Version classiqueVersion mobile

Chalcis/Qinnasrin (Syrie)

 | 
Marie-Odile Rousset

Deuxième partie. Les sources archéologiques, le terrain

Chapitre 9 – Le sondage A : un quartier artisanal dans les faubourgs

Marie-Odile Rousset et Marilyne Bovagne

Texte intégral

1D’après les résultats des prospections pédestre et géophysique, le quartier situé au nord du rempart byzantin a été le lieu de plusieurs activités artisanales, voire industrielles (Chapitre 6). Les éléments retrouvés en surface permettaient de penser que des fours de potiers s’étaient implantés dans ce secteur (par exemple en P24 ; Chapitre 6, fig. 4) et également d’autres installations, ayant produit une grande quantité de cendres et de scories vitreuses (notamment en P22, P23, P24 et P34). À la suite d’une visite effectuée avec Danièle Foy en 2007, la question se posait de savoir s’il n’y avait pas là des traces de fabrication de verre primaire aux cendres de plantes dont la présence avait été attestée sur le site voisin d’al‑Hadir dès l’époque omeyyade (Gratuze, Foy 2012). L’analyse des céramiques de surface montre que cette zone se serait développée à partir de l’époque romaine et aurait continué à être occupée jusqu’au xe s. (Chapitre 19). Elle ne donne en revanche que peu d’indications sur la chronologie de ces activités, sauf dans le cas du secteur P24 où un assemblage céramique de l’époque byzantine (vevie s.) a été découvert. L’implantation du sondage A avait donc pour but d’attester et de définir la nature exacte des productions élaborées dans ce secteur et de préciser dans quelle mesure celles-ci avaient pu se poursuivre au début de l’époque islamique.

2Le sondage A a été installé sur le piémont de la colline, à l’est des grandes carrières, dans un secteur cultivé où de nombreuses scories vitreuses avaient été observées en surface (P22). L’implantation a également été guidée par des anomalies de la carte géomagnétique qui semblaient révéler la présence d’une structure longiligne (fig. 1). La fouille s’est déroulée au cours de deux campagnes, en 2009 et en 2010. Le premier sondage, de 12 x 5 m, pour une profondeur maximale de 1,30 m a été rebouché à la fin de la campagne 2009. Il a été étendu vers le nord en 2010, au-delà d’une berme de 0,50 m, sur une surface de 12 x 3,50 m, avec une extension de 3,50 m nord-sud par 6 m est-ouest, au nord-ouest (fig. 24).

Fig. 1 – Localisation du sondage A sur le plan général du site, l’image Google Earth et la carte géomagnétique ; en blanc, le tracé du rempart byzantin (mission Qinnasrin).

Fig. 1 – Localisation du sondage A sur le plan général du site, l’image Google Earth et la carte géomagnétique ; en blanc, le tracé du rempart byzantin (mission Qinnasrin).

Fig. 2 – Plan général du sondage A (topographie : M.‑C. Bosert, M.‑O. Rousset ; dessins et infographie : M. Bovagne, M. Rochette ; mission Qinnasrin).

Fig. 2 – Plan général du sondage A (topographie : M.‑C. Bosert, M.‑O. Rousset ; dessins et infographie : M. Bovagne, M. Rochette ; mission Qinnasrin).

Fig. 3 – Vue générale du sondage A depuis l’ouest, partie nord fouillée en 2010 (mission Qinnasrin).

Fig. 3 – Vue générale du sondage A depuis l’ouest, partie nord fouillée en 2010 (mission Qinnasrin).

Fig. 4 – Vue générale du sondage A depuis l’ouest, partie sud fouillée en 2009 (mission Qinnasrin).

Fig. 4 – Vue générale du sondage A depuis l’ouest, partie sud fouillée en 2009 (mission Qinnasrin).
  • 1 Ce champ est visible sur l’image Google Earth du 26 octobre 2013.

3Il était évidemment prévu de poursuivre ce sondage afin, si possible, de fouiller des structures de combustion en place. Du fait de l’impossibilité de retourner sur le terrain après 2010, puis de la plantation, dans ce secteur, d’une oliveraie avec mur de clôture fin 2012 ou 2013 1, nous ne pourrons reprendre ce chantier. Cette présentation gardera par conséquent un air d’inachevé. Néanmoins, elle présente un intérêt pour la compréhension générale du site, car la fouille de ce secteur a permis de mettre au jour trois occupations différentes : une construction (phase I ; fig. 5) puis des fosses et rejets de fours (phase II) recoupés par une très grande fosse (phase III).

