Version classiqueVersion mobile

Dérivation nominale et innovations dans les langues indo‑européennes anciennes

 | 
Alain Blanc
, 
Isabelle Boehm

Première partie. La dérivation depuis l'indo‑européen jusqu'aux langues attestées

Formations en *‑nes‑ et en *‑no‑, formations en *‑on‑/‑en‑ : védique °bharṇas‑ et grec φερνή, mycénien po‑re‑na

José L. García Ramón

Résumé

Les neutres en *‑nes‑ du type véd. ápnas‑ « richesse », gr. τέμενος « enceinte », lat. mūnus « don », relativement peu attestés dans plusieurs langues (mais pas en anatolien), sont pour la plupart des créations des différentes langues (einzelsprachlich). Or, les correspondances entre av. réc. tafnah‑ « chaleur » et v. irl. ten « feu » (présupposant *tép‑nes‑) et entre véd. árṇas‑ « vague, agitation » (et árṇa‑ « id. ») et ἔρνος « rejeton » (*h1ér‑nes‑, qui peut être supposé au moins pour une partie des faits védiques) suggèrent que la formation est héritée et que quelques formes peuvent remonter à l’indo‑européen postérieur à la séparation de l’anatolien. Le suffixe *‑nes‑ peut être analysé, suivant les formes, soit comme un conglomérat *‑n‑es‑ (à côté de *‑n‑o‑), formé sur *‑n‑ (degré zéro d’un thème en *‑on‑/‑en‑ ou thème faible d’un hétéroclite en *‑r/n‑), soit comme issu du croisement de *‑no‑ avec les neutres en *‑es‑. Le rapport entre les neutres en *‑nes‑ et en *‑no‑ (et fem. ‑nā‑ en grec) est reconnaissable dans véd. °bharṇas‑ « offrande » et gr. φερνή « id. » (cf. *bhér‑no‑, arm. bern̄, lit. bérnas « jeune homme, servant »). Myc. po‑re‑na acc. sg. /phorēna/ (ou pl. /phorēnas/) recouvre /phorēn‑/*, un dérivé en /‑ēn‑/ de φόρος « offrande », donc « celui qui s’occupe de l’offrande que l’on porte », et il désigne des personnes qui s’occupent de l’offrande portée (: φόρος) et agissent en porteurs (: φορεύς).

Texte intégral

Travail réalisé dans le cadre du Projet FFI2016‑79906‑P « Estudio diacrónico de las instituciones socio‑políticas de la Grecia antigua y de sus manifestaciones míticas », Universitat Autònoma de Barcelona (AEI Espan͂a / FEDR, EU). La version finale a profité des indications et critiques de Riccardo Ginevra (Milan), Claire Le Feuvre (Paris), Carlos Varias García (Barcelone) et Ana Vegas Sansalvador (Cologne), ainsi que de celles d’Alain Blanc (Rouen) et de Nicole Guilleux (Caen), qui m’ont envoyé leurs travaux inédits (Blanc, à paraître ; Guilleux 2000) et de l’édition des tablettes de Pylos (PTT3rd, à paraître) de José L. Melena (Vitoria), que je tiens tous à remercier vivement. Pour les formes des différentes langues, on renvoie une fois pour toutes aux dictionnaires étymologiques de référence. Les œuvres standard sont citées d’après les conventions habituelles.

1. Les neutres suffixés en *‑nes‑ et en *‑no‑

1.1. Position du problème

  • 1 Meillet 1908‑1909, passim p. 256 : « des notions relatives à la propriété » ; Chantraine 1933, p.  (...)

1Les neutres en *‑nes‑ du type véd. ápnas‑ « richesse », gr. τέμενος « enceinte », lat. pignus « garantie » et mūnus « don, gage », v. irl. ten « feu », qui se rattachent, spécialement en indo‑iranien surtout à la proprieté ou à la possession1, constituent une formation peu productive dans les langues où ils sont attestés (voir 1.2) et qui ne permet d’entrevoir que deux correspondances possibles entre deux langues. Certains des neutres en *‑nes‑ coexistent avec d’autres du type thématique *‑no‑ (ou thématisé *‑n‑o‑) et *‑nā‑ (en grec) formés sur un même lexème dans une même langue ou dans un même groupe (e.g. véd. dámūnas‑ et *dámūna‑, grec. γλῆνος « objet brillant » et γλήνη « prunelle de l’œil », lat. fēnus « produit, interêt » et fēnum « foin »). Cette situation n’apparaît pas dans plus d’une langue, mais la comparaison permet de constater l’existence de paires, les formes en *‑nes‑ et *‑no‑ étant attestées chacune dans une langue (e.g. véd. rékṇas‑ « proprieté héritée » et germ. *lai̯x‑na‑ « gage, emprunt » dans v.h.a. lēhan).

2Le riche dossier établi par Antoine Meillet (1908‑1909), qui, tout en reconnaissant les difficultés de détail, faisait remonter l’essentiel du système à l’indo‑européen, mérite d’être repris en considération – et en partie élargi – pour donner réponse à trois questions qui demeurent ouvertes : d’un côté, la délimitation des formes vraiment anciennes dans chaque langue vis‑à‑vis de celles qui relèvent de développements secondaires ; de l’autre, la possibilité de déterminer quelles correspondances de paires attestées dans plus d’une langue peuvent être retracées jusqu’au proto‑indo‑européen ou jusqu’à l’indo‑européen « nucléaire » (Core Indo‑European, Kernindogermanisch) avec un degré de vraisemblance raisonnable ; finalement, l’origine (plutôt les origines) de *‑nes‑, considéré avec raison comme un suffixe composite.

  • 2 Ainsi Manessy‑Guitton 1965, qui n’y voit que des développements secondaires à l’intérieur de chaqu (...)

3Ce sont des questions qui débordent largement les limites de la présente contribution, qui, partant du fait incontestable de l’existence d’une série de formations en *‑nes‑ dans quelques langues, prendra en considération d’un côté les paires constituées par des formations en *‑nes‑ et en *‑no d’un même lexème dans une seule langue et dans au moins deux langues, dont l’une atteste la forme en *‑nes‑ et l’autre celle en *‑no‑, de l’autre les deux correspondances attestées, notamment av. tafnah‑ « fièvre, chaleur » : v. irl. tén « feu » et véd. árṇas‑ « vague, onde » (à côté de árṇa‑ « id. ») : gr. ἔρνος « rejeton », qui ne peuvent pas être considérées avec certitude absolue comme un héritage indo‑européen2, mais qu’on aurait du mal à attribuer à des développements indépendants propres à chaque langue. Le nombre réduit des correspondances entre au moins deux langues suggère évidemment que chaque langue a développé des neutres en *‑nes‑ : or, une partie des correspondances peuvent bien être les disiecta membra d’un système, dont la structure et les origines possibles se laissent reconnaître en reconstruction interne, même sans entrer dans le détail de la complexité des dossiers ni dans la question de la chronologie réelle des différentes formations. Sur la base de l’existence d’un modeste réseau de correspondances (héritées ou non) entre les neutres en *‑nes‑ et en *‑no‑, l’on essayera d’expliquer trois formations bâties sur *bher‑ « (ap)porter » qui s’insèrent dans le cadre des formes en question, notamment véd. °bharṇas‑ et gr. φερνή, qui sont en dernière analyse transposables respectivement en *bhér‑nes‑ et *bhernéh2‑, ainsi que l’énigmatique forme mycénienne po‑re‑na, un thème en /‑ēn‑/ dont le sens demeure controversé, mais qui relève d’une régularisation à partir des formations héritées en *‑on‑/‑en‑/‑n‑. 

1.2. Neutres en *‑nes‑

4Rappelons tout d’abord l’essentiel du dossier de formes relevant de neutres en *‑nes‑ attestés dans différentes langues, sans indication de variantes en *‑no‑/‑nā‑ :

  • 3 Mayrhofer 1979, vol. I/94, n° 365 ; vol. II/28, n° 57 ; Schmitt 2011, p. 206.

5Indo‑iranien : véd. dráviṇas‑ « biens mobiliers » : av. réc. draonah‑ « partie, portion » (voir 1.3) ; véd. párīṇas‑ « plénitude, richesse », présupposable aussi pour l’avestique (cf. réc. parənaŋvaṇt‑ « abondant ») ; énas‑ « pêché » ; v. av. aēnah‑ « id. ». En védique : ápnas‑ « biens, richesses » ; árṇas‑ « vague, onde » ; dámūnas‑ « richesse domestique ». En avestique : réc. varəšnah‑ « acte, action » (cf. vərəz‑ « faire, travailler ») ; v. av. rafənah‑, réc. rafnah‑ « protection » (cf. rap « protéger ») ; réc. xvarənah‑ « splendeur, majesté » (et adjectif « brillant », cf. huuarə̄ « soleil »), av. réc. xvarənah‑uuaṇt‑, aussi en composition xvarənah° (xvarənaz‑dā‑ « id. ») et °xvarənah‑ dans le nom Viδat̰.xvarənah‑, v. perse vi‑i‑d‑f‑r‑n‑h /Vindafarnah‑/3.

  • 4 Chantraine 1933, p. 420 ; Gonda 1952, p. 68‑69 ; Vine 1999, p. 300‑301.
  • 5 Pour l’essentiel des données, voir Balles 2002, p. 216‑217. L’étymologie du terme est controversée (...)
  • 6 La critique de Manessy‑Guitton et l’explication de τέμενος (1955, p. 32 et suiv.) comme sémitisme (...)
  • 7 D’autres termes attestés tardivement sans portée dans notre cas : τέρχνος « branche, jeunes pousse (...)

6Grec4 : ἄφενος « richesses, abondance » (et ἀφνεός « riche » Hom. +)5, γλῆνος « objet brillant, bijou », ἔρνος « rejeton », κτῆνος « biens, troupeaux », λῆνος « laine » ; aussi ἔθνος « peuple » (εἴωθα, *su̯edh‑nes‑), σθένος « force », τέμενος « enceinte » (*temh1 « couper » : τέμνο/ε‑)6, tous depuis Homère, ainsi que ἔτνος « purée », σκῆνος « corps », σμῆνος « essaim » (Ar. +, class.)7. Avec degré zéro radical : hom. δήνεα « pensées » (*dń̥s‑nes‑, cf. δέδαε « he knows »), ἴχνος « trace » (cf. ἴχματα· ἴχνια Hsch.).

7Latin : facinus « (mé)fait, crime » ; fēnus « produit, interêts » ; fūnus (foinos ? Gramm.) « cérémonies funèbres », « cadavre » (cf. fūnebris : *‑esri‑, fūner‑ālis) ; pignus,‑o/eris « garantie, sureté » (Plaut. +) ; uolnus « blessure, déchirement » (*u̯olenos : *u̯elh3‑nes‑).

  • 8 Cf. De Bernardo Stempel 1999, p. 145‑146 et 149‑150.

8Celtique : dún « arx » (à l’origine ‑o‑ cf. gall. °dunon, °dunum, °δουνον) ; glún « genou » (de *ĝnū‑nes‑ avec dissimilation), tén « feu » (voir 1.5.1)8.

  • 9 GCLS, vol. IV, p. 581 et 601 mentionne v. sl. granŭ (*‑no‑), à côté du féminin granĭ (‑i‑), sans m (...)

9Pour le vieux‑slave on a supposé un thème en *‑nes‑, notamment granes‑ « vers, formule » sur la base de deux attestations sporadiques et douteuses (pl. granesa, et instr. pl. granesь) à côté de gran‑ъ (*‑no‑). Or, pl. granesa pourrait très bien être analogique du très courant slovesa « mots » et n’apparaît que dans la Légende de Chersonèse (transmise par un manuscrit du xvie siècle, Claire Le Feuvre, comm. pers.). C’est bien un thème en ‑ogranъ, qui est transmis dans les éditions standard (ainsi l’Euchologe, seul texte ancien qui atteste ce mot)9

1.3. Formations en *‑nes‑ et en *‑no‑ (et *‑) pour un même lexème dans une même langue

10Dans certaines langues on trouve les aboutissements de formations en *‑nes‑ et en *‑no‑ (et *‑en grec) d’un même lexème. La concurrence des formations est assurée, bien que leur distribution et les rapports entre l’une et l’autre formes ne coïncident pas toujours dans tous les termes. Quelques exemples :

  • 10 Dámūnas‑ créé à partir du thématique *dámūna‑, comme dráviṇas‑ sur le modèle de dráviṇa‑, cf. Pi (...)
  • 11 Hoffmann 1957, p. 102‑103 (repris dans Aufsätze, p. 420‑421 : « Besitz […] durch das suffix ‑nas(...)
  • 12 Manessy‑Guitton 1965, p. 174‑179 ; Pinault 2000, p. 87.

11Indo‑iranien : védique : árṇas‑ « vague, onde » et árṇa‑ (neut.) « id. » (voir 1.5) ; dámūnas‑ « bénéficiaire de la maisonnée » et *dámūna‑ « richesse domestique »10 ; dráviṇas‑ « biens mobiliers, possessions » (6x : forme figée, emploi formulaire ; 3x avec parallèle dans ses composés, e.g. dráviṇo‑dā‑ 23x, dráviṇo‑vid‑ 1x) : dráviṇa‑ « biens matériels », aussi « spirituels » (ca 50x, en rapport avec le sacrifice). De même av. réc. draonah‑ et draona‑ « part de biens » (*drau̯H‑na‑ « Vermögensanteil, Teil », « Besitz durch Scheidung, Trennung » : drū‑ « couper », dans l’interprétation de Karl Hoffmann)11. On admet que le système reflète un nivellement à partir de paires où les formes du type ‑nas‑ relèvent d’un remaniement des formes en ‑na12. Cf. aussi av. réc. varənah‑ « couleur » et véd. várṇa‑ (RV +).

  • 13 On n’opèrera pas avec un rapport entre δάνᾱ‑* et véd. diná‑ « partagé » (mentionné comme possible (...)
  • 14 Th. 112 ὥς τ' ἄφενον δάσσαντο, Op. 24 εἰς ἄφενοv σπεύδοντ'(α), aussi 637. De même v.l. 3x chez Hom (...)
  • 15 Le neutre κτῆνον peut être supposé dans les composés tardifs κτηνότροφος (βίος) « qui nourrit le t (...)
  • 16 Peters 1980, p. 180 (κτῆνος à partir de dat. pl. κτεάνεσσι, κτέανον à partir de dat. pl. κτεάτεσσι (...)

12Grec : γλῆνος « objet brillant » (Hom., ‑εα « bijoux, parures » Il. 24.192) et γλήνη « prunelle de l’œil » (Hom.), « œil » (S.) [cf. *gelh2 : γελάο/ε‑ « [sou]rire », γαλήνη « calme lumineux »] ; on mentionnera aussi l’hapax δάνος « argent prêté à interêts » (Lycophr. +, cf. δάνειον Dem. +), à côté de δάνη (?, cf. δάνας· μερίδας Hsch.)13, et σκᾶνος « tente » (Tit. Locr.), σκῆνος (Teos) à côté de σκηνή « tente » (Hom. +). L’existence de ἄφενον (v.l. dans les trois attestations chez Hésiode)14 à côté de ἄφενος est douteuse. La paire κτῆνος (pl. κτήνεα) « biens », « troupeaux » (HHom. 30, 10 +, Hdt., Aesch. +) et κτέανον « id. » (P. Pyth. 1, 2, κτέανοις Nem. 9, 45)15, pl. κτέανα (Hésiode +) relève des remodelages secondaires à partir d’un κτέαρ (tardif), *κτέανος (*ktḗ‑u̯ar, *kté‑u̯(a)n‑os)16.

  • 17 De *dheh1 « allaiter » (*dheh1), d’où « produire » et finalement « foin » (?). Pour la sémantiqu (...)

13Latin : fēnus (faenus) [Plaut. +] « produit(s), interêts (de l’argent prêté) », « prêt à interêt » (aussi fēnebris : *fēnes‑ri‑) et fēnum « foin »17

1.4. Formations en *‑nes‑ et en *‑no‑ (et *‑) pour un même lexème dans des langues différentes

  • 18 Aliter Balles 2002, p. 223 : « ein Nebeneinander von *‑no‑Adjektiv und dazugehörigen ‑nes‑Abstrakt (...)

14L’attestation d’un neutre du type CéC‑nes‑ ou CóC‑nes‑ dans une langue, et d’une formation du type CéC‑no/ā‑ du même lexème dans une autre langue ou groupe, tout comme on l’a constaté dans des langues concrètes (voir 1.3), est assurée dans certains cas18. On rappellera (d’après leurs racines en ordre alphabétique) quelques cas qui semblent assurés, avec indication des formes reconstruites et/ou en termes de Transponat des types (a) en *‑nes‑ et (b) en *‑no‑ (et *‑neh2‑ en grec) :

15      *bher‑ « (ap)porter » : (a) *bhér‑nes‑ : véd. °bhárṇas‑ « présent, offrande » dans sahasrabharṇas‑ « qui (ap)porte mille présents, offrandes » – (b) bher‑néh2 : gr. φερνή « dot de la mariée » (voir 2.2).

  • 19 Aliter *h2ep‑ (Stüber 2002, p. 109 « *h2óp‑ etwa “reich” » ; Rieken 1999, p. 315‑317), ce qui n’es (...)
  • 20 Surtout dans des hymnes tardifs (Manessy‑Guitton 1965, p. 184‑190).
  • 21 Probablement par thématisation de *aƀan‑, reflet de *h3op‑ón‑ par la loi de Verner.
  • 22 D’après une idée de Szemerényi 1954, p. 277‑278, généralement acceptée (récemment Weiss 2008, p. 9 (...)
  • 23 Ainsi Rieken 1999, p. 315‑318 (qui opère avec *h2ep‑). Malheureusement l’analyse pénétrante de Mei (...)
  • 24 Casaretto 2004, p. 216 et 411 (aussi got. dat. pl. Aflims, nom d’une matrona).
  • 25 En réalité *h3ép‑ (*h3óp‑), *h3p‑´ (Balles 2002, p. 228, avec explication de hitt. LUippara‑ à pa (...)
  • 26 Avec apás‑ agentif véd. sv‑ápas‑ « qui fait bon travail, qui est adroit » : av. huuapah‑, d’où le (...)
  • 27 On a pensé à un *h3op‑ « herstellen » (dernièrement Stüber 2002, p. 108‑110 ; Casaretto 2004, p. 4 (...)
  • 28 La sémantique de ápnas‑ et ápna‑ se rapproche dans certains passages du Rig Veda signalés par Mane (...)

