Version classiqueVersion mobile

Vienne dans les textes grecs et latins

 | 
Gérard Lucas

Textes, traductions et commentaires

Hugues de Saint-Victor

Texte intégral

Hugues de Saint-Victor, Hugo de Sancto Victore (ca 1096‑1141), arrive à Paris vers 1118. Professeur à Saint-Victor, c’est un théologien et un mystique, qui fut surnommé le « nouvel Augustin ». Il est l’auteur de nombreux ouvrages didactiques et théologiques.

  • 476 Gautier Dalché 1988, p. 13 ; PL 176, 1854, col. 699D.
  • 477 Gautier Dalché 1988, p. 58.

1Au nombre de ses ouvrages, le De archa mystica (composé en 1128‑1129) où il expose les moyens par lesquels on peut dessiner l’arche décrite dans la Genèse ; il y annonce qu’un détail trouvera son application par la suite : in descriptione mappe mundi postea clarebit476. D’autre part, deux catalogues de ses œuvres élaborés à Saint-Victor au XIVe s. lui attribuent une Mappa mundi. Mais cet ouvrage est resté longtemps introuvable. P. Gautier Dalché a pu authentifier plusieurs manuscrits de la seconde moitié du XIIe s. et conclure que « le texte émane certainement de Hugues de Saint-Victor ; il reflète exactement son enseignement, probablement sténographié par un disciple. L’adjonction d’un prologue au style beaucoup plus élaboré témoigne du fait que Hugues a revu les notes prises à son cours, ce qui a donné lieu à l’apparition d’une œuvre, vraisemblablement composée dans les années 1130‑1135 »477. C’est de cette œuvre que sont tirés les deux extraits qui suivent.

142. Une homonyme corse

V. De ciuitatibus maiorum insularum. In insula Corsica, que non longe distat a Sardinia, est ciuitas nomine Vienna, preter illam Viennam que est in Prouincia. Hec etiam insula multis est promontoriis angulosa.

V. Les cités des grandes îles. Dans l’île de Corse, qui est peu éloignée de la Sardaigne, il existe une cité du nom de Vienne, en plus de cette Vienne qui est dans la Prouincia. Le contour de cette île est découpé par de nombreux promontoires.
(Hugues de Saint-Victor, Descriptio mappe mundi, V, 136‑138)

  • 478 Ptolémée, Géographie, III, 2.
  • 479 Gautier Dalché 1988, commentaire, p. 163, n. 13.

2Le toponyme Vienna désignant une cité en Corse est inconnu des Romains ; l’éditeur rapproche du village de Venaco, près de Corte, sur le site d’une petite bourgade romaine reconnue, qui pourrait être le Οὐενίκιον de Ptolémée478, mais il juge douteuse la mention de cette ciuitas479.

Références

Auteur et œuvre

DictThéoCath 7, 1927, s.v. « Hugues de Saint-Victor », col. 240‑308 [F. Vernet] ; Brill’s EncMedChron Online, s.v. « Hugh of St Victor » [R. Rech] ; P. Sicard, Hugues de Saint-Victor et son école, Témoins de notre histoire, Paris, 1991 ; D. Poirel, Hugues de Saint-Victor, Initiations au Moyen Âge, Paris, 1998. Sur la mappemonde, D. Lecoq, « La mappemonde du De Arca Noe Mystica de Hugues de Saint-Victor », in M. Pelletier (éd.), Géographie du monde au Moyen Âge et à la Renaissance, Mémoires de la section de géographie 15, Paris, 1989, p. 51‑68 ; P. Gautier Dalché, « L’héritage antique de la cartographie médiévale : les problèmes et les acquis », in Talbert et Unger 2008, p. 29‑66.

Édition

Gautier Dalché 1988, p. 137, l. 136‑138. Trad. G. Lucas.

143. Vienne dans la Prouincia

XXII. De Gallicanis prouinciis et ciuitatibus. […] Due regiones, scilicet Gallia Narbonensis et Prouincia, iacent iuxta mare Tyrrenum, a montibus Pireneis et a fluuio Durio usque ad montem Vesulum et Liguricum sinum. Ciuitates Prouincie sunt Arausica, Gratianopolis, Vienna, Arelatum, Durentia, Massilia. Ciuitates Gallie Narbonensis Narbona, Nemausium, Magolona.

XXII. Sur les provinces et cités de Gaule. […] Deux districts, la Gaule narbonnaise et la Provincia, s’étendent le long de la mer Tyrrhénienne, depuis les Pyrénées et le fleuve Durio jusqu’au mont Vésule [Viso] et au golfe de Ligurie. Les cités de la Provincia sont Orange, Grenoble, Vienne, Arles, Durentia, Marseille. Les cités de la Narbonnaise, Narbonne, Nîmes, Maguelonne.
(Hugues de Saint-Victor, Descriptio mappe mundi, XXII, 609‑613)

  • 480 Gautier Dalché 1988, p. 179, n. 68.

