Version classiqueVersion mobile

Dérivation nominale et innovations dans les langues indo‑européennes anciennes

 | 
Alain Blanc
, 
Isabelle Boehm

Troisième partie. Phonologie non segmentale

Dérivation nominale et innovations accentuelles en grec ancien : autour de la loi de Wheeler

Éric Dieu

Résumé

Cet article reprend à nouveaux frais l’examen des principales manifestations de la loi de Wheeler, selon laquelle, dans la préhistoire du grec, tout polysyllabe oxyton à dernière voyelle brève devient paroxyton si sa syllabe pénultième est brève et sa syllabe antépénultième longue (adjectifs en ‑ιλος et en ‑υλος, composés de dépendance verbale régressive en ‑ος de sens actif, participes parfaits moyens‑passifs, etc.). Il tend à montrer que presque tous les exemples retenus pour illustrer la loi de Wheeler doivent être interprétés autrement, et qu’il n’est pas exclu que cette loi elle‑même relève d’une illusion de la reconstruction.

Texte intégral

  • 1 Probert 2006, p. 88 sq.

1Parmi les lois rythmiques qui ont pu être proposées afin de rendre compte de déplacements d’accent en grec ancien, P. Probert1 retient les trois suivantes :

    • 2 Cf. Lejeune 1972, p. 287, et p. 297, § 343, n. 1.
    • 3 Lejeune 1972, p. 297. Nous conserverons néanmoins, dans la suite de cet article, l’expression de « (...)

    La loi de Wheeler, impliquant, dans les polysyllabes oxytons, une rétraction de l’accent sur la pénultième en cas de finale « dactylique ». Plus précisément, l’expression de « finale dactylique » étant impropre (la syllabe finale, en règle générale, n’a pas de quantité définie dans un mot considéré isolément, indépendamment de l’enchaînement de la phrase2), cette loi peut être formulée d’une manière plus rigoureuse comme suit : « Tout polysyllabe oxyton à dernière voyelle brève devient paroxyton si sa syllabe pénultième est brève et sa syllabe antépénultième longue »3.

  1. La loi de Vendryes, suivant laquelle tout mot propérispomène dont la syllabe antépénultième est brève devient proparoxyton en attique récent, et, le cas échéant, dans la κοινή : ἀγροῖκος > ἄγροικος (avec correptio Attica), ἐρῆμος > ἔρημος, ἑτοῖμος > ἕτοιμος, etc.
  2. La loi de Bartoli, qui serait une loi de rétraction d’un accent final en cas de finale « iambique ».
  • 4 Outre Vendryes 1905‑1906a, voir en particulier, plus récemment, Probert 2004, p. 283‑290.

2Ces trois lois n’ont pas le même degré de probabilité. La loi de Vendryes est certaine, quelles que puissent être les difficultés qui concernent son statut exact, son origine et certaines de ses manifestations (nombreuses analogies, etc.) : elle s’est appliquée à l’époque historique, entre le vieil attique et l’attique récent4. La loi de Bartoli, en revanche, ne repose sur aucun exemple sûr, ni même probable : elle doit, à nos yeux, être rejetée (cf. Dieu 2015). Quant à la loi de Wheeler, il s’agirait d’une loi prosodique fort ancienne, d’époque grecque commune, et dont les manifestations auraient presque toutes été éliminées, ou réorganisées suivant des analogies diverses, de sorte que, dans la grande majorité des cas, elle ne serait plus reconnaissable comme telle à l’époque historique : dans aucun des types suffixaux où l’on admet généralement qu’elle a laissé des traces, on n’observe une répartition complémentaire entre des formes oxytones à finale trochaïque, ou en tribraque, et des formes paroxytones à finale dactylique. Wheeler (1885, p. 60‑104) proposait cette loi afin de rendre compte des formes suivantes :

  • a.  adjectifs en ‑λος et en ‑ρος (p. 61‑66) ;
  • b.  participes parfaits en ‑μένος (p. 66‑68) ;
  • c.  composés de dépendance verbale régressive en ‑ος de sens actif (p. 68‑92) ;
  • d.  formes diverses avec une ancienne diphtongue en syllabe pénultième (p. 92‑94) : πρᾷος « doux », φοῖβος « brillant », etc. ;
  • e.  adverbes en ‑ίκα (p. 94) ;
  • f.  adverbes en ‑άκις (p. 94) ;
  • g.  adjectifs pronominaux en ‑λίκος (p. 94‑95) ;
  • h.  ὀστέον « os » (p. 95) ;
  • i.  substantifs et adjectifs en ‑ίος (p. 95) ;
  • j.  diminutifs en ‑ίον (p. 95‑96) ;
  • k.  deux noms en ‑νος : παρθένος « jeune fille », καρκίνος « crabe » (p. 96) ;
  • l.  adverbes en ‑μα : ἀτρέμα(ς) « sans trembler, en restant immobile », ἠρέμα « doucement » (p. 96‑98) ;
  • m.  flexion du type de ὀφρῡ́ς « sourcil », gén. ὀφρύος, dat. ὀφρύι (vs πούς « pied », ποδός, ποδί), et datifs pluriels du type de πατράσι (p. 98, et p. 14‑15) ;
  • n.  ἠ‑ύτε « comme, de même que », cf. véd. utá « aussi » (p. 98) ;
  • o.  anastrophe des prépositions : σοφίᾱς πέρι < *σοφίᾱς περί, etc. (p. 98‑101).
  • 5 On trouvera ci‑dessous les références aux travaux de Kuryłowicz. Un renvoi sera également fait plu (...)
  • 6 Il ne sera pas non plus possible de discuter ici de toute la vaste bibliographie qui existe sur la (...)
  • 7 Voir notamment Wackernagel 1925, p. 54‑56 = Wackernagel 1953, vol. II, p. 1194‑1196.
  • 8 Probert 2006, p. 91‑96.

3L’objet de cet article sera de tenter de faire la part entre les types suffixaux dont l’accentuation peut s’expliquer raisonnablement par la loi de Wheeler, et ceux où le recours à cette loi n’est qu’une solution de facilité, et qui se laissent expliquer bien mieux autrement, ainsi que de s’interroger sur la légitimité même de cette loi, qui a parfois été remise en cause (principalement par Kuryłowicz)5. Il ne saurait être question de traiter, dans les limites imposées à cet article, de tous les exemples défendus par Wheeler6. Plusieurs d’entre eux, d’ailleurs, ne pourraient plus être défendus aujourd’hui, telle l’anastrophe des prépositions : on s’accorde désormais à reconnaître que les prépositions du type de περὶ sont proclitiques, mais qu’en position d’anastrophe, c’est la forme tonique avec son ancien accent qui réapparaît (πέρι = véd. pári)7. On se limitera aux cinq classes de mots mentionnées par Probert8 comme illustrations de la loi de Wheeler (adjectifs en ‑λος, composés de dépendance verbale régressive en ‑ος de sens actif, participes parfaits en ‑μένος, datifs pluriels du type de πατράσι, adjectifs pronominaux en ‑λίκος), auxquelles on ajoutera le cas des noms en ‑ιον et en ‑ιος, ainsi que, en dernier lieu, celui de ὀστέον.

1. Les adjectifs en ‑λος

  • 9 Probert 2006, p. 209‑226 et 236‑237. Voir aussi Mathys 2017, p. 339, dans le cadre d’un état de la (...)

4Le dossier philologique relatif à l’accentuation de ces adjectifs, ainsi que des substantifs en ‑λος, a été traité de manière méticuleuse par Probert9, ce qui nous dispense de le reprendre intégralement. Nous nous bornerons ici à quelques remarques synthétiques. Dans les adjectifs en ‑λος, l’accent se trouve sur la finale dans les contextes suivants :

  • dans la majeure partie des dissyllabes : δειλός « lâche », τυφλός « aveugle », etc. ;
  • dans la majeure partie des polysyllabes à suffixe complexe avec une pénultième longue, à savoir ceux en ‑ηλός, ‑ωλός : σῑγηλός « silencieux », ὑψηλός « haut », φειδωλός « économe, ménager », ἁμαρτωλός « qui se trompe, qui est en faute », etc. (à cela s’ajoutent quelques formes à accent récessif) ;
  • dans les trisyllabes en ‑αλός, qui, d’un point de vue prosodique, ont tous une antépénultième brève : ὁμαλός « uni, lisse ; égal, semblable », χθαμαλός « qui est à terre, bas », etc.

5En revanche, l’accent se trouve sur la voyelle précédant le λ :

    • 10 Probert 2006, p. 216.
    • 11 Cf. Blanc 2018, p. 592.

    dans les formes en ‑ῐλος, toutes à antépénultième longue : ποικίλος (Hom. +) « varié, divers, bigarré, tacheté ; variable, changeant, inconstant » (au lieu de *ποικιλός ? cf. véd. peśalá‑ « orné, décoré, bien fait, beau », avec, néanmoins, un suffixe de forme différente), ὀργίλος (Pl. +) « coléreux », etc. La seule exception est l’hapax δαψιλός (Emp. 39, 1 Diels‑Kranz = Arist., Cael. 294a26) « abondant, vaste » : son accent peut être analogique de celui de δαψιλής (Hdt., Hp., etc.) « abondant, vaste ; libéral, généreux »10, bien que cette forme ionienne soit vraisemblablement secondaire par rapport à δαψιλός11, voire, éventuellement, de celui de ψῑλός « dégarni, pauvre », dont Chantraine (DELG, p. 252) se demandait s’il n’avait pas joué un rôle dans la formation même de δαψιλός ;

    • 12 Cf. Lamberterie 1990, p. 99, n. 2, et p. 710.
    • 13 Probert 2006, p. 225.
    • 14 Par ailleurs, sur la glose d’Hésychius βραχυλόν· μικρόν (dub.), voir Probert 2006, p. 225.

    dans les formes en ‑ῠλος, toutes à antépénultième longue : ἀγκύλος (Hom. +) « courbé, recourbé ; retors, fourbe » (cf. skr. class. aṅkura‑ « bourgeon, jeune rameau »), καμπύλος (Hom +) « courbé, recourbé », αἱμύλος (Hes. +) « séduisant, insinuant, rusé », δρῑμύλος (Moschos) « aigu, perçant », etc. Une exception à cette structure prosodique pourrait être l’adjectif non attesté *παχυλός « épais, gros, massif », à antépénultième brève et à accent suffixal, dont l’existence pourrait être suggérée par l’hapax παχυλῶς « en gros, grossièrement », et par véd. bahulá‑ « épais, dense, large, abondant » ; mais bahulá doit être plutôt une innovation à partir de bahú‑ « nombreux, abondant » (= gr. παχύς « épais, gros, massif »), et παχυλῶς peut être une création d’Aristote (EN 1094b20)12. Il est difficile, dans ces conditions, de savoir comment interpréter l’accent de παχυλῶς (qui n’est documenté nulle part chez les grammairiens anciens). Pour Probert13, « if the lack of attestations of the adjective itself is not an accident, the final accent may owe less to the tribrachic form of the word than to the non‑existence of the adjective »14.

  • 15 Cf. Wheeler 1885, p. 62.
  • 16 Probert 2006, p. 216, n. 12.
  • 17 Cf. DELG, p. 37 : « le mot […] devient presque équivalent à ποικίλος ».

6En dehors des formes en ‑ιλος et ‑υλος, il faut évoquer le cas isolé de αἰόλος (Hom. +) « mobile, agité, agile ; bigarré, tacheté ; variable, changeant, inconstant »15. Selon toute vraisemblance, il ne s’agit pas d’une forme suffixée en ‑λος (cf. DELG, p. 37). Probert16 se demande, néanmoins, si αἰόλος ne serait pas un exemple de la loi de Wheeler. Dans la mesure où le sens de αἰόλος est devenu très proche de celui de ποικίλος17, peut‑être serait‑il plus simple de penser à une influence directe de l’accent de ποικίλος.

7Pour Probert, comme on l’admet généralement, l’accentuation des adjectifs en ‑ιλος et en ‑υλος s’expliquerait par l’action de la loi de Wheeler (*ποικιλός > ποικίλος, d’où, par analogie, dat. *ποικιλῷ → ποικίλῳ, etc.), préservée en raison de la structure prosodique spécifique des adjectifs en ‑ιλος et ‑υλος, puis morphologisée. De fait, en synchronie, la loi de Wheeler est invisible : si l’on sort du domaine des adjectifs, on peut observer que dans les substantifs, l’accentuation caractéristique de ces suffixes est ‑ίλος et ‑ύλος, y compris dans les substantifs à antépénultième brève (par exemple τροχίλος « roitelet ») ; mais contrairement aux adjectifs, l’accentuation récessive s’y rencontre par ailleurs.

  • 18 Le suffixe ‑ῖνος est caractéristique de noms d’animaux, de sobriquets, ou encore de patronymes ; i (...)
  • 19 Exemples chez Chantraine 1933, p. 253‑255.

8Indépendamment de tout critère diachronique, il est donc possible de dire que les suffixes ‑ίλος et ‑ύλος impliquent fondamentalement un accent sur la voyelle précédant le λ (lequel a été éliminé dans une partie des formes substantivales pour laisser place à un accent récessif), de la même manière que, avec des finales trochaïques, le suffixe de diminutifs ‑ίσκος, ou encore le suffixe ‑ῖνος18, sont fondamentalement accentués sur la voyelle précédant σκ et ν. Quant au lien entre un rythme dactylique et l’accentuation de ‑ίλος et ‑ύλος, était‑il encore vraiment sensible en synchronie ? La situation n’est, au fond, guère différente de celle qui apparaît dans les adjectifs suffixés en ‑αλέος (surtout attestés dans la poésie dactylique), où l’accent est toujours sur le ε et où le suffixe suit presque toujours une syllabe longue19, sans qu’un quelconque rapport entre l’accentuation et la prosodie doive être supposé.

