Version classiqueVersion mobile

Dérivation nominale et innovations dans les langues indo‑européennes anciennes

 | 
Alain Blanc
, 
Isabelle Boehm

Grec

Toponymes grecs de l’époque classique éclairant des formes homériques : ‑όεις/‑οῦς à la place de ‑ήεις

Alain Blanc

Résumé

Le grec ancien dispose d’un suffixe ‑ϝεντ‑ qui permet, à partir d’un substantif x, de former un adjectif signifiant « pourvu de x, riche en x ». La frontière morphologique entre le thème du substantif et le suffixe est parfaitement visible en mycénien, puisque [w] est encore présent, et elle est encore claire dans la plupart des cas dans la langue homérique [‑η → ‑ή(ϝ)εις, ‑ο‑ → ‑ό(ϝ)εις]. Cependant, dans quatre formes épiques (ὀξυόεις, παιπαλόεις, σκῐόεις et τροφόεις), ‑όεις répond à un substantif en ‑η. Les hellénistes ont pensé jusqu’à maintenant que ces anomalies morphologiques sont dues aux exigences de la métrique. On admet donc encore aujourd’hui que le respect du mètre a fait créer des formes aberrantes et on pense que la langue épique s’est donné le droit de déformer des mots.
En fait, il y a à l’époque classique, des toponymes en ‑οῦς, c’est‑à‑dire à finale ‑όεις, qui reposent sur des substantifs en ‑η ou en ‑α (Δαφνοῦς : δάφνη, etc.). Il est exclu de les expliquer en faisant intervenir des exigences métriques. Cet article étudie donc le mécanisme de l’extension de la finale ‑όεις aux dépens de ‑ήεις et il montre que cette extension, que l’on admet pour l’époque classique, avait commencé dès la langue homérique. Il s’agit d’un seul et même phénomène et on peut dire que pour une fois les faits de la langue classique éclairent les faits de la langue homérique.

Texte intégral

Ma collègue Sylvie Hancil, de l’université de Rouen Normandie, a bien voulu m’aider à traduire le résumé français. Qu’elle trouve ici l’expression de mes très vifs remerciements.

1. Les dérivés grecs en ‑ϝεντ‑

1Il y a dans la langue homérique quatre adjectifs qui sont en ‑όεις, alors qu’on les attendrait en ‑ήεις (ὀξυόεις, παιπαλόεις, σκῐόεις et τροφόεις) et il y a à l’époque classique des toponymes en ‑οῦς qui répondent à des noms féminins en ‑η ou en ‑ᾰ (Δαφνοῦς : δάφνη, Τραπεζοῦς : τράπεζα) et qui font donc difficulté puisque ‑οῦς ne peut pas reposer sur ‑η ou ‑ᾰ + ‑ϝεντ‑. Je souhaite montrer dans cet article que ces deux irrégularités, qui appartiennent à deux stades de la langue grecque que l’on considère en général comme bien différents (langue homérique ≠ langue classique), sont en fait comparables et renvoient au même processus morphologique. Pour cela, je rappellerai brièvement l’essentiel de ce que l’on sait sur le suffixe *‑ṷent‑ en mycénien, en grec homérique et en grec classique. Je montrerai ensuite la singularité des quatre formes homériques et je passerai en revue les explications qui en ont été proposées, puis je mentionnerai les toponymes et je présenterai pour ces deux catégories de thèmes en *‑ṷent‑ une explication commune.

1.1. Grec mycénien : appellatifs et anthroponymes

  • 1 Cf. Brugmann 1906, p. 461‑465 (avec bibliographie) ; Meier‑Brügger 2010, p. 435.
  • 2 Kronasser 1956, p. 127 ; Fortson 2010, p. 125 et 193.
  • 3 Wackernagel, Debrunner 1954, p. 871‑894 ; Thumb, Hauschild 1959, p. 101‑103 ; Burrow 1973, p. 146, (...)
  • 4 Debrunner 1917, p. 181‑183 ; Chantraine, 1933, p. 270‑274 ; Schwyzer 1939, p. 526‑528 ; Risch 1974 (...)
  • 5 Cf. Lejeune 1969, p. 53‑56 (= MPM, vol. IV, p. 21‑24), mais Weiss (2009, p. 296) déclare comme plu (...)

2Le suffixe *‑ṷent‑ a été identifié dès les débuts de la grammaire comparée1. Il donne des adjectifs exprimant la possession dans les langues anatoliennes2, en indo‑iranien3, en grec4, et peut‑être en latin, si ‑ōsus en est un avatar5.

  • 6 Cf. wo‑ra‑we‑sa f. sg., KN Se 880, 2, qui est certainement un dérivé à finale /‑āwessa/, cf. Aura (...)

3En grec mycénien, le suffixe est attesté dans des adjectifs qui appartenaient à la langue courante : une huile est dite wo‑do‑we /wordowen/ « parfumée à la rose », une roue est dite te‑mi‑dwe /termidwe/ « pourvue d’un bandage », une table est dite pe‑de‑we‑sa /pedwessa/ « pourvue de pieds », une caisse de char est dite mi‑to‑we‑sa /miltowessa/ « pourvue de teinture rouge », etc. On voit que le suffixe a au masculin, au neutre et au féminin le vocalisme e et que *‑ṷent‑ s’adjoint directement au thème des mots de troisième déclinaison, sans voyelle de liaison. On a ainsi /ped‑wessa/ et /termid‑wessa/ avec rencontre de la dentale sonore du thème du mot et du [w] du suffixe. Si le mot de base est un thème en [o], le dérivé est en ‑o‑we (cf. wo‑do‑we /wordowen/ : myc. /wόrdon/ vs gr. alph. ῥόδον), et si le mot de base est en [ā], le dérivé était certainement en ‑a‑we6. À côté des appellatifs, il y a aussi eu des anthroponymes. Il vaut la peine de citer a3‑ta‑ro‑we [Aithalowens] « Noiraud » (cf. αἴθαλος « suie »), car il témoigne du même système que /wόrdon/ → /wordo‑wen/ (cf. ῥοδό‑εις), et ko‑ma‑we /Komā‑wens/ « chevelu » (cf. κομά, ‑ή « chevelure »), car il relève du système *‑ā → *‑ā‑ṷent‑ dont on vient de parler. On peut observer que dans ces anthroponymes le suffixe présente le même vocalisme [e] que dans les adjectifs. Il n’y a là rien de surprenant puisque ce sont d’anciens adjectifs.

1.2. Toponymes

  • 7 Lejeune 1969, p. 44‑48 (= MPM, vol. IV, p. 12‑16).
  • 8 Lejeune 1969, p. 48‑49 (= MPM, vol. IV, p. 16‑17).
  • 9 Sauf peut‑être dans le nom de Phlionte (Φλειοῦς), selon Lejeune 1969, p. 50‑51 (= MPM, vol. IV, p. (...)

4En plus des adjectifs et des anthroponymes, le mycénien connaît aussi des toponymes, mais les syllabogrammes qui notent la finale ne sont pas ‑we, génitif ‑we‑to, mais ‑wo, gén. ‑wo‑to. A. Heubeck et M. Lejeune ont beaucoup discuté pour tenter de déterminer ce que recouvre la graphie mycénienne. Heubeck (1960 et 1961) pensait que ‑wo‑to note /‑wot(os)/, aboutissement mycénien de *‑ṷn̥t‑. Lejeune7 pensait plutôt qu’il s’agit de *‑ṷont‑ avec vocalisme o. Cette question ne concerne que les toponymes mycéniens. Au premier millénaire, à l’époque classique, les toponymes sont en ‑οῦς, ‑οῦντος et on pourrait donc se demander s’ils continuent *‑o‑ṷont‑, mais les inscriptions dialectales ont des formes en ‑οϝεντ‑ et on s’accorde donc maintenant à dire qu’entre le mycénien et le grec classique, les toponymes ont été refaits sur le modèle des adjectifs8 et qu’il ne reste plus au premier millénaire de trace de *‑ṷont‑ avec vocalisme o9.

1.3. ‑όεις à la place de ‑ήεις

5Dans la langue homérique, il y a des adjectifs de possession qui reposent sur des thèmes en ‑o‑ (type δολόεις : δόλος), des adjectifs en ‑ήεις qui reposent sur des thèmes en ‑η (type αὐδήεις : αὐδή), mais il y a aussi de nombreux adjectifs à voyelle de liaison ‑o‑ (μητι‑ό‑εις : μῆτις, ἀστερ‑ό‑εις : ἀστήρ, etc.). En outre, il y a quelques adjectifs où ‑ήεις semble occuper la place de ‑όεις et d’autres où, inversement, ‑όεις semble occuper la place de ‑ήεις. On admet qu’il s’agit d’échanges propres à la langue épique et on admet que la cause de ces échanges est purement métrique. C’est cette question que nous allons examiner ici, en faisant intervenir les toponymes de l’époque classique.

2. Échanges entre les finales ‑ήεις et ‑όεις dans la langue homerique : les matériaux

2.1. ‑όεις → ‑ήεις

  • 10 Cf. Risch 1974, p. 218.

6Il y a un bel exemple de remplacement de ‑o‑ par ‑η‑ dans le nom de cité Κυπαρισσήεις (Élide, Il. 2, 593). Du nom du cyprès, ion. κυπάρισσος, att. ‑ιττος, on attend *Κυπαρισσόεις, qui n’aurait pas pu entrer dans l’hexamètre puisque ‑ρισσόεις aurait constitué un crétique. On peut donc penser que le ‑o‑ a été remplacé par ‑η‑ metri gratia. Un phénomène tout à fait similaire est connu dans la composition nominale : on trouve en effet dans les épopées ἐλαφηβόλος (Il. 18, 319) à la place de *ἐλαφοβόλος et πῡρηφόρος (acc. ‑ον Od. 3, 495) à côté de πῡροφόρος (gén. ‑οιο Il. 12, 314, nom. pl. ‑οι Il. 14, 123)10.

7De la même façon, de κότος « colère » on attend comme dérivé κοτόεις, qui est connu des grammairiens et des lexicographes (A.D. Adv. 189, 12 ; EM 34, 57) et qui peut entrer dans le cours de l’hexamètre, mais on a une fois κοτήεις (Il. 5, 191), en fin de vers, c’est‑à‑dire à un emplacement où κοτόεις était impossible. Le remplacement de ‑όεις par ‑ήεις joue ici le même rôle qu’un allongement métrique et on peut supposer que κοτήεις tient la place d’une forme qui aurait été *κοτούεις si l’allongement avait été noté de la même façon que dans οὔνομα (= ὄνομα).

8Le cas de δενδρήεις « boisé » (Od. 1, 51 et 9, 200) est moins clair. Si l’on partait de la forme de l’époque classique, δένδρον, on pourrait dire que ‑όεις a été remplacé par ‑ήεις, mais la forme homérique du nom de l’arbre est δένδρεον, qui devait fournir *δενδρεόεις. On remarque que dans les deux occurrences homériques, le ‑η‑ de δενδρήεις est au temps faible. Il peut donc être résolu en deux brèves et δενδρήεις peut avoir recouvert la forme attendue *δενδρεόεις.

