Version classiqueVersion mobile

Dérivation nominale et innovations dans les langues indo‑européennes anciennes

 | 
Alain Blanc
, 
Isabelle Boehm

Grec

Le développement historique des finales ‑ειᾰ/‑είᾱ/‑είη (att. ὑγίεια/ὑγιείᾱ, ion. ὑγιείη « bonne santé ») et ‑οιᾰ/‑οίᾱ/‑οίη (att. εὔπλοια, ion. εὐπλοίη « bonne navigation ») en grec ancien

Alcorac Alonso Déniz

Résumé

D’après l’opinion courante, quelques dialectes grecs du Ier millénaire témoigneraient d’une phase linguistique plus ancienne où le suffixe *‑ih2 aurait servi à dériver de noms de qualité à partir d’adjectifs sigmatiques composés : ὑγιής « sain » → att. ὑγίεια « bonne santé », ἀλᾱθής/ἀληθής « vrai » → att. ἀλήθεια, dor. ἀλᾱ́θεια « vérité », ἀψευδής « véridique » → att. ἀψεύδεια, béot. ἀψεύδῑα « véracité », etc. Ce trait constituerait un archaïsme, alors que des formes isolées de l’ionien archaïque et récent avec ‑είη (hom. εὐκλεής « illustre » → ἐϋκλείη « gloire », ἀληθείη, etc.) et de l’attique avec ‑είᾱ (ἀναιδής « impudent » → ἀναιδεία « impudence », εὐκλείᾱ, etc.), sont considérées comme des innovations. Or cette hypothèse se heurte à des obstacles phonologiques et morphologiques insurmontables. Dans cette contribution, tout en réexaminant les données, je proposerai que, comme l’avaient montré d’autres savants dans le passé, le dorien, le béotien et l’attique montrent de toute évidence une innovation par rapport à la terminaison *‑i(i̯)eh2, qui apparaît ailleurs de manière régulière dans la dérivation de nomina qualitatis du grec ancien.

Texte intégral

Wenn über den Funktionscharakter der femininen Ableitung ‑εια hier das letzte Wort noch nichtgesprochen werden kann […], so liegt das hauptsächlich am Fehlen einer Untersuchung darüber, wie eng oder weit die Grenzen der Motion auf ‑ι̯α bei konsonantischen Adjektiva zu ziehen sind. (Sommer 1948, p. 174)

1. Présentation de la question : hom. ‑είη, ion. ‑oίη vs att. ‑ειᾰ, ‑οιᾰ

  • 1 Je remercie A. Blanc, J.L. García Ramón et S. Minon pour leurs remarques à la version orale de ce (...)
  • 2 Voir Rainer 2015.
  • 3 Sur l’innovation hom. ἀφραδής « insensé » → ἀφραδίη « irréflexion » au lieu de *ἀφραδείη, voir Bla (...)
  • 4 SIG3 4, 5 (Cyzique, 525‑500 av. J.‑C.) ; SEG 36, 982, C.8 (Iasos, 500‑450 av. J.‑C.) ; ID 71.4‑5 ( (...)

1Depuis Homère1 des nomina qualitatis2 avec la finale ‑είη sont tirés des adjectifs composés avec un second membre sigmatique : ἐϋκλεής « qui a une bonne réputation » (Hom. +) → ἐυκλείη « bonne réputation » (Hom.) ; ἀναιδής « impudent » (Hom. +) → ἀναιδείη « impudence » (Hom. ; Archil., frg. 124b.5 West) ; ἀληθής « vrai » (Hom. +) → ἀληθείη « vérité » (Hom. ; Mimn., frg. 8.1 West) ; ἐπιπειθής « obéissant » (Arist. +) → ἐπιπειθείη « confiance » (Sémon., frg. 1.6 West)3. La finale ‑είη apparaît aussi dans les inscriptions ioniennes plus anciennes des vie et ve s. av. J.‑C. : ἀτελής « qui ne se réalise pas » (Hom. +) → ion. ἀτελείη/ἀτελέη « exemption d’impôts »4.

  • 5 Peut-être aussi εὐσεβείᾱ « piété » (Bacch., 3.61), mais une brève apparaît dans cette position da (...)

2Certains poètes lyriques de tradition dorienne présentent ‑είᾱ avec une voyelle longue finale dans les cas directs : ὑγιής « sain » (Hom. +) → ὐγιείᾱ « bonne santé » (Sappho ou Alcée, frg. 18.1 PMG), peut‑être ἀλᾱθέᾱ (Alc., frg. 366 Voigt) ; ἀλᾱθείᾱ (Bacch., frg. 13.204, frg. 14.5 + 57.1)5. Dans certains passages non lyriques du drame attique, la métrique garantit une voyelle longue finale dans les cas directs de ces noms de qualité : εὐκλείᾱ (Esch., Sept. 685), ὑγιείᾱ (Ar., Av. 604), ἀναιδείᾱ (Ar., frg. 238 CGF Kassel et Austin).

3Pourtant, dans la poésie lyrique et chez les tragiques et comiques attiques, les formes à voyelle longue sont minoritaires vis‑à‑vis de ‑ειᾰ avec voyelle brève finale : ὑγίεια (Pi.), ἀλᾱ́θεια (Pi., Sim.), ἀφανής « invisible » → ἀφάνεια « obscurité » (Pi.) ; ἀψευδής « qui ne ment pas » → ἀψεύδῑᾰ « véracité » (Cor., frg. 1a.31 PMG), etc. ; εὔκλεια (Esch., Choe. 348 ; lyr. ; cf. ci‑dessus εὐκλείᾱ), ἀτέλεια (Esch., Eu. 361), ἀναίδεια (Ar., Eq. 322‑324), ὑγίεια (Ar., Av. 603 ; pour ὑγείᾱ cf. ci‑dessus), etc.

  • 6 Pour le sens intransitif, voir Blanc 2018, p. 437‑440.
  • 7 Dobias-Lalou 2000, p. 85, n. 1.
  • 8 P. ex. μαντεύω « rendre des oracles » → ion. μαντείη (H. Merc. 547), att. μαντείᾱ « faculté de pr (...)

4Dans certains textes dialectaux en prose en dehors de l’ionien, la quantité de la voyelle finale reste indéterminée : ἐξώλης « qui détruit totalement »6 → ἐξξṓλεια ou ἐξξōλείᾱ « destruction complète » (IG IX 12 3, 609.15, Naupacte, ca 500 av. J.‑C.) ; él., crét. ἀτέλειᾰ ou ἀτελείᾱ (IÉD 29 [Makiston, 399‑369 av. J.‑C.] ; IC IV, 64.3 [Gortyne, ca 500 av. J.‑C.]) ; °δεής « qui manque de » → cyr. σιτόδειᾰ ou σιτοδείᾱ « manque de blé » (SEG 9, 2.3, Cyrène, ca 330 av. J.‑C.)7. L’alternance ‑ειᾱ vs ‑ειᾰ de l’attique n’est jamais attestée dans les nomina status tirés des thèmes en ‑εύς ni dans les nomina actionis et noms de résultat dérivés directement des verbes en ‑εύω8.

  • 9 Sur les formes poétiques ἀνοιίης (Hippon., frg. 75.3 Degani), éol. ἀνοιΐας (Alc., frg. 119.5 Voigt (...)
  • 10 Cf. εὔσοοι· ἀσφαλῶς σῳζόμενοι (Hsch., ε 7193 Latte), εὔσους· ὁ διευτυχῶν. καὶ ἥρως ἐγχώριος. καὶ ε (...)
  • 11 La forme régulière du nomen qualitatis est ἀγνωσία « ignorance » (Eur. +), à partir de hom. ἀγνῶτ‑ (...)

5La langue homérique, des iambographes et des inscriptions ioniennes, présente également des noms d’action terminés en ‑οίη à partir d’adjectifs thématiques composés à second membre verbal, dont le radical se termine par *‑u̯‑ : °πλοος (cf. myc. e‑u‑po‑ro‑wo /Ehuplowos/ [PY, KN], béot. Εὐπλο‑ίων, hom. ἁλί‑πλοος « qui nage en mer ») → hom. εὐπλοίη « heureuse navigation » ; ὐδρορροίη « conduit pour les eaux » (SEG 42, 785.38 [Thasos ; ca 460 av. J.‑C.]), cf. χειμάρροος « qui coule en hiver » (Hom. +). Une finale à voyelle longue ‑οίᾱ apparaît également chez certains poètes attiques : παράνοος « dont l’esprit est égaré » (Esch. +) → παρανοίᾱ « folie » (Ar., frg. 238 PCG Kassel et Austin) ; ἄνοος « insensé » → ἀνοίᾱ « déraison » (Esch., Sept. 402)9 ; παλίρροος « qui reflue » (Eur. +) → παλιρροίᾱ « flux et reflux » (Soph., frg. 832 Radt). Chez les poètes tragiques et comiques, la forme avec voyelle brève est encore la plus fréquente : εὔνοια (Esch., Supp. 940), παράνοια (Esch., Sept. 756 ; lyr.), ἄνοια (Eur., Hipp. 398), εὔσοια « sécurité » (Soph., frg. 122 TGF Radt)10. L’alternance ‑οίᾱ/‑οιᾰ est également attestée dans la forme analogique ἀγνοίᾱ « ignorance » (Soph., Tr. 350 ; Ph. 129) à partir de ἀνοίᾱ, vis‑à‑vis de ἄγνοια (Ar., Ecc. 639)11. Du point de vue sémantique, la plupart des dérivés sont des nomina actionis, sauf les composés en °νοια, qui sont des vrais nomina qualitatis.

6D’après les grammairiens hellénistiques et postérieurs, les finales à voyelle longue ‑είᾱ et ‑οίᾱ étaient caractéristiques du dialecte attique plus ancien (Phot., α 1487 et ε 2227 Theodoridis = Ael. D., α 21 et ε 71 Erbse).

  • 12 Voir Meyer 1896, p. 93‑94 ; Debrunner 1917, p. 150‑151 (§ 299) ; Kalén 1918, p. 47‑53 ; Rix 1976, (...)

7Afin d’expliquer la divergence entre ion. ἀληθείη vis‑à‑vis d’att. ἀλήθεια, dor. ἀλᾱ́θεια, deux hypothèses ont été formulées. D’après certains, le type ἀλήθεια/ἀλᾱ́θεια est plus ancien et originel. Il s’agirait d’un féminin *‑i̯ă‑/‑i̯ā‑ (< *‑́ih2/i̯éh2) des adjectifs composés sigmatiques avec le suffixe. En revanche, l’ionien aurait innové en adoptant le vocalisme des cas obliques (gén. ἀληθείης). Les formes en ‑είᾱ (type ὑγείᾱ) de la poésie lyrique en dorien et en éolien, ainsi que du drame attique, ne seraient que des adaptations de la tradition ionienne12. La variation ‑οιη vs ‑οιᾰ n’est jamais abordée dans le cadre de ces explications.

  • 13 Voir Solmsen 1909, p. 248‑249 ; Bechtel 1924, p. 143 ; Ruijgh 1967, p. 199 (§ 171) ; Peters 1977, (...)

8Pour d’autres savants, les formes ioniennes, ainsi que les formes attiques du type ὑγείᾱ, seraient des formes archaïques avec le suffixe dissyllabique *ii̯ā (< *‑ii̯eh2), que l’attique et le dorien auraient remplacé par ‑ειᾰ13.

9Afin de déterminer la validité de ces deux hypothèses, il faut analyser attentivement les deux types de dérivation suffixale concernés.

2. Dérivés en *ii̯ā‑ : déadjectivaux et dénominaux

  • 14 D’après Porzig 1942, p. 207‑208, quelques cas sont en réalité des nominalisations à partir d’une e (...)
  • 15 Pour ce type d’abstraits, voir Luschützky 2015.
  • 16 Pour des nomina actionis tirés des racines verbales, voir ci-dessous n. 37.

10La finale ‑ίᾱ/‑ίη apparaît depuis Homère dans des nomina qualitatis tirés d’adjectifs en ‑ος (simples et composés) : ἥσυχος « tranquille » (Hés. +) → ἡσυχίη « tranquillité » (Hom. +) ; ἀμήχανος « impuissant » (Hom. +) → ἀμηχανίη « embarras » (Ηom. +)14. D’un autre côté, le même suffixe se trouve dans des dénominaux, fondamentalement des nomina status15 ou, lorsque la base de la dérivation est un nomen agentis, des nomina actionis16 : ἄγγελος « messager » → ἀγγελίη « message » (Hom. +) ; μάρτυροι « témoins » (Hom. +) → μαρτυρίη « témoignage » (Hom. +) ; ναυτίλος « marin » (Hdt. +) → ναυτιλίη « navigation », cf. ναυτίλλομαι (Hom. +).

11Les trois types sémantiques (nomina qualitatis, status et actionis) apparaissent aussi chez Homère et en grec postérieur lorsque *ii̯ā‑ est employé pour la dérivation à partir d’adjectifs et de noms athématiques : ἀδαήμων « ignorant » → hom. ἀδαημονίη « ignorance » ; ἀγήνωρ « courageux » → hom. ἀγηνορίη « courage » ; ἥλικες (βόες) « du même âge » (cf. ὁμῆλιξ) → hom. ἡλικίη « âge » ; hom. ἐρέται « rameurs » → hom. εἰρεσίη « action de ramer » (avec allongement métrique) ; σωτήρ « qui sauve » → σωτηρία « salut » ; ἡγέμων « guide » → ἡγεμονία « action de diriger » ; ion. ἰήτωρ « médecin » → ἰητωρία « médecine ».

  • 17 D’après Waanders 1999, le thématique *lāhos est la forme la plus ancienne.

12Le mycénien n’atteste pas jusqu’ici de nomina qualitatis en *ii̯ā‑, même si ce suffixe est bien témoigné dans la dérivation nominale du vocabulaire des tablettes en linéaire B. Pour commencer, certaines formes sont de toute évidence des adjectifs en *‑ii̯o‑ substantivés dérivés de thèmes en *‑o‑, comme souvent dans l’onomastique : *Akhaiu̯‑o (cf. peut‑être anthr. a‑ka‑wo /Akhaiwos/ [KN], hom. Ἀχαιός « Achéen ») → a‑ka‑wi‑ja‑de /Akhaiwi(j)ān‑de/ (KN), Ἀχαιίη (Sém.) ; °a3‑ko‑ra‑i‑jaAigo(l)lāhi(j)ā/ (PY), cf. pe‑ra‑ko‑ra‑i‑jo /Peraigo(l)lā(h)i(j)oi/ (PY), adjectif dérivé d’un composé déterminatif *aigo‑lā(h)ο‑ « pierre de la chèvre », cf. λαιαί « pierres »17.

  • 18 Cf. ὀπαία κεραμίς, δι’ ἧς ὁ καπνὸς ἔξεισιν Ἀττικοί· καπνία Ἕλληνες (Moer., o 48 Hansen).
  • 19 Cf. λόφος « nuque » et « panache (d’un casque) » → λοφιή/λοφιά « crinière » (de plusieurs animaux) (...)

13Certains dénominatifs des thèmes thématiques ont un sens concret : καπνός « fumée » → myc. ka‑pi‑ni‑ja /kapni(j)ā/ « pièce, trou de la fumée » (PY), mais att. κάπνη « trou de fumée »18 ; i‑qo /(h)ikkwos/ → i‑qi‑ja /(h)ikkwi(j)ā/ « char » ; cf. l’adjectif ἵππιος (Ποσειδέων) (Archil. +) ; myc. po‑qa /phorgwā/, hom. φορβή « pâturage » → *phorgēus (non attesté) → po‑qe‑wi‑ja‑i /phorgwēwi(j)āhi/ « licou » (dat./loc. pl.), cf. att. φορβειά. Cette dérivation, qui semble dénominale et aboutit à des noms concrets, n’est pas sans parallèles en grec postérieur19.

  • 20 Cf. πυρίκαοι (= les Delphiens) (Plut., Mor. 406e), adj. πυρκαιός (ἐσχάρα, Délos) ; Προμηθεὺς Πυρκα (...)
  • 21 Une interprétation comme dérivé verbal n’est pas impossible (voir ci-dessous n. 37).
  • 22 Voir Bader 1974, p. 54‑55. Pour la forme thématique, cf. Φύταλος (héronyme d’Athènes), d’où Φυταλί (...)

14Certains noms en *ii̯ā‑ du mycénien et chez Homère dérivés des noms athématiques ou thématiques ont un sens collectif : qa‑si‑re‑wi‑ja /gwasilēwi(j)ā/ (KN, PY) « équipe sous la direction d’un qa‑si‑re‑u » (cf. βασιληίη [Hdt. +], att. βασιλείᾱ) ; *ǵerh2‑n̥t‑ : *gerant‑ → gr. geront‑ (cf. hom. γέρων) → *ger‑ont‑ii̯ā > ke‑ro‑si‑ja /geronsi(j)ā/ « assemblée d’anciens » (PY) [cf. γεροντία, γερουσία] ; *ph2ur‑k(e)h2u̯‑o‑ > myc. pu‑ka‑wo /purkawoi/ « allumeurs du feu » (PY)20 → *ph2ur‑kh2u̯‑ii̯eh2 > hom. πυρκαιή « bûcher »21 ; *phut‑al‑o‑22 → pu‑ta‑ri‑ja /phutalijā/ (KN), hom. φυταλιή « vignoble ». À la catégorie sémantique des collectifs appartiennent probablement deux dérivés d’un thème sigmatique : *u̯erǵes‑ii̯ā‑ > we‑ke‑i‑ja /wergehi(j)ā/ « groupe d’artisans » (KN) ; *enkho/es‑ « lance » (cf. hom. ἔγχος) → *enkhes‑ii̯ā‑ > e‑ke‑i‑ja /enkhehi(j)ai/ « lances » (PY) [pour l’orthographe e‑ke‑ja /enkhejai/, voir ci‑dessous p. 139].

15Puisque *‑ii̯ā‑ est un suffixe de dérivation (dénominal et déadjectival) vivant dans les tablettes, deux possibilités s’ouvrent pour expliquer l’absence de nomina qualitatis en *‑ii̯ā‑ : soit ce type sémantique serait une innovation postérieure, soit ces déadjectivaux existaient, mais ils n’ont pas été conservés dans les textes du IIe millénaire.

  • 23 Voir Arumaa 1985, p. 90.
  • 24 Voir Thurneysen 1909, p. 162 (§ 258) ; De Bernardo Stempel 1999, p. 372.
  • 25 Voir Wackernagel, Debrunner 1930‑1957, II/2, p. 840 et Broger 2004, p. 68‑73.
  • 26 Pour le sens, voir Rau 2007. D’après Klingenschmitt 1968, p. 167‑168 (non vidi) il s’agirait d’un (...)
  • 27 Cf. yāsi dūtyā́ṃ (RV 6.58.3c) ≈ hom. ἀγγελίην ἐλθόντα « aller pour annoncer » (Hom., Il. 11.140). (...)
  • 28 Voir Wackernagel, Debrunner 1930‑1957, II/2, p. 841.
  • 29 L’origine n’est pas toujours la même. Dans la plupart des cas, il s’agit des formes en *‑eh2 (col (...)

