Version classiqueVersion mobile

Lyon dans les textes grecs et latins

 | 
Jean‑Claude Decourt
, 
Gérard Lucas

Textes, traductions et commentaires

Texte intégral

César, Guerre des Gaules

Jules César (Caius Iulius Caesar), 101‑44 av. J.‑C., homme d’État romain, conquérant de la Gaule (58‑51 av. J.‑C.). À l’issue des guerres civiles, sa victoire sur Pompée à Pharsale en 48 fit de lui le seul maître du pouvoir à Rome avec le titre de dictateur à vie, jusqu’à son assassinat.

1La Guerre des Gaules (Bellum Gallicum), encore appelée les Commentaires (Commentarii de bello Gallico), est le récit de la conquête dû, pour l’essentiel, à César lui‑même – au moins pour les sept premiers livres, le huitième étant l’œuvre d’un de ses officiers, Hirtius.

2Au tout début de son œuvre, César doit justifier son intervention en Gaule Chevelue, intervention qui excédait ses compétences de proconsul de Gaule cisalpine et de la Transalpine, qu’il appelle Prouincia ou Prouincia nostra, la future Gaule narbonnaise. Les Helvètes ont commencé leur mouvement de migration vers l’ouest, en direction du pays des Santons (grosso modo la Saintonge actuelle), écrit César : les peuples voisins menacés par leur passage font appel à lui, qui n’attendait que ce prétexte pour intervenir et qui écrase l’avant‑garde des Tigurins, l’une des composantes du peuple helvète.

1. La région lyonnaise au temps de la conquête

Conpluribus his proeliis pulsis, ab Ocelo, quod est citerioris prouinciae extremum, in fines Vocontiorum ulterioris prouinciae die septimo peruenit ; inde in Allobrogum fines, ab Allobrogibus in Segusiauos exercitum ducit. Hi sunt extra prouinciam trans Rhodanum primi.
Heluetii iam per angustias et fines Sequanorum suas copias traduxerant et in Haeduorum fines peruenerant eorumque agros populabantur. Haedui, cum se suaque ab iis defendere non possent, legatos ad Caesarem mittunt rogatum auxilium. […] Eodem tempore, Ambarri, necessarii et consanguinei Haeduorum, Caesarem certiorem faciunt sese depopulatis agris non facile ab oppidis uim hostium prohibere. Item Allobroges qui trans Rhodanum uicos possessionesque habebant fuga se ad Caesarem recipiunt et demonstrant sibi praeter agri solum nihil esse reliqui. Quibus rebus adductus Caesar non expectandum sibi statuit dum omnibus fortunis sociorum consumptis in Santonos Heluetii peruenirent. […]
Flumen est Arar, quod per fines Haeduorum et Sequanorum in Rhodanum influit, incredibili lenitate, ita ut oculis in utram partem fluat iudicari non possit. Id Heluetii ratibus ac lintribus iunctis transibant.

Après les avoir vaincus [les Ceutrons, Graiocèles, etc.] lors de plusieurs combats, il [César] part d’Océlum, qui est la dernière ville de la Gaule cisalpine, et parvient en sept jours chez les Voconces, en Gaule transalpine ; de là il conduit son armée chez les Allobroges et des Allobroges chez les Ségusiaves. C’est le premier peuple installé hors de la province, de l’autre côté du Rhône.
Les Helvètes avaient déjà franchi les défilés et traversé le pays des Séquanes ; ils étaient parvenus sur le territoire des Éduens et ravageaient leurs terres. Comme les Éduens ne pouvaient ni se défendre ni protéger leurs biens, ils envoient une ambassade à César pour lui demander secours. […] En même temps les Ambarres, peuple allié des Éduens et de même souche, informent César que leurs terres ont été ravagées et qu’ils ont de la peine à détourner de leurs villes les agressions ennemies. De même, des Allobroges qui avaient de l’autre côté du Rhône des villages et des propriétés s’enfuient, se réfugient auprès de César et lui exposent que, mis à part le sol, il ne leur reste plus rien. Poussé par ces informations, César décida qu’il ne lui fallait pas attendre que les Helvètes arrivent en Saintonge, après avoir consommé la ruine de nos alliés. […]
Il y a une rivière, la Saône, qui va se jeter dans le Rhône en traversant le territoire des Éduens et des Séquanes, avec une lenteur si incroyable qu’on ne peut juger à l’œil du sens de son courant. Les Helvètes étaient en train de la franchir à l’aide de radeaux et de barques assemblées.

(Jules César, Guerre des Gaules I, 10‑11)

3La Prouincia citerior (par rapport aux Alpes et en se plaçant du point de vue romain) correspond à ce que nous nommons la Cisalpine (la plaine du Pô), la Prouincia ulterior à la Provence, la province par excellence, qui s’étendait au nord jusqu’à Vienne. Ocelum, ville des Alpes cottiennes, n’est pas localisée avec certitude : il pourrait s’agir de la ville italienne d’Avigliana. Pour situer les différents peuples gaulois nommés par César (pour les Ségusiaves, cf. infra), on se reportera à la carte fig. 1.

Fig. 1 – Les peuples de la Gaule (dessin Y. Montmessin, MOM).

Fig. 1 – Les peuples de la Gaule (dessin Y. Montmessin, MOM).
  • 1 Decourt, Lucas 2000 ; Decourt 2002.

4La lenteur de la Saône, qui frappe César, deviendra par la suite un lieu commun, un cliché géographique et poétique que l’on retrouvera tout au long de la littérature latine (10, 90, 179)1.

5Lyon-Lugdunum n’est évidemment pas mentionnée dans cette page, que nous avons néanmoins retenue parce qu’elle dessine bien, grâce aux noms de différents peuples de la région cités par César, le « cadre politique » qui sera celui dans lequel, un peu plus tard, la colonie romaine sera fondée par L. Munatius Plancus.

  • 2 Napoléon III, La Guerre des Gaules. Histoire de Jules César, Paris, 1865‑1866, t. III, 4 ; Jullian (...)
  • 3 A. Audin, « César et Plancus à Lyon », Albums du crocodile, Lyon, 1951, p. 3.
  • 4 Audin 1979, p. 39‑49.
  • 5 Desbat, in Poux, Savay-Guerraz 2003, p. 124‑129.
  • 6 Monin 2015 ; Monin, Dessaint 2015, p. 277‑281 ; M. Monin, « L’oppidum de Lyon », in Atlas 2018, p. (...)

6La mention des Ségusiaves, peuple de Celtique à cheval, approximativement, sur les départements du Rhône et de la Loire, et qui eut Feurs, Forum Segusiauorum, comme capitale – mais à partir de quand ? – a conduit certains commentateurs à affirmer que César s’était arrêté à Lyon. L’idée d’un camp de César à Lyon ou à proximité est ancienne : pour Napoléon III, César avait établi son camp à Sathonay, pour C. Jullian, c’était sur Fourvière2. Dès 1951, A. Audin a développé cette hypothèse3 : « Nous n’avons pas, nous Lyonnais, examiné assez attentivement le premier livre des Commentaires de César ; il s’y trouve la véritable charte de fondation de Lyon. Certes, il faut peiner à l’y découvrir, mais si le proconsul a dédaigné d’écrire le nom de Lugudunum, il a noté avec précision des faits qui autorisent à le rétablir à la place demeurée libre. » A. Audin reprendra plus tard4 l’idée que César était bien passé sur le site même de Lyon, où il aurait installé une garnison de 30 000 hommes. Cette hypothèse, qui fait en somme de Plancus le simple « exécuteur testamentaire » de César, véritable créateur de Lyon, n’est plus soutenue aujourd’hui, où on est plus circonspect. Si l’occupation du site de Lyon à cette époque ne fait plus aucun doute, on n’a toujours pas trouvé de traces d’un camp de César au confluent. A. Desbat5 a fait le point tout en insistant sur les incertitudes qui entourent encore la question. Il souligne en particulier l’importance du site de la rue du Souvenir à Vaise, dont la fouille permet d’attester une influence romaine bien avant la fondation de Lyon : on y a trouvé trace d’un établissement fortifié, créé à la fin du iie s. av. J.‑C., puis détruit à l’extrême fin de ce même siècle ou au début du ier s. av. J.‑C., non réoccupé par la suite ; ce site atteste « de l’importance du site de Lyon bien avant la fondation de la colonie romaine et témoigne de la présence à Lyon, dès cette époque, d’artisans maîtrisant les techniques méditerranéennes ». Et Desbat de conclure : « Quoi qu’il en soit, il est évident aujourd’hui que la Colonia Copia Felix Munatia Lugudunum ne fut pas déduite dans un lieu désert, comme on avait pu le croire il y a quelques années. Elle s’est implantée sur un site, dont l’importance stratégique et économique ne pouvait échapper aux conquérants romains. Que le site ait constitué un emporion ou qu’il ait été davantage un lieu de sanctuaire, il est certain qu’il fut très tôt en contact avec la Méditerranée et probablement fréquenté dès le iie s. par des commerçants romains. » Les fouilles menées en 2015 par le Service archéologique de la ville de Lyon à Saint‑Just, place de l’Abbé‑Larue, ont renouvelé la question, puisque, sous le rempart augustéen, ont été mis au jour les vestiges d’une fortification gauloise, du type murus gallicus, vraisemblablement datable de la première moitié du ier siècle av. J.‑C.6.

Fig. 2 – Ruines du prétendu camp de César, sur une colline près d’Écully, et de l’aqueduc du Mont d’Or (lithographie tirée de P. Clerjon, Histoire de Lyon, depuis sa fondation jusqu’à nos jours. Ornée de figures d’après les dessins de F.F. Richard, Lyon, 1829, vol. 1, p. 80 ; domaine public).

Fig. 2 – Ruines du prétendu camp de César, sur une colline près d’Écully, et de l’aqueduc du Mont d’Or (lithographie tirée de P. Clerjon, Histoire de Lyon, depuis sa fondation jusqu’à nos jours. Ornée de figures d’après les dessins de F.F. Richard, Lyon, 1829, vol. 1, p. 80 ; domaine public).
  • 7 In Poux, Savay-Guerraz 2003, p. 146.

7Quant aux fossés découverts sur le site du Verbe‑Incarné à Fourvière, ils n’ont vraisemblablement rien à voir avec un imaginaire « camp de César » ; G. Maza et M. Poux7 mentionnent cependant la présence d’un mobilier militaire (un bouclier) qui « semble lié aux niveaux contemporains des débuts de la colonie, dans les années 40‑30 avant notre ère ».

Références

L’auteur et l’ouvrage

Duval 1971, n° 72, bibliographie à jour en 1970 ; R. Chevallier (dir.), Présence de César. Hommage au doyen Michel Rambaud. Actes du colloque des 9‑11 décembre 1983, Paris, 1985 ; M. Rambaud, Autour de César. Textes réunis par M. Bonjour, Lyon, 1987 ; voir surtout C. Goudineau, César et la Gaule. De la Gaule à la France, Paris, 1990, avec réinterprétation des raisons de la conquête césarienne, complément bibliographique et illustrations ; F. Bérard, « Les Commentaires de César : autobiographie, mémoires ou histoire ? », in M.‑F. Baslez, P. Hoffmann, L. Pernot (dir.), L’invention de l’autobiographie, d’Hésiode à Saint Augustin, Paris, 1993, p. 85‑95 ; R. Étienne, Jules César, Paris, 1997 ; Y. Le Bohec, César, La guerre des Gaules. Stratégies et doctrines, Paris, 2009, reprend en la modernisant la traduction de C. Rousset, 1872, mais surtout porte une attention particulière au vocabulaire militaire.

Éditions

Jules César, Guerre des Gaules, t. I, livres I‑IV, éd. L.‑A. Constans, revue et corrigée par A. Balland, CUF, Paris, 2000 : c’est, en France, l’édition de référence.

Voir aussi C. Iulii Caesaris Commentarii rerum gestarum, éd. O. Seel, avec corrigenda et addenda, Teubner, Leipzig, 1968.

Le territoire des Ségusiaves

S. Walker, « L’archéologie rurale dans les départements du Rhône et de la Loire : ciuitas des Ségusiaves et colonie de Lyon », in Walker 1981, p. 157‑167 ; J.‑P. Vallat, La cité des Ségusiaves à l’époque romaine (ier siècle av. J.‑C. - ive ap. J.‑C.), Oxford, 1981 ; Thollard 1984 ; P.‑L. Gatier, « À propos des inscriptions latines des Ségusiaves », ILGL, p. 89‑91 ; Béal 2007 ; voir également ici même les textes de Strabon (5 et 7) et Pline l’Ancien (12).

Lyon avant Lugdunum

A. Desbat, S. Walker, « Le problème des origines de Lyon », in Walker 1981, p. 29‑54 ; J. Rougé, in Gutton 1985, p. 205‑206, s.v. « César » ; J. Burnouf et al., « Lyon avant Lugdunum, un habitat du premier âge du fer à Vaise », in C. Goudineau (dir.), Aux origines de Lyon, DARA 2, Lyon, 1989, p. 11‑21 ; B. Mandy et al., « Les fossés du plateau de la Sarra », in C. Goudineau (dir.), Aux origines de Lyon, DARA 2, Lyon, 1989, p. 37‑94, en particulier p. 76‑85 ; B. Mandy et al., « L’hôpital Sainte‑Croix à Lyon, un quatrième fossé… », Gallia 47, 1990, p. 79‑102 ; Poux, Savay-Guerraz 2003, et plus spécialement trois articles : A. Desbat « Une occupation romaine antérieure à Lugdunum ? », p. 124‑129, A. Desbat, E. Plassot, « Le site de la rue du Souvenir », p. 130‑133, G. Maza, M. Poux, « Un témoin discret de la conquête romaine à Lyon », p. 146‑147 ; C. Bellon, « Avant Lugdunum », in Atlas 2018, p. 101‑108 ; Desbat 2018, p. 525‑548.

Cicéron, Lettres à ses amis

Cicéron (Marcus Tullius Cicero), écrivain, orateur et homme politique romain, né à Arpinum en 106 av. J.‑C., fut assassiné en 43 av. J.‑C. à Formies, sur l’ordre de Marc Antoine, l’un des triumvirs avec César et Lépide.

8La correspondance de Cicéron constitue une source irremplaçable pour la connaissance de l’histoire de son temps depuis son consulat (63 av. J.‑C.) ; on en a conservé environ la moitié, soit seize livres de Lettres à Atticus (Epistulae ad Atticum), trois livres de Lettres à Quintus, son frère cadet (Epistulae ad Quintum), et seize livres de Lettres à des parents ou amis (Epistulae ad Familiares), écrites entre 62 et 43, lesquels renferment aussi les réponses de certains correspondants. C’est du livre X de ce dernier recueil que sont extraits les textes 2 et 3.

2. Préliminaires à la fondation de Lyon, 1

Scr. Romae ex m. Iun, ut uidetur, a. 711/43. 
Cicero Planco.
Quod ad me scripseras de re agraria, si consultus senatus esset, ut quisque honorificentissimam de te sententiam dixisset, eam secutus essem ; qui certe ego fuissem. Sed propter tarditatem sententiarum moramque rerum cum ea quae consulebantur ad exitum non peruenirent, commodissimum mihi Plancoque fratri uisum est, uti eo <senatus consulto> quod de nostro arbitratu componeretur quis fuerit impedimento arbitror te ex Planci litteris cognouisse. Sed siue in senatus consulto siue in ceteris rebus desideras aliquid, sic tibi persuade, tantam esse apud omnes bonos tui caritatem ut nullum genus amplissimae dignitatis excogitari possit quod tibi non paratum sit.

Rome, fin juin (?) 43.
Cicéron à Plancus.
À propos de ce que tu m’avais écrit sur le partage des terres, si le Sénat en avait délibéré, il aurait suivi toute personne qui aurait émis l’avis qui te faisait le plus honneur ; d’ailleurs c’est moi qui, sans aucun doute, l’aurais émis. Mais en raison de la lenteur des interventions et du retard pris dans les affaires à traiter, puisque la délibération n’avait pu aboutir, ce qui nous a paru le plus opportun à ton frère Plancus et à moi, c’est de nous contenter de ce sénatus‑consulte. Car je pense que, d’après la lettre de Plancus, tu as appris qui s’est opposé à le rédiger selon nos vœux. Mais si tu trouves à redire soit sur le sénatus‑consulte, soit sur toute autre chose, sois assuré que tous les gens de bien te portent un tel attachement qu’il serait impossible d’imaginer une marque de la plus haute considération qu’on ne soit prêt à t’accorder.

(Cicéron, Epistulae ad Familiares X, 22 = CUF, lettre 925)

Fig. 3 – Buste traditionnellement considéré comme celui de L. Munatius Plancus (© Lugdunum, musée & théâtres romains ; photo J.‑M. Degueule, C. Thioc).

Fig. 3 – Buste traditionnellement considéré comme celui de L. Munatius Plancus (© Lugdunum, musée & théâtres romains ; photo J.‑M. Degueule, C. Thioc).

3. Préliminaires à la fondation de Lyon, 2

Scr. in castris ad Cularonem u Kal. Sext.a. 711/43.
Plancus Imp. cons. desig. s. d. Ciceroni.
Facere non possum, quin in singulas res meritaque tua tibi gratias agam. […]
De militum commodis fuit tibi curae ; quos ego non potentiae meae causa (nihil enim me non salutariter cogitare scito) ornari uolui a senatu, sed primum quod ita meritos iudicabam, deinde quod ad omnes casus coniunctiores reipublicae esse uolebam, nouissime ut ab omni omnium sollicitatione auersos eos talis uobis praestare possem quales adhuc fuerunt.

Camp de Cularo [Grenoble], 28 juillet 43.
Plancus, Imperator, consul désigné, à Cicéron.
Comment ne pas t’adresser mes remerciements pour les services que tu m’as rendus en tous les domaines. […] Tu t’es occupé des intérêts de mes soldats. Pour moi, ce n’était pas pour renforcer mon influence (sache en effet que je n’ai en vue que l’intérêt public) que j’ai souhaité qu’ils reçoivent les honneurs du Sénat. C’est d’abord parce que je jugeais qu’ils l’avaient mérité ; ensuite parce que je voulais les attacher plus étroitement à la République en toute occasion ; en dernier lieu, pour pouvoir vous les rendre hostiles à toute sollicitation dirigée contre vous, tels qu’ils l’ont été jusqu’à maintenant.

(Cicéron, Epistulae ad Familiares X, 24 = CUF, lettre 935)

9Variantes : pour le texte 2 eam secutus esset, c’est‑à‑dire, « le Sénat aurait suivi » ; pour le texte 3 scio au lieu de scito.

  • 8 Goudineau 1989, p. 26‑27.

10À propos de ces deux lettres, C. Goudineau8, peaufine une hypothèse avancée pour la première fois par É. Jullien en 1891.

11La lettre de Cicéron, du printemps 43 av. J.‑C., est la réponse à une lettre de Plancus que nous n’avons pas conservée. Entre cette lettre et celle de Plancus présentée à la suite, il s’écoule un laps de temps qui a peut‑être permis un autre échange qui ne nous serait pas parvenu.

Fig. 4 – Statue de Plancus (ca 1580) dans l’hôtel de ville de Bâle (licence CC BY‑SA 3.0 ; source Wikimedia Commons, commons.wikimedia.org/entity/M3237897).

Fig. 4 – Statue de Plancus (ca 1580) dans l’hôtel de ville de Bâle (licence CC BY‑SA 3.0 ; source Wikimedia Commons, commons.wikimedia.org/entity/M3237897).
  • 9 Suétone, Tibère IV.
  • 10 20, Tacite, où Lyon est dite pars exercitus. Voir A. Desbat, « Lugdunum, colonie de vétérans de la (...)

12Pour bien mettre en lumière le processus politique et administratif qui a abouti à la fondation de Lyon, Goudineau s’appuie sur Suétone9, qui rapporte que le père de l’empereur Tibère, Tib. Claudius Nero, fut chargé, sans doute à la fin de l’année 45 av. J.‑C., de déduire en Gaule des colonies, au nombre desquelles Suétone ne cite que Narbonne et Arles. On a des raisons de supposer que parmi celles qui ne sont pas nommées, et qui étaient sans doute de droit latin, figure Vienne ; les vétérans installés dans cette nouvelle colonie en auraient été chassés pour des raisons que nous ignorons, après la mort de César, par les Allobroges, et se seraient installés au confluent, en Gaule, en territoire récemment conquis, peut‑être parce que Plancus y avait établi son camp. Afin de ménager les Allobroges, peuple puissant, et de satisfaire les vétérans, potentiellement dangereux, Plancus aurait demandé que la colonie fût transférée au confluent, et que les colons pussent jouir du droit romain, alors que la colonie de Vienne n’était probablement que de droit latin. Lyon revendiquera toujours cette origine militaire et son attachement à l’armée10. Le Sénat accepte dans un premier temps le transfert, sans changement de statut (lettre X, 22) ; puis il l’accorde (lettre X, 24).

Fig. 5 – Confluent du Rhône et de la Saône et territoire présumé de Lugdunum lors de sa fondation par Plancus (lithographie tirée de P. Clerjon, Histoire de Lyon, depuis sa fondation jusqu’à nos jours. Ornée de figures d’après les dessins de F.F. Richard, Lyon, 1829, vol. 1, p. 85 ; domaine public).

Fig. 5 – Confluent du Rhône et de la Saône et territoire présumé de Lugdunum lors de sa fondation par Plancus (lithographie tirée de P. Clerjon, Histoire de Lyon, depuis sa fondation jusqu’à nos jours. Ornée de figures d’après les dessins de F.F. Richard, Lyon, 1829, vol. 1, p. 85 ; domaine public).

13Ainsi, les lettres citées ci‑dessus s’inséreraient dans le schéma hypothétique suivant, proposé par Goudineau, en cinq étapes :

1. (pièce manquante) : Plancus écrit à Cicéron au sujet d’une fondation coloniale. Il lui demande de porter l’affaire devant le Sénat. Il souhaite qu’un texte soit modifié.
2. (X, 22) : réponse embarrassée de Cicéron. Le Sénat n’a pu délibérer. On s’est contenté de reprendre l’ancien texte. Mais si Plancus insiste, on tentera d’obtenir un nouveau sénatus‑consulte.
3. (pièce manquante) : vives protestations de Plancus. Il tient absolument à ce que sa demande soit satisfaite.
4. (pièce manquante) : Plancus est informé qu’il a eu satisfaction.
5. (X, 24) : Plancus remercie chaleureusement Cicéron.

14Lépide, cité dans le texte de Dion Cassius (38), n’a plus de rôle à jouer, puisque la nouvelle colonie ne se trouve plus dans sa juridiction, la province de Narbonnaise, à laquelle appartient Vienne ; d’ailleurs, dans une autre lettre à Cicéron, Lépide annonce qu’il a quitté le confluent du Rhône avec ses troupes :

Cum audissem Antonium cum suis copiis praemisso L. Antonio cum parte equitatus in prouinciam meam uenire, cum exercitu meo ab confluente ab Rhodano castra moui ac contra eos uenire institui ; itaque continuis itineribus ad Forum Vocon[t]ium ueni, et ultra castra ad flumen Argenteum contra Antoni<an>os feci.

Comme j’avais appris qu’Antoine avec ses troupes venait dans ma province, après s’être fait précéder de L. Antoine avec une partie de sa cavalerie, j’ai quitté le camp du confluent † du Rhône et de † avec mon armée et j’ai décidé de me porter contre eux. C’est pourquoi, à marches forcées, je me suis dirigé vers Forum Voconium (entre Vidauban et Le Cannet‑des‑Maures), et j’ai établi mon camp plus loin au bord de l’Argens, face à celui des troupes d’Antoine.

(Cicéron, Epistulae ad Familiares X, 34 = CUF, lettre 890, p. 68)

  • 11 Sur ce texte, voir la notice du tome XI de l’édition CUF, p. 23‑26.

15Cependant, ce passage n’est pas clair, comme l’atteste la présence d’une seconde « crux » dans l’édition CUF, qui suggère qu’il s’agit du confluent du Rhône <et de la Durance>, non de la Saône, comme on l’admet généralement. Quoi qu’il en soit, Lépide n’est plus sur le site de la future Lugdunum11.

  • 12 Cicéron, Ad familiares XII, 10 (= CUF, lettre 928). Voir Jullien 1891, p. 30 et 70.

16É. Jullien donnait une autre raison, qui n’exclut pas la première, pour expliquer l’absence de Lépide : entre le décret rapporté par Dion et sa réalisation sur le terrain, Lépide avait été déclaré hors‑la‑loi, le 30 juin 43, d’après une lettre de Cicéron à Cassius12.

  • 13 Suétone, Auguste VII, 9.
  • 14 CIL X, 6087.

17Ainsi, L. Munatius Plancus (87‑15 av. J.‑C.) se trouve seul cité comme fondateur de Lyon. Dès l’Antiquité, le personnage a joui d’une fâcheuse réputation de traître et de flagorneur, passant, au gré de ses intérêts, sous les deux triumvirats, d’un camp à un autre : selon Suétone13, c’est lui qui, en 27 av. J.‑C., aurait proposé au Sénat une motion pour décerner le titre d’Auguste à celui qui n’était jusqu’alors qu’Octave. Les grandes étapes de son action politique et militaire, étudiées par M. Rambaud, sont mentionnées sur l’épitaphe de son mausolée, à Gaète en Italie14, publié par R. Fellmann.

L(ucius). MVNATIVS. L(ucii). F(ilius). L(ucii). N(epos). L(ucii). PRON(epos). PLANCVS. CO(n)S(ul). CENS(or). IMP(erator). ITER(um). VII. VIR. EPVLON(um). TRIVMPH(avit). EX. RAETIS. AEDEM. SATVRNI. FECIT. DE MANIBIS. AGROS. DIVISIT. IN. ITALIA. BENEVENTI. IN. GALLIA. COLONIAS. DEDVXIT. LVGVDVNVM. ET. RAVRICAM.

Lucius Munatius, fils de Lucius, petit‑fils de Lucius, arrière‑petit‑fils de Lucius, Plancus, consul, censeur, deux fois imperator, septemvir des épulons ; il a triomphé des Rètes ; il a fait bâtir le temple de Saturne avec le butin ; il a divisé en lots des terres à Bénévent en Italie ; il a fondé en Gaule les colonies de Lyon et Augst.

Références

L’auteur et l’ouvrage

Sur Cicéron et son époque, P. Grimal, Cicéron, Paris, 1986 ; C. Habicht, Cicero the politician, Baltimore, 1990 ; C. Auvray-Assayas, Cicéron, Paris, 2006. Sur la correspondance, J. Carcopino, Les secrets de la correspondance de Cicéron, Paris, 1947 ; G. Lallemand, « Cicéron. Epistulae ad familiares », in M. Furno (dir.), La Collection Ad usum Delphini, vol. II, Grenoble, 2005, p. 403‑410.

Éditions

Cicéron, Correspondance, t. XI, éd. J. Beaujeu, CUF, Paris, 1996, qui précise que la lettre 935 est la dernière en date de celles qui nous sont parvenues.

Voir aussi Cicero : Epistulae ad familiares, éd. D.R. Shackleton Bailey, Cambridge, 1977, 2 vol.

La fondation de Lyon

Jullien 1891 ; thèse reprise dans É. Jullien, Le fondateur de Lyon. Histoire de L. Munatius Plancus, Annales de l’université de Lyon V/1, Paris, 1892 ; A. Chagny, La fondation de Lyon et le souvenir de L. Munatius Plancus, Parution du comité du bimillénaire, hôtel de ville de Lyon, 1957 ; M. Rambaud, « L’origine militaire de la colonie de Lugdunum », CRAI, 1964, p. 252‑277 ; Audin 1979, p. 57‑60, où l’auteur évoque les liens entre Plancus et la colonie, et, du même, « Copia Felix Munatia », Études indo‑européennes, 1982, p. 23‑29 ; J. Gascou (Gascou 1999) fait entendre une voix différente dans l’interprétation des événements qui ont conduit à la fondation de Lugdunum, dans un article où il réfute cette hypothèse ; C. Carsana, « Considerazioni sulla fondazione di Lione alla luce di una rilettura dell’epistolario ciceroniano », Athenaeum 88, 2000, p. 203‑219. On consultera aussi les articles concernant la fondation de Lugdunum et son fondateur dans A. Desbat (dir.), Lugdunum, naissance d’une capitale, Gollion, 2005, en particulier F. Bérard, « Lucius Munatius Plancus », p. 39‑40, A. Desbat, « La colonie de Plancus », p. 62‑67, G. Lucas, « Histoire d’une fondation : Colonia Copia Felix Munatia », p. 41‑45, M. Poux, « Plancus à Lyon », p. 7‑25. On retrouvera l’analyse de C. Goudineau dans son Regard sur la Gaule. Recueil d’articles, Paris, 2007, p. 440‑471 ; Desbat 2018 reprend la question en faisant l’historique des hypothèses.

Munatius Plancus

R. Fellmann, Das Grab des Lucius Munatius Plancus bei Gaeta, Bâle, 1957 (sur son épitaphe) ; sur sa carrière politique, M. Rambaud, « Lucius Munatius Plancus, gouverneur de la Gaule d’après la correspondance de Cicéron », CH 3/2, 1958, p. 103‑128 ; sur sa carrière militaire, M. Rambaud, « L. Munatius Plancus, officier de César », in J. Heurgon, G. Picard, W. Seston (dir.), Mélanges d’archéologie, d’épigraphie et d’histoire offerts à Jérôme Carcopino, Paris, 1966, p. 787‑801 ; T.H. Watkins, L. Munatius Plancus. Serving and surviving in the Roman revolution, Atlanta, 1997 (2e éd., Abingdon, 2020) ; G.W. Richardson, T.J. Cadoux, E. Badian, « Plancus, Lucius Munatius », in S. Hornblower, T. Spawforth (dir.), Who’s Who in the Classical World, Oxford, 2000. L’identification du buste du musée de Lyon comme un portrait de Plancus n’est plus acceptée : Chausson, Galliano 2018, p. 1271, n° 89.

Tite‑Live, Histoire romaine

Tite‑Live (Titus Liuius), historien latin originaire de Padoue, où il naît entre 66 et 59, est mort sans doute dans la même ville, en 17 ap. J.‑C. Il vécut la plus grande partie de son existence à Rome, où il n’exerça aucune fonction officielle, mais fréquenta la cour d’Auguste et fut proche de Drusus, fils adoptif de l’empereur.

18D’une œuvre abondante, il ne nous reste qu’une partie de son Histoire. Cette Histoire romaine (Ab Vrbe condita libri) fut composée à partir de 26‑25 av. J.‑C. et ne fut sans doute jamais achevée. Elle commençait à la fondation de Rome et s’arrêtait à la mort de Drusus (9 av. J.‑C.). Elle comptait cent quarante‑deux livres ; nous n’en possédons plus que trente‑cinq, ainsi que des fragments et des résumés tardifs ou periochae, que l’on attribue, sans raison déterminante, à Florus (iie s.) ou à un adaptateur inconnu du ive s.

19L’extrait suivant est tiré de la periocha du livre 139.

4. Inauguration du sanctuaire fédéral des Trois Gaules

Ciuitates Germaniae cis Rhenum et trans Rhenum positae oppugnantur a Druso, et tumultus, qui ob censum exortus in Gallia erat, conponitur. Ara dei Caesaris ad confluentem Araris et Rhodani dedicata, sacerdote creato C. Iulio Vercondaridubno Aeduo.

  • 15 Sur ce personnage, dont on sait très peu de choses, J.F. Drinkwater, « The rise and fall of the Ga (...)

Les cités de Germanie situées de part et d’autre du Rhin sont attaquées par Drusus, et l’agitation provoquée en Gaule par le recensement est calmée. L’autel du divin César au confluent de la Saône et du Rhône fut consacré et l’Éduen C. Julius Vercondaridubnus choisi comme prêtre15.

(Tite‑Live, Histoire romaine, periocha 139)

  • 16 Table claudienne, col. 2, l. 35‑38.

20Claudius Nero Drusus, beau‑fils d’Auguste, frère de Tibère, père de Germanicus et de Claude, acheva la conquête des Alpes et mena des expéditions en Germanie. Le soulèvement auquel fait allusion Tite‑Live est évoqué dans un passage de la Table claudienne16 (16) et dans Dion Cassius (40). La periocha 139 a ceci de particulièrement précieux qu’elle est la seule source à fournir une information inconnue des autres, le nom du premier prêtre de l’autel fédéral.

21L’autel du sanctuaire fédéral des Trois Gaules, consacré à Rome et à Auguste divinisés, était installé à Condate, le bourg qui correspond grosso modo au quartier actuel des bas de la Croix‑Rousse : les délégués des soixante peuples s’y réunissaient chaque année au 1er août (une allusion chez Eusèbe, 54). L’année de la dédicace de cet autel a été sujette à discussion, car il y a désaccord apparent entre Tite‑Live et Suétone (29) : 12 av. J.‑C. pour le premier, 10 av. J.‑C. pour le second. On peut supposer une erreur ou une maladresse d’expression chez Suétone, voire une erreur dans la transmission manuscrite, ou bien on admet que 12 av. J.‑C. correspond à l’inauguratio et 10 av. J.‑C. à la dedicatio de l’autel. Mais le recoupement avec le texte de Dion Cassius (40), qui mentionne l’opération de recensement et les événements évoqués dans les periochae 138 et 140, imposent l’année 12 av. J.‑C.

22Strabon décrit sommairement l’autel et, le passage est controversé, évoquerait la présence d’un bois sacré à proximité (7). L’autel n’était pas le seul monument du sanctuaire, puisqu’une dédicace nous apprend que s’y trouvait un temple de Rome et des Augustes dont aucune trace archéologique n’est connue :

C(aio) [Se]ruilio M[ar]tiano Arverno C(aii) Seruilii Domiti filio sacerdoti ad templum Romae et Augustorum tres prouinciae Galliae.

  • 17 CIL XIII, 1706 ; Allmer, Dissard 1888‑1893, t. II, p. 85‑86, n° 118.

À Caius Servilius Martianus, Arverne, fils de Caius Servilius Domitus, prêtre au temple de Rome et des Augustes, les trois provinces de Gaule17.

  • 18 ILTG 216, p. 79‑80.
  • 19 ILTG 218.

23En revanche, bien assurée est l’existence d’un amphithéâtre, comme en témoigne la découverte en 1958 de sa dédicace par Caius Julius Rufus, prêtre de Rome et d’Auguste, en l’an 19 de notre ère18. C’est dans cet amphithéâtre, peut‑être agrandi par C. Julius Celsus, procurateur de Lyonnaise et d’Aquitaine entre 130 et 136, sous Hadrien19, qu’on situe à présent les supplices des martyrs de 177 (57) et non plus à Ainay comme le voulait la tradition (120).

Fig. 6 – Inscription dédicace de l’amphithéâtre (© Lugdunum, musée & théâtres romains ; photo P. Somnolet).

Fig. 6 – Inscription dédicace de l’amphithéâtre (© Lugdunum, musée & théâtres romains ; photo P. Somnolet).

24Une nouvelle proposition de reconstitution de l’ensemble du sanctuaire, peu convaincante, a récemment été avancée par D. Frascone, qui en fait un vaste complexe s’échelonnant jusqu’au sommet du plateau de la Croix‑Rousse, comme pour le sanctuaire impérial à Tarragone.

Références

L’auteur et l’ouvrage

T.J. Luce, Livy. The composition of his History, Princeton, 1977 ; P. Jal, « Lire Tite‑Live aujourd’hui », in F. Chamoux (dir.), Histoire et historiographie dans l’Antiquité, Cahiers de la Villa Kérylos 11, Paris, 2001, p. 113‑121 ; B. Mineo, Tite‑Live et l’histoire de Rome, Paris, 2006.

Édition

Abrégés des livres de l’Histoire romaine de Tite‑Live, tome XXXIV, 2e partie, « Periochae » transmises par les manuscrits et par le papyrus Oxyrhynchos, éd. P. Jal, CUF, Paris, 1984.

Le sanctuaire fédéral

La bibliographie est vaste. On citera, outre la CAG 69/2, notice 25, p. 278‑280, A.‑J. Christopherson, « The provincial assembly of the Three Gauls in the Julio‑Claudian period », Historia 17, 1968, p. 351‑366 ; Turcan 1982, pour des vues originales sur la question : il conclut avec scepticisme sur la possibilité de reconstituer le monument, dont on a tiré une représentation gratuite, à partir de monnaies dont on admet à présent qu’elles n’offrent qu’une image schématique ; contra, D. Fishwick, « Les monnaies dites “à l’autel de Lyon” : interprétations des motifs figurés au‑dessus du monument », Bull. musées monum. lyon. 7, 1986, p. 131‑138 ; D. Fishwick, « L’autel des Trois Gaules et le témoignage des monnaies », BSAF, 1986, p. 90‑111 ; D. Fishwick, « Roma et Augustus », in Fishwick 1987, p. 97‑149 ; D. Fishwick, « The sixty Gallic tribes and the altar of the Three Gauls », Historia 38, 1989, p. 111‑112 ; Simpson 1987 ; U. Suessenbach, « Des Reichsalter der Roma und des Augustus in Lugdunum », Bonner Jahrbücher 189, 1989, p. 73‑96 ; R. Turcan, « Un bimillénaire méconnu : l’assemblée des trois Gaules », CRAI 135, 1991, p. 733‑742 ; D. Frascone, « Une nouvelle hypothèse sur le sanctuaire des Trois Gaules à Lyon », RAE 60, 2011, p. 189‑216 : critiques par D. Fellague, « La difficulté de datation des monuments : à propos des monuments de Lugdunum, en particulier ceux considérés comme hadrianiques, RAE 65, 2016, p. 187‑214 et A. Desbat, « Le sanctuaire des Trois Gaules et la question du forum provincial », RAE 65, 2016, p. 303‑323.

L’amphithéâtre

La bibliographie est ici encore abondante : voir celle de la notice 48 de la CAG 69/2, p. 288‑296, en particulier A. Audin, J. Guey, « L’inscription récemment découverte à l’amphithéâtre des Trois Gaules », CRAI 102, 1958, p. 106‑110 ; W. Seston, « L’inscription dédicatoire de l’amphithéâtre des Trois Gaules à Lyon », BSAF, 1959, p. 207 ; W. Seston, « Les donateurs de l’amphithéâtre des Trois Gaules », in M. Renard (éd.), Hommage à Albert Grenier, Collection Latomus 58, Bruxelles-Berchem, 1962, p. 1407‑1417.

Strabon, Géographie

Strabon (Στράβων), né à Amasie du Pont en 60 av. J.‑C., mort à Rome entre 19 et 24 ap. J.‑C. De vieille famille fortunée, il fut avant tout un grand voyageur et un érudit.

  • 20 Strabon, Géographie I, 18.

25Outre ses Études historiques (Ἱστορικὰ ὑπομνήματα), en quarante‑sept livres aujourd’hui totalement perdus et qui se voulaient une suite à l’œuvre de Polybe, Strabon a composé des Études géographiques (Γεωγραφικὰ ὑπομνήματα) ou Géographie (Γεωγραφία), en dix‑sept livres presque intacts, qui constituent une sorte de panorama des connaissances de son époque en ce domaine et qui avait comme but avoué20 de faire connaître les provinces à leurs futurs gouverneurs et dirigeants romains.

26Le livre IV est consacré à la Gaule, que Strabon ne connaît pas personnellement, et qu’il décrit en s’inspirant largement de Poséidonios d’Apamée (Ποσειδώνιος ὁ Ἀπαμεύς), historien, géographe et philosophe qui vécut entre 135 et 51 av. J.‑C., et de César. Nous avons choisi de présenter quatre groupes de textes ; les premiers permettent de situer Lyon dans l’ensemble de la province ; les suivants sont une évocation du Rhône, des paysages qu’il traverse, de son rôle ; les troisièmes décrivent le site même de Lyon et son territoire ; le dernier texte, enfin, revient sur la place de Lyon dans l’ensemble provincial, Lyon capitale des Gaules et nœud routier.

5. Lyon dans les Gaules

Τῇ δὲ Πυρήνῃ πρὸς ὀρθὰς ἦκται τὸ Κέμμενον ὄρος διὰ μέσων τῶν πεδίων, καὶ παύεται κατὰ μέσα πλησίον Λουγδούνου, περὶ δισχιλίους ἐκταθὲν σταδίους. […]
Ὁ δὲ Σεβαστὸς Καῖσαρ τετραχῆ διελὼν τοὺς μὲν Κέλτας τῆς Ναρβωνίτιδος ἐπαρχίας ἀπέφηνεν, Ἀκυιτανοὺς δ’ οὕσπερ κἀκεῖνος, προσέθηκε δὲ τετταρεσκαίδεκα ἔθνη τῶν μεταξὺ τοῦ Γαρούνα καὶ τοῦ Λείγηρος ποταμοῦ νεμομένων· τὴν δὲ λοιπὴν διελὼν δίχα τὴν μὲν Λουγδούνῳ προσώρισε μέχρι τῶν ἄνω μερῶν τοῦ Ῥήνου, τὴν δὲ τοῖς Βέλγαις. […]
5b. Μετὰ δὲ τὴν Ἀκυιτανὴν μερίδα καὶ τὴν Ναρβωνῖτιν ἡ ἐφεξῆς ἐστι μέχρι τοῦ Ῥήνου παντὸς ἀπὸ τοῦ Λείγηρος ποταμοῦ καὶ τοῦ Ῥοδανοῦ, καθ’ ὃ συνάπτει πρὸς τὸ Λούγδουνον ἀπὸ τῆς πηγῆς κατενεχθεὶς ὁ Ῥοδανός. Ταύτης δὲ τῆς χώρας τὰ μὲν ἄνω μέρη τὰ πρὸς ταῖς πηγαῖς τῶν ποταμῶν, τοῦ τε Ῥήνου καὶ τοῦ Ῥοδανοῦ, μέχρι μέσων σχεδόν τι τῶν πεδίων ὑπὸ τῷ Λουγδούνῳ τέτακται, τὰ δὲ λοιπὰ καὶ παρωκεανιτικὰ ὑπ’ ἄλλῃ τέτακται μερίδι, ἣν ἰδίως Βέλγαις προσνέμουσιν.

Perpendiculairement aux Pyrénées, le mont Cemmène [les Cévennes] traverse les plaines centrales pour se terminer au centre du pays, près de Lyon, après s’être étiré sur une longueur de 2 000 stades environ. […]
César Auguste, en revanche, a divisé la Celtique en quatre parties. Il a nommé Celtes les habitants de la province de Narbonnaise, Aquitains ceux que César avait ainsi désignés, mais en leur ajoutant quatorze peuples qui occupent le territoire situé entre Garonne et Loire. Quant au reste du pays, il l’a divisé en deux, en rattachant à Lyon la partie à laquelle il donnait pour frontière le cours supérieur du Rhin, et aux Belges l’autre partie. […]
Aux territoires de l’Aquitaine et de la Narbonnaise succède jusqu’au Rhin, pris sur toute sa longueur, le territoire qui commence à la Loire, puis au Rhône, dans la partie de son cours entre sa source et Lyon. La partie supérieure de ce territoire, du côté des sources du Rhin et du Rhône à peu près jusqu’aux plaines du centre, est subordonnée à Lyon et le reste, y compris le littoral océanique, à une autre division territoriale, occupé principalement qu’on a attribuée nommément aux Belges.

  • 21 Thollard 2009, p. 18 et 40.

(Strabon, Géographie IV, 11 [C176‑177] ; IV, 31 [C191])21

27Le mont Pyréné désigne la totalité de la chaîne des Pyrénées. Le mont Cemmène correspond aux Cévennes et à l’ensemble du Massif central. Le Pénin est le col du Grand‑Saint‑Bernard ; celui qui franchit le Jura est le col de Jougne, non loin de Pontarlier. La Mer extérieure est l’Océan atlantique.

  • 22 Goudineau 1990.
  • 23 D. Van Berchem, « Le nouveau corpus des milliaires (CIL XVII 2) vu de Genève. Routes et milliaires (...)

28Strabon expose les diverses divisions de la Gaule utilisées par ses prédécesseurs avant d’en arriver à la réorganisation de la province par Auguste : comparer avec ce qu’en écrit César, Guerre des Gaules I, 1. Pour la localisation des différents peuples celtes mentionnés par Strabon, on se reportera à la carte fig. 7 ; pour les rapports entre les différents peuples entre eux et avec les Romains, on se reportera aussi à ce qu’en écrit César dans le même développement. C. Goudineau, en reprenant les divisions traditionnelles, étudie les débuts de l’organisation administrative du pays après la conquête22. Sur le dernier extrait, voir l’étude de D. Van Berchem sur les routes et les milliaires23.

Fig. 7 – La Gaule selon Strabon, d’après C. Goudineau (dessin Y. Montmessin, MOM).

Fig. 7 – La Gaule selon Strabon, d’après C. Goudineau (dessin Y. Montmessin, MOM).

6. Le Rhône et ses affluents

Ἔχει δέ τι πλεονέκτημα πρὸς τοῦτο ὁ Ῥοδανός· καὶ γὰρ πολλαχόθεν ἐστὶ σύρρους, ὥσπερ εἴρηται, καὶ συνάπτει πρὸς τὴν ἡμετέραν θάλατταν κρείττω τῆς ἐκτὸς οὖσαν, καὶ διὰ χώρας διέξεισι τῆς εὐδαιμονεστάτης τῶν ταύτῃ. […]
Ἀπὸ δὲ τοῦ Ἴσαρος εἰς Ὀυίενναν τὴν τῶν Ἀλλοβρίγων μητρόπολιν κειμένην ἐπὶ τῷ Ῥοδανῷ στάδιοί εἰσι τριακόσιοι εἴκοσι. Πλησίον δ’ ὑπέρκειται τῆς Ὀυιέννης τὸ Λούγδουνον, ἐφ’ οὗ συμμίσγουσιν ἀλλήλοις ὅ τε Ἄραρ καὶ ὁ Ῥοδανός· στάδιοι δ’ εἰσὶν ἐπ’ αὐτὸ πεζῇ μὲν περὶ διακοσίους διὰ τῆς Ἀλλοβρίγων, ἀνάπλῳ δὲ μικρῷ πλείους. […]
Φέρεται δ’ ἀπὸ τῶν Ἄλπεων οὗτος πολὺς καὶ σφοδρός, ὅς γε καὶ διὰ λίμνης <μεγάλης> ἐξιὼν τῆς <Λημέννης> φανερὸν δείκνυσι τὸ ῥεῖθρον ἐπὶ πολλοὺς σταδίους. Κατελθὼν δὲ εἰς τὰ πεδία τῆς χώρας τῆς Ἀλλοβρίγων καὶ Σεγοσιανῶν συμβάλλει τῷ Ἄραρι κατὰ Λούγδουνον πόλιν τῶν Σεγοσιανῶν. Ῥεῖ δὲ καὶ ὁ Ἄραρ ἐκ τῶν Ἄλπεων, ὁρίζων Σηκοανούς τε καὶ Αἰδούους καὶ Λιγ<γονας καὶ Τρι>κασίους, παραλαβὼν δ’ ὕστερον τὸν Δοῦβιν ἐκ τῶν αὐτῶν ὀρῶν φερόμενον πλωτόν, ἐπικρατήσας τῷ ὀνόματι καὶ γενόμενος ἐξ ἀμφοῖν Ἄραρ συμμίσγει τῷ Ῥοδανῷ. Πάλιν δ’ ἐπικρατήσας ὁ Ῥοδανὸς εἰς τὴν Ὀυίενναν φέρεται. Συμβαίνει δὴ κατ’ ἀρχὰς μὲν τοὺς τρεῖς ποταμοὺς φέρεσθαι πρὸς ἄρκτον, εἶτα πρὸς δύσιν· εἰς ἓν δ’ ἤδη συμπεσὸν ῥεῖθρον πάλιν ἄλλην καμπὴν λαβὸν νότιον φέρεται τὸ ῥεῦμα μέχρι τῶν ἐκβολῶν, δεξάμενον καὶ τοὺς ἄλλους ποταμούς, κἀκεῖθεν ἤδη τὴν λοιπὴν ποιεῖται μέχρι τῆς θαλάττης ῥύσιν. Ἡ μὲν οὖν μεταξὺ τῶν Ἄλπεων καὶ τοῦ Ῥοδανοῦ τοιαύτη τις.

Le Rhône présente à cet égard une certaine supériorité puisque, comme il a été dit, il reçoit des affluents venus de toutes parts, qu’il débouche sur notre mer, laquelle est d’un plus grand rapport que la Mer extérieure, et qu’il traverse la contrée la plus prospère de la Celtique. […]
De l’Isère à Vienne, capitale des Allobroges située au bord du Rhône, il y a 320 stades [ca 59 km]. Près de Vienne se trouve Lyon, où se réunissent la Saône et le Rhône. Il y a jusque-là environ 200 stades [ca 37 km] par la route, à travers le pays des Allobroges, un peu plus en remontant par le cours du fleuve. […]
Ce fleuve [le Rhône] arrive des Alpes avec une telle impétuosité et un tel débit que, même lorsqu’il traverse le Léman, qui est un grand lac, son cours reste visible sur plusieurs stades. Puis, une fois descendu vers les plaines du pays des Allobroges et des Ségusiaves, il se jette dans la Saône à Lyon, ville des Ségusiaves. La Saône aussi descend des Alpes, sépare les Séquanes des Éduens, des Lingons et des Tricasses, puis reçoit le Doubs, qui vient des mêmes montagnes et qui est navigable ; le cours d’eau formé par ces deux rivières s’unit au Rhône sous le nom de Arar [Saône] qui a prévalu. À son tour le nom de Rhône prévaut, et le fleuve coule jusqu’à Vienne. À leur origine, ces trois cours d’eau coulent vers le nord, puis vers l’ouest. Mais dès qu’ils sont réunis en un seul fleuve, celui‑ci, après avoir décrit une courbe, s’oriente vers le sud ; à partir de là et jusqu’à son delta, il reçoit encore ses autres affluents et il coule jusqu’à la mer. Tel est donc, dans ses grandes lignes, le pays qui s’étend entre les Alpes et le Rhône.

  • 24 Thollard 2009, p. 20 et 30‑32. Il suit une autre tradition (celle retenue aussi par l’édition Loeb (...)

(Strabon, Géographie IV, 12 [C177] ; IV, 111 [C186])24

  • 25 Strabon, Géographie IV, 111, C185 et IV, 114.

29On pourra également se reporter, pour une description plus générale du Rhône, à deux autres passages de Strabon que nous avons omis ici : une « remontée » du fleuve entre Marseille et le confluent de l’Isère ; une évocation de la navigation sur le Rhône et la Saône25 ; sur la distance entre Lyon et Vienne, voir aussi 8 et 51.

Fig. 8 – Lugdunum au ier s. de notre ère (d’après E. Bouvard, A. Schmitt, « Le coffre de bois antique : aspects taphonomiques et technologiques », in F. Carré, F. Henrion (dir.), Le bois dans l’architecture et l’aménagement de la tombe : quelles approches ?, Saint-Germain-en-Laye, 2012, fig. 1 ; DAO M. Monin).

Fig. 8 – Lugdunum au ier s. de notre ère (d’après E. Bouvard, A. Schmitt, « Le coffre de bois antique : aspects taphonomiques et technologiques », in F. Carré, F. Henrion (dir.), Le bois dans l’architecture et l’aménagement de la tombe : quelles approches ?, Saint-Germain-en-Laye, 2012, fig. 1 ; DAO M. Monin).

7. Lyon, la ville et son territoire

Αὐτὸ μὲν δὴ τὸ Λούγδουνον ἐκτισμένον, ὑπὸ λόφῳ κατὰ τὴν συμβολὴν τοῦ τε Ἄραρος τοῦ ποταμοῦ καὶ τοῦ Ῥοδανοῦ, κατέχουσι Ῥωμαῖοι. Εὐανδρεῖ δὲ μάλιστα τῶν ἄλλων πλὴν Νάρβωνος· καὶ γὰρ ἐμπορίῳ χρῶνται καὶ τὸ νόμισμα χαράττουσιν ἐνταῦθα τό τε ἀργυροῦν καὶ τὸ χρυσοῦν οἱ τῶν Ῥωμαίων ἡγεμόνες. Τό τε ἱερὸν τὸ ἀναδειχθὲν ὑπὸ πάντων κοινῇ τῶν Γαλατῶν Καίσαρι τῷ Σεβαστῷ πρὸ ταύτης ἵδρυται τῆς πόλεως ἐπὶ τῇ συμβολῇ τῶν ποταμῶν· ἔστι δὲ βωμὸς ἀξιόλογος ἐπιγραφὴν ἔχων τῶν ἐθνῶν ἑξήκοντα τὸν ἀριθμὸν καὶ εἰκόνες τούτων ἑκάστου μία καὶ ἄλλος μέγας.
Προκάθηται δὲ τοῦ ἔθνους τοῦ Σεγοσιανῶν ἡ πόλις αὕτη, κειμένη μεταξὺ τοῦ Ῥοδανοῦ καὶ αὐτοὶ κατενεχθέντες τοῦ Δούβιος· τὰ δ’ ἑξῆς ἔθνη τὰ συντείνοντα πρὸς τὸν Ῥῆνον, τὰ μὲν ὑπὸ τοῦ Δούβιος ὁρίζεται, τὰ δ’ ὑπὸ τοῦ Ἄραρος. Οὗτοι μὲν οὖν, ὡς εἴρηται πρότερον, ἀπὸ τῶν Ἄλπεων καὶ κατενεχθέντες ἔπειτ’ εἰς ἓν ῥεῖθρον συμπεσόντες εἰς τὸν Ῥοδανὸν καταφέρονται. Ἄλλος δ’ ἐστίν, ὁμοίως ἐν ταῖς Ἄλπεσι τὰς πηγὰς ἔχων, Σηκοάνας ὄνομα, ῥέων δ’ εἰς τὸν ὠκεανὸν, παράλληλος τῷ Ῥήνῳ, διὰ ἔθνους ὁμωνύμου, συνάπτοντος τῷ Ῥήνῳ τὰ πρὸς ἕω, τὰ δ’ εἰς τἀναντία τῷ Ἄραρι, ὅθεν αἱ κάλλισται ταριχεῖαι τῶν ὑείων κρεῶν εἰς τὴν Ῥώμην κατακομίζονται. Μεταξὺ μὲν οὖν τοῦ Δούβιος καὶ τοῦ Ἄραρος οἰκεῖ τὸ τῶν Αἰδούων ἔθνος, πόλιν ἔχον Καβυλλῖνον ἐπὶ τῷ Ἄραρι καὶ φρούριον Βίβραγκτα. Οἱ δὲ Αἴδουοι καὶ συγγενεῖς Ῥωμαίων ὠνομάζοντο καὶ πρῶτοι τῶν ταύτῃ προσῆλθον πρὸς τὴν φιλίαν καὶ συμμαχίαν.
Πέραν δὲ τοῦ Ἄραρος οἰκοῦσιν οἱ Σηκοανοί, διάφοροι καὶ τοῖς Ῥωμαίοις ἐκ πολλοῦ γεγονότες καὶ τοῖς Αἰδούοις· ὅτι πρὸς Γερμανοὺς προσεχώρουν πολλάκις κατὰ τὰς ἐφόδους αὐτῶν τὰς ἐπὶ τὴν Ἰταλίαν, καὶ ἐπεδείκνυντό γε οὐ τὴν τυχοῦσαν δύναμιν, ἀλλὰ καὶ κοινωνοῦντες αὐτοὺς ἐποίουν μεγάλους, καὶ ἀφιστάμενοι μικρούς· πρὸς δὲ τοὺς Αἰδούους καὶ διὰ ταῦτα μέν, ἀλλ’ ἐπέτεινε τὴν ἔχθραν ἡ τοῦ ποταμοῦ ἔρις τοῦ διείργοντος αὐτούς, ἑκατέρου τοῦ ἔθνους ἴδιον ἀξιοῦντος εἶναι τὸν Ἄραρα καὶ ἑαυτῷ προσήκειν τὰ διαγωγικὰ τέλη· νυνὶ δ’ ὑπὸ τοῖς Ῥωμαίοις ἅπαντ’ ἐστί. […]
Τὸ δὲ ἀπὸ Λουγδούνου μέχρι τοῦ Σηκοάνα [ἢ] χιλίων σταδίων ἐστίν, ἔλαττον δ’ ἢ διπλάσιον τούτου <τὸ> ἀπὸ τῶν εἰσβολῶν τοῦ Ῥοδανοῦ μέχρι Λουγδούνου. […]
Τὰ δὲ μεταξὺ ἔθνη τοῦ τε Λείγηρος καὶ τοῦ Σηκοάνα ποταμοῦ τὰ πέραν τοῦ Ῥοδανοῦ τε καὶ τοῦ Ἄραρος παράκειται πρὸς ἄρκτον τοῖς τε Ἀλλόβριξι καὶ τοῖς περὶ τὸ Λούγδουνον· τούτων δ’ ἐπιφανέστατόν ἐστι τὸ τῶν Ἀρουέρνων καὶ τὸ τῶν Καρνού<ν>των.

La ville même de Lyon, bâtie au pied d’une colline au confluent de la Saône et du Rhône, appartient aux Romains. De toutes les villes, c’est elle qui a la plus forte population après Narbonne. On l’utilise en effet comme place de commerce, et les gouverneurs romains y frappent monnaie d’or et d’argent. Le sanctuaire dédié par l’ensemble des peuples gaulois à César Auguste est bâti en face de la ville, au confluent des deux fleuves. Il y a un autel remarquable qui porte une inscription énumérant les soixante peuples, ainsi que des statues, une pour chacun d’entre eux, et un autre grand (autel ?).
Lyon est la ville des Ségusiaves, dont le territoire est compris entre le Rhône et le Doubs. Les peuples qui lui font suite quand on se dirige vers le Rhin ont pour frontière les uns le Doubs, les autres la Saône. Ces rivières, comme nous l’avons déjà dit, descendent elles aussi des Alpes, puis se réunissent en un seul cours d’eau et poursuivent ainsi leur course jusqu’au Rhône. Il y a un troisième cours d’eau, nommé Seine [Sequana], qui prend également sa source dans les Alpes, mais qui coule vers l’océan, parallèlement au Rhin, à l’opposé de la Saône ; il traverse le territoire du peuple du même nom [les Séquanes], qui confine au Rhin à l’est et à l’Arar [la Saône] dans la partie opposée de son territoire ; c’est de là que proviennent les magnifiques pièces de porc salé exportées jusqu’à Rome. Entre le Doubs et la Saône demeure le peuple des Éduens, qui a comme ville Chalon, établie sur la Saône, et Bibracte comme oppidum. Les Éduens étaient même appelés « parents » des Romains et furent les premiers à rechercher leur amitié et leur alliance.
De l’autre côté de la Saône habitent les Séquanes, longtemps hostiles aux Romains et aux Éduens. En effet, ils s’étaient souvent joints aux Germains lors de leurs incursions en Italie et y avaient révélé une puissance peu ordinaire. Même, les Germains se montraient des adversaires redoutables avec leur concours : en s’unissant à eux, ils les rendaient redoutables, sans leur appui, ils les affaiblissaient. Ces raisons expliquent l’hostilité des Éduens, mais il s’y ajoutait l’hostilité née des contestations sur la propriété de la Saône, qui sépare ces deux peuples, l’un et l’autre prétendant à la possession exclusive de ce cours d’eau et revendiquant le bénéfice des taxes perçues sur le trafic. Aujourd’hui tout est sous la domination des Romains. […]
Il faut compter 1 000 stades [ca 185 km] de Lyon jusqu’à la Seine et moins du double de ce chiffre de l’embouchure du Rhône jusqu’à Lyon. […]
Quant aux peuples qui se trouvent entre Loire et Seine, au‑delà du Rhône et de l’Arar, ils bordent au nord le territoire des Allobroges et de la région de Lyon. Les plus illustres d’entre eux sont les Arvernes et les Carnutes.

  • 26 Thollard 2009, p. 40‑44.

(Strabon, Géographie IV, 31 [C192] ; IV, 32, [C192] ; IV, 33‑4 [C193])26

Fig. 9 – Lugdunum dans Strabon, Géographie IV, 3, 2 (source Gallica.bnf.fr / BnF, Grec 1397, f. 101r, gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10721749w/f107).

Fig. 9 – Lugdunum dans Strabon, Géographie IV, 3, 2 (source Gallica.bnf.fr / BnF, Grec 1397, f. 101r, gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10721749w/f107).

30Les extraits de Strabon qui précèdent présentent plusieurs difficultés sur lesquelles il convient de s’arrêter.

  • 27 Audin 1965, p. 67‑79.

31La fin du premier paragraphe, καὶ ἄλλος μέγας, que nous traduisons « et un autre grand (autel ?) », est considérée comme corrompue et a suscité de nombreuses corrections, alors que les plus anciens manuscrits portent bien cette leçon. On a estimé en effet qu’il manquait un nom déterminant la nature de cet ἄλλος μέγας. En l’état, la seule possibilité grammaticale est de comprendre « un autre grand autel », βωμός, comme F. Lasserre, l’éditeur de la CUF. A. Audin en déduisait déjà l’existence de deux autels dès l’époque de Strabon, le premier celui des soixante nations gauloises, qu’il rapproche de l’Ara Pacis, décidé par le Sénat en 13 et consacré en 9 par Auguste, le second consacré à Rome et à Auguste, représenté sur les monnaies dites « à l’autel »27.

  • 28 Dans les églises catholiques il existait de même traditionnellement un « autel majeur ».
  • 29 T. Tyrwhitt, Coniecturae in Strabonem, Erlanga, 1788, p. 16. Tout en gardant la leçon des manuscri (...)
  • 30 Müller, Dübner 1853‑1858, p. 159, notes p. 963.
  • 31 C.G. Groskurd, Strabons Erdbeschreibung, Berlin, 1831, p. 331, n. 1 ; Meineke 1877, p. 262. G. Kra (...)
  • 32 Thollard 2009, p. 40 et n. 39, p. 73.

32D’autres ont considéré qu’il ne pouvait coexister deux grands autels dans le même sanctuaire (la présence de plusieurs autels est en revanche banale28), d’où de nombreuses tentatives de corrections. Certains encadrent le passage d’une double crux, † ἄλλος μέγας †, pour en souligner le caractère incertain et font l’hypothèse qu’un mot est perdu entre ἄλλος et μέγας : ils restituent un terme désignant une statue. T. Tyrwhitt propose ἄλλος Καισάρος μέγας, « une autre grande statue de César »29 ; mais le terme sous‑entendu ne peut être tiré de ce qui précède, εἰκόνες, « statues », car ce nom est féminin : la correction proposée par T. Tyrwhitt fait donc solécisme, alors qu’on devrait lire ἄλλη Καισάρος μεγάλη. Plus radical, puisqu’il corrige le texte pour préserver la grammaire, K. Müller n’exclut pas dans ses notes critiques de comprendre ἄλλη Σεβαστοῦ, « une autre statue d’Auguste »30. Si on veut garder ἄλλος et l’idée d’une statue, il faut trouver un autre nom, ce que font C.G. Groskurd, puis A. Meineke. Le premier remplace ἄλλος par ἀνδριάς, le second restitue ἄλλος ἀνδριάς μέγας, « une autre grande statue »31 : grammaticalement la phrase est correcte puisque ἀνδριάς, « statue d’homme », est masculin. C’est aussi la solution suggérée par P. Thollard32. De surcroît, le parallèle est respecté : d’un côté les statues des peuples gaulois, de l’autre une grande statue d’homme. Reste une difficulté : alors que Strabon précise le sujet pour le premier groupe, bizarrement il se tait sur l’identité du personnage, certainement important.

  • 33 Correction proposée par M. Krascheninnikoff et retenue par O. Hirschfeld, (cf. Turcan 1982, p. 609 (...)
  • 34 Proposition de C. Germain de Montauzan, in Kleinclausz 1939, p. 16, n. 2. Elle s’opposerait aux de (...)
  • 35 Jullian 1920‑1926, vol. IV, p. 437, n. 8.
  • 36 Wuilleumier 1953, p. 42 ; voir aussi Pelletier, Rossiaud 1990, vol. I, p. 43‑48.
  • 37 Turcan 1990, p. 609.
  • 38 Sur cette question des bois sacrés dans l’Antiquité, voir Centre Jean‑Bérard (éd.), Les bois sacré (...)

33Autre solution, l’erreur de graphie, qui conduit à corriger le texte et à substituer à l’ἄλλος μέγας des manuscrits une autre expression : ναὸς μέγας, « un grand temple »33, ou ὀβελὸς μέγας, « une grande colonne »34. C. Jullian suggère de lire τέμενος35 avant ἄλλος, mais on voit mal alors comment construire la phrase. Surtout, J. Toup avait, le premier, proposé de lire ἄλσος μέγα, « un grand bois sacré », correction qui a retenu l’attention de P. Wuilleumier. S’appuyant sur un parallèle, l’existence d’une formule frappée sur un denier de Juba II « d’après laquelle le sanctuaire impérial de Maurétanie comportait, près de l’autel, un lucus Augusti, un bois sacré d’Auguste »36, il émet l’hypothèse de l’existence d’un bois sacré à proximité de l’autel fédéral des Trois Gaules. R. Turcan signale aussi un rapprochement possible avec une monnaie de Tarragone37. Ces bois sacrés (ἄλση) – non pas des forêts mais des bosquets, voire de simples jardins – ne sont pas rares dans les sanctuaires (ἱερά), comme en témoigne Pausanias dans sa Périégèse38. Reste qu’actuellement aucune des suggestions avancées n’emporte complètement l’adhésion, d’où notre traduction très prudente.

  • 39 Le Père Ménestrier fit le premier le rapprochement entre le texte de Strabon et l’iconographie des (...)
  • 40 La plus récente restitution, celle de J.‑C. Golvin, in P. Thollard, J.‑C. Golvin, Voyage avec Stra (...)

34L’évocation du sanctuaire par Strabon impose un rapprochement avec l’iconographie des monnaies dites « à l’autel », frappées d’Auguste à Néron dans l’atelier lyonnais. Le texte et l’iconographie combinés ont donné lieu très tôt39 à des restitutions sous forme de gravures plus ou moins fantaisistes40.

Fig. 10 – Monnaie « à l’autel » frappée à Lyon (© Lugdunum, musée & théâtres romains ; photo P. Somnolet).

Fig. 10 – Monnaie « à l’autel » frappée à Lyon (© Lugdunum, musée & théâtres romains ; photo P. Somnolet).

Fig. 11 – Restitution du grand autel par F. Artaud (Discours sur les médailles, Lyon, 1820, pl. 1).

Fig. 11 – Restitution du grand autel par F. Artaud (Discours sur les médailles, Lyon, 1820, pl. 1).
  • 41 Goudineau 1989, p. 29.
  • 42 Sur les Ségusiaves, voir la bibliographie au texte 1.
  • 43 Thollard 2009, n. 40, p. 73.
  • 44 Sur les limites de la colonie, voir également 1 et 7, et ILGL, p. 9‑11.

35Lasserre retient la graphie Σεγοσίανοι (Ségosianes) alors que d’autres manuscrits, dont le plus ancien, portent Σαιγοσίαβοι (Ségusiaves). Le territoire des Ségusiaves s’étendait sur l’actuel Forez41 et sa capitale était Feurs, Forum Segusiauorum42. Goudineau se demande donc s’il n’y a pas eu erreur dans la transmission manuscrite, avec substitution du Doubs à la Loire, ce qui expliquerait le décalage du territoire ségusiave vers le nord‑ouest, décalage que l’on constate en lisant Strabon. En cela il suit A. Meineke qui, au début du second paragraphe, corrige la phrase Προκάθηται δὲ τοῦ ἔθνους τοῦ Σεγοσιανῶν ἡ πόλις αὕτη, κειμένη μεταξὺ τοῦ Ῥοδανοῦ καὶ τοῦ Δούβιος en Προκάθηται δὲ τοῦ ἔθνους τοῦ Σεγοσιανῶν ἡ πόλις αὕτη, κειμένου μεταξὺ τοῦ Ῥοδανοῦ καὶ τοῦ Λίγηρος. P. Thollard explique ainsi les motifs de cette double correction : « le texte des manuscrits porte κειμένη, “située”, apposée à πόλις, donc à Lyon. L’erreur de localisation étant trop flagrante, les éditeurs, depuis Xylander, corrigent κειμένη en κειμένου, faisant se rapporter le participe non plus à la ville mais au peuple. Du coup, ce sont les Ségusiaves qui paraissent mal situés. C’est pourquoi Meineke corrige Δούβιος en Λίγηρος, ce qui semble exagéré43. » La correction du Doubs en Loire est logiquement répétée quelques lignes plus bas. Goudineau suppose d’autre part que Lyon a pu jouer le rôle de capitale de la ciuitas des Ségusiaves à l’époque augustéenne et que le transfert de la capitale à Feurs aurait eu lieu plus tard, à une date difficile à fixer avec précision. Strabon, en effet, a certainement eu accès à des documents d’ordre administratif : il est donc sur ce point bien informé. La formule de Pline (12) Secusiani liberi, in quorum agro colonia Lugdunum, « les Ségusiaves libres, sur le territoire desquels se trouve la colonie de Lyon », vient appuyer cette hypothèse44.

8. Tous les chemins mènent à Lyon

Τῶν δ’ ὑπερθέσεων τῶν ἐκ τῆς Ἰταλίας εἰς τὴν ἔξω Κελτικὴν καὶ τὴν προσάρκτιον ἡ διὰ Σαλασσῶν ἐστιν ἄγουσα ἐπὶ Λούγδουνον· διττὴ δ’ ἐστίν, ἡ μὲν ἁμαξεύεσθαι δυναμένη διὰ μήκους πλείονος, ἡ διὰ Κεντρώνων, ἡ δὲ ὀρθία καὶ στενή, σύντομος δέ, ἡ διὰ τοῦ Ποινίνου. Τὸ δὲ Λούγδουνον ἐν μέσῳ τῆς χώρας ἐστὶν, ὥσπερ ἀκρόπολις, διά τε τὰς συμβολὰς τῶν ποταμῶν καὶ διὰ τὸ ἐγγὺς εἶναι πᾶσι τοῖς μέρεσι. Διόπερ καὶ Ἀγρίππας ἐντεῦθεν τὰς ὁδοὺς ἔτεμε, τὴν διὰ τῶν Κεμμένων ὀρῶν μέχρι Σαντόνων καὶ τῆς Ἀκυιτανίας, καὶ τὴν ἐπὶ τὸν Ῥῆνον, καὶ τρίτην τὴν ἐπὶ τὸν ὠκεανόν, τὴν πρὸς Βελλοάκοις καὶ Ἀμ<β>ιανοῖς, τετάρτη δ’ ἐστὶν ἐπὶ τὴν Ναρβωνῖτιν καὶ τὴν Μασσαλιωτικὴν παραλίαν. Ἔστι δὲ καὶ ἐν ἀριστερᾷ ἀφεῖσι τὸ Λούγδουνον καὶ τὴν ὑπερκειμένην χώραν ἐν αὐτῷ τῷ Ποινίνῳ πάλιν ἐκτροπὴ διαβάντι τὸν Ῥοδανὸν ἢ τὴν λίμνην τὴν Λημένναν εἰς τὰ Ἐλουηττίων πεδία, κἀντεῦθεν εἰς Σηκοανοὺς ὑπέρθεσις διὰ τοῦ Ἰόρα ὄρους καὶ εἰς Λίγγονας· διά τε τούτων ἐπ’ ἄμφω, καὶ ἐπὶ τὸν Ῥῆνον καὶ ἐπὶ τὸν ὠκεανὸν δίοδοι σχίζονται.

Parmi les cols qui permettent de passer d’Italie en Celtique transalpine et septentrionale figure celui qui, par le pays des Salasses, mène à Lyon. L’itinéraire est double : le premier, praticable par les chars sur la majeure partie, c’est celui des Ceutrons ; le second, étroit et raide mais court, c’est celui du Pénin. Lyon, au centre du pays, est comme une acropole, en raison du confluent des fleuves et de sa proximité avec toutes les parties du pays. C’est pourquoi aussi Agrippa a fait tracer les routes à partir de là : celle qui traverse le mont Cemmène [les Cévennes] et aboutit chez les Santons et en Aquitaine, celle du Rhin, celle de l’océan qui est la troisième et mène chez les Bellovaques et les Ambiens ; enfin il y en a une quatrième qui conduit vers la Narbonnaise et le littoral contrôlé par Marseille. Mais on peut aussi, en laissant à gauche Lyon et les territoires en amont de cette ville, bifurquer dans le Pénin même, traverser le Rhône ou le lac Léman pour gagner les plaines des Helvètes et de là, par un col qui franchit le Jura, atteindre le pays des Séquanes et des Lingons, où la route se divise en deux branches, l’une pour le Rhin l’autre pour l’océan.

  • 45 Thollard 2009, p. 66.

(Strabon, Géographie IV, 611 [C208])45

  • 46 O. Faure-Brac, « Les voies de communication à l’époque romaine dans le département du Rhône », CAG (...)

36Sur le réseau routier tracé au départ de Lyon, on se reportera à la synthèse qui en est proposée par O. Faure‑Brac46.

Fig. 12 – Les principales voies romaines de Gaule (d’après R. Chevallier, Les voies romaines, Paris, 1972, p. 182).

Fig. 12 – Les principales voies romaines de Gaule (d’après R. Chevallier, Les voies romaines, Paris, 1972, p. 182).

Références

L’auteur et l’ouvrage

Sur les géographes grecs, Pédech 1976. Sur Strabon, outre Duval 1971, n° 99, voir G. Aujac, Strabon et la science de son temps. Les sciences du monde, Paris, 1966 ; G. Aujac, « Strabon et son temps », in W. Hübner (dir.), Geographie und verwandte Wissenschaften, Stuttgart, 2000, p. 103‑139 ; M. Clavel‑Lévêque, « La Gaule et les Gaulois : pour une analyse de la construction de la Géographie de Strabon », DHA, 1974, p. 75‑93 ; Thollard 1984 ; G. Madolli (dir.), Strabone, contributi allo studio della personalità e dell’opera, Pérouse, 1984 et 1986, 2 vol. ; P. Thollard, Barbarie et civilisation chez Strabon : étude critique des livres III et IV de la Géographie, Besançon-Paris, 1987, avec une bibliographie importante ; Nicolet 1988, p. 93‑95 ; Goudineau 1989, p. 29 ; N. Dupré, « Les grands fleuves d’Hispanie et de Gaule dans la “Géographie” de Strabon », Caesarodunum 33‑34, 1999, p. 457‑471 ; D. Dueck, Strabo of Amasia : Greek Man of Letters in Augustan Rome, New York, 2000 ; D. Dueck, H. Lindsay, S. Pothecary (dir.), Strabo’s Cultural Geography : The Making of a Kolossourgia, Cambridge, 2005 ; Béal 2007 ; P. Thollard (pour la traduction et le commentaire), J.‑C. Golvin (pour l’illustration), Voyage avec Strabon. La Gaule retrouvée, Paris, 2011.

Éditions

Strabon, Géographie, t. II, livres III et IV, éd. F. Lasserre, CUF, Paris, 1966.

  • 47 Thollard 2009.

Voir aussi Müller, Dübner 1853‑1858, avec traduction latine ; Meineke 1877. P. Thollard47 ne garde pas le fil du texte de Strabon, mais le découpe en rubriques ; nous donnons en note la page où se trouve le passage ; il suit la version de Meineke, en la corrigeant à partir des manuscrits pour les noms propres que ce dernier avait tendance à « latiniser », écrivant par exemple Λίγηρ à la place de Λείγηρ. Nous avons adopté la même position que P. Thollard.

Sénèque, Apocoloquintose du divin Claude

Sénèque (Lucius Annaeus Seneca, ca 4 av. - 65 ap. J.‑C.), originaire de Cordoue, dramaturge et philosophe, fit une carrière d’avocat avant d’entrer au Sénat. En 41, accusé par Messaline, il tombe en disgrâce et est exilé en Corse, mais est rappelé en 49 après la mort de cette dernière et devient précepteur de Néron, avant l’accession de ce dernier à l’Empire, puis conseiller du jeune empereur. Plus tard, accusé de complicité dans la conjuration de Pison après avoir été progressivement écarté du pouvoir, il fut contraint au suicide.

37Le Jeu, Plaisanterie sur la mort de Claude (Ludus de morte Claudii), ou Apothéose satirique du divin Claude (Diui Claudii Apotheosis per satyram), connu depuis Dion Cassius sous le nom d’Apocoloquintose (Ἀποκολοκύντωσις), ou « Transformation en citrouille », publié en 54 ou 55, raconte de manière parodique la « divinisation » ou, en grec, l’« apothéose », de l’empereur après sa mort.

38Claude, divinisé, essaie de se faire admettre dans l’Olympe, siège des Immortels, où personne ne le connaît. Hercule est prêt à croire Claude lorsqu’il prétend venir d’Ilion/Troie. Mais la Fièvre, qui ne quitte jamais Claude (il passait pour être de constitution médiocre), vient pour rétablir la vérité.

9. Portrait‑charge de Claude

Iste, inquit, mera mendacia narrat. Ego tibi dico, quae cum illo tot annis uixi : Luguduni natus est. Munatii municipem uides. Quod tibi narro, ad sextum decimum lapidem natus est a Vienna, Gallus germanus. Itaque, quod Gallum facere oportebat, Romam cepit. Hunc ego tibi recipio Luguduni natum, ubi Licinus multis annis regnauit. Tu autem, qui plura loca calcasti quam ullus mulio perpetuarius, Lugudunenses scire debes et multa milia inter Xanthum et Rhodanum interesse.

Cet individu, dit‑elle, raconte de purs mensonges. Mais je te le dis, moi qui ai vécu tant d’années en sa compagnie, il est né à Lyon. Tu vois un concitoyen de Munatius. Je te l’affirme : il est né à seize milles de Vienne, c’est un vrai Gaulois. Aussi, ce qu’il fallait qu’un Gaulois fasse, il a pris Rome. Mais je te le garantis né à Lyon, où Licinus régna de nombreuses années. Mais toi, qui as foulé plus de lieux qu’un muletier de profession, tu dois connaître les Lyonnais et savoir qu’il y a bien des milles entre le Xanthe et le Rhône.

(Sénèque, Apocoloquintose VI, 1)

39Munatius est évidemment le fondateur de Lyon, L. Munatius Plancus, mais le texte qui nous est parvenu n’est pas sûr et il s’agit ici d’une restitution.

40Licinus est procurateur de Lyonnaise sous Auguste et, si l’on en croit Dion Cassius, Tite‑Live, Juvénal ou Martial, célèbre pour sa rapacité (39).

41Le Xanthe, ou Scamandre, est un fleuve de la région de Troie ; il en est fait ici mention parce que Claude, peu auparavant, prétendait arriver d’Ilion, allusion indirecte à l’origine troyenne de la gens Iulia, celle de Jules César et donc de la dynastie d’Auguste.

  • 48 Goudineau 1989, p. 30.

42Claude est un « vrai Gaulois » car Lyon appartient à la Gaule Chevelue, Gallia comata, alors que Vienne est à la limite de la Prouincia, romanisée depuis longtemps. La différence entre les deux pays persiste‑t‑elle encore au ier s. pour un Romain, ou bien n’est‑ce ici qu’un effet rhétorique forcé, destiné à rabaisser encore Claude ? Après tout Sénèque est lui‑même d’origine espagnole ! En tout cas, comme le relève C. Goudineau48, Claude est un Gallus germanus, ce dernier terme signifiant « authentique », mais faisant aussi jeu de mots : vrai Gaulois, mais aussi Germain, presque un barbare. Voir aussi 29.

Fig. 13 – Masque de Claude d’après l’original en bronze, redressé (photo mission archéologique française de Salamine de Chypre).

Fig. 13 – Masque de Claude d’après l’original en bronze, redressé (photo mission archéologique française de Salamine de Chypre).

43L’allusion à la prise de Rome renvoie à la prise de la ville par les Gaulois au début du ive s. av. J.‑C. Claude y fera référence dans son discours au Sénat (16), mais en tire des conclusions diamétralement opposées.

44Pour le compendium, voir les textes 6, 51.

10. Le site de Lyon

45Le passage qui suit est l’un des plus connus parmi ceux qui évoquent, dans la littérature antique, la topographie de Lyon.

Quae patria, quae gens mobile eduxit caput ?
Edissere. Equidem regna tergemini petens
Longinqua regis, unde ab Hesperio mari
Inachiam ad urbem nobile aduexi pecus,
Vidi duobus imminens fluuiis iugum,
Quod Phoebus ortu semper obuerso uidet,
Vbi Rhodanus ingens amne praerapido fluit
Ararque, dubitans quo suos cursus agat,
Tacitus quietis adluit ripas uadis :
Estne illa tellus spiritus altrix tui ?

Quelle patrie, quel peuple a produit ce chef branlant ?
Explique‑toi. Quand je me dirigeais vers le lointain royaume
Du roi au triple corps, lieux voisins de la mer d’Hespérie
D’où je ramenai ses illustres troupeaux vers la ville d’Inachus,
Je vis, dominant deux fleuves, un sommet
Que chaque jour Phébus regarde à son lever,
Là où le Rhône immense coule d’un flot rapide,
Et où la Saône, hésitant sur la direction à donner à son cours,
Sans bruit baigne ses rives d’une onde tranquille.
Est‑ce cette contrée qui fut la nourrice de ta vie ? 

(Sénèque, Apocoloquintose VII, 2)

46La « mer d’Hespérie » est ici l’Atlantique, la « ville d’Inachus » la ville grecque d’Argos, fondée par le héros éponyme Inachos ; le « roi au triple corps » est le triple Géryon, souverain de la mythique île Érythie, en Ibérie, à l’Extrême Occident, vaincu par Hercule, qui s’empara ainsi de son troupeau. Pour une tout autre utilisation du mythe de Géryon à propos de Lyon, voir 107.

  • 49 Goudineau 1989, p. 32.

47À propos de ce texte, C. Goudineau écrit : « Lyon, c’est avant tout un sommet qui domine les deux fleuves. Ce sommet est éclairé par le soleil levant, il se trouve donc à l’ouest dans l’organisation générale du paysage. Ce ne peut être, évidemment, que Fourvière49. »

48Ce passage est en tous cas à rapprocher d’un texte très postérieur, l’évocation poétique du site par l’écrivain chrétien Héric (179).

49Sur la Saône et sa lenteur devenue proverbiale, voir le commentaire des textes 1, 90, 179.

  • 50 Goudineau 1989, p. 31.

50Goudineau, qui étudie les deux extraits de Sénèque que nous présentons ici, fait remarquer à juste titre que l’évocation d’Hercule n’est probablement pas totalement gratuite et n’est pas non plus un simple topos littéraire, attesté dès Aristophane : Hercule est le dieu principal de Tibur, patrie de Plancus le fondateur50.

Références

L’auteur et l’ouvrage

Duval 1971, n° 117 ; P. Grimal, Sénèque ou la conscience de l’Empire, Paris, 1980 ; A.L. Motto, J.R. Clarke, Seneca. A critical bibliography 1900‑1980, Amsterdam, 1989 ; Chevallier, Poignault 1991. Sur l’Apocoloquintose, E. Cizek, « L’Apocoloquintose, pamphlet de l’aristocratie », Acta antiqua philippopolitana. Studia historica et philologica, 1963, p. 295‑303 ; K. Bringman, « Senecas Apocoloquintosis : Ein Forschungsbericht, 1985‑1982 », ANRW II/32/2, 1985, p. 885‑914 ; voir aussi la bibliographie proposée par M. Dubuisson dans son édition.

Éditions

Sénèque, L’Apocoloquintose du divin Claude, éd. R. Waltz, CUF, Paris, 1934 (réimpr., 2010).

Consulter aussi C.F. Russo, Ἀποκολοκύντωσις, éd. commentée en italien, Florence, 1961 (3e éd.) ; L. Annaeus Seneca Apocolocyntosis divi Claudii. Herausgegeben, übersetzt und kommentiert, éd. A.A. Lund, Heidelberg, 1994 ; M. Dubuisson, Sénèque – Apothéose satirique du divin Claude, traduction en ligne avec remarques critiques sur le texte, bcs.fltr.ucl.ac.be/Apo/apoco1.html, 1999.

Claude et Lyon à son époque (9)

Fabia 1908 ; Flobert 1968, sur le site de Lyon ; J.‑J. Hatt, « Claude et le dieu Lug », Mélanges d’archéologie et d’histoire ancienne lyonnaises à la mémoire d’Adrien Brühl, publié dans RAE 29, 1973, p. 465‑469 ; D. Fasolini, Aggiornamento bibliografico ed epigrafico ragionato sull’imperatore Claudio, Milan, 2006. Voir aussi Halfmann 1986, p. 172‑173, sur les séjours de Claude à Lyon ; Burnand, Le Bohec, Martin 1998, recueil dans lequel on trouvera plusieurs articles sur les rapports entre Lyon et l’empereur, en particulier : A. Desbat, « Colonia Copia Claudia Augusta Lugdunum : Lyon à l’époque claudienne », p. 407‑431, et H. Savay-Guerraz, « Le marché lyonnais de la pierre à l’époque claudienne : une mutation ? », p. 433‑447 ; P. Renucci, Claude, l’empereur inattendu, Paris, 2012.

Sénèque, Lettres à Lucilius

51Les cent vingt‑quatre Lettres à Lucilius (Ad Lucilium epistulae morales), réparties en vingt livres, ont été rédigées de l’été 63 à l’automne 64. Écrites pour un ami très proche, disciple de Sénèque, elles étaient dès l’origine destinées à la publication et à un public plus large.

52Dans la lettre qui suit, Sénèque évoque la tristesse d’un de leurs amis communs, Aébutius Libéralis, devant l’ampleur de l’incendie qui a frappé sa ville natale.

11. L’incendie de Lyon

Seneca Lucilio suo salutem.
Liberalis noster nunc tristis est nuntiato incendio, quo Lugdunensis colonia exusta est. Mouere hic casus quemlibet posset, nedum hominem patriae suae amantissimum. Quae res effecit ut firmitatem animi sui quaerat quam uidelicet ad ea quae timeri posse putabat, exercuit. Hoc uero tam inopinatum malum et paene inauditum non miror si sine metu fuit, cum esset sine exemplo : multas enim ciuitates incendium uexauit, nullam abstulit. Nam etiam ubi hostili manu in tecta ignis inmissus est, multis locis deficit et quamuis subinde excitetur, raro tamen sic cuncta depascitur, ut nihil ferro relinquat. Terrarum quoque uix umquam tam grauis et perniciosus fuit motus ut tota oppida euerteret. Numquam denique tam infestum ulli exarsit incendium ut nihil alteri superesset incendio. Tot pulcherrima opera, quae singula inlustrare urbes singulas possent, una nox strauit, et in tanta pace quantum ne bello quidem timeri potest, accidit. Quis hoc credat ? ubique armis quiescentibus, cum toto orbe terrarum diffusa securitas sit, Lugudunum, quod ostendebatur in Gallia, quaeritur. Omnibus fortuna quos publice afflixit, quod passuri erant timere permisit ; nulla res magna non aliquod habuit ruinae suae spatium : in hac una nox interfuit inter urbem maximam et nullam. Denique diutius illam tibi perisse quam perit narro. […]
Ciuitas arsit opulenta ornamentumque prouinciarum quibus et inserta erat et excepta, uni tamen inposita et huic non latissimo monti. […]
Haec ergo atque eiusmodi solacia admoueo Liberali nostro incredibili quodam patriae suae amore flagranti : quae fortasse consumpta est ut in melius excitaretur. Saepe maiori fortunae locum fecit iniuria : multa ceciderunt ut altius surgerent. […] In hac quoque urbe ueri simile est certaturos omnes ut maiora certioraque quam amisere restituant. Sint utinam diuturna et melioribus auspiciis in aeuum longius condita ! Nam huic coloniae ab origine sua centensimus annus est aetas ne homini quidem extrema. A Planco deducta in hanc frequentiam loci opportunitate conualuit ; quot tamen grauissimos casus intra spatium humanae <pertulit> senectutis !

Notre ami Libéralis est triste en ce moment, car il vient d’apprendre l’incendie qui a consumé entièrement la colonie de Lyon. Une telle catastrophe pourrait émouvoir tout un chacun, à plus forte raison un homme très attaché à sa patrie. Aussi cherche‑t‑il à retrouver une fermeté d’âme qu’il s’est forgée, seulement à vrai dire, contre les disgrâces qu’il envisageait comme possibles. Mais ce malheur si imprévu et presque inouï, je ne m’étonne pas qu’il ne l’ait pas redouté, puisqu’il était sans exemple ; en effet, des incendies ont endommagé de nombreuses cités, ils n’en ont fait disparaître aucune. Car même lorsque le feu a été mis aux habitations par la main de l’ennemi, il perd de sa force en plus d’une place, et on a beau l’attiser sans cesse, il dévore rarement tout au point de ne rien laisser au fer. On n’a guère vu non plus un tremblement de terre assez violent, assez destructeur pour renverser des villes entières. Jamais enfin un incendie ne brûla une ville avec un tel acharnement, au point de ne rien laisser à un second incendie. Tant de magnifiques monuments dont chacun aurait pu faire la gloire d’une ville, une nuit les a mis à bas et, dans une paix si profonde, un désastre est survenu, si grand qu’on ne saurait le craindre même en temps de guerre. Qui le croirait ? Dans le silence universel des armes, alors que la sécurité règne par toute la terre, on cherche la trace de Lyon, qui faisait l’orgueil de la Gaule. Tous ceux que la fortune a affligés publiquement ont pu craindre ce qu’ils allaient subir : il n’est rien de grand qui n’ait mis un certain temps avant de disparaître. Ici, une seule nuit a fait passer la ville de l’extrême opulence au néant. En un mot, je mets plus de temps à te conter sa disparition qu’elle n’en a mis à périr. […]
Le feu a détruit une cité opulente, ornement des provinces dans lesquelles elle était enclavée tout en s’en distinguant, et pourtant, elle n’était établie que sur un seul mont, de dimensions peu importantes de surcroît. […]
Voilà donc, entre autres discours, les consolations que je présente à notre Libéralis, qui porte à un degré de passion vraiment incroyable l’amour de sa patrie. Cette patrie n’a peut‑être été anéantie que pour se relever plus belle. […] À l’égard de la ville de Lyon, on peut de même présumer que tous seront piqués d’émulation pour la rétablir plus grande et mieux garantie qu’avant le désastre. Puissent‑ils faire un ouvrage durable, fondé sous de meilleurs auspices, pour un plus long avenir ! Car la colonie ne date que de cent ans, ce qui n’est pas, même pour un homme, un terme très reculé. Inaugurée par Plancus, elle s’était, grâce à son heureuse situation, développée et surpeuplée comme nous l’avons vu ; et malgré tout, en moins que l’espace d’une vie de vieillard, par quelle série d’accidents terribles elle a passé !

(Sénèque, Lettres à Lucilius XIV, 91, 1‑2, 10, 13‑14)

  • 51 Sur le personnage, Veyne 1993, p. 916, n. 1. Colonia 1733, p. 266‑268, repris par A. de Boissieu, (...)

53Aébutius Libéralis, destinataire de la lettre 91, était un chevalier romain d’origine lyonnaise, installé à Rome sous Néron, et ami personnel de Sénèque, qui lui a dédié son traité De beneficiis (62‑64)51.

  • 52 J. Pernetti, « Conjectures sur l’incendie de Lyon », 1761, repris par J.‑B. Montfalcon, Mélanges s (...)
  • 53 Fabia 1904 ; Goudineau 1989, p. 32‑33 ; R. Bedon, « Sénèque, Ad Lucilium, 91 : l’incendie de 64 à (...)
  • 54 Sablayrolles 1996, p. 436‑437. On pourrait rapprocher l’incendie de Lyon de celui de Bologne qui, (...)

54Sur l’incendie de Lyon, il faut bien avouer qu’on ne sait rien de sûr. On a même proposé de le mettre en rapport avec un très hypothétique séisme qui en aurait été la cause52. Mais tout le monde souligne que l’on n’a retrouvé jusqu’à présent par la fouille aucune trace archéologique assurée et que la description apocalyptique par Sénèque ne correspond pas nécessairement à la réalité, mais peut avoir été « forcée » : voir les commentaires de P. Fabia, C. Goudineau et R. Bedon, qui y voit « un exemplum sans valeur de témoignage, dans un but de démonstration à finalité morale »53. R. Sablayrolles le compare à celui de Rome et y voit lui aussi, comme d’autres incendies, un thème prisé des philosophes, le met également en rapport avec celui, un peu antérieur, de Bologne, rapporté par Tacite, dont les conséquences ont aussi été exagérées et dont on n’a pas non plus retrouvé de traces archéologiques54.

  • 55 De surcroît, si les manuscrits sont unanimes et portent Nam huic coloniae ab origine sua centensim (...)
  • 56 Sablayrolles 1996, p. 437.
  • 57 Fabia 1904, p. 12‑15 ; Audin 1979, p. 124 ; Goudineau 1989, p. 32.
  • 58 Mêmes conclusions dans Veyne 1993, p. 916, n. 1.

55La date exacte de cet incendie n’est d’ailleurs pas établie avec certitude, la chronologie des Lettres à Lucilius n’étant elle‑même pas totalement assurée55. On rejettera d’abord la date proposée par H. Goelzer, dans son commentaire aux Annales de Tacite (17), qui propose 58 : on ne comprend plus, alors, le sens de la lettre de Sénèque. Sablayrolles, sans argumenter, suggère août ou septembre 6456. P. Fabia date la catastrophe de la fin de 64 ou du début de 65 ; Audin choisit l’hiver 64‑65 ; Goudineau ne date pas l’incendie, mais la lettre (août 64), l’incendie étant alors nécessairement antérieur, même de peu57. Par ailleurs, d’une part, on s’accorde désormais à fixer la fin de la rédaction des Lettres à l’automne 64 ; d’autre part, l’incendie de Rome débute dans la nuit du 18 juillet 64. On en conclura que la catastrophe lyonnaise a suivi presque immédiatement celle de Rome, et on la placera entre le 18 juillet et la fin août 6458. La lettre de Sénèque aurait été ainsi rédigée sous le coup de l’événement, et l’argent versé par les Lyonnais pour Rome aurait eu à peine le temps de faire un aller‑retour. C’est un peu gênant, car Sénèque ne fait aucune allusion à l’incendie de Rome, autrement important, et dont Aébutius aurait pu être le témoin : il s’agit peut‑être de simple prudence, la rumeur publique impliquant l’empereur dans l’incendie de la Ville.

56Cet épisode a laissé une trace méconnue dans l’art local. En 1655, le peintre Thomas Blanchet fut engagé par le Consulat et l’archevêque pour la décoration de l’hôtel de ville de Lyon et, avec son associé Germain Panthot, exécuta une fresque dans le grand escalier d’honneur, « L’incendie de Lugdunum sous Néron ». C.‑F. Ménestrier, qui a imprimé sa marque à l’iconographie de l’édifice, donne une longue description du tableau dans la section finale de son ouvrage consacrée à l’hôtel de ville (Éloge historique de la ville de Lyon et sa grandeur consulaire sous les romains & sous nos rois, Lyon, 1669, p. 9‑13). La fresque, qui a partiellement survécu à l’incendie du 13 septembre 1674, a été restaurée au xixe siècle et plus récemment en 1973.

Fig. 14 – L’incendie de Lyon (gravure de J. Ravel, dans A. Audin, Lugdunum, Lyon, 1957, p. xxxii).

Fig. 14 – L’incendie de Lyon (gravure de J. Ravel, dans A. Audin, Lugdunum, Lyon, 1957, p. xxxii).

57Sur la qualification du site de Lyon comme mons, on peut lire ici même d’autres textes : 10, 99, 179. C’est l’un des fondements de l’étymologie traditionnelle du nom de Lugdunum, la « colline de Lug ».

Références

Éditions

Sénèque, Lettres à Lucilius, t. IV, livres XIV‑XVIII, éd. F. Préchac, H. Noblot, CUF, Paris, 1962.

P. Veyne a donné une édition de l’ensemble des lettres : Entretiens ; Lettres à Lucilius, Bouquins, Paris, 1993, avec traduction améliorée.

Pline l’Ancien, Histoire naturelle

Pline l’Ancien (Caius Plinius Secundus, dit Plinius Maior, 23‑79 ap. J.‑C.), de riche bourgeoisie équestre italienne originaire de Côme ou peut‑être Vérone, fut officier, occupa des postes de responsabilité dans les provinces (il fut procurateur de Narbonnaise en 70) et fut très proche de l’empereur Vespasien. Il mourut, comme on sait, à Stabies, lors de l’éruption du Vésuve qu’il voulait observer au plus près. Polygraphe abondant, ses ouvrages touchent à l’art militaire, à l’histoire (il servit de source à Tacite, mais son ouvrage est perdu) ou à la rhétorique : la liste nous en a été transmise dans une lettre de son neveu par adoption, Pline le Jeune.

58Les trente‑sept livres de l’Histoire naturelle, Histoires naturelles, Histoires de la nature (Historia Naturalis, Naturae Historiarum Libri) sont, en 77, dédiés à Titus, alors héritier du trône impérial. C’est le seul ouvrage de Pline qui nous soit parvenu. Il s’agit d’une sorte d’encyclopédie, une compilation qui ne concerne pas les seules « sciences naturelles » comme pourrait le faire croire le titre, mais qui touche à toutes les sciences, accompagnée d’une abondante « bibliographie ». Sa valeur scientifique est parfois sujette à caution, mais elle est en même temps une mine inépuisable de renseignements dans bien des domaines et elle exerça une très grande influence jusqu’à la fin du Moyen Âge.

59Au livre III, Pline, suivant la méthode des « périples » maritimes, entame la description de l’Europe depuis Gibraltar en suivant le littoral : il décrit ainsi la Narbonnaise, puis continue vers l’est jusqu’à la Grèce qu’il aborde au livre IV, puis l’Hellespont, d’où il repart vers l’ouest pour passer en revue les provinces de l’intérieur (par rapport à la Méditerranée), jusqu’à la Bretagne. Après une vue d’ensemble de la Gaule Chevelue, Gallia Comata, il donne une brève description de la Celtique.

12. Les peuples de la Lyonnaise

Gallia omnis Comata uno nomine appellata in tria populorum genera diuiditur, amnibus maxime distincta. A Scalde ad Sequanam Belgica, ab eo ad Garunnam Celtica eademque Lugdunensis, inde ad Pyrenaei montis excursum Aquatanica, Aremorica antea dicta. Vniuersam oram /̅X̅V̅I̅I̅/̅•̅L̅, Agrippa Galliarum inter Rhenum et Pyrenaeum atque oceanum ac montes Cebennam et Iures, quibus Narbonensem Galliam excludit, longitudinem C̅C̅C̅C̅X̅X̅, latitudinem C̅C̅C̅X̅V̅I̅I̅I̅ computauit. […]
Lugdunensis Gallia habet Lexouios, Veliocasses, Caletos, Venetos, Abrincatuos, Ossismos, flumen clarum Ligerem, sed paeninsulam spectatiorem excurrentem in oceanum a fine Ossismorum circuitu D̅C̅X̅X̅V̅, ceruice in latitudinem C̅X̅X̅X̅. Vltra eum Namnetes, intus autem Aedui foederati, Carnuteni foederati, Boi, Senones, Aulerci qui cognominantur Eburouices et qui Cenomani, Meldi liberi, Parisi, Tricasses, Andecaui, Viducasses, Bodiocasses, Venelli, Coriosuelites, Diablinti, Riedones, Turones, Atesui, Segusiaui liberi, in quorum agro colonia Lugudunum. […]
Est autem [magnitudo] ipsius Italiae, ut diximus, /̅X̅/̅•̅X̅X̅ ad Alpes, unde per Lugdunum et ad portum Morinorum Britannicum, qua uidetur mensuram agere Polybius, /̅X̅I̅/̅•̅L̅X̅V̅I̅I̅I̅I̅. Sed certior mensura ac longior ad occasum solis aestiui ostiumque Rheni per castra legionum Germaniae ab iisdem Alpibus derigitur, /̅X̅I̅I̅/̅•̅X̅L̅I̅I̅I̅.

