Version classiqueVersion mobile

Chalcis/Qinnasrin (Syrie)

 | 
Marie-Odile Rousset

Deuxième partie. Les sources archéologiques, le terrain

Chapitre 7 – Les coupes stratigraphiques de la cour de l’école

Marie Rochette

Texte intégral

1Fin 2009, de nouveaux bâtiments ont été construits dans la partie sud de la cour de l’école municipale, au centre du village actuel d’al‑‘Iss (P414). La mission archéologique qui s’est déroulée à l’automne de la même année a permis l’analyse de grandes coupes réalisées par l’entreprise chargée des constructions, lors du creusement des fondations. Le terrain à l’emplacement de deux futurs bâtiments a été entièrement décaissé sur 2 à 3 m, formant deux grandes excavations (fig. 1). La première, d’axe nord-sud présentait une superficie d’environ 750 m; la seconde, nettement plus petite, a été creusée au sud-est de la première. D’axe nord-est-sud-ouest, elle mesurait approximativement 100 m2. Les coupes ouest et sud, fortuitement créées par ces travaux, ont été grossièrement nettoyées et étudiées. Quelques tessons de céramique ont pu être prélevés pour dater les différentes strates.

Fig. 1 – Vue des excavations, vers le nord (M.‑O. Rousset, mission Qinnasrin).

Fig. 1 – Vue des excavations, vers le nord (M.‑O. Rousset, mission Qinnasrin).

2La situation particulière de la parcelle de l’école a fait de ces sondages des fenêtres d’analyse tout à fait intéressantes pour la compréhension de l’évolution de la ville ancienne (fig. 2). En effet, par rapport au tracé restitué de l’enceinte de l’époque hellénistico-romaine, ils se situent dans l’angle ouest, à l’intérieur. En revanche, ils se trouvent en dehors des remparts byzantins, à l’ouest, dans un secteur éloigné des portes d’accès à la ville (Chapitre 6, fig. 3).

Fig. 2 – Localisation des sondages et des coupes stratigraphiques (relevé topographique : M.‑C. Bosert ; infographie : M. Rochette ; mission Qinnasrin).

Fig. 2 – Localisation des sondages et des coupes stratigraphiques (relevé topographique : M.‑C. Bosert ; infographie : M. Rochette ; mission Qinnasrin).

Analyse des coupes

3Le relevé et l’analyse des coupes, berme ouest du grand sondage – coupe nord-sud – et bermes sud des deux sondages – coupe ouest-est – (fig. 3), ont mis en évidence la pente naturelle du rocher du sud-ouest vers le nord-est.

Fig. 3 – Coupes stratigraphiques (dessins et infographie : M. Rochette, mission Qinnasrin).

Fig. 3 – Coupes stratigraphiques (dessins et infographie : M. Rochette, mission Qinnasrin).

4La coupe ouest présente deux couches déposées sur le rocher, datées par la céramique de l’époque romaine. Elles sont de nature limono-argileuse, de texture meuble et homogène, avec des inclusions de cailloutis et petits cailloux pour l’us 505 et de charbons de bois pour l’us 506. La couche us 504, qui les recouvre, marque la transition avec l’époque byzantine.

5Trois petites fosses ont été observées dans la coupe sud (fig. 4) ; ce sont les seules véritables structures reconnues. Les fosses us 531 et us 532 sont creusées dans le rocher. Leurs niveaux d’ouverture semblent avoir été largement tronqués puisqu’aucun niveau de sol ou d’occupation n’a été observé en lien direct avec ces structures. Elles sont scellées par la couche us 529, dont l’altitude inférieure se situe en moyenne à 298,15 m. À l’instar des fosses, cette couche n’a pas été datée faute de mobilier suffisant. Mais en matière de chronologie relative, on retiendra qu’elle se situe stratigraphiquement sous la couche us 528 dont le dépôt contenait du matériel céramique des périodes byzantine et ayyoubide (ou moderne). De plus, la position et la nature de la couche us 529, similaires à celles des us 506 et 505, pourraient indiquer qu’il s’agit d’un seul et même dépôt.

