Version classiqueVersion mobile

Chalcis/Qinnasrin (Syrie)

 | 
Marie-Odile Rousset

Première partie. Les sources écrites

Chapitre 4 – Chalcis/Qinnasrin dans les textes tardo-antiques et médiévaux

Pierre-Louis Gatier et Marie-Odile Rousset

Texte intégral

  • 1 Todt, Vest 2014, p. 1048‑1059. Cette notice complète les articles de l’Encyclopédie de l’Islam (Ho (...)
  • 2 Rousset 2012a, p. 11‑17.

1La relative abondance, depuis le iiie s. ap. J.‑C., de références à Chalcis/Qinnasrin dans les sources écrites permet d’envisager plusieurs aspects de l’histoire de la ville. Pour le lecteur désireux de connaître le détail de l’histoire événementielle, nous renvoyons au magistral travail de recension systématique dans les textes antiques et médiévaux opéré par Klaus‑Peter Todt et Berndt‑Andreas Vest, paru en 2014 1. Les hypothèses sur la « fondation » de la ville de Qinnasrin au début de l’époque islamique, les composantes de la population régionale et la question de l’identification de la ville de Hadir Qinnasrin ont été discutées dans la publication des travaux archéologiques réalisés à al‑Hadir 2.

Chalcis tardo-antique (P.‑L. Gatier)

Chalcis dans l’Empire et dans la Syrie

  • 3 Honigmann 1925, p. 73.

2À partir de la division de la province de Syrie par Septime Sévère en 194, Chalcis a appartenu à la nouvelle province septentrionale, nommée Syrie-Coelè, dont Antioche est redevenue rapidement la capitale. Par la suite, la cité de Chalcis a toujours fait partie de cette première province de Syrie, dite Syrie Première, avec constamment Antioche pour capitale, malgré les différents redécoupages qui au fil des temps ont amputé cette Syria Prima. De la même façon, la géographie ecclésiastique protobyzantine calquée sur la géographie administrative civile place l’évêque de la cité de Chalcis sous l’autorité directe de l’évêque d’Antioche, qui est archevêque métropolite de la Syrie Première et de plus patriarche, à la tête de la hiérarchie religieuse de l’Orient. Les listes civiles, comme le Synekdèmos d’Hiéroklès au début du vie s. et l’Opuscule géographique de Georges de Chypre à la fin du siècle, de même que les listes ecclésiastiques, comme les souscriptions aux textes conciliaires ou la nomenclature des évêchés du patriarcat d’Antioche, dite Notitia Antiochena, permettent de replacer Chalcis dans son environnement politique et religieux. Ainsi, dans la Notitia Antiochena, datable des années 570, l’évêque de Chalcis occupe le deuxième rang, après celui de Bérée (Beroia, moderne Alep) parmi les sept archevêques syncelles de Syrie Première 3.

  • 4 Honigmann 1923, p. 176‑177 ; Todt, Vest 2014, p. 1057, n. 14 (traité Rōš ha-š-šānā, 26 a), d’envir (...)
  • 5 Maricq 1958, p. 308‑309 ; Huyse 1999, p. 30 et 151 ; Dodgeon, Lieu 1991, p. 50.

3Dans l’Antiquité tardive, l’ancienne confusion entre la Chalcis de Syrie du Nord et celle du Liban n’est plus possible parce que cette dernière a sombré dans l’obscurité, sans jamais atteindre le statut de cité. La seule Chalcis qui occupe la scène politique et religieuse et qui apparaît dans la documentation écrite grecque ou latine est celle du Nord, qu’on n’a plus besoin de nommer « Chalcis du Bélus » puisqu’il n’est plus nécessaire de la distinguer d’une homonyme désormais oubliée depuis la fin du ier s. ap. J.‑C. Le nom ancien, araméen, Qennešrīn/Qennešrē ne s’est jamais perdu et on le retrouve dans le Talmud de Babylone, vers la fin du ve s. 4. Déjà, dans la deuxième moitié du iiie s., à l’intérieur de la liste des villes conquises par Shapur Ier (Sapor), sur la grande inscription trilingue de Naqsh‑e Rustam dite Res Gestae Divi Saporis, la forme Knšr’y figure en pahlavi et en parthe, à côté du grec Χαλκίδα (acc.) 5.

  • 6 Cependant, une partie des textes syriaques nomme la ville Klqys.
  • 7 Watt 1999.
  • 8 Todt, Vest 2014, p. 1055‑1056.

4Toutefois, les sources syriaques, qui donnent le plus souvent à la ville de Syrie du Nord son ancien nom araméen 6, ne permettent pas toujours de distinguer clairement cette Qennešrīn/Qennešrē du monastère homonyme dit aussi « monastère de Mar Jean Bar Aphtonios ». Ce célèbre couvent était relativement proche, puisque situé sur la rive droite de l’Euphrate, non loin de Jerablus, l’ancienne Europos. À partir de sa fondation vers 525, il est resté un centre important du parti anti-chalcédonien puis de l’Église jacobite (monophysite/syrienne orthodoxe/miaphysite) 7. La confusion est d’autant plus facile que Chalcis elle-même a été acquise aux adversaires du concile de Chalcédoine à plusieurs reprises jusqu’au début du viie s. et durablement ensuite 8. Des évêques et des moines de Chalcis apparaissent ainsi assez fréquemment dans la littérature religieuse de l’époque protobyzantine, ouvrages de controverse, sermons et lettres en particulier.

5Autres documents utiles, quelques ouvrages, qui appartiennent au genre historique – histoire politique et militaire, comme les œuvres de Procope de Césarée, ou histoire religieuse, comme l’Histoire philothée de Théodoret de Cyr – livrent en passant des informations sur Chalcis, sans que la ville ne tienne jamais une place importante dans leurs récits. En revanche, deux textes hagiographiques, la Vie de Rabboula, un évêque d’Édesse (412‑436) originaire de Chalcis, et celle d’Alexandre l’Acémète, la première conservée en syriaque et la seconde en grec, situent à Chalcis des épisodes – reconstruits suivant les buts et procédés du genre hagiographique, mais riches d’informations – de l’existence terrestre de ces saints. Une autre Vie, qui est largement légendaire et qui emprunte certaines des conventions des romans contemporains, celle de Malchus, écrite en latin par saint Jérôme, fait état du « désert de Chalcis ». Quelques Lettres du même Jérôme témoignent de son séjour monastique en Chalcidène, sans nous renseigner sur la ville elle-même.

  • 9 Chapitre 2.
  • 10 Feissel 1982, 2000a.
  • 11 Gatier 2001, p. 97‑99.
  • 12 Voir la carte de Tchalenko 1953‑1958, vol. 3, p. 57, révisée par Feissel 1982, p. 335. Voir supra (...)

6La documentation épigraphique provenant de la ville de Chalcis est maigre, malgré les récentes découvertes, comme nous le rappelons supra 9. En revanche, l’épigraphie, essentiellement grecque, des différents sites de la région aide à reconstituer partiellement la chôra de la cité de Chalcis, son territoire rural. En effet, vers l’ouest, la limite entre l’Antiochène et la Chalcidène se trace sans peine grâce à la datation des inscriptions villageoises, certaines utilisant l’ère séleucide en usage dans la cité de Chalcis et d’autres l’ère civique césarienne d’Antioche. Vers l’est, où se trouvent les cités de Gabboula et d’Anasartha fondées dans l’Antiquité tardive, et également vers le nord et le sud, où prospèrent les cités anciennes de Bérée et Apamée, fondations macédoniennes comme Chalcis, les frontières ne peuvent être définies sur les mêmes critères, puisque toutes ces cités ont en commun d’avoir conservé l’ère séleucide 10. Anasartha a probablement été découpée au cours de la première moitié du ve s. dans la chôra de Chalcis, et Gabboula dans celle de Bérée 11. On doit en conclure que Chalcis disposait auparavant d’un vaste territoire oriental, essentiellement steppique, alors qu’à l’ouest ses limites se trouvaient sur le piémont du Massif calcaire, à quelques nuances près 12. Au-delà d’Anasartha, Barbalissos, sur l’Euphrate et dans la province d’Euphratésie, est la cité voisine.

  • 13 Voir entre autres Geyer 2000 ; Geyer, Rousset 2001, 2011 ; Rivoal, Rousset 2019.
  • 14 Voir supra J. Aliquot (Chapitre 1).
  • 15 Jérôme, Vie de Malchus, 3, 3 (SC) : ad eremum Chalcidos, quae inter Immas Beroeam magis ad austrum (...)

7Le site de Chalcis se trouve au contact entre les zones d’agriculture sèche et la steppe, le monde des villages et celui des nomades, paysages et modes de vie en pleine évolution à la période protobyzantine comme l’ont montré les travaux de l’équipe des « Marges arides » 13. On comprend que des textes des époques hellénistique et romaine placent Chalcis en Arabie ou bien à la limite de l’Arabie et en contact avec des chefs arabes 14. De même, le « désert de Chalcis » où s’exilent les ascètes chrétiens n’a rien d’un espace symbolique, parce qu’il incarne parfaitement l’un de ces paysages du premier monachisme où les moines s’installent aux marges de la terre cultivée. Jérôme, dans sa Vie de Malchus, montre son héros embrassant la vie monastique « au désert de Chalcis, (ville) qui est située entre Imma et Bérée, plus au sud » 15. Ces précisions géographiques placent Chalcis sur une route qui mène d’Antioche par Imma, gros bourg d’Antiochène, vers Bérée (Alep), la cité voisine, au nord de Chalcis. Malchus, personnage largement fictif mais image du moine héroïque, prend pour modèles des moines déjà installés dans la région, se rend dans un monastère et travaille de ses mains. Son activité pourrait être artisanale, mais on pensera plutôt à l’agriculture, comme le montre l’exemple des couvents du Massif calcaire voisin.

  • 16 Vie de Rabboula (Phenix, Horn 2017), p. 8‑9.
  • 17 Julien, Misopogon, 369 a.
  • 18 Petit 1955, p. 114, n. 1, parle de « stocks de l’intendance », ce qui contredit ses remarques de l (...)
  • 19 Pline, NH, 5, 81 : Chalcidem cognominatam Ad Belum unde regio Chalcidena fertilissima Syriae.
  • 20 Ammien Marcellin, 3, 114‑115.
  • 21 Bowersock 2002, p. 49‑50.
  • 22 Geyer 2000 ; Geyer, Rousset 2001.

8La Vie syriaque de Rabboula présente ce dernier avant sa conversion, un propriétaire terrien se rendant sur ses domaines ruraux « en bordure du désert de Qenneshrin » 16. En effet, il ne faut pas oublier que Chalcis dispose d’une production agricole non négligeable, ainsi que semble l’illustrer le discours, dit Misopogon, où l’empereur Julien expose la façon dont il a enrayé une crise frumentaire à Antioche à l’été 362, en faisant venir du blé de Chalcis, Hiérapolis et autres villes 17. Nous ne pensons pas que, comme certains savants l’ont parfois écrit, Julien ait alors puisé dans les réserves de l’armée qui aurait été réunie dans ces villes 18. Cette interprétation nous paraît surestimer l’importance de la présence militaire à Chalcis : les approvisionnements en blé proviennent de la production de son terroir agricole. Ce n’est pas sans raison que, dès le ier s. ap. J.‑C., Pline vantait la fertilité de la Chalcidène 19, et que l’empereur Julien au printemps 363 déporta à Chalcis (ou en Chalcidène) tous les habitants de l’île d’Anatha 20. Comme Glen Bowersock l’a défendu, ce n’était une punition ni pour Chalcis, qui disposait d’espaces et de ressources et que cette population nouvelle enrichissait sans la priver, ni pour les gens d’Anatha qui arrivaient dans une région au grand potentiel agricole 21. Au ive s., Rabboula et les paysans sur ses terres, les moines du monastère d’Abraham installé à leur voisinage et les déplacés d’Anatha participaient tous à leur manière à la conquête de la steppe, la « ruée vers l’est » des « marges arides » 22.

Défense et fortifications

  • 23 Mouterde, Poidebard 1945, p. 3.
  • 24 Geyer 2000 ; Rousset 2011, p. 129‑134.

9Les recherches menées depuis une vingtaine d’années ont remis en cause l’affirmation de René Mouterde et Antoine Poidebard, à propos de ce qu’ils nommaient le limes de Chalcis : « L’existence d’une zone fortifiée appuyée sur la place de Chalcis est certaine 23. » Les vestiges archéologiques plus ou moins bien conservés de nombreux sites pris en compte par ces deux savants ont été réexaminés depuis la publication de leurs travaux 24. Désormais, on conteste soit le caractère militaire, soit la datation de nombre d’entre eux considérés autrefois comme des forts romains ou protobyzantins. Il y a bien des forts et fortins en Chalcidène, mais la défense de la Syrie du Nord à l’époque byzantine ne s’articule pas sur Chalcis, et l’ensemble de la région ne peut pas être considéré comme une zone militaire. Au-delà ou en-deçà de cette mise en question du système défensif reconstitué dans l’ouvrage de Mouterde et Poidebard, nous nous limiterons ici à la documentation écrite concernant Chalcis et sa région.

  • 25 Malalas, 12, 26, 61 : καὶ ἦλθεν ὁ αὐτὸς Σαπώρης, βασιλεὺς Περσῶν, μετὰ δυνάμεως στρατοῦ πολλοῦ διὰ (...)
  • 26 Isaac 1988. Les idées de l’auteur ont suscité des débats, voir en particulier son postscript de 19 (...)
  • 27 Isaac 1988, p. 306‑307, sur Malalas, 12, 26, 61 et 81.
  • 28 Malalas, 2, 7, 46 ; 5, 39, 18 ; 8, 22, 3 ; 10, 4, 72 ; 18, 2, 16. On peut ajouter d’autres passage (...)

10Mouterde et Poidebard s’appuyaient sur un passage de la Chronographie de Jean Malalas, où cet auteur antiochien du vie s. évoque l’une des guerres entre les Romains et les Sassanides, la seconde campagne de Shapur Ier (Sapor), en 256 ap. J.‑C., soit plus de trois siècles auparavant. Ils traduisaient ainsi le texte grec : « Le même Sapor, roi des Perses, à la tête d’une armée nombreuse, franchit le “limes de Chalcis”, s’empara de toute la Syrie et la pilla. Il s’empara aussi, un soir, de la capitale Antioche 25. » Il est établi, par différents travaux, dont un important article de Benjamin Isaac paru en 1988, que le sens du mot latin limes n’était pas univoque et qu’il a évolué 26. Dans l’Antiquité tardive, limes (λίμιτον, grec) peut signifier un district frontalier, comme le territoire où s’exerce la fonction d’un dux, ou bien une région frontalière, du point de vue géographique, sans signification administrative, avec pour équivalent le nom grec eschatia (ἐσχατιά). Isaac considère par exemple que dans deux passages de Malalas 27, dont celui qui nous intéresse ici, il faut comprendre limes dans le sens large de zone frontière. Il s’agirait donc de « l’hinterland » ou de « la steppe de Chalcis », correspondant à peu près au « désert de Chalcis ». Chez plusieurs auteurs, mais particulièrement dans d’autres passages de Malalas, Isaac montre que limes ne signifie rien de plus que « désert oriental » 28. En conservant ce sens général, nous traduirons : « Le même Sapor, roi des Perses, traversa à la tête d’une armée nombreuse la steppe de Chalcis, et il s’empara de toute la Syrie et la pilla. » Le texte de Malalas, écrit du point de vue d’un Antiochien, ne montre pas que Chalcis ait eu un rôle éminent dans l’organisation militaire ou la défense de la Syrie, mais que la région de Chalcis a subi l’invasion venue de l’est et dirigée vers la capitale syrienne.

  • 29 Dussaud 1927, p. 476‑481, carte XIV ; Honigmann 1932, « 14. Itinerarien und Römerstrassen », col.  (...)

11René Dussaud et Ernest Honigmann ont établi les fondations de la géographie des routes antiques de Syrie 29, à partir des sources qui appartiennent exclusivement ou presque à l’époque romaine et très peu à l’Antiquité tardive. Ainsi, Chalcis se situe au croisement de plusieurs voies publiques : la route Antioche-Imma-Chalcis-Bérée, que nous avons rencontrée dans la Vie de Malchus et qui mène à l’Euphrate par Bathna, Hiérapolis et Ceciliana/Caecilia ou par Zeugma (avec une variante qui évite Bérée par le sud, Chalcis-Bersera-Bathna) ; la route Apamée-Telmenissos-Chalcis ; la route Cyrrhus-Bérée-Chalcis-Épiphanie (actuelle Hama) ; la route Chalcis-Andrôna-Sériane-Salaminias-Émèse. Bérée et Chalcis contrôlent la seule route qui traverse le Massif calcaire, approximativement d’est en ouest vers Antioche, et donc la principale voie d’accès à la capitale syrienne depuis la Syrie intérieure.

  • 30 Procope, Guerres, 2, 12, 1-2. Todt, Vest 2014, p. 1048, placent Alep à 27 km de Chalcis (en fait, (...)
  • 31 Tchalenko 1953, vol. 2, pl. 36‑39. La voie qui traverse du nord au sud le Massif calcaire depuis C (...)
  • 32 Julien, Lettres, 58, 399 d.
  • 33 Procope, Guerres, 1, 18, 8. Sur la distance, voir supra, n. 30.

12Les sources tardo-antiques, comme Procope, mettent souvent en rapport Chalcis et Bérée, à 84 stades (environ 17,7 km) l’une de l’autre 30. Par ailleurs, des routes moins connues ou de moindre importance n’entrent pas dans la catégorie des viae publicae. Concernant les voies de circulation de la région, les travaux de Tchalenko, qui ne sont pas exempts de défauts 31, ont le mérite de rappeler que, si la route principale d’Antioche à Bérée passe par Chalcis, il existe un raccourci qui évite cette étape, en longeant le pied oriental du Gebel Semaan à partir de Litarba (actuelle Tērib/Athareb), bourg situé sur le territoire de la cité de Chalcis. L’empereur Julien, sur son chemin depuis Antioche jusqu’à l’Empire perse, n’est certainement pas passé dans la ville de Chalcis, mais il a pris ce raccourci en se dirigeant vers Bérée depuis Litarba, comme il l’a écrit à Libanios 32. Procope place également Gabboula à 110 stades (environ 23 km) de Chalcis, ce qui signifie qu’il existe une route directe entre les deux agglomérations, celle qui très probablement se prolonge vers Barbalissos sur l’Euphrate 33.

  • 34 Greatrex, Lieu 2002 font l’étude détaillée des opérations sur le théâtre oriental.