9Il n’y a donc, comme témoignage d’un remplacement de ‑όεις par ‑ήεις dans la langue épique, que deux formes, le toponyme Κυπαρισσήεις et l’adjectif κοτήεις. Ces deux formes ne posent pas de problème particulier puisque le remplacement de ‑o‑ par ‑η‑ fait partie d’une stratégie bien connue d’évitement des séquences de voyelles brèves qui s’observe aussi, mutatis mutandis, dans ἐλαφηβόλος et πῡρηφόρος.

2.2. ‑ήεις → ‑όεις

  • 11 Cf. LfgrE, s.v.
  • 12 Cf. DELG, s.v. ὀξύᾱ, et Lamberterie 1990, vol. II, p. 582.

10Pour le remplacement de ‑ήεις par ‑όεις, on peut citer deux formes assez claires, ὀξυόεις et σκῐόεις, et deux qui le sont nettement moins, παιπαλόεις et τροφόεις. L’adjectif ὀξυόεις (Il. 5, 50 et 568 ; 14, 443) a été rapporté à ὀξύς « aigu » par les scholiastes11, mais il repose en fait sur ὀξύη « hêtre »12, et l’adjectif σκῐόεις « ombreux » (Il. 1, 157 +) est à l’évidence en relation avec l’ionien σκῐή « ombre » (Od.).

  • 13 Imbros, Il. 13, 33 ; Chios, Od. 3, 170 ; Samos, Od. 4, 671 ; Ithaque, Od. 11, 480.

11L’adjectif παιπαλόεις se dit d’une montagne (ὄρος, Il. 13, 17), d’un observatoire situé sur un sommet (σκοπιά, Od. 10, 148 et 194) et d’îles rocailleuses13. On peut donc croire qu’il signifie « escarpé » ou « rocailleux », mais comme il s’applique aussi à des chemins et à des sentiers de montagne (Od. 10, 97, 148, 194), il est tentant de le rattacher au substantif παιπαλή « fine fleur de farine » et de lui attribuer le sens de « poussiéreux » : la poussière qui s’élève des sentiers caillouteux aurait été comparée à la poussière qui s’élève quand on manie la farine finement moulue. Παιπαλόεις pourrait ainsi reposer sur παιπαλή et constituerait un troisième cas d’adjectif où ‑όεις tient la place de ‑ήεις.

12L’adjectif τροφόεις est tout aussi difficile. Il a été discuté à la fois pour son sens et pour sa formation. Il est attesté deux fois dans la langue épique, une fois dans l’Iliade (15, 621), et une fois dans l’Odyssée (3, 290), et dans les deux passages il se trouve dans un contexte de tempête. Dans l’Iliade, 15, 618‑621, Hector voudrait rompre la ligne des Achéens, mais « tous tiennent bon, groupés comme un rempart, comme un roc escarpé, puissant au bord de la mer Blanche, où il subit le vif assaut des vents sonores et des lames énormes qui déferlent sur lui » :

ἴσχον γὰρ πυργηδὸν ἀρηρότες, ἠύτε πέτρη
ἠλίβατος μεγάλη, πολιῆς ἁλὸς ἐγγὺς ἐοῦσα,
ἥ τε μένει λιγέων ἀνέμων λαιψηρὰ κέλευθα
κύματά τε τροφόεντα, τά τε προσερεύγεται αὐτήν.

  • 14 Cf. τέτροφεν ἅλμη, Od. 23, 237, « l’eau de mer s’est cristallisée ».
  • 15 Le Feuvre 2016, p. 186‑188 ; 2017, p. 476, n. 84.
  • 16 Le Feuvre 2016, p. 192‑201.

13La traduction de Mazon donnée ci‑dessus s’accorde avec le témoignage des scholies : les vagues sont grosses parce qu’il y a beaucoup de vent. L’adjectif τροφόεις paraît être en liaison avec τροφή, la vague ayant été en quelque sorte « alimentée » par le vent. Toutefois, C. Le Feuvre a une tout autre vision des choses. Partant de la constatation que la racine *dhrebh a eu pour sens propre « épaissir, coaguler » et qu’elle a pu s’appliquer à la cristallisation du sel de l’eau de mer14, elle pense que l’expression τρόφι κῦμα de l’Iliade 11, 307 ne signifie pas du tout « vague grossie (par le vent) », mais « vague pourvue de τρόφις », c’est‑à‑dire « pourvue de cristallisation, pourvue de sel », donc en fin de compte « vague d’eau salée »15. Pour ce qui est de la forme qui nous intéresse, non pas τρόφις, mais τροφόεις (dans κύματά τε τροφόεντα), bien que ce soit la leçon des manuscrits, elle considère que ce n’est pas la forme authentique, mais le résultat d’une déformation, l’adjectif originel étant, selon elle *τροφίεις. Cet adjectif originel aurait signifié lui aussi « pourvu de cristallisation », donc « salé », et l’expression κύματα τροφ<ί>εντα, qui joue comme pluriel de τρόφι κῦμα, désignerait donc elle aussi, non des vagues grossies par le vent, mais des vagues d’eau salée16. Au terme de sa démonstration, Le Feuvre croit donc découvrir dans les deux adjectifs, τρόφις (qu’elle interprète en fait comme un ancien substantif) et *τροφίεις, un sens extrêmement archaïque – synchroniquement, en effet, le sens de τρέφω est « nourrir, faire grossir », le sens « faire coaguler » ne se rencontrant qu’à propos du lait –, et elle croit atteindre aussi un dérivé en ‑ίεις également très archaïque à la place de la forme transmise, τροφόεις (τροφόεντα). Tout cela est très stimulant pour l’esprit, mais il faut évidemment, s’assurer des faits avant d’échafauder hypothèses sur hypothèses. Il y a, avant tout, deux questions essentielles : est‑il certain que les expressions τρόφι κῦμα et κύματά τροφόεντα fassent allusion à la salinité des eaux ? Et est‑il certain que τροφόεντα soit une déformation de *τροφίεντα ?

  • 17 Le Feuvre 2016, p. 186.

14Pour ce qui est du sens, Le Feuvre prend bien soin d’écarter ἀνεμοτρεφής « grossi par le vent » (κῦμα, Il. 15, 625), qui serait plus récent et ne pourrait donc pas aider à comprendre τρόφι et τροφόεις17. Son argument est que *dhrebh est passé de « faire coaguler » à « faire grossir » et que, par conséquent, τρόφι et τροφ<ί>εις ont été compris secondairement comme signifiant « grossi (par) », mais il y a un fait qu’elle omet : c’est que dans les trois passages où apparaissent τρόφι et τροφόεντα, il est question de tempête, et le poète mentionne d’abord, chaque fois, l’action du vent qui fait lever la mer. Qu’importe alors que l’eau de mer soit de l’eau salée ? Qui l’ignore ? Et quel est l’intérêt de le dire ? Évoquer en revanche le sifflement du vent, montrer la mer qui est poussée par lui, et qui se lève, qui grossit et se gonfle, voilà ce qui parlait au public grec, qui connaissait les choses de la mer. Vouloir trouver simplement de l’eau salée dans cette évocation des tempêtes appauvrit le sens. Sur le plan sémantique, cette explication ne peut donc pas être retenue.

15Pour ce qui est de la morphologie, τροφόεντα est‑il nécessairement la réfection d’un très archaïque *τροφίεντα, qui supposerait un ancien substantif (non attesté) *τρόφις ? Si τροφόεντα ne pouvait pas recevoir d’explication simple, c’est‑à‑dire qui fasse appel aux structures bien connues de la morphologie dérivationnelle du grec, on serait effectivement contraint d’avoir recours à une hypothèse faisant intervenir des mécanismes morphologiques plus anciens, mais cela ne peut se faire, en bonne méthode, que lorsqu’on a épuisé toutes les autres solutions. Pour le moment, il importe de voir si τροφόεις (τροφόεντα) ne peut pas reposer tout simplement sur le substantif τροφή. Or, avec ὀξυόεις, σκιόεις et παιπολόεις, l’adjectif τροφόεις peut constituer un quatrième cas de forme en ‑όεις répondant à un substantif en ‑ᾱ/η. Il faut donc maintenant vérifier si ces adjectifs sont véritablement liés à ces substantifs et il faut étudier l’irrégularité que constitue en synchronie le système morphologique ‑ᾱ/η → ‑όεις.

2.3. Explication du remplacement ‑ήεις → ‑όεις

16Les hellénistes ont constaté depuis longtemps que ‑εντ‑ a été étoffé en ‑οεντ‑ et que cette finale a été employée après les thèmes de troisième déclinaison :

  • ὄκρις « pointe »       →      hom. ὀκριόεις « pointu » ;
  • ἰχθύς « poisson »     →      ἰχθυόεις « poissonneux » ;
  • ἀστήρ « étoile »       →      ἀστερόεις « étoilé » ;
    • 18 Cf. Debrunner, 1917, p. 181 ; Lejeune 1958, p. 9 (= MPM, vol. II, p. 17).

    acc. νίφα « neige »   →      νιφόεις « enneigé »18.

  • 19 Cf. « σκιόεις zu σκιᾱ́ (*σκιήεις [ ̄ ] ̆ ̄ ̄ war metrisch unmöglich) » (Debrunner 1917, p. 181) ; (...)

17Ils ont constaté aussi que chez Homère la finale ‑οεντ‑ remplace ‑ηεντ‑, quand ‑ηεντ‑ donnerait une forme amétrique19.

18Comme on le voit par les extraits cités en note, les uns et les autres sont d’accord sur le fait qu’il y a eu remplacement de ‑ήεις par ‑όεις et que ce remplacement a été motivé par des raisons métriques, mais personne ne s’avance davantage. Or ce remplacement (Ersatz) est tout de même surprenant. Si on pense que ‑όεις et ‑ήεις sont devenus tout à fait interchangeables, il faut en apporter des preuves. Si on ne peut pas en apporter, il faut réexaminer la question.

2.4. ‑όεις et ‑ήεις sont‑ils interchangeables ?

19Pour répondre à cette question, il est nécessaire de partir des cas clairs, mais la situation homérique est très embrouillée. Lejeune en a fait remarquer toute la complexité :

  • 20 Lejeune 1958, p. 8 (= MPM, vol. II, p. 16).

