Version classiqueVersion mobile

Dérivation nominale et innovations dans les langues indo‑européennes anciennes

 | 
Alain Blanc
, 
Isabelle Boehm

Grec

Le renouvellement morphologique par la réanalyse : le cas des suffixes grecs ‑(ισ)μός et ‑(ισ)τής

Liana Tronci

Résumé

Cet article propose une description de la diffusion lexicale des noms en ‑ισμός et ‑ιστής en grec ancien. L’étude s’appuie sur un corpus constitué de plusieurs textes des époques archaïque, classique et hellénistique. Les deux suffixes forment des noms d’action et d’agent, respectivement ; ils ne sont pas des formes héritées mais ils sont nés de la réanalyse de noms derivés de verbes en ‑ίζω par les suffixes ‑μός et ‑τής. Ce sont surtout les noms en ‑ισμός qui ont connu une large expansion à l’époque hellénistique, avec 231 lexèmes par rapport aux 68 attestés à l’époque classique. La comparaison des noms attestés aux deux époques dévoile également une différence sémantique significative : ceux attestés dans les textes classiques relèvent du lexique courant tandis que les lexèmes créés à l’époque hellénistique sont souvent liés à des domaines conceptuels spécifiques (médecine, philosophie, religion chrétienne) montrant, ou non, des connotations sémantiques.

Texte intégral

1. Introduction

  • 1 Cette recherche fut menée dans le cadre du projet « Multilingualism and Minority Languages in Anci (...)
  • 2 Une liste des verbes en ‑ίζω du grec ancien se trouve dans Schmoll 1955.

1Cette étude1 propose quelques pistes d’analyse au sujet des noms du grec ancien en ‑ισμός et ‑ιστής, deux suffixes qui s’attachent souvent aux mêmes bases lexicales pour former des noms d’action et des noms d’agent respectivement, par exemple ἀγωνισμός « l’action de lutter, lutte » et ἀγωνιστής « celui qui pratique la lutte, lutteur », ἀνδραποδισμός « l’action de rendre esclave, esclavagisme » et ἀνδραποδιστής « celui qui pratique l’esclavage, esclavagiste ». Les suffixes ‑ισμός et ‑ιστής ne sont pas hérités de l’indo‑européen mais se sont constitués dans la langue grecque par la coalescence du suffixe verbal ‑ίζ‑ et des suffixes nominaux déverbaux ‑μός et ‑τής, ces derniers étant hérités de l’indo‑européen. Des thèmes verbaux ἀγωνίζ‑ομαι « je fais la lutte » et ἀνδραποδίζ‑ω « je rends esclave » sont dérivés respectivement les noms ἀγωνισμός et ἀγωνιστής, ἀνδραποδισμός et ἀνδραποδιστής mentionnés ci‑dessus2.

  • 3 Cf. Chantraine 1933, p. 134‑136 ; Holt 1944 ; Bader 1974 ; Risch 1974, p. 44‑48 ; Ciacci 1999-2000 (...)
  • 4 Bubenik 2014b, p. 72 ; cf. aussi Fraenkel 1910‑1912, p. 1‑3 ; Chantraine 1933, p. 310‑320 ; Risch (...)
  • 5 Benveniste 1948, p. 56.
  • 6 Bubenik 2014b, p. 73 ; cf. aussi Fraenkel 1910‑1912, p. 20‑21.

2Le suffixe hérité ‑μός est productif pour dériver des noms d’action3, alors que ‑τής était employé à une date ancienne uniquement dans les noms composés et s’est répandu plus tard dans les noms simples, comme remplaçant de ‑τήρ : « [l]ater on, the suffix ‑tḗr was replaced by ‑tās (Myc. e‑re‑ta /erétās/ ‘rower’, Att.‑Ion. erétēs [cf. Vedic aritár], Myc. e‑qe‑ta ‘follower’) »4. Ce remplacement a été possible grâce à la proximité sémantique entre les deux suffixes : ‑τής est un « classificateur » qui « qualifie des individus en tant qu’ils appartiennent à une classe » alors que ‑τήρ était employé pour former des noms de « fonctionnaires »5. Quant au suffixe ‑τής, la plupart des noms d’agent formés par celui‑ci « are built on primary and secondary verbal base in ‑eu and ‑iz : thēreu‑tḗs ‘hunter’ < thēreú‑ō ‘hunt’, (earlier thērĕ‑tḗrthērá‑ō) »6.

3Même si l’importance des suffixes « secondaires » ‑ισμός et ‑ιστής pour la formation du lexique du grec ancien a été signalée dans plusieurs études, il n’existe pas encore de description détaillée concernant, d’un côté, la productivité de ces deux suffixes et, de l’autre, les valeurs sémantiques des noms dérivés aux différentes périodes du grec ancien. Pour réaliser une telle étude, nous avons créé trois corpus : le premier, de l’époque archaïque, est constitué par les poèmes homériques et les œuvres d’Hésiode ; le deuxième, de l’époque classique, par les œuvres des trois Tragiques Eschyle, Sophocle, Euripide, d’Aristophane, des historiens Thucydide, Hérodote, Xénophon, des orateurs Isocrate, Lysias, Eschine, Démosthène, et de Platon ; le troisième, pour les époques hellénistique et romaine, comporte la traduction de la Bible des Septante, le Nouveau Testament, les œuvres d’Aristote, les historiens Polybe, Arrien, Appien, Diodore de Sicile, l’œuvre entière de Plutarque, les traités médicaux de la Collection hippocratique et ceux de Galien. Les mots à étudier ont été rassemblés grâce au Thesaurus Linguae Graecae (http://stephanus.tlg.uci.edu/​), mais on a vérifié les données par la lecture directe des textes.

4Une recherche sur les noms grecs en ‑ισμός et ‑ιστής est intéressante non seulement pour l’étude de la morphologie du grec ancien, mais aussi parce que des continuateurs des mots formés avec ces suffixes ainsi que des nouveaux mots, concernés par des suffixes et des procédés morphologiques comparables à ceux du grec ancien, existent encore dans les langues modernes. En effet, le latin a emprunté au grec une grande quantité de noms en ‑ισμός et ‑ιστής qui ont été adaptés morpho‑phonétiquement comme noms en ‑ismus et ‑ista, p. ex. barbarismus de βαρβαρισμός et baptista de βαπτιστής. Les lexiques techniques de plusieurs domaines, tels que celui de la religion chrétienne, celui de la médecine, etc. ont été constitués par ces noms. Les noms latins en ‑ismus et ‑ista se sont ensuite répandus comme emprunts savants dans les langues romanes et, par là, aux autres langues européennes, comme l’anglais et l’allemand. Grâce à la réanalyse des nombreux emprunts au latin, de nouvelles classes dérivationnelles se sont créées dans chaque langue : les noms en ‑isme et ‑iste en français, ‑ismo et ‑ista en italien et en espagnol, ‑ism et ‑ist en anglais, ‑ismus et ‑ist en allemand, etc. (cf. Tronci 2017). On peut même observer, du point de vue sémantique, une continuité entre les formations en ‑ισμός et ‑ιστής du grec ancien et les formations qui se sont développées dans les langues modernes, comme nous le montrerons ultérieurement.

2. Les noms en ‑ισμός et ‑ιστής : aspects morphologiques et sémantiques

  • 7 Cf. Schwyzer 1953, p. 493.

5Dans les grammaires et les études de référence, les noms qui nous occupent n’ont pas reçu d’attention spécifique7. C’est probablement dû au fait que ‑ισμός et ‑ιστής ne sont pas des suffixes primaires en grec ancien ; ils n’ont donc pas paru directement utiles pour les études comparatives. Ce sont néanmoins des suffixes très productifs, surtout à l’époque classique et hellénistique, et leur expansion a été parallèle à celle des verbes correspondants en ‑ίζω. C’est à juste titre que Chantraine (1933) met en relation la grande productivité des noms en ‑σμός (classe qui contient les noms en ‑ισμός ainsi que ceux en ‑ασμός) avec celle des verbes correspondants en ‑ζω (‑ίζω ainsi que ‑άζω) :

  • 8 Chantraine 1933, p. 135‑140.

[L]e suffixe ‑μός à l’époque historique a été productif pour former des noms d’action. […] Le suffixe ‑σμός où intervient un élargissement s a connu une plus grande fortune […]. Les dérivés en ‑σμός se sont largement développés en liaison avec les présents en ‑ζω qui ont joué un grand rôle dans la dérivation verbale du grec. […] Mais ce sont les dérivés en ‑σμός qui ont joué le rôle le plus important et qui ont fourni un nombre illimité de formations nouvelles. En particulier deux grandes catégories de substantifs en ‑ασμός et en ‑ισμός se sont constitués en liaison avec les verbes en ‑άζω et en ‑ίζω8.

6Du point de vue strictement morphologique, le découpage en morphèmes des noms en ‑ισμός et ‑ιστής n’est pas sans faille et n’aboutit pas au même résultat dans les différentes périodes, car les systèmes dérivationnels dont ces dérivés font partie ont changé de l’époque archaïque à l’époque hellénistique. Les dérivés en ‑ισμός et ‑ιστής plus anciens se sont constitués morphologiquement par adjonction des suffixes hérités ‑μός et ‑τής aux verbes construits avec le suffixe ‑ίζ(ω) : ἀγωνισ‑μός « lutte, compétition » est un nom déverbal par rapport au verbe dérivé ἀγωνίζ‑ω « je lutte, je suis en compétition » de la même façon que ἐρυγ‑μός « éructation » est un nom déverbal formé sur le verbe radical ἐρεύγ‑ομαι « j’éructe ». L’existence de couples associant un nom en ‑μός et un verbe en ‑ίζω/‑ζω (où le [ζ] s’explique par la coalescence des consonnes [γ] ou [δ] de la racine avec le morphème verbal hérité *‑y‑) a certainement facilité l’expansion du suffixe ‑μός parmi les verbes en ‑ίζω, p. ex. κλωγμός « claquement de la langue » et κλώζω (*κλωγ‑y‑ō) « je claque » ; οἰμωγμός « gémissement » et οἰμώζω (*οἰμωγ‑y‑ō) « je gémis » ; στυφελιγμός « mauvais traitement » et στυφελίζω (*στυφελιγ‑y‑ō) « je maltraite » ; συριγμός « sifflement » et συρίζω (*συριγ‑y‑ō) « je siffle ». Comme la formation de dérivés en ‑μός à partir de verbes en ‑ίζω a connu un accroissement de productivité considérable, il s’est établi une sorte d’interdépendance entre les deux processus dérivationnels : tous les verbes en ‑ίζω peuvent avoir un nom dérivé en ‑ισμός et tous les noms en ‑ισμός ont potentiellement un verbe en ‑ίζω qui leur correspond. Des considérations comparables sont valables aussi pour le rapport qui unit les verbes en ‑ίζω et les noms en ‑ιστής. Les trois processus dérivationnels font donc partie d’un réseau de formation de mots nouveaux dont les valeurs sémantiques sont liées l’une à l’autre et sont prévisibles selon la désignation de la base lexicale. À partir de noms désignant des instruments musicaux, p. ex. κύμβαλον « cymbale » ou τύμπανον « tambour », les verbes κυμβαλίζω et τυμπανίζω signifient « je joue des cymbales/du tambour », les noms κυμβαλισμός et τυμπανισμός « l’action de jouer des cymbales/du tambour », et les noms κυμβαλιστής et τυμπανιστής « joueur de cymbale/de tambour ». Avec une orientation sémantique différente, les verbes et les noms ayant comme base lexicale un ethnonyme ou un nom propre offrent des valeurs sémantiques désignant l’attitude ou l’orientation (politique, religieuse, culturelle) du peuple ou de la personne nommés par l’ethnonyme ou le nom propre : p. ex., λακωνίζω « j’imite les Lacédémoniens/je suis du parti politique des Lacédémoniens », λακωνισμός « imitation des attitudes des Lacédémoniens/attachement au parti des Lacédémoniens » et λακωνιστής « imitateur des Lacédémoniens/partisan des Lacédémoniens », à partir de l’ethnonyme Λάκων « Lacédémonien » ; φιλιππίζω « je suis du parti de Philippe de Macédoine » et φιλιππισμόν « attachement au parti de Philippe de Macédoine », à partir du nom propre Φίλιππος « Philippe (de Macédoine) ».

7Un autre aspect à discuter concerne la nature suffixale (ou non) de ‑ισμός et ‑ιστής. La relation dérivationnelle qu’ils entretiennent avec les verbes en ‑ίζω, qui permet de dégager le rapport [verbe en ‑ίζω → noms en ‑ισμός/‑ιστής] met en question l’existence des suffixes nominaux ‑ισμός/‑ιστής et laisse plutôt penser que l’on a affaire à des nominalisations par ‑μός/‑τής de la classe des verbes en ‑ίζω. Néanmoins, les noms en ‑ισμός/‑ιστής acquièrent, tout au long de l’histoire du grec ancien, une certaine autonomie morphologique et sémantique par rapport aux autres formations en ‑μός/‑τής comme l’a remarqué Chantraine (1933, p. 144) en considérant l’époque hellénistique : « [l]e vieux suffixe ‑μος n’est productif dans la κοινή que sous la forme ‑ισμός ou ‑ασμός ». Pour cette raison, nous écrirons dorénavant ‑(ισ)μός/‑(ισ)τής pour rappeler aux lecteurs que la frontière morphologique n’est pas suffisamment claire.

