Version classiqueVersion mobile

Dérivation nominale et innovations dans les langues indo‑européennes anciennes

 | 
Alain Blanc
, 
Isabelle Boehm

Avant‑Propos

Alain Blanc et Isabelle Boehm

Texte intégral

  • 1 Huit colloques de linguistique des langues anciennes se sont tenus à l’université de Rouen en 33 a (...)

1Les articles contenus dans ce volume constituent les actes du colloque international « Dérivation nominale et innovations dans les langues indo‑européennes anciennes » qui s’est tenu à Mont‑Saint‑Aignan (université de Rouen Normandie) les 11 et 12 octobre 20181. Ce colloque s’est donné pour objectif d’étudier tout particulièrement les évolutions qui ont affecté la dérivation, les problèmes de jonction entre le radical de la base et le suffixe, et la concurrence éventuelle entre les suffixes au sein d’une même langue.

2Nous avons eu le plaisir d’accueillir à Mont‑Saint‑Aignan pour la première fois Katsiaryna Ackermann (Vienne, Autriche), Alcorac Alonso Déniz (Lyon, France), Lucien van Beek (Leyde, Pays‑Bas), Romain Garnier (Rouen, France), Riccardo Ginevra (Cologne, Allemagne), Marek Majer (Lodz, Pologne), Liana Tronci (Sienne, Italie), Rosemarie Lühr (Berlin, Allemagne) et Birgit Anette Olsen (Copenhague, Danemark). D’autres collègues nous ont fait l’amitié de revenir : Éric Dieu (Toulouse, France), José Luis García Ramón (Cologne, Allemagne), Charles de Lamberterie (Paris, France), Sophie Minon (Paris, France) et Brent Vine (Los Angeles, États‑Unis). Pour des raisons de santé, Georges‑Jean Pinault n’a pas pu être présent, mais il a confié à Romain Garnier le soin de présenter sa communication en la résumant, et nous sommes très reconnaissants à notre collègue de Limoges d’avoir exposé ainsi les faits relatifs au tokharien.

3Les participants ont eu à cœur de montrer comment chaque langue s’approprie les suffixes qu’elle hérite du passé, comment elle les redistribue, comment elle dégage quelques élus qui vont devenir productifs et qui vont quelquefois se fragmenter pour donner naissance à de nouvelles séries. Le lexique s’accroît par création de formes préfixées et composées, mais le procédé le plus fréquemment mis en œuvre est la dérivation par adjonction de suffixe à une racine verbale ou nominale (substantivale ou adjectivale), et ce sont donc les suffixes qui étaient au centre de toutes les préoccupations. Quatre de nos collègues, J.L. García Ramón, R. Garnier, R. Ginevra et M. Majer ont étudié la destinée de tel suffixe ou élément suffixoïde depuis l’indo‑européen jusqu’à une ou plusieurs langues indo‑européennes. Nous avons réuni leurs articles dans une première partie où domine la grammaire comparée.

4J.L. García Ramón a étudié les formations en *‑nes‑ et en *‑no‑ en sanskrit et en grec pour remonter à celles en *‑on‑/‑en‑ et proposer une solution à la fois précise et simple pour le mot mycénien jusqu’ici énigmatique po‑re‑na (« Formations en *‑nes‑ et en *‑no‑, formations en *‑on‑/‑en‑ : védique °bhárṇas‑ et grec φερνή, mycénien po‑re‑na », p. 19‑43).

5C’est en indo‑iranien, grec, italique, germanique et celtique, discutant même à l’occasion des termes anatoliens et lituaniens, que R. Garnier rassemble les vestiges de substantifs neutres en *‑us‑ (« Nouvelles réflexions sur les neutres en *‑us‑ : un suffixe résiduel », p. 45‑60). Des chaînes de dérivation comme *h2émĝh‑u‑ « étroit » → *h2émĝhu‑s‑ « étroitesse » → lat. angus‑tus « qui possède l’étroitesse » montrent bien la constitution du système et son développement.

