Version classiqueVersion mobile

Lyon dans les textes grecs et latins

 | 
Jean‑Claude Decourt
, 
Gérard Lucas

Introduction

Texte intégral

« Toute anthologie est une gerbe de fleurs séchées, mais éternelles. »
(Jean Pouilloux, préface de la première édition)

1L’idée première de ce recueil est née lorsque, alors tous deux enseignants dans le secondaire, nous avons proposé à nos collègues de l’académie de Lyon un stage consacré à « Lyon dans les textes grecs et latins », qui se déroula durant l’année scolaire 1989-1990 sous l’égide de l’ARELAL (Association Régionale des Enseignants de Langues Anciennes de l’académie de Lyon).

2Dans notre esprit, ce stage devait déboucher sur la publication rapide d’un fascicule pédagogique qui, pour différentes raisons, ne vit jamais le jour. Nous avons alors décidé d’enrichir le corpus de textes auquel nous nous étions arrêtés et de l’appuyer sur un commentaire et une bibliographie plus développés. La publication aux éditions de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée, cependant, conservait le même objectif de départ : offrir aux enseignants, aux étudiants et à tous ceux qui s’intéressent à l’histoire ancienne et à celle de Lyon en particulier, ce qui se voulait à la fois un instrument de travail et un ouvrage, nous l’espérions, agréable à lire. Nous nous sommes ensuite rapidement aperçus, grâce aux témoignages de nos collègues, mais aussi en relevant les mentions de notre recueil dans les bibliographies, que ce dernier servait aussi à un public plus spécialisé, aux chercheurs travaillant sur l’archéologie et l’histoire de Lyon dans l’Antiquité. Cette seconde édition tient compte de cet élargissement du public : nous avons en effet sensiblement accru le nombre des auteurs et des textes cités et nous avons souhaité renforcer la bibliographie et les commentaires.

  • 1 De anticalia Lugduni, BNF ms 5447 (Regius 9876), f38 r°v°.
  • 2 Dom Martin Bouquet (1685-1754), bénédictin de Saint-Maur, fut à l’origine de la série de volumes R (...)
  • 3 Histoire du Lyonnais par les textes. Textes réunis, présentés et annotés par A. Bruhl, R. Lacour, (...)
  • 4  Goudineau 1989, p. 23‑26, repris sous le titre « Les textes antiques sur la fondation et sur la si (...)

3Grande avait été notre surprise de découvrir qu’il n’existait aucun ouvrage récent de ce genre. Pourtant, dès le xve siècle, les humanistes lyonnais esquissèrent des florilèges de textes des auteurs grecs et latins, qui ne furent pas publiés. C’est ainsi que Pierre Sala, un érudit lyonnais (1457-1529), qui lors de sa retraite à Lyon, se fit construire la résidence qui prit le nom de l’Antiquaille, est peut-être le premier à avoir tenté un recueil de testimonia. Dans son De anticalia Lugduni, qui resta manuscrit, il donne des extraits de Ptolémée, Tacite, Sénèque, Suétone, Juvénal et Eusèbe de Césarée qui ont trait à Lyon1. De même, son contemporain Claude de Bellièvre (1487-1557) propose dans son Lugdunum priscum, publié en 1826 seulement, tantôt de courts extraits, tantôt de simples références aux auteurs antiques en les classant de façon thématique. Sans doute historiens et archéologues, pour leurs besoins propres, utilisent‑ils depuis longtemps les textes. L’histoire ancienne s’est du reste longtemps limitée à exploiter les informations tirées des auteurs anciens, négligeant, en particulier, les apports de l’archéologie, citant et commentant presque toujours les mêmes extraits, et les « belles infidèles » y sont plus fréquentes qu’on le croit : contrairement à une idée reçue, notre connaissance du latin et du grec est bien meilleure que celle de nos prédécesseurs du xviie ou du xviiie siècle. Quelques rares tentatives méritent cependant d’être citées. Le monumental Recueil des historiens des Gaules et de la France de dom Bouquet, qui ne comportait pas la traduction française des textes grecs et latins, selon les usages de l’époque, en est le premier exemple2. L’Histoire du Lyonnais par les textes, publiée vers 19603, d’ampleur beaucoup plus modeste, couvrait l’ensemble de l’histoire de la région (et non la seule Antiquité, laquelle est d’ailleurs mal traitée) et proposait un choix limité de textes en traduction, sans le document en langue originale. L’article de C. Goudineau « Les textes antiques sur la fondation et sur la topographie de Lugdunum »4 a aussi été pour nous une source d’inspiration, mais il ne donne, cette fois encore, que les traductions et surtout porte sur un moment particulier de l’histoire de la ville. Nous avons pour notre part souhaité, sans viser à une exhaustivité impossible, présenter un panorama général des sources littéraires sur l’histoire de Lyon dans l’Antiquité, dans la langue originale et en traduction, et non mettre l’accent sur un événement ou un personnage particulier.