La liberté créatrice est responsable de termes dont on voit mal comment au juste ils ont été formés, et dont, parfois, le sens même est obscur : ἁλιμυρήεις, ἀμιχθαλόεις, ἀμφιγυήεις, ἁρπεδόεις, ἠϊόεις, κηώεις, κητώεις, πῑδήεις, σῑγαλόεις. On remarquera, en particulier, comment divers adjectifs d’autres types ont été « habillés » d’une suffixation poétique en ‑ϝεντ‑ : ἀλγεινός a été refait en ἀλγινόεις ; ἀργεννός en ἀργήεις et en ἀργινόεις ; ἀντίος, ἀνταῖος en ἀντᾱ́εις ; ἴλλᾱος (lesb.) en ἰλλᾱ́εις ; μέσος en μεσήεις ; ὀλοός en ὀλόεις ; ὑψιπέτης en ὑψιπετήεις ; φαίδιμος en φαιδιμόεις, φοινός, φοίνιος en φοινήεις ; etc.20.

20Le mode de formation des deux catégories d’adjectifs qui figurent dans le début et dans la fin de cette citation est en effet bien obscur. On ne voit pas le détail de la formation dans ἁλιμυρήεις, etc. ; on ne voit pas bien la raison de la présence du suffixe ‑ϝεντ‑ dans ἀλγινόεις, etc. En revanche, une chose apparaît clairement : les adjectifs qui nous occupent, ὀξυόεις, παιπαλόεις, σκιόεις et τροφόεις, sont bien moins obscurs que ceux qui sont cités ci‑dessus, car on voit bien quelle est leur base (les substantifs ὀξύη, παιπαλή, σκιή et τροφή) et on voit bien le rôle du suffixe ‑ϝεντ‑, qui est dans sa fonction première de formation d’adjectifs de possession à partir de substantifs. Seule la voyelle ‑o‑ pose problème.

  • 21 Affirmation de Le Feuvre 2017, p. 508.

21Pour expliquer ὀξυόεις, παιπαλόεις, σκῐόεις et τροφόεις, il n’est pas de bonne méthode de faire référence à ces formes et à cet usage très libre du suffixe ‑ό/ήεις. Ce serait tenter d’expliquer obscura per obscuriora. On doit au contraire apprécier nos quatre formes par référence aux autres adjectifs bâtis sur des thèmes en [o] ou en [a]. On en arrive donc à la question cruciale : ‑όεις et ‑ήεις sont‑ils interchangeables et peut‑on dire simplement que chez Homère « la distribution est fonction du mètre et ne dépend pas de la forme de base »21 ? Pour répondre, il faut rassembler les faits en partant d’abord des substantifs en [o], puis des substantifs en [a].

  • La langue épique possède un système substantif en ‑o‑ → adjectif en ‑όεις qui se manifeste dans les formes suivantes :
    • ἄμπελος → ἀμπελόεις ;
    • ἄνθεμον → ἀνθεμόεις ;
    • βρότος → βροτόεις ;
    • δόλος → δολόεις ;
    • ἔρος → ἐρόεις ;
    • ἵμερος → ἱμερόεις [ῑ] ;
    • ἴον → ἰόεις ;
    • καῖρος → f. καιρόεσσα ;
    • λείριον → λειριόεις ;
      • 22 Dans le pluriel neutre λωτοῦντα (Il. 12, 283), leçon d’Aristarque supposant une contraction pour λ (...)

      λωτός → λωτόεις22 ;

    • μόρον → μορόεις ;
    • μυελός → μυελόεις ;
    • ὀμφαλός → ὀμφαλόεις ;
    • πτερόν → πτερόεις ;
    • σκότος → σκοτόεις ;
    • στόνος → στονόεις ;
    • ψόλος → ψολόεις ;

à quoi s’ajoutent trois formes qui seraient amétriques si la syllabe initiale ne reçevait pas un allongement :

    • ἄμαθος → ἠμαθόεις ;
    • ἀνεμος → ἠνεμόεις ;
      • 23 Quelle que soit son origine, la sifflante géminée a ici pour rôle de procurer une syllabe initiale (...)

      θύσανος [ῠ] → θυσσανόεις23.

22Le rassemblement de ces formes en ‑όεις totalement claires montre que la situation de la langue homérique n’est pas du tout chaotique. Il y a au contraire une très grande régularité : un thème en ‑o‑ forme normalement un adjectif en ‑όεις. On a autre chose que ‑όεις, à savoir ‑ήεις (Κυπαρισσήεις pour *Κυπαρισσόεις) ou ‑ιόεις (φῡκιόεις pour éviter *φυκόεις) uniquement quand il y avait une impossibilité métrique.

    • 24 Sauf indication contraire, les substantifs sont attestés dans la langue épique.

    De façon parallèle, la langue épique possède un système substantif en ‑η → adjectif en ‑ήεις qui se manifeste dans les formes suivantes24 :

    • αἴγλη → αἰγλήεις ;
    • αὐδή → αὐδήεις ;
    • βῆσσα → βησσήεις ;
    • δῑ́νη → δῑνήεις ;
    • ἐέρση → ἐερσήεις ;
    • ἠχή → ἠχήεις ;
    • κνῑ́ση → κνῑσήεις ;
    • κόλλα (Pind., Hdt.) → κολλήεις ;
    • κώπη → κωπήεις ;
    • λάχνη → λαχνήεις ;
    • πέτρη → πετρήεις ;
    • ποίη → ποιήεις ;
    • τέχνη → τεχνήεις ;
    • τῑ́μη → τῑμήεις ;
    • τόλμα (Hdt. +) → τολμήεις ;
    • ὕλη [ῡ] → ὑλήεις ;
    • φωνή → φωνήεις.

 

23Le constat est net : 20 formes en ‑όεις totalement régulières et 17 formes en ‑ήεις, elles aussi parfaitement régulières. Il n’y a qu’une conclusion à tirer : quoi qu’on en ait dit, le système originel qui fait répondre ‑όεις à un thème en ‑o‑ et ‑ήεις à un thème en *‑a (nominatif ‑ᾰ ou ‑ᾱ/η) n’est pas brouillé. Il est au contraire remarquablement respecté dans la langue épique. Seules font exception, comme tout le monde le reconnaît, les formes qui seraient amétriques. Dans celles‑ci, un procédé insolite et mystérieux de substitution de ‑όεις à ‑ήεις a été mis en œuvre. En quoi consiste exactement ce procédé insolite ? Jusqu’ici personne n’a répondu nettement à cette question ni ne l’a même posée.

3. ‑όεις en face d’un thème en [a] : proposition d’explication

3.1. La solution de l’allongement métrique ?

  • 25 Cf. ci‑dessus, n. 15.
  • 26 Alors qu’il a été appliqué dans ἠμαθόεις, ἠνεμόεις et θυσσανόεις, comme on l’a vu ci‑dessus.

24Les hellénistes répètent que ‑όεις a pris la place de ‑ήεις en sorte que les crétiques soient évités25. En somme, le remplacement de ‑ήεις par ‑όεις constituerait une sorte d’abrégement métrique permettant à l’adjectif d’entrer dans l’hexamètre, mais il y a un autre moyen d’éviter les crétiques et de faire entrer les mots dans le vers épique, l’allongement métrique. Ce dernier est un procédé essentiel de la poésie hexamétrique et son emploi est fréquent. Rien n’interdisait de l’appliquer, si ce n’est que *ὀξῡήεις, *σκῑήεις et *τρουφήεις auraient donné chacun deux spondées de suite, alors que l’hexamètre aime bien les dactyles. Force est de constater que ce procédé n’a pas été appliqué aux formes qui nous occupent26.

3.2. Abrégement métrique ?

  • 27 Sur les abrégements métriques, exposé classique de Chantraine 1973, p. 105‑110. Cf. aussi Debrunne (...)
  • 28 Tel est probablement le cas pour la flexion du type Ἀτρεύς, génitif Ἀτρέος, et pour les dérivés pa (...)
  • 29 Peut‑être premiers membres de composés en ‑εσι du type de ἀλφεσίβοιος, cf. Debrunner 1917, p. 39 e (...)

25L’abrégement de voyelles longues à des fins métriques n’est pas un procédé normal de la langue épique27. Quand on constate dans celle‑ci des abrégements, il s’agit soit de formes récentes qui ont subi un abrégement d’origine phonétique28, soit de formes créées selon un modèle morphologique récent29. Ce sont chaque fois des cas particuliers et il n’y a pas à chercher de système cohérent et productif. Le changement ‑ήεις → ‑όεις que l’on observe dans ὀξυόεις, παιπαλόεις, σκῐόεις et τροφόεις n’a pas de parallèle et rien ne dit, en fait, qu’il s’agisse d’une manipulation d’aèdes, puisque ceux‑ci n’ont pas de procédé de raccourcissement des mots ou d’abrégement des voyelles dans leur panoplie d’effets métriques. Il convient de chercher une explication moins simpliste et puisque les abrégements se trouvent d’ordinaire dans des formes récentes, on peut penser a priori que les formes en ‑όεις qui correspondent à des substantifs en *‑a sont, précisément, des formes récentes.

3.3. Voyelle de liaison ; troncation présuffixale

  • 30 Comme on l’a déjà remarqué ci‑dessus, voir 2.3.

26Le grand fait qui domine l’évolution morphologique des formes en ‑ϝεντ‑ au premier millénaire est le développement d’une voyelle de liaison entre le suffixe et la finale des thèmes en [i], en [u] et en consonne : ὀκριόεις, ἰχθυόεις, ἀστερόεις, νιφόεις, etc.30. Cette voyelle est toujours ‑o‑. En théorie, cette voyelle de liaison ne devrait se développer que dans les thèmes en consonne ou en voyelle [i] et [u], mais on va être amené à se demander si elle ne s’est pas développée aussi dans les dérivés de thèmes en [a].

  • 31 Blanc 2013, p. 197‑222.

27Avant de traiter ce point, il faut examiner ce qui se passe, du point de vue morphologique et phonétique, en cas de rencontre entre la voyelle finale d’un mot‑base et la voyelle initiale d’un suffixe. Ordinairement, pour former un dérivé, les langues, c’est‑à‑dire les locuteurs, se débrouillent pour sélectionner un suffixe commençant en consonne si le mot‑base finit par une voyelle, et vice versa, mais il peut arriver, pour telle ou telle raison, que le mot‑base se termine en voyelle et que le suffixe commence aussi en voyelle. Il est alors fréquent que la voyelle du mot base soit éliminée. C’est ce que j’ai proposé d’appeler troncation présuffixale31.

  • 32 Cf. Lejeune 1972, p. 174.

28Il faut maintenant attirer l’attention sur un phénomène phonétique qui a eu une grande importance pour le sort du suffixe ‑ϝεντ‑, à savoir l’amuïssement de la semi‑voyelle [w]. On sait que cet amuïssement s’est produit à des dates variables suivant les dialectes, que le [w] a laissé des traces indirectes (hiatus) dans la métrique épique et que sa disparition s’est faite relativement tôt en ionien et en attique. La langue homérique reposant sur un fonds linguistique essentiellement ionien, le [w] semble avoir cessé de se prononcer relativement tôt32.

  • 33 Cf. les deux listes indiquées ci‑dessus en 2.4.

