Version classiqueVersion mobile

Vienne dans les textes grecs et latins

 | 
Gérard Lucas

Textes, traductions et commentaires

Pierre le Mangeur

Texte intégral

Pierre le Mangeur (Petrus Comestor ou Manducator, ca 1110‑1120-1179) est un théologien, né à Troyes ; son surnom est dû à son appétit de lecture… D’abord professeur à l’université de Paris, il dirige l’école de théologie de Paris entre 1164 et 1169. Il devient vers 1170 chanoine de Saint-Victor. C’est vers 1169 qu’il commence à rédiger son œuvre principale, l’Historia scholastica super Nouum Testamentum, qui est une sorte d’abrégé des Écritures, de la Création à l’Ascension, en même temps qu’une histoire de l’humanité, destinée à un usage pédagogique ; elle est achevée vers 1173. Traduit en français en 1294 sous le titre de Bible historiale, cet ouvrage devient une référence pour les étudiants de théologie, un vade mecum indispensable ; en témoigne le fait qu’il fut très souvent imprimé accompagnant la Bible. Il meurt le 12 octobre 1179 et est inhumé à Saint-Victor.

144. Châtiment d’Archélaos

De exsilio Archelai. Tandem crebro accusatus Archelaus, a Caesare aduocatur. Quinto quidem die priusquam uocaretur, aristas plenas et maximas a bobus comedi somniarat, dumque ascitos magos consuleret, Simon Essaeus genere, aristas annos, et boues rerum mutationes interpretatus est, eo quod agros arando uerterent et mutarent. Ideoque nouem annis eum dixit regnaturum, uarias autem expertum rerum mutationes, moriturum. Nono autem principatus sui anno Romam ueniens a Caesare damnatus, in exsilium pellitur apud Viennam ciuitatem Galliae.

L’exil d’Archélaos. Enfin, Archélaos, en raison des fréquentes accusations dont il faisait l’objet, est mandé par César. Or, cinq jours avant sa convocation, il avait fait un songe où des épis bien garnis et très gros étaient mangés par des bœufs, et comme il consultait des mages qu’il avait fait appeler, Simon, un Essénien, donna l’interprétation suivante : les épis figuraient des années, et les bœufs des bouleversements dans l’ordre des choses, en ce sens qu’ils retournaient le sol en le labourant et ils le transformaient. Aussi lui dit-il qu’il régnerait neuf ans, et qu’il mourrait après avoir connu des bouleversements. Or, la neuvième année de son principat, quand il arrive à Rome, condamné par César, il est relégué en exil à Vienne, une cité de Gaule.
(Pierre le Mangeur, Historia scholastica, chapitre Historia libri Evangelorum, XXIV)

1Le passage s’inspire de Flavius Josèphe, Guerre des Juifs, II, 7, 111 (15).

Références

Auteur et œuvre

N. Iung, « Pierre Comestor », DictThéoCath 13, 1935, col. 1918‑1922 ; J. Longère, s.v. « Pierre (39) le Mangeur », DictSpir 12, 1986, col. 1614‑1626 ; du même, Catholicisme 9, 1988, col. 390‑391 ; Brill’s EncMedChron Online, s.v. « Peter Comestor » [M. Sherwood-Smith] ; R.M. Martin, « Notes sur l’œuvre littéraire de Pierre le Mangeur », Recherches de théologie ancienne et médiévale 3, 1931, p. 54‑66, complété par A. Landgraf, « Recherches sur les écrits de Pierre le Mangeur », Recherches de théologie ancienne et médiévale 3, 1931, p. 292‑306 et 341‑372 ; Seybolt 1946 ; S.R. Karp, Peter Comestor’s Historia scholastica, a study in the development of literal scriptural exegesis, New York, 1978 ; à quoi on rajoutera l’introduction à l’édition partielle de l’œuvre (CCCM 191).

Éditions

PL 198, 1855, col. 1550A-B. Trad. G. Lucas.

Édition partielle, Petri Comestoris Scolastica historia Liber Genesis, éd. A. Sylwan, CCCM 191, Turnhout, 2005.

145. Châtiment des impies

De morte Iacobi Maioris. Eo tempore misit Herodes rex manus, ut affligeret quosdam de Ecclesia. Occidit autem Iacobum fratrem Ioannis gladio (Act. XII). Vt autem intelligatur locus iste, de quo scilicet Herode sit accipiendum, expedit ad tempus praetermittere historiam Actuum apostolorum, et prosequi historiam Romanorum imperatorum. Non est putandum hunc fuisse Herodem tetrarcham, qui cognominatus est Antipas, sed Herodem Agrippam. Ille enim non fuit rex, sed tetrarcha, ille scilicet filius Magni Herodis, qui consensit Pilato de nece Domini, qui remisit eum ad Pilatum indutum veste alba, qui iam deportatus fuerat in exsilium Viennam, et ibi mortuus est. Pilatus ergo mortuus iam erat, qui, ut a principio huius historiae praetaxatum est, anno xviiii imperii Tiberii Caesaris erat procurator Iudaeae, Vitellio praeside Syriae, et accusatus est in multis apud Tiberium. Accusatus est a Iudaeis de uiolenta innocentum interfectione. Accusatus est etiam, quod Iudaeis reclamantibus, ponebat imagines gentilium in templo. Accusatus est etiam, quia pecuniam repositam in corbonam redegerat in usus suos, inde faciens aquaeductum in domum suam. Et pro his omnibus deportatus est in exsilium Lugduni, unde oriundus erat, ut ibi in opprobrium generis sui moreretur.