16En dehors du grec, la dérivation en *ii̯ā‑ (dénominale et déadjectivale) a eu un énorme succès pour la création des noms de qualité, des nomina status et des collectifs dénominatifs : lat. audax « audacieux » → audāc‑ia « audace » ; con‑cords « uni de cœur » → concordia ; miles « soldat » → milit‑ia « métier de soldat » ; custos « garde » → custod‑ia ; famul‑us « serviteur » → famil‑ia « ensemble des esclaves ». La présence du suffixe *‑(i)i̯ā‑ dans la dérivation des noms de qualité et d’autres classes sémantiques, comme les collectifs, est attestée dans plusieurs langues indo‑européennes, de manière plus ou moins régulière : vieux slave suxъ « sèche » → suša « sécheresse »23 ; vieil irlandais dían « rapide » → déine « vitesse », tromm « difficile » → trummae « difficulté »24 ; véd. śyāvá‑ « obscur » → śyāv(i)yā̀‑ « obscurité, nuit »25 ; véd. pā́ka‑ « innocent » → pāk(i)yā̀‑ « innocence » ; *duš‑srauuah « qui a une gloire adverse », cf. hom. δυσκλεής → av. réc. duš.srauuahiiā‑ (də̄uš°) « gloire adverse » (cf. də̄uš‑srauuah‑ « gloire adverse »)26 ; cf. att. δύσκλεια ; véd. dūtá‑ « messager » → dūt(i)yā́‑ « message » (cf. n. dūtyá‑)27 ; véd. pád‑ « pied » → véd. pád(i)yā‑ « pas » (collectif ?)28 ; cf. hom. adj. πεζός « qui va à pied » vs hom. πέζῃ « extrémité (du timon) » (!). Il semble donc que le suffixe *‑(i)i̯ā‑ pour créer des abstraits à partir d’adjectifs et de noms est hérité29.

  • 30 Voir Melena 1996‑1997, p. 167 et Killen 1999, p. 348-349.
  • 31 Taillardat 1960, p. 8‑10 ; Duhoux 1976, p. 33 ; Ruijgh 1985, p. 127 ; Hajnal 2007, p. 150, et Rau (...)
  • 32 Un dérivé *telesi̯ā̆‑ en *‑ih2‑/i̯eh2‑, envisagé par certains savants (voir Rau 2009, p. 181, n. 4 (...)
  • 33 Une chute sporadique de /h/ en contact avec /i/, proposée par Jiménez Delgado 2009, p. 83‑84, semb (...)
  • 34 Cf. hom. πένομαι « travailler péniblement » → πενίη « pauvreté », θάλλω « fleurir » → θαλίη « abon (...)

17Pour ce qui est du suffixe des dénominaux et des déadjectivaux, le grec du Ier millénaire ne semble avoir conservé que la forme dissyllabe, mais en mycénien les deux variantes sont attestées : à Pylos e‑ke‑ja /enkhejā/ est attesté une fois au lieu de e‑ke‑i‑ja /enkhehi(j)ā/30 ; le verbe dénominatif te‑re‑ja /telejāi/, inf. te‑re‑ja‑e /telejāhen/ « s’occuper de l’ensemble des tâches », et l’anthr. te‑re‑ja‑wo /Telejā‑wōn/31 procèdent tous les deux d’un ancien collectif *teles‑ii̯ā‑ « ensemble de tâches », tiré de *telo/es‑ « tâche, service »32. Quoique *enkhesi̯ā‑ et *telesi̯ā‑ soient les variantes attendues par la loi de Sievers, il s’agit vraisemblablement d’une innovation mycénienne avec synizèse de la voyelle /i/ prévocalique : [telehíaː] > [telehjáː], [eŋkehíaː] > [eŋkehjáː]33. En revanche, la variante monosyllabique du suffixe déverbatif *‑(i)i̯ā‑ semble avoir été conservée à côté de la variante dissyllabique34.

  • 35 Voir Bechtel 1908, p. 79‑80 ; Ruijgh 1967, p. 199‑200 (§ 171).

18Or, cette variation phonologique du suffixe dénominatif et déadjectif ne saurait justifier une reconstruction de la variante monosyllabe *i̯ā‑ dans les formes du type ἀληθείη. D’une part, aucun type déadjectif mentionné ci‑dessus ne présente cette variante après l’époque mycénienne (hom. ἡσυχίη, ἀδαημονίη, att. γερουσία, etc., pas **ἡσύσση, **ἀδαημοίνη, **γερούση, etc.). D’autre part, on s’attendrait à ce que la syllabe ‑ει‑ occupe la position longum dans l’hexamètre, tandis que c’est presque systématiquement le contraire35.

3. Dérivés en *‑i̯ă‑/‑i̯ā‑ : adjectifs féminins et nominalisations

  • 36 Dans les reconstructions de ce travail, la finale *‑i̯ā̆‑ indique que les cas directs du singulier (...)
  • 37 Le suffixe *‑i̯ă‑/‑i̯ā‑ a servi aussi pour dériver des nomina actionis : φεύγω → φύζα « fuite », *(...)
  • 38 Déjà à l’époque pré‑mycénienne existait, semble-t-il, une variante allegro tri̯ā̆‑ (peut-être pa (...)

19Pour marquer le féminin grammatical des adjectifs athématiques, ainsi que pour désigner des êtres vivants de sexe féminin dérivés des noms athématiques, le grec a hérité le suffixe *́ih2‑/‑i̯éh2, qui a deux variantes en protogrec : *‑ii̯ă‑/‑ii̯ā‑ (dissyllabique, en principe exclusivement après deux consonnes)36 et *‑i̯ă‑/‑i̯ā‑ (monosyllabique)37 : ‑tē̆r‑/‑tō̆r‑ → *‑tr‑ih2 (cf. véd. jánitrī) > *‑tr‑ii̯ā̆‑ > myc. a‑ke‑ti‑ri‑ja /askētrija/ (PY) ; h1erh1‑tr‑ih2 > hom. Ἐρέτρια ; *h1es‑n̥t‑ih2> *ehati̯ā̆‑ > myc. °e‑a‑sa /oeas(s)ai/ (KN), arc. ἔασα ; myc. wa‑na‑ka /wanaks/ (KN, PY), cf. ἄνακ‑ες → *wanak‑i̯ā̆‑ > hom. ἄνασσα « souveraine » ; *°h2nē̆r‑ → *°aner‑i̯ā̆‑ > hom. ἀντι‑άνειραι « égales à un homme » (Ἀμαζόνες), κυδι‑άνειρα (μάχη) « (bataille) aux hommes glorieux » vs masc. myc. anthr. a‑ta‑no /Antānōr/ (KN) ; *meln̥‑i̯ā̆‑ > hom. ἀμφιμέλαιναι « noires tout autour » (φρένες), cf. neutr. μέλαν ; pl̥th2u̯‑ih2 > véd. pr̥thivī́ « terre », gr. *platau̯‑i̯ā̆‑ > Πλάταια/Πλαταιαί ; cf. masc. πλατύς38.

20Les thèmes sigmatiques ne sont pas différents : à un masculin en *‑s‑ correspondait un féminin en *‑ih2, comme le montrent les participes de parfait : *u̯id‑us‑ih2 > véd. vidúṣī, gr. (ϝ)ἰδυῖα ; cf. neutr. *(ϝ)εδ(ϝ)ός > εἰδός ; *h2re‑h2r‑us‑ih2 > myc. a‑ra‑ru‑ja /arāruja/ (KN) ; cf. neutr. *h2re‑h2r‑u̯os‑ > a‑ra‑ru‑wo‑a /arārwoha/ (KN).

  • 39 Cf. également °κράτεια (: κράτης), °φάνεια (: φάνης), °μήδεια (: °μήδης), °κλέ(ϝ)εια (: °κλέ(ϝ)ης) (...)
  • 40 Mais cf. aussi le fém. nom. sg. apā́d (RV 6.59.6a).
  • 41 Pour la nominalisation ἄγκυρα, voir 6 ci-dessous, p. 147.

21Depuis l’époque mycénienne, des dérivés en *‑i̯ă‑/‑i̯ā‑ des adjectifs en *‑es‑ s’utilisent comme noms de femme et comme toponymes. Le grec postérieur présente un nombre important d’exemples des divers radicaux sigmatiques : *°genes‑i̯ā̆‑ > myc. a‑ti‑ke‑ne‑ja /Antigeneia/ (MY) ; cf. masc. hom. Πυλοιγενής (βασιλεύς) ; *°medes‑i̯ā̆‑ > myc. i‑pe‑me‑de‑ja medeia/ (PY) ≈ Ἰφιμέδεια39. Ces anthroponymes féminins en ‑εια étaient à l’origine selon toute vraisemblance des nominalisations, comme leurs pendants masculins et comme les appellatifs féminins à sens concret qui procèdent de la substantivation d’adjectifs composés possessifs : myc. to‑pe‑za /torpedjdja/, hom. τράπεζα « (table) à quatre pieds », qui provient d’un adjectif *°ped‑ih2, cf. véd. (adj. fém.)40 a‑pádī‑ « sans pieds » (ahastā), cátuṣ‑padī‑ « aux quatre pieds » (gaurī́s) vs masc. ti‑ri‑po‑de /tripode/ « deux trépieds », hom. τρίποδ‑ « trépied »41.

  • 42 Cf. gr. εὐμενὴς Ἑκάτα (Pi., Pai. frg. 52b.78), véd. rāke […] sumánā(s) « ô Rākā […] bienveillante  (...)
  • 43 Cf. encore ἡδυέπειαι / Μοῦσαι Ὀλυμπιάδες (Hes., Th. 965‑966), cf. hom. ἡδυ‑επής « aux doux paroles (...)

22Pourtant, quoique les adjectifs sigmatiques en *‑es‑ présentent normalement la même forme pour le masculin que pour le féminin, comme en védique42, un féminin avec la dérivation athématique attendue est attesté dans la poésie archaïque : *°ǵen‑es‑i̯ā̆‑ > (Ἠώς) […] ἠριγένεια « Aurore engendrée de bonne heure » (Od. 4.194‑195 ; peut‑être nominalisation ?) ; *°dn̥s‑es‑i̯ā̆‑ > (αἰγίς) ἀμφιδάσεια « hérissée toute autour », ἱπποδάσεια « garnie d’une épaisse crinière » (κόρυς et κυνέη) ; *°u̯ek‑es‑ih2 > (κοῦραι) […] ἀρτιέπειαι « qui parlent justement » (Hés., Th. 29), cf. hom. ἀρτι‑επής43 ; *°sed‑es‑i̯ā̆‑ > (χθονὸς) *εὐρυεδείης (Il. 16.635), réinterprété comme εὐρυοδείης ; cf. εὐρυεδής (χθών) « largement assis » ; *°gr̥h2‑es‑i̯ā̆‑ > hom. χαλκοβάρεια « chargée de bronze » (στεφάνη, μελίη), cf. masc. χαλκοβαρής. On trouve aussi chez Callimaque l’adjectif *°h2enk‑es‑ih2> Πίνδον ἀνʼ εὐάγκειαν « dans le Pinde aux belles vallées » (H. Cer. 83).

  • 44 Voir De Lamberterie 1990, p. 686‑687 (§ 234) ; Meissner 2006, p. 172‑173. Voir pour une autre expl (...)
  • 45 Pace Masson 1979, p. 67, l’anthroponyme n’est pas l’abstrait καλλιέπεια· καλλιλεξία (Hsch., κ 473 (...)
  • 46 Voir Sommer 1916, p. 221‑222.
  • 47 Voir Wackernagel 1926b, vol. II, p. 47.

23D’après certains savants, les formes épiques ci‑dessus mentionnées (ἠριγένεια, ἀμφιδάσεια, χαλκοβάρεια, ἀρτιέπεια, εὐάγκεια, etc.) seraient des créations poétiques artificielles destinées à occuper facilement la fin de l’hexamètre. Influencées par les formes de l’anthroponymie, elles remplaceraient des formes en ‑ής44. Pourtant, puisque *‑i̯ă‑/‑i̯ā‑ n’est pas un suffixe onomastique, il faut admettre que les formes féminines en ‑εια dans l’anthroponymie et dans la toponymie, dont il est question ci‑dessous, ont une origine dans les appellatifs. À côté de ἀρτιέπειαι, ἡδυέπειαι, θεσπιέπεια, l’anthroponymie crétoise hellénistique conserve Καλλιβέπεια (Lato, iieier s. av. J.‑C.), cf. les masc. Εὐέπης, Μνησιέπης, etc.45. Il est vraisemblable que les formes féminines dans les autres athématiques (κυδι‑άνειρα, ἀμφι‑μέλαιναι, etc.) aient déclenché l’innovation dans les sigmatiques46. En tout cas, l’anthroponymie et la toponymie prouvent qu’elles n’ont rien d’artificiel47.

  • 48 L’indien et l’iranien ont aussi un féminin en ‑ā pour les adjectifs composés possessifs et verbale (...)
  • 49 Duchesne-Guillemin 1936, p. 29 (§ 50) ; Mayrhofer 1979, no 112, 297 et 352. Ces anthroponymes prés (...)

24Le védique ne présentant aucun exemple de composés des thèmes en *‑es‑ ou des thèmes en *‑r‑ avec un féminin en *‑ih2, l’innovation du grec pourrait bien ne pas être héritée, mais elle doit être très ancienne, comme le montre l’onomastique du mycénien48. Un parallèle de cette innovation se trouve en avestique, où vis‑à‑vis de l’indien, les composés en ‑r‑ présentent des formes féminines en ‑ī et ‑ī́s : *ph2tē̆r‑ → *°ph2tr‑ih2 > av. γənā̊ hubaγā̊ hufəδrīš « des femmes aux bonnes formes, aux bons pères » (acc. pl. ; Vr 2.7) ; anthr. Srūtat̰‑fəδrī‑ (≈ gr. Κλυτο° ; cf. Κλεοπάτρη), cf. Vaŋhu‑fəδrī‑ « au bon père », Ərədat̰.fəδrī‑ « au père qui porte de la chance »49.

  • 50 Voir Porzig 1942, p. 219 ; Risch 1944, p. 46 ; Sommer 1948, p. 174‑175 ; Risch 1974, p. 191 (§ 70b (...)
  • 51 IPArk 14.20‑21 (Orchomène, ca 369‑361 av. J.‑C. ?). Voir Dubois 1986, II, p. 142.
  • 52 FD III 4, 280 col. D.5 (Delphes, ca 117 av. J.‑C.).
  • 53 Voir H. Pomtow ad SIG3 826 et Rousset 2002, p. 171. Pour la graphie, voir Rüsch 1914, p. 83‑87 ave (...)
  • 54 Wackernagel 1889, p. 49, et Wackernagel 1916, p. 11.
  • 55 Voir déjà Bechtel 1914, p. 228. D’après Blanc 2018, p. 231 μισγάγκεια serait une hypostase du préd (...)

25Une fois qu’il a été établi que des féminins en *‑i̯ă‑/‑i̯ā‑ des adjectifs en *‑es‑ peuvent être nominalisés dans l’onomastique, il faut regarder quelques cas où cette nominalisation s’est produite dans les appellatifs. L’adjectif de Callimaque εὐάγκεια (cf. ci‑dessus) est comparable à μισγάγκεια (Hom., Il. 4.453), qui est un composé verbal (différent par conséquent du possessif *εὐαγκής), avec un sens actif du premier membre, « (χαράδρη = ravin, vallée) qui mélange les courbures (ἄγκεα) les uns aux autres »50. Quant à sa formation, il ne faut séparer cette nominalisation ni du toponyme arc. Τριάγκεια51, ni du parallèle sémantique delph. Τρινάπεα52, qui est l’avatar de *Τρινάπεια (avec <ε> au lieu de <ει> comme souvent dans les inscriptions tardives de Delphes), tiré de τὸ νάπος « vallée » (Pi. +)53. Malgré l’opinion de certains savants, un dérivé *misg‑ankes‑ii̯ā‑ > *μισγαγκείη, dont il n’y aurait pas d’autres témoignages, et qui aurait été remplacé dans la vulgate homérique par la forme attique μισγάγκεια54, est invraisemblable. Il s’agit plutôt d’une nominalisation de la forme du féminin de l’adjectif *μισγαγκής55.

  • 56 D’après M. Peters (apud Mayrhofer 1986‑2001, vol. I, p. 262), *h1er‑οs *ἔρος, puis ὄρος par assim (...)
  • 57 Voir Rousseau 2016, p. 79‑80.
  • 58 Voir Risch 1945.
  • 59 D’après Porzig 1942, p. 218‑219, la nominalisation aurait à la base des syntagmes non attestés du (...)
  • 60 Prépositionnels, p. ex. hom. ὑπ‑ασπίδ‑ιος « qui est sous le bouclier », etc. (voir Rousseau 2016, (...)
  • 61 C’est l’opinion de Bechtel 1914, p. 324, qui pense à un adjectif ὑπώρειος (ὑπωρείας μερίδας vel si (...)

26Le rapprochement avec l’onomastique explique deux autres composés homériques qui présentent un second membre ὄρος « montagne » (< *h3er‑es‑)56 : ἀλλ’ ἔθ’ ὑπωρείας ᾤκεον πολυπίδακος Ἴδης « Ils habitaient encore les pentes de l’Ida aux milles sources » (Il. 20.218 ; trad. Mazon) et ἵπποι δ’ ἐν πρυμνωρείῃ πολυπίδακος Ἴδης / ἑστᾶσ’ « Mes coursiers sont arrêtés au pied de l’Ida riche en sources » (Il. 14.307 ; trad. Mazon). Quant au sens, le premier semble un composé prépositionnel rectif57 de ὑπό + ὄρος, « qui est au pied du mont » > « piémont », alors que πρυμνωρει° est un « composé dérivationnel », hypostase du syntagme *πρυμνὸν ὄρος, litt. « l’extrémité inférieure/supérieure de la montagne »58 et aurait donc le sens « qui se situe dans l’extrémité de la montagne »59. Puisque tant les composés rectifs que « dérivationnels » présentent ‑ος et ‑ιος dans la formation d’adjectifs60, il serait possible d’y voir des nominalisations du féminin d’anciens adjectifs composés dérivés en ‑ιος, *ὑπωρέϊος et *πρυμνωρέϊος61.

  • 62 Cf. sans nominalisation gén. ko-ru‑to /koruthos/ (KN) → e-pi-ko-ru-si-jo /epikorusi(j)ō/ et o-pi-k (...)
  • 63 L’anthr. Αἰγιάλεια (Hom., Il. 5.412) semble une forme analogique de Αἰγιάλη (une des trois cités d (...)
  • 64 Voir Rousseau 2016, p. 86 ; Blanc 2018, p. 76‑77. Avec d’autres noms sigmatiques, cf. véd. daśa‑mā (...)

27En effet, le mycénien montre des nominalisations des composés de ce type avec un second membre athématique élargi par le suffixe *ii̯o‑62 : top. a3‑ki‑a2‑ri‑ja /Aigihali(j)ā/ (TH) et anthr. a3‑ki‑a2‑ri‑jo /Aigihali(j)os/ (PY) vs o‑pi‑a2‑ra /opihala/ « régions de la côte » (PY), anthr. a‑pi‑a2‑ro /Amphihalos/ (PY), αἰγιαλός « bord de la mer » (Hom. +)63. Pourtant, la dérivation en *ii̯o des composés rectifs et dérivationnels avec un second membre en *‑es‑ est en grec très rare et tardive, sauf dans le cas de ἐπέτειος64.

  • 65 Pour les adjectifs composés en °ωρής (: ὄρος) attestés jusqu’ici dans l’onomastique, cf. top. dat. (...)
  • 66 Cf. plus tard παρώρεια. Comme j’essaierai de montrer ailleurs, certaines formes en °ώρεια (p. ex., (...)
  • 67 Cf. ὑπώρεαν (4.23.2) ; ὑπώρειαν (famille d) et ὑπωρέην (A) [7.199] ; ὑπωρέην (A) ou ὑπωρείην (fami (...)
  • 68 L’adjectif ὑπώρειος est tardif.

