotique de la face exocrânienne (cliché : R. Ali ; infographie : M. Rochette).

39En conclusion, la sépulture 163a concerne un nouveau-né qui souffrait d’hyperostose porotique crânienne de degré 3 (selon l’échelle de Buikstra, Ubelaker 1994).

Étude anthropologique de la sépulture 163b

40La décomposition s’est faite en espace à colmatage différé avec quelques connexions anatomiques en place. Les articulations temporo-mandibulaires présentent un relâchement. Le corps repose en décubitus dorsal, orienté est-ouest, crâne à l’ouest, tête en l’air. Les membres supérieurs ont été observés sur le bassin au moment de la fouille ; les membres inférieurs sont dans une position indéterminée.

41Le squelette est très bien conservé ; il lui manque cependant quelques parties osseuses. Le corps et les arcs vertébraux de la colonne vertébrale ne sont pas soudés, mais bien conservés. Pour les membres supérieurs, l’humérus gauche est complet, le radius gauche entier (tabl. 2), les ulnas droit et gauche sont bien conservés. Pour les membres inférieurs, le fémur gauche est présent, mais sans la partie distale, le fémur droit est cassé en plusieurs fragments, le tibia gauche n’a plus son extrémité distale. La clavicule droite est complète et la gauche est fragmentée. La mandibule est bien conservée avec des dents in situ.

Tabl. 2 – Mesures des os longs de la sépulture 163b.

Os mesuré Mesure en mm
Humérus 108,41 mm
Radius 82,68 mm
Conclusion : la sépulture 163b concerne un enfant de 18 mois.

42Le degré d’éruption dentaire confirme qu’il s’agit d’un enfant âgé de 18 mois. De plus, corps et arcs vertébraux ne sont pas encore soudés : il s’agit donc d’un enfant de moins de 3 ans.

43L’orbite gauche comporte une faible cribra orbitalia. Comme caractère discret, nous avons noté un foramen transverse dédoublé au niveau d’une vertèbre cervicale indéterminée (fig. 11).

Fig. 11 – Foramen transverse dédoublé au niveau d’une vertèbre cervicale indéterminée (cliché : R. Ali ; infographie : M. Rochette).

Fig. 11 – Foramen transverse dédoublé au niveau d’une vertèbre cervicale indéterminée (cliché : R. Ali ; infographie : M. Rochette).

La sépulture 164 (fig. 12)

Fig. 12 – Vue de la tombe us 164 ; au nord, la tombe us 163b (M. Rochette).

Fig. 12 – Vue de la tombe us 164 ; au nord, la tombe us 163b (M. Rochette).

44Cette sépulture est placée en contrebas, au sud, de la tombe us 163. Comme elle, elle est conservée sous le creusement de la fosse de destruction du secteur au bulldozer (us 110). Le niveau d’ouverture de la structure n’a donc pas pu être précisé. Il semble toutefois que cette fosse se soit ouverte dans les niveaux d’abandon de l’espace délimité par les massifs us 111. La présence de mortier cendreux, dans les comblements, évoque l’altération de ceux-ci. Seul le fond de la fosse us 172 a donc été préservé ; il a été dégagé partiellement, la partie nord étant engagée dans la berme laissée pour la fouille de la tombe us 163. Ses limites, telles qu’elles ont été observées, mesurent 2 m de longueur suivant un axe ouest-est, pour une largeur minimale de 0,40 m. Le creusement est profond de 0,55 m, son profil présente un fond plat et une paroi méridionale évasée. Au fond de la fosse, à une altitude de 277,10 m, a été déposé le corps d’un homme adulte. Il pourrait avoir été protégé par une bâtière en tuiles, dont seule une tuile plate, inclinée, a été retrouvée en place au pied du squelette. La tête de ce dernier est placée à l’ouest ; la fouille a fait apparaître dans cette partie une fosse plus réduite que pour le reste du corps. Le squelette présente un bon état de conservation et de représentation, bien que les côtes soient très fragmentées. Lors du dégagement des ossements, la présence d’un petit clou en métal entre les mains a été remarquée. La tombe a été colmatée progressivement par une terre sableuse brun clair contenant des bris de tuiles et des petites pierres, puis par une fine couche cendreuse et par un sédiment blanchâtre poudreux et enfin par un limon sableux beige dans lequel ont été observés de très nombreux fragments de tuiles.

45Dans ce dépôt primaire à inhumation individuelle, on note une contrainte latérale au niveau de l’épaule gauche sans doute due à l’étroitesse de la fosse, ainsi que des contraintes latérales sur le membre supérieur gauche et sur le coxal gauche. Elles ont pu être le résultat du plaquage du corps contre la paroi de la bâtière. L’espace autour du corps était vide au moment de la décomposition : chute de la mandibule, déplacement de l’ulna gauche dissociée du radius, en bon rapport avec la main. Le volume du bassin est conservé à gauche. La position est en décubitus dorsal, dans une orientation est-ouest, crâne à l’ouest. On constate un relâchement des articulations temporo-mandibulaires. Le membre supérieur gauche est fléchi à 45 degrés, la main est posée sur le bassin. Le membre supérieur droit a été emporté par la pelle mécanique, tout comme l’os coxal droit. Les membres inférieurs sont dans l’axe du corps, les chevilles jointes. Au vu de ces éléments, rien ne permet d’envisager la présence d’un linceul.

