Version classiqueVersion mobile

Chalcis/Qinnasrin (Syrie)

 | 
Marie-Odile Rousset

Première partie. Les sources écrites

Chapitre 5 – Les inscriptions arabes d’al‑‘Īss et de ses environs

Frédéric Imbert

Texte intégral

L’épigraphie des fragments

1L’épigraphie des fragments n’est pas une discipline en soi ; elle est simplement une nécessité de la recherche venant en appui des travaux archéologiques menés sur le terrain. De surcroît, elle n’est pas particulièrement valorisée aux yeux du chercheur chargé de ce type de dossiers. En effet, lorsque l’on se trouve confronté à ce que nous serions en droit d’appeler une dislocation épigraphique, à savoir une quantité de fragments d’inscriptions sur la base desquels on tente d’établir une analyse cohérente, notre premier réflexe est de penser que l’on en sortira fort peu d’informations. Cependant, l’épigraphiste se prend toujours au jeu : les inscriptions, même fragmentaires, à l’instar des tessons de poterie ou des bouts de verre trouvés en prospection, se recollent parfois et finissent par donner l’apparence d’une forme : un décor, une ligne de frise, un morceau de texte. Des fragments surgissent des informations que l’on pensait improbables ; celles-ci ne sont pas toujours historiquement ou paléographiquement gratifiantes, mais elles apportent leur contribution à la connaissance du site.

  • 1 L’inscription couvrait une surface écrite de 4,30 m; d’une longueur de 3,45 m sur 1,25 m de haut (...)
  • 2 Martinez-Nuñez 2015.

2Ces dernières années, les études en rapport avec l’épigraphie des traces (ou des fragments) ont montré tout l’intérêt de ce type d’approche. À Ḥammām al‑Ṣarāḥ, un bain de Jordanie d’époque omeyyade, l’étude complète d’une inscription peinte à l’encre a été menée à partir de petits fragments de pigments colorés relevés à même le parement 1 ; en Espagne, sur le site de Madīnat al‑Zahrā’, ce sont également de multiples fragments d’inscriptions sur des chapiteaux qui ont permis d’apporter de nouvelles informations onomastiques sur le califat omeyyade ibérique 2.

Le relevé des inscriptions funéraires au village d’al‑‘Īss

  • 3 Imbert 2012.

3C’est en septembre 2007 que nous avons mené nos prospections épigraphiques dans le cimetière de la bourgade d’al‑Ḥāḍir 3 ainsi que dans le village d’al‑‘Īss et à ses alentours. Durant cette mission de terrain, trois journées de travail avaient été réservées à l’étude du matériel épigraphique se trouvant sur des tombes situées dans la partie haute du village (Chapitre 15, fig. 1, quartier B, secteur P156). Trois tombes faites d’amas de pierres de formes et de tailles très diverses se trouvaient alignées (fig. 1). La première tombe, la plus grande (440 x 120 cm), jouxte de gros blocs fichés au ras du sol (fig. 2). Il s’agit sans doute de l’angle d’un ancien bâtiment de petite taille (environ 490 x 120 cm) contre lequel s’appuie la tombe. La deuxième tombe mesure 150 x 40 cm (fig. 3) et la troisième, près du portail d’entrée de la maison, 130 x 40 cm (fig. 4). Cette dernière est posée contre le mur de la maison. Il n’est pas possible de savoir si cet ensemble de trois tombes constitue les restes d’un petit cimetière ou bien si les fragments de stèles funéraires et de blocs décorés furent amenés à cet emplacement afin d’orner des tombes d’époque tardive. L’enchevêtrement des blocs est tel qu’il est difficile de se prononcer. S’il s’agit effectivement d’une petite nécropole demeurée in situ, il est clair que celle-ci a souffert de l’avancée de l’urbanisation dans ce secteur haut de la bourgade. Les tombes, dans leur configuration actuelle, sont calées entre un ruban de route qui était non asphaltée en 2007 et le mur d’une maison particulière. La construction de la route aurait nécessité le déplacement des blocs funéraires vers les tombes actuelles, à moins que la route ait purement et simplement traversé une zone funéraire en causant des dommages importants aux stèles qui devaient encore être fichées çà et là. Les habitants des maisons avoisinantes, interrogés par nos soins, semblent donner crédit à cette dernière version. Quoi qu’il en soit, la réalité épigraphique actuelle semble indiquer une grossière reconstitution de tombes à partir d’éléments très disparates. À la tête de chacune des grandes tombes, une plaque épigraphique de taille conséquente a été fichée afin de redonner à l’ensemble un caractère funéraire traditionnel. On y trouve également quelques grands bouts de tissu vert ou blanc qui attachent grossièrement les blocs entre eux afin de donner l’impression de tombes recouvertes d’étoffe. Dans chacune de ces tombes, nous avons ramassé des blocs inscrits ou décorés (une trentaine au total) que l’on peut classer selon quatre types : des stèles funéraires, des fragments de plaques de cénotaphes, des fragments de colonnettes ou encore d’éléments de décor. Il est impossible de savoir s’ils proviennent tous de la même zone.

Fig. 1 – Le petit cimetière, vu depuis le sud-ouest (F. Imbert).

Fig. 1 – Le petit cimetière, vu depuis le sud-ouest (F. Imbert).

Fig. 2 – La tombe sud, vue depuis le nord-ouest (M.‑O. Rousset).

Fig. 2 – La tombe sud, vue depuis le nord-ouest (M.‑O. Rousset).

Fig. 3 – La tombe centrale, vue depuis l’ouest (F. Imbert).

Fig. 3 – La tombe centrale, vue depuis l’ouest (F. Imbert).

Fig. 4 – La tombe nord, vue depuis l’ouest (F. Imbert).

Fig. 4 – La tombe nord, vue depuis l’ouest (F. Imbert).

4Les stèles funéraires inscrites retrouvées sur le site sont au nombre de six (trois dans le haut du village et trois trouvées en prospection). Elles sont en assez mauvais état ; elles gisaient pour la plupart renversées face contre d’autres blocs et les caractères en relief ont beaucoup souffert. Quant aux fragments de cénotaphes, ils représentent les plus belles et imposantes pièces du lot : il s’agit de sept plaques rectangulaires dont la partie supérieure porte généralement un bandeau épigraphique et un autre, décoratif. Des versets coraniques ont été identifiés, ne laissant aucun doute sur la nature des éléments d’origine.

5Les fragments de décor proviennent également de stèles (quatre fragments) et de cénotaphes (quatre fragments) d’époque islamique. Les motifs sont parfois géométriques répétitifs (rosaces, entrelacs, tresses) et parfois floraux (tiges, rinceaux et feuilles polylobées).

6Quant aux fragments de colonnettes (douze au total), il s’agit vraisemblablement de colonnes que l’on plaçait aux angles des cénotaphes. Seules deux faces étaient ornées de motifs géométriques ou quelquefois de caractères arabes. Ces colonnettes sont assez abîmées et peu lisibles.

Les stèles funéraires

7Les fragments de stèles funéraires représentent un ensemble globalement datable entre le ve/xie et le vie/xiie s. au vu de certains éléments paléographiques. Un ou deux spécimens pourraient cependant être antérieurs (ive/xe s ?). Nous avons rassemblé les informations paléographiques et fait état de nos propositions de datation à la fin de notre étude.

Stèle 1 (fig. 5)

Fig. 5a – Stèle 1 : fac-similé (F. Imbert).

Fig. 5a – Stèle 1 : fac-similé (F. Imbert).

Fig. 5b – Stèle 1 : image (F. Imbert).

Fig. 5b – Stèle 1 : image (F. Imbert).
  • 4 Les trois stèles trouvées dans la partie haute du village ont été respectivement numérotées AI‑1bi (...)