16      *h3op‑ « (avoir) valeur, (être) riche »19 : (a) *h3ép‑nes‑ : véd. ápnas‑ « biens, richesses, possessions »20 à côté de (b) apna° : ápnas‑vant‑ « riche en proprietés » : av. afnahuuaṇt‑/afnaŋvaṇt‑ « id. », et ápnah° (ápnaḥ‑sthá‑ « ayant richesses », ápnaḥ‑rā́j‑ « qui dispose de biens ») – (b) *h3ép‑no‑ : véd. apna‑rā́j‑ « qui dispose de biens » et la famille de germanique nord. occid. *aƀna‑, avec dénominatif *aƀnii̯a‑ : v. isl. efni « matériaux, matière », efna « accomplir, tenir une promesse », v. angl. and‑efn « somme », « proportio », avec dénominatif efna « facere, praestare »21. On a aussi une formation de structure *op‑en‑/*op‑n‑ (qui pourrait être transposée comme *h3ép‑en‑, *h3ép‑n‑) : d’un côté, hitt. appinant‑ « riche », que l’on peut bien mettre en rapport avec lat. *opi‑n‑ent(o)‑ (qui est à la base de lat. opulens, opulentus)22, et appinatt‑ « richesse », de *ḫapper‑, *ḫappen‑ (collectif inséparable d’un hétéroclite singulatif *h3óp‑r̥‑/*h3ép‑n̥‑s, dont le nom.‑acc. ā̆ppar « achat » se continue comme thème en ‑r, cf. dat.‑loc. appari‑, abl. appar(r)az), avec ā̆pparai‑/ā̆pparii̯a‑mi : lyc. epirije « vendre »23 ; d’autre part, germ. *aƀ‑an‑ (*op‑en‑) cf. got. aba* « ἀνήρ » « époux », de la même structure que *aƀ‑al‑ (v. isl. afl [afla] « force », v. angl. afol « force » v.h.a. afalōn)24. Les formations sont des dérivés d’un nom‑racine *h3op‑25 (lat. ops « pouvoir, possessions », pl. opēs). On n’entrera pas dans la question si le dossier peut intégrer véd. ápas‑ « acte sacrificiel »26 : lat. opus « travail, œuvre » (operārī « travailler », cf. οsc. upsā‑). Un neutre i.‑e. *h3ép‑es‑ de la même racine que véd. ápnas‑, lat. ops serait certes possible27, mais le rapport de sens avec *h3ep‑ « (avoir) valeur, (être) riche » n’est pas évident28.

  • 29 D’après Meiser 1993, p. 305‑306, lexème intransitif‑télique « sich entfernen von/aus (ablat.) » vs(...)
  • 30 Le sens du terme est controversé : « heritage, legacy » (Humbach), « excédent, réserves » (Kellens (...)
  • 31 Av. réc. raēkah‑ Yt. 17, 20 « recul, action de reculer » (irinax‑ti, raēcaiia‑ « freimachen, verla (...)
  • 32 Sur la sémantique cf. déjà Meillet 1908‑1909, p. 256 et 258 (« le sens technique de ce groupe se j (...)

17      *lei̯k « laisser »29 : (a) indo‑iran. *rái̯k‑nas‑ (*lói̯k‑nes‑ ?) : véd. rékṇas‑ « propriété héritée/laissée par legs », « chose qu’on possède » : v. av. raēxənah‑ « (partie de) l’héritage », « destin »30, à côté de réc. raēkah‑31 – (b) germ. *lai̯x‑na‑ (*lói̯k‑no‑) : v. isl. lán v. sax., v.h.a. lēhan « prêt, objet prêté », avec sens technique de *leixa‑ « laisser »32.

  • 33 Vine 1999, p. 300‑301 : « something given in exchange, gift » avec discussion d’autres explication (...)
  • 34 Vine 1999, p. 301 ; Balles 2002, p. 222, n. 11 (avec référence à Schindler 1980, p. 390).

18      *(h2)mei̯‑ « changer, donner en échange » : (a) *(h2)mói̯‑nes‑ : mūnus « don, gage », « charge, devoir » (Plaut. +). – (b) *(h2)mói̯no/ā‑ : lit. maĩnas « changement, échange », v.‑slav. měna « id. », aussi *(h2)méino‑ dans lat. arch. meinom dans l’inscription de Duenos dans l’interprétation de B. Vine33, v. irl. mían « (objet) de désir », gallois mwyn « joie » (er mwyn « pour »). On a aussi un thème *(h2)moi̯ni‑ dans le domaine italique (lat. mūnia « accomplissement, réussite », commūnis « commun » : got. gamains « κοινός », v.h.a. gimeins, aussi mūnis « obligeant » ; osc. múíní‑kú‑ « communis », u. muneklu « donation ») et celtique (v. irl. moín, maín « objet de valeur » f.) ; de fait, le thème en ‑i‑ (*moi̯ni‑) peut bien être invoqué à l’appui de l’existence d’un thème en ‑o‑ (*moi̯no‑), dont il formerait l’abstrait34.

19      *h2/3u̯l̥h1/2‑nes‑ « laine » : (a) λῆνος « id. » (Arch., Aesch. +), lat. tardif lanes‑tri‑ « en laine ». – (b) *h2/3u̯l̥h1/2‑nā‑ « id. » : hitt. ulana‑, véd. ū́rṇā‑ : av. varənā‑, lat. lāna, lit. vìlna, v. slav. vlǔna, got. wulla, v. isl. ull, v. ang. wulle.

20Les correspondances mentionnées, bien que d’inégale valeur, permettent d’imaginer que les deux formations avaient coexisté à l’origine et peuvent remonter à une phase commune. 

1.5. *tép‑nes‑/*tép‑no‑ et *h1ér‑nes‑/*h1ér‑no‑

21Les neutres en *‑nes‑ ne laissent reconnaître que deux correspondances, qui peuvent certes être considérées comme accidentelles, donc non probantes pour leur caractère hérité, voire ne pas être acceptées comme telles.

  • 35 Widmer 1997, p. 124‑125 ; Wodtko, Irslinger, Schneider 2008, p. 699, n. 25, s.vtep‑.
  • 36 Irslinger 2002, p. 132‑133. Gr. τέφρᾱ « cendre » pourrait relever éventuellement de *tep‑s‑rā‑, m (...)
  • 37 Ainsi Stüber 2002, p. 161‑162 (aussi explication de véd. tápuṣ‑ « chaleur, lueur » comme croiseme (...)
  • 38 Rieken 1999, p. 95, n. 440 ; De Bernardo Stempel 1999, p. 165 ; Widmer 1997, p. 124. On reviendra (...)
  • 39 Aliter Rieken 1990, p. 95, n. 440 (« Zufall »).

221.5.1. Av. réc. tafnah‑ « fièvre » (*tép‑nes‑) et v.‑irl. ten « feu » (n.) et tene (m.) [*te(p)‑nés‑ « Hitze habend » dans l’interprétation de P. Widmer]35, qui présuppose l’existence de la forme de base *tép‑nes‑ « chaleur », viennent s’ajouter aux dérivés de *tep‑ « être chaud ». La racine est bien attestée par des formations du système Caland, notament *tép‑es‑ : véd. tápas‑ « chaleur », « ascèse » (aussi lat. tepor « chaleur » [m.] et statif tep‑ē‑) et des dérivés sur *tep‑s‑, notamment u. tefra « offrandes ignées » ?, o. tefúrúm « autel pour des offrandes ignées » ? (*tep‑s‑ro‑), v. irl. tess « chaleur » (*tep‑s‑tu‑)36. On a essayé d’expliquer av. tafnah‑ comme contamination de *tépes‑ et de *tepnú‑ « brûlant » (véd. tapnú‑ : av. tafnu‑)37, ce qui pourrait, à la limite, être valable pour v. irl. *tépnes‑ seulement au prix d’accepter l’existence d’un *tép‑no‑/*tép‑nu‑ dont il n’y a pas de trace en domaine celtique. D’autre part, la reconstruction d’un abstrait *tép‑n‑et‑ (v.‑irl. te(i)ne, gén. ‑ed « feu, foudre »)38, parle en faveur d’une base *tep‑n‑ commune à *tép‑n‑es‑ (av. réc. tafnah‑) et *tép‑n‑et‑ (v. irl. ten(e) « feu » n.). On remarquera le parallèle avec *h3ép‑nes‑ (véd. ápnas‑) à côté de *h3ép‑n‑et‑ (hitt. appinatt‑, voir 1.4), qui suggère que la correspondance ne peut pas être considérée comme accidentelle39.

  • 40 La différence de sens a mis en doute la validité de la correspondance, ainsi Manessy‑Guitton 1965, (...)

231.5.2. Véd. árṇas‑ et gr. ἔρνος semblent constituer une correspondance parfaite pour la forme, qui peut être reconstruite comme *h1ér‑nes‑, mais pas pour la sémantique : le sens de véd. árṇas‑ « poussée, flot, vague » (RV, à côté de árṇa‑ « id. ») et celui de gr. ἔρνος « rejeton, jeune pousse, branche » (Hom. +) ne se recoupent point, au moins dans leurs corpora respectifs40. Or, la sémantique n’est pas un problème pour la correspondance si l’on accepte une commune appartenance à *h1er‑ « avancer (jusqu’à) » (*« arriver à terme ») : les eaux coulent, les rejetons (comme les plantes en général) courent (vers le haut) d’après une métaphore bien attestée au moins en hittite, en grec et en vieux‑norrois (cf. infra). D’autre part, les sens « couler » et « courir », dépendants du référent (liquide ou solide), sont communs à plusieurs lexèmes, e.g. véd. tak : av. tac‑, lit. tekė́ti, v. slav. tešti (i.‑e. *tek), v. irl. reth, got. (°)rinnan (cf. rinno [‑on‑] χείμαρρος « ruisseau »), cf. aussi véd. sar/sr̥ « (s’)élancer » dit aussi de liquides, tout comme sarj/sr̥j « id. » (IV, 17, 1 acc. pl. síndhūn « courants », IX, 97, 29a dhā́ras « id. »). Il en est de même pour des verbes avec un sens précis, qui laissent reconnaître soit une évolution sémantique /courir/ → /couler/ (véd. drav/dru : « courir » ?, mais « couler », dit des eaux X, 98, 6b), soit vice versa /couler/ → /courir/ (rayi/‑ « couler », mais « courir » : le soleil IV, 30 ,6, les Marut’s V, 58, 6). On n’aurait pas de difficulté majeure à faire remonter véd. árṇas‑ et gr. ἔρνος à *h1ér‑nes‑ « avancement ; poussée (en avant) ». Le problème est que le mouvement implicite dans véd. árṇas‑ (et árṇa‑) et celui de ἔρνος n’est pas le même dans tous les cas, ce qui laisse ouverte la possibilité que véd. árṇas‑ soit le reflet de *h3ér‑nes‑ dans une partie de ses occurrences. Rappelons brièvement l’essentiel de la sémantique des deux termes, en commençant par ἔρνος, qui pose moins de difficultés que árṇas‑.

241.5.2.1. Gr. ἔρνος « rejeton, tige » (aussi ἔρνατις· ἀναδενδράς Hsch.) est présenté comme courant vers le haut (Il. 18, 56 ἔξοχον ἡρώων· ὃ δ’ ἀνέδραμεν ἔρνεϊ ἶσος « […] se distinguant parmi les héros, il a grandi identique à un rejeton, à une jeune plante » [Thétis parle d’Achille ; aussi 18, 437]), et s’élançant vers le haut, cf. Od. 6, 162‑163, 167 :

           Δήλῳ δή ποτε τοῖον Ἀπόλλωνος παρὰ βωμῷ
           φοίνικος νέον ἔρνος ἀνερχόμενον ἐνόησα […]
167     δήν, ἐπεὶ οὔ πω τοῖον ἀνήλυθεν ἐκ δόρυ γαίης.

[C’est Ulysse qui parle] À Délos, j’ai vu un jeune hochet palmier près de l’autel d’Apollon [et je suis émerveillé pendant un moment], puisqu’un tel arbre n’a jamais avant poussé de la terre.

  • 41 Cf. aussi ὀρμενόεις « doué d’une longue tige » (Nic.) et ἐξ‑ορμενίζο/ε‑ (S. Ichn. 275 +), où la co (...)

25Il en est de même pour le sens métaphorique de ἔρνος comme « descendant », que l’on fait pousser en hauteur (αἴρειν « élever, soulever » chez Eschyle, Agamemnon, v. 1525, ἐμὸν ἐκ τοῦδ’ ἔρνος ἀερθέν, […] Ἰφιγενείαν « mon rejeton qui a poussé à partir de lui, Iphigénie » [c’est Clytemnestre qui parle]). Il n’y a donc rien d’étonnant à ce que comme synonyme de ἔρνος on utilise aussi ὄρμενος (« rejeton », « tige » Diph., Posidipp. +), participe lexicalisé de ὦρτο, ὄρνυμαι (*h3er‑)41.

  • 42 García Ramón 2018, p. 169‑176 (aussi en latin avec pro‑uenīre, p. 175).

26On rappellera que la situation en grec n’est pas sans parallèle : la plante (herbe, rejeton) est conceptualisée comme courant (: avançant) en hittite (ḫuu̯ai‑ḫḫi), et comme courant vers le haut en vieux norrois (upp rinna), cf. at‑runnr « pousse , buisson » de germ. *runni‑ (*h1r̥ni‑) : got. runs « δρόμος, ῥύσις αἵματος », v. angl. ryne « course »42.

  • 43 À l’i.‑e. *h1er‑ appartiennent aussi les dérivés *h1ér‑u̯o‑ « rapide » (av. rec. auruua‑, germ. *a (...)

27L’appartenance de ἔρνος à i.‑e. *h1er‑ « avancer » (prés. *h1r̥‑sk̂‑ó/é‑ : ἔρχομαι, véd. r̥ch‑á‑ti, v. perse °arsa‑ti : hitt. āraškmi), à l’origine « arriver (à terme) » (véd. ar 2 : aor. *h1ér‑o/e‑ : véd. (°)ā́rat « arriva », probablement aussi ā̆rḫḫi « arriver »)43, est évidente, ce qui permet de reconstruire *h1ér‑nes‑. On soulignera l’absence de reflet en grec d’une formation thématique *h1ér‑no‑ et la possible attestation d’un thème en *‑es‑ dans les gloses d’Hésychius ἐρέας· τέκνα. Θεσσαλοί (ou ἔρεα, d’un neutre en ‑es‑ ?), ἐρέεσφι· τέκνοις, qui refléterait le rapport sémantique entre « fils » et « se mouvoir » (lat. līberī « fils » et gr. ἐλυθ‑ « aller », v. irl. luid « id. » de *h1leu̯dh).

  • 44 Pour une fine analyse philologique de árṇas et de árṇa‑, on renverra une fois pour toutes à Mane (...)

281.5.2.2. Véd. árṇas‑ « poussée, flot, vague » (30x dans le RV) et árṇa‑ (7x dans le RV, +), ainsi que árṇava‑ « (flot) mouvant » (20x dans le RV, +) et arṇasá‑ « id. » (hapax V, 54, 6), ne permettent pas de reconnaître des différences essentielles de sens, comme cela ressort de l’analyse philologique de J. Manessy‑Guitton : árṇas‑ fait référence à « tout ce qui coule », Sarasvatī, la Sindhu, soma‑ (RV IX, 21, 6 et al.), surtout à des eaux et des courants d’eau, « “le flot des eaux” à cause de l’importance mythique et rituelle », qualifié de éjat‑ « rapide » (IV, 19, 6), paprathāná‑ « qui s’étend » VII, 18, 5, et est aussi employé métaphoriquement pour la lumière du ciel/du soleil, de la haine, du bétail en troupeau44.

29Dans notre cas, il est important de souligner deux points. Quelquefois árṇas‑ peut évoquer un mouvement en avant des eaux, ainsi, comme objet de prá‑ar/r̥ (īr‑áya‑ti) « impulser », e.g. RV II, 19, 3ab [] árṇo apā́m práirayad […] samudrám « [Indra] […] impulse le flot des eaux […] vers la mer » (« ließ […] die Flut der Gewässer […] zum Meer rinnen » Witzel‑Gotō) ; VI, 72, 3cd prá árṇāṃsi airayataṃ nadī́nām ā́ samudrā́ṇi paprathuḥ purū́ṇi « vous avez impulsé les flots des fleuves, vous avez rempli beaucoup de mers ». Néanmoins dans la plupart des attestations, árṇas‑ (comme árṇa‑ et árṇava) a bien le sens de (a) « onde, vague, en mouvement vers le haut », mentionné explicitement comme « haute vague » ou comme espace vers lequel on monte (cf. infra), et/ou le sens de (b) « agité ».

30Ad (a) : RV V, 45, 10ab ā́ sū́riyo aruhac chukrám árṇóyukta yád dharítaḥ « le Soleil est monté sur le flot brillant (a = VII, 60, 4b), une fois qu’il a attelé ses chevaux » ; IX, 86, 34a máhi árṇo ví dhāvasi « tu cours comme une haute vague ». Avec árṇa‑, cf. III, 22, 3a ágne divó árṇam áchā jigāsi « tu vas vers le flot (ondulant ?) du ciel ».