  • 20 Kuryłowicz 1968, p. 105, et p. 52‑53.
  • 21 Wheeler mettait les adjectifs en ‑ρος sur le même plan que les adjectifs en ‑λος. En ce sens, voir (...)
  • 22 Allinson 1891, p. 52, 53 et 55.
  • 23 En ce sens, voir une critique de l’hypothèse d’Allinson chez Probert 2006, p. 218.
  • 24 Chantraine 1933, p. 250 : « Parmi les suffixes en l c’est le suffixe ‑ulo‑ qui possède la valeur d (...)

9Dès lors, il faut se demander si d’autres hypothèses que la loi de Wheeler ne devraient pas être envisagées en diachronie. Mais aucune autre hypothèse n’emporte a priori l’adhésion, qu’il s’agisse d’une théorie fort complexe, d’ordre analogique, qui a été avancée par Kuryłowicz20, ou bien de l’idée d’une analogie à partir des suffixés en ‑ύς (δρῑμύς, d’où δρῑμύλος, etc., et ‑ίλος analogique de ‑ύλος ? mais on n’observe rien de comparable dans les adjectifs en ‑υρός : λιγύς/λιγυρός, etc.21). Par ailleurs, pour Allinson22, qui n’acceptait pas la loi de Wheeler, on aurait affaire à une accentuation, de date grecque, de la première syllabe du suffixe dans des suffixes de valeur « diminutive » : ‑ίλος/‑ύλος, ‑ίσκος, ‑ίον. Cela supposerait d’admettre l’existence véritable d’une valeur diminutive du suffixe, qui n’est pas forcément toujours évidente23, bien que cela soit souvent défendu24. Cette hypothèse synchronique, en outre, ne peut clairement pas être acceptée pour rendre compte des suffixés en ‑ίον/‑ιον (voir 6). Nous reviendrons plus bas (voir 7) sur l’idée d’une accentuation « synchronique » des adjectifs en ‑ίλος et ‑ύλος.

2. Les composés de dépendance verbale régressive en ‑ος de sens actif

10Ces composés étaient anciennement accentués sur la voyelle thématique, comme le suggère la comparaison avec le védique (véd. vājam‑bhará‑ [RV.] « qui remporte le prix de victoire », vs gr. ‑φόρος < *‑φορός, etc.). En grec, leur accentuation dépend de leur structure prosodique :

    • 25 Cette accentuation sur l’antépénultième est‑elle d’origine éolienne, comme le pensait Wackernagel (...)

    Les formes à pénultième longue par nature ou par position sont accentuées sur la finale (ou rarement, sur l’antépénultième25) : στρατηγός (Hom. +) « stratège », ψῡχοπομπός (Eur. +) « conducteur des âmes des morts », etc. (avec un accent sur l’antépénultième, cf. πτολίπορθος [Hom., poètes] « destructeur de villes », τοξόδαμνος [Eschl. +] « qui dompte l’ennemi avec ses flèches », etc.).

    • 26 On laissera de côté ici les formes à pénultième brève dont le premier membre est un préfixe, du ty (...)

    Les formes à pénultième brève dont le premier membre n’est pas un préfixe26 sont accentuées sur la pénultième (ou quelquefois, sur l’antépénultième) : πατροκτόνος (Eschl. +) « parricide », λιθοβόλος (Pl. +) « qui lance des pierres », etc. (avec un accent sur l’antépénultième, cf. ἱππόδαμος [Hom.] « dompteur de chevaux », ἱππόμαχος [Hom., Luc.] « qui combat à cheval », etc.).

  • 27 Cf. Wheeler 1885, p. 89 ; Vendryes 1904, p. 193‑194 ; etc. Toutefois, l’idée d’une généralisation (...)

11Cette répartition prosodique est généralement expliquée par la loi de Wheeler : elle se serait établie telle quelle au moment où la loi de Wheeler avait cessé d’être vivante. L’extension de l’accent sur la pénultième du type de πατροκτόνος (à antépénultième longue) au type de λιθοβόλος (à antépénultième brève, au lieu de *λιθοβολός) serait due à la plus grande fréquence des formes à finale dactylique27.

  • 28 Kuryłowicz 1958, p. 147‑148 ; 1968, p. 104‑105.
  • 29 Voir Probert 2006, p. 94, à la suite de Wheeler 1885, p. 90‑91. 

12Une autre hypothèse a été avancée par Kuryłowicz28. Selon lui, dans la grande majorité des exemples, la syllabe antépénultième devait être la voyelle de composition ‑ο‑, et l’allongement par position de la syllabe comportant ce ‑ο‑ serait loin de constituer le cas de figure le plus fréquent. La structure dactylique serait donc moins fréquente que la structure en tribraque. Cette idée pourrait être contestée, et elle l’a effectivement été29 ; mais il serait vain de discuter de statistiques relatives à la plus ou moins grande fréquence des formes à finale dactylique à une époque préhistorique, car l’analyse de Kuryłowicz pose de toute façon des difficultés qui la rendent fort improbable. Kuryłowicz pensait à l’influence des formes contractes en ‑θόος, ‑πλόος, ‑σσόος, ‑χόος, etc., anciennement accentuées *‑Cο(ϝ)ός. Le génitif singulier ‑πλοῦ (< *‑πλοοῦ), ou encore le datif singulier ‑πλῷ (< *‑πλοῷ), etc., auraient été réinterprétés, à l’époque des contractions, comme issus de ‑πλόου, ‑πλόῳ, etc., avec une accentuation présuffixale (radicale) au lieu de suffixale, étendue ensuite analogiquement à l’ensemble de la flexion (‑πλόος d’après ‑πλόου, etc.) ainsi qu’à l’ensemble des formations à syllabe présuffixale brève (*‑κτονός > ‑κτόνος, mais conservation de ‑ηγός, etc.).

  • 30 Cf. Bally 1945, p. 40.

13Or, il n’est pas évident que la réanalyse des cas obliques et l’extension de leur accentuation aux cas directs sous leur forme contracte aient dû concerner également les formes non contractes : une évolution de *‑πλούς (< *‑πλοός) vers ‑πλοῦς d’après *‑πλοοῦ > ‑πλοῦ n’implique pas que la forme non contracte *‑πλοός, gén. *‑πλοοῦ, ait dû aussi être changée en ‑πλόος, gén. ‑πλόου. De fait, si l’on considère plus généralement les formes contractes en ‑ους (< ‑εος, ‑οος), les analogies suivantes ont été à l’œuvre par ailleurs30 :

  • Dans les composés d’accentuation récessive, du type du composé bahuvrīhi εὔνους « bienveillant » < εὔνοος, l’accent des cas directs a été étendu aux cas obliques : gén. εὔνου, au lieu de *εὐνοῦ < εὐνόου.
    • 31 Voir Dieu 2016, p. 297‑298, n. 35.
    • 32 En faveur d’une telle idée, voir Wackernagel 1916, p. 53, pour qui hom. χρῡ́σεος, gén. ‑έου, au li (...)

    Dans les formes simples, l’analogie inverse s’est développée : gén. χρῡσέου > χρῡσοῦ, d’où le nominatif χρῡσοῦς « en or », au lieu de *χρῡ́σους < χρῡ́σεος. Comme nous l’avons défendu ailleurs31, cette hypothèse, comparable à ce qui se passe dans les composés d’accentuation récessive, mais en sens inverse, est clairement plus économique que l’idée selon laquelle χρῡσοῦς serait issu de la contraction de *χρῡσέος, forme qui serait attendue d’après l’accentuation des adjectifs de matière védiques en ‑áya‑ du type de hiraṇyáya‑ « en or », etc.32.

14Or, dans toutes ces formes, la forme non contracte conserve son accent ancien : χρῡ́σεος n’est pas devenu *χρῡσέος sous l’influence de χρῡσοῦς.

  • 33 Dossier philologique chez Kühner, Blass 1890‑1892, p. 402 ; Vessella 2018, p. 131‑132.

15En outre, pour les composés autres que les adjectifs numéraux en ‑πλους (ἁπλοῦς « simple », διπλοῦς « double », etc.), l’accent récessif a tendu à se répandre dans les formes contractes : δορυ‑σσόος (Hes. +) « qui brandit la lance » > δορύσσους (Soph., OC 1313 : δορύσσους mss., δορυσσοῦς Reisig) ; cf. ἁθρόος « compact » > ἅθρους (mais aussi ἁθροῦς)33. La réanalyse postulée par Kuryłowicz n’aurait donc pu se faire qu’avant la tendance au développement de cet accent récessif.

  • 34 Voir cependant 8 plus bas.

16Ainsi, la loi de Wheeler semble, à ce stade, l’hypothèse la plus vraisemblable pour rendre compte de l’accentuation des composés de dépendance verbale régressive en ‑ος de sens actif34.

3. Les participes parfaits en ‑μένος

  • 35 Nous résumons ici des vues exprimées ailleurs en des termes largement comparables : voir Dieu 2016 (...)

17Il est bien connu que dans les participes athématiques moyens suffixés en *mh1no (suivant la reconstruction laryngaliste avancée par Klingenschmitt, quelles que soient les difficultés qu’elle est susceptible de poser pour les formes grecques), l’accent final répondait à celui de l’indicatif correspondant35. Pour les formes de parfait, au parfait moyen véd. riricé « il a laissé » répond le participe riricāná < *le‑lik‑m̥h1s (redoublement en i par harmonie vocalique). La forme grecque λελειμμένος remplace *λελιμμηνóς sous l’influence de la forme postvocalique du suffixe *mh1no > ‑μενο‑, ainsi que du vocalisme radical de λείπω.

  • 36 Voir, en dernier lieu, Probert 2006, p. 93 ; Gunkel 2014, p. 515.

18L’accent des participes parfaits en ‑μένος pourrait s’expliquer suivant la loi de Wheeler : dès lors que cette loi avait cessé d’être vivante en grec, ses effets auraient été généralisés dans les formes à antépénultième brève à partir des formes à finale dactylique. Cette extension analogique est généralement attribuée à la plus grande proportion de formes à finale dactylique36. Cela est possible, mais elle peut également avoir été favorisée par l’accentuation des participes parfaits actifs en *‑ϝώς, gén. *‑ϝότος (λελυ‑μέν‑ος, ‑μέν‑ου, comme λελυ‑κ‑ώ‑ς, ‑ότ‑ος), qui est ancienne (suffixe *‑u̯os‑/*‑us‑, cf. véd. ‑vā́ṃs‑/‑úṣ‑). Il faut sans doute également faire entrer en ligne de compte l’accent des infinitifs parfaits (λε‑λυ‑κ‑έναι, λε‑λύ‑σθαι). C’est ce qu’avait déjà bien observé Meillet (1905‑1906, p. 111) : dans les parfaits grecs et védiques, « au moyen, le ton est toujours sur la désinence : dadé, ce qui concorde exactement avec δεδόσθαι, δεδομένος, si l’on note une fois pour toutes que, pour une raison inconnue, jamais la finale ‑αι des infinitifs, actifs ou moyens, ne reçoit le ton en grec ». En d’autres termes, dans δεδόσθαι, l’accent ne doit pas être interprété comme radical, mais comme se trouvant par défaut sur le radical, c’est‑à‑dire comme un accent non récessif exclu, « pour une raison inconnue », de la finale inaccentuable ‑αι.

19Cela dit, rien n’interdirait, a priori, de considérer que la loi de Wheeler serait inutile ici : l’analogie de *‑ϝώς, gén. *‑ϝότος, peut avoir joué seule sur l’accentuation des formes en ‑μένος. Bien sûr, si la loi de Wheeler n’est pas une vue de l’esprit, le plus simple est certainement de songer à une convergence de facteurs (loi de Wheeler combinée avec l’influence de *‑ϝώς, *‑ϝότος). Mais l’existence même de cette loi ne saurait être tenue pour confirmée par l’accentuation des participes parfaits en ‑μένος.

4. Les datifs pluriels du type de πατράσι

  • 37 Sur la forme ἄστρασι qui se rencontre chez certains grammairiens anciens, avec une curieuse justif (...)
  • 38 Cf. Vendryes 1904, p. 149 et 221 ; Probert 2006, p. 91, n. 22 ; etc.

20Les formes concernées sont πατράσι « pères », ἀνδράσι « hommes », μητράσι « mères », θυγατράσι « filles », ainsi que ἀρνάσι « agneaux » et ἀστράσι37 « astres ». Suivant Wheeler, d’après une communication personnelle faite par Brugmann, ces formes seraient des exemples de sa loi (laquelle aurait agi à une époque où le groupe τρ faisait encore position), à partir de formes plus anciennes *πατρασί, etc., qui seraient oxytones (l’accent final évitant le problème d’un * [> gr. ρα] accentué en indo‑européen) comme le sont les formes de rythme non dactylique τρισί (cf. véd. triṣú [loc.]), de τρεῖς « trois », et γυναιξί, de γυνή « femme »38.

  • 39 Sur l’analyse qui suit, voir en dernier lieu, Dieu 2015, p. 221‑230, avec de nombreux renvois bibl (...)
  • 40 Il est notable que l’accentuation columnale se retrouve en védique, ainsi pour le nom du père : vé (...)

21Une autre solution d’ordre morphologique semble néanmoins bien plus simple (ou éventuellement, comme dans le cas des participes parfaits en ‑μένος, pourrait être complémentaire par rapport à la loi de Wheeler dans l’hypothèse où celle‑ci aurait bien existé)39. En dehors des nominatifs singuliers μήτηρ et θυγάτηρ, qui sont de toute façon anomaux, et en dehors, le cas échéant, du vocatif singulier ou de quelques formes rares du type des formes épiques et lyriques θύγατρα (acc. sg.), θύγατρες (nom. pl.) et θύγατρας (acc. pl.), l’accentuation de πατήρ, μήτηρ, θυγάτηρ et ἀστήρ est columnale : l’accent se trouve toujours sur la deuxième syllabe, ou, pour θυγατέρα, θυγατρός, etc., sur la troisième syllabe du mot. Ainsi, πατράσι, μητράσι, θυγατράσι et ἀστράσι sont des formes parfaitement attendues en synchronie40.

