Version classiqueVersion mobile

Lyon dans les textes grecs et latins

 | 
Jean‑Claude Decourt
, 
Gérard Lucas

Préface

Lyon au confluent des mots

Patrice Béghain

Texte intégral

1Longtemps après sa disparition, Lugdunum ne survécut que dans les mots, tandis que d’autres cités de la Gaule, Nîmes, Arles ou même Vienne, toute proche et longtemps rivale, faisaient usage de leurs vestiges souvent prestigieux pour rappeler fièrement leur romanité. La ville antique, où les peuples gaulois se réunissaient autour de l’autel de Rome et d’Auguste et dans l’amphithéâtre, pour affirmer leur identité commune et renouveler leur allégeance à l’Empire, demeurait, à l’exception de quelques fragments d’aqueducs, ensevelie dans des ruines invisibles, qui livraient parfois quelques inscriptions attestant sa grandeur passée, recueillies avec ferveur par des « antiquaires ». Pour transmettre la mémoire de la cité fondée par Lucius Munatius Plancus, les historiens d’autrefois en étaient le plus souvent réduits à chercher d’autres sources : faute de monuments de pierre, en ces temps de balbutiement de l’archéologie et de l’épigraphie, ils utilisaient les monuments de papier qui avaient survécu au grand naufrage des textes grecs et latins de l’Antiquité.

2Les découvertes qui se succèdent à partir du xvie siècle et qui prennent toute leur ampleur au xixe et au xxe siècles ont assurément permis d’écrire enfin l’histoire de Lugdunum et même d’aller en deçà de sa fondation romaine. Pour autant les textes écrits n’ont cessé, désormais dans leur confrontation avec ce que livre le sol, d’apporter une contribution toujours précieuse à la connaissance de ces premiers temps. Maintenant qu’est éteinte la vieille querelle des historiens et des « antiquaires », l’histoire antique s’écrit à partir du dialogue entre les pierres et les mots. Même si les archéologues savent aujourd’hui faire parler les pierres et le sol qui les livre, les témoignages écrits continuent à apporter une contribution précieuse, dans la mesure où, à travers eux, ce sont souvent des acteurs ou des témoins qui s’expriment et, souvent, disent ou suggèrent ce que les pierres ne peuvent pas toujours transmettre.

3En rassemblant et en publiant en 1993 leur riche compilation de témoignages d’auteurs latins et grecs de plusieurs périodes relatifs à Lyon, judicieusement intitulée Lyon dans les textes grecs et latins, Jean‑Claude Decourt et Gérard Lucas, avaient offert aux chercheurs, aux étudiants, ou aux amateurs, une contribution précieuse à celles et ceux qui, pour des raisons savantes ou par « curiosité », s’intéressent à l’histoire de Lugdunum. Plus qu’une simple anthologie, leur ouvrage était, du fait des commentaires savants dans la trame desquels ils inséraient les textes anciens, une sorte de compendium de l’histoire antique de Lyon. Il faut croire qu’ils avaient visé juste, puisque leur publication, qui a connu deux réimpressions, a bénéficié d’une large diffusion et n’est plus disponible aujourd’hui que dans les bibliothèques publiques ou privées. Cette nouvelle édition comble donc un manque, d’autant qu’elle s’accompagne de nouveaux textes, qui complètent et élargissent le champ historique de l’ouvrage, alors, que, dans le même temps, la connaissance matérielle du Lyon antique s’est considérablement enrichie, en raison notamment des découvertes dues au développement de l’archéologie préventive. Nul doute que l’ouvrage de Jean‑Claude Decourt et Gérard Lucas rencontre à Lyon et ailleurs un large public de savants et d’amateurs : Di tibi faveant !

Auteur

Ancien directeur régional des affaires culturelles de Rhône‑Alpes
Ancien adjoint à la culture et au patrimoine de la ville de Lyon

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search