Version classiqueVersion mobile

Chalcis/Qinnasrin (Syrie)

 | 
Marie-Odile Rousset

Deuxième partie. Les sources archéologiques, le terrain

Chapitre 10 – Les bains du sondage B

Marie-Odile Rousset et Marie Rochette

Texte intégral

  • 1 Ce chapitre reprend et augmente Rousset, Rochette 2014.

1La partie de l’agglomération de Qinnasrin située au nord du rempart de la ville byzantine présente à la fois une fonction artisanale et une fonction résidentielle, comme l’ont montré les prospections pédestre et géomagnétique (Chapitre 6). Afin de définir la nature exacte des constructions et de mieux les situer dans le temps, le sondage B a été ouvert dans le secteur P20, où la topographie et les murs mis au jour par des pilleurs dessinaient un grand bâtiment en pierres de taille 1. Les restes visibles en surface laissaient également présager un décor architectural soigné : tesselles de mosaïques en pierre et en pâte de verre colorée, dalles de pavement carrées, rectangulaires, hexagonales et octogonales, en calcaire et plus rarement en basalte, fragments de colonnes, de placage de pierre et de marbre, fragments de briques, de tuiles, de tuyaux et de mortier. La céramique de surface était attribuable à l’époque byzantine (vevie s.) et au début de la période islamique (viieixe s.).

2Le relevé topographique montre, dans cette partie du site, des terrasses rectangulaires étagées avec une pente marquée, de l’ouest vers l’est. L’une d’elles correspond à une construction d’environ 77 m de côté. Elle domine une zone artisanale de fours de potiers, une centaine de mètres à l’est. Ceux-ci sont clairement visibles en surface, par les débris de voûtes, les ratés de cuisson et les cendres, ainsi que sur la carte géophysique. Cette dernière montre une forte densité d’anomalies concentrées dans le périmètre du bâtiment (fig. 1 ; Chapitre 6, fig. 4 ; P29 à P32). Plusieurs dépressions ont été observées à l’intérieur et correspondent à des excavations réalisées dans les années 2000 à la pelle mécanique. Plusieurs murs en pierre taillée affleurent ou ont été partiellement dégagés par des fouilles clandestines, notamment au sud (fig. 2) ; le matériau utilisé semble homogène dans l’ensemble du secteur.

Fig. 1 – Localisation du sondage B par rapport au plan général du site, à la carte géomagnétique et à l’image Google Earth ; en blanc, le tracé du rempart byzantin (mission Qinnasrin).

Fig. 1 – Localisation du sondage B par rapport au plan général du site, à la carte géomagnétique et à l’image Google Earth ; en blanc, le tracé du rempart byzantin (mission Qinnasrin).

Fig. 2 – Mur est-ouest dans l’angle sud-ouest du bâtiment (M.‑O. Rousset).

Fig. 2 – Mur est-ouest dans l’angle sud-ouest du bâtiment (M.‑O. Rousset).

3La prospection géophysique réalisée sur le secteur P20 ne fait pas apparaître de plan précis. Tout au plus distingue-t-on une plus forte hétérogénéité de la réponse magnétique par rapport au terrain alentour, ce qui signale la présence de vestiges plus denses. Comme nous le verrons plus loin, la nature de certaines phases archéologiques, des remaniements et des destructions successives dues aux prélèvements des murs, creusements de fosses et fouilles clandestines expliquent ce résultat peu concluant. La carte confirme cependant l’emprise du bâtiment déterminée par la topographie et la prospection pédestre.

4Le sondage B a été implanté au centre de ce qui semble être la partie nord du bâtiment ; c’est là qu’ont été découvertes quelques pièces d’un bain (fig. 34). Fouillé en 2009 et 2010, il mesurait 12 m de long par 9 m de large, avec une profondeur moyenne de 1,20 m sous le sol actuel. Le terrain naturel n’a pas été atteint, la fin de fouille se situant au plus bas à environ -1,60 m.

Fig. 3 – Plan général du sondage B (M. Bovagne, M. Rochette, M.‑O. Rousset).

Fig. 3 – Plan général du sondage B (M. Bovagne, M. Rochette, M.‑O. Rousset).

Fig. 4 – Vue générale, vers l’est, du secteur B (M. Rochette).

Fig. 4 – Vue générale, vers l’est, du secteur B (M. Rochette).

Description des vestiges

5Pour l’instant, huit phases ont été déterminées dans ce secteur, dont les trois premières ont une fonction balnéaire (fig. 5).

Fig. 5 – Diagramme stratigraphique du secteur B (M.‑O. Rousset).

Fig. 5 – Diagramme stratigraphique du secteur B (M.‑O. Rousset).

Phase I

6La phase la plus ancienne a été observée à la suite du dégagement d’une tombe, dont le creusement a coupé les niveaux (fig. 6). Le défunt a été en partie disposé dans ce qui fut une baignoire (us 188 ; fig. 78). La construction est composée d’une structure semi-circulaire côté est, de 0,66 m de rayon, et d’un mur d’axe nord-sud. Elle comporte des petites marches carrées dans les angles, 0,30 m en dessous du sommet du mur droit. Celui-ci reposait sur un mur plus large, débordant vers l’ouest d’environ 0,25 m. L’ensemble, construit en briques, est couvert d’un enduit gris rosé. L’extension à l’ouest ainsi que la base de cette structure n’ont pas été atteintes. La fouille ayant été arrêtée après le dégagement de la sépulture tardive, les niveaux archéologiques correspondants n’ont pas été dégagés et aucun matériel en place ne peut indiquer la date de ces vestiges. Néanmoins, le nombre important de céramiques des époques byzantine et omeyyade résiduelles dans les niveaux supérieurs permet de supposer que cette construction date de l’une ou de l’autre de ces périodes.

Fig. 6 – Coupe est-ouest, secteur B (M. Rochette, M.‑O. Rousset).

Fig. 6 – Coupe est-ouest, secteur B (M. Rochette, M.‑O. Rousset).

Fig. 7 – Vue des structures les plus anciennes ; la lacune centrale correspond à la sépulture us 186 (M. Rochette).

Fig. 7 – Vue des structures les plus anciennes ; la lacune centrale correspond à la sépulture us 186 (M. Rochette).

Fig. 8 – La baignoire us 188 vue depuis l’ouest (M. Rochette).

Fig. 8 – La baignoire us 188 vue depuis l’ouest (M. Rochette).

7Des tesselles de mosaïque en verre retrouvées dans le remplissage des fosses tardives du sondage B étaient soit isolées, soit incorporées dans des blocs de mortier blanc. L’intégration de ces éléments de décor dans le mortier de construction atteste la destruction d’une mosaïque plus ancienne. Peut-être provenait-elle de l’état premier des bains.

Phase II

8La phase II est marquée par la construction de murs en grand appareil qui dessinent une pièce rectangulaire avec un tuyau de céramique encastré dans une saignée du mur, deux petites pièces rectangulaires à pavement de mosaïque et une baignoire semi-circulaire, avec tuyaux d’adduction et d’évacuation de l’eau.