Fig. 5 – Diagramme stratigraphique du sondage A (mission Qinnasrin).

Fig. 5 – Diagramme stratigraphique du sondage A (mission Qinnasrin).

Description des vestiges

Phase I

  • 2 Le matériel céramique des fouilles a été inventorié et a fait l’objet d’une description et de croq (...)

4Les éléments les plus anciens mis au jour dans ce sondage se situent dans la partie sud de l’emprise et ont été repérés sur une petite surface fouillée jusqu’au terrain naturel, la roche calcaire (fig. 6). Celle-ci est recouverte d’une couche de limon argileux semblant présenter une surface régulière (us 23). Cette couche compacte est mêlée de quelques pierres et comportait deux poches de cendres de 2 à 3 cm d’épaisseur. Le matériel céramique est en majorité byzantin, avec quelques fragments romains 2. Au-dessus, un niveau argileux, rougeâtre, mêlé de cendre grise, compact et homogène est épais de 20 à 30 cm (us 22). La céramique qu’il contenait est datée des époques romaine et byzantine. Il soutient un sol en terre crue, restauré à plusieurs reprises (us 25), qui jouxte la fondation d’un mur (us 27 ; fig. 7). Le sol est construit en brique crue ou terre battue, rosée, présentant des joints horizontaux, indurés, sur au moins trois assises. On ne distingue pas de joints verticaux, mis à part le long de la paroi de la fosse us 10. Ce sol est large de 1,80 m minimum, et conservé sur 3,20 m de longueur, du creusement de la grande fosse us 10 au nord, à la berme sud. Sa partie orientale a été détruite par la fosse us 18. Accusant un double pendage, d’ouest en est, puis du nord au sud, ses assises suivent la pente naturelle du terrain. Vers l’ouest, ce sol est limité par un alignement de blocs de calcaire grossièrement taillés, probablement la fondation d’un mur de terre crue (us 27), d’environ 0,70 m de largeur et conservée sur 1,80 m de longueur, orientée nord-sud.

Fig. 6 – Coupes 1 et 2, ouest-est et nord-sud du sondage réduit, secteur A, Qinnasrin 2009 (relevé : M. Bovagne ; infographie : M.‑O. Rousset ; mission Qinnasrin).

Fig. 6 – Coupes 1 et 2, ouest-est et nord-sud du sondage réduit, secteur A, Qinnasrin 2009 (relevé : M. Bovagne ; infographie : M.‑O. Rousset ; mission Qinnasrin).

Fig. 7 – Vue du mur us 27 recoupé par la grande fosse (mission Qinnasrin).

Fig. 7 – Vue du mur us 27 recoupé par la grande fosse (mission Qinnasrin).
  • 3 Les monnaies n’ont pas été nettoyées et n’ont pu être étudiées.

5Ces constructions sont recouvertes d’une couche de destruction (us 21) avec de nombreuses briques cuites, qui accuse un pendage est-ouest. Cette couche hétérogène comprend un premier niveau de démolition de brique crue rougeâtre, argileuse, avec litages cendreux et caillouteux, recouvert de tuiles effondrées en place. Elle est mêlée de scories de verre et de céramique en quantité importante et une monnaie y a été retrouvée 3. L’us 21 est recouverte par un autre niveau de démolition, l’us 20 (limon sablonneux beige rosé, mêlé de pierres, fragments de tuiles et briques, céramique). Cette couche est quasi inexistante dans la partie sud du secteur à cause du pendage nord-sud du terrain. Ces couches contiennent de la céramique en grande majorité d’époque byzantine. La présence de scories de verre montre que l’activité qui les a générées était déjà effective au cours de la phase I.

6Dans la partie nord du sondage, des couches qui semblent horizontales, traversées par une fosse postérieure (us 46), pourraient correspondre à la même phase d’occupation. Il s’agit d’un niveau de sédiment jaune, recouvert par un sédiment brun foncé d’environ 25 cm d’épaisseur, lui-même recouvert d’un sédiment brun-gris d’une trentaine de centimètres d’épaisseur (fig. 8, n° 12‑14).

Fig. 8 – Coupes 3 et 4, nord-sud et est-ouest du sondage réduit, secteur A, Qinnasrin 2010 (relevé dessin : M.‑O. Rousset ; infographie : M. Rochette ; mission Qinnasrin).

