Version classiqueVersion mobile

Chalcis/Qinnasrin (Syrie)

 | 
Marie-Odile Rousset

Deuxième partie. Les sources archéologiques, le terrain

Chapitre 6 – Observations morphologiques et traces matérielles de Chalcis/Qinnasrin

Marie-Odile Rousset et Marie Rochette

Texte intégral

  • 1 Selon les saisons, la prospection été réalisée avec un gradiomètre à césium, loué à l’UMR Archéori (...)
  • 2 Cliché pris par la mission U2 n° 1554, le 30 janvier 1960, rouleau 23 gauche, cadre 3043. Je remer (...)
  • 3 Datées du 4 novembre 1968, du 31 juillet 1969 et du 2 décembre 1970, elles sont accessibles à l’ad (...)

1La prospection de la bourgade et de la montagne d’al‑‘Iss a montré que le site archéologique occupe une surface d’environ 400 ha dans son extension maximale, soit cinq fois plus que ce qui était communément admis depuis la publication du plan réalisé par Jean Lauffray (Mouterde, Poidebard 1945, pl. I ; Introduction, fig. 6). L’observation de la microtopographie, la caractérisation et l’enregistrement des vestiges visibles en surface et les ramassages de matériel – en grande partie de la céramique – ont permis de tracer les grandes lignes de l’évolution de l’occupation du site depuis l’âge du Bronze jusqu’à l’époque moderne. La présentation de ces résultats fait référence également à ceux de la prospection géophysique, dans la mesure où l’interprétation de la carte qui en est issue dépend pour une très grande part des observations effectuées en surface 1. Elle s’appuie également sur l’exploitation de la documentation aérienne : photographies de 1958 (fig. 1) et de 1960 2 (fig. 2), images Corona 3, images exploitées par Google Earth et Microsoft.

Fig. 1 – Vue aérienne du site de Chalcis/Qinnasrin prise le 12 août 1958 (fond cartographique syrien).

Fig. 1 – Vue aérienne du site de Chalcis/Qinnasrin prise le 12 août 1958 (fond cartographique syrien).

Fig. 2 – Vue aérienne du site de Chalcis/Qinnasrin (cliché pris par la mission U2 n° 1554, le 30 janvier 1960, rouleau 23 gauche, cadre 3043, US National Archives Aerial Film Section).

Fig. 2 – Vue aérienne du site de Chalcis/Qinnasrin (cliché pris par la mission U2 n° 1554, le 30 janvier 1960, rouleau 23 gauche, cadre 3043, US National Archives Aerial Film Section).

2Réalisée au cours des campagnes de terrain en 2008, 2009 et 2010, la prospection pédestre a été conduite sur les secteurs du site non recouverts par les constructions actuelles, c’est-à-dire à la périphérie de l’agglomération et dans les champs alentour. Dans les secteurs construits, elle a pris la forme d’un inventaire des structures bâties et des blocs anciens (Chapitre 15), sans ramassage de matériel. Au total, 117 secteurs ont été définis à partir du plan topographique réalisé par notre équipe et des images satellitaires accessibles sur le site Internet Google Earth avant 2010 (fig. 3‑4). N’ayant pu disposer d’un GPS durant toute la durée des missions de prospection, nous avons choisi de positionner les secteurs prospectés par rapport aux parcelles de cultures et aux traits caractéristiques du paysage visibles sur les images satellitaires, par chance très détaillées dans la zone d’al‑‘Iss (images Google Earth du 5 octobre 2007). Certains des secteurs ont été déterminés à partir des reliefs du terrain, de la nature et de la couleur du sol, de la présence ou non de fragments architecturaux en surface (briques cuites, tuiles, fragments de mortier, pierres taillées ou calibrées…). D’autres ont été établis arbitrairement, dans les zones sans caractère particulier, afin d’évaluer leur potentiel archéologique. La plupart des secteurs prospectés (100) ont ainsi pu faire l’objet d’un ramassage de surface servant d’échantillonnage pour la datation. En ce qui concerne la céramique, seuls les fragments de formes ou témoignant d’une pâte, d’un décor ou d’un traitement de surface particuliers ont été prélevés. Établir une quantification des périodes représentées par la céramique à partir des tessons de surface ne nous paraissait pas pertinent dans la mesure où tous les secteurs prospectés ne présentaient pas le même état de surface : certains étaient labourés et cultivés, avec ou sans végétation au moment de notre passage ; d’autres correspondaient à la roche affleurante ou à des niveaux complètement scellés par des sédiments tassés depuis plusieurs siècles.

Fig. 3 – Plan général de Chalcis/Qinnasrin (M.‑C. Bosert, B. Depeux, D. Laisney, M. Rochette, M.‑O. Rousset).

Fig. 3 – Plan général de Chalcis/Qinnasrin (M.‑C. Bosert, B. Depeux, D. Laisney, M. Rochette, M.‑O. Rousset).

Fig. 4 – Chalcis/Qinnasrin, localisation des secteurs prospectés (M.‑O. Rousset d’après une image Google Earth du 22 mars 2010).

Fig. 4 – Chalcis/Qinnasrin, localisation des secteurs prospectés (M.‑O. Rousset d’après une image Google Earth du 22 mars 2010).

3Le territoire de la bourgade d’al‑‘Iss peut être divisé en plusieurs grandes zones : le tell, les abords sud et ouest du tell, l’intérieur du périmètre défini par les remparts byzantins, le secteur au nord de ce dernier, la zone des carrières et nécropoles, la montagne (fig. 3). À cela s’ajoutent des secteurs de prospection plus ponctuels et souvent éloignés du village.

4Nous présenterons ici une description des principales zones de prospection pédestre et des données recueillies. Les datations sont mentionnées à titre indicatif et on trouvera plus loin dans cet ouvrage le détail de la typologie céramique et des objets (Chapitre 16 ; Chapitre 17 ; Chapitre 18 ; Chapitre 19).

Le tell

  • 4 Il semblerait que la base de ce mur existait encore au moment de la visite du site par L. Brossé ( (...)

5Le tell est haut d’une vingtaine de mètres, avec des flancs abrupts et très réguliers qui suggèrent la présence d’un glacis ancien (fig. 3, 5 ; Mouterde, Poidebard 1945, pl. II, 1). Le plan est un quadrilatère presque trapézoïdal, de 380 m (au nord), par 200 m (à l’est), par 235 m (au sud), par 300 m (à l’ouest), soit une surface sommitale d’environ 8 ha. La rupture de pente, sur le pourtour, est marquée par un rempart dont l’angle sud-ouest opère un décrochement d’une vingtaine de mètres vers l’intérieur. Le mur est conservé à l’est, à l’ouest et au sud où il est doublé par un mur extérieur dont rien ne permet de dire s’il est contemporain ou non du premier. Il a été démonté au nord et au nord-est, mais son tracé est visible sous la forme d’une dépression correspondant à la tranchée de prélèvement 4. Le mur, large en moyenne de 1,30 m selon Lauffray (Mouterde, Poidebard 1945, p. 9 et pl. IV, 1) ou de 2 m à 2,20 m selon Brossé (1925, p. 344), est construit avec des blocs calcaires appareillés (fig. 6‑7). Les angles de la fortification comportent des tours carrées, entre lesquelles sont répartis des bastions quadrangulaires, de 8 à 10 m de côté, espacés de 35 à 40 m. On compte ainsi, sur le rempart ouest, cinq tours plus deux après le décrochement. Le rempart sud comporte en tout six tours. Léonce Brossé décrit une installation particulière entre les quatrième et cinquième tours :

Dans la partie D8E, se voit un alignement de quatre colonnes d’un calcaire dur et clair, bien taillées, de 0 m. 60 de diamètre et s’élevant encore de 0 m. 70 environ au-dessus du sol. Les deux colonnes du centre ne sont qu’à 1 m. 05 l’une de l’autre, tandis que chacune d’elles se trouve à 7 m. 30 de celles des extrémités. Des restes confus s’étendent au nord de cette colonnade : il faudrait exécuter quelques dégagements pour en déterminer l’importance et la nature (Monceaux, Brossé 1925, p. 246).

Fig. 5 – Modèle numérique de terrain du tell ; vue de l’est (M.‑C. Bosert, B. Depeux).

Fig. 5 – Modèle numérique de terrain du tell ; vue de l’est (M.‑C. Bosert, B. Depeux).

Fig. 6 – Le rempart sud vu depuis l’ouest, en 2004 (S. Élaigne).

Fig. 6 – Le rempart sud vu depuis l’ouest, en 2004 (S. Élaigne).

Fig. 7 – Le rempart ouest vu depuis le nord, en 2004 (S. Élaigne).

Fig. 7 – Le rempart ouest vu depuis le nord, en 2004 (S. Élaigne).

6Une dépression dans le rempart oriental marque l’emplacement d’une porte. Le passage actuel est de 9 m de largeur, mais il devait être encadré, à l’intérieur de la citadelle, de bastions rectangulaires comme celui qui subsiste dans sa partie sud (dimensions : 5,50 x 3 m), ce qui permettrait de restituer un accès de 6 m de largeur. Un bâtiment rectangulaire de 19 x 14 m longe le passage, côté nord. Une autre porte a pu se trouver dans le décrochement au sud-ouest ainsi que le suggère la présence d’un gros bloc avec une crapaudine. Enfin, Lauffray mentionne une porte au milieu du rempart nord (Mouterde, Poidebard 1945, p. 9).

7L’intérieur du tell est grossièrement tabulaire, avec une pente de l’ouest vers l’est (fig. 5, 8). Une dépression dans l’angle sud-est correspond à un bâtiment circulaire découvert par la prospection géophysique (fig. 9). Entouré d’un enclos rectangulaire de 150 x 80 m (longueurs maximales) qui s’appuie contre les murailles sud et est, peut-être doublé d’un portique, le plan du bâtiment est composé de deux cercles concentriques de 35 m et 22 m de diamètre. Une abside semi-circulaire, d’environ 14 m de largeur, fait saillie vers l’est. Des traces arrondies sur le pourtour du cercle extérieur suggèrent la présence d’absidioles. L’espace entre les cercles et le mur de l’enclos semble peu construit ; il paraît logique d’interpréter l’édifice central comme une église. Une autre dépression se trouve dans l’angle nord-ouest et semble correspondre, d’après la carte géophysique, à un bâtiment rectangulaire de 50 x 45 m. À l’ouest, le relief plus élevé et des murs visibles en surface laissent deviner un bâtiment rectangulaire ou un groupe de bâtiments, d’environ 140 x 40 m, plaqué contre le rempart. Le relevé du tell par Lauffray (Mouterde, Poidebard 1945, pl. I) mentionne une grande partie des murs encore préservés en 2008 et visibles sur les images aériennes (fig. 10a ; Introduction, fig. 6). Les constructions sur les bords du tell sont alignées avec les murs de la fortification et suivent deux orientations principales, l’une perpendiculaire au mur est pour la partie orientale et l’autre perpendiculaire au mur ouest pour la partie occidentale (fig. 10b, 10c). Ces constructions remploient de nombreuses pierres taillées dont certaines creusées pour les transformer en auges. Outre les deux orientations principales mentionnées ci-dessus, la carte géophysique montre des alignements formant une trame perpendiculaire en rapport avec le rempart sud, mais qui se retrouve plus rarement dans les bâtiments visibles en surface (fig. 10d) et d’autres, plus ténus et légèrement décalés par rapport à la trame en liaison avec le rempart ouest, mais liés à l’accès de ce côté (fig. 10e).

Fig. 8 – Vue générale de la surface du tell (mission Qinnasrin).

Fig. 8 – Vue générale de la surface du tell (mission Qinnasrin).

Fig. 9 – Prospection géomagnétique sur le tell (Y. Bière, mission Qinnasrin).

Fig. 9 – Prospection géomagnétique sur le tell (Y. Bière, mission Qinnasrin).

Fig. 10 – Interprétation de la carte géomagnétique du sommet du tell (M.‑O. Rousset, mission Qinnasrin) ; a : murs relevés par J. Lauffray (en noir, d’après Mouterde, Poidebard 1945, pl. I) et murs visibles sur les images satellitaires en 2008 (en rose) ; b : orientation « tell 1 » selon courtine ouest ; c : orientations « tell 2 » et « tell 3 » selon les courtines nord (en bleu et turquoise) ; d : orientation « tell 4 » selon les courtines sud ; e : orientation « tell 5 » selon le rempart ouest ; f : traces d’une fortification préclassique ?

Fig. 10 – Interprétation de la carte géomagnétique du sommet du tell (M.‑O. Rousset, mission Qinnasrin) ; a : murs relevés par J. Lauffray (en noir, d’après Mouterde, Poidebard 1945, pl. I) et murs visibles sur les images satellitaires en 2008 (en rose) ; b : orientation « tell 1 » selon courtine ouest ; c : orientations « tell 2 » et « tell 3 » selon les courtines nord (en bleu et turquoise) ; d : orientation « tell 4 » selon les courtines sud ; e : orientation « tell 5 » selon le rempart ouest ; f : traces d’une fortification préclassique ?

8Plusieurs structures en creux, bouchées par de gros blocs pour éviter les chutes, correspondent aux puits mentionnés sur le plan de Lauffray (Mouterde, Poidebard 1945, pl. IV, 3 et 5) ; il pourrait également s’agir de citernes. Le rempart de la ville est lié au rempart du tell, au nord-ouest et dans l’angle sud-est, où une tour carrée de 6 m de côté assurait la liaison des trois courtines. Dans les deux cas, il grimpe perpendiculairement à la pente. Quelques arases de murs apparaissent dans les parties basses des flancs du tell, au sud et à l’ouest.