Étude anthropologique biologique

46Les ossements sont en bon état de conservation, mais fragmentés, notamment le crâne, ce qui rend difficile sa restauration et la réalisation d’une étude complète. Plusieurs éléments donnent des indications sur l’âge de cet individu. La partie sternale de la clavicule gauche est en fin de soudure (elle se soude normalement entre 25 et 30 ans). La surface auriculaire (Lovejoy et al. 1985) et la crête iliaque qui n’est pas totalement soudée à l’ilium (fig. 13 ; elle se soude habituellement entre 20 et 25 ans) permettent d’estimer qu’il s’agit d’un jeune adulte âgé de moins de 30 ans. Le crâne porte des caractères bien masculins : processus mastoïde grand, glabelle marquée, inion moyen, margo supra orbitale légèrement arrondi. Au niveau de la mandibule, l’aspect est robuste, le menton proéminent est fort, l’angle mandibulaire porte des saillies bien nettes et une rétroversion, le margo inferior est bien épais. À partir de la morphologie mandibulaire et crânienne, nous pouvons dire qu’il s’agit d’un individu adulte de sexe masculin.

Fig. 13 – Us 164, trace de fin de soudure de la crête iliaque à l’ilium (cliché : R. Ali ; infographie : M. Rochette).

Fig. 13 – Us 164, trace de fin de soudure de la crête iliaque à l’ilium (cliché : R. Ali ; infographie : M. Rochette).

47Les vertèbres thoraciques et lombaires présentent des ostéophytes bien marqués. De plus, les corps vertébraux montrent de l’ostéoarthrose. Cela peut traduire une surcharge de la colonne vertébrale et l’exercice d’une activité physique commencée dans son jeune âge. Concernant les caractères discrets, la patella gauche montre une encoche du vaste externe. La fragmentation du squelette ne permet pas d’en voir plus.

La sépulture 170

48La sépulture 170 est engagée dans la berme à l’ouest de l’inhumation us 158, elle semble se développer en direction de l’ouest. Elle n’a pas été fouillée, mais sa stratigraphie a été étudiée. Ainsi il apparaît que la tombe est scellée par la couche us 161 faite de limon sableux brun clair assez briqueteux : cette couche a été retirée lors de l’ouverture du sondage. Le creusement a donc pu être observé en surface, mesurant en plan 3 m de long d’ouest en est et 0,95 m de large. Ce creusement perturbe une couche (us 156) d’éclats de calcaire compact de couleur blanche. Il est profond de près d’un mètre et conserve au fond le dépôt du squelette, dont seuls quelques ossements ont été repérés en coupe.

Étude anthropologique biologique

49Squelette très incomplet : il se présente sous forme de quelques fragments d’os d’un individu adulte (des épiphyses sont soudées aux diaphyses), de sexe inconnu (absence des parties anatomiques sur lesquelles baser la détermination).

La sépulture 186 (fig. 14)

Fig. 14 – Vue de la tombe us 186, dont la fosse recoupe les niveaux de mosaïque et les maçonneries anciennes (M. Rochette).

Fig. 14 – Vue de la tombe us 186, dont la fosse recoupe les niveaux de mosaïque et les maçonneries anciennes (M. Rochette).

50Cette sépulture est la seule présente dans la moitié méridionale du sondage de fouille. Elle est installée depuis la couche recouvrant la mosaïque us 149, qui marque à la fois l’occupation de la pièce et surtout son abandon. Elle est caractérisée par le creusement d’une fosse quadrangulaire d’approximativement 2 m de long d’ouest en est et de 1 m de large. L’aménagement de cette fosse, conservé sur 1 m environ, percute la mosaïque us 149 ainsi que le bâti présent en sous-sol us 188, démoli en deux endroits. La fosse s’installe donc alors que le bâtiment est abandonné, mais que les murs sont encore visibles. Le corps d’un adulte est déposé au fond à une altitude de 276,43 m. Le squelette est bien représenté malgré un état de conservation très médiocre. L’individu mesure dans sa totalité 1,80 m, il est placé sous un dépôt de quelques tuiles et d’un fragment de mosaïque, sans doute un élément de la mosaïque us 149 après sa découpe, près de la tête. Le comblement de la tombe est très meuble et hétérogène, il évoque un espace colmaté par de la terre sableuse et des éléments de démolition : pierres, nodules de calcaire concassé blanchâtre, etc. Au sommet du remplissage, la colonne allongée dans le sens de la sépulture pourrait avoir tenu lieu de pierre tombale.

51Dans ce dépôt primaire à inhumation individuelle, la décomposition s’est faite dans un espace au moins partiellement vide, avec peut-être des contraintes latérales (effet du sable, ou autre). Il y a un indice d’espace vide au niveau des pieds (effondrement des pieds) et des connexions anatomiques en place. La position est en décubitus dorsal et l’orientation est-ouest, crâne à l’ouest, tête tournée légèrement vers le nord. Les humérus sont en extension, l’avant-bras gauche est fléchi à 45 degrés. La position du reste des membres supérieurs est indéterminée (disparus). Les membres inférieurs sont en extension et rapprochés au niveau des pieds (possible contrainte latérale au niveau des pieds).

Étude anthropologique biologique

52Le squelette est dans un état de conservation moyen, fragmenté et incomplet. Une bonne restauration a été appliquée afin de pouvoir réaliser une étude approfondie et complète de ce squelette. Seuls les éléments les plus solides ont été conservés. Pour le crâne, 43 fragments sont identifiables et bien conservés : l’orbite gauche, la droite avec un fragment du frontal, les os pariétaux, les os temporaux fragmentés et l’os occipital, en bon état avec son planum nichale. Les os coxaux sont absents, les fémurs et les tibias sont en très mauvais état de conservation, les membres supérieurs droit et gauche sont aussi très fragmentés.