22Quant à ἀνήρ et ἀρήν, de même que γυνή et τρεῖς, l’accentuation est columnale au sein des cas obliques : ἀνδράσι/ἀνδρῶν, ἀρνάσι/ἀρνῶν, comme γυναιξί/γυναικῶν et τρισί/τριῶν. En regard du nominatif‑accusatif neutre τρία, l’accent de τρισί obéit, comme au génitif τριῶν, à la « loi ποδός » (accentuation des formes à radical monosyllabique sur le radical aux cas directs, mais sur la désinence aux cas obliques). Il en va de même pour γυναιξί/γυναικῶν (avec extension de la « loi ποδός » par analogie des cas obliques de ἀνήρ) : une accentuation **γυναῖξι serait caractéristique des cas directs γυναῖκες et γυναῖκας. En revanche, pour ἀνήρ, le datif pluriel pouvait se distinguer, par l’accent, des cas directs ἄνδρες et ἄνδρας de deux manières, **ἀνδρασί ou ἀνδράσι, mais seule cette seconde forme permettait d’avoir une accentuation columnale par rapport aux autres cas obliques (ἀνδρῶν, et au singulier, ἀνδρός et ἀνδρί).

5. Le suffixe d’appartenance ‑ικóς et les adjectifs pronominaux en ‑λίκος

  • 41 Probert 2006, p. 94‑95.

23À la suite de Wheeler, Probert41 considérait encore que l’accentuation des suffixés en ‑ικός, classe de mots qui n’est devenue véritablement productive qu’à une date assez récente, à partir de l’époque classique, aurait été généralisée indépendamment de la structure prosodique des formes, mais que des traces de la loi de Wheeler auraient pu être préservées dans les anciens thèmes pronominaux, devenus hors système, ἡλίκος « combien grand, aussi grand que », τηλίκος « aussi grand, aussi âgé », πηλίκος, ὁπηλίκος « combien grand, de quel âge ».

  • 42 Sur ce rapprochement entre ‑λίκος et ‑ικός, voir en particulier Chantraine 1956, p. 152‑155. La qu (...)
  • 43 Forme sans ‑κα en chypriote : a‑ni /āni/, Kafizin 267b, ou « mot‑fantôme » ? Voir Egetmeyer 2010, (...)
  • 44 Wheeler (1885, p. 94) songeait aussi à expliquer ces adverbes par sa loi à partir de *‑ικά (avec ‑ (...)
  • 45 Sur ces adverbes, voir notamment Monteil 1963, p. 295‑297. Cf. Dunkel 2014, vol. II, p. 316, 338, (...)

24Cela supposerait qu’un lien étymologique entre les formes en ‑λίκος et celles en ‑ικός pût être établi. Cette idée a été souvent avancée : ‑ηλι‑ remonte à *‑ā‑l‑i‑ < *‑eh2‑l‑i‑ (cf. lat. t‑ā‑li‑s, qu‑ā‑li‑s), et, selon Chantraine (DELG, p. 410), la finale ‑ί‑κος, « malgré la différence d’accent (loi de Wheeler ?), fait penser au suffixe d’appartenance ‑ικός »42. Néanmoins, un tel lien avec le suffixe d’appartenance n’est pas absolument évident. Et quand bien même il devrait être retenu, il ne serait nullement assuré, pour autant, que l’accent de ‑λίκος doive être imputé à la loi de Wheeler. Il n’est pas sûr, en tout cas, qu’il soit permis de séparer entièrement l’analyse de l’accentuation de ces formes de celle des adverbes en ‑νίκα : ἡνίκα « quand »43, τηνίκα « à ce moment », πηνίκα, ὁπηνίκα « à quel moment » (cf. aussi l’accent de αὐτίκα « aussitôt »)44. Or, ces adverbes comportent apparemment une particule inaccentuable ‑κα : cf. dorien ὅ‑κα « quand », πό‑κα « quand », de même sens que ὅ‑τε, πό‑τε45.

  • 46 Meillet 1894, p. 239.
  • 47 Wackernagel 1893, p. 25, n. 1 = Wackernagel 1953, vol. II, p. 1094, n. 1.
  • 48 Le scénario posé par Meillet pour les autres formes en ‑δε était le suivant : τοιόσδε et ἐνθάδε re (...)
  • 49 Pour une autre théorie bien plus complexe relative à l’enclise, qu’il n’est pas possible de discut (...)
  • 50 Cf. Probert 2003, p. 117 : « τοιόσδε and τοσόσδε are accented on the same principle as ὅδε (despit (...)

25Une idée, toutefois, qui irait dans le sens d’une action de la loi de Wheeler dans toutes ces formes serait celle, avancée par Meillet46, selon laquelle la place ancienne de l’accent aurait été préservée dans τηλικόσδε et τηνικάδε. Néanmoins, cette idée est plus qu’incertaine. Pour Wackernagel47, « jene Paroxytonese derer auf ‑δε kann ganz wohl von dem einzigen τοιόσδε ausgegangen sein » : il s’agirait d’un fait lié à l’enclise, *τοῖόσ‑δε aboutissant à τοιόσδε par ἐπέκτασις, c’est‑à‑dire par une « extension » du mot tonique par l’enclitique, l’ensemble ne formant plus qu’un mot unique48. L’hypothèse de Wackernagel a le mérite de la simplicité, mais on pourrait également songer à un scénario indépendant des théories relatives à l’enclise49 : τοιοῦτος, τοσοῦτος et τηλικοῦτος sont accentués comme οὗτος ; τοιόσδε, τοσόσδε et τηλικόσδε, en dépit de τοῖος, τόσος et τηλίκος, auraient alors été accentués d’après ὅδε50, ou bien sous l’influence de τοι‑, τοσ‑ et τηλικ‑ inaccentués dans τοιοῦτος, τοσοῦτος et τηλικοῦτος. Il en irait de même dans τηνικάδε et ἐνθάδε (accent sur la syllabe précédant ‑δε, comme dans les pronoms‑adjectifs), dont l’accentuation est parallèle à celle de τηνικαῦτα « à ce moment même » et de ἐνταῦθα « là, là même » (< ἐνθαῦτα, forme attestée en ionien).

26Il est difficile de tirer des conclusions définitives de ce dossier complexe. Mais la loi de Wheeler ne s’y impose nullement comme une solution vraisemblable.

6. Les noms en ‑ιον (et en ‑ιος)

  • 51 Pour une hypothèse sur cette exception, voir Hoenigswald 1985, qui analyse πεδίον comme une hypost (...)
  • 52 Cf. Probert 2003, p. 93‑94. Voir aussi le détail extrêmement complexe des données philologiques ch (...)

27Les neutres en ‑ιον à suffixe complexe (‑τήριον, ‑ίδιον, ‑ύλλιον, etc.), ou de plus de trois syllabes (ἀνθρώπιον [ion.‑att.] « petit homme », ὀμμάτιον [Arist., AP] « petit œil », etc.), sont proparoxytons. Il en va de même des trisyllabes à syllabe antépénultième brève (à l’exception notable de πεδίον [Hom. +] « plaine »51), tandis que les trisyllabes de rythme dactylique sont généralement paroxytons. Cette répartition est notamment observable dans les diminutifs, même si elle se retrouve assez largement dans les autres trisyllabes en ‑ιον : ἀρνίον (Lys. +) « jeune agneau », παιδίον (ion.‑att.) « petit enfant », etc., vs κóριον (Eup., Lys., Theoc.) « petite jeune fille », θύριον (Ar. +) « petite porte, vantail d’une porte », etc. Néanmoins, les exceptions sont assez nombreuses, surtout dans les formes à antépénultième longue, par exemple ποίμνιον (Hdt. +) « troupeau de petit bétail »52.

  • 53 Cf. Wheeler 1885, p. 95‑96.

28L’accentuation des noms en ‑ιον peut‑elle alors être expliquée par la loi de Wheeler, comme le pensait l’auteur de cette loi53 ? Dans cette hypothèse, il faudrait partir d’une oxytonèse ancienne, et admettre, en dehors des formes trisyllabiques de rythme dactylique, une accentuation récessive secondaire d’après le modèle des autres neutres thématiques.

  • 54 Cf. Vendryes 1904, p. 165‑166 ; Bally 1945, p. 59‑60 et 69.

29Toutefois, on ne dispose d’aucun indice net d’une oxytonèse générale héritée dans les noms en ‑ιον. La comparaison avec l’accentuation des dérivés secondaires (ou immotivés) masculins en ‑ιος ne va pas dans ce sens : ces derniers sont très majoritairement d’accentuation récessive lorsqu’il s’agit d’adjectifs (αἴτιος « qui est la cause de, responsable », ἄγριος « sauvage », etc.), et l’accentuation récessive est attestée également dans plusieurs substantifs en ‑ιος (comme κῡ́ριος « maître », δακτύλιος « bague », etc.)54. Il est vrai que certains substantifs en ‑ιος sont oxytons. Mais ils se rattachent surtout à des champs du lexique bien déterminés, parmi lesquels se rencontrent aussi, par ailleurs, quelques formes paroxytones :

    • 55 Sur l’accent de μητρυιή, voir diverses hypothèses chez Dieu 2016, p. 356, n. 86.

    des noms de parenté comme ἀνεψιός (Hom. +) « cousin germain, etc. », μητρυιός (Theopomp. Com., Hyp.) « beau‑père » (accent secondaire par rapport à μητρυιή [Hom. +] « femme du père, marâtre »55), νυμφίος (Hom. +) « fiancé, jeune marié » (cf. aussi υἱός « fils », issu de la dissimilation de υἱύς < *suH‑i̯ú‑) ;

    • 56 Cf. Chandler 1881, p. 68 ; Roussou 2018, p. 426.

    des noms d’animaux : ἐρῳδιός (Hom. +) « héron », αἰγυπιός (Hom., Hdt.) « vautour », χαραδριός (Hippon. +) « pluvier » ; pour les formes paroxytones, cf. κωβίος (Semon. +) « goujon » (κωβίος chez Ps.‑Arc. 163.5‑6 Roussou = 46.2 Schmidt ; Hdn. I.126.16 Lentz ; mais une variante κωβιός est très largement répandue dans la tradition manuscrite56), σκορπίος (Eschl. +) « scorpion ».

  • 57 Mais on trouve aussi γόμφιος dans la tradition manuscrite : voir Chandler 1881, p. 68.
  • 58 Cf. Vendryes 1904, p. 165 ; Bally 1945, p. 59‑60.
  • 59 Vendryes 1905‑1906b, p. 137.
  • 60 Wheeler (1885, p. 95) considérait aussi comme des exemples de sa loi quelques adjectifs terminés p (...)

30Les formes paroxytones (auxquelles il faut ajouter γομφίος [Hdt. +] « dent molaire »57) sont souvent attribuées à l’action de la loi de Wheeler58, sans que l’on parvienne à comprendre exactement pourquoi la loi de Wheeler aurait seulement joué dans certains cas. Selon Vendryes59, pour les noms de parenté, la loi de Wheeler aurait été entravée dans ἀνεψιός « par la tendance à oxytoner les noms de parenté masculins » (cf. ἀδελφός « frère », ἑκυρός « beau‑père, père de l’époux », πενθερός « beau‑père, père de l’épouse », γαμβρóς « gendre, beau‑fils ; beau‑frère ; beau‑père », etc.). Mais comment expliquer, alors, la divergence entre ἀνεψιός et νυμφίος ? De par son sens, νυμφίος aurait‑il été moins proche que ἀνεψιός des noms de parenté du type de ἀδελφός ? Sans doute est‑il bien plus simple de penser, indépendamment de la loi de Wheeler, à l’influence analogique des neutres trisyllabiques en ‑ίον à antépénultième longue du type de παιδίον « petit enfant » (quelle que soit l’origine de l’accentuation de ces neutres, qui reste à élucider), d’autant que νυμφίος présente une valeur diminutive (« jeune marié »). De même, l’accentuation des noms trisyllabiques de petits animaux κωβίος et σκορπίος (en regard des mots de plus de trois syllabes ἐρῳδιός, αἰγυπιός et χαραδριός) a quelque chance d’être due à l’influence des trisyllabes en ‑ίον de rythme dactylique, parmi lesquels se rencontrent des noms d’animaux, de valeur diminutive ou non, comme θηρίον « bête sauvage », ἀρνίον « jeune agneau », μοσχίον « petit veau », πωλίον « jeune poulain »60.

  • 61 En faveur d’une ancienne accentuation sur le ι, voir Postgate 1925, p. 20 sq. (‑ίον, de même que l (...)

31Il est donc difficile de postuler une ancienne oxytonèse générale dans les neutres en ‑ιον. La comparaison avec les noms en ‑ιος, en tout cas, ne permet guère d’aller dans ce sens. Cette même comparaison semble aussi exclure les différentes analyses qui ont visé à rendre compte de l’accentuation des neutres en ‑ιον au moyen d’une ancienne accentuation suffixale sur le ι, hormis, bien entendu, dans l’hypothèse où ‑ίον préserverait une accentuation plus ancienne que ‑ιος61.

  • 62 Sur l’accentuation des neutres thématiques, voir Dieu 2016, p. 288‑322.

32Indépendamment de la comparaison avec les noms en ‑ιος, il serait également possible, par ailleurs, de penser que l’accentuation ancienne des neutres en ‑ιον était récessive, de par leur statut même de neutres thématiques : les neutres thématiques du grec ancien sont presque tous d’accentuation récessive62.