9Deux tapis distincts de mosaïques à décors colorés sur fond blanc ont été identifiés et dégagés (fig. 913). Ils sont constitués de petites tesselles de pierres de couleur (vert, rose, rouge, gris, noir) composant un décor géométrique, qui reposent sur un lit de mortier rosé épais d’un centimètre environ, lui-même posé sur un aménagement de galets liés par de la terre. La mosaïque us 148 comporte un décor losangé d’écailles adjacentes monochromes blanches, avec apex chargé d’un bouton de rose, limité par un bandeau en dents de scie. Le tapis de tesselles mesure dans son extension maximale 1,27 x 2,42 m. Cette mosaïque se poursuit au sud en suivant un autre motif formant le tapis us 149, plus complexe que le premier : des quadrillages obliques de bandes en tresse à deux brins polychromes, des segments en opposition de deux couleurs ; au centre, une fleurette à croix. L’ensemble est encadré par une onde à fond en dégradé horizontal ornementé. Ce tapis mesure dans son extension maximale 2,16 x 2,80 m. Ces deux ensembles rectangulaires définissent deux espaces différents dont l’un s’ouvre sur une baignoire. Dans ce dernier, le tapis de mosaïque us 149 porte des traces plus ou moins circulaires, d’environ 0,15 m de diamètre, brunes et d’aspect gras. Elles sont localisées près des murs, deux au moins du côté de la baignoire contre le mur us 136, huit du côté ouest et deux au moins du côté sud (fig. 10‑13). Il pourrait s’agir des restes d’un éclairage, chandelles posées directement sur le sol ou lampes dont le combustible aurait coulé et imprégné le sol. Si tel est le cas, cet espace (mais pas la petite pièce qui le jouxte au nord) n’aurait pas bénéficié d’un éclairage suffisant ou aurait été utilisé de nuit.

Fig. 9 – Relevé des mosaïques us 148 et us 149 (M. Bovagne, M. Rochette).

Fig. 9 – Relevé des mosaïques us 148 et us 149 (M. Bovagne, M. Rochette).

Fig. 10 – Mosaïques us 148 et us 149 et colonne qui se trouvait dans le remblai au-dessus de la sépulture us 186 vues depuis l’ouest (M.‑O. Rousset).

Fig. 10 – Mosaïques us 148 et us 149 et colonne qui se trouvait dans le remblai au-dessus de la sépulture us 186 vues depuis l’ouest (M.‑O. Rousset).

Fig. 11 – Mosaïque us 148 et colonne qui se trouvait dans le remblai au-dessus de la sépulture us 186 vues depuis l’est (M.‑O. Rousset).

Fig. 11 – Mosaïque us 148 et colonne qui se trouvait dans le remblai au-dessus de la sépulture us 186 vues depuis l’est (M.‑O. Rousset).

Fig. 12 – Angle sud-est de la mosaïque us 149 ; à gauche, restes du placage de marbre contre le mur us 139 ; la tache sombre pourrait être l’empreinte d’une lampe (M.‑O. Rousset).

Fig. 12 – Angle sud-est de la mosaïque us 149 ; à gauche, restes du placage de marbre contre le mur us 139 ; la tache sombre pourrait être l’empreinte d’une lampe (M.‑O. Rousset).

Fig. 13 – Fragment de la mosaïque us 149 retrouvé dans le remplissage us 185 de la sépulture us 186 ; il provient de la bordure orientale du tapis qui comporte deux lignes blanches au centre de l’onde contre une seulement sur les autres côtés ; noter la tache grasse causée par un système d'éclairage (V. Vezzoli).

Fig. 13 – Fragment de la mosaïque us 149 retrouvé dans le remplissage us 185 de la sépulture us 186 ; il provient de la bordure orientale du tapis qui comporte deux lignes blanches au centre de l’onde contre une seulement sur les autres côtés ; noter la tache grasse causée par un système d'éclairage (V. Vezzoli).

10Une mosaïque en petites tesselles de calcaire blanc s’étalait sur le sol d’une autre pièce, à l’ouest du mur us 144, au même niveau que les mosaïques décorées (fig. 14).

Fig. 14 – Détail du pavement us 151, phase III, sur la mosaïque us 150, phase II (M.‑O. Rousset).

Fig. 14 – Détail du pavement us 151, phase III, sur la mosaïque us 150, phase II (M.‑O. Rousset).

11Le bâtiment est caractérisé par une construction en grand appareil de pierres de taille dont certaines au moins sont des remplois. La plupart des murs ont été totalement prélevés à une époque ultérieure. C’est le cas du mur us 144 pour lequel ne subsiste que la tranchée de prélèvement, large de 0,90 m, dont le remplissage n’a pas été fouillé. La mosaïque us 148 présente à l’ouest une limite rectiligne ainsi qu’une légère remontée du mortier qui devait se plaquer sur le mur us 144. Le mur us 152, de 0,54 m de largeur, construit en gros blocs calcaires taillés, est lui aussi contemporain de la mosaïque dont le mortier de pose vient légèrement couvrir la base. Il est lié au mur us 114, de même construction (0,56 m de largeur), qui a été observé au maximum sur quatre assises. Celui-ci dispose à l’est, sur son parement nord, d’enduits gris et blancs superposés marquant différents états d’utilisation antérieurs à la construction du mur us 103. Ce même parement est creusé dans sa partie supérieure d’un évidement arrondi. Un encastrement horizontal aboutit à la base de cet évidement et se poursuit vers le bas par une saignée dans le mur (fig. 15). Un tuyau en terre cuite est encastré dans l’encoche rectangulaire verticale. Le sens d’emboîtement des tuyaux montre qu’il s’agit d’une descente. La base de cet espace n’a pas été atteinte et aucun sol n’a été rencontré.

Fig. 15 – Détail de l’encastrement d’un tuyau de céramique dans le parement nord du mur us 114 (M. Rochette).

Fig. 15 – Détail de l’encastrement d’un tuyau de céramique dans le parement nord du mur us 114 (M. Rochette).

12Le côté ouest du sol us 178, plus tardif, montre qu’il était plaqué contre un mur parallèle au mur us 144, mais décalé vers l’est (fig. 16).

Fig. 16 – Pavement us 178 contre le mur us 157 ; à gauche, la mosaïque us 149 (M.‑O. Rousset).

Fig. 16 – Pavement us 178 contre le mur us 157 ; à gauche, la mosaïque us 149 (M.‑O. Rousset).

13La partie au sud du mur us 114 est occupée par une baignoire semi-circulaire, limitée par un mur arrondi, à l’est (us 189), et un mur parallèle à us 114, au sud (us 157 ; fig. 17). D’axe est-ouest, le mur us 157, conservé sur 3 m de long pour 0,75 m de large, présente une élévation d’au moins quatre assises qui rejoignent le niveau de sol mosaïqué us 149. La construction met en évidence l’importance des éléments en remploi, de gros blocs de calcaire taillés. L’un d’eux présente un arc en plein cintre monolithe et a pu être retaillé au moment de la construction de la petite fenêtre ou niche qu’il surmonte. Cette dernière a par la suite été bouchée avec des briques alternant les couleurs jaunes et roses et du mortier gris, puis masquée avec un mortier de couleur blanche qui porte l’empreinte d’un placage (de marbre ?) dont une des plaques mesurait 31 x 40 cm (fig. 1819). On remarque par ailleurs sur ce bloc et ses voisins à l’est de petites encoches quadrangulaires, autre mode de fixation d’un placage antérieur (fig. 19).

Fig. 17 – La baignoire, les colonnes à l’intérieur proviennent du remplissage (M. Rochette).

Fig. 17 – La baignoire, les colonnes à l’intérieur proviennent du remplissage (M. Rochette).

Fig. 18 – Dessin de la baie en plein cintre dans le mur us 157, élévation nord (relevé et DAO : M. Rochette).

Fig. 18 – Dessin de la baie en plein cintre dans le mur us 157, élévation nord (relevé et DAO : M. Rochette).

Fig. 19 – Le mur us 157 avec la baie et son bouchage ; de part et d’autre, trous de fixation du placage (M. Rochette).

Fig. 19 – Le mur us 157 avec la baie et son bouchage ; de part et d’autre, trous de fixation du placage (M. Rochette).