29Dans le cas des dérivés en ‑ϝεντ‑, quand le [w] a cessé de se prononcer, les dérivés anciens n’ont pas subi de transformation de la voyelle du mot‑base et dans les manuscrits de l’Iliade et de l’Odyssée, on a donc des dérivés en ‑όεις, ‑όεντος et en ‑ήεις, ‑ήεντος (ἀμπελόεις, etc. ; αἰγλήεις, etc.)33. Il y a eu des hiatus et ultérieurement les voyelles ont pu se contracter. Ainsi, il y a eu des contractions dans les noms de gâteaux (τυροῦς sur τυρός, σησαμοῦς sur σήσαμον), dans des noms de plantes (οἰνοῦττα sur οἶνος) et dans les noms de lieux (Ὀποῦς sur ὁπός/ὀπός, Σελινοῦς sur σέλινον, etc.).

  • 34 Cf. aussi ἑρκίον à côté de ἕρκος et ἴχνια à côté de ἴχνεσι. Cf. Risch 1974, p. 22.

30Pour les dérivés nouvellement créés, il en est allé différemment. L’hiatus est mal accepté dans les dérivés formés par suffixation. On peut prendre pour exemple le suffixe ‑ιον. Lorsqu’ils se joint à un thème en voyelle, comme le thème en ‑ε(h)‑ des neutres sigmatiques, il y a application de la règle morphologique de troncation présuffixale : *τειχε(h)‑ιον → τειχίον34.

3.4. Nouveaux dérivés en …ϝεντ‑

31On entrevoit alors une explication pour les dérivés du type de ὀξόεις. Il y a toutes les raisons de penser qu’à côté des anciens dérivés en *‑ᾱ‑ϝεντ‑ > (‑ήεις) les locuteurs ont voulu former de nouveaux dérivés, pourvus cette fois de l’agrégat suffixal ‑οϝεντ‑ qui avait, comme on l’a vu, le vent en poupe et on peut supposer que les formes théoriques *ὀξυᾱ‑όϝεντ‑, *παιπαλᾱ‑όϝεντ‑, *σκιᾱ‑όϝεντ‑ et *τροφᾱ‑όϝεντ‑ ont été réduites par troncation présuffixale à ὀξυ‑ό(ϝ)εντ‑, παιπαλ‑ό(ϝ)εντ‑, σκι‑ό(ϝ)εντ‑ et τροφ‑ό(ϝ)εντ‑.

32Cette hypothèse peut paraître arbitraire, fantaisiste et même farfelue. On peut être tenté de continuer à penser que ces quatre formes ne représentent qu’une manipulation linguistique opérée par des aèdes peu soucieux des règles de la morphologie de leur langue et prêts à recourir à des artifices grossiers pour satisfaire aux exigences du mètre. On pourrait donc se dire que, tout bien compté, la solution proposée ici est trop cher payée et qu’il n’y a pas lieu d’invoquer des phénomènes linguistiques complexes pour expliquer quatre formes isolées, aberrantes, qui ne montrent rien de plus que l’ignorance linguistique des aèdes.

  • 35 Sur les noms en ‑οῦς et ‑οῦσσα de l’Occident grec, voir García Alonso 1996, p. 104‑125, et Moret 2 (...)

33Le linguiste moderne doit cependant s’efforcer de replacer toutes les formes dans leur contexte de création et il doit rapprocher tous les éléments du puzzle qui permettent de reconstituer la morphologie du grec ancien à travers les différentes phases de son histoire. Les données toponymiques font partie des éléments de ce puzzle et elles doivent être prises en compte. Or il y a parmi les toponymes grecs des formes qui sont tout à fait comparables aux formes homériques dont on vient de parler. Il s’agit des noms de villes, des noms de dèmes ou des noms d’îles en ‑οῦς (< *‑όϝεντς) et en ‑οῦσσα (< *‑όϝεσσα) qui correspondent à des mots‑bases en ‑ᾱ (‑η) ou ‑ᾰ, à savoir Δαφνοῦς, Ἑλικοῦς, Ἐρεικοῦς, Ἐρεικοῦσσα, Μαχαιροῦς, Μυρικοῦς, Ῥιζοῦς, Σηπιοῦσ(σ)α, Σιδοῦς, Συκοῦσσα et Τραπεζοῦς35.

3.5. Toponymes en ‑οῦς et en ‑οῦσσα

  • 36 Le relevé qui précède n’est sans doute pas exhaustif. On peut ajouter par exemple une montagne app (...)

34Certains ne sont attestés qu’après l’époque classique et quelques‑uns ne sont connus que par Pline ou par Étienne de Byzance. Il en est ainsi pour Ἑλικοῦς, ‑οῦντος, lieu‑dit d’Arcadie, près de Mégalopolis (Plutarque, Cléomène, 23), Ἐρεικοῦς λόφος (Schwyzer 720, ive s. av. J.‑C.), avec Ἐρικοῦσα, île près de Corcyre (Ptolémée, 3, 14, 12 ; Pline, 4, 19 [53]) et Ἐρικοῦσσα, une des îles Éoliennes, près de la Sicile (Strabon, 6, 2, 11, St. B.), Μαχαιροῦς (Strabon, 16, 2, 40, St. B. ; Pline, 5, 16, 15), Μυρικοῦς, ‑οῦντος, ville en face de Ténédos et de Lesbos de Troade (St. B., ‑όεντος Hécatée ap. St. B.), Σηπιοῦσ(σ)α, île sur la côte de Carie (Pline 5, 31, 36), Συκοῦσσα (Pline 5, 31, 137), noms dont les bases sont, respectivement, les noms féminins ἑλίκη espèce de saule, ἐρείκη « bruyère » en arbre, μάχαιρα « couteau, coutelas », μυρίκη « tamaris », σηπία « seiche », συκέα, dor. ‑έα et ‑ία, ionien ‑έη, att. ‑ῆ « figuier ». Ces six noms de lieux sont bien entendu plus anciens que leurs dates d’attestation et il se peut qu’ils aient été en usage à l’époque classique, mais on ne peut pas atteindre de certitude36.

35En revanche, il y a cinq autres noms dont l’existence à l’époque classique est parfaitement garantie :

  • Δαφνοῦς, Daphnonte, ville et port de Locride de l’Est (Strabon, 9, 3, 1 +) ; lieu près de Clazomène, en Ionie (Thucydide, 8, 23 et 31) ; port sur la côte est de l’Afrique (Strabon, 16, 4, 14, 4) ; dème de Cos (Étienne de Byzance) ;
    • 37 Cf. Pape, Benseler 1911, vol. II, p. 1308.

    Ῥιζοῦς, ville sur la côte de Magnésie en Thessalie (Strabon, 9, 5,15 et 22 ; St. B., Scyl. 55), et nom d’autres localités37 ;

  • Σιδοῦς, κώμη de Corinthe (X., HG 4, 4, 13, +) ; bourg près de Clazomène ; bourg près de la mer Rouge ; lieu en Pamphylie (cf. Σίδουσα bourg d’Ionie sur le domaine d’Érythrée, Thucydide, 8, 24) ;
  • Σκιλλοῦς, ville d’Élide où se retira Xénophon, à vingt stades au sud d’Olympie (X. An. 5, 3, 7 et 8, Paus., Str. +) ;
    • 38 Cet article était rédigé quand nous avons rencontré le toponyme Μινθοῦς, qui repose sur μίνθη « me (...)

    Τραπεζοῦς, ville d’Arcadie (Hdt. 6, 127 +) ; ville du Pont (X. An. 4, 8, 22 +)38.

  • 39 τραπεζῆες κύνες « chiens à la table de leur maître » (Il. 23, 173, +).
  • 40 Le mot ἀλλᾶς, ‑ᾶντος m. « hachis, saucisse » (Hippon., com.) est peut‑être issu de *ἀλλᾱ‑ϝεντ‑ ave (...)
  • 41 Si le nom du père de Philoctète, Ποίᾱς, génitif Ποίαντος (Pindare, Pythiques, 1, 53, Sophocle, Phi (...)

36Ces noms de villes ne peuvent pas reposer sur autre chose que δάφνη f. « laurier », ῥίζα f. « racine », σίδη f. « grenadier », σκίλλα f. « scille maritime » et τράπεζα f. « table ». Pour ce qui est de la morphologie, il est exclu de poser *Δαφνᾱ‑ϝεντ‑, qui aurait abouti à *Δαφναντ‑, ou *Δαφνᾱ‑ϝοντ‑, qui aurait donné *Δαφνωντ‑ dans les dialectes qui ont conservé l’alpha long, *Δαφνηοντ‑ et *Δαφνεωντ‑/*Δαφνεοντ‑, en principe sans contraction, en attique et en ionien. La seule origine possible pour Δαφνοῦς est *Δαφνοεντ‑, qui comprend nécessairement δάφνᾱ/η + ‑ο(ϝ)εντ‑ avec, comme on l’a dit, troncation de la voyelle ᾱ/η devant le suffixe ‑ο(ϝ)εντ‑, et il en va de même pour Ῥιζοῦς, Σιδοῦς, etc. Cette troncation n’est pas un deus ex machina. Elle s’observe, comme on l’a souligné, très fréquemment dans la formation des dérivés. En se limitant au mot τράπεζα, on peut faire observer que l’α du thème s’est effacé devant les finales ‑ιον, ‑εύς et ‑ίτης dans les dérivés τραπέζιον « table de changeur » (Lysias), τραπεζεύς39 et τραπεζίτης « changeur, banquier » (att.). Étant donné que ‑(ϝ)εντ‑ a été remplacé par ‑ο(ϝ)εντ‑ dans toutes les formes qui ont été créées au premier millénaire et qu’il n’y a pas eu de dérivés prosaïques nouveaux en ‑(ᾱ)‑ϝεντ‑ formés sur des thèmes en α40, on est contraint de constater que l’ancien système illustré par αὐδή → αὐδήεις (c’est‑à‑dire *αὐδᾱ́ → *αὐδᾱ́‑ϝεντ‑) a été remplacé par un nouveau système : δάφνη → δαφν(η)‑όεντ‑ς > Δαφνοῦς41.

3.6. Toponymes et langue homérique

  • 42 En 1950, Leumann ne connaissait évidemment pas les faits mycéniens.
  • 43 Accusatif Αὐλίδα πετρήεσσαν #, Il. 2, 496 ; ἀμπελόεντ᾿ Ἐπίδαυρον #, 2, 561 ; Τίρυνθά τε τειχιόεσσα (...)
  • 44 Γονόεσσα, ville de Thessalie, Il. 2, 573 ; Θρυόεσσα, ville de Triphylie, Il. 11, 711.
  • 45 C’est la position de Heubeck (1960, p. 5‑6), et même de Risch (1965, p. 196‑197), cf. ci‑dessus, n (...)