13De fait, les auteurs anciens rapportent d’assez nombreux épisodes militaires qui se déroulent à Chalcis ou dans ses environs. Nous nous contenterons de les rappeler, en renvoyant à Todt et Vest pour le détail des sources 34 :

  • en 256, au cours de la seconde campagne de Shapur Ier, Chalcis est prise par les Perses, de même que de nombreuses autres villes, dont Hiérapolis, Bérée, Apamée et Antioche 35 ;
  • en 484, l’usurpateur Léontios tente un bref siège infructueux de Chalcis qui a refusé d’accepter ses effigies 36 ;
  • en 529, les Arabes nasrides dévastent le territoire de Chalcis 37 ;
  • en 531, Bélisaire et le jafnide al-Harith réunissent leurs forces vers Chalcis pour dissuader les Perses et leurs alliés nasrides, qui viennent de s’emparer de plusieurs villes, dont Gabboula, d’attaquer Antioche 38 ;
  • en 540, Chosroès mène un grand raid en Syrie, accompagné de prises et incendies de villes ou de leur rançonnement ; alors qu’il avait incendié Bérée et ravagé Antioche, il extorque à Chalcis, sur le chemin de son retour vers l’est, deux centenaria d’or pour l’épargner 39 ;
  • en 550, comme en témoignent l’épigraphie et l’ouvrage de Procope sur les constructions de l’empereur Justinien, ce dernier fait reconstruire à ses frais le circuit tout entier des remparts de Chalcis et le renforce par des avant-corps 40 ;
  • en 554, le jafnide al‑Harith bat et tue le nasride al‑Mundhir en Chalcidène, dans un site nommé en syriaque ‛Ayn ‛Udaya (‛Aynā d-‛Awdāyē), mais il perd son fils Gabala dans le combat et l’ensevelit dans le martyrium du lieu 41 ;
  • en 573, les Perses dévastent une partie de la Syrie, dont Gabboula, la Chalcidène et l’Antiochène 42 ;
  • en 588‑589, Philippicus, beau-frère de l’empereur Maurice et commandant-en-chef pour l’Orient, magister militum per Orientem, est confronté à une mutinerie de la troupe, peut-être à Antioche, et il doit se retirer à l’écart sur les territoires de Chalcis et Bérée 43 ;
  • début 610, les Perses semblent avoir mené une opération contre Chalcis, avant d’occuper la ville dans le courant de l’année ou en 611, et cela durablement, jusqu’en 628 probablement 44.

14L’une des difficultés, pour interpréter ces informations, est de comprendre leur précision géographique. Sur ce point, nous nous sommes efforcé de distinguer dans la mesure du possible la ville de Chalcis du territoire de Chalcis ou Chalcidène. Cependant, une autre ambiguïté demeure, puisque, semble-t-il, la plupart de nos sources continuent à inclure dans la Chalcidène ou dans le « désert de Chalcis » des zones orientales qui n’appartiennent plus à la cité de Chalcis, comme le territoire d’Anasartha, après l’élévation de ce site au statut de cité. Rappelons aussi que le statut administratif du très gros bourg d’Andrôna (al‑Andarin) reste flou, en Chalcidène ou, moins probablement, en Apamène.

  • 45 Notitia dignitatum, Or. 33, p. 69‑71 (éd. Seeck). Vraisemblablement Barbalissos, Greatrex 2007, p. (...)
  • 46 Trombley 1997, p. 184 ; Greatrex 2007, p. 88‑90, n. 14 ; p. 93, n. 29.
  • 47 Voir les améliorations, BE, 1990, 934 (Feissel 2006, p. 176, n° 554) ; SEG 39, 1613.
  • 48 Voir supra, n. 39.
  • 49 Greatrex 2007, p. 92‑93.

15Une autre difficulté est de juger du rôle de la place de Chalcis dans l’ensemble du dispositif militaire du front oriental. Aux yeux de certains savants, la ville aurait pu abriter un commandement régional. Elle ne figure pas dans la Notitia dignitatum du tout début du ve s., dans le chapitre où sont localisées les troupes placées sous l’autorité du dux Syriae et Eufratensis Syriae ; on doit considérer qu’à cette époque le siège du dux est plus près de l’ennemi perse, dans une des villes de l’Euphrate 45. Cependant, plusieurs documents ont été invoqués pour situer à Chalcis le duc de Syrie 46. Le premier, une inscription sur mosaïque de provenance imprécise (probablement al‑Andarin), nomme « le comte Proklos (originaire) de la cité de Chalcis », selon D. Feissel, et non pas « Proklos, le comte de la ville de Chalcis » comme le pensait son premier éditeur 47 ; elle doit être retirée du débat. En revanche, trois passages dans les œuvres des historiens Procope et Jean d’Épiphanie sont plus troublants. Dans le premier, que nous avons signalé supra, au moment où la ville doit payer en 540 une rançon aux envahisseurs sassanides, les habitants leur cachent des soldats et un ἄρχων τῶν στρατιωτῶν 48. Pour Greatrex, ce serait un dux 49. Cependant, on pourrait voir dans ce « commandant des soldats » un chef de la garnison d’un rang moins élevé et, de plus, rien ne prouve qu’il s’agisse d’une garnison importante ou permanente. En effet, les habitants réussissent à dissimuler aux Perses la présence de ces soldats et de leur commandant.

  • 50 Jean d’Épiphanie, FHG IV, p. 274, Ἰουβεντῖνόν τε, τῶν ἐν Χαλκίδι ταγμάτων ἡγούμενον. Voir Greatrex (...)
  • 51 Théophylacte Simocatta (d’après Jean d’Épiphanie), 5, 11, 4, τὸν τῶν Χαλκιδέων ταγμάτων ἡγούμενον.
  • 52 PLRE III, « Iuventinus » ; « Marinus 5 ». Dans les deux cas avec un point d’interrogation. Voir Gr (...)

16Les deux autres textes semblent témoigner d’une situation différente. À la fin du vie s., chez un même historien, Jean d’Épiphanie, deux personnages sont désignés comme chefs des Chalkidea tagmata, ou « troupes de Chalcis » ; le premier, Juventinus, est l’un des trois généraux qui, avec trois mille fantassins, ravagent l’Arzanène sassanide en 572 50 ; le second, probablement nommé Marinus, est envoyé poursuivre, à la tête de dix mille soldats romains et alliés, l’usurpateur perse Bahram Chobin, à la suite de la bataille de Ganzak (en Médie Atropatène) en 591 51. L’un et l’autre, engagés dans des opérations lointaines, pourraient peut-être être considérés comme des ducs, selon la PLRE 52.

  • 53 Greatrex 2007.

17Toutefois, ces témoignages, qui pourraient nous orienter vers la présence permanente d’un dux à Chalcis, doivent être placés dans leur contexte. D’une part, il est probable que les « troupes de Chalcis » soient celles de Chalcidène. D’autre part, il est possible que le siège du commandant de ces troupes, qu’il ait ou non le titre de dux, ne se soit pas trouvé dans la ville, mais, là encore, sur l’un des sites militaires de la Chalcidène. Enfin, comme l’a montré Geoffrey Greatrex, la fonction de dux a évolué et, à la fin du vie s., les ducs sont beaucoup plus nombreux qu’auparavant, exerçant leurs responsabilités sur des territoires rétrécis et sur des troupes réduites. La notion de dux d’une province s’est effacée, au profit de duces d’une cité 53, ce qui conviendrait bien à Chalcis et à la Chalcidène, sans qu’on puisse en tirer des conclusions sur l’importance ou la faiblesse de la garnison installée dans la ville même.

  • 54 Vie d’Alexandre, 41. Contra Todt, Vest 2014, p. 1055, qui en font des subordonnés du magister mili (...)

18On n’est pas surpris de constater qu’il n’y a pas à Chalcis d’autre autorité militaire ou politique lors de la conquête musulmane que dans les siècles précédents : ce sont les responsables de la cité, c’est-à-dire probablement l’évêque et les notables, qui négocient avec les conquérants. Dans la Vie d’Alexandre l’Acémète, le saint est envoyé en réclusion à Chalcis par le magister militum d’Orient, mais dans cette ville il est confié aux autorités municipales et surveillé par des dèmosioi, employés ou esclaves municipaux 54. Cette situation correspondrait cependant à la plus ancienne strate de la Vie, peut-être vers le milieu du ve s.

19L’histoire événementielle ne propose à l’étude archéologique de Chalcis qu’une seule hypothèse de destruction importante, celle de 256 ap. J.‑C., dont on ne sait pas mesurer l’ampleur. De même, les textes seuls ne permettent pas de se prononcer sur les dévastations qu’auraient pu infliger les Perses, lors de la prise de la ville en 611, ou les musulmans, lors de la révolte de 638. Pour ce qui concerne le rôle militaire de Chalcis, nous serions tenté de voir dans la ville, après la rénovation de ses fortifications par Justinien, et plus particulièrement dans le dernier quart du vie s., autant ou plus une place de refuge qu’un avant-poste de la défense d’Antioche. Les nouveaux remparts justiniens n’ont pas transformé la fonction de Chalcis, parce qu’ils faisaient partie d’une politique plus générale qui visait à fortifier d’autres villes de mêmes dimensions, dont Cyrrhus et vraisemblablement Bérée. Il n’y a probablement jamais eu dans Chalcis de construction militaire du type de la caserne ou du palais ducal, ou bien seulement tard et à une échelle réduite.

20Chalcis et Bérée constituaient deux des éléments de la défense d’Antioche contre les envahisseurs venant de l’est. Cyrrhus, fortifiée également par Justinien, jouait ce même rôle vis-à-vis des agresseurs avançant depuis le nord-est. Chalcis pouvait être évitée, en prenant la route de Litarba, par les troupes ennemies, si elles contrôlaient Bérée. Chalcis était également un obstacle à une attaque venue du sud, par exemple d’Apamée, mais il était possible là encore d’aller à Antioche depuis le sud par des routes qui évitaient Chalcis. Une forte garnison aurait pu empêcher des troupes ennemies de se diriger vers la capitale syrienne en menaçant leurs arrières, mais aux périodes qui nous concernent cette forte garnison ne semble pas avoir été présente à Chalcis. Reste un rôle qu’a pu assumer Chalcis en particulier en 531, celui de point d’appui pour une concentration de troupes mobiles venues par des routes différentes qui se rassemblent et qui, elles, menacent les arrières des envahisseurs, d’où qu’ils viennent, ou bloquent leur marche vers Antioche.

Le succès du christianisme

  • 55 Devreesse 1945, p. 129 et 164 ; Honigmann 1947, p. 7, 10, 16 et 28 ; Honigmann 1951, p. 27‑28, 188 (...)
  • 56 Théodoret, Histoire philothée, 3, 11.

21Les listes du concile de Nicée (325 ap. J.‑C.) ne comportent pas d’évêque de Chalcis, signe d’une christianisation relativement lente, que confirme l’absence de tout martyr local, y compris à l’époque de l’empereur Julien, dit l’Apostat (361‑363). On connaît ensuite plusieurs des évêques de Chalcis 55, dont les plus anciens sont Magnus, qui participa au synode d’Antioche en 363, et Eusèbe, qui assista au concile de Constantinople en 381 et que Théodoret mentionne 56. Ce même Eusèbe, conjointement avec l’évêque Acace de Bérée, aurait persuadé Rabboula, selon son biographe anonyme, de se faire baptiser et de devenir moine.

  • 57 Dillon 2000. Jamblique a peu de chances d’être originaire de la Chalcis du Liban, contra Gatier 19 (...)
  • 58 Delfim Santos 2005.
  • 59 Pour Rabboula : Overbeck 1865 ; Drijvers 1999 ; Bowersock 2000 ; Phenix, Horn 2017. Pour Alexandre (...)

22Faut-il considérer que le philosophe néoplatonicien et néopythagoricien Jamblique de Chalcis (mort vers 325) ait eu une influence personnelle ou simplement intellectuelle sur la résistance païenne à Chalcis ? Son acmé est située sous Constantin et il a ouvert à Apamée son école de philosophie après son retour de Rome, vers 290 57. Ses liens avec sa cité d’origine sont inconnus et l’on se gardera de raisonner là-dessus, en l’absence de tout autre témoignage néoplatonicien. Le philosophe Maxime d’Éphèse, disciple d’Aidesius de Cappadoce, lui-même disciple de Jamblique, a été professeur et maître à penser de l’empereur Julien, l’un des inspirateurs de sa politique religieuse de rénovation du paganisme 58. Toutefois, l’impact du néoplatonisme et de cette politique sur Chalcis reste très hypothétique. Notre connaissance de la persistance de la religion traditionnelle – qu’on dira polythéiste ou païenne – à partir du iiie s. ap. J.‑C. à Chalcis est limitée aux témoignages des deux récits hagiographiques anonymes évoqués supra, la Vie de Rabboula et la Vie d’Alexandre l’Acémète, qui l’un et l’autre mettent en scène la conversion au christianisme du même personnage, Rabboula 59.

  • 60 Bowersock 2000, p. 261.
  • 61 Vie de Rabboula, 3‑9 (Phenix, Horn 2017). La rencontre avec Eusèbe de Chalcis se fait sous l’influ (...)

23Dans la Vie de Rabboula, écrite quelque temps après le décès de cet évêque d’Édesse (412‑436), Rabboula, fils d’un prêtre païen et d’une mère chrétienne, appartient à une grande famille de propriétaires terriens. Son père, qui aurait reçu un honneur particulier conféré par Julien, aurait aussi participé à un sacrifice offert « aux démons » par ce dernier partant en guerre contre les Perses. Aux yeux de G. Bowersock, cela correspondrait au sacrifice du taureau blanc accompli à Bérée par l’empereur 60. La nourrice et l’épouse de Rabboula, choisies par sa mère, sont comme elle des chrétiennes. Pourtant, il reste païen et ne se convertit qu’après avoir constaté une guérison miraculeuse opérée par le moine Abraham, puis avoir été convaincu par Eusèbe, évêque de Chalcis, et Acace, évêque de Bérée 61. Si la Vie fait état ensuite de sa mère et de son épouse, et aussi de ses enfants qu’il confie à des monastères, il n’est jamais question de son père pendant ou après les épisodes de sa conversion. On soupçonne que le décès de ce dernier, probablement antérieur à la conversion de Rabboula, a dû la faciliter et permettre les opérations de vente des propriétés familiales qui l’ont accompagnée.

  • 62 Vie d’Alexandre, 9‑23. Outre l’épisode concernant Rabboula, deux autres, appartenant presque certa (...)
  • 63 Gatier, Rousset 2016.
  • 64 Gatier 2013.

24La Vie d’Alexandre l’Acémète comporte un épisode qui semble un rajout tardif au récit général. Cette interpolation inspirée par la Vie de Rabboula donne une version assez différente de la conversion du personnage 62. Le moine Alexandre se rend à Chalcis, une cité où les habitants font constamment des fêtes pour leurs idoles, et il met le feu à leur temple, puis s’installe à l’intérieur. La population s’agite en vain, jusqu’à ce que le notable païen qu’est encore Rabboula monte jusqu’au temple pour s’opposer à Alexandre et finalement débattre avec lui. Le miracle d’un feu tombé du ciel pour enflammer des nattes finit de le convaincre de se faire chrétien. À cela il faut ajouter d’autres miracles, dont un lié à son baptême, et la conversion de la population, qui l’imite et ensuite détruit ses idoles domestiques. De ce récit, il ne faut guère sauver qu’une information topographique : la destruction d’un temple situé sur une hauteur, qui serait probablement le tell‑acropole actuel plutôt que la montagne extérieure à la ville 63. L’interpolateur a poussé à l’extrême le schéma – déjà présent au second plan dans la Vie de Rabboula – des miracles opérés par un moine thaumaturge comme principal argument de conversion de l’aristocrate et de son entourage étendu ici jusqu’à la population entière de la ville. L’insistance sur le rôle des moines dans la christianisation constitue un trait commun aux deux Vies, plus important ici que dans d’autres régions, comme l’Antiochène 64. Ces deux textes ont été rédigés dans des milieux monastiques et on restera prudent sur l’appréciation de ce rôle des moines. Toutefois, ici comme ailleurs, c’est l’évolution de l’attitude des propriétaires terriens vivant en ville qui entraîne la christianisation des campagnes.

Le christianisme dans la ville et sur son territoire

  • 65 Voir Canellis 2014, p. 191.
  • 66 Jérôme, Lettres, 7, 1 (je modifie la traduction de Labourt) ; 15, 2, ad eam solitudinem conmigraui (...)

25De nos jours, le « désert de Chalcis » évoque le souvenir de la vie monastique qu’y mena Jérôme de Stridon, saint Jérôme, à des dates mal établies, peut-être à partir de la fin de l’année 375 ap. J.‑C. et jusqu’en 376‑377, entre deux séjours à Antioche. On connaît cet épisode de la vie du Père latin par les Lettres 5 à 16 et surtout par la Lettre 17 de sa correspondance, écrites depuis la région de Chalcis, les premières expédiées à des correspondants latinophones de Méditerranée occidentale, la dernière à un personnage inconnu par ailleurs, ad Marcum presbyterum Chalcide, « au prêtre Marc à Chalcis » 65. Seule cette adresse permet d’apporter une précision sur le lieu de la retraite monastique de Jérôme. Les descriptions sont ailleurs vagues et répétitives, par exemple dans la Lettre 5, in ea mihi parte heremi commoranti quae iuxta Syriam Sarracenis iungintur, « dans le canton du désert où je demeure, aux confins de la Syrie et des Sarracènes » ; de même, dans la Lettre 7, in ea ad me heremi parte (…) quae inter Syros ac Sarracenos uastum limitem ducit, « vers moi, dans cette partie du désert qui, entre Syriens et Sarracènes, étend un limes vide » 66. Il n’y a cependant aucun doute sur la région concernée, puisque Jérôme, dans sa Lettre 17 envoyée à Marc à Chalcis, se défend des accusations d’hérésie qui ont été portées contre lui. Marc doit être, selon nous, l’un des membres de l’entourage de l’évêque de Chalcis, peut-être le seul latinophone, à une époque où Jérôme – qui a une trentaine d’années – ne maîtrise pas le grec et encore moins l’araméen, alors que le latin n’est guère compris en Orient que par une minorité réduite.

  • 67 Jérôme, Vie de Paul de Thèbes, 6, 2 (d’après la traduction SC).
  • 68 Jérôme, Lettres, 17, 2, de cauernis cellularum, « depuis les grottes de nos cellules » ; manu coti (...)
  • 69 Jérôme, Lettres, 7, 1, hic enim aut barbarus seni sermo discendus est aut tacendum est, « ici, en (...)

26Jérôme, dans sa Vie de l’ermite égyptien Paul de Thèbes, donne deux exemples d’ascètes qu’il a vus lors de son séjour en Syrie : « L’un enfermé pendant trente ans vit de pain d’orge et d’eau bourbeuse, tandis que l’autre dans une ancienne citerne se nourrit de cinq figues par jour 67. » Dans sa correspondance, il présente son propre mode de vie avec le vocabulaire de l’érémitisme, tout en soulignant qu’il se nourrit par son travail, ce qui signifie sa participation à des tâches collectives 68. Mais c’est précisément la question de la vie communautaire ou solitaire qui crée problème. Au désert de Chalcis, Jérôme est en contact permanent avec d’autres moines qui ne parlent que l’araméen et dont il ne supporte pas la méfiance et les accusations d’hérésie, traits qui à ses yeux les rapprochent de la barbarie 69. En somme, on garde l’impression que Jérôme, qui continue à écrire des lettres et à en recevoir depuis l’Occident et qui semble poursuivre son activité intellectuelle, n’est pas véritablement isolé, mais qu’il appartient à une communauté regroupant des moines qui mènent une vie ascétique relativement organisée, entre érémitisme et cénobitisme.

