Version classiqueVersion mobile

Chalcis/Qinnasrin (Syrie)

 | 
Marie-Odile Rousset

Première partie. Les sources écrites

Chapitre 2 – Nouvelles inscriptions grecques de Chalcis

Pierre-Louis Gatier

Texte intégral

  • 1 IGLS 2, 348‑349.
  • 2 Drummond 1754, p. 236 (fac-similé).
  • 3 Mouterde, Poidebard 1945, no 8 et 9, p. 185‑186 (Mouterde), pl. 118.
  • 4 Feissel 1994, p. 305, pl. IV (BE 1994, 624 = Feissel 2006, n° 581, p. 184 ; SEG 44, 1318) ; Yon, G (...)

1La ville antique de Chalcis du Bélus n’a livré qu’un nombre très réduit d’inscriptions en langue grecque et aucune en latin. En effet, seuls deux textes grecs, l’un et l’autre concernant la construction du rempart de la ville à l’époque protobyzantine, avaient été publiés dans le tome 2 du corpus des Inscriptions grecques et latines de la Syrie paru en 1939 1. Dès le xviiie s., deux voyageurs, Arthur Pullinger et Alexander Drummond 2, qui appartenaient au groupe des résidents et commerçants britanniques d’Alep, furent à l’origine de la découverte et de la publication de la première de ces inscriptions, mais la seconde, proche par son contenu, ne fut découverte qu’à la fin du xixe s. par Max von Oppenheim. Immédiatement après la parution du volume du corpus, les travaux de l’architecte Jean Lauffray avaient permis de rajouter deux nouveaux textes grecs, brefs et peu éclairants, gravés sur des chapiteaux protobyzantins, l’un en basalte, l’autre en calcaire. Ils furent inclus dans l’ouvrage que les Pères Mouterde et Poidebard avaient publié, sur leurs prospections dans la vaste région qu’ils définissaient comme le limes de Chalcis 3. Par la suite, toujours en lien avec l’étude architecturale du rempart – menée alors par Jean‑Pascal Fourdin – mais aussi dans le but de préparer la révision du tome 2 du corpus, Denis Feissel s’est rendu à Qinnasrin en 1982 et a pu y étudier l’inscription IGLS 2, 348, visible et toujours en place sur une tour. Il en a fourni la première photo publiée et en a amélioré la lecture et la restitution 4. Il a également revu le chapiteau en basalte. En revanche, il n’a retrouvé ni le bloc IGLS 2, 349 ni les deux chapiteaux connus de Lauffray.

  • 5 Les mesures sont données ainsi : hauteur x largeur x épaisseur (si elle est connue).
  • 6 Dans la cour de la maison P216. Dimensions : 37 x 76 x 60 ; diamètre extérieur : 60 cm.

2Dans la période récente, les travaux de la Mission archéologique de Chalcis/Qinnasrin dirigée par Marie-Odile Rousset ont apporté six nouvelles inscriptions grecques, dont trois de la période impériale romaine et les trois autres d’époque protobyzantine. Je les publie ici à partir de photos, sans qu’il m’ait été possible de les étudier sur place. Par ailleurs, trois inscriptions précédemment connues ont été repérées à nouveau sur le site par M.‑O. Rousset. Le bloc IGLS 2, 348, resté en place, est bien le linteau d’une porte permettant d’accéder à une tour, depuis l’intérieur de la ville. Quant au bloc IGLS 2, 349, il a été retrouvé brisé en deux morceaux, l’un abandonné dans la cour de la maison de l’ancien mukhtar d’al-‘Iss (P283), qui jouxte, à l’extérieur, la porte byzantine, l’autre remployé dans un mur moderne de la même maison (fig. 1‑2). Le morceau inclus dans le mur mesure 5 25 x 90 cm ; celui déposé dans la cour 45 x 73 cm ; sa hauteur totale restituée serait de 67 cm. De même, l’un des chapiteaux inscrits vus par Lauffray et publiés par Mouterde, celui en basalte, a été retrouvé dans la cour de la maison P216 (fig. 3). On peut par ailleurs noter la découverte d’un autre chapiteau, en calcaire, différent de celui de Lauffray et Mouterde « à feuilles d’acanthe » ; y sont gravées deux marques d’ouvriers : un tau, d’une part, un alpha suivi d’un mu, d’autre part 6.

Fig. 1 – Fragment d’IGLS 2, 349 (mission Qinnasrin).

Fig. 1 – Fragment d’IGLS 2, 349 (mission Qinnasrin).