  • 5 Voir le site de la collection à l’adresse www.mgh.de.

4On trouvera donc ici un ensemble de textes qui traitent de Lyon et de sa proche région – sa géographie, son histoire – depuis la période qui précède immédiatement la fondation de la colonie – 43 av. J.‑C. – jusqu’à l’occupation burgonde – vers 460 ap. J.‑C., quinze ans avant la déposition de Romulus Augustule, qui marque conventionnellement la fin de l’Empire romain d’Occident. Si nous ne donnons pas non plus dans cette seconde édition la totalité des testimonia grecs et latins relatifs à ces cinq siècles d’histoire, nous avons cependant sensiblement accru le nombre d’auteurs (qui passe de 55 à 101) et de textes cités (de 115 à 219). Depuis 1993, date de la première édition, on le sait, l’accès à la documentation a été bouleversé et l’internet permet désormais une consultation relativement aisée d’œuvres d’écrivains bien oubliés – et souvent, il faut bien l’avouer, mineurs. Pour ne prendre qu’un exemple, les quelque trois cents volumes de la collection des Monumenta Germaniae Historica, parus à partir de 1826, sont désormais numérisés et indexés, ce qui en fait un instrument de travail incomparable5. Or cette collection de sources primaires qui vont de l’époque romaine à 1500, couvre, malgré son nom (ou peut‑être à cause de lui, si l’on veut bien se rappeler la période où elle fut éditée), une aire beaucoup plus vaste que ce que l’on appelle Germanie, a fortiori Allemagne : son index permet ainsi de rassembler toutes les occurrences du nom de Lyon en latin ou en grec chez les auteurs anciens et médiévaux. Certains textes nous ont cependant échappé, en particulier parmi les écrivains byzantins, qui mentionnent rarement, il est vrai, ce qui se passe en Occident. Nous en avons volontairement passé d’autres sous silence. Par exemple, nous donnons des extraits de plusieurs Chroniques médiévales, les plus importantes, mais il était inutile de les reproduire toutes, car elles sont succinctes et surtout, souvent au mot près, éminemment répétitives. C’est le cas aussi de la littérature sur les premiers temps chrétiens : Vies, Passions et Martyrologes sont très redondants. À vrai dire, le récit détaillé (et souvent purement imaginaire) des supplices subis par tel ou tel martyr, les commentaires en forme d’homélies qui alourdissent telle ou telle Vie n’apportent rien à notre connaissance de l’histoire ou de la topographie de la cité : là encore nous avons fait des choix.

  • 6 En témoigne, à Lyon, Lugdunum priscum de l’humaniste Claude de Bellièvre (1487-1557), édité par J. (...)