9Un long tas de déblais en contrebas de l’angle sud-ouest, parallèle à la pente, pourrait délimiter un fossé (fig. 11). On peut suivre la dépression tout le long du côté ouest, sur les images aériennes qui montrent une végétation plus importante dans cette partie au printemps (fig. 12). Si l’on suit cet indice, il pourrait également y avoir eu un fossé en contrebas du tell le long du côté est.

Fig. 11 – Le fossé du tell, vu depuis le sud (mission Qinnasrin).

Fig. 11 – Le fossé du tell, vu depuis le sud (mission Qinnasrin).

Fig. 12 – Le tell de Qinnasrin le 22 mars 2010 (image Google Earth).

Fig. 12 – Le tell de Qinnasrin le 22 mars 2010 (image Google Earth).

10Le ramassage de céramique sur le sommet du tell a porté sur 4 secteurs : sur les bâtiments accolés aux remparts est (P1) et ouest (P4), dans la partie centrale (P2) et dans une partie apparemment vide de construction au sud (P3). Le matériel recueilli (céramiques, tesselles, outils en basalte), présent en faible quantité dans cette zone qui n’était, en 2008, ni trop perturbée par les excavations modernes ni cultivée, apparaît assez homogène et les périodes hellénistique, romaine et byzantine sont représentées partout (Chapitre 19, fig. 18c, 18d, 19a et 19b). La céramique de l’époque omeyyade semble être concentrée sur le secteur P4, à l’ouest (Chapitre 19, fig. 19c) et celle de l’époque abbasside à proximité de l’entrée orientale et au centre (Chapitre 19, fig. 19d). L’agglomération dont les murs sont visibles en surface peut être datée des xiexiies., d’après la céramique la plus récente (Chapitre 19, fig. 20a et 20b). Le sommet du tell ne semble plus guère avoir été occupé après le milieu du xiie s., excepté pour le parcage d’animaux d’élevage.

La zone au sud et à l’ouest du tell

11Cette zone correspond à des installations à l’extérieur de la muraille byzantine, entre le tell et les limites occidentale et méridionale du site. Trois secteurs ont été prospectés dans la partie au nord-ouest du tell (P62, P63 et P99).

12Le secteur P63 correspond à une parcelle occupée par une maison et son verger d’oliviers, à l’ouest du carrefour entre la route d’Alep et la rue qui conduit à l’école et à la grande mosquée. La partie nord de la parcelle est occupée par une petite butte sur laquelle a été édifiée la maison (fig. 13). La photographie du site prise en 1958 (fig. 1) montre une butte rectangulaire d’environ 70 x 50 m, à 150 m à l’ouest d’une trace que nous pensons correspondre à l’angle d’un rempart nord-sud (Chapitre 20). De gros blocs de calcaire taillés ont été observés dans la cour, épars ou remployés dans les fondations de l’habitation, dans le mur mitoyen avec les voisins, à l’ouest, et dans le mur d’une terrasse qui limite les constructions et la cour. Dans ce mur est remployée une cuve (dimensions : 173 x 85 cm pour une hauteur de 70 cm), retournée, dont l’intérieur était plaqué de marbre (fig. 14). Des fragments subsistent dans le fond ; ils étaient fixés par un mortier charbonneux. Dans la cour de la maison est conservée partiellement une mosaïque de 8 x 11 m. Elle est constituée d’un niveau de galets ronds de 5 cm environ, recouvert par une couche cendreuse grise puis un niveau de mortier blanc fin sur lequel a été posée la mosaïque. Celle-ci, dans sa partie sud, semble soit être recouverte par une seconde mosaïque, soit avoir fait l’objet de réfections. En bordure est disposé un tapis de tesselles blanches et grises de 1 cm de côté. Au centre de l’espace se trouve une grande cuve rectangulaire (203 x 100 cm ; fig. 13, 15), enterrée et comblée. Un panneau de mosaïque à petites tesselles polychromes vient recouvrir son bord sud ; il est donc contemporain ou postérieur à la cuve. Quelques traces de mortier sont visibles en surface. Le motif, en tesselles de couleur blanche, rouge, noire, beige et grise, représente une coupe avec un pain et une corbeille (fig. 16). Des fragments de céramique abbasside et byzantine, dont plusieurs types d’amphores importées, de tuyaux et une colonne à cannelure torse en calcaire ont été ramassés. La présence dans ce secteur de ces différents éléments montre qu’il y avait là un bâtiment assez luxueux, peut-être un monastère.

Fig. 13 – La cour de la maison P63, vue depuis le sud (mission Qinnasrin).

Fig. 13 – La cour de la maison P63, vue depuis le sud (mission Qinnasrin).

Fig. 14 – Bassin retourné en bordure d’une terrasse de la maison P63 (mission Qinnasrin).

Fig. 14 – Bassin retourné en bordure d’une terrasse de la maison P63 (mission Qinnasrin).

Fig. 15 – Bassin enterré dans la cour de la maison P63 (mission Qinnasrin).

Fig. 15 – Bassin enterré dans la cour de la maison P63 (mission Qinnasrin).

Fig. 16 – Mosaïque sur le bord du bassin, dans la cour de la maison P63 (mission Qinnasrin).

Fig. 16 – Mosaïque sur le bord du bassin, dans la cour de la maison P63 (mission Qinnasrin).

13Les champs cultivés qui s’étendent du pied du tell jusqu’au canal d’irrigation au sud correspondent à une zone plus élevée de quelques mètres par rapport aux terrains environnants, qui se distingue, sur les images aériennes, par une couleur plus claire (fig. 1). Elle montre clairement sa nature archéologique, par le matériel visible en surface (blocs, fragments de tuiles, céramique, tesselles de pavement…) et quelques murs (en P57). La limite du site passe dans la partie sud du secteur P62 et à l’ouest du secteur P61 ; en effet, le champ voisin comporte une terre homogène sans matériel. Par ailleurs, la parcelle P59 se caractérise par une butte dans la partie médiane qui pourrait correspondre au tracé d’un ancien rempart dont subsisterait un gros bloc (98 x 52 x 53 cm) à l’ouest du champ. Dans cette même parcelle, deux piédestaux ont été inventoriés (P903-58 et 59 ; Chapitre 15). Des sépultures ont été observées lors de travaux par les villageois en P59 et P60. La partie au sud du canal n’a pas pu être étudiée, car à chacun de nos passages, les cultures étaient trop couvrantes et ne permettaient pas d’observation (P88). La céramique, dans ces secteurs, est datée majoritairement des époques hellénistique et romaine (Chapitre 18 ; Chapitre 19, fig. 18 et 19). Il s’agit de l’occupation la plus ancienne repérée en dehors de la montagne.

14Les images aériennes montrent toutes une zone ovale (par exemple fig. 1 ; voir également l’image Corona du 4 novembre 1968 ou l’image Google Earth du 22 octobre 2014, fig. 17) au nord de P88 et à l’ouest de P58. Mesurant 118 x 86 m, elle correspond sur le terrain à une légère dépression plus humide que le terrain environnant. Ces images montrent également deux constructions rectangulaires qui correspondent à des élévations du terrain, en P83, P84, avec des murs en gros blocs calcaires appareillés (fig. 18). Là encore, la céramique romaine domine, avec également un peu de matériel d’époque byzantine (Chapitre 19, fig. 18d, 19a et 19b). En revanche, dans les secteurs P8 à P13, l’assemblage céramique byzantin est largement majoritaire et aucune structure bâtie n’est visible ; seules deux buttes sont notables, dans la partie centrale de la parcelle P10 et en P12.

Fig. 17 – Le secteur au sud du tell le 22 octobre 2014 (image Google Earth).

Fig. 17 – Le secteur au sud du tell le 22 octobre 2014 (image Google Earth).

Fig. 18 – Arase de mur dans le secteur P84 (mission Qinnasrin).

Fig. 18 – Arase de mur dans le secteur P84 (mission Qinnasrin).

15En P14, P89 et P82, les tessons romains et byzantins sont concentrés dans certains secteurs ce qui suggérerait un type d’occupation moins dense qu’ailleurs.

L’intérieur de la ville « byzantine »

Le rempart

16Le tracé du rempart a pu être observé à plusieurs endroits, où il est encore partiellement conservé en élévation. Lorsque le mur a disparu, il est possible de restituer son tracé, visible sur les photographies aériennes.

17Le côté occidental, qui est aussi le mieux conservé, est daté par une inscription de 550 ap. J.‑C. (Chapitre 2). Lors du passage de L. Brossé :

  • 5 J. Lauffray a corrigé cette mesure (Mouterde, Poidebard 1945, p. 9). Pour lui le mur est large de (...)

Son soubassement existe encore, haut de plus d’un mètre en certains endroits. La fondation, épaisse de 2 m 80 5, est formée de gros blocs en parements et d’un remplissage de moellons liés par d’assez bons mortiers. Tous les 25 mètres environ, de petits bastions en légère saillie, comme de simples contreforts, garnissent la face occidentale (Monceaux, Brossé 1925, p. 247).

  • 6 Ces numéros de secteur correspondent à la prospection des blocs architecturaux (Chapitre 15).
  • 7 Voir plus loin et mur 306, Chapitre 12. Malheureusement, nous n’en retrouvons pas les mesures dans (...)
  • 8 Observations de J.‑C. Bessac.

18Lorsque J. Lauffray le décrit, il est encore bien visible : le mur est construit en grand appareil sans bossage ; il est garni de bastions carrés saillants de 7,50 m, espacés de 44 m (Mouterde, Poidebard 1945, p. 9, pl. IV, 2). Lors de notre passage, certaines parties subsistaient en élévation dans les maisons modernes. Dans le secteur P280 6, il est utilisé comme fondation des bâtiments à l’est de la cour. La porte de la ville se trouve dans la maison P289 (fig. 19). Un plan schématique en a été dressé par Jean‑Pascal Fourdrin en 1982 (Fourdrin 1994, fig. 1 : fig. 20). La courtine se compose de deux parements en appareil orthogonal avec un blocage intérieur de moellons. L’ensemble de la porte mesure environ 27 m de largeur totale. Deux tours en saillie sur l’extérieur sont espacées de 10,30 m. De 8,40 m de largeur pour une saillie d’environ 8 m, elles encadrent un accès central, de 4,40 m de largeur, avec une ouverture réduite à 3,85 m par des ébrasements pourvus d’une rainure verticale pour le logement d’une herse. Deux pièces occupent l’intérieur des tours dont l’une d’environ 5,50 x 4 m dans la partie en saillie et l’autre avec un escalier, dans la tour sud. Deux niches profondes de 2,42 m encadrent le passage et ouvrent sur l’intérieur de la ville. À l’intérieur, la porte fait une saillie de 2,40 par rapport à l’alignement du rempart. D’après J.‑P. Fourdrin, il s’agit d’un type de porte assez standardisé dans l’architecture militaire et très proche de celle de Zénobia (Fourdrin 1994, p. 301). Les blocs utilisés pour la construire sont plus gros que ceux de la fortification sur la montagne 7. L’outil de taille en revanche est le même. Les pierres sont posées sans mortier et les joints ne sont pas ajustés 8. Dans les trois maisons suivantes en allant vers le nord, le mur du rempart a disparu. On le retrouve ensuite dans le pâté de maisons à l’est de l’école, où il est construit avec des blocs de 110 x 85 cm. La maison P315 a réutilisé une tour du rempart comme pièce, dont les dimensions intérieures sont de 5 x 3 m, avec une porte qui s’ouvre à l’est (fig. 21). La maison P313 est collée contre le parement ouest du rempart tandis que la maison P317 est accolée à son parement est. La maison P320 s’appuie contre le parement est de la muraille. Une tour est en partie reconstruite dans l’angle nord-ouest de la cour. Le mur le plus long mesure, à l’extérieur, 9,80 m. Les dimensions intérieures de la tour sont de 7 x 4 m (fig. 22). Son parement ouest se situe dans l’angle nord-est de la maison P327 (fig. 23‑24). Le rempart continue dans la partie ouest de la maison P321 où il est conservé sur 5 m de long (fig. 25). Une autre tour dans l’angle nord-ouest de la maison P322 est conservée sur deux assises. Elle mesure 6 x 10 m (fig. 26). L’angle nord de cette muraille n’est pas conservé ; il devait se trouver au niveau du carrefour à l’angle nord-est de l’école, dont le mur nord-ouest suit la même orientation que le rempart que l’on retrouve plus loin.

Fig. 19 – Linteau en place sur la porte byzantine (mission Qinnasrin).

Fig. 19 – Linteau en place sur la porte byzantine (mission Qinnasrin).

Fig. 20 – Plan de la porte de Chalcis (Fourdrin 1994).

Fig. 20 – Plan de la porte de Chalcis (Fourdrin 1994).

Fig. 21 – Tour de l’enceinte réutilisée comme pièce dans la maison P315 vue de l’est (mission Qinnasrin).

Fig. 21 – Tour de l’enceinte réutilisée comme pièce dans la maison P315 vue de l’est (mission Qinnasrin).

Fig. 22 – Parement oriental du rempart ouest dans la cour de la maison P320 (mission Qinnasrin).

Fig. 22 – Parement oriental du rempart ouest dans la cour de la maison P320 (mission Qinnasrin).

Fig. 23 – Mur de la tour dans la maison P327 vers le nord (mission Qinnasrin).