  • 45 K. Hoffmann apud Mayrhofer 1981‑2001, s.várṇa‑.

31Ad (b) : RV IV, 19, 6bc […] kṣárantīm áramayo […] éjad árṇaḥ « tu as fait se calmer la course des eaux coulantes et le flot agité » ; I, 61, 12cd ví radā […] íṣyann árṇāṃsy apā́ṃ carádhyai « fends‑le, impulsant les vagues des eaux à se mettre en mouvement ! » (« spalte [ihn] die wallenden Fluten der Wasser zum Gehen antreibend ! » W.‑G.). Avec árṇa‑, cf. I, 174, 2c r̥ṇór apó anavadyā́rṇā « toi, le sans‑défaut, tu mets en mouvement les eaux ondulantes » ; III, 32, 5d saraṇyúbhir apó árṇā sisarṣi « avec ceux qui se hâtent, tu fais courir les eaux ondulantes ». Il en est de même pour arṇavá‑ « flot mouvant, ondulant » (ntr.) qui correspond à l’avestique récent arənāum « ins Kampfgewoge »45, cf. I, 56, 5d áhan vr̥tráṃ nír apā́m aubjo arṇavám « tu as tué Vr̥tra, tu as fait sortir le flot ondulant des eaux » (= I, 85, 9d).

  • 46 Une autre variante élargie serait *h3rei̯s‑ « (s’)élever » (germ. *rai̯san), causat. *raizi̯an (:  (...)
  • 47 Pour véd. lelā́ya « secoue, tremble » (intensif *rai̯‑rāi̯‑) cf. Narten 1981, p. 11 (= 1995, p. 24 (...)

32À mon avis, les cas où véd. árṇas‑ (comme árṇa‑, arṇavá‑) signifie « vague » ou « ondulation », ou « eaux en agitation » sont à rattacher à véd. ar/r̥ « mettre en mouvement vers le haut » (i.‑e. *h3er‑ : ὄρνυμι : véd. r̥ṇáv‑/r̥ṇu‑´, lat. orior) et font penser à la sémantique de sa variante élargie *h3rei̯H‑ « (se) soulever, (s’)agiter »46, attestée dans véd. lelā́ya « secoue, tremble » (intensif *rai̯‑rāi̯‑, cf. got. in‑reirada « ἐσείσθη » [reiraiþ* : reiran « τρέμειν »]) et dans ὀρῑ́νο/ε‑ (*‑nH‑i̯o/e‑) « id. », cf. Il. 21.235 […] πάντα δ’ ὄρινε ῥέεθρα κυκώμενος « (le fleuve) a agité les ruisseaux avec un grand tumulte », parfait ὀρώρεται (*h3e‑h3roi̯H‑)47. En termes de reconstruction, que ce soit en termes de Transponate ou de formes réelles héritées, la plupart des faits védiques semblent refléter *h3ér‑nes‑ (et *h3ér‑no‑), bien que dans certains cas la sémantique de árṇas‑ « eaux qui avancent » fasse penser à *h1er‑, donc à *h1ér‑nes‑ et à la correspondance avec ἔρνος. On sait bien que les reflets de *h1er‑/*h1r̥‑ et *h3er‑/*h3r̥‑ se sont confondus phonétiquement en indo‑iranien et que l’appartenance de nombre de formes à une racine ou à l’autre ne se laisse pas préciser : ceci peut bien être le cas pour véd. árṇas‑ et árṇa‑.

  • 48 Ainsi Manessy‑Guitton 1965, p. 195‑196 « on ne peut en déduire que seul árṇa‑ est ancien et que á (...)

33À ce point deux alternatives s’offrent. D’un côté, árṇas‑ pourrait être une création artificielle à partir de árṇa‑, comme c’est le cas d’autres formes en ‑nas‑ (voir 1.3), ce qui est toujours possible et viendrait ruiner la possibilité d’une correspondance entre védique et grec48. L’alternative d’une correspondance véd. árṇas‑ : ἔρνος réelle et héritée, remontant à l’origine à *h1ér‑nes‑ « avancement, poussée » (à côté de *h3ér‑no‑ ?), d’où la lexicalisation comme « rejeton » en grec et « flot, poussée des eaux » en védique avec développement d’un sens « vague » dû à la confluence avec la famille de ar (*h3er‑), me paraît largement préferable. Elle implique de ne pas renoncer à une équation formelle parfaite, constituée par deux formae difficiliores dans les langues où elles sont attestées, et dont la sémantique s’explique bien comme résultat de lexicalisations divergentes. 

1.6. Conclusion

34Des neutres en *‑nes‑ sont attestés dans plusieurs langues (mais pas en anatolien), parfois à côté de neutres en *‑no‑ (en partie analysables comme *‑n‑o‑), éventuellement avec la contrepartie féminine en *‑nā‑ en grec : certaines des paires intégrant les deux formations sont einzelsprachlich, d’autres peuvent être reconnues à partir du témoignage d’au moins deux langues, dont chacune présente l’une des deux formations. Les neutres en *‑nes‑ permettent de reconnaître seulement deux correspondances partagées par plus d’une langue, notamment av. réc. tafnah‑ « chaleur » : v. irl. ten « feu » (*tep‑nés‑, qui présuppose *tép‑nes‑, il s’agit donc d’un aequabile) et véd. árṇas‑ « vague, agitation » (et árṇa‑ « id. ») : ἔρνος « rejeton » qui peuvent refléter *h1ér‑nes‑, bien que pour une partie des emplois des formes védiques *h3ér‑nes‑ soit aussi possible, ce qui rend concevable une confluence en védique de deux lexèmes différents.

  • 49 Ainsi, la formulation un peu imprécise de Manessy‑Guitton 1965, p. 183, à propos de rékṇas‑ et ge (...)

35Une délimitation des formes qui peuvent être héritées et de leurs origines, ainsi que tout essai de reconstruction de la situation héritée, se heurtent à la difficulté que chaque neutre en *‑nes‑ et chaque paire *‑nes‑ : *‑no‑ (ou *‑n‑o‑) a sa propre histoire à l’intérieur des langues où ces termes sont attestés et une préhistoire qui n’est pas forcément la même. Pour ce qui est des paires dans une seule langue, on peut constater deux tendances en sens inverse : d’une part, les neutres en *‑nes‑ peuvent être issus de remaniements secondaires des neutres en *‑no‑ par croisement avec des neutres en *‑es‑, attestés ou non : ainsi véd. dráviṇa‑ → dráviṇas‑, *dámūna‑ → dámūnas‑, et ápna° → ápnas‑ (ápna‑ serait la forme ancienne à en juger par germanique nord. occid. *aƀna‑). Véd. rékṇas‑ : v. av. raēxənah‑ (à côté de réc. raēkah‑) pourrait aussi présupposer un *rékṇa‑ : raēxəna‑ qui a un comparandum en germ. *lai̯x‑na‑ (*lói̯k‑no‑)49 ; il en serait de même pour lat. mūnus (*moi̯n‑es‑) qui peut avoir remplacé un *moi̯no‑ plus ancien (lit. maĩnas « changement, échange », v. slav. měna « id. »). D’autre part, il est possible, mais bien moins fréquent, que telle formation en *‑no‑ puisse être secondaire par rapport à celle en *‑nes‑, e.g. κτέανον (Pind. +) par rapport à κτῆνος (Hom.). Il se peut, en tout cas, que les deux formations soient contemporaines sans possibilité de déterminer laquelle est la plus ancienne : c’est bien le cas pour γλῆνος et γλῆνη, toutes les deux attestées chez Homère. On remarquera que le même type de développement que l’on peut proposer dans des langues concrètes peut bien avoir eu lieu dans la langue commune reconstruite.

  • 50 Vine 1999, p. 292, mentionne aussi foedus « traité » à côté de *foedo‑ (cf. foedi‑fragus « perfide (...)

36Dans une considération purement descriptive, la coexistence de neutres en *‑nes‑ et en *‑no‑, quoi qu’il en soit de leur analyse (*‑n‑o‑ ou bien *‑no‑), dans une même langue est parfaitement concevable – et il en est de même pour une phase antérieure qui ne peut être que reconstruite. La coexistence de formations en *‑es‑ et en *‑o‑ n’est pas sans parallèle, notamment avec des neutres avec degré ‑o‑ secondaire, e.g. lat. pondus « poids » (*péndes‑) à côté de lat. arch. pondō « en poids » (XII Leg. + : *pondo‑)50.

  • 51 La productivité de ‑es‑ secondaire à élargir d’autres thèmes (e.g. *h2eiu̯‑és‑), non seulement des (...)
  • 52 Les deux possibilités sont évoquées par Meillet 1908‑1909, p. 256 (« Les thèmes en ‑o‑ sur lesquel (...)

37Pour l’analyse des neutres en *‑nes‑, isolés ou integrés dans des paires avec *‑no‑ (et, dans certains cas, avec *‑n‑et‑ : *h3ép‑n‑et‑, cf. hitt. appinatt‑, v. irl. tene) s’offrent deux possibilités : (a) comme *‑n‑es‑ (suffixe complexe)51 à côté de *‑n‑o‑ (également complexe, rapproché de *‑no‑ primaire) et, en partie, *‑n‑et‑ ; dans ce cas, *‑n‑ pourrait refléter un degré zéro soit d’un thème en *‑on‑/‑en‑, soit éventuellement d’un hétéroclite en *‑r/n‑ (ce pourrait être le cas de véd. áp‑nas‑ : av. af‑nah‑ à côté de hitt. appin‑ant‑ et lat. opulens, opulentus [*opi‑n‑ent(o)‑]) ; – (b) remodelage d’une formation héritée en *‑n‑o‑ ou *‑no‑ en *‑n‑es‑, avec réanalyse comme *‑nes‑, par croisement secondaire avec les neutres en *‑es‑ du même lexème ou d’autres lexèmes52.

38Une bonne partie des formes du dossier des neutres en *‑nes‑ ont été certes créées à l’intérieur des langues où elles sont attestées, en formant un sous‑système en fonction des similitudes formelles et des proximités sémantiques. Or, il est bien possible que quelques‑unes des formes, notamment *tép‑nes‑ « chaleur » et *h1ér‑nes‑ « avance, impulse » (d’où « rejeton » en grec, « vague » en védique), établies par des correspondances (équations ou aequabilia) entre deux langues, soient héritées et remontent à l’indo‑européen postérieur à la séparation de l’anatolien. Il est possible aussi qu’il en soit de même, pour l’essentiel, pour le système qui inclut les neutres en *‑nes‑ et en *‑no‑.

39En tout cas, on peut retenir que le rapport entre les neutres en *‑nes‑ et en *‑no‑, quoi qu’il en soit de l’analyse et de la préhistoire des formes individuelles, demeure un fait qui permet d’aborder l’étude de quelques formes (voir 2‑3) et de les insèrer dans le système ainsi établi.

2. Védique °bharṇas‑ et grec φερνή

40On sait que les thèmes en *‑n‑ (*‑on‑/‑en‑), dont le degré zéro *‑n‑ serait à l’origine d’une partie au moins des neutres en *‑n‑es‑ et en *‑n‑o‑ (et de *‑n‑éh2, au moins comme Transponat), ont connu dans les langues concrètes des régularisations qui ont donné lieu, parmi d’autres, à des thèmes en *‑ēn‑/‑en‑ et, en grec, en *‑ēn‑/‑ēn‑ avec généralisation du degré long. D’autre part, ces formations s’insèrent dans un réseau de dérivés de complexité différente selon les lexèmes et qui varie de langue en langue. La reconstruction d’un système se heurte à la difficulté de faire la distinction entre les formes héritées et les développements einzelsprachlich au milieu de la complexité des formations attestées pour chaque lexème dans les différentes langues.

  • 53 Seulement dans louv. cun. par(a)‑ papra‑ « emporter » (Melchert 2016, p. 203‑206) et hitt. (PÉŠ)ka (...)

41Cette situation est évidente dans le cas de *bher‑ « porter, prendre sur soi », racine qui n’est attestée que résiduellement dans le domaine anatolien53 et pour laquelle on peut reconstruire une série de formations qui forment un système, dans lequel se laissent insérer des formes isolées à l’intérieur des langues où elles sont attestées, notamment véd. °bharṇas‑ « offrande, présent », « bénéfice » et gr. φερνή « dot, apport » (et φέρενα, φέρνιον cf. infra), ainsi que l’énigmatique forme mycénienne /phorēn‑/*, nom en *‑ēn‑/‑ēn‑ (acc. sg. ou pl. po‑re‑na, dat. pl. po‑re‑si), dont le signifié demeure controversé (voir 3). 

2.1. Le système en védique et en grec

  • 54 Schindler 1984. Pour les faits grecs voir la discussion de Probert 2006, p. 152‑153.

42On rapellera tout d’abord l’essentiel du système en védique et en grec, notamment les formations du type (a) *bhór‑o‑ (nom d’action) et, par dérivation interne, (b) oxyton *bhor‑ó‑ nom d’agent, et (c) nomen rei actae (« résultatif » dans la terminologie de Jochem Schindler)54, ainsi que (d) °*bhér‑es‑, exclusivement en composés :

    • 55 Cf. dat. bhárāya « pour porter » (AV 9, 1, 13 āpā́m tvā goṣṭhó adhyarukṣad bhárāya « the stall (...)

    a.  *bhór‑o‑ : véd. bhára‑ (ntr.) « action de porter », continué par renouvellement formel par bháraṇa‑« charge »55, gr. φόρος « tribut, paiement » (confondu en fait avec les « résultatifs », cf. infra).

  • b.  *bhoró‑ nom d’agent « porteur, transporteur » : véd. °bhará‑ (puṣṭim‑bhará‑ « qui apporte de la croissance »), gr. φορός « porteur » (Arist. +), d’où φορεύς (Ιl. 18, 565 ; φορῆες, A.R. 1, 132), continué, pour le vocalisme comme pour l’accent, par le dérivé φορμός « corbeille, panier » (Hes. Op. 482 +) et °φόρος agentif (myc. ka‑ra‑wi‑po‑ro /klāwiphoro‑/ « porteur de clés », hom. πυρo‑φόρος, πυρη‑φόρος « producteur de blé »).
    • 56 La continuité formelle /CóC‑o‑/ → /CóC‑to‑/ se laisse constater aussi dans d’autres langues (Garcí (...)

    c.  *bhoró‑ « résultatif » « ce(lui) qui est apporté » : véd. bhā́ra‑lexicalisé dans le sens « charge, masse, poids », gr. φόρος « paiement » (Xen. +), « tribut, taxe, impôt » (Hdt., Thuc. +), avec rétrotraction régulière de l’accent, qui est continué par φόρτος « charge, fardeau, cargaison » (Hom. +, aussi att. φορτίον), ainsi que °φoρος (θεó‑φoρος « porté par un dieu », Aesch.)56. Le type φόρος (de *bhoró‑) se recoupe à son tour en grec avec celui de φορά « loyer, tribut » (X.), pl. « contributions » (D. 25, 21 φέροντα σωτηρίας φορὰν πλήρη τῇ πατρίδι « contributions en espèce », οἴνου φορὴ à Milet., ve s.), ainsi que φέρνᾱ, φέρενα (cf. infra).

  • d.  *°bhér‑es‑ : °bháras‑ (°, víśva°) : °φέρης (avec préverbe comme premier membre), cf. véd. sá‑bharas‑ « de gravité/conduite égale, équilibré » (V, 54, 10a, dit des Maruts ; X, 101, 3c équilibre entre chants et audience), viśvabháras‑ « qui (sup)porte toutes les cargaisons » (hapax IV, 1, 19b), hótāraṃ visvabhárasaṃ yájiṣṭham « [Agni] comme Hotar, le meilleur sacrificateur, qui porte tout » et gr. ἐμφερής « qui ressemble » (Alc., Hdt.), καταφερής « qui descend/penche » (Ηdt.), περιφερής « circulaire » (class.).

2.2. I.‑e. *bhér‑nes‑, *bhér‑no‑ (proto‑gr. *pher‑nā́‑)

43C’est bien dans ce cadre que s’insèrent deux formations, véd. °bharṇas‑ « offrande, présent », « bénéfice » et gr. φερνή « dot, apport » (et φέρενα, φέρνιον cf. infra), qui peuvent être rapportées, au moins en termes de Transponat, à une paire *bhér‑nes‑ : *bhér‑no‑ (v. corn. bern « aceruus », moy. bret. bern « tas, foule », présupposé par proto‑gr. *pher‑nā́‑), qui sont pratiquement des synonymes.

  • 57 Voir aussi IX, 64, 26ac sahásrabharṇasaṃ vā́caṃ « un discours qui apporte mille présents » (dit du (...)
  • 58 Manessy‑Guitton 1966, p. 181 (avec référence à Renou 1961, p. 54).
  • 59 Manessy‑Guitton 1965, p. 182.

44On rappelera que véd. °bharṇas‑ « présent, offrande » (sahásrabharṇas‑ « qui porte/apporte mille offrandes », RV) équivaut à bhára‑, comme le montre la synonymie de sahásra‑bharṇas‑57 avec sahásra‑bhara‑, cf. IX, 60, 2a‑c táṃ tvā sahásracakṣasam átho sahásrabharṇasam áti vā́ram apāviṣuḥ « possédant mille yeux et apportant mille cadeaux, ils t’ont purifié à travers la toison » et VI, 20, 1c táṃ naḥ sahásrabharam urvarāsā́ṃ « la richesse, elle qui apporte mille présents, qui fournit des champs »58. Dans la dynamique de la langue du RV, °bhárṇas‑ pourrait avoir remplacé un *bhárṇa‑ tout comme °bháras‑ peut avoir remplacé bhára59.