53Vu l’absence des os coxaux, nous avons étudié les caractères morphologiques du crâne, pour la détermination du sexe selon la méthode de Ferembach, Schwidetzki et Stloukal (1979). Le cranium montre une glabelle très forte et marquée, le relief du planum nichale est grand et fortement marqué, l’arcus supercilaris est marqué, la protuberantia occipitalis externa est très forte, l’os frontal est fuyant. Parallèlement, la mandibule montre des caractères masculins : l’angle mandibulaire porte des saillies très bien marquées et montre une petite rétroversion vers l’extérieur, son aspect est moyennement gracile, le margo inferior est bien épais et, finalement, le menton est proéminent (vu de face anguleux). Les os zygomatiques sont élevés et portent une surface irrégulière avec des insertions musculaires bien marquées. L’étude des caractères morphologiques du crâne montre un degré de sexualisation qui penche clairement vers un squelette du sexe masculin.

54L’âge n’a pas pu être déterminé à partir de la symphyse pubienne ou de la surface préauriculaire, car les os coxaux sont absents. Selon les sutures crâniennes, il s’agit d’un individu adulte dont l’âge se situe entre 40 et 45 ans.

55Ce squelette a révélé plusieurs pathologies intéressantes. Au niveau de la scapula droite, la surface articulaire acromiale (acromion), qui s’articule avec la clavicule, porte de l’ostéoarthrose bien avancée (surface criblée d’orifices, fig. 15). Sur cet os, nous avons aussi observé comme caractère discret un sillon circonflexe bien net (fig. 16). Au niveau de la mandibule, le processus condyloïde de la branche mandibulaire droite montre une faible enthésopathie. Le sternum, au niveau du manubrium, comporte des ostéophytes, ainsi que de l’arthrose sur les surfaces de l’incisure claviculaire et de l’incisure costale. La surface d’insertion de la clavicule porte une forte arthropathie et une enthésopathie bien nette. Les têtes articulaires des côtes montrent à leur tour des enthésopathies bien nettes. Concernant la dentition, on ne note pas de trace d’hypoplasie dentaire. En revanche, une usure dentaire moyenne est repérée au niveau des dents, trace de faible tartre dentaire, ainsi qu’une seule carie dentaire superficielle sur la M2 supérieure droite.

Fig. 15 – Us 186, ostéoarthrose avancée sur la surface articulaire acromiale, acromion de la scapula gauche (cliché : R. Ali ; infographie : M. Rochette).

Fig. 15 – Us 186, ostéoarthrose avancée sur la surface articulaire acromiale, acromion de la scapula gauche (cliché : R. Ali ; infographie : M. Rochette).

Fig. 16 – Us 186, sillon circonflexe sur la scapula (cliché : R. Ali ; infographie : M. Rochette).

Fig. 16 – Us 186, sillon circonflexe sur la scapula (cliché : R. Ali ; infographie : M. Rochette).

56L’étude de l’état sanitaire de la colonne vertébrale a permis de noter que les surfaces articulaires supérieures et inférieures des vertèbres cervicales montrent de l’ostéoarthrose (surface criblée d’orifices, fig. 17). Les fossettes articulaires des vertèbres thoraciques et lombaires sont déformées et témoignent de l’enthésopathie. Les processus épineux des vertèbres lombaires montrent de l’ostéophytose.

Fig. 17 – Us 186, ostéoarthrose sur les fossettes articulaires inférieures des vertèbres cervicales et thoraciques (R. Ali).

Fig. 17 – Us 186, ostéoarthrose sur les fossettes articulaires inférieures des vertèbres cervicales et thoraciques (R. Ali).

Pathologie et trauma crâniens

  • 4 Ces radiographies, prévues dans le cadre de cette étude, n’ont pu être réalisées à cause de la dég (...)
  • 5 La trépanation est connue en Europe depuis le Mésolithique ; c’est une opération qui consiste à pr (...)

57Pendant la restauration et la consolidation du crâne, nous avons remarqué des enfoncements accompagnés d’orifices bien nets au niveau de l’os pariétal gauche et au niveau de l’os frontal. De ce fait, nous avons poussé notre étude vers la paléotraumatologie afin de mieux traiter de ces formes de pathologies. Nous savons que les traumatismes crâniens sont souvent recherchés en paléopathologie dans des études de sites militaires, de populations à culture guerrière. Le crâne montre un élément anatomopathologique particulier : nous avons constaté la présence d’une trépanation incomplète ovalaire et criblée d’orifices, bien cicatrisée, sur l’os pariétal gauche (fig. 18). L’étiologie d’une telle lésion ne peut être qu’interventionnelle : bords biseautés et sillons avec une partie centrale portant les marques d’un remodelage du diploé par un processus d’origine infectieuse. Un examen macroscopique, voire radiologique, permettrait de dissocier acte chirurgical et pseudo-pathologie 4. La connaissance du diagnostic différentiel pourrait faire apparaître d’autres pathologies produisant un résultat similaire à une trépanation 5.

Fig. 18 – Us 186, trépanation incomplète ovalaire cicatrisée (R. Ali).

Fig. 18 – Us 186, trépanation incomplète ovalaire cicatrisée (R. Ali).

58Le crâne de cet homme âgé de presque 40‑45 ans porte les traces d’un ancien coup au niveau du crâne porté au cours de sa vie. Il s’agit d’un coup ancien peu violent qui n’a pas causé la mort de cette personne (fig. 19).

Fig. 19 – Us 186, les traces d’un ancien coup non mortel sur le crâne (R. Ali).