Fig. 23 – Mur de la tour dans la maison P327 vers le nord (mission Qinnasrin).

Fig. 24 – Mur de la tour dans la maison P327 vers l’est (mission Qinnasrin).

Fig. 24 – Mur de la tour dans la maison P327 vers l’est (mission Qinnasrin).

Fig. 25 – Mur du rempart dans la maison P321 (mission Qinnasrin).

Fig. 25 – Mur du rempart dans la maison P321 (mission Qinnasrin).

Fig. 26 – Tour du rempart dans l’angle nord-ouest de la cour de la maison P322 (mission Qinnasrin).

Fig. 26 – Tour du rempart dans l’angle nord-ouest de la cour de la maison P322 (mission Qinnasrin).

19Dans les fondations des murs de la maison P165 ont été réutilisés de grands blocs de différentes tailles (dont 185 x 44 cm et 170 x 70 cm). Ils se trouvent presque dans l’alignement et sur le tracé du rempart nord-ouest, ainsi que plusieurs autres blocs, devant et dans la maison P166, un peu plus à l’est. Ces derniers mesurent 120 x 78 x 49 cm et 127 x 75 x 50 cm pour les blocs parallélépipédiques. Ils sont associés à d’autres blocs avec des moulures (P166‑1 et P166-3 ; Chapitre 15). Le rempart nord-ouest est ensuite visible sous la forme d’une butte longiligne (P412) dans laquelle deux élargissements espacés d’environ 45 m pourraient correspondre à des tours. Parmi des blocs servant de limite de chemin a été retrouvé un demi-linteau inscrit en grec avec une copie de l’inscription en place sur la porte ouest (Chapitre 2). Il pourrait indiquer l’existence d’une autre porte, au nord de la ville. Celle-ci devait se trouver à l’angle nord de l’enceinte, car plusieurs alignements de pierres taillées apparaissent à cet endroit, sous la piste actuelle et dans la pointe du champ à l’ouest (fig. 27). La porte est visible également sur la carte géomagnétique (voir plus loin fig. 31, 34a). Plus loin vers l’est, le rempart se suit par le négatif des tranchées (P403, fig. 28) sur la ligne de crête de la dernière butte du Jabal al‑‘Iss. Il devait être construit directement sur la roche qui affleure par endroits. Lors de la prospection géomagnétique réalisée dans le secteur nord, le tracé du rempart disparu a été mis en évidence, avec sa porte à l’ouest, ainsi que 4 tours rectangulaires dans sa partie est. La présence d’autres tours intermédiaires n’est pas exclue, mais pas aussi bien rendue par la réponse magnétique qui montre toutefois des alignements parallèles, de part et d’autre du rempart (voir plus loin fig. 31). Le rempart rejoint la plaine en suivant une forte pente jusqu’au secteur P90. À mi-pente, les photographies aériennes (fig. 12) figurent des tranchées de prélèvement de matériau qui dessinent ce qui pourrait être une porte.

Fig. 27 – Murs sous la piste à l’endroit d’une éventuelle porte nord (mission Qinnasrin).

Fig. 27 – Murs sous la piste à l’endroit d’une éventuelle porte nord (mission Qinnasrin).

Fig. 28 – La tranchée de prélèvement du rempart nord, vue depuis l’est (mission Qinnasrin).

Fig. 28 – La tranchée de prélèvement du rempart nord, vue depuis l’est (mission Qinnasrin).

20Les fortifications ont également été totalement prélevées à l’est et il n’en reste là qu’une dépression plus ou moins marquée. En P410, une tranchée le long de la route de Hadir, au nord de celle-ci, a sans doute recoupé le prélèvement du rempart byzantin. Quelques blocs taillés étaient visibles dans la coupe. D’après les photographies aériennes, plusieurs tranchées courtes et perpendiculaires au rempart pourraient indiquer l’emplacement de tours sur le segment entre la route d’al‑Hadir et l’angle sud-est de la fortification (fig. 1, 2).

  • 9 Nous n’avons pas retrouvé les dimensions des blocs avec lesquels elles sont construites.

21Le rempart sud, d’environ 2 m de largeur, a été en partie prélevé et les tours semblent avoir été dégagées, à une époque indéterminée (fig. 29). Quatre tours quadrangulaires subsistent, espacées l’une de l’autre de 40 m environ. De la première, à la base du tell, n’est visible que le parement de l’un des murs et il est difficile de dire si elle avait un plan carré ou rectangulaire. Les deux suivantes, rectangulaires, de 17 x 8 m et de 17 x 10 m, présentent la même saillie à l’intérieur et à l’extérieur du rempart. Seul le saillant externe de la dernière, de mêmes proportions que les précédents, est conservé 9. L’enceinte de la ville suivait donc un plan polygonal, avec la citadelle dans l’angle sud-ouest, le mur ouest de la ville étant parallèle au mur ouest de la citadelle. La totalité de la surface enclose par les remparts s’élève à environ 75 ha.

Fig. 29 – Le rempart sud vu depuis le haut du tell (mission Qinnasrin).

Fig. 29 – Le rempart sud vu depuis le haut du tell (mission Qinnasrin).

La ville

22L’intérieur du périmètre défini par les remparts byzantins était, en 2008‑2010, occupé aux deux tiers par des constructions modernes. Par conséquent, seuls l’angle sud-est et la partie nord de cette zone ont fait l’objet de ramassages de céramique.

23L. Brossé signale que tout le secteur à l’est du tell et jusqu’au Quwayq « est couvert de ruines d’habitations » (Monceaux, Brossé 1925, p. 246). Celles-ci sont visibles sur les photographies prises par Max von Oppenheim en 1899 (Introduction, fig. 3 et 4). Des prélèvements de matériaux de construction effectués avant 1960 ont laissé de grandes tranchées longilignes qui permettent de repérer la trame ancienne et notamment un grand espace rectangulaire d’environ 80 m de côté, bordé de constructions, à la lisière orientale du village (fig. 2). Au nord-est du tell, des bourrelets parallèles suivent la même orientation que sa courtine nord. Lors de notre visite, quelques alignements de murs, larges d’une cinquantaine de centimètres, perpendiculaires et orientés selon les points cardinaux, étaient visibles dans le secteur P7 (fig. 30). Au sud-est du tell subsistent également de grands dépotoirs. Le premier (P5), dans l’axe de la porte du tell, comporte un assemblage de céramique des ixexie s. La plupart des tessons de ce secteur sont noircis et le sédiment est très cendreux : il pourrait s’agir de déblais d’un incendie ou de détritus correspondant à l’occupation tardive du tell, dans la mesure où la période du xie s. n’est pas représentée ailleurs sur le site. Une autre butte (P6) évoque des déblais de destruction ou des ordures. La céramique y est à dominante omeyyade et abbasside (Chapitre 19, fig. 19c, 19d et 20a).

Fig. 30 – Traces de bâtiments dans le secteur P7 (mission Qinnasrin).

Fig. 30 – Traces de bâtiments dans le secteur P7 (mission Qinnasrin).

24La partie nord de la ville byzantine s’élève doucement jusqu’au rempart. Dans cette zone, la prospection pédestre a concerné plusieurs buttes correspondant à des bâtiments, de 35 à 50 m de côté (P37 et P38), datés par la céramique de l’époque byzantine et du début de l’époque islamique. Les maisons avaient des sols revêtus de mosaïques grossières, blanches et noires. Elles étaient couvertes de tuiles et utilisaient également des briques cuites dans leur construction. Des fragments de placage en marbre et plus rarement du verre de vitre ont été découverts dans ces secteurs. P93 ne correspond pas à une butte, mais a livré un matériel et une datation similaires aux secteurs précédents. Les traces d’habitat sont également perceptibles par les gros dépotoirs, comme P26 et P29, qui recouvrent les structures plus anciennes. P35 s’étend sur une centaine de mètres dans la partie la plus haute, contre le rempart. Dans ce secteur, des cavités sont associées à une zone d’habitat avec des arases de murs et de gros blocs en remploi. Ces cavités creusées sous la roche ont pu servir d’étables pour des animaux d’élevage. Comme en P40, un petit bâtiment de 22 m de côté localisé un peu plus bas, la céramique offre un bel assemblage des époques ayyoubide et mamelouke (Chapitre 19). Il semblerait que, dans cette partie de la ville, l’occupation assez dense des époques byzantine à abbasside (par ailleurs bien visible sur la carte géomagnétique avec une orientation principale qui suit celle des points cardinaux) ait laissé la place à l’époque médiévale, à quelques maisons d’éleveurs et un bâtiment isolé, construits selon des orientations différentes (fig. 3134).

Fig. 31 – Topographie et localisation de la prospection géomagnétique sur le secteur nord (M.-C. Bosert, Y. Bière, mission Qinnasrin).

Fig. 31 – Topographie et localisation de la prospection géomagnétique sur le secteur nord (M.-C. Bosert, Y. Bière, mission Qinnasrin).

Fig. 32 – Interprétation de la carte géomagnétique du secteur nord (M.‑O. Rousset, mission Qinnasrin) ; a : traces de nature géologique et récentes ; b : traces d’orientations variées, dont certaines visibles en surface.

Fig. 32 – Interprétation de la carte géomagnétique du secteur nord (M.‑O. Rousset, mission Qinnasrin) ; a : traces de nature géologique et récentes ; b : traces d’orientations variées, dont certaines visibles en surface.

Fig. 33 – Interprétation de la carte géomagnétique du secteur nord (M.‑O. Rousset, mission Qinnasrin) ; a : traces d’orientation « tell 1 » (fig. 10b) ; b : traces d’orientation « tell 3 » (fig. 10c) et orientées selon les courbes de niveau.

Fig. 33 – Interprétation de la carte géomagnétique du secteur nord (M.‑O. Rousset, mission Qinnasrin) ; a : traces d’orientation « tell 1 » (fig. 10b) ; b : traces d’orientation « tell 3 » (fig. 10c) et orientées selon les courbes de niveau.

Fig. 34 – Interprétation de la carte géomagnétique du secteur nord (M.‑O. Rousset, mission Qinnasrin) ; a : traces en liaison avec le rempart (orientation « tell 2 », fig. 10c) ; b : traces d’orientation « tell 4 » (fig. 10d) et orientées selon le rempart ancien.

Fig. 34 – Interprétation de la carte géomagnétique du secteur nord (M.‑O. Rousset, mission Qinnasrin) ; a : traces en liaison avec le rempart (orientation « tell 2 », fig. 10c) ; b : traces d’orientation « tell 4 » (fig. 10d) et orientées selon le rempart ancien.

25De gros dépotoirs ont été localisés à la périphérie de la ville, au sud en P12, au nord en P91, à l’ouest de la porte avec le linteau inscrit (au nord-ouest du tell) et à l’est (P406). Il s’agit d’énormes buttes ovales d’environ 90 m de longueur, composées de sédiments très sombres, provenant de la décomposition organique et de cendres, dans lesquels le matériel est très varié et très abondant. Il s’agit de dépôts d’ordures mêlés de déblais de destruction.

Le secteur nord

26Au-delà des remparts, vers le nord, s’étend un quartier mêlant à la fois des structures artisanales, résidentielles et funéraires. Cette zone triangulaire est en pente du sud vers le nord et son côté sud forme un replat bordé par le rempart byzantin (fig. 35). Le quartier est très étendu, puisqu’il s’étale de l’extrémité orientale des carrières jusqu’à la limite des terres cultivées au nord-est (nous avons noté des céramiques et des tesselles de mosaïque jusque dans le secteur P65). Bien que des fragments de céramique plus anciens y aient été retrouvés, il semble essentiellement se développer à partir du ve jusqu’au ixe s. (Chapitre 19, fig. 18‑20).

Fig. 35 – Le quartier nord vu depuis l’ouest (mission Qinnasrin).

Fig. 35 – Le quartier nord vu depuis l’ouest (mission Qinnasrin).

27Dans l’angle ouest de la zone, plusieurs secteurs sont caractérisés par une légère élévation du relief, une couleur du sol plus sombre que celle des terres environnantes et la présence de matériel particulier en surface (P22 à P24, P33).

  • 10 Spécialiste du verre au CNRS‑LA3M.

28De gros blocs vitrifiés et des sédiments très cendreux couvrent les secteurs P22 et P23, sur le replat entre la ville byzantine et les quartiers nord. Épandus par les labours sur une surface d’environ 80 x 40 m, ils signalent un artisanat du feu. Danièle Foy 10 a pu faire en 2007 une première expertise de ces matériaux que nous reprenons dans ce paragraphe :

Les blocs de verre retrouvés, opaques, de teinte souvent sombre et d’aspect vacuolaire, sont vraisemblablement des rebuts de matières vitreuses possédant de nombreuses impuretés (fig. 36). Les teintes les plus fréquentes sont le bleu (bleu cobalt ?) d’apparence noire mais aussi le bleu turquoise et plus rarement le vert. Un seul débris de verre brut transparent est incolore veiné de rouge. Les déchets de fabrication d’objets manufacturés sont rares. On distingue des gouttelettes de verre et des déchets étirés, toujours en verre opaque. Les verres manufacturés ne sont pas très abondants sur le site, mais ils sont homogènes : tous sont de couleur bleu-vert non altéré ; la forme la plus courante est celle du verre à tige cylindrique creuse (débris de pied, de tige et de rebord ; fig. 37). Ce verre manufacturé, à l’inverse des blocs de fritte, est concentré dans ces seuls secteurs. Cette vaisselle date probablement des époques byzantine ou omeyyade. On note sur le site l’absence de verre brut transparent, mais seulement des blocs de fritte et des scories. Dès lors, il est impossible d’assurer que cette matière a servi à la fabrication de la vaisselle de verre trouvée associée. L’absence de déchets de verre caractéristiques de la technique du soufflage et de blocs de verre brut transparent ne permet pas d’assurer la présence d’ateliers de soufflage du verre. De plus, le verre manufacturé n’est pas très abondant. L’hypothèse la plus recevable est celle d’un atelier primaire élaborant la matière vitreuse.