L’ensemble de la Gaule désignée sous le nom général de Chevelue est divisé en trois groupes de peuples séparés principalement par des fleuves. De l’Escaut à la Seine, c’est la Belgique ; de ce fleuve à la Garonne, la Celtique ou Lyonnaise ; de là jusqu’à l’avancée de la chaîne des Pyrénées, c’est l’Aquitaine appelée auparavant Armorique. Agrippa a évalué la côte, au total, à 1 750 milles [ca 2 588 km] ; pour les Gaules, entre le Rhin et les Pyrénées ainsi qu’entre l’Océan et les monts Cévennes et Jura, qui font qu’il exclut la Narbonnaise, il a calculé une longueur de 420 [ca 621 km] et une largeur de 318 milles [ca 470 km].
En Gaule lyonnaise on trouve les Léxoviens, les Véliocasses, les Galètes, les Vénètes, les Abricatuens, les Ossismes, le célèbre fleuve Loire, mais aussi une péninsule assez remarquable qui s’avance dans l’océan depuis la limite du territoire des Ossismes. Son pourtour est de 625 milles [ca 924 km] et sa base est large de 125 milles [ca 185 km] ; au‑delà, les Namnètes, et, plus à l’intérieur, les Éduens (fédérés), les Carnutes (fédérés), les Boïens, les Sénons, les Aulerques – ceux qu’on surnomme les uns Éburovices, les autres Cénomans –, les Meldes libres, les Parisiens, les Tricasses, les Andécaves, les Viducasses, les Bodiocasses, les Vénelles, les Coriosvélites, les Diablintes, les Riédons, les Turons, les Atésuens (?), les Ségusiaves libres, sur le territoire desquels est située la colonie de Lyon.
La longueur de l’Italie elle‑même, comme nous l’avons dit, est de 1 020 milles [= ca 1 508 km] jusqu’aux Alpes ; des Alpes par Lyon jusqu’au port britannique des Morins, tracé suivant lequel, semble‑t‑il, Polybe a calculé ses mesures, 1 169 milles [ca 1 714 km] ; mais une mesure plus sûre et plus longue est prise depuis ces mêmes Alpes par le Camp des légions en Germanie vers le couchant d’été et les bouches du Rhin : 1 243 milles [= ca 1 838 km].

(Pline l’Ancien, Histoire naturelle IV, xvii [31] 105 ; IV, xviii [32] 107 ; IV, xxiii [37] 122)

  • 59 Silberman, Zehnacker 2015, commentaire p. 337.
  • 60 César, Guerre des Gaules I, 1.

60Le premier paragraphe donne un cadre général qui ne correspond pas, dans ses divisions territoriales, aux développements qui suivent : la Lyonnaise en particulier ne comprend qu’une partie des peuples établis entre Seine et Garonne, les autres étant attribués par Pline à l’Aquitaine (XIX, 33, 108‑109). En fait, Pline confond plusieurs états qui ont existé entre la Gaule d’avant la conquête et son époque59. Ce premier paragraphe renvoie à la division tripartite de la Gaule donnée par César au début de son ouvrage60.

  • 61 Silberman, Zehnacker 2015, commentaire p. 343.

61La péninsule dont il est question est la Bretagne, qui, à l’époque de Pline l’Ancien, fait partie de la Lyonnaise. La longueur de sa base correspond en gros à la distance entre l’embouchure de la Loire et le Mont‑Saint‑Michel61.

  • 62 P. Wuilleumier, L’administration de la Lyonnaise sous le Haut-Empire, Annales de l’université de L (...)
  • 63 Jullian 1920‑1926, vol. II (La Gaule indépendante), chapitre XIV, 9.
  • 64 César, Guerre des Gaules II, 34 ; III, 7, 4 ; V, 24, 2, avec renvoi à Desjardins 1893, vol. I, p.  (...)
  • 65 CIL XIII, 630 ; L. Maurin, M. Navarro Caballero, ILA‑Bordeaux, Paris, 2010, n° 136 : épitaphe de I (...)

62Pour les identifications des peuples, cf. P. Wuilleumier62, qui renvoie tantôt à une ville, tantôt à une région. La carte fig. 1 permettra de localiser, au moins approximativement, les différents peuples cités, qui se situent tous entre Seine et Loire. Les Atesui ne sont connus que par cette seule mention, mais il s’agit peut‑être de la corruption d’un nom qui apparaît dans d’autres sources. Pour C. Jullian63, Atesui ou Itesui doit se lire at ou i[tem] Esui : il les identifie aux Esuii ou Esubii de César64. Le Registre des Dignités connaît lui les Saii dont on a aussi une attestation épigraphique à Bordeaux65. Ce peuple aurait été installé dans le département actuel de l’Orne autour de Sées.

Fig. 15 – La Gaule sous le Haut-Empire : divisions administratives (dessin Y. Montmessin, MOM).

Fig. 15 – La Gaule sous le Haut-Empire : divisions administratives (dessin Y. Montmessin, MOM).
  • 66 Jacques 1990, p. 19‑29 ; Martin 1990, p. 171‑182.

63Pline ne dit rien de plus des rapports éventuels existant entre la colonie de Lugdunum et les Ségusiaves, dans un texte qui, comme souvent chez lui, est pour l’essentiel une énumération et non une description ou un historique. Les peuples fédérés sont ceux qui, ayant signé un traité les liant à Rome, gardaient leurs propres institutions ; les peuples dits libres voyaient leurs institutions garanties par une décision unilatérale des Romains66.

64Enfin, le Portus Morinorum Britannicus, le Port des Morins, en Gaule belgique, est Gesoriacum, Boulogne‑sur‑mer. Castra legionum Germaniae, le Camp des légions en Germanie, correspond peut‑être, sans que nous puissions en être sûrs, à la ville actuelle de Xanten, Vetera Castra, qui accueillit sous Auguste, comme Mayence, deux légions.

65On comparera cette présentation de la Gaule au Haut‑Empire avec des textes plus récents (66) : la Lyonnaise reste une province unique, avec, apparemment, d’après Pline, une seule colonie, Lyon.

Références

L’auteur et l’ouvrage

Outre les ouvrages mentionnés par H. Le Bonniec, Bibliographie de l’Histoire naturelle de Pline l’Ancien, Paris, 1946, et Duval 1989, n° 129, on se reportera à G. Serbat, « Pline l’Ancien : état présent des études sur sa vie, son œuvre et son influence », ANRW II/16/4, 1986, p. 2069‑2200 ; V. Naas, « Réflexions sur la méthode de travail de Pline l’Ancien », RPhil 70, 1996, p. 305‑332 ; V. Naas, Le projet encyclopédique de Pline l’Ancien, Rome, 2002. Sur la carrière de Pline, PIR VI, 1993, n° 493, p. 209‑213 ; H.‑G. Pflaum, Les fastes de la province de Narbonnaise, Paris, 1978, p. 112 ; Brill Online 2013, s.v. « Plinius 1 » [Sallmann].

Éditions

Pline l’Ancien, Histoire naturelle, livre IV, éd. A. Silberman, H. Zehnacker, CUF, Paris, 2015.

Voir aussi Pliny, Natural History. With an English translation, éd. H. Rackham, Loeb, Londres, 1942, vol. 2 (livres III‑VII). S. Schmitt vient de donner une traduction intégrale : Pline l’Ancien, Histoire naturelle, Bibliothèque de la Pléiade 593, Paris, 2013, avec introduction, bibliographie récente, commentaires et notes.

La géographie de Pline

R. French, F. Greenaway, Science in the Early Roman Empire. Pliny the Elder, his sources and influences, Londres, 1987 ; J. Pigeaud, J. Oroz Reta (dir.), Pline l’Ancien témoin de son temps. Conventus Pliniani Internationalis, Namneti 22‑26 Oct. habiti, Bibliotheca Salmanticensis 87, Nantes-Salamanque, 1987 ; S. Aupetitgendre-Siffert, « Pline l’Ancien et la géographie des confins », Euphrosyne 27, 1999, p. 281‑291 ; G. Traiana, « La géographie entre érudition et politique : Pline l’Ancien et les frontières de la connaissance du monde », in P. Le Roux, G. Cruz Andreotti, P. Moret (dir.), La invención de una geografía de la Península Ibérica = L’invention d’une géographie de la Péninsule ibérique, vol. 2, La época imperial = L’époque impériale, Madrid, 2007, p. 95‑114.

Flavius Josèphe, Histoire ancienne des Juifs

Flavius Josèphe (Joseph ben Matthias, Φλαούιος Ἰώσεπος), est un historien juif d’expression grecque, né vers 37‑38, mort sans doute après 100. Il appartenait à l’aristocratie sacerdotale de Jérusalem, sa mère prétendant avoir une ascendance royale. Après une mission à la cour impériale de Néron, il revient en 65 à Jérusalem, alors en pleine révolte. Le Sanhédrin lui confie contre son gré le commandement du district de Galilée. Vaincu et capturé par Vespasien (selon une tradition peu fiable, ses compagnons assiégés dans une grotte se suicidèrent mais Josèphe fut l’un des deux survivants) dont il devient le protégé, il le suit à Rome et est fait citoyen romain sous le nom de Titus Flauius Iosephus.

66Flavius Josèphe est l’auteur, peut‑être à la demande de Vespasien lui-même, des sept livres de la Guerre des Juifs (Περὶ τοῦ Ἰουδαικοῦ πολέμου), écrits d’abord en araméen, puis traduits en grec (c’est la seule version qui nous est parvenue), publiés en 79, où il adopte le point de vue des vainqueurs. Cette prise de position lui vaut d’être parfois encore considéré comme un traître, un collaborateur. Suit l’Histoire ancienne des Juifs ou les Antiquités Judaïques (Ἰουδαικὴ ἀρχαιολογία), vingt livres consacrés à l’histoire du peuple hébreu depuis les origines, publiés entre 93 et 96. Cet ouvrage a été traduit en latin par Cassiodore (Magnus Aurelius Cassiodorus Senator, 487‑583 environ). Son pamphlet, Contre Apion (le titre grec exact Περὶ τῆς τῶν Ἰουδαίων ἀρχαιότητος), est une réponse aux détracteurs de son dernier ouvrage.

67Caligula a octroyé à Hérode Agrippa la royauté ; Hérodiade, sœur de ce dernier, jalouse de cet honneur, pousse son époux le tétrarque Hérode Antipas à se rendre à Rome pour obtenir aussi ce titre. Dans le même temps, Hérode Agrippa dépêche auprès de l’empereur son affranchi Fortunat avec une lettre d’accusation. L’entrevue se situe en 39 ap. J.‑C., à Rome si l’on en croit Zonaras, qui, par ailleurs, ne précise pas le lieu d’exil d’Hérode.

13. Un roi en exil

  • 67 Nous avons corrigé l’édition Loeb, νομίσαι, en suivant Niese 1861, p. 185, en νομίσας.

Γάιος δὲ ἅμα τε προσαγορεύων τὸν Ἡρώδην, πρῶτον δὲ αὐτῷ ἐνετύγχανεν, ἅμα τε τοῦ Ἀγρίππου τὰς ἐπιστολὰς ἐπιὼν ἐπὶ κατηγορίᾳ τῇ ἐκείνου συγκειμένας, κατηγόρει δὲ αὐτοῦ ὁμολογίαν πρὸς Σηιανὸν κατὰ τῆς Τιβερίου ἀρχῆς καὶ πρὸς Ἀρτάβανον τὸν Πάρθον ἐπὶ τοῦ παρόντος κατὰ τῆς Γαΐου ἀρχῆς, παράδειγμά τε ἦν αὐτῷ τοῦ λόγου μυριάσιν ἑπτὰ ὁπλιτῶν ἀρκέσουσα κατασκευὴ ἐν ταῖς Ἡρώδου ὁπλοθήκαις ἀποκειμένη, ἐκινεῖτό τε ὑπὸ τῶν εἰρημένων καὶ ἤρετο τὸν Ἡρώδην, εἰ ἀληθὴς ὁ περὶ τῶν ὅπλων λόγος. Tοῦ δέ, οὐ γὰρ ἦν ἕτερα εἰπεῖν διὰ τὸ ἀντιφθέγξασθαι τὴν ἀλήθειαν, εἰπόντος εἶναι τὰ ὅπλα, πιστὰ ἡγούμενος εἶναι τὰ ἐπὶ τῇ ἀποστάσει κατηγορούμενα, τὴν τετραρχίαν ἀφελόμενος αὐτὸν προσθήκην τῇ Ἀγρίππου βασιλείᾳ ποιεῖται καὶ τὰ χρήματα ὁμοίως τῷ Ἀγρίππᾳ δίδωσιν, αὐτὸν δὲ φυγῇ ἀιδίῳ ἐζημίωσεν ἀποδείξας οἰκητήριον αὐτοῦ Λούγδουνον πόλιν τῆς Γαλλίας. Ἡρωδιάδα δὲ μαθὼν Ἀγρίππου ἀδελφὴν οὖσαν τά τε χρήματα ἐδίδου ὁπόσα ἐκείνῃ ἰδίᾳ ἦν καὶ τοῦ μὴ κοινωνεῖν νομίσας67 τῷ ἀνδρὶ τῆς συμφορᾶς τεῖχος αὐτῇ τὸν ἀδελφὸν ἔλεγεν. Ἡ δέ « ἀλλὰ σὺ μέν, αὐτόκρατορ, εἶπεν, μεγαλοφρόνως τε καὶ ἀξιώματι τῷ σαυτοῦ πρεπόντως τάδε λέγεις, κώλυμα δέ μοί ἐστιν χρῆσθαί σου τῇ χάριτι τῆς δωρεᾶς εὔνοια ἡ πρὸς τὸν γεγαμηκότα, οὗ κοινωνόν με τῆς εὐδαιμονίας γενομένην οὐ δίκαιον ἐγκαταλιπεῖν τὸ ἐπὶ ταῖς τύχαις καθεσταμένον. » Ὁ δὲ ὀργῇ τοῦ μεγαλόφρονος αὐτὴν ποιησάμενος συνήλαυνεν καὶ αὐτὴν τῷ Ἡρώδῃ καὶ τὴν οὐσίαν αὐτῆς τῷ Ἀγρίππᾳ δίδωσιν. Ἡρωδιάδι μὲν δὴ φθόνου τοῦ πρὸς τὸν ἀδελφὸν καὶ Ἡρώδῃ γυναικείων ἀκροασαμένῳ κουφολογιῶν δίκην ταύτην ἐπετίμησεν ὁ θεός.

Tout en s’adressant à Hérode qu’il recevait le premier, Caligula parcourait les lettres d’Agrippa qui renfermaient une accusation contre Hérode : Agrippa l’accusait de complicité avec Séjan contre le pouvoir de Tibère et, pour le présent, avec Artaban le Parthe contre le pouvoir de Caligula. La preuve de cette affirmation résidait selon lui dans l’équipement, suffisant pour soixante‑dix mille fantassins, entreposé dans les arsenaux d’Hérode ; bouleversé par ces révélations, Caligula demanda à Hérode si ce qu’on disait des armes était vrai. Hérode répondit par l’affirmative sur l’existence des armes, car il lui était impossible de dire autre chose, sauf à contredire la vérité ; Caligula, pensant que les accusations de rébellion étaient fondées, lui retira sa tétrarchie qu’il ajouta au royaume d’Agrippa, à qui il donna également sa fortune ; il condamna Hérode à un exil perpétuel, lui assignant comme résidence Lyon, une ville de Gaule. Ayant appris qu’Hérodiade était la sœur d’Agrippa, il lui rendit tous les biens qui lui appartenaient en propre et, tout en ne la croyant pas complice de son époux, il lui déclara que son frère lui était un rempart contre le malheur. Mais elle répondit : « Prince, tes paroles sont d’une âme élevée et conviennent à ta dignité ; mais l’amour que j’ai pour mon mari m’interdit de profiter de ce cadeau bienveillant ; il serait injuste, après avoir partagé son bonheur, de l’abandonner quand il tombe dans le malheur. » Mis en colère par cette grandeur d’âme, Caligula la fit exiler, elle aussi, avec Hérode ; et il donna sa fortune à Agrippa. Tel fut le châtiment que Dieu infligea à Hérodiade pour la jalousie qu’elle portait à son frère, et à Hérode pour avoir écouté des bavardages de femme.

(Flavius Josèphe, Histoire ancienne des Juifs XVIII, 250‑255)

68Agrippa Ier ou Hérode Agrippa Ier (10 av. - 44 ap. J.‑C., régna à partir de 38), petit‑fils d’Hérode le Grand, fils d’Aristobule, vécut toute sa jeunesse à la cour impériale, ce qui explique sa proximité avec Tibère puis Caligula. Tétrarque de Batanée en 37, il succède à Hérode Antipas en Galilée en 39, puis accroît ses possessions en Palestine en 41, par la faveur de Claude ; il meurt en 43 ou 44 à Césarée, peut‑être empoisonné.

69Hérode Antipas II ou Hérode Antipater (21 av. ‑ 39 ap. J.‑C.) est un des fils d’Hérode le Grand. Il avait épousé en secondes noces sa nièce Hérodiade, causant un énorme scandale. Elle était en effet aussi sa belle‑sœur puisqu’elle avait épousé en premières noces un autre des fils d’Hérode le Grand, Hérode Philippe, dont elle avait eu une fille, Salomé, bien connue pour avoir obtenu la tête de Jean‑Baptiste.

Fig. 16 – Stemma de la famille des Hérodiens (Y. Montmessin, MOM).

Fig. 16 – Stemma de la famille des Hérodiens (Y. Montmessin, MOM).

70Josèphe, dans un passage de La guerre des Juifs qui ne mentionne pas Lyon, écrit que le roi est mort en exil en Espagne.

Τούτοις ἀναπεισθεὶς Ἡρώδης ἧκεν πρὸς Γάιον, ὑφ’ οὗ τῆς πλεονεξίας ἐπιτιμᾶται φυγῇ εἰς Ἱσπανίαν· ἠκολούθησεν γὰρ αὐτῷ κατήγορος Ἀγρίππας, ᾧ καὶ τὴν τετραρχίαν τὴν ἐκείνου προσέθηκεν Γάιος. Καὶ Ἡρώδης μὲν ἐν Ἱσπανίᾳ συμφυγούσης αὐτῷ καὶ τῆς γυναικὸς τελευτᾷ.

Cédant à ses instances, Hérode se rendit près de Caligula, qui le punit de sa cupidité en l’exilant en Espagne, car Agrippa l’avait suivi pour l’accuser. Caligula lui offrit en outre la tétrarchie d’Hérode. Hérode mourut en Espagne, où sa femme l’avait suivi dans son exil.

  • 68 Édition d’A. Pelletier, Paris, CUF, 1980 (réimpr., 2009).

(Flavius Josèphe, La guerre des Juifs II, 183‑184)68

  • 69 B. Niese, Flauii Josephi opera VI, Berlin, 1894, p. 190.
  • 70 P. Aupert et al., Saint-Bertrand-de-Comminges : Lugdunum Conuenarum, la cité des Convènes, GAF 33, (...)

71On a pensé à une confusion avec Lugdunum Convenarum, c’est-à-dire Saint-Bertrand-de-Comminges, tout proche de l’Espagne. L’édition de Niese69 corrige en effet en Γαλλία les leçons Ἱ(σ)πανία des manuscrits. P. Aupert70 évoque en ces termes l’exil d’Hérode ainsi que des traditions locales qui y sont liées : « Si au regard de l’histoire l’événement n’est qu’anecdotique, il a pris en Comminges une dimension mythique, engendrant plusieurs légendes relatives au tombeau d’Hérode ou à la mort de Salomé, noyée dans un étang glacé. »

72La présence d’Hérode à Lugdunum est mentionnée dans la Chronique pascale (131) et chez d’autres auteurs, comme Georges le Syncelle (145). Cet exil – à Lyon à moins que ce fût à Saint Bertrand de Comminges, à Vienne ou en Espagne – est trop souvent évoqué, de manière particulièrement succincte, pour que nous donnions tous les textes, d’autant qu’il n’a aucun fondement historique sûr. On en trouvera d’autres exemples avec les textes 181, 200, 203, auxquels on ajoutera deux courts extraits.

Paschase Radbert (Paschasius Radbertus, ca 790‑865), Commentaire sur l’Évangile de Mathieu :

  • 71 C. de Boor (éd.), Chronographia tripertita. Theophanis Chronographia II, Leipzig, 1885, p. 64. B.  (...)

Postea iusto Dei iudicio in Lugdunum exilio deportatus est quae Galliarum est ciuitas.
Ensuite, par un équitable jugement de Dieu, il est envoyé en exil à Lyon, qui est une cité des Gaules71.

Anastase le Bibliothécaire (ca 815‑880), Chronographie tripartite :

Herodes autem, apud Lugdunum Galliae ciuitatem exilio relegatus extrema egestate una cum Herodiade adultera moritur.
Quant à Hérode, envoyé en exil à Lyon cité de Gaule, il meurt avec son épouse adultère Hérodiade dans une extrême pauvreté.

  • 72 G. Bardy, Eusèbe de Césarée, Histoire ecclésiastique, SC, Paris, 1952, livre I, 11, 3‑4, p. 37.

On complétera avec un témoignage indirect, celui d’Eusèbe de Césarée72 :

Ἱστορεῖ δὲ καὶ τὸν Ἡρῴδην τῆς βασιλείας ἀποπεπτωκέναι διὰ τὴν αὐτὴν Ἡρῳδιάδα, μεθ’ ἧς αὐτὸν καὶ εἰς τὴν ὑπερορίαν ἀπεληλάσθαι, Βίενναν τῆς Γαλλίας πόλιν οἰκεῖν καταδικασθέντα.
Il [Flavius Josèphe] raconte aussi qu’Hérode fut déchu de sa royauté à cause de la même Hérodiade avec laquelle il fut exilé et condamné à résider dans la ville de Vienne en Gaule.

  • 73 Flavius Josèphe, Histoire ancienne des Juifs XVII, 344 ; Guerre des Juifs II, 111. Cette confusion (...)
  • 74 Bède, Chronica maiora ad A. DCCXXV, MGH Auct. Ant. Chronica minora III, Berlin, 1898, p. 278‑283 ; (...)

73Manifestement Eusèbe mêle ici deux événements : l’exil d’Hérode Antipas et celui d’Archélaos (ou Hérode Archélaos, 23 av. - 18 ap. J.‑C.), qu’Auguste avait relégué en 6 de notre ère à Vienne, où il serait mort73. Les chroniqueurs reproduiront cette hésitation sur le lieu d’exil, en fonction de leur source : Bède indique l’Espagne ; Adon le fait mourir en Espagne après un séjour à Vienne ; Nicéphore Calliste opte en revanche pour un exil à Vienne74.

  • 75 Marianus Scot, éd. G. Waitz, MGH Script V, p. 514.
  • 76 F. Lucius Dexter, PL 31, 1846, col. 82.

74D’autres, comme Marianus Scot, choisiront l’Espagne : Fugiensque in Hispaniam cum Herodiade, merore periit, « et fuyant en Espagne, il y mourut de consomption »75. L’épisode est même repris dans un faux répertorié dans la Patrologie de Migne, une Chronique attribuée à l’historien de la fin du ive s., Chronicon omnimodae historiae, composée en réalité par l’espagnol G. Roman de la Higuera (1538‑1611), qui pousse la confusion à son extrême en mentionnant, pour la même année 34, et la Gaule et l’Espagne et en remplaçant Lyon par Ilerda (actuelle Lerida de Catalogne). Herodes Antipas cum Herodiade pellice incesta, tota Iudaea pulsus, primum ad Gallias, deinde Ilerdae in Hispania exsulat, ibique infeliciter moritur, « Hérode Antipas, chassé de toute la Judée avec Hérodiade sa maîtresse incestueuse, est exilé d’abord en Gaule, puis à Ilerda en Espagne, où il meurt dans le malheur »76.

  • 77 Maynard 1922, p. 127.
  • 78 Paradin 1573, p. 20‑21.
  • 79 Desbat 2018.

75Cet épisode, pourtant douteux, a laissé aussi des traces dans la toponymie lyonnaise : L. Maynard77 signale qu’« une tradition voulait que les deux soient morts à Lyon et aient été enterrés à Vaise, rue des Deux‑Amants où se trouvait un tombeau ancien », découvert en 1408 ; cette tradition apparaît déjà chez l’un des premiers historiens de Lyon, Guillaume Paradin de Cuyseaux (1510‑1590)78, qui mentionne « Hérode Antipas et sa paillarde Hérodias » en se référant à Pierre le Mangeur ou Pierre de Poitiers (199). Cette tradition perdure chez les érudits et historiens lyonnais postérieurs. Le monument fut détruit en 1707, car il gênait la circulation et menaçait ruine. On considère actuellement que le monument était plutôt un laraire de carrefour, dépourvu d’inscription79.

Fig. 17 – « Veüe du Sépulcre des deux Amans, à Lyon, le 2 fév. 1619 » (dessin É. Martellange ; source Gallica.bnf.fr / BnF, gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6937519p/f1.item).

Fig. 17 – « Veüe du Sépulcre des deux Amans, à Lyon, le 2 fév. 1619 » (dessin É. Martellange ; source Gallica.bnf.fr / BnF, gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6937519p/f1.item).
  • 80 G. Flaubert, Hérodias, Paris, 1877, chap. II.
  • 81 L.‑M. Pérenon, Pilate, une tragédie lyonnaise, Lyon, 1827 ; sur l’auteur, voir la postface.

76On retrouve même, dans l’Hérodias de Flaubert, l’épisode de l’arsenal secret d’Hérode et une discrète allusion à son exil lyonnais80. Cet épisode nourrira aussi la scène lyonnaise avec la pièce d’un auteur bien oublié, L.‑M. Pérenon81, dans laquelle Hérode prononce ces quelques mots : « (La scène se passe à Lyon, au château de Pilate, placé sur le penchant de la colline, non loin des bords de la Saône ; des bois et des prairies paraissent aux environs et forment la plus riante perspective : acte II, scène 2) : “Que j’aime mieux ici voir serpenter la Saône, / Et jouir de la paix non loin du lit du Rhône ! / Ce confluent redit, rappelle à des amans, / Qu’il faut, jusqu’au tombeau vivre en amans constans” ».

Références

L’auteur et l’ouvrage

Duval 1989, n° 132 ; M. Hadas-Lebel, Flavius Josèphe, le Juif de Rome, Paris, 1989 ; M. Hadas-Lebel, Jérusalem contre Rome, Paris, 1990 ; D. Lamour, Flavius Josèphe, Paris, 2000. Sur la situation en Orient à l’époque, M. Sartre, L’Orient romain, Paris, 1991.

Éditions

Flavius Josèphe, Jewish Antiquities, vol. IX, livres XVIII‑XX, éd. L.M. Feldman, Loeb, Cambridge-Londres, 1965.

Voir aussi, G. Dindorf, Flavii Josephi opera, graece et latine, Paris, 1845‑1849 ; B. Niese, Flavii Josephi opera, livres I‑VII, Berlin, 1887‑1895. L’Histoire ancienne des Juifs est en cours de réédition en français dans la CUF. On peut lire une traduction de l’œuvre complète de Josèphe dans Histoire des Juifs ; La guerre des Juifs ; Autobiographie, textes traduits sur l’original grec par A. d’Andilly en 1744, adaptés en français moderne par J.A.C. Buchon, Paris, 1968 (réimpr., 2008).

Les premiers établissements juifs en Gaule

B. Blumenkranz, « Les premières implantations de Juifs en France : du ier au début du ve siècle », CRAI, 1969, p. 162 ; sur cet épisode, Jullian 1920‑1926, vol. IV, p. 161, n. 7 ; H. Crouzel, « Le lieu d’exil d’Hérode Antipas selon Flavius Josèphe », Studia Patristica 10, 1970, p. 275‑280 ; H. Crouzel, « L’exil d’Hérode Antipas et d’Hérodiade à Lugdunum Convenarum (Saint-Bertrand-de-Comminges) », BLE 72, 1971, p. 224‑225 ; L. Hermann, « Hérodiade », REJ 132, 1973, p. 49‑63.

Le « tombeau des deux amants »

J. Spon, Recherche des antiquités et curiosités de la ville de Lyon, ancienne colonie des Romains et capitale de la Gaule celtique, Lyon, 1673 (nouvelle édition, 1857), p. 133‑134 ; Colonia 1728, p. 287‑291 ; Allmer, Dissard 1888‑1893, vol. II, p. 316‑317 ; D. Fellague, « Les mausolées de Lugdunum », in C. Goudineau (dir.), Rites funéraires à Lugdunum, Paris, 2009, p. 125‑128, avec des gravures anciennes du monument.

Tacite, Annales

La vie de l’historien latin Tacite (Publius Cornelius Tacitus), est mal connue. On pense qu’il est né entre 55 et 58, probablement à cette dernière date si l’on en croit les fragments de ce qui est très vraisemblablement son épitaphe (CIL VI, 1574 = 41106 ; AE, 1995, 92 ; AE, 2000, 160 ; voir Birley 2000). Il serait originaire d’Italie du Nord, ou de Gaule narbonnaise (de Vaison‑la‑Romaine, d’après R. Syme) voire de Belgique (selon P. Grimal), et il serait mort entre 120 et 125. Sa famille paternelle appartenait sans doute à l’ordre équestre, mais sa mère était peut‑être de famille sénatoriale. Il mena une carrière à la fois militaire, judiciaire et administrative : sénateur au temps de Domitien, il fut consul suffect sous Nerva et proconsul d’Asie entre 112 et 114.

77Les Annales (Annales, le titre n’est pas de Tacite, le titre original est peut‑être Ab excessu diui Augusti, Après la mort du divin Auguste), sont le récit, publié entre 115 et 117, mais que Tacite n’a sans doute pas achevé et qui nous est parvenu incomplet, des événements qui vont de 14 (mort d’Auguste) à 68 (mort de Néron). Il comportait à l’origine entre seize et dix‑huit livres.

  • 82 Tacite, Annales III, 42.
  • 83 Tacite, Annales III, 43‑46.

78C’est sous le principat de Tibère, en 21 de notre ère, qu’éclata en Gaule une rébellion dirigée par le chef éduen Julius Sacrovir (sans doute originaire d’Autun) et le Trévire Julius Florus. L’épisode ci‑dessous concerne le début de la révolte : les deux peuples qui se sont soulevés, les Andécaves et les Turons, n’ont pas attendu que la sédition soit complètement organisée, ce qui explique la présence, dans les rangs des Romains, de Sacrovir qui feint de se comporter en fidèle sujet de Rome pour démentir les soupçons et qui combat ses propres amis. Tacite rapporte l’échec de Julius Florus dans sa tentative de soulèvement, sa défaite face à Julius Indus ainsi que son suicide dans les Ardennes82 ; quant à Sacrovir, après s’être emparé d’Autun et avoir pris en otages les enfants de la noblesse éduenne qui étudiaient dans les écoles, alors fameuses, de cette cité, il fut vaincu à Autun et se donna la mort dans une maison de campagne où il s’était réfugié83.

14. La révolte de Sacrovir

Eodem anno Galliarum ciuitates ob magnitudinem aeris alieni rebellionem coeptauere, cuius exstimulator acerrimus inter Treueros Iulius Florus, apud Aeduos Iulius Sacrouir ; nobilitas ambobus et maiorum bona facta eoque Romana ciuitas olim data, cum id rarum nec nisi uirtuti pretium esset. […]
Haud ferme ulla ciuitas intacta seminibus eius motus fuit ; sed erupere primi Andecaui ac Turoni. Quorum Andecauos Acilius Auola, legatus, excita cohorte quae Lugduni praesidium agitabat, coercuit ; Turoni legionario milite quem Viselius Varro, inferioris Germaniae legatus, miserat oppressi eodem Auiola duce et quibusdam Galliarum primoribus, qui tulere auxilium, quo dissimularent defectionem magisque in tempore efferrent. Spectatus et Sacrouir, intecto capite, pugnam pro Romanis ciens, ostentandae, ut ferebat, uirtutis ; sed captiui, ne incesseretur telis, adgnoscendum se praebuisse arguebant.

La même année, les cités des Gaules, en raison du poids de leurs dettes, tentèrent une rébellion dont le plus ardent instigateur parmi les Trévires fut Julius Florus et, chez les Éduens, Julius Sacrovir ; tous deux étaient de noble naissance et issus d’aïeux à qui leurs actes valeureux avaient valu jadis le droit de cité romaine, récompense rare naguère et réservée au seul mérite. […]
Presque aucune cité ne resta indemne des germes de cette agitation ; mais les premiers à se soulever furent les Andécaves et les Turons. Le légat Acilius Aviola envoya la cohorte qui tenait garnison à Lyon et réprima les Andécaves. Les Turons furent écrasés par les légionnaires que Viselius Varron, le légat de Germanie inférieure, avait envoyés sous les ordres du même Aviola et de certains chefs gaulois qui lui apportèrent leur aide afin de dissimuler leur défection et de la rendre plus efficace au moment opportun. On vit même Sacrovir, tête nue, animer le combat du côté romain, afin de bien montrer, disait‑il, son courage ; mais les prisonniers l’accusaient de s’être montré reconnaissable afin de se mettre à l’abri des traits.

(Tacite, Annales III, 40‑41)

79Les Andécaves et les Turons sont deux peuples gaulois des régions d’Angers et de Tours.

  • 84 Pline l’Ancien, Histoire naturelle VII, 173 ; Valère Maxime, Faits et dits mémorables VIII, 12.
  • 85 PIR2, 1933, n° 047 et 049.

80Acilius Aviola : ce personnage, mal connu, mentionné ici comme gouverneur de la Lyonnaise, est probablement le même que le consulaire Aviola, cité par Pline l’Ancien et Valère Maxime84 ; il est sans doute à identifier au sénateur proche de Claude connu pour l’année 41, Ἀουιόλας συγκλητικός et père de M. Acilius Aviola, consul en 54 puis proconsul d’Asie85.

  • 86 Flavius Josèphe, Guerre des Juifs II, 16, 4.
  • 87 CIL XIII, 1499.
  • 88 Y. Le Bohec, « Coh. XVII Lugdvnensis ad monetam », Latomus 56/4, 1997, p. 811‑818, repris dans L’a (...)
  • 89 Fabia 1906, p. 99‑100.

81Le principal intérêt du texte est la mention de la présumée cohorte de Lyon et du rôle qu’elle aurait joué dans la répression de cette révolte. Une troupe de 1 200 hommes, selon Flavius Josèphe86, était stationnée en Gaule (chiffre contesté par H. Freis qui évalue l’effectif d’une cohorte urbaine à 500 hommes) : sa fonction était d’assurer la stabilité de la Gaule, et surtout de protéger l’hôtel de la monnaie (d’où son appellation épigraphique « Cohors Lugduniensis Ad monetam »)87, de fournir le personnel du gouverneur et des procurateurs impériaux. Selon Y. Le Bohec88, il faut comprendre la formule ad monetam comme une simple localisation « à proximité de l’atelier monétaire » et non comme la mention d’une fonction, à laquelle ces soldats d’élite n’étaient pas destinés. Pendant le premier siècle séjournèrent successivement la 13e, puis, peut‑être sous Claude ou peu avant, la 17e cohorte urbaine ; lui succéda la 18e ou la 13e (les chercheurs ne s’accordent pas sur ce point), qui resta jusqu’en 69. Tel était du moins le schéma adopté jusqu’alors. Mais les récentes découvertes épigraphiques et les études sur l’histoire du iie s. remettent en cause ce schéma : à l’époque de la révolte de Sacrovir, nous n’aurions eu affaire qu’à une unité auxiliaire. C’est seulement sous Caligula ou Claude qu’aurait été basée une cohorte, la 14e, à laquelle aurait succédé la 17e, puis la 18e. De manière plus générale, Le Bohec avance l’hypothèse que les cohortes urbaines en province sont de création plus récente qu’on ne le supposait jusqu’alors. La participation de la garnison de Lyon à la répression des Andécaves et des Turons n’est donc pas assurée ; il s’agirait d’un corps auxiliaire, qui n’a d’ailleurs peut‑être pas participé à la bataille contre Sacrovir. Le silence de Tacite sur ce point ne permet que des conjectures ; selon Fabia89, il paraît plus raisonnable de considérer qu’elle est revenue à Lyon aussitôt après l’écrasement des Andécaves et des Turons, où elle est restée pour surveiller la ville et intervenir ailleurs en cas de besoin.

82Ultérieurement, Vespasien fit venir la 1re cohorte Flauia Vrbana qui permuta (vers 88 ?) avec la 13e cohorte venue de Carthage, laquelle resta jusqu’en 197 et se joignit à Albin ; après la défaite de ce dernier, Septime Sévère la remplaça par quatre détachements pris dans les légions du Rhin : la 1re Minervia, la 8e Augusta, la 22e Primigenia, et la 30e Vlpia Victrix, qui restèrent en place durant tout le iiie s. La documentation concernant la garnison de Lyon ne permet pas de dire ce qu’elle devint au‑delà du iie s.

15. Discours de Claude au Sénat

83L’extrait qui suit est la réécriture par Tacite du discours effectivement prononcé par Claude en 48 (probablement avant le 23 août 48, selon J. Carcopino), et dont la Table claudienne du Musée de la civilisation gallo‑romaine de Lyon nous a conservé en partie l’original ; la Table aurait été gravée après sa mort en 55.

A. Vitellio, L. Vipstano consulibus, cum de supplendo senatu agitaretur primoresque Galliae quae Comata appellatur, foedera et ciuitatem Romanam iam pridem adsecuti, ius adipiscendorum in Vrbe honorum expeterent, multus ea super re uariusque rumor. Et studiis diuersis apud principem certabatur, adseuerantium non adeo aegram Italiam ut senatum suppeditare urbi suae nequiret. […]
His atque talibus haud permotus princeps et statim contra disseruit et, uocato senatu, ita exorsus est : « Maiores mei, quorum antiquissimus Clausus, origine Sabina, simul in ciuitatem Romanam et in familias patriciorum adscitus est, hortantur uti paribus consiliis <ad> rem publicam capessendam, transferendo huc quod usquam egregium fuerit. Neque enim ignoro Iulios Alba, Coruncanios Camerio, Porcios Tusculo et, ne uetera scrutemur, Etruria Lucaniaque et omni Italia in senatum accitos, postremo ipsam ad Alpes promotam, ut non modo singuli uiritim, sed terrae, gentes in nomen nostrum coalescerent. Tunc solida domi quies ; et aduersus externa floruimus, cum Transpadani in ciuitatem recepti, cum, specie deductarum per orbem terrae legionum, additis prouincialium ualidissimis, fesso imperio subuentum est. Num paenitet Balbos ex Hispania nec minus insignes uiros e Gallia Narbonensi transiuisse ? Manent posteri eorum nec amore in hanc patriam nobis concedunt. Quid aliud exitio Lacedaemoniis et Atheniensibus fuit, quamquam armis pollerent, nisi quod uictos pro alienigenis arcebant ? At conditor nostri, Romulus, tantum sapientia ualuit ut plerosque populos eodem die hostes, dein ciues habuerit. Aduenae in nos regnauerunt ; libertinorum filiis magistratus mandare non, ut plerique falluntur, repens, sed priori populo factitatum est. At cum Senonibus pugnauimus ; scilicet Vulsci et Aequi numquam aduersam nobis aciem instruxere. Capti a Gallis sumus ; sed et Tuscis obsides dedimus et Samnitium iugum subiimus. Ac tamen, si cuncta bella recenseas, nullum breuiore spatio quam aduersus Gallos confectum. Continua inde ac fida pax. Iam moribus, artibus, adfinitatibus nostris mixti, aurum et opes suas inferant potius quam separati habeant. Omnia, patres conscripti, quae nunc uetustissima creduntur, noua fuere : plebei magistratus post patricios, Latini post plebeios, ceterarum Italiae gentium post Latinos. Inueterascet hoc quoque, et, quod hodie exemplis tuemur, inter exempla erit. »
Orationem principis secuto patrum consulto, primi Aedui senatorum in Vrbe ius adepti sunt. Datum id foederi antiquo et quia soli Gallorum fraternitatis nomen cum populo Romano usurpant.

Sous le consulat d’A. Vitellius et de L. Vipstanus, comme il était question de compléter le Sénat et que les notables de la Gaule appelée Chevelue, depuis longtemps bénéficiaires de traités et de la citoyenneté romaine, sollicitaient le droit de parvenir aux honneurs dans la Ville, on tint sur cette question des propos nombreux et variés. Et des passions contraires s’affrontaient devant le prince : certains soutenaient que l’Italie n’était pas malade au point de ne pouvoir fournir un sénat à sa capitale. […] [Tacite développe ensuite l’argument qui vient d’être énoncé.]
Ces propos et d’autres semblables n’ébranlèrent pas le prince, qui les réfuta aussitôt et qui, ayant convoqué le Sénat, commença ainsi : « Mes ancêtres, dont le plus ancien, Clausus, originaire de la Sabine, fut admis en même temps au droit de cité romaine et au rang des familles patriciennes, m’exhortent à prendre des mesures semblables pour l’administration de l’État, en transférant ici ce qu’il a pu y avoir quelque part d’excellent. En effet, je n’ignore pas que les Julii sont venus d’Albe, les Coruncanii de Camerium, les Porcii de Tusculum et, sans fouiller les temps anciens, que d’Étrurie, de Lucanie, et de l’Italie entière nous avons fait venir des sénateurs, qu’enfin les bornes de cette contrée elle‑même furent portées jusqu’aux Alpes, pour que non seulement des individus à titre personnel, mais des pays, des nations se fondissent dans notre peuple. Alors la paix fut solide à l’intérieur ; et nous eûmes face à l’étranger une situation florissante, quand les Transpadans reçurent le droit de cité, quand, grâce au déploiement de nos légions dans tout l’univers, par l’admission des provinciaux les plus puissants, il fut remédié à l’affaiblissement de l’Empire. Regrette‑t‑on que d’Espagne les Balbi, de Gaule narbonnaise des hommes non moins distingués aient passé chez nous ? Leur postérité demeure et son amour pour cette patrie ne le cède pas au nôtre. Quelle autre cause perdit les Lacédémoniens et les Athéniens, malgré leur puissance militaire, sinon qu’ils écartaient les vaincus en raison de leur condition d’étrangers ? Au contraire, le fondateur de notre État, Romulus, fit preuve d’une telle sagesse que bien des peuples, le même jour, il les eut pour ennemis, puis pour concitoyens. Des étrangers ont régné sur nous ; des fils d’affranchis ont accès aux magistratures, non pas, comme bien des gens le croient à tort, par une innovation récente, mais selon une pratique fréquente antérieurement de notre peuple. Mais, dira‑t‑on, nous avons combattu contre les Sénons ; apparemment les Volsques et les Èques n’ont jamais aligné d’armée contre nous ! Nous avons été pris par les Gaulois ; mais nous avons donné des otages aux Étrusques et sommes passés sous le joug des Samnites. Et pourtant, si l’on passe en revue toutes les guerres, nulle ne fut achevée dans un laps de temps plus bref que celle des Gaules. Depuis lors, ce fut une paix continue et fidèle. Déjà intégrés à nous par les mœurs, les arts, les alliances familiales, qu’ils nous apportent aussi leur or et leurs richesses, plutôt que de les conserver pour eux. Toutes les institutions, pères conscrits, que l’on croit maintenant très anciennes, ont été un jour des nouveautés : les plébéiens admis aux magistratures après les patriciens, les Latins après les plébéiens, les autres nations de l’Italie après les Latins. Celle‑là vieillira également, et ce que nous appuyons aujourd’hui par des exemples passera au nombre des exemples. »
Le discours du prince fut suivi d’un sénatus‑consulte, et les Éduens furent les premiers à obtenir s le droit de siéger au Sénat dans la Ville. Cette faveur fut accordée à l’ancienneté de leur alliance et au fait que, seuls parmi les Gaulois, ils portent le titre de frères du peuple romain.

(Tacite, Annales XI, 23‑24)

84Il ne nous a pas paru indispensable de commenter en détail un texte qui a donné lieu à une abondante littérature, et nous nous contenterons donc ici de préciser un certain nombre de points, sans viser à l’exhaustivité.

85Les noms des différents peuples d’Italie que cite Claude et avec lesquels les Romains eurent des démêlés renvoient à un passé lointain, aux temps de la Royauté (enlèvement des Sabines, règne des Tarquins), ou aux débuts de la République (Porsenna et les Étrusques, les Fourches Caudines et les Samnites) : l’empereur Claude est aussi un érudit, homme de lettres et historien.

86Les familles que mentionne Claude sont plus ou moins célèbres : César appartient à la gens Iulia, Caton est un Porcius ; T. Coruncanius fut le premier pontife plébéien.

  • 90 Sur la question du droit de cité au début de l’Empire, se reporter à Jacques, Scheid 1998, p. 210‑ (...)

87La question du droit de cité (ciuitas) et ici, plus précisément du ius adipiscendorum in Vrbe honorum, le droit d’accès aux magistratures à Rome, a provoqué, dans l’histoire de Rome, des crises graves : l’octroi de ce droit à des Gaulois, à la suite de la demande de Claude, se fera, en revanche, sans drame. On peut rappeler ici quelques faits qui permettent de mieux comprendre l’argumentation de l’empereur. Après la Guerre Sociale (91‑88), les alliés italiens purent, à leur demande, obtenir le droit de cité romain (lex Plautia Papiria de 89), les Cisalpins obtenant le droit latin (lex Pompeia). En mars 49 (lex Roscia), la ciuitas romaine était étendue à toute la Cisalpine. C’est la Constitutio Antoniniana, « Constitution Antonine » de Caracalla (212), qui marquera l’aboutissement du processus engagé : tous les habitants libres de l’Empire ont, en principe, le droit de cité romain90.

88Le célèbre discours de Claude, réécrit par Tacite, est gravé sur la Table claudienne que nous reproduisons ici dans le texte et la traduction de F. Bérard, révisée d’après celles d’Allmer et Dissard et de P. Fabia.

16. La Table claudienne de Lyon

col. 1

                                                                                        …[sum]-
mae rerum no[strarum] sit u[tile]…
Equidem primam omnium illam cogitationem hominum, quam
maxime primam occursuram mihi prouideo, deprecor, ne
quasi nouam istam rem introduci exhorrescatis, sed illa
potius cogitetis, quam multa in hac ciuitate nouata sint, et
quidem statim ab origine urbis nostrae, in quod formas
statusque res p(ublica) nostra diducta sit.

Quondam reges hanc tenuere urbem, nec tamen domesticis succes-
soribus eam tradere contigit. Superuenere alieni et quidam exter-
ni, ut Numa Romulosuccesserit ex Sabinis ueniens, uicinus qui-
dem, sed tunc externus ; ut Anco Martio Priscus Tarquinius. [Is]
propter temeratum sanguinem, quod patre Demaratho C[o]-
rinthio natus erat et Tarquiniensi matre generosa, sed inopi,
ut quae tali marito necesse habuerit succumbere, cum domi re-
pelleretur a gerendis honoribus, postquam Romam migravit,
regnum adeptus est. Huic quoque et filio nepotiue eius, nam et
hoc inter auctores discrepat, insertus Seruius Tullius, si nostros
sequimur, captiua natus Ocresia ; si Tuscos, Caeli quondam Vi-
uennae sodalis fidelissimus omnisque eius casus comes, post-
quam uaria fortuna exactus cum omnibus reliquis Caeliani
exercitus Etruria excessit, montem Caelium occupauit et a duce suo
Caelio ita appellitauit, mutatoque nomine, nam Tusce Mastarna
ei nomen erat, ita appellatus est, ut dixi, et regnum summa cum rei
p[ublicae] utilitate optinuit. Deinde, postquam Tarquini Superbi mores in-
uisi ciuitati nostrae esse coeperunt, qua ipsius qua filiorum ei[us],
nempe pertaesum est mentes regni, et ad consules, annuos magis-
tratus, administratio rei p(ublicae) translata est.

Quid nunc commemorem dictaturae hoc ipso consulari impe-
rium ualentius, repertum apud maiores nostros, quo in a[s]-
perioribus bellis aut in ciuili motu difficiliore uterentur ?
aut in auxilium plebis creatos tribunos plebei ? Quid a consu-
libus ad decemuiros translatum imperium, solutoque postea
decemuirali regno ad consules rusus reditum ? Quid in [pl]u-
ris distributum consulare imperium tribunosque mi[litu]m
consulari imperio appellatos, qui seni et saepe octoni crearen-
tur ? Quid communicatos postremo cum plebe honores, non imperi
solum, sed sacerdotiorum quoque ? Iam si narrem bella, a quibus
coeperint maiores nostri, et quo processerimus, uereor, ne nimio
insolentior esse uidear et quaesisse iactationem gloriae pro-
lati imperi ultra Oceanum. Sed illoc potius reuertar. Ciuitatem

col. 2

                                                                          …..[p]otest.
Sane nouo m[ore] et Diuus Aug[ustus] [au]onc[ulus] meus et patruus Ti(berius).
Caesar omnem florem ubique coloniarum ac municipiorum bo-
norum scilicet uirorum et locupletium, in hac curia esse uoluit.
Quid ergo ? non Italicus senator prouinciali potior est ? Iam
uobis cum hanc partem censurae meae adprobare coepero, quid
de ea re sentiam, rebus ostendam. Sed ne prouinciales quidem,
si modo ornare curiam poterint, reiciendos puto.
Ornatissima ecce colonia ualentissimaque Viennensium quam
longo iam tempore senatores huic curiae confert ! Ex qua colo-
nia inter paucos equestris ordinis ornamentum, L. Vestinum, fa-
miliarissime diligo et hodieque in rebus meis detineo ; cuius libe-
ri fruantur, quaeso, primo sacerdotiorum gradu, postmodo cum
annis promoturi dignitatis suae incrementa. Ut dirum nomen la-
tronis taceam, et odi illud palaestricum prodigium, quod ante in do-
mum consulatum intulit, quam colonia sua solidum ciuitatis Roma-
nae beneficium consecuta est. Idem de fratre eius possum dicere,
miserabili quidem indignissimoque hoc casu, ut uobis utilis
senator esse non possit.

Tempus est iam, Ti. Caesar Germanice, detegere te patribus conscriptis,
quo tendat oratio tua : iam enim ad extremos fines Galliae Nar-
bonensis uenisti.

Tot ecce insignes iuuenes, quot intueor, non magis sunt paenitendi
senatores, quam paenitet Persicum, nobilissimum uirum, ami-
cum meum, inter imagines maiorum suorum Allobrogici no-
men legere. Quod si haec ita esse consentitis, quid ultra desidera-
tis, quam ut uobis digito demonstrem solum ipsum ultra fines
prouinciae Narbonensis iam uobis senatores mittere, quando
ex Lugduno habere nos nostri ordinis uiros non paenitet ?
Timide quidem, p(atres) c(onscripti), egressus adsuetos familiaresque uobis pro-
vinciarum terminos sum ; sed destricte iam Comatae Galliae
causa agenda est. In qua si quis hoc intuetur, quod bello per de-
cem annos exercuerunt Diuom Iulium, idem opponat centum
annorum immobilem fidem obsequiumque multis trepidis re-
bus nostris plusquam expertum. Illi patri meo Druso Germaniam
subigenti tutam quiete sua securamque a tergo pacem praes-
titerunt, et quidem cum a(d) census nouo tum opere et inadsue-
to Gallis ad bellum avocatus esset. Quod opus quam ar-
duum sit nobis, nunc cum maxime, quamuis nihil ultra, quam
ut publice notae sint facultates nostrae, exquiratur, nimis
magno experimento cognoscimus.

col. 1

… soit utile à notre intérêt général…
Pour moi, quant à cette première objection que, je le prévois, on va surtout me faire, ne vous laissez pas effrayer par l’introduction de cette mesure, comme si elle était entièrement nouvelle, mais considérez plutôt combien de changements ont eu lieu dans cette cité et par combien de formes et de régimes, depuis la fondation même de la ville, notre république a successivement passé.
Autrefois des rois ont gouverné cette ville, et pourtant il ne leur a pas été donné de transmettre le pouvoir à des successeurs de leur maison. Après eux sont venus des gens d’une autre famille, et parfois même des étrangers : ainsi à Romulus a succédé Numa, du pays des Sabins, un voisin sans doute, mais alors un étranger. Ainsi également à Ancus Marcius a succédé Tarquin l’Ancien : comme ce dernier était, dans sa patrie, exclu de la carrière des honneurs, à cause de l’impureté de son sang, car il était né d’un père corinthien, Démarathe, et d’une mère d’une grande famille de Tarquinies, mais pauvre, puisqu’elle fut réduite à subir un tel mari, il émigra à Rome et s’y empara du trône. Et aussi entre ce prince et son fils, ou son petit‑fils, car les auteurs varient sur ce point, s’est inséré Servius Tullius, qui était, selon nos historiens, fils d’une captive nommée Ocrésia, mais, si nous suivons les Étrusques, l’ami le plus fidèle de Caelius Vivenna et le compagnon de toute son aventure : après que, chassé par l’inconstance de la fortune, il eut quitté l’Étrurie avec tous les restes de l’armée de Caelius, il occupa le mont Caelius, et l’appela ainsi du nom de son chef Caelius, et, ayant lui‑même changé de nom, car son nom était en étrusque Mastarna, il fut appelé comme je l’ai dit, et occupa le trône pour le plus grand bien de l’État. Ensuite, le caractère de Tarquin le Superbe étant devenu odieux à notre cité, aussi bien le sien que celui de ses fils, les esprits semblent s’être dégoûtés de la monarchie et l’administration de l’État passa à des magistrats annuels, les consuls.
Pourquoi rappellerais‑je maintenant la dictature, ce pouvoir plus puissant que le pouvoir consulaire lui‑même, que nos ancêtres ont inventé pour pouvoir s’en servir dans des guerres particulièrement dures ou dans un mouvement social particulièrement difficile ? ou les tribuns de la plèbe créés pour venir en aide à la plèbe ? pourquoi rappellerais‑je le transfert du pouvoir des consuls aux décemvirs, puis son retour aux consuls après l’abolition de la tyrannie des décemvirs ? la division du pouvoir consulaire entre des magistrats plus nombreux appelés tribuns militaires à pouvoir consulaire, qui furent créés au nombre de six et souvent de huit ? Rappellerais‑je enfin le partage des honneurs avec la plèbe, non seulement ceux du pouvoir suprême, mais aussi ceux des sacerdoces ? À présent, si je racontais toutes les guerres, celles par lesquelles ont commencé nos ancêtres et jusqu’où nous avons progressé, je craindrais de paraître trop orgueilleux et de chercher à afficher la gloire d’avoir étendu notre empire au‑delà de l’Océan. Mais je vais revenir plutôt à mon sujet. La citoyenneté (ou la cité)…

col. 2

… Assurément c’est par un usage nouveau que le Divin Auguste, mon grand‑oncle, et mon oncle Tibère César ont voulu que dans tout l’Empire la fleur des colonies et des municipes, je veux dire des honnêtes gens et des plus aisés, soit dans cette curie. Quoi donc ? un sénateur italien n’est‑il pas préférable à un provincial ? Bientôt, quand je commencerai à vous faire approuver cette partie de ma censure, je vous montrerai concrètement ce que je pense sur ce point ; mais je considère qu’il ne faut pas rejeter même les gens des provinces, du moment qu’ils peuvent faire honneur au Sénat.
Voici la très honorable et très puissante colonie des Viennois ; comme il y a longtemps déjà qu’elle envoie des sénateurs à cette assemblée ! De cette colonie vient Lucius Vestinus, une des quelques illustrations de l’ordre équestre, pour qui j’ai une affection toute particulière et qu’encore aujourd’hui je retiens au service de mes affaires : que ses fils bénéficient, je vous prie, du premier degré des sacerdoces, afin que par la suite, avec les années, ils poussent plus haut l’avancement de leur dignité. Passons sur le nom de ce brigand : il est de mauvais augure et je hais ce prodige de palestre, qui a introduit le consulat dans sa famille avant que sa colonie eût obtenu le bénéfice complet du droit de cité romaine. Autant puis‑je en dire de son frère, qui est assurément bien à plaindre et ne méritait absolument pas ce malheur, qui fait de lui un sénateur désormais inutile pour vous.
Il est temps maintenant, Tibère César Germanicus, de dévoiler aux pères conscrits quel est le but de ton discours ; car tu es désormais arrivé aux limites extrêmes de la Gaule Narbonnaise.
Voyez ces jeunes gens distingués sur qui je pose mes regards, tous tant qu’ils sont ; nous n’avons pas plus à regretter de les avoir comme sénateurs que nous ne regrettons que mon ami Persicus, qui appartient à la plus haute noblesse, lise parmi les portraits de ses ancêtres le nom de vainqueur des Allobroges. Et si vous êtes d’accord avec moi sur ce point, que désirez‑vous de plus, sinon que je vous montre du doigt que le sol lui‑même au-delà des limites de la province de Narbonnaise vous envoie déjà des sénateurs, puisque nous n’avons pas à regretter d’avoir des membres de notre assemblée qui sont originaires de Lyon. Ce n’est certes pas sans crainte, Pères Conscrits, que j’ai dépassé les limites provinciales qui vous sont habituelles et familières ; mais il faut à présent plaider avec détermination la cause de la Gaule Chevelue. À ce propos, si on rappelle que les Gaulois ont donné du mal au dieu César en lui faisant la guerre pendant dix ans, il faut pareillement mettre en regard une fidélité invariable pendant cent ans et une obéissance plus qu’éprouvée dans mille circonstances préoccupantes pour nous.
À mon père Drusus qui soumettait la Germanie, ils ont assuré sur ses arrières la sécurité d’une paix garantie par leur propre tranquillité, et ce, alors même que cette guerre l’avait détourné des opérations du recensement, à cette époque nouvelles et inhabituelles pour les Gaulois. Or la difficulté de ces opérations, bien que l’enquête n’ait d’autre objet que de dresser officiellement l’état de nos ressources, l’expérience ne nous l’apprend que trop, tout particulièrement en ce moment.

89Le court texte qui suit est à rapprocher de celui, plus développé, de Sénèque, 11.

Fig. 18 – La Table claudienne (© Lugdunum, musée & théâtres romains, photo J.‑M. Degueule, C. Thioc).

Fig. 18 – La Table claudienne (© Lugdunum, musée & théâtres romains, photo J.‑M. Degueule, C. Thioc).

17. Néron au secours de Lyon après l’incendie

Cladem Lugdunensem quadragies sestertio solatus est princeps, ut amissa urbi reponerent ; quam pecuniam Lugdunenses ante obtulerant Vrbis casibus.

Le prince soulagea le désastre de Lyon avec quatre millions de sesterces pour relever les ruines de la ville ; c’est la même somme que les Lyonnais avaient offerte auparavant pour les malheurs de Rome.

(Tacite, Annales XVI, 13)

90Le malheur de Rome auquel fait allusion Tacite est l’incendie de juillet 64. Pour le commentaire, on se reportera à la lettre de Sénèque, 11.

Fig. 19 – Néron (© Lyon MBA, photo A. Basset).

Fig. 19 – Néron (© Lyon MBA, photo A. Basset).

Références

L’auteur et l’ouvrage

Duval 1971, n° 137 ; R. Syme, Tacitus, Oxford, 1958 ; P. Grimal, Tacite, Paris, 1990 ; Birley 2000 ; O. Devillers, Tacite et les sources des Annales. Enquêtes sur la méthode historique, Bibliothèque d’études classiques 36, Louvain, 2003 ; A.J. Woodman (dir.), The Cambridge Companion to Tacitus, Cambridge, 2009, avec une bibliographie très anglo‑saxonne.

Éditions

Tacite, Annales, éd. P. Wuilleumier, CUF, Paris, 1974-1978, revue et corrigée par J. Hellegouarc’h et H. Le Bonniec, 1990-1996.

Consulter aussi Heubner 1992 ; Wellesley 1989, texte latin seul ; Grimal 1990, traduction française seule, avec introduction et notes.

La garnison de Lyon (14)

Fabia 1918 ; H. Freis, Die Cohortes urbanae, Epigraphische Studien 2, Cologne-Graz, 1967 ; Rougé 1980, p. 228 ; F. Bérard, « Le rôle des cohortes urbaines », MEFRA 100, 1988, p. 159‑182 ; F. Bérard, « La garnison de Lyon à l’époque julio‑claudienne », in Y. Le Bohec (dir.), Militaires romains en Gaule civile, Lyon 1991, Lyon, 1993, p. 9‑19 ; F. Bérard, « La cohorte urbaine de Lyon : une unité à part dans la Rangordnung ? », in Y. Le Bohec (dir.), La hiérarchie (Rangordnung) de l’armée romaine sous le Haut‑Empire. Actes du congrès de Lyon (15‑18 septembre 1994), Paris, 1995, p. 373‑382 ; F. Bérard, « La garnison de Lyon et l’officium du gouverneur de Lyonnaise », in G. Alföldy, B. Dobson, W. Eck (dir.), Heer, Kaiser und Gesellschaft in der Römischen Kaiserzeit. Gedenkschrift für Eric Birley, Stuttgart, 2000, p. 279‑305 ; F. Bérard, L’armée romaine à Lyon, BEFAR 370, Rome, 2015.

La révolte (14)

Fabia 1906 ; S.L. Dyson, « Native revolt patterns in the Roman Empire », ANRW II/3, 1975, p. 152‑161 ; Lewuillon 1975, surtout p. 513‑515 ; L. Bessone, « La sollevazione gallica del 21 d.C. Floro e Sacroviro. Proposta per una interpretazione », Numismatica e antichità classiche 7, 1978, p. 143‑162. Sur Julius Florus, RE X, 1918, col. 589, n° 237 [Stein] ; sur Julius Sacrovir, RE X, 1918, col. 796‑798, n° 452 [Stein].

La Table claudienne (15)

Sur l’histoire de sa découverte et sa signification historique : édition commentée de P. Fabia, La Table claudienne de Lyon, Lyon, 1929, dont nous reprenons le texte, et article de J. Carcopino, « La Table claudienne de Lyon », JSav, 1930, p. 69‑81 et 116‑128. Plus récemment, P. Sage, « La Table claudienne et le style de l’empereur Claude. Essai de réhabilitation », REL 58, 1980, p. 274‑312 ; C. Briquel, « Claude érudit et empereur », CRAI, 1988, p. 217‑232 ; B. Levick, Claudius, New Haven, 1990 (traduction française I. Cogitore, Paris, 2002, en particulier p. 213‑227) ; F. Bérard, « Claude, empereur né à Lyon », in H. Savay-Guerraz (dir.), Rencontres en Gaule romaine, Genève, 2005, p. 39‑43, donne une traduction révisée que nous adoptons ici. Voir aussi la bande dessinée de R. Vargiolu, M.‑F. Goyet, Sophie et les secrets de la Table claudienne. Comprendre la science avec du chocolat, Lyon, 2012.

Le laboratoire de tribologie de l’École centrale de Lyon a étudié la manière dont cette Table claudienne avait été gravée et on peut voir les résultats des recherches dans une vidéo intitulée « Autour de la Table claudienne », www.dailymotion.com/video/xdc5tl, par L. Juppé, production Universcience, 2010.

Les Viennois (16)

Sur les Viennois évoqués par Claude, Julius Vestinus et surtout Valérius Asiaticus, on se reportera à PIR V, 1983, n° 25 ; RE VIIA/2, 1948, col. 2341‑2345, s.v. « Valerius 106 » [Weinand] ; I. Cogitore, « Valérius Asiaticus, le plus romain des Allobroges », in J.‑P. Jospin (dir.), Allobroges. Gaulois et Romains du Rhône aux Alpes, de l’indépendance à la période romaine (4e siècle av. J.‑C. ‑ 2e siècle apr. J.‑C.), Gollion, 2002, p. 68‑71 ; Rémy, Kaiser 2005, p. 25‑32.

Tacite, Histoires

91Les Histoires (Historiae, le titre, ici encore, n’est pas de Tacite lui‑même), qui comportaient entre douze et quatorze livres dont nous n’avons que les quatre premiers et le début du cinquième, sont publiées après 98. L’ouvrage traite des années 69 à 96, soit de la période qui suivit la mort de Néron jusqu’à celle de Domitien.

92Le livre I commence au 1er janvier 69 et le début du livre V relate des événements de l’année 70 ; autrement dit, les cinq premiers livres couvrent « l’année des quatre empereurs » et le tout début du règne de Vespasien. Tacite y retrace les événements qui se déroulent à Rome après la mort de Néron, en particulier l’impopularité grandissante de Galba, proclamé empereur par le Sénat en juin 68, sa mort et l’accession d’Othon à l’Empire, le 15 janvier 69. C’est dans ce contexte qu’arrive à Rome la nouvelle de la révolte de Vitellius, légat de Germanie inférieure, acclamé par ses troupes le 9 janvier 69. Dans le passage qui précède cet extrait, Tacite analyse les motifs du soulèvement de ces légions rhénanes, qui ont maté la sédition de Vindex en mai 68. Elles n’acceptent pas le choix d’Othon et souhaitent repartir au combat sous le commandement de Vitellius. Dans ce climat de guerre civile, les Lyonnais sont d’abord restés fidèles à Néron, au contraire de Vienne qui se rallie d’abord à Vindex, puis à Galba.

18. Les rumeurs de la ville

Accessit callide uolgatum, temere creditum, decimari legiones et promptissimum quemque centurionum dimitti. Vndique atroces nuntii, sinistra ex Vrbe fama ; infensa Lugdunensis colonia et pertinaci pro Nerone fide fecunda rumoribus ; sed plurima ad fingendum credendumque materies in ipsis castris, odio, metu et, ubi uires suas respexerant, securitate.

S’ajouta une rumeur adroitement répandue et accréditée à la légère selon laquelle on décimerait les légions et on congédierait les centurions les plus déterminés. De toutes parts arrivaient des nouvelles alarmantes ; des bruits sinistres venaient de Rome ; la colonie de Lyon, hostile à Galba et d’une fidélité indéfectible à Néron, était fertile en rumeurs ; mais le mensonge et la crédulité s’alimentaient surtout, dans les cantonnements mêmes, de la haine, de la crainte et, quand les soldats considéraient leurs forces, du sentiment de leur sécurité.

(Tacite, Histoires I, 51)

  • 91 Suétone, Galba XII, 1.
  • 92 Plutarque, Galba XVIII, 1 ; XXII‑XXIII ; Suétone, Galba XVI.

93Le don impérial fait après l’incendie de la ville (17) n’est sans doute pas étranger à la fidélité de Lyon envers Néron. Suétone91 rappelle par ailleurs la détestable réputation de cruauté et d’avarice qui précédait Galba. Ce dernier avait puni des cités d’Espagne et des Gaules, qu’il avait jugées trop lentes à se rallier à sa cause, par des amendes exorbitantes, des condamnations à mort, la démolition des remparts. On peut conclure que la haine des Lyonnais s’explique par une ou plusieurs de ces raisons ; n’ayant pas pris parti pour la révolte de Vindex, Lyon se trouvait parmi les cités qui ne bénéficièrent pas des largesses de Galba en guise de remerciement, bien au contraire (20). Plutarque et Suétone92 exposent en détails les rumeurs dont il est question dans le texte de Tacite : le mécontentement des légions de Germanie provient essentiellement du fait qu’elles estiment avoir été lésées après la victoire qu’elles ont remportée sur les troupes de Vindex, qu’elles venaient d’écraser à Besançon en mai 68.

19. Le parti de Vitellius

Accessere partibus Valerius Asiaticus, Belgicae prouinciae legatus, quem mox Vitellius generum adsciuit, et Iunius Blaesus, Lugdunensis Galliae rector cum Italica legione et ala Tauriana Lugduni tendentibus.

[Les partisans d’Othon et Vitellius se déclarent.] Au parti [de Vitellius] se rallièrent Valérius Asiaticus, légat de la province de Belgique, que Vitellius prit bientôt pour gendre, Junius Blaesus, gouverneur de la Gaule lyonnaise, avec la légion Italica et l’aile de cavalerie Tauriana, cantonnées à Lyon.

(Tacite, Histoires I, 59)

  • 93 Voir Lucas 2016, textes 17 et 21, avec bibliographie.
  • 94 Tacite, Histoires IV, 4 ; cf. PIR III, 1943, n° 26 ; RE II, 1896, col. 1578, s.v. « Asiaticus 8c » (...)

94Décimus (?) Valérius Asiaticus est le fils du puissant et richissime notable viennois Décimus Valérius Asiaticus, qui fut très proche de Caligula, sous lequel il exerça un premier consulat en 35 ; cependant ses rapports avec Caligula se dégradèrent, et son rôle dans l’assassinat de l’empereur est ambigu. Sous Claude il exerça un second consulat en 46 ; mais accusé par les âmes damnées de Messaline auprès de Claude, il fut contraint au suicide à l’issue d’un procès à huis clos devant le conseil du prince93. Son fils, dont il est question dans le texte, fut l’un des premiers à rallier Vitellius, signe que la disgrâce de son père n’avait pas rejailli sur l’ensemble de la famille. Un passage de Tacite laisse supposer qu’il se rallia ensuite assez vite à Vespasien. Il fut consul désigné pour 69, mais mourut sans doute avant son entrée en charge94.

  • 95 Tacite, Histoires III, 38‑39.

95Junius Blaesus, que Tacite juge plein de noblesse (21), n’est connu jusqu’à présent que par cet historien ; après le séjour de Vitellius à Lyon, il fit partie de la suite de l’empereur qui l’emmena à Rome. Tacite95 rapporte comment Junius Blaesus fut accusé par la suite, malgré sa fidélité, d’aspirer à l’Empire et empoisonné sur l’ordre de Vitellius.

  • 96 Fabia 1918, p. 36
  • 97 RE XII, 1925, col. 1407 et 1409 [Kubitschek].

96Les troupes mentionnées, la légion Italica et l’aile de cavalerie Tauriana, ne font pas partie de la garnison stationnée à Lyon en permanence, mais sont des troupes de passage96. La légion Italica fut levée par Néron et envoyée contre Vindex en Gaule et l’aile de cavalerie Tauriana, Ala 1 Flavia Gallorum Tauriana, est un corps de cavalerie auxiliaire recruté en Gaule97.

20. Viennois contre Lyonnais

97Vitellius a envoyé en avant‑garde deux armées commandées l’une par Caecina, qui passe par la route des Alpes, l’autre par Fabius Valens, par la vallée du Rhône, à la tête de la 1re légion. Leur avance est accompagnée de réquisitions et d’exactions.

Quod Aedui formidine, Lugdunenses gaudio fecere. Sed legio Italica et ala Tauriana abductae, cohortem XVIII Lugduni, solitis sibi hibernis, relinqui placuit. Manlius Valens legatus Italicae legionis, quamquam bene de partibus meritus, nullo apud Vitellium honore fuit : secretis eum criminationibus infamauerat Fabius ignarum et, quo incautior deciperetur, palam laudatum.
Veterem inter Lugdunenses et Viennenses discordiam proximum bellum accenderat. Multae in uicem clades, crebrius infestiusque quam ut tantum propter Neronem Galbamque pugnaretur. Et Galba reditus Lugdunensium occasione irae in fiscum uerterat ; multus contra in Viennenses honor ; unde aemulatio et inuidia et uno amne discretis conexum odium. Igitur Lugdunenses exstimulare singulos militum et in euersionem Viennensium impellere, obsessam ab illis coloniam suam, adiutos Vindicis conatus, conscriptas nuper legiones in praesidium Galbae referendo. Et ubi causas odiorum praetenderant, magnitudinem praedae ostendebant, nec iam secreta exhortatio, sed publicae preces : irent ultores, exscinderent sedem Gallici belli ; cuncta illic externa et hostilia ; se, coloniam Romanam et partem exercitus et prosperarum aduersarumque rerum socios, si fortuna contra daret, iratis ne relinquerent.
His et pluribus in eundem modum perpulerant, ut ne legati quidem ac duces partium restingui posse iracundiam exercitus arbitrarentur, cum haud ignari discriminis sui Viennenses, uelamenta et infulas praeferentes, ubi agmen incesserat, arma, genua, uestigia prensando flexere militum animos ; addidit Valens trecenos singulis militibus sestertios. Tum uetustas dignitasque coloniae ualuit et uerba Fabii salutem incolumitatemque Viennensium commendantis aequis auribus accepta ; publice tamen armis multati, priuatis et promiscuis copiis iuuere militem. Sed fama constans fuit ipsum Valentem magna pecunia emptum.

Ce que les Éduens avaient fait par peur, les Lyonnais le firent avec joie. Mais on leur retira la légion Italica et l’aile Tauriana ; on jugea bon de laisser à Lyon la dix‑huitième cohorte, qui y avait habituellement ses quartiers d’hiver. Manlius Valens, légat de la légion Italica, malgré les grands services rendus au parti, ne trouva auprès de Vitellius aucune considération : Fabius Valens l’avait diffamé secrètement, l’accusant à son insu tout en le louant publiquement, pour le tromper plus sûrement.
Depuis longtemps il y avait entre Lyonnais et Viennois un conflit, que la dernière guerre avait attisé. Ils s’étaient tour à tour causés bien des dommages, dans trop d’occasions et avec trop d’acharnement pour que la raison en fût uniquement la lutte pour Néron ou pour Galba. Galba d’ailleurs, tirant profit de son ressentiment, avait confisqué au bénéfice du trésor les revenus des Lyonnais, tandis qu’il prodiguait aux Viennois les marques de sa considération ; de là, rivalités, jalousies, et la haine pour lier ces deux villes séparées par un seul fleuve. Donc, les Lyonnais excitaient les soldats les uns après les autres et les poussaient à anéantir les Viennois, leur rappelant que ces gens‑là avaient assiégé leur colonie, appuyé la tentative de Vindex, levé naguère des légions pour soutenir Galba. Et après avoir mis en avant ces motifs de haine, ils leur montraient l’importance du butin ; puis ils passaient de l’encouragement secret à des prières publiques ; ils les conjuraient de marcher à la vengeance, de détruire le foyer de la guerre en Gaule ; chez les Viennois tout était étranger et ennemi ; eux, au contraire, étaient une colonie romaine et une partie de l’armée, et alliés dans les bons et les mauvais jours : si la fortune se prononçait contre eux, qu’ils ne les abandonnent pas à des gens en colère, leurs ennemis.
Ces propos et beaucoup d’autres semblables avaient à ce point frappé les esprits que ni les légats de légions, ni les chefs du parti ne pensaient pouvoir calmer l’irritation de l’armée, quand les Viennois, loin d’ignorer le danger qu’ils couraient, se portèrent à la rencontre de la colonne qui s’était mise en route, en brandissant bandelettes et bandeaux de laine ; à force d’embrasser les armes, les genoux, les traces des pas des soldats, ils les fléchirent : Valens ajouta une gratification de trois cents sesterces par soldat ; alors seulement, l’antiquité et la dignité de la colonie furent prises en considération, et on écouta favorablement les paroles de Fabius demandant à ses troupes d’accorder aux Viennois la vie sauve ; toutefois, à titre collectif, ils durent livrer leurs armes, et ils fournirent chacun pour leur part aux soldats toutes sortes de provisions. Mais le bruit s’accrédita que Valens lui‑même s’était laissé acheter à un bon prix.

(Tacite, Histoires I, 64‑65)

  • 98 Goudineau 1989, p. 25.
  • 99 Faut-il voir dans le participe obsessam une allusion à l’existence de l’enceinte augustéenne décou (...)
  • 100 Voir aussi Gascou 1999.

98Sur l’interprétation à donner aux événements, C. Goudineau98 rattache « l’antique haine » entre Lyonnais et Viennois à l’expulsion à laquelle Dion Cassius fait allusion dans son texte sur la fondation de Lyon (38) : « S’il s’était agi de négociants italiens, pourquoi d’aussi vivaces ressentiments ? Surtout l’insistance est mise sur le fait que Lyon est une colonia, pars exercitus ; c’est dire très clairement que, au contraire de Vienne, qui n’était qu’une colonie honoraire, peuplée de civils gaulois, Lyon fut fondée par des soldats. Autrement dit, une colonie militaire avait été décidée à Vienne pour des soldats ; mais les Allobroges chassèrent les colons, qui se réfugièrent au confluent ; c’est pour eux que Lépide et Plancus créèrent Lugdunum. » En outre, les Viennois venaient de tenter un coup de force contre Lyon99, restée fidèle à Néron et à sa mémoire, et de ce fait « brimée » par Galba100.

99Pour Tacite, Vienne est en rive gauche, Lyon en rive droite du Rhône, d’où sa formule « deux villes séparées par un seul fleuve », mais, contrairement à ce que pourrait laisser croire le texte, elles ne se font pas face : on peut ainsi se demander si Tacite n’a pas eu à disposition une carte tout approximative de cette partie de la Gaule. La réalité est un peu différente. La colonie de Lugdunum, stricto sensu, est installée sur la rive droite de la Saône avec, sur la presqu’île, le « bourg fédéral » de Condate et le quartier de Kanabae, dont le statut n’est pas très clair. Quant à Vienne, une trentaine de kilomètres plus au sud, son extension sur la rive droite du Rhône est bien connue grâce à l’archéologie.

21. Séjour de Vitellius à Lyon

100Les armées d’Othon et celles de Vitellius se rencontrent d’abord dans la Provincia, puis en Italie du Nord. Vaincu à Bédriac (14 avril), Othon se suicide. Vitellius, resté en Gaule, se dirige alors, en passant par Lyon, vers Rome où il a été acclamé.

Exercitum itinere terrestri pergere iubet ; ipse Arare flumine deuehitur nullo principali paratu, sed uetere egestate conspicuus, donec Iunius Blaesus Lugudunensis Galliae rector, genere inlustri, largus animo et par opibus, circumdaret principi ministeria, comitaretur liberaliter, eo ipso ingratus, quamuis odium Vitellius uernilibus blanditiis uelaret. Praesto fuere Luguduni uictricium uictarumque partium duces. Valentem et Caecinam pro contione laudatos curuli suae circumposuit. Mox universum exercitum occurrere infanti filio iubet, perlatumque et paludamento opertum sinu retinens Germanicum appellauit cinxitque cunctis fortunae principalis insignibus. Nimius honos inter secunda rebus aduersis in solacium cessit.

Il [Vitellius] ordonne à son armée de poursuivre par la voie de terre ; quant à lui, il descend la Saône, attirant les regards non par un apparat impérial, mais par le spectacle de son ancienne pauvreté, jusqu’à ce que Junius Blaesus, gouverneur de la Gaule lyonnaise, de naissance illustre et dont la fortune égalait la générosité, entourât l’empereur de ses services et l’accompagnât avec munificence ; de cela même on ne lui sut pas gré, quoique Vitellius masquât sa haine sous des cajoleries serviles. Étaient présents à Lyon les généraux des deux partis, les vainqueurs et les vaincus. Valens et Caecina furent félicités en présence de l’armée et Vitellius les fit placer de chaque côté de sa chaise curule. Ensuite il ordonne à l’armée entière de se porter à la rencontre de son fils encore enfant ; il se le fit apporter, le couvrit du paludamentum et, le tenant dans ses bras, il le salua du nom de Germanicus, puis le revêtit de tous les insignes du rang impérial. Cet excès d’honneur dans la bonne fortune devint une consolation dans la mauvaise.

(Tacite, Histoires II, 59)

101Sur Junius Blaesus, voir le commentaire du texte 19.

  • 101 Plutarque, Galba X, 5 et XXII, 10.
  • 102 Plutarque, Othon VI, 5 ; Dion Cassius, LXIII, 10, 3. 
  • 103 Tacite, Histoires III, 62. Voir les analyses dans RE VI, 1909, col. 1869‑1872, s.v. « Fabius 151 » (...)
  • 104 Tacite, 20, et Histoires II, 29.

102Caius Fabius Valens est le premier à reconnaître Galba puis Vitellius101 ; ce personnage était réputé pour sa cupidité, trait de caractère que signale Tacite, mais aussi Plutarque et Dion Cassius102 ; à l’occasion de sa mort à Urbino en 69, Tacite consacre un passage à sa vie et à son caractère103. C’est lui que les Viennois réussissent à fléchir lors de la querelle qui les oppose aux Lyonnais104, non sans l’avoir largement soudoyé.

  • 105 Plutarque, Titus VI ; RE III, 1897, col. 1238‑1240, s.v. « Caecina 10 » [Groag].

103Aulus Caecina Aliénus, général de Vitellius, qu’il trahit pour Vespasien, fut mis à mort sur l’ordre de Titus, peu convaincu de sa récente fidélité105 .

  • 106 P. Fabia, « Vitellius à Lyon », RHL 2, 1903, p. 89‑105.

104Le séjour de Vitellius à Lyon a été étudié par P. Fabia106. L’auteur s’appuie sur le récit de Tacite, qu’il commente en détail : nous n’avons pas retenu tout le passage de l’historien ; en effet, les chapitres 62 à 64 du livre II consignent des décisions prises par Vitellius lors de son séjour dans la capitale des Gaules, telles que l’expulsion des astrologues d’Italie, l’interdiction faite aux chevaliers romains de se produire dans l’arène et le sort réservé à ses opposants. Au début du chapitre 65, on apprend le départ de Vitellius pour Rome :

Digressum a Luguduno Vitellium Cluuius Rufus adsequitur omissa Hispania […].
Vitellius parti de Lyon fut rejoint par Cluvius Rufus qui avait laissé l’Espagne.

(Tacite, Histoires II, 65)

  • 107 Sur M. Cluvius Rufus, RE IV, 1900, col. 121‑125 [Groag].

105M. Cluvius Rufus fut consul sans doute en 40, légat consulaire d’Espagne citérieure (Tarraconaise) au moment où débute la sédition de Vindex. Familier de Néron, il a écrit une Histoire qui semble avoir été une des sources de Tacite pour le règne de Néron107.

  • 108 Tacite, Histoires II, 70.
  • 109 Halfmann 1986, p. 178.
  • 110 P. Cosme, « Les habits neufs de l’empereur : les métamorphoses de Vitellius entre Cologne et Lyon  (...)

106Le séjour de l’empereur à Lyon dut être assez bref puisque Tacite précise que, moins de quarante jours après la bataille de Bédriac, Vitellius se rendit sur le champ de bataille108. Un rapide calcul montre que c’est donc dans la période qui s’étend entre le 14 avril et le 24 mai que s’est placé le séjour à Lyon109. Ce dernier dut cependant être important : c’est à partir de ce moment, d’après P. Cosme110, que Vitellius acquiert la réputation d’un goinfre qui néglige les devoirs de sa charge.

  • 111 Suétone, Vie de Vitellius X.
  • 112 Dion Cassius, Épitomé de l’Histoire romaine LXIV, 2, transmis par Zonaras, Abrégé XI, 16 : 195.

107Suétone ne donne aucun détail sur la halte à Lyon. La Vie de Vitellius111 traite de sa marche vers Rome de manière très générale et l’auteur y insiste sur le caractère de fête qu’elle a revêtu. Le séjour de l’empereur à Lyon et les cérémonies qui ont célébré l’arrivée à Lyon de son fils, âgé de six ans, sont rapportés par Dion Cassius112.

Fig. 20 – Vitellius (© Lyon MBA, photo A. Basset).

Fig. 20 – Vitellius (© Lyon MBA, photo A. Basset).

22. Maric, le révolté

108Après la bataille de Bédriac, Vitellius prend un certain nombre de mesures de rigueur ou de clémence envers les partisans d’Othon. Au même moment, il se produit une révolte singulière en pays éduen. Son instigateur, Maric, sera exécuté à Lyon, durant le séjour de l’empereur.

Inter magnorum uirorum discrimina, pudendum dictu, Mariccus quidam, a plebe Boiorum, inserere sese fortunae et prouocare arma Romana simulatione numinum ausus est. Iamque adsertor Galliarum et deus – nam id sibi indiderat – concitis octo milibus hominum proximos Aeduorum pagos trahebat, cum gravissima ciuitas electa iuuentute, adiectis a Vitellio cohortibus, fanaticam multitudinem disiecit. Captus in eo proelio Mariccus ; ac mox feris obiectus quia non laniabatur, stolidum uolgus inuiolabilem credebat, donec spectante Vitellio interfectus est.

Pendant que de grands personnages couraient ces dangers, c’est honteux à dire, un certain Maric, sorti de la plèbe des Boïens, osa se mêler au jeu de la fortune et provoquer les armes romaines en feignant d’être inspiré par les dieux. Et déjà ce libérateur des Gaules, ce dieu (car c’est ainsi qu’il s’était désigné), après avoir soulevé huit mille hommes, entraînait les cantons les plus proches des Éduens, quand cette cité très importante, avec l’élite de sa jeunesse et avec l’aide de cohortes prêtées par Vitellius, dispersa cette multitude fanatisée. Fait prisonnier dans ce combat, Maric fut ensuite livré aux bêtes ; mais parce qu’elles ne le mettaient pas en pièces, la foule stupide le croyait inviolable, jusqu’à ce qu’il fût mis à mort sous les yeux de Vitellius.

(Tacite, Histoires II, 61)

  • 113 César, Guerre des Gaules I, 28, 5.

109Les Boïens, chassés par les Helvètes, avaient été recueillis par les Éduens en 58 av. J.‑C. et installés sur leur territoire, entre Loire et Allier, avec le consentement de Jules César113. La cité des Éduens est Augustodunum (Autun), célèbre par ses écoles, où venaient étudier les jeunes aristocrates gaulois.

  • 114 RE XIV, 1930, col. 1755 [Stein] ; Lewuillon 1975, p. 530 ; Brill’s New Pauly, s.v. « Mariccus » [S (...)
  • 115 G.W. Bowersock, « The mecanics of subversion in the Roman Provinces », in K.‑A. Raaflaub (éd.), Op (...)
  • 116 A. Momigliano, « Some preliminary remarks on the “Religious opposition” to the Roman Empire », in (...)
  • 117 L. Lamoine, « Autocélébration, mémoire et histoire des notables des cités des Gaules », in M. Cébe (...)

110Ce bref passage de Tacite est notre seule source sur le personnage de Maric et les événements114. Bowersock115 émet l’hypothèse que Maric devait agir de connivence avec les druides, les opposants les plus farouches à l’Empire ; A. Momigliano116, dans le même recueil, souligne au contraire que Maric était issu de la plèbe, donc qu’il était exclu de la caste druidique ; l’attitude de ces derniers face à Rome lui paraît peu claire. L. Lamoine117 établit un parallèle entre Maric et Vercingétorix.

Fig. 21 – Le supplice de Maric (Le Progrès illustré n° 575, 1901, p. 8 ; Numelyo, BM Lyon, documentation régionale 5752).

Fig. 21 – Le supplice de Maric (Le Progrès illustré n° 575, 1901, p. 8 ; Numelyo, BM Lyon, documentation régionale 5752).

23. Domitien à Lyon

  • 118 Tacite, Histoires IV, 67.
  • 119 Tacite, Histoires IV, 69.
  • 120 Tacite, Histoires IV, 77‑78.

111Profitant des troubles que connaît l’Empire à la fin de 69 et au début de 70, avec la mort de Vitellius et l’avènement de Vespasien, les Bataves, commandés par C. Julius Civilis, notable local et citoyen romain, se révoltent et parviennent à rallier non seulement les Germains des régions rhénanes, mais encore une partie de la Gaule, dont les Trévires et les Lingons, traditionnellement fidèles à Rome. Mais Sabinus et ses Lingons sont battus par les Séquanes118 et, à la même époque, les délégués de nombreuses nations gauloises, inquiets des ambitions de Civilis, se réunissent à Reims et optent pour la fidélité à Rome119. Les légions commandées par Cérialis battent à Trèves les Trévires et les autres peuples encore en rébellion120.

At Domitianus Mucianusque antequam Alpibus propinquarent, prosperos rerum in Treuiris gestarum nuntios accepere. […] Sed Mucianus, quod diu occultauerat, ut recens exprompsit : quoniam benignitate deum fractae hostium uires forent, parum decore Domitianum confecto prope bello alienae gloriae interuenturum. Si status imperii aut salus Galliarum in discrimine uerteretur, debuisse Caesarem in acie stare, Canninefates Batauosque minoribus ducibus delegandos ; ipse Luguduni uim fortunamque principatus e proximo ostentaret, nec paruis periculis immixtus et maioribus non defuturus.
Intellegebantur artes, sed pars obsequii in eo, ne deprehenderentur. Ita Lugdunum uentum, unde creditur Domitianus occultis ad Cerialem nuntiis fidem eius temptauisse, an praesenti sibi exercitum imperiumque traditurus foret. Qua cogitatione bellum aduersus patrem agitauerit an opes uiresque aduersus fratrem, in incerto fuit ; nam Cerialis salubri temperamento elusit ut uana pueriliter cupientem. Domitianus sperni a senioribus iuuentam suam cernens modica quoque et usurpata antea munia imperii omittebat, simplicitatis ac modestiae imagine in altitudinem conditus studiumque litterarum et amorem carminum simulans, quo uelaret animum et fratris <se> aemulationi subduceret, cuius disparem mitioremque naturam contra interpretabatur.

Mais Domitien et Mucien, avant d’aborder les Alpes, reçurent les bonnes nouvelles de ce qui s’était passé chez les Trévires. […] Cependant Mucien exposa, comme si c’était une idée toute récente, ce qu’il avait depuis longtemps dissimulé : puisque les forces ennemies avaient été brisées par la bonté des dieux, il ne siérait pas que Domitien, la guerre étant presque achevée, s’appropriât une gloire qui ne lui appartenait pas. Si la stabilité de l’Empire et le salut des Gaules étaient placés en situation critique, César aurait dû se montrer sur le front, mais il fallait confier les Canninéfates et les Bataves à des généraux moins importants ; qu’il montre de tout près, en personne, à Lyon, la force et la fortune du Principat ; qu’il ne se mêle pas des dangers mineurs, mais n’aille pas se dérober aux grands.
Domitien comprenait l’artifice, mais un reste de déférence en lui faisait qu’il ne le montrait pas. On alla donc à Lyon, d’où, croit‑on, Domitien envoya secrètement des courriers à Cérialis pour éprouver sa fidélité et savoir s’il était prêt à lui remettre l’armée et le commandement au cas où il se présenterait en personne. Songeait‑il, par ce projet, à la guerre contre son père ou à se procurer des ressources et des hommes contre son frère, on ne l’a pas su. En effet, Cérialis, par un salutaire expédient, éluda le coup, comme s’il s’agissait d’un vain caprice d’enfant. Domitien, voyant ses aînés dédaigner sa jeunesse, se mit à délaisser les devoirs de l’État, même mineurs, qu’il avait remplis jusque‑là ; il se dissimulait profondément sous le masque de la simplicité et de la modestie, feignant de s’intéresser à la littérature et de goûter la poésie pour voiler son esprit et éviter d’avoir à rivaliser avec un frère dont il jugeait la nature différente et plus douce contraire à la sienne.

(Tacite, Histoires IV, 85‑86)

  • 121 Suétone, Vespasien VI ; RE XIII, 1926, col. 436‑443 [Kappelmacher].

112Mucien : C. Licinius Mucianus, rallié à Othon, puis à Vespasien malgré leurs mauvais rapports, commandant des légions de Syrie en 68, fut consul suffect en 70 et 72. Il fut aussi un historien chez qui Pline l’Ancien puisa des informations pour l’histoire naturelle de l’Orient121.

  • 122 P. Fabia, « Le premier consulat de Pétilius Cérialis », RPh 34, 1910, p. 5‑42 ; PIR II, 1943, p. 2 (...)

113Q. Petilius Cerialis Caesius Rufus, sénateur, fut un temps otage de Vitellius. Apparenté à Vespasien dont il avait sans doute épousé la fille Domitilla, il participa à sa campagne sur Rome. Il fut gouverneur de Germanie inférieure, deux fois consul suffect en 70 et 74 et gouverneur de Bretagne entre 71 et 74122.

114Canninéfates et Bataves sont des peuplades installées à l’embouchure du Rhin.

  • 123 Plutarque, Dialogues sur l’amour XXV, 770D‑771 ; Dion Cassius, Histoire romaine LXV, 3 et 16.

115Les Trévires étaient conduits par Julius Classicus et Julius Tutor, les Lingons par Julius Sabinus ; les deux premiers se réfugièrent en Germanie après leur défaite ; quant à Julius Sabinus, il se cacha pendant neuf ans, puis il fut découvert et exécuté en 79. On peut lire le touchant mélodrame d’Éponine et Sabinus chez Plutarque123.

  • 124 Fabia 1905a.
  • 125 Tacite, Histoires IV, 53.
  • 126 Tacite, Histoires V, 24‑26.

116Le séjour à Lyon n’est pas daté avec précision. P. Fabia124 suggère que le départ a dû avoir lieu avant le 22 juin 70, date à laquelle s’est tenue à Rome une cérémonie solennelle en l’honneur de la reconstruction du Capitole ordonnée par Vespasien ; or, ni Domitien, ni les consuls ne président cette cérémonie125. Par ailleurs, lors de la capitulation de Civilis en automne126, Domitien avait déjà quitté la Gaule, semble‑t‑il. Le plus intéressant dans la version de Tacite est la mention de la lettre de Domitien à Cérialis et la réponse de ce dernier. Quant au subit intérêt de Domitien pour la littérature, que nous savons par Suétone avoir été éphémère, il peut être interprété comme une réaction de dépit. Mais nous ignorons si cet épisode est vraiment lyonnais : il a pu tout aussi bien être légèrement postérieur au séjour de Domitien dans la capitale des Gaules.

  • 127 Suétone, Domitien II, 5.

117Suétone127, rappelle, sans mentionner Lyon, cet épisode de la vie de l’empereur : Simulauit et ipse mire modestiam in primisque poeticae studium, tam insuetum antea sibi quam postea spretum et abiectum, recitauitque etiam publice, « Il simula lui aussi la modération et tout particulièrement d’avoir le goût de la poésie, goût qui lui avait été auparavant étranger et qui fut ensuite rejeté avec mépris ; il fit même des lectures publiques. »

  • 128 Dion Cassius, Histoire romaine LXV, 3 ; Flavius Josèphe, Guerre des Juifs VII, 4, 2.
  • 129 Martial, Épigrammes II, 2, 4 ; Silius Italicus, Les Puniques III, 607 ; Pseudo‑Frontin, Stratagème (...)
  • 130 Fabia 1905a, p. 17‑19.
  • 131 Fabia 1905a, p. 20.

118Dans le même chapitre, Suétone avance l’idée que c’est par jalousie de la renommée militaire de son frère Titus que Domitien avait tenu à s’engager dans cette expédition. Si Dion Cassius ne mentionne pas le voyage de Domitien lors de sa narration de la révolte, Flavius Josèphe, quant à lui, en donne une version tout à fait différente128. Le séjour à Lyon n’y est pas détaillé, mais l’auteur présente la victoire définitive sur les révoltés comme le résultat du voyage de Domitien : les succès de Cérialis n’auraient fait que calmer provisoirement les rebelles que la venue de Domitien aurait suffi à subjuguer. Cette version est peu crédible car, comme on le sait, l’auteur était le protégé de Vespasien et on est en droit de le soupçonner de déformer la réalité au profit du fils de l’empereur. Toutefois, on trouve aussi des traces de cette version des faits dans Martial, Silius Italicus et Pseudo‑Frontin129. Pour plus de détails, voir ce qu’écrit Fabia130. Le même Fabia suppose deux autres séjours de cet empereur à Lyon, lorsque l’empereur se rendit en Germanie, en 83 et en 88‑89131 : ces séjours sont possibles, mais rien, dans nos textes, ne vient les confirmer.

Fig. 22 – Domitien (© Lyon MBA, photo F. Planet).

Fig. 22 – Domitien (© Lyon MBA, photo F. Planet).

Références

L’ouvrage

G.E.F. Chilver, A Historical Commentary on Tacitus’ Histories I and II, Oxford, 1979.

Éditions

Tacite, Histoires, éd. P. Wuilleumier, H. Le Bonniec, J. Hellegouarc’h, CUF, Paris, 1987‑1992.

Consulter aussi Heubner 1992 ; Wellesley 1989, texte latin seul ; Grimal 1990, traduction française seule, avec introduction et notes.

Voir aussi supra les éditions proposées pour les Annales.

La période troublée (18)

S. Benoist, « Le prince, la cité et les événements : l’année 68‑69 à Rome », Historia 50/3, 2001, p. 279‑311. Sur Galba, J. Sancery, Galba ou l’armée face au pouvoir, Paris, 1983 ; E. Cizek, « Les princes des années 68‑69 apr. J.‑C. Sources littéraires », in F. Galtier, Y. Perrin (dir.), Ars pictoris, ars scriptoris. Peinture, littérature, histoire. Mélanges offerts à J.‑M. Croisille, Clermont-Ferrand, 2008, p. 339‑355 ; Cosme 2012.

« L’année des quatre empereurs » (19-22)

Pour les dates et les personnages, on se reportera à la chronologie générale. Pour le déroulement des événements, Le Gall, Le Glay 1987, p. 347‑357 ; Cosme 2012. Sur Vindex, Brill’s New Pauly, s.v. « Iulius II 150 » [Eck] ; PIR2, 1943, n° J 628 ; sur Fabius Valens, 21 ; sur Manlius Valens, PIR1, 1933, n° M 123 : légat en Bretagne, il se voit confier par Néron la légion I Italica ; il prendra le parti de Vitellius ; très âgé, il aurait été, en 96, consul éponyme sous Domitien.

Vienne antique (20)

R. Lauxerois, Vienne, Rennes, 1990. Sur les troupes romaines à Lyon, voir le commentaire au texte 14. Sur la confiscation des revenus des Lyonnais par Galba, revenus dont nous ignorons la nature exacte, voir, bien que vieilli, P. Fabia, « La querelle des Lyonnais et des Viennois », RHL 1, 1902, p. 106‑118, plus particulièrement p. 109‑111 ; Fabia 1908 ; J. Gascou, « Tacite et les provinces », ANRW II/33/5, 1991, p. 3473‑3474 ; voir enfin les textes sur Vienne rassemblés dans Lucas 2016.

La révolte de Civilis (23)

Petit 1978, vol. I, p. 115‑116 ; RE X, 1918, col. 550‑567 [Stein] ; Lewuillon 1975, p. 531‑534. Sur le séjour de Domitien à Lyon, Fabia 1905a. Civilis, après sa défaite, se réconcilia avec Rome : son nom disparaît de l’histoire.

Pline le Jeune, Lettres

Pline le Jeune (Plinius Caecilius Secundus), né à Côme en 61‑62, mort entre 113 et 115, de famille équestre, fut adopté par son oncle maternel, Pline l’Ancien, Caius Plinius Secundus. Avocat, ami de Tacite, il suit le cursus honorum et devient consul suffect en 100 et à cette occasion rédige son Panégyrique de Trajan. Entre 111 et 113, Trajan l’envoie comme légat doté des pouvoirs consulaires dans la province du Pont‑Bythinie en Asie Mineure, où il est sans doute mort.
Durant son mandat, il s’inquiéta en particulier de la conduite à adopter envers les chrétiens et en fit part à Trajan : la lettre de Pline et la réponse de l’empereur (Lettres X, lettres 95‑96 ou 97‑98 selon les éditions) ont souvent fait par la suite office de jurisprudence.

119Ses Lettres (Epistulae), adressées le plus souvent à ses amis, sont au nombre de cent vingt‑deux et furent regroupées en dix livres ; elles étaient dès l’origine destinées à un plus large public.

24. La vie culturelle à Lyon sous les Antonins

C. Plinius Gemino suo s.
Epistulam tuam iucundissimam accepi, eo maxime quod aliquid ad te scribi uolebas quod libris inseri posset. Obueniet materia uel haec ipsa quam monstras, uel potior alia. Sunt enim in hac offendicula non nulla ; circumfer oculos et occurrent.
Bybliopolas Lugduni esse non putabam, ac tanto libentius ex litteris tuis cognoui uenditari libellos meos, quibus peregre manere gratiam quam in urbe collegerint delector. Incipio enim satis absolutum existimare de quo tanta diuersitate regionum discreta hominum iudicia consentiunt. Vale.

Pline à son ami Géminus.
J’ai reçu ta lettre, qui m’a fait le plus grand plaisir, surtout parce que tu voulais que je t’écrive quelque chose que tu puisses insérer dans tes livres. Un sujet se présentera, soit précisément celui que tu indiques, soit un autre qui conviendra mieux. Il y a en effet dans celui que tu proposes quelques points qui peuvent choquer. Regarde autour de toi et ils te sauteront aux yeux.
Je ne pensais pas qu’il y eût des libraires à Lyon ; aussi ai‑je eu d’autant plus de plaisir à apprendre par ta lettre que mes opuscules y sont en vente ; je me réjouis de voir qu’ils conservent ailleurs le succès qu’ils ont acquis à Rome. Je commence en effet à croire assez achevée une œuvre sur laquelle le jugement public tombe d’accord dans des pays si éloignés et si différents. Adieu.

(Pline le Jeune, Lettres IX, 1)

  • 132 Pline, Lettres X, 26.

120T. Prifernius Paetus Rosianus Geminus était questeur de Pline en 100, l’année où ce dernier exerça la charge de consul : il écrivait vers 109‑111, date de cette lettre. Pline le recommande chaudement à Trajan132.

  • 133 Martial, Épigrammes VII, 88 ; Lucas 2016, texte 18.

121On a d’autres traces d’une vie intellectuelle active en Gaule et en particulier dans la région de Lyon. Si Pline se réjouit d’être lu à Lyon, Martial l’était à Vienne133, et Caligula avait organisé dans la capitale des Trois Gaules des concours d’éloquence (2526) ; rappelons qu’à côté du théâtre avait été construit un odéon, lieu privilégié des recitationes.

  • 134 Éd. Zenhacker, Méthy, note p. 165.

122Le bibliopola ou bybliopola est le libraire, qui fait aussi exécuter les copies par les librarii, les esclaves copistes. Il semblerait que ce texte soit « la première attestation de l’activité de librairies dans une province occidentale »134.