  • 9 Les traductions des exemples sont tirées des éditions Les Belles Lettres, avec quelques remaniemen (...)

8Venons‑en maintenant aux aspects sémantiques. En tant que nominalisations de l’action, les noms en ‑(ισ)μός montrent des valeurs « événementielles » proches de celles des verbes correspondants : « l’action de x », où x est le verbe correspondant en ‑ίζω. Le régime syntaxique des noms en ‑ισμός est comparable à celui des verbes correspondants dans plusieurs cas : le nom ἀγωνισμός « lutte, compétition » et le verbe ἀγωνίζομαι « je suis en compétition, j’entre en lice » régissent tous les deux le complément prépositionnel πρὸς ἀλλήλους dans (1a‑b) ; à l’accusatif objet direct du verbe transitif‑factitif ἀνδραποδίζω « je rends esclave » correspond le génitif objectif régi par le nom ἀνδραποδισμός « l’action de rendre esclave » dans (2a‑b)9 :

(1)  a.  πολλὴ μὲν γὰρ ἑκατέροις προθυμία ἀπὸ τῶν ναυτῶν ἐς τὸ ἐπιπλεῖν ὁπότε κελευσθείη ἐγίγνετο, πολλὴ δὲ ἡ ἀντιτέχνησις τῶν κυβερνητῶν καὶ ἀγωνισμὸς πρὸς ἀλλήλους (Thc. 7, 70).

Grande était, des deux côtés, l’ardeur des matelots pour se porter en avant au premier signal ; grande l’opposition de manœuvre à manœuvre de la part des pilotes et la rivalité des uns contre les autres

   b.  ἀλλ᾽ ἀθροισθέντων τῶν Ἑλλήνων ἐγγενέσθαι τοῖς μὲν ἐπιδείξασθαι τὰς αὑτῶν εὐτυχίας, τοῖς δὲ θεάσασθαι τούτους πρὸς ἀλλήλους ἀγωνιζομένους (Isocr. Pan. 44).

[le lieu] où, devant les Grecs assemblés, les uns étalent avec orgueil les avantages dont ils sont doués, tandis que les autres contemplent le spectacle de leurs rivalités (lit. « les autres contemplent que ceux‑ci rivalisent les uns contre les autres »).

(2)  a.  καὶ τόν τε Μηλίων ἀνδραποδισμὸν καὶ τὸν Σκιωναίων ὄλεθρον ἐν τούτοις τοῖς λόγοις ἡμῖν προφέρουσιν (Isocr. Pan. 100).

[Mais il y a des hommes qui] nous reprochent, à cette occasion, l’esclavage des Méliens et la destruction des Scionéens.

      b.  οἱδὲ ἀπέκτειναν Μηλίων ὅσους ἡβῶντας ἔλαβον, παῖδας δὲ καὶ γυναῖκας ἠνδραπόδισαν (Thc. 5, 116).

Ceux‑ci massacrèrent tous les adultes et réduisirent en esclavage les femmes et les enfants

  • 10 Un cas éclairant à cet égard est celui des deux noms ξενισμός : 1. « réception d’un étranger » (Pl (...)
  • 11 Dans les approches générativistes (cf., entre autres, Alexiadou, Haegeman, Stavrou 2007, p. 495‑54 (...)
  • 12 Cf., entre autres, Comrie, Thompson 1985 ; Booij 1992 ; voir Bruno 2000 pour une description des d (...)

9L’existence de noms en ‑ισμός à valeur sémantique stative10 amène à repenser la classification comme nominalisations « de l’action » et à préférer celle de nominalisations « du prédicat »11, qui est devenue courante dans les études d’orientation typologique et fonctionnelle12. Les nominalisations du prédicat correspondent grosso modo aux noms d’action et aux noms d’état de la classification traditionnelle. Elles s’opposent aux nominalisations des arguments qui sont centrées : (a) sur le sujet ou argument externe (noms d’agent), (b) sur l’objet direct (nomina rei actae ou noms de résultat), (c) sur une fonction oblique, p. ex. l’instrument (noms d’instrument). Ce seront les dénominations employées dorénavant.

10Avant de passer à la discussion des données de nos corpus, nous donnons quelques chiffres concernant la productivité des noms en ‑(ισ)μός et ‑(ισ)τής. Buck et Petersen (1945) énumèrent à peu près 860 formes en ‑(ισ)μός et 570 formes en ‑(ισ)τής. À la différence des verbes en ‑ίζω qui sont productifs déjà à l’époque homérique, l’expansion lexicale des noms qui nous occupent commence à l’époque classique et atteint des chiffres considérables à l’époque hellénistique. Ce sont surtout les domaines des langues techniques, plus précisément celui de la médecine et celui de la religion chrétienne (voir 5), qui cumulent de nombreux néologismes formés avec les suffixes ‑(ισ)μός et ‑(ισ)τής (à côté de ‑ίζω), p. ex. βαπτισμός « action de baptiser, baptême » et βαπτιστής « celui qui baptise, baptiste » à côté de βαπτίζω « j’immerge pour le baptême, je baptise » ; σκανδαλισμός « action de faire scandale » à côté de σκανδαλίζω « je cause du scandale, je scandalise » ; εὐαγγελιστής « qui apporte une bonne nouvelle, évangeliste » à côté de εὐαγγελίζω « j’annonce une bonne nouvelle ».

3. L’époque archaïque

  • 13 De même, seuls deux noms neutres en ‑σμα sont attestés dans les poèmes homériques : ἔρισμα « quere (...)
  • 14 Nous citons Hésychios d’après les éditions de Hansen et Cunningham (2009).
  • 15 D’autres noms en ‑(ισ)μός sont attestés dans des fragments des philosophes présocratiques, cités p (...)

11Dans les textes homériques, il n’y a pas de véritables noms en ‑(ισ)μός ; seuls deux noms en ‑σμός sont attestés, à savoir κλισμός « chaise ; inclinaison (= ἔγκλισις chez Aristote) » et ἀφλοισμός « écume »13. Le premier est formé sur le verbe κλίνω au moyen du « suffixe de nom d’action ‑σμός de sens volontiers concret » (DELG, s.v. κλίνω). Le deuxième ἀφλοισμός « écume » est donné comme variante étolienne de ἀφρός par les Scholies et, selon Chantraine (DELG, s.v. ἀφλοισμός), est en relation avec le verbe φλιδάω « je suis bouffi (de graisse), je suis enflé (d’humeurs putrides) », qui est connu surtout par les gloses d’Hésychios « ἔφλιδεν· διέρρεεν, ἐρρήγνυεν » (ε 7503) et « φλιδάνει· διαπίπτει, διαρρεῖ » (φ 613)14. Chez Hésiode est attesté le seul nom en ‑ισμός de la période archaïque : il s’agit de ὀαρισμός « babillage amoureux » (Hés. O. 789) qui correspond sémantiquement au nom ὀαριστύς attesté dans trois passages de l’Iliade (Il. 13, 291 ; 14, 216 ; 17, 228)15. Plusieurs noms en ‑(ισ)τής sont en revanche attestés dans les poèmes homériques et chez Hésiode : ils sont tous en relation avec des verbes en ‑ίζω et peuvent donc être analysés du point de vue morphologique comme des dérivés de verbes en ‑ίζω à suffixe ‑τής. Ils sont souvent associés à des noms d’action en ‑τύς, comme le montre la table 1 suivante (en gris les noms qui présentent un suffixe ‑(ι)στής sans avoir aucun verbe correspondant en ‑ίζω) :

Tabl. 1 – Correspondances entre noms d’agent en ‑(ισ)τής, noms d’action en ‑τύς et verbes en ‑ίζω à l’époque archaïque.

Noms en ‑τής Noms en ‑τύς Verbes en ‑ίζω Bases lexicales
ἀκοντιστής (Hom.) « lanceur de javelots » ἀκοντιστύς (Hom.) « lancement du javelot » ἀκοντίζω « je lance des javelots » ἄκων, ἄκοντος « javelot »
κεραϊστής (Hom.) « destructeur » κεραΐζω « je détruis, je ravage »
κιθαριστής (Hom., Hés.) « joueur de cithare » κιθαριστύς (Hom.) « art de jouer de la cithare » κιθαρίζω « je joue de la cithare » 1. κίθαρις, ‑εως 2. κιθάρα « cithare »
ληϊστής (Hom.) « brigand, pirate » ληϊστύς (Hom.) « pillage » ληΐζομαι « j’emmène comme butin, je pille (un pays/peuple) » 1. ληΐς, ληΐδος 2. λεία/ληΐη « butin »
ὀαριστής (Hom.) « confident » ὀαριστύς « rencontre amoureuse » ὀαρίζω « je converse intimement » ὄαρ, ὄαρος « épouse, femme »
οἰωνιστής (Hom., Hés.) « interprète du vol des oiseaux » οἰωνίζομαι « j’observe le vol des oiseaux, je prédis » οἰωνός « grand oiseau de proie, présage »
παλαιστής (Hom.) « lutteur » παλαίω « je lutte » ? πάλη « lutte »
πολεμιστής (Hom., Hés.) « guerrier, combattant » πολεμίζω « je combats, je fais la guerre » πόλεμος « combat, guerre »
(θυμο‑)°ραϊστής (Hom.) « qui détruit (la vie) » ῥαίω « je brise, je détruis »
ὑβριστής (Hom., Hés.) « violent, brutal » ὑβρίζω « je commets des violences » ὕβρις, ὕβριος « violence »

12De la dizaine de noms en ‑(ισ)τής attestés à l’époque archaïque, huit sont en rapport avec des verbes en ‑ίζω et deux (παλαιστής et °ῥαϊστής) présentent un suffixe ‑τής élargi par ‑σ‑ (‑στής) qui ressemble formellement à ‑ιστής. L’existence de ces derniers noms ayant la même valeur sémantique agentive que les autres noms mais sans aucun rapport paradigmatique avec des verbes en ‑ίζω, a probablement joué un rôle dans le processus de création du suffixe ‑ιστής et de sa prise d’autonomie par rapport aux verbes en ‑ίζω.

  • 16 Benveniste 1935, p. 71.
  • 17 Benveniste 1948, p. 73.

13Venons maintenant à la relation avec les noms d’action en ‑τύς, qui étaient productifs à l’époque homérique en tant que noms d’action : « ils mettent en évidence le procès même, non son résultat, et sont très proches de l’infinitif »16. Ils disparaissent tout de suite de la langue de la prose : « Platon seul en donne un exemple, unique […] : σωφρονιστύς est la “disposition à s’amender” […]. Pour la forme, il est en liaison avec σωφρονιστής »17. Dans plusieurs cas, les noms d’action en ‑τύς ont été remplacés par des nominalisations en ‑(ισ)μός selon le modèle dérivationnel [verbe en ‑ίζω ↔ nom d’agent en ‑(ισ)τής ↔ nom d’action en ‑(ισ)μός] qui devient régulier à l’époque classique. Les noms ἀκοντιστύς « lancement du javelot », κιθαριστύς « art de jouer de la cithare », ληϊστύς « pillage » et ὀαριστύς « rencontre amoureuse » sont remplacés respectivement par ἀκοντισμός « tir au javelot », κιθαρισμός « action de jouer de la cithare », la forme non attestée *ληισμός, présupposée par la glose « ληισμαδία· αἰχμάλωτος λεληισμένη » (Hsch. λ 832), et ὀαρισμός « babillage amoureux » déjà mentionné et attesté chez Hésiode (Op. 789). D’autres noms en ‑(ισ)μός corradicaux des noms en ‑(ισ)τής de la table 1 ont été créés plus tard : κεραϊσμός « destruction », οἰωνισμός « recours aux augures » et ὑβρισμός « outrage, acte de violence ». La prolifération des suffixes dérivationnels a produit des duplications telles que ἀκόντισις ~ ἀκοντισμός « tir au javelot », κιθάρισις ~ κιθαρισμός « action de jouer de la cithare », οἰώνισις ~ ἰωνισμός « recours aux augures » qui sont bien connues dans l’histoire de la langue grecque (voir 4).

  • 18 Leukart 1994, p. 133.
  • 19 Sur les noms en ‑τήρ cf. aussi Benveniste 1948, p. 34‑44.