6L’observation de la phraséologie dans les langues indo‑européennes anciennes permet à R. Ginevra (« Old Norse ‑yn (Proto‑Germanic *‑unjō‑) and the re‑analysis and spread of derivational morphology through semantic association », p. 61‑71) de proposer des étymologies solidement argumentées pour deux théonymes de la mythologie nordique, les noms de la déesse Terre Fjǫrgyn « The Dark one » and Hlóðyn « The one of the load ».

7C’est un problème de flexion ou plutôt d’absence de flexion qui clôt cette première partie. L’article de M. Majer porte en effet sur le phénomène surprenant qu’est l’invariabilité des adjectifs en ‑i du vieux slave (« Slavic ‘i‑stem adjectives’ and their alleged inflection loss: the derivational prehistory and synchronic status of a category », p. 73‑89). Y a‑t‑il eu perte de la flexion, comme on le dit généralement ? A. Meillet était réservé. M. Majer montre qu’il vaut mieux partir d’un adverbe employé comme un adjectif.

8Quelques chercheurs ont préféré s’attacher à un suffixe particulier pour montrer son développement dans des phases de langues documentées. Leurs articles constituent la seconde partie de ce livre. L’indo‑iranien est présent avec Rosemarie Lühr qui a repris les données d’un vieux problème abordé par Benveniste et par d’autres (« Zur Semantik der vedischen Nomina agentis auf ‑tar und –tár », p. 95‑109). L’indo‑iranien, le grec et les langues italiques ont été les langues sur lesquelles on s’est le plus appuyé pour reconstruire l’indo‑européen ou du moins pour en disséquer les mécanismes morphologiques, si bien que la morphologie dérivationnelle en a été scrutée avec une minutie extraordinaire. Mais il y a d’autres langues indo‑européennes, moins documentées ou connues depuis moins longtemps, qui ont encore beaucoup à nous apprendre et qui fournissent de larges terrains d’étude. Tel est le tokharien, et nous avons donc plaisir à publier ici « Regard comparatif sur la dérivation nominale en tokharien » (G.‑J. Pinault, p. 113‑132), qui rendra de grands services à tous ceux qui sont curieux des faits de cette langue à la phonétique très évoluée.

9Dans cette deuxième partie du livre, le grec s’est taillé une part de choix avec cinq contributions.

10A. Alonso Déniz s’attaque au très difficile problème du contraste entre l’attique ἀλήθεια et l’homérique ἀληθείη (« Le développement historique des finales ‑ειᾰ/‑είᾱ/‑είη (att. ὑγίεια/ὑγιείᾱ, ion. ὑγιείη “bonne santé”) et ‑οιᾰ/‑οίᾱ/‑οίη (att. εὔπλοια, ion. εὐπλοίη “bonne navigation”) en grec ancien », p. 135‑159). Faut‑il poser à l’origine une finale à alternance qui a été nivelée dans le paradigme ionien, ou une finale à voyelle longue qui s’est abrégée aux cas directs du singulier (attique) ? L’auteur prend position pour un suffixe ancien *‑ii̭ā et entreprend donc de démontrer que l’abrégement du /ā/ a pu affecter le paradigme attique.

11Les adjectifs en ‑ρο‑ forment en grec un groupe hétérogène, avec des formes primaires, qui se rattachent donc à des racines verbales, et des formes liées en synchronie à des substantifs (δολερός : δόλος). Entre les deux, il y a des formes en ‑αρός, en ‑ηρός et d’autres en ‑ερός pour lesquelles on hésite entre la dérivation à partir de noms ou à partir de verbes. L. van Beek (« Les adjectifs en ‑ερός, ‑αρός et ‑ηρός chez Homère et ultérieurement : origines et diffusion », p. 161‑182) approfondit la question en montrant la productivité du schéma Verbe → Adj. en ‑ρο‑.

