Version classiqueVersion mobile

Dérivation nominale et innovations dans les langues indo‑européennes anciennes

 | 
Alain Blanc
, 
Isabelle Boehm

Grec

Le suffixe ‑εσ‑ dans la langue de la Collection hippocratique

Alain Blanc et Isabelle Boehm

Résumé

La langue grecque comporte des thèmes en s substantifs, qui sont le plus souvent neutres (type γένος) et des thèmes en s adjectifs, dont le second membre repose sur un substantif sigmatique (type ἀσθενής : σθένος) ou sur une base verbale (type συνεχής : συνέχω). On s’attache à montrer dans cet article que les adjectifs du type d’ἀσθενής ne manifestent pas d’originalité particulière dans la Collection hippocratique parce que ce sont en majorité des formes anciennes constituées depuis longtemps. En revanche, comme les adjectifs du type de συνεχής sont une formation vivante qui se développe toujours, la CH contient des formes qui ont été créées par les médecins pour les besoins de la description médicale. On étudie πυριφλεγεθής et πυριφλεγής (cf. φλεγέθω et φλέγω), διαειδής (cf. διαείδομαι), ἀν‑ et δυσ‑αλθής (cf. ἀλθαίνομαι), παιδομαθής (cf. μαθεῖν), ἀρτιφυής et τριταιοφυής (cf. φύομαι), διιπετής et κλινοπετής (cf. πίπτω), les composés en °σαπής (cf. σήπομαι), περιτενής (cf. τείνω), πλευμορρωγής (cf. ἔρρωγα), et des composés à second membre dérivé de verbe en ‑έω, ‑άω ou ‑άζω. On peut dégager une évolution dans la création des seconds membres déverbatifs. Tirés d’abord de racines verbales à vocalisme e, ils en viennent à être tirés de thèmes verbaux à vocalismes divers et même, à époque récente, de verbes contractes (‑έω, ‑άω) ou de verbes en ‑άζω.

Texte intégral

  • 1 Voir par exemple en dernier lieu Stüber 2002, notamment p. 19‑22, et Meissner 2006, p. 1 et 128. – (...)

1Le suffixe *‑es‑/‑os des substantifs neutres du type de *ĝénh1‑os (skr. jánas‑, gr. γένος, latin genus) a été bien décrit1. En grec, les substantifs de ce type forment un groupe d’environ 400 formes, qui est donc assez important sur le plan numérique, mais tout au long de l’époque classique et de la koiné, on n’assiste pas à des créations nouvelles. La productivité de ce système de dérivation s’est arrêtée.

2Il en va tout différemment pour les adjectifs grecs à thème en ‑εσ‑. Il y a parmi eux deux catégories bien différentes : celle des adjectifs du type d’ἀσθενής (« sans force ») et celle des adjectifs du type de συνεχής (« continu »), adjectif déverbal formé sur συνέχω (« être continu »). Nous montrerons dans cette communication que les adjectifs du type d’ἀσθενής conservent une certaine productivité par les combinaisons multiples possibles entre un premier et un second membre, mais que le nombre des seconds membres ne s’accroît pas, ou très peu, tandis que le second groupe (type συνεχής) connaît une forte augmentation durant tout le premier millénaire. On démontrera notamment que le suffixe ‑εσ‑, dans sa fonction déverbative, sert à construire des dérivés sur des thèmes verbaux radicaux ou suffixés et que lorsqu’il y a eu concurrence avec d’autres formations suffixales, les formes sigmatiques apparaissent plus récentes, ce qui indique que le suffixe est dans sa période de productivité. L’étude de la langue technique de la Collection hippocratique permet de montrer que le suffixe sigmatique a fourni des formes nouvelles correspondant à des réalités nouvelles ou à des techniques nouvelles qu’il fallait décrire.

1. Le type ἀσθενής (ἀ + σθένος) dans la Collection hippocratique

  • 2 Voir la liste dans l’annexe 1 ci‑dessous. – Pour que l’on trouve facilement les formes de la Colle (...)

3Il y a dans la Collection hippocratique des composés en °ανθής, °βλαβής, °βριθής, °γενής, °ειδής, °ελκής, °έτης, °ηδής, °ήθης, °θαλπής, °κλεής, °κρατής, °μεγέθης, °μελής, °μερής, °μήκης, °πινής, °πληθής, °σθενής, °σινής et °τελής2. Ils reposent sur les substantifs ἄνθος, βλάβος, βρῖθος, γένος, εἶδος, ἕλκος, ἔτος, ἦθος, θάλπος, κλέος, κράτος, μέγεθος, μέρος, μῆκος, πῖνος, πλῆθος, ῥῖγος, σθένος, σίνος et τέλος. On peut inclure aussi dans ce groupe les composés en °ώδης, qui peuvent supposer un substantif *ὄδος n., et ἐναργής « clair, manifeste », qui suppose un neutre *ἄργος gardé comme toponyme dans le nom de la ville d’Argos (Ἄργος, ‑ους n.). Dans leur majorité, les formes de ce groupe ont été créées avant la Collection hippocratique. Ainsi, les adjectifs εὐανθής « fleuri », ἐναργής « visible », ἀβλαβής « sans dommage », ἐμβριθής « lourd », etc., sont des formes courantes de la prose, implantées depuis longtemps en grec.

  • 3 Off., 18 [3,324,6]. – Sauf indication contraire, les indications de nombre d’occurrences concernen (...)
  • 4 Acut., 46 [2,320,8].
  • 5 Acut., 46 [2,320,8] ; MorbII, 52 [7,80,12].

4Comme formes propres à la langue de la médecine, on trouve les composés en °ελκής, à savoir ἀνελκής « sans ulcération » (1x)3, εὐελκής « aux ulcères bénins » = « faciles à guérir » (1x)4, δυσελκής « aux ulcères mauvais = difficiles à guérir » (2x)5, qui reposent sur ἕλκος « blessure à vif, ulcère » (Il., ion.‑att.). On trouve aussi des composés nouveaux formés par association d’un second membre déjà connu avec des premiers membres divers, mais ces associations nouvelles ne concernent en fait que deux seconds membres, °ειδής et °ώδης. Il n’y a pas besoin d’énumérer les composés en °ώδης de la Collection hippocratique. Ils ont été en effet bien décrits par Dieter op de Hipt dans son livre de 1972. Pour °ειδής, on trouve βοθρο‑, γονο‑, ἐρυθρο‑, ἰχωρ‑, καρυκο‑, κεγχρο‑, κεφαλο‑, ὀπο‑, πρασο‑, σιδιο‑, σπογγο‑ et σποδο‑ειδής.

5Signalons aussi les adverbes ἀθαλπέως « à l’abri de la chaleur » et ἀρριγέως « à l’abri du froid », qui reposent sur θάλπος « chaleur » et ῥῖγος « froid » et sont tous deux attestés ensemble à deux reprises dans le traité du Régime des maladies aiguës, 9 [2,286,3 et 294,3].

6Trois composés en °ελκής, ἀθαλπέως et ἀρριγέως, quelques composés en °ειδής et des formes en °ώδης, tel est le bilan de cette première partie consacrée aux composés du type d’ἀσθενής. On voit sans peine que pour ce groupe de composés sigmatiques, la langue de la médecine n’a été guère innovante. Elle a hérité de formes déjà constituées ; les créations nouvelles sont peu nombreuses.

2. Formes du type de συνεχής (second membre tiré d’une racine verbale)

  • 6 Cf. εὐγενής (εὐ‑ + γένος) rapproché de γενέσθαι, interprété comme εὖ γενόμενος et permettant la cr (...)

7Par rapprochement avec des racines verbales, des seconds membres du groupe d’ἀσθενής ont pu être interprétés comme étant dérivés de verbes6 et ont pu provoquer la création directe de seconds membres sigmatiques à partir de racines verbales apparaissant dans des présents, dans des aoristes, dans des parfaits et même dans des présents suffixés, notamment contractes. Pour schématiser :

  1. εὐγενής : εὐ‑ + γένος (mécanisme ancien de composition) ;
  2. εὐγενής : εὐ‑ + γεν‑ de γενέσθαι + ‑εσ‑ (métanalyse) ;
  3. εὐπρεπής sur πρέπ‑ω, ἀφελής sur ἀφελ‑εῖν, etc. (créations nouvelles).

2.1. Type εὐπρεπής (second membre reposant sur une racine qui apparaît dans un thème de présent)

  • 7 Dans la CH, respectivement : ἐν‑δεής « déficient » (19x), ἐλει‑θερής « chauffé au soleil » (2x ; v (...)
  • 8 Nombreuses références dans le LSJ, dans le Thesaurus d’Henri Estienne et dans le TLG en ligne.

8Si les composés ξυνεχής/συνεχής (85x) et ἀληθής (16x) sont déjà homériques et si les seconds membres °δεής, °θερής, °ρρεπής, °σεβής, °στεργής, °τρεμής et °φερής7 sont déjà attestés en ionien‑attique8, il y a quelques adjectifs sigmatiques qui paraissent propres à la langue de la médecine : les composés en °αυξής, ainsi que πυριφλεγεθής et πυριφλεγής.

  • 9 Epid. VI, 15 [5,320,4] : τὰς ἐπαυξέας νούσους : sens mal établi ; « les maladies qui viennent de l (...)
  • 10 Art., 62 [4,264,4] (B Li. : προσ‑ MV).
  • 11 Epid. II, 1,8 [5,80,12].
  • 12 Arist. Cael. 270a 25, Sor. 1, 47.
  • 13 Plutarque, De l’intelligence des animaux, 981 f.
  • 14 Cf. Blanc 2018, p. 573‑576 et 578‑583.