14Contrairement aux noms en ‑(ισ)μός, ceux en ‑(ισ)τής sont bien attestés à l’époque archaïque. Leur histoire est bien connue depuis l’étude de Fraenkel (1910‑1912) : « Fraenkel zeigte nun, daß ‑της ursprünglich einerseits nur bei den komponierten Nomina agentis, anderseits nur bei den denominalen Simplizia vorkommt, wogegen die deverbalen Simplizia (Nomina agentis) ursprünglich mit ‑τήρ/‑τωρ gebildet wurden »18. La concurrence avec les noms en ‑(ισ)τήρ concerne aussi les noms en ‑(ισ)τής de notre corpus : à côté de ἀκοντιστής, le pluriel ἀκοντιστῆρες de ἀκοντιστήρ est attesté chez Euripide (Ph. 142) ; à côté de πολεμιστής une forme *πολεμιστήρ est présupposée par l’adjectif πολεμιστήριος « de combat » (épithète de chevaux, d’armes) ; la forme ὑβριστήρ « violent, brutal » est attestée dans des œuvres épiques tardives (les Cynégétiques d’Oppien d’Apamée et les Dionysiaques de Nonnos de Panopolis) ; enfin le nom d’agent ληϊστήρ « brigand, pirate » est attesté plus fréquemment que ληϊστής dans les œuvres homériques19.

15La classe de noms en ‑(ισ)τής est polysémique à l’époque homérique, incluant à la fois de véritables nominalisations agentives – c’est le cas de πολεμιστής « combattant, guerrier » qui désigne une fonction militaire et est employé comme un véritable nom (3a) – et des nominalisations à bas degré d’agentivité, comme ὑβριστής « violent, brutal », qui désigne une qualité et qui est employé comme épithète (3b) :

(3)  a.  Γλαῦκε πέπον πολεμιστὰ μετ᾽ ἀνδράσι νῦν σε μάλα χρὴ / αἰχμητήν τ᾽ ἔμεναι καὶ θαρσαλέον πολεμιστήν (Il. 16, 492‑493).

Glaucos, doux ami, toi qui es entre tous un guerrier, c’est bien maintenant, si jamais, qu’il te faut être un combattant, un guerrier intrépide.

      b.  οἷον δὴ ἄνδρεσσι χαρίζεαι ὑβριστῇσι / Τρωσίν, τῶν μένος αἰὲν ἀτάσθαλον, οὐδὲ δύνανται / φυλόπιδος κορέσασθαι ὁμοιΐου πτολέμοιο (Il. 13, 633‑635).

Quelle étrange complaisance réserves‑tu donc alors aux hommes de démesure, à ces Troyens dont les envies ne sont que des folies et que jamais on ne voit las de la mêlée de guerre qui n’épargne personne.

16La nature plus ou moins agentive des dérivés en ‑(ισ)τής dépend évidemment de différences sémantiques et syntaxiques concernant les verbes correspondants en ‑ίζω. Sémantiquement, πολεμίζω exprime une action, alors que ὑβρίζω fait référence à un événement psychologique ; leurs sujets sont différents : un « agent » dans le premier cas, un « expérient » dans le deuxième. Même la syntaxe montre cette différence : les occurrences de ὑβρίζω ne constituent qu’une seule fois (Od. 18, 381) le noyau verbal de la phrase, le verbe étant employé comme expansion participiale du groupe nominal 7 fois sur 8 (Il. 11, 695 ; Od. 1, 227 ; 3, 207 ; 17, 245 ; 17, 588 ; 20, 170 ; 20, 370). Au contraire, πολεμίζω est attesté seulement 4 fois au participe sur 52 occurrences totales. La dénomination sémantiquement neutre de nominalisation de l’argument externe se prête bien à décrire les deux cas (voir 2) : quelle que soit la nature sémantique de l’argument externe du verbe (agent, expérient, thème, etc.), la dérivation par le suffixe ‑(ισ)τής donnera lieu à un nom désignant cet argument. Cela n’empêche pas que la nature sémantique plus ou moins agentive de l’argument externe et, par conséquent, de la nominalisation n’influence l’emploi syntaxique de la nominalisation même, comme nom (de métier, de fonction, etc. : πολεμιστής [3a]) ou comme adjectif (épithète : ὑβριστής [3b]).

17En conclusion, le système de la dérivation nominale est encore très variable et indéterminé à l’époque archaïque. Plusieurs suffixes nominaux sont en compétition entre eux, sans qu’il y ait de véritables différences sémantiques et distributionnelles. En ce qui concerne les suffixes étudiés ici, ‑(ισ)μός est encore absent, alors que ‑(ισ)τής est déjà attesté comme dérivation par le suffixe ‑τής à partir de bases verbales en ‑ίζω. Les données homériques montrent cependant que la situation est encore fluide, la dérivation par ‑(ισ)τής étant une possibilité parmi d’autres, ‑(ισ)τήρ p. ex., pour former des nominalisations de l’argument externe.

4. L’époque classique

  • 20 Selon le témoignage d’Athénée, le nom καλαθισμός est employé par Eschyle dans une tragédie perdue (...)

18Les données de l’époque classique offrent un cadre complètement différent par rapport à celui de l’époque archaïque. Considérons tout d’abord les chiffres : nous avons inventorié 68 lexèmes en ‑(ισ)μός et 53 lexèmes en ‑(ισ)τής. Les lexèmes en ‑(ισ)μός sont plus nombreux que ceux en ‑(ισ)τής : une situation comparable concerne aussi les données de l’époque hellénistique, comme nous le verrons ensuite. Le rapport dérivationnel avec les verbes en ‑ίζω est bien évident : presque tous les noms en ‑(ισ)μός ainsi que ceux en ‑(ισ)τής ont un verbe en ‑ίζω dans leurs relations paradigmatiques, à l’exception de (a) καλαθισμός, nom d’une danse, κλισμός « chaise » et σεισμός « tremblement », qui ne sont pas de véritables noms en ‑(ισ)μός20 ; (b) le nom homérique παλαιστής « lutteur » et (c) les noms composés δημοχαριστής « courtisan du peuple », μεριμνοφροντιστής « qui pense finement », μετεωροσοφιστής « sophiste de l’astrologie », πετροκυλιστής « qui roule le rocher » et φιλοχρηματιστής « qui aime à thésauriser », qui sont des créations ad hoc et dont on discutera ci‑dessous.

19La liste des noms en ‑(ισ)μός et en ‑(ισ)τής de l’époque classique est donnée dans l’annexe 1 : les noms sont cités par ordre alphabétique, avec indication des auteurs chez qui ils sont attestés. Du fait que notre recherche concerne les lexèmes et non la fréquence des tokens, nous donnons dans la table 2 les chiffres concernant le nombre de lexèmes employés par les différents auteurs :

Tabl. 2 – Lexèmes en ‑(ισ)μός et ‑(ισ)τής par auteur à l’époque classique.

Eschl. Soph. Eur. Hdt. Thc. Xén. Ar. Lys. Isocr. Eschn. Dém. Plat.
68 lexèmes en ‑(ισ)μός 12 2 6 4 16 14 8 1 8 4 16 22
53 lexèmes en ‑(ισ)τής 7 7 14 5 6 13 11 6 10 6 18 18

20La distribution de ces noms dans les textes est variable. Certains noms sont attestés chez un seul auteur, p. ex. ἀγωνισμός « lutte, combat » (Thc.), αἰκισμός « l’acte de maltraiter, tourment » (Dém.), ἀκοντισμός « tir au javelot » (Xén.), λακωνισμός « comportement favorable aux Lacédémoniens » (Isocr.), βαδισμός « marche » (Plat.), ἀπολακτισμός « action de repousser avec violence » (Eschl.), κτενισμός « action de peigner » (Eur.), alors que d’autres sont plus répandus, p. ex. σεισμός « tremblement » (Soph., Eur., Hdt., Thc., Xén., Ar., Dém., Plat.), μηδισμός « adhésion au parti des Perses » (Hdt., Thc., Isocr., Dém.), φενακισμός « fourberie » (Ar., Isocr., Dém.), χρηματισμός « bénéfice » (Xén., Isocr., Dém., Plat.). Cette constatation est valable aussi pour les noms en ‑(ισ)τής.

  • 21 Cf. Chantraine 1933, p. 144.

21La présence de noms en ‑(ισ)μός dans les textes en prose n’est pas surprenante : il s’agit de mots bien installés dans le vocabulaire, qui ont chaque fois plusieurs occurrences et qui font partie du lexique juridique et philosophique (p. ex. διαλογισμός « calcul, raisonnement, conversation », προπηλακισμός « outrage ») ou de la narration historique (ἀκροβολισμός « engagement à distance, escarmouche », ἐπιτειχισμός « remparts », μηδισμός « adhésion au parti des Perses », ὠθισμός « cohue, mêlée du combat »). Ce qui surprend est le grand nombre de noms en ‑(ισ)μός attestés dans les œuvres d’Eschyle (12 lexèmes), surtout si on compare avec les deux autres Tragiques (2 lexèmes chez Sophocle et 6 chez Euripide). Ce grand nombre contraste avec l’idée reçue selon laquelle les Tragiques n’emploient pas de noms en ‑(ισ)μός21. Les noms attestés chez Eschyle sont des hapax qui n’ont aucune autre attestation à la même époque et qui réapparaissent parfois à des époques plus tardives. Ce sont probablement des « inventions » poétiques, créées dans des buts stylistiques, p. ex. la figura etymologica dans la tournure ὕβριζ’ ὑβρισμούς « fais outrage (par) des outrages ! » (frg. 179 de l’édition de Radt 1985), ou pour obtenir des effets phonético‑symboliques, comme c’est le cas pour le néologisme ὁπλισμός « armement, l’action de s’armer » qui rime en fin de vers avec l’adjectif λογχίμους « concernant les lances » du vers précédent (4) :

(4)  λιποῦσα δ᾽ ἀστοῖσιν ἀσπίστοράς / τε καὶ κλόνους λογχίμους / ναυβάτας θ᾽ ὁπλισμούς, / ἄγουσά τ᾽ ἀντίφερνον Ἰλίῳ φθορὰν / βέβακεν ῥίμφα διὰ / πυλᾶν ἄτλητα τλᾶσα (Eschl. Ag. 403‑408).

Elle, à son pays, elle laisse le bruit des boucliers et des lances, l’armement des vaisseaux ; à Ilion, elle porte la ruine pour dot. Légère, elle s’est échappée par les portes [d’Argos] ; elle a osé ce qu’on n’osa jamais.

22Les verbes ὑβρίζω et ὁπλίζω dont dérivent les noms ὑβρισμός et ὁπλισμός sont attestés depuis Homère, comme ὑβριστής « violent, brutal », qui se trouve lui aussi chez Eschyle, en fonction d’épithète : […] ἀρσενοπληθῆ δ᾽ / ἑσμὸν ὑβριστὴν Αἰγυπτογενῆ « […] essaim insolent plein d’hommes issus d’Égyptos » (Suppl. 30‑31), et comme nom propre d’un fleuve : ἥξεις δ᾽ Ὑβριστὴν ποταμὸν οὐ ψευδώνυμον « tu arriveras aux bords de l’Hybristès, ce fleuve digne de son nom » (Prom. 717).

23La productivité que l’on a évoquée chez Eschyle est comparable à celle que l’on retrouve chez Aristophane. Dans les Nuées, on trouve deux noms composés en ‑(ισ)τής : μεριμνοφροντιστής « qui pense finement » (lit. « qui médite ses pensées ») en (5a) et μετεωροσοφιστής « sophiste de l’astrologie » en (6a), qui sont bâtis sur les noms simples φροντιστής et σοφιστής. Il s’agit de formes ad hoc, créées à des fins comiques à partir probablement des passages des Nuées en (5b) et (6b) où des mots des mêmes champs sémantiques sont attestés avec des rapports de coordination (φροντίσι καὶ μερίμναις) ou de dépendance (σοφὸν περὶ τῶν μετεώρων) :

(5)  a.  οὐκ οἶδ᾽ ἀκριβῶς τοὔνομα· / μεριμνοφροντισταὶ καλοί τε κἀγαθοί (Ar. Nub. 100‑101).

Je ne sais pas exactement leur nom. Ce sont de profonds penseurs, beaux et bons.

       b.  νῦν δείξετον τὼ πισύνω τοῖς περιδεξίοισι λόγοισι καὶ φροντίσι καὶ γνωμοτύποις μερίμναις, / ὁπότερος αὐτοῖν λέγων ἀμείνων φανήσεται (Ar. Nub. 951‑953).

Maintenant, que les rivaux, confiants dans leurs procédés oratoires, dans leurs pensées, dans leurs réflexions sentencieuses, montrent lequel des deux paraîtra le plus fort dans l’art de parler.

(6)  a.  οὐ γὰρ ἂν ἄλλῳ γ᾽ ὑπακούσαιμεν τῶν νῦν μετεωροσοφιστῶν / πλὴν ἢ Προδίκῳ, τῷ μὲν σοφίας καὶ γνώμης οὕνεκα, […] (Ar. Nub. 360‑361).

Car nous ne prêtons l’oreille à aucun des sophistes égarés dans les nuages, si ce n’est à Prodicos, à cause de sa sagesse et de son bon sens, […]. 

      b.  ἄγεν υν ὅπως, ὅταν τι προβάλλω σοι σοφὸν / περὶ τῶν μετεώρων, εὐθέως ὑφαρπάσει (Ar. Nub. 489‑490).

Voyons maintenant ; quand je te laisserai quelque sage pensée au sujet des phénomènes célestes, saisis‑la vite. 