  • 70 Théodoret, Histoire ecclésiastique, 4, 29, 1 : ἐν μὲν τῇ Χαλκιδέων ἐρήμῳ Ἄβιτος καὶ Μαρκιανὸς καὶ (...)
  • 71 Personnage différent de l’évêque de Chalcis du même nom, consacré en 379.
  • 72 Théodoret, Histoire philothée, 3. Voir Canivet 1977, p. 185‑187.
  • 73 Vie de Rabboula, 7 (Phenix, Horn 2017).

27Théodoret de Cyr, en exposant la conduite des moines Marcianos et Avit, sous le règne de Constance II (337‑361) 70, décrit ce type d’organisation. Il montre en particulier comment Marcianos, seul dans une citerne d’abord, puis avec deux disciples installés dans un autre local, et enfin avec une communauté guidée par un supérieur – un autre ascète excessif nommé Eusèbe 71 – mène une vie de reclus et d’ermite dans un monastère progressivement constitué de plusieurs bâtiments 72. Le monastère de « Mar Marcianos l’ermite » est suffisamment connu pour qu’il joue un rôle dans la décision de Rabboula de mener la vie monastique 73. Il nous semble que les mésaventures de Jérôme n’ont pas été interprétées avec suffisamment de recul critique. Il faudrait les placer dans un contexte proche de celui qu’évoque Théodoret.

  • 74 Je comprendrais de cette manière la périphrase de la Lettre 16, 2, monachorum circa commanentium a (...)
  • 75 Il peut s’agir de l’évêque Magnus connu en 363. Todt, Vest 2014.
  • 76 Canivet 1989, p. 134‑136. Jérôme, dans ses Lettres 15 et 16 mentionne trois des rivaux : Mélèce, V (...)
  • 77 Jérôme, Lettres, 17, 3.
  • 78 Balavoine 2020, p. 2.

28Sur le territoire de Chalcis, Jérôme a certainement été moine dans une communauté organisée, qui comptait peut-être des ermites autonomes, mais qui était dirigée par un abbé. Il est très probablement entré en conflit à la fois avec le supérieur 74 – et une partie de la communauté où il se trouvait – et avec l’évêque de Chalcis 75. Ces deux personnages ne sont pas nommés ni même désignés dans les Lettres, mais ils apparaissent en filigrane derrière le pluriel qu’utilise Jérôme pour regrouper ses adversaires. Les raisons des mésententes, aggravées par l’obstacle linguistique, ont pu être plus nombreuses que les questions doctrinales sur lesquelles Jérôme concentre sa Lettre 17. Obéissance, partage des tâches et fraternité ont dû faire question. Certes, il ne s’agit pas de nier l’importance des dissensions théologiques, en pleine querelle de l’arianisme, à une époque où il y a, à partir de 374, trois et même à un moment donné quatre évêques rivaux se déclarant « patriarche d’Antioche » 76. De surcroît et comme dans d’autres conflits religieux, les questions de discipline se mêlent aux disputes théologiques, puisqu’il s’agit aussi – pour les évêques comme pour les moines – de se rallier à tel ou tel patriarche à Antioche. Jérôme appartient clairement au parti de l’un des protagonistes, l’ultra-nicéen Paulin, soutenu surtout par le pape de Rome, alors que certains des rivaux de Paulin, dont le semi-arien Mélèce, paraissent disposer de soutiens plus nombreux. Un groupe de moines, ceux que Jérôme décrit comme « une partie de mon âme, des frères très chers », l’a soutenu, mais la bataille est perdue au moment où Jérôme rédige sa Lettre 17 pendant l’hiver 376‑377, et ses alliés ont été chassés de la communauté ou veulent la quitter 77. On comprend que dans cette lettre adressée à Marc à Chalcis, et indirectement à l’évêque du lieu, Jérôme ait recours « au champ lexical du procès judiciaire 78 », puisqu’il était en situation d’accusé.

  • 79 Théodoret, Histoire philothée, 3, 17 ; Histoire ecclésiastique, 4, 29, 1 ; voir supra, n. 72.
  • 80 Vie de Rabboula, 11‑15 (Phenix, Horn 2017).
  • 81 Rousset 2011, p. 127‑129.

29Les informations sur les moines de Chalcidique offrent un exemple précis de pratiques d’un ascétisme extrême lié à l’érémitisme. La Vie de Rabboula montre le héros, nouveau converti, rejoindre avec son frère et d’autres le monastère d’Abraham – qui est vraisemblablement le moine que Théodoret présentera comme un saint vieillard aux pratiques attardées 79 – puis le quitter pour s’enfoncer, solitaire, dans le « désert intérieur » et s’installer, en recherche d’ascétisme, dans une sorte de trou sous terre, plein de vermines et de reptiles, où il jeûne avec férocité et où une bande d’Arabes lui dérobe son habit et son pain 80. Le récit hagiographique ne débouche pas ici sur la naissance d’une communauté nouvelle, mais sur le retour de Rabboula au monastère de Mār Abraham. Bien que la narration regorge des topoi inhérents au genre littéraire de la vie de moine, dans la lignée de la Vie d’Antoine par Athanase, on peut retenir que des ermites, comme Rabboula, se sont installés dans certaines des « cavités sous roche » qui parsèment la zone et que la prospection des « Marges arides » a rencontrées et identifiées 81.

  • 82 Vie d’Alexandre, 8. Voir Gatier 1995, sur les nouveautés introduites par Alexandre : refus de prod (...)

30La Vie d’Alexandre l’Acémète reproduit le même schéma narratif, mais sans aucune précision sur le mode d’érémitisme et avec un héros plus vindicatif. Le saint passe d’abord quatre années dans le monastère de l’archimandrite Élie, situé très probablement en Chalcidène, avant de reprocher à ce dernier et à ses moines d’accumuler les provisions et peut-être les biens, puis de se fâcher avec eux. Alexandre quitte alors le monastère pour « descendre au désert » et y vivre sept ans en ermite dans les privations, sans que le texte anonyme ne donne plus d’indications sur cette période qui s’achève par la venue du solitaire en ville et sa rencontre avec Rabboula, puis par la constitution d’une communauté d’un type nouveau 82.

  • 83 On trouve la bibliographie et l’étude la plus détaillée dans Tchalenko 1958, vol. 3, p. 63‑85 (Caq (...)
  • 84 Todt, Vest 2014, p. 1057. Voir Alpi 2009, vol. 1, p. 105 et 308‑309, et vol. 2, p. 86‑87 ; l’auteu (...)

31Après le milieu du ve s., il n’est plus question, pour Chalcis et son désert, d’érémitisme ou d’ascétisme extrême, peut-être parce que la personne de Syméon le Stylite puis le succès du stylitisme ont rendu obsolètes toutes les pratiques de privations spectaculaires et d’anachorétisme des périodes précédentes. Les modèles proposés sont désormais des combattants de « l’orthodoxie », évêques ou moines et parfois l’un et l’autre, comme Sévère d’Antioche et Pierre l’Ibère. Les sources écrites mentionnent de nombreux monastères de cénobites, essentiellement dans le cadre de l’affrontement entre partisans et adversaires du concile de Chalcédoine (451 ap. J.‑C.). À Chalcis et en Chalcidène, les moines appartiennent essentiellement à ce dernier courant (monophysite/sévérien/jacobite/miaphysite) et leurs noms ou ceux de leurs couvents se rencontrent par exemple dans ce qu’on nomme les « quatre lettres monophysites » où sont regroupées les signatures ou les adresses des archimandrites de plusieurs dizaines de monastères syriens en 567 et 568. Ces listes ont été étudiées depuis longtemps afin de situer les établissements, dont plusieurs se trouvent en Chalcidène 83. En ce qui concerne Chalcis même, les listes et d’autres documents permettent de proposer deux établissements dans la ville ou à proximité, le couvent de Mār David et celui de Mār ‘Aqibā, mais rien ne paraît très assuré 84. Quoi qu’il en soit, les moines de Mār ‘Aqibā, dès les lendemains de Chalcédoine, se sont opposés au concile et leur monastère est demeuré un centre très actif de cette opposition.

  • 85 Il pourrait aussi avoir été chorévêque de Bérée (Graffin 1982, p. 103 ; de même Todt, Vest 2014, p (...)
  • 86 Overbeck 1865, p. 251‑258 ; trad. Graffin 1982.
  • 87 Phenix 2008.
  • 88 Graffin 1982, p. 103.

32Aucun témoignage ne permet d’envisager un lieu de pèlerinage dans la ville de Chalcis et les textes n’offrent guère que deux informations concernant les bâtiments chrétiens, l’une chez Balaï, l’autre chez Théodoret. Balaï, un poète de langue syriaque, pourrait avoir été chorévêque dans l’évêché de Bérée plutôt que dans celui de Chalcis, mais sa biographie est obscure. De plus, même si la tradition le nomme Balaï de Qennešrīn, rien ne prouve qu’il soit originaire de la cité 85. Auteur d’une œuvre dont on a peine à cerner les contours, il a toutefois écrit sur la dédicace d’une église à Qennešrīn un poème dont la paternité ne lui est pas contestée 86. De même, cinq poèmes en l’honneur de l’évêque Acace de Bérée, mort vers 436‑437, paraissent sûrs. Selon Robert Phenix, il serait également l’auteur d’un poème épique attribué concurremment à Éphrem, composé de douze memre et consacré à l’histoire de Joseph fils de Jacob d’après la Genèse 87. Son hymne sur la dédicace de l’église ne fournit qu’une seule information matérielle, dans la dernière strophe : le bâtiment, dédié à la fin du ive ou au début du ve s. et dont on ignore le vocable, se trouvait sur une montagne 88. On en conclura sans certitude qu’il pouvait se situer sur le tell­‑acropole et a peut-être même succédé au temple de la Vie d’Alexandre l’Acémète.

  • 89 Théodoret, Histoire philothée, 3, 18.
  • 90 Sévère, Homélies 56‑57, p. 73‑94.

33Théodoret de Cyr parle d’une chapelle mortuaire construite à Chalcis par une aristocrate nommée Zénobianè pour les reliques du moine Marcianos, mais le terme employé, sèkon euktèrion, peut désigner aussi bien un bâtiment isolé qu’une annexe dans une église 89. Par ailleurs, deux homélies, conservées en traduction syriaque, ont été prononcées en grec à l’occasion de sa venue à Chalcis par le patriarche monophysite d’Antioche, Sévère, à la fin de septembre 514 et le 1er octobre 90. Elles ne donnent pas de renseignement topographique. Le premier sermon est doctrinal, très anti-chalcédonien ; le second, un éloge des saints martyrs Serge et Bacchus à l’occasion de leur fête, ne permet pas à lui seul de situer un de leurs sanctuaires à Chalcis.

Pouvoir et société

  • 91 Vie de Rabboula, 10 (Phenix, Horn 2017).
  • 92 Vie de Rabboula, 11 (Phenix, Horn 2017).
  • 93 Vie d’Alexandre, 19, 42.

34Les évêques, qui parfois viennent des monastères, ne sont pas originaires pour la plupart de la cité où ils siègent, mais ils appartiennent certainement à la couche dirigeante de cette cité. Avec leur clergé et aussi avec les moines, ils occupent largement les sources écrites. On connaît beaucoup moins bien les laïcs et, à Chalcis, la documentation est pratiquement vide d’informations sur les gens de métier et sur les classes inférieures. Mentionnons toutefois les serviteurs de Rabboula, « à la fois ceux qui étaient nés dans sa maison et ceux qui avaient été achetés », des esclaves qu’il affranchit, en même temps qu’il vend ses biens. Certains s’en vont avec un pécule ; il en confie d’autres à des monastères 91. Une courte indication de son biographe signalant qu’il s’est libéré « de ses dépendants et de ses serviteurs » pourrait renvoyer, en plus de ses esclaves, aux paysans de ses domaines 92. La Vie d’Alexandre l’Acémète contient quelques realia intéressants, par exemple sur la condition paysanne et sur la mendicité urbaine. Un paysan miraculeux, qui transporte de la nourriture sur son âne, du pain et des casseroles de légumes et de lentilles, ravitaille des voyageurs dans le désert, dont l’un s’émerveille de constater qu’un paysan puisse disposer de pain de qualité. Autre anecdote : pour passer inaperçu en s’échappant de Chalcis, Alexandre se serait déguisé en mendiant 93.

  • 94 Eunape de Sardes, 5, 1, 1 ; Damascius, Vie d’Isidore, chez Photius, Bibliothèque, cod. 181, 126a ; (...)
  • 95 Laniado 2002, p. 138. PLRE II, « Theodora 6 », et Goulet 2016 ne se prononcent pas sur la ville d’ (...)
  • 96 Bowersock 2000.
  • 97 Vie de Rabboula, 9 (Phenix, Horn 2017).
  • 98 Vie d’Alexandre, 19.
  • 99 Théodoret, Histoire philothée, 3, 18 : καὶ γένει λάμπουσα καὶ ἀρετῇ διαπρέπουσα καὶ πλούτου περιου (...)

35Les sources écrites livrent quelques informations sur le milieu social de l’aristocratie laïque de Chalcis. Le philosophe néoplatonicien Jamblique de Chalcis, de grande richesse et de haute noblesse, descendrait des princes Samsigeramos et Monimos, c’est-à-dire des dynasties régionales du ier s. ap. J.‑C. 94. À partir du même témoignage, une grande dame païenne du vie s., Théodora, à qui Damascius a dédié sa Vie d’Isidore et qui descendrait des mêmes princes, a pu être considérée comme une « notable de Chalcis de Syrie ». Mais cette implantation géographique nous semble très douteuse pour une païenne de cette époque, que nous n’inclurons pas dans la prosopographie chalcidénienne 95. En revanche, la famille de Rabboula, décrite de manière détaillée par son hagiographe anonyme, appartient à la couche supérieure de la société urbaine de Chalcis. G. Bowersock a souligné avec brio la qualité des informations qu’on pouvait tirer de la Vie de Rabboula sur le milieu des aristocrates opulents du ive s., riches non seulement de leurs grandes propriétés rurales et de leurs esclaves, mais aussi de leur culture grecque et de leur place dans l’administration de la cité 96. Rabboula, après qu’il a décidé de se faire moine, « distribue son or et son argent et tout ce qu’il possédait aux nécessiteux », c’est-à-dire aux institutions d’assistance de l’Église et aux monastères, puisque ses dons parviennent « aux saints et aux pauvres d’Édesse » 97. Il vend aussi tous ses domaines ruraux et en fait bénéficier les pauvres, probablement à travers les mêmes institutions. Après avoir affranchi ses esclaves, il procède de même avec les biens de sa mère, grâce au consentement de cette dernière, et avec ceux de son épouse, puis il confie ses enfants à des monastères. On trouve quelques détails différents dans la Vie d’Alexandre l’Acémète, en particulier la mention de la fondation d’un monastère de femmes par l’épouse de Rabboula, pour elle-même, ses filles et leurs servantes, grâce à ses propres biens 98. Une autre grande dame, Zénobianè, qui, à Chalcis, a offert un bâtiment chrétien, est dite par Théodoret « de noble origine et de vertu remarquable, riche de grands moyens » 99.

  • 100 Sur la fonction, qui consiste essentiellement à s’occuper des travaux d’urbanisme, Feissel 2017.
  • 101 Laniado 2002, p. 23‑24.
  • 102 Voir supra, n. 47. Il ne me paraît cependant pas exclu que Proklos ait exercé une fonction civique (...)
  • 103 Chapitre 2. Voir PLRE III, « Anastasius 10 ».

36La Vie d’Alexandre l’Acémète fait de Rabboula un bouleute, autrement dit un curiale, membre de la curie de la cité – fonction habituelle pour les notables de l’Antiquité tardive – mais aussi un « père de la cité » ou pater ciuitatis, exerçant une charge peut-être anachronique au ive s. et qui pourrait être reportée au vie s. 100. Avshalom Laniado a montré que Rabboula, soumis à la législation destinée à éviter que les curiales ne fuient les curies, avait dû, en abandonnant ses responsabilités municipales, céder certains de ses domaines à la curie 101. L’épigraphie permet d’ajouter deux noms de dignitaires à la liste des notables chalcidéniens tardo-antiques. Proklos, qui porte le titre de comte, probablement honoraire, n’est connu que par une mosaïque inscrite de provenance incertaine 102. Un peu plus explicites, sous Justinien, les inscriptions des remparts nomment, parmi les responsables de la construction et à côté des hauts fonctionnaires, un personnage d’un rang élevé, Anastase, très glorieux (ἐνδοξότατος) ex-consul honoraire ayant le droit de siéger au sénat de Constantinople 103. La carrière de ce probable Chalcidénien est différente et plus prestigieuse que celle des simples curiales et son rang parmi les honorati est supérieur à celui de Proklos.

  • 104 Au iiie s., Chalcis a des concours « à la grecque », comme le montre l’inscription de Laodicée, IG (...)
  • 105 Libanios, Discours 54, 48 ; voir PLRE I, « Domninus 5 ».
  • 106 Supra, n. 54.
  • 107 Libanios, Discours 4, 24 (voir éd. Martin, CUF, commentaire, p. 291).
  • 108 Vie d’Alexandre, 41.
  • 109 Sévère, Homélie 56 (éd. trad. Duval 1906, p. 73).

37Les couches sociales aisées sont éduquées « à la grecque », à Chalcis comme dans les autres villes de Syrie 104, et l’exemple de Rabboula l’illustre parfaitement. Par Libanios, nous savons aussi que la cité avait accordé des privilèges à un sophiste nommé Domninus 105. Cependant, le fonctionnement des affaires civiques de Chalcis pendant l’Antiquité tardive, que nous avons évoqué 106, n’est connu que par de rares témoignages. Un discours de Libanios contre le gouverneur de Syrie Eutropios l’accuse d’extorquer des fonds aux curies et d’avoir pour cela fait infliger des coups aux curiales de Chalcis 107. La Vie d’Alexandre l’Acémète indique que les responsables municipaux redoutaient l’ascète, mais que les citoyens souhaitaient qu’il reste parmi eux, lors de sa relégation à Chalcis 108. On rencontre un autre type de mésentente intestine avec l’incident que rapporte le titre de la version syriaque de l’homélie 56 de Sévère d’Antioche, prononcée en septembre 514 : « Sur son arrivée à Qennešrīn et sa réception par les fidèles de la ville. Le commencement seul de cette homélie avait été prononcé, lorsqu’elle fut interrompue à cause d’une question d’affaire municipale et d’un tumulte, et elle fut reprise subitement à la fin 109. » Malheureusement, nous n’avons pas d’information supplémentaire sur ce conflit qui ne paraît pas directement religieux.