Fig. 8 – Coupes 3 et 4, nord-sud et est-ouest du sondage réduit, secteur A, Qinnasrin 2010 (relevé dessin : M.‑O. Rousset ; infographie : M. Rochette ; mission Qinnasrin).

Phase II

7Au nord, les niveaux les plus profonds sont recoupés par une fosse (us 46) dont le comblement est composé de deux couches (us 45, us 42) de cendres fines de végétaux (fig. 910), séparées par une couche de terre jaune qui s’est affaissée dans la dépression et qui est plus épaisse sur les bords. Seule cette couche contient des pierres, des tuiles plates et quelques tessons non datables. La fosse est rectangulaire et plus profonde dans sa partie sud. Son comblement très meuble s’est tassé dans le fond et remonte sur ses bords. Il est difficile de déterminer si cette fosse de stockage est contemporaine ou non des constructions de la partie sud, aucune relation stratigraphique n’existant entre ces deux parties, coupées par la grande fosse us 10. Il n’a malheureusement pas été possible de faire analyser ces cendres pour définir quelle était la plante utilisée. Cette fosse est creusée à travers des niveaux eux-mêmes cendreux (fig. 8), ce qui montre que l’activité artisanale de ce secteur s’est déroulée pendant une période relativement longue.

Fig. 9 – Coupe est dans la partie la plus profonde du sondage A, Qinnasrin 2010 (mission Qinnasrin).

Fig. 9 – Coupe est dans la partie la plus profonde du sondage A, Qinnasrin 2010 (mission Qinnasrin).

Fig. 10 – Détail des cendres conservées dans la fosse us 46 (mission Qinnasrin).

Fig. 10 – Détail des cendres conservées dans la fosse us 46 (mission Qinnasrin).

8Les constructions de la phase I et leur destruction ont été en partie oblitérées par le creusement d’une fosse (us 18) dont seule la partie sud a été observée. De forme irrégulière, à plusieurs alvéoles, elle a un profil en cuvette et présente des parois très évasées et un fond arrondi à plat. Le comblement se compose d’éclats de pierres et cailloux mêlés d’un peu de sédiments limoneux blancs à beiges. Sur le fond de la fosse us 18, à l’est, ont été mises au jour quatre petites monnaies de bronze.

9La fouille de la partie nord du sondage s’est avérée particulièrement difficile, car il s’agissait essentiellement de déblais de nature diverse, disposés en couches successives avec de forts pendages (fig. 11). D’après leur profil, les strates se sont accumulées du sud-ouest vers le nord-est (fig. 1214). La fosse avec les cendres végétales (us 46) était recouverte d’une couche de destruction (us 43) contenant des terres cuites ou crues architecturales, des fragments de pierres et de mortier et des scories sous forme de gouttes de verre ou de gros blocs de matière parfois recuite et très bulleuse. Deux types de briques de terre crue rubéfiée ont été observés : des briques rectangulaires de 38 x 38 x 10 cm et des tambours de pilettes rondes, de 23 cm de diamètre par 15 cm de haut. Séparée de la précédente par une couche de végétaux carbonisés et de terre mêlée à de la cendre, gris clair, très meuble (us 41), une couche de sédiment brun contenant des pierres centimétriques et quelques tessons ne recouvrait qu’une partie du sondage. Au-dessus, une couche de terre rubéfiée se trouvait prise entre deux couches de cendres grises ou noires (us 40). L’ensemble était en partie recouvert de roche concassée resolidifiée (us 32). De nature variable d’un point à l’autre du secteur fouillé, ces niveaux alternent déblais de fours et couches terreuses, parfois rubéfiées. Le matériel retrouvé dans ces couches est rare et le plus souvent concentré dans les couches terreuses. La plupart de ce matériel peut être daté de la période byzantine, mais quelques tessons sont caractéristiques du début de l’époque abbasside.

Fig. 11 – Surface de l’us 43, dans la partie nord du sondage A (mission Qinnasrin).

Fig. 11 – Surface de l’us 43, dans la partie nord du sondage A (mission Qinnasrin).

Fig. 12 – Coupe 5, coupe ouest, secteur A, Qinnasrin 2010 (relevé dessin : M.‑O. Rousset ; infographie : M. Rochette ; mission Qinnasrin).

Fig. 12 – Coupe 5, coupe ouest, secteur A, Qinnasrin 2010 (relevé dessin : M.‑O. Rousset ; infographie : M. Rochette ; mission Qinnasrin).

