Version classiqueVersion mobile

Chalcis/Qinnasrin (Syrie)

 | 
Marie-Odile Rousset

Introduction

Marie-Odile Rousset

Texte intégral

  • 1 La fondation Max van Berchem fut constituée en 1973 en hommage à Max van Berchem (1863‑1921), le fo (...)

1J’ai co-dirigé la mission archéologique syro-française de Qinnasrin successivement avec As‘ad al‑Youssef puis avec Youssef Kanjou (DGAMS, Alep). Elle a travaillé sur le terrain, à Qinnasrin/al‑‘Iss, entre 2008 et 2010. Le travail s’est effectué en collaboration avec la Direction générale des antiquités et des musées de Syrie et le Département des antiquités/Musée archéologique d’Alep. Les campagnes de terrain ont été financées principalement par la Commission consultative des recherches archéologiques du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères et par la Fondation Max van Berchem 1, avec le soutien de la DGAMS pour le co-financement des salaires des ouvriers, de l’équipe « Islam médiéval » de l’UMR Orient & Méditerranée, de l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap) et du CNRS, par l’intermédiaire de l’appel d’offres Syrie-Jordanie.

2Le programme de recherches archéologiques avait pour but l’étude de la morphologie de la ville de Chalcis/Qinnasrin et de sa transformation, depuis l’époque hellénistique jusqu’à l’époque médiévale. Un des objectifs principaux de ce programme était d’analyser l’impact de la conquête arabo-musulmane sur le territoire, le paysage architectural, les systèmes défensifs (murailles urbaines, citadelle de la montagne), les activités industrielles, l’habitat, la culture matérielle, etc. Les recherches conduites de 2008 à 2010 sur le terrain ayant fourni des éléments intéressant des périodes plus anciennes et conditionnant, dans une certaine mesure, les implantations des époques antique et médiévale, j’ai choisi de les intégrer à notre étude.

3Situé à environ 25 km au sud-ouest d’Alep, en partie recouvert par le village moderne d’al-‘Iss, le site de Chalcis/Qinnasrin s’étend contre les derniers contreforts orientaux du Massif calcaire de Syrie du Nord, bordés à l’est par le cours du Quwayq (coordonnées : 35°59’22’’N, 37°00’15’’E). Le sommet de la montagne qui le domine (le Jabal al‑‘Iss) offre le meilleur panorama de la région, à la fois sur les terres cultivées de l’ouest et sur la steppe au sud‑est (fig. 1‑2). De fait, la région de Qinnasrin se situe à la croisée des mondes nomade et sédentaire.

Fig. 1 – Le site de Qinnasrin vu de l’est, depuis le tell d’al‑Hadir (mission Qinnasrin).

Fig. 1 – Le site de Qinnasrin vu de l’est, depuis le tell d’al‑Hadir (mission Qinnasrin).

Fig. 2 – Le tell de Qinnasrin vu depuis le piémont de la montagne (mission Qinnasrin).

Fig. 2 – Le tell de Qinnasrin vu depuis le piémont de la montagne (mission Qinnasrin).

