Version classiqueVersion mobile

Dérivation nominale et innovations dans les langues indo‑européennes anciennes

 | 
Alain Blanc
, 
Isabelle Boehm

Grec

Les adjectifs en ‑ερός, ‑αρός et ‑ηρός chez Homère et ultérieurement : origines et diffusion

Lucien van Beek

Résumé

Il est généralement admis que le suffixe ‑ρό‑ en grec ancien forme des adjectifs à partir de substantifs (N → A). Récemment, plusieurs chercheurs ont fait remarquer que ‑ρό‑ fonctionne également comme suffixe déverbatif. Dans le présent article nous présentons des arguments qui suggèrent que ‑ερός, ‑αρός et ‑ηρός, formes élargies du suffixe, étaient d’abord des exemples de ‑ρό‑ déverbatif (V → A), elles aussi. Cette conclusion se base sur la distribution des suffixes, sur des arguments de nature sémantique, et enfin sur la structure prosodique du thème. Il suit que la fonction déverbative (V → A) du suffixe *‑ró‑ est ancienne et héritée de l’indo‑européen. En revanche, nous maintenons que la fonction dénominative des suffixes élargis (p. ex. dans δολερός et οἰνηρός), qui ne peut être niée pour la langue classique, est une innovation du grec.

Texte intégral

1. Introduction

1.1. Indo‑européen *‑ró‑ : dérivation et sémantique

  • 1 Je tiens à remercier vivement M. Chams Bernard et M. Alain Blanc pour leurs corrections de mon fra (...)
  • 2 Cf. p. ex. Balles (2008, p. 270) qui range ‑ρος et ‑ερος parmi les déverbatifs non‑productifs : «  (...)
  • 3 Le vocalisme ἱλᾰ‑ est mal expliqué mais reflète vraisemblablement un présent à redoublement *si‑sl (...)
  • 4 Cf. aussi Blanc 2011, p. 221, avec renvoi à Chantraine 1933 et Risch 1974.

1Beaucoup d’adjectifs en ‑ρό‑ comme μακρός « long », πικρός « amer » ou κυδρός « respectable » ne semblent pas être liés à une racine verbale1. Les comparatistes pensent donc qu’à l’origine, *‑ró‑ était un suffixe dénominatif qui s’ajoutait à des noms‑racines à l’intérieur du « système de Caland »2. Cependant, ‑ρό‑ a aussi fourni des dérivés de verbes. En grec, nous trouvons par exemple λαμπρός « brillant » de λάμπω « briller », qui est évidemment déverbatif comme le montre l’infixe nasal dans la racine, et ἱλαρός « gai » de ἱλάομαι, ἱλάσκομαι « se rendre qqn favorable »3. Rau (2009, p. 168‑169) donne toute une série d’adjectifs grecs en ‑ρό‑ qui semblent être déverbatifs4. En védique ‑rá‑ fonctionne également comme suffixe déverbatif, cf. citrá‑ « clair » de cet « être visible » et d’autres exemples rassemblés par Rau (2009, p. 164‑167), et le lituanien, où beaucoup d’adjectifs en ‑ras ou ‑rùs sont dérivés d’un verbe.

  • 5 De Lamberterie (1990) a démontré qu’il est plausible qu’une partie des adjectifs en *‑u‑ étaient, (...)
  • 6 Cette doctrine est maintenue, par exemple, par Rau (2007) et Balles (2008). Sur ‑ηρος Balles maint (...)

2La fonction déverbative de *‑ró‑ est donc d’origine indo‑européenne5. En grec, cependant, on pense que le suffixe simple n’était plus productif sur le plan synchronique (cf. Balles 2008, p. 270) sauf dans des formes étendues comme ‑ερός, ‑αρός et ‑ηρός. Nous nous trouvons alors devant la question suivante : de quels types de dérivations ces extensions prennent‑elles leur origine ? L’opinion reçue est que ‑ερός, ‑αρός et ‑ηρός ont une origine dénominative6. Dans cet article nous voulons démontrer, au contraire, que ces suffixes, dans les phases les plus anciennes du grec alphabétique, fournissaient des adjectifs par l’addition du suffixe ‑ρό‑ à des thèmes verbaux qui se terminaient par une voyelle.

  • 7 Cf. les discussions de Vine (2002) et Probert (2006, p. 155 sq.).
  • 8 Le traitement de ce suffixe par Chantraine (1933, p. 229‑230) a le désavantage qu’il ne fait pas d (...)
  • 9 Cf. PIE *h1leudh‑o‑ et *h1leudh‑i‑ « homme libre » reflété dans des noms germaniques et balto‑slav (...)
  • 10 Les problèmes posés par ἐλεύθερος sont discutés par Blanc (2011, p. 229 avec n. 27), qui renvoit (...)
  • 11 Pour la comparaison θαλερός « abondant » ~ arm. dalar « frais, vert », voir ci‑dessous.

3Avant de traiter des faits de façon plus détaillée dans les parties 2-4, nous considérerons les explications précédentes. D’abord, mentionnons deux choses préliminaires : nous ne considérerons pas les substantifs en *‑ro‑ à accent récessif et à degré radical plein du type de δῶρον. Ce type est également déverbatif et il peut avoir une origine qui diffère de celle des adjectifs en ‑ρό‑7. Nous ne traiterons pas non plus des noms et adjectifs récessifs en *‑ero‑8. L’exemple clef pour ce type est *h1leudh‑ero‑ « libre », continué dans le lat. līber et le gr. ἐλεύθερος. Ici, le suffixe avait une valeur oppositionnelle : « zum Volk gehörig » (GEW, s.v. ἐλεύθερος)9 contrairement à « étranger ». Ce suffixe oppositionnel *‑ero‑ est certainement d’origine i.‑e. et peut être issu (dans la forme *‑er‑o‑) d’adjectifs derivés d’adverbes locaux en *‑er, tels que *n̥dher‑o‑ « situé en bas » (lat. inferus, véd. ádhara‑) et *(s)uper « au‑dessus » (adv. gr. ὕπερ à côté de l’adj. véd. úpara‑, av. réc. upara‑ « situé en haut »)10. En revanche, il n’y a pas d’exemple assuré de *‑eró‑ oxyton hérité, de sorte que l’origine de ‑ερός doit être cherchée dans la préhistoire du grec même11.

4Quant à leur sens, les adjectifs grecs en ‑ρό‑ se traduisent souvent dans les langues occidentales modernes avec un participe soit actif, soit passif. Prenons les deux cas mentionnés ci‑dessus : λαμπρός « brillant » est dérivé d’un verbe duratif et atélique, qui dans la terminologie vendlerienne désigne une activity. L’adjectif λαμπρός attribue cette activité au référent comme une propriété habituelle. Dans ἱλαρός « gai » de ἱλάομαι, un verbe transitif qui désigne un achievement, l’adjectif désigne le résultat d’une action comme propriété du patient.

1.2. Origines de ‑ερό‑ et ‑αρό‑ : explications précédentes

5On a noté que quelques formes en ‑ερός apparaissent à côté d’adjectifs en ‑ύς. Ainsi, de Lamberterie (1990, p. 331) parle tout simplement d’un « supplétisme des suffixes ‑ύ‑ et ‑(ε)ρό‑, hérité de l’indo‑européen et bien représenté en grec ». Mais pourquoi le grec a‑t‑il créé, à côté de ‑ρό‑, un suffixe étendu ‑ερό‑ (ainsi que ‑αρό‑ et ‑ηρό‑) ? Dans quelles formations les voyelles qui précèdent le suffixe ‑ρό‑ trouvent‑elles leur origine, et comment les suffixes se sont‑ils propagés ? Discutons d’abord les solutions proposées jusqu’ici.

  • 12 Il faut laisser de côté les variantes βριερός et μιερός (qui sont tardives pour βριαρός et μιαρός) (...)

6Une des premières discussions était celle de Benveniste, dans les Origines de la formation des noms (1935). Ses conclusions ont été retenues par les dictionnaires étymologiques de Frisk et de Chantraine et se retrouvent parfois encore dans celui de Beekes. Benveniste dérivait les adjectifs en ‑ερός d’anciens neutres hétéroclites en *‑er/‑en‑ (type latin iter), au nominatif‑accusatif duquel une voyelle thématique aurait été ajoutée (1935, p. 3‑22 et 183). Cette idée est invraisemblable (cf. Blanc 2011, p. 224‑225) au vu, d’abord, du manque presque total de preuves de l’existence d’un suffixe neutre *‑er au degré plein, et aussi du manque d’attestations de telles formes de base pour les formes grecques en ‑ερός. Benveniste proposait également que les adjectifs en ‑αρός reflètent une formation comparable avec un degré zéro du suffixe, *‑r̥. Dans ce cas aussi, le manque presque total d’exemples pertinents est embarrassant12.

  • 13 Critique de l’hypothèse de Nussbaum aussi dans Blanc (2011, p. 234‑235) : comment motiver le trait (...)

7Plus récemment, Nussbaum a suggéré que ‑ερό‑ est issu de mots où ‑ρό‑ était ajouté à un alternant apophonique de la voyelle thématique, *‑e‑ : type δολερός « rusé » dérivé de δόλος « ruse ». Selon Nussbaum (apud Rau 2009, p. 128, n. 8), le grec aurait ensuite connu une extension analogique d’‑ερός de thèmes thématiques en ‑ος aux neutres en ‑ος, comme dans κρατερός (pour *κρατρός) à côté de κράτος. L’idée est que des formes en *‑es‑ro‑ auraient évolué d’abord en *‑ειρός et auraient ensuite été influencées par les adjectifs en ‑ερός du type δολερός. Si cette dérivation était correcte, le type δολερός constituerait un archaïsme remarquable. Cependant, il y a un problème grave : comme nous verrons ci‑dessous, parmi les douze adjectifs en ‑ερός attestés chez Homère, un seul semble être dérivé d’un nom thématique. L’antiquité d’une dérivation dénominative du type δόλος → δολερός est donc très douteuse13.

8Blanc (2011), tout en suivant l’idée d’un lien entre les adjectifs en ‑ερός et les neutres sigmatiques du type κράτος, propose qu’un adjectif comme κρατερός soit la réfection d’un plus ancien *kratehós. Les formes en *‑ehó‑ seraient des adjectifs possessifs en *‑ó‑ dérivés de noms neutres en *‑es‑ et seraient donc comparables au type ojasá‑ « puissant », qui est bien attesté en védique. Quand l’h intervocalique était en train de disparaître, *‑ehós aurait été, selon Blanc, remplacé par ‑ερός. La difficulté principale (objection qui vaut également pour l’idée de Nussbaum) est l’absence de motivation pour remplacer *‑ehós : l’accent oxyton d’une forme comme *krate(h)ós la distinguerait nettement d’une forme comme le gén. *kráte(h)os. De plus, il existait d’autres adjectifs formés avec la voyelle thématique en grec, comme φίλος « cher », σοφός « sage » ou νέος « jeune », de sorte qu’une forme comme *krateós serait sans doute identifiable comme adjectif. Une autre difficulté, à laquelle nous reviendrons dans un instant, est que le grec homérique ne montre pas de lien ancien et structurel entre ‑ερός et le type κράτος.

  • 14 Par exemple, Probert (2006, p. 156) maintient que χαλαρός et στυγερός peuvent être des déverbatifs (...)
  • 15 Dans la discussion du matériel, je tiendrai compte de toutes les formes attestées jusqu’à la fin d (...)

9Le problème de l’origine des adjectifs en ‑ερός n’a donc pas encore reçu de solution tout à fait convaincante. La même chose vaut pour ‑αρός, que plusieurs chercheurs ont expliqué comme déverbatif, mais sans argumenter de façon détaillée14. Considérons donc d’abord la situation pour ‑αρός en détail avant de proposer une analyse déverbative des suffixes ‑ερός et ‑ηρός15.

2. Origine déverbative des adjectifs en ‑αρός

  • 16 Dans la même note, García Ramón suggère également que les formes βριαρός, διερός, et μιαρός peuven (...)
  • 17 Cf. Blanc 2011, p. 224.

10L’idée que ‑αρός prend son origine dans l’ajout de ‑ρό‑ directement à des racines en *‑h2 semble très naturelle, mais ne peut être invoquée que pour un petit nombre d’exemples, qui ont chacun leurs problèmes particuliers. Ainsi, γεραρός « honorable » a un degré plein de la racine là où, pour un adjectif ancien, on attendrait une forme *ǵrh2‑ró‑. Dans μιαρός et βριαρός, reconstruire *(s)mih2‑eró‑ et *gwrih2‑eró‑ constituerait une petitio principii parce que l’ancienneté de *‑eró‑ est douteuse, comme García Ramón (1992, p. 200, n. 95) a eu le mérite de le souligner. D’autre part, poser des variantes « Sievers » comme *(s)mii̯h2‑ró‑, la solution préférée par García Ramón, ne serait à mon avis qu’un palliatif16. Dans la plupart des adjectifs en ‑αρός on ne voit donc pas que la voyelle ‑α‑ remonte directement à une laryngale finale de la racine17. Discutons d’abord les données.

2.1. Les données

11Les formes homériques en ‑αρός sont les suivantes (Risch 1974, p. 69) :

Adjectif en ‑αρός Forme(s) apparentée(s)
βριαρός « fort » βριάω « être ou rendre fort » ;
γεραρός « honorable » γέρας « marque d’honneur », γέραιος « ancien » ;
καθαρός « pur, nettoyé » ;
λιπαρός « gras, riche »  λίπα « en graissant », λιπάω « briller d’huile » ;
λιαρός « chaud, tiède » ;
μιαρός « souillé, impur » μιαίνω « teindre, souiller » ;
νεαρός « juvénile, frais » νέος « jeune » ;
σθεναρός « fort » σθένος « force » ;
στιβαρός « épais, fort, solide » στείβω « fouler, tasser le sol ».
  • 18 L’étymologie proposée pour καθαρός par Peters (1993) ne peut pas être maintenue ; voir ma critique (...)