Fig. 2 – Fragment inférieur d’IGLS 2, 349, en remploi, et inscription n° 4 (mission Qinnasrin).

Fig. 2 – Fragment inférieur d’IGLS 2, 349, en remploi, et inscription n° 4 (mission Qinnasrin).

Fig. 3 – Chapiteau inscrit (mission Qinnasrin).

Fig. 3 – Chapiteau inscrit (mission Qinnasrin).

Inscription n° 1 : texte funéraire d’époque romaine

3Dans la nécropole du piémont sud de la montagne, sur une paroi calcaire recoupée par une carrière antique. Au-dessus et à droite d’un relief rupestre représentant une femme debout revêtue d’une robe et d’un manteau qui lui voile la chevelure, on distingue les restes de lettres de la dernière ligne d’une inscription grecque détruite en haut et à droite (fig. 4). D’après une photo de Catherine Saliou, prise en 1994 (Chapitre 14, fig. 32).

Fig. 4 – Inscription n° 1 (C. Saliou).

Fig. 4 – Inscription n° 1 (C. Saliou).

- - -

ΒΕΙ̣ [- - -]

4On ne tentera aucune restitution de ce texte très lacunaire.

Inscription n° 2 : texte funéraire

  • 7 Voir la photo d’une autre tombe, Mouterde, Poidebard 1945, pl. III, 2, où ces cadres sont désignés (...)

5Au-dessus de l’entrée taillée dans le roc d’un hypogée, dans la nécropole du piémont oriental de la montagne, au nord du site (secteur P97). Restes de trois lignes gravées à l’intérieur d’un cadre en forme de stèle cintrée, à gauche d’un second cadre, semblable mais vide 7. Il est possible qu’un troisième cadre se trouve plus à gauche, sous le remblai. Le bas de la paroi, servant de linteau, est brisé (fig. 5).

Fig. 5 – Inscription n° 2 (mission Qinnasrin).

Fig. 5 – Inscription n° 2 (mission Qinnasrin).

Μνή-

μης

χάρι-

[ν ...]

- - -

6La formule, funéraire ici, qu’on pourrait traduire « pour le souvenir de… », ou « à la mémoire de... », normalement associée à un nom de personne, est extrêmement fréquente. L’absence de signe distinctif chrétien et la graphie dateraient ce texte du iiie ou du ive s.

Inscription n° 3 : cuve rituelle d’époque romaine

  • 8 Ce secteur se trouve dans le quartier D (Chapitre 15, fig. 1), au nord du quartier ouest de la vil (...)

7Une grande cuve monolithe en basalte a été découverte, à 150 m au nord de la grande mosquée, dans la cour de la maison P351 8, en remploi comme auge à côté d’une citerne encore en service (fig. 6‑7). Elle est cylindrique à l’intérieur et plutôt en forme de demi-sphère tronquée à l’extérieur. Le creusement d’une cupule et d’une bonde d’évacuation au fond de l’auge semble secondaire. Trois lignes sont gravées en une écriture angulaire assez irrégulière, qui daterait du iiie s.

Fig. 6 – Inscription n° 3 (mission Qinnasrin).

Fig. 6 – Inscription n° 3 (mission Qinnasrin).

Fig. 7 – Inscription n° 3 (mission Qinnasrin).

Fig. 7 – Inscription n° 3 (mission Qinnasrin).
  • 9 Selon les habitants, la partie enfouie mesurerait une quarantaine de centimètres de hauteur.

8Dimensions : hauteur visible 9, 47 ; diamètre intérieur, 62 ; diamètre extérieur maximum, 81 cm. Lettres : 3‑5 cm.

[---]Ο̣Ο̣Κ̣Ε̣Ο̣Λ̣Η̣Λ̣Ι̣Ω̣Ι̣Ι̣Η̣Ι̣Σ̣Η̣[---]

[---]ΟΣ vac. εὐξάμενος ἀναίθ̣[ηκε]ν̣

[---] ΒΙ̣ κ̣ολωνίας.

9Notes critiques : Ligne 1, peut-on restituer Ἡλίωι ? ou bien ἐτελιώθη ? Ligne 2, ἀναίθηκεν pour ἀνέθηκεν, fréquent : voir par exemple I.Mus. Beyrouth, 60.

10La cuve de Chalcis appartient à une série de monuments assez communs au Proche-Orient à l’époque impériale : des grands récipients monolithes servant à un usage rituel et offerts par des donateurs dans des sanctuaires, souvent en ex-voto. On peut prendre comme exemple la cuve de Manbij, qui a été transformée en margelle de puits et qui porte l’inscription, IGLS 2, 232, ou bien un bassin du sanctuaire de Dayr al-Qal‘a près de Beyrouth (I.Syrie, 1858). Le texte de la deuxième ligne, « a dédié en ex-voto », confirme cet usage. La première ligne doit contenir le nom du donateur et celui de la divinité (Hélios, pour Hélioseiros ?) à qui est dédié l’objet.