  • 60 Sur le type à degré autre que ‑o‑, cf. Dieu 2016, p. 189 et suiv.
  • 61 Cf. les gloses φερνάς· προῖκας, δῶρα νυμφικά, ἀπὸ τοῦ φέρειν φεράς, καὶ πάντα τὰ φερόμενα, φερνή· (...)

45De son côté, φερνή *« apport » a le degré ‑e60 du type de εὐνή « couche » et est bâti sur le thème de présent. On remarquera que la formation à degré ‑e‑ (*bher‑n‑) a des parallèles dans d’autres langues (arm. bern̄, gén. bern̄in « charge », lit. bérnas « jeune homme, servant », lett. bērns) et qu’elle peut être héritée, et il peut en être de même pour la variante avec degré ‑o‑ (got. barn « βρέφος, παιδίον, τέκνον », v. norr. v.h.a. barn [n.] « enfant » : *bhorno‑), v. angl. bearn, arm. beṙn « charge », alb. barrë « id. ». Gr. φερνή a pris le sens spécialisé de « dot (de la mariée) », *« apport » (Hdt., Aesch., cf. Hdt. 1.93 αἱ θυγατέρες […] συλλέγουσαι σφίσι φερνάς […]), comme προίξ « dot »61, ainsi que le sens d’« offrande, portion réservée au dieu dans un sacrifice », cf. à Épidaure (vive s.), IG IV : 2(1).24s. […] φερν/αν τοι θεοι κριθαν μεδι/μμνον, σπυρον hε̄μιδιμμ/νον, οινου hε̄μιτειαν […].

  • 62 Cf. aussi Herod3, 2, p. 227 μόνον τὸ φερνή ὀξύνεται. ἐὰν δὲ δώσῃ τις τόνον μὴ πλεονασμὸν Αἰολικὸ (...)
  • 63 Cf. les discussions de Peters 1980, p. 29, n. 19 (avec référence à béot. φαρατριτην), qui propose (...)
  • 64 Pace Manessy‑Guitton 1965, p. 182 (bháraṇa‑ de *bhér‑en‑o‑, alternant avec *bhér‑on‑o‑ des infini (...)

46Un dérivé de φερνή est sûrement φέρνιον « corbeille à poisson » (Men. +), qui n’est pas nécessairement agentif (*« porteur »), mais plutôt « ce qu’on porte ». La forme φέρενα (avec /‑ǎ/ comme κνῖσᾰ Αr., πρύμνᾰ Thuc. à côté de κνίση « graisse », πρύμνη « poupe » Hdt. +), transmise comme lesbienne, a certainement le même sens que φερνή (cf. Herod. 3, 1, p. 327, ligne 24 Αἰολεῖς δὲ φέρεναν αὐτὴν λέγουσιν ὁμοίως τῇ Ἔλεναν [et al.] ; EM 790, 20 φέρενα· τοῦτο κατὰ διάλεκτον· οἱ γὰρ Αἰολεῖς λέγουσι τὴν φερνήν φέρεναν, ἴσως προσφυέστερον παρὰ τὸ φέρειν· προίξ γάρ ἐστιν. ἦν γὰρ ἠλογημένον τὸ φερνή)62. Or, si la sémantique est transparente, la formation ne l’est point, et notamment le /e/ de φέρ‑ε‑ (comme dans φέρ‑ε‑τρον « ferètre » Plb. à côte de hom. φέρτρον « id. », φαρ‑έ‑τρᾱ « carquois pour les flèches »)63 : un rapport avec véd. bháraṇa‑, qui est une création à partir de bhára‑, étant exclue64, on peut bien penser à l’intérieur du grec à une adaptation au thème de présent φέρ‑ε‑, mais une forme élargie de la racine, soit *bherh1‑, est bien possible à en juger par une correspondance formelle plus ou moins sûre, notamment φέρετρον : véd. bharítra‑ « bras » (instr. pl. bharítraiḥ hapax, RV III, 36, 7c aṃśúṃ duhanti hastíno bharítraiḥ « [tandis que] ceux qui possèdent des mains [= des prêtres] traient la plante avec [les outils pour porter (= ses mains)] ») et la coexistence dans le Rig Veda de bhárīman‑ « obtention » (2x instr. pl. bhárīmabhiḥ : I, 22, 13c pipr̥tā́ṃ no bhárīmabhiḥ « qu’ils nous accompagnent avec leur soutien » ; X, 64, 14c ubhé bibhr̥ta ubháyam bhárīmabhiḥ « les deux soutiennent les deux [races] avec leurs supports ») et (°)bhárman‑ « obtention, offrande » (: φέρμα « né, fruit de la terre » Aesch. Ag. 119, Supp. 690).

2.3. Conclusion 

47Véd. °bharnas‑ « offrande » (équivalant à bhára‑, cf. sahásra‑bharṇas‑ et sahásra‑bhara‑) et gr. φερνή « id. », avec le dérivé φέρνιον « corbeille à poisson » (« ce qu’on porte » plutôt que « ce qui porte »), reflètent deux développements dans deux langues différentes relevant de *bhér‑nes‑ et *bhernā́‑ respectivement. Le degré ‑e‑ (*bher‑n‑) commun aux deux formations n’est pas sans parallèle (arm. bern̄, gen. bern̄in « charge », lit. bérnas « jeune homme, servant », lett. bērns). Lesb. φέρενα, synonyme de φερνή, avec φέρ‑ε‑ (comme φέρ‑ε‑τρον « brancard », φαρ‑έ‑τρᾱ « carquois pour les flèches ») peut relever de l’influence du thème de présent φέρ‑ε/o‑ d’une forme élargie *bherh1‑ de *bher‑.

3. Mycénien po‑re‑na

3.1. Attestations

  • 65 Il s’agit des mêmes personnes, que ce soit du personnel religieux, des victimes ou autre. La préte (...)

48À côté des formations φορός, °φόρος (héritées) et φέρνη, lesb. φέρενᾰ, la forme mycénienne acc. sg. ou pl. po‑re‑na (PY Tn 316 passim), dat. pl. po‑re‑si (TH Of 26)65, attestée aussi comme po‑re‑no‑ (gen. sg. ou pl., ou bien premier membre de composé dans PY Ua 1413 et Un 443), demeure extrêmement controversée. La forme est élément constitutif d’une formule dans la tablette de Pylos PY Tn 316 (H 44), à savoir :

do‑ra‑qe, pe‑re, po‑re‑na‑qe, a‑ke /dōra‑kwe phereipo‑re‑nakwe agei/
« porte des présents et conduit des po‑re‑na ».

  • 66 Discussion des différentes possibilités chez García Ramón 2016b, p. 231.

49La formule apparaît 4 fois dans des phrases à la structure fort rigide, bien qu’avec quelques différences. La formule peut être précédée d’une référence de lieu (pu‑ro loc. /Puloi/ ou nom. /Pulos/ comme rubrique à gauche de la tablette), d’un verbe i‑je‑to d’interprétation controversée mais indiquant sans doute une activité cultuelle66, puis de l’indication au locatif du district (e.gpa‑ki‑ja‑si /Sphagiānsi/) ou du sanctuaire (e.g. po‑se‑da‑i‑jo /Poseidā(h)ioi/) où la cérémonie se tient, ainsi qu’éventuellement d’un sujet (wa‑tu /wastu/ : ἄστυ), et elle peut être suivie d’une indication de la divinité à laquelle on fait l’offrande ou en l’honneur de laquelle on fait une procession (i‑je‑to), au moyen d’un datif (e.gpo‑ti‑ni‑ja /potniāi/, cf. πóτνια) et de deux idéogrammes (de différents types de vase, et de homme/femme selon le genre de la divinité) suivis d’un chiffre. Rappelons une partie significative du texte de PY Tn 316 (introduit par un repère chronologique, le nom de mois au génitif po‑ro‑wi‑to‑jo /Plowistoio/ r.1) sans entrer dans le détail des formes :

r.1

po‑ro‑wi‑to‑jo ,

r.2

i‑je‑to‑qe , pa‑ki‑ja‑si , do‑ra‑qe , pe‑re , po‑re‑na‑qe

pu‑ro

r.3

a‑ke , po‑ti‑ni‑ja aur *215VAS 1 mul 1

v.1

i‑je‑to‑qe , po‑si‑da‑i‑jo , a‑ke‑qe , wa‑tu

v.2

pu‑ro

do‑ra‑qe , pe‑re , po‑re‑na‑qe , a‑ke

v.3

aur *215 vas 1 mul 2 qo‑wi‑ja , ṇạ‑[ ] , ko‑ma‑we‑te‑‘ja’

v.4

i‑je‑to‑qe , pe‑ṛẹ‑*82‑jo , i‑pe‑me‑de‑ja‑qe di‑u‑ja‑jo‑qe

v.5

do‑ṛạ‑qe , pe‑re, po‑re‑na‑qe , a‑ke , pe‑re‑*82 AUR*213 vas 1 mul 1

pu‑ro

v.6

i‑pe‑me‑ḍẹ‑ja AUR*213 vas 1 di‑u‑ja aur *213 vas 1 mul 1

v.7

e‑ma‑ạ2 , a‑re‑ja aur *216vas 1 vir 1

  • 67 On n’entreprendra pas de discuter les différentes propositions, dont quelques‑unes fort bizarres, (...)
  • 68 Ainsi, « die als Tribute geschuldeten Menschen » (Scherer 1959, p. 351), « human beings », « perso (...)

50La forme po‑re‑na a reçu jusqu’à présent toutes sortes d’explications avec des arguments divers67 et a été interprétée soit au sens agentif « qui apporte » (donc « porteur » : des vases ?, des dons /dōra/ de la collocation /dōra pherei/), soit au sens patientif « qui est apporté », soit « personnes offertes (à la divinité) », voire « victimes », interprétation qui est largement acceptée68. Dans ce qui suit, je proposerai une interprétation de po‑re‑na et de ses différentes formes qui sera fondée sur la prise en considération de la structure interne de PY Tn 316 et de ce que la formation de mots autorise à admettre.

3.2. Les différentes voies d’explication

  • 69 En termes purement formels on ne saurait certes exclure une forme *phorenā́‑, formée sur un *phor‑ (...)

51On peut bien admettre deux possibilités comme point de départ : (i) la tablette reflète une cérémonie ou un acte cultuel, notamment une procession rituelle liée à une occasion déterminée, en l’honneur de plusieurs divinités de rangs divers, auxquelles on apporte des présents (δῶρα φέρει, probablement des vases) et on conduit des po‑re‑na. (ii) Le terme po‑re‑na, qui peut être translitéré sans problème comme acc. sg. /phorēna/ ou pl. /phorēnas/ d’un appelatif /phorēn‑/* (ainsi cité conventionellement dans ce qui suit)69, désigne des personnes que l’on conduit (/agei/) et dont la fonction ou l’activité est en rapport avec φέρειν « apporter » et/ou ses dérivés. Le sens, en réalité les sens possible(s) de l’appellatif ne peuv(ent) être precisé(s) qu’à l’aide de la sémantique attendue pour un dérivé en /‑ēn‑/, qui est elle‑même conditionnée par le type de mot qui constitue sa base. Dans ce qui suit on essaiera de montrer :

  1. que po‑re‑na /phorēn‑a(s)/ désigne des personnes que l’on conduit /agei/ dans une cérémonie ou procession d’offrande, non pas des objets, comme le confirment les parallèles phraséologiques en grec alphabétique ;
    • 70 On ne s’attardera pas à discuter d’autres interprétations extravagantes qui mettent po‑re‑na en ra (...)

    que le sens de /phorēn‑/*, dérivé en /‑ḗn‑/ d’un dérivé nominal primaire à degré ‑o‑ de *bhéro/e‑70, ne peut être qu’agentif, comme c’est attendu avec un lexème transitif et comme le montrent quelques formes mycéniennes. La possibilité d’un sens patientif « offrande humaine », « victime » est exclue par la Wortbildung ;

  2. que la valeur précise de /phor‑ēn‑/* dépend de celle du substantif sur lequel il a été formé, que ce soit (a) sur /phór‑o‑/ « cérémonie d’offrande », (b) sur /phor‑ó‑/ « porteur » ou (c) sur /phor‑ā́‑/ « chose portée ».

3.3. Ad (1) : po‑re‑na désigne un ou des humain(s) dont l’activité est en rapport avec « porter » (*bher‑)

52Les po‑re‑na sont bien des personnes, comme le montrent des collocations homériques [δῶρα – φέρειν], [personne – ἄγειν], celles de la formule de PY Tn 316, e.g. dans Il. 19, 192‑195 (Ulysse conseille à Agammenon de donner des présents et huit jeunes filles, dont Briséis, à Achille) :

Il. 19, 192‑195
[…] κρινάμενος κούρητας ἀριστῆας Παναχαιῶν
δῶρα ἐμῆς παρὰ νηὸς ἐνεικέμεν, ὅσσ’ Ἀχιλῆϊ
χθιζὸν ὑπέστημεν δώσειν, ἀγέμεν τε γυναῖκας.

[...] ayant choisi les jeunes les plus braves parmi les Achéens, apporte de mon navire tant de présents comme nous avons hier promis de rendre, et conduis les femmes. 

  • 71 La formule est richement attestée : δῶρα φέροντας (Hdt. 3, 20), δῶρα φέρων (Od. 15, 51 et 75, Ηési (...)

53L’action est décrite avec les mêmes expressions (ἐκ δ’ ἄγον αἶψα γυναῖκας v. 245, δῶρα φέρον v. 248)71 quelques vers après (245‑248) :

ἐκ δ’ ἄγον αἶψα γυναῖκας ἀμύμονα ἔργα ἰδυίας
ἕπτ’, ἀτὰρ ὀγδοάτην Βρισηΐδα καλλιπάρῃον.
χρυσοῦ δὲ στήσας Ὀδυσεὺς δέκα πάντα τάλαντα
ἦρχ’, ἅμα δ’ ἄλλοι δῶρα φέρον κούρητες Ἀχαιῶν.

  • 72 Cf. le dossier de Hiller 1999, p. 295. En synchronie homérique la collocation est sans rapport ave (...)

54Cf. aussi Il. 23, 512‑3 δῶκε δ’ ἄγειν ἑτάροισιν ὑπερθύμοισι γυναῖκα / καὶ τρίποδ’ ὠτώεντα φέρειν « il donna la femme aux magnanimes compagnes pour la conduire, et le tripode aux trois anses pour le porter/charger »72. On trouve un parallèle intéressant dans les expressions ἐφέβους ἄγειν (Éleusis), παῖδας ἄγειν (Cos) dans des lois sacrées, comme signale Nicole Guilleux (2000).

  • 73 Αinsi, Hdt. 1, 6 ὁ Κροῖσος τοὺς μὲν κατεστρέψατο Ἑλλήνων ἐς φόρου ἀπαγωγή ; 1, 27 οἱ […] Ἕλληνες κ (...)

55Il est vrai que si po‑re‑na recouvre un synonyme de φoρóς (et φερνή) « objet offert » ou « action d’offrir, tribut » (φόρος), il pourrait bien être l’objet de ἄγειν, à en juger par la collocation lexicalisée φόρου ἀπαγωγή « rendement/paiement de tribut » (que l’on apporte), τὸν φόρον ἀπάγειν73. C’est dans cette ligne que s’insère l’interprétation de po‑re‑na comme « die als Tribute geschuldeten Menschen » (Scherer 1959, p. 351). Or, ceci implique d’admettre que les noms dénominatifs à flexion en ‑ēn‑/‑ēn‑ peuvent avoir un sens patientif, ce qui n’est pas le cas (voir 3.5). On conclura donc que /phorēn‑/* désigne des humains que l’on conduit (/agei/) dans une cérémonie, et dont la fonction ou l’activité est en rapport avec « porter, emmener » et qui sont explicités à l’aide des idéogrammes vir et mul selon qu’ils sont offerts ou sont attachés à des divinités masculines ou féminines respectivement. 

3.4. Ad (2) : sémantique des appellatifs en ‑ήν/‑ῆνος

  • 74 Ainsi, Melena 2001, p. 70 : « […] los dioses micénicos tenían unos intereses económicos tangibles (...)
  • 75 C’est une vexata quaestio sur laquelle je n’ai rien à apporter et qui n’a pas à être abordée ici.

56Le terme /phorēn‑/*, substantif en /‑ḗn‑/ sur un dérivé à degré ‑o‑ de *bher‑, ne peut être qu’un nom d’agent, tout comme le sont les autres formations dénominales en /‑ēn‑/ sur des lexèmes verbaux, dont quelques‑unes sont attestées en mycénien. Ceci exclut la possibilité d’une valeur passive et, concrètement, tout rapport formel avec φερνή ou φέρενα (ou avec φορᾱ́, φόρος), et toute interprétation comme « offrande humaine », « victime » (: « ceux qui sont offerts »). On remarquera que même si l’on admettait que /phorēn‑/* est une désignation de personnes qui auraient le rôle d’« offrande » vivante, cela n’impliquerait pas nécessairement qu’elles soient destinées à être victimes d’un sacrifice humain : la personne peut être conduite à une céremonie religieuse et consacrée à la divinité sans que son sang coule74, même si le sacrifice humain existait déjà à l’époque mycénienne75.

  • 76 Un correspondant exact est le germanique *inku̯an‑ m. « bosse » (island. mod. ökkvi « id. »), avec (...)
  • 77 Οn renverra surtout à l’étude approfondie de Solmsen 1909, p. 117 et suiv. ; Chantraine 1933, p. 1 (...)
  • 78 On renverra aux riches dossiers et discussion de Guilleux 2016, p. 286‑288, et 2017 ; Blanc, à par (...)

