Version classiqueVersion mobile

Chalcis/Qinnasrin (Syrie)

 | 
Marie-Odile Rousset

Deuxième partie. Les sources archéologiques, le terrain

Chapitre 8 – La tranchée qui coupa le rempart oriental

Marilyne Bovagne et Marie Rochette

Texte intégral

  • 1 À la suite de l’intervention du service archéologique du musée d’Alep, ce projet a été abandonné, (...)

1Pendant les derniers jours de la mission de l’automne 2010, une large tranchée fut creusée, semble-t-il, pour établir un grand canal d’irrigation dans la plaine cultivée, à l’est du village 1. Ce terrassement à la pelle mécanique, large de 3 m et long d’environ 320 m, commençait sur le bord nord de la route qui mène à al‑Hadir et se dirigeait vers le nord-nord-est. Il offrait l’opportunité d’une grande coupe dans les niveaux agricoles, dans un secteur qui se trouvait bien au-delà de l’emprise du site telle qu’on l’estimait jusqu’à ce jour. Il a donc été suivi sur toute sa longueur pour observer d’éventuels éléments archéologiques. Au point P408, il a révélé un mur en pierre d’axe nord-ouest-sud-est. Seul un nettoyage partiel a pu être effectué, étant donné le peu de temps disponible pour cette étude imprévue – moins d’une journée – et le caractère compact du fond de la tranchée. Malgré cela, les informations obtenues se sont avérées capitales pour la compréhension de la morphologie de la ville romaine.

2La maçonnerie conservée apparaît directement sous le sol actuel comme le montrent la berme occidentale de la tranchée et l’observation d’un bloc épars à l’ouest. En surface, rien ne distinguait la couche de terre qui recouvrait le mur, régulièrement labourée, de celle des champs alentour. Cependant, au-delà de la tranchée, une trace linéaire plus sèche indique que le mur se poursuit de part et d’autre ; son tracé est en effet visible sur le terrain malgré les cultures (fig. 1). Dans ce secteur autrefois marécageux, ainsi que l’indiquait Léonce Brossé sur son plan réalisé en 1919, la construction agit comme un drain qui assèche localement la terre. La trace du mur est également apparente sur les photos aériennes anciennes et les vues Google Earth (fig. 2). Elle est rectiligne et visible sur une longueur totale de 880 m, depuis la piste qui contourne l’agglomération et la montagne à l’est, jusqu’au cours d’une petite rivière au sud-est, de l’autre côté d’un canal moderne. Au point 590 m, elle est rejointe par une trace d’apparence similaire, perpendiculaire, qui arrive du sud-ouest où elle est perceptible sur 240 m.

Fig. 1 – Vue de la trace du rempart dans les cultures (M.‑O. Rousset, mission Qinnasrin).

Fig. 1 – Vue de la trace du rempart dans les cultures (M.‑O. Rousset, mission Qinnasrin).

Fig. 2 – Trace du mur (photographie aérienne du 12 août 1958 et images Google Earth du 11 février 2007 et du 10 septembre 2011) ; en pointillé sur cette dernière, le tracé de la tranchée du canal.

Fig. 2 – Trace du mur (photographie aérienne du 12 août 1958 et images Google Earth du 11 février 2007 et du 10 septembre 2011) ; en pointillé sur cette dernière, le tracé de la tranchée du canal.

3En fond de tranchée, soit à environ 40 cm sous le sol actuel, cette portion de mur a été dégagée sur 3,50 m de longueur. Elle présente une largeur d’environ 2,70 m (fig. 34). Bien que perturbée par de profonds labours, elle apparaît constituée de deux parements partiellement conservés. Ils sont construits en gros blocs de calcaire blanc taillés, dont certains très altérés, disposés en boutisse. Ceux qui ont pu être mesurés donnent les dimensions suivantes : 90 x 53 cm et 78 x 58 cm. Un bloc isolé, probablement arraché du mur, a été observé dans le déblai de la tranchée (Chapitre 13). Il mesure 40 cm de largeur pour 120 cm de longueur, avec une hauteur de 45 cm. Les grands blocs en place ne sont pas jointifs, mais sont séparés, pour le parement ouest, par des blocs plus petits, de 25 à 28 cm de largeur. Entre les deux parements, le mur est comblé par un abondant blocage de petits galets et éclats de calcaire, très dense à l’est, dans une matrice limono-argileuse brun rougeâtre.