Fig. 4 – La coupe sud, partie ouest, vue du nord (M.‑O. Rousset, mission Qinnasrin).

Fig. 4 – La coupe sud, partie ouest, vue du nord (M.‑O. Rousset, mission Qinnasrin).
  • 1 Dans le sondage B, des tranchées de prélèvement de murs, attribuées à l’époque médiévale, ont été (...)

6La troisième fosse s’ouvre dans les couches byzantines us 516 et us 520, sous les niveaux les plus récents, à approximativement 299,35 m. Large de 0,75 m, elle est profonde de près d’un mètre, atteignant le rocher. La nature différente des strates de part et d’autre de cette fosse, notamment la présence d’une mince couche qui pourrait avoir été un sol, pourrait indiquer qu’il s’agit là de la tranchée de prélèvement d’un mur nord-sud. D’après la datation des couches alentour, ce mur aurait pu être d’époque byzantine. Son prélèvement pourrait être contemporain de la couche ou grande fosse us 528 et correspondre à l’activité de récupération de matériaux mise en évidence ailleurs sur le site à l’époque médiévale 1.

7Entre le sommet conservé des fosses us 531 et us 532 et les niveaux récents, des couches de remblai de couleur brune ont été observées, certaines contenant en plus ou moins grande quantité des vestiges d’activités domestiques : fragments d’os d’animaux, de charbons de bois, tessons de céramiques byzantines et de tuiles. Ces remblais marquent l’existence à cet emplacement d’une zone au bâti lâche.

Interprétation

8Les observations réalisées à l’occasion du terrassement des fondations des nouveaux bâtiments de la cour de l’école semblent mettre en évidence que cette partie du site de Qinnasrin n’a pas été lotie avant les périodes modernes. En revanche, elles ont permis de faire apparaître une occupation caractérisée par la présence de petites fosses durant l’époque romaine à l’intérieur de l’enceinte antique, sans qu’il soit possible d’en préciser la fonction ou l’étendue. Il a pu y avoir là à cette époque une cour ou des jardins, à moins que ce secteur, bien qu’à l’intérieur des remparts, n’ait pas été habité. À l’époque byzantine, la surface enclose se réduit et le rempart est déplacé vers l’est. Le secteur se trouve alors extra-muros, à l’ouest de l’enceinte, et son occupation est lâche. Il pourrait s’agir, comme dans le secteur nord, d’une zone construite beaucoup moins dense qu’à l’intérieur des remparts, avec par exemple des enclos ou des constructions très espacées (Chapitre 6). Enfin, l’absence de vestiges de la haute époque islamique tend à prouver que l’occupation du site durant cette période ne s’est pas étendue jusque là, confirmant qu’il y a eu un glissement de l’implantation humaine, du sud-ouest vers le nord-est.

Annexe – Description des couches stratigraphiques

Coupe ouest

9501 – Sol actuel de la cour, asphalté, composé de plusieurs niveaux : un niveau de remblai pour la préparation du sol, en calcaire concassé ; un surcreusement du niveau précédent afin d’installer une canalisation en béton ; une couche de remblai pour niveler le sol de la cour, un limon argileux beige avec blocs et cailloux.

10502 – Sol peu épais qui présente des recharges dans sa partie nord.

11503 – Argile limoneuse brune avec des traces verticales grisâtres de percolation.

12504 – Limon argileux brun-gris, avec inclusions de cailloux et graviers, quelques nodules de calcaire altéré, terre cuite.

13505 – Épais niveau limono-argileux, rares cailloux, nombreux petits cailloutis ; l’ensemble est assez fin et meuble. Présence de céramique et faune.

14506 – Couche argileuse, limoneuse, gravillonneuse, brun orangé, meuble. Quelques charbons de bois. Proche de la couche 512.

15507 – Substrat avec décomposition, roche calcaire.

16508 – Poches cendreuses et charbonneuses avec des cailloux.

17509 – Argile limoneuse brune, avec quelques cailloutis. Compacte.

18510 – Couche limono-argileuse brune, compacte et homogène. Quelques cailloux, rares nodules millimétriques de calcaire.