37Une question importante se pose : ces noms de villes et d’îles sont‑ils indépendants des dérivés homériques en ‑όεις ou en sont‑ils une émanation ? Le débat s’est instauré à la suite de la publication des Homerische Wörter de Manu Leumann (1950). Pour Leumann, les dérivés en ‑ϝεντ‑ ont été au premier millénaire des formes uniquement poétiques42, et c’est même le cas des deux seules formes usitées en prose classique, χαρίεις et φωνήεις. L’adjectif χαρίεις (att.) révèle son origine poétique par son féminin χαρίεσσα, à phonétique non attique, et φωνήεις, employé comme substantif au neutre pluriel (τὰ φωνήεντα « voyelles ») montre une absence de contraction qui n’est pas attendue dans un terme prosaïque. Dans les poèmes homériques, il y a des noms de villes ou d’îles qui ont pour épithètes des adjectifs en ‑ϝεντ‑43 et certains noms sont des adjectifs en ‑ϝεντ‑ substantivés44. Leumann considère que la poésie épique était connue des Grecs au temps de la colonisation des viiieviie siècles et que lorqu’ils ont eu à nommer de nouvelles îles ou de nouveaux centres urbains, ils sont allés puiser à cette source. Pour les toponymes classiques en ‑οῦς reposant sur des thèmes en [a], on pourrait donc dire – nous entrons ici nous‑même dans le système de Leumann, qui n’a pas traité ce point précis de morphologie – qu’ils ont été faits exactement comme ὀξυόεις, παιπαλόεις, σκῐόεις et τροφόεις, c’est‑à‑dire par confusion de ‑ήεις et de ‑όεις et par substitution purement poétique de ‑όεις à ‑ήεις45.

  • 46 Debrunner 1917, p. 183.

38Bien avant les Homerische Wörter, Debrunner remarquait que les noms de lieux appartiennent à la langue de tous les jours et qu’ils ont donc échappé à la règle anti‑contraction de la poésie : « Die Ortsnamen lauten gewönlich nicht auf ‑όεις, ‑όεσσα, sondern auf ‑οῦς, ‑οῦσσα, weil sie der Alltagssprache angehören und so dem kontraktionsverhütenden Einfluβ der gehobenen Poesie entzogen sind »46. C’est une constatation de bon sens tout à fait pertinente, mais elle ne peut pas être utilisée comme argument décisif contre la théorie de Leumann, car les noms de lieux peuvent très bien avoir été imposés aux lieux par des lettrés férus de poésie épique et être devenus des toponymes de la langue courante.

39Il importe en fait de bien séparer le problème de la dénomination des lieux antiques et le problème de la création de dérivés en ‑όεις à partir de thèmes en [a]. Il se peut que des villes ou des îles aient été désignées par des adjectifs qui étaient en usage dans la langue poétique, il se peut qu’une référence à Homère soit pour quelque chose dans le nom des îles Ἀργινοῦσσαι et que l’épithète τειχιόεσσα de Tirynthe soit pour quelque chose dans le nom de ville Τειχιοῦσσα, mais cela n’implique pas que les noms Δαφνοῦς, Τραπεζοῦς, etc., aient subi une substitution ‑ήεις → ‑όεις qui serait, de l’avis même de tous ses partisans, due uniquement à des causes métriques.

  • 47 Cf. Lejeune 1958 (= MPM, vol. II, p. 33).

40L’apport du mycénien a changé notre perception du suffixe *‑ṷent‑. Nous savons maintenant qu’au second millénaire *‑ṷent‑ était productif et figurait dans des dérivés nombreux qui appartenaient à la langue de tous les jours47. Si dans les adjectifs du premier millénaire ‑ϝεντ‑ apparaît poétique, c’est dû à une restriction d’emploi, mais quand on rencontre des noms de gâteaux, de plantes et de lieux qui se conforment à la phonétique de l’ionien et de l’attique, il n’y a nulle raison d’en faire des emprunts à la langue poétique. Il faut donc considérer que les noms de lieux Δαφνοῦς, Ἑλικοῦς, Ἐρεικοῦς, Μαχαιροῦς, Μυρικοῦς, Ῥιζοῦς, Σηπιοῦσ(σ)α, Σιδοῦς, Συκοῦσσα et Τραπεζοῦς sont majoritairement ou même en totalité, indépendants de la langue homérique.

4. Mécanismes morphologiques : *‑ό‑ϝεντ‑, *‑όϝεντ‑ et *‑(α)‑όϝεντ‑

4.1. *αἰθαλό‑ϝεντ‑ et *αἰγλή‑ϝεντ‑

41Les formes ὀξυόεις, παιπαλόεις, σκῐόεις et τροφόεις apparaissent comme aberrantes lorsqu’on les compare aux formes mycéniennes et aux formes anciennes conservées par la langue homérique. En effet, dans la langue des archives mycéniennes, le [w] est conservé et le suffixe /‑ṷent‑/ s’ajoute donc aux phonèmes /o/ ou /ā/ sans qu’il y ait le moindre accident phonétique ou morphologique. Sur les mots /wordo‑/ (cf. ῥόδον) et /komā/ (cf. κομή), les Grecs mycéniens ne pouvaient pas former autre chose que wo‑do‑we /wordo‑wen/ et ko‑ma‑we /Komā‑wens/. Dans la langue homérique, les adjectifs anciens munis du suffixe ‑(ϝ)εντ‑ reproduisent le même système : αἴθαλος a pour dérivé αἰθαλό‑(ϝ)εις et αἴγλη αἰγλή‑(ϝ)εις. Dans l’ionien qui est le dialecte de la rédaction finale de l’Iliade et de l’Odyssée, le wau n’est pas conservé, mais les formes du type d’αἰθαλό(ϝ)εις et du type d’αἰγλή(ϝ)εις peuvent se maintenir longtemps puisqu’elles correspondent toujours aux substantifs qui sont respectivement en ‑o‑ et en ‑η.

4.2. μελιτ‑όεις, μελιτ‑οῦττα, Αἰγ‑οῦσσαι

  • 48 L’importance de la finale ‑οεντ‑ a été bien marquée par Debrunner (1917, p. 191).
  • 49 Thèmes de ἅρμα, δόναξ, μέλι, οἶδμα, οὖας, πῖδαξ, ὕδωρ et χάρις.
  • 50 L’ionien a aussi connu cet adjectif. Hérodote (8, 41) emploie en effet μελιτόεσσα (sc. μᾶζα).

42Un fait nouveau est intervenu entre le mycénien et le grec du premier millénaire : comme on l’a dit ci‑dessus, dans les dérivés formés sur des thèmes consonantiques, ainsi que dans ceux formés sur des thèmes en ‑ι‑ et en ‑υ‑, ‑ϝεντ‑ a été remplacé par ‑ο(ϝ)εντ‑48. Ces nouveaux dérivés sont attestés dans la langue homérique, comme on l’a dit en 3.3 (ἀστερόεις, νιφόεις, etc.), mais aussi dans la poésie classique, comme en témoignent ἁρματόεις (Critias), δονακόεις (Eur.), μελιτόεις (Pind.), οἰδματόεις (Aesch.), οὐατόεις (Call., Simon.), πῑδακόεις (Eur.), ὑδρόεις (Eur.) et χαριτόεις (Anacr.), dérivés des thèmes ἁρματ‑, δονακ‑, μελιτ‑, οἰδματ‑, πῑδακ‑, οὐατ‑, ὑδρ‑ et χαριτ‑49, et on sait que ces adjectifs se sont employés dans la langue courante puisque, par substantivation, l’attique emploie μελιτοῦττα (< *μελιτ‑όϝετι̭α) pour désigner un gâteau au miel50 et πλακοῦς (*πλακ‑όϝεντς) pour désigner un gâteau plat (Ar., Ach. 1125 +).

43Ces dérivés en ‑ο(ϝ)εντ‑ bâtis sur des thèmes consonantiques et sur des thèmes en ‑ι‑ et en ‑υ‑ se rencontrent aussi dans la toponymie à l’époque classique et aux époques hellénistique et romaine :

  • sur thèmes consonantiques en occlusive, puis en λ, en ν et en ρ :
    Αἰγ‑οῦσ(σ)α île à l’ouest de la Sicile (Polybe, 1, 44, 2 +) ;
    Λοπαδ‑οῦσσα île devant la côte de la province romaine d’Afrique (Strabon, 17, 3, 16 +) ;
    Φοινικ‑οῦσσα île éolienne (Strabon, 6, 2, 11) ;
    Ἁλ‑οῦς lieu‑dit d’Arcadie (Pausanias, 8, 25, 2) ;
    Κτεν‑οῦς baie et port de Crimée (Strabon, 7, 4, 2‑3 et 7) ;
    Ὑδρ‑οῦσσα îlot à proximité de la côte de l’Attique (Callimaque ; Strabon, 9, 1, 21) ;
  • sur thème en ‑ι‑ :
    Ὀφι‑οῦσσα nom de Cythnos et de diverses autres îles (Aristote +) ;
  • sur thèmes en ‑υ‑ :
    Δρυ‑οῦσ(σ)α ancien nom de Samos (Aristote) ;
    Ἰχθυ‑όεσσα ancien nom de l’île Ikaros, une des Cyclades (Athénée, 1, 30d) ;
    Μυ‑οῦς Myonte, ville ionienne de Carie (Hdt. 1, 142 et 5, 36, Thuc. 3, 19) ;
    Πιτυ‑οῦς ville sur la mer Noire (Strabon, 11, 2, 14 et 13, 1, 15) et Πιτυ‑οῦσσαι îles proches de la côte d’Espagne (Strabon, 3, 5, 1 ; 9, 1, 9 ; 13, 1, 18).

4.3. Récessivité de ‑ᾱ‑ϝεντ‑

  • 51 Sur ἀλλᾶς, cf. ci‑dessus, n. 41.
  • 52 Cf. Risch 1965, p. 198, n. 13.

44Parvenu à ce point, on doit faire une remarque concernant les substantivations d’adjectifs en ‑ᾱεντ‑, ‑ηεντ‑. Alors que les adjectifs en ‑oεντ‑ ont pu être substantivés pour donner des noms de gâteaux (οἰνοῦττα, μελιτοῦττα, πλακοῦς), ou des noms de lieux (Σελινοῦς, etc.), on ne rencontre ni nom de mets (gâteaux ou autres) en ‑ηεντ‑51, ni nom de lieu, si ce n’est l’homérique Κυπαρισσήεις, ville de Triphylie (Il. 2, 593), qui, en fait, n’est pas en liaison synchronique avec un thème en a, mais avec κυπάρισσος, le nom du cyprès52.

  • 53 En se limitant à ceux qui sont de formation régulière, c’est‑à‑dire qui reposent sur des substanti (...)
  • 54 αἰχμήεις, ‑ᾱ́εις (Aesch.), ἀλκήεις (H. Hom.), ἁλμήεις (Aesch.), βουλήεις (Solon), γεννήεις (Empédo (...)