12Le suffixe ‑εσ‑ des adjectifs du type de συνεχής (°εχής déverbatif) et du type d’ἀσθενής (°σθενής ← σθένος) est étudié dans l’article d’A. Blanc et I. Boehm (« Le suffixe ‑εσ‑ dans la langue de la Collection hippocratique », p. 183‑197). Il y est montré que les composés nouveaux qui apparaissent chez les médecins sont en majorité des formes à second membre déverbatif. La productivité du type ressort de la diversité des bases verbales de fondation, qui incluent les verbes contractes et les verbes en ‑άζω et ‑ίζω.

13La question de la productivité des suffixes et du sens qui se réalise au fil des siècles dans l’association base + suffixe apparaît pleinement dans l’étude de L. Tronci (« Le renouvellement morphologique par la réanalyse : le cas des suffixes grecs ‑(ισ)μός et ‑(ισ)τής », p. 199‑219), et le sujet de l’article est important aussi parce que « des continuateurs des mots formés avec ces suffixes ainsi que des mots nouveaux, concernés par des suffixes ou des procédés morphologiques comparables à ceux du grec ancien, existent encore dans les langues modernes » (p. 200).

14La série des études sur le grec ancien se clôt avec une réflexion sur quatre adjectifs homériques qui sont en ‑όεις alors que la stricte morphologie ferait attendre à un stade ancien ‑ήεις. Des formes de même structure, mais jugées jusqu’ici bien différentes car ce sont des toponymes d’époque classique, sont appelées à la rescousse pour justifier les anomalies apparentes (A. Blanc, « Toponymes grecs de l’époque classique éclairant des formes homériques : ‑όεις/‑οῦς à la place de ‑ήεις », p. 221‑237).

15Continuant le tour des langues indo‑européennes d’est en ouest, après l’indo‑iranien, le tokharien, et le grec, cette deuxième partie en arrive à l’italique et plus précisément au latin, avec l’article de B. Vine, « Latin fimus/fimum “fumier” et PIE *‑mo‑ secondaire » (p. 241‑252). Le titre de l’article commence par « Latin », mais fait intervenir très vite le « Proto‑Indo‑European », et l’auteur rassemble en effet de très belles données sur le suffixe *‑mo‑ en emploi secondaire en indo‑iranien, en grec, en latin et même en anatolien. L’explication d’un mot dans une langue donnée fait appel au savoir accumulé grâce à toutes les autres langues.

  • 2 B.A. Olsen nous avait prévenus qu’elle ne publierait pas l’article correspondant à sa communicatio (...)

16Le dernier paragraphe de B. Vine, avant sa conclusion, porte sur l’accentuation. Est ainsi ménagée la transition avec l’article d’Éric Dieu, « Dérivation nominale et innovations accentuelles en grec ancien : autour de la loi de Wheeler » (p. 255‑274). Après son examen critique de la loi de Bartoli (BSL 110/1, 2015, p. 205‑236), É. Dieu réévalue la célèbre loi indiquée en titre. On ne pourra plus l’invoquer sans faire état des réserves qu’émet notre collègue. Les remises en question sont bénéfiques ; elles seules autorisent les progrès. – Tandis que les articles précédents portent sur la dérivation par morphèmes, celui d’É. Dieu porte sur un trait non segmental. Pour marquer cette différence, nous l’avons mis dans une section distincte intitulée, précisément, « Phonologie non segmentale »2.

17Qu’on nous permette maintenant quelques mots sur l’avenir.

18Grâce aux différentes techniques de recherche liées à l’informatique et grâce à la mise à disposition d’immenses corpus de textes anciens et modernes, les recherches sur les langues indo‑européennes anciennes pourraient dans les prochaines décennies connaître une grande accélération et emprunter, peut‑être, des directions en partie nouvelles – à la condition, évidemment, qu’il reste des amateurs (au sens noble du terme) pour l’étude de ces langues et des enseignants‑chercheurs et chercheurs dépositaires des savoirs et prêts à les transmettre. L’étude de la dérivation nominale n’échappera certainement pas aux progrès entraînés par la révolution informatique. Il serait hardi de vouloir deviner aujourd’hui dans quelle direction iront les recherches futures, mais il nous semble que dans un avenir relativement proches certaines voies de recherche mériteraient d’être explorées activement.