14Contre cette construction est placé un mur us 182 construit en briques cuites et blocs de calcaire liés au mortier gris, recouvert d’un enduit gris rosé. Il forme une sorte de banquette semi-circulaire, large de 0,40 à 0,45 m. Cet aménagement est fermé à l’ouest par un mur nord-sud, us 136, de 0,40 m de large pour 0,55 m de hauteur, qui repose sur un mur plus large, saillant de part et d’autre d’environ 0,20 m. Le parement ouest de la baignoire était recouvert d’un placage de marbre contre lequel s’appuyait la mosaïque us 149, qui recouvrait ainsi le ressaut (fig. 12). À l’intérieur, ce dernier formait une marche permettant de descendre dans la cuve. Au fond de celle-ci, profonde de 1 m, a été mise au jour une mosaïque aux tesselles de pierres blanches, rouges et noires (us 187). L’encroûtement de ce sol n’a pas permis d’en préciser le motif. La base du bassin est scellée par un solin couvrant de quelques centimètres la mosaïque us 187. Par ailleurs, la baignoire dispose d’un système d’arrivée d’eau à l’est, au sommet du mur us 182, taillé dans un grand bloc de calcaire. Au fond de la cuve, un tuyau en métal (probablement du plomb) évacuait l’eau (fig. 20). Il est probable que l’alimentation en eau de la baignoire s’effectuait, dans un premier temps, par un tuyau traversant le mur us 189, dans l’axe de l’abside et s’écoulait en suivant une rainure creusée dans le bloc médian. Une autre adduction d’eau, décalée vers le nord, pourrait avoir fonctionné dans un deuxième temps, car la partie centrale du mur a été refaite avec des moellons de pierre non équarris à la place des blocs calcaires appareillés (fig. 17).

Fig. 20 – Détail du tuyau en plomb qui évacuait l’eau au fond de la baignoire us 182 ; au premier plan, la mosaïque us 187 (M. Rochette).

Fig. 20 – Détail du tuyau en plomb qui évacuait l’eau au fond de la baignoire us 182 ; au premier plan, la mosaïque us 187 (M. Rochette).

Phase III

15L’état d’occupation suivant est matérialisé par la mise en place d’un sol pavé us 178, dans les pièces au sud et à l’ouest de la pièce à la baignoire (fig. 16). Il correspond à un réaménagement de la construction et au rehaussement du sol. Mis au jour sur 0,92 x 0,53 m, le sol us 178 est constitué d’un dallage de pierres placé sur une préparation de mortier cendreux gris. Il prend appui à la base du mur us 157 et fonctionne avec celui-ci. Ce sol, dont la date de construction reste imprécise, est à mettre en relation avec le sol us 151, situé plus à l’ouest et dégagé très partiellement (fig. 14). Il se poursuit sous un épais niveau de démolition us 109 à l’ouest et prend appui sur la mosaïque blanche us 150. Les dalles en place sont rectangulaires ou carrées ; aucune des dalles polygonales retrouvées dans le comblement de la baignoire us 182 ou en surface (fig. 21) n’a, pour l’instant, été retrouvée à sa place d’origine.

Fig. 21 – Dalle octogonale en calcaire provenant du comblement de la baignoire us 182 (V. Vezzoli).

Fig. 21 – Dalle octogonale en calcaire provenant du comblement de la baignoire us 182 (V. Vezzoli).

16On ne peut dire, en l’état de la fouille, si ces sols us 151 et us 178 correspondent à une transformation du bâtiment ou s’il s’agit d’un deuxième état d’occupation des constructions de la phase II et donc si les bains existaient toujours à cette époque-là.

17Le comblement de la cuve (us 183 ; fig. 22) contient des fragments de pierre spéculaire, qui était utilisée pour les vitres, ainsi que de très nombreux éléments architecturaux, témoignant de la richesse de l’aménagement aux phases II et III (voir ci-dessous).

Fig. 22 – Comblement de la baignoire us 183 avec des blocs architecturaux (M. Rochette).

Fig. 22 – Comblement de la baignoire us 183 avec des blocs architecturaux (M. Rochette).

Phase IV

18Une première utilisation du bâtiment comme nécropole est marquée par l’installation de la sépulture us 186, au centre de ce qui fut la pièce en avant de la baignoire. Les murs étaient encore en élévation lorsque la tombe a été creusée à partir des couches d’abandon sur le sol de mosaïque. La fosse, parfaitement rectangulaire, avec des parois verticales, est descendue jusqu’au niveau des structures du premier bain qui ont été cassées pour installer le corps (fig. 7) et un fragment de la mosaïque a été utilisé pour protéger la tête du défunt (fig. 13). Une lampe moulée en céramique portant des traces de feu autour du bec a été déposée ou laissée à proximité (fig. 23). Il s’agit d’une imitation du type Hayes I, datée du début du vie s. (Hayes 1972, p. 311‑313 ; Orssaud 1980, p. 258), et, dans ce contexte, d’une réutilisation. Le comblement us 185 ne contenait aucun autre élément qui nous aurait permis de dater cet événement. Une colonne qui se trouvait là a été utilisée comme pierre tombale ou stèle funéraire (fig. 1011). Une étude anthropologique a pu être conduite sur les ossements prélevés, mais elle ne permet pas de datation précise (Chapitre 11).

Fig. 23 – Lampe en céramique moulée découverte dans la tombe us 186 (V. Vezzoli).

Fig. 23 – Lampe en céramique moulée découverte dans la tombe us 186 (V. Vezzoli).

Phase V

19Un quatrième état marquant l’évolution du bâtiment correspond à la mise en place du mur us 103, avec des pierres et des briques liées par un abondant mortier gris couvert sur les deux parements d’un enduit lissé gris. La limite de la base de l’enduit, sur la partie nord du parement ouest, est bien plus basse qu’au sud (fig. 4). Là, la face supérieure d’un bloc taillé, oblique, pourrait être la surface de contact entre deux claveaux d’un arc (fig. 24).

Fig. 24 – Détail de la partie nord du mur us 103, vue vers l’est, avec un bloc qui semble être la base d’un arc (M. Rochette).

Fig. 24 – Détail de la partie nord du mur us 103, vue vers l’est, avec un bloc qui semble être la base d’un arc (M. Rochette).

20Le sol correspondant à l’us 176 au sud-est (dans la pièce semi-circulaire) est constitué d’un niveau de quelques centimètres de calcaire concassé et compact, dont la surface est plane. Altimétriquement il se situe au même niveau que la base de l’enduit sur la partie sud du mur us 103 et que l’arasement du mur us 114.

21Plusieurs départs d’arcs sont peut-être contemporains de cette phase V. On en dénombre quatre, alignés suivant un axe est-ouest, construits en briques cuites liées par un mortier gris cendreux (us 111 ; fig. 25). Le premier (us 111a : 0,80 x 0,80 m) s’appuie contre l’extrémité nord du mur us 152 et s’élève vers l’ouest. Les autres massifs (us 111b : 0,60 x 0,78 m) soutenaient chacun deux arcs (un de chaque côté) ; il y avait donc au moins quatre ouvertures voûtées, chacune de 1,75 m de largeur. Une pierre calcaire taillée, visible à la base du massif us 111b, montre que les piliers étaient, quant à eux, construits en pierre taillée. Un reste d’enduit beige recouvre le côté sud de l’arc us 111b ; il pourrait s’agir de l’enduit du mur prélevé par la tranchée us 142 qui lui est resté collé. L’orientation de cet ensemble bâti pourrait suggérer un espace enterré et voûté dans la partie nord du sondage, accessible par un passage sous un arc dans le mur us 103. Le sol dans cet espace devait être beaucoup plus bas que celui de la partie sud et que les sols des phases II et III du bâtiment.

Fig. 25 – Départs d’arcs en briques cuites et mortier gris us 111 vus depuis le sud ; au premier plan, la mosaïque us 148 (M.‑O. Rousset).

Fig. 25 – Départs d’arcs en briques cuites et mortier gris us 111 vus depuis le sud ; au premier plan, la mosaïque us 148 (M.‑O. Rousset).