19511 – Couche limono-argileuse brun moyen, relativement meuble, avec inclusions de petits gravillons.

20512 – Sédiment très cendreux et charbonneux proche de la couche 506.

21513 – Couche limono-argileuse brune avec de nombreux cailloux. Meuble.

22514 – Poche très cendreuse.

Coupe sud, partie ouest

23515 – Fosse qui s’ouvre directement sous le sol 502. Le comblement est hétérogène : poche de gros graviers dans la partie supérieure, dans la matrice limono-argileuse brun-gris foncé ; niveau limono-argileux brun-gris, homogène, avec quelques inclusions de graviers millimétriques ; dans la partie inférieure, alternance de limon et de substrat remanié.

24516 – Argile limoneuse brun foncé, compacte, homogène, avec inclusions de graviers et gravillons. Nodules millimétriques de terre cuite, céramique.

25517 – Limon argileux brun-gris foncé, fin, avec graviers et cailloutis.

26518 – Limon argileux, sableux fin et meuble, de couleur grise. Quelques graviers et gravillons triés. Couche relativement horizontale sur la roche en place.

27519 – Limon très argileux brun, avec quelques cailloutis, graviers et terre cuite.

28520 – Niveau très argileux, très compact, brun-gris très foncé, homogène. Inclusions millimétriques de gravillons et terre cuite.

29521 – Limon argileux brun, homogène. Équivalent à 517 ? Quelques cailloutis et graviers, céramiques (un tesson de sigillée notamment).

30522 – Limon argileux brun, compact et homogène, avec des fragments de céramique, quelques graviers et gravillons, très petits cailloutis ou nodules de calcaire et terre cuite.

31523 – Argile limoneuse brun foncé. Inclusions de graviers et cailloutis ; poche de calcaire altéré, rares nodules de terre cuite.

Coupe sud, partie est

32524 – Limon argileux brun moyen, homogène, avec inclusions de cailloutis et quelques cailloux.

33525 – Lentille orangée très gravillonneuse.

34526 – Limon argileux brun assez clair avec des cailloux en assez grand nombre et des fragments de faune et de céramique.

35527 – Limon argileux brun foncé, homogène. Quelques gravillons, quelques charbons de bois et nodules millimétriques de terre cuite.

36528 – Limon argileux brun-gris foncé. Inclusions de cailloutis et cailloux, petits éléments de terre cuite, charbons de bois. L’ensemble est homogène.

37529 – Limon argileux et granuleux brun-gris, homogène, avec des inclusions de cailloutis, charbons de bois et nodules millimétriques de terre cuite.

38530 – Argile limoneuse brun-gris moyen, homogène et compacte. Inclusions de graviers et de rares petits cailloux, quelques fragments millimétriques de terre cuite.

39531 – Fosse. Profil en cuvette et parois évasées. S’ouvre sous la couche 529 ; son fond n’a pas été atteint. Son comblement est caractérisé par plusieurs couches : la couche supérieure contient des graviers blancs en grande quantité, la couche médiane est caractérisée par un limon brun très foncé, la couche inférieure par du substrat remanié.

40532 – Fosse. Profil en cuvette et parois évasées. S’ouvre sous la couche 529 ; son fond n’a pas été atteint. Son comblement est unique et caractérisé par un sédiment argileux brun-gris foncé compact, avec de nombreux petits cailloutis. Un tesson non identifiable.

Notes

1 Dans le sondage B, des tranchées de prélèvement de murs, attribuées à l’époque médiévale, ont été mises en évidence (Chapitre 10 ; Chapitre 11).

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Vue des excavations, vers le nord (M.‑O. Rousset, mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13517/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 2 – Localisation des sondages et des coupes stratigraphiques (relevé topographique : M.‑C. Bosert ; infographie : M. Rochette ; mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13517/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 333k
Titre Fig. 3 – Coupes stratigraphiques (dessins et infographie : M. Rochette, mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13517/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 210k
Titre Fig. 4 – La coupe sud, partie ouest, vue du nord (M.‑O. Rousset, mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13517/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search