  • 3 Mais nous avons été contents d’entendre au colloque une communication qui a traité de deux dénomin (...)
  • 4 A. Alonso Déniz, L. Dubois, C. Le Feuvre et S. Minon (dir.), La suffixation des anthroponymes grec (...)

19Comme il est normal, les études sur la dérivation ont pris pour objet dans chaque langue les noms communs (appellatifs). Les noms propres, qui ont fait l’objet, certes, de nombreuses études particulières, sont un peu en retrait3. Des avancées importantes sont en cours de réalisation. Les hellénistes savent comme l’étude des anthroponymes est maintenant facilitée par le Lexicon of Greek personal names dont la publication a été lancée par P.M. Fraser et E. Matthews (huit tomes parus, Oxford, Clarendon, 1987‑2000), et par le répertoire de H. Solin, Die griechischen Personennamen in Rom. Ein Namenbuch (Berlin/New York, de Gruyter, 2003), et la suffixation des anthroponymes a fait l’objet d’un colloque à Lyon en 2015, dont les actes contiennent une foule d’enseignements de qualité4.

  • 5 A. Blanc, « Le toponyme grec Méthôné/Mêthôné : Localisations, étymologie, métrique », dans D. Gunk (...)

20Pour la toponymie, les études ne manquent pas non plus et comme les toponymes sont parfois très anciens, ils peuvent se révéler très instructifs sur les phases anciennes de la dérivation. Que l’on pense par exemple au nom de la ville Μεθώνη, qui a désigné plusieurs localités situées en bord de mer, dans des lieux abrités et faciles d’accès pour les bateaux. Une étude récente a pu montrer que ce toponyme n’est autre qu’un dérivé en *‑‑ du type de φωνᾱ́/φωνή, avec, comme dans φωνᾱ́, le vocalisme o de la racine, qui est celle du verbe μεθίημι « relâcher » : Μεθώνη est le nom de localités où les bateaux « faisaient relâche », c’est‑à‑dire stationnaient pour réparation et approvisionnement5.

  • 6 R.J.A. Talbert (éd.), Barrington atlas of the Greek and Roman world, 3 vol., Princeton, Princeton (...)

21Comme les anthroponymes, les toponymes ont bénéficié de belles réalisations. Dans le domaine qui est le nôtre, l’hellénisme, nous pensons à l’indispensable Barrigton Atlas6, mais aussi à l’Inventory of archaic and classical poleis de M.H. Hansen et T.H. Nielsen (Oxford/New York/Auckland, OUP, 2004), et la recherche d’attestations anciennes bien localisées et souvent datables avec une relative précision est possible sans délai grâce au corpus d’inscriptions numérisées du Packhard Humanities Institute (PHI) et à ses outils de recherche.

22Mais il y a un besoin qui se fait sentir à l’heure actuelle dans la recherche sur la dérivation, au moins pour le grec et le latin, mais aussi sans doute pour les autres langues, à savoir la réalisation d’index inverses pour les anthroponymes et pour les toponymes. Pour les noms communs du vocabulaire grec, on dispose de l’admirable Reverse index of Greek nouns and adjectives de C.D. Buck et W. Petersen (Chicago, University of Chicago Press, 1945 ; réimpr. G. Olms, Hildesheim/Zurich/New York, 1984). Pour l’étude des noms propres, il est essentiel d’avoir des outils du même ordre. Bien entendu, l’informatique permet de trouver tous les mots présentant telle ou telle finale dans les textes littéraires et dans les textes papyrologiques et épigraphiques. Bien entendu aussi, les volumes du LGPN comportent des index inverses très utiles à la fin de chaque volume et on peut maintenant interroger le corpus numérique correspondant et demander telle ou telle finale. Il n’en reste pas moins qu’un index inverse établi sur le modèle du Buck‑Petersen rendrait les plus grands services.

  • 7 W. Pape, G. Benseler, Wörterbuch der griechischen Eigennamen, Graz, Akademische Druck und Verlagsa (...)
  • 8 Sous ‑νη sont indiqués, quatre fois, des formes à finales disparates, comme Στύγνη (p. 57), Ξένη ( (...)