Phase VI

22La dernière phase de construction dans le secteur B est matérialisée par la tranchée de fondation du mur us 121, qui descend jusqu’à la base du mur us 103, contre lequel il est plaqué ; il semble être lié au mur us 128. Ce mur pourrait avoir été construit pour fermer l’accès à la petite pièce au sud, tandis que le mur us 121 venait obturer l’ouverture dans le mur us 103. Il est construit en grands blocs taillés de remploi, liés au mortier gris. Les sols correspondant à cette phase ont disparu.

Phases VII et VIII

23La phase VII est caractérisée par l’installation de sépultures dont la plupart ont été retrouvées au nord de l’emprise du sondage, dans le comblement de l’espace délimité par les arcs us 111 et la berme nord. Une dizaine de tombes ont été mises au jour (Chapitre 11). Les niveaux supérieurs, dans lesquels s’ouvraient ces sépultures ayant été détruits par les fosses modernes, il est difficile de déterminer leur datation. Néanmoins, l’observation des modes d’inhumation semble induire que les défunts étaient de religion chrétienne. Si cette nécropole est contemporaine des fragments de pierres tombales inscrites retrouvées dans la partie ouest du secteur nord, elle pourrait alors être datée des alentours du xiie s. Les pierres inscrites ont été étudiées par F. Imbert (Chapitre 5) et les fragments décorés sont décrits au Chapitre 15.

24Au nord-ouest de l’emprise, le mur us 154 d’axe ouest-est pourrait être la superstructure d’une tombe (fig. 26). Les blocs de ce mur, dont trois seulement sont conservés (sur 1,42 m de longueur), affleuraient dès la surface. Au sud a été dégagée une fondation en petits blocs saillants d’une dizaine de centimètres.

Fig. 26 – Superstructure d’une tombe (?) us 154 (M. Rochette).

Fig. 26 – Superstructure d’une tombe (?) us 154 (M. Rochette).

25Il est fort probable que les murs du bain étaient encore en élévation lorsque les tombes ont été installées, puisqu’elles sont alignées par rapport aux murs ou aux arcs qui ont pu, pour certains, fonctionner comme des arcosolia. La récupération de matériaux de construction, par le prélèvement des murs (comme les murs us 144, us 142 et us 121), n’est intervenue qu’à l’ultime phase d’occupation (phase VIII).

La céramique

26Les niveaux fouillés n’ont livré que peu de céramique en place. Cependant des fragments attribuables à l’époque byzantine ont été retrouvés dans le remplissage des grandes fosses modernes creusées au bulldozer. Ces fosses profondes ont provoqué le mélange des artefacts des périodes byzantine à abbasside. Presque toutes les autres couches fouillées présentent un mélange de matériel omeyyade et abbasside, sauf les plus profondes.

  • 2 Une petite cruche similaire a également été retrouvée à Fostat en Égypte (information de Lucy Vall (...)
  • 3 La cuerda seca est bien connue en al‑Andalus, mais des proto cuerda seca orientales sont également (...)
  • 4 L’image de cette marmite était malheureusement de trop mauvaise qualité pour être présentée ici. L (...)

27L’us 127, partiellement fouillée au fond de la petite pièce carrée délimitée par les murs us 114, us 152 et us 128, contient uniquement des tessons d’époque abbasside ; cela montre que cette partie, dont le niveau est bien inférieur à celui de la mosaïque, a été en usage jusqu’au ixe s. Enfin, le matériel céramique trouvé dans la couche qui recouvrait les mosaïques est caractéristique du premier tiers et du milieu du ixe s. (fig. 27). Les catégories glaçurées sont bien représentées : par les glaçures polychromes de type yellow glaze de tell Aswad et les glaçures opaques de Basra à fond blanc et décor au bleu de cobalt, mais aussi par des types plus luxueux et très rares. Ceux-ci recouvrent des formes fermées, comme une petite cruche de type egg shell glaçurée sur la totalité de sa surface externe et, à l’intérieur, jusqu’à mi-col, en jaune vif 2 et un fragment de décor de glaçure cloisonnée de type cuerda seca, c’est-à-dire à glaçure interne vert vif et décor externe limité par des traits noirs et rehaussé de glaçures vertes et jaunes 3. Parmi les formes rares, citons également une marmite sans col à épaule carénée avec une anse plate horizontale fixée sur la carène et une petite bouteille en brittle ware 4.

Fig. 27 – Céramique de l’us 135 ; 1 : production de Basra à pâte jaune pâle fine et glaçure opaque blanche rehaussée de cobalt ; 2 : assiette à décor de type yellow glaze de tell Aswad ; 3 : petite cruche egg shell (pâte jaune pâle fine et parois fines) recouverte de glaçure jaune vif ; 4 : proto sphéroconique en brittle ware rouge ; 5 : décor de type proto cuerda seca, sur parois fines, pâte jaune pâle fine, champs délimités par des traits bruns et recouverts de glaçure verte et jaune, glaçure interne vert vif (M.‑O. Rousset).

Fig. 27 – Céramique de l’us 135 ; 1 : production de Basra à pâte jaune pâle fine et glaçure opaque blanche rehaussée de cobalt ; 2 : assiette à décor de type yellow glaze de tell Aswad ; 3 : petite cruche egg shell (pâte jaune pâle fine et parois fines) recouverte de glaçure jaune vif ; 4 : proto sphéroconique en brittle ware rouge ; 5 : décor de type proto cuerda seca, sur parois fines, pâte jaune pâle fine, champs délimités par des traits bruns et recouverts de glaçure verte et jaune, glaçure interne vert vif (M.‑O. Rousset).

Les objets

28Comme pour la céramique, les petits objets retrouvés dans les couches d’abandon au-dessus des mosaïques ou dans les fosses postérieures ne sont pas communs. Parmi eux, plusieurs pièces de jeux, des jetons, témoignent de pratiques ludiques dans les bains (fig. 28). Ces jetons sont de dimensions et de matériaux divers (pierre taillée ou polie, marbre, céramique). Ils pouvaient être utilisés dans des jeux comme la marelle.

Fig. 28 – Jetons retrouvés dans le sondage B ; 1 : us 135, en céramique, brûlé, traces de mortier blanc, diamètre : 1,7 cm, épaisseur : 0,7 cm ; 2 : us 106, taillé dans une pierre jaune, diamètre : 1,6 cm, épaisseur : 0,5 cm ; 3 : us 113, en pierre polie vert sombre, dimensions : 2,5 x 2,1 cm, 0,8 cm d’épaisseur ; 4 : us 132, retaillé dans un placage de marbre, 3,7 cm de diamètre, 1,5 cm d’épaisseur (M. Bovagne).

Fig. 28 – Jetons retrouvés dans le sondage B ; 1 : us 135, en céramique, brûlé, traces de mortier blanc, diamètre : 1,7 cm, épaisseur : 0,7 cm ; 2 : us 106, taillé dans une pierre jaune, diamètre : 1,6 cm, épaisseur : 0,5 cm ; 3 : us 113, en pierre polie vert sombre, dimensions : 2,5 x 2,1 cm, 0,8 cm d’épaisseur ; 4 : us 132, retaillé dans un placage de marbre, 3,7 cm de diamètre, 1,5 cm d’épaisseur (M. Bovagne).
  • 5 Une cuillère similaire a été découverte dans l’est de l’Irak, à Bakrawa (Madhloum 1965, fig. 4b).

29Deux objets proviennent de la couche us 135 qui recouvrait la mosaïque us 148 : un objet métallique en alliage cuivreux qui pourrait être lié à un usage balnéaire (une sorte de strigile ? fig. 29) et une cuillère en nacre (fig. 305, qui témoignerait plutôt de la présence en ce lieu de cosmétiques.

Fig. 29 – Objet métallique us 135, 2009 (M. Bovagne).

Fig. 29 – Objet métallique us 135, 2009 (M. Bovagne).

Fig. 30 – Cuillère en nacre us 135, 2009 (M. Bovagne).

Fig. 30 – Cuillère en nacre us 135, 2009 (M. Bovagne).

