Version classiqueVersion mobile

Vienne dans les textes grecs et latins

 | 
Gérard Lucas

En guise de conclusion

Texte intégral

1Le corpus des sources textuelles de Vienne est comparable numériquement à celui des grandes cités de Gaule, Lyon, Arles, Narbonne ; il se peut qu'il soit inférieur à celui de Marseille, ce qui est compréhensible quand on songe que cette cité est beaucoup plus anciennement connue par les auteurs, sa fondation remontant à la jointure des VIIe et VIe s. av. J.-C. ; d'autre part, Marseille a joui longtemps d’un statut privilégié et a su se construire un territoire suffisamment vaste pour être considérée comme une puissance importante, qui a été au centre des intérêts de Rome au moins jusqu’à l'intervention de César ; tout ceci lui a conféré un statut à part. Vienne fut une ville limite, le poste avancé de la civilisation romaine, avant que César ne finisse par conquérir la Gaule chevelue, et elle avait le prestige d’avoir été la métropole des Allobroges à la redoutable réputation. En cela elle s’opposait à Lugdunum, colonie romaine, ville nouvelle, capitale éphémère des Trois Gaules ; et pourtant un lien fort les unit, c’est, entre autres raisons, pour des gens chassés de Vienne que le Sénat ordonna la fondation de Lyon. Et, tout comme Marseille, la chose mérite d’être signalée, Lyon et Vienne sont dotées d’un récit de fondation en bonne et due forme, destiné à leur conférer une vénérable antiquité.

2La relation de rivalité entre ces deux cités que sépare le Rhône a traversé les époques ; mais à l’époque romaine, Vienne fut aussi la rivale d’Arles, ne l’oublions pas. Chacune des deux cités, Lyon et Vienne, a eu ses moments de prospérité et ses difficultés, chacune des deux a eu des liens privilégiés avec le pouvoir romain et ses empereurs ; il suffit d’observer la répartition des épisodes rapportés par la tradition historique romaine. Pour simplifier, Lyon brille par le fait d’être le lieu de naissance de Claude et de Caracalla, par les séjours d’Auguste et de Caligula, les martyrs de 177, la victoire de Sévère sur Albin, les assassinats de Magnence et de Gratien. Vienne brille par le destin de Valérius Asiaticus, par les séjours de Julien, Valentinien II, par l’assassinat tumultueux de ce dernier empereur, de celui de Constant au début du Ve S., par l’action rayonnante de Mamert et d’Avit, par la marque imprimée par Gondebaud. L’importance des deux cités est soulignée par leur présence dans tous les écrits géographiques qui font l’inventaire de l’empire et toutes deux sont des noeuds routiers capitaux bien mis en valeur par les documents que sont les itinéraires routiers. Et, rareté dans l’occident romain, toutes deux ont joui du ius italicum, dont elles sont les seules à bénéficier avec Cologne.

3Les deux corpus de Lyon et Vienne illustrent la présence de ces deux cités dans la destinée de Rome ; car ce qui intéresse les historiens romains, ce sont d’abord les gesta romana, Rome est l’unique objet de leur attention et les provinces et leurs cités ne présentent guère d’intérêt que lorsqu’elles participent de près ou de loin à cette destinée. Les deux cités ont participé fortement à la Fortune de Rome, chacune d’elle a été le lieu où s’est joué l’empire, par un changement de dynastie : à Lyon après la bataille de 197, la dynastie sévérienne s’impose définitivement ; à Vienne après l’assassinat de Valentinien II en 392, c’est Théodose qui finit par fonder une dynastie nouvelle et son règne clôt l’ère du paganisme, déjà moribond il est vrai depuis le triomphe de Constantin le Grand en 324.

4Les textes sont bien rares qui nous livrent des informations d’ordre purement local ; pourtant Vienne est privilégiée sur ce point, car elle a retenu l’attention des agronomes et encyclopédistes qui n’ont eu de cesse de louer son vignoble ; et s’il existait alors des coteaux du Lyonnais, ils n'avaient pas la même réputation que les vins poissés de Vienne, en tout cas, aucun texte ne les mentionne. Il a pu exister des écrivains « locaux », des histoires locales, mais aucune ne nous est parvenue – exception faite, bien entendu, de l'Histoire inédite de Vienne sous les douze Césars de Trébonius Rufinus, sénateur et duumvir de ladite ville, traduite et publiée par les soins de M. Mermet en 1828 ! Aussi certaines allusions restent obscures pour nous, comme les motifs, le déroulement et la date de la révolte allobroge qui expulsa de Vienne des gens qui vinrent s'installer au confluent de la Saône et du Rhône ; ou bien cette intervention de Tibère à Vienne mentionnée par Velléius Paterculus ; ou bien encore les bienfaits que Galba octroya aux Viennois en 68... Autant de portes ouvertes pour l’élaboration d’hypothèses.

  • 524 Le Lièvre 1623, p. 31.