9Le composé ἀναυξής « qui ne croît pas, atrophié » (9x) et les adjectifs déverbaux ἐπαυξής (1x)9 et προαυξής « qui a grandi précocement » (1x)10 ont l’originalité d’avoir un second membre qui dérive d’un thème de présent en *s, αὔξω « augmenter, accroître » (110x) et de ses formes préverbées ἐπαύξω (3x) et προαύξω (1x)11. – Ce verbe a aussi fourni l’adjectif verbal en ‑το‑ αὐξητός qui figure dans le composé ἀναύξητος12, de même sens qu’ἀναυξής, et dans δυσαύξητος (Thphr.), de même sens que δυσαυξής (Arist., Thphr.). Il faut signaler aussi l’existence du composé en ‑o‑ ἄναυξος13, qui a lui aussi le même sens que ἀναυξής et ἀναύξητος. Le verbe αὔξω « grandir, croître » n’ayant qu’une diathèse, la constitution des trois seconds membres était possible, sans différence sémantique appréciable14.

  • 15 Mul. I, 52 [8,110,12] et Mul. II, 178 [8,360,22].
  • 16 Acut. (Sp.), 10 [2,446,6] et Mul. I, 54 [8,112,17].
  • 17 Cf. LSJ, Rev. Suppl., s.v.

10Les composés πυριφλεγεθής (2x)15 et πυριφλεγής (2x)16 signifient tous deux « brûlant d’inflammation, enflammé ». Le verbe qui indique l’inflammation dans la CH est un verbe suffixé, φλεγμαίνω (136x), mais on voit comment sont composés les deux adjectifs grâce à deux expressions attestées dans l’Iliade, πυρὶ φλεγέθοντι « par le feu qui flambe » (Il. 21, 358) et καλὰ ῥέεθρα πυρὶ φλέγετο « les belles eaux flambaient sous l’action du feu » (Il. 21, 365). Il est intéressant de voir que les composés de la CH peuvent correspondre à des expressions anciennes (homériques) de sens non spécialisé (πυρί = « feu ») et en représentent une spécialisation propre à la science médicale (1er membre πυρι‑ = « inflammation »). Il faut enfin remarquer que le second membre de πυριφλεγεθής dérive de φλεγέθω, tandis que celui de πυριφλεγής dérive de φλέγω, sans que l’on puisse, depuis notre position d’observateur du xxie siècle, déterminer une différence sémantique entre les deux verbes ni entre les deux seconds membres. – Il y a aussi à côté de πυριφλεγής et πυριφλεγεθής des formes d’adjectif verbal en ‑το‑ et des formes participiales en ‑οντ‑. Πυρίφλεκτος se trouve chez les Tragiques (Æsch. frg. 171 Radt ; E. Ion, 195) et en poésie postclassique (Lyc., AP) ; πυριφλέγων se trouve chez Euripide (Ba. 1019) et πυριφλεγέθων dans des inscriptions comme appellatif17 et dans l’Odyssée, 10, 513 comme hydronyme. Dans ces termes, πυρι‑ a son sens propre de « feu ». Πυριφλεγής et πυριφλεγεθής apparaissent comme des formes récentes créées par la langue de la médecine avec un autre suffixe, par volonté de différence. Il est intéressant de constater que le Second Livre des Épidémies, c. 29 [5,138,7] contient l’adjectif ἡμίφλεκτος qui se rapporte à des poulpes « à demi grillés » que l’on va donner à manger au malade. Étant donné que l’idée est celle de cuisson et non d’inflammation, c’est le second membre ancien en ‑το‑ qui a été sélectionné, et non l’innovation sigmatique °φλεγής.

  • 18 Respectivement, Vindobonensis med. gr. 4 et Marcianus gr. 269 (coll. 533).
  • 19 Cf. Blanc 2010, p. 463‑464, et 2018, p. 320 et 404‑405.

11Il faut ajouter une forme qui ne figure pas dans les éditions ni dans les lexiques hippocratiques parce qu’une erreur de transmission textuelle l’a rendue méconnaissable, à savoir διαειδής « transparent », dit du teint (χροίη) dans le traité de la Nature de la femme, 41, 1 [7,384,19]. Les manuscrits θ et M18 portent καὶ ἡ χροίη δὲ ἀειδὴς γίνεται, mais l’emploi de la particule δέ est aberrant et dénonce une corruption. Il faut en fait lire καὶ ἡ χροίη διαειδὴς γίνεται « et le teint devient transparent ». Il s’agit à l’évidence d’un adjectif déverbal de διαείδομαι qui, à côté du sens actif « laisser voir, montrer » et du sens intransitif « se montrer, apparaître », a certainement eu aussi le sens de « être transparent »19.

2.2. Types ἀφελής et εὐφυής (second membre formé sur un aoriste thématique ou sur un aoriste athématique non suffixé)

  • 20 εἰδ‑εχθής « putride, fétide » (Mul. II, 115 et 125 [8,248,3 et 8,268,16]), cf. aor. ἀπ‑εχθέσθαι (n (...)
  • 21 συγγενής « apparenté » (23x), cf. συγγίγνομαι « être apparenté à » (12x) ; pour τριταιογενής, cf. (...)
  • 22 On peut remarquer aussi l’emploi du composé εἰδεχθής qui signifie étymologiquement « haïssable pou (...)

12La Collection hippocratique connaît des composés en °εχθής, °λιπής, °μαθής, °πετής, °πιθής, °τυχής et °φυής20, auxquels ont peut adjoindre ceux des composés en °γενής qui se relient à γενέσθαι21. Les seconds membres de ces composés apparaissent dans d’autres œuvres de l’époque classique et ne sont donc pas propres au vocabulaire de la médecine, mais il y a dans la Collection hippocratique quelques formes nouvelles : les composés en °αλθής (1), un composé en °μαθής (2) et deux en °φυής (3‑4)22. On commentera aussi ci‑dessous deux composés en °πετής (5) et le composé ἀναλκής (6).

  • 23 Les commentateurs hésitent entre imparfait et aoriste, cf. LfgrE, vol. I, p. 482, s.v. ἀλθέσθαι.
  • 24 Du moins à date ancienne, cf. DELG, s.v. ἀλθαίνω.

13     (1) ἀναλθής « incurable », dit d’ulcères, Art., 63 [4,274,5], et δυσαλθής « difficile à guérir », Art., 41 [4,180,10], ont un second membre qui dérive du thème attesté dans l’expression ἄλθετο χείρ de l’Iliade, 5, 417, où le verbe semble être un aoriste23. – En poésie postclassique, on rencontre les formes ἀνάλθητος (Nonn. D. 35, 296) et δυσάλθητος (Q.S. 9, 388). Comme dans le cas de °αυξής et °αύξητος, la diathèse unique24 d’ἀλθαίνομαι « se guérir, se cicatriser » rendait possible la création d’un second membre en ‑εσ‑ ou d’un second membre en ‑το‑ tout au long du premier millénaire avant J.‑C. Il serait donc gratuit de spéculer sur l’antériorité de l’un par rapport à l’autre.

  • 25 Dans le Thesaurus d’Henri Estienne : Qui a puero didicit.
  • 26 Frg. 2 K.‑A., PCG II, p. 309 (source : Athénée, VI 240b) ; cf. Jouanna 2018, p. 267‑268.
  • 27 Voir à ce sujet le commentaire de Jouanna 2018, p. 160‑161 et 266‑268.
  • 28 Acut., 3 = 7, 1 [2,238,9 et 10] et 14 = 51, 2 [2,334, 13].
  • 29 Cf. Blanc 2018, chap. XII, p. 349‑360.

14   (2) Le composé παιδομαθής « qui s’instruit ou s’est instruit dès l’enfance »25 apparaît dans le traité la Loi (2c [4,640,2]), où se rencontre aussi le dérivé παιδομαθίη f. « apprentissage dès l’enfance » (2a et 3b), qui n’est attesté que là. Jacques Jouanna a montré dans son édition récente (2018) que la Loi est inséparable du Serment et du traité de l’Art, qui sont anciens, qui ont été attribués à Hippocrate par Érotien (contemporain de Néron), et qui figurent ensemble dans les manuscrits. L’objectif de ce traité fort bref est d’énoncer les règles qui doivent présider à la formation des futurs médecins. La formation idéale demande que six conditions soients remplies et l’une d’elles est l’apprentissage dès l’enfance. L’adjectif qui y fait allusion, παιδομαθής, apparaît également chez un poète comique du ive siècle avant notre ère, Antidotos26, et chez Polybe (III, 71, 6). Les composés en °μαθής peuvent en théorie reposer sur le substantif neutre τὸ μάθος, mais dans le cas présent, °μαθής se relie clairement au verbe μανθάνω « apprendre » et à son aoriste μαθεῖν. La relation entre les deux membres est d’un type rare. Ou bien il faut partir de l’expression ἐκ παιδὸς μαθών (Pl. Rsp. 374c), le groupe prépositionnel se réduisant en composition à παιδο‑, ou bien il faut considérer que παιδο‑ équivaut à une apposition au sujet = qui didicit (cum) puer (erat). Même s’il ne s’agit pas d’un terme médical technique, cet adjectif évoque un aspect important de la formation médicale, qui doit commencer par une instruction spécifique prodiguée dès l’enfance27. – À côté de °μαθής, il y a eu aussi un second membre en ‑το‑, qui apparaît dans la Collection hippocratique, dans les formes ἀκαταμάθητος « que l’on n’a pas appris, que l’on ignore »28 et εὐκαταμάθητος « que l’on a bien appris, qui est bien connu ». Conformément au système ancien en grec, °μάθητος est passif. Dans παιδομαθής, °μαθής est en revanche actif (« qui s’est instruit dès l’enfance »), cf. μανθάνω « apprendre, s’instruire ». Pour créer un néologisme qui n’ait pas la même diathèse que °μάθητος, on a fait appel à un second membre sigmatique auquel on pouvait donner une valeur passive ou active29.

  • 30 Epid. IV, 20 [5,156,22] (IR Li. : τρισφυέες V) et Coac., 2, 38 [5,594,10].
  • 31 Epid. VI, 2, 10 [5,282,13].
  • 32 Coac., 120 et 299 [5,608,8 et 5,650,9].