Les pierres décoratives

30De nombreux éléments architecturaux ou décoratifs en pierre ont été retrouvés dans le sondage B, notamment dans le comblement de la cuve us 183 (fig. 22). Ces objets, parfois réalisés dans des matériaux luxueux, sont sujets à remploi ou réutilisation et proviennent sans doute des constructions romaines et byzantines de Chalcis (Chapitre 13). Nous reprenons ici l’identification et les descriptions qu’en avait faites J.‑C. Bessac lors de son passage à al‑‘Iss.

  • 6 Les inscriptions à l’encre tiennent plutôt du gribouillis, mais c’est surtout la gravure qui retie (...)

31Des plaques de marbre de plusieurs types (blanc, gris, Proconnèse) sont présentes dans le comblement des grandes fosses tardives, dans celui de la cuve us 183 et dans certains remblais. Mesurant entre 1,5 et 2 cm d’épaisseur, elles recouvraient à l’origine les parements des murs us 157, us 189, du mur prélevé par la tranchée us 144, et des murs us 136 et us 152. Certains fragments sont des couronnements de placage en marbre, avec le sommet arrondi (fig. 31), d’autres ont le bord scié ou portent des empreintes de tracés. D’autres encore sont inscrits à l’encre noire 6 et gravés (fig. 3233), présentant un motif symétrique sur les deux faces, guidé par des lignes de petits trous, mais maladroitement exécuté ; il pourrait s’agir d’un exercice.

Fig. 31 – Fragments de couronnements de placage de marbre (V. Vezzoli).

Fig. 31 – Fragments de couronnements de placage de marbre (V. Vezzoli).

Fig. 32 – Placage de marbre gravé et inscrit à l’encre noire (V. Vezzoli).

Fig. 32 – Placage de marbre gravé et inscrit à l’encre noire (V. Vezzoli).

Fig. 33 – Placage de marbre inscrit à l’encre noire (V. Vezzoli).

Fig. 33 – Placage de marbre inscrit à l’encre noire (V. Vezzoli).
  • 7 Elle y aurait disparu à partir du milieu du viie s. (Boyd 1999, p. 70). Un groupe très important a (...)
  • 8 Piraud-Fournet 2010, p. 292, fig. 14 et p. 295-296. À Qal’at Sem’an, en Syrie du Nord, elle est da (...)
  • 9 Rosen-Ayalon 1974 ; Rosen-Ayalon 1989, p. 42‑44.
  • 10 Bloch 2011, p. 121‑122 et pl. 43 ; Meinecke 1985, p. 486 et 514, n° 255.

32Deux fragments de plaques de marbre du Proconnèse à décor champlevé et fond piqueté gardant les traces d’un enduit rouge (us 183, us 108 ; fig. 34) ont pu appartenir à une frise décorative (dimensions conservées : 17 x 15 cm et 21 x 10 cm pour 2 cm d’épaisseur). Le décor est limité par un bandeau plat de 5,5 et 4,5 cm et pourrait avoir représenté un rinceau végétal. Cette technique est principalement utilisée dans le bassin oriental de la Méditerranée aux vevie s., à Chypre et dans les régions côtières 7. En Syrie, elle trouve des parallèles à partir de la fin du ve s. à Bosra, Qal’at Sem’an, Andarin et Resafa 8. Ces plaques sont également utilisées dans le décor des édifices omeyyades, l’ensemble le plus complet étant celui de la Coupole du Rocher à Jérusalem 9. Elles sont présentes notamment dans les bains syriens de Jabal Says et Qasr al‑Hayr al‑Gharbi 10, associés aux « palais du désert » omeyyades.

Fig. 34 – Placage de marbre à décor gravé et peint en rouge (V. Vezzoli).

Fig. 34 – Placage de marbre à décor gravé et peint en rouge (V. Vezzoli).
  • 11 D’après J.‑C. Bessac, l’usage de cette pierre se développe à partir de l’époque protobyzantine.

33Des plaques d’une pierre jaune, la lumachelle, ont également été utilisées en parement (dimensions maximales conservées : 28 x 19 cm pour 2,5 cm d’épaisseur). Elles ont été laissées brutes de sciage d’un côté et polies du côté visible 11. Un fragment montre qu’un placage de marbre a par la suite remplacé celui en lumachelle (fig. 35).

Fig. 35 – Placage de pierre calcaire jaune (lumachelle) recouvert d’un placage de marbre, us 183 (V. Vezzoli).

Fig. 35 – Placage de pierre calcaire jaune (lumachelle) recouvert d’un placage de marbre, us 183 (V. Vezzoli).

34À côté des mosaïques et des placages, on peut envisager également la présence d’un décor de marqueterie de pierre ou d’opus sectile. Une dizaine de petites plaques en ardoise, qui proviendraient de Turquie, ont été découvertes (fig. 36). Certaines portent les marques de tracés préparatoires ; l’une d’elles a été sciée. Elles sont rectangulaires (dimensions : 11 x 9,5 x 1,2 cm), triangulaires, en losange ou en forme de navette. Des fragments de pierres d’autre nature (calcaire, marbre blanc, gris, lie-de-vin, pierre marbrière sombre avec des taches rouges…) pourraient également avoir été employés pour ce décor.

Fig. 36 – Pièce de placage (?) en ardoise (V. Vezzoli).

Fig. 36 – Pièce de placage (?) en ardoise (V. Vezzoli).
  • 12 Il s’agit d’une imitation de stuc qui a été retrouvée également à Cyrrhus (information de J.‑C. Be (...)
  • 13 L’Africano est une pierre verte qui vient en fait de Téos en Turquie. Son exploitation et sa diffu (...)
  • 14 Un bloc similaire se trouve au centre du bassin dans la cour de la mosquée omeyyade de Harran. Il (...)

35Pour les autres éléments décoratifs découverts, il n’est pas possible de dire s’ils ont été réutilisés en décor ou remployés comme matériaux de construction. C’est le cas de plusieurs colonnes de différents types et de différentes tailles qui proviennent du remplissage de la cuve us 183 (fig. 37) : une colonnette en lumachelle (hauteur : 41 cm, diamètre : 15 cm ; fig. 38) d’un diamètre irrégulier, polie puis enduite de stuc et peinte 12, une colonne torsadée en marbre gris (fig. 39), une colonne en Africano 13 (hauteur : 78 cm, diamètre maximum : 18 cm ; fig. 40), une base en pierre vert sombre polie (40 x 40 cm ; fig. 4114 et deux fragments de fûts de colonne en calcaire (fig. 17, 22). La colonne en calcaire us 147 a visiblement été remployée comme marqueur de la tombe us 186, au-dessus de son remplissage, ou comme pierre funéraire (fig. 10) ; dans ce cas, elle se serait couchée sur le remplissage après son tassement. Le chapiteau dans le mur us 128, dans le même type de marbre gris que la colonne torsadée, est de toute évidence un remploi retaillé.

Fig. 37 – Blocs découverts dans le comblement de la baignoire us 183 (dessin et DAO : M. Rochette) ; 1 : colonne en Africano ; 2 : fragment de fût de colonne torsadée en marbre ; 3 : colonnette en lumachelle ; 4 : bloc sculpté (socle ?) en pierre vert foncé.

Fig. 37 – Blocs découverts dans le comblement de la baignoire us 183 (dessin et DAO : M. Rochette) ; 1 : colonne en Africano ; 2 : fragment de fût de colonne torsadée en marbre ; 3 : colonnette en lumachelle ; 4 : bloc sculpté (socle ?) en pierre vert foncé.

Fig. 38 – Fragment de colonnette en lumachelle provenant du comblement de la baignoire us 183 (V. Vezzoli).

Fig. 38 – Fragment de colonnette en lumachelle provenant du comblement de la baignoire us 183 (V. Vezzoli).

Fig. 39 – Fragment de colonnette torsadée en marbre provenant du comblement de la baignoire us 183 (V. Vezzoli).