12Presque toutes ces formes semblent être anciennes à l’intérieur du grec. La seule exception est σθεναρός, une forme rare qui semble avoir subi l’influence, ou du moins suivi l’exemple, de βριαρός ou στιβαρός avec un sens voisin. En tout cas, la liste est fortement hétérogène : γεραρός semble être en rapport avec le neutre γέρας, et καθαρός et λιαρός n’ont pas de base en grec ni d’étymologie assurée ; ces formes seront donc laissées de côté18. Il n’est donc pas possible d’établir une origine dérivationnelle unique pour toutes ces formes.

13Après Homère, on rencontre plusieurs exemples nouveaux du suffixe, dont la plupart peuvent être groupés, comme le remarque Chantraine (1933, p. 227), à partir de leur sens :

Sens lexical Adjectifs en ‑αρός
« fort »  σοβαρός « impétueux, violent ; fier, hautain » (cf. βριαρός, στιβαρός) ;
« tiède »  χλιαρός « tiède » (cf. λιαρός) ;
« gras »  μαδαρός « lisse » ; πιναρός « crasseux » (cf. λιπαρός) ;
« pur » et
« impur »
μυσαρός « impur » ; ῥυπαρός « sale » (cf. μιαρός, καθαρός) ;
« lâche »  χαλαρός « lâche » ; λαγαρός « lâche » ;
« mou » λαπαρός « flasque, mou » ; πλαδαρός « humide, mou » ; ψαφαρός « friable ».

14Bien qu’il soit manifeste qu’‑αρός n’est guère productif en grec et que la plupart des exemples appartiennent « au vieux fond du vocabulaire » (Chantraine 1933, p. 227), il est vraisemblable que quelques nouvelles instances n’ont été formées qu’après Homère, par contamination (voire association sémantique) avec les formes déjà existantes. Mais il y a aussi quelques formes qui ne s’expliquent pas d’une telle façon :

  • ἰθαρός « clair, joyeux » (Alc. +), apparenté à αἴθω « brûler » et peut‑être dérivé de ἰθή· εὐφροσύνη ou de ἰθαίνειν· εὐφρονεῖν (Hsch.) ;
  • ἱλαρός « gai, joyeux » (Ar. +), de ἵλαμαι/ἱλάομαι « apaiser, se rendre qqn favorable » ;
  • σιναρός « blessé » (Hp. +), de σίνομαι « blesser, endommager ».

15Selon Chantraine (1933, p. 227), « le suffixe apparaît plus résistant et mieux défini que le suffixe ‑ρός », mais aussi les exemples « ne constituent pourtant pas un type de dérivation net ». Si ‑αρός a remplacé ‑ρό‑ simple, quelles sont les formes de base du suffixe innovateur ?

  • 19 Pour ce scénario, il faudrait que *‑ani̯e/o‑ ait été réanalysé comme *‑a‑ni̯e/o‑, ce qui est possi (...)
  • 20 Cf. véd. vīdhrá‑ « ciel clair » dans le loc. vīdhré (forme à préverbe vi), issu de *h2idh‑ró‑ « br (...)
  • 21 Les conclusions de García Ramón sont retenues également par Blanc (2011, p. 224‑225).
  • 22 La même remarque pourrait valoir pour σθεναρός, si cette forme était dérivée du verbe σθένω « être (...)

16Plusieurs chercheurs, y compris Chantraine lui‑même (1933, p. 226), ont remarqué que les adjectifs en ‑αρό‑ sont en contact avec des verbes en ‑άω ou en ‑αίνω. García Ramón (1992, p. 196) suggère que la voyelle initiale d’‑αρό‑ peut être due à l’influence du suffixe ‑αίνω < *‑ani̯e/o‑ < *‑n̥i̯e/o‑ des verbes factitifs19. C’est‑à‑dire qu’‑αρό‑ serait une forme secondaire qui aurait remplacé le suffixe hérité dénominatif ‑ρό‑. Les meilleurs exemples d’un remplacement sont ἰθαρός, qui semble être secondaire pour *ἰθρός < *ithrós20, et σιναρός à côté de la glose σινδρῶν· πονηρῶν, βλαπτικῶν (Hsch.)21. Cependant, le témoignage des paires ‑αρός/‑αίνω est restreint et en partie tardif, comme García Ramón l’admet lui‑même, et on voit mal pourquoi la substitution aurait eu lieu. En effet, après les thèmes consonantiques, ‑ρός est normalement retenu comme suffixe ; une forme comme σιναρός pourrait bien être motivé par la phonotaxe22.

  • 23 « The precise mechanism for this replacement is unclear, although given that the majority of the a (...)

17Rau (2009, p. 166) pense à un processus déverbatif, mais maintient l’idée que ‑αρός est un remplacement pour ‑ρός simple23. Or, si ‑αρός est déjà un suffixe déverbatif de ‑άω, il n’est pas nécessaire d’insister sur un remplacement mal motivé de ‑ρός, puisque ‑αρός est alors à segmenter ‑α‑ρός. La raison d’être d’‑αρός est donc identique à celle de ‑ρός simple : c’était la manière productive et héritée de créer des adjectifs déverbatifs.

2.2. Explication des données

18Pour ‑αρό‑, une dérivation de verbes en ‑άω peut s’appuyer sur les formes suivantes :

  • 24 Comparer aussi λαγάω* « relâcher » → λαγαρός « lâche ». L’aoriste λαγάσαι « laisser libre » est at (...)
Adjectif en ‑αρός Verbe de base
βριαρός « pesant »  βριάω « être ou rendre pesant » ;
ἱλαρός « gai »  ἱλάομαι (ἵλαμαι) « se rendre qqn favorable » ;
λιπαρός « gras, riche »  λιπάω « être onctueux » ;
μαδαρός « lisse, chauve » μαδάω « être lisse ou chauve » ;
μιαρός « souillé »  μιάω* « être souillé » ;
πιναρός « crasseux » πινάω « être crasseux » ;
πλαδαρός « humide, mou » πλαδάω « être humide »  ;
ῥυπαρός « sale » ῥυπάω « être sale » ;
χαλαρός « lâche, souple, détendu » χαλάω « relâcher, être relâché »24.

19En grec classique, avec les verbes désignant des états et des conditions physiques, le suffixe ‑άω intransitif peut s’opposer à ‑αίνω factitif : λιπάω (Hom. [v.l. pour ῥυπόω, Od. 19.72], Phrynichus com. +), μαδάω (Ar. +), πινάω (Ar.), πλαδάω (Hp., Arist. +), ῥυπάω (Hom. +) se trouvent à côté des factitifs λιπαίνω (E. +) et ῥυπαίνω (Phérécrate ; X. +). Des factitifs μαδαίνω*, πιναίνω*, πλαδαίνω* auraient également pu exister, mais ils manquent à cause de la sémantique lexicale : devenir chauve, par exemple, est normalement un procès spontané sans cause apparente. Comme le rôle de Causer semble secondaire dans ce groupe de verbes, il semble que les factitifs en ‑αίνω sont secondaires dans ce micro‑système, de sorte que les adjectifs en ‑αρός forment des couples avec les verbes en ‑άω désignant un état.

20Dans la langue épique, λιαρός est l’adjectif correspondant à χλιαρός (Alcm. +) qui se retrouve dans la prose et dans d’autres genres de poésie. Aucune des deux formes n’a une étymologie claire. Le verbe χλιαίνω est attesté chez Sophocle et Aristophane, et aussi dans le Corpus hippocratique ; le pendant λιαίνω ne se trouve que chez Hésychius. D’autre part, un verbe statif χλιάω « être chaud » n’est connu qu’à partir de Nicandre, et *λιάω est simplement inconnu. Parmi les lexèmes de ce type, χλιαίνω est le seul exemple où un verbe factitif en ‑αίνω est plus ancien et plus répandu qu’un verbe statif en ‑άω. La raison pourrait être qu’« être tiède » (contrairement à, p. ex., « être chaud ») est un état très instable qui se rencontre souvent quand un agent le maintient volontairement. La langue avait donc besoin, surtout, d’un verbe factitif.

21Un exemple crucial est μιαρός, qui est attesté déjà en mycénien mi‑ja‑ro (KN Ln 1568) qualifiant des textiles, un emploi qui se retrouve pour μιαίνω dans un passage d’Homère (Il. 4, 141‑147, cf. la discussion dans Blanc 2001, p. 156‑157). À première vue, cet adjectif semble être en relation directe avec le verbe factitif μιαίνω et constituerait ainsi un argument clef pour le lien proposé par García Ramón entre les factitifs en ‑αίνω et le vocalisme du suffixe ‑αρό‑. Cependant, une interprétation différente et très intéressante a été proposée par Blanc (2001), qui donne de bons arguments pour analyser la forme cyrénéenne μιαι (attestée cinq fois dans SEG IX, 72) comme le subjonctif d’un thème de présent statif en ‑άω plutôt que d’un aoriste en *‑eh1, comme on le fait d’habitude. Si cela est vrai, le couple μιάω statif vis‑à‑vis μιαίνω factitif semble être le plus ancien exemple d’un tel système en grec.

  • 25 Une forme reconstruite comme *(s)mih2‑ró‑ aurait amené à μῑρός* ou, si l’on accepte la possibilité (...)

22Quant à la relation de ces verbes avec μιαρός, Blanc propose comme hypothèse l’idée que μιαρός était la base du verbe μιάω, c’est‑à‑dire que le suffixe ‑ρό‑ pouvait être omis dans la dérivation, comme à l’intérieur du système « Caland ». Cependant, même si on accepte cette analyse, le problème de l’origine du ‑ᾰ‑ bref dans μιαρός resterait ouvert25. À mon avis, il est plus tentant d’analyser μιάω comme base de μιαρός : la possibilité se présente alors de dériver μιάω *« être enduit » d’un abstrait proto‑grec *smiā « teinture » (vel sim.) et de reconstruire la racine indo‑européenne comme *smei‑ (ou bien *smeih1, alternant avec *smeid‑). Cela faciliterait grandement la comparaison avec le groupe du germanique *smeitan‑ « enduire, oindre, souiller » (p. ex. got. ga‑smeitan, v.‑ang. smītan), selon l’étymologie séduisante proposée par Blanc (2001) : dans ce cadre, il n’est plus nécessaire de poser un élargissement *‑h2 pour la racine grecque.

  • 26 Ce groupe est intéressant pour une raison additionnelle : le factitif le plus ancien est ῥυπόω, no (...)

23En retournant aux autres verbes d’état en ‑άω, le seul exemple attesté à date ancienne est ῥυπάω, qui est un dénominatif de τὸ ῥύπον « crasse » (Hom. +) ou plutôt de son neutre pluriel τὰ ῥύπα, comme proposé par Tucker (1990, p. 249)26. Il se peut, cependant, que plusieurs autres exemples manquent par hasard dans nos plus anciens documents. En tout cas, la triade μιαρός : μιάω : μιαίνω peut être à l’origine du groupe entier d’adjectifs en ‑αρό‑ désignant des états physiques de matière.

  • 27 La racine *gwrih2‑ est issue de *gwrh2‑i‑ avec une métathèse (extension de *gwrh2‑ « lourd »). Pou (...)

24Quant aux autres formes mentionnées ci‑dessus, les adjectifs βριαρός et χαλαρός sont dérivés des verbes labiles βριάω (Hés., seulement trois fois au thème de présent) et χαλάω (aor. χαλάσαι ; h.Ap. +), qui sont des archaïsmes. Il semble que βριάω reflète une formation itérative *gwrih2‑ei̯e‑ avec une racine également continuée dans *gwrih2‑dhe/o‑ > βρίθω « peser, être lourd »27. Pour χαλάω, qui n’a pas d’étymologie connue mais semble être hérité, on peut penser à une racine *ghelh2, d’où un présent itératif *ghl̥h2‑ei̯e‑ ; la racine dissyllabique à voyelle brève est préservée aussi dans l’aoriste χαλάσαι. Comme base de χαλαρός, χαλάω est évidemment à préférer à l’hapax χαλαίνω (ps.‑Hés. Scut. 308). Pour ἰθαρός, qui est certainement ancien à l’intérieur du grec, on peut également supposer l’existence d’un verbe *ἰθάω « être joyeux » en vue des gloses ἰθή· εὐφροσύνη et ἰθαίνειν· εὐφρονεῖν (Hsch.) ; dans ce cas, ἰθή → *ἰθάω serait un dénominatif normal.

  • 28 Pour l’explication de στιβαρός proposé par Gunkel (2011), voir la critique dans la note 53 ci‑dess (...)
  • 29 Le fait que l’arménien possède un adjectif nor « jeune » (de *neuro‑ ou *neu̯ero‑) ne touche pas l (...)
  • 30 Leukart (1980) propose de voir dans νεᾶνις « vierge, fille jeune » et *νεᾱνία « jeunesse » (collec (...)

25Comme nous avons vu, la plupart des formes homériques est d’étymologie ou de dérivation problématique. Si nous avons rendu compte de βριαρός, μιαρός et λιπαρός, il reste à expliquer νεαρός et στιβαρός « épais, fort ». Pour cette dernière forme, l’écart sémantique qui la sépare du verbe στείβω « fouler, tasser » et de tous les autres dérivés de cette racine rend très difficile la tâche du comparatiste28. Quant à νεαρός « juvénile », les chances d’obtenir une étymologie à l’intérieur du grec29 sont peut‑être meilleures : pour cette forme on pourrait poser une base *νεάω « être juvénile » qui serait un dénominatif de νέος « jeune » (et n’appartiendrait donc pas au type factitif du lat. novare)30. Comme la dérivation de verbes en ‑άω à partir de noms thématiques en ‑ος ne semble pas remonter très loin (cf. Tucker 1990, p. 245‑250), la finale de *νεάω pourrait à mon avis être attribuée au verbe quasi‑synonyme ἡβάω.

