Version classiqueVersion mobile

Dérivation nominale et innovations dans les langues indo‑européennes anciennes

 | 
Alain Blanc
, 
Isabelle Boehm

Première partie. La dérivation depuis l'indo‑européen jusqu'aux langues attestées

Nouvelles réflexions sur les neutres en *‑us‑ : un suffixe résiduel

Romain Garnier

Résumé

Les neutres en *‑us‑ sont un type résiduel qui n’a guère connu la fortune prodigieuse des thèmes sigmatiques concurrents en *‑e/os‑. Le grec n’en a pas trace, hormis dans la dérivation secondaire. Ils ne sont plus productifs qu’en anatolien et en indo‑iranien. Pour moribonde qu’elle soit, cette formation offre prise à la reconstruction interne : il faut poser un thème d’adjectif protérokinétique de type *ṷét‑u‑, *ut‑éṷ‑ « vieux, chargé d’années » (sans doute formé sur le nom‑racine *ṷét‑ f. « an, année », formé sur i.‑e. *√ṷet‑ « pivoter »), dont le neutre substantivé i.‑e. *ṷét‑u‑ « vieillerie, vétusté » a été étoffé par un élargissement en *‑s‑ inorganique. Cette étude traitera ainsi des dérivés primaires en *‑us‑, des dérivés sur base secondaire, des attestations indirectes supposées par leurs dérivés féminins en *‑ih2, des dérivés en *‑us‑ étoffant un ancien neutre acrostatique de structure *CóC‑u‑, puis de deux mots obscurs en *‑us‑, et enfin de la genèse du participe parfait i.‑e. *ṷid‑ṷós‑ « sachant » (véd. vid‑vā́ṃs‑), traditionnellement expliqué comme le dérivé interne d’un putatif *ṷéi̭d‑us‑ n. « connaissance ».

Texte intégral

1Les neutres en *‑us‑ sont un type résiduel qui n’a guère connu la fortune prodigieuse des thèmes concurrents en *‑e/os‑. Le grec n’en a pas trace, hormis dans la dérivation secondaire. Ils ne sont plus productifs qu’en anatolien et en indo‑iranien, lesquels se comportent ici à rebours des autres langues. Pour moribonde qu’elle soit, cette formation offre prise à la reconstruction interne : ainsi que l’a démontré Malzahn (2014), il faut poser un thème d’adjectif protérokinétique (ci‑après PK) de type *ṷét‑u‑, *ut‑éṷ‑ « vieux, chargé d’années » (sans doute formé sur le nom‑racine *ṷét‑ f. « an, année »), dont le neutre substantivé i.‑e. *ṷét‑u‑ « vieillerie, vétusté » a été étoffé par un élargissement *‑s‑ inorganique (Nussbaum 1986, p. 146, n. 15), selon un procédé de recaractérisation des neutres en *‑u‑ bien vivant en anatolien : ainsi louv. cun. šaruš n. « butin » en regard de hitt. šāru (< i.‑e. *sór‑u‑), et louv. cun. tāruš n. « statue » vs hitt. (GIŠ)tāru n. « bois, arbre » (< i.‑e. *dór‑u‑). Le védique n’ignore pas cet usage, qui offre déjà ā́yuṣ‑ n. « force vitale » en regard de la forme non‑élargie ā́yu‑, reflétant recto itinere le neutre acrostatique (ci‑après AS) i.‑e. *h2ói̭‑u‑.

  • 1 Remarquable est le type tápuṣ‑ n. « chaleur » qui vaut parfois pour un adjectif, malgré sa baryton (...)

2Le schéma dérivationnel canonique est donc le type *tép‑u‑ adj. « chaud » → *tép‑u‑ n. « chaleur » → *tép‑us‑ n. « id. ». Les thèmes en *‑us‑ ainsi formés, prévenant les accidents d’une flexion protérokinétique peu commode (ainsi le génitif singulier *tp‑éṷ‑s !) sont des neutres, source de dérivés secondaires : sur *ṷét‑us‑ n. « vieillerie, vétusté » on formait ainsi *ṷet‑us‑ó‑ et *ṷet‑us‑tó‑ « vétuste » (< *« pourvu de vétusté »). Nussbaum (1986, p. 146, n. 15) songeait que le morphème complexe i.‑e. *‑u‑s‑ pouvait indifféremment fournir des adjectifs comme des substantifs, mais c’est là sans doute une projection anachronique des données indiennes : ainsi jay‑úṣ‑ « victorieux », dakṣ‑úṣ‑ « ardent » (sur √dah‑ « brûler »), van‑úṣ « jaloux », qui doivent s’expliquer comme de pseudo‑archaïsmes artificiels pour les dérivés thématiques ici attendus : respectivement *jay‑uṣ‑á‑, *dakṣ‑uṣ‑á‑ et *van‑uṣ‑á‑, soit le type de véd. tar‑uṣ‑á‑ adj. « qui domine » formé sur véd. tár‑u n. « suprématie ». Ces adjectifs néo‑athématiques ont reçu l’accent oxyton du véd. tav‑ás‑ adj. « fort » (< i.‑e. *teṷh2‑és‑) en regard de véd. táv‑as‑ n. « force » (< i.‑e. *téṷh2‑e/os‑)1. Il n’y a donc pas lieu d’attribuer ces faits à l’indo‑européen.

3La présente étude traitera des neutres en *‑us‑ primaires, sur base secondaire, puis de ceux inférables de leurs dérivés féminins en *‑ih2. On traitera ensuite de mots en *‑us‑ sur base *CóC‑u‑. Suivent deux études sur des mots en *‑us‑ problématiques. On fera enfin un sort au type i.‑e. †ṷéi̭d‑us‑ n. « connaissance » posé comme source du participe parfait *ṷid‑ṷós‑.

1. Le type *tép‑u‑ adj. « chaud » → *tép‑u‑ n. « chaleur » → *tép‑us‑ n. « id. »

1.1. *h2émǵʱ‑us‑ n. « étroitesse »

  • 2 J’emprunte ici à la doctrine désormais classique de Mayrhofer (EWAia I, p. 38‑39, s.v. áṁhas‑ et a (...)

4Le point de départ de la Derivationskette est l’adjectif protérokinétique *h2émǵʱ‑u‑ « étroit ». Ce type est reflété par got. aggwus* « étroit » (M. 7, 14 þair aggwu daur « par la porte étroite ») et par véd. aṁhú‑ n. subst. « étroitesse ». Dès la période commune, le neutre substantivé *h2émǵʱ‑u‑ n. « passage étroit, étroitesse » a été étoffé en *h2émǵʱ‑us‑. Cette formation n’est pas directement documentée, mais elle est postulée par ses dérivés secondaires : ainsi, lat. angustus adj. « étroit » (< *h2emǵʱ‑us‑tó‑ « qui possède l’étroitesse ») et v.h.a. angust f. « peur » (= all. mod. Angst), issu de germ. com. *angus‑tiz f. « angoisse »2.

5Donc *h2émǵʱ‑u‑ adj. PK « étroit » → *h2émǵʱ‑u‑ n. « étroitesse » → *h2émǵʱ‑us‑ n. « étroitesse ».

1.2. *léh2‑us‑ n. « séparation »

  • 3 Rajouter ici véd. rāviṣam (inj. 1 sg.) attesté en RV 10.86.5c śíro nv àsya rāviṣaṃ « je vais lui c (...)
  • 4 Noter la longue résiduelle du composé hom. βου‑λῡ‑τόν n. « heure de dételer les bœufs » qui requie (...)

6Dans une brillante étude, Nikolaev (2010) reconstruit une racine primaire *leh2 « couper, fendre, détacher (un silex) », source d’un thème neutre en *‑u‑ : *léh2‑u‑ (ou *lḗh2‑u‑) « action de couper », dont l’auteur retrouve plusieurs dérivés secondaires : *leh2‑u‑r‑ó‑ « taillé » reflété par ion. λαύρη f. « ruelle, passage étroit » (< *« tunnel taillé dans la roche »), qu’il rapproche d’alb. (geg) lerë « petits cailloux, tas de pierres » (< proto‑alb. *laurā), soit un thème de collectif i.‑e. *leh2‑u‑r‑éh2 (p. 196). L’arm. leaṙn « montagne » (< proto‑arm. *lī(w)ar‑no‑) est posé comme issu d’i.‑e. *lēh2‑r̥‑nó‑ « consistant en pierres, rocheux » (p. 199), mais pourrait être une forme à vr̥ddhi tirée d’un nom d’action hétéroclitique *léh2‑ṷ‑r̥ n. « action de tailler » concrétisé au sens de « pierre ». L’ion.‑att. λαῖα f. « petit caillou » est interprété par l’auteur (p. 194) comme le produit d’un plus ancien *λάϝ‑yα > *λαῖϝα. On peut poser un adjectif protérokinétique *léh2‑u‑, *l̥h2‑éṷ‑ « fendu, taillé », dont l’étymon gr. com. *λάϝyα ne serait autre que le féminin : i.‑e. *l̥h2‑éṷ‑ih2 [lǝ.χá.wiχ] > post‑i.‑e. *lắṷ‑ih2 [lá.wiχ] « petit éclat, morceau de pierre ». Sur cet adjectif, on attend un neutre substantivisé *léh2‑u n. « coupure, fente » dont il existe un dérivé possessif en *‑‑ (de type barbātus), *l̥h2‑u‑tó‑ [lǝ.χu.tó‑] passant régulièrement (avec métathèse) à *luh2‑tó‑ [luχ.tó‑] « pourvu d’une entaille ». C’est l’origine de la racine « secondaire » *leṷh2 « couper, découper, détacher » posée par l’auteur (p. 201) sur la foi du véd. °lū‑na‑ « tranché » (Br. +)3 et du gr. λύω « délier »4.

7Le neutre substantivé *léh2‑u‑ « coupure, séparation » est la base d’une forme recaractérisée *léh2‑us‑ n. dont on peut supposer l’existence en raison du dérivé thématique *leh2‑us‑ó‑ adj. « séparé, libéré de » (type de lit. vẽtuš‑as adj. « vieux » < *ṷet‑us‑ó‑ « pourvu de vétusté ») qui ferait attendre germ. com. *lauzaz adj. « libéré de, privé de » avec effet‑Verner. Or, les langues germaniques reflètent ici un *lausaz (got. laus adj. « vide », v.‑isl. lauss adj. « vide de, privé de »). La sifflante sourde au lieu de la sonore que l’on attendait doit s’expliquer par les composés du type de got. akraná‑laus « sans fruit », andí‑laus* « sans fin », gudá‑laus* « godless » où l’accent portait sur la finale du premier membre : ainsi germ. com. *andjá‑lausaz [virtuel] (v.‑isl. enda‑lauss, v.‑angl. ende‑lēas, v.‑sax. endi‑lōs, m.h.a. ende‑lōs « endless »).