Fig. 39 – Fragment de colonnette torsadée en marbre provenant du comblement de la baignoire us 183 (V. Vezzoli).

Fig. 40 – Colonne en Africano provenant du comblement de la baignoire us 183 (V. Vezzoli).

Fig. 40 – Colonne en Africano provenant du comblement de la baignoire us 183 (V. Vezzoli).

Fig. 41a – Base de colonne en pierre verte très sombre, très dure, comblement us 183 (V. Vezzoli).

Fig. 41a – Base de colonne en pierre verte très sombre, très dure, comblement us 183 (V. Vezzoli).

Fig. 41b – Base de colonne en pierre verte très sombre, très dure, comblement us 183 (V. Vezzoli).

Fig. 41b – Base de colonne en pierre verte très sombre, très dure, comblement us 183 (V. Vezzoli).

36Un fragment de bloc sculpté en calcaire (dimensions : 11,5 x 7,7 cm pour 4,2 cm d’épaisseur ; fig. 42), décoré de motifs en bas-relief, était probablement à l’origine fixé contre un mur : sa face arrière présente des incisions plus ou moins linéaires, sans doute pour aider l’accroche de la pierre au mortier. Le motif figure des torsades, sur lesquelles des traces de peinture rouge sont visibles. Il pourrait s’agit d’un fragment de chapiteau à feuilles d’acanthe.

Fig. 42 – Fragment de sculpture en pierre avec des traces de peinture rouge (M. Bovagne).

Fig. 42 – Fragment de sculpture en pierre avec des traces de peinture rouge (M. Bovagne).

Les bains

La construction

  • 15 Rousset, Bovagne, Rochette 2012, p. 60.

37La phase la plus ancienne du sondage B correspondrait déjà à un bain, doté d’une baignoire semi-circulaire à marches carrées dans les angles. Le mortier utilisé pour lier les briques est de couleur grise, comme celui des phases postérieures. Ce type de mortier contient de la cendre et de petits charbons qui lui confèrent des propriétés hydrofuges. Cependant il n’est pas uniquement réservé à des bâtiments liés à l’eau puisque nous l’avons également retrouvé en contexte domestique, dans des niveaux du début du ixe s. sur le site voisin d’al‑Hadir 15.

38Le bâtiment de la phase II, malgré son niveau de circulation bien plus élevé que ne devait l’être celui du bâtiment de la phase I, reprendrait en partie le plan primitif, avec des dimensions plus imposantes. Les parties fouillées correspondent aux salles froides puisqu’aucune trace d’hypocauste n’a été observée sous le sol de mosaïque. La deuxième baignoire est relativement grande (dimensions intérieures : 1,44 x 0,92 m), mais correspond plutôt à un usage individuel ; la banquette périphérique, en revanche, devait permettre de s’asseoir à plusieurs.

  • 16 Piraud-Fournet 2010, p. 297, n. 28 dresse la liste des maisons et palais d’époque romaine et byzan (...)
  • 17 Piraud-Fournet 2010, p. 297, fig. 18.
  • 18 Grabar et al. 1978, p. 54‑56, pl. 29D et 114­116 ; Genequand 2010, p. 433, n. 60.
  • 19 Haase 1994, p. 252-253, fig. 4 ; Haase 2008, p. 396, fig. 3. D’autres bains plus anciens, signalés (...)

39La localisation du sondage, à l’intérieur de ce qui semble être un seul bâtiment, permettrait d’y voir un bain privé plutôt qu’un édifice public. Il est difficile, en l’état actuel du plan, de proposer des comparaisons avec d’autres bâtiments de même nature. De plus, quelle que soit la période considérée, les exemples de bains privés sont peu nombreux 16. Les bains du palais dit « de Trajan » à Bosra sont un exemple de bain privé ouvert au public, d’époque omeyyade. Ils « s’apparentent, en tout cas, dans leur typologie, leur fonctionnement et leur organisation, aux petits ensembles balnéaires construits à la même époque » 17, mais tous indépendants de la résidence aristocratique. Deux autres bains, attribuables aux viiieixe s. sont insérés dans un bâtiment plus vaste. À Qasr al‑Hayr al‑Sharqi, outre le bain bien connu au nord des deux enceintes, un bain a été fouillé, au sud du pressoir, à l’intérieur de la madina 18. Ajouté à la construction d’origine, il s’inscrit dans un espace rectangulaire allongé (d’environ 11 x 7,60 m). La partie est comporte cinq pièces, dont deux petites pièces carrées à hypocauste, et une pièce rectangulaire (2,20 x 3,53 m) avec une abside dans laquelle se trouvait une baignoire. Comme à Qinnasrin, aucun système de chauffage n’est directement associé à cette baignoire. Le second cas est celui de Madinat al‑Far, où des bains sont installés dans l’angle sud-ouest du bâtiment au centre de la partie nord du site. Ils sont de petite taille (environ 8,50 x 5,50 m) et ne comportent pas de baignoire de plan semi-circulaire 19.

40La surface fouillée correspondant aux bains, à Qinnasrin, ne dépasse pas, pour l’instant, l’emprise des bains privés de Qasr al‑Hayr al‑Sharqi et de Madinat al‑Far, ce qui pourrait en faire une construction comparable à ces deux exemples.

Les motifs des mosaïques

  • 20 Donceel-Voûte 1994.

41La gamme de motifs du répertoire ornemental de la mosaïque, à partir du viie s., est la même que celle des ve et vie s. C’est leur addition et leur combinaison qui caractérisent le style propre au viie s. 20. Le semis de boutons de rose et le quadrillage, s’ils sont indatables par eux-mêmes, peuvent néanmoins être rattachés à une tradition par les détails de leur agencement.

  • 21 D’après Donceel-Voûte, dans les provinces de Palestine, les pavements à semis de boutons de rose, (...)
  • 22 Ettinghausen 1972, pl. XVIII, fig. 62.

42Le semis de boutons de rose sur lit d’écailles est commun depuis l’Antiquité 21 et on le retrouve également sur les mosaïques omeyyades, comme dans l’abside IV du bain de Khirbat al‑Mafjar 22. Cependant, à Qinnasrin, les écailles ne sont pas soulignées par une ligne de couleur différente, mais évoquées par le mouvement des tesselles.

  • 23 Almagro et al. 1975, p. 59, fig. 31.
  • 24 Bisheh 1993 ; Piccirillo 1993, p. 344‑350 ; Carlier, Morin 1987, p. 226‑229, pl. XXXIX‑XLII ; Carl (...)
  • 25 Information de Pauline Donceel-Voûte que je remercie d’avoir bien voulu me livrer son opinion sur (...)

43Les motifs des tapis de mosaïque de Qinnasrin sont proches de ce que l’on connaît des décors omeyyades. Les entrelacs de tresses, la bordure en dents de scie, de même que les dimensions de la pièce us 149, sont tout à fait similaires à ceux des bains de Qusayr Amra 23. Le quadrillage à base de tresses ou de torsades est largement utilisé à l’époque omeyyade, comme à Qasr al‑Hallabat, Qastal, Amman, Ramla, Khirbat al‑Mafjar et Khirbat al‑Minya 24. La particularité de ce quadrillage en entrelacs à deux brins est d’être sans cadre, ce qui est une évolution caractéristique de la mosaïque omeyyade 25. La fleurette de quatre boutons de rose dans chaque case, quant à elle, apparaît dès la fin du ive s.

  • 26 Ettinghausen 1972, pl. XVIII, fig. 61.

44Le motif d’onde qui encadre le panneau us 149 est plus rare dans les compositions omeyyades, mais il rappelle le ruban autour du panneau de mosaïque circulaire, sous le dôme central de la salle d’audience de Khirbat al‑Mafjar qui opère cependant des circonvolutions plus complexes 26. Pour Donceel-Voûte, ce ruban ondé relativement « sage » avec son « reflet » axial et ses trios de cubes blancs dans des ondes sans effet d’arc-en-ciel serait plutôt attribuable au ve ou au début du vie s.

