Version classiqueVersion mobile

Chalcis/Qinnasrin (Syrie)

 | 
Marie-Odile Rousset

Première partie. Les sources écrites

Chapitre 1 – Flavia Chalcis

Julien Aliquot

Texte intégral

1Au iie s. ap. J.‑C., une cité de Syrie nommée Flavia Chalcis a frappé une série de monnaies en bronze portant, au droit, le portrait et la titulature des empereurs régnants (de Trajan à Marc Aurèle et Lucius Vérus) et, au revers, à l’intérieur d’une couronne, l’ethnique de la cité parfois associé à l’image d’un dieu nommé Hélioseiros, ainsi qu’à diverses marques parmi lesquelles on a cru reconnaître des dates. Ce monnayage a suscité de nombreuses hypothèses depuis la fin du xviie s. Jusqu’à ce jour, il n’y a aucun accord ni sur l’identification de la ville qui l’a émis ni sur l’interprétation des dates qui y figureraient. Plusieurs arguments confortent pourtant l’attribution de ce monnayage à Chalcis du Bélus, en Syrie du Nord, tout en faisant douter de l’existence d’une ère civique locale. Il s’agit de les réunir ici et de préciser dans quelles circonstances la cité dont les ruines occupent le site de Qinnasrīn a reçu le titre de Flavia. Les témoignages textuels et numismatiques se porteront mutuellement appui pour retracer l’histoire de Chalcis du Bélus sous le Principat, une histoire au demeurant mal connue et passablement obscurcie par celle d’une seconde Chalcis syrienne, établie quant à elle dans la Békaa libanaise.

Flavia Chalcis et Chalcis du Bélus

  • 1 Sur la vie et la carrière de Noris, voir Bignami Odier 1973.
  • 2 Norisius 1691, p. 270‑275, dont les explications ont été popularisées par d’autres numismates : Va (...)

2La première étude d’ensemble des monnaies de Flavia Chalcis est l’œuvre d’Henry Noris (Enrico Noris, Henricus Norisius). Né à Vérone en 1631 et mort à Rome en 1704, cet augustinien d’origine irlandaise a été élevé à la pourpre cardinalice en 1695, honoré du titre de Saint-Augustin en 1696, puis promu au rang de bibliothécaire de la Vaticane en 1700 1. Il s’est illustré comme juriste, théologien, historien de l’Église et antiquaire. Dans son ouvrage sur les ères des villes de la Syrie d’après les monnaies, Noris avait notamment pu tirer parti de la très riche collection numismatique des Médicis. Le chapitre qu’il consacrait à l’ère de Chalcis compilait assez confusément les témoignages anciens sur Chalcis du Bélus et Chalcis du Liban 2. En assimilant à tort les deux agglomérations, Noris estimait que Chalcis, fondation de Séleucos Ier en Syrie du Nord, avait été dominée par des souverains entrés dans la clientèle de Rome à la suite de la chute de la monarchie séleucide. La ville aurait ainsi appartenu successivement aux dynastes mennaïdes de Chalcis du Liban (Ptolémaios fils de Mennaios, Lysanias, Zénodore), puis à la reine lagide Cléopâtre et enfin au roi Hérode le Grand et à ses descendants (Hérode V dit Hérode de Chalcis, Agrippa II, Aristobule III). De manière plus perspicace, Noris avait observé que, parmi les monnaies de Flavia Chalcis, émises selon lui entre le règne de Trajan et celui de Commode, deux bronzes frappés respectivement sous Trajan et sous Hadrien portaient au revers la même légende à l’intérieur d’une couronne entourée d’un grènetis : Φλ(αουίων) Χαλ|κιδέων, au-dessus des lettres K et E, séparées par un espace et surmontées chacune d’un trait. Selon l’interprétation qu’il privilégiait et qui a ensuite fait florès, ces deux lettres étaient considérées comme une date, (ἔτους) κεʹ, « (en l’an) 25 », plutôt que comme les initiales de deux mots tels κ(οινὸν) ἐ(παρχείας), dont Noris ne précisait d’ailleurs pas ce qu’il aurait fallu entendre par là. Leur apparition sous Trajan et sous Hadrien permettait ainsi d’établir un synchronisme entre l’an 25 d’une ère locale et l’année 117 ap. J.‑C., au cours de laquelle le second empereur succéda au premier. Noris en tirait la conclusion que Chalcis avait inauguré une nouvelle ère en 92 ap. J.‑C., sous Domitien (81‑96), pour commémorer son intégration dans l’Empire romain. Libérée de la tutelle des princes qui l’avaient gouvernée depuis le début du ier s. av. J.‑C., la cité aurait célébré cet événement en adoptant l’épithète Flavia, évocatrice du nom de l’empereur régnant (Titus Flavius Domitianus).

  • 3 Wroth 1899, p. liv‑lv (introduction) et 147‑148 (catalogue).
  • 4 Ronzevalle 1932, complétant son article de 1930, avec de bonnes photos, pl. I.
  • 5 Butcher 2004, p. 435‑438, pl. 25, avec des remarques synthétiques et des comparaisons régionales a (...)
  • 6 Amandry, Burnett 2015, p. 442‑444, no 3458‑3475 (Chalcis ad Belum).
  • 7 Norisius 1691, p. 275, avait cru voir une date (an 90) sur une monnaie en mauvais état qu’il attri (...)
  • 8 Butcher 2004, p. 436, no 10 (Trajan) et 437, no 17 (Hadrien) ; Amandry, Burnett 2015, p. 443, no 3 (...)
  • 9 À propos de l’interprétation de ces lettres qui apparaissent fréquemment dans les monnayages romai (...)
  • 10 Butcher 2004, p. 437, no 15 ; Amandry, Burnett 2015, p. 444, no 3470.
  • 11 Butcher 2004, p. 130 et 437.