57Les thèmes à degré long ‑ēn‑/‑ēn‑ constituent une catégorie marginale, issue d’un remodelage des thèmes en *‑ēn‑/‑ěn‑ (gr. ‑ήν, ‑ένος, du type hérité ἀρήν « agneau » : véd. urán‑, ἄρσην « mâle » [« adulte »] : véd. vŕ̥ṣan‑, ἀδήν, ‑ένος « glande » : lat. inguen)76, qui est d’ailleurs relativement productif à l’intérieur du grec (et qui est aussi à la base de dérivés secondaires en ‑ēn‑o‑. Il s’agit d’un développement spécifiquement grec, qui inclut une série de dérivés de formations nominales et verbales, d’intérêt crucial pour essayer d’élucider la sémantique de myc. /phorēn‑/*, à côté d’autres formes sans intérêt majeur dans notre cas. D’un côté, des termes en partie inanalysables et/ou d’origine sûrement non grecque (donc sans étymologie, e.g. ἐσσήν « prêtre d’Artemis », βαλλήν « roi »), dont certains désignent des parties du corps (e.g. σπλήν « rate ») ou des animaux (κηφήν « bourdon »)77. De l’autre, des sobriquets en ‑ήν‑ du type Ἀριστήν, Ἀρχήν, Λυσήν, pour la plupart concentrés dans Épidamne‑Dyrrhachion et Apollonia (Épire‑Illyrie), des formes « tronquées » de noms composés à Ἀριστ(ο)°, Ἀρχ(ε)°, Λυσ(ι)°, au même titre que ceux en ‑εύς, ‑έᾱς, ‑ίων : il s’agit de formes sûrement secondaires créées à partir des noms en ‑εύς, notamment d’acc. ‑ήν (N. Guilleux) et/ou des noms en ‑έᾱς (*‑es‑ā‑, *‑ēu̯‑ā‑), par le biais d’acc. ‑ῆν recaractérisé en ‑ῆν + α (Α. Βlanc)78.

58En ce qui concerne po‑re‑na, il est important de retenir que la sémantique des appellatifs en ‑ήν/‑ῆνος dépend de leur formation sur base verbale ou nominale, ce qui d’ailleurs n’est pas toujours facile à déceler :

    • 79 De *ĝerH‑ « saluer en criant » (véd. jari, lat. grātus) depuis Solmsen 1909, p. 119‑120 (« ‘der K (...)

    a.  Formés sur base verbale, ils ont un sens [patientif] (ou experiencer) si le lexème est intransitif, [actif] s’il est transitif.
    Avec lexème intransitif : ἀπτήν « qui ne vole pas, inexpérimenté » (Hom. + : *« sans voler », cf. πέτομαι) ; ἑρπήν Ph.2.64 (ἑρπήνη EM) à côté de ἕρπης, ‑ητος « zona » (cf. ἕρπo/ε‑) ; Κευθῆνες « habitant du monde souterrain » (: κεύθο/ε‑ « [se] cacher »).
    Avec lexème transitif : λειχήν « lèpre, dartre », « lichen » (*« qui lèche » : λείχο/ε‑) ; πευθήν « qui se renseigne, espion » (Luc. : πεύθομαι) ; ἀχήν « pauvre » (ἀεχῆνες, ἄχηνες Εust., Hsch., EM : ἀ‑, ἔχο/ε‑) ; probablement γέρην « grue »79, cf. γέρην ἡ θήλεια γέρανος. Eusth. γέρην· [ἔντιμος] γέρανος, cf. v. angl. cran, gall. °garano‑, v.h.a. kranuh « Kränich », avec les dérivés en ‑o‑/‑ā‑ myc. ke‑re‑ṇạ‑ị /gerēnāhi/ « pour les grues » (TH Fq 126.3̣‑169.[3̣], Gp 176.a) et l’anthroponyme ke‑re‑no /Gerēn‑o‑/ (PY Cn 599.6).

    • 80 Cf. Buck, Petersen 1945, p. 247 (« designating a living being […] as connected with the primitive (...)
    • 81 À l’origine peut‑être déverbatif de *legh‑sko/e‑, cf. aor. λέκτο, ἔλ‑λεσχος « dont on parle », περ (...)

    b.  Formés sur base nominale ou adjectivale (X), ils ont une fonction « classificatoire », soit « qui est comme X », soit « du même genre que X »80, normalement avec lexicalisation ultérieure : ἠλακατήν « poisson en forme de fuseau » (cf. ἠλακάτη « fuseau ») ; κωλήν « cuisse, jambe » (cf. κῶλον « membre ») ; λεσχήν « bavard » (Timo 46, cf. λέσχη « lieu de repos/bavardage »)81 ; ξιφήν· ὁ φέρων ξίφος (*« en rapport avec l’épée » Ζοn., Sud.) ; πυρήν « noyau, grain d’un fruit » (cf. πυρός « froment, grain de blé » ἀ‑πύρηνος, πολύ‑πύρηνος) ; Φαλλήν, épithète de Dionysos (cf. φαλλός).

3.5. Αd (2) : formes mycéniennes en /‑ēn‑/

  • 82 On renverra au dossier discuté par Maurice 1988, p. 133‑134. Est un cas à part l’adjectif de matiè (...)
  • 83 Sur les différentes formes, cf. Lejeune 1961, p. 206 (= MPhM II, p. 365) ; Melena 1975, p. 74‑75 ; (...)

59Le dossier mycénien82 inclut trois formes assurées en /‑ēn‑/, dont deux sûrement formées sur des appellatifs de racine verbale, et au sens agentif, sûrement non‑patientif, en tant que formées sur des verbes transitifs (pi‑ri‑je /priēn/, pl. [pi‑ri‑]je‑ne, et u‑wo‑qe‑ne /huwōkwēn‑es/), et une troisième ((°)ka‑ra‑te‑ne), obscure, glosée comme nom d’agent83 :

  • 84 Cf. Lucien, Hist. Conscr. 51 οἱ δὲ ἔπλαττον μόνον καὶ ἔπριον τὸν ἐλέφαντα καὶ ἔξεον καὶ ἐκόλλων κα (...)
  • 85 Aussi pi‑ri‑te KN Ra 1543.b (J3 ; 126), en réalité une erreur pour pi‑ri‑je‑te.
  • 86 La graphie pi‑ri‑e‑te‑re, ‑re‑si peut recouvrir *priH‑, non necéssairement *pris‑ (Hajnal 1992, p. (...)
  • 87 Ainsi Biraschi 1978, p. 285. D’autres propositions : « cutler » (Doc.2, Gloss., s.v.), « coutelier (...)

60      pi‑ri‑je /priēn/ « scie » (suivi de l’idéogramme ZE) ΚΝ Κ(1) 740.5 (H 7 ; 102a ?), pl. [pi‑ri‑]je‑ne /priēn‑es/ R 1562 (–). Le terme, au sens agentif « qui scie » (att. πρίο/ε‑ « scier »)84 est certainement ancien et a été continué par la variante à degré ‑o‑ πρίων, ‑ονος « scie, scieur » (Soph. +). Le nom d’agent proprement dit, pi‑ri‑je‑te /prietēr/ (: πριστήρ, aussi πρίστης « scieur » inscr.) est attesté à Cnossos (KN [1] Ra [1] 1548 [J3 ; 126] et passim, ‑te‑re du., dat. pl. ‑te‑si)85 et dans deux tablettes de la même série (H 126) et à Pylos86, comme nom de métier « coutelier d’ivoire »87.

  • 88 Peut‑être aussi en chypriote, génitif u‑ke‑ro‑ne qui peut recouvrir /(h)u‑khērō‑n/ (ICS 217, 5 et (...)
  • 89 Lejeune 1961, p. 206 (= MPhM II, p. 365) ; Melena 1975, p. 75 ; Maurice 1988, p. 134.
  • 90 Perpillou apud Guilleux 2016, p. 291‑292 ; 2017, p. 86, n. 65.

61      u‑wo‑qe‑ne /(h)u‑wōkwēn‑es/ (nom. pl.) ΚΝ V (2) 145.2 (C ; 124‑f) : il s’agit de /(h)u‑wōkwēn‑/* « superviseur, surveillant » un composé à premier élément /(h)/ (: ἐπί)88, inséparable du nom. pl. u‑wo‑qe‑we /(h)u‑wōkwēwes/ KN C 902.6 (13 ; 201). Leurs seconds éléments /°ōkw‑ēn‑/ et /°ōkw‑ēw‑/ respectivement (*h3ek‑ « regarder ») montrent à l’évidence la coexistence de ‑ήν et ‑εύς dans leur sens actif et leur synonymie89. L’appellatif u‑wo‑qe‑u se continue dans le synonyme Ἐπωπεύς, nom d’un roi de Sicyone90.

  • 91 Melena 1975, p. 74‑75, qui mentionne comme alternative la possibilité d’un premier membre /korwo‑/ (...)

62      (°)ka‑ra‑te‑ne krastēn‑es/ (nom. pl.), dans ko‑[ẉọ]‑ka‑ra‑te‑ne VIR 2̣0̣[ (KN Bk 806 v.2 : 13,104), implique l’existence de /krastēn‑/*, qui est à la base du dérivé secondaire en ‑ā‑ /krastēn‑ā‑/* attesté dans la glose κραστῆναι· διάκονοι γυναῖκες (Hsch.), reconnu par J.L. Melena, qui propose pour les signes ko‑[ẉọ] un premier élément (le second n’est pas lisible) /kōwos‑/ « toison » (: κῶας)91.

  • 92 Maurice 1988, p. 134.

63Les données du mycénien reflètent bien la sémantique des noms en /‑ēn/ d’après le type de lexème : on a un nom d’agent quand le lexème verbal est transitif, comme le grec alphabétique permet de le constater. Le remplacement des thèmes en ‑ēn‑ par les thèmes en *‑ēu̯‑ aurait eu lieu par le biais de l’acc. *‑ēn, qui est commun aux deux flexions92

3.6. Ad (3) : myc. /phorēn‑/*

64Myc. /phorēn‑/* (acc. po‑re‑na) « celui qui s’occupe de φόρος (*/phór‑o‑/) “action de porter (des dons)”, ou “… des porteurs (φoρóς /phor‑ó‑/) d’offrandes” ou “… de l’offrande portée (φορά */phor‑ā́‑/)” », équivalant à « porteur » (: φορεύς). Le sens « victime » est exclu.

65Pour le sens de l’appellatif myc. /phorēn‑/*, qui exprime un rapport agentif avec un des dérivés nominaux du verbe « porter » sur lequel il a pu être formé, trois possibilités s’offrent :

  • a.  Si /phorēn‑/* est un dérivé de φόρος (*/phór‑o‑/) « action de porter » (dans notre cas « cérémonie d’offrande, procession »), il désignerait « celui qui s’occupe de la cérémonie d’offrande, de la procession », donc un type de personnel surveillant les offrandes, s’occupant de la procession. Dans le contexte de la tablette Tn 316, où plusieurs po‑re‑na sont cités (chaque divinité en a au moins un), il est difficile d’imaginer la présence et l’activité de plusieurs personnes avec cette fonction.
  • b.  Si /phorēn‑/* est un dérivé de φoρóς (/phor‑ó‑/) « porteur », il désignerait « celui qui s’occupe des porteurs (des offrandes /dōra/) », soit « qui surveille les (s’occupe des) porteurs des offrandes ». Le contexte de la tablette ne rend pas vraisemblable la présence et l’activité d’un surveillant pour chaque offrande.
  • c.  Si /phorēn‑/* est un dérivé de φορός « (personne, objet) porté(e) » (CoC‑ó‑ : *bhoró‑), équivalant à */phor‑ā́‑/ « id. : ce qu’on offre », il désignerait « celui qui s’occupe de ce qui est porté/offert », donc « des offrandes », ce qui revient à dire « ceux qui offrent (*portent des offrandes) ». Dans ce cas, /phorēn‑/* serait l’équivalent de φορεύς (Hom. φορῆες Il. 18, 586), comme myc. /(h)u‑wōkwēn‑/ « superviseur, surveillant » et /(h)u‑wōkwēw‑/ « id. », ou à un composé à second membre °/phór‑o‑/, °φόρος (du type ka‑ra‑wi‑po‑ro /klāwiphorο‑/ « porteur des clés », πυρο‑φόρος « qui produit du blé » et « qui transporte du blé », μισθο‑φόρος « qui reçoit un salaire », θεσμο‑φόρος « législateur »).

66En somme : un /phorēn‑/* peut être, du point de vue de la formation du mot, une des personnes que l’on conduit (a‑ke /agei/) et qui s’occupent soit (a) de la cérémonie de présentation des dons (/dōra pherei/), soit (b) des porteurs d’offrandes, soit (c) de l’offrande elle‑même qui est portée, c’est‑à‑dire qu’il remplit, en fait, la fonction de porteur (: φορεύς). La formation des mots est concluante en faveur de l’une de ces trois possibilités, à l’exclusion d’autres : /phorēn‑/* ne peut pas avoir un sens patientif, notamment « offrande » ou « personne offerte » (pas forcément « quelqu’un destiné au sacrifice »), comme c’est le cas de φόρος « paiement » (Xen. +), « tribut, impôt ». Il faut souligner que (a) plusieurs surperviseurs des offrandes ou (b) plusieurs surperviseurs des porteurs d’offrandes ne s’accordent pas trop bien avec le contexte de la tablette Tn 316 : l’interprétation comme (c) « ceux qui s’occupent des offrandes », ce qui revient à dire « les porteurs des offrandes », est largement plus vraisemblable. En tout cas, une décision définitive en faveur d’une explication qui exclurait les autres explications échappe aux possibilités de la linguistique sensu stricto et ce n’est qu’avec des arguments fondés sur l’archéologie, l’histoire et la religion que l’on pourra trancher la question.

3.7. Le datif pluriel po‑re‑si et les formes en po‑re‑no°

67Les conclusions obtenues pour po‑re‑na sont valables aussi pour dat. pl. po‑re‑si /phorēnsi/ à Thèbes (TH Of 26 [303]) et s’accordent bien avec la situation que la tablette (registre d’assignation de laine) permet de déceler.

.1    pu2‑re‑wa ku LANA  PA 1   ka‑ka[   ] ku LANA  PA 1

.2    su‑me‑ra‑we‑jọ ,      ku LANA  PA 1 ḳọ‑ḍẹ‑wa‑o , do‑de ku LANA  PA 1

.3    di‑u‑ja‑wo , do‑de ˻ ˼ ku LANA  PA 1   po‑re‑si   ku LANA 1

  • 93 Maurice 1988, p. 125 et suiv. ; Palaima 1996‑1997, p. 308 ; 1999, p. 455 (« finishers at the woiko (...)
  • 94 Pace Weilhartner 2005, p. 142 qui voit dans le po‑re‑si des personnes qui « anlässlich eines besti (...)

68Le datif pluriel /phorēnsi/ indiquerait des destinataires (humains) de laine (pu2‑re‑wa, su‑me‑ra‑we‑j̣̣ọ), en parallèle avec des maisons et/ou des sanctuaires au cas allatif (do‑de /dōn‑de/ cf. hom. δῶ), précedés du génitif, comme dans d’autres tablettes de la même série Of. Il s’agit sans doute du même type de personnel93 que dans PY Tn 31694.

  • 95 « objects concerned in a cult operation enough to give rise to a festival name » (Palmer 1983, p.  (...)
  • 96 Ce n’est évidemment pas le cas de pa‑si‑te‑o‑i et a‑ne‑mo‑i‑je‑re‑ja (à côté de a‑ne‑mo, i‑je‑re‑j (...)

69Les deux attestations de po‑re‑no‑ (ou po‑re‑no°) à Pylos dans des tablettes d’enregistrement de tissus, notamment po‑re‑no‑tu‑ṭẹ[‑ri‑ja] ou [‑ri‑jo] (PY Ua 1413.a2) et po‑re‑no‑zo‑te‑ri‑ja (PY Un 443.2) posent de sérieux problèmes d’interprétation : po‑re‑no‑ n’a pas de diviseur de mot ce qui ne permet pas de savoir si la forme recouvre un génitif singulier /phorēnos/ ou pluriel /phorēnōn/ ou bien un premier membre de composé (on pensera à la si‑to‑po‑ti‑ni‑ja de Mycènes en MY Oe 701.3). Il est évident que po‑re‑no‑ doit avoir un rapport direct avec les termes écrits comme ‑tu‑ṭẹ[ et avec ‑zo‑te‑ri‑ja, mais le fait est que la translitération ‑tu‑ṭẹ[‑ri‑ja] dans po‑re‑no‑tu‑ṭẹ[‑ri‑ja] n’est qu’une conjecture et qu’autant la prétendue forme ‑tu‑ṭẹ[‑ri‑ja] que ‑zo‑te‑ri‑ja sont obscures (nom d’un festival ? offrande ? ustensile ? lieu ?)95. De fait, leur obscurité rend impossible de reconnaître si po‑re‑no‑ est dans un rôle d’agent ou de patient par rapport à elles96.

70Dans le texte de PY Ua 1413 (Ci) seules la contribution (*146 7 *166 + WE 1) et la référence locale ro‑u‑si‑jo a‑ko‑ro sont assurées :

.a                               *146 7 *166 + WE 1 [

          ro‑u‑si‑jo a‑ko‑ro , po‑re‑no‑tu‑ṭẹ[‑ri‑ja]

  • 97 Ainsi Palaima 1996‑1997, p. 305‑306 (« sacrifices of victims or festival of sacrifice or objects p (...)