5Les limites chronologiques de l’histoire de Lyon que nous nous sommes fixées, 43 av. - 460 ap. J.‑C., ne s’appliquent évidemment pas aux écrivains. Nous avons en effet fait appel à des auteurs nettement plus récents parce qu’une littérature savante en langue latine, en Occident, a continué d’exister après la fin de l’Empire6, quoique de plus en plus marginale, et qu’en Orient on n’a jamais cessé d’écrire en grec. Il n’y a dans notre recueil qu’une demi-douzaine d’auteurs qui sont postérieurs à l’an mil, hommes d’Église pour la plupart : les extraits que nous avons retenus traitent d’ailleurs pour l’essentiel de deux cycles hagiographiques lyonnais qui empruntent à la fois à l’histoire et à la légende, les quarante-huit martyrs de 177 et la mort d’Irénée.

  • 7 La collection Loeb a été mise intégralement en ligne, sauf les nouvelles éditions, par son éditeur (...)

6Un mot du souhait qui a été le nôtre dès le début de publier les textes dans la langue originale et pas seulement en traduction. Nous sommes aujourd’hui en présence d’un phénomène complexe. D’une part, on le sait, la connaissance des langues anciennes ne cesse de reculer dans l’enseignement secondaire et supérieur, même si l’on s’illusionne fortement sur le nombre de personnes qui avaient, il y a cent ans, une bonne connaissance du latin et du grec. D’autre part, l’intérêt pour ces langues devenues exotiques ne se dément pas. L’internet donne en outre accès à de très nombreux textes anciens, grâce à des éditeurs qui existent encore aujourd’hui, mais aussi grâce au travail d’amateurs ou de moteurs de recherche7. Dans ces deux derniers cas, il s’agit de textes publiés dans des éditions malheureusement dépassées par les progrès accomplis par la philologie depuis plus de cent ans ; ils sont accompagnés de surcroît parfois, mais non toujours, de traductions elles aussi très discutables. Nous sommes par ailleurs, depuis quelques années, en face d’un phénomène éditorial quelque peu paradoxal. Un éditeur de textes anciens à la présentation austère, la maison d’édition Les Belles Lettres, édite dans la Collection des universités de France (CUF), mieux connue comme Budé, des textes anciens avec apparat critique, traduction et commentaires, mais propose une collection plus « jeune », La roue à livres, où sont publiées des traductions seules, avec un commentaire réduit au minimum. Un autre éditeur, à l’image disons plus moderne, La Découverte, propose une collection d’ouvrages de poche bilingues où le latin et le grec ne sont pas oubliés. Ce ne sont pas les seuls, et différents éditeurs multiplient les éditions bilingues pourvues de traductions récentes. Ces ouvrages bénéficient d’un public que l’on pourrait qualifier de captif, c’est-à-dire les étudiants et les professeurs de lettres classiques auxquels on ajoutera les historiens et archéologues spécialistes de l’Antiquité. D’autres lecteurs, sans lire Tacite ni Dion Cassius dans le texte, souhaitent pouvoir se référer, au moins de temps en temps, à la langue originale, comme il existe, au cinéma, des spectateurs adeptes de la VO, la « version originale », y compris pour des films tournés dans des langues qui leur sont totalement étrangères. En outre, le caractère diachronique de notre sélection est une invitation à observer une langue dans son histoire, surtout le latin, de César à Grégoire de Tours et aux chroniqueurs médiévaux : mais, pour cela, encore faut‑il disposer des textes originaux et ne pas avoir à les chercher dans des éditions peu fiables ou peu accessibles et peu commodes à utiliser pour qui n’en est pas familier.

  • 8 Sur ce dernier point, voir infra.