  • 22 Cf. Risch 1974, p. 31‑38, auquel nous renvoyons aussi pour la discussion de l’accent.

24Il en va de même pour le nom composé πετροκυλιστής « qui roule le rocher », qui apparaît dans plusieurs fragments d’Eschyle comme épithète de Sisyphe. Dans ce cas, cependant, le nom simple *κυλιστής n’est pas attesté et la création du nom composé s’explique par le modèle d’autres composés déterminatifs à second membre régissant en ‑της/‑τής (p. ex. les composés homériques ἀγκυλομήτης, ἀστεροπητής, ἐμπυριβήτης, εὐρυβάτης, ὑψιβρεμέτης, ὑψιπέτης, et les noms propres Βελλεροφόντης, Φιλοκτήτης, etc.)22.

  • 23 « Komposita mit verbalem Vorderglied » selon Risch 1974, p. 193.

25Parmi les mots composés en ‑(ισ)τής, il faut discuter enfin φιλοχρηματιστής « qui aime à thésauriser », néologisme qui a été créé par Platon et qui fait partie de la famille de mots qui comprend le verbe φιλοχρηματέω « j’aime l’argent, je suis cupide », le nom abstrait φιλοχρηματία « amour de l’argent », l’adjectif φιλοχρήματος « qui aime l’argent, cupide » et l’adverbe φιλοχρημάτως « par amour de l’argent, avec avarice ». La tête de ces composés est le premier membre φιλο°. La base lexicale commune aux seconds membres de ces composés, à savoir χρήματ‑(α), dépend du premier membre23. La catégorisation lexicale comme verbe, nom, adjectif, adverbe se fait par les suffixes ‑έω, ‑ία, ‑ος, ‑ως (et ‑(ισ)τής bien sûr) et est probablement un processus secondaire, qui se produit contextuellement. L’exemple de φιλοχρηματιστής est à cet égard instructif :

(7)  ’Αντὶ δὴ ϕιλονίκων καὶ ϕιλοτίμων ἀνδρῶν ϕιλοχρηματισταὶ καὶ ϕιλοχρήματοι τελευτῶντες ἐγένοντο, καὶ τὸν μὲν πλούσιον ἐπαινοῦσίν τε καὶ θαυμάζουσι καὶ εἰς τὰς ἀρχὰς ἄγουσι, τὸν δὲ πένητα ἀτιμάζουσι (Plat. Rsp. 551a).

Ainsi, d’amoureux qu’ils étaient de la victoire et des honneurs, les citoyens finissent par devenir avares et cupides ; ils louent le riche, l’admirent, et le portent au pouvoir, et ils méprisent le pauvre.

  • 24 Cf. Debrunner 1917, p. 38 et 47.

26Dans ce passage le néologisme est coordonné à l’adjectif ϕιλοχρήματοι dont il partage grosso modo le sens (dans la traduction française on trouve deux synonymes : avares et cupides). Quelle est alors la valeur de ce néologisme ? L’adjectif ϕιλοχρήματοι n’était‑il pas suffisant ? Tous les deux sont des composés à premier membre ϕιλο° mais les rapports entre les deux membres des composés ne sont pas comparables : ϕιλοχρήματος appartient à la classe des verbale Rektionskomposita à premier membre ϕιλο°24, tandis que φιλοχρηματιστής ne le semble pas. La différence formelle entre les deux est portée par le suffixe ‑(ισ)τής qui est le signe à la fois d’une nominalisation du sujet et d’un procès verbal. Effectivement, le correspondant simple χρηματιστής est fréquent dans la prose classique (p. ex. Plat. 1Alc. 131c) pour désigner un homme d’affaire, quelqu’un qui s’occupe d’affaires : ὃς χρηματίζεται. Toutefois, le nom φιλοχρηματιστής ne peut pas être analysé comme une nominalisation du sujet à partir d’un verbe en ‑ίζω car *φιλοχρηματίζω n’est pas attesté. Même si le manque d’attestation n’implique pas l’inexistence de la forme, notre analyse se bornera aux données effectives. Les traductions de φιλοχρηματιστής données par les dictionnaires (« fond of money‑making » chez LSJ, ὃς φιλεῖ χρηματίζεσθαι « qui aime à thésauriser » chez Bailly 2000) montrent que le suffixe ‑(ισ)τής porte sur l’ensemble du composé et que ce suffixe a acquis un certain degré d’autonomisation par rapport au verbe, impliquant par soi‑même la valeur du procès verbal. Il faut prendre en compte aussi la valeur paradigmatique du suffixe ‑(ισ)τής qui désigne couramment des métiers. Si donc l’adjectif ϕιλοχρήματοι désigne ceux qui génériquement aiment l’argent (sans référence à une action verbale), le nom ϕιλοχρηματισταί fait référence, par le suffixe ‑(ισ)τής, à ceux qui par métier aiment les affaires qui apportent de l’argent (référence sensible à un procès verbal). L’opposition entre les deux mots composés corradicaux se joue donc sur le plan des rapports paradigmatiques associés au suffixe ‑(ισ)τής.

27L’emploi du suffixe ‑(ισ)τής pour former des noms de métiers est fréquent à l’époque classique, comme le montrent les exemples suivants :

(8)  a.  πολλοὶ μὲν γὰρ ὁπλῖται ἔνεισι καὶ τοξόται καὶ ἀκοντισταί (Thc. 6, 20, 4).

Il y avait un grand nombre d’hoplites, d’archers et de gens de trait.

      b.  καὶ ταῦτ᾽ ἔλεγε καὶ παρὰ τοῦ ὑπασπιστοῦ λαβὼν τὴν ἀσπίδα ἐν χώρᾳ αὐτοῦ μαχόμενος ἀποθνῄσκει (Xén. Hell. 4, 8, 39).

À ces mots, il prend son bouclier des mains de son écuyer et tombe sur la place en combattant.

      c.  οἴκτιρε δ᾽, ὦναξ, παῖδα τὸν σόν, εἰ νέας / τροφῆς στερηθεὶς σοῦ διοίσεται μόνος / ὑπ᾽ ὀρφανιστῶν μὴ φίλων, ὅσον κακὸν / κείνῳ τε κἀμοὶ τοῦθ᾽, ὅταν θάνῃς, νεμεῖς (Soph. Aj. 510‑513).

Prends aussi pitié de ton fils ; si, privé de l’éducation de sa jeunesse où ta mort le laissera, il est dans l’abandon, livré à des tuteurs ennemis, songe quelle misère tu nous prépares à tous deux, en mourant. 

28Considérons maintenant plus en détail les noms en ‑(ισ)μός de l’époque classique. Le fait que l’on ait affaire à des nominalisations du prédicat qui gardent la valeur événementielle du procès verbal est bien évident dans les occurrences suivantes, où le nom en ‑(ισ)μός est le sujet d’une phrase à verbe γίγνομαι (9a‑c) ou, plus rarement, εἰμί et ses composés (9d‑e) :

(9)  a.  ’Εγένετο δὲ καὶ περὶ τῶν σταυρῶν ἀκροβολισμὸς ἐν τῷ λιμένι (Thc. 7, 25, 5).

Une escarmouche eut lieu dans le Grand Port, au sujet des pilotis.

      b.  ῝Ως δὲ καὶ ἢν σεισμὸς γένηται, ἤν τε θέρεος ἤν τε χειμῶνος, ἐν τῇ Σκυθικῇ τέρας νενόμισται (Hdt. 4, 28).

Et même si un tremblement de terre arrive en Scythie, soit en été, soit en hiver, c’est un prodige qui répand la terreur.

    c.  καὶ ὑπὲρ τοῦ νεκροῦ τοῦ Λεωνίδεω Περσέων τε καὶ Λακεδαιμονίων ὠθισμὸς ἐγίνετο πολλός (Hdt. 7, 225).

Il y eut un combat très violent sur le corps de Léonidas de la part des Perses et des Lacédémoniens.

      d.  σκέψασθε δή, τί τούτων ὑπάρχει Δημοσθένει· ὁ δὲ λογισμὸς ἔστω ἐπὶ πᾶσι δικαίοις (Eschn. Ctés. 170, 11).

Examinez maintenant quelles sont les qualités de Démosthène ; que l’examen se fasse avec la plus grande équité.

      e.  χρηματισμὸς γὰρ οὔτ’ ἔνεστιν σφόδρα ἐν τῇ τοιαύτῃ κατασκευῇ (Plat. Leg. 741e).

En effet, la passion de s’enrichir va mal avec une pareille disposition.

29Dans ces occurrences, le verbe joue la fonction syntaxique de support par rapport au procès exprimé par le nom en ‑(ισ)μός qui occupe la position de sujet de la phrase.

  • 25 Les noms primaires en ‑μα ont fait l’objet de l’étude de Bruno (2003) qui, comparant les données d (...)
  • 26 Les noms sont les suivants : ἀγωνισμός (ἀγώνισις, ἀγώνισμα), αἰκισμός (αἴκισμα), ἀκοντισμός (ἀκόντ (...)

30Un autre aspect à discuter est le rapport avec les autres nominalisations de l’action, plus particulièrement les noms neutres en ‑(ισ)μα25 et les noms féminins en ‑(ι)σις, qui sont tirés eux‑aussi des verbes en ‑ίζω. À côté des 68 noms en ‑(ισ)μός sont attestés, à l’époque classique, 14 noms en ‑(ισ)μα et 14 noms en ‑(ι)σις : 6 noms en ‑(ισ)μός sont accompagnés de deux dérivés formés sur la même base, respectivement en ‑(ισ)μα et en ‑(ι)σις ; 8 sont accompagnés seulement du dérivé en ‑(ισ)μα et 8 seulement du dérivé en ‑(ι)σις26. Concernant la valeur sémantique du suffixe et par conséquent le positionnement relatif des noms dérivés dans le système dérivationnel du grec classique, il apparaît que les noms en ‑(ισ)μα sont généralement des nominalisations du résultat du procès et, en tant que telles, sont en distribution complémentaire avec les noms en ‑(ισ)μός dont la valeur événementielle est plus évidente, comme le montrent les couples en (10) et (11), tirés l’un de la prose, l’autre du théâtre :

(10)  a.  εἰ δύναιντο κρατῆσαι Ἀθηναίων τε καὶ τῶν ξυμμάχων καὶ κατὰ γῆν καὶ κατὰ θάλασσαν, καλὸν σφίσιν ἐς τοὺς Ἕλληνας τὸ ἀγώνισμα φανεῖσθαι (Thc. 7, 56).

[Ils estimaient] qu’au cas où ils seraient vainqueurs des Athéniens et de leurs alliés sur terre et sur mer, le résultat de la lutte paraîtrait magnifique aux yeux des Grecs.

      b.  πολλὴ μὲν γὰρ ἑκατέροις προθυμία ἀπὸ τῶν ναυτῶν ἐς τὸ ἐπιπλεῖν ὁπότε κελευσθείη ἐγίγνετο, πολλὴ δὲ ἡ ἀντιτέχνησις τῶν κυβερνητῶν καὶ ἀγωνισμὸς πρὸς ἀλλήλους (Thc. 7, 70, 3).

Des deux côtés, les matelots étaient pleins d’ardeur pour se porter en avant au premier signal ; les pilotes opposaient manœuvre à manœuvre et rivalisaient de zèle (lit. « [grand était] la rivalité des uns contre les autres »).

(11)  a.  ἢν δ’ ἐς λόγους τε καὶ τὰ τῶνδ’ οἰκτίσματα / βλέψας πεπανθῇς […] (Eur. Her. 158‑159).

Mais si tu te laisses toucher à leurs discours et à leurs prières […].

  • 27 Le texte grec est celui de l’édition de D. Page publiée à Oxford en 1972.

    b.  οὔτοι δόμοισι τοῖσδε χρίμπτεσθαι πρέπει, / ἀλλ’ οὗ καρανιστῆρες ὀϕθαλμωρύχοι / δίκαι σϕαγαί τε, σπέρματός τ’ ἀποϕθορᾷ / παίδων κακοῦται χλοῦνις, ἠδ’ ἀκρωνίαι / λευσμοί τε, καὶ μύζουσιν οἰκτισμὸν πολὺν / ὑπὸ ῥάχιν παγέντες […] (Eschl. Eum. 185‑190)27.

Il ne vous convient pas d’approcher de cette demeure, mais il vous faut aller là où l’on coupe les têtes, où l’on crève les yeux, où sont les tortures, les supplices, où l’on retranche les organes de la génération, où les lapidés et les empalés gémissent ! […] (lit. « ils murmurent un grand gémissement, ceux qui sont empalés par le dos »).

31Les noms neutres en ‑(ισ)μα sont de vrais noms de l’objet, comme le montre aussi leur emploi avec l’article. En revanche les noms en ‑(ισ)μός désignent la prédication même : dans (10b) le nom ἀγωνισμός est le sujet d’une phrase désignant un événement, comme celles que nous avons décrites en (9) ci‑dessus, alors que dans (12b) la forme οἰκτισμόν est une sorte d’objet interne (cognate object) par rapport au verbe μύζουσιν qui le régit, littéralement « ils murmurent un grand gémissement ».