71Même si l’on admet une translitération /phorēno‑thu(s)tēria/ ou /phorēnos thu(s)tēria/ ou /phorēnōn thu(s)tēria/ le texte ne permet pas d’identifier le sens de l’expression. Il n’y a pas, en tout cas, de raison pour interpréter po‑re‑no‑ comme « victime(s) »97, en contraste avec le sens agentif établi pour po‑re‑na (Pylos) et po‑re‑si (Thèbes). Les faits mycéniens font penser à la sphère d’une offrande ignée, avec des arômes, et en tout cas non sanglante : tu‑wo /thuwos/, pl. tu‑we‑a /thuweha/ « produits aromatiques » (: θύος, θύεα « offrande sacrificiale » [avec des produits arômatiques ?]) et le sobriquet tu‑we‑ta /Thuwestās/ (: Θυέστης) à Pylos, la formule tu‑wo‑te‑to à Thèbes dans TH Fq 126.1a o‑te, tu‑wo‑te‑to /hote thuwos theto/ « lorsqu’une/l’offrande (non sanglante) fut faite ». C’est dans cette ligne que l’on essaierait d’interpréter po‑re‑no‑tu‑ṭẹ[‑ri‑ja], plutôt qu’à la lumière des faits du grec millénaire où la famille de θύο/ε‑ « sacrifier » implique une offrande sanglante, soit un sacrifice (cf. Aesch. Ag. 1417 ἔθυσεν αὑτοῦ παῖδα), comme le montrent les dérivés θυτήρ, ‑ῆρος « sacrificateur » (qui tue la victime, cf. Aesch. Ag. 224‑5 ἔτλα δ’ οὖν θυτὴρ γενέσθαι/θυγατρός), θυτήριον « offre, offrande », « victime » (Ε. ΙΤ 243‑5 ἥκουσιν ἐς γῆν […] / δίπτυχοι νεανίαι, / θεᾷ φίλον πρόσφαγμα καὶ θυτήριον Ἀρτέμιδι « deux jeunes hommes sont venus dans ce pays, un sacrifice et une offre [= victime] agréable à la déesse Artémis »). À mon avis, compte tenu des faits mycéniens, l’interprétation la plus simple de po‑re‑no‑tu‑ṭẹ[‑ri‑ja] serait /phorēno‑thustēria/ « offrande (faite par) des po‑re‑na » (personnel dont les fonctions possibles on été mentionnées supra), éventuellement « fête des offrandes (faites par) des po‑re‑na » : dans les deux cas /phorēno‑/ aurait le même sens agentif que po‑re‑na, po‑re‑si.

72Quant à po‑re‑no‑zo‑te‑ri‑ja dans PY Un 443 (H 6), la forme est lisible, mais le sens demeure obscur :

.1  ku‑pi‑ri‑jo , tu‑ru‑pte‑ri‑ja , o‑no lana 10 *146 10

.2    po‑re‑no‑zo‑te‑ri‑ja lana 3

.3    ] ḍọ‑ke , ka‑pa‑ti‑ja, hord 2 te‑ri‑ja gralana 5

  • 98 Cf. Zωστήριoς épithète d’Apollon chez Lycophron, 1278, Pausanias 1, 31, 1 ; aussi Zωστηρία épithèt (...)
  • 99 Ces possibilités sont évoquées, parmi d’autres, par Palaima 1999, p. 455, sans prise de position ( (...)

73À côté de trois unités de laine (une par ligne), on enregistre l. 1 un paiement (o‑no) en alun (tu‑ru‑pte‑ri‑ja /struptēriās/ cf. στρυπτηρίη Hdt.), l. 2‑3 des allocations cultuelles. La translitération de po‑re‑no‑zo‑te‑ri‑ja peut bien être /phorēno‑dzōstēria/ : une fois exclu que po‑re‑no‑ soient des victimes, on peut penser soit à des « bandes ou ceintures des (qui portent les) po‑re‑na » (/dzōstēria/ cf. ζωστήρ « ceinture » Hom. +)98, voire à un « festival des ceintures/gaines des po‑re‑na »99.

74On conclura donc que les attestations de /phorēn‑/ autres que po‑re‑na, malgré les difficultés que pose le contexte des tablettes avec des registres de laine, ne contredisent pas l’interprétation du terme comme « celui qui s’occupe des offrandes (portées) » (mais en aucun cas « victime ») : le datif pluriel /phorēnsi/ se réfère aux destinataires (humains) de la laine, et il en serait de même pour po‑re‑no° dans l’obscure forme po‑re‑no‑tu‑ṭẹ[‑ri‑ja] /phorēno‑thustēria/ ou /phorēnōn thustēria/ « offrande (faite par) des po‑re‑na » et po‑re‑no‑zo‑te‑ri‑ja /phorēno‑dzōstēria/ ou /phorēnōn dzōstēria/, soit « bandes ou ceintures des (qui portent les) po‑re‑na », soit « festival des ceintures/gaines des po‑re‑na ».

4. Conclusion

75Les neutres en *‑nes‑ (du type véd. ápnas‑ « richesse », gr. τέμενος « enceinte », lat. mūnus « don ») attestés dans plusieurs domaines (mais pas en anatolien) et souvent à côté de neutres en *‑no‑ (ou ‑n‑o‑) sont pour la plupart des créations des différentes langues : les dérivés en *‑nes‑ peuvent être issus du croisement des neutres en ‑no‑ avec des neutres en ‑es‑ (e.g. véd. ápna° [germ. nord. occ. *aƀna‑] → ápnas‑ « richesse ») à l’intérieur des langues attestées. Or, l’existence de deux correspondances entre au moins deux langues, notamment l’aequabile av. réc. tafnah‑ « chaleur » : v. irl. ten « feu » (*tep‑nés‑, qui présuppose *tép‑nes‑) et véd. árṇas‑ « vague, agitation » (et árṇa‑ « id. ») : ἔρνος « rejeton » (*h1ér‑nes‑, en védique aussi *h3ér‑nes‑, donc avec confluence de deux lexèmes différents) permet de penser que la formation est héritée et remonte à l’indo‑européen postérieur à la séparation de l’anatolien, bien qu’elle soit devenue plus ou moins productive selon les langues. Les neutres en *‑nes‑ peuvent être analysés comme (a) *‑n‑es‑ à côté de *‑n‑o‑, formés tous les deux sur *‑n‑ (degré zéro de *‑on‑/‑en‑, soit d’un hétéroclite en *‑r/n‑) ou comme réanalyse de *‑no‑ par croisement avec les neutres en *‑es‑.

76Véd. °bharṇas‑ « offrande », synonyme de bhára‑, et gr. φερνή « id. » (avec le synonyme lesb. litt. φέρενα, avec φερ‑ε‑ analogique de φέρο/ε‑ ou reflet de *bherh1), avec φέρνιον « corbeille à poisson » (« ce qu’on porte », non nécessairement « ce qui porte »), reflètent deux développements dans chacune des langues, et sont transposables respectivement comme *bhér‑nes‑ et *bher‑néh2‑.

77Myc. po‑re‑na /phorēna/ ou pl. /phorēnas/ de /phorēn‑/* « celui qui s’occupe de l’offrande que l’on porte », dérivé en /‑ēn‑/ de φόρος (relevant d’une régularisation à partir des noms en *‑on‑/‑en‑), désigne les personnes que l’on conduit (a‑ke /agei/) et qui s’occupent de la cérémonie de présentation des dons (/dōra pherei/), et notamment de l’offrande portée, et jouent donc le rôle de porteur (: φορεύς).

Bibliographie

Abréviations

GCLS : A. Vaillant, Grammaire comparée des langues slaves, 5 vol., Lyon/Paris, IAC/Klincksieck, 1950‑1977.

PTT3rd, à paraître : J.L. Melena, The Pylos tablets in transliteration (with the collaboration of Richard J. Firth), Vitoria, à paraître.

Références

Aura Jorro 1985‑1993 : F. Aura Jorro, Diccionario Micénico, Madrid, CSIC, 1985‑1993.

Balles 2002 : I. Balles, « Griechisch ἄφ(ε)νος “Reichtum” », Historische Sprachforschung 110, 2002, p. 215‑232.

Beekes 2010 : R. Beekes, Etymological dictionary of Greek, Leyde, Brill, 2010.

Biraschi 1978 : A.M. Biraschi, « Miceneo pi‑ri‑je‑te : intagliatore d’avorio », Parola del Passato 181, 1978, p. 281‑287.

Blanc, à paraître : A. Blanc, « Les anthroponymes grecs en ‑ήν : géographie linguistique et morphologie suffixale », à paraître.

Buck 1989 : R.J. Buck, « Mycenaean human sacrifice », Minos 24, 1989, p. 131‑137.

Buck, Petersen 1945 : C.D. Buck, W. Petersen, A reverse index of Greek nous and adjectives, Chicago, University of Chicago Press, 1945 (réimpr. Hilsdesheim/New York, O. Olms, 1970).

Casaretto 2004 : A. Casaretto, Nominale Wortbildung der gotischen Sprache : die Derivation der Substantive, Heidelberg, Winter, 2004.

Chadwick, Spyropoulos 1975 : J. Chadwick, T.G. Spyropoulos, The Thebes tablets II. Including indexes of the Thebes tablets by J.L. Melena, Salamanque, Universidad de Salamanca, 1975.

Chantraine 1933 : P. Chantraine, La formation des mots en grec ancien, Paris, Klincksieck, 1933.

De Bernardo Stempel 1999 : P. De Bernardo Stempel, Nominale Wortbildung des älteren Irischen. Stammbildung und Derivation, Tübingen, Max Niemeyer, 1999.

Dieu 2016 : É. Dieu, L’accentuation des noms en *‑ā (*‑eh2) en grec ancien et dans les langues indo‑européennes. Étude morphologique et sémantique, Innsbruck, Institut für Sprachen und Literaturen der Universität Innsbruck, 2016.

Duhoux 1974 : Y. Duhoux, « Idéogrammes textiles du linéaire B : *146, *160, *165 et *166 », Minos 15, 1974, p. 116‑132.

García Ramón 2016a : J.L. García Ramón, « Les substantifs du type νόστος, φόρτος, χόρτος en grec et leur préhistoire », dans A. Blanc, D. Petit (dir.), Nouveaux acquis sur la formation des noms en grec ancien, Louvain‑la‑Neuve/Paris, Peeters, 2016, p. 203‑224.

García Ramón 2016b : J.L. García Ramón, « Il greco miceneo », dans M. Del Freo, M. Perna (dir.), Manuale di epigrafia micenea. Introduzione allo studio dei testi in Lineare B, Padoue, Libreriauniversitaria.it, 2016, p. 211‑244.

García Ramón 2018 : J.L. García Ramón, « De ‘correr’ a ‘crecer’ (una planta) : hitita ḫuu̯ai‑ḫḫi, griego ἀναδραμεῖν, ἀναθεῖν, antiguo nórdico rinna/renna », dans N. Bolatti Guzzo, P. Taracha (dir.), « And I knew twelve languages ». A tribute to Massimo Poetto on the occasion of his 70th Birthday, Varsovie, Agade Bis, 2018, p. 169‑181.

Gonda 1952 : J. Gonda, Ancient‑Indian ojas, Latin *augos and the Indo‑European nouns in ‑es‑/‑os‑, Utrecht, Oosthoek’s Uitgevers Mij, 1952.

Guilleux 2000 : N. Guilleux, « Quelques réflexions additionnelles à propos des formes po‑re‑na, po‑re‑no et po‑re‑si », colloque du CIPEM, Austin, 2000 (inédit).

Guilleux 2016 : N. Guilleux, « Productivité et concurrence suffixale : le cas des anthroponymes en ‑ήν, ‑ῆνος », dans Α. Βlanc, D. Petit (dir.), Nouveaux acquis sur la formation des noms en grec ancien, Louvain/Paris, Peeters, 2016, p. 281‑302.

Guilleux 2017 : N. Guilleux, « Les anthroponymes masculins en ‑ήν, ‑ῆνος : réflexions complémentaires », dans A. Alonso Déniz, L. Dubois, C. Le Feuvre, S. Minon, É. Chiricat (dir.), La suffixation des anthroponymes grecs antiques, Genève, Droz, 2017, p. 67‑98.

Hajnal 1992 : I. Hajnal, « Der mykenische Personenname a‑e‑ri‑qo‑ta », dans J.‑P. Olivier (dir.), Mykenaïka. Actes du IXe Colloque International des Études Mycéniennes (Athènes, 2‑6 octobre 1990), Paris, De Boccard, 1992, p. 285‑301.

Hiller 1999 : S. Hiller, « Homerische und mykenische Phrasen », dans S. Deger‑Jalkotzy, S. Hiller, O. Panagl, G. Nightingale, T. Lindner (dir.), Floreant Studia Mycenaea. Akten des X. internationalen Mykenologischen Colloquiums in Salzburg vom 1.‑5. Mai 1995, Vienne, Österreichische Akademie der Wissensschaften, 1999, p. 289‑298.

Hoffmann 1957 : K. Hoffmann, « Zwei vedische Wortsippen : 1. kava‑, 2. Drū », Münchener Studien zur Sprachwissenschaft 11, 1957, p. 85‑103 (repris dans Aufsätze zur Indoiranistik, vol. I, Wiesbaden, Reichert Verl, 1975, p. 411‑421).

Hooker 1977 : J.T. Hooker, « The language of the Thebes of tablets », Minos 16, 1977, p. 174‑178.

Hughes 1991 : D.D. Hughes, Human sacrifice in Ancient Greece, Londres/New York, Routledge, 1991.

Irslinger 2002 : B.S. Irslinger, Abstrakta mit Dentalsuffixen im Altirischen, Heidelberg, Winter, 2002.

Janda 2000 : M. Janda, Eleusis. Das indogermanische Erbe der Mysterien, Innsbruck, Institut für Sprachen und Literaturen der Universität Innsbruck, 2000.

Kim 2010 : J.‑S. Kim, Untersuchungen zu altindischen Abstrakta und Adjektiven im Rigveda und Atharvaveda. Die primären a‑Stämme und die ana‑Bildungen, Hambourg, Hempen, 2010.

Kroonen 2013 : G. Kroonen, Etymological dictionary of Proto‑Germanic, Leyde, Brill, 2013.

Lejeune 1961 : M. Lejeune, « Notes mycéniennes. 1. potinijawejo, 2. ekaraewe, 3. oremoakereu, 4. rekeetoroterijo », Parola del Passato 17/87, 1961, p. 401‑420 (repris dans Mémoires de philologie mycénienne. 2e série (1958‑1963) [= MPhM II], Rome, Edizioni dell’Ateneo, 1971, p. 357‑376).

Leumann 1977 : M. Leumann, Lateinische Laut‑ und Formenlehre, Munich, Beck, 1977.

Manessy‑Guitton 1965 : J. Manessy‑Guitton, « Les noms sanscrits en ‑nas‑ », Indo‑Iranian Journal 8, 1965, p. 171‑196.

Manessy‑Guitton 1966 : J. Manessy‑Guitton, «Temenos », Indogermanische Forschungen 71, 1966, p. 14‑38.

Maurice 1988 : N. Maurice (Guilleux), « Analogie et flexion nominale en grec mycénien : le datif‑locatif pluriel des thèmes en ‑n‑ », Minos 23, 1988, p. 117‑136.

Mayrhofer 1979 : M. Mayrhofer, Iranisches Personennamenbuch, vol. I, Die altiranischen Namen ; vol. II, Mitteliranische personennamen, Vienne, Österreichische Akademie der Wissenschaften, 1979.

Mayrhofer 1981‑2001 : M. Mayrhofer, Etymologisches Wörterbuch des Altindoarischen, Heidelberg, Winter, 1981‑2001.

Meillet 1908‑1909 : A. Meillet, « Sur le suffixe indo‑européen *‑nes‑ », Mémoires de la Societé de Linguistique 15, 1908‑1909, p. 254‑264.

Meiser 1993 : G. Meiser, « Zur Funktion der Nasalpräsentien im Indogermanischen », dans J. Bendahman, G. Meiser (dir.), Indogermanica et Italica, Festschrift Helmut Rix, Innsbruck, Institut für Sprachen und Literaturen der Universität Innsbruck, 1993, p. 280‑313.

Melchert 2016 : H.C. Melchert, « New Luvian verb etymologies », dans H. Marquardt, S. Reichmuth, J.V. García Trabazo (dir.), Anatolica et Indogermanica. Studia linguistica in honorem Johannis Tischler septuagenarii dedicata, Innsbruck, Institut für Sprachen und Literaturen der Universität Innsbruck, 2016, p. 203‑212.

Melena 1975 : J.L. Melena, Studies on some Mycenaean inscriptions from Knossos dealing with textiles, Salamanque, Universidad de Salamanca, 1975.

Melena 1987 : J.L. Melena, « On the Linear B Ideogrammatic Syllabogram ZE », dans J.T. Killen, J.L. Melena, J.‑P. Olivier (dir.), Studies in Mycenaean and classical Greek presented to John Chadwick, Salamanque, Universidad de Salamanca, 1987, p. 389‑457.

Melena 2001 : J.L. Melena, Textos griegos micénicos comentados, Vitoria‑Gasteiz, Eusko Legebiltzarra/Parlamento Vasco, 2001.

Narten 1981 : J. Narten, « Vedisch lelā́ya “zittert” », Die Sprache 27, 1981, p. 1‑21 (repris dans Kleine Schriften, Wiesbaden, Reichert, 1995, p. 233‑253).

Narten 1986 : J. Narten, Der Yasna Haptaŋhāiti, Wiesbaden, Reichert, 1986.

Oettinger 1995 : N. Oettinger, « Anatolische Etymologien », Historische Sprachwissenschaft 108, 1995, p. 39‑49.

Palaima 1996‑1997 : T.G. Palaima, « Po‑re‑na : a Mycenaean reflex in Homer ? An Indo‑European figure in Mycenaean ? », Minos 31‑32, 1996‑1997, p. 303‑312.

Palaima 1999 : T.G. Palaima, « Kn02 – Tn316 », dans S. Deger‑Jalkotzy, S. Hiller, O. Panagl (dir.), Floreant Studia Mycenaea. Akten des X. internationalen Mykenologischen Colloquiums in Salzburg vom 1.‑5. Mai 1995, Vienne, Verlag der Österreichischen Akademie der Wissensschaften, 1999, p. 437‑461.