Références

L’auteur et l’ouvrage

Duval 1971, n° 138 ; R. Syme, The Letters of Pliny, Oxford, 1866 ; A.‑M. Guillemin, Pline et la vie littéraire de son temps, Paris, 1929 ; A.N. Sherwin-White, The Letters of Pliny. A Historical and Social Commentary, Oxford, 1966 (réimpr., 2003) ; E. Aubrion, « La correspondance de Pline le Jeune. Problèmes et orientations actuelles de la recherche », ANRW II/33/1, 1989, p. 306‑374, qui fait un point bibliographique ; N. Méthy, « La correspondance de Pline le Jeune ou une autre définition de la lettre », in P. Laurence, F. Guillaumont (dir.), Epistulae antiquae IV. Actes du IVe colloque international « L’épistolaire antique et ses prolongements européens », Liège, 2006, p. 171‑181 ; G. Galimberti Biffino, « Oralité et écriture dans la circulation littéraire : le cas de Pline le Jeune », in Y. Perrin, M. de Souza (dir.), Neronia VIII, Bibliothèques, livres et culture écrite dans l’Empire romain de César à Hadrien, Collection Latomus 327, Bruxelles, 2010, p. 263‑272.

Éditions

Pline le Jeune, Lettres, t. III, livres VII‑IX, éd. A. Zenhacker, N. Méthy, CUF, Paris, 2012.

Voir aussi C. Plini Caecili Secundi epistularum libri novem, éd. M. Schuster, Teubner, Stuttgart-Leipzig, 1992. On consultera également la première édition de la CUF, d’A.‑M. Guillemin, 1927 (t. III, dernier tirage, 2002), car toutes deux apportant des précisions intéressantes dans les notes.

L’art épistolaire dans l’Antiquité

On pourra consulter les actes des colloques internationaux Epistulae antiquae, actuellement au nombre de sept.

Les livres et la lecture à Rome

Choix de textes par S. Barthélémy et D. Gourévitch, Les loisirs des Romains, Paris, 1975, p. 53‑66 ; E. Valette-Cagnac, « La recitatio, écriture orale », in F. Dupont (dir.), Paroles romaines, Nancy, 1995, p. 9‑23 ; E. Valette-Cagnac, La lecture à Rome : rites et pratiques, Paris, 1997.

Juvénal, Satires

La vie du poète Juvénal (Decimus Iunius Iuuenalis), est mal connue. Il serait né entre 45 et 65, à Aquinum de Campanie, selon l’une de ses seize Satires (Saturae), écrites entre 90 et 127 (III, 318‑319). Ami du poète Martial, il aurait été, au moins un temps, professeur d’éloquence. Il serait mort après 128 en Égypte, peut‑être en exil.

25. Le rhéteur à l’autel du confluent

Accipiat sane mercedem sanguinis et sic
palleat ut nudis pressit qui calcibus anguem
aut Lugudunensem rhetor dicturus ad aram.

Qu’il touche donc le prix de son sang, dût‑il en pâlir comme celui qui, pieds nus, marche sur un serpent, ou comme le rhéteur qui s’apprête à parler devant l’autel de Lyon !

(Juvénal, Satires I, v. 42‑44)

123Au lieu de s’adonner à des jeux de rhétorique futiles, le poète, selon Juvénal, se doit de dénoncer les vices et travers odieux ou ridicules de la société de son temps et d’en châtier et ridiculiser par sa satire les plus dignes représentants ; d’où l’allusion à l’épisode du rhéteur à l’autel de Lyon dont Suétone traite plus en détails dans sa Vie de Caligula (26).

Références

L’auteur et l’ouvrage

Duval 1971, n° 150 ; E. Courtney, A Commentary on the Satires of Juvenal, Londres, 1980 ; S.M. Braund, The Roman Satirists and their Masks, Londres, 1996 ; F.M.A. Jones, Juvenal and the satiric genre, Londres, 2007 ; bibliographie développée dans B. Santorelli, « Trent’anni di studi giovenaliani (1977‑2007) » 1 et 2, Bollettino di studi latini 38, 2008, p. 119‑194 et 637‑720.

Éditions

Juvénal, Satires, éd. P. de Labriolle, F. Villeneuve, O. Sers, 4e tirage corrigé par J. Girard, CUF, Paris, 1996.

Voir aussi Satires. With an English Translation, éd. G.G. Ramsay, Londres, 1961 ; Satires, book I, éd. S.M. Braund, Cambridge-New York, 1996.

Suétone, Vies des douze Césars

On connaît assez mal certains aspects de la vie de Suétone (Caius Suetonius Tranquillus). Il serait né entre 69 et 77 peut‑être à Rome, d’une famille de chevaliers. Protégé de Pline le Jeune, il s’exerça peut‑être, mais brièvement, au métier d’avocat, avant de poursuivre une brillante carrière de fonctionnaire impérial. Il fut, entre autres fonctions, chargé auprès d’Hadrien de la correspondance impériale en latin (procurator ab epistulis Latinis) et de la conservation des bibliothèques (a bibliothecis) avant d’être disgracié brutalement, sans doute pour des motifs politiques plutôt que pour avoir manqué de respect à l’impératrice comme le rapporte la tradition. Cette disgrâce intervint entre 122 et 126 et Suétone disparaît à partir de ce moment de nos sources : il serait mort entre 126 et 141.

  • 135 Voir l’édition qu’en donne M.‑C. Vacher : Suétone, Grammairiens et rhéteurs, CUF, Paris, 1993.

124De l’œuvre de ce polygraphe – ou encyclopédiste –, nous avons perdu une dizaine de traités en latin ou en grec dont des auteurs tardifs et des compilateurs nous ont transmis les titres et parfois quelques maigres fragments, comme pour son De uiris illustribus (sur les grands écrivains latins : historiens, poètes) et un traité sur les grammairiens et les rhéteurs135. En revanche, ses Vies des douze Césars (De Vita duodecim Caesarum libri), en huit livres, publiés vers 120 nous sont parvenues intégralement.

125Au début de septembre 39, l’empereur Caligula quitte Rome et se rend en Gaule ; officiellement, il s’agit de faire campagne contre les Germains (octobre 39) et de préparer l’invasion de la Bretagne, actuelle Grande‑Bretagne (mars 40). Les historiens antiques ont insisté sur le fiasco de ces entreprises et dépeint le comportement de Caligula comme celui d’un dément ; les critiques modernes ont au contraire cru déceler dans le séjour en Gaule un plan concerté de l’empereur, dont l’objectif aurait été de ramener l’ordre et la discipline dans les légions du Rhin commandées par Gaétulicus, voire de décapiter la conjuration dont ce même Gaétulicus aurait été l’âme et à laquelle auraient été mêlés divers grands personnages, dont Ptolémée de Maurétanie (27, 30), afin de démanteler ainsi l’opposition sénatoriale. En octobre 39, Caligula se rend sur le Rhin, pour une campagne qui ne se concrétisera pas, puis passe l’hiver à Lyon avant de repartir au printemps en direction de Gésoriacum (Boulogne-sur-mer) en vue d’y organiser une expédition en Bretagne, qui avorte elle aussi. Sur le chemin de son retour à Rome, où il arrive en août 40, il passe sans doute de nouveau à Lyon. C’est donc durant ces quelques mois de l’hiver 39‑40 que se déroulent les événements rapportés dans les textes qui suivent.

26. Caligula à Lyon

Consulatus quattuor gessit, primum ex Kal. Iul. per duos menses, secundum ex Kal. Ian. per XXX dies, tertium usque in Idus Ian., quartum usque septimum Idus easdem. Ex omnibus duos nouissimos coniunxit. Tertium autem Luguduni iniit solus, non, ut quidam opinantur, superbia neglegentiaue, sed quod defunctum sub Kalendarum diem collegam rescisse absens non potuerat. […]
Edidit et peregre spectacula, in Sicilia Syracusis asticos ludos et in Gallia Luguduni miscellos ; sed hic certamen quoque Graecae Latinaeque facundiae, quo certamine ferunt uictoribus praemia uictos contulisse, eorundem et laudes componere coactos ; eos autem, qui maxime displicuissent, scripta sua spongia linguaue delere iussos, nisi ferulis obiurgari aut flumine proximo mergi maluissent.

Caligula exerça quatre consulats : le premier à partir des calendes de juillet, pendant deux mois ; le second à partir des calendes de janvier, pendant trente jours ; le troisième jusqu’aux ides de janvier ; le quatrième jusqu’au septième jour avant ces mêmes ides. Il exerça consécutivement les deux derniers de tous ces consulats. Il inaugura le troisième, seul, à Lyon, non pas, comme certains le croient, par orgueil ni par négligence, mais parce que, étant éloigné de Rome, il n’avait pu savoir que son collègue était mort à la veille des calendes de janvier. […]
Il donna aussi des spectacles en dehors de l’Italie : des jeux urbains en Sicile, à Syracuse, et en Gaule, à Lyon, des jeux variés ; mais il y eut aussi dans cette ville un concours d’éloquence grecque et latine, lors duquel, dit‑on, les vaincus offrirent les prix aux vainqueurs, et, de plus, furent contraints de composer leur éloge ; quant à ceux qui avaient particulièrement déplu, il leur fut enjoint d’effacer leurs écrits avec une éponge ou leur langue, à moins qu’ils ne préférassent être battus à coups de férule, ou précipités dans le fleuve tout proche.

(Suétone, Caligula XVII et XX)

  • 136 Sur cette question Jacques, Scheid 1998, p. 59.

126Les consulats de Caligula sont de 37, 39, 40 et 41. On sait que, traditionnellement, le consulat était annuel. La création de consuls suffects (= remplaçants) et leur multiplication entraînèrent un « roulement des faisceaux », selon l’expression consacrée : il y eut, sous les Flaviens, entre six et dix consuls par an136.

  • 137 F. Artaud, Discours sur les médailles d’Auguste et de Tibère, au revers de l’autel de Lyon, Lyon, (...)
  • 138 Fishwick 1987, p. 572‑573.

127Pour certains historiens lyonnais, la création de concours littéraires à Lyon serait un indice de l’intégration croissante de la ville à l’Empire, contrairement à ce que laisse entendre Sénèque (11). Une tradition dont témoigne F. Artaud localisait le concours à « l’autel agonal » implanté selon lui à Ainay137. L’épisode fait partie de la « mythologie lyonnaise », puisqu’il est représenté en fresque dans le grand amphithéâtre de l’université Lumière Lyon 2, œuvre du peintre Jean‑Joseph Weerts (1846‑1927), commandée en 1891 et livrée vingt ans plus tard. D. Fishwick138 suggère que ces concours avaient été organisés pour choisir l’orateur chargé de prononcer le panégyrique de l’empereur.

Fig. 23 – J.‑J. Weerts, « Un concours d’éloquence sous Caligula », toile marouflée, grand amphithéâtre de l’université, vers 1905-1911 (photo université Lumière Lyon 2).

Fig. 23 – J.‑J. Weerts, « Un concours d’éloquence sous Caligula », toile marouflée, grand amphithéâtre de l’université, vers 1905-1911 (photo université Lumière Lyon 2).

27. Le meurtre de Ptolémée

128C’est au cours d’un de ses séjours à Lyon que Caligula fait exécuter Ptolémée.

Leue ac frigidum sit his addere, quo propinquos amicosque pacto tractauerit, Ptolemaeum regis Iubae filium, consobrinum suum (erat enim et is M. Antonii ex Selene filia nepos).

À cela, il serait futile et froid d’ajouter comment il traita ses proches et ses amis, par exemple Ptolémée, le fils du roi Juba, son cousin (en effet il était lui aussi, par sa mère Sélénè, le petit‑fils de Marc Antoine).

(Suétone, Caligula XXVI)

129Suétone donne plus loin une précision sur le motif qui aurait poussé Caligula à perpétrer cet assassinat :

Ptolemaeum, de quo rettuli, et arcessitum e regno et exceptum honorifice, non alia de causa repente percussit, quam quod edente se munus ingressum spectacula conuertisse hominum oculos fulgore purpureae abollae animaduertit.

Quant à Ptolémée, dont j’ai parlé, après l’avoir fait venir de son royaume et l’avoir reçu avec honneur, il le fit soudain mettre à mort, uniquement parce qu’il avait remarqué que, lors de son entrée dans l’amphithéâtre où lui, l’empereur, offrait un spectacle de gladiateurs, Ptolémée avait attiré les regards du public, à cause du manteau de pourpre éclatant qu’il portait.

(Suétone, Caligula XXXV)

130Ptolémée, fils de Juba II (1er av. - 40 ap. J.‑C.) était d’origine berbère, mais aussi, descendant de Cléopâtre VII et de Marc Antoine, il était cousin germain de l’empereur Claude, issu de germains, de Néron et donc de Caligula.

  • 139 D. Woods, « Caligula, Ptolemy of Mauretania, and the danger of long hair », Arctos 39, 2005, p. 20 (...)

131Sur son assassinat et sur les raisons qui peuvent l’expliquer, les historiens ont émis diverses hypothèses. La première est que Ptolémée était impliqué dans la conjuration de Gaétulicus. L’autre prétexte est moins politique et plus anecdotique. Caligula, qui était chauve et qui, selon Suétone, faisait raser les gens qui avaient de beaux cheveux, aurait été jaloux de la chevelure de Ptolémée139 : cela conforte évidemment l’image d’empereur fou qui est celle de Caligula. On consultera aussi la bibliographie donnée dans le commentaire au texte 30.

  • 140 Zonaras, Abrégé d’histoire XI, 6.

132L’assassinat de Ptolémée est également rapporté par Dion Cassius (LIX, 25), repris plus tard par Zonaras à partir de Xiphilin140. Dion ne mentionne pas Lyon, mais avance une troisième raison : Caligula aurait été motivé par la cupidité, Ptolémée étant très riche.

Γάιος δὲ ἐν τούτῳ τόν τε Πτολεμαῖον τὸν τοῦ Ἰούβα παῖδα μεταπέμψας, καὶ μαθὼν ὅτι πλουτεῖ, ἀπέκτεινε.

Pendant ce temps, Caligula fit venir Ptolémée, le fils de Juba, et apprenant sa richesse, il le fit tuer.

(Dion Cassius, Histoire LIX, 25)

133Sénèque fait allusion au meurtre du roi, de manière encore un peu différente, puisque son assassinat, sous‑entendu, est précédé d’un exil, dont les autres sources ne disent rien. Lyon n’est pas mentionnée.

Ptolemaeum Africae regem, Armeniae Mithridaten inter Gaianas custodias vidimus ; alter in exilium missus est, alter ut meliore fide mitteretur optabat.

  • 141 Sur Mithridate d’Arménie, qui régna de 35 à 37, fut destitué par Caligula, restauré par Claude en (...)

Nous avons vu Ptolémée, roi d’Afrique, et Mithridate, roi d’Arménie, jetés dans les prisons de Caligula ; l’un [Mithridate141] fut envoyé en exil, l’autre [Ptolémée] aurait souhaité un exil moins déloyal.

(Sénèque, De la tranquillité de l’âme XI, 11)

134Selon la chronologie de Dion Cassius, l’événement s’est déroulé au début de l’année 40, comme semble le confirmer, dans les inscriptions, l’apparition de la datation par l’ère maurétanienne pour cette même année 40, ce qui suppose que la province a remplacé le royaume. En effet, la mort de Ptolémée a été suivie de la réduction à l’état de province du royaume de Maurétanie, puisque le roi était mort sans héritier : le royaume échut alors à son plus proche parent, c’est‑à‑dire l’empereur. En l’absence de toute référence géographique dans ces textes, seuls le déroulé des événements du règne et la chronologie nous permettent de supposer, comme le pensent nombre d’historiens, que le meurtre eut lieu à Lyon et non à Rome.

28. La vente des biens impériaux

In Gallia quoque, cum damnatarum sororum ornamenta et supellectilem et seruos atque etiam libertos immensis pretiis uendidisset, inuitatus lucro, quidquid instrumenti ueteris aulae erat ab Vrbe repetiit, comprensis ad deportandum meritoriis quoque uehiculis et pistrinensibus iumentis, adeo ut et panis Romae saepe deficeret et litigatorum plerique, quod occurrere absentes ad uadimonium non possent, causa caderent. Cui instrumento distrahendo nihil non fraudis ac lenocinii adhibuit, modo auaritiae singulos increpans et quod non puderet eos locupletiores esse quam se, modo paenitentiam simulans quod principalium rerum priuatis copiam faceret. Compererat prouincialem locupletem ducenta sestertia numerasse uocatoribus, ut per fallaciam conuiuio interponeretur, nec tulerat moleste tam magno aestimari honorem cenae suae ; huic postero die sedenti in auctione misit, qui nescio quid friuoli ducentis milibus traderet diceretque cenaturum apud Caesarem uocatu ipsius.

De même, en Gaule, comme il avait vendu à des prix énormes les parures, le mobilier, les esclaves et même les affranchis de ses sœurs après leur condamnation, séduit par l’appât du gain, il fit venir de Rome tout l’équipement de l’ancienne cour, en réquisitionnant pour le transport même les véhicules de louage et les bêtes de somme des meuneries, si bien que le pain manqua souvent à Rome et que la plupart des plaideurs perdirent leur procès, faute d’avoir pu se rendre à l’assignation parce qu’ils habitaient loin. Pour se défaire de ce matériel, il usa de toute sa rouerie et de ses moyens de séduction : tantôt il reprochait à chacun d’être avare et de n’avoir pas honte d’être plus riche que lui, tantôt il feignait le regret de proposer à des particuliers nombre d’objets de la famille impériale. Il avait appris qu’un riche provincial avait compté deux cent mille sesterces à ses majordomes pour être admis par ruse à un de ses festins, et n’avait pas trouvé mauvais que l’on estimât si cher l’honneur de dîner à sa table ; le lendemain, il envoya quelqu’un à cette personne qui assistait à la vente aux enchères, pour lui faire adjuger je ne sais quelle bricole pour deux cent mille sesterces, et lui faire dire qu’il dînerait avec César, sur son invitation personnelle.

(Suétone, Caligula XXXIX)

  • 142 Sur cet épisode, M. Kleijwegt, « Caligula as auctioneer », Acta classica 39, 1996, p. 55‑66.
  • 143 Voir l’analyse de Fabia 1905b.
  • 144 Petit 1978, vol. I, p. 88‑89.

135La vente des biens impériaux se situe en 39142, si l’on suit la chronologie de Dion Cassius (42). Le nom de Lyon ne figure pas dans ce texte, ni dans celui de Dion Cassius qui rapporte le même épisode ; mais Caligula pouvait‑il choisir un autre lieu de résidence en Gaule que Lyon, où il était assuré de trouver toutes les commodités nécessaires au faste de sa cour143 ? P. Petit rappelle144 que Caligula tint dans cette ville « une cour magnifique, entouré qu’il était de princes orientaux (Hérode Agrippa, Antiochos de Commagène) ou hellénistiques (Ptolémée de Maurétanie) ».

29. Claude de Lyon

Claudius natus est Iulio Antonio Fabio Africano conss. Kal. Aug. Luguduni eo ipso die quo primum ara ibi Augusto dedicata est, appellatusque Tiberius Claudius Drusus. Mox fratre maiore in Iuliam familiam adoptato Germanici cognomen assumpsit. Infans autem relictus a patre ac per omne fere pueritiae atque adulescentiae tempus uariis et tenacibus morbis conflictatus est, adeo ut animo simul et corpore hebetato ne progressa quidem aetate ulli publico priuatoque muneri habilis existimaretur.

Claude naquit sous le consulat de Julius Antonius et Fabius Africanus, aux calendes d’août, à Lyon, le jour même où y fut consacré pour la première fois un autel à Auguste, et il fut appelé Tibérius Claudius Drusus. Bientôt, quand son frère aîné fut entré par adoption dans la gens Julia, il prit le surnom de Germanicus. Dès son plus jeune âge il fut privé de son père et, pendant presque toute son enfance et sa jeunesse, éprouvé par diverses maladies persistantes, si bien que, affaibli d’esprit et de corps, on le jugea inapte, même à un âge plus avancé, à toute fonction publique et privée.

(Suétone, Claude II)

  • 145 Simpson 1987.
  • 146 F. Chausson, « Le hasard d’une naissance : Claude à Lyon, 10 av. J.‑C. », in Chausson, Galliano 20 (...)

136Claude, fils de Drusus et d’Antonia Minor, est né à Lyon le 1er août de l’an 10 av. J.‑C.145. Sa titulature impériale s’établit ainsi : d’abord Tiberius Claudius Drusus Germanicus en 9 av. J.‑C., puis Tiberius Claudius Nero Germanicus en 4 ap., enfin Tiberius Claudius Caesar Augustus Germanicus en 41. Selon F. Chausson146, Claude ne serait pas le seul enfant de Drusus né à Lyon. Il faudrait peut‑être ajouter Germanicus, en 15, sur la route vers la Rhénanie et Livilla leur fille, durant la campagne, Antonia, l’épouse de Germanicus résidant à Lyon.

Fig. 24 – Claude (© Lyon MBA, photo A. Basset).

Fig. 24 – Claude (© Lyon MBA, photo A. Basset).
  • 147 E. Cizek, « Claude chez Suétone : un personnage énigmatique ? », in Burnand, Le Bohec, Martin 1998 (...)

137Pour la chronologie et l’autel, voir Tite Live (4), et, sur le personnage de Claude, Sénèque (9) ; E. Cizek147 en dresse un portrait nuancé.

30. Claude jeté dans le Rhône (?)

138L’épisode qui suit se déroule alors que Claude fait partie de la délégation envoyée par le Sénat auprès de Caligula après la répression de la conjuration de Gaétulicus.

Cum uero detecta esset Lepidi et Gaetulici coniuratio, missus in Germaniam inter legatos ad gratulandum etiam uitae periculum adiit, indignante ac fremente Gaio patruum potissimum ad se missum quasi ad puerum regendum, adeo ut non defuerint, qui traderent praecipitatum quoque in flumen, sic ut uestitus aduenerat.

Comme on avait découvert la conjuration de Lépide et de Gaétulicus, il fit partie de la délégation envoyée en Germanie pour féliciter l’empereur et il se trouva même en péril de mort ; car Caligula s’indigna et s’emporta de ce qu’on lui avait envoyé précisément son oncle, comme s’il était un enfant à gouverner, si bien qu’il n’a pas manqué de gens pour rapporter que Claude avait même été jeté dans le fleuve tout habillé, dès son arrivée.

(Suétone, Claude IX)

  • 148 Suétone, Caligula VIII, 2 ; Galba VI, 2 ; Dion Cassius, Histoire romaine LIX, 22, 5. Voir RE VII, (...)

139Cn. Cornelius Lentulus Gaetulicus, homme de lettres, consul en 26, commandant les légions de Germanie, est exécuté en octobre 39 pour avoir conspiré contre l’empereur ; il est remplacé par Galba148.

  • 149 CIL VI, 1, 2029.
  • 150 Dion Cassius, Histoire romaine LIX, 23, 5.
  • 151 D. Fishwick, « Claudius submersus », AJAH 3, 1978, p. 76.
  • 152 Dion Cassius, LIX, 23, 5.
  • 153 I. Cogitore, « Les premières années », in Chausson, Galliano 2018, p. 49.

140Certains historiens pensent que Caligula a pu rencontrer Gaétulicus à Lyon, qui aurait été choisie comme point de ralliement avant d’entamer la campagne contre les Germains, et qu’il l’y aurait fait exécuter ; cette hypothèse est plausible, mais non assurée. La conjuration fut connue à Rome officiellement le 27 octobre 39 (ce que nous savons par une inscription des Acta Arualium)149. Dion Cassius150 rapporte qu’une partie de la délégation fut renvoyée sur l’ordre de Caligula avant même d’avoir franchi les Alpes. Quant aux autres membres, leur entrevue avec Caligula a pu se dérouler à Lyon : c’est la conclusion que tire D. Fishwick151 en s’appuyant sur le récit de Dion Cassius152, où l’historien se borne à signaler que Claude ne dut la vie sauve qu’à son apparence de stupidité. En tout état de cause, force est de constater que nous ne savons ni quand la délégation est partie de Rome, ni quand elle a rencontré l’empereur ; de même, nous ignorons la durée exacte de la campagne de Caligula sur le front rhénan. Par ailleurs, l’interprétation du geste de Caligula à l’égard de Claude fait question et I. Cogitore153 y verrait, plutôt qu’un signe de la méchanceté et de la folie de Caligula, un geste politique, la marque d’une inquiétude face à une possible conjuration dont Claude aurait été membre.

  • 154 Fabia 1905b, p. 277‑278.

141Le cours d’eau mentionné dans notre texte peut être aussi bien le Rhône que la Saône : le terme employé par Suétone, flumen, en effet, est neutre et laisse place à toutes les conjectures, à tel point que l’édition Loeb a cru bon de préciser dans une note que le flumen en question était… le Rhin. P. Fabia partage cet avis154. En fait, si le texte pris isolément ne permet pas de trancher, le contexte autorise tout au plus à émettre une hypothèse. Cette baignade forcée n’a pas retenu l’attention de Sénèque, qui ne semble pas avoir exercé sa verve satirique à ce propos dans l’Apocoloquintose (9).

31. Vindex tente de soulever les Gaulois

142Suétone, dans son récit de la fin de Néron, fait une rapide allusion aux fonctions d’un de ceux qui en furent à l’origine, Julius Vindex, gouverneur de Lyonnaise, mais il ne cite pas la ville et est moins précis sur ce point que Dion Cassius (43).

Talem principem paulo minus post quattuordecim annos perpessus terrarum orbis tandem destituit, initium facientibus Gallis duce Iulio Vindice, qui tum eam prouinciam pro praetore optinebat.

Le monde entier, après avoir subi un tel prince un peu moins de quatorze ans, le renversa enfin. Les Gaulois en donnèrent le signal, sous la direction de Julius Vindex, qui gouvernait alors cette province en tant que propréteur.

(Suétone, Néron XL)

  • 155 Dion Cassius, LXIII, 22.

143On s’accorde à penser que Julius Vindex était gouverneur de la Lyonnaise et que ce pourrait être à Lyon (lors d’une réunion à l’autel fédéral ?) qu’il a prononcé un discours violemment antinéronien155, mais non antiromain, à l’origine du soulèvement d’une partie des Gaules.

Références

L’auteur et l’ouvrage

Duval 1971, n° 149 ; E. Cizek, Structures et idéologie dans les Vies des douze Césars, Bucarest-Paris, 1977 ; J. Gascou, Suétone historien, BEFAR 255, Rome, 1984, qui fait le point sur l’auteur ; L. de Coninck, « Les sources documentaires de Suétone Les XII Césars », ANRW II/35/5, 1991, p. 3675‑3700 ; P. Galand-Hallyn, « Bibliographie suétonienne (Les “Vies des XII Césars”) 1950‑1988. Vers une réhabilitation », ANRW II/33/5, 1991, p. 3576‑3622 ; F. Bérard, « Le portrait de l’empereur et le plan des Vies de Suétone », in F. Bérard, M. Chassignet (éd.), Parole, média, pouvoir dans l’Occident romain, Hommages offerts au Professeur Guy Achard, Lyon, 2007, p. 231‑250 ; Poignault 2009.

Éditions

Suétone, Vies des douze Césars, t. II, Tibère – Caligula – Claude – Néron, éd. H. Ailloud, CUF, Paris, 1931 (dernier tirage, 2018).

Voir aussi Lives of the Caesars, éd. J.C. Rolfe, Loeb, Harvard, 1997‑1998, 2 vol.

Caligula (26)

J.P.V.D. Balsdon, « Notes concerning the Principate of Gaius », JRS 24, 1934, p. 1‑24 ; J.P.V.D. Balsdon, The Emperor Caius, Oxford, 1934 (rééd., 1964) ; D. Nony, Caligula, Paris, 1986 ; J. Malye, La véritable histoire de Caligula, Paris, 2008. Sur son séjour à Lyon, voir aussi Fabia 1905b et Halfmann 1986, p. 170‑172. Sur le livre de Suétone consacré à l’empereur, D.W. Hurley, An historical and historiographical commentary on Suetonius’ Life of C. Caligula, Atlanta, 1993 ; D. Wardle, Suetonius’ Life of Caligula : a Commentary, Bruxelles, 1994.

Ptolémée et Caligula (27)

J. Carcopino, « La mort de Ptolémée, roi de Maurétanie », Mélanges de philologie, de littérature et d’histoire anciennes offerts à Alfred Ernout, Paris, 1940, p. 39‑50, article repris dans Le Maroc antique, Paris, 1943, p. 191‑199 ; D. Fishwick, « The annexation of Mauretania », Historia 20, 1971, p. 467‑487 ; D. Fishwick, D. Shaw, « Ptolemy of Mauretania and the Conspiracy of Gaetulicus », Historia 20, 1971, p. 491‑494 ; J.‑C. Faur, « Caligula et la Maurétanie : la fin de Ptolémée », Klio 55, 1973, p. 249‑271 ; Halfmann 1986, p. 170‑172 ; J.‑P. Koffel, J. Lahlou, Ptolémée de Maurétanie, le dernier pharaon, Alger, 2005 (2e éd., Mohammedia, 2009).

La conjuration de Gaétulicus (30)

Ptolémée de Maurétanie y aurait été impliqué : bibliographie au texte 27. On ajoutera J.‑C. Faur, « La première conspiration contre Caligula », RBPh 51, 1973, p. 13‑50, et C.J. Simpson, « The conspiracy of A.D. 39 », in C. Deroux (éd.), Studies in Latin Literature and Roman History II, Collection Latomus 168, Bruxelles, 1980, p. 347‑366.

D’autres séjours postérieurs probables de Claude à Lyon (30)

Fabia 1908, p. 6‑9 ; Halfmann 1986, p. 172‑173. C’est à l’occasion de sa campagne de Bretagne en 43‑44, qu’il a dû s’arrêter à Lyon, même si la ville n’est pas mentionnée explicitement (Dion Cassius, LV et LX, 19‑23 ; Suétone, Claude XVII ; Vespasien IV ; Tacite, Agricola XIII) ; à l’aller, une tempête l’obligea à débarquer à Marseille et il se rendit par voie terrestre et fluviale à Boulogne : M. Le Glay, A. Audin, Notes d’épigraphie et d’archéologie lyonnaise, Lyon, 1976, p. 19‑20 ; AE, 1976, p. 464. Sur l’état de Lyon à son époque, A. Desbat, « Colonia Copia Claudia Augusta Lugdunum : Lyon à l’époque claudienne », in Burnand, Le Bohec, Martin 1998, p. 407‑431 ; F. Chausson, « Le hasard d’une naissance : Claude à Lyon, 10 av. J.‑C. », in Chausson, Galliano 2018, p. 32‑33.

Ptolémée, Géographie

Claude Ptolémée (Κλαύδιος Πτολεμαῖος, 90‑168 environ) est un Grec d’Alexandrie, peut‑être citoyen romain, philosophe, mathématicien, physicien, astronome et géographe, dont la vie nous est pratiquement inconnue. De son œuvre, qui exerça sur la science occidentale une influence immense, on retiendra d’abord son Traité d’astronomie, ou Syntaxe mathématique, appelé aussi, depuis les Arabes, l’Almageste, et sa Géographie.

144Le Manuel de géographie ou tout simplement la Géographie (Γεωγρφικὴ ὑφήγησις ou Γεωγραφία), en huit volumes, a vu son attribution à Ptolémée parfois contestée. C’est une œuvre de compilation qui s’appuie, entre autres, sur les travaux de ses prédécesseurs (en particulier ceux de Marinos de Tyr, ieriie s.), dont les ouvrages ne nous sont connus, au mieux, que par de brèves citations. Les latitudes sont prises en principe à partir de l’Équateur (mais cf. infra, le commentaire) et le méridien zéro est aux îles Fortunées, qui correspondent aux îles du Cap‑Vert plutôt qu’aux Canaries. Ptolémée fournit également des itinéraires, des distances et des éléments pour dessiner des cartes. La plus ancienne que nous possédions remonte au début du xive s., mais, selon la tradition, une carte fondée sur ses indications était exposée aux Écoles d’Autun (ce qu’on appelle les Écoles méniennes, Moenianae) au Bas‑Empire. 

145On aura une idée des problèmes que pose au lecteur l’œuvre de Ptolémée en lisant ces extraits qui concernent la Lyonnaise – au moins quelques‑unes de ses villes –, et surtout le tracé du Rhône et de certains de ses affluents.

32. La Lyonnaise : coordonnées cartographiques

Κελτογαλατίας Λουγδουνησίας θέσις […]   
Ἀπ’ ἀνατολῶν δὲ τῶν Ἀρουέρνων μέχρι τῆς πρὸς ἄρκτους ἐκτροπῆς τοῦ Ῥοδανοῦ ποταμοῦ τὸ τῶν Αἰδούων (Αἰδύων) ἔθνος καὶ πόλεις αὐτῶν
Αὐγουστόδουνον κγº μς° Lʹ (ςʹ)
Καβάλλινον (Καβούλλινον) κβ° Lγʹ με° γοʹ
Λούγδουνον μητρόπολις κγ° δʹ με° Lγʹ (γʹ)
Κελτογαλατίας Ναρβωνησίας θέσις
Ῥοδανοῦ ποταμοῦ τὸ δυτικὸν στόμα κβ° Lγʹ μβ° Lʹ (γοʹ)
Ῥοδανοῦ (ποταμοῦ) τὸ ἀνατολικὸν στόμα κγº μβ γʹ L (γʹ)
ἡ ὑπὸ Λούγδουνον τοῦ ποταμοῦ πρὸς τὰς Ἄλπεις ἐπιστροφή κγº μεº δʹ
τὸ κατὰ τὴν λίμνην αὐτοῦ μέρος τὴν καλουμένην Λιμένην (Λεημένην) κζº δʹ μεº (δʹ)
ἡ πηγὴ τοῦ ποταμοῦ κηº γʹ μδº γʹ
Τῶν δὲ συμβαλλόντων αὐτῷ ποταμῶν εἰς μὲν τὸ ἀπ’ ἄρκτων πόλεως Λουγδούνου μέρος εἰσρέουσιν ὅ τε Ἄραρ (Αὔαρ) καὶ ὁ Δοῦβις (βοῦδις) προσμιχθέντες ἀλλήλοις·
ἐπέχουσι δὲ αἱ μὲν τοῦ Ἄραρος (Αὐάρου) πηγαὶ ἀπὸ τῶν Ἄλπεων (ὁρέων) ῥέουσαι κηº γοʹ μδº γοʹ
αἱ δὲ τοῦ Δούβιος ποταμοῦ ὑπ’ αὐτὸν ῥέοντος κη° Lʹ μδ° Lʹ
Ῥεύσαντες δὲ καὶ αὐτοὶ πρὸς ἄρκτους ἀπὸ τῶν Ἄλπεων (ὁρέων) ἐπιστρέφουσι πρὸς δυσμὰς, καὶ ἡ μὲν συμβολὴ αὐτῶν πρὸς ἀλλήλους ἐπέχει κε° γʹ με° Lʹ
ἡ δὲ πρὸς τὸν Ῥοδανὸν ποταμὸν συμβολή κδº με° Lʹ
Εἰς δὲ τὸ ἀπὸ μεσημβρίας Οὐιέννης πόλεως μέρος ῥέουσιν ὁμοίως ἀπὸ τῶν Ἄλπεων ὅ τ’ Ἴσαρ ποταμὸς καὶ ὁ Δρουεντίας ποταμὸς, καὶ τοῦ μὲν Ἴσαρος αἱ πηγαὶ ἐπέχουσι μοίρας κη° μδ°
τοῦ δὲ Δρουεντία ἡ κεφαλή κη° (Lʹ) μγ° (Lʹ)
Πάλιν δὲ ἡ μὲν τοῦ Ἴσαρος πρὸς τὸν Ῥοδανὸν συμβολὴ ἐπέχει μοίρας κβ° γʹ (γοʹ) μδ Lʹ
ἡ δὲ τοῦ Δρουεντία μοίρας κβ° γοʹ μγ° Lγʹ
Τῆς δέ Λουγδουνησίας Γαλλίας
τὸ μὲν Αὐγουστόδουνον τὴν μεγίστην ἡμέραν ἔχει ὡρῶν ιε Lδʹ (ιε γοʹ) καὶ διέστηκεν Ἀλεξανδρείας πρὸς δύσεις ὥραις β γιβʹ (βLʹ)·
τὸ δὲ Λούγδουνον ἔχει τὴν μεγίστην ἡμέραν ὡρῶν ιε γοʹ (ιε Lʹ), καὶ διέστηκεν Ἀλεξανδρείας πρὸς δύσεις ὥραις β Lʹ ἐγγιστα

 

Position de la Lyonnaise en Gaule celtique :   
De l’est des Arvernes jusqu’au coude du Rhône vers le nord, le peuple des Éduens et leurs villes :
Autun : 23° 40' 46° 30' (10')
Chalon-sur-Saône : 22° 50' 45° 40'
Lyon, la capitale : 23° 15' 45° 50' (20')
Branche ouest du delta du Rhône : 22° 50' 42° 30' (40')
Branche est du delta du Rhône : 23° 42° 20' (50')
En amont de Lyon, coude du fleuve vers les Alpes : 23° 45° 15'
Partie de son cours qui traverse le lac appelé Léman : 27° 15' 45° (15')
Source du fleuve : 28° 20' 44° 20'
Parmi ses affluents, la Saône et le Doubs mêlés arrivent jusqu’au nord de Lyon.
La Saône coule des Alpes où elle a ses sources : 28° 40' 44° 40'
Celles du Doubs, qui coule au‑dessous de la Saône : 28° 30' 44° 30'
Coulant eux aussi des Alpes vers le nord, ils font un coude vers le couchant, puis leur confluent se situe en : 25° 20' 45° 30'
Leur confluent avec le Rhône : 24° 45° 30'
Dans la partie sud du territoire de la cité de Vienne coulent de même, des Alpes, l’Isère et la Durance.
Sources de l’Isère, ont comme coordonnées : 28° 44°
Source de la Durance, a comme coordonnées : 28° (30') 43° 45'
En remontant, confluent de l’Isère et du Rhône, a comme coordonnées : 22° 40' 44° 30'
Confluent de la Durance : 20° (40') 43° 50'
Gaule lyonnaise.
Autun a, comme journée la plus longue, 15 h ¾ (15 h ⅔) ; décalage du coucher par rapport à Alexandrie : 2 h ⁵⁄₁₂ (2 ½).
Lyon a, comme journée la plus longue, 15 h ⅔ (15 ½) ; décalage du coucher par rapport à Alexandrie, 2 h ½.

(Ptolémée, Géographie II, 8, 2 ; ΙΙ, 8, 17 ; II, 10, 2 ; ΙΙ, 10, 7 ; VIII, 5, 5)

  • 156 D.A. Scheglov, « Ptolemy’s system of seven climata and Eratosthenes’ geography », Geographia Antiq (...)

146Chaque ville ou chaque point remarquable est doté d’une longitude et d’une latitude. La numérotation est donnée en degrés et en fractions de degré (et non en minutes). Mais les bases des calculs de Ptolémée sont fausses (il utilise la circonférence de la Terre établie par Poséidonios d’Apamée, 180 000 stades, et non celle d’Ératosthène, 250 000 stades, plus juste), ce qui rend souvent difficile le repérage des lieux, dont les noms ont souvent subi des déformations considérables, de même que les chiffres, soit par méconnaissance des sources par l’auteur, soit par suite de maladresses dans la tradition manuscrite : dans l’édition retenue, les mots entre parenthèses signalent des variantes orthographiques. Pour calculer la latitude, Ptolémée utilise les différences dans la longueur des jours, ce qui explique que cette dernière soit mentionnée dans son texte. En outre, dans le système d’Ératosthène de Cyrène (mathématicien, géographe et philosophe, à la tête de la Bibliothèque d’Alexandrie au iiie s. av. J.‑C.), ces longueurs de jours permettent de définir des bandes de territoires parallèles, les climats, comme dans la Chronique pascale (129), où Lyon appartient au sixième climat156.

Fig. 25 – La Gaule selon Ptolémée avec trois massifs linéaires et deux limites frontalières, manuscrit en latin de Nicolaus Germanus, 1467, 42 x 28,8 cm (D. Acola, « Donner à voir le passage de la montagne de Gaule par les mots ou par l’image », Belgeo 2, 2014, doi.org/10.4000/belgeo.12669).

Fig. 25 – La Gaule selon Ptolémée avec trois massifs linéaires et deux limites frontalières, manuscrit en latin de Nicolaus Germanus, 1467, 42 x 28,8 cm (D. Acola, « Donner à voir le passage de la montagne de Gaule par les mots ou par l’image », Belgeo 2, 2014, doi.org/10.4000/belgeo.12669).

Références

L’auteur et l’ouvrage

Duval 1971, n° 152 ; RE X, 1919, col. 2022‑2149, s.v. « Karten » [Kubitschek] ; RE XXIII/2, 1959, col. 1788‑1867, s.v. « Ptolemaios » [Kubitschek] ; RE, suppl. X, 1965, col. 680‑831, s.v. « Ptolemaios » [Polaschek] ; P. Schmitt, « Les frontières de la Gaule d’après Ptolémée », Caesarodunum 16, 1981, p. 5‑16 ; Dilke 1985, p. 2‑86 ; G. Lloyd, La science grecque après Aristote, Paris, 1990, p. 134‑157 ; G. Aujac, Claude Ptolémée, astronome, astrologue, géographe : connaissance et représentation du monde habité, Paris, 1993.

Éditions

Klaudios Ptolemaios, Handbuch der Geographie : Einleitung, Text und Übersetzung, éd. G. Grasshoff, F. Mittenhuber, A. Stückelberger, Bâle, 2006, 2 vol. et un CD‑ROM. Cette édition scientifique moderne avec une traduction en allemand propose des cartes construites d’après les indications données dans l’ouvrage, très significatives de l’image du monde à son époque.

Pendant longtemps ont servi de référence l’édition de K.F.A. Nobbe, Claudii Ptolemaei Geographia, Leipzig, 1843‑1844 (réimpr., 1966), et celle de K. Müller, Geographia, vol. I, Paris, 1883 (avec traduction latine).

Les géographes grecs

G. Aujac, La géographie dans le monde antique, QSJ 1598, Paris, 1975 ; Pédech 1976 ; Hartley, Woodward 1987 ; D. Marcotte (éd.), Géographes grecs, t. I, Introduction générale, CUF, Paris, 2000.

Pseudo‑Plutarque, Les fleuves

L’auteur de ce petit opuscule est anonyme ; son attribution à Plutarque (ca 46‑125), qui remonte peut‑être à l’Antiquité, n’est plus admise depuis longtemps.

147Les fleuves dont le nom complet est Les fleuves, les montagnes et ce que l’on y trouve (Περὶ ποταμῶν καὶ ὀρῶν καὶ τῶν ἐν αὐτοῖς εὑρισκεμένων, plus connu sous son appellation latine De fluuiis) est composé de vingt‑cinq courts chapitres sur vingt‑cinq cours d’eaux ; ce titre est conventionnel et ne correspond pas exactement au contenu du livre, que l’on peut dater du iie ou du iiie s. C’est une œuvre de compilation, plus complexe qu’il n’y paraît à première lecture, souvent totalement fantaisiste. Elle est en tout cas difficile à classer, et les éditeurs l’ont publiée tantôt avec les ouvrages de géographie, tantôt avec des recueils de mythologies ou de mirabilia.

33. La Saône et Lyon : étymologie et légendes

Ἄραρ ποταμός ἐστι τῆς Κελτικῆς, τὴν προσηγορίαν εἰληφὼς παρὰ τὸ ἡρμόσθαι τῷ Ῥοδανῷ· καταφέρεται γὰρ εἰς τοῦτον κατὰ τὴν χώραν τῶν Ἀλλοβρόγων. Ἐκαλεῖτο δὲ πρότερον Βρίγουλος, μετωνομάσθη δὲ δι’ αἰτίαν τοιαύτην. Ἄραρ κυνηγεσίας χάριν εἰς ὕλην προχωρήσας καὶ εὑρὼν τὸν ἀδελφὸν Κελτίβηρον ὑπὸ θηρίων ἀνηλωμένον, διὰ λύπης ὑπερβολὴν ἑαυτὸν καιρίως πλήξας ἔβαλεν εἰς τὸν ποταμὸν Βρίγουλον, ὃς ἀπ’ αὐτοῦ μετωνομάσθη Ἄραρ.
Γεννᾶται δὲ ἐν αὐτῷ μέγας ἰχθὺς σκολοπίας προσαγορευόμενος ὑπὸ τῶν ἐγχωρίων· οὗτος αὐξανομένης τῆς σελήνης, λευκός ἐστιν· μειουμένης δὲ, μέλας γίνεται παντελῶς· ὑπεραυξήσας δὲ ἀναιρεῖται ὑπὸ τῶν ἰδίων ἀκανθῶν.
Εὑρίσκεται δ’ ἐν τῇ κεφαλῇ αὐτοῦ λίθος χόνδρῳ παρόμοιος ἁλός, ὃς κάλλιστα ποιεῖ πρὸς τεταρταίας νόσους, τοῖς ἀριστεροῖς μέρεσι τοῦ σώματος προσδεδεμένος τῆς σελήνης μειουμένης, καθὼς ἱστορεῖ Καλλισθένης ὁ Συβαρίτης ἐν ιγʹ Γαλατικῶν, παρ’ οὗ τὴν ὑπόθεσιν εἴληφεν Τιμαγένης ὁ Σύρος.
Παράκειται δὲ αὐτῷ ὄρος Λούγδουνος καλούμενον· μετωνομάσθη δὲ δι’ αἰτίαν τοιαύτην. Μώμορος καὶ Ἀτεπόμαρος, ὑπὸ Σεσηρονέως τῆς ἀρχῆς ἐκβληθέντες, εἰς τοῦτον κατὰ προσταγὴν τὸν λόφον πόλιν κτίσαι θέλοντες. Τῶν δὲ θεμελίων ὀρυσσομένων αἰφνιδίως κόρακες ἐπιφανέντες καὶ διαπτερυξάμενοι, τὰ πέριξ ἐπλήρωσαν τὰ δένδρα. Μώμορος δὲ, οἰωνοσκοπίας ἔμπειρος ὑπάρχων, τὴν πόλιν Λούγδουνον προσηγόρευσεν. Λοῦγον γὰρ τῇ σφῶν διαλέκτῳ τὸν κόρακα καλοῦσι, δοῦνον δὲ τόπον ἐξέχοντα, καθὼς ἱστορεῖ Κλειτοφῶν ἐν ιγʹ Κτίσεων.

L’Arar [Saône] est un cours d’eau de la Gaule celtique, ainsi nommé jusqu’à sa réunion avec le Rhône. En effet, il s’y jette au‑dessus du territoire des Allobroges. Dans un premier temps, il s’appelait Brigoulos ; voici pourquoi il a changé de nom. Un dénommé Arar s’était avancé dans une forêt pour chasser et y avait trouvé son frère Celtibèros tué par les bêtes sauvages. Éperdu de chagrin, il se porta un coup mortel et se jeta dans le Brigoulos qui prit à partir de ce moment‑là le nom d’Arar.
C’est dans cette rivière que se reproduit un gros poisson nommé kloupaia par les indigènes. À la lune montante, il est blanc, à la lune descendante, il devient entièrement noir ; et lorsqu’il a grossi avec excès, il est tué par ses propres arêtes.
À la source de ce cours d’eau, on trouve une pierre à peu près semblable à un grain de sel, qui agit merveilleusement sur les fièvres quartes quand on l’applique sur les parties gauches du corps à la lune descendante. C’est ce que rapporte Callisthène de Sybaris, dans le livre 13 des Galatiques, chez qui Timagène de Syrie a pris cette information. Auprès de cette rivière s’élève un mont appelé Lougdounon ; il a changé de nom pour la raison que voici : Mômoros et Atépomaros, chassés du pouvoir par Sésèroneus, vinrent sur cette colline, obéissant à un oracle, pour y fonder une ville. Alors qu’on creusait les fondations, tout à coup, apparurent des corbeaux, voltigeant de tous côtés, qui emplirent les arbres alentour. Alors Mômoros, expert en présages, appela cette ville Lougdounon. En effet, dans leur dialecte, on appelle le corbeau « lougos » et une éminence « dounon », comme le rapporte Clitophon, au livre 13 de ses Fondations urbaines.

(Pseudo‑Plutarque, Les fleuves VI)

148Dans la traduction, on a gardé ici les noms d’Arar et de Lougdounon plutôt que Saône et Lyon, qu’on a utilisés de préférence dans les autres traductions, pour rendre sensible le jeu sur les mots.

  • 157 Pline l’Ancien, Histoire naturelle IX, 44.

149Au début du troisième paragraphe, on peut traduire de manière différente : la pierre miraculeuse se trouve non à la source de la Saône, mais dans la tête du poisson ; en effet, le pronom αὐτοῦ peut renvoyer indifféremment à ποταμὸν ou à ἰχθὺς. Κλουπαῖα, σκολοπίας, σκολόπιδος (forme que retient Delattre), κλυπίας, ou κλόπιας, tel est le nom de l’animal, selon les auteurs et les manuscrits ; ce poisson correspond peut‑être au clupea de Pline l’Ancien157, qui est sans doute notre alose.

  • 158 Desjardins 1893, vol. I, p. 162, n. 1.
  • 159 Delamarre 2003, p. 89.
  • 160 Forma Urbis. Les plans généraux de Lyon, xvie‑xxe siècles, Les dossiers des Archives municipales 1 (...)

150Celtibèros est bien entendu un nom éponyme « reconstitué », à partir du nom de populations du nord de l’Espagne actuelle, les Celtibères. E. Desjardins158 voyait dans le mot Brigoulos la possible déformation d’un adjectif gaulois signifiant « guéable » ou désignant un pont, du type briva ou briga, comme dans Samarobriva (antique Amiens) ou Litanobriga (station mentionnée dans l’Oise actuelle). X. Delamarre159 le rattache au thème brigo‑ « force, vigueur », qui a donné de très nombreux toponymes et anthroponymes. Il comprend donc Brigoulos comme « l’Impétueuse », ce qui est très loin d’être le cas de la Saône : l’auteur antique aurait‑il confondu Rhône et Saône ? Arar n’est pas un nom celte et sa signification nous échappe. Atépomaros est bien attesté dans l’anthroponymie celtique, mais les deux autres noms Momôros et Sésèroneus sont des hapax qui résistent à l’interprétation. Le plan de Vaise, dressé par G. Roche en 1789160, porte, inscrite entre les mentions « les hauteurs de l’Oyasse » et « le territoire de Vaize » (modernes Loyasse et Vaise), une longue inscription de trois lignes, « primitive ville de Lyon fondée par Momorus et Atépomarus frères grecs » : l’origine des fondateurs, des Grecs et non plus des Gaulois barbares, rehausse encore l’origine de la ville.

Fig. 26 – Extrait du plan de Vaise par G. Roche, 1789 (Archives de Lyon, cote 1S103‑1, www.fondsenligne.archives-lyon.fr/ark:/18811/72b7e6aa7988474a94c1e4143f95ae45).

Fig. 26 – Extrait du plan de Vaise par G. Roche, 1789 (Archives de Lyon, cote 1S103‑1, www.fondsenligne.archives-lyon.fr/ark:/18811/72b7e6aa7988474a94c1e4143f95ae45).

Sur le plan, à l’emplacement de Fourvière : « Primitive ville fondée par Momorus et Atepomarus frères grecs ». À l’emplacement de la Croix-Rousse, se référant à C.‑F. Ménestrier, l’auteur précise : « Partie de la ville de Lyon fondée par Plancus Lépide et Silanus lieutenants de Cézar et où Plancus établit par ordre du Sénat une colonie l’an 710 de Rome. Menestrier, Hist. de Lyon ». Dans le cartouche en bas à droite, au premier paragraphe : « Vestiges d’anciennes constructions considérables au point T et un souterrain a celui de V, dans ces mêmes possessions qui jouissent des privilèges des Bourgeois de Lyon, où journellement les Cultivateurs trouvent des médailles et des pièces de monnoyes frappées sous les Empereurs Romains, les rois Bourguignons et les archevêques ; d’après quoi il y a tout lieu de conjecturer que cette dénomination vulgaire de hauteur de l’Oyasse peut bien dériver de ce vol fortuit de Corbeaux que Momorus pris à bon augure pour jetter les premiers fondements de cette ville sur la montagne (Menestrier) raport que la seule tradition nous a conservée. »

  • 161 Jullian 1920‑1926, vol. II, p. 253.

151Les deux légendes appartiennent à un répertoire bien connu, la seconde étant à rapprocher de celle de la fondation de Rome. L’étymologie du nom de Lyon est, quant à elle, hautement fantaisiste, comme l’ont montré Y. Roman et C. Goudineau, malgré les efforts d’A. Audin. On aimerait, en tout cas, connaître le nom pré‑celte de Lyon (s’il y en eut jamais un !), puisque le Pseudo‑Plutarque prétend que ce nom fut changé. C. Jullian161 signale que le changement de Brigoulos en Arar est aussi une imitation connue pour un autre cours d’eau, celui d’Albula en Tiberinus, rapporté par Tite‑Live.

  • 162 Pseudo‑Plutarque, De fluuiis VII, 6.
  • 163 Steyert 1886.

152Comme souvent dans cette œuvre, les autorités citées sont en général peu connues et difficilement identifiables, voire purement fictives. Timagène dit d’Alexandrie est ici qualifié de Syrien, à cause d’un hypothétique exil en Mésopotamie, s’il s’agit bien du même, rhéteur et historien de l’époque d’Auguste, ce que conteste Delattre. Callisthène de Sybaris n’est connu que par cette mention : il ne s’agit pas de l’historien d’Alexandre, Callisthène d’Olynthe (en Macédoine), et peut‑être faut‑il le rapprocher d’un Callisthène sans ethnique, connu par les Parallela minora de Plutarque. Clitophon (ou Cleitophon) est un historien de Rhodes du iie ou du iiie s., auteur d’une Histoire d’Inde selon le Pseudo‑Plutarque ; un Clitophon, sans ethnique, est cité ailleurs dans le De fluuiis162 ; c’est peut‑être le même que l’auteur d’Histoires des Gaules dans les Parallela minora163.

  • 164 M. Monin, « L’oppidum de Lyon », in Atlas 2018, p. 433‑434.

153Néanmoins, la découverte en 2014 d’un tronçon de murus gallicus sur le plateau de Fourvière164 autorise à relancer le débat sur la nature et la portée de ce texte.

154Ce texte a inspiré à l’écrivain lyonnais bien oublié Paul Soupiron (1885‑1979) un roman, Duncia, publié en 1944 aux éditions Lugdunum, où est narrée en détail la fondation de Lugdunum par Momôros et Atépomaros.

Références

L’auteur et l’ouvrage

Duval 1971, n° 179 ; F. de Mély, Le « Traité des fleuves » de Plutarque, Paris, 1892 ; A. Audin, G. Charriere, « Le Pseudo‑Plutarque avait raison », CH, 1963, p. 357‑370 ; Y. Roman, « Le corbeau de Lyon et l’origine du nom de Lugdunum », Bulletin de la Société des amis de la bibliothèque Salomon Reinach, 1985, p. 51‑53 ; Goudineau 1989, p. 33‑35 ; C.J. Guyonvarch’, F. Le Roux, Les druides, Rennes, 1986 (réimpr., 1993), p. 128‑129, 365, 403, 417.

Éditions

Plutarco Fiumi e monti, éd. Ε. Calderon Dorda, A. de Lazzer, E. Pellizer, Naples, 2003.

Les éditions les plus souvent citées sont celles de K. Müller, Geographi Graeci Minores, Paris, 1861, vol. II, p. 644‑645 et de F. Jacoby, FGrH II, A, Berlin, 1923, n° 88 F13. Refusant le titre universellement admis par ses prédécesseurs, C. Delattre a donné une nouvelle traduction avec commentaire et notes sous le titre Nommer le monde, Villeneuve d’Ascq, 2011 (« L’Arar », p. 106‑111), avec une bibliographie sinon exhaustive, du moins très riche. Son commentaire renouvelle profondément l’interprétation de ce texte, même s’il n’est pas entièrement convaincant.

Irénée de Lyon, Contre les hérésies

Irénée (Irenaeus, Εἰρηναῖος), est né entre 115 et 140, probablement à Smyrne, en Asie Mineure, où il connut Polycarpe, qui l’envoya lui‑même à Lyon, à une date indéterminée et selon une tradition impossible à vérifier (119). Sa mission à Rome au moment des événements de 177 nous est connue par la « Lettre des chrétiens de Vienne et Lyon », dont de longs fragments ont été conservés dans l’Histoire ecclésiastique d’Eusèbe de Césarée et dont il est peut-être l’auteur (53‑59) ; elle lui valut d’échapper à la persécution et de succéder à Pothin à son retour à Lyon. Il serait mort à l’extrême fin du iie s., sans avoir connu le martyre (123, sur ce point précis) ; son corps aurait été déposé dans l’église Saint‑Jean, qui prit alors le nom de Saint‑Irénée, dans une crypte, entre ceux des martyrs Alexandre et Épipoy (153C, Gauthier, Picard 1986) ; il s’y accomplissait de nombreux miracles.

155Son œuvre fait de lui l’un des plus anciens théologiens catholiques. Il y affirme, le premier, l’importance de la tradition apostolique, lui qui est souvent qualifié de uicinus apostolicorum temporum, « proche des temps apostoliques ». Il écrivait en grec, sa langue maternelle. Deux ouvrages seulement nous ont été conservés : La Démonstration de la prédication apostolique (version arménienne) et La Révélation et la réfutation de la fausse Gnose encore appelée Contre les hérésies (Ἔλεγχος καὶ ἀνατροπὴ τῆς ξευδωνίμου γνώσεως ou Πρὸς αἱρέσεις, en latin Aduersus haereses), dans une version latine avec des fragments grecs, arméniens, syriaques, dont on trouvera ci‑après un court extrait bilingue.

34. Marc l’Hérétique en Gaule

Talia autem dicentes et operantes et in his quoque quae sunt secundum nos regiones Rodanenses multas seduxerunt mulieres, quae cauteriatas conscientias habentes, quaedam quidem etiam in manifesto exomologesim faciunt, quaedam autem reuerentes hoc ipsum in silentio sensim semetipsas retrahunt, desperantes a uita Dei : quaedam quidem in totum abscesserunt, quaedam autem inter utrumque dubitant et quod est prouerbii passae sunt, neque intus neque foris exsistentes, hunc fructum habentes seminis filiorum agnitionis.

Τοιαῦτα δὴ λέγοντες καὶ πράττοντες, καὶ ἐν τοῖς καθ’ ἡμᾶς κλίμασι τῆς Ῥοδανουσίας πολλὰς ἐξηπατήκασι γυναῖκας, αἵτινες κεκαυτηριασμέναι τὴν συνείδησιν, αἱ μὲν καὶ εἰς φανερὸν ἐξομολογοῦνται, αἱ δὲ δυσωπούμεναι τοῦτο, ἡσυχῆ ἀνασπῶσιν ἑαυτὰς ἀπηλπικυῖαι τῆς ζωῆς τοῦ Θεοῦ, ἔνιαι μὲν εἰς τὸ παντελὲς ἀπέστησαν, ἔνιαι δὲ ἐπαμφοτερίζουσι καὶ τὸ τῆς παροιμίας πεπόνθασι, μήτε ἔξω μήτε ἔσω οὖσαι, ταύτην ἔχουσαι τὴν ἐπικαρπίαν τοῦ σπέρματος τῶν τέκνων τῆς γνώσεως.

Par des discours et des agissements de cette sorte, ils ont séduit un grand nombre de femmes jusque dans nos contrées rhodaniennes. Leur conscience marquée au fer rouge, certaines font, même publiquement, pénitence, mais d’autres, qui appréhendent cette démarche même, se retirent peu à peu en elles‑mêmes dans le silence, loin de la vie de Dieu : tandis que les unes ont totalement apostasié, les autres restent dans le doute, et subissent ce que dit le proverbe, en n’étant ni dehors ni dedans et en portant la semence des fils de la gnose.

(Irénée, Contre les hérésies I, 13, 7)

  • 165 Sur Marcos, E. Norelli, « Marcion », in B. Pouderon (dir.), Histoire de la littérature grecque chr (...)

156Le marcianisme, de Marcos, Marcus ou Marc d’Égypte, dit aussi Marc le Magicien, est une variante du valentinianisme (du gnostique égyptien Valentin, mort en 160). C’est une forme d’hérésie gnostique particulièrement complexe, qui se répandit dans la vallée du Rhône et donc vraisemblablement à Lyon (73 et 74). Le marcianisme eut un succès certain, si l’on en croit les attaques d’Irénée et de Tertullien165.

157Il nous a paru difficile d’exclure complètement Irénée de ce recueil. Pourtant ce qui frappe, dans cette œuvre, c’est l’absence presque totale de mentions, non seulement de la ville où il résidait (le nom de Lyon n’apparaît jamais), mais plus généralement du pays dont il a dû longtemps être le seul évêque. Il nous a ainsi fallu chercher pour découvrir un passage où il fût fait au moins allusion sinon à Lyon, du moins aux Gaules.

158Reste que cette impression générale est sans doute trompeuse. D’abord parce que nous ne possédons qu’une petite partie de l’œuvre d’Irénée – et l’on peut à cet égard regretter la perte d’une correspondance qui a dû exister. Ensuite parce que la « Lettre aux chrétiens des Églises d’Orient », dont on s’accorde à lui attribuer la paternité, même si Eusèbe n’en dit rien, corrige immédiatement, au moins en partie, cette impression (53‑59).

  • 166 R. Henry (éd.), Photius, Bibliothèque, t. II, Paris, CUF, 1960, codex 120 « Irénée de Lyon ».
  • 167 Photius, Lettre 291, 325.

159Photius, Φώτιος (820 ‑ 891‑897), érudit, homme politique et patriarche de Constantinople et l’une des parties prenantes du schisme du ixe s., mentionne à plusieurs reprises Irénée de Lyon soit dans son grand ouvrage, la Bibliothèque (Βιβλιοθήκη) ou Myrobiblion (Μυροβίβλιον) : e.g. « βιβλίον Εἰρηναίου ἐπισκόπου Λουγδούνων (ἐν Κελτοῖς δὲ τὰ Λούγδουνα) », « le livre d’Irénée, l’évêque de Lyon (Lyon est en Celtique) »166, soit dans d’autres de ses œuvres167, e.g. Εἰρηναῖον τὸν Λουγδούνων ἐπίσκοπον. On relèvera une variante sur le nom de Lyon, qui est ici au pluriel neutre.

Références

L’auteur et l’ouvrage

C. Perrat, A. Audin, « Saint Irénée », CH 3, 1958, p. 227‑251 ; Duval 1971, n° 176 ; Altaner 1961 p. 209‑219 ; DictSpir VII, 1971, col. 1923‑1969, s.v. « Irénée » [Doutreleau] ; J. Comby, Irénée, aux origines de l’Église de Lyon, Lyon, 1977 ; J. Colson, Saint Irénée : aux origines du christianisme en Gaule, Paris, 1993. Sur sa lutte contre les hérésies, Y. de Andia, « L’hérésie et sa réfutation selon Irénée de Lyon », Augustinianum 25, 1985, p. 609‑644 ; sur son rôle d’évêque, J. de Roulet, « Saint Irénée évêque », RHPhR 73, 1993, p. 261‑280 ; R. Aubert, DHGE 25, 1995, col. 1477‑1479, avec complément bibliographique. Sur le prétendu martyre d’Irénée, Decourt 1999. Sur les rapports d’Irénée avec Lyon et la Gaule, J. Secord, « The cultural geography of a Greek Christian. Irenaeus from Smyrna to Lyons », in S. Parvis, P. Foster (éd.), Irenaeus : Life, Scripture, Legacy, Minneapolis, 2012, p. 25‑33.

Édition

Les œuvres d’Irénée ont paru dans la collection des Sources chrétiennes. Pour le livre I, A. Rousseau, L. Doutreleau, SC 263‑264, Paris, 1979, avec introduction et commentaire.

Galien, Sur les antidotes

Galien (Κλαυδίος Γαληνός, Claudius Galenus [le prénom est tardif et sans doute inauthentique]), né à Pergame vers 130, mort en 216. Après des études à Alexandrie, il voyage une douzaine d’années à travers le bassin méditerranéen ; il est à Rome vers 164 et devient le médecin de Marc Aurèle. Parce qu’il suscitait des jalousies ou pour fuir une épidémie de peste, il retourne brusquement à Pergame en 167, d’où l’empereur le rappelle deux ans plus tard. Il exerça aussi auprès de Commode et de Septime Sévère. Il aurait écrit presque 500 ouvrages dont il dressa lui‑même la liste pour tenter d’éviter les contrefaçons et les pillages ; mais la majorité périt dans l’incendie du temple de la Paix à Rome en 192. Il ne se cantonne pas à la médecine, mais il a écrit sur la morale, la logique, la rhétorique. Ses livres les plus importants restent L’art médical et La méthode thérapeutique. Au Moyen Âge, l’œuvre médicale de Galien deviendra la référence suprême.

160Le traité Les antidotes (Περὶ ἀντιδότων) présente une série de potions pharmaceutiques et mentionne le nom de leurs créateurs.

35. Potion contre les piqûres de scorpion

Ἀβασκάντου ἰατρεύοντος ἐν Λουγδούνῳ. ϟ Πεπέρεως λευκοῦ, κόκκους κʹ. καστορίου, ὀπίου, κρόκου, σμύρνης, ἴρεως Ἰλλυρικῆς, σταφίδος ἀγρίας, χαμαίδρυος, βρυωνίας ῥίζης, πυρέθρου, ἑκάστου τὸ ἴσον, οἴνῳ ἀνάπλαττε, καὶ δίδου < αʹ. μετ’ οἴνου ἀκράτου κυάθους γʹ.

Médicament d’Abascantos, médecin à Lyon.
Poivre blanc, vingt grains ; castoreum, opium, crocus, smyrneion, iris d’Illyrie, staphis sauvage, germandrée, racine de vigne blanche, camomille, de chaque, en quantité égale ; fais‑en un vin et donnes‑en un < [unité de mesure] avec trois cyathes de vin pur.

(Galien, Les antidotes II, éd. C.G. Kühn, p. 177)

  • 168 On lira avec prudence (voir la bibliographie) les notices consacrées à Abascantus par les érudits (...)
  • 169 J.L. Garcia Ramon, « Thessalian Personal Names and the Greek Lexicon », in E. Matthews (éd.), Old (...)
  • 170 Sur Abascantos, surnom du médecin phrygien Alexandre, martyr en 177, voir 59.

161Comme nous ne pouvons garantir l’efficacité du remède…, nous nous abstiendrons d’en commenter en détail la composition. Ce médecin lyonnais168 porte un nom sinon banal, du moins assez répandu169, qui est en outre un « nom parlant », puisque le mot ἀβασκάντον signifie « amulette, ce qui met à l’abri des maléfices »170. Il est mentionné en deux autres occasions par Galien dans son traité De la composition des remèdes suivant les lieux (Περὶ συνθέσεως φαρμάκων τῶν κατὰ τόπους), d’abord au livre VII pour une autre potion.

Fig. 27 – Galien (gravure de J.P. Busch ; domaine public, source Wikimedia Commons, commons.wikimedia.org/entity/M40855568).

Fig. 27 – Galien (gravure de J.P. Busch ; domaine public, source Wikimedia Commons, commons.wikimedia.org/entity/M40855568).

36. Remède contre la phtisie

Πότιμα παρὰ Κλητίου Ἀβασκάνθου πρὸς φθισικευομένους, ᾧ χρῶμαι κατακόρως, ἀνεπιτήδειον δέ ἐστι πρὸς αἵματος ἀναγωγήν.

Remède de Clétios Abascantos pour les phtisiques, que j’utilise beaucoup, mais qui est impropre à traiter les crachements de sang.

(Galien, De la composition des remèdes VII, éd. C.G. Kühn, vol. XIII, p. 71)

162La troisième mention du médecin lyonnais est au livre IX du même ouvrage, où Galien expose un remède contre la colique.

37. Remède contre la colique

Ἐφεξῆς τῶν προγεγραμμένων κωλικὴ παρὰ Ἀβασκάντου, ἣν εὗρον παρ’ ἐμοὶ σύμφωνον.

À la suite de ce qui vient d’être dit, remède contre la colique chez Abascantos, remède qui m’a semblé convenable.

(Galien, De la composition des remèdes IX, éd. C.G. Kühn, vol. XIII, p. 278)

Références

L’auteur et l’ouvrage

Duval 1971, n° 177 ; P. Moraux, Galien de Pergame. Souvenirs d’un médecin, Paris, 1985, biographie romancée construite à partir d’extraits biographiques tirés de ses œuvres, traduits et commentés ; J. Boulogne, « L’apport de Galien à la méthode médicale », REG 110, 1997, p. 126‑142 ; synthèse par V. Boudot-Millot, Galien de Pergame. Un médecin grec à Rome, Paris, 2012.

Éditions

Galien, Opera omnia, éd. C.G. Kühn, t. XIV, Les antidotes ; t. XIII, De la composition des remèdes, Leipzig, 1826‑1827 (réimpr., Hildesheim, 1965).

Il existe une traduction française par É. Littré, l’auteur du Dictionnaire ; voir aussi L. Winkler, Galens Schrift De antidotis. Ein Beitrag zur Geschichte von Antidot und Theriak, Marburg, 1980, à lire sur le site www.biusante.parisdescartes.fr/histoire/medica/index.php.

Abascantos

Rivet de la Grange 1733, p. 250‑251 ; L.‑F. Trolliet, « Notice sur Abascantus », Archives historiques et statistiques du département du Rhône II/10, 1825, p. 364 ; H. Mollière, « Le plus ancien médecin de Lugdunum, 129(?)‑177. Identité du martyr saint Alexandre et de l’Abascantus de Galien », Mémoires de la Société littéraire, historique et archéologique de Lyon, années 1896‑1897, 1898, p. 89‑103.

Dion Cassius, Histoire romaine

L’historien grec Dion Cassius (Lucius Cassius Dio Cocceianus, Δίων ὁ Κάσσιος), est né en Bithynie, à Nicée, entre 155 et 165, dans une famille de rang sénatorial. À Rome, il mène une carrière politique sous plusieurs empereurs : préteur en 194 sous Sévère, consul suffect autour de 205, il fut successivement entre 222 et 227 proconsul d’Afrique, gouverneur de Dalmatie puis de Pannonie supérieure ; il est consul éponyme en 229 avec l’empereur. Il termine sa vie en disgrâce à Nicée (il se serait aliéné les prétoriens pour sa trop grande sévérité : Dion, 80, 5), où il meurt entre 232 et 235.

163Parallèlement à cette carrière politique, Dion Cassius est l’auteur de divers ouvrages dont une Histoire romaine (Ῥωμαικὴ Ἱστορία), depuis les origines de la ville jusqu’à son époque ; des quatre‑vingts livres, il ne nous reste que les livres 36 à 60 (pour la période 68 av. J.‑C. - 47 ap. J.‑C.) et quelques fragments. En outre, deux abrégés de ses livres perdus nous sont parvenus, rédigés par deux moines byzantins : Jean Xiphilin (xie s.), pour les livres 61 à 80, et Jean Zonaras (xiie s. ; 195‑198), pour les livres 1 à 21. Le premier reste assez proche de sa source, dont il assemble de larges extraits. Le second est plus éloigné de Dion Cassius qu’il utilise comme source ; parfois, le texte original de Dion étant déjà perdu à son époque pour certains livres, il utilise Xiphilin qu’il abrège davantage, parfois il compile plusieurs sources, parfois il reformule à sa manière. Dans les extraits qui suivent, lorsque sont conservés le texte original de Dion Cassius et le passage correspondant dans l’Épitomé de Xiphilin, ce dernier est imprimé en gras.

38. Fondation de Lyon

164Le texte qui suit fait partie du récit des guerres civiles après la mort de César.

  • 171 Une variante au singulier dans la CUF : μὴ καὶ ἐκεῖνος αὐτῷ συνάρηται, ce qui renvoie au seul Plan (...)

Οἱ γὰρ βουλευταὶ ἐπειδὴ ἐπύθοντο τὸν Σιλανὸν τὰ τοῦ Ἀντωνίου πράξαντα, ἐφοβήθησαν τόν τε Λέπιδον καὶ τὸν Πλάγκον [καὶ] τὸν Λούκιον, μὴ καὶ ἐκεῖνοι αὐτῷ συνάρωνται171, καὶ πέμψαντες πρὸς αὐτοὺς οὐδὲν ἔτι δεῖσθαί σφων ἔφασαν. Ἵνα τε μηδὲν ὑποτοπήσωσι κἀκ τούτου τι κακουργήσωσιν, ἐκέλευσαν αὐτοῖς τοὺς ἐκ Οὐιέννης τῆς Ναρβωνησίας ὑπὸ τῶν Ἀλλοβρίγων ποτὲ ἐκπεσόντας καὶ ἐς τὸ μεταξὺ τοῦ τε Ῥοδανοῦ καὶ τοῦ Ἀράριδος, ᾗ συμμίγνυνται ἀλλήλοις, ἱδρυθέντας συνοικίσαι. Καὶ οὕτως ἐκεῖνοι ὑπομείναντες τὸ Λουγούδουνον μὲν ὀνομασθὲν νῦν δὲ Λούγδουνον καλούμενον ἔκτισαν, οὐχ ὅτι οὐ καὶ ἐς τὴν Ἰταλίαν σὺν τοῖς ὅπλοις ἠδυνήθησαν ἂν ἐλθεῖν, εἴπερ ἠθελήκεσαν (ἀσθενέστατα γὰρ ἤδη τὰ ψηφίσματα πρὸς τοὺς τὰς δυνάμεις ἔχοντας ἤγετο), ἀλλ’ ὅτι τὴν ἔκβασιν τοῦ Ἀντωνιείου πολέμου περισκοποῦντες τῇ τε βουλῇ πεπειθαρχηκέναι δόξαι καὶ τὰ σφέτερα ἅμα κρατύνασθαι ἐβούλοντο.

Lorsque les sénateurs apprirent que Silanus embrassait la cause d’Antoine, ils craignirent que Lépide et Lucius Plancus ne s’unissent à lui eux aussi, et ils leur envoyèrent un message, leur disant qu’ils n’avaient plus besoin d’eux. Et pour éviter qu’ils ne conçoivent quelque soupçon et, de ce fait, ne se montrent déloyaux, ils leur ordonnèrent de fonder une colonie en rassemblant les gens qui avaient alors été chassés de Vienne en Narbonnaise par les Allobroges, et qui s’étaient installés entre le Rhône et la Saône, à leur confluent. Ils restèrent [en Gaule] et ainsi fondèrent la ville qui fut alors nommée Lugudunum, et qui s’appelle maintenant Lugdunum, non qu’il leur aurait été impossible de pénétrer aussi en Italie avec leurs armes, s’ils l’avaient voulu (on faisait alors en effet très peu de cas des décrets du Sénat parmi ceux qui commandaient les troupes), mais parce qu’ils voulaient, tout en examinant attentivement l’issue de la guerre menée par Antoine, paraître obéir aux ordres du Sénat, et en même temps renforcer leurs propres positions.

(Dion Cassius, Histoire romaine XLVI, 50)

165Antoine est Marc Antoine, le futur triumvir ; Lépide, autre triumvir, est à l’époque gouverneur de la Transalpine ; Silanus est un lieutenant de Lépide passé du côté d’Antoine ; Lucius Plancus est L. Munatius Plancus, ancien lieutenant de César, à ce moment gouverneur de la Gaule Chevelue et consul désigné pour 42.

  • 172 Suétone, Tibère IV.

166On ne reprendra pas en détail la discussion menée par C. Goudineau autour des textes de Dion Cassius, Tacite (20), Suétone172 et Cicéron (2‑3) concernant les conditions dans lesquelles fut fondée la nouvelle colonie. La date exacte de cette fondation, malgré les efforts d’A. Audin, qui proposait le 9 octobre 43, est en fait impossible à établir. Elle est en tous cas postérieure au 30 juin 43, date à laquelle le Sénat déclare Lépide hors la loi, faisant de Plancus le seul fondateur, sans doute postérieure aussi au 28 juillet, date de la dernière lettre de remerciement de Plancus à Cicéron (3). Rappelons pour finir le nom de la colonie : d’abord Colonia Copia Felix Munatia, elle deviendra Colonia Copia Lugdunum, puis Colonia Copia Augusta Claudia Lugdunum.

167Sur les origines de Lyon, au-delà de la stricte question de la fondation de la colonie, la bibliographie est abondante : voir Cicéron (3) et Pseudo‑Plutarque (33).

39. L’affaire Licinius

  • 173 Sur les séjours d’Auguste en Gaule, cf. Velleius Paterculus, Histoire romaine II, 97 ; Halfmann 19 (...)
  • 174 Suétone, Auguste XXIII.
  • 175 Dion Cassius, Histoire romaine LIV, 25.

168L’empereur Auguste séjourna en Gaule, de 15 à 13 av. J.‑C., pour organiser la Gaule, puis en 10 av. J.‑C. et en 8 av. J.‑C., pour surveiller la conquête de la Germanie jusqu’à l’Elbe173. L’épisode suivant se situe lors du premier séjour, juste au moment où Auguste vient de conclure la paix avec les Sicambres, les Usipètes et les Tenctères qui lançaient des incursions en Gaule et venaient de défaire Lollius en 16 av. J.‑C.174. Dion Cassius mentionne le retour d’Auguste à Rome dans le même livre175. L’épisode suivant a sans doute eu pour cadre Lyon où, selon Sénèque (9), « Licinius régna de nombreuses années ».

Τῶν μὲν οὖν ὅπλων οὐδὲν διὰ ταῦθ’ ὁ Αὔγουστος ἐδεήθη, τὰ δὲ δὴ ἄλλα καθιστάμενος τοῦτόν τε τὸν ἐνιαυτὸν κατανάλωσε καὶ τὸν ὕστερον, ἐν ᾧ Μᾶρκος τε Λίβων καὶ Καλπούρνιος Πίσων ὑπάτευσαν. Πολλὰ μὲν γὰρ καὶ ὑπὸ τῶν Κελτῶν, πολλὰ δὲ καὶ ὑπὸ Λικίνου τινὸς ἐπεπόνηντο. Καί μοι δοκεῖ τοῦθ’ ὅτι μάλιστα τὸ κῆτός σφισι προσημῆναι· πλάτος μὲν γὰρ ποδῶν εἴκοσι μῆκος δὲ τριπλάσιον ἔχον, καὶ γυναικὶ πλὴν τῆς κεφαλῆς ἐοικός, ἐς τὴν γῆν ἑαυτὸ ἐκ τοῦ ὠκεανοῦ ἐξώκειλεν. Ὁ δὲ δὴ Λίκινος τὸ μὲν ἀρχαῖον Γαλάτης ἦν, ἁλοὺς δὲ ἐς τοὺς Ῥωμαίους καὶ δουλεύσας τῷ Καίσαρι ὑπὸ μὲν ἐκείνου ἠλευθερώθη, ὑπὸ δὲ τοῦ Αὐγούστου ἐπίτροπος τῆς Γαλατίας κατέστη. Οὗτος οὖν πλεονεξίᾳ μὲν βαρβαρικῇ ἀξιώσει δὲ Ῥωμαϊκῇ χρώμενος, πᾶν μὲν τὸ κρεῖττόν ποτε αὐτοῦ νομισθὲν καθῄρει, πᾶν δὲ τὸ ἐν τῷ παρόντι ἰσχυρὸν ἠφάνιζε, καὶ συχνὰ μὲν καὶ πρὸς τὰ ἀναγκαῖα τῆς προστεταγμένης οἱ διακονίας ἐξεπόριζε, συχνὰ δὲ καὶ ἑαυτῷ τοῖς τε οἰκείοις παρεξέλεγε. Καὶ ἐς τοσοῦτόν γε κακοτροπίας ἐχώρησεν ὥστε, ἐπειδή τινες ἐσφοραὶ κατὰ μῆνα παρ’ αὐτοῖς ἐγίγνοντο, τεσσαρεσκαίδεκα αὐτοὺς ποιῆσαι, λέγων τὸν μῆνα τοῦτον τὸν Δεκέμβριον καλούμενον δέκατον ὄντως εἶναι, καὶ δεῖν διὰ τοῦτο αὐτοὺς καὶ τοὺς δύο τοὺς ὑστάτους, ὧν τὸν μὲν ἑνδέκατον τὸν δὲ δωδέκατον ὠνόμαζε, νομίζειν, καὶ τὰ χρήματα τὰ ἐπιβάλλοντα αὐτοῖς ἐσφέρειν. Διὰ μὲν οὖν ταῦτα τὰ σοφίσματα ἐκινδύνευσεν· οἱ γὰρ Γαλάται τοῦ Αὐγούστου λαβόμενοι δεινὰ ἐποίησαν, ὥστε καὶ ἐκεῖνον τὰ μὲν συνάχθεσθαί σφισι τὰ δὲ καὶ παραιτεῖσθαι· ἀγνοεῖν τέ τινα ἔλεγε, καὶ προσεποιεῖτο ἕτερα μὴ πιστεύειν, καὶ ἔστιν ἃ καὶ συνέκρυπτεν, αἰσχυνόμενος ὅτι τοιούτῳ ἐπιτρόπῳ ἐκέχρητο· ἄλλο δὲ τοιόνδε τι τεχνασάμενος καὶ πάνυ πάντων αὐτῶν κατεγέλασεν. Ἐπειδὴ γὰρ χαλεπῶς οἱ τὸν Αὔγουστον ἔχοντα ᾔσθετο καὶ κολασθήσεσθαι ἔμελλεν, ἔς τε τὴν οἰκίαν αὐτὸν ἐσήγαγε, καὶ πολλοὺς μὲν καὶ ἀργυρίου καὶ χρυσίου θησαυροὺς πολλὰ δὲ καὶ τἆλλα σωρηδὸν συννενημένα αὐτῷ δείξας « ἐξεπίτηδες » ἔφη « ταῦτα, ὦ δέσποτα, καὶ ὑπὲρ σοῦ καὶ ὑπὲρ τῶν ἄλλων Ῥωμαίων ἤθροισα, ἵνα μὴ τοσούτων χρημάτων ἐγκρατεῖς οἱ ἐπιχώριοι ὄντες ἀποστῶσιν. Ἀμέλει καὶ ἐτήρησά σοι πάντα αὐτὰ καὶ δίδωμι. » Kαὶ ὁ μὲν οὕτως, ὡς καὶ ὑπὲρ τοῦ Αὐγούστου τὴν τῶν βαρβάρων ἰσχὺν ἐκνενευρικώς, ἐσώθη

C’est pourquoi Auguste n’eut donc pas besoin de recourir aux armes ; et donc il passa cette année et la suivante, sous le consulat de M. Libon et Calpurnius Pison, à s’occuper d’autres affaires. Car ils [les Gaulois] avaient souffert bien des maux à cause des Celtes [les Germains], et surtout à cause d’un certain Licinus. Et c’est bien précisément cela que leur avait prédit, à mon avis, le monstre marin. En effet, ce monstre qui mesurait vingt pieds de large [ca 5,9 m] et le triple en longueur [ca 18 m], qui ressemblait à une femme, sauf la tête, était sorti de l’océan et était venu s’échouer sur le rivage. Quant à Licinius, il était à l’origine un Gaulois ; fait prisonnier par les Romains et devenu esclave de César, il fut affranchi par celui‑ci puis nommé procurateur des Gaules par Auguste. Cet individu, joignant la cupidité du Barbare à l’honorabilité romaine, abattait quiconque lui avait été jugé supérieur, supprimait quiconque avait quelque pouvoir dans le moment ; il se servit largement pour remplir les devoirs qui incombaient à sa charge et opéra des détournements importants à son profit et à celui de ses proches. Et il en vint à un tel degré de malversation que, comme chez les Gaulois certaines contributions étaient versées mensuellement, il porta à quatorze le nombre des mois, en soutenant que le mois qu’on nomme décembre était en fait le dixième mois, et que, pour cette raison, il fallait bien qu’ils admettent qu’il y en avait encore deux, les derniers, qu’il nommait l’un le onzième et l’autre le douzième, et qu’il fallait qu’ils versent l’argent échéant ces mois‑ci. Tels étaient donc les artifices qui le mirent en danger. Car les Gaulois, ayant saisi Auguste de l’affaire, lui firent part de leur indignation, si bien que lui aussi compatit à leurs déboires, sur certains points, mais rejeta leurs demandes sur d’autres. Il affirma ignorer certains détails, feignit ne pas en croire d’autres ; et il en cacha plusieurs, car il se sentait déshonoré d’avoir eu recours à un tel procurateur. Mais Licinius se joua d’eux tous en montant une autre machination, que voici. En effet, quand il se rendit compte qu’Auguste lui battait froid et qu’il allait être châtié, Licinius l’invita chez lui et lui dit en lui montrant d’innombrables trésors d’argent et d’or et encore beaucoup d’autres objets entassés en monceaux : « Maître, tout cela, c’est à dessein que je l’ai amassé dans ton intérêt et celui des Romains, pour éviter que les indigènes ne se révoltent, s’ils disposaient de pareilles richesses ; sois sans inquiétude, j’ai veillé sur tout cela pour toi, et je te le donne. » Et c’est ainsi qu’il se tira d’affaire, faisant comme s’il avait affaibli la puissance des barbares pour le compte d’Auguste…

(Dion Cassius, Histoire romaine LIV, 21)

Fig. 28 – Auguste donnant une constitution à la Gaule (tableau de S. Cornu, 1804-1870 ; © Lyon MBA, photo A. Basset).

Fig. 28 – Auguste donnant une constitution à la Gaule (tableau de S. Cornu, 1804-1870 ; © Lyon MBA, photo A. Basset).

169L’épisode se déroule alors que M. Libo et Cn. Calpurnius Piso sont consuls, en 15 ou 14 av. J.‑C.

  • 176 Suétone, Auguste LXVII, 1. Sur ce personnage, voir A. Péricaud aîné, « Licinius, intendant et rece (...)
  • 177 Sénèque (9), et Lettres à Lucilius CXIX, 9 ; Juvénal, Satires I, 108 ; Macrobe, Saturnales II, 4, (...)
  • 178 Martial, Épigrammes VIII, 3.
  • 179 Perse, Satires II, 36.
  • 180 E.‑J. Poullin de Lumina, Abrégé chronologique de l’histoire de Lyon contenant les événements de l’ (...)
  • 181 C.‑F. Ménestrier, Histoire civile ou consulaire de la ville de Lyon, justifiée par chartes, titres (...)

170L’affranchi Licinius est un familier d’Auguste176 ; chaque fois que son nom apparaît (quelques témoignages l’appellent Licinus, comme Dion Cassius lui‑même en grec), ce personnage est associé à l’idée de richesses immenses177, au marbre des palais178, à de vastes domaines179. L’anecdote rapportée par Macrobe atteste en tout cas que Licinius était le banquier privé d’Auguste. L’érudit lyonnais Poullin de Lumina180 s’est fait l’écho d’une tradition locale et d’une étymologie fantaisiste : « On prétend que le Mont d’Or, montagne de cette ville, a tiré son nom d’une maison de plaisance de ce Licinius qui l’avait fait bâtir avec l’or des Gaulois. » Selon le Père Ménestrier, grand érudit lyonnais, Licinius serait né « au pied de la montagne de Tarare » et serait entré au service de Jules César « au camp de Tassin »181.

  • 182 M. Bénabou, « Une escroquerie de Licinius aux dépens des Gaulois », REA 69, 1976, p. 221‑227.
  • 183 RIG III, 1986.

171M. Benabou182 démonte le mécanisme de l’escroquerie imaginée par ce personnage, qui aurait joué sur les différences entre le calendrier gaulois et le calendrier julien et se serait appuyé sur la connaissance qu’il avait des habitudes gauloises : « La structure du calendrier gaulois est telle qu’elle nécessite périodiquement l’adjonction de mois intercalaires. Car, si les mois suivent le cycle lunaire, l’année doit être calculée en fonction du soleil. L’idée qu’il peut y avoir dans le calendrier un retard à rattraper, idée sur laquelle joue Licinius, est donc familière aux Gaulois. Bien plus, nous savons maintenant, grâce aux travaux de P.‑M. Duval sur le calendrier de Coligny183, qu’il pouvait y avoir des “intercalations exceptionnelles”. N’est‑il pas tentant d’imaginer que ce sont des raisons de cet ordre qui ont incité Licinius à user de cette forme d’escroquerie plutôt que de tout autre ? L’esprit gaulois était psychologiquement préparé à l’admettre. Non encore familiarisés avec le calendrier julien, habitués à considérer l’année comme une durée soumise à variation, les Gaulois durent apparaître à notre aigrefin comme des victimes de choix. »

172On trouvera ci‑dessous, à fin de comparaison, le même épisode tel que nous l’a transmis l’Épitomé de Xiphilin. La méthode de travail de l’abréviateur apparaît clairement : de longs extraits de Dion, recopiés mot pour mot, entre lesquels soit il omet, soit il reformule en les abrégeant les passages qu’il n’a pas retenus. Cette méthode est confirmée par les autres extraits que nous signalons dans la suite, texte par texte, lorsque du moins nous disposons des deux versions. Sont en gras dans le texte original de Dion les passages repris par Xiphilin, parfois adaptés au besoin de la syntaxe de la phrase ; en gras dans la version de Xiphilin le texte de Dion, en casse normale les passages reformulés.

  • 184 Éd. Boissevain, t. 3, p. 94‑95.

Kατὰ δὲ τὸν καιρὸν τοῦτον κῆτός τι πλάτος μὲν ποδῶν εἴκοσι, μῆκος δὲ τριπλάσιον ἔχον καὶ γυναικὶ πλὴν τῆς κεφαλῆς ἐοικός, ἐς τὴν Κελτικὴν γῆν ἐκ τοῦ ὠκεανοῦ ἐξώκειλε. Λικίνιος δέ τις Ἰουλίου Καίσαρος ἐξελεύθερος, ἐπίτροπος τῆς Γαλατίας ὑπὸ τοῦ Αὐγούστου κατασταθείς, καὶ πλεονεξίᾳ μὲν βαρβαρικῇ ἀξιώσει δὲ Ῥωμαϊκῇ χρώμενος, πλεῖστα τοὺς Γαλάτας κατελυμήνατο, καὶ ἐς τοσοῦτόν γε κακοτροπίας ἐχώρησεν ὥστε καί, ἐπειδή τινες εἰσφοραὶ παρ’ αὐτοῖς ἐγίνοντο, τεσσαρεσκαίδεκα τοὺς μῆνας ποιῆσαι. Τῶν δὲ Γαλατῶν καταβοώντων αὐτοῦ πρὸς τὸν Καίσαρα, καὶ δεινὰ ποιουμένων, ὥστε καὶ ἐκεῖνον τὰ μὲν συνάχθεσθαί σφισι, τὰ δὲ καὶ παραιτεῖσθαι, ἀγνοεῖν τέ τινα λέγειν, καὶ προσποιεῖσθαι ἕτερα μὴ πιστεύειν, καὶ ἔστιν ἃ καὶ συγκρύπτειν, αἰσχυνόμενον ὅτι τοιούτῳ ἐπιτρόπῳ ἐκέχρητο, τοιόνδε τι τεχνασάμενος ὁ Λικίνιος πάντων αὐτῶν κατεγέλασεν. Ἐπειδὴ γὰρ χαλεπῶς οἱ τὸν Αὔγουστον ἔχοντα ᾔσθετο καὶ κολασθήσεσθαι ἔμελλεν, ἔς τε τὴν οἰκίαν αὐτὸν ἐσήγαγε, καὶ πολλοὺς μὲν καὶ ἀργυρίου καὶ χρυσίου θησαυρούς, πολλὰ δὲ καὶ τἄλλα σωρηδὸν συνηνωμένα αὐτῷ δείξας « ὦ δέσποτα » ἔφη « ὑπὲρ σοῦ καὶ ὑπὲρ τῶν ἄλλων Ῥωμαίων ταῦτα ἤθροισα, ἵνα μὴ τοσούτων χρημάτων ἐγκρατεῖς οἱ ἐπιχώριοι ὄντες ἀποστῶσιν. Ἀμέλει καὶ ἐτήρησά σοι πάντα αὐτὰ καὶ δίδωμι ». Καὶ ὁ μὲν οὕτως, ὡς καὶ ὑπὲρ τοῦ Αὐγούστου τὴν τῶν βαρβάρων ἰσχὺν ἐκνενευρικώς, ἐσώθη184.

En cette période, un monstre marin de 20 pieds de large et du triple en longueur, qui ressemblait à une femme, sauf la tête, était sorti de l’océan et était venu s’échouer sur le rivage de la Celtique. Un certain Licinius, affranchi de Jules César, nommé procurateur des Gaules par Auguste, joignant la cupidité du Barbare à la dignité du Romain, causait de très nombreux torts aux Gaulois et il en vint à un tel degré de malversation que, quand il y avait chez eux des perceptions d’impôts, il comptait quatorze mois. Comme les Gaulois l’accablaient de reproches devant l’Empereur et s’indignaient, au point que lui aussi compatit à leurs déboires sur certains points, mais rejeta leurs demandes sur d’autres. Il affirma ignorer certains détails, feignit ne pas en croire d’autres ; et il en dissimula plusieurs, car il se sentait déshonoré d’avoir eu recours à un tel procurateur. Mais Licinius se joua d’eux tous en montant la machination que voici. En effet, quand il se rendit compte qu’Auguste lui battait froid et qu’il allait être châtié, Licinius l’invita chez lui et lui dit en lui montrant d’innombrables trésors d’argent et d’or et encore beaucoup d’autres objets entassés en monceaux : « Maître, voici ce que j’ai amassé dans ton intérêt et celui des Romains, pour éviter que les indigènes ne se révoltent, s’ils disposaient de pareilles richesses ; sois sans inquiétude, j’ai veillé sur tout cela pour toi, et je te le donne. » Et c’est ainsi qu’il se tira d’affaire, faisant comme s’il avait affaibli la puissance des barbares pour le compte d’Auguste.

40. Inauguration du sanctuaire fédéral des Trois Gaules

173L’extrait qui suit, à vrai dire allusif, est à rapprocher de celui de Tite‑Live (4) : il concerne les faits contemporains de l’inauguration du sanctuaire fédéral des Trois Gaules à Condate, événement suffisamment important en lui‑même pour servir de point de repère chronologique dans un récit plus général.

Τὸ δ’ αὐτὸ τοῦτο καὶ τῷ Δρούσῳ συνέβη. Tῶν τε γὰρ Συγάμβρων καὶ τῶν συμμάχων αὐτῶν διά τε τὴν τοῦ Αὐγούστου ἀπουσίαν καὶ διὰ <τὸ> τοὺς Γαλάτας μὴ ἐθελοδουλεῖν πολεμωθέντων σφίσι, τό τε ὑπήκοον προκατέλαβε, τοὺς πρώτους αὐτοῦ, προφάσει τῆς ἑορτῆς ἣν καὶ νῦν περὶ τὸν τοῦ Αὐγούστου βωμὸν ἐν Λουγδούνῳ τελοῦσι, μεταπεμψάμενος, καὶ τοὺς Κελτοὺς τηρήσας τὸν Ῥῆνον διαβαίνοντας ἀνέκοψε.

Il arriva aussi la même chose à Drusus. En effet, les Sicambres et leurs alliés, profitant de l’absence d’Auguste et du refus des Gaulois d’accepter leur soumission, entrèrent en guerre. Drusus occupa avant eux le pays déjà soumis, et prenant prétexte de la fête qu’on célèbre encore maintenant à l’autel d’Auguste à Lyon, il en manda les notables ; puis il attendit que les Celtes traversent le Rhin et les repoussa.

(Dion Cassius, Histoire romaine LIV, 32)

  • 185 E. Lyasse, Tibère, Paris, 2011.

174Pour le commentaire, se reporter à la periocha 139 (4). Le récit de Dion Cassius met l’accent sur trois événements : les troubles en Gaule d’abord, qui prouvent que, sous Auguste, la pacification du pays n’est pas achevée ; la campagne de Drusus en Germanie, sur laquelle Dion est plus précis que la periocha, car il cite les Sicambres ; la mention de l’autel fédéral de Lyon enfin. Toutefois, pour ce dernier, Dion n’emploie pas un mot signifiant « inauguration, consécration ou dédicace » – on attendrait quelque chose comme καθιέρωσις ou ἀνάθημα –, mais évoque une ἑορτή, terme plus général, qui désigne classiquement une fête, une cérémonie à caractère religieux. Quant à la date, au début du texte, Dion Cassius fait allusion au fait qu’Auguste ne permit pas à Drusus, comme à Tibère, de célébrer le triomphe que lui avait décerné le Sénat. Ce refus intervint en 12, d’après la chronologie reconstituée par E. Lyasse dans sa biographie de Tibère185 ; de fait, à la fin du chapitre 32, Dion mentionne le retour de Drusus à Rome, « sous le consulat de Q. Aelius et de Paulus Fabius », c’est‑à‑dire en 11 av. J.‑C.

Fig. 29 – Autel dédié à Auguste par les soixante peuples gaulois (A. Hugo, Histoire générale de France depuis les temps les plus reculés jusqu’à nos jours, t. 1, Paris, 1836, p. 172, pl. 43).

Fig. 29 – Autel dédié à Auguste par les soixante peuples gaulois (A. Hugo, Histoire générale de France depuis les temps les plus reculés jusqu’à nos jours, t. 1, Paris, 1836, p. 172, pl. 43).

41. Retour de campagne en Germanie

Καὶ τούτους μὲν ὁ Τιβέριος ἐκ τῆς Γαλατίας, ἐς ἣν μετὰ τοῦ Αὐγούστου ἐσεληλύθει, καταπεμφθεὶς ἀνεκτήσατο, τὰ δὲ δὴ τῶν Κελτῶν τῶν τε ἄλλων καὶ τῶν Χάττων (πρὸς γὰρ τοὺς Συγάμβρους μετέστησαν, καὶ τῆς [τε] χώρας αὐτῶν, ἣν οἰκεῖν παρὰ τῶν Ῥωμαίων εἰλήφεσαν, ἐξανέστησαν) ὁ Δροῦσος τὰ μὲν ἐκάκωσε τὰ δὲ ἐχειρώσατο. Καὶ μετὰ τοῦτο ἔς τε τὴν Ῥώμην σὺν τῷ Αὐγούστῳ ἀνεκομίσθησαν (ἐν γὰρ τῇ Λουγδουνίδι τὰ πολλὰ οὗτος ἐγγύθεν τοῖς Κελτοῖς ἐφεδρεύων διέτριβε), καὶ ὅσα ἐπὶ ταῖς νίκαις ἐψήφιστο ἢ καὶ ἄλλως καθήκοντα ἦν γενέσθαι, ἐπετέλεσαν.

Et Tibère, envoyé contre eux [les Daces et les Dalmates], depuis la Gaule où il s’était rendu en compagnie d’Auguste, se les concilia ; quant aux autres Celtes, en particulier les Chattes (ils étaient passés chez les Sicambres et avaient quitté le territoire qu’ils avaient reçu des Romains pour y vivre), Drusus malmena les uns, soumit les autres. Après quoi, tous deux retournèrent à Rome avec Auguste (ce dernier en effet resta la plus grande partie du temps en Lyonnaise à surveiller de près les Celtes). Ils se conformèrent aux décrets rendus en l’honneur de leurs victoires et aux autres devoirs qui leur incombaient.

(Dion Cassius, Histoire romaine LIV, 36 - LV, 1)

175Les textes 40‑41 ne sont pas repris par Xiphilin, du moins pas de mention de Lyon. L’abréviateur se contente d’une simple allusion aux campagnes de Tibère et Drusus dans la phrase qui précède l’épisode de Licinius.

176L’extrait ci‑dessus clôt le livre LIV. La première phrase du livre suivant, Ταῦτα μὲν ἐπί τε τοῦ Ἰούλλου Ἀντωνίου καὶ ἐπὶ Φαβίου Μαξίμου ὑπάτων ἐγένετο, « Voilà ce qui se passa sous le consulat de Jullus et de Fabius Maximus », fournit une indication chronologique : les consuls, Jullus (ou Julius dans certains manuscrits) Antonius et Fabius Maximus Africanus, ont exercé leurs fonctions en 10 av. J.‑C.

  • 186 Suétone, Auguste XXI (les Sicambres) ; Tibère IX (campagne de Tibère).

177Suétone mentionne la soumission des Sicambres et la campagne menée par Tibère186. Mais, au chapitre 36, dans les lignes qui précèdent, Dion Cassius précise que c’est contre les Daces et les Dalmates que Tibère fit campagne.

178Les Chattes et les Sicambres sont établis sur la rive droite du Rhin, les premiers à l’est de Coblence, les seconds un peu plus au nord, à l’est de Cologne.

  • 187 Dion Cassius, Histoire romaine LV, 6, 1 ; Lewuillon 1975, p. 509.

179Lyon n’est pas mentionnée dans ce texte. Néanmoins, on est en droit de penser que Tibère a pu rejoindre Auguste dans cette ville où l’empereur a dû séjourner, si l’on se reporte au témoignage de Dion Cassius187.