8Localisation : dans la partie haute du village d’al‑‘Īss, dans un petit cimetière entre le mur d’enceinte d’une maison et la route (secteur P156). Élément trouvé sur la tombe n° 1 4.

9Description : partie sommitale d’une stèle funéraire qui fut brisée en deux à la moitié de sa hauteur. La tête devait être, en comparaison des autres stèles trouvées sur le site et aux environs, de forme cintrée.

10État de conservation : très mauvais état. On reconnaît à peine la forme de la stèle. Le texte est quasiment illisible.

11Matériau : calcaire jaunâtre.

12Décor : il reste un fragment de décor en chevron sur la partie gauche de la stèle.

  • 5 Les dimensions correspondent au maximum conservé. Elles sont toujours données en commençant par la (...)

13Dimensions : 29 x 32 cm 5.

14Écriture : 4 lignes de coufique simple à biseau, non ornementé.

١) الله

٢) لا إله إلا

٣) الله محمد

٤) [...]

1) Dieu,

2) il n’est point de divinité hormis

3) Dieu, Muḥammad

4) […]

15Cette stèle funéraire devait sans doute être la stèle qui traditionnellement était placée au pied du défunt. Elle ne porte ni la mention de tombe ni le nom du personnage. On y relève simplement le début d’une profession de foi traditionnelle.

Stèle 2 (fig. 6)

Fig. 6a – Stèle 2 : fac-similé (F. Imbert).

Fig. 6a – Stèle 2 : fac-similé (F. Imbert).

Fig. 6b – Stèle 2 : image avant nettoyage (F. Imbert).

Fig. 6b – Stèle 2 : image avant nettoyage (F. Imbert).

Fig. 6c – Stèle 2 : image après nettoyage (F. Imbert).

Fig. 6c – Stèle 2 : image après nettoyage (F. Imbert).

16Localisation : dans la partie haute du village, dans un petit cimetière entre le mur d’enceinte d’une maison et la route (secteur P156). Élément trouvé sur la tombe n° 1.

17Description : stèle à tête cintrée, cassée en deux fragments qui heureusement ont pu être rassemblés afin de redonner la forme et les dimensions générales. La cassure est oblique et se situe dans le tiers inférieur.

18État de conservation : en dépit du très mauvais état de conservation de la stèle, il a été possible de reconnaître quelques caractères arabes. La partie supérieure est la plus endommagée ; elle a dû être séparée et exposée aux intempéries ce qui explique son érosion et la présence de lichen ; la partie inférieure est sans doute restée enterrée. Quant à l’écriture en relief sur fond excisé, elle a beaucoup souffert. Le nettoyage de la surface écrite n’a pas suffi à la rendre plus lisible.

19Matériau : calcaire jaunâtre.

20Décor : un bandeau assez étroit de rinceaux entremêlés se développe entre le bord de la stèle et le champ épigraphique. Celui-ci s’en trouve considérablement réduit. Ainsi, la contrainte de surface a eu pour résultat de réduire le texte aux éléments fondamentaux. Il ne semble pas que la date ait pu être mentionnée, faute de place.

21Dimensions : 54 x 32 cm ; épaisseur : 10 cm.

22Écriture : 3 lignes de coufique simple à biseau, non ornementé.

١) هذا قبر

٢) ... بن

٣) ...

1) Ceci est la tombe

2) de… fils

3) de…

23Ces deux fragments de stèle ne livrent, hélas, que de laconiques informations : la mention de la tombe selon la formulation traditionnelle et le nom (illisible) du défunt.

Stèle 3 (fig. 7)

Fig. 7a – Stèle 3 : fac-similé (F. Imbert).

Fig. 7a – Stèle 3 : fac-similé (F. Imbert).

Fig. 7b – Stèle 3 : image (F. Imbert).

Fig. 7b – Stèle 3 : image (F. Imbert).

24Localisation : dans la partie haute du village, dans un petit cimetière entre le mur d’enceinte d’une maison et la route (secteur P156). Élément trouvé sur la tombe n° 1.

25Description : stèle funéraire de petite taille qui devait posséder, à l’origine, une tête cintrée. La partie supérieure est perdue. La surface écrite n’occupait que les 2/3 supérieurs de la stèle.

26État de conservation : très mauvais état. Le texte demeure identifiable du fait de sa nature, une simple profession de foi (šahāda). La partie supérieure est très érodée et abîmée. Les caractères en reliefs ont, pour la plupart, disparu.

27Matériau : calcaire jaunâtre.

28Dimensions : 55 x 36 cm.

29Décor : il reste la trace d’une simple rainure encadrant le texte arabe.

30Écriture : 3 lignes d’écriture, sans doute 4 à l’origine. Coufique de type archaïque d’exécution fruste.

١) لا إله إلا

٢) الله محمد ر

٣) سول الـ[ـله]

1) Il n’est de divinité hormis

2) Dieu ; Muḥammad est

3) l’envoyé de Dieu.

Stèle 4 (fig. 8)

Fig. 8a – Stèle 4 : fac-similé (V. Decoupigny).

Fig. 8a – Stèle 4 : fac-similé (V. Decoupigny).

Fig. 8b – Stèle 4 : image (V. Decoupigny).

Fig. 8b – Stèle 4 : image (V. Decoupigny).
  • 6 Trouvaille prospection, n° inventaire : Q10_P283_8.

31Localisation : élément épigraphique relevé dans la maison de l’ancien muḫtār (maire) qui jouxte, à l’extérieur, la porte de la ville byzantine (secteur P283) 6.

32Description : fragment supérieur de stèle funéraire à tête cintrée.

33État de conservation : la stèle demeure assez bien conservée. Des traces de coups sont visibles sur le pourtour. Le texte est fragmentaire, mais demeure lisible.

34Matériau : calcaire jaunâtre.

35Décor : une simple rainure creusée délimite le bord extérieur de la stèle et souligne la forme du bloc.

36Dimensions : 35 x 33 cm ; épaisseur : 8,5 cm.

37Écriture : 3 lignes en relief sur champ excisé.

١) لا إله

٢) إلا الله

٣) [وحد]ه

1) Il n’est de divinité

2) hormis Dieu

3) unique

Stèle 5 (fig. 9)

Fig. 9 – Stèle 5 (V. Decoupigny).

Fig. 9 – Stèle 5 (V. Decoupigny).
  • 7 Trouvaille prospection, n° inventaire : Q08_P904_47.

38Localisation : stèle funéraire trouvée lors d’une prospection dans le cimetière moderne d’al‑‘Īss, à l’ouest du tell (secteur P904) 7.

  • 8 Stèles 5 et 6 de ce catalogue.

39Description : la tombe était délimitée par deux stèles funéraires inscrites 8. La première stèle, sans doute celle de tête, est un bloc de remploi qui était tourné vers l’intérieur de la tombe.

40État de conservation : la stèle est dans un très mauvais état. Elle a été fracassée, semble-t-il, et toute la partie supérieure gauche a disparu. Quant à la surface écrite, elle a également souffert de coups très forts qui rendent le texte pratiquement illisible. Seul le fac-similé fait sur place lors de la trouvaille permet d’identifier la formule finale.

41Matériau : calcaire.

42Décor : comme sur la majorité des stèles simples trouvées à al‑‘Īss, un encadrement constitué d’une rainure devait encadrer la stèle. La rainure est encore présente dans la partie basse.

43Dimensions : 30 (visible) x 28,5 cm.

44Écriture : 1 ligne d’écriture restante.

١) ...

٢) رحمه الله

1) …

2) que Dieu ait pitié de lui !

  • 9 Diem, Schöller 2004, p. 163.

45Il s’agit d’une demande de miséricorde (raḥimahu Llāh) assez courante dans le formulaire des stèles funéraires 9. Le texte de ce fragment devait mentionner le nom du titulaire de la tombe aujourd’hui illisible.

Stèle 6 (fig. 10)

Fig. 10a – Stèle 6 : fac-similé (V. Decoupigny).