Palmer 1983 : L.R. Palmer, « Studies in Mycenaean religion », dans P. Händel, W. Meid (dir.), Festschrift Robert Muth, Innsbruck, Institut für Sprachen und Literaturen der Universität Innsbruck, 1983, p. 283‑296.

Peters 1980 : M. Peters, Untersuchungen zur Vertretung der indogermanischen Laryngale im Griechischen, Vienne, Österreichische Akademie der Wissensschaften, 1980.

Pinault 2000 : G.‑J. Pinault, « Védique dámūnas, latin dominus et l’origine du suffixe de Hoffmann », Bulletin de la Société de Linguistique 95, 2000, p. 61‑118.

Probert 2006 : P. Probert, Ancient Greek accentuation. Synchron patterns, frequency effects, and prehistory, Oxford, Oxford University Press, 2006.

Renou 1961 : L. Renou, Études védiques et pāṇinéennes, vol. VIII, Paris, De Boccard, 1961.

Rieken 1999 : E. Rieken, Untersuchungen zur nominalen Stammbildung des Hethitischen, Wiesbaden, Harrassowitz, 1999.

Rix 1965 : H. Rix, « Hom. ὀρώρεται und die Verben ὄρνυμι und ὀρίνω », Indogermanische Forschungen 70, 1965, p. 25‑49 (repris dans Kleine Schriften : Festgabe für Helmut Rix zum 75. Geburtstag, ausgewählt und herausgegeben von G. Meiser, Brême, Hempen, 2001, p. 10‑34).

Sacconi 1987 : A. Sacconi, « La tavoletta di Pilo Tn 316 : una registrazione di carattere eccezionale ? », dans J.T. Killen, J.L. Melena, J.‑P. Olivier (dir.), Studies in Mycenaean and Classical Greek presented to John Chadwick, Salamanque, Universidad de Salamanca, 1987, p. 551‑554.

Scherer 1959 : A. Thumb, A. Scherer, Handbuch der griechischen Dialekte, t. II, Heidelberg, Winter, 1959.

Schindler 1980 : J. Schindler, « Zur Herkunft der altindischen cvi‑Bildungen », dans M. Mayrhofer, M. Peters, O.E. Pfeiffer (dir.), Lautgeschichte und Etymologie. Akten der VI. Fachtagung der Indogermanischen Gesellschaft, Wien, 24‑29.9.1978, Wiesbaden, Reichert, 1980, p. 386‑393.

Schindler 1984 : J. Schindler, Einiges über indogermanische ‑o‑Stämme, inédit, handout, Vienne, 04/12/1984.

Schmitt 2011 : R. Schmitt, Iranisches Personennamenbuch, vol. V/5a, Iranische Personennamen in der griechischen Literatur vor Alexander d. Gr, Vienne, Österreichische Akademie der Wissenschaften, 2011.

Stüber 2002 : K. Stüber, Die primären s‑Stämme des Indogermanischen, Wiesbaden, Reichert, 2002.

Solmsen 1909 : F. Solmsen, Beiträge zur griechischen Wortforschung, Strasbourg, Trübner, 1909.

Szemerényi 1954 : O. Szemerényi, « The Latin adjectives in ‑ulentus », Glotta 33, 1954, p. 266‑282.

Vegas Sansalvador 2005 : A. Vegas Sansalvador, « A propósito del epíteto homérico γερήνιος », dans A. Alvar Ezquerra, J.F. González Castro (dir.), Actas del XI Congreso Español de Estudios Clásicos : Santiago de Compostela, del 15 al 20 de septiembre de 2003, vol. II, Madrid, SEEC, 2005, p. 155‑162.

Vine 1999 : B. Vine, « A Note on the Duenos inscription », UCLA Bulletin of IndoEuropean Studies 1, 1999, p. 293‑305.

Weilhartner 2005 : J. Weilhartner, Mykenische Opfergaben nach Aussage der Linear B‑Texte, Vienne, Österreichische Akademie der Wissensschaften, 2005.

Weiss 2009 : M. Weiss, Outline of the historical and comparative grammar of Latin, Ann Arbor/New York, Beech Stave, 2009.

Whitney 1905 : W.D. Whitney, Atharva‑Veda Saṁhitā, translated with a critical and exegetical commentary, Cambridge, Harvard University, 1905.

Widmer 1997 : P. Widmer, « Zwei keltische r‑Stämme », Historische Sprachforschung 110, 1997, p. 122‑127.

Willi 2004 : A. Willi, « Flowing Riches : Greek ἄφενος and Indo‑European Streams », dans J.H.W. Penney (dir.), Indo‑European perspectives. Studies in honour of Anna Morpurgo Davies, Oxford, Oxford University Press, 2004, p. 323‑337.

Wodtko, Irslinger, Schneider 2008 : D. Wodtko, B. Irslinger, C. Schneider, Nomina im indogermanischen Lexikon, Heidelberg, Winter, 2008.

Notes

1 Meillet 1908‑1909, passim p. 256 : « des notions relatives à la propriété » ; Chantraine 1933, p. 420 ; Gonda 1952, p. 69 : « bearers of power » ; Manessy‑Guitton 1965, p. 174 : « à valeur “économique” » ; Leumann 1977, p. 378 : « in juristisch‑sozialen Bereich » ; Pinault 2000, p. 87 : « termes de propriété ».

2 Ainsi Manessy‑Guitton 1965, qui n’y voit que des développements secondaires à l’intérieur de chaque langue et se prononce contre l’idée d’une origine indo‑européenne (aussi Balles 2002, p. 218).

3 Mayrhofer 1979, vol. I/94, n° 365 ; vol. II/28, n° 57 ; Schmitt 2011, p. 206.

4 Chantraine 1933, p. 420 ; Gonda 1952, p. 68‑69 ; Vine 1999, p. 300‑301.

5 Pour l’essentiel des données, voir Balles 2002, p. 216‑217. L’étymologie du terme est controversée, mais sans portée dans notre cas : l’explication à partir de *h2bhén‑es‑ (ou *h2ebhén‑es‑), bâti sur le thème faible d’un hétéroclite *h2ébh‑r/n‑ « rapid stream » (Willi 2004, p. 327), dont ἄφαρ « tout d’un coup, aussitôt » refléterait *h2ébh‑r̥, va bien pour le sens ; or les comparanda invoqués (p. 331‑333) en faveur de *h2ebh‑ peuvent appartenir aux autres racines bien connues pour « eau, courant » (*h2eb‑, *h2ep‑, *h2ek‑). Aliter Balles 2002, qui propose *n̥‑gu̯hn‑ó‑ « was nicht getotet werden darf », « das nicht zu tötende (Rind) », d’où « wertvoll, Wergegenstand », d’où *n̥‑gu̯hn‑es‑ remodelé en *n̥‑gu̯hen‑es‑ (et *n̥‑gu̯hn‑es‑ó‑ : ἀφνεός « riche »), avec des parallèles sémantiques. Différentes explications sont listées dans Wodtko, Irslinger, Schneider 2008, p. 313, s.v. *h2ep‑ « Wasser, Fluß ».

6 La critique de Manessy‑Guitton et l’explication de τέμενος (1955, p. 32 et suiv.) comme sémitisme (sumérien temen « barillet de fondation ») rendent impossible toute discussion.

7 D’autres termes attestés tardivement sans portée dans notre cas : τέρχνος « branche, jeunes pousse » (τέρχνεα· φυτὰ νέα Hsch.) à côté de cypr. te‑re‑ki‑ni‑ja /terkhnia/ qui peut présupposer *terkh‑no‑ ; στρῆνος « désir » (Lyc.), « insolence » (LXX), στρηνής « rude (voix) » (A.R.), στρηνό‑φωνος « à la voix rude » (Call., Com.).

8 Cf. De Bernardo Stempel 1999, p. 145‑146 et 149‑150.

9 GCLS, vol. IV, p. 581 et 601 mentionne v. sl. granŭ (*‑no‑), à côté du féminin granĭ (‑i‑), sans mention de flexion en ‑s‑.

10 Dámūnas‑ créé à partir du thématique *dámūna‑, comme dráviṇas‑ sur le modèle de dráviṇa‑, cf. Pinault 2000, p. 87 (passim avec explication du suffixe de Hoffmann *‑h3en‑ [thémat. *‑h3no‑] comme tiré de *h3en‑ « tirer profit de, jouir de », en réalité *h3neh2‑ : ὀνᾱ‑).

11 Hoffmann 1957, p. 102‑103 (repris dans Aufsätze, p. 420‑421 : « Besitz […] durch das suffix ‑nas‑ bestimmt » avec référence à Jan Gonda). Le sens de « bien mobilier » permet de penser aussi à drav/dru « courir » (Balles 2002, p. 224). Aliter Manessy‑Guitton 1965, p. 179 (« *der‑w‑/dr‑ew‑ “être ferme, être solide”, […] dérivé d’époque indo‑iranienne […] sur un radical dravi‑ »).

12 Manessy‑Guitton 1965, p. 174‑179 ; Pinault 2000, p. 87.

13 On n’opèrera pas avec un rapport entre δάνᾱ‑* et véd. diná‑ « partagé » (mentionné comme possible par Meillet 1908‑1909, p. 257), dont le sens et l’appartenance à dā‑ « partager » (: *deh2) ne sont pas évidents.

14 Th. 112 ὥς τ' ἄφενον δάσσαντο, Op. 24 εἰς ἄφενοv σπεύδοντ'(α), aussi 637. De même v.l. 3x chez Homère Il. 1, 171 et 299 ; Od. 14, 99.

15 Le neutre κτῆνον peut être supposé dans les composés tardifs κτηνότροφος (βίος) « qui nourrit le troupeau » (D.S.), κτηνοτροφία « nourriture » (Str., D.H.).

16 Peters 1980, p. 180 (κτῆνος à partir de dat. pl. κτεάνεσσι, κτέανον à partir de dat. pl. κτεάτεσσι).

17 De *dheh1 « allaiter » (*dheh1), d’où « produire » et finalement « foin » (?). Pour la sémantique cf. aussi fr. « regain » appliqué au « foin ». 

18 Aliter Balles 2002, p. 223 : « ein Nebeneinander von *‑no‑Adjektiv und dazugehörigen ‑nes‑Abstraktum läßt sich in kaum einem Fall nachweisen ».

19 Aliter *h2ep‑ (Stüber 2002, p. 109 « *h2óp‑ etwa “reich” » ; Rieken 1999, p. 315‑317), ce qui n’est pas compatible avec lyc. epirije.

20 Surtout dans des hymnes tardifs (Manessy‑Guitton 1965, p. 184‑190).

21 Probablement par thématisation de *aƀan‑, reflet de *h3op‑ón‑ par la loi de Verner.

22 D’après une idée de Szemerényi 1954, p. 277‑278, généralement acceptée (récemment Weiss 2008, p. 96).

23 Ainsi Rieken 1999, p. 315‑318 (qui opère avec *h2ep‑). Malheureusement l’analyse pénétrante de Meillet 1908‑1909, p. 256 ne pouvait pas opérer avec les faits anatoliens.

24 Casaretto 2004, p. 216 et 411 (aussi got. dat. pl. Aflims, nom d’une matrona).

25 En réalité *h3ép‑ (*h3óp‑), *h3p‑´ (Balles 2002, p. 228, avec explication de hitt. LUippara‑ à partir de *h3ḗp‑).

26 Avec apás‑ agentif véd. sv‑ápas‑ « qui fait bon travail, qui est adroit » : av. huuapah‑, d’où le substantif ‑aŋh‑a‑ « force » différent de av. réc. huu‑apah‑ « force créative ». Cf. aussi huuāpah‑ « gute Werke wirkend, meisterlich » (Narten 1986, p. 173 et 216), véd. ā́pas‑ « frommes Werk » (Manessy‑Guitton 1964, p. 54 ; Stüber 2002, p. 111 vocalisme ‑o‑ de opus « nach dem Wurzelnomen ops geneuert »).

27 On a pensé à un *h3op‑ « herstellen » (dernièrement Stüber 2002, p. 108‑110 ; Casaretto 2004, p. 410) et à *h1ep‑ « prendre, rattraper » (Balles 2002, p. 228).

28 La sémantique de ápnas‑ et ápna‑ se rapproche dans certains passages du Rig Veda signalés par Manessy‑Guitton 1965, p. 185‑187 (parmi d’autres, VI, 67, 3 apanasthó apáseva [‑sā‑iva] « comme un apnassthá‑ par son activité » [instr. ápasā] ; Mitra et Varuna sont des garants autant de apás‑ [I, 2, 9] comme de ápnas‑ [X, 132, 7] et al.), ce qui n’implique pas pourtant un rapport étymologique.

29 D’après Meiser 1993, p. 305‑306, lexème intransitif‑télique « sich entfernen von/aus (ablat.) » vs ‑n‑présent « wegräumen, erstezen, verlassen (acc.) » vs intransitif‑passif oppositionnel « übrig bleiben ».

30 Le sens du terme est controversé : « heritage, legacy » (Humbach), « excédent, réserves » (Kellens‑Pirart), « part/destin du croyant après la mort » (Manessy‑Guitton 1965, p. 182).

31 Av. réc. raēkah‑ Yt. 17, 20 « recul, action de reculer » (irinax‑ti, raēcaiia‑ « freimachen, verlassen, aufgeben », Meiser 1993, p. 309‑310).

32 Sur la sémantique cf. déjà Meillet 1908‑1909, p. 256 et 258 (« le sens technique de ce groupe se justifie par l’ensemble du type »), qui considère le type en ‑nes‑ de l’indo‑iranien comme secondaire (aussi Wodtko, Irslinger, Schneider 2008, p. 452‑453).

33 Vine 1999, p. 300‑301 : « something given in exchange, gift » avec discussion d’autres explications.

34 Vine 1999, p. 301 ; Balles 2002, p. 222, n. 11 (avec référence à Schindler 1980, p. 390).

35 Widmer 1997, p. 124‑125 ; Wodtko, Irslinger, Schneider 2008, p. 699, n. 25, s.vtep‑.

36 Irslinger 2002, p. 132‑133. Gr. τέφρᾱ « cendre » pourrait relever éventuellement de *tep‑s‑rā‑, mais le rattachement usuel à *dheg « brûler » est sans problème.

37 Ainsi Stüber 2002, p. 161‑162 (aussi explication de véd. tápuṣ‑ « chaleur, lueur » comme croisement de tápas‑ avec *tapú‑).

38 Rieken 1999, p. 95, n. 440 ; De Bernardo Stempel 1999, p. 165 ; Widmer 1997, p. 124. On reviendra sur la reconstruction de thèmes de structure *CéC‑n‑ à côté de *CéC‑nes‑ et *CéC‑no‑ (voir 6).

39 Aliter Rieken 1990, p. 95, n. 440 (« Zufall »).

40 La différence de sens a mis en doute la validité de la correspondance, ainsi Manessy‑Guitton 1965, p. 190, pour qui ἔρνος (« jeune plante en train de se développer ») et árṇas‑ (« élan, poussée, déferlement » dit d’une masse en mouvement) n’appartiennent pas « à la même zone de vocabulaire », et p. 194 (explicitement contre la possibilité que les deux formes soient héritées et aient une origine commune) ; Balles 2002, p. 218, n. 3 ; Beekes 2010, s.v. ἔρνος (« probably secondary »).

41 Cf. aussi ὀρμενόεις « doué d’une longue tige » (Nic.) et ἐξ‑ορμενίζο/ε‑ (S. Ichn. 275 +), où la composante vers le haut est évidente. Cf. Schol. ad Nic. Ther. 840ὁρμενόεντα· τῶν λαχάνων αἱ ἄνθαι ὁρμενὰ καλοῦσι, καὶ ἐξορμενίζειν τὸ ἐκβλαστάνειν καὶ ἐξανθεῖν, ainsi que Eust. Comm. 3, p. 373 ὅθεν καὶ ἐξορμενίζω ῥῆμα, Σοφοκλῆς « κἀξορμενίζειν οὐκ ἐπισχολάζεται βλάστη » […] δηλονότι ὁρμᾷ εἰς αὔξην κατὰ τὰ ἐξορμενίζοντα φυτά. Σημείωσαι δὲ ὡς εἰ καὶ ὁ ῥηθεὶς ὄρμενος, ὁ τῆς κράμβης, ἀσφάραγος ἡρμήνευται διὰ τοῦ φι.

42 García Ramón 2018, p. 169‑176 (aussi en latin avec pro‑uenīre, p. 175).

43 À l’i.‑e. *h1er‑ appartiennent aussi les dérivés *h1ér‑u̯o‑ « rapide » (av. rec. auruua‑, germ. *aru̯a‑ : v. norr. ǫrr) et les variantes élargies *h1ers‑ « couler » (véd. ars/r̥s [prés. árṣ‑a‑ti], hitt. Ar(a)š‑, aršii̯a‑ « couler [sang, larmes, fleuve] »), ainsi que *h1res‑ (véd. rása‑ « jus, fluide », av. raŋhā‑, lat. rōs « rosée ») et *h1rei̯H‑ « courir, couler » (véd. rayi : riṇā́‑ti, rī́ya‑te, v. slav. rějǫ [‑ati] « couler », et véd. rītí‑ « courant », v. angl. ð « courant, ruisseau » [*rī‑ti‑], lat. rīuus « fleuve, rivière » [*rīu̯o‑], v. irl. rīan « id. », gall. Rēno‑ [*rei̯‑no], de structure parallèle à *h3rei̯H‑, cf. García Ramón 2018, p. 178‑179).

44 Pour une fine analyse philologique de árṇas et de árṇa‑, on renverra une fois pour toutes à Manessy‑Guitton 1965, p. 190‑196.