Fig. 13 – Coupe 6, coupe nord, secteur A, Qinnasrin 2010 (relevé dessin : M.‑O. Rousset ; infographie : M. Rochette ; mission Qinnasrin).

Fig. 13 – Coupe 6, coupe nord, secteur A, Qinnasrin 2010 (relevé dessin : M.‑O. Rousset ; infographie : M. Rochette ; mission Qinnasrin).

Fig. 14 – Coupe 7, coupe est, secteur A, Qinnasrin 2010 (relevé dessin : M.‑O. Rousset ; infographie : M. Rochette ; mission Qinnasrin).

Fig. 14 – Coupe 7, coupe est, secteur A, Qinnasrin 2010 (relevé dessin : M.‑O. Rousset ; infographie : M. Rochette ; mission Qinnasrin).

Phase III : la grande tranchée

10La dernière phase d’occupation dans le secteur A est marquée par une très grande fosse qui traverse tout le sondage (us 10). Son creusement est apparu assez rapidement sous la surface et son comblement cendreux était en partie visible à travers la couche de terre labourée. Son fond est relativement plat, en légère pente ascendante de l’ouest (alt. 300,72 contre la berme ouest du sondage 2009) vers l’est (alt. 301,07 dans la partie est du sondage 2010), c’est-à-dire environ la pente de la surface dans ce secteur (fig. 1417). Il repose sur la roche calcaire en place ou ne l’a que légèrement entaillée. Il se présente comme un sédiment orange limono-argileux, infiltré de cendres noirâtres sur 6 à 10 cm d’épaisseur, compact, homogène et uniforme (us 17), damé en surface et assez horizontal contenant un grand nombre de pierres. Le profil en auge de l’excavation se caractérise par des parois obliques, évasées, avec une pente assez rectiligne, en moyenne de 35‑40 degrés. Elle mesure au moins 12,80 m de long pour 5,70 m de large à l’ouverture et environ 2,30 m à la base, avec une profondeur de 1,20‑1,30 m. Dans les angles ont été trouvés des amas pierreux (us 14) posés sur le fond de la fosse et contre les parois, mêlés de nombreuses grosses scories de verre, ainsi qu’une monnaie. Il pourrait s’agir là d’un effondrement partiel des couches dans lesquelles les parois de la fosse ont été taillées, qui à certains endroits sont constituées d’un cailloutis pulvérulent, instable. Le remplissage proprement dit est composé d’au moins quatre couches noires distinctes, plus ou moins cendreuses et pulvérulentes, disposées horizontalement (us 11 à 13 et us 16 ; fig. 1517) et contenant quelques fragments de céramique architecturale, une assez grande quantité de mobiliers en verre, des ossements animaux et de la céramique, mais pas de scories vitreuses. La céramique a été datée des époques byzantine, omeyyade et abbasside (du ixe s.). Les cassures des tessons de verre étaient parfois arrondies et le fragment boursouflé, comme si ceux-ci avaient recuit dans la cendre. Plusieurs objets remarquables ont été retrouvés dans ces niveaux : une cuillère à kohl (fig. 18), une attache en bronze (fig. 19) et une intaille en cornaline sans doute romaine, réutilisée à l’époque islamique (fig. 20). L’intaille porte une inscription inversée qui montre que l’objet a été réutilisé comme sceau, au nom de Sulayman b. ‘Abd Allah. Elle était sans doute à l’origine enchâssée dans une monture en métal précieux.

Fig. 15 – Coupes 8 et 9, est-ouest et sud-nord de la fosse 10, secteur A, Qinnasrin 2009 (relevé : M. Bovagne, M. Rochette ; infographie : M. Bovagne ; mission Qinnasrin).

Fig. 15 – Coupes 8 et 9, est-ouest et sud-nord de la fosse 10, secteur A, Qinnasrin 2009 (relevé : M. Bovagne, M. Rochette ; infographie : M. Bovagne ; mission Qinnasrin).

Fig. 16 – Coupe 10, coupe nord, secteur A, Qinnasrin 2009 (relevé : M. Bovagne, M. Rochette ; infographie : M. Bovagne ; mission Qinnasrin).

Fig. 16 – Coupe 10, coupe nord, secteur A, Qinnasrin 2009 (relevé : M. Bovagne, M. Rochette ; infographie : M. Bovagne ; mission Qinnasrin).

Fig. 17 – Coupe 9 vue de l’est (mission Qinnasrin).