23On dispose certes déjà d’un index inverse pour les noms propres grecs. Il s’agit du Rückläufiges Wörterbuch der griechischen Eigennamen de F. Dornseiff et B. Hansen (Berlin, Akademie Verlag), paru en 1957. Cet index est tout à fait estimable. Il tire sa documentation du Pape et Benseler7, mais aussi du très beau répertoire de Bechel, Die historischen Personennamen des Griechischen bis zur Kaiserzeit (Halle, M. Niemeyer, 1917), ainsi que des publications papyrologiques et des dictionnaires du Nouveau Testament. Le nombre de formes qu’il contient, sous un format très réduit (320 pages in 8°) est considérable, mais l’abondance même de ces données en rend la consultation très malaisée et les mots sont répartis selon un classement alphabétique inverse strict, si bien que le chercheur qui veut étudier un suffixe donné doit constituer lui‑même la liste des formes qui pourront lui apprendre quelque chose sur la morphologie des noms de lieux munis de la finale en question. S’il s’intéresse à la finale ‑νη, il doit faire le tri dans les formes contenues sous les rubriques ‑άνη, ‑ιανή, ‑άνη, ‑νη, ‑μένη, ‑νη, ‑ηνή, ‑αίνη, ‑ίνη, ‑νη, όνη, ‑νη8, ‑ώνη, et sous ces rubriques, pour comparer ce qui peut l’être, il doit distinguer les noms de personnes et de divinités, les noms d’objets, de plantes, les noms d’œuvres littéraires, les indications calendaires, les noms des vents, des étoiles, les noms de lieux et les différentes désignations topographiques (hydronymes, oronymes, etc.). Les diverses formes dialectales ne sont pas réunies et les formes de pluriel ne sont pas regroupées sous le singulier. C’est donc non seulement sous ‑ώνη (p. 60), mais aussi sous ‑ωνα (p. 36) et ‑ωναι (p. 69) qu’il faut chercher pour voir, par exemple, si Μεθώνη a été accompagné d’une forme dialectale en ‑νᾱ ou d’une forme de pluriel en ‑ναι. Comme là aussi les données sont abondantes et qu’il faut tout vérfier, la moindre recherche exige patience et longueur de temps ! La situation est tout autre si l’on s’intéresse aux appellatifs en ‑ωνη car Buck et Petersen ont ordonné les matériaux. Ils ont réuni dans une même liste les noms en ‑νη, ‑νᾱ et ‑νᾰ, ils ont indiqué les éventuelles formes de pluriel et ils ont rassemblé les formes dialectales. De plus, ils ont fait précéder la liste d’une « brief historical introduction » qui permet de savoir rapidement si l’on doit s’intéresser aux noms en ‑ανη, ‑ινη, ‑ῑνη, ‑ονη, ‑μόνη ou ‑σύνη, et dans le cas que nous avons choisi comme exemple on découvrira une soixantaine de noms en ‑ώνη (p. 296‑297), et on pourra s’apercevoir grâce à la clarté de la présentation qu’il n’y a guère de ressemblance avec ἀνεμώνη ou avec μελεδώνη, mais qu’une mise en parallèle avec φωνή peut être instructive.

24La réalisation d’un tel index suppose bien entendu de nombreuses études préliminaires. Buck et Petersen ont bénéficié d’un siècle entier de lexicographie grecque (la première édition du Greek‑English lexicon de H.G. Liddell et R. Scott date de 1843) et également d’un siècle entier de grammaire comparée (F. Bopp fait paraître la première livraison de la grammaire comparée en 1833) et d’étude des dialectes grecs (H.L. Ahrens, De Graecae linguae dialectis, 1839‑1843). Pour les noms de personnes, ces études ont avancé grandement, en particulier grâce aux études anciennes de Fick et de Bechtel, aux études plus récentes de Robert, Heubeck et Masson, et on attend avec impatience les résultats des études de morphologie et d’étymologie menées sur les données du LGPN par Sophie Minon et l’équipe réunie autour d’elle. On peut penser – et souhaiter en tout cas – que ces études seront couronnées par un index inverse, qui ne sera pas fait sur le modèle du Buck‑Petersen (les matériaux sont trop différents), mais qui témoignera du moins d’autant de compétences linguistiques.