45Cette absence de formes substantivées d’adjectifs en ‑ᾱεντ‑, ‑ηεντ‑ indique que les adjectifs eux‑mêmes étaient récessifs. On le savait déjà car on a observé depuis longtemps qu’à l’époque classique les adjectifs en ‑(ϝ)εντ‑ ne sont jamais employés en prose (sauf χαρίεις et le neutre pluriel φωνήεντα), mais l’observation que nous faisons ici complète le tableau qu’on se faisait du fonctionnement des formes en ‑(ϝ)εντ‑ : alors qu’il y a eu, notamment à l’époque de la colonisation (viiieviie siècles) beaucoup de localités qui ont reçu des noms en ‑όεις (> ‑οῦς), il est impossible d’en citer une seule qui ait reçu un nom en ‑ᾱ́εις ou ‑ήεις. Ce fait est d’autant plus curieux qu’il y avait dans l’Iliade et dans l’Odyssée un bon nombre d’adjectifs à finale ‑ήεις53 et qu’on voit apparaître chez les poètes de l’époque classique une dizaine de formes qui ne se trouvent pas dans l’Iliade ou l’Odyssée54.

4.4. σκῐόεις et Δαφνοῦς

46L’observation importante qui vient d’être faite permet de mieux comprendre la raison de la formation des formes en ‑όεις répondant à des substantifs en a : quand certains locuteurs ont éprouvé le besoin de former des adjectifs possessifs sur des noms féminins en a, ils ont pris le suffixe qui apparaissait dans les formes du type de μελιτόεντ‑. Les Grecs percevaient très bien le thème μελιτ‑ et ils avaient donc forcément conscience qu’il y avait un suffixe dissyllabique ‑οεντ‑. Devant un suffixe à initiale vocalique, une voyelle radicale s’élide (troncation présuffixale). On a donc eu, selon le même mécanisme morphologique, à la fois des adjectifs homériques et des toponymes classiques : d’un côté ὀξύη, παιπαλή, σκιή et τροφή ont donné ὀξυόεις, παιπολόεις, σκῐόεις et τροφόεις, de l’autre côté δάφνη, ῥίζα, σίδη, σκίλλα et τράπεζα ont donné Δαφνοῦς, Ῥιζοῦς, Σιδοῦς, Σκιλλοῦς, Τραπεζοῦς, etc.

  • 55 Malgré Debrunner 1923, p. 28‑30 ; Schwyzer 1939, p. 527 ; Leumann 1950, p. 299‑302 ; Heubeck 1960, (...)

47On voit que l’on est passé d’un système morphologique (‑ᾱ → ‑ᾱ‑ϝεντ‑) à un autre (‑ᾱ → ‑(ᾱ)‑οεντ‑). On voit aussi que le changement de système morphologique n’est pas dû à des causes métriques. En effet, les toponymes du type de Δαφνοῦς n’ont pas été concernés par la métrique. Quant aux adjectifs du type de σκῐόεις, ils ont été employés dans l’hexamètre parce qu’ils pouvaient y entrer, mais ils n’ont pas été créés par la métrique55 !

48Dans le processus qui a abouti à la constitution de ce nouveau système morphologique, l’extension de ‑ο‑ comme voyelle de liaison a joué un rôle essentiel, comme on vient de le voir : il a fallu qu’elle soit généralisée à tous les adjectifs en ‑ϝεντ‑ formés sur des thèmes en consonne, en ‑ι‑ et en ‑υ‑ (sauf χαρίεις), pour que les locuteurs puissent avoir conscience d’un suffixe ‑όεις et puissent employer ce suffixe pour l’ajouter aux thèmes en ᾱ.

5. Chronologie relative

49Une question importante se pose encore, celle de la chronologie relative par rapport à l’amuïssement du wau. La création de σκιόεις et de l’ancêtre de Δαφνοῦς, *Δαφνόεις, s’est‑elle faite quand on en était encore au stade ‑οϝεντ‑ ou quand on était parvenu au stade ‑οεντ‑ ?

5.1. Trois stades

50Ιl faut distinguer trois étapes :

  • 1er stade. Avant l’amuïssement de wau : on a *ἀμπελόϝεντ‑, *αἰγλᾱ́ϝεντ‑, *μελιτϝεντ‑ et *μελιτόϝεντ‑ qui s’analysent clairement en *ἀμπελό‑ϝεντ‑, *αἰγλᾱ́‑ϝεντ‑, *μελιτ‑ϝεντ‑ et *μελιτ‑ό‑ϝεντ‑. Tout le temps que ϝ reste prononcé, le suffixe est perçu comme ‑ϝεντ‑. Le ‑o‑ est perçu dans *ἀμπελό‑ϝεντ‑ comme faisant partie du thème du substantif, et dans *μελιτ‑ό‑ϝεντ‑ comme une voyelle de liaison évitant la rencontre des consonnes.
  • 2e stade. Amuïssement de wau : ἀμπελό(ϝ)εντ‑, αἰγλή(ϝ)εντ‑, [*μελιτϝεντ‑], μελιτό(ϝ)εντ‑. Par référence à αἴγλη, on perçoit encore ‑εντ‑ dans αἰγλήεις, mais par référence à μέλι, gén. μέλιτ‑ος, on analyse μελιτ‑όεντ‑, et cette segmentation conduit à analyser ἀμπελόεντ‑ en ἀμπελ(o)‑όεντ‑.
  • 3e stade. Lorsque les dérivés du type de μελιτ‑όεντ‑ sont assez nombreux et que les anciennes formes du type de ἀμπελόεντ‑ sont analysées en ἀμπελ(o)‑όεντ‑, rien n’empêche de créer σκι‑όεντ‑ sur σκιᾱ́/σκιή.

51Si le wau était encore prononcé, il ne saurait y avoir d’analyse ἀμπελ(o)‑όεντ‑. On analyserait encore *ἀμπελό‑ϝεντ‑ et il n’aurait pas été possible de créer *σκιό‑ϝεντ‑ sur σκιᾱ́. Il faut donc tirer la conclusion que les formes ὀξυόεις, παιπαλόεις, σκῐόεις et τροφόεις ont été créées après l’amuïssement du wau, ce qui implique que l’Iliade et l’Odyssée ont été rédigées, au moment de leur phase finale, dans une variété de grec qui ne possédait plus ce phonème. Ce raisonnement vaut aussi pour les toponymes du type de Δαφνοῦς. Il serait anachronique de poser *Δαφνο‑ϝεντ‑ ; ces toponymes ont été formés à l’aide du suffixe récent ‑οεντ‑.

5.2. Âges relatifs des toponymes du type de Σελινοῦς et du type de Δαφνοῦς

  • 56 Cf. Buck 1921, p. 374, et Lejeune 1969 (= MPM, vol. IV, p. 16), citant lesbien Μᾱλοεντι, locr. Ὀπο (...)
  • 57 Δαφνοῦς, Ῥιζοῦς, Σιδοῦς, Σκιλλοῦς, Τραπεζοῦς, etc.

52Par conséquent, si ce raisonnement est juste, il faut distinguer dans les toponymes en ‑οῦς ceux qui sont liés à des thèmes en ‑ο‑ et ceux qui sont liés à des thèmes en ‑a. Ceux qui sont liés à des thèmes en ‑o‑ ont été formés avant l’amuïssement de ϝ et pour plusieurs d’entre eux des formes non‑contractes sont attestées dans les dialectes56, ce qui ne situe pas ces formes par rapport à l’amuïssement de ϝ, mais constitue tout de même un indice d’archaïsme. Ceux qui sont liés à des thèmes en a sont toujours attestés sous forme contracte57. Cela peut indiquer qu’ils sont plus récents que les autres. Il y a toutefois une exception : selon Étienne de Byzance, la ville de Μυρικοῦς apparaissait sous la forme Μυρικόεις chez Hécatée (génitif Μυρικόεντος). Cette exception montre que la formation du dérivé *Μυρικ(ᾱ)‑όεντ‑ a eu lieu non au stade contracte ‑ουντ‑, mais bien au stade ‑οεντ‑.

  • 58 Cf. Lejeune 1969 (= MPM, vol. IV, p. 13).
  • 59 Cf. Lejeune 1969 (= MPM, vol. IV, p. 17).
  • 60 Treize formes : αἱματ‑όεις, ἀστερ‑όεις, δακρυ‑όεις, ἠερ‑όεις, ἰχθυ‑όεις, κλωμακ‑όεις, μητι‑όεις, ν (...)
  • 61 Onze ont été indiqués en 3.5.

53Pour compléter le tableau des toponymes à finale ‑οῦς considérés sous l’angle de la chronologie relative, on peut faire intervenir le toponyme Ἁλοῦς. Il y a quatre fois à Pylos (Cn 599) un toponyme a2‑ru‑wo‑te /alwontei/ « La Saline », qui est dérivé de ἅλς sans voyelle de liaison entre /l/ et /wont/. Cette forme, qui montre (avec d’autres) que le suffixe comportait dans les toponymes le vocalisme o58, a été remplacée en grec du premier millénaire par une forme nouvelle qui comporte la voyelle de liaison ‑o‑ et le suffixe au vocalisme e : *Ἁλ‑όϝεντ‑ς > Ἁλοῦς59. Cette forme est nécessairement plus récente que Σελινοῦς puisqu’elle acquiert sa finale ‑όϝεντ‑ en l’empruntant aux formes du type de *Σελινόϝεντς > Σελινοῦς, mais elle est de même structure que les appellatifs ἀστερόεις, νιφόεις, etc., qui sont bien représentés dans la langue homérique60 et y paraissent donc assez anciens. Les formes à suffixe ‑όϝεντ‑ comparables à Ἁλοῦς citées ci‑dessus en 4.2 ont donc été formées depuis un temps qu’on ne peut certes pas fixer de façon précise, mais qui doit être assez éloigné. Enfin, les formes du type de σκιόεις sont rares chez Homère (quatre, comme on a vu), mais les toponymes du type de Δαφνοῦς, attestés à partir de l’époque classique, ont été nombreux61. Cela signifie que chez Homère ils en sont à leur début ; ils se sont développés à l’époque de la colonisation (viiieviie siècles) et au‑delà.

6. Conclusion

  • 62 Dans son article de la Festschrift Wackernagel, Debrunner (1923, p. 28‑30) a refusé d’admettre qu’ (...)

54Avec les formes du type de σκιόεις et avec celles du type de Δαφνοῦς, nous avons donc eu à rendre compte de deux groupes de dérivés en ‑ο(ϝ)εντ‑, au lieu de *‑ᾱ(ϝ)εντ‑, qui sont tout à fait indépendants, mais qui sont, du point de vue morphologique, tout à fait semblables. Le principe général de l’économie linguistique nous invite à les rapprocher et à proposer une explication commune. Une modification morphologique causée par la métrique est absolument exclue pour les toponymes. Ceux‑ci se laissent expliquer, en revanche, si l’on fait appel au mécanisme morphologique de la troncation suffixale. Or ce mécanisme peut rendre compte aussi des quatre formes homériques dont nous avons traité. La conclusion se tire d’elle‑même : les deux catégories (type σκιόεις et type Δαφνοῦς) sont des formes linguistiquement jeunes, qui présentent ce phénomène de la troncation présuffixale. Les formes homériques du type de σκῐόεις sont donc des innovations, formées selon un système nouveau, mais un système qui est très régulier. La morphologie ne crée pas des aberrations, mais toujours des formes éminemment régulières62.