32Par rapport aux noms en ‑(ι)σις, les choses vont différemment. Il est bien connu que la dérivation par le suffixe ‑σις est productive en grec ancien (cf. Bruno 2000) à partir de tout type de base verbale, y compris les verbes en ‑ίζω. Par le suffixe ‑σις se forment des noms d’action (ou plutôt des nominalisations du prédicat), de la même manière que par le suffixe ‑(ισ)μός. Quelle est alors la différence entre ces deux groupes de dérivés ? Si les noms en ‑(ισ)μός sont une innovation du grec posthomérique, comme nous l’avons déjà remarqué, les noms en ‑σις sont anciens : aux formations héritées de l’indo‑européen, s’ajoutent, à l’époque homérique et à l’époque classique, de nombreux néologismes dont les noms de notre corpus (14 lexèmes) ne constituent qu’une petite partie. La distribution des noms en ‑(ισ)μός et ‑(ι)σις formés sur la même racine est lexicalement variable. Certains d’eux se trouvent chez le même auteur : κατοίκισις et κατοικισμός ; προπηλάκισις et προπηλακισμός ; d’autres sont attestés chez des auteurs différents : οἴκισις et οἰκισμός ; ἀνδραπόδισις et ἀνδραποδισμός. Cette paire est évidente en (12) ci‑dessous :

(12)  a.  ἐϕ’ οἷς γε μὴν ἔργοις κεῖται θάνατος ἡ ζημία, ἱεροσυλίᾳ, τοιχωρυχίᾳ, ἀνδραποδίσει, πόλεως προδοσίᾳ, οὐδ’ αὐτοὶ οἱ ἀντίδικοι τούτων πρᾶξαί τι κατ’ ἐμοῦ ϕασιν (Xén. Ap. 25).

Et pour ce qui est de ces actions, contre lesquelles la loi prononce la mort, à savoir la profanation des temples, le vol avec effraction, la vente des hommes libres, la trahison envers la patrie, nos accusateurs eux‑mêmes n’osent pas dire que j’aie rien fait de pareil.

      b.  Πρῶτον μὲν ἀνδραποδισμοῦ πέρι, δοκεῖ δίκαιον ῞Ελληνας ‘Ελληνίδας πόλεις ἀνδραποδίζεσθαι […] ? (Plat. Rsp. 469b).

Premièrement en ce qui concerne l’esclavage, estimes‑tu juste que des cités grecques asservissent des Grecs, […] ?

33Entre les deux noms il n’y a pas de différences sémantiques : il s’agit de deux nominalisations de l’action, dont l’une (ἀνδραπόδισις) est un hapax et l’autre a de nombreuses occurrences.

34Venons‑en maintenant au cas de noms corradicaux en ‑(ισ)μός et ‑(ι)σις attestés auprès du même auteur. Souvent c’est Platon qui utilise les deux noms, alors que les autres auteurs en utilisent un seulement :

(13)  a.  ἔνιοι δὲ καὶ τὰς τῶν οἰκείων προπηλακίσεις τοῦ γήρως ὀδύρονται (Plat. Rsp. 329b).

Quelques‑uns se plaignent aussi des outrages de leurs proches à cause de la vieillesse.

      b.  ζημίας δὲ ἄν τις πλέονος ἄξιος εἶναι δοκῇ, […] δεσμοῖς τε χρονίοις καὶ ἐμϕανέσι καί τισιν προπηλακισμοῖς κολάζειν (Plat. Leg. 855b).

Et si quelqu’un est réputé digne d’une punition majeure, […] il faut le punir par une longue détention publique et par des outrages.

  • 28 Cf. Benveniste 1948, p. 85 : « [o]n exprime par ‑σις la notion comme étant hors du sujet, et en ce (...)
  • 29 Chantraine 1933, p. 144.

35Apparemment, il n’y a aucune différence sémantique entre les deux mots, si ce n’est une différence aspecto‑temporelle : les noms en ‑σις font référence à un état acquis28, tandis que les noms en ‑ισμός semblent faire référence à un procès en cours, comme le dit aussi leur dépendance formellement évidente des verbes en ‑ίζω. Dans (13), en fait, προπηλάκισις fait référence à des outrages déjà commis, alors que προπηλακισμός désigne des outrages non bornés temporellement. Il nous semble aussi que certaines nouvelles formations en ‑(ισ)μός, surtout celles qui sont créées par Platon, ont une connotation de registre. Le fait que les noms en ‑(ι)σις soient plus fréquents dans les textes et répandus chez plusieurs auteurs les rend non marqués par rapport aux noms corradicaux en ‑(ισ)μός, qui ont des contraintes à la fois formelles et sémantiques par leur relation avec les verbes en ‑ίζω. L’usage que Platon fait des noms dérivés par ‑(ισ)μός annonce ce qui se passera à l’époque hellénistique, à savoir la spécialisation du suffixe dans la constitution de lexiques techniques (p. ex. lexique de la religion chrétienne, de la médecine, etc.). Comme le remarque Chantraine et comme nous le verrons ensuite, la dérivation ‑ίζω → ‑(ισ)μός devient majoritaire, et reste seule productive, à partir de l’époque hellénistique : « [d]es verbes en ‑άζω et en ‑ίζω il n’est plus formé que des dérivés en ‑ασμός et en ‑ισμός : les finales ‑ασις, ‑ισις sont exclues. Le vieux suffixe ‑μος n’est productif dans la κοινή que sous la forme ‑ισμός ou ‑ασμός »29.

5. L’époque hellénistique et romaine

36Les données des époques hellénistique et romaine confirment la tendance de l’époque classique vers la productivité majeure des noms ici étudiés. Nous avons repéré 231 lexèmes en ‑(ισ)μός et 80 lexèmes en ‑(ισ)τής, distribués de la façon suivante (tabl. 3) selon les auteurs (pour la liste des noms voir l’annexe 2) :

Tabl. 3 – Lexèmes en ‑(ισ)μός et ‑(ισ)τής par auteur à l’époque hellénistique.

Arstt. Pol. DS. Plut. Arr. App. Spt. NT. Hpc. Gal.
231 lexèmes en ‑(ισ)μός 52 40 47 118 21 8 73 25 31 56
80 lexèmes en ‑(ισ)τής 26 16 11 40 8 9 21 12 3 18

37Par rapport aux chiffres de l’époque classique, les noms en ‑(ισ)μός ont plus que triplé (231 lexèmes par rapport à 68) ; les noms en ‑(ισ)τής en revanche n’ont augmenté que de la moitié (80 lexèmes par rapport à 53). L’écart quantitatif entre les deux formations se creuse donc à l’époque hellénistique, les noms en ‑(ισ)μός étant plus productifs que ceux en ‑(ισ)τής. Selon Chantraine (1933, p. 143) « [l]es dérivés en ‑σμός ont connu une grande fortune. C’est en particulier le suffixe ‑ισμός qui dans le nouvel attique et chez les premiers prosateurs de la κοινή comme Aristote s’est largement développé ».

  • 30 Cf. Blass, Debrunner, Funk 1961, p. 61‑62 sur le Nouveau Testament.

38Du point de vue sémantique, on relève une spécialisation lexicale, selon les différents domaines. Par exemple, les néologismes dans les œuvres d’Hippocrate et de Galien désignent des maladies (ἐρεθισμός « irritation », μετεωρισμός « gonflement, exaltation [de l’âme] », πριαπισμός « priapisme », ῥευματισμός « rhumatisme, écoulement d’humeurs », σατυρισμός « déformation des os des temples », στραβισμός « action de loucher ») ou des pratiques médicales (ἀποφλεγματισμός « expulsion des phlegmes », ἐλλεβορισμός « traitement par l’ellébore », σιναπισμός « application de sinapismes »). Dans l’œuvre d’Aristote sont mentionnées des notions philosophiques (γαληνισμός « calme, sérénité », προσυλλογισμός « syllogisme antérieur, dont la conclusion sert de prémisse à un autre »), politiques (διαψηφισμός « action d’apporter chacun son vote »), technico‑scientifiques (γρυλισμός « grognement [d’un porc] », κεφαλισμός « multiplication des nombres jusqu’à dix », τραγηματισμός « friandises de dessert »). Le Nouveau Testament et encore plus la Bible des Septante attestent plusieurs néologismes en ‑(ισ)μός et ‑(ισ)τής qui ne sont pas attestés ailleurs30. Certains d’entre eux sont liés à la nécessité d’exprimer en grec les nouveautés de la religion chrétienne, alors que d’autres, attestés dans la Bible des Septante, ont été créés pour traduire en grec des notions de la Bible hébraïque. Pour le premier type, on peut mentionner ἀμαρτισμός « péché » et βαπτιστής « celui qui baptise », βασανιστής « qui met à la question », ἐξορκιστής « exorciste », εὐαγγελιστής « évangéliste, celui qui annonce la bonne nouvelle ». Ces quatre noms en ‑(ισ)τής se sont constitués soit par resémantisation de noms existants (c’est le cas de βασανιστής), soit par dérivation à partir de verbes en ‑ίζω existants déjà à l’époque classique et resémantisés par la langue chrétienne : βαπτίζω (attesté dans Platon), ἐξορκίζω (Démosthène), εὐαγγελίζομαι (Aristophane et Démosthène). Pour le deuxième type de noms dérivés, il suffit de rappeler λαπιστής « vantard, fanfaron » et κερατιστής « qui heurte de ses cornes », pour les formations en ‑(ισ)τής, et ἐγκαινισμός « consécration, régénération », ἐνδελεχισμός « offrande perpétuelle », κυπρισμός « fleur de l’olivier », σπερματισμός « fécondation », συσσεισμός « ébranlement profond », d’où « ouragan, tremblement de terre », φαυλισμός « mépris » et φοβερισμός « effroi, terreur », pour les formations en ‑(ισ)μός.

  • 31 Nous renvoyons aux autres études que nous avons dédiées à ce sujet (Tronci 2017 ; 2018 ; Necker, T (...)

39Quelques noms en ‑(ισ)μός et ‑(ισ)τής ainsi que quelques verbes en ‑ίζω ont pour caractéristique d’avoir comme bases des noms propres, des ethnonymes ou des noms communs employés pour leur aspect connotatif, p. ex. le fait d’être malin et rusé pour le renard dans le verbe ἀλωπεκίζω « j’ai l’attitude du renard = je suis malin ». Ce type offre quelques occurrences à l’époque classique (cf. φιλιππισμός « attitude du partisan de Philippe » chez Dém. Cor. 294 ; λακωνισμός 1. « attitude des Lacédémoniens » ; 2. « attitude du partisan des Lacédémoniens » chez Isocr. Plat. 30 ; πιθηκισμός « singerie » chez Ar. Eq. 887), mais se répand à l’époque hellénistique, surtout pour des raisons socio‑politiques (pluralité des peuples hellénisés, pluricentrisme et perte du modèle linguistique et culturel athénien, etc.)31 :

(14)  a.  τῶν δὲ Τυρίων πολλοῖς κατὰ τοὺς ὕπνους ἔδοξεν ὁ Ἀπόλλων λέγειν, ὡς ἄπεισι πρὸς Ἀλέξανδρον· οὐ γὰρ ἀρέσκειν αὐτῷ τὰ πρασσόμενα κατὰ τὴν πόλιν. Ἀλλ’ οὗτοι μὲν ὥσπερ ἄνθρωπον αὐτομολοῦντα πρὸς τοὺς πολεμίους ἐπ’ αὐτοφώρῳ τὸν θεὸν εἰληφότες, σειράς τε τῷ κολοσσῷ περιέβαλλον αὐτοῦ, καὶ καθήλουν πρὸς τὴν βάσιν, Ἀλεξανδριστὴν καλοῦντες (Plut. Alex. 24, 7, 4).

Plusieurs Tyriens crurent aussi, pendant leur sommeil, entendre Apollon leur dire qu’il s’en allait vers Alexandre, parce qu’il était mécontent de ce qui se faisait dans la ville. Les Tyriens traitèrent le dieu comme un transfuge pris sur le fait : ils chargèrent de chaînes son colosse, et le clouèrent sur sa base, en l’appelant Alexandriste.

       b.  εἶχε δέ τις ὡς ἔοικε κἀκεῖνον ὑποψία καὶ ϕόβος· οὐδένα γὰρ γυναικισμὸν ἐν δεισιδαιμονίᾳ πρότερον κατεγνώκει τῆς Καλπουρνίας, τότε δ’ ἑώρα περιπαθοῦσαν (Plut. Caes. 63, 11).

Les alarmes [de Calpurnia] donnèrent des soupçons et des craintes à César : il n’avait jamais remarqué jusque‑là dans sa femme les faiblesses ordinaires à son sexe, ni aucun sentiment superstitieux ; et il la voyait alors en proie aux plus vives inquiétudes.

       c.  οὐ μὴν ἀλλὰ λανθάνει πως ὁ Περσεὺς ’Οροάνδην τινὰ Κρῆτα λέμβον ἔχοντα συμπείσας μετὰ χρημάτων ἀναλαβεῖν αὐτόν. ὁ δὲ κρητισμῷ χρησάμενος, τὰ μὲν χρήματα νύκτωρ ἀνέλαβεν, ἐκεῖνον δὲ τῆς ἑτέρας νυκτὸς ἥκειν κελεύσας ἐπὶ τὸν πρὸς τῷ Δημητρείῳ λιμένα μετὰ τῶν τέκνων καὶ θεραπείας ἀναγκαίας, εὐθὺς ἀϕ’ ἑσπέρας ἀπέπλευσεν (Plut. Aem. 26, 3).