42. Vente des biens impériaux

Καὶ ἤδη γὰρ τά τε ἐν τῇ Ῥώμῃ καὶ τὰ ἐν τῇ ἄλλῃ Ἰταλίᾳ χρήματα πάντα ὡς εἰπεῖν, ὅθεν τι καὶ ὁπωσοῦν οἷόν τε ἦν αὐτῷ λαβεῖν, ἀναλώκει, καὶ οὔτε ἐνταῦθα πόρος τις ἀξιόχρεως ἢ καὶ δυνατὸς εὑρίσκετο, καὶ αἱ δαπάναι ὑπερήπειγον αὐτόν, ἐς τὴν Γαλατίαν ἀφώρμησε, πρόφασιν μὲν τοὺς Κελτοὺς τοὺς πολεμίους ὡς καὶ παρακινοῦντάς τι ποιησάμενος, ἔργῳ δὲ ὅπως καὶ τὰ ἐκείνων ἀνθοῦντα τοῖς πλούτοις καὶ τὰ τῶν Ἰβήρων ἐκχρηματίσηται. Oὐ μέντοι καὶ ἄντικρυς τὴν ἔξοδον προεπήγγειλεν, ἀλλ’ ἐς προάστειόν τι ἐλθὼν εἶτ’ ἐξαίφνης ἀπῆρε, πολλοὺς μὲν ὀρχηστὰς πολλοὺς δὲ μονομάχους ἵππους γυναῖκας τὴν ἄλλην τρυφὴν ἐπαγόμενος. […]
Τοὺς δ’ ὑπηκόους τούς τε συμμάχους καὶ τοὺς πολίτας πλεῖστα καὶ μέγιστα ἐκακούργησε. Tοῦτο μὲν γὰρ τούς τι ἔχοντας ἐπὶ πάσῃ προφάσει ἐσύλα, τοῦτο δὲ καὶ δῶρα οἵ τε ἰδιῶται καὶ αἱ πόλεις ἑκοῦσαι δῆθεν μεγάλα αὐτῷ ἦγον. Ἄλλους <ὡς> νεωτερίζοντας, ἄλλους ὡς ἐπιβουλεύοντάς οἱ ἐφόνευε. Καὶ ἦν δημόσιον ἔγκλημα πᾶσί σφισι τὸ πλουτεῖν. Καὶ αὐτῶν τὰ κτήματα αὐτὸς πιπράσκων πολλῷ καὶ ἐκ τούτου πλείω ἠργυρολόγει· πάντες γὰρ ἠναγκάζοντο παντοίως τε καὶ πολύ γε ὑπὲρ τὴν ἀξίαν ὠνεῖσθαι, δι’ ἃ εἴρηκα. Ἀφ’ οὗπερ καὶ τὰ τῆς μοναρχίας κειμήλια τὰ κάλλιστα καὶ τιμιώτατα μεταπεμψάμενος ἀπεκήρυξε, τὴν δόξαν τῶν ποτε χρησαμένων αὐτοῖς συμπωλῶν σφισιν. Ἐπέλεγε γοῦν ἐφ’ ἑκάστῳ « τοῦτό μου ὁ πατὴρ ἐκτήσατο, τοῦτο ἡ μήτηρ, τοῦτο ὁ πάππος, τοῦτο ὁ πρόπαππος· Ἀντωνίου τοῦτο Αἰγύπτιον, Αὐγούστου τὸ νικητήριον ». Κἀν τούτῳ τήν τε ἀνάγκην ἅμα τῆς πράσεως αὐτῶν ἐνεδείκνυτο, ὥστε μηδένα ὑπομένειν ἀπορεῖν δοκεῖν, καὶ τὸ ἀξίωμά σφισι συναπεδίδοτο.
Οὐ μέντοι καὶ περιεποιεῖτό τι, ἀλλ’ ἔς τε τἆλλα ἐδαπάνα ὥσπερ εἰώθει (καὶ γὰρ θέας τινὰς ἐν τῷ Λουγδούνῳ ἐπετέλεσε), καὶ ἐς τὰ στρατεύματα.

Déjà en effet, à Rome et dans le reste de l’Italie, il [Caligula] avait dépensé pour ainsi dire tout l’argent qu’il avait pu se procurer de partout et de toutes les façons et on ne pouvait plus trouver aucune ressource suffisante et ses prodigalités pesaient lourdement sur lui. Aussi partit‑il précipitamment en Gaule, en prétextant que les Celtes étaient hostiles et s’agitaient. Mais en réalité, c’était afin de leur extorquer leurs richesses abondantes, et aux Ibères les leurs. Cependant il n’annonça pas ouvertement son départ, mais il se rendit dans un faubourg et en partit subitement, emmenant avec lui de nombreux danseurs ainsi que nombre de gladiateurs, chevaux, femmes et tout ce qui peut servir à une vie de mollesse.
[Ici une dizaine de lignes où Dion résume les opérations sur le Rhin et la tentative de débarquement en Bretagne, qui ne causent aucun dommage à l’ennemi.]
Mais il causa des torts très nombreux et très graves aux peuples soumis, aux alliés et aux simples citoyens. En effet, tantôt ceux qui possédaient quelque chose, il les dépouillait sous n’importe quel prétexte, tantôt c’étaient les particuliers et les villes qui, volontairement, comme on dit…, lui offraient des présents importants. Il faisait mettre à mort les uns sous prétexte de rébellion, les autres de conspiration. Mais ce qui était reproché à tous, c’était d’être riches. En vendant lui‑même leurs biens, il en tirait bien plus d’argent. En effet, tous étaient contraints de les acheter de toute façon, et bien au‑dessus de leur valeur, pour les raisons que j’ai données. À la suite de quoi il fit chercher les biens les plus beaux et les plus précieux de la famille impériale et il les mit aux enchères, bradant en même temps la gloire de ceux qui les avaient jadis utilisés. Il ajoutait par exemple à propos de chacun d’eux : « Cela a appartenu à mon père ; cela à ma mère ; cela à mon grand‑père ; cela à mon arrière-grand‑père ; ceci est égyptien et appartenait à Antoine, ceci est un trophée de victoire d’Auguste. » Et à cette même occasion, il expliquait aussi la nécessité pour lui de les vendre, si bien que personne n’osait feindre la pauvreté, et il vendait avec les articles leur réputation.
Cependant il ne faisait aucune économie, mais il dépensait comme d’habitude (il donna en effet des jeux à Lyon) et en particulier pour les troupes.

(Dion Cassius, Histoire romaine LIX, 21)

Fig. 30 – L’encan de Caligula (A. Hugo, Histoire générale de France depuis les temps les plus reculés jusqu’à nos jours, t. 1, Paris, 1836, p. 180, pl. 46).

Fig. 30 – L’encan de Caligula (A. Hugo, Histoire générale de France depuis les temps les plus reculés jusqu’à nos jours, t. 1, Paris, 1836, p. 180, pl. 46).
  • 188 Éd. Boissevain, t. 3, p. 165‑166.

180On lira ci-dessous la reprise du même épisode par Xiphilin188.

Ἐπεὶ δὲ τὰ ἐν Ῥώμῃ καὶ Ἰταλίᾳ χρήματα ἀναλώκει, ἐς τὴν Γαλατίαν ἀφώρμησεν, ὅπως καὶ τὰ ἐκείνων ἀνθοῦντα τοῖς πλούτοις καὶ τὰ τῶν Ἰβήρων ἐκχρηματίσηται, πολλοὺς μὲν [οὖν] ὀρχηστὰς πολλοὺς δὲ μονομάχους, ἵππους, γυναῖκας τὴν ἄλλην τρυφὴν ἐπαγόμενος. Καὶ ἦν δημόσιον ἔγκλημα πᾶσι τὸ πλουτεῖν. Καὶ αὐτῶν τὰ κτήματα αὐτὸς πιπράσκων πολλῷ καὶ ἐκ τούτου πλείω ἠργυρολόγει· πάντες γὰρ ἠναγκάζοντο καὶ πολύ γε ὑπὲρ τὴν ἀξίαν ὠνεῖσθαι. Ἀφ᾿ οὗπερ καὶ τὰ τῆς μοναρχίας κειμήλια κάλλιστα καὶ τιμιώτατα μεταπεμψάμενος ἀπεκήρυξεν. Ἐπέλεγε δ᾿ ἐφ᾿ ἑκάστῳ « τοῦτό μου ὁ πατὴρ ἐκτήσατο, τοῦτο ἡ μήτηρ, τοῦτο ὁ πάππος, τοῦτο ὁ πρόπαππος· Ἀντωνίου τοῦτο Αἰγύπτιον, Αὐγούστου τὸ νικητήριον. » Οὐ μέντοι καὶ περιεποιεῖτό τι, ἀλλ᾿ ἔς τε τὰ ἄλλα ἐδαπάνα ὥσπερ εἰώθει, καὶ ἐς τὰ στρατεύματα.

Comme il [Caligula] avait dépensé l’argent qu’il y avait à Rome et en Italie, il partit précipitamment pour la Gaule afin d’extorquer [aux Gaulois] leurs richesses abondantes, et aux Ibères les leurs, emmenant avec lui de nombreux danseurs ainsi que nombre de gladiateurs, chevaux, femmes et tout ce qui peut servir à une vie de mollesse. Mais ce qui était reproché à tous, c’était d’être riches. En vendant lui‑même leurs biens, il en tirait bien plus d’argent. En effet, tous étaient contraints de les acheter, et bien au‑dessus de leur valeur. À la suite de quoi, il envoya chercher ses biens les plus beaux et les plus précieux de la famille impériale et les mit aux enchères. Il ajoutait sur chacun d’eux : « Cela a appartenu à mon père ; cela à ma mère ; cela à mon grand‑père ; cela à mon arrière-grand‑père ; cet objet égyptien appartenait à Antoine, ceci est un trophée de victoire d’Auguste. » Cependant il ne faisait aucune économie, mais il dépensait comme d’habitude (il donna en effet des jeux à Lyon) et en particulier pour les troupes.

181Sur cet épisode, voir Suétone (28).

43. Vindex tente de soulever les Gaulois

Ἦν τις Γαλάτης ἀνὴρ Γάιος Ἰούλιος Οὐίνδιξ, ἐκ μὲν προγόνων Ἀκυτανὸς τοῦ βασιλικοῦ φύλου, κατὰ δὲ τὸν πατέρα βουλευτὴς τῶν Ῥωμαίων, τό τε σῶμα ἰσχυρὸς καὶ τὴν ψυχὴν συνετός, τῶν τε πολεμικῶν ἔμπειρος καὶ πρὸς πᾶν ἔργον μέγα εὔτολμος· Τό τε φιλελεύθερον καὶ τὸ φιλότιμον πλεῖστον εἶχεν· ὃς προέστη τῶν Γαλατῶν.
Oὗτος ὁ Οὐίνδιξ συναθροίσας τοὺς Γαλάτας πολλὰ πεπονθότας τε ἐν ταῖς συχναῖς ἐσπράξεσι τῶν χρημάτων καὶ ἔτι πάσχοντας ὑπὸ Νέρωνος, καὶ ἀναβὰς ἐπὶ βῆμα μακρὰν διεξῆλθε κατὰ τοῦ Νέρωνος ῥῆσιν […] « Ἀνάστητε οὖν ἤδη ποτέ, καὶ ἐπικουρήσατε μὲν ὑμῖν αὐτοῖς, ἐπικουρήσατε δὲ τοῖς Ῥωμαίοις, ἐλευθερώσατε δὲ πᾶσαν τὴν οἰκουμένην. »

Il y avait un Gaulois du nom de Caius Julius Vindex, un Aquitain, d’ascendance royale par ses ancêtres, descendant d’un père sénateur romain, robuste au physique et d’esprit avisé, expérimenté dans l’art militaire et plein d’assurance pour toute grande entreprise. Il avait au plus haut point l’amour de la liberté et de l’honneur.
Il était gouverneur de la Gaule. Ce Vindex rassembla les Gaulois qui avaient beaucoup souffert en raison de nombreuses levées d’impôts et en souffraient encore sous Néron. Il monta à la tribune et prononça un long réquisitoire contre Néron [suit le discours dont nous ne donnons que la phrase finale] « Allez, levez‑vous donc, secourez‑vous vous‑mêmes, secourez les Romains et libérez l’univers entier. »

(Dion Cassius, Épitomé LXIII, 22 = Xiphilin 182‑183)

  • 189 Suétone, Néron XL‑XLI ; Galba IX‑XI.
  • 190 Flavius Josèphe, Guerre des Juifs IV, 440, éd. A. Pelletier, CUF, Paris, 1982.

182Caius Iulius Vindex, sénateur romain d’origine aquitaine, peut‑être même d’une ancienne famille royale, était en 68 propréteur d’une province des Gaules, sans doute de Lyonnaise selon P. Cosme : Tacite, qui le mentionne succinctement au livre I de ses Histoires, est muet sur ce point précis. Suétone fournit quelques renseignements sur le personnage et les événements dans ses vies de Néron et de Galba189 (31). Plutarque lui octroie le titre de Γαλατίας στρατηγός, « propréteur de Gaule ». Flavius Josèphe, curieusement, ne donne pas ses titres et laisse entendre que Vindex ne fut pas à l’origine de la révolte190 : Ἐν δὲ τούτῳ τὸ περὶ τὴν Γαλατίαν ἀγγέλλεται κίνημα καὶ Οὐίνδιξ ἅμα τοῖς δυνατοῖς τῶν ἐπιχωρίων ἀφεστὼς Νέρωνος, περὶ ὧν ἐν ἀκριβεστέροις ἀναγέγραπται, « Pendant ce temps est annoncé le soulèvement en Gaule, la défection de Vindex et des chefs indigènes d’avec Néron, événements exposés ailleurs en détail. » Zonaras (XI, 13), décalque Dion : Γάιος Ἰούλιος Οὐίνδιξ, ἀνὴρ κατὰ δὲ τὸν πατέρα βουλευτὴς τῶν Ῥωμαίων, « Gaius Julius Vindex, sénateur romain par son père ». Vindex s’adressa probablement à l’assemblée des délégués gaulois en mars 68 à Condate, lors d’une réunion à l’autel. Rallié à Galba, le futur empereur, il ne réussit d’ailleurs pas à convaincre l’ensemble des peuples gaulois et Lyon, en particulier, resta fidèle à Néron, contrairement à Vienne (20). Écrasé par les légions de Germanie commandées par Verginius Rufus, dans des circonstances plutôt obscures, dans la région de Besançon en avril ou au début de mai 68, Vindex se donna la mort.

  • 191 FHG IV, 1851, 91, p. 575‑576 ; U. Roberto, Iohannis Antiocheni Fragmenta ex Historia chronica, Ber (...)

183À ces auteurs il convient de rajouter un fragment de Jean d’Antioche191 qui laisse entendre l’existence d’un pacte secret de partage de l’Empire entre Vindex et Verginius Rufus – mais ce passage ne mentionne pas Lyon.

44. Vitellius à Lyon

184Le passage de Vitellius à Lyon en avril‑mai 69 est développé par Tacite (21‑22), auquel on se reportera.

Ὅτι ὁ Οὐιτέλλιος εἶδεν ἐν Λουγδούνῳ μονομάχων ἀγῶνας καὶ ἐν Κρεμῶνι, ὥσπερ οὐκ ἀρκοῦντος τοῦ πλήθους τῶν ἐν ταῖς μάχαις ἀπολωλότων καὶ τότε καὶ ἔτι ἀτάφων ἐρριμμένων, ὡς καὶ αὐτὸς ἐθεάσατο.

Vitellius vit des combats de gladiateurs à Lyon et à Crémone, comme si ne suffisait pas la multitude d’hommes qui avaient péri dans les combats et qui alors étaient même abandonnés sans sépulture, comme il l’avait contemplé lui‑même de ses propres yeux.

(Dion Cassius, Épitomé LXIV, 1, 2a = Boissevain, t. 3, p. 698)

45. Présages pour un empire

  • 192 Dion Cassius, Histoire romaine LXXIII, 23.

185Dion Cassius explique, dans un passage de son Histoire romaine192, comment il a été amené à écrire son ouvrage ; tout est parti d’un opuscule consacré aux rêves et prodiges qui firent espérer l’Empire à Septime Sévère. L’auteur envoya l’ouvrage à Sévère, qui l’encouragea, et une apparition nocturne lui conseilla d’écrire une Histoire ; ce qu’il fit, en décidant d’incorporer dans le récit l’opuscule de départ. Le passage qui suit fait donc partie du noyau originel.

Σημεῖα δὲ αὐτῷ ἐξ ὧν τὴν ἡγεμονίαν ἤλπισε, ταῦτα ἐγένετο. Ὅτε γὰρ ἐς τὸ βουλευτήριον ἐσεγράφη, ὄναρ ἔδοξε λύκαινάν τινα κατὰ ταὐτὰ τῷ Ῥωμύλῳ θηλάζειν. Μέλλοντί τε αὐτῷ τὴν Ἰουλίαν ἄγεσθαι ἡ Φαυστῖνα ἡ τοῦ Μάρκου γυνὴ τὸν θάλαμόν σφισιν ἐν τῷ Ἀφροδισίῳ τῷ κατὰ τὸ παλάτιον παρεσκεύασεν. Ὕδωρ τε ἐκ τῆς χειρὸς αὐτῷ καθεύδοντί ποτε, ὥσπερ ἐκ πηγῆς, ἀνεδόθη. Καὶ ἐν Λουγδούνῳ ἄρχοντι πᾶσα αὐτῷ ἡ τῶν Ῥωμαίων δύναμις προσῆλθέ τε καὶ ἠσπάσατο, ὄναρ φημί. Καὶ ἄλλοτε ἀνήχθη ἐς περιωπὴν ὑπό τινος, καὶ καθορῶν ἀπ’ αὐτῆς πᾶσαν μὲν τὴν γῆν πᾶσαν δὲ τὴν θάλατταν ἐφήπτετο αὐτῶν ὥσπερ παναρμονίου τινὸς ὀργάνου, καὶ ἐκεῖνα συνεφθέγγετο. Καὶ αὖθις ἵππον ἐν τῇ ἀγορᾷ τῇ Ῥωμαίᾳ τὸν μὲν Περτίνακα [καὶ] ἀναβεβηκότα ἀπορρῖψαι, ἑαυτὸν δὲ ἑκόντα ἀναλαβεῖν ἐνόμισε. Ταῦτα μὲν ἐκ τῶν ὀνειράτων ἔμαθεν, ὕπαρ δὲ ἐς [τε] τὸν βασιλικὸν δίφρον ἔφηβος ὢν ἔτι ἀγνοίᾳ ἐνιδρύθη. Τὴν μὲν οὖν ἡγεμονίαν μετὰ τῶν ἄλλων καὶ ταῦτα αὐτῷ προεδήλωσε.

En effet, voici quels furent les signes qui lui firent nourrir l’espoir d’obtenir le pouvoir impérial : lorsqu’il fut admis au Sénat, il rêva qu’une louve l’allaitait exactement comme Romulus ; alors qu’il était sur le point d’épouser Julie, l’épouse de Marc Aurèle prépara leur chambre dans le temple d’Aphrodite, près du palais ; une fois, pendant son sommeil, de l’eau jaillit de sa main, comme d’une source ; et alors qu’il était gouverneur de Lyon, l’ensemble des forces romaines vint à lui et le salua – en songe, je veux dire. Une autre fois, il monta sous la conduite de quelqu’un sur une éminence et, contemplant de là tout l’espace terrestre et l’étendue marine, il s’en saisit comme d’un instrument capable de toutes les harmonies et il les fit résonner ensemble en accord. À une autre occasion il s’imagina en songe que, sur le forum romain, un cheval avait désarçonné Pertinax qui le montait et que la bête le prit de bon gré sur son dos, lui, Sévère. Cela, il l’apprit de ses rêves ; et, à l’état de veille, encore jeune homme, il s’était assis, sans le savoir, sur le siège impérial. Voilà donc quelques‑uns des signes qui lui présagèrent son accession au pouvoir suprême.

(Dion Cassius, Épitomé LXXV, 3 = Xiphilin 294)

  • 193 B. Levick, Julia Domna : Syrian Empress, Londres, 2007.

186Septime Sévère avait épousé en premières noces Paccia Marciana, originaire sans doute de Leptis Magna. Sa seconde épouse est Julia Domna, fille du grand prêtre d’Émèse en Syrie (aujourd’hui Homs), C. Julius Bassianus, traditionnellement dépeinte comme une femme débauchée. Par ailleurs intelligente et cultivée, femme politique active auprès de Sévère, elle entretint une cour d’intellectuels, orientaux pour la plupart. Elle ne parvint pas à s’opposer à l’assassinat de Géta par son frère Caracalla, qu’elle accompagna dans ses campagnes comme elle l’avait fait avec Sévère. Après l’assassinat de Caracalla, elle se retira à Émèse où, malade et désespérée, elle se laissa, selon une tradition, périr de faim – à moins qu’elle ne soit morte, selon une autre version, d’un cancer du sein193.

  • 194 M.‑L. Meulder, « De quelques présages qui concernent Septime Sévère », RBPh 77, 1999, p. 137‑142 ; (...)

187L’impératrice Faustine (Anna Galeria Faustinia, Faustine la Jeune, Faustina Minor, pour la distinguer de sa mère, épouse d’Antonin le Pieux), épouse de Marc Aurèle et mère de Commode, est morte en 175 ; le second mariage de Sévère a eu lieu vers 187. Il n’y a pas contradiction chronologique : n’oublions pas que Dion Cassius rapporte un rêve de Sévère. C’est à Lyon que Sévère est acclamé empereur par ses soldats : rêve prémonitoire, pour les amateurs de surnaturel, fiction a posteriori pour les esprits sceptiques et/ou épris de rationalité qui remarqueront que c’est après la bataille de Lyon, qui a définitivement livré l’Empire à Sévère, que le rêve devient une pièce de propagande. On rapprochera en outre ce texte de celui de l’Histoire Auguste (84) où est noté le goût de Sévère pour l’astrologie194.

46. La bataille de Lyon

188Autre événement important pour Lyon et pour l’Empire : la bataille qui opposa, le 19 février 197, sous les murs ou à proximité de la ville, les deux empereurs concurrents, Septime Sévère et Albin. Lyon avait pris fait et cause pour Albin, et Sévère se montra impitoyable après sa victoire.

Ὁ δὲ δὴ ἀγὼν τῷ τε Σεουήρῳ καὶ τῷ Ἀλβίνῳ πρὸς τῷ Λουγδούνῳ τοιόσδε ἐγένετο. Πεντεκαίδεκα μὲν μυριάδες στρατιωτῶν συναμφοτέροις ὑπῆρχον, παρῆσαν δὲ καὶ ἀμφότεροι τῷ πολέμῳ ἅτε περὶ ψυχῆς θέοντες, καίτοι τοῦ Σεουήρου μηδεμιᾷ πω μάχῃ ἑτέρᾳ παραγεγονότος. Ἦν δὲ ὁ μὲν Ἀλβῖνος καὶ τῷ γένει καὶ τῇ παιδείᾳ προήκων, ἅτερος δὲ <τὰ> πολέμια κρείττων καὶ δεινὸς στρατηγῆσαι. Συνέβη δὲ τὸν Ἀλβῖνον προτέρᾳ μάχῃ νικῆσαι τὸν Λοῦπον τῶν τοῦ Σεουήρου στρατηγῶν ὄντα, καὶ πολλοὺς τῶν σὺν αὐτῷ διαφθεῖραι στρατιωτῶν. Ὁ δὲ τότε ἀγὼν πολλὰς ἔσχεν ἰδέας τε καὶ τροπάς. Τὸ μὲν γὰρ λαιὸν κέρας τοῦ Ἀλβίνου ἡττήθη τε καὶ κατέφυγεν ἐς τὸ ἔρυμα. Καὶ οἱ Σεουήρειοι στρατιῶται διώκοντες συνεσέπεσον, καὶ ἐκείνους τε ἐφόνευον καὶ τὰς σκηνὰς διήρπαζον. Ἐν δὲ τούτῳ οἱ περὶ τὸ δεξιὸν κέρας τεταγμένοι τοῦ Ἀλβίνου στρατιῶται, κρυπτὰς τάφρους ἔχοντες πρὸ αὑτῶν καὶ ὀρύγματα γῇ ἐπιπολαίως κεκαλυμμένα, μέχρι μὲν ἐκείνων προῄεσαν καὶ ἠκόντιζον πόρρωθεν, περαιτέρω δὲ οὐ προεχώρουν, ἀλλὰ καὶ ὡς δεδιότες ἀνέστρεφον, ὅπως ἐπισπάσωνται τοὺς ἐναντίους ἐς δίωξιν· ὃ δή ποτε καὶ ἐγένετο. Ἀγανακτήσαντες γὰρ οἱ Σεουήρειοι πρὸς τὴν δι’ ὀλίγου αὐτῶν ἐξόρμησιν, καὶ καταφρονήσαντες αὖ πρὸς τὴν ἐκ βραχέος ἀνάφευξιν, ὥρμησαν ἐπ’ αὐτοὺς ὡς καὶ παντὸς τοῦ μεταιχμίου σφῶν ἐμβατοῦ ὄντος, καὶ γενόμενοι κατὰ τὰς τάφρους παθήματι δεινῷ συνηνέχθησαν· οἵ τε γὰρ πρωτοστάται καταρραγέντων εὐθὺς τῶν ἐξ ἐπιπολῆς ἐπικειμένων ἐς τὰ ὀρύγματα ἐνέπεσον, καὶ οἱ ἐπιτεταγμένοι σφίσιν ἐμπίπτοντες αὐτοῖς ἐσφάλλοντο καὶ κατέπιπτον, καὶ οἱ λοιποὶ δείσαντες ἀνεχώρουν ὀπίσω καὶ ἅτε ἐξαίφνης ἀναστρεφόμενοι αὐτοί τε ἔπταιον καὶ τοὺς οὐραγοῦντας ἀνέτρεπον, ὥστε καὶ ἐς φάραγγα αὐτοὺς βαθεῖαν συνῶσαι. Ἐγένετο δὴ τούτων τε καὶ τῶν ἐς τὰς τάφρους πεσόντων φόνος πολὺς ἀναμὶξ ἵππων τε καὶ ἀνδρῶν. Ἐν δὲ τῷ θορύβῳ τούτῳ καὶ οἱ μεταξὺ τῆς τε φάραγγος καὶ τῶν τάφρων βαλλόμενοί τε καὶ τοξευόμενοι διεφθείροντο. Ἰδὼν δὲ ταῦτα ὁ Σεουῆρος ἐπεκούρησε μὲν αὐτοῖς μετὰ τῶν δορυφόρων, τοσούτου δὲ ἐδέησεν αὐτοὺς ὠφελῆσαι ὥστε καὶ τοὺς δορυφόρους ὀλίγου δεῖν προσαπώλεσε καὶ αὐτὸς τὸν ἵππον ἀποβαλὼν ἐκινδύνευσεν. Ὡς δὲ εἶδε φεύγοντας πάντας τοὺς ἑαυτοῦ, τὴν χλαμύδα περιρρηξάμενος καὶ τὸ ξίφος σπασάμενος ἐς τοὺς φεύγοντας ἐσεπήδησεν, ὅπως ἢ αἰσχυνθέντες ὑποστρέψωσιν ἢ καὶ αὐτὸς αὐτοῖς συναπόληται. Ἔστησαν γοῦν τινες τοιοῦτον αὐτὸν ἰδόντες καὶ ὑπέστρεψαν, κἀν τούτῳ τοῖς ἐφεπομένοις σφίσιν ἐναντίοι ἐξαίφνης φανέντες συχνοὺς μὲν ἐκείνων ὡς καὶ Ἀλβινείους κατέκοψαν, πάντας δὲ τοὺς ἐπιδιώκοντάς σφας ἔτρεψαν. Καὶ αὐτοῖς ἐνταῦθα ἱππεῖς ἐκ πλαγίου οἱ μετὰ τοῦ Λαίτου ἐπιγενόμενοι τὸ λοιπὸν ἐξειργάσαντο. Ὁ γὰρ Λαῖτος, ἕως μὲν ἀγχωμάλως ἠγωνίζοντο, περιεωρᾶτο ἐλπίζων ἐκείνους τε ἀμφοτέρους ἀπολεῖσθαι καὶ ἑαυτῷ τὸ κράτος τοὺς λοιποὺς στρατιώτας ἑκατέρωθεν δώσειν, ἐπεὶ δὲ εἶδεν ἐπικρατέστερα τὰ τοῦ Σεουήρου γενόμενα, προσεπελάβετο τοῦ ἔργου.
Ὁ μὲν δὴ Σεουῆρος οὕτως ἐνίκησεν, ἡ δὲ δύναμις ἡ τῶν Ῥωμαίων ἰσχυρῶς ἔπταισεν ἅτε ἀμφοτέρωθεν ἀναριθμήτων πεσόντων. Καὶ πολλοὶ καὶ τῶν κρατησάντων ὠλοφύραντο τὸ πάθος· τό τε γὰρ πεδίον πᾶν μεστὸν νεκρῶν καὶ ἀνδρῶν καὶ ἵππων ἑωρᾶτο, καὶ αὐτῶν οἱ μὲν τραύμασι πολλοῖς κατακεκομμένοι καὶ οἷα κρεουργηθέντες ἔκειντο, οἱ δὲ καὶ ἄτρωτοι ἐσεσώρευντο, τά τε ὅπλα ἔρριπτο, καὶ τὸ αἷμα πολὺ ἐρρύη, ὥστε καὶ ἐς τοὺς ποταμοὺς ἐσπεσεῖν. Ὁ δ’ Ἀλβῖνος καταφυγὼν ἐς οἰκίαν τινὰ πρὸς τῷ Ῥοδανῷ κειμένην, ἐπειδὴ πάντα τὰ πέριξ φρουρούμενα ᾔσθετο, ἑαυτὸν ἀπέκτεινε· λέγω γὰρ οὐχ ὅσα ὁ Σεουῆρος ἔγραψεν, ἀλλ’ ὅσα ἀληθῶς ἐγένετο. Ἰδὼν δ’ οὖν τὸ σῶμα αὐτοῦ, καὶ πολλὰ μὲν τοῖς ὀφθαλμοῖς πολλὰ δὲ τῇ γλώττῃ χαρισάμενος, τὸ μὲν ἄλλο ῥιφῆναι ἐκέλευσε, τὴν δὲ κεφαλὴν ἐς τὴν Ῥώμην πέμψας ἀνεσταύρωσεν.

La bataille entre Sévère et Albin devant Lyon se déroula de la façon suivante. Les deux camps confondus, il y avait cent cinquante mille soldats ; les deux chefs aussi étaient présents, parce que, pour eux, il s’agissait d’une question de vie et de mort, alors que Sévère n’avait jamais assisté à aucune autre bataille. Albin était supérieur par la naissance et l’éducation, mais son adversaire était supérieur dans l’art de la guerre et plus habile général (cependant il était arrivé à Albin, dans une bataille antérieure, de vaincre Lupus, un général de Sévère, et de massacrer un grand nombre de ses soldats). La présente bataille comporta de nombreux épisodes et revirements. L’aile gauche d’Albin fut vaincue et s’enfuit vers son camp ; les soldats de Sévère les poursuivirent, les assaillirent, commencèrent à les tuer et à piller leurs tentes. Pendant ce temps, sur l’aile droite, les soldats d’Albin, qui avaient creusé devant leurs lignes des fossés et des trous dissimulés superficiellement par de la terre, s’avancèrent jusqu’à eux et lancèrent des javelots de loin ; ils n’allèrent pas au‑delà, mais, comme s’ils avaient peur, ils firent demi‑tour pour obliger leurs adversaires à les poursuivre. C’est précisément ce qui arriva. Les Sévériens, stimulés par la rapidité de leur assaut et rendus présomptueux par la fuite soudaine de leurs adversaires, s’élancèrent à leur poursuite, comme si tout l’espace entre les deux armées était praticable ; mais, arrivés aux fossés, ils subirent un terrible désastre. En effet, dès que la couche de terre qui recouvrait les fossés se fut effondrée, les soldats des premiers rangs y furent précipités, et ceux qui les suivaient perdaient l’équilibre, tombaient sur eux et les écrasaient ; le reste, effrayé, battait en retraite, et en raison de la rapidité de leur volte‑face, ils bousculaient et renversaient l’arrière‑garde, et ainsi la poussèrent dans un profond ravin. Il s’ensuivit de lourdes pertes, chez ces soldats et chez ceux qui étaient tombés dans le ravin, hommes et chevaux mêlés. Dans cette confusion, ceux qui se trouvaient entre le ravin et les fossés périrent sous les projectiles et les flèches. Voyant cela, Sévère se porta à leur secours avec sa garde, mais loin de les aider, il s’en fallut de peu qu’il n’y laissât aussi sa garde, et lui‑même courut un grand danger en perdant son cheval. Lorsqu’il vit que tous les siens étaient en déroute, il déchira son manteau, dégaina son épée et s’élança sur les fuyards dans l’espoir de les faire changer d’avis en leur faisant honte, ou de périr lui‑même avec eux. Quelques‑uns donc, en le voyant ainsi, s’arrêtèrent et firent demi‑tour ; par là même, ils se trouvèrent soudain face à face avec ceux qui les suivaient, en frappèrent un grand nombre comme si c’étaient les partisans d’Albin et mirent en déroute tous ceux qui les pourchassaient. Là‑dessus, la cavalerie sous les ordres de Laetus se jeta sur eux par le flanc et fit le reste. Car tant que l’issue du combat resta incertaine, Laetus s’était contenté de suivre du regard les événements, avec l’espoir que les deux chefs périraient et que les soldats survivants des deux camps lui remettraient le pouvoir ; mais lorsqu’il vit que les troupes de Sévère l’emportaient, il prit part à l’action.
Ainsi vainquit Sévère ; la puissance romaine en pâtit très gravement, puisque des deux côtés tombèrent d’innombrables combattants. Nombreux même parmi les vainqueurs furent ceux qui pleurèrent l’événement : on voyait la plaine entière couverte de cadavres d’hommes et de chevaux, et, parmi eux, les uns étaient étendus criblés de blessures et comme déchiquetés, les autres, bien que sans blessures, étaient ensevelis sous les corps ; les armes étaient abandonnées çà et là, et le sang était répandu en telle abondance qu’il coulait jusque dans les rivières. Albin, qui s’était réfugié dans une maison près du Rhône, quand il se rendit compte qu’il était assiégé, se suicida ; car je raconte ici non tout ce que Sévère a écrit, mais tout ce qu’il s’est réellement passé. À la vue du corps, après avoir manifesté une grande joie par son regard et par ses paroles, il ordonna de jeter [au fleuve] le corps, sauf la tête, qu’il fit envoyer à Rome au bout d’une pique.

(Dion Cassius, Épitomé LXXVI, 6‑7 = Xiphilin 304)

Fig. 31 – La bataille de Lyon (Le Progrès illustré n° 587, 1902, p. 8 ; Numelyo, BM Lyon, documentation régionale 5752).

Fig. 31 – La bataille de Lyon (Le Progrès illustré n° 587, 1902, p. 8 ; Numelyo, BM Lyon, documentation régionale 5752).

189Cette bataille de Lyon fut suffisamment marquante pour figurer sous une forme abrégée dans la quasi-totalité des chroniques et chronographies. En général l’auteur y note la bataille et la mort d’Albin ; Lyon est mentionnée souvent, mais pas toujours : voir la liste des textes à l’index, s.v. « bataille de Lyon ».

  • 195 F. Chausson, « L’Autobiographie de Septime Sévère », REL 73, 1995, p. 183‑198 : l’ouvrage aurait é (...)

190Septime Sévère, Lucius Septimus Seuerus, né à Leptis Magna en Tripolitaine (Libye actuelle), était de famille sénatoriale. Il fut légat de Lyonnaise en 186‑188, et c’est à Lyon que naquit son fils Bassianus, le futur Caracalla. Sévère est gouverneur de Pannonie supérieure (Autriche, une partie de la Hongrie et de la Croatie) lorsqu’il est proclamé Auguste par ses troupes en avril 193. Sa vie nous est connue par diverses sources, dont l’historien Marius Maximus qui composa sous Sévère Alexandre une Vie des douze Césars, de Nerva à Élagabal, qui est perdue. Marius Maximus s’est de son côté largement inspiré de l’Autobiographie de Septime Sévère, elle aussi perdue, mais à laquelle plusieurs historiens font, directement ou indirectement, allusion195.

  • 196  Chastagnol 1994, p. 370‑371.

191L’Histoire Auguste (Vie d’Albin IV‑VI, 10‑11, 13) est la seule source à nous donner quelques détails sur la biographie d’Albin, Decimus Clodius Albinus, lui aussi de famille sénatoriale et dont l’origine africaine (Hadrumète, aujourd’hui Sousse) est loin d’être assurée196. Légat de Bretagne, il se rallia à Sévère qui, pour se le concilier, lui octroya le titre de César, mais il se fit proclamer Auguste en janvier 196 avant de passer en Gaule et de fixer son quartier général à Lyon.

192Rappelons d’abord que ce texte est celui de l’Épitomé de Dion par Xiphilin, et qu’il est très probable que le récit ait été amputé d’un certain nombre de détails, comme on peut le constater en se référant aux textes 39 et 42 pour lesquels nous disposons de l’original de Dion Cassius et de l’Épitomé : Xiphilin coud ensemble des extraits de Dion tout en procédant à des coupures, essentiellement explicatives, et lisse le récit par quelques expressions de son cru pour unir les passages cités mot pour mot. Quels enseignements tirer de ce récit ?

193Premier point, important : Dion ne donne pas la date de la bataille, qui est connue toutefois avec précision (19 février 197) par l’Histoire Auguste (85). En revanche, comme d’autres, il signale, sans détail de lieu ni de temps, un engagement préliminaire, où un général de Sévère a été battu ; les autres sources en mentionnent d’autres, tantôt favorables à Albin (87), tantôt à Sévère (85 : Trinurtium), mais souvent les indications sont vagues et les engagements indécis (196). Seule certitude, la campagne a été longue, fertile en combats, difficile.

  • 197 Le Bohec 2013, p. 48‑55 ; selon Y. Le Bohec, Sévère pouvait mobiliser au maximum 75 000 hommes, Al (...)

194Second point. Si tous les historiens s’accordent sur l’importance numérique des troupes engagées, Xiphilin est le seul à en chiffrer les effectifs : πεντεκαίδεκα μὲν μυριάδες στρατιωτῶν συναμφοτέροις ὑπῆρχον, « les deux camps confondus, il y avait cent cinquante mille soldats », et non de chaque côté, comme on l’a parfois traduit, car συναμφότεροι signifie « les uns et les autres ensemble, tous les deux ensemble, qui concerne deux personnes ou deux choses ensemble ». D’après les calculs d’Y. Le Bohec, fondés sur ce qu’on sait des unités figurant dans chaque camp, Albin était sans doute en infériorité numérique197.

  • 198 Le Bohec 2013, p. 56‑58.
  • 199 Cela peut paraître en contradiction avec la remarque initiale de l’auteur selon laquelle Sévère ét (...)
  • 200 Énée le Tacticien, ive s. av. J.‑C., Poliorcétique XXXIX, 1‑2.
  • 201 César, Guerre des Gaules VII, 88.

195Le déroulement de la bataille est détaillé, ses épisodes bien marqués. Tout se passe comme s’il y avait eu deux combats bien distincts. Dans un premier temps, l’Épitomé raconte la mise en déroute rapide de l’aile gauche d’Albin. Les Sévériens pillent alors le camp d’Albin, dont il est absolument impossible de situer l’emplacement. D’après Y. Le Bohec, ces troupes de l’aile gauche étaient les moins expérimentées198. La majeure partie du récit est ensuite consacrée aux opérations qui se déroulent au même moment sur l’aile droite d’Albin, qui est plus difficile à vaincre et use de stratagemata. On peut se demander si Xiphilin n’a pas abrégé son récit des combats de l’aile gauche pour s’attarder sur ceux de l’aile droite, en raison de la présence de Sévère : on sait qu’il aime insister sur des aspects anecdotiques, surtout quand ils mettent en scène des personnages hauts en couleur. On distingue alors trois phases. Dans un premier temps, une ruse attire les Sévériens de l’aile gauche dans des pièges creusés sur le champ de bataille, et aboutit à jeter le désordre, puis la panique dans leurs rangs (καταρραγέντων εὐθὺς τῶν ἐξ ἐπιπολῆς ἐπικειμένων ἐς τὰ ὀρύγματα ἐνέπεσον) : les termes τάφρος et ὀρύγματα, qui reviennent plusieurs fois à ce moment du récit désignent des pièges préparés, situés tactiquement à proximité d’un ravin ou d’une falaise (φάραγγα), ce qui montre que les Albiniens n’improvisent pas199. Ces pièges témoignent d’une bonne connaissance du terrain et ne pouvaient guère être éloignés de la ville, tactique qu’on peut rapprocher des ruses décrites par Énée le Tacticien200, quand il décrit un dispositif destiné à protéger les abords et les portes d’une cité en cas de siège. La deuxième phase est marquée par l’intervention décisive de Sévère. Au terme d’un comportement présenté comme héroïque et qui n’est pas sans rappeler l’attitude de César à Alésia201, il arrête la fuite de ses troupes et les fait retourner au combat. La bataille est alors équilibrée (ἀγχωμάλως) pendant un certain temps. Enfin, la cavalerie de Laetus, présenté comme très attentiste par ambition personnelle, achève de retourner la situation : les Sévériens prennent le dessus.

  • 202 Voir l’article de J.‑C. Decourt dans Faure, Poux (à paraître).
  • 203 Le Bohec 2013, p. 39‑44.

196Reste une question à propos de laquelle érudits et savants se sont affrontés, la localisation exacte du champ de bataille, « devant » ou « près » de Lyon. Pour l’aile gauche d’Albin, le texte ne livre aucun indice. Pour son aile droite, quelques éléments de paysage, non situés géographiquement, ne peuvent pas non plus aider à une localisation : un ravin ou une falaise (φάραγγα) ; une plaine ou plateau (πεδίον) ; des cours d’eau (ποταμούς), tous éléments anonymes. Potamos au pluriel implique au moins deux cours d’eau : s’agit‑il du Rhône, nommé plus loin à propos de la mort d’Albin, et de la Saône ? La tentation est grande, mais la Saône n’est pas citée : les érudits locaux se sont parfois ralliés à cette hypothèse ou ont multiplié les identifications avec les nombreux ruisseaux locaux202. Y. Le Bohec a fait le point et relevé quatre propositions de localisation203 : trois sur la rive droite de la Saône (au sud, secteur de Tassin à Sainte‑Foy ; à l’est, du plateau de Fourvière à Tassin ; plus au nord, au pied du Mont d’Or) ; la quatrième hypothèse, qui lui paraît la plus crédible, situe les combats sur la rive gauche de la Saône, car, à partir de Sathonay, vers le nord entre le cours de la Saône et les Dombes, s’étend le seul espace où il soit possible à deux armées de se déployer. Cependant, il faut bien admettre, malgré les recherches récentes, qu’aucune hypothèse n’emporte totalement l’adhésion, même si certaines peuvent être définitivement écartées. L’urbanisation moderne de tous ces secteurs rend de toute façon quasiment impossible toute recherche approfondie sur le terrain.

  • 204 Si on prend au pied de la lettre la description de l’Épitomé, on se serait donc battu sur le plate (...)
  • 205 Voir les textes d’Orose (93), Fréculf (176) et Otton de Freising (194).

197Le texte prend une tonalité apocalyptique quand Dion fait le bilan des pertes, τό τε γὰρ πεδίον πᾶν μεστὸν νεκρῶν καὶ ἀνδρῶν καὶ ἵππων « la plaine entière couverte de cadavres d’hommes et de chevaux » : toutes les sources insistent sur la lourdeur des pertes. Quant à l’image du sang qui ruissela dans les cours d’eau, τὸ αἷμα πολὺ ἐρρύη, ὥστε καὶ ἐς τοὺς ποταμοὺς ἐσπεσεῖν, il faut sans doute y voir plus une figure de rhétorique qu’une réalité : on retrouve ce même topos chez Hérodien quand il décrit la bataille qui opposa Sévère à Niger à Issos204 et abrégés et chroniques notent à l’envi l’abondance du sang versé205.

  • 206 Le Bohec 2013, p. 75‑79.
  • 207 CIL XIII, 1754.
  • 208 Rougé 1980, p. 229‑230 ; Desbat, in CAG 69/2, 2007, p. 188.

198Quelles furent les conséquences de l’affrontement ? Pour le sort d’Albin, on lira le commentaire au texte d’Hérodien (48). L’Épitomé ne dit rien sur le sort réservé à Lyon et à ses habitants, contrairement à Hérodien : volonté de ne pas ternir l’image de l’empereur ou coupure du texte de Dion par Xiphilin, on ne sait. Les combats furent suivis du pillage de la ville, ce qui n’a rien que de très banal, conformément aux pratiques de la guerre dans l’Antiquité. J. Rougé, sans vraiment argumenter, insiste sur le fait que les Lyonnais durent payer un lourd tribut pour s’être ralliés à Albin et l’on sait, par les sources, que, de façon générale, Sévère châtia durement les partisans de son adversaire (8788). Y. Le Bohec est plus prudent, qui fait la part de l’exagération quand il dresse le bilan de l’après‑bataille206. Quoi qu’il en soit, un autel taurobolique fut dédié « pour le salut de Septime Sévère » à Lyon, sans doute au lendemain même de sa victoire207. On a longtemps considéré que cette bataille avait été le déclencheur du déclin de Lugdunum à partir du iiie s. et de l’abandon d’une grande partie de la ville haute. La situation est beaucoup plus complexe et « l’impact réel de la bataille de 197 qui clôt la guerre entre Clodius Albin et Septime Sévère aux portes de Lyon est difficile à mesurer » : l’abandon de la colline a sans doute commencé plus tard (milieu du iiie s.) et fut progressif208. Cependant, l’ampleur ressentie du désastre fut telle que les écrivains tardifs en modifièrent totalement la signification (93, 184, 201, 204, 208). Chez les écrivains chrétiens, en effet, Sévère, qui publia un édit interdisant le prosélytisme aux Juifs et aux Chrétiens, devint le responsable d’une terrible persécution, dont rien n’atteste la réalité, mais qui se confondit avec la bataille de 197 et dont le nombre de victimes ne cessa de s’accroître : Irénée, dont le martyre n’a rien d’assuré et dont on ignore la date de la mort, figure au premier rang de ces martyrs imaginaires (123).

47. Un favori impérial à Lyon

199Dion Cassius profite de la mention de la campagne contre les Parthes en 215 durant le règne de Caracalla (211‑217) pour tracer le bref portrait d’un affranchi, et opère un retour en arrière sans donner de précision chronologique.

Ὅτι Θεόκριτος ὁ Καισάρειος, δι’ οὗ ὀρχεῖσθαι ὁ Ἀντωνῖνος μεμάθηκεν, καὶ παιδικὰ τοῦ Σαωτέρου ἐγεγόνει καὶ κατὰ τοῦτο καὶ ἐς τὸ τῶν Ῥωμαίων θέατρον ἐσῆκτο. Ἐπεὶ δὲ κακῶς ἐν αὐτῷ ἐφέρετο, ἐκ μὲν τῆς Ῥώμης ἐξέπεσεν, ἐς δὲ τὸ Λούγδουνον ἐλθὼν ἐκείνους ἅτε καὶ ἀγροικοτέρους ἔτερπε, καὶ ἐκ δούλου καὶ ἐξ ὀρχηστοῦ καὶ στρατιάρχης καὶ ἔπαρχος ἐγένετο.

Théocrite était un affranchi impérial, qui avait enseigné la danse à Caracalla et avait été le mignon de Saôterus ; et grâce à cela, il avait été admis au théâtre de Rome. Mais comme il y avait été mal reçu, il fut chassé de Rome ; il vint à Lyon, y charma les gens, parce qu’ils étaient assez frustes, et, d’esclave et danseur, il devint général et préfet.

(Dion Cassius, Épitomé LXXVIII, 21 = Boissevain, t. 3, p. 757)

  • 209 Hérodien, Histoire des Empereurs romains III, 10, 5.

200Antoninus désigne Caracalla, qui avait été proclamé César dès avril 196 sous le nom de Marcus Aurelius Antoninus, les noms mêmes de Marc Aurèle209.

  • 210 Dion Cassius, Histoire romaine LXXIII, 12 ; Histoire Auguste, Commode III, 4 ; IV, 5. Voir PIR III (...)

201Saôtérus, Σαώτερος ὁ Νικομηδεύς : esclave originaire de Bithynie, compagnon de débauche de Commode dont l’Histoire Auguste avance qu’il fut l’amant et son conseiller particulièrement influent, il fut assassiné en 186 sur l’ordre de l’affranchi Cléandre (Marcus Aurelius Cleander), qui lui succéda210.

  • 211 Dion Cassius, Histoire romaine LXXVIII, 21 ; Histoire Auguste, Caracalla V. Voir PIR II, 1933, p.  (...)
  • 212 RE VA, 1934, col. 2027‑2028, s.v. « Theokritos » [Stein] ; Brill’s New Pauly, s.v. « Theocritus » (...)

202Théocrite : esclave et mignon de Saôtérus sous Commode, danseur et pantomime de peu de talent, il fut affranchi et devint sans doute chevalier ; il subit une défaite lors de la campagne de Caracalla contre les Parthes en 215211 ; il assassina Flavius Titianus, procurateur d’Alexandrie qui lui avait rappelé son ancienne profession212.

203L’image qui est donnée des Lyonnais n’est pas particulièrement flatteuse ; elle est à rapprocher de celle qu’en propose Pline le Jeune (24).

Références

L’auteur et l’ouvrage

Duval 1971, n° 191 ; F. Millar, A Study of Cassius Dio, Oxford, 1964 ; T.D. Barnes, « The composition of Cassius Dio’s Roman History », Phoenix 38, 1984, p. 240‑255 ; M.‑L. Freyburger-Galland, Aspects du vocabulaire politique et institutionnel de Dion Cassius, Paris, 1997 ; M.‑L. Freyburger-Galland, « La conception de l’histoire chez Dion Cassius », in G. Lachenaud, D. Longrée (dir.), Grecs et Romains aux prises avec l’histoire : représentations, récits et idéologie. Colloque de Nantes et Angers, vol. I, Rennes, 2003, p. 109‑121 ; M.‑L. Freyburger-Galland, « Dion Cassius et Suétone », in Poignault 2009, p. 147‑162 ; C.H. Lange, J.M. Madsen (éd.), Cassius Dio : Greek Intellectual and Roman Politician, Leyde-Boston, 2016 ; Fromentin et al. 2016 : voir en particulier l’article de B. Berbessou-Broustet, « Xiphilin, abréviateur de Cassius Dion », p. 81‑93.

Éditions

L’édition de base du texte grec est celle de U.P. Boissevain (Cassii Dionis Cocceiani Historiarum Romanarum quae supersunt, Berlin, 4 vol., 1885‑1901, réimpr., 1955), complétée par un cinquième volume de concordances en 1931, avec un apparat critique précieux ; c’est elle que nous utilisons pour Xiphilin. La seule édition en français à peu près complète (texte et traduction) a été publiée par E. Gros puis V. Boissée (Histoire romaine de Dion Cassius traduite en français, Paris, 1845‑1867). Depuis quelques années, la CUF a entrepris une édition bilingue : pour le livre 46, par V. Fromentin (2008) ; J. Auberger a donné aussi une traduction nouvelle, sans le texte grec, des livres 57‑59 (Tibère et Caligula) en 1995.

H.B. Foster, E. Cary, Dio’s Roman History, Loeb, Londres, 1914‑1927 (9 vol.), texte grec et traduction anglaise. Cette édition suit le texte de la publication de Boissevain et c'est à elle que nous renvoyons.

Texte (38)

Étude détaillée dans Jullien 1891 ; J. Guey, « À propos de la fondation de Lyon. Dion Cassius et le sénatus-consulte d’avril 43 av. J.‑C. », BSAF, 1959, p. 128‑173 ; P.M. Swan (éd.), A Historical Commentary on Cassius Dio’s Roman History, Atlanta, 1988‑2004, 3 vol. parus.

Les événements de 68‑69 (43‑44)

Sur « l’année des quatre empereurs » : Néron, Othon, Galba et Vitellius, voir Cosme 2012, en particulier p. 13‑30, sur Vindex. Cf. aussi Suétone (31).

Parmi les nombreux articles consacrés à cette révolte, P.A. Brunt, « The revolt of Vindex and the fall of Nero », Latomus 18, 1959, p. 531‑559, ancien, fait encore autorité ; B. Levick, « L. Verginius Rufus and the four Emperors », RMPh 128, 1985, p. 318‑346 ; P. Le Roux, « Mai 68 en Gaule », in M.‑M. Mactoux (éd.), Mélanges Pierre Lévêque, t. 8, 1994, p. 359‑374.

La bataille (46)

Pour le déroulement des événements avant et après la bataille, voir Le Gall, Le Glay 1987, p. 527‑536 ; sur les combats, Audin 1979, p. 249‑254, et Rougé 1980, p. 223‑235 ; dernière mise au point avec bibliographie et cartes, Le Bohec 2013. Sur Septime Sévère, T.D. Barnes, « The family and career of Septimius Severus », Historia 16, 1967, p. 87‑107 ; A. Birley, Septimus Severus, the African Emperor, Londres-New York, 1999 (2e éd.) ; A. Daguet-Gagey, Septime Sévère, Rome, l’Afrique et l’Orient, Paris, 2000 ; A. Lichtenberger, Severus Pius Augustus : Studien zur sakralen Repräsentation und Rezeption der Herrschaft des Septimius Severus und seiner Familie (193‑211 n. Chr.), Leiden-Boston, 2011. Faure, Poux (à paraître), proposent une nouvelle synthèse pluridisciplinaire sur la bataille, son contexte historique, les aspects stratégiques et tactiques et ses conséquences.

Hérodien, Histoire des successeurs de Marc Aurèle

Hérodien (Ἡρωδιανός), est un historien syrien, peut‑être né à Antioche (on le connaît parfois sous le nom d’Hérodien d’Antioche, pour le distinguer d’Aelius Hérodien le grammairien d’Alexandrie) entre 165 et 175, et mort entre 238 et 255. Le peu que l’on sait de lui provient de ce qu’il en dit lui-même dans son ouvrage. Il suivit une carrière de fonctionnaire impérial, sans doute fort modeste et dont il ne nous dit rien de précis : on a supposé, sans preuve définitive, qu’il avait le statut d’affranchi et on sait aussi qu’il vécut assez longtemps à Rome.

204Il est l’auteur de l’Histoire des empereurs romains ou mieux, Histoire des successeurs de Marc Aurèle (Τῆς μετὰ Μάρκον βασιλείας ἱστορία), qui raconte en huit livres les événements dont il fut, dit‑il, le contemporain sinon le témoin, entre 180 (mort de Marc Aurèle) et 238 (avènement de Gordien III).

205L’extrait qui suit appartient au récit des guerres civiles qui aboutirent à la fondation de la dynastie des Sévères.

48. La bataille de Lyon

Ἀφικομένης δὲ τῆς τοῦ Σεβήρου δυνάμεως ἐς τὴν Γαλλίαν γεγόνασι μέν τινες ἀκροβολισμοὶ καθ’ ἕτερα χωρία, ἡ δὲ τελευταία περὶ Λουγδοῦνον, μεγάλην πόλιν καὶ εὐδαίμονα, ἐν ᾗ κατακλείσας ἑαυτὸν ὁ Ἀλβῖνος ἔμενε, τὸν δὲ στρατὸν ἐς τὴν μάχην ἐξέπεμψε. Γενομένης δὲ συμβολῆς καρτερᾶς ἐπὶ πλεῖστον μὲν ἰσόρροπος ἔμενεν ἑκατέροις τῆς νίκης ἡ τύχη. Καὶ γὰρ οἱ Βρεττανοὶ ἀνδρείᾳ τε καὶ θυμῷ φονικῷ οὐδὲν τῶν Ἰλλυριῶν ἀπολείπονται· γενναίων οὖν στρατῶν μαχομένων, οὐδετέρων ῥᾳδία ἦν ἡ τροπή. Ὡς δέ τινες τῶν τότε ἱστόρησαν, οὐ πρὸς χάριν ἀλλὰ πρὸς ἀλήθειαν λέγοντες, πολύ τι ὑπερέσχεν ἡ φάλαγξ τοῦ Ἀλβίνου στρατοῦ, καθ’ ὃ μέρος τέτακτο ὁ Σεβῆρος καὶ ὁ σὺν αὐτῷ στρατός, ὡς φυγεῖν τε αὐτὸν καὶ τοῦ ἵππου ἐκπεσεῖν, ἀπορρίψαντα δὲ τὴν χλαμύδα τὴν βασιλικὴν λαθεῖν. Ἤδη δὲ διωκόντων καὶ παιωνιζόντων τῶν Βρεττανῶν ὡς δὴ νενικηκότων, ἐπιφανῆναι Λαῖτον, στρατηγὸν ὄντα Σεβήρου, σὺν τῷ στρατῷ οὗ ἦρχεν, ἀκμῆτί τε ὄντι καὶ ἔξω μάχης γεγονότι. Διαβάλλουσι δὲ αὐτὸν ὡς καραδοκήσαντα τὴν ἀπόβασιν τῆς μάχης καὶ ἑκόντα βραδύναντα, τὸν δὲ ὑφ’ ἑαυτῷ στρατὸν ἀκμῆτα τηρήσαντα, τὴν ἀρχὴν ἑαυτῷ μνώμενον, τότε ἐπιφανῆναι ὅτε ἔμαθε τὸν Σεβῆρον πεπτωκότα. Πιστοῦται δὲ τὴν διαβολὴν ταύτην ἡ ἀπόβασις· ὕστερον γὰρ ὁ Σεβῆρος, μετὰ τὸ πάντα κατορθῶσαι καὶ εἶναι ἐν ἀμερίμνῳ βίῳ, τοὺς μὲν ἄλλους πάντας στρατηγοὺς αὑτοῦ μεγάλως ἠμείψατο, τὸν δὲ Λαῖτον μόνον, ὡς εἰκός, μνησικακήσας διεχρήσατο. Ἀλλὰ ταῦτα μὲν ὕστερον ἐγένετο, τότε δ’ οὖν, ὡς προείρηται, τοῦ Λαίτου ἐπιφανέντος σὺν νεαρῷ στρατῷ οἱ μὲν τοῦ Σεβήρου ἐπερρώσθησαν, τόν τε Σεβῆρον τοῦ ἵππου ἐπεβίβασαν καὶ τὴν χλαμύδα περιέθεσαν· οἱ δὲ τοῦ Ἀλβίνου οἰόμενοι ἤδη νενικηκέναι καὶ ἀτακτότεροι εὑρεθέντες, αἰφνιδίως αὐτοῖς ἐπιπεσούσης γενναίας καὶ οὐ προηγωνισμένης δυνάμεως, ἐπ’ ὀλίγον ἀντισχόντες εἶξαν, τροπῆς τε καρτερᾶς γενομένης ἐδίωξαν αὐτοὺς φονεύοντες οἱ Σεβήρου, μέχρις οὗ ἐς τὴν πόλιν ἐσέβαλον. Τὸ μὲν οὖν πλῆθος τῶν ἑκατέρωθεν ἀνῃρημένων ἢ ἁλόντων, ὡς ἕκαστος ἐβουλήθη τῶν τότε συγγραψάντων, ἱστόρησεν· οἱ δὲ τοῦ Σεβήρου τήν τε Λουγδοῦνον διαρπάσαντες καὶ ἐμπρήσαντες, τόν τε Ἀλβῖνον συλλαβόντες καὶ τῆς κεφαλῆς ἀφελόντες, κομίσαντες αὐτὴν τῷ Σεβήρῳ δισσὰ καὶ μέγιστα ἤγειραν τρόπαια, τὸ μὲν ἐν ἀνατολῇ τὸ δ’ ὑπ’ ἄρκτῳ, ὡς μηδὲν ταῖς Σεβήρου μάχαις ἤ νίκαις παραβάλλεσθαι μήτε πλήθει δυνάμεως μήτε ἐθνῶν κινήσεσιν ἀριθμῷ τε παρατάξεων ὁδοιπορίας τε μήκει καὶ τάχει. […]
Τέλει μὲν δὴ τοιούτῳ ὁ Ἀλβῖνος έχρήσατο, πρὸς ὀλίγον ἀπολαύσας όλεθρίου τιμῆς. Ὁ δὲ Σεβῆρος θυμῷ καὶ ὀγγῇ εὐθέως πρὸς τοὺς ἐν Ῥώμῃ φίλους αὐτοῦ ἐχρῆτο. Καὶ πέμψας τὴν κεφαλὴν τοῦ Ἀλβίνου δημοσίᾳ ἀνασταθρωθῆναι κελεύει.

Après l’arrivée de l’armée de Sévère en Gaule et des escarmouches en différents endroits, la bataille finale se déroula près de Lyon, cité grande et prospère : Albin s’y réfugia et y resta ; son armée, il l’envoya au combat. L’affrontement fut violent et les chances de victoire balancèrent longtemps entre les deux belligérants. Et en effet, les Bretons ne montrent pas moins de courage et d’ardeur sanguinaire que les Illyriens. L’ardeur au combat des deux armées ne les incitait pas à une fuite facile. Voici la version de certains historiens contemporains pour qui le souci de la vérité l’emporte sur le désir de plaire : dans le secteur où stationnaient Sévère et son armée, la ligne de front de l’armée d’Albin prit nettement l’avantage. Sévère s’enfuit, tomba de cheval et réussit à s’échapper après s’être débarrassé de son manteau impérial. Déjà les Bretons se lançaient à sa poursuite et entonnaient le péan, comme s’ils étaient victorieux, lorsque surgit Laetus, un général de Sévère, à la tête de troupes fraîches qui n’avaient pas encore participé au combat. On reproche à Laetus d’avoir attendu l’issue de la bataille et d’avoir délibérément tardé. Il aurait tenu en réserve ses troupes dans l’intention de s’emparer du pouvoir à son profit et ne se serait manifesté qu’après la nouvelle de la chute de Sévère ; les événements ultérieurs corroborent cette accusation. Plus tard en effet, Sévère, après le complet rétablissement de l’ordre et le retour à la tranquillité, récompensa généreusement tous ses généraux à l’exception de Laetus contre lequel il avait gardé, semble‑t‑il, de la rancune et qu’il fit exécuter. Mais tout cela se passa plus tard. […] Donc, comme on l’a dit précédemment, lorsque Laetus surgit avec ses troupes fraîches, les gens de Sévère reprirent courage, remirent leur chef en selle, et le revêtirent de son manteau. Les partisans d’Albin, déjà sûrs de la victoire, furent trouvés en plein désordre ; ils furent surpris par la fougue inattendue des ennemis d’autant plus vigoureux qu’ils n’avaient pas encore combattu ; pendant un temps, ils soutinrent le choc, mais le combat ayant pris un tour acharné, ils furent pourchassés et tués par les partisans de Sévère, et rejetés finalement jusqu’à la ville ; le nombre des tués dans chaque camp et le nombre des prisonniers varie selon les versions des différents historiens d’alors ; les soldats de Sévère, après avoir pillé et incendié la ville, capturé Albin et lui avoir tranché la tête qu’ils apportèrent à Sévère, érigèrent deux grands trophées jumeaux, l’un à l’Orient, l’autre au nord. Aussi peut‑on dire qu’il n’y a rien de comparable aux combats ni aux victoires de Sévère, tant pour les forces mises en jeu, les troubles subis par les provinces, le nombre des affrontements, la longueur et la rapidité des expéditions.
[Suivent quelques lignes de comparaison avec les grands généraux de la fin de la République qui ont pour but de faire un éloge de Sévère.]
Telle fut la fin d’Albin, qui profita peu de temps d’un honneur qui lui fut fatal. Immédiatement après, Sévère tourna sa colère et son ressentiment contre ceux de ses amis qui étaient à Rome. Il envoya la tête d’Albin [à Rome] et ordonna qu’elle fût publiquement exposée au bout d’une pique.

(Hérodien, Histoire des empereurs romains III, 7, 2‑8)

206Sur ce texte, voir aussi le commentaire au texte 46.

207Dans le récit d’Hérodien, la bataille principale est précédée de plusieurs escarmouches dont la localisation, l’importance et l’issue ne sont pas précisées, contrairement à Dion Cassius ou l’Histoire Auguste.

  • 213 Un général de ce nom est exécuté à Hatra pour trahison en 198 (éd. Roques, n. 61, p. 245). Voir au (...)

208Pour ce qui est du combat de Lyon, Hérodien est plus bref que Dion : les détails sur son déroulement sont moins nombreux, même si globalement les deux récits sont très proches. Cependant, contrairement à Dion, Hérodien ne dit rien de la défaite de l’aile gauche d’Albin. En revanche il insiste sur le fait que le combat fut longtemps indécis et s’intéresse surtout à ce qui s’est passé sur l’aile droite d’Albin, là où Sévère combattait en personne : une première phase se termine par la fuite des Sévériens ; mais, avec l’intervention de Laetus, « l’espoir changea de camp, le combat changea d’âme ». Sur un autre point Hérodien marque sa différence avec Dion : le comportement de Sévère est beaucoup moins héroïque, puisqu’il s’enfuit purement et simplement. Il n’est pas l’auteur du revirement de situation, au contraire de chez Dion, dont on sait qu’il fut proche des Sévères et dont le récit est peut‑être partial : ici, c’est Laetus le véritable héros du jour et, toujours selon Hérodien, la rancune de Sévère se traduira peu après par la disgrâce puis par l’assassinat de Laetus213. Quant au vaincu, Albin, il n’est évoqué qu’au moment de sa mort. Le récit d’Hérodien est ainsi plus général, sans détail ni sur la topographie, ni sur la tactique et les pièges mis en place par les Albiniens. Seule précision importante : il souligne que les Sévériens poursuivirent jusque dans Lyon leurs adversaires, ce qui permet de supposer que le combat s’est déroulé tout près de la ville.

  • 214 On peut rapprocher ce passage d’un autre très similaire, dans l’Histoire Auguste, Sévère III, 14, (...)
  • 215 Plutarque, Vie de Sylla XIX, 9‑10 ; Pausanias, IX, 40, 7.

209Hérodien reste prudent sur le nombre des victimes. En revanche il est le seul à évoquer, brièvement, le sort de Lyon, qui subit le traitement habituel des villes vaincues, pillage, incendie, destructions. La mention, chez lui seul, de l’érection de deux trophées n’est pas claire : δισσὰ καὶ μέγιστα ἤγειραν τρόπαια, τὸ μὲν ἐν ἀνατολῇ τὸ δ’ ὑπ’ ἄρκτῳ. Selon certains commentateurs, ces deux trophées auraient célébré les victoires de Sévère, en Orient sur Pescennius Niger et au nord sur Albin et n’auraient donc pas de lien direct avec la bataille de Lyon : dans le développement qui suit, en effet, Hérodien célèbre la grandeur de Sévère en tant que chef militaire214. Toutefois, on peut se demander s’ils n’ont pas été érigés sur les lieux des deux affrontements indiqués par l’Épitomé, sur l’aile gauche et sur l’aile droite : on aurait ainsi un indice indirect sur l’emplacement des engagements. L’érection de deux trophées pour une même bataille est une chose rare, mais on en connaît d’autres exemples, comme ceux que Sylla fit ériger à Chéronée en 86 av. J.‑C.215.

210Le récit de la mort d’Albin mérite qu’on s’y arrête, parce qu’Hérodien lui porte un intérêt particulier et parce que, ainsi que le fait observer l’historien, nos sources ne s’accordent pas. Pour Dion Cassius, tel que nous le connaissons par Xiphilin, Albin se suicide « dans une maison au bord du Rhône » et son corps, après avoir été décapité, est jeté – sans doute dans le fleuve, mais ce n’est pas précisé. Sur ce point, Dion Cassius insiste sur la réalité des faits rapportés : « je raconte non ce que Sévère a écrit, mais ce qui s’est réellement passé » ; l’autobiographie de Sévère donnait peut‑être une version adoucie des événements. Hérodien affirme qu’il fut exécuté par les Sévériens et sa tête seule apportée à Sévère. La version de l’Histoire Auguste est nettement plus mélodramatique : Albin aurait raté son suicide, été conduit devant Sévère qui le fit décapiter, fit piétiner le corps par son cheval et laissa pourrir le cadavre avant de le faire jeter au Rhône avec ceux de sa femme et de ses fils (85, 87).

Fig. 32 – La mort d’Albin au bord du Rhône. La « Cruauté de Sévère » (A. Gaillard, Tableau de la ville de Lyon depuis les temps romains jusqu’à nos jours : collection de vues, de monuments, et des principales scènes appartenant à l’histoire lyonnaise, Lyon, 1847, pl. 5, avec commentaire p. 21-23 ; Numelyo, BM Lyon, cote 353997).

Fig. 32 – La mort d’Albin au bord du Rhône. La « Cruauté de Sévère » (A. Gaillard, Tableau de la ville de Lyon depuis les temps romains jusqu’à nos jours : collection de vues, de monuments, et des principales scènes appartenant à l’histoire lyonnaise, Lyon, 1847, pl. 5, avec commentaire p. 21-23 ; Numelyo, BM Lyon, cote 353997).

Le dessin est accompagné d’un commentaire intitulé « Cruauté de Sévère », qui se termine ainsi : « Tous les historiens ont parlé de la bataille de Lyon. Le dessin ci-joint représente les cruautés de Sévère, qui foule aux pieds le cadavre d’Albin après lui avoir fait trancher la tête, fait périr la femme et les enfants de son ennemi et jeter au Rhône toutes ces dépouilles sanglantes. »

Références

L’auteur et l’ouvrage

Duval 1971, n° 201 ; A.M. Gonzáles-Cobos Davila, « Herodiano : estado de la cuestion », SHHA 1, 1983, p. 91‑98 ; F. Gascó, « Las fuentes de la Historia de Herodiano », Emerita 52, 1984, p. 355‑360 ; A.M. et L. González-Cobos, « Fuentes de Herodiano », SZ (hist.) 7, 1986, p. 367‑381 ; H. Sidebottom, « Herodian’s historical methods and understanding of history », ANRW II/34/4, 1998, p. 2775‑2836 ; A.R. Polley, « The date of Herodian’s “History” », AC 72, 2003, p. 203‑208.

Éditions

Herodian : History of the Empire, éd. C.R. Whittaker, Loeb, Londres, 1969.

La seule édition française intégrale avec texte et traduction est de L. Halévy, Histoire romaine depuis la mort de Marc Aurèle jusqu’à l’avènement de Gordien III, Paris, 1860 ; D. Roques, Histoire des empereurs romains de Marc Aurèle à Gordien III (180 ap. J.‑C. - 238 ap. J.‑C.), Paris, 1990, donne une traduction et un commentaire, sans le texte grec. L’édition la plus récente, bilingue grec‑allemand est celle de F.L. Müller, Herodian. Geschichte des Kaisertums nach Marc Aurel, Stuttgart, 1996.

Aélius Hérodien, Ouvrages de grammaire

Aélius Hérodien (Aelius Herodianus, Αἴλιος Ἡρωδιανός), est un grammairien du iie s. ap. J.‑C. originaire d’Alexandrie, qui vécut et travailla à Rome, sous Marc Aurèle.

211On lui attribue, parfois à tort, de nombreux traités sur la langue grecque. Seul son Sur le style particulier (Περὶ μονήρους λέξεως), consacré aux mots anormaux, nous est parvenu complet ; nous ne connaissons les autres que sous forme de citations, de fragments ou d’abrégés ; c’est le cas de son ouvrage majeur consacré aux règles d’accentuation, La Prononciation générale (Καθολικὴ προσῳδία, De Prosodia Catholica) et du traité Les Synonymes (Περὶ παρωνύμων), d’où sont tirés les deux extraits qui suivent.

49. Lyon dans la grammaire grecque

Βίεννος πόλις Κρήτης. ὁ πολίτης Βιέννιος […] ἔστι καὶ ἑτέρα πόλις ἐν Γαλλίᾳ τὸ ἐθνικὸν ὁμοίως Βιέννιος, εἰ μὴ κατὰ τὸν ἐγχώριον τύπον Βιεννήσιος ὡς Λουγδουνήσιος.

Vienne, cité de Crète, son ethnique Viennois […]. Il y a aussi une autre cité en Gaule, de même ethnique (Βιέννιος), sauf qu’il suit le modèle local Βιεννήσιος, Viennois, comme Λουγδουνήσιος, Lyonnais.

(Aélius Hérodien, Les Synonymes, éd. Lentz, vol. 2, p. 878, l. 13)

Τὸ δὲ πύραυνος ὁ χυτρόπους προπαροξύνεται ὡς καὶ Λούγδουνος πόλις Κελτογαλατίας.

Le πύραυνος, « la marmite à pied », est proparoxyton, tout comme Λούγδουνος [Lyon], ville de Gaule.

(Aélius Hérodien, La prononciation générale, éd. Lentz, vol. 1, p. 178, l. 10)

Références

L’auteur et l’ouvrage

Duval 1971, n° 174 ; outre les remarques dans l’édition d’A. Lentz, voir RE VIII, 1913, s.v. « Herodianos 4 », col. 959‑973 [Schultz] ; A. Dick, « Aelius Herodian : recent studies and prospects for future research », ANRW II/34/1, 1993, p. 772‑794. Plus généralement, J. Schneider, Les traités orthographiques grecs antiques et byzantins, Turnhout, 1999 ; E. Dickey, Ancient Greek Scholarship, New York, 2007.

Édition

Herodiani Technici Reliquiae, éd. A. Lentz, dans Grammatici Graeci III, vol. 1‑2, Leipzig, 1867‑1870 (réimpr., 1965).

 

Cyprien, Lettres

Cyprien (Thascius Caecilius Cyprianus), naît au tout début du iiie s. dans une riche famille païenne de Carthage. Rhéteur, il se convertit à l’âge adulte, devient prêtre vers 248‑249 et est élu presque immédiatement évêque, malgré une forte opposition. Il dirige la communauté lors de la persécution de Dèce en 250, mais s’en éloigne, ce qui lui sera reproché. Après un premier exil et un retour en Afrique, il retrouve sa place à Carthage et son épiscopat est alors marqué par ses difficultés avec le pape Étienne. Lors de la persécution de Valérien, il part de nouveau en exil puis revient et sera décapité en septembre 258 ; il figure au martyrologe aux dates du 14 et du 16 septembre. Grégoire de Tours, La gloire des martyrs XCIII évoque en termes fleuris la magnificence de son tombeau de marbre, lequel sera plus tard découvert à l’abandon et dépouillé de ses reliques (cf. infra, commentaire).

  • 216 BHL, n° 2041.

212Cyprien est l’auteur d’une œuvre abondante, intéressante en particulier par ses Lettres (Epistulae), mais aussi par ses traités portant sur des points de morale. Sa biographie, Vita Cypriani216, fut rédigée par son diacre Pontius peu après sa mort.

213La lettre dont on va lire un extrait est adressée au pape Étienne Ier (254‑257). Le passage a trait aux conséquences des événements de 250. Comme le pape Corneille (251‑253), Cyprien se montra ouvert à l’accueil des lapsi repentants – ceux qui avaient abjuré lors de la persécution sous Dèce (249‑251), puis avaient demandé leur réintégration dans l’Église. Il s’opposa violemment aux tenants de l’intransigeance, parmi lesquels le prêtre romain Novatien, élu « antipape » en 251 contre Étienne et à l’origine de l’hérésie qui porte son nom (le novatianisme) et qui se perpétua, dans certaines régions, jusqu’au viie s. Ses rapports avec Étienne, qui refusait en revanche de réintégrer les clercs repentants, furent très tendus et la querelle ne s’acheva qu’à la mort des deux protagonistes, Novatien disparaissant quant à lui en 258.

50. Sur l’hérésie novatianiste en Gaule

Cyprianus Stephano fratri. s.
Faustinus collega noster Lugduni consistens, frater carissime, semel adque iterum mihi scripsit significans ea quae etiam uobis scio utique nuntiata tam ab eo quam a ceteris coepiscopis nostris in eadem prouincia constitutis, quod Marcianus Arelate consistens Nouatiano se coniunxerit et a catholicae ecclesiae ueritate atque a corporis nostri et sacerdotii consensione discesserit, tenens haereticae praesumptionis durissimam prauitatem, ut seruis Dei paenitentibus et dolentibus et ad ecclesiam lacrimis et gemitu et dolore pulsantibus diuinae pietatis et lenitatis paternae solacia et subsidia cludantur nec ad fouenda uulnera admittantur uulnerati, sed sine spe pacis et communicationis relicti ad luporum rapinam et praedam diaboli proiciantur. Cui rei nostrum est consulere et subuenire, frater carissime, qui diuinam clementiam cogitantes et gubernandae ecclesiae libram tenentes sic censuram uigoris peccatoribus exhibemus, ut tamen lapsis erigendis et curandis uulneratis bonitatis et misericordiae diuinae medicinam non denegemus.
Quapropter facere te oportet plenissimas litteras ad coepiscopos nostros in Gallia constitutos, ne ultra Marcianum pernicacem et superbum et diuinae pietatis ac fraternae salutis inimicum collegio nostro insultare patiantur.

Cyprien, à son frère Étienne, salut.
Notre collègue Faustin, en résidence à Lyon, m’a écrit à plusieurs reprises, frère très cher, me faisant connaître ce qui, je le sais, vous a de toute façon été annoncé à vous aussi tant par lui que par tous nos autres confrères évêques, établis dans la même province : Marcien, en résidence à Arles, s’est joint à Novatien et s’est éloigné de la vraie doctrine de l’Église catholique et du consensus de notre corps et de notre clergé, pour adopter l’erreur si pénible d’une hérésie présomptueuse, au point que les serviteurs de Dieu qui se repentent et souffrent et frappent à la porte de l’église en pleurant, en gémissant et en souffrant, se voient refuser les consolations et secours de la bonté de Dieu et de sa douceur de père et que les blessés ne sont pas autorisés à soigner leurs blessures, mais, abandonnés sans espoir de retrouver la paix et de rentrer dans la communion des fidèles, ils sont livrés à la rapacité des loups et en pâture au diable. Voilà, très cher frère, à quoi il est de notre devoir de réfléchir et de remédier, nous qui, songeant à la clémence de Dieu et tenant la balance dans le gouvernement de l’Église, jugeons les pécheurs avec une sévère vigueur sans refuser pour autant le remède de la bonté et de la miséricorde divine à ceux qui, tombés, se relèvent et à ceux qui, blessés, se soignent.
C’est pourquoi il te faut écrire à nos collègues évêques établis en Gaule une lettre très substantielle leur demandant de ne pas souffrir plus longtemps que Marcien, opiniâtre et orgueilleux, et ennemi de la piété divine et du salut de nos frères, fasse insulte à notre collège.

(Cyprien, Lettres, LXVIII)

214La suite de la lettre rappelle la condamnation sans appel de Novatien par l’Église et développe les conséquences qu’il faut en tirer sur la conduite ferme à tenir sur ses partisans inconditionnels, tout en prônant le pardon pour les brebis égarées qui font acte de repentance.

215Faustin (Faustinus) est le cinquième évêque de Lyon (les dates exactes de son épiscopat ne sont pas connues), mais il ne figure dans aucun martyrologe (192). On n’a rien conservé de sa correspondance et on ne sait pratiquement rien sur sa vie ni son activité. Il semble cependant, à lire Cyprien du moins, avoir eu une position prédominante dans l’épiscopat gaulois.

  • 217 Cyprien, Lettre LV.

216Les premiers temps de l’Église d’Arles, qui, selon une tradition tardive, aurait été fondée par Trophime, arrivé en Gaule en 46, relèvent de la légende pieuse. Marcien (Marcianus), qui est le premier évêque historiquement attesté d’Arles (254‑257), ne fut jamais inscrit dans la liste épiscopale du diocèse du fait de son excommunication pour novatianisme, preuve qu’il ne renia vraisemblablement pas ses convictions : il aurait succédé à un certain Trophime ou Trofime, connu par Cyprien217, lequel aurait renié l’Église lors de la persécution de Dèce avant d’y être réintégré comme simple laïc.

217Cette lettre de Cyprien est un témoignage indirect, à vrai dire bien modeste, de l’activité de l’Église de Lyon et des rapports qu’elle entretenait avec les autres communautés occidentales.

218On lira plus loin (163, 171) que Cyprien a un second titre, bien différent, à figurer dans ce recueil : ses reliques furent un temps conservées à Lyon.

Références

L’auteur et l’ouvrage

C. Saumagne, Saint Cyprien, évêque de Carthage, « pape » d’Afrique (248‑258), Paris, 1975 ; sur la question des lapsi, M. Bévenot, G. Clarke et M. Poirier, Cyprien. Ceux qui sont tombés (De lapsis), Paris, 2012 ; sur Marcien d’Arles et la lettre de Cyprien, Griffe 1964, p. 83‑89.

Éditions

Cyprien, Correspondance, t. II, lettres XL‑XCI, éd. L. Bayard, CUF, Paris, 1925 ; Sancti Cypriani episcopi epistularium, éd. G.F. Diercks, CCSL 3C, Turnhout, 1996.

Anonyme, Itinéraire d’Antonin

L’auteur ou les auteurs de cet ouvrage aujourd’hui anonyme vécurent sans doute au début du iiie s. sous le règne des Sévères, Septime Sévère ou Caracalla.

  • 218 Sur ce portique et la carte qui figurait sur ses murs, P. Trousset « La “carte d’Agrippa” : nouvel (...)

219L’Itinéraire d’Antonin (Itinerarium Provinciarum Antonini Augusti) est une sorte de guide pratique du voyageur, un « livret indicateur », dont la rédaction originale est peut‑être liée au cursus publicus, organisé par Auguste et réformé sous la dynastie sévérienne (peut‑être par Caracalla, Marcus Aurelius Antoninus, d’où le nom Itinéraire d’Antonin). Ces itinéraires, ces listes de stations s’appuyaient sans doute sur des cartes dont l’archétype était l’Orbis Pictus, la carte murale du monde habité, dont l’établissement fut supervisé à l’origine par Agrippa, gendre d’Auguste, et qui fut affichée à partir de 7 av. J.‑C. sous le portique qui portait son nom218. C’est de cette carte que la Table de Peutinger (207) nous donne une image tardive. La compilation que nous possédons a vraisemblablement été réalisée à la fin du iiie s., peut‑être même à partir d’un fonds plus ancien, du iie, malgré des remaniements nettement plus tardifs, datables, eux, du milieu du ive, puisque sont citées les villes de Dioclétianopolis de Thrace et Constantinople. P. Arnaud donne une interprétation toute différente et voit dans cet ouvrage un témoignage d’un genre littéraire géographique spécifique, une sorte de pendant géographique à l’Histoire Auguste (84), produit du Bas‑Empire.

220Voici un court extrait de l’itinéraire qui, depuis Milan comme point de départ à Gesoriacum (Boulogne-sur-mer) point d’arrivée, après la traversée des cols des Alpes, remontait, par Lyon, une partie de la vallée du Rhône puis le val de Saône.

51. Extrait d’un « guide routier »

            A Mediolano per Alpes Cottias […]
Augusta mp. XXIII
Valentia mp. XXII
Ursinis mp. XXII
Vienna mp.. XXVI
Lugdunum mp. XXIII
            (aut per compendium mpm XVI)
Asa Paulini mp. XV leug. X
Lunna mp. XV leug. X
Matiscone mp. XV leug. X
Tinurtium mp. XVIIII leug. XIII
Gabilunum mp. XXI leug. XIIII
Augustodunum mp. XXXIII leug. XXII

 

            Depuis Milan, par les Alpes cottiennes […]
Aouste-sur-Sye +/- 23 milles
Valence +/- 22 milles
Roussillon +/- 22 milles
Vienne +/- 26 milles
Lyon +/- 23 milles
            (ou, par le raccourci, +/- 16 milles)
Anse +/- 15 milles, 10 lieues
Saint-Georges-de-Reneins +/- 15 milles, 10 lieues
Mâcon +/- 15 milles, 10 lieues
Tournus +/- 19 milles, 13 lieues
Chalon-sur-Saône +/- 21 milles, 14 lieues
Autun +/- 33 milles, 22 lieues

(Anonyme, Itinéraire d’Antonin, éd. O. Cuntz, p. 54)

221Les villes sont groupées le long de toute une série d’itinéraires qui comportent d’ailleurs parfois des bifurcations (sur le raccourci ou compendium de Lyon à Vienne, 6 et 9), et qu’on peut rapprocher des schémas routiers que l’on trouve dans nos guides touristiques contemporains. Chaque itinéraire a un point de départ et un point d’arrivée bien mis en valeur ; le chiffre indiqué après chaque ville ou chaque station correspond à la distance à la ville précédente, les distances totales étant, elles aussi, précisées. Il n’existe malheureusement pas d’édition satisfaisante de ce texte, dont les manuscrits, en particulier lorsqu’ils donnent des distances chiffrées, sont souvent très corrompus, ce qui explique certaines absurdités. Desjardins 1893, p. 49‑50, relève de nombreuses variantes orthographiques : Lyon est noté Ludunum et il énumère dix‑sept variantes pour la seule ville de Chalon-sur-Saône.

2221 pas équivaut à 1,479 m. La lieue est une mesure gauloise (2 222 m environ) qui est utilisée à partir de moment où l’on quitte la Provincia pour entrer dans la Gallia Comata, c’est‑à‑dire à partir de Lyon. Les mesures sont approximatives, comme en témoignent les indications mpm = … millia plus minus, « plus ou moins nn milliers de pas ». On écrit souvent IIII pour IV. Sur tous ces points, voir 6, 9, 66 et 207.

223Aouste-sur-Sye est une commune de la Drôme, Anse et Saint-Georges-de-Reneins deux petites bourgades du Val de Saône. Les autres localités sont mieux connues.

Références

L’auteur et l’ouvrage

Duval 1971, n° 211 ; R. Chevallier, Les voies romaines, Paris, 1972 ; Nicolet 1988, p. 89‑92 ; D. Van Berchem, « Les itinéraires de Caracalla et l’Itinéraire d’Antonin », in D. Pippidi (éd.), Actes du IXe Congrès international d’étude sur les frontières romaines (Mamaïa, 6‑13 septembre 1972), Bucarest, 1974, p. 301‑307 ; Hartley, Woodward 1987 ; C. Nicolet, « De Vérone au Champs de Mars. Chorographia et Carte d’Agrippa », MEFRA 100, 1988, p. 127‑138 ; P. Arnaud, « L’Itinéraire d’Antonin : un témoin de la littérature itinéraire du Bas‑Empire », GeogrAnt 3, 1992, p. 33‑47 ; M. Rathmann, « Untersuchungen zu den Reichsstraßen in den westlichen Provinzen des Imperium Romanum », Bonner Jahrbücher 55, 2003, p. 3‑41. L’étude la plus récente est celle de B. Löhberg, Das « Itinerarium provinciarum Antonini Augusti » : ein kaiserzeitliches Strassenverzeichnis des Römischen Reiches, Berlin, 2006. G. Walser (CIL XVII, 2, 1986) publie les milliaires des Gaules et donne les correspondances avec les villes ou stations mentionnées dans les Itinéraires importants, les noms modernes, des cartes schématiques et une très abondante bibliographie.

Éditions

Itineraria Antonini Augusti et Burdigalense, éd. O. Cuntz, Leipzig, 1929, réimpr. avec complément bibliographique, Stuttgart, 1990.

Autre édition de référence : Itinerarium Antonini Augusti et Hierosolymitanum, éd. G. Parthey, M. Pinder, Berlin, 1848.

Les routes autour de Lyon

O. Faure-Brac, « Les voies de communication à l’époque romaine dans le département du Rhône », in CAG 69/1, p. 75‑81.

La lieue gauloise

J. Dassié, « La grande lieue gauloise. Approche méthodologique de la métrique des voies », Gallia 56, 1999, p. 285‑311 ; C. Goudineau, « Les mystères de la lieue gauloise », in L. Rivet, M. Sciallano (éd.), Vivre, produire et échanger. Mélanges offerts à Bernard Liou, Montagnac, 2002, p. 473‑478.

Les localités citées

Sur Ludna et Lunna, Walker 1981, p. 288‑289 et 306‑307 ; sur Asa Paulini, Walker 1981, p. 295‑296, 308‑309, 313 ; A. Grenier, « Lyonnais. Saint-Georges-de-Reneins (Rhône) », Gallia I, 1943, p. 207‑229 ; F. Bérard, « Une nouvelle inscription d’Anse », ILGL, p. 59‑79 ; surtout, désormais, J.‑C. Béal, C. Coquidé, R. Tenu (éd.), Ludna et Asa Paulini. Deux étapes antiques du Val de Saône, DARA 39, Lyon, 2013.

Eusèbe de Césarée, Chronique

Eusèbe, Eusèbe fils de Pamphile, du nom de son maître (Εὐσέβιος, Eusebius Pamphili), peut‑être esclave d’origine, naquit vers 263 en Palestine, à Césarée vraisemblablement. Il fut témoin et victime des dernières grandes persécutions, qui le conduisirent à l’exil et en prison. Évêque de Césarée probablement dès 313, il fut à partir de ce moment en rapports étroits avec l’empereur Constantin. Dans la querelle de l’arianisme, il adopta une position ambiguë. Il contribua en effet à la rédaction du Symbole de Nicée (concile de 325) qui définissait la position officielle de l’Église, l’orthodoxie, mais il participa ensuite à la lutte contre certains des partisans de cette même orthodoxie, adversaires intransigeants d’Arius. Panégyriste officiel de Constantin, il est l’auteur d’une œuvre abondante, apologétique, exégétique et historique. Il mourut en 339.

  • 219 L’ouvrage a été appelé Histoire universelle (Παντοδαπὴ ἱστορία) par les premiers éditeurs et il es (...)

224À l’origine du genre littéraire « Histoire ecclésiastique », Eusèbe est aussi l’un des premiers auteurs de « Chroniques », un genre qui va fleurir au Bas‑Empire et se poursuivre à l’époque médiévale. Il a été précédé par les ouvrages analogues de Sextus Julius Africanus, originaire de Palestine (ca 160‑180 - ca 240), Χρονογραφίαι, et d’Hippolyte de Rome, théologien et antipape (ca 170‑235). Eusèbe est l’auteur d’une Chronique (Χρονικά)219 en deux parties (d’où son titre latin Chronicon bipartitum). La première partie, les Annales (Χρονογραφία), est un survol de l’histoire des peuples du monde connu, des Chaldéens aux Romains ; la seconde, les Canons chronologiques (Χρονικοὶ Κανόνες), présente en parallèle sous forme de tableaux les principaux événements des histoires de ces peuples, depuis Abraham jusqu’à 325 de notre ère. Plus communément désigné sous le titre abrégé de Chronique et composée autour de 300, l’ouvrage a pour but de montrer la très haute antiquité du christianisme.

52. Lyon dans la Chronique

225Le texte original grec de la Chronique est perdu et n’est connu que par des versions arméniennes, syriaques ou latines et par la version traduite, adaptée et continuée par Jérôme en latin. On trouvera donc ce qui concerne Lyon dans la rubrique consacrée à Jérôme (75).

Références

Éditions

Schoene 1866.

On pourra consulter aussi PL 27, 1846, col. 34‑703 ; Helm 1956.

Le genre de la Chronique

A.A. Moshammer, The Chronicle of Eusebius and Greek Chronographic Tradition, Londres, 1979 ; R.W. Burgess, « The dates and editions of Eusebius Chronici Canones and Historia ecclesiastica », JThS 48, 1997, p. 471‑504 ; Burgess 1999 ; Jeanjean, Lançon 2004.

Eusèbe de Césarée, Histoire ecclésiastique

226L’Histoire ecclésiastique (Ἐκκλεσιαστικὴ ἱστορία) fut publiée dans une première version avant la persécution de 303 et connut ensuite toute une série d’additions ou de remaniements. L’ouvrage raconte en dix livres l’histoire du christianisme depuis la fondation de l’Église jusqu’à la victoire de Constantin sur Licinius en 324. Eusèbe a inséré dans son propre texte de nombreux documents originaux à titre de témoignages, parmi lesquels la « Lettre des chrétiens de Vienne et Lyon », dont on peut supposer que l’auteur fut Irénée lui‑même (72).

227De cette lettre, nous ne possédons plus que les fragments cités par Eusèbe, importants sans doute et répartis sur les quatre premiers chapitres du livre V ; en effet, dans l’avant‑propos du livre V, § 2, l’auteur précise que la lettre complète a été insérée par ses soins dans son ouvrage Les Actes des anciens martyrs (Συναγωγή τῶν ἀρχαίων μαρτυρίων), qui ne nous est pas parvenu, à l’exception de fragments parfois problématiques (60). Dans l’Histoire, Eusèbe ne publie que des citations reliées entre elles par de brèves incises de son cru, selon une manière d’écrire qui lui est particulière dans cette œuvre. Tous les extraits qui suivent sont donc des citations de la Lettre, à deux exceptions près : le texte 53 est un résumé qui est l’œuvre d’Eusèbe, qui insère parfois une phrase de transition, laquelle suggère qu’il coupe dans l’original.

228Il est bien évident que l’ensemble de la Lettre mériterait d’être cité, dans un corpus des textes sur l’histoire de Lyon. Il est tout aussi évident que la place nous manquait pour cela. Nous avons pensé malgré tout qu’il était impossible, dans ce volume, de passer sous silence ce que l’on n’ose appeler deux « morceaux de bravoure » de l’histoire lyonnaise, les martyres de Pothin et de Blandine, et nous avons fait un choix ; les extraits qui suivent sont tirés tous du chapitre I, le plus long, qui s’attache au récit des épreuves subies. Les autres chapitres, beaucoup plus courts, insistent sur les comportements de « modération et d’humanité » des martyrs (chapitre II), en particulier envers ceux d’entre leurs frères qui ont failli ; le chapitre III appartient probablement au développement doctrinal, en donnant l’exemple de la conversion d’Alcibiade, un montaniste, et le chapitre IV, le plus court, nous apprend que les martyrs ont confié à Irénée la mission de remettre la lettre au pape Éleuthère.

229Pour chaque martyr, nous avons regroupé les textes qui les concernent. Cependant, avant d’accorder une place particulière à ces deux personnages marquants de la communauté chrétienne de Lyon, l’évêque et l’esclave, il nous a paru utile de donner, ici encore de manière suivie, ce qui, dans le texte transmis par Eusèbe, a trait à l’ensemble des chrétiens de Lyon : statut personnel, réactions de la population païenne, traitement du dossier par l’autorité officielle.

230Tout cela se fait au détriment de l’unité de la Lettre elle‑même et le lecteur ne manquera pas de se reporter au texte intégral dans l’édition des Sources chrétiennes.

231Eusèbe trace en quelques lignes le décor. Ce cadre ne l’intéresse pas vraiment, et sans doute ne devait‑il pas intéresser non plus les destinataires de la Lettre. Aussi cette évocation est‑elle d’une très grande brièveté.

53. Le cadre de la persécution

Γαλλία μὲν οὖν ἡ χώρα ἦν, καθ’ ἣν τὸ τῶν δηλουμένων συνεκροτεῖτο στάδιον, ἧς μητροπόλεις ἐπίσημοι καὶ παρὰ τὰς ἄλλας τῶν αὐτόθι διαφέρουσαι βεβόηνται Λούγδουνος καὶ Βίεννα, δι’ ὧν ἀμφοτέρων τὴν ἅπασαν χώραν πολλῷ τῷ ῥεύματι περιρρέων ὁ Ῥοδανὸς ποταμὸς διέξεισιν.

C’est en Gaule que fut établi le stade des combats que nous mentionnons. Ses métropoles célèbres, qui l’emportent sur les autres villes du pays, s’appellent Lyon et Vienne ; elles sont l’une et l’autre traversées par le Rhône, qui arrose d’un flot abondant la région tout entière.

(Eusèbe, Histoire ecclésiastique V, 1, 1)

  • 220 Rougé, Turcan 1978.

232Texte très court, on le voit, mais qui a donné lieu à nombre de commentaires touchant à l’organisation des chrétiens en Gaule : faut‑il admettre qu’il y avait deux communautés organisées, l’une à Lyon, l’autre à Vienne, ou une seule ? Nous ne trancherons pas ce débat pour lequel nous renvoyons au volume sur Les Martyrs de Lyon220.

233Sont rassemblés ici, sous un titre commun, plusieurs extraits qui montrent à la fois comment les Lyonnais païens réagirent face à la nouvelle religion et comment les différentes autorités, municipales et impériales, traitèrent l’affaire.

54. Les chrétiens face à la population et aux autorités

Tὸ μὲν οὖν μέγεθος τῆς ἐνθάδε θλίψεως καὶ τὴν τοσαύτην τῶν ἐθνῶν εἰς τοὺς ἁγίους ὀργὴν καὶ ὅσα ὑπέμειναν οἱ μακάριοι μάρτυρες, ἐπ’ ἀκριβὲς οὔθ’ ἡμεῖς εἰπεῖν ἱκανοὶ οὔτε μὴν γραφῇ περιληφθῆναι δυνατόν. Παντὶ γὰρ σθένει ἐνέσκηψεν ὁ ἀντικείμενος, προοιμιαζόμενος ἤδη τὴν ἀδεῶς μέλλουσαν ἔσεσθαι παρουσίαν αὐτοῦ, καὶ διὰ πάντων διῆλθεν, ἐθίζων τοὺς ἑαυτοῦ καὶ προγυμνάζων κατὰ τῶν δούλων τοῦ θεοῦ, ὥστε μὴ μόνον οἰκιῶν καὶ βαλανείων καὶ ἀγορᾶς εἴργεσθαι, ἀλλὰ καὶ τὸ καθόλου φαίνεσθαι ἡμῶν τινα αὐτοῖς ἀπειρῆσθαι ἐν ὁποίῳ δήποτε τόπῳ. Ἀντεστρατήγει δὲ ἡ χάρις τοῦ θεοῦ, καὶ τοὺς μὲν ἀσθενεῖς ἐρρύετο, ἀντιπαρέτασσε δὲ στύλους ἑδραίους δυναμένους διὰ τῆς ὑπομονῆς πᾶσαν τὴν ὁρμὴν τοῦ πονηροῦ εἰς ἑαυτοὺς ἑλκύσαι. […]
Καὶ πρῶτον μὲν τὰ ἀπὸ τοῦ ὄχλου πανδημεὶ σωρηδὸν ἐπιφερόμενα γενναίως ὑπέμενον, ἐπιβοήσεις καὶ πληγὰς καὶ συρμοὺς καὶ διαρπαγὰς καὶ λίθων βολὰς καὶ συγκλείσεις καὶ πάνθ’ ὅσα ἠγριωμένῳ πλήθει ὡς πρὸς ἐχθροὺς καὶ πολεμίους φιλεῖ γίνεσθαι, καὶ δὴ ἀναχθέντες εἰς τὴν ἀγορὰν ὑπό τε τοῦ χιλιάρχου καὶ τῶν προστηκότων τῆς πόλεως ἐξουσιῶν ἐπὶ παντὸς τοῦ πλήθους ἀνακριθέντες καὶ ὁμολογήσαντες, συνεκλείσθησαν εἰς τὴν εἱρκτὴν ἕως τῆς τοῦ ἡγεμόνος παρουσίας. Μετέπειτα δὲ ἐπὶ τὸν ἡγεμόνα ἀχθέντων αὐτῶν κἀκείνου πάσῃ τῇ πρὸς ἡμᾶς ὠμότητι χρωμένου. […]
Συνελαμβάνοντο μέντοι καθ’ ἑκάστην ἡμέραν οἱ ἄξιοι τὸν ἐκείνων ἀναπληροῦντες ἀριθμόν, ὥστε συλλεγῆναι ἐκ τῶν δύο ἐκκλησιῶν πάντας τοὺς σπουδαίους καὶ δι’ ὧν μάλιστα συνεστήκει τὰ ἐνθάδε. […]
Καταργηθέντων δὲ τῶν τυραννικῶν κολαστηρίων ὑπὸ τοῦ Χριστοῦ διὰ τῆς τῶν μακαρίων ὑπομονῆς, ἑτέρας μηχανὰς ὁ διάβολος ἐπενόει, τὰς κατὰ τὴν εἱρκτὴν ἐν τῷ σκότει καὶ τῷ χαλεπωτάτῳ χωρίῳ συγκλείσεις καὶ τὰς ἐν τῷ ξύλῳ διατάσεις τῶν ποδῶν, ἐπὶ πέμπτον διατεινομένων τρύπημα, καὶ τὰς λοιπὰς αἰκίας, ὅσας εἰώθασιν ὀργιζόμενοι ὑπουργοὶ καὶ ταῦτα διαβόλου πλήρεις διατιθέναι τοὺς ἐγκλειομένους· ὥστε ἀποπνιγῆναι τοὺς πλείστους ἐν τῇ εἱρκτῇ, ὅσους γε ὁ κύριος οὕτως ἐξελθεῖν ἠθέλησεν, ἐπιδεικνύων τὴν αὐτοῦ δόξαν. Oἱ μὲν γὰρ βασανισθέντες πικρῶς ὥστε δοκεῖν μηδὲ τῆς πάσης θεραπείας τυχόντας ἔτι ζῆσαι δύνασθαι, παρέμενον ἐν τῇ εἱρκτῇ, ἔρημοι μὲν τῆς παρὰ ἀνθρώπων ἐπιμελείας, ἀναρρωννύμενοι δὲ ὑπὸ κυρίου καὶ ἐνδυναμούμενοι καὶ σώματι καὶ ψυχῇ καὶ τοὺς λοιποὺς παρορμῶντες καὶ παραμυθούμενοι· οἱ δὲ νεαροὶ καὶ ἄρτι συνειλημμένοι, ὧν μὴ προκατῄκιστο τὰ σώματα, τὸ βάρος οὐκ ἔφερον τῆς συγκλείσεως, ἀλλ’ ἔνδον ἐναπέθνῃσκον. […]
[…] Καὶ τοῦ δήμου σφόδρα σφριγῶντος ἐπ’ αὐτῷ, μαθὼν ὁ ἡγεμὼν ὅτι Ῥωμαῖός ἐστιν, ἐκέλευσεν αὐτὸν ἀναληφθῆναι μετὰ καὶ τῶν λοιπῶν τῶν ἐν τῇ εἱρκτῇ ὄντων, περὶ ὧν ἐπέστειλεν τῷ Καίσαρι καὶ περιέμενεν τὴν ἀπόφασιν τὴν ἀπ’ ἐκείνου. […]
Ἐπιστείλαντος γὰρ τοῦ Καίσαρος τοὺς μὲν ἀποτυμπανισθῆναι, εἰ δέ τινες ἀρνοῖντο, τούτους ἀπολυθῆναι, τῆς ἐνθάδε πανηγύρεως (ἔστιν δὲ αὕτη πολυάνθρωπος ἐκ πάντων τῶν ἐθνῶν συνερχομένων εἰς αὑτήν) ἀρχομένης συνεστάναι, ἀνῆγεν ἐπὶ τὸ βῆμα θεατρίζων τοὺς μακαρίους καὶ ἐμπομπεύων τοῖς ὄχλοις· δι’ ὃ καὶ πάλιν ἀνήταζεν, καὶ ὅσοι μὲν ἐδόκουν πολιτείαν Ῥωμαίων ἐσχηκέναι, τούτων ἀπέτεμνε τὰς κεφαλάς, τοὺς δὲ λοιποὺς ἔπεμπεν εἰς θηρία.