26En somme, la majorité des adjectifs en ‑αρός dérivent d’un thème de présent en ‑άω ; une segmentation ‑α‑ρό‑ (avec ‑ρό‑ déverbatif) y est évidente. Les origines des exemples anciens de ‑άω sont hétérogènes : βριάω (et peut‑être χαλάω) semble être un itératif en *‑ei̯e‑ ; la racine λαγα‑ semble avoir subi l’influence de χαλάω ; μιάω pourrait être un dénominatif régulier en ‑άω, et la reconstruction de ἱλάομαι pose des problèmes particuliers. À date plus récente, ‑αρό‑ s’est étendu, vraisemblablement par association sémantique, à des formes comme μυσαρός, λαπαρός, ψαφαρός et χλιαρός.

27Un avantage évident de cette explication est de rendre compte d’une façon naturelle de la voyelle brève du suffixe ‑ᾰρό‑. Comme nous le verrons, un scénario comparable est susceptible d’expliquer également une partie des adjectifs en ‑ερός et en ‑ηρός.

3. Origine déverbative des adjectifs en ‑ερός

3.1. Les formes homériques

28Chez Homère, douze adjectifs en ‑ερός sont attestés (Risch 1974, p. 69) et comme ils constituent un groupe mixte, il est difficile de rapporter toutes ces formes à une source commune. Quelques formes sont évidemment d’origine secondaire, et dans d’autres cas plusieurs modèles sont concevables. Il s’agit donc d’établir dans quelles formes on est sûr que ‑ερός est ancien. Introduisons le problème avec une discussion des propositions précédentes.

29Comme on l’a vu, en majorité les chercheurs s’accordent à dire que ‑ερός est un suffixe dénominatif déjà chez Homère. Nussbaum (apud Rau 2009) et Blanc (2011) proposent de dériver les adjectifs en ‑ερός de substantifs neutres en ‑ος. Considérons brièvement le témoignage pour une telle dérivation. À première vue, celle‑ci peut être invoquée pour les formes suivantes :

θαλερός « abondant, fertile »  τὸ θάλος « rejeton » ;
κρατερός « ferme, violent » τὸ κράτος « pouvoir, puissance » ;
κρυερός « horrible » τὸ κρύος « froid » ;
στυγερός « abominable » τὸ στύγος « haine, objet de haine ».
  • 31 Il est vrai qu’Alcée atteste la phrase κρ]ύ̣ερος πάγος (frg. 286a LP). Toutefois, à mon avis, trad (...)

30Cependant, une analyse attentive de ces paires montre des problèmes graves. Quant à la distribution, στύγος n’est attesté que chez Eschyle et semble être une création de sa propre main, alors que στυγερός est accompagné par des formations anciennes et primaires comme στύξ et στυγέω déjà dans Homère. À côté de θαλερός, le nom θάλος ne signifie pas « abondance » mais seulement « rejeton » dans le sens métaphorique d’« enfant », et à côté de κρυερός « horrible », κρύος ne signifie pas « horreur » mais « le froid »31. Quant à κρατερός, il est malaisé de dériver la variante καρτερός « tenace, persévérant », qui est la seule forme usitée dans la prose de l’ionien‑attique et qui doit refléter *kr̥teró‑ directement, de l’abstrait κράτος « pouvoir » : cette forme avait anciennement le degré plein de la racine, *krét‑os. Dans ma thèse (van Beek 2013, p. 143), j’ai argumenté que καρτερός s’est détaché de κράτος de bonne heure ; cela expliquerait à la fois la vocalisation différente de la racine et l’écart sémantique.

31Aucun des exemples d’une association de ‑ερός aux neutres en ‑ος n’est donc convaincant. On a aussi remarqué que quelques formes en ‑ερός apparaissent à côté d’adjectifs en ‑ύς (de Lamberterie 1990, p. 331). Les exemples sont :

γλυκερός « doux » γλυκύς « id. » ;
θαλερός « abondant, fertile » θαλύς « abondant » ;
κρατερός « ferme, violent » κρατύς « id. (?) » ;
τραφερός « figé », subst. f. « la terre » ταρφύς « nombreux, dense ».
  • 32 Noter le pluriel ταρφέες et son féminin ταρφειαί, à accentuation aberrante et donc ancienne.

32Toutefois, cela ne clarifie ni les raisons d’une substitution du suffixe ‑ύς, ni la génèse d’une alternance ‑ερός/‑ρός. Quant à ταρφύς à côté de τραφερός, ni la sémantique ni la morphologie ne favorisent un rapprochement direct de ces mots. Plutôt, l’allomorphie ταρφ‑/τραφ‑ et le fait que ταρφύς est limité au pluriel (avec un développement sémantique de « épais » à « dense ») font penser que ταρφύς est un archaïsme32 qui montre un développement * > αρ régulier (van Beek 2013, p. 100‑101 et 324), alors que τραφερός « figé » a été dérivé du thème verbal à une date plus récente.

  • 33 De Lamberterie (1990, p. 470) montre l’identité de γλυκύς et γλυκερός au plan lexical.

33À côté de γλυκερός, γλυκύς est la seule forme de la prose classique, et évidemment la forme héritée (cf. latin dulcis « doux », qui semble continuer *dluku̯‑i‑). Or, γλυκερός est une forme poétique attestée en particulier dans l’épopée. La forme peut bien être une création artificielle, étant donné que le féminin γλυκεῖα aurait été amétrique dans l’hexamètre et que les formes thématiques étaient plus commodes dans la versification33. Il est possible que le couple κρατερός ~ κρατύς ait servi de modèle ; de plus, λᾱρός « savoureux » (si cette forme reflète *λαερός) avait un sens comparable.

34La forme θαλερός « abondant », fréquente dans l’épopée, est souvent comparée à arm. dalar « vert, frais ». Ce rapprochement est vraisemblablement une chimère, comme le démontre la différence du vocalisme suffixal (cf. déjà Clackson 1994, p. 118‑120 et les remarques dans Blanc 2011, p. 232). En fait, θαλερός est difficile à reconstruire sans recourir à un suffixe *‑ero‑, parce qu’une reconstruction comme *dhl̥h1‑ró‑ aurait donné θληρός*. En réalité, θαλερός semble être une innovation pour θαλύς, forme plus ancienne qui est conservée au féminin dans les formules de fin de vers δαῖτα θάλειαν, δαιτὶ θαλείῃ « repas abondant ». La racine est à reconstruire comme *dhelh1 (cf. Hackstein 2002, p. 221, avec références) ; le degré zéro prévocalique *dhl̥h1 > θαλ‑ l’emportait sur la réalisation préconsonantique *θλη‑, et un nouveau degré plein θηλ‑ s’est créé. Notons que la racine apparaît aussi dans une forme dissyllabique dans l’archaïsme θαλέθω « être abondant », qui peut avoir influencé θαλερός ; de nouveau, on peut penser à l’influence du couple κρατερός ~ κρατύς. La motivation pour modifier θαλύς en θαλερός dans la langue épique était peut‑être de créer une épithète qui avait la même structure prosodique dans toutes ses formes casuelles.

3.2. ‑ερός comme suffixe déverbatif

35Selon Balles (2008), ‑ερός a cessé d’être productif en grec alphabétique. Cependant, comme Chantraine (1933, p. 229) l’a remarqué, on peut distinguer après Homère deux groupes productifs. D’abord, on rencontre les déverbatifs suivants :

  • 34 Noter que le sens de σταθερός s’oppose à celui de σφαλερός.
  • 35 Bien que proche pour le sens, τρυφερός ne peut pas être dérivé du nom abstrait apparenté τρυφή « l (...)
τακερός « tendre, mou » (Alcm., Ibyc. +) τήκομαι, ἐτάκην « fondre » (Hom. +) ;
βλαβερός « nuisible » (Hés. +) βλάπτω, ἐβλάβην « nuire à » (Hom. +), cf. aussi βλάβη « dommage, tort » ;
φανερός « clair, évident » (Pi. +) φαίνομαι, ἐφάνην « apparaître » (Hom. +) ;
σφαλερός « qui trébuche, instable » (Æsch. +)   σφάλλω, ἐσφάλην « trébucher, échouer » (Hom. +) ;
σταθερός « stable » (Æsch. +) ἵσταμαι, ἐστάθην « rester debout » (Hom. +)34 ;
τρυφερός « délicat, luxueux (*fragile) » (Th. +) θρύπτω, ἐτρύφην « casser, fendre » (Hom. +)35.

36Comme βλαβερός, φανερός et σφαλερός sont des mots fréquents en grec classique mais absents d’Homère, ces déverbatifs démontrent qu’‑ερός est resté productif dans cette fonction. Une motivation pour choisir le thème étendu se trouve dans le fait que *φανρός et *σφαλρός seraient en conflit avec la phonotaxe grecque. Il est remarquable que dans tous ces exemples, le thème à degré zéro est attesté également dans un aoriste inagentif en ‑η‑. En effet, dans les formes de participe de cet aoriste on trouve un thème en ‑ε‑ à cause de la loi d’Osthoff (τραφέντ‑). Ce fait peut avoir favorisé ce schème de dérivation.

  • 36 Un autre cas possible est λᾱρός « savoureux » qui a la racine de ἀπολαύω « profiter de », λιλαίομα (...)

37En fait, parmi les exemples homériques on trouve déjà des formes comparables36 (les verbes de base sont également homériques) :

κρατερός « fort, violent » κρατέω « être puissant, régner » ;
διερός « agile, rapide » δίεμαι « se hâter » ;
στυγερός « terrible » στυγέω « détester, abhorrer » ;
θαλερός « abondant, fertile » θάλλω (ἔθαλον, τέθηλα) « être abondant » ;
τραφερός « solide, figé » τρέφομαι (ἐτράφην) « coaguler, se figer ».
  • 37 Cf. Meissner 2006, p. 186‑197 ; Blanc 2018, chap. XV‑XVIII.

38Par rapport aux exemples déverbatifs post‑homériques cités ci‑dessus, τραφερός (attesté dans le kenning ἡ τραφερή désignant « la terre » comme surface solide) à côté de ἐτράφην a une importance particulière. Un autre détail saillant est que κρατερός, διερός et στυγερός se trouvent à côté de thèmes verbaux en ‑ε‑. En fait, les dérivations στυγερός ← στυγέω et κρατερός ← κρατέω sont comparables par excellence avec des formes comme βριαρός ← βριάω discutés ci‑dessus. La situation des adjectifs en ‑ερός fait donc penser aux adjectifs sigmatiques déverbatifs en ‑ής, qui se dérivent des mêmes thèmes verbaux : aoriste thématique, aoriste en ‑η‑, présent en ‑έω37. Or, les déverbatifs en ‑ής sont une innovation grecque, et si les adjectifs simples en ‑ρός sont en effet des anciens déverbatifs, comme nous proposons ici, on peut penser que ce dernier groupe était un stimulus pour créer également des déverbatifs composés en ‑ής.

  • 38 Il n’y aurait aucune motivation sémantique pour considérer l’aoriste ἔθαλον comme base de θαλερός (...)

39D’un point de vue sémantique, les adjectifs dérivés d’un verbe intransitif se réfèrent au sujet agentif du verbe (p. ex. διερός « rapide » = « qui se hâte ») ; les adjectifs dérivés de verbes où l’objet est affecté par l’action (p. ex. στυγερός « abominable » de στυγέω « abhorrer ») ont un sens passif. Au plan morphologique, les bases verbales sont variées : aoriste en ‑η‑, présent itératif en *‑ei̯e‑ (στυγέω), statif en *‑eh1 (κρατέω), et parfait (τεθαλυῖα)38. On constate que les adjectifs ont toujours le thème faible du verbe (qui est en général au degré zéro), ce qui est une continuation de la règle héritée de l’indo‑européen pour les adjectifs en *‑ró‑.

  • 39 Il faut tenir à part l’ancien nom‑racine Στύξ à cause de sa lexicalisation.

40Notons enfin que κρατερός, στυγερός et θαλερός (avec ἱερός, qui est isolé) sont les adjectifs en ‑ερός les plus fréquents chez Homère. Dans θαλερός, cependant, le suffixe peut s’être étendu pour des raisons phonotactiques (une séquence ‑λρ‑ était évitée). Il est donc tentant de supposer que le suffixe a proliféré à partir de κρατερός et στυγερός. L’analyse de στυγερός est ambiguë entre στυγε‑ρός (dérivé du thème de présent στυγέω) ou στυγ‑ερός (dérivé du thème verbal)39. Si στυγερός et κρατερός contiennent d’origine le thème des présents στυγέω et κρατέω (cf. βριαρός, χαλαρός, etc.), le suffixe ‑ερός était né avec la réanalyse de κρατε‑ρός et στυγε‑ρός comme κρατ‑ερός et στυγ‑ερός.

  • 40 Le réflexe régulier de la liquide voyelle en éolien était ‑ρο‑, non ‑ορ‑ (van Beek 2013, chap. 3), (...)

41Il reste à discuter le doublet κρατερός ~ καρτερός < *kr̥terós, dont l’antiquité est appuyée par les arguments suivants. D’abord, *kr̥terós a des réflexes dans deux autres groupes dialectaux : crét. καρτερος, et la glose κορτερά· κρατερά, ἰσχυρά (Hésychius) qui est probablement d’origine arcado‑chypriote40. De plus, l’authenticité dialectale des formes crétoises semble garantie par quelques formes déviantes dans les dialectes doriens : le comparatif κάρρων (dor. litt.) et καρτων (crét.), et le neutre καρτος (crét.) vis‑à‑vis κράτος (ion.‑att.). Sur le plan sémantique, le crétois καρτερος montre les sens « qui a l’autorité » (dit d’un propriétaire) ou « ferme, fiable » (d’un témoin), alors que καρτερός dans la prose attique signifie « tenace, persévérant ». Ces arguments montrent que καρτερός est une forme dorienne authentique.