4La recherche archéologique à Chalcis/Qinnasrin commence au xviiis. L’un des premiers Occidentaux à avoir identifié sur le terrain le site de l’ancienne Chalcis et proposé une description relativement détaillée de ses vestiges est l’Anglais Richard Pococke (Pococke 1745, p. 148‑150). Le 28 juillet 1738, il a passé la journée dans le village de « Old Aleppo » dont le véritable nom arabe est « Kennasserin », où il a « visité les antiquités de l’endroit ». Il mentionne la muraille de la ville, de dix pieds de large, pourvue de tours carrées, avec un ancien château dans sa partie sud, un bâtiment rectangulaire à l’extérieur au nord‑est et une forteresse sur la haute colline qui la domine (colline qu’il nomme « Sheik Aite »). Cette forteresse est pourvue de grandes citernes et d’une mosquée (qu’il pense avoir été une église dans un premier temps) à son point culminant, depuis lequel il a pu apercevoir le minaret de la mosquée sur la citadelle d’Alep. Il est également le premier à mentionner un aigle sculpté surmontant l’entrée d’une grotte, peut-être le relief funéraire décrit par M.‑O. Rousset, M. Bovagne et M. Rochette (Chapitre 14). Sa description, curieusement ignorée par nombre de savants, correspond en tout point aux observations que nous avons effectuées sur le terrain, excepté pour la localisation de l’aigle sculpté, encore visible de nos jours au pied sud‑est de la montagne et non au nord (voir plus loin). Certaines parties de cette description proviennent de notes prises en 1740 par Arthur Pullinger, un marchand britannique érudit qui résidait alors à Alep, sur sa visite du site du Vieil Alep ou « Halep Attick » au pied de la montagne de « Sheik Aisc » (British Library, MSS4824, fol. 99). Il relève pour la première fois les deux inscriptions grecques, celle en place sur la porte ouest de la ville, et l’autre, remployée dans une maison voisine, qui mentionnent la restauration des remparts par Isidore de Milet le Jeune en 550/551 (voir en dernier lieu Feissel 2009). En 1748, Alexander Drummond (qui sera consul britannique à Alep de 1754 à 1756) visite les ruines de Chalcis, dans un lieu qu’il nomme également « Old Aleppo » (Drummond 1754, p. 236). Pour lui, on ne peut même pas qualifier ce qu’il visite de ruines, car rien n’est plus debout. Il mentionne cependant le rempart de la ville, large de neuf pieds, qui enclot une vaste surface, ainsi que la citadelle, entourée d’un double mur. Il réalise également un relevé de l’inscription sur le linteau de la porte. La plupart des voyageurs suivants passant à Qinnasrin se sont concentrés sur les inscriptions.

5Deux clichés photographiques, réalisés en 1899 par Max von Oppenheim, montrent que le village de Qinnasrin (« Kenniṣrīn ») était à son époque composé d’environ 25 maisons installées à l’est d’une muraille de pierre ruinée, sur les vestiges du site antique (fig. 3‑4). Max von Oppenheim s’est avant tout attaché à faire le relevé des inscriptions et sa description du site est très succincte : un petit village de terre avec des maisons à coupoles, des tombes rupestres et les ruines d’une citadelle fortifiée (von Oppenheim 1901, p. 78‑79).

Fig. 3 – Le village d’al-‘Iss photographié par Max von Oppenheim en 1899 ; vue prise depuis l’angle nord-ouest du tell (Arachne, Archives Max von Oppenheim, Expedition in der Asiatischen Türkei 1899, Salamia‑Aleppo, bd. 4, MvO10.4a).

Fig. 3 – Le village d’al-‘Iss photographié par Max von Oppenheim en 1899 ; vue prise depuis l’angle nord-ouest du tell (Arachne, Archives Max von Oppenheim, Expedition in der Asiatischen Türkei 1899, Salamia‑Aleppo, bd. 4, MvO10.4a).

Fig. 4 – Le village d’al-‘Iss photographié par Max von Oppenheim en 1899 ; vue prise depuis l’angle nord-est du tell (Arachne, Archives Max von Oppenheim, Expedition in der Asiatischen Türkei 1899, Salamia‑Aleppo, bd. 4, MvO10.4b).

Fig. 4 – Le village d’al-‘Iss photographié par Max von Oppenheim en 1899 ; vue prise depuis l’angle nord-est du tell (Arachne, Archives Max von Oppenheim, Expedition in der Asiatischen Türkei 1899, Salamia‑Aleppo, bd. 4, MvO10.4b).