Fig. 17 – Coupe 9 vue de l’est (mission Qinnasrin).

Fig. 18 – Cuillère à kohl, n° d’inventaire Q09 us 12.1, trouvée dans le remplissage us 12 de la grande fosse us 10 ; alliage cuivreux ; longueur totale : 11,5 cm ; diamètre du manche : 0,3 cm ; dimension de la coupelle : 1,2 x 1 cm (mission Qinnasrin).

Fig. 18 – Cuillère à kohl, n° d’inventaire Q09 us 12.1, trouvée dans le remplissage us 12 de la grande fosse us 10 ; alliage cuivreux ; longueur totale : 11,5 cm ; diamètre du manche : 0,3 cm ; dimension de la coupelle : 1,2 x 1 cm (mission Qinnasrin).

Fig. 19 – Attache en bronze, n° Q09 us 14.1, provenant du remplissage us 14 de la fosse us 10 ; plaque étroite pliée en deux ; hauteur : 3,4 cm ; largeur : 0,5 cm ; épaisseur : 0,1 cm (mission Qinnasrin).

Fig. 19 – Attache en bronze, n° Q09 us 14.1, provenant du remplissage us 14 de la fosse us 10 ; plaque étroite pliée en deux ; hauteur : 3,4 cm ; largeur : 0,5 cm ; épaisseur : 0,1 cm (mission Qinnasrin).

Fig. 20 – Sceau en cornaline, n° Q09 us 05.1 ; surface blanchâtre corrodée ; dimensions : 1,4 x 1,2 cm ; épaisseur : 0,4 cm ; empreinte du revers du sceau ; revers : intaille romaine représentant une victoire ailée écrivant sur un bouclier ; avers : nom arabe inscrit à l’envers, Sulayman b. ‘Abd Allah (mission Qinnasrin).

Fig. 20 – Sceau en cornaline, n° Q09 us 05.1 ; surface blanchâtre corrodée ; dimensions : 1,4 x 1,2 cm ; épaisseur : 0,4 cm ; empreinte du revers du sceau ; revers : intaille romaine représentant une victoire ailée écrivant sur un bouclier ; avers : nom arabe inscrit à l’envers, Sulayman b. ‘Abd Allah (mission Qinnasrin).

Interprétation

11Les informations fournies par la fouille du sondage A pourraient concerner des sujets aussi divers que la transformation des produits de la steppe, la gestion des déchets en milieu urbain ou la défense de l’agglomération.

Les activités artisanales dans le secteur du chantier A

  • 4 Ces réflexions sont reprises d’un rapport rédigé par D. Foy sur les matières vitreuses du secteur  (...)

12Concernant la problématique de départ sur les activités artisanales, la fouille a apporté deux éléments : la fosse de stockage de cendres végétales et les strates de déblais de four. En revanche, les scories vitreuses, si nombreuses en surface, n’ont été retrouvées que dans des niveaux de déblais, donc jamais dans leur contexte d’origine. Elles paraissent à partir de la démolition des structures de la phase I. Leur abondance en surface tendrait à faire penser que les niveaux qui les contenaient n’ont pas été scellés par des couches tardives d’une autre nature. Par conséquent, l’activité artisanale dont elles sont issues a pu perdurer jusqu’à l’abandon de cette partie du site, c’est-à-dire au plus tard jusqu’au xe s. Cependant, elles sont rares dans les couches de cendres qui comblaient la tranchée us 10. Elles sont les témoins d’un artisanat du feu. Certaines de ces scories (fig. 21) se présentent sous la forme de gros blocs vitrifiés, qui mesurent jusqu’à une vingtaine de centimètres de côté. Il s’agit de verre opaque de teinte souvent sombre, dans les tons gris, bleus et verts, souvent marbrés et d’aspect vacuolaire, dont les cassures sont coupantes. D’autres, de petite taille (au maximum quelques centimètres), sont des gouttes et des coulures d’une matière vitreuse pleine de bulles. Toutes sont vraisemblablement des rebuts de matières vitreuses ou vitrifiées contenant beaucoup d’impuretés. D’après D. Foy, il pourrait s’agir de résidus d’atelier de fabrication de fritte pour les glaçures ou de verre primaire 4. Malheureusement, comme l’arrêt des fouilles n’a pas permis de continuer les recherches dans le secteur A, cette question demeurera sans réponse.

Fig. 21 – Scorie vitreuse (mission Qinnasrin).