Fig. 10a – Stèle 6 : fac-similé (V. Decoupigny).

Fig. 10b – Stèle 6 : image (V. Decoupigny).

Fig. 10b – Stèle 6 : image (V. Decoupigny).

46Localisation : stèle funéraire trouvée lors d’une prospection dans le cimetière moderne d’al‑‘Īss, à l’ouest du tell (secteur P904).

47Description : il s’agit de la seconde stèle, sans doute celle de pied qui faisait face à l’inscription précédente. Le formulaire coranique semble le confirmer.

48État de conservation : seule la partie inférieure de la stèle est conservée en relativement bon état. La stèle a été cassée au niveau de la 3e ligne du texte. Présence de lichen dans la partie droite qui a dû être exposée aux intempéries alors que la stèle était enterrée latéralement. L’écriture est assez bien conservée sur les deux lignes finales.

49Matériau : calcaire.

50Dimensions : 28,5 x 34 cm.

  • 10 Les astérisques dans le texte arabe et sa traduction encadrent les passages coraniques.

51Écriture : 2 lignes d’écriture, gravées en relief sur un champ excisé 10.

١) * ... يو

٢) لد ولم يكن له

٣) كفوا أحد *

1) * … et n’est pas

2) engendré. Nul n’est

3) égal à lui. *

52Il s’agit de la fin de la sourate al-Iḫlāṣ (Cor. 112, 2‑3), très courante en contexte funéraire.

Les plaques de cénotaphe

Plaque 1 (fig. 11)

Fig. 11a – Plaque 1 : fac-similé (F. Imbert).

Fig. 11a – Plaque 1 : fac-similé (F. Imbert).

Fig. 11b – Plaque 1 : image (F. Imbert).

Fig. 11b – Plaque 1 : image (F. Imbert).

Fig. 11c – Plaque 1 : image (F. Imbert).

Fig. 11c – Plaque 1 : image (F. Imbert).
  • 11 Les plaques trouvées dans la partie haute du village ont été respectivement numérotées AI‑1 (plaque (...)

53Localisation : dans la partie haute du village, dans un petit cimetière entre le mur d’enceinte d’une maison et la route (secteur P156). Élément trouvé sur la tombe n° 2 11.

54Description : fragment de plaque de cénotaphe bien taillée de forme oblongue qui devait peut-être recouvrir la largeur d’un cénotaphe sans doute parallélépipédique à l’origine.

55État de conservation : la surface a souffert de quelques coups portés principalement dans la partie supérieure gauche. L’écriture, en relief sur champs excisés, est relativement bien conservée. Il est intéressant de noter qu’une inscription, très abîmée, se développe sur la tranche supérieure, occupant l’épaisseur de la plaque.

56Matériau : calcaire jaunâtre.

  • 12 Un motif décoratif semblable est décrit par E. Herzfeld dans le Maqām Ibrāhīm situé dans un faubou (...)

57Décor : la surface de la plaque a été travaillée dans les 2/3 supérieurs. Deux bandeaux principaux couvrent la largeur de la plaque. De haut en bas, un motif en tressage composé de tiges doubles tressées en biais est surmonté d’une ligne en dents de scie. Cette même ligne se retrouve sous le motif tressé. Quant au bandeau réservé à l’écriture, il est lui-même doublement souligné : les caractères arabes reposent sur une ligne composée simplement de petits losanges espacés les uns des autres. Enfin, une rainure en onglet souligne l’ensemble et marque la fin de la partie décorée de la plaque. Au verso de la même plaque se trouve un simple bandeau décoratif composé de motifs à rinceaux et fleurons naissant et se développant alternativement dans une courbe sinusoïdale continue 12.

58Dimensions : 40 x 35 cm ; épaisseur : 6 cm ; largeur du bandeau épigraphique : 10 cm.

59Écriture : coufique simple non ornementé.

١) * [...] الصمد لم يلد ولم [...] *

1) * […] l’Impénétrable, il n’engendre pas et n’est pas [engendré] […] *

60Il s’agit d’un extrait coranique tiré de la sourate al-Iḫlāṣ (Cor. 112, 2‑3). Ce verset rappelant l’unicité divine est couramment employé en contexte funéraire. Quant à l’inscription gravée sur la tranche supérieure, elle reprend la suite de l’extrait du Coran. Elle est assez peu lisible.

١) * [...] [يـ]ـولد و لم يكن له [...] *

1) * […] engendré ; nul n’est [égal] à lui […] *

Plaque 2 (fig. 12)

Fig. 12a – Plaque 2 : fac-similé (F. Imbert).

Fig. 12a – Plaque 2 : fac-similé (F. Imbert).

Fig. 12b – Plaque 2 : image (F. Imbert).

Fig. 12b – Plaque 2 : image (F. Imbert).

61Localisation : dans la partie haute du village d’al‑‘Īss, dans un petit cimetière entre le mur d’enceinte d’une maison et la route (secteur P156). Élément trouvé sur la tombe n° 2.

62Description : fragment de plaque de cénotaphe bien taillée de forme oblongue dont seule la moitié supérieure a été travaillée sous la forme d’un bandeau décoratif rehaussé d’une ligne fragmentaire d’écriture arabe.

63État de conservation : bon état général.

64Matériau : calcaire jaunâtre.

65Décor : de haut en bas, deux lignes en dents de scie encadrent le bandeau portant l’écriture. Celle du haut est assez endommagée. La ligne dentelée inférieure est même double et vient se positionner au-dessus du bandeau décoratif composé d’une série d’arceaux couvrant de grossières volutes. Celles-ci se développent selon une composition spiralée répétitive dont le sens accompagne celui de la lecture.

66Dimensions : 40 x 55 cm ; épaisseur : 9 cm ; largeur du bandeau épigraphique : 10 cm.

67Écriture : le registre des caractères est semblable à celui des inscriptions d’époques fatimides.

١) * [...] هو الله الذي لا إله إلا هو [...] *

1) * […] Il est Dieu ; il n’y a de Dieu que lui […] *

68Il s’agit d’un extrait coranique tiré de la sourate al-Ḥašr (Cor. 59, 22 ou 23). Ce fragment de verset est traditionnellement suivi d’une énumération de noms divins.

Plaque 3 (fig. 13)

Fig. 13a – Plaque 3 : fac-similé (F. Imbert).

Fig. 13a – Plaque 3 : fac-similé (F. Imbert).

Fig. 13b – Plaque 3 : image (F. Imbert).

Fig. 13b – Plaque 3 : image (F. Imbert).

69Localisation : dans la partie haute du village, dans un petit cimetière entre le mur d’enceinte d’une maison et la route (secteur P156). Élément trouvé sur la tombe n° 1.

70Description : il s’agit de la plus grande plaque retrouvée dans ce petit cimetière abandonné. Elle a été trouvée, comme les autres blocs, dans les entassements de pierres qui formaient les tombes. Le contenu du texte nous fait pencher pour un positionnement en largeur plus qu’en longueur, à moins que la plaque n’ait été retaillée.

71État de conservation : hormis la partie inférieure droite cassée, la plaque est globalement en bon état et conserve une longue ligne d’écriture en relief (environ 85 cm) presque intacte. Présence de nombreux lichens sur la partie droite.

72Matériau : calcaire jaunâtre.

73Décor : de haut en bas, une ligne en dents de scie très endommagée rehausse le cartouche qui contient l’écriture. Immédiatement en dessous se développe un décor en tressage. La tresse à 5 brins imite un travail de vannerie.

74Dimensions : 38 x 87 cm ; épaisseur : 6 cm ; largeur du bandeau épigraphique : 7,5 cm.

75Écriture : 1 ligne en relief sur champ excisé ; les caractères, dont la hauteur n’excède pas 7 cm, sont assez finement rendus. Présence de 3 points diacritiques sous le šīn du verbe yašfa’.