  • 63 Dieu 2016, p. 289‑291.
  • 64 On notera néanmoins que, mutatis mutandis, l’hypothèse qui suit pourrait aussi être avancée si l’o (...)
  • 65 Cf. Vendryes 1904, p. 166‑168 ; Bally 1945, p. 64‑65 et 69‑71. Cf. Probert 2003, p. 92‑93.
  • 66 Sur ce doublet, voir Probert 2004, p. 285‑286.
  • 67 Cf. Vendryes 1905‑1906a, p. 222‑223 ; Bally 1945, p. 25 et 81. Les faits sont néanmoins fort compl (...)

33Nous avons tenté ailleurs63 d’avancer une explication de l’accentuation des neutres en ‑ιον qui soit compatible avec cette plus grande vraisemblance d’une ancienne accentuation récessive dans la préhistoire du grec64. Notre hypothèse repose sur l’idée d’une analogie à partir des neutres en ‑αιον, ‑ειον, etc., qui, en principe, de même que les formes en ‑αιος, ‑ειος, etc., sont issus de formes d’accentuation récessive où ι se trouvait en hiatus avec la voyelle précédente ; du fait des contractions, ces formes sont devenues propérispomènes (ἀχρεῖος [Hom. +] « inutile, bon à rien » < ἀχρήϊος [épique et ion. : Hes., Hdt., Hp.], μουσεῖον [att.] « temple des Muses, école littéraire, Musée » < *μουσήϊον, etc.), puis, en attique récent, leur accentuation a dû être régie (mais avec de très nombreuses exceptions) par la quantité longue ou brève de l’antépénultième selon la loi de Vendryes (ἀχρεῖος > ἄχρειος, avec correptio Attica et recul de l’accent lié à l’antépénultième brève)65. On pourrait alors supposer que, par analogie des neutres en ‑αιον et en ‑ειον, les noms en ‑ιον, à partir d’une accentuation récessive ancienne, auraient largement adopté l’accent de pénultième lorsque leur antépénultième était longue. Cela impliquerait que l’accentuation des noms en ‑ιον qui nous a été transmise par les grammairiens alexandrins fût celle de l’attique récent, passée secondairement dans la κοινή. Certes, dans les neutres en ‑ιον, on ne dispose pas d’indices en faveur d’un phénomène caractéristique de l’attique récent, contrairement aux noms en ‑αιον et en ‑ειον, où il existe quelques variantes, bien documentées par le témoignage des grammairiens anciens, du type de v. att. τροπαῖον « trophée » (Th. +), att. récent (et κοινή) τρόπαιον66. Cela dit, on peut remarquer que certains faits accentuels de la langue commune où l’on n’observe pas de paires du type de v. att. τροπαῖον/att. récent τρόπαιον sont théoriquement susceptibles d’être expliqués par l’action de la loi de Vendryes, telle, peut‑être, d’après Vendryes (suivi par Bally), l’accentuation des thèmes en ‑ητ‑ et en ‑ωτ‑ (ἀργής « blanc, brillant », ἐσθής « vêtement », γυμνής « nu, armé légèrement », vs κέλης « coursier », πένης « pauvre », γόης « charlatan », accentués d’après *κελῆτα > κέλητα, *πενῆτα > πένητα, etc. ?)67.

  • 68 Données chez Vendryes 1904, p. 166‑168 ; Bally 1945, p. 64‑65.
  • 69 Cf. Probert 2003, p. 92‑93.

34Notre hypothèse est, assurément, fort spéculative, et le nombre important d’exceptions à la répartition accentuelle et prosodique des trisyllabes en ‑ιον indiquée ci‑dessus rend strictement impossible de la tenir pour assurée. Néanmoins, les exceptions à la loi de Vendryes sont très nombreuses dans les formes en ‑αιος, ‑ειος, et plus encore dans les neutres en ‑αιον, ‑ειον68 : la très grande majorité des neutres en ‑ειον sont accentués ‑εῖον, tandis que l’accentuation récessive s’est répandue dans la quasi‑totalité des neutres en ‑αιον ; à l’inverse, les adjectifs en ‑αιος sont plus souvent accentués ‑αῖος que ce que l’on pourrait attendre d’après la loi de Vendryes, tandis que dans les adjectifs en ‑ειος, c’est l’accentuation récessive qui s’est le plus développée au‑delà de la répartition attendue69. Tous ces développements analogiques ont partiellement obscurci les effets de la loi de Vendryes dans les adjectifs en ‑αιος, ‑ειος, et les ont même rendus totalement méconnaissables dans les neutres en ‑αιον, ‑ειον. Si l’on admettait que l’accentuation des neutres en ‑ιον puisse être analogique de celle des formes en ‑αιον et en ‑ειον (en supposant, bien sûr, que cette analogie se soit produite à une époque où les effets de la loi de Vendryes étaient encore nettement perceptibles dans les neutres en ‑αιον et en ‑ειον), il ne serait donc pas inattendu que les faits y soient passablement brouillés.

35Que l’on admette ou non l’hypothèse qui précède, que nous ne proposons qu’à titre expérimental, une chose, en tout cas, semble assurée : l’accentuation des neutres en ‑ιον ne saurait être expliquée par la loi de Wheeler.

7. Conclusion provisoire

36Ainsi, parmi les exemples généralement considérés comme les meilleures illustrations de la loi de Wheeler, seuls les adjectifs en ‑ίλος/‑ύλος et les composés de dépendance verbale régressive en ‑ος de sens actif paraissent véritablement légitimes à cet égard. Certes, la loi de Wheeler ne saurait être absolument exclue pour ce qui concerne les participes parfaits en ‑μένος, voire les datifs pluriels du type de πατράσι ; mais rien n’impose non plus d’y avoir recours.

  • 70 Cf. aussi εὖτε « lorsque, comme » (de sens temporel, plus rarement causal). Mais il est difficile (...)

37La loi de Wheeler ne paraît donc réellement pertinente que pour rendre compte d’un nombre extrêmement restreint de classes de mots. Et même parmi les mots isolés, il est difficile de tenir son action pour certaine : par exemple, si l’on tire ἠύτε (« comme, de même que ») de *ἠ‑υτέ à partir de la comparaison avec véd. utá (« et, aussi »), est‑il bien nécessaire de recourir pour autant à la loi de Wheeler afin d’expliquer le recul de l’accent ? En synchronie, ‑τε était sans doute perçu comme une particule enclitique (cf., avec un sens il est vrai assez différent, ὅτε « lorsque », mycénien o‑te70), et l’accentuation de ἠύτε a donc de fortes chances de ne pas être liée à sa structure prosodique.

  • 71 Pour l’accent de ‑ίσκος, il est bien difficile de penser, avec Bally (1945, p. 60 et p. 25, n. 1), (...)
  • 72 Sur ce dernier point, voir Mathys 2017.

38Dès lors, est‑il vraiment économique de recourir à une loi prosodique afin d’expliquer l’accentuation de seulement deux classes morphologiques ? Pour ‑ίλος/‑ύλος, en tout cas, une explication synchronique n’est pas totalement exclue (bien que sa motivation reste assez obscure), avec un accent fondamentalement de pénultième, comme dans plusieurs autres types suffixaux de structure autre que dactylique (‑ίσκος, ‑ῖνος, etc. : voir 1), où l’origine de cette accentuation est d’ailleurs tout sauf claire71. Si, par ailleurs, la légitimité de la loi de Wheeler devait être remise en question pour ce qui concerne les composés de dépendance verbale régressive en ‑ος de sens actif, ce serait, en tout cas, un paradoxe que de chercher à défendre l’existence d’une telle loi afin d’expliquer uniquement l’accentuation d’un type suffixal (‑λος) qui a autant innové par rapport à l’indo‑européen : adjectifs trisyllabiques en ‑αλός à antépénultième toujours brève vs adjectifs en ‑ίλος/‑ύλος à antépénultième toujours longue ; recours fréquent à ‑ίλος sur une base radicale à vocalisme *o (la suffixation de ποικίλος, en regard de véd. peśalá‑ [voir 1], s’explique ainsi à l’intérieur du grec) ; ou encore, dans les anthroponymes, développement d’une répartition complémentaire entre ‑ίλος/‑ύλος après syllabe lourde, et ‑ιλλος/‑υλλος après syllabe légère, phénomène qui ne dispose nulle part de parallèle direct dans le lexique grec72.

39Il faut, dans ces conditions, réexaminer le cas des composés de dépendance verbale régressive en ‑ος de sens actif, afin de voir si la loi de Wheeler y est vraiment la seule solution possible.

8. Retour sur l’accentuation des composés de dépendance verbale régressive en ‑ος de sens actif

  • 73 Détails dans AiGr, vol. II/1, p. 214‑215 sq. (avec mention des exceptions : formes ayant pour seco (...)

40Une autre solution possible pourrait être avancée à partir de l’examen d’un autre type de composés de dépendance verbale régressive : ceux qui correspondent à véd. sarva‑víd‑ (AV.) « qui sait tout, omniscient », paśu‑tŕ̥p‑ (RV.) « qui vole du bétail », su‑kŕ̥‑t‑ (RV.) « qui agit bien », etc., accentués sur le second membre comme la majeure partie des composés à second membre thématique du type de vājam‑bhará‑73.

41En grec, l’accentuation du second membre se retrouve dans le type à élargissement ‑τ‑, qui rassemble des formes à vocalisme radical long : προβλής (Hom. +) « qui s’avance en saillie », ἀγνώς (Hom. +) « ignoré ; qui ignore », ἀδμής (Hom.) « non soumis au joug », etc. (autres composés en ‑κμής, ‑βρώς, ‑θνής, ‑κρᾱ́ς, ‑πτώς, etc.). Elle se retrouve aussi, en règle générale, dans les thèmes à dorsale ou à labiale à vocalisme radical long : βουπλήξ (Hom. +) « aiguillon » (cf. πλήσσω « frapper »), ἀπορρώξ (Hom. +) « abrupt, escarpé » (cf. ἀπορρήγνῡμι « arracher, briser »), etc.

  • 74 Nous parlons seulement de recul de l’accent d’une syllabe, plutôt que d’accentuation récessive, da (...)
  • 75 Cf. Bally 1945, p. 80. Voir aussi Ps.‑Arc. 234.5‑7 Roussou = 108.1‑2 Schmidt (cf. Hdn. I.246.12 Le (...)

42En revanche, dans les thèmes à dorsale ou à labiale à vocalisme radical bref, l’accent recule d’une syllabe74 : χέρνιψ (Hom. +) « eau pour se laver les mains » (cf. νίπτω « laver »), ἐπίτεξ (Hdt., Hp. +) « près d’accoucher » (cf. ἐπιτίκτω « enfanter une seconde fois »), σύζυξ (Eur. +) « uni, accouplé » / ὁμόζυξ (Pl.) « compagnon de joug », etc. Les exceptions sont rares : par exemple, διασφάξ (Hdt. +) « crevasse, précipice » et ἀποσφάξ (Nic.) « taillé à pic, escarpé » (cf. διασφάζω et ἀποσφάζω, ‑ττω « égorger »)75. Cette même accentuation apparaît dans d’autres types de composés en ‑ξ et en ‑ψ où, a priori, on attendrait une accentuation récessive : composés de dépendance verbale progressive comme λιπόθριξ (Ael., Nonn.) « qui a perdu ses cheveux, chauve » (vs ἀρχέπολις [Pi.] « qui gouverne la ville », etc.) ; composés possessifs comme πολυπῖδαξ (Hom., A.R.) « aux nombreuses sources » (cf. πῖδαξ [Hom. +] « source » ; vs πολύνᾱος [Theoc.] « aux nombreux temples », etc.) ; composés de dépendance nominale comme οἰκοφύλαξ (Eschl.) « gardien(ne) de maison » (cf. φύλαξ « gardien[ne] » ; vs ἱππόδρομος [Hom. +] « hippodrome », etc.).

  • 76 Cf. Risch 1974, p. 195.
  • 77 Cf. Bally 1945, p. 83.

43Il faut encore mentionner quelques thèmes isolés à dentale sonore et à vocalisme radical bref, dont l’accentuation est fluctuante. Certains ont une dentale ancienne (νῆ‑ι‑ς, ‑ιδ‑ος [Hom., poètes] « qui ne sait pas »), d’autres, une dentale analogique de celle des thèmes en ‑δ‑76 : νέ‑ηλυ‑ς, ‑ήλυ‑δ‑ος au lieu de *‑ηλυθ‑ (Hom. +) « nouveau venu » ; δι‑κλί‑ς, ‑κλί‑δ‑ος (Hom. +) « doublement appuyé, à deux battants » (cf. κλῑ́νω « incliner, appuyer ») ; composés en ‑βά‑δ‑, ‑σπά‑δ‑, ‑στά‑δ‑ (ἐμ‑βά‑ς [Hdt. +] « chaussure », ὀδυνο‑σπά‑ς [Eschl.] « déchiré par la souffrance », etc.). Pour l’accent de δι‑κλί‑ς, il est raisonnable d’admettre une influence des mots simples féminins en ‑ίς, gén. ‑ίδος ; pour les composés en ‑βά‑δ‑, etc., une influence des mots simples en ‑άς, gén. ‑άδ‑ος77.