Néanmoins Persée gagna secrètement un Crétois nommé Oroandès, qui avait un petit vaisseau, et l’engagea à le recevoir à son bord, lui et ses richesses. Oroandès en usa envers lui à la crétoise : il embarqua, à la faveur de l’obscurité, tout ce que Persée avait de précieux, et lui dit de se rendre, vers le milieu de la nuit, au port voisin du promontoire de Démétrium, avec ses enfants et les serviteurs dont il ne pouvait se passer ; mais dès le soir il mit à la voile.

40Le dernier aspect à souligner est la prise d’autonomie des deux suffixes nominaux par rapport à ‑ίζω : pour les nominalisations de l’époque hellénistique, on peut donc présumer l’existence des suffixes ‑ισμός et ‑ιστής. Cette hypothèse est soutenue par l’observation que plusieurs noms en ‑ισμός et ‑ιστής qui se sont formés à cette époque n’ont pas de verbe correspondant en ‑ίζω, p. ex. ἐπιπλοοκομιστής « atteint de hernie » et οἰνωνιστής « commerçant de vins », attestés dans Galien.

6. Pour conclure

41Les observations de Chantraine (1933, p. 144) concernant l’expansion du suffixe ‑ισμός dans la prose classique et hellénistique, son rôle central dans les langues techniques et son absence de la langue poétique (homérique ainsi qu’ultérieure) sont encore valables. Notre recherche sur corpus permet de mieux préciser certains aspects. Nous avons vérifié que les dérivés en ‑ισμός sont rares chez les Tragiques. Eschyle a fait, certes, des tentatives pour exploiter ce type dérivationnel, mais la plupart des créations dont il semble l’auteur ne sortent pas de son œuvre et n’aboutissent pas au statut de mots habituels, comme c’est le cas des néologismes des auteurs de prose. Cependant, même si les innovations lexicales d’Eschyle ne donnent pas lieu à des unités du lexique courant, elles sont un témoignage de l’importance de ce processus dérivationnel dans la constitution du lexique du grec ancien, juste au début de l’époque classique.

42La création des suffixes ‑ισμός et ‑ιστής illustre un cas de réanalyse au sens de Meillet (1912). La preuve de l’existence de ces suffixes – en d’autres termes le changement de ‑(ισ)μός et ‑(ισ)τής à ‑ισμός et ‑ιστής – est donnée par l’existence de noms dérivés sans verbes correspondants en ‑ίζω ainsi que par les emprunts du latin au grec. Les suffixes latins ‑ismus et ‑ista n’admettent pas de découpage morphologique et leur rapport avec les verbes en ‑isso/‑izo, eux aussi empruntés au grec, ne concerne que le côté sémantique.

43Notre recherche nous amène aussi à refléchir sur le fait que la constitution du lexique a deux facettes inséparables. D’un côté, l’élaboration des formes de la langue, qui se fait à tout moment et n’est jamais « faite » mais toujours « se faisant », comme le montre le renouvellement suffixal par ‑ισμός et ‑ιστής à partir de la combinaison des thèmes verbaux en ‑ίζω (de plus en plus productifs) et des suffixes ‑μος et ‑της, hérités, mais qui ne sont plus productifs. De l’autre côté, l’élaboration conceptuelle, qui conduit à la spécialisation de certains suffixes dans certains domaines : dans le cas présent, la productivité de ‑ισμός et ‑ιστής dans les lexiques techniques de la médecine, de la philosophie et de la religion chrétienne. Notre recherche a montré que cette spécialisation ne se produit pas tout d’un coup, ni au premier moment : à l’époque classique, la plupart des formations en ‑ισμός et ‑ιστής font partie du lexique courant (cf. ἀγωνισμός « lutte, combat », δανεισμός « prêt, emprunt », λογισμός « calcul, raisonnement », ἀκοντιστής « tireur de javelot », ἀνδραποδιστής « marchand d’esclaves », etc.) ; c’est surtout à l’époque hellénistique, quand les processus dérivationnels se sont ancrés dans la langue, que se produit l’association entre ceux‑ci et des domaines conceptuels spécifiques.

44Une dernière remarque porte sur la méthode. Notre recherche met en cause l’idée reçue que le lexique est une entité linguistique stable et donnée telle quelle aux locuteurs pour qu’ils puissent s’en servir. Elle montre en revanche que l’étude de la formation des mots, y compris des processus diachroniques qui les concernent, ne peut se faire qu’en examinant leurs occurrences dans les textes, car les valeurs sémantiques et combinatoires des mots ne sont pas prédéterminées.

Bibliographie

Abréviations

DELG : P. Chantraine, Dictionnaire étymologique de la langue grecque, avec en supplément, les Chroniques d’étymologie grecque (1‑10) rassemblées par A. Blanc, C. de Lamberterie, J.‑L. Perpillou, Paris, Klincksieck, 2009 (1re éd. 1968‑1980).

LSJ : H.G. Liddell, R. Scott, H.S. Jones, Greek‑English lexicon, Oxford, Clarendon Press, 1996 (1re éd. 1843).

Références

Alexiadou, Haegeman, Stavrou 2007 : A. Alexiadou, L. Haegeman, M. Stavrou, Noun phrase in the generative perspective, Berlin/New York, Mouton de Gruyter, 2007.

Bader 1974 : F. Bader, Suffixes grecs en ‑m‑. Recherches comparatives sur l’hétéroclisie nominale, Genève/Paris, Droz/Minard/Champion, 1974.

Bailly 2000 : A. Bailly, Le Grand Bailly. Dictionnaire grec‑français, Paris, Hachette, 2000 (1re éd. 1895).

Benveniste 1935 : É. Benveniste, Origines de la formation des noms en indo‑européen, Paris, Adrien‑Maisonneuve, 1935.

Benveniste 1948 : É. Benveniste, Noms d’agent et noms d’action en indo‑européen, Paris, Adrien‑Maisonneuve, 1948.

Blass, Debrunner, Funk 1961 : F. Blass, A. Debrunner, R.W. Funk, A Greek grammar of the New Testament and other early Christian literature, Chicago, The University of Chicago Press, 1961 (1re éd. 1896).

Booij 1992 : G. Booij, « Morphology, semantics and argument structure », dans I.M. Roca (dir.), Thematic structure. Its role in grammar, Berlin, Foris, 1992, p. 47‑64.

Bruno 2000 : C. Bruno, « Fra nome e verbo : osservazioni sulla sintassi dei nomi in ‑σις », Studi e Saggi Linguistici 38, 2000, p. 129‑167.

Bruno 2003 : C. Bruno, I derivati indoeuropei in *‑m.n‑ : formazione di parole e relazioni grammaticali, thèse de doctorat, université pour Étrangers de Sienne, 2003 (inédit).

Bubenik 2014a : V. Bubenik, « Action nouns », dans G. Giannakis (dir.), Encyclopedia of Ancient Greek language and linguistics, vol. I, Leyde/Boston, Brill, 2014, p. 22‑23.

Bubenik 2014b : V. Bubenik, « Agent nouns », dans G. Giannakis (dir.), Encyclopedia of Ancient Greek language and linguistics, vol. I, Leyde/Boston, Brill, 2014, p. 72‑73.

Buck, Petersen 1984 : C.D. Buck, W. Petersen, A reverse index of Greek nouns and adjectives arranged by terminations with brief historical introductions, Hildesheim/Zurich/New York, The University of Chicago Press, 1984 (1re éd. 1945).

Chantraine 1933 : P. Chantraine, La formation des noms en grec ancien, Paris, Champion, 1933.

Ciacci 1999-2000 : S. Ciacci, I derivati in *mo/a in greco ed in antico indiano : un esempio di nominalizzazione, mémoire de Master, université de Pise, 1999-2000 (inédit).

Comrie, Thompson 1985 : B. Comrie, S. Thompson, « Lexical nominalizations », dans T. Shopen (dir.), Language typology and syntactic description, vol. III, Cambridge, Cambridge University Press, 1985, p. 348‑397.

Debrunner 1917 : A. Debrunner, Griechische Wortbildungslehre, Heidelberg, Winter, 1917.

Fraenkel 1910‑1912 : E. Fraenkel, Geschichte der griechischen Nomina agentis auf ‑τήρ, ‑τωρ, ‑της (‑τ‑), Strasbourg, Trübner, 1910‑1912.

Hansen, Cunningham 2009 : P.A. Hansen, I.C. Cunningham (éd.), Hesychii Alexandrini Lexicon, vol. IV, ΤΩ, Berlin/New York, De Gruyter, 2009.

Holt 1944 : J. Holt, « Die homerischen Nomina Actionis auf ‑μος », Glotta 27, 1944, p. 182‑198.

Leukart 1994 : A. Leukart, Die frühgriechischen Nomina auf ‑tās und ‑ās. Untersuchungen zu ihrer Herkunft und Ausbreitung, Vienne, Verlag der österreichischen Akademie der Wissenschaften, 1994.

Meillet 1912 : A. Meillet, « L’évolution des formes grammaticales », Scientia (Rivista di scienza), vol. XII, n° XXVI/6, 1912, p. 384‑400 (repris dans Linguistique historique et linguistique générale, Paris, Champion, 1975, p. 130‑148).

Necker, Tronci 2017 : H. Necker, L. Tronci, « Proper names and derivational morphology. Italian ‑ismo/‑ista and Ancient Greek ‑ismós/‑istés formations », SILTA 46/1, 2017, p. 41‑60.

Radt 1985 : S. Radt (éd.), Tragicorum Graecorum Fragmenta, vol. III, Aeschylus, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1985.

Risch 1974 : E. Risch, Wortbildung der homerischen Sprache, Berlin/New York, De Gryuter, 1974 (2e éd.).

Schmoll 1955 : H. Schmoll, Die griechischen Verba auf ‑ΙΖΩ, thèse de doctorat, Universität Tübingen, 1955 (inédit).

Schwyzer 1953 : E. Schwyzer, Griechische Grammatik, Munich, Beck, 1953.

Tronci 2017 : L. Tronci, « Dynamics of linguistic contact. Ancient Greek ‑ízein and Latin ‑issāre/‑izāre/‑idiāre », SKY Journal of Linguistics 30, 2017, p. 75‑108, http://www.linguistics.fi/julkaisut/SKY2017/SKYJol30_tronci.pdf (consulté le 01/03/2019).

Tronci 2018 : L. Tronci, « Affioramenti lessicali dell’altro : etnonimi e loro derivati in greco antico», dans M. Benedetti, C. Bruno, F. Logozzo, L. Tronci (dir.), L’altro nel mondo antico. Riflessioni linguistiche, Pise, Pacini, 2018, p. 105‑154.

Annexes

Annexe 1

Noms en ‑(ισ)μός (1) et en ‑(ισ)τής (2) dans le corpus de l’époque classique

(1) ‑(ισ)μός

ἀγωνισμός (Thc.)

αἰκισμός (Dém.)

ἀκοντισμός (Xén.)

ἀκροβολισμός (Xén.)

ἀνδραποδισμός (Thc., Isocr., Dém., Plat.)

ἀναλογισμός (Thc., Xén., Dém.)

ἀνατειχισμός (Xén.)

ἀπολακτισμός (Eschl.)

ἀπολογισμός (Eschn.)

ἀττικισμός (Thc.)

βαδισμός (Plat.)

γαργαλισμός (Thc., Plat.)

δανεισμός (Eur., Plat.)

διαλογισμός (Eschn., Dém., Plat.)

διορισμός (Plat.)

ἐθισμός (Dém.)

ἐμφανισμός (Plat.)

ἐπιμερισμός (Eschl.)

ἐπισιτισμός (Xén., Dém.)

ἐπιτειχισμός (Thc., Xén., Dém.)

θερισμός (Xén.)

καλαθισμός (Eschl.)

καλλωπισμός (Xén., Plat.)

καταποντισμός (Isocr.)

κατοικισμός (Plat.)

κλισμός (Eur.)

κνισμός (Soph., Ar.)

κορδακισμός (Dém.)

κτενισμός (Eur.)

λακωνισμός (Isocr.)

λαχανισμός (Thc.)

λογισμός (Eschl., Thc., Xén., Ar., Lys., Isocr., Eschn., Dém., Plat.)

λοχισμός (Eschl.)

μακαρισμός (Plat.)

μερισμός (Plat.)

μετασχηματισμός (Eschl.)

μηδισμός (Hdt., Thc., Isocr., Dém.)

μυχθισμός (Eur.)

νεωτερισμός (Plat.)

ξενισμός (Plat.)

ξιφισμός (Eschl.)

οἰκισμός (Plat.)