3Depuis l’époque de Noris, le corpus numismatique de Flavia Chalcis s’est étoffé en même temps qu’il a été amputé de quelques exemplaires douteux. Après Warwick Wroth, l’éditeur du recueil des monnaies de Syrie conservées au British Museum 3, et Sébastien Ronzevalle, auteur d’une longue étude sur le dieu Hélioseiros 4, Kevin Butcher a établi et commenté un catalogue actualisé et bien illustré des monnaies de Flavia Chalcis dans son ouvrage sur les monnayages romains de la Syrie du Nord 5. Son travail a nourri le troisième volume du Roman Provincial Coinage, consacré aux règnes de Nerva, Trajan et Hadrien 6. Les monnaies de Flavia Chalcis censément frappées sous Commode ont été éliminées et, avec elles, la lecture très improbable d’une seconde date de l’an 90 7. Deux types nouveaux de l’époque de Trajan et d’Hadrien ont été identifiés, avec les lettres K et E de part et d’autre du dieu Hélioseiros, au revers 8. La liste des marques monétaires qui apparaissent dans le champ des revers (des lettres isolées, de Α à Δ) a été complétée 9. Butcher souligne d’ailleurs que l’une d’elles (un delta) a été gravée au revers d’une monnaie du règne d’Hadrien à l’endroit où les lettres K et E avaient été arasées 10. Enfin, il relève l’existence, dans une collection particulière, d’une monnaie émise au nom du souverain hérodien Agrippa II en 82 ap. J.‑C. et surfrappée au nom de Flavia Chalcis du temps d’Hadrien, peut-être en raison de sa taille et de son poids 11.

  • 12 Wroth 1899, p. lv ; Ronzevalle 1932, p. 19‑20 ; Schürer 1973‑1987, I, p. 573 ; Augé 1988 ; Kokkino (...)
  • 13 Seyrig 1931, p. 324. Sur ce point, voir déjà les remarques de Saulcy 1882, p. 349 ; Head 1887, p.  (...)
  • 14 Seyrig 1931, p. 325.
  • 15 Butcher 2004, p. 435 ; Amandry, Burnett 2015, p. 442.

4Certains éléments du dossier qui revenaient à Chalcis du Bélus ont été distingués de ceux qui se rapportaient à Chalcis du Liban de manière plus claire que chez Noris. On reviendra plus loin sur l’histoire des principautés dont chacune des deux agglomérations a été la capitale. Notons surtout à ce stade que l’attribution des monnaies de Flavia Chalcis à Chalcis du Bélus ne fait aucun doute, malgré les hésitations répétées çà et là à la suite de Wroth 12. En 1931, Henri Seyrig avait déjà rappelé les caractères stylistiques (type de la couronne contenant l’ethnique de la ville) et techniques (forme et épaisseur des flans) qui apparentent les monnaies de Flavia Chalcis à celles des cités voisines de Chalcis du Bélus (Béroia, Doliché, Cyrrhus, Hiérapolis, Zeugma) au point que l’on pouvait parfois les croire issues d’un seul atelier 13. Il ajoutait un argument en faveur de leur attribution à la Chalcis de Syrie du Nord : de son temps, ces monnaies se retrouvaient fréquemment sur le marché d’Alep, alors qu’elles n’étaient jamais arrivées ni à Beyrouth ni à Damas, où celles de Chalcis du Liban auraient dû aboutir 14. D’accord avec Seyrig, Butcher et les éditeurs du Roman Provincial Coinage ont retenu eux aussi l’attribution des monnaies de Flavia Chalcis à Chalcis du Bélus 15. Ajoutons que cette attribution paraît confirmée à la fois par la découverte récente de monnaies de Flavia Chalcis dans les fouilles de Zeugma, en Syrie du Nord, et par la fortune de la Chalcis nord-syrienne dans l’Antiquité tardive et au Moyen Âge, qui contraste avec l’oubli total dans lequel son homonyme libanaise est tombée dès le ier s. ap. J.‑C.

Une fondation de l’empereur Vespasien

  • 16 Kokkinos 1998, p. 312‑313, fixe le début de l’ère de Chalcis à 93 ap. J.‑C., ce qui est théoriquem (...)
  • 17 Pour les premiers, voir supra, n. 12. Pour les seconds, voir par exemple Jones 1931, p. 267 ; Jone (...)
  • 18 Butcher 2004, p. 11 (« if the letters KE found on its coins really are a date »), 219 (« if the le (...)
  • 19 Sur le territoire de Chalcis du Bélus : Feissel 1982, p. 325‑328 ; Feissel 2000a, p. 70‑71 ; Gatie (...)
  • 20 Jarry 1967, p. 164‑165, no 45, dont la date est lue et comprise différemment dans Callot, Marcille (...)
  • 21 Au sanctuaire de Srīr, sur la montagne qui surplombe Kafr Karmīn à l’ouest, l’usage de l’ère séleu (...)

5Si l’identification de Flavia Chalcis à Chalcis du Bélus est assurée, l’idée que la cité devait sa libération ou sa promotion à Domitien demeure en revanche très fragile. L’ère civique de 92 ap. J.‑C. (ou de 93 ap. J.‑C. 16), que Noris invoquait à l’appui de cette hypothèse, a tout l’air d’un fantôme historiographique. Son existence ne ressort en définitive que de la lecture des deux lettres K et E sur des monnaies frappées sous deux empereurs différents, ce qui n’inspire pas la plus grande confiance. Elle a été admise à la fois par les tenants de l’identification de Flavia Chalcis à Chalcis du Liban et par les partisans de Chalcis du Bélus 17. Butcher est le seul à avoir émis quelque doute à son propos, mais sans l’exclure définitivement 18. Or, l’ère en usage dans les inscriptions de Chalcis du Bélus et de son territoire est celle des Séleucides, du iie au viie s. ap. J.‑C. 19. Le plus ancien texte daté connu de la région est la dédicace grecque d’un relief rupestre de Kafr Karmīn, qui atteste l’usage de l’ère séleucide en 132 ap. J.‑C. aux confins nord-ouest de la plaine de Chalcidique, dans un secteur où le tracé de la frontière entre Chalcis et Antioche est bien établi 20. On pourrait évidemment arguer, en l’absence de documents datés de 92 à 117 ap. J.‑C. 21, que l’ère civique de 92 ap. J.‑C. n’a été utilisée qu’un temps, avant de tomber en désuétude entre 117 et 132 ap. J.‑C. Ce scénario paraît toutefois peu vraisemblable. D’une part, on ne voit pas quel événement survenu sous le règne d’Hadrien aurait justifié la réforme du comput local. D’autre part, on s’attendrait à ce que d’autres dates que celle de l’an 25 se retrouvent sur les monnaies de Flavia Chalcis frappées sous Trajan et sous Hadrien. Comme ce n’est pas le cas, il semble préférable de considérer, dans l’état actuel de la documentation, que la question de l’interprétation des lettres K et E reste ouverte et que l’hypothétique ère de 92 ap. J.‑C. n’a probablement jamais existé.