42Quant à l’étymologie, j’ai proposé ailleurs une explication laryngaliste pour la présence de ‑ερός dans καρτερός : j’ai comparé cette forme à véd. śithirá‑ « relâché » et reconstruit la forme commune comme *ḱr̥th1‑ró‑, où *h1 a causé l’aspiration de l’occlusive précédente en védique (pour les détails sémantiques, cf. van Beek 2013, p. 151‑155). Si cela est vrai, la paire καρτερός ~ κρατερός gagnerait encore plus d’importance : après la vocalisation *ḱr̥th1‑ró‑ > *kr̥terós en proto‑grec, un nouveau suffixe *‑eró‑ pouvait en être abstrait en comparant des formes « Caland » comme κράτος/*krétos. Ensuite, ce suffixe pouvait être lié au verbe statif *kr̥tē‑i̯e/o‑.

43Quoi qu’on pense de cette hypothèse étymologique, *kr̥terós est une forme fréquente et ancienne en grec même, et elle a vraisemblablement joué un rôle clef dans la génèse d’un suffixe déverbatif ‑ερός à partir du suffixe ‑ρός attaché à des thèmes verbaux en ‑ε‑.

3.3. Autres formes en ‑ερός chez Homère

44Nous ne discuterons pas de manière extensive ἱερός « actif, agile ; sacré » et ses variantes ἱρός (Homère, ion. oriental, aussi lesb. ἶρος) et ἱαρός (dor. et grec du nord‑ouest). Ces formes n’ont pas de verbe qui les accompagne à l’intérieur du grec, mais elles trouvent une correspondance étymologique dans véd. iṣirá‑ « actif, agile », qui est lié au verbe iṣ « animer, rendre vif, etc. ». Nous référons à l’analyse détaillée de García Ramón (1992), qui soutient que ἱρός continue la forme proto‑grecque *ihró‑, alors que ἱερός et ἱαρός sont des innovations des dialectes respectifs (mais sans indiquer un modèle précis pour ἱερός). Dans ma thèse (van Beek 2013, chap. 5) j’ai proposé que ἱερός a remplacé ἱρός en grec méridional sous l’influence de κρατερός/καρτερός « ferme, violent, etc. », en notant l’usage parallèle de ἱερός et κρατερός dans quelques phrases homériques (ἱερὸν μένος ~ κρατερὸν μένος et ἱερὴ ἴς ~ κρατερὴ ἴς). La relation entre ἱερός (déjà en myc.) et ἱρός est compliquée par la possibilité qu’il y ait deux groupes étymologiques, l’un signifiant « actif, vif » et apparenté au védique iṣirá‑, l’autre signifiant « sacré » (quelle qu’en soit la signification primaire) et correspondant à la forme ἱρός.

45L’épithète du feu μαλερός n’a pas d’interprétation communément acceptée. Les dictionnaires étymologiques suggèrent que le mot peut signifier « violent, impétueux », et est apparenté soit à l’adverbe μάλα, soit à la racine *melh1 « écraser ». Dans ce cas, on pourrait penser que μαλερός était formé à côté de μάλα par analogie avec le couple καρτερός : κάρτα (ou avec des formes antérieures contenant *), qui est proche pour le sens (cf. van Beek 2013, p. 140). D’un autre côté, Blanc (1997) fait remarquer que chez Homère μαλερός ne qualifie que le feu, dont le nom désignerait, à son avis, l’éclat lumineux. Le mot pourrait donc signifier « étincelant » et se rapporter au verbe μαρμαίρω « briller, étinceler ». Quoique je préfère encore la connection avec μάλα, il faut admettre que le sens de μαλερός, et donc son étymologie, restent incertains.

46Trois autres formes homériques en ‑ερός se trouvent à côté de dérivés contenant le suffixe *‑went‑ : σκιερός « ombragé », κρυερός « horrible » et δνοφερός « sombre ». Ces formes peuvent être des créations analogiques.

  • 41 Blanc reconnaît une forme *σκιᾱρός pour Pindare et Platon, mais la métrique dans l’ode pindarique (...)
  • 42 Blanc 2011, p. 228. Le même modèle était suggéré déjà par García Ramón (1992, p. 199) : σκιερός « (...)

47En partant de σκιά « ombre » comme forme de base, le dérivé attendu est σκιᾰρός « ombragé », qui est en effet attesté dans Pindare et Platon41. Comme Blanc (2011, p. 228) l’a remarqué, σκιερός se base sur σκιόεις « id. », le dérivé possessif régulier de σκιά dans la langue épique, qui remplace la forme amétrique *skiāent‑. Il faut noter ici que σκιερός n’est attesté que deux fois chez Homère, alors que σκιόεις y est beaucoup plus fréquent (15x) et évidemment ancien, comme le montrent les phrases formulaires de fin de vers νέφεα σκιόεντα, ὄρεα σκιόεντα, où ‑όεντ‑ est utilisé pour des raisons métriques. Il est donc possible que σκιερός soit une forme analogique. La même variation de suffixes est continuée dans la langue épique ultérieure, par exemple γλαγόεντ‑ : γλαγερός, φλογόεντ‑ : φλογερός, parmi quelques autres exemples42. Quoi qu’il en soit, σκιερός est certainement secondaire ; notons enfin que δνοφερός « sombre » a une signification voisine.

  • 43 Cf. κλαυθμοῦ […] στυγεροῖο (Hom.) ~ κρυεροῖο γόοιο (Hom.), et ἐν πολέμῳ κρυόεντι (Hes. Th. 936 (...)

48Quant à κρυερός, forme poétique, il existe un dérivé κρυόεις avec un sens semblable, « horrible, abominable ». Comme nous l’avons vu, il n’est pas évident que le neutre κρύος « froid, glace » en soit la base (hypothèse admise par Blanc 2011, p. 227‑228), au vu de l’écart sémantique. Ce qui est clair, en revanche, c’est que κρυόεις est ancien. Cette forme n’est attestée que deux fois chez Homère, mais elle se reflète aussi dans ὀκρυόεις, forme fameuse qui est due à une réinterprétation de κρυόεντ‑ dans les fins de vers κακομηχάνου ὀκρυοέσσης (Il. 6.344) et ἐπιδημίου ὀκρυόεντος (Il. 9.64). Il est donc fort possible que κρυερός soit une création secondaire sur la base de κρυόεις ; cette forme peut avoir été influencée par στυγερός « abominable » qui est proche pour le sens, beaucoup plus fréquent (44x dans Hom.), et qui qualifie les mêmes noms que κρυερός et κρυόεις43.

3.4. Le type δολερός

49Tournons‑nous maintenant vers le second groupe d’adjectifs en ‑ερός qui maintient une certaine productivité en grec classique : le type δολερός « rusé » ← δόλος « ruse », qui se base en synchronie sur des substantifs thématiques avec le degré o de la racine.

  • 44 La variante de l’adjectif ζοφερός, avec la même signification que δνοφερός, est attestée d’abord d (...)

50Comme nous l’avons vu, selon Nussbaum ce type est à l’origine du suffixe ‑ερός au sens large. Selon cette explication, δολερός montrerait un allomorphe apophonique e de la voyelle thématique o, ce qui constituerait un archaïsme surprenant. Or, l’idée est démentie par la chronologie des attestations. Homère ne connaît qu’un seul exemple, δνοφερός « noir, sombre » à côté de δνόφος « obscurité ». Cette forme‑ci est un mot rare qui n’est pas attesté chez Homère, mais seulement chez Eschyle et Simonide ; il n’est pas certain que ce soit un archaïsme. Comme substantif, Homère n’utilise que la forme ζόφος « obscurité »44. De plus, avec le même sens que δνοφερός on a δνοφόεις « sombre », qui est attesté plus tard (Empédocle) ; il n’est pas exclu que l’absence de δνοφόεις chez Homère soit fortuite, étant donné que δνοφερός lui‑même n’y apparaît que quatre fois. Dans ce cas, δνοφερός peut avoir été dérivé de δνοφόεις par analogie à l’intérieur de la langue épique, comme dans les exemples discutés ci‑dessus.

51Quoi qu’il en soit, au vu de ces problèmes, le type δολερός ne saurait être un archaïsme. En fait, ce type a une origine plausible à l’intérieur du grec. Dans les exemples homériques discutés (mais aussi dans la prose classique et la poésie post‑homérique), l’identité fonctionnelle des dérivés en ‑ερός et ‑όεντ‑ est manifeste, et ‑όεντ‑ < *‑o‑went‑, morphème hérité, est évidemment le plus ancien. Ainsi, on trouve δολόεις « rusé » dans Homère mais δολερός en grec classique. La même chose est vraie pour les substantifs de base de la première déclinaison : Homère a ποιήεις « herbeux », alors qu’Euripide utilise ποιηρός. Il apparaît donc que ‑ρός est en train de remplacer *‑went‑ comme suffixe formant des adjectifs dénominatifs possessifs ; ce dernier n’est resté productif dans cette fonction que dans la poésie.

52Le type δολερός était également déverbatif à l’origine. Dans les six exemples suivants, un adjectif en ‑ερός est accompagné non seulement par un nom d’action à degré o, mais aussi par un verbe en ‑έω à degré o (p. ex. φθονέω) et, dans φλογερός et ψογερός, d’un présent thématique radical φλέγω, ψέγω (ψογέω est post‑classique) :

μογερός « pénible, misérable » (Æsch. +, poètes) μογέω « se fatiguer, supporter fatigue ou peine » ou μόγος « travail pénible, souffrance » ;
τρομερός « tremblant » (Sapho frg. 21, E., Hp., A.R.) τρομέω « trembler, avoir peur » ou τρέμω « id. » / τρόμος « tremblement » ;
φοβερός « qui fait peur, terrible ; craintif » (Æsch. +) φοβέω « faire fuir, intimider », φέβομαι « fuir, s’en aller » / φόβος « fuite, crainte » ;
φθονερός « jaloux, envieux » (Thgn. +) φθονέω « porter envie, refuser qqch. à qqn » / φθόνος « jalousie, empêchement » (Pi. +) ;
φλογερός « brûlant, rouge » (E. +) φλέγω « brûler » / φλόξ « flamme » ;
ψογερός « enclin à blâmer » (Pi. +) ψέγω « blâmer » (Thgn. +) / ψόγος « blâme » (Pi. +).
  • 45 Dans une stichomythie d’Aristophane (Ach. 1208), la complainte στυγερὸς ἐγώ est suivi par la répon (...)

53Les seules formes courantes dans la prose classique sont φθονερός et φοβερός ; τρομερός (qui est fréquent surtout chez Euripide mais a également une attestation ancienne chez Sapho) ressemble à φοβερός ; μογερός est courant seulement chez les Tragiques, et ψογερός se trouve uniquement dans Pindare, puis dans Plutarque. Chantraine (1933, p. 230) a attiré l’attention sur le caractère poétique ou même soutenu de plusieurs mots de ce type45.

54Schwyzer (1939, p. 482) fait déjà observer que φοβερός peut avoir été dérivé du verbe causatif φοβέω « effrayer, faire fuir » et a été ensuite réanalysé comme un dérivé du substantif φόβος signifiant « qui a peur ». En effet, cette analyse est naturelle parce que φοβερός a un sens tantôt passif (« craintif »), tantôt agentif (« qui fait peur »). L’adjectif ψογερός fait également référence à une habitude du sujet agentif du verbe ψέγω, et la même chose est vraie pour certaines occurrences de τρομερός. Il est difficile de déterminer s’il y a des nuances verbales dans μογερός et φθονερός ; une analyse possessive « qui a de la peine/jalousie » serait également possible. Pour φλογερός l’interprétation des attestations (peu nombreuses) n’est pas suffissamment claire pour qu’on en dise davantage, mais comme il n’existe pas de nom thématique, l’analyse comme déverbatif est la plus naturelle.

55Aussitôt que des formes comme φοβερός ont été réanalysées comme dénominatives, le modèle a pu s’étendre à des substantifs primaires. La liste suivante contient tous les exemples jusqu’à Aristote (en plus de ζοφερός/δνοφερός « sombre », déjà cité) :

γοερός « qui se lamente, gémissant » (Æsch. +, poétique) γόος (Hom. +) ;
δολερός « rusé » (Hdt. +) δόλος (Hom. +) ;
δροσερός « humide de rosée » (E., Ar. ; poètes) δρόσος (Pi. +) ;
θολερός « opaque, trouble » (S. +) θόλος « bourbe, boue » (Arist. +) ;
νοερός « concernant l’esprit » (Arist. +) νόος (Hom. +) ;
νοσερός « malade, d’une maladie » (E., Hp. +) νόσος (Hom. + νοῦσος) ;
νοτερός « humide » (Simon., E. +) νότος « vent du Sud » (Hom. +) ;
τροχερός « qui court », « comme une roue » (?) [Arist.] τροχός « roue » / τρέχω « courir ».

56En tant qu’adjectifs d’appartenance, νοσερός et νοερός sont évidemment dénominatifs ; la présence des verbes νοέω « remarquer, noter » (Hom. +) et νοσέω « être malade » (A., Th. +) ne saurait pas invalider cette analyse. Le sens de γοερός semblerait permettre une analyse comme déverbatif, mais le verbe « se lamenter » a la forme γοάω, non *γοέω, de sorte que γοερός fait couple avec γόος. Le sens de τροχερός est incertain.

57En synchronie, le type δολερός est donc dénominatif dans la langue classique, mais on voit que les exemples les plus fréquents et les plus anciens, notamment φοβερός, favorisent une analyse comme déverbatif.