45On le voit, à Qinnasrin comme ailleurs, les motifs des mosaïques mélangent des éléments qui, pris isolément, sont attribuables à différentes périodes chronologiques et n’offrent donc pas de datation précise, entre la fin de la période byzantine et le début de l’époque islamique.

  • 27 Les neuf monnaies retrouvées dans ce secteur sont toutes en très mauvais état, très corrodées et i (...)

46Les deux campagnes archéologiques à Chalcis/Qinnasrin n’ont permis de mettre au jour que quelques pièces d’un complexe thermal pour lequel, hélas, aucun indice ne fournit de terminus post quem vraiment sûr pour la datation 27. Ce bain a été construit à la fin de l’époque byzantine ou à l’époque omeyyade et il est resté en service jusqu’à la période abbasside (ixe s.). Seule la poursuite des fouilles dans ce secteur aurait pu permettre d’en compléter le plan et de dater plus précisément ses différentes phases. D’après le matériel et le décor découverts, il appartenait à une grande résidence hors les murs, très luxueuse.

Notes

1 Ce chapitre reprend et augmente Rousset, Rochette 2014.

2 Une petite cruche similaire a également été retrouvée à Fostat en Égypte (information de Lucy Vallaury).

3 La cuerda seca est bien connue en al‑Andalus, mais des proto cuerda seca orientales sont également attestées, essentiellement par quelques pièces de musée. Le fragment découvert à Qinnasrin correspond tout à fait à la description de ce type dans la synthèse sur le sujet de Déléry et Gómez Martinez (2006).

4 L’image de cette marmite était malheureusement de trop mauvaise qualité pour être présentée ici. Le profil est identique à celui de Rousset 2012b, p. 95, fig. 17.8 et Miglus, Stepniowski 1999, pl. 31.j. La petite bouteille est comparable au type plus ancien des formes dites « sphéroconiques », daté du début du ixe s. : Rahba-Mayadin (Rousset 1996, pl. 63, n° 621 et 622) ; Raqqa (Miglus, Stepniowski 1999, pl. 24.t‑aa) ; Madinat al‑Far (Bartl 1994, p. 144, fig. 6.3) ; Kharab Sayyar (Falb 2012, p. 41 et pl. 26.4‑5, 30.8). Un bassin en pâte commune orangée, à lèvre moulurée (Rousset 2012b, p. 90, fig. 14), appartient également à ces niveaux.

5 Une cuillère similaire a été découverte dans l’est de l’Irak, à Bakrawa (Madhloum 1965, fig. 4b).

6 Les inscriptions à l’encre tiennent plutôt du gribouillis, mais c’est surtout la gravure qui retient l’attention. Il pourrait s’agir de deux ou trois caractères arabes coufiques dont un kâf quadrangulaire assez typique et un hâ’ oblique qui ne coupe pas la ligne de base. Assez fruste, elle s’apparente à des gravures de nom de propriétaire sur des objets mobiliers (expertise F. Imbert, université de Provence, IREMAM, UMR 6568).

7 Elle y aurait disparu à partir du milieu du viie s. (Boyd 1999, p. 70). Un groupe très important a été découvert dans la cathédrale de Kourion à Chypre (Boyd 1989). Dans le baptistère de la Campanopetra à Salamine, les plaques ont été posées à partir de la fin du ve s. (Roux 1998, p. 212‑215, p. 226‑228, fig. 266‑268 et 272‑274, p. 273, p. 285, fig. 331‑333). À Amathonte, Pralong 1994, p. 446‑449, fig. 17‑18. Celles du « Martyrion » de Séleucie de Piérie ont été sculptées au cours du deuxième quart du vie s. (Boyd 2000, p. 222‑223, n° 107‑110). À Antioche (Stillwell 1943, pl. 13, 19‑29 et 43) ; voir aussi : « Marble revetment given to the Expedition », Archaeological Archives, disponible sur : http://vrc.princeton.edu/archives/items/show/13523 (consulté le 24 mars 2016). Pour l’église de Khaldé, au Liban, Chéhab 1957‑1959, p. 118‑119, fig. 9‑10, pl. LXXX.

8 Piraud-Fournet 2010, p. 292, fig. 14 et p. 295-296. À Qal’at Sem’an, en Syrie du Nord, elle est datée du vie ou du viie s. À Andarin, Mundell Mango 2002, p. 311. À Resafa, Ulbert 1986, pl. 28 et 60-61, p. 67.

9 Rosen-Ayalon 1974 ; Rosen-Ayalon 1989, p. 42‑44.

10 Bloch 2011, p. 121‑122 et pl. 43 ; Meinecke 1985, p. 486 et 514, n° 255.

11 D’après J.‑C. Bessac, l’usage de cette pierre se développe à partir de l’époque protobyzantine.

12 Il s’agit d’une imitation de stuc qui a été retrouvée également à Cyrrhus (information de J.‑C. Bessac).

13 L’Africano est une pierre verte qui vient en fait de Téos en Turquie. Son exploitation et sa diffusion n’ont commencé qu’à l’époque romaine (information de J.‑C. Bessac).

14 Un bloc similaire se trouve au centre du bassin dans la cour de la mosquée omeyyade de Harran. Il s’agirait d’une « base de colonne assyrienne » (Guidetti 2009, p. 21, fig. 18).

15 Rousset, Bovagne, Rochette 2012, p. 60.

16 Piraud-Fournet 2010, p. 297, n. 28 dresse la liste des maisons et palais d’époque romaine et byzantine disposant de bains. Les bains connus pour l’époque omeyyade sont essentiellement privés. Des planches comparatives de plans sont proposées par Piraud-Fournet 2010, fig. 18 et Almagro et al. 1975, fig. 78 (à laquelle il faut ôter « Anjar W » qui est médiéval). Aucun bain d’époque abbasside n’est mentionné pour Raqqa, ni dans les palais (alors que de nombreuses latrines ont été repérées), ni en dehors de ceux-ci (Daiber, Becker 2004). Le seul connu, mais public, est celui de Kharrab Sayyar (Meyer 2006).

17 Piraud-Fournet 2010, p. 297, fig. 18.

18 Grabar et al. 1978, p. 54‑56, pl. 29D et 114­116 ; Genequand 2010, p. 433, n. 60.

19 Haase 1994, p. 252-253, fig. 4 ; Haase 2008, p. 396, fig. 3. D’autres bains plus anciens, signalés à proximité, ne sont pas illustrés.

20 Donceel-Voûte 1994.

21 D’après Donceel-Voûte, dans les provinces de Palestine, les pavements à semis de boutons de rose, avec ou sans écailles monochromes, et à quadrillages de boutons de rose sont largement majoritaires dans les pavements privés et publics, aussi bien au vie qu’au viie s.

22 Ettinghausen 1972, pl. XVIII, fig. 62.

23 Almagro et al. 1975, p. 59, fig. 31.

24 Bisheh 1993 ; Piccirillo 1993, p. 344‑350 ; Carlier, Morin 1987, p. 226‑229, pl. XXXIX‑XLII ; Carlier, Morin 2003, p. 203, fig. 2 ; Bisheh 2005 ; Arce 2008, p. 213 ; Rosen-Ayalon 1976 ; Hamilton 1959.

25 Information de Pauline Donceel-Voûte que je remercie d’avoir bien voulu me livrer son opinion sur les mosaïques de Qinnasrin. Voir aussi Donceel-Voûte 1994, 1999. D’après elle, si l’on se réfère aux comparaisons syro-jordaniennes (pourtant en nombre bien plus important en Jordanie), ainsi qu’à la mise en page assez aérée, les mosaïques seraient attribuables à la seconde moitié du vie s. Nous avons vu cependant que d’autres éléments semblent plus récents.