7Cet ouvrage, on l’aura compris, est donc un objet hybride, difficile à définir précisément. On n’y cherchera pas la totalité des textes relatifs à l’histoire de Lyon, même si la plus grande part y est désormais présente. On n’espérera pas y lire des textes originaux revus sur les manuscrits : nous avons repris purement et simplement les éditions existantes, dûment créditées. Certaines sont anciennes et mériteraient d’être amendées, mais le travail reste à faire et n’est pas de notre compétence : c’est le cas notamment de quelques textes extraits des Patrologies grecque et latine. Pour un tout petit nombre de textes, par exemple celui où Strabon décrit l’autel fédéral (7), nous avons signalé plusieurs leçons, parce que les variantes sont fondamentales pour la compréhension même du texte et qu’il n’y a pas encore, chez les commentateurs, d’unanimité dans la lecture et donc l’interprétation. On ne lira évidemment pas non plus, dans ce recueil, une histoire de la littérature latine et grecque bâtie autour d’un thème : les genres représentés sont certes variés, mais certains manquent (le théâtre ou la poésie épique par exemple) et surtout la qualité littéraire stricto sensu des extraits sélectionnés n’est pas toujours au rendez-vous. On n’y trouvera pas enfin une histoire de Lyon dans l’Antiquité : il y manque, ce qui n’est pas rien, tout l’apport de l’archéologie et de l’épigraphie8. C’est pourtant un peu de tout cela que nous avons voulu mettre dans ce livre, qui est d’abord et avant tout, dans notre esprit, un instrument de travail.

8Cet instrument doit être facilement utilisable. C’est la raison pour laquelle il nous paraît nécessaire d’apporter ici quelques précisions sur la composition de l’ouvrage.

9Le stage de départ avait été organisé, autour d’un nombre très limité de textes, selon un découpage thématique : géographie de Lyon ; histoire de Lyon sous la République et l’Empire ; les débuts du christianisme à Lyon. Cette répartition est vite apparue intenable, en raison notamment de l’accroissement du nombre des extraits, mais surtout parce qu’un même texte pouvait avoir des rattachements multiples : Septime Sévère relevait de la section 2 (pour la bataille de 197 et le sac de Lyon) et de la section 3 (pour le martyre d’Irénée) ; l’escale de saint Germain d’Auxerre pouvait figurer dans la section 1 (géographie : Héric) et dans la section 3 (christianisme : Constance). En réalité, le seul ordre qui convienne pour des testimonia, celui qui pose le moins de problèmes, est l’ordre chronologique des auteurs – plutôt que celui des textes, dont les dates de rédaction ou de publication sont souvent très discutées et dont certains ont connu plusieurs éditions éloignées dans le temps : ce classement évite d’avoir à justifier l’inscription d’un extrait dans une catégorie plutôt qu’une autre et la dispersion éventuelle des textes d’un même auteur dans plusieurs catégories. Cet ordre est par définition artificiel et, on en conviendra, parfois approximatif, puisque les biographies de certains auteurs sont mal établies et que plusieurs ouvrages sont pour nous anonymes. Les inconvénients propres à ce classement, qui nous a semblé le moins mauvais de tous, sont palliés par les renvois internes que nous avons voulus nombreux (un numéro en gras) et par l’index final.

  • 9 En revanche nous n’avons pas recherché a priori un équilibre entre textes latins et textes grecs : (...)
  • 10 Par exemple : Lyon fut un temps le seul atelier monétaire impérial.
  • 11 Sur la signification de l’expression, voir 207.