6Il faut attendre le xxe s. et l’article de Paul Monceaux et Léonce Brossé, en 1925, pour trouver un premier plan de la ville, réalisé lors d’une visite de reconnaissance du « hameau turc de Qennisrîn » ou « Eski Halab » dominé par la colline de « Nebiss » (ou « Nebī ‘Īṣ’ » sur son plan), par L. Brossé pour le compte du Service des antiquités, en 1919. Il ne s’agit que d’un croquis réalisé de mémoire après la visite (fig. 5), mais la description qui l’accompagne est riche de détails. Au moment de sa visite, « les murailles de ses deux enceintes fortifiées, ville haute et ville basse, le tracé de quelques rues, des parties de monuments y sont encore très visibles » (p. 344) et le site était limité, vers l’est, par une rivière qui coulait entre le village et le Quwayq. Elle se jetait dans les marais du Mateq, beaucoup plus proches du site (ils sont indiqués sur le croquis) qu’ils ne le sont aujourd’hui (à une vingtaine de kilomètres au sud). C’est la mise en valeur agricole de la région, avec le creusement de canaux d’irrigation et de drainage, à partir de la fin des années 1940, qui a entraîné l’assèchement de ce secteur (Jaubert, al-Dbiyat, Debaine 2006, p. 176). L. Brossé décrit avec une relative précision le secteur des carrières et nécropoles, en notant la variété des types d’extraction de la pierre. Il a relevé le plan d’un hypogée funéraire représentatif du modèle le plus courant sur le site (fig. 2, p. 349) et mentionne la découverte, dans une cachette, d’une statue en basalte maintenant conservée au musée de Damas (Seyrig 1934). Ce secteur des nécropoles avait déjà été largement pillé en ce début du xxe s.

Fig. 5 – Plan de Chalcis/Qinnasrin par L. Brossé (Monceaux, Brossé 1925, p. 345, fig. 1).

Fig. 5 – Plan de Chalcis/Qinnasrin par L. Brossé (Monceaux, Brossé 1925, p. 345, fig. 1).

7Entre 1941 et 1943, Jean Lauffray, accompagné d’Antoine Poidebard, a effectué plusieurs missions afin de dresser le plan du site, publié, avec une courte note intitulée « Le plan de Chalcis ad Belum », dans le Limes de Chalcis (Mouterde, Poidebard 1945, p. 8‑9, pl. I ; fig. 6). Sa description est brève, car celle de Brossé était toujours exacte au moment de sa propre étude ; il précise cependant les dimensions des remparts et corrige certaines mesures comme la largeur du mur, de 2,30 m (contre 2,80 pour Brossé), la saillie des contreforts, de 7,50 m (et non « légère ») et l’espacement des tours, d’environ 44 m (au lieu d’« environ 25 m »). Le relevé de l’habitat moderne apparaît sur le plan, avec la localisation de fragments antiques, de chapiteaux, de puits et citernes. Nous avons vérifié au tachéomètre le plan des murs relevés sur le sommet du tell ; il s’est avéré tout à fait fiable et quasiment exhaustif. Il a été intégré au plan général du site (Chapitre 6, fig. 3). J. Lauffray a également relevé le plan du petit sanctuaire bâti sur le point culminant de la montagne qui domine le site, qu’il nomme, suivant Brossé, « Nebi Îs » (Mouterde, Poidebard 1945, pl. V). Les murs arasés de part et d’autre témoignent d’une période de construction antérieure à l’état actuellement en élévation.

Fig. 6 – Plan de Chalcis/Qinnasrin par J. Lauffray (Mouterde, Poidebard 1945, p. 8‑9, pl. I).

Fig. 6 – Plan de Chalcis/Qinnasrin par J. Lauffray (Mouterde, Poidebard 1945, p. 8‑9, pl. I).

8Curieusement, les prospections antérieures aux nôtres réalisées dans la région ne se sont pas intéressées au site de Qinnasrin : John Matthers, qui a prospecté la vallée du Quwayq au nord, n’a pas visité le site (Matthers 1981) ; Alessandro De Maigret, explorant le territoire d’Ebla, donne un numéro au Tell al‑‘Iss, mais ne mentionne pas de datation (De Maigret 1978, site n° 43).

9En 1982, Jean‑Pascal Fourdrin et Denis Feissel entreprennent l’étude architecturale et épigraphique de la porte ouest de la ville byzantine et publient pour la première fois une photographie de l’inscription et un plan de l’édifice (Fourdrin 1994).