Fig. 19 – Us 186, les traces d’un ancien coup non mortel sur le crâne (R. Ali).
  • 6 Les dysplasies pariétales sont des caractères épigénétiques qui peuvent être utilisés comme traceu (...)

59De plus, au niveau de l’os pariétal gauche et à la frontière de la suture sagittale, nous avons constaté un enfoncement très net. En examinant cette région anatomique à la loupe binoculaire, nous pouvons dire qu’il s’agit d’une dysplasie crânienne 6. Plus précisément, c’est une dépression suivant le trajet de la suture sagittale (fig. 20). Cette atteinte du crâne provoque, symétriquement, dans la partie supérieure de chaque pariétal, une dépression allongée dans le sens antéro-postérieur, parallèlement à la suture sagittale. Elle résulte d’une disparition de l’âme spongieuse (diploé) de chaque os pariétal qui, au contraire, s’épaissit le long de la suture sagittale. Le profil transversal de la voûte crânienne prend ainsi une allure de carène renversée. Cette lésion est relatée dans les études paléopathologiques pour des époques très diverses. Sa cause, son étiologie exacte sont cependant inconnues (Dastugue, Gervais 1992, p. 63) alors que sa transmission héréditaire a été vérifiée. Donc, ce crâne présente une dépression bilatérale correspondant à un caractère épigénétique particulier qui est représenté par un amincissement progressif de la paroi crânienne, centré par les parietums, ovalaire (Campillo 1977). De plus, ce crâne présente aussi les traces d’un coup non mortel ovalaire, de 3 cm de longueur (antéro-postérieure) et 2 cm en largeur. Il s’agit d’un ancien coup cicatrisé qui a causé un enfoncement net et peut avoir été donné par des armes non tranchantes.

Fig. 20 – Us 186, dysplasie crânienne sous forme d’amincissement ou dépression de l’os pariétal suivant le trajet sagittal (R. Ali).

Fig. 20 – Us 186, dysplasie crânienne sous forme d’amincissement ou dépression de l’os pariétal suivant le trajet sagittal (R. Ali).

60Cet individu constitue un cas particulier du point de vue anthropologique, dans la mesure où il porte les signes de trois pathologies distinctes : un coup peu violent auquel il a survécu, car la plaie s’est cicatrisée, une trépanation incomplète, et une dysplasie crânienne, variation anatomique rare.

Caractères de la nécropole

Remarques sur les données anthropologiques

61Les restes humains recueillis dans les sépultures du site d’al‑‘Iss représentent au maximum neuf individus, adultes et enfants. Les sujets comprennent cinq adultes et quatre enfants : deux nouveau-nés, un enfant âgé de 18 mois et un enfant âgé de 5 ans ± 16 mois. Notons que cette proportion des squelettes d’enfants est relativement faible. Les adultes se répartissent entre 25‑30 ans et plus de 50 ans. Deux de ces adultes sont de sexe masculin, le sexe des autres n’a pas été déterminé. Il n’y a pas de squelette de femme avéré. Malgré le caractère partiel de l’étude et le mauvais état de conservation de quelques squelettes, les résultats obtenus permettent déjà de formuler quelques hypothèses sur le mode de vie des individus inhumés dans ce secteur.

62L’étude anthropologique montre la présence de l’ostéoarthrose et des enthésopathies chez quelques adultes âgés de plus de 40 ans, témoin d’une surcharge de la colonne vertébrale et peut-être liée à l’âge. Ici, la petite taille de l’échantillon n’a pas permis de vérifier la relation entre cette pathologie et l’âge. En revanche, un individu jeune âgé de 20‑25 (‑30) ans montre les traces d’une surcharge de la colonne vertébrale et aussi d’une activité physique qui a commencé dans son jeune âge.

63En ce qui concerne la pathologie osseuse, on a observé des périostites sur les membres inférieurs. Les réactions périostées représentent une des lésions paléopathologiques les plus fréquemment rencontrées dans les séries ostéoarchéologiques. Chez les enfants, nous avons observé des cas pathologiques importants tels que : la cribra orbitalia, l’hyperostose porotique, la périostite, un cas de SES (serpens endocrania symmetrica) et de l’hypervascularisation vertébrale. Le diagnostic individuel réalisé pour les infections du périoste sur les os longs, ainsi qu’un cas d’hypervascularisation des vertèbres et de présence de cribra orbitalia et d’hyperostose porotique permettent d’envisager le diagnostic individuel de tuberculose pour certains individus de notre échantillon. Des indicateurs de stress ont été révélés. Ils correspondent à des variations morphologiques en rapport avec des troubles de la croissance, des carences en nourriture, en vitamines, des maladies infectieuses, etc. En ce qui concerne l’état de santé bucco-dentaire, le degré d’usure des surfaces dentaires et la présence de caries indiquent une mauvaise hygiène dentaire pour quelques individus, une alimentation dure et aussi l’ingestion d’aliments riches en hydrates de carbone (comme les céréales). Malheureusement, ce résultat ne peut pas être généralisé sur tous les individus de ce secteur, car nous n’avons pas pu observer toutes les dents vu la partialité et la fragmentation des squelettes.

64Le nombre d’individus exhumés dans cette partie de la nécropole de Qinnasrin est trop faible pour être représentatif de la population de la ville à une période donnée. Cependant, l’étude anthropologique révèle une certaine variété sociale : d’une part un groupe modeste, qui travaillait dur, ainsi qu’en témoignent l’état des dents et des colonnes vertébrales (transport de lourdes charges) et qui souffrait peut-être de malnutrition, notamment les enfants (carence alimentaire, manque de vitamines, de fer…), d’autre part un personnage important, peut-être un guerrier ou un chef, qui a bénéficié durant sa vie d’un traitement médical particulier et d’une sépulture plus élaborée que les autres.