28Le mycénien vient trancher la question. Le toponyme thébain me‑to‑re‑ja‑de /Metōrejan‑de/ « vers Métoreia »65 ne peut procéder que de *met‑ōres‑i̯ā̆‑, car d’un dérivé en *‑ii̯ā‑ on s’attendrait à **me‑to‑re‑i‑ja‑de. Par ailleurs, me‑to‑re‑ja coïncide par sa dérivation avec d’autres toponymes similaires du Ier millénaire, comme Ὑπώρεια (une kômè d’Athènes, devenue un dème à l’époque romaine), Ὑπώρειαι (cité d’Acarnanie), ainsi que Ἀκρώρεια en Élide (Xén. +)66. Dans un hymne de Callimaque écrit en langue épique, les manuscrits transmettent ἀκρώρεια (Μαιναλίη) comme appellatif (« le sommet [du mont] Mainalon »), et pas *ἀκρωρείη (Dian. 224 ; fin de vers). Chez Hérodote il y a plusieurs exemples d’acc. sg. ὑπώρε(ι)αν, alors que la variante ὑπωρέ(ι)ην pourrait être expliquée comme un hyperionisme67. En effet, myc. me‑to‑re‑ja‑de montrerait que les adjectifs composés en *°ōres, admettaient, comme tant d’autres athématiques, des formes féminines avec le suffixe *i̯ă‑/‑i̯ā‑, qui pouvaient ensuite être nominalisées. Par conséquent, désignant des entités spatiales concrètes, πρυμνώρεια et ὑπώρεια pourraient être considérés des nominalisations d’adjectifs en *es avec le suffixe *‑i̯ă‑/‑i̯ā‑68 et n’ont rien à voir avec des dérivés en *‑ii̯ā‑.

4. Dérivations parallèles *‑ii̯ā‑ et *‑i̯ă‑/‑i̯ā‑

29Depuis l’époque mycénienne coexistent des formations parallèles tirées des mêmes bases à l’aide des deux suffixes *‑ii̯ā‑ (voir 2, p. 138) et *‑i̯ă‑/‑i̯ā‑ (voir 3, p. 140‑142).

  • 69 Pour la racine verbale *ǵerh2 « devenir mûr, vieillir », voir LIV2, p. 165-166.
  • 70 Peters 1980, p. 135 postule une syllabation *ǵreh2‑iu̯‑ih2.
  • 71 Voir Aura Jorro 2017, p. 258‑259 pour les différentes interprétations sur cette forme.
  • 72 Postuler une évolution *ǵreh2‑i̯u‑ih2 > *grāi̯‑u̯‑i(i̯)ā̆‑ > *grai̯‑u̯‑i(i̯)ā̆‑ avec la variante (...)
  • 73 Peut-être aussi avec contraction γρηίαισι […] γυναιξί (Hérond. 1.74‑75). La finale ‑αισι faisant d (...)

30De la racine athématique *ǵr(e)h2‑i̯u‑ (cf. *ǵerh2 dans γέρων et γέρας) > *grāi̯u‑ > γρηΰς « vieille femme », myc. nom. pl. ka‑ra‑we /grāiwes/ (KN)69, on a dérivé *ǵreh2‑i̯u‑ih270 > *grāi̯‑u̯i̯ā̆‑ > *grai̯‑u̯i̯ā̆‑ > *grai̯‑i̯i̯ā̆‑ > hom. γραῖα « vieille femme » et top. Γραῖα. Par ailleurs, la glose γραιβία ἢ γραιτία· πανήγυρις. Ταραντῖνοι (Hsch., γ 880 Latte ‑ Cunningham), probablement « fête des vieilles femmes », représente le résultat de la dérivation avec la variante dissyllabe *grāi̯u̯‑ii̯ā‑ (de *grai̯u̯‑ii̯o‑), tout comme ke‑ro‑si‑ja /geronsi(j)ā/, γεροντία, γερουσία (voir 2, p. 138). Quant à myc. ka‑ra‑wi‑ja (TH) et ka‑ra‑u‑ja71, elles ne peuvent pas représenter l’avatar de *grāi̯u̯i̯ā̆‑ comme hom. γραῖα, *Vu̯i̯ā̆‑ ayant déjà évolué à *‑Vi̯i̯ā̆‑ dans le dialecte des tablettes (cf. *‑ēu̯‑i̯ā̆‑ > °<e‑ja> °/eja/), mais seulement de la forme du fém. de l’adjectif *grāiu̯‑ii̯o‑ (voir ci‑dessous di‑wi‑ja et di‑u‑ja)72. L’adjectif *grāi̯u̯‑ii̯o‑ « appartenant à une vieille » (avec voyelle longue analogique de *grāi̯u‑) est confirmé par γρήϊος (recte γρηίϊος ou γρῄϊος) trissyllabe dans la poésie hellénistique : γρήϊον εἶδος (Call., frg. 490 Pfeiffer), γρήϊον ἴχνος (Euph., frg. 26 col. II 6 Lightfoot)73.

  • 74 Voir Egetmeyer 2010, p. 263 (§ 289).
  • 75 Il existe aussi un dérivé *i(h)erēu̯‑ā > att. ἱερέᾱ (Eur., Ba. 1114 [ms. ἱερεία]), ἱερέη (Call., (...)
  • 76 À côté de ἱερέᾱ (voir ci-dessus n. 75), il existe peut-être *gasilēu̯‑ā > dor. βασιλέα (Pind., (...)

31À côté de *i(h)erēu̯‑i̯ā̆‑ > i‑je‑re‑ja /hi(j)ereja/ « prêtresse », hom. ἱέρεια, à partir du masculin myc. i‑je‑re‑u /hi(j)erēus/, hom. ἱερεύς, etc., nous avons aussi la nominalisation *i(h)erēu̯‑i(i̯)ā‑ > chyp. fém. ta‑ni‑e‑re‑wi‑ja‑ne /tān ierēwi(j)ān/ « sanctuaire »74 (cf. ion. ἰέρηϊον « victime »)75. Parallèlement, à côté de *gasilēu̯‑i̯ā̆‑ > hom. βασίλεια « reine » (: βασιλεύς « roi »), le mycénien témoigne qa‑si‑re‑wi‑ja /gwasilēwi(j)ā/ « équipe sous la direction d’un qa‑si‑re‑u », cf. βασιληίη (Hdt. +), att. βασιλεία « royauté »76.

  • 77 Contra Brugmann 1906, p. 218 (§ 141).
  • 78 Cf. les dérivés di-u-ja-jo° /Diwjajon/ « sanctuaire de Diwia », ainsi que l’anthr. di-u-ja-wo /Diw (...)
  • 79 Voir Heubeck 1970, p. 68‑69 ; Risch 1979, p. 272-273.
  • 80 Le masculin *diu̯‑iHo‑ > *diu̯ii̯o‑ (cf. véd. div(i)yá‑, hom. δῖος) apparaît en myc. di‑u‑jo/di‑wi (...)
  • 81 Peters 1980, p. 216. Pour des phénomènes de synizèse de la séquence [CiV]  [Ci̯V], voir Alonso Dén (...)

32Enfin, le fém. de *di̯eu̯‑/*dei̯u̯‑ est *déi̯u̯‑ih2/*diu̯‑i̯éh2, d’où véd. devī́‑/dev(i)yā́‑, et grec δῖα (cf. devī́m uṣásaṃ [RV 1.115.2a] = hom. ἠῶ δῖαν [Il. 9.240], à lire ἠόα), qui est une réfection à partir du résultat phonologiquement régulier des cas obliques : *dei̯u̯i̯ă‑/*diu̯i̯ā‑ > *dei̯i̯ă‑/*dii̯i̯ā‑ > gr. nom. *δεῖα, gén. sg. *δῑᾶς → nom. sg. δῖα77. En revanche, comme je l’ai déjà signalé à propos de ka‑ra‑wi‑ja/ka‑ra‑u‑ja, le théonyme myc. di‑wi‑ja /Diwi(j)ā/ vs di‑u‑ja /Diwjā/ (PY)78 est de toute évidence la nominalisation du fém. de l’adjectif dérivé *diu̯‑iH‑o‑ > masc. *diu̯‑ii̯o‑, fém. *diu̯‑ii̯ā (cf. véd. div(i)yā́‑), car l’avatar régulier de *dei̯u̯i̯ă‑/*diu̯i̯ā‑ aurait été orthographié en linéaire B **di‑ja79. La forme *‑ii̯ā‑ se conserve encore en pamph. théon. Διϝίᾱ et, avec contraction, dans le nom d’un îlot crétois Δῑ́η (Od. 11.325)80. L’orthographe di‑u‑ja, comme ka‑ra‑u‑ja, reflète très vraisemblablement une prononciation avec synizèse ([í(j)aː] > [jáː], voir 2, p. 139), cf. encore me‑wi‑jo /meiwi(j)os/ vs me‑u‑jo /meiwjos/81.

33Ces pairs montrent une différence très nette en grec préhistorique entre le suffixe de féminin grammatical *‑i̯ă‑/*‑i̯ā‑ et la finale *‑ii̯ā‑ (fém. de *‑ii̯o‑). Dans le premier cas, nous avons affaire à des formes féminines des noms ou d’adjectifs, qui peuvent être éventuellement nominalisées (conversion), alors que, dans le second, à côté des nominalisations, le suffixe présente aussi plusieurs sens (abstrait, collectif, etc.).

5. Féminins comme noms de qualité ?

  • 82 Pour la conversion dans la formation des mots, voir Valera 2015.

34L’hypothèse qui voit dans ἀλήθεια le féminin grammatical de ἀληθής se heurte à des difficultés insurmontables. Pour commencer, d’un point de vue morphologique, cette hypothèse suppose non pas une dérivation stricto sensu (changement de catégorie grammaticale par suffixation), mais une conversion, l’adjectif féminin devenant un nom (substantivation)82. Or, si l’on accepte que le type hom. ἠριγένεια est une création artificielle (voir 3 ci‑dessus, p. 141), l’origine des abstraits en ἀλήθεια comme forme des féminins athématiques serait impossible. En revanche, si l’on accepte qu’une forme adjectivale féminine *es‑i̯ā̆‑ se trouve à la base de certains appellatifs à sens concret (μισγάγκεια, etc.) et des noms propres (myc. me‑to‑re‑ja, a‑ti‑ke‑ne‑ja, etc.), le mécanisme de nominalisation de l’adjectif *alāthesi̯ā̆‑ *« la Vraie » vers un nom de qualité resterait aussi inexpliqué. En effet, on ne trouve jamais en grec des nomina qualitatis composés ou simples athématiques formés à partir du féminin grammatical correspondant (attesté ou non) : hom. ἀδαήμων → ἀδαημονίη « ignorance », non **ἀδαήμαινα ; °άρμων (cf. hom. βητ‑άρμων « danseur ») → hom. ἁρμονίη « accord », non **ἅρμαινα ; hom. ἀγήνωρ → ἀγηνορίη « courage », non *ἀγήνειρα (pour le féminin grammatical, cf. °άνειραι ci‑dessus 3, p. 140) ; σωτήρ → σωτηρία « salut », non *σώτρια ou σώτειρα, forme attestée chez Pindare comme épithète de Τύχα, Θέμις, etc. ; cf. σωτήριος (Esch. +) ; hom. ἥλικες (βόες) « du même âge » (cf. ὁμῆλιξ) → hom. ἡλικίη « âge », non **ἥλισσα (pour les féminins des thèmes en occlusive vélaire, cf. ἀμφιέλισσα, Κίλισσα, etc.).

  • 83 Voir Dieu 2016, p. 257‑258.

35Par ailleurs, les noms de qualité tirés des adjectifs thématiques composés ne se forment pas à partir d’une prétendue forme du féminin correspondant : hom. ἄμμορος « malheureux » (litt. « privé de ») → ἀμμορίη « malheur », non **ἄμμόρη ; hom. ἀεργός « qui ne travaille pas » → ἀεργίη « inactivité », non **ἀέργη ; hom. πυγμάχος litt. « qui lutte à coups de poing » → πυγμαχίη « pugilat », non **πυγμάχη. Il faut rappeler que le féminin de ces adjectifs a en grec la forme du masculin, exactement comme les adjectifs composés sigmatiques. Mais les adjectifs simples, qui ont souvent une forme de féminin différente, ne présentent pas de façon générale la forme du féminin pour créer le nomen qualitatis : hom. ἀγλαός « brillant » → ἀγλαίη « éclat », non **ἀγλάη ; σοφός « sage » (Alcman, Archiloque, etc.) → hom. σοφίη « sagesse », non **σόφη ; hom. ἔσχατος « extrême » → ἐσχατιή « extrémité »83, non **ἐσχάτη. Parallèlement, les abstraits dénominaux des thématiques ne présentent pas non plus une forme féminine : hom. μάρτυροι « témoins » → hom. μαρτυρίη « témoignage », non **μαρτύρη ; hom. ἄγγελος « messager » → ἀγγελίη « message », non **ἀγγέλη ; ναυτίλος → ναυτιλίη, non **ναυτίλη.

  • 84 Voir Vendreys 1905‑1906, p. 136 ; Dieu 2016, p. 148‑149. Le védique présente quelques cas (avec ou (...)
  • 85 Voir Dieu 2016, p. 154‑155, n. 319.

36Quelques nomina qualitatis tirés d’adjectifs thématiques présentent ‑α/‑η, mais ils ne sont pas très anciens, et, ce qui est très important, la transposition de catégorie est accompagnée d’un changement d’accent : ἐχθρός « odieux » → ἔχθρη (Hdt. +), ἔχθρα (Pi. +) « haine » (mais cf. hom. τὸ ἔχθος), θερμός « chaud » → θέρμη « chaleur, fièvre » (Thuc. +), κακός « mauvais » → κάκη « méchanceté » (Esch., Sept. 192) vs κακία84. Les cas de δεξιός « droit » → δεξιή « main droite », (Hom. +), ξένος → ξένη « étrangère » (nom), etc., s’expliquent comme des nominalisations où il faut sous‑entendre un substantif (sc. δεξιή χείρ, ξένη γυνή, γῆ)85. En tout cas, cette dernière conversion ne donne pas des nomina qualitatis.

  • 86 Le grec présente d’autres suffixes hérités pour dériver des noms de qualité de thématiques et d’at (...)

37Puisque les noms de qualité en proto‑grec ne proviennent pas de la conversion du féminin d’un adjectif à un nom, mais de la dérivation suffixale86, ἀλᾱ́θειᾰ/ἀλήθειᾰ ne peut pas être la forme originelle.

6. Déadjectivaux en ‑οιᾰ/‑οίᾱ/‑οίη

38Puisque ‑οιᾰ et ‑οιᾱ alternent en attique et font écho à la variation ‑εια vs ‑ειᾱ/‑ειη, il faut investiguer si ‑οιᾰ constitue un appui de l’hypothèse qui voit dans le type att. εὐσέβεια un archaïsme.

  • 87 La forme att. βοήθεια est analogique.
  • 88 Voir Heubeck 1987.

39Les abstraits du type hom. εὐπλοίη vs att. εὔπλοια « bonne navigation » sont des déadjectivaux de composés avec un second membre verbal : °ροος (cf. hom. ἀγάρροος « au cours abondant » [Ἑλλήσποντος] vs anthr. Καλλίρροος, Μνασιρρόα) → παλιρροίᾱ « flux et reflux » (Soph., frg. 832 Radt), εὔροια « cours facile » (Plat. +) ; °πνοος (cf. εὐθύπνοος « qui souffle en ligne droite », ἁδύπνοος « qui souffle doucement » [Pi. +]) → εὔπνοια « respiration facile » (Arist. +) ; hom. βοηθόος, dor. βοαθό(ϝ)ος « qui vient au secours » → dor. βοάθοια/βοαθοία « secours » (inscrip.)87. Enfin, les composés verbaux en °νοος se rattachent à deux racines verbales : νέομαι « rentrer (dans la patrie) » ou « échapper » → *°noh‑os : myc. wi‑pi‑no‑o /Wīphinohos/, hom. Ἀλκίνοος, etc., et νεύω « faire un signe d’assentiment » → *°nou̯‑os : hom. ἄνοος « insensé », ἀγχίνοος « d’esprit vif ». Du point de vue du sens, seule la racine de νεύω convient aux dérivés historiques du type ἄνοια « déraison »88.

40Les formes εὔρροια, etc. ne peuvent pas être d’anciens féminins *‑ou̯‑i̯ā̆‑, car, même s’il est accepté argumenti gratia que des féminins *‑i̯ă‑/‑i̯ā‑ puissent devenir des noms de qualité, un féminin *‑i̯ă‑/‑i̯ā‑ d’un thématique est invraisemblable. Certes, les langues indo‑iraniennes livrent plusieurs catégories de formes thématiques avec un féminin grammatical de la flexion devī́ ou vr̥kī́‑ :

  • Adjectifs de couleurs : aruṣá‑ → árusī, cf. gā́vo (a)ruṣīr « les vaches rouges » (RV 1.92.1d) ; acc. pl. sapta svásr̥̄r áruṣīr « les sept sœurs rouges » (RV 10.5.5a), ainsi que la nominalisation árusī « Aurore rouge » (cf. ci‑dessous aruṇī́) ; śyāvá‑ « marron foncé » et nominalisation śyā́va‑ « cheval alezan » → rohít syāvā́ « jument alezan rouge » (RV 1.100.16a) vs la nominalisation śyā́vī « Nuit ». En av. réc. ces adjectifs présentent une flexion vr̥kī́‑ (cf. zarənaēna‑ → zarənaēnīš « de la couleur de l’or ») et en védique les trois dérivations de féminins alternent : aruṇá‑ « marron foncé » (cf. ci‑dessus aruṣá‑) → aruṇā́‑ (dyā́ṃ […] aruṇā́m RV 5.63.6d), aruṇī́‑ (yā́bhir aruṇī́r RV 1.112.19b ; flexion devī́), la nominalisation aruṇī́ « Aurore rouge », et añjáyo (a)ruṇáyo « baumes rougeâtres » (RV 10.95.6c ; flexion vr̥kī́).
    • 89 Voir Wackernagel 1914, p. 114‑115, n. 1 ; Perpillou 2002, p. 239 ; 2004, p. 21, propose un décompo (...)

    Le type devī́ semble être systématique dans les dénominaux en *‑o‑ avec degré long du radical, mais des concurrences existent : mā́nuṣa‑ « humain » → dhī́ṣ […] mā́nuṣā« vision (poétique) humaine » (RV2.2.9a) vs mā́nuṣī[…] víṭ « la race humaine » (RV 1.72.8d). Des restes de cette formation seraient attestés dans acc. sg. βοῦν ἤνῑν/ἦνιν, acc. pl. βοῦς ἤνις, à partir de *ἔνος « an », mais cette hypothèse n’est pas universellement acceptée89.

    • 90 nōit̰ tąm āϑrauuō.puϑrīm naēδa dasti hupuϑrīm « [scil. Haoma] ne la rend pas mère d’Athravans, ni (...)

    Les composés possessifs thématiques présentent parfois des variations dans la formation du féminin (flexions senā et vr̥kī́‑) : av. masc. a‑puθra‑, fém. a‑puθrā‑ « qui n’a pas d’enfants », véd. su‑putrá‑, fém. áditiḥ suputrā́« Aditi, qui a de bons enfants » (RV 3.4.11c) vs av. hu‑puθrī‑90. Cela se manifeste aussi dans les thématiques simples : masc. véd. vŕ̥ka‑, av. vəhrka‑ « loup » → véd. vr̥kī́‑ vs av. réc. vəhrkā‑ « louve ».

  • 91 Voir Wackernagel, Debrunner 1930‑1957, II/2, p. 402‑405.