44Tout cela permettrait‑il de rendre compte de l’accentuation des composés du type de πατροκτόνος, λιθοβόλος, en regard de στρατηγός ? D’un point de vue descriptif, une comparaison avec les types de βουπλήξ, χέρνιψ, etc., pourrait être tentée de la manière suivante :

COMPOSÉS DE DÉPENDANCE VERBALE RÉGRESSIVE Second membre radical à dorsale ou labiale, ou avec élargissement ‑τ‑ Second membre thématique
Syllabe radicale longue dans le second membre : accent hérité •  βου‑πλήγ‑ στρατ‑ηγό‑
•  προ‑βλή‑τ‑ ψῡχο‑πομπό‑
Syllabe radicale brève dans le second membre : recul de l’accent d’une syllabe
N.B. : quantité de la syllabe considérée devant les finales vocaliques, cf. Kuryłowicz 1968, p. 106, n. 36.
•  χέρ‑νιβ‑, ἐπί‑τεκ‑ λιθο‑βόλο‑
•  pas d’exemple vivant avec élargissement ‑τ‑ (cf. plus bas, n. 89) πατρο‑κτόνο‑
  • 78 Kuryłowicz 1968, p. 106‑107.

45L’hypothèse d’un lien entre l’accentuation de ces deux types de composés de dépendance verbale régressive a été avancée par Kuryłowicz78, qui songeait à une analogie du type en ‑ος vers le type χέρνιψ, ἐπίτεξ, etc. : « Da βουπλήξ akzentuell βουμολγός entspricht (Betonung der letzten Kolonne des Stammes), erhält *βουκλέψ die Betonungskurve von βουνόμος (Betonung der vorletzten Kolonne des Stammes). […] Dem Gegensatz βουμολγῷ : βουνόμῳ entspricht βουπλῆγι : βούκλεπι ». Mais il faudrait d’abord parvenir à expliquer l’origine de l’accentuation de βουνόμῳ en face de βουμολγῷ, pour laquelle l’analyse de Kuryłowicz présentée ci‑dessus (voir 2) ne semble guère recevable.

  • 79 Nous reviendrons plus bas sur ce point.
  • 80 Pour d’autres hypothèses plus anciennes, et dont il n’est pas utile de discuter amplement ici, voi (...)

46À l’inverse, une analogie vers les formes en ‑ος à partir du type χέρνιψ, ἐπίτεξ, etc., serait‑elle possible ? Une telle analogie devrait avoir eu lieu à une époque où les types βουπλήξ et χέρνιψ étaient encore productifs ; elle supposerait que l’accent de χέρνιψ, ἐπίτεξ, etc., ait été interprété, dans le cadre de cette analogie, comme un accent situé sur « l’avant‑dernière colonne du thème » (pour reprendre l’expression de Kuryłowicz), et non pas comme un accent récessif79. Mais encore faudrait‑il pouvoir proposer d’abord une interprétation convaincante de l’accentuation du type χέρνιψ. Les analyses suivantes ont été ou peuvent être avancées, et reposent toutes, à défaut d’arguments réels susceptibles d’aller dans un autre sens, sur le postulat que l’accentuation ancienne est celle sur le second membre (comme en védique), et que l’accentuation du type χέρνιψ constitue une innovation du grec80 :

    • 81 Wackernagel 1914, p. 29‑30 = Wackernagel 1953, vol. II, p. 1131‑1132.
    • 82 Bally 1945, p. 26.

    Selon Wackernagel81, il faudrait postuler un recul de l’accent dans les thèmes en *‑i‑, *‑u‑, *‑r̥‑, *‑l̥‑, dont la syllabe finale n’aurait pas pu porter l’accent. Cette hypothèse ne peut plus être défendue aujourd’hui : voir les critiques de Bally82, qui observe bien qu’elle supposerait de très nombreuses analogies, et que l’on ne voit pas pourquoi le sanskrit védique n’aurait pas connu la même loi d’accentuation.

    • 83 Kuryłowicz 1958, p. 149‑150.

    Kuryłowicz83 considérait l’accentuation du type χέρνιψ comme liée à la loi σωτῆρα : gén. *βου‑πλήγ‑ος > βου‑πλῆγ‑ος (recul de la more finale vers la more pénultième de la racine), d’où, par analogie, gén. *βου‑κλέπ‑ος refait en βού‑κλεπ‑ος. Il renonça ensuite, avec raison, à cette hypothèse spéculative dans son ouvrage de 1968 (cf. ci‑dessus).

    • 84 Bally 1945, p. 26, 111.
    • 85 Autre hypothèse, mais dont on ne conçoit guère la motivation, chez Lejeune 1945, p. 49 : κλῖμαξ τι (...)
    • 86 Pour West (1998, p. XLVIII), on aurait affaire ici à une erreur d’appréciation de la part d’Hérodi (...)
    • 87 À propos de la quantité brève de la voyelle finale de φοῖνιξ, il faut évoquer ici l’abrégement mét (...)

    Une théorie plus intéressante, défendue par Bally84, est celle des voyelles « ultra‑brèves » inaccentuables au nominatif singulier devant ‑ξ, ‑ψ, ‑γξ : *χερ‑νίψ > χέρ‑νιψ, d’où, par analogie du nominatif singulier, *χερνίβα → χέρνιβα, etc. Feraient exception à cette règle les adverbes en ‑ξ (ὀδάξ « avec les dents », διαμπάξ « de part en part », etc.), considérés par Bally comme des formes souvent expressives et quasi onomatopéiques, dont la voyelle finale aurait préservé « la durée d’une brève normale ». Ce dernier point ne semble pas forcément évident, mais il existe des indices non négligeables en faveur de l’hypothèse de Bally : d’une part, l’accentuation des groupes d’enclise κλῖμαξ ἐστί, φοῖνιξ ἐστί, etc. (cf. Hdn. I.553.19‑21 Lentz), traités non pas comme δῆμός ἐστι, mais comme λόγος ἐστί (*κλῖμάξ ἐστι aurait été remplacé par κλῖμαξ ἐστί parce que la voyelle finale de κλῖμαξ, ultra‑brève, était inaccentuable)85 ; d’autre part, l’accentuation des nominatifs φοῖνιξ « phénicien ; palmier ; etc. » et κῆρυξ « héraut » (avec ῐ et ῠ), en face des génitifs singuliers φοίνῑκος et κήρῡκος (la voyelle du nominatif des polysyllabes en ‑ιξ, ‑υξ, ‑ιψ, ‑αψ est toujours brève, comme le confirme le témoignage des grammairiens anciens : cf. Hdn. I.524.31‑525.24, II.9.5‑6, 19‑20, 31, et II.10.1‑2 Lentz86 ; mais ‑ᾱξ existe, cf. θώρᾱξ « buste, poitrine ; cuirasse »)87.

    • 88 L’origine de cette accentuation n’est pas plus claire que celle des noms en ‑ίσκος ou en ‑ῖνος, et (...)
    • 89 On trouvera d’hypothétiques exemples figés (mais dont, du fait de leur caractère figé, l’accentuat (...)

    Enfin, une hypothèse concurrente, et qui pourrait avoir joué parallèlement à la précédente, consisterait (un peu comme dans le cas des composés en ‑ί‑δ‑ et en ‑ά‑δ‑ cités plus haut) en l’idée d’une influence analogique exercée par les mots simples polysyllabiques en ‑αξ, ‑ιξ, etc., tous accentués sur la pénultième au nominatif88 (λαῖλαψ « tempête », etc., cf. aussi de rares formes de plus de deux syllabes comme ἀνθέριξ « barbe d’épi » et ἀσπάλαξ « taupe »), sur le type χέρνιψ, mais pas sur le type βουπλήξ : l’accentuation ancienne aurait été préservée dans le type βουπλήξ sous l’influence des thèmes à élargissement ‑τ‑ (προβλής, ἀγνώς, etc.), où cet élargissement est toujours précédé par une voyelle longue (le grec a quasiment éliminé les thèmes à vocalisme radical bref du type de véd. su‑kŕ̥‑t‑89).

  • 90 Bally 1908, p. 4‑5 ; 1945, p. 27.
  • 91 Wheeler 1885, p. 54‑55.
  • 92 Sur cette règle, voir les développements, aussi importants que complexes, de Kuryłowicz (1958, p.  (...)
  • 93 Cf. Bally 1908, p. 5.
  • 94 De la sorte, l’accentuation du type à premier membre préfixal (ἐπίτεξ, etc.) ne pouvait pas être d (...)
  • 95 Cf. Bally 1945, p. 27.

47Ce dossier complexe reste évidemment ouvert, mais au moyen de l’une ou l’autre des deux dernières hypothèses (ou des deux à la fois), il semble possible de rendre compte de l’accentuation du type χέρνιψ. On pourrait aussi songer à les combiner, pour la question de savoir pourquoi l’accent recule seulement d’une syllabe, avec une règle, avancée par Bally90 à la suite de Wheeler91, selon laquelle « l’accent des composés ne remonte pas au‑delà de la dernière syllabe du premier élément »92. Cette règle pourrait avoir une origine analogique, à partir des nombreux composés du type de ἀργυρό‑τοξος (« à l’arc d’argent »), κακό‑βουλος (« qui a/inspire de mauvaises pensées »), etc., où l’accent remonte le plus haut possible selon la loi de limitation. Elle permettrait alors de mieux comprendre l’accentuation de formes telles que ἐπίτεξ93 ou ὁμόζυξ : selon cette règle, à partir de *ἐπι‑τέξ, le recul de l’accent ne pouvait pas se faire au‑delà de la pénultième, dernière syllabe du premier membre94. La même remarque peut être faite à propos d’autres types de composés (où l’on attendrait en principe un accent récessif), comme les composés de dépendance verbale progressive et les composés possessifs en ‑θριξ, du type de λιπόθριξ (cf. plus haut) et de ποικιλόθριξ95 « au poil tacheté ». Quant aux autres composés, accentués sur le second membre, où l’on attendrait un accent récessif (composé possessif πολυπῖδαξ, composé de dépendance nominale οἰκοφύλαξ, cités plus haut ; etc.), on pourrait admettre une généralisation de l’accent de pénultième, au nominatif, à partir des formes du type de λιπόθριξ, ἐπίτεξ, etc., ainsi que, parallèlement, une analogie de l’accent des mots simples polysyllabiques en ‑αξ, ‑ιξ, etc., bien caractérisé comme un accent de pénultième. Tout cela permettrait d’éviter de recourir, pour ces composés, à la formulation de la loi de limitation par Steriade (cf. plus haut, n. 74) selon laquelle une syllabe finale comportant une voyelle brève suivie par un groupe de consonnes, et donc longue par position, empêcherait l’accent de remonter au‑delà de la syllabe pénultième.

9. Conclusion

48Il est temps de conclure, à supposer que cela soit véritablement possible. L’accentuation des composés de dépendance verbale régressive en ‑ος de sens actif à pénultième brève (πατροκτόνος, λιθοβόλος, etc.) est susceptible de pouvoir être expliquée de deux manières : soit par la loi de Wheeler (et il serait alors nécessaire d’admettre une analogie générale des formes à antépénultième longue vers les formes à antépénultième brève, qui se serait produite à partir de l’époque où la loi de Wheeler aurait cessé d’être vivante), soit par l’analogie des types de βουπλήγ‑ vs χέρνιβ‑ sur les types de στρατηγός, ψῡχοπομπός vs *πατροκτονός, *λιθοβολός → πατροκτόνος, λιθοβόλος (recul analogique de l’accent d’une syllabe en cas de syllabe radicale brève dans le second membre).

49Cette seconde explication aurait le mérite, par rapport à la loi de Wheeler, de rendre compte directement du critère de la présence d’une pénultième brève. Est‑elle, pour autant, plus économique que cette loi ? C’est possible, mais ce n’est pas absolument certain, ne serait‑ce que parce qu’il faut nécessairement opérer avec le critère de la quantité de la syllabe radicale du second membre devant les finales vocaliques pour comparer χέρνιβ‑ à πατροκτόνος, λιθοβόλος, etc. : le critère de la quantité de la voyelle radicale ne fonctionnerait pas (cf. ψῡχοπομπός), ni celui de la quantité de la syllabe sans restriction aux finales vocaliques (cf. χέρνιψ).

  • 96 Il faut préciser que nous avons nous‑même accepté l’existence de cette loi dans nos travaux antéri (...)

50À défaut de pouvoir être définitivement rejetée au profit d’une théorie incontestablement supérieure, la loi de Wheeler reste donc, à la rigueur, une hypothèse de travail possible, même si elle repose essentiellement sur le poids de la tradition philologique, et que nul, aujourd’hui, n’oserait sans doute avancer l’existence d’une telle loi prosodique pour rendre compte (presque toujours de manière indirecte, par le biais d’analogies diverses) d’un nombre particulièrement restreint de classes de mots, si elle n’avait pas été proposée par Wheeler à partir d’exemples bien plus nombreux (mais, pour la plupart, finalement guère convaincants), et acceptée ensuite par la majeure partie des linguistes96. Il n’en est pas moins vrai qu’au terme de notre étude, l’existence de la loi de Wheeler ne peut plus être affirmée avec une grande assurance ; et, à vrai dire, il y a plutôt de fortes chances pour que cette loi soit une simple vue de l’esprit.

Bibliographie

Abréviations

AiGr : J. Wackernagel, A. Debrunner, Altindische Grammatik, 3 vol., Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1896‑1954.

DELG : P. Chantraine, Dictionnaire étymologique de la langue grecque. Histoire des mots, Paris, Klincksieck, 1968‑1980 (nouvelle éd. 2009, avec en supplément, les Chroniques d’étymologie grecque 1‑10 rassemblées par A. Blanc, C. de Lamberterie, J.‑L. Perpillou).

GCLS II/2 : A. Vaillant, Grammaire comparée des langues slaves, t. II, Morphologie, part. 2, Flexion pronominale, Lyon/Paris, IAC, 1958.

Références

Allinson 1891 : F.G. Allinson, « On paroxytone accent in tribrach and dactylic endings », The American Journal of Philology 12/1, 1891, p. 49‑58.

Bally 1908 : C. Bally, « Accent grec, accent védique, accent indo‑européen », dans Mélanges de linguistique offerts à M. Ferdinand de Saussure, Paris, Champion, 1908, p. 1‑29.