38Les sources écrites montrent donc que Chalcis partageait dans l’Antiquité tardive les caractéristiques des cités gréco-romaines de même taille en Syrie, notamment Bérée (Alep) avec qui elle est fréquemment mise en rapport dans les textes. La christianisation est peut-être légèrement plus tardive à Chalcis qu’en Antiochène, mais l’impact général du monachisme sur la vie religieuse paraît plus fort que dans le reste de la Syrie. Quant au rôle essentiel qu’aurait eu la ville dans la résistance païenne ou dans l’organisation administrative et militaire des provinces orientales, il semble douteux.

Qinnasrin dans les textes d’époque islamique (M.‑O. Rousset)

  • 110 Huygens, Mayer, Rösch 1986, I, p. 241 ; II, p. 986.
  • 111 Cahen 1940, p. 134, n. 4 et p. 155.

39La difficulté dans l’interprétation des textes de l’époque islamique tient au fait que le toponyme « Qinnasrin » peut désigner aussi bien la ville que sa région. C’est toujours sous ce nom qu’apparaît la ville dans les sources arabes et sous celui de Qenneshrin dans les sources syriaques. Le nom « Calquis » apparaît chez Guillaume de Tyr auquel il identifie à tort Artasie 110. Cette identification a été maintes fois reprise par les historiens des croisades mais corrigée par Claude Cahen qui a montré qu’il s’agissait d’Artah et que Qinnasrin apparaissait également sous la forme Canestrine 111. Guillaume de Tyr transcrit Qinnasrin par Canestrivum.

La conquête de la Syrie du Nord par les musulmans

  • 112 Kaegi 1992, p. 159‑171. Pour la mention du traité dans les textes syriaques, voir Brock, Hoyland, (...)
  • 113 Merci à Yassir Benhima pour l’aide à la traduction en français d’extraits depuis al‑Waqidi, Futuh (...)
  • 114 Al‑Tabari XII, p. 178‑181. Il fait allusion à la présence de tribus arabes installées dès le ive s (...)
  • 115 Al‑Baladhuri (trad. Hitti 1916, p. 226‑227).

40L’histoire de la conquête de la Syrie du Nord est affaire de traités successifs, de trêve ou de reddition. Qinnasrin est au cœur de ce processus. Deux accords distincts y sont négociés en 636 ou 637 : une trêve locale – mais essentielle dans la dynamique des événements – puis un véritable traité diplomatique entre islam et Empire 112. L’historien al‑Waqidi (m. 823) mentionne plus précisément deux accords locaux successifs concernant Qinnasrin, négociés selon lui avec les habitants (« les gens de Qinnasrin ») 113. Les accords auraient exclu le territoire d’Alep et même prévu le bornage de leur propre territoire par les habitants de Qinnasrin, mais exigé que les habitants se tiennent à l’écart d’éventuels combats entre les musulmans et l’armée byzantine. Selon al‑Tabari (m. 923), les habitants de la région envoyèrent un message à Khalid b. al‑Walid disant qu’eux aussi étaient arabes et qu’ils avaient été enrôlés de force par les Byzantins 114. Un premier accord temporaire (4 000 dinars et des compléments en pièces d’argent et nature) serait venu à échéance fin 636 115.

  • 116 Kaegi 1992, p. 159‑167.

41Théophane et Michel le Syrien rapportent qu’en 637, Ioannes Kataias, procurateur (epitropos) de l’Osrhoène, vint à Chalcis négocier avec les chefs de l’armée musulmane un traité de non-agression fixant une frontière infranchissable sur l’Euphrate ; mais le traité, qui prévoyait un énorme tribut annuel de 100 000 pièces d’or, ne fut pas accepté ou pas renouvelé par l’empereur Héraclius (610‑641) qui se trouvait alors à Édesse 116. Walter Kaegi conjecture que les deux traités pourraient être deux parties d’un même accord, avec peut-être deux signatures : celle de Kataias sur l’accord général, celle d’un « patricien (local) » sur l’accord concernant directement Chalcis.

  • 117 Ibn al‑Athir II, p. 495 ; Ibn Shaddad (trad. Eddé 1984, p. 234).
  • 118 Al‑Waqidi, Futuh alSham, p. 94, www.alwaraq.net.
  • 119 Al‑Baladhuri (trad. Hitti 1916, p. 223‑224).
  • 120 Al‑Tabari XIII, p. 82.
  • 121 Donner 1981, p. 149‑151.

42Quoi qu’il en soit, la trêve ou les trêves étant de facto caduques, l’armée musulmane, cantonnée à Homs sous l’autorité d’Abu ‘Ubayda, marcha contre Qinnasrin, l’une des portes de la Syrie du Nord et de la route de l’Euphrate, via Ma‘arrat al‑Nu‘man. À la suite de la reprise des raids musulmans, les habitants de Qinnasrin auraient alors « fermé leur ville » et une partie d’entre eux se serait réfugiée à Antioche 117. Après une courte résistance, les habitants capitulèrent bientôt contre la garantie de leurs vies et de leurs biens ; selon al‑Waqidi, ils acceptèrent de payer une jizyah de 4 dinars par tête, plus l’impôt foncier (kharadj118. Cependant, alors que l’armée prolongeait sa marche vers Alep, al‑Baladhuri indique que les habitants se révoltèrent ; ils furent à nouveau soumis par un contingent mené par al‑Simt b. al‑Aswad al‑Kindi (ou Surahbil b. al‑Simt) 119. Parmi ceux qui, en 638, revinrent ainsi sur leur parole en reprenant le parti d’Héraclius figuraient, selon al‑Tabari, les « Tanukhs sédentaires » qui vivaient alors à Hadir Qinnasrin 120. Quoi qu’il en soit des différences entre chroniqueurs, cette succession d’événements apparaît caractéristique de la conquête de la Syrie du Nord : après la défaite de l’armée byzantine de Syrie lors de la bataille du Yarmouk en août 636, les villes de la région restaient quasi livrées à elles-mêmes. Abu ‘Ubayda semble avoir envoyé des contingents limités négocier des redditions locales, le gros de ses forces progressant vers le nord pour les « appuyer par l’arrière » et faire ainsi pression sur les habitants en limitant les affrontements 121.

  • 122 Al‑Tabari XII, p. 18 ; al‑Tabari XIII, p. 108.

43D’après al‑Tabari, c’est Khalid b. al‑Walid, le grand stratège de la conquête, qui battit une « très grande » armée byzantine (une colonne de secours, venue d’Osrhoène par la Jazira), aux alentours de Qinnasrin. Il força ensuite la capitulation des habitants de la ville en assiégeant la citadelle. Qinnasrin aurait alors été détruite (« rasée au niveau du sol » dit al‑Tabari), ce qui est toutefois douteux, puisque al‑Tabari lui-même rapporte que, peu de temps après, Khalid b. al‑Walid s’établit pour un certain temps dans la ville avec son épouse 122.

  • 123 Genequand 2012, p. 42‑43 ; Rotter 1982, p. 131‑133.

44Après la prise de Qinnasrin, le calife ‘Umar b. al‑Khattab (634‑644), dans les dernières années de son règne, rétablit la ville comme camp militaire fortifié. S’implantèrent là des Arabes Banu Kilab et Banu Qays, issus d’une confédération tribale nord-arabique qui avait essaimé dans toute la Syrie du Nord, ainsi que des Banu Tayy, des Arabes venus du centre de l’Arabie (Shammar) au vie s. 123. Les nouveaux venus cohabitèrent avec les Banu Tanukh, chrétiens d’origine sudarabique, dont certains seulement se convertirent à l’islam.

La fortification urbaine

  • 124 Northedge 2008.

45À l’époque islamique, la raison d’être de Qinnasrin est restée la même qu’à l’époque de la fondation de Chalcis : garder un carrefour stratégique. C’est pourquoi les fortifications y jouent toujours un rôle fondamental. On envisagera d’abord le devenir de la muraille de Justinien puis la construction et la vie de la forteresse sur la montagne, découverte lors des travaux de terrain (Chapitre 6). Rien dans les sources ne permet de distinguer de façon sûre ce qui se rapporte à l’une ou à l’autre. Le terme hisn (forteresse), utilisé par de nombreux historiens arabes à propos de Qinnasrin, est majoritaire ; sur (muraille urbaine) est moins fréquent 124.

46Dans quelle mesure la fortification de Justinien a-t-elle été réutilisée, transformée ou reconstruite jusqu’à l’époque médiévale ? Quelques mentions, au hasard des textes, montrent qu’elle était toujours utilisée comme refuge du viie au xiie s.

  • 125 Al‑Baladhuri (éd. De Goeje 1992, p. 144 [trad. Hitti 1916, p. 223]).
  • 126 Al‑‘Azimi (éd. Za‘rur 1984, p. 212).
  • 127 Michel le Syrien, LXII, chap. VIII (Chabot 1905, p. 31).
  • 128 Cobb 2001, p. 94.
  • 129 Al‑Ya‘qubi, Ta’rikh II, p. 349‑350 (merci à Y. Benhima pour cette traduction).

47Comme on l’a vu, au moment de la conquête, « les habitants de la cité de Qinnasrin résistèrent au début, ensuite, ils cherchèrent refuge dans leur forteresse (hisn) et demandèrent à capituler » 125. Dans les années 740, Qinnasrin est à la croisée des affrontements autour du pouvoir califal et certains des bélligérants sont enfermés dans la prison de sa citadelle (qal‘a126. Les fortifications ont sans doute joué un rôle, vers 813‑814, à l’occasion du soulèvement contre le gouvernement abbasside qui enflamma toute la Syrie du Nord qaysite entre Qinnasrin, Antioche et Apamée. Lorsque les leaders de l’insurrection fédérant les tribus qaysites se tournèrent contre les Tanukhs établis à Hadir Qinnasrin et Hadir Halab/Alep, ces derniers se réfugièrent à Qinnasrin après dix jours de combat 127. En 822‑823, leur chef se soumit au calife al‑Ma’mun à la nouvelle de la chute de Balis 128. L’existence d’une fortification est également sous-entendue dans le récit de la révolte d’un Tanukh contre le calife abbasside en 249/863 : « Yusuf b. Ibrahim al‑Tanukhi connu sous le nom d’al‑Qasis s’est également révolté à Ma‘arrat et a levé des troupes de Tanukhs puis est allé jusqu’à la ville de Qinnasrin et s’y est retranché (hasana) et n’a pas bougé de là jusqu’à l’arrivée de Muhammad al‑Muwallad, client du calife (amir al-mu’minin) [, jusqu’à ce qu’il doive céder devant l’armée du calife al‑Musta’in bi‑llah (862‑866)] 129. »

  • 130 Eddé 1984, p. 26.

48D’après al‑Sarakhsi (m. 899), cité par Ibn Shaddad, « Qinnasrin est une petite ville qui appartient au frère d’al‑Fusays al‑Tanukhi. Elle est entourée d’un rempart et possède une citadelle dont la muraille est reliée au rempart de la ville » 130. S’il est souvent difficile de définir à quelle partie du site ces références font allusion, la dernière, en revanche, correspond tout à fait à ce que l’on peut encore actuellement observer comme ruines sur le tell et dans le village d’al‑‘Iss. La première citation, même si elle fait référence à un hisn, ce qui induirait plutôt l’existence d’une forteresse, pourrait également se rapporter à l’acropole fortifiée : les habitants se seraient d’abord réfugiés à l’abri des murs de la ville puis sur l’acropole, accessible seulement de l’intérieur de la cité.

  • 131 Bianquis 1998, p. 113.
  • 132 Le Strange 1890, p. 486. Al‑Istakhri écrivant aux environs de 950, soit cette citation provient d’ (...)
  • 133 Miquel 1963, p. 159 et 163.

49À partir du milieu du xe s., le récit des événements qui ont touché la région ne fait plus explicitement référence aux fortifications de Qinnasrin. En 945, la guerre entre l’émir hamdanide d’Alep Sayf al‑Dawla (944‑967) et Muhammad b. Tughj al‑Ikhsid du Caire, après que Sayf al‑Dawla eut fait prisonnier et tué le gouverneur de Ma‘arrat al‑Nu‘man, puis sa lutte contre les tribus bédouines qaysites de la steppe de Syrie du Nord en 955, avaient abouti à la destruction des oliveraies et des vergers environnant Alep et à la confiscation des terres pour la monoculture des céréales. Ces événements « déstabilisèrent en profondeur la production agricole et artisanale, les échanges commerciaux et l’équilibre entre villes et campagnes, sur les plaines et plateaux de ǧazīra et de Syrie du Nord » 131. C’est peut-être à cette période qu’il faudrait rattacher le début du déclin de la ville. En effet, les textes des historiens médiévaux postérieurs au milieu du xe s. soulignent tous que la ville de Qinnasrin a perdu sa grandeur passée à la suite des dévastations des Byzantins. Néanmoins, le déclin, voire le quasi-abandon de la ville de Qinnasrin ne serait pas dû à leurs seules exactions, mais aurait bien commencé avant le milieu du xe s. En effet, al‑Istakhri indique que « c’est un très petit endroit et ses bâtiments sont insignifiants. C’était un endroit agréable à vivre jusqu’à ce que les Grecs la prennent, mais maintenant c’est devenu un tas d’ordures » 132. Al‑Muqaddasi, qui est passé à Alep vers 965‑975, rapporte aussi que Qinnasrin était alors un désert 133.

  • 134 Eddé 1984, p. 26.
  • 135 Élisséeff 1986, p. 126.

50D’après Ibn Hawqal (vers 967‑988), rapporté par Ibn Shaddad, « les Grecs l’ont détruite si bien qu’on pourrait supposer qu’elle n’a jamais existé à part quelques vestiges en ruine » 134. Ibn Hawqal étant décédé peu après 977, les destructions qu’il mentionne pourraient correspondre à l’attaque byzantine de 966 au cours de laquelle des mosquées auraient été incendiées 135. C’est l’avis de Yaqut qui attribue la ruine de la ville à l’attaque de 962 ou 966 :

  • 136 Gaudefroy‑Demonbynes 1923, p. 30 n. 1, traduit une partie de la notice de Yaqut (IV, p. 185) : « e (...)

Suivant une autre opinion, la ruine de Qinnasrin date de 355/966, quelques mois avant la mort de Sayf al‑Dawla. Le roi des Byzantins entra en campagne contre lui, et Sayf al‑Dawla n’eut pas la force d’accepter une rencontre ; il se détourna de la route des Byzantins qui gagnèrent Qinnasrin, la détruisirent et en brûlèrent les mosquées. La ville ne fut pas repeuplée dans la suite 136.

  • 137 Yaḥyā d’Antioche (Kratchkovsky Vasiliev 1907, p. 805) : en 966 « un détachement arriva à Balis et (...)
  • 138 Ibn al‑‘Adim (éd. Dahan I 1951, p. 164).

51En conséquence, en 966, après l’attaque de Nicéphore Phocas, une partie de la population de Qinnasrīn aurait été déplacée par Sayf ad‑Dawla à Alep 137. Les ruines inhabitées de Qinnasrin demeurèrent à partir de 969‑970 sous l’autorité de l’émir hamdanide d’Alep Qarguya 138.

  • 139 Eddé 1984, p. 27.
  • 140 Les destructions de la ville ont donc toujours été le fait des hommes. Quelques tremblements de te (...)

52Cependant, d’après Ibn Shaddad, « elle fut remise en valeur après cette date. Par la suite, Basile, roi des Grecs, la détruisit en 999. Les Banu Fusays al‑Tanukhi la remirent en état. Les Grecs la dévastèrent lorsqu’ils marchèrent sur Alep en 1031 » 139. L’auteur fait allusion aux campagnes contre la Syrie de Basile II, en 999, puis de Romain III en 1031. Ainsi, après le violent choc initial des années 945‑966, la cité convalescente aurait été reprise et pillée par les Byzantins à chaque génération 140. Ces mentions succinctes ne permettent pas d’estimer l’ampleur des destructions et des reconstructions et quelles parties de la muraille urbaine, de celle de l’acropole ou de la forteresse de la montagne elles ont touchées.

La forteresse de la montagne

  • 141 Eddé 1984, p. 118. Le chapitre concernant le jund de Homs, mentionné dans le sommaire de son ouvra (...)
  • 142 Par exemple Brooks 1897, p. 585.

53Les sources primaires qui décrivent les fortifications sont peu nombreuses et la construction de forteresses et campements militaires au début de l’époque islamique au Bilad al‑Sham n’est mentionnée que rarement. Même Ibn Shaddad, qui a compilé les textes et les renseignements oraux disponibles à son époque dans sa description de la Syrie du Nord (rédaction entre 1272 et 1281) reconnaît que l’exercice n’est pas aisé : « Les places-frontières ne faisaient pas partie des villes auxquelles les chroniqueurs s’étaient beaucoup intéressés. Leur évocation fut toujours liée à d’autres villes dont elles dépendaient, de sorte que nous ne pouvions les étudier à fond 141. » Les autres auteurs, parmi lesquels ceux de langue syriaque, nous renseignent également sur certains aspects des fortifications des viieixe s. 142.

54Le sommet du Jabal al‑‘Iss était éminemment stratégique, par sa position dominante. La description du paysage par R. Mouterde et A. Poidebard vaut pour l’époque médiévale :

  • 143 Mouterde, Poidebard 1945, p. 8. Pour eux, le tombeau a été reconstruit sur les fondations d’une an (...)

La plateforme élevée de l’acropole a vue sur toute l’étendue de la Chalcidique, entre Jebel Hass et Jebel Zâwiyé, jusqu’au Jebel Isriyé et au Jebel Bil‘âs qui ferment l’horizon. Le piton de Nébi ‘Îs est un observatoire à panorama encore plus étendu : au S. apparaissent les collines qui bordent la steppe, au N. toute la plaine vallonnée d’Alep, jusqu’au Jebel Sem‘an et au Jebel Barisha. De là il était aisé de surveiller l’itinéraire de la voie antique Antioche‑Palmyre, entre Litarba (Et‑Têrib) et Androna (El‑Anderîn), ainsi que la route venant d’Alep 143.

  • 144 Rousset 2013a, 2015 ; Chapitre 6.
  • 145 Al‑Harawi (trad. Sourdel 1957, p. 14) ne croit pas à cette attribution et cite d’autres localisati (...)

55La présence de la tombe de Nabi ‘Iss sur cette colline artificielle à l’ouest de la montagne pourrait constituer un indice pour l’interprétation, voire la datation, de la forteresse du sommet de la montagne, découverte par la prospection 144. La tombe est mentionnée à partir du xiiie s. comme étant un cénotaphe du prophète Salih, sur le Jabal al‑Tur qui domine au nord la ville de Qinnasrin 145. Ibn al‑‘Adim, pense qu’il s’agirait plutôt d’une construction de l’un des premiers gouverneurs abbassides de Syrie, Salih b. ‘Ali, mort en 769 :

  • 146 Ibn al‑‘Adim, Bughya, p. 132, www.alwaraq.net. Salih b. ‘Ali aurait laissé d’autres traces à Qinna (...)