La grandeur de la persécution qui s’est produite ici, la violente colère des païens contre les chrétiens, tout ce qu’ont supporté les bienheureux martyrs, nous ne sommes pas capables de le dire exactement et il n’est pas possible non plus de le décrire en détail. Car c’est avec toutes ses forces que l’Adversaire s’est jeté sur nous, préludant déjà au déchaînement qui marquera son avènement. Il a passé partout en préparant les siens, les exerçant d’avance contre les serviteurs de Dieu, de sorte que non seulement nous étions écartés des maisons, des bains, du forum, mais encore on défendait absolument à n’importe lequel d’entre nous de paraître en quelque lieu que ce fût. Cependant la grâce de Dieu prit la tête de notre combat : elle mit à l’abri les faibles et rangea face à l’ennemi des piliers solides capables d’attirer sur eux par leur endurance tous les assauts du Malin. […]
Tout d’abord ils endurèrent généreusement les sévices que la foule ameutée multipliait contre eux. Hués, frappés, traînés à terre, dépouillés, lapidés, séquestrés, ils subirent tout ce qu’une populace enragée se plaît à infliger à des adversaires et à des ennemis.
Puis on les fit monter au forum. Interrogés devant le peuple par le tribun et les premiers magistrats de la ville, ils confessèrent leur foi ; ils furent ensuite enfermés dans la prison jusqu’à l’arrivée du légat. Plus tard, ils furent conduits devant lui et cet homme usa de toute la cruauté habituelle à notre égard. […]
Cependant, chaque jour on en arrêtait encore d’autres, ceux qui en étaient dignes, et ils complétaient le nombre des martyrs. Si bien que furent réunis tous ceux qui dans les deux Églises étaient fervents et sur qui reposait principalement la vie de ces Églises. […]
Comme la patience des martyrs avait, grâce à l’aide du Christ, rendu vains les tourments des bourreaux, le Diable imagina d’autres moyens : la réclusion collective à l’étroit, dans l’obscurité d’un endroit très malsain, l’écartèlement des pieds dans les entraves jusqu’au cinquième trou, et toutes les autres cruautés que des gardiens en colère et, dans le cas présent, possédés par le Diable, ont coutume d’infliger aux prisonniers. Ainsi, la plupart d’entre eux périt dans le cachot, ceux‑là du moins pour qui le Seigneur voulut pareil départ et une telle manifestation de sa gloire. Car les premiers, qui avaient été cruellement torturés, au point que, privés de tout soin, ils semblaient incapables de survivre, tinrent bon dans la prison. Bien plus, complètement abandonnés par les hommes mais réconfortés par le Seigneur et retrouvant les forces du corps et de l’âme, ils stimulaient et encourageaient les autres. Au contraire, les derniers venus, récemment arrêtés, qui n’avaient pas encore été torturés, ne supportèrent pas l’accablement de l’internement collectif : ils moururent. […]
Le peuple se mit en rage contre lui [Attale], mais le légat, apprenant qu’il était citoyen romain, ordonna de le remettre avec les autres qui étaient dans le cachot. Il envoya un message à l’empereur à leur sujet et attendit la réponse. […]
L’empereur répondit qu’on soumît les chrétiens aux supplices, mais que, si certains reniaient, on les libérât. Comme c’était alors le commencement de la grande assemblée – assemblée composée d’une foule immense venue de tous les peuples –, le légat fit réunir les martyrs devant son tribunal pour les donner en spectacle et parader lui‑même devant la foule. C’est pourquoi il les interrogea à nouveau. Ceux que l’on croyait posséder la citoyenneté romaine, il les fit décapiter ; les autres, il les envoya aux bêtes.

(Eusèbe, Histoire ecclésiastique V, 1, 4‑9 ; V, 1, 13 ; V, 1, 27‑28 ; V, 1, 44 ; V, 1, 447)

234Les réactions populaires et leurs conséquences directes sur la vie quotidienne des chrétiens évoquent pour le lecteur moderne un véritable pogrom, sans que le zèle des partisans de Cybèle, quoi qu’on en ait souvent dit, soit particulièrement à mettre en cause ici.

  • 221 Pline le Jeune, Lettres Χ, 96.

235Les autorités paraissent avoir bien contrôlé le déroulement de l’affaire : le tribun, commandant la cohorte urbaine de Lyon, se voit remettre les prisonniers de concert avec ceux que la Lettre nomme les « magistrats », οἱ προστήκοτες τῆς πόλεως, c’est‑à‑dire les duouiri iure dicendo. Le légat de Lyonnaise, représentant de l’empereur dans la province, consulte Marc Aurèle dans les règles. La réponse de celui‑ci est conforme à celle envoyée par Trajan à Pline le Jeune221 dans une affaire semblable. Quant au traitement privilégié, la décapitation, réservée aux seuls citoyens romains, il est traditionnel : Paul périra par l’épée, mais non Pierre, crucifié ; Attale, semble‑t‑il, ne parvint pas à faire la preuve de sa citoyenneté, puisqu’il fut finalement envoyé aux bêtes.

236Enfin l’envoi des condamnés à l’amphithéâtre était un procédé habituel qui permettait aux responsables des spectacles, fort coûteux, de faire des économies. La fête en cause est la réunion annuelle des délégués des Trois Gaules à Lyon (4).

237Eusèbe, dans le récit qu’il nous a transmis dans ce texte, ne donne pas la liste complète des martyrs et s’explique pour cette omission volontaire.

55. La liste des martyrs

Τί δεῖ καταλέγειν τὸν ἐν τῇ δηλωθείσῃ γραφῇ τῶν μαρτύρων κατάλογον, ἰδίᾳ μὲν τῶν ἀποτμήσει κεφαλῆς τετελειωμένων, ἰδίᾳ δὲ τῶν θηρσὶν εἰς βορὰν παραβεβλημένων, καὶ αὖθις τῶν ἐπὶ τῆς εἱρκτῆς κεκοιμημένων, τόν τε ἀριθμὸν τῶν εἰς ἔτι τότε περιόντων ὁμολογητῶν ; Ὅτῳ γὰρ φίλον, καὶ ταῦτα ῥᾴδιον πληρέστατα διαγνῶναι μετὰ χεῖρας ἀναλαβόντι τὸ σύγγραμμα, ὃ καὶ αὐτὸ τῇ τῶν μαρτύρων συναγωγῇ πρὸς ἡμῶν, ὡς γοῦν ἔφην, κατείλεκται. Ἀλλὰ τὰ μὲν ἐπ’ Ἀντωνίνου τοιαῦτα.

À quoi bon donner la liste des martyrs qui se trouve dans l’écrit que nous avons cité ? de ceux qui sont morts par la décapitation, de ceux qui ont été jetés en pâture aux bêtes, de ceux qui se sont endormis dans la mort en prison ? puis le nombre des confesseurs qui ont alors survécu ? À quiconque le désire, il sera facile de connaître ces listes très complètes, en se reportant à la lettre qui a été insérée par nous dans le Recueil des martyrs, ainsi que je l’ai dit. Mais ces faits se passaient sous Antonin.

(Eusèbe, Histoire ecclésiastique V, 4, 3)

238Sur la ou les listes de martyrs, voir Grégoire de Tours, 120 ; sur la date, 59.

56. Le martyre de Pothin

Ὁ δὲ μακάριος Ποθεινός, ὁ τὴν διακονίαν τῆς ἐπισκοπῆς ἐν Λουγδούνῳ πεπιστευμένος, ὑπὲρ τὰ ἐνενήκοντα ἔτη τῆς ἡλικίας γεγονὼς καὶ πάνυ ἀσθενὴς τῷ σώματι, μόλις μὲν ἐμπνέων διὰ τὴν προκειμένην σωματικὴν ἀσθένειαν, ὑπὸ δὲ προθυμίας πνεύματος ἀναρρωννύμενος διὰ τὴν ἐγκειμένην τῆς μαρτυρίας ἐπιθυμίαν, καὶ αὐτὸς ἐπὶ τὸ βῆμα ἐσύρετο, τοῦ μὲν σώματος καὶ ὑπὸ τοῦ γήρως καὶ ὑπὸ τῆς νόσου λελυμένου, τηρουμένης δὲ τῆς ψυχῆς ἐν αὐτῷ, ἵνα δι’ αὐτῆς Χριστὸς θριαμβεύσῃ· ὃς ὑπὸ τῶν στρατιωτῶν ἐπὶ τὸ βῆμα κομισθείς, παραπεμπόντων αὐτὸν τῶν πολιτικῶν ἐξουσιῶν καὶ παντὸς τοῦ πλήθους, ἐπιβοήσεις παντοίας ποιουμένων ὡς αὐτοῦ ὄντος τοῦ Χριστοῦ, ἀπεδίδου τὴν καλὴν μαρτυρίαν. Ἀνεταζόμενος δὲ ὑπὸ τοῦ ἡγεμόνος τίς εἴη Χριστιανῶν ὁ θεός, ἔφη « ἐὰν ᾖς ἄξιος, γνώσῃ »· ἐντεῦθεν δὲ ἀφειδῶς ἐσύρετο καὶ ποικίλας ἔπασχε πληγάς, τῶν μὲν σύνεγγυς χερσὶν καὶ ποσὶν ἐνυβριζόντων παντοίως, μηδὲ τὴν ἡλικίαν αἰδουμένων αὐτοῦ, τῶν δὲ μακράν, ὃ μετὰ χεῖρας ἕκαστος εἶχεν, εἰς αὐτὸν ἀκοντιζόντων, πάντων δὲ ἡγουμένων μεγάλως πλημμελεῖν καὶ ἀσεβεῖν, εἴ τις ἀπολειφθείη τῆς εἰς αὐτὸν ἀσελγείας· καὶ γὰρ τοὺς θεοὺς αὐτῶν ᾤοντο οὕτως ἐκδικήσειν. Καὶ μόγις ἐμπνέων ἐρρίφη ἐν τῇ εἱρκτῇ καὶ μετὰ δύο ἡμέρας ἀπέψυξεν.

Le bienheureux Pothin, à qui avait été confié le ministère de l’épiscopat à Lyon, avait alors plus de quatre‑vingt‑dix ans ; il était d’une extrême faiblesse physique, respirant avec peine mais, sous l’influence de l’Esprit et dans son ardent désir du martyre, il retrouvait des forces. On l’entraîna lui aussi au tribunal : son corps, vieux et malade, l’abandonnait, mais en lui veillait son âme pour que par elle le Christ fût glorifié. Emmené au tribunal par les soldats, il était escorté des magistrats de la ville et de tout le peuple qui poussait contre lui toutes sortes de cris, comme s’il était lui‑même le Christ ; il rendit un beau témoignage. Interrogé par le légat qui lui demandait qui était le Dieu des chrétiens, il répondit : « Tu le connaîtras, si tu en es digne. » Du tribunal, on l’entraîna sans ménagement et on lui infligea des coups de toutes sortes. Ceux qui étaient tout près le brutalisaient sans arrêt à coups de poing et à coups de pied, sans aucun égard pour son âge ; ceux qui étaient loin lui lançaient ce qui leur tombait sous la main ; tous pensaient qu’ils eussent été coupables et impies s’ils s’étaient dispensés de quelque grossièreté à son égard. Ils croyaient ainsi venger leurs dieux. Pothin respirait à peine quand il fut jeté dans la prison : deux jours après, il rendit l’âme.

(Eusèbe, Histoire ecclésiastique V, 1, 29‑31)

Fig. 33 – Le cachot de Pothin (gravure de J.‑M. Grobon, dans J.‑M. Achard-James, Histoire de l’hospice de l’Antiquaille de Lyon, Lyon, 1834, p. 22‑23 ; Numelyo, BM Lyon, cote 442860).

Fig. 33 – Le cachot de Pothin (gravure de J.‑M. Grobon, dans J.‑M. Achard-James, Histoire de l’hospice de l’Antiquaille de Lyon, Lyon, 1834, p. 22‑23 ; Numelyo, BM Lyon, cote 442860).

Commentaire accompagnant la gravure : « Ce cachot a conservé sa forme primitive ; il n’a guère plus de dix-huit pieds de long sur quatorze de large, et neuf de haut à son centre ; il va s’abaissant jusqu’au sol, sur lequel sa voûte naturelle repose immédiatement de trois côtés. Il est comme le vestibule de trois autres cachots et d’une voûte souterraine qui communiquait avec le palais et servait à conduire les chrétiens captifs auprès des empereurs. C’est à droite, en entrant, qu’est pratiquée en forme de siège l’excavation où fut étouffé saint Pothin. »

Fig. 34 – Pothin, suivi d’Aristée et Corneille, mosaïque de l’Antiquaille (© Antiquaille ECCLY).

Fig. 34 – Pothin, suivi d’Aristée et Corneille, mosaïque de l’Antiquaille (© Antiquaille ECCLY).

57. Le martyre de Blandine : premiers supplices

Ὑπερβεβλημένως δὲ ἐνέσκηψεν ἡ ὀργὴ πᾶσα καὶ ὄχλου καὶ ἡγεμόνος καὶ στρατιωτῶν εἰς Σάγκτον τὸν διάκονον ἀπὸ Βιέννης καὶ εἰς Μάτουρον, νεοφώτιστον μέν, ἀλλὰ γενναῖον ἀγωνιστήν, καὶ εἰς Ἄτταλον Περγαμηνὸν τῷ γένει, στῦλον καὶ ἑδραίωμα τῶν ἐνταῦθα ἀεὶ γεγονότα, καὶ εἰς Βλανδῖναν, δι’ ἧς ἐπέδειξεν ὁ Χριστὸς ὅτι τὰ παρὰ ἀνθρώποις εὐτελῆ καὶ ἀειδῆ καὶ εὐκαταφρόνητα φαινόμενα μεγάλης καταξιοῦται παρὰ θεῷ δόξης διὰ τὴν πρὸς αὐτὸν ἀγάπην τὴν ἐν δυνάμει δεικνυμένην καὶ μὴ ἐν εἴδει καυχωμένην. Ἡμῶν γὰρ πάντων δεδιότων καὶ τῆς σαρκίνης δεσποίνης αὐτῆς, ἥτις ἦν καὶ αὐτὴ τῶν μαρτύρων μία ἀγωνίστρια, ἀγωνιώσης μὴ οὐδὲ τὴν ὁμολογίαν δυνήσεται παρρησιάσασθαι διὰ τὸ ἀσθενὲς τοῦ σώματος, ἡ Βλανδῖνα τοσαύτης ἐπληρώθη δυνάμεως, ὥστε ἐκλυθῆναι καὶ παρεθῆναι τοὺς κατὰ διαδοχὰς παντὶ τρόπῳ βασανίζοντας αὐτὴν ἀπὸ ἑωθινῆς ἕως ἑσπέρας, καὶ αὐτοὺς ὁμολογοῦντας ὅτι νενίκηνται μηδὲν ἔχοντες μηκέτι ὃ ποιήσωσιν αὐτῇ, καὶ θαυμάζειν ἐπὶ τῷ παραμένειν ἔμπνουν αὐτήν, παντὸς τοῦ σώματος περιερρωγότος καὶ ἠνεῳγμένου, καὶ μαρτυρεῖν ὅτι ἓν εἶδος στρεβλώσεως ἱκανὸν ἦν πρὸς τὸ ἐξαγαγεῖν τὴν ψυχήν, οὐχ ὅτι γε τοιαῦτα καὶ τοσαῦτα. Ἀλλ’ ἡ μακαρία ὡς γενναῖος ἀθλητὴς ἀνενέαζεν ἐν τῇ ὁμολογίᾳ, καὶ ἦν αὐτῆς ἀνάληψις καὶ ἀνάπαυσις καὶ ἀναλγησία τῶν συμβαινόντων τὸ λέγειν ὅτι « Χριστιανή εἰμι καὶ παρ’ ἡμῖν οὐδὲν φαῦλον γίνεται. » […]
Ὁ μὲν οὖν Μάτουρος καὶ ὁ Σάγκτος καὶ ἡ Βλανδῖνα καὶ Ἄτταλος ἤγοντο ἐπὶ τὰ θηρία εἰς τὸ δημόσιον καὶ εἰς κοινὸν τῶν ἐθνῶν τῆς ἀπανθρωπίας θέαμα, ἐπίτηδες τῆς τῶν θηριομαχίων ἡμέρας διὰ τοὺς ἡμετέρους διδομένης. […]
Ἡ δὲ Βλανδῖνα ἐπὶ ξύλου κρεμασθεῖσα προύκειτο βορὰ τῶν εἰσβαλλομένων θηρίων· ἣ καὶ διὰ τοῦ βλέπεσθαι σταυροῦ σχήματι κρεμαμένη διὰ τῆς εὐτόνου προσευχῆς πολλὴν προθυμίαν τοῖς ἀγωνιζομένοις ἐνεποίει, βλεπόντων αὐτῶν ἐν τῷ ἀγῶνι καὶ τοῖς ἔξωθεν ὀφθαλμοῖς διὰ τῆς ἀδελφῆς τὸν ὑπὲρ αὐτῶν ἐσταυρωμένον, ἵνα πείσῃ τοὺς πιστεύοντας εἰς αὐτὸν ὅτι πᾶς ὁ ὑπὲρ τῆς Χριστοῦ δόξης παθὼν τὴν κοινωνίαν ἀεὶ ἔχει μετὰ τοῦ ζῶντος θεοῦ. Καὶ μηδενὸς ἁψαμένου τότε τῶν θηρίων αὐτῆς, καθαιρεθεῖσα ἀπὸ τοῦ ξύλου ἀνελήφθη πάλιν εἰς τὴν εἱρκτήν, εἰς ἄλλον ἀγῶνα τηρουμένη, ἵνα διὰ πλειόνων γυμνασμάτων νικήσασα, τῷ μὲν σκολιῷ ὄφει ἀπαραίτητον ποιήσῃ τὴν καταδίκην, προτρέψηται δὲ τοὺς ἀδελφούς, ἡ μικρὰ καὶ ἀσθενὴς καὶ εὐκαταφρόνητος μέγαν καὶ ἀκαταγώνιστον ἀθλητὴν Χριστὸν ἐνδεδυμένη, διὰ πολλῶν κλήρων ἐκβιάσασα τὸν ἀντικείμενον καὶ δι’ ἀγῶνος τὸν τῆς ἀφθαρσίας στεψαμένη στέφανον.

Chez les gens du peuple, chez le légat et les soldats, la colère atteignit son plus haut point contre Sanctus, le diacre de Vienne, contre Maturus, un nouveau baptisé mais un courageux combattant, contre Attale de Pergame, qui avait toujours été pour ceux‑ci une colonne et un soutien, et enfin contre Blandine. En la personne de Blandine, le Christ montra que ce qui paraît aux hommes sans beauté, simple, méprisable, est digne, aux yeux de Dieu, d’une grande gloire à cause de l’amour qu’on a pour lui, cet amour qui se montre dans ce qu’on est capable de faire et ne se vante pas de l’apparence extérieure.
Nous tous en effet, nous avions craint, et avec nous sa maîtresse selon la chair – laquelle était aussi engagée dans le combat et au nombre des martyrs – que Blandine, dans cette lutte, ne soit pas capable, à cause de sa faiblesse physique, de faire avec assurance sa confession de foi. Mais Blandine fut remplie d’une telle force qu’elle épuisa et fit capituler tous ceux qui, successivement, la torturèrent de toutes les façons du matin au soir. Eux‑mêmes s’avouaient vaincus, ne sachant plus quoi lui faire, ils s’étonnaient qu’elle respirât encore, quand tout son corps était brisé et ouvert. Ils attestaient qu’une seule espèce de ces tortures était suffisante pour arracher la vie à quelqu’un ; à plus forte raison des tortures si cruelles et si nombreuses ! Cependant la bienheureuse, comme une courageuse athlète, trouvait une nouvelle jeunesse dans la confession de sa foi. C’était pour elle une reprise, un repos, un apaisement dans tout ce qui lui arrivait, que de dire : « Je suis chrétienne et chez nous il n’y a rien de mauvais. » […]
Maturus, Sanctus, Blandine et Attale furent ainsi conduits à l’amphithéâtre et livrés aux bêtes, pour offrir au public le spectacle de l’inhumanité des païens – spectacle assuré aux dépens des nôtres durant la journée consacrée aux combats contre les bêtes. […]
Blandine, elle, suspendue à un poteau, était exposée en pâture aux bêtes qu’on lâchait contre elle. En la regardant suspendue à cette espèce de croix, en l’entendant prier à haute voix, les combattants sentaient croître leur courage : au milieu de leur combat, ils voyaient, de leurs yeux de chair, à travers leur sœur, Celui qui avait été crucifié pour eux, afin de montrer à ses fidèles que tous ceux qui souffrent pour glorifier le Christ gardent toujours l’union avec le Dieu vivant. Comme aucune bête ne l’avait alors touchée, on la détacha du poteau et on la ramena en prison, en réserve pour un autre combat, afin que, victorieuse encore dans plus d’épreuves, elle rendît définitive la condamnation du perfide Serpent et encourageât ses frères, elle, petite, faible, méprisée, mais comme revêtue du Christ, le grand et invincible athlète. Elle vainquit l’Adversaire dans de nombreuses épreuves et mérita par son combat la couronne de l’immortalité.

(Eusèbe, Histoire ecclésiastique V, 1, 17‑19 ; V, 1, 37 ; V, 1, 41‑42)

58. Le martyre de Blandine : le dernier jour

Ἐπὶ πᾶσι δὲ τούτοις τῇ ἐσχάτῃ λοιπὸν ἡμέρᾳ τῶν μονομαχίων ἡ Βλανδῖνα πάλιν εἰσεκομίζετο μετὰ καὶ Ποντικοῦ, παιδαρίου ὡς πεντεκαίδεκα ἐτῶν, οἳ καὶ καθ’ ἡμέραν εἰσήγοντο πρὸς τὸ βλέπειν τὴν τῶν λοιπῶν κόλασιν· καὶ ἠναγκάζοντο ὀμνύναι κατὰ τῶν εἰδώλων αὐτῶν, καὶ διὰ τὸ ἐμμένειν εὐσταθῶς καὶ ἐξουθενεῖν αὐτοὺς ἠγριώθη πρὸς αὐτοὺς τὸ πλῆθος, ὡς μήτε τὴν ἡλικίαν τοῦ παιδὸς οἰκτεῖραι μήτε τὸ γύναιον αἰδεσθῆναι, πρὸς πάντα δὲ τὰ δεινὰ παρέβαλλον αὐτοὺς καὶ διὰ πάσης ἐν κύκλῳ διῆγον κολάσεως, ἐπαλλήλως ἀναγκάζοντες ὀμόσαι, ἀλλὰ μὴ δυνάμενοι τοῦτο πρᾶξαι. Ὁ μὲν γὰρ Ποντικὸς ὑπὸ τῆς ἀδελφῆς παρωρμημένος, ὡς καὶ τὰ ἔθνη βλέπειν ὅτι ἐκείνη ἦν προτρεπομένη καὶ στηρίζουσα αὐτόν, πᾶσαν κόλασιν γενναίως ὑπομείνας ἀπέδωκεν τὸ πνεῦμα· ἡ δὲ μακαρία Βλανδῖνα πάντων ἐσχάτη, καθάπερ μήτηρ εὐγενὴς παρορμήσασα τὰ τέκνα καὶ νικηφόρους προπέμψασα πρὸς τὸν βασιλέα, ἀναμετρουμένη καὶ αὐτὴ πάντα τὰ τῶν παίδων ἀγωνίσματα ἔσπευδεν πρὸς αὐτούς, χαίρουσα καὶ ἀγαλλιωμένη ἐπὶ τῇ ἐξόδῳ, ὡς εἰς νυμφικὸν δεῖπνον κεκλημένη, ἀλλὰ μὴ πρὸς θηρία βεβλημένη· καὶ μετὰ τὰς μάστιγας, μετὰ τὰ θηρία, μετὰ τὸ τήγανον, τοὔσχατον εἰς γυργαθὸν βληθεῖσα ταύρῳ παρεβλήθη, καὶ ἱκανῶς ἀναβληθεῖσα πρὸς τοῦ ζῴου μηδὲ αἴσθησιν ἔτι τῶν συμβαινόντων ἔχουσα διὰ τὴν ἐλπίδα καὶ ἐποχὴν τῶν πεπιστευμένων καὶ ὁμιλίαν πρὸς Χριστόν, ἐτύθη καὶ αὐτή, καὶ αὐτῶν ὁμολογούντων τῶν ἐθνῶν ὅτι μηδεπώποτε παρ’ αὐτοῖς γυνὴ τοιαῦτα καὶ τοσαῦτα ἔπαθεν.

Après tout cela, le dernier jour des combats de gladiateurs, on introduisit à nouveau dans l’amphithéâtre Blandine en même temps que Pontique, un jeune garçon de quinze ans environ. Chacun des jours précédents on les avait amenés pour voir les supplices des autres. On s’efforçait de les contraindre à jurer par les idoles, mais ils persistèrent dans leur fermeté et leur refus. La foule alors fut prise d’une fureur sauvage contre eux, sans aucune pitié pour l’âge du jeune garçon, sans aucun égard pour la femme. On les soumit à toutes les épreuves et on les fit passer par toute la série des tortures, en les prenant à part, tour à tour, pour essayer de les faire blasphémer. On ne put y réussir. Pontique était soutenu par sa sœur, et les païens voyaient que c’était elle qui l’encourageait et l’affermissait. Quand il eut généreusement supporté toutes sortes de tortures, il rendit l’âme.
La bienheureuse Blandine, la dernière de tous, comme une noble mère qui, après avoir encouragé ses enfants, les a envoyés en avant victorieux vers le Roi, subissait à son tour la rigueur de tous les combats soutenus par ses enfants. Maintenant elle se hâtait de les rejoindre, heureuse et rayonnante de joie à cause de ce départ, comme si elle était conviée à un repas de noces et non pas livrée aux bêtes. Après les fouets, après les bêtes, après le gril, on finit par la jeter dans un filet et l’exposer ainsi à un taureau. Bien des fois projetée en l’air par cet animal, elle ne s’apercevait même plus de ce qui lui arrivait, absorbée qu’elle était dans l’espérance et l’attente de sa foi et dans son entretien avec le Christ. On l’immola elle aussi, et les païens eux‑mêmes reconnaissaient que jamais chez eux une femme n’avait supporté autant de pareils tourments.

(Eusèbe, Histoire ecclésiastique V, 1, 53‑56)

239La lettre transmise par Eusèbe se termine par le récit du sort réservé aux dépouilles des martyrs, morts dans différents supplices. Si l’auteur ne fait grâce au lecteur d’aucun détail macabre, il reste, si l’on peut dire, dans le domaine du vraisemblable. Certains de ses successeurs n’auront pas les mêmes scrupules : on en jugera en comparant avec les textes 120 et 152, où le merveilleux prend une place sensiblement plus importante. Le rédacteur, en tout cas, est clair : il ne restait rien des corps des martyrs de 177, aucune relique.

Fig. 35 – Le supplice de Blandine (gravure de J. van Haelbeck, extraite de Ecclesiae militantis triumphi sive Deo amabilium martyrum gloriosa pro Christi fide certamina, Rome, 1585, p. 12 ; domaine public, source : Wikimedia Commons, commons.wikimedia.org/entity/M44461964).

Fig. 35 – Le supplice de Blandine (gravure de J. van Haelbeck, extraite de Ecclesiae militantis triumphi sive Deo amabilium martyrum gloriosa pro Christi fide certamina, Rome, 1585, p. 12 ; domaine public, source : Wikimedia Commons, commons.wikimedia.org/entity/M44461964).

En A, les chrétiens ; en B, Blandine face au taureau ; en C, Attale sur un siège de feu ; en D, Pontique torturé.

59. Après les supplices

Καὶ γὰρ τοὺς ἐναποπνιγέντας τῇ εἱρκτῇ παρέβαλλον κυσίν, ἐπιμελῶς παραφυλάσσοντες νύκτωρ καὶ μεθ’ ἡμέραν μὴ κηδευθῇ τις ὑφ’ ἡμῶν· καὶ τότε δὴ προθέντες τά τε τῶν θηρίων τά τε τοῦ πυρὸς λείψανα, πῇ μὲν ἐσπαραγμένα, πῇ δὲ ἠνθρακευμένα, καὶ τῶν λοιπῶν τὰς κεφαλὰς σὺν τοῖς ἀποτμήμασιν αὐτῶν ὡσαύτως ἀτάφους παρεφύλαττον μετὰ στρατιωτικῆς ἐπιμελείας ἡμέραις συχναῖς. Καὶ οἳ μὲν ἐνεβριμοῦντο καὶ ἔβρυχον τοὺς ὀδόντας ἐπ’ αὐτοῖς, ζητοῦντές τινα περισσοτέραν ἐκδίκησιν παρ’ αὐτῶν λαβεῖν, οἳ δὲ ἐνεγέλων καὶ ἐπετώθαζον, μεγαλύνοντες ἅμα τὰ εἴδωλα αὐτῶν καὶ ἐκείνοις προσάπτοντες τὴν τούτων τιμωρίαν, οἱ δὲ ἐπιεικέστεροι καὶ κατὰ ποσὸν συμπαθεῖν δοκοῦντες ὠνείδιζον πολύ, λέγοντες· « Ποῦ ὁ θεὸς αὐτῶν καὶ τί αὐτοὺς ὤνησεν ἡ θρῃσκεία, ἣν καὶ πρὸ τῆς ἑαυτῶν εἵλαντο ψυχῆς; » καὶ τὰ μὲν ἀπ’ ἐκείνων τοιαύτην εἶχε τὴν ποικιλίαν, τὰ δὲ καθ’ ἡμᾶς ἐν μεγάλῳ καθειστήκει πένθει διὰ τὸ μὴ δύνασθαι τὰ σώματα κρύψαι τῇ γῇ· οὔτε γὰρ νὺξ συνεβάλλετο ἡμῖν πρὸς τοῦτο οὔτε ἀργύρια ἔπειθεν οὔτε λιτανεία ἐδυσώπει, παντὶ δὲ τρόπῳ παρετήρουν, ὡς μέγα τι κερδανοῦντες, εἰ μὴ τύχοιεν ταφῆς.
Τούτοις ἑξῆς μεθ’ ἕτερά φασιν. Τὰ οὖν σώματα τῶν μαρτύρων παντοίως παραδειγματισθέντα καὶ αἰθριασθέντα ἐπὶ ἡμέρας ἕξ, μετέπειτα καέντα καὶ αἰθαλωθέντα ὑπὸ τῶν ἀνόμων κατεσαρώθη εἰς τὸν Ῥοδανὸν ποταμὸν πλησίον παραρρέοντα, ὅπως μηδὲ λείψανον αὐτῶν φαίνηται ἐπὶ τῆς γῆς ἔτι.

Ils jetèrent donc aux chiens ceux qui avaient péri d’étouffement dans la prison. On prit soin de faire surveiller les corps nuit et jour, de peur que quelqu’un des nôtres ne les ensevelît. En même temps, on exposa ce que les bêtes et le feu avaient laissé de leurs victimes, les membres déchirés ou carbonisés ; les têtes et les troncs de ceux qui avaient été décapités, le tout sans sépulture. Les soldats surveillaient les restes des martyrs à longueur de journée. Parmi les païens, les uns rageaient et grinçaient des dents contre les martyrs, cherchant à exercer une vengeance supplémentaire. D’autres se moquaient et se gaussaient, tout en exaltant leurs idoles auxquelles ils attribuaient les châtiments des chrétiens. D’autres, plus équitables, paraissaient compatir dans une certaine mesure ; ils critiquaient toutefois vivement les martyrs, en disant : « Où est leur dieu et à quoi leur a servi le culte qu’ils ont préféré à leur propre vie ? » Telle était, dans sa diversité, l’attitude des païens. Chez nous, c’était une grande affliction, parce qu’on ne pouvait pas mettre les corps en terre. La nuit ne nous servait de rien. Les soldats ne se laissaient pas persuader par l’argent et les supplications ne les faisaient pas fléchir : ils prenaient toutes les mesures nécessaires pour garder les corps, comme s’ils devaient avoir grand profit à les priver de sépulture.
Ensuite, un peu après, la lettre poursuit : après que les corps des martyrs eurent été ainsi exposés de diverses manières pour servir d’exemple et laissés dehors pendant six jours, on les brûla et on les réduisit en cendres. Les impies balayèrent ensuite ces cendres jusqu’au Rhône, fleuve tout proche, de telle sorte qu’il ne restât d’eux sur cette terre même plus une relique.

(Eusèbe, Histoire ecclésiastique V, 1, 59‑62)

  • 222 Rougé, Turcan 1978.
  • 223 On ajoutera F. Fontaine, Blandine de Lyon, Paris, 1986.
  • 224 H. Delehaye, Sanctus. Essai sur le culte des saints dans l’Antiquité, Paris, 1927.

240Pour mieux connaître les origines (crise sociale ? concurrence avec les autres cultes orientaux ? contexte : la réunion des délégués des Gaules à Lyon ?) et le déroulement des événements (rôle de la population, des autorités politiques locales et du pouvoir central), on lira bien entendu l’introduction et les notes de l’édition des Sources chrétiennes et surtout les Actes du colloque Les Martyrs de Lyon222, dans lesquels on trouvera les références bibliographiques complémentaires, y compris pour ce qui touche à l’iconographie et à la littérature romanesque223. Sur la notion de martyre, dans l’Église des premiers temps, voir ce qu’en écrit H. Delehaye224. On se contentera ici de quelques indications générales et de précisions sur les personnages en cause.

241La date traditionnellement adoptée – à quelques nuances près – est 177, sous le règne de Marc Aurèle (166‑180), qui avait adopté le surnom d’Antonin (55). Toutefois les deux éditeurs de la Chronique d’Eusèbe de Césarée (Schoene 1866, p. 170 et Helm 1956, p. 205), donnent la 236e olympiade, septième année des règnes de Commode et Verus, Helm précisant que cela correspond à 162 av. J.‑C. (75).

  • 225 G. Thomas, « La condition sociale de l’Église de Lyon », in Rougé, Turcan 1978, p. 93‑106 ; C. Pié (...)
  • 226 Pour plus de détails sur les principaux martyrs, voir Rougé, Turcan 1978 ; Gutton 1985, s.v.

242Sur la communauté chrétienne à Lyon, son origine et sa composition sociologique, voir en particulier les remarques de G. Thomas et C. Piétri225 ; sur la liste des martyrs, infra, 120, 125, 152226.

  • 227 L. Duchesne, Histoire ancienne de l’Église, Paris, 1900, p. 257.

243Sanctus : sans doute d’origine gauloise, mais de condition sociale inconnue ; il parle latin. On discute sans fin pour connaître le sens exact de son titre, Σάγκτος ὁ διάκονος ἀπὸ Βιέννης, diacre de Vienne, à Vienne, des Viennois à Lyon, etc. Viennois, il ne dépendait pas des autorités de Lugdunum et on a pensé qu’il avait été arrêté alors qu’il était de passage dans la colonie227.

244Maturus : esclave ou affranchi, probablement gaulois, nouveau baptisé.

245Attale : citoyen romain originaire de Pergame, peut‑être un riche personnage. Qu’il ait été livré aux bêtes et non décapité fait supposer à certains qu’il n’a pas pu prouver sa citoyenneté.

246On ignore le statut (affranchi ou pérégrin) du médecin Alexandre, originaire de Phrygie, qu’on ne confondra pas avec son homonyme, compagnon d’Épipoy (151, 155). L’hypothèse de l’érudit lyonnais, H. Mollière, qui fait de cet Alexandre la même personne que le médecin Abascantos qui, selon, Galien (35‑37), exerça à Lyon, est pure affabulation.

247Pontique : jeune esclave peut‑être asianique (son nom évoque le Pont), martyrisé à 15 ans ; G. Thomas y voit le frère de Blandine (?).

  • 228 M.‑L. Guillaumin, « Une jeune fille qui s’appelait Blandine. Aux origines d’une tradition hagiogra (...)
  • 229 PL 50, 1845, col. 859‑861.
  • 230 Lucas 2016, p. 115.

248Blandine : esclave (le nom de sa « maîtresse selon la chair » ne nous a pas été transmis). Son origine est discutée : certains voient en elle une Orientale, dont le nom serait à rapprocher de celui de la ville de Phrygie Blaundus ; d’autres la considèrent comme une Gauloise, le latin blandus/blanda ayant donné naissance à des anthroponymes répandus dans les Trois Gaules et en Bretagne. Le récit d’Eusèbe laisse en tout cas entendre qu’il s’agissait d’une femme mûre et non de la frêle jeune fille dont la tradition hagiographique nous a transmis le portrait idéalisé228. Le sermon attribué à l’évêque de Lyon Eucher, Homilia de sancta Blandina Lugdunensi, Homélie sur sainte Blandine de Lyon229, insiste sur l’âge et la faiblesse de Pothin (senilis infirmitas), mais ne dit rien de très clair sur Blandine ; cependant, le fait qu’elle soit rapprochée des Saints‑Innocents, ces enfants tués sur l’ordre d’Hérode lors de la naissance du Christ, pourrait être l’une des sources de la tradition qui fait d’elle presque une enfant. Plus tard, la Vie de saint Clair, qui date du viiie s., rapporte une vision de l’évêque de Vienne. Une foule s’avance vers lui, pour l’accueillir mourant ; en tête marche Blandine « splendide jeune fille d’une merveilleuse beauté »230. Sa figure et son culte prendront au fil du temps de plus en plus d’importance, en particulier à Lyon et Vienne.

249Sur Pothin : 120, 192.

Fig. 36 – Blandine et Pontique, détail de la mosaïque de l’Antiquaille (© Antiquaille ECCLY).

Fig. 36 – Blandine et Pontique, détail de la mosaïque de l’Antiquaille (© Antiquaille ECCLY).

Références

L’auteur et l’ouvrage

Duval 1971, n° 231 ; Quasten 1987, p. 439‑487, et plus particulièrement p. 442‑450 ; J. Sirinelli, Les vues historiques d’Eusèbe de Césarée durant la période prénicéenne, Paris, 1961 ; T. Morgan, « Eusebius of Caesarea and Christian Historiography », Athenaeum 93, 2005, p. 193‑208 ; S. Morlet, L. Perrone, Histoire ecclésiastique. Commentaire, t. I, Études d’introduction, Anagôgê, Paris, 2012.

Édition

Eusèbe de Césarée, Histoire ecclésiastique, éd. G. Bardy, SC, Paris, 1952‑1971, 4 vol. ; la traduction seule, revue par L. Neyrand, a été reprise en un volume (Sagesses chrétiennes, Paris, 2003).

Le genre littéraire des Histoires ecclésiastiques

R.M. Grant, Eusebius as Church Historian, Oxford, 1980 ; A. Momigliano, « L’historiographie païenne et chrétienne au ive s. après J.‑C. », in Problèmes d’historiographie ancienne et moderne, Paris, 1983, p. 145‑168 ; F. Thelamon, Écrire l’histoire de l’Église : d’Eusèbe de Césarée à Rufin d’Aquilée, in B. Pouderon et Y.‑M. Duval (dir.), L’historiographie de l’Église des premiers siècles, Paris, 2001, p. 207‑235.

Les événements

Rougé, Turcan 1978 ; C. Saumagne, M. Meslin, « De la légalité du procès de Lyon de l’année 177 », ANRW II/23/1, 1979, p. 316‑339 ; G. Mathon, « Pothin et ses compagnons martyrs de Lyon », Catholicisme 11, 1988, col. 679‑682 ; commentaire sur l’ensemble de la Lettre, outre l’édition SC, Quasten 1955, p. 204‑205.

Eusèbe de Césarée, Actes des martyrs anciens

  • 231 Eusèbe de Césarée, Histoire ecclésiastique IV, 15 ; avant‑propos au livre V, § 2 ; livre V, 4.

250Comme la Chronique du même Eusèbe, le Recueil des Actes des martyrs anciens (Τῶν ἀρχαίων μαρτυρίων συναγωγή) est perdu, mais Eusèbe y fait cependant plusieurs fois allusion dans son Histoire ecclésiastique231.

251Les lignes qui suivent retracent l’histoire de la persécution sous Marc Aurèle et Lucius Vérus, et suivent le récit des martyres de Polycarpe et Pion à Smyrne et la mention de celui de Justin. La suite du texte traite des martyrs sous Sévère, Dèce, Valérien, Dioclétien et Maximien.

60. Les martyrs de 177

Ἐπὶ Μάρκου Ἀντωνίνου, καὶ Λουκίου Βήρου, […]
Ἐν Λουγδούνῳ τῆς Γαλλίας διωγμοῦ κινηθέντος πλεῖστοι τῷ ὑπὲρ Χριστοῦ μαρτυρίῳ κατεκοσμήθησαν· ὧν οἱ περιφανέστατοι καὶ γενναιότατοι μάλιστά εἰσιν οὗτοι. Ποθεινὸς ἐπίσκοπος τῆς αὐτῆς πόλεως γεγονὼς, ὑπὸ τοῦ δημώδους πλήθους αἰκισθεὶς, καὶ ἐν φυλακῇ ῥιφθεὶς μετὰ δ’ ἡμέρας τὴν ψυχὴν τῷ Κυρίῳ παρέθετο· μεθ᾿ ὃν Εἰρηναῖος τῆς ἐν Λουγδούνῳ παροικίας ἐπεσκόπευσε. Βιβλιὸς μία οὖσα τῶν ἠρνημένων, ἐπεὶ καὶ βλασφημῆσαι τὸν Κύριον προετρέπετο, τοῦτο δὲ μὴ ἀνασχομένη ποιῆσαι, πάλιν ἐπὶ τοῦ βασανιστηρίου κατετείνετο δούλου, κἀνταῦθα διὰ τῆς αἰσθητῆς τιμωρίας εἰς μνήμην ἐλθοῦσα τῆς ἐν γεέννῃ κολάσεως, Χριστιανὴν αὖθις ἑαυτὴν ὡμολόγει· καὶ οὕτως ἐν αὐταῖς ταῖς βασάνοις ἀπέψυξε. Καὶ τῷ τῶν μαρτύρων προσετέθη κλήρῳ Σάγκτος διάκονος ἐκ πόλεως Βιέννης, καὶ Μάτουρος· παντοίως ἐπὶ πολλὰς ἡμέρας τιμωρηθέντες, τέλος ἐπὶ σιδηρᾶς ἐκπυρωθεῖσης καθέδρας ἀνακασθέντες καθίσαι, καὶ ἅμα ὑπὸ παντὸς τοῦ δήμου παιόμενοι, καὶ θηρίοις ἐπεισελθοῦσιν ἑλκόμενοι, τὸν τοῦ μαρτυρίου ἀγῶνα διήνυσαν. Μεθ᾿ οὓς ἡ γενναῖα Βλανδῖνα πλείστην καὶ αὐτὴ πρότερον καρτερίαν ἐνδειξαμένη, καὶ ποικίλας ὑπενεγκοῦσα βασάνους, ἐπὶ ξύλου κρεμασθεῖσα, τότε προὔκειτο βορὰ τῶν εἰσβαλλομένων θηρίων, καὶ μηδενὸς τούτων αὐτῆς ἁψαμένου, καθαιρεθεῖσα τοῦ ξύλου, πάλιν εἰc τὴν εἱρκτὴν ἐνεβλήθη, πρὸς ἀγῶνα δεύτερον τηρουμένη, καθ᾿ ὃν αὖθις πλεῖστα παθοῦσα, μετὰ τὰς μάστιγας, μετὰ τὰ θηρία, μετὰ τὸ τήγανον, τοὔσχατον εἰς γύργαθον ἐμβληθεῖσα ταύρῳ παρεβλήθη ἀγρίῳ, καὶ οὕτω τὴν ψυχὴν τῷ Κυρίῳ παρέθετο. Μεθ᾿ ἧς καί τι παιδάριον Ποντικὸν πᾶσαν κόλασιν ὑπέμεινε γενναίως, καὶ αὐτὸ τὸ πνεῦμα παρέδωκε. Ἀλέξανδρος ἰατρὸς ἐκ Φρυγίας παρεστὼς τῷ βήματι, τότε τῶν μαρτύρων ἐξεταζομένων, δῆλος ἐπὶ τοῖς περιεστηκόσι, πνεύματι τούτους πρὸς τὴν ὁμολογίαν προτρέπων, ἀγανακτήσαντος δὲ ἐπὶ τούτου τοῦ ὄχλου, ἐρωτηθεὶς παρ᾿ αὐτοῦ ἄρχοντος τίς εἴη καὶ πόθεν Χριστιανὸν ἑαυτὸν ὡμολόγησεν· καὶ οὕτω θηριομαχῆσαι κατακριθεὶς, εἰσήχθη τὴν ἐπιοῦσαν μετά τινος Ἀττάλου Περγαμηνοῦ τῷ γένει, οἳ καὶ διὰ πάντων διεξελθόντες τῶν πρὸς κόλασιν ἐξευρημένων ὀργάνων, τοὔσχατον ἐτίθησαν καὶ αὐτοί· καὶ ἄλλοι δὲ πλεῖστοι τότε πυρὶ καὶ θηρίοις, καὶ διαφόροις κολάσεσιν, ἔτι δὲ καὶ ταῖς εἱρκταῖς ἐναποπνιγόμενοι ἐτελειώθησαν, ὧν τὰ ὀστᾶ συλλέξαντες οἱ τῆς ἀπωλείας υἱοὶ πυρὶ παρέδοσαν, καὶ τὴν ἐξ αὐτῶν τέφραν εἰς τὸν Ῥοδανὸν ποταμὸν διελίκμησαν. Ἐν τούτοις Ἀλκιβιάδης εἷς ὢν τῶν θείων ὁμολογητῶν, ἐγκρατείας πρότερον ὑπερβαλλούσης, συζῶν ὡς μηδενὸς ἄλλου μετέχειν, ἢ μόνον ἄρτου καὶ ὕδατος, ἐπειρᾶτο καὶ ἐν τῷ δεσμωτηρίῳ οὕτω διάγειν· Ἀττάλῳ δὲ περὶ οὗ προείπομεν ἀποκαλυφθὲν ὅτι μὴ καλῶς ποιεῖ Ἀλκιβιάδης τοῖς τοῦ Θεοῦ μὴ χρώμενος κτίσμαcιν, τοῦτο μαθὼν ἐξ ἐκείνου, μετελάμβανε πάντων ἀνυποστόλως, εὐχαριστῶν τῷ Θεῷ· τοῦτό μοι ἀρκείτω ἐνταῦθα εἰς ἀπόδειξιν τοῦ μὴ δεῖν καθάπαξ ἀποτίθεσθαί τισι τῶν βρωμάτων, ὡς βλάβην ἐμποιεῖν δυναμένους· ἐπεὶ καλὰ πάντα τὰ τοῦ Θεοῦ κτίσματα, καὶ καλὰ λίαν, καὶ οὐκ αὐτὰ τὴν βλάβην εἴωθεν ἐμποιεῖν, ἀλλ᾿ ἡ τούτων ἄμετρος χρῆσις. Ταῦτα ἐκ τῆς ἀποπροσώπου τῆς ἐν Λουγδούνῳ Ἐκκλησίας γραφείσης ἐπιστολῆς.

Sous Marcus Antoninus et Lucius Verus […]
Lors d’une persécution suscitée à Lyon en Gaule, de très nombreux (chrétiens) furent honorés du martyre au nom du Christ. Voici d’abord les plus connus et les plus nobles surtout d’entre eux. Pothin, l’évêque de la même ville, maltraité par la foule du peuple, jeté en prison, remit son âme au Seigneur au bout de quatre jours. Après lui, ce fut Irénée qui veilla sur la communauté établie à Lyon. Biblis, une de ceux qui avaient renié quand on la poussait aussi à blasphémer le Seigneur, ne supportant pas d’avoir agi ainsi, fut de nouveau étendue sur le chevalet de torture destiné aux esclaves, et là, tout le temps des supplices qu’elle ressentait, les tourments de la géhenne lui revinrent à l’esprit et elle se confessa de nouveau comme chrétienne. Et ainsi elle expira dans ces supplices. Et au lot des martyrs fut adjoint Sanctus, un diacre de la cité de Vienne, et Maturus. Torturés de toutes sortes de manières sur plusieurs jours, contraints à la fin de s’asseoir sur des sièges de fer chauffés à blanc, et en même temps roués de coups par tout le peuple, exposés aux bêtes sauvages qu’on avait fait entrer, ils livrèrent jusqu’au bout le combat du martyre. Après eux, la noble Blandine, ayant commencé par montrer elle aussi sa très grande force d’âme, ayant supporté des tortures de toutes sortes, fut suspendue à un poteau et offerte alors en pâture à des bêtes sauvages ; et comme aucune d’elles ne l’avait touchée, elle fut détachée du poteau et ramenée à la prison et gardée pour un second combat au cours duquel, après avoir subi de nouveau de très grandes épreuves, après les coups de fouet, après les bêtes sauvages, après le supplice du gril, elle fut jetée dans un filet et livrée à un taureau sauvage, et remit ainsi son âme à Notre Seigneur. Avec elle, un jeune garçon, Pontique, supporta noblement tous les supplices et rendit son âme aussi. Alexandre, un médecin de Phrygie, qui se tenait près du tribunal alors que les martyrs étaient interrogés, au vu et au su de tous ceux qui étaient autour, les encourageait avec ardeur à la confession ; et comme la foule s’indignait contre lui, interrogé par le magistrat en personne, qui lui demanda qui il était et d’où il venait, il confessa être chrétien. Et ainsi, condamné à affronter les bêtes, le jour suivant il fut amené avec un certain Attale, Pergaménien d’origine ; et tous deux passèrent aussi par tous les instruments imaginés pour les supplices, et finirent par être sacrifiés. Et bien d’autres parvinrent alors à leur terme par le feu, les bêtes et divers supplices ou encore en suffoquant dans leurs cachots. Les fils de la destruction réunirent leurs restes, les livrèrent au feu et dispersèrent leurs cendres dans le Rhône. Parmi eux, Alcibiade, seul parmi les divins martyrs, faisait preuve auparavant d’un ascétisme excessif, en vivant de sorte qu’il ne prenait sa part de rien d’autre que de pain et d’eau, et il essaya de vivre aussi ainsi en prison. Mais comme il fut révélé à Attale, dont nous venons de parler, qu’Alcibiade n’agissait pas convenablement en refusant d’user des créatures de Dieu, ce dernier suivant l’enseignement d’Attale se mit à changer en tout incontinent et rendit grâce à Dieu : « en voilà assez pour me prouver qu’il ne faut pas refuser certaines nourritures comme si elles pouvaient causer du mal ; car toutes les créatures divines sont absolument belles et ne peuvent par elles‑mêmes causer du mal. Mais leur usage immodéré le peut. » Tout cela vient de la lettre authentique écrite par l’Église de Lyon.

(Eusèbe, Actes des martyrs anciens, PG 20, col. 1522‑1524)

  • 232 J. Iriarte, Regiae bibliothecae matritensis codices graeci manuscripti, Madrid, 1769, p. 548.
  • 233 C’est ce que laisse supposer le titre choisi par l’éditeur, Ἐκ τῆς Εὐσεβίου τοῦ Παμφίλου ἐκκλεσιασ (...)

252Le statut de ce texte n’est pas clair car l’éditeur ne donne pas d’éclaircissements sur sa provenance. La Patrologie reprend celui établi par J. Iriarte dans son catalogue des manuscrits de la bibliothèque royale de l’Escurial232. On tient par ailleurs d’Eusèbe lui‑même qu’il citait in extenso la lettre des martyrs de Lyon dans ce Recueil des Actes des martyrs anciens. Iriarte et la PG donnent un texte de présentation d’ensemble233 ; l’extrait ci‑dessus résume les chapitres V, 1 et V, 3 (épisode d’Alcibiade) de l’Histoire ecclésiastique ; les dernières lignes donnent une idée du contenu de la lettre dans son aspect doctrinal que signale Eusèbe dans l’avant‑propos au livre V, 2.

253Dans ce texte, on remarquera que, si Irénée est bien désigné comme le successeur de Pothin à l’épiscopat gaulois, il n’est en revanche rien dit de son futur martyre. Quant à Blandine elle est qualifiée de γενναῖα qui peut s’entendre comme « de naissance libre », voire « noble », mais aussi de « noble » ou « généreuse » au sens moral. Rien ne permet, ici, d’en faire une esclave ou une affranchie.

  • 234 Duchesne 1885.

254Pour L. Duchesne234, l’ouvrage perdu d’Eusèbe pourrait être une source du Martyrologe hiéronymien (125‑127).

Références

Ouvrage

V. Saxer, « Les Actes des martyrs anciens chez Eusèbe de Césarée et dans les martyrologes syriaque et hiéronymien », AB 102/1‑2, 1984, p. 85‑95 ; B. Dehandschutter, « A community of martyrs. Religious identity and the Martyrs of Lyons and Vienne », in J. Leemans (éd.), More than a Memory : The Discourse of Martyrdom and the Construction of Christian Identity in the History of Christianity, Leyde, 2005, p. 3‑22.

Édition

PG 20, 1857, col. 1522‑1524.

Ausone, Sur son consulat

Ausone (Decimus Magnus Ausonius), est né à Bordeaux aux environs de 310. Professeur de rhétorique, il devient précepteur du futur empereur Gratien, fils de Valentinien Ier, entre 367 et 375. Sous le règne de Gratien (375‑393), il accumule les charges, en particulier la Préfecture des Gaules en 378, le consulat en 379, enfin le proconsulat d’Asie. L’assassinat de Gratien marque la fin de la carrière politique d’Ausone, qui se range aux côtés de Théodose et abandonne toute ambition politique. Il retourne à Bordeaux et meurt vers 395.

255De son œuvre, essentiellement constituée de poèmes de circonstances, signalons le plus connu, La Moselle, De Mosella, rédigé à l’occasion d’un voyage, et sa correspondance avec son compatriote et ancien élève Paulin de Nole, poète et évêque (ca 353‑431), intéressante pour les historiens.

256Le texte suivant est extrait de Sur son consulat (Actio ad Gratianum Imperatorem pro consulatu), pièce écrite à la fin du consulat. L’auteur passe en revue les précepteurs impériaux qui l’ont précédé dans sa fonction et évoque un personnage qui a exercé à Lyon.

61. Hommage à un rhéteur lyonnais

Quo modo Titianus magister, sed gloriosus ille, municipalem scholam apud Visontionem Lugdunumque uariando non aetate equidem, sed uilitate consenuit.

De même, le maître Titianus, couvert de gloire, lui, à l’école municipale de Besançon, puis à celle de Lyon, déclina, moins à cause de son âge que de sa réputation.

(Ausone, Sur son consulat VII)

  • 235 Rivet de la Grange 1733, p. 401‑404.
  • 236 Histoire Auguste, Vie de Maximin XXVII, 5 ; Ausone, Lettres XII ; RE X, 1918, col. 843, s.v. « Iul (...)

257Iulius Titianus, fils de rhéteur, rhéteur lui‑même, fut le précepteur du fils de l’empereur Maximin le Thrace (235‑238) et obtint le consulat. On sait peu de choses de lui, si ce n’est qu’il exerça à Besançon et Lyon. On lui a parfois attribué la Chorographie de Julius Honorius (97‑98) et son manque d’originalité littéraire (ou la jalousie de ses collègues) l’avait fait surnommer « le singe de son temps » ou « le singe des orateurs »235. L’allusion d’Ausone reste pour nous mystérieuse236.

258On notera que Lyon n’apparaît pas dans le poème d’Ausone Ordo urbium nobilium, publié vers 388‑389, qui évoque brièvement une vingtaine de villes importantes de l’Empire à son époque : en Gaule sont citées Arles, Bordeaux, Narbonne et Toulouse. Est‑ce l’indice d’un certain déclassement de la ville à cette époque ?

Références

L’auteur et l’ouvrage

R. Pichon, Les derniers écrivains profanes, Paris, 1906, p. 151‑216 ; Duval 1971, n° 256 ; R. Étienne, « Ausoniana », in En passant par l’Aquitaine, Bordeaux, 1995, p. 413‑583. Sur ce texte, J. Hatinguais, « Les vertus universitaires selon Ausone », RHL 30, 1977, p. 7‑77 ; M. Lolli, « Ausonius : die “Gratiarum actio ad Gratianum imperatorem” und “De maiestatis laudibus” », Latomus 65, 2006, p. 707‑726.

Éditions

Ausonius in two volumes, éd. H.G. Evelyn-White, Loeb, Londres, 1949‑1951.

Voir aussi MGH Auct. Ant. V, 2, D. Magni Ausonii Opuscula, éd. K. Schenkl, Berlin, 1883 ; Decimi Magni Ausonii Burdigalensis Opuscula Omnia. Ausone de Bordeaux, Œuvres complètes, éd. B. Combeaud, Bordeaux, 2010, édition bilingue.

Eutrope, Abrégé d’histoire romaine

On est mal renseigné sur la vie d’Eutrope (Flauius Eutropius). Il est né un peu après 320, d’une famille aisée d’origine orientale plutôt que gauloise (certains le supposent né à Bordeaux, comme Ausone), mais qui n’était pas de rang sénatorial. Vers 361, il accède à la fonction de magister epistularum (chargé de la correspondance) de l’empereur Constance II (337‑361). En 364, il est à Antioche et c’est probablement dans cette ville qu’il rencontre Valens (364‑378) dont il devient le magister memoriae (chargé de la rédaction de textes juridiques) vers 367‑369. Par la suite, Eutrope accumulera les charges, proconsulat d’Asie en 371, préfecture d’Illyrie en 380, enfin consulat qu’il partage avec Valentinien II en 387. Il meurt après 390.

259C’est à la demande de Valens qu’il rédige son Abrégé d’histoire romaine (Breuiarium ab Vrbe condita), en dix livres, de la fondation de Rome au règne de Jovien (363‑364), publié en 369. Son œuvre, dont le titre est inspiré de celle de Tite Live (4) nous est parvenue intégralement. Elle a fait en outre l’objet de plusieurs traductions en grec, la première d’un compagnon d’études d’Eutrope, Péan (Paeanius), dès 380 ; la seconde, perdue, mais dont quelques fragments subsistent chez Jean d’Antioche, est due à Capiton de Lycie (L. Capito) au vie s. ; un troisième abréviateur, dont l’œuvre est également perdue, semble avoir inspiré Théophane et Zonaras.

260On trouvera ci‑dessous une autre version de la bataille de Lyon ; nous avons fait figurer en caractères gras la phrase qu’on retrouve avec quelques variantes dans une bonne partie des chroniques ou chronographies postérieures.

62. La fin d’Albin

Hinc imperii Romani administrationem Septimius Seuerus accepit, oriundus ex Africa, prouincia Tripolitana, oppido Lepti. Solus omni memoria et ante et postea ex Africa imperator fuit. […] Sub eo etiam Clodius Albinus, qui in occidendo Pertinace socius fuerat Iuliano, Caesarem se in Gallia fecit uictusque apud Lugdunum et interfectus.

Ensuite Septime Sévère reçut le gouvernement de l’Empire romain. Il était originaire d’Afrique, de la province de Tripolitaine, de la ville de Leptis Magna. De tout temps, et avant et après lui, il fut le seul empereur à être né en Afrique. […] C’est aussi sous Septime Sévère que Clodius Albin, qui lors de l’assassinat de Pertinax avait été le complice de [Didius] Julianus, se fit proclamer César en Gaule, fut vaincu près de Lyon et tué.

(Eutrope, Abrégé VIII, 18, 1 et 4)

261Pertinax, proclamé empereur par les prétoriens après l’assassinat de Commode le 31 décembre 192, est à son tour victime de leur rébellion le 28 mars 193 ; Septime Sévère se présente immédiatement comme le vengeur de ce dernier, apprécié du Sénat, et prend son nom, Imp. Caes. L. Septimius Seuerus Pertinax Augustus. Eutrope se trompe quand il impute à Albin (Clodius Albinus, peut‑être originaire d’Afrique, comme Sévère) le meurtre de Pertinax : ni Dion Cassius, ni Hérodien n’en font état. Dès avril 193, Albin s’était en réalité rangé aux côtés de Septime Sévère qui lui donna, avec l’accord du Sénat, le titre de César pour se l’attacher ; c’est seulement en 196, alors qu’il est en Bretagne, que ses troupes le proclament Auguste et qu’il passe en Gaule pour affronter Sévère (68, 83, 93, 167).

63. La fin d’Albin. Traduction de Paeanius

Καὶ δέχεται τὴν βασιλείαν Σεπτίμιος Σευῆρος, Ἄφρος ἐκ τῆς Τριπολιτικῆς καλουμένης ἐπαρχίας· πόλις δὲ ἦν αὐτῷ Λέρκις. Μόνος δὲ οὗτος ἐξ Ἀφρικῆς ἐπὶ τὴν τῶν ὅλων παρῆλθεν ἐπιτροπὴν, καὶ οὔτε πρότερον ἡ μνήμη παραδέδωκεν, οὔτε μετὰ ταῦτα ἑξῆς ἐκεῖθεν βεβασιλευκότα. […] Κατὰ τοῦτον τὸν χρόνον Κλώδιος Σαβῖνος ὁ κοινωνήσας Ἰουλιανῷ τῆς Περτίνακος σφαγῆς ἑαυτὸν ἐν Γάλλοις ἐχειροτόνησε Καίσαρα· νικηθεὶς δὲ ἐν Λουγδούνῳ παρὰ τοῦ Σευήρου τέλος ἔσχε βίου.

Septime Sévère, Africain de la province appelée Tripolitaine, reçoit l’Empire ; il était de la cité de Leptis. Cet Africain fut le seul de tous les temps à parvenir à ce pouvoir et on n’a souvenir d’aucun autre [Africain] qui ait régné, ni avant lui ni après. […] À cette époque, Clodius Sabin [sic], qui avait été le complice de [Didius] Julianus dans l’assassinat de Pertinax, se fit proclamer César en Gaule. Il acheva sa vie, vaincu à Lyon par Sévère.

(Paeanius, Abrégé VIII, 18)

262La traduction de Paeanius passe pour être parfois infidèle, car il reformule le texte d’Eutrope par souci de style, quelquefois au détriment de l’information historique. Il lui arrive en outre d’interpoler le texte pour expliquer un propos qui pourrait être obscur aux lecteurs de la partie orientale de l’Empire. Dans cet extrait, cependant, le traducteur reste proche de son original, même si le nom d’Albin est déformé en Sabin.

263Le 18 janvier 350, une conspiration d’état‑major met fin au règne de Constant Ier (337‑350). L’armée suit les mutins et Magnence est proclamé empereur par ses légions. Le motif exact de la rébellion, peut‑être des griefs d’ordre privé, reste obscur, mais elle a certainement été facilitée par l’impopularité de Constant qui est assassiné lors de sa fuite vers l’Espagne, le 27 février 350 à Elne, près de Perpignan. Magnence se trouve alors maître en Occident, face à Constance qui règne en Orient.

64. La fin de Magnence

264L’épisode de la mort de Magnence fait partie des quelques événements qui font date à la fois dans l’histoire de Lyon et dans celle de l’Empire, au même titre que la bataille de Lyon et l’assassinat de Gratien. La version que nous en présentons ici n’est pas la plus développée.

Non multo post Magnentius apud Mursam profligatus acie est ac paene captus. Ingentes Romani imperii uires ea dimicatione consumptae sunt, ad quaelibet bella externa idoneae quae multum triumphorum possent securitatisque conferre. Orienti mox a Constantio Caesar est datus patrui filius Gallus, Magnentiusque diuersis proeliis uictus uim uitae suae apud Lugdunum attulit, imperii anno tertio, mense septimo, frater quoque eius Senonis quem ad tuendas Gallias Caesarem miserat.

Peu après, Magnence fut écrasé à Mursa et faillit être fait prisonnier. Les forces impressionnantes de l’Empire romain, préparées pour des guerres étrangères et susceptibles d’apporter beaucoup de triomphes et de sécurité, furent épuisées dans cette lutte. Ensuite Constance donna son cousin Gallus comme César à l’Orient ; et Magnence, vaincu en divers combats, se suicida à Lyon après trois ans et sept mois de pouvoir ; son frère, qu’il avait envoyé comme César pour la défense des Gaules, fit de même à Sens.

(Eutrope, Abrégé X, 12)

  • 237 Epitome de Caesaribus XLII ; Zosime, Histoire nouvelle II, 54.
  • 238 J.‑P. Maraval, Les fils de Constantin. Constantin II (337‑340), Constance II (337‑361), Constant ( (...)

265Magnence, Flauius Magnentius Maximus, né à Samarobriva (Amiens) était un demi‑barbare, fils d’une mère franque237. Son usurpation a duré de 350 à 353. Il confia à son frère Décence, Magnus Decentius, le titre de César et la défense du Rhin. La guerre qui l’opposa à Constance II dura deux ans238.

  • 239 Piganiol 1972, p. 94‑99 ; Petit 1978, vol. III, p. 88‑90.

266Sur le déroulement des événements, voir les mises au point de Piganiol et Petit239. On possède d’autres versions de la mort de Magnence que l’on pourra comparer avec celle‑ci (voir index, s.v. « Magnence »).

  • 240 Sur Mursa, RE XVI, 1933, col. 670‑675 [Fluss].
  • 241 Sur ce site, voir PLeveau, « Agglomérations secondaires et territoires en Gaule narbonnaise », R (...)

267Mursa (Eszeg) était en Pannonie seconde, aujourd’hui en Croatie ; la bataille s’est livrée le 28 septembre 351240. Suivant la loi du genre, le texte d’Eutrope reste allusif : Magnence se réfugie en Italie, à Aquilée ; puis, coupé de l’Espagne par les forces de Constance, il passe en Gaule et est définitivement battu près de Gap, à Mons Seleucus (La Bâtie-Montsaléon, Hautes-Alpes241) ; il meurt le 11 août 353.

268Les considérations sur les forces de l’Empire épuisées sont à rapprocher de la remarque de Dion Cassius (46) sur le carnage qui suivit la bataille de Lyon : il s’agit d’un topos littéraire.

65. La fin de Magnence. Traduction de Paeanius

Ἀλλὰ καὶ Μαγνέντιος, ἐν Μουρσῇ νικηθεὶς, μικροῦ μὲν καὶ αὐτὸς ἑάλω. Τοσοῦτος δὲ ἐγένετο φόνος ἐξ ἑκατέρου στρατεύματος, ὥστε μεγίστην ἐνεγκεῖν τοῖς κοινοῖς ζημίαν· πολὺν γὰρ ἂν ἔτεκον τῇ πόλει θρίαμβον, εἰ πρὸς ἀλλοφύλους τὸν ἀγῶνα εἶχον. Μαγνεντίου τοίνυν δυνάμεις ἑτέρας συναγείραντος, εὐλαβηθεὶς περὶ τῶν ἑῴων Κωνcτάντιος, τὸν ἀνεψιὸν Γάλλον Καίσαρα χειροτονήσας ἐξέπεμψεν εἰς ἕω· αὐτός τε εἴχετο τοῦ πρὸς Μαγνέντιον ἔργου. Καὶ δὴ μάχαις ἑτέραις περικόψας αὐτῷ τὰς ἐλπίδας, συνήλασεν εἰς Λούγδουνον, οὗ βιαίαν ἐπήγαγεν ἑαυτῷ τελευτὴν, τοῦ ἀδελφοῦ Σενῶνος προτέρου τὴν κεφαλὴν ἀποκόψας, ὃν Καίσαρα χειροτονήσας ἐπέστησε ταῖς Γαλλίαις, ὅτε ἀντεξῆγε Κωνσταντίῳ τὴν δύναμιν. Τρίτον δὲ ἦν αὐτῷ τῆς βασιλείας ἔτος καὶ μῆνες ζʹ.

Mais encore, peu s’en fallut que Magnence, vaincu à Mursa, ne fût fait prisonnier. Il y eut un tel massacre dans chaque armée que ce fut un immense dommage pour l’État. Car elles auraient pu faire triompher la Ville souvent, en cas de conflit avec des forces étrangères. Cependant, pendant que Magnence réunissait d’autres forces, Constance, se préoccupant de la situation en Orient, nomma son neveu Gallus César et l’envoya en Orient. Quant à lui, il se chargea en personne de la lutte contre Magnence. Et, après lui avoir retiré toutes ses espérances à la suite de différentes batailles, il le pourchassa jusqu’à Lyon ; là, il [Magnence] se donna la mort après avoir fait décapiter son frère Sénon, qu’il avait investi comme César pour gouverner les Gaules, quand il s’apprêtait à marcher contre les armées de Constance. Il régna trois ans et sept mois.

(Paeanius, Abrégé X, 12)

269Le frère de Magnence s’appelle Décence et non Sénon, mais est basé à Sens (Senonis) où, selon les autres sources, il se pendit à l’annonce de la mort de son frère. D’autres récits plus tardifs (197, 205) précisent que Magnence fit périr des membres de son entourage avant de se suicider, et voulut tuer un autre frère, Désiderius.

Références

L’auteur et l’ouvrage

H.W. Bird, « Eutropius : his life and career », EMC 32, 1988, p. 51‑60 ; H.W. Bird, « The Roman Emperors. Eutropius’ perspective », AHB 1, 1987, p. 138‑151 ; S. Ratti : Les empereurs romains d’Auguste à Dioclétien dans le Bréviaire d’Eutrope. Les livres 7 à 9 du Bréviaire d’Eutrope : introduction, traduction et commentaire, Paris, 1996 ; S. Ratti, « Eutrope archiviste ? », in G. Lachenaud, D. Longrée (dir.), Grecs et Romains aux prises avec l’histoire : représentations, récits et idéologie. Colloque de Nantes et Angers, vol. I, Rennes, 2003, p. 263‑268.

Sur ses traducteurs : E. Malcovati, « Le traduzioni greche di Eutropio », Memorie dell’Istituto Lombardo, Accademia de Scienze 77, 1943‑1944, p. 273‑304 ; P. Périchon, « Eutrope ou Paeanius ? L’historien Socrate se référait‑il à une source latine ou grecque ? », REG 81, 1968, p. 378‑384 ; E.A. Fisher, « Greek translations of Latin literature in the fourth century A.D. », Yale Classical Studies 27, 1982, p. 173‑215 ; P. Venini, « Peanio, traduttore di Eutropio », Memorie dell’Istituto Lombardo, Accademia di Scienze 37, 1981‑1983, p. 421‑447.

Éditions

Eutrope, Abrégé d’histoire romaine, éd. J. Hellegouarc’h, CUF, Paris, 1999, avec une bibliographie nourrie.

Consulter aussi H.W. Bird, The Breviarium ab Urbe Condita of Eutropius, the Right Honourable Secretary of State for General Petitions : Dedicated to Lord Valens Gothicus Maximus and Perpetual Emperor, Liverpool, 1993, traduction seule avec commentaire historique.

Pour la traduction en grec par Paeanius, S.P. Lambros, « Παιανίου μετάφρασις εἰς τὴν τοῦ Εὐτροπίου Ῥωμαϊκὴν ἱστορίαν », Νέος Ἑλληνομνήμων 9, 1912, p. 9‑13.

Ammien Marcellin, Histoires

Ammien Marcellin (Ammianus Marcellinus, Μαρκελλῖνος, 330‑400 environ), né à Antioche, embrassa dès 350 une carrière militaire en Orient, où il servit Constance II puis Julien contre les Perses. Tombé en disgrâce après la mort de Julien en 363, il quitte l’armée, voyage, puis se consacre à son œuvre littéraire, qu’il rédige entre 385 et 398.

270Les Histoires (Historiae ou Res gestae), composées entre 380 et 398, sont censées continuer l’œuvre de Tacite, depuis Nerva (96) jusqu’à Valens (378). Des trente et un livres qui la composaient, nous n’avons que les dix‑huit derniers, pour la période 353‑378. Grec d’origine, Ammien Marcellin écrivit néanmoins son ouvrage directement en latin.

  • 242 César, Guerre des Gaules XV, 9‑12.

271Julien (Flauius Claudius Iulianus), celui que la tradition connaît comme l’Apostat, vient d’être nommé César par l’empereur Constance (355) ; il reçoit le commandement de la Gaule et se rend à Vienne. Ammien Marcellin, donne alors, en se fondant en particulier sur César qu’il paraphrase parfois de près, une digression sur la géographie et l’histoire de la Gaule242, digression connue sous le titre Breuis diuisio ac descriptio Galliarum, et cursus fluminis Rhodani. Il y rappelle rapidement l’histoire de l’organisation administrative de la Gaule et s’arrête plus longuement sur l’état de la région en son temps.

66. Les Gaules et la vallée du Rhône

Regebantur autem Galliae omnes, iam inde uti crebritate bellorum urgenti cessere Iulio dictatori, potestate in partes diuisa quattuor, quarum Narbonensis una Viennensem intra se continebat et Lugdunensem ; altera Aquitanis praeerat uniuersis ; superiorem et inferiorem Germaniam Belgasque duae iurisdictiones isdem rexere temporibus. At nunc numerantur prouinciae per omnem ambitum Galliarum […]. Lugdunensem primam Lugdunus ornat et Cabillona et Senones et Biturigae et moenium Augustoduni magnitudo uetusta. […]
Et quoniam ad has partes opere contexto peruenimus, silere super Rhodano, maximi nominis flumine, incongruum est et absurdum. A Poeninis Alpibus effusiore copia fontium Rhodanus fluens, et procliui impetu, ad planiora degrediens, proprio agmine ripas occultat, et paludi sese ingurgitat, nomine Lemanno, eamque intermeans nusquam aquis miscetur externis, sed altrinsecus summitates undae praeterlabens segnioris, quaeritans exitus uiam sibi impetu ueloci molitur. Vnde sine iactura rerum per Sapaudiam fertur et Sequanos, longeque progressus Viennensem latere sinistro praestringit, dextero Lugdunensem, et emensus spatia flexuosa, Ararim, quem Sauconnam appellant, inter Germaniam primam fluentem, suum in nomen adsciscit, qui locus exordium est Galliarum. Exindeque non millenis passibus, sed leugis itinera metiuntur. Dein Isarae Rhodanus aquis aduenis locupletior, uehit grandissimas naues uentorum difflatu iactari saepius adsuetas, finitisque interuallis quae ei natura praescripsit, spumeus Gallico mari concorporatur, per patulum sinum quem uocant Ad gradus, ab Arelate octauo decimo ferme lapide disparatum. Sit satis de situ locorum.

Et voici comment étaient administrées les Gaules aussitôt après que, accablées par la fréquence des guerres, elles se furent toutes inclinées devant César le dictateur ; leur administration fut répartie en quatre zones : la première, la Narbonnaise, regroupait la Viennoise et la Lyonnaise, la seconde contrôlait tous les Aquitains ; à la même époque, il y eut deux juridictions pour administrer les Germanies supérieure et inférieure d’une part, les Belges d’autre part. Mais de nos jours, on dénombre les provinces suivantes sur toute l’étendue de la Gaule […].
[Suit une énumération des provinces et des villes les plus importantes : Germanies première et seconde, Belgiques première et seconde, Séquanie, Lyonnaises première et seconde, Alpes grées et pennines, Aquitaine première, Novempopulanie, Viennoise.]
Quant à la Lyonnaise première, elle a pour ornement Lyon, Chalon-sur-Saône, Sens, Bourges et l’antique grandeur des murs d’Autun. […]
Et puisqu’à ce point de notre œuvre nous en sommes parvenus à ces régions, il serait incohérent et absurde de passer sous silence le Rhône, fleuve de très grand renom. Né dans les Alpes pennines de sources multiples et abondantes, le Rhône dévale en un cours impétueux et, quand il débouche dans des régions plus planes, il recouvre ses rives de son propre flot, s’engouffre dans un lac nommé Léman et le traverse sans jamais se mêler à des eaux étrangères, mais il en atteint l’extrémité en glissant en surface d’une eau plus nonchalante, cherche une issue et se fraye un passage par la violence de son cours. De là, sans avoir rien perdu de son débit, il traverse la Savoie et le pays des Séquanes puis, après un long parcours, il longe la Viennoise sur sa gauche et sur sa droite la Lyonnaise et, après avoir décrit des méandres, il reçoit l’Arar, appelée Sauconna [Saône], dont le cours traverse la Germanie première, et lui donne son nom ; ce lieu marque le début des Gaules. Et à partir de là on mesure les distances non plus en milles, mais en lieues. Ensuite le Rhône, enrichi des eaux de son affluent l’Isère, porte de très gros navires, assez ballottés par des vents opposés, et au terme du parcours que la nature lui a prescrit, il se mêle, écumant, à la mer gauloise, par une embouchure largement ouverte qu’on appelle Ad gradus [le Grau] et qui est distante d’Arles d’environ dix‑huit milles. En voilà assez sur la topographie de la région.

(Ammien Marcellin, Histoires XV, 11, 6‑7 ; XV, 11, 11 ; XV, 11, 16‑18)

  • 243 Ammien Marcellin, Histoires XV, 11, 1.

272La description que donne Ammien Marcellin de la Gaule correspond à la situation de la région à la fin du règne de Constance (ca 355). La Gaule, malgré les divisions traditionnelles mentionnées par César dans un passage bien connu de la Guerre des Gaules résumé par Ammien Marcellin243, Celtae eidem Galli, Aquitani, Belgae, fut en fait d’abord placée sous commandement unique, puis la Prouincia fut un temps mise à part. C’est Auguste qui fixa, entre 16 et 13, au moins provisoirement, les limites des Gaules : Province, Lyonnaise, Belgique et Aquitaine, mais les divisions administratives ne cesseront en fait d’évoluer, essentiellement par partage des unités existantes et on passera ainsi progressivement d’une Lyonnaise unique à quatre.

273Les Alpes pennines, Alpes Pœninae, s’étendaient du Saint-Bernard au Saint-Gothard ; elles tiraient leur nom, selon une tradition rapportée par Tite‑Live, qu’il juge fantaisiste mais qui persistera, du souvenir du passage d’Hannibal et de ses Carthaginois, les Puniques, Poeni.

274Sur les changements d’unités de mesure et le passage du mille romain à la lieue gauloise, à partir du moment où l’on quitte la Narbonnaise pour la Celtique, voir 51 et 207.

  • 244 Sur la persistance du nom Arar, Decourt 2002.
  • 245 Éd. Galletier et Fontaine, p. 262.
  • 246 Sur ce point, J. Rougé, « La date de naissance de Sextus Pompée », REL 46, 1968, p. 453‑456, qui r (...)

275On voit ici apparaître pour la première fois l’ancêtre du nom moderne de la Saône, qui supplantera tardivement celui d’Arar utilisé par les auteurs plus anciens, mais aussi par de plus récents244. Sur une possible erreur d’Ammien Marcellin, qui n’est peut‑être que le reflet des conceptions géographiques de son temps (glissement du Doubs à la Saône : la Saône prend en fait sa source en Séquanie et non en Germanie), voir le commentaire de l’édition CUF245. La navigation des grands navires était possible en amont du confluent Isère‑Rhône, au moins jusqu’à Lyon246. Le phénomène du Rhône qui ne se mélange pas avec le Léman est bien connu des Anciens (6) : Ammien Marcellin le fait durer sur toute la longueur du lac.

67. Échec d’une attaque de barbares contre Lyon

276En 357, Julien tente, à partir de Reims, une opération contre les barbares Alamans alors installés sur le Rhin. Profitant de l’occasion, des Lètes se glissent entre l’armée de Julien et celle de Barbation, Maître de l’infanterie basé à Augst, puis lancent une opération de pillage vers le sud, jusqu’à Lyon. Après leur échec devant la ville, ils seront massacrés par les cavaliers de Julien et le butin sera récupéré.

Dum haec tamen rite disposita celerantur, Laeti barbari ad tempestiua furta sollertes, inter utriusque exercitus castra occulte trangressi, inuasere Lugdunum incautam eamque populatam ui subita concremassent, ni, clausis aditibus repercussi, quicquid extra oppidum potuit inueniri uastassent.

Tandis que l’on hâtait ces dispositions prises avec soin, les Lètes, barbares habiles à saisir l’occasion de piller, passèrent en secret entre les camps des deux armées et se jetèrent sur Lyon qui n’était pas sur ses gardes. Ils l’auraient brûlée après l’avoir saccagée, lors de ce raid brutal, mais comme les portes avaient été fermées, ils avaient pillé tout ce qu’ils avaient pu trouver à l’extérieur de la ville.

(Ammien Marcellin, Histoires XVI, 11, 4)

  • 247 Difficile d’en dire plus sur cette enceinte ; il semble toutefois assuré que le tronçon reconnu de (...)

277Les difficultés de Lyon, d’abord sous Néron, suite à un incendie (11, 17), puis sous Septime Sévère, après un pillage (48), et la perte d’importance de la cité sont certaines. Mais l’on voit bien, grâce à ce passage, que la ville se releva, au moins en partie. Ce texte est la première attestation explicite dans les sources littéraires d’une enceinte à Lugdunum, s’il faut bien comprendre, d’après le contexte, le terme aditus comme synonyme de porta. Lyon, sous Julien, est une ville fortifiée et dispose d’une enceinte, dont le tracé est encore loin d’être établi avec certitude et qui semble en bon état247, la ville étant suffisamment bien défendue pour repousser des bandes de pillards spécialistes des coups de main.

Fig. 37 – Vestiges du rempart du Haut-Empire de Lugdunum (Atlas 2018, feuille 12a, p. 431, fig. 691a).

Fig. 37 – Vestiges du rempart du Haut-Empire de Lugdunum (Atlas 2018, feuille 12a, p. 431, fig. 691a).
  • 248 Jones 1973, p. 620 surtout, et la liste des sources antiques, p. 1236, n. 26 ; C.J. Simpson, « Lae (...)

278Les Lètes (Laeti, ou Leti, l’origine du mot est discutée : le terme est peut‑être d’origine germanique et signifierait « laissés en liberté »), sont initialement des communautés de barbares mal définies, vaincues, une population germanique de soldats laboureurs semi‑libres, installés sur des terres d’Empire à mettre ou remettre en valeur (on pense à des colons), sous le contrôle de préfets, dans le nord de la Gaule et en Italie, dès la fin du iiie s.248.

Références

L’auteur et l’ouvrage

Duval 1971, n° 258 ; outre l’édition Galletier et Fontaine, qui fait le point sur l’auteur et l’œuvre : G. Sabbah, La méthode d’Ammien Marcellin. Recherches sur la construction du discours historique dans les Res Gestae, Paris, 1978 ; J. Matthews, The Roman Empire of Ammianus, Londres, 1989 ; T.D. Barnes, Ammianus Marcellinus and the Representation of Historical Reality, Ithaca, 1998, et la critique qui en est donnée par F. Paschoud, « À propos du nouveau livre de T.D. Barnes sur Ammien Marcellin », AntTard 7, 1999, p. 353‑363 ; F.W. Jenkins, Ammianus Marcellinus : an Annotated Bibliography, 1474 to the present. Philological and Historical Commentary on Ammianus Marcellinus, Leyde-Boston, 2017.

Édition

Ammien Marcellin, Histoire, t. I, livres XIV‑XVI, éd. E. Galletier, J. Fontaine, CUF, Paris, 1968.

L’organisation de la Gaule en provinces (66)

Martin 1990 ; Goudineau 1990, p. 161‑176 ; Ferdière 2005, p. 90‑93 et 133‑141.

Julien (67)

G.W. Bowersock, Julien l’Apostat, Paris, 2008 (éd. anglaise, 1978) ; L. Jerphagnon, Julien, dit l’Apostat, Paris, 2008.

Le rempart de Lyon (67)

A. Desbat, « L’enceinte de Lyon au Haut‑Empire », in Les enceintes augustéennes dans l’Occident romain, Bulletin de l’École antique de Nîmes, nouvelle série 18, Nîmes, 1987, p. 63‑75 ; J.‑F. Reynaud, L. Jacquin, G. Vicherd, « L’enceinte réduite de Lyon », Caesarodunum, 1978, p. 243‑260 ; Reynaud 1986, p. 37, sur notre ignorance du tracé et de l’état du rempart au Bas‑Empire ; Reynaud 1998, p. 57‑58 ; CAG 69/2, p. 246 ; Monin 2015, p. 67-71 ; Monin, Dessaint 2015, p. 277‑284 ; J.‑F. Reynaud, « Lugdunum. L’enceinte de l’Antiquité tardive », Mémoires de l’Académie des sciences, belles‑lettres et arts de Lyon pour l’année 2016, 4e série, tome 16, 2017, p. 75‑90. Pour d’autres allusions littéraires, à vrai dire décevantes pour l’historien ou l’archéologue, au rempart de Lyon, voir J.‑C. Decourt, G. Lucas, « Les sources littéraires. Leur apport à la topographie de Lugdunum », in Atlas 2018, p. 117‑126.

Aurélius Victor, Livre des Césars

Aurélius Victor (Sextus Aurelius Victor), est né vers 320, peut‑être dans une famille de propriétaires aisés en Afrique (certains manuscrits lui donnent le surnom d’Afer, Africain) et mort après 390. Sans doute d’abord avocat, puis fonctionnaire impérial, il sera gouverneur de la Pannonie inférieure sous Julien, puis préfet de Rome en 389 sous Théodose.

279Son ouvrage Vies ou Livre des Césars (Caesares ou De Caesaribus) a été composé vers 360 ; il se présente comme une continuation de Tite‑Live, sous forme d’abrégé, depuis Auguste jusqu’à Constance II. La tradition manuscrite lui a longtemps attribué aussi deux compilations, l’une sur l’époque royale, L’origine du peuple romain (Origo gentis romanae), l’autre sur la République, Sur les hommes illustres de Rome (De uiris illustribus urbis Romae), qui sont certainement de deux autres auteurs de la même époque.

68. La bataille de Lyon

Pescennium Nigrum apud Cyzicenos, Clodium Albinum Lugduni uictos coegit mori ; quorum prior, Aegyptum dux obtinens, bellum mouerat spe dominationis, alter, Pertinacis auctor occidendi, cum eo metu in Britannos, quam prouinciam a Commodo meruerat, transmittere niteretur, in Gallia inuaserat imperium.

Quant à Pescennius Niger, qu’il vainquit près de Cyzique, et Clodius Albin à Lyon, il les contraignit à mourir ; le premier, gouverneur militaire d’Égypte, s’était soulevé dans l’espoir du pouvoir suprême, le second, instigateur du meurtre de Pertinax, alors que, poussé par la crainte, il essayait de passer en Bretagne, province qu’il avait reçue de Commode, s’était emparé du pouvoir en Gaule.

(Aurélius Victor, Livre des Césars XX, 8‑9)

280Aurélius Victor simplifie et se trompe : Niger (Caius Pescennius Niger Iustus), légat de Syrie, proclamé empereur par ses légions en avril 193, subit une seconde défaite à Issos avant de mourir en novembre 194. Pour le commentaire, 46, 48. Sur le meurtre de Pertinax, Aurélius Victor perpétue une tradition erronée (62), ignorée de Dion et Hérodien. Quant à Albin, dont aucune autre source ne précise qu’il fut responsable de la mort de Pertinax, il fut proclamé en Bretagne dont il était gouverneur et quitta cette province pour passer en Gaule. En revanche, Sévère s’est présenté comme le vengeur de Pertinax, dont il prend le nom en arrivant au pouvoir.

69. Mort de Magnence

Sed iam antea cum externi motus suspectarentur, Magnentius fratri Decentio Gallias, Constantius Gallo, cuius nomen suo mutauerat, Orientem, Caesaribus commiserant. Ipsi inter se acrioribus proeliis per triennum congressi ; ad extremum Constantius, fugientem in Galliam persecutus, uario ambos supplicio semet adegit interficere.

Mais comme déjà même auparavant on s’était aperçu de quelques mouvements extérieurs, Magnence avait confié les Gaules à son frère Décence, et Constance, l’Orient à Gallus, à qui il avait donné son nom, tous deux avec le rang de Césars. Pendant trois ans, les deux empereurs se livrèrent l’un à l’autre plusieurs batailles sanglantes ; à la fin, Constance poursuivit jusqu’en Gaule Magnence fugitif et força les deux frères à se donner la mort par un supplice différent.

(Aurélius Victor, Livre des Césars XLII, 9‑10)

281L’auteur donne un résumé particulièrement concis de l’épisode, en évacuant tout l’aspect anecdotique : Lyon n’est même pas mentionnée.

Références

L’auteur et l’ouvrage

Outre les éditions ci‑dessous, pourvues de notes abondantes, Duval 1971, n° 243 ; C.E.V. Nixon, An Historiographical Study of the Caesares of Sextus Aurelius Victor, Ann Arbor, 1971 ; H.W. Bird, Sextus Aurelius Victor, A Historiographical Study, Liverpool, 1984 ; L. Cardinali, Aurelii Victoris Liber de Caesaribus. Incerti auctoris Epitome de Caesaribus : concordantiae et indices, Zurich, 2013.

Éditions

Aurélius Victor, Livre des Césars, éd. P. Dufraigne, CUF, Paris, 1975.

Voir aussi Pichlmayr 1993.

Pseudo‑Aurélius Victor, Abrégé de l’histoire des Césars

L’Abrégé de l’histoire des Césars (Epitome de Caesaribus ; titre complet Libellus de uita et moribus imperatorum, Opuscule sur la vie et les mœurs des empereurs) a été longtemps attribué à Aurélius Victor et se présente sous la même forme que le De Caesaribus de ce dernier ; il commence avec Actium (2 septembre 31 av. J.‑C.), et se termine à la mort de Théodose (17 janvier 395), dont il fait l’éloge. Il aurait été écrit entre 395 et 408, par un auteur dont on ignore tout (certains indices incitent à penser qu’il était sénateur), mais dont Aurélius Victor n’est que l’une des sources.

70. Sur Septime Sévère et Caracalla

Septimius Seuerus imperauit annos decem et octo. Hic Pescennium interemit, hominem omnium turpitudinum. Sub eo etiam Albinus, qui in Gallia se Caesarem fecerat, apud Lugdunum occiditur […].
Aurelius Antoninus Bassianus Caracalla, Seueri filius, Lugduni genitus, imperauit solus annos sex. Hic Bassianus ex aui materni nomine dictus est. At cum e Gallia uestem plurimam deuexisset talaresque caracallas fecisset coegissetque plebem ad se salutendum indutam talibus introire, de nomine huiusce uestis Caracalla cognominatus est.

Septime Sévère régna dix‑huit ans. Il fit exécuter Pescennius [Niger], homme de toutes les turpitudes. Sous son règne, [Clodius] Albin, qui s’était proclamé César en Gaule, est tué à Lyon […].
Aurélius Antoninus Bassianus Caracalla, fils de Sévère, né à Lyon, exerça seul le pouvoir pendant six ans. On l’appela Bassianus, du nom de son aïeul maternel. Mais comme il avait rapporté de Gaule une très grande quantité de vêtements, qu’il avait fait confectionner des sortes de tuniques traînant jusqu’aux talons et forcé la plèbe à venir le saluer en s’habillant ainsi, on le surnomma Caracalla, du nom de ce vêtement.

(Pseudo‑Aurélius Victor, Abrégé XX, 1 ; XXI, 1‑2)

  • 249 Sur l’origine du nom de Caracalla et sur ses fantaisies vestimentaires : Dion Cassius, Épitomé du (...)

282On trouve un texte semblable, à quelques mots près, dans le Livre des Césars d’Aurélius Victor (XXI, 1). Le texte de l’Épitomé est cependant le seul qui mentionne explicitement Lyon, ce que ne fait pas Aurélius Victor : Caracalla (Lucius Septimius Bassianus puis Marcus Aurelius Seuerus Antoninus Augustus), y serait né le 4 avril 188. L’innovation vestimentaire de Caracalla consiste, semble‑t‑il, à modifier l’aspect de la tunique traditionnelle qui tombe sur les talons (talaire), pour la remplacer par une sorte de manteau militaire très long249 (141).

283Albin ne se proclama pas César en Gaule, mais le fut, en avril 194, par Septime Sévère qui cherchait à se le concilier ou le neutraliser alors qu’il était gouverneur de Bretagne ; en revanche, il fut acclamé Auguste par ses légions en janvier 196, toujours en Bretagne.

71. Mort de Magnence

Nec multo post, apud Lugdunum coangustatus, gladio occulte prouiso ictum pulsu parietis juuans transfosso latere, ut erat uasti corporis, uulnere naribusque et ore cruorem effundens, mense imperii quadragesimo secundo, aetatis prope quinquagesimo anno exspirauit. Ortus parentibus barbaris qui Galliam inhabitant ; legendi studio promptus, sermonis acer, animi tumidi et immodice timidus ; artifex tamen ad occultandam audaciae specie formidinem. Eius morte audita, Decentius laqueo fascia composito uitam finiuit.

Peu après, enfermé dans Lyon, il se procura une épée en secret, et s’aidant du mur pour faciliter le coup, il se transperça le flanc, car il était corpulent, et, rendant le sang par sa blessure, le nez et la bouche, il expira, dans son quarante‑deuxième mois de pouvoir, alors qu’il approchait les cinquante ans. Il était né de parents barbares, qui vivaient en Gaule ; il avait l’éloquence facile, le verbe acéré, l’esprit orgueilleux et était extrêmement timide, mais habile à dissimuler sa peur sous une apparence d’audace. À l’annonce de sa mort, Décence mit fin à sa propre vie en utilisant son bandeau royal pour se pendre.

(Pseudo‑Aurélius Victor, Abrégé XLII, 6‑8)

  • 250 Aurélius Victor, Livre des Césars XLII, 10.
  • 251 Pseudo‑Aurélius Victor, Abrégé XLVII, 7.

284Aurélius Victor250 est beaucoup plus allusif sur l’usurpation et la mort de Magnence, qu’il ne traite pas en détail. Quant à l’assassinat de Gratien, qui est hors du propos d’Aurélius Victor, il est traité en une phrase par le Pseudo‑Aurélius Victor251, sans mention de Lugdunum.

  • 252 Zosime, Histoire nouvelle II, 45, 2 ; II, 54, 2 ; sur Magnence, 64.

285Decentius, Décence, est le frère de Magnence252.

Références

L’auteur et l’ouvrage

Duval 1971, n° 244, F. Paschoud, « Deux ouvrages récents sur l’Epitome de Caesaribus et Aurélius Victor », REL 53, 1975, p. 86‑98 ; T.D. Barnes, « The Epitome de Caesaribus and its sources », CPh 71, 1976, p. 258‑268 ; J.A. Schlumberger, Die Epitome de Caesaribus. Untersuchungen zur heidnischen Geschichtsschreibung des 4. Jahrhunderts n. Chr., Munich, 1974.

Éditions

Pseudo‑Aurélius Victor, Abrégé des Césars, éd. M. Festy, CUF, Paris, 1999.

Voir aussi Pichlmayr 1993.

Jérôme, Les hommes illustres

Jérôme (Eusebius Sophronius Hieronymus), est né à Stridon, en Dalmatie, en 347 et mort à Bethléem vers 420. Père et Docteur de l’Église latine, polémiste, exégète, historien, il participa à tous les conflits doctrinaux de son temps et a laissé une œuvre considérable. Bon connaisseur du grec et de l’hébreu, il est aussi connu pour être le traducteur de la Bible en latin : la Vulgate (editio uulgata) fut rédigée entre 383 et 405 à la demande du pape Damase et déclarée « authentique », c’est‑à‑dire officielle, en 1546, au concile de Trente. Vers 380, il traduisit aussi en latin les Canons, qui forment la seconde partie de la Chronique d’Eusèbe (69), en y ajoutant des événements romains et en la prolongeant par une Continuation pour la période 325‑378.

286Les hommes illustres (Liber de uiris illustribus) fut composé en 392 sur le modèle du livre homonyme perdu de Suétone et en s’inspirant d’Eusèbe de Césarée. Il comporte cent trente‑cinq notices (les soixante‑dix‑huit premières sont tirées d’Eusèbe) sur des écrivains, des origines du christianisme (saint Pierre) à la quatorzième année de Théodose (392), mêlant les auteurs orthodoxes aux hérétiques et aux non‑chrétiens (par exemple Sénèque). Pour certains d’entre eux, ces biographies constituent notre seule source d’information. Jérôme eut en ce domaine de nombreux continuateurs.

72. Irénée de Lyon

Irenaeus, Pothini episcopi, qui Lugdunensem in Gallia regebat Ecclesiam, presbyter, a martyribus eiusdem loci, ob quasdam Ecclesiae quaestiones, legatus Romam missus, honorificas super nomine suo ad Eleutherum episcopum perfert litteras. Postea iam Pothino, prope nonagenario, ob Christum martyrio coronato, in locum eius substituitur. Constat autem Polycarpi, cuius supra fecimus mentionem, sacerdotis et martyris, hunc fuisse discipulum.
Scripsit quinque Aduersus haereses libros, et Contra Gentes uolumen breue, et De Disciplina aliud, et ad Marcianum fratrem De Apostolica praedicatione, et librum uariorum tractatuum, et ad Blastum De Schismate, et ad Florinum De Monarchia, siue quod Deus non sit conditor malorum, et De Ogdoade egregium commentarium, in cuius fine significans se Apostolicorum temporum uicinum fuisse, sic subscripsit :
« Adiuro te, qui transcribis librum istum, per Dominum Iesum Christum, et per gloriosum eius adventum, quo iudicaturos est uiuos et mortuos, ut conferas, postquam transcripseris, et emendes illum ad exemplar, unde scripsisti, diligentissime ; hanc quoque obtestationem similiter transferas, ut inuenisti in exemplari. »
Feruntur eius et aliae ad Victorem, episcopum Romanum, de quaestione Paschae epistolae, in quibus commonet eum non facile debere unitatem collegii scindere. Siquidem Victor multos Asiae et Orientis episcopos, qui decima quarta luna cum Iudaeis Pascha celebrabant, damnandos crediderat. In qua sententia, hi qui discrepabant ab illis, Victori non dederunt manus.
Floruit maxime sub Commodo principe, qui M. Antonino Vero in imperium successerat.

Irénée, prêtre de l’évêque Pothin qui dirigeait l’Église de Lyon en Gaule, envoyé comme ambassadeur par les martyrs de cette même ville à Rome, apporte à l’évêque Éleuthère une lettre pour traiter certaines questions concernant l’Église, lettre qui recommandait sa personne. Il succède ensuite à Pothin qui avait déjà reçu, presque nonagénaire, la couronne du martyre pour le Christ. Or c’est un fait établi qu’il [Irénée] fut disciple de Polycarpe, évêque et martyr, dont nous avons fait mention ci‑dessus.
Il écrivit Contre les hérésies, en cinq livres ; un petit ouvrage Contre les Gentils ; un autre Sur la discipline ; un livre À son frère Marcianus, sur la prédication apostolique ; un recueil de divers traités ; À Blastus, sur le schisme ; À Florianus, sur la monarchie, ou que Dieu ne saurait être le créateur du mal ; un remarquable Commentaire sur l’Ogdoade, à la fin duquel, pour faire comprendre qu’il avait été proche de l’époque des apôtres, il écrivit en ces termes :
« Je t’adjure, toi qui copies ce livre, par notre Seigneur Jésus‑Christ et par son glorieux avènement, par où il va juger les vivants et les morts, de le collationner, après que tu l’auras recopié, et de le corriger très soigneusement sur l’exemplaire d’où tu l’auras copié ; cette adjuration aussi, transcris‑la de la même façon, comme tu l’as trouvée dans cet exemplaire. »
On lui attribue aussi d’autres lettres à Victor, évêque de Rome, sur la question de la Pâque, dans lesquelles il lui rappelle qu’il ne doit pas inconsidérément briser l’unité du collège des évêques. Car Victor avait cru qu’il fallait condamner les nombreux évêques d’Asie et d’Orient qui célébraient la Pâque en même temps que les Juifs, le quatorzième jour de la lune. Or, sur cette question, ceux qui n’étaient pas de l’avis de ces évêques n’apportèrent pas leur appui à Victor.
Irénée s’illustra principalement sous l’empereur Commode qui avait succédé à l’Empire à Marc Aurèle.