3.5. Conclusions sur ‑ερό‑

58En conclusion, l’explication proposée ici pour la génèse de ‑ερό‑ est identique à celle proposée pour ‑αρό‑ : addition de ‑ρό‑ à des anciens itératifs en ‑έω < *‑ei̯e‑, des présents « statifs » en ‑έω < *‑eh1‑i̯e/o‑, à l’aoriste en ‑η‑ < *‑eh1, et au présent radical athématique, c’est‑à‑dire à des thèmes verbaux terminant en voyelle.

59Dans les exemples de ‑ερός dérivés de noms thématiques, le vocalisme radical est toujours o. Cela devrait surprendre dans le scénario proposé par Nussbaum, mais en réalité il s’agit d’une conséquence logique si leur base était constituée d’abord par des verbes causatifs‑itératifs du type φοβέω. Il est possible que des exemples du type δολερός aient déjà existé à l’époque d’Homère et que la langue épique ait continué tout simplement à employer les formes traditionnelles à suffixe ‑όεντ‑. En tout cas, la productivité de ‑ερός dans la langue épique est liée en partie à l’utilité métrique de formes thématiques de structure anapestique.

60Dans tous les mots à suffixe ‑ερός, le morphème présuffixal est léger et monosyllabique. La seule exception apparente est καρτερός, mais cette forme est issue de *kr̥terós, avec liquide voyelle. Nous reviendrons à cette restriction frappante ci‑dessous.

4. Les adjectifs en ‑ηρός

  • 46 Pour cette explication, cf. Rau (2007, p. 287), qui pense que la fusion des voyelles *ā et *ē en i (...)

61Le suffixe ‑ηρό‑ de l’ionien‑attique est la réalisation à la fois de *‑ēró‑ et de *‑āró‑, comme le montre l’existence de ‑ηρό‑ chez des auteurs comme Pindare, ainsi que celle de ‑ᾱρό‑ dans la langue classique (p. ex. att. ἀνιᾱρός). Il est souvent affirmé que parmi les suffixes grecs qui se terminaient par ‑ρό‑, seul ‑ηρό‑ était productif : cf. récemment Rau (2007, p. 288), suivi par Balles (2008, p. 307). Cette productivité ne se serait installée qu’après Homère. On présuppose comme point de départ les dérivés secondaires de thèmes en ‑η < ‑ᾱ, p. ex. ὀδυνηρός « douloureux », qui aurait un sens possessif « qui a de la douleur » (ὀδύνη). Ensuite, *‑ᾱρό‑ serait devenu déverbatif par l’association secondaire avec les verbes dénominatifs en ‑άω (cf. ὀδυνάω). Encore plus tard, un suffixe déverbatif parallèle ‑ηρό‑ (*‑ēró‑) aurait été formé à côté des verbes en ‑έω46. En dernière analyse, l’addition de ‑ρό‑ à des thèmes nominaux en ‑η‑ < i.‑e. *‑eh2 serait donc un archaïsme qui a ensuite développé une grande productivité.

62Cependant, ce scénario comporte des difficultés assez graves. En premier lieu, ‑ρό‑ ne s’est pas ajouté aux thèmes nominaux en *‑s‑, ‑u‑, ‑mat‑, ni à l’origine à des noms thématiques (cf. ci‑dessus). Cette distribution lacunaire serait surprenante pour un suffixe dénominatif. De plus, les adjectifs en ‑ηρός et ‑ερός qui ne peuvent être dérivés que d’un substantif (p. ex. μελιτηρός « de miel ») ne sont guère attestés avant l’époque classique, alors que chez Homère trois des cinq formes qui se terminent en ‑ηρός sont déverbatifs. Une troisième objection est que ‑ερός et ‑ηρός sont en concurrence étroite avec ‑όεις (cf. ci‑dessus et Blanc 2011) et ‑ήεις (cf. Balles 2008, p. 302), qui sont identiques d’un point de vue fonctionnel. Étant donné que la formation poétique en *‑went‑ est héritée et ancienne, il est douteux que ‑ηρό‑ dérivé de substantifs en ‑η soit également ancien.

4.1. Déverbatifs en ‑ηρός (‑ᾱρός)

63Parmi les cinq adjectifs en ‑ηρός attestés chez Homère, on trouve trois déverbatifs :

  • ἀνῑηρός « agaçant, ennuyeux » (att. ἀνῑᾱρός), dont le sens agentif suggère ἀνῑάω « troubler, agacer » plutôt que ἀνίη « inconvenance, obstacle » comme forme de base ;
  • ἀταρτηρός « outrageant, injurieux » d’un verbe ἀταρτάω préservé dans la glose ἀταρτᾶται· βλάπτει. πονεῖ. λυπεῖ (Hésych.) ;
  • ὀτρηρός « rapide, diligent » pour lequel il faut reconstruire un *ὀτρέω à côté de ὀτρύνω « inciter, stimuler » et ὀτραλέως « vite » ; cette dernière forme est évidemment bâtie sur θαρσαλέος « hardi, courageux » à côté de θαρσέω, θαρσύνω, qui sont proches pour le sens.
  • 47 Les composés récessifs du type X‑έτηρος « agé de X ans », qui semblent être anciens (cf. Rau 2007) (...)

64En revanche, chez Homère il n’y a pas encore de formation dénominative en ‑ηρός47. Les seuls autres adjectifs qui semblent contenir ce suffixe sont αἰψηρός « rapide » (de l’adverbe αἶψα) et λαιψηρός « id. » (d’étymologie obscure). Cependant, d’après C. Le Feuvre (2007, p. 332‑335), αἰψηρός pourrait être issu d’une phrase adverbiale αἶψ’ ἦρι « tôt le matin ». Elle montre également (2007, p. 335‑340) que λαιψηρός est un remplacement secondaire de αἰψηρός du moins dans une partie de ses occurrences, vraisemblablement sous l’influence du nom de la « tempête », λαῖλαψ. Il est donc très douteux que αἰψηρός et λαιψηρός soient des exemples anciens du suffixe ‑ηρός.

  • 48 Balles (2008, p. 269) cite déjà quelques exemples déverbatifs du suffixe ‑ηρός, mais sans en tirer (...)

65Considérons maintenant la liste des adjectifs en ‑ηρός dont la première attestation est après Homère, mais avant la fin de l’époque classique, et pour lesquels une interprétation déverbative est assurée ou vraisemblable48 :

  • 49 La quantité de l’alpha de κοπιαρός, donnée comme brève dans LSJ, est inconnue. Une longue est plus (...)
  • 50 Le nom ὁ ὄλισθος « caractère glissant » est attesté plus tard (Hp. Acut. +). Cette forme est accep (...)
Adjectif en ‑ηρός (‑ᾱρος) Formes de base possibles
ἀνθηρός « fleuri, qui est dans sa fleur » (S. +) ἀνθέω « fleurir, être dans sa fleur » plutôt que de ἄνθος « fleur » ou ἄνθη « floraison » (Pl. Phaedr. +, mot rare) ;
κοπιαρός « fatigant » (Arist. +) κοπιάω « fatiguer » (Ar. +)49 ;
λῡπηρός « affligeant, qui cause du chagrin » (S. +) λῡπέω « affliger » (Hés. +) plutôt qu’une dérivation possessive de λύπη « chagrin » (Æsch. +) ;
ὀλισθηρός « qui fait glisser » (Pi. +) ὀλισθεῖν « glisser »50 ;
ὀχληρός « importun, fatigant, ennuyeux » (E. +) ὀχλέω « harceler, déranger » (ὄχλος signifie surtout « foule ») ;
πνῑγηρός « étouffant » (Ar. +) πνίγω « étouffer » (à tenir à part : τὸ πνῖγος « chaleur [étouffante] », pace Rau 2007, p. 287) ;
τρῡχηρός « usé, déchiré » (E.) τρύχω « user » (à tenir à part : τὸ τρῦχος « vêtement déchiré », pace Rau 2007, p. 287).

66Les adjectifs ὀλισθηρός, ὀχληρός et τρῡχηρός sont déverbatifs parce qu’une correspondance nominale n’existe pas ou n’a pas un sens approprié. Par exemple, pour ὀχληρός « importun » la dérivation de ὀχλέω « déranger » est évidente parce que le substantif ὄχλος signifie « la foule ». Quant à la sémantique, on note que dans la plupart des formes attestées l’adjectif attribue une activité au référent comme une propriété habituelle ou caractéristique. Par exemple, quand une personne est désignée comme ἀνιηρός, cela veut dire qu’il a la propriété d’agacer d’autres gens. De même, λυπηρός ne veut pas dire « qui a du chagrin », mais « qui cause du chagrin » ; noter que le verbe λυπέω a valeur causative. Le même vaut pour ὀχληρός et pour πνῑγηρός « étouffant ». Dans τρῡχηρός « usé », l’adjectif exprime le résultat d’une action transitive sur l’objet.

67Dans d’autres cas, il est plus difficile de décider entre les interprétations dénominatives et déverbatives :

  • 51 Ici σῑγηλός, plus usité, est considéré la forme attique correcte.
Adjectif en ‑ηρός (‑ᾱρος) Formes de base possibles
ἀσηρός (ἄσᾱρος) « qui dégoûte ; qui fait le dégoûté » (Sapho +) ἀσάομαι « être dégoûté » (Sapho, Thgn. +) ou ἄση (ἄσᾱ) « dégoût » (Sapho +) ;
ἀτηρός (ἄτᾱρος) « affligé par ἄτη ; désastreux » (Thgn., S. +) ἀτάομαι « être affligé par ἄτη » (S. +) ou ἄτη (ἄτᾱ) « tromperie, aveuglement » ;
αὐχμηρός « sec » (Emp. +) αὐχμέω « être sec ou misérable » (Od. +) ou αὐχμός « sécheresse » (Emp. +) ;
δαπανηρός « extravagant, cher » (Pl., X. +) δαπανάω « dépenser, consumer » (Hdt. +) ou δαπάνη « dépenses, frais » (Hés. +) ;
διψηρός « altéré, assoiffé » (Hp. Aër. +) διψάω « avoir soif » ou δίψα « soif » ;
μελετηρός « qui s’entraîne diligemment » (Xén. +) μελετάω « s’appliquer à quelque chose, s’entraîner » ou μελέτη « attention, soin ; exercice, pratique » ;
μοχθηρός « qui cause une souffrance, pénible ; infortuné » (Æsch. +) μοχθέω « se donner de la peine, faire ou supporter avec peine, éprouver avec peine » ou μόχθος « peine, fatigue » (Hés. Sc. +) ;
ὀδυνηρός « douloureux » (Mimn. +) ὀδυνάω « causer ou éprouver douleur » (S. +) ou ὀδύνη « douleur » ;
ὀκνηρός « timide » (Pi. +) ὀκνέω « être timide, hésiter » ou ὄκνος « hésitation » ;
ὀμβρηρός « pluvieux » (Hés. +) ὀμβρέω « pleuvoir » (Hés. +) ou ὄμβρος « pluie » ;
πονηρός « misérable » (Hés. frg. +) πονέω « se donner de la peine, labourer » ou πόνος « effort, peine » ;
σῑγηρός « silencieux » (Ménandre +) σῑγάω « se taire » ou σῑγή « silence »51 ;
τολμηρός « courageux, hardi, audacieux » (E., Ar. +) τολμάω « avoir le courage/l’audace de, se risquer à » ou τόλμα « hardiesse, audace » (Pi. +).

68L’incertitude quant à la forme de base est liée au fait que le verbe dénominatif a souvent un sens possessif, comme dans διψάω « avoir soif ». Cependant, ici aussi on trouve des adjectifs désignant une propriété caractéristique du référent (p. ex. ὀμβρηρός, σῑγηρός), ce qui est plus compatible avec une dérivation d’un verbe. De plus, des adjectifs comme ἀσηρός et μοχθηρός sont ambigus en ce qui concerne les rôles thématiques : ils désignent tantôt l’agent de l’action verbale, tantôt le patient. Cette ambiguïté sémantique se retrouve souvent dans les verbes dénominatifs correspondants ; elle resterait inexpliquée si ‑ρός était un suffixe dénominatif possessif.

69Quant à la morphologie, notons que la forme de base est normalement le thème faible d’un verbe en ‑έω ou ‑άω, mais qu’il existe également trois dérivations de thèmes thématiques simples : πνῑγηρός de πνίγω, τρῡχηρός de τρύχω, et ὀλισθηρός de ὀλισθεῖν. Cela montre que ‑ηρό‑ est devenu un suffixe indépendant dans la période classique ; toutefois, dans la plupart des cas, ‑ηρό‑ est encore segmentable comme ‑η‑ρό‑.

70La même analyse est applicable aux deux adjectifs en ‑ῡρός, ὀιζῡρός « malheureux » (Hom. +) et ἰσχῡρός « puissant » (Alc. +). Il n’est pas nécessaire de dériver ces formes des noms abstraits ὀιζύς « misère », ἰσχύς « force », comme on fait d’habitude ; une dérivation des verbes dénominatifs ὀιζύω « souffrir » (Hom. +), ἰσχύω « avoir force, être puissant » (Æsch. +) est également possible et, à mon avis, à préférer.

4.2. Dénominatifs en ‑ηρός

  • 52 En partant de la liste dans les indices de Probert 2006, j’ai laissé de côté les mots rares et/ou (...)

71Il existe aussi des adjectifs en ‑ηρός qui sont certainement dénominatifs. La liste suivante contient tous les exemples qui ne sont pas accompagnés d’un verbe et attestés avant la fin de l’époque classique52.