3Le passage ci-dessus clôt le chapitre XXII qui est un développement particulièrement long sur les provinces et cités de Gaule (l. 577‑613), ce qui est, selon P. Gautier Dalché, l’indice d’une « origine française de la mappemonde » ; mais, « sans chercher dans ce chapitre une cohérence illusoire, ni d’exacts renseignements de géographie historique, il est néanmoins possible de reconnaître dans les divisions de la Gaule une origine carolingienne »480.

  • 481 Pline l’Ancien, Histoire naturelle, III, 20 (117) ; Pomponius Méla, Chorographie, II, 4.
  • 482 Gautier Dalché 1988, p. 151, XIX, l. 499‑501.

4Les dénominations de Prouincia et Narbonnensis sont connues ; mais dans ce texte elles semblent renvoyer à un découpage administratif de l’Antiquité tardive qui regrouperait approximativement les provinces de Narbonnaise I et II et la Viennoise ; toutefois leur façade maritime ne correspond pas à ce découpage historiquement attesté, car il englobe aussi le littoral d’autres provinces. Le texte est peu sûr et des noms propres ont été déformés. Faut-il lire durio ou aturo si on suit une autre leçon signalée dans l’apparat critique ? Aturus désigne l’Adour, une ciuitas Aturensium (Aire-sur-Adour) est attestée dans la Notitia Galliarum ; mais cette incursion sur la côte Atlantique est aberrante dans le contexte ; il ne peut s’agir non plus de Durio, la ville des Cavares (ou présumée telle) que mentionne Strabon, en IV, 1, 11 (3), en Narbonnaise, puisque Durio est qualifié de fluuio. Il s’agit donc très probablement d’un fleuve côtier situé en Espagne entre Valence et Sagonte, le Guadalaviar, attesté en particulier chez Pline l’Ancien (flumen Turium dans Histoire naturelle, III, 4, 20), Pomponius Méla (Turia, dans Chorographie, II, 6, 6). Dans ce cas il faut comprendre a fluuio Turo : le passage devient alors géographiquement cohérent puisqu’il donne (grosso modo !) les deux points limites d’extension de la province décrite, depuis la côte orientale espagnole (a Turo) jusqu’au mont Viso (ad montem Vesulum), où le Pô prend une de ses sources selon Pline l’Ancien et Pomponius Méla481. Ce mont est signalé une seconde fois par Hugues de Saint-Victor dans une liste et montagnes qui servent de frontières : Deinde inter Galliam Celticam, que Burgundia dicitur, et Italiam, Alpes Cotice. Sequitur mons Vesulus, inter Arausicam ciuitatem et Augustam, c’est-à-dire, « puis, entre la Gaule celtique, qu’on appelle Burgondie, et l’Italie, il y a les Alpes cotiennes. Vient ensuite le mont Viso, entre la cité d’Orange et Aoste »482.

  • 483 Desjardins 1893, p. 10‑18.

5La mention de Durentia dans la liste des cités pose problème, car on songe d’emblée à la rivière Durance, Druentia ; comme le suggère P.G. Dalché dans son index, on peut rapprocher le nom Durentia d’un toponyme Druantium, qui est connu sur trois des gobelets de Vicarello (avec deux variantes, Druantio, Gruentia) et désigne une station routière à six milles de Briançon, à proximité des sources de la Durance et du col du Mont-Genèvre (45)483.

Références

Édition

Gautier Dalché 1988, p. 155, l. 609‑613. Trad. G. Lucas.

Texte

Sur Magalona, Maguelonne, petite île du littoral, à l’ouest de la Camargue, attestée comme évêché en 589, mais occupée dès la fin du IVe s., voir l’article de L. Schneider, « Cité, castrum et “pays” : espace et territoires en Gaule méditerranéenne durant le haut Moyen Âge. L’exemple de la cité de Nîmes et du pagus de Maguelone (Ve-XIe siècles) », in P. Cressier (dir.), Castrum 8. Le château et la ville : espaces et réseaux, CCV 108, CEFR 105/8, Madrid-Rome, 2008, p. 29‑69 (plus particulièrement p. 35‑36).

Notes

476 Gautier Dalché 1988, p. 13 ; PL 176, 1854, col. 699D.

477 Gautier Dalché 1988, p. 58.

478 Ptolémée, Géographie, III, 2.

479 Gautier Dalché 1988, commentaire, p. 163, n. 13.

480 Gautier Dalché 1988, p. 179, n. 68.

481 Pline l’Ancien, Histoire naturelle, III, 20 (117) ; Pomponius Méla, Chorographie, II, 4.

482 Gautier Dalché 1988, p. 151, XIX, l. 499‑501.

483 Desjardins 1893, p. 10‑18.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search