١) * [السما]وات وما في الأرض ومن ذا ا[لـ]ـذي يشفع عنده إلا باذ[نه] *

1) * [tout ce qui est sur] les cieux et sur la terre lui appartient ! Qui intercédera auprès de lui sans sa permission ? *

76Il s’agit d’un passage du célèbre verset du Trône de la sourate al-Baqara (āyat al-Kursī, Cor. 2, 255) souvent employé en contexte funéraire. Notons l’ajout de la particule de coordination wa entre les deux syntagmes du verset qui ne se trouve pas dans le Coran. Le comptage des caractères fait apparaître que nous avons 17 % du verset coranique et 16 % du même texte si nous y ajoutons la formule liminaire de la basmala. Un simple calcul (certes hypothétique) fait apparaître que l’extrait que nous avons retrouvé pourrait correspondre à l’une des faces en largeur d’un cénotaphe de forme traditionnellement rectangulaire. Ainsi, nous pourrions imaginer un élément de cénotaphe funéraire d’environ 175 cm de longueur sur 87 cm de largeur. Dans une autre hypothèse, il pourrait tout aussi bien s’agir du placage mural d’un bâtiment funéraire aujourd’hui disparu, une qubba ou un maqām.

Plaque 4 (fig. 14)

Fig. 14a – Plaque 4 : fac-similé (F. Imbert).

Fig. 14a – Plaque 4 : fac-similé (F. Imbert).

Fig. 14b – Plaque 4 : image (F. Imbert).

Fig. 14b – Plaque 4 : image (F. Imbert).

77Localisation : dans la partie haute du village, dans un petit cimetière entre le mur d’enceinte d’une maison et la route (secteur P156). Élément trouvé sur la tombe n° 1.

78Description : petite plaque de très belle facture, sans doute l’une des plus abouties esthétiquement parmi celles relevées sur le site. Les caractères arabes, sans être monumentaux, ont des proportions assez importantes et développent des ornementations originales. La plaque propose deux structures épigraphiques avec semble-t-il deux textes épigraphiques distincts : un verset coranique dans la structure inférieure et un début de formulaire funéraire dans la plus petite, sur la gauche.

79État de conservation : la taille de cette plaque (moins de 50 cm de large) suggère que le bloc a été retaillé. En effet, l’écriture et le décor supérieur semblent s’arrêter assez brusquement dans la partie gauche. Le texte est globalement en bon état et reste déchiffrable. Quant au décor épigraphique, les extrémités des caractères se développent en rinceaux qui se terminent en palmettes polylobées.

80Matériau : calcaire jaunâtre.

81Décor : le bandeau décoratif supérieur est constitué d’une ligne en dents de scie entre lesquelles s’intercalent de petits cercles à palmettes. Ce même décor se développe sur le côté droit de la plaque, mais il est très abîmé.

82Dimensions : 39 x 48 cm ; épaisseur : 8 cm ; largeur du bandeau épigraphique : 19 cm.

83Écriture : coufique simplement ornementé avec terminaisons largement biseautées se développant en rinceaux donnant naissance à des motifs fleuris ou polylobés simples.

84Structure 1 (supérieure gauche) :

١) هذ[ا] قبر ... ؟

1) Ceci est la tombe de […]

85Structure 2 (inférieure) :

١) * بين أيد[يـ]ـهم ...*

1) * […] entre leurs mains […]*

86Même si la plaque reste de belle facture et qu’elle demeure globalement bien préservée, la lisibilité du texte est très moyenne. Celui de la structure supérieure gauche fait penser à un formulaire de stèle funéraire (hāḏā qabr ? ceci est la tombe de…). Toutefois, l’absence d’un alif après les caractères hā’ et ḏāl fait peser un doute sur cette interprétation. De la même manière, la fin de la structure inférieure est incertaine. Le premier mot peut se lire comme bayna (entre) et permet de supposer la présence d’un fragment de verset coranique extrait du Ᾱyat al‑kursī (Cor. 2, 255). Le ductus du second mot fait penser à ayd[ī]him (leurs mains = ce qu’ils montrent), mais avec un caractère manquant, le second yā’. En ce qui concerne le dernier mot, nous serions tentés d’attendre l’expression wa mā ḫalfahum (ce qu’ils cachent derrière eux) ou quelque chose d’approchant. Le ductus ne correspond cependant pas à cette analyse.

Plaque 5 (fig. 15)

Fig. 15a – Plaque 5 : fac-similé (F. Imbert).

Fig. 15a – Plaque 5 : fac-similé (F. Imbert).

Fig. 15b – Plaque 5 : image (F. Imbert).

Fig. 15b – Plaque 5 : image (F. Imbert).

87Localisation : dans la partie haute du village, dans un petit cimetière entre le mur d’enceinte d’une maison et la route (secteur P156). Élément trouvé sur la tombe n° 3.

88Description : petit bloc de forme rectangulaire dans le sens de la hauteur. L’écriture et les bandeaux décoratifs n’occupent que les 2/3 supérieurs.

89État de conservation : si l’on considère les seuls 3 mots lisibles sur le bloc, nous pouvons avancer l’hypothèse d’un bloc qui aurait été retaillé ou simplement cassé. Le bord droit semble porter le début de la ligne (retour en angle droit du cadre) alors que le bord opposé ampute l’écriture et le décor. Le champ épigraphique est excisé et les caractères apparaissent en relief dans un relatif bon état. Le décor inférieur est en revanche très abîmé.

90Matériau : calcaire jaunâtre.

91Décor : la ligne d’écriture semble se poser sur un bandeau en relief composé de deux lignes horizontales encadrant une succession de points. En dessous se développe un motif de rinceaux polylobés malheureusement très abîmé.

92Dimensions : 32 x 25 cm ; épaisseur : 7 cm ; largeur du bandeau épigraphique : 12 cm.

93Écriture : 1 ligne de coufique simplement ornementé avec terminaisons biseautées.

١) وما في ... ؟

1) et ce qui se trouve […]

94Il y a trop peu d’éléments pour pouvoir identifier avec certitude la provenance de ce fragment textuel. On pense, bien entendu, à la proposition coranique tirée du Ᾱyat al‑kursī (Cor. 2, 255) mā fī lsamāwāt wa mā fī larḍ (ce qui se trouve dans les cieux et sur la terre), mais cela reste plus qu’hypothétique.

Plaque 6 (fig. 16)

Fig. 16a – Plaque 6 : fac-similé (F. Imbert).

Fig. 16a – Plaque 6 : fac-similé (F. Imbert).

Fig. 16b – Plaque 6 : image (F. Imbert).

Fig. 16b – Plaque 6 : image (F. Imbert).

95Localisation : le bloc a été trouvé lors des prospections menées sur le Tell Zaytan (5 km au nord du village d’al‑‘Īss, secteur P73).

96Description : il ne s’agit pas à proprement parler d’une plaque, mais plutôt d’un bloc assez massif provenant d’une tombe bâtie ou d’un grand cénotaphe si l’on considère la taille du bloc (un mètre de long environ). Le champ épigraphique est excisé et fait apparaître l’écriture en léger relief.

97État de conservation : le bloc est très érodé, surtout dans sa partie gauche d’où l’écriture est effacée. Dans la structure droite, le texte est quasiment érodé.

98Matériau : calcaire.

  • 13 Un autre bloc, d’au moins 42 cm de hauteur visible pour 1,35 m de longueur, a été vu à proximité. (...)

99Décor : une simple ligne en zigzag qui intercale de petits cercles souligne le cartouche épigraphique. Dans la partie droite, une structure en carré accueille un ou deux mots actuellement illisibles 13.

100Dimensions : 40 x 102 cm.

101Écriture : 1 ligne de coufique simple non ornementé avec terminaisons biseautées.