10Nous avions souhaité au départ, pour des raisons pédagogiques évidentes, établir un équilibre entre les auteurs et textes connus en regard d’autres qui l’étaient beaucoup moins9. Cette exigence a disparu très rapidement et cette seconde édition, en particulier, accorde une place non négligeable à des écrivains avec lesquels le grand public et même les chercheurs, pour peu que ces auteurs appartiennent à une période qui n’est pas la leur, ne sont guère familiers. De fait, si ceux qu’on pourrait appeler les « grands écrivains » ou « les classiques » sont si peu représentés dans ce recueil, c’est le signe que Lyon, durant toute l’Antiquité, n’a sans doute tenu dans l’histoire – celle de l’Empire, pour schématiser –, qu’une place modeste. Qu’on ne se méprenne pas, en effet. Si Lugdunum est une grande cité, fort peuplée, cosmopolite et importante dans l’organisation politique et économique du temps10, le titre de l’ouvrage écrit par Amable Audin à la gloire de sa ville, Lyon miroir de Rome dans les Gaules, est à bien des égards trompeur, et l’image renvoyée par ce miroir devait être bien floue, pour un Romain : Lugdunum n’a certes pas, dans l’Antiquité, l’aura de Massilia. Si l’on y regarde de près, en effet, les moments où l’histoire de Lyon recoupe celle de l’Empire sont rares : inauguration du sanctuaire fédéral des Trois Gaules, en 12‑10 ; événements de 68‑69, « l’année des quatre empereurs », qui mettent en cause Vienne et Lyon ; victoire de Sévère sur Albin en 197 suivi du sac de la ville ; assassinats de Magnence (353) et de Gratien (383) ; c’est à peu près tout, et c’est finalement peu. On doit y ajouter, bien sûr, la persécution de 177, voire l’épiscopat d’Irénée, mais force est d’admettre que ces deux événements passèrent inaperçus en dehors de Lyon et d’une petite communauté chrétienne : leur importance ne sera célébrée que bien plus tard. Après avoir été Caput Galliarum, « Capitale des Gaules » sous le Haut-Empire11, la ville, plus tard sans doute qu’on le croyait, décline et, lorsque Lyon redevient capitale, grosso modo à partir de 465, c’est d’un royaume barbare, le royaume burgonde : nous ne sommes plus dans l’Antiquité, nous entrons dans le haut Moyen Âge.

  • 12 A. Allmer, P. Dissard, Les inscriptions antiques du musée de Lyon, Lyon, 1888-1893, en cinq volume (...)
  • 13 Cf. infra la bibliographie.

11Dernière remarque sur le choix proprement dit. On nous a parfois reproché de ne pas avoir donné d’inscriptions dans notre ouvrage – à l’exception, dûment justifiée, de la Table claudienne (16). Ce n’est pas mépris de ce genre de documents, puisque nous sommes tous deux épigraphistes, mais l’épigraphie est une science historique à part entière et, si nous avions voulu faire appel aux inscriptions, il aurait fallu donner la quasi-totalité de la documentation lyonnaise. Par ailleurs et surtout, à côté du monumental ouvrage d’A. Allmer et P. Dissard, Les inscriptions antiques du musée de Lyon12 et des compléments parus depuis13, une nouvelle édition du corpus est en préparation par F. Bérard, qui comblera cette lacune.

Organisation du volume

12Chaque extrait ou groupe d’extraits est présenté selon un schéma fixe.

Intitulé

13Nom de l’auteur et titre français de l’ouvrage.

Introduction

14Nom de l’auteur, en français, latin/grec ; courte biographie.

15Titre de l’ouvrage en français, latin/grec ; présentation : cette dernière est brève, mais plus développée pour certains textes, peu connus ou à l’histoire éditoriale complexe.

16Si nécessaire, situation de l’extrait.

Numéro et titre de l’extrait

17Lorsque nous proposons plusieurs passages d’un même ouvrage ou des extraits de plusieurs livres d’un même écrivain, chacun a son propre numéro, mais la biographie de l’auteur n’est pas répétée.

Texte et traduction

18Le texte latin ou grec est suivi de sa traduction. Nombre de ces textes, surtout les plus tardifs, n’ont jamais été traduits en français : dans ce cas la traduction est de notre fait. S’il existe une traduction, nous l’avons reprise (elle est toujours signalée dans les références), mais nous l’avons toujours vérifiée, voire amendée. La référence du passage dans l’édition utilisée est indiquée sous la traduction.

Commentaire

19Nous avons opté pour un commentaire court, les références permettant de compléter l’information si cela paraît souhaitable au lecteur ; lorsqu’il s’agit de textes peu connus, il est parfois plus nourri. Ce commentaire est d’ordre géographique ou historique, il peut apporter si nécessaire des éclaircissements sur des points de détail (noms, dates, localisations, etc.), quelques développements archéologiques, voire quelques indications bibliographiques très ciblées. Nous avons exclu en revanche (sauf rares exceptions justifiées à chaque fois), tout commentaire philologique ou littéraire. Puisqu’un même événement peut avoir été raconté par plusieurs auteurs, les chiffres en gras dans le développement sont des renvois internes, sans que le lecteur ait à se reporter à l’index. Dans cette seconde édition, nous avons évité autant que faire se pouvait le recours, au sein du commentaire, à des extraits complémentaires, toujours très brefs, qui étaient numérotés en italiques. La quasi-totalité d’entre eux bénéficient désormais d’une entrée propre et ne subsistent que ceux qui fournissent, sans qu’il soit question de Lyon, une explication à un phénomène ou à un événement lyonnais ; un index de ces extraits figure en annexe.