Les tombes : construction, datation, caractérisation

65Les tombes qui ont été fouillées sont en partie maçonnées. Il semble qu’il s’agisse de tombes en bâtière, car la plupart montrent des indices de contenant autour du corps. Il n’y a pas de linceul, sauf peut-être pour une. Elles sont composées d’une fosse « en pleine terre » creusée dans les couches de destruction du bâtiment thermal préexistant. Certaines semblent avoir comporté un aménagement vers la tête en matériau de remploi : tuile, brique cuite, pierre ou fragment de mosaïque. Ces blocs, plus solides que le reste du remplissage, pourraient avoir été destinés à protéger la tête et/ou à la maintenir face vers le haut. Le cadavre bénéficiait parfois d’une couverture en tuiles de remploi disposées en bâtière, au-dessus du corps ou d’une partie de celui-ci. Le vide perçu à la fouille sous la colonne qui recouvrait la sépulture 186 montre qu’il y a eu un tassement différé après la disparition des matières organiques. Une trace de matériau calcifié contre le mur est de cette tombe pourrait correspondre à une couverture en matière périssable (végétale ? natte ? cuir ?).

66Dans l’angle nord-ouest du sondage, la construction us 154 pourrait correspondre à une superstructure funéraire. Il s’agit d’un alignement de trois gros blocs en calcaire sur une fondation de petits moellons, sur une fosse qui, comme celle de la tombe us 170, a percé le sol plâtré us 156. Les proportions de cette fosse ainsi que son orientation la rapprochent de celles des tombes à proximité.

67Les éléments de datation de ces tombes n’offrent pas une vision très précise. Aucun dépôt funéraire ni aucune stèle n’étant associés à ces sépultures, les seuls indices sont fournis par la stratigraphie relative (voir le diagramme stratigraphique, Chapitre 10, fig. 5). Deux tombes au moins semblent avoir été creusées à partir des premiers niveaux de destruction du bâtiment des phases II et III (tombes us 186 et 164). Pour les autres, les niveaux dans lesquels elles ont été creusées ont été détruits par les fosses modernes réalisées à la pelle mécanique. On ne peut donc toujours préciser leur niveau d’ouverture, mais il semblerait que les inhumations aient eu lieu à différentes périodes, entre les phases IV et VI. De fait, certains sujets sont inhumés à une moindre profondeur, par exemple us 105, nouveau-né, à 0,35 m de la surface. Les fonds des tombes des adultes, comme celui de la sépulture double us 163, sont au même niveau, à environ 1,40 m de profondeur par rapport à la surface actuelle. Regroupées au nord des arcs us 111, elles ont été creusées dans l’effondrement des voûtes jusqu’au niveau d’abandon en dessous de la couche de destruction ; elles sont sans doute contemporaines. En revanche, l’occupant de la sépulture 186 a été enterré plus profondément. Il semblerait donc que la profondeur de la fosse augmente avec l’âge, la corpulence et peut-être aussi avec la notoriété.

68Il est fort probable que les murs du bain étaient encore au moins en partie en élévation lorsque la tombe 186 a été installée, puisqu’elle est parfaitement alignée et centrée dans la pièce en avant de la baignoire. Les autres fosses sont régulièrement réparties et toutes orientées dans le sens du bâti préexistant. Les murs (comme le mur us 144 qui borde à l’ouest les pièces aux sols de mosaïque polychrome) n’ont été prélevés que dans une ultime phase d’occupation (phase VII). La fosse de la tombe us 186 recoupe plusieurs couches, dont la couche d’occupation qui recouvrait la mosaïque, datée du ixs. En revanche, la nécropole pourrait être antérieure à l’utilisation, attestée par les textes, de la ville comme carrière à partir du milieu du xiie s. (Chapitre 4). La nécropole semble avoir servi sur une courte durée puisqu’il n’y a pas de recoupement de tombes ou de réduction de squelettes.

69Il pourrait s’agir d’une zone du cimetière réservée aux chrétiens. La tombe us 186 est installée juste devant la baignoire, dont l’arrondi est orienté à l’est, ce qui a peut-être pu faire croire qu’il s’agissait d’une abside d’une chapelle ou d’une église. D’autre part, les quatre corps suffisamment bien conservés pour déterminer leur position étaient allongés en décubitus dorsal, avec au moins la main gauche sur le bassin et la tête à l’ouest, regardant vers le haut ou tournée vers le nord. Cette position est complètement différente de la tradition musulmane selon laquelle le mort doit avoir le visage tourné vers La Mecque (Tritton 1977), ici plein sud.

La nécropole de Qinnasrin dans le contexte actuel de la recherche sur les modes d’inhumation dans le monde médiéval proche-oriental

  • 7 C’est en tout cas, l’image que donne la lecture des articles de l’Encyclopédie de l’Islam (Bianqui (...)

70Pendant longtemps, l’archéologie funéraire du Proche-Orient médiéval est restée synonyme de l’étude des stèles épigraphiées et des mausolées 7, et rares sont les nécropoles qui ont été fouillées, quand elles n’ont pas tout simplement été « enlevées » (Petersen 2020, p. 48). Peu d’entre elles ont bénéficié d’une étude anthropologique et/ou ont été publiées.