(Jérôme, Les hommes illustres XXXV)

  • 253 Quentin 1908, p. 384. La mention des reliques est dans la première recension de Florus, de peu ant (...)

287Polycarpe, premier évêque de Smyrne, martyrisé en 155‑156, fut, selon la tradition, disciple de Jean et maître d’Irénée. Il fit lui aussi le voyage à Rome, sous le pape Anicet (155‑166), déjà pour traiter de la question pascale. Une tradition locale, dont on trouve trace dans le Martyrologe de Florus (152), mais dont la source originale est perdue253, rapportait, à la date du 26 janvier, que ses reliques avaient été déposées à Lyon : Reliquiae eius Lugduni, in crypta habentur. Cette mention est unique et ne figure pas dans les autres martyrologes.

288Éleuthère, pape de 175 à 189 ; Victor, pape de 189 à 199.

  • 254 Petit 1978, vol. I, p. 20‑30.

289Marcus Antoninus Vérus : Marcus Annus Verus, ou, par adoption, Marcus Aelius Aurelius Verus, ou lors de son avènement, Marcus Aurelius Antoninus, est Marc Aurèle, empereur de 161 à 180, dont Commode (L. Aelius Aurelius Commodus) est le fils, qui régna de 180 à 192254.

290Les termes episcopus, presbyter et sacerdos posent des problèmes de traduction et d’interprétation que nous ne pouvons développer ici ; ces mots se recouvrent d’ailleurs parfois. L’episcopus, confondu au début avec le sacerdos, est à proprement parler le président du collège des presbyteri, qui sont eux‑mêmes les chefs des communautés chrétiennes. Les sacerdotes ont le pouvoir du sacerdoce dans l’Église : ce sont les évêques et les prêtres, mais le terme désignera plutôt les seuls évêques, summus sacerdos, qui est episcopus, écrit Tertullien.

291Le texte proposé ici dépasse peut‑être quelque peu le propos initial de ce choix. Il nous a paru intéressant de le donner intégralement, car Irénée appartient à l’histoire de Lyon. Ce passage constitue d’ailleurs une synthèse prudente sur la vie et l’œuvre d’Irénée.

  • 255 Simon, Benoît 1998, p. 146‑170.
  • 256 Voir aussi dans EU, s.v. « Gnostisques », les développements de P. Hadot et M. Tardieu ; R.M. Gran (...)
  • 257 R. Lemieux et R. Richard (éd.), Gnoses d’hier et d’aujourd’hui, Laval, 1986.

292Irénée mena son principal combat contre la Gnose (du grec γνώσις, connaissance), ou plutôt les différentes variétés d’hérésies gnostiques qui présentaient un syncrétisme d’idées chrétiennes et de doctrines empruntées en particulier aux diverses variantes du dualisme oriental, hérésies qui apparurent à la fin du ier et surtout au début du iie s. M. Simon et A. Benoît255 présentent rapidement le problème de la Gnose et de deux sectes qui nous intéressent ici, le valentinianisme et le montanisme256. L’ouvrage de R. Lemieux et R. Richard257, replace la gnose dans un contexte historique plus vaste et en décrit quelques avatars contemporains. On sait, par Irénée lui‑même, qu’une forme du valentinianisme, le marcianisme, se répandit dans la vallée du Rhône et donc vraisemblablement à Lyon (34, 73). L’Ogdoade, qui a donné son titre à un traité d’Irénée, est, dans le système de Valentin, le groupe le plus élevé dans la hiérarchie de huit éons, ou mondes, principes fondamentaux du plérôme ou monde spirituel qui en compte au total trente, groupés en quinze couples ou syzygies.

Fig. 38 – Vitrail de Saint Irénée par L. Bégule, église Saint-Irénée, 1901 (domaine public ; photo G. Gambier ; source Wikimedia Commons, commons.wikimedia.org/entity/M10565837).

Fig. 38 – Vitrail de Saint Irénée par L. Bégule, église Saint-Irénée, 1901 (domaine public ; photo G. Gambier ; source Wikimedia Commons, commons.wikimedia.org/entity/M10565837).
  • 258 P. de Labriolle, La crise montaniste, Genève, 1913, p. 213‑216.

293L’allusion, au début du texte de Jérôme, aux questions qui agitaient l’Église et qui conduisirent au voyage d’Irénée à Rome, concerne l’hérésie montaniste qui, née en Phrygie dans les années 155‑157, rappellerait, par certaines de ses manifestations, les charismatiques d’aujourd’hui ; les montanistes (du nom de leur fondateur, Montan, originaire de Phrygie), prêchaient en particulier l’imminence de la fin du monde, encourageaient l’ascétisme, voire la course au martyre et professaient un solide mépris pour le mariage258. Alcibiade, l’un des martyrs de 177, a été soupçonné, à tort semble‑t‑il, de montanisme (60, 130) ; le théologien Tertullien de Carthage (ca 150‑220) s’y rallia aussi.

  • 259 C. Piétri, « Les origines de la mission lyonnaise », in Rougé, Turcan 1978, p. 229‑230.

294La « querelle pascale », qui opposa longtemps les Églises d’Orient à celles d’Occident, rebondit sous le pape Victor. En Orient, les églises s’appuyaient, pour fixer la date de Pâques, sur la tradition juive et célébraient Pâques le 14 nisan ; en Occident, on s’en tenait au premier dimanche suivant cette date. Victor tenta d’imposer, par l’excommunication des rebelles, la manière de faire de Rome ; Irénée, d’accord avec lui sur le fond, intervint pour qu’il fît preuve de plus de diplomatie259.

Références

L’auteur et l’ouvrage

Sur Jérôme, Altaner 1961, p. 552‑570 ; Duval 1971, n° 79 ; P. Maraval, Petite vie de saint Jérôme, Paris, 1995 ; P. Henne, Saint Jérôme, Monts, 2009 ; A. Ceresa-Gastaldo, « The biographical method of Jerome’s De viris illustribus », in E.A. Livingston (dir.), Studia Patristica 15, Berlin, 1984, p. 55‑68.

Éditions

F.‑Z. Collombet, Livre des hommes illustres par Saint Jérome : suivi de celui de Gennade et de celui de St. Isidore de Séville, Paris, 1840.

Œuvres complètes dans PL 22‑30, 1845‑1846. Plusieurs titres sont traduits dans la collection SC et dans la CUF (Lettres) ; traduction française récente sans le texte latin, avec commentaire, E. Gillon, D. Viellard, De Viris, Les hommes illustres, Paris, 2010.

Jérôme, Commentaire sur Isaïe

295Les Commentaires sur le prophète Isaïe (Libri commentariorum in Esaiam prophetam) furent publiés aux alentours de 410. Ils appartiennent à un groupe de textes exégétiques rédigés par Jérôme au moment même où il travaillait à la traduction de la Vulgate.

73. Irénée et Marc l’Hérétique en Gaule

De quibus diligentissime uir apostolicus scribit Irenaeus, episcopus Lugdunensis et martyr, multarum origines explicans haereseon, et maxime Gnosticorum, qui per Marcum Aegyptium, Galliarum primum circa Rhodanum, deinde Hispaniarum nobiles feminas deceperunt, miscentes fabulis uoluptatem et imperitiae suae nomen scientiae uindicantes.

Sur ce sujet, Irénée, successeur des apôtres, évêque de Lyon et martyr, écrit avec la plus grande exactitude, expliquant les origines de nombreuses hérésies, et surtout des hérésies gnostiques qui, par l’intermédiaire de Marc d’Égypte, abusèrent de nobles femmes, d’abord dans les régions rhodaniennes des Gaules, ensuite dans les Espagnes, en mêlant à des fables le plaisir et en revendiquant pour son ignorance le nom de connaissance.

(Jérôme, In Esaiam XVII, 64)

  • 260 J. van der Straeten, « Saint Irénée fut-il martyr ? », in Rougé, Turcan 1978, p. 150.

296Ce passage de Jérôme constitue la plus ancienne mention latine d’un martyre d’Irénée. J. van der Straeten260 conteste formellement que l’on puisse s’appuyer sur cette dernière pour affirmer la réalité de l’événement : les martyrologes ultérieurs (152, 210) ne le font d’ailleurs pas, qui utilisent pourtant Jérôme pour affirmer la succession apostolique d’Irénée, par Polycarpe. Jérôme lui‑même n’en dit rien dans le reste de son œuvre, ni dans le De Viris (72), ni dans un passage de la lettre à Théodora l’Espagnole (Epistulae, Lettres) pratiquement identique à l’extrait ci‑dessus, mais sans allusion à un quelconque martyre.

74. Les méfaits de Marc l’Hérétique dans le sud de la Gaule

Refert Irenaeus, uir apostolicorum temporum, et Papiae, auditoris euangelistae Iohannis discipulus, episcopusque ecclesiae Lugdunensis, quod Marcus quidam de Basilidis Gnostici stirpe descendens, primum ad Gallias uenerit, et eas partes per quas Rodanus et Garunna fluunt sua doctrina maculauerit, maximeque nobiles feminas, quaedam in occulto mysteria repromittens, hoc errore seduxerit, magicis artibus et secreta corporum uoluptate, amorem sui concilians.

Irénée, personnage des temps apostoliques, disciple de Papias qui fut lui‑même élève de l’évangéliste Jean, et évêque de l’Église de Lyon, rapporte qu’un certain Marc, descendant de la lignée du gnostique Basilide, vint d’abord dans les Gaules et souilla de sa doctrine les régions qu’arrosent le Rhône et la Garonne, et qu’en particulier, en leur promettant en échange de les initier à certains mystères, il corrompit de nobles femmes et, par des pratiques magiques et le plaisir secret des sens, il les gagna à son amour.

(Jérôme, Lettres LXXV, 3)

297Il reste qu’il est difficile d’expliquer la présence de ce titre de martyr autrement que par une inattention de Jérôme ou, bien plutôt, par une interpolation tardive.

298Pour d’autres éclaircissements, on se reportera à 34, 72.

Références

Éditions

S. Hieronymi Presbyteri Opera. I, Opera exegetica. 2, Commentariorum in Esaiam, éd. M. Adriaen, CCSL 73, 1963, p. 14‑21.

Voir aussi, pour la bibliographie, R. Gryson, C. Gabriel (éd.), Commentaires de Jérôme sur le prophète Isaïe, livres XVI‑XVIII, Fribourg, 1999.

Jérôme, Chronique

299Dans son œuvre de traducteur, Jérôme s’intéressa particulièrement à Eusèbe en traduisant dès 380 l’Onomasticon et la Chronique (52). Cette dernière traduction (Chronicum ad annum Abrahae), faite à Constantinople en 380, est d’autant plus précieuse qu’Eusèbe ne nous est parvenu qu’indirectement par une version arménienne, retraduite en grec au xviiie s. Jérôme ne se contente pas de traduire, il remanie en introduisant des événements « romains », et prolonge jusqu’en 378 une œuvre qui s’arrêtait en 325. Cet ouvrage a donné ainsi naissance à la tradition des chroniques, abrégés et/ou continuations qui fleurissent au Bas‑Empire et au Moyen Âge, tradition inaugurée par Prosper d’Aquitaine (ca 390‑455) jusqu’à Sigebert de Gembloux (ca 1030‑1112), dont la chronique s’arrête en 1111.

75. Lyon dans la Chronique

Olymp. 188 ; Iud. (Hérode) 9 ; Rom. (Auguste) 19 ; 25 a Chr. […]
Munatius Plancus Ciceronis discipulus orator habetur insignis. Qui cum Galliam comatam regeret, Lugdunum condidit.

188e olympiade, 9e année du règne d’Hérode en Judée, 19e consulat d’Auguste, 25 av. J.‑C. […]
Munatius Plancus, élève de Cicéron, est considéré comme un orateur remarquable ; alors qu’il gouvernait la Gaule chevelue, il fonda Lyon.

(Jérôme, Chronique, éd. Helm, p. 164)

300Sur le genre historique et littéraire de la chronique, voir 52.

301Dans ce type d’ouvrages, plusieurs systèmes de datation sont utilisés en parallèle. Jérôme fait appel conjointement au calendrier biblique, depuis la naissance d’Abraham, aux computs grec, par olympiades (espace de quatre ans) et romain, par consulat et par années de règne impérial.

302Cette notice reprendrait mot pour mot un fragment attribué à Suétone par C.L. Roth dans C. Suetoni Tranquilli quae supersunt omnia, Leipzig, 1886, p. 289 et daté de l’an 729‑730 de la fondation de Rome ; ce fragment n’est pas retenu dans d’autres éditions des œuvres perdues de Suétone, en particulier dans la CUF.

303Dans ce qui suit, lorsque le texte grec d’Eusèbe, qui nous a été transmis partiellement par la Chronographie de Georges Syncelle (145) est conservé, il figure juste avant le texte latin de Jérôme.

Olymp. 236.
Πολλοὶ δὲ καὶ κατὰ τὰς Γαλλίας νομίμως ὑπὲρ Χριστοῦ ἤθλησαν, ὧν τὰ μαρτύρια ἀναγέγραπται εἰς μνήμην τοῖς μετέπειτα (Sync. 665,1).

Nombreux sont ceux qui, dans les Gaules, luttèrent selon les règles au nom du Christ, dont les martyres ont été rapportés par écrit pour transmettre leur mémoire à la postérité.

(Jérôme, Chronique, éd. Schoene, p. 170)

Plurimi in Gallia gloriose ob nomen Christi interfecti quorum usque in praesentem diem condita libris certamina perseuerant.

Très nombreux en Gaule furent ceux qui furent tués glorieusement au nom du Christ, et dont les combats, racontés dans des livres, sont parvenus jusqu’à aujourd’hui.

(Jérôme, Chronique, éd. Helm, p. 205)

Olymp. 240 ; Rom. 3 (Commodus) ; 182 p. Chr. […]
Εἰρηναῖος ἐπίσκοπος Λουγδόνων πόλεως Γαλλίας θείοις λόγοις καὶ πράξεσι διέλαμπε.
Irenaeus episcopus Lugdunensis insignis habetur.

240e olympiade, 3e année du règne de Commode, 182 ap. J.‑C. […]
Irénée, évêque de la cité de Lyon en Gaule jouit d’une grande renommée en raison de ses divins écrits et de ses actes.
Irénée, évêque de Lyon, jouit d'une grande réputation.

(Jérôme, Chronique, éd. Helm, p. 208)

Olymp. 243 ; Rom. 4 (Seuerus) ; 196 p. Chr. […]
Quaestione orta in Asia inter episcopos, an secundum legem Moysi XIIII mensis Pascha obseruandum esset, Victor Romanae urbis episcopus et Narcissus Hierosolymarum, Polycrates quoque et Irenaeus et Bacchylus plurimique ecclesiarum pastores, quid eis probabile uisum fuerit, litteris ediderunt. Quarum memoria ad nos usque perdurat.

243e olympiade, 4e année du règne de Sévère, 196 ap. J.‑C.
La question ayant été soulevée en Asie parmi les évêques de savoir si Pâques devait être célébrée le 14 du mois, conformément à la loi de Moïse, Victor, évêque de Rome et Narcisse de Jérusalem, ainsi que Polycrate, Irénée et Bacchyle et de très nombreux pasteurs des églises, publièrent une lettre sur ce qui leur paraissait recommandable. Le souvenir en subsiste jusqu’à nous.

(Jérôme, Chronique, éd. Helm, p. 211)

304Sur la question de la Pâque, 72.

Olymp. 246 ; Rom. 13 (Seuerus) ; 205 p. Chr.
Σευῆρος εἰς ῾Ρώμην ἐλθὼν Ἀλβῖνον τυρρανήσαντα κατὰ Λουγδόνων πόλιν ἀνεῖλε.
Clodio Albino, qui se in Gallia Caesarem fecerat, apud Lugdunum interfecto, Seuerus in Britannos bellum transfert. […]

246e olympiade, 13e année du règne de Sévère, 205 ap. J.‑C. […]
Après son retour à Rome, Sévère fit périr à Lyon Albin qui avait usurpé le pouvoir.
Clodius Albin qui s’était fait proclamer César en Gaule une fois tué à Lyon, Sévère porte la guerre en Bretagne.

(Jérôme, Chronique, éd. Helm, p. 212)

Olymp. 283 ; Rom. 16 ; 353 p. Chr. […]
Magnentius Lugduni in palatio propria se manu interficit et Decentius frater eius, quem ad tuendas Gallias Caesarem miserat, aput Senonas laqueo uitam explet.

283e olympiade, 16e année [du règne de Constance II], 353 ap. J.‑C. […]
Magnence se tue de sa propre main à Lyon, dans le palais, et à Sens, son frère Décence, qu’il avait envoyé comme César pour défendre les Gaules, met fin à ses jours en se pendant.

(Jérôme, Chronique, éd. Helm, p. 238‑239)

Références

L’ouvrage

Outre quatre études sur « Chroniques et chronographies dans l’Antiquité tardive », dans l’édition Jeanjean, Lançon 2004, lire Burgess 1999 (importante bibliographie p. 307‑326).

Éditions

Helm 1956.

PL 27, 1846, col. 34‑703 ; pour les fragments en grec, Schoene 1866 ; Jeanjean, Lançon 2004, ne concerne que la partie ajoutée par Jérôme. Il n’existe aucune traduction française intégrale de la Chronique ; en anglais, M.D. Donaldson, A Translation of Jerome’s Chronicon with Historical Commentary, Mellen, 1996.

Jérôme, Lettres

305On connaît de Jérôme un total de cent cinquante‑quatre lettres, qui portent sur les sujets les plus divers, de la vie quotidienne aux controverses théologiques les plus pointues, en passant par des conseils de vie et des lettres de condoléance. Ainsi, en 396, écrit‑il à son ami Héliodore, évêque d’Altinum (région de Venise), pour le consoler de la mort de son neveu Népotien, qui, jeune prêtre, avait sollicité les conseils de Jérôme. Ce dernier passe en revue les malheurs du siècle, en particulier le destin malheureux de certains empereurs, dont Valentinien II, et des usurpateurs Maxime et Eugène : Népotien doit être heureux de ne pas en avoir été le témoin, juste châtiment des péchés des hommes. Il mentionne en particulier la mort de Gratien à Lyon.

76. Gratien assassiné et outragé

Gratianus ab exercitu suo proditus et ab obuiis urbibus non receptus, ludibrio hosti fuit, cruentaeque manus uestigia parietes tui, Lugdune, testantur.

Gratien, trahi par son armée, rejeté par les cités qu’il trouve sur son passage, devint un objet de risée pour son ennemi et tes murs, ô Lyon, attestent des traces laissées par une main sanglante !

(Jérôme, Lettres LX, 15)

Références

Édition

Saint Jérôme, Correspondance, t. III, lettres LIII‑LXX, éd. J. Labourt, CUF, Paris, 1953.

Rufin d’Aquilée, Histoire ecclésiastique

Rufin (Tyrannius ou Turranius Rufinus), est né vers 345 dans la région d’Aquilée. Après des études à Rome où il rencontre Jérôme, il devient moine près de sa ville natale, puis, entre 372 et 397, séjourne en Orient, où il suit l’enseignement de Didyme l’Aveugle (ca 313‑398) dont il écrira la vie, puis fonde à Jérusalem, avec Mélanie l’Ancienne (ca 350‑410), le monastère double (hommes d’un côté, femmes de l’autre) du Mont des Oliviers. À son retour à Rome, il se brouille avec Jérôme qui l’accuse d’hérésie en raison de sa traduction du De principiis d’Origène. Retiré d’abord à Aquilée, il fuit l’invasion wisigothe et meurt entre 408 et 410 en Sicile.

306Rufin est l’auteur de nombreuses traductions de textes grecs, en particulier de l’Histoire ecclésiastique d’Eusèbe de Césarée, dont il donna en outre une suite en deux livres qui vont de 325 (Concile de Nicée) à la mort de Théodose Ier en 395.

77. Mort de Gratien

Vt Gratianus Imperator Theodosium regni participem adscriuerit, et post multa religiose et fortiter gesta Maximi tyranni insidiis succubuerit.
Quique uidens utile uirum annis maturum in tantis regni curis habere participem et quia, ut sermo diuinus monet, melius duo quam unus (Eccles. 4, 9), consortem adsciscit Theodosium eique Orientis procuratione permissa partes sibi ac fratri occiduas reseruauit. Verum is, postquam multa religiose ac fortiter gessit, a Maximo tyranno apud Britannias exorto per Andragathium ducem Lugduni suorum magis proditione quam ui hostium peremptus est.

Gratien associe Théodose au partage du pouvoir impérial, et après de nombreuses actions pieuses et courageuses, succombe à une embuscade du tyran Maxime.
Et lui [Gratien] voyant l’utilité d’avoir avec lui, au milieu des si grands soucis que lui causait le pouvoir, un homme mûri par les ans et parce que, comme le rappelle la parole divine (Eccl. 4, 9), deux valent mieux qu’un, il s’associa Théodose comme collègue et, lui ayant remis les pleins pouvoirs sur l’Orient, il se réserva l’Occident pour lui et son frère. Mais, après qu’il eut accompli de nombreuses actions avec piété et courage, il fut assassiné à Lyon sur l’ordre du tyran Maxime qui s’était dressé dans les Bretagnes, par l’entremise du général Andragathe, suite à la trahison des siens plutôt que par la violence de ses ennemis.

(Rufin, Histoire ecclésiastique II, 14)

Références

L’auteur et l’ouvrage

Duval 1971, n° 274 ; Quasten 1987, p. 322‑333 ; Brill’s EncMedChron Online, s.v. « Rufinus of Aquileia » [Lössl] ; Lexicon des Mittelalters 7, Munich, 1995, p. 1088‑1089, s.v. « Rufinus v. Aquileia » [Bodart] ; F. Thélamon, Païens et chrétiens au ive siècle, l’apport de l’« Histoire ecclésiastique » de Rufin d’Aquilée, Paris, 1981 ; Inglebert 1996, p. 325‑355.

Éditions

Eusebius Werke 2, Die Kirchengeschichte, éd. T. Mommsen, Berlin, 1908 (réimpr., 1999), vol. 2, p. 1020.

Consulter aussi PL 21, 1849, col. 523.

Marcien d’Héraclée, Périple

Marcien d’Héraclée du Pont (Μαρκιανὸς Ἡρακλεώτης τοῦ Ποντός, Marcianus Heracleensis), Grec d’Asie, composa plusieurs ouvrages de géographie. Il est souvent présenté comme un continuateur et un abréviateur du géographe Artémidore d’Éphèse (ier s. av. J.‑C.) et comme s’étant inspiré également de Claude Ptolémée (31). On ne sait pratiquement rien sur le personnage : on le situait entre 200 et 530 mais les dernières recherches le placent désormais plutôt au début du ve siècle. Il écrivait en grec, mais son nom et son style laissent penser que sa langue maternelle était le latin. Marcien ne paraît pas écrire d’expérience, et son œuvre, au moins pour les régions qui nous intéressent, doit être utilisée avec prudence.

307Le Périple de la mer extérieure, orientale et occidentale et de ses îles principales (Περίπλους τῆς ἔξω θαλάσσης ἑῴου καὶ ἑσπερίου καὶ τῶν ἐν αὐτῇ μεγίστων νήσων ; Periplus Maris Exteri) est un ouvrage en deux livres, consacré pour l’essentiel à l’Océan atlantique et à l’Océan indien, qui prend l’allure d’un récit de voyage – purement fictif dans le cas de Marcien. Il nous est parvenu incomplet. Cette œuvre de compilation peut être rapprochée de celle, latine, de Julius Honorius (97‑98).

308Dans ce passage, Marcien situe la Lyonnaise dans le monde habité et, sans la décrire précisément, donne une idée de son importance : étendue, peuplement, éléments du relief.

78. La Gaule celtique et la Lyonnaise

Κελτογαλατίας Περίπλους.
Ἡ καλουμένη Κελτογαλατία διήκει μὲν ἐπὶ πλεῖστον καὶ κατὰ γῆν καὶ [κατὰ] θάλασσαν· διῄρηται δὲ εἰς ἐπαρχίας δʹ, Γαλλίαν Ἀκυτανίαν καὶ Γαλλίαν Λουγδουνησίαν καὶ Γαλλίαν Βελγικὴν καὶ [Γαλλίαν] Ναρβωνησίαν. […]
Ἡ Λουγδουνησία Γαλλία περιορίζεται ἀπὸ μὲν ἄρκτων τῷ Πρεττανικῷ ὠκεανῷ, ἀπὸ δὲ ἀνατολῶν τῇ Βελγικῇ ἐπαρχίᾳ κατὰ τὸν Σηκοάναν ποταμὸν, ἀπὸ δὲ δυσμῶν τῷ Ἀκυτανικῷ ὠκεανῷ, ἀπὸ δὲ μεσημβρίας μέρει τῆς Ναρβωνησίας ἐπαρχίας. Καὶ ἡ μὲν ὅλη τοῦ ἔθνους τοῦτον ἔχει τὸν τρόπον·
Τὸ δὲ τῆς Λουγδουνησίας μῆκός [ἐστιν] ἀπὸ τοῦ Γαβαίου ἀκρωτηρίου ἀρχόμενον καὶ καταλῆγον κατὰ τὴν ἀνατολικὴν πλευρὰν, καθ’ ἣν συνῆπται τῇ Βελγικῇ κατὰ τὸν Σηκοάναν ποταμὸν, ὡς εἶναι τοῦ μήκους σταδίους ͵γτοϛʹ. Τὸ δὲ πλάτος τῆς Λουγδουνησίας ἄρχεται μὲν ἀπὸ τῆς μεσημβρίας ἀπὸ Καβυλλίνου πόλεως, καταλήγει δὲ εἰς Σηκοάνα ποταμοῦ ἐκβολὰς, ὡς εἶναι καὶ τοῦ πλάτους σταδίους ͵γπʹ. Ἔστι δὲ ὁ κατὰ γῆν περίδρομος τῆς ἐπαρχίας σταδίων ͵ζσϟʹ, σταδίων ͵ϛυκʹ. Ἔχει δὲ ἔθνη κεʹ, πόλεις ἐπισήμους (κϛʹ, ὄρος ἐπίσημον αʹ, ποταμοὺς ἐπισήμους δʹ, ἀκρωτήριον ἐπίσημον αʹ, λιμένας ἐπισήμους γʹ.
Οἱ πάντες ἀπὸ τῶν ἐκβολῶν τοῦ Λίγηρος ποταμοῦ μέχρι τῶν ἐκβολῶν τοῦ Σηκοάνα ποταμοῦ τοῦ περίπλου τῆς παραλίας Λουγδουνησίας στάδιοι ͵γτοʹ, στάδιοι ͵γξεʹ.

Périple de la Gaule celtique.
[La région qu’on appelle] Gaule celtique s’étend très largement côté terre et côté mer. Elle est divisée en quatre provinces : Aquitaine, Lyonnaise, Belgique et Narbonnaise. […]
La Gaule lyonnaise est limitée au nord par l’Océan britannique ; à l’est, par la province de Belgique, le long de la Seine ; à l’ouest, par l’Océan aquitain ; au sud, par une partie de la province de Narbonnaise. Et le périmètre total de la province se présente de la façon suivante.
Longueur : la Lyonnaise commence au cap Gabaios et se termine du côté oriental, où elle jouxte la Belgique, le long de la Seine, si bien qu’elle a 3 376 stades de long [soit, pour un stade de 185,25 m, ca 625 km].
Largeur : la Lyonnaise commence, au midi, à Chalon [sur Saône], et se termine sur l’estuaire de la Seine, si bien qu’elle a 3 080 stades de large [ca 570 km].
Le tour de la province par terre fait entre 7 290 et 6 420 stades [ca 1 350 et 1 155 km].
Elle compte 25 peuples et, comme éléments remarquables : 26 villes, 1 massif montagneux, 4 fleuves, 1 cap, 3 ports.
La totalité du périple côtier de la Lyonnaise, depuis l’estuaire de la Loire jusqu’à celui de la Seine fait entre 3 370 et 3 065 stades [entre 624 et 567 km].

(Marcien d’Héraclée, Périple de la mer extérieure II, 19‑20 ; II, 24‑26)

309Γάβαιος, Gabaios, est le chef Saint‑Mahé ou cap du Fou, à la pointe du Raz. S’il y a vingt‑cinq peuples et vingt‑six villes, c’est qu’il faut tenir compte de l’existence de Lyon, ville coloniale.

310Ce texte, corrompu qui plus est, ne présente guère d’originalité. Marcien ne cite aucun nom propre dans l’énumération finale des peuples et des villes. Pour les mesures de distances aussi, il fait montre d’une très grande prudence, puisqu’il donne parfois une fourchette. Cet extrait, cependant, est intéressant dans la mesure où il constitue un bon exemple de ce que l’on appelle traditionnellement les Périples, même s’il est d’une particulière sécheresse : les éléments remarquables, pourtant nombreux et divers, si l’on en croit l’auteur, restent anonymes et impossibles à tous identifier avec certitude.

311Ce texte tardif, qui fait de la Lyonnaise une province unique, ce qu’elle n’était plus depuis longtemps, donne ainsi un aperçu de l’état de la Gaule sous le Haut‑Empire.

Références

L’auteur et l’ouvrage

Voir, outre les commentaires dans les deux éditions signalées, RE, suppl. VI, 1935, col. 271 et 281, s.v. « Markianus von Herakleia » [Gisinger] ; Duval 1971, n° 272 ; Dilke 1985, p. 141‑144 ; Brill’s New Pauly VII, 1999, s.v. « Markianos », col. 916‑917 [Gärtner] ; Altomare 2013.

Éditions

K. Müller, GGM, t. I, Paris, 1855 (réimpr., Hildesheim, 1965).

F. Prontera, F. González Ponce, Periplógrafos griegos. I, Épocas arcaica y clásica. 1, Periplo de Hanón y autores de los siglos VI y V a.C., Saragosse, 2008, donnent seulement le premier livre de Marcien et sa traduction en espagnol.

Socrate le Scolastique, Histoire ecclésiastique

Socrate dit le Scolastique (Σωκράτης ὁ Σχολαστικός), appelé parfois l’Historien ou Socrate de Constantinople (380‑440 environ), est un juriste et historien originaire de Constantinople et de langue grecque. On ne connaît de lui que très peu de choses, par des allusions dans ses ouvrages : ses maîtres et quelques voyages accomplis à la fin de sa vie.

312Dans son Histoire ecclésiastique (Ἐκκλεσιαστικὴ ἱστορία), Socrate se donne comme objectif de reprendre en partie et surtout de continuer, en sept livres, l’œuvre homonyme d’Eusèbe de Césarée, pour les années 305 (avènement de Dioclétien) à 439 (concile de Chalcédoine).

313On lira ci‑dessous le récit de deux événements tragiques ayant eu Lyon pour cadre, le suicide de Magnence et l’assassinat de Gratien, événements très souvent mentionnés par les historiens et chroniqueurs postérieurs (voir index, s.v.).

79. La fin de l’usurpateur Magnence

Μαγνέντιος μὲν οὖν τὴν βασιλεύουσαν Ῥώμην καταλαβὼν πολλοὺς μὲν τῆς συγκλήτου βουλῆς ἀνῄρει, πολλοὺς δὲ καὶ τοῦ δήμου ἀπώλλυεν· ὡς δὲ οἱ στρατηγοὶ Κωνσταντίου τὴν Ῥωμαϊκὴν δύναμιν συγκροτήσαντες ἐπ’ αὐτὸν ἐχώρουν, ἀναχωρήσας τῆς Ῥώμης τὰς Γαλλίας κατέλαβεν. Ἔνθα συμβολαὶ συνεχεῖς ἐγίνοντο, καὶ ποτὲ μὲν τοῦτο τὸ μέρος, ποτὲ δὲ θάτερον ἐκράτει, τέλος δὲ περὶ Μούρσαν (φρούριον δὲ τοῦτο τῶν Γαλλιῶν) ὁ Μαγνέντιος ἡττηθεὶς συνεκλείσθη. Ἐν ᾧ φρουρίῳ λέγεται τοιόνδε θαῦμα συμβῆναι. Ὁ Μαγνέντιος, ὑπὸ τῆς ἥττης καταπεπτωκότας τοὺς ἑαυτοῦ στρατιώτας ἀναρρῶσαι σπουδάζων ὑψηλοῦ τόπου κατεπιβὰς παρεμυθεῖτο τούτους· οἱ δὲ τὴν συνήθη τοῖς βασιλεῦσιν εὐφημίαν ἐπιβοῆσαι βουλόμενοι παρὰ γνώμην ἐπὶ τὸν Κωνστάντιον ταύτην μεταφέρουσιν· οὐ γὰρ Μαγνέντιον, ἀλλὰ Κωνστάντιον Αὔγουστον κοινῇ πάντες ἐβόησαν. Τοῦτο σύμβολον καθ’ ἑαυτοῦ ὁ Μαγνέντιος ἡγησάμενος ἐκ τοῦ φρουρίου εὐθὺς ἀπανίστατο, φυγῇ ἐπὶ τὰ περαιτέρω τῆς Γαλλίας χωρῶν. Ἐπέκειντο δὲ οἱ τοῦ Κωνσταντίου στρατηγοὶ διώκοντες, αὖθίς τε γίνεται συμβολὴ περὶ τόπον, ᾧ ὄνομα Μοντοσέλευκος. Ἐν ᾧ κατὰ κράτος ἡττηθεὶς ὁ Μαγνέντιος φεύγει μόνος εἰς Λουγδοῦνον πόλιν τῆς Γαλλίας, εἰς ἣν ἀπὸ Μούρσων ἐστὶν τοῦ φρουρίου τριῶν ἡμερῶν ὁδός. Ἐν δὲ ταύτῃ τῇ Λουγδούνῳ γενόμενος ὁ Μαγνέντιος ἀναιρεῖ μὲν τὴν ἑαυτοῦ μητέρα, ἀνελὼν δὲ καὶ τὸν ἀδελφόν, ὃν Καίσαρα ἑαυτῷ πεποιήκει, τέλος ἐπικατέσφαξεν ἑαυτόν. Ταῦτα ἐπράχθη ἐν ὑπατείᾳ Κωνσταντίου τὸ ἕκτον καὶ Κωνσταντίου τοῦ Γάλλου τὸ δεύτερον περὶ τὴν πεντεκαιδεκάτην τοῦ Αὐγούστου μηνός.

S’étant donc emparé de la cité impériale de Rome, Magnence fit exécuter de nombreux membres du Sénat et fit périr aussi beaucoup de gens du peuple. Mais, comme les généraux de Constance, après avoir réuni les forces romaines, s’étaient mis en campagne contre lui, il quitta Rome et se rendit en Gaule. Là eurent lieu de fréquents engagements. Et tantôt c’était un parti qui l’emportait, tantôt l’autre. Enfin, Magnence fut défait près de Mursa, une place forte des Gaules, et y fut assiégé. Voici le prodige qui, dit‑on, s’y produisit. Magnence, voyant ses soldats abattus par leur défaite, et désireux de leur redonner courage, les harangua du haut d’une éminence. Mais ces derniers, voulant décerner à leurs chefs l’acclamation habituelle, contre toute attente la transforment en une acclamation pour Constance. En effet, ce ne fut pas Magnence, mais Constance, que tous en chœur saluèrent Auguste. Pensant que c’est un présage défavorable, Magnence quitta aussitôt la place forte et s’enfuit plus avant dans la Gaule. Les généraux de Constance le serrant de près, le poursuivent et une nouvelle bataille a lieu à proximité d’un endroit nommé Miltoséleucos. Magnence y est vaincu de vive force, et, seul, s’enfuit à Lyon, ville de Gaule, à trois jours de marche de la place forte de Mursa. Une fois à Lyon, il fait périr sa mère ; et, après avoir fait assassiner aussi son frère dont il avait fait son César, il finit par se donner la mort par l’épée. Ces événements se sont déroulés alors que Constance était consul pour la sixième fois et Constance Galle pour la seconde, le 15 août.

(Socrate, Histoire ecclésiastique II, 32, 1‑8)

314Sur le déroulement des événements 64 : la date admise habituellement est non le 15 mais le 11 août. Constance est ici Constance II ; Constance Galle est le César de Constance II pour l’Orient entre 351 et 354.

315Sur Mursa, identifiée à Eszeg, et Montoséleucos, Mons Seleucus, Montsaléon, voir 64. Socrate ne semble pas bien maitriser la géographie de l’Occident.

316Le mot grec τύραννος, mot à mot « tyran », désigne un usurpateur, un anti‑empereur que la tradition ne retient pas dans la succession légitime.

317Le terme de « prodige », θαῦμα, est à prendre ici au sens fort, avec une valeur quasi religieuse, celle d’une manifestation de la volonté divine condamnant Magnence.

80. Mort de Gratien

318En 364, l’Empire est partagé entre Valentinien Ier, à l’ouest, et Valens, à l’est. En 375, Valentinien Ier meurt, et sont proclamés en Occident ses fils Gratien et Valentinien II, lequel n’a que quatre ans ; Valens meurt en 378 et Théodose lui succède en Orient. En 383, l’armée de Bretagne, sous le commandement de l’Espagnol Maxime, se révolte, passe en Gaule et contraint Gratien à abandonner Lutèce et à s’enfuir. Gratien est rattrapé à Lyon et mis à mort le 25 août 383. Quant à l’usurpateur Maxime, il est tué en 388, à l’issue de la guerre qui l’oppose à Théodose.

Ὑπὸ δὲ τοὺς αὐτοὺς χρόνους, καθ’ οὓς ἐν Κωνσταντινουπόλει τὰ τῶν συνόδων ἐγίνετο, τάδε περὶ τὰ ἑσπέρια μέρη ἐγίνετο. Μάξιμος ἐκ τῶν περὶ τὰς Βρεττανίας μερῶν ἐπανέστη τῇ Ῥωμαίων ἀρχῇ, καὶ κάμνοντι Γρατιανῷ εἰς τὸν κατὰ Ἀλαμανῶν πόλεμον ἐπιτίθεται.
[…] Ἐν τοσούτῳ ἀγγέλλεται, ὅτι Γρατιανὸς δόλῳ τοῦ τυράννου Μαξίμου ἀνῄρητο. Ἐν φορείῳ γὰρ κλίνην μιμουμένῳ καὶ ὑπὸ ἡμιόνων φερομένῳ κατακρυφθεὶς ὁ τοῦ Μαξίμου στρατηγὸς Ἀνδραγάθιος, προλέγειν τοῖς δορυφόροις κελεύσας, ὡς εἴη τοῦ βασιλέως Γρατιανοῦ γαμετή, ὑπαντᾷ τῷ βασιλεῖ πρὸ Λουγδούνου τῆς ἐν Γαλλίᾳ πόλεως ποταμὸν διαβαίνοντι. Ὁ δὲ πιστεύσας τὴν γαμετὴν εἶναι τὸν δόλον οὐκ ἐφυλάξατο, ἀλλ’ ὥσπερ τυφλὸς εἰς ὄρυγμα τοῦ πολεμίου εἰς τὰς χεῖρας ἐνέπεσεν· ἐκπηδήσας γὰρ ἐκ τοῦ φερέτρου Ἀνδραγάθιος τὸν Γρατιανὸν διεχειρίσατο. Τελευτᾷ οὖν ἐν ὑπατείᾳ Μεροβαύδου καὶ Σατορνίνου, βασιλεύσας ἔτη δεκαπέντε, ζήσας ἔτη εἰκοσιτέσσαρα.

À l’époque où se déroulaient à Constantinople les événements des conciles, voici ce qui se passait en Occident. De la province de Bretagne, Maxime se souleva contre le pouvoir de Rome ; il s’attaque alors à Gratien qui s’épuisait dans la guerre contre les Alamans.
[…] C’est dans ces circonstances que l’on annonce la mort de Gratien victime d’une ruse de l’usurpateur Maxime. En effet, dissimulé au fond d’une voiture aménagée en litière et tirée par des mules, le général de Maxime, Andragathe, ayant ordonné à ses gardes d’annoncer que c’était l’épouse de l’empereur Gratien, s’avance à la rencontre de l’empereur devant Lyon, ville de Gaule, alors que ce dernier traversait le fleuve. L’empereur croyant que c’était son épouse, ne soupçonna pas le piège. Mais il tomba aux mains de son ennemi, comme un aveugle dans le vide. En effet, bondissant du véhicule, Andragathe tua de sa propre main Gratien. Ainsi périt‑il, sous les consulats de Mérobaude et de Saturninus, après avoir régné quinze ans et en avoir vécu vingt‑quatre.

(Socrate, Histoire ecclésiastique V, 11, 1‑2 et 6‑9)

319Le premier concile œcuménique de Constantinople, réuni à partir de mai 381, met fin, au moins en principe, à la crise arienne en Orient ; au concile d’Aquilée, ouvert en septembre de la même année en présence de Just de Lyon, il en sera de même pour l’Occident.

  • 261 Ambroise, Sur les Psaumes LXI, 24‑26 : PL 14, 1845, col. 1173.

320Le récit de Zosime est le seul à donner pour cadre à cet assassinat non pas Lyon, mais Sigidunum (actuelle Belgrade), mais il est généralement considéré comme suspect. F. Paschoud admet que Gratien ne fut pas tué à Lyon même, mais seulement arrêté, puis exécuté ultérieurement au cours d’un banquet : c’est du moins la version d’Ambroise261, qui ne cite aucun lieu.

  • 262 Lucas 2016, et la bibliographie.

321Jérôme (76) rappelle l’assassinat de Gratien et celui de son jeune frère Valentinien II, qui lui succède dans des conditions difficiles et qui meurt à l’âge de 21 ans, le 15 mai 392. Suicide ou assassinat avec la complicité du comte franc Arbogast, placé auprès de lui par Théodose, les historiens en discutent encore : voir les nombreux textes anciens rassemblés et traduits par G. Lucas262. Le 22 août 392, le rhéteur romain de Vienne, Eugène (Flauius Eugenius), est proclamé sous l’impulsion du même Arbogast, auquel ses origines franques interdisent de prétendre à l’Empire. Mais Eugène ne sera pas reconnu par Théodose ; il sera battu et tué (ou il se suicida) le 5 septembre 394 lors de la bataille de la rivière Froide, près d’Aquilée, et Arbogast se suicidera peu après.

  • 263 Zosime, Histoire nouvelle IV, 54 ; Sozomène, Histoire ecclésiastique VII, 22.
  • 264 A. Pelletier, Lugdunum, Lyon, Lyon, 1999, p. 128‑129 ; EU, s.v. « Arbogast » ; Lucas 2016, p. 150.

322Les sources anciennes unanimes placent explicitement la crise qui précéda immédiatement la mort de Valentinien II et cette mort elle‑même à Vienne en Isère263. Les historiens modernes264 situent la proclamation d’Eugène à Lyon. On ne peut bien entendu pas totalement l’exclure, mais les sources montrent que les historiens anciens n’en disent rien, et que rien n’interdit une proclamation à Vienne. C’est la raison pour laquelle nous n’avons pas jugé bon de donner ici des extraits concernant Eugène.

Références

L’auteur et l’ouvrage

Duval 1971, n° 305 ; I.V. Krivushin, « Socrates Scholasticus’ Church History : Themes, Ideas, Heroes », ByzF 23, 1996, p. 95‑107 ; G.F. Chesnut, The First Christian Histories, Eusebius, Socrates, Sozomen, Theodoret, and Evagrius, Paris, 1977 ; T. Urbainczyk, Socrates of Constantinople. Historian of Church and State, Ann Arbor, 1997 ; B. Bäbler, H.G. Nesselrath (éd.), Die Welt des Sokrates von Konstantinopel, Munich-Leipzig, 2001 ; Leppin 2003 ; van Nuffelen 2004.

Éditions

Socrate, Histoire ecclésiastique, éd. G.‑C. Hansen, P. Périchon, P. Maraval, avec introduction, traduction et notes, SC, Paris, 2005 (livres II‑III) et 2006 (livres IV‑VI).

PL 67, 1848, col. 293‑294 pour le passage, col. 593‑596 pour le texte suivant.

Les personnages et les événements 

Piganiol 1972, p. 221‑229 et 243‑251 ; Petit 1978, vol. III, p. 120‑122. Sur l’usurpateur Maxime (Magnus Maximus), Piganiol 1972, p. 265‑269 ; RE XIV, 1930, col. 2546‑2555, s.v. « Maximus 33 » [Ensslin]. Sur Gratien (Flauius Gratianus), RE VII, 1902, col. 1831‑1839 [Seeck] ; M. Fortina, L’imperatore Graziano, Turin, 1953 ; F. Paschoud, « La fin du règne de Gratien dans l’Histoire nouvelle de Zosime », BSAF, 1973, p. 50‑53. Sur le Franc Mérobaude, magister peditum praesentalis, RE XV, 1931, col. 1038‑1039 [Ensslin]. Sur Julius Saturninus, RE IIA, 1921, col. 215‑216 [Seeck]. Sur Andragathe, dont Zosime fait un originaire du Pont‑Euxin, RE I, 1894, col. 2132 [Kirchner], et la note 172 à l’édition de Zosime, Histoire nouvelle IV, 35. Sur l’histoire des ponts de Lyon, J.‑B. Roch, Histoire des ponts de Lyon : de l’époque gallo-romaine à nos jours, Le Coteau, 1983 ; A. Desbat, « Lyon : état de la question », in G. Barruol, J.‑L. Fiches, P. Garmy (dir.), Les ponts routiers en Gaule romaine, RAN, suppl. 41, Montpellier, 2011, p. 145‑148.

Sozomène, Histoire ecclésiastique

Sozomène (Σαλαμίνιος ̔Ερμείας Σωζομενός, 375 ‑ ca 450), né dans la région de Gaza en Palestine, est un rhéteur et un juriste qui, après des études à Beyrouth, vécut pour l’essentiel à Constantinople. Sa famille joua, semble‑t‑il, un rôle important dans la communauté chrétienne de la région.

323Sozomène rédigea, entre 443 et 450, une Histoire ecclésiastique (Ἐκκλεσιαστικὴ ἱστορία), en neuf livres, qui couvre la période allant de la conversion de Constantin (312) à l’avènement de Valentinien III (425).

81. La fin de l’usurpateur Magnence

Μαθὼν δὲ πλησίον ἰέναι ἤδη κατ’ αὐτοῦ τοὺς Κωνσταντίου στρατηγοὺς ὑπεχώρησεν εἰς τοὺς πρὸς δύσιν Γαλάτας. Ἔνθα δὴ πολλάκις ἀλλήλοις προσβάλλοντες πῇ μὲν οὗτοι, πῇ δὲ ἑκεῖνοι ἐκράτουν, εἰσότε δὴ τὸ τελευταῖον ἡττηθεὶς Μαγνέντιος ἔφυγεν εἰς Μοῦρσαν (Γαλατῶν δὲ τοῦτο τὸ φρούριον). Ἀδημονοῦντας δὲ τοὺς ἰδίους στρατιώτας ὡς ἡττηθέντας ὁρῶν, ἐφ’ ὑψηλοῦ στὰς ἐπειρᾶτο θαρραλεωτέρους ποιεῖν. Οἱ δέ, οἷά γε εἰώθασιν ἐπευφημεῖν τοῖς βασιλεῦσι, καὶ ἐπὶ Μαγνεντίῳ φανέντι εἰπεῖν προθυμηθέντες ἔλαθον οὐχ ἑκόντες Κωνστάντιον ἀντὶ Μαγνεντίου Αὔγουστον ἀναβοήσαντες. Συμβαλὼν δὲ ἐκ τούτου Μαγνέντιος ὡς οὐ δεδομένον αὐτῷ θεόθεν βασιλεύειν, πειρᾶται καταλιπὼν τοῦτο τὸ φρούριον προσωτέρω χωρεῖν. Διωκούσης δὲ τῆς Κωνσταντίου στρατιᾶς περὶ τὸ καλούμενον Μοντιοσέλευκον συμβαλών, μόνος φεύγων εἰς Λουγδοῦνον διεσώθη. Ἀνελὼν δὲ ἐνθάδε τὴν αὐτοῦ μητέρα καὶ τὸν ἀδελφόν, ὃν Καίσαρα κατέστησε, τελευταῖον ἑαυτὸν ἐπέσφαξε· μετ’ οὐ πολὺ δὲ καὶ Δεκέννιος ἕτερος αὐτοῦ ἀδελφὸς ἀγχόνῃ ἑαυτὸν διεχρήσατο.

Puis, quand il apprit que les généraux envoyés contre lui par Constance approchaient, il [Magnence] se retira en direction des Gaules de l’ouest. Alors il y eut des engagements fréquents, où tantôt c’était les uns qui l’emportaient, tantôt les autres, jusqu’à ce que, pour finir, Magnence fût vaincu et s’enfuît à Mursa, une forteresse des Gaules. Voyant que ses soldats étaient inquiets parce qu’ils avaient eu le dessous, il se tint sur une éminence et il entreprit de leur redonner courage. Et eux alors, suivant la coutume d’acclamer des empereurs, tandis qu’ils avaient l’intention de se prononcer en faveur de Magnence présent sous leurs yeux, contre leur propre volonté, ils acclamèrent Constance comme Auguste au lieu de Magnence. Celui‑ci en conclut qu’il ne lui avait pas été donné par le ciel de régner et il quitta cette forteresse et entreprit d’aller plus loin. L’armée de Constance le poursuivit et ils s’affrontèrent en un lieu appelé Mons Seleuci, il prit la fuite seul et parvint sain et sauf jusqu’à Lyon. Là, il fit mettre à mort sa mère et son frère qu’il avait institué César, et pour finir s’égorgea lui‑même ; peu après son autre frère, Décennius, se pendit.

(Sozomène, Histoire ecclésiastique IV, 7, 1‑3)

82. Mort de Gratien

Ταῦτα σπουδαζούσης τῆς τοῦ βασιλέως μητρὸς καὶ τὸν νόμον εἰς ἔργον ἄγειν κατεπειγούσης, ἀγγέλλεται δόλῳ Ἀνδραγαθίου, ὃς στρατηγὸς ἦν Μαξίμου, Γρατιανὸν ἀνῃρῆσθαι. Ἐφ’ ἁρμαμάξης γὰρ βασιλικῆς ὀχούμενος ἀπεκρύβη, καὶ ὡς τοῦ βασιλέως εἴη γαμετὴ τοῖς ἡγουμένοις ἀγγέλλειν ἐκέλευεν. Ἀπερισκέπτως δὲ Γρατιανὸς διαβὰς τὸν τῇδε ποταμόν, ὡς ἔναγχος γήμας καὶ νέος ὢν καὶ ἐρωτικῶς περὶ τὴν γυναῖκα διατεθείς, ὑπὸ προθυμίας τοῦ θεάσασθαι αὐτὴν μηδὲν προϊδόμενος εἰς τὰς Ἀνδραγαθίου ἐνέπεσε χεῖρας. Καὶ συλληφθεὶς οὐκ εἰς μακρὰν ἀνῃρέθη, ἔτη μὲν ἀμφὶ τὰ εἰκοσιτέσσαρα γεγονώς, δέκα δὲ καὶ πέντε βασιλεύσας.

Tandis que la mère de l’empereur travaillait à ces mesures et pressait la mise en vigueur de la loi, on annonce que Gratien a été assassiné dans un guet‑apens tendu par Andragathe, un général de Maxime. Andragathe, en effet, s’était fait transporter caché dans un char impérial couvert et il ordonnait aux hommes de tête d’annoncer qu’il était la femme de l’empereur. Comme Gratien était tout juste marié, jeune encore et fortement épris de sa femme, il traversa inconsidérément le fleuve du lieu et, dans son désir de la voir, ne prit aucune précaution et tomba entre les mains d’Andragathe. On se saisit de lui et il fut mis à mort peu après ; il était âgé d’environ 24 ans et avait régné 15 ans.

(Sozomène, Histoire ecclésiastique VII, 13, 8‑9)

  • 265 Ambroise de Milan, Sur les Psaumes (In psalmum LXI enarratio), PL 14, 1845, col. 1176‑1178.

324Sozomène suit une chronologie erronée : Gratien fut assassiné le 25 août 383 et non en 386. Gratien avait régné seize ans et non quinze, après avoir été proclamé Auguste le 24 août 367. Le récit de Sozomène est différent de celui de Socrate, mais est conciliable avec celui d’Ambroise de Milan265, qui rapporte que Gratien fut tué lors d’un banquet. Dans les deux cas, le lieu exact de l’assassinat n’est pas précisé, Sozomène ne parlant que d’un cours d’eau dont il ne cite pas le nom.

Références

L’auteur et l’ouvrage

Duval 1971, n° 306 ; T. Urbainczyk, « Observations on the differences between the Church Histories of Socrates and Sozomen », Historia 46/3, 1997, p. 355‑373 ; Leppin 2003 ; van Nuffelen 2004 ; F. Thélamon, « Les Histoires ecclésiastiques du ve siècle : Rufin, Socrate, Sozomène, Théodoret », in L. Martinez Ferrer (éd.), Venti secoli di storiografia ecclesiastica, Rome, 2010, p. 33‑54.

Éditions

Sozomène, Histoire ecclésiastique, t. II, livres III‑IV, éd. J. Bidez, G. Sabbah, A.‑J. Festugière, B. Grillet, SC, Paris, 1996 ; Sozomène, Histoire ecclésiastique, t. IV, livres VII‑IX, éd. J. Bidez, G. Sabbah, L. Anglivel de la Beaumelle, A.‑J. Festugière, B. Grillet, SC, Paris, 2008.

Voir aussi PG 67, 1864, col. 1123‑1124 et 1449‑1450 ; Sozomène, Kirchengeschichte, éd. J. Bidez, G.C. Hansen, GCS 50, Berlin, 1960 : c’est le texte qui sert de base à l’édition SC.

Prosper Tiro, Chronique abrégée

Prosper Tiro ou Prosper d’Aquitaine (Prosper Aquitanus) est né vers 390 et mort après 463. Disciple laïc d’Augustin d’Hippone, il fut aussi un temps le secrétaire du pape Léon Ier. Il participa aux controverses qui entourèrent les écrits d’Augustin et à la lutte contre l’hérésie semipélagienne : son ouvrage majeur d’inspiration religieuse est La grâce de Dieu et le libre arbitre (De gratia Dei et libero arbitrio), paru en 432.

325Propagateur de la pensée d’Augustin (y compris en vers), il est surtout important pour les historiens par sa Chronique abrégée (Epitoma Chronicon) qui, publiée pour la première fois vers 433, va de 379 à 455 et permet, pour certaines périodes, de pallier l’absence presque totale d’autres sources. Il est considéré comme le premier continuateur de la Chronique de Jérôme et figure au Martyrologe romain. L’auteur utilise un double système de datation, les olympiades et les fastes consulaires.

83. De quelques événements lyonnais

709. CLIV. Commodo III et Byrro. Hirenaeus Lugdunensis episcopus insignis habetur. […]
763. CLXXXI […] Antonino III et Geta III. Clodio Albino, qui se in Gallia Caesarem fecerat, interfecto Lugduni Seuerus ad Brittanos transfretauit. […]
1087. CCCXXVII. Constantio VII et Constantio Caes. III. Magnentius Lugduni in palatio propria manu se interfecit, et Decentius frater eius, quem ad tuendas Gallias Caesarem miserat, apud Senonas laqueo uitam finiuit. […]
1180. CCCLVII. Ricomere et Clearcho. In Brittania per seditionem militum Maximus imperator est factus. Quo mox ad Gallias transfretante Gratianus Parisiis Merobaudis magistri militum proditione superatus et fugiens Lugduni captus atque occisus est. Maximus Victorem filium suum consortem regni facit.

Année 181. 154e olympiade. Consulat de Commode 3 et de Burrus. Irénée évêque de Lyon jouit d’une grande réputation.
Année 208. 181e olympiade. 3e consulat d’Antonin [= Caracalla] et de Géta. Clodius Albin qui s’était fait proclamer César en Gaule une fois tué, Sévère fit traverser [ses troupes] en Bretagne.
Année 354. 327e olympiade. 7e consulat de Constance [II] et 3e du César Constance [Galle]. Magnence se tua de sa propre main dans le palais de Lyon et son frère Décence, qu’il avait envoyé comme César pour protéger les Gaules, mit un terme à sa vie en se pendant à Sens.
Année 384. 357e olympiade. Consulat de Richomer et Cléarque. En Bretagne, Maxime devient empereur, suite à une sédition de l’armée. Bientôt après il passe dans les Gaules, et Gratien est vaincu à Paris, suite à la trahison de son maître des milices Mérobaude ; il s’enfuit, est fait prisonnier et tué à Lyon. Maxime associe son fils Victor au trône.

(Prosper Tiro, Chronique abrégée, éd. Mommsen, p. 431‑432, 435, 455, 461)

326Il existe une autre chronique, très proche de celle de Prosper Tiro et qui lui fut longtemps attribuée, qui reprend, en plus bref, nombre des événements rapportés par le premier : Autre chronique attribuée à Prosper Tiro, appelée par certains la Pseudochronique (Chronicon alterum sub Tironis Prosperi nomine vulgatum, quod a quibusdam vocatur Pseudochronicon).

327Pour Lyon est signalé l’assassinat de Gratien, qui semble avoir fortement frappé les esprits (voir index, s.v.).

Maximus in Gallias transfretauit et conflictu contra Gratianum habito, eumdem fugitantem Lugduni interfecit. […]

Maxime traversa dans les Gaules et, après une bataille contre Gratien, il fit tuer à Lyon ce dernier qui avait pris la fuite.

(Autre chronique, PL 51, 1846, col. 859A‑B)

Références

L’auteur et l’ouvrage

Duval 1971, n° 321 ; L. Valentine, St. Prosper d’Aquitaine : étude sur la littérature ecclésiastique au cinquième siècle en Gaule, Toulouse, 1900 ; Muhlberger 1990 ; A. Yoon Hwang, Intrepid Lover of Perfect Grace. Prosper of Aquitaine : A Study of his Life and Works, Washington, 2009.

Éditions

MGH Auct. Ant. Chronica Minora I, éd. T. Mommsen, 1892, p. 343‑491.

Voir aussi PL 51, 1846, col. 535‑608 ; traduction anglaise seule dans A.C. Murray, From Roman to Merovingian Gaul : A Reader, Toronto, 1999 (3e éd., 2008), p. 62‑76.

Anonyme, Histoire Auguste

« Un des plus étonnants canulars qu’aucune littérature ait jamais produit » lit‑on dans l’Encyclopaedia Universalis à propos de l’Histoire Auguste (Historia Augusta ou Scriptores Historiae Augustae, souvent citée en abrégé SHA).

328L’Histoire Auguste est un recueil de trente biographies d’empereurs, Augustes, Césars ou usurpateurs, qui couvre la période allant du règne d’Hadrien (98‑117) à ceux de Carus et de ses fils Carin et Numérien (282‑285), avec une lacune (244‑260). Nous en ignorons le véritable titre, celui qui a cours lui ayant été donné par l’un des premiers éditeurs, Isaac Casaubon, en 1603.

329Les manuscrits attribuent traditionnellement ces biographies, qui auraient été élaborées progressivement à la fin du iiie s. et au tout début du ive s. à peu près au moment du triomphe définitif de Constantin, à six auteurs différents : Aélius Spartianus (rédacteur de sept Vies), Julius Capitolinus (neuf Vies), Vulcacius Gallicanus (une Vie), Aélius Lampridius (quatre Vies), Trébellius Pollio (quatre Vies) Fabius Vopiscus Syracusius (sept Vies), sur lesquels l’ouvrage paraît fournir quelques fragiles indices biographiques : tous sénateurs, ils auraient vécu au tout début du ive s. ; mais on ne sait rien d’autre sur eux par aucune autre source.

  • 266 H. Dessau, « Über Zeit und Persönlichkeit der S.H.A. », Hermes 24, 1889, p. 337‑392.

330L’identité de ces auteurs fut admise jusqu’en 1889, année qui marque une rupture complète. Cette année, dans un article retentissant, H. Dessau266 aboutit à des conclusions toutes différentes qui vont lentement s’imposer : l’œuvre est une mystification composée par un unique auteur de la fin du ive s. ; H. Dessau situera plus tard la date probable de composition entre 390 et 400. Un des arguments majeurs est l’utilisation par l’auteur de sources postérieures à son livre, en particulier des Césars d’Aurélius Victor (ca 360) et du Bréviaire d’Eutrope (ca 369).

331Cette proposition a engendré une polémique complexe entre chercheurs, dont il est hors de question de rendre compte ici ; mais, de nos jours, on admet la justesse de la thèse de H. Dessau, avec des variantes et ajustements sur la possible identité de l’auteur et la date de composition. Une des dernières hypothèses a été avancée par S. Ratti, qui identifie l’auteur à Nicomaque Flavien Senior (Virius Nicomachus Flavianus, ca 334‑394), grammairien et homme politique romain qui se suicida à l’issue de la bataille de la rivière Froide (5‑6 septembre 394) où il avait pris le parti de l’usurpateur Eugène contre Théodose.

332Telle est, résumée à très grands traits, l’historique de la question et le lecteur curieux pourra se reporter aux Actes des H.A. Kolloquium de Bonn, bisannuels depuis 1963, ce qui donne une idée de l’importance de la bibliographie. On lira aussi avec profit l’introduction détaillée que donne A. Chastagnol dans son édition : il souligne, dans sa bibliographie, l’importante contribution de R. Syme.

333Malgré toutes les erreurs, informations fausses et imaginaires qu’elle contient, l’œuvre reste une source majeure pour la période. Cependant, on distingue quatre groupes de Vies. Un premier groupe est composé des Vies principales d’empereurs légitimes d’Hadrien jusqu’à Caracalla inclus, soit neuf Vies, et on s’accorde à leur reconnaître une fiabilité certaine. Un second groupe de cinq comprend les usurpateurs de la même période et Géta, associé un moment à Caracalla. C’est en effet l’originalité de l’Histoire Auguste, par rapport à Suétone et autres imitateurs, que de traiter des corégents et des usurpateurs, ainsi que de règnes regroupés (Les trente tyrans, le Quadrige des tyrans) ; à partir de cette seconde série, l’information est moins fiable et les Vies suivantes seront de la même facture, allant jusqu’à inventer purement et simplement certaines « informations ». Une troisième série va de la mort de Caracalla (217) au très court règne de Balbin (avril‑juin 238) ; après une lacune (perdue ou non rédigée), l’ouvrage se termine par la période 260‑285, de la captivité de Valérien Ier, dont nous n’avons pas la Vie, au règne de Numérien, et sont toutes attribuées aux pseudos Trebellius Pollio et Fabius Vopiscus Syracusius.

334On lira ci‑dessous six textes, dont la majorité concerne des événements dont il a déjà été question. L’Histoire Auguste, le plus souvent, n’apporte rien d’original et fait, on le verra, une utilisation parfois maladroite de ses sources.

84. Septime Sévère gouverneur de Lyonnaise

Dein Lugdunensem prouinciam legatus accepit. Cum amissa uxore aliam uellet ducere, genituras sponsarum requirebat, ipse quoque matheseos peritissimus, et cum audisset esse in Syria quandam, quae id geniturae haberet, ut regi iungeretur, eandem uxorem petiit, Iuliam scilicet, et accepit interuentu amicorum. Ex qua statim pater factus est. A Gallis ob seueritatem et honorificentiam et abstinentiam tantum quantum nemo dilectus est.

Ensuite comme légat, il [Sévère] obtint la province de Lyonnaise. Ayant perdu sa femme et souhaitant se remarier, il s’informait des horoscopes d’éventuelles fiancées (il était lui‑même expert en astrologie). Comme il avait appris qu’il y avait en Syrie une femme dont l’horoscope indiquait qu’elle épouserait un roi, il la demanda en mariage (il s’agissait de Julia) et par l’entremise d’amis il put l’épouser ; de son union avec elle, il devint aussitôt père. En raison de sa rigueur, de son sens de l’honneur et de son désintéressement, il fut estimé des Gaulois plus que personne.

(Histoire Auguste, Sévère III, 8‑10)

335Cet extrait et le suivant appartiennent au premier groupe de Vies, jugées assez fiables et bien documentées ; la Vie de Sévère était attribuée à Aelius Spartianus. Parmi les sources utilisées, signalons le recueil biographique d’un contemporain de Sévère, le sénateur Marius Maximus, peut‑être aussi l’Autobiographie de Sévère, ouvrages tous deux signalés par le rédacteur dans cette Vie de Sévère (respectivement en III, 2 et XV, 6).

336Septime Sévère fut nommé gouverneur de la Lyonnaise en 186 et le resta jusqu’en 188. Il avait épousé en premières noces Paccia Marciana, originaire sans doute de Lepcis Magna comme lui‑même, en secondes Julia Domna, d’Émèse en Syrie (sur son goût pour les horoscopes, 45). Le fils auquel il est fait allusion dans le texte est Caracalla, né le 14 avril 188 à Lyon (70). Septime Sévère aura un second fils, Géta, né en mars 189 à Rome, qui partagea un temps le pouvoir avec son frère (février 211‑février 212), puis fut assassiné par ce dernier.

Fig. 39 – Sévère (© Lyon MBA, photo F. Planet).

Fig. 39 – Sévère (© Lyon MBA, photo F. Planet).

85. La fin d’Albin

Multis interim uarie gestis in Gallia primo apud Tinurtium contra Albinum felicissime pugnauit Seuerus ; cum quidem ingens periculum equi casus adit, ita ut mortuus ictu plumbae crederetur, ita ut alius iam paene imperator ab exercitu deligeretur. […]
Deinde Albini corpore adlato paene seminecis caput abscidi iussit Romamque deferri idque litteris prosecutus est. Victus est Albinus die XI kal. Martias. Reliquum autem cadauer eius ante domum propriam exponi ac diu iacere iussit. Equum praeterea ipse residens supra cadauer Albini egit expauescentemque admonuit, ut et effrenatus audacter protereret. Addunt alii, quod idem cadauer in Rhodanum abici praecepit, simul etiam uxoris liberorumque eius.

Pendant ce temps, après de nombreux engagements en Gaule à l’issue indécise, Sévère pour la première fois remporta un succès contre Albin à Tinurtium ; c’est là qu’une chute de cheval l’exposa à un grand danger au point qu’on le crut mort, frappé par une balle de plomb, et que l’armée était déjà presque sur le point de se choisir un autre chef. […]
Ensuite, comme on lui avait apporté le corps d’Albin à demi‑mort, il ordonna qu’on lui coupât la tête, qu’on la fît porter à Rome et il la fit suivre d’une lettre. Albin fut vaincu le onzième jour des calendes de mars [19 février]. Quant au reste du cadavre d’Albin, il ordonna de l’exposer devant sa propre demeure et de le laisser longtemps étendu au sol. Bien plus, Sévère lui‑même, en selle, poussa sur le cadavre d’Albin sa monture, qui donna des signes de peur, mais il l’encouragea à le piétiner hardiment après lui avoir lâché la bride. D’autres ajoutent qu’il donna l’ordre de jeter dans le Rhône ce même cadavre, ainsi que ceux de l’épouse d’Albin et de ses enfants.

(Histoire Auguste, Sévère XI, 1‑2 et 6‑9)

Fig. 40 – Le corps d’Albin porté devant Septime Sévère (gravure extraite de B. de Montfaucon, Supplément au livre de l’Antiquité expliquée et représentée en figures, t. 4, Paris, 1724, pl. 19, commentée p. 41 ; Licence Ouverte ; source Bibliothèque numérique de l’INHA, bibliotheque-numerique.inha.fr/idviewer/10992/77).

Fig. 40 – Le corps d’Albin porté devant Septime Sévère (gravure extraite de B. de Montfaucon, Supplément au livre de l’Antiquité expliquée et représentée en figures, t. 4, Paris, 1724, pl. 19, commentée p. 41 ; Licence Ouverte ; source Bibliothèque numérique de l’INHA, bibliotheque-numerique.inha.fr/idviewer/10992/77).
  • 267 Colonia 1733, vol. I, p. 53. Mais Rougé 1980 exclut cette hypothèse, car la ville n’existait pas à (...)
  • 268 Le Bohec 2013, p. 37‑40.

337Ce texte est le seul à évoquer un combat entre Sévère et Albin près de Tinurtium (Tournus ?), toponyme connu par l’Itinéraire d’Antonin (51). Par le passé, certains érudits ont mis en cause la localisation de cet engagement préliminaire ; on a objecté que Tournus était bien éloigné de Lyon (environ 80‑85 km) et on a douté de la réalité de cette escarmouche ; ou bien on a supposé qu’il y avait eu une erreur de transmission dans le nom et qu’il fallait corriger Triuurtium (ou Triuoltium) et non Trinurtium (Tinurtium), c’est‑à‑dire Trévoux, ce qui situerait le premier choc beaucoup plus près de Lyon et serait plus satisfaisant pour l’esprit – et l’histoire locale, cela va de soi. On peut lire un aperçu de la controverse chez D. de Colonia267. Y. Le Bohec268, quant à lui, ne juge pas utile de mettre en doute l’existence de cet engagement près de Tournus, qui n’a d’ailleurs pas été décisif et admet qu’il a pu se produire une dizaine de jours avant la bataille finale, soit le 9 février.

338On relève cependant que l’épisode où Sévère tombe de cheval ressemble étrangement à l’incident survenu pendant la bataille de Lyon tel qu’il est rapporté par Dion Cassius et Hérodien (46, 48). L’auteur du passage a‑t‑il confondu deux épisodes, cet engagement préliminaire et la bataille de Lyon elle‑même ? Ou est‑ce une invention de son cru, comme il en existe dans l’Histoire Auguste ?

86. Septime Sévère et Pescennius Niger

339Les Vies de Niger et de Clodius Albin sont classées au nombre des vies secondaires, qui traitent des empereurs illégitimes de la période qui va jusqu’à la mort de Caracalla, dont l’information est jugée moins fiable. Celle de Niger est traditionnellement attribuée à Aélius Spartianus, celle de Clodius Albin à Julius Capitolinus.

Et Pescennius quidem Seuero eo tempore, quo Lugdunensem prouinciam regebat, amicissimus fuit ; nam ipse missus erat ad conprehendendos desertores, qui innumeri Gallias tunc uexabant. In quo officio quod se honeste gessit, iucundissimum fuit Seuero, ita ut de eo ad Commodum Septimius referret adserens necessarium rei publicae uirum.

Et Pescennius [Niger] était assurément en très bons termes avec [Septime] Sévère à l’époque où celui‑ci gouvernait la province de Lyonnaise ; en effet, il avait été lui‑même envoyé pour arrêter les innombrables déserteurs qui étaient nombreux à ravager alors les Gaules ; il s’acquitta fort bien de cette mission, ce qui fut très apprécié par Sévère, au point que ce dernier en référa à Commode, en l’assurant qu’il [Pescennius Niger] était un homme indispensable à l’État.

(Histoire Auguste, Niger III, 3‑5)

340On ne sait pas grand-chose de Pescennius Niger (Caius Pescennius Niger Iustus, ca 140‑194), peut‑être d’origine italienne, chevalier, puis sénateur et légat en Syrie, où il fut proclamé empereur par les légions en 193, avant d’être battu puis exécuté en Asie Mineure par Septime Sévère à l’automne 194.

  • 269 Hérodien, Histoire de l’Empire après Marc Aurèle I, 10 ; RE XIV, 1930, col. 2193 [Stein]. Sur la r (...)

341L’Histoire Auguste fait aussi allusion à la révolte (bellum desertorum) du déserteur Maternus, qui mit à sac la Gaule puis l’Espagne pendant plusieurs années aux alentours de 185. Maternus fut finalement arrêté en 187 à Rome alors qu’il s’apprêtait, dit‑on, à attenter à la vie de Commode. Hérodien, une des sources de l’Histoire Auguste pour le début du iiie s., raconte en détails cette révolte269.

87. La fin d’Albin

Et primo quidem conflictu habito contra duces Seueri potior fuit, post autem Seuerus ipse, cum id egisset apud senatum, ut hostis iudicaretur Albinus, contra eum profectus acerrime fortissimeque pugnauit in Gallia non sine uarietate fortunae. Denique cum sollicitus augures consuleret, responsum illi est, ut dicit Marius Maximus, uenturum quidem in potestatem eius Albinum, sed non uiuum nec mortuum. Quod et factum est. Nam cum ultimo proelio commissum esset, innumeris suorum caesis, plurimis fugatis, multis etiam deditis, Albinus fugit et, ut multi dicunt, se ipse percussit, ut alii, seruo suo percussus semiuiuus ad Seuerum deductus est – unde confirmatum est augurium, quod fuerat ante praedictum –, multi praeterea dicunt, a militibus, qui eius nece a Seuero gratiam requirebant.
Fuit Albino unus, ut aliqui dicunt, filius ; Maximus dicit, duo. Quibus primum ueniam dedit, postea uero eos cum matre percussit et in profluentem abici iussit. Caput eius excissum pilo circumtulit Romamque misit litteris ad senatum datis, quibus insultauit, quod Albinum tantopere dilexissent, ut eius adfines et fratrem praecipue ingenti honore cumularent. Iacuisse ante praetorium Seueri Albini corpus per dies plurimos dicitur usque ad fetorem, laniatumque a canibus in profluentem abiectum est.

Lors d’un premier engagement contre les généraux de Sévère, Albin l’emporta ; mais plus tard Sévère en personne, après avoir demandé au Sénat de le déclarer ennemi public, se mit en campagne contre lui, et combattit en Gaule avec la plus grande âpreté et énergie, avec des fortunes diverses. À la fin, inquiet, il [Sévère] consulta les augures, et il lui fut répondu, d’après ce que dit Marius Maximus, qu’Albin tomberait bien en son pouvoir, mais ni vivant ni mort ; ce qui arriva. En effet, après avoir livré l’ultime bataille, comme un nombre incalculable des siens avait été tué, qu’un très grand nombre était en fuite, et que beaucoup même s’étaient rendus, Albin prit la fuite, et, aux dires de nombreux témoins, il se poignarda lui‑même ; selon d’autres, c’est son esclave qui le frappa, et il fut apporté à demi‑mort devant Sévère. Ainsi se réalisa la prédiction qui lui avait été faite auparavant. Beaucoup prétendent en outre qu’Albin avait été tué par des soldats qui cherchaient pour prix de sa mort à s’attirer la faveur de Sévère.
Selon certains, Albin avait un seul fils, selon Marius Maximus, deux ; dans un premier temps Sévère leur accorda son pardon, mais plus tard il les fit mettre à mort avec leur mère, et ordonna de faire jeter leurs corps dans le fleuve. Il fit promener la tête d’Albin au bout d’un javelot et l’envoya à Rome, tandis qu’une lettre était expédiée au Sénat, dans laquelle il se répandit en reproches : ils avaient montré trop d’égards à Albin, jusqu’à combler ses proches, et en particulier son frère, d’honneurs démesurés. Le corps d’Albin, dit‑on, resta plusieurs jours devant le prétoire de Sévère jusqu’à ce qu’il sente mauvais, puis il fut déchiqueté par des chiens et jeté dans le fleuve.

(Histoire Auguste, Albin IX, 1‑7)

342Albin est proclamé par les légions de Bretagne en janvier 196, prend le titre d’Auguste et est déclaré ennemi public par le Sénat.

Fig. 41 – Albin (© Lyon MBA, photo A. Basset).

Fig. 41 – Albin (© Lyon MBA, photo A. Basset).
  • 270 Le Gall, Le Glay 1987, p. 238.
  • 271 A.R. Birley, « Marius Maximus, the consular biographer », in Ascent and Fall of the Roman World, A (...)

343On a de bonnes raisons d’identifier Marius Maximus (ca 160‑230) au « sénateur, général et consulaire L. Marius Maximus Perpetuus Aurelianus, consul ordinaire pour la seconde fois en 223 » selon J. Le Gall et M. Leglay270. Il est un auteur de biographies, Caesares, Les Césars. Son œuvre est perdue, mais elle aurait été une source majeure des premières Vies de l’Histoire Auguste. Il fut en poste à Lyon et participa à la bataille de 197271.

88. Après la bataille de Lyon

A senatu tantum amatus est, quantum nemo principum, in odium speciatim Seueri, quem uehementer ob crudelitatem oderant senatores. Denique uicto eo plurimi senatores a Seuero interfecti sunt, qui eius partium uel uere fuerant uel esse uidebantur. Denique cum apud Lugdunum eundem interfecisset, statim litteras requiri iussit, ut inueniret uel ad quos ipse scripsisset, uel qui ad eum rescripsissent, omnesque illos, quorum epistulas repperit, hostes iudicari a senatu fecit ; nec his pepercit, sed et ipsos interemit et bona eorum proposuit atque in aerarium publicum rettulit.

Il [Albin] fut aimé du Sénat plus qu’aucun autre empereur, en particulier parce qu’il détestait Sévère que les sénateurs haïssaient violemment pour sa cruauté. Enfin, après la défaite d’Albin, de très nombreux sénateurs furent mis à mort par Sévère, ceux qui avaient vraiment pris son parti comme ceux qui paraissaient l’avoir fait. Finalement, après avoir tué ce même Albin à Lyon, Sévère fit aussitôt rechercher sa correspondance pour savoir à qui il avait écrit, ou qui lui avait répondu. Et tous ceux dont il trouva des lettres, il les fit décréter ennemis publics par le Sénat. Il ne les épargna pas, mais il les fit périr, fit vendre leurs biens et versa au trésor public le montant de cette vente.

(Histoire Auguste, Albin XII, 1‑4)

  • 272 Hérodien, Histoire des successeurs de Marc Aurèle III, 8, 6‑7 ; Aurélius Victor, Livre des Césars (...)

344C’est un fait constamment repris par les auteurs anciens, comme Hérodien ou Aurélius Victor, que Sévère se livra à un examen attentif de la correspondance d’Albin272. Sévère a sans doute séjourné à Lyon quelque temps après la bataille : c’est du moins ce que semblent indiquer la fin du texte et le paragraphe XII de la Vie de Sévère qui laisse entendre que les exécutions de sénateurs précédèrent le retour de Sévère à Rome ; mais il est bien difficile d’en tirer une certitude.

89. Proculus « empereur lyonnais » ?

345Après l’assassinat d’Aurélien (empereur de 270 à janvier 275), qui fut responsable d’une répression contre les Lyonnais qui s’étaient révoltés pour des raisons mal établies (peut‑être une révolte des monetarii, les ouvriers de l’atelier monétaire) et dont le texte qui suit est le seul témoignage, l’ordre est tant bien que mal rétabli par Probus, qui règne de 276 à 282, avant d’être assassiné à son tour. Parmi les multiples tentatives de révoltes, il eut à mater celles de deux officiers gaulois, Bonosus et Proculus. Ce dernier fut proclamé empereur dans des circonstances rocambolesques, du moins si l’on en croit l’histoire suivante.

Hic tamen cum etiam post honores militares se inprobe libidinose, tamen fortiter gereret, hortantibus Lugdunensibus, qui et ab Aureliano grauiter contusi uidebantur, et Probum uehementissime pertimescebant, in imperium uocitatus est, ludo paene ac ioco, ut Onesimus dicit, quod quidem apud nullum alium repperisse me scio. Nam cum in quodam conuiuio ad latrunculos luderetur atque ipse decies imperator exisset, quidam non ignobilis scurra « aue » inquit « Auguste », adlataque lana purpurea umeros eius uinxit eumque adorauit : timor inde consciorum atque inde iam exercitus temptatio et imperii.

Cependant, comme cet homme [Proculus] faisait preuve de courage malgré la vie déshonorante et licencieuse qu’il menait même après avoir obtenu les honneurs militaires, il fut appelé au pouvoir suprême sous la pression des Lyonnais, qui, semble‑t‑il, avaient été complètement brisés par Aurélien et qui redoutaient terriblement Probus ; cela se passa à l’occasion d’un jeu, une farce presque, à ce que raconte Onésime, mais dont je suis sûr de n’avoir trouvé trace chez aucun autre auteur. En effet, alors que dans un banquet on jouait au « jeu des brigands » et qu’il était sorti dix fois lui‑même comme « empereur », un bouffon notoire s’écria « Salut, Auguste ! ». Et, après qu’un manteau de laine pourpre eut été apporté, il le lui attacha sur les épaules et se prosterna devant lui : à partir de là, la crainte s’empara des participants ; de là, la tentation de s’emparer du pouvoir militaire et impérial.

(Histoire Auguste, Proculus XIII)

346La Vie de Proculus (Titus Aelius Proculus) fait partie d’un ensemble de quatre biographies connues sous le nom de « Quadrige des Tyrans », où elle est associée à celles de Firmus, Saturninus et Bonosus ; elle est largement fictive, comme toutes celles de ce groupe, censées avoir été rédigées par Trébellius Pollion et Flavius Vopiscus.

  • 273 Paschoud 2001, notes p. 265‑268.
  • 274 RE XXIII, 1957, col. 75‑76 [Hanslik] ; Fabia 1918, p. 116‑117 ; Petit 1978, vol. II, p. 175‑179.
  • 275 Sur cette « source », voir la note de l’édition CUF, p. 272‑273.
  • 276 M. Bouvier‑Ajam, Les empereurs gaulois, Paris, 1984 (nouvelle édition, 2000).

347Que Proculus soit un Ligure originaire d’Albenga (près de Gênes), par exemple, n’a rien d’assuré et qu’il soit un débauché est un topos littéraire banal lorsqu’il s’agit d’usurpateurs ; il aurait armé deux mille de ses esclaves et aurait acquis d’énormes richesses par le brigandage273. La date exacte de sa révolte est mal connue : 280‑281, semble‑t‑il274. La source invoquée, Onésime, est fictive : c’est un historien imaginaire comme on en trouve un certain nombre qui sont présentés comme autorités dans l’Histoire Auguste275. On a souvent affirmé que la proclamation de Proculus fut faite sous la pression des Lyonnais – sans qu’on en comprenne du tout la raison – mais en réalité il est presque certain qu’elle eut lieu non à Lyon mais à Cologne (Colonia Claudia Ara Agrippinensium, plus simplement Agrippina). En témoignent, entre autres, les deux courts extraits qui suivent. On se méfiera en revanche de l’hypothèse de M. Bouvier-Ajam276, selon laquelle il y aurait eu deux usurpateurs de ce nom, du reste apparentés, hypothèse qui ne repose sur rien.

348Le premier est tiré de la Vie de Probus dans l’Histoire Auguste :

Deinde cum Proculus et Bonosus apud Agrippinam in Gallia imperium arripuissent omnesque sibi iam Brittannias, Hispanias et bracatae Galliae prouincias uindicarent, barbaris semet iuuantibus uicit.

Ensuite, alors que Proculus et Bonosus s’étaient, à Cologne, emparés du pouvoir en Gaule et revendiquaient pour eux les Bretagnes, les Espagnes et toutes les provinces de la Gaule proprement dite [litt. : la Gaule‑porte‑braies], il [Probus] les vainquit en s’alliant avec des barbares.

(Histoire Auguste, Probus XVIII, 5)

349Le second se trouve chez Eutrope :

Probus […] Proculum et Bonosum Agrippinae multis certaminibus oppressit.

Probus […] écrasa Proculus et Bonosus lors de nombreux combats à Cologne.

(Eutrope, Abrégé d’histoire IX, 11)

  • 277 Pour le texte de l’Éloge de Pison, Carmina Minora I, Loeb, Londres, 1935, avec traduction anglaise (...)

350Le « jeu des brigands », appelé aussi « jeu des mercenaires », ou « jeu des latroncules », est un jeu de stratégie proche des échecs très pratiqué dans le monde romain, si l’on en croit les évocations littéraires et les représentations iconographiques qui nous sont parvenues : un poème anonyme du ier s. ap. J.‑C. Laus Pisonis, Éloge de Pison, nous le décrit en détail aux vers 190‑208277.

  • 278 Wuilleumier 1953, p. 24.
  • 279 Sur cette insurrection, Paschoud 2001, note p. 271.

351P. Wuilleumier278 note : « La cité n’accepta pas sans résistance la politique d’Aurélien, qui réduisit son rôle en rétablissant l’unité de l’Empire et qui troubla peut‑être son activité commerciale par des réformes monétaires. Elle manifesta de même son hostilité à l’égard de Probus, qui lésa plutôt les intérêts de ses négociants par l’abrogation de l’édit qui limitait la viticulture en Gaule. » L’édit en question datait de Domitien. Mais cela ne dit rien en faveur d’une insurrection au profit de Proculus279.

Références

L’auteur et l’ouvrage

Pour la bibliographie antérieure à 1994, voir Chastagnol 1994, puis les volumes de la CUF. On se reportera aussi à la série Bonner Historia-Augusta-Colloquium (BHAC) Bonn, 1964- ; S. Ratti, « D’Eutrope et Nicomaque Flavien à l’Histoire Auguste : bilans et propositions », DHA 25, 1999, p. 247‑260 ; S. Ratti, « Nicomaque Flavien senior auteur de l’Histoire Auguste », in G. Bonamente, H. Brandt (éd.), Historiae Augustae Colloquium Bambergense, Bari, 2007, p. 305‑317 : ces contributions ont été reprises dans Antiquus error. Les ultimes feux de la résistance païenne. Scripta varia augmentés de cinq études inédites, Turnhout, 2010.

Éditions

Chastagnol 1994, seule édition complète en français actuellement disponible : texte, traduction et commentaire.

On peut consulter aussi Scriptores historiae Augustae, éd. H. Hohl, C. Samberger, W. Seyfarth, Teubner, Stuttgart, 1997, 2 vol. ; Paschoud 2001.

Vibius Séquester, Les fleuves

Vibius Séquester est un auteur latin dont nous ne savons pratiquement rien, ni sur son origine (on le dit parfois grec, même s’il écrit en latin) ni sur l’époque où il vécut (ive ou ve s.).

352Les fleuves, dont le titre complet est Fleuves, sources, lacs, bois, marais, montagnes et peuples dont on possède une mention littéraire poétique (De fluminibus ou De fluminibus, fontibus, lacubus, nemoribus, paludibus, montibus, gentibus quorum apud poetas mentio fit per litteras) est une liste de mots plus qu’un dictionnaire, destinée à faciliter la lecture des classiques à Virgilien, fils de l’auteur, à qui l’ouvrage est dédié. Notons que le livre comporte, en appendice, une liste non canonique des Sept Merveilles du monde. Le plus ancien manuscrit conservé date du ixe s.

90. La Saône, l’Isère et le Rhône

Arar, Germaniae ; e Vogeso monte, miscetur Rhodano. Ita lene decurrit ut uix intellegi possit decursus eius.
Isara Galliae ; currit in Rhodanum.
Rhodanus, Galliae ; Lugdunum et Auenionem decurrens atque Arelatem, mari Tyrrheno miscetur.

La Saône, en Germanie ; venue des Vosges, elle se mêle au Rhône. Elle coule si lentement qu’on peut à peine saisir le sens de son cours.
L’Isère, en Gaule, se jette dans le Rhône.
Le Rhône, en Gaule ; il traverse Lyon, Avignon puis Arles et se jette dans la mer Tyrrhénienne.

(Vibius Séquester, Les fleuves, éd. Riese, § A 16‑17, I 11, R 21‑22)

  • 280 César, Bellum Gallicum IV, 10 ; Lucain, Pharsale I.

353Le mont Vogèse (Vogesus) ou Vosège (Vosegus), selon les manuscrits, correspond aux Vosges actuelles et peut‑être plus précisément à une partie du piémont vosgien, près des sources de la Meuse, massif appelé aujourd’hui la Vôge280. Lorsque Vibius Séquester parle de la Germanie, il s’agit de la province romaine de ce nom et plus précisément de la Germanie première.

354La lenteur du cours de la Saône était devenue une banalité depuis César (1, 10, 179). Notons que certains manuscrits ne mentionnent que la Saône, le Rhône devant ainsi être considéré comme un ajout tardif que P.G. Parroni a d’ailleurs éliminé, sans commentaire, de sa propre édition ; Gelsomino le signale en note comme une addition.

  • 281 Paronni 1964, p. 14.

355Parroni souligne que Vibius Séquester a trouvé son inspiration, ses auctores, presque exclusivement dans Virgile, Ovide, Lucain et Silius Italicus : « La cultura di Vibio è dunque modesta »281.

Références

L’auteur et l’ouvrage

Il n’existe pas d’étude française récente sur Vibius Séquester. Le lecteur se reportera à Duval 1971, n° 311 ; P.A. Perotti, « Note a Vibio Sequestre », Giornale italiano di filologia 56, 2004, p. 87‑99.

Éditions

Riese 1864, p. 145‑159.

Consulter Vibii Sequestris De fluminibus, fontibus, lacubus, etc., éd. P.G. Parroni, Milan, 1965, édition italienne avec introduction, traduction et une bibliographie intéressante, et celle (latin seul) de R. Gelsomino, Vibius Sequester, Teubner, Leipzig, 1967.

Anonyme, Notice des Gaules

L’auteur de cette compilation est inconnu. Il écrivait entre 386 et 450, peut‑être sous l’empereur d’Occident Honorius (395‑423), selon P.‑M. Duval.

356La Notice des Gaules, Registre des provinces et des villes des Gaules, ou simplement Registre (Notitia Galliarum ou plus exactement Notitia prouinciarum et ciuitatum Galliae), regroupe les villes du Bas‑Empire par provinces, au nombre de dix‑sept et qui sont le plus souvent aussi des provinces ecclésiastiques. Elle nomme quatre provinces pour la Celtique (Lyonnaises première, seconde et troisième, Sénonie), soit un total de vingt‑sept villes (appelées ciuitates). On ne donnera ici que ce qui concerne la Lyonnaise première, dont Lyon est la métropole.

91. La Lyonnaise première au début du ve siècle

                 In Prouinciis gallicanis decem quae ciuitates sint
                 Prouincia Lugdunensis prima, ciuitates n. III :
1. metropolis ciuitas Lugdunensium
2. ciuitas Aeduorum
3. ciuitas Lingonum
castrum Cabillonense
[castrum Matisconense].

Cités dans les dix provinces des Gaules
Province de Lyonnaise première, trois cités :
la métropole de Lyon,
la cité d’Autun,
la cité de Langres,
la place de Chalon-sur-Saône,
la place de Mâcon.

(Registre, éd. Geyer, Cuntz, p. 386)

357Certains manuscrits donnent quatre comme nombre des ciuitates, ce qui conduit à faire entrer le castrum Cabillonense dans cette catégorie. De même, Mâcon, omise dans plusieurs manuscrits, a probablement été interpolée à l’époque franque, d’où sa présentation entre crochets dans ces éditions. Pour le nom de Lyon, la graphie des manuscrits – fort nombreux, puisqu’on en connaît plus de cent – est très variable : Lucdonensium, Lugdunen, Lugdunensis, Lugdoninsium.

358Lyon apparaît ici comme la métropole, c’est‑à‑dire simplement comme l’archevêché de l’une des dix provinces composant la Gaule. Elle n’est plus, depuis la réforme mise en place par Dioclétien, capitale des Trois Gaules non plus que le seul siège archiépiscopal en Gaule, mais seulement la capitale de la Lyonnaise première, province dont la superficie équivaut à peine au tiers de l’ancienne Lyonnaise (ou Celtique) du Haut‑Empire. D’autres villes, telles Trèves puis Arles, l’ont supplantée en importance à partir du ive s.

359On rapprochera cette liste de celles présentées en 12, 97, 100, 102103.

Références

L’auteur et l’ouvrage

Duval 1971, n° 285 ; A. Rivet, « The Notitia Galliarum : some questions », in R. Goodburn, P. Bartholomew (éd.), Aspects of the Notitia Dignitatum, BAR Supplementary series 15, Oxford, 1976, p. 119‑135 ; J. Harries, « Church and State in the Notitia Galliarum », JRS 68, 1978, p. 26‑43 ; Brill’s New Pauly , s.v. « Notitia Galliarum » [Johne].

Éditions

F. Glorie, in P. Geyer, O. Cuntz (éd.), Itineraria et alia geographica, CCSL 175, Turnhout, 1965, p. 385‑406.

Autres éditions de références, intéressantes pour les notes : A. Riese, GLM, Heilbronn, 1878, p. 141‑144 ; T. Mommsen, MGH Auct. Ant. Chronica Minora I, Berlin, 1892, p. 552‑612.

La réforme territoriale au Bas‑Empire

W. Seston, Dioclétien et la Tétrarchie : guerres et réformes (284‑300), Paris, 1946 ; Jones 1973, en particulier p. 1419‑1461 ; Ferdière 2005, p. 315‑324.

Orose, Contre les Païens

Paul Orose (Paulus Orosius [son prénom n’est pas sûr], ca 380‑418), prêtre et historien d’origine espagnole, fut le disciple d’Augustin en Afrique et de Jérôme en Palestine. Il participa à la lutte contre l’hérésie de Pélage, aux côtés de Jérôme.

  • 282 Augustin, La Cité de Dieu XVIII, 52.

360L’ouvrage connu sous le titre Contre les Païens, Histoire contre les Païens (Adversus Paganos, Libri historiarum aduersus Paganos) est une histoire du monde des origines (Adam) à 416, en sept livres, rédigée à la demande d’Augustin pour appuyer ses analyses de La Cité de Dieu. Augustin publia son livre sans attendre la fin de la rédaction de celui d’Orose et, parce que l’ouvrage de ce dernier ne correspondait pas à ses propres thèses, sans le nommer, il le désavoua282. Écrit dans une perspective d’eschatologie millénariste, le Contre les Païens eut une très large diffusion, puisqu’on en possède plus de deux cents manuscrits, et fut considéré jusqu’à la Renaissance comme irremplaçable pour connaître l’histoire du monde. Quoiqu’il soit écrit en latin, les Espagnols y voient le premier chef-d’œuvre de leur littérature nationale.

361Orose, attentif à la géographie dans ses rapports à l’histoire, nous donne ici une description sommaire de chaque partie du monde. La Lyonnaise, conçue comme une province unique, y est évoquée entre Belgique et Narbonnaise.

92. Auguste en Gaule

Quibus etiam diebus multa per se multaque per duces et legatos bella gessit. Nam inter ceteros et Piso aduersum Vindelicos missus est ; quibus subactis uictor ad Caesarem Lugdunum uenit. Pannonios nouo motu intumescentes Tiberius priuignus Caesaris cruentissima caede deleuit. Idemque continuo Germanos bello arripuit, e quibus quadraginta milia captiuorum uictor abduxit. Quod reuera bellum maximum et formidulosissimum quindecim legionibus per triennum gestum est, nec fere ullum maius bellum, sicut Suetonius adtestatur, post Punicum fuit.

À cette époque aussi, il [Auguste] entreprit de nombreuses campagnes lui‑même ou par l’intermédiaire de ses généraux et ses légats. En effet, parmi d’autres, Pison aussi fut dépêché contre les Vindéliciens ; il les soumit et il revint en vainqueur près de César à Lyon. Tibère, le beau‑fils de César, anéantit dans un carnage extrêmement sanglant les Pannoniens qui s’étaient à nouveau soulevés. C’est encore lui qui harcela d’une guerre incessante les Germains dont, vainqueur, il ramena quarante mille prisonniers. Et à dire vrai, cette guerre fut très longue et effroyable, mobilisa quinze légions pendant trois ans ; et après la guerre punique, aucune autre ne fut plus importante que celle‑ci, au témoignage de Suétone.

(Orose, Contre les Païens VI, 21, 22‑25)

362Les Vindéliciens (ou Vendéliques) sont un peuple installé dans les Alpes, aux confins de la Suisse, de l’Autriche et de l’Italie. La Pannonie correspond, pour une large part, à la Hongrie actuelle.

363L. Calpurnius Piso Frugi, proche d’Auguste et de Tibère, pontife, est consul en 15 av. J.‑C., son collègue est M. Livius Drusus Libo. Mais Orose, dans une chronologie plus que vague et douteuse, commet une erreur en lui attribuant les exploits de Tibère et Drusus, frère de Tibère, fils adoptif d’Auguste (38‑9 av. J.‑C.).

93. La bataille de Lyon

Quinta post Neronem persecutione Christianos excruciauit, plurimique sanctorum per diuersas prouincias martyrio coronati sunt. Hanc profanam in Christianos et Ecclesiam Dei praesumptionem Seueri caelestis ultio e uestigio acta subsequitur : nam continuo rapitur uel potius retrahitur in Galliam Seuerus e Syria, ad tertium ciuile bellum. Vnum iam enim Romae aduersus Iulianum, aliud in Syria contra Pescennium gesserat, tertium Clodius Albinus, Iuliani in occidendo Pertinace socius, qui se in Gallia Caesarem fecerat, suscitabat ; cuius bello multum utrimque Romani sanguinis fusum est. Albinus tamen apud Lugdunum oppressus et interfectus est.

Il [Septime Sévère] martyrisa les chrétiens par la cinquième persécution à partir de celle de Néron, et de très nombreux saints reçurent la couronne du martyre en différentes provinces. La vengeance céleste se manifeste sur-le-champ, suit l’impudence sacrilège de Sévère à l’encontre des chrétiens et de l’Église de Dieu. Car Sévère est tout de suite entraîné, ou plutôt ramené de Syrie en Gaule, pour une troisième guerre civile ; en effet, il en avait déjà mené une première à Rome contre [Didius] Julianus, une seconde en Syrie contre Pescennius [Niger] ; Clodius Albin, qui avait été le complice de Julianus dans le meurtre de Pertinax et qui s’était proclamé empereur en Gaule, déclenchait la troisième guerre ; et lors de cette guerre, beaucoup de sang romain fut répandu dans les deux camps. Cependant, Albin fut vaincu et tué à Lyon.

(Orose, Contre les païens VII, 17, 4‑6)

364Pour le commentaire, 46, 48.

94. La fin de Magnence

Sequitur bellum illud horribile inter Constantium Magnentiumque apud Mursam urbem gestum, in quo multa romanarum uirium profligatio etiam in posterum nocuit. Magnentius tamen uictus aufugit ac non multo post apud Lugdunum propria se manu interfecit. Decentius quoque, frater eiusdem, quem Caesarem Galliis praefecerat, apud Senonas laqueo uitam finiuit.

Il s’ensuit cette bataille horrible entre Constance et Magnence, qui s’est livrée près de Mursa, bataille dans laquelle il y eut un énorme gâchis des forces romaines, qui fut préjudiciable aussi pour l’avenir. Cependant Magnence, vaincu, s’enfuit et peu de temps après se suicida à Lyon. Son frère, Décence, qu’il avait nommé César pour les Gaules, mit également fin à sa vie, à Sens, en se pendant.

(Orose, Contre les païens VII, 29, 12‑13)

365Pour le commentaire, 64.

Fig. 42 – Magnence (© Lyon MBA, photo A. Basset).

Fig. 42 – Magnence (© Lyon MBA, photo A. Basset).

Références

L’auteur et l’ouvrage

Outre les commentaires de l’édition de M.‑P. Arnaud‑Lindet, voir Duval 1971, n° 319 ; B. Lacroix, Orose et ses idées, Montréal-Paris, 1965 ; F. Paschoud, Roma Aeterna. Études sur le patriotisme romain dans l’Occident latin à l’époque des grandes invasions, Bibliotheca Helvetica Romana 7, Rome, 1967, p. 276‑292 ; E. Corsini, Introduzione alle « Storie » di Orosio, Turin, 1968 ; Y. Janvier, La géographie d’Orose, Paris, 1982 ; C. Torres Rodríguez, Paulo Orosio. Su vida y sus obras, La Corogne, 1985 ; H. Inglebert, Les Romains chrétiens face à l’histoire de Rome, Paris, 1996, p. 485‑494 et 507‑588 ; J. Vilella, « Biografía crítica de Orosio », JbAC 43, 2000, p. 94‑121.

Éditions

Orose, Histoires (Contre les Païens), t. II, livres IV‑VI et t. III, livre VII, éd. M.‑P. Arnaud-Lindet, CUF, Paris, 1991.

À consulter aussi : Pauli Orosii Historiarum adversum paganos libri VII accedit eiusdem liber apologeticus, éd. C. Zangemeister, CSEL 5, Vienne, 1882.

Code théodosien

366Le Code théodosien (Codex Theodosianus) est un recueil des constitutions impériales depuis le règne de Constantin (306‑337) jusqu’à son temps rédigé sur l’ordre de Théodose II (408‑450). Premier code officiel (les codes de Paul, de Grégoire ou d’Hermogène étaient le résultat d’initiatives privées), il fut rédigé à partir de 429 par deux commissions de juristes nommés par l’empereur et entra en vigueur le 1er janvier 439. Le Code théodosien se substitue à l’ensemble des lois antérieures – avec des exceptions dans les affaires militaires, fiscales et administratives. Organisé en seize livres et quelque quatre cent cinquante titres, cet ouvrage fondamental pour l’histoire du droit nous est parvenu incomplet. On estime que nous ne possédons que deux cinquièmes de l’ensemble. Le Code théodosien a inspiré plusieurs recueils postérieurs, comme la Loi Gombette (Lex Gundobada ou Lex romana Burgundionum), code burgonde publié lui aussi à Lyon en 502 et qui connut plusieurs versions, ou le Bréviaire d’Alaric (Breviarium Alarici ou Lex romana Visigothorum), publié en 506 par le roi Wisigoth Alaric II.