οἰκτισμός (Eschl.)

ὁπλισμός (Eschl.)

ὁρισμός (Isocr.)

παιανισμός (Thc.)

παραλογισμός (Eschl.)

περιτειχισμός (Thc.)

πιθηκισμός (Ar.)

προπηλακισμός (Hdt., Eschn., Dém., Plat.)

ῥοπαλισμός (Ar.)

σεισμός (Soph., Eur., Hdt., Thc., Xén., Ar., Dém., Plat.)

συλλογισμός (Plat.)

σφακελισμός (Eur.)

σχηματισμός (Plat.)

σχισμός (Eschl.)

τειχισμός (Thc., Dém.)

τοκισμός (Xén.)

τυμπανισμός (Ar.)

ὑβρισμός (Eschl.)

φενακισμός (Ar., Isocr., Dém.)

φιλιππισμός (Dém.)

φρυγανισμός (Thc.)

χαριεντισμός (Plat.)

χρεμετισμός (Ar.)

χρηματισμός (Xén., Isocr., Dém., Plat.)

χωρισμός (Plat.)

ὠθισμός (Hdt., Thc., Xén.)

(2) ‑(ισ)τής

ἀγωνιστής (Eur., Thc., Xén., Isocr., Eschn., Dém., Plat.)

ἀκοντιστής (Hdt., Thc., Xén., Plat.)

ἀνδραποδιστής (Eschl., Ar., Lys., Isocr., Dém., Plat.)

ἀνταγωνιστής (Eur., Xén., Ar., Isocr., Eschn., Dém., Plat.)

ἀσπιστής (Eur.)

ἀττικιστής (Isocr.)

βαδιστής (Eur.)

βασανιστής (Isocr., Dém.)

γραμματιστής (Hdt., Dém., Plat.)

δανειστής (Dém.)

δημοχαριστής (Eur.)

ἐρανιστής (Ar.)

ἐξεριστής (Eur.)

θεριστής (Dém.)

κακοδαιμονιστής (Lys.)

καλλωπιστής (Isocr.)

καρανιστής (Eur.)

καταποντιστής (Isocr.)

κιθαριστής (Xén., Ar., Plat.)

κομιστής (Eur.)

λακτιστής (Xén.)

λακωνιστής (Xén.)

ληϊστής (Eur., Hdt.)

ληκυθιστής (Soph.)

λογιστής (Eschn., Dém., Plat.)

μεριμνοφροντιστής (Ar.)

μετεωροσοφιστής (Ar.)

ξυνασπιστής (Soph.)

ὀαριστής (Plat.)

οἰκιστής (Hdt., Thc., Isocr., Plat.)

ὁριστής (Dém.)

ὀρφανιστής (Soph.)

παλαιστής (Eschl., Soph, Eur., Xén., Ar., Dém., Plat.)

παρασπιστής (Eschl., Eur.)

πετροκυλιστής (Eschl.)

ποριστής (Thc., Dém.)

πυρριχιστής (Lys.)

σοφιστής (Eschl., Soph., Eur., Thc., Xén., Ar., Eschn., Lys., Isocr., Dém., Plat.)

συναγωνιστής (Isocr., Eschn., Dém.)

συσφαιριστής (Plat.)

σωφρονιστής (Thc., Dém., Plat.)

ταγηνιστής (Ar.)

τοκιστής (Plat.)

τριταγωνιστής (Dém.)

τυμπανιστής Soph.)

ὑβριστής (Eschl., Soph., Eur., Xén., Ar., Lys., Eschn., Dém., Plat.)

ὑπασπιστής (Eur., Hdt., Xén.)

ὑπομνηματιστής (Eschl.)

φιλοχρηματιστής (Plat.)

φοινικιστής (Xén.)

φροντιστής (Xén., Ar., Plat.)

χρηματιστής (Xén., Lys., Dém., Plat.)

ψιθυριστής (Dém.)

Annexe 2

Noms en ‑(ισ)μός (1) et en ‑(ισ)τής (2) dans le corpus des époques hellénistique et romaine

(1) ‑(ισ)μός

ἁγισμός (DS., Plut., Spt., NT.)

ἀθροισμός (Pol., DS., Plut.)

αἰκισμός (Plut., Spt.)

ἀκοντισμός (Plut., Arr., Hpc.)

ἀκροβολισμός (Pol., DS., Plut., Arr., App.)

ἀκροχειρισμός (Hpc., Gal.)

ἀλλοϕυλισμός (Spt.)

ἀναβροχισμός (Gal.)

ἀναγαργαρισμός (Hpc.)

ἀναγνωρισμός (Arstt., Plut.)

ἀνακλισμός (Hpc., Gal.)

ἀνακυκλισμός (DS.)

ἀναλογισμός (Plut., Gal.)

ἀνδραποδισμός (DS., Plut., Arr., App., Spt.)

ἀνοικισμός (DS.)

ἀντιϕωτισμός (Plut.)

ἀπανθισμός (Gal.)

ἀπαρτισμός (NT.)

ἀπελπισμός (Pol.)

ἀπογαλακτισμός (Hpc.)

ἀποθησαυρισμός (DS.)

ἀποικισμός (Arstt., DS., Plut., Spt.)

ἀπολακτισμός (Plut.)

ἀπολογισμός (Arstt., Pol., DS., Plut., Gal.)

ἀποσκορακισμός (Spt.)

ἀποτειχισμός (Plut.)

ἀποφλεγματισμός (Gal.)

ἀττικισμός (Plut.)

αὐτοματισμός (Plut., Hpc., Gal.)

ἀϕανισμός (Arstt., DS., Plut., Arr., Spt., NT.)

ἀϕορισμός (Arstt., Spt., Gal.)

βαπτισμός (Plut., NT.)

βαρβαρισμός (Arstt., Plut., Arr.)

βασανισμός (Spt., NT.)

βληστρισμός (Hpc., Gal.)

γαληνισμός (Arstt.)

γαργαλισμός (Arstt., Plut., Hpc., Gal.)

γρυλισμός (Arstt.)

γυναικισμός (Pol., DS., Plut.)

δανεισμός (Arstt., Plut., Spt.)

διαβροχισμός (Gal.)

διαγκωνισμός (Plut.)

διαλογισμός (Pol., DS., Plut., Spt., NT., Gal.)

διαμελισμός (Plut.)

διαμερισμός (DS., Plut., Spt., NT.)

διαξιϕισμός (Plut.)

διαπληκτισμός (Plut.)

διασκορπισμός (Spt.)

διατραχηλισμός (Plut.)

διαχειρισμός (Hpc., Gal.)

διαχωρισμός (DS., Gal.)

διαψηφισμός (Arstt.)

διοικισμός (Plut.)

διορισμός (Arstt., Plut., Gal.)

διορκισμός (Pol.)

δορατισμός (Plut.)

ἐγκαινισμός (Spt.)

ἐθισμός (Arstt., Pol., DS., Plut., Spt., Hpc., Gal.)

εἰκονισμός (Plut.)

ἐκλογισμός (Pol., Plut., Hpc.)

ἐκσκορπισμός (Plut.)

ἐκτειχισμός (Arr.)

ἐκτοπισμός (Arstt., DS.)

ἐλλεβορισμός (Hpc.)

ἑλληνισμός (Spt.)

ἐμποδισμός (Arstt., Pol.)

ἐμπυρισμός (Pol., DS., Spt.)

ἐμϕανισμός (Spt.)

ἐναγισμός (Plut.)

ἐνδελεχισμός (Spt.)

ἐνοϕθαλμισμός (Plut.)

ἐξακοντισμός (Arstt., Arr., Gal.)

ἐξανδραποδισμός (Pol.)

ἐξορισμός (Plut.)

ἐξορκισμός (Pol.)

ἐξοστρακισμός (Plut.)

ἐπιδορπισμός (Arstt.)

ἐπιθεσπισμός (Arr.)

ἐπιλογισμός (Arstt., Plut., Gal.)

ἐπιμερισμός (DS.)

ἐπιρραπισμός (Pol.)

ἐπισιτισμός (Pol., DS., Plut., Arr., Spt., NT.)

ἐπιϕωτισμός (Plut.)

ἐπορθρισμός (Plut.)

ἐρεθισμός (Spt., Hpc., Gal.)

ἐσοπτρισμός (Plut.)

εὐδαιμονισμός (Arstt., Plut.)

εὐνουχισμός (Gal.)

εὐϕημισμός (Arstt., Plut.)

θερισμός (Pol., DS., Spt., NT.)

θησαυρισμός (Arstt., DS., Plut.)

θωρακισμός (Spt.)

ἱματισμός (Pol., DS., Plut., Spt., NT.)

Ἰουδαϊσμός (Spt.)

καθαρισμός (Arstt., Spt., NT.)

καθοπλισμός (Pol., DS.)

καλλωπισμός (Pol., DS., Plut., Hpc.)

καρπισμός (Arstt.)

καταιγισμός (Plut.)

καταλοχισμός (Plut., Spt.)

καταμερισμός (Spt.)

καταποντισμός (Spt.)

καταρτισμός (NT.)

κατασεισμός (Gal.)

κατελπισμός (Pol.)

κατοικισμός (Arstt., DS., Plut.)

κατωμισμός (Gal.)

κεφαλισμός (Arstt.)

κιγκλισμός (Hpc., Gal.)

κλαυθμυρισμός (Plut.)

κληδονισμός (Spt.)

κλισμός (Arstt., Hpc., Gal.)

κουϕισμός (DS., Plut., Gal.)

κρητισμός (Plut.)

κυλισμός (NT.)

κυπρισμός (Spt.)

κωθωνισμός (Arstt.)

λακωνισμός (Plut.)

λαρυγγισμός (Plut.)

ληκυθισμός (Plut.)

λογισμός (Arstt., Pol., DS., Plut., Arr., App., Spt., NT., Hpc., Gal.)

λοχισμός (Plut.)

μακαρισμός (Arstt., Plut., NT.)

μερισμός (Arstt., Pol., DS., Plut., Spt., NT., Gal.)

μεταγραμματισμός (Gal.)

μετασχηματισμός (Plut., Gal.)

μετεωρισμός (Arstt., Spt., Hpc., Gal.)

μετοικισμός (Plut.)

μηδισμός (Arstt., Plut.)

μηρυκισμός (Spt.)

μυκτηρισμός (Spt.)

μυρισμός (Spt.)

μυχθισμός (Hpc.)

νεωτερισμός (Arstt., DS., Plut., Arr., Gal.)

νοσϕισμός (Pol., Plut.)

ξανθισμός (Gal.)

ξενισμός (Pol., Plut., Spt., Gal.)

οἰκισμός (DS., Plut., Arr.)

οἰωνισμός (Plut., Spt.)

ὁμαλισμός (Plut., Spt.)

ὀνειδισμός (Plut., Spt., NT.)

ὁπλισμός (DS., Plut.)

ὁρισμός (Arstt., Plut., Spt., Hpc., Gal.)

ὁρκισμός (Pol., Spt.)

ὀστρακισμός (Arstt., DS., Plut.)

πανηγυρισμός (Plut., Spt.)

παραδειγματισμός (DS., Pol., Spt.)

παραλογισμός (Arstt., Pol., Plut., Spt., Gal.)

παροπλισμός (DS.)

παροργισμός (Spt.)

πελεκισμός (DS.)

περικαρϕισμός (Plut.)

περιορισμός (Plut.)

περισκυλακισμός (Plut.)

περιτειχισμός (Plut., Arr.)

πεταλισμός (DS.)

πεταυρισμός (Plut.)

πορισμός (Pol., DS., Plut., Spt., NT.)

ποτισμός (Plut.)

πριαπισμός (Gal.)

προορισμός (Hpc.)

προπηλακισμός (Arstt., Plut.)

προποτισμός (Gal.)

προσυλλογισμός (Arstt.)

πτερνισμός (Spt.)

πτυαλισμός/πτυελισμός (Hpc., Gal.)

ῥαντισμός (Spt., NT.)

ῥευματισμός (Hpc., Gal.)

σαββατισμός (NT.)

σατυρισμός (Gal.)

σαυσαρισμός (Arstt.)

σεισμός (Arstt., Pol., DS., Plut., Spt., NT., Hpc., Gal.)

σιελισμός (Gal.)

σιναπισμός (Gal.)

σκορακισμός (Plut., Spt.)

σκορδινισμός (Hpc., Gal.)

σκορπισμός (Spt.)

σκυβαλισμός (Pol.)

σκυταλισμός (DS., Plut.)

σολοικισμός (Arstt., Plut., Gal.)

σπερματισμός (Spt.)

σπλαγχνισμός (Spt.)

στολισμός (Spt.)

στραβισμός (Gal.)

συγκλεισμός (Spt.)

συγκρητισμός (Plut.)

συλλογισμός (Arstt., Pol., DS., Plut., Spt., Arr., Gal.)

συλλοχισμός (Arr., Spt.)

συνασπισμός (DS., Plut., Arr.)

συνερανισμός (Plut.)

συνοικισμός (Pol., DS., Plut., App.)

συρισμός (Spt.)