41Aucune des catégories mentionnées ci‑dessus ne servirait à expliquer un féminin grammatical *i̯ă‑/‑i̯ā‑ dans les composés grecs du type °ροος, °νοος, etc. Les composés rectifs en a‑ présentent dans le R̥g‑Veda une forme de féminin en ā‑, p. ex. viśvam‑invā́ uṣā(s) > viśvaminvā́ uṣā́ḥ « Aurore, qui fait bouger tout » (RV 5.80.2c‑d), mais dans d’autres collections anciennes ‑ī‑ est également attesté, p. ex. annāda‑ → annādī́‑ « qui mange de la nourriture » (AV), etc.91. Pourtant, le grec n’atteste jamais cette dérivation du féminin dans les composés rectifs, et les cas présumés en proto‑grec des féminins *‑i̯ă‑/‑i̯ā‑ des thématiques ne résistent pas à une analyse détaillée :

    • 92 Voir Heubeck 1985 ; Hajnal 1994, p. 94‑95.
    • 93 Pour une explication alternative, voir Melena 2014, p. 46.

    D’après certains savants, en proto‑grec les adjectifs de matière en *ei̯o‑ auraient hérité un féminin en *i̯ă‑/‑i̯ā‑, ce qui expliquerait l’alternance ka‑ke‑ja‑pi /khalkejāphi/ (KN) vs *khalk‑i̯ā̆‑ > myc. ka‑za /khaltsa/ (KN)92. Pourtant, cette explication est loin d’être convaincante et les parallèles de l’indo‑iranien (cf. ci‑dessus) ne sauraient justifier cette dérivation primitive93.

    • 94 De Lamberterie 1990, p. 723 (§ 240).

    Quant aux simples, ἄγκυρα « ancre » ne provient pas de *ἄγκυρ‑ο‑ avec le suffixe *i̯ă‑/‑i̯ā‑, mais de la forme athématique *ἀγκυρ‑ « recourbé » (cf. μάκαρ → μάκαιρα)94. On peut supposer une dérivation similaire pour ἑτάρ‑η, pour laquelle il faut partir d’une thématisation d’un ancien athématique : se‑tr̥‑ (?) > *ἑταρ → thém. hom. ἕταρ‑ος, d’où fém. hom. ἑτάρ‑η fém. ; fém. *se‑tr̥‑i̯ā̆‑ > *ἕταιρα (au lieu de **ἕτρια, cf. ci‑dessus p. 140) → thém. ἑταίρ‑η. C’est seulement à partir de la variation ἑταίρ‑η ~ ἑτάρ‑η (fém. grammatical de ἕταρ‑ος) que s’explique de manière satisfaisante la création analogique de hom. ἑταῖρος.

  • Les suffixes hypocoristiques féminins ‑υλλα, ‑ιλλα et ‑ιννα ont souvent un correspondant masculin thématique : Ἀρίστυλλα/Ἀρίστυλλος, Ἥρυλλα/Ἥρυλλος, Ἄνθυλλα/Ἀνθύλος, Χαίρυλλα/Χαιρύλος, Κύδιλλα, Γλύκιννα/Γλυκῖνος, Φίλιννα, etc. Pourtant, étant des formes expressives, elles doivent être mises à l’écart du système normal de la dérivation. Des formes féminines attendues sont attestées : Κυδίλα, Ἀνθύλη, Φιλίνη, etc. ; cf. encore Σιμάλη vs Σίμαλος, Ἡδύλη vs Ἡδύλος, Μικκύλα vs Μικύλος, etc. Ces formes de diminutif (cf. κόριλλα « fillette », φθίνυλλα « petite vielle ») semblent être à l’écart des évolutions régulières. Ainsi, le nom de femme Κύννα (Ar., Hérond.) ne présente pas la forme attendue à partir de *ḱun‑i̯ā̆‑ (**Κῡ́νᾰ, cf. peut‑être véd. masc./fém. śvan‑ → sans. śunī́‑ « chienne »), mais une gémination comme les diminutifs Κυννώ, Κυννίς (Hérond.) ; cf. également Κόριννα.
  • 95 Wackernagel 1916, p. 246.
  • 96 Pour Ἠερί‑βοια, Ἐρίβοια, voir Kölligan 2007, p. 127‑128.
  • 97 D’après Lloyd‑Jones ad loc. en réalité un nom propre aurait été utilisé comme adjectif.
  • 98 Pour le type de composé, cf. βωτι‑άνειρα, Καστι‑άνειρα. L’adjectif ἀλφεσίβοιον ὕδωρ (Esch., Supp. (...)
  • 99 L’anthr. Πασί‑βοιος (Thespies, iiie s. av. J.-C.) est secondaire.
  • 100 Théoriquement, les composés en °βοιος pourraient répondre aux alternances véd. su‑hásta‑ et su‑hás (...)

42D’autres cas de féminins en ‑οιᾰ ne sont pas non plus des féminins de formes thématiques. Le grec semble avoir hérité des composés suffixés en *o‑ de la racine *gō̆u̯‑ « bovin » : gou̯‑o‑ > véd. masc. su‑gáva‑, gr. nom. sg. εὔβοος, qui aurait été remplacé dans Od. 15.406 par εὔβοτος95. Parallèlement, il existe un type athématique dans l’acc. sg. εὔβων « aux bons bovins » (H. Apoll. 54 ; v.l. εὔβουν) qui répond à la forme athématique du védique su‑gú‑ (gén. sg. °gāv‑aḥ) et avestique anthr. Hu‑gu‑. Les formes féminines grecques des composés possessifs dérivent de cette dernière (*°gοu̯‑ih2 > *°gou̯‑i̯ā̆‑ > °βοια) : hom. top. Εὔ‑βοια, Περί‑βοια, Ἠερί‑βοια, anthr. Ἐρίβοια (Pi. +)96. À l’époque hellénistique est attesté l’adjectif πολύβοια εἰρήνη (Euph., frg. 177 CA Powell = frg. 185 Lightfoot et frg. 414col2 SH = frg. 26.ii.4 Lightfoot)97, qui est par ailleurs une épiclèse : Πολύβοια· θεός τις ὑπ’ ἐνίων μὲν Ἄρτεμις, ὑπὸ δὲ ἄλλων Κόρη (Hsch., π 2825 Hansen). La même dérivation en *‑i̯ă‑/‑i̯ā‑ apparaîtrait dans les composés à premier membre verbal, dans l’adjectif παρθένοι ἀλφεσίβοιαι (Il. 18.593)98, le toponyme et héronyme Μελί‑βοια (Hés., frg. 167) ≈ véd. go‑dhāyas‑, av. gao.dāiiah‑ « qui s’occupe des bovins » et l’héronyme Φερέ‑βοια99. Dans l’anthroponymie, le raccourci hom. Πόλυβος pourrait correspondre à un composé thématique ou athématique. Quant à Εὔβοος (IG IX 12 3, 638.4, ca 140 av. J.‑C.), il est probablement l’avatar de Εὔβο(ι)ος100, qui est une forme secondaire tirée du féminin °βοια, la suffixation *‑(i)i̯o‑ de *°gou̯‑ n’étant attestée que dans les composés dérivationnels du type τεσσαρά‑βοιος « qui a la valeur de quatre bovins » (Il. 23.705) ; cf. véd. daśa‑mās‑ya‑ « qui a dix mois (d’âge) », av. °māh‑iia‑. Enfin, les composés en °βοια n’ont rien à faire avec l’adjectif simple *gou̯‑(i)i̯o‑ (cf. véd. gáv(i)ya‑/gav(i)yá‑, av. gaoiia‑ « du bovin »), qui se trouve de toute évidence dans les toponymes grecs Βοία/Βοιαί (Laconie, Crète), Βοῖον (Béotie) et dans l’épithète possible d’une divinité myc. qo‑wi‑ja /Gwowijāi/ (PY) non **go‑ja **/Gwojāi/ litt. « Celle des bovins ».

  • 101 Voir Bechtel 1917, p. 337‑338. Si Ἀλκινόϝᾱ (Corinthe, viie s. av. J.‑C.) est à analyser comme app (...)

43L’anthroponymie montre clairement qu’aux masc. thématiques °νοος, °πλοος, °θοος etc. correspondaient des féminins en °νόη/°νόᾱ, etc. : Πρωτονόη, etc.101, Μνασιρρόα, etc., Ἀλκαθόα (Sparte, veive s. av. J.‑C.), Ὠκυθόα (Thèbes, ca 240‑220 av. J.‑C. ; cf. ὠκυθόαι νύμφαι Eur., Suppl. 994), etc.

  • 102 Mayser, Smoll 1970, p. 89 (§ 15.2) ; Threatte 1980‑1996, vol. I, p. 332‑333. Quant au nom de mois (...)
  • 103 Voir Wyatt 1969, p. 166‑168 ; Dieu 2016, p. 277 ; Blanc 2018, p. 254‑255.
  • 104 Cf. IG XII Suppl. 139.52 (Milet < Lesbos ; ca 167 av. J.‑C.) ; IMagnesia 38.52 (Magnésie Mégalopo (...)

44Dans les inscriptions sont attestés des anthroponymes féminins du type Ἀρτινοίη (Pantikapaion, ive s. av. J.‑C.), gén. sg. Καλλινοίας (Ilion, veive s. av. J.‑C.), Φιλινοίη (Patrasys ? ca 300 av. J.‑C.), Πραξινοίη Ἁλικαρνασσίς (Rhodes, iie s. av. J.‑C.). Les formes thématiques régulières se trouvent ailleurs : ἀρτίνους « dont la pensée est appropriée » (D.C., 69.20.3), Καλλινόη (Athènes, iie s. av. J.‑C.), cf. masc. Καλλίνοος, Πραξινόᾱ (Théocr., Id. 15.1). La finale ‑ΟΙΑ/‑ΟΙΗ est exceptionnelle et ne représente des féminins ni en *i̯ă‑/‑i̯ā‑ ni en *‑ii̯ā‑, mais des formes avec ‑ι‑ intervocalique hypercorrect, comme dans les graphies des inscriptions attiques et papyrus ὀγδόη → ὀγδοίη, οἰνοχόης → οἰνοχοίης102. Il faut souligner que Φιλινοίη apparaît dans une épigramme (CEG 738), et la graphie ‑οι‑ pourrait être un mécanisme pour rendre une syllabe longue (cf. hom. μελαγχροιής vs hom. μελανοχροές, ἐϋχροές, πνοιή)103. Quant à la forme tardive εὔνοιος = εὔνοος104, anthr. Εὔνοιος (Crète, iie s. ap. J.‑C.), l’influence de εὔνοια est très probable.

  • 105 Voir Miranda 1989 ; Eckert 2011.
  • 106 Pour une terminaison ‑οια analogique, voir Leukart 1994, p. 62, n. 47. Cette hypothèse pourrait au (...)

45Enfin, il existe l’épithète Εὔπλοια d’Aphrodite, d’Isis (inscriptions) et d’Arsinoé (Posidipp. 39.2)105, au lieu de la forme attendue Εὔπλοος/Εὐπλόη. Puisque l’abstrait utilisé comme épithète, i.e. « Aphrodite Bonne navigation » ne serait, me semble‑t‑il, pas possible à l’époque ancienne, cette forme est très probablement analogique, les composés en °βοια ayant pu exercer une influence : εὔβοος : Εὔβοια :: εὔπλοος : x, où x = Εὔπλοια. J’ai signalé aussi plus haut l’influence de l’abstrait εὔνοια sur l’adjectif εὔνοος, qui présente la forme εὔνοιος106.

46En conclusion, rien ne permet d’affirmer que les abstraits attiques en ‑οια pourraient être l’avatar des formes féminines *‑ou̯i̯ā̆‑. Du point de vue morphologique, aucun exemple ne survit d’une dérivation en *i̯ă‑/‑i̯ā‑ des formes thématiques. Du point de vue sémantique, les formes en ‑οια qui peuvent être reconduites à des dérivés en *i̯ă‑/‑i̯ā‑ d’athématiques sont toutes des féminins grammaticaux nominalisés. Cela implique que le type att. εὔπλοια est nécessairement secondaire par rapport à hom. εὐπλοίη. Si l’attique présente cette innovation, on ne peut que suspecter que ἀλήθεια soit aussi une innovation par rapport à hom. ἀληθείη.

7. Innovation morphologique *ă → ‑η en ionien ?

47D’après certains, ἀληθείη s’expliquerait par une tendance du dialecte ionien à remonter le degré des cas obliques du singulier au nominatif et à l’accusatif. En réalité, cette tendance ne se voit confirmée qu’à une époque récente et de façon très sporadique.

  • 107 Voir Ruijgh 1967, p. 214 (§ 183) et Chantraine 2013, p. 245 (§ 117).
  • 108 Cf. Passa 2016, p. 445.
  • 109 Aucun hyperionisme de ce type n’apparaît dans le papyrus qui préserve la plupart des Mimiambes. Vo (...)

48La vulgate homérique présente l’acc. βαθέην […] ὕλην = βαθέ(ι)αν (Il. 16.766), qui semble une modification artificielle à partir du syntagme βαθείης […] ὕλης (Il. 5.555) et avec perte de <ι> βαθέης […] ὕλης (Il. 15.606)107. Certaines formes qui apparaissent dans les manuscrits d’Hérodote sont des hyperionismes : Μηδείη (1.2.2 ; d’autres cas apparaissent au gén.), μοίρην (1.204.1), mais Μήδεια et μοῖρα sont garanties ailleurs dans des compositions en vers. Les formes des manuscrits des adjectifs en ‑ύς (τρηχείην 1.71.2, τρηχεῖαν/τρηχέην v.l. 9.122.2 ; βαθέην/βαθείην 1.75.5 ; δασέη/δασείη 4.109.2 ; etc.) n’ont pas de parallèles dans les inscriptions en ionien. Chez Hérondas, quoique certains hyperionismes puissent avoir été délibérément introduits par l’auteur108, μυίην = μυῖαν des manuscrits médiévaux (12.1) ne peut pas être retenu pour des raisons métriques109.

  • 110 En revanche, le védique présente l’évolution *sḱeH‑i̯eh2 (avec degré analogique des cas directes (...)
  • 111 Au moins en grec il serait possible d’opérer avec un déverbatif en *‑(i)i̯eh2à degré zéro : *sḱH (...)

49La forme grecque ion. σκιή, att. σκιά « ombre » s’expliquerait comme un ancien déverbatif en *‑ih2 (cf. ci‑dessus n. 34) de la racine *sḱeH(i̯)‑ « briller ». À partir des cas obliques avec *sḱH‑i̯éh2, une métathèse aurait abouti à *sḱiHeh2, d’où skii̯ā‑, qui se conserve chez Homère dans le dat. sg. σκιῇ110. La forme régulière des cas directs (*sḱeH‑ih2) aurait dû aboutir à *skVi̯ā̆‑, alors que pour celle à degré analogique (*sḱH‑ih2) on attendrait probablement **skii̯ă‑. Par conséquent, le nominatif σκιή (Hés. +), att., dor. σκιά doit avoir la voyelle longue des cas obliques. En tout cas, si cette reconstruction est correcte111, la voyelle longue des cas directs n’est pas une innovation exclusive de l’ionien.

  • 112 De Lamberterie 1990, p. 337‑343 (§ 133).
  • 113 De Lamberterie 1990, p. 632‑635 (§ 220) ; Dieu 2016, p. 337.

50D’un ancien adjectif *kr̥th2‑ú‑ > κρατύς, le féminin était *kr̥th2u̯‑ih2 > *kratau̯i̯ā̆‑ > *κραταιᾰ́, d’où serait né, d’abord, le masculin κραταιός et puis le nouveau fém. κραταιή, qui se trouve derrière la formule μοῖρα κραταιή112. De la même manière, à l’adjectif masc. *pl̥h1‑ú‑ > gr. πολύς (véd. purú‑) répondrait le féminin *pl̥h1‑u̯‑ih2 > véd. pūrvī́, gr. *polu̯i̯ā̆‑ (qui aurait remplacé *plēu̯i̯ā̆‑) > *poli̯ā̆‑ > *πολλᾰ́, d’où serait né le masc. πολλό‑, et par la suite la nouvelle forme du fém. πολλή113. On n’a pas de raison d’y voir une extension des génitifs *κραταιᾱ́ς/*κραταιῆς, πολλῆς.

  • 114 καὶ ἐάν τις τήνδε τὴν πο[λ|ιτείην ἐπιχειρε]ῖ καταλύειν τ̣ὴ̣ν̣ ν̣ῦ̣ν̣ οὔρην ἢ λέγων ἢ ἐπιψηφίζ[ω|ν (...)
  • 115 Pour ion. ἰερέη/ἰερῆ, voir ci-dessus n. 75.

51La première forme où il faudrait postuler que la voyelle longue des cas obliques se trouve aussi dans les cas directs, apparaît dans le participe fém. οὔρην, équivalent de att. οὖσαν, dans un décret érétrien de la seconde moitié du ive s. av. J.‑C.114. D’autres formes souvent mentionnées se trouvent dans l’onomastique et sont ouvertes à l’interprétation115 :

    • 116 Voir Schwyzer 1939, p. 474, n. 2.
    • 117 Ἡδε̄́η κεῖμαι θυγάτ|ηρ τε ἅμα μοι Φιλονοίη. / μνήμην δ’ ἔστησεν Σά|τυρος πα<ῖ>ς Εὀξένō ὧδε (CEG 73 (...)
    • 118 ΗΔΕΗ Aschik (corr. Ἡδ<ίστ>η) ; Ἡδέη Latyshev IPE, vol. 2, n° 370 ; ΗΛΕΗ Latyshev IPE, vol. 4, p. 2 (...)
    • 119 Cf. CIRB 1064.

    Ἡδείη = Ἡδεῖα ?116 L’anthroponyme féminin Ἡδε̄́η apparaîtrait dans une épigramme d’une colonie ionienne du nord de la péninsule de Taman117. Pourtant, la lecture est très incertaine, car l’inscription n’est connue que par des copies contenant d’autres erreurs de transcription118. Par ailleurs, dans la cité Hermonassa, à quelques kilomètres au sud du lieu de découverte de l’épigramme de Taman et avec une population fondamentalement d’origine ionienne, la forme correcte Ἡδεῖα apparaît dans une épitaphe de la même époque119. À mes yeux, on pourrait lire [Μ]ηδε̄́η, forme féminine ionienne de Μήδειος, qui est le fils de Μήδεια, mais aussi un ethnique.

    • 120 Voir Solmsen 1909, p. 252, n. 1 ; Bechtel 1924, p. 139‑140.

    Παντακλείη = Παντάκλεια ? Dans une épitaphe d’Érétrie apparaît la forme isolée Παντακλείη (IG XII 9, 451 ; ive s. av. J.‑C.), qui contraste avec une vingtaine d’exemples réguliers en °κλεια, °κράτεια ou °γένεια. Au lieu de voir une extension des cas obliques120, Παντακλείη serait peut‑être un ancien adjectif patronymique du type attesté en myc. e‑te‑wo‑ke‑re‑we‑i‑jo /Etewoklewehi(j)os/, lesb., thess. °κλειος. L’adjectif patronymique apparaît dans la dénomination d’un individu crétois Μενοκλε̃ς Ἀμαχέτα ὁ καὶ Θαρ(ρ)όκλειος (Memnonion 446.2 < Crète, ve s. av. J.‑C.). Les adjectifs patronymiques en *ii̯o‑sont utilisés comme noms de personne déjà en myc. : e‑ko‑to‑ri‑jo /(h)Ektori(j)os/ (PY), a‑ko‑mo‑ni‑jo /Akmoni(j)os/ (KN), etc.

    • 121 Voir Bechtel 1917, p. 28. Une autre possibilité : *Φιλτεύς (cf. ion. Φιλτῆς  Φιλτέης) → *Φιλτήϊος (...)
    • 122 D’après Morpurgo Davies 1968, p. 92-93, ‑ειος est analogique dans les thématiques.