Bally 1945 : C. Bally, Manuel d’accentuation grecque, Berne, Francke, 1945.

Blanc 2018 : A. Blanc, Les adjectifs sigmatiques du grec ancien. Un cas de métamorphisme dérivationnel, Innsbruck, Institut für Sprachen und Literaturen der Universität Innsbruck, 2018.

Chandler 1881 : H.W. Chandler, A practical introduction to Greek accentuation, Oxford, Clarendon Press, 1881 (1re éd. 1862).

Chantraine 1933 : P. Chantraine, La formation des noms en grec ancien, Paris, Klincksieck, 1933.

Chantraine 1956 : P. Chantraine, Études sur le vocabulaire grec, Paris, Klincksieck, 1956.

Collinge 1985 : N.E. Collinge, The laws of Indo‑European, Amsterdam/Philadelphie, Benjamins, 1985.

Del Treppo 2018 : J. Del Treppo, Syntaxe de la tmèse : étude de l’autonomie des prépositions‑préverbes dans la phrase homérique, thèse de doctorat, Sorbonne université, 2018 (inédit).

Dieu 2015 : É. Dieu, « La loi de Bartoli : une loi de rétraction iambique de l’accent en grec ancien ? », BSL 110/1, 2015, p. 205‑236.

Dieu 2016 : É. Dieu, L’accentuation des noms en *‑ā (*‑eh2) en grec ancien et dans les langues indo‑européennes. Étude morphologique et sémantique, Innsbruck, Institut für Sprachen und Literaturen der Universität Innsbruck, 2016.

Dieu 2017 : É. Dieu, « Accentuation, suffixes et loi des appellatifs dans les anthroponymes grecs antiques », dans A. Alonso Déniz, L. Dubois, C. Le Feuvre, S. Minon (dir.), La suffixation des anthroponymes grecs antiques. Actes du Colloque international de Lyon, 17‑19 septembre 2015, université Jean Moulin Lyon 3, Genève, Droz, 2017, p. 227‑266.

Dieu, à paraître : É. Dieu, « Accentuation récessive et accentuation columnale en grec ancien, avec quelques considérations sur la loi de limitation », dans un volume de mélanges, à paraître.

Dunkel 2014 : G.E. Dunkel, Lexikon der indogermanischen Partikeln und Pronominalstämme, vol. I‑II, Heidelberg, Winter, 2014.

Egetmeyer 2010 : M. Egetmeyer, Le dialecte grec ancien de Chypre, vol. I‑II, Berlin/New York, De Gruyter, 2010.

Faulkner 2012 : S. Faulkner Jr., « On “Wheeler’s law generalization” and the accentuation of Greek verbal governing compounds in *o », dans S.W. Jamison, H.C. Melchert, B. Vine (dir.), Proceedings of the 23rd annual UCLA Indo‑European conference, October 28th and 29th, 2011, Brême, Hempen, 2012, p. 61‑72.

Gunkel 2014 : D. Gunkel, « Wheeler’s law », dans G.K. Giannakis, V. Bubeník, E. Crespo Güemes, C. Golston (dir.), Encyclopedia of Ancient Greek language and linguistics, vol. III, Leyde/Boston, Brill, 2014, p. 515‑516.

Hirt 1904 : H. Hirt, « Zur Entstehung der griechischen Betonung », IF 16, 1904, p. 71‑92.

Hirt 1929 : H. Hirt, Indogermanische Grammatik, vol. V, Der Akzent, Heidelberg, Winter, 1929.

Hoenigswald 1985 : H.M. Hoenigswald, « From plain to worse », dans H.M. Ölberg, G. Schmidt (dir.), Sprachwissenschaftliche Forschungen. Festschrift für Johann Knobloch. Zum 65. Geburtstag am 5. Januar 1984, Innsbruck, Institut für Sprachwissenschaft der Universität Innsbrück, 1985, p. 167‑170.

Kühner, Blass 1890‑1892 : R. Kühner, F. Blass, Ausführliche Grammatik der griechischen Sprache, vol. I, Elementar‑ und Formenlehre, in neuer Bearbeitung besorgt von Dr. Friedrich Blass, Hanovre, Hahn, 1890‑1892.

Kuryłowicz 1958 : J. Kuryłowicz, L’accentuation des langues indo‑européennes, Vratislavie/Cracovie, Zakład Narodowy im. Ossolińskich, 1958 (1re éd. 1952).

Kuryłowicz 1968 : J. Kuryłowicz, Indogermanische Grammatik, vol. II, Akzent ‑ Ablaut, Heidelberg, Winter, 1968.

Lamberterie 1990 : C. de Lamberterie, Les adjectifs grecs en ‑υς. Sémantique et comparaison, Louvain‑la‑Neuve, Peeters, 1990.

Lejeune 1945 : M. Lejeune, Précis d’accentuation grecque, Paris, Hachette, 1945.

Lejeune 1972 : M. Lejeune, Phonétique historique du mycénien et du grec ancien, Paris, Klincksieck, 1972.

Mathys 2017 : A. Mathys, « Anthroponymes et morphologie dérivationnelle : les anthroponymes en ‑λος, ‑ιλ(λ)ος et ‑υλ(λ)ος et la gémination expressive », dans A. Alonso Déniz, L. Dubois, C. Le Feuvre, S. Minon (dir.), La suffixation des anthroponymes grecs antiques. Actes du Colloque international de Lyon, 17‑19 septembre 2015, université Jean Moulin Lyon 3, Genève, Droz, 2017, p. 333‑377.

Meid 1957 : W. Meid, « Zur Dehnung praesuffixaler Vokale in sekundären Nominalableitungen (Fortsetzung und Schluß zu IF 62, S. 260‑295) », IF 63, 1957, p. 1‑28.

Meillet 1894 : A. Meillet, « Varia », Mémoires de la Société de Linguistique de Paris 8, 1894, p. 235‑245.

Meillet 1905‑1906 : A. Meillet, « La place du ton dans les formes moyennes du verbe indo‑européen », Mémoires de la Société de Linguistique de Paris 13, 1905‑1906, p. 110‑115.

Monteil 1963 : P. Monteil, La phrase relative en grec ancien. Sa formation, son développement, sa structure des origines à la fin du ve siècle A. C., Paris, Klincksieck, 1963.

Nussbaum 2017 : A.J. Nussbaum, « Agentive and other derivatives of “τόμος‑type” nouns », dans C. Le Feuvre, D. Petit, G.‑J. Pinault (dir.), Verbal adjectives and participles in Indo‑European languages / Adjectifs verbaux et participes dans les langues indo‑européennes. Proceedings of the conference of the Society for Indo‑European Studies (Indogermanische Gesellschaft), Paris, 24th to 26th September 2014, Brême, Hempen Verlag, 2017, p. 233‑266.

Oettinger 1995 : N. Oettinger, « Griech. ὀστέον, heth. kulēi und ein neues Kollektivsuffix », dans H. Hettrich, W. Hock, P.‑A. Mumm, N. Oettinger (dir.), Verba et structurae. Festschrift für Klaus Strunk zum 65. Geburtstag, Innsbruck, Institut für Sprachwissenschaft der Universität Innsbruck, 1995, p. 211‑228.

Olsen 2010 : B.A. Olsen, Derivation and composition. Two studies in Indo‑European word formation, Innsbruck, Institut für Sprachen und Literaturen der Universität Innsbruck, 2010.

Postgate 1925 : J.P. Postgate, On Ancient Greek accentuation, Londres, OUP, 1925.

Probert 2003 : P. Probert, A new short guide to the accentuation of Ancient Greek, Londres, OUP, 2003.

Probert 2004 : P. Probert, « Accentuation in Old Attic, Later Attic, and Attic », dans J.H.W. Penney (dir.), Indo‑European perspectives. Studies in honor of Anna Morpurgo Davies, Oxford, OUP, 2004, p. 277‑291.

Probert 2006 : P. Probert, Ancient Greek accentuation. Synchronic patterns, frequency effects, and prehistory, Oxford, OUP, 2006.

Probert 2010 : P. Probert, « Ancient Greek accentuation in generative phonology and optimality theory », Language and Linguistics Compass 4/1, 2010, p. 1‑26.

Risch 1974 : E. Risch, Wortbildung der homerischen Sprache, Berlin, De Gruyter, 1974 (2e éd.).

Roussou 2018 : S. Roussou, Pseudo‑Arcadius’ Epitome of Herodian’s De Prosodia Catholica, edited with an introduction and commentary, Oxford, OUP, 2018.

Ruijgh 2011 : C.J. Ruijgh, « Mycenaean and Homeric language », dans A. Morpurgo Davies, Y. Duhoux (dir.), A companion to Linear B. Mycenaean Greek texts and their world, vol. II, Louvain‑la‑Neuve, Peeters, 2011, p. 253‑298.

Steriade 1988 : D. Steriade, « Greek accent : a case for preserving structure », Linguistic Inquiry 19, 1988, p. 271‑314.

Streitberg 1894 : W. Streitberg, « Die Entstehung der Dehnstufe », IF 3, 1894, p. 305‑416.

Vendryes 1904 : J. Vendryes, Traité d’accentuation grecque, Paris, Klincksieck, 1904 (nouveau tirage 1929, avec bibliographie complétée et mise à jour).

Vendryes 1905‑1906a : J. Vendryes, « L’accent de ἔγωγε et la loi des propérispomènes en attique », Mémoires de la Société de Linguistique de Paris 13, 1905‑1906, p. 218‑224.

Vendryes 1905‑1906b : J. Vendryes, « Une loi d’accentuation grecque : l’opposition des genres », Mémoires de la Société de Linguistique de Paris 13, 1905‑1906, p. 131‑146.

Vessella 2018 : C. Vessella, Sophisticated speakers : Atticistic pronunciation in the Atticist lexica, Berlin/Boston, De Gruyter, 2018.

Wackernagel 1893 : J. Wackernagel, Beiträge zur Lehre vom griechischen Akzent, Bâle, Reinhardt, 1893 (repris dans Kleine Schriften, vol. II, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1953, p. 1072‑1107).

Wackernagel 1914 : J. Wackernagel, « Akzentstudien II », GN, 1914, p. 20‑51 (repris dans Kleine Schriften, vol. II, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1953, p. 1122‑1153).

Wackernagel 1914a : J. Wackernagel, « Akzentstudien III. Zum homerischen Akzent », GN, 1914, p. 97‑130 (repris dans Kleine Schriften, vol. II, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1953, p. 1154‑1187).

Wackernagel 1916 : J. Wackernagel, Sprachliche Untersuchungen zu Homer, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1916.

Wackernagel 1925 : J. Wackernagel, compte rendu de « J.P. Postgate, A short guide to the accentuation of Ancient Greek », IF Anzeiger 43, 1925, p. 48‑59 (repris dans Kleine Schriften, vol. II, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1953, p. 1188‑1198).

Wackernagel 1953 : J. Wackernagel, Kleine Schriften, vol. I‑II, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1953.

Wathelet 1970 : P. Wathelet, Les traits éoliens dans la langue de l’épopée grecque, Rome, Edizioni dell’Ateneo, 1970.

Weiss 1996 : M. Weiss, « Greek μυρίος ‘countless’, Hittite mūri ‘bunch (of fruit)’ », HS 109, 1996, p. 199‑214.

West 1998 : M.L. West, Æschyli tragoediae cum incerti poetae Prometheo, Stuttgart/Leipzig, Teubner, 1998 (1re éd. 1990).

Wheeler 1885 : B.I. Wheeler, Der griechische Nominalaccent, Strasbourg, Trübner, 1885.

Notes

1 Probert 2006, p. 88 sq.

2 Cf. Lejeune 1972, p. 287, et p. 297, § 343, n. 1.

3 Lejeune 1972, p. 297. Nous conserverons néanmoins, dans la suite de cet article, l’expression de « finale dactylique », qui permet d’abréger le propos.

4 Outre Vendryes 1905‑1906a, voir en particulier, plus récemment, Probert 2004, p. 283‑290.

5 On trouvera ci‑dessous les références aux travaux de Kuryłowicz. Un renvoi sera également fait plus bas à une étude d’Allinson (1891), qui n’admettait pas la loi de Wheeler ; à la même époque, cette loi était aussi rejetée par Bloomfield (références chez Collinge 1985, p. 222).

6 Il ne sera pas non plus possible de discuter ici de toute la vaste bibliographie qui existe sur la loi de Wheeler. On trouvera d’autres références, en particulier, chez Collinge 1985, p. 221‑223.

7 Voir notamment Wackernagel 1925, p. 54‑56 = Wackernagel 1953, vol. II, p. 1194‑1196.

8 Probert 2006, p. 91‑96.

9 Probert 2006, p. 209‑226 et 236‑237. Voir aussi Mathys 2017, p. 339, dans le cadre d’un état de la question synthétique sur les différents suffixes ‑λος du grec ancien (p. 338‑342).

10 Probert 2006, p. 216.

11 Cf. Blanc 2018, p. 592.

12 Cf. Lamberterie 1990, p. 99, n. 2, et p. 710.

13 Probert 2006, p. 225.

14 Par ailleurs, sur la glose d’Hésychius βραχυλόν· μικρόν (dub.), voir Probert 2006, p. 225.

15 Cf. Wheeler 1885, p. 62.

16 Probert 2006, p. 216, n. 12.

17 Cf. DELG, p. 37 : « le mot […] devient presque équivalent à ποικίλος ».

18 Le suffixe ‑ῖνος est caractéristique de noms d’animaux, de sobriquets, ou encore de patronymes ; il s’agit d’un suffixe « populaire » et « familier » selon Chantraine 1933, p. 203‑205.