95. Loi d’amnistie de Constance II, portant abrogation des décisions prises par Magnence (353)

Imp. Constantius a. ad Cerealem p(raefectum) V(rbi).
Omnia penitus amputentur, quae tyrannicum tempus poterat habere tristissima. Vniuersos ergo praecipimus esse securos exceptis quinque criminibus, quae capite uindicantur.
Dat. VIII id. sep. Lugduni Constantio a. VII et Constante c. conss. (354 [immo 353] sept. 6)

L’empereur Constant à Céréalis, Préfet de la Ville.
Que soient totalement abrogées toutes les décisions très funestes qu’un temps de tyrannie pouvait prendre. Nous ordonnons en conséquence que tous bénéficient de la sécurité, excepté pour cinq crimes passibles de la peine capitale.
Donné à Lyon le 6 septembre 354 [plutôt 353], sous le septième consulat de Constance II et sous le César Constance [Galle].

(Code théodosien IX, 38, 2, De abolitionibus, éd. Mommsen, p. 496)

367Le passage cité figure dans la section De indulgentiis criminum. Magnence étant considéré comme un usurpateur, un « tyran » pour reprendre le terme grec en usage chez les Anciens (index, s.v.), il est normal qu’un certain nombre de décisions prises par ce dernier soient annulées, en particulier par souci d’apaisement et de reconnaissance envers ses opposants. Les cinq crimes mentionnés ne sont pas précisés dans la décision.

Références

L’ouvrage

RE IV, 1900, s.v. « Codex Theodosianus », col. 170‑173 [Jörs] ; J.‑J. Aubert (éd.), Droit, religion et société dans le Code théodosien : troisièmes journées d’étude sur le Code théodosien, Neuchâtel, 15‑17 février 2007, Genève, 2009 ; S. Crogiez-Pétrequin, P. Jaillette (éd.), Société, économie, administration dans le Code théodosien, Villeneuve d’Ascq, 2012.

Éditions

A. Koptev, donne en ligne l’édition de Mommsen ainsi qu’une nouvelle édition : The Roman Law Library, Codex Theodosianus, droitromain.upmf-grenoble.fr.

A. de Marville, J.‑D. Ritter, J. Godefroy, J. Sirmond, Codex Theodosianus, Leipzig, 1736‑1745, première édition de référence ; T. Mommsen, P. Krueger, Theodosiani libri XVI cum constitutionibus Sirmondianis et leges novellae ad Theodosianum pertinentes, 2 vol., Berlin, 1905, édition de l’érudition allemande.

Digeste

368Le Corpus du droit civil (Corpus iuris ciuilis), est une très vaste compilation de constitutions impériales (leges) allant du règne d’Hadrien à celui de Justinien Ier (527‑565) qui en fut l’instigateur et en confia la rédaction à une commission de dix juristes présidée par Tribonien. Sa première partie, le Code de Justinien, Codex Iustinianus ou Codex legum, en douze livres, qui adaptait le droit romain à l’état de la société de l’époque, prenant en particulier en compte l’importance du christianisme, fut promulguée en 529 et connut une nouvelle version en 534 sous le nom de Nouus Iustinianus. La rédaction de sa seconde partie, le Digeste (Digesta, en grec Πανδεκται ou « Compilations »), décrétée en 530, rassemble, le plus souvent sous forme de citations entremêlées, les opinions et décisions de très nombreux juristes romains depuis l’époque de la République, classées par matières et regroupées en cinquante livres.

96. Sur le droit italique de Lyon et Vienne

Titulus XV. De censibus.
50.15.1. Vlpinanus, libro primo de censibus.
Sciendum est, esse quasdam colonias iuris Italici : ut est in Syria Phoenice splendidissima Tyriorum colonia, unde mihi origo est […].
50.15.8. Paulus libro secundo de censibus.
50.15.8.1. Lugdunenses Galli, item Viennenses in Narbonensi iuris Italici sunt.

Titre XV. Des Cens.
50.15.1. Ulpien, au livre 1 des Cens.
Il faut savoir qu’il existe quelques colonies qui sont de droit italique : c’est le cas en Syrie Phénicie de la très splendide colonie de Tyr, dont je suis originaire […].
50.15.8. Paul au livre 2 des Cens.
50.15.8.1. Lyon, en Gaule ainsi que Vienne en Narbonnaise sont de droit italique.

(Digeste livre L, titres 15, 1 et 15, 8, 1)

369Paul, Iulius Paulus Prudentissimus ou Ἰούλιος Παῦλος (ca 160‑230), d’une famille d’origine grecque, est l’un des plus fameux juristes romains, actif sous Septime Sévère et Caracalla. Exilé par Élagabal, il devint Préfet du Prétoire sous Alexandre Sévère. Son catalogue compte 319 livres et il est l’auteur le plus cité dans le Digeste.

370Ulpien, Gnaeus Domitius Annius Vlpianus (ca 170‑223), est un juriste romain originaire de Tyr en Phénicie, contemporain de Paul et qui eut, comme lui, une carrière d’écrivain et d’homme politique. Exilé lui aussi par Élagabal, il devint sous Alexandre Sévère Préfet de l’Annone puis du Prétoire : il fut assassiné par la garde prétorienne sous les yeux de l’empereur. Il est l’auteur d’une œuvre abondante, très souvent citée dans le Digeste et serait l’auteur de la formule Dura lex sed lex.

Références

Éditions

Corpus Juris Civilis I, Digesta, éd. T. Mommsen, Berlin, 1869 (éd. revue par P. Krueger, Berlin, 1954), en ligne sur : droitromain.upmf-grenoble.fr.

Il existe aussi une édition avec traduction française par H. Hulot, J.‑F. Berthelot, P.‑A. Tissot, A. Béranger, Les douze livres du Code de l’empereur Justinien, Metz, 1803.

Julius Honorius, Cosmographie

La vie de Julius Honorius, connu aussi sous le nom de Julius Orator, est très mal connue : vraisemblablement d’origine espagnole, c’est un professeur qui vécut sans doute au ve s. de notre ère.

371La Cosmographie de Jules César, Extraits de sa carte ronde, ce qu’elle contient (Cosmographia Iulii Caesaris, Excerpta eius sphaerae et continentia) a probablement été publiée non par Julius Honorius lui‑même, mais par un de ses élèves. Le texte, le « cours original » donc, ne nous est pas parvenu, mais il reposait sans doute sur des informations de la fin du ive s. Le monde y est divisé en quatre zones ou « océans » ; pour chacune sont énumérés les noms des mers, îles, montagnes, provinces, villes, rivières et peuples, toutes listes destinées à éclairer un globe (sphaera) que nous ne possédons pas.

372On lira ci‑dessous deux textes. Le premier est une illustration de ce que sont pour nous désormais ces ouvrages : essentiellement des listes, puisque nous n’avons plus la carte qui les accompagnait, listes qui permettent cependant de se faire une idée au moins approximative de l’organisation urbaine de l’époque. Les passages en gras correspondent à des ajouts de ce qui constitue la version B de la Cosmographie qui présente aussi quelques variantes graphiques (e.g. Bicornius au lieu de Bicornis).

97. Grandes villes de la Gaule romaine

Quae oppida in prouinciis suis habeat oceanus occidentalis […]
Treueri oppidum ; Senones oppidum ; Augustodunum oppidum ; Augusta Treuerorum ; Augusta Nemetum ; Augusta Vindelicum ; Augusta Praetoria ; Augusta Taurinorum ; Lugdunum oppidum ; Mogontiacum oppidum ; Vienna oppidum ; Arelate oppidum ; Massilia oppidum ; Taurini oppidum.

Villes de l’océan occidental dans ses provinces : […]
Trèves ; Sens ; Autun ; Trèves ; Spire du Palatinat ; Augsbourg ; Aoste ; Turin ; Lyon ; Mayence ; Vienne ; Arles ; Marseille ; Turin.

(Julius Honorius, Cosmographie, éd. Riese, p. 34‑35)

373On notera que la version B cite deux fois la ville de Trèves et qu’elle omet le mot oppidum.

98. Le Rhône

374Le texte suivant est de caractère plus géographique, puisqu’il s’agit d’une description du cours du Rhône.

Fluuius Rhodanus nascitur in medio campo Galliarum. Occurrit ei Bicornius fluuius a Petauione ueniens relicta cauda ortus sui quod Araris nuncupatur. Omnes simul, hoc est unum facientes, in mare <se> mittunt, egerentes Arelatem [mergunt]. Sed hic quem Bicornium diximus, ante coniunctionem Rhodani uel commixtionem in supernis nomen aliud accipit : praeter Bicorniu: hic Bicornius, hic Rhenus, hic Araris appellatur. Ita ergo fit ut hic fluuius tribus nominibus nuncupetur, cum sit unus et dimidius, quod Araris, ut supra diximus, nuncupatur. Ducit autem a mari Patauionensi usque ad mare Tyrrenum contra insulas Baleares. Eius autem medietas qua inruit, habet aquileum pertortuosum Lugdunum. † Vbi et nascitur ubi autem inruit, utrum in oceano occidentis an in mari Tyrreno, non potest in praesenti uideri, quia ab aqua ad aquam uidetur currere. Currit milia DCCCLII.

Le Rhône prend naissance au milieu du territoire des Gaules. Après son cours supérieur, le Bicornis qu’on appelle la Saône qui vient de Pétavionie le rejoint. Et tous ensemble ne faisant plus qu’un, ils se jettent dans la mer au sortir d’Arles qu’ils baignent (?). Mais celui que nous avons appelé le Bicornis, avant qu’il ne s’unisse ou ne se mélange au Rhône, reçoit dans son cours supérieur un autre nom : outre Bicornis, on l’appelle Rhin [B : là on l’appelle le Bicornis, là le Rhin, là la Saône]. Ainsi se fait‑il que ce fleuve est désigné sous trois noms, selon qu’il est un seul fleuve ou la moitié d’un, qu’on appelle la Saône, comme nous l’avons dit supra. Quant à son cours, il conduit de la Mer de Patavionie à la Mer tyrrhénienne, en face des îles Baléares. Son cours médian, à Lyon, fait un coude riche en méandres. Où il prend sa source et où il se jette, dans l’Océan occidental ou dans la Mer tyrrhénienne, il est impossible de le voir sur le présent globe, parce qu’il court d’une eau à une autre. Son cours fait 850 mille pas.

(Julius Honorius, Cosmographie, éd. Riese, p. 37‑38)

375Les éditions modernes de ce livre et de quelques autres de la même catégorie (en particulier une Cosmographie attribuée au Pseudo‑Aethicus, cf. commentaire infra) ne sont pas toujours excellentes. Ces textes sont d’ailleurs difficiles, malgré les apparences, et leur utilisation par le non‑spécialiste est très souvent délicate. Ils nous sont en effet parvenus dans un très mauvais état. Les interpolations, déformations, erreurs sont fréquentes : par exemple, dans l’extrait ci‑dessus, le passage souligné est considéré comme corrompu par l’éditeur. Cela n’empêche pas que ces textes soient, pour l’historien, très précieux.

376La traduction de ce texte nous a donné du fil à retordre, en particulier le début, et ce que nous proposons pour la formule relicta cauda ortus sui est une interprétation qui demande explication : mot à mot le passage signifie « ayant abandonné la queue de sa source ».

  • 283 Sur Pline l’Ancien et son œuvre, 12.

377Il est difficile, en outre, de savoir à quoi exactement correspond le mot Patauio. Patauium est la moderne Padoue, sur le Pô, que les Anciens identifiaient souvent au mythique Éridan ; mais il existe aussi une ville espagnole du nom de Petauio et, beaucoup plus au nord, au débouché du Rhin, une île Batauia, Patauia, Batauio ou Patauio. En la circonstance, le Bicornis semble venir du pays des Bataves, connu par la Tabula Peutingeriana (207), c’est‑à‑dire, approximativement, du delta du Rhin, coulant ainsi à contre‑sens ; mais l’Espagne n’est absolument pas à exclure, si l’on se rappelle qu’Eschyle plaçait dans ce pays les sources du Rhône/Éridan. À un axe sud‑nord, Méditerranée‑mer du Nord, Rhône‑Rhin, que les Anciens connaissaient aussi bien que nous, se juxtapose une géographie mythique qui fait de l’ensemble des cours d’eau un réseau totalement interconnecté et circulaire, à l’image des quatre fleuves qui, dans le monde inférieur, entourent les Enfers, On croit ici deviner la trace de très anciennes confusions entre plusieurs cours d’eau (Rhin, Rhône, Pô, Danube, mais aussi Doubs/Saône). Eschyle et Euripide, tels que nous les transmet Pline l’Ancien, Histoire naturelle, voyaient en effet les choses ainsi283 :

Aeschylus in Hiberia, hoc est in Hispania, Eridanum esse dixit eundemque appellari Rhodanum, Euripides rursus et Apollonius in Hadriatico litore confluere Rhodanum et Padum, […].

Eschyle a dit que l’Éridan [= le Pô pour Pline] se trouvait en Hibérie, c’est‑à‑dire en Espagne, et qu’il s’appelait aussi le Rhône ; en revanche Euripide et Apollonios ont dit que le Rhône et le Pô avaient une embouchure commune sur les rives de l’Adriatique.

(Pline, Histoire naturelle XXVII, 11, 32)

  • 284 Apollonios de Rhodes, Argonautiques, t. III, chant IV, éd. F. Vian, É. Delage, CUF, Paris, 1981 ; (...)

378Apollonios de Rhodes, dans ses Argonautiques (Ἀργοναυτικά), propose quant à lui le tableau suivant284 :

Ἐκ δὲ τόθεν Ῥοδανοῖο βαθὺν ῥόον εἰσεπέρησαν,
ὅς τ’ εἰς Ἠριδανὸν μετανίσσεται, ἄμμιγα δ’ ὕδωρ
ἐν ξυνοχῇ βέβρυχε κυκώμενον. Αὐτὰρ ὁ γαίης
ἐκ μυχάτης, ἵνα τ’ εἰσὶ πύλαι καὶ ἐδέθλια Νυκτός,
ἔνθεν ἀπορνύμενος, τῇ μέν τ’ ἐπερεύγεται ἀκτάς
Ὠκεανοῦ, τῇ δ’ αὖτε μετ’ Ἰονίην ἅλα βάλλει,
τῇ δ’ ἐπὶ Σαρδόνιον πέλαγος καὶ ἀπείρονα κόλπον
ἑπτὰ διὰ στομάτων ἵει ῥόον.

(Apollonios de Rhodes, Argonautiques IV, 627‑634)

379De là, ils pénétrèrent dans le cours profond du Rhône qui se jette dans l’Éridan ; en se mêlant, leurs eaux, au confluent, bouillonnent en mugissant. Ce fleuve vient des confins de la terre, où sont les portes et les demeures de la Nuit. C’est de là qu’il s’élance ; puis, d’un côté, il se déverse en grondant sur les côtes de l’Océan ; d’un autre, il se jette dans la Mer ionienne, d’un autre enfin dans la Mer de Sardaigne et dans son golfe immense où il envoie ses eaux par sept bouches.

  • 285 César, Guerre des Gaules I, 10‑12 ; voir 1, 10, 90.

380Ainsi ces trois auteurs voient‑ils dans le Rhône et le Danube un seul et même fleuve, puisque l’on peut, comme les Argonautes, passer de l’un à l’autre en bateau ; en outre, la proximité des sources du Rhin, du Rhône, du Danube et du Pô dans les Alpes amène à imaginer l’existence d’une source unique. De même, pour Denys le Périégète (écrivain alexandrin de l’époque d’Hadrien, auteur d’un Voyage autour du monde en vers, vite devenu une sorte de manuel scolaire de géographie), le Pô‑Éridan avait ses sources… en Espagne, et plusieurs auteurs, reprenant et déformant César285, se demandent si, du fait de sa lenteur, la Saône coule vers le sud ou vers le nord, donc, avec le Rhône (puisque son confluent avec le fleuve n’est jamais remis en cause), en direction du pays batave.

  • 286 GLM, p. 81‑82.
  • 287 Éd. O. Prinz, MGH QQ zur Geistesgesch XIV, Munich, 1993 ; M.W. Herren, The Cosmography of Aethicus (...)

381Ajoutons pour conclure que l’ouvrage de Julius Honorius a laissé des traces plus ou moins visibles chez différents écrivains postérieurs. La Cosmographie (Cosmographia) anonyme du ve s., que la tradition attribue à Aethicus (Aethicus Ister), sans doute pseudonyme d’un prêtre du viieviiie s. du nom de Jérôme (Hieronymus), dans lequel les érudits reconnaissent parfois Virgile, évêque de Salzbourg, mort en 784, ou un écrivain originaire d’Orient, compile la version B de Julius Honorius et des passages d’Orose et A. Riese286 a intégré un passage qui est la copie quasi conforme du texte d’Honorius. Les éditions plus récentes287 de ce texte omettent ce développement.

Références

L’auteur et l’ouvrage

Outre l’introduction de l’éd. Riese, voir Duval 1971, n° 308 ; RE X/1, 1917, s.v. « Iulius », col. 614‑628 [Kubitschek, qui tenta de reconstruire la carte] ; Dilke 1985 ; C. Nicolet, « Les “quatre sages” de Jules César et la mesure du monde selon Julius Honorius : réalité antique et tradition médiévale », Jsav, 1986, p. 157‑183 ; Nicolet 1988, p. 104‑105 ; Altomare 2013.

Éditions

A. Riese, GLM, Hildesheim, 1878.

Avec introduction et notes en italien, La Cosmographia di Giulio Honorio. Un exceptum scolastico tardo antico, éd. S. Monda, Rome, 2008.

Le Rhône (98)

E. De Saint-Denis, « Le Rhône vu par les Grecs et les Latins », Latomus 40, 1981, p. 545‑574 ; Decourt, Lucas 2000 ; Decourt 2002.

Anonyme, Les villes gauloises

L’auteur de ce bref opuscule est inconnu. Il vivait peut‑être en pays burgonde, si l’on en croit la liste de noms qu’il fournit, probablement au ve s. ; le plus ancien manuscrit conservé date de 796.

382Les villes gauloises (De urbibus gallicis), connu aussi sous le nom de Glossaire de Vienne (en Autriche) ou Glossaire d’Endlicher (du nom du premier éditeur), propose une liste de dix‑sept noms, dont quatre noms propres, censés avoir une étymologie gauloise. Il est habituellement publié en annexe à la Notitia Galliarum (91) ou au Laterculus de Polémius Silvius (100).

99. Lyon et Rhône : étymologies

1. Lugduno desiderato monte : dunum enim montem.
4. Roth violentum, [nam rho nimium] dan et in Gallico et in Hebraeo iudicem : ideo Hrodanus iudex violentus.

Lyon, Mont‑Désiré ; lug « désiré », dunum [signifie] en effet « montagne ».
Rhône : Rho(d)ann : « violent » [en effet rho(d) signifie « trop »] ; dan : « juge », en gaulois et en hébreu, donc Rhône, « juge emporté ».

(Les villes gauloises, éd. Lambert, p. 203‑204, De nominibus gallicis)

Fig. 43 – Fragment du manuscrit de Vienne contenant le Glossaire d’Endlicher (domaine public ; source Wikimedia Commons, commons.wikimedia.org/entity/M77798211).

Fig. 43 – Fragment du manuscrit de Vienne contenant le Glossaire d’Endlicher (domaine public ; source Wikimedia Commons, commons.wikimedia.org/entity/M77798211).

383L’édition de Glorie donne, pour le nom de Lyon, une glose un peu plus développée : Lugdunum>, – lug‑dun’ desideratum montem : <lug enim desideratum>, dun’ montem, « traduisant » ainsi le mot lug en latin.

  • 288 Y. Bonnefoy (dir.), Dictionnaire des mythologies et de religions des sociétés traditionnelles et d (...)

384Si dunum = mons ou collis est une traduction que l’on connaît bien, l’équivalence celtique lug = latin desideratum, explicite dans l’édition de Glorie et implicite chez Lambert, est unique et résiste à l’interprétation. Il n’est en tous cas pas fait référence au dieu Lug, souvent appelé à la rescousse par les érudits du xixe s. et dont les traces dans l’Antiquité sont très ténues288. Sans doute ce texte est‑il tardif et, comme le souligne P.‑Y. Lambert, « il est sûr que ce glossaire a été recueilli après la disparition du gaulois comme langue vivante ». Cela ne signifie en aucune manière qu’il faille le rejeter automatiquement comme fantaisiste. Il peut en effet être l’aboutissement d’une très longue tradition qui, sans doute, aura subi de multiples et profondes altérations, qu’il est difficile de reconstituer. On sera donc prudent mais on ne peut négliger ce témoignage que nous avons retenu pour sa rareté et son étrangeté.

  • 289 P.‑H. Billy, Thesaurus linguae gallicae, Paris, 1993, p. 125.

385Quant à l’étymologie du nom du Rhône, qui associe deux langues très éloignées l’une de l’autre, elle est encore plus étrange, sans qu’on sache si, pour l’auteur, deux mots identiques existent dans les deux langues ou, comme nous avons choisi de traduire, l’un est gaulois, l’autre hébreu : P.‑H. Billy recense les variantes du mot Rhodanus et de ses dérivés289.

Références

L’auteur et l’ouvrage

A. Pictet, W. Stokes, « Note sur le glossaire gaulois d’Endlicher », RA 17, 1868, p. 340‑344 ; H. d’Arbois de Jubainville, « Le glossaire gaulois d’Endlicher », RA 18, 1868, p. 300‑307 ; Duval 1971, n° 346 ; W. Meid, « Lugdunum “Desideratum montem”, Zu Endlicher’s Glossar », in O. Winkelmann, M. Braisch (éd.), Feitschrift für Johannes Hubschmied zum 65 Geburtstag. Beiträge zur allgemeinen, indogermanischen und romanischen Sprachwissenschaft, Berne-Munich, 1982, p. 149‑153 ; W. Meid, « Pseudogallischen Inschriften », in P.‑Y. Lambert, G.‑J. Pinault (éd.), Gaulois et celtique continental, Genève, 2007, p. 277‑289 ; L. Toorians, « Endlicher’s Glossary, an attempt to write its history », in J.L. García Alonso (éd.), Celtic and other languages in ancient Europe, Salamanca, 2008, p. 153‑184. Sur la langue gauloise, voir l’éd. Lambert, et Delamarre 2003.

Éditions

P.‑Y. Lambert, La langue gauloise : description linguistique, commentaire d’inscriptions choisies, Paris, 1994.

MGH Auct. Ant. Chronica Minora I, éd. T. Mommsen, Berlin, 1892, Add. II, p. 613‑614, longtemps édition de référence. Voir aussi G. Dottin, La langue gauloise, Paris, 1920, p. 212‑214 ; F. Glorie, in P. Geyer et al. (éd.), Itineraria et alia geographica, CCSL 175, Turnhout, 1965, p. 409‑410 ; Delamarre 2003, dernière publication en date.

Le nom de Lyon

L’étymologie de Lugdunum a suscité très tôt une abondante bibliographie, de vives polémiques entre érudits locaux et des propositions pour le moins fantaisistes. On peut citer : C. Bachet de Mériziac, Remarques sur l’origine du mot Lugdunum, Lyon, 1716 ; A. Maret, « Dissertation sur l’origine et la fondation de la ville de Lyon et l’étymologie du mot Lugdunum », RH 5, 1837, p. 241‑251 ; J.‑F. Jolibois, Dissertation sur la colonie grecque de Lyon. Étymologie des noms de Lugdunum et de Lyon, Lyon, 1847 ; A. d’Arbois de Jubainville, « Une vieille étymologie du nom de Lyon », RL 5e série, vol. 3, 1887, p. 107‑112 ; Steyert 1886 ; Nizier du Puitspelu (alias C. Tisseur), « Lug en celtique, À propos de l’étymologie de Lugdunum », RL 5e série, vol. 3, 1887, p. 113‑121 ; C.‑J. Guyonvarch’, « Notes de toponymie gauloise 2. Répertoire des toponymes en LVGDVNVM », Celticum 6, 1963, p. 368‑376 ; Flobert 1968. Sur l’état actuel de la recherche, Delamarre 2003, p. 154‑156, s.v. « dunon, citadelle, enceinte fortifiée, mont », et p. 211, s.v. « Lugus, nom d’un dieu ».

Polémius Silvius, Registre

Polémius Silvius, sans doute d’origine gauloise, vécut au ve s. Il est peut‑être à identifier, selon T. Mommsen, avec Silvius, théologien connu par l’évêque d’Arles, Hilaire (403‑449).

  • 290 Il s’agit de son catalogue le plus célèbre (480 noms environ) car il permet de donner l’étymologie (...)

386Le Registre (Laterculus) dédié, dans l’état où il nous est parvenu, à Eucher, évêque de Lyon en 448 (on a même suggéré que ce dernier en était le commanditaire), est un ouvrage composite. Il contient, outre un calendrier annoté, une série hétéroclite, mais non dépourvue d’intérêt pour les philologues, de listes ou catalogues : empereurs romains (les deux derniers sont Théodose II et Valentinien III), quadrupèdes et insectes290, topographie romaine, poids et mesures, etc. un Abrégé d’histoire qui va du Déluge à 119, et une liste de provinces. Selon T. Mommsen, cette dernière daterait des environs de 385, dans son état originel, mais aurait subi, à la fin du ive s., des reprises et des compléments qui concernent plus l’Occident que l’Orient. Il s’agit d’une liste de noms de provinces groupées par régions, pratiquement sans noms de villes. Après l’Italie viennent les dix‑sept provinces gauloises, avec une seule ville, Trèves. Ce catalogue était peut‑être à l’origine un document officiel, une sorte d’extrait d’une forme du Registre des Dignités, dont l’original ne nous serait pas parvenu.

100. Les provinces des Gaules à la fin du ive siècle

                  Nomina Prouinciarum […]
Item Galliarum XVII :
Prima : Viennensis.
Secunda : Narbonensis (prima).
  (Narbonensis secunda).
Tertia : Aquitania prima.
Quarta :  Aquitania secunda.
Quinta : Nouempopulana.
Sexta : Alpes maritimarum.
Septima : Belgica prima, in qua est Treueris.
Octaua : Belgica secunda, de qua (transitur ad Brittanniam) transitus Britannorum.
Nona : Germania prima super Renum.
Decima : Germania secunda (ut supra) uersus Britann.
Vndecima : Lugdunensis prima.
Duodecima : Lugdunensis (secunda) super oceanum.
Tertia decima : Lugdunensis (tertia) ut supra uersus Britann.
Quarta decima : Senonia.
Quinta decima : Maxima (Sequanorum).
Sexta decima : Sequanorum.
Septima decima : Alpes Graiae.

 

                 Noms des provinces
De même, ceux des 17 provinces des Gaules
1 Viennoise
2 Narbonnaise (première)
  (Narbonnaise seconde)
3 Aquitaine première
4 Aquitaine seconde
5 Novempopulanie
6 Alpes maritimes
7 Belgique première, où se trouve Trèves
8 Belgique seconde, d’où (l’on passe en Bretagne)
9 Germanie première, sur le Rhin
10 Germanie seconde (comme ci‑dessus), face à la Bretagne
11 Lyonnaise première
12 Lyonnaise (seconde), sur l’océan
13 Lyonnaise (troisième) comme ci‑dessus, face à la Bretagne
14 Sénonie
15 Maxima (des Séquanes)
16 Séquanie
17 Alpes grées.

(Polémius Silvius, Abrégé II, 1‑19, éd. Seeck, p. 255)

387La Sénonie et la Lyonnaise troisième apparaissent chez Polémius Silvius, dans un texte rédigé, sous sa forme première, avant 386 ; ces deux provinces furent sans doute créées vers 385.

  • 291 Desjardins 1893, vol. III, p. 463.
  • 292 A. Chastagnol, Le Bas-Empire, Paris, 1969, p. 173‑175 ; Jones 1973, appendice II.

388On pourra comparer cet extrait avec d’autres textes analogues, les Registres dits de Festus (103), de Vérone (102), des Gaules (91), des Dignités (104). L’ouvrage d’E. Desjardins291, dont les hypothèses touchant à la chronologie et aux rapports qu’entretiennent entre elles ces différentes listes sont aujourd’hui à considérer avec prudence, contient cependant un certain nombre de tableaux précieux, qui les mettent en parallèle. Voir aussi les remarques de Chastagnol et surtout Jones292. On lira ci‑dessous un rapide aperçu de trois de ces documents.

Fig. 44 – La Gaule au Bas-Empire. Divisions administratives (dessin Y. Montmessin, MOM).

Fig. 44 – La Gaule au Bas-Empire. Divisions administratives (dessin Y. Montmessin, MOM).

101. Usurpation de Magnence et mort de Gratien

389Dans l’Abrégé proprement dit de Polémius Silvius, Noms de tous les empereurs romains (Nomina omnium principum Romanorum), l’auteur dresse une liste, qui se veut exhaustive, des empereurs et usurpateurs, en insistant sur tous ceux – ils furent nombreux – qui périrent de mort violente. Si les circonstances de la mort de Magnence ne sont pas précisées, en revanche Lyon est citée comme lieu de l’assassinat de Gratien.

67. Sub quo Magnentius et Decentius ex natione Francorum, Nepotianus etiam Romae, siue Siluanus in Gallia, tyranni fuerunt et Gallus consobrinus suus Caesar, quem ipse iussit occidi.
73. Gratianus Valentiniani filius. Sub quo Maximus et Victor eius tyranni filius tyranni fuerunt. Lugduni occisus est.

67. Sous lui [Constance II], Magnence et Décence, du peuple franc, Népotianus à Rome, ou encore Silvanus en Gaule, furent tyrans et Gallus, son neveu, César, qu’il ordonna lui‑même de mettre à mort.
73. Gratien, fils de Valentinien, sous lequel Maxime et le fils de cet usurpateur, Victor, usurpèrent le pouvoir. Il fut tué à Lyon.

(Polémius Silvius, Abrégé, éd. Mommsen, p. 522)

  • 293 Zosime, Histoire nouvelle XLVII, 1.

390Maxime (Magnus Clemens Maximus), général hispanique de l’armée de Bretagne, proclamé empereur par ses troupes en juin 383, est reconnu, par pure prudence politique, empereur d’Occident en août 384 par Théodose Ier, puis vaincu par ce dernier en août 388 ; son fils, Flauius Victor, fut proclamé Auguste en 387 par son père et sera mis à mort par Arbogast, le général de Théodose, peu après la défaite de son père293.

Références

L’auteur et l’ouvrage

Sur ce texte, mal transmis et dans lequel erreurs et interpolations sont légion (les additions relevées par l’éditeur sont entre parenthèses) : Duval 1971, n° 334 ; T. Mommsen, « Mémoires sur les provinces romaines et sur les listes qui nous en sont parvenues, depuis la division faite par Dioclétien jusqu’au commencement du ve siècle », RA 13, 1866, p. 377‑399 ; RE XXI, 1951, col. 1260‑1263, s.v. « Polemius 9 » [Ziegler] ; E.S. Dulabahn, Studies on the Laterculus of Polemius Silvius, Ann Harbor, 1993 ; G. Wesch-Klein, « Der Laterculus des Polemius Silvius : Überlegungen zu Datierung, Zuverlässigkeit und historischem Aussagewert einer spätantiken Quelle », Historia 51, 2002, p. 57‑88 (sur les Lyonnaises, p. 63).

Éditions

Polemii Silvii Laterculus, MGH Auct. Ant. Chronica Minora I, éd. T. Mommsen, Leipzig, 1892, p. 518‑523. Seeck 1876, Laterculus Polemii Siluii siue Schonhouianus, p. 254‑260.

Anonyme, Registre de Vérone

  • 294 Appelé ainsi du nom de la ville où est conservé le manuscrit, copié au viie s.

391Le Registre de Vérone294 aussi appelé Noms de toutes les provinces (Laterculus Veronensis, De nominibus prouinciarum omnium), date du ive s. La version originale de cet ouvrage anonyme aurait été rédigée, selon les études les plus récentes, entre 303 et 314. Nous y lisons les noms des douze diocèses constituants alors l’Empire, soit cent quarante‑quatre provinces ; après les Bretagnes et avant la Viennoise, le texte énumère les provinces du diocèse des Gaules : Lyon n’apparaît pas.

102. Le diocèse des Gaules et la Lyonnaise

  • 295 Les manuscrits, à la place de Belgica, portent Betica et Lubdunensis pour Lugdunensis.

                VIII. Diocensis Galliarum habet prouincias numero VIII :
Belgica prima
Belgica secunda
Germania prima
Germania secunda
Sequania
Lugdunensis prima295
Lugdunensis secunda
Alpes Graiae et Poeninae.

                VIII. Le diocèse des Gaules compte huit provinces :
Belgique première
Belgique seconde
Germanie première
Germanie seconde
Lyonnaise première
Lyonnaise seconde
Alpes grées et Alpes pennines.

(Registre de Vérone VIII, 1‑9, éd. Seeck, p. 249‑250)

Références

L’auteur et l’ouvrage

H.M. Jones, « The date and value of the Verona list », JRS 44, 1954, p. 21‑29 ; T.D. Barnes, « The unity of the Verona List », ZPE 16, 1975, p. 275‑278 ; T.D. Barnes, The New Empire of Diocletian and Constantine, Cambridge, 1982, p. 201‑208 ; R. Klein, « Laterculus Veronensis », Lexicon des Mittelalters 5, 1999, p. 1745‑1746.

Éditions

Seeck 1876, Laterculus Veronensis, p. 247‑253.

On consultera aussi T. Mommsen, « Verzeichniss der roemischen Provinzen aufgesetzt um 297 », Abhandlungen der Berliner Akademie der Wissenschaften. Phil.‑hist. Klasse, 1862, p. 489‑518 ; A. Riese, « Nomina Provinciarum Omnium », dans GLM, Heilbronn, 1878, p. 127‑129 ; Rutilio Namaciano. El Retorno : Geógrafos latinos menores, éd. A. García-Toraño Martínez, Madrid, 2002, avec traduction en espagnol et notes.

Rufius Festus, Abrégé des hauts faits du peuple romain

On sait peu de choses sur Rufius (ou Rufus ou encore Ruffinus) Festus, encore appelé Sextus. C’est un haut fonctionnaire romain, qui fut proconsul d’Afrique en 370, sous Valens, dont il aurait été le magister memoriae, selon J.W. Eadie.

392Il est l’auteur d’un Abrégé d’histoire romaine ou Abrégé de l’histoire du peuple romain, Abrégé des hauts faits du peuple romain, ou encore Les provinces et les victoires du peuple romain (Breuiarium historiae romanae, Breuiarium rerum gestarum populi romani, De prouinciis et uictoriis populi romani), publié vers 364‑369. En trente courts chapitres, il couvrait l’histoire depuis la fondation de la ville jusqu’à Valens (364‑378) et Valentinien (364‑375), en s’inspirant d’un résumé de Tite‑Live pour les hautes époques, d’Eutrope et de Florus pour le reste. Il semblerait que l’Abrégé ait été rédigé à la demande de Valens qui trouvait trop long celui d’Eutrope et qu’il devait servir de mémento pour les futurs gouverneurs des provinces orientales en particulier. Il ne faut pas confondre cet auteur avec Rufus Festus Avienus (ive s.), poète des Ora Maritima.

393Le passage se situe juste après l’évocation des campagnes militaires de Jules César et de la manière dont il a soumis la Gaule mais aussi la Germanie et la Bretagne, ce qui est historiquement erroné. Festus expose ensuite l’organisation administrative de son époque, c’est‑à‑dire du diocèse des Gaules.

103. Les provinces des Gaules

Sunt in Gallia Aquitania et Brittanniis prouinciae decem et octo : Alpes Maritimae, prouincia Viennensis, Narbonensis, Nouempopulania, Aquitaniae duae, Alpes Graiae, Maxima Sequanorum, Germaniae duae, Belgicae duae, Lugdunensis duae ; in Brittannia, Maxima Caesariensis, Flauia Caesariensis, Brittannia prima, Brittannia secunda.

Il y a en Gaule, en Aquitaine et dans les Bretagnes, dix‑huit provinces : les Alpes maritimes, la Viennoise, la Narbonnaise, la Novempopulanie, les deux Aquitaines, les Alpes grées, la Grande Séquanie, les deux Germanies, les deux Belgiques, les deux Lyonnaises ; en Bretagne, la Grande Césarienne, la Flavienne césarienne, la Bretagne première, la Bretagne seconde.

(Rufius Festus, Abrégé VI, 3)

Références

Éditions

Rufius Festus, Abrégé des hauts faits du peuple romain, éd. M.‑P. Arnaud-Lindet, avec introduction, texte, traduction et notes, CUF, Paris, 1994.

Voir aussi The Breviarium of Festus : a critical edition with historical commentary, éd. J.W. Eadie, Londres, 1967 ; Il Breviarium di Rufio Festo : testo, traduzione e commento filologico con una introduzione sull’autore e l’opera, éd. M.L. Fele, Hildesheim-Zürich, 2009. Ces éditeurs donnent l’essentiel de ce qu’on sait de l’auteur et de l’œuvre.

Anonyme, Registre des Dignités

394Le Registre des Dignités, tant civiles que militaires, dans les parties orientale et occidentale de l’Empire (Notitia dignitatum : continet omnium tam ciuilium quam militarium in partibus Orientis et Occidentis), est un ouvrage anonyme et composite dont la rédaction est à placer entre 379 et 437, et plus précisément, semble‑t‑il, entre 400 et 406 pour ce qui concerne l’Occident.

395C’est, dans la version qui nous est parvenue, un panorama d’un intérêt capital pour cerner l’organisation administrative de l’Empire et une sorte de catalogue, illustré de vignettes, qui énumère différentes fonctions officielles, civiles et militaires, classées par région et par catégorie.

396Toutefois, depuis quelques années, une autre hypothèse est défendue, en particulier par P. Brennan. Celui‑ci y voit une sorte de manifeste idéologique élaboré dans le cercle de Galla Placidia (388‑450), fille de Théodose Ier (règne de 379 à 395) et épouse de Constance III (421), qui, à partir de Ravenne, joua un rôle politique capital dans les années 410‑440, difficiles pour l’Empire. À partir de données administratives antérieures, le Registre aurait été destiné à remettre en avant l’idée de l’unité de l’Empire romain, qui s’était progressivement fissurée surtout depuis l’introduction par Dioclétien du système tétrarchique favorisant le fractionnement du pouvoir et des territoires et facilitant usurpations et tyrannies.

104. Lyon et la Lyonnaise

  • 296 CAG 69/2, p. 226‑230.

397Il est tout à fait impossible de donner ici un texte suivi, même sous forme d’extraits reliés entre eux, tant la liste est longue et tant il serait nécessaire, à chaque fois qu’apparaît Lyon ou la Lyonnaise, de rendre compréhensible la hiérarchie complexe des charges. Les villes n’y apparaissent pas, mais les provinces, sous différentes rubriques. La Gaule, le dioceses Galliarum, y figure tantôt comme un tout, tantôt avec ses divisions ; c’est là que sont mentionnées les différentes Lyonnaises (Lugdunensis prima, secunda, tertia et Senonia). Ces Gaules sont sous la responsabilité d’un Vir illustris praefectus praetorio Galliarum (Préfet du prétoire des Gaules) basé à Trèves, entouré de personnels spécialisés dont le texte donne les titres, d’un Vir illustris magister equitum Galliarum (Maître de la cavalerie des Gaules) et d’un Vir spectabilis uicarius Septem prouinciarum (Vicaire des Sept‑Provinces : quatre Gaules, deux Germanies et Alpes Maritimes), chacun avec leur administration propre. Ces Gaules sont divisées en dix‑sept provinces, dont quatre Lyonnaises. La Lugdunensis prima, métropole Lyon, a à sa tête un consularis (c’était, à l’origine, une province sénatoriale), les autres des praesides (provinces impériales). À Lyon même subsistaient, sous l’autorité de hauts fonctionnaires (procurateurs), un atelier monétaire (procurator monetae Lugdunensis), qui fonctionna de 274 à 413296 et un atelier de confection de luxe (procurator gynaecii Lugdunensis). La Notitia énumère également toute une série d’autres hauts fonctionnaires et les noms, les armes et parfois les effectifs des unités stationnées sur toute l’étendue de l’Empire.

Références

L’auteur et l’ouvrage

Duval 1971, n° 267 ; Jones 1973, appendice II, p. 1417‑1450 ; G. Clemente, La Notitia dignitatum, Cagliari, 1968, en italien ; E. Demougeot, « La Notitia dignitatum et l’histoire de l’Empire d’Occident au début du ve siècle », Latomus 34, 1975, p. 1080‑1134 ; R. Goodburn, P. Bartholomew (éd.), Aspects of the Notitia Dignitatum, BAR Supplementary series 15, Oxford, 1976 ; P. Brennan, « The Notitia Dignitatum », in C. Nicollet (éd.), Les littératures techniques dans l’antiquité romaine, Genève, 1997, p. 147‑178 ; M.E. Kulikowski, « The Notitia Dignitatum as a historical source », Historia 49, 2000, p. 358‑377 ; sur le rôle des vignettes, I. Gencheva‑Mikami, « Personification in an impersonal context : late Roman bureaucracy and the illustrated Notitia dignitatum », in E. Stafford, J. Herrin (éd.), Personification in the Greek World : from Antiquity to Byzantium, Ashgate, 2005, p. 285‑291.

Éditions

Seeck 1876.

Voir aussi La Notitia Dignitatum : nueva edición crítica y comentario histórico, éd. C. Neira Faleira, Madrid, 2006.

Sidoine Apollinaire, Lettres (1)

Sidoine Apollinaire (Caius Sollius Modestus Apollinaris Sidonius, 438‑486), né vraisemblablement à Lyon, appartenait à une famille de grands aristocrates gallo‑romains. Fils et petit‑fils de préfets du prétoire des Gaules, gendre de l’empereur Avitus, il mena lui‑même une carrière politique active et fut préfet de Rome et patrice (468). En 471, il fut élu évêque de Clermont alors menacée par les Wisigoths et défendit en vain la ville contre leur roi Euric ; il demeura évêque jusqu’à sa mort. On sait moins qu’il fut considéré comme saint. Le Martyrologe du diacre de Lyon Florus (152), écrit en effet, au 21 août : Natale Sancti Sidonii aruernensis episcopi et confessoris, « Anniversaire de saint Sidoine d’Auvergne, évêque et confesseur ». Mais Florus est le seul à lui accorder ce titre. Il figure également au Martyrologe romain de Baronius (209) comme évêque de Clermont.

398Son œuvre, fortement liée à son action politique puis épiscopale, comporte deux volets : un recueil de Poèmes (Carmina) – qui contient entre autres les trois Panégyriques d’éphémères empereurs, Avitus (Eparchius Auitus, 455‑456), Majorien (Flauius Iulius Valerius Maiorianus, 457‑461) et Anthémius (Procopius Anthemius, 467‑472) –, publié en 469, et deux recueils de Lettres (Epistulae), rédigées sur le modèle de celles de Pline le Jeune et destinées dès l’origine à la publication ; elles le furent entre 469 et 481 en particulier par les soins de Constance de Lyon (112). Contrairement à ce que l’on pense parfois, Lyon tient une place bien modeste dans l’œuvre de Sidoine, qui ne paraît pas accorder à sa patrie d’origine (on n’est même pas tout à fait sûr qu’il soit lyonnais) une affection particulière et il est difficile d’y voir, comme le font les auteurs du Dictionnaire historique de Lyon, « le premier écrivain lyonnais ». On trouvera ci‑dessous cinq textes représentatifs à la fois de l’œuvre de Sidoine et de l’image de Lyon à son époque.

399Le premier extrait est une évocation rapide de Lyon et de son climat dans une lettre adressée par Sidoine à son ami Candidianus et datée de la fin 467.

105. Les brouillards de Lyon

Sidonius Candidiano suo salutem.
Morari me Romae congratularis ; id tamen quasi facete et fatigationum salibus admixtis : ais enim gaudere te quod aliquando necessarius tuus uideam solem, quem utique perraro bibitor Araricus inspexerim. Nebulas enim mihi meorum Lugdunensium exprobras et diem quereris nobis matutina caligine obstructum uix meridiano feruore reserari. Et tu istaec mihi Caesenatis furni potius quam oppidi uerna deblateras ?

Sidoine, à son cher Candidianus.
Tu me félicites de prolonger mon séjour à Rome, mais tu le fais sur le mode plaisant et en y mêlant le sel des sarcasmes ; tu es heureux, dis‑tu, que moi, ton ami cher, je puisse enfin voir le soleil, que je n’aurais pu apercevoir, le cas échéant, que bien rarement, sur les bords de la Saône. Tu te répands en reproches sur les brouillards de ma ville de Lyon et tu déplores que le jour, masqué par la brume du matin, ne se dévoile pour nous qu’à peine sous la chaleur de midi. Et c’est toi, natif de la ville ou plutôt de la fournaise de Céséna, qui me débites ces gentillesses ?

(Sidoine Apollinaire, Lettres I, 8, 1‑2)

400Le personnage de Candidianus est inconnu par ailleurs.

401Caesena, moderne Céséna, est une ville située non loin de la côte adriatique, au sud de Ravenne.

  • 297 C. Le Marguet, Myrelingues la Brumeuse ou l’An 1536 à Lion sur le Rosne, Lyon, 1930 (réimpr., Brig (...)

402C’est bien entendu la plus ancienne mention des brouillards de Lyon (les « brumes », dit‑on localement), qui inaugure une tradition dont on retrouve des traces jusque dans la littérature moderne. Voir l’image pseudo‑Renaissance dans C. Le Marguet, Myrelingues la Brumeuse, et la vision humoristique qu’en donne J. Dufourt, dans son roman Calixte ou introduction à la vie lyonnaise, dans la photographie et dans le cinéma297.

Références

L’auteur et l’ouvrage

Duval 1971, n° 8B ; A. Loyen, Recherches historiques sur les Panégyriques de Sidoine Apollinaire, Paris, 1942 (réimpr., Rome, 1967) ; A. Loyen, Sidoine Apollinaire et l’esprit précieux en Gaule, Paris, 1943 ; M. Bonjour, « La Patria de Sidoine Apollinaire », in Y. Burnand (dir.), Mélanges de littérature et d’épigraphie latines, d’histoire ancienne et d’archéologie : hommage à la mémoire de Pierre Wuilleumier, Paris, 1980, p. 25‑37 ; M. Bonjour, « Sidoine Apollinaire et l’Empire », in La patrie gauloise : d’Agrippa au vie siècle. Actes du colloque, Lyon, 1981, Lyon, 1983, p. 203‑217 ; F. Prévot, « Sidoine Apollinaire pasteur d’âmes », AntTard 5, 1997, p. 223‑230 ; G. Azaïs, Sidoine Apollinaire. Mémoires imaginaires, récit, Paris, 2008 ; B. Goldlust, « Sidoine Apollinaire. Poèmes 1‑8 », Information littéraire 60, 2008, p. 12‑15, donne une bibliographie récente plus large que ce que laisse supposer son titre ; J. Meyers, « Prolégomènes bibliographiques à la lecture des Panégyriques de Sidoine Apollinaire », Vita Latina 179, 2008, p. 77‑86 ; J.A. van Waarden, G. Kelly (éd.), New Approaches to Sidonius Apollinaris, Louvain, 2013 ; le site sidonapol.org est particulièrement riche et donne une bibliographie à jour en 2019.

Édition

Sidoine Apollinaire, t. II, Correspondance, livres I‑V, éd. A. Loyen, CUF, Paris, 1970.

Sidoine Apollinaire, Poèmes

403Le passage qui suit a trait à l’histoire de Lyon et par-delà à l’histoire de l’Empire. Majorien, vainqueur d’Avitus en 456, devient empereur en 457. En 458, il chasse les Burgondes, auxquels l’aristocratie gallo‑romaine avait fait appel et qui avaient occupé Lyon, et reprend la ville qu’il met à sac. Dans son Panégyrique de Majorien (Panegyricus Iulio Valerio Maioriano Augusto dictus) prononcé en 458, sans doute à Lyon même, Sidoine rappelle ces événements en quelques mots.

106. À Majorien, pour le relèvement de Lyon

404Sidoine commence par une rapide allusion à la muraille qui protégeait Lyon à son époque, puis évoque l’état général de sa ville.

Attamen hic nuper, placidissime princeps,
Obside percepto, nostrae de mœnibus urbis
Visceribus miseris insertum depulit ensem.
Et quia lassatis nimium spes unica rebus
uenisti, nostris, petimus, succurre ruinis
Lugdunumque tuam, dum praeteris, aspice uictor.
Otia post nimios poscit te fracta labores ;
cui pacem das, redde animum : lassata iuuenci
ceruix deposito melius post sulcat aratro
telluris glaebam solidae. Boue, fruge, colono,
ciuibus exhausta est. Stantis fortuna latebat ;
dum capitur, uae quanta fuit ! post gaudia, princeps,
delectat meminisse mali. Populatibus, igni
etsi concidimus, ueniens tamen omnia tecum
restituis : fuimus uestri quia causa triumphi,
ipsa ruina placet.

Cependant, Prince très clément, lui [le questeur Domnulus cité auparavant], après avoir pris des otages, écarta des murailles de notre ville l’épée plantée dans nos chairs malheureuses. Et puisque tu es venu, unique espoir d’un monde épuisé, nous t’en prions, relève nos ruines et, en passant, jette les yeux, vainqueur, sur ta ville de Lyon. Elle implore de toi le repos, brisée par trop d’épreuves ; tu lui donnes la paix, rends‑lui le courage : le cou fatigué du jeune taureau, s’il quitte un instant la charrue, n’en laboure que mieux ensuite la terre compacte. Elle a été totalement dépouillée de son bétail, de ses récoltes, de ses paysans, de ses citoyens. Debout, elle ne connaissait pas sa fortune ; maintenant qu’elle est captive, hélas ! qu’elle était grande ! La joie revenue, on se plaît, Prince, à se rappeler le malheur. Nous avons succombé sous les dévastations, sous l’incendie, mais tu viens et tu rends la vie à toute chose. Puisque nous avons été pour toi l’occasion d’un triomphe, même notre ruine nous plaît.

(Sidoine Apollinaire, Poèmes V, 571‑586)

  • 298 E. Gibbon, Histoire du déclin et de la chute de l’Empire romain, vol. I, Rome de 96 à 582 (trad. f (...)

405Le ton de ce texte peut surprendre, en particulier le paradoxe des derniers vers, surtout si l’on se souvient que Majorien chassa du trône Avitus, le propre beau‑père de Sidoine (cf. la formule de l’historien anglais Gibbon : « Le poète, si toutefois on peut lui prostituer cet honorable nom… »298). À vrai dire, il n’y a guère de quoi s’étonner : ce sont en fait les lois d’un genre éminemment rhétorique et politique, issu d’une longue tradition. Sidoine avait écrit le panégyrique du prédécesseur et adversaire de Majorien, Avitus ; il prononcera celui de son successeur et ennemi, Anthémius.

  • 299 RE II, 1896, col. 2395‑2396, s.v. « Avitus 5 » [Seeck].
  • 300 RE IA, 1914, col. 797‑799 [Seeck].
  • 301 RE XIV, 1928, col. 584‑590 [Ensslin].

406Après le meurtre de Pétrone Maxime (Flauius Anicius Petronius Maximus) en mai 455, Avitus, de grande famille d’Auvergne, fut choisi en juillet comme empereur, grâce au soutien des Wisigoths et de leur chef, Théodoric II ; les sources299 donnent l’image d’un personnage dépassé par sa charge. Il est renversé par un complot fomenté par le barbare Ricimer (Flauius Ricimer300), de noblesse suève qui commande les troupes d’Italie, et vaincu les 17‑18 octobre 456. Majorien (Iulius Valerius Maiorianus), dont la famille avait servi plusieurs empereurs et qui avait suivi la même voie, lui succéda du 1er avril 457 au 7 août 461, sous la protection de Ricimer301 ; personnage énergique, Majorien semble avoir sincèrement tenté de redresser la situation de l’Empire d’Occident, contre les Bagaudes, les Wisigoths et les Vandales ; mais ses échecs en Afrique entraîneront son abandon par Ricimer et sa mort.

  • 302 Sur cette question, MGH Auct. Ant. VII, p. 103‑105.

407L’évocation de Lyon se limite à des banalités et joue sur des contrastes et des métaphores poétiques artificielles. La situation de Lyon avant la prise par Majorien n’était, aux alentours de 457, sans doute pas aussi brillante que le suggère Sidoine, ne serait‑ce que parce que la ville venait d’être prise par les Burgondes302.

408Sur la muraille de Lyon, voir 67.

Fig. 45 – Lyon aux ive-ve siècles (dessin Y. Montmessin, MOM).

Fig. 45 – Lyon aux ive-ve siècles (dessin Y. Montmessin, MOM).

107. À Majorien, demande d’exemption d’impôt

409Sidoine se rappelle au souvenir de Majorien dans une autre pièce où il saura, avec habileté, mêler les requêtes d’ordre tout à fait personnel – une demande d’exemption d’impôt – et les appels en faveur de sa ville natale, dans un poème de peu postérieur au précédent.

Geryones nos esse puta monstrumque tributum :
hinc capita, ut uiuam, tu mihi tolle tria.
Has supplex famulus preces dicauit
responsum opperiens pium ac salubre.
Vt reddas patriam simulque uitam
Lugdunum exonerans suis ruinis,
hoc te Sidonius tuus precatur.

Imagine que nous sommes des Géryons et l’impôt le monstre :
ôte moi donc trois « têtes », pour que je vive.
Ton serviteur suppliant t’a consacré ces prières,
espérant une réponse bienveillante et salutaire.
Rends‑lui sa patrie et sa vie en même temps,
Libère Lyon de ses ruines,
ton dévoué Sidoine t’en supplie.

(Sidoine Apollinaire, Poèmes XIII, 19‑25)

  • 303 Hésiode, Théogonie, v. 287‑295.

410Géryon, le Triple‑Géryon, déjà évoqué dans la Théogonie d’Hésiode303, est le monstre à trois têtes tué par Hercule : « l’hydre fiscale », comme on le constate ici, a des ancêtres fort anciens ! L’image est amenée par l’évocation préalable de l’ensemble des travaux d’Hercule, dont Majorien, bien entendu, se révèle à la fois le disciple et le maître : Tirynthius alter, sed princeps…, « Second Tirynthien, mais aussi le premier » (ou « empereur », le jeu de mots sur princeps est intraduisible). Sur une tout autre utilisation du mythe de Géryon dans un contexte lyonnais, cf. 10.

411Autre jeu de mots, tout aussi intraduisible d’ailleurs, celui sur caput, qui désigne à la fois la tête et l’impôt personnel, per capita (cf. sous l’Ancien Régime, la capitation).

Références

Édition

Sidoine Apollinaire, t. I, Poèmes, éd. A. Loyen, CUF, Paris, 1961.

Les événements (106)

R. Folz, A. Guillou, L. Musset, D. Sourdel, De l’Antiquité au monde médiéval, Paris, 1990, p. 47‑71, avec bibliographie ; sur le royaume burgonde (443‑534 environ) qui, dans sa plus grande extension, allait du lac de Genève à Avignon et dont Lyon fut un temps la capitale, H. Gaillard de Semainville, « Les Burgondes : à la recherche d’un peuple disparu », Archaeologia 290, 1993, p. 50‑61 ; J.‑F. Reynaud, « Romains et Burgondes en région Rhône‑Alpes », in H. Gaillard de Semainville (dir.), Les Burgondes : apports de l’archéologie. Actes du colloque international de Dijon, 5‑6 novembre 1992, Dijon, 1995, p. 103‑110 ; C. Bonnet, J.‑F. Reynaud, « Genève et Lyon, capitales burgondes », Memorias de la Real Academia de Buenas Letras de Barcelona 25, 2000, p. 241‑266 ; J. Favrod, Les Burgondes, Lausanne, 2005 ; K. Escher, Les Burgondes, iervie siècles ap. J.‑C., Paris, 2006.

Sidoine Apollinaire, Lettres (2)

412Le quatrième texte est beaucoup plus célèbre et touche à l’histoire et à la topographie de Lyon à la fin de l’Antiquité, puisqu’il s’agit d’un extrait d’une lettre de Sidoine, datée de 469‑470, qui fait le récit de la dédicace de la cathédrale de Lyon.

108. Dédicace de la cathédrale de Lyon

Ecclesia nuper exstructa Lugduni est, quae studio papae Patientis summum coepti operis accessit, uiri sancti, strenui, seueri, misericordis quique per uberem munificentiam in pauperes humanitatemque non minora bonae conscientiae culmina leuet. Huius igitur aedis extimis rogatu praefati antistitis tumultuarium carmen inscripsi trochaeis triplicibus adhuc mihi iamque tibi perfamiliaribus. Namque ab hexametris eminentium poetarum Constantii et Secundini uicinantia altari basilicae latera clarescunt, quos in hanc paginam admitti nostra quam maxume uerecundia uetat, quam suas otiositates trepidanter edentem meliorum carminum comparatio premit. […] Sed quorsum ista ? quin potius paupertinus flagitatae cantilenae culmus immurmuret.
Quisquis pontificis patrisque nostri
conlaudas Patientis hic laborem,
uoti compote supplicatione
concessum experiare quod rogabis.
Aedis celsa nitet nec in sinistrum
aut dextrum trahitur, sed arce frontis
ortum prospicit aequinoctialem.
Intus lux micat atque bratteatum
sol sic sollicitatur ad lacunar,
fuluo ut conlocor erret in metallo.
Distinctum uario nitore marmor
percurrit cameram solum fenestras,
ac sub uersicoloribus figuris
uernans herbida crusta sapphiratos
flectit per prasinum uitrum lapillos.
Huic est porticus applicata triplex
fulmentis Aquitanicis superba,
ad cuius specimen remotiora
claudunt atria porticus secundae,
et campum medium procul locatas
uestit saxea silua per columnas.
Hinc agger sonat, hinc Arar resultat,
hinc sese pedes atque eques reflectit
stridentum et moderator essedorum,
curuorum hinc chorus helciariorum
responsantibus alleluia ripis
ad Christum leuat amnicum celeuma.
Sic, sic psallite, nauta uel uiator ;
namque iste est locus omnibus petendus,
omnes quo uia ducit ad salutem.

On vient de bâtir à Lyon une église dont la construction en est venue à son point d’achèvement grâce au zèle de l’évêque Patient, cet homme à la fois saint et actif, sévère et compatissant, et qui par son immense générosité et son humanité envers les pauvres s’est montré capable d’élever l’édifice non moins altier d’une conscience sans reproche. Pour l’abside de ce temple, j’ai écrit, à la prière du prélat ci‑dessus, un poème composé à la hâte dans le mètre du triple trochée, qui m’est encore très familier, comme il l’est déjà à toi‑même. En effet, les côtés de la basilique, voisins de l’autel, resplendissent des hexamètres des éminents poètes Constance et Sécondinus, qu’un très profond sentiment de pudeur nous empêche de citer dans cette page. Car, au moment de publier (avec quelle appréhension !) ces fruits de mon loisir, je me sens tout petit de la comparaison avec de meilleurs poètes. […] Mais à quoi tend ce discours ? Laissons plutôt murmurer les pauvres notes du chant que tu me réclames.
Vous tous qui vantez en ce lieu le labeur de Patient, notre pontife et notre père, puissiez‑vous, en voyant vos prières exaucées, acquérir la certitude que les faveurs que vous demanderez vous seront accordées. L’édifice élevé brille et n’est déporté ni vers la gauche ni vers la droite, mais, par le sommet de son fronton, il regarde le lever du soleil à l’équinoxe. À l’intérieur, la lumière scintille et le soleil est si bien attiré vers le plafond à caissons couvert de feuilles d’or qu’il musarde sur le métal fauve dans un même concert de couleurs. Le marbre, qui se moire d’une variété d’éclats, garnit dans son entier la voûte, le sol, les fenêtres et, sous les figures aux couleurs changeantes, un vert revêtement printanier fait s’incliner grâce à des tiges de vert émeraude des tesselles de saphir. Un triple portique lui est adjoint, portique rutilant de ses marbres d’Aquitaine. À son imitation, une seconde série de portiques ferme un atrium plus lointain et l’espace central, c’est une forêt de pierre qui l’habille, de ses colonnes loin placées. Ici la colline résonne, là la Saône renvoie l’écho ; d’un côté se réfléchit le bruit du piéton, du cavalier et du conducteur de chars grinçants, de l’autre le chœur des haleurs courbés élève vers le Christ le chant rythmé de la rivière, tandis que les rives répondent en écho « alléluia ». Chante, chante ainsi, matelot ou voyageur, car c’est ici le lieu où tous doivent se rendre, le lieu où se trouve la route qui mène au salut.

(Sidoine Apollinaire, Lettres II, 10, 2‑4)

  • 304 Sur Patient, AASS Sept. III/1, 1750, p. 791‑797 ; Colonia 1728, vol. I, p. 160‑163 ; L.‑S. Tatu, S (...)

413Patient succéda à Eucher (370‑449) sur le siège de Lyon en 449‑450 et vécut jusqu’en 494. D’une famille de l’aristocratie gallo‑romaine comme son ami Sidoine, il eut une importante activité de bâtisseur – c’est presque par Sidoine seul que nous le connaissons. Il entretint de bons rapports avec le roi burgonde Chilpéric. Il participa sans doute au concile d’Arles (474) et prit une part importante à celui de Lyon qui suivit. Il fut ensuite inscrit au nombre des saints lyonnais : il est cité dans le Martyrologe hiéronymien, celui d’Adon, reprenant celui de Florus (161) et dans le Martyrologe romain (216), au 11 septembre304.

414On possède de Sidoine une autre mention, beaucoup plus brève, de cette cérémonie. Dans une lettre datée de 475‑476, il rappelle à Fauste de Riez (d’abord moine de Lérins, celui‑ci devint évêque de Riez en Provence) le discours prononcé par ce dernier à cette occasion :

[…] tunc praecipue cum in Lugdunensis ecclesiae dedicatae festis hebdomadalibus collegarum sacrosanctorum rogatu exorareris, ut perorares […]

[…] et spécialement lorsque, lors de la semaine de fêtes pour la dédicace de l’église de Lyon, tu fus vivement incité, à la demande de tes révérends collègues, à faire un discours […]

(Sidoine Apollinaire, Lettres IX, 3)

415Cette description de la cathédrale de Lyon a donné lieu à une abondante littérature. Depuis les fouilles qui ont été effectuées dans le groupe cathédral et dont on peut visiter les vestiges dans le jardin archéologique aménagé à cette occasion, on a une meilleure idée de cet ensemble, dont Sidoine donne une évocation certes littéraire et incomplète, mais sans doute assez fidèle dans les grandes lignes. Il n’est évidemment pas possible d’entrer ici dans le détail du commentaire archéologique. On se reportera désormais pour ce faire à N. Gauthier et surtout à J.‑F. Reynaud. On lira aussi une analyse de la description de la cathédrale et de la fonction du poème, destiné sans doute à être reproduit sur ses murs, chez J.H. Hernández-Lobato. Pour un point de vue plus littéraire, voir l’article de G. Herbert de La Portebarré‑Viard.

109. Réunion mondaine à Saint‑Just

416Dans cette lettre à son ami lyonnais Ériphius, Sidoine nous donne un aperçu des aspects, que nous qualifierions de mondains, des grandes célébrations religieuses de son époque : les membres de la bonne société lyonnaise (faut‑il encore dire gallo‑romaine ? Sidoine lui‑même n’y croyait plus guère) se retrouvent entre eux pour se reposer, discuter ou jouer, lors d’une pause dans la célébration de l’anniversaire de saint Just.

Sidonius Eriphio suo salutem.
Conueneramus ad sancti Iusti sepulchrum (sed tibi infirmitas impedimento, ne tunc adesses) ; processio fuerat antelucana, sollemnitas anniuersaria, populus ingens sexu ex utroque, quem capacissima basilica non caperet quamlibet cincta diffusis cryptoporticibus. Cultu peracto uigiliarum, quas alternante mulcedine monachi clericique psalmicines concelebrauerant, quisque in diuersa secessimus, non procul tamen, utpote ad tertiam praesto futuri, cum sacerdotibus res diuina facienda. De loci sane turbarumque compressu deque numerosis luminibus inlatis nimis anheli ; simul et aestati nox adhuc proxima tecto clausos uapore torruerat, etsi iam primo frigore tamen autumnalis Aurorae detepescebat. Itaque cum passim uaria ordinum corpora dispergerentur, placuit ad conditorium Syagrii consulis ciuium primis una coire, quod nec impleto iactu sagittae separabatur. Hic pars sub umbra palmitis adulti, quam stipitibus altatis cancellatimque pendentibus pampinus superducta texuerat, pars caespite in uiridi sed floribus odoro consederamus. Verba erant dulcia, iocosa, fatigatoria ; praeterea, quod beatissimum, nulla mentio de potestatibus aut de tributis, nullus sermo qui proderetur, nulla persona quae proderet. Fabulam certe referre dignam relatu dignisque sententiis quisque potuisset : audiebatur ambitiosissime ; nec erat idcirco non distincta narratio, quia laetitia permixta. Inter haec otio diu marcidis aliquid agere uisum.
Mox bipertitis, erat ut aetas, acclamationibus efflagitata profertur his pila, his tabula. Sphaerae primus ego signifer fui, quae mihi, ut nosti, non minus libro comes habetur. Altera ex parte frater meus Domnicius, homo gratiae summae, summi leporis, tesseras ceperat quatiebatque, quo uelut classico ad pyrgum uocabat aleatores. Nos cum caterua scholasticorum lusimus abunde, quantum membra torpore statarii laboris hebetata cursu salubri uegetarentur.

Sidoine à son cher Ériphius.
Nous nous étions réunis près du tombeau de saint Just (mais ta maladie t’avait empêché d’être alors présent) ; la procession avait eu lieu avant le jour : c’était la cérémonie d’anniversaire ; il y avait une foule énorme des deux sexes que ne pouvait contenir l’immense basilique, bien qu’elle fût entourée encore de vastes cryptoportiques. Quand fut achevé le service des vigiles que moines et clercs avaient célébré en chantant à tour de rôle des psaumes avec une grande douceur, chacun de nous se retira de divers côtés, pas très loin cependant, puisqu’il faudrait être présent à tierce, quand les prêtres devraient célébrer le culte divin. Mais, en raison de l’étroitesse du lieu et de la presse, et du grand nombre de lumières qui avaient été apportées, nous étions littéralement suffoqués ; mais en même temps, la nuit encore toute proche de l’été nous avait accablés, nous qui étions enfermés sous le toit, même si cette nuit était déjà atténuée par la première fraîcheur d’une aurore automnale. C’est pourquoi, alors que les divers éléments des classes sociales se dispersaient çà et là, les premiers citoyens de la ville décidèrent de se retrouver auprès du tombeau du consul Syagrius, qui n’était même pas éloigné d’une portée de flèche. Nous nous étions assis là, les uns à l’ombre d’une treille déjà grande que formait une vigne qui s’était étalée au‑dessus en rameaux élevés et pendants en forme de treillis, les autres sur une verte pelouse, embaumée par les fleurs. Les propos échangés étaient agréables, spirituels, railleurs ; en outre (ce qui est très heureux) aucune mention des autorités ni des impôts, aucune parole qui fût prononcée par trahison, aucune personne qui vous trahît. Chacun assurément aurait pu raconter une histoire qui méritait de l’être et pleine de sentiments élevés : il était écouté très attentivement. Pour cette raison, il n’y avait pas de récit qui ne fût interrompu parce que la gaieté s’y mêlait. Cependant, engourdis par ce manque d’exercice prolongé, nous décidâmes de faire quelque chose.
Bientôt on apporte aux uns la balle, aux autres la table de jeu que deux groupes, d’âges différents, réclament à grands cris. Pour ma part, je fus le premier à me faire le champion de la balle, qui ne m’est pas moins familière, tu le sais, que le livre. Dans l’autre groupe, mon frère Domnicius, un homme de beaucoup de charme et de beaucoup d’esprit, avait saisi les dés et les agitait ; s’en servant comme d’une trompette guerrière il appelait à la bataille les joueurs : « au cornet ! ». Quant à nous, nous jouâmes abondamment avec une troupe d’étudiants, assez pour que la course salutaire rendît leur vigueur à nos membres engourdis par l’amollissement du travail sédentaire.

(Sidoine Apollinaire, Lettres V, 17, 3‑6)

417On possède d’autres lettres de Sidoine Apollinaire à Ériphius – et un éloge funèbre de son épouse Philomathia, morte peu de temps après la présente lettre au ton léger.

418Sur saint Just, mort vers 390 en Égypte, sa vie et les questions liées au lieu de son inhumation, 157, 217.

  • 305 Sur ce personnage et sa famille, Coville 1928, p. 5‑29.

419Flauius Afranius Syagrius, Lyonnais d’origine, proche de Valentinien I et surtout de Gratien, ami d’Ausone et de Symmaque, fut préfet du prétoire et consul en 381‑382. On lui avait élevé une statue à Lyon ainsi qu’un tombeau luxueux, près de l’église dite des Macchabées305. C’est le grand‑père d’Afranius Syagrius, « roi des Romains », vainqueur d’Attila, vaincu puis mis à mort plus tard par Clovis.

420Domitianus n’est pas le frère de Sidoine au sens strict, mais un ami très proche, ce qui justifie la formule frater meus.

  • 306 Gauthier, Picard 1986, p. 27‑28 ; Reynaud 1986, p. 54‑76 ; Reynaud 1998, p. 87‑136.
  • 307 J.‑F. Reynaud, B. Mandy, « Les fouilles de sauvetage de l’église Saint‑Just et du groupe épiscopal (...)

421Sur l’église de Saint‑Just, détruite en 1562, et en particulier sur le « cryptoportique » qui a fait couler beaucoup d’encre, 157C, 158306. Une première église cimetériale fut bâtie à la fin du ive ou au tout début du ve s., à laquelle succédèrent toute une série de constructions plus importantes, dont nous possédons encore les vestiges visibles. Le bâtiment actuel de Saint‑Just, qui est en fait l’église des chanoines, ne se trouve pas sur l’emplacement de la basilique ; elle était à l’origine consacrée aux Macchabées (162), ainsi que l’indique l’inscription de son fronton307.

Fig. 46 – Plan des trois états de la basilique de Saint-Just d’après les fouilles de J.‑F. Reynaud et B. Mandy (D. Bertin, J.‑F. Reynaud, N. Reveyron, Guide des églises de Lyon, Lyon, 2000, p. 48).

Fig. 46 – Plan des trois états de la basilique de Saint-Just d’après les fouilles de J.‑F. Reynaud et B. Mandy (D. Bertin, J.‑F. Reynaud, N. Reveyron, Guide des églises de Lyon, Lyon, 2000, p. 48).

Fig. 47 – Saint-Just sur le plan scénographique de Lyon, vers 1550 (Archives de Lyon, cote 2SAT/3, recherches.archives-lyon.fr/ark:/18811/vnqlfj7pk50t).

Fig. 47 – Saint-Just sur le plan scénographique de Lyon, vers 1550 (Archives de Lyon, cote 2SAT/3, recherches.archives-lyon.fr/ark:/18811/vnqlfj7pk50t).

110. Les murailles de Lyon

422Sidoine fut un grand voyageur et, grâce à lui, nous possédons l’un des rares témoignages de l’existence d’un rempart à Lyon au Bas‑Empire.

Egresso mihi Rhodanusiae nostrae moenibus publicus cursus usui fuit.

Une fois que j’eus franchi les murailles de notre chère ville de Lyon‑sur‑le‑Rhône, j’utilisai la poste publique.

(Sidoine Apollinaire, Lettres I, 5, 2)

423Nous avons là le début d’une lettre où Sidoine raconte son voyage officiel à Rome, où il est convoqué à la fin de 467 par le nouvel empereur Anthémius (467‑472) : c’est ce qui explique qu’il ait le privilège d’utiliser les services de la poste impériale. Ce passage ne permet pas de mieux connaître le réseau routier au départ de Lyon et de particulier de trancher entre deux itinéraires : le chemin suivi par Sidoine passe‑t‑il par Vienne ou emprunte‑t‑il la voie d’Italie qui reliait directement Lyon à Bourgoin ? La suite du texte ne donne pas de détail si ce n’est qu’il passe par les Alpes et gagne Pavie.

424Sur les remparts de Lyon, 67.

Références

Édition

Sidoine Apollinaire, t. II, Correspondance, livres I‑V, éd. A. Loyen, CUF, Paris, 1970.

La cathédrale de Lyon (108)

Gauthier, Picard 1986, p. 22‑26, avec plan ; Reynaud 1998, p. 43‑86 ; J.H. Lobato, « La écfrasis de la cathedral de Lyons como híbrido intersistémico. Sidonio Apolinar y el Gesamtkuntswerk tardoantiguo », AntTard 18, 2010, p. 297‑308 ; N. Hecquet-Noti, « Le temple de Dieu ou la nature symbolisée : la dédicace de la cathédrale de Lyon par Sidoine Apollinaire (Epist. 2, 10) », in F. Garambois-Vasquez, D. Vallat (éd.), Le lierre et la statue : la nature et son espace littéraire dans l’épigramme gréco‑latine tardive, Saint‑Étienne, 2013, p. 217‑231 ; G. Herbert de La Portebarré-Viard, « Les descriptions et évocations d’édifices religieux chrétiens dans l’œuvre de Sidoine Apollinaire », in R. Poignault, A. Stoehr-Monjou (éd.), Présence de Sidoine Apollinaire. Actes du colloque international, université Blaise Pascal, Clermont‑Ferrand, 19‑20 octobre 2010, Tours, 2014, p. 379‑406.

Étienne de Byzance, Les Villes ou Les Ethniques

Étienne de Byzance (Στέφανος), appelé aussi Stéphane, est un grammairien du vie s. dont nous ne savons pratiquement rien et dont l’œuvre en soixante livres nous est partiellement parvenue par un abréviateur d’époque incertaine, Hermolaos, qui la dédia à Justinien et dans lequel M. Bouiron voit un quasi contemporain d’Étienne, voire celui qui aurait achevé l’œuvre.

425L’ouvrage traditionnellement appelé Les Villes ou Les Ethniques (Περὶ Πόλεων, Τὰ Ἐθνικά), dont le titre complet est Les îles, les villes et les peuples, leurs homonymies et leurs changements de noms, les ethniques, les toponymes et les ktétiques qui en sont tirés (Περὶ πόλεων, νήσων τε καὶ ἐθνῶν, δήμων τε καὶ τόπων καὶ ὀμονυμίας αὐτῶν καὶ μετεονομασίας καὶ τῶν ἐντεῦθεν παρηγμένων ἐθνικῶν τε καὶ τοπικῶν καὶ κτητικών ὀνομάτων), est une sorte de dictionnaire qui donne des noms de villes avec, le plus souvent, la source littéraire dans laquelle Étienne les a puisés : fréquemment Homère, mais aussi des géographes (Hécatée, Strabon, Artémidore, etc.), des historiens (Polybe, Apollodore, etc.), parfois des polygraphes tel Posidonios. Toutefois les ethniques et les adjectifs correspondants, quand ils sont mentionnés, sont parfois des créations d’Étienne lui‑même. Ainsi, certains termes ne sont‑ils connus que par son intermédiaire, et il faut toujours l’utiliser avec prudence du fait des déformations et des simplifications subies par le manuscrit au cours des diverses phases d’abréviations qui ont abouti au recueil tel qu’il nous est parvenu.

111. Les Ethniques, s.v. « Lyon »

Λούγδουνος, πόλις Κελτογαλατίας. Πτολεμαῖος ἐν Περίπλῳ. Τὸ ἐθνικὸν Λουγδουνήσιος καὶ Λουγδουνησία ἐπαρχία.

Lyon, ville de Gaule celtique (Ptolémée, Périple) ; ethnique, Lyonnais et la province, la Lyonnaise.

(Étienne de Byzance, Les Ethniques, éd. Billerbeck, Zubler, s.v.)

426La référence au Périple renvoie à ce que nous appelons la Géographie de Ptolémée, au livre II (32), et il est donc question de l’état de la province sous le Haut‑Empire. Mais on ne peut exclure, dans l’esprit de l’auteur, une confusion entre l’ouvrage de Ptolémée et celui de Marcien, intitulé précisément Le Périple (78).

427Il n’est peut‑être pas inutile de mentionner ici encore les variantes que nous fournissent les manuscrits : Λοόγδουνος, Λούγδουνον, pour la ville, Λουγδουησσία, Λουγδουνισσία, pour la province.

Références

L’auteur et l’ouvrage

Duval 1971, n° 32b ; outre les commentaires de l’édition Dindorf, M. Billerbeck, « Sources et technique de citation chez Étienne de Byzance », Eikasmos 19, 2008, p. 301‑322 ; M. Bouiron, « Du texte d’origine à l’Épitomé des Ethnika : les différentes phases de réduction et la transmission du lexique géographique de Stéphane de Byzance », Rursus 8, 2012, p. 2‑41 ; M. Bouiron, L’Épitomé des Ethniques de Stéphane de Byzance comme source historique : l’exemple de l’Europe occidentale, thèse de doctorat, université Nice Sophia Antipolis, 2014, tel.archives-ouvertes.fr/tel-01424111.

Éditions

Stephani Byzantii Ethnica, éd. M. Billerbeck, C. Zubler, Berlin-New York, 2006‑2016 (d’alpha à upsilon), nouvelle édition en cours avec traduction allemande.

Deux éditions de référence : Stephanus Byzantinus, cum annotationibus L. Hostenii, A. Berkelii et Th. de Pinedo, éd. W. Dindorf, Lipsiae, 1825 ; Ethnikôn. A geographical lexicon on ancient cities, peoples, tribes and toponyms. Stephanos Byzantinii ethnicorum quae supersunt, éd. A. Meineke, Berlin, 1849 (réimpr., Chicago, 1992).

Constance de Lyon, Vie de saint Germain

Constance de Lyon (Constantius Lugdunensis), prêtre lyonnais du ve s. dont on sait peu de choses, fut sans doute le maître et l’ami de Sidoine Apollinaire : quatre des lettres de ce dernier lui sont adressées et c’est lui qui les publia, au témoignage de Sidoine (Lettres VIII, 16). Homme d’action, ce fut surtout un lettré et un poète : toujours au témoignage de Sidoine, un de ses hexamètres ornait une paroi de la cathédrale de Lyon (108).

428La Vie de saint Germain évêque (Vita Sancti Germani episcopi) fut très probablement rédigée dans les années 475‑480 à la demande de Patient, évêque de Lyon (450‑494 ; 161) et de Censure ou Censoir, évêque d’Auxerre (472‑502). Cet ouvrage hagiographique connut deux versions, la seconde, d’époque carolingienne, étant très largement augmentée et interpolée ; elle raconte la vie, l’œuvre et les miracles de l’évêque d’Auxerre, Germain, qui vécut entre 378‑380 et 445‑448.

429Germain, vraisemblablement au cours de l’année 431, se rend par bateau à Arles, alors préfecture des Gaules, pour solliciter un allègement d’impôts au profit de ses fidèles – ce qu’il obtiendra. Il fait une courte escale à Lyon.

112. Escale de saint Germain à Lyon

Itaque Arelatum petens ad Lugdunensem urbem, Arari famulante, deuectus est ubi, certantibus populi studiis, indiscreta aetas et sexus uno occurrit officio. Omnes benedictionem flagitant, tactum requirunt et quod superest multitudinis releuat uel uidisse. Diuersae infirmitates passim benedictione sanantur, praedicationibus ciuitas recreatur et licet festinus abscesserit, sitientem populum doctrinae fontibus inrigauit.

Se dirigeant donc vers Arles, Germain descendit au fil de la Saône jusqu’à Lyon dont les habitants, rivalisant d’empressement, accoururent à sa rencontre en un hommage unanime, sans distinction d’âge ni de sexe. Tous sollicitent sa bénédiction, cherchent à le toucher et le reste de la foule est réconforté pour l’avoir seulement vu. Diverses maladies sont guéries çà et là par sa bénédiction, la cité est raffermie par ses prédications et, bien qu’il se fût éloigné rapidement, il désaltéra la population assoiffée aux sources de son enseignement.

(Constance, Vie de saint Germain XXIII)

430Le passage qui est reproduit ci‑dessus ne présente qu’un intérêt limité pour l’histoire proprement dite de Lyon, si ce n’est qu’il confirme ce que l’on sait par d’autres sources : la ville n’est plus guère, à l’époque, qu’une étape dans un voyage, car les vrais sièges du pouvoir sont ailleurs, en la circonstance à Arles. Si nous l’avons conservé cependant, c’est essentiellement pour comparaison avec le fragment du poème d’Héric (179) qui s’est largement inspiré de l’œuvre de Constance.

Références

L’auteur et l’ouvrage

Outre une longue introduction et les notes de l’édition de R. Borius, voir G. Bardy, « Constance de Lyon, biographe de saint Germain d’Auxerre », in Saint Germain d’Auxerre et son temps, Auxerre, 1950, p. 89‑109.

Sur l’hagiographie et sur Germain « type de saint du ve siècle finissant » : E.A. Thompson, « A chronological note on S. Germanus of Auxerre », AB 75, 1957, p. 135‑138 ; Griffe 1966 ; DHGE 20, 1984, s.v. « Germain (saint), évêque d’Auxerre », col. 901‑904 [Dubois] ; R. Aigrain, L’hagiographie, ses sources, ses méthodes, son histoire, Paris, 1953, réimpression avec complément bibliographique par R. Godding, Subsidia hagiographica 80, Bruxelles, 2000.

Éditions

Constance de Lyon, Vie de saint Germain d’Auxerre, éd. R. Borius, SC, Paris, 1965.

À consulter aussi Vita Germani episcopi Autessiodorensis auctore Constantio, éd. W. Levison, MGH SS rer. Merov. VII, Hanovre-Leipzig, 1920, p. 225‑283.

Anonyme, Chronique gauloise de 452

431Le nom de Chronique gauloise de 452 (Chronica Gallica a. CCCCLII) a été donné à cet ouvrage par son premier éditeur moderne, T. Mommsen. Son auteur, peut‑être un clerc de Marseille, est inconnu, et la date de rédaction traditionnelle (452) correspond à la version la plus ancienne, ensuite complétée et enrichie. Cette chronique commence en 379, année de l’élévation de Théodose à l’Augustat par Gratien en Orient et s’achève avec l’arrivée des Huns en Italie.

113. De quelques événements lyonnais

Gratianus regnauit a. VI post patrem ac patruum adhibitis imperii sociis Valentiniano fratre admodum puero et Theodosio, quem Orienti praefecit : ipse manu promptus et studiis litterarum Ausonio magistro sufficienter imbutus nec erga religionis nostrae cultum indiligens. Victus a Maximo tyranno, qui intra Brittanias Augusti nomen adsumpsit, apud Lugdunum oppidum Galliarum, quo amisso exercitu fugiens uenerat, est necatus. […]
Ol. CCXC.
Maximus in Gallias transfretauit et conflictu contra Gratianum habito eundem fugitantem Lugduni interfecit [a. 383]. […]
Occisus est Gratianus per fraudem Maximi tyranni Lugduno, quo fugerat, Andragaiso duce.

Gratien régna six ans après son père et son oncle, en associant à l’empire son frère Valentinien, encore enfant, et Théodose, qu’il mit à la tête de l’Orient. Lui‑même était homme d’action, assez imprégné de culture littéraire par son maître Ausone, et il ne négligea pas de servir notre religion. Vaincu par le tyran Maxime qui usurpa le titre d’Auguste dans les Bretagnes, il fut assassiné à Lyon, ville des Gaules où il était venu dans sa fuite après avoir perdu son armée. […]
290e Olympiade.
Maxime fit la traversée vers les Gaules et, après une bataille contre Gratien, il fit tuer ce dernier qui s’était réfugié à Lyon. […]
Suite à une ruse de l’usurpateur Maxime, Gratien fut assassiné à Lyon, où il s’était enfui, par le général Andragathe.

(Chronique gauloise, éd. Mommsen, p. 629, 646‑647)

Références

L’auteur et l’ouvrage

Duval 1971, n° 4B ; Muhlberger 1990.

Éditions

MGH Auct. Ant. Chronica Minora I, éd. T. Mommsen, Berlin, 1892, p. 615‑666.

R.W. Burgess, « The Gallic Chronicle of 452 : A new critical edition with a brief introduction », in R.W. Mathisen, D. Shanzer (éd.), Society and culture in Late Antique Gaul. Revisiting the Sources, Aldershot, 2001.

Anonyme, Consularia Constantinopolitana

432L’auteur, ou plutôt les auteurs, de l’ouvrage connu sous le nom latin conventionnel Consularia Constantinopolitana sont inconnus : son attribution à Hydace de Chaves (Hydatius, ca 400‑469), évêque d’Aquae Flaviae en Galice et auteur lui-même d’une chronique qui couvre la période de 378 à 468, Hydatii Gallaeciae episcopi chronicon, n’est plus acceptée depuis longtemps. Sa rédaction s’étend du ier au ve s. et il contient pour l’essentiel une liste des consuls entre 509 av. et 468 ap. J.‑C., ce qui en fait une source pour de nombreux écrivains anciens et un ouvrage capital pour les historiens modernes ; pour la période 350‑389, des événements considérés comme importants sont en outre signalés annuellement.

114. Mort de Magnence

353. Constantio VI et Constantio II.
His conss. Magnentius se interfecit in Gallis apud Lugdunum die III id. Aug.
Et Decentius frater Magnentii laqueo se suspendit XV kal. Sep.

Sixième consulat de Constance [II] et deuxième de Constance [Galle].
Sous ces deux consuls, Magnence se tua dans les Gaules à Lyon le 13 octobre et son frère Décence se pendit le 17 septembre.

(Consularia Constantinopolitana, éd. Mommsen, p. 238)

Références

L’auteur et l’ouvrage

Duval 1971, n° 9B [attribution à Hydace ou Idace] ; R.W. Burgess, « Non duo Antonini sed duo Augusti : The consuls of 161 and the origins and traditions of the latin consular fasti of the Roman Empire », ZPE 132, 2000, p. 259‑290 ; R.W. Burgess, M. Kulikowski, Mosaics of time, vol. I, A historical introduction to the chronicle genre from its origins to the high Middle Ages : the Latin chronicle traditions from the first century BC to the sixth century AD, Studies in the early Middle Ages 33, Turnhout, 2013.

Éditions

MGH Auct. Ant. Chronica Minora I, éd. T. Mommsen, Berlin, 1892, p. 205‑247.

Voir aussi The Chronicle of Hydatius and the Consularia Constantinopolitana : Two Contemporary Accounts of the Final Years of the Roman Empire, éd. R.W. Burgess, Oxford, 1993, p. 175‑245.

Cassiodore, Chronique

Cassiodore (Magnus Aurelius Cassiodorus Senator), est né en Calabre vers 485 dans une grande famille qui exerça de très importantes charges publiques : il était apparenté à Symmaque et à Boèce, philosophes et hommes politiques. Cassiodore eut lui aussi une carrière bien remplie, en particulier sous Théodoric (roi des Ostrogoths, ca 455‑526), puisqu’il exerça, entre autres fonctions, la préfecture du prétoire pour l’Italie en 533‑538. À sa sortie de charge, il se retira en Sicile où il fonda le monastère du Vivarium et, proche des papes Jean II et Agapet, consacra l’essentiel de son activité à la rédaction de traités religieux. Son ouvrage le plus célèbre en ce domaine est Les Institutions (Institutiones), destiné aux moines du Vivarium.

  • 308 Cité par Jeanjean, Lançon 2004, p. 22.

433Cassiodore rédigea aussi une Chronique jusqu’au règne de Théodoric (Chronicon ad Theodericum regem). Dans les Institutions, il donne une définition du genre en ces termes : « Quant aux chroniques, qui sont des présentations de l’histoire et de très brefs rappels des temps passés, elles furent écrites en grec par Eusèbe que Jérôme traduisit en latin et prolongea de façon remarquable jusqu’à son temps. Le susdit Marcellin d’Illyricum se fit le continuateur de ce dernier308. »

115. Mort de Gratien

Ricimer et Glearchus […]
His conss Gratianus apud Lugdunum captus occiditur.

Ricimer et Clearchus.
Sous leur consulat, Gratien est fait prisonnier à Lyon et mis à mort.

(Cassiodore, Chronique, éd. Mommsen, p. 153)

Fig. 48 – Gratien (© Lyon MBA, photo A. Basset).

Fig. 48 – Gratien (© Lyon MBA, photo A. Basset).

Références

L’auteur et l’ouvrage

P.‑F. Béatrice, « De Rufin à Cassiodore : la réception des Histoires ecclésiastiques grecques dans l’Occident latin », in B. Pouderon, Y.‑M. Duval (éd.), L’historiographie de l’Église des premiers siècles. Actes du IIe Colloque international d’études patristiques d’expression française, université de Tours, 11‑13 septembre 2000, Paris, 2001, p. 237‑257 ; C. Urlacher-Becht, « Trois témoins privilégiés de l’état de la culture dans l’Italie de Théodoric : Ennode et Cassiodore, “lecteurs” de Boèce », Vita Latina 185‑186, 2012, p. 203‑236.

Éditions

Cassiodori Senatoris Chronica, MGH Auct. Ant. Chronica Minora II, éd. T. Mommsen, Berlin, 1894, p. 109‑161.

Consulter aussi PL 70, 1847, col. 1242 ; Cassiodore, Chronique depuis Adam jusqu’à l’année 519, C. Desgrugillers‑Billard (trad.), Clermont‑Ferrand, 2014, traduction française seule.

Cassiodore, Histoire tripartite

434Cassiodore fit rassembler et traduire du grec au latin, par son ami et collaborateur Épiphane le Scolastique, des extraits de trois auteurs, Socrate le Scolastique, Sozomène et Théodoret de Cyr, pour faire suite à l’Histoire ecclésiastique de Rufin, ouvrage connu sous le titre d’Histoire ecclésiastique tripartite (Historia ecclesiastica tripartita). Cassiodore est responsable de la répartition en livres et est l’auteur de la préface.

116. Mort de Gratien

Andragathius enim dux Maximi in lectica portatus, ut occideret Gratianum, huiusmodi opinionem misit in uulgus, quia uxor Gratiani suo uiro festinaret occurrere in Lugduno Galliae ciuitate fluuium transeunti. Gratianus autem credens coniugem re uera uenire, quam nuper acceperat, non praecauit eius insidias et, ueluti caecus in foueam, in manus hostis incurrit.
Dum ergo uenisset Gratianus quasi ad uxoris uehiculum, ex inproviso exiliens Andragathius Gratianum callidus interemit.

Andragathe, le général de Maxime, en effet, transporté en litière dans l’intention d’assassiner Gratien, fit circuler la rumeur dans le peuple que son épouse avait hâte de venir à la rencontre de son époux Gratien alors qu’il traversait le fleuve, dans la cité de Lyon en Gaule. Or Gratien, croyant que sa femme, qu’il avait épousée récemment, arrivait vraiment, ne se méfia pas de la ruse de ce dernier et tomba aux mains de l’ennemi comme un aveugle dans un fossé.
Alors donc que Gratien était presque arrivé au chariot de sa femme, le rusé Andragathe bondit brusquement et assassina Gratien.

(Cassiodore, Histoire tripartite IX, 21, 6‑7)

Références

Édition

Historia ecclesiastica tripartita (quam Cassiodorus Epiphanium scholasticum e Socrate, Sozomeno et Theodoreto colligere latineque uertere iussit), éd. W. Jacob, R. Hanslik, CSEL 71, Turnhout, 1952.

Marcellin, Chronique

On sait peu de choses de la vie du comte Marcellin (Marcellinus Comes), qui fut haut fonctionnaire sous Justin Ier et Justinien, et qui est mort vers 534.

435Il est l’auteur d’une brève Chronique (Chronicon) qui se voulait la continuation d’Eusèbe via sa traduction latine de Jérôme et qui s’étend de 379 (Gratien nomme Théodose Auguste pour l’Orient) à 534 (Bélisaire en Afrique). Cet ouvrage fait une place nettement plus importante à l’Orient, où vivait Marcellin, qu’à l’Occident.

117. Mort de Gratien

383. Merobaudis II et Saturnini.
Gratianus imperator Maximi tyranni dolo apud Lugdunum occisus est VIII kal. Septembris.

383. Second consulat de Mérobaude et consulat de Saturnin. L’empereur Gratien est assassiné à Lyon suite à une ruse de l’usurpateur Maxime, le 25 août.

(Marcellin, Chronique, éd. Mommsen, p. 61)

Références

Éditions

Marcellini V. c comitis Chronicon ad a. DXVIII continuatum ad a. DXXXIV, MGH Auct. Ant. Chronica Minora II, éd. T. Mommsen, Berlin, 1894, p. 37‑104.

Autre édition : PL 51, 1846, col. 919.

Grégoire de Tours, Histoire des Francs

Grégoire de Tours (Georgius Florentius Gregorius), naît en 538‑539 à Clermont au sein d’une famille de la haute noblesse gallo‑romaine – sa famille prétendait descendre de Vettius Épagathus, l’un des martyrs de 177. Il devient évêque de Tours en 573 sous Sigebert Ier, roi d’Austrasie, et le reste jusqu’à sa mort en 594. Il joua un rôle important dans la vie de l’Église, en particulier dans ses rapports avec les pouvoirs politiques. Grégoire est l’auteur d’une œuvre considérable, qui touche à l’exégèse et à l’hagiographie, mais c’est surtout par son œuvre historique qu’il est aujourd’hui connu, à travers l’Histoire des Francs.

436L’Histoire des Francs (Historia Francorum) fut rédigée en plusieurs étapes entre 575‑576 et 592‑594, mais A.C. Murray a proposé récemment une fourchette plus étroite, 585‑594. Elle comportait quinze livres, le premier constituant une sorte d’histoire universelle commençant par la création d’Adam et s’achevant à l’époque de saint Martin de Tours (mort ca 397), soit 5596 ans. Les livres suivants ont un rythme plus lent, le récit s’organisant autour d’un thème central : l’Église est le moteur de l’histoire. L’ouvrage, très précieux pour la connaissance de l’histoire du vie s. et des temps mérovingiens et parce qu’il utilise des sources qui nous auraient autrement été inaccessibles, n’est évidemment pas exempt d’erreurs. Comme le remarque l’éditeur de Grégoire dans la CUF, R. Latouche, c’est à l’Histoire des Francs que remonte la popularité d’épisodes comme le vase de Soissons ou le baptême de Clovis.

437L’extrait qui suit appartient au début de l’ouvrage, lorsque Grégoire se livre à un survol rapide de l’histoire du monde.

118. Fondation de Lyon

Post hos imperator primus Iulius Caesar fuit, qui tutius imperii obtenuit monarchiam ; secundus, Octauianus, Iulii Caesaris nepus, quem Augustum uocant, a quo et mensis Agustus est uocitatus. Cuius nono decimo imperii anno Lugdunum Galliarum urbem conditam manefestissime repperimus ; quae postea inlustrata martyrum sanguine, nobilissima nuncupatur.

Après eux [les souverains de différents peuples de l’Antiquité], Jules César fut le premier empereur, qui obtint le pouvoir d’un monarque sur l’ensemble de l’Empire ; le second fut Octave, neveu de Jules César, qu’on appelle Auguste et duquel aussi le mois d’août reçut son nom. C’est dans la dix‑neuvième année de son règne que fut fondée la ville de Lyon dans les Gaules, d’après ce qui ressort très clairement de nos recherches. Celle‑ci, illustrée ensuite par le sang des martyrs, reçoit le titre de Très Noble.

(Grégoire de Tours, Histoire des Francs I, 18)

438Pour la fondation de Lyon, Grégoire reprend la date donnée par Jérôme dans son adaptation de la Chronique d’Eusèbe (75), ce qui correspondrait à l’année 25 av. J.‑C. de notre comput si on se fonde sur la logique interne de la chronologie de Jérôme, lequel fait débuter le règne d’Octave‑Auguste juste après la mort de César. On relèvera aussi que Grégoire, qui ne cite pas le nom du fondateur de la ville, est en revanche le seul dans nos sources à donner à Lyon le titre de nobilissima. Cette phrase sera reprise, entre autres, dans la Passion anonyme de saint Irénée (184).

439Quelques pages plus loin, Grégoire rappellera en quelques mots le martyre de Pothin, premier évêque de la Gaule, et celui d’Irénée. Ces récits sont nettement plus développés dans un autre ouvrage de Grégoire, La gloire des martyrs (120).

440L’histoire de l’Église et de ses saints tient une grande place dans l’œuvre proprement historique de Grégoire. En témoigne l’extrait suivant.

119. Martyre d’Irénée

Ex quibus et ille primus Lugdunensis Ecclesiae Photinus episcopus fuit, qui plenus dierum, diuersis adfectus suppliciis, pro Christi nomine passus est. Beatissimus uero Hireneus huius successor martyris, qui a beato Policarpo ad hanc urbem directus est, admirabili uirtute enituit ; qui in modici temporis spatio praedicatione sua maxime in integrum ciuitatem reddidit christianam. Sed ueniente persecutione, talia ibidem diabulus bella per tyrannum exercuit, et tanta ibi multitudo christianorum ob confessione[m] dominici nominis est iugulata, ut per plateas flumina currerent de sanguine christiano ; quorum nec numerum, nec nomina collegere potuimus, Dominus enim eos in libro uitae conscripsit. Beatum Hirenaeum diuersis in sua carnifex praesentia poenis adfectum, Christo Domino per martyrium dedicauit. Post hunc et 48 martyres passi sunt, ex quibus primum fuisse legimus Vectium Epagatum.

Parmi eux, il y avait aussi le premier évêque de l’Église de Lyon, Pothin, qui, comblé de jours, subit diverses tortures et souffrit pour le nom du Christ.
Puis le bienheureux Irénée, successeur de ce martyr, qui fut envoyé dans cette ville par le bienheureux Polycarpe, brilla par son admirable vertu : celui‑ci, en peu de temps, surtout par sa prédication, convertit sa ville tout entière au christianisme. Mais, à l’arrivée de la persécution, le diable y provoqua, par l’entremise du tyran, de telles tueries et une si grande foule de chrétiens y fut assassinée pour avoir confessé le nom du Seigneur qu’à travers les places coulaient des fleuves du sang chrétien : nous n’avons pu recueillir ni leur nombre ni leurs noms, mais Dieu les a inscrits au Livre de Vie. Le bourreau infligea à Irénée divers supplices en sa présence [celle du tyran] et le consacra au Christ notre Seigneur par le martyre. Après lui, quarante‑huit martyrs furent aussi suppliciés, parmi lesquels, d’après ce que nous avons lu, le premier fut Vectius Épagatus.

(Grégoire de Tours, Histoire des Francs I, 28‑29)

441Grégoire n’indique aucune date ni aucun nom d’empereur. Il laisse même entendre qu’Irénée subit le martyre presque immédiatement après Pothin. Surtout, il intervertit l’ordre des événements, puisque, dans cette version des faits, les quarante‑huit martyrs de 177 – au nombre desquels figurait pourtant Pothin – sont mis à mort, non avant, mais après Irénée. Le carnifex (le bourreau) est ici, puisque Grégoire précise qu’il était présent, très probablement l’empereur lui‑même et non l’exécuteur de la sentence à proprement parler.

442On remarquera en outre que Grégoire insiste fortement sur l’ampleur du massacre. Il se trouve pour ainsi dire à la source d’une tradition qui verra le nombre des victimes s’accroître dans des proportions fabuleuses. L’origine en est sans doute à chercher dans le récit que fait Dion Cassius de la bataille de Lyon, quand il écrit que le sang coulait jusque dans les rivières (46) ; les auteurs tardifs ont confondu les deux événements en un seul.

  • 309 Grégoire de Tours, Histoire des Francs I, 31.

443Soulignons enfin que le récit se termine sur la mise en valeur du seul Vectius Épagatus (ou Vettius Épagathus), lequel figure, en tête de liste cette fois, où il n’est pas autant mis en lumière, même si le personnage est généralement cité en bonne place. Cette place privilégiée, chez Grégoire de Tours, ne doit sans doute rien au hasard : il se disait lointain descendant de Vettius Épagathus du côté maternel309. C’est le même Vettius Épagathus qui apparaît en tête de la liste des martyrs dans le texte qui suit.

444Sur le martyre d’Irénée 126, 153, 183‑184, 201, 204, 208.