10En 1998, une équipe internationale dirigée par Marianne Barrucand, Donald Whitcomb et Claus‑Peter Haase a lancé un programme archéologique à « Hadir/Qinnasrin », cherchant à localiser un camp militaire de plan rectangulaire à partir duquel se serait formée la ville de Qinnasrin, à l’image de ce que les données textuelles révèlent pour l’édification de la ville neuve de Kufa (Whitcomb 1994). Le postulat de départ était donc que Qinnasrin devait non pas avoir été située au même emplacement que Chalcis, mais avoir été édifiée, au début de l’époque islamique, sur le site voisin d’al‑Hadir (qui signifie « le camp »), à 4 km d’al‑‘Iss. Lors de la première campagne à al‑Hadir, une prospection a été réalisée à al‑‘Iss, sur six secteurs « dans les champs avoisinant la zone du tell de Qinnasrin ». Mentionnée ailleurs comme « Tell Aswad est », la localisation exacte de la zone prospectée ne nous est pas connue. La céramique récoltée lors de cette visite a été étudiée dans un mémoire de maîtrise soutenu à l’université Paris IV (Achard 2000).

11Les travaux archéologiques que nous avons co-dirigés, avec Fedwa Abidou (DGAMS, Alep), à al‑Hadir entre 2005 et 2007 ont été publiés dans le précédent volume de la collection « Qinnasrin » (Rousset 2012). Ils ont montré que rien n’attestait que le chef-lieu éponyme de la région de Syrie du Nord, le « jund de Qinnasrin », ait été situé là, mais qu’al‑Hadir était une bourgade satellite de Qinnasrin, qui avait été implantée peu après la prise de la ville par les musulmans. Ils ont également permis, pour la première fois, de définir la culture matérielle de la période islamique ancienne, antérieure à l’époque de construction des résidences omeyyades en Syrie, et de publier des assemblages inédits (céramique, verre, faune) pour la fin du viie et le début du viiie s.

12La mission archéologique syro-française à Qinnasrin/al‑‘Iss a débuté en 2008 ; il s’agissait d’une première phase de recherches, basées avant tout sur des prospections, visant à définir l’évolution diachronique de la ville. Ce deuxième volume de la collection « Qinnasrin » devait à l’origine porter uniquement sur les travaux préliminaires à la fouille, effectués lors des campagnes archéologiques sur le site d’al‑‘Iss en 2008, 2009 et 2010. Les résultats des prospections, récoltés durant cette première phase du programme, ont permis de dessiner les contours du site de Qinnasrin et de cerner les grandes lignes de son évolution morphologique. Parallèlement aux études de surface, nous avions ouvert trois secteurs de fouille, afin d’évaluer le potentiel archéologique pour l’étude d’un quartier artisanal (sondage A), des résidences hors les murs au début de l’époque islamique (sondage B) et de la fortification qui domine la ville (sondage C). Ces sondages archéologiques étant destinés à être étendus lors de prochaines campagnes, il n’était pas prévu au départ de les intégrer à cette publication ; deux d’entre eux ont été en partie publiés (Rousset 2013a, 2015 ; Rousset, Rochette 2014). Face à la situation qui prévaut en Syrie depuis 2011 et à l’impossibilité de continuer les travaux de terrain, il nous a semblé préférable de réunir dans un seul volume l’ensemble des travaux réalisés durant les trois campagnes de travail à Qinnasrin, même si ces résultats restent incomplets. En effet, l’étude du mobilier archéologique retrouvé dans les sondages (céramique, verre, faune, objets, monnaies…) prévue pour des campagnes ultérieures n’a pu être effectuée. Les monnaies de l’ensemble du site n’ont pu être nettoyées et nous n’en avons que des images prises avant restauration (qui n’a pas eu lieu) ; elles ne sont donc que de peu de secours pour la datation. La céramique qui provient des sondages a fait l’objet d’une description avec croquis réalisée par Valentina Vezzoli, utile pour le spécialiste, mais non publiable en l’état. Certaines des pièces les plus marquantes ont été photographiées. C’est pourquoi on ne trouvera pas dans cette publication d’étude de matériel en contexte stratigraphique, mais seulement la mention des datations et quelques images dans les contributions de M.‑O. Rousset et M. Bovagne, M.‑O. Rousset et M. Rochette, et M.‑O. Rousset et V. Vezzoli (Chapitre 9 ; Chapitre 10 ; Chapitre 12). Le matériel en verre et les os recueillis n’ont pas été étudiés. Seuls les ossements humains d’une petite nécropole fouillée dans le sondage B ont pu être étudiés au musée d’Alep par R. Ali, anthropologue (Chapitre 11).

