Version classiqueVersion mobile

Dérivation nominale et innovations dans les langues indo‑européennes anciennes

 | 
Alain Blanc
, 
Isabelle Boehm

Italique

Latin fimus/fimum « fumier » et PIE *‑mo‑ secondaire

Brent Vine

Résumé

Dans les études sur la dérivation suffixale en proto‑indo‑européen (PIE), l’analyse des dérivés secondaires (par rapport aux dérivés primaires), qui inclut des questions au sujet de leur productivité, a été en quelque sorte négligée. Ces problèmes apparaissent clairement dans l’étude du lat. fimus (m.), fimum (n.) « fumier » (Caton +). Bien que la forme en question soit généralement considérée comme le résultat d’une formation primaire, les difficultés rencontrées jusqu’à présent peuvent être dépassées en supposant la présence du suffixe PIE secondaire *mo, un morphème susceptible d’apporter un nouvel éclairage sur des questions d’ordre plus général à propos de la dérivation suffixale secondaire en PIE. Il est largement admis que le lat. fimo‑ se base sur le PIE *dheuh2 ou *dheh2 « fumer » ; toutefois, avec une telle base, le /ĭ/ ne s’explique pas. Une solution possible, avec des conséquences phonologiques et morphologiques intéressantes, est constituée par l’adjectif dénominatif PIE *dhuh2‑i‑mó « fumé, fumant » > proto‑ital. *θuu̯imó > *θu̯imo > lat. fimo‑, en supposant un traitement phonologique qui implique la « syncope de la syllabe initiale » (un processus que je décris ailleurs). Le profil du suffixe secondaire *‑mo que je vais tracer ici, en incluant la discussion de témoignages en grec, en indo‑iranien, en latin même, et en hittite, est donc particulièrement intéressant.

Texte intégral

1. Introduction : latin fimus/fimum et dérivation suffixale secondaire

  • 1 Au sujet de la productivité, voir récemment Sandell 2015.

1La dérivation suffixale secondaire est un domaine relativement négligé dans l’étude de la dérivation nominale indo‑européenne. Il s’agit, pourtant, d’un domaine qui soulève un bon nombre d’interrogations par rapport à la productivité, l’un des sujets clés de ce colloque1. Des questions de ce genre vont surgir tout au long de cette étude du latin fimus/fimum « fumier », un mot connu pour être problématique du point de vue phonétique aussi bien que morphologique, malgré le fait que, bizarrement, sa racine étymologique de base soit assez claire. À mon avis, les difficultés associées à ce mot pourraient bien être réglées à travers ma proposition de faire appel à un suffixe identifiable comme « *‑mo‑ secondaire ». Il s’agit d’un morphème avec un profil intéressant, susceptible d’apporter quelques éclaircissements sur des questions plus vastes à propos de la dérivation suffixale secondaire en indo‑européen.

2Point n’est besoin d’ajouter que les questions portant sur la morphologie sont souvent inextricablement liées à la phonétique, et vice versa ; ce principe va s’avérer correct aussi dans mon analyse du latin fimus/fimum.

2. Latin fimus/fimum : contexte et approches préliminaires

  • 2 Mét. 7, 28, 3 (liquida fimo) ; aussi variae lectiones dans Pline NH, cf. TLL, s.v. fimum.

3Concernant le latin fimus (masc.), attesté aussi au neutre, fimum (Caton +), il est possible d’identifier deux ensembles parmi les différentes étymologies qui ont été proposées pour ce mot, qui ne s’excluent pas mutuellement : le plus souvent, le mot est lié à la racine indo‑européenne *dheuh2 (LIV1) ou *dhu̯eh2 (LIV2) « fumer » (: lat. fūmus « fumée ») ; et à l’intérieur du latin, le mot est parfois lié au verbe foeteō « puer », qui, de son côté, devrait se baser sur la même racine. L’on peut noter, en passant, que le mot est attesté aussi au féminin, et cela uniquement chez Apulée2 : comme il arrive souvent chez cet auteur, cette attestation est susceptible d’indiquer un archaïsme. Je vais revenir sur cette variation de genre plus tard.

  • 3 Le DELL, en fait, préfère faet‑.
  • 4 Ainsi, par exemple, IEW, p. 263 ; WH, s.v. ; Hocquard 1981, p. 153‑154.
  • 5 Voir Vernet i Pons 2008, p. 254.
  • 6 Par exemple Monteil 1964, p. 310‑311 et 335 ; cf. Hocquard 1981, p. 154.

4La comparaison avec foeteō est hautement problématique. En premier lieu, les manuscrits présentent aussi <faet‑> et <fet‑> ; il en résulte que le vocalisme originel n’est point clair3. En second lieu, la comparaison foeteō : fimo‑ opère avec aniṭ « *dheu̯‑ » et « thème II » (élargi) *dhu̯‑ei‑, i.e. *dhu̯‑oi‑t‑ ~ *dhu̯‑i‑(mo‑)4. Mais la racine est seṭ5 et la morphologie de l’élargissement n’est pas claire. En dernier lieu, la diphtongue en ‑i‑ justifie, selon quelques‑uns6, une comparaison avec le lat. foedus « répugnant » ; mais foedus se range plutôt avec *bheiH‑ « avoir peur » (cf. EDLIL, s.v. foedus). Donc, je vais laisser de côté foeteō pour me concentrer, en revanche, sur la racine étymologique de fimo, que je vais utiliser dorénavant en tant que notation abrégée pour le masculin fimus et le neutre fimum.

  • 7 Pour plus de détail sur *fimārium, etc. : Adams 1982, p. 236‑237.

5La connection avec la racine de la « fumée » est largement acceptée et elle présente aussi de nombreux parallélismes, comme par exemple véd. (AV) śaka‑dhū́ma‑ « la fumée du fumier de vache en train de brûler », et même le français fumier, qui dérive du latin tardif *fimārium : le mot se baserait ainsi sur fimus, tout en étant influencé par fūmus « fumée », « en raison de la fumée qui s’échappe du fumier en fermentation » (DELL, s.v. fimus)7. Toutefois, si l’on accepte la racine *dheuh2/*dhu̯eh2 comme étant à la base du latin fimo‑, alors le /ĭ/ bref serait totalement inattendu et d’origine incertaine.

  • 8 Développement phonologique de CEiH‑ et CEuH‑ : Schrijver 1991, p. 271 sq., surtout 285 sq. (CEuH‑)

6Analysons le problème de façon plus détaillée. D’abord, fimo‑ a l’air d’être une formation en *‑mo‑, exactement comme le mot « fumée » dans le système bien connu qui inclut lat. fūmus, véd. dhūmá‑, gr. θῡμός, v.‑sl. dymŭ, etc. Toutefois, quelle que soit la forme de la racine que l’on choisisse parmi les deux formes proposées, des vocalismes autres que le degré zéro ne peuvent être d’aucune utilité. Par exemple, pour la forme au degré plein e *dheuh2‑mo‑, le traitement n’est pas totalement clair8, mais le résultat serait probablement xfūmus ou xfuimus, et certainement pas fĭmus. Quant à la forme au degré plein o *dhou[h2]‑mo‑, avec la perte de la laryngale suite à « l’effet Saussure », le résultat serait la forme pré‑latine *θoumo‑, puis latin xfūmus. Pour la forme au degré plein e *dhu̯eh2‑mo‑, le résultat serait latin xfāmus. Enfin, pour la forme au degré plein o *dhu̯oh2‑mo‑, l’on s’attendrait plutôt à latin xfōmus. Donc, ces formes ne nous amènent nulle part.