  • 22 Au moins quatre constitutions concernent à cette date la seconde cohorte des archers chalcidéniens (...)
  • 23 CIL 6, 3538, cf. Eck 1975, p. 369, n. 12.
  • 24 Eck 1975 (AE 1974, 583) ; Le Glay 1981, p. 176‑181 ; Pflaum 1982, p. 18-21, no 45 B. Selon Eck et (...)
  • 25 Hérodiens : Gracey 1986 ; Saddington 2009. Nabatéens : Graf 1994.

6Au-delà de ces considérations proprement numismatiques, un argument plaide en faveur de l’annexion de Chalcis du Bélus bien avant 92 ap. J.‑C. Deux cohortes ont été levées dans la cité dès le règne de Vespasien (69‑79), la cohors I Chalcidenorum equitata et la cohors II Chalcidenorum sagittariorum. Il n’y a aucune raison de douter que leurs membres ont été recrutés sur le territoire civique de Chalcis du Bélus. Comme on le verra plus loin, Chalcis du Liban n’a certainement jamais été autre chose qu’un bourg fortifié, et les auxiliaires issus de sa région ont été nommés d’après l’ethnique du peuple présent dans la Békaa libanaise et dans les montagnes voisines, le peuple des Ituréens. Les plus anciens diplômes militaires qui mentionnent les cohortes de Chalcidéniens attestent la présence de la seconde cohorte en Mésie en 75 ap. J.‑C. 22. Une dédicace de Rome honore un chevalier romain qui a dirigé la première cohorte en Afrique avant 78 ap. J.‑C. 23. Une inscription d’Apri en Thrace rend hommage à un autre chevalier qui a pu assumer la préfecture de la même cohorte en Afrique sous Vespasien 24. Ces documents ont été négligés jusqu’ici dans la discussion sur le statut de Chalcis du Bélus au ier s. ap. J.‑C. Or, il serait plutôt surprenant que Rome ait levé des cohortes régulières à l’intérieur d’un État client, quand les souverains se chargeaient eux-mêmes de mettre leurs troupes à la disposition de l’armée romaine 25. On peut donc conclure qu’en 75 ap. J.‑C. au plus tard Chalcis du Bélus n’était aux mains d’aucun prince client et qu’elle a dû recevoir de Vespasien le nom de Flavia, tiré du gentilice de l’empereur (Titus Flavius Vespasianus). Le fait que la ville ait déjà eu le statut d’une cité pérégrine sous Vespasien enlève toute justification à l’ère civique de 92 ap. J.‑C. Il invite en revanche à s’interroger sur les circonstances de la promotion de Chalcis du Bélus.

Des princes en Chalcidique

  • 26 Sur Chalcis du Liban, sa localisation (sans doute Majdal ‘Anjar, dans le sud de la Békaa), son his (...)
  • 27 Strabon, 16, 2, 19.
  • 28 CIL 3, 6687.
  • 29 Aliquot 1999‑2003, p. 233‑237 ; Aliquot 2009, p. 35‑36, 44, 51 et 55, n. 104.
  • 30 Schmitt 1982, p. 118. En ce sens, voir également Kropp 2010b, p. 256 ; Kropp 2013, p. 29.

7Il convient tout d’abord de rendre à Chalcis du Bélus ce qui a pu être attribué à Chalcis du Liban 26. L’histoire de la Chalcis libanaise devient opaque après la déposition et la mort du tétrarque mennaïde Zénodore, survenues au cours des années 20 av. J.‑C. On sait qu’Hérode le Grand a reçu d’Auguste une partie des territoires des Mennaïdes et que ces territoires sont passés par étapes aux mains de ses descendants jusqu’à la fin du ier s. ap. J.‑C. Au Liban, toutefois, le règne d’Auguste est encore marqué par la fondation de la colonie romaine de Béryte (Beyrouth) et par l’attribution à cette cité d’un très vaste territoire étendu dans la Békaa jusqu’aux sources de l’Oronte, en 15 av. J.‑C. 27. Les troubles suscités par le brigandage, endémique dans la région, n’ont pas dû cesser immédiatement. La célèbre épitaphe latine de Béryte qui retrace la carrière du préfet Quintus Aemilius Secundus rappelle que cet officier de l’armée romaine avait combattu les Ituréens sur le Mont Liban et qu’il était parvenu à prendre leur bourg fortifié (castellum) autour de l’an 6 ou 7 ap. J.‑C. 28. Manifestement, ce castellum n’était pas l’un des petits fortins ituréens du nord de la montagne libanaise, mais plutôt une forteresse majeure, dont la prise, digne d’être commémorée, entérinait le démantèlement de la principauté mennaïde. J’ai proposé de l’identifier à Chalcis du Liban tout en maintenant que des rois hérodiens avaient pu régner sur l’ancien castellum des Ituréens jusqu’au milieu du ier s. ap. J.‑C. 29. Il me paraît aujourd’hui plus probable que Chalcis du Liban a été intégrée de manière définitive dans le territoire de la colonie de Béryte dès le règne d’Auguste, comme Götz Schmitt l’a supposé le premier 30. Par conséquent, les témoignages qui concernent les souverains hérodiens connus pour avoir régné sur une Chalcis de Syrie au ier s. ap. J.‑C. (Hérode V, Agrippa II, Aristobule III) devraient être rapportés à Chalcis du Bélus. Quelques arguments ténus renforcent cette hypothèse.