8Donc *léh2‑u‑ adj. PK « découpé » → *léh2‑u‑ n. « coupure » → *léh2‑us‑ n. « séparation ».

1.3. *péh2‑us‑ n. « pâture »

9Il faut reconstruire un thème neutre *péh2‑us‑ pour rendre compte du dérivé secondaire reconstruit comme *péh2‑us‑(H)ōn « dieu pastoral » (gr. com. *πάhϝων, ‑ονα < *πάϝh‑ων « Pan ») par Malzahn (2014, p. 163), qui admet le sens de « protection » pour l’étymon i.‑e. *péh2‑us‑. Il faut ici poser, non pas un suffixe de Hoffmann *‑h3ón‑ (noter l’accentuation radicale du grec), mais un suffixe caractérisant *‑on‑ (soit le type de véd. grā́v‑ā, acc. sg. grā́v‑ān‑am m. « pierre de meule » < i.‑e. *gréh2‑ṷ‑on‑ m. « celui caractérisé par sa lourdeur »). On doit reconstruire ainsi un dérivé animé de type *péh2‑us‑ōn, acc. sg. *péh2‑us‑on‑m̥ « caractérisé par le fait de (faire) paître, pastoral ». Le dieu Pan n’est pas un gardien, ni d’ailleurs un nourricier. Sur ces bases, il est tentant de reconstruire un lexème i.‑e. *péh2‑us‑ n. « pâture ».

10Malgré l’enthousiasme d’Oettinger (2000), il n’y a guère d’apparence qu’on puisse reconstruire un théonyme pastoral d’époque commune. La comparaison a priori évidente avec le dieu védique Pūṣán s’avère mal fondée : ce dernier préside à la croissance de la laine sur les moutons. Il reste en cheville avec le verbe púṣyati, parfait pupóṣa « croître, se développer, pousser ». Pūṣán reflète un dérivé hystérokinétique de type *puh2‑s‑ḗn « celui qui fait pousser » (acc. sg. pūṣáṇam < i.‑e. *puh2‑s‑én‑m̥). Pour rendre compte de ce dérivé, l’on doit partir d’un nom d’action hétéroclitique *péh2‑us‑r̥, n. « action de (faire) paître », dont le locatif *puh2s‑én (régulièrement issu du thème faible *pǝh2‑us‑én avec la métathèse de laryngales) « à la pâture, au pâturage, à l’engrais » fournit, par dérivation interne, un décasuatif animé *puh2‑s‑ḗn (< [virtuellement] *pǝh2‑us‑én + *‑s « celui [spécialisé] dans l’engraissement, celui qui a pour fonction de faire croître/pousser »).

11Le verbe véd. púṣ‑ya‑ti « croître, pousser » (parfait pu‑póṣ‑a « être riche ») pourrait s’expliquer par un dérivé thématique i.‑ir. *pa(H)‑uš‑á‑ « gavé, repu » (< i.‑e. *peh2‑us‑ó‑ « pourvu de pâture »), qui donnait en védique un oxyton *poṣ‑á‑ « bien nourri, replet » dont serait sortie la grande racine indienne √puṣ‑ « croître, pousser ». Cette dernière présente évidemment un degré réduit analogique.

  • 5 L’association métaphorique – fort banale – entre le « duvet des plantes, la pelouse » et la « pilo (...)

12Toutes ces données requièrent un adjectif protérokinétique i.‑e. *péh2‑u‑ « repu », d’où procèdent le neutre *péh2‑u‑ « pâture, pâturage, herbe » et sa forme élargie *péh2‑us‑ n. « id. ». Il y a une trace possible de ce neutre non‑élargi *péh2‑u‑ : on peut envisager l’existence d’une locution *péh2‑u *bʱuhx « l’herbe pousse », univerbée en un adjectif hystérokinétique *puh2‑bʱ(ṷ)‑ḗs « dont le duvet est sorti » (d’où lat. pūbēs, ‑eris adj. « pubère »). Par ailleurs, un thème de collectif hystérokinétique *puh2‑bʱ(ṷ)‑éi‑ « pelouse » est reflété par le lat. pūbēs, ‑is f. « toison virile »5. Autre reflet possible, le vieux neutre protérokinétique *péh2‑u‑, *pǝh2‑éṷ‑s « herbe » a donné un dérivé i.‑e. *pǝh2‑u‑ró‑ > *puh2‑ró‑ adj. « qui a la couleur de l’herbe (tendre) » – lequel pourrait aisément rendre compte du thème celt. com. *fūro‑ adj. « frais, vert » (Matasović 2009, p. 143) reflété par le m.‑irl. ur adj. « frais, brillant, vert » et par le m.‑gall. ir adj. « verdoyant, vert, plein de sève ».

13Donc *péh2‑u‑ adj. PK « repu » → *péh2‑u‑ n. « pâture » → *péh2‑us‑ n. « id. ».

1.4. *séǵʱ‑us‑ n. « force »

  • 6 Malgré ce que se figurent certains, on ne passe pas du sens de « force » à celui de « victoire ». (...)
  • 7 Encore faut‑il ici préciser – ce qu’on ne fait jamais – que le singulier sigor est refait sur le n (...)
  • 8 Il faut renvoyer à la remarquable étude de Nussbaum (1998, p. 536), où l’auteur postule un dérivé (...)

14Il existe un thème germ. com. *seg‑uz‑ n. « victoire »6, reflété par le v.‑angl. sigor n. « victoire »7 et par le v.h.a. sigu n. « id. ». Noter ici le dénominatif v.‑angl. sigorian « vaincre » (< germ. com. *(uƀer=)seguz‑ōjan‑). Pour isolée qu’elle soit, cette formation purement germanique (qui reflète – au moins virtuellement – un étymon i.‑e. *séǵʱ‑us‑ n. « force »), s’inscrit au sein de toute une riche famille, bien représentée, et qui repose sur un ancien adjectif protérokinétique *séǵʱ‑u‑, *sḱʰ‑éṷ‑ « fort » (la sourde aspirée étant ici liée à la loi de Sieb). Le thème fort se prolonge dans le celt. com. *seg‑u‑ adj. « fort » dont il existe un dérivé secondaire *seg‑ow‑iyā f. « fortin, place forte » (cf. lat. Segouia « Ségovie » [Espagne] = Göfis [Autriche]). Sur ce thème *séǵʱ‑u‑, *sḱʰ‑éṷ‑ « fort » a été formé un neutre hétéroclitique *séǵʱ‑ṷ‑r̥, *sḱʰ‑ṷ‑én‑s n. « force, dureté, sévérité » (cf. gr. ἐχυρός adj. « fort, fortifié, solide », lat. seuērus adj. « dur, sévère »8).

15Une trace du thème d’oblique *sḱʰ‑ṷ‑én se retrouve dans le gr. σθένος n. « force » (si de gr. com. *σχʷένος). Selon Widmer (2004, p. 108), il faudrait admettre, pour rendre compte de la forme grecque, un dérivé possessif thématique *sḱʰ‑u‑n‑ó‑ adj. « pourvu de force » donnant à son tour – par dérivation interne – un dérivé sigmatique de structure *CéC‑e/os‑ (*sʰ‑ṷ‑én‑e/os‑ n. « force »). De façon alternative, on peut songer aussi à un étoffement du thème d’oblique *sḱʰ‑ṷ‑én en post‑i.‑e. *sḱʰ‑ṷ‑én‑es(i). En ce cas, il faudrait admettre que le thème alternant (gr. com. *σχʷέν‑ος) serait une rétroformation sur le vieux locatif (gr. com. *σχʷέν‑εh‑ι).

16Donc *séǵʱ‑u‑, *sʰ‑éṷ‑ adj. PK « fort » → *séǵʱ‑u‑ n. « force » → *séǵʱ‑us‑ n. « id. ».

1.5. *tép‑us‑ n. « chaleur »

  • 9 Sur véd. gharmá‑ m. « chaleur (du soleil) » (< i.‑e. *gʱór‑mo‑), on a forgé un double bahuvrīhi : (...)

17Le véd. tápu‑ adj. « chaud, brûlant » (< i.‑e. *tép‑u‑) est directement attesté. L’émergence du type *tép‑us‑ n. doit aussi à la concurrence du thème sigmatique *tép‑e/os‑ (véd. táp‑as‑), qui est à *tép‑us‑ ce que *séǵʱ‑e/os‑ n. « force, violence » est à *séǵʱ‑us‑ « id. ». L’usage de véd. tápu‑ comme un adjectif s’explique par la réinterprétation d’un bahuvrīhi privatif *á‑tapuṣ‑ adj. « dépourvu de chaleur » comme un composé déterminatif (« qui n’est pas chaud »). De tels faits sont assez fréquents en védique9. En somme, même si véd. tápuṣ‑ n’est pas attesté en tant que substantif neutre, l’adjectif tápuṣ‑ implique indirectement l’existence d’un tel neutre en védique.

18Donc *tép‑u‑ adj. PK « chaud, brûlant » → *tép‑u‑ n. « chaleur (pénible) » (?) → *tép‑us‑ n. « id. ».

1.6. *térh2‑us‑ n. « supériorité, victoire »

19Le véd. táruṣ‑ n. « supériorité, victoire » est un doublet du type táru‑ « id. », qui reflète i.‑e. *térh2‑u n. subst. « supériorité, victoire ». Ces formes védiques sont sans doute à mettre en relation avec l’étymon anat. com. *tarχʷ‑ent‑ adj. « victorieux » (louv. cun. DTarḫuwant‑), issu d’i.‑e. *tr̥h2‑ṷ‑én‑t‑ (Kloekhorst 2008, p. 838). En propre, il faut partir d’un locatif hétéroclitique adverbial *tr̥h2‑ṷ‑én « en supériorité », amorce d’un décasuatif *tr̥h2‑ṷ‑én‑t‑ « celui qui est en supériorité » (où l’on reconnaît le suffixe caractérisant *‑t‑).

20Donc *térh2‑u‑ adj. PK « supérieur » → *térh2‑u‑ n. « supériorité, victoire » → *térh2‑us‑ n. « id. ».

1.7. *trép‑us‑ n. « matière flexible, malléable »

21Le véd. trápu n. « étain » possède un doublet sigmatique trápuṣ‑ de même sens. Le pāli tipu reflète un neutre *tr̥pu‑ sur degré zéro. Il faut donc supposer l’existence d’un adjectif *trép‑u‑, *tr̥p‑éṷ‑ « malléable », de flexion protérokinétique. Ce terme technique ne saurait avoir été fondé en sanskrit même, où la racine √trap‑ (présent moyen trapate Ep. +) ne signifie plus qu’« avoir honte » (< *« se détourner »). La racine sous‑jacente est i.‑e. *trep‑ « *tordre, tourner ». Noter le gr. εὐτράπελος adj. « souple » (< i.‑e. *h1s‑u‑tr̥p‑elo‑ « qui se tourne bien »).

22Donc *trép‑u‑ adj. PK « flexible, malléable » → *trép‑u‑ n. « matière malléable » → *trép‑us‑ n. « id. ».