  • 9 Pour cette version de la « règle pius » : Weiss 2020, p. 154.
  • 10 Caractère tardif de l’abrégement prévocalique : cf. Enn. fūimus (vs lat. class. fŭimus).

7Faire appel à ladite « règle pius », du moins dans la version standard (*‑ūi̯V‑ > pr.‑ital. *‑īi̯V‑)9, n’est pas utile non plus : il serait possible d’obtenir /ī/ long, comme dans pr.‑ital. *‑θūi̯e/o‑ > lat. suffīre « fumiger », mais pas /ĭ/ bref (sauf en position prévocalique). De toute façon, il n’y a aucune raison de supposer que latin fimo‑ présentait un suffixe yod. Dans une partie du paradigme du latin suffīre, /ĭ/ bref est bien présent, notamment dans les formes de 1re pers. sing. (suffiō) et de 3e pers. plur. (suffiunt), mais il s’agit là du résultat d’une règle tardive qui consiste à abréger les voyelles en position prévocalique (comme dans latin pius < *pīo‑, cf. o. piíhiúí), ce qui n’est pas applicable à fimo‑, qui présente un /ĭ/ bref préconsonantique10.

  • 11 EDLIL, s.v., suivant IEW, p. 261.
  • 12 *‑mo‑ primaire latin : voir Leumann 1977, p. 319 ; Weiss 2020, p. 306.

8Michiel de Vaan, dans son dictionnaire étymologique11, a postulé une formation en *‑mo‑ basée sur une « racine » fĭ‑, avec /ĭ/ bref, comme dans les formes suffiō et suffiunt. Toutefois, une telle solution est inacceptable pour deux raisons, strictement liées l’une à l’autre : en premier lieu, l’abrégement vocalique en question a eu lieu très tard, alors que le suffixe *‑mo‑ primaire n’est pas productif en latin et qu’il apparaît seulement dans des formes héritées (ou presque) telles que fūmus12.

3. Latin fimus/fimum : une nouvelle solution

3.1. Le latin focus

  • 13 Vine 2008 ; 2016a, p. 328, n. 23.
  • 14 Approches précédentes peu satisfaisantes : cf. arm. boc‘ « flamme » et bosor « enflammé » (IEW ; E (...)

9Il me semble que la situation, telle que je l’ai décrite jusqu’ici, se révèle nettement désespérée : il est donc temps pour moi de proposer une nouvelle solution. Je pense que le latin fimo‑ peut être analysé, tout simplement, de la même façon que le latin focus « foyer », que j’ai examiné ailleurs13. Considérons les similitudes évidentes entre focus et fimus. L’étymologie de la racine est, dans les deux cas, relativement claire ; pour focus, il est possible d’entrevoir soit la racine « brûler » (i.‑e. *dhegwh), telle qu’on la retrouve dans véd. dáhate, ou bien la même racine « fumer » (*dheuh2/*dhu̯eh2) présente dans fūmus et fimus. Et dans les deux mots, l’anomalie la plus frappante est sûrement l’inexplicable voyelle brève de la racine (pour focus au lieu de †fōcus attendu, cf. fōmes « bois sec », fōmentum « compresse », fōculum « poêle », etc.)14. L’on peut résumer la solution proposée pour latin focus comme suit, en utilisant ici la racine *dhegwh « brûler » (même si la racine *dheuh2/*dhu̯eh2 « fumer » pourrait convenir aussi bien, mutatis mutandis) :

  1. Il est possible de commencer avec une forme *dhogwh‑ó‑ du type « τομός », donc signifiant « brûlant », ou bien, avec une idée d’agent, « celui qui brûle », avec un développement *θou̯ó‑ en italique.
    • 15 Cf. Fruyt 1986.

    Cette forme pré‑lat. *θou̯ó‑ devait être recaractérisée ensuite avec un suffixe *‑ko‑, très productif en italique15, d’où *θou̯ó‑ko‑, avec l’accentuation typique des formes du type τομός, ou éventuellement oxytone, donc *θou̯o‑kó‑.

  2. Enfin, cette forme devait avoir subi un traitement que j’ai appelé « syncope de syllabe initiale », sur lequel je vais revenir plus loin, d’où *θu̯oko‑, et enfin latin foco‑.

3.2. La syncope de syllabe initiale

  • 16 Cf. Weiss 2020, p. 133.
  • 17 Vine 2016a, p. 326 sq.
  • 18 quāg‑/*quāct‑, inqvata, quaxāre : Szemerényi 1959.
  • 19 bēs/bessis : Vine 2016a. Naturellement, pour les formes tardives, on peut avoir recours au dévelop (...)
  • 20 Vine 2006 ; 2012.
  • 21 Von Planta 1899, p. 57 ; Kretschmer 1920 ; et beaucoup d’autres.
  • 22 Szemerényi 1959, suivi par Meiser 1998, p. 193 ; 2003, p. 126, et autres ; différemment EDLIL, s.v (...)
  • 23 Vine 2016a, p. 328, n. 23.
  • 24 Leumann 1977, p. 547 (avec références).
  • 25 Cf. LIPP, vol. II, p. 417, n. 20 ; légèrement différent (racine *k̑uh1 → ital. *kūro‑, avec abrége (...)