25Mais c’est pour les noms de lieux que le besoin est encore plus pressant. La documentation en ce domaine s’est beaucoup accrue grâce aux témoignages épigraphiques. Des noms nouveaux sont apparus ; le contexte permet souvent de déterminer, avec une précision plus ou moins grande, le lieu désigné et l’époque, et quand il s’agit de lieux d’habitation (villages, villes, régions), on a souvent les adjectifs correspondants (démotiques, ethniques). Cet accroissement des données est du plus haut intérêt et suscitera des études linguistiques. Parmi les noms de lieux, certains ont joui d’une très longue stabilité car ils ont été assez fortement implantés pour résister aux vicissitudes qui guettent les établissements humains et pour être adoptés éventuellement par des populations nouvelles. Le linguiste se pose alors la question de savoir si les noms de lieux correspondent à la langue qui est parlée sur le territoire ou s’ils appartiennent à une langue antérieure et sont donc des toponymes de substrat. Cette question concerne tous ceux qui s’intéressent aux toponymes connus par les langues indo‑européennes anciennes, car les peuples indo‑européens se sont déplacés et ont pu laisser des noms de lieux témoignant de leur passage. On sait, par exemple, quel est l’apport des données toponymiques pour une langue telle que le celtique, notamment pour son rameau gaulois.

  • 9 Cf. D. Dana, Onomasticum Thracicum. Répertoire des noms indigènes de Thrace, Macédoine orientale, (...)

26C’est en général l’étude morphologique et étymologique qui permet de déterminer l’origine des noms de lieux. La reconnaissance de l’élément radical et de l’élément suffixal entraîne généralement l’identification de la langue et donc du peuple concerné. Comme les contacts linguistiques ont pu être, dans l’Antiquité comme dans les temps modernes, intenses et variés au cours des siècles, la linguistique peut arriver à nous renseigner sur une partie de l’histoire des peuples. On ne connaît quasiment rien de la langue thrace par des sources directes. En revanche, grâce aux noms des Thraces conservés dans les inscriptions grecques et latines on peut connaître grosso modo le système phonologique de cette langue et on peut soupçonner quelques traits du système de la composition nominale9. Les noms de lieux aussi ont leur rôle à jouer dans cette description des contacts de peuples et il sera important d’avoir des outils bibliographiques renouvelés pour les noms, indigènes ou de substrat, attestés dans les différentes régions où se sont arrêtés les peuples indo‑européens. Il ne sera pas sans intérêt d’avoir un jour pour le grec ancien un index inverse raisonné, c’est‑à‑dire du genre du Buck‑Petersen. Quand on y trouvera d’un côté tous les noms féminins de villes et de petites îles en ‑ος (Claros, Icaros, Paros, etc.) et d’un autre côté tous les noms en ‑ᾱ/‑η, on sera certainement à même de mieux distinguer les éléments grecs (Μεθώνη passait jusqu’ici pour pré‑grec, mais sa morphologie invite à y voir du grec) et ceux qui semblent pouvoir appartenir au substrat.

27Étant hellénistes, nous avons parlé du grec et pour le grec, mais nous pensons bien entendu aussi aux autres langues comprises dans le titre de ce colloque : c’est pour toutes les langues indo‑européennes anciennes que des index inverses des noms de personnes et des noms de lieux rendront des services inestimables, nous mettant en mesure de mieux appprécier les différentes directions prises par la dérivation nominale dans les différentes branches de l’indo‑européen.

 

28Au moment de clore cet avant‑propos, rédigé dans le calme pesant du grand confinement d’une large partie de l’humanité, nous tenons à adresser tous nos remerciements à tous ceux qui ont rendu possible ce colloque et la présente publication. Notre gratitude va bien entendu à tous les participants, ceux qui ont présenté des communications et ceux qui, collègues de l’université de Rouen ou auditeurs extérieurs, sont venus écouter ces exposés techiques et en ont discuté, montrant ainsi que la linguistique des langues anciennes jouit à leurs yeux d’un réel intérêt et n’est pas un luxe superflu.