1.8. *téh2‑us‑ n. « position statique, immobilité, tranquillité »

  • 10 Attesté dans le véd. anu‑sthú‑ adj. « qui suit à la trace » (indexé sémantiquement sur le préverbé (...)

23Il y a trace d’un adjectif protérokinétique *(s)téh2‑u‑, *(s)th2‑éṷ‑ « qui se tient debout » formé sur la grande racine i.‑e. *(s)teh2‑ « se tenir debout ». En composition, il y a eu généralisation du degré réduit (véd. °sth‑ú‑)10. Cette racine recèle aussi le sens, bien connu, de « s’arrêter, s’immobiliser, se tenir tranquille ». En védique, cette acception sémantique apparaît au parfait « actif » : tasthúr ā́paḥ « les eaux sont immobiles » (RV 5, 47, 5b), qui correspond parfaitement pour le sens au tour latin aquæ stant (cf. stantibus aquīs, Ovide, M. 4, 732). Le véd. sthāvará‑ adj. « stable, immobile » reflète un étymon *(s)teh2‑ṷ‑er‑ó‑ « stable, immobile », apparenté de loin au thème fort de l’adjectif *(s)téh2‑u‑ « stable, immobile ». Dès lors, on peut supposer que la racine †th2eṷs‑ « still sein » (LIV2, p. 642) est une erreur de perspective. Il faut poser un neutre sigmatique *téh2‑us‑ « immobilité », réfection d’un plus ancien *téh2‑u‑ de même sens. L’oblique i.‑e. *tuh2‑s‑én (régulièrement issu de *tǝh2‑us‑én‑) se prolonge indirectement dans le véd. tūṣṇī́m adv. « en silence », qui postule un thème de locatif fossile *tūṣán (< i.‑e. *tuh2‑s‑én). Le hitt. tuḫḫuš‑zzi /tʊ.χʊs/ « s’arrêter » est rétroformé sur le participe présent tuḫḫušant‑ qui reflète *tuh2‑s‑én‑t‑ « qui se tient en repos » formé à l’aide du suffixe individualisant *‑t‑. Le celt. com. *tawso‑ m. « silence/silencieux » (Matasović 2009, p. 373) vient d’i.‑e. *teh2‑us‑ó‑ « silencieux ».

24Donc *(s)téh2‑u‑ adj. PK « qui se tient debout » → *(s)téh2‑u‑ n. « immobilité » → *(s)téh2‑us‑ n. « id. ».

2. Neutres en *‑us‑ sur base secondaire

25Il sera ici question des neutres en *‑us‑ constitués sur base secondaire : sur un thème de collectif *kr‑éh2 « tas de pierre », sur une base univerbée *golbʱ‑/*gl̥bʱ‑ « embonpoint », sur un thème alternant *ṷébʱ‑h2, *ubʱ‑éh2‑s « toile (d’araignée), tissu, texte », et deux neutres en *‑us‑ sur base de nom‑racine : *kr̥p‑us‑ n. « corps » sur *krép‑/*kr̥p‑ et *ṷét‑us‑ n. « vétusté » tiré d’un adjectif *ṷét‑u‑, *ut‑éṷ‑ « vieux » formé non pas sur la racine, mais sur le nom‑racine *ṷét‑ « année ».

2.1. Sur i.‑e. *kór‑o‑ m. « action de tailler, pierre » (collectif *kr‑éh2 « cairn, tas de pierres, empilement »)

  • 11 Noter ainsi *gréh2‑u n. « lourdeur » → *gruh2‑tó‑ (< *gr̥h2‑u‑tó‑) « pourvu de lourdeur » (cf.  (...)
  • 12 Avec la simplification *CH.mnV‑ > *CH.nV‑ magistralement établie par Pinault (2014b, p. 198‑199).
  • 13 Matasović (2009, p. 191, s.v. *karno‑ « heap of stones, tomb ») rapproche le gaul. karnitu (Todi) (...)
  • 14 Avec traitement régulier d’i.‑e. *CR̥H.CCV‑ > *CaRCV‑ (Zair 2012, p. 82), ainsi pour celt. com. *b (...)

26Les deux thèmes se sont croisés en italique, produisant *kor‑ā f. « pierre » (osq. kúru). Le thème de collectif a été réanalysé en racine primaire : i.‑e. *√kreh2‑ (cf. lett. krât « empiler »). Sur cette base, on formait un dérivé i.‑e. *kréh2‑u‑ adj. PK « fait de pierres » → *kréh2‑u‑ n. « empilement, cairn » → *kréh2‑us‑ n. « id. ». Un dérivé possessif i.‑e. *kreh2‑us‑ó‑ (du type de lit. vẽtuš‑as) suffit à rendre compte de l’étymon germ. com. *χrauz‑a‑ « amas artificiel de pierres » posé par Kroonen (2013, p. 244) sur la foi du v.‑isl. hreyrr m. et de l’isl. mod. hreyr « tombe mégalithique, tumulus de pierre construit au‑dessus d’une sépulture ». Le neutre non élargi *kréh2‑u‑ n. « empilement de pierres, toit » fournit un dérivé possessif *kruh2‑tó‑ (< *kr̥h2‑u‑tó‑)11 « pourvu d’un toit », d’où procède la racine secondaire *kruh2 (v.‑sl. kryti « [re]couvrir, cacher »). Un dérivé *kréh2‑mn̥ n. « empilement » donnait un dérivé possessif thématique *kr̥h2‑(m)n‑ó‑12 (celt. com. *karno‑13 « tas de pierres, cairn »14).

2.2. Sur i.‑e. *golbʱ‑/*gl̥bʱ‑ « embonpoint »

27Un étymon *gélbʱ‑us‑ est reconstruit par Malzahn (2014, p. 163) d’après l’av. réc. gǝrǝbuš‑ n. « petit d’un animal » (sur degré zéro), le germ. com. *kelbuz‑ n. « brebis » (sans labio‑vélaire) et le gr. δελφῠ́ς f. « matrice » (que rien ne dénonce comme un ancien neutre). Les trois formes invoquées sont donc problématiques : fait plus grave, le thème sous‑jacent *gelbʱ‑ n’est pas une racine verbale. Il faut donc en rendre compte.

  • 15 Sur la grande racine i.‑e. *geh3 « nourrir, (faire) paître » qui donne gr. βόσκω (< i.‑e. *gh3(...)
  • 16 Posé par Éric Dieu (2016, p. 54) pour rendre compte de la racine grecque *√σχαλ‑ « être inactif, s (...)
  • 17 Martirosyan (2009, p. 182) isole ici un suffixe ‑k (à cause du doublet dialectal non élargi boł «  (...)
  • 18 Soit gr. com. *CoRy‑ > *CuRy‑ (Vine 1999).
  • 19 Noter ici l’anthroponyme Γόγγυλος « Legros ».

28On pourrait supposer un privatif de possibilité niée i.‑e. *ń̥‑gh3‑elo‑ « qui ne peut être repu »15, soit le type de gr. *ἄ‑σχ‑αλος adj. « qu’on ne peut retenir »16 (<< i.‑e. *ń̥‑sḱʰ‑elo‑). La forme se colorait en *ń̥‑golo‑ dès l’époque commune : on en tirait un dérivé inverse *goló‑ adj. « repu, engraissé, gras, gros, rond ». Cet oxyton donne gr. com. *γʷολ‑ός adj. « rond » – base d’une forme à redoublement expressif *γʷολ‑γʷολ‑ός « très rond ». Comme il s’observe souvent, la forme en question présente un redoublement brisé, ce qui détermine ici une troncation antérieure à l’action de ladite loi de Wheeler (barytonèse d’un oxyton sur cadence dactylique), d’où *βολ‑ϐ(ολ)ός adj. « très rond » en grec du premier millénaire, reflété par le gr. βολϐός m. « bulbe » et par l’anthroponyme Βολϐός « Legros », sans doute désignation plaisante d’un homme replet (personne ne s’appelle *« Le Bulbe » !). Skoda (1982, p. 140) admet une base expressive exprimant la rotondité : elle pose donc un étymon *bol‑bol‑o‑ avec redoublement brisé, mais rapproche ici lat. bulla f. « bulle d’eau » (ce qui est faible) et arm. bołk « radis » (ce qui est là totalement impossible)17. Un dénominatif gr. com. *γʷολ‑γʷóλ‑yω « donner une forme arrondie, arrondir » passait régulièrement à *γʷολ‑γύλ‑yω du fait de la loi de Cowgill‑Vine18, d’où *γʷολ‑γύλλω dissimilé en *γʷον‑γύλλω ce qui – en toute rigueur – eût abouti à **βον‑γύλλω, mais l’expressivité du redoublement a été préservée de façon analogique, d’où le type γογγύλλω (mot de glossaire : γογγύλλειν· συστρέφειν « former une boule » Hsch.). On en déduit un adjectif postverbal *γογγυλός passant à γογγύλoς19 avec l’action de la loi de Wheeler.

  • 20 La même resegmentation s’observe pour le vieux nom d’action germ. com. *sta‑đi‑ f. « action de se (...)
  • 21 Cf. angl. dial. childer « children ». Extension du suffixe germ. com. *‑e/az‑ (< i.‑e. *‑e/os‑) pa (...)

29Cette base *gol‑ d’origine nominale a été réinterprétée comme le degré *o d’une racine primaire *gel‑ « être enflé », avec un nom d’action i.‑e. *gél‑ti‑, *gl̥‑téi̭‑ f. « embonpoint, grossesse » qui se prolonge dans le germ. com. *kʷelþi‑, *kulđi‑ f. « grossesse » → nivellement *kelþi‑, *kelđi‑ f. « id. ». Partant, il y a eu réanalyse en thèmes en ‑i20 sur une base « verbale » *kelþ‑, *kelđ‑ « être enceinte », soit *kelþ‑i‑, *kelđ‑i‑. Le sentiment d’une base verbale se reconnaît à la suffixation de date germanique en *‑īn‑ et et en *‑jan (Olsen 2010, p. 142). En ostique, on relève *kelþ‑īn‑ f. « utérus » (got. kilþei « id. », parasynthétique in‑kilþ‑o adj. f. « enceinte ») ; le westique atteste d’un *kelđ‑ja‑ n. « embryon, fœtus, petit d’animal, enfant » (v.‑angl. ċild, pl. ċild et ċild‑ru)21.

  • 22 Soit le type *gén‑h2, *gn‑éh2‑s coll. PK « féminité » → « femme, épouse ».
  • 23 Soit le type d’i.‑e. *plét‑h2‑u‑, *pt‑h2‑éṷ‑ adj. PK « étendu ».
  • 24 Avec la simplification *CH.mnV‑ > *CH.nV‑ déjà mentionnée supra (Pinault 2014b, p. 198‑199).
  • 25 Avec la fracture vocalique (Höfler 2017, p. 15), dont le Paradebeispiel est gr. παλάμη m. « palme  (...)
  • 26 Soit un nom du type gr. πλάτανος f. « platane » formé sur *πλατανός adj. « étendu » (< i.‑e. *pl̥t (...)
  • 27 Sans doute non apparenté à sl. com. *želǫdь m. « gland », r. žë́lud’, v.‑croat. žȅlȗd (pas d’effet (...)