15      (3) Le composé τριταιοφυής est épithète de τρόπος dans Épidémies I, 3, 2 [2,612,3] et 7, 1 [2,622,11]. Il qualifie la manière dont agit une fièvre, c’est‑à‑dire la fréquence de ses paroxysmes. Il est aussi épithète de ῥῖγος dans les Prénotions coaques (1, 26 [5,592,1]), puis il est employé comme substantif30, et il peut enfin s’appliquer au malade lui‑même31. L’adjectif τριταῖος veut dire « qui arrive ou se fait le troisième jour » et il est en relation directe avec l’expression τῇ τρίτῃ (ἡμέρῃ) « le troisième jour » (Hp., X., +). Appliqué à la fièvre ou à la manière dont elle s’est installée chez le malade, le composé τριταιοφυής signifie donc « qui se développe (littéralement : qui pousse) [en culminant] le troisième jour ». Tριταιο‑ joue le rôle d’un attribut du sujet. – La même structure se trouve aussi dans le composé τριταιογενής, qui est dit de douleurs (ἀλγήματα)32. Il faut rapprocher le sens I 3 du LSJ : « of events, “take place, come to pass” ». Il y a donc une petite différence : τριταιοφυής met l’accent sur le développement vers un paroxysme, tandis que τριταιογενής semble indiquer seulement quelque chose qui a lieu tous les trois jours.

  • 33 E.g. acc. pl. ἀρτίους πόδας « pieds en nombre pair » (Arist. HA 489b 22), etc.
  • 34 Même structure que pour τριταιοφυής.
  • 35 De Arte, 10 [6,16,21].
  • 36 Art., 45 [4,190,6].
  • 37 Cf. Blanc 2018, p. 444.

16      (4) ἀρτιφυής, sed legendum ἀρτιοφυής. – Dans le traité du Fœtus de sept mois, dont la date est très contestée (entre le vieier av. et le ier s. ap. J.‑C.), l’auteur explique au chapitre 9 [7,448,17] que le médecin doit être attentif au quarante‑deuxième jour, qui constitue une limite, car c’est un ἀριθμὸς ἀρτιφυής τε καὶ τέλειος, c’est‑à‑dire « un nombre pair et complet », comme traduit Littré. Le composé ἀρτιφυής (inscriptions, AP, Dsc., Nonn.), dans lequel on reconnaît l’adverbe ἄρτι « récemment », signifie « just born » (LSJ) et ne convient pas du tout dans ce traité médical. Le contexte exige le sens de « pair » qui se trouve dans l’adjectif ἄρτιος33. Il faut donc conclure que le composé était ἀρτιο‑φυής « qui s’est développé (de façon à être) pair », « pair par nature »34. C’est une confusion tout à fait secondaire avec ἀρτιφυής qui a fait omettre la voyelle ‑o‑ dans les manuscrits du traité hippocratique. – À côté de °φυής, il y a eu un adjectif verbal φυτός qui a pu être employé en composition et qui apparaît dans la Collection hippocratique dans les mots τὸ ἀσύμφυτον « ce qui n’a pas de continuité »35 et πρόσφυτος « adhérent »36. On sait que °φυτος continue, avec une modification de quantité vocalique (°φῠτος par oppposition à skr. bhūta‑), un type ancien et que °φυής est une innovation37.

  • 38 On peut signaler aussi qu’à côté de son sens ordinaire (« enclin à »), la langue de la médecine a (...)

17      (5) Il faut commenter aussi deux composés en °πετής, l’un parce qu’il décrit de façon très directe et évocatrice une position possible du malade, l’autre parce qu’il est d’étymologie très discutée38.

  • 39 Acut. (Sp.), 25 [2,510,7] ; Epid. V, 31 [5,228,16] ; Epid. VII, 47 [5,416,8] ; Morb. I, 14 [6,162, (...)
  • 40 Cf. Blanc 2018, p. 421.
  • 41 Epid. III, 17, 2 [3,110,3].

18Le premier est κλινοπετής, qui signifie « alité » (5x)39. Il ne fait pas de doute que le second membre est °πετής qui se relie à πίπτω « tomber », et non °πετής qui se relie à πετάννυμι « étendre »40. Ce composé signifie « tombé au lit ». Il n’est pas interchangeable avec κατακλινής, qui signifie simplement « alité »41, car il implique une idée d’état maladif sévère qui empêche de se tenir debout.

  • 42 Cf. DELG, s.v., et EDG, vol. I, p. 334.
  • 43 διηετὴς codd. : διει‑ Nachmanson.
  • 44 García Ramón 1991, p. 113.
  • 45 Cf. Buck, Petersen 1945, p. 528‑529.
  • 46 Decent., 12 [9,240,3].
  • 47 Hum., 4 [5,480,10].

19Le second composé en °πετής dont il faut dire un mot est δι(ε)ιπετής. Cet adjectif, qui est déjà homérique, a fait couler beaucoup d’encre42. Il est attesté une seule fois dans la CH, dans les Maladies des femmes, I, 24 [8,64,5] : Ἢν δὲ ὁ γόνος ἀπορρέῃ διιπετὴς καὶ μὴ λήγῃ, οὐ μίσγεται ἀσπασίως τῷ ἀνδρὶ οὐδὲ κυΐσκεται […]. Érotien (34, 12‑15 N [δ 27]) a glosé cet adjectif : διειπετὴς43 ὁ γόνος· ἀντὶ τοῦ διαυγὴς καὶ καθαρός, ὡς καὶ Εὐριπίδης ἐν Φοίνικι λέγων […] (frg. 815 Kannicht), et Littré traduit en conséquence le passage par : « Si la semence s’échappe pure et sans intermission, la femme n’arrive pas à avoir des rapports avec son mari, elle ne devient pas enceinte […] ». Ce sens de δι(ε)ιπετής est tout à fait isolé et n’est à vrai dire étayé par rien. On peut alors suspecter que le texte n’a pas été compris. Il faut donc l’interpréter de la façon la plus économique possible. José Luis García Ramón a montré que δι(ε)ιπετής peut être en relation avec διερός et peut avoir signifié « qui coule rapidement, rapide »44. Nous proposons alors de comprendre : « Si la semence s’échappe (trop) rapidement et que cela ne cesse pas (= ne s’arrange pas), la femme n’arrive pas à avoir des rapports avec son mari, elle ne devient pas enceinte […] ». – Le second membre en ‑το‑ qui se relie synchroniquement à πίπτω est l’adjectif verbal °πτωτος, qui se trouve dans 46 composés45, dont au moins deux appartiennent à la langue de la médecine : ἀδιάπτωτος « infaillible »46 et τὸ ἀσύμπτωτον47, que Littré traduit par « la rétinence du corps ». Par son vocalisme, qui est en synchronie aberrant par rapport à πίπτω et à ἔπεσον/ἔπετον, l’adjectif verbal °πτωτος est une forme hors structure et se dénonce donc comme archaïque. Le second membre °πετής, en revanche, est clairement fait sur l’aoriste ἔπετον conservé en dorien et il fait figure d’innovation.

  • 48 Accentué ἄναλκες dans le Vaticanus, cf. apparat critique de l’édition Jouanna.

20      (6) En plus d’aoristes thématiques radicaux, le grec a possédé des aoristes thématiques à redoublement. Or il y a un second membre sigmatique qui est en synchronie en relation avec un tel aoriste. Il s’agit du second membre °αλκής qui est en relation avec l’aoriste ἀλαλκεῖν « repousser (un danger, un ennemi) » et qui signifie donc « qui repousse, qui se défend ». Il figure dans le composé ἀναλκής « qui ne se défend pas », donc « dépourvu de combativité », dit de la race asiatique (γένος […] Ἀσιηνόν) dans le traité Airs, eaux, lieux, 16, 3 [2,64,5]48.

21On voit grâce à deux composés de cette section qu’il y a dans la Collection hippocratique des formes sigmatiques nouvelles dont la structure est particulière (παιδομαθής) ou dont la forme phonétique a pu être mise à mal au moins dans la tradition manuscrite (ἀρτιοφυής).

2.3. Type σχοινοτενής (le second membre repose sur une racine contenue dans des thèmes suffixés d’aoriste sigmatique ou d’aoriste en ‑η‑ ou en ‑θη‑)

  • 49 προσαφής « contigu à » (1x), cf. προσάπτω (3x), ὀλιγοεργής (1x), cf. ἐργάζομαι (61x), περικαής (10 (...)

22Les seconds membres °αφής, °εργής, °καής, °κλινής, °κρινής, °σταθής, °σταλής, °σφαλής, °τενής, °τερής, °τραφής, °φανής et °φραδής apparaissent dans des composés de la Collection hippocratique49, mais aussi dans d’autres œuvres d’époque classique et ce ne sont donc pas des formes nouvelles, mais il y a un second membre nouveau, °σαπής, qui se relie à l’aoriste en ‑η‑ de σήπομαι, ἐσάπην, et il y a, avec d’autres seconds membres, des emplois typiquement médicaux.

  • 50 Alim., 41 [9,112,10]).
  • 51 Epid. V, 27 [5,226,16] ; adv. Acut., 5 [2,258,6] (A Li. : ἀσαφέως M : ἀσαφῶς V).
  • 52 Morb. I, 31 [6,202,11] ; Morb. III, 16 [7,152,13]. Cf. Jouanna 1974, p. 434 et n. 1.
  • 53 Dit d’un arbre, Hum., 11 [5,492,2].
  • 54 Aff., 24 [6,236,3 et 8] ; VictIII, 80 [6,626,7].