    Φιλτείη Πυθᾶδος (Thasos, iveiiie s. av. J.‑C.) = Φίλτεια ? L’on sait que la finale ‑εια a été transposée depuis une époque très haute comme suffixe isolé : myc. a‑da‑ra‑te‑ja /Adrāsteja/ (PY ; cf. le toponyme hom. Ἀδρήστεια), hom. Ἀστυόχεια (qui coexiste avec Ἀστυόχη), Πηνελόπεια (cf. πηνέλοψ), Ἄντεια, etc. C’est pour cette raison que l’on pourrait considérer que le nom ionien Φιλτείη présente une extension de la voyelle des cas obliques. En réalité, l’inscription n’est connue que par deux copies et nous pourrions penser à une mauvaise gravure ou lecture pour Φιλτέρ̣η (cf. Φιλτέρα en Attique) et à Thasos Φιλτ‑ύρ‑η (: Γλυκ‑υρ‑, Μιττ‑υρ‑, Γλαυκ‑υρ‑, etc.). Si la forme est correcte, elle pourrait présenter un suffixe patronymique (voir ci‑dessus). L’extension de ‑ειος aux formes thématiques et athématiques est un phénomène déjà attesté chez Homère : Κάδμος → hom. Καδμεῖοι, Γοργώ → Γοργείη (κεφαλή), donc *φιλτός → *Φίλτειος/Φιλτείη, cf. Φάντειος, Ξένειος, Φίλειος, etc.121. Cette extension de ‑ειος dans les thématiques est vivante dans les dialectes qui conservent ces adjectifs pour indiquer la filiation ou la possession, cf. lesb. Καίκειος, Θεοδότειος, thess. Φαλακρεῖος, Δαμαινετεῖος, etc.122. Quant à Φιλονοίη, il s’agit très vraisemblablement d’une forme artificielle, comme je l’ai déjà mentionné (voir 6 ci‑dessus, p. 148).

    • 123 Voir Solmsen, Fraenkel 1922, p. 130.
    • 124 Voir Bechtel 1917, p. 28.

    Φιλαίνης τῆς Ἡρογε̄́τονος (IG XII 6.2, 632 ; fin vie s.‑début ve s. av. J.‑C.). On peut supposer pour ce gén. le nom. Φίλαινα, le féminin correspondant à la forme courte Φίλων123, mais on ne peut pas exclure un nom. Φιλαίνη, féminin du composé Φίλ‑αινος124.

52Il n’y a donc pas des cas anciens d’un nominatif ‑η en ionien qui pourraient servir de parallèle à la prétendue innovation ἀλήθεια → ἀληθείη.

8. Innovation morphologique *ā → ‑ᾰ

53Que l’attique et d’autres dialectes présentent une tendance à changer la flexion ancienne des noms avec ‑ᾱ/‑η semble incontestable : hom. κνίση « fumée et odeur de graisse » vs att. κνῖσα ; *h2u̯ers‑eh2 > hom. ἐέρση « rosée » vs ἔερσα (Pi.) ; hom. ζεύγλη « partie du joug » vs att. ζεῦγλα (Eur.) ; hom. πεινῆν « être affamé » → hom. πείνη « faim » vs att. πεῖνα, qui présente ‑ᾰ par analogie de δίψα « soif » (Hom. +) < *dip‑t‑i̯h; hom. χαμαιεῦναι, χαμαιευνάδες « lit qu’on fait à terre » (cf. εὐνή « couche ») vs χάμευνα (Esch. ; IG I³, 421.204, 414 av.) ; τόλμᾱ « hardiesse » (Alc., Pi.) vs att. τόλμᾰ ; hom. πτέρνη* « talon » (seulement en gén. sg., mais cf. Hérond. 7.21) vs πτέρνα (Lyc., Alex. 500).

  • 125 Voir Solmsen 1900, p. 88‑89 ; Bechtel 1924, p. 124.

54Les mots pour « poupe » et « proue » offrent de beaux exemples d’échanges analogiques. D’un masculin *pr̥h3‑u̯on‑ on a dérivé le fém. grammatical *pr̥h3‑u̯er‑ih2, > *prōu̯er‑i̯ā̆‑ > *prōu̯ēr‑ā̆‑, d’où hom. εἰς ἴκρια νηὸς ἔβαινον / πρῴρης « il montait sur le gaillard de l’extrême antérieur du navire » (Od. 12.229‑230 ; le <ι> est analogique), et cette forme est conservée en att. πρῷρα « proue ». La forme chez Hérodote est πρῴρη (7.180), qui est de toute évidence analogique de hom. πρύμνη « poupe », comme le montre le fait que les deux mots apparaissent l’un à côté de l’autre : οὔτε πρύμνην ἀποκρίνοντες οὔτε πρῴρην συνάγοντες (1.194.2 ; les autres exemples sont en pluriel)125. En revanche, att. πρύμνα (Thuc. + ; cf. Call., Aet. frg. 103 ; dans le drame attique, la quantité de ‑α est indéterminée) présente la voyelle brève de πρῷρα.

  • 126 En dehors de l’attique, ni l’abrégement de la diphtongue *‑ēi‑ ni la fermeture *ā > *ǣ ne se sont (...)

55Dans le tableau ci-dessous, j’ai suivi F. Solmsen en proposant une chronologie de l’innovation qui a eu lieu en attique et très probablement dans le dorien de la lyrique (si c’est un trait béotien ou dorien, je ne peux pas le dire). Les terminaisons des nomina qualitatiskleii̯ā et des nomina actionis ploii̯ā se sont vues attirées aux fém. *°geneii̯ā̆‑, *°kleii̯ā̆‑ et *°boii̯ā̆‑ (à l’origine fém. de « motion »). Après la chute de *‑u̯‑ intervocalique et l’évolution *e + ei > *ei, les deux types, ‑είᾱ et ‑εια partageaient la même prosodie dans les cas obliques (‑είᾱς, ‑είᾱι). Cette influence doit précéder l’abrégement de la diphtongue ‑ηιᾱ126.

I genes‑i̯ā̆‑ kleu̯es‑ii̯ā‑ plou̯‑ii̯ā‑ gou̯‑i̯ā̆‑
Aspiration de /s/
geneh‑i̯ā̆‑ kleu̯eh‑ii̯ā‑ plou̯‑ii̯ā‑ gou̯‑i̯ā̆‑
Emprunts de mots avec /s/ intervocalique et initial
geneh‑i̯ā̆‑ kleu̯eh‑ii̯ā‑ *gasilēu̯‑ii̯ā‑ plou̯‑ii̯ā‑ gou̯‑i̯ā̆‑
Assimilation de /h/ et de /w/
geneii̯ā̆‑ kleu̯ehii̯ā‑ *gasilēu̯‑ii̯ā‑ plou̯‑ii̯ā‑ goii̯ā̆‑
II Chute de /h/ intervocalique et labialisation des labiovélaires sonores devant *a et *o
geneii̯ā̆‑ kleu̯eii̯ā‑ *basilēu̯‑ii̯ā‑ plou̯‑ii̯ā‑ boii̯ā̆‑
Fermeture *ā > *ǣ
geneii̯a/ǣ kleu̯eii̯ǣ‑ *basilēu̯ii̯ǣ‑ plou̯ii̯ǣ‑ boii̯a/ǣ
III Chute de /w/ intervocalique
geneii̯a/ǣ kleeii̯ǣ‑ *basilēii̯ǣ‑ ploii̯ǣ‑ boii̯a/ǣ
Seconde rétroversion attique
geneii̯ā̆‑ kleeii̯ā‑ *basilēii̯ā‑ ploii̯ā‑ boii̯ā̆‑
IV Évolution e + ei > ei
geneii̯ā̆‑ kleii̯ā‑ *basilēii̯ā‑ ploii̯ā‑ boii̯ā̆‑
V Abréviation analogique
geneii̯ā̆‑ kleii̯ā̆‑ *basilēii̯ā‑ ploii̯ā̆‑ boii̯ā̆‑
Évolution ēi > ei
geneii̯ā̆‑ kleii̯ā̆‑ *basileii̯ā‑ ploii̯ā̆‑ boii̯ā̆‑
  • 127 Voir Roussou 2017. Le texte d’Hérodien (III.1, p. 271‑273 Schmidt) est fait à partir des entrées d (...)
  • 128 τὰ διὰ τοῦ αια ὑπὲρ δύο συλλαβὰς προπαροξύτονα, ἐπὶ πόλεων ἢ τόπων τιθέμενα, διὰ τῆς αι διφθόγγου (...)
  • 129 Chez [Ps.‑]Scymne, la syllabe finale de Ἑστίαια (578) est indéterminée.
  • 130 Tous les deux sont mentionnés, avec Κάρθαια et Δίκαια, par Étienne de Byzance comme proparoxytons (...)
  • 131 *Ποτείδεια est peut‑être indirectement attesté dans l’ethnique Ποτειδεάτης dans les inscriptions a (...)

56Les toponymes en ‑αια présentent une évolution similaire. D’après le grammairien byzantin Théognoste, dont la source semble être Hérodien127, les noms des villes polysyllabes en ‑αια sont proparoxytons128. Cette indication se voit confirmée par la prosodie. En effet, la vulgate homérique présente πολυστάφυλόν θ’ Ἱστί̯αιαν (Il. 2.537 ; fin de vers, avec synizèse de /i/ prévocalique)129, et Λίλαιᾰ (Il. 2.523)130. Dans les manuscrits d’Hérodote les hésitations sont fréquentes : Φωκαίη (1.80.1, 1.164.3, 1.165.2 ; forme mentionnée par St. Byz. φ 119 Billerbeck) vs Φώκαια (1.142.3, 2.106.2, 2.178.2, 6.17), et Ἱστιαίη (8.23.2) vs Δίκαια (7.109.1 2x), Ποτειδαίη/Ποτείδαια (8.127) vs Ποτείδαια (8.128.2), Ἀμφίκαια (8.33.3). Pourtant, la métrique assure la voyelle brève finale de Φώκαια (H. Apoll. 35 ; [Ps.‑]Scymn. 253), et Ποτίδαια présente une élision chez [Ps.‑]Scymnos (629)131.

  • 132 Voir Bechtel 1923, p. 248.
  • 133 L’étymologie mentionnée par les philologues anciens est acceptée par Keil 1941, p. 444 (voir DELG, (...)
  • 134 La forme Ῥήνεια semble secondaire, voir Wackernagel 1909, p. 332 (contra Striano 1999, p. 358‑359)
  • 135 Hérodote indique que la montagne avait le même nom. Peut‑être neutre pl. Ἀνόπαια (ὄρη).
  • 136 Bechtel 1914, p. 46. Cf. peut‑être att. ἀνόπαια (sic) = καπνοδόχη (Ar. Byz., frg. 433 Slater).

57Du point de vue linguistique, on s’attendrait à une voyelle longue dans les nominalisations d’adjectifs en *‑ii̯o‑ : Poteidāh‑ → *Potidāhii̯o‑, fém. *Ποτ(ε)ιδαίη/*Ποτ(ε)ιδαία132, φώκη « phoque »133 → *Φωκαίᾱ/*Φωκαίη. La petite île près de Délos Ῥήναιᾰ (H. Apoll. 44 ; Théocr., Id. 17.70) est très vraisemblablement une dérivation secondaire en *‑ii̯o‑ de Ῥήν‑η (cf. πολύρρηνες), qui est le nom d’une nymphe (Il. 2.728) et un autre nom de Ῥήναια (Scylax 58), cf. la cité béotienne Ἄρνη (Il. 2.507) vs Ἄρναια (Archem., FGrH 424 F 1)134. Le sentier qu’Éphialtès et les Perses ont utilisé pour détourner le blocage grec du passage des Thermopyles est Ἀνόπαια (Hdt. 7.216 ; v.l. Ἀνάπαια)135, forme secondaire qui a remplacé *Ἀνοπαία/*Ἀνοπαίη (ἀτραπόςͅ), féminin d’un adjectif hypostatique *ἀνόπαιος (*ἀνὰ τὴν ὀπήν litt. « en remontant le trou »), et dont le neutre pluriel ἀνόπαια a été utilisé comme adverbe (Od. 1.320)136.

58Dans Ἱστίαια (← Ἱστία/Ἑστία), ainsi que dans Δίκαια (← δίκη), Νίκαια (← νική), etc. s’est avéré un phénomène d’attraction à la finale ‑αια d’origine athématique (cf. Πλάταια ; peut‑être Λίλαια, de *las‑ ? ; Ἀμφίκαια, att. Ἀνάκαια de °καής, contraction de *°κάειᾰ), l’influence du dissyllabe γαῖα ne pouvant pas être exclue. Il faut signaler que cette innovation ne semble pas s’être produite dans l’anthroponymie ou l’héronymie : dor. Σελᾱ́νη → Σελᾱναίᾱ (Théocr., Id. 2.165). Le parallèle de ‑οίᾱ → ‑οιᾰ et ‑αίᾱ → ‑αιᾰ amène à postuler le même phénomène dans le cas de ‑ειᾱ → ‑ειᾰ.

9. Conclusion

59J’espère avoir montré dans cette contribution que les nomina qualitatis du type att. ἀλήθεια, dor. ἀλᾱ́θεια ne procèdent pas de la nominalisation d’un ancien adjectif féminin d’un thème sigmatique avec le suffixe hérité *‑iă‑/i̯ā‑ (< *‑́ih2‑/‑i̯éh2), car cette substantivation se trouverait totalement isolée dans le système des abstraits grecs déadjectivaux. La prétendue tendance de l’ionien à modifier la flexion mixte des féminins à nom. sg. ‑ᾰ, gén. sg. ‑ης, par une plus régulière à nom. sg. ‑η, gen. sg. ‑ης, qui justifierait, selon certains, l’origine de ἀληθείη vis‑à‑vis de ἀλήθεια, n’est ni très ancienne ni très répandue, et la plupart de ses exemples se laissent expliquer autrement. En réalité, les parallèles dans le même système dérivationnel montrent que c’était le suffixe *‑ii̯ā‑ (< *‑ii̯eh2) qui a été utilisé pour créer ces noms de qualité, et que les formes ioniennes du type ἀληθείη, aussi bien que les formes moins fréquentes en ‑είᾱ de la poésie lyrique et du drame attique, doivent être plus anciennes. L’hypothèse selon laquelle l’attique et d’autres dialectes auraient innové en remplaçant les vieux noms de qualité en ‑είᾱ par ‑ειᾰ se voit confirmée par des phénomènes morphologiques parallèles, et, tout en particulier, par la naissance d’une nouvelle terminaison d’abstraits ‑οιᾰ qui l’emporte sur la finale plus ancienne et morphologiquement régulière ‑οίᾱ.

Bibliographie

Abréviations

Les abréviations des auteurs grecs sont celles du Dictionnaire Grec‑Français (1963). Pour les inscriptions et les papyrus, voir le répertoire en ligne du Diccionario Griego‑Español : http://dge.cchs.csic.es/lst/lst-int.htm.

Les abréviations d’ouvrages modernes d’épigraphie et de linguistique sont les suivantes :

Argolide : E. Nieto Izquierdo, L’Argolide, vol. V/6, Nancy, A.D.R.A., 2019.

DELG : P. Chantraine, Dictionnaire étymologique de la langue grecque. Histoire des mots. Avec en supplément les Chroniques d’étymologie grecque (1‑10) rassemblées par A. Blanc, C. de Lamberterie et J.L. Perpillou, Paris, Klincksieck, 2009.

LIV2 : H. Rix, M. Kümmel (éd.), Lexikon der indogermanischen Verben. Die Wurzeln und ihre Primärstammbildungen, Wiesbaden, Reichert, 2001 (2e éd.).

NWIG I : I. Balles, Nominale Wortbildung des Indogermanischen in Grundzügen. Die Wortbildungsmuster ausgewählter indogermanischer Einzelsprachen, vol. I, Latein, Altgriechisch, Hambourg, Kovač, 2008.

Références

Alonso Déniz 2014 : A. Alonso Déniz, « Synizesis », dans G. Giannákis, V. Bubeník, E. Crespo Güemes, C. Golston (dir.), Encyclopedia of Ancient Greek language and linguistics, vol. III, Leyde, Brill, 2014, p. 351‑352.

Arumaa 1985 : P. Arumaa, Urslavische Grammatik. Einführung in das vergleichende Studium der slavischen Sprachen, vol. III, Formenlehre, Heidelberg, Winter, 1985.

Aura Jorro 2017 : F. Aura Jorro, « The Supplement (“Suplemento”) to the Diccionario Micénico (DMic) », dans M.‑L. Nosch, H. Landenius Enegren (dir.), Aegean scripts. Proceedings of the 14th international colloquium on Mycenaean Studies (Copenhagen, 2‑5 September 2015), vol. I, Rome, edizione di Consiglio nazionale delle ricerche, 2017, p. 253‑268.

Bader 1974 : F. Bader, Suffixes grecs en ‑m‑. Recherches comparatives sur l’hétéroclisie nominale, Genève/Paris, Droz, 1974.

Barber 2013 : P.J. Barber, Sievers’ law and the history of semivowel syllabicity in Indo‑European and Ancient Greek, Oxford, Oxford University Press, 2013.

Bechtel 1908 : F. Bechtel, Die Vocalcontraction bei Homer, Halle, Niemeyer, 1908.

Bechtel 1914 : F. Bechtel, Lexilogus zu Homer. Etymologie und Stammbildung homerischer Wörter, Halle, Niemeyer, 1914.

Bechtel 1917 : F. Bechtel, Die historischen Personennamen des Griechischen bis zur Kaiserzeit, Halle, Niemeyer, 1917.

Bechtel 1923 : F. Bechtel, Die Griechischen Dialekte, II. Die westgriechischen Dialekte, Berlin, Weidmann, 1923.

Bechtel 1924 : F. Bechtel, Die Griechischen Dialekte, III. Der Ionische Dialekt, Berlin, Weidmann, 1924.

Bettarini 2017 : L. Bettarini, Lingua e testo di Ipponatte, Pise, Fabrizio Serra, 2017.

Blanc 2013 : A. Blanc, « La troncation présuffixale en grec ancien : les dérivés du type de ἀλήθεια et ἀμαθία », BSL 108, 2013, p. 197‑222.

Blanc 2018 : A. Blanc, Les adjectifs sigmatiques du grec ancien. Un cas de métamorphisme dérivationnel, Innsbruck, Institut für Sprachen und Literaturen der Universität Innsbruck, 2018.

Blass 1888 : F.W. Blass, Über die Aussprache des Griechischen, Berlin, Weidmann, 1888.

Broger 2004 : A. Broger, Die ā‑Stämme im R̥gveda und ihre Stellung im Genussystem, Berne, Institut für Sprachwissenschaft, 2004.

Brugmann 1906 : K. Brugmann, Grundriss der vergleichenden Grammatik der indogermanischen Sprachen, II, Lehre von den Wortformen, 1, Allgemeines ; Zusammensetzung ; Nominalstämme, Strasbourg, Trübner, 1906.

Chantraine 2013 : P. Chantraine, Grammaire homérique, t. I, Phonétique et morphologie, nouvelle édition revue et corrigée par M. Casevitz, Paris, Klincksieck, 2013.

De Bernardo Stempel 1999 : P. De Bernardo Stempel, Nominale Wortbildung des älteren Irischen. Stammbildung und Derivation, Tübingen, Niemeyer, 1999.

Debrunner 1917 : A. Debrunner, Griechische Wortbildungslehre, Heidelberg, Winter, 1917.

De Lamberterie 1990 : C. de Lamberterie, Les adjectifs grecs en ‑υς. Sémantique et comparaison, Louvain, Peeters, 1990.

De Lamberterie 2000 : C. de Lamberterie, « πείνη (Chronique d’étymologie grecque 5) », RPh 74, 2000, p. 280.

De Lamberterie 2012 : C. de Lamberterie, « L’apport du mycénien à l’étymologie grecque », dans P. Carlier (dir.), Études mycéniennes 2010. Actes du XIIIe colloque international sur les textes égéens, Sèvres, Paris, Nanterre, 20‑23 septembre 2010, Pise, F. Serra, 2012, p. 489‑509.