71La nécropole médiévale islamique de Balis est l’exemple le plus proche, géographiquement et chronologiquement, de Qinnasrin (Sakal 2010) : 74 tombes datées d’avant la destruction de la ville par les Mongols en 1260 ont été fouillées dans le cimetière médiéval. Elles se répartissent en deux types : à fosses verticales, et à chambre latérale le long du côté sud. Toutes sont orientées tête à l’ouest-sud-ouest et pieds à l’est-nord-est. Les corps reposent sur le côté droit, regardant vers le sud. Certains sont restés en place, mais la plupart ont basculé sur le ventre ou le dos. Il y a peu d’enfants et il n’y a pas de dépôts funéraires (rares bijoux), mais des éléments qui permettent de conclure à l’usage de linceuls. Ces modes d’inhumation sont typiquement musulmans (Ragib 1992).

  • 8 Les individus, dont certains sont morts très violemment, pourraient, d’après les caractères discre (...)

72Si la position en décubitus dorsal semble être l’apanage des chrétiens, elle est parfois observée dans des cimetières musulmans, principalement lorsque la décomposition s’est effectuée en espace non colmaté et que le corps a basculé de sa position d’origine. Trois exemples de corps en décubitus dorsal ou ventral ont été observés dans le cimetière musulman du début de l’époque mamelouke de Qasr al‑Hayr al‑Sharqi (sur un total de 13 squelettes). Il s’agissait d’inhumations en cercueils de bois, dont l’un au moins a été transporté (Genequand 2004‑2005, p. 279‑284 ; Genequand 2004, p. 84‑85). Les autres corps de la nécropole étaient, quant à eux, en position latérale, tête tournée vers le sud. Les tombes reflètent le statut social élevé des personnes inhumées : elles sont installées à l’intérieur de la mosquée, la moitié d’entre elles dans un caveau funéraire collectif, et utilisent des cercueils en bois, dont certains richement décorés. Elles sont de deux types : coffres entièrement maçonnés en pierre, ou fosses destinées à contenir les cercueils et dont les parois n’ont été que grossièrement parementées avec quelques pierres ou briques crues 8.

73Une centaine de tombes des xivexvie s., fouillées à Qal‘at al‑Bahrain, illustrent également les deux grands types musulmans : le laḥd et le šaqq ou ḍāriḥ (Kervran, Rougeulle, Hiebert 2005, p. 334‑341). Les premières, creusées verticalement et ensuite latéralement du côté de la qibla, pourraient correspondre à une population plus modeste tandis que les secondes, en coffre maçonné avec une couverture en bois ou en dalles, dans de petits édicules, pourraient avoir été adoptées par des familles plus aisées. Deux autres cimetières à Bahrain ont montré les mêmes types de tombes, pour des périodes plus anciennes (viiiexiie s. et médiévale).

74Si les exemples archéologiques concernant la période médiévale paraissent clairs, en revanche l’ethnoarchéologie montre que les différents groupes ethniques et religieux contemporains ne peuvent pas être clairement différenciés d’après l’étude archéologique des tombes ; qu’il peut y avoir des changements rapides et de larges variations de détails y compris sur des étendues géographiques faibles ; qu’il peut y avoir une continuité régionale dans les pratiques, particulièrement en ce qui concerne le traitement du corps et les dépôts d’objets et que les superstitions locales, les croyances populaires et la religion orthodoxe jouent toutes un rôle important dans les coutumes funéraires (Simpson 1995).

  • 9 Plusieurs nécropoles chrétiennes médiévales ont été fouillées en Égypte, notamment dans le Fayoum. (...)
  • 10 La nécropole de Fustat/Istabl Antar, d’époque abbasside et fatimide, correspond à l’édification de (...)
  • 11 Adams 1998 fait la synthèse de 117 cimetières fouillés plus ou moins extensivement au sud d’Assoua (...)

75Plusieurs nécropoles ont été fouillées en Égypte et leur situation par rapport aux agglomérations, les modes d’inhumation observés et les dépôts funéraires permettent sans ambiguïté de les caractériser comme chrétiennes 9 ou musulmanes 10. Les fouilles de cimetières chrétiens en Nubie (viexiiie s.) ont été beaucoup plus nombreuses et mieux publiées que celles des équivalents égyptiens 11. Elles montrent une ressemblance étroite entre la morphologie de ces tombes chrétiennes et la structure des premières tombes musulmanes (Ragib 1992, p. 394).

76La position des corps de la petite nécropole de Qinnasrin n’offre donc pas de parallèle avec des tombes musulmanes contemporaines, mais reflète plutôt ce que l’on connaît des modes d’inhumation chrétiens, par exemple arméniens dans le sud de l’Anatolie. À Taskun Kale (McNicoll 1983, p. 34‑38), 59 inhumations antérieures au xive s. ont été dénombrées, autour de l’église, en un cimetière très dense. Les fosses est-ouest sont ovoïdes, creusées sur 0,50 à 1,50 m de profondeur. Des pierres créent un alignement du côté ouest. Le corps est sur le dos, tête à l’ouest et face vers le haut ; les bras sont croisés sur la poitrine. L’usage du linceul est probable et celui du mobilier funéraire rare (lampes, croix…).