Le cheikh ‘Ali b. Abu Bakr al‑Harawi m’a dit que sur la hauteur de la ville de Qinnasrin se trouvait un mashhad qui serait le sanctuaire du Prophète Salih... j’ai la conviction que ce mashhad est une construction de Salih b. ‘Ali b. ‘Abd Allah b. al‑‘Abbas, qui avait la province d’al‑Sham, ainsi que des monuments à Alep et à Qinnasrin, donc le mashhad a été attribué à Salih 146.

  • 147 ‘Abd al-Samad a ensuite été le premier gouverneur abbasside de Qinnasrin (al‑Tabari XXVII, p. 171)
  • 148 Bosworth 1991, p. 55 ; Bonner 1994, p. 18 ; Borrut 2011, p. 446‑455 ; Grohmann, Kennedy 1995, p. 9 (...)

56Salih et ‘Abd al‑Samad b. ‘Ali avaient pris possession sans combat de Qinnasrin, au nom du premier calife abbasside 147. Salih b. ‘Ali est connu pour avoir participé activement à la fortification de la frontière contre les Byzantins. Lui et plusieurs de ses descendants ont été gouverneurs de Qinnasrin, jusqu’en 869 148. La forteresse de la montagne aurait pu être édifiée à son époque, dans le cadre de la refortification des forteresses dans les zones de marches au contact des Byzantins, soit aux environs du milieu du viiie s. Cette forteresse a pu jouer un rôle au moment des révoltes contre le gouvernement abbasside au début du ixe s. Cette hypothèse est corroborée par l’architecture même de la tombe, puisqu’elle est installée dans une tour militaire réutilisée, comme l’indiquent les meurtrières qui étaient encore conservées en 2010.

  • 149 Chabot 1905, p. 75.

57La destruction de cette citadelle aurait pu intervenir au plus tôt sur ordre du calife al‑Ma’mun (813‑833), dans le premier tiers du ixe s. Selon Michel le Syrien, « il [le calife al‑Ma’mun] donna l’ordre de démolir le mur de Cyrrhus, de Qennésrîn, et de toutes les forteresses qui étaient dans toute la Syrie et la Mésopotamie » 149. Estimait-il qu’elles étaient devenues superflues dans le nouveau contexte géopolitique après sa campagne victorieuse contre les Byzantins dans le « Beit Roumaye » ? Une autre hypothèse est que la forteresse de la montagne aurait été détruite en même temps que la ville, après le milieu du xe s. et au plus tard au début du xie s.

  • 150 Selon Denis Genequand, l’absence de souvenir des constructions des premiers siècles de l’islam dan (...)

58Les résultats des prospections archéologiques (Chapitre 6 ; Chapitre 19) confirment que les mentions de reconstruction à l’époque seldjoukide semblent plutôt faire référence à la fortification du tell ; le souvenir de la citadelle de la montagne aurait à ce moment-là été perdu 150.

Une forteresse sur le tell de Qinnasrin

59Au xie s., Qinnasrin reste un objectif ou un point d’appui essentiel des expéditions armées, au cours des épisodes mirdaside, seldjoukide et zengide. D’après les résultats de l’analyse archéologique (Chapitre 6 ; Chapitre 19), il semblerait qu’il faille plutôt envisager une réduction de la taille de la bourgade, à l’intérieur des remparts de l’ancienne acropole, sur le tell.

  • 151 Bianquis 1993, p. 117‑125. L’histoire de la dynastie fondée par Salih b. Mirdas (qui fut d’abord g (...)
  • 152 Ibn al‑‘Adim (éd. Dahan I 1951, p. 261).
  • 153 Ibn al‑‘Adim (éd. Dahan I 1951, p. 277 ; II 1954, p. 260).
  • 154 Ibn al‑‘Adim (éd. Dahan I 1951, p. 291).
  • 155 Bianquis 1993, p. 122.
  • 156 Ibn al‑‘Adim (éd. Dahan I 1951, p. 294).
  • 157 Bianquis 1993, p. 122.

60Installés dans la steppe syrienne, entre l’Euphrate et la voie d’Alep à Homs, les Banu Kilab représentaient une force militaire organisée qui prit part, dans un camp ou dans un autre, aux diverses opérations militaires des Hamdanides. Issus de cette tribu, Salih b. Mirdas et plusieurs de ses descendants furent tolérés ou reconnus comme princes d’Alep, entre 1024 et 1080 151. Durant cette période, Qinnasrin leur sert de refuge dans leurs luttes contre Byzantins et Fatimides ou lors de querelles de succession entre princes mirdasides pour la possession d’Alep. Au début de 1042, Thimal (maître d’Alep par intermittence entre 1029 et 1062) s’y replie après une première tentative avortée de reprendre Alep aux Fatimides 152. Après qu’ils eurent définitivement chassé les Fatimides de la Syrie du Nord, en 1060 153, Mahmud b. Nasr et son oncle ‘Atiyya combattirent pour le contrôle d’Alep et de sa région 154. Le découpage du territoire attribué à chacun passait par Qinnasrin, à l’est (de Rahba à Alep) pour ‘Atiyya et à l’ouest pour Mahmud 155. Après plusieurs années de conflit, la répartition fut entérinée et Qinnasrin, entre autres lieux, resta en possession de ‘Atiyya 156. C’est ce dernier, pour appuyer ses revendications, qui fit appel aux Turcomans en 1063 157.

  • 158 Ibn al‑‘Adim (éd. Dahan II 1954, p. 20).
  • 159 Heidemann 2002, p. 263‑266.
  • 160 Eddé 1984, p. 27.
  • 161 Ibn al‑‘Adim (éd. Dahan II 1954, p. 96) ; Al‑‘Azimi (Cahen 1938, p. 366).
  • 162 Ibn al‑‘Adim (éd. Dahan II 1954, p. 126‑127) ; Ibn al‑‘Adim (Richards 2002, p. 293‑294) ; Al‑‘Azim (...)

61Pour mettre fin au désordre créé en Syrie du Nord par les Turcomans, Alep se soumit aux Seljoukides en 1070. Alp Arslan (1063‑1072), franchit l’Euphrate au début de l’année 1071 puis marcha jusqu’aux alentours de Qinnasrin, avant de remonter vers l’Arménie écraser l’armée byzantine à la bataille de Manzikert, en août de la même année et ainsi mettre un terme à un siècle d’offensives byzantines 158. Qinnasrin s’inscrit dans le mouvement de fortification des villes à l’époque seldjoukide dû aux changements de l’équilibre militaire du pouvoir avant les croisades, à l’instar de ce qui a été démontré pour le Diyar Mudar 159. La place joue un rôle déterminant lors des disputes entre Sulayman b. Qutlumush (1074‑1086) et Taj al‑Dawla Tutush (1078/1079‑1095), le frère d’Alp Arslan qui était en charge de l’ensemble de la Syrie. Selon Ibn Shaddad, « Sulayman b. Qutlumush renforça la citadelle de Qinnasrin et s’y retrancha en 1086 » 160. Alors que Sulayman b. Qutlumush assiégeait Alep, Taj al‑Dawla Tutush fut appelé à l’aide et vint assiéger la forteresse de Sulayman à Qinnasrin qu’il aurait détruite. Il infligea une terrible défaite à Sulayman, tout près d’Alep, au cours de laquelle ce dernier perdit la vie 161. En mars 1097, c’est de nouveau sur les bords du Quwayq, à Qinnasrin, qu’eut lieu l’affrontement fratricide entre les émirs seldjoukides d’Alep, Ridwan b. Tutush, et de Damas, Duqaq b. Tutush, soutenu par son atabeg Tughtakin. Duqaq fut défait et dut s’enfuir jusqu’à Damas, mais la victoire de Ridwan fut de courte durée, car il fut lui-même battu par les Francs 162.

  • 163 Ibn al‑‘Adim (éd. Dahan II 1954, p. 187‑188) ; Élisséeff 1967, p. 319 ; Cahen 1940, p. 285 et 291.
  • 164 Ibn al‑‘Adim (éd. Dahan II 1954, p. 191‑192).
  • 165 Ibn al‑‘Adim (éd. Dahan II 1954, p. 195).
  • 166 Ibn al‑‘Adim (éd. Dahan II 1954, p. 231).
  • 167 Ibn al‑‘Adim (éd. Dahan II 1954, p. 233‑234).
  • 168 Selon les sources et les historiens, la date de cette bataille varie de 1132 à 1135. Sur ce point, (...)
  • 169 Guillaume de Tyr (éd. Huygens, Mayer, Rösch 1986, p. 639) ; al‑‘Azimi (Cahen 1938, p. 407) ; Ibn a (...)
  • 170 Ibn al‑‘Adim (éd. Dahan II 1954, p. 259) ; Élisséeff 1967, p. 355‑356.
  • 171 Ibn al‑‘Adim (éd. Dahan III 1968, p. 134).
  • 172 Ibn al‑‘Adim (éd. Dahan III 1968, p. 187 et 197).

62Au début de l’année 1119, pendant sa campagne contre les Francs, Ilghazi, l’émir urtuqide de Mardin et d’Alep, s’installe à Qinnasrin et en fait sa base arrière d’où partent les raids contre les positions franques 163. Il s’introduit par là dans la région du Rudj où il s’empare d’une forteresse. À la fin du même mois, il sort de Qinnasrin pour encercler et écraser le prince Roger d’Antioche quelque part entre Atharib et Antioche. Après cette bataille dite de l’Ager sanguinis, les Turkmènes détruisent les bataillons francs en fuite vers Zardana, s’emparent de la ville et d’autres places-fortes puis reviennent en août vers Qinnasrin sans essayer de prendre Antioche. Une armée de secours des Francs bat alors le contingent musulman en chemin pour Alep 164. Vers mai 1120, Ilghazi paraît à nouveau devant Qinnasrin, sans rentrer dans la ville 165. Il est vraisemblable qu’il soit venu à Qinnasrin pour bénéficier d’un lieu fortifié, peut-être celui de l’ancienne acropole. Après la défaite de ‘Azaz (en 1125), l’officier seldjoukide Aq‑Sunqur al‑Bursuqi campe quelques jours devant Qinnasrin 166. À la mi‑1126, il marche à nouveau vers la ville avec Tughtakin de Damas ; là, il se mesure aux Francs sans aller jusqu’au combat 167. Il semblerait que, durant les croisades, la ville soit faiblement peuplée et ne joue plus qu’un rôle stratégique. Parmi les événements qui ont marqué cette période, une bataille a eu lieu à Qinnasrin en 1132‑1133 168, au cours de laquelle les Francs ont vaincu l’armée musulmane alépine. L’armée, sous les ordres de Sawar, émir de Zengi, était venue camper près de Qinnasrin, en vue d’attaquer la principauté d’Antioche. Comme elle ne se décidait pas à attaquer, le roi Foulques de Jérusalem, aidé par les forces de Jérusalem et d’Antioche, la surprit de nuit. Il y eut des morts dans les deux camps et le cadi d’Alep fut tué dans cette bataille 169. En 1135, Bertrand, comte de Tripoli, attaqua en vain Qinnasrin au sud d’Alep, cherchant à couper la route qui traversait la Syrie du nord au sud et à compenser la perte de Ma‘arrat al‑Nu’man. Malgré la riposte de Zengi, les Francs purent opérer leur retraite et rentrer sans désastre 170. On peut supposer que, si la place a résisté, c’est grâce à ses remparts qui étaient encore en bon état. En août-septembre 1195, le fils de Saladin, le sultan d’Alep al‑Malik al‑Zahir (1186/1193‑1216) rencontra pour la première fois à Qinnasrin son frère al‑Malik al‑’Aziz d’Égypte 171. Qinnasrin est encore citée pour des opérations militaires mineures en 1219 et 1226 172.

  • 173 Al‑Idrisi (éd. Bombaci et al. 1976, p. 648, traduit par Françoise Micheau, que je remercie).
  • 174 Ibn al‑‘Adim, Bughya, p. 12, www.alwaraq.net.
  • 175 Eddé 1984, p. 27.

63Le fait qu’en 1154, al‑Idrisi mentionne que Qinnasrin possédait une forteresse (hisn) ainsi qu’un souk et des artisans montre que la fortification du tell devait encore être efficace 173. Il est difficile de savoir si la mention du souk se rapporte à l’agglomération sur le tell ou à celle qui est à ses pieds. Ibn al‑‘Adim aurait visité Qinnasrin avant 1262 : « Et j’ai réalisé que la plupart de ses murs et certains des murs de son château (qal‘a) et les portes de sa ville étaient debout 174. » Cependant, d’après Ibn Shaddad, « Taj al‑Dawla Tutush la détruisit lorsqu’il tua Sulayman [autour de 1090] et elle fut dès lors, et jusqu’à nos jours [1272‑1281] ruinée » 175. Ces deux dernières descriptions de la ville nous informent sur l’état des fortifications, mais pas sur celui de la population. La différence entre ces deux informations suggère que des événements graves se sont déroulés entre temps. Même si aucune mention n’est faite de l’arrivée des Mongols à Qinnasrin au milieu du xiiie s., ceux-ci pourraient avoir été impliqués dans la ruine de la citadelle.

Une prospère capitale de district

  • 176 Al‑Tabari XIV, p. 44 ; Al‑Tabari, Ta’rikh, www.alwaraq.net (traduit par F. Micheau).
  • 177 Al‑Ghabban 2011, p. 508.

64À l’arrivée des musulmans, Qinnasrin était une ville prospère de la région d’Antioche (voir ci-dessus). Elle a réellement pris de l’importance au début de l’époque islamique, à la suite du recul d’Antioche, par sa transformation en ville de garnison sous Mu‘awiya. D’après al‑Tabari, « Qinnasrin était l’un des districts (rustaq) de Homs jusqu’à ce que Mu‘awiya en fit un misr (massara) et y plaça en garnison ceux qui avaient à cette époque quitté Basra et Kufa » 176. Le rattachement de certaines familles de Qinnasrin à Kufa est perceptible dans un graffito découvert sur des rochers le long de la route du pèlerinage à La Mecque qui mentionne un certain ‘Amr b. ‘Abd Allah al‑Bajali, originaire de Qinnasrin, qui porte le nom d’une tribu originaire de Kufa 177.

  • 178 Al‑Baladhuri (trad. Hitti 1916, p. 202 et 223). Cette région parfois est considérée comme synonyme (...)
  • 179 D’après Ibn Shaddad (trad. Eddé 1984, p. 3) ; Bonner 1994.
  • 180 Ce système, attribué par la plupart des sources à Harun al‑Rashid, peut être vu également comme le (...)
  • 181 Al‑Muqaddasi (Miquel 1963, p. 159).
  • 182 Élisséeff 1986, p. 127‑128.
  • 183 Eddé 1984, p. 21. M.‑O. Rousset propose d’identifier Hiyar bani l‑Qa‘qa‘ avec le site d’al‑Andarin (...)

65Durant le règne de Yazid b. Mu‘awiya (680‑684), la ville fut pour la première fois établie comme centre administratif du nouveau gouvernorat de Syrie du Nord auquel elle donna son nom : le « jund de Qinnasrin », établi en détachant des districts de celui de Homs, dont, à l’ouest et au nord, Antioche, Alep et Manbij 178. Son étendue géographique varie selon les époques et parfois signifie simplement la région d’Alep 179. Sous al‑Mansur, le jund de Qinnasrin s’étend considérablement vers le nord jusqu’à l’Euphrate et intègre Cyrrhus, Tizin, Duluk, ‘Ayntab et Qal‘at al‑Rum. Au sud, il inclut les deux Ma‘arrat, Hama et Sarmin. En 786, Harun al‑Rashid procède à une réorganisation militaire de la frontière nord avec la création des ‘Awasim, séparés du jund de Qinnasrin 180. Le jund se réduit également à l’ouest d’Antioche et à l’est d’Alep et se limite à la partie au sud d’Alep. Au milieu du ixe s., Qinnasrin était encore le principal établissement d’un jund qui comprenait les districts (kuwar) de Ma‘arrat Masrin, Sarmin, Hiyar bani l‑Qa‘qa‘, Duluk, Ra’ban et Alep, et contrôlait l’aboutissement des routes venant de Raqqa. Au xe s., la capitale était alors Alep, mais Qinnasrin faisait partie des principales villes, avec Antioche et Manbij 181. Les limites de la région étaient alors la côte de Lattaquié à Banyas à l’ouest, Mar‘ash et les ‘Awasim au nord, l’Euphrate de Sumaysat à Balis et, au sud, la région de Hama, avec Shayzar et Rafaniyya, qui était revendiquée tantôt par Qinnasrin, tantôt par Homs 182. Ibn Shaddad mentionne 24 villes comprises dans le jund de Qinnasrin, qui s’étend de l’Euphrate à l’Oronte et au golfe d’Alexandrette et du Taurus jusqu’à Hiyar bani l‑Qa‘qa‘ 183.

  • 184 Al‑Waqidi, Futuh alSham, p. 200, www.alwaraq.net.
  • 185 Cité par Ibn Shaddad (trad. Eddé 1984, p. 26).
  • 186 Borrut 2011.
  • 187 Khanasir est situé plus avant dans la steppe, à environ 55 km au sud-est de Qinnasrin. Les califes (...)
  • 188 Le calife Sulayman aurait bâti un palais, du temps de son gouvernorat, dans le quartier de Hadir, (...)
  • 189 Al‑Ya‘qubi, Ta’rikh II, p. 359 ; Ibn al‑Athir V, p. 27 et 293 ; Al-Tabari XXIV, p. 61 ; Blankinshi (...)
  • 190 Al‑Tabari XXVII, p. 19 ; Michel le Syrien, II, p. 505.
  • 191 Agapius de Manbij, p. 518‑519.
  • 192 Al‑Tabari XXVII, p. 169.
  • 193 Pellat IV, p. 891, § 2223. En 1919, L. Brossé mentionne un petit wali dans le cimetière au pied de (...)