Dettori 1996 : E. Dettori, « Testi “orfici” dalla Magna Grecia al Mar Nero », PP 51, 1996, p. 292‑310.

Dieu 2016 : É. Dieu, L’accentuation des noms en *‑ā (*‑eh2) en grec ancien et dans les langues indo‑européennes. Étude morphologique et sémantique, Innsbruck, Institut für Sprachen und Literaturen der Universität Innsbruck, 2016.

Dobias‑Lalou 2000 : C. Dobias‑Lalou, Le dialecte des inscriptions grecques de Cyrène, Paris, Centre d’Études Archéologiques de la Méditerranée, 2000.

Dubois 1986 : L. Dubois, Recherches sur le dialecte arcadien, I. Grammaire, II. Corpus dialectal, III. Notes, index, bibliographie, Louvain, BICL, 1986.

Dubois 1996 : L. Dubois, Inscriptions grecques dialectales d’Olbia du Pont, Paris/Genève, Droz, 1996.

Duchesne‑Guillemin 1936 : J. Duchesne‑Guillemin, Les composés de l’Avesta, Liège, Droz, 1936.

Duhoux 1976 : Y. Duhoux, Aspects du vocabulaire économique mycénien. Cadastre, artisanat, fiscalité, Amsterdam, Hakkert, 1976.

Eckert 2011 : M. Eckert, « Die Aphrodite der Seefahrer », Hephaistos 28, 2011, p. 99‑124.

Egetmeyer 2010 : M. Egetmeyer, Le dialecte grec ancien de Chypre, t. I, Grammaire ; t. II, Répertoire des inscriptions en syllabaire chypro‑grec, Berlin, De Gruyter, 2010.

Genevrois 2017 : G. Genevrois, Le vocabulaire institutionnel crétois d’après les inscriptions (viieiie s. av. J.‑C.) : étude philologique et dialectologique, Genève, Droz, 2017.

Hajnal 1994 : I. Hajnal, « Die frühgriechische Flexion der Stoff‑adjektive und deren ererbte Grundlagen », dans G.E. Dunkel (dir.), Früh‑, Mittel‑, Spätindogermanisch. Akten der IX. Fachtagung der Indogermanischen Gesellschaft vom 5. bis 9. Oktober 1992 in Zürich, Wiesbaden, Reichert, 1994, p. 77‑109.

Hajnal 1995 : I. Hajnal, Studien zum mykenischen Kasussystem, Berlin, De Gruyter, 1995.

Hajnal 2007 : I. Hajnal, « Die Vorgeschichte der griechischen Dialekte : ein methodischer Rück und Ausblick », dans I. Hajnal (dir.), Die altgriechischen Dialekte : Wesen und Werden. Akten des Kolloqiums Freie Universität Berlin 19.‑22. September 2001, Innsbruck, Institut für Sprachen und Literaturen der Universität Innsbruck, 2007, p. 131‑156.

Hatzidakis 1896 : G.N. Hatzidakis, « Περὶ φαινομένων τινων φθογγικῶν ἀνωμαλιῶν », Ἀθηνᾶ 8, 1896, p. 458‑468.

Heubeck 1970 : A. Heubeck, « Griechisch‑Mykenische Etymologien », SMEA 11, 1970, p. 63‑72.

Heubeck 1985 : A. Heubeck, « Zu den mykenischen Stoffadjektiven », MSS 46, 1985, p. 123‑138.

Heubeck 1987 : A. Heubeck, « Zu den griech. Verbalwurzeln *nes und *neu̯ », Minos 20‑22, 1987, p. 227‑238.

Hoffmann, Forssman 2004 : K. Hoffmann, B. Forssman, Avestische Laut‑ und Flexionslehre, Innsbruck, Institut für Sprachen und Literaturen der Universität Innsbruck, 2004 (2e éd.).

Janda 1999 : M. Janda, « Ἐνοσίχθων “Erderschütterer” », dans H. Eichner, H.C. Luschützky (dir.), Compositiones indogermanicae in memoriam Jochem Schindler, Prague, Enigma Corporation, 1999, p. 183‑203.

Jiménez Delgado 2009 : J.M. Jiménez Delgado, « La situación de *h en griego micénico », Kadmos 47, 2009, p. 73‑90.

Kalén 1918 : T. Kalén, Quaestiones grammaticae graecae, Göteborg, Göteborgs Högsk. årsskr., 1918.

Keil 1941 : J. Keil, « Phokaia », dans A.F. Pauly, G. Wissowa, W. Kroll, K. Mittelhaus (dir.), Paulys Real‑Encyclopädie der classischen Altertumswissenschaft, vol. XXXIX, Stuttgart, Metzler, 1941.

Killen 1999 : J.T. Killen, « Mycenaean o‑pa », dans S. Deger‑Jalkotzy, S. Hiller, O. Panagl (dir.), Floreant studia mycenaea : Akten des X. Internationalen Mykenologischen Colloquiums in Salzburg vom 1.‑5. Mai 1995, Vienne, Verlag der Österreichischen Akademie der Wissenschaften, 1999, p. 325‑341.

Klingenschmitt 1968 : G. Klingenschmitt, Farhang‑i ōīm. Edition und kommentar, thèse de doctorat, Universität ErlangenNürnberg, 1968 (inédit).

Knoepfler 2001 : D. Knoepfler, Décrets érétriens de proxénie et de citoyenneté, Lausanne, Payot, 2001.

Kölligan 2007 : D. Kölligan, « Aphrodite of the dawn : Indo‑European heritage in Greek divine epithets and theonyms », Letras Clássicas 11, 2007, p. 105‑134.

Latyshev 1907 : V.V. Latyshev, « Dopolnenia i popravki k izdannym nadpioïam iz ioujnoï Rossіi », Izvěstija Imperatorskoj Archeologičeskoj Kommissii 23, 1907, p. 49‑65.

Le Feuvre 2015 : C. Le Feuvre, Ὅμηρος δύσγνωστος. Réinterprétations de termes homériques en grec archaïque et classique, Genève, Droz, 2015.

Lejeune 1950 : M. Lejeune, « Les noms d’agent féminins en grec », RPh 24, 1950, p. 9‑28.

Leukart 1994 : A. Leukart, Die frühgriechischen Nomina auf ‑tās und ‑ās. Untersuchungen zu ihrer Herkunft und Ausbreitung (unter Vergleich mit den Nomina auf ‑eús), Vienne, Verlag der Österreichischen Akademie der Wissenschaften, 1994.

Leumann 1950 : M. Leumann, Homerische Wörter, Bâle, Reinhardt, 1950.

Lobeck 1837 : A. Lobeck, Paralipomena grammaticae Graecae, Leipzig, Weidmann, 1837.

Luschützky 2015 : H.C. Luschützky, « Status‑nouns », dans P.O. Müller, I. Ohnheiser, S. Olsen, F. Rainer (dir.), Word‑formation. An international handbook of the languages of Europe, vol. I, Berlin/Boston, De Gruyter Mouton, 2015, p. 1285‑1304.

Markwald 1986 : G. Markwald, Die Homerischen Epigramme. Sprachliche und inhaltliche Untersuchungen, Königstein im Taunus, Hain, 1986.

Masson 1979 : O. Masson, « Cretica », BCH 103, 1979, p. 57‑82 (repris dans Onomastica Graeca Selecta, vol. I‑II, Nanterre, Presses de l’Université, 1990, p. 331‑349).

Masson 1981 : O. Masson, compte rendu de « F. Sommer, Schriften aus dem Nachlass », RPh 55, 1981, p. 154‑156.

Mayrhofer 1979 : M. Mayrhofer, Iranisches Personennamenbuch, vol. I, Die altiranischen Namen, Vienne, Verlag der Österreichischen Akademie der Wissenschaften, 1979.

Mayrhofer 1986‑2001 : M. Mayrhofer, Etymologisches Wörterbuch des Altindoarischen, 3 vol., Heidelberg, Winter, 1986‑2001.

Mayser, Schmoll 1970 : E. Mayser, H. Schmoll, Grammatik der griechischen Papyri aus der Ptolemäerzeit, vol. I/1, Einleitung und Lautlehre, Berlin, De Gruyter, 1970.

Meier‑Brügger 1992 : M. Meier‑Brügger, Griechische Sprachwissenschaft, vol. I, Bibliographie, Einleitung, Syntax ; vol. II, Wortschatz, Formenlehre, Lautlehre, Indizes, Berlin, De Gruyter, 1992.

Meissner 2006 : T. Meissner, S‑stem nouns and adjectives in Greek and Proto‑Indo‑European. A diachronic study in word formation, Oxford, OUP, 2006.

Meister 1893 : R. Meister, Die Mimiamben des Herodas, Leipzig, S. Hirzel, 1893.

Melena 1996‑1997 : J.L. Melena, « 40 joins and quasi‑joins of fragments in the Linear B tablets from Pylos », Minos 31‑32, 1996‑1997, p. 159‑170.

Melena 2014 : J.L. Melena, « Mycenaean writing », dans Y. Duhoux, A. Morpurgo Davies (dir.), A companion to Linear B. Mycenaean Greek texts and their world, vol. III, Louvain, Peeters, 2014, p. 1‑186.

Meyer 1896 : G. Meyer, Griechische Grammatik, Leipzig, Breitkopf et Härtel, 1896 (3e éd.).

Miranda 1989 : E. Miranda, « Osservazioni sul culto d’Euploia », Miscellanea greca e romana 14, 1989, p. 123‑144.

Morpurgo Davies 1968 : A. Morpurgo Davies, « Thessalian patronymic adjectives », Glotta 46, 1968, p. 85‑106.

Passa 2016 : E. Passa, « Eronda », dans A.C. Cassio (dir.), Storia delle lingue letterarie greche, Florence, Le Monnier università, 2016, p. 442‑450 (2e éd.).

Perpillou 2002 : J.‑L. Perpillou, « Animaux d’un an », RPh 76, 2002, p. 233‑241.

Perpillou 2004 : J.‑L. Perpillou, Essais de lexicographie en grec ancien, Louvain, Peeters, 2004.

Peters 1977 : M. Peters, compte rendu de « H. Rix, Historische Grammatik des Griechischen. Laut und Formenlehre », Die Sprache 23, 1977, p. 65‑67.

Peters 1980 : M. Peters, Untersuchungen zur Vertretung der indogermanischen Laryngale im Griechischen, Vienne, Verlag der Österreichischen Akademie der Wissenchaften, 1980.

Plath 1990 : R. Plath, « Mykenish e‑re‑e », MSS 51, 1990, p. 169‑182.

Porzig 1942 : W. Porzig, Die Namen für Satzinhalte im Griechischen und im Indogermanischen, Berlin, De Gruyter, 1942.

Rainer 2015 : F. Rainer, « Quality nouns », dans P.O. Müller, I. Ohnheiser, S. Olsen, F. Rainer (dir.), Word‑formation. An international handbook of the languages of Europe, vol. I, Berlin/Boston, De Gruyter Mouton, 2015, p. 1268‑1284.

Rau 2007 : J. Rau, « YAv. haosrauuah and dǝ̄uš.srauuah », HS 120, 2007, p. 159‑168.

Rau 2009 : J. Rau, « Myc. te‑re‑ja and the Athematic inflection of the Greek contract verbs », dans K. Yoshida, B. Vine (dir.), East and West. Papers in Indo‑European studies, Brême, Hempen Verlag, 2009, p. 181‑188.

Risch 1944 : E. Risch, « Griechische Determinativkomposita I », IF 59, 1944, p. 1‑61 (repris dans Kleine Schriften, Berlin/New York, De Gruyter, 1981, p. 1‑61).

Risch 1945 : E. Risch, « Griechische Komposita vom Typus μεσο‑νύκτιος und ὁμο‑γάστριος », MH 2, 1945, p. 15‑27 (repris dans Kleine Schriften, Berlin/New York, De Gruyter, 1981, p. 112‑124).

Risch 1974 : E. Risch, Wortbildung der homerischen Sprache, Berlin/New York, De Gruyter, 1974 (2e éd.).

Risch 1979 : E. Risch, « Les consonnes palatalisées dans le grec du IIe millénaire et dans les premiers siècles du Ier millénaire », dans E. Risch, H. Mühlestein (dir.), Colloquium Mycenaeum. Actes du sixième colloque international sur les textes mycéniens et égéens (Chaumont sur Neuchâtel, 7‑13 septembre 1975), Neuchâtel, Droz, 1979, p. 266‑277 (repris dans Kleine Schriften, Berlin/New York, De Gruyter, 1981, p. 549‑559).

Rix 1976 : H. Rix, Historische Grammatik des Griechischen. Laut und Formenlehre, Darmstadt, Wissenschaftische Buchgesellschaft, 1976.

Rousseau 2016 : N. Rousseau, Du syntagme au lexique. Sur la composition en grec ancien, Paris, Les Belles Lettres, 2016.

Rousset 2002 : D. Rousset, Le territoire de Delphes et la terre d’Apollon, Athènes/Paris, De Boccard, 2002.

Roussou 2017 : S. Roussou, « The reception of Herodian in the Byzantine period. The case of Theognostus », GRBS 57, 2017, p. 482‑506.

Ruijgh 1967 : C.J. Ruijgh, Études sur la grammaire et le vocabulaire du grec mycénien, Amsterdam, Hakkert, 1967.

Ruijgh 1977 : C.J. Ruijgh, compte rendu de « M. Lejeune, Phonétique historique du mycénien et du grec ancien », Lingua 42, 1977, p. 249‑265 (repris dans Scripta minora ad linguam Graecam pertinentia, vol. I, Amsterdam, Hakkert, 1991‑1996, p. 522‑538).

Ruijgh 1980 : C.J. Ruijgh, compte rendu de « F. Sommer, Schriften aus dem Nachlass », Kratylos 25, 1980, p. 90‑95.

Ruijgh 1985 : C.J. Ruijgh, « Problèmes de philologie mycénienne », Minos 19, 1985, p. 105‑167 (repris dans Scripta minora ad linguam Graecam pertinentia, vol. II, Amsterdam, Hakkert, 1991‑1996, p. 43‑105).

Rüsch 1914 : E. Rüsch, Grammatik der delphischen Inschriften, Berlin, Weidmann, 1914.

Schulze 1892 : W. Schulze, Quaestiones epicae, Gütersloh, Bertelsmann, 1892.

Schwyzer 1939 : E. Schwyzer, Griechische Grammatik, vol. I, Allgemeiner Teil, Lautlehre, Wortbildung, Flexion, Munich, Beck, 1939.

Solmsen 1900 : F. Solmsen, compte rendu de « H.W. Smyth, The sounds and inflections of the Greek dialects. Ionic » et d’« O. Hoffmann, Die griechischen Dialekte, vol. III, Der ionische Dialekt, Quellen und Lautlehre », IF 11, 1900, p. 86‑94.

Solmsen 1909 : F. Solmsen, Beiträge zur griechischen Wortforschung, vol. I, Strasbourg, Trübner, 1909.

Solmsen, Fraenkel 1922 : F. Solmsen, E. Fraenkel, Indogermanische Eigennamen als Spiegel der Kulturgeschichte, Heidelberg, Winter, 1922.

Sommer 1916 : F. Sommer, « Das Femininum der u und iAdjektiva in R̥gveda und im Altiranischen », IF 36, 1916, p. 165‑232.

Sommer 1948 : F. Sommer, Zur Geschichte der griechischen Nominalkomposita, Munich, Verlkag der Bayerischen Akademie der Wissenschaften, 1948.

Sommer 1977 : F. Sommer, Schriften aus dem Nachlass, Munich, Kitzinger, 1977.

Striano 1999 : A. Striano, « Consideraciones en torno al supuesto cambio del diptongo ai en ei en los dialectos griegos », dans A.C. Cassio (dir.), Katà diálekton. Atti del III colloquio internazionale di dialettologia greca. Napoli‑Fiaiano d’Ischia, 25‑28 settembre 1996, Naples, Istituto universitario orientale, 1999, p. 347‑364.

Szemérenyi 1965 : O. Szemérenyi, « Etyma Graeca I », Die Sprache 11, 1965, p. 5‑24 (repris dans Scripta Minora. Selected essays in Indo‑European, Greek, and Latin, vol. III, Greek, Insbruck, Institut für Sprachwissenschaft der Üniversität Innsbruck, 1991, p. 1196‑1219).

Taillardat 1960 : J. Taillardat, « Notules mycéniennes », REG 73, 1960, p. 1‑14.

Thurneysen 1909 : R. Thurneysen, Handbuch des Alt‑Irischen, vol. I, Grammatik, Heidelberg, Winter, 1909.

Threatte 1980‑1996 : L. Threatte, The grammar of Attic inscriptions, vol. I, Phonology ; vol. II, Morphology, Berlin/New York, De Gruyter, 1980‑1996.

Tribulato 2013 : O. Tribulato, « Of chaos, nobility, and double entendres : the etymology of χαῖος and βαθυχαῖος (Ar. Lys. 90‑91, 1157 ; Aesch. Supp. 858 ; Theocr. 7.5) », Harvard Studies in Classical Philology 107, 2013, p. 155‑194.

Valera 2015 : S. Valera, « Conversion », dans P.O. Müller, I. Ohnheiser, S. Olsen, F. Rainer (dir.), Word‑formation. An international handbook of the languages of Europe, vol. I, Berlin/Boston, De Gruyter Mouton, 2015, p. 322‑339.

Vendryes 1905‑1906 : J. Vendryes, « Une loi d’accentuation grecque : l’opposition des genres », Mémoires de la Société de Linguistique de Paris 13, 1905‑1906, p. 131‑146.

Vessella 2018 : C. Vessella, Sophisticated speakers. Atticistic pronunciation in the Atticist lexica, Berlin/Boston, De Gruyter, 2018.

Waanders 1999 : F.M.J. Waanders, « *Lāh(o)‑ “stone” in Mycenaean and Homer », dans S. Deger‑Jalkotzy, S. Hiller, O. Panagl (dir.), Floreant studia mycenaea. Akten des X. Internationalen Mykenologischen Colloquiums in Salzburg vom 1.‑5. Mai 1995, Vienne, Verlag der Österreichischen Akademie der Wissenschaften, 1999, p. 601‑606.

Wackernagel 1889 : J. Wackernagel, Das Dehnungsgesetz der griechischen Composita, Bâle, Schultze'sche Universitätsbücherei, 1889 (repris dans Kleine Schriften, vol. II, Göttingen, Akademie der Wissenschaften zu Göttingen, 1955‑1979, p. 897‑961).

Wackernagel 1909 : J. Wackernagel, « Attische Vorstufen des Itazismus », IF 25, 1909, p. 326‑337 (repris dans Kleine Schriften, vol. II, Göttingen, Akademie der Wissenschaften zu Göttingen, 1955‑1979, p. 1022‑1033).

Wackernagel 1914 : J. Wackernagel, « Akzentstudien III. Zum homerischen Akzent », GN, 1914, p. 97‑130 (repris dans Kleine Schriften, vol. II, Göttingen, Akademie der Wissenschaften zu Göttingen, 1955‑1979, p. 1154‑1187).

Wackernagel 1916 : J. Wackernagel, Sprachliche Untersuchungen zu Homer, Göttingen, Vandenhoeck et Ruprecht, 1916.

Wackernagel 1919 : J. Wackernagel, « Über einige lateinische und griechische Ableitungen aus den Verwandtschaftswörtern », dans Festgabe Adolf Kaegi von Schülern und Freunden dargebracht, Frauenfeld, Hüber, 1919, p. 40‑65 (repris dans Kleine Schriften, vol. I, Göttingen, Akademie der Wissenschaften zu Göttingen, 1955‑1979, p. 468‑493).

Wackernagel 1926a : J. Wackernagel, « ‑τειρα », IF 43, 1926, p. 123‑125 (repris dans Kleine Schriften, vol. II, Göttingen, Akademie der Wissenschaften zu Göttingen, 1955‑1979, p. 841‑843).