23Le second membre °σαπής apparaît dans trois composés, et ces trois composés sont attestés d’abord dans des traités hippocratiques. Il s’agit d’ἀκροσαπής, qui se dit de nourritures « avancées », c’est‑à‑dire littéralement « pourries en surface »50, d’ἀσαπής « non corrompu »51 et d’ἡμισαπής « à moitié pourri » ou « à moitié mûr »52. Le verbe correspondant est bien attesté dans la CH : 82 occurrences, dont 30 pour le thème d’aoriste σαπ‑ῆ‑ναι qui a fourni °σαπέσ‑. – À côté du second membre sigmatique, il a existé un second membre en ‑το‑ attesté non seulement dans δύσσηπτος (Plu., Gal.) et εὔσηπτος (Arist. +), mais aussi dans ἄσηπτος, qui apparaît dans la CH au sens d’« incorruptible »53 ou de « non décomposé par la digestion »54. Avec son vocalisme radical plein, °σηπτος n’a pas une structure archaïque. Les seconds membres °σαπέσ‑ et °σηπτος sont deux innovations et illustrent bien la concurrence qui s’est instaurée entre ‑εσ‑ et ‑το‑.

  • 55 L’identité de sens entre l’adjectif en ‑εσ‑ et le participe parfait a été bien perçue par Érotien (...)

24Le verbe τείνω est accompagné de l’adjectif verbal τατός, qui est ancien (cf. skr. tatá‑, latin tentus, etc.) et qui est attesté comme second membre (gr. ἔκτατος, etc.). Cela n’a pas empêché la constitution d’un second membre sigmatique à partir de la racine τεν‑ qui apparaît dans τείνω, d’où ἀτενής, σχοινοτενής, etc. Un de ces composés est propre à la CH, περιτενής, qui s’applique à la peau (δέρμα) qui est par suite d’une fracture « tendue autour (de la plaie) » dans le traité des Articulations, 46 [4,200,2]. Le sens correspond bien à celui de περιτείνω, cf. δέρμα μετώπου περιτεταμένον « peau du front tendue », Epid. VII, 84,5 [5,442,14]55.

  • 56 Cf. Blanc 2018, p. 311‑312 et 463.
  • 57 Loc. Hom., 43,3 [6,338,2].
  • 58 Effets de l’ἀσθενείη : τὸ γὰρ σῶμα μετατρεπόμενον καὶ ὀλιγοεργὲς ὂν καὶ ὑπὸ παντὸς νικώμενον τὰς π (...)
  • 59 Sur la relation ‑εσ‑ : ‑άζω, ‑άζομαι, voir ci‑dessous 2.5 (3).
  • 60 Les formes en ‑θη‑ et les formes de parfait de ἐργάζομαι s’emploient au passif (futur ἐργασθήσομαι (...)
  • 61 Cf. Blanc 2018, p. 350‑352.
  • 62 Sens passif en revanche dans le composé en ‑o‑ ἡμίεργος « à demi formé » (de Arte, 1 [6,2,6] ; Mul (...)

25Il arrive que le caractère relativement récent d’un composé soit indiqué par la valeur diathétique de son second membre. Les composés en °ϝεργής sont très anciens puisqu’ils sont non seulement homériques (εὐεργής), mais mycéniens (ke‑re‑si‑jo we‑ke)56. Le second membre y a le sens passif (« bien fait », « fait en Crète », etc.). Dans le composé ὀλιγοεργής57, il a au contraire le sens actif : littéralement « qui travaille peu » (épithète de σῶμα « corps »)58. Cette différence de diathèse provient probablement d’une mise en relation de °εργής avec le verbe ἐργάζομαι à l’époque classique59. Si le thème de présent ἐργάζομαι s’était employé au passif60, le second membre °εργής aurait gardé la valeur passive, qui est la plus fréquente pour les seconds membres sigmatiques dérivés d’un thème verbal à opposition actif/passif61. Comme le présent ἐργάζομαι ne s’emploie pas au passif, °εργής a pris la même valeur diathétique que lui et il a donc un sens actif62.

  • 63 Blanc 2018, p. 326 et 328.
  • 64 Acut. (Sp.), 18 [2,492,6] ; Aph., 62 [4,554,15] ; Prorrh. I, 102 [5,540,6] ; Coac., 154, 176, 223 (...)
  • 65 Prorrh. I, 102 [5,540,6] ; Coac., 176 [5,622,6].
  • 66 Acut. (Sp.), 18 [2,492,6].

26Bien que les composés en °καής ne soient pas propres à la Collection hippocratique, il faut dire un mot de l’un d’eux, qui est περικαής. Dans les Adjectifs sigmatiques63, j’ai cherché à savoir si cet adjectif correspond au verbe περικαίω « brûler tout autour » ou si περι‑ est augmentatif (cf. περικαλλής) et j’ai cité comme exemple du sens augmentatif une occurrence dans la Vie d’Agésilas de Plutarque. L’observation du sens de περικαής dans la Collection hippocratique permet de répondre à la question de façon plus nette. Cet adjectif y est attesté dix fois64. Le premier membre περι‑ a un sens manifestement intensif, comme on peut le voir notamment par la gradation καυστικός/περικαής65 et par l’opposition à ἐνωμότερος « trop peu cuit », litt. « trop cru »66 [AB].

2.4. Type ἐπιεικής (le second membre est en relation synchronique avec des formes de parfait)

  • 67 Cf. εἵμαρται « il est marqué par le sort que » < *« il est partagé, il est attribué ».
  • 68 Mul. I, 47 [8,106,17] (MV Li. : εὐπατεες θ, sc. pro εὐπαγέες).
  • 69 Acut. (Sp.), 21 [2,502,4].

27Certains seconds membres sont en relation étroite avec des formes verbales de parfait. Il en est ainsi pour les seconds membres suivants : °εικής (cf. ἔοικε « il convient ») dans ἀεικής (2x) et ἐπιεικής « convenable » (3x, adv. 46x), *°θᾱφής (cf. τέθηπα « être stupéfait ») méconnaissable dans l’adjectif κατηφής « complétement stupéfait », issu de *κατα‑θᾱφής, °μαρής67 dans εὐμαρής « facile » ou « qui se trouve à disposition, abondant » (5x, adv. 3x), *°πᾱγής/πᾰγής (cf. πέπηγα « être fixé, être fixe ») dans εὐπηγής68 et ἡμιπαγής (dit d’œufs demi‑durs < à demi solidifiés)69, °ρρᾰγής/°ρρωγής dans ἀρρᾰγής (VC, 12 [3,226,3]) et dans πλευμορρωγής.

  • 70 Int., 2 [7,174,12] (‑γέες M Li. : ‑γες θ).

28La forme πλευμορρωγής « atteint d’une déchirure au poumon » apparaît dans le traité des Affections internes70, où il est question de la conséquence d’une rupture dans le poumon et de l’inflammation qui s’ensuit si le malade n’observe pas complètement les prescriptions du médecin : καὶ γὰρ οἱ πολλοὶ πλευμορρωγέες ἐόντες διατελέουσιν, ἕως ἂν ἀποθάνωσιν, « la plupart restent aussi avec une rupture du poumon jusqu’à ce qu’ils succombent » (Littré). Le verbe ῥήγνυμι s’est employé au passif avec un accusatif qui indique la partie du corps où quelqu’un se trouve atteint d’une fracture ou d’une déchirure. Cette construction apparaît par exemple dans les Affections Internes, 18 [7,210,19], καὶ δοκέει ὁ ἄνθρωπος διαρρήγνυσθαι τὴν κεφαλήν, « il semble au malade qu’on lui fende la tête », et dans les Prénotions coaques, 184 [5,624,4], τοῖσι κεφαλαλγικοῖσιν ὀστέα ῥαγεῖσιν ἐκ τῶν ὄπισθεν « chez les céphalalgiques qui ont eu les os rompus à la partie postérieure de la tête ». On peut penser que le parfait d’état ἔρρωγα « être brisé, déchiré », d’où « éclater, jaillir » (Æsch. Pers. 433, S. Tr. 852 +), s’est employé lui aussi avec un accusatif. Le composé πλευμορρωγής paraît donc pouvoir être glosé par ὃς τὸν πλεύμονα ἔρρωγε « qui est déchiré au poumon » = « qui a une déchirure au poumon ». C’est un cas exceptionnel qui montre d’une part qu’on a pu à l’occasion donner à un second membre sigmatique le vocalisme o du parfait actif, d’autre part qu’un premier membre peut correspondre à un accusatif de la partie.

2.5. Second membre sigmatique reposant sur un verbe en ‑άω, ‑έω, ‑άζω ou ‑ίζω

29Par suppression de la voyelle finale du thème des verbes en ‑άω et ‑έω et par suppression de l’élément ‑αδ‑ ou ‑αγ‑ et ‑ιδ‑ des présents en ‑άζω et ‑ίζω, la langue a pu former des seconds membres d’apparence radicale. Les composés qui les contiennent sont bien attestés dans la Collection hippocratique. Il n’y a pas lieu de parler ici de αὐταρκής (15x), dont le second membre est en liaison avec ἀρκέω, parce qu’il s’agit d’une forme très courante à l’époque classique. Il faut commenter en revanche °αλγής, °ημής, °αυγής et ἀπαρτής.

  • 71 Art., 69 [4,284,7] et Acut. (Sp.), 9 [2,438,3] (A : ἀνάλγητα MV Li.).
  • 72 Epid. II, 4, 3 [5,126,6] et Epid. VI, 4, 11 [5,310,4].
  • 73 Acut., 9 [2,288,5] ; Epid. IV, 16 [5,154,12].
  • 74 Acut., 16 [2,358,6].

30      (1) Le second membre °αλγής peut reposer sur ἄλγος dans ἀναλγής « insensible à la douleur »71, mais il est en liaison directe avec le verbe ἀλγέω dans γονυαλγής « qui a mal aux genoux »72, καρδιαλγής « qui souffre de l’estomac »73, ὀσφυαλγής « qui souffre des lombes » (5x), ὑστεραλγής « qui cause des douleurs de la matrice »74.