Fig. 36 – Scories vitreuses (D. Foy) ; 1 : Blocs vitrifiés épars sur le site ; 2 : Bloc de verre bleu vif, opaque ; 3 : Bloc de verre bleu vif, opaque, détail ; 4 : Bloc de verre turquoise, opaque, détail ; 5a et b : Bloc de verre verdâtre, opaque vu de haut (a) et en coupe (b), long. 7 cm ; 6 : Éclat de verre brut aux arêtes vives, débité d’un bloc plus important, verre verdâtre veiné de rouge, long. max. 2,4 cm ; 7 : Déchets de verre ; 8 : Déchet verdâtre (fil de verre enroulé), long. max. 1,3 cm ; 9 : déchet bleu turquoise (goutte de verre), long. max. 1,3 cm.

Fig. 36 – Scories vitreuses (D. Foy) ; 1 : Blocs vitrifiés épars sur le site ; 2 : Bloc de verre bleu vif, opaque ; 3 : Bloc de verre bleu vif, opaque, détail ; 4 : Bloc de verre turquoise, opaque, détail ; 5a et b : Bloc de verre verdâtre, opaque vu de haut (a) et en coupe (b), long. 7 cm ; 6 : Éclat de verre brut aux arêtes vives, débité d’un bloc plus important, verre verdâtre veiné de rouge, long. max. 2,4 cm ; 7 : Déchets de verre ; 8 : Déchet verdâtre (fil de verre enroulé), long. max. 1,3 cm ; 9 : déchet bleu turquoise (goutte de verre), long. max. 1,3 cm.

Fig. 37 – Fragments de verre manufacturés (D. Foy).

Fig. 37 – Fragments de verre manufacturés (D. Foy).

29Cette industrie pourrait également avoir été liée à l’exploitation de la soude végétale, pour la production de cendres pour les savonneries (ou autres). Cette activité est attestée à l’époque byzantine et au début de l’époque islamique. La prospection géophysique venue compléter ces observations n’a pas révélé de structures pouvant clairement correspondre à des ateliers de verrier mais a confirmé la présence d’activités liées à des fours (fig. 38, 34a). Le sondage A, réalisé en 2009 et 2010, a confirmé une activité en liaison avec des fours et l’exploitation de la soude végétale. Il a également mis au jour une grande tranchée avec un comblement très cendreux (Chapitre 9).

Fig. 38 – Prospection géomagnétique sur la partie occidentale du secteur nord (Y. Bière, mission Qinnasrin).

Fig. 38 – Prospection géomagnétique sur la partie occidentale du secteur nord (Y. Bière, mission Qinnasrin).

30Vers le nord, deux secteurs avec une concentration de matériel céramique d’époque byzantine ont livré des scories : une bosse grise sur le haut de la pente (P24) et une autre en bordure de l’oued qui descend de la montagne (P43). Pour ces deux secteurs, la prospection géophysique montre une réponse qui pourrait correspondre à un four ; en P24, l’une des productions pourrait avoir été une forme de petite bouteille (Chapitre 19). Un regroupement de fours a été mis en évidence plus bas et à l’est de P43 (fig. 34a).

31P33 et P34 sont des buttes quadrangulaires de 50 x 45 m et de 40 x 40 m, sur le replat. Le matériel présent en surface, fragments de tuile et de placages de marbre, tesselles de pavement en calcaire, tendrait à indiquer des bâtiments. La carte géophysique montre une construction dans la partie sud de P33 (fig. 33b).

32La partie orientale de la zone, contre le rempart, comporte de grandes terrasses rectangulaires étagées. La première, d’environ 360 m de longueur par 50 m de largeur est subdivisée en deux parties par un alignement de murs et de blocs partiellement repris dans une limite de parcelle actuelle. Cet alignement est espacé du rempart byzantin d’une vingtaine de mètres. Au sud de P20, cet alignement apparaît sous la forme d’une légère bosse (fig. 39). Des sédiments cendreux très sombres recouvrent le replat à l’extérieur de l’angle nord-est du rempart byzantin. Des scories vitreuses ainsi que des fours y ont été observés (fig. 34a). Le bord nord de la terrasse est marqué par un dénivelé net sur lequel sont alignés des murs, des blocs taillés et deux grands bassins en calcaire. Le bassin au sud de P20 mesure 248 x 104 x 80 cm (fig. 40) ; celui qui est à l’ouest du secteur P21 : 250 x 105 x 70 cm de hauteur observée. Deux autres bassins similaires ont été vus en P28 mais sont orientés nord-sud ; ils mesurent 232 x 88 x 50 cm (hauteur observée) et 110 cm de largeur x 51 cm de hauteur observée. Ce dernier n’est que partiellement dégagé. Il pourrait s’agir d’auges pour abreuver les animaux, disposées en limite d’enclos (Chapitre 15).

Fig. 39 – Vue du dénivelé, 50 m à l’extérieur du rempart nord, vers l’ouest (mission Qinnasrin).

Fig. 39 – Vue du dénivelé, 50 m à l’extérieur du rempart nord, vers l’ouest (mission Qinnasrin).

Fig. 40 – Alignement de murs et bassin, vers l’ouest (mission Qinnasrin).

Fig. 40 – Alignement de murs et bassin, vers l’ouest (mission Qinnasrin).

33P27, en dehors de la zone couverte par la prospection géophysique, est un bâtiment dont les sols étaient couverts de mosaïques simples (tesselles de 1 à 4 cm de côté, grises et blanches), ou de mortier lissé. L’arase d’un mur en blocs calcaires subsiste en place malgré les labours. De nombreux blocs ont été vus en surface, ainsi que de rares fragments de tuiles et quelques placages de marbre. Ce bâtiment est daté uniquement de la fin de l’époque romaine à l’époque byzantine alors que tous les suivants sont également occupés au début de l’époque islamique jusqu’au xe s.

34Le secteur P21 est relativement plat et carré avec un angle de mur visible au nord-ouest. Les tesselles de pavement de couleur verte, grise et blanche, les fragments de tuiles plates et de briques cuites, les fragments de tuyau, le fragment de fût de colonne (0,46 m de diamètre, 0,40 m de haut) et les éléments de placage de marbre laissent envisager une maison avec un relatif confort. Selon la carte géophysique, il pourrait s’agir d’une construction rectangulaire, bordée au nord par une ruelle. D’autres grands ensembles, d’environ 50 m à 80 m de côté, s’étalent à l’ouest, jusqu’au secteur P34. Il y aurait en tout 8 grands bâtiments à l’intérieur d’un secteur triangulaire délimité par deux grandes lignes obliques (fig. 33b, 34).

35Pour les secteurs P20 et P18, les éléments retrouvés en surface laissent également présager des bâtiments à caractère résidentiel plutôt que de simples fermes. Leurs caractéristiques morphologiques et datation sont les mêmes. Ces deux bâtiments ont fait l’objet de pillages au bulldozer dans les années 2000. P20 est installé sur une terrasse d’environ 77 m de côté. Plusieurs murs en pierre taillée affleurent ou ont été partiellement dégagés par des fouilles clandestines, notamment au sud où le mur est bâti en pierres de taille de grand gabarit pour la partie basse et en briques crues pour l’élévation. Les restes visibles en surface laissaient également présager un décor architectural soigné : tesselles de mosaïques en pierre et en pâte de verre colorée, dalles de pavement carrées, rectangulaires, hexagonales et octogonales, en calcaire et plus rarement en basalte (carreau en losange : 27 x 14 cm ; carreau quadrangulaire : 23 x 22 cm), fragments de colonnes, de placage de pierre et de marbre, fragments de briques, de tuiles, de tuyaux et de mortier. La céramique et le verre de surface sont attribuables à l’époque byzantine (vevie s.) et au début de la période islamique (viieixe s. ; Chapitre 19, fig. 19). La prospection géophysique réalisée sur le secteur P20 ne fait pas apparaître de plan précis, mais elle montre une forte densité d’anomalies concentrées dans le périmètre du bâtiment, dont l’une des deux orientations principales suit celle du rempart (fig. 34, orientation « tell 2 »). Ce bâtiment semble limité, pour son côté sud, par la ligne de la faille géologique qui traverse tout le massif du Jabal al‑‘Iss (fig. 41, 32a ; Chapitre 20). Le sondage B établi dans ce secteur a livré les vestiges de deux phases de construction distinctes d’un bain privé d’époque byzantine et islamique (Rousset, Rochette 2014 ; Chapitre 10).

Fig. 41 – Prospection géomagnétique sur la partie orientale du secteur nord (Y. Bière, mission Qinnasrin).

Fig. 41 – Prospection géomagnétique sur la partie orientale du secteur nord (Y. Bière, mission Qinnasrin).

36P18 se situe à l’extrémité orientale du secteur, sur le relief qui forme une sorte de promontoire. Ses murs nord et sud subsistent sous la forme d’alignements de blocs. Les mêmes éléments architecturaux que sur les précédentes résidences sont représentés là, en plus de dalles de calcaire rectangulaires, hexagonales et octogonales ayant appartenu à un pavement détruit par un pillage au bulldozer (fig. 42). Les dimensions de ces éléments de pavement sont pour les petits hexagones : 18 x 12,5 cm ; pour les carreaux carrés ou rectangles retaillés dans les angles : 14 x 12 cm ; pour les carreaux rectangulaires : 18 x 16 cm. L’ensemble de ces éléments caractérise une résidence, construite en grande partie en pierres de taille et disposant de sols pavés et d’aménagements de confort, dont la limite occidentale apparaît très nettement sur la carte géophysique (fig. 41). D’après celle-ci, deux autres bâtiments similaires ont pu exister à l’ouest de P18 (fig. 33a).

Fig. 42 – Dalles de pavement du bâtiment P18 (mission Qinnasrin).

Fig. 42 – Dalles de pavement du bâtiment P18 (mission Qinnasrin).

37P17 correspond à des bâtiments dont quelques alignements de murs ont pu être observés. Le matériel est assez riche, avec notamment un petit piédestal en calcaire, mouluré, d’environ 10 x 15 cm. La céramique date majoritairement des époques romaine et byzantine avec très peu de tessons du début de l’islam (Chapitre 19, fig. 18 et 19).

38Le bâtiment P16 est situé le long d’un chemin de terre, au nord-est du village. Il est visible sous la forme d’une butte quadrangulaire, de 70 m de long d’est en ouest et de 35 m de large du nord au sud, avec une dépression centrale (fig. 2). L’édifice s’organiserait avec des pièces disposées sur le côté d’une cour. En surface, différents éléments architecturaux sont conservés : fragments de tuiles plates, blocs et pierres. Ce bâtiment semble avoir été construit en pierres de taille de grande dimension, au moins pour les parties architectoniques (portes et chaînages d’angle). C’est ce bâtiment qui, semble-t-il, avait été observé par Pococke (1745, p. 148‑150) lors de son passage en 1738.

39La zone résidentielle domine une zone artisanale de fours de potiers, au nord-est. La topographie ainsi que l’analyse des données issues de la prospection conduisent à proposer la localisation d’au moins quatre groupes de fours/ateliers de potier. Ceux-ci sont clairement visibles en surface, par les débris de leurs voûtes, les scories, les briques cuites et recuites, les ratés de cuisson et les cendres. Des fragments de pavement de mosaïque simple ont également été observés. Tous ont été en activité à l’époque byzantine (vevie s.). En P29, la prospection géophysique a montré qu’il y avait une concentration de fours avec deux alignements de respectivement quatre et trois fours (fig. 41, 34a).

40En P30, nous avons observé de nombreuses scories, notamment en forme de gouttes fondues. La carte géophysique montre trois fours avec une réponse différente de celles qui caractérisent les autres fours. P31 est situé à l’est d’une bosse qui est visible, sur la carte géophysique, sous la forme d’une grande structure rectangulaire, de 25 x 11 m. Le secteur présente un pendage ouest-est et une rupture de pente nette. Au niveau de cette rupture de pente, en P32, se trouve une cavité aménagée (fig. 43). Un bâtiment de 30 m de côté existait là comme en témoignent tesselles de pavement, briques, tuiles, blocs et un fragment de fût de colonne. La carte magnétique montre des groupes de fours au sud de la bosse rectangulaire et au nord, dont certains sont accolés. D’autres fours sont regroupés entre P31 et P32 vers le nord.

Fig. 43 – Cavité dans le secteur P32 vue de l’est (mission Qinnasrin).

Fig. 43 – Cavité dans le secteur P32 vue de l’est (mission Qinnasrin).