29Elle va aussi à nos collègues universitaires, de France et de Navarre, et au‑delà, qui ont accepté de faire partie du Comité scientifique du colloque : Maria Patrizia Bologna, Professore Ordinario, università degli Studi di Milano ; Philippe Brunet, Professeur à l’université de Rouen Normandie ; Véronique Chankowski, alors Professeure à l’université Lumière Lyon 2 ; Markus Egetmeyer, Professeur à l’université Paris IV Sorbonne ; Olav Hackstein, Pr. Dr., Ludwig‑Maximilians‑Universität, Munich ; Eugenio R. Luján Martínez, Professeur à l’université Complutense de Madrid ; Sophie Minon, Directrice d’Études à l’ÉPHÉ, IVe Section, Paris ; Jeremy Rau, Professeur à l’université Harvard (Cambridge, Massachusetts) ; Brent Vine, Professeur à l’université de Los Angeles (UCLA) et Andreas Willi, Professeur à l’université d’Oxford. Leur caution a été pour ce colloque un gage de qualité et leur patronage a été un réconfort pour les organisateurs.

  • 10 A. Blanc, Les adjectifs sigmatiques du grec ancien. Un cas de métamorphisme dérivationnel, Innsbru (...)

30C’est un agréable devoir aussi d’adresser nos très vifs remerciements à l’université de Rouen, qui nous a fourni les moyens d’organiser ce colloque, et particulièrement au directeur de l’UFR des Lettres et Sciences Humaines, José Vincente Lozano, linguiste et directeur du Séminaire de l’Axe 4 de l’ÉRIAC (Fonctionnements linguistiques et intersubjectivité). Nous ne saurions oublier notre collègue et ami Miguel Olmos, qui a été directeur de l’Équipe Interdisciplinaire de Recherches sur les Aires Culturelles (ÉRIAC) de 2011 à 2019 : après avoir grandement facilité la publication du livre d’un des deux signataires de ces lignes10, il a vivement souhaité la tenue de ce colloque et a tout fait pour en faciliter l’organisation. Son successeur, Luc Benoit à La Guillaume a bien voulu nous soutenir dans notre demande de subvention pour publication ; nous lui en sommes à lui aussi très reconnaissants.

31Si le colloque s’est tenu à Mont‑Saint‑Aignan (université de Rouen Normandie), les actes paraissent, comme il était prévu de longue date, au sein des collections de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée (Lyon). Nous voulons à cette occasion remercier très sincèrement et très vivement Véronique Chankowski, directrice de l’UMR HiSoMA jusqu’en 2018, et son successeur, Stéphane Gioanni, d’avoir tous deux approuvé la collaboration entre les universités de Lyon et de Rouen pour ce colloque et de prendre en charge une grosse part des frais d’édition. Une fois les articles relus et préparés pour la publication avec l’assistance attentive du co‑responsable scientifique de MOM Éditions, Christophe Cusset, les membres des éditions de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Mesdames Ingrid Berthelier, Catherine Cuvilly et Salomé Durand, ont œuvré avec une efficacité qui mérite aussi tous nos remerciements. C’est un plaisir pour nous, éditeurs de ces actes, de voir mis à la disposition du public savant les riches idées exprimées pendant les deux jours de ce colloque plein d’enseignements.