  • 75 Aph., 4, 7 [4,504,3].
  • 76 Aph., 4, 6 [4,504,1] et MulII, 125 [8,270,3].
  • 77 Références dans l’Index Hippocraticus.
  • 78 καῦσοι, Epid. II, 3, 1 [5,100,7].

31      (2) Le second membre °ημής de δυσημής « qui vomit difficilement »75 et d’εὐημής « qui vomit facilement »76 repose sur le thème du verbe ἐμέω « vomir » et on voit son caractère récent à ce qu’il présente un allongement de l’initiale du second membre qui est inattendu : la racine étant *ṷemh1, comme l’indique le sanskrit vámiti, on aurait dû avoir °(ϝ)εμής. – Parallèlement à °ημής, on a °ήμετος dans ἀνήμετος, δυσήμετος et εὐήμετος77. Ces adjectifs se disent de malades qui ne vomissent pas, vomissent difficilement ou facilement, comme les formes sigmatiques, mais ἀνήμετος peut aussi s’appliquer à des fièvres « qui ne font pas vomir »78. En ce sens, le second membre peut être en relation avec le substantif ἔμετος (m.) « vomissement » (200x) et l’adjectif peut être un composé possessif (« qui a des vomissements » = « qui entraîne, cause des vomissements »).

  • 79 Vict. IV, 89 [6,644,13] et Vict. II, 62 (bis) [6,576,19] (Li. : εὐπαγέα M, ‑γῆ θ) et [6,578,6].
  • 80 Voir le Thesaurus d’Henri Estienne.

32      (3) Le verbe αὐγάζω présente un suffixe ‑άζω secondaire, mais c’est tout de même de ce verbe qu’a été tiré le second membre °αυγής, avec, comme on voit, élimination de l’élément ‑αδ‑ contenu dans ‑άζω. L’adjectif διαυγής (τὸ διαυγές « la partie transparente », Mul. II, 211 [8,406,13]) illustre bien cette dérivation : c’est manifestement un adjectif déverbal correspondant à διαυγάζω, et il n’y a pas de raison de refuser ce type de dérivation ni pour lui ni pour l’autre forme de même famille, à savoir le composé εὐᾱγής < *εὐαυγής79. Dans Vict. IV, 89, εὐᾱγής est dit d’astres (soleil, lune et autres astres) ; le sens est « qui rayonne bien » (cf. αὐγάζω « rayonner »), donc « lumineux ». Dans le même traité, II, 62, 3 et 4 [6,576,19 et 6,578,6], on s’est demandé depuis longtemps80 si εὐᾱγής signifierait « agile, alerte ». Dans le premier passage, εὐᾱγής se rapporte à τὰ περὶ τὴν κεφαλήν : Καὶ οἱ ὄρθιοι περίπατοι ἰσχαίνουσι, καὶ τὰ περὶ τὴν κεφαλὴν κοῦφά τε καὶ εὐαγέα καὶ εὐήκοα παρασκευάζουσι, καὶ τὴν κοιλίην λύουσιν. Littré (6, 576, 18‑20) traduit : « Les promenades du matin aussi dessèchent ; elles rendent les parties de la tête légères et alertes et l’ouïe claire ; elles relâchent le ventre », et Joly (CUF, 1967, p. 63) adopte une formulation très proche (« elles rendent toute la région de la tête légère et alerte, l’ouïe fine, et dégagent le ventre ». En fait, comme l’indiquent bien le LSJ et l’Index Hippocraticus, il s’agit d’un emploi particulier du même adjectif. Charles Mugler a bien montré que pour les Grecs l’œil émet des rayons et que l’homme voit grâce à cette émission lumineuse. Il indique dans son Dictionnaire historique de la terminologie optique des Grecs (1964), p. 64, qu’αὐγάζω se dit à la fois des astres qui rayonnent, qui éclairent, et de l’homme qui voit car son œil rayonne. Εὐᾱγής appliqué à τὰ περὶ τὴν κεφαλήν et à ὄψις signifie certainement « qui voit bien » : les bonnes promenades rendent au malade bon pied, bon œil.

  • 81 Art., 38 [4,170,1] (BM Li. : ἀπαντῆ V : ἀπαρτητὴν KW).
  • 82 On vient de voir °αυγής, mais le meilleur exemple est ἐπαναγκές (ἐστι) « il est obligé », qui est (...)
  • 83 Cf. Blanc 2018, p. 535, n. 48.

33      (4) L’adjectif ἀπαρτής, dit d’un nez fracturé que le praticien remet en place81, semble signifier « qui s’adapte exactement (à la partie correspondante du visage) ». Puisqu’il y a des exemples assurés de seconds membres sigmatiques reposant sur des verbes en ‑άζω82, on peut admettre qu’il y a aussi eu des seconds membres qui ont été tirés de verbes en ‑ίζω. En ce cas, ἀπαρτής « qui s’adapte exactement » peut avoir été tiré du verbe ἀπαρτίζω « ajuster exactement » (Hp., Arist.)83 [AB].

  • 84 Seulement ἀνα‑, ἐκ‑ et ὑπο‑πετάννῡμι dans la CH.
  • 85 Non attesté dans la CH.

34Il faut aussi signaler que des seconds membres sigmatiques ont pu être tirés de verbes en ‑άννῡμι et ‑έννῡμι : ἀναπετής « ouvert » (Gland., 9 [8,564,3]) et διαπετής « qui s’étend » (Cord., 10 [9,86,15]) correspondent à ἀναπετάννῡμι (2x) et διαπετάννῡμι84, et l’adjectif κατακορής (30x) « saturé, foncé », dit de couleurs, et « concentré », dit d’un liquide évacuant, correspond à κορέννῡμι85.

  • 86 Il y a aussi un cas où on a cru, apparemment à tort, à un second membre sigmatique tiré d’un verbe (...)
  • 87 Aer., 15,1 [2,60,18] (Li. ex Erot. 16, 14 : ἄναλθες V).
  • 88 Lex, 2 [4,640,5].
  • 89 Restaient probablement obscures synchroniquement d’autres formes attestées dans la CH, comme ἀκραι (...)

35Il reste dans la Collection hippocratique et plus largement en grec archaïque et classique, des seconds membres sigmatiques dont la dérivation ne peut pas être totalement précisée86. Ainsi, le second membre de ἀναλδής « qui ne grandit pas »87 et de εὐαλδέως « en croissant vigoureusement »88 a‑t‑il été tiré du présent ἀλδαίνω avec élimination du suffixe de présent, ou a‑t‑il été dérivé d’un thème verbal radical disparu ? Il est évidemment impossible de répondre89.

3. Conclusion

  • 90 Cf. Jouanna 2017, p. 529‑590.
  • 91 À vrai dire, les études linguistiques de détail font défaut et il est difficile à l’heure actuelle (...)

36Les plus anciens traités de la Collection hippocratique datent du ve siècle avant notre ère ; d’autres sont un peu plus tardifs, quelques‑uns datent de l’époque hellénistique et d’autres des premiers siècles de notre ère90. La langue de ces différents traités n’est certainement pas totalement homogène91, mais pour ce qui est des thèmes sigmatiques, il y a une assez grande unité, due à ce que les substantifs constituaient une formation ancienne, bien constituée, qui n’a donc pas beaucoup bougé, tandis que les adjectifs sigmatiques continuaient pour une part également une formation ancienne, stable, et pour une autre part une formation nouvelle, mais qui avait eu le temps de s’implanter en profondeur dans la langue, ce qui fait que les innovations se sont coulées dans les mêmes moules et qu’on perçoit donc à travers les différentes formes nouvelles, le système non pas de telle ou telle variété du grec, mais de la langue grecque elle‑même dans son caractère supra‑dialectal. On a vu que le groupe des substantifs sigmatiques neutres était bien fixé et n’augmentait pas, mais que les composés formés sur eux pouvaient s’accroître par combinaison avec différents premiers membres. Ces combinaisons nouvelles n’ont pas été, au total, nombreuses. Pour trouver des épithètes descriptives nouvelles, Hippocrate et les auteurs de traités médicaux ont plutôt employé l’élément °ειδής, en cours de grammaticalisation, et surtout °ώδης, qui est devenu un suffixe indiquant ressemblance, approximation, etc.

37Il y a tout de même eu de nouveaux thèmes en ‑εσ‑ dans la Collection hippocratique et ils appartiennent, comme on pouvait s’y attendre, à la riche catégorie des composés à second membre déverbatif (type πυριφλεγής : φλέγω) ou des adjectifs déverbaux (type περιτενής : περιτείνω). On ne peut jamais affirmer que telle ou telle forme est un néologisme de tel ou tel auteur, de telle ou telle époque, de telle ou telle langue technique, car l’appréciation que nous portons dépend toujours de notre documentation, qui ne nous donne que de très maigres jalons sur les étapes de la création du vocabulaire grec. Cela étant dit, quand on assiste à l’apparition d’un bon nombre de formes nouvelles, on est en droit de se dire que l’on est sur un terrain où l’innovation a joué et où la création lexicale s’est exercée. L’importance numérique des occurrences dans la CH, comparée à la masse des occurrences dans d’autres secteurs du vocabulaire, permet d’identifier certains adjectifs comme propres à la CH, et donc comme innovations probables de la langue médicale. Telle est notre conclusion pour les composés en °αυξής, pour πυριφλεγής et πυριφλεγεθής (voir 2.1), pour les composés en °αλθής, pour παιδομαθής, τριταιοφυής, ἀρτιοφυής, et peut‑être aussi pour κλινοέτής (voir 2.2), pour les composés en °σαπής (voir 2.3), pour πλευμορρωγής (voir 2.4), pour les composés en °αλγής, °ημής (voir 2.5) et peut‑être pour d’autres, qu’on ne répète pas.