10Avant d’appliquer le même schéma pour l’analyse de fimo‑, je fournis des informations préliminaires à la compréhension du concept de « syncope de syllabe initiale ». En premier lieu, tout comme la syncope de syllabe médiane et finale16, ce processus pouvait être actif à différents stades du latin. Il y a de nombreux parallélismes typologiques en indo‑européen aussi bien qu’ailleurs17, et le phénomène est bien attesté dans l’histoire du latin, surtout pour des formes qui présentent une semi‑voyelle labiale au début de la deuxième syllabe (/CV.u̯V‑/), comme dans les cas suivants : des formes basées sur lat. co‑agere « conduire », pp. co‑āctus (coāgulum « présure » > lat. tardif quāglum, dénom. quāglāre > ital. quagliare, fr. cailler ; lat. tardif *coācticāre « emballer » > *quācticāre > fr. cacher ; qvactiliari « travailleurs en laine », CIL, IV Suppl. 7809, 7838 [Pompeii, ier s. ap. J.‑C.]) ; inco(h)āta « commencé » > inqvata (CIL, XI 4127, iiie s. ap. J.-C.) ; quaxāre « coasser » (F. 312, 21 L, P. F. 313, 9 L) < coaxāre (Suét. +, cf. gr. κοάξ)18 ; bēs/bessis « les deux tiers d’un as » (*du̯essis < *du(u̯)éssis < *dú(u̯)essis < *du’assisduo/duae partes assis)19. Il est tout à fait possible que ce processus ait déjà été productif à un stade préhistorique20, comme sembleraient l’indiquer quelques formes bien connues : quirīt‑ « (con‑)citoyen », Quirītēs « citoyens (de Rome) », Quirīnus « Romulus déifié ; Janus » < *ko‑u̯ir +21 ; quaerō « rechercher » < *ko(u̯)‑ais‑e/o‑ (*ais‑ < *h2eis‑, véd. iccháti, etc.)22. À côté de focus et de fimo‑, j’ai proposé d’autres applications possibles de ce schéma afin d’expliquer toute une série de formes étymologiquement difficiles, comme v. lat. dveno‑, v. fal. dueno‑ (lat. class. bonus « bon ») < *du̯eno‑ < *dou̯eno‑ ou *duu̯eno‑, ou lat. famēs « faim » < *φu̯amē < (Transponat) *huh2‑em‑éh1 « béant »23. Enfin, il est intéressant de noter que ce processus a eu lieu aussi dans des formes qui présentaient une consonne liquide au début de la deuxième syllabe originelle ; et encore une fois, il y a des exemples attestés à l’époque historique, comme le lat. tardif *crītāre « crier publiquement » (> ital. gridare, fr. crier → angl. cry) < quirītāre24, aussi bien que des cas préhistoriques possibles, comme lat. crās, fal. cra « demain » < proto‑ital. *kurā́s (< *k̑u‑ró‑ ; i.‑e. *k̑eu‑ « être/devenir brillant », cf. véd. śuvás « demain » < *k(u)u̯‑és)25.

3.3. Fimus : un cas de syncope

11Considérons maintenant le mécanisme de ce processus dans le cas du latin fimo‑. D’abord, on commence par un nom verbal *dhuh2‑i‑, qui pouvait bien servir de base pour former l’adjectif dénominal *dhuh2‑i‑mó‑, qui a été construit avec un suffixe secondaire *‑mo‑ et qui a signifié « fumé » ou bien « fumant » (il s’agit là de matériel morphologique que l’on va explorer dans le détail dans ce qui suit). Ensuite, la séquence *dhuh2‑i‑mó‑ est devenue au niveau italique *θuu̯imó‑. Enfin, après l’action de la « syncope de syllabe initiale », le résultat a été *θu̯imo‑, qui a abouti de façon régulière au mot latin fimo‑.

12Ainsi, il est possible de rendre compte des voyelles brèves a priori inattendues présentes dans ces deux mots en posant le même processus : dans *θou̯ó‑ko‑ ou *θou̯o‑kó‑ > *θu̯oko‑ > lat. focus, la voyelle /ŏ/ bref, dont on ne voyait pas l’origine, est en réalité la voyelle qui termine le thème dans un mot du type « τομός », et non la voyelle de la racine ; parallèlement, dans *θuu̯imó‑ > *θu̯imo‑ > lat. fimo‑, le /ĭ/ bref ne représente pas la voyelle de la racine, mais elle constituait le début de la séquence suffixale complexe *‑i‑mo‑.

4. Latin fimo‑ et PIE *‑mo‑ secondaire

13Néanmoins, jusqu’à présent, malgré le parallélisme suggestif avec le latin focus, cette analyse de latin fimo‑ est largement hypothétique. Pour qu’elle soit acceptable, il est nécessaire d’ajouter des informations supplémentaires par rapport aux éléments suivants : (a) le nom verbal en ‑i‑ *dhuh2‑i‑ ; (b) le suffixe adjectival secondaire *‑mo‑ ; (c) la logique qui sous‑tend l’oscillation de genre de fimo‑ ; et (d) l’accentuation oxytone (ou, au moins, pas initiale) de la forme *dhuh2‑i‑mó‑ (ou *dhuh2‑í‑mo‑). Je vais analyser ces points dans l’ordre.

4.1. Le nom verbal *dhuh2‑i‑

  • 26 Vine 2016b, p. 151‑152 (avec références), sur lat. classis « impôt (de soldats), etc. ».
  • 27 Rau 2009, p. 181.
  • 28 Ailleurs, à noter e.g. *tr̥kw‑i‑ « tournant » (cf. lat. torquēre « s’entortiller ») dans myc. to‑q (...)

14J’ai eu récemment l’occasion d’aborder la question des noms verbaux à thème en ‑i‑ en latin et en indo‑européen, et en particulier leur flexion26. Selon J. Rau27, les substantifs déverbatifs en ‑i‑ en indo‑européen étaient essentiellement acrostatiques, mais ils pouvaient être remodelés comme protérokinétiques, d’où les formes védiques à degré zéro du type kr̥ṣí‑ « labour », dans le Rigvéda, ou bien rúci‑ « lueur » dans l’Atharvavéda28. En latin, un exemple de ce type acrostatique est scobis f. « raclure, sciure » (Varron +), i.e. concrétisé *« grattant » (cf. scabere « racler, gratter ») ; l’ancienneté du thème en ‑i‑ est confirmée par scobīna « râpe, lime » (Pl. frg. 91 +), qui est peut‑être une formation déinstrumentale (*skób‑i‑h1 + *‑no‑ [adj.]).

  • 29 Vine 2006, p. 241 sq.
  • 30 Voir Nussbaum apud Rau 2009, p. 177, n. 143.

15Pour la racine « fumer » qui apparaît dans le latin fimo‑, j’ai proposé ailleurs29 d’admettre qu’un thème verbal en ‑i‑, *dhóuh2‑i‑, « fumant », originairement acrostatique, est à la base de lat. favīlla « cendre » ; ainsi, la forme à degré zéro *dhuh2‑i‑ serait remodelée comme protérokinétique (selon le modèle que l’on vient de voir en védique), ou bien, selon un schéma légèrement différent30, elle serait une dérivation interne protérokinétique (avec valeur d’adjectif) à partir d’un substantif acrostatique.

4.2. Le suffixe adjectival secondaire *‑mo‑

16Cela nous mène au suffixe *‑mo‑ secondaire, un élément particulièrement intéressant dans le cadre de ce colloque. Il s’agit d’un suffixe qui n’occupe pas une grande place dans les manuels, notamment à cause de sa marginalité et de la nature de ses attestations. Toutefois, à mon avis, il est intéressant en soi, aussi bien que dans le contexte de la dérivation secondaire. Il existe des preuves manifestes de l’existence de ce suffixe au moins en grec, en indo‑iranien, en latin et en anatolien : je vais les passer brièvement en revue.

4.2.1. Grec

  • 31 Voir en général Chantraine 1933, p. 152 sq. et 441 ; Schwyzer 1939, p. 494‑495. Au sujet de *‑mo‑ (...)
  • 32 Récemment sur ‑(σ)ιμο‑ : Dell’Oro 2015 ; 2017.