41D’après la carte géophysique, une ligne de 380 m de long, orientée nord-ouest-sud-est sépare ce secteur de la zone résidentielle (fig. 41, 34b). À l’ouest du secteur P29, elle se double d’un bâtiment de 45 x 5 m. La zone artisanale semble également limitée à l’est par un mur aussi long, dont l’extrémité nord s’incurve vers l’ouest et pourrait rejoindre le premier mur et dont l’extrémité sud s’incurve vers l’est, sans doute pour contourner les derniers reliefs du Jabal al‑‘Iss dans cette partie. Au moins cinq autres fours (?) assez espacés les uns des autres ont été mis en évidence à l’extérieur du mur, le long de la limite orientale du site et de la piste. À 100 m au-delà du mur nord de l’enclos, une dépression d’environ 100 m de diamètre pourrait-elle correspondre à la fosse dans laquelle était prélevée l’argile pour la fabrication des céramiques ?

42Des fragments de stèles funéraires découverts en surface en P22, P33 et P34 montrent que les ruines des bâtiments ont été utilisées comme cimetière à l’époque médiévale (Chapitre 5). Ce dernier devait s’étendre sur au moins 500 m puisqu’une petite nécropole a été fouillée dans le secteur B (ou P20 ; Chapitre 10 ; Chapitre 11). Plusieurs hypogées ont été creusés sous la corniche en bordure du site, en P19 et sur le replat au-dessus. De grandes nécropoles s’étalent à l’ouest (P407) et au nord de cette partie de la ville (P25, P65, P97 ; Chapitre 14).

Les flancs de la montagne

43Les flancs de la montagne sont occupés majoritairement par des ouvrages rupestres : carrières et nécropoles. Les deux semblent étroitement imbriquées. Elles feront l’objet de descriptions détaillées dans des chapitres ultérieurs (Chapitre 13 ; Chapitre 14). La partie occidentale du secteur, au pied de la montagne, correspond à une importante aire funéraire antique ; de nombreux hypogées sont creusés dans la roche sur les flancs sud et est du Jabal al‑‘Iss. Plusieurs tombes ont été recoupées par les carrières, qui présentent des traces d’extraction sans utilisation d’engins mécanisés et qui pourraient avoir été encore en activité aux périodes d’occupation les plus tardives du site (islamiques ?), à une époque où les hypogées n’étaient plus utilisés (Chapitre 13). S’y ajoutent, plus haut, des cavités dont il est difficile de définir la fonction : rôle funéraire, habitat ou carrières souterraines (P44).

Le sommet de la montagne

  • 11 En décembre 2015, un camp militaire sommaire avait été édifié sur le sommet avec des levées de ter (...)

44La zone que nous nommons « montagne » (traduction de l’arabe « jabal ») s’étend au nord-nord-ouest du village qu’elle domine d’une centaine de mètres. Le massif montagneux est entaillé par une faille profonde, orientée nord-ouest-sud-est, qui a été creusée par deux oueds opposés (fig. 44). La position sommitale, hautement stratégique, a été utilisée à plusieurs reprises pour installer une forteresse, et ce dès l’âge du Bronze moyen (Rousset et al. 2017, p. 139 ; Chapitre 20) 11. Après une longue phase d’abandon, le site de la montagne n’est réinvesti qu’à partir de l’époque byzantine, au vie s. (Chapitre 19, fig. 19). L’occupation, jusqu’aux débuts de l’islam, est alors caractérisée à la fois par des éléments de fortifications et par des traces d’habitat.

Fig. 44 – La forteresse sur le Jabal al‑‘Iss, topographie et localisation de la prospection géomagnétique et des figures plus détaillées (M.‑C. Bosert, D. Laisney, Y. Bière, mission Qinnasrin).

Fig. 44 – La forteresse sur le Jabal al‑‘Iss, topographie et localisation de la prospection géomagnétique et des figures plus détaillées (M.‑C. Bosert, D. Laisney, Y. Bière, mission Qinnasrin).

La forteresse

  • 12 Sur ce plan, nous avons numéroté les différentes parties de la fortification pour suivre plus faci (...)

45Les constructions sur le sommet de la montagne ne subsistent plus qu’à l’état de vestiges plus ou moins perceptibles. À l’intérieur de l’emprise de la forteresse, la mise en culture a effacé les traces et seules de rares arases de murs en pierre sont visibles. Les murs des remparts ont disparu, leurs pierres ayant été prélevées pour remploi après l’abandon de la place. Leur tracé persiste sous la forme d’une levée, qui enclot le tiers supérieur du massif, et délimite une surface irrégulière d’environ 900 x 700 m (fig. 454612.

Fig. 45 – La forteresse sur le Jabal al‑‘Iss, localisation des vestiges et des secteurs de la prospection pédestre (image Google Earth du 11 février 2007 ; M.‑O. Rousset, M. Rochette, mission Qinnasrin).

Fig. 45 – La forteresse sur le Jabal al‑‘Iss, localisation des vestiges et des secteurs de la prospection pédestre (image Google Earth du 11 février 2007 ; M.‑O. Rousset, M. Rochette, mission Qinnasrin).

Fig. 46 – Plan de la forteresse sur le Jabal al‑‘Iss et localisation des bâtiments découverts par la prospection géophysique (M.‑O. Rousset, mission Qinnasrin).

Fig. 46 – Plan de la forteresse sur le Jabal al‑‘Iss et localisation des bâtiments découverts par la prospection géophysique (M.‑O. Rousset, mission Qinnasrin).

46Ces murs sont de différente nature. Ils sont composés de terre rougeâtre dans la partie sud-ouest (n° 27 à 32 ; P45, P52 et P50 ; fig. 47) et au nord (n° 9 à 13, P81, P86 et P409). Ces parties les plus terreuses sont construites en briques crues, ainsi que le montre, au nord, une coupe récente due aux bulldozers des carriers actuels : le rempart, dans cette partie (n° 13, P409), est large à sa base d’une dizaine de mètres (fig. 48). Il repose directement sur la roche, sur le côté ouest du chemin d’accès à la partie haute de la carrière (en 2010). Cependant, une dizaine de mètres à l’est, la section est différente et l’effondrement du mur de brique crue repose sur une couche de gravier blanc, elle-même sur une couche de terre mêlée de pierres moyennes calibrées. Un lit de pierres dont certaines semblent équarries sépare ces deux dernières couches (fig. 49). Au sud-ouest, l’appareil de briques crues a également été mis en évidence lors de la construction de maisons (n° 29, P52). Dans ce secteur, le mur est courbe et relie trois tours rectangulaires (n° 27, 29 et 31 ; fig. 47) dont les fondations sont construites en gros blocs de calcaire.

Fig. 47 – Rempart de briques crues sur la montagne, vu depuis le sud (mission Qinnasrin).

Fig. 47 – Rempart de briques crues sur la montagne, vu depuis le sud (mission Qinnasrin).

Fig. 48 – Le rempart en briques crues coupé par le chemin d’accès à la carrière moderne en P409 (mission Qinnasrin).

Fig. 48 – Le rempart en briques crues coupé par le chemin d’accès à la carrière moderne en P409 (mission Qinnasrin).

Fig. 49 – Vue depuis l’est de la coupe dans le rempart en P409 sur le côté de la carrière moderne (mission Qinnasrin).

Fig. 49 – Vue depuis l’est de la coupe dans le rempart en P409 sur le côté de la carrière moderne (mission Qinnasrin).
  • 13 Cette carrière, en activité depuis 2004, a détruit trois des quatre carrières en chambre anciennes

47Ailleurs, il s’agit de buttes allongées de gravier blanc d’environ 15 m de largeur (P67, P66 ; fig. 50). Ce matériau a été extrait sur place, soit directement dans une zone accolée aux structures dans lesquelles il était employé – formant ainsi des excavations proportionnelles aux bosses qu’elles jouxtent –, soit à proximité mais à l’intérieur du périmètre enclos, à partir de 4 carrières en chambre, observées dans la partie nord-est du massif. Les 3 entrées de carrières qui étaient encore conservées en 2008 près du secteur P67 se présentent sous la forme de larges tunnels (environ 12 m de largeur) qui s’enfoncent dans le massif, selon des orientations différentes (fig. 51a, 51b, 51c, 52). L’exploitation d’une carrière récente dans ce secteur 13 a créé une coupe dans l’une de ces structures qui n’était visible en surface que sous la forme d’un puits (fig. 51d) : un tunnel à 45° conduit sous le plafond d’une vaste salle rectangulaire d’environ 28 x 16 m (fig. 53). Ces carrières souterraines ont pu servir pour la construction des murs n° 14 à 17 (P67, P66). Ces murs de gravier sont rectilignes et subhorizontaux. Même là où les blocages intérieurs ont disparu, comme sur l’amont des oueds est (n° 16 et 18), on a pu observer un aménagement du rocher : celui-ci a été aplani afin de recevoir la première assise de pierres taillées, dont certaines sont encore en place (fig. 54).

Fig. 50 – Les murs en pierre calcaire concassée vus depuis l’est (mission Qinnasrin).

Fig. 50 – Les murs en pierre calcaire concassée vus depuis l’est (mission Qinnasrin).

Fig. 51 – Le secteur nord-est de la montagne avec les carrières en chambre (image Google Earth du 5 octobre 2007).

Fig. 51 – Le secteur nord-est de la montagne avec les carrières en chambre (image Google Earth du 5 octobre 2007).

Fig. 52a – Tunnel d’entrée des carrières en chambre en 2008 (mission Qinnasrin).

Fig. 52a – Tunnel d’entrée des carrières en chambre en 2008 (mission Qinnasrin).

Fig. 52b – Tunnel d’entrée des carrières en chambre en 2008 (mission Qinnasrin).

Fig. 52b – Tunnel d’entrée des carrières en chambre en 2008 (mission Qinnasrin).

Fig. 52c – Tunnel d’entrée des carrières en chambre en 2008 (mission Qinnasrin).

Fig. 52c – Tunnel d’entrée des carrières en chambre en 2008 (mission Qinnasrin).

Fig. 53 – Coupe ouest dans la carrière moderne au nord-est de la montagne ; on distingue une tombe en cloche de l’âge du Bronze en haut et une carrière en chambre en dessous (mission Qinnasrin).

Fig. 53 – Coupe ouest dans la carrière moderne au nord-est de la montagne ; on distingue une tombe en cloche de l’âge du Bronze en haut et une carrière en chambre en dessous (mission Qinnasrin).

Fig. 54 – Rocher taillé pour recevoir le mur n° 18 vu depuis le nord, sur la gauche de l’image (mission Qinnasrin).

Fig. 54 – Rocher taillé pour recevoir le mur n° 18 vu depuis le nord, sur la gauche de l’image (mission Qinnasrin).

48Outre les courtines rectilignes (n° 15, 17, 22 et 24 ; P67, P66, P47 et P46), plusieurs ouvrages sont construits en gravier blanc. Au nord-ouest (n° 8, P80), au sud-est (n° 20, P49) et à l’ouest (n° 1, P41), trois petits tells pentus, de plan rectangulaire (d’environ 80 x 30 m pour les deux premiers et 130 x 70 m pour le plus occidental, n° 1), jouxtent la fosse d’extraction du remblai, immédiatement à l’extérieur. Cette dernière a recoupé d’anciennes cavités souterraines. Ces petits tells devraient avoir supporté trois tours, permettant de surveiller chacun des côtés de la forteresse, mais aucun mur n’a été observé en surface des tells P49 et P80. Le tell ouest (n° 1, P41) portait, jusqu’en 2012, un petit bâtiment funéraire, avec un cénotaphe à l’intérieur, connu sous le nom de Nabi ‘Iss, qui n’est autre qu’une ancienne tour avec des meurtrières (fig. 55). Ce bâtiment ainsi que les arases de murs qui l’entourent ont été relevés et publiés dans Mouterde, Poidebard 1945, pl. I, pl. III, 1 et 3, pl. V (fig. 56). Une inscription coufique, maintenant disparue mais qui avait été observée à cet emplacement, ferait référence à l’édification d’un bâtiment en 1155 (Chapitre 5). Cette tour pourrait donc être médiévale. Cependant, von Oppenheim (1905, p. 57) mentionne sa reconstruction récente en 1899. Au sud-est, la prospection géophysique montre une zone très homogène limitée par un mur. Il s’agit du tell n° 20 (P49) et de son mur extérieur. Les trous de fouilleurs clandestins sur le tell nord-ouest (n° 8, P80) ont permis de voir qu’il s’agissait d’un matériau tiré de l’excavation adjacente, composé de pierre tendre concassée.

Fig. 55 – Le mausolée sur l’un des tells de la montagne, vue de l’est (mission Qinnasrin).

Fig. 55 – Le mausolée sur l’un des tells de la montagne, vue de l’est (mission Qinnasrin).

Fig. 56 – Plan du mausolée sur l’un des tells de la montagne (Mouterde, Poidebard 1945, pl. V).

Fig. 56 – Plan du mausolée sur l’un des tells de la montagne (Mouterde, Poidebard 1945, pl. V).

49À l’ouest, le franchissement de l’oued a nécessité la construction d’un mur de barrage, d’environ 70 m de longueur (n° 3, P55 ; fig. 57). Le matériau a été extrait à l’extérieur du mur, en contrebas, renforçant ainsi l’aspect défensif et créant une différence de niveau entre l’intérieur et l’extérieur de la fortification. Le mur n° 3 crée une terrasse dans la partie haute de l’oued.

Fig. 57 – Le barrage P55 vu depuis le nord (mission Qinnasrin).

Fig. 57 – Le barrage P55 vu depuis le nord (mission Qinnasrin).