38Comme on l’a vu, les seconds membres ont été tirés de thèmes verbaux radicaux de présent ou d’aoriste, puis de racines verbales extraites de différents thèmes verbaux suffixés ou redoublés, puis, même, de présents en ‑έω, ‑άω, ‑άζω, etc. Les mécanismes de dérivation s’observent ailleurs que dans la langue médicale, mais cette dernière vient en fournir d’autres illustrations et parmi les créations nouvelles il n’en est pas une seule qui échappe aux structures que l’on a mises en lumière. Des formes comme γονυαλγής et ὀσφυαλγής sont nouvelles, mais elles correspondent bien à des expressions associant γόνυ (ou γόνατα) + ἀλγέω, etc., et si nous n’avons pas trouvé *τὸν πλεύμονα ἐρρωγέναι dans les traités hippocratiques, on a du moins διαρρήγνυσθαι τὸν κεφαλήν et ὀστέα ῥαγείς (voir 2.4) : les créations nouvelles correspondent aux expressions de la langue courante. Et quand une relation entre les deux membres d’un composé paraît bizarre, c’est vraisemblablement qu’il y a, à la base, une expression idiomatique. Il doit en être ainsi pour le παιδομαθής, terme de grande importance dans la Loi (voir 2.2).

39Innovations, mais innovations sévèrement contrôlées, faites dans des moules qui s’affinent avec l’évolution de la langue, innovations donc éminemment régulières : telles paraissent être les formes sigmatiques nouvelles de la Collection hippocratique, formes qui montrent à la fois le dynamisme de la dérivation nominale, sa grande productivité et son caractère au plus haut point systématique.

Bibliographie

Abréviations

DELG : PChantraine, Dictionnaire étymologique de la langue grecque, avec en supplément, les Chroniques d’étymologie grecque (1‑10) rassemblées par A. Blanc, C. de Lamberterie, J.‑L. Perpillou, Paris, Klincksieck, 2009 (1re éd. 1968‑1980).

EDG : R. Beekes, Etymological dictionary of Greek, Leyde/Boston, Brill, 2010.

LfgrE : B. Snell, H.J. Mette (dir.), Lexikon des frühgriechischen Epos, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1955-2010.

LSJ : H.G. Liddell, R. Scott, H.S. Jones, A Greek‑English lexicon, with a supplement, Oxford, Clarendon Press, 1968.

LSJ, Rev. Suppl. : H.G. Liddell, H.S. Jones, R. Scott, A Greek‑English lexicon, revised supplement, by P.G.W. Glare, with the assistance of A.A. Thompson, Oxford, Clarendon Press, 1996.

Références

Anastassiou, Irmer 2006‑2012 : A. Anastassiou, D. Irmer, Testimonien zum Corpus Hippocraticum, vol. I‑III, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2006‑2012.

Bader 1965 : F. Bader, Les composés grecs du type de demiourgos, Paris, Klincksieck, 1965.

Blanc 2010 : A. Blanc, compte rendu de « Hippocrate, Nature de la femme. Texte établi et traduit par F. Bourbon », REG 123, 2010, p. 463‑464.

Blanc 2018 : A. Blanc, Les adjectifs sigmatiques du grec ancien. Un cas de métamorphisme dérivationnel, Innsbruck, Institut für Sprachen und Literaturen der Universität Innsbruck, 2018.

Buck, Petersen 1945 : C.D. Buck, W. Petersen, A reverse index of Greek nouns and adjectives, Chicago, University Press, 1945.

Estienne 1842‑1847 : H. Estienne, Thesaurus Graecae linguae, édition complétée par C.B. Hase, G. Dindorf, L. Dindorf, t. VI, Paris, Didot, 1842‑1847.

García Ramón 1991 : J.L. García Ramón, « Étymologie historique et synchronie homérique : δίε/ομαι, διερός, διῑπετής, διαίνω, δῑνέω et i.‑e. *di̭eh1/*dih1 “se hâter” », RPh 65/1, 1991, p. 105‑117.

Hipt 1972 : D. op de Hipt, Adjektive auf ‑ώδης im Corpus Hippocraticum, Hambourg, Fundament‑Verlag, 1972.

Jouanna 1974 : J. Jouanna, Hippocrate. Pour une archéologie de l’école de Cnide, Paris, Les Belles Lettres, 1974.

Jouanna 2017 : J. Jouanna, Hippocrate, Paris, Les Belles Lettres, 2017 (2e éd.).

Jouanna 2018 : Hippocrate, Le serment, les serments chrétiens, la loi, texte établi et traduit par J. Jouanna, Paris, Les Belles Lettres, 2018.

Kühn, Fleischer 1989 : J.‑H. Kühn, U. Fleischer, Index Hippocraticus, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1989 (Supplement par A. Anastassiou et D. Irmer, 1999 ; Nachträge par A. Anastassiou et D. Irmer, 2007 ; Neue Nachträge par A. Anastassiou, 2014).

Littré 1839‑1861 : É. Littré, Œuvres complètes d’Hippocrate, Paris, Baillère, 1839‑1861.

Maloney, Frohn 1984 : G. Maloney, W. Frohn, Concordance des œuvres hippocratiques, 4 vol., Montréal/Québec/Paris, Les Éditions du Sphinx, 1984.

Meissner 2006 : T. Meissner, S‑stem nouns and adjectives in Greek and Proto‑Indo‑European, Oxford, Oxford University Press, 2006.

Mugler 1964 : C. Mugler, Dictionnaire historique de la terminologie optique des Grecs, Paris, Klincksieck, 1964.

Risch 1974 : E. Risch, Wortbildung der homerischen Sprache, Berlin/New York, De Gruyter, 1974 (2e éd.).

Stüber 2002 : K. Stüber, Die primären s‑Stämme des Indogermanischen, Wiesbaden, Reichert, 2002.

Annexes

Annexe I

Composés sigmatiques du type d’ἀσθενής dans la Collection hippocratique, cités d’après l’ordre alphabétique des seconds membres (°ανθής, °βλαβής, °βριθής, etc.)

εὐ‑ανθής 3x (ἄνθος : 77x)

ἐν‑αργής 3x + ‑έως 2x

ἀ‑βλαβής 1x (βλάβος 4x, βλάπτω 103x)

ἐμ‑βριθής 1x (βρῖθος 4x, βρῑ́θω 5x)

εὐ‑γενής 1x (γένος 30x)

°ειδής : composés cités ci‑dessus, voir 1.

ἀν‑ελκής 1x, δυσελκής 2x, εὐελκής 1x (ἕλκος 459x)

πεντα‑ετής 1x, ἑπτα‑ετής 2x, ὀκτα‑ετής 1x, δεκα‑ετής 2x, ἑνδεκα‑ετής 1x, δωδεκα‑ετής 1x, εἰκοσα‑ετής 2x, etc., cf. ἔτος (114x)

ἀ‑ηδής 12x (pas de neutre correspondant dans la CH, mais adj. ἡδύς : 39x)

ἀ‑ήθης 8x, εὐ‑ 19x, κακο‑ 48x, κακ‑ 2x, συν‑ (ξυν‑) 24x et ἀξυν‑ 3x (ἦθος 13x)

ἀ‑θαλπέως 2x (θάλπος 18x, θάλπω 13x, συνθάλπω 3x)

ἀγα‑κλέως 1x, εὐκλεής 2x (κλέος 5x)

ἀ‑κρατής 33x, ‑έως 1x (κράτος 1x : Mul. II, 167 [8,346,3]) [MV Li. : ἀκράτεα θ]

εὐ‑μεγεθής 1x (μέγεθος 48x)

οὐλο‑μελής 2x (μέλος 29x ; variantes fréquentes)

ἀ‑μερής dans ἐν τῷ ἀμερεῖ « dans sa globalité », Virg. I, 1 [8,466,4], ἑπτα‑μερής 3x (μέρος 276x)

εὐ‑μήκης 2x, παρα‑μήκης 7x, προμήκης 4x (μῆκος 71x)

ἀ‑πινής 2x, ἐλαιο‑πινής 1x (πίνος non attesté dans la CH, mais πινόεις 3x)

περι‑πληθής 1x (πλῆθος 131x, πλήθω 3x)

ἀ‑ρριγγέως 2x (ῥῖγος 191x)

ἀ‑σθενής 218x (σθένος hapax : Nat. Puer., 30 [7,532,2])

ἀ‑σινής 22x, ‑έως 1x (σίνος 27x, σἰνομαι 14x)

λυσι‑τελής 11x, ἀλυσιτελής 2x (τέλος 70x)

Annexe II

Abréviations des traités de la Collection hippocratique92

Acut. De victu acutorum, Régime dans les maladies aiguës (R. Joly, CUF, 1972)
Acut. (Sp.) De victu acutorum (Spuria), Régime dans les maladies aiguës (Appendice) (R. Joly, CUF, 1972)
Aer. De aere aquis locis, Airs, eaux, lieux (J. Jouanna, CUF, 1996)
Aff. De affectionibus, Affections
Alim. De alimento, Aliment (R. Joly, CUF, 1972)
Aph. Aphorismi, Aphorismes
Art. De articulis, Articulations
Coac. Coacae praenotiones, Prénotions de Cos
Cord. De corde, Cœur (R. Joly, CUF, 1978)
Decent. De decente habitu, Bienséance
Ep. Epistulae, Lettres
Epid. I‑VII Epidemiarum libri I‑VII, Épidémies (I et III : J. Jouanna, CUF, 2016 ; V et VII : J. Jouanna, M.D. Grmek, CUF, 2000)
Fract. De fracturis, Fractures
Gland. De glandulis, Glandes (R. Joly, CUF, 1978)
Hum. De humoribus, Humeurs
Int. De internis affectionibus, Affections internes
Jusj. Iusiurandum, Serment (J. Jouanna, CUF, 2018)
Lex Lex, Loi (J. Jouanna, CUF, 2018)
Loc. Hom. De locis in homine, Lieux dans l’homme (R. Joly, CUF, 1978)
Medic. De medice, Médecin
Mochl. Mochlicum, Mochlique
Mor. I‑IV De morbis I‑IV, Maladies (II : J. Jouanna, CUF, 1983 ; IV : R. Joly, CUF, 1970)
Morb. Sacr. De morbo sacro, Maladie sacrée (J. Jouanna, CUF, 2003)
Mul. I‑II De morbis mulierum I‑II, Maladies des femmes
Nat. Hom. De natura hominis, Nature de l’homme (J. Jouanna, Berlin, Akademie Verlag, 1975)
Nat. Mul. De natura muliebri, Nature de la femme (F. Bourbon, CUF, 2008)
Nat. Puer. De natura pueri, Nature de l’enfant (R. Joly, CUF, 1970)
Oct. De octimestri partu, Fœtus de huit mois (R. Joly, CUF, 1970)
Off. De officina medici, Officine du médecin
Oss. De ossium natura, Nature des os
Prog. Prognosticum, Pronostic (J. Jouanna, CUF, 2013)
Prorrh. I‑II Prorrheticus I‑II, Prorrhétique
Sept. De septimestri partu, Fœtus de sept mois
VC De vulneribus in capite, Plaies de la tête
Vict. I‑IV De victu I‑IV, Régime (R. Joly, CUF, 1967)