17En grec, *‑mo‑ secondaire est plus connu en tant que « prolongement » du suffixe ‑ι‑ du système de Caland : ainsi, des formes comme κύδι‑μος « glorieux » (cf. κυδι‑άνειρα « qui donne le kudos aux héros »), d’où le suffixe adjectival ‑ιμο‑, productif déjà chez Homère ; cf. hom. ἄλκιμος « puissant » (hors du système de Caland, cf. ἀλκή, dat. sg. ἀλκί « puissance »)31. L’adjonction de *‑mo‑ secondaire aux thèmes en ‑u‑ (e.g. hom. ἥδυμος « doux », cf. ἡδύς « id. »), aussi bien qu’aux abstraits en *‑ti‑ (e.g. hom. φύξιμος « qui offre un moyen d’échapper », cf. hom. φύξις « refuge, fuite »), est similaire ; d’où le suffixe ‑σιμο‑, extrêmement productif après Homère32.

4.2.2. Indo‑iranien

  • 33 Voir Whitney 1889, § 1224a ; Macdonell 1910, p. 136 ; E. Leumann apud M. Leumann 1917, p. 143 sq(...)

18Le contexte morphologique de *‑ma‑ secondaire en indo‑iranien est particulièrement complexe, et il mériterait une étude séparée. Ici je me limiterai à fournir une vue d’ensemble sommaire33.

  • 34 Véd. ‑trima‑ : identifié comme élément suffixal déjà chez Pāṇini (3, 3, 88).

19Le suffixe indo‑iranien qui se présente sous la forme *‑trima‑ est tout à fait remarquable. Il apparaît dans certains adjectifs temporels en avestique récent (e.g. fraourvaēštrima‑ « le temps de mener le bétail »), aussi bien que dans une série d’adjectifs en védique (e.g. RV khanítrima‑/AV khanitríma‑ « que l’on obtient en creusant », RV + kr̥tríma‑ « artificiel », AV pūtríma‑ « purifié »)34. Ce suffixe survit aussi à l’époque post‑védique, e.g. dattrima‑ « reçu comme don » (Manu), paktrima‑ « obtenu en cuisant » (Pāṇ.).

  • 35 Laissé de côté ici : superlatif ‑ma‑ → « pseudo‑superlatif » ‑ima‑ (e.g. véd. agrimá‑ « le plus im (...)

20Le suffixe adjectival ‑ima‑ est un trait caractéristique du sanscrit post‑védique, en particulier des textes techniques en prose, et il a surtout une valeur passive ou résultative, cf. gaṇima‑ « calculé, compté » (Nārada‑smr̥ti), pākima‑ « cuit, brûlé » (Suśruta), etc.35.

4.2.3. Latin

  • 36 Voir Leumann 1977, p. 319.
  • 37 Cf. peut‑être got. weihan « contester » ; EWAia, vol. II, p. 576, avec références.
  • 38 « Unerklärtes denomin. » (Leumann 1977, p. 319).
  • 39 I.e. instr. *opī « avec richesse » (cf. opēs, abl. sg. opid CIL I2 364) + *‑mo‑ ; cf. déinstr. *‑ī (...)
  • 40 Ou ‑īmus ? Ainsi Leumann 1977, p. 319.
  • 41 Cf. les thèmes consonantiques peu clairs (pl.) patrimēs/mātrimēs (P. F. 82, 16 et 24, 113, 5 L).
  • 42 F. 422, 5 L, P. F. 423, 1 L ; alors en principe ‑īma et/ou sācri‑, cf. porcī sācrēs et peut‑être o (...)
  • 43 Dans les langues sabelliques, il n’y a que *‑mo‑ primaire, e.g. sud‑pic. meitimúm « don (réciproqu (...)

21À l’intérieur du latin même, le matériel est limité et en partie ambigu36, mais je pense qu’il est suffisant pour garantir l’existence d’un suffixe *‑mo‑ secondaire, au‑delà de l’occurrence postulée en fimo‑. Le mot latin victima « victime (de sacrifice) » (Plaute +) semble être un cas relativement clair : même si l’étymologie est controversée, la formation implique l’utilisation d’un suffixe secondaire. Si l’on accepte, par exemple, la connection avec véd. vinákti « passer au crible »37, le participe en ‑to‑ (véd. viktá‑) devait servir de base pour l’abstrait en ‑ti‑, qui était transformé à son tour en adjectif avec un suffixe *‑mo‑ secondaire, et après en nom de genre féminin. Quant à l’adjectif opīmus « gras, riche » (Plaute +)38, je considère que l’analyse de de Vaan (EDLIL, s.v.) en tant que déinstrumental avec suffixe *‑mo‑ secondaire39 est hautement plausible. Le suffixe *‑mo‑ secondaire semblerait être utilisé aussi dans d’autres formes, comme patrimus et mātrimus40 « dont le père/la mère vit toujours » (Cic. +, vocabulaire de la Sakralsprache)41, ou sacrima (appellabant mustum, quod Libero sacrificabant […])42, où malheureusement l’analyse est gênée par l’incertitude qui plane sur la longueur de la voyelle /i/ qui précède le suffixe43.

4.2.4. Hittite et louvite

  • 44 Oettinger 2001 ; Melchert 2014, p. 208.
  • 45 ekunima‑ : i.e. ekuna‑ + ‑i‑ substantivisant secondaire (« type dalugašti‑ », Melchert 1999, p. 36 (...)
  • 46 Melchert 2014, p. 208‑209.

22Un suffixe *‑mo‑ secondaire est attesté aussi en anatolien, surtout dans les substantifs. Contrairement au latin, il y a une version hittite du suffixe, à savoir ‑ima‑, qui est vraiment productive44 : e.g. tethima‑ « tonnerre » (cf. tithāi « il tonne »), lalukkima‑ « éclat, luminosité » (cf. lalukki‑ « brillant », lalukkešzi « devient brillant »), ekunima‑ « froid [nom], froideur » (cf. ekuna‑ « froid [adj.] »). Dans certains cas, comme dans lalukkima‑, une base avec thème en ‑i‑ est aussi attestée, et elle doit avoir existé aussi sous d’autres formes, comme ekunima‑45. En louvite46, on trouve des adjectifs dénominatifs d’appartenance, souvent substantivés, comme louv. hiér. /tiwad/rama/i‑/ « ce qui appartient au Dieu‑Soleil » (← /tiwad‑/ « Dieu‑Soleil »), louv. cun. huipama/i‑ « acte de cruauté » (← huipa/i‑ « cruel », cf. hitt. huipi‑ « id. »), pašattarma‑ « avalant » et sim., « from intervening stems in *‑tro‑ » (Melchert 2014).

  • 47 La forme tuhhima‑ comporte ‑hh‑ (versus xtūhi‑ attendu) peut‑être d’après le verbe tuhhāi‑ « halet (...)