55Ce nouveau système est déjà amorcé dans la langue épique. C’est lui qui a permis de former σκῐόεις sur σκῐή, etc. Les quatre formes homériques dont il a été question ne sont donc pas des monstres créés arbitrairement par les aèdes à la suite d’un « mixage poétique » de ‑ήεις et ‑όεις. Ce sont des néologismes qui annoncent les toponymes du type de Δαφνοῦς et qui reflètent la grande tendance de la langue consistant à étoffer le suffixe ‑(ϝ)εντ‑ en ‑ο(ϝ)εντ‑. Les données de la langue poétique et les données de la toponymie se renforcent et se complètent : la prise en compte de ces deux sources de données permet de saisir les mécanismes réels de la langue grecque, et pour une fois, ce sont des données de la langue classique qui permettent de confirmer l’explication proposée pour la langue épique, c’est le grec classique qui vient au secours de la linguistique homérique : ce fait est remarquable et mérite d’être mis en valeur.

Bibliographie

Abréviations

DELG : P. Chantraine, Dictionnaire étymologique de la langue grecque, Paris, Klincksieck, 2009 (1re éd. 1968‑1980).

LfgrE : B. Snell, H.J. Mette (dir.), Lexikon des frühgriechischen Epos, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1955‑2010.

MPM : M. Lejeune, Mémoires de philologie mycénienne, 4 vol., Paris/Rome, CNRS/dell’Ateneo et Istituti Editoriali e Poligrafici Internazionali, 1958‑1997.

Références

Aura Jorro 1985‑1993 : F. Aura Jorro, Diccionario Micénico, 2 vol., Madrid, Consejo Superior de Investigaciones Científicas, 1985‑1993.

Blanc 2013 : A. Blanc, « La troncation présuffixale en grec ancien : les dérivés du type de ἀλήθεια et ἀμαθία », BSL 108, 2013, p. 197‑222.

Brugmann 1906 : K. Brugmann, Grundriss der vergleichenden Grammatik der Indogermanischen Sprachen, vol. II/1, Strasbourg, Trübner, 1906 (2e éd.).

Buck 1921 : C.D. Buck, « Studies in Greek noun‑formation : dental terminations, II/3. », Classical Philology 16/4, 1921, p. 367‑383.

Burrow 1973 : T. Burrow, The Sanskrit language, Londres, Faber and Faber, 1973.

Chantraine 1933 : P. Chantraine, La formation des noms en grec ancien, Paris, Klincksieck, 1933.

Chantraine 1973 : P. Chantraine, Grammaire homérique, I. Phonétique et morphologie, Paris, Klincksieck, 1973 (5e tirage revu et corrigé).

Debrunner 1917 : A. Debrunner, Griechische Wortbildungslehre, Heidelberg, Winter, 1917.

Debrunner 1923 : A. Debrunner, « Metrische Kürzung bei Homer », dans ΑΝΤΙΔΩΡΟΝ, Festschrift Jacob Wackernagel : zur Vollendung des 70. Lebensjahres am 11. Dezember 1923, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1923, p. 28‑40.

Fortson 2010 : B.W. Fortson IV, Indo‑European language and culture. An introduction, Malden/Oxford/Chichester, Wiley‑Blackwell, 2010.

García Alonso 1996 : J.A. García Alonso, « Nombres griegos en ‑oussa en el Mediterráneo occidental », Complutum 7, 1996, p. 105‑124.

García Ramón 2011 : J.L. García Ramón, « Mycenaean onomastics », dans Y. Duhoux, A. Morpurgo‑Davies (dir.), A companion to Linear B. Mycenaean Greek texts and their world, vol. II, Louvain, Peeters, 2011, p. 213‑251.

Heubeck 1960 : A. Heubeck, « Zu den griechischen Ortsnamen mit *ṷent‑ Suffix », Beiträge zur Namenforschung 11, 1960, p. 4‑10.

Heubeck 1961 : A. Heubeck, « Nochmals zu den griechischen Ortsnamen mit *ṷent‑ Suffix », Beiträge zur Namenforschung 12, 1961, p. 95‑96.

Heubeck 1976 : A. Heubeck, « Epikritisches zu den griechischen Ortsnamen mit dem ‑ṷent‑/‑wont‑ Suffix, besonders zu dem Namen Phleius », SMEA 17, 1976, p. 127‑136.

Kretschmer 1909 : P. Kretschmer, « Zur griechischen und lateinischen Wortforschung : 1. ἀλλᾶς », Glotta 1, 1909, p. 323‑325.

Kronasser 1956 : H. Kronasser, Vergleichende Laut‑ und Formenlehre des Hethitischen, Heidelberg, Winter, 1956.

Lamberterie 1990 : C. de Lamberterie, Les adjectifs grecs en ‑υς, 2 vol., Louvain‑La‑Neuve, Peeters, 1990.

Le Feuvre 2016 : C. Le Feuvre, « Le type trόπις, στρόφις, τρόφις et le problème de τρόφι κῦμα (Il. 11, 307) », dans A. Blanc, D. Petit (dir.), Nouveaux acquis sur la formation des noms en grec, Louvain/Paris, Peeters, 2016, p. 179‑202.

Le Feuvre 2017 : C. Le Feuvre, « Un suffixe mort et ressuscité : *‑ṷent‑ dans l’anthroponymie », dans A. Alonso Déniz, L. Dubois, C. Le Feuvre, S. Minon (dir.), La suffixation des anthroponymes grecs antiques, Actes du colloque international de Lyon, 17‑19 septembre 2015, université Jean‑Moulin Lyon 3, Genève, Droz, 2017, p. 493‑515.

Lejeune 1958 : M. Lejeune, « Études de philologie mycénienne, III. Les adjectifs mycéniens à suffixe ‑ϝεντ‑ », REA 60, 1958, p. 5‑26 (repris dans MPM, vol. II, 1971, p. 13‑33).

Lejeune 1969 : M. Lejeune, « Les toponymes mycéniens en ‑wont‑ », BSL 64, 1969, p. 43‑56 (repris dans MPM, vol. IV, 1997, p. 11‑24).

Lejeune 1972 : M. Lejeune, Phonétique historique du mycénien et du grec ancien, Paris, Klincksieck, 1972.

Leumann 1950 : M. Leumann, Homerische Wörter, Bâle, Reinhardt, 1950.

Meier‑Brügger 1992 : M. Meier‑Brügger, Griechische Sprachwissenschaft, Berlin/New York, De Gruyter, 1992.

Meier‑Brügger 2010 : M. Meier‑Brügger, Indogermanische Sprachwissenschaft, Berlin/New York, De Gruyter, 2010 (9e éd.).

Melena 2014 : J.L. Melena, « Mycenaean writing », dans Y. Duhoux, A. Morpurgo‑Davies (dir.), A companion to Linear B. Mycenaean Greek texts and their world, vol. III, Louvain, Peeters, 2014, p. 1‑186.

Moret 2017 : P. Moret, Des noms à la carte. Figures antiques de l’Ibérie et de la Gaule, Alcalá de Henares, universités d’Alcalá de Henares et de Séville, 2017.

Pape, Benseler 1911 : W. Pape, G. Benseler, Wörterbuch der griechischen Eigennamen, 2 vol., Baunschweig, Vieweg, 1911 (réimp. Graz, Akademische Druck‑ und Verlaganstalt, 1959).

Risch 1965 : E. Risch, « Ein gang durch die Geschichte der griechischen Ortsnamen », Museum Helveticum 22, 1965, p. 193‑205.

Risch 1974 : E. Risch, Wortbildung der homerischen Sprache, Berlin/New York, De Gruyter, 1974 (2e éd.).

Schwyzer 1939 : E. Schwyzer, Griechische Grammatik, Munich, Beck, 1939.

Sihler 1995 : A.L. Sihler, New comparative grammar of Greek and Latin, New York/Oxford/Nairobi, OUP, 1995.

Thumb, Hauschild 1959 : A. Thumb, R. Hauschild, Handbuch des Sanskrit, vol. II, Formenlehre, Heidelberg, Winter, 1959.

Wackernagel, Debrunner 1954 : J. Wackernagel, A. Debrunner, Altindische Grammatik, vol. II/2, Die Nominalsuffixe, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1954.

Weiss 2009 : M. Weiss, Outline of the historical and comparative grammar of Latin, Ann Arbor/New York, Beech Stave Press, 2009.

Notes

1 Cf. Brugmann 1906, p. 461‑465 (avec bibliographie) ; Meier‑Brügger 2010, p. 435.

2 Kronasser 1956, p. 127 ; Fortson 2010, p. 125 et 193.

3 Wackernagel, Debrunner 1954, p. 871‑894 ; Thumb, Hauschild 1959, p. 101‑103 ; Burrow 1973, p. 146, 227 et 229.

4 Debrunner 1917, p. 181‑183 ; Chantraine, 1933, p. 270‑274 ; Schwyzer 1939, p. 526‑528 ; Risch 1974, p. 151‑156 ; Meier‑Brügger 1992, vol. II, p. 22‑23 ; Sihler 1995, p. 354‑355.

5 Cf. Lejeune 1969, p. 53‑56 (= MPM, vol. IV, p. 21‑24), mais Weiss (2009, p. 296) déclare comme plus plausible l’explication proposée par Wackernagel, *‑ōdso‑. – Le suffixe *‑ṷent‑ semble aussi être représenté en illyrien, cf. Schwyzer 1939, p. 526, n. 8.

6 Cf. wo‑ra‑we‑sa f. sg., KN Se 880, 2, qui est certainement un dérivé à finale /‑āwessa/, cf. Aura Jorro 1985‑1993, vol. II, p. 446.

7 Lejeune 1969, p. 44‑48 (= MPM, vol. IV, p. 12‑16).

8 Lejeune 1969, p. 48‑49 (= MPM, vol. IV, p. 16‑17).

9 Sauf peut‑être dans le nom de Phlionte (Φλειοῦς), selon Lejeune 1969, p. 50‑51 (= MPM, vol. IV, p. 18‑19). Cf. aussi Heubeck 1976, p. 127‑136.