Fig. 21 – Scorie vitreuse (mission Qinnasrin).

13La question des ateliers de fabrication de verre primaire en Syrie à l’époque médiévale est particulièrement intéressante, car ils sont très rares. À ce jour, ils n’ont été mis en évidence qu’à Raqqa, où deux types de fours datés de l’époque abbasside ont été observés. Le premier, reconstruit une fois, est composé d’une cuve rectangulaire, de 3,70 x 2 m, conservée sur 0,28 m de hauteur intérieure, dont le fond et les côtés étaient dallés (Khalil, Henderson 2011). Le four était situé en dessous de la cuve et l’air chaud remontait par des tuyères placées dans le double mur qui entourait la cuve. Rien ne subsiste de la voûte qui recouvrait l’ensemble, détruite pour pouvoir prélever les blocs de verre primaire. Une structure en brique crue était associée au système de chauffe du premier état de ce four. Le second type de four est circulaire, en forme de ruche et comportait trois chambres superposées (Khalil, Henderson 2011, p. 241‑242 ; Henderson 1999). La plus basse contenait le combustible, la chambre médiane les creusets avec la pâte de verre liquéfiée et la plus haute était destinée à recuire les pièces soufflées. La présence de nombreuses scories vitreuses et de pilettes rondes en briques crues, retrouvées dans les déblais de fours de Qinnasrin, pourrait être due à la destruction de structures similaires, destinées à la fabrication et au soufflage du verre. Une production de verre primaire était également attestée à Armanaz, non loin d’Idlib, jusque vers 1880, à partir des « silicates terreux se trouvant sur place en abondance et [des] composés alcalins… importés soit du Djebel Bichri, soit de Beyrouth (provenance européenne) » (Gaulmier 1936, p. 56).

14Il pourrait s’agir également d’une zone de combustion pour obtenir des cendres végétales issues de plantes halophytes de la famille des chénopodiacées. Collectées par les Bédouins, il s’agit d’une des ressources de la steppe qui est utilisée à partir de l’époque islamique, dans l’élaboration du verre, mais aussi, depuis la plus haute Antiquité, dans celle du savon d’Alep (Grandin 1984, p. 145). La façon d’extraire le ḳily est décrite dans le premier dictionnaire d’arabe, du viiie s. : le ghaḍā (Arthroenemum c.q. Salicornia) et le rimth sont brûlés verts, puis les cendres sont éteintes avec de l’eau (Ullmann 1986). Jusque dans les années 1950, les cendres étaient obtenues notamment à partir de la salicorne dont l’exploitation dans la steppe est attestée par l’ethnologie et par les textes ottomans et médiévaux. Louis-Charles Lortet, chargé d’une mission en Syrie en 1875, décrit le ramassage et la transformation de la salicorne (salsola soda) en soude, par les Bédouins de la steppe à l’est de Damas :

C’est au mois de septembre que se fait cette récolte. Dans quelques localités on brûle les salicornes entassées en grande quantité au-dessus d’un trou creusé dans le sable, et, lorsque l’incinération est complète, on recueille au fond de la cavité une masse appelée kölly hadschar, formée par du carbonate de soude assez pur (Lortet 1880‑1882, p. 352).

15Une partie des cendres, provenant du désert de Syrie, étaient apportées pour l’exportation jusqu’au port de Sidon (Lortet 1880‑1882, p. 12), tandis que celles des régions méridionales allaient alimenter les verreries d’Hébron (Lortet 1880‑1882, p. 152). Au xiiie s., l’exploitation de la salicorne est connue dans la steppe de Syrie du Nord, notamment sur le tell d’al‑Hadir, et dans la région de Suriya (’Ithriya), au sud d’al‑Khunasira (d’après Ibn Shaddad, trad. Eddé 1984, p. 28 ; Eddé 1999, p. 497). Les savonneries sont nombreuses à l’époque médiévale à Alep, mais aussi dans les villages alentour (Grandin 1984, p. 145). Les deux ingrédients essentiels à la production de savon, huile d’olive et cendres de plantes étaient des ressources locales abondantes. Qinnasrin, dernière grande ville de Syrie du Nord entre sédentaires et nomades, a pu servir de centre de collecte depuis l’époque romaine. La fosse contenant des cendres de plantes serait une fosse de stockage ; si elle avait servi à la calcination, ses parois seraient rubéfiées.

16La présence de telles structures à Qinnasrin met en valeur l’importance économique de la ville depuis l’Antiquité.