١) * و لم يولد ولم يكن لـ[ـه] ...*

1) * et n’a pas été engendré ; nul n’est égal à lui […] *

Plaque 7 (fig. 17)

Fig. 17 – Plaque 7 (M.‑O. Rousset).

Fig. 17 – Plaque 7 (M.‑O. Rousset).
  • 14 Trouvaille prospection, n° inventaire : Q08_P22.

102Localisation : le fragment provient du secteur situé au nord de l’enceinte byzantine, à l’est des carrières (secteur P22) 14.

103Description : fragment de plaque en calcaire portant un simple mot en écriture coufique.

104État de conservation : la plaque est brisée en plusieurs endroits et notamment dans la partie inférieure gauche.

105Matériau : calcaire jaunâtre.

106Décor : le cartouche épigraphique occupe actuellement la place centrale du fragment. Il est rehaussé par un bandeau décoratif constitué de rinceaux. Il est difficile de décrire plus précisément cet élément de décor. L’écriture est encadrée par une ligne de petits points ou losanges en dessous et par un motif en dents de scie au-dessus.

107Dimensions : 27 x 20 cm.

108Écriture : 1 mot en coufique simple non ornementé avec terminaisons biseautées.

١) ...الملائكـ[ـة] ...

1) […] les anges […]

Les fragments non déchiffrés

  • 15 Les fragments trouvés dans la partie haute du village ont été respectivement numérotés AI‑3 (fragm (...)

109Parmi les débris retrouvés accumulés sur les tombes de la partie haute du village, nous avons pu identifier un certain nombre de fragments, quelquefois assez bien conservés, mais dont le déchiffrement se révèle impossible ou trop incertain. En voici un bref inventaire 15.

Fragment 1 (fig. 18)

Fig. 18 – Fragment 1 (F. Imbert).

Fig. 18 – Fragment 1 (F. Imbert).

110Il s’agit d’un fragment de plaque inscrite mesurant 30 x 43 cm, trouvé sur la tombe n° 2. Il se compose d’une seule ligne d’écriture et d’une sobre ligne en dents de scie limitant le texte dans sa partie supérieure. Le style de la graphie n’a pas pu être défini avec certitude ; il semble qu’il appartienne au registre anguleux malgré quelques tendances cursives. Certains caractères présentent des prolongements en palmettes bilobées.

Fragment 2 (fig. 19)

Fig. 19 – Fragment 2 (F. Imbert).

Fig. 19 – Fragment 2 (F. Imbert).

111Nous avons classé cette plaque de calcaire parmi les fragments demeurés non déchiffrés malgré son excellent état de conservation. Elle a été trouvée sur la tombe n° 3 et mesure 30 x 35 cm. La ligne d’écriture appartient à un registre anguleux, proche du coufique. Les caractères présentent des hampes à angles brisés bien particuliers ; certains se développent en rupture de niveau de manière assez singulière. Même si des caractères ont pu être identifiés (‘ayn, sīn/šīn, ǧīm/hā’/ḫā’), le sens global nous échappe. Notons enfin, au-dessus de l’écriture, un décor simple sous la forme d’une chaînette horizontale constituée de petits rectangles juxtaposés.

Fragment 3

112Il s’agit d’un petit fragment de plaque en calcaire, de 20 x 38 cm, trouvé sur la tombe n° 1, sur lequel il reste quelques traces de partie supérieure de caractères. Le registre est coufique comme le montrent les terminaisons en col de cygne.

Fragment 4 (fig. 20)

Fig. 20a – Fragment 4 : fac-similé (M.‑O. Rousset).

Fig. 20a – Fragment 4 : fac-similé (M.‑O. Rousset).

Fig. 20b – Fragment 4 : image (M.‑O. Rousset).

Fig. 20b – Fragment 4 : image (M.‑O. Rousset).

Fig. 20c – Fragment 4 : image (M.‑O. Rousset).

Fig. 20c – Fragment 4 : image (M.‑O. Rousset).

113Il s’agit de deux fragments s’ajustant parfaitement, trouvés sur la tombe n° 1 (seul celui de droite a été mesuré : 26 x 19 cm). Relativement bien conservé, l’ensemble se compose sans doute de 2 mots, lus sous toute réserve. Le premier pourrait être la négation lam suivi d’une dent et d’une hampe. Sur le fragment de gauche, assez mal conservé, on suppose un kāf final et la boucle d’un wāw. Il pourrait donc s’agir d’un court extrait du verset Ᾱyāt al‑Kursī (Cor. 2, 255) (lam yalid wa […], il n’a pas engendré et […]) de la sourate al‑Baqara. Les caractères devaient être à l’origine assez finement ornementés. Au-dessus des caractères arabes se déploie un motif en torsade.

Fragment 5 (fig. 21)

Fig. 21 – Fragment 5 (M.‑O. Rousset).

Fig. 21 – Fragment 5 (M.‑O. Rousset).

114Ce fragment, de 27 x 19 cm, trouvé sur la tombe n° 1, n’est presque constitué que d’un décor en fleur de lys dont le pétiole se divise en deux tiges. Celles-ci remontent en entourant la fleur en formant un motif cordiforme. Ce motif se répète cinq fois sur la largeur de la plaque. Quant à l’écriture, il ne subsiste que la partie inférieure de quelques caractères. La plaque a dû être retaillée dans sa partie supérieure sans que l’on prête attention à la présence de l’écriture.

Fragment 6 (fig. 22)

Fig. 22 – Fragment 6 (F. Imbert).

Fig. 22 – Fragment 6 (F. Imbert).

115Découvert sur la tombe n° 2 et mesurant 18 x 26 cm, il est composé d’une ligne d’écriture et d’un décor en losanges dans la partie supérieure. L’écriture, de registre coufique, montre des terminaisons biseautées ou se développant en col de cygne. Le premier mot pourrait être lu al‑ḥaqq (la vérité).

Fragment 7 (fig. 23)

Fig. 23 – Fragment 7 (M. Bovagne).

Fig. 23 – Fragment 7 (M. Bovagne).

116Fragment d’inscription, sur calcaire, sur laquelle on peut lire la fin du mot Allāh (Dieu) et deux autres caractères dont un lām. L’écriture est posée sur une ligne de 5 cm et délimitée par deux bandeaux fins. Dimensions du fragment : 13,5 x 9,3 pour 6 cm d’épaisseur conservée.

Anciennes inscriptions arabes antérieurement répertoriées sur le site

  • 16 Littmann 1904, p. 190‑191, n° 15, fig. 158. Les fac-similés de deux autres fragments indéchiffrabl (...)

117Le dossier des fragments épigraphiques d’al‑‘Īss ne saurait être exhaustif en l’absence des inscriptions – aujourd’hui disparues – qui furent relevées autour du village. Dans Semitic Inscriptions, publié en 1904, Enno Littmann réserva quelques paragraphes aux prospections qu’il mena sur le site vers 1899 ou 1900. Il semble avoir concentré son intérêt sur le maqām du prophète ‘Īss aujourd’hui disparu 16 :

Il‑ʿÎs – dit-il – est un nom qui vient de Tell Nebī ʿÎs, une petite colline immédiatement au nord du site antique, au sommet de laquelle se dresse le sanctuaire arabe du Nebi ʿÎs. À l’intérieur du bâtiment sont conservés quelques fragments en coufique qui servent sans doute de reliques.

  • 17 RCEA VIII, n° 3198 (texte de construction du sanctuaire d’Abū l‑‘Īs) et Thésaurus d’épigraphie isl (...)
  • 18 Van Berchem 1909, p. 34‑35, n° 37. Voir le commentaire de la lecture par Littmann 1904, p. 190.

118Selon les informations fournies par le RCEA 17, le fragment le plus important mesurait 39 x 49 cm. Sur le croquis publié par Littmann, le champ épigraphique couvrait toute la surface de la pierre. Ce dernier soumit le texte à Max Van Berchem qui proposa un déchiffrement à partir, semble-t-il, d’un estampage du baron Max von Oppenheim. Van Berchem proposa la lecture suivante, bien évidemment fragmentaire 18 :

١) [الأمير الـ]ـكبير العادل [...]