50L’oued le plus encaissé se trouve au sud-est et bénéficie d’un aménagement particulier. Il est bordé par deux murs parallèles, bien visibles sur les photographies aériennes (n° 22 et 24 ; P47 et P46 ; fig. 5859). Sur le terrain, il s’agit d’énormes masses de pierres calibrées, liées à la terre, qui pourraient, à première vue, paraître naturelles si le plan de l’ensemble n’était pas aussi régulier (fig. 60). La partie ouest est fermée par une butte de même nature (n° 23), qui relie les deux murs et forme un espace rectangulaire. La relation entre cette construction et le tracé général du rempart n’est pas aisée à établir en fonction de la seule prospection, car le tracé du rempart n° 21 n’est pas facilement identifiable sur le terrain. Mais, dans ce secteur, des traces de terrassement en escalier sur le rocher affleurant joignent le tell n° 20 (P49) et l’extrémité est du mur n° 22. La nécessité d’utiliser des blocs en pierre taillée pour asseoir le mur sur le rocher explique qu’il ait été complètement récupéré dans cette partie.

Fig. 58 – Système d’entrée (?) vu depuis l’est (mission Qinnasrin).

Fig. 58 – Système d’entrée (?) vu depuis l’est (mission Qinnasrin).

Fig. 59 – Système d’entrée (?) vu depuis l’ouest (mission Qinnasrin).

Fig. 59 – Système d’entrée (?) vu depuis l’ouest (mission Qinnasrin).

Fig. 60 – Système d’entrée (?) (image Google Earth du 5 octobre 2007).

Fig. 60 – Système d’entrée (?) (image Google Earth du 5 octobre 2007).

51Une hypothèse est qu’un deuxième mur de type barrage aurait pu être construit pour combler l’oued, malgré la hauteur nécessaire. Une protubérance vers le nord à l’extrémité est du mur n° 24 pourrait le suggérer. La fosse d’extraction du matériau nécessaire à son édification pourrait correspondre à la dépression à l’est du rempart n° 25. Ce massif, dans un oued plus encaissé que son « alter ego » ouest aurait pu être emporté par le ravinement. Une autre hypothèse est que l’accès à la citadelle se trouvait de ce côté. L’installation de l’entrée dans l’oued aurait exploité la particularité de son encaissement. L’accès, à cet emplacement, bénéficiait de la surveillance du haut des courtines parallèles, et la porte devait alors se trouver à l’extrémité ouest du défilé. Cet espace formait aussi un piège pour les envahisseurs éventuels venant de l’est. La présence de l’entrée du côté est se justifierait par l’existence du quartier nord de la ville de Qinnasrin, en contrebas, à partir de l’époque byzantine. Si un mur de barrage a existé, il faudrait alors l’attribuer à l’âge du Bronze.

52En P86, une proéminence rougeâtre, située sur le trajet de l’enceinte, est interrompue par le cours de l’oued nord. Des trous de pillards ont mis au jour des parties d’un mur construit en moellons de pierre de taille moyenne, calibrés et grossièrement équarris, liés au mortier de terre (fig. 61). Il pourrait s’agir des vestiges d’un mur barrage, emporté par les crues de l’oued.

Fig. 61 – Le rempart en P86 (mission Qinnasrin).

Fig. 61 – Le rempart en P86 (mission Qinnasrin).

53Un autre mur de barrage a pu se trouver sur l’oued nord-est, détruit par la carrière actuelle. En effet, une fosse d’extraction du gravier est clairement visible sur l’image Corona du 4 novembre 1968, en lisière du massif et de la plaine. Elle pourrait correspondre à la construction d’un ouvrage plus important entre les murs n° 13 et 14.

54Le sondage C, implanté à l’angle des murs n° 21 et 22, dont deux pierres taillées étaient visibles à la faveur d’un trou de clandestins, a permis de mettre en évidence la technique de construction des murs en gravier et de définir le tracé entre le système d’entrée et le rempart (Chapitre 12). La fouille de ce secteur et la prospection géomagnétique montrent que les divers éléments observés sur le pourtour de la montagne peuvent être rattachés à un même ensemble : les petits tells de gravier blanc, mais aussi l’angle de rempart du secteur C, ainsi sans doute que son parallèle de l’autre côté de l’oued.

55La relative hétérogénéité des matériaux utilisés (pierre calcaire taillée, brique crue, moellons de pierre, cailloutis) pourrait signifier des phases chronologiques distinctes dans l’édification de la forteresse (Chapitre 20).

À l’intérieur des remparts

56Toutes les surfaces cultivables du site de Qinnasrin étant exploitées, très peu de murs subsistent au niveau du sol ; les vestiges à l’intérieur de l’enceinte ont été mis en évidence grâce à la prospection géophysique conduite sur les zones accessibles du sommet de la montagne (fig. 44, 46). La carte qui en résulte met en évidence un bâtiment doté d’une forte résonance magnétique, construit sur le point culminant, grossièrement au centre du massif (P400 ; fig. 62). Le matériau pourrait être du basalte, car quelques blocs de cette pierre ont été observés en surface dans ce secteur. Le plan, d’environ 80 m de côté, montre un espace central encadré par deux rangées de petites pièces rectangulaires. Une annexe, ou un autre état du bâtiment, forme une excroissance au sud-est. Deux autres bâtiments présentent une réponse magnétique similaire. Plus petits et comportant des pièces de surfaces plus réduites, ils se situent en contrebas du précédent. À l’est, il s’agit peut-être d’un agrégat de plusieurs bâtiments, sur 120 m de longueur, qui suivent la courbure du relief (fig. 63). Dans la partie ouest de la prospection (P78), dans un secteur avec un léger relief, un édifice à cour centrale est ceint de petites pièces sur le pourtour (75 x 60 m ; fig. 64). À proximité se trouvent un puits (à l’est ; ouverture de tombe ? de citerne ? de carrière ?) et quelques gros blocs taillés.

Fig. 62 – Carte géophysique du grand bâtiment sur le sommet de la montagne (Y. Bière, mission Qinnasrin).

Fig. 62 – Carte géophysique du grand bâtiment sur le sommet de la montagne (Y. Bière, mission Qinnasrin).

Fig. 63 – Extrait de la carte géomagnétique du sommet de la montagne, partie est (Y. Bière, mission Qinnasrin).

Fig. 63 – Extrait de la carte géomagnétique du sommet de la montagne, partie est (Y. Bière, mission Qinnasrin).

Fig. 64 – Extrait de la carte géomagnétique du sommet de la montagne, partie ouest (Y. Bière, mission Qinnasrin).

Fig. 64 – Extrait de la carte géomagnétique du sommet de la montagne, partie ouest (Y. Bière, mission Qinnasrin).

57Sur la moitié ouest du replat et au sud de P400, au moins une dizaine de bâtiments sont clairement identifiables, séparés par des espaces qui paraissent non construits ; certains d’entre eux sont entourés d’un enclos. La réponse magnétique indique un autre matériau ; des murs en pierre calcaire, taillée ou non, ont été observés à plusieurs reprises en surface ou dans des trous de fouilleurs clandestins. C’est le cas de deux murs, orientés est-ouest, construits avec la même orientation que le bâtiment central pour l’un et que les bâtiments à l’ouest de celui-ci pour l’autre, entre les secteurs P400 et P78, au centre de la forteresse. Ils sont construits en moellons de pierre de taille moyenne, calibrés et grossièrement équarris, liés au mortier de terre (fig. 65). La céramique ramassée dans ces sondages clandestins, dans des niveaux stratifiés associés aux murs, date de l’âge du Bronze (Chapitre 16).

Fig. 65 – Mur dégagé par des pilleurs, à l’est du secteur P78 (mission Qinnasrin).

Fig. 65 – Mur dégagé par des pilleurs, à l’est du secteur P78 (mission Qinnasrin).
  • 14 Il pourrait s’agir d’une construction à caractère funéraire : voir l’interprétation dans la synthè (...)

58Un bâtiment de forme particulière a été découvert grâce à la prospection géophysique à l’extrémité nord du massif. Situé à côté de la butte P80 et à l’extérieur du périmètre fortifié, il est ovale, de 15 x 12 m, avec un mur axial recoupé par 3 murs perpendiculaires (fig. 64). Il correspond à une bosse de terre rougeâtre, de la terre à briques 14.

59Les secteurs prospectés sur les pentes nord ont également livré du matériel (céramique, outils en basalte) mais peu de structures visibles en surface, et la prospection géophysique n’a pas été conduite dans ces parties trop pentues. En P69, il pourrait y avoir une maison avec des pièces en partie taillées dans la roche, organisées autour d’une citerne. La céramique retrouvée sur ce point date de l’âge du Bronze et de l’époque abbasside (Chapitre 19, fig. 18a et 19d). Ceci n’est pas sans rappeler le niveau I d’al‑Hadir, de la fin du viie et du début du viiie s., avec des maisons sur le rocher aménagé (Rousset, Bovagne, Rochette 2012, p. 54).

60Une partie de l’approvisionnement en eau des habitants de la montagne était assurée par le captage et le stockage des eaux pluviales dans une série de bassins creusés dans la roche, dans l’oued nord (P76 et à côté de P77). Fouillés par des clandestins, ils sont partiellement dégagés. L’un d’entre eux comporte un escalier ménagé dans la roche, dans l’un de ses angles ; la partie inférieure est évidée en arc. Le bassin mesure 5,40 x 4,80 m pour une profondeur de 4 m (fig. 6667). Ce bassin était accessible depuis le nord-ouest, par un escalier taillé dans le rocher (fig. 68). Des citernes de talweg ont également pu être creusées et des tombes vidées pour être réutilisées comme citernes, comme, par exemple, en P411 où un escalier a été creusé dans la roche pour accéder à la tombe-citerne (fig. 51, 69). Cela semble être également le cas d’une tombe fouillée par la Direction générale des antiquités et des musées d’Alep, dans l’oued nord (al‑Mohamad 2012). Cette tombe n° 5 dispose à la fois d’un puits vertical et d’un tunnel qui aboutit à la base de ce dernier, qui donnent accès à une salle semi-globulaire dont les parois sont revêtues d’un enduit blanc (al‑Mohamad 2012, p. 69).

Fig. 66 – Aménagement de l’oued nord (mission Qinnasrin).

Fig. 66 – Aménagement de l’oued nord (mission Qinnasrin).

Fig. 67 – Bassin dans l’oued nord (mission Qinnasrin).

Fig. 67 – Bassin dans l’oued nord (mission Qinnasrin).

Fig. 68 – Escalier qui conduit au bassin dans l’oued nord (mission Qinnasrin).

Fig. 68 – Escalier qui conduit au bassin dans l’oued nord (mission Qinnasrin).

Fig. 69 – Escalier qui conduit à une tombe réutilisée en citerne ? (mission Qinnasrin).

Fig. 69 – Escalier qui conduit à une tombe réutilisée en citerne ? (mission Qinnasrin).
  • 15 C’est ce qui a justifié une mission de fouille de sauvetage par une équipe syrienne (al‑Mohamad 20 (...)
  • 16 Tombe n° 2 : puits 0,87 x 1,23 m, caveau 2,10 x 2,17, hauteur 1,28 ; tombe n° 3 : puits 0,82 x 1,0 (...)

61Une vaste nécropole recouvre tout le sommet de la montagne. Elle est bien visible dans l’oued qui entaille le massif au nord et sur ses bords, jusqu’au nord du bâtiment P400 (fig. 70), car un grand nombre sinon la quasi-totalité des tombes ont été pillées. Chaque creux du relief et chaque rocher d’apparence taillée (front de taille de carrière et murs y compris) ont été sondés par les pilleurs et permettent de compter environ 600 tombes, dont un tiers localisées dans l’oued nord (fig. 717215. Nous avons observé deux grands types de tombes. Certaines sont creusées dans la roche, en forme de cloche, avec un puits d’accès circulaire vertical (fig. 73), fermé par un bouchon de pierre ; l’un d’eux mesure 0,60 m de diamètre et il est épais de 0,30 m (fig. 74). Plusieurs ont été détruites par la carrière moderne qui a exploité, de 2002 à 2010, la pierre du flanc nord du massif (fig. 75). D’autres ont un accès latéral, comme la tombe P77, pillée, qui a été nettoyée. Elle présente une ouverture vers le nord, dans la pente de l’oued (fig. 76) et disposée à l’intérieur d’une salle de plan rectangulaire. Deux tombes, fouillées par l’équipe syrienne, illustrent ce modèle ; comme la tombe n° 1 (fig. 77), dont l’ouverture latérale est accessible par un puits peu profond 16. La tombe P77 contenait les ossements de plusieurs adultes et immatures. Ses déblais ont été entièrement tamisés et ont livré une partie du dépôt funéraire : épingle en bronze, perles, figurines de terre cuite (Chapitre 17) et céramique de l’âge du Bronze moyen (Chapitre 16). Plusieurs autres tas de déblais de pillage ainsi que les tombes fouillées par l’équipe syrienne ont livré des ossements et du mobilier funéraire similaire (P98, tombe n° 1) ainsi que des sceaux-cylindres (en P70 et dans la tombe n° 4 ; Chapitre 17). Certains lots de céramique ramassés ailleurs dans le secteur des nécropoles sont attribuables à la période de transition entre l’âge du Bronze ancien et l’âge du Bronze moyen.

Fig. 70 – Vue de l’oued nord depuis le sud-ouest (mission Qinnasrin).

Fig. 70 – Vue de l’oued nord depuis le sud-ouest (mission Qinnasrin).

Fig. 71 – La nécropole sur le sommet de la montagne de Qinnasrin ; chaque tache sombre peut correspondre à une tombe (image Google Earth du 22 mars 2010).