66On peut s’interroger sur les fonctions respectives d’Alep et de Qinnasrin à l’époque omeyyade, étant donné que les deux villes sont presque toujours mentionnées ensemble. Al‑Waqidi rapporte que les conquérants musulmans auraient demandé à Alep, à leur arrivée, de payer le même tribut que Qinnasrin, ce à quoi les habitants auraient répondu : « Qinnasrin est plus ancienne que notre ville, elle est plus peuplée, alors que notre ville a été vidée par la tyrannie de notre maître qui a pris toutes les richesses de la citadelle ». Ils auraient obtenu de ne verser que la moitié du montant demandé 184. Le géographe al‑Istakhri, vers 951, mentionne déjà Alep comme la « cité » (madina) réelle du jund de Qinnasrin, qui tire son nom, dit-il, de l’une des plus petites villes du district ; il mentionne qu’en effet Qinnasrin est la ville éponyme de la province, mais cite Alep comme le centre de l’administration, le principal lieu d’échange commercial et la résidence du plus grand nombre 185. Si Qinnasrin est l’éponyme et la capitale de cette circonscription administrative, centre de pouvoir sous la dynastie des Omeyyades (660‑750), des études récentes ont montré le caractère itinérant du pouvoir à l’époque omeyyade et il ne faut donc pas envisager Qinnasrin comme lieu de résidence permanent pour les califes et les princes omeyyades 186. Aucune mention de palais califal ou princier n’existe pour Qinnasrin, alors qu’il y en a pour Khanasir 187 et pour Alep 188. Cependant, il paraît vraisemblable de considérer qu’un palais du représentant du pouvoir existait sur l’acropole de Qinnasrin (le tell) au début de la période islamique. C’est peut-être là qu’ont résidé certains des califes omeyyades. Sulayman b. ‘Abd al‑Malik (715‑717) aurait passé une bonne partie de son califat à Qinnasrin, mais il avait fait construire un palais à Alep et il est mort à Dabiq, au nord d’Alep 189. Marwan II (744‑750) a sans doute habité Qinnasrin : lorsque Sulayman b. Hisham se révolte contre lui, il fait mouvement de Resafa vers Qinnasrin avec sa famille et ses forces et réunit là des troupes syriennes pour le combattre, mais il est défait à la bataille de Khusaf 190. En 746, c’est de Qinnasrin que part Marwan II pour s’opposer à la rébellion de Mu‘awiya b. Hisham 191. Enfin, en 750, lors de la fuite de Marwan II après la bataille du Grand Zab, celui-ci s’arrête à Qinnasrin avant de fuir vers Homs 192. Dans son récit de la profanation des sépultures de la famille omeyyade, al‑Mas‘udi nous dit que certains des Banu Umayya étaient enterrés à Qinnasrin, ce qui pourrait laisser entendre qu’ils y ont vécu 193.

  • 194 Cobb 2001, p. 141‑143 dresse la liste des gouverneurs de Qinnasrin d’après Ibn al‑‘Adim. De nombre (...)

67Plusieurs « gouverneurs de Qinnasrin » sont mentionnés dans les sources, depuis la prise de la ville jusqu’au milieu du xe s. 194. Dans la mesure où il s’agit des gouverneurs du jund, est-ce que cela signifie qu’ils résidaient nécessairement dans la ville de Qinnasrin ? De même, le fait que les sources sous-entendent que certains des gouverneurs préféraient résider à Alep signale peut-être une situation exceptionnelle et non un usage courant. Ceci pourrait être dû au fait que Qinnasrin aurait eu une fonction militaire tandis qu’Alep aurait eu un rôle plus économique et politique.

  • 195 Eddé 1984, p. 26.
  • 196 Miquel 1963, p. 159.

68Au xe s., c’est déjà l’idée d’une ville dans laquelle les structures du pouvoir sont absentes que véhicule al‑Balkhi (m. 934), cité par Ibn Shaddad : « Qinnasrin est une ville qui a donné son nom au district, bien que l’Hôtel du gouvernement (dar al‑imara), les marchés, tous les gens et toutes les habitations soient à Alep 195. » Al‑Muqaddasi a eu le même sentiment lors de son passage à Alep vers 965‑975. Pour lui, Qinnasrin n’est que l’un des chefs-lieux du district de Qinnasrin, dont la population a diminué, et la capitale du district est Alep 196. Il livre ses raisons :

  • 197 Miquel 1963, p. 163.

On m’objectera peut-être : pourquoi avoir pris Alep comme capitale du district, alors que celui-ci renferme une ville du même nom que lui ? Nous avons dit, répondrons-nous, que les capitales étaient comparables aux généraux et les chefs-lieux à l’armée. Il ne nous est donc pas possible de faire d’Alep, la magnifique, résidence de l’autorité et centre de l’administration, non plus que d’Antakiya, ville inestimable, ou de Balis, si prospère, les soldats d’une petite ville en ruine 197.

69Alep était alors, déjà, le principal établissement du jund, désormais séparé d’Antioche tenue par Byzance.

  • 198 Kennedy 1985, p. 18.

70Pour Hugh Kennedy, la polis de Chalcis n’aurait pas réussi sa transformation en madina et la période de transition entre les deux aurait marqué la fin de son histoire urbaine 198. Cependant, même en n’étant plus une ville, Qinnasrin a continué à assurer sa fonction militaire jusqu’à l’époque des croisades.

  • 199 Al‑Muqaddasi (Miquel 1963, p. 162‑163) ; Yaqut IV, p. 185 ; Ibn Shaddad (éd. Sourdel 1953, p. 30)  (...)

71Les textes permettent de percevoir l’état économique et agricole de Qinnasrin. Un hadith du Prophète (non daté) mentionne Qinnasrin comme un « lieu de refuge » (dar al‑hijra), conjointement à Médine et Bahreïn 199.

  • 200 Al‑Baladhuri (éd. De Goeje 1992, p. 144‑145 ; trad. Hitti 1916, p. 223). Al‑Baladhuri est cité par (...)
  • 201 Shahîd 2002, p. 149.
  • 202 Shahîd 1984, p. 551. Des femmes servaient dans les églises longtemps après et une cathédrale est m (...)
  • 203 Voir supra, al‑Tabari, www.alwaraq.net.
  • 204 En effet, les niveaux les plus anciens d’al‑Hadir datent de cette époque (Rousset, Bovagne, Rochet (...)

72La prospérité apparente de la ville, au viie s., est peut-être due au fait qu’il ne semble pas y avoir eu de bouleversement brutal après la conquête musulmane. Les habitants de la ville sont restés majoritairement chrétiens en l’absence de véritable mouvement d’islamisation avant la fin du viiie s. 200. En revanche, pendant la période abbasside, le calife al‑Mahdi (vers 780) livra une lutte sanglante contre les membres de la tribu des Tanukhs qui habitaient encore dans la région de Chalcis/Qinnasrin. Il décapita leur chef Mahatta, qui refusait de se convertir à l’islam, et ordonna la destruction de leurs églises 201. Il inscrivit sur leurs mains le mot « Qinnasrin » en vert. Mais une partie seulement des habitants adopta l’islam à la suite de ces événements 202. On observe cependant un changement dans la nature du peuplement. D’après al‑Tabari, Mu‘awiya b. Abi Sufyan a installé en garnison à Qinnasrin ses partisans iraqiens durant la guerre civile qui l’a opposé à ‘Ali 203. Mais ceux-ci ont pu être fixés dans le hameau d’al‑Hadir plutôt que dans la ville de Qinnasrin 204.

  • 205 Une partie de cette région a été prospectée entre 1995 et 2010 par la mission géoarchéologique des (...)
  • 206 Élisséeff 1986, p. 127.
  • 207 Al‑Muqaddasi (Miquel 1963, p. 239).
  • 208 Massé 1973, p. 139.
  • 209 Al‑Hamadhani (trad. Massé 1973, p. 136).

73Qinnasrin est située dans la zone de contact entre le Croissant fertile et la steppe de Syrie centrale ; elle contrôlait à la fois une riche région agricole et d’immenses zones de pâtures extensives 205. Sa prospérité est attestée par les montants d’impôts versés à al‑Ma’mun au nom du jund. Au ixe s., le jund de Qinnasrin payait 350 000 dinars soit trois fois plus que Damas 206. Au milieu du xe s., il versait, au titre du kharaj, 400 000 dinars (autant que Damas) et, au titre de la himaya, encore 360 000 dinars 207. Al‑Hamadhani (m. 902) rapporte que « le pays le plus fertile du monde en olives s’étend de la Palestine à Qinnasrin » 208. Il indique un rendement annuel de 4 000 dinars pour le kharaj à Qinnasrin, sans préciser s’il s’agit de la ville ou du jund 209. Même s’il s’agissait de la ville, ce montant pourrait indiquer qu’à cette époque celle-ci était peut-être déjà entrée dans une phase de déclin.

  • 210 Eddé 1984, p. 26.

74Pour Ibn Hawqal, rapporté par Ibn Shaddad, un peu avant le milieu du xe s., « c’est une ville qui a donné son nom au district ; c’était une des localités les plus densément construites de la région, toutefois à l’extérieur de la ville, l’air est sain » 210. Cette dernière remarque renforce l’idée d’une population importante. D’après Ibn al‑‘Adim, contrairement à sa région qui buvait l’eau de pluie, la ville était alimentée en eau potable par un aqueduc :

  • 211 Ibn al-‘Adim, Bughya, p. 12, www.alwaraq.net. Je remercie Mohamed al‑Dbiyat de son aide pour la tra (...)

Quant à la ville elle-même, le Quwayq passe à côté d’elle, et un canal (qanat) apportait l’eau depuis la source ‘Ayn al‑Mubaraka à proximité d’Alep jusqu’à la ville de Qinnasrin. Le trajet de la qanat suivait le piémont de la montagne d’al‑Wadhahi jusqu’à Saldi, puis elle a été conduite sous terre pour aboutir à al‑Qanater, qui est un village appartenant à Qinnasrin. Là, des arches étroites ont été édifiées pour elle, sur lesquelles l’eau passait pour aboutir à un lieu surélevé. Puis elle est allée sous terre jusqu’à la ville de Qinnasrin, et les habitants de Qinnasrin en buvaient 211.

  • 212 Eddé 1999, p. 490.
  • 213 Eddé 1999, p. 489.

75D’autres sources, chaudes, sont mentionnées par Ibn al­-‘Adim, près de Qinnasrin 212. Au xiiie s., le système d’acheminement d’eau s’étant délabré, les habitants restés à Qinnasrin devaient récolter l’eau de pluie dans des citernes 213.

  • 214 Ibn al‑Qalanisi, traduction inédite non paginée de Thierry Bianquis. Je remercie Jean-Michel Mouto (...)

76Le récit d’Ibn al‑Qalanisi, sous l’année 381/991, nous renseigne sur la présence d’un moulin dit al‑Qayrimi, à un parasange d’Alep, non loin de Qinnasrin, dans un secteur où est cultivé du blé. Il est lié à un « canal d’irrigation de deux coudées de profondeur et d’une coudée de large (0,90 x 0,45 m) » qui pourrait être le bief. Ce moulin devait être d’une taille importante car dix soldats y trouvent refuge 214.

  • 215 Ibn al‑‘Adim (éd. Dahan II 1954, p. 54‑55) ; Bianquis 1991 ; Bianquis 1993, p. 123.

77À un moment où la nature urbaine de Qinnasrin n’est plus assurée, un événement montre que la richesse pouvait encore y être concentrée. En juillet 1076, le Turc Muhammad b. Dumlaj dispersa une puissante coalition de Banu Kilab composée de 70 000 cavaliers et fantassins, cantonnée à Qinnasrin. Les Turcs auraient remporté là un énorme butin de 100 000 chameaux, 400 000 brebis, un grand nombre d’épouses et de concubines kilabites et 10 000 combattants réduits en esclavage 215.

Qinnasrin après la ville

  • 216 Schefer 1881, p. 34.
  • 217 Sourdel 1953, p. 32. Ces colonnes, notamment dans la salle de prière, ont été remplacées par des p (...)
  • 218 Sauvaget 1933, p. 58. Il s’agissait sans doute de la grande mosquée.
  • 219 Au moins deux toponymes en « jisr » existent le long du Quwayq dans les 4 km au nord d’al‑‘Iss.

78Lors du passage de Nasir‑i‑Khusraw, au milieu du xie s., la ville de Qinnasrin n’est plus qu’un « pauvre village » 216. À partir de cette époque apparaissent plusieurs mentions de récupération et de remploi des matériaux de construction de Qinnasrin. D’après Ibn Shaddad, ses colonnes ont été réutilisées pour restaurer la mosquée omeyyade d’Alep après l’incendie du 24 juillet 1169 217. Ibn al‑Shihna précise qu’elles proviennent de la mosquée de Qinnasrin 218. La ville a également servi de carrière pour la construction d’un caravansérail et d’un pont sur le Quwayq 219. Ibn al‑‘Adim mentionne qu’après la mort du Seldjoukide Sulayman b. Qutlumush, en 1086 :

  • 220 Ibn al‑‘Adim (Dahan II 1954, p. 96). Ibn al‑‘Adim, Bughya, p. 12, www.alwaraq.net. Traduction aidé (...)

La citadelle (qal‘a) de Qinnasrin a été ruinée avec la ville et les gens ont pris ses pierres pour leur propres constructions et pour celles de moulins (sakûrat al‑’ârâ’). Mahmoud b. Zanki [Nur al‑Din, 1146‑1174] a construit en premier lieu le khan Qinnasrin avec ses pierres. L’atabek Tughril al‑Thahiri [Tughril III, 1176‑1194] l’a ensuite agrandi. Une grande quantité de choses ont été transportées depuis la ville jusqu’à Alep. Et ses pierres ont également été transférées jusqu’au pont qui a été rénové par Sayf al‑Din ‘Ali b. Sulayman b. Jandar [m. 1225] à al‑Wattah et il l’a pavé de pierres, et dans le caravansérail qu’il avait rénové à Tell al‑Sultan. La ville et ses environs ont disparu, ses ruines se sont effacées, et il ne reste d’elle aujourd’hui que le village de Qinnasrin habité par des paysans et des fermiers. D’importantes ruines en témoignent 220.

  • 221 Dussaud 1927, p. 180‑183.
  • 222 Eddé 1999, p. 512.
  • 223 Gaudefroy-Demonbynes 1923, p. 30, n. 1, qui traduit une notice de Yaqut IV, 185 d (voir n. 135) ; (...)

79Malgré sa ruine, Qinnasrin reste une étape sur la route d’Alep à Damas. Depuis l’Antiquité, celle-ci longeait le Quwayq à l’ouest 221. À la fin du xiie s., elle passait par Khan Tuman et Qinnasrin 222. Les étapes étaient marquées par des caravansérails. L’un d’eux est mentionné à Qinnasrin, au xiiie s., comme une étape des caravanes partant d’Alep vers le sud. Selon Yaqut (m. 1229), « aujourd’hui on n’y trouve plus qu’un caravansérail où les caravanes font halte, avec un collecteur de la dîme pour le compte du sultan et un petit troupeau soumis à cette dîme »223.

  • 224 Pouzet 1988, p. 116 (référence aimablement communiquée par J.‑M. Mouton que je remercie).

80La ville, malgré sa ruine, reste également une référence topographique, comme l’indique la formulation de l’étendue du territoire sous la domination du grand cadi de Damas, Ibn Khallikan, en 1260 (« de Qinnasrin à al‑‘Arish ») 224.

Questions de toponymie

  • 225 Yaqut (II, 347) fait mention du fait que Qinnasrin s’appelait Suba (صوبا) à l’époque d’Alexandre.
  • 226 Voir supra au début de la partie de P.‑L. Gatier.
  • 227 Oppert 1862, p. 39‑43.
  • 228 Par exemple Charmoy (1868, p. 261, n. 1) dans son édition du Chèref Nameh (1596‑1597) ou, ensuite, (...)

81À plusieurs périodes de son histoire, Chalcis/Qinnasrin a eu des homonymes qui ont compliqué la recherche de sa localisation géographique, son identification et l’attribution de certains faits historiques. La question de l’attribution du monnayage de Flavia Chalcis à l’une ou l’autre des deux Chalcis de la Syrie romaine (de Syrie du Nord ou du Liban) a été traitée par J. Aliquot (Chapitre 1) et ne devrait plus faire débat. La ville est citée dans la Table de Peutinger (entre 200 et 450), dans l’Itinéraire d’Antonin (vers 300) et dans la Cosmographie de Ravenne (viieviiie s., d’après des documents du iiieive s.), en tant que « Calcida » ou « Chacida » et, au moins dans la Table de Peutinger, « Cani » (trace, peut-être, de son premier nom araméen) 225. À partir du vie s., les sources syriaques mentionnent deux « Qenneshre » qui sont parfois confondus dans la littérature orientaliste. Si l’un correspond bien à la Chalcis byzantine, le second fait référence au célèbre couvent proche de Jerablus, qui a fourni de nombreux évêques à l’Église jacobite (dont l’église de Chalcis/Qenneshre/Qinnasrin) 226. Cette confusion a été faite par Jules Oppert, qui a participé en 1851 à l’expédition de Mésopotamie dirigée par Fulgence Fresnel. Dans la publication qui en est issue, il met en doute la localisation de Chalcis/Qinnasrin établie par Pococke au sud d’Alep. Il propose de l’identifier plutôt avec « Kounseroun », non loin de l’Euphrate, où il a pu observer de nombreuses ruines ainsi qu’une stèle romaine surmontée d’un aigle qu’il a pensé pouvoir être la même que celle observée par Pococke à Qinnasrin 227. Plusieurs publications postérieures ont repris et diffusé cette théorie 228.

  • 229 « Nous écrivons ainsi [‘īs] (au lieu de ‘Īṣ sur la carte 1 et H. Kiepert‑Sachau) d’après Blanckenh (...)
  • 230 Canard 1951, p. 218.
  • 231 Von Oppenheim 1901, p. 78‑79 ; von Oppenheim, Lucas 1905, p. 55‑57 ; Honigmann 1927, p. 1081 ; Sou (...)
  • 232 Sachau 1883, p. 102 ; Élisséeff 1986, p. 127 ; RCEA (Kervran, Ory, Schneider 1975).
  • 233 Eddé 1984, p. 25, n. 2.
  • 234 Seul le nom Qinnasrin apparaît dans la liste des villages de la province d’Alep de la fin du xvie  (...)
  • 235 Pococke 1745, p. 149.
  • 236 British Library, MSS4824, fol. 99. Arthur Pullinger était un marchand érudit qui a hébergé Richard (...)

82L’origine du toponyme moderne du site de Qinnasrin, al‑‘Iss, demeure obscure. Il apparaît sur les cartes topographiques contemporaines au 1:50 000 comme « al-‘Īs » (العيس). Le nom arabe le plus proche et auquel on pourrait être tenté de l’assimiler est « ‘Īsā » (عيسى ; Jésus), mais celui-ci ne semble pas lié à la ville de Qinnasrin. Cette particularité avait déjà été notée il y a plus d’un siècle par Max van Berchem et Edmond Fatio qui s’interrogeaient sur la meilleure manière de transcrire ce toponyme et avaient finalement opté pour « ‘īs » 229. On rencontre parmi les arabisants presque toutes les formes de transcription possibles, « ‘Is 230 », « ‘Īs 231 », « ‘Īṣ 232 » ou encore « ‘Iṣṣ 233 ». Ceci s’explique par le fait qu’il n’existe pas de mention de ce nom pour le village, ni à l’époque médiévale, ni à l’époque ottomane 234. En effet, la mention la plus ancienne de ce toponyme remonterait à Richard Pococke qui a visité le site en 1738. Dans sa description, il dit que le village s’appelle « Kennasserin » et que la montagne à côté s’appelle « Sheik Aite » 235, mais il s’agit probablement d’une mauvaise transcription des notes d’Arthur Pullinger qui mentionne « Sheik Aisc » ou « Aise » 236.