٢) ظهير الإمام فخر ا [...]

٣) الأمة شرف الملوك والـ[...]

  • 19 Quelques termes en arabe, apposés sur l’estampage même au crayon à papier soit par Van Berchem soit (...)

1) le grand [prince], le juste […] 19

2) protecteur de l’imām Faḫr al- […]

3) de la nation, honneur des rois/de la communauté […]

119Van Berchem commenta ainsi le texte :

  • 20 Van Berchem, cité par Littmann 1904, p. 191.

D’après les titres et le style des caractères, cette inscription daterait du xiie siècle et mentionnerait un officier de haut rang, peut-être un dynaste local sous le règne des Seljoukides ou des Fatimides […]. Toute identification est impossible parce que le fragment ne contient que des noms et des titres ; de plus, des titres composés à partir des termes imām, umma et mulūk étaient très utilisés dans la première moitié du xie 20.

Les fragments de colonnettes inscrites

  • 21 Les fragments de colonnettes trouvés dans la partie haute du village ont été respectivement numéro (...)

120Des fragments de colonnettes brisées ont été relevés dans les débris des tombes de la partie haute du village 21. De coupe quadrangulaire, elles devaient probablement s’élever aux angles de la tombe ou encadrer la stèle funéraire. Certaines de ces colonnettes portent des traces d’inscriptions sur une ou deux faces. Il devait s’agir principalement de la mention de Dieu, de l’un de ses attributs ou du nom du prophète.

Fragment de colonnette 1 (fig. 24)

Fig. 24 – Fragment de colonnette 1 (F. Imbert).

Fig. 24 – Fragment de colonnette 1 (F. Imbert).

121Élément trouvé sur la tombe n° 1. Colonnette à tête composée de ce qui reste d’un motif floral. Quelques caractères sont encore lisibles : un fā’/qāf suivi d’un dāl/ḏāl et sur l’autre face à sa droite un sīn/šīn et sans doute un lām. Sous ces caractères se développe un bref motif en fleur de lys inversée et une ligne en dents de scie. Dimensions : 47,5 cm de hauteur conservée, avec une section de 12,5 x 10 cm.

Fragment de colonnette 2

122Petit fragment de partie supérieure d’une colonnette de coupe quadrangulaire trouvé sur la tombe n° 2. Seule une face porte un mot : Allāh (Dieu) dont le alif initial n’est plus visible.

Fragment de colonnette 3 (fig. 25)

Fig. 25 – Fragment de colonnette 3 (F. Imbert).

Fig. 25 – Fragment de colonnette 3 (F. Imbert).

123Partie inférieure d’une colonnette de coupe quadrangulaire, trouvée dans le tas de débris couvrant la tombe n° 1 dans le haut du village. Elle est illisible, mais les deux caractères que l’on peut encore distinguer sont gravés dans le même style de coufique à hampes brisées (forme de chevrons) que celui du fragment de plaque n° 2 (fig. 19). Peut-être cette colonnette faisait-elle partie de la même composition funéraire. Le bloc est conservé sur 35,5 cm de hauteur pour 12,5 de largeur.

Fragment de colonnette 4 (fig. 26)

Fig. 26 – Fragment de colonnette 4 (M.‑O. Rousset).

Fig. 26 – Fragment de colonnette 4 (M.‑O. Rousset).

124De 28 cm de hauteur conservée et de section quadrangulaire (15 x 9 cm), il a été trouvé dans le secteur situé au nord de l’enceinte byzantine, à l’est des carrières (secteur P22). Le mot Allāh (Dieu) apparaît sur la face principale, très finement gravé : un motif en forme de rectangle s’intercale entre les deux hampes biseautées.

Paléographie et datation

125Il paraît délicat de pouvoir parvenir à des analyses paléographiques livrant des informations pertinentes à partir des fragments que nous avons présentés. Dans la plupart des cas, nous ne possédons que quelques caractères arabes, au sein de formules religieuses répétitives qui peuvent toutefois nous donner une idée du registre utilisé. Dans de telles conditions, il convient de se fonder sur quelques éléments communs aux plaques comme aux stèles : les terminaisons biseautées, la forme des lām‑alif, les signes ajoutés et la présence de rinceaux. Le registre, dans la quasi-totalité des cas, relève d’un type de coufique pouvant être globalement qualifié de « simple » ou de « non ornementé ». À l’exception d’un ou de deux textes, on ne note aucune ornementation digne de ce nom. L’exécution des stèles funéraires est très grossière et les décors sont limités à leur plus simple expression (des chevrons de bordure sur la stèle 1 et une simple ligne encadrant le texte sur les stèles 3, 4 et 6). La stèle 2, en revanche, montre un espace latéral où se développent des rinceaux et volutes assez grossiers.

Terminaisons biseautées

126Dans la plupart des cas, sur les stèles comme sur les plaques, il s’agit de coufique à terminaison en biseau (plaques 1 à 6 et stèles 1, 2 et 6). Les biseaux sont peu évasés à l’exception de ceux des plaques 2 et 3. Une stèle, la 4, appartient à un registre de coufique sans doute plus ancien où les ornementations graphiques sont réduites à leur plus simple expression (de petits retours se faisant face dans la partie supérieure des lāmalif). Les biseaux en sont absents.

Lām‑alif

  • 22 Pour mémoire, le cénotaphe de Fāṭima à Damas, daté de 439/1047, livre 10 types différents de lāma (...)

127Ils sont présents dans les stèles 1 et 4 et les plaques 2 et 3. Même s’ils ne sont pas gravés en nombre dans les textes d’al‑‘Īss et de ses environs, ce caractère est assez emblématique des styles graphiques dans lesquels il apparaît du fait notamment de ses deux hampes caractéristiques 22. Sur la stèle 1, les deux spécimens ont une base triangulaire évasée et les deux hampes épousent une forme courbe dynamique (forme en « lame de sabre ») ; ceux de la stèle 4 reprennent la forme à base triangulaire du coufique archaïque (il s’agit sans doute de la stèle la plus ancienne du lot). Sur la plaque 3, les lām‑alif montrent deux petites saillies en pointe au sommet de la base triangulaire, avant que les deux hampes ne se courbent respectivement vers la droite et la gauche. Les deux exemplaires de la plaque 2 ont globalement la même forme, mais la saillie est ronde de chaque côté de la base triangulaire et non pointue.

Appendices finaux

128Certains exemplaires ont tendance à se développer, non pas sous la ligne de base – celle-ci étant plutôt ramassée et contrainte par les ornementations – mais au-dessus des caractères souvent en courbure et contre-courbure ou en col de cygne (wāw des plaques 2, 5 et 6, rā’, ḍād, nūn sur la plaque 3, mīm des plaques 1 et 6, yā’ de la plaque 6, nūn de la plaque 4, dāl de la plaque 1, etc.).

Ornementations au sein du mot Allāh

129Par deux fois seulement, le mot Allāh (Dieu) se trouve doté d’une ornementation particulière se fondant sur les deux barres des lām initial et médian. Celui de la stèle 4 est des plus simples puisqu’il consiste en deux petits retours se faisant face vers l’intérieur sans se toucher. Sur la plaque 2 en revanche, les deux hampes sont fermées dans la partie supérieure par un motif en fleuron à trois pointes dont la base forme une sorte de gradin.

Signes ajoutés

130Ils sont peu nombreux et présents uniquement sur les plaques 1, 3 et 4 ; il s’agit de chevrons principalement au-dessus des ḍād, des šīn, mīm et des hā’. À noter la présence d’un fleuron trilobé sur un ṣād (plaque 1).