30Sur un thème protérokinétique *gél‑h2, *gl‑éh2‑s « enflure, gonflement, rondeur »22, on formait un dérivé secondaire *gél‑h2‑u‑, *gl̥‑h2‑éṷ‑ adj. « enflé »23, servant – à son tour – de base à un abstrait i.‑e. *gl̥‑h2‑ú‑h2 f. « enflure » (v.‑sl. žьly f. « glande, tumeur »). Le proto‑balt. *gilʔ‑ii̭ā f. « gland » (reflété par lit. gìlė, lett. dzìle, v.‑pr. gile) doit refléter l’adaptation d’un ancien thème alternant *gél‑h2‑ih2, *gl̥‑h2‑i̭éh2‑s f. « qui possède la rondeur ». Un abstrait *gél‑h2‑mn̥ n. « fait d’être arrondi » donnait un dérivé thématique d’appartenance *gl̥h2‑(m)n‑ó24 adj. « pourvu de rondeur » – substantivé par recul d’accent, soit *gl̥h2‑n‑o‑ > gr. com. *γʷάλανος25 > gr. βάλανος f. « gland »26. Le lat. gland‑ f. « gland du chêne » (et aussi « gland du pénis ») pourrait être indirectement issu d’un adjectif *glānus « rond, arrondi » (< it. com. *gʷlā‑nó‑ < i.‑e. *gl̥h2‑(m)n‑ó‑) étoffé en *glān‑idus, d’où procède un dérivé secondaire de date latine *glānid‑ula régulièrement syncopé en glandula f. « petite glande ». Partant, on produit un dérivé inverse dédiminutif athématique gland‑ f. « [gros] gland »27.

  • 28 Forme reflétée par le germ. com. *kalb‑az m. « jarret », doublet *kalb‑an‑ (v.‑isl. kalfi m.). La (...)

31Le type *goló‑ adj. « bien nourri, gras, rond » formait une locution i.‑e. *goló‑ bʱuhx‑ « être rond » univerbée en *gol‑bʱ(ṷ)‑ó‑ adj. « rond, replet » réanalysé comme un lexème primaire *golbʱ‑ó‑ adj. « gros » (germ. com. *kalb‑az adj. « gros »28, d’où flexion faible *kalb‑an‑ adj. « le gros »). Le substantif *gólbʱ‑o‑ m. « grosseur, gonflement » donne le véd. gárbha‑ m. « embryon ». S’y adjoignait un collectif *gl̥bʱ‑éh2 « zone où se forme l’embryon, matrice » (lat. uulua f. « vulve »). Comme souvent, les deux thèmes se sont croisés en germanique, produisant un masculin sur degré zéro : germ. com. *kulbaz m. « objet de forme arrondie », reflété par le v.‑isl. kolfr m. « bulbe ». Bien entendu, il n’existe aucune trace de formation verbale répondant aux thèmes nominaux *gólbʱ‑o‑/*gl̥bʱ‑éh2.

  • 29 Le v.‑angl. ċilfor‑lamb n. « brebis » procède ici par composition (sur le n. pl. *ċilforu « petits (...)
  • 30 Signalons – pour mémoire – l’hypothèse hétérodoxe de Kroonen (2013, p. 278), selon qui « the δ of (...)
  • 31 Il faut en ce cas renoncer au rapprochement traditionnel avec le v.‑sl. žrěbę n. « poulain » (LXX  (...)
  • 32 Soit le type d’hom. αἴθων, ‑ωνος adj. « étincelant » en regard de αἰθός.

32Sur cette base *golbʱ‑/*gl̥bʱ‑ a été formé un adjectif protérokinétique *gélbʱ‑u‑, *gl̥bʱ‑é « arrondi », source d’un *gélbʱ‑us‑ n. « embryon » > germ. com. *kʷelb‑uz‑ (croisé avec *kulba‑ m. « objet de forme ronde »), d’où *kelb‑uz‑ « embryon » → *kelbuz‑jṓ f. « brebis [pleine] » (v.h.a. kilburra f. « brebis »)29. On peut admettre que l’av. réc. gǝrǝbuš‑ (pour *jarǝbuš‑ attendu) est réaligné sur un adjectif *gǝrǝbu‑. Sur l’adj. PK *gélbʱ‑u‑, *gl̥bʱ‑éṷ‑ « arrondi », on formait un dérivé i.‑e. *gélbʱ‑oṷ‑ coll. AK « matrice », source du gr. δελφῠ́ς, ‑ύος f. « matrice » (dor. δελφῠ́ᾱ)30. L’adj. PK *gélbʱ‑u‑, *gl̥bʱ‑éṷ‑ donnait gr. com. *γʷl̥φύς → gr. *βλαφύλος dissimilé en *βραφύλος, sur lequel aurait été remodelé le gr. βρέφος n. « nourrisson » pour **δέλφος (< i.‑e. *gélbʱ‑e/os‑)31. Il y a trace d’un thème *gelbʱ‑ó‑ adj. « gras » → *gélbʱ‑i‑ f. « embonpoint », muni d’un suffixe de Hoffmann : i.‑e. *gelbʱ‑i‑h3n, *gelbʱ‑i‑h3n‑ós « qui possède l’embonpoint » (gr. com. *γʷελφῖνος → gr. δελφῑ́ς, ‑ῖνος m. « dauphin »). Un suffixe caractérisant i.‑e. *gelbʱ‑ó‑on‑ « le gros » (gr. *δέλφων, ‑ωνος)32 fournit l’amorce d’un dérivé dépréciatif *gélbʱ‑n̥‑k‑ adj. « ventru » (gr. δέλφαξ f. « truie » ; m. « porc »).

2.3. Sur i.‑e. *ṷébʱ‑h2, *ubʱ‑éh2‑s « chose tissée »

  • 33 Je remercie mon ami Chams Bernard, dont les vastes connaissances en iranologie dépassent de beauco (...)

33Le véd. ūrṇa‑vábhi‑ m. « araignée » (ŚBr.), apparenté au gr. ὑφή f. « tissu » et « toile d’araignée » pourrait refléter non pas un thème en *‑i‑, mais un ancien paradigme alternant : véd. *vábhi, *ubhā́s f., d’i.‑e. *ṷébʱ‑h2, *ubʱ‑éh2‑s [collectif protérokinétique] « toile (d’araignée), tissu, texte ». Kümmel (2018) a récemment prouvé que la laryngale i.‑e. *h2 avait opéré un dévoisement des anciennes sonores aspirées en iranien, produisant des allomorphes ir. com. *‑χ‑ (< i.‑ir. *‑gʱ.H‑), *‑ϑ‑ (< i.‑ir. *‑dʱ.H‑) et *‑f‑ (< i.‑ir. *‑bʱ.H‑). Le bénéfice de cette « loi de Kümmel » est considérable : on peut rendre compte d’av. vafuš‑ n. « parole divine versifiée et composée » par un dérivé secondaire i.‑e. *ṷébʱ‑h2‑u‑ adj. « tissé » → neutre substantivé *ṷébʱ‑h2‑u‑ « chose tissée, texte », sujet à un banal étoffement sigmatique : *ṷébʱ‑h2‑us‑ n. > i.‑ir. *ṷábʱ‑H‑uš‑ > pré‑ir. *ṷápʰ‑H‑uš‑ > av. vafuš‑ n. (Y 48, 9 « hymne, révélation »)33.

34Donc *ṷébʱ‑h2‑u‑ adj. PK « tissé » → *ṷébʱ‑h2‑u‑ n. « chose tissée, texte » → *ṷébʱ‑h2‑us‑ n.

2.4. Sur i.‑e. *krép‑/*kr̥p‑ n. « corps »

35Il n’est pas interdit de penser que le lat. corpus, ‑oris n. « corps » (diminutif corpusculum) soit l’avatar élargi en *‑us‑ – par microsystème des noms de partie du corps – du nom‑racine *krép‑/*kp‑ (cf. v.‑irl. crí n. indécl. « corps », véd. kr̥p‑ā́ instr. sg. « sous la forme de »). La présence d’un neutre sigmatique concurrent *krép‑e/os‑ (germ. com. *χref‑iz/az, voir Kroonen 2013, p. 244) n’implique pas qu’il faille expliquer le mot latin par un paradigme de flexion protérokinétique *krép‑s‑, *kr̥p‑és‑ n. relevant du type i.‑e. *mén‑s‑, *mn‑és‑ n. « esprit », cf. av. réc. mǝ̄ṇg « esprit » (pace Stüber 2002, p. 28).

2.5. Sur i.‑e. *ṷét‑ f. « année »

36Le nom‑racine *ṷét‑ f. « année » fournissait un adjectif protérokinétique *ṷét‑u‑, *ut‑éṷ‑ « chargé d’ans », dont le lat. uetulus adj. « vieux » pourrait refléter un dérivé i.‑e. *ṷet‑u‑ló‑. Le neutre substantivé *ṷét‑u‑ « vieillerie, vétusté », étoffé en *ṷét‑us‑, donnait des dérivés d’appartenance *ṷet‑us‑ó‑ (lit. vẽtušas, v.‑sl. vetъxъ « vieux », r. vétxij « vieux, ancien, décrépit ») et *ṷetus‑tó‑ (lat. uetustus adj. « vétuste »). Si l’adjectif *ṷét‑u‑ avait été formé directement sur la racine, il signifierait **« cyclique », car la racine verbale sous‑jacente du nom de l’année est i.‑e. *√ṷet‑ « tourner, se déplacer en cercle » (Nikolaev 2015, p. 259, n. 11). Elle est notamment reflétée par le v.h.a. wadalōn « ambulare » et le m.‑irl. 2fethid « *errer, marcher » (< celt. com. *wét‑e/o‑).

37Donc *ṷét‑u‑ adj. PK « vieux » → *ṷét‑u‑ n. « vétusté » → *ṷét‑us‑ n. « id. ».

3. Les dérivés féminins en *‑ih2

38Le type féminin alternant *CéC‑us‑ih2, *CC‑us‑i̭éh2‑s « qui possède X » a été reconstruit par Nussbaum (1986, p. 147, n. 17) ; Pinault (2014a) en a précisé la forme comme la doctrine. Ce dernier a démontré que le type en *‑ih2 produisait des dérivés possessifs, secondairement grammaticalisés comme thèmes féminins d’adjectifs anciennement épicènes : ainsi i.‑e. *píhx‑ṷ‑er‑ih2 « qui possède l’embonpoint » → adjectif féminin « grasse » [avec vocalisme refait] (p. 296). Rajoutons ici gr. ἄγκῡρα f. « ancre » (< *ἄγκῠρ‑yα) qui reflète *h2énk‑ur‑ih2 « qui possède la courbure » (sur un hétéroklitique *h2énk‑ṷ‑r̥ n. « courbure »).