23Quant au supposé *dhuh2‑i‑mó‑, qui sous‑tend le latin fimo‑, une correspondance tout à fait frappante se manifesterait dans le hittite tuhhima‑ « halètement », au moins à première vue (cf. l’association de i.‑e. *dheuh2/*dhu̯eh2 avec « haleine ; âme » etc., i.e. pas seulement « fumer ; fumée »). Toutefois, il ne faut pas se précipiter sur la conclusion hâtive que le hittite tuhhima‑ est un correspondant exact du latin fimo‑. Il est également probable qu’il reflète un développement interne au hittite (i.e. *tuhhi‑tuhhima‑)47, comme probablement (*ekuni‑ →) ekunima‑. Néanmoins, la forme hittite pourrait appuyer l’idée de l’existence d’un nom verbal avec thème en ‑i‑ basé sur cette racine, comme déjà vu supra pour lat. favīlla.

4.2.5. Quelques remarques préliminaires sur *‑mo‑ secondaire

  • 48 Melchert 2014, p. 209, avec références.

24Sans entreprendre ici une analyse détaillée, ce qui ne serait pas possible dans ce contexte, l’on peut tout de même faire quelques remarques préliminaires sur *‑mo‑ secondaire à partir des éléments qui viennent d’être décrits. En premier lieu, quant à son fonctionnement au niveau des adjectifs, comparé à celui au niveau des substantifs : en règle générale, le suffixe caractérise les adjectifs, mais, à l’occasion, il peut aussi apparaître dans des substantifs, comme en hittite, où d’ailleurs cette situation n’a rien de nouveau ; par exemple, les substantifs hittites en ‑īl et ūl se basent, eux aussi, sur un suffixe adjectival secondaire *‑lo‑48. Parfois, en outre, le suffixe ne semble revêtir aucune fonction particulière, comme dans gr. ἡδύς ~ ἥδυμος ou hitt. *ekuni‑ ~ ekunima‑. Toutefois, un statut originel adjectival est suggéré par des formes isolées telles que latin opīmus (voir 4.2.3).

25Dans le modèle dérivationnel le mieux attesté, le suffixe *‑mo‑ secondaire permet de dériver des adjectifs à partir de substantifs à thème en ‑i‑ (de n’importe quel genre). Il s’agit du procédé déjà vu pour le suffixe grec ‑ι‑μο‑, qui est, au final, basé sur des abstraits à thème en *‑i‑ appartenant au système de Caland + *‑mo‑, et un phénomène similaire semble se produire dans lat. sacrima (*sakri‑ ou *sākri‑ + *‑mo‑). De manière similaire, le point de départ pour grec ‑σι‑μο‑ suppose des abstraits avec thème en *‑ti‑ + *‑mo‑, tout comme latin victima. Quant à l’indo‑iranien ‑trima‑, l’analyse est plutôt complexe ; toutefois, certaines formes laissent supposer un point de départ dans des noms d’instruments en *‑tlo‑ ou *‑tro‑ (à remarquer la forme attestée dans le Rigvéda khanítra‑ « pelle »), d’où un abstrait avec thème en *‑i‑ comme *khanitri‑ « creusement, excavation » (pas vraiment attesté), qui servirait de base pour l’adjectif en *‑mo‑ attesté en védique, RV khanítrima‑/AV khanitríma‑ « fait par excavation ». À remarquer aussi l’analogie avec des formes louvites du type pašattarma‑, avec « intervening stem in *tro » (voir 4.2.4).

26La généralisation précoce de séquences complexes, telles que */‑imo‑/ ou */‑timo‑/, qui deviennent productives par la suite, constitue un autre schéma intéressant et assez commun dans le cadre de la suffixation secondaire : voir par exemple, ‑ιμο‑ et ‑σιμο‑ en grec, déjà chez Homère, ou l’indo‑iranien ‑trima‑ et le post‑védique ima‑, aussi bien que le hittite ‑ima‑. La plupart de ces développements peut être imputable aux histoires individuelles des langues, mais il semble concevable qu’une entité « *‑imo‑ » existait déjà à un certain stade de la protolangue.

27En général, tout ce matériel joue largement en faveur de la formation proposée *dhuh2‑i‑mó‑ (i.e. *dhuh2‑i‑ + *‑mo‑) à l’origine du latin fimo‑. Il pourrait être possible, compte tenu de ce qui vient d’être dit, que l’on ait affaire à une formation constituée d’une racine et d’un suffixe unique *imo ; mais s’il y a eu, comme c’est probable, existence indépendante d’un substantif abstrait avec thème en *‑i‑ *dh(o)uh2‑i‑ formé à partir de cette racine (avec l’appui de formes telles que lat. favīlla et peut‑être aussi hitt. tuhhima‑), la première option semble être préférable.

4.3. Le genre variable de fimo‑

  • 49 Cf. TLL, s.vfimum, vol. VI/I, p. 765, 84 sq.
  • 50 Sur cette étymologie de pōmus/‑um, voir EDLIL, s.v. et Weiss 2010, p. 229, n. 313.

28Cela nous amène à la question du genre variable de fimo‑. La tradition grammaticale romaine prescrit le masculin (fimus Pline +), mais dans les faits, la forme habituelle en latin à l’époque républicaine était le neutre49. Il y a aussi une version au féminin, attestée directement chez Apulée (voir 2, avec n. 2), qui pourrait en théorie refléter un stade archaïque. Selon l’explication traditionnelle, qui ignore le féminin, le masculin fimus serait le genre d’origine, et le neutre dériverait ensuite par analogie avec le synonyme neutre stercus (explicitement e.g. DELL). Toutefois, cette explication n’est pas du tout convaincante, car elle se heurte à la datation des attestations. Je pense qu’une meilleure explication trouverait son point de départ dans l’hypothèse de l’existence d’un adjectif originel *fimo‑ signifiant « fumant », avec des substantivations indépendantes au masculin et au neutre (et, peut‑être, aussi au féminin, si ce développement est authentiquement archaïque). Comme souvent dans des cas de ce genre, ce procédé pourrait avoir eu lieu à partir d’une ellipse, p. ex. « [tas, monceau] fumant » ou « [excrément] fumant » (revoir le composé AV śaka‑dhū́ma‑, voir 2). Un parallélisme intéressant se retrouve à l’intérieur du latin, toujours dans le champ sémantique de l’agriculture, dans le mot pōmus (fém.), pōmum (neutre) « fruit » (Caton +), dérivé d’un adjectif verbal (*po‑(h1)em‑o‑/*po‑(h1)om‑o‑ ou *po‑h1m‑o‑ « Abgenommenes »)50, dans ce cas aussi avec une fluctuation de genre.

4.4. L’accent oxyton (ou au moins non initial) de *dhuh2‑i‑mó‑ (ou *dhuh2‑í‑mo‑)

29Le dernier point à traiter concerne l’accent non‑initial de la pré‑forme dont j’ai postulé l’existence. Si le résultat du latin dérive de l’ancien développement italique que j’ai appelé « syncope de syllabe initiale », alors la forme n’aurait pas dû présenter un accent initial. Toutefois, des considérations à propos de l’accent nous amènent dans une zone très dangereuse, donc il faudra traiter ce sujet le plus brièvement possible.