Wackernagel 1926b : J. Wackernagel, Vorlesungen über Syntax mit besonderer Berücksichtigung von Griechisch, Lateinisch und Deutsch, Bâle, Birkhaüser, 1926 (2e éd.).

Wackernagel, Debrunner 1930‑1957 : J. Wackernagel, A. Debrunner, Altindische Grammatik, II/1. Einleitung zur wortlehre, Nominalkomposition ; II/2. Die Nominalsuffixe ; III. Nominalflexion, Zahlwort, Pronomen, Göttingen, Vandenhoeck et Ruprecht, 1930‑1957.

Weiss 2020 : M.L. Weiss, Outline of the historical and comparative grammar of Latin, Ann Arbor, Beech Stave Press, 2020 (2e éd.).

Wilson 2015 : N.G. Wilson, Herodoti Historiae, Oxford, Oxford Clarendon Press, 2015.

Wyatt 1969 : W.F. Wyatt, Metrical lengthening in Homer, Rome, Ed. dell’Ateneo, 1969.

Notes

1 Je remercie A. Blanc, J.L. García Ramón et S. Minon pour leurs remarques à la version orale de ce travail.

2 Voir Rainer 2015.

3 Sur l’innovation hom. ἀφραδής « insensé » → ἀφραδίη « irréflexion » au lieu de *ἀφραδείη, voir Blanc 2013.

4 SIG3 4, 5 (Cyzique, 525‑500 av. J.‑C.) ; SEG 36, 982, C.8 (Iasos, 500‑450 av. J.‑C.) ; ID 71.4‑5 (Délos, ca 400 av. J.‑C.) ; IGDOlbia 1.4-5 (Olbia, 475‑450 av. J.‑C.) ; IG XII 9, 187 A.7 (Érétrie, ca 411 av. J.‑C.).

5 Peut-être aussi εὐσεβείᾱ « piété » (Bacch., 3.61), mais une brève apparaît dans cette position dans d’autres strophes.

6 Pour le sens intransitif, voir Blanc 2018, p. 437‑440.

7 Dobias-Lalou 2000, p. 85, n. 1.

8 P. ex. μαντεύω « rendre des oracles » → ion. μαντείη (H. Merc. 547), att. μαντείᾱ « faculté de prédire » (Ar., V. 1019), πολιτεύω « être citoyen » → ion. πολιτηίη (Hdt.), πολιτείᾱ « droit de cité » (Eup., frg. 384.2 PCG Kassel et Austin), etc. En dehors de l’attique, cette dérivation apparaît sous la forme ‑ηίη de l’ionien et -ηίᾱ (parfois -ηᾱ avec chute de ‑ι‑ intervocalique) du dorien : δουλεύω « être esclave » → ion. δουληΐη « esclavage » (Anacr., frg. 2.2 West) ; él., crét., cyr. πολιτηία (IÉD 29 [Makiston, 399‑369 av. J.‑C.] ; SEG 9, 3.5 [Cyrène, ive s. av. J.‑C.] ; IC II xii, 22 B.8‑9 [Eleutherna, iiieiie s. av. J.‑C.]) ; στρατεύω « servir comme soldat » → arg. στρατήα « expédition militaire » (Argolide ARG n° 23.20 [Tylisos < Argos, ca 450 av. J.‑C.]). Dans ce cas, l’attique présenterait l’évolution phonétique ‑ηίᾱ > ‑είᾱ (voir Schwyzer 1939, p. 201). Certains dialectes, dont l’attique, présentent parfois une extension du suffixe à des formes qui n’ont pas de verbe ‑εύω ou de nom ‑εύς correspondant : ἑταῖρος « camarade » → att. ἑταιρεία, crét., ἑταιρηία, cyr. ἑταιρήα « association de camarades ».

9 Sur les formes poétiques ἀνοιίης (Hippon., frg. 75.3 Degani), éol. ἀνοιΐας (Alc., frg. 119.5 Voigt), voir Bettarini 2017, p. 73‑76.

10 Cf. εὔσοοι· ἀσφαλῶς σῳζόμενοι (Hsch., ε 7193 Latte), εὔσους· ὁ διευτυχῶν. καὶ ἥρως ἐγχώριος. καὶ εὐκίνητος. εὐφόρος (Hsch., ε 7195 Latte).

11 La forme régulière du nomen qualitatis est ἀγνωσία « ignorance » (Eur. +), à partir de hom. ἀγνῶτ‑ες « ignorants » (θεοί).

12 Voir Meyer 1896, p. 93‑94 ; Debrunner 1917, p. 150‑151 (§ 299) ; Kalén 1918, p. 47‑53 ; Rix 1976, p. 131 ; Dettori 1996, p. 304‑305 ; Dubois 1996, p. 188 ; De Lamberterie 2000 ; Knoepfler 2001, p. 145, n. 102.

13 Voir Solmsen 1909, p. 248‑249 ; Bechtel 1924, p. 143 ; Ruijgh 1967, p. 199 (§ 171) ; Peters 1977, p. 66 ; Ruijgh 1977, p. 256 ; Meier‑Brügger 1992, p. 27 (§ W 410.2).

14 D’après Porzig 1942, p. 207‑208, quelques cas sont en réalité des nominalisations à partir d’une ellipse : ξένιος « hospitalier » (Hom. +) → ξενίη/ξενία « liens d’hospitalité » (sc. δίκη) ; de μειλίχιος ou μείλιχος « doux » (Hom. +) → μειλιχίη/μειλιχία « mansuétude » (Hom. +) [sc. ὄσσα ?].

15 Pour ce type d’abstraits, voir Luschützky 2015.

16 Pour des nomina actionis tirés des racines verbales, voir ci-dessous n. 37.

17 D’après Waanders 1999, le thématique *lāhos est la forme la plus ancienne.

18 Cf. ὀπαία κεραμίς, δι’ ἧς ὁ καπνὸς ἔξεισιν Ἀττικοί· καπνία Ἕλληνες (Moer., o 48 Hansen).

19 Cf. λόφος « nuque » et « panache (d’un casque) » → λοφιή/λοφιά « crinière » (de plusieurs animaux) ; pour l’accent, voir Dieu 2016, p. 249 ; σκοπός « guetteur » → σκοπιή « guette » (Hom. +) ; pour les athématiques, κῆρ → κραδίη/καρδίη « cœur » ; etc. Des appellatifs dénominatifs à sens concret en *‑(i)yā‑ sont attestés dans les langues iraniennes de manière résiduelle : av. réc. pad‑ → paiδiiā́‑ « pied », véd. pánthās, gén. pathás « chemin » → pathyā̀‑ « chemin ».

20 Cf. πυρίκαοι (= les Delphiens) (Plut., Mor. 406e), adj. πυρκαιός (ἐσχάρα, Délos) ; Προμηθεὺς Πυρκαεύς (Esch.).

21 Une interprétation comme dérivé verbal n’est pas impossible (voir ci-dessous n. 37).

22 Voir Bader 1974, p. 54‑55. Pour la forme thématique, cf. Φύταλος (héronyme d’Athènes), d’où Φυταλίδαι, ainsi que l’épiclèse Φυτάλιος (Ζεύς, Ποσειδῶν).

23 Voir Arumaa 1985, p. 90.

24 Voir Thurneysen 1909, p. 162 (§ 258) ; De Bernardo Stempel 1999, p. 372.

25 Voir Wackernagel, Debrunner 1930‑1957, II/2, p. 840 et Broger 2004, p. 68‑73.

26 Pour le sens, voir Rau 2007. D’après Klingenschmitt 1968, p. 167‑168 (non vidi) il s’agirait d’un neutre.

27 Cf. yāsi dūtyā́ṃ (RV 6.58.3c) ≈ hom. ἀγγελίην ἐλθόντα « aller pour annoncer » (Hom., Il. 11.140). Cette expression et d’autres en génitif (Il. 3.206, 13.252, 15.640) ont provoqué l’invention par Zénodote d’un masculin ἀγγελίης (cf. Leumann 1950, p. 168‑173 ; Le Feuvre 2015, p. 76, n. 25).

28 Voir Wackernagel, Debrunner 1930‑1957, II/2, p. 841.

29 L’origine n’est pas toujours la même. Dans la plupart des cas, il s’agit des formes en *‑eh2 (collectifs et abstraits) d’adjectifs d’appartenances en *‑ii̯o‑ (*‑iHo‑). Dans d’autres, un dénominatif d’un nom en *‑i‑ est possible, p. ex. myc. a-ni-ja /anhijāi/ « rênes » (PY), att. ἡνίαι (hom. n. pl. ἡνίᾰ est peut‑être une innovation) pourrait être un collectif d’un thème en *-i- (*h2ens‑i‑) attesté peut‑être ailleurs (vieux prussien ansis, vieil irlandais pl. éis(s)i).

30 Voir Melena 1996‑1997, p. 167 et Killen 1999, p. 348-349.

31 Taillardat 1960, p. 8‑10 ; Duhoux 1976, p. 33 ; Ruijgh 1985, p. 127 ; Hajnal 2007, p. 150, et Rau 2009, p. 181, n. 4, proposent la variante monosyllabique de l’adjectif *telesi̯o‑.

32 Un dérivé *telesi̯ā̆‑ en *‑ih2‑/i̯eh2‑, envisagé par certains savants (voir Rau 2009, p. 181, n. 4) est très improbable. Plath 1990, p. 181, n. 26, propose un déverbatif *telh1‑ih2 > *telei̯ā̆‑, mais le résultat attendu serait plutôt teli̯ā̆‑.

33 Une chute sporadique de /h/ en contact avec /i/, proposée par Jiménez Delgado 2009, p. 83‑84, semble moins probable. Pour une explication de la variation ke-ra-ja-pi vis-à-vis de ke-ra-i-ja-pi, voir Melena 2014, p. 93, avec bibliographie précédente.

34 Cf. hom. πένομαι « travailler péniblement » → πενίη « pauvreté », θάλλω « fleurir » → θαλίη « abondance », mais *tu̯er(H)‑i̯eh2> *tu̯er‑i̯ā‑ > hom. σειρή « corde » (voir Barber 2013, p. 201), *per‑i̯eh2 > *per‑i̯ā‑ > att. πειρά « pointe (d’épée) » (: hom. πείρω) ; *pen‑i̯eh2> *pen‑i̯ā‑ > hom. πείνη « faim » (pace Barber 2013, p. 198, la forme πεῖνα est tardive ; voir Solmsen 1909, p. 254‑255 et ci-dessous p. 151) ; cf. πεινῆν « être affamé » (cf. ci‑dessus πενίη). Voir en général Peters 1980, p. 131, n. 79 et Dieu 2016, p. 284‑287. La dérivation est bien attestée en indien et dans les langues italiques (voir Wackernagel, Debrunner 1930‑1957, II/2, p. 831‑833, et Weiss 2020, p. 296).

35 Voir Bechtel 1908, p. 79‑80 ; Ruijgh 1967, p. 199‑200 (§ 171).

36 Dans les reconstructions de ce travail, la finale *‑i̯ā̆‑ indique que les cas directs du singulier ont une voyelle brève et les obliques, une longue.

37 Le suffixe *‑i̯ă‑/‑i̯ā‑ a servi aussi pour dériver des nomina actionis : φεύγω → φύζα « fuite », *h2ai‑t‑ih2 > aiti̯ā̆- > myc. a3‑sa /ais(s)a/, hom. αἶσα « partie », etc., formation attestée aussi en védique (śak‑ → śácī‑ « force, énergie ») et dans les langues italiques (*°(h2)nek‑ih2 > lat. °nicies).

38 Déjà à l’époque pré‑mycénienne existait, semble-t-il, une variante allegro tri̯ā̆‑ (peut-être par influence des formes *‑VCi̯ā̆‑), qui après a provoqué le développement d’une voyelle épenthétique, avec timbres différents selon les dialectes : a) *°t°ri̯ā̆‑ > myc. a‑ke‑ti‑ra2 /askēt(i)rja/ ou /askētirra/ (PY, TH) ; b) thess. °ταρρα (cf. Ἀθανᾶ Λαγ[έ]ταρρα < *Lāu̯‑āgetrii̯ā̆‑). Les formes poétiques en °τειρα (hom. πολυβότειρα# [χθών], δμήτειρα [Νύξ]) s’expliqueraient comme des formes lesbiennes du type *°ΤΕΡ(Ρ)Α, finale qui, par μεταγραμματισμός, a été réinterprétée comme °τειρα (voir Wackernagel 1926a ; Lejeune 1950, p. 14). Quant à εὐ‑πάτειρα, Καλλι‑πάτειρα, etc., au lieu du résultat attendu *°πάτρια (*°patrii̯ā̆‑ < *°‑ph2tr‑ih2‑ ; cf. av. réc. °fəδrī‑, voir ci-dessous p. 141), elles pourraient aussi recouvrir l’avatar lesbien *°ΠΑΤΕΡ(Ρ)Α (*°paterrā̆‑ < *°pat°ri̯ā̆‑ < *°patrii̯ā̆‑ < *°ph2tr‑ih2), voir Wackernagel 1919, p. 6. Une analogie serait aussi possible : °‑ήνωρ : °άνειρα :: °πάτωρ : x, où x = ‑πάτειρα.

39 Cf. également °κράτεια (: κράτης), °φάνεια (: φάνης), °μήδεια (: °μήδης), °κλέ(ϝ)εια (: °κλέ(ϝ)ης), °μένεια (: °μένης), °πείθεια (: °πείθης), °σθένεια (: °σθένης), etc.

40 Mais cf. aussi le fém. nom. sg. apā́d (RV 6.59.6a).

41 Pour la nominalisation ἄγκυρα, voir 6 ci-dessous, p. 147.

42 Cf. gr. εὐμενὴς Ἑκάτα (Pi., Pai. frg. 52b.78), véd. rāke […] sumánā(s) « ô Rākā […] bienveillante » (RV 2.32.5a‑c).

43 Cf. encore ἡδυέπειαι / Μοῦσαι Ὀλυμπιάδες (Hes., Th. 965‑966), cf. hom. ἡδυ‑επής « aux doux paroles » ; ἁ θεσπιέπεια Δελφὶς […] πέτρα « aux divines paroles » (Soph., OT 463‑464 ; lyr.).

44 Voir De Lamberterie 1990, p. 686‑687 (§ 234) ; Meissner 2006, p. 172‑173. Voir pour une autre explication Blanc 2018, p. 52‑54.

45 Pace Masson 1979, p. 67, l’anthroponyme n’est pas l’abstrait καλλιέπεια· καλλιλεξία (Hsch., κ 473 Latte).

46 Voir Sommer 1916, p. 221‑222.

47 Voir Wackernagel 1926b, vol. II, p. 47.

48 L’indien et l’iranien ont aussi un féminin en ‑ā pour les adjectifs composés possessifs et verbales à second membre suffixé en *‑o‑ (voir Wackernagel, Debrunner 1930‑1957, II/2, p. 238, § 139). Par ailleurs, contrairement à d’autres cas, les féminins en *‑i̯ă‑/‑i̯ā‑ des adjectifs en *‑es‑ ne semblent conserver aucun reste d’alternance du suffixe sigmatique, ce qui montrerait qu’il s’agit d’un développement récent.

49 Duchesne-Guillemin 1936, p. 29 (§ 50) ; Mayrhofer 1979, no 112, 297 et 352. Ces anthroponymes présentent pourtant une flexion vr̥kī́‑ (ou alternativement devī́ comme v.l.), voir Hoffmann, Forssman 2004, p. 127 (§ 91.2).

50 Voir Porzig 1942, p. 219 ; Risch 1944, p. 46 ; Sommer 1948, p. 174‑175 ; Risch 1974, p. 191 (§ 70b). Pour des composés similaires, cf. μισγονόμος· οὗ πάντες νέμουσιν γῆ (Hsch., μ 1448 Latte) et μισγόλας· θόρυβος (Hsch., μ 1447 Latte), anthr. Μισγόλας (ve-iiie s. av. J.‑C.) ≈ Μειξίδημος (ve s. av. J.‑C.). Les composés rectifs à premier membre verbal et à second membre nominal en *‑es‑ sont fréquents : Γανυ‑μήδης, ταλα‑πενθής (θυμός), ἀρτι‑επής, ἁμαρτο‑επής, λυσι‑μελής, etc.

51 IPArk 14.20‑21 (Orchomène, ca 369‑361 av. J.‑C. ?). Voir Dubois 1986, II, p. 142.

52 FD III 4, 280 col. D.5 (Delphes, ca 117 av. J.‑C.).

53 Voir H. Pomtow ad SIG3 826 et Rousset 2002, p. 171. Pour la graphie, voir Rüsch 1914, p. 83‑87 avec des exemples des féminins en °κλεα, °κρατεα. Par ailleurs, νάπος apparaît aussi dans l’anthroponymie : Προνάπης (Attique, veive s. av. J.-C.). Quant aux toponymes arc. Τριναπία (IPArk 29.7 ; Phigalée, ca 250‑200 av. J.‑C.) et peut-être delph. Τρινάπιον (lecture de Rousset 2002, p. 96, n° 10, dans FD III 4, 293.11), il faut partir de νάπη/νάπα « vallée » (Hom. +).

54 Wackernagel 1889, p. 49, et Wackernagel 1916, p. 11.

55 Voir déjà Bechtel 1914, p. 228. D’après Blanc 2018, p. 231 μισγάγκεια serait une hypostase du prédicat *μίσγεται ἄγκεα.

56 D’après M. Peters (apud Mayrhofer 1986‑2001, vol. I, p. 262), *h1er‑οs > *ἔρος, puis ὄρος par assimilation.

57 Voir Rousseau 2016, p. 79‑80.

58 Voir Risch 1945.

59 D’après Porzig 1942, p. 218‑219, la nominalisation aurait à la base des syntagmes non attestés du type ὑπώρεια/πρυμνώρεια γαῖα ou χώρη.

60 Prépositionnels, p. ex. hom. ὑπ‑ασπίδ‑ιος « qui est sous le bouclier », etc. (voir Rousseau 2016, p. 75‑76, 86). « Dérivationnels » : hom. πάν‑νυχ‑ος et παν‑νύχ‑ιος « durant toute la nuit », etc.

61 C’est l’opinion de Bechtel 1914, p. 324, qui pense à un adjectif ὑπώρειος (ὑπωρείας μερίδας vel simile) ; Risch 1944, p. 12 ; Risch 1945, p. 18 ; Risch 1974, p. 189 (§ 68b). Quelques dérivés en *‑ii̯o‑ des thèmes sigmatiques dans les épiclèses et les anthroponymes sont mentionnés par Blanc 2018, p. 57.

62 Cf. sans nominalisation gén. ko-ru‑to /koruthos/ (KN) → e-pi-ko-ru-si-jo /epikorusi(j)ō/ et o-pi-ko-ru-si-ja /opikorusija/ (KN) « qui se trouve sur le casque » (o-pa-wo-ta /opaworta/ « [pièces] suspendues »).

63 L’anthr. Αἰγιάλεια (Hom., Il. 5.412) semble une forme analogique de Αἰγιάλη (une des trois cités de l’île d’Amorgos), mais on ne saurait exclure un féminin d’un composé *αἰγι‑αλής (ἀλλομαι, cf. προαλής) « qui saute dans les vagues » (cf. αἶγες· τὰ κύματα. Δωριεῖς Hsch., α 1700 Latte - Cunningham).

64 Voir Rousseau 2016, p. 86 ; Blanc 2018, p. 76‑77. Avec d’autres noms sigmatiques, cf. véd. daśa‑mās‑ya- « de dix mois », av. θri‑māh‑iia‑ « de trois mois », peut‑être gr. βαθυχαῖος « de profonde noblesse » (Esch.), sur lequel voir Tribulato 2013.