Adjectif en ‑ηρός Formes de base possibles
αἱματηρός « sanglant » (Æsch., S. +) τὸ αἷμα « sang » ;
ἰχθυηρός « poissonneux ; salé (dit de plats) » (Ar. +) ὁ/ἡ ἰχθῦς « poisson » ou ἡ ἰχθύα « peau de poisson » ;
καματηρός « fatigant ; fatigué » (h.Ven. +) ὁ κάματος « fatigue ; trouble » ;
μελιτηρός « de/pour le miel » (dit de récipients, Ar. +) τὸ μέλι « miel » ;
ὀγκηρός « gonflé ; prétentieux » (X., Hp. +) ὁ ὄγκος « volume, masse ; prétention » (Emp. +) ;
οἰνηρός « de/pour le vin » (Anacr., Pi. +) ὁ οἶνος « vin » ;
οἰσυπηρός « gras » (Ar. +) ἡ οἰσύπη « graisse extraite de laine » (Hdt. +) ;
ὀξηρός « de/pour le vinaigre » (de récipients, S. +) τὸ ὄξος « vinaigre » (Æsch. +) ;
ποιηρός « herbeux » (E.) ἡ ποίη « herbe » ;
ταρῑχηρός « de/pour les aliments en conserve » (de récipients, S. frg. +) τὸ τάρῑχος « aliment en conserve » (Hdt., Ar. +) ;
τυχηρός « fortuné » (Æsch. Ag. 464, puis Arist. +) ἡ τύχη « fortune, bonne chance ».

72Quant à la dérivation du mot rare καματηρός « fatigant » de κάματος, il faut observer que l’adjectif peut avoir un sens agentif, de sorte qu’on peut envisager une dérivation du verbe καματάω, attesté seulement dans la glose καματῶν· κοπιῶν (Hsch.), ou bien l’influence d’un adjectif synonyme comme μοχθηρός ou κοπιαρός (cf. la glose qu’on vient de citer, et la phrase καματηρὸς […] κόπος dans Aristophane). En ce qui concerne τυχηρός, dans le passage (lyrique) d’Eschyle Ag. 464, on aurait certainement attendu ‑ᾱ‑ dans ce dérivé du nom répandu τύχᾱ ; il semble donc que la forme chez Eschyle est dérivée du thème verbal τυχη‑ (cf. Hom. τύχησα, τετυχηώς), de sorte que τυχηρός dénominatif n’est attesté qu’à partir d’Aristote.

73On ajoute ‑ηρός à des thèmes en consonne (comme αἱματηρός) ou en ‑υ‑ (ἰχθυηρός), mais le suffixe remplace aussi la voyelle thématique ou le suffixe ‑ος neutre. Il se retrouve volontiers dans des mots signifiant « contenant un liquide ou une matière quelconque ». Le seul exemple dénominatif avant Eschyle est donc οἰνηρός, alors que déjà chez Homère ‑ηρός est déverbatif, comme on l’a vu.

  • 53 Rau (2007, p. 287 avec la n. 25) maintient que ces cas pindariques sont des épicismes, en remarqua (...)

74L’origine de *‑ēro‑ dans les adjectifs désignant un contenu ou une matière reste d’ailleurs obscure, mais notons qu’‑ηρό‑ ne saurait être ancien, d’un point de vue phonologique, à côté de noms thématiques en ‑oς. En revanche, si on suppose que πονηρός, ὀκνηρός, αὐχμηρός, μοχθηρός, ὀμβρηρός étaient d’abord déverbatifs, et qu’ils ont été liés ensuite, secondairement, aux noms en ‑oς apparentés, l’usage dénominatif de ‑ηρό‑ dans des exemples comme οἰνηρός et ὀγκηρός s’explique plus nettement. Il est notable qu’‑ηρός < *‑ēró‑ se trouve déjà chez Pindare en dehors des thèmes en voyelle longue (dans οἰνηρός et ὀλισθηρός), ce qui montre que la réinterprétation comme suffixe indépendant avait déjà eu lieu à cette date53.

4.3. L’influence de la prosodie

75En considérant les adjectifs rassemblés jusqu’ici, il apparaît que ‑ηρός se trouve presque uniquement après des racines lourdes ou après des thèmes lourds, alors que ‑αρός et ‑ερός ne se trouvent qu’après des racines monosyllabiques légères. Cette distribution vaut déjà pour Homère, et il n’y a comme exceptions, jusqu’à la fin de l’époque classique, que ἀσηρός, πονηρός et τυχηρός. De plus, dans les deux mots qui se terminent en ‑ῡρός, ὀιζῡρός et ἰσχῡρός, la syllabe initiale est lourde, alors que ‑ῠρός n’est utilisé qu’après les racines monosyllabiques légères (γλαφυρός, λιγυρός, etc.).

76Bien sûr, cette particularité prosodique ne surprend pas si l’on considère que le suffixe *‑ró‑ demandait le degré zéro de la racine dès l’indo‑européen. Néanmoins, il est notable que les exemples de ‑ρό‑ accompagnés en grec même d’une racine verbale monosyllabique (voir la liste dans Rau 2009, p. 169) peuvent avoir une racine lourde (λαμπρός, ψῡχρός, κῡδρός) ou un degré plein (λεπρός) dans les racines non‑apophoniques. Une racine légère est également attestée dans les racines à apophonie (p. ex. σαπρός, ἐρυθρός, ψυδρός, et la forme adverbiale figée λάθρῃ), mais précisément à cause de l’apophonie, ces formes semblent être des archaïsmes. En tout cas, des exemples comme πνῑγηρός, τρῡχηρός et ὀλισθηρός semblent montrer que ‑ρός n’était plus productif à l’époque classique après les racines lourdes.

  • 54 Selon Gunkel (2011), certains cas de ‑ᾰρός sont des substituts lexicaux pour ‑ᾱρός. La variante à (...)

77La distribution entre ‑ηρός et ‑αρός/‑ερός est liée, à mon avis, à la loi accentuelle de Wheeler : les mots oxytons qui se terminent par un dactyle font reculer l’accent sur la pénultième, comme dans les exemples bien connus ποικίλος < *poikiló‑ et ἀγκύλος < *anku‑ló‑. On peut donc soupçonner que l’adjectif homérique αἰψηρός, évidemment dérivé de l’adverbe αἶψα « vite », a remplacé la forme attendue *αἰψαρός parce que celle‑ci constituerait une violation de la Lex Wheeler54. De même, si on a des formes comme ὀκνηρός, μοχθηρός, ὀμβρηρός, ὀχληρός (après syllabe lourde) à côté de φοβερός, τρομερός, ψογερός, μογερός, φθονερός (après syllabe légère), le choix du suffixe a toute l’apparence d’avoir la même cause prosodique. En d’autres mots, il semble que les dérivations d’un verbe en ‑έω (ou d’un substantif correspondant en ‑ος) suivent globalement la Lex Wheeler encore à l’époque classique. Le cas exceptionnel πονηρός (non *πονερός), mot usuel dans la langue classique, peut s’expliquer par l’influence de mots presque synonymes comme μοχθηρός, ὀδυνηρός, λῡπηρός ; par contre, la préservation d’‑ερό‑ dans un mot poétique comme μογερός peut s’expliquer par le caractère soutenu de ce suffixe. Pour les verbes en ‑άω la distribution est moins claire parce qu’il est incertain si (et dans quelle mesure) ‑ᾰρός est resté productif en grec alphabétique (voir ci‑dessus) ; la suffixation de ἀσηρός et τυχηρός pourrait s’expliquer par là.

78La création de formes comme αἰψηρός présuppose la constitution d’un suffixe indépendant ‑ηρό‑. Comme indiqué ci‑dessus, seules les formes ὀλισθηρός, πνῑγηρός et τρῡχηρός montrent l’existence de ‑ηρό‑ (plutôt que ‑ρό‑) comme suffixe déverbatif. Si *τρῡχερός constituait une violation de la loi de Wheeler, le choix pour ‑ηρό‑ pourrait montrer que cette forme du suffixe existait déjà comme allomorphe de ‑ερός, et que l’allomorphie était utilisée pour des raisons prosodiques. Cette analyse implique que le suffixe simple ‑ρός n’était plus vivant quand πνῑγηρός, τρῡχηρός et ὀλισθηρός ont été formés.

  • 55 Pour une discussion plus élaborée des problèmes concernant la Lex Wheeler, cf. la contribution d’É (...)

79Une question qui reste concerne la date de la loi de Wheeler. Il semble difficile d’admettre qu’elle était encore productive à l’époque d’Homère, si l’on considère des contre‑exemples comme πενθερός « beau‑frère ». Si on admet que ces contre‑exemples sont dûs à l’influence analogique à travers des catégories sémantiques (p. ex. πενθερός comme ἑκυρός « beau‑père »), il nous reste néanmoins à observer que l’opération de la loi de Wheeler doit être plus ancienne55. À cette date reculée, ‑ερό‑ et ‑αρό‑ étaient apparemment généralisés avec accentuation oxytone inhérente et évités après des racines lourdes, alors que l’action de la Lex Wheeler se figeait par exemple dans ‑ύλο‑ paroxyton. Néanmoins, il restait possible d’ajouter ‑ρό‑ déverbatif au thème fort à voyelle longue des verbes contractes. Dans des formes comme ἀνῑηρός, ‑ηρό‑ pouvait donc remplacer ‑αρό‑ qui aurait causé des problèmes d’ordre prosodique. Il est bien naturel que les possibilités offertes par les verbes contractes, qui avaient deux thèmes différents, aient été utilisées pour des raisons prosodiques. Plus tard, quand la Lex Wheeler n’a plus été productive, ‑ηρός est devenu productif comme suffixe indépendant et a été parfois utilisé même après des racines légères (cf. ἀσηρός, πονηρός, τυχηρός), peut‑être à cause de considérations sémantiques.

80Nous sommes donc tentés de penser que *‑ró‑, suffixe déverbatif hérité, est continué tel quel, dans une large mesure, dans les adjectifs en ‑αρός, ‑ερός et ‑ηρός.

4.4. ‑ηρό‑ vis‑à‑vis ‑ηλό‑

81Un suffixe comparable est ‑λό‑, beaucoup moins fréquent que ‑ρό‑ mais également déverbatif à l’origine (cf. Chantraine 1933, p. 242). Comme le dit Balles (2008, p. 271), il forme des « aktive und passive Verbaladjektive, mitunter mit deontischer Modalität. Viele Bildungen sind substantiviert und morphologisch opak ». Quant à la forme étendue ‑ηλός, Balles (2008, p. 269) maintient que la base est souvent incertaine et que presque tous les exemples qui semblent être déverbatifs peuvent être analysés comme dénominatif, et vice versa (p. ex. ἀπατηλός « décevant » de ἀπάτη ou ἀπατάω ?). Or, cela est inexact, cf. p. ex. :

  • ἐξιτηλός « périssable » (Hdt., X. +) de *ἰτάω (continué dans ἰτητέον « eundum est ») ;
  • ῥῑγηλός « horrible » (Scut. + ; καταρρῑγηλός Hom.) de ῥῑγέω « frissonner ».

82Comme pour ‑ηρό‑, l’usage dénominatif de ‑ηλό‑ est donc secondaire. D’ailleurs, la distribution entre ces deux suffixes étendus n’est pas claire, et ils sont parfois en concurrence, comme dans σιγηλός à côté de σιγηρός.

5. Conclusion

83Dans cette contribution, j’ai essayé de montrer que les suffixes en ‑ρό‑ ont servi primairement comme déverbatifs. Pour ‑ρό‑ simple, cela est prouvé par des exemples comme λαμπρός. De plus, nous avons vu que plusieurs mots anciens en ‑ερός ou ‑αρός peuvent être analysés comme dérivés d’un thème verbal en voyelle brève :

  • *gwria‑i̯e/o‑ → *gwria‑ró‑ ;
  • *(h)mia‑i̯e/o‑ → *(h)mia‑ró‑ ;
  • *stuge‑i̯e/o‑ → *stuge‑ró‑ ;
  • *phogwe‑i̯e/o‑ → *phogwe‑ró‑.

84Historiquement, ces thèmes sont des causatifs ou itératifs en *‑ei̯e/o‑, mais en grec préhistorique ils étaient réanalysés comme des thèmes verbaux dissyllabiques suivis par le suffixe usuel du thème de présent, *‑i̯e/o‑.

85Plus tard, le thème en voyelle longue des verbes contractes a commencé à servir comme base :

  • πονέω (ἐ‑πόνη‑σα, πε‑πόνη‑μαι) → πονηρός ;
  • ἀνιάω (ἀνιή‑θην) → ἀνιηρός.

86D’abord, ‑ηρός/‑ᾱρός a été généralisé après les thèmes lourds ou polysyllabiques, ‑ερός et ‑αρός après les thèmes monosyllabiques légers :

  • μοχθηρός, ὀλισθηρός, ὀτρηρός, πνῑγηρός, etc. ;
  • βλαβερός, σφαλερός, τρυφερός, φοβερός, etc.

87Les seules exceptions à date ancienne sont ἀσηρός et πονηρός.

88Dans une étape finale, à cause de la correspondance fréquente entre les noms en ‑ος/‑η et les verbes en ‑έω/‑άω, respectivement, ‑ερός et ‑ηρός sont devenus des suffixes dénominatifs par une réanalyse de la chaîne dérivationnelle. À partir d’exemples comme :

  • φόβος → (φοβέω →) φοβερός ;
  • μόχθος → (μοχθέω →) μοχθηρός ;
  • ἀνίη → (ἀνιάω →) ἀνιηρός ;

89on a pu faire des dérivations nouvelles comme :

  • δόλος → δολερός ;
  • οἰσύπη → οἰσυπηρός.
  • 56 Il s’avère que ‑ερός n’apparaît qu’après un degré o alors que ‑ᾰρός se trouve dans πιναρός (ὁ πίνο (...)

