Version classiqueVersion mobile

Lyon dans les textes grecs et latins

 | 
Jean‑Claude Decourt
, 
Gérard Lucas

Avant-propos

Hugues Savay‑Guerraz

Texte intégral

1C’est un réel plaisir de rédiger un avant-propos à cette nouvelle édition de l’ouvrage de Jean-Claude Decourt et Gérard Lucas, paru il y a 25 ans déjà – un quart de siècle –, et devenu depuis pour beaucoup un fidèle vade-mecum. La première édition, avec son élégante jaquette blanche portant en relief le revers monétaire à l’autel des Trois Gaules, connut un tel succès qu’elle fut réimprimée à deux reprises.

2Grâce au patient travail des auteurs, se trouvaient rassemblés pour la première fois la plupart des textes grecs et latins évoquant Lyon entre le ier siècle avant et le ve siècle après J.‑C., rendus accessibles grâce à une traduction « élégante, simple et claire », comme le notait déjà Jean Pouilloux. Ce seul travail, déjà remarquable en soi, aurait suffi à assurer le succès de l’ouvrage, tant il comblait un vide. On pouvait désormais recourir de façon commode à la version intégrale de textes sans cesse cités, mais de façon souvent allusive ou tronquée. C’était un retour aux sources réellement salutaire pour des textes qui, depuis longtemps, avaient été très (voire trop !) sollicités, afin de pallier l’absence de vestiges matériels.

3Cette nouvelle édition, désormais illustrée, a été augmentée de 29 auteurs ajoutés ou dotés d’une entrée propre, tandis que le nombre des textes cités est passé de 115 à 219. Mais ce qui fait l’originalité de cet ouvrage et son grand intérêt, c’est qu’il est bien plus qu’un simple corpus : chaque extrait est accompagné d’un commentaire qui en explique le contenu et le replace dans un cadre historique plus large. Ces commentaires comportent désormais, outre une présentation de l’auteur et de son ouvrage un rapide aperçu de son histoire éditoriale. Ils ont été largement réactualisés, de même que la bibliographie, pour intégrer les nouvelles études que ces textes ont suscitées depuis vingt-cinq ans, mais aussi les confronter aux récentes découvertes archéologiques.

4Malgré l’importance de Lugdunum durant le Haut-Empire, on doit se résoudre à constater qu’elle a surtout intéressé les auteurs anciens lorsque son destin a croisé celui des grands – visite ou assassinat d’un empereur – ou bien lorsqu’elle a été le siège d’événements violents ayant retenti jusqu’à Rome : incendie, révolte, guerre et persécutions… Hors de cette histoire « pleine de bruit et de fureur », les quelques textes qui évoquent la fondation de Lugdunum ou sa topographie n’en sont que plus précieux. Comme le sont également ces très rares allusions à la vie quotidienne, lorsque Pline s’étonne de l’existence à Lyon de libraires (qui vendent ses opuscules), que Gallien nomme un médecin lyonnais et cite plusieurs de ses remèdes, ou qu’Ausone mentionne l’école municipale et l’un de ses professeurs.

5Les textes de l’Antiquité tardive demeurent essentiels pour connaître l’évolution de la géographie politique des Gaules, qui voit le déclin progressif du rôle de Lyon, capitale d’une province de plus en plus morcelée. À partir du ive siècle, le souvenir du martyre des chrétiens sous le règne de Marc Aurèle s’impose comme un thème majeur, tandis que de nombreuses chroniques et histoires compilent les événements, souvent tragiques, qu’a connus l’Empire et dont quelques-uns ont eu pour cadre Lyon. C’est pour l’essentiel cette gloire passée qu’évoquent les contemporains : si l’on excepte les quelques descriptions de Sidoine Apollinaire qui éclairent la topographie chrétienne de Lyon au ve siècle, la cité elle-même ne semble plus retenir l’attention des auteurs. Ce silence des sources écrites rejoint celui de l’archéologie, pour dresser un portrait en creux de la ville à cette époque, par rapport à celle du Haut-Empire.

6Dans leur présentation, Jean-Claude Decourt et Gérard Lucas insistent sur le caractère hybride de leur ouvrage, « difficile à définir précisément », entre histoire de Lyon et histoire de la littérature ancienne centrée sur un thème précis… C’est avant tout un remarquable outil de travail que les auteurs mettent à la disposition de tous ceux qui s’intéressent au passé romain de Lyon, mais aussi au grec et au latin. Qu’ils soient remerciés pour ce rôle éminent de médiateurs entre l’Antiquité et le public d’aujourd’hui, fondé sur ce trésor que constituent les textes anciens.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search