3.1. Thèmes alternants

(a) *h2éǵ‑us‑ih2, *h2ǵ‑us‑i̭éh2‑s f. « qui possède la capacité à convoyer » → « piste, chemin »

39C’est l’homérique ἄγυια (gén. ἀγυιῆς) f. « rue ». Neutre sous‑jacent *h2éǵ‑us‑ « convoi, agmen ».

(b) *h3réǵ‑us‑ih2, *h3r̥ǵ‑us‑i̭éh2‑s f. « qui possède l’extension » → « brasse »

40En regard de la forme standard ὄργυια f. « brasse », le grec dialectal ὀρόγυια (Pindare) offre une assimilation progressive pour *ὀρέγυια (cf. att. ὀϐελός > ὀϐολός). Le neutre sous‑jacent *h3réǵ‑us‑ « droite ligne » relaie un neutre substantivé *h3réǵ‑u‑ issu d’un adjectif protérokinétique *h3réǵ‑u‑, *h3r̥ǵ‑éṷ‑ « étendu en droite ligne » (reflété par véd. r̥jú‑ adj. « droit »). On peut admettre un paradigme gr. com. *ὀρέγ‑υh‑ια, gén. *ὀργ‑υh‑ιᾶς.

(c) *i̭éṷg‑us‑ih2, *i̭ug‑us‑i̭éh2‑s f. « qui possède la jonction »

41Le got. jukuzi* f. « joug » (LXX : ζυγός) reflète indirectement un paradigme alternant germ. com. *jeukusī, *jukuzjōs. On doit sans doute ici partir d’un neutre sigmatique *i̭éṷg‑us‑ « jonction, jointure » à valeur de nom de procès, à l’instar du véd. yáj‑uṣ‑ n. « culte, action de rendre hommage » (ce dernier d’émergence indienne).

3.2. Polarisation sur thème fort

(a) *h1léṷdʱ‑us‑ih2 f. « qui possède la capacité de faire croître (les enfants) »

42Le théonyme gr. Ἐλεύθυια f. « déesse de la naissance », d’où procède une forme dissimilée Ἐλείθυια, dotée d’une variante dactylisée Εἰλείθυια, myc. e‑re‑u‑ti‑ja, reflète un gr. com. *ἐλεύθ‑υh‑yα (Malzahn 2014, p. 169). Il n’y a pas de connexion synchronique avec le verbe « venir » (hom. ἤλυθον, parf. εἰλήλουθας), qui ne signifie jamais « venir au monde ». Ce mot n’a donc pas été forgé en grec : on doit poser ici un neutre *h1léṷdʱ‑us‑ « action de faire croître/d’élever » (Pinault 2014a, p. 296, « provided with raising [of children] »). Pour le sens de « pousser, croître », on peut songer au got. liudan « croître », qui n’est pas un verbe de mouvement.

(b) *h2éi̭dʱ‑us‑ih2 f. « qui possède la couleur du brûlé »

  • 34 Il faut y adjoindre les riches données toponymiques et anthroponymiques réunies par Delamarre (201 (...)

43Le gr. αἴθυια f. est un ornithonyme mal identifié, dont on admet qu’il désigne un oiseau de mer dont la nuque et la tête sont de couleur rouge‑brun (Malzahn 2014, p. 169). En dépit de la communis opinio, un thème en ‑u‑ ne serait pas sans parallèle : sur la foi du v.‑irl. aed, gén. aeda n. « ardeur » issu de celt. com. *aid‑u, gén. *aid‑ow‑s (LEIA A 19)34, on peut supposer l’existence d’un adjectif protérokinétique *h2éi̭dʱ‑u‑ « embrasé, ardent », source d’un neutre substantivé i.‑e. *h2éi̭dʱ‑u‑ « feu, ardeur » (celtique) et « foyer » (grec). Le neutre sigmatique *h2éi̭dʱ‑us‑ « foyer » a fournit l’amorce du dérivé possessif *h2éi̭dʱ‑us‑ih2 f. « qui possède la couleur du brûlé ». Pour le sens, on peut citer l’hom. αἰθαλόεις adj. « noir de suie ». On peut en outre supposer un gr. *αἶθυξ f. « étincelle » (< *h2éi̭dʱ‑u‑k‑), sur qui serait formé le dénominatif ἀν‑αιθύσσεις φλόγα « tu attises la flamme » (Eur. Tr. 344). Le simple αἰθύσσω devait signifier *« produire des étincelles en tisonnant les braises, tisonner » (φλόγα est ici un accusatif de la chose réalisée), d’où – pris familièrement – « remuer, secouer, gangasser ». Ce n’est donc pas un doublet expressif du présent radical thématique αἴθω « brûler, calciner ».

(c) *néḱ‑us‑ih2 f. « celle qui possède les morts (dans leur ensemble), lieu de séjour des morts »

  • 35 Neri (2003, p. 99) reconstruit ici un nom amphikinétique – singulatif – du cadavre.

44Le gr. νέκυια f. est le titre donné par les Anciens au chant XI de l’Odyssée. C’est une évocation des morts, mais le terme a dû signifier en propre « le pays des morts ». Il y a des traces de thèmes en *‑u‑ pour cette racine : i.‑e. *nóḱ‑u‑ n. « destruction, mort violente, meurtre » (de flexion acrostatique, voir 5.1), source d’un dérivé collectif *néḱ‑oṷ‑ « tas de cadavres » de flexion amphikinétique35. Le tokh. B eṅkwe « homme, uir » reflète i.‑e. *n̥ḱ‑ṷó‑ adj. « périssable, mortel » (peut‑être formé directement sur le nom‑racine *néḱ‑ f. « mort »).

4. Neutres en *‑us‑ sur base acrostatique *CóC‑u

45Il sera ici question de l’étoffement sigmatique inorganique (soit i.‑e. *CóC‑u‑ → *CóC‑u‑s‑), déjà mentionné à propos de louv. cun. šaruš n. « butin » vs hitt. šāru (< i.‑e. *sór‑u‑), louv. cun. tāruš n. « statue » vs hitt. (GIŠ)tāru n. « bois, arbre » (< i.‑e. *dór‑u‑), véd. ā́yuṣ‑ n. « force vitale » en regard de la forme non‑élargie ā́yu‑, reflétant recto itinere le neutre acrostatique hérité i.‑e. *h2ói̭‑u‑. Il est possible que cette tendance à l’étoffement sigmatique remonte à la période commune.

4.1. *dóh1‑u‑ n. AS « attache, épaule » → *dóh1‑us

  • 36 Microsystème des noms de noms de partie du corps en védique ancien : véd. *ákṣ‑/akṣ‑án n. « œil ». (...)
  • 37 Attesté dans un passage aux accents atharvavédiques contre la consomption : yákṣmaṃ doṣaṇiyám áṃsā (...)

46Je propose de poser un étymon i.‑e. *dóh1‑u‑s‑ n. « lien, attache, aisselle, épaule » sur i.‑e. *√deh1 « lier » pour rendre compte du véd. , loc. hétér. *doṣ‑án n. « avant‑bras »36. Il en existe un dérivé décasuatif : véd. doṣaṇ‑iyá‑ « qui se situe dans l’avant‑bras »37. On rapproche l’av. réc. daoš n. « bras » (au sens anatomique, soit « partie supérieure du bras »). Le v.‑irl. doe, gén. doat f. « bras, avant‑bras » reflète un étymon celt. com. *dowsant‑ (Matasović 2009, p. 103‑104). Je propose d’y reconnaître un dérivé secondaire post‑i.‑e. *deṷs‑ń̥‑t‑. En propre, un dérivé animé à suffixe caractérisant *‑t‑ sur une base d’oblique : *deh1‑u‑s‑én « en attache, en lien » (vs thème fort *dóh1‑u‑s‑), d’où un décasuatif *deh1‑u‑s‑ń̥‑t‑ f. « ce qui est en attache, en lien (avec le torse) », d’où « bras ». Le balto‑slave offre ici le lett. pa‑dus‑e f. « aisselle » (< post‑i.‑e. *po + *dus‑ii̭ā), avec un préfixe pa‑ (< i.‑e. *po‑ « en dessous »), donc, littéralement : *« zone subscapulaire ». On relève d’ailleurs une formation parallèle (mais non pas superposable) en slave : c’est le slov. pȃzduha f. et le v.‑sl. pazuxa f. « aisselle » (< post‑i.‑e. *pōs [avec allongement secondaire] + *doṷs‑ā dont le second membre renouvelle *dóṷs < i.‑e. *dóh1‑u‑s‑).

5. Mots obscurs en *‑us‑ : deux études

5.1. Le v.‑hitt. nakkuš‑ n. « meurtre »

47Le mot apparaît en contexte juridique :

  • 38Code I : 98 (Hoffner 1997, p. 96). La traduction par « meurtre » s’autorise de Melchert (2014, p (...)

(53) ták‑ku LÚ EL‑LUM É‑er lu‑uk‑ki‑ez‑z[i É‑er EGIR‑pa ú‑e‑t]e‑ez‑zi
(54) an‑da‑n=a É‑ri ku‑it ḫar‑ak‑zi LÚ.U19[LU=ku GU4=ku UDU=ku] ẹ‑eš‑za na‑ak‑ku‑uš
(55) n=a‑at [šar‑ni‑ik]‑za KBo VI 2 IV 53‑55 (avec des ajouts d’après KBo 6.3 iv 52‑54)38

  • 39 Catsanicos (1986, p. 167) proposa – en une ligne ! – une équation entre le hitt. nakkuš šarnink‑ « (...)

(53) Si un homme libre (= hitt. *pešnaš arāwaš) met le feu à une maison (= hitt. *pēr lukkizzi), il rebâtit la maison (= hitt. *pēr āppa=wetezzi).
(54) Quant à ce qui périt dans la maison – que ce soit un être humain, une vache ou bien un mouton (= hitt. *antuwaḫḫaš=ku wāwaš=ku ḫāwiš=ku) – [c’est là] un meurtre
(55) et il doit en offrir compensation39.

  • 40 Neri (2003, p. 99) reconstruit ici un nom amphikinétique – singulatif – du cadavre.

48Selon Melchert (2014, p. 223), le v.‑hitt. nakku(wa)‑ c. « esprits [vengeurs] des morts » (seulement au gén. pl. nakkuwas) serait tiré par hypostase d’un génitif singulier *nakkuw‑as « [ceux] du violent trépas », ce qui conduit à postuler immanquablement un thème *nakku « mort violente » étoffé en nakkuš n. « meurtre ». Ces faits étayent le postulat d’un étymon *‑u‑ n. acrostatique « destruction, mort violente, meurtre » → *néḱ‑oṷ‑ [collectif amphikinétique] « tas de cadavres »40. Le tokh. B eṅkwe « homme, uir » reflète i.‑e. *n̥ḱ‑ṷó‑ adj. « périssable, mortel » formé sur le nom‑racine *néḱ‑ f. « mort ». Noter *néḱ‑us‑ih2 f. (voir 3.2 c).