26 Ettinghausen 1972, pl. XVIII, fig. 61.

27 Les neuf monnaies retrouvées dans ce secteur sont toutes en très mauvais état, très corrodées et illisibles. Elles n’ont pu être nettoyées. L’une d’entre elles est octogonale et mesure 1,7 cm de diamètre pour 0,2 cm d’épaisseur.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Localisation du sondage B par rapport au plan général du site, à la carte géomagnétique et à l’image Google Earth ; en blanc, le tracé du rempart byzantin (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13532/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Titre Fig. 2 – Mur est-ouest dans l’angle sud-ouest du bâtiment (M.‑O. Rousset).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13532/img-2.JPG
Fichier image/jpeg, 361k
Titre Fig. 3 – Plan général du sondage B (M. Bovagne, M. Rochette, M.‑O. Rousset).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13532/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Titre Fig. 4 – Vue générale, vers l’est, du secteur B (M. Rochette).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13532/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1021k
Titre Fig. 5 – Diagramme stratigraphique du secteur B (M.‑O. Rousset).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13532/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 279k
Titre Fig. 6 – Coupe est-ouest, secteur B (M. Rochette, M.‑O. Rousset).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13532/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 590k
Titre Fig. 7 – Vue des structures les plus anciennes ; la lacune centrale correspond à la sépulture us 186 (M. Rochette).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13532/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Fig. 8 – La baignoire us 188 vue depuis l’ouest (M. Rochette).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13532/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 9 – Relevé des mosaïques us 148 et us 149 (M. Bovagne, M. Rochette).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13532/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Titre Fig. 10 – Mosaïques us 148 et us 149 et colonne qui se trouvait dans le remblai au-dessus de la sépulture us 186 vues depuis l’ouest (M.‑O. Rousset).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13532/img-10.JPG
Fichier image/jpeg, 186k
Titre Fig. 11 – Mosaïque us 148 et colonne qui se trouvait dans le remblai au-dessus de la sépulture us 186 vues depuis l’est (M.‑O. Rousset).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13532/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 12 – Angle sud-est de la mosaïque us 149 ; à gauche, restes du placage de marbre contre le mur us 139 ; la tache sombre pourrait être l’empreinte d’une lampe (M.‑O. Rousset).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13532/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 13 – Fragment de la mosaïque us 149 retrouvé dans le remplissage us 185 de la sépulture us 186 ; il provient de la bordure orientale du tapis qui comporte deux lignes blanches au centre de l’onde contre une seulement sur les autres côtés ; noter la tache grasse causée par un système d'éclairage (V. Vezzoli).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13532/img-13.JPG
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 14 – Détail du pavement us 151, phase III, sur la mosaïque us 150, phase II (M.‑O. Rousset).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13532/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 15 – Détail de l’encastrement d’un tuyau de céramique dans le parement nord du mur us 114 (M. Rochette).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13532/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Fig. 16 – Pavement us 178 contre le mur us 157 ; à gauche, la mosaïque us 149 (M.‑O. Rousset).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13532/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 17 – La baignoire, les colonnes à l’intérieur proviennent du remplissage (M. Rochette).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13532/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 18 – Dessin de la baie en plein cintre dans le mur us 157, élévation nord (relevé et DAO : M. Rochette).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13532/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 206k
Titre Fig. 19 – Le mur us 157 avec la baie et son bouchage ; de part et d’autre, trous de fixation du placage (M. Rochette).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13532/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 20 – Détail du tuyau en plomb qui évacuait l’eau au fond de la baignoire us 182 ; au premier plan, la mosaïque us 187 (M. Rochette).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13532/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 235k
Titre Fig. 21 – Dalle octogonale en calcaire provenant du comblement de la baignoire us 182 (V. Vezzoli).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13532/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 22 – Comblement de la baignoire us 183 avec des blocs architecturaux (M. Rochette).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13532/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 23 – Lampe en céramique moulée découverte dans la tombe us 186 (V. Vezzoli).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13532/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Fig. 24 – Détail de la partie nord du mur us 103, vue vers l’est, avec un bloc qui semble être la base d’un arc (M. Rochette).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13532/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 25 – Départs d’arcs en briques cuites et mortier gris us 111 vus depuis le sud ; au premier plan, la mosaïque us 148 (M.‑O. Rousset).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13532/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 26 – Superstructure d’une tombe (?) us 154 (M. Rochette).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13532/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Fig. 27 – Céramique de l’us 135 ; 1 : production de Basra à pâte jaune pâle fine et glaçure opaque blanche rehaussée de cobalt ; 2 : assiette à décor de type yellow glaze de tell Aswad ; 3 : petite cruche egg shell (pâte jaune pâle fine et parois fines) recouverte de glaçure jaune vif ; 4 : proto sphéroconique en brittle ware rouge ; 5 : décor de type proto cuerda seca, sur parois fines, pâte jaune pâle fine, champs délimités par des traits bruns et recouverts de glaçure verte et jaune, glaçure interne vert vif (M.‑O. Rousset).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13532/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 28 – Jetons retrouvés dans le sondage B ; 1 : us 135, en céramique, brûlé, traces de mortier blanc, diamètre : 1,7 cm, épaisseur : 0,7 cm ; 2 : us 106, taillé dans une pierre jaune, diamètre : 1,6 cm, épaisseur : 0,5 cm ; 3 : us 113, en pierre polie vert sombre, dimensions : 2,5 x 2,1 cm, 0,8 cm d’épaisseur ; 4 : us 132, retaillé dans un placage de marbre, 3,7 cm de diamètre, 1,5 cm d’épaisseur (M. Bovagne).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13532/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 338k
Titre Fig. 29 – Objet métallique us 135, 2009 (M. Bovagne).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13532/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 772k
Titre Fig. 30 – Cuillère en nacre us 135, 2009 (M. Bovagne).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13532/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 692k
Titre Fig. 31 – Fragments de couronnements de placage de marbre (V. Vezzoli).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13532/img-31.JPG
Fichier image/jpeg, 846k
Titre Fig. 32 – Placage de marbre gravé et inscrit à l’encre noire (V. Vezzoli).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13532/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 690k
Titre Fig. 33 – Placage de marbre inscrit à l’encre noire (V. Vezzoli).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13532/img-33.JPG
Fichier image/jpeg, 892k
Titre Fig. 34 – Placage de marbre à décor gravé et peint en rouge (V. Vezzoli).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13532/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 35 – Placage de pierre calcaire jaune (lumachelle) recouvert d’un placage de marbre, us 183 (V. Vezzoli).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13532/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 439k
Titre Fig. 36 – Pièce de placage (?) en ardoise (V. Vezzoli).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13532/img-36.JPG
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 37 – Blocs découverts dans le comblement de la baignoire us 183 (dessin et DAO : M. Rochette) ; 1 : colonne en Africano ; 2 : fragment de fût de colonne torsadée en marbre ; 3 : colonnette en lumachelle ; 4 : bloc sculpté (socle ?) en pierre vert foncé.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13532/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Fig. 38 – Fragment de colonnette en lumachelle provenant du comblement de la baignoire us 183 (V. Vezzoli).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13532/img-38.JPG
Fichier image/jpeg, 846k
Titre Fig. 39 – Fragment de colonnette torsadée en marbre provenant du comblement de la baignoire us 183 (V. Vezzoli).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13532/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 865k
Titre Fig. 40 – Colonne en Africano provenant du comblement de la baignoire us 183 (V. Vezzoli).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13532/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 656k
Titre Fig. 41a – Base de colonne en pierre verte très sombre, très dure, comblement us 183 (V. Vezzoli).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13532/img-41.JPG
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 41b – Base de colonne en pierre verte très sombre, très dure, comblement us 183 (V. Vezzoli).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13532/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 700k
Titre Fig. 42 – Fragment de sculpture en pierre avec des traces de peinture rouge (M. Bovagne).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13532/img-43.JPG
Fichier image/jpeg, 1,1M

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search