77Ce mode d’enterrement est également proche des inhumations considérées comme croisées en Palestine. À Césarée, le cimetière à l’ouest de la cathédrale croisée a livré 25 inhumations, des adultes et peut-être un juvénile (Rowsome, Yule 1999). Malgré des squelettes en mauvais état, quatre modes d’inhumation ont été observés : dans un cercueil de bois à l’intérieur d’un coffre de pierre, dans un coffre en pierre, dans un cercueil contre un mur existant, dans un cercueil de bois dans une fosse. Il n’y a pas de dépôt funéraire, mais des clous de cercueils. Deux corps avaient une pierre sous la tête pour la relever. Ailleurs, la tête est plus haute que le reste du corps. Les tombes ont été perturbées au moment de la récupération des matériaux des murs antérieurs au cimetière pour la reconstruction des défenses, au xiiie s. Dans 75 autres tombes de Césarée, les bras étaient plaqués contre le corps ou le bras gauche en travers de la poitrine et le bras droit en travers de la taille (Boas 1998, p. 150‑151). L’étude des squelettes de Césarée a révélé que la santé des Croisés était moins bonne que celle des habitants du début de l’époque islamique (Smith, Zegerson 1999).

  • 12 Aucune indication n’est donnée sur la forme de la tombe et la position des corps (Rose, Khwaleh 20 (...)

78Les inhumations franques en Palestine montrent que les personnages importants ne bénéficiaient pas des mêmes conditions que les pauvres, mais étaient enterrés dans les églises ou à proximité. Les Francs enterraient leurs morts avec le corps orienté est-ouest (Boas 1998, p. 150‑151). La proximité du cimetière avec l’église est mentionnée également pour al‑Wu’ayra 12.

79À Tell Jezreel, dans le royaume croisé de Jérusalem, une soixantaine de sépultures a été fouillée, à côté de l’église (du xiie au milieu du xiiie s.). Les morts du cimetière étaient tous enterrés dans des fosses en pleine terre, sauf six coffres qui indiqueraient un statut plus élevé. Tous ont une orientation est-ouest, la tête à l’ouest regardant vers le haut et tous, sauf deux, sont sur le dos. Les deux qui sont sur le côté regardent vers le nord. Les mains sont placées en majorité sur le pelvis et les jambes resserrées sont parallèles ou chevilles croisées (Bradley 1994, 2006). L’utilisation de linceuls est attestée. Dans le secteur du cimetière qui a été fouillé, les individus sont essentiellement des enfants et quelques adultes. Une étude paléopathologique a pu être conduite sur 50 squelettes. Pour ce que l’on peut en juger, l’état sanitaire de l’échantillon de Qinnasrin pourrait être comparable à celui des habitants de ce village (Mitchell 2006).

80La confrontation des données de la petite nécropole de Qinnasrin avec les informations fournies par les nécropoles médiévales fouillées au Proche-Orient montre que les individus inhumés là étaient de religion chrétienne. Il pourrait s’agir de la partie du cimetière réservée aux habitants de la ville restés chrétiens après le milieu du xe s. (des évêques sont mentionnés dans les listes jacobites, pour Qinnasrin, entre 818 et 953).

Notes

1 Nous remercions Valérie Bel (Inrap Méditerranée) qui a bien voulu relire cet article.

2 Les conditions de fouille de ces sépultures n’ont pas été idéales. Elles ont été contraintes par des délais très courts et les observations et prélèvements ont été faits en l’absence de l’anthropologue sur le terrain.

3 La situation en Syrie et à Alep en particulier au moment de cette étude (en 2012) n’a pas permis de réaliser ces observations.

4 Ces radiographies, prévues dans le cadre de cette étude, n’ont pu être réalisées à cause de la dégradation des conditions de sécurité à Alep depuis 2012.

5 La trépanation est connue en Europe depuis le Mésolithique ; c’est une opération qui consiste à prélever un rectangle ou un disque d’os, en un ou plusieurs endroits du crâne. Les premières manifestations de cet acte chirurgical sont attribuées aux populations épipaléolithiques (Dastugue 1962) et mésolithiques (Lillie 1998). Il existe deux types de trépanations : « médicales » pour traiter des maladies neurologiques ou les crises d’épilepsie, ou « rituelles » (Capasso, Ditota 1996). Elles peuvent être complètes ou incomplètes.

6 Les dysplasies pariétales sont des caractères épigénétiques qui peuvent être utilisés comme traceurs chrono-géographiques (Lacombe 2004, p. 158‑159). Si la depressio biparietalis circumscripta est relativement rare parmi les populations européennes, elle est en revanche plus fréquente chez les populations de la vallée du Nil, entre le iiie et le vie s. (Crubézy et al. 1999, p. 132).

7 C’est en tout cas, l’image que donne la lecture des articles de l’Encyclopédie de l’Islam (Bianquis 2007 ; Sourdel-Thomine, Linant de Bellefonds 1978 ; Tritton 1977). Les fouilles archéologiques de cimetières médiévaux sont peu nombreuses au Proche-Orient et les publications exhaustives le sont encore moins.

8 Les individus, dont certains sont morts très violemment, pourraient, d’après les caractères discrets observés, avoir appartenu à une même famille (Ali in Genequand et al. 2010).

9 Plusieurs nécropoles chrétiennes médiévales ont été fouillées en Égypte, notamment dans le Fayoum. Dans le cimetière A de Naqlun (daté du milieu du xie au xive s.), 500 tombes représentant environ 90 % du cimetière ont été explorées. Leur excellent état de conservation a permis une étude approfondie des coutumes funéraires (Godlewski 2011). À Tebtynis, plus de 850 tombes chrétiennes, datées des ixe-xe s. ont été exhumées entre 2004 et 2008. Il ne semble pas y avoir encore d’étude anthropologique des ossements (Pantalacci, Denoix 2007, p. 276‑277).