49Dans ses derniers développements anatoliens, le suffixe *‑us‑ a parfois servi à adapter des mots d’emprunts : ainsi hitt. GIŠkalmuš‑ n. « crosse, bâton de bois recourbé ou muni d’un crochet » (insigne royal par excellence). Le terme est correctement expliqué par Puhvel (vol. IV, p. 30) comme emprunté à l’akk. gamlu‑ de même sens et de même fonction (ADC G., p. 33‑34, s.v. gamlu‑ « hooked of curved staff »). Le louv. cun. nakkušši‑ c. « substitut rituel, bouc émissaire » (animal ou humain qu’on charge symboliquement des péchés du roi, avant de l’occire ou de l’exiler) est ingénieusement rapproché par Melchert (2014, p. 225) du hourrite √nakk‑ « relâcher ». Il n’a donc strictement rien à faire avec le hitt. nakkuš n. « meurtre ».

50Il faudrait admettre un ancien thème *nakkuš‑ n. « action de relâcher, de bannir » comme base d’un dérivé secondaire *nakkuš‑ašša/i‑ adj. « celui du bannissement, celui voué à l’exil », d’où (avec haplologie) louv. cun. nakkušši‑ c. « substitut rituel » qui fournit l’abstrait typiquement louvite nakkušš‑āḫit‑ n. « statut ou fonction de nakkušši‑ ». Le mot, ni même son concept, n’est certainement pas hérité : pour la forme, le louv. *nakkuš‑ pourrait procéder de la fausse coupe d’un thème de prétérit hourrite *nakk‑uš‑a « il a laissé aller ».

5.2. Le véd. vápuṣ‑ n. « splendeur » et adj. « splendide »

51Ces mots sont totalement dénués d’étymologie (voir la notice de Mayrhofer, EWAia II, p. 505). En regard de véd. púṣyati « blühen, fleurir », on peut admettre un antonyme véd. *áva‑puṣyati « verblühen, se flétrir, perdre sa beauté ». On en tirerait un postverbal *áva‑puṣ‑, réanalysé en bahuvrīhi privatif *á‑vapuṣ‑ adj. « sans beauté » (du fait de la déshérence du préverbe áva‑), d’où procéderait le dérivé inverse vápuṣ‑ n. « splendeur ». Par l’effet d’une seconde réanalyse en un composé déterminatif *á‑vapuṣ‑ adj. « qui n’est pas splendide », la langue aurait produit un second dérivé inverse 2‑vápuṣ‑ adj. « splendide ».

6. Le type †éi̭d‑us‑ n. – un fantôme ? Notes sur i.‑e. †ṷéi̭d‑u‑, †ṷid‑éṷ‑ adj. « qui sait »

52Selon Malzahn (2014, p. 161), « It is obvious that even non‑reduplicated nominal stems showing an *‑us‑ suffix should be taken to be reflexes of perfect participles whenever they act as such or are likely to have been based on such semantically ». Elle admet explicitement *ṷéi̭d‑u‑s‑ → *ṷéi̭d‑ṷo‑t‑. Rau (2017, p. 383‑388) voit ici le produit d’une coalescence entre un thème en *‑u‑ déverbatif et un élargissement sigmatique, produisant un abstrait neutre de type *CéC‑us‑ « état de X », offrant le point de départ à une dérivation interne amphikinétique †CéC‑ṷōs, †CC‑ṷós‑m̥, †CC‑us‑és qui n’existe pas.

  • 41 Cf. av. réc. jāgǝrǝbuš‑tara‑ « qui a mieux saisi » (scil. la bonne pensée), et jaγmūš.tǝma‑ « qui (...)

53Le type aberrant d’av. vīduš‑ adj. (= véd. vidú adj. « sage, avisé ») pourrait s’expliquer, non pas comme un archaïsme, mais comme une innovation : c’est un dérivé inverse du comparatif attesté par le véd. vidúṣ‑ṭara‑ « plus sage » (= av. *vīduš‑tara‑41). L’analogie produisant véd. vidúṣ‑ adj. d’après son comparatif vidúṣ‑ṭara‑ s’appuie sur le modèle de véd. tavás‑ « fort » (< i.‑e. *teṷh2‑és‑), lequel est assorti d’un comparatif tavás‑tara‑.

54Comme point de départ du type *ṷid‑ṷós‑ (formé sur le nom‑racine *ṷid‑ f. « connaissance »), on doit poser un quasi‑participe en *‑ṷó‑, soit le type *mr̥‑ṷó‑ adj. « mort » (v.‑irl. marb « id. »). Il existe un anthroponyme hom. *Πολύ‑ϝιδ‑ϝος. Le thème *ṷid‑ṷó‑s‑ rattaché à *ṷói̭d‑e explique *me‑món‑e : ptc. parf. m. *me‑mn̥‑ṷós‑ « memor ». Un doublet *ṷei̭d‑ṷó‑ sur degré plein donne le v.‑irl. fíadu m. « témoin » (< post‑i.‑e. *ṷéi̭d‑ṷ‑ōts), parallèle à l’anthroponyme gaul. Epo‑meduos « qui dirige les chevaux, moderator equorum » (< i.‑e. *med‑ṷó‑ « qui dirige » [sur qui voir Pinault 2007, p. 301]). L’alternance comme l’hétéroclisie communément admises sont à révoquer en doute : i.‑e. †ṷéi̭d‑us‑ n. « connaissance » n’existe pas, non plus que †ṷéi̭d‑u‑, †ṷid‑éṷ‑ adj. « qui sait ». Il faut reconstruire une formation caractérisante : *dei̭ṷó‑t‑ (lat. dīues). Le dérivé *ṷei̭d‑ṷó‑ts aurait été refait en post‑i.‑e. *ṷéi̭d‑ṷ‑ōts « témoin » sous la pression du type amphikinétique *méd‑ōt‑s « qui dirige » (v.‑irl. coimdiu m. « chef » < celt. com. *kom‑med‑ūt‑s).

  • 42 Soit le type de véd. vi‑dyút‑ f. « éclair » (en synchronie un nom‑racine de √dyut‑), mais à recons (...)

55Kölligan (2008, p. 139) a proposé d’expliquer le véd. nigút‑ m. « ennemi » par la recaractérisation en ‑t‑ d’un adj. *ni‑g‑ú‑ « à l’affût, prêt à commettre un mauvais coup », d’où « malfaisant, mauvais » (< i.‑e. *ni=gh2‑ú‑ adj. « qui se tapit »). Il est possible de reconstruire un étymon i.‑e. *ni=gh2‑ú‑t‑ « qui va vers le bas, qui se tapit »42. Sur l’adjectif *ni=gh2‑ú‑ « qui descend, qui plonge », on formait un thème sigmatique *ni=gh2‑ús‑ n. « plongeon », source d’un animé hystérokinétique *ni=gh2‑ṷṓs, acc. *ni=gh2‑ṷós‑m̥, gén. *ni=gh2‑us‑és m. « plongeur, aquatique », reflété par germ. com. *nik‑wōz, *nik‑was‑un, *nik‑uz‑ez m. « monstre aquatique » et « nixe » (Kroonen 2013, p. 390). Ces faits suffisent à démontrer l’inexistence d’une dérivation amphikinétique de type †CéC‑ṷōs, †CC‑ṷós‑m̥, †CC‑us‑és. Tout ce qu’on peut entrevoir, c’est une dérivation hystérokinétique *CC‑ṷṓs, *CC‑ṷós‑m̥, *CC‑us‑és. Malgré ce qu’on se figure parfois, la classe archaïque des neutres sigmatiques en *‑us‑ n’enferme donc en rien les secrets de la genèse du participe parfait actif.

7. Conclusion

56Ce bref survol de la formation avortée qu’est i.‑e. *‑us‑ (canoniquement sur degré *e non‑alternant) permet d’entrevoir une distribution morphonologique dans l’essor d’un locatif renouvelé en *‑en : les racines *CeC‑ ne se prêtaient pas à cette innovation (le produit phonétique d’i.‑e. †tp‑u‑s‑én « dans la chaleur » eût été peu clair). À rebours, les racines de structure *(C)CeH‑ offraient une réalisation plus commode, par suite de la métathèse de laryngales : *puh2‑s‑én « au pâturage » (< *pǝh2‑us‑én) et *tuh2‑s‑én « en silence, en calme » (< *(s)tǝh2‑us‑én « en immobilité »). La morphonologie détermine et vient comme borner ici les ressources de la morphologie.

Bibliographie

Abréviations

ADC : I.J. Gelb, B. Landsberger, A.L. Oppenheim, The Assyrian dictionary of the Oriental institute of the University of Chicago, XXI vol., 1956‑2010 ; G. : vol. V, 1956.

EWAia I‑III : M. Mayrhofer, Etymologisches Wörterbuch des Altindoarischen, 3 vol., Heidelberg, Winter, 1986‑2001.

LEIA : J. Vendryes, Lexique étymologique de l’irlandais ancien. Lettre A, Dublin, Dublin Institute for Advanced Studies, 1959.

LIV2 : H. Rix, M. Kümmel, Lexikon der indogermanischen Verben. Die Wurzeln und ihre Primärstammbildungen, Wiesbaden, Reichert, 2001 (2e éd.).

Références

Blanc 2019 : A. Blanc, « Le verbe grec εὐθενέω/εὐθηνέω, l’adjectif grec moderne φτηνός, et l’expression indo‑européenne *h1ésu *dʰeh1‑ », Bulletin de la Société de Linguistique de Paris 114/1, 2019, p. 291‑320.

Catsanicos 1986 : J. Catsanicos, « À propos des adjectifs hitt. šu‑mili‑ et véd. sū‑máya‑ : quelques remarques sur le traitement du groupe *V‑HxC° à la jointure des composés », Bulletin de la Société de Linguistique de Paris 81/1, 1986, p. 121‑180.

Delamarre 2019 : X. Delamarre, Dictionnaire des thèmes nominaux du gaulois, vol. I, Ab‑/Iχso‑, Paris, Les Cent Chemins, 2019.

Dieu 2016 : É. Dieu, L’accentuation des noms en *ā (< *eh2) en grec ancien et dans les langues indo‑européennes, t. 156, Innsbruck, Innsbrucker Beiträge zur Sprachwissenschaft, 2016.

Hoffner 1997 : H. Hoffner, The laws of the Hittites. A critical edition, Leyde, Brill, 1997.

Höfler 2017 : S. Höfler, « Observations on the palma rule », Pallas 103, 2017, p. 15‑23.

Kloekhorst 2008 : A. Kloekhorst, Etymological dictionary of the Hittite inherited lexicon, Leyde/Boston, Brill, 2008.