5Quant à la rivalité des deux villes, elle éclate au grand jour lors de l’année des quatre empereurs en 68-69, qui met aux prises Vienne et Lugdunum, cette dernière revendiquant l’honneur d’être pars exercitus, ce qui est une manière implicite de nier ce privilège à Vienne ; c’est aussi le cas pour la persécution de 177, où Lyon et Vienne sont fraternellement associées dans le martyre ; mais cet événement est aussi le point d'ancrage d’un processus qui va alimenter et attiser une rivalité spirituelle et temporelle dès l'Antiquité tardive jusqu’au Moyen Âge ; la présence de Sanctus et d’autres Viennois (mais qui et combien exactement ?) a suscité des convoitises ; il était souhaitable que l’Église de Vienne par ses martyrs et évêques fût au moins aussi ancienne et vénérable que celles de Lyon et d’Arles. Et si Flavius Josèphe atteste l’exil à Lugdunum d’Hérode Antipas par Caligula, Vienne n’est pas en reste puisqu’elle est, selon le même historien, la prison d’Archélaos, exilé par Auguste en terre gauloise. À partir de là, il va se développer un véritable salmigondis où se confondent les lieux d’exils de ces deux personnages, rejoints plus tard par Pilate, présenté parfois comme ayant des origines lyonnaises, qui vient se suicider à Vienne... tous ayant en commun d’avoir été des obstacles à la providence divine qui les châtie. Et c’est ainsi que Vienne devient, pour reprendre l’expression de J. Le Lièvre, carcer Romanorum524.

6Pour terminer, il convient de souligner toute l’importance de la Chronique d’Adon. Si l’on examine attentivement les passages concernant l’histoire de Vienne, on constate qu’Adon est l’auteur d’une histoire viennoise, tant profane qu’ecclésiastique, qui fait la part belle à l’imagination. Dédaignant la chronologie, il mêle les faits qu’il arrange à sa guise : il fait de Vienne une rivale de Rome en Gaule, une rivale qui lui est antérieure puisqu’elle a pour fondateur un Africain du nom de Vénérius qui jette les fondements de la ville plus d’un demi-siècle avant la fondation de Rome. On pourrait multiplier les exemples où Adon fait de Vienne une cité qui est présentée d’abord comme un emblème de la romanité, qui s’illustre ensuite par son Église, fille de Crescent, disciple de l’apôtre Paul qui lui a confié l’évangélisation de la région, Église modèle d’orthodoxie dans la part que prendront ses évêques dans la lutte contre les hérésies. Et, cerise sur le gâteau, c’est à Vienne qu’Adon situe le suicide de Pilate ; certes des récits apocryphes, difficiles à dater, courent sur sa fin et le nom de Vienne lui est parfois associé ; mais en fait on ne sait rien de Pilate après son départ de Judée. Ce faisant, Adon accrédite ces fables, leur donne un statut historique tout en faisant basculer l’histoire de Vienne dans la légende, car son propos est repris et amplifié par la uox populi qui voit dans bien des vestiges romains des traces de la présence de Pilate à Vienne. Les propos d’Adon sont amplement répercutés dans les récits des voyageurs, dans les cosmographies et guides de voyage dès le XVIe s.

  • 525 Revue de Vienne 2, 1838, p. 371.

7Les travaux des érudits et antiquaires ne pourront pas non plus ignorer les assertions d’Adon. Le prélat viennois a évoqué à plusieurs reprises au détour d’une phrase ou d’un paragraphe certains ornements de la parure urbanistique de la cité, symbole de sa grandeur passée ; il fut sur ce point le premier « antiquaire » viennois. Dès la Renaissance, les érudits n’auront de cesse d’œuvrer à restaurer l'histoire face à la légende et aux rumeurs populaires bien ancrées et de proposer des identifications pour ces vestiges architecturaux fascinants, devenus le théâtre de récits fabuleux ; ce n'est que tardivement, à la fin du XVIIIe s., que le temple d’Auguste et de Livie sera identifié comme tel et non plus comme le « prétoire de Pilate » ; et en 1838, Th.-Cl. Delorme déplore encore « ces particularités, qui appartiennent à des siècles d’ignorance, [et] ne nous paraîtraient mériter aucune attention si le nom de Pilate ne se trouvait si souvent mêlé à nos traditions viennoises »525 ; il sera le premier à établir que la fameuse Pyramide n’est pas un tombeau, mais l’obélisque central de la spina d’un cirque.

  • 526 E.G. Bulwer-Lytton, auteur des Derniers jours de Pompéi.

8Nonobstant tout leur prestige, ni Vienne ni Lyon antiques n’ont trouvé leur Virgile pour les chanter, ou plus modestement leur Bulwer-Lytton526 qui en fasse le cadre d’un grand roman populaire... Mais c’est une autre affaire. C’est aux archéologues, historiens et autres savants qu’il revient désormais de continuer à les faire vivre et de ressusciter leurs secrets enfouis dans la terre et le temps.

Notes

524 Le Lièvre 1623, p. 31.

525 Revue de Vienne 2, 1838, p. 371.

526 E.G. Bulwer-Lytton, auteur des Derniers jours de Pompéi.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search