10 La nécropole de Fustat/Istabl Antar, d’époque abbasside et fatimide, correspond à l’édification de grands mausolées qui contiennent plusieurs caveaux à inhumations multiples, répartis dans différentes pièces. Les corps sont inhumés sur le côté, tête tournée regardant vers La Mecque, le premier contre le mur de qibla et les autres derrière lui (Gayraud et al. 1987 ; Gayraud, Björnesjö, Speiser 1994 ; Gayraud et al. 1995). À Alexandrie (Kom al‑Dikka), trois nécropoles de trois périodes différentes sont superposées. La plus basse (fin viie s.) comporte 52 tombes en caveau de pierre calcaire ou en fosse, couvertes de dalles calcaires ; le corps est sur le côté, tourné vers La Mecque. La nécropole intermédiaire (ixe-xe s.) est séparée de la première par 1 à 3 m de terre et compte 110 tombes en deux phases, uniquement superstructures en pierre et mortier, avec stèles en marbre, inscrites, scellées dans le mur ouest et faisant face à l’est, sur des fosses en pleine terre, dont les os ont disparu. La nécropole supérieure (xiexiie s.) est constituée de 409 tombes à chambre et superstructure rectangulaire en pierre, à couverture plate ou voûtée (trois types) ; le corps est sur le côté, tourné vers la Mecque. Des enclos peuvent entourer un groupe de tombes ; certains avec un mihrab (mussala). Pour toutes les nécropoles, l’orientation des tombes est-ouest est légèrement décalée vers le nord (Kulicka 2011, p. 483‑498).

11 Adams 1998 fait la synthèse de 117 cimetières fouillés plus ou moins extensivement au sud d’Assouan (en moyenne et basse Nubie). Il montre qu’il y a eu un changement, avec l’arrivée du christianisme dans la région, dans la forme des superstructures, l’orientation de la tombe et l’absence d’offrandes. La forme de la fosse, le couvrement et la position du corps montrent en revanche une continuité avec l’époque antérieure (X‑Group) ainsi que des particularités régionales (entre moyenne et basse Nubie, avec une zone de transition entre les deux). Peu de changements sont avérés tout au long de la période chrétienne, si ce n’est l’usage de la brique crue qui remplace peu à peu celui de la pierre.

12 Aucune indication n’est donnée sur la forme de la tombe et la position des corps (Rose, Khwaleh 2012).

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan du secteur B avec la localisation des tombes (levé topographique : M.‑C. Bosert, M.‑O. Rousset ; infographie : M. Bovagne, M. Rochette).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13537/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 745k
Titre Fig. 2 – Plan du secteur B avec la localisation des fosses contemporaines (levé topographique : M.‑C. Bosert, M.‑O. Rousset ; infographie : M. Bovagne, M. Rochette).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13537/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 717k
Titre Fig. 3 – Vue de la tombe us 105 creusée dans la couche us 119 (M.‑O. Rousset).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13537/img-3.png
Fichier image/png, 874k
Titre Fig. 4 – Vue de la tombe us 122‑134, entre les départs d’arc us 111b et 111c ; au nord, l’aménagement de tuiles de la tombe est conservé (M. Rochette).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13537/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 278k
Titre Fig. 5 – Vue des squelettes us 158 et us 166 (M. Rochette).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13537/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 306k
Titre Fig. 6 – Vue de la partie supérieure du squelette us 158 perturbé à l’est par un creusement contemporain (M. Rochette).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13537/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 525k
Titre Fig. 7 – Us 158, caries dentaires très avancées, disparition de l’émail dentaire au niveau des tubercules linguaux et cassure des racines dentaires (cliché : R. Ali ; infographie : M. Rochette).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13537/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 173k
Titre Fig. 8 – Vue du squelette us 163a (M. Rochette).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13537/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 301k
Titre Fig. 9 – Vue du squelette us 163b protégé par deux tuiles aménageant une bâtière (M. Rochette).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13537/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 339k
Titre Fig. 10 – Us 163a ; hyperostose porotique de la face exocrânienne (cliché : R. Ali ; infographie : M. Rochette).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13537/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 454k
Titre Fig. 11 – Foramen transverse dédoublé au niveau d’une vertèbre cervicale indéterminée (cliché : R. Ali ; infographie : M. Rochette).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13537/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Titre Fig. 12 – Vue de la tombe us 164 ; au nord, la tombe us 163b (M. Rochette).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13537/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 382k
Titre Fig. 13 – Us 164, trace de fin de soudure de la crête iliaque à l’ilium (cliché : R. Ali ; infographie : M. Rochette).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13537/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Fig. 14 – Vue de la tombe us 186, dont la fosse recoupe les niveaux de mosaïque et les maçonneries anciennes (M. Rochette).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13537/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 430k
Titre Fig. 15 – Us 186, ostéoarthrose avancée sur la surface articulaire acromiale, acromion de la scapula gauche (cliché : R. Ali ; infographie : M. Rochette).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13537/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 385k
Titre Fig. 16 – Us 186, sillon circonflexe sur la scapula (cliché : R. Ali ; infographie : M. Rochette).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13537/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 482k
Titre Fig. 17 – Us 186, ostéoarthrose sur les fossettes articulaires inférieures des vertèbres cervicales et thoraciques (R. Ali).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13537/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 716k
Titre Fig. 18 – Us 186, trépanation incomplète ovalaire cicatrisée (R. Ali).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13537/img-18.JPG
Fichier image/jpeg, 122k
Titre Fig. 19 – Us 186, les traces d’un ancien coup non mortel sur le crâne (R. Ali).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13537/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 20 – Us 186, dysplasie crânienne sous forme d’amincissement ou dépression de l’os pariétal suivant le trajet sagittal (R. Ali).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13537/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search