Annexe III

† βραχυμογής

On a cru autrefois à l’existence d’un composé βραχυμογής (ainsi H. Estienne, Thesaurus, s.v., avec la traduction « breui temporis spatio laborans, ὁ βραχὺ μογῶν ») et ce mot est encore indiqué sans réserves dans le LSJ, dans le DGE, dans la concordance de Maloney et Frohn, etc. Sa structure surprend car les verbes en ‑έω à vocalisme radical o (type φορέω, etc.) ne fournissent jamais de second membre sigmatique. De plus, le verbe μογέω n’est pas attesté dans la CH, qui n’a, de la famille de ce mot, que l’adverbe μόγις (avec v.l. fréquente μόλις), cf. Kühn, Fleischer (1989), p. 519. Comme l’indiquent Kühn et Fleischer, βραχυμογής est une leçon douteuse, due à une erreur typographique. Galien (VIII 240 Kühn) a dans le même texte βραχὺ μόγις93 qui paraît être la bonne leçon. Il faut donc vraisemblablement rayer la forme † βραχυμογής de la liste des composés sigmatiques.

Notes

1 Voir par exemple en dernier lieu Stüber 2002, notamment p. 19‑22, et Meissner 2006, p. 1 et 128. – Comme on sait, j’ai travaillé depuis longtemps sur les adjectifs sigmatiques du grec et je viens de publier un livre qui leur est consacré (Blanc 2018). Bien que j’aie essayé d’être le plus complet possible, je me suis aperçu que je n’ai pas examiné assez attentivement les formes de la langue de la médecine. Ayant eu l’occasion de discuter avec Isabelle Boehm, qui s’est intéressée aux langues techniques et particulièrement à la langue de la Collection hippocratique, je lui ai proposé d’examiner la part d’héritage et la part d’innovation dans les adjectifs sigmatiques de ces traités médicaux. Ainsi s’explique que cet article soit signé de nos deux noms. – Lorsqu’un paragraphe relève plus particulièrement de ma responsabilité, je l’ai indiqué en le faisant suivre de mes initiales (AB = A. Blanc). – Marek Majer, qui a participé au colloque, a bien voulu traduire le résumé français en anglais. Nous l’en remercions très vivement.

2 Voir la liste dans l’annexe 1 ci‑dessous. – Pour que l’on trouve facilement les formes de la Collection hippocratique, nous avons ajouté aux références traditionnelles les renvois à l’édition Littré selon le système mis en pratique dans l’Index Hippocraticus de Kühn et Fleischer. Nous avons indiqué ces renvois entre crochets droits et sans espace entre l’indication du volume, de la page et de la ligne, comme dans l’Index. – Nous avons également repris les abréviations latines utilisées par l’Index. Ces abréviations sont explicitées ci‑dessous, avec les titres français des traités, dans l’annexe 2.

3 Off., 18 [3,324,6]. – Sauf indication contraire, les indications de nombre d’occurrences concernent toujours la Collection hippocratique.

4 Acut., 46 [2,320,8].

5 Acut., 46 [2,320,8] ; MorbII, 52 [7,80,12].

6 Cf. εὐγενής (εὐ‑ + γένος) rapproché de γενέσθαι, interprété comme εὖ γενόμενος et permettant la création de συγγενής sur συγγενέσθαι. Voir Risch 1974, p. 81 ; Meissner 2006, p. 166 et 187, et Blanc 2018, p. 279 et 312.

7 Dans la CH, respectivement : ἐν‑δεής « déficient » (19x), ἐλει‑θερής « chauffé au soleil » (2x ; v.l. εἱληθερής, ἑλαιθερής et ἠλαιθερής, cf. Jouanna 1974, p. 21‑22 n.), ἑτερο‑ρρεπής « qui fait pencher dans un sens ou dans l’autre, décisif » (1x), περι‑ρρεπής litt. « qui penche autour », c’est‑à‑dire « qui recouvre des deux côtés » (Art., 50 [4,220,15]), ἀ‑σεβής « qui n’a pas de respect » (1x), εὐ‑σεβής « respectueux » (1x), θεο‑σεβής « qui respecte la divinité » (1x), ἀ‑στεργής « qui n’a pas d’affection » (2x), ἀ‑τρεμέως « sans trembler » (3x), ἐμ‑φερής « qui ressemble à » (4x), περι‑φερής « circulaire » (15x). Ces composés (ou adjectifs déverbaux) sont en relation de dérivation avec les verbes ἐνδέομαι « manquer de, être déficient » (1x), ῥέπω « pencher, incliner » (63x) et περιρρέπω « passer autour de » (Mochl., 38 [4,386,10]), σέβομαι « respecter, révérer » (1x), στέργω « chérir » (non attesté dans la CH), τρέμω « trembler » (10x), φέρω « porter » (153x) et περιφέρω « porter autour », passif « être porté tout autour, circuler » (9x). – Dans la suite de cet article, quand nous citons le verbe qui a fourni un second membre de composé, nous indiquons toujours le nombre d’occurrences de ce verbe dans la CH pour que l’on voie si le second membre en question est resté ou non en relation avec la base qui lui a donné naissance. On verra que c’est presque toujours le cas, ce qui confirme bien que les seconds membres sigmatiques déverbatifs sont une formation jeune.

8 Nombreuses références dans le LSJ, dans le Thesaurus d’Henri Estienne et dans le TLG en ligne.

9 Epid. VI, 15 [5,320,4] : τὰς ἐπαυξέας νούσους : sens mal établi ; « les maladies qui viennent de l’enfance » pour J. Jouanna (CUF).

10 Art., 62 [4,264,4] (B Li. : προσ‑ MV).

11 Epid. II, 1,8 [5,80,12].

12 Arist. Cael. 270a 25, Sor. 1, 47.

13 Plutarque, De l’intelligence des animaux, 981 f.

14 Cf. Blanc 2018, p. 573‑576 et 578‑583.

15 Mul. I, 52 [8,110,12] et Mul. II, 178 [8,360,22].

16 Acut. (Sp.), 10 [2,446,6] et Mul. I, 54 [8,112,17].

17 Cf. LSJ, Rev. Suppl., s.v.

18 Respectivement, Vindobonensis med. gr. 4 et Marcianus gr. 269 (coll. 533).

19 Cf. Blanc 2010, p. 463‑464, et 2018, p. 320 et 404‑405.

20 εἰδ‑εχθής « putride, fétide » (Mul. II, 115 et 125 [8,248,3 et 8,268,16]), cf. aor. ἀπ‑εχθέσθαι (non attesté dans la CH), ἐλλιπής (Sept. [Sp.], 124, 1 Grensemann), cf. ἐλλείπω (19x), διει‑πετής (1x), δυσ‑πετής (2x, adv. 2x), εὐ‑πετής (13x, adv. 21x), κλινο‑πετής (5x), προ‑πετής « enclin à » (10x, adv. 1x), cf. πίπτω (55x) et προπίπτω (2x), εὐ‑πιθής, litt. « obéissant », dit d’une opération « qui peut s’accomplir » (Mul. II, 133 [8,290,20]), cf. πείθω (37x), dont πιθεῖν (4x), εὐτυχής « heureux » (1x), cf. τυγχάνω (138x), ἀρτι(ο)φυής (cf. ci‑dessous), εὐφυής « vigoureux » (4x), ταχυφυής « qui évolue vite » (dit de fractures, Mochl., 38 [4,384,4]), τριταιοφυής (cf. ci‑dessous), ὑπερφυής « qui croît démesurément » (2x, adv. 1x), cf. φύω, ‑ομαι (203x). Les adjectifs dont le sens n’a pas été indiqué sont commentés ci‑dessous.

21 συγγενής « apparenté » (23x), cf. συγγίγνομαι « être apparenté à » (12x) ; pour τριταιογενής, cf. infra.

22 On peut remarquer aussi l’emploi du composé εἰδεχθής qui signifie étymologiquement « haïssable pour son aspect » (cf. Blanc 2018, p. 341 et 420), puis « qui a mauvais aspect » et donc « pourri, gâté » (œufs, Mul. II, 115 [8,248,3]). Pour ὑποθυμιῇν τὰ εἰδεχθέα (Mul. II, 125 [8,268,16]), Littré traduit « faire des fumigations fétides en bas » et Kühn, Fleischer (1989) reprennent ce sens (Index Hippocraticus, s.v. : « fœtidus, putridus »). Il vaut mieux comprendre « brûler en fumigation des substances d’aspect repoussant » : la notion d’aspect peut toujours être présente.