La mort de Jacques le Majeur. « En ce temps, Hérode envoya des hommes armés pour maltraiter certains membres de l’Église. Il fit périr par l’épée Jacques, le frère de Jean » (Actes, 12, 2). Pour bien comprendre ce passage, à savoir de quel Hérode il s’agit, il est préférable de laisser de côté l’histoire des Actes des Apôtres et de revenir à l’histoire des empereurs romains. Il ne faut pas penser qu’il s’agit du tétrarque Hérode, surnommé Antipas, mais il s’agit d’Hérode Agrippa. En effet le premier ne fut pas roi, mais tétrarque, et était bien sûr le fils d’Hérode le Grand ; ce fut lui qui donna son accord à Pilate pour la mort du Seigneur, qui le remit, vêtu de blanc, à Pilate, lequel avait déjà été relégué en exil à Vienne où il mourut. Donc, Pilate était déjà mort ; c’est lui qui, ainsi qu’il a été précisé au début de cette histoire, était procurateur de Judée en l’an 19 du règne de César Tibère, alors que Vitellius était gouverneur de Syrie, et il eut à répondre devant Tibère de nombreux motifs d’accusation. Il fut accusé par les Juifs devant Tibère, pour avoir massacré cruellement des innocents. Il fut accusé aussi pour avoir fait placer, en dépit des protestations des Juifs, les effigies des païens dans le Temple. Il fut accusé encore pour avoir détourné à son profit l’argent déposé dans le corban [le trésor] du Temple en faisant amener une canalisation d’eau chez lui. Et pour tous ces méfaits il fut exilé à Lyon, d’où il était originaire, afin d’y mourir dans l’opprobre de son peuple.
(Pierre le Mangeur, Historia scholastica, chapitre Historia libri actorum apostolorum, LIII)

  • 484 Le Lièvre 1623, p. 32.

2Jacques le Majeur a été supplicié pendant le règne d’Hérode Agrippa Ier (41‑44 ap. J.‑C.). Le texte est peu clair sur les protagonistes et leurs lieux d’exil. Si la relative qui iam deportatus fuerat in exsilium Viennam, et ibi mortuus est se rapporte à Pilate, elle semble contradictoire avec la phrase finale de notre extrait qui mentionne Lyon comme lieu d’exil. L’origine lyonnaise de Pilate n’est d’ailleurs connue que par ce texte ; J. Le Lièvre rappelle cette tradition484 L’exil de Pilate, non à Vienne, mais à Lyon, est peu fréquemment mentionné ; cependant, des auteurs médiévaux tels Jean de Mailly et Étienne de Bourbon font de Lyon le lieu de jugement du procurateur déchu, l’exécution ayant eu lieu à Vienne, comme le rappelle J. Berlioz. La Légende dorée renvoie aux dernières lignes de ce passage (149).

3Mais si on comprend que la relative qui iam deportatus fuerat in exsilium Viennam, et ibi mortuus est s’applique à Hérode Antipas, alors, l’auteur assigne Vienne comme lieu d’exil pour Hérode Antipas, et non Lugdunum comme le veut une tradition plus solide dont Flavius Josèphe est l’auteur (Antiquités juives, XVIII, 255) ; mais il est vrai qu’Eusèbe de Césarée situe l’exil d’Antipas à Vienne ! Confusion possible aussi entre les lieux d’exil d’Archélaos et d’Hérode Antipas (16).

4Sur toutes les allusions aux décisions de Pilate qui ont suscité la colère des Juifs, on se reportera à Flavius Josèphe, Antiquités juives (XVIII, 3‑4), à la Guerre des Juifs (II, 9, 169‑172), pour la tentative d’introduction dans le Temple des enseignes impériales, les imagines gentilium du texte ci-dessus et à la Guerre des Juifs (II, 9, 173‑178) pour l’aqueduc.

Références

Édition

PL 198, 1855, col. 1680B-C. Trad. G. Lucas.

Texte

Sur Lyon et Pilate, A. Péricaud, Notes et documents pour servir à l’histoire de Lyon sous le règne d’Henri IV (1594‑1610), Lyon, 1845, qui fait le point sur Pilate, à Lyon et à Vienne, p. 195‑202 ; Martin-Madison 1973, p. 102‑109 ; Berlioz 1990, p. 86‑89.

Notes

484 Le Lièvre 1623, p. 32.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search