  • 10 Wroth 1899, p. 147‑148 ; Butcher 2004, p. 223 et 435‑438.
  • 11 Voir Millar 1990.

11La dernière ligne contient un mot grec, ici au génitif, qui transcrit le latin colonia. On ne peut guère imaginer, en fin de formulaire, qu’une datation, mais habituellement on trouve l’article : ἔτους .. τῆς κολωνίας. J’hésite ainsi à traduire « an 12 de la colonie ». De plus, Chalcis, qui seule peut être concernée ici, n’était pas connue jusqu’à présent pour avoir reçu le statut colonial. Il est cependant possible que, du fait de l’arrêt des frappes locales sous Marc Aurèle et Lucius Verus 10, nous ayons perdu la trace de l’accession de la cité à ce titre honorifique et à ce statut, à une époque postérieure à ses dernières monnaies civiques, par exemple dans la première moitié du iiie s., comme c’est le cas pour d’autres villes du Proche-Orient, par exemple Arca, Rhesaina ou Singara 11.

Inscription n° 4 : une construction d’époque protobyzantine

12Un bloc de basalte inscrit en grec, retaillé à droite et en dessous, cassé à gauche, est remployé dans un mur moderne de la maison de l’ancien mukhtar d’al-‘Iss (P283), à côté de la porte byzantine (voir fig. 2). Il paraît retaillé également en haut. Il doit s’agir d’un bloc de linteau sur lequel le texte était écrit en deux colonnes de part et d’autre d’un motif central. On conserve vraisemblablement la seule partie droite du bloc d’origine qui appartenait à une construction, très probablement religieuse.

13Dimensions : 31 x 35 cm.

- - -

[..]Ι̣ ἐν μ̣η̣(νὶ)

Λ̣ῴῳ ἰνδ̣(ικτιῶνος)

εʹ τοῦ γκ[ωʹ]

ἔτους.

14Traduction : « … au mois de Lôos, la cinquième indiction, l’année 823. »

15Notes critiques : Je lis à la première ligne un epsilon précédé d’une haste et suivi d’un nu et d’un mu en ligature, avec peut-être un petit êta au-dessus de ce mu. Les chiffres sont surmontés de tildes.

16La date doit se calculer en utilisant l’ère séleucide, commune à Chalcis et à sa chôra, et en restituant le chiffre des centaines. On a le choix entre les années 723, 823 et 923, soit 411‑412 ap. J.‑C., 511‑512 ap. J.‑C. ou 611‑612 ap. J.‑C. La date de 411‑412 ap. J.‑C. est exclue, car elle ne correspond pas à l’indiction. Si l’on supposait qu’un iota avait disparu devant le premier chiffre de l’avant-dernière ligne, on restituerait [ι]εʹ τοῦ γκ[ϡʹ], « la quinzième indiction, l’an 923 », soit approximativement en août (Lôos) 612 ap. J.‑C., tout au début de l’occupation perse. Cependant, les constructions, religieuses ou autres, sont rarissimes à cette période. Par ailleurs, l’usage des noms des mois macédoniens s’atténue, sans toutefois disparaître dès le milieu du vie s., au profit des noms latins. On doit donc préférer le vie s. et la date d’août 512 ap. J.‑C., qui coïncide avec une cinquième indiction.

Inscription n° 5 : la fortification protobyzantine de Chalcis

17Un bloc de calcaire, brisé à droite et endommagé en haut, a été retrouvé dans la partie nord de l’agglomération, sur le tracé nord du rempart byzantin, dans le secteur P412, non loin de l’extrémité sud-est de la zone des grandes carrières (fig. 8). Il s’agit d’un fragment d’un linteau qui était probablement posé sur une porte de tour. Les deux inscriptions précédemment publiées dans le corpus, IGLS 2, 348 et 349, qui, pour leur part, proviennent du rempart occidental, fournissent deux textes très proches l’un de l’autre qui permettent aussi de compléter cette inscription fragmentaire.

Fig. 8 – Inscription n° 5 (mission Qinnasrin).

Fig. 8 – Inscription n° 5 (mission Qinnasrin).

18Dimensions : 60 x 73 x 70 cm.