Kölligan 2008 : D. Kölligan, « Vedisch nigút‑ ‘Feind, Übeltäter’ », Historische Sprachforsung 120, 2008, p. 134‑141.

Kümmel 2018 : M. Kümmel, « The survival of laryngeals in Iranian », dans Farnah. Indo‑Iranian and Indo‑European studies in honor of Sasha Lubotsky, Ann Arbor/New York, Beech Stave, 2018, p. 162‑172.

Kroonen 2013 : G. Kroonen, Etymological dictionary of Proto‑Germanic, Leyde/Boston, Brill, 2013.

Malzahn 2014 : M. Malzahn, « Pūṣan, Pan and neuter Stems in *‑us(‑) », dans H.C. Melchert, E. Rieken, T. Steer (dir.), Munus amicitiæ, Norbert Oettinger a collegis et amicis dicatum, Ann Arbor/New York, Beech Stave, 2014, p. 160‑180.

Martirosyan 2009 : H.K. Martirosyan, Etymological dictionary of the Armenian inherited lexicon, Leyde/Boston, Brill, 2009.

Matasović 2009 : R. Matasović, Etymological dictionary of Proto‑Celtic, Leyde/Boston, Brill, 2009.

Matasović 2014 : R. Matasović, Slavic nominal word‑formation. PIE origins and historical development, Heidelberg, Winter, 2014.

Melchert 2014 : H.C. Melchert, « Hittite nakku(wa)‑ ‘(spirits of) the dead’ », dans H.C. Melchert, E. Rieken, T. Steer (dir.), Munus amicitiæ, Norbert Oettinger a collegis et amicis dicatum, Ann Arbor/New York, Beech Stave, 2014, p. 219‑227.

Neri 2003 : S. Neri, I sostantivi in ‑u del gotico. Morfologia e preistoria, Innsbruck, Institut für Sprachen und Literaturen der Universität Innsbruck, 2003.

Nikolaev 2009 : A. Nikolaev, « The Germanic word for ‘sword’ and delocatival derivation in Proto‑Indo‑European », Journal of Indo‑European Studies 37/3‑4, 2009, p. 461‑488.

Nikolaev 2010 : A. Nikolaev, « Time to gather stones together », dans S.W. Jamison, H.C. Melchert, B. Vine (dir.), Proceedings of the 21st annual UCLA Indo‑European conference, Brême, Hempen, 2010, p. 189‑206.

Nikolaev 2015 : A. Nikolaev, « Hittite wattaēš ‘birds’ », Münchener Studien zur Sprachwissenschaft 69/2, 2015, p. 257‑267.

Nussbaum 1986 : A.J. Nussbaum, Head and horn in Indo‑European, Berlin, De Gruyter, 1986.

Nussbaum 1998 : A.J. Nussbaum, « Severe problems », dans J. Jasanoff, H.C. Melchert, L. Oliver (dir.), Mír Curad. Studies in honor of Calvert Watkins, Innsbruck, Institut für Sprachen und Literaturen der Universität Innsbruck, 1998, p. 521‑538.

Oettinger 2000 : N. Oettinger, « Die Götter Pūṣan, Pan, und das Possessifsuffix *‑h3én », dans B. Forssman, R. Plath (dir.), Indoarisch, Iranisch und die Indogermanistik, Wiesbaden, Reichert, 2000, p. 393‑400.

Olsen 2010 : B. Olsen, Derivation and composition. Two studies in Indo‑European word formation, Innsbruck, Institut für Sprachen und Literaturen der Universität Innsbruck, 2010.

Pinault 2007 : G.‑J. Pinault, « Gaulois Epomeduos, le maître des chevaux », dans P.‑Y. Lambert, G.‑J. Pinault (dir.), Gaulois et celtique continental, Genève, Droz, 2007, p. 291‑307.

Pinault 2014a : G.‑J. Pinault, « Distribution and origins of the PIE suffixes *‑ih2 », dans N. Oettinger, T. Steer (dir.), Das Nomen im Indogermanischen. Morphologie, Substantiv versus Adjektiv, Kollektivum. Akten der Arbeitstagung der Indogermanischen Gesellschaft vom 14. bis 16. September 2011 in Erlangen, Wiesbaden, Reichert, 2014, p. 273‑306.

Pinault 2014b : G.‑J. Pinault, « Traum‑deutung : grec ὄναρ, ὄνειρος, arm. anurǰ, etc. », Wékʷos 1, 2014, p. 191‑206.

Puhvel 1984‑2011 : J. Puhvel, Hittite etymological dictionary, Berlin/New York, Mouton de Gruyter, 1984‑2011.

Rau 2017 : J. Rau, « The derivational history of the perfect participle active », dans C. Le Feuvre, D. Petit, G.‑J. Pinault (dir.), Verbal adjectives and participles in Indo‑European languages Adjectifs verbaux et participes dans les langues indo‑européennes. Proceedings of the conference of the Society for Indo‑European Studies (Indogermanische Gesellschaft), Paris, 24th to 26th September 2014, Brême, Hempen, 2017, p. 377‑389.

Skoda 1982 : F. Skoda, Le redoublement expresssif. Un universel linguistique. Analyse du procédé en grec ancien et en d’autres langues, Paris, SELAF, 1982.

Starke 1990 : F. Starke, Untersuchung zur Stammbildung des keilschrift‑luwischen Nomens, Wiesbaden, Harrassowitz, 1990.

Stüber 2002 : K. Stüber, Die primären s‑Stämme des Indogermanischen, Wiesbaden, Reichert, 2002.

Vine 1999 : B. Vine, « On Cowgill’s Law in Greek », dans H. Eichner, H.C. Luschüztky (dir.), Compositiones Indogermanicæ in memoriam Jochem Schindler, Prague, Enigma Corporation, 1999, p. 555‑600.

Widmer 2004 : P. Widmer, Das Korn des weiten Feldes. Interne Derivation, Derivationskette und Flexions‑klassenhierarchie. Aspekte der nominalen Wortbildung im Urindogermanischen, Innsbruck, Institut für Sprachen und Literaturen der Universität Innsbruck, 2004.

Zair 2012 : N. Zair, The reflexes of the Proto‑Indo‑European laryngeals in Celtic, Leyde/Boston, Brill, 2012.

Notes

1 Remarquable est le type tápuṣ‑ n. « chaleur » qui vaut parfois pour un adjectif, malgré sa barytonèse : en ce sens, il est concurrencé par le dérivé secondaire véd. tápuṣ‑i‑ « ardent ». Il faut encore signaler l’oxytonèse du type jan‑úṣ‑ mf. sg./n. pl. « naissance », laquelle est totalement aberrante. Ces développements secondaires ne nous retiendront pas ici. Noter le dérivé d’appartenance à vr̥ddhi skr. cl. jātuṣa‑ adj. « fait de laque » en regard du thème en ‑ujatu n. « gomme, laque » (< i.‑e. *gét‑u‑). Il n’est pas besoin de poser un intermédiaire de type *jatuṣ‑ n. « laque », car l’extension sigmatique prévient ici un glide **jātuv‑á‑ auquel répugne la phonotactique du sanskrit classique qui fait passer véd. sū́riya‑ m. « soleil » à sūrya‑ disyllabe (cette déphonologisation du glide lié à la loi de Sievers apparaît dès les passages récents du Rig‑Véda).

2 J’emprunte ici à la doctrine désormais classique de Mayrhofer (EWAia I, p. 38‑39, s.v. áṁhas‑ et aṁhú‑).

3 Rajouter ici véd. rāviṣam (inj. 1 sg.) attesté en RV 10.86.5c śíro nv àsya rāviṣaṃ « je vais lui couper la tête ».

4 Noter la longue résiduelle du composé hom. βου‑λῡ‑τόν n. « heure de dételer les bœufs » qui requiert *λῡ‑τός.

5 L’association métaphorique – fort banale – entre le « duvet des plantes, la pelouse » et la « pilosité » s’entrevoit dans ce vers d’Ovide : prātaque pūbēscunt uariōrum flōre colōrum (Tr. 3, 12, 1) « les prés se couvrent de fleurs multicolores » et dans le type même du fr. pelouse (< lat. vulg. *pilōsa « la poilue »).

6 Malgré ce que se figurent certains, on ne passe pas du sens de « force » à celui de « victoire ». L’évolution sémantique s’est opérée à partir d’un verbe comme v.h.a. ubar‑sigirōn « être victorieux » (< *uƀer=segez‑ōjan‑), litt. : « avoir la suprématie sur, avoir le dessus, vaincre », formé sur le doublet germ. com. *seg‑e/az‑ n. *« force, violence » (< i.‑e. *séǵʱ‑e/os‑), cognat de l’av. haz‑ah‑ n. « brutalité, violence ». Ce n’est donc que par réinterprétation que le germ. com. *seg‑e/az‑ a fini par aboutir au sens de « victoire ».

7 Encore faut‑il ici préciser – ce qu’on ne fait jamais – que le singulier sigor est refait sur le nom. acc. pl. *sigoru (< germ. com. *seg‑uz‑ṓ). Cf. v.‑angl. wildor n. « bête sauvage » ← pl. *wildoru (< germ. com. *welđuz‑ṓ).

8 Il faut renvoyer à la remarquable étude de Nussbaum (1998, p. 536), où l’auteur postule un dérivé HK *sk̂ʰ‑ṷ‑ḗr dont le vocalisme s’est croisé avec le type PK *séǵʱ‑ṷ‑r̥, produisant it. com. *seγʷēr‑o‑ > lat. seuērus.

9 Sur véd. gharmá‑ m. « chaleur (du soleil) » (< i.‑e. *gʱór‑mo‑), on a forgé un double bahuvrīhi : véd. gharmá‑sveda‑ « dont la sueur est brûlante » (litt. *« dont la sueur possède de la chaleur ») → gharmá‑ adj. « chaud ».

10 Attesté dans le véd. anu‑sthú‑ adj. « qui suit à la trace » (indexé sémantiquement sur le préverbé ánu = STHĀ‑ « suivre à la trace »). Noter aussi le type su‑ṣṭhú‑ « excellent », qui reflète (au moins virtuellement) un ancien composé i.‑e. *h1s‑u‑sth2‑ú‑ « en bon état ». Pour le sens, cf. gr. δύστηνος adj. « malheureux » (< gr. com. *δύσ‑στᾱνος « qui se trouve en mauvais état »). Voir l’étude récente d’Alain Blanc (2019, p. 311, n. 66, avec renvois bibliographiques).