19 Exemples chez Chantraine 1933, p. 253‑255.

20 Kuryłowicz 1968, p. 105, et p. 52‑53.

21 Wheeler mettait les adjectifs en ‑ρος sur le même plan que les adjectifs en ‑λος. En ce sens, voir aussi Vendryes 1904, p. 148‑149. Mais cette idée ne s’appuie sur rien de convaincant : voir Probert 2006, p. 91, n. 21.

22 Allinson 1891, p. 52, 53 et 55.

23 En ce sens, voir une critique de l’hypothèse d’Allinson chez Probert 2006, p. 218.

24 Chantraine 1933, p. 250 : « Parmi les suffixes en l c’est le suffixe ‑ulo‑ qui possède la valeur diminutive la plus nette » ; p. 248 : « Le suffixe ‑ιλος semble avoir été surtout réservé au vocabulaire familier, et il a souvent servi à constituer des diminutifs ».

25 Cette accentuation sur l’antépénultième est‑elle d’origine éolienne, comme le pensait Wackernagel (1914a, p. 105 et 128‑130 = Wackernagel 1953, vol. II, p. 1162 et 1185‑1187) ? Voir aussi un état plus récent du dossier chez Wathelet 1970, p. 225‑226.

26 On laissera de côté ici les formes à pénultième brève dont le premier membre est un préfixe, du type de κατήγορος « accusateur » (vs δημηγόρος « d’orateur ; orateur, démagogue ») : pour quelques éléments de réflexion sur leur accentuation, voir, en dernier lieu, Dieu 2016, p. 48‑51. Cf. plus bas, n. 94.

27 Cf. Wheeler 1885, p. 89 ; Vendryes 1904, p. 193‑194 ; etc. Toutefois, l’idée d’une généralisation de la loi de Wheeler aux formes à antépénultième brève a été exclue par Faulkner (2012), qui privilégie un autre scénario reposant, dans les formes à antépénultième longue comme dans celles à antépénultième brève, sur une combinaison, à l’intérieur de l’ensemble du paradigme, de la loi de Wheeler et de la loi de Bartoli (loi de rétraction d’un accent final en cas de finale iambique), suivie par quelques nivellements analogiques intraparadigmatiques. L’auteur avance la même idée à propos de l’accentuation des participes parfaits en ‑μένος (sur laquelle voir 3 ci‑dessous). Il nous semble néanmoins impossible d’adhérer à cette théorie, car la loi de Bartoli, à nos yeux, n’a aucune légitimité (voir Dieu 2015).

28 Kuryłowicz 1958, p. 147‑148 ; 1968, p. 104‑105.

29 Voir Probert 2006, p. 94, à la suite de Wheeler 1885, p. 90‑91. 

30 Cf. Bally 1945, p. 40.

31 Voir Dieu 2016, p. 297‑298, n. 35.

32 En faveur d’une telle idée, voir Wackernagel 1916, p. 53, pour qui hom. χρῡ́σεος, gén. ‑έου, au lieu de *χρῡσέος, ‑έου, serait alors issu du modèle de πόλεμος, gén. πολέμου. Mais on voit mal quelle pourrait avoir été la motivation d’une telle analogie.

33 Dossier philologique chez Kühner, Blass 1890‑1892, p. 402 ; Vessella 2018, p. 131‑132.

34 Voir cependant 8 plus bas.

35 Nous résumons ici des vues exprimées ailleurs en des termes largement comparables : voir Dieu 2016, p. 157‑158, et surtout Dieu 2017, p. 244‑246 (dans le cadre de réflexions sur l’origine de l’accentuation des noms propres en ‑μενός, ‑μενή, ‑μεναί, et d’un nom commun comme δεξαμενή « réservoir d’eau, citerne », p. 241‑251), avec de nombreux renvois bibliographiques, ce qui nous dispense de les reproduire ici.

36 Voir, en dernier lieu, Probert 2006, p. 93 ; Gunkel 2014, p. 515.

37 Sur la forme ἄστρασι qui se rencontre chez certains grammairiens anciens, avec une curieuse justification de cette accentuation par le fait qu’elle devrait être identique à celle de ἄστροις, datif pluriel de ἄστρον « astre » (qui est une variante de ἀστήρ), voir Probert 2003, p. 76.

38 Cf. Vendryes 1904, p. 149 et 221 ; Probert 2006, p. 91, n. 22 ; etc.

39 Sur l’analyse qui suit, voir en dernier lieu, Dieu 2015, p. 221‑230, avec de nombreux renvois bibliographiques, et avec un examen circonstancié des difficultés posées par l’accentuation des nominatifs μήτηρ et θυγάτηρ.

40 Il est notable que l’accentuation columnale se retrouve en védique, ainsi pour le nom du père : véd. pitā́, gén. sg. pitúḥ, acc. sg. pitáram, nom. pl. pitáraḥ, etc., et loc. pl. pitŕ̥ṣu. Néanmoins, le développement d’une accentuation columnale relève sans doute d’innovations indépendantes en grec et en védique. Voir la bibliographie sur ce point chez Dieu 2015, p. 223, n. 49 et 50.

41 Probert 2006, p. 94‑95.

42 Sur ce rapprochement entre ‑λίκος et ‑ικός, voir en particulier Chantraine 1956, p. 152‑155. La question se pose d’un lien, plus lointainement, avec les formes vieux‑slaves je‑li‑kъ « aussi grand que », to‑li‑kъ « aussi grand » (cf. tolь « tant », loc. toli « aussitôt », etc.) : voir GCLS II/2, p. 485‑488 et 537. Cf. Dunkel 2014, vol. II, p. 490 et n. 26.

43 Forme sans ‑κα en chypriote : a‑ni /āni/, Kafizin 267b, ou « mot‑fantôme » ? Voir Egetmeyer 2010, vol. I, p. 120 et 446.

44 Wheeler (1885, p. 94) songeait aussi à expliquer ces adverbes par sa loi à partir de *‑ικά (avec ‑ικός : adverbe en *‑ικά, comme πυκνός : neutre adverbial πυκνά, etc.).

45 Sur ces adverbes, voir notamment Monteil 1963, p. 295‑297. Cf. Dunkel 2014, vol. II, p. 316, 338, et 785, n. 26.

46 Meillet 1894, p. 239.

47 Wackernagel 1893, p. 25, n. 1 = Wackernagel 1953, vol. II, p. 1094, n. 1.

48 Le scénario posé par Meillet pour les autres formes en ‑δε était le suivant : τοιόσδε et ἐνθάδε remonteraient à *τοῖόσ‑δε et *ἐν̃θάδε (cf. ἔνθα, pour *ἐν̃θα) : « le mot étant senti comme un n’a gardé qu’un accent, nécessairement le second ». Quant à τοσόσδε (vs τόσος), son accent serait analogique de ἐνθάδε vs ἔνθα, τηλικόσδε vs τηλίκος.

49 Pour une autre théorie bien plus complexe relative à l’enclise, qu’il n’est pas possible de discuter dans les limites de cet article, voir Bally 1945, p. 112‑113. Voir aussi Kuryłowicz 1958, p. 138, n. 12 ; 1968, p. 100.

50 Cf. Probert 2003, p. 117 : « τοιόσδε and τοσόσδε are accented on the same principle as ὅδε (despite τοῖος and τόσος) ».

51 Pour une hypothèse sur cette exception, voir Hoenigswald 1985, qui analyse πεδίον comme une hypostase locative du nom du pied, tirée de *ped‑í (locatif employé secondairement comme adverbe), et préservant l’accent de sa forme de fondation (la plaine, πεδίον, serait ce qui se trouve « au pied » des montagnes) : cf. plus bas, n. 60.

52 Cf. Probert 2003, p. 93‑94. Voir aussi le détail extrêmement complexe des données philologiques chez Chandler 1881, p. 99‑109.

53 Cf. Wheeler 1885, p. 95‑96.

54 Cf. Vendryes 1904, p. 165‑166 ; Bally 1945, p. 59‑60 et 69.

55 Sur l’accent de μητρυιή, voir diverses hypothèses chez Dieu 2016, p. 356, n. 86.

56 Cf. Chandler 1881, p. 68 ; Roussou 2018, p. 426.

57 Mais on trouve aussi γόμφιος dans la tradition manuscrite : voir Chandler 1881, p. 68.

58 Cf. Vendryes 1904, p. 165 ; Bally 1945, p. 59‑60.

59 Vendryes 1905‑1906b, p. 137.

60 Wheeler (1885, p. 95) considérait aussi comme des exemples de sa loi quelques adjectifs terminés par ‑ιος : ἀντίος « situé en face, opposé, contraire » / ἀντίον « en face, contre » (cf. ἐναντίος/ἐναντίον), πλησίος « proche, voisin » / πλησίον « près, proche », et μῡρίος, surtout attesté au pluriel μῡρίοι « très nombreux, innombrables » (vs μῡ́ριοι « dix mille »). Mais ici encore, l’idée d’une ancienne oxytonèse resterait à démontrer, même s’il est vrai qu’il existe quelques adjectifs en ‑ιος oxytons (πολιός [Hom. +] « gris » et πελιός [Hp. +] « livide, plombé », σκολιός [Hes. +] « oblique, tortueux », etc., mais aussi, avec une antépénultième longue, δεξιός [Hom. +] « qui est à droite »). L’accent de ἀντίος a quelque chance d’être lié à celui de ἀντί, ancien locatif figé (cf. hitt. ḫant‑ « face ») dont ἀντίος a peut‑être été tiré par hypostase (éventuellement par l’intermédiaire de ἐναντίος ← *ἐν ἀντί « en face » ?) : entre autres spécificités, il est notable qu’à la différence de prépositions proclitiques comme περὶ, ἐπὶ, etc., qui, en position d’anastrophe, sont remplacées par les anciennes formes toniques πέρι = véd. pári, ἔπι = véd. ápi, etc., l’accent de ἀντί se maintient tel quel, en principe (mais avec quelques exceptions isolées dans la tradition manuscrite), en position d’anastrophe (vs véd. ánti « en face de, près »).

Pour plus de détails sur le statut spécifique de ἀντί dans la langue homérique, voir Del Treppo 2018, p. 755‑798. Sur l’hypothèse d’une conservation de l’accent de ἀντί dans ἀντίος, voir aussi Hoenigswald 1985, pour qui le maintien de l’accent de la forme de fondation en cas d’hypostase à partir d’une forme adverbiale serait de règle (et, pour d’autres hypothèses que celle d’une hypostase locative, voir Dunkel 2014, vol. II, p. 309 et n. 26). L’adjectif πλησίος, de sens local comme ἀντίος, pourrait alors avoir été accentué d’après ἀντίος (Hoenigswald, quant à lui, partait de la conservation de l’accent d’un hypothétique *πλᾱτί, ion.‑att. *πλησί, dont πλησίος serait tiré par hypostase : non liquet).

Enfin, pour μῡρίοι, faut‑il songer à une différenciation par rapport au numéral μῡ́ριοι, dont l’accent récessif répond à celui de la quasi‑totalité des autres numéraux cardinaux, et en particulier de ceux en ‑ιοι (cf. χῑ́λιοι « mille » et les noms de centaines en ‑κόσιοι) ? Mais pourquoi une telle différenciation aurait‑elle abouti à μῡρίοι, plutôt qu’à **μῡριοί ? Il semble plus naturel, à l’inverse, pour des raisons sémantiques et étymologiques, de penser que le numéral μῡ́ριοι et son accent sont secondaires par rapport à μῡρίοι (et ce, que μῡρίοι soit une création expressive de date grecque, suffixée en ‑ιος, à partir du groupe de μῡ́ρομαι « couler, s’épancher ; verser des flots de larmes ; etc. », comme tendait à le penser Chantraine [DELG, p. 723], ou bien qu’il s’agisse d’un mot apparenté au substantif hittite mūri‑ « grappe de raisin ou d’autres fruits » et rattaché à une racine *meu̯h1/3‑ « abundant, reproductively powerful », comme le veut Weiss [1996]). L’accent de μῡρίοι reste alors inexpliqué, tout comme est inexpliqué par ailleurs, dans les adjectifs thématiques appartenant au même champ du lexique, l’accent de ὀλίγος « petit, peu nombreux », mot qui comporte une antépénultième brève, et dont l’accent ne saurait donc être attribué à la loi de Wheeler (hypothèse difficile à ce sujet, en lien avec la présence d’un ὀ‑ prothétique issu d’une laryngale indo‑européenne, chez Hoenigswald 1985, p. 169, n. 4).

61 En faveur d’une ancienne accentuation sur le ι, voir Postgate 1925, p. 20 sq. (‑ίον, de même que les diminutifs en ‑ίσκος, les adjectifs pronominaux en ‑λίκος et les noms en ‑ίλος, aurait un ‑ί‑ accentué d’origine pronominale, cf. lat. is, véd. idám, et le déictique gr. ‑ῑ́), et surtout Kuryłowicz (1958, p. 139‑140 ; 1968, p. 101‑102), qui, dans son ouvrage de 1968, considérait que l’accent des dénominatifs en ‑ίον correspondrait à celui des dérivés dénominatifs védiques sans vr̥ddhi en ‑‑ = ‑ίya‑ (AiGr, vol. II/2, p. 815‑816), tandis que la majeure partie des adjectifs et substantifs secondaires en ‑ιος, au lieu de *‑ίος, auraient innové (‑ίος aurait néanmoins été préservé dans νυμφίος et γομφίος) ; autre explication dans son livre de 1958, p. 140, n. 15, où l’accent de ‑ίον était conçu comme résultant d’une différenciation par rapport à l’accent récessif des adjectifs en ‑ιος. Kuryłowicz, à propos de ‑ίον en cas d’antépénultième longue vs ‑ιον avec une antépénultième brève, pensait qu’« il y a assez d’exceptions pour nous avertir qu’il ne s’agit pas là d’une loi phonétique. D’autant plus que l’opposition joue à l’intérieur d’une catégorie morphologique définie ». Pour les formes d’accentuation récessive, il songeait à une analogie à partir des formations en voyelle + ‑ίον du type de ἀγγεῖον « vase » : *ἀγγε‑ίον > ἀγγεῖον, avec, dans ‑εῖον, un accent frappant la première more de la diphtongue et précédant donc la colonne suffixale (‑εῖον = *‑έ‑ιον), d’où *κορ‑ίον → κóριον (recul de l’accent sur une syllabe présuffixale brève).