30Pour commencer, il n’y a aucune preuve directe pour reconstruire la position originaire de l’accent de *‑mo‑ secondaire. Il n’y a aucun indice en latin ou en anatolien. Pour le védique : AV khanitríma‑, RV kr̥tríma‑, AV pūtríma‑ semblent aller dans la direction d’un accent pré‑suffixal ‑í‑ma‑, et RV khanítrima‑ va dans le même sens, mais le matériel est difficile à évaluer à cause des incertitudes relatives au contexte de la formation.

  • 51 Probert 2006, p. 268‑270 et 277 sq.
  • 52 Kiparsky 2010 ; voir en détail Yates 2017.

31Évidemment, et c’est là le seul fait clair, gr. ‑ιμο‑ et ‑υμο‑ sont récessifs, un trait partagé par toutes les formations complexes du système de Caland en grec51. Toutefois, cela peut être interprété de différentes façons. À travers la comparaison de gr. ἄργυρος « métal blanc, i.e. argent » et véd. árjuna‑ « blanc, clair », Probert affirme que les formations complexes du système de Caland étaient originairement accentuées sur la racine en indo‑européen, et que des contre‑exemples du type de véd. rudhirá‑ « rouge » (versus RV + róhita‑ « rougeâtre ») montrent un accent oxyton par analogie avec l’accent du suffixe primaire * (cf. gr. ἐρυθρός « rouge »). Néanmoins, en théorie il y a d’autres possibilités, comme l’accent à l’extrême gauche par défaut à travers le Basic Accentuation Principle, dans le cadre de ce que l’on appelle « l’approche compositionnelle à l’accent indo‑européen » élaborée par Kiparsky52.

  • 53 Légèrement différent, conçu au niveau de l’italique (avant la fixation de l’accent initial) : pr.‑ (...)
  • 54 Au sujet de i.‑e. *‑mó‑ primaire comme oxyton, voir Probert 2006, p. 238 sq. et cf. gr. ‑μό‑.
  • 55 « Dominance accentuelle » : Kiparsky, Halle 1977 ; Steriade 1988 (pour le grec) ; Yates 2017 en dé (...)

32Donc, indépendamment du fait que *dhuh2‑i‑mo‑ soit ou non une formation complexe du système de Caland, les deux options sont également possibles. D’abord, à la manière de Probert, la formation originaire devait être *dhúh2‑i‑mo‑, accentuée sur la racine ; ensuite, la formation avec *‑mo‑ secondaire *dhúh2‑i‑mo‑ devait avoir développée un accent oxyton (*dhuh2‑i‑mó‑) par analogie avec le substantif *dhuh2‑mó‑ (lat. fūmus etc.), qui était étroitement lié à cette dernière et qui contenait *‑mo‑ primaire53. Et il n’y a pas de doute : *‑mo‑ primaire était bel et bien oxyton54. Ou bien, par rapport à l’approche compositionnelle : en réalité, avant tout, le comportement de l’accent dans le cadre de la dérivation secondaire n’a pas encore été suffisamment examiné du point de vue de cette théorie. Il y a, toutefois, des éléments qui pointent dans la direction d’une propriété appelée « dominance accentuelle », considérée comme un trait caractéristique d’au moins quelques suffixes secondaires, ce qui pourrait rendre compte de l’accent oxyton dans la formation avec *‑mo‑ secondaire55.

5. Observation finale

  • 56 Pour la traduction en français du manuscrit anglais, je suis profondément reconnaissant à Mme Mile (...)

33Je crains que certains de mes lecteurs n’aillent accorder à mon analyse du mot lat. fimus à peu près la même valeur que celle que l’on accorde à ce qui est évoqué par ce mot. Alors, au lieu de me livrer à une synthèse détaillée, je vais conclure avec une remarque d’ordre général sur le sujet de ce colloque, à savoir que lorsqu’il s’agit d’étudier la dérivation nominale et les innovations morphologiques et lexicales, le domaine quelque peu négligé de la dérivation nominale secondaire fournit un terrain fertile pour la recherche. Et quand il est question d’un terrain fertile, l’on est toujours en droit d’apporter un tout petit peu de fertilisant en plus56.

Bibliographie

Abréviations

CIL : Akademie der Wissenschaften der DDR, Corpus inscriptionum Latinarum, Berlin, G. Reimer, 1863‑.

DELL : A. Ernout, A. Meillet, Dictionnaire étymologique de la langue latine. Histoire des mots, Paris, Klincksieck, 1985 (4e éd.).

EDAIL : H.K. Martirosyan, Etymological dictionary of the Armenian inherited lexicon, Leyde, Brill, 2010.

EDLIL : M. de Vaan, Etymological dictionary of Latin and the other Italic languages, Leyde, Brill, 2008.

EWAia : M. Mayrhofer, Etymologisches Wörterbuch des Altindoarischen, Heidelberg, Winter, 1986‑2001.

IEW : J. Pokorny, Indogermanisches etymologisches Wörterbuch, Berne, Francke, 1959‑1969.

LIPP : G.E. Dunkel, Lexikon der indogermanischen Partikeln und Pronominalstämme, Heidelberg, Winter, 2014.

LIV1 : H. Rix (éd.), Lexikon der indogermanischen Verben, Wiesbaden, Reichert, 1998 (1re éd.).

LIV2 : H. Rix (éd.), Lexikon der indogermanischen Verben, Wiesbaden, Reichert, 2001 (2e éd.).

TLL : Thesaurus Linguae Latinae, Leipzig, Teubner, 1900‑1999 ; Munich/Leipzig, K.G. Saur, 2000‑.

WD II/2 : J. Wackernagel, A. Debrunner, Altindische Grammatik, vol. II/2, Die Nominalsuffixe, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1954.

WH : A. Walde, J.B. Hofmann, Lateinisches etymologisches Wörterbuch, Heidelberg, Winter, 1938‑1954.

Références

Adams 1982 : J.N. Adams, The Latin sexual vocabulary, Londres, Duckworth, 1982.

Chantraine 1933 : P. Chantraine, La formation des noms en grec ancien, Paris, Klincksieck, 1933.

Dell’Oro 2015 : F. Dell’Oro, « Ursprung und Geschichte der altgriechischen Adjektive auf ‑(σ)ιμος I : Wie entstand die Modalität bei dieser Adjektivklasse ? », dans T. Krisch, S. Niederreiter (dir.), Diachronie und Sprachvergleich, Innsbruck, Institut für Sprachen und Literaturen der Universität Innsbruck, 2015, p. 56‑66.

Dell’Oro 2017 : F. Dell’Oro, « Sur l’origine et l’histoire des adjectifs en ‑(σ)ιμος en grec ancien II : Les adjectifs en ‑(σ)ιμος comme adjectifs verbaux ? Étude contrastive des propriétés sémantiques et syntaxiques », dans C. Le Feuvre, D. Petit, G.‑J. Pinault (dir.), Verbal adjectives and participles in Indo‑European languages, Brême, Hempen Verlag, 2017, p. 17‑28.