10 Cf. Risch 1974, p. 218.

11 Cf. LfgrE, s.v.

12 Cf. DELG, s.v. ὀξύᾱ, et Lamberterie 1990, vol. II, p. 582.

13 Imbros, Il. 13, 33 ; Chios, Od. 3, 170 ; Samos, Od. 4, 671 ; Ithaque, Od. 11, 480.

14 Cf. τέτροφεν ἅλμη, Od. 23, 237, « l’eau de mer s’est cristallisée ».

15 Le Feuvre 2016, p. 186‑188 ; 2017, p. 476, n. 84.

16 Le Feuvre 2016, p. 192‑201.

17 Le Feuvre 2016, p. 186.

18 Cf. Debrunner, 1917, p. 181 ; Lejeune 1958, p. 9 (= MPM, vol. II, p. 17).

19 Cf. « σκιόεις zu σκιᾱ́ (*σκιήεις [ ̄ ] ̆ ̄ ̄ war metrisch unmöglich) » (Debrunner 1917, p. 181) ; « […] une fois la finale ‑όεις constituée, elle a pu être ajoutée à des thèmes en s, en ā ou en n […] ; σκιόεις était d’une meilleure utilisation dans le vers que σκιήεις » (Chantraine 1933, p. 272) ; « aus metrischen Gründen σκιόεις zu σκιή » (Risch 1974, p. 152) ; « homerisch ist ein gelegentlichen Ersatz von ‑ήεις durch ‑όεις : ὀξυόεις, τροφόεις, σκιόεις » (Heubeck 1960, p. 5) ; « l’exclusion du crétique, dans la poésie dactylique, a conduit à remplacer […] *ὀξυήεις (ὀξύη) par ὀξυόεις, *τροφήεις (τροφή) par τροφόεις, *σκῐήεις (σκιή) par σκῐόεις, etc. – Ces flottements entre ‑o‑ et ‑η‑, commandés par les nécessités du mètre, ont servi de modèles à d’autres flottements, non nécessaires : θῠόεις à côté de θυήεις […], etc. » (Lejeune 1958, p. 8 [= MPM, vol. II, p. 16]).

20 Lejeune 1958, p. 8 (= MPM, vol. II, p. 16).

21 Affirmation de Le Feuvre 2017, p. 508.

22 Dans le pluriel neutre λωτοῦντα (Il. 12, 283), leçon d’Aristarque supposant une contraction pour λωτό(ϝ)εντα (cf. DELG, s.v. λωτός).

23 Quelle que soit son origine, la sifflante géminée a ici pour rôle de procurer une syllabe initiale longue.

24 Sauf indication contraire, les substantifs sont attestés dans la langue épique.

25 Cf. ci‑dessus, n. 15.

26 Alors qu’il a été appliqué dans ἠμαθόεις, ἠνεμόεις et θυσσανόεις, comme on l’a vu ci‑dessus.

27 Sur les abrégements métriques, exposé classique de Chantraine 1973, p. 105‑110. Cf. aussi Debrunner 1923, p. 28‑40.

28 Tel est probablement le cas pour la flexion du type Ἀτρεύς, génitif Ἀτρέος, et pour les dérivés patronymiques comme Ἀτρεΐδης. Cf. Chantraine 1973, p. 105 et 223.

29 Peut‑être premiers membres de composés en ‑εσι du type de ἀλφεσίβοιος, cf. Debrunner 1917, p. 39 et Risch 1974, p. 192 ; probablement non‑allongement de l’initiale du premier membre de composé dans ὑψερεφές (Il. 5, 213), cf. Risch 1974, p. 226.

30 Comme on l’a déjà remarqué ci‑dessus, voir 2.3.

31 Blanc 2013, p. 197‑222.

32 Cf. Lejeune 1972, p. 174.

33 Cf. les deux listes indiquées ci‑dessus en 2.4.

34 Cf. aussi ἑρκίον à côté de ἕρκος et ἴχνια à côté de ἴχνεσι. Cf. Risch 1974, p. 22.

35 Sur les noms en ‑οῦς et ‑οῦσσα de l’Occident grec, voir García Alonso 1996, p. 104‑125, et Moret 2017, p. 41‑46 (avec bibliographie). – Il y a également un nom de fleuve en ‑όεις répondant à un substantif en *‑ā : Μυλόεις· ποταμὸς Ἀρκαδίας (Hsch.), du moins si ce nom doit bien être rapporté à μύλη (en ce sens DELG, s.v. μύλη). – Nous ne tenons pas compte des formes qui sont ambiguës parce qu’elles peuvent reposer à la fois sur un thème en ‑o‑ ou sur un thème en ‑ᾱ. Θηγανοῦσσα (Ptol. 3, 16, 23, ‑οῦσα Paus. 4, 34, 12) peut reposer sur θηγάνη plutôt que sur θήγανον (Hsch.), Ἐλαιοῦς, ville située à l'entrée de l’Hellespont, (Hdt. 7, 22‑29 et 120, Thuc. 8, 102 et 107 +) sur ἐλαίᾱ (Od., ion.‑att.) plutôt que sur ὁ ἔλαιος « olivier sauvage » (Pind., Soph.), et Οἰνοῦσσαι, îles entre Chios et le littoral asiatique (Hdt. 1, 165, Thuc. 8, 24, 2), peut reposer sur οἴνη « vigne » aussi bien que sur οἶνος « vin ». Quoi qu’il en soit, le recours à ces cas discutables affaiblirait la démonstration.

36 Le relevé qui précède n’est sans doute pas exhaustif. On peut ajouter par exemple une montagne appelée /Skioessa/ (cf. σκιόεις) dans le Péloponnèse, connue seulement en graphie latine (In Achaia nouem montium Scioessa notissimus, Pline, NH 4, 13).

37 Cf. Pape, Benseler 1911, vol. II, p. 1308.

38 Cet article était rédigé quand nous avons rencontré le toponyme Μινθοῦς, qui repose sur μίνθη « menthe », comme l’a bien reconnu Heubeck (1960, p. 5‑6). Ce nom de ville ne figure pas dans Pape, Benseler (1911), mais il est bien attesté dans les inscriptions d’Érétrie, notamment IG XII 9, 249 (iiie s. av. J.‑C.) : Μινθουντόθεν, face B, 1, 67, 373, 385, 425.

39 τραπεζῆες κύνες « chiens à la table de leur maître » (Il. 23, 173, +).

40 Le mot ἀλλᾶς, ‑ᾶντος m. « hachis, saucisse » (Hippon., com.) est peut‑être issu de *ἀλλᾱ‑ϝεντ‑ avec une phonétique non ionienne (ni attique) ; ce serait un terme du grec d’Italie ou de Sicile. Il est en tout cas seul de son espèce et fait figure non de néologisme, mais d’archaïsme. Sur son étymologie, voir Kretschmer 1909, p. 323‑325, et DELG, s.v.

41 Si le nom du père de Philoctète, Ποίᾱς, génitif Ποίαντος (Pindare, Pythiques, 1, 53, Sophocle, Philoctète, 5, +) repose bien sur le nom de l’herbe (dor. ποίᾱ, ion. ποίη, att. πόα, cf. Pape, Benseler 1911, p. 1216, avec la traduction « Gräser »), il faut observer qu’il n’a pas été touché par cette innovation.

42 En 1950, Leumann ne connaissait évidemment pas les faits mycéniens.

43 Accusatif Αὐλίδα πετρήεσσαν #, Il. 2, 496 ; ἀμπελόεντ᾿ Ἐπίδαυρον #, 2, 561 ; Τίρυνθά τε τειχιόεσσαν #, 2, 559.

44 Γονόεσσα, ville de Thessalie, Il. 2, 573 ; Θρυόεσσα, ville de Triphylie, Il. 11, 711.

45 C’est la position de Heubeck (1960, p. 5‑6), et même de Risch (1965, p. 196‑197), cf. ci‑dessus, n. 19.

46 Debrunner 1917, p. 183.

47 Cf. Lejeune 1958 (= MPM, vol. II, p. 33).

48 L’importance de la finale ‑οεντ‑ a été bien marquée par Debrunner (1917, p. 191).

49 Thèmes de ἅρμα, δόναξ, μέλι, οἶδμα, οὖας, πῖδαξ, ὕδωρ et χάρις.

50 L’ionien a aussi connu cet adjectif. Hérodote (8, 41) emploie en effet μελιτόεσσα (sc. μᾶζα).

51 Sur ἀλλᾶς, cf. ci‑dessus, n. 41.

52 Cf. Risch 1965, p. 198, n. 13.

53 En se limitant à ceux qui sont de formation régulière, c’est‑à‑dire qui reposent sur des substantifs en a, on en relève dix‑sept : αἰγλήεις, αὐδήεις, βησσήεις, δινήεις, ἐρσήεις (et ἐερσήεις), ἠχήεις, κνισήεις, κολλήεις, κωπήεις, λαχνήεις, πετρήεις, ποιήεις, ποτιφωνήεις, τεχνήεις, τιμήεις, τολμήεις et ὑλήεις.

54 αἰχμήεις, ‑ᾱ́εις (Aesch.), ἀλκήεις (H. Hom.), ἁλμήεις (Aesch.), βουλήεις (Solon), γεννήεις (Empédocle), ἐλαιήεις, ‑ᾱ́εις (Soph.), μορφήεις, ‑ᾱ́εις (Pind.), πευκήεις, ‑ᾱ́εις (Aesch.), χαιτήεις, ‑ᾱ́εις (Pind.), χαλαζήεις, ‑ᾱ́εις (Pind.).

55 Malgré Debrunner 1923, p. 28‑30 ; Schwyzer 1939, p. 527 ; Leumann 1950, p. 299‑302 ; Heubeck 1960, p. 5‑6 ; Risch 1965, p. 196‑197 ; 1974, p. 152 et Chantraine 1973, p. 105.

56 Cf. Buck 1921, p. 374, et Lejeune 1969 (= MPM, vol. IV, p. 16), citant lesbien Μᾱλοεντι, locr. Ὀποεντι, még. Σελινοεντι, crét. Βολοεντι.

57 Δαφνοῦς, Ῥιζοῦς, Σιδοῦς, Σκιλλοῦς, Τραπεζοῦς, etc.

58 Cf. Lejeune 1969 (= MPM, vol. IV, p. 13).

59 Cf. Lejeune 1969 (= MPM, vol. IV, p. 17).

60 Treize formes : αἱματ‑όεις, ἀστερ‑όεις, δακρυ‑όεις, ἠερ‑όεις, ἰχθυ‑όεις, κλωμακ‑όεις, μητι‑όεις, νιφ‑όεις, ὀκρι‑όεις, ὀφρυ‑όεις, τερμι‑όεις, φοινικ‑όεις et ὠτώεις, qui est un arrangement de οὐατ‑όεις (Lejeune 1958 [= MPM, vol. II, p. 17] ; Risch 1974, p. 155).

61 Onze ont été indiqués en 3.5.

62 Dans son article de la Festschrift Wackernagel, Debrunner (1923, p. 28‑30) a refusé d’admettre qu’il y ait une relation entre la forme σκιόεις et les toponymes du type de Δαφνοῦς et il s’est contenté d’invoquer d’un côté un abrégement métrique et de l’autre côté l’analogie des autres toponymes en ‑οῦς. Bien qu’auteur d’une excellente Griechische Wortbildungslehre (1917), il n’était pas prêt à accepter qu’il y ait dans la langue homérique des traits de langue récents.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search