Références

20La bibliographie suit le commentaire du passage (ou celui du dernier extrait de la même œuvre). Elle a été mise à jour par rapport à la première édition, mais elle se veut toujours sélective (certains des titres cités comportent des bibliographies plus riches) et utile pour chacune des catégories de lecteurs. Elle se décompose en trois, voire souvent en quatre éléments ou plus.

21Est d’abord proposé un choix concernant l’auteur, son œuvre et l’ouvrage dont est tiré l’extrait choisi.

22Figure ensuite l’édition que nous avons utilisée. Dans de nombreux cas, sont mentionnées d’autres éditions, plus accessibles, ou intéressantes pour les leçons ou les commentaires. Depuis 1993, plusieurs collections ont donné des éditions améliorées et des traductions renouvelées des grands auteurs (les Lettres de Cicéron) ou de textes moins connus (le De fluviis du Pseudo-Plutarque) : on constatera donc des différences entre nos deux éditions, y compris dans les textes originaux.

23Enfin nous donnons, si cela nous a paru important, des indications bibliographiques sur un personnage, un monument ou un événement mentionné dans le texte.

24Cet ensemble est accompagné de plusieurs annexes.

Bibliographie générale

25Depuis la première édition, la bibliographie sur l’histoire et sur l’archéologie de Lugdunum a été profondément renouvelée. Deux ouvrages, la Carte archéologique de la Gaule 69/2 (Lyon), sous la direction d’A.‑C. Le Mer et C. Chomer, parue en 2006, et le premier volume de l’Atlas archéologique de Lyon, piloté par M. Lenoble et paru en 2019, donnent une liste de titres quasi exhaustive, ce qui nous a permis d’être sélectifs. Le second volume, sous la direction de M. Monin, consacré à la presqu’île et à la Croix-Rousse, est en cours de rédaction.

Chronologie

26Cette chronologie est succincte et, là encore, on n’y trouvera pas une histoire de Lugdunum. Pour le lecteur intéressé, une « Brève histoire de Lyon de sa fondation à l’arrivée des Burgondes », rédigée par les présents auteurs à partir des sources littéraires et épigraphiques figure dans le volume 1 de l’Atlas signalé supra. Il existe du reste plusieurs histoires de Lyon destinées au grand public et nous les mentionnons dans la bibliographie.

Indices

27Plusieurs indices : liste alphabétique des auteurs et des ouvrages anonymes ; index général, commenté sommairement, des lieux, personnages, événements et thèmes cités ; table des illustrations. Ces indices renvoient aux numéros des textes et non aux pages du volume.

Illustrations

28À la différence de l’édition de 1993, enfin, nous avons souhaité fournir une illustration qui ne se limitât pas à quelques cartes, ce qui n’a pas toujours été facile, car les grands événements de l’histoire de Lyon antique ainsi que ses acteurs, mis à part les martyrs et quelques saints évêques, ont peu inspiré sculpteurs, peintres et graveurs. Nous avons retenu quelques tableaux, très académiques, peu connus du public ; les gravures sont plus nombreuses ; parmi elles, il faut signaler celles qui appartiennent à un feuilleton consacré à l’histoire de Lyon antique, publiée dans les colonnes du Progrès illustré ; quant à la sculpture, elle est exclusivement religieuse et participe du programme de constructions ecclésiales de la seconde moitié du xixe siècle.