Fruyt 1986 : M. Fruyt, Problèmes méthodologiques de dérivation à propos des suffixes latins en …cus, Paris, Klincksieck, 1986.

Hamp 1992 : E.P. Hamp, « Focus », Gotta 70, 1992, p. 82.

Heidermanns 1996 : F. Heidermanns, Sabellische Nominalbildung, thèse d’habilitation, Universität zu Köln, 1996 (inédit).

Hocquard 1981 : M. Hocquard, Les verbes d’état en ‑ē‑ du latin, thèse de doctorat, université de Nice, 1981 (inédit).

Kiparsky 2010 : P. Kiparsky, « Compositional vs paradigmatic approaches to accent and ablaut », dans S.W. Jamison, H.C. Melchert, B. Vine (dir.), Proceedings of the 21st annual UCLA Indo‑European conference, Brême, Hempen Verlag, 2010, p. 137‑181.

Kiparsky, Halle 1977 : P. Kiparsky, M. Halle, « Towards a reconstruction of the Indo‑European accent », dans L. Hyman (dir.), Studies in stress and accent, Los Angeles, Department of Linguistics, University of Southern California, 1977, p. 209‑238.

Kretschmer 1920 : P. Kretschmer, « Lat. quirites und quiritare », Glotta 10, 1920, p. 147‑157.

Leumann 1917 : M. Leumann, Die lateinischen Adjektiva auf ‑lis, Strasbourg, Trübner, 1917.

Leumann 1977 : M. Leumann, Lateinische Laut‑ und Formenlehre, Munich, Beck, 1977.

Macdonell 1910 : A.A. Macdonell, Vedic grammar, Strasbourg, Trübner, 1910.

Matasović 2010 : R. Matasović, « The etymology of Latin focus and the devoicing of final stops before *s in Proto‑Indo‑European », Historische Sprachforschung 123, 2010, p. 212‑216.

Meiser 1998 : G. Meiser, Historische Laut‑ und Formenlehre der lateinischen Sprache, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1998.

Meiser 2003 : G. Meiser, Veni, Vidi, Vici : Die Vorgeschichte des lateinischen Perfektsystems, Munich, Beck, 2003.

Melchert 1999 : H.C. Melchert, « Two problems of Anatolian nominal derivation », dans H. Eichner, H.C. Luschützky (dir.), Compositiones indogermanicae in memoriam Jochem Schindler, Prague, Enigma Corporation, 1999, p. 365‑375.

Melchert 2014 : H.C. Melchert, « Anatolian nominal stems in *‑(C)o‑ », dans N. Oettinger, T. Steer (dir.), Das Nomen im Indogermanischen, Wiesbaden, Reichert, 2014, p. 205‑214.

Monteil 1964 : P. Monteil, Beau et laid en latin, Paris, Klincksieck, 1964.

Nussbaum 1976 : A. Nussbaum, Caland’s « Law » and the Caland system, PhD, Harvard University, 1976 (inédit).

Nussbaum 2007 : A. Nussbaum, « Latin present stems in ‑sā‑ : A possibly not so minor type », Kyoto Conference on Indo‑European Studies, Kyoto University, 2007 (inédit).

Oettinger 2001 : N. Oettinger, « Hethitisch ‑ima‑ oder : Wie ein Suffix affektiv werden kann », dans G. Wilhelm (dir.), Akten des IV. Internationalen Kongresses für Hethitologie, Wiesbaden, Reichert, 2001, p. 456‑477.

Probert 2006 : P. Probert, Ancient Greek accentuation : synchronic patterns, frequency effects, and prehistory, Oxford, OUP, 2006.

Rau 2009 : J. Rau, Indo‑European nominal morphology : the decads and the Caland system, Innsbruck, Institut für Sprachen und Literaturen der Universität Innsbruck, 2009.

Renou 1961 : L. Renou, Grammaire sanscrite, Paris, Adrien‑Maisonneuve, 1961 (2e éd.).

Sandell 2015 : R.P. Sandell, Productivity in historical linguistics : computational perspectives on word formation in Ancient Greek and Sanskrit, PhD, University of California, Los Angeles, 2015 (inédit).

Schrijver 1991 : P. Schrijver, The reflexes of the Proto‑Indo‑European laryngeals in Latin, Amsterdam, Rodopi, 1991.

Schwyzer 1939 : E. Schwyzer, Griechische Grammatik, vol. I, Munich, Beck, 1939.

Steriade 1988 : D. Steriade, « Greek accent : a case for preserving structure », Linguistic Inquiry 19/2, 1988, p. 271‑314.

Szemerényi 1959 : O. Szemerényi, « Etyma Latina I : 3. quaerō », Glotta 38, 1959, p. 232‑238.

Vernet i Pons 2008 : M. Vernet i Pons, La segona conjugació verbal llatina : estudi etimològic i comparatiu sobre l’origen Protoindoeuropeu de la formació dels seus temes verbals, Barcelone, Institut d’Estudis Montjuïc, 2008.

Vine 2006 : B. Vine, « On “Thurneysen‑Havet’s law” in Latin and Italic », Historische Sprachforschung 119, 2006, p. 211‑249.

Vine 2008 : B. Vine, « Hocus, pocus : locus, focus ! », 27th East Coast Indo‑European conference, University of Georgia, 2008 (inédit).

Vine 2012 : B. Vine, « PIE mobile accent in Italic : further evidence », dans B. Nielsen Whitehead, T. Olander, B.A. Olsen, J.E. Rasmussen (dir.), The sound of Indo‑European : phonetics, phonemics, and morphophonemics, Copenhague, Museum Tusculanum, 2012, p. 545‑575.

Vine 2016a : B. Vine, « Latin bēs/bessis ‘two‑thirds of an as’ », dans A.M. Byrd, J. DeLisi, M. Wenthe (dir.), Tavet Tat Satyam : studies in honor of Jared S. Klein on the occasion of his seventieth birthday, Ann Arbor, Beech Stave, 2016, p. 324‑330.

Vine 2016b : B. Vine, « Latin crassus, grossus, classis : phonology and etymology », Indogermanische Forschungen 121, 2016, p. 131‑158.

Von Planta 1899 : R. von Planta, compte rendu de « F. Stolz, Laut‑ und Stammbildungslehre der lateinischen Sprache », et de « W.M. Lindsay, The Latin language », Anzeiger für indogermanische Sprach‑ und Altertumskunde 10, 1899, p. 53‑58.

Weiss 2010 : M. Weiss, Language and ritual in Sabellic Italy : the ritual complex of the third and fourth Tabulae Iguvinae, Leyde, Brill, 2010.

Weiss 2020 : M. Weiss, Outline of the historical and comparative grammar of Latin, Ann Arbor, Beech Stave, 2020 (2e éd.).

Whitney 1889 : W.D. Whitney, Sanskrit grammar, Cambridge/Londres, Harvard University Press, 1889 (2e éd.).

Yates 2017 : A.D. Yates, Lexical accent in Cupeño, Hittite, and Indo‑European, PhD, University of California, Los Angeles, 2017 (inédit).