  • 31 Flavius Josèphe, Antiquités 19, 277. Sur Hérode de Chalcis et ses descendants, voir Kokkinos 1998, (...)
  • 32 Dion Cassius, 60, 8, 3.
  • 33 Flavius Josèphe, Guerre 2, 217, 221 et 223 ; Antiquités 19, 277, 338 et 353 ; 20, 15, 103, 158.
  • 34 Flavius Josèphe, Guerre 1, 185 (Πτολεμαῖος ὁ Μενναίου παραλαβών, ὃς ἐκράτει τῆς ὑπὸ τῷ Λιβάνῳ Χαλκ (...)
  • 35 Amandry, Burnett, Ripollès 1992, p. 662‑663, no 4777‑4780, qui placent le monnayage d’Hérode de Ch (...)
  • 36 Butcher 2004, p. 435.

8À l’avènement de Claude, en 41 ap. J.‑C., un Hérode a reçu le royaume de Chalcis 31. Selon Dion Cassius, l’empereur l’a également élevé au rang prétorien 32. Cet Hérode de Chalcis (ou Hérode V), fils d’Aristobule II et de Bérénice Ire, est le petit-fils d’Hérode le Grand et le frère d’Agrippa Ier. On ne lui connaît aucun autre territoire en Orient. Flavius Josèphe le décrit comme un roi de Chalcis tout court 33, alors qu’il précise par deux fois, à propos de Ptolémaios fils de Mennaios, que ce dynaste a exercé son pouvoir sur la Chalcis libanaise 34. Officiellement, les souverains mennaïdes de Chalcis du Liban ont toujours porté les titres de tétrarque et de grand-prêtre, ce qui les distingue encore des Hérodiens qui ont régné sur Chalcis. Les monnaies frappées sous Claude au nom du roi Hérode confirment les propos de Flavius Josèphe. Très rares, elles ressemblent fort aux célèbres émissions contemporaines d’Antioche aux lettres SC, à la fois par leurs dimensions, leur forme et leur style. Aucune n’a été trouvée dans la Békaa ou ailleurs au Liban 35. Le seul exemplaire dont la provenance soit à peu près assurée a été acquis parmi un lot de monnaies frappées aux ier et iie s. ap. J.‑C. par des cités du nord de la Syrie (Chalcis du Bélus, Béroia, Cyrrhus, Zeugma, Séleucie, Antioche) 36. Toutes ces remarques nous orientent vers la Syrie du Nord. Elles ne peuvent être considérées comme des preuves définitives, mais plutôt comme des éléments en faveur de l’attribution des monnaies d’Hérode de Chalcis à Chalcis du Bélus.

  • 37 Flavius Josèphe, Guerre 2, 221 ; Antiquités 20, 104.
  • 38 Flavius Josèphe, Guerre 2, 223, 247, 252 et 421, et 7, 97 ; Antiquités 20, 138 et 159 ; Photius, B (...)
  • 39 Flavius Josèphe, Guerre 2, 252 ; Antiquités 20, 158 ; Tacite, Annales 13, 7.
  • 40 Flavius Josèphe, Guerre 7, 226.
  • 41 Ainsi Kokkinos 1998, p. 312, selon lequel Aristobule III aurait reçu le royaume de Chalcis en comp (...)

9Hérode de Chalcis est mort dans la huitième année du règne de Claude, en 48 ap. J.‑C. ou au début de 49. Il laissait trois fils. L’aîné était issu de son premier mariage avec Mariammè. Celui-ci, nommé Aristobule (III) comme son grand-père, est le dernier roi de Chalcis connu 37. Il était peut-être trop jeune pour succéder à son père en 48 ap. J.‑C. Toujours est-il que c’est son cousin Agrippa II, fils d’Agrippa Ier et neveu d’Hérode V, qui récupéra son héritage pour une période de quatre ans, de 49 à 53 ap. J.‑C. environ, avant d’échanger Chalcis contre un royaume plus vaste, d’abord constitué sous Claude de la tétrarchie de Césarée de Philippe (Panéas), de l’Abilène, de la tétrarchie libanaise d’Arca, de la Batanée, de la Gaulanitide, de la Trachônitide et de l’Auranitide, puis étendu sous Néron aux régions voisines de la Galilée et de la Pérée et peut-être encore augmenté sous Vespasien 38. À la fin de l’an 54 ap. J.‑C., Aristobule III obtint de Néron le royaume de Petite Arménie ou Arménie Mineure 39. Le sort de Chalcis n’est pas fixé avant 72 ap. J.‑C., date à laquelle on le retrouve vraisemblablement à la tête du royaume de Chalcidique 40. Aristobule III a bien pu récupérer le trône de Chalcis, son héritage paternel, dès 54 ap. J.‑C., et non seulement en 72 ap. J.‑C., comme on l’a supposé 41. Quoi qu’il en soit, l’identification de la Chalcidique d’Aristobule III à la région de Chalcis du Bélus est plus vraisemblable que son identification au secteur très réduit de Chalcis du Liban. Elle permet d’expliquer au mieux l’engagement du roi dans la guerre de Rome contre la Commagène voisine.

  • 42 Flavius Josèphe, Guerre 7, 226 (συνεμάχουν δὲ καὶ βασιλεῖς αὐτῷ τῆς μὲν Χαλκιδικῆς λεγομένης Ἀριστ (...)
  • 43 Sartre 2001, p. 506 ; Butcher 2003, p. 43 et 92 ; Kropp 2010a, p. 205 et 216.
  • 44 Amandry, Burnett, Carradice 1999, p. 246, où l’attribution à Chalcis du monnayage d’Aristobule III (...)
  • 45 Bowersock 1973 ; van Berchem 1985 ; Speidel 2005.
  • 46 Yon, Gatier 2009, p. 120‑121, no 29.