13Ce volume se divise en trois grandes parties : sources écrites, résultats des travaux de terrain et sources matérielles, suivies d’une synthèse de l’ensemble de ces informations, en français et en arabe. En l’état actuel des recherches, l’histoire du site sera considérée à partir de celle du royaume de Chalcis du Bélus dans la contribution de J. Aliquot P.‑L. Gatier et M.‑O. Rousset (Chapitre 1 ;Chapitre 4). Dans la première partie seront également publiés des documents épigraphiques inédits découverts sur le terrain, par P.‑L. Gatier, J.‑B. Yon et F. Imbert (Chapitre 2 ; Chapitre 3 ; Chapitre 5).

14Les travaux « de surface » réalisés à al‑‘Iss sont de plusieurs types. Un plan topographique précis de l’ensemble du site a été dressé, intégrant les éléments de la voirie et des constructions actuelles. La majeure partie de ce plan a été réalisée par des ingénieurs de l’Institut géographique national, Marie‑Cécile Bosert et Bénédicte Depeux, à l’aide d’un tachéomètre Sokkia et d’un GPS différentiel bifréquence/temps réel Leica. Les données du cadastre ont été numérisées par Marie Rochette (Inrap) et l’ensemble a été uniformisé par Damien Laisney, topographe à la Maison de l’Orient et de la Méditerranée de Lyon. La prospection pédestre a été réalisée en fonction des éléments topographiques : chaque relief, chaque secteur d’aspect particulier a été visité, décrit, photographié et a fait l’objet d’un ramassage de matériel, céramique et, le cas échéant, de monnaies et d’objets publiés dans la troisième partie par C. Kepinski, M. Bovagne, S. Élaigne et M.‑O. Rousset (Chapitre 16 ; Chapitre 17 ; Chapitre 18 ; Chapitre 19). Un inventaire des blocs architecturaux conservés dans le village a été réalisé, et toutes les maisons qui pouvaient l’être ont été visitées, les blocs antiques qu’elles contenaient décrits et photographiés : M.‑O. Rousset, M. Bovagne et M. Rochette (Chapitre 15). La prospection géophysique a été réalisée sur les secteurs qui s’y prêtaient, c’est-à-dire avec une pente limitéeBesançon) qui a édité les cartes sur le logiciel Surfer. Au total, une surface de 44,2 ha a été prospectée. Elle se répartit en trois secteurs principaux : le sommet du tell (8 ha), le « secteur nord » du site (22,2 ha) et le sommet de la montagne (13,5 ha). L’interprétation de la carte géophysique obtenue, particulièrement claire, est intégrée à la description de la morphologie du site et à la synthèse. Enfin, lorsque cela était possible, un suivi des activités de construction dans le village actuel a été conduit, avec nettoyage, relevé et description des vestiges présents dans les tranchées par M. Rochette, et M. Bovagne et M. Rochette (Chapitre 7 ; Chapitre 8). Enfin, en 2010, J.‑C. Bessac a expertisé les pierres utilisées sur le site et les carrières antiques, particulièrement bien conservées (Chapitre 13).

15Je terminerai cette introduction en remerciant particulièrement les Dr Bassam Jamous, alors directeur général des antiquités et musées de Syrie, et Michel al‑Maqdissi, directeur des études et des recherches archéologiques, pour leur aide et leur soutien à la mission. Merci également au Dr Tha‘er Yartah pour son aide à Alep et à Muhammad Dello de l’université d’Alep et de la Direction des antiquités du musée d’Alep, pour le prêt gracieux d’un tachéomètre, et au laboratoire Sisyphe de l’université de Jussieu pour le prêt d’un gradiomètre. Je tiens également à remercier chaleureusement les membres de la mission Qinnasrin qui ont participé aux missions de terrain et dont on trouvera la liste ci-dessous.