Notes

1 Au sujet de la productivité, voir récemment Sandell 2015.

2 Mét. 7, 28, 3 (liquida fimo) ; aussi variae lectiones dans Pline NH, cf. TLL, s.v. fimum.

3 Le DELL, en fait, préfère faet‑.

4 Ainsi, par exemple, IEW, p. 263 ; WH, s.v. ; Hocquard 1981, p. 153‑154.

5 Voir Vernet i Pons 2008, p. 254.

6 Par exemple Monteil 1964, p. 310‑311 et 335 ; cf. Hocquard 1981, p. 154.

7 Pour plus de détail sur *fimārium, etc. : Adams 1982, p. 236‑237.

8 Développement phonologique de CEiH‑ et CEuH‑ : Schrijver 1991, p. 271 sq., surtout 285 sq. (CEuH‑).

9 Pour cette version de la « règle pius » : Weiss 2020, p. 154.

10 Caractère tardif de l’abrégement prévocalique : cf. Enn. fūimus (vs lat. class. fŭimus).

11 EDLIL, s.v., suivant IEW, p. 261.

12 *‑mo‑ primaire latin : voir Leumann 1977, p. 319 ; Weiss 2020, p. 306.

13 Vine 2008 ; 2016a, p. 328, n. 23.

14 Approches précédentes peu satisfaisantes : cf. arm. boc‘ « flamme » et bosor « enflammé » (IEW ; EDAIL ; etc.) ; diminutif foculusfocus (Hamp 1992) ; nom‑racine *dhṓgwh‑s (Matasović 2010) ; etc.

15 Cf. Fruyt 1986.

16 Cf. Weiss 2020, p. 133.

17 Vine 2016a, p. 326 sq.

18 quāg‑/*quāct‑, inqvata, quaxāre : Szemerényi 1959.

19 bēs/bessis : Vine 2016a. Naturellement, pour les formes tardives, on peut avoir recours au développement général de /u/ prévocalique en /u̯/.

20 Vine 2006 ; 2012.

21 Von Planta 1899, p. 57 ; Kretschmer 1920 ; et beaucoup d’autres.

22 Szemerényi 1959, suivi par Meiser 1998, p. 193 ; 2003, p. 126, et autres ; différemment EDLIL, s.v., dans la lignée de Nussbaum 2007.

23 Vine 2016a, p. 328, n. 23.

24 Leumann 1977, p. 547 (avec références).

25 Cf. LIPP, vol. II, p. 417, n. 20 ; légèrement différent (racine *k̑uh1 → ital. *kūro‑, avec abrégement vocalique).

26 Vine 2016b, p. 151‑152 (avec références), sur lat. classis « impôt (de soldats), etc. ».

27 Rau 2009, p. 181.

28 Ailleurs, à noter e.g. *tr̥kw‑i‑ « tournant » (cf. lat. torquēre « s’entortiller ») dans myc. to‑qi‑de « spirales ».

29 Vine 2006, p. 241 sq.

30 Voir Nussbaum apud Rau 2009, p. 177, n. 143.

31 Voir en général Chantraine 1933, p. 152 sq. et 441 ; Schwyzer 1939, p. 494‑495. Au sujet de *‑mo‑ comme suffixe Caland « marginal » : Nussbaum 1976, p. 76 sq. et Rau 2009, p. 74, et de même Dell’Oro 2017, p. 18‑19.

32 Récemment sur ‑(σ)ιμο‑ : Dell’Oro 2015 ; 2017.

33 Voir Whitney 1889, § 1224a ; Macdonell 1910, p. 136 ; E. Leumann apud M. Leumann 1917, p. 143 sq. ; WD II/2, p. 354‑355, 710‑711 ; Renou 1961, p. 256‑257.

34 Véd. ‑trima‑ : identifié comme élément suffixal déjà chez Pāṇini (3, 3, 88).

35 Laissé de côté ici : superlatif ‑ma‑ → « pseudo‑superlatif » ‑ima‑ (e.g. véd. agrimá‑ « le plus important »).

36 Voir Leumann 1977, p. 319.

37 Cf. peut‑être got. weihan « contester » ; EWAia, vol. II, p. 576, avec références.

38 « Unerklärtes denomin. » (Leumann 1977, p. 319).

39 I.e. instr. *opī « avec richesse » (cf. opēs, abl. sg. opid CIL I2 364) + *‑mo‑ ; cf. déinstr. *‑ī‑ + *‑no‑, comme dans scobīna, voir 4.1.

40 Ou ‑īmus ? Ainsi Leumann 1977, p. 319.

41 Cf. les thèmes consonantiques peu clairs (pl.) patrimēs/mātrimēs (P. F. 82, 16 et 24, 113, 5 L).

42 F. 422, 5 L, P. F. 423, 1 L ; alors en principe ‑īma et/ou sācri‑, cf. porcī sācrēs et peut‑être o. sakrid, etc.

43 Dans les langues sabelliques, il n’y a que *‑mo‑ primaire, e.g. sud‑pic. meitimúm « don (réciproque) » (vel sim.) probablement primaire *meit‑mo‑ + anaptyxe, voir Heidermanns 1996, p. 118, n. 1, avec références.

44 Oettinger 2001 ; Melchert 2014, p. 208.

45 ekunima‑ : i.e. ekuna‑ + ‑i‑ substantivisant secondaire (« type dalugašti‑ », Melchert 1999, p. 365‑368) + ‑ma‑.

46 Melchert 2014, p. 208‑209.

47 La forme tuhhima‑ comporte ‑hh‑ (versus xtūhi‑ attendu) peut‑être d’après le verbe tuhhāi‑ « haleter » ; à noter ici aussi hitt. tuhhwī‑ « fumée ». Voir Yates 2017, p. 92, n. 58.

48 Melchert 2014, p. 209, avec références.

49 Cf. TLL, s.vfimum, vol. VI/I, p. 765, 84 sq.

50 Sur cette étymologie de pōmus/‑um, voir EDLIL, s.v. et Weiss 2010, p. 229, n. 313.

51 Probert 2006, p. 268‑270 et 277 sq.

52 Kiparsky 2010 ; voir en détail Yates 2017.

53 Légèrement différent, conçu au niveau de l’italique (avant la fixation de l’accent initial) : pr.‑ital. *θúu̯imo‑ → *θuu̯imó‑ après *θūmó‑.

54 Au sujet de i.‑e. *‑mó‑ primaire comme oxyton, voir Probert 2006, p. 238 sq. et cf. gr. ‑μό‑.

55 « Dominance accentuelle » : Kiparsky, Halle 1977 ; Steriade 1988 (pour le grec) ; Yates 2017 en détail.

56 Pour la traduction en français du manuscrit anglais, je suis profondément reconnaissant à Mme Milena Anfosso (Paris, Sorbonne), de même qu’à Alain Blanc et Isabelle Boehm pour leur supervision éditoriale.

Auteur

University of California, Program in Indo‑European Studies, Los Angeles, États‑Unis

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search