Fig. 71 – La nécropole sur le sommet de la montagne de Qinnasrin ; chaque tache sombre peut correspondre à une tombe (image Google Earth du 22 mars 2010).

Fig. 72 – Détail de l’oued nord et localisation des tombes fouillées par l’équipe syrienne (d’après al‑Mohamad 2012 et image Google Earth du 22 novembre 2015).

Fig. 72 – Détail de l’oued nord et localisation des tombes fouillées par l’équipe syrienne (d’après al‑Mohamad 2012 et image Google Earth du 22 novembre 2015).

Fig. 73 – Puits d’accès d’une tombe (mission Qinnasrin).

Fig. 73 – Puits d’accès d’une tombe (mission Qinnasrin).

Fig. 74 – Bouchon d’une tombe (mission Qinnasrin).

Fig. 74 – Bouchon d’une tombe (mission Qinnasrin).

Fig. 75 – Coupe d’une tombe en cloche dans la paroi sud de la carrière moderne (mission Qinnasrin).

Fig. 75 – Coupe d’une tombe en cloche dans la paroi sud de la carrière moderne (mission Qinnasrin).

Fig. 76 – Tombe P77  a : vue du nord-ouest ; b : vue du nord ; c : vue de l’est ; d : vue du nord (mission Qinnasrin).

Fig. 76 – Tombe P77  a : vue du nord-ouest ; b : vue du nord ; c : vue de l’est ; d : vue du nord (mission Qinnasrin).

Fig. 77 – Carrés A1 et A2 et tombe n° 1 fouillés par une équipe syrienne en 2011 (d’après al‑Mohamad 2012).

Fig. 77 – Carrés A1 et A2 et tombe n° 1 fouillés par une équipe syrienne en 2011 (d’après al‑Mohamad 2012).

62Les fouilles conduites dans l’oued nord par la mission syrienne ont montré que plusieurs de ces tombes étaient associées à des constructions en surface : la tombe n° 3 s’ouvre dans un sol de pierre et la tombe n° 4 est entourée de murs. Il est difficile de déterminer si ces constructions sont contemporaines des tombes. D’après les fouilleurs, le bâtiment A serait postérieur à la tombe n° 1 (fig. 77 ; al‑Mohamad 2012, p. 70). Une pièce rectangulaire a été fouillée : d’environ 5,25 x 3,75 m de dimensions intérieures, elle est orientée nord-sud. Le puits d’accès de la tombe n° 1, rectangulaire, se trouve à l’extérieur de la pièce, au nord. Le rocher dans lequel il est taillé suit l’aplomb du mur, plus étroit dans cette partie. Ailleurs, les murs font plus d’un mètre de largeur ; ils sont construits avec des parements en moellons de taille moyenne et un blocage de petites pierres, lié par un mortier de terre. Cette tombe est la plus grande observée à ce jour à Qinnasrin. Le puits d’accès (1,03 x 1,19 m pour une profondeur de 1,69 m) ouvre sur un passage latéral de quatre marches qui conduit à une salle rectangulaire de 4,68 x 2,87 m et de 2,33 m de hauteur. Une figurine a été retrouvée sur le sol de la pièce (al‑Mohamad 2012, p. 65‑66 et 74).

63Sur le pourtour de l’éminence, au niveau de la rupture de pente, des cavités sous roche ont été creusées dans les bancs de calcaire meuble, sous le niveau de calcaire dur du sommet (Rousset, al‑Youssef 2010, fig. 11, p. 285). La cavité, composée d’une ou de plusieurs pièces, est éclairée par un puits de lumière, orifice arrondi percé dans la couverture. Elle est accessible par le côté (P44, P45 et P56). Pour P56, les déblais de creusement ont été disposés en avant de l’entrée, comme une barrière de protection contre les vents dominants en provenance de l’ouest. À plusieurs reprises, ces cavités ont été détruites lors de l’édification des murs de la forteresse, notamment par les grandes fosses pour l’extraction du gravier afin d’édifier les tells nord, sud et ouest et le barrage (P80, P49, P54 et P55 ; fig. 78). D’autres cavités sont creusées à partir de la partie sommitale, par exemple en P79, non loin du rebord au-dessus de P56 (fig. 79). En P413 nous avons observé une cavité à plusieurs salles reliées par des galeries : un effondrement central est relié par une galerie, vers l’est, à une salle puis la galerie continue en direction d’un puits de lumière (longueur totale de la galerie : entre 35 et 40 m) ; vers l’ouest, une autre galerie relie l’effondrement à une salle avec un puits de lumière (fig. 80). Il pourrait s’agir également d’une carrière en chambre ou d’une citerne pluviale. L’accès à ces cavités se fait par un dromos à escalier. L’une d’elles, en P52, porte une croix gravée sur le linteau de l’entrée (fig. 81). Bien que la datation de ces structures par le mobilier issu de la prospection reste imprécise faute d’investigation archéologique plus avancée, il semble que les cavités à usage domestique repérées sur le site aient été aménagées à partir de l’époque byzantine et au début de la période islamique (Chapitre 19, fig. 19).

Fig. 78 – Carrière d’extraction P54 du matériau pour édifier P41 qui a recoupé des cavités (mission Qinnasrin).

Fig. 78 – Carrière d’extraction P54 du matériau pour édifier P41 qui a recoupé des cavités (mission Qinnasrin).

Fig. 79 – Une entrée de cavité à l’ouest de P79 et au-dessus de P56 (mission Qinnasrin).

Fig. 79 – Une entrée de cavité à l’ouest de P79 et au-dessus de P56 (mission Qinnasrin).

Fig. 80 – Cavité à plusieurs salles au nord-est de P400 ; a : entrée du tunnel est ; b : puits de lumière ; c : entrée du tunnel ouest (mission Qinnasrin).

Fig. 80 – Cavité à plusieurs salles au nord-est de P400 ; a : entrée du tunnel est ; b : puits de lumière ; c : entrée du tunnel ouest (mission Qinnasrin).

Fig. 81 – Entrée de cavité en P52 ; le linteau porte une croix (mission Qinnasrin).

Fig. 81 – Entrée de cavité en P52 ; le linteau porte une croix (mission Qinnasrin).

64Enfin, l’extraction des pierres taillées a laissé des traces sur toute la surface visible de la roche, sur le sommet où elles apparaissent clairement, sur tout le quart oriental de la carte géophysique (fig. 63), à proximité des murs et dans les oueds qui entaillent le massif. Les bancs de roche plus dure ont été exploités et des tranchées de havage sont visibles partout, larges de 16 à 26 cm. Ces tranchées d’extraction, lorsque tous les blocs ont été enlevés, dessinent de longues lignes sur le sol (fig. 8283) et de très nombreux fronts de taille, de 65 à 70 cm de hauteur, ont été observés (fig. 84). Cette activité a recoupé plusieurs des tombes de l’âge du Bronze. Un bloc taillé avec une marque de taille, issu sans doute de cette extraction, a été retrouvé dans l’oued nord en P76 (fig. 85).

Fig. 82 – Carrières de surface en P69 (mission Qinnasrin).

Fig. 82 – Carrières de surface en P69 (mission Qinnasrin).

Fig. 83 – Traces de havage dans les carrières de surface en P69 (mission Qinnasrin).

Fig. 83 – Traces de havage dans les carrières de surface en P69 (mission Qinnasrin).

Fig. 84 – Fronts de taille en P47 (mission Qinnasrin).

Fig. 84 – Fronts de taille en P47 (mission Qinnasrin).

Fig. 85 – Bloc avec une marque de carrier en P76 (mission Qinnasrin).

Fig. 85 – Bloc avec une marque de carrier en P76 (mission Qinnasrin).

Secteurs prospectés à la périphérie du site

65P85 et P74, au pied nord de la montagne, correspondent à des secteurs de teinte plus sombre que le reste du champ cultivé. Il pourrait s’agir de bâtiments isolés d’environ 45 m de côté, datés par le matériel de l’âge du Bronze, à moins que le matériel ne provienne du ruissellement des oueds qui aurait entraîné de la céramique en provenance de la butte (Chapitre 16).

66La prospection des zones cultivées, entre le site et la rivière qui serpente à son pied oriental et jusqu’au Quwayq, a mis en évidence plusieurs petits sites (100-150 m de diamètre), à proximité de l’eau. Une partie de ces petits établissements de plaine (P64 et P42) sont en lien avec l’occupation de la montagne de l’âge du Bronze. P42 est occupé jusqu’à l’époque mamelouke et conserve quelques murs. P36 est plus important (155 x 100 m) ; le site du Bronze est recouvert par une grosse occupation de l’époque hellénistique (Chapitre 18). Situé sur une petite proéminence plus ou moins circulaire au bord du Quwayq, à 1,9 km au nord-est de P42, le secteur P96, bien que de petite taille, a été occupé sur une longue durée, de l’époque hellénistique à l’époque mamelouke et des hypogées y auraient été découverts au moment du creusement du canal. À l’époque classique, il s’agit de villae dépendant de la cité voisine ; à l’époque islamique, il pourrait s’agir de fermes de sédentaires ou d’emplacements de semi-sédentaires qui venaient faire paître leurs troupeaux après les récoltes.

Conclusion

67Les différents types d’observations effectuées sur la morphologie de Qinnasrin soulignent l’importance que le site revêtait du point de vue militaire et permettent d’esquisser un schéma de développement urbain qui sera présenté dans la synthèse finale (Chapitre 20). Nous noterons, d’ores et déjà, que des fortifications ont existé dès l’âge du Bronze moyen, sur la montagne, puis à partir de l’époque hellénistique, autour du tell. Elles ont été reconstruites à plusieurs reprises et leur plan a été modifié. Enfin, pour chaque période, l’existence d’une agglomération fortifiée n’excluait pas la présence d’habitat hors les murs, dans les faubourgs ou dans la campagne environnante.

Notes

1 Selon les saisons, la prospection été réalisée avec un gradiomètre à césium, loué à l’UMR Archéorient de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée (Lyon) ou avec une machine similaire, prêtée par l’UMR Sisyphe de l’université de Jussieu (Paris). Les appareils étaient manipulés par Yves Bière (université de Besançon). Les cartes ont été publiées dans Bière, Rousset, Benech 2009 ; Rousset, al‑Youssef 2010 (paragraphe sur la géophysique rédigé par Y. Bière), Rousset et al. 2011 ; Rousset et al. 2012.

2 Cliché pris par la mission U2 n° 1554, le 30 janvier 1960, rouleau 23 gauche, cadre 3043. Je remercie Emily Hammer (University of Pennsylvania) et la US National Archives Aerial Film Section pour m’avoir autorisée à utiliser ces images.

3 Datées du 4 novembre 1968, du 31 juillet 1969 et du 2 décembre 1970, elles sont accessibles à l’adresse : http://corona.cast.uark.edu/atlas#zoom=15&center=4119237,4300053.

4 Il semblerait que la base de ce mur existait encore au moment de la visite du site par L. Brossé (Monceaux, Brossé 1925, p. 246).

5 J. Lauffray a corrigé cette mesure (Mouterde, Poidebard 1945, p. 9). Pour lui le mur est large de 2,30 m mais pour J.‑P. Fourdrin, sa largeur est de 2,81 (Fourdrin 1994, p. 300).

6 Ces numéros de secteur correspondent à la prospection des blocs architecturaux (Chapitre 15).

7 Voir plus loin et mur 306, Chapitre 12. Malheureusement, nous n’en retrouvons pas les mesures dans les archives de la mission.

8 Observations de J.‑C. Bessac.

9 Nous n’avons pas retrouvé les dimensions des blocs avec lesquels elles sont construites.

10 Spécialiste du verre au CNRS‑LA3M.

11 En décembre 2015, un camp militaire sommaire avait été édifié sur le sommet avec des levées de terre faites à la pelle mécanique, montrant la pérennité de cet intérêt stratégique.

12 Sur ce plan, nous avons numéroté les différentes parties de la fortification pour suivre plus facilement la description. Nous rappelons la correspondance avec la numérotation des secteurs prospectés.

13 Cette carrière, en activité depuis 2004, a détruit trois des quatre carrières en chambre anciennes.

14 Il pourrait s’agir d’une construction à caractère funéraire : voir l’interprétation dans la synthèse (Chapitre 20).

15 C’est ce qui a justifié une mission de fouille de sauvetage par une équipe syrienne (al‑Mohamad 2012) ; cette équipe a fouillé cinq tombes et un bâtiment, du 3 au 28 décembre 2011.

16 Tombe n° 2 : puits 0,87 x 1,23 m, caveau 2,10 x 2,17, hauteur 1,28 ; tombe n° 3 : puits 0,82 x 1,08, caveau 2,35 x 2,03, hauteur 1,40 m. Cette dernière comporte une banquette de 0,95 m de largeur pour 0,18 m de hauteur, le long du mur du fond (al‑Mohamad 2012, p. 66).