65 Pour les adjectifs composés en °ωρής (: ὄρος) attestés jusqu’ici dans l’onomastique, cf. top. dat. sg. me‑to‑re‑i /Metōrehi/ (TH), anthrop. dat. sg. o‑po‑re‑i /Opōrehi/ (TH), et béot. τοῖ Δὶ τŌπōρεῖ (Akraiphia, ve s. av. J.‑C.). Voir De Lamberterie 2012, p. 497‑501 ; Blanc 2018, p. 117‑119.

66 Cf. plus tard παρώρεια. Comme j’essaierai de montrer ailleurs, certaines formes en °ώρεια (p. ex., Λιμνώρεια, Hom., Il. 18.41) s’expliqueraient de manière satisfaisante comme dérivées d’adjectifs composés avec un second membre verbal en °ώρης « qui s’élance en haut » (intransitif) ou « qui lance en haut » de ὄρνυμι (< *°h3er‑es‑). Cf. νε‑ωρής « qui vient de se produire » (Soph., El. 901 +), etc., d’après Wackernagel 1889, p. 49, et Blanc 2018, p. 435‑436.

67 Cf. ὑπώρεαν (4.23.2) ; ὑπώρειαν (famille d) et ὑπωρέην (A) [7.199] ; ὑπωρέην (A) ou ὑπωρείην (famille d) [2.158.3]. Wilson (2015) hésite entre ὑπώρεαν (2.158.3 ; 4.23.2) et ὑπώρειαν (7.199). La forme hyperionienne apparaît aussi chez Arrien (Ind. 38.6). La modification de ὑπώρειαν en ὑπωρείην dans Hom., Épigr. 6.5, ne s’impose pas (voir Markwald 1986, p. 131‑132).

68 L’adjectif ὑπώρειος est tardif.

69 Pour la racine verbale *ǵerh2 « devenir mûr, vieillir », voir LIV2, p. 165-166.

70 Peters 1980, p. 135 postule une syllabation *ǵreh2‑iu̯‑ih2.

71 Voir Aura Jorro 2017, p. 258‑259 pour les différentes interprétations sur cette forme.

72 Postuler une évolution *ǵreh2‑i̯u‑ih2 > *grāi̯‑u̯‑i(i̯)ā̆‑ > *grai̯‑u̯‑i(i̯)ā̆‑ avec la variante dissyllabe *‑ii̯ā̆‑ de *‑́ih2‑/‑i̯éh2s (cf. ci‑dessus p. 139) serait ad hoc.

73 Peut-être aussi avec contraction γρηίαισι […] γυναιξί (Hérond. 1.74‑75). La finale ‑αισι faisant difficulté chez le poète de Cos (cf. ταῖσι(ν) 2x vs τηῖσι 2x, καληῖσιν, αὐτηῖσιν etc. ; -ηισιν, -ηις et -αις sont les seules formes attestées chez Hipponax et chez Archiloque), je préfère y voir une erreur du scribe pour γραίηισι. Quant au fém. γραίᾱ, cf. ἁ γραίᾱ […] Κοτυτταρὶς (Théocr., Id. 6.40), γραίᾱ τε παρείη (Théocr., Id. 7.126) et γραίη (Phil., AP 6.231), ce nom procède, comme j’essayerai de montrer ailleurs, de *grāi̯u̯‑ā (cf. ἱερέη dans n. 75).

74 Voir Egetmeyer 2010, p. 263 (§ 289).

75 Il existe aussi un dérivé *i(h)erēu̯‑ā > att. ἱερέᾱ (Eur., Ba. 1114 [ms. ἱερεία]), ἱερέη (Call., Ep. 40.1), qui s’explique peut‑être comme un féminin d’un dérivé thématique masc. *i(h)erēw‑o‑ > nom. sg. ion ἰέρεως « prêtre » (voir Sommer 1948, p. 146 ; Sommer 1977, p. 312‑330 ; contra Masson 1981, p. 154‑156). Pour la dérivation, cf. peut-être crét. ϝοικεύς → crét. fém. ϝοικε̄́ᾱ (Bechtel 1923, p. 723 ; dubitanter Genevrois 2017, p. 164, n. 5). D’après Schulze 1892, p. 488‑490, dans la lyrique chorale et le drame attique, ἱερέᾱ pourrait être postulée dans ces passages où l’avant-dernière syllabe est métriquement brève (p. ex., Pi., Py. 2.17 ; Soph. frg. 456 Radt ; Eur., IT 34 et 1399 ; Or. 261 ; Érech. frg. 22.97 Jouan et Van Looy ; Posidipp. Com., frg. 28.21 PCG Kassel et Austin ; Men., Dysk. 496), mais, la quantité de la voyelle finale étant indéterminée dans tous ces cas, on ne peut pas exclure la perte de [j] intervocalique, quoique les manuscrits transmettent souvent l’orthographe ‑ει‑ (voir Threatte 1980‑1996, vol. I, p. 313). Les inscriptions ioniennes d’Asie présentent plusieurs exemples de ἰερH, qui se trouve aussi dans une épigramme de Diotimos d’Athènes (AP VII, 733.3) et les prêtresses d’Artémis à Éphèse étaient appelées, selon leur âge, μελλιερH, ἱερH et παριερH (Plut., Mor. 795e). La forme ionienne pourrait être le résultat de l’évolution de *i(h)erēu̯‑ā‑/īrēu̯‑ā‑ > *i(h)erēē‑/īrēē‑ > ἰερέη/ἰρέη > ἰερῆ/ἰρῆ, ou du développement récent ἰέρειᾰ/ἴρειᾰ > ἰέρεᾰ/ἴρεᾰ > ἰέρη/ἴρη, à Chios ἰρΗ (SEG 56.996.10, ca 425‑375 av. J.‑C.) et ἰέρεα (SEG 35.923, B.3, ca 400 av. J.‑C.) étant plus au moins contemporaines. Les grammairiens tardifs mentionnent attique ἱερείᾱ (Moeris, ι 3 Hansen), qui, d’après Vessella 2018, p. 207‑208, aurait pu être entraînée par l’alternance εὐκλείᾱ vs εὔκλειᾰ. Pourtant, aucun des passages invoqués par le savant italien ne sauraient confirmer cette forme. À mon avis, la prétendue forme ἱερείᾱ ne serait qu’une forme artificielle issue de ἱερέᾱ et de ἱέρειᾰ (cf. Hdt. ἱερείη, probablement un hiperionisme, mais voir Ruijgh 1980, p. 95). En effet, il semble que certains grammairiens ont justifié une accentuation ἱερεία comme une forme déverbative ([Ps.‑]Hdn., Phil. 13 Dain ; cf. An. Gr. III p. 254.8‑18).

76 À côté de ἱερέᾱ (voir ci-dessus n. 75), il existe peut-être *gasilēu̯‑ā > dor. βασιλέα (Pind., N. 1.39 ; 3 syllabes) « reine », att. βασιλῆ/βασίλη (?) [contra Masson 1981, p. 154‑156].

77 Contra Brugmann 1906, p. 218 (§ 141).

78 Cf. les dérivés di-u-ja-jo° /Diwjajon/ « sanctuaire de Diwia », ainsi que l’anthr. di-u-ja-wo /Diwjāwōn/ (TH) et di-wi-ja-wo /Diwi(j)āwōn/ (KN, PY).

79 Voir Heubeck 1970, p. 68‑69 ; Risch 1979, p. 272-273.

80 Le masculin *diu̯‑iHo‑ > *diu̯ii̯o‑ (cf. véd. div(i)yá‑, hom. δῖος) apparaît en myc. di‑u‑jo/di‑wi‑jo /Diwjon/ et /Diwi(j)on/ « sanctuaire de Zeus », cf. le toponyme Δῖον, et le nom de mois gén. sg. di-wi-jo-jo /Diwi(j)oio/ (KN) = Δῖος. Cf. encore anthr. Di‑wi-je-u /Diwi(j)eus/ (PY) = Διεύς (Néapolis, ive s. av. J.‑C.). La forme homérique Δῑ́η (sc. νῆσος) n’apparaissant qu’au datif, on pourrait hésiter entre Δῖα ou Δῑ́η (voir Guarducci ad ICr I XI, p. 93‑94), mais dans la poésie postérieure aucun exemple de la flexion ‑ᾰ, ‑ᾰν ne semble être attesté.

81 Peters 1980, p. 216. Pour des phénomènes de synizèse de la séquence [CiV] > [Ci̯V], voir Alonso Déniz 2014, p. 351‑352. Pour une autre explication, voir Hajnal 1995, p. 45‑46.

82 Pour la conversion dans la formation des mots, voir Valera 2015.

83 Voir Dieu 2016, p. 257‑258.

84 Voir Vendreys 1905‑1906, p. 136 ; Dieu 2016, p. 148‑149. Le védique présente quelques cas (avec ou sans changement d’accent) : dŕ̥śīka‑ « beau » → dr̥śīkā́‑ « apparence » (pour Broger 2004, p. 49 un collectif), vr̥jiná‑ « malhonnête » → vr̥jinā́‑ « fausseté », mais aussi avec ‑ī́, cf. ápara‑ « postérieur » → aparī́‑ « postérité » (voir Wackernagel, Debrunner 1930‑1957, p. 251‑252 et 383).

85 Voir Dieu 2016, p. 154‑155, n. 319.

86 Le grec présente d’autres suffixes hérités pour dériver des noms de qualité de thématiques et d’athématiques : *‑tunā‑ > ‑σύνη (dor. ‑τύνᾱ), *‑tāt‑ > ‑τητ‑ (dor. τᾱτ‑), et *‑o/es‑ > ‑ε/ο(σ)‑, voir NWIG I, p. 202.

87 La forme att. βοήθεια est analogique.

88 Voir Heubeck 1987.

89 Voir Wackernagel 1914, p. 114‑115, n. 1 ; Perpillou 2002, p. 239 ; 2004, p. 21, propose un décomposé à partir de *πρωτήνιος (cf. dor. πρατήνιος). Pour des hypothèses alternatives, voir Szemérenyi 1965, p. 10‑16 ; Janda 1999, p. 198-200.

90 nōit̰ tąm āϑrauuō.puϑrīm naēδa dasti hupuϑrīm « [scil. Haoma] ne la rend pas mère d’Athravans, ni mère de bons enfants » (Y 10.15, trad. J. Darmesteter).

91 Voir Wackernagel, Debrunner 1930‑1957, II/2, p. 402‑405.

92 Voir Heubeck 1985 ; Hajnal 1994, p. 94‑95.

93 Pour une explication alternative, voir Melena 2014, p. 46.

94 De Lamberterie 1990, p. 723 (§ 240).

95 Wackernagel 1916, p. 246.

96 Pour Ἠερί‑βοια, Ἐρίβοια, voir Kölligan 2007, p. 127‑128.

97 D’après Lloyd‑Jones ad loc. en réalité un nom propre aurait été utilisé comme adjectif.

98 Pour le type de composé, cf. βωτι‑άνειρα, Καστι‑άνειρα. L’adjectif ἀλφεσίβοιον ὕδωρ (Esch., Supp. 855) est secondaire.

99 L’anthr. Πασί‑βοιος (Thespies, iiie s. av. J.-C.) est secondaire.

100 Théoriquement, les composés en °βοιος pourraient répondre aux alternances véd. su‑hásta‑ et su‑hást‑ya‑ « qui a une belle main », av. vīspō.bāma‑ et vīspō.bāmiia‑ « qui a beaucoup d’éclat », lat. acu-ped-ius. Mais cette variation n’apparaît pas, en principe, dans les composés possessifs grecs, voir Risch 1945, p. 19. Pour les adjectifs patronymiques, voir p. 150.

101 Voir Bechtel 1917, p. 337‑338. Si Ἀλκινόϝᾱ (Corinthe, viie s. av. J.‑C.) est à analyser comme appartenant à la racine de *nes‑, <ϝ> serait hypercorrecte par influence du type Πōλυνόϝᾱ (CEG 144, Corcyre, viie s. av. J.‑C.). Les formes athématiques comme gén. Εὔπλοος, Εὔνοος, nom. pl. ἄνοες, εὔνοες, etc., relèvent d’un développement morphologique tardif (voir Threatte 1980‑1996, vol. II, p. 38‑39 et 289). Sur ion. εὐνοέστερος, εὐπνούστερος, etc., formes sans aucun doute analogiques, voir Bechtel 1924, p. 105‑106.

102 Mayser, Smoll 1970, p. 89 (§ 15.2) ; Threatte 1980‑1996, vol. I, p. 332‑333. Quant au nom de mois Βοαθοῖος, il s’agit de la forme attendue à partir de *Βοαθό(ϝ)‑ια « les fêtes pour (Apollon ?) Βοαθόος », qui présente la variante Βοαθόος avec perte de -ι- intervocalique. Pour la formation, cf. βοήδρομος/βοάδρομος (Eur. +) litt. « qui court avec le cri de la bataille », « qui accourt à l’aide » → Βοηδρόμια (fêtes pour Apollon βοήδρομος), Βαδρόμιος (mois). L’épithète Βοηδρόμιος (Call., Apoll. 69) semble secondaire par rapport à βοήδρομος, peut-être influencé par Ἱπποδρόμιος, épiclèse de Poséidon.

103 Voir Wyatt 1969, p. 166‑168 ; Dieu 2016, p. 277 ; Blanc 2018, p. 254‑255.

104 Cf. IG XII Suppl. 139.52 (Milet < Lesbos ; ca 167 av. J.‑C.) ; IMagnesia 38.52 (Magnésie < Mégalopolis d’Arcadie ; iiieiie s. av. J.‑C.).

105 Voir Miranda 1989 ; Eckert 2011.

106 Pour une terminaison ‑οια analogique, voir Leukart 1994, p. 62, n. 47. Cette hypothèse pourrait aussi rendre compte de l’anthr. Ἀλεξίρροια ([Ps.‑]Plut., Fluv. 7.5).

107 Voir Ruijgh 1967, p. 214 (§ 183) et Chantraine 2013, p. 245 (§ 117).

108 Cf. Passa 2016, p. 445.

109 Aucun hyperionisme de ce type n’apparaît dans le papyrus qui préserve la plupart des Mimiambes. Voir Meister 1893, p. 234.

110 En revanche, le védique présente l’évolution *sḱeH‑i̯eh2 (avec degré analogique des cas directes et sans métathèse) > véd. *chāyā‑, d’où le nom. chāyā́‑, qui a remplacé la forme attendue **cha(y)ī́ (cf. également toch. B skiyo « ombre »).

111 Au moins en grec il serait possible d’opérer avec un déverbatif en *‑(i)i̯eh2à degré zéro : *sḱH‑ii̯eh2 > *skii̯ā‑.

112 De Lamberterie 1990, p. 337‑343 (§ 133).

113 De Lamberterie 1990, p. 632‑635 (§ 220) ; Dieu 2016, p. 337.

114 καὶ ἐάν τις τήνδε τὴν πο[λ|ιτείην ἐπιχειρε]ῖ καταλύειν τ̣ὴ̣ν̣ ν̣ῦ̣ν̣ οὔρην ἢ λέγων ἢ ἐπιψηφίζ[ω|ν « si quelqu’un [tente] d’abolir la constitution actuellement en vigueur en proposant un projet de loi ou en mettant aux voix un projet » (SEG 51, 1105, frg. B. 6-8, Érétrie, ca 341‑337 av. J.-C. ; trad. D. Knoepfler).

115 Pour ion. ἰερέη/ἰερῆ, voir ci-dessus n. 75.

116 Voir Schwyzer 1939, p. 474, n. 2.

117 Ἡδε̄́η κεῖμαι θυγάτ|ηρ τε ἅμα μοι Φιλονοίη. / μνήμην δ’ ἔστησεν Σά|τυρος πα<ῖ>ς Εὀξένō ὧδε (CEG 738, Patrasys ? ; CIRB 1017).

118 ΗΔΕΗ Aschik (corr. Ἡδ<ίστ>η) ; Ἡδέη Latyshev IPE, vol. 2, n° 370 ; ΗΛΕΗ Latyshev IPE, vol. 4, p. 291-292 ; ΗΔΕΝ Latyshev 1907, p. 56‑57, Ἡδε(ί)<η> (CIRB).

119 Cf. CIRB 1064.

120 Voir Solmsen 1909, p. 252, n. 1 ; Bechtel 1924, p. 139‑140.

121 Voir Bechtel 1917, p. 28. Une autre possibilité : *Φιλτεύς (cf. ion. Φιλτῆς < Φιλτέης) → *Φιλτήϊος (cf. hom. Νηλήιος, Πηλήιος, etc.). Cf. hom. Νηλήϊαι ἵπποι (Il. 11.597), Πηλεία γέννα (Eur.), etc.

122 D’après Morpurgo Davies 1968, p. 92-93, ‑ειος est analogique dans les thématiques.

123 Voir Solmsen, Fraenkel 1922, p. 130.

124 Voir Bechtel 1917, p. 28.

125 Voir Solmsen 1900, p. 88‑89 ; Bechtel 1924, p. 124.

126 En dehors de l’attique, ni l’abrégement de la diphtongue *‑ēi‑ ni la fermeture *ā > *ǣ ne se sont réalisés.

127 Voir Roussou 2017. Le texte d’Hérodien (III.1, p. 271‑273 Schmidt) est fait à partir des entrées des notices de Théognoste et celles d’Étienne de Byzance.

128 τὰ διὰ τοῦ αια ὑπὲρ δύο συλλαβὰς προπαροξύτονα, ἐπὶ πόλεων ἢ τόπων τιθέμενα, διὰ τῆς αι διφθόγγου γράφονται, οἷον Νίκαια, Ποτίδαια, Κάρθαια, Λίλαια, Δίκαια ἡ πόλις, Βάρκαια, Ἱστίαια [ms. Ἴσταια], † Ὄσταια, Ἄφαια [Ἄφθαια ?], Πλάταια· ταῦτα δὲ, εἰ μεταλάττει τὸν ἀριθμὸν, μεταλάττει καὶ τὸν τόνον εἰς τὴν ἐσχάτην, καὶ ὀξύνεται (Can. 617). Voir Lobeck 1837, p. 301‑302.

129 Chez [Ps.‑]Scymne, la syllabe finale de Ἑστίαια (578) est indéterminée.

130 Tous les deux sont mentionnés, avec Κάρθαια et Δίκαια, par Étienne de Byzance comme proparoxytons (α 303, π 176 Billerbeck).

131 *Ποτείδεια est peut‑être indirectement attesté dans l’ethnique Ποτειδεάτης dans les inscriptions attiques du ve s. av. J.‑C. (au lieu de Ποτειδαιάτας/Ποτειδαιάτης). La forme attique s’expliquerait alternativement par une assimilation de la seconde diphtongue à la première, Ποτειδαιάτης > Ποτειδειάτης (puis Ποτειδεάτης), ou plutôt par une dissimilation ‑αια > ‑εια (voir Wackernagel 1909, p. 331 ; Blass 1888, p. 53 voit une monophtongaison /ai̯/ > /εː/, hypothèse invraisemblable acceptée par Striano 1999, p. 358). Pour une explication morphologique, voir Hatzidakis 1896, p. 460‑463.

132 Voir Bechtel 1923, p. 248.

133 L’étymologie mentionnée par les philologues anciens est acceptée par Keil 1941, p. 444 (voir DELG, s.v. φώκη).

134 La forme Ῥήνεια semble secondaire, voir Wackernagel 1909, p. 332 (contra Striano 1999, p. 358‑359).

135 Hérodote indique que la montagne avait le même nom. Peut‑être neutre pl. Ἀνόπαια (ὄρη).

136 Bechtel 1914, p. 46. Cf. peut‑être att. ἀνόπαια (sic) = καπνοδόχη (Ar. Byz., frg. 433 Slater).

Auteur

CNRS, HiSoMA (UMR 5189), Lyon, France

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search