  • 237 Drummond 1754, p. 236.
  • 238 Sachau 1883, p. 112.
  • 239 « Das heutige Kenniṣrīn ist ein elendes Dörfchen aus Lehmbauten mit Kuppeldächern, aber ornamentir (...)

83Alexander Drummond qui visite le site en 1748 l’appelle Chalcis ou Old Aleppo 237. Le toponyme al‑‘Iss serait donc apparu d’abord pour désigner le tombeau sur la montagne et la montagne elle-même : Carl Eduard Sachau, qui voyage en 1879, parle du « Djebel Nebi ‘Îṣ » mais mentionne le village comme « Chalcis Ḳinnesrîn » 238. Quand al‑‘Iss est-il devenu le nom officiel du village ? La réponse est fournie par Max von Oppenheim : lors de sa visite en 1899, il voit la tombe d’al‑‘Iss, récemment reconstruite au-dessus de Qinnasrin, d’après laquelle on appelle aussi le village 239.

  • 240 Al‑Dbiyat, Jaubert 2006, p. 77‑78 : les tribus bédouines de la région furent soumises à l’autorité (...)

84Il existe une analogie troublante entre le nom grec de Chalcis et la transcription du toponyme actuel « al-‘Iss ». Les cinq dernières lettres du premier composent la totalité du nom moderne, sachant que le « c » est souvent utilisé en exposant pour transcrire la lettre arabe ayn. En somme, un nouveau nom, arabisé, aurait pu naître du toponyme grec pour désigner d’abord la montagne puis le village moderne. La mémoire du nom « Chalcis » aurait été rappelée sur place par les voyageurs venus déchiffrer les inscriptions de la porte urbaine à partir du xviiie s., à un moment où le village était quasiment abandonné. Le nouveau nom aurait été adopté au moment où le village aurait été repeuplé par la sédentarisation de tribus bédouines dans la région d’Alep à partir de 1840 240.

Notes

1 Todt, Vest 2014, p. 1048‑1059. Cette notice complète les articles de l’Encyclopédie de l’Islam (Honigmann 1927 ; Élisséeff 1986) et de la Realencyclopädie (Benzinger 1899).

2 Rousset 2012a, p. 11‑17.

3 Honigmann 1925, p. 73.

4 Honigmann 1923, p. 176‑177 ; Todt, Vest 2014, p. 1057, n. 14 (traité Rōš ha-š-šānā, 26 a), d’environ 500 ap. J.‑C.

5 Maricq 1958, p. 308‑309 ; Huyse 1999, p. 30 et 151 ; Dodgeon, Lieu 1991, p. 50.

6 Cependant, une partie des textes syriaques nomme la ville Klqys.

7 Watt 1999.

8 Todt, Vest 2014, p. 1055‑1056.

9 Chapitre 2.

10 Feissel 1982, 2000a.

11 Gatier 2001, p. 97‑99.

12 Voir la carte de Tchalenko 1953‑1958, vol. 3, p. 57, révisée par Feissel 1982, p. 335. Voir supra J. Aliquot (Chapitre 1, n. 19).

13 Voir entre autres Geyer 2000 ; Geyer, Rousset 2001, 2011 ; Rivoal, Rousset 2019.

14 Voir supra J. Aliquot (Chapitre 1).

15 Jérôme, Vie de Malchus, 3, 3 (SC) : ad eremum Chalcidos, quae inter Immas Beroeam magis ad austrum sita est. Je corrige la traduction de la collection Sources Chrétiennes, qui lie par erreur la précision géographique à eremum plutôt qu’à Chalcidos : « au désert de Chalcis qui s’étend entre Imma et Bérée plutôt vers le sud ».

16 Vie de Rabboula (Phenix, Horn 2017), p. 8‑9.

17 Julien, Misopogon, 369 a.

18 Petit 1955, p. 114, n. 1, parle de « stocks de l’intendance », ce qui contredit ses remarques de la p. 106, « acheté sur le marché libre ».

19 Pline, NH, 5, 81 : Chalcidem cognominatam Ad Belum unde regio Chalcidena fertilissima Syriae.

20 Ammien Marcellin, 3, 114‑115.

21 Bowersock 2002, p. 49‑50.

22 Geyer 2000 ; Geyer, Rousset 2001.

23 Mouterde, Poidebard 1945, p. 3.

24 Geyer 2000 ; Rousset 2011, p. 129‑134.

25 Malalas, 12, 26, 61 : καὶ ἦλθεν ὁ αὐτὸς Σαπώρης, βασιλεὺς Περσῶν, μετὰ δυνάμεως στρατοῦ πολλοῦ διὰ τοῦ λιμίτου Χαλκίδος, καὶ παραλαμβάνει τὴν Συρίαν πᾶσαν καὶ πραιδεύει αὐτήν. Καὶ παραλαμβάνει Ἀντιόχειαν τὴν μεγάλην πόλιν ἐν ἑσπέρᾳ.

26 Isaac 1988. Les idées de l’auteur ont suscité des débats, voir en particulier son postscript de 1998 et Drijvers 2011, mais cela n’a pas d’incidence sur la compréhension du texte de Malalas. Bowersock 2002, p. 47‑48, n. 3, résume la question sémantique.

27 Isaac 1988, p. 306‑307, sur Malalas, 12, 26, 61 et 81.

28 Malalas, 2, 7, 46 ; 5, 39, 18 ; 8, 22, 3 ; 10, 4, 72 ; 18, 2, 16. On peut ajouter d’autres passages dont 12, 34, 5 ; 12, 40, 27‑31 ; 18, 16, 19 ; 18, 32, 34 ; 18, 60, 16.

29 Dussaud 1927, p. 476‑481, carte XIV ; Honigmann 1932, « 14. Itinerarien und Römerstrassen », col. 1645‑1680.

30 Procope, Guerres, 2, 12, 1-2. Todt, Vest 2014, p. 1048, placent Alep à 27 km de Chalcis (en fait, il y a exactement 27,7 km « porte à porte » par la route de Khan Touman et 22,2 km à vol d’oiseau, de tell à tell). Feissel 2002 a montré la complexité du système de calcul des distances chez Procope. L’historien, quand il connaît la distance en milles, fait souvent équivaloir un mille romain à sept stades.

31 Tchalenko 1953, vol. 2, pl. 36‑39. La voie qui traverse du nord au sud le Massif calcaire depuis Cyrrhus jusqu’à l’Oronte, par la plaine de Dana, est largement imaginaire.

32 Julien, Lettres, 58, 399 d.

33 Procope, Guerres, 1, 18, 8. Sur la distance, voir supra, n. 30.

34 Greatrex, Lieu 2002 font l’étude détaillée des opérations sur le théâtre oriental.

35 Voir supra, n. 5 et 27.

36 Voir PLRE II, « Leontius 17 ». La Chronique de Théophane (AM. 5976) est seule à donner Léontios pour originaire lui-même de Chalcis.

37 Chronique de Théophane (AM. 6021). L’incendie de la ville que seule rapporte la Chronique de Jean, évêque de Nikiou (éd. trad. Zotenberg, ch. 90, p. 392) n’a probablement aucune réalité, bien que Todt, Vest 2014, p. 1049, paraissent l’accepter. Au cours d’une étape de l’élaboration du texte, aujourd’hui perdu, de l’évêque de Nikiou ou de sa traduction préservée en guèze, on n’a pas fait la différence entre la ville et son territoire.

38 Procope, Guerres, 1, 18, 8.

39 Procope, Guerres, 2, 12, 12.

40 Procope, Constructions, 2, 11, 1 et 8‑9 ; Feissel 2000b, p. 97‑98.

41 La source essentielle est Michel le Syrien (éd. trad. Chabot, II, p. 269 et 323‑324). Voir Shahîd 1995, p. 240‑251 ; Greatrex, Lieu 2002, p. 129‑130. Todt, Vest 2014, p. 1049, identifient le site à ‛Ayn Ubāġ. Là où Chabot traduit « le martyrion de ce village », Greatrex, suivant les observations de Shahîd, donne « a martyrion of this fort », qui convient mieux pour rendre le syriaque qasṭrā. Shahîd considère que ce kastron doit être Chalcis et que ce martyrium doit se trouver dans la ville : hypothèse improbable, puisque Chalcis, qui est une cité (civitas/polis), n’est jamais définie dans nos sources comme un castrum/kastron.

42 Greatrex, Lieu 2002, p. 147.

43 Évagre, Histoire ecclésiastique, 6, 7. Voir Greatrex, Lieu 2002, p. 170.

44 Michel le Syrien, II, p. 378. Voir Todt, Vest 2014, p. 1058, n. 22‑23.

45 Notitia dignitatum, Or. 33, p. 69‑71 (éd. Seeck). Vraisemblablement Barbalissos, Greatrex 2007, p. 89.

46 Trombley 1997, p. 184 ; Greatrex 2007, p. 88‑90, n. 14 ; p. 93, n. 29.

47 Voir les améliorations, BE, 1990, 934 (Feissel 2006, p. 176, n° 554) ; SEG 39, 1613.

48 Voir supra, n. 39.

49 Greatrex 2007, p. 92‑93.

50 Jean d’Épiphanie, FHG IV, p. 274, Ἰουβεντῖνόν τε, τῶν ἐν Χαλκίδι ταγμάτων ἡγούμενον. Voir Greatrex, Lieu 2002, p. 142.

51 Théophylacte Simocatta (d’après Jean d’Épiphanie), 5, 11, 4, τὸν τῶν Χαλκιδέων ταγμάτων ἡγούμενον.

52 PLRE III, « Iuventinus » ; « Marinus 5 ». Dans les deux cas avec un point d’interrogation. Voir Greatrex 2007 qui accepte cette hypothèse.

53 Greatrex 2007.

54 Vie d’Alexandre, 41. Contra Todt, Vest 2014, p. 1055, qui en font des subordonnés du magister militum.

55 Devreesse 1945, p. 129 et 164 ; Honigmann 1947, p. 7, 10, 16 et 28 ; Honigmann 1951, p. 27‑28, 188‑190 et 235 ; Todt, Vest 2014, p. 1054‑1056 ; Alpi 2009, vol. 2, p. 122‑123, 137, 157, 163 et 175. Toutefois Fedalto 1988, p. 700‑701, inclut dans sa liste des évêques très incertains, comme Thelaphios vers 342‑343 (évêque de Chalcédoine, Honigmann 1947, p. 161) et Tranquillus au iiie s.

56 Théodoret, Histoire philothée, 3, 11.

57 Dillon 2000. Jamblique a peu de chances d’être originaire de la Chalcis du Liban, contra Gatier 1999‑2000, p. 110‑111.

58 Delfim Santos 2005.

59 Pour Rabboula : Overbeck 1865 ; Drijvers 1999 ; Bowersock 2000 ; Phenix, Horn 2017. Pour Alexandre l’Acémète : De Stoop 1911 ; Gatier 1995 ; Caner 2002, p. 126‑157 et 249‑280 (traduction) ; Gatier, Rousset 2016. Phenix, Horn 2017, p. xxviilviii, analysent les caractéristiques littéraires de la Vie de Rabboula, entre bios et encomium.

60 Bowersock 2000, p. 261.

61 Vie de Rabboula, 3‑9 (Phenix, Horn 2017). La rencontre avec Eusèbe de Chalcis se fait sous l’influence de la mère de Rabboula.

62 Vie d’Alexandre, 9‑23. Outre l’épisode concernant Rabboula, deux autres, appartenant presque certainement à des strates de rédaction plus anciennes, sont liés à Chalcis : les débuts monastiques d’Alexandre (Vie, 6‑8) et sa relégation tardive dans la ville (Vie, 41‑42).

63 Gatier, Rousset 2016.

64 Gatier 2013.

65 Voir Canellis 2014, p. 191.

66 Jérôme, Lettres, 7, 1 (je modifie la traduction de Labourt) ; 15, 2, ad eam solitudinem conmigraui quae Syriam iuncto barbariae fine determinabat ; 16, 2, nunc barbaro Syriae limite teneor. Voir aussi Vie de Paul de Thèbes, 6, 2, in ea parte eremi quae iuxta Syriam Saracenis iungintur. Sur le sens du mot limes, voir supra, n. 26‑28.

67 Jérôme, Vie de Paul de Thèbes, 6, 2 (d’après la traduction SC).

68 Jérôme, Lettres, 17, 2, de cauernis cellularum, « depuis les grottes de nos cellules » ; manu cotidie et proprio sudore quaerimus cibum, « c’est par nos mains, chaque jour, c’est par notre sueur à nous que nous nous procurons notre nourriture ». Jérôme, Vie de Malchus, 3, 4, manu et labore uictum quaeritans, « gagnant ma nourriture du travail de mes mains ». Jérôme apparaît comme un intellectuel venu de l’étranger que les autres moines accuseraient de parasitisme ou de fainéantise et qui s’en justifierait tout en considérant qu’il avait affaire à des barbares.

69 Jérôme, Lettres, 7, 1, hic enim aut barbarus seni sermo discendus est aut tacendum est, « ici, en effet, il me faut apprendre une langue barbare (à mon âge !) ou me taire » ; 17, 2, aduersus barbariam istius loci, « contre la barbarie de ce pays-ci ».

70 Théodoret, Histoire ecclésiastique, 4, 29, 1 : ἐν μὲν τῇ Χαλκιδέων ἐρήμῳ Ἄβιτος καὶ Μαρκιανὸς καὶ Ἀβραάμης καὶ ἕτεροι πρὸς τούτοις οὐκ εὐαρίθμητοι, ἐν παθητοῖς σώμασι τὴν ἀπαθῆ βιοτὴ μελετῶντες (« dans le désert de Chalcis, Avit, Marcianos, Abraham et d’autres encore avec eux en nombre incalculable qui, dans des corps passibles, menaient la vie impassible », d’après trad. Canivet, SC). Voir aussi sur la célébrité des moines de Chalcidène, Épiphane, Panarion, 60, 3, et Proem., 2, 5.

71 Personnage différent de l’évêque de Chalcis du même nom, consacré en 379.

72 Théodoret, Histoire philothée, 3. Voir Canivet 1977, p. 185‑187.

73 Vie de Rabboula, 7 (Phenix, Horn 2017).

74 Je comprendrais de cette manière la périphrase de la Lettre 16, 2, monachorum circa commanentium antiqua in me surgit auctoritas, « l’autorité ancienne des moines qui demeurent dans mes environs se dresse contre moi ».

75 Il peut s’agir de l’évêque Magnus connu en 363. Todt, Vest 2014.

76 Canivet 1989, p. 134‑136. Jérôme, dans ses Lettres 15 et 16 mentionne trois des rivaux : Mélèce, Vital et Paulin.

77 Jérôme, Lettres, 17, 3.

78 Balavoine 2020, p. 2.

79 Théodoret, Histoire philothée, 3, 17 ; Histoire ecclésiastique, 4, 29, 1 ; voir supra, n. 72.

80 Vie de Rabboula, 11‑15 (Phenix, Horn 2017).

81 Rousset 2011, p. 127‑129.

82 Vie d’Alexandre, 8. Voir Gatier 1995, sur les nouveautés introduites par Alexandre : refus de produire et prière perpétuelle.

83 On trouve la bibliographie et l’étude la plus détaillée dans Tchalenko 1958, vol. 3, p. 63‑85 (Caquot), voir p. 86‑106 ; carte, vol. 2, 1953, pl. 153. Voir aussi Mundell Mango 1983 ; Alpi 2009, vol. 1, p. 105 et 308‑309.

84 Todt, Vest 2014, p. 1057. Voir Alpi 2009, vol. 1, p. 105 et 308‑309, et vol. 2, p. 86‑87 ; l’auteur place un monastère de Mār Maron à Chalcis ou tout près et retire Mār David du secteur. Par ailleurs, un conflit, entre d’une part un chorévêque et périodeute et d’autre part les villageois de Telḥadin et le monastère de Mār ‘Aqibā, pourrait faire penser à la présence du monastère près de ce village, dont l’emplacement n’est pas fixé.

85 Il pourrait aussi avoir été chorévêque de Bérée (Graffin 1982, p. 103 ; de même Todt, Vest 2014, p. 1057).

86 Overbeck 1865, p. 251‑258 ; trad. Graffin 1982.

87 Phenix 2008.

88 Graffin 1982, p. 103.

89 Théodoret, Histoire philothée, 3, 18.

90 Sévère, Homélies 56‑57, p. 73‑94.

91 Vie de Rabboula, 10 (Phenix, Horn 2017).

92 Vie de Rabboula, 11 (Phenix, Horn 2017).

93 Vie d’Alexandre, 19, 42.

94 Eunape de Sardes, 5, 1, 1 ; Damascius, Vie d’Isidore, chez Photius, Bibliothèque, cod. 181, 126a ; Dillon 2000.

95 Laniado 2002, p. 138. PLRE II, « Theodora 6 », et Goulet 2016 ne se prononcent pas sur la ville d’origine de Théodora.

96 Bowersock 2000.

97 Vie de Rabboula, 9 (Phenix, Horn 2017).

98 Vie d’Alexandre, 19.

99 Théodoret, Histoire philothée, 3, 18 : καὶ γένει λάμπουσα καὶ ἀρετῇ διαπρέπουσα καὶ πλούτου περιουσίᾳ κομῶσα (trad. Canivet, SC).

100 Sur la fonction, qui consiste essentiellement à s’occuper des travaux d’urbanisme, Feissel 2017.

101 Laniado 2002, p. 23‑24.

102 Voir supra, n. 47. Il ne me paraît cependant pas exclu que Proklos ait exercé une fonction civique à Chalcis.

103 Chapitre 2. Voir PLRE III, « Anastasius 10 ».

104 Au iiie s., Chalcis a des concours « à la grecque », comme le montre l’inscription de Laodicée, IGLS 4, 1265.

105 Libanios, Discours 54, 48 ; voir PLRE I, « Domninus 5 ».

106 Supra, n. 54.

107 Libanios, Discours 4, 24 (voir éd. Martin, CUF, commentaire, p. 291).

108 Vie d’Alexandre, 41.

109 Sévère, Homélie 56 (éd. trad. Duval 1906, p. 73).

110 Huygens, Mayer, Rösch 1986, I, p. 241 ; II, p. 986.

111 Cahen 1940, p. 134, n. 4 et p. 155.

112 Kaegi 1992, p. 159‑171. Pour la mention du traité dans les textes syriaques, voir Brock, Hoyland, Palmer 1993, p. 162‑163.

113 Merci à Yassir Benhima pour l’aide à la traduction en français d’extraits depuis al‑Waqidi, Futuh al‑Sham, p. 94, www.alwaraq.net.