10En 72 ap. J.‑C., Aristobule III avait participé, aux côtés du prince Soaimos d’Émèse, aux opérations militaires dirigées par le gouverneur Lucius Junius Caesennius Paetus contre Antiochos IV, le roi de Commagène accusé de comploter avec les Parthes 42. Au terme d’une expédition couronnée de succès, Vespasien avait décidé d’annexer à la province de Syrie non seulement la Commagène, dès la fin de la guerre, mais sans doute aussi la principauté d’Émèse, à une date incertaine que l’on tend à placer entre 72 et 78 ap. J.‑C. 43. Il est probable que le domaine royal d’Aristobule III, déjà amputé de la Petite Arménie en 71 ap. J.‑C. 44, a connu le même sort entre 72 et 75 ap. J.‑C. Une fois Chalcis enlevée à la famille du prince qui la dirigeait depuis 41 ap. J.‑C., la décision de confier l’administration de la cité au gouverneur de la province romaine de Syrie se serait accompagnée à la fois de l’intégration des troupes de l’ancien État client dans les corps auxiliaires de l’armée romaine et de l’octroi à la ville du nom de Flavia. Empereur bien renseigné sur l’état de la Syrie de son temps, et pourtant sans lien dynastique ni personnel avec les souverains locaux clients de Rome, Vespasien aurait ainsi mis fin à l’existence du royaume formé autour de Chalcis du Bélus. Cette décision aurait fait partie du plan d’ensemble qu’on lui prête et dont l’exécution se serait soldée par la provincialisation des derniers États clients de Rome sur la frontière orientale de l’Empire, le redéploiement des légions face aux Parthes et la refondation de cités (par exemple Samosate, l’ancienne capitale du royaume de Commagène, qui reçut elle aussi le nom de Flavia) 45. En Syrie centrale, des milliaires au nom du gouverneur Marcus Ulpius Traianus (73‑78), le père du futur empereur Trajan, témoignent aussi de la mise en valeur du pays sous le règne de Vespasien. L’un d’eux, découvert près de Ṣabbūra et daté de 76 ap. J.‑C., était précisément affiché au croisement des routes menant d’Apamée à Palmyre et d’Émèse à Chalcis du Bélus 46. Dans ce contexte de reprise en main et de réorganisation des territoires régionaux, le royaume de Chalcis, encore utile au temps de la guerre de Commagène, avait perdu toute raison d’être.

  • 47 Pline l’Ancien, 5, 81‑82. Bien que souvent coupable d’anachronisme à propos de la Syrie, l’auteur (...)
  • 48 Dion Cassius, 36, 2, 5 ; 40, 20, 1‑2 ; 47, 27, 3‑4 ; Strabon, 16, 2, 10.
  • 49 Rey-Coquais 1973, p. 41‑46, no 2 (Yon, Gatier 2009, p. 30‑33, no 3).
  • 50 Diodore, 33, 4 a, attribué à Poséidonios, fr. 100 (éd. Theiler 1982, I, p. 98) (τὸν τῆς Ἀραβίας δυ (...)
  • 51 Diodore, 33, 4 a, attribué à Poséidonios, fr. 100 (éd. Theiler 1982, I, p. 98) (παρὰ πόλιν Χαλκίδα (...)
  • 52 Strabon, 16, 2, 11. L’autorité de Poséidonios est invoquée à la fin du paragraphe précédent (16, 2 (...)
  • 53 Seyrig 1970 ; Seyrig 1971 ; cf. Seyrig 1934, p. 173, pl. 21, 2 ; Augé 1988 ; Kropp 2012.
  • 54 On pourrait enfin se demander si le « morceau de l’Arabie » que Cotys IX, roi de Petite Arménie, a (...)

11Le royaume dont l’histoire vient d’être restituée à Chalcis du Bélus n’est pas attesté de manière sûre avant l’avènement d’Hérode V, en 41 ap. J.‑C. L’époque de sa formation reste floue dans l’état actuel de nos connaissances. L’émergence d’une principauté en Chalcidique à l’époque hellénistique ou au début de l’Empire romain n’aurait cependant rien de surprenant. Pline l’Ancien signale l’existence d’une vingtaine de tétrarchies en Syrie centrale sans toutes les nommer 47. Certaines sont connues par ailleurs, telle celle de l’Arabe Alchaudonios ou Alchaidamnos, roi des Rhambéens et ami de Rome dans les années 60‑40 av. J.‑C. 48. D’autres ont pu sombrer dans l’oubli. Celle d’un certain Dexandros, contemporain d’Auguste, serait restée méconnue sans la découverte fortuite d’une inscription d’Apamée 49. À la lisière de la steppe, Chalcis du Bélus était elle aussi susceptible de devenir le centre d’une principauté et de jouer un rôle important dans les relations entre nomades et sédentaires. Deux textes qui se rapportent à cette cité, l’un de Diodore de Sicile et l’autre de Strabon, empruntés à Poséidonios d’Apamée ou inspirés par ce géographe et historien de l’époque hellénistique, rendent bien compte de la situation d’une ville en contact avec les chefs et les tribus arabes. Le premier, celui de Diodore, évoque les troubles de la monarchie séleucide. En 144 av. J.‑C., Diodote Tryphon, alors qu’il n’était encore que le gouverneur de la forteresse d’Apamée, cherchait à imposer Antiochos (le futur Antiochos VI), fils mineur d’Alexandre Ier Balas, à la place du roi Démétrios II. Tryphon s’était allié à un certain Iamblichos ou Malchos, le dynaste arabe qui avait recueilli le jeune prince séleucide 50. Il avait cantonné son armée près de Chalcis, cité dont Diodore précise qu’elle était établie à l’intérieur ou aux frontières de l’Arabie 51, c’est-à-dire au cœur ou en marge d’une région habitée par des nomades et identifiée pour cette raison à l’une des Arabies du Proche-Orient. Le second témoignage, celui de Strabon, concerne le territoire d’Apamée et les peuples voisins. Il place la Chalcidique entre les chefs de tribus (phylarques) arabes des rives de l’Euphrate, à l’est de l’Apamène, et les « gens des tentes » (scénites) de la steppe, plus au sud 52. Les témoignages croisés de Diodore et de Strabon permettent ainsi de supposer que le royaume dont les Hérodiens auraient hérité au milieu du ier s. ap. J.‑C. n’a fait que perpétuer une principauté arabe formée autour de Chalcis du Bélus à l’occasion des crises du royaume séleucide. Le caractère arabe de cette principauté se déduirait aussi de l’aspect du dieu Hélioseiros, qui appartient au type, tant apprécié des habitants de la steppe syrienne 53, des divinités armées et solaires et qui devint au iie s. ap. J.‑C. la figure emblématique de Flavia Chalcis (fig. 154.