Fig. 3 – Relevé du mur P408 (dessins et infographie : M. Bovagne, M. Rochette ; topographie : M.‑C. Bosert ; mission Qinnasrin).

Fig. 3 – Relevé du mur P408 (dessins et infographie : M. Bovagne, M. Rochette ; topographie : M.‑C. Bosert ; mission Qinnasrin).

Fig. 4 – Vue du mur P408 (M. Bovagne, mission Qinnasrin).

Fig. 4 – Vue du mur P408 (M. Bovagne, mission Qinnasrin).
  • 2 La céramique, prélevée le dernier jour de la dernière mission de terrain, n’a pu être que rapideme (...)

4Ce mur semble, dans ce secteur au moins, avoir été abandonné et récupéré aux environs du iiie s., selon l’estimation du mobilier céramique recueilli dans les niveaux qui le recouvraient 2. Cette datation est corroborée par l’analyse de J.‑C. Bessac (Chapitre 13) des traces d’outils utilisés pour la taille de la pierre, qui situent la construction de ce rempart entre le début de l’occupation romaine et le milieu du iiie s.

Le rempart oriental et l’extension de la ville antique

5La découverte de cette portion de rempart, qui paraît appartenir à la fortification de la ville antique, complète le plan déjà établi d’après les prospections pédestres et géomagnétiques ainsi que l’analyse des photographies aériennes. Il se dirige vers l’angle nord-est du rempart byzantin (fig. 5), mais suit la même orientation que certains éléments de la trame des rues actuelles interprétés comme des vestiges d’urbanisme de type hippodamien (Rousset 2012d, p. 553 ; Rousset 2013b, p. 322). Au nord, il prolonge des traces rectilignes mises en évidence par la prospection géomagnétique dans la partie orientale du secteur. Cette nouvelle découverte permet ainsi de définir la limite orientale de l’occupation urbaine antique.

Fig. 5 – La trace du mur P408 vers le nord (M. Bovagne, mission Qinnasrin).

Fig. 5 – La trace du mur P408 vers le nord (M. Bovagne, mission Qinnasrin).

6Aucun autre vestige n’est apparu dans la partie de la tranchée qui correspond à l’intérieur de la zone enclose et aucun accident topographique n’est visible dans les parcelles à l’est du tracé du rempart byzantin. Il semblerait par conséquent que les terrains à l’intérieur de la fortification romaine, dans ce secteur, n’aient jamais été bâtis. Ceci pourrait s’expliquer par la volonté de réduire la surface enclose et le démantèlement du mur, dont les pierres ont sans doute été réutilisées pour construire un autre rempart plus près de la zone construite, vers l’ouest.

Notes

1 À la suite de l’intervention du service archéologique du musée d’Alep, ce projet a été abandonné, car son tracé se dirigeait vers le bâtiment P16. Celui-ci néanmoins ne fut pas épargné, car depuis lors (d’après une image Google Earth datée du 10 septembre 2011), un chemin empierré l’a coupé en deux.

2 La céramique, prélevée le dernier jour de la dernière mission de terrain, n’a pu être que rapidement observée.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Vue de la trace du rempart dans les cultures (M.‑O. Rousset, mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13522/img-1.JPG
Fichier image/jpeg, 305k
Titre Fig. 2 – Trace du mur (photographie aérienne du 12 août 1958 et images Google Earth du 11 février 2007 et du 10 septembre 2011) ; en pointillé sur cette dernière, le tracé de la tranchée du canal.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13522/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Fig. 3 – Relevé du mur P408 (dessins et infographie : M. Bovagne, M. Rochette ; topographie : M.‑C. Bosert ; mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13522/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre Fig. 4 – Vue du mur P408 (M. Bovagne, mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13522/img-4.JPG
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Fig. 5 – La trace du mur P408 vers le nord (M. Bovagne, mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13522/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 3,2M

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search