45 K. Hoffmann apud Mayrhofer 1981‑2001, s.várṇa‑.

46 Une autre variante élargie serait *h3rei̯s‑ « (s’)élever » (germ. *rai̯san), causat. *raizi̯an (: *h3rois‑éi̯o/e‑ : OE raēran, ON reisa) ur‑reisan « ἐγείρεσθαι, ἀνίσταμαι ».

47 Pour véd. lelā́ya « secoue, tremble » (intensif *rai̯‑rāi̯‑) cf. Narten 1981, p. 11 (= 1995, p. 243) ; pour gr. ὀρίνο/ε‑, ὀρώρεται, cf. Rix 1965 (= 2001, p. 10‑34).

48 Ainsi Manessy‑Guitton 1965, p. 195‑196 « on ne peut en déduire que seul árṇa‑ est ancien et que árṇas‑ n’a été qu’une forme accidentelle créée sur la première par la langue exubérante de la RS. » ; árṇas‑ refléterait une « stigmatisation d’un ancien thème en ‑n‑ appartenant à la racine AR‑9 <*ə1er‑ ».

49 Ainsi, la formulation un peu imprécise de Manessy‑Guitton 1965, p. 183, à propos de rékṇas‑ et germ. *lai̯xna‑ « à partir d’un indo‑européen *loikw‑no(s)‑ […] un dérivé tantôt thématique, tantôt sigmatique, à suffixe nasal sur un radical à vocalisme o ».

50 Vine 1999, p. 292, mentionne aussi foedus « traité » à côté de *foedo‑ (cf. foedi‑fragus « perfide ») et *modes‑ (cf. modes‑tus « modéré ») à côté de modus « mesure ».

51 La productivité de ‑es‑ secondaire à élargir d’autres thèmes (e.g. *h2eiu̯‑és‑), non seulement des noms racines, est bien connue, comme le soulignait déjà Meillet 1908‑1909, p. 261 et 263‑264, à propos du dossier des neutres en *‑nes‑.

52 Les deux possibilités sont évoquées par Meillet 1908‑1909, p. 256 (« Les thèmes en ‑o‑ sur lesquels reposent sans doute ceux en *‑nes‑ » à propos de véd. rékṇas‑ et de v.h.a. lēhan et leurs cognats) et p. 260 (« *‑nes‑ […] résultant de l’addition de *‑es‑ à un suffixe précédent qui comprend ‑n‑ »). D’autres formulations sont plus ou moins précises chez Chantraine 1933, p. 420 : « combinaison de ‑es‑ avec la consonne n [] », chez Manessy‑Guitton 1965, p. 189, à propos de véd. rékṇas‑ et ápnas‑ : « thèmes en ‑as‑ secondaires, constitués à l’époque indo‑iranienne, sur des radicaux à nasale hérités de l’indo‑européen », chez Pinault 2000, p. 86 : « combinaison du suffixe ‑e/os‑ du neutre avec un suffixe en nasale *‑e/on‑ ou sa variante thématique », et chez Weiss 2009, p. 307 à propos lat. ‑nus,‑neris (« […] suffixation of thematic forms in ‑no‑ with ‑s‑suffix »).

53 Seulement dans louv. cun. par(a)‑ papra‑ « emporter » (Melchert 2016, p. 203‑206) et hitt. (PÉŠ)kapirt‑ « souris » [kabērt‑] (*kom‑bhḗr‑t‑ « Zusammenträger » selon Oettinger 1995, p. 44‑46).

54 Schindler 1984. Pour les faits grecs voir la discussion de Probert 2006, p. 152‑153.

55 Cf. dat. bhárāya « pour porter » (AV 9, 1, 13 āpā́m tvā goṣṭhó adhyarukṣad bhárāya « the stall of the waters has ascended thee for bearing » [Whitney 1905]). Le terme est continué en renouvellement formel par bháraṇa‑ « charge » (X 31, 6cd asyá sánīḷā ásurasya yónau samāná ā́ bháraṇe bíbhramāṇāḥ « dans l’utérus de ce seigneur sont ceux du même nid, étant portés dans le même fardeau » ; « im gemeinsamen Ort zum Tragen » selon Kim 2010, p. 304).

56 La continuité formelle /CóC‑o‑/ → /CóC‑to‑/ se laisse constater aussi dans d’autres langues (García Ramón 2016a, notamment p. 210‑211 pour φόρος, φόρτος).

57 Voir aussi IX, 64, 26ac sahásrabharṇasaṃ vā́caṃ « un discours qui apporte mille présents » (dit du Soma en allusion au « bénéfice » tiré du culte somique, en IX, 64, 25bc, IX, 98, 1ac).

58 Manessy‑Guitton 1966, p. 181 (avec référence à Renou 1961, p. 54).

59 Manessy‑Guitton 1965, p. 182.

60 Sur le type à degré autre que ‑o‑, cf. Dieu 2016, p. 189 et suiv.

61 Cf. les gloses φερνάς· προῖκας, δῶρα νυμφικά, ἀπὸ τοῦ φέρειν φεράς, καὶ πάντα τὰ φερόμενα, φερνή· προίξ, δῶρα νυμφικά (Hsch.).

62 Cf. aussi Herod3, 2, p. 227 μόνον τὸ φερνή ὀξύνεται. ἐὰν δὲ δώσῃ τις τόνον μὴ πλεονασμὸν Αἰολικὸν εἶναι καὶ εἴπῃ φερένη καὶ μιμήσηται τὸ Ἑλένη.

63 Cf. les discussions de Peters 1980, p. 29, n. 19 (avec référence à béot. φαρατριτην), qui propose une forme base *bhŕ̥H‑treh2.

64 Pace Manessy‑Guitton 1965, p. 182 (bháraṇa‑ de *bhér‑en‑o‑, alternant avec *bhér‑on‑o‑ des infinitifs en germanique, aurait la même structure que φέρενα et l’infinitif φέρεν dans certains dialectes).

65 Il s’agit des mêmes personnes, que ce soit du personnel religieux, des victimes ou autre. La prétendue différence entre les po‑re‑na de Pylos comme victimes humaines et les po‑re‑si de Thèbes comme personnel assigné à une divinité (Weilhartner 2005, p. 142 et 203) est insoutenable.

66 Discussion des différentes possibilités chez García Ramón 2016b, p. 231.

67 On n’entreprendra pas de discuter les différentes propositions, dont quelques‑unes fort bizarres, recueillies dans Aura Jorro 1985‑1993, s.v. po‑re‑na, po‑re‑no‑tu‑ṭẹ[‑ri‑ja] et po‑re‑no‑zo‑te‑ri‑ja. On renverra une fois pour toutes aux discussions de Maurice 1988 (aussi Guilleux 2016 et 2017, et son texte inédit du colloque du CIPEM à Austin en 2010) et de Palaima 1999.

68 Ainsi, « die als Tribute geschuldeten Menschen » (Scherer 1959, p. 351), « human beings », « persons dedicated » ou « victims » (Chadwick, Spyropoulos 1975, p. 94), « that which is brought for a god » (Hooker 1977, p. 77‑78), « one brought in, one contributed » (pour un sacrifice humain, Buck 1989, p. 136). D’autres auteurs insistent sur le statut du terme noté po‑re‑na sans chercher à en préciser le sens, cf. « une catégorie particulière de desservants […] les individus, hommes ou femmes (“garçons” ou “filles” ? “domestiques” ?) spécialement préposés à tel dieu ou déesse » (Maurice 1988, p. 136), « sacristan » (Palaima 1999, p. 450 et 455), « persone legate con l’attività cultuale », « sacerdoti, sacerdotesse » (Sacconi 1987, p. 554) et, critiquant « portatori dei vasi », mais renonçant à interpréter linguistiquement la forme en question.

69 En termes purement formels on ne saurait certes exclure une forme *phorenā́‑, formée sur un *phor‑n(‑)ā́‑ (non attesté : *φoρνή !) ou par modification de *pher‑(e)n‑ā́‑ (φερνή, lesb. φέρενᾱ) d’après le modèle des formes à degré zéro ou de φορέο/ε‑. Or, le dat. po‑re‑si /‑ē̆n‑si/, qui présuppose un thème en *‑ēn‑/‑ēn‑ (avec le degré long généralisé) est incompatible avec (et ruine en fait) cette possibilité.

70 On ne s’attardera pas à discuter d’autres interprétations extravagantes qui mettent po‑re‑na en rapport avec des racines autres que celle de φέρο/ε‑ et qui réapparaissent périodiquement (cf. la doxographie de Aura Jorro 1985‑1993, s.v., et les critiques dans Maurice 1988, p. 135, n. 42), parmi d’autres « couper » (Duhoux 1974, p. 127). Cf. aussi Buck 1988, p. 134‑135 (avec discussion inutile d’une « barely possible » continuité de « poren » [sic] dans πρήν « taureau » ou πυρήν « noyau d’un fruit »).

71 La formule est richement attestée : δῶρα φέροντας (Hdt. 3, 20), δῶρα φέρων (Od. 15, 51 et 75, Ηésiode, frg. 240, 1, Ηdt. 4, 126), cf. lat. dona ferentes (Virgile).

72 Cf. le dossier de Hiller 1999, p. 295. En synchronie homérique la collocation est sans rapport avec le mérisme hérité φέρειν καὶ ἄγειν « saccager » (: lat. ferre et agere), sur laquelle cf. Janda 2000, p. 238 et 240.

73 Αinsi, Hdt. 1, 6 ὁ Κροῖσος τοὺς μὲν κατεστρέψατο Ἑλλήνων ἐς φόρου ἀπαγωγή ; 1, 27 οἱ […] Ἕλληνες κατεστράφατο ἐς φόρου ἀπαγωγήν ; Ar., Vesp. 707 εἰσίν γε πόλεις χίλιαι αἳ νῦν τὸν φόρον ἡμῖν ἀπάγουσιν ; cf. aussi Thuc. 1, 16.

74 Ainsi, Melena 2001, p. 70 : « […] los dioses micénicos tenían unos intereses económicos tangibles y agradecerían más la cesión de un exvoto humano que unir al conjunto de sus servidores, que su sacrificio ». Cf. aussi Sacconi 1987, p. 552‑553 : « ceremonie cultuelle » (vases, porena) ; « annuale processione rituale […] in onore di varie divinità » (avec référence à des fresques reproduisant ce type de cérémonies dans d’autres centres, p. 554‑555) ; Hughes 1991, p. 199‑202 ; Palaima 1999, p. 456.

75 C’est une vexata quaestio sur laquelle je n’ai rien à apporter et qui n’a pas à être abordée ici.

76 Un correspondant exact est le germanique *inku̯an‑ m. « bosse » (island. mod. ökkvi « id. »), avec sa variante thématique *inku̯a‑, d’où island. mod. ökkr « id. » (Kroonen 2013, s.v. *inkwa(n)‑ ; Riccardo Ginevra, comm. pers.).

77 Οn renverra surtout à l’étude approfondie de Solmsen 1909, p. 117 et suiv. ; Chantraine 1933, p. 166‑168 (possibilité de rapport avec ‑ōn‑ des dérivés du type στραβών : « il sert […] à former des qualificatifs, surtout dans le vocabulaire technique et populaire, des sobriquets ») ; Μaurice 1988, p. 124‑133.

78 On renverra aux riches dossiers et discussion de Guilleux 2016, p. 286‑288, et 2017 ; Blanc, à paraître (formation récente datable du ve et du ive siècle).

79 De *ĝerH‑ « saluer en criant » (véd. jari, lat. grātus) depuis Solmsen 1909, p. 119‑120 (« ‘der Krächzer’ […] Ableitung von dem Wurzelnomen ai. gir‑ awest. gar‑ ‘Ruf, Anrufung’ […] ») ; Vegas Sansalvador 2005, p. 155‑162, spéc. 160 (rapport avec Γερήνιος « que grita »).

80 Cf. Buck, Petersen 1945, p. 247 (« designating a living being […] as connected with the primitive substantive or possessing the quality of the primitive adjectives ») ; Buck 1989, p. 135 (« bearing or being in the thing or quality »).

81 À l’origine peut‑être déverbatif de *legh‑sko/e‑, cf. aor. λέκτο, ἔλ‑λεσχος « dont on parle », περι‑λεσχήνευτος « id. », mais πρό‑λεσχος « bavard » (Eschyle).

82 On renverra au dossier discuté par Maurice 1988, p. 133‑134. Est un cas à part l’adjectif de matière o‑re‑ne‑ja (pl. n.) /ōleneia/ « décoré avec des motifs angulaires » (dit de textiles, avec tela, à Cnossos), aussi o‑re‑ne‑a , du. o‑]re‑ne‑o, formé sur le vieux terme ὠλήν,‑ένος « coude » aussi transmis comme ὠλῆνος (Suid., s.v. ὠλένη· βραχίων. Ὠλὴν δέ, ὠλῆνος, ἀρσενικόν· τοῖς ὠλέσι, πληθυντικόν), avec les formes secondaires ὠλένη (h.Merc. 388 +) et Ὤλενος (en Étolie [Il. 2.639] et en Achaïe [Hdt. +]), désignant la courbe d’une colline ou d’une rivière, aussi πέτρη Ὠλενίη (Ηοm. +).

83 Sur les différentes formes, cf. Lejeune 1961, p. 206 (= MPhM II, p. 365) ; Melena 1975, p. 74‑75 ; Maurice 1988, p. 133‑135.

84 Cf. Lucien, Hist. Conscr. 51 οἱ δὲ ἔπλαττον μόνον καὶ ἔπριον τὸν ἐλέφαντα καὶ ἔξεον καὶ ἐκόλλων καὶ ἐρρύθμιζον καὶ ἐπήνθιζον τῷ χρυσῷ.

85 Aussi pi‑ri‑te KN Ra 1543.b (J3 ; 126), en réalité une erreur pour pi‑ri‑je‑te.

86 La graphie pi‑ri‑e‑te‑re, ‑re‑si peut recouvrir *priH‑, non necéssairement *pris‑ (Hajnal 1992, p. 290), malgré gr. alph. πριστήρ. Le terme apparaît à côté d’autres noms de métier dans PY An 207 (avec VIR et numéral : .5 ]pi‑ri‑je‑te‑re vir 2[), parmi d’autres, e.g. .6 a‑de‑te‑re vir 2 /an‑detēre/ (ἀνά, δέω), .7 ke‑ra‑me‑we vir 2 /keramēwe/, .10 ku‑ru‑so‑wo‑ko vir 4 /khrūsoworgoi/, .11˼me‑ri‑da‑ma‑te vir 2 /melidamarte/, .12 to‑ko‑so‑wo‑ko vir 5̣[ /toksoworgoi/, .14 ra‑pte‑re [ vir /rhaptēres/.

87 Ainsi Biraschi 1978, p. 285. D’autres propositions : « cutler » (Doc.2, Gloss., s.v.), « coutelier d’épées », ou comme « fabricants de peignes en ivoire » (Melena 1987, p. 423).

88 Peut‑être aussi en chypriote, génitif u‑ke‑ro‑ne qui peut recouvrir /(h)u‑khērō‑n/ (ICS 217, 5 et 15, Idalion, ve s. av. J.-C.) « gratification », avec préverbe /(h)u°/ (: ἐπι°) ou /un°/ (: ἀνα°, cf. ἀνὰ χεῖρα).

89 Lejeune 1961, p. 206 (= MPhM II, p. 365) ; Melena 1975, p. 75 ; Maurice 1988, p. 134.

90 Perpillou apud Guilleux 2016, p. 291‑292 ; 2017, p. 86, n. 65.

91 Melena 1975, p. 74‑75, qui mentionne comme alternative la possibilité d’un premier membre /korwo‑/ « garçon » suggérée par John Chadwick.

92 Maurice 1988, p. 134.

93 Maurice 1988, p. 125 et suiv. ; Palaima 1996‑1997, p. 308 ; 1999, p. 455 (« finishers at the woikos of Potnia » [non pas « victimes »] « workers/sacristans within their sacred locales »).

94 Pace Weilhartner 2005, p. 142 qui voit dans le po‑re‑si des personnes qui « anlässlich eines bestimmten Zeremonie an die jeweiligen Gottheiten überstellt sind », p. 203 « Menschen, die einer Gottheit überantwortet sind » à la différence des po‑re‑na de Pylos pour lesquels une interprétation comme « (Menschen‑)Opfer […] prinzipiell möglich erscheint ».

95 « objects concerned in a cult operation enough to give rise to a festival name » (Palmer 1983, p. 289), « “objects belonging to the sacrificers” and pertaining here to the po‑re‑na » (Palaima 1999, p. 455).

96 Ce n’est évidemment pas le cas de pa‑si‑te‑o‑i et a‑ne‑mo‑i‑je‑re‑ja (à côté de a‑ne‑mo, i‑je‑re‑ja) à Cnossos ou de tu‑wo‑te‑to à Thèbes, qui reflètent des syntagmes fixés dont le sens est évident.

97 Ainsi Palaima 1996‑1997, p. 305‑306 (« sacrifices of victims or festival of sacrifice or objects pertaining to victims »).

98 Cf. Zωστήριoς épithète d’Apollon chez Lycophron, 1278, Pausanias 1, 31, 1 ; aussi Zωστηρία épithète d’Αthéna, Pausanias 9, 17, 2.

99 Ces possibilités sont évoquées, parmi d’autres, par Palaima 1999, p. 455, sans prise de position (« Neither line of interpretation really helps in determining whether the *po‑re‑ne are “victims” who are girdled with wool fillets or […] sacristans who wear special vestments in discharging their ceremonial duties »). Cf. déjà Palaima 1996‑1997, p. 306 (« festival of the guirdlings of the victims » or « festival of the clothing of the *po‑re‑ne » ou bien « bandlets for the victims »). Weilhartner 2005, p. 163, oscille entre « Festname bzw. […] Kultgegenstand ».

Auteur

Center for Hellenic Studies, Washington, D.C., États‑Unis

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search