Version classiqueVersion mobile

Vienne dans les textes grecs et latins

 | 
Gérard Lucas

Textes, traductions et commentaires

Jean Beleth, Summa de ecclesiasticis officiis

Texte intégral

La vie de Jean Beleth (Iohannes Beleth, début XIIe s. - ca 1185) est très mal connue ; il étudia à Chartres sous la direction de Gilbert de la Ponée, dans les années 1130, enseigna plus tard la théologie, en même temps que Pierre Lombard, à Paris ; vers 1182, il fut attaché à l’Église d’Amiens.

  • 485 DACL 3, col. 650.

1Il est l’auteur de la Summa de ecclesiasticis officiis, une sorte de manuel dans lequel « il passe en revue les époques liturgiques, les lieux, les personnes [clercs, ministres, etc.], les choses liturgiques, les offices canoniques, la messe et ses parties, les principales fêtes ; il y a quelques chapitres spéciaux pour l’office des morts »485. Bien que l’auteur ne soit pas considéré comme un liturgiste d’importance, néanmoins l’intérêt de son ouvrage est de décrire exactement l’état de la liturgie au XIIe s.

146. Litanies Mineures et Litanies Majeures

122c. Due sunt letanie, maior et minor. Maior fit in festo beati Marci euangeliste. Dicitur autem maior tum auctoritate instituentis – eam enim instituit Gregorius papa primus, scilicet Gregorius, qui et magnus dicitur Gregorius –, tum auctoritate loci. Fuit enim instituta Rome et decretum fuit, ut ubique celebraretur. Alia letania dicitur minor, quia a minori instituta fuit, scilicet a beato Mamerto Viennensi episcopo, et Vienne instituta fuit. Et non celebratur nisi in cisalpina ecclesia.
122e. De secunda letania, que per triduum celebratur, agit Gregorius Turonensium archiepiscopus dicens, quod in tempore beati Mamerti Vienne et circa Viennam fiebant crebro terremotus et tanti, ut magne domus et multe ecclesie corruerent. Sabbato etiam paschali, dum ipse sanctus Mamertus diuinum celebraret officium, igne celitus misso conbustum est palatium ciuitatis. Preterea bestie ut lupi et apri, a nemoribus exibant et ciuitatem intrantes homines deuorabant. Hec tempestas per annum durauit. Pro his ergo pestibus beatus Mamertus triduanum indixit ieiunium ad similitudem Niniuitarum et precepit, ut processiones facerent, quatinus sicut illi per triduanum ieiunium euaserunt urbis subuersionem, ita et isti liberarentur ab aduersitatibus illis, quasi ipsi patiebantur. Quod ita factum est.

  • 486 Jonas, 3, 6.

122c. Il existe deux sortes de Litanies, la Majeure et la Mineure. La Majeure se tient lors de la fête du bienheureux Marc l’évangéliste. On l’appelle Majeure en raison de l’autorité de son fondateur – c’est en effet, le pape Grégoire Ier, ce Grégoire qu’on surnomme aussi « le Grand », qui l’institua – et aussi en raison de l’endroit où elle fut instituée. En effet, elle fut instituée à Rome et il fut décrété qu’elle serait célébrée partout. L’autre Litanie est dite Mineure, parce qu’elle fut instituée par un personnage moins important, le bienheureux évêque viennois Mamert, et à Vienne. Et elle n’est célébrée que par l’Église de Gaule cisalpine.
122e. L’évêque Grégoire de Tours traite du second type de litanie [la Mineure] qui est célébrée sur trois jours, en rapportant que, à l’époque du bienheureux Mamert, à Vienne et aux alentours, il se produisait de fréquents tremblements de terre, si forts que de grandes maisons et de nombreuses églises s’écroulaient. Et même, le samedi de Pâques, pendant que saint Mamert en personne célébrait le divin office, le feu, tombé du ciel, embrasa le palatium de la cité. De plus, des animaux sauvages, comme les loups et les sangliers, sortaient des forêts et entraient dans la ville où ils dévoraient les humains. Cette calamité dura un an entier. Aussi, face à ces fléaux, le bienheureux Mamert prescrivit un jeûne de trois jours, à l’instar de celui des Ninivites, et ordonna de faire des processions, afin que, de même que les Ninivites échappèrent par un jeûne de trois jours à la destruction de leur cité, les Viennois eux aussi fussent libérés des épreuves qu’ils supportaient également486. Ainsi fut fait.
(Jean Beleth, Summa de ecclesiasticis officiis, chapitre 122, De letaniis)

  • 487 PL 136, 1853, col. 735B-C.

2Comme le montrent les références 122c et e, nous avons choisi deux extraits du chapitre 122 entièrement consacré aux Litanies Majeures et Mineures. Les paragraphes 122a et b définissent le terme letania, qui est à la fois supplicatio et rogatio, supplicatio « quia tunc Deo supplicamus, ut a morte subitanea et ab aduersitate nos defendat », ce qui est une prière adressée à Dieu pour écarter les maux, rogatio « quia tunc sanctos rogamus, ut pro nobis ad Deum intercedant », c’est-à-dire qu’on demande l’intercession des saints. Le paragraphe 122d retrace l’historique des Litanies Majeures et le paragraphe 122f est consacré à Grégoire le Grand. Sur les Litanies Majeures et Mineures, nous renvoyons au Liber quare (133‑134), aux textes de Rupert de Deutz et de Jacques de Voragine (137 et 150) ; il existe par ailleurs un sermon de Rathier de Vérone (ca 890‑974), le Sermo VII. De Ascensione Domini, qui rappelle la conduite à tenir dans cette période des Petites Rogations487.

  • 488 Éd. H. Douteil (voir infra), p. 235‑237.

3Ce chapitre 122 est complété par le chapitre 123 De institutione et modo letaniarum488 qui donne en six paragraphes des précisions sur l’extension prise par les Rogations, renvoie à Rupert de Deutz pour la date de leur création (123a, c) et précise en quoi consiste le rituel des Litanies Mineures : jeûne, tenue vestimentaire, ordre observé dans la procession (123b) ; en 123d un lien est établi entre les Rogations et l’agriculture ; et en 123e-f est expliqué le symbolisme de la présence de dragons dans les processions et la volonté de chasser Satan. Nous n’avons pas retenu ces passages dont on trouvera l’écho dans celui que Jacques de Voragine consacre aux Litanies Mineures (150).

Bibliographie

Références

Auteur et œuvre

DAGL 3, s.v. « Beleth », col. 649‑650 [Dom Cabrol] ; DictSpir 7, 1934, s.v. « Beleth », col. 517‑518 [P. Calendini] ; P. Masini, « Magister Johannes Beleth : ipotesi di una traccia biografica », Ephemerides liturgicae 107/3, 1993, p. 248‑259 ; éd. H. Douteil (voir infra), volume d’introduction en allemand.

Éditions

Jean Beleth. Summa de ecclesiasticis officiis, éd. H. Douteil, CCCM 41A, Turnhout, 1976, p. 233‑234. Trad. G. Lucas.

Voir également, PL 202, 1855, col. 128C et 129A-B.

Notes

485 DACL 3, col. 650.

486 Jonas, 3, 6.

487 PL 136, 1853, col. 735B-C.

488 Éd. H. Douteil (voir infra), p. 235‑237.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search