Version classiqueVersion mobile

Lyon dans les textes grecs et latins

 | 
Jean‑Claude Decourt
, 
Gérard Lucas

Postface

« Lugdunum, sous les Gaulois, les Rhodiens et les Romains »

Texte intégral

1Les lecteurs ont bien compris, à lire les commentaires de certains textes, que, si l’histoire de Lyon dans l’Antiquité a intéressé les historiens, elle a aussi donné naissance à nombre d’interprétations fantaisistes et de légendes, dont certaines sont entrées dans le folklore local. C’est le cas, d’abord, de ce qui a trait à l’origine de la ville et à l’étymologie même du nom Lugdunum. C’est, aussi, de tout ce qui touche aux débuts de ce qu’on nommait naguère l’histoire sainte – les martyrs de 177 et ceux, supposés, de 194, mais également l’exil d’Hérode à Lugdunum ou la naissance et la mort de Pilate.

  • 1 Sur Pérenon, V.‑L. Saulnier, « La saint Barthélémy et la tragédie romantique : une pochade lyonnai (...)

2On lira une spectaculaire illustration des recherches et des errements des érudits lyonnais dans une plaquette publiée en 1846 à La Guillotière par L.‑M. Pérenon1. Ce dernier (1787-1860), qui se présente comme « homme de lettres », « auteur de plusieurs ouvrages politiques, juridiques et littéraires », fut mêlé à la révolte des Canuts en 1831 – traduit en cour d’Assises, il fut acquitté – et est l’auteur, entre autres, en 1827, de Pilate, tragédie lyonnaise en cinq actes et en vers, suivie d'une biographie critique sur Pilate, Hérode, Hérodiade, Germanicus etc., dont il fait mourir le héros à Lyon, de plusieurs ouvrages sur l’histoire récente de Lyon et, en 1848, d’un Projet pour la constitution française.

Fig. 59 – « Lugdunum (Lyon), sous les Gaulois, les Rhodiens et les Romains » (gravure L.‑M. Pérenon, 1846 ; BM Lyon, fonds Coste 321).

Fig. 59 – « Lugdunum (Lyon), sous les Gaulois, les Rhodiens et les Romains » (gravure L.‑M. Pérenon, 1846 ; BM Lyon, fonds Coste 321).

3Sa gravure « Lugdunum (Lyon), sous les Gaulois, les Rhodiens et les Romains », que nous reproduisons ici, s’accompagne d’une « Explication sommaire du plan et vue de Lyon », chaque numéro du plan renvoyant à une explication plus ou moins développée dans la plaquette.

4Trois villes se partagent le site, qui se juxtaposent ou s’imbriquent :

  • « La ville celtique ou ségusienne des Gaulois » (1), avec sa forêt de chênes (3, et ses sangliers !) et son autel druidique (4), installée sur les pentes menant à Saint-Just, mais aussi sur la presqu’île (: repas gaulois « avec hures de sangliers » ; 7 : momie d’un chef gaulois) ou, localisé au bas de la Croix-Rousse dans le secteur des Chartreux et du Jardin des Plantes, mais commenté par erreur au n° 20 du plan, le palais du prince des Ségusiens. Cette ville gauloise doit beaucoup, comme la ville grecque, au Pseudo-Plutarque.
  • La ville des Rhodiens, sous leur prince Momorus (2 ; pour le Pseudo-Plutarque Momoros est un Gaulois) « au quartier Saint-Georges » sur la rive droite de la Saône, dans laquelle Atépomaros, le frère de Momoros s’était noyé, avec, pour « protéger la ville opulente des Grecs », une citadelle à six tours, purement imaginaire, construite vers Ainay (21).
  • La ville romaine enfin, dispersée un peu partout, avec ses monuments réels : sanctuaire fédéral (10) séparé du bois sacré qui l’accompagnait, selon Strabon (27), aqueduc (16), tombeau des Deux-Amants (17), ou fantasmés : temples de Mercure (11), de Vénus (9), d’Isis (8), d’Hercule (13), palais du forum de Trajan (14), phare de Gorge de Lough (26, sic), etc.

5Ainay est représentée comme une île, selon la tradition. Le Rhône est relié à la Saône par un bras naturel, au nord de l’autel fédéral, mais aussi, plus en amont, par une lône ou « canal de Marius »… doté d’écluses. La Saône, contrairement, à une tradition unanime, apparaît presque comme un torrent avec, à la hauteur de Pierre-Scize, un « saut » et une « cascade » (18).

6Le lecteur qui voudrait en savoir plus peut lire cette plaquette, qui avance également toute une série d’étymologies fantaisistes, en ligne : gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k327934b.

Notes

1 Sur Pérenon, V.‑L. Saulnier, « La saint Barthélémy et la tragédie romantique : une pochade lyonnaise inconnue », Revue d’histoire littéraire de la France, septembre-octobre 1973, p. 852‑858 ; notice dans le dictionnaire Maitron, maitron.fr/spip.php?article35974, notice PÉRENON Louis, Marie.

Table des illustrations

Titre Fig. 59 – « Lugdunum (Lyon), sous les Gaulois, les Rhodiens et les Romains » (gravure L.‑M. Pérenon, 1846 ; BM Lyon, fonds Coste 321).
URL http://books.openedition.org/momeditions/docannexe/image/11405/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 505k
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search