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Vue aérienne du site de Chalcis/Qinnasrin prise le 12 août 1958 (fond cartographique syrien).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13512/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 2 – Vue aérienne du site de Chalcis/Qinnasrin (cliché pris par la mission U2 n° 1554, le 30 janvier 1960, rouleau 23 gauche, cadre 3043, US National Archives Aerial Film Section).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13512/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 3 – Plan général de Chalcis/Qinnasrin (M.‑C. Bosert, B. Depeux, D. Laisney, M. Rochette, M.‑O. Rousset).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13512/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 4 – Chalcis/Qinnasrin, localisation des secteurs prospectés (M.‑O. Rousset d’après une image Google Earth du 22 mars 2010).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13512/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 5 – Modèle numérique de terrain du tell ; vue de l’est (M.‑C. Bosert, B. Depeux).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13512/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Fig. 6 – Le rempart sud vu depuis l’ouest, en 2004 (S. Élaigne).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13512/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Fig. 7 – Le rempart ouest vu depuis le nord, en 2004 (S. Élaigne).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13512/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 226k
Titre Fig. 8 – Vue générale de la surface du tell (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13512/img-8.JPG
Fichier image/jpeg, 219k
Titre Fig. 9 – Prospection géomagnétique sur le tell (Y. Bière, mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13512/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 647k
Titre Fig. 10 – Interprétation de la carte géomagnétique du sommet du tell (M.‑O. Rousset, mission Qinnasrin) ; a : murs relevés par J. Lauffray (en noir, d’après Mouterde, Poidebard 1945, pl. I) et murs visibles sur les images satellitaires en 2008 (en rose) ; b : orientation « tell 1 » selon courtine ouest ; c : orientations « tell 2 » et « tell 3 » selon les courtines nord (en bleu et turquoise) ; d : orientation « tell 4 » selon les courtines sud ; e : orientation « tell 5 » selon le rempart ouest ; f : traces d’une fortification préclassique ?
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13512/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 11 – Le fossé du tell, vu depuis le sud (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13512/img-11.JPG
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Fig. 12 – Le tell de Qinnasrin le 22 mars 2010 (image Google Earth).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13512/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 13 – La cour de la maison P63, vue depuis le sud (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13512/img-13.JPG
Fichier image/jpeg, 183k
Titre Fig. 14 – Bassin retourné en bordure d’une terrasse de la maison P63 (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13512/img-14.JPG
Fichier image/jpeg, 234k
Titre Fig. 15 – Bassin enterré dans la cour de la maison P63 (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13512/img-15.JPG
Fichier image/jpeg, 214k
Titre Fig. 16 – Mosaïque sur le bord du bassin, dans la cour de la maison P63 (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13512/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 367k
Titre Fig. 17 – Le secteur au sud du tell le 22 octobre 2014 (image Google Earth).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13512/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 734k
Titre Fig. 18 – Arase de mur dans le secteur P84 (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13512/img-18.JPG
Fichier image/jpeg, 466k
Titre Fig. 19 – Linteau en place sur la porte byzantine (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13512/img-19.JPG
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Fig. 20 – Plan de la porte de Chalcis (Fourdrin 1994).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13512/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 177k
Titre Fig. 21 – Tour de l’enceinte réutilisée comme pièce dans la maison P315 vue de l’est (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13512/img-21.JPG
Fichier image/jpeg, 145k
Titre Fig. 22 – Parement oriental du rempart ouest dans la cour de la maison P320 (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13512/img-22.JPG
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Fig. 23 – Mur de la tour dans la maison P327 vers le nord (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13512/img-23.JPG
Fichier image/jpeg, 191k
Titre Fig. 24 – Mur de la tour dans la maison P327 vers l’est (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13512/img-24.JPG
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 25 – Mur du rempart dans la maison P321 (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13512/img-25.JPG
Fichier image/jpeg, 153k
Titre Fig. 26 – Tour du rempart dans l’angle nord-ouest de la cour de la maison P322 (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13512/img-26.JPG
Fichier image/jpeg, 222k
Titre Fig. 27 – Murs sous la piste à l’endroit d’une éventuelle porte nord (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13512/img-27.JPG
Fichier image/jpeg, 166k
Titre Fig. 28 – La tranchée de prélèvement du rempart nord, vue depuis l’est (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13512/img-28.JPG
Fichier image/jpeg, 437k
Titre Fig. 29 – Le rempart sud vu depuis le haut du tell (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13512/img-29.JPG
Fichier image/jpeg, 181k
Titre Fig. 30 – Traces de bâtiments dans le secteur P7 (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13512/img-30.JPG
Fichier image/jpeg, 146k
Titre Fig. 31 – Topographie et localisation de la prospection géomagnétique sur le secteur nord (M.-C. Bosert, Y. Bière, mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13512/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 827k
Titre Fig. 32 – Interprétation de la carte géomagnétique du secteur nord (M.‑O. Rousset, mission Qinnasrin) ; a : traces de nature géologique et récentes ; b : traces d’orientations variées, dont certaines visibles en surface.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13512/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 928k
Titre Fig. 33 – Interprétation de la carte géomagnétique du secteur nord (M.‑O. Rousset, mission Qinnasrin) ; a : traces d’orientation « tell 1 » (fig. 10b) ; b : traces d’orientation « tell 3 » (fig. 10c) et orientées selon les courbes de niveau.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13512/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 717k
Titre Fig. 34 – Interprétation de la carte géomagnétique du secteur nord (M.‑O. Rousset, mission Qinnasrin) ; a : traces en liaison avec le rempart (orientation « tell 2 », fig. 10c) ; b : traces d’orientation « tell 4 » (fig. 10d) et orientées selon le rempart ancien.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13512/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 713k
Titre Fig. 35 – Le quartier nord vu depuis l’ouest (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13512/img-35.JPG
Fichier image/jpeg, 505k
Titre Fig. 36 – Scories vitreuses (D. Foy) ; 1 : Blocs vitrifiés épars sur le site ; 2 : Bloc de verre bleu vif, opaque ; 3 : Bloc de verre bleu vif, opaque, détail ; 4 : Bloc de verre turquoise, opaque, détail ; 5a et b : Bloc de verre verdâtre, opaque vu de haut (a) et en coupe (b), long. 7 cm ; 6 : Éclat de verre brut aux arêtes vives, débité d’un bloc plus important, verre verdâtre veiné de rouge, long. max. 2,4 cm ; 7 : Déchets de verre ; 8 : Déchet verdâtre (fil de verre enroulé), long. max. 1,3 cm ; 9 : déchet bleu turquoise (goutte de verre), long. max. 1,3 cm.
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13512/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Fig. 37 – Fragments de verre manufacturés (D. Foy).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13512/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 807k
Titre Fig. 38 – Prospection géomagnétique sur la partie occidentale du secteur nord (Y. Bière, mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13512/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 876k
Titre Fig. 39 – Vue du dénivelé, 50 m à l’extérieur du rempart nord, vers l’ouest (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13512/img-39.JPG
Fichier image/jpeg, 125k
Titre Fig. 40 – Alignement de murs et bassin, vers l’ouest (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13512/img-40.JPG
Fichier image/jpeg, 193k
Titre Fig. 41 – Prospection géomagnétique sur la partie orientale du secteur nord (Y. Bière, mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13512/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 891k
Titre Fig. 42 – Dalles de pavement du bâtiment P18 (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13512/img-42.JPG
Fichier image/jpeg, 311k
Titre Fig. 43 – Cavité dans le secteur P32 vue de l’est (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13512/img-43.JPG
Fichier image/jpeg, 242k
Titre Fig. 44 – La forteresse sur le Jabal al‑‘Iss, topographie et localisation de la prospection géomagnétique et des figures plus détaillées (M.‑C. Bosert, D. Laisney, Y. Bière, mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13512/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 45 – La forteresse sur le Jabal al‑‘Iss, localisation des vestiges et des secteurs de la prospection pédestre (image Google Earth du 11 février 2007 ; M.‑O. Rousset, M. Rochette, mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13512/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 992k
Titre Fig. 46 – Plan de la forteresse sur le Jabal al‑‘Iss et localisation des bâtiments découverts par la prospection géophysique (M.‑O. Rousset, mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13512/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 290k
Titre Fig. 47 – Rempart de briques crues sur la montagne, vu depuis le sud (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13512/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 897k
Titre Fig. 48 – Le rempart en briques crues coupé par le chemin d’accès à la carrière moderne en P409 (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13512/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre Fig. 49 – Vue depuis l’est de la coupe dans le rempart en P409 sur le côté de la carrière moderne (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13512/img-49.JPG
Fichier image/jpeg, 214k
Titre Fig. 50 – Les murs en pierre calcaire concassée vus depuis l’est (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13512/img-50.JPG
Fichier image/jpeg, 554k
Titre Fig. 51 – Le secteur nord-est de la montagne avec les carrières en chambre (image Google Earth du 5 octobre 2007).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13512/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 580k
Titre Fig. 52a – Tunnel d’entrée des carrières en chambre en 2008 (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13512/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 275k
Titre Fig. 52b – Tunnel d’entrée des carrières en chambre en 2008 (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13512/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Fig. 52c – Tunnel d’entrée des carrières en chambre en 2008 (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13512/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 230k
Titre Fig. 53 – Coupe ouest dans la carrière moderne au nord-est de la montagne ; on distingue une tombe en cloche de l’âge du Bronze en haut et une carrière en chambre en dessous (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13512/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 54 – Rocher taillé pour recevoir le mur n° 18 vu depuis le nord, sur la gauche de l’image (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13512/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 55 – Le mausolée sur l’un des tells de la montagne, vue de l’est (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13512/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Fig. 56 – Plan du mausolée sur l’un des tells de la montagne (Mouterde, Poidebard 1945, pl. V).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13512/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 687k
Titre Fig. 57 – Le barrage P55 vu depuis le nord (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13512/img-59.JPG
Fichier image/jpeg, 349k
Titre Fig. 58 – Système d’entrée (?) vu depuis l’est (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13512/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Titre Fig. 59 – Système d’entrée (?) vu depuis l’ouest (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13512/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Titre Fig. 60 – Système d’entrée (?) (image Google Earth du 5 octobre 2007).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13512/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 614k
Titre Fig. 61 – Le rempart en P86 (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13512/img-63.JPG
Fichier image/jpeg, 295k
Titre Fig. 62 – Carte géophysique du grand bâtiment sur le sommet de la montagne (Y. Bière, mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13512/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Titre Fig. 63 – Extrait de la carte géomagnétique du sommet de la montagne, partie est (Y. Bière, mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13512/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 487k
Titre Fig. 64 – Extrait de la carte géomagnétique du sommet de la montagne, partie ouest (Y. Bière, mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13512/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 386k
Titre Fig. 65 – Mur dégagé par des pilleurs, à l’est du secteur P78 (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13512/img-67.JPG
Fichier image/jpeg, 340k
Titre Fig. 66 – Aménagement de l’oued nord (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13512/img-68.jpg
Fichier image/jpeg, 307k
Titre Fig. 67 – Bassin dans l’oued nord (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13512/img-69.JPG
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Fig. 68 – Escalier qui conduit au bassin dans l’oued nord (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13512/img-70.jpg
Fichier image/jpeg, 347k
Titre Fig. 69 – Escalier qui conduit à une tombe réutilisée en citerne ? (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13512/img-71.JPG
Fichier image/jpeg, 281k
Titre Fig. 70 – Vue de l’oued nord depuis le sud-ouest (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13512/img-72.JPG
Fichier image/jpeg, 646k
Titre Fig. 71 – La nécropole sur le sommet de la montagne de Qinnasrin ; chaque tache sombre peut correspondre à une tombe (image Google Earth du 22 mars 2010).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13512/img-73.jpg
Fichier image/jpeg, 955k
Titre Fig. 72 – Détail de l’oued nord et localisation des tombes fouillées par l’équipe syrienne (d’après al‑Mohamad 2012 et image Google Earth du 22 novembre 2015).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13512/img-74.jpg
Fichier image/jpeg, 698k
Titre Fig. 73 – Puits d’accès d’une tombe (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13512/img-75.jpg
Fichier image/jpeg, 279k
Titre Fig. 74 – Bouchon d’une tombe (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13512/img-76.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Fig. 75 – Coupe d’une tombe en cloche dans la paroi sud de la carrière moderne (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13512/img-77.JPG
Fichier image/jpeg, 202k
Titre Fig. 76 – Tombe P77  a : vue du nord-ouest ; b : vue du nord ; c : vue de l’est ; d : vue du nord (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13512/img-78.JPG
Fichier image/jpeg, 267k
Titre Fig. 77 – Carrés A1 et A2 et tombe n° 1 fouillés par une équipe syrienne en 2011 (d’après al‑Mohamad 2012).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13512/img-79.jpg
Fichier image/jpeg, 491k
Titre Fig. 78 – Carrière d’extraction P54 du matériau pour édifier P41 qui a recoupé des cavités (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13512/img-80.JPG
Fichier image/jpeg, 197k
Titre Fig. 79 – Une entrée de cavité à l’ouest de P79 et au-dessus de P56 (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13512/img-81.JPG
Fichier image/jpeg, 333k
Titre Fig. 80 – Cavité à plusieurs salles au nord-est de P400 ; a : entrée du tunnel est ; b : puits de lumière ; c : entrée du tunnel ouest (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13512/img-82.jpg
Fichier image/jpeg, 210k
Titre Fig. 81 – Entrée de cavité en P52 ; le linteau porte une croix (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13512/img-83.JPG
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Fig. 82 – Carrières de surface en P69 (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13512/img-84.JPG
Fichier image/jpeg, 808k
Titre Fig. 83 – Traces de havage dans les carrières de surface en P69 (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13512/img-85.jpg
Fichier image/jpeg, 266k
Titre Fig. 84 – Fronts de taille en P47 (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13512/img-86.JPG
Fichier image/jpeg, 301k
Titre Fig. 85 – Bloc avec une marque de carrier en P76 (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13512/img-87.JPG
Fichier image/jpeg, 335k

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search