Fig. 1 – Le dieu Hélioseiros au revers d’une monnaie de bronze de Flavia Chalcis frappée sous le règne d’Antonin le Pieux (138‑161) (Collection privée, Classical Numismatic Group, Electronic Auction 387, lot 329, mis en vente le 30/11/2016, https://www.acsearch.info/​search.html?id=3672034).

Fig. 1 – Le dieu Hélioseiros au revers d’une monnaie de bronze de Flavia Chalcis frappée sous le règne d’Antonin le Pieux (138‑161) (Collection privée, Classical Numismatic Group, Electronic Auction 387, lot 329, mis en vente le 30/11/2016, https://www.acsearch.info/​search.html?id=3672034).

Notes

1 Sur la vie et la carrière de Noris, voir Bignami Odier 1973.

2 Norisius 1691, p. 270‑275, dont les explications ont été popularisées par d’autres numismates : Vaillant 1700, p. 30, 65 et 75 ; Eckhel 1828, p. 263‑265 ; Mionnet 1837, p. 115‑120.

3 Wroth 1899, p. liv‑lv (introduction) et 147‑148 (catalogue).

4 Ronzevalle 1932, complétant son article de 1930, avec de bonnes photos, pl. I.

5 Butcher 2004, p. 435‑438, pl. 25, avec des remarques synthétiques et des comparaisons régionales aux p. 11, 37‑40, 128, 130, 153‑154, 157, 185, 214, 219, 224, 230, 290, 295 et 490. Voir aussi Butcher 2013, p. 32, no C128‑130, pour trois nouveaux exemplaires émis sous Trajan et sous Antonin le Pieux et découverts lors des fouilles de Zeugma.

6 Amandry, Burnett 2015, p. 442‑444, no 3458‑3475 (Chalcis ad Belum).

7 Norisius 1691, p. 275, avait cru voir une date (an 90) sur une monnaie en mauvais état qu’il attribuait à Commode (d’où Vaillant 1700, p. 75, et Mionnet 1837, p. 118, no 19). Il y a tout lieu de penser qu’il a confondu la boucle gauche du nœud de la couronne avec la lettre grecque correspondant au chiffre 90 (koppa). L’exemplaire est probablement le même que celui que Mionnet 1811, p. 144, no 14, était d’abord enclin à attribuer à Marc Aurèle plutôt qu’à Commode. Le catalogue de Butcher 2004, p. 435‑438, n’enregistre aucune monnaie de Chalcis frappée sous Commode. Son numéro 20 b, reproduit sur la planche 25, est un exemplaire émis sous Lucius Vérus et conservé à la Bibliothèque nationale de France, où la possibilité de confondre le nœud de la couronne du revers avec le koppa grec est bien illustrée.

8 Butcher 2004, p. 436, no 10 (Trajan) et 437, no 17 (Hadrien) ; Amandry, Burnett 2015, p. 443, no 3464 (Trajan) et 444, no 3474‑3475.

9 À propos de l’interprétation de ces lettres qui apparaissent fréquemment dans les monnayages romains de la Syrie du Nord, Butcher 2004, p. 236‑237, exclut avec de bons arguments qu’elles correspondent à des dates données selon les années de règne des empereurs, à des numéros d’officines, à des numéros de coins de revers ou encore à des numéros de mois au cours desquels les monnaies auraient été émises. Le même auteur suggère prudemment qu’elles ont une signification chronologique, en particulier lorsqu’elles forment des séquences, et qu’elles pourraient être liées à des magistratures. Sur cette question, voir en dernier lieu Butcher 2012, ainsi qu’Amandry, Burnett 2015, p. 442‑443, 826 et 858, n. 99.

10 Butcher 2004, p. 437, no 15 ; Amandry, Burnett 2015, p. 444, no 3470.

11 Butcher 2004, p. 130 et 437.

12 Wroth 1899, p. lv ; Ronzevalle 1932, p. 19‑20 ; Schürer 1973‑1987, I, p. 573 ; Augé 1988 ; Kokkinos 1998, p. 313, n. 166 ; Sartre 1991, p. 45 ; Sartre 2001, p. 515‑516, n. 231 ; Sartre 2005, p. 410, n. 215 ; Sartre 2011, p. 221, n. 35 (moins affirmatif) ; Cohen 2006, p. 143 et 145.

13 Seyrig 1931, p. 324. Sur ce point, voir déjà les remarques de Saulcy 1882, p. 349 ; Head 1887, p. 655 ; Wroth 1899, p. liv‑lv.

14 Seyrig 1931, p. 325.

15 Butcher 2004, p. 435 ; Amandry, Burnett 2015, p. 442.

16 Kokkinos 1998, p. 312‑313, fixe le début de l’ère de Chalcis à 93 ap. J.‑C., ce qui est théoriquement possible si l’année commence entre le mois de janvier et le mois d’août, au cours duquel Trajan est mort. Néanmoins, l’idée d’une époque remontant à 92 ap. J.‑C. ne saurait être exclue à priori. Elle conviendrait parfaitement si l’année commençait à l’automne, comme dans le comput des Séleucides.

17 Pour les premiers, voir supra, n. 12. Pour les seconds, voir par exemple Jones 1931, p. 267 ; Jones 1971, p. 271 et 461, n. 60 ; Bowersock 2002, p. 49 ; Aliquot 1999‑2003, p. 236.