συρμαϊσμός (Hpc.)

συσσεισμός (Spt.)

σϕακελισμός (Arstt., Hpc., Gal.)

σφετερισμός (Arstt.)

σχηματισμός (Arstt., DS., Plut., Arr., Gal.)

σχοινισμός (Plut., Spt.)

σωϕρονισμός (Plut., App., NT.)

τειχισμός (Pol., DS., Plut., Arr.)

τερετισμός (Arstt.)

τετραγωνισμός (Arstt., Plut.)

τοκισμός (Arstt.)

τραγηματισμός (Arstt.)

τραυλισμός (Plut.)

τραχηλισμός (Plut., Gal.)

τρισμός (Plut., Hpc., Gal.)

τυμπανισμός (Plut.)

ὑπερασπισμός (Spt.)

ὑποκορισμός (Arstt., Plut.)

ὑπολογισμός (Plut.)

ὑπομνηματισμός (Pol., Plut., Spt.)

ὑποσκαϕισμός (Plut.)

ϕαυλισμός (Spt.)

ϕενακισμός (Plut.)

ϕοβερισμός (Spt.)

ϕρενιτισμός (Plut.)

ϕρονηματισμός (Pol.)

ϕρυγανισμός (Arr., App.)

ϕωτισμός (Plut., Spt., NT.)

χαιρετισμός (Pol.)

χαριεντισμός (Plut., Gal.)

χειρισμός (Pol., DS., Hpc., Gal.)

χρεμετισμός (Plut., Arr., Spt.)

χρηματισμός (Arstt., Pol., DS., Plut., App., Spt., NT., Hpc., Gal.)

χρονισμός (Pol.)

χωρισμός (Arstt., Pol., DS., Plut., Spt., Hpc., Gal.)

ψελλισμός (Plut.)

ψιθυρισμός (Plut., Spt., NT.)

ὠθισμός (Plut., Arr., App.)

ὡραϊσμός (Plut., Spt.)

(2) ‑(ισ)τής

ἀγαθοδαιμονιστής (Arstt.)

ἀγωνιστής (Arstt., Pol., DS., Plut., App., Gal.)

αἰνιγματιστής (Spt.)

αἱρετιστής (Pol.)

ἀκοντιστής (Pol., DS., Plut., Arr., App., Spt., Gal.)

ἀκροβολιστής (Arr.)

’Αλεξανδριστής (Plut.)

ἁμαξοκυλιστής (Plut.)

ἀνδραποδιστής (Arstt., Pol., Plut., NT.)

ἀνταγωνιστής (Arstt., Pol., Plut., Spt., Gal.)

’Αντιοχιστής (Pol.)

ἀρχιυπασπιστής (Plut.)

ἀσπιστής (Spt.)

ἀττικιστής (Arstt.)

ἀϕανιστής (Plut.)

βαπτιστής (NT.)

βασανιστής (NT.)

γεϕυριστής (Plut.)

γραμματιστής (Plut., Gal.)

Γυμνοσοϕιστής (Plut.)

δανειστής/δανιστής (Plut., App., Spt., NT.)

ἐκλογιστής (Spt.)

ἐλεϕαντιστής (Arstt., App.)

Ἑλληνιστής (NT.)

ἐμπυριστής (Spt.)

ἐξορκιστής (NT.)

ἐπιπλοοκομιστής (Gal.)

ἐρανιστής (Arstt.)

ἐρεθιστής (Spt.)

εὐαγγελιστής (NT.)

θεριστής (Arstt., Spt., NT., Gal.)

ἱππακοντιστής (Plut., Arr.)

καλλωπιστής (Arstt., Plut.)

κατακοιμιστής (DS., Plut.)

κερατιστής (Spt.)

κιθαριστής (Arstt., Plut., Gal.)

Κλεομενιστής (Pol.)

κολλυβιστής (NT.)

κυνοραϊστής (Arstt.)

λακτιστής (Plut.)

Λακωνιστής (Plut.)

λαπιστής (Spt.)

ληϊστής (Arr.)

λογιστής (Arstt., Plut., Spt.)

μεριστής (Plut., NT.)

νεωτεριστής (Plut.)

ὀαριστής (Plut.)

οἰκιστής (Arstt., DS., Plut., Arr., App., Gal.)

οἰνωνιστής (Gal.)

οἰωνιστής (Gal.)

ὀνειδιστής (Arstt.)

ὁριστής (Plut.)

παλαιστής (Arstt., Pol., Plut., Spt., Hpc., Gal.)

παραλογιστής (Arstt.)

παρασπιστής (Pol., DS., App.)

πεζακοντιστής (Pol.)

πολεμιστής (Pol., DS., Plut., Arr., App., Spt., Gal.)

ποριστής (Arstt.)

πρωταγωνιστής (Plut., Spt.)

σαλπιστής (Pol., NT., Gal.)

σιβυλλιστής (Plut.)

σοϕιστής (Arstt., Pol., DS., Plut., Arr., Spt., Hpc., Gal.)

στολιστής (Plut., Spt.)

συγκομιστής (Gal.)

συναγωνιστής (Pol., DS., Plut., App., Gal.)

σφετεριστής (Arstt.)

σϕραγιστής (Plut.)

σωϕρονιστής (Arstt., Plut.)

τειχιστής (Spt.)

τοκιστής (Arstt., Plut.)

τριταγωνιστής (Plut.)

ὑβριστής (Arstt., DS., Plut., Spt., NT.)

ὑπασπιστής (Pol., DS., Plut., Arr., App., Spt.)

ὑπερασπιστής (Spt.)

ὑπομνηματιστής (Arstt.)

φιλοδειπνιστής (Arstt.)

ϕιλοκιθαριστής (Plut.)

ϕροντιστής (DS., Hpc., Gal.)

χειριστής (Arstt., Pol.)

χρηματιστής (Arstt., Plut., Gal.)

Notes

1 Cette recherche fut menée dans le cadre du projet « Multilingualism and Minority Languages in Ancient Europe » [HERA.29.015 | CASSIO], financé par le Hera Joint Research Programme « Uses of the Past », Horizon 2020 – 649307. Je tiens à remercier Catherine Camugli Gallardo pour sa relecture et Alain Blanc, avec lequel j’ai eu le plaisir de discuter plusieurs fois lors de la rédaction de cet article, pour ses suggestions précieuses.

2 Une liste des verbes en ‑ίζω du grec ancien se trouve dans Schmoll 1955.

3 Cf. Chantraine 1933, p. 134‑136 ; Holt 1944 ; Bader 1974 ; Risch 1974, p. 44‑48 ; Ciacci 1999-2000 ; Bubenik 2014a, p. 22‑23.

4 Bubenik 2014b, p. 72 ; cf. aussi Fraenkel 1910‑1912, p. 1‑3 ; Chantraine 1933, p. 310‑320 ; Risch 1974, p. 31.

5 Benveniste 1948, p. 56.

6 Bubenik 2014b, p. 73 ; cf. aussi Fraenkel 1910‑1912, p. 20‑21.

7 Cf. Schwyzer 1953, p. 493.

8 Chantraine 1933, p. 135‑140.

9 Les traductions des exemples sont tirées des éditions Les Belles Lettres, avec quelques remaniements.

10 Un cas éclairant à cet égard est celui des deux noms ξενισμός : 1. « réception d’un étranger » (Plat. Lys. 205c) et 2. « étrangeté, caractère étrange » (Pol. 15, 17), qui sont des nominalisations des deux verbes ξενίζω : 1. « je reçois » (Hdt. 9, 89) et 2. « je me comporte comme un étranger » (Dém. Eubul. 18) respectivement.

11 Dans les approches générativistes (cf., entre autres, Alexiadou, Haegeman, Stavrou 2007, p. 495‑540) est préférée l’étiquette « event nominals » pour les nominalisations du prédicat.

12 Cf., entre autres, Comrie, Thompson 1985 ; Booij 1992 ; voir Bruno 2000 pour une description des différentes approches.

13 De même, seuls deux noms neutres en ‑σμα sont attestés dans les poèmes homériques : ἔρισμα « querelle, rivalité » (cf. ἐρίζω) et πείσμα « corde, cordage » < *πενθσμα de la racine bhendh « lier » (racine qui a fourni les noms grecs πενθερός « beau‑père » et φάτνη « mangeoire, crèche », le verbe sanskrit badhnāmi et le verbe germanique bindan).

14 Nous citons Hésychios d’après les éditions de Hansen et Cunningham (2009).

15 D’autres noms en ‑(ισ)μός sont attestés dans des fragments des philosophes présocratiques, cités par les auteurs des époques successives. Quelques exemples sont ἀποικισμός « colonisation, fondation d’une colonie » et βληστρισμός « agitation (d’un malade) » chez Xénophane, σχηματισμός « forme, figure » et χωρισμός « séparation » chez Héraclite, λογισμός « calcul » chez Pythagore, μηδισμός « adhésion au parti des Mèdes », ἐθισμός « usage », τετραγωνισμός « quadrature », φωτισμός « illumination », διαχωρισμός « séparation » chez Anaxagore. DELG, s.v. βάλλω explique l’origine de βληστρισμός « agitation (d’un malade) » : à son avis, la combinaison de la racine βλη‑ avec le suffixe d’instrument ‑τρον donne lieu au nom ἀμφιβλήστρον « filet, remparts » (lit. « ce qui est jeté autour de quelque chose »). De la forme simple, non attestée, *βλήστρον dérive le verbe βληστρίζω « j’agite violemment », d’où le nom d’action βληστρισμός « agitation (du malade) », attesté aussi chez Hippocrate. Dans un fragment de Stésichore est attesté le nom ἀναγνωρισμός « le fait de reconnaître ».

16 Benveniste 1935, p. 71.

17 Benveniste 1948, p. 73.

18 Leukart 1994, p. 133.

19 Sur les noms en ‑τήρ cf. aussi Benveniste 1948, p. 34‑44.

20 Selon le témoignage d’Athénée, le nom καλαθισμός est employé par Eschyle dans une tragédie perdue et fait référence à un type de danse. Pour κλισμός « chaise » voir 3 ci‑dessus ; pour σεισμός cf. DELG, s.v. σείω.

21 Cf. Chantraine 1933, p. 144.

22 Cf. Risch 1974, p. 31‑38, auquel nous renvoyons aussi pour la discussion de l’accent.

23 « Komposita mit verbalem Vorderglied » selon Risch 1974, p. 193.

24 Cf. Debrunner 1917, p. 38 et 47.

25 Les noms primaires en ‑μα ont fait l’objet de l’étude de Bruno (2003) qui, comparant les données du grec avec celles du sanskrit (noms en ‑man) et du latin (noms en ‑mentum), reconnaît aux suffixes la fonction de créer des nominalisations (a) des arguments objet et instrument, quand les racines sont transitives ou inaccusatives et (b) du prédicat, seulement quand les racines sont inaccusatives. C’est la même valeur des noms dérivés par le suffixe ‑(ισ)μα, p. ex. ἀγώνισμα « lutte, objet de lutte », νόμισμα « tout ce qui est établi par l’usage = coutume, règle », ὀνείδισμα « blâme, reproche », σόφισμα « invention ingénieuse, expédient, sophisme », τείχισμα « fortification », ὕβρισμα « outrage, objet de violence », ψήφισμα « décret = décision votée au moyen de cailloux ».

26 Les noms sont les suivants : ἀγωνισμός (ἀγώνισις, ἀγώνισμα), αἰκισμός (αἴκισμα), ἀκοντισμός (ἀκόντισις, ἀκόντισμα), ἀκροβολισμός (ἀκροβόλισις), ἀνδραποδισμός (ἀνδραπόδισις), ἀναλογισμός (ἀναλόγισμα), βαδισμός (βάδισις, βάδισμα), δανεισμός (δάνεισμα), διορισμός (διόρισις), ἐθισμός (ἔθισμα), ἐπιτειχισμός (ἐπιτείχισις, ἐπιτείχισμα), κατοικισμός (κατοίκισις), κνισμός (κνίσμα), οἰκισμός (οἴκισις), οἰκτισμός (οἴκτισμα), ὁπλισμός (ὅπλισις, ὅπλισμα), ὁρισμός (ὅρισμα), προπηλακισμός (προπηλάκισις), σχισμός (σχίσις), τειχισμός (τείχισις, τείχισμα), ὑβρισμός (ὕβρισμα), χρηματισμός (χρημάτισις).

27 Le texte grec est celui de l’édition de D. Page publiée à Oxford en 1972.

28 Cf. Benveniste 1948, p. 85 : « [o]n exprime par ‑σις la notion comme étant hors du sujet, et en ce sens, objective, et posée comme accomplie du fait qu’elle est objective ».

29 Chantraine 1933, p. 144.

30 Cf. Blass, Debrunner, Funk 1961, p. 61‑62 sur le Nouveau Testament.

31 Nous renvoyons aux autres études que nous avons dédiées à ce sujet (Tronci 2017 ; 2018 ; Necker, Tronci 2017).

Auteur

Università per Stranieri di Siena, Dipartimento di Ateneo per la Didattica e la Ricerca, Italie

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search