† Ἐκτίσθη σὺν θ(ε)ῷ [καὶ ἡ ἀρκτικὴ πᾶσα πλευρὰ ἐκ θεμελίων ὑπὲρ τῆς]

πόλεως ἐκ τῶν εὐσε[βῶν φιλοτιμιῶν τοῦ γαληνοτάτου vacat ?]

ἡμῶν δεσπότου Φλ̣(αβίου) [Ἰουστινιανοῦ τοῦ αἰωνίου Αὐγούστου καὶ αὐτοκράτορος]

προνοίᾳ Λογγίν̣[ου τοῦ ἐνδοξ(οτάτου) καὶ πανευφήμου ἀπὸ ἐπάρχων ὑπάτων καὶ στρατηλάτου]

καὶ Ἀναστασίου τ[οῦ ἐνδοξ(οτάτου) ἀπὸ ὑπάτων καὶ Ἰσιδώρου τοῦ μεγαλοπρ(επεστάτου)]

ἰλλουστρίου κ[αὶ μηχανικοῦ ἐν ἰνδ(ικτιῶνι) ιδʹ (?) τοῦ βξωʹ (?) ἔτους †].

19Traduction (d’après Feissel, in Yon, Gatier 2009) : « Avec l’aide de Dieu a été édifié aussi tout le côté septentrional, à partir des fondations, pour la cité, sur les pieuses munificences de notre sérénissime souverain, Flavius Justinien, Auguste perpétuel et empereur, par les soins de Longinos, très glorieux et fameux ex-préfet, (ex-)consul et maître des milices, d’Anastasios, très glorieux ex-consul, et d’Isidôros, très magnifique illustris et ingénieur, dans la 14e indiction, l’an 862. »

20Le nouveau texte, de six lignes, est restitué ici au plus près de celui qui est gravé sur un bloc de même apparence, IGLS 2, 348 (avec les révisions de Feissel 1994, voir supra), sans décor, alors que le bloc IGLS 2, 349 a une tout autre allure avec un médaillon orné d’une croix en son milieu et un cadre incisé, reste d’un cartouche à queues d’aronde visible au-dessous et au-dessus des lignes inscrites (voir fig. 1‑2). De même, les deux inscriptions IGLS 2, 348 et 349 montrent quelques différences entre elles, en particulier dans la mise en page de leurs six lignes de texte, qui se distingue également légèrement de celle de notre inscription. D’autres écarts apparaissent dans le contenu puisque, dans IGLS 2, 349, ne figure pas de date, tandis que la fonction d’entrepreneur ayant adjugé les travaux à des équipes d’artisans (ἐργοδοτήσαντος Ἰσιδώρου) ne caractérise l’ingénieur Isidôre que dans ce dernier texte. La topographie de la découverte contraint cependant à opérer un léger changement par rapport au texte de référence, IGLS 2, 348. En considérant que le nouveau bloc inscrit n’est pas très éloigné de son emplacement primitif, au nord de la ville, je restitue dans la lacune de droite la mention de la partie septentrionale du rempart, là où le modèle concerne la partie occidentale.

  • 12 Fourdrin 1994.

21Le principal apport textuel du bloc nouveau publié ici est de permettre de rétablir le début de la deuxième ligne d’IGLS 2, 348, où l’on lisait seulement auparavant […]ω̣ς̣. Pour compléter devant πόλεως ce membre de phrase, il faut aussi restituer quelques lettres à la fin de la première ligne, dans un espace que la photo de D. Feissel montre détruit en surface et que les propositions précédentes ne suffisent pas à remplir. Je propose, à titre d’exemple, d’ajouter une préposition et un article (ὑπὲρ τῆς). Par ailleurs, je conserve à titre d’hypothèse la date lisible sur le bloc IGLS 2, 348, l’an 862 de l’ère séleucide, soit 550‑551 ap. J.‑C. En effet, si rien ne prouve que cette portion de rempart a été construite la même année que la partie occidentale, la présence des mêmes noms de responsables ne permet pas de formuler des propositions différentes. Neveu du célèbre architecte et ingénieur Isidore de Milet, dit l’Ancien, l’ingénieur Isidore le Jeune, actif à Chalcis, a également œuvré à la construction des remparts de Zénobia (Ḥalabiyyé), mais il est surtout connu pour ses travaux de restaurateur de Sainte-Sophie de Constantinople, après l’écroulement de la coupole en 558. J.‑P. Fourdrin a su caractériser les particularités de son œuvre de bâtisseur 12.

  • 13 Feissel 2000b, p. 97‑100.