Références

L’auteur et l’ouvrage

Duval 1971, n° 22b ; K.A. Mitchell, History and christian society in sixth‑century Gaul. An historiographical analysis of Gregory of Tours’ Decem libri historiarum, PhD thesis, Michigan State University, 1983, d.lib.msu.edu/etd/19772 ; Y. Verdon, Grégoire de Tours : « le père de l’Histoire de France », Le Coteau, 1989 ; M. Heinzelmann, Gregor von Tours (538‑594). « Zehn Bücher Geschichte ». Historiographie und Gesellschaftskonzept im 6. Jahrhundert, Darmstadt, 1994 ; M. Heinzelmann, « Grégoire de Tours, père de l’histoire de France ? », in Y.‑M. Berce, P. Contamine (éd.), Histoires de France, historiens de la France. Actes du colloque international, Reims, 14 et 15 mai 1993, Paris, 1994, p. 19‑45 ; N. Gauthier, H. Galinié (éd.), Grégoire de Tours et l’espace gaulois. Actes du colloque international (Tours, novembre 1994), Tours, 1997 ; M. Heinzelmann, « Structures typologiques de l’histoire d’après les Histoires de Grégoire de Tours : prophéties - accomplissement - renouvellement », RecSR 92/4, 2004, p. 569‑596 ; K. Mitchell, The world of Gregory of Tours, Leyde, 2002 ; A. Murray, « Chronology and the composition of the “Histories” of Gregory of Tours », Journal of Late Antiquity 1, 2008, p. 157‑196 ; B. Beaujard, « Grégoire de Tours et Lyon », in J.‑F. Reynaud, F. Richard (dir.), L’abbaye de Saint‑Martin d’Ainay : neuvième centenaire, Actes du colloque de janvier 2007, Lyon, 2008, p. 53‑60.

Éditions

MGH SS rer. Merov. I, 1, éd. B. Krusch, Hanovre, 1937.

Traduction française seule : R. Latouche, Grégoire de Tours, Histoire des Francs, Paris, 1963‑1965, 2 vol.

Grégoire de Tours, La gloire des martyrs

445L’ouvrage intitulé La gloire des martyrs (In gloria martyrum liber) est un grand recueil hagiographique dont la rédaction s’étendit vraisemblablement de 575 à 587 et qui contient pour l’essentiel les récits des miracles du Christ, des apôtres et de saints ayant exercé leur apostolat en Gaule.

120. Les quarante‑huit martyrs de Lyon

Quadraginta octo uero martyrum nomina, qui Lugduno passi dicuntur, haec sunt : Vettius Epagatus, Zaccharias, Macharius, Alcipiadis, Silvius, Primus, Alpius, Vitalis, Comminius, October, Philominus, Geminus, Iulia, Albina, Grata, Aemelia, Postumiana, Pompeia, Rodonae, Biblis, Quarta, Materna, Elpenipsa, Stamas. Hii autem bestiis traditi sunt : Sanctus et Maturus, Alexander, Ponticus, Blandina. Hii sunt qui in carcerem spiritum reddiderunt : Arescius, Photinus, Cornelius, Zotimus, Titus, Zoticus, Iulius, Aemelia, Gamnitae, Pompeia, Alumna, Mamilia, Iusta, Trifimae, Antonia et beatus Photinus episcopus. Quorum sancta corpora iudex iniquus igni tradi praecepit exustaque in Rodanum puluera iussit spargi. Sed postquam haec gesta sunt, cum christiani maerorem maximum haberent, quasi deperissent beatae reliquiae, nocte apparuerunt uiris fidelibus in eo loco quo igni traditi sunt stantes integri ac inlaesi. Et conuersi ad uiros, dixerunt eis : « Reliquiae nostrae ab hoc collegantur loco, quia nullus periit a nobis. Ex hoc enim translati sumus ad requiem, quam nobis promisit rex caelorum Christus, pro cuius nomine passi sumus. » Haec renuntiantes uiri illi reliquis christianis, gratias egerunt Deo et confortati sunt in fide, collegentesque sacros cineres, aedificauerunt basilicam mirae magnitudinis in eorum honore. Et sepelierunt beata pignora sub sancto altare, ubi se semper uirtutibus manifestis cum Deo habitare declarauerunt. Locus autem ille in quo passi sunt Athanaco uocatur, ideoque et ipsi martyres a quibusdam uocantur Athanacenses.
Igitur martyrio consummatus gloriosus Photinus episcopus, qui Lugdunensi praefuit urbi sacerdos, per certaminis nobilis meritum inuectus est caelo. Cui et merito et sanctitate condignus Hereneus successit episcopus, per martyrium et ipse finitus. Hic in cripta basilicae sancti Iohannis sub altari est sepultus. Et ab uno quidem latere Epypodius, ab alio Alexander martyr est tumulatus. De quorum monumentis si puluis cum fide collegatur, extemplo medetur infirmis. Magna enim claritas in cripta illa contenetur, quae, ut credo, meritum martyrum signat.

Voici les noms des quarante‑huit martyrs qui, selon la tradition, ont été suppliciés à Lyon : Vettius Épagatus, Zaccharie, Macharius, Alcibiade, Silvius, Primus, Alpius, Vitalis, Comminius, October, Philominus, Géminus, Julia, Albina, Grata, Aemélia, Postumiana, Pompéia, les Rodona, Biblis, Quarta, Materna, Élpinipsa, Stamas. Ont été livrés aux bêtes : Sanctus et Maturus, Alexandre, Pontique, Blandine. Ont rendu l’âme en prison : Arescius, Pothinus, Cornélius, Zotimus, Titus, Zoticus, Julius, Aemélia, les Gamnita, Pompéia, Alumna, Mamilia, Justa, les Trifima, Antonia et le bienheureux évêque Pothin. Un juge inique recommanda que leurs saintes dépouilles fussent livrées au feu et donna l’ordre que leurs cendres, entièrement consumées, fussent dispersées dans le Rhône. Mais, après ces événements, comme les chrétiens étaient profondément affligés de la perte des bienheureuses reliques, une nuit, à l’endroit même où ils furent livrés au feu, ils apparurent à des fidèles, debout, indemnes et sans blessures. Ils se tournèrent vers ces hommes et leur dirent : « Recueillez nos reliques en ce lieu, parce qu’aucun de nous n’est mort. De fait, nous avons été transportés d’ici jusqu’au lieu du repos que nous a promis le Christ, roi des cieux, au nom duquel nous avons souffert. » En relatant ces événements aux autres chrétiens, ces hommes rendirent grâce à Dieu et furent fortifiés dans leur foi ; puis, recueillant les saintes cendres, ils firent édifier en leur honneur une basilique aux dimensions étonnantes. Et ils enterrèrent sous un autel consacré les bienheureuses reliques ; à cet endroit, ces martyrs manifestèrent, par leurs vertus évidentes, qu’ils étaient dans la maison de Dieu. Quant au lieu de leur martyre, on l’appelle Athanacus, si bien que les martyrs, quant à eux, sont appelés par certains Athanaciens.
Ainsi, le glorieux évêque Pothin, qui fut le chef spirituel de l’Église de Lyon, ayant consommé son martyre, fut transporté au ciel en récompense de son noble combat. L’évêque Irénée lui succéda, digne successeur par la valeur et la sainteté : il mourut lui aussi dans le martyre. Il fut enseveli dans la crypte de la basilique du bienheureux Jean, sous l’autel. Et on enterra d’un côté Épipoy, de l’autre le martyr Alexandre. Quand il recueille précieusement de la poussière de leur tombeau, aussitôt le malade est guéri. De fait, une grande clarté règne dans la crypte, clarté qui, je le crois, prouve la valeur des martyrs.

(Grégoire de Tours, La gloire des martyrs XLVIII‑XLIX)

Fig. 49 – Mosaïque de l’Antiquaille « bestiis traditi sex » (© Antiquaille ECCLY).

Fig. 49 – Mosaïque de l’Antiquaille « bestiis traditi sex » (© Antiquaille ECCLY).

446La liste nominative des martyrs a très probablement sa source dans une liste plus ancienne, annexée à la « Lettre des Églises de Vienne et Lyon » dont Eusèbe de Césarée nous a transmis de larges extraits dans son Histoire ecclésiastique (54‑59) ; Eusèbe ne l’a pas reproduite dans cet ouvrage, mais l’avait donnée dans son Recueil des martyrs qui est perdu (55 et 60). On en connaît d’autres versions, d’abord dans la traduction d’Eusèbe que Rufin (345‑410 environ) fit en latin, puis dans le Martyrologe hiéronymien, attribué selon une tradition non fondée, à saint Jérôme (125‑127). Elle sera reprise plus tard, avec de nombreuses variantes, par d’autres martyrologes (152, 182). La liste de Grégoire suit très probablement le plan que devait adopter la liste d’Eusèbe, à savoir un classement des martyrs selon leur type de mort (55).

  • 310 Sur cette liste et la question des noms : G. Thomas, « La condition sociale de l’Église de Lyon en (...)

447Si quarante‑huit est en quelque sorte le nombre « canonique » des suppliciés, sur lequel différentes sources anciennes s’accordent, si un certain nombre de personnages, dans cette liste, sont connus – en particulier grâce au récit d’Eusèbe –, il faut rappeler que les noms des martyrs sont, dans la plupart des cas, la seule chose que nous connaissions d’eux ; que ces noms présentent des variantes d’une source ou d’un manuscrit à l’autre ; enfin que les spécialistes discutent depuis longtemps pour savoir si nous avons bien quarante‑huit personnes nommément citées, étant donné les problèmes posés par l’absence de ponctuation et l’existence possible de noms composés310. On notera en outre que le nom Photinus, par exemple, apparaît deux fois : l’évêque, nommé en fin de liste et identifié par son sacerdoce, et, en seconde position, un homonyme autrement inconnu ; c’est le cas aussi d’Aemilia. Pour arriver à quarante‑huit, il faut de toute façon supposer que les Rodona, Gamnitsa et Trifima sont à chaque fois deux, sœurs ou mère et fille.

  • 311 Quentin 1908, p. 150.
  • 312 Eucher, PL 50, 1846, col. 860.
  • 313 Augustin, De cura pro mortuis gerenda I, 18 : PL 40, 1845, col. 600.

448On sait par Eusèbe que les corps des martyrs furent brûlés et leurs cendres dispersées (59). Leur apparition aux chrétiens survivants appartient à une tradition plus tardive, tradition locale dont on trouve d’autres témoignages dans divers martyrologes postérieurs du Moyen Âge311 (152). Eucher, dans son Homélie sur sainte Blandine de Lyon312, insiste au contraire sur le fait qu’il ne restait rien des corps suppliciés. De même saint Augustin313 fait une allusion rapide à la dispersion des cendres et ne connaît rien de la légende de leur invention. Tous deux soulignent avec force que la vénération des saints peut se passer de reliques.

  • 314 J.‑F. Reynaud, F. Richard (dir.), L’abbaye de Saint‑Martin d’Ainay : neuvième centenaire. Actes du (...)
  • 315 Gauthier, Picard 1986, p. 32.
  • 316 Adon, Martyrologe, au 2 juin, ici 152.
  • 317 Sur la basilique funéraire de Saint‑Nizier, Reynaud 1986, p. 123‑139.
  • 318 J.‑F. Reynaud, « À la recherche des martyrs de Lyon et de Vienne », in M. Gaillard (éd.), L’emprei (...)

449Athanacus est le mot latin pour Ainay314, mais on ne sait pas exactement où fut bâtie la basilique des Quarante‑Huit, ni quel nom lui fut donné. Saint‑Martin d’Ainay n’est en tout cas pas attestée avant l’époque carolingienne. N. Gauthier315 propose de localiser cette basilique, peut‑être consacrée aux apôtres316, sur le site de la future église Saint‑Nizier, où le culte des martyrs fut longtemps célébré. C’est à Saint‑Nizier que s’achevait, nous dit Adon, la « fête des Merveilles » (i.e. des Miracles, Dies Miraculorum), qui se célébra dès le ixe s., et qui se terminait par une descente de la Saône (152)317. Néanmoins, une hypothèse plus récente de J.‑F. Reynaud tend à démontrer que cette basilique des martyrs pourrait être l’église portant actuellement le nom de Saint‑Pierre‑de‑Vaise : la procession de la fête des Merveilles débutait à l’église de Vaise318 .

  • 319 A. Blanchet, « La question de Photin, premier évêque de Lyon », CRAI, 1940, p. 55‑58.

450Sur Pothin, que la majorité des textes nomment Photin, on considérera avec prudence l’hypothèse d’A. Blanchet319 : le nom de l’évêque est inconnu et celui qui lui est attribué serait une sorte de surnom, construit sur le grec φῶς, « lumière », à rapprocher d’une des interprétations du mot Lug qui aurait eu le même sens : Photin aurait apporté la lumière de l’Évangile à Lyon.

  • 320 Reynaud 1986, p. 39‑53 ; Reynaud 1988, p. 175‑182 ; surtout J.‑F. Reynaud, « Province ecclésiastiq (...)

451Sur Irénée, voir Jérôme 72 ; sur son martyre supposé, on retrouvera, grâce à l’index, la liste des textes. Selon la tradition, Irénée fut enseveli par le prêtre Zacharie, son successeur sur le trône épiscopal de Lyon, dans la basilique Saint‑Jean, avec Épipoy et Alexandre (151, 155). Son tombeau était dans une crypte dont on ne connaît pas, souligne J.‑F. Reynaud, la nature exacte : vraie crypte, mausolée sur une tombe ou confession inaccessible aux fidèles. Le nom même de l’église n’est pas assuré : Saint‑Jean‑l’Évangéliste pour les textes médiévaux, Saint‑Jean‑Baptiste pour Adon. Cette église fut ensuite, à une date tardive, placée sous le vocable de Saint‑Irénée ; le bâtiment, de construction moderne, existe toujours dans le quartier des Minimes et des fouilles ont reconnu la crypte ancienne320.

Références

L’ouvrage

Pour un aperçu bibliographique, A. De Prisco, Gregorio di Tours agiografo : tra ricerca e didattica, Padoue, 2000 ; M. Heinzelmann, « La réécriture hagiographique dans l’œuvre de Grégoire de Tours », in M. Goullet, M. Heinzelmann (dir.), La réécriture hagiographique dans l’Occident médiéval : transformations formelles et idéologiques, Ostfildern, 2003, p. 15‑70.

Éditions

MGH SS rer. Merov. I, 2, 1, éd. B. Krusch, 1885.

On peut consulter aussi H. Bordier, P. Sicard, La Gloire des Martyrs, Clermont‑Ferrand, 2006 (éd. originale 1857‑1864, sous le titre Le livre des miracles et autres opuscules).

Grégoire de Tours, La gloire des confesseurs

452La gloire des confesseurs (In gloria confessorum liber) consacre cent douze chapitres à des vies de saints qui ne subirent pas le martyre.

453Grégoire nous raconte en particulier l’un de ses passages à Lyon, qu’il visita entre 552 et 563, aux premiers temps de l’épiscopat de son oncle Nizier. Il y fit, en quelque sorte, du « tourisme religieux » en attendant un rendez‑vous.

121. Tourisme religieux à Lyon : un miracle d’Hélius

Dum enim quadam uice ad occursum supradicti pontificis ambulassem et loca sancta Lugdunensim oppidum circuirem, uir ille qui nos praecedebat ad cripta beati Helii inuitat ad orationem, dicens, quia : « Magnus sacerdos in hoc loco quiescit. » Cumque, oratione facta, sancti tumulum admirarer et tacitus de meritis eius aliquid interrogare cogitarem, aspicio in ostium esse scriptum, qualiter sepulchri uiolator cadauer spoliaret exanime. Inquerens uero causam, si haec uera essent, quae in ostio picta cernebantur, uir mihi talia retulit : « Sanctus Helius tempore paganorum in hac urbe fuit episcopus, qui defunctus, sepultus est a fidelibus. Nocte autem sequenti ueniens quidam paganus, lapidem qui sarcofagum tegebat reuoluit, erectumque contra se corpus sancti conatur spoliare. At ille extensis lacertis constrictum ad se hominem fortiter amplexatur et usque mane, populis expectantibus, tamquam constipatum loris, ita miserum brachiis detenebat. Igitur iudex loci uiolatorem sepulchri iubet abstrahi ac legalis poenae sententia condemnari ; sed non laxabatur a sancto. Tunc intellegens uoluntatem defuncti, facta iudex de uita promissione, laxatur et sic incolomis redditur. » O uere sanctam ultionem pietate permixtam ! Retenuit hominem, ut argueret, sed tradi non permisit supplicio, quem iam reddiderat emendatum.

En effet, tandis que je me promenais un jour en attendant mon rendez‑vous avec le susdit évêque, et que je faisais le tour des lieux saints de la ville de Lyon, l’homme qui nous conduisait nous invite à la prière à la crypte du bienheureux Hélius, en nous disant : « Un grand évêque repose en ce lieu. » Une fois ma prière faite, comme j’admirais le tombeau du saint et que je songeais en silence à poser une question sur ses mérites, j’aperçois inscrit sur la porte comment un profanateur de sépulture avait dépouillé le cadavre. Je m’enquis de la chose et si ce qui était peint sur la porte était vrai et l’homme me répondit ceci : « Saint Hélius fut évêque en cette ville au temps des païens et, lorsqu’il mourut, les fidèles l’ensevelirent. Or, la nuit suivante, arrive un païen qui déplace la pierre qui protégeait le sarcophage et s’efforce de dépouiller le corps du saint qu’il avait redressé contre lui. Mais ce dernier étend les bras, embrasse vigoureusement cet homme en le tenant serré contre lui et retient ce misérable entre ses bras, comme s’il était garroté par des liens, jusqu’au matin, quand des gens le virent. Le juge du lieu ordonne donc qu’on emmène ce profanateur de sépulture et qu’on le condamne à une peine conforme à la loi ; mais le saint ne le lâchait pas. Alors, comprenant la volonté du défunt, le juge promet de lui laisser la vie sauve : il est aussitôt libéré et rendu sain et sauf. » Ô vengeance sainte en vérité et pleine de piété ! Il retint un homme pour l’accuser, mais il ne permit pas qu’on livrât au supplice celui dont il avait obtenu déjà le repentir.

(Grégoire de Tours, La gloire des confesseurs LXI, éd. Krush, p. 333‑334)

454Précisons qu’on ne sait rien d’autre d’Hélius, quatrième évêque de Lyon, ni même de l’emplacement de son tombeau, hors ce que nous raconte Grégoire.

122. Lucie de Lyon

455Grégoire s’intéresse bien entendu à des reliques moins prestigieuses, à des martyrs de second rang, pourrait‑on dire, comme cette Lucie, impliquée dans la légende d’Épipoy et Alexandre.

Requiescit suburbano murorum urbis ipsius mulier, quae dicitur collegisse calciamentum beati martyris Epipodi, quod de pede eius cecidit, cum ad martyrium duceretur. Ad cuius tumulum saepius frigoritici ceterique infirmi sanantur. Erasum de tumulo ipso puluerem hauriunt, incolumesque discedunt.

Repose dans un faubourg de cette même ville une femme qui, dit‑on, ramassa la chaussure perdue par le bienheureux martyr Épipoy lorsqu’on le conduisait au martyre. Au tombeau de ce dernier sont assez souvent soignés ceux qui souffrent de fièvres et toutes sortes d’autres malades. Ils absorbent de la poussière enlevée du tombeau et s’en retournent guéris.

(Grégoire de Tours, La gloire des confesseurs LXIII, éd. Krush, p. 335)

456Sur ce personnage mineur, 151.

Références

Éditions

MGH SS rer. Merov. I, 2, éd. B. Krusch, 1885.

Voir aussi H. Bordier, P. Sicard, La vie des Pères et la gloire des confesseurs, Clermont‑Ferrand, 2006, (éd. originale 1857‑1864, sous le titre Le livre des miracles et autres opuscules).

Grégoire le Grand, Lettres

Grégoire Ier, dit le Grand (Gregorius), né en 540 d’une famille noble d’origine sicilienne, est pape de 590 à 604. Il est l’organisateur de la Papauté sur le plan temporel (ce qu’on appelle le patrimonium sancti Petri) et le responsable de l’évangélisation des Lombards, des Wisigoths et des Angles. Il passe aussi pour le créateur du style de chant liturgique qui porte son nom, le chant grégorien.

457Son œuvre littéraire revêt un caractère surtout pastoral : il est le rédacteur du Canon de la messe. Il eut aussi une intense activité épistolaire : on a de lui plus de 850 lettres, d’ordre surtout administratif ou disciplinaire, publiées sous le titre Correspondance de Grégoire le Grand (Registrum Epistularum Gregorii Magni). Le court extrait qui suit est daté de 602.

123. À l’évêque de Lyon Aéthérius, sur Irénée

Gesta uero uel scripta beati Herenaei iam diu est quod sollicite quaesiuimus, sed hactenus ex eis aliquid inueniri non ualuit.

Quant aux actes ou aux écrits du bienheureux Irénée, c’est un sujet sur lequel depuis longtemps nous avons entrepris de soigneuses recherches, mais jusqu’à présent on n’en a rien appris qui vaille.

(Grégoire le Grand, Lettres XI, 40)

  • 321 Coville 1928, p. 346‑352.
  • 322 MGH Script VIII, p. 321, l. 52‑53.

458Aéthérius (ou Éthère), le correspondant de Grégoire, fut le disciple préféré et le second successeur de Nizier. Proche du roi mérovingien Gontran (ca 532‑594), évêque de Lyon (ca 586-589 - 603), il organisa le culte de son maître, fit rédiger sa biographie et semble avoir été un personnage important : il présida en 585 à Paris le baptême de Clotaire II321. La lettre de Grégoire contient aussi une réponse à une demande d’Aéthérius visant à confirmer un privilège du siège de Lyon, demande que le pape ne put d’ailleurs pas satisfaire, faute de traces dans ses propres archives, in scrinio. Il est considéré comme saint par la seule liste épiscopale d’Hugues de Flavigny (192), où son seul titre de gloire est d’avoir été en relation épistolaire avec le pape : Sanctus Etherius ; huic scribebat beatus papa Gregorius322.

459Ce texte, malgré sa grande brièveté, est particulièrement intéressant. D’abord par sa date haute. Ensuite par ce qu’il avoue : au vie s., et malgré Jérôme (7273), l’œuvre d’Irénée est mal connue à Rome, plutôt que totalement perdue comme le laisserait entendre le texte ; quant à sa vie, on n’en sait presque rien. Ainsi est ruinée, par avance, la tradition qui fait d’Irénée un martyr, titre que ne lui reconnaît pas le pape Grégoire le Grand.

Références

L’auteur et l’ouvrage

Outre l’introduction dans l’édition par P. Minard de Grégoire le Grand (Registre des lettres, t. I, SC 371, Paris, 1991), voir J. Fontaine (éd.), Grégoire le Grand. Actes du colloque, Chantilly, Centre culturel Les Fontaines, septembre 1982, Paris, 1986, qui donne une bibliographie à jour en 1982 ; J. Bruno, « La production et la diffusion du registre des lettres de Grégoire le Grand », in P. Boucheron (dir.), Les échanges culturels au Moyen Âge. Actes du XXXIIe congrès de la SHMES. Dunkerque 2001, Paris, 2002, p. 71‑87 ; S. Boesch Gajano, Grégoire le Grand aux origines du Moyen Âge, Rome, 2004 (trad. française, Paris, 2007). On sait qu’il s’intéressa de près à l’hagiographie : S. Boesch Gajano, Grégoire le Grand hagiographe : les « Dialogues », Paris, 2008 ; pour un bilan bibliographique, R. Godding, « Grégoire le Grand au lendemain du XIVe centenaire de sa mort », AB 127, 2009, p. 399‑439.

Édition

S. Gregorii Magni Registrum epistularum, éd. D. Norberg, CCSL 140‑140A, Turnhout, 1982.

Anonyme de Ravenne, Cosmographie

L’auteur aujourd’hui anonyme se dit lui‑même originaire de Ravenne (d’où le « nom d’auteur », Le Ravennate, qui lui est parfois attribué), sans doute un clerc qui vivait probablement au ixe s., mais qui utilisait des documents plus anciens, de la fin du viie s.

460Cette Cosmographie (Ravennati Anonymi Cosmographia, encore appelée Ravennatis Anonymi Geographia Libri V) depuis son premier éditeur, Dom Porcheron, en 1688, est une sorte d’inventaire du monde habité connu à l’époque, de l’Inde à l’Irlande, où les notations sont regroupées par « patries », la Gaule étant divisée en sept régions. Le rédacteur cite comme sources une quarantaine d’auteurs ou d’autorités, dont bon nombre totalement fantaisistes. Sa source majeure a peut‑être été une version ancienne de la Tabula Peutingeriana (207), dont précisément on pense qu’elle a fait l’objet de corrections à Ravenne.

461Dans la description de la patrie de Burgundia, iuxta praefatam Galliam Belgicam, « la Bourgogne, à côté de la susdite Gaule Belgique », après une énumération de quelques villes ou stations, toutes nommées ciuitates et dites iuxta fluuium Rhodanum positae, « situées à proximité du Rhône », à la suite de Lausanne et Genève, on lit la liste suivante.

124. Liste de villes de la Gaule romaine

Item iuxta supra scriptam ciuitatem Genua est <ciuitas> quae dicitur
Obelonon Obilonna (Tab.) Obilinnum (Ant.)
Dibialimon Dibio, Diuiodunum
Bidana Beda (Tab.), Beda uicus (Ant.)
Matiscum Matiscone (Tab. et Ant.)
Lucdonon Scatianorum Lucdonu, Lugdunum Segusianorum
Aquis Aquae, Aquis segete (Tab.)
Icutmageon Sicutmageon, Icidmago (Tab.)
Ribision Ribiseon, Reuessione (Tab.)
Condare Condate (Tab.)
Andereton Anderitum (Tab.)
Ugernon Ugurnon, Vogernon, Ugerno (Tab.)
que confinatur cum Arelaton ciuitate Prouincia-Septimane.

De même, à proximité de la ville citée ci‑dessus, qui est appelée Genève, La Bâthie [Savoie], Dijon [?], Bidana [?], Macôn, Lyon des Ségusiaves, Moingt [sur la Loire], Usson [Forez], Saint‑Paulien [Haute‑Loire], Chapeauroux [lieudit en Allier], Javel [Lozère], Beaucaire qui est frontalière avec la ville d’Arles de la province de Septimanie.

(Anonyme de Ravenne, Cosmographie IV, 26, éd. Schnetz, p. 63)

462La déformation des noms, dans ce texte, est évidente et systématique. On a trouvé intéressant, ici, de fournir des variantes tirées soit de différents manuscrits, soit d’autres sources l’Itinéraire d’Antonin (Ant.), la Table de Peutinger (Tab.), et de donner les noms des bourgs ou villes actuels directement dans la traduction, accompagnés si nécessaire d’une précision topographique permettant de les situer, au moins approximativement (entre crochets droits et en italique).

  • 323 P. Lebel, REA 45, 1943, p. 311‑314.

463Les noms de ces villes semblent dater, d’après les commentateurs modernes, d’avant la chute de l’Empire d’Occident, malgré un certain nombre d’additions certainement plus tardives, comme celle de Burgundia, justement, qui n’a pu apparaître qu’après l’arrivée des Burgondes. Les erreurs y sont nombreuses, dues soit au Cosmographe lui‑même, soit à ses sources, soit enfin aux copistes. L’extrait qui précède est un bon exemple des difficultés que pose ce texte, apparemment simple, car l’itinéraire ci‑dessus est problématique, au moins dans les trois premières stations : en effet, entre Genua (Genève) et Matisco (Mâcon), bien identifiables, s’insèrent trois noms dont on ne sait que faire. Obelonon se retrouve dans un autre itinéraire du Ravennate (IV, 26) sur la grande voie qui relie Mediolanum (Milan) à Vienna (Vienne) par le col du Saint‑Bernard : c’est l’Obilinnum de l’Itinéraire d’Antonin (346, 2), l’Obilonna de la Table de Peutinger, qu’on identifie avec un hameau de La Bâthie situé, dans ces deux documents, entre Moûtiers‑en‑Tarentaise (Darantasia) et Alberville‑Conflans (Ad Publicanos) ; dans la seconde occurence du nom chez le Ravennate, il s’intercale à la même place, entre Daratatia et Publicanos. Le nom qui suit, Dibialimon n’apparaît pas dans les autres itinéraires ; certains pensent qu’il s’agit de Dijon (connu sous les formes Dibio, Diviodunum), ce que Desjardins refuse, préférant y voir la station Ad Publicanos dont nous avons parlé ci‑dessus. Quant à Bidana, on l’a rapprochée de Beda, Beda uicus (Itinéraire d’Antonin, 372, 4, et sur la Table de Peutinger), identifiée en principe avec Bitburg en pays trévire, sur la route Lyon‑Cologne, ce qui serait encore une erreur manifeste ; plus cohérent géographiquement, Desjardins propose d’y voir, avec quelque réserve, la Vidubia de la Tabula Peutingeriana, station au passage de la Vouge, à Saint‑Bernard‑lès‑Citeaux ; cependant cette localisation lui pose un certain nombre de problèmes, dans la mesure où Desjardins refuse de reconnaître Dijon dans Dibialimon. On voit que la compréhension de ce passage n’est pas aisée et ce début d’itinéraire peu clair. On pourra lire avec intérêt sur ce passage le compte‑rendu que donne P. Lebel de l’édition de Schnetz323 qui s’appuie sur l’étude de la tradition manuscrite.

464La proximité de Lyon avec le Rhône n’est pas mentionnée, au contraire des villes de la série précédente. On notera en outre que le peuple gaulois des Ségusiaves a disparu depuis bien longtemps lors de la rédaction de cette cosmographie.

Références

L’auteur et l’ouvrage

Duval 1971, n° 30B ; Desjardins 1893, vol. IV, p. 193‑218 ; L. Dillemann, « La carte routière de la Cosmographie de Ravenne », BJ, 1975, p. 165‑170 ; Dilke 1985, p. 174‑176 ; Nicolet 1988 ; L. Dillemann, La Cosmographie du Ravennate, ouvrage édité avec préface et notes additionnelles par Y. Janvier, Collection Latomus 235, Bruxelles, 1997.

Éditions

Itineraria Romana II : Ravennatis Anonymi Cosmographia et Guidonis Geographica, éd. J. Schnetz, Stuttgart, 1942 (réimpr., 1990).

Autre édition de référence : Ravenanatis Anonymi Cosmographia et Guidonis Geographica, éd. M. Pinder, G. Parthey, Berlin, 1860.

Anonyme, Martyrologe hiéronymien

  • 324 Quentin 1908, p. 688‑689, citant Benoît XIV.
  • 325 Sur l’hagiographie comme genre littéraire, voir dans EU, l’analyse stimulante de M. de Certeau, s. (...)

465Les martyrologes sont des recueils qui contiennent, classées dans l’ordre chronologique, des listes de saints et d’événements dont l’Église catholique juge utile de commémorer annuellement le souvenir. Ces ouvrages s’enrichirent au cours des siècles d’une foule de détails biographiques – empruntés à l’histoire, mais aussi et surtout beaucoup à la légende – et connurent, selon les régions, des variantes importantes. À partir de la réforme de Grégoire XIII (209), en revanche, les notices se réduisent très nettement, pour aboutir, sauf exceptions, à de sèches énumérations. Il faut cependant rappeler324, que ces œuvres n’ont pas de caractère officiel : les saints insérés dans ces martyrologes n’engagent donc l’Église que lorsque la canonisation a été officiellement prononcée, ce qui explique que les communautés locales aient eu leurs propres catalogues qui mettaient en valeur des personnages passés ailleurs sous silence325.

466Pour ce qui concerne plus spécialement l’Église de Lyon et par conséquent l’histoire de la ville, ces martyrologes sont une source d’information capitale. Il a donc paru utile de donner des extraits des plus caractéristiques d’entre eux, en restant, bien entendu dans nos limites chronologiques. Cependant, la matière était tout à la fois trop abondante et trop répétitive pour ne pas nous contraindre à des choix. Nous avons donc mis en avant deux événements – les martyrs de 177 et la mort d’Irénée, traités à part, et fait mention plus brièvement de quelques autres. Nous avons de plus pris quelques libertés avec la chronologie qui préside à l’ordre de présentation des auteurs dans ce volume. Les martyrologes ont en effet une histoire bien particulière. Ils se génèrent pour ainsi dire les uns les autres, chaque auteur n’hésitant pas à recopier intégralement des passages entiers de ses prédécesseurs, à faire des montages de plusieurs ouvrages antérieurs (voire à inventer un martyrologe plus ancien qui lui sert d’autorité : 152), quitte à rajouter, s’il le juge bon, quelque précision de son cru, chaque copie manuscrite pouvant introduire des variantes. Ainsi, si l’on peut repérer, comme l’ont fait les érudits, ce qui revient à chaque écrivain, à chaque main pourrait‑on dire, il nous fallait, autant que possible, éviter les répétitions. Dans le cas des martyrologes dits « historiques », on verra plus loin (152‑163) que nous avons pris le parti, en nous inspirant de très près du mode d’édition choisi par J. Dubois et G. Renaud, de regrouper sous un même nom d’auteur (en la circonstance Adon de Vienne) des extraits composites.

467On attribue à Jérôme un très ancien Martyrologe hiéronymien (Martyrologium hieronymi) dont l’histoire est particulièrement compliquée et qui, dans sa forme originale, a dû en fait être composé en Italie au ve s. Ce texte, compilation de documents plus anciens, dont certains d’origine orientale, contient environ six mille noms. On trouvera une présentation détaillée de l’élaboration progressive de ce livre dans l’ouvrage de L. Duchesne cité infra. Une version – dite version gallicane – a vraisemblablement été rédigée à Auxerre vers la fin du vie s. : un bon nombre de saints gaulois furent ajoutés à cette occasion. L’attribution à Jérôme n’est plus admise depuis longtemps.

125. Les quarante‑huit martyrs de 177

IV non. iun.
Lugduno Galliae XLVIII martyrum hoc est Potini episcopi Zachariae presbyteri Vetti Maccharii Alcipadis Silui Primi Ulpi Vitalis Cummini Octobris Filomini Gemini Iuliae Albinae Gratae Emiliae Potamiae Pompeiae Rodanae Biblis Quartiae Maternae Hilpis hii autem qui ad bestias traditi sunt Sancti diaconi Maturi Attali Alexandri Ponteci Blandinae hii sunt qui in carcere spiritum reddiderunt Aristei Cornili Zozimi Titi Iuli Zotici Appolloni Geminiani Iuliae Ausonae item Emiliae Iamnicae Pompeiae Domnae Amiliae Iustae Trofimae Antoniae item alii in Lugduno Vincenti Nicae Prisci Sepace Hilari Felicis Castolae. item in eodem loco Epagati Ameliae Donatae.

Le 2 juin.
À Lyon en Gaule, anniversaire des quarante‑huit martyrs c’est‑à‑dire l’évêque Pothin le prêtre Zacharie Vettius Macharius Alcibiade Silvus Ulpus Vitalis Cumminus October Philominus Géminus Julia Albina Émilia Potamia Pompéia Rodana Biblis Quartia Materna Hilpis ; ceux qui ont été livrés aux bêtes : le diacre Sanctus Maturus Attale Alexandre Pontique Blandine ; ceux qui ont rendu l’âme en prison : Aristéus Cornilus Zozimus Titus Julius Zoticus Apollonus Géminianus, Julia, Ausona ; et aussi : Émilia Jamnica Pompéia Domna Amilia Justa Trophima Antonia ; et aussi d’autres à Lyon : Vicentus Nica Priscus Sepace Hilarus Félix Castola ; et aussi, au même endroit : Épagatus Amélia Donata.

(Martyrologe hiéronymien, AASS au 2 juin)

468Comme on l’aura constaté en lisant le texte ci‑dessus, nous nous sommes résolus, comme dans la publication de référence, à ne pas séparer chaque nom par une ponctuation, car ces noms ne sont pas assurés ; il suffira d’ailleurs de les compter pour se rendre compte que la liste proposée dépasse sensiblement le nombre annoncé de victimes, au moins en apparence. Il faut en effet tenir compte des noms et des prénoms, lesquels ne sont pas toujours faciles à distinguer ; ainsi Vettius et Épagatus ne sont peut‑être qu’une seule et même personne. De même encore, la présence de certains personnages peut‑elle être le résultat d’une erreur : Zacharie, généralement qualifié de diacre ou de prêtre, logiquement, a échappé à la persécution de 177, puisqu’il est considéré comme le successeur d’Irénée, sauf à supposer deux personnages homonymes et de fonctions identiques.

469Comme il est de règle dans cet ouvrage, la notice du Martyrologe hiéronymien est d’une grande sobriété : une liste de noms, sans commentaires ni développements. Ce sera, à partir de l’époque carolingienne, l’apport des martyrologes qualifiés d’« historiques » par H. Quentin, que de développer ce qu’on appelle traditionnellement les éloges. Dans le détail, de surcroît, cette liste est quelque peu différente de celles qui viendront ensuite, sans qu’on puisse, bien entendu, dire laquelle est la plus juste. On remarquera simplement que Pothin, dans ce martyrologe, occupe le premier rang, comme l’exigent son âge et sa fonction. Plus tard, il sera supplanté par Blandine.

126. Le martyre d’Irénée

IIII kal. iul.
Lugduno Galliae Hirenei episcopi cum aliis VII (uel VI).

Le 28 juin.
À Lyon en Gaule, anniversaire de l’évêque Irénée avec sept (ou six) autres.

(Martyrologe hiéronymien, AASS, au 28 juin)

470Le texte est laconique. Les « six ou sept autres » personnages auxquels il est fait allusion ne sont pas des compagnons d’Irénée, comme on l’interprète parfois, mais, comme l’écrivent les Acta Sanctorum, d’autres martyrs, originaires d’autres régions et dont l’anniversaire tombait le même jour. Ce fait, mal compris, est peut‑être l’une des sources de « l’inflation » de victimes que va connaître le cycle d’Irénée par la suite (201, 208, 211). Ce martyrologe, en tout cas, officialise en quelque sorte un martyre que des voix plus autorisées (73, 123) ne mentionnent pas et qui n’est plus admis aujourd’hui comme assuré.

127. Martyrs et confesseurs lyonnais des origines au ve s.

III Non. Feb. Lugduno depositio beati Lupicini.
III Id. April. Lugduno Galliae depositio Siagrii patricii.
X Kal Mai. Lugduno Galliae passio sancti Epepodi.
VIII Kal Mai. in ciuitate Lugduno Galliae passio sancti Alexandri cum aliis numero XXXIIII et dedicatio cryptae ubi corpora eorum requiescunt.
Prid Id. Iul. Lugduno Galliae natale sancti Iusti episcopi et confessoris.
Prid Non Aug. Lugduno Galliae aduentus corporis sancti Iusti episcopi de heremo.
Id Aug. Lugduno Galliae Antiochi episcopi.
X Kal Sept. Lugduno Galliae Mineruini (et) Eleazari cum filiis VIII.
IV Non Sept. Lugduno Galliae beati Iusti episcopi.
III Non Sept. Lugduno Galliae Patientis (ou Pacientis) episcopi.
XVII Id. Oct. Lugduno Galliae beati Alpini [Appini, Aplini, Albini] episcopi.
Prid Id. Oct. Lugduno Galliae translatio corporis sancti Iusti episcopi.
XII Kal Nou. Lugduno Galliae Iusti et beati Viatoris pueri discipuli sancti Iusti episcopi.
III Id Nov. In Lugduno depositio Verani episcopi.
XVI Kal Dec. Lugduno Galliae Eucheri(i) episcopi.

3 février, déposition du corps du bienheureux saint Lupicin.
11 avril, à Lyon en Gaule, déposition du corps du patrice Syagrius.
22 avril, à Lyon en Gaule, passion de saint Épipoy.
24 avril, dans la cité de Lyon en Gaule, passion de saint Alexandre avec trente‑quatre autres, et dédicace de la crypte où reposent leurs corps.
14 juillet, à Lyon en Gaule, anniversaire de saint Just, évêque et confesseur.
4 août, à Lyon en Gaule, retour du corps de saint Just, évêque, depuis son ermitage.
13 août, à Lyon en Gaule, fête d’Antioche, évêque.
23 août, à Lyon en Gaule, fête de Minerve et Éléazar et leurs huit fils.
2 septembre, à Lyon en Gaule, fête du bienheureux Just, évêque.
11 septembre, à Lyon en Gaule, fête de Patient, évêque.
15 septembre, à Lyon en Gaule, fête du bienheureux Alpin, évêque.
14 octobre, à Lyon en Gaule, transfert du corps de saint Just, évêque.
21 octobre, à Lyon en Gaule, fête de Just et du bienheureux Viateur, élève de saint Just, évêque.
11 novembre, à Lyon, déposition de Véran, évêque.
16 novembre, à Lyon en Gaule, fête d’Eucher, évêque.

(Martyrologe hiéronymien, AASS, à la date anniversaire)

  • 326 Grégoire de Tours, Histoire des Francs II, 27 : Romanorum rex.
  • 327 Les AASS dans leur commentaire renvoient, à propos de Syagrius, à la Chronique de Frédégaire, MGH  (...)

471Il ne nous a pas paru utile de commenter ici chacun des noms cités dans cette liste. Pour plusieurs d’entre eux, on pourra se reporter à la liste des évêques de Lyon (192), mais surtout à l’index des noms pour les martyrs de 177, pour Irénée, Zacharie, Épipoy et Alexandre, Minerve et Éléazar, Just et Viateur, Eucher, Véran, et Patient. Lupicin, Antioche (parfois appelé Andéol, il passe pour avoir rapporté le corps de Just à Lyon) et Alpin (ou Albin, dont le nom lui-même n’est pas assuré, aurait fondé l’église Saint‑Étienne), ne sont guère plus pour nous que des noms. On notera seulement l’importance qu’a prise alors le culte de saint Just, quatre fois cité. Syagrius est un cas à part. Ce général (ca 430 - 486‑487), nommé patrice par l’empereur Anthémius, appelé par les autres rois de son époque et par Grégoire de Tours326 « roi des Romains », se tailla un domaine dans le nord‑ouest de la France, avec Soisson comme capitale ; il fut battu et plus tard tué par Clovis et on ignore pourquoi il fut enseveli à Lyon327.

Références

L’auteur et l’ouvrage

J.‑B. de Rossi, « Le martyrologe hiéronymien », Mélanges d’archéologie et d’histoire 5, 1885, p. 115‑119 ; Duchesne 1885 ; B. Joassart, Éditer les martyrologes : Henri Quentin et les Bollandistes. Correspondance, Bruxelles, 2009.

Édition

Acta Sanctorum novembris, t. II, Pars posterior, qua continetur Hippolyti Delehaye commentarius perpetuus in Martyrologium Hieronymianum ad recensionem Henrici Quentin, éd. H. Quentin, H. Delehaye, Bruxelles, 1931.

Anonyme, Poème de l’Asie

  • 328 L. Cristiani, « Liste chronologique des saints de France : essai critique », Revue d’histoire de l (...)

472Un poète inconnu, sans doute originaire du sud de la Gaule, écrivit, après 636 et sans doute à l’époque carolingienne, une cosmographie intitulée Poème sur l’Asie et la roue de l’univers (Versus de Asia et de Vniuersi mundi rota). On l’attribue parfois à Théofroy, mort ca 690, premier abbé de Corbie dans la Somme et donné à tort comme évêque d’Albi sous Théodoric Ier328. On s’accorde à reconnaître dans ce texte l’influence d’Isidore de Séville (ca 560‑570 - 636) et de ses Étymologies. Des strophes de trois vers évoquent les différentes provinces du monde, Neustria, Aquitania, ou les régions occupées par tel ou tel peuple barbare, Saxones, Franci, etc.

128. La Lyonnaise aux temps burgondes

Lugdunensis est uocata Gallie prouincia,
Quam insidunt Burgundiones cum ingente gloria ;
Rodanus fluit per ipsam tendens in Espania.

Est appelée Lyonnaise la province de Gaule qu’occupent les Burgondes à la gloire immense. Le Rhône la traverse, en se dirigeant vers l’Espagne.

(Poème de l’Asie, strophe 26, vers 76‑78)

473Variantes du nom de la province Lucduninsis, Lucuduninsis.

  • 329 Voir en particulier l’édition de K. Strecker, Der rhythmus. De Asia et de universi mundi rota, Ber (...)

474Certaines leçons, à la place de l’Espagne, mentionnent la Province, Provincia, c’est‑à‑dire la Narbonnaise, ce qui paraît, à première vue, plus normal329. Cependant, à l’époque de l’ouvrage, le terme de provincia pour désigner ce que nous appelons la Provence, n’est plus guère usité et d’ailleurs le Rhône ne se dirige pas vers la Provincia, il la traverse. En outre, considéré du point de vue du cartographe, que le Rhône se dirige vers l’Espagne n’a rien, somme toute, de très choquant, car telle est bien son orientation générale, vers le sud, même si ce rapprochement nous surprend. Il faut ajouter qu’il y a sans doute, chez notre poète, des réminiscences de sources nettement plus anciennes, qui font parfois se jeter le Rhône face aux Baléares, voire en Espagne même, à cause d’une rotation de la carte conçue par les Anciens par rapport à l’orientation réelle (98). La confusion s’explique aussi parce que certains auteurs anciens confondirent Lugdunum/Lyon avec Lugdunum Conuenarum/Saint-Bertrand-de-Comminges, ville très proche de l’Espagne : ainsi, l’exil d’Hérode Antipas à Lyon, qui nous est connu par Flavius Josèphe est, dans les sources tardives des Chroniques, parfois situé dans la ville pyrénéenne plutôt qu’à Lyon (13).

  • 330 Grégoire de Tours, Histoire des Francs II, 32.

475La Lyonnaise redevient, dans ce poème, une province unitaire (ce qu’elle n’a d’ailleurs jamais cessé d’être aux yeux de bon nombre d’écrivains anciens), mais cette fois entre Belgique et Neustrie, royaume franc occupant le nord‑ouest de la France, et dont la capitale était Soissons. Si rien n’est dit de ses villes, ses limites en revanche apparaissent en quelque sorte en pointillé : la Lyonnaise correspond grosso modo au royaume burgonde dans sa plus grande extension, semble‑t‑il, puisqu’elle s’organise autour de l’axe rhodanien, c’est‑à‑dire en direction du sud. Grégoire de Tours dit du royaume de Bourgogne de Gondebaud (règne de 470 à 516) et Godégisile (470‑500) qu’il « s’étend autour du Rhône, de la Saône et de la province de Marseille »330.

Fig. 50 – L’expansion burgonde (dessin Y. Montmessin, MOM).

Fig. 50 – L’expansion burgonde (dessin Y. Montmessin, MOM).

Références

L’auteur et l’ouvrage

Pour des détails sur l’auteur et sur l’ensemble de ce curieux texte, on se reportera aux différentes éditions, pourvues de commentaires développés ; voir également B. Clausi, « Scuola et geografia nella tarda antichità. Il Versus de Asia et de uniuersi mundi rota », in C. Guiffrida, M. Mazza (éd.), Le transformazioni della cultura nella tarda antichità. Convegno a Catania 1982, Rome, 1985, p. 737‑780.

Éditions

Itineraria et alia geographica, éd. P. Geyer, CCSL 175, Turnhout, 1965.

Consulter aussi K. Strecker, in MGH Poetae IV, 2‑3, p. 555 ; Medio físico y recursos naturales de la Península Ibérica en la Antigüedad, éd. J. Mangas, M. del Mar Myro, Madrid, 2003 (réimpr., 2007), p. 76, texte latin et traduction espagnole.

Anonyme, Chronique pascale

476La Chronique pascale (Πασχαλίον, Chronicon paschale), dite aussi Chronique d’Alexandrie, Chronique de Constantinople, Fasti Siculi ou Ἐπιτομὴ χρόνων, c’est‑à‑dire Abrégé d’histoire, est l’œuvre d’un auteur aujourd’hui anonyme, composée sans doute dans les années 630‑640 à Constantinople. Elle tire son nom de la chronologie que l’auteur propose pour l’histoire du monde depuis Adam (né le 31 mars 5509 av. J.‑C.) jusqu’au règne de l’empereur byzantin Héraclius (610‑642), dont il est le contemporain, chronologie fondée sur les Écritures et qui s’organise autour de la vie, de la mort et de la résurrection du Christ, selon un schéma que l’on retrouve fréquemment dans la littérature byzantine de cette époque.

477On trouvera ci‑dessous trois textes différents. Le premier est d’ordre directement géographique et présente un tableau très bref du peuplement de la Gaule. Les deux autres ont trait à des événements qui ont, réels ou légendaires, marqué l’histoire de Lyon.

129. Lyon et la Lyonnaise

Γάλλων δὲ τῶν καὶ Ναρβουσίων καλουμένων ἔθνη καὶ ἀποικίαι εἰσὶν δʹ, αʹ Λουγδουνοί, βʹ Βελικοί, γʹ Σικανοί, δʹ Ἐδνοί. […]
Κλίματος ἕκτου Λογδοῦνος, Δαλματίας Σαλῶναι· Καππαδοκίας Τραπεζοῦντα· Ἰταλίας Ῥάβεννα, Ἀκυληία· Μυσίας τῆς κάτω Ὀδησσός, Δορόστολος· Θρᾴκης Ἀπολλωνιάς, Ἀγχίαλος, Βυζάντιον· Χερσονήσου Ἐλαιοῦς, Καλχηδών, Ἡράκλεια, Ἄμαστρα· Ἀσίας μικρᾶς Τένεδος· Γαλατίας Ἀμισός.

Les peuples et les habitants des régions appelées Gaules et Narbonnaises sont au nombre de quatre : Lyonnais, Belges, Sicanes et Édnens. […]
Sixième climat : Lyon ; en Dalmatie, Salone ; en Cappadoce, Trapézonte ; en Italie, Ravenne, Aquilée ; en Mésie inférieure, Odessos, Durostorum ; en Thrace, Apollonie, Anchialos, Byzance ; en Chersonèse de Thrace, Éléonte, Chalcédoine, Héraclée, Amastris ; en Asie Mineure, Ténédos ; en Galatie, Amisos.

(Chronique pascale, éd. Dindorf, p. 60 et 64)

478On remarquera les déformations subies par les noms propres : les Séquanes deviennent les Sicanes, qui sont en réalité dans l’Antiquité un peuple de Sicile, et les Éduens deviennent les Édnens. La version latine de cette Chronique fournit le texte suivant, encore plus corrompu, où seul le nom de Lyon n’est pas maltraité :

Tallorum autem qui et Nabudisii uocantur gentes et acolae sunt quattuor : Lugduni, Bilici, Sicani, Ednii (MGH Auct. Ant. Chronica Minora I, p. 110).

479Le mot ἀποικίαι signifie classiquement « colonies » ; il faut ici entendre plus généralement « habitants » comme le suggère le texte latin : acolae (pour incolae).

480Les « climats » sont une organisation de la terre mise au point par le géographe grec Ératosthène (iiie s. av. J.‑C.), qui divisait celle‑ci en bandes égales et parallèles en s’appuyant sur la longueur du jour de l’année en un point donné. Cette façon de voir a laissé de nombreuses traces dans les ouvrages de géographie, par exemple dans l’œuvre de Ptolémée (32). L’ensemble des villes citées, pour l’essentiel en Orient, se place sur une même bande de terre qui s’étend grosso modo au nord et au sud d’un parallèle passant par Byzance. Les noms comme les localisations sont, dans la Chronique, approximatifs, les villes d’importances variables. On en reconnaîtra et on en situera aisément un certain nombre au passage ; d’autres sont plus obscures.

481Il n’y a pas, dans cette énumération de villes, bien incomplète, d’ordre géographique ou hiérarchique apparent ; à la différence des autres villes, curieusement, Lyon apparaît seule, sans mention de sa province.

130. Les chrétiens de Lyon

482Le texte qui suit compose artificiellement, à partir d’extraits de la Chronique, une sorte de résumé de l’histoire des débuts du christianisme à Lyon à travers quelques personnages importants, au premier rang desquels on trouve bien sûr Pothin.

σληʹ Ὀλυμπίας […]
Ἰνδ. ιγʹ. ιϛʹ. ὑπ. Ὀρφίτου τὸ γʹ καὶ Ῥούφου.
Ποθεινὸς ὁ τῆς Λογδούνου ἐπίσκοπος, ὑπὲρ τὰ ϟʹ ἔτη τῆς ἡλικίας γενόμενος, συρόμενος ἐπὶ τὸ βῆμα καὶ πολλὰ παθὼν ἀνήκεστα τῷ τοῦ μαρτυρίου δρόμῳ ἐτελειώθη.
Ἀλλὰ καὶ Ἄτταλος τοὔνομα πολλὰ πολλῷ τῷ χρόνῳ πεπονθώς, ἐν εἱρκτῇ τυγχάνων θείας ὀπτασίας ἐν νυκτὶ ἀξιοῦται. Ἀλκιβιάδου γάρ τινος τῶν ἐν εἱρκτῇ τυγχανόντων κατεχομένου, πάνυ αὐχμηρὸν βιοῦντος βίον, καὶ μηδενὸς ὅλως πρότερον μεταλαμβάνοντος, ἀλλ’ ἢ ἄρτῳ καὶ ὕδατι μόνῳ χρωμένου, πειρωμένου δὲ καὶ ἐν τῇ εἱρκτῇ οὕτω διάγειν, Ἀττάλῳ τῷ προειρημένῳ μετὰ τὸν πρῶτον ἀγῶνα, ὃν ἐν τῷ ἀμφιθεάτρῳ ἤνυσεν, ἀπεκαλύφθη ὅτι οὐ καλῶς ποιεῖ Ἀλκιβιάδης μὴ χρώμενος τοῖς κτίσμασι τοῦ θεοῦ καὶ ἄλλοις τύπον ὑπολειπόμενος σκανδάλου. Πεισθεὶς δὲ ὁ Ἀλκιβιάδης πάντων φανερῶς μετελάμβανεν, καὶ ηὐχαρίστει τῷ θεῷ, καὶ δικαίως· οὐ γὰρ ἀνεπίσκεπτοι χάριτος θεοῦ ἦσαν, ἀλλὰ τὸ πνεῦμα τὸ ἅγιον ἦν σύμβουλον αὐτοῖς.

σλθʹ Ὀλυμπίας.
Ἰνδ. δʹ. γʹ. ὑπ. Κομμόδου Αὐγούστου τὸ γʹ καὶ Βήρου τὸ βʹ.
Εἰρηναῖος ἐπίσκοπος πόλεως Λογδούνου τῆς Γαλλίας διέπρεπεν.

238e Olympiade.
13e indiction, 16 ; consulat d’Orphitus (pour la 3e fois) et de Rufus.
Pothin, évêque de Lyon, qui avait dépassé les quatre‑vingt‑dix ans, fut traîné au tribunal et, après avoir subi de nombreuses souffrances, arriva au terme de sa marche au martyre.
Mais un nommé Attale aussi, qui avait été longuement et beaucoup éprouvé fut, une nuit, alors qu’il se trouvait dans sa prison, jugé digne d’une révélation divine. En effet, alors qu’un certain Alcibiade, qui se trouvait au nombre des prisonniers, était possédé, menait une vie d’une austérité extrême (avant d’être en prison il ne se nourrissait de rien d’autre que de pain et d’eau) et essayait dans sa prison aussi de vivre de la même manière, il fut révélé à cet Attale dont nous avons parlé, après son premier combat dans l’amphithéâtre, qu’Alcibiade n’agissait pas bien en n’usant pas des biens créés par Dieu et qu’il était pour les autres un exemple de scandale. Alcibiade, une fois convaincu, se mit à changer publiquement de comportement en tout et à rendre grâce à Dieu, et à juste titre ; en effet, ils n’étaient pas abandonnés par la Grâce divine, mais l’Esprit Saint les conseillait.

240e Olympiade.
4e indiction, 3 : sous l’empereur Commode, consul pour la 3e fois, et Vérus pour la 2e, Irénée de Lyon en Gaule se distingue.

(Chronique pascale, éd. Dindorf, p. 488‑490)

  • 331 Voir l’édition Dindorf.

483Une indiction est un cycle chronologique lié à l’origine au système de perception des impôts, dont la base était actualisée tous les quinze ans et qui fut généralisé parce qu’il était jugé plus pratique que la datation par les années consulaires. Le Chronographe fait débuter son calcul lors de la première année de Jules César, sous le consulat de Lépide et de Plancus, le fondateur de Lyon, alors que le système ne débuta officiellement qu’en 312 ap. J.‑C. Concrètement, « dans la quatrième indiction » ou « indiction 4 » signifie « durant la quatrième année (sur quinze) de l’indiction en cours », le cycle de quinze ans n’étant pas explicitement numéroté, la première commence au 1er septembre 312. Ce système de datation, complexe, est encore en usage, avec des adaptations, dans l’Église, en particulier pour fixer la date de Pâques. Dans le texte, le chiffre qui suit celui des indictions est un numéro d’ordre de paragraphe331.

  • 332 Eusèbe, Histoire ecclésiastique V, 3, 2‑3. 

484À propos des événements de 177, voir les extraits d’Eusèbe de Césarée (53‑59). Quelques points cependant méritent d’être soulignés. Il n’y a pas véritablement ici un récit de la persécution, mais le chroniqueur se contente de nommer trois personnages : Pothin, Attale et Alcibiade, trois notables, en quelque sorte, trois « Orientaux » de langue grecque. En tout cas, il ne paraît pas connaître le nombre traditionnel des martyrs. Blandine est passée sous silence. Seul est développé l’épisode d’Alcibiade, dans un texte qui est en fait une paraphrase, presque un décalque d’Eusèbe332. Alcibiade a parfois été soupçonné de montanisme, à cause de cet ascétisme exacerbé (60).

  • 333 G. Alföldy, Konsulat und Senatorenstand unter den Antoninen, Bonn, 1977, p. 191.

485Les deux consuls ordinaires cités dans la Chronique sont Ser. Cornelius Salvidienus Orfitus et D. Velius Rufus333, consuls en 178 et non 177, qui est la date traditionnelle de la persécution.

486Dans le second passage, le Chronographe se contente d’une allusion à la période d’activité principale d’Irénée, sans faire aucune allusion aux circonstances de sa mort. Il n’en connaît évidemment pas la date exacte et ne sait rien d’un éventuel martyre du saint : la tradition, sur ce point, n’était sans doute pas encore fixée. La date proposée correspond à 181, si l’on s’appuie sur la date du troisième consulat de l’empereur Commode ; Publius Martius Verus est un sénateur qui exerça plusieurs charges importantes en Orient (Cappadoce, Syrie) et qui fut un fidèle soutien de la dynastie des Antonins. Mais les Fastes consulaires le font consul lorsque Commode le fut pour la seconde et non la troisième fois, soit 179 ; Commode est consul pour la troisième fois en 181, avec Lucius Antistius Burrus, gendre de Marc Aurèle exécuté en 188 pour cause de complot. On le voit, la chronologie de la Chronique n’est pas assurée.

131. Hérode à Lyon

Ὁ δὲ αὐτὸς Ἰώσηππος ἱστορεῖ τῆς βασιλείας ἀποπεπτωκέναι τὸν Ἡρώδην διὰ Ἡρωδιάδα· μεθ’ ἧς αὐτὸν καὶ εἰς τὴν ὑπερόριον ἀπεληλάσθαι, Λουγδόνον τῆς Σπανίας πόλιν οἰκεῖν καταδικασθέντα.

Le même Flavius Josèphe raconte qu’Hérode perdit la royauté à cause d’Hérodiade ; qu’avec elle il fut chassé à l’étranger et condamné à résider à Lugdunum, ville d’Espagne.

(Chronique pascale, éd. Dindorf, p. 408, l. 11‑14)

487Pour le commentaire, on se reportera au texte de Flavius Josèphe qui précise bien que la résidence d’exil assignée par Caligula est « Lyon, ville de Gaule » (ἀποδείξας οἰκητήριον αὐτοῦ Λούγδουνον πόλιν τῆς Γαλλίας).

132. Mort de Magnence

σπγʹ Ὀλυμπίας.
Ἰνδ. ιβʹ. ιζʹ. ὑπ. Κωνσταντίου Αὐγούστου τὸ θʹ καὶ Κώνσταντος Καίσαρος τὸ γʹ.
Ἐν τούτῳ τῷ ἔτει Μαγνέντιος πάλιν συμβαλὼν ἐν Μόντῳ Σελεύκῳ, ἡττηθεὶς ἔφυγε μόνος ἐν Γαλλίαις εἰς Λουγδοῦνον πόλιν, καὶ ὅτε τὸν ἴδιον ἀδελφὸν ἔσφαξεν, τότε καὶ ἑαυτὸν ἀνεῖλεν πρὸ τεσσάρων ἰδῶν αὐγούστου.

283e olympiade.
12e indiction 17. Constance Auguste consul pour la neuvième fois, Constant [en réalité Constance Galle] pour la troisième. Cette année-là, Magnence livra de nouveau bataille à Montsaléon. Vaincu, il s’enfuit seul dans la ville de Lyon en Gaule et, après avoir égorgé son propre frère, il se donna alors aussi la mort le quatrième jour avant les ides d’août [= 10 août].

(Chronique pascale, éd. Dindorf, p. 541)

488La mort de Magnence est datée par le chroniqueur de la 2e année de la 283e olympiade, soit 354 de notre ère ; elle a eu lieu, en fait, en 353 (index, s.v.).

Références

L’auteur et l’ouvrage

RE III, 1899, col. 2460‑2477 [Schwartz] ; J. Beaucamp, R. Bondoux, J. Lefort, M.‑F. Rouan, I. Sorlin, « Temps et histoire. I, Le prologue de la Chronique pascale », T&M 7, 1979, p. 223‑301 ; D. Roques, « L’historiographie protobyzantine (iveviie siècle) et les fragments des historiens grecs de Rome », Ktèma 29, 2004, p. 231‑252 ; J. Howard-Johnston, Witnesses to World Crisis. Historians and Histories of the Middle East in the Seventh Century, Oxford, 2010, p. 36‑59.

Éditions

Chronicon paschale, éd. L. Dindorf, CSHB XI, Bonn,1832.

Voir aussi PG 92, 1865, col. 69‑1028 ; Chronicon Paschale, 284‑628 AD. Translation with notes and introduction, éd. L.M. Whitby, M. Whitby, Liverpool, 1989.

Jean d’Antioche, Chronique universelle

On est certain de l’existence d’un chroniqueur du nom de Jean d’Antioche (Ioannis Antiochenus), parce que le grammairien Jean Tzétzès le mentionne dans son œuvre (Lettres VI et Histoires VI, 556), mais l’identité de l’auteur de l’ouvrage mis sous son nom fait encore débat : s’agit‑il d’un seul écrivain du viie s. ou de deux auteurs différents, l’un du viie, l’autre du xe ? Ou bien n’est‑ce qu’un simple copiste qui aurait mis bout à bout des fragments de diverses sources, principalement l’Épitomé chronologique (Χρονική έπιτομή) d’Eusthate d’Épiphanie (465‑ca 525), aujourd’hui perdue ?

489La Chronique universelle (Ἱστορία χρονική), qui aurait été écrite, s’il s’agit d’un seul auteur, vers 610‑626, nous est parvenue sous forme de deux séries de fragments, ceux publiés par l’érudit français Claude Saumaise (1588‑1653), les Excerpta Salmasiana, et ceux recueillis dans les Excerpta de Constantin Porphyrogénète (première moitié du xe s.). Elle résume l’histoire du monde depuis Adam jusqu’à l’assassinat de l’empereur byzantin Phocas en 610, dont Jean d’Antioche fut le contemporain.

133. Mort de Magnence

Κωνστάντιος δὲ πρὸς τὸν ἐμφύλιον τρέπεται πόλεμον. Μεθ’ ὃ δὴ Μαγνέντιος συχναῖς ἐλαττωθεὶς μάχαις, ἑαυτὸν αὐτοχειρὶ θανάτῳ περὶ Λούγδουνον πόλιν ἐξάγει τοῦ βίου, τὴν μητέρα προανελὼν, τετάρτῳ τῆς βασιλείας ἐνιαυτῷ καὶ μηνὶ ἑβδόμῳ. Ὅ τε ἀδελφὸς αὐτῷ κοινωνεῖ τοῦ θανάτου Καῖσαρ ἐπὶ φυλακῇ τῶν Γαλλιῶν ἀποδεδειγμένος.

Constance se tourne vers la guerre civile. Après cela Magnence, qui avait eu le dessous dans de nombreux combats, met un terme à sa vie en se suicidant à Lyon après avoir tué sa mère, dans le septième mois de la quatrième année de son règne. Son frère, qu’il avait proclamé César pour la garde des Gaules, l’accompagne dans la mort.

(Jean d’Antioche, Chronique universelle, éd. Mariev, frg. 200)

134. Mort de Gratien

Ὅτι ἐπὶ Θεοδοσίου τοῦ βασιλέως Μάξιμος ἐκ τῶν περὶ τὰς Βρεττανίας μερῶν ἐπαναστὰς τῇ Ῥωμαίων ἀρχῇ κάμνοντι τῷ Γρατιανῷ εἰς τὸν κατὰ Ἀλαμανῶν πόλεμον ἐπιτίθεται, καὶ δι’ Ἀνδραγαθίου τοῦ τῆς τυραννίδος κοινωνοῦ, πρὸ Λουγδούνου τῆς ἐν Γαλλίᾳ πόλεως ποταμὸν διαβαίνοντι ἐπιβουλεύεται δολίως. Ἐτελεύτα μὲν οὖν Γρατιανὸς βιώσας ἔτη κδʹ, βασιλεύσας ἔτη ιθʹ.

Sous l’empereur Théodose, Maxime se souleva contre le pouvoir romain depuis les provinces de Bretagne ; il se dresse contre Gratien qui s’épuisait dans la guerre contre les Alamans. Par l’entremise d’Andragathe, complice de son usurpation, il organise un guet‑apens contre Gratien au moment où ce dernier traverse le fleuve qui coule devant la ville de Lyon. Ainsi périt Gratien à 23 ans, après en avoir régné 18.

(Jean d’Antioche, Chronique universelle, éd. Mariev, frg. 210)

490Pour le commentaire, se reporter à 80.

Références

L’auteur et l’ouvrage

Duval 1971, n° 41b ; P. Sotiroudis, Untersuchungen zum Geschichtswerk des Johannes von Antiocheia, Ἐπιστημονηκὴ Ἐπετηρὶς τῆς Φιλοσοφικῆς Σχολῆς τοῦ Ἀριστοτελείου Πανεπιστημίου Θησσαλονίκης 67, Thessalonique, 1989. Outre les introductions aux deux dernières éditions du texte, voir les différents comptes‑rendus : F. Paschoud, Eunape, Olympiodore, Zosime. Scripta minora : recueil d’articles, avec addenda, corrigenda, mise à jour et indices, Munera 24, Bari, 2006, p. 330‑337 ; A. Cameron, BMCRew 2006.07.37 ; B. Luiselli, « Ioannis Antiocheni Fragmenta ex Historia chronica », Rivista di storia e letteratura religiosa 43, 2007, p. 345‑350 ; M. Whittow, BMCRew 2009.12.06 ; U. Roberto, « Research prospects on John of Antioch : notes on the edition by S. Mariev », Jahrbuch der Österreichischen Byzantinistik 60, 2010, p. 115‑128.

Éditions

Ioannis Antiocheni fragmenta quae supersunt omnia, éd. S. Mariev, CFHB 47, Berlin-New York, 2008, p. 381‑385, avec traduction anglaise.

Autres éditions : FHG IV, éd. K. Müller, 1851, frg. 187, p. 608‑609 ; Excerpta historica iussu Imp. Constantini Porphyrogeniti confecta. Excerpta de insidiis, éd. U.P. Boissevain, C. de Boor, T. Büttner-Wobst, Berlin, 1905 (réimpr., 2003), 79, f.138r, p. 118‑119 ; Ioannis Antiocheni Fragmenta ex Historia chronica, éd. U. Roberto, Berlin, 2005, p. 468‑472, avec traduction italienne.

Anonyme, Consularia Italica

  • 334 Du nom d’un manuscrit conservé à Vienne en Autriche.

491T. Mommsen a publié dans la collection des Monumenta Germaniae Historica, sous le titre générique d’Annales Consulaires d’Italie ou Annales de Ravenne (Consularia Italica) une série de manuscrits qui contiennent pour l’essentiel des listes de dates et de brèves notes historiques. Les Fastes de Vienne334 (Fasti vindobonenses), vont de 44 av. à 493 ap. J.‑C., avec une lacune entre 403 et 455 et ont été composés probablement à l’époque lombarde à partir d’un original carolingien. Il en existe deux versions, les Fasti priores et les Fasti posteriores.

492Les Extraits latins d’un barbare (Excerpta latina barbari ou Excerpta barbari) sont la traduction très abrégée d’un original alexandrin du vevie s. (la Chronica universalis Alexandrina), rédigée au début du viiie s. en Gaule. Ils couvrent une période de 5 431 ans, de la Création à la mort de Cléopâtre (30 av. J.‑C.) et contiennent plusieurs listes de noms de célébrités de différentes catégories : ils sont par exemple les premiers à nous donner le nom des trois rois mages, Bithisarea, Melichior et Gathaspa. Le titre arbitraire de l’ouvrage vient de l’appréciation critique du premier éditeur, Scaliger, qui jugeait sévèrement la qualité du grec et du latin du compilateur, homo barbarus ineptus hellenismi et latinitatis imperitissimus.

135. Assassinat de Gratien

383. Merobaudo II et Saturnino. His cons. Gratianus occisus est a Maximo Leudimo [immo Lugduni] VIII kl. Sept.

383. Second consulat de Mérobaude et de Saturnin. Sous leur consulat, Gratien fut tué par Maxime à Lyon le 24 septembre.

(Consularia Italica, MGH Auct. Ant. Chronica Minora I, p. 297, FVP [col. 1], § 501‑502).

136. Assassinat de Gratien

Eo anno occisus est Gratianus imperator sub Maximo tyranno in Leuduna VIII kl. Septembris.

Cette année, l’empereur Gratien fut tué sous le tyran Maxime à Lyon, le 24 septembre.

(Consularia Italica, MGH Auct. Ant. Chronica Minora I, p. 297, Barbarus Scaligeri [col. 3])

Références

Éditions

Consularia italica. II, Fasti Vindobonenses priores ; VI, Excerpta ex Barbaro Scaligeri, MGH Auct. Ant. Chronica Minora I, éd. T. Mommsen, Berlin, 1882.

Bède le Vénérable, Le calcul du temps

Bède, dit Bède le Vénérable (Beda Venerabilis, 673‑735), est un moine anglais sans doute de famille noble, exégète et historien. Le catalogue de ses œuvres comprend quatre‑vingts titres qui vont de la musique à l’exégèse, même si ce sont ses ouvrages historiques qui ont assuré sa réputation. Il est l’auteur, entre autres, de Chroniques et d’une Histoire Ecclésiastique du peuple anglais (traditionnellement : des Angles) rédigée en latin, qui lui valut son titre de « Père de l’histoire anglaise » et d’un Martyrologe (152). C’est l’un des grands noms de la littérature médiévale.

493Le calcul du temps (De temporum ratione) est le dernier des trois traités de Bède connus sous le titre collectif De temporibus, Du temps. Ouvrage didactique, destiné au départ à ses étudiants du monastère, il présente les méthodes de mesure du temps avec de nombreux exemples et surtout celle pour calculer la date de Pâques (celle‑ci, on le sait, est mobile). Cet ouvrage eut un succès important et durable, si l’on se fie au nombre impressionnant de manuscrits qui ont été conservés.

137. Défaite et mort d’Albin

Clodio Albino, qui se in Gallia Caesarem fecerat, apud Lugdunum interfecto, Seuerus in Brittanias bellum transfert, ubi ut receptas prouincias ab incursione barbarica faceret securiores, magnam fossam firmissimum que uallum crebris insuper turribus communitum per cxxxii milia passuum a mare ad mare duxit, et Eburaci obiit.

Une fois Clodius Albin, qui s’était proclamé César en Gaule tué à Lyon, Sévère porte la guerre dans les Bretagnes où, pour rendre plus sures face aux incursions barbares les provinces qu’il avait reprises, il fit construire un fossé très solide et un rempart renforcé de nombreuses tours sur 132 mille pas d’une mer à l’autre et il mourut à Eburacum.

(Bède, Le calcul du temps LXVI, l. 1197‑1199)

494Eburacum ou Eboracum est la ville d’York, en Grande‑Bretagne.

495Le récit de Bède est fait d’un point de vue anglais. La bataille de Lyon n’est mentionnée qu’implicitement grâce à la mort d’Albin. L’essentiel, pour le chroniqueur, est le passage de Sévère en Bretagne en relation avec des troubles locaux et avec la construction de ce que nous connaissons sous le nom de Mur d’Hadrien, construit sur ordre de cet empereur entre 122 et 127, donc bien avant Sévère. À moins qu’il s’agisse du mur d’Antonin, construit en 142 plus au nord, mais dont l’existence fut éphémère.

496La notice de Bède sera reprise plus tard intégralement par Adon (167) et par Scotus (189) à l’exception de la mention de la mort de Septime Sévère.

138. Mort de Gratien

Maximus, uir quidem strenuus et probus atque Augusto dignus, nisi contra sacramenti fidem per tyrranidem emersisset, in Brittannia inuitus propemodum ab exercitu imperator creatus, in Gallia transiit, ibique Gratianum Augustum dolis circumuentum apud Lugdunum occidit.

Maxime, soldat courageux, honnête et digne d’être Auguste, s’il ne s’était pas élevé par la tyrannie contre la foi du serment, choisi comme empereur malgré lui par son armée en Bretagne, passa en Gaule et y fit assassiner à Lyon l’Auguste Gratien abusé par une ruse.

(Bède, Le calcul du temps LXVI, l. 1505‑1510)

497Bède est succinct : il ne précise ni le lieu exact (sur le fleuve), ni la nature de la ruse, ni l’intervention d’Andragathe. Une fois encore c’est le point de vue anglais qui importe.

Références

Édition

Bedae Venerabilis opera. VI, Opera didascalica. 2, De temporum ratione, éd. C.W. Jones, CCSL 123B, Turnhout, 1977, p. 263‑544.

Paul Diacre, Histoire romaine

Paul Diacre (Paulus Diaconus, connu aussi sous les noms de Paolo Varnefrido, Paul Warnefried, Warefrie, ou encore de Paulus Cassinnensis ou Barnefridus), né dans le Frioul entre 720 et 724, mort entre 797 et 799, est un moine italien (il vécut et se retira au Mont‑Cassin) qui travailla un temps auprès de Charlemagne et qui appartint à ce qu’on appelle la « renaissance carolingienne ».

498Philologue et poète (il est l’auteur de l’hymne Ave Maris stella), il est surtout connu pour son œuvre historique, en particulier son Histoire des Lombards (Historia Langobardorum). Les extraits qui suivent sont tirés de son Histoire romaine (Historia Romana), compilation rédigée entre 766 et 771 et qui se présente comme un complément au Bréviaire d’Eutrope (62‑65). L’ouvrage fut, aux alentours de l’an mil, repris et complété par Landolf ou Landolphe Sagax (Landolfus Sagax), un laïc lettré vivant sans doute en Italie : compilation faite à partir de Paul Diacre, et de la Chronographie d’Anastase le Bibliothécaire (ixe s.) et d’autres sources secondaires, elle fut connue un temps sous le nom d’Histoire mélangée (Historia Miscella).

139. Séjour impérial à Lyon

Cantabrico bello per quinque annos acto, totaque Hispania in aeternam pacem cum quadam respiratione lassitudinis reclinata, ac reposita, Caesar Romam rediit, quibus etiam diebus multa per se, multaque per duces et legatos bella gessit. Nam inter caeteros Piso aduersus Vindelicos missus est. Quibus subactis uictor ad Caesarem Lugdunum uenit. Pannonios nouo motu intumescentes Tiberius priuignus Caesaris cruentissima caede deleuit.

Après cinq années de guerre contre les Cantabres, après avoir placé l’Espagne dans les conditions d’une paix durable qui la reposerait de ses épreuves et après l’avoir rétablie, César revint à Rome et à cette époque mena de nombreux combats en personne ou par l’intermédiaire de ses généraux et de ses légats : entre autres, Pison fut envoyé contre les Vindeliciens. Il les soumit et revint vainqueur auprès de César à Lyon. Tibère, le beau‑fils de César, anéantit dans un carnage très sanglant les Pannoniens qui débordaient d’une agitation croissante.

(Paul Diacre, Histoire romaine VII, PL 95, col. 859C)

499Les guerres cantabres (côte nord de l’Espagne actuelle) sont une étape de la conquête de la péninsule ibérique par les Romains et elles durèrent de 29 à 19 av. J.‑C. Dirigées par Auguste et Agrippa, difficiles car les Cantabres menaient une forme de guérilla efficace, ces guerres marquèrent la fin de la conquête de l’Espagne, entreprise depuis les guerres puniques. Les Vindéliciens, ou Vendéliques, sont un peuple dont le territoire s’étendait du nord‑est de la Suisse au sud du Wurtenberg et de la Bavière. Ce sont Tibère et Drusus (et non Pison) qui, en 15 av. J.‑C., les battent et les soumettent : les noms de quatre tribus sont gravés sur le trophée de la Turbie élevé en 12 par Auguste.

140. La bataille de Lyon

Sub eo etiam Clodius Albinus, qui in occidendo Pertinace socius fuerat Iuliano, Caesarem se in Gallia fecit, uictusque apud Lugdunum et interfectus est.

À son époque [celle de Sévère], Clodius Albin, qui, dans l’assassinat de Pertinax, avait été l’allié de [Didius] Julianus, se fit proclamer César en Gaule, fut vaincu à Lyon et tué.

(Paul Diacre, Histoire romaine VIII, 18, PL 95, col. 890C)

141. Caracalla et Lyon

Dictus est M. Aurelius Antoninus Bassianus Caracalla, patrique successit, Lugduni genitus. Hic Bassianus ex aui materni nomine dictus est. At cum e Gallia uestem plurimam deuexisset, talaresque caracallas fecisset, coegissetque plebem ad se salutandum indutam talibus introire, de nomine huiuscemodi uestis, Caracalla cognominatus est.

Il fut appelé M. Aurélius Antoninus Bassianus Caracalla et, né à Lyon, il succéda à son père. Il fut appelé Bassianus à cause de son aïeul maternel. Mais parce qu’il avait apporté de Gaule de très nombreux vêtements, qu’il avait fait faire des tuniques « caracalla », et qu’il avait contraint le peuple à venir le saluer en portant un habit semblable, il fut surnommé Caracalla, en raison du nom de ce type de vêtement.

(Paul Diacre, Histoire romaine X, PL 95, col. 891C)

500Sur le surnom de l’empereur, voir 70.

142. Mort de Magnence

Sequentibus autem Constantii militibus, circa montem Seleucum facta congressione, solus fugiens uenit in Lugdunensem urbem, comprehendensque suam matrem et fratrem seniorem, quem ad tuendas Gallias Caesarem constituerat, occidit. Nec multo post a Constantii militibus ibidem coangustatus, gladio occulte prouiso, ictum pulsu parietis iuuans transfosso latere, ut erat uasti corporis, naribusque, et ore cruorem effundens, mense imperiii quadragesimo secundo, aetatis prope quinquagesimo, exspirauit, anno imperii Constanti sexto, et Galli Constantii consulatus anno secundo, XVIII kalendas Septembris […]. Eius morte audita, Decentius frater eius laqueo fascia composito uitam finiuit.

Comme les soldats de Constance le poursuivaient, après la bataille à Montsaléon, il s’enfuit seul et vint à Lyon. Il prit avec lui sa mère et son frère aîné, qu’il avait nommé César pour protéger les Gaules, et les tua. Peu après, bloqué au même endroit par les soldats de Constance, avec une épée qu’il s’était procurée en secret, en s’aidant d’un mur pour porter le coup, il se perça le flanc, parce qu’il était corpulent, et, versant le sang par le nez et la bouche, il expira en son quarante-deuxième mois de règne, à presque cinquante ans, la sixième année du règne de Constance, la seconde année du consulat de Constance Galle, le 14 septembre […]. À l’annonce de sa mort, son frère Décence fit un nœud coulant avec une cordelette et se suicida.

(Paul Diacre, Histoire romaine XI, PL 95, col. 914C‑D)

143. Mort de Magnence

Magnentiusque diuersis proeliis uictus uim uitae suae apud Lugdunum attulit imperii anno tertio, mense septimo, frater quoque eius Senonis, quem ad tuendas Gallias Caesarem miserat.

Magnence, vaincu en divers combats, attenta à sa vie à Lyon, la troisième année de son règne, le septième mois, et ainsi fit également son frère Sénon, qu’il avait envoyé comme César pour protéger les Gaules.

(Paul Diacre, Histoire romaine XI, PL 95, col. 915D, revu par Landolf Sagax)

501Landolf Sagax, comme plus loin Théophane (149) semble confondre deux personnages. Le suicide de Décence à Sens (l’auteur a pris un nom de lieu pour un nom de personne) est attesté par l’ensemble des auteurs, qui en font le César de son frère, chargé des Gaules. Son autre frère, un aîné aux dires de Paul, n’apparaît que tardivement et reste anonyme, ce qui est peu vraisemblable s’il avait été César.

144. Mort de Gratien

Ea tempestate Maximus, uir quidem strenuus, et Augusto dignus, nisi contra sacramenti fidem per tyrannidem emersisset, in Britannia ab exercitu inuitus imperator creatus, in Galliam transiit. At uero Gratianus, dum exercitum negligeret, et paucos ex Alanis, quos ingenti auro ad se transtulerat, ueteri ac Romano militi anteferret, adeoque barbarorum comitatu, et prope amicitia captus esset, ut nonnunquam eodem habitu iter faceret, odia contra se militum excitauit. Maximus igitur ab infensis Gratiano militibus, et legionibus exceptus, eumdem subita incursione perterritum atque in Italiam transire cupientem, dolis circumuentum interemit. Causa autem interfectionis eius haec fuit : Maximus enim opinionem misit in uulgus, quia uxor Gratiani suo uiro festinaret occurrere, in Lugduno Galliae ciuitate fluuium transeunti. Gratianus autem credens coniugem Creusam uenire, quam nuper acceperat, non praecauens insidias, et ueluti caecus in foueam immanis hostis incurrit. Dum ergo uenisset Gratianus quasi ad uxoris uehiculum, ex improuiso exsiliens Andragatius Gratianum interemit. Mortuus est autem consulatu Merobaudis et Saturnini, anno imperii decimoquinto, uitae uicesimo nono.

  • 335 Créuse s’appelait en réalité Flavia Maxima Constantia et était fille posthume de Constance II. Ell (...)

À cette époque, Maxime, soldat courageux et qui aurait été digne d’être Auguste, s’il ne s’était pas élevé par la tyrannie contre la foi du serment, fut choisi comme empereur malgré lui par son armée en Bretagne et passa en Gaule. Or, en négligeant l’armée, en préférant au vétéran et au soldat romain un petit nombre d’Alains qu’il avait fait passer de son côté grâce à beaucoup d’argent, et en étant à ce point prisonnier du compagnonnage et presque de l’amitié des barbares que parfois il faisait route avec la même tenue qu’eux, Gratien souleva contre lui la haine des soldats. Maxime, donc, bien accueilli par les soldats et les légions hostiles à Gratien, fit tuer par ruse ce dernier qui avait été épouvanté par la soudaineté de son attaque et voulait gagner l’Italie. Voici comment se déroula cet assassinat. Maxime fit en effet circuler dans le peuple la rumeur selon laquelle l’épouse de Gratien se hâtait d’aller à la rencontre de son époux qui traversait le fleuve dans la ville de Lyon en Gaule. Gratien croyant que sa femme Créuse335, qu’il avait récemment épousée, arrivait, et sans se prémunir d’une embuscade, se jeta comme un aveugle dans le piège de son cruel ennemi. Ainsi donc, alors que Gratien avait presque atteint le véhicule de son épouse, Angragathe en jaillit à l’improviste et tua Gratien. Il mourut sous le consulat de Mérobaude et Saturninus, la quinzième année de son règne, à l’âge de vingt‑huit ans.

(Paul Diacre, Histoire romaine XII, PL 95, col. 0938AB)

Références

L’auteur et l’ouvrage

Duval 1971, n° 29B ; F. Gasparri, « Paul Diacre », in R. Bossuat, L. Pichard et G. Raynaud de Lage (dir.), Dictionnaire des lettres françaises, t. I, Le Moyen Âge, éd. revue et mise à jour par G. Hasenohr et M. Zink (dir.), Paris, 1992, p. 1105‑1107 ; Paolo Diacono e il Friuli altomedievale (secc. VI‑X). Atti del XIV Congresso internazionale di studi sull’Alto medioevo, Cividale del Friuli - Bottenicco di Moimacco, 24‑29 settembre 1999, Spolète, 2001 ; P. Chiesa, Paolo Diacono : uno scrittore fra tradizione longobarda e rinnovamento carolingio, Udine, 2000 ; M.T. Kretschmer, Rewriting Roman History in the Middle Ages. The « Historia Romana » and the Manuscript Bamberg, Hist. 3, Leyde-Boston, 2007.

Éditions

Pauli Diaconi Historia Miscella, PL 95, 1851, col. 739‑1146.

Consulter aussi MGH Auct. Ant. II, éd. H. Droysen, 1879 ; Historia Romana, éd. A. Crivellucci, Fonti per la storia d’Italia 51, Rome, 1914, repris dans la Bibliotheca Augustana online.

Georges le Syncelle, Compilation chronographique

Georges le Syncelle (Γεώργιος ὁ Σύγκελλος, Georgius Syncellus, ca 740 - après 810), vécut en Palestine avant de devenir le secrétaire particulier (le syncelle) du patriarche de Constantinople, Taraise ; à la mort de ce dernier en février 806, au lieu de lui succéder, il choisit de se retirer dans un monastère.

502Il y rédigea sa Compilation chronographique (Ἐκλογὴ χρονογραφίας), inspirée de celle de Sextus Julius Africanus (fin iie s. - première moitié iiie s.), dans le but d’établir une chronologie sûre, depuis Adam jusqu’à 284, avènement de Dioclétien. Théophane le Confesseur (149‑150) rédigea une continuation de cette chronique jusqu’en 813.

145. Exil d’Hérode

Τοῦ κόσμου ἔτη εφλθʹ. Τῆς θείας σαρκώσεως ἔτη λθʹ.
Ἀγρίππας Ἡρώδου παῖς ἐπὶ Τιβερίου Καίσαρος φρουρηθεὶς διὰ τὰς κατὰ τοῦ ἰδίου πατρὸς κατηγορίας καὶ ἀνεθεὶς τῶν δεσμῶν ὑπὸ Γαΐου Καίσαρος βασιλεὺς Ἰουδαίων ἐκπέμπεται.
Ἡρώδης δὲ ὁ τούτου πατὴρ ἐν Λουγδόνῳ τῆς Γαλλίας ἐξορισθεὶς ἐν ἐσχάτῃ πενίᾳ σὺν Ἡρωδιάδι τῇ μοιχαλλίδι θνήσκει.

Année du monde 5539, an 39 de la divine Incarnation.
Agrippa, fils d’Hérode, emprisonné sous César Tibère suite à des accusations de son propre père, est relâché par Caius César [Caligula] qui l’envoie régner sur les Juifs.
Hérode son père, envoyé en exil à Lyon, meurt dans la plus extrême pauvreté avec son épouse adultère Hérodiade.

(Georges le Syncelle, Compilation, éd. Mosshammer, p. 402, l. 6)

503Georges le Syncelle donne de l’épisode, raconté plus en détail par Flavius Josèphe (13), un résumé qui confond les personnages – les homonymies au moins partielles ne lui ayant pas facilité la tâche. Agrippa Ier, parfois appelé Hérode Agrippa (10 av. - 44 ap.), est le fils d’Aristobule IV (37‑7 av. J.‑C.) et donc le petit‑fils d’Hérode le Grand (73‑4 av. J.‑C.), et non son fils comme l’indique le texte. Il vécut sa jeunesse à Rome, familier de la famille impériale. Lors d’une brève disgrâce sous Tibère, il partit un temps en Palestine, avant de revenir à Rome. Proche de Caligula, il fut roi de Batanée et de Trachonitide, avant de récupérer la Galilée et la Pérée.

504L’Hérode « son père » est une erreur de l’auteur ; il s’agit en réalité d’Hérode Antipas II ou Hérode Antipater (21 av. - après 39 ap.), tétrarque de Galilée et de Pérée, autre fils d’Hérode le Grand et époux d’Hérodiade, petite‑fille d’Hérode le Grand et sa propre nièce (13).

146. Publication d’Irénée

Τοῦ κόσμου ἔτη εφπηʹ. Τῆς θείας σαρκώσεως ἔτη πηʹ.
Τοῦ ἁγίου Εἰρηναίου ἐπισκόπου Λουγδόνου ἐκ τοῦ βʹ λόγου τοῦ πρὸς τὰς αἱρέσεις περὶ τοῦ ἁγίου Ἰωάννου τοῦ θεολόγου.

Année du monde 5588, an 88 de la divine Incarnation.
Du saint évêque de Lyon Irénée, du second livre Contre les hérésies, à propos de saint Jean le Théologien l’an 88 de la divine Incarnation.

(Georges le Syncelle, Compilation, éd. Mosshammer, p. 422, l. 1)

147. Floruit d’Irénée de Lyon

Τοῦ κόσμου ἔτη εχοβʹ. Τῆς θείας σαρκώσεως ἔτη ροβʹ.
Εἰρηναῖος ἐπίσκοπος Λουγδόνων πόλεως Γαλλίας θείοις λόγοις καὶ πράξεσι διέλαμπε.

Année du monde 5672, an 172 de la divine Incarnation.
Irénée, évêque de la cité de Lyon en Gaule, jouit d’une grande renommée en raison de ses divins écrits et de ses actes.

(Georges le Syncelle, Compilation, éd. Mosshammer, p. 433, l. 2)

148. Sévère et Albin

Τοῦ κόσμου ἔτη εχοϟςʹ. Τῆς θείας σαρκώσεως ἔτη ρϟϛʹ.
Σευῆρος εἰς Ῥώμην ἐλθὼν Ἀλβῖνον τυραννήσαντα κατὰ Λουγδόνων πόλιν ἀνεῖλε.

Année du monde 5696, an 196 de la divine Incarnation.
Après son retour à Rome, Sévère fit périr à Lyon Albin qui avait usurpé le pouvoir.

(Georges le Syncelle, Compilation, éd. Mosshammer, p. 435, l. 19)

Références

L’auteur et l’ouvrage

Sur les chronographes byzantins, H. Gelzer, Sextus Julius Africanus und die byzantinische Chronographie, Leipzig, 1898 (réimpr., New York, 1967) ; Bréhier 1970, livre V, chapitre 10, p. 296 à 306 en particulier ; W. Adler. Time Immemorial : Archaic History and its Sources in Christian Chronography from Julius Africanus to George Syncellus, Washington, 1989 ; EU en ligne, s.v. « Byzantins chroniqueurs » [Culerrier] ; Brill’s EncMedChron Online, s.v. « Giorgios Synkellos » [Stavrakos].

Éditions

Georgii Syncelli Ecloga chronographica, éd. A.A. Mosshammer, Leipzig, 1984.

Consulter aussi PG 108, 1863 ; Georgius Syncellus et Nicephorus cp. ex recensione Guilielmi Dindorfi, éd. G. Dindorf, CSBH 22‑23, Bonn, 1829, p. 603 ; W. Adler, P. Tuffin, The Chronography of George Synkellos : A Byzantine Chronicle of Universal History from the Creation, Oxford, 2002, traduction anglaise et commentaire sans le texte grec.

Théophane le Confesseur, Chronographie

Théophane le Confesseur (Θεοφάνης ό Ὁμολογητής, 758‑759 - 817‑818) était issu d’une très grande famille de Constantinople liée à la famille impériale ; devenu moine, il prit part, comme théologien, à la querelle de l’iconoclasme : partisan des images (iconodule), il participa au deuxième concile de Nicée en 787 qui rétablit le culte des images. Pour cette raison, il est considéré comme saint tant par les catholiques que par les orthodoxes.

505Théophane est l’auteur d’une Chronique (Χρονογραφία), qui prend la suite de celle de Georges le Syncelle, peut‑être à la demande de ce dernier, et couvre les années 284 (avènement de Dioclétien) à 813 (abdication de Michel Ier Rangabé) et qui, très critiquée pour son manque de valeur historique, a cependant l’intérêt de nous avoir transmis des extraits d’auteurs plus anciens aujourd’hui perdus. L’ouvrage est en deux parties : la première est une chronique événementielle, la seconde présente une série de tables chronologiques synchronisées.

149. Mort de Magnence

Κόσμου ἔτη ͵εωμζʹ. Τῆς θείας σαρκώσεως ἔτη τμζʹ.
Καὶ ἡττηθεὶς ὁ Μαγνέντιος ἔφυγεν ἐπὶ Ἰταλίαν.
Πολλάκις δὲ ὑπὸ τῶν στρατηγῶν Κωνσταντίου πολεμηθείς, συμβαλὼν ἐν Μόντῳ Σελεύκῳ καὶ ἡττηθεὶς ἔφυγεν εἰς Λογδοῦνον· καὶ τὸν ἀδελφὸν ἑαυτοῦ πρῶτον σφάξας καὶ τὴν ἰδίαν μητέρα, ὕστερον καὶ ἑαυτὸν ἀνήλωσεν· καὶ Δικέντιος καῖσαρ, ὁ τούτου ἀδελφός, ἀγχόνῃ ἐχρήσατο.

Année du monde 5848. Année de la divine Incarnation 347.
Et après sa défaite [à Mursa], Magnence s’enfuit vers l’Italie. Après de multiples affrontements avec les généraux de Constance, il livra bataille à Montsaléon. Vaincu, il s’enfuit à Lyon. Il égorgea d’abord son frère et sa propre mère et se donna ensuite la mort. Le César Décence, son frère, se pendit.

(Théophane le Confesseur, Chronographie, éd. de Boor, p. 44)

506Théophane évoque deux frères de Magnence, comme Paul Diacre (142), mais à la différence de ce dernier, il ne dit pas que celui qui était resté auprès de Magnence était l’aîné – et suivant les historiens plus anciens, il fait de Décence le César, dont il ne précise pas où il trouva la mort. En fait, les différents chroniqueurs ne donnent pas une version cohérente des événements – et ne sont pas, non plus, d’accord sur la date exacte de la mort de Magnence. Certains brodent, comme Paul, par souci évident du pittoresque ou du macabre, d’autres sont plus factuels.

150. Mort de Gratien

Κόσμου ἔτη ͵εωοδʹ. Τῆς θείας σαρκώσεως ἔτη τοδʹ.
Τούτῳ τῷ ἔτει Γρατιανὸς ὁ βασιλεὺς ἀνῃρέθη δόλῳ Ἀνδραγαθίου, τοῦ στρατηγοῦ Μαξίμου τοῦ τυράννου. Οὗτος γὰρ ἐφ’ ἁμάξης εἰσελθὼν ὑπεκρίθη εἶναι ἡ γαμετὴ Γρατιανοῦ, καὶ οὕτως ὑπαντήσας ἀφυλάκτῳ αὐτῷ ἀνεῖλεν αὐτὸν ὁ Ἀνδραγάθιος. Τούτου δὲ ἀναιρεθέντος, ἐκράτησεν Οὐαλεντινιανὸς τὴν Ῥωμαίων βασιλείαν.

Année du monde 5874. Année de la divine Incarnation 374.
Cette même année, l’empereur Gratien fut tué suite à une ruse d’Andragathe, général de l’usurpateur Maxime. Andragathe, en effet, s’étant glissé dans un chariot, feignit d’être l’épouse de Gratien, alla ainsi à sa rencontre et tua Gratien qui n’était pas sur ses gardes. Après son assassinat, Valentinien gouverna l’Empire romain.

(Théophane le Confesseur, Chronographie, éd. de Boor, p. 67‑68)

Références

L’auteur et l’ouvrage

C. Mango, « Who Wrote the Chronicle of Theophanes ? », Zborknik Radova Vizantinoškog Instituta 18, 1978, p. 9‑18 (réimpr., Byzantium and its Image, Londres, 1984) ; P. Yannopoulos, Théophane de Sigriani le Confesseur (759‑818). Un héros orthodoxe du second iconoclasme, Bruxelles, 2013.

Éditions

Theophanis chronographia, vol. I, Textum graecum continens, éd. C. de Boor, Teubner, Leipzig, 1883 (réimpr., 1963).

Consulter aussi PG 108, 1863, col 148 ; The Chronicle of Theophanes Confessor. Byzantine and Near Eastern history AD 284‑813, éd. C. Mango, R. Scott, Oxford, 1997, traduction et commentaire.

Anonyme, Passion des saints Épipoy et Alexandre

507Le récit qui suit est extrait de la Passion des saints Épipoy et Alexandre (Passio Sanctorum Epipodii et Alexandri), dont l’auteur est resté anonyme et dont la date ne peut être établie avec certitude : elle est antérieure au Martyrologe lyonnais qui s’en inspire et dont on s’accorde à placer la rédaction originale au tout début du ixe s.

508Les deux héros de ce texte hagiographique à forte tonalité moralisatrice, Épipoy et Alexandre, sont mentionnés très tôt aux côtés d’Irénée (120, 153C), mais le récit de leur martyre, dont la source et les versions anciennes (s’il en exista) nous sont inconnues, apparaît tardivement.

151. Martyre d’Épipoy et d’Alexandre

Per proditionem domesticam Epipodius et Alexander occulte operam dare catholico fidei cultui, Praesidi nuntiantur ; quos ille indagine solicita, exosae religionis reliquias in illis exstinguere cupiens, praecipit inquiri.
Verum intermisso paulisper ordine passionis, quanti qualesue fuerint, conuenit uel breuiter publicari. Et Alexander quidem natione Graecus fuit, Epipodius uero Lugdunensis ciuitatis indigena. […]
Saeuiente autem persecutione, implentes euangelica constituta, quoniam ad aliam uel etiam tertiam ciuitatem abire non possent, latebram ibi quaesierunt. Egressi uero occulte septa murorum, in eo uico, qui propter Incisam petram situs est, tugurio se cuiusdam religiosae et fidelis uiduae sine ullis comitibus, abdiderunt. Cumque illic aliquamdiu, tecti fide mulierculae et loci humilitate, latuissent : tandem sagax illos inquisitor inuenit, eosque per angustum cellulae aditum fugientes, manus infesta corripuit ; quia ita trepidi inter insilientes irruperant, ut sanctus Epipodius calceamento pedis unius priuaretur ; quod postea fidelis mulier, tanquam thesaurum sibi repertum occuluit.
Itaque captos, etiam ante discussionem, carcer accepit ; quia manifesti putabatur criminis nomen esse, ipsa appellatio Christiana. […]
[Vient ensuite une narration très détaillée, et très littéraire, des supplices infligés d’abord à Épipoy, réputé plus fragile, puis à Alexandre, le texte de leurs confessions de foi respectives et le récit de leurs pieuses morts.]
Hos itaque semper concordes et socios, quia mors diuiserat, sepultura coniunxit, dum furantibus Christianis, educta occulte extra urbem corpora, absconsa conduntur. Erat enim in colle superposito ciuitati concretis densatus stipibus locus, ibique in modum speluncae conclusa frutetis ac sentibus uallis latebat, et ut fit, ubi humor deciduus per naturale ministerium infunditur, inculta fœcunditas, quo in recessu uenerabilia corpora religiosa prouisione demersa sunt, quia Gentilium furor, extremam denegans sepulturam, etiam in corpora exanimata saeuiebat. Postea uero uenerabilem locum religiosorum cultus seruavit, et prodidit reuerentia deducta per posteros, et uirtutes plurimae, quae sanctorum potentiam prodiderunt.
[Suit le récit d’une guérison miraculeuse d’un jeune homme, prélude à un culte des saints qui prit une grande importance.]

À la suite de la trahison d’un serviteur, Épipoy et Alexandre sont dénoncés au gouverneur comme pratiquant en secret la foi catholique et son culte ; désireux d’étouffer en eux les restes d’une religion qu’il hait, il ordonne qu’ils fassent l’objet d’une recherche particulièrement attentive.
Mais, différant un moment le déroulement de leur passion, il convient d’exposer, même brièvement, combien grands ils furent : c’est un fait établi qu’Alexandre était de nation grecque, tandis qu’Épipoy était originaire de la ville de Lyon. […]
Or, alors que la persécution sévissait, conformément aux principes évangéliques, puisqu’ils ne pouvaient quitter cette ville pour une autre ou même une troisième, ils cherchèrent sur place une cachette. Ayant franchi en secret l’enceinte, ils trouvèrent refuge dans le faubourg situé près de Pierre‑Scize, dans la chaumière d’une veuve pieuse et digne de confiance, sans aucun compagnon. Et alors qu’ils étaient restés cachés là assez longtemps, protégés par la loyauté de la pauvre femme et par la modestie de l’endroit, un enquêteur perspicace finit pourtant par les découvrir ; la troupe ennemie s’empara d’eux comme ils essayaient de fuir par l’étroite ouverture de leur chambre mais ils s’étaient jetés au milieu de leurs assaillants en se démenant tellement que saint Épipoy perdit une chaussure à un pied. La fidèle femme la dissimula ensuite, comme un trésor qu’elle aurait trouvé.
Ainsi, avant même tout interrogatoire, la prison les reçut comme prisonniers, puisque le nom de chrétien à lui seul était considér