62 Sur l’accentuation des neutres thématiques, voir Dieu 2016, p. 288‑322.

63 Dieu 2016, p. 289‑291.

64 On notera néanmoins que, mutatis mutandis, l’hypothèse qui suit pourrait aussi être avancée si l’on tenait, avec Kuryłowicz (cf. ci‑dessus n. 61), l’accentuation ‑ίον pour plus ancienne que ‑ιον.

65 Cf. Vendryes 1904, p. 166‑168 ; Bally 1945, p. 64‑65 et 69‑71. Cf. Probert 2003, p. 92‑93.

66 Sur ce doublet, voir Probert 2004, p. 285‑286.

67 Cf. Vendryes 1905‑1906a, p. 222‑223 ; Bally 1945, p. 25 et 81. Les faits sont néanmoins fort complexes, et l’on trouve plusieurs exceptions qui rendent cette hypothèse quelque peu incertaine, comme ἕρπης « dartre » (variante isolée et douteuse ἑρπής chez Hdn. II.682.24 Lentz, empruntée à un passage de Choeroboscus, in Theod. I.54.35 Gaisford [T. Gaisford, Georgii Choerobosci dictata in Theodosii canones, necnon epimerismi in Psalmos, vol. I‑III, Oxford, OUP, 1842 ; texte non repris dans l’édition de Hilgard de 1889‑1894]). Autre explication de l’accentuation des thèmes en ‑ητ‑ chez Nussbaum 2017, p. 262 : les formes accentuées sur le suffixe, qui préservent l’accent hérité (cf. véd. sravát‑ « flot » < *sreu̯‑é‑t‑, etc.), seraient, en principe, dénominatives ; les autres formes auraient développé un accent récessif sur le modèle du thème de présent qui leur correspond au moins en synchronie (κέλης d’après κέλομαι « presser, pousser vivement », πένης d’après πένομαι « être pauvre », ἕρπης d’après ἕρπω « ramper », etc.). Mais les contre‑exemples ne manquent pas, tels μύκης (Archil. +) « champignon, etc. » et λέβης (Hom. +) « marmite », sans rapport avec un thème verbal. En outre, une telle analogie de la base verbale sur l’accentuation de formes nominales manquerait de parallèles ; bien au contraire, en grec, le caractère déverbatif favorise parfois l’accentuation suffixale, comme c’est le cas dans les thèmes en *‑ā‑, en lien avec d’autres critères morphologiques ou sémantiques (voir Dieu 2016, passim).

68 Données chez Vendryes 1904, p. 166‑168 ; Bally 1945, p. 64‑65.

69 Cf. Probert 2003, p. 92‑93.

70 Cf. aussi εὖτε « lorsque, comme » (de sens temporel, plus rarement causal). Mais il est difficile de savoir dans quelle mesure il est légitime d’utiliser cette forme ici, car elle est susceptible d’être apparentée à ἠύτε, voire éventuellement, de provenir de ἠύτε selon la loi d’Osthoff. Cette étymologie, cependant, ne peut pas être établie avec certitude : voir le dossier dans DELG, p. 389, avec en particulier, un renvoi à Monteil 1963, p. 286‑290. Cf. Dunkel 2014, vol. II, p. 341, n. 39a.

71 Pour l’accent de ‑ίσκος, il est bien difficile de penser, avec Bally (1945, p. 60 et p. 25, n. 1), qu’il serait analogique des féminins en ‑ίσκη, dont l’accent, récessif, serait bloqué sur le ι du fait de la loi de limitation. Quant à ‑ῖνος, l’hypothèse, avancée par Olsen (2010, p. 177 et passim), d’un *i indo‑européen accentué devant le suffixe possessif dit « de Hoffmann », ou dans des hypostases locatives, ne fait guère que reporter la difficulté au stade indo‑européen ; l’idée selon laquelle la quantité longue de la voyelle suffixale aurait pu attirer l’accent (Meid 1957, p. 23‑25) n’est pas plus évidente.

72 Sur ce dernier point, voir Mathys 2017.

73 Détails dans AiGr, vol. II/1, p. 214‑215 sq. (avec mention des exceptions : formes ayant pour second membre un adjectif verbal en ‑ta‑ ou en ‑na‑, etc.).

74 Nous parlons seulement de recul de l’accent d’une syllabe, plutôt que d’accentuation récessive, dans le cadre de l’analyse « traditionnelle » selon laquelle, pour la loi de limitation, « la structure, ouverte ou fermée, de la syllabe finale n’intervient pas » (Lejeune 1972, p. 296). Mais selon Steriade (1988, p. 273‑275), suivie par Probert (2003, p. 29, 33 ; 2010, p. 2, et n. 6 et 16 p. 23‑24), la loi de limitation (à la différence de la loi σωτῆρα : cf. ci‑dessous πολυπῖδαξ, etc.) ne dépendrait pas ici de la quantité de la voyelle finale de mot : une syllabe finale à voyelle brève, terminée par un groupe de consonnes et donc toujours longue par position dans l’enchaînement de la phrase, empêcherait l’accent de remonter au‑delà de la syllabe pénultième. L’accent de χέρνιψ, ἐπίτεξ, σύζυξ, etc., serait alors un accent récessif. Nous reviendrons ailleurs sur cette question complexe, dont une discussion dépasserait les limites de cet article : voir Dieu, à paraître.

75 Cf. Bally 1945, p. 80. Voir aussi Ps.‑Arc. 234.5‑7 Roussou = 108.1‑2 Schmidt (cf. Hdn. I.246.12 Lentz), à propos de πλινθο‑βάψ et πελεθο‑βάψ ; Ps.‑Arc. 130.10‑12 Roussou ≈ 18.20‑22 Schmidt (cf. Hdn. I.43.1‑2 Lentz).

76 Cf. Risch 1974, p. 195.

77 Cf. Bally 1945, p. 83.

78 Kuryłowicz 1968, p. 106‑107.

79 Nous reviendrons plus bas sur ce point.

80 Pour d’autres hypothèses plus anciennes, et dont il n’est pas utile de discuter amplement ici, voir quelques réflexions chez Bally 1908, p. 21‑22, à propos d’analyses de Hirt (1904, p. 81 ; 1929, p. 53 : gén. *συζύγος > σύζυγος d’après une loi selon laquelle un accent indo‑européen sur l’avant‑dernière more d’un mot reculerait d’une more en grec, d’où, par analogie, nom. *συζύξ → σύζυξ, vs gén. *βουπλήγος > βουπλῆγος, d’où la conservation de l’accent de βουπλήξ) et de Streitberg (1894, p. 325‑326 et 339‑340 : lien entre l’accent et la présence d’un degré long). Avant d’y renoncer (avec raison) dans son ouvrage de 1945 (cf. ci‑dessous), Bally acceptait alors l’hypothèse de Streitberg, en indiquant que le grec serait ainsi plus archaïque que le védique sur ce point, et en suggérant éventuellement que le recul de l’accent puisse être lié au sens médio‑passif du second membre, tandis que l’accent final serait attendu avec le sens actif : non liquet. Quant à l’idée, qui pourrait théoriquement être défendue, d’un lien originel absolu entre l’accent et l’apophonie (accent sur le premier membre lorsque le second est au degré zéro, sur la racine du second membre lorsqu’elle est au degré plein), elle supposerait de tels renouvellements analogiques en grec, dont la motivation resterait à déterminer, qu’il nous semble préférable de ne pas songer à procéder à une telle reconstruction schématique, d’autant qu’elle risquerait, à vrai dire, d’être quelque peu anachronique : quelle que soit la préhistoire indo‑européenne la plus lointaine de ces composés, rien n’interdit de penser que le grec et le védique remontent à une préhistoire commune où ces composés étaient tous accentués sur le second membre.

81 Wackernagel 1914, p. 29‑30 = Wackernagel 1953, vol. II, p. 1131‑1132.

82 Bally 1945, p. 26.

83 Kuryłowicz 1958, p. 149‑150.

84 Bally 1945, p. 26, 111.

85 Autre hypothèse, mais dont on ne conçoit guère la motivation, chez Lejeune 1945, p. 49 : κλῖμαξ τις serait analogique de θώρᾱξ τις, κλῖμαξ ἐστί de θώρᾱξ ἐστί, etc.

86 Pour West (1998, p. XLVIII), on aurait affaire ici à une erreur d’appréciation de la part d’Hérodien ; mais cette idée est rejetée avec de bons arguments par Probert (2003, p. 84).

87 À propos de la quantité brève de la voyelle finale de φοῖνιξ, il faut évoquer ici l’abrégement métrique qui doit être supposé dans les formes adjectivales homériques φοινῐκόεσσαν, φοινῐκόεσσαι et φοινῐκόεντα (K 133, etc.), de préférence à l’idée d’un ῑ et d’une synizèse des deux voyelles suivantes : les abrégements métriques étant des phénomènes assez rares, ne devrait‑on pas considérer que cet abrégement‑ci, dans cet adjectif qui remplace un plus ancien *φοινῑκ‑ϝεντ‑ (cf. Ruijgh 2011, p. 278), aurait été favorisé par le ῐ du nominatif φοῖνιξ ?

88 L’origine de cette accentuation n’est pas plus claire que celle des noms en ‑ίσκος ou en ‑ῖνος, etc. (voir 7 et n. 71). Voir une tentative d’explication chez Kuryłowicz 1958, p. 122‑123, bien trop ingénieuse, néanmoins, pour pouvoir être retenue.

89 On trouvera d’hypothétiques exemples figés (mais dont, du fait de leur caractère figé, l’accentuation serait difficilement interprétable même s’il s’agissait véritablement d’exemples pertinents) chez Risch 1974, p. 196, dont il n’est pas possible de discuter en détail dans les limites de cet article : δάμ‑αρ, ‑αρ‑τ‑ « épouse » (dans le cadre de l’étymologie, qui n’est pas la seule possible, selon laquelle ‑αρ‑ serait en lien avec ἀραρίσκω : « celle qui met en ordre la maison » ? Non liquet), πρό‑βα‑τ‑α « petit bétail [qui va en avant] » (d’après dat. πρόβασι chez Hdn. I.414.10 Lentz, cf. Ps.‑Arc. 298.8 Roussou = 158.9 Schmidt), ou encore ὀδυνή‑φα‑τ‑α (φάρμακα) « qui tue la douleur » ?

90 Bally 1908, p. 4‑5 ; 1945, p. 27.

91 Wheeler 1885, p. 54‑55.

92 Sur cette règle, voir les développements, aussi importants que complexes, de Kuryłowicz (1958, p. 138 ; 1968, p. 98‑101).

93 Cf. Bally 1908, p. 5.

94 De la sorte, l’accentuation du type à premier membre préfixal (ἐπίτεξ, etc.) ne pouvait pas être distincte de celle des autres composés du type χέρνιψ, contrairement aux composés de dépendance verbale régressive de sens actif en ‑ος à pénultième brève, où les formes à premier membre préfixal font remonter l’accent par rapport aux autres composés (κατήγορος vs δημηγόρος, etc. : cf. plus haut, n. 26).

95 Cf. Bally 1945, p. 27.

96 Il faut préciser que nous avons nous‑même accepté l’existence de cette loi dans nos travaux antérieurs : voir Dieu 2015, p. 206‑207 ; Dieu 2016, p. 48, n. 12 (à propos des composés en ‑τόμος), et p. 296‑298 et 310, n. 72 (à propos du nom de l’os, ὀστέον). Pour revenir brièvement au cas de ὀστέον, nous suivions la reconstruction d’Oettinger (1995, p. 216‑219) comme un dérivé en *‑éi̯‑o‑ tiré d’un collectif en *‑ḗi̯ signifiant « ensemble des os, ossature » ; mais afin d’expliquer la différence d’accent par rapport à quelques autres mots en ‑εον (comme ὄρνεον [Hom.] « oiseau »), également tirés de collectifs en *‑ḗi̯ mais ayant connu ensuite un recul de l’accent sans doute analogique des autres neutres thématiques (qui, en dehors des dérivés en ‑ιον et des adjectifs neutres oxytons substantivés, ont presque toujours un accent récessif), nous pensions, pour ὀστέον, à une analogie exercée par un petit groupe de noms de parties du corps oxytons (πλευρά « côtés, flancs », πτερóν « aile », σφυρóν « cheville du pied »), d’où une forme *ὀστεόν, puis à l’action de la loi de Wheeler (*ὀστεόν > ὀστέον). Or, cette hypothèse est inutilement compliquée, et il est, en fin de compte, plus économique d’expliquer ὀστέον indépendamment de la loi de Wheeler : si ὀστέον a pu, à la différence de ὄρνεον, préserver l’accent supposé par la reconstruction d’Oettinger (*‑éi̯‑o‑) plutôt que de subir l’analogie des neutres thématiques à accent récessif, c’est bien plutôt sous l’influence des neutres en ‑ίον à antépénultième longue (sur lesquels voir 6 plus haut), parmi lesquels se trouvent plusieurs formes de sens proche de celui de ὀστέον : ἰσχίον (Hom. +) « os du bassin, hanche, etc. », ῑ̓νίον (Hom. +) « os occipital, nuque », κρᾱνίον (Hom. +) « crâne » ; cf. aussi μηρία (Hom. +) « os des cuisses d’une victime ».

Auteur

Université Toulouse – Jean Jaurès, PLH‑CRATA (EA 4601), France

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search