16Enfin, ce volume n’aurait pu voir le jour sans les financements spécifiques de la Commission consultative des missions de recherche archéologique du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères et du laboratoire Archéorient, les relectures attentives et bienveillantes de Mohammed al‑Dbiyat, Denis Genequand, Jean‑Pierre Girard, Jean‑Charles Moretti et Jean‑Baptiste Yon et le travail d’édition minutieux de Christel Visée et Catherine Cuvilly.

As‘ad al‑Youssef, DGAMS, Musée d’Alep, co-directeur de la mission

Youssef Kanjou, DGAMS, Musée d’Alep, co-directeur de la mission

Qays Abboud, DGAMS Alep

Mustafa Ahmad, université de Damas

Rania Ali, DGAMS, Musée d’Alep

Nazir Awad, DGAMS Damas

Abdalsalam al‑Bashkany, DGAMS Hama

Jean-Claude Bessac, IFPO, Damas

Yves Bière, université de Besançon

Marie-Cécile Bosert, IGN Paris

Marilyne Bovagne, Inrap Méditerranée

Yasir Dallal, université d’Alep

Virginie Decoupigny, Inrap Nord‑Picardie

Bénédicte Depeux, IGN Paris

Thomas Donal, IGN Paris

Sandrine Élaigne, CNRS, HiSoMA, Lyon

Frédéric Imbert, université d’Aix-en-Provence

Muhammad Karo, université d’Alep

Christine Kepinski, CNRS, ArScAn, Paris

Amal Mouna, université d’Alep

Adnan Muhammad, DGAMS, Musée d’Alep

Ahmad Muhammad al‑Ahmad, cuisinier

Rajab Muhammad al‑Ahmad, cuisinier

Ahmad Muhammad Ali, université d’Alep

Hala al‑Musa, DGAMS Alep

Abdallah Nasir, DGAMS, Musée d’Alep

Ahmad Othman, DGAMS, Musée d’Alep

Marie Rochette, Inrap Méditerranée

Anas Sankari (Abou Estef), cuisinier

Valentina Vezzoli, FNRS Bruxelles

Youssef Zou‘a, DGAMS, Musée d’Alep

Notes

1 La fondation Max van Berchem fut constituée en 1973 en hommage à Max van Berchem (1863‑1921), le fondateur de l’épigraphie arabe en tant que discipline. Établie à Genève, elle a pour vocation de promouvoir l’étude de l’archéologie, de l’histoire, de la géographie, de l’histoire de l’art, de l’épigraphie, de la religion, de la littérature islamiques et arabes.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Le site de Qinnasrin vu de l’est, depuis le tell d’al‑Hadir (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13472/img-1.JPG
Fichier image/jpeg, 353k
Titre Fig. 2 – Le tell de Qinnasrin vu depuis le piémont de la montagne (mission Qinnasrin).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13472/img-2.JPG
Fichier image/jpeg, 363k
Titre Fig. 3 – Le village d’al-‘Iss photographié par Max von Oppenheim en 1899 ; vue prise depuis l’angle nord-ouest du tell (Arachne, Archives Max von Oppenheim, Expedition in der Asiatischen Türkei 1899, Salamia‑Aleppo, bd. 4, MvO10.4a).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13472/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 840k
Titre Fig. 4 – Le village d’al-‘Iss photographié par Max von Oppenheim en 1899 ; vue prise depuis l’angle nord-est du tell (Arachne, Archives Max von Oppenheim, Expedition in der Asiatischen Türkei 1899, Salamia‑Aleppo, bd. 4, MvO10.4b).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13472/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 842k
Titre Fig. 5 – Plan de Chalcis/Qinnasrin par L. Brossé (Monceaux, Brossé 1925, p. 345, fig. 1).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13472/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 498k
Titre Fig. 6 – Plan de Chalcis/Qinnasrin par J. Lauffray (Mouterde, Poidebard 1945, p. 8‑9, pl. I).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/13472/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 799k

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search