90Chez Homère, les formes en ‑ερός et ‑αρός sont en majorité des créations analogiques, mais on peut encore entrevoir l’origine déverbative de ces suffixes (voir 2-3). Dans la langue classique, ‑ερός garde cette fonction déverbative dans une certaine mesure, alors qu’‑αρός continue à fournir quelques nouveaux dérivés par association sémantique. On a vu qu’‑ερός ne servait comme suffixe dénominatif qu’avec les thèmes monosyllabiques légers thématiques (type δολερός)56 ; avec des thèmes de structure différente, ‑ηρός dénominatif était productif.

91Concluons en soulignant les implications pour la morphologie indo‑européenne. Il s’avère que *‑ró‑, élément essentiel du « système Caland », est dans une grande mesure déverbatif. Ses traits sémantiques et dérivationnels sont d’ailleurs comparables à ceux du suffixe *‑ló‑, dont le statut déverbatif est largement accepté. Cela montre que le « système Caland » peut avoir été, déjà dans l’indo‑européen commun, un ensemble de dérivations déverbatives. Il n’y a aucune raison, par exemple, d’insister sur le fait que *h1rudh‑ró‑ (ἐρυθρός, lat. ruber) était dérivé d’un nom‑racine *h1rudh « rougeur » quand on trouve également un présent *h1reudh‑e/o‑ « être rouge » (ἐρεύθω). Pour un adjectif désignant une couleur (et qui compte donc parmi les property concepts, terme introduit par Dixon 1982), une dérivation déverbative ne devrait pas surprendre : par exemple, le verbe peut avoir désigné, à l’origine, un processus physique tel que « rougir » (de la face, du ciel) ou « brûler ». De façon similaire, un adjectif signifiant une dimension spatiale comme « large, vaste » peut être issu d’un verbe signifiant « étendre », tout comme fr. étendu. J’ai la conviction qu’un plus grand nombre d’adjectifs « Caland » pourraient se révéler comme déverbatifs, pourvu qu’on y soit attentif.

Bibliographie

Abréviations

DELG : PChantraine, Dictionnaire étymologique de la langue grecque. Histoire des mots. Avec en supplément les Chroniques d’étymologie grecque (1–10) rassemblées par A. Blanc, C. de Lamberterie et J.L. Perpillou, Paris, Klincksieck, 2009.

GEW : H. Frisk, Griechisches etymologisches Wörterbuch, Heidelberg, Winter, 1960‑1972.

Références

Balles 2008 : I. Balles, Nominale Wortbildung des Indogermanischen in Grundzügen, vol. I, Latein, Altgriechisch, Hambourg, Verlag Dr. Kovač, 2008.

Benveniste 1935 : É. Benveniste, Origines de la formation des noms en indo‑européen, Paris, Adrien‑Maisonneuve, 1935.

Blanc 1997 : A. Blanc, « Deux adjectifs en ‑ερός (μαλερός, πέρπερος) », REG 110, 1997, p. 57‑83.

Blanc 2001 : A. Blanc, « Un rapprochement lexical gréco‑germanique : grec μιαίνω, μιαρός et germanique *smeit‑ (got. bi‑smeitan, etc.) », BSL 96, 2001, p. 153‑180.

Blanc 2011 : A. Blanc, « Sur quelques adjectifs grecs en ‑ερό‑ », BSL 106, 2011, p. 221‑247.

Chantraine 1933 : P. Chantraine, La formation des noms en grec ancien, Paris, Klincksieck, 1933.

Clackson 1994 : J. Clackson, The linguistic relationship between Armenian and Greek, Oxford, Blackwell, 1994.

De Lamberterie 1990 : C. de Lamberterie, Les adjectifs grecs en ‑υς. Sémantique et comparaison, Louvain‑la‑Neuve, Peeters, 1990.

Dieu 2012 : É. Dieu, « Le verbe grec λιλαίομαι : étude sémantique et étymologique », BSL 107, 2012, p. 145‑184.

Dixon 1982 : R.M.W. Dixon, Where have all the adjectives gone ? And other essays in semantics and syntax, La Haye, Mouton, 1982.

García Ramón 1992 : J.L. García Ramón, « Griechisch ἱερός und seine Varianten, vedisch iṣirá‑ », dans R.S.P. Beekes, A. Lubotsky, J. Weitenberg (dir.), Rekonstruktion und relative Chronologie, Innsbruck, Institut für Sprachen und Literaturen der Universität Innsbruck, 1992, p. 183‑205.

Gunkel 2011 : D. Gunkel, « The emergence of foot structure as a factor in the formation of Greek verbal nouns in ‑μα(τ)‑ », MSS 65, 2011, p. 77‑103.

Hackstein 2002 : O. Hackstein, Die Sprachform der homerischen Epen, Wiesbaden, Reichert, 2002.

Kölligan 2002 : D. Kölligan, « Zur Funktion schwundstufiger *‑ei̯e/o‑Präsentia », dans H. Hettrich (dir.), Indogermanische Syntax. Fragen und Perspektiven, Wiesbaden, Reichert, 2002, p. 137‑156.

Le Feuvre 2007 : C. Le Feuvre, « Λακαταπύγων (Aristophane, Ach. 664), Hom. αἰψηρός, λαιψηρός et le prétendu préfixe intensif λα‑ », RPh 81, 2007, p. 323‑342.

Leukart 1980 : A. Leukart, « νεᾱνίᾱς und das urgriechische Suffix ‑ᾱν‑ », dans M. Mayrhofer, M. Peters, O. Pfeiffer (dir.), Lautgeschichte und Etymologie, Akten der VI. Fachtagung der Indogermanischen Gesellschaft, Wiesbaden, Reichert, 1980, p. 238‑247.

Meissner 2006 : T. Meissner, S‑stem nouns and adjectives in Greek and Indo‑European, Oxford, OUP, 2006.

Olsen 2009 : B.A. Olsen, « The conditioning of laryngeal breaking in Greek », dans R. Lühr, S. Ziegler (dir.), Protolanguage and prehistory, Akten der XII. Fachtagung der Indogermanischen Gesellschaft, Wiesbaden, Reichert, 2009, p. 348‑365.

Peters 1993 : M. Peters, « Beiträge zur griechischen Etymologie », dans L. Isebaert (dir.), Miscellanea linguistica graeco‑latina, Namur, Société des Études Classiques, 1993, p. 85‑113.

Plath 1988 : R. Plath, « Der mykenische Männername qo‑te‑ro », MSS 49, 1988, p. 85‑95.

Probert 2006 : P. Probert, Ancient Greek accentuation. Synchronic patterns, frequency effects, and prehistory, Oxford, OUP, 2006.

Rau 2007 : J. Rau, « The derivational history of Proto‑Germanic *weþru‑ ‘lamb’ », dans A.J. Nussbaum (dir.), Verba Docenti (FS Jasanoff), Ann Arbor, Beech Stave, 2007, p. 281‑292.

Rau 2009 : J. Rau, Indo‑European nominal morphology. The decads and the Caland system, Innsbruck, Institut für Sprachen und Literaturen, 2009.

Risch 1974 : E. Risch, Wortbildung der homerischen Sprache, Berlin, De Gruyter, 1974.

Sandoz 1987 : C. Sandoz, « Aspects du vocabulaire indo‑européen de la parenté », CFS 41, 1987, p. 185‑192.

Schwyzer 1939 : E. Schwyzer, Griechische Grammatik, Munich, Beck, 1939.

Tucker 1990 : E.F. Tucker, The creation of morphological regularity, Goettingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1990.

Van Beek 2013 : L. van Beek, The development of the PIE syllabic liquids in Greek, thèse de doctorat, Universiteit Leiden, 2013 (inédit).

Van Beek 2018 : L. van Beek, « Ἄτλας ἀστεμφής : Traces of local particles in Greek compounds and the origins of intensive alpha », Glotta 94, 2018, p. 38‑81.

Vine 2002 : B. Vine, « On full‑grade *‑ro‑ formations in Greek and Indo‑European », dans M. Southern (dir.), Indo‑European perspectives, Washington, D.C., Institute for the Study of Man, 2002, p. 329‑350.

Notes

1 Je tiens à remercier vivement M. Chams Bernard et M. Alain Blanc pour leurs corrections de mon français et pour leur relecture attentive du texte ; bien sûr, ils ne peuvent être tenus responsables pour les erreurs qui restent. Les recherches qui ont mené à cet article ont été rendues possibles par le financement généreux de mon projet de recherche « Unraveling Homer’s Language » par NWO (Organisation néerlandaise pour les recherches scientifiques) dans le cadre du programme VENI.

2 Cf. p. ex. Balles (2008, p. 270) qui range ‑ρος et ‑ερος parmi les déverbatifs non‑productifs : « Es handelt sich um primäre Adjektive, die Teil des Calandsystems sind. Im Griechischen können sie oft auch auf ein Nomen bezogen werden ».

3 Le vocalisme ἱλᾰ‑ est mal expliqué mais reflète vraisemblablement un présent à redoublement *si‑slh2.

4 Cf. aussi Blanc 2011, p. 221, avec renvoi à Chantraine 1933 et Risch 1974.

5 De Lamberterie (1990) a démontré qu’il est plausible qu’une partie des adjectifs en *‑u‑ étaient, eux aussi, à l’origine des déverbaux.

6 Cette doctrine est maintenue, par exemple, par Rau (2007) et Balles (2008). Sur ‑ηρος Balles maintient que « der deverbale Gebrauch ist sekundär » (2008, p. 269) et que « Ursprung des Suffixes sind ro‑Ableitungen von ā‑Stämmen, neben denen häufig Verben auf ‑άω stehen. Im Ionisch‑Attischen konnte das Wortbildungsmuster analogisch auf Verbalstämme auf ‑έω bzw. o‑Stämmen als Basis ausgeweitet werden, darüberhinaus auf athematische Basen » (2008, p. 302). Bien sûr, on ne pourrait exclure que *‑‑ servait aussi comme dénominatif en indo‑européen. Un suffixe comme *‑‑, par exemple, pouvait former non seulement des dérivations « instrumentatives » de substantifs (le type lat. barbātus, gr. πυργωτός) mais aussi des quasi‑participes de verbes, du moins en latin et en indo‑aryen. Quoi qu’il en soit, j’ai l’impression qu’un grand nombre de racines « Caland » (plus grand qu’on admet d’ordinaire) étaient à l’origine verbales, et que les verbes qui les accompagnaient avaient déjà été perdus en indo‑européen commun.

7 Cf. les discussions de Vine (2002) et Probert (2006, p. 155 sq.).

8 Le traitement de ce suffixe par Chantraine (1933, p. 229‑230) a le désavantage qu’il ne fait pas de distinction entre ‑ερό‑ oxyton et ‑ερο‑ récessif.

9 Cf. PIE *h1leudh‑o‑ et *h1leudh‑i‑ « homme libre » reflété dans des noms germaniques et balto‑slaves.

10 Les problèmes posés par ἐλεύθερος sont discutés par Blanc (2011, p. 229 avec n. 27), qui renvoit à Sandoz 1987 (non vidi) pour l’idée que le suffixe de ἐλεύθερος est à comparer avec celui de lat. superus, inferus.

11 Pour la comparaison θαλερός « abondant » ~ arm. dalar « frais, vert », voir ci‑dessous.

12 Il faut laisser de côté les variantes βριερός et μιερός (qui sont tardives pour βριαρός et μιαρός), le couple πιαρός ~ πιερός « gras » (où les formes sont des lectures douteuses dans Hp., cf. García Ramón 1992, p. 200), et aussi le couple σκιερός ~ σκιαρός (voir ci‑dessous).

13 Critique de l’hypothèse de Nussbaum aussi dans Blanc (2011, p. 234‑235) : comment motiver le traitement qui diffère de celui des dérivés du type ἀλγεινός < *‑es‑nó‑ ? Blanc renvoie à Plath (1988) pour l’interprétation /Kwhotheros/ du nom propre mycénien qo‑te‑ro, qui serait un exemple ancien du type δολερός. Cependant, à mon avis on ne peut utiliser ce nom propre comme témoignage primaire pour l’étymologie du suffixe.

14 Par exemple, Probert (2006, p. 156) maintient que χαλαρός et στυγερός peuvent être des déverbatifs de χαλάω et στυγέω, respectivement, quoique pour στυγερός elle n’exclut pas une dérivation de στύγος, et qu’elle admet aussi un usage dénominatif du suffixe : « These extended or complex forms of the suffix originated at least in part with forms in which the vowel belonged to the stem, e.g. χαλαρός ‘slack’ (χαλάω ‘slacken’) ; στυγερός ‘hated; hateful’ (στυγέω ‘hate’, στύγος ‑εος, τό ‘hate’) ; ἀνθηρός ‘flowery’ (ἄνθη ‘flower’) ; λιγυρός ‘clear, shrill’ (λιγύς ‘clear, shrill’) ».

15 Dans la discussion du matériel, je tiendrai compte de toutes les formes attestées jusqu’à la fin de l’époque classique (Aristote). Les formes du Corpus hippocratique qui sont attestées seulement chez Galien (p. ex. φλυδαρός, ψεφαρός) seront laissées de côté, ainsi que λᾱρός et νᾱρός, pour lesquels un suffixe ‑αρός n’est pas garanti.

16 Dans la même note, García Ramón suggère également que les formes βριαρός, διερός, et μιαρός peuvent être dues à l’influence des verbes βριάω, δίεμαι, μιαίνω, une idée proche de celle qui est proposée ci‑dessous.

17 Cf. Blanc 2011, p. 224.

18 L’étymologie proposée pour καθαρός par Peters (1993) ne peut pas être maintenue ; voir ma critique dans van Beek 2013, p. 282‑283.