Rinceaux et volutes

131Seule la plaque 4 fait apparaître des terminaisons de caractères se développant en rinceaux. La terminaison supérieure du dāl du mot aydī‑him (leurs mains) se prolonge en un rinceau qui semble s’enrouler sur lui-même et donner naissance à des tiges terminées par des fleurons trilobés. À l’intérieur des volutes, on relève plusieurs types de motifs végétaux.

Datation

132Voici une proposition de datation par fourchettes chronologiques des principaux fragments que nous présentons dans cette étude (tabl. 1). La datation n’a été proposée que pour les épigraphies dont quelques mots ont pu être déchiffrés et dont nous fournissons les fac-similés :

  • coufique de type 1 : coufique anguleux simple de type archaïque ;
  • coufique de type 2 : coufique simple non ornementé avec terminaisons généralement biseautées et caractères se développant au-dessus de la ligne de base ; caractères exceptionnellement diacrités ; l’exécution est assez fruste ;
  • coufique de type 3 : coufique simplement ornementé avec terminaisons généralement biseautées pouvant se développer en rinceaux donnant naissance à des motifs fleuris ou polylobés simples ; les caractères s’étirent au-dessus de la ligne de base.

 

Tabl. 1 – Proposition de datation des principaux fragments présentés dans cette étude.

Les plaques
Plaque 1 Coufique de type 2 vie/xiis.
Plaque 2 Coufique de type 2 vie/xiis.
Plaque 3 Coufique de type 2 vie/xiis.
Plaque 4 Coufique de type 3 vie/xiis.
Plaque 5 Coufique de type 3 vie/xiis.
Plaque 6 Coufique de type 2  vie/xiis.
Les stèles
Stèle 1 Coufique de type 2 vevie/xiexiie s.
Stèle 2 Coufique de type 2 vie/xiis.
Stèle 3 Coufique de type 2 vevie/xiexiie s.
Stèle 4 Coufique de type 1 iveve/xexis.
Stèle 6 Coufique de type 2 vie/xiis.
  • 23 Sourdel-Thomine 1957, p. 301. Voir également Sourdel-Thomine 1950, p. 141‑232 ; Tabbaa 1994, p. 12 (...)
  • 24 À titre de comparaison, voir les inscriptions du minaret de la grande mosquée d’Alep (483/1090), d (...)

133En conclusion de ces quelques remarques paléographiques, il semble que nous soyons en présence d’un lot épigraphique qui n’est pas postérieur au vie/xiie s. et qui s’inscrit, de fait, dans son environnement épigraphique qui fut déjà largement décrit par nos prédécesseurs. Sourdel-Thomine rappelait, en 1957, la grande unité dont relevaient les deux aspects du coufique d’époque atabakide à Damas : le coufique « sobre » et le coufique « orné » qu’elle décrivit d’une manière fort détaillée ; elle remarquait justement qu’Alep, lorsqu’elle tomba dans l’orbite des Seljoukides (vers 478/1086), connut une activité créatrice aussi importante que celle de Damas, mais montrant des tendances bien différentes 23. Les éléments de comparaison sont donc nombreux dans l’Alep seljoukide, si ce n’est qu’il s’agit de réalisations dont la créativité dépasse de beaucoup celle de nos quelques fragments épigraphiques trouvés à al‑‘Īss 24. Ces derniers montrent une certaine maladresse dans l’exécution, des caractères souvent trapus ou raides aux dimensions et à épaisseur inégales, ornés avec sobriété. Il ressort une impression d’exécution très « artisanale », œuvre de lapicides issus d’ateliers provinciaux, peu au fait des prouesses décoratives et des courants esthétiques qui s’étaient développés à Alep, à une journée de marche ou à peine plus.

134Les restes du cimetière du village d’al‑‘Īss, tel que nous l’avons retrouvé en 2007, nous ont permis d’ouvrir un dossier épigraphique assez atypique, celui d’une fragmentation de documents funéraires. Une prospection dans d’autres villages ou bourgades des alentours d’Alep nous permettrait sans doute de retrouver de pareils cimetières dévastés et laissés à l’abandon. Il y a plus d’un siècle, Herzfeld qui parcourut les faubourgs d’Alep s’arrêta au sud du Bāb al‑Maqām et décrivit le Maqām Ibrāhīm et le sanctuaire d’al‑Ṣāliḥīn. D’une certaine manière, l’état de délabrement dans lequel il trouva les lieux et les sépultures fait indiscutablement écho à certaines de nos remarques :

  • 25 Herzfeld 1955, t. 1, vol. 1, p. 177.

Le sanctuaire d’al‑Ṣāliḥīn est un petit enclos à tombeaux, détruit et remanié à plusieurs reprises, de sorte que je n’ai pas pu en retrouver la disposition générale. […] Tout autour du Maqām Ibrāhīm, s’étend la djabbāna, vaste cimetière où, en 1909, il y avait encore trois cénotaphes de type fort ancien richement décorés : l’un était bien conservé, le deuxième allait s’écrouler, du troisième, il ne restait qu’une plaque. […] Sur chacun des grands bandeaux des trois cénotaphes, on lit un verset de la āyat al‑kursī en grands caractères coufiques fleuris 25.

  • 26 Herzfeld 1955, t. 1, vol. 1, p. 180‑182 ; t. 2, pl. LXXII‑LXXV.

135Cette description, bien qu’elle ne concerne pas directement le site d’al‑‘Īss, donne une idée de ce à quoi aurait pu ressembler la petite aire cémétériale qui nous intéresse 26.

Notes

1 L’inscription couvrait une surface écrite de 4,30 m; d’une longueur de 3,45 m sur 1,25 m de hauteur, elle s’étendait sur 4 assises de blocs soit environ 45 blocs. Les 11 lignes de texte cumulaient pas moins de 35 m de longueur (Imbert 2016).

2 Martinez-Nuñez 2015.

3 Imbert 2012.

4 Les trois stèles trouvées dans la partie haute du village ont été respectivement numérotées AI‑1bis (stèle 1), AI‑27 (stèle 3), AI‑6 (stèle 2) lors de l’élaboration de l’inventaire en septembre 2007.

5 Les dimensions correspondent au maximum conservé. Elles sont toujours données en commençant par la hauteur de l’élément, déterminée d’après le sens de lecture des inscriptions, puis la largeur et enfin l’épaisseur.

6 Trouvaille prospection, n° inventaire : Q10_P283_8.

7 Trouvaille prospection, n° inventaire : Q08_P904_47.

8 Stèles 5 et 6 de ce catalogue.

9 Diem, Schöller 2004, p. 163.

10 Les astérisques dans le texte arabe et sa traduction encadrent les passages coraniques.

11 Les plaques trouvées dans la partie haute du village ont été respectivement numérotées AI‑1 (plaque 1), AI‑2 (plaque 2), AI‑7 (plaque 3), AI‑8 (plaque 4), AI‑5 (plaque 5) lors de l’élaboration de l’inventaire en septembre 2007.

12 Un motif décoratif semblable est décrit par E. Herzfeld dans le Maqām Ibrāhīm situé dans un faubourg d’Alep. Il est daté, en contexte, de 479/1086 (Herzfeld 1955, t. 1, vol. 1, p. 177, fig. 63). Voir également Ory 1999, p. 202, décor L1.

13 Un autre bloc, d’au moins 42 cm de hauteur visible pour 1,35 m de longueur, a été vu à proximité. Il porte un décor de composition similaire, avec un motif épigraphique répétitif inscrit dans un champ délimité par un bandeau mouluré et souligné d’une ligne de dents de scie entre lesquelles s’intercalent de petits cercles. Il appartient sans doute à la même construction.