18 Butcher 2004, p. 11 (« if the letters KE found on its coins really are a date »), 219 (« if the letters KE found on the coins of Chalcis of AD 117 are a date, the beginning of this era, c. AD 92, suggests that the title [Flavia] derived from Domitian »), 435 (« the letters KE found on coins of both Trajan and Hadrian may be a date ») et 437 (« if it is a date »). En ce sens, voir déjà Butcher 2003, p. 90, et encore Butcher 2012, p. 124, ainsi qu’Amandry, Burnett 2015, p. 443.

19 Sur le territoire de Chalcis du Bélus : Feissel 1982, p. 325‑328 ; Feissel 2000a, p. 70‑71 ; Gatier 2001. La plupart des inscriptions de la région sont réunies dans deux ouvrages dépassés sur bien des points : IGLS 2 et Mouterde, Poidebard 1945. Voir aussi l’index des inscriptions datées établi par Seyrig dans IGLS 4, p. 375‑378, et les corrigenda dans IGLS 5, p. 317.

20 Jarry 1967, p. 164‑165, no 45, dont la date est lue et comprise différemment dans Callot, Marcillet-Jaubert 1984, p. 192, fig. 6 e, et dans Feissel 2000a, p. 70 (an 445 des Séleucides, au mois de Dystros, soit mars 134 ap. J.‑C.). En réalité, comme me le signale P.‑L. Gatier, qui a revu l’inscription en 1992, il faut lire 443 pour l’année selon le comput séleucide, ce qui permet de dater le texte du mois de mars 132 ap. J.‑C.

21 Au sanctuaire de Srīr, sur la montagne qui surplombe Kafr Karmīn à l’ouest, l’usage de l’ère séleucide a paru attesté par la dédicace grecque (IGLS 2, 488) de 116 ou 117 ap. J.‑C. Néanmoins, la découverte de nouvelles inscriptions utilisant l’ère césarienne d’Antioche à Srīr renforce les doutes exprimés par Seyrig dans Tchalenko 1953‑1958, III, p. 14, sur la lecture de ce texte. Voir Callot, Marcillet-Jaubert 1984, p. 192‑195.

22 Au moins quatre constitutions concernent à cette date la seconde cohorte des archers chalcidéniens : Roxan 1978, no 2 ; Pferdehirt 2004, p. 3‑8, no 1, complété par Weiss 2008, p. 270‑273, no 1 (AE 2008, 1713) ; Eck, Pangerl 2009, p. 506‑509, no 1 (AE 2009, 1800).

23 CIL 6, 3538, cf. Eck 1975, p. 369, n. 12.

24 Eck 1975 (AE 1974, 583) ; Le Glay 1981, p. 176‑181 ; Pflaum 1982, p. 18-21, no 45 B. Selon Eck et Le Glay, le chevalier anonyme honoré à Apri aurait rempli ses charges dans l’administration sous Vespasien, ce qui pourrait impliquer qu’il avait déjà accompli les trois étapes du service militaire réglementaire sous Néron. Néanmoins, en l’absence d’indication sur la durée de ces charges administratives et de ces milices équestres, il est permis d’en douter. Par ailleurs, dans le cursus du dédicataire, le nom de Vespasien n’est explicitement associé qu’aux deux premières fonctions civiles, de sorte que l’on peut aussi supposer que sa carrière s’est poursuivie sous Domitien, comme Pflaum paraît le sous-entendre (p. 21). Demougin 1992, p. 590, n. 2, estime pour sa part que toute la carrière de l’anonyme d’Apri s’est déroulée sous Vespasien.

25 Hérodiens : Gracey 1986 ; Saddington 2009. Nabatéens : Graf 1994.

26 Sur Chalcis du Liban, sa localisation (sans doute Majdal ‘Anjar, dans le sud de la Békaa), son histoire et ses princes : Schmitt 1982 ; Will 1983 ; Gatier 1999‑2000, p. 108‑111 ; Aliquot 1999‑2003, p. 225‑237 et 268‑269 ; Herman 2006 ; Gatier 2007, p. 483‑489 ; Aliquot 2009, p. 3, 29‑30, 35‑37, 39, 41, 44, 46, 51, 53, 55, 57, 107, 183‑185, 207, 211, 215, 231 et 308‑309 ; Aliquot 2010, p. 307, n. 7 ; Kropp 2010b, p. 256 ; Kropp 2013, p. 29. Ces travaux sont ici complétés.

27 Strabon, 16, 2, 19.

28 CIL 3, 6687.

29 Aliquot 1999‑2003, p. 233‑237 ; Aliquot 2009, p. 35‑36, 44, 51 et 55, n. 104.

30 Schmitt 1982, p. 118. En ce sens, voir également Kropp 2010b, p. 256 ; Kropp 2013, p. 29.

31 Flavius Josèphe, Antiquités 19, 277. Sur Hérode de Chalcis et ses descendants, voir Kokkinos 1998, p. 304‑314, qui identifie la capitale du royaume de ce souverain à Chalcis du Liban.

32 Dion Cassius, 60, 8, 3.

33 Flavius Josèphe, Guerre 2, 217, 221 et 223 ; Antiquités 19, 277, 338 et 353 ; 20, 15, 103, 158.

34 Flavius Josèphe, Guerre 1, 185 (Πτολεμαῖος ὁ Μενναίου παραλαβών, ὃς ἐκράτει τῆς ὑπὸ τῷ Λιβάνῳ Χαλκίδος) ; Antiquités 14, 126 (Πτολεμαῖος ὁ Μενναίου παρέλαβεν δυναστεύων Χαλκίδος τῆς ὑπὸ τῷ Λιβάνῳ ὄρει).

35 Amandry, Burnett, Ripollès 1992, p. 662‑663, no 4777‑4780, qui placent le monnayage d’Hérode de Chalcis à Chalcis du Liban et qui relèvent le passage d’un exemplaire dans le commerce au Liban en 1981, parmi un lot de monnaies d’Agrippa Ier frappées à Césarée de Palestine. Comme le note Butcher 2004, p. 435, cette indication n’apporte pas la preuve d’une provenance locale ou régionale.