19 Pour ce scénario, il faudrait que *‑ani̯e/o‑ ait été réanalysé comme *‑a‑ni̯e/o‑, ce qui est possible.

20 Cf. véd. vīdhrá‑ « ciel clair » dans le loc. vīdhré (forme à préverbe vi), issu de *h2idh‑ró‑ « brûlant ».

21 Les conclusions de García Ramón sont retenues également par Blanc (2011, p. 224‑225).

22 La même remarque pourrait valoir pour σθεναρός, si cette forme était dérivée du verbe σθένω « être fort » (trag. +) plutôt que de σθένος. Pour πιναρός nous n’avons pas de forme radicale (seulement πίνος « crasse » et le dénominatif πινάω, hapax d’Aristophane).

23 « The precise mechanism for this replacement is unclear, although given that the majority of the adjectives in ‑αρo‑ pair with verbs in ‑άω […] or with verbs in ‑αίνω […], it is likely the result of a deverbative process ».

24 Comparer aussi λαγάω* « relâcher » → λαγαρός « lâche ». L’aoriste λαγάσαι « laisser libre » est attesté en crétois et dans la glose λαγάσσαι· ἀφεῖναι (Hésych.). Le présent crétois λαγαίω peut être une innovation *lagas‑i̯e/o‑ de ce dialecte bâti sur l’aoriste, étant donné qu’une racine laga‑ est plus vraisemblable. L’aoriste λαγάσαι a peut‑être subi l’influence de χαλάσαι « relâcher », au sens voisin, et pourrait ainsi refléter un aoriste thématique plus ancien *λαγεῖν de *sl̥ǵ‑e/o‑. Le verbe est vraisembablement apparenté à véd. √sarj « émettre, relâcher, laisser aller » et av. √harəz (cf. la discussion dans van Beek 2018, p. 59‑60).

25 Une forme reconstruite comme *(s)mih2‑ró‑ aurait amené à μῑρός* ou, si l’on accepte la possibilité de « laryngeal breaking » (Olsen 2009), à mi̯ārós*.

26 Ce groupe est intéressant pour une raison additionnelle : le factitif le plus ancien est ῥυπόω, non ῥυπαίνω.

27 La racine *gwrih2‑ est issue de *gwrh2‑i‑ avec une métathèse (extension de *gwrh2‑ « lourd »). Pour le degré zéro de la racine avec le suffixe *‑ei̯e‑, cf. en grec κυέω « être gonflé ou enceinte » et le type védique de hváyati « appeler ». L’évidence pour cette formation a été discutée par Kölligan (2002), selon lequel il n’y a pas de formes héritées de l’i.‑e. à valeur causative. Une reconstruction athématique *βρίᾱμι, 3e plur. *βρίαντι est proposée par García Ramón (1992, p. 200, n. 95), mais il n’est pas évident qu’un thème élargi *gwrh2‑i‑ > *gwrih2 peut avoir acquis secondairement l’apophonie du présent de racine.

28 Pour l’explication de στιβαρός proposé par Gunkel (2011), voir la critique dans la note 53 ci‑dessous.

29 Le fait que l’arménien possède un adjectif nor « jeune » (de *neuro‑ ou *neu̯ero‑) ne touche pas le problème de νεαρός : le suffixe ‑αρός ne peut être hérité de l’indo‑européen.

30 Leukart (1980) propose de voir dans νεᾶνις « vierge, fille jeune » et *νεᾱνία « jeunesse » (collectif reflété dans l’individualisation νεᾱνίας « garçon ») des dérivations d’un thème νεᾱν‑ « homme jeune », individualisation en *‑(o)n‑ d’un plus ancien abstrait *neu̯‑eh2 « ensemble des jeunes » ; ce dernier serait comparable au collectif hypothétique *sen‑eh2 (de *seno‑ « vieux ») reflété dans le lat. senātus. Cependant, un verbe dénominatif *νεάω dérivé de ce *neu̯‑eh2, qui devrait signifier « être membre de la jeunesse », expliquerait mal la signification « frais » de νεαρός. Je préfère donc postuler, à la base de νεαρός, un dénominatif *νεάω « être jeune ou frais » qui a subi l’influence de ἡβάω.

31 Il est vrai qu’Alcée atteste la phrase κρ]ύ̣ερος πάγος (frg. 286a LP). Toutefois, à mon avis, traduire κρυερός comme « d’un froid glacial » (Blanc 2011, p. 227) ne diminue pas le problème. Bien sûr, les mots sont apparentés étymologiquement, mais dans la synchronie de l’épopée ancienne κρυερός qualifie la mort, la peur, une bataille, des lamentations. Une traduction comme « qui fait frissonner » (DELG, s.v. κρύος) est donc possible, mais est loin d’être garantie. Étymologiquement, les connections κρυερός ~ véd. krūrá‑, av. xrūra‑ « sanglant » < *kruH‑ró‑ et κρύος ~ lat. cruor sont caduques, non seulement parce que la suffixation du grec est aberrante, mais également en regard de l’écart sémantique (cf. GEW et DELG, s.v. κρύος). Plus plausible pour la forme est la comparaison avec le groupe germanique *hrusōn‑ « croûte » (v.‑ang. hruse f. « sol », v.h.a. rosa f. « croûte de glace »), lat. crusta, et lit. krušà f. « iceberg » (DELG, l.c.). La signification de la racine *kreus‑ serait donc « congeler, former une croûte (de glace) ». Si κρύος « froid » est en effet la base de κρυερός, comme Blanc l’affirme, on pourrait aussi penser que le couple est secondaire après un modèle comme κράτος : κρατερός. Mais il est également concevable que κρυερός était dérivé d’un nom féminin (maintenant perdu) correspondant pour la forme à lit. krušà. Non liquet.

32 Noter le pluriel ταρφέες et son féminin ταρφειαί, à accentuation aberrante et donc ancienne.

33 De Lamberterie (1990, p. 470) montre l’identité de γλυκύς et γλυκερός au plan lexical.

34 Noter que le sens de σταθερός s’oppose à celui de σφαλερός.

35 Bien que proche pour le sens, τρυφερός ne peut pas être dérivé du nom abstrait apparenté τρυφή « luxe » ou du dénominatif τρυφάω « mener une vie de luxe » : on attendrait τρυφᾰρός* ou bien τρυφηρός*, avec une voyelle différente. D’un point de vue sémantique, l’adjectif τρυφερός semble primaire. Or, dans Homère on trouve déjà l’aoriste ἐτρύφην « être cassé » (διατρυφὲν ἔκπεσε χειρός Il. 3, 363, d’une épée). Quant à la morphologie, il est donc tentant de poser une dérivation τρυφερός ← ἐτρύφην. L’écart sémantique entre « délicat, luxueux » et « *fragile » (de « casser ») semble indiquer que l’adjectif est ancien. Pour l’acception morale de τρυφερός, cf. lat. rumpo « fendre, rompre » à côté de corrumpo, corruptus ; l’idée sous‑jacente semble être que l’integrité d’un caractère peut être brisé par de l’argent ou du luxe.

36 Un autre cas possible est λᾱρός « savoureux » qui a la racine de ἀπολαύω « profiter de », λιλαίομαι « désirer », comme démontré par Dieu (2012). On ne sait pas, cependant, si λᾱρός reflète *law‑ero‑ ou bien *law‑aro‑.

37 Cf. Meissner 2006, p. 186‑197 ; Blanc 2018, chap. XV‑XVIII.

38 Il n’y aurait aucune motivation sémantique pour considérer l’aoriste ἔθαλον comme base de θαλερός. Le thème de parfait signifie « être abondant » : θαλερός a donc la valeur sémantique d’un participe de parfait.

39 Il faut tenir à part l’ancien nom‑racine Στύξ à cause de sa lexicalisation.

40 Le réflexe régulier de la liquide voyelle en éolien était ‑ρο‑, non ‑ορ‑ (van Beek 2013, chap. 3), alors que l’arcadien a ‑ορ‑ (le témoignage du chypriote est ambigu).

41 Blanc reconnaît une forme *σκιᾱρός pour Pindare et Platon, mais la métrique dans l’ode pindarique (dactylo‑épitrites) garantit la forme anapestique σκιᾰρός.

42 Blanc 2011, p. 228. Le même modèle était suggéré déjà par García Ramón (1992, p. 199) : σκιερός « zu σκι‑όεις wie κρυ‑ερός zu κρυ‑όεις ? ».

43 Cf. κλαυθμοῦ […] στυγεροῖο (Hom.) ~ κρυεροῖο γόοιο (Hom.), et ἐν πολέμῳ κρυόεντι (Hes. Th. 936) ~ στυγεροῦ πολέμοιο (Il. 4, 240). Les adjectifs figurent dans la même phrase dans un emploi parodiant la langue épique par Aristophane (Ach. 1191) : στυγερὰ τάδε γε κρυερὰ πάθεα « ces souffrances‑ci sont horribles et terribles ».

44 La variante de l’adjectif ζοφερός, avec la même signification que δνοφερός, est attestée d’abord dans Hésiode.

45 Dans une stichomythie d’Aristophane (Ach. 1208), la complainte στυγερὸς ἐγώ est suivi par la réponse μογερὸς ἐγώ. Dans une parodie du style épique, Aristophane fait dire : κλῇσον, ὦ χρυσόθρονε, τὰν τρομερὰν κρυεράν (Av. 950).

46 Pour cette explication, cf. Rau (2007, p. 287), qui pense que la fusion des voyelles *ā et *ē en ionien‑attique a joué un rôle crucial dans ce développement, et que ‑ηρός dans la lyrique de Pindare est un trait épique. Nous doutons que tous les exemples de ‑ηρός dans Pindare puissent s’expliquer d’une telle façon.

47 Les composés récessifs du type X‑έτηρος « agé de X ans », qui semblent être anciens (cf. Rau 2007), sont à tenir à part du suffixe oxyton ‑ηρός qui n’apparaît que dans des simples.

48 Balles (2008, p. 269) cite déjà quelques exemples déverbatifs du suffixe ‑ηρός, mais sans en tirer la conclusion nécessaire.

49 La quantité de l’alpha de κοπιαρός, donnée comme brève dans LSJ, est inconnue. Une longue est plus vraisemblable étant donné la structure prosodique du mot (cf. ci‑dessous).

50 Le nom ὁ ὄλισθος « caractère glissant » est attesté plus tard (Hp. Acut. +). Cette forme est acceptée comme base de ὀλισθηρός par Rau (2007, p. 286), mais cela n’explique pas le sens factitif de ὀλισθηρός.

51 Ici σῑγηλός, plus usité, est considéré la forme attique correcte.

52 En partant de la liste dans les indices de Probert 2006, j’ai laissé de côté les mots rares et/ou tardifs : καρφηρός (hapax, E.), ἀλφιτηρός (quasi hapax), πισσηρός (Hp.), πλουτηρός (hapax, X.), ὑπνηρός (hapax, Hp.), γοηρός (hapax, Lyc.), et aussi γυναικηρός, σῑτηρός, μυρηρός, λῑμηρός, κροκηρός, ὀστρακηρός, ἐλαιηρός. Il est évident que γοηρός dans Lycophron est secondaire pour γοερός (Æsch., E.), et la même remarque peut valoir pour νοσηρός (X., Hp.) à côté de νοσερός (E., Hp.), cf. l’antonyme ὑγιηρός « sain ; qui guérit » (Pi. ; Hdt. +) dont la relation avec ὑγιής est d’ailleurs peu claire. Est‑ce que ὑγιηρός dérive d’un verbe statif perdu *ὑγιέω ?

53 Rau (2007, p. 287 avec la n. 25) maintient que ces cas pindariques sont des épicismes, en remarquant que ‑ηρο‑ se trouve à côté de verbes en ‑έω et de noms en ‑o‑ déjà dans la langue épique. Cependant, dans Homère on ne trouve pas de telles formes.

54 Selon Gunkel (2011), certains cas de ‑ᾰρός sont des substituts lexicaux pour ‑ᾱρός. La variante à voyelle abrégée aurait été préférée pour des raisons prosodiques : les mots terminant en un trochée métrique auraient été évités en général et, si possible, un allomorphe lexical apparenté aurait été substitué. Son évidence clef consiste en l’introduction secondaire du degré zéro de la racine dans les neutres en ‑μα (substitution χεῦμα >> χύμα) uniquement dans les cas où ce remplacement améliorait la structure prosodique. Gunkel suggère également qu’‑ᾱρός avait été remplacé par ‑αρός à date ancienne quand le thème en ‑α‑ bref existait dans un thème dérivé en ‑άδ‑. Il donne l’exemple σκιᾰρός « ombragé » où d’un point de vue morphologique on attendrait *σκιᾱρός à côté du nom σκιά ; le dérivé σκιάς aurait donc influencé l’adjectif. Toutefois, comme la plupart des dérivés en ‑άδ‑, σκιάς a des significations concrètes (« parasol ; tonnelle ») et s’éloigne considérablement, quant au sens, de sa base prétendue. Comme les couples « adj. en ‑αρός : fém. en ‑άς » ne se trouvent que 4 fois (σκιᾰρός, στιβαρός, σοβαρός, σιναρός), et souvent sans lien sémantique évident, il est hautement incertain que ce scénario rende compte des données. D’autre part, je suis d’accord avec Gunkel que des allomorphes lexicales pouvaient être utilisées pour éviter des structures prosodiques défavorisées : la productivité de ‑ηρός semble en effet avoir une motivation prosodique.

55 Pour une discussion plus élaborée des problèmes concernant la Lex Wheeler, cf. la contribution d’Éric Dieu dans ce volume.

56 Il s’avère que ‑ερός n’apparaît qu’après un degré o alors que ‑ᾰρός se trouve dans πιναρός (ὁ πίνος) et ῥυπαρός (ὁ ῥύπος). Il est donc possible que ‑αρός ait été le suffixe dénominatif productif dans toutes les autres formes de racine monosyllabique.

Auteur

Universiteit Leiden, Centre for Linguistics (LUCL), Pays‑Bas

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search