14 Trouvaille prospection, n° inventaire : Q08_P22.

15 Les fragments trouvés dans la partie haute du village ont été respectivement numérotés AI‑3 (fragment 1), AI‑4 (fragment 2), AI‑13 (fragment 3), AI‑25 (fragment 4), AI‑28 (fragment 5) et AI‑29 (fragment 6) lors de l’élaboration de l’inventaire en septembre 2007 ; le fragment 7 provient de la prospection du site, n° inventaire : Q10_HS_1. Par ailleurs, d’autres fragments de décors appartenant probablement à des stèles funéraires ou à des colonnettes tombales ont été relevés dans le cimetière du village ou sur le site. La mission les a enregistrés en 2008. Il s’agit d’une stèle illisible et d’un petit fragment, en P22, de deux petits fragments de décor en P33, d’une partie supérieure de stèle en P34, d’un fragment de stèle en P175, et d’un fragment de stèle avec un décor de croix en P157. Ne portant pas de traces d’inscription, ils ne sont pas présentés dans cet inventaire, mais dans le chapitre sur les blocs vus en prospection (Chapitre 15).

16 Littmann 1904, p. 190‑191, n° 15, fig. 158. Les fac-similés de deux autres fragments indéchiffrables (une plaque et une colonnette) sont présentés sur la même figure.

17 RCEA VIII, n° 3198 (texte de construction du sanctuaire d’Abū l‑‘Īs) et Thésaurus d’épigraphie islamique, n° 7843, Qinnasrīn (600A = 1203‑1204). Voir également Kervran, Ory, Schneider 1975, p. 107.

18 Van Berchem 1909, p. 34‑35, n° 37. Voir le commentaire de la lecture par Littmann 1904, p. 190.

19 Quelques termes en arabe, apposés sur l’estampage même au crayon à papier soit par Van Berchem soit par von Oppenheim exposent une hésitation de lecture concernant la première ligne : s’agit-il de ‘ādil ou de faḍil ? Nous penchons pour ‘ādil du fait de la forme du premier caractère, plutôt ‘ayn que fā’.

20 Van Berchem, cité par Littmann 1904, p. 191.

21 Les fragments de colonnettes trouvés dans la partie haute du village ont été respectivement numérotés : fragment de colonnette 1 (AI‑23), 2 (AI‑30), 4 (prospection, n° inventaire : Q08_P22).

22 Pour mémoire, le cénotaphe de Fāṭima à Damas, daté de 439/1047, livre 10 types différents de lāmalif (Ory 1986).

23 Sourdel-Thomine 1957, p. 301. Voir également Sourdel-Thomine 1950, p. 141‑232 ; Tabbaa 1994, p. 124‑125, fig. 6‑7 ; Ory 1999, p. 262.

24 À titre de comparaison, voir les inscriptions du minaret de la grande mosquée d’Alep (483/1090), de Qasṭal al‑Šu‘aybiyya ou encore les cénotaphes du cimetière al‑Ṣāliḥīn (479/1087) : Herzfeld 1955, t. 2, pl. LIX‑X, LXIX, XCI.

25 Herzfeld 1955, t. 1, vol. 1, p. 177.

26 Herzfeld 1955, t. 1, vol. 1, p. 180‑182 ; t. 2, pl. LXXII‑LXXV.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Le petit cimetière, vu depuis le sud-ouest (F. Imbert).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13502/img-1.JPG
Fichier image/jpeg, 303k
Titre Fig. 2 – La tombe sud, vue depuis le nord-ouest (M.‑O. Rousset).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13502/img-2.JPG
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Fig. 3 – La tombe centrale, vue depuis l’ouest (F. Imbert).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13502/img-3.JPG
Fichier image/jpeg, 265k
Titre Fig. 4 – La tombe nord, vue depuis l’ouest (F. Imbert).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13502/img-4.JPG
Fichier image/jpeg, 229k
Titre Fig. 5a – Stèle 1 : fac-similé (F. Imbert).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13502/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Fig. 5b – Stèle 1 : image (F. Imbert).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13502/img-6.JPG
Fichier image/jpeg, 243k
Titre Fig. 6a – Stèle 2 : fac-similé (F. Imbert).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13502/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 567k
Titre Fig. 6b – Stèle 2 : image avant nettoyage (F. Imbert).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13502/img-8.JPG
Fichier image/jpeg, 375k
Titre Fig. 6c – Stèle 2 : image après nettoyage (F. Imbert).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13502/img-9.JPG
Fichier image/jpeg, 326k
Titre Fig. 7a – Stèle 3 : fac-similé (F. Imbert).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13502/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 683k
Titre Fig. 7b – Stèle 3 : image (F. Imbert).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13502/img-11.JPG
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 8a – Stèle 4 : fac-similé (V. Decoupigny).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13502/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 401k
Titre Fig. 8b – Stèle 4 : image (V. Decoupigny).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13502/img-13.JPG
Fichier image/jpeg, 470k
Titre Fig. 9 – Stèle 5 (V. Decoupigny).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13502/img-14.JPG
Fichier image/jpeg, 346k
Titre Fig. 10a – Stèle 6 : fac-similé (V. Decoupigny).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13502/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 307k
Titre Fig. 10b – Stèle 6 : image (V. Decoupigny).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13502/img-16.JPG
Fichier image/jpeg, 255k
Titre Fig. 11a – Plaque 1 : fac-similé (F. Imbert).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13502/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 675k
Titre Fig. 11b – Plaque 1 : image (F. Imbert).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13502/img-18.JPG
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Fig. 11c – Plaque 1 : image (F. Imbert).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13502/img-19.JPG
Fichier image/jpeg, 335k
Titre Fig. 12a – Plaque 2 : fac-similé (F. Imbert).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13502/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 411k
Titre Fig. 12b – Plaque 2 : image (F. Imbert).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13502/img-21.JPG
Fichier image/jpeg, 310k
Titre Fig. 13a – Plaque 3 : fac-similé (F. Imbert).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13502/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre Fig. 13b – Plaque 3 : image (F. Imbert).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13502/img-23.JPG
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Fig. 14a – Plaque 4 : fac-similé (F. Imbert).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13502/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 465k
Titre Fig. 14b – Plaque 4 : image (F. Imbert).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13502/img-25.JPG
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 15a – Plaque 5 : fac-similé (F. Imbert).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13502/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 478k
Titre Fig. 15b – Plaque 5 : image (F. Imbert).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13502/img-27.JPG
Fichier image/jpeg, 341k
Titre Fig. 16a – Plaque 6 : fac-similé (F. Imbert).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13502/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 285k
Titre Fig. 16b – Plaque 6 : image (F. Imbert).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13502/img-29.JPG
Fichier image/jpeg, 357k
Titre Fig. 17 – Plaque 7 (M.‑O. Rousset).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13502/img-30.JPG
Fichier image/jpeg, 719k
Titre Fig. 18 – Fragment 1 (F. Imbert).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13502/img-31.JPG
Fichier image/jpeg, 399k
Titre Fig. 19 – Fragment 2 (F. Imbert).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13502/img-32.JPG
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Fig. 20a – Fragment 4 : fac-similé (M.‑O. Rousset).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13502/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 414k
Titre Fig. 20b – Fragment 4 : image (M.‑O. Rousset).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13502/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Fig. 20c – Fragment 4 : image (M.‑O. Rousset).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13502/img-35.JPG
Fichier image/jpeg, 446k
Titre Fig. 21 – Fragment 5 (M.‑O. Rousset).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13502/img-36.JPG
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Fig. 22 – Fragment 6 (F. Imbert).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13502/img-37.JPG
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Fig. 23 – Fragment 7 (M. Bovagne).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13502/img-38.JPG
Fichier image/jpeg, 165k
Titre Fig. 24 – Fragment de colonnette 1 (F. Imbert).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13502/img-39.JPG
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 25 – Fragment de colonnette 3 (F. Imbert).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13502/img-40.JPG
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 26 – Fragment de colonnette 4 (M.‑O. Rousset).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13502/img-41.JPG
Fichier image/jpeg, 1,8M

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search