36 Butcher 2004, p. 435.

37 Flavius Josèphe, Guerre 2, 221 ; Antiquités 20, 104.

38 Flavius Josèphe, Guerre 2, 223, 247, 252 et 421, et 7, 97 ; Antiquités 20, 138 et 159 ; Photius, Bibliothèque, cod. 33.

39 Flavius Josèphe, Guerre 2, 252 ; Antiquités 20, 158 ; Tacite, Annales 13, 7.

40 Flavius Josèphe, Guerre 7, 226.

41 Ainsi Kokkinos 1998, p. 312, selon lequel Aristobule III aurait reçu le royaume de Chalcis en compensation de la perte de l’Arménie Mineure. L’existence des cohortes de Chalcidéniens sous Vespasien n’invite pas à le suivre, à moins qu’Aristobule n’ait régné sur la Chalcidique qu’un très court moment entre 72 et 75 ap. J.‑C.

42 Flavius Josèphe, Guerre 7, 226 (συνεμάχουν δὲ καὶ βασιλεῖς αὐτῷ τῆς μὲν Χαλκιδικῆς λεγομένης Ἀριστόβουλος, τῆς Ἐμέσης δὲ καλουμένης Σόαιμος). Sur Antiochos IV et la guerre de Commagène, voir Speidel 2005 ; Facella 2006, p. 318‑338. Sur Soaimos, roi d’Émèse également nommé roi de Sophène sous Néron, voir Barrett 1977.

43 Sartre 2001, p. 506 ; Butcher 2003, p. 43 et 92 ; Kropp 2010a, p. 205 et 216.

44 Amandry, Burnett, Carradice 1999, p. 246, où l’attribution à Chalcis du monnayage d’Aristobule III et de son épouse Salomé n’est pas définitivement écartée, d’après son style, plus syrien qu’arménien.

45 Bowersock 1973 ; van Berchem 1985 ; Speidel 2005.

46 Yon, Gatier 2009, p. 120‑121, no 29.

47 Pline l’Ancien, 5, 81‑82. Bien que souvent coupable d’anachronisme à propos de la Syrie, l’auteur pourrait bien refléter la situation des années 70 ap. J.‑C. lorsqu’il ne mentionne aucune principauté autour de Chalcis du Bélus. Son Histoire naturelle a été dédié à Titus en 77 ap. J.‑C.

48 Dion Cassius, 36, 2, 5 ; 40, 20, 1‑2 ; 47, 27, 3‑4 ; Strabon, 16, 2, 10.

49 Rey-Coquais 1973, p. 41‑46, no 2 (Yon, Gatier 2009, p. 30‑33, no 3).

50 Diodore, 33, 4 a, attribué à Poséidonios, fr. 100 (éd. Theiler 1982, I, p. 98) (τὸν τῆς Ἀραβίας δυνάστην Ἰάμβλιχον). Cf. 1 Maccabées 11, 39‑40 (Ιμαλκουε τὸν Ἄραβα) ; Flavius Josèphe, Antiquités 13, 131‑133 (Μάλχον τὸν Ἄραβα). Iamblichos est peut-être un ancêtre de la future dynastie d’Émèse. Comme le note Sartre 2001, p. 375, n. 9, en reprenant les conclusions d’une étude inédite de P.‑L. Gatier, il serait également le fils de Zabdièl, alias Dioclès, l’assassin d’Alexandre Ier Balas et le maître d’Abai, bourg peuplé de Macédoniens et d’Arabes que Diodore, 32, 10 (Poséidonios, fr. 85 [éd. Theiler 1982, I, p. 85‑86]), place en Arabie. Honigmann 1923, p. 149, no 1, situe Abai dans la région de Chalcis du Bélus. P.‑L. Gatier propose de l’identifier à Aréthuse.

51 Diodore, 33, 4 a, attribué à Poséidonios, fr. 100 (éd. Theiler 1982, I, p. 98) (παρὰ πόλιν Χαλκίδα, κειμένην ἐν τοῖς μεθορίοις τῆς Ἀραβίας). L’atelier monétaire de Chalcis du Bélus a pu être inauguré au début du règne d’Antiochos VI. Voir Houghton, Lorber, Hoover 2008, p. 329, no 2016‑2017.

52 Strabon, 16, 2, 11. L’autorité de Poséidonios est invoquée à la fin du paragraphe précédent (16, 2, 10). Sur ce témoignage, voir la traduction et le commentaire de Marcotte 2006, p. 76‑77, qui identifie toutefois la Chalcidique à la Békaa libanaise en se fondant sur l’expression qui indique que la Chalcidique « descend depuis le Massyas » (ἡ Χαλκιδικὴ ἀπὸ τοῦ Μασσύου καθήκουσα). En réalité, tout le passage concerne la région située entre l’Oronte et l’Euphrate. Quel que soit le sens à donner à l’expression utilisée, Strabon distingue nettement la Chalcidique du Massyas, alors qu’il décrit par ailleurs Chalcis du Liban comme une acropole du Massyas (16, 2, 18).

53 Seyrig 1970 ; Seyrig 1971 ; cf. Seyrig 1934, p. 173, pl. 21, 2 ; Augé 1988 ; Kropp 2012.

54 On pourrait enfin se demander si le « morceau de l’Arabie » que Cotys IX, roi de Petite Arménie, aurait reçu de Caligula en 38 ap. J.‑C. selon Dion Cassius, 59, 12, 2, ne correspondait pas également à la principauté de Chalcis du Bélus. Selon cette hypothèse, à la mort de Cotys IX, survenue en 54 ap. J.‑C. au plus tard, Aristobule III aurait récupéré la Petite Arménie en même temps que le domaine de son père. Gatier 2007, p. 483‑489, proposait pour sa part d’identifier l’Arabie de Cotys IX à Chalcis du Liban, avec ou sans l’Abilène voisine.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Le dieu Hélioseiros au revers d’une monnaie de bronze de Flavia Chalcis frappée sous le règne d’Antonin le Pieux (138‑161) (Collection privée, Classical Numismatic Group, Electronic Auction 387, lot 329, mis en vente le 30/11/2016, https://www.acsearch.info/​search.html?id=3672034).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13482/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 163k

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search