11 Noter ainsi *gréh2‑u n. « lourdeur » → *gruh2‑tó‑ (< *gr̥h2‑u‑tó‑) « pourvu de lourdeur » (cf. lat. brūtus).

12 Avec la simplification *CH.mnV‑ > *CH.nV‑ magistralement établie par Pinault (2014b, p. 198‑199).

13 Matasović (2009, p. 191, s.v. *karno‑ « heap of stones, tomb ») rapproche le gaul. karnitu (Todi) « il a érigé ».

14 Avec traitement régulier d’i.‑e. *CR̥H.CCV‑ > *CaRCV‑ (Zair 2012, p. 82), ainsi pour celt. com. *bardo‑ m. « barde » (< i.‑e. *gr̥hx‑dʱh1‑ó‑ « qui compose des louanges [ou des blâmes] »). Selon moi, la syllabation de la sonante longue s’explique comme i.‑e. *CR̥H.CCV‑ > *CǝR(H).CCV‑ > *CǝR.CCV‑ > *CaR.CCV‑ > celt. com. *CaRCV‑, bien différemment de la même sonante longue en séquence non‑obstructive *CR̥H.CV‑ > *CRǝH.CV‑ > *CRaH.CV‑ > celt. com. *CRāCV‑ : à preuve le celt. com. *brātu‑ m. « jugement » (v.‑irl. bráth), qui procède d’i.‑e. *gr̥hx‑tú‑ « estimation (des hommes), parole qualifiante ou disqualifiante ».

15 Sur la grande racine i.‑e. *geh3 « nourrir, (faire) paître » qui donne gr. βόσκω (< i.‑e. *gh3‑sk̂‑é/ó‑ [itér.]).

16 Posé par Éric Dieu (2016, p. 54) pour rendre compte de la racine grecque *√σχαλ‑ « être inactif, se tenir au repos » (cf. σχολή).

17 Martirosyan (2009, p. 182) isole ici un suffixe ‑k (à cause du doublet dialectal non élargi boł « plante ») et compare le mot à redoublement boɫboǰ « bourgeon, jeune pousse », dont il existe un dénominatif boɫboǰem « germer ». Groupe apparenté à lat. folium n. et gr. φύλλον n. « feuille » (< gr. com. *φόλ‑yον). L’arm. boɫboǰ (< *boɫ‑boɫǰ) s’explique par un redoublement du thème *boɫǰ‑ (< i.‑e. *bʱól(h3)‑i̭o‑). Préciser qu’en toute rigueur, arm. boł « plante » est donc un dérivé inverse de boɫboǰ.

18 Soit gr. com. *CoRy‑ > *CuRy‑ (Vine 1999).

19 Noter ici l’anthroponyme Γόγγυλος « Legros ».

20 La même resegmentation s’observe pour le vieux nom d’action germ. com. *sta‑đi‑ f. « action de se tenir », concrétisé au sens de « lieu où l’on se tient, place, endroit, ville » (< i.‑e. *sth2‑tí‑ f. « action de se tenir debout ») réanalysé en un substantif *stađ‑i‑ m./f. « place, lieu » sur un thème *stađ‑ avec incorporation de la dentale, thème à l’origine du présent à infixe nasal *stand‑an‑ (rappelons que la nasale refortifie une ancienne spirante‑Verner). 

21 Cf. angl. dial. childer « children ». Extension du suffixe germ. com. *‑e/az‑ (< i.‑e. *‑e/os‑) par microsystème des noms de petits animaux ou de petits d’animaux, cf. germ. com. *kalb‑e/az‑ n. « veau » (sur qui voir infra), *lamb‑e/az‑ n. « agneau » et all. mod. Kinder n. « enfant ».

22 Soit le type *gén‑h2, *gn‑éh2‑s coll. PK « féminité » → « femme, épouse ».

23 Soit le type d’i.‑e. *plét‑h2‑u‑, *pt‑h2‑éṷ‑ adj. PK « étendu ».

24 Avec la simplification *CH.mnV‑ > *CH.nV‑ déjà mentionnée supra (Pinault 2014b, p. 198‑199).

25 Avec la fracture vocalique (Höfler 2017, p. 15), dont le Paradebeispiel est gr. παλάμη m. « palme » et lat. palma < *paluma < it. com. *palamā (< i.e. *pĺ̥h2‑m‑) vs lat. plānus adj. « plane » (< i.‑e. *ph2‑(m)n‑ó‑).

26 Soit un nom du type gr. πλάτανος f. « platane » formé sur *πλατανός adj. « étendu » (< i.‑e. *pl̥t‑h2‑(m)n‑ó‑), cf. hitt. paltana‑ c. « épaule, omoplate » (< *pl̥t‑h2‑n‑ó‑). Partir d’un abstrait i.‑e. *plét‑h2‑mn̥ n. « étendue ».

27 Sans doute non apparenté à sl. com. *želǫdь m. « gland », r. žë́lud’, v.‑croat. žȅlȗd (pas d’effet‑Winter, donc la dentale est une ancienne sonore aspirée), et qui rappelle le sl. com. *pelǫdь « pollen » (croat. pȅlȗd « id. ») cité par Matasović (2014, p. 82, n. 20). Peut‑être un thème en *‑i‑ sl. com. *ǫdь m. « plante » (< i.‑e. *h2ondʱ‑í‑), ici en second membre de composé (valeur classificatoire). La forme de base serait sl. com. *žela f. « gland ».

28 Forme reflétée par le germ. com. *kalb‑az m. « jarret », doublet *kalb‑an‑ (v.‑isl. kalfi m.). La délabialisation est analogique du thème concurrent *kulbaz m. « objet de forme ronde » (v.‑isl. kolfr m. « bulbe »). Le célèbre cognomen Galba « præpinguis » provient du germanique, avec un intermédiaire celtique. Le thème *kalb‑az m. « jarret » est bien distinct en synchronie de *kalb‑e/az‑ n. « veau » (mais noter encore v.‑isl. kalfr m. « veau »), où l’on retrouve encore l’extension du suffixe sigmatique germ. com. *‑e/az‑ (< i.‑e. *‑e/os‑). Le nominatif masculin thématique *kalbaz (v.‑isl. kalfr), réanalysé en neutre sigmatique, a reçu un pluriel productif de type germ. com. *kalb‑ezō (v.h.a. kalbir).

29 Le v.‑angl. ċilfor‑lamb n. « brebis » procède ici par composition (sur le n. pl. *ċilforu « petits » < *kelbuzō).

30 Signalons – pour mémoire – l’hypothèse hétérodoxe de Kroonen (2013, p. 278), selon qui « the δ of δελφύς probably continues PIE *d rather than *g ». L’auteur n’envisage pas que la délabialisation de *kelb‑uz‑ soit analogique.

31 Il faut en ce cas renoncer au rapprochement traditionnel avec le v.‑sl. žrěbę n. « poulain » (LXX : πῶλος). Matasović (2014, p. 32) pose un thème *gerbʱ‑ qu’il rapproche de gr. βρέφος avec Schwebeablaut. Selon moi, il est loisible de partir de la racine i.‑e. *gerbʱ‑ « inciser, faire des entailles » (gr. γράφω, germ. com. *kerb‑an‑), qui a pu fournir un nom‑racine *gr̥bʱ‑ f. « incision sur un bâton de taille, compte, décompte (des ans) ». L’acc. *gbʱ‑m̥ donne le v.‑pr. gīrbin acc. « nombre » (cf. v.‑pr. nactin, nacktin, naktin acc. « nuit » < *nók‑t‑m̥). On peut admettre un loc. hétér. *gr̥bʱ‑én « dans l’année » comme source d’un dérivé à vr̥ddhi de type *gerbʱ‑en‑tó‑ adj. « qui est apparu dans l’année ». Pour ce type de dérivation, voir Nikolaev 2009, p. 473‑475. Un n. pl. thém. *gerbʱ‑en‑téh2 « petits animaux âgés de moins d’un an » donnait directement v.‑sl. *žrěbęta, d’où le néo‑athématique žrěbę n. « poulain » – suffixe spécialisé pour les petits d’animaux (cf. v.‑sl. agnę, pl. agnęta « agneaux »).

32 Soit le type d’hom. αἴθων, ‑ωνος adj. « étincelant » en regard de αἰθός.

33 Je remercie mon ami Chams Bernard, dont les vastes connaissances en iranologie dépassent de beaucoup les miennes, de m’avoir suggéré cette analyse et communiqué l’étude capitale de Kümmel.

34 Il faut y adjoindre les riches données toponymiques et anthroponymiques réunies par Delamarre (2019, p. 36‑37), celt. com. *aid‑uw‑o‑ : lat. Æduī « les Éduens » ; celt. com. *aid‑ow‑iyo‑ : anthr. Edovius (Hisp., Iria Flavia) ; *aid‑u‑lo‑ : anthr. Edullius. (Trévire), toponyme Ἐδούλιον ὄρος (Ptol.), en Espagne, « Mont‑Ardent » ; celt. com. *aid‑u‑no‑ : top. Edoniabota (Nuits‑St‑G.), de *Aiduniā Boutā. établissement d’un *Aidunos.

35 Neri (2003, p. 99) reconstruit ici un nom amphikinétique – singulatif – du cadavre.

36 Microsystème des noms de noms de partie du corps en védique ancien : véd. *ákṣ‑/akṣ‑án n. « œil ». De façon archaïque, le thème d’oblique sert de base à la dérivation secondaire : ainsi véd. akṣan‑vánt‑ adj. « qui a des yeux », soit le type de louv. cun. āšḫan‑uwant(i)‑ adj. « sanglant, rouge sang » (Starke 1990, p. 557) ; *ásth‑/asth‑án n. « os », cf. véd. asthan‑vánt‑ « qui a des os, vertébré » ; véd. ā́s/*ās‑án n. « bouche », dans le composé āsánn‑iṣu‑ « qui a des flèches dans la bouche » (pour tirer à l’arc).

37 Attesté dans un passage aux accents atharvavédiques contre la consomption : yákṣmaṃ doṣaṇiyám áṃsābhyām bāhúbhyāṃ ví vr̥hāmi te (RV 10.163.2cd) « le mal qui se situe dans (tes) avant‑bras, je l’arrache de tes deux épaules et de tes deux bras ».

38Code I : 98 (Hoffner 1997, p. 96). La traduction par « meurtre » s’autorise de Melchert (2014, p. 224).

39 Catsanicos (1986, p. 167) proposa – en une ligne ! – une équation entre le hitt. nakkuš šarnink‑ « compenser la destruction d’un bien ou d’une personne » et le tour lat. noxiam sarcīre « réparer un dommage ».

40 Neri (2003, p. 99) reconstruit ici un nom amphikinétique – singulatif – du cadavre.

41 Cf. av. réc. jāgǝrǝbuš‑tara‑ « qui a mieux saisi » (scil. la bonne pensée), et jaγmūš.tǝma‑ « qui est arrivé mieux que les autres ».

42 Soit le type de véd. vi‑dyút‑ f. « éclair » (en synchronie un nom‑racine de √dyut‑), mais à reconstruire comme procédant d’i.‑e. *h1ṷi=di̭‑ú‑ adj. « qui brille au loin » → animé *h1ṷi=di̭‑ú‑t‑ « éclat, éclair ».

Auteur

Université de Limoges, France

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search