23 Les commentateurs hésitent entre imparfait et aoriste, cf. LfgrE, vol. I, p. 482, s.v. ἀλθέσθαι.

24 Du moins à date ancienne, cf. DELG, s.v. ἀλθαίνω.

25 Dans le Thesaurus d’Henri Estienne : Qui a puero didicit.

26 Frg. 2 K.‑A., PCG II, p. 309 (source : Athénée, VI 240b) ; cf. Jouanna 2018, p. 267‑268.

27 Voir à ce sujet le commentaire de Jouanna 2018, p. 160‑161 et 266‑268.

28 Acut., 3 = 7, 1 [2,238,9 et 10] et 14 = 51, 2 [2,334, 13].

29 Cf. Blanc 2018, chap. XII, p. 349‑360.

30 Epid. IV, 20 [5,156,22] (IR Li. : τρισφυέες V) et Coac., 2, 38 [5,594,10].

31 Epid. VI, 2, 10 [5,282,13].

32 Coac., 120 et 299 [5,608,8 et 5,650,9].

33 E.g. acc. pl. ἀρτίους πόδας « pieds en nombre pair » (Arist. HA 489b 22), etc.

34 Même structure que pour τριταιοφυής.

35 De Arte, 10 [6,16,21].

36 Art., 45 [4,190,6].

37 Cf. Blanc 2018, p. 444.

38 On peut signaler aussi qu’à côté de son sens ordinaire (« enclin à »), la langue de la médecine a gardé pour προπετής le sens étymologique « qui tombe en avant », avec la nuance de « qui a tendance à s’affaisser dans le lit » (Pronostic, 10, 4 [2,118,14], trad. de J. Jouanna).

39 Acut. (Sp.), 25 [2,510,7] ; Epid. V, 31 [5,228,16] ; Epid. VII, 47 [5,416,8] ; Morb. I, 14 [6,162,12] et 19 [6,174,21].

40 Cf. Blanc 2018, p. 421.

41 Epid. III, 17, 2 [3,110,3].

42 Cf. DELG, s.v., et EDG, vol. I, p. 334.

43 διηετὴς codd. : διει‑ Nachmanson.

44 García Ramón 1991, p. 113.

45 Cf. Buck, Petersen 1945, p. 528‑529.

46 Decent., 12 [9,240,3].

47 Hum., 4 [5,480,10].

48 Accentué ἄναλκες dans le Vaticanus, cf. apparat critique de l’édition Jouanna.

49 προσαφής « contigu à » (1x), cf. προσάπτω (3x), ὀλιγοεργής (1x), cf. ἐργάζομαι (61x), περικαής (10x), cf. καίω (plus de 50x), κατακλινής (1x), cf. κατακλίνω (42x), εἰλικρινής « pur » (15x, adv. 1x), εὐκρινής « qui indique une bonne issue, favorable » (6x, adv. 2x), cf. κρίνω (246x + formes préverbées), εὐσταθής « bien établi » (4x), cf. ἵστημι (135x, dont σταθῆναι 2x), εὐσταλής « alerte » (3x, adv. 3x), cf. στέλλω (5x), ἀσφαλής « non dangereux » (50x, adv. 15x), ἐπισφαλής « dangereux » (4x), cf. σφάλλω (4x + formes préverbées), κυκλοτερής « circulaire » (4x), εὐτραφής « bien nourri » (1x, adv. 1x), cf. τρέφω (97x), dont τραφῆναι (2x), ἀφανής « invisible » (26x), cf. φαίνω (236x), διαφανής « limpide » (25x), cf. διαφαίνω (4x), ἐμφανής « visible » (18x, adv. 1x), cf. ἐμφαίνω (9x), ἐπιφανής « brillant » (2x, adv. 2x), cf. ἐπιφαίνομαι (67x), καταφανής « manifeste, évident » (20x), cf. καταφαίνω (5x), προφανής « clairement visible » (2x), cf. προφαίνω (16x), διαφραδέως « clairement » (1x), cf. φράζω (33x).

50 Alim., 41 [9,112,10]).

51 Epid. V, 27 [5,226,16] ; adv. Acut., 5 [2,258,6] (A Li. : ἀσαφέως M : ἀσαφῶς V).

52 Morb. I, 31 [6,202,11] ; Morb. III, 16 [7,152,13]. Cf. Jouanna 1974, p. 434 et n. 1.

53 Dit d’un arbre, Hum., 11 [5,492,2].

54 Aff., 24 [6,236,3 et 8] ; VictIII, 80 [6,626,7].

55 L’identité de sens entre l’adjectif en ‑εσ‑ et le participe parfait a été bien perçue par Érotien (73, 5 N, π 51), περιτενές· περιτεταμένον (glose signalée par Anastassiou, Irmer 2006-2012, vol. I, p. 155).

56 Cf. Blanc 2018, p. 311‑312 et 463.

57 Loc. Hom., 43,3 [6,338,2].

58 Effets de l’ἀσθενείη : τὸ γὰρ σῶμα μετατρεπόμενον καὶ ὀλιγοεργὲς ὂν καὶ ὑπὸ παντὸς νικώμενον τὰς παλιγκοτίας παρέχει « en effet le corps, changé, devenu de faible action et vaincu par toute chose, éprouve des accidents » (texte et traduction Littré, 6, 338, 1‑3).

59 Sur la relation ‑εσ‑ : ‑άζω, ‑άζομαι, voir ci‑dessous 2.5 (3).

60 Les formes en ‑θη‑ et les formes de parfait de ἐργάζομαι s’emploient au passif (futur ἐργασθήσομαι, aoriste εἰργάσθην, parfait εἴργασμαι), mais pas le thème de présent (cf. LSJ).

61 Cf. Blanc 2018, p. 350‑352.

62 Sens passif en revanche dans le composé en ‑o‑ ἡμίεργος « à demi formé » (de Arte, 1 [6,2,6] ; Mul. I, 78 [8,182,14]) ; cf. Bader 1965, p. 92.

63 Blanc 2018, p. 326 et 328.

64 Acut. (Sp.), 18 [2,492,6] ; Aph., 62 [4,554,15] ; Prorrh. I, 102 [5,540,6] ; Coac., 154, 176, 223 [5,616,12 ; 622,6 ; 632,20] ; Epid. IV, 15 [5,152,18] ; Epid. VI, 14 (bis) et 21 [5, 274,6 ; 282,15 ; 352,4].

65 Prorrh. I, 102 [5,540,6] ; Coac., 176 [5,622,6].

66 Acut. (Sp.), 18 [2,492,6].

67 Cf. εἵμαρται « il est marqué par le sort que » < *« il est partagé, il est attribué ».

68 Mul. I, 47 [8,106,17] (MV Li. : εὐπατεες θ, sc. pro εὐπαγέες).

69 Acut. (Sp.), 21 [2,502,4].

70 Int., 2 [7,174,12] (‑γέες M Li. : ‑γες θ).

71 Art., 69 [4,284,7] et Acut. (Sp.), 9 [2,438,3] (A : ἀνάλγητα MV Li.).

72 Epid. II, 4, 3 [5,126,6] et Epid. VI, 4, 11 [5,310,4].

73 Acut., 9 [2,288,5] ; Epid. IV, 16 [5,154,12].

74 Acut., 16 [2,358,6].

75 Aph., 4, 7 [4,504,3].

76 Aph., 4, 6 [4,504,1] et MulII, 125 [8,270,3].

77 Références dans l’Index Hippocraticus.

78 καῦσοι, Epid. II, 3, 1 [5,100,7].

79 Vict. IV, 89 [6,644,13] et Vict. II, 62 (bis) [6,576,19] (Li. : εὐπαγέα M, ‑γῆ θ) et [6,578,6].

80 Voir le Thesaurus d’Henri Estienne.

81 Art., 38 [4,170,1] (BM Li. : ἀπαντῆ V : ἀπαρτητὴν KW).

82 On vient de voir °αυγής, mais le meilleur exemple est ἐπαναγκές (ἐστι) « il est obligé », qui est tiré de ἐπαναγκάζω « obliger, forcer », cf. Blanc 2018, p. 530‑534.

83 Cf. Blanc 2018, p. 535, n. 48.

84 Seulement ἀνα‑, ἐκ‑ et ὑπο‑πετάννῡμι dans la CH.

85 Non attesté dans la CH.

86 Il y a aussi un cas où on a cru, apparemment à tort, à un second membre sigmatique tiré d’un verbe en ‑έω : †βραχυμογής, cf. ci‑dessous, annexe 3.

87 Aer., 15,1 [2,60,18] (Li. ex Erot. 16, 14 : ἄναλθες V).

88 Lex, 2 [4,640,5].

89 Restaient probablement obscures synchroniquement d’autres formes attestées dans la CH, comme ἀκραιφνής « intact » (4x), ἀκριβής « précis » (24x, adv. 9x), ἁλής « rassemblé » (32x), ἀτρεκής « vrai » (14x, adv. 18x), ἐξαντής « guéri » (4x), εὐχερής « facile » (4x, adv. 3x) et δυσχερής « difficile » (3x, adv. 2x), περιρρηδής (2x), πρηνής (8x) et ὑγιής « en bonne santé » (382x).

90 Cf. Jouanna 2017, p. 529‑590.

91 À vrai dire, les études linguistiques de détail font défaut et il est difficile à l’heure actuelle de dégager des différences significatives entre le style ou le vocabulaire de ces traités.

92 Pour la traduction des titres grecs (non indiqués ici), nous reprenons les titres français (cités sans préposition ni article) tels que les cite J. Jouanna dans son Hippocrate (2017, p. 527‑563). – Nous indiquons à la suite du titre latin et du titre français l’édition récente à laquelle nous nous sommes référés. Si rien n’est indiqué, nous avons utilisé l’édition de Littré.

93 οὗτοι καὶ πέπονα ἀναπτύοντες βραχὺ μόγις ἦσαν, « ces malades expectoraient aussi des matières cuites, peu de temps, avec peine ».

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search