Le 1er mars 2021

Notes

1 Huit colloques de linguistique des langues anciennes se sont tenus à l’université de Rouen en 33 ans. Qu’il nous soit permis de rappeler les sept premiers : 1. « Lexique et expressivité », 31 mai et 1er juin 1985, organisé par J.‑L. Perpillou et A. Christol ; 2. « Étymologie diachronique et étymologie synchronique en grec ancien », 21 et 22 novembre 1991, organisé par A. Christol, C. de Lamberterie et J.‑L. Perpillou, publié dans la Revue de philologie, de littérature et d’histoire anciennes 65/1, 1991 (2e éd. 1993) ; 3. « Langues en contact dans l’Antiquité. Aspects lexicaux », 6 février 1997, organisé par A. Blanc et A. Christol, publié par l’Association pour la Diffusion de la Recherche sur l’Antiquité (ADRA, Nancy) en 1999 ; 4. « L’homonymie dans les lexiques latin et grec », 19 octobre 2001, organisé par les mêmes et publié grâce à la même association en 2007 ; 5. « Procédés synchroniques de la langue poétique en grec et en latin », organisé par A. Blanc et E. Dupraz, 13 et 14 octobre 2005, publié par les Éditions Safran (Bruxelles) en 2007 ; 6. « Genres épigraphiques et langues d’attestations fragmentaire dans l’espace méditerranéen », 25‑27 juin 2012, organisé par E. Dupraz et W. Sowa, publié aux Presses universitaires de Rouen et du Havre en 2015 ; 7. « Nouveaux acquis sur la formation des noms en grec », 17‑18 octobre 2013, organisé par A. Blanc et D. Petit, publié dans la Collection linguistique de la Société de Linguistique de Paris, en 2016. – Les communications présentées lors du premier colloque ont été publiées par leur auteurs séparément, mais après le colloque, J.‑L. Perpillou avait confectionné un petit livret de 43 pages où figurent les résumés des communications de M. Casevitz, A. Christol, C. Dobias‑Lalou, L. Dubois, G. Husson, C. de Lamberterie, F. Létoublon, O. Masson, N. Maurice, F. Mawet, J.‑L. Perpillou lui‑même, F. Skoda, J. Taillardat et M. Tichit.

2 B.A. Olsen nous avait prévenus qu’elle ne publierait pas l’article correspondant à sa communication dans les actes du colloque parce qu’elle s’était déjà engagée auprès d’une revue. Il est maintenant paru, sous le titre suivant : « The Greek type ἱππεύς and related formations », Indogermanische Forschungen 124, 2019, p. 279‑303.

3 Mais nous avons été contents d’entendre au colloque une communication qui a traité de deux dénominations spécifiques de la (déesse‑) terre, vieil islandais Fjǫrgyn et Hlóðyn (R. Ginevra).

4 A. Alonso Déniz, L. Dubois, C. Le Feuvre et S. Minon (dir.), La suffixation des anthroponymes grecs antiques. Actes du colloque international de Lyon, 17‑19 septembre 2015, Genève, Droz, 2017.

5 A. Blanc, « Le toponyme grec Méthôné/Mêthôné : Localisations, étymologie, métrique », dans D. Gunkel, S.W. Jamison, A.O. Mercado, K. Yoshida (dir.), Vina Diem Celebrent. Studies in linguistics and philology in honor of Brent Vine, Ann Arbor/New York, Beech Stave Press, 2018, p. 1‑11, cf. compte rendu par R. Schmitt dans Kratylos 64/1, 2019, p. 19.

6 R.J.A. Talbert (éd.), Barrington atlas of the Greek and Roman world, 3 vol., Princeton, Princeton University Press, 2000.

7 W. Pape, G. Benseler, Wörterbuch der griechischen Eigennamen, Graz, Akademische Druck und Verlagsanstalt, 1959 (1er tirage 1911).

8 Sous ‑νη sont indiqués, quatre fois, des formes à finales disparates, comme Στύγνη (p. 57), Ξένη (p. 57), Μουτίνη (p. 59) et Θεράπνη (p. 59).

9 Cf. D. Dana, Onomasticum Thracicum. Répertoire des noms indigènes de Thrace, Macédoine orientale, Mésies, Dacie et Bithynie, Athènes, Centre de recherche de l’Antiquité grecque et romaine, 2014.

10 A. Blanc, Les adjectifs sigmatiques du grec ancien. Un cas de métamorphisme dérivationnel, Innsbruck, Institut für Sprachen und Literaturen der Universität Innsbruck, 2018.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search