Remerciements

29Stéphane Gioanni et Jacques Cazeaux ont accepté de relire notre manuscrit. Nous avons tenu compte de leurs remarques, mais nous restons naturellement responsables du résultat final et des erreurs que le lecteur attentif ne manquera pas de relever.

30Patrice Béghain, l’un des meilleurs connaisseurs du monde de la culture lyonnais, nous a fait l’honneur d’une préface. Hugues Savay-Guerraz a suivi tout au long l’élaboration du volume et nous lui devons l’avant-propos de la présente édition. Nous remercions aussi tous les collègues – ils sont nombreux – que nous avons consultés et qui nous ont apporté leurs lumières sur tel ou tel point précis.

31L’équipe des éditions de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée – Jean Pouilloux a bien voulu accueillir cette nouvelle version. Clarisse Lachat a fait, sur le manuscrit, un énorme travail de relecture et de mise en forme : la présentation de l’ouvrage lui doit beaucoup.

32Nos remerciements iront aussi aux institutions qui nous ont autorisé à reproduire gracieusement nombre des illustrations, Lugdunum, musée & théâtres romains, le musée des Beaux-Arts de Lyon, les Archives de Lyon, la Bibliothèque municipale de Lyon, l’Antiquaille, espace culturel du christianisme à Lyon et l’université Lumière Lyon 2.

33Enfin ce livre n’aurait pu voir le jour sans l’aide financière de plusieurs institutions. Notre laboratoire au premier rang, l’UMR 5189, HiSoMA (Histoire et Sources des Mondes Anciens) ; le LabEx IMU (Intelligences des Mondes Urbains), qui appartient à l’Université de Lyon ; l’AAMO (Association des Amis de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée).

Notes

1 De anticalia Lugduni, BNF ms 5447 (Regius 9876), f38 r°v°.

2 Dom Martin Bouquet (1685-1754), bénédictin de Saint-Maur, fut à l’origine de la série de volumes Recueil des historiens des Gaules et de la France, en latin Rerum gallicarum et francicarum scriptores. La première édition, publiée en plusieurs étapes (1738-1865), compte 22 volumes, la seconde (1869-1904), 24. Nous concerne le volume 1 (1738, rééd. 1869) « contenant tout ce qui a été fait par les Gaulois, et qui s’est passé dans les Gaules avant l’arrivée des François : et plusieurs autres choses qui regardent les François depuis leur origine jusqu’à Clovis ».

3 Histoire du Lyonnais par les textes. Textes réunis, présentés et annotés par A. Bruhl, R. Lacour, H. Hours et al., Lyon, s.d. (ca 1960).

4  Goudineau 1989, p. 23‑26, repris sous le titre « Les textes antiques sur la fondation et sur la signification de Lugdunum », dans Regard sur la Gaule. Recueil d’articles, Paris, 2007, p. 440‑471.

5 Voir le site de la collection à l’adresse www.mgh.de.

6 En témoigne, à Lyon, Lugdunum priscum de l’humaniste Claude de Bellièvre (1487-1557), édité par J.‑B. Monfalcon, Lyon, 1846, qui mêle le latin et le français, l’histoire et l’archéologie.

7 La collection Loeb a été mise intégralement en ligne, sauf les nouvelles éditions, par son éditeur. Le site remacle.org réalisé par P. Remacle, aujourd’hui décédé, et qui reprend entre autres documents beaucoup de textes grecs et latins, est très utilisé par les enseignants et les étudiants. On connaît enfin le rôle de Google dans la numérisation de bibliothèques entières. Le site archive.org est également très précieux.

8 Sur ce dernier point, voir infra.

9 En revanche nous n’avons pas recherché a priori un équilibre entre textes latins et textes grecs : le latin est naturellement plus présent.

10 Par exemple : Lyon fut un temps le seul atelier monétaire impérial.

11 Sur la signification de l’expression, voir 207.

12 A. Allmer, P. Dissard, Les inscriptions antiques du musée de Lyon, Lyon, 1888-1893, en cinq volumes.

13 Cf. infra la bibliographie.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search