22La période qui suit la trêve conclue en 545 entre l’Empire romain et les Perses se signale par une intense activité de fortification et de reconstruction dans tout l’Orient, comme en témoignent les travaux de Chalcis 13. On possède désormais trois inscriptions qui concernent la construction du rempart protobyzantin de la ville. Il apparaît que l’intervention d’Isidore le Jeune ne s’est pas limitée à la partie occidentale de cette muraille, sans qu’on puisse, à l’heure actuelle, préciser l’étendue de son action, dans le temps et dans l’espace. La ligne nord du rempart a fait l’objet de la même campagne de construction que la partie ouest ; cependant on ne peut se prononcer pour les autres secteurs.

Inscription n° 6 : texte funéraire protobyzantin

23Sur le linteau de l’entrée d’un hypogée utilisé comme grenier à céréales, à proximité de la maison P228, au nord-ouest du village, en bordure du front de taille des anciennes carrières (Chapitre 14, fig. 23 ; fig. 9). Au-dessus et au-dessous d’une croix sont gravées quelques lettres composant deux lignes.

Fig. 9 – Inscription n° 6 (mission Qinnasrin).

Fig. 9 – Inscription n° 6 (mission Qinnasrin).

[...] ΙΟΣ

ΠΡ[Ι]Κ[-]

24On voit un omicron à la première ligne qui n’est pas un rho d’un monogramme composé avec la croix, puisqu’il est gravé un peu à droite du bras vertical de cette dernière. On ne tentera aucune restitution de ce texte très lacunaire, peut-être composé de deux noms de personnes.

Conclusion

25Les nouveaux textes comblent très partiellement la pauvreté de l’épigraphie antique d’une cité aussi importante que Chalcis, en particulier à l’époque protobyzantine. Cependant, deux d’entre eux, l’inscription n° 4, de la cuve en basalte qui provient d’un sanctuaire païen, et celle, n° 5, du rempart de l’époque de Justinien, apportent des éléments nouveaux sur la topographie de la ville. Le texte n° 4, en dépit de ses lacunes, fournit également une information singulière sur le statut de la cité de Chalcis, probablement au iiie s.

Notes

1 IGLS 2, 348‑349.

2 Drummond 1754, p. 236 (fac-similé).

3 Mouterde, Poidebard 1945, no 8 et 9, p. 185‑186 (Mouterde), pl. 118.

4 Feissel 1994, p. 305, pl. IV (BE 1994, 624 = Feissel 2006, n° 581, p. 184 ; SEG 44, 1318) ; Yon, Gatier 2009, n° 16, p. 84‑85 (Feissel). Voir Feissel 2000b, p. 98. On peut noter qu’à une date imprécise, probablement dans les années 1970, Jacques Jarry s’est rendu à Chalcis (‘Iss), qu’il a revu et photographié le chapiteau de basalte inscrit et qu’il l’a republié sans signaler l’existence de la première édition par Mouterde ; voir Jarry 1992, p. 109, n° 13, pl. 18 (d’où SEG 42, 1354).

5 Les mesures sont données ainsi : hauteur x largeur x épaisseur (si elle est connue).

6 Dans la cour de la maison P216. Dimensions : 37 x 76 x 60 ; diamètre extérieur : 60 cm.

7 Voir la photo d’une autre tombe, Mouterde, Poidebard 1945, pl. III, 2, où ces cadres sont désignés comme des neféš.

8 Ce secteur se trouve dans le quartier D (Chapitre 15, fig. 1), au nord du quartier ouest de la ville byzantine et à l’intérieur de la ville romaine.

9 Selon les habitants, la partie enfouie mesurerait une quarantaine de centimètres de hauteur.

10 Wroth 1899, p. 147‑148 ; Butcher 2004, p. 223 et 435‑438.

11 Voir Millar 1990.

12 Fourdrin 1994.

13 Feissel 2000b, p. 97‑100.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Fragment d’IGLS 2, 349 (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13487/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Titre Fig. 2 – Fragment inférieur d’IGLS 2, 349, en remploi, et inscription n° 4 (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13487/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 401k
Titre Fig. 3 – Chapiteau inscrit (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13487/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 233k
Titre Fig. 4 – Inscription n° 1 (C. Saliou).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13487/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 964k
Titre Fig. 5 – Inscription n° 2 (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13487/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 197k
Titre Fig. 6 – Inscription n° 3 (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13487/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 275k
Titre Fig. 7 – Inscription n° 3 (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13487/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 257k
Titre Fig. 8 – Inscription n° 5 (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13487/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Titre Fig. 9 – Inscription n° 6 (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13487/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 205k

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search