La défense de l’agglomération

  • 5 Le fossé qui entoure la ville de Sura est large d’au moins 12 m, avec une profondeur d’environ 3 m (...)

17La grande fosse dégagée dans le sondage A correspond à une anomalie de la carte géomagnétique, large d’environ 6 m et longue de 62 m. Sa trace est visible également sur le terrain et sur les images satellites ; en effet, les cendres très noires restent bien localisées malgré les labours. Ces différents indices permettent de proposer une tranchée qui partirait de la falaise en bordure de la carrière la plus orientale jusqu’à la piste qui, vers le nord, contourne la montagne. En effet, dans ces deux secteurs, de grandes quantités de cendres noires sont également visibles. La longueur totale de ce phénomène pourrait par conséquent atteindre environ 200 m. Cette tranchée est grossièrement parallèle au tracé du rempart byzantin dans ce secteur, à environ 90 m de ce dernier. Son profil (fig. 22) est très proche de celui du fossé à l’extérieur du rempart de la ville de Sura, mais ses dimensions sont réduites de moitié 5. Il pourrait s’agir d’un fossé, creusé à la fin de l’époque byzantine ou au début de l’époque islamique pour renforcer la défense de la ville, et qui aurait ensuite été comblé par des détritus domestiques brûlés.

Fig. 22 – Profil théorique de la grande fosse us 10 (mission Qinnasrin).

Fig. 22 – Profil théorique de la grande fosse us 10 (mission Qinnasrin).

La gestion des déchets en milieu urbain

18Le comblement de la grande tranchée us 10 en strates horizontales de cendres semble être de nature « domestique » : il contient céramique, verre, monnaies, ossements d’animaux consommés (la plupart brûlés), objets métalliques et en pierre, graines carbonisées, tesselles de mosaïque. Il pourrait s’agir là des restes de l’incinération de dépotoirs. Cette pratique est déjà attestée sur le site même au vie s., par la présence d’énormes buttes cendreuses à l’extérieur des remparts de la ville reconstruits sous Justinien. Elles ont été identifiées au nord de la voie d’accès à la porte est (en P406), à l’ouest de la voie d’accès à la porte sud (P12), au sud de la voie d’accès à la porte ouest (parcelle 305) et à l’ouest de l’axe qui conduit à la porte nord (P91). À Bosra, l’analyse archéobotanique conduite sur un tel dépotoir en périphérie de la ville (le bien nommé tell Aswad), a montré qu’il était issu d’une accumulation rapide de détritus, sur moins d’un siècle, entre la seconde moitié du iie et le ive s. ap. J.‑C. Il attesterait notamment l’utilisation de galettes de fumier comme combustible (Bouchaud 2012).

19L’accumulation de déchets aux abords de fortifications en temps de paix est attesté tant par l’archéologie que par l’histoire dans le monde médiéval occidental (Bourgeois 2003, p. 313). Le comblement des fossés par les ordures permet à la fois de les rassembler en un lieu unique, pas trop éloigné de leur lieu de production et de niveler le terrain.

20Dans le secteur A de Qinnasrin, il semblerait y avoir eu une activité de brûlage, voire d’incinération des détritus. En effet, les fragments de verre retrouvés montrent qu’ils ont partiellement refondu : les bords n’en sont plus coupants mais arrondis. On peut donc en conclure qu’au début de l’époque abbasside à Qinnasrin, il y avait une prise en charge des ordures de la ville, sans doute héritée des périodes antérieures. Celle-ci comprenait l’évacuation et le rassemblement d’au moins une partie d’entre elles dans certains secteurs, puis leur incinération régulière, afin d’en réduire le volume et de limiter les mauvaises odeurs.

21Si la fouille inachevée du secteur A n’a pas permis de répondre à la question de départ sur la nature et la chronologie des productions artisanales dans cette partie du site, elle aura en revanche été l’occasion d’aborder plusieurs aspects des installations périurbaines.

Notes

1 Ce champ est visible sur l’image Google Earth du 26 octobre 2013.

2 Le matériel céramique des fouilles a été inventorié et a fait l’objet d’une description et de croquis sommaires réalisés par V. Vezzoli. Il n’a pas pu être dessiné.

3 Les monnaies n’ont pas été nettoyées et n’ont pu être étudiées.

4 Ces réflexions sont reprises d’un rapport rédigé par D. Foy sur les matières vitreuses du secteur P22 (prospection pédestre, secteur P22 ; Chapitre 6).