114 Al‑Tabari XII, p. 178‑181. Il fait allusion à la présence de tribus arabes installées dès le ive s. dans la région, alliées aux Byzantins pour lutter contre les Perses (Shahîd 1984, p. 370 et 401‑403).

115 Al‑Baladhuri (trad. Hitti 1916, p. 226‑227).

116 Kaegi 1992, p. 159‑167.

117 Ibn al‑Athir II, p. 495 ; Ibn Shaddad (trad. Eddé 1984, p. 234).

118 Al‑Waqidi, Futuh alSham, p. 94, www.alwaraq.net.

119 Al‑Baladhuri (trad. Hitti 1916, p. 223‑224).

120 Al‑Tabari XIII, p. 82.

121 Donner 1981, p. 149‑151.

122 Al‑Tabari XII, p. 18 ; al‑Tabari XIII, p. 108.

123 Genequand 2012, p. 42‑43 ; Rotter 1982, p. 131‑133.

124 Northedge 2008.

125 Al‑Baladhuri (éd. De Goeje 1992, p. 144 [trad. Hitti 1916, p. 223]).

126 Al‑‘Azimi (éd. Za‘rur 1984, p. 212).

127 Michel le Syrien, LXII, chap. VIII (Chabot 1905, p. 31).

128 Cobb 2001, p. 94.

129 Al‑Ya‘qubi, Ta’rikh II, p. 349‑350 (merci à Y. Benhima pour cette traduction).

130 Eddé 1984, p. 26.

131 Bianquis 1998, p. 113.

132 Le Strange 1890, p. 486. Al‑Istakhri écrivant aux environs de 950, soit cette citation provient d’un copiste qui a rajouté cette notice, soit seule la première phrase est de lui.

133 Miquel 1963, p. 159 et 163.

134 Eddé 1984, p. 26.

135 Élisséeff 1986, p. 126.

136 Gaudefroy‑Demonbynes 1923, p. 30 n. 1, traduit une partie de la notice de Yaqut (IV, p. 185) : « en 351/962…, les Bysantins [sic] s’emparèrent de la cité d’Alep et tuèrent toute la population de sa banlieue. Les habitants de Qinnasrin prirent peur et se dispersèrent dans toute la région ; une partie traversa l’Euphrate ; Sayf ed dawla ben Hamdân en transporta à Alep un autre contingent qui vint augmenter les restes de sa population. »

137 Yaḥyā d’Antioche (Kratchkovsky Vasiliev 1907, p. 805) : en 966 « un détachement arriva à Balis et s’empara dans cette ville de plus de 300 hommes. Puis l’empereur marcha vers Qinesrin et après avoir assiégé Tizin s’en empara et emmena en captivité les habitants. » ; Schlumberger 1923, p. 323.

138 Ibn al‑‘Adim (éd. Dahan I 1951, p. 164).

139 Eddé 1984, p. 27.

140 Les destructions de la ville ont donc toujours été le fait des hommes. Quelques tremblements de terre sont mentionnés dans les chroniques : le 28 février 713, la ville est frappée par le séisme qui affecte toute la région jusqu’à Antioche et Alep, provoquant d’innombrables victimes et la ruine de nombreuses églises (Sbeinati, Darawcheh, Mouty 2005, p. 361). En 984, il y eut un tremblement de terre dans la région au nord de Qinnasrin au cours duquel la citadelle de ‘Azaz fut détruite (Ibn Shaddad [trad. Eddé 1984, p. 46]). Celui de 1157, si dévastateur ailleurs en Syrie centrale, ne semble pas avoir touché Qinnasrin (Brock, Hoyland, Palmer 1993, p. 210).

141 Eddé 1984, p. 118. Le chapitre concernant le jund de Homs, mentionné dans le sommaire de son ouvrage, n’apparaît dans aucun des manuscrits connus d’Ibn Shaddad (p. 1, n. 2).

142 Par exemple Brooks 1897, p. 585.

143 Mouterde, Poidebard 1945, p. 8. Pour eux, le tombeau a été reconstruit sur les fondations d’une ancienne tour de garde romaine ou byzantine. Il a été détruit en 2012.

144 Rousset 2013a, 2015 ; Chapitre 6.

145 Al‑Harawi (trad. Sourdel 1957, p. 14) ne croit pas à cette attribution et cite d’autres localisations possibles pour la tombe de Salih : au Yémen ou à la Mecque. Qalqashandi mentionne la tombe à Acre mais il parle aussi d’une autre sépulture à La Mecque et croit que le vrai site se trouve au Yémen. Al‑Nabulsi, qui a visité sa tombe à Acre, en rajoute encore une autre dans les environs de Damas (Sirriyyah 1979, p. 63).

146 Ibn al‑‘Adim, Bughya, p. 132, www.alwaraq.net. Salih b. ‘Ali aurait laissé d’autres traces à Qinnasrin et à Alep (Eddé 1999, p. 432‑433, n. 644).

147 ‘Abd al-Samad a ensuite été le premier gouverneur abbasside de Qinnasrin (al‑Tabari XXVII, p. 171).

148 Bosworth 1991, p. 55 ; Bonner 1994, p. 18 ; Borrut 2011, p. 446‑455 ; Grohmann, Kennedy 1995, p. 985 ; Cobb 2001, p. 27‑31. Parmi les monnaies retrouvées en fouille à al‑Hadir, l’une d’elles a été frappée au nom d’« al‑Salih b. ‘Ali, gouverneur d’Alep » et datée : 141‑148 H/758‑765 (Rousset, Bovagne, Rochette 2012, p. 20, n. 2).

149 Chabot 1905, p. 75.

150 Selon Denis Genequand, l’absence de souvenir des constructions des premiers siècles de l’islam dans la documentation textuelle serait due au caractère éphémère du paysage architectural omeyyade du Bilad al‑Sham (Genequand 2010, p. 445). C’est peut-être parce qu’elle a été occupée sur une courte durée que les sources textuelles sont très peu loquaces au sujet de la forteresse de Qinnasrin.

151 Bianquis 1993, p. 117‑125. L’histoire de la dynastie fondée par Salih b. Mirdas (qui fut d’abord gouverneur de Rahba à partir de 1009) est relatée par Ibn al‑‘Adim.

152 Ibn al‑‘Adim (éd. Dahan I 1951, p. 261).

153 Ibn al‑‘Adim (éd. Dahan I 1951, p. 277 ; II 1954, p. 260).

154 Ibn al‑‘Adim (éd. Dahan I 1951, p. 291).

155 Bianquis 1993, p. 122.

156 Ibn al‑‘Adim (éd. Dahan I 1951, p. 294).

157 Bianquis 1993, p. 122.

158 Ibn al‑‘Adim (éd. Dahan II 1954, p. 20).

159 Heidemann 2002, p. 263‑266.

160 Eddé 1984, p. 27.

161 Ibn al‑‘Adim (éd. Dahan II 1954, p. 96) ; Al‑‘Azimi (Cahen 1938, p. 366).

162 Ibn al‑‘Adim (éd. Dahan II 1954, p. 126‑127) ; Ibn al‑‘Adim (Richards 2002, p. 293‑294) ; Al‑‘Azimi (Cahen 1938, p. 371).

163 Ibn al‑‘Adim (éd. Dahan II 1954, p. 187‑188) ; Élisséeff 1967, p. 319 ; Cahen 1940, p. 285 et 291.

164 Ibn al‑‘Adim (éd. Dahan II 1954, p. 191‑192).

165 Ibn al‑‘Adim (éd. Dahan II 1954, p. 195).

166 Ibn al‑‘Adim (éd. Dahan II 1954, p. 231).

167 Ibn al‑‘Adim (éd. Dahan II 1954, p. 233‑234).

168 Selon les sources et les historiens, la date de cette bataille varie de 1132 à 1135. Sur ce point, voir Setton, Baldwin 1969, I, p. 434, n. 21.

169 Guillaume de Tyr (éd. Huygens, Mayer, Rösch 1986, p. 639) ; al‑‘Azimi (Cahen 1938, p. 407) ; Ibn al‑‘Adim (éd. Dahan II 1954, p. 252) ; Cahen 1940, p. 352 ; Grousset 1934‑1936, II p. 15‑18 ; Yared-Riachi 1997, p. 170.

170 Ibn al‑‘Adim (éd. Dahan II 1954, p. 259) ; Élisséeff 1967, p. 355‑356.

171 Ibn al‑‘Adim (éd. Dahan III 1968, p. 134).

172 Ibn al‑‘Adim (éd. Dahan III 1968, p. 187 et 197).

173 Al‑Idrisi (éd. Bombaci et al. 1976, p. 648, traduit par Françoise Micheau, que je remercie).

174 Ibn al‑‘Adim, Bughya, p. 12, www.alwaraq.net.

175 Eddé 1984, p. 27.

176 Al‑Tabari XIV, p. 44 ; Al‑Tabari, Ta’rikh, www.alwaraq.net (traduit par F. Micheau).

177 Al‑Ghabban 2011, p. 508.

178 Al‑Baladhuri (trad. Hitti 1916, p. 202 et 223). Cette région parfois est considérée comme synonyme de ‘awasim (Bonner 1994, p. 23). La limite entre les deux jund fluctue selon les auteurs, en particulier autour de l’Euphrate au nord d’Alep.

179 D’après Ibn Shaddad (trad. Eddé 1984, p. 3) ; Bonner 1994.

180 Ce système, attribué par la plupart des sources à Harun al‑Rashid, peut être vu également comme le résultat d’un long processus de fortification, depuis l’époque omeyyade (Bonner 1994).

181 Al‑Muqaddasi (Miquel 1963, p. 159).

182 Élisséeff 1986, p. 127‑128.

183 Eddé 1984, p. 21. M.‑O. Rousset propose d’identifier Hiyar bani l‑Qa‘qa‘ avec le site d’al‑Andarin, le seul à avoir été une ville à l’arrivée des musulmans dans cette zone (Rousset 2012a, p. 13, n. 14).

184 Al‑Waqidi, Futuh alSham, p. 200, www.alwaraq.net.

185 Cité par Ibn Shaddad (trad. Eddé 1984, p. 26).

186 Borrut 2011.

187 Khanasir est situé plus avant dans la steppe, à environ 55 km au sud-est de Qinnasrin. Les califes al‑Walid b. ‘Abd al‑Malik et ‘Umar b. ‘Abd al‑‘Aziz y ont bâti chacun une résidence (Musil 1928, p. 204‑205).

188 Le calife Sulayman aurait bâti un palais, du temps de son gouvernorat, dans le quartier de Hadir, dans la partie sud-ouest de la ville d’Alep (Haase 1972, p. 416).

189 Al‑Ya‘qubi, Ta’rikh II, p. 359 ; Ibn al‑Athir V, p. 27 et 293 ; Al-Tabari XXIV, p. 61 ; Blankinship 1994, n. 44, p. 303.

190 Al‑Tabari XXVII, p. 19 ; Michel le Syrien, II, p. 505.

191 Agapius de Manbij, p. 518‑519.

192 Al‑Tabari XXVII, p. 169.

193 Pellat IV, p. 891, § 2223. En 1919, L. Brossé mentionne un petit wali dans le cimetière au pied de la pente ouest du tell al­‑‘Iss (Monceaux, Brossé 1925, p. 345). Il correspond à notre secteur de prospection n° 149 dans le quartier J (Chapitre 15, fig. 1, détruit en 2015). C.‑P. Haase rapporte la tradition locale selon laquelle il s’agirait de la tombe fictive du calife Sulayman b. ‘Abd al‑Malik (Haase 1983, p. 76).

194 Cobb 2001, p. 141‑143 dresse la liste des gouverneurs de Qinnasrin d’après Ibn al‑‘Adim. De nombreux gouverneurs apparaissent également dans al‑Tabari.

195 Eddé 1984, p. 26.

196 Miquel 1963, p. 159.

197 Miquel 1963, p. 163.

198 Kennedy 1985, p. 18.

199 Al‑Muqaddasi (Miquel 1963, p. 162‑163) ; Yaqut IV, p. 185 ; Ibn Shaddad (éd. Sourdel 1953, p. 30) ; Ibn al‑Shihna (Sauvaget 1933, p. 8).

200 Al‑Baladhuri (éd. De Goeje 1992, p. 144‑145 ; trad. Hitti 1916, p. 223). Al‑Baladhuri est cité par Ibn Shaddad (trad. Eddé 1984, p. 28).

201 Shahîd 2002, p. 149.

202 Shahîd 1984, p. 551. Des femmes servaient dans les églises longtemps après et une cathédrale est mentionnée jusqu’au milieu du xe s.

203 Voir supra, al‑Tabari, www.alwaraq.net.

204 En effet, les niveaux les plus anciens d’al‑Hadir datent de cette époque (Rousset, Bovagne, Rochette 2012, p. 70‑72).

205 Une partie de cette région a été prospectée entre 1995 et 2010 par la mission géoarchéologique des Marges arides de Syrie du Nord, dirigée par B. Geyer, R. Jaubert et N. Awad. On trouvera les résultats concernant les époques byzantines et islamiques dans : Awad, Rivoal 2010 ; Duvette 2010, 2016 ; Gatier 2001, 2015, 2016 ; Gatier, Rousset 2016 ; Genequand, Rousset 2016 ; Geyer 2000 ; Geyer, Rousset 2001, 2011 ; Geyer, Rousset, Besançon 2016 ; Rivoal 2010a, 2010b, 2011, 2016 ; Rivoal, Rousset 2019 ; Rousset 2010b, 2013a, 2015 ; Rousset, Duvette 2005, 2015.

206 Élisséeff 1986, p. 127.

207 Al‑Muqaddasi (Miquel 1963, p. 239).

208 Massé 1973, p. 139.

209 Al‑Hamadhani (trad. Massé 1973, p. 136).

210 Eddé 1984, p. 26.

211 Ibn al-‘Adim, Bughya, p. 12, www.alwaraq.net. Je remercie Mohamed al‑Dbiyat de son aide pour la traduction. Cette qanat aurait eu une longueur d’environ 25 km. La description correspond à la topographie de la zone entre Alep et Qinnasrin, à l’est du Quwayq. La construction d’un pont avec des arches aurait été nécessaire pour franchir la rivière avant d’arriver à Qinnasrin.

212 Eddé 1999, p. 490.

213 Eddé 1999, p. 489.

214 Ibn al‑Qalanisi, traduction inédite non paginée de Thierry Bianquis. Je remercie Jean-Michel Mouton de m’avoir indiqué cette référence.

215 Ibn al‑‘Adim (éd. Dahan II 1954, p. 54‑55) ; Bianquis 1991 ; Bianquis 1993, p. 123.

216 Schefer 1881, p. 34.

217 Sourdel 1953, p. 32. Ces colonnes, notamment dans la salle de prière, ont été remplacées par des piliers au xve s. (Sauvaget 1941a, p. 96).

218 Sauvaget 1933, p. 58. Il s’agissait sans doute de la grande mosquée.

219 Au moins deux toponymes en « jisr » existent le long du Quwayq dans les 4 km au nord d’al‑‘Iss.

220 Ibn al‑‘Adim (Dahan II 1954, p. 96). Ibn al‑‘Adim, Bughya, p. 12, www.alwaraq.net. Traduction aidée, revue par M. Al-Dbiyat. Le nom du bâtisseur a été rectifié par rapport à l'édition du texte arabe ; il s’agit de Sayf al‑Din ‘Ali b. Sulayman b. Jandar, connu, entre autres, pour ses constructions à Alep (Eddé 1999, p. 267‑268). Je remercie J.‑M. Mouton pour cette information.

221 Dussaud 1927, p. 180‑183.

222 Eddé 1999, p. 512.

223 Gaudefroy-Demonbynes 1923, p. 30, n. 1, qui traduit une notice de Yaqut IV, 185 d (voir n. 135) ; Sauvaget 1941b, n. 136.

224 Pouzet 1988, p. 116 (référence aimablement communiquée par J.‑M. Mouton que je remercie).

225 Yaqut (II, 347) fait mention du fait que Qinnasrin s’appelait Suba (صوبا) à l’époque d’Alexandre.

226 Voir supra au début de la partie de P.‑L. Gatier.

227 Oppert 1862, p. 39‑43.

228 Par exemple Charmoy (1868, p. 261, n. 1) dans son édition du Chèref Nameh (1596‑1597) ou, ensuite, dans le Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastiques (Janin 1953).

229 « Nous écrivons ainsi [‘īs] (au lieu de ‘Īṣ sur la carte 1 et H. Kiepert‑Sachau) d’après Blanckenhorn, Kiepert-Oppenheim, Littmann 1899, p. 190 (Nebī ‘Īs et il-‘Īs) ; cf. cependant Yaqut, Mu‘jam, III, p. 753. » (Van Berchem, Fatio 1914, p. 62, n. 1.) Précisons que la notice de Yaqut à laquelle ils renvoient (‘Issa) n’a pas de rapport avec Qinnasrin.

230 Canard 1951, p. 218.

231 Von Oppenheim 1901, p. 78‑79 ; von Oppenheim, Lucas 1905, p. 55‑57 ; Honigmann 1927, p. 1081 ; Sourdel 1957, p. 14.

232 Sachau 1883, p. 102 ; Élisséeff 1986, p. 127 ; RCEA (Kervran, Ory, Schneider 1975).

233 Eddé 1984, p. 25, n. 2.

234 Seul le nom Qinnasrin apparaît dans la liste des villages de la province d’Alep de la fin du xvie s. (Chèref Nameh, 1596‑1597, éd. Charmoy 1868), p. 251. Il est toujours utilisé au début du xixe s. (Rousseau 1814, p. 12).

235 Pococke 1745, p. 149.

236 British Library, MSS4824, fol. 99. Arthur Pullinger était un marchand érudit qui a hébergé Richard Pococke à Alep et ses notes, rédigées en 1740 étaient en la possession de ce dernier (Drew-Bear, Naour, Stroud 1985, p. 2).

237 Drummond 1754, p. 236.

238 Sachau 1883, p. 112.

239 « Das heutige Kenniṣrīn ist ein elendes Dörfchen aus Lehmbauten mit Kuppeldächern, aber ornamentirte Inschriftensteine, wohlerhaltene grosse Felsengräber und die Reste einer gewaltigen Citadelle sprechen von der Bedeutung der früheren Stadt. Hoch oben auf einem Hügel, weithin sichtbar und mit riesiger Fernsicht, steht unmittlebar neben dem Ort das unlängst neu errichtete Heilingengrab el ‘Īs, nach dem das Dörfchen auch seinen jetzigen Namen führt. » (von Oppenheim 1901, p. 78‑79.) Même appellation dans von Oppenheim, Lucas 1905, p. 6 et 55‑57.

240 Al‑Dbiyat, Jaubert 2006, p. 77‑78 : les tribus bédouines de la région furent soumises à l’autorité ottomane à partir de 1868 et l’installation des familles bédouines fut favorisée par des mesures incitatives, à partir de 1876.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search