5 Le fossé qui entoure la ville de Sura est large d’au moins 12 m, avec une profondeur d’environ 3 m par rapport à la surface cultivée. « Dans les parties donnant sur l’extérieur de la ville, côté oriental et sud-ouest, le fossé est bordé par deux levées de terre, et l’inclinaison de ses parois fait penser qu’il était de section trapézoïdale, avec un fond vraisemblablement plat. » (Othman 2018, p. 534‑535.)

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Localisation du sondage A sur le plan général du site, l’image Google Earth et la carte géomagnétique ; en blanc, le tracé du rempart byzantin (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13527/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 411k
Titre Fig. 2 – Plan général du sondage A (topographie : M.‑C. Bosert, M.‑O. Rousset ; dessins et infographie : M. Bovagne, M. Rochette ; mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13527/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Titre Fig. 3 – Vue générale du sondage A depuis l’ouest, partie nord fouillée en 2010 (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13527/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 4 – Vue générale du sondage A depuis l’ouest, partie sud fouillée en 2009 (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13527/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 5 – Diagramme stratigraphique du sondage A (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13527/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 209k
Titre Fig. 6 – Coupes 1 et 2, ouest-est et nord-sud du sondage réduit, secteur A, Qinnasrin 2009 (relevé : M. Bovagne ; infographie : M.‑O. Rousset ; mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13527/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Titre Fig. 7 – Vue du mur us 27 recoupé par la grande fosse (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13527/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Fig. 8 – Coupes 3 et 4, nord-sud et est-ouest du sondage réduit, secteur A, Qinnasrin 2010 (relevé dessin : M.‑O. Rousset ; infographie : M. Rochette ; mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13527/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 438k
Titre Fig. 9 – Coupe est dans la partie la plus profonde du sondage A, Qinnasrin 2010 (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13527/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 10 – Détail des cendres conservées dans la fosse us 46 (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13527/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7M
Titre Fig. 11 – Surface de l’us 43, dans la partie nord du sondage A (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13527/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Fig. 12 – Coupe 5, coupe ouest, secteur A, Qinnasrin 2010 (relevé dessin : M.‑O. Rousset ; infographie : M. Rochette ; mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13527/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 398k
Titre Fig. 13 – Coupe 6, coupe nord, secteur A, Qinnasrin 2010 (relevé dessin : M.‑O. Rousset ; infographie : M. Rochette ; mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13527/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 470k
Titre Fig. 14 – Coupe 7, coupe est, secteur A, Qinnasrin 2010 (relevé dessin : M.‑O. Rousset ; infographie : M. Rochette ; mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13527/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 393k
Titre Fig. 15 – Coupes 8 et 9, est-ouest et sud-nord de la fosse 10, secteur A, Qinnasrin 2009 (relevé : M. Bovagne, M. Rochette ; infographie : M. Bovagne ; mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13527/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 609k
Titre Fig. 16 – Coupe 10, coupe nord, secteur A, Qinnasrin 2009 (relevé : M. Bovagne, M. Rochette ; infographie : M. Bovagne ; mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13527/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 483k
Titre Fig. 17 – Coupe 9 vue de l’est (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13527/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7M
Titre Fig. 18 – Cuillère à kohl, n° d’inventaire Q09 us 12.1, trouvée dans le remplissage us 12 de la grande fosse us 10 ; alliage cuivreux ; longueur totale : 11,5 cm ; diamètre du manche : 0,3 cm ; dimension de la coupelle : 1,2 x 1 cm (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13527/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 932k
Titre Fig. 19 – Attache en bronze, n° Q09 us 14.1, provenant du remplissage us 14 de la fosse us 10 ; plaque étroite pliée en deux ; hauteur : 3,4 cm ; largeur : 0,5 cm ; épaisseur : 0,1 cm (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13527/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 637k
Titre Fig. 20 – Sceau en cornaline, n° Q09 us 05.1 ; surface blanchâtre corrodée ; dimensions : 1,4 x 1,2 cm ; épaisseur : 0,4 cm ; empreinte du revers du sceau ; revers : intaille romaine représentant une victoire ailée écrivant sur un bouclier ; avers : nom arabe inscrit à l’envers, Sulayman b. ‘Abd Allah (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13527/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 931k
Titre Fig. 21 – Scorie vitreuse (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13527/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 730k
Titre Fig. 22